Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Fortunes, propriétés, production

Évolution des fortunes et mobilité sociale à Reillanne en Haute-Provence (fin XIVe-début XVsiècle)

Olivier Mery

Résumés

Cette étude se fonde sur l’abondante documentation notariale et fiscale d’un petit bourg rural. Son but est de d’identifier les élites rurales au moyen de plusieurs indices et de les croiser dans une perspective dynamique pour étudier le maintien entre générations des signes de supériorité sociale. Les données fiscales mettent en avant la diversité des fortunes et semblent montrer un étiolement numérique du groupe des plus aisés. La frange inférieure des élites rurales serait plus touchée par l’impact des épisodes de surmortalité. Il est difficile de définir strictement une élite par l’exercice d’une activité non-agricole. Néanmoins, les activités liées au cuir semblent dominées par les familles les plus prospères et les plus anciennement installées contrairement à d’autres secteurs plus ouverts aux nouveaux venus. La participation aux institutions locales montre leur tendance à favoriser une oligarchie mais qui ne se définit pas exclusivement par la richesse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut lire une présentation du projet de recherche dans Stouff 1965. La plupart de ces travaux on (...)

1Le terme d’élites rurales a été très peu utilisé dans les années fastes de l’historiographie rurale provençale sous le patronage de Georges Duby, professeur à l’université d’Aix-Marseille de 1951 à 1970, puis de Noël Coulet et Louis Stouff. Les très abondants registres notariés provençaux, souvent complétés par des listes d’imposition, ont permis la constitution d’enquêtes monographiques sur les communautés villageoises1. Dans ces études, les différentes strates de la société villageoise sont identifiées au moyen de trois principaux critères : la fortune foncière, l’exercice d’un métier non agricole et la participation aux institutions locales. Malgré la richesse des fonds documentaires concernés, ces investigations ont la plupart du temps déçu leurs auteurs. Dans cette communication, je propose de reprendre ce projet mais en croisant ces différents angles de vue documentaires et en essayant de les interpréter de manière plus dynamique pour poser la question du maintien personnel et de la perpétuation au sein d’un lignage de ces différentes formes de distinction et de supériorité sociales et économiques.

2Le cadre retenu pour cette enquête est celui de Reillanne, un petit bourg situé au nord-ouest du Luberon, en Provence. Ce bourg est très bien documenté, en premier lieu par des registres notariés qui forment le cœur documentaire d’une thèse en cours sous la direction du professeur Laurent Feller. Pour les années 1350-1430, on dispose d’une trentaine de registres, de taille variable allant d’une trentaine à plus de 200 folios. Pour une communauté de cette taille, c’est un fonds assez fourni et plutôt précoce, si on le compare aux autres fonds de Haute-Provence, puisqu’il n’est précédé que par les archives de Manosque, une ville bien plus importante. De nombreux documents issus de la gestion municipale, notamment des listes d’allivrements, permettent de compléter et de diversifier les informations issues des sources notariales.

Figure 1 - Situation de Reillanne en Provence.

Figure 1 - Situation de Reillanne en Provence.

3Le bourg de Reillanne se situe au sud de la Haute-Provence, à moins de 20 kilomètres du cours de la Durance, entre le couloir rhodanien et les Alpes du Sud, c'est-à-dire à proximité de routes importantes mais pas directement sur leur tracé. Ce village perché occupait au Moyen Âge une position économique secondaire, de relais entre le semis de villages alentours et des villes plus importantes, principalement Manosque, Forcalquier et Apt. Installé dans une vallée fertile, le bourg servait de lieu de marché sous-régional pour les produits agricoles, en particulier pour le vin et le bétail. L’artisanat semble avoir eu une orientation plus locale et plus limitée sauf peut-être en ce qui concerne le travail du cuir.

  • 2 La conjoncture du bas Moyen Âge en Provence a surtout été décrite en fonction des événements politi (...)
  • 3 Baratier 1961, p. 79.
  • 4 Stouff 1966, p. 47.
  • 5 Archives Départementales des Alpes de Haute-Provence (abrégées par la suite ADAHP), 2E15052 3e cahi (...)
  • 6 Stouff 1970, p. 80 et annexe 3.

4Il faut souligner le climat économique et démographique particulier de la période choisie pour cette enquête, qui nous place au cœur des crises de la fin du Moyen Âge2. Il existe plusieurs indices permettant de connaître des épisodes d’épidémies, de chertés alimentaires et des troubles militaires et du brigandage, mais il est plus difficile d’en apprécier en partie le poids sur la vie économique et sociale. Entre le début et la fin du XIVe siècle, d’après les listes de feux, la population aurait pu diminuer de moitié et ne comptait guère plus de 1000 habitants en 14003. On sait que dans les années 1390, des bandes armées sont présentes entre Apt et la montagne de Lure4. Des dispositions relatives à la guerre5 dans des actes de baux à cheptel indiquent que l’élevage a pu souffrir de ce climat. Si la situation politique est plus claire au début du XVe siècle, épidémies et chertés continuent de peser sur l’économie. Le nombre important de testaments autour des années 1403-1404 et 1412 indiquent certainement des moments de surmortalité. En 1407-1408 puis en 1412-1413, les autorités comtales proclament un vetum bladi, une interdiction de faire circuler et d’exporter des grains dans toute la Provence6. Cette conjoncture négative est un cadre imprécis, mais dont il faut essayer de comprendre l’influence sur le comportement des élites villageoises.

  • 7 Ce groupe est placé d’entrée de jeu par François Menant comme au-delà de l’enquête sur la définitio (...)
  • 8 Un registre de reconnaissance en faveur du vicomte ne mentionne que 21 bâtiments et 31 parcelles co (...)
  • 9 ADAHP E Dep 160/1 25. Elles sont analysées dans Poppe 1980, p. 77-80.

5La question des limites de l’élite rurale est l’un des objets de cette communication, mais il a fallu trancher dès le début la question de la petite aristocratie7. Reillanne formait le centre d’une petite vicomté qui eut pour seigneur entre 1350 et 1428 trois différents sénéchaux du comté de Provence, qui sont donc très éloignés de ce que l’on entend par « élites rurales ». Leurs propriétés semblent avoir été relativement peu importantes8 et ils avaient accordé des franchises9 qui laissaient aux habitants une assez grande latitude économique et n’ont pas étouffé la petite aristocratie locale, dont la composition était assez complexe.

  • 10 Selon Lucie Larochelle, il est faux de considérer nobilis comme un titre nobiliaire à Aix au XVe si (...)

6Il ne s’agissait pas d’un groupe homogène, et l’on peut globalement distinguer trois types à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle. Une partie de l’ancienne famille seigneuriale, les de Rellania, était toujours présente au bourg. Les membres de quelques familles originaires du bourg sont des enrichis, qualifiés de nobles dans le courant des XIIIe et XIVe siècles. Ces deux premiers types détiennent fréquemment des charges municipales et sont très intégrés à la vie économique locale. Le dernier groupe est formé de quelques individus plus que de familles, qui doivent leurs propriétés reillannaises à des mariages et sont certainement plus possessionnés dans d’autres petites localités. Ils n’apparaissent pas dans les institutions locales et sont moins présents dans les échanges locaux. Deux arguments incitent à intégrer la petite aristocratie dans le cadre de cette enquête, ne serait-ce que pour mettre en exergue ses spécificités. Premièrement, leurs niveaux de fortune, même élevés, ne sont pas disproportionnés par rapport aux autres coqs de villages. Deuxièmement, à cette échelle relativement modeste, il n’est pas toujours facile de définir précisément le sens du qualificatif de nobilis. Ce terme apparait plus comme un degré reconnu d’honorabilité personnelle que comme un statut juridique précis10.

L’évolution des fortunes : signes des difficultés de l’élite rurale ?

  • 11 ADAHP EDep 160/7. Il en existe en fait deux réalisées en 1422. Bien que la seconde soit incomplète, (...)

7On dispose de trois listes d’allivrement11 pour le début du XVe siècle, datées de 1400, 1422 et 1426. Leur présentation est des plus sommaires : une liste d’individus en face de laquelle se trouve le montant de leur fortune reconnue fiscalement. Ces documents servent, la plupart du temps, à répartir un impôt en fonction de la richesse de chacun. Il peut s’agir d’un impôt exigé par l’administration centrale ou levé pour répondre à un besoin de la communauté, comme c’est assurément le cas des relevés de 1422 et 1426 qui ont servi à la réparation des murailles.

8Dans cette première partie, je me contenterai d’une approche statistique dépersonnalisée pour essayer de dégager quelques impressions, mais aussi pour en montrer l’ambiguïté.

  • 12 C’est le cas dans la plupart des registres fiscaux provençaux ou méridionaux. À Tarascon, le docume (...)
  • 13 ADAHP EDep 160/10, il est daté de manière erronée de 1404 dans l’inventaire des archives (Poppe 198 (...)

9Le procédé d’évaluation de cette côte d’allivrement ne nous est pas connu, plusieurs indices amènent à penser que seuls les biens fonciers et le bétail sont enregistrés12. Ainsi, pourraient échapper à l’enregistrement les biens mobiliers ou à finalité commerciale, en particulier les draps et les stocks alimentaires. Il faut également préciser que les terres comptabilisées sont sans doute celles qui sont exploitées directement. La plupart des terres sont confiées en acapte (un contrat d’emphytéose contre des cens généralement faibles) et sont comptabilisées dans l’allivrement du preneur et non du bailleur. La propriété éminente des terres est donc beaucoup plus inégalitaire que ne le suggèrent les chiffres qui vont suivre ; il est possible que les rentes soient taxées, mais à un taux faible, comme c’est le cas dans un cadastre, plus détaillé, datant de 146813. Le deuxième problème est de savoir comment sont fixés ces montants. Les biens sont évalués selon une unité et un étalon monétaire de compte, la livre, et non selon une unité fiscale fictive. Ils ne correspondent peut-être pas à des montants réels, mais si ce n’est pas le cas, ils doivent en être assez proches et légèrement inférieurs.

10Les caractéristiques générales de ces trois listes sont récapitulées dans le tableau 1 tandis que la répartition des montants apparait dans les graphiques 1 et 2.

Tableau 1 - Caractéristiques générales des allivrements du début du XVe siècle (les montants sont exprimés en livres).

Date

Nombre de folios

Nombre d’individus recensés

Moyenne

Médiane

Maximum

Sommes totales

1400

5

176

87

50

750

15414

1422

5

166

50

25

500

8505

1426

5

163

52

25

800

9174

Graphique 1 - Répartition des montants d’allivrement par tranches fixes.

Graphique 1 - Répartition des montants d’allivrement par tranches fixes.

11

Graphique 2 - Répartition des montants d’allivrement : courbes de Lorenz.

Graphique 2 - Répartition des montants d’allivrement : courbes de Lorenz.
  • 14 Coulet 1973, p. 97.

12D’après ces graphiques, la distribution de la richesse à Reillanne est certes inégale mais l’allure progressive des courbes montre la diversité des situations économiques des habitants, l’absence de contrastes brutaux et l’existence d’une portion intermédiaire et aisée de la population. Les contrastes économiques semblent ainsi moins marqués que ceux que l’on peut observer à Pourrières à la toute fin du XIVe siècle14. Cependant, il est toujours délicat d’interpréter ces registres et plus encore de les comparer à ceux d’autres communautés sans savoir comment ils ont été dressés. Il est peut-être plus satisfaisant de commenter l’évolution de la répartition des montants déclarés par les habitants d’une même communauté.

13Le graphique 1 montre une nette baisse des montants déclarés entre 1400 et 1422. Le grossissement des basses déclarations est très net ; inversement, les hauts patrimoines sont à la fois moins nombreux et moins élevés. En 1426, on constate le retour à des montants élevés, mais sans que leurs détenteurs ne forment un groupe aussi important qu’en 1400, la moyenne et la médiane sont à peu près identiques à celles de 1422.

14Ce décalage est significatif, il pourrait indiquer soit que les modes d’évaluation n’ont pas été radicalement différents et que cette baisse reflète les difficultés économiques d’une bonne part de la population, soit qu’il y a eu un changement d’évaluation, mais que les divergences d’évolution des fortunes sont en fait encore plus importantes que ne le suggèrent les comparaisons entre les différentes années. Dans les deux cas et au vu des biens sur lesquels sont basés ces estimations, il y eut dans le courant du XVe siècle un nombre conséquent de transferts fonciers au détriment d’une part des habitants du bourg. Si l’on considère le montant global des estimations, les écarts peuvent être soit dus à une différence dans les pratiques et les modes d’évaluation, soit à un recul économique réel. Dans ce cas, des terres seraient laissées en friche ou le cheptel détenu globalement par la communauté diminuerait. Ce serait assez compréhensible dans un contexte de baisse démographique au niveau régional et d’un accès plus compliqué aux marchés qui favoriserait uniquement les plus dynamiques dans ce secteur.

15L’étude du graphique 2 vient compliquer le schéma. Il s’agit d’une comparaison entre trois courbes de Lorenz, c'est-à-dire d’une représentation de la distribution des montants en pourcentage par rapport au montant total de chaque allivrement dans la population étudiée. Le résultat est étonnant, car les trois courbes sont assez proches. Mais 10 % de la population représentent ici un échantillon d’environ 16 personnes, de sorte qu’il s’agit d’un outil peut-être trop grossier pour vraiment décrire la hiérarchie des fortunes, surtout si l’on essaye de s’intéresser à un groupe assez réduit. Néanmoins, cet effet de lissage rend les petites variations d’autant plus importantes et l’on observe effectivement une baisse du poids des fortunes de ceux qui seraient les moins aisés des élites rurales.

16Comment définir les élites rurales par rapport à la valeur de leur patrimoine ?

  • 15 Ces pourcentages forment la portion du village la plus souvent retenue pour délimiter une élite fon (...)

17On peut considérer une proportion de la population, c'est-à-dire les 10 à 20 % les plus riches15, qui possèdent 40 à 60 % du total des fortunes. En l’absence de relevés systématiques sur la taille des exploitations avant la fin du XVe siècle, on ne peut que supposer que ces biens doivent largement suffire à subvenir aux besoins de leurs propriétaires et permettre une certaine aisance, sinon une sécurité. Ces hauts patrimoines sont loin de former un groupe homogène, avec des fortunes comprises entre 100 et 750 livres en 1400 et des divergences qui semblent s’accentuer très nettement au début du XVe siècle. Pour le reste de cette intervention, je nommerai « 1er décile » le groupe qui représente les 10 % les plus riches et « 2e décile » les 10 % suivants.

  • 16 ADAHP EDep 160/7 – 1, fol. 1r.
  • 17 ADHAP 2E15071, fol. 61v-68r.

18Il paraît très discutable d’établir un seuil chiffré de manière purement statistique et il y a de fortes chances pour que le sens de ce seuil varie au cours du temps. Il doit être établi en parallèle avec d’autres indicateurs comme les inventaires après décès et les partages d’héritages qui permettent de comprendre la composition des montants étudiés mais qui sont des documents rares par définition. Je n’en citerai pour l’instant qu’un seul pour permettre de mieux cerner le niveau de fortune des plus riches villageois. En 1400, le cordonnier Bertrandus Sonallheri avait déclaré posséder 300 livres de biens16. En 1412, ses deux filles se partagent son héritage et dressent un inventaire qui donne une idée de ce qu’avait pu être l’exploitation de Bertrandus, avec sans doute un cheptel assez important et peut-être plus de terres17 (voir tableau 2).

Tableau 2 - Biens des héritières de Bertrandus Sonalheri.

Biens fonciers

Cinq parcelles de terre, trois vignes, un ferrage, un jardin, deux prés, trois hospicium, une étable, la moitié d’une tannerie et le douzième de deux tanneries

Réserves de vin et de grains

Stocks évalués à 80 florins

Des récipients à vin à forte capacité : 100 saumées, 100 et 60 coupes*

Bétail

Pas de bétail

Créances

200 florins de créances

Biens meubles

Nombreux ustensiles de ménage, de vaisselle

Peu d’outils

Du mobilier

*Il est délicat de fournir une équivalence en unités actuelles. Si l’on utilise les tables de conversion révolutionnaires, 100 saumées correspondraient à 20 000 litres.

19Cet exemple individuel montre qu’il serait très dommage de n’utiliser les listes d’allivrement que pour les étudier de façon désincarnée, avec des statistiques globales dont on a vu les limites pour décrire les changements qui ont pu affecter les notables de Reillanne.

La perpétuation des fortunes

20Avec trois registres, on peut ainsi essayer de capter comment a pu évoluer la fortune d’un échantillon de personnes à 26 années d’intervalle. Il faut souligner le danger qu’il y a à attribuer une position économique à travers un unique indicateur à un moment précis.

21La prise en compte des cycles de vie s’avère être un exercice délicat, mais néanmoins important, puisque l’on peut ici reconstituer une bonne part de la généalogie des individus mentionnés. On peut déjà faire une analyse grossière, en dénombrant les individus qui apparaissent dans les différents allivrements. Ce sont des données difficiles à commenter et je ne ferai pas de conclusions autour de la mortalité et des migrations qui nécessiteraient un examen plus fouillé. Ce qui est intéressant, c’est de voir qu’il y eut un renouvellement et une recomposition importante des exploitations qui passa par deux moyens : le marché de la terre, alimenté en liquidités notamment par les dots, et la transmission par héritage. Ces deux types de transferts ne sont pas étanches et saisir l’importance de leur articulation devrait permettre de situer ces données dans des cycles de vie.

  • 18 Smith 1984b, p. 9-13. Il n’y a pas, à ma connaissance, d’études provençales portant sur les liens e (...)

22Introduire le paramètre des cycles de vie amène à poser la question de la légitimité d’une comparaison entre ces différents montants puisqu’ils sont des photographies de patrimoines à des instants différents de leur évolution. En règle générale, les médiévistes, principalement anglais, ont eu tendance à ne pas accorder beaucoup d’attention à ce problème de lecture en considérant que les différences provenaient plus de la stratification du monde agricole que de l’évolution cyclique des ménages18. S’il reste encore beaucoup d’inconnues, en particulier celle de l’organisation concrète du travail agricole et de la place respective de la main d’œuvre familiale et non familiale, le cas de Reillanne diffère des exemples anglais en ce qui concerne les pratiques de dévolution des biens, puisque l’héritage égalitaire entre enfants non dotés constitue la pratique la plus courante. On risque donc d’avoir des patrimoines plus faibles juste après une période de forte mortalité. Il s’en suivrait alors une phase relativement active du marché foncier de rééquilibrage et de mise en adéquation de la taille de l’exploitation avec sa capacité de travail.

23La situation des élites rurales est complexe puisque leurs ressources ne proviennent que partiellement, voire pas du tout, de leur travail direct sur leurs terres. Leur but ne se limite pas à satisfaire les besoins de leur cellule familiale, mais vise à obtenir des surplus qui sont une part importante de leurs ressources. L’intervalle de temps trop limité offert par les listes d’allivrement ne permet pas de mettre en valeur l’importance des cycles de vie, mais il peut s’agir d’une piste permettant de ne pas tomber dans le systématisme où la baisse du montant d’allivrement serait forcément le signe d’un appauvrissement.

24En 1400, les dix patrimoines les plus élevés varient entre 400 et 750 livres. Ils comprennent cinq propriétés de nobles, les propriétaires étrangers représentant cinq des vingt-cinq plus hautes déclarations. En 1426, on ne retrouve que trois nobles sur les dix plus fortunés, tous deux issus de familles locales et plus aucun propriétaire étranger. Parmi les dix plus riches en 1426, dont les déclarations s’échelonnent entre 160 et 800 livres, deux étaient déjà présents en 1400, cinq sont des descendants directs dont trois sont héritiers uniques et deux ont acquis leur fortune par un mariage avec une héritière unique. Deux autres étaient déjà déclarants en 1400. L’un a maintenu son patrimoine mais apparaît à cause de la baisse de la limite inférieure du groupe ; l’autre est un notaire dont le patrimoine est passé de 100 à 225 livres. Le dernier, Salvator Begoli, est intéressant : son père disposait, en 1400, d’un patrimoine de 60 livres et lui en déclare 80 en 1422 puis 160 en 1426. S’agit-il de l’ascension sociale d’un individu ? Il a peut être profité de la dot de sa première femme, décédée au début du siècle, puis de son remariage. Il ne faut peut-être pas surinterpréter cette hausse : son père était meunier et, sans avoir à posséder trop de terres, il devait déjà disposer de hauts revenus que Salvator a pu utiliser pour s’enrichir de manière différente.

25Le sommet de la société villageoise était un groupe assez fermé même s’il montre, au début du XVe siècle, une nette évolution qui relève moins de l’ascension d’individus que l’effondrement de certains patrimoines. Il s’agit soit de disparitions sans héritier, soit d’importants transferts sur le marché de la terre, ventes ou emphytéoses. Dans les deux cas, la signification économique de ces changements est importante vu l’ampleur des biens concernés et dont les conséquences peuvent être très variées : s’il s’agit de ventes envers des tiers fortunés, le mouvement peut entraîner une concentration des biens. Si les terres sont cédées en bail, elles ne bénéficient pas forcément aux plus riches et peuvent être une occasion de constituer une exploitation suffisante pour une cellule familiale qui n’aura ainsi plus besoin de vendre sa force de travail contre un salaire. L’observation à la fois fine et sérielle du marché de la terre est indispensable pour en comprendre les implications, mais on peut déjà souligner l’importance des choix économiques et des hasards familiaux de ces élites rurales par la mise en circulation de terres qu’ils entraînent.

  • 19 Il est syndic en 1402. ADAHP 2E15070, fol. 10v.
  • 20 ADAHP 2E15106, fol. 44r à 49r. Au total, il vend les droits de propriété de 54 biens fonciers pour (...)
  • 21 Je n’ai cependant pas trouvé sa trace lors de sondages relativement exhaustifs dans les registres n (...)
  • 22 ADAHP 2E15103, fol. 40v. Entre 1412 et 1420, Bertrandus Danidi acquiert des biens fonciers pour une (...)

26Elziarus Grassi est un exemple particulier de ces effondrements. Son père, notaire, noble à la fin de sa vie, a exercé des fonctions à la cour du vicomte. Il était également présent sur le marché de l’élevage et on le voit affermer à deux reprises des droits et taxes. Au tournant du XVe siècle, il lui laisse les fruits d’une accumulation foncière considérable, mais son patrimoine passe de 720 livres en 1400 à 84 en 1422. Il n’apparaît qu’une seule fois dans les institutions municipales19 alors que ses ancêtres y étaient assez présents. Les archives notariales le montrent cédant des biens à neuf reprises, notamment en acapte, ce qui pourrait faire penser que sa fortune lui permet de se détacher des affaires agraires pour s’établir rentier. Mais, au début des années 142020, il vend des parts très importantes de son domaine direct, ce qui peut faire penser soit qu’il investit ailleurs puisqu’il est en affaire avec des gens d’Aix et d’Apt21, soit qu’il est endetté, ce qui apparaît aussi à quatre reprises. Les deux hypothèses ne sont pas incompatibles. Même si l’on regarde ces transferts dans le détail, il est difficile de dégager leur impact à Reillanne. Ils semblent plutôt aller dans le sens d’une concentration des biens vers les plus riches. Si l’on considère le critère de fortune, seuls trois acquéreurs ne font pas partie des élites rurales. On peut noter qu’en 1417 Elziarus Grassi cède en acapte un pré à Bertrandus Danidi pour 11 florins22. Cette transaction participe à l’ascension de l’acquéreur dont le patrimoine passe de 40 livres en 1400 à 110 en 1422.

  • 23 ADAHP 2E15078, fol. 1r, 2E15103, fol. 96v-97v et 2E15077, fol. 54v.

27Selon le critère fiscal, il s’agit de l’un des rares exemples d’une mobilité sociale qui reste limitée en ampleur et en nombre dans ce bourg. On peut retenir quatre cas malheureusement peu généralisables puisque souvent faiblement documentés. Petrus Rodelli déclare 30 livres en 1400 puis 100 en 1420. Malgré leur nombre limité, les quelques actes notariaux dans lesquels il apparaît sont intrigants. S’ils ne le montrent pas acquérant des biens, Petrus semble très actif sur le marché du bétail. En 1400, il est déjà marié depuis 1380. Il ne s’agit donc pas d’un jeune chef d’exploitation et il a déjà un fils diacre qui détient la charge d’une chapelle sur le territoire de Reillanne. Ce fils, son seul connu, illustre comment la mobilisation de la parenté peut participer à l’enrichissement, puisqu’en tant qu’exécuteur testamentaire, il lui vend une vingtaine de juments pour la somme assez avantageuse de 100 florins en 141823.

  • 24 L’impact des partitions d’exploitations pour expliquer une grande part de la mobilité sociale desce (...)

28Ces exemples semblent des exceptions, mais, inversement, on ne peut pas vraiment parler d’appauvrissement. En observant les individus du deuxième décile, on constate que plus de la moitié de ce groupe disparaît sans avoir d’héritier survivant ou quitte Reillanne et seulement un sixième des déclarants est encore vivant en 1426. Les patrimoines transmis ont globalement des déclarations plus basses. En cas de partage des terres, il s’agit d’un phénomène assez mécanique et on peut se demander s’il s’agit là d’une perte de statut social puisque ces héritiers continuent de figurer parmi les 20 % des plus hautes déclarations. Les cas de baisse de côte fiscale individuelle n’excèdent pas les cas de hausse ce qui contredit l’idée d’appauvrissement pour privilégier l’impact biologique des épidémies. La surmortalité aurait accéléré la circulation des patrimoines, sans peut-être que les successions aient été bien préparées. Il reste néanmoins à comprendre pourquoi un niveau de fortune aurait été plus atteint qu’un autre, sans oublier que, raisonnant sur de petits échantillons, on ne doit pas donner à cette tendance une trop grande fiabilité statistique. Si cette frange inférieure de l’élite rurale avait plus de biens à partager d’où numériquement une chute des patrimoines plus élevée, elle a aussi moins eu les moyens, le temps ou le besoin d’acquérir de nouveaux biens, tandis que les individus au sommet de l’élite ont pu profiter d’un marché de la terre assez intense à cause des effets conjugués de la mortalité et de l’émigration24. Cette impression est confirmée par l’examen des nouveaux individus du deuxième décile dans les déclarations de 1422 et 1426. On compte, en 1422, une majorité de patrimoines qui se sont maintenus soit par le même individu, soit par héritier, mais qui apparaissent dans cette catégorie à cause de la baisse des seuils retenus. L’intervalle 1422-1426 semble marqué par une conjoncture plus propice à l’extension de patrimoines.

Des élites moins paysannes ?

  • 25 Coulet – Stouff 1987, p. 51-55. Plus largement, cette notion apparaît fréquemment pour décrire les (...)
  • 26 ADBDR B 328 : Statuts du bailliage de Sisteron, 1237, article V.

29Cette première approche a mis en valeur une forme de définition des élites basée sur la richesse en terres et en bétail, c'est-à-dire une élite très paysanne. Ce procédé n’est pas celui qui a été le plus retenu par les historiens provençaux qui mettent davantage en exergue le caractère non agricole des élites villageoises, définissant selon un schéma agulhonien une « bourgeoisie de village »25. Ce critère de distinction apparaît déjà dans les sources médiévales : au XIIIe siècle, le travail de la terre est considéré comme un caractère entraînant la perte du statut de chevalier26.

30Il me paraît difficile de commenter, en l’état, le nombre d’artisans rencontrés dans les actes notariés (tableau 3).

Tableau 3 - Mentions d’occupations non agricoles à Reillanne.

Activités non agricoles

Effectifs

1e moitié XIVe

2e moitié XIVe

1er tiers XVe siècle

Meuniers

1

1

0

Boulangers

2

1

0

Bouchers

4

5

3

Menuisiers

2

11

5

Forgerons

9

5

6

Maçons

3

5

3

Tonneliers

1

1

1

Tisserands

4

6

4

Tailleurs

4

4

3

Cordonniers

16

20

17

Bourreliers-selliers

2

2

3

Tanneurs

1

1

1

Fabricant de bougies

0

1

0

Marchands

0

2

3

Apothicaires/ merciers

0

3

2

Barbiers

0

2

4

Médecins/fizici

0

2

0

Notaires

15

12

7

Experts en droit

0

4

2

Maitres d’école

0

0

1

Total

64

88

65

Les données relatives à la première moitié sont tirées de Poppe 1980, p. 158. Les autres données sont issues de mes propres dénombrements. Il existe un écart entre certains effectifs qui s’expliquent en partie par l’utilisation d’un registre que Danuta Poppe n’avait pas consulté.

31Les relevés sont parfois dus à une mention unique, ce qui montre la fragilité de ce genre d’enquête. Par rapport à d’autres localités provençales déjà étudiées comme Pourrières, dans le Var ou encore les communautés beaucoup moins peuplées de la montagne de Lure, nombreux sont les habitants pour lesquels on dispose d’une mention de profession non agricole. Cependant, il faut signaler deux limites à ces comparaisons.

32Premièrement, il est très possible que l’artisanat soit très sous-estimé dans les villages précités. L’enregistrement de la profession n’est pas la priorité des notaires provençaux qui utilisent souvent cette mention pour distinguer deux homonymes, et ces précisions sont encore plus rares dans les allivrement qui ont servi à mettre au point ces listes. On constate une absence ou un nombre limité de travailleurs dans certains secteurs comme la poterie, domaine rarement mentionné, ou la meunerie, plus étonnant puisque l’on connaît 11 indications de moulins, certainement très modestes, pour la seconde moitié du XIVe siècle.

  • 27 ADAHP 2E15057, fol. 39r. Cet acte n’est pas isolé. Sur 49 actes de facheries ou de location impliqu (...)

33Deuxièmement, la mention d’une spécialité ne signifie ni l’absence de tout travail agricole, ni son exercice à plein temps. Ainsi, le 27 janvier 1409, le maître forgeron Petrus Bermondi prend en facherie, c'est-à-dire en bail à court terme, un ensemble de terres appartenant à un prieuré27. L’acte ne précise pas le travail concret à effectuer par le preneur comme on peut le trouver parfois mais il n’est pas impossible que le forgeron ait lui-même participé aux tâches agricoles.

  • 28 On rejoint ici la remarque de Catherine Verna selon laquelle la désignation est avant tout sociale, (...)

34Il faut accepter l’idée que ces qualifications ne sont pas des « catégories socioprofessionnelles » qui décriraient une occupation et une source de revenus uniques d’un individu28.

  • 29 ADAHP 2E15067, fol. 84r.

35En 1386, dans l’inventaire après décès du cordonnier Vesianus Arloti29, on trouve bien sûr des outils propres au travail du cuir mais aussi des instruments agricoles, en particulier pour l’entretien de son cheptel, fort de trois douzaines de moutons. Ses biens comprennent également des réserves plutôt importantes de grains (vingt-cinq saumées), de vin (avec plusieurs récipients dont une cuve d’une capacité de quatre-vingts saumées) ainsi que de la laine. L’acte mentionne explicitement des ventes de laine, de peaux et de vin pour un montant avoisinant les cinquante florins. Il assure également à sa veuve une sécurité certaine grâce aux quelques 188 florins d’argent et de créances. Plus tard, en 1400, son fils, cordonnier également, déclare 120 livres, ce qui en fait assurément un membre de l’élite locale comme l’était auparavant son père, en conjuguant travail agricole et artisanal, commerce et crédit.

  • 30 Louis Stouff constate la même tendance en milieu urbain à Arles (Stouff 1986, p. 282). Selon Thérès (...)
  • 31 ADAHP 2E15045, fol. 16v.

36On peut croiser les données des mentions professionnelles avec les montants d’allivrement pour entrevoir la diversité des situations, signe de stratégies ou d’insertion locales différentes. Les personnes désignées comme macellarius et sabatierus se retrouvent parmi les plus hautes côtes fiscales, en grande partie par leur implication dans l’élevage local30. Les cordonniers, à l’instar de Vesianus Arloti, profitaient de la présence de deux tanneries à l’extérieur du bourg. La propriété de ces tanneries était divisée en trente-deux parts, dont les actes de ventes dont on dispose montrent qu’elles faisaient l’objet d’un commerce qui implique principalement des cordonniers. Il est difficile de comprendre le rôle de ces cordonniers dans le processus de traitement des peaux. On dispose seulement de trois indications : en 1334, un contrat est passé entre un tanneur et quatre associés propriétaires de parts de tannerie31. Par la suite, sont mentionnés deux magister correator (des experts dans le travail du cuir), l’un entre 1350 et 1370 et l’autre en 1422.

37On peut également noter que quasiment tous ces individus sont issus de familles habitant Reillanne depuis longtemps, tandis que les forgerons et les maçons sont, au début du XVe siècle, plutôt des nouveaux arrivants. Les arrivées de forgerons sont peut-être à mettre en relation avec la mortalité élevée dans deux familles comptant de nombreux artisans de cette profession, mais on peut aussi avancer qu’il s’agit aussi d’artisans assez mobiles au Moyen Âge. Certains de ces immigrés commencent à accumuler des biens tandis que d’autres semblent des exemples de patrimoines plus constants, ce qui indique sans doute qu’ils se cantonnent à l’exercice de leur métier. Deux frères maçons déclarent 20 livres en 1422 et plus de 100 livres quatre ans plus tard, ce qui les place parmi les 20 % des plus fortunés. Il faut remarquer, qu’à l’instar du forgeron Petrus Bermondi, on compte parmi leurs acquisitions un nombre important de parcelles, ce qui est certainement révélateur d’une volonté ou d’une possibilité plus grande à acquérir une situation au bourg.

  • 32 ADAHP 2E15077b, fol. 93r. Sur le rôle du mariage dans l’intégration à une communauté, il faut savoi (...)
  • 33 ADAHP 2E15078, fol. 1r.

38C’est ainsi que l’on peut comprendre le cas du tisserand Poncius Fabri. Originaire de Viens, un petit village distant d’une dizaine de kilomètres de Reillanne. Il s’est marié en 1403 à la veuve d’un reillannais aisé qui provenait elle-même d’une famille influente32. Il déclare un montant de 50 livres en 1422, ce qui le place dans le premier quart des patrimoines locaux. Son premier fils adopte le même métier et apparaît déjà comme propriétaire de 16 livres de bien en 1426. Son deuxième fils devient notaire après avoir fait son apprentissage chez le notaire le plus riche désigné comme noble33.

  • 34 Jessenne – Menant 2007, p. 18‑19.

39La présence d’un notaire dans une famille est assurément un signe de qualification comme membre de l’élite rurale. Leur culture pratique les plaçait d’emblée au centre des relations sociales et politiques34. La situation des six notaires du début du XVe siècle est cependant variable comme l’indique le tableau 4.

Tableau 4 - Les notaires au début du XVe siècle.

Prénom

Qualité

Allivrement 1400

Allivrement 1422

Allivrement 1426

Grassi

Raymundus

noble

720 (par son héritier)

de Vandroma

Guillelmus

noble

350

266

de Vols

Stephanus

magister

100

220

200

Dalfini

Petrus

magister

(pas encore à Reillanne)

50

40

Sanct Mitri

Raybaudus

puis sa veuve Bauda

magister

40

20

Fabri

Elziarius

magister

(pas encore à Reillanne)

pas encore à son compte, son père déclare 50 puis 55 livres

Marci

Jacobus

magister

(pas encore à Reillanne)

Aucun bien déclaré

  • 35 Ces différences de profils rejoignent celles observées dans le Comtat. Zerner 1994, p. 51.

40Les deux nobles, Raymundus et Guillelmus, se distinguent particulièrement : non seulement le second est marié à la fille du premier, mais il lui succède en tant que notaire et officier du vicomte. Ils sont issus tous deux de familles marchandes très présentes dès les premiers registres notariaux des années 1320 et qui doivent sans doute leur statut de noble aux rôles joués par certains de leurs membres dans les échelons locaux de l’administration comtale, ce qui semble être le cas de la plupart des familles reillannaises anoblies dans le courant du XIVe siècle. Le fait d’avoir eu pour seigneur un grand officier du comté a certainement joué un rôle dans ces promotions. La fortune place également Stephanus de Vols parmi les riches habitants du bourg, mais ce n’est pas le cas des trois autres exemples35. Un regard différent permet de voir que leur supériorité sociale pouvait passer par un autre canal que celui de la fortune foncière. Les registres notariés de Raybaudus ont été conservés depuis 1370, c'est-à-dire qu’il doit avoir au moins une cinquantaine d’années en 1400, de très nombreux actes sont passés dans son office, ce qui en fait un personnage pivot au sein de la communauté. S’il ne semble pas avoir accumulé beaucoup de biens en dehors d’héritages, il détient sans doute un capital social important puisqu’il agit en tant que procurateur d’une quinzaine d’individus différents. Enfin, Franciscus et Elziarius sont deux exemples d’individus non-originaires de Reillanne. Le premier a épousé une des deux filles de Bertandus Sonalhieri, dont j’ai détaillé les biens plus tôt, et le second est le fils du tisserand venu s’installer à Reillanne. Outre leur rôle de notaire, ils apparaissent tous les deux au conseil de la ville à la fin des années 1420.

Les élites et les institutions locales

  • 36 Coulet – Stouff 1987, p. 41-45.

41La participation à la vie politique locale forme une troisième approche pour délimiter les contours de la notabilité rurale. Le rôle des institutions villageoises, loin d’être anecdotique, couvrait un large champ de la vie du village, allant de l’entretien des églises au ravitaillement en passant par la défense36. Chaque année étaient désignés deux syndics et un conseil d’une douzaine d’individus ainsi que, selon les occasions, des postes plus ponctuels de procurateurs, d’évaluateurs, de collecteurs et d’autres rôles plus informels. La présence inégale des membres de la communauté à ces postes est une caractéristique habituelle qui marque les tendances oligarchiques de ces institutions, mais il est toujours délicat de mesurer et de comparer l’intensité de cette tendance avec des séries souvent très discontinues.

42Si les responsabilités sont le plus souvent exercées par les plus riches de la communauté il ne s’agit pas d’une règle stricte. Raymundus Durandi, qui est au moins trois fois conseiller et quatre fois syndic entre 1402 et 1427, ne déclare que 70 et 75 livres, alors que son père possédait des biens évalués à 130 livres. Il est donc discutable de parler d’une baisse de statut social au seul regard des côtes fiscales. Inversement, Berengarius Rebussati n’apparaît que de manière informelle alors que son allivrement s’élève à 400 livres. Cet exemple montre que l’appartenance à une famille habitant le bourg de longue date était une donnée importante. Effectivement, Raymundus appartient à une famille d’artisans attestée à Reillanne depuis le XIIIe siècle et son père est trois fois conseiller et une fois syndic entre 1370 et 1390. On trouve ainsi quelques groupes patronymiques qui sont présents de manière récurrente au conseil et au syndic. Ils peuvent être considérés comme une nuance à la définition très individualisée que j’ai proposé jusqu’ici de la position des élites rurales en démontrant la force que peut avoir l’action d’un front de parenté et qui ne doit certainement pas se limiter à la politique locale.

43Dans le cas de Reillanne, il est possible de reconstituer partiellement les représentants pour 29 années entre 1363 et 1427 (voir tableaux 5 et 6). La démarche qui consiste à compter le nombre de postes détenus dans un intervalle de temps donné est très discutable, puisqu’en plus des lacunes documentaires elle est faussée par les différences de cycle de vie entre individus.

Tableau 5 - Participation aux institutions locales entre 1363 et 1427.

Conseiller ou syndic

Conseiller

Syndic

Individus ayant rempli cette fonction au moins une fois

68

53

28

Individus ayant rempli cette fonction plus de 3 fois

21

17

3

Tableau 6 - Fonctions des individus mentionnés dans les allivrements.

1400

1422

1426

Individus ayant exercé une fonction

21

15

14

Individus ayant exercé une fonction

et parmi 10 % plus fortunés

9

9

8

Individus ayant exercé une fonction

sans figurer parmi les 25 % plus fortunés

5

0

2

  • 37 Cette évolution serait comparable à celle observée autour de l’étang de Berre. Grava 1984. Dans ce (...)

44La comparaison avec les données fiscales est plus légitime même si les mêmes problèmes documentaires et méthodologiques apparaissent. Il semblerait que le premier quart du XVe siècle soit un moment de resserrement des institutions autour du sommet de l’élite rurale37, tandis que les « strates inférieures » de l’élite rurale sont moins présentes. Mais, il faut remarquer que les mentions de conseillers sont très peu nombreuses à cette période. Il s’agit soit d’un hasard documentaire, soit de la reconnaissance implicite d’une moindre importance.

45Un élément d’évolution plus intéressant entre 1422 et 1426 est la nomination dans les institutions de trois personnes, dont deux notaires, dont les familles ne sont pas originaires du bourg, mais qui s’y sont rattachées par des alliances matrimoniales. Inversement, certains individus ou familles très présents dans la période précédente n’apparaissent plus comme conseillers ou syndics, mais exercent surtout les charges de percepteurs de taille et de trésorier. La présence de nouveaux arrivants dans les institutions villageoises montrerait la tendance à l’enracinement de nouveaux venus qui disposent de compétences artisanales ou notariales, qui leur permettent de combler des pertes dues aux épidémies.

  • 38 ADAHP 2E15070, fol. 10v.

46Le lien entre gestion de la communauté et fortune apparaît de manière encore plus claire lorsque les actes notariés mentionnent des personnes qui agissent au nom de la communauté sans avoir forcément un rôle institutionnel. Un acte de 140238 concernant les tailles et les rèves (impositions indirectes) comprend une liste de 27 individus qui agissent pour la communauté et qui sont clairement les individus les plus fortunés de la ville, mais qui n’en sont pas conseillers ou syndics.

Conclusion

47J’ai essayé de faire apparaître le rapport entre fortune et mobilité sociale de façon plus complexe en montrant à la fois l’ambiguïté des moyens documentaires pour mesurer ces deux notions et l’absence d’une corrélation mécanique. Il ne s’agit pas de nier tout lien entre la prééminence sociale et la richesse, essentiellement entendue comme patrimoine foncier.

48Au contraire, il est net que les plus riches sont les plus en vue du village et ce lien semble s’accentuer au XVe siècle. D’autre part, il ne faudrait pas oublier que les exemples illustrant une ascension sociale sans acquisition de terres concernent des individus qui, de toute évidence, disposent déjà des moyens de subvenir à leurs besoins et même davantage. Ce sont plutôt des individus qui, par choix ou par impossibilité, n’investissent pas tous leurs moyens, financiers et relationnels, dans les moyens de production agricole. La question de l’aggravation des différences de fortune est peut-être une question mal posée, qui sous-entendrait qu’avant la période considérée, cette société locale était plus égalitaire.

49Les évolutions constatées correspondent plutôt à l’idée de redéfinition permanente des élites en fonction de choix différenciés par rapport à des situations différentes, en termes de cycle de vie, de composition du patrimoine, et une toile de fond commune. L’avantage du terme d’élite est de pouvoir croiser différents angles de vue et de dépasser les clivages binaires riches/pauvres, nobles/roturiers et artisans/paysans, afin de favoriser une approche en termes de choix en fonction d’un contexte particulier.

50Cette approche souffre des limites de l’avancement de mes travaux, notamment de la restriction à un cadre géographique trop étroit, puisque ces élites sont justement celles qui ont la capacité d’agir au-delà du cadre micro-régional. Il est bien sûr très fréquent de croiser dans les registres notariés des individus actant loin de leur communauté d’habitation, mais seule une faible proportion mène des affaires de manière récurrente en ville. L’autre défaut est plus conceptuel, il s’agit de mieux cerner le sens du statut social et les indices qui permettent à l’historien de l’évaluer pour sortir d’une définition trop personnelle, individualisée.

51Dans le cadre d’une approche comparatiste, je voudrais mettre en valeur un certain nombre de facteurs qui ont pu intervenir fortement sur le jeu des élites rurales et orienter leurs stratégies :

    • 39 Reillanne est donc un exemple de société « post-seigneuriale » pour reprendre la typologie de Franç (...)

    L’absence d’un seigneur ou d’un pouvoir qui disposerait d’un pouvoir foncier hégémonique39.

    • 40 L’importance de ce point pour les petites bourgades de Haute-Provence a été mise en lumière par Jea (...)

    Le rôle positif d’un seigneur, qui peut favoriser l’accès aux charges administratives hors du village40 ou servir d’intercesseur.

  • La possibilité de contrôler la chaîne de production d’un produit, à partir de la matière première jusqu’à sa commercialisation, dans le cadre étudié des activités autour du cuir ou du vin, ce qui n’est absolument pas le cas du travail du fer ou du textile.

  • L’ouverture sur un marché régional sans que la ville et ses marchands n’accaparent les sources de profits locales.

  • Le rôle joué par l’écrit notarial et, plus largement, par l’écrit documentaire qui est maîtrisé directement par les élites sans passer par un intermédiaire seigneurial ou urbain.

52Il ne s’agit pas du tout de dire que ce sont là les conditions sine qua non de l’existence des élites rurales, mais qu’il existe des facteurs qui influencent la manière dont la domination et la différenciation sociales peuvent s’exprimer entre individus partageant un cadre de vie proche, mais aux conditions sociales bien distinctes.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Aurell – Boyer – Coulet 2005 = M. Aurell, J.-P. Boyer, N. Coulet, La Provence au Moyen Âge 972-1482, Aix-en-Provence, 2005.

Baratier 1961 = E. Baratier, La démographie provençale, XIIIe-XVIe siècles, Paris, 1961.

Baratier 1972 = E. Baratier, Démographie médiévale dans le midi méditerranéen. Sources et méthodes, dans La démographie médiévale : sources et méthodes, Paris, 1972, p. 9-16.

Bonnaud 2005 = J.-L. Bonnaud, L’implantation des juristes dans les petites et moyennes villes de Provence au XIVe siècle, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (éd.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles : théories et pratiques, Rome, 2005, p. 233-248.

Coulet 1973 = N. Coulet, Population et sociétés à Pourrières, dans Études rurales, 51, 1973, p. 85-117.

Coulet – Stouff 1976 = N. Coulet, L. Stouff, Les institutions communales dans les villages de Provence au bas Moyen Âge, dans Études rurales, 1976, p. 67-81.

Coulet – Stouff 1987 = N. Coulet, L. Stouff, Le village de Provence au bas Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1987.

Dolan 1985 = C. Dolan, Famille et intégration des étrangers à Aix-en-Provence au XVIe siècle, dans Provence historique, 1985, p. 401-411.

Dutour 1998 = T. Dutour, Une société de l'honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1998.

Grava 1984 = Y. Grava, Pouvoir et société dans les communautés villageoises de l'étang de Berre au Moyen Âge, dans Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux temps modernes, Auch, 1984, p. 191-195.

Hebert 1979 = M. Hebert, Tarascon au XIVe siècle, histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979.

Jessenne – Menant 2007 = J.-P. Jessenne, F. Menant, Introduction, dans J.-P. Jessenne, F. Menant (éd.), Les élites rurales dans l'Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2007.

Larochelle 1992 = L. Larochelle, Le vocabulaire social et les contours de la noblesse urbaine provençale à la fin du Moyen Âge : l'exemple aixois, dans Annales du Midi, 104, 1992, p. 163-173.

Pinto 2007 = G. Pinto, Bourgeoisie de village et différenciations sociales dans les campagnes de l’Italie communale (XIIIe-XVe siècle), dans J.-P. Jessenne, F. Menant (éd.), Les élites rurales dans l'Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2007, p. 91-110.

Poppe 1980 = D. Poppe, Économie et société d’un bourg provençal au XIVsiècle : Reillanne en Haute-Provence, Varsovie, 1980.

Rigaudière 1989 = A. Rigaudière, Connaissance, composition et estimation du moble à travers quelques livres d'estimes du Midi français (XIVe-XVe siècles), dans J.-L. Biget, J.-C. Herve, Y. Thebert (éd.), Les cadastres anciens des villes et leur traitement par informatique, Rome, 1989, p. 41-81.

Sclafert 1959 = T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, 1959.

Smith 1984a = R. Smith Families and their land in an area of partible inheritance : Redgrave, Suffolk 1260-1320, dans R. Smith (ed.), Land, Kinship and lifecycle, Cambridge, 1984, p. 135-195.

Smith 1984b = R. Smith, Some issues concerning families and their property in rural England, dans R. Smith (ed.), Land, Kinship and lifecycle, Cambridge, 1984, p. 1-86.

Stouff 1965 = L. Stouff, L’histoire de la France médiévale à la faculté des lettres et des sciences humaines à Aix, dans Provence historique, 60-61, 1965, p. 168-181.

Stouff 1966 = L. Stouff, Peuplement, économie et société de quelques villages de la montagne de Lure 1250-1450, dans Cahiers du centre d’études des sociétés méditerranéennes, 1, 1966, p. 35-109.

Stouff 1970 = L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris-La Haye, 1970.

Stouff 1986 = L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986.

Stouff 1989 = L. Stouff, Les livres terriers d’Arles du XVe siècle, dans J.-L. Biget, J.-C. Herve, Y. Thebert (éd.), Les cadastres anciens des villes et leur traitement par informatique, Rome, 1989, p. 307-339.

Verna 2008 = C. Verna, L'industrie au village (Arles sur Tech, XIVe-XVe siècles), essai de microhistoire, dossier d’habilitation à diriger les recherches, Paris, 2008.

Zerner 1994 = M. Zerner, Le notariat en Comtat Venaissin à la fin du Moyen Âge, dans Le comté de Nice, terre de rencontre du notariat, Provence, Corse, Piémont (actes du colloque international, Nice 27-28 mai 1991), Nice, 1994, p. 47-56.

Haut de page

Notes

1 On peut lire une présentation du projet de recherche dans Stouff 1965. La plupart de ces travaux ont pris la forme de mémoires de maîtrise non publiés ou d’articles, mais l’article de Noël Coulet sur Pourrières ou l’enquête de Louis Stouff sur les villages de la montagne de Lure sont des références plus facilement disponibles. Coulet 1973 p. 85-117. Stouff 1966.

2 La conjoncture du bas Moyen Âge en Provence a surtout été décrite en fonction des événements politiques et des variations démographiques. Le basculement se produit à la fin de la première moitié du XVe siècle et se caractérise par des changements dans les équilibres économiques et démographiques régionaux (Aurell – Boyer – Coulet 2005, p. 300-305).

3 Baratier 1961, p. 79.

4 Stouff 1966, p. 47.

5 Archives Départementales des Alpes de Haute-Provence (abrégées par la suite ADAHP), 2E15052 3e cahier fol. 35r, 41r, 2E15078, fol. 58r. Ces clauses sont également fréquentes dans les registres de Manosque de la même période.

6 Stouff 1970, p. 80 et annexe 3.

7 Ce groupe est placé d’entrée de jeu par François Menant comme au-delà de l’enquête sur la définition des élites rurales, tout en insistant sur la difficulté à distinguer ses marges inférieures de la paysannerie aisée (Jessenne – Menant 2007, p. 10).

8 Un registre de reconnaissance en faveur du vicomte ne mentionne que 21 bâtiments et 31 parcelles concédés en bail emphytéotique par le seigneur (ADAHP EDep 160/2 42).

9 ADAHP E Dep 160/1 25. Elles sont analysées dans Poppe 1980, p. 77-80.

10 Selon Lucie Larochelle, il est faux de considérer nobilis comme un titre nobiliaire à Aix au XVe siècle bien que le terme ne soit utilisé à Trets au XIVe siècle que par des nobles (Larochelle 1992, p. 167-168). En l’absence d’une enquête plus poussée, il semble que la situation à Reillanne soit intermédiaire. Entre 1350 et 1430, 77 individus habitant à Reillanne sont qualifiés au moins une fois de nobilis. Les termes plus significatifs que sont miles ou domicellus ne sont employés que pour 6 personnes.

11 ADAHP EDep 160/7. Il en existe en fait deux réalisées en 1422. Bien que la seconde soit incomplète, leurs informations sont identiques.

12 C’est le cas dans la plupart des registres fiscaux provençaux ou méridionaux. À Tarascon, le document le plus précoce, daté de 1378, semble être une exception, le suivant autour de 1390 ne comporte plus que des immeubles (Hebert 1979, p. 247 et Stouff 1989, p. 310-311). L’évaluation des biens meubles est une source de problèmes pour les autorités compétentes (Baratier 1972, p. 11 et Rigaudière 1989, p. 44 et 55).

13 ADAHP EDep 160/10, il est daté de manière erronée de 1404 dans l’inventaire des archives (Poppe 1980, p. 15-16).

14 Coulet 1973, p. 97.

15 Ces pourcentages forment la portion du village la plus souvent retenue pour délimiter une élite foncière paysanne. Il m’est pour l’instant difficile de définir un seuil moins théorique (Jessenne – Menant 2007, p. 17).

16 ADAHP EDep 160/7 – 1, fol. 1r.

17 ADHAP 2E15071, fol. 61v-68r.

18 Smith 1984b, p. 9-13. Il n’y a pas, à ma connaissance, d’études provençales portant sur les liens entre fortunes et cycles de vie.

19 Il est syndic en 1402. ADAHP 2E15070, fol. 10v.

20 ADAHP 2E15106, fol. 44r à 49r. Au total, il vend les droits de propriété de 54 biens fonciers pour un total dépassant légèrement les 75 florins de 16 sous. En comparaison, les ventes et baux en acapte conservés lui ont rapporté 183 florins. Même sans connaître le mode de calcul du montant d’allivrement, il semble que ces ventes ne représentent qu’une part des cessions réalisées par Elziarus Grassi au début du XVe siècle.

21 Je n’ai cependant pas trouvé sa trace lors de sondages relativement exhaustifs dans les registres notariés de Manosque et d’Apt.

22 ADAHP 2E15103, fol. 40v. Entre 1412 et 1420, Bertrandus Danidi acquiert des biens fonciers pour une valeur totale de 128 florins de 16 sous.

23 ADAHP 2E15078, fol. 1r, 2E15103, fol. 96v-97v et 2E15077, fol. 54v.

24 L’impact des partitions d’exploitations pour expliquer une grande part de la mobilité sociale descendante et ses effets différents selon la taille des exploitations ont déjà été souligné, notamment par Smith (Smith 1984a, p. 193).

25 Coulet – Stouff 1987, p. 51-55. Plus largement, cette notion apparaît fréquemment pour décrire les élites rurales méditerranéennes, par exemple Pinto 2007, p. 102.

26 ADBDR B 328 : Statuts du bailliage de Sisteron, 1237, article V.

27 ADAHP 2E15057, fol. 39r. Cet acte n’est pas isolé. Sur 49 actes de facheries ou de location impliquant des parcelles, six preneurs ont une activité non-agricole mentionnée explicitement.

28 On rejoint ici la remarque de Catherine Verna selon laquelle la désignation est avant tout sociale, politique mais non économique (Verna 2008, p. 53). Ce décalage est plus important pour les individus aux activités les plus diversifiées.

29 ADAHP 2E15067, fol. 84r.

30 Louis Stouff constate la même tendance en milieu urbain à Arles (Stouff 1986, p. 282). Selon Thérèse Sclafert, à la fin du XIVe siècle, dans un contexte de repeuplement lent, l’élevage apparaît comme un moyen bien plus efficace que la terre pour améliorer une situation économique (Sclafert 1959, p. 92). Il est difficile de vérifier ou de nuancer ce propos de façon assurée.

31 ADAHP 2E15045, fol. 16v.

32 ADAHP 2E15077b, fol. 93r. Sur le rôle du mariage dans l’intégration à une communauté, il faut savoir s’il s’agit d’un moyen de promotion sociale ou du résultat d’un processus déjà amorcé (Dolan 1985, p. 401-411 et Dutour 1998, p. 458-462.

33 ADAHP 2E15078, fol. 1r.

34 Jessenne – Menant 2007, p. 18‑19.

35 Ces différences de profils rejoignent celles observées dans le Comtat. Zerner 1994, p. 51.

36 Coulet – Stouff 1987, p. 41-45.

37 Cette évolution serait comparable à celle observée autour de l’étang de Berre. Grava 1984. Dans ce cas, l’émergence et la structuration d’une « bourgeoisie de village » s’accompagne d’un resserrement de la participation aux institutions villageoises autour d’une élite dans un contexte de recomposition foncière et d’absentéisme seigneurial. Ce constat étant récurrent (Coulet – Stouff 1976, p. 73-74), il faudrait développer une vraie méthode comparatiste pour une vraie mesure de cette fermeture.

38 ADAHP 2E15070, fol. 10v.

39 Reillanne est donc un exemple de société « post-seigneuriale » pour reprendre la typologie de François Menant (Jessenne – Menant 2007, p. 33).

40 L’importance de ce point pour les petites bourgades de Haute-Provence a été mise en lumière par Jean-Luc Bonnaud notamment dans Bonnaud 2005, p. 233-238.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation de Reillanne en Provence.
Titre Graphique 1 - Répartition des montants d’allivrement par tranches fixes.
Titre Graphique 2 - Répartition des montants d’allivrement : courbes de Lorenz.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Mery, « Évolution des fortunes et mobilité sociale à Reillanne en Haute-Provence (fin XIVe-début XVsiècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/979 ; DOI : 10.4000/mefrm.979

Haut de page

Auteur

Olivier Mery

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 113, UMR 8589/LAMOP – olivmery[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org