Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Gouvernement local et mobilité sociale

Le service public, critère de distinction des élites

Italie méridionale de tradition byzantine et lombarde, Xe-XIIIe siècle
Jean-Marie Martin

Résumés

Les préceptes d'immunité faits par les princes lombards attestent le maintien, jusqu'à la fin du Xe siècle, d'un système de taxes et de services publics — notamment militaires — parfois théoriquement indexés sur la fortune. À la fin du Xe et au XIe siècle, le service militaire à cheval, privatisé, permet de distinguer plus nettement des élites rurales. Il est probable que les simples chevaliers et les servientes de l'époque normande continuent cette tradition. Dans la Pouille byzantine, plusieurs types de services militaires, qui paraissent supposer une certaine fortune, sont imposés par l'État. En Calabre, c'est la défense maritime qui est privilégiée : l'État recrute des marins, impose des corvées de transport de bois pour la marine et des services de garde des côtes, qui laissent des traces jusqu'aux XIIe et XIIIe siècles.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Astolf, 2 et 3, éd. Azzara – Gasparri 1992, p. 250 ; voir Bertolini 1968, en particulier p. 506-507 (...)
  • 2 Tabacco 1966.
  • 3 Voir Rippe 2003, p. 161-194.

1L'un des moyens dont dispose l'historien du haut Moyen Âge pour cerner les élites rurales est l'étude de l'image, extérieure, mais fondée sur des critères à la fois juridiques et économiques édictés par l'État (ou, parfois, par des organismes privés) lorsqu'il se préoccupe d'exiger des contributions ou des services. Certes, on sait qu'en Occident la plus grande partie des prestations directes a disparu autour du VIIe siècle. Pas toutes cependant. Sont restées, apparemment, en vigueur des corvées publiques, notamment à but militaire. Or les services militaires constituent un bon discriminant social, puisque l'équipement nécessaire à son accomplissement – variable selon les prestations demandées – suppose généralement un minimum de fortune, notamment de fortune foncière. On connaît les barèmes institués à cet effet par le roi lombard Astolf et plus tard par Charlemagne1 ; il semble qu'ensuite les bouleversements politiques de l'Occident post-carolingien aient fait tomber ces prescriptions en désuétude, ou les aient transformées : ainsi pour les « liberi del re » étudiés par Giovanni Tabacco dans le royaume d'Italie2, qui continuent à former une élite rurale définie par des obligations spécifiques3. Mais, même si la guerre n'a pas pour acteurs exclusifs les chevaliers, la prééminence de ces derniers tend souvent à occulter les bases du recrutement des autres acteurs de la guerre et des services annexes.

  • 4 Voir en dernier lieu Patlagean 2007. Voir aussi Lefort et al. 1991.
  • 5 Trojanos 1969.
  • 6 Patlagean 2007, p. 205-207.

2Dans l'Empire byzantin, qui conserve jusqu'à la fin de son existence un système d'imposition directe fondé sur la quantité et la qualité des possessions4, des prestations de services sont également requises : ainsi, par exemple, la kastroktisia, attestée à la fin du Xe siècle, qui permet la construction et l'entretien des fortifications, publiques par définition5. En outre, l'immunité dispense certains biens de toute prestation autre que l'impôt de base à condition de fournir un combattant (ou de quoi entretenir un combattant) : ces stratiôtika ktèmata se mettent en place entre le VIIe et le Xe siècle6. Certes, il ne semble pas qu'on puisse faire des détenteurs de tels biens les seuls membres d'une élite rurale ; mais ils en sont sans aucun doute une composante importante.

  • 7 Erchemperti Historia Langobardorum Beneventanorum, § 45.

3Remarquons encore que tous les services militaires ne supposent pas une fortune considérable, ni même moyenne : si ceux qui doivent s'équiper pour la guerre (ou fournir l'équipement à un autre), même de façon sommaire, doivent être raisonnablement riches, en revanche n'importe qui peut, a priori, être requis pour des travaux de simple manœuvre ; ainsi la kastroktisia déjà citée n'a aucune raison de porter exclusivement, ni même principalement, sur des personnes riches. De même, du côté occidental, à la fin du IXe siècle, Erchempert raconte que, dans l'armée envoyée par Landon de Capoue à Calvi pour y ériger une fortification, les nobiles sont prêts à se battre, pendant que le vulgus s'occupe de la construction7.

Cadre général

  • 8 Conti 1976-1978.
  • 9 Sur la Calabre, voir Noyé 1998, p. 91-92.
  • 10 Ganshof 1958. Ganshof 1965.
  • 11 Voir Martin 2005, p. 47-58.

4Si j'ai choisi ce mode d'approche, indirect et institutionnel, pour aborder le thème de cette rencontre dans l'Italie méridionale des Xe-XIIIe siècles, c'est d'abord que les faits institutionnels comptent parmi les plus clairement apparents dans la documentation. C'est aussi parce que cette région a été partagée, du VIe au XIe siècle, de façon variable, entre Occident et Orient chrétiens. Après la conquête lombarde, menée à partir de Bénévent sans doute par des auxiliaires lombards de l'armée byzantine8, du dernier tiers du VIe au dernier tiers du VIIe siècle et qui occupe la majeure partie de la région, seules restent dans l'Empire d'une part la petite région napolitaine, dotée d'un duc à la fin du VIe siècle et qui éclate en trois duchés (Naples, Amalfi et Gaète) au IXe après être sortie en fait de l'Empire, d'autre part les extrémités des deux presqu'îles méridionales. À la fin du IXe siècle, l'Empire conquiert la Pouille lombarde (et la Basilicate) et rétablit son autorité sur toute la Calabre9 ; ces régions deviennent deux thèmes (Langobardie, puis Italie, et Calabre) directement administrés depuis Constantinople. Quant au duc lombard de Bénévent, il refuse en 774 de reconnaître Charlemagne comme roi des Lombards et prend le titre souverain de prince ; la principauté se divise en deux en 849, en trois en 981. Ces petits États, indépendants même s'ils passent tantôt sous l'influence franque (règne de Louis II, époque ottonienne), tantôt sous celle de Byzance (autour de 900), sont de type occidental, mais n'ont jamais connu la remise en ordre que Charlemagne a imposée au royaume de Pavie ; ils ont donc conservé, par rapport à l'Italie franque, quelques archaïsmes. En particulier, la vieille institution de l'immunité – qui remonte au Bas-Empire et s'est conservée sous une forme semblable à Byzance – n'a pas connu dans les principautés lombardes la transformation radicale entérinée par les Carolingiens ; alors que l'immunité franque10, tenant compte de la disparition pratique de l'impôt direct, ne porte que sur la justice et, accessoirement, les réquisitions de service public, c'est d'abord à ces dernières que continue de s'intéresser l'immunité bénéventaine11 ; il n'est donc pas impossible qu'elles aient eu une destinée plus longue ici que dans le nord de l'Italie.

  • 12 Je laisse de côté les duchés tyrrhéniens (dont l'évolution dans ce domaine est proche de celle des (...)
  • 13 Voir Martin 1980.

5Il n'empêche que le système institutionnel des principautés lombardes et celui des thèmes byzantins, qui suit le modèle impérial des IXe-XIe siècles, en dépit d'une lointaine origine commune, sont passablement différents l'un de l'autre12. En outre, celui des principautés lombardes, dans lesquelles le pouvoir se décentralise rapidement dans la seconde moitié du Xe siècle13, paraît subir une évolution plus rapide et plus radicale que celui des thèmes byzantins.

6Enfin les Normands, qui conquièrent le pays pendant le second tiers du XIe siècle, s'ils introduisent des nouveautés essentielles dans le domaine de la guerre (châteaux, seigneurie, vassalité et chevalerie), ne se débarrassent pas des vieilles institutions, que la monarchie centralisatrice du XIIe siècle récupère à son profit.

  • 14 Martin 2006, p. 547-553.
  • 15 Le brébion de Règion 1974.
  • 16 Martin 2001, p. 498-511.

7Les divergences institutionnelles qu'on vient de rappeler sont loin de rendre compte à elles seules des différences sociales profondes séparant les régions qui finissent par former au XIIe siècle le royaume de Sicile. On a en particulier déjà montré14 que les deux thèmes de Langobardie/Italie et de Calabre abritaient des sociétés différentes non seulement par la langue, le droit et le rite religieux (Lombards latinisés d'un côté, Grecs de l'autre), mais aussi par leur structure même. En Pouille, la conquête byzantine de la fin du IXe siècle semble avoir fait disparaître (sans le chercher) toute aristocratie et toute grande propriété ; la société y est, sinon égalitaire, du moins composée en majeure partie de petits et moyens propriétaires libres ; à l'époque normande, toute l'aristocratie seigneuriale y est constituée de Français. La société calabraise, à la fin de l'époque byzantine, est beaucoup plus différenciée : le brébion de la métropole de Reggio15 fournit l'exemple d'une cathédrale qui, par son propre temporel et à travers les monastères qui dépendent d'elle, contrôle des bien-fonds extrêmement étendus, notamment 281 proasteia (domaines) et sept communes exemptes. La seigneurie normande, fondée sur le contrôle de la terre et des paysans dépendants (villani), semble prolonger la grande propriété d'époque byzantine et ses parèques16 ; mais tous les paysans ne sont pas des parèques : la commune rurale (chôrion), normalement constituée de paysans propriétaires, même si elle est en partie investie par les puissants, paraît exister. On trouverait sans doute de semblables exemples de structures sociales différentes dans les diverses régions des principautés lombardes.

  • 17 Voir en dernier lieu Martin 2009.

8Dernière précision nécessaire avant d'aborder vraiment le sujet : l'adjectif « rural » ne peut avoir, en Italie méridionale, le sens précis qu'on lui donne dans les régions où villes et campagnes sont nettement distinctes non seulement par leur statut (c'est ici le cas), mais encore par leur population et leurs activités. Car l'Italie méridionale du haut Moyen Âge compte très peu de villes se distinguant, de ces points de vue, des autres habitats. Le réseau urbain, déjà dans l'Antiquité largement composé de petites cités, a disparu pendant la crise des VIe-VIIe siècles avant d'être reconstitué entre le VIIIe et le XIIe. Toutefois, les nouvelles « cités », fondées ou choisies parmi les habitats déjà existants, ne se distinguent que du point de vue institutionnel : elles abritent un évêque et, en territoire byzantin, des fonctionnaires impériaux17. Mais partout, on rencontre par exemple des notaires à la campagne aussi bien qu'en ville. Il existe aussi, bien évidemment, un clergé rural (quel que soit le statut canonique des églises) ; les notaires sont d'ailleurs issus du clergé en pays latin jusqu'au XIIe siècle, en pays grec jusqu'au XIIIe. Ces deux catégories, de nature institutionnelle, constituent, en ville comme à la campagne, des élites, à la fois par leur nombre restreint, leur qualification particulière et les pouvoirs institutionnels dont ils disposent ; on peut même supposer que, à la campagne, leurs revenus sont supérieurs à la moyenne, mais c'est une simple conséquence de leur statut.

9À l'inverse, il semble bien que la fortune personnelle puisse permettre d'être distingué par la puissance publique, c'est-à-dire, le plus souvent, d'être taxé par elle de façon particulière. C'est ainsi l'État (ou parfois un substitut) qui reconnaît l'existence d'une élite, profite de sa richesse et, à l'inverse, peut lui conférer des avantages, voire un statut particulier. Mais, évidemment, les modalités de la distinction sont passablement différentes selon qu'on examine les régions de tradition politique occidentale ou byzantine. Commençons par l'Occident, où les choses sont moins nettes.

Les principautés lombardes

  • 18 Gallo 1937, p. 73, n° 4 (P. 101, V. 179).
  • 19 Poupardin 1907, n° XVII (P. 167, 994), XVIII (P. 147, V. 187, 1010) en faveur d'un gastald. Formule (...)

10Le principe selon lequel tout homme libre doit un service à l'État est rappelé jusqu'au XIe siècle, notamment dans des préceptes d'immunité : si ce dernier terme n'est pas employé, c'est bien de cela qu'il s'agit, puisque, le plus souvent, les services dus à l'État par les hommes libres vivant sur les terres de certaines églises sont abandonnés par l'État à ces églises. Ainsi, en 96118, le prince Paldolf Tête-de-Fer concède au Mont-Cassin et à l'abbé Aligern census et dationes seu angarias et alium servitium que parti nostre publice facere seu persolvere debebit Lupelchis… vel heredes eiusdem. De tels exemples sont assez nombreux19.

  • 20 CSS III, 42 (P. 134, V. 175, 979). IS2 VIII, c. 56 (V. *93, 953, Salerne), c. 54-55 (P. 148, V. *18 (...)
  • 21 Martin 2005, p. 43.
  • 22 Voir RNAM n° 210 (P. 163, V *205, 988, pour S. Lorenzo de Capoue) : sint liberi ab omni data vel co (...)
  • 23 IS2 VIII, c. 67-68 (P. 136, V. *178).

11Les hommes dont les prestations et services publics sont ainsi transférés à une église ou à un particulier sont dits defensi20 (à Naples, où le régime d'immunité est semblable, on les appelle defisi)21. Il n'est pas exclu que des prestations soient exigées en monnaie22. En tout cas, l'État exige des corvées (angarie), liées par exemple à la construction de fortifications : ainsi, en 98023, Paldolf Tête-de-Fer donne au monastère bénéventain des Saints-Lupulus-et-Zosime le droit de faire un castellum à Ponte (BN) : les habitants feront au monastère les services dus à la respublica.

  • 24 CSS I, 39 (P. 108, V. 152, 961) : liberos homines qui res proprias non habent et in rebus monasteri (...)

12Un certain nombre d'actes permettent en tout cas de constater qu'une partie des services ou impôts dus sont proportionnels à la fortune du contribuable. À l'époque de Paldolf Tête-de-Fer surtout, un certain nombre de transferts de services de l'État à une église concernent explicitement, à l'exclusion de tous autres, les hommes (libres) installés sur les terres de l'église et n'ayant pas par ailleurs de biens propres24.

  • 25 Poupardin 1907, n° XIX (P. 171, V. *212).

13Surtout, quelques textes, curieusement tardifs (mais ils ont précisément pour but d'annuler les redevances publiques) semblent lier plus précisément celles-ci à l'importance de la propriété foncière. En 101525, le prince de Capoue Paldolf III exempte deux frères (laïques) de Capoue, anciens famuli d'un comte libérés par celui-ci, de toutes les prestations publiques qu'il devaient en raison de leurs biens et de leurs terres (pro ipsis rebus et terris que illi modo possedunt et parate habunt) et qu'ils pourraient acquérir par la suite ; l'acte énumère les services dont ils sont exemptés : de omnia servicia, videlicet de angarias et vigilias civitatis et muros vel turres custodiendum, hostem quoque et data publica et de alia omnia servicia. On remarque que ceux qui sont le plus précisément décrits sont militaires. En outre, si l'angaria n'a aucune raison de ne peser que sur les riches, les obligations plus proprement militaires – garde des murailles et surtout participation à l'ost – requièrent probablement un niveau minimum de fortune.

  • 26 CDC n° 1275 (V. *118).

14Dans la principauté de Salerne, en 105826, le prince Gisulf II concède à l'abbaye de Cava omnia tributa, pensiones, angarias et perangarias, tam pro terris quas tenent infra fines inferius distinctas quam pro personis eorum, atque salutes quas nostre camere sive pro terris quas laborant iuxta ritum regionis vel dominii ratione pro quolibet foculari dare et persolvere debuerint versés par les hommes qui habitent les terres du monastère. Le service militaire n'est pas ici explicitement mentionné (il n'est pas non plus exclu) ; sont en revanche citées des redevances coutumières, sans doute en nature (salutes), dues à la camera princière ; ces prestations sont théoriquement calculées en fonction de la fortune, mais semblent peser sur tous les foyers. Il semble bien en fait qu'à cette époque tardive les redevances coutumières, semblables aux cens domaniaux, constituent le dernier reste d'une fiscalité directe, que l'acte fait d'ailleurs disparaître en en concédant le profit au monastère.

  • 27 Martin 2005, p. 43-47.
  • 28 Ludovici II. diplomata 1994, n° 54 ; voir Martin 2005, p. 54-55.

15Mais revenons aux prestations et services d'ordre militaire. Ils sont évidemment très anciens et remontent probablement à la toute première époque lombarde. Certes, avant le Xe siècle, ils sont mal connus, ne faisant que rarement l'objet d'exemptions27. Toutefois, en 87128, l'empereur Louis II, dans un diplôme respectant la notion bénéventaine de l'immunité, confirme à l'église de Monte Sant'Angelo et à l'évêque de Bénévent (qui occupe aussi le siège de Siponto) le castellum de Monte Sant'Angelo, sans doute édifié quelques décennies plus tôt ; tout en préservant explicitement leur liberté personnelle, il place les habitants – qualifiés de gastaldiani, c'est-à-dire d'hommes ayant un rapport direct à la puissance publique, localement représentée par un gastald – sub defensione ipsius ecclesiæ. Aucun agent public ne pourra les forcer à pensionem aut censum aut xenia dare aut quamcumque angariam facere aut in exercitum ire : ces prestations sont concédées à l'évêque de Bénévent. L'acte revient plus précisément sur le service militaire : et pro ipsa defensione, quando coguntur a gastaldio vel quolibet actionario publico ire in exercitum, sint in oboedientia ipsius sancti oratorii ad restaurandum et cooperandum ; le service d'ost est ainsi converti en travaux d'entretien de l'église, et sans doute des murailles qui la protègent.

  • 29 Gallo 1937, n° 3, p. 71-72 (V. 177).
  • 30 Voir Martin 2005, p. 63.

16L'importance durable du service d'ost est attestée par un précepte fait par Paldolf Tête-de-Fer en 98029. Le prince concède à son « fidelis » Agelmundus f. qd. Adi des terres du palais sises près de Suessa [Sessa Aurunca (CE)] et exempte de service public (ut nullum servicium faciant in parti nostre publice) lui‑même, ses enfants et les hommes libres non propriétaires vivant sur ses terres, excepto quod non concedimus vobis et at filios vestros ostes, quem semper facere deveatis. Il est en fait probable que ce fidelis du prince faisait partie de l'aristocratie, qui acquiert alors le quasi-monopole du service militaire en campagne, à cheval30.

  • 31 Gattola 1734, p. 96 (P. 16, V. *34).
  • 32 RNAM n° 210 (P. 163, V. 203).
  • 33 Poupardin 1907, n° XIX (P 171, V. *212, 1015).
  • 34 CDV n°47 (V. *224).

17Un certain nombre d'actes, surtout encore de la seconde moitié du Xe siècle, donnent quelques détails sur les services militaires qui peuvent être demandés à la population. Celui qui semble le plus simple – mais nécessite peut-être un équipement – est la garde des fortifications. Il est attesté dès le début du IXe siècle : en 81031, le prince Grimoald IV exempte, entre autres, de la vigilia civitatis les hommes habitant sur les terres du monastère de S. Maria in Cingla (près d'Ailano, CE). Ensuite, les vigiliæ civitatis sont citées dans un précepte d'immunité adressé par la princesse Aloara et le prince Landénolf à S. Lorenzo de Capoue en 98832, dans un précepte déjà cité33 et dans un acte de 1041 dont on parlera plus loin34.

  • 35 Gattola 1734, p. 55-56 (Landolf II, 952, P. 97, V. *144) : per nullum modum tollant aut querant tol (...)
  • 36 Ibid., p. 61-62 (P. 109, V. *154).

18Viennent ensuite les réquisitions de chariots et de bœufs de trait, citées dans des préceptes de la seconde moitié du Xe siècle concernant le Mont-Cassin35 ; un acte de 96336 exige même qu'on ne prenne pas à l'abbaye bobes aut carrum seu caballum, élargissant assez considérablement, en citant le cheval, l'éventail des réquisitions, auxquelles ne sont, évidemment, soumises (sauf immunité) que ceux qui possèdent de tels biens : caballus désigne normalement le cheval de monte, objet relativement luxueux, le terme de iumentum s'appliquant aux chevaux de trait ou de bât.

  • 37 RNAM n° 180 (P. 133, V. *174).
  • 38 CDV n° 47 (V. *224).
  • 39 Gattola 1734, p. 55-56 (P. 97, V. *144, 962), 61‑62 (P. 109, V. *154, 963). RNAM n° 213 (P. 164, V. (...)
  • 40 Martin 1980.
  • 41 Martin 2005, p. 63.
  • 42 Ibid., p. 43.

19Deux autres actes (au moins) évoquent la réquisition de chevaux. En 97937, Paldolf Tête-de-Fer exempte le monastère de S. Maria de Spelunca, situé en territoire napolitain sur les pentes du Vésuve, pour ses biens sis en territoire bénéventain et les habitants de ceux-ci, de omnes censum vel dationes seu angarias vel servitium et portaticum vel pensiones et caballum sibe qualiscumque servitium au bénéfice de la respublica ou des gastalds. En 104138, Guaimar IV (de Salerne, mais en tant que prince de Capoue) concède au comte du palais (de Capoue) Grimoald un certain nombre de juifs (une douzaine d'hommes) avec leurs biens et leurs scole hebraice (synagogue ?) ut omnia servitia et inoperationes, censora et dationes, cavallos et data et portaticum et plateaticum et vigilias cibitatis qu'ils devaient à l'État passent au comte. Certes, les juifs de Capoue ne peuvent pas être rangés dans les élites rurales ; mais les autres cas cités ne sont pas urbains, et l'ensemble de ces références me semble prouver que certains services militaires continuent, en tout cas jusqu'au tournant des xe et xie siècles, d'être dus à raison de la fortune, à la campagne comme en ville. Enfin, on continue d'évoquer le service d'ost, qui semble bien toujours être le service militaire en campagne, comme le suggère l'expression in ostes minare (mener en campagne). Le terme, bien connu dans le vocabulaire institutionnel carolingien, se rencontre comme les autres, dans la Longobardia minor, surtout pendant la seconde moitié du xe siècle39. Ce fait ne semble pas dû au hasard : outre que cette époque, qui voit notamment la renaissance du Mont-Cassin, est particulièrement bien documentée, elle correspond aussi au moment où le pouvoir politique se décentralise dans les principautés méridionales, qui repassent alors dans l'orbite occidentale40. Sur le plan militaire, évidemment lié de près au politique, on assiste à la décadence rapide des vieilles pratiques de conscription et de réquisition : l'armée tend, comme dans tout l'Occident (et aussi à Byzance), à se réduire à de petites troupes de cavaliers lourds41. À la même époque, une évolution semblable affecte la militia napolitaine, d'origine exarchale42.

20En dépit du caractère négatif de la documentation, faite d'une accumulation d'immunités, il faut toutefois bien penser que, encore à la fin du Xe siècle et même au début du XIe, on trouvait dans les principautés – et surtout à la campagne, les cités étant rares dans ces territoires et, mises à part les trois capitales, de taille trop restreinte pour pouvoir vraiment être qualifiées d'urbaines – des élites, de différents niveaux sans doute, capables de participer à la guerre publique grâce à la possession de bœufs, de chariots, d'un cheval, d'un équipement personnel même minime.

21L'affaiblissement de la respublica et même l'évolution de l'armée vers de petits corps d'élite spécialisés ne les a évidemment pas fait disparaître, en cette époque de croissance économique. On a d'ailleurs la preuve que des seigneurs monastiques ont, précisément à ce moment, repris à leur compte empiriquement, sur un plan privé, la distinction de fortune qui était autrefois celle des soldats publics.

  • 43 Voir Pratesi 1985.
  • 44 Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni 1925-1940, n° 95 (II, p. 71-73) ; 134 (II, p. 194-196) ; (...)
  • 45 Voir l'article classique de Del Treppo 1955 ; voir aussi Wickham 1985.

22Six actes copiés dans le Chronicon Vulturnense (cartulaire de l'importante abbaye de S. Vincenzo al Volturno, commencé entre 1119 et 112443), respectivement datés de janvier 950, février 976, juillet 982, juillet 985, mars 989 et 1011-104544, l'attestent. Les choses se passent, sans aucun doute, en milieu rural : la plupart de ces actes sont des « livelli » collectifs visant à peupler et à mettre en culture des territoires de l'abbaye en y créant de nouveaux habitats45. Le premier est conclu par l'abbé Léon avec quatorze hommes (dont un prêtre et un clerc) qu'il installe près de l'église de S. Maria Oliveto (commune de Pozzilli, IS), au territoire de Venafro ; le second lie l'abbé Paul à cinq hommes (dont certains viennent du territoire abruzzais voisin de Valva), installés au territoire de Prata ; dans le troisième, l'abbé Jean installe à Scapoli (IS) au moins dix hommes (dont deux magistri) ; par le quatrième, l'abbé Roffrid concède à six hommes des terres à Baccaricia ; par le cinquième, l'abbé Pierre installe à Cerro al Volturno (IS) au moins dix-sept hommes, dont un prêtre et un fils de clerc. Le dernier (le plus récent) est un accord conclu par l'abbé Hilaire avec trente-deux hommes déjà installés à Forlì del Sannio (IS) : le plus grand nombre de personnes impliquées indique sans doute que l'établissement a déjà connu une certaine croissance.

23Ces actes (les « livelli » comme l'accord) concèdent évidemment des droits et, en échange, fixent des obligations, c'est-à-dire des redevances, qui sont énumérées. Mais le document le plus ancien ajoute : Si unus ex vobis voluerit habere cavallum et nobis servire, debeatis nobis servire cum suprascripto cavallo, et de omnia suprascripta [les redevances exigées des autres] nobis ille homo, qui talia nobis compleverit, de dandum nobis solutus maneat predictum terraticum. Les autres actes emploient des formules semblables. Le troisième précise que le servicium ad cavallum devra être effectué ubi vos scire fecerit predicti nostri monasterii.

24Ainsi, au sein des tout petits groupes d'habitants qui colonisent les nouveaux établissements, au sein desquels, on l'a vu, les distinctions sociales sont faibles (quelques prêtres, clercs, magistri), on pense qu'il peut se constituer une élite (évidemment restreinte), fondée sur la possession d'un cheval (de monte), grâce auquel ses membres fourniront au monastère un service spécifique qui les dispensera des prestations agricoles. Rien ne dit que ce service doive être militaire : il peut l'être, comme il peut consister en une espèce de cursus publicus privatisé.

  • 46 Fabiani 1968, I, p. 421-422.

25Deux documents célèbres, concernant le Mont-Cassin, postérieurs d'un siècle environ à la majorité de ceux de S. Vincenzo al Volturno, contiennent des dispositions assez semblables. Le premier est le privilège concédé en 106146 par l'abbé Desiderius aux habitants de Traetto [Minturno, LT] – qui, à vrai dire, est une toute petite ville, capitale d'un comté rattaché au duché tyrrhénien de Gaète, dont le Mont-Cassin possède un quart à la suite d'une offrande comtale. Comme ses confrères de S. Vincenzo, Desiderius laisse à une élite la possibilité de se dégager et de s'officialiser, sur la même base : Quicumque autem ex vobis cum æquo suo nobis servire voluerit, nullum alium ei servicium imponemus, non terraticum nec laudaticum nec aliquam dacionem ab eo requerimus, excepto pro parietibus istius civitatis et subiectis castellis construendis et reædificandis. Le service à cheval, qui, à cette époque, a toutes chances d'être avant tout militaire, ne dispense donc pas de la corvée publique (déjà évoquée par Erchempert près de deux siècles plus tôt) équivalente de la kastroktisia byzantine.

  • 47 Ibid., p. 422-424.

26Dix-huit ans plus tard47, le même abbé donne des coutumes à Suio (commune de Castelforte, LT), un simple castrum sis dans la même région. Si les habitants sont généralement redevables de trois corvées par an, qualibuscumque hominibus de iam dicto castro Suio servire voluerint cum æquis et armis, serviat nobis et nostris successoribus ; ils auront en outre droit au restor. On voit que le service à cheval (cum æquis et armis) est ici strictement militaire et que ceux qui le pratiqueront, véritables chevaliers, ne semblent rien devoir d'autre. Mais nous sommes à l'époque où les Normands ont déjà conquis pratiquement tout le territoire méridional (seul le duché de Naples résiste encore) et imposé le système seigneurial, assorti des obligations féodo-vassaliques (bien attestées dans la principauté normande de Capoue, conquise par le groupe normand d'Aversa). Le service militaire à cheval est désormais le critère essentiel de la distinction sociale.

  • 48 Voir Martin 1993, p. 749-762.
  • 49 Voir ibid., p. 301-324 pour la Pouille. Martin 2001, p. 498-511 pour la Calabre. Martin 1999, p. 22 (...)
  • 50 Catalogus baronum.
  • 51 Cuozzo 1989, p. 53-62.
  • 52 Ibid., p. 59.

27Si les institutions féodo-vassaliques se sont très inégalement implantées dans le Midi48 et si la seigneurie revêt des formes structurellement différentes selon les régions49, la classe des milites, qui doivent au roi un service militaire, évidemment à cheval, est, au xiie siècle, considérée de façon uniforme dans tout le royaume par l'administration royale. Le document le plus explicite à ce sujet est le Catalogus baronum50, compilé en 1150, remanié en 1167 et 1168. Mais celui-ci n'énumère (et pour les seules régions situées au nord de la Calabre) que les titulaires de feuda quaternata, de fiefs enregistrés dont le tenancier (qui a le titre de baron) dispose de certains droits d'origine publique (essentiellement les taxes sur le commerce de détail – plateaticum – et sur l'incultum, ainsi que les droits de basse justice). Des simples milites qui ne disposent pas de tels avantages, on ne sait pas grand chose. Errico Cuozzo51 a tenté de définir les contours des différents groupes qui, selon lui, composaient la base de la classe chevaleresque : il y voit en particulier des propriétaires d'hereditagium ou de villains, fournissant des exemples pour diverses localités de l'actuelle province de Salerne (Eboli, Campagna, Nocera Inferiore)52, ainsi que des stipendiarii, milites non chasés entretenus par un baron ou une église.

  • 53 Ibid., p. 93-101.
  • 54 La distinction des hommes qui doivent des corvées au seigneur selon l'importance de leur train de c (...)

28Ajoutons à ce groupe, sans doute assez bien délimité par les soins de l'administration royale, celui des servientes, qui pouvaient être en particulier des cavaliers légèrement équipés53. L'un et l'autre groupe semblent pouvoir correspondre à ceux qu'on a trouvés au Xe siècle dans les documents de S. Vincenzo et au XIe dans ceux du Mont-Cassin. Ils constituent, sans aucun doute, la fraction supérieure d'une élite rurale distinguée par son niveau de vie, mais aussi, officiellement, par l'autorité souveraine reconstituée, qui leur assigne des obligations spécifiques54.

  • 55 Trojanos 1969 ; Martin 1993, p. 259.
  • 56 H.-B., II-1, p. 364.
  • 57 D’Itollo 1989, n° 4 (p. 22) : in edificatione vel restauratione murorum sive civitatis alicuius siv (...)
  • 58 Il registro della cancelleria 2002, n° 50.
  • 59 Ibid., n° 864.
  • 60 Pratesi 1958, n° 171.
  • 61 Sthamer 1914 [1997], p. 94-122.

29En dépit des transformations introduites au XIe siècle par le régime seigneurial normand et de l'évolution des techniques militaires, il me semble que, dans les régions sud-italiennes rattachées politiquement à l'Occident pendant le haut Moyen Âge, il y a une certaine continuité dans cette double action de l'État (un moment relayée toutefois, à la fin du Xe et au XIe siècle, par des pouvoirs privés) qui exige, notamment dans le domaine militaire, des services plus ou moins proportionnés à la fortune et donne des droits particuliers à ceux qui les prêtent. D'autres services, en revanche, peuvent frapper n'importe qui : ainsi la construction et l'entretien des forteresses, qui est d'autre part, on l'a dit, bien attestée aussi en territoire byzantin55. Ce type de corvée semble avoir continué à l'époque normande, du moins dans les territoires autrefois byzantins : le duc Roger Borsa (1085-1111)56 exempte la cathédrale de Rossano de la muratio castelli ; en 1195, Henri VI fait de même en faveur des hommes du monastère de S. Stefano de Monopoli57. C'est sous le règne de Frédéric II que cette pratique est systématiquement reprise à l'échelle du royaume (du moins au nord de la Calabre) : en 1239, une enquête vise à établir qui doit concourir à l'entretien de la « rocca » de Mondragone (CE)58 ; en 1240, une autre vise le château de Policoro (MT)59 ; la même année, on cherche à savoir si le monastère de S. Angelo de Frigilo (dans le nord de la Calabre) doit participer à l'entretien du château de Santa Severina (KR)60 ; enfin, à la fin du règne, est publié le statut général de réparation des châteaux61.

Les thèmes byzantins

  • 62 Martin 1993, p. 711-713.

30Cela nous mène aux territoires restés sous domination byzantine du VIe (Calabre méridionale) ou du IXe (Langobardie/Italie, Calabre du Nord) au XIe siècle, qui ont connu le régime des thèmes et son évolution. L'État byzantin dispose de moyens plus nombreux et plus visibles pour apprécier et distinguer la fortune de ses sujets : le dèmosios révise périodiquement le cadastre et lève l'impôt foncier de base par foyer (kapnikon) ainsi que les prestations surnuméraires, assez bien connues en Pouille grâce aux actes d'immunité62.

  • 63 Martin 2006, p. 519-528.
  • 64 Ibid., p. 529-547.
  • 65 CDB I, n° 11.
  • 66 CDB III, n° 3.

31Le plus souvent, les « élites » de la fortune, du pouvoir, de la dignité sont urbaines ; mais pas toujours, d'autant que la notion de cité n'est pas toujours évidente dans un pays en pleine reconstruction, où les nouvelles cités naissent (et même parfois meurent ou s'étiolent) ; dans les régions les plus reculées, notamment dans la future Basilicate, les autorités créent des kastellia, petits centres administratifs qui n'ont pas la taille d'une vraie ville et qui abritent rarement un siège épiscopal63. Seules les cités disposent, il est vrai, d'une administration régulière (gastalds, puis tourmarques et ek prosôpou)64 ; certains centres « ruraux » peuvent toutefois abriter des autorités judiciaires, d'autant que, dans la Pouille de droit lombard, la présence du juge aux contrats est nécessaire à la validité de toute transaction ; il est très probable que le iudex ordinatus (c'est-à-dire, semble-t-il, désigné ad hoc) qui siège à Casamassima (BA) en 102265, ou celui qu'on rencontre à Terlizzi (BA) en 103666 sont des notables locaux.

  • 67 Martin 1993, p. 699‑700.
  • 68 Lemerle 1967, réimpr. dans Lemerle 1978. Cheynet 1983, repris dans Cheynet 2006.
  • 69 CDB I, n° 4.
  • 70 CDB III, n° 8.

32On a déjà montré que, dans la future Terre de Bari, région la plus développée de la Langobardie, un grand nombre de notables avaient reçu des dignités impériales, parfois élevées (prôtospathaire), dont on se demande si elles n'ont pas été systématiquement distribuées pour rallier à l'Empire les élites locales67. Dans l'Empire, la dignité est à la fois une distinction et une source de revenus supplémentaires, grâce à la roga qu'elle rapporte68. La grande majorité des porteurs de dignités connus apparaissent en ville, mais on en rencontre aussi quelques-uns dans les mêmes agglomérations « rurales » qu'on vient d'évoquer : à Casamassima en 96269, c'est le spatharocandidat impérial Léon qui, en tant que juge (aux contrats), autorise une femme à participer à une transaction ; en 1068 est attesté le spatharocandidat et panthéote Gifo, de la petite cité de Giovinazzo (BA), mais propriétaire à Terlizzi70.

  • 71 Voir CDB III.
  • 72 La Théotokos de Hagia-Agathè 1972.
  • 73 Voir le livre d'A. Peters-Custot 2009a. Voir aussi von Falkenhausen – Amellotti 1962.

33Comme d'ailleurs en territoire lombard, un nombre sans doute important d'habitats « ruraux » abritent des notaires : ainsi, encore une fois, Terlizzi71 ; comme dans les cités, ils se recrutent alors dans le clergé (clercs sans autre précision, diacres, sous-diacres). Il semble en aller de même dans la Calabre grecque, du moins si on se réfère aux actes grecs d'époque normande, les seuls conservés (ceux de la Théotokos de Hagia Agathè, toutefois, semblent tous avoir été faits, à l'extrême fin de la domination byzantine, dans la petite cité épiscopale d'Oppido72). Les taboullarioi – équivalents des notaires latins – semblent se recruter ici parmi les prêtres ; le cumul des deux fonctions sur des hommes généralement mariés en fait sans doute les membres les plus typiques et peut-être les plus nombreux de l'élite villageoise gréco-calabraise ; ils ont été étudiés de près par Annick Peters-Custot73. Comme prêtres et comme notaires, ils accomplissent des services de type public.

  • 74 Voir Martin 2006, p. 540-543.
  • 75 Ibid., p. 537-540.

34Les armées byzantines ne sont techniquement pas bien différentes des armées occidentales ; leur recrutement obéit à des principes comparables, même s'ils sont plus sophistiqués et peut-être plus efficaces74. À vrai dire, les renseignements sur les armées byzantines en Italie ne sont pas nombreux. On voit arriver à la fin du Xe siècle des troupes des tagmata (armée centrale), au XIe des contingents venus des thèmes centraux et orientaux de l'Empire, ainsi que des mercenaires étrangers75 ; mais il y a eu aussi recrutement local.

  • 76 CDP XX, n° 22 (Conversano, 980). CDB IV, n° 13 (Bari, 1017). CDB VIII, n° 10 (Cannes, 1035).

35Passons rapidement sur la strateia, documentée à partir de 980. Les trois actes apuliens qui évoquent précisément des terres stratiôtiques76 montrent qu'elles appartiennent à des citadins (un homme de Monopoli à Conversano, des gens de Bari et de Cannes), même si ces biens sont en partie ruraux (certains de ceux du second acte sont situés dans les localités de Luciniano et de Maulo, cette dernière étant probablement le lieu où Charles Ier d'Anjou édifiera Mola di Bari) : on ne peut donc affirmer (même si c'est très probable) que l'institution touche les élites rurales.

  • 77 CDB IV, n° 21.
  • 78 De Leo 1940, n° 2.
  • 79 Lefort – Martin 1986.
  • 80 CDB VIII, n° 6 et 7.
  • 81 Bios kai politeia, § 70, p. 110. Sur les stratiôtai calabrais, voir Noyé 1998, p. 99 et 107.

36Citons encore deux actes conjoints de 103377. Dans le premier, Petrus clericus f. Iaquinti qui vocatus est Mortura, né dans le locus Padule, mais habitant la petite cité de Giovinazzo, offre à l'église Saint-Eustrate construite dans la cour du praitôrion de Bari la moitié de ses biens immobiliers, à la fois pour le salut de son âme et ad iubamentum meum in ipse serbitie que facio et sum solus ad faciendum ; en conséquence, le catépan d'Italie Michel fait un sigillion qui le libère de toute charge et service, ainsi que d'une redevance de deux nomismata (« pasès men épèreias kai paralogou eispraxéôs éleuthéroumen ton Petron, ta de duo nomismata to étèsion télos, ègoun to en tou [..]s[...] kai to hétéron tès sunonès »). On ne serait pas étonné que ce service, calculé d'après l'importance des biens ruraux, soit de type militaire. Il en va de même pour le bandum, cité dans la traduction latine du sigillion d'immunité fait à l'archevêque d'Oria par le catépan Basile Mésardonite en 101178, pour le droungaraton cité, avec la strateia, dans le sigillion d'immunité accordé au juge Byzantios de Bari en 104579, et peut-être pour le sumaticum mentionné en 1024 et 1030 dans deux actes faits à Cannes80. La Vie de saint Nil81 fait intervenir des stratiôtai.

  • 82 Lupi protospatharii Annales, dans MGH, SS V, p. 52-63, s. a. 1040. Annales Barenses, ibid., p. 52-5 (...)
  • 83 Trinchera 1865, n° 60.

37On sait encore que sont recrutés en Pouille, au XIe siècle, des conterati, sans doute des piquiers (kontaros), donc des fantassins munis d'un équipement assez léger. Leur révolte, en 1040-104182, partie de Mottola (TA), gagne Bari ; la répression de la révolte touche Bari, Bitonto (BA), Ascoli Satriano (FG). Il est probable que ces fantassins légers – et indisciplinés – aient été les représentants d'une élite modeste : leur révolte semblant toucher la majeure partie de la Pouille, il faut supposer que leur recrutement s'étendait à toute la région. Il était sans doute rural : en Calabre, en 1097, un vilain de Stilo s'appelle Basileios ho kontaratos83 ; mais on ignore tout de ses modalités. Un sigillion d'immunité fait en 1054 par le duc (catépan) Argyros en faveur du monastère de S. Nicola de Monopoli mentionne, parmi les services qui ne seront plus exigés, la kontourôn kai kontouratôn ekbolè. Si la seconde prestation a pour objet manifeste l'entretien des conterati, on ne sait par qui elle était normalement versée, c'est‑à‑dire si les piquiers la payaient eux‑mêmes en accomplissant le service, ou la recevaient comme solde.

  • 84 De administrando Imperio 1967, 31, p. 150 ; voir Martin 2006, p. 543.

38Quant à la kontourôn ekbolè, elle a sans doute pour but la construction de bateaux légers, pouvant porter une vingtaine d'hommes, appelés kontoura84. Or si c'est, à ma connaissance, le seul cas où on évoque une contribution pour la marine dans la Pouille byzantine (Monopoli est un port), la chose est beaucoup plus commune en Calabre, où elle a laissé des traces plus longues.

  • 85 Bios kai politeia, § 60, p. 100-101.
  • 86 Noyé 1998, p. 107. Martin 2006, p. 542-543.

39On connaît le passage de la Vie de Saint Nil85 évoquant la construction, dans les « villes de Calabre », décidée vers 960-965 par Nicéphore Hexakionitès, qui se trouvait à la tête des deux thèmes italiens, de chélandia destinés à lutter contre les musulmans de Sicile ; cette décision provoqua une émeute à Rossano, où on mit le feu aux bateaux86.

40Il semble en effet que la Calabre byzantine, dont les côtes sont particulièrement développées et qui a pour unique ennemi, aux Xe-XIe siècles, la Sicile musulmane, ait connu tout un système de corvées concernant la marine et la garde des côtes. On trouve en effet de nombreuses traces de ce système à l'époque normande, souabe et même angevine.

  • 87 Cohn 1978, réimpression en un volume de trois livres : Cohn 1910 (I), Cohn 1926 (II) et Cohn 1920 ( (...)

41Schématiquement, on connaît alors trois types de prestations différentes dans ce domaine. Les deux premières – le recrutement des équipages et la corvée de transport de bois pour les constructions navales – ont été bien décrites et analysées par Willy Cohn87 ; la troisième est un service de garde des côtes, effectué à terre.

  • 88 Ibid., I p. 75-77 et 79-80, II p. 114-118 et 119-120, III p. 113-116 et 119-120.
  • 89 Ibid., I p. 80.
  • 90 Winkelmann 1880-1885, I, n° 79.
  • 91 Ibid., n° 442.
  • 92 H.-B. I, p. 85-87.
  • 93 Capasso 1874, n° 111, p. 58-59.

42Passons rapidement sur le recrutement des équipages88 ; les localités maritimes doivent les fournir, ou payer pour les entretenir : en 1131, le monastère du Saint-Sauveur de Messine peut envoyer quarante « marins libres » (nautas éleuthérous)89. Le service est lourd et l’on doit accorder des exemptions : en 1199, Frédéric II (c'est-à-dire, à cette date, les autorités de fait qui agissent en son nom) donne à la cité de Messine le territoire de Randazzo (CT) sine servitio marinarie quod de terra ipsa curie nostre debebatur90. Dans des conditions aussi précaires, en 121691, on apprend que Constance d'Aragon (qui est censée gouverner la Sicile au nom de son mari et de son fils) a dispensé de l'annuel marinarie servitium les Templiers pour leurs biens de Paternò (CT), aggravant du même coup le service des autres habitants de la localité ; on demande donc aux Templiers de verser, en compensation, deux onces d'or (soixante tarins) par an. En 120292, toujours dans les mêmes conditions politiques, Frédéric II ramène de 250 à 150 le nombre de marins que devait fournir tous les ans Caltagirone (CT) ; mais en 1254, Conrad IV précise (se référant à Henri VI) que l'universitas de Caltagirone doit bien 5000 tarins et 250 marinarii par an93.

  • 94 Trinchera 1865, app. II, n° 16. Nous ignorons le sens du mot agétrion, service ou taxe dû au roi, s (...)

43Toutefois, il va de soi qu'un tel service, imposé à des collectivités ou à des seigneurs fonciers, ne définit pas une élite, au contraire sans doute : les galériens n'ont jamais passé pour des aristocrates, même très modestes. Notons seulement que le service peut devenir personnel : pendant la première moitié du XIIe siècle, un homme du monastère de St-Léonce de Stilo participe au service de la flotte à Gerace (RC) (tellei eis tô ploiô Hiérakos)94.

  • 95 Bartholomaeus de Neocastro 1922, 12, p. 10, cité par Duval-Anould 2006, p. 393.
  • 96 Duval-Anould 2006, p. 396-402.

44Déjà plus intéressant pour nous est le ius lignaminum, corvée publique de coupe et de transport de bois pour les constructions navales attestée dans la Calabre normande. L'accomplissement d'une telle corvée suppose en effet qu'on dispose d'instruments de transport et d'animaux de trait. Le comte de Sicile et Calabre, le plus grand détenteur de forêts de la région, ne concède sur celles-ci que des droits limités, réservant la production de bois pour les constructions navales ; mais des communautés doivent aussi livrer du bois ; à l'époque de Frédéric II, la redevance est parfois monétarisée (8 ou 9 tarins par pièce de bois). Car le ius lignaminum reste en usage au XIIIe siècle : Barthélemy de Nicastro vilipende mutua et non consueta lignaminum et marenariorum iura95 ; il est encore cité, dans le sud de la Calabre, en 139996.

45Dernier point : le service de garde‑côtes. Il n'est pas positivement attesté avant les XIIe et XIIIe siècles, mais certains indices semblent devoir lui faire attribuer une origine byzantine, comme on va le voir d'après la platea de l'archevêque Luc de Cosenza.

  • 97 La Platea di Luca 2007. Voir Studi in margine 2009.
  • 98 La Platea di Luca 2007, p. 80-191.
  • 99 Peters-Custot 2009b.
  • 100 Voir Trinchera 1865, n° 246 (1198) : Jean, seigneur d'Aieta (CS) a émancipé un homme, qui doit déso (...)
  • 101 La Platea di Luca 2007, p. 81, 133.

46Cet important document, récemment publié par Errico Cuozzo97, détaille les revenus de la cathédrale de Cosenza ; établi en 1223 par l'archevêque Luc pour remplacer une platea antérieure, il a été copié et mis à jour dans la seconde moitié du XIIIe siècle. La plus grande partie de la platea consiste en listes de dépendants de la cathédrale (et de leurs redevances), baiulatio par baiulatio98. Ces hommes sont répartis en trois catégories : les plus nombreux sont les angararii, de statut inférieur, même si les corvées qu'ils devaient sans doute autrefois sont à présent largement monétarisées ; au-dessus viennent les commendati, peu nombreux, qui se sont placés eux-mêmes dans la dépendance de la cathédrale ; enfin l'élite juridique – et sans doute économique – est constituée par les franci homines99. Leur statut est, évidemment, ambigu puisque, en tant que franci, ils sont libres100 ; ils sont toutefois énumérés parmi les dépendants de l'Église, à laquelle ils doivent des services. Mais la plupart doivent, théoriquement, un type de service typiquement public et normalement réservé aux hommes libres : serviunt ad custodiam maritime Sancti Lucidi (on dit parfois, plus précisément : reddit servientem ad custodiam Sancti Lucidi)101 ; San Lucido (CS) se trouve sur la côte occidentale, tyrrhénienne, de la Calabre, juste à l'ouest de Cosenza.

47Ce service de type militaire, passé à la cathédrale, a en réalité été transformé en redevance monétaire, le plus souvent deux sous annuels par communauté familiale ; une telle unité monétaire ne peut se référer qu'au nomisma (ou, éventuellement, au dīnār), monnaies qui ne circulent plus ici depuis le XIe siècle ; il semble donc que la monétarisation soit ancienne. Autre signe de l'ancienneté de cette pratique à présent détournée de son but primitif : elle est requise non d'une famille étroite, comme les autres redevances, mais d'une famille large, parfois composée de plus de dix personnes, descendant d'un assez lointain ancêtre commun.

  • 102 Ibid., p. 80-83.
  • 103 Ibid., p. 91.
  • 104 Ibid., p. 91 par exemple.
  • 105 Ibid., p. 129.
  • 106 Ibid., p. 119.
  • 107 Ibid., p. 163.
  • 108 Ibid., p. 175.
  • 109 Ibid., p. 181.
  • 110 Ibid., p. 183.
  • 111 Ibid., p. 119, par exemple.

48Nombreuses sont les familles de franci (rurales, puisqu'elles résident dans une baiulatio rurale) qui se réclament d'un prêtre : familia presbiteri Carini, familia presbiteri Iohannis Magni de Peciapanis (qui comprend deux prêtres, dont un fils et petit-fils de prêtre, et un autre petit-fils de prêtre), familia presbiteri Iohannis de Serra, familia presbiteri Leonis à San Pietro in Guarano (CS)102, par exemple. Dans ces familles, on rencontre aussi – à côté d'une majorité de personnes non qualifiées – un magister ferrarius103 et d'autres magistri, des medici104, un juge fils de notaire105, un curator106, un aurifex107, un scuterius108, un fils de miles109, un miles110 : on voit de quoi peut se composer la notabilité villageoise dans ce milieu évidemment grec (comme l'a bien vu Annick Peters-Custot), dont les familles de prêtres mariés semblent constituer l'ossature. Ce milieu n'est pas complètement fermé : y sont agrégés quelques franci per cartam qui ne font pas toujours le service de garde, mais le doivent parfois111.

  • 112 Martin 2007.
  • 113 Catalogus baronum, § 198-202, 206-207, 221-223 et 226, 231-233, 234-235.

49Nous avons déjà rapproché112 ces données fournies par la platea de Cosenza de quelques articles du Catalogue des barons concernant le Salento ; y sont énumérés quelques tout petits fiefs (de moins d'un chevalier) dont les détenteurs doivent assurer la custodia maritime ; cinq personnes y sont tenues à Mottola (TA), deux à Castellaneta (TA), quatre à Tarente, trois à Oria (BR), deux à Mesagne (BR)113. On sait que le Catalogue des barons ne couvre pas la Calabre ni la Sicile. Mais le service requis des petits feudataires du Salento semble tout à fait comparable, dans son principe, à celui qui a été autrefois demandé à San Lucido.

50Or la Calabre, comme le Salento, est un territoire autrefois byzantin ; elle a été exposée, aux Xe et XIe siècles, aux très nombreux raids maritimes des musulmans de Sicile, qui sont parfois allés jusqu'au sud de la Pouille (la plupart des petits fiefs de garde-côtes du Salento se trouvent sur la côte ionienne). Aux XIIe et XIIIe siècles, ces régions n'ont plus rien à craindre, puisque la Sicile est devenue le cœur du royaume : le seul ennemi maritime potentiel, au XIIe siècle, est l'empire byzantin, de l'autre côté de l'Adriatique (on connaît l'expédition apulienne de Manuel Comnène en 1155-1156). Les services datant de l'époque byzantine sont donc devenus fossiles au XIIe siècle et n'existent plus au XIIIe que sous une forme dénaturée.

Conclusion

51Il n'empêche que les services de type militaire, largement abandonnés par l'État et en partie privatisés dans les principautés lombardes à la fin du Xe et au XIe siècle, mais qui ont survécu sous des formes institutionnelles précises, bien qu'assez mal connues, dans les thèmes byzantins, ont eu la vie dure. Si, en territoire autrefois lombard, ils ont dû se fondre dans les nouvelles institutions militaires apportées par la conquête normande, en territoire autrefois byzantin, on les retrouve intégrés mais non assimilés à l'époque normande.

52De toute façon, une structure sociale qui reposait, juridiquement, sur la distinction entre milites et autres hommes ne pouvait pas complètement ignorer les services militaires moins nobles que la guerre à cheval. La magna expeditio, pour laquelle a été fait le Catalogue des barons, devait entraîner une foule de petits chevaliers et un nombre plus considérable encore de servientes ; on voit à Cosenza au XIIIe siècle un des aspects sociaux que ce terme pouvait recouvrir. Les personnes devant (ou plutôt ayant autrefois dû) le service de garde-côtes se recrutent ici en milieu vraiment rural, dans des familles sans doute plus riches que la moyenne, mais distinguées aussi par des clercs, juges, notaires, médecins, artisans spécialisés exerçant souvent des services de type public.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

De administrando Imperio 1967 = Constantine Porphyrogenitus, De administrando Imperio, 31, éd. Gy. Moravcsik, R. J. H. Jenkins, Washington, 1967 (Corpus fontium historiae byzantinae, 1).

Anonymi Barensis Chronicon 1724 = Anonymi Barensis Chronicon, éd. L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, V, p. 145‑156.

Azzara – Gasparri 1992 = C. Azzara, S. Gasparri (éd.), Le leggi dei Longobardi. Storia, memoria e diritto di un popolo germanico, Milan, 1992.

Bartholomaeus de Neocastro 1922 = Bartholomaeus de Neocastro, Historia Sicula, 12, éd. C. Paladino, Bologne, 1922 (Rerum Italicarum Scriptores2 XIII-3).

Bertolini 1968 = O. Bertolini, Ordinamenti militari e strutture sociali dei Longobardi in Italia, dans Ordinamenti militari in Occidente nell'alto Medioevo, Spolète, 1968, 2 vol. (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull'alto medioevo, 15), p. 429-607.

Bios kai politeia = Bios kai politeia tou hosiou patros hèmôn Neilou tou Néou, éd. G. Giovanelli, Grottaferrata, 1972.

Borgia 1763-1769 [1968] = S. Borgia, Memorie istoriche della Pontificia Città di Benevento dal secolo VIII al secolo XVIII, Rome, 1763-1769, 3 vol. , réimpr. Bologne, s. d. [1968].

Le brébion de Règion 1974 = Le brébion de la métropole byzantine de Règion (vers 1050), éd. A. Guillou, Cité du Vatican, 1974 (Corpus des actes grecs d'Italie et de Sicile, IV).

Capasso 1874 = B. Capasso, Historia diplomatica regni Siciliae inde ab anno 1250 ad annum 1266, Naples, 1874.

Catalogus baronum = Catalogus baronum, éd. E. Jamison, Rome, 1972 (Fonti per la storia d’Italia, 101).

CDB = Codice diplomatico Barese :

G. B. Nitto de Rossi, F. Nitti, Le pergamene del duomo di Bari (952-1264), Bari, 1897, réimpr. Trani, 1964.

III. F. Carabellese, Le pergamene della cattedrale di Terlizzi (971-1300), Bari, 1899, réimpr. Bari, 1960.

IV. F. Nitti, Le pergamene di S. Nicola di Bari. Periodo greco (939-1071), Bari, 1900, réimpr. Bari, 1964.

VIII. F. Nitti, Le pergamene di Barletta. Archivio capitolare (897-1285), Bari, 1914.

CDC = Codex diplomaticus Cavensis I-VIII, éd. M. Morcaldi, M. Schiani, S. De Stephano, Naples-Milan, 1873-1893.

CDP XX = G. Coniglio, Le pergamene di Conversano. I (901-1265), Bari, 1975 (Codice diplomatico Pugliese, XX).

CDV = Codice diplomatico Verginiano, I, éd. P. M. Tropeano, Montevergine, 1977.

Cheynet 1983 = J.-C. Cheynet, Dévaluation des dignités et dévaluation monétaire dans la seconde moitié du XIe siècle, dans Byzantion, 53, 1983, p. 453-477.

Cheynet 2006 = J.-C. Cheynet, The Byzantine Aristocracy and its military Function, Aldershot, 2006.

Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni 1925-1940 = Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, éd. V. Federici, Rome, 1925-1940, 3 vol. (Fonti per la storia d'Italia, 58-60).

Cohn 1910 = Die Geschichte der normannisch- sizilischen Flotte unter der Regierung Rogers I. und Rogers II. (1060-1154), Breslau, 1910 ( = Cohn 1978, I).

Cohn 1920 = Die Geschichte der sizilischen Flotte unter der Regierung Konrads IV. und Manfreds (1250-1266), Berlin, 1920 ( = Cohn 1978, III).

Cohn 1926 = Die Geschichte der sizilischen Flotte unter der Regierung Friedrichs II. (1197-1250), Breslau, 1926 ( = Cohn 1978, II).

Cohn 1978 = W. Cohn, Die Geschichte der sizilischen Flotte 1060-1266, Aalen, 1978.

Conti 1976-1978 = P. M. Conti, Duchi di Benevento e regno longobardo nei secoli VI e VII, dans Annali dell'Istituto italiano per gli studi storici, 5, 1976-1978, p. 221-281.

CSS = Chronicon Sanctae Sophiae (cod. Vat. Lat. 4939), éd. J.-M. Martin (avec une étude de G. Orofino), Rome, 2000, 2 vol. (Fonti per la Storia dell'Italia Medievale. Rerum Italicarum Scriptores, 3*‑3**).

Cuozzo 1989 = E. Cuozzo, « Quei maledetti Normanni ». Cavalieri e organizzazione militare nel mezzogiorno normanno (préface de F. Cardini), Naples, 1989.

De Leo 1940 = A. De Leo, Codice diplomatico Brindisino, I, éd. G. M. Monti, Trani, 1940.

Del Treppo 1955 = M. Del Treppo, La vita economica e sociale di una grande abbazia del Mezzogiorno : San Vincenzo al Volturno nell'alto Medioevo, dans Archivio storico per le province napoletane, 74 (n. s. 34), 1955, p. 31-110.

D’Itollo 1989 = A. d'Itollo, I più antichi documenti del Libro dei privilegi dell'università di Putignano (1107-1434), Bari, 1989.

Duval-Anould 2006 = L. Duval-Anould, Deux actes du roi Ladislas pour le monastère de Bagnara Calabra (1399, 1408), dans Nea Rhōmē, 3, 2006 [Ampelokèpion. Studi di amici e colleghi in onore di Vera von Falkenhausen], p. 389-403.

Erchemperti Historia Langobardorum Beneventanorum = Erchemperti Historia Langobardorum Beneventanorum, dans MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, p. 231-264.

Fabiani 1968 = L. Fabiani, La Terra di S. Benedetto. Studio storico-giuridico sull'Abbazia di Montecassino dall'VIII al XIII secolo, Montecassino, 1968, 2 vol. (Miscellanea Cassinese, 33-34).

von Falkenhausen – Amellotti 1962 = V. von Falkenhausen, M. Amellotti, Notariato e documento nell'Italia meridionale greca (X-XV secolo), dans Per una storia del notariato meridionale, Rome, 1962 (Studi storici sul notariato italiano, 6), p. 7-69.

Gallo 1937 = A. Gallo, I diplomi dei principi longobardi di Benevento, di Capua e di Salerno nella tradizione cassinese, dans Bullettino dell'Istituto storico italiano per il Medio Evo, 52, 1937, p. 1-79.

Ganshof 1958 = F.-L. Ganshof, L'immunité dans la monarchie franque, dans Recueils de la Société Jean Bodin, I, Les liens de vassalité et les immunités2, Bruxelles, 1958, p. 171-216.

Ganshof 1965 = F.-L. Ganshof, Charlemagne et les institutions de la monarchie franque, dans H. Beumann (éd.), Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben, I, Persönlichkeit und Geschichte, Dusseldorf, 1965, p. 349-393.

Gattola 1733 = E. Gattola, Historia abbatiae Cassinensis…, Venise, 1733, 2 vol. 

Gattola 1734 = E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis accessiones, Venise, 1734, 2 vol. 

H.-B. = J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, 6 t. en 11 vol. , Paris 1852-1861, réimpr. Turin, 1963.

IS2 = F. Ughelli, N. Coleti, Italia sacra2, Venise, 1717-1722, 10 vol. 

Lefort et al. 1991 = J. Lefort et al., Géométries du fisc byzantin, Paris, 1991 (Réalités byzantines, 4).

Lefort – Martin 1986 = J. Lefort, J.-M. Martin, Le sigillion du catépan d'Italie Eustathe Palatinos pour le juge Byzantios (décembre 1045), dans Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge, 98, 1986, p. 525-542.

Lemerle 1967 = P. Lemerle, « Roga » et rente d'État aux Xe-XIe siècles, dans Revue des études byzantines, 25, 1967 [Mélanges V. Grumel], p. 77-100.

Lemerle 1978 = P. Lemerle, Le monde de Byzance : histoire et institutions, Londres, 1978, XV.

Ludovici II. diplomata 1994 = Ludovici II. diplomata, éd. K. Wanner, Munich-Rome, 1994 (MGH. Diplomata Karolinorum, IV. Fonti per la storia dell'Italia medievale. Antiquitates, 3).

Martin 1980 = J.-M. Martin, Éléments préféodaux dans les principautés de Bénévent et de Capoue (fin du VIIIe siècle-début du XIe siècle) : modalités de privatisation du pouvoir, dans Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherche, Rome, 1980 (Collection de l'École française de Rome, 44), p. 553-586.

Martin 1993 = J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 179).

Martin 1999 = J.-M. Martin, Aristocraties et seigneuries en Italie méridionale aux XIe et XIIe siècles : essai de typologie, dans Journal des Savants, 1999, p. 227-259.

Martin 2001 = J.-M. Martin, Centri fortificati, potere feudale e organizzazione dello spazio, dans A. Placanica (éd.), Storia della Calabria medievale. I quadri generali, Rome, 2001, p. 485-522.

Martin 2005 = J.-M. Martin, Guerre, accords et frontières en Italie méridionale pendant le haut Moyen Âge. Pacta de Liburia, Divisio principatus Beneventani et autres actes, Rome, 2005 (Sources et documents d'histoire du Moyen Âge publiés par l'École française de Rome, 7).

Martin 2006 = J.-M. Martin, Les thèmes italiens. Territoire, administration, population, dans A. Jacob, J.-M. Martin, G. Noyé (éd.), Histoire et culture dans l'Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, Rome, 2006 (Collection de l'École française de Rome, 363), p. 517-558.

Martin 2007 = J.-M. Martin, Fortifications isolées dans les campagnes de l’Italie méridionale, dans R. Comba, F. Panero, G. Pinto (éd.), Motte, torri e caseforti nelle campagne medievali (secoli XII-XV). Omaggio ad Aldo A. Settia, Cherasco, 2007, p. 343-354.

Martin 2009 = J.-M. Martin, L'Italie méridionale, dans Città e campagna nei secoli altomedievali, Spolète, 2009, 2 vol. (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull'alto medioevo, 56), II, p. 733-774.

Noyé 1998 = G. Noyé, La Calabre entre Byzantins, Grecs et Normands, dans E. Cuozzo, J.-M. Martin (éd.), Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull'Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, Rome-Bari, 1998, p. 90-116.

Patlagean 2007 = É. Patlagean, Un Moyen Âge grec. Byzance IXe-XVe siècle, Paris, 2007.

Peters-Custot 2009a = A. Peters-Custot, Une acculturation en douceur. Les Grecs de l'Italie méridionale post-byzantine, XIe-XIVe siècles, Rome, 2009 (Collection de l'École française de Rome, 420).

Peters-Custot 2009b = A. Peters-Custot 2009, Gli elenchi di uomini, dans E. Cuozzo, J.-M. Martin (éd.), Studi in margine all'edizione della Platea di Luca arcivescovo di Cosenza (1203-1227), Avellino, 2009, p. 141-158.

Le più antiche carte 1950 = Le più antiche carte dell'abbazia di San Modesto in Benevento (secoli VIII-XIII), éd. F. Bartoloni, Rome, 1950 (Regesta chartarum Italiae, 33).

La Platea di Luca 2007 = La Platea di Luca arcivescovo di Cosenza (1203-1227), E. Cuozzo éd., Avellino, 2007.

Poupardin 1907 = R. Poupardin, Étude sur les institutions politiques et administratives des principautés lombardes de l'Italie méridionale (IXe-XIe siècles), Paris, 1907 (on indique par P. les numéros des actes du catalogue).

Pratesi 1958 = A. Pratesi, Carte latine di abbazie calabresi provenienti dall'Archivio Aldobrandini, Cité du Vatican, 1958 (Studi e Testi, 197).

Pratesi 1985 = A. Pratesi, Il Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, dans F. Avagliano (éd.), Una grande abbazia altomedievale nel Molise. San Vincenzo al Volturno. Atti del primo Convegno di studi sul Medioevo meridionale (1982), Mont-Cassin, 1985 (Miscellanea Cassinese, 51), p. 221-231.

Il registro della cancelleria 2002 = Il registro della cancelleria di Federico II del 1239-1240, éd. C. Carbonetti-Vendittelli, Rome, 2002, 2 vol. (Fonti per la storia dell'Italia medievale. Antiquitates, 19).

Rippe 2003 = G. Rippe, Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle), Rome, 2003 (Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 317).

RNAM = Regii Neapolitani archivi monumenta, éd. A. Spinelli et al., Naples, 1845-1861, 6 vol. 

Sthamer 1914 [1997] = E. Sthamer, Die Verwaltung der Kastelle im Königreich Sizilien unter Kaiser Friedrich II. und Karl I. von Anjou, Leipzig, 1914, réimpr. Tübingen, 1997.

Studi in margine 2009 = Studi in margine all'edizione della Platea di Luca arcivescovo di Cosenza (1203‑1227), E. Cuozzo, J.-M. Martin éd., Avellino, 2009.

Tabacco 1966 = G. Tabacco, I liberi del re nell'Italia carolingia e postcarolingia, Spolète, 1966.

La Théotokos de Hagia-Agathè 1972 = La Théotokos de Hagia-Agathè (Oppido) (1050-1064/1065), éd. A. Guillou, Cité du Vatican, 1972 (Corpus des actes grecs d'Italie et de Sicile, III).

Trinchera 1865 = F. Trinchera, Syllabus Graecarum membranarum…, Naples, 1865, réimpr. Rome, s. d.

Trojanos 1969 = S. Trojanos, Kastroktisia. Einige Bemerkungen über die finanzielle Grundlagen des Festungsbaues im byzantinischen Reich, dans Byzantina, 1, 1969, p. 39-57.

V. = indique le numéro des actes dans le catalogue de K. Voigt, Beiträge zur Diplomatik der langobardischen Fürsten von Benevent, Capua und Salerno (seit 774), Göttingen, 1902.

Verbruggen 1965 = J.-F. Verbruggen, L'armée et la stratégie de Charlemagne, dans H. Beumann (éd.), Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben. I. Persönlichkeit und Geschichte, Dusseldorf, 1965, p. 420-436.

Wickham 1985 = Ch. Wickham, The terra of San Vincenzo al Volturno in the 8th to 12th centuries : the historical framework, dans R. Hodges, J. Mitchell (éd.), San Vincenzo al Volturno. The archaeology, art and territory of an early medieval monastery, Oxford, 1985 (BAR International Series, 252), p. 227-258.

Winkelmann 1880-1885 = E. Winkelmann, Acta imperii inedita seculi XIII, Innsbruck, 1880-1885, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Astolf, 2 et 3, éd. Azzara – Gasparri 1992, p. 250 ; voir Bertolini 1968, en particulier p. 506-507. Verbruggen 1965.

2 Tabacco 1966.

3 Voir Rippe 2003, p. 161-194.

4 Voir en dernier lieu Patlagean 2007. Voir aussi Lefort et al. 1991.

5 Trojanos 1969.

6 Patlagean 2007, p. 205-207.

7 Erchemperti Historia Langobardorum Beneventanorum, § 45.

8 Conti 1976-1978.

9 Sur la Calabre, voir Noyé 1998, p. 91-92.

10 Ganshof 1958. Ganshof 1965.

11 Voir Martin 2005, p. 47-58.

12 Je laisse de côté les duchés tyrrhéniens (dont l'évolution dans ce domaine est proche de celle des principautés lombardes) car les élites rurales n'y sont guère visibles.

13 Voir Martin 1980.

14 Martin 2006, p. 547-553.

15 Le brébion de Règion 1974.

16 Martin 2001, p. 498-511.

17 Voir en dernier lieu Martin 2009.

18 Gallo 1937, p. 73, n° 4 (P. 101, V. 179).

19 Poupardin 1907, n° XVII (P. 167, 994), XVIII (P. 147, V. 187, 1010) en faveur d'un gastald. Formule un peu différente dans CDC n° 111 (V. *88, 899) : Guaimar Ier donne à S. Massimo de Salerne un homme qui a pactisé avec les Sarrasins, ainsi que sa femme et ses enfants ; il est dispensé de tout service public, comme les esclaves et les aldions. Borgia 1763-1769 [1968], II, p. 78-80 (P. 144, V. 184, 1039 ca.) pour le comte Poto, à qui est concédée la « cité » de Greci. Gattola 1734, p. 56‑57 (P. 96, V. *143, 951, pour le Mont-Cassin), p. 98-99 (P. 126, 969, pour S. Maria de Capoue).

20 CSS III, 42 (P. 134, V. 175, 979). IS2 VIII, c. 56 (V. *93, 953, Salerne), c. 54-55 (P. 148, V. *188, 1012, Bénévent).

21 Martin 2005, p. 43.

22 Voir RNAM n° 210 (P. 163, V *205, 988, pour S. Lorenzo de Capoue) : sint liberi ab omni data vel collecta que est pensione publica et alia quoque servitia. Poupardin 1907, n° XXI (P. 154, V. *194, Bénévent, 1043) : quieti… ab omni servitio publico, hoc est dationem, pensionem, angarias, fodarem [focularem ?] vel portaticum (taxe indirecte).

23 IS2 VIII, c. 67-68 (P. 136, V. *178).

24 CSS I, 39 (P. 108, V. 152, 961) : liberos homines qui res proprias non habent et in rebus monasterii resident ad laborandum, ut sint defensi ab omni datione et exactione et cuncto servitio publico. Voir de même CSS I, 41 (P. 117, V. 160, 966), 43 (P. 115, V. 158, 965), enfin 44 (P. 152, V. 193, 1033) qui reprend manifestement les actes antérieurs. Gattola 1733, p. 29 (P. 132, V. *173, 978). À Salerne : RNAM 305 (V *101, 1017). Autre formulation dans l'acte CSS III, 42 (P. 134, V. 175, 979) : omnes… liberos homines tam extranei quam et aliis qui non sunt servitiales in parte reipublice et in rebus vestris resident vel sponte ad laborandum ordinati fuerint in rebus vestris.

25 Poupardin 1907, n° XIX (P. 171, V. *212).

26 CDC n° 1275 (V. *118).

27 Martin 2005, p. 43-47.

28 Ludovici II. diplomata 1994, n° 54 ; voir Martin 2005, p. 54-55.

29 Gallo 1937, n° 3, p. 71-72 (V. 177).

30 Voir Martin 2005, p. 63.

31 Gattola 1734, p. 96 (P. 16, V. *34).

32 RNAM n° 210 (P. 163, V. 203).

33 Poupardin 1907, n° XIX (P 171, V. *212, 1015).

34 CDV n°47 (V. *224).

35 Gattola 1734, p. 55-56 (Landolf II, 952, P. 97, V. *144) : per nullum modum tollant aut querant tollere bobes aut carrum da parte ipsius monasterii. Cette immunité est répétée en 961 (ibid., p. 58-59, P. 104, V. *149) et en 981 (ibid., p. 82-83, P. 139, V. *180).

36 Ibid., p. 61-62 (P. 109, V. *154).

37 RNAM n° 180 (P. 133, V. *174).

38 CDV n° 47 (V. *224).

39 Gattola 1734, p. 55-56 (P. 97, V. *144, 962), 61‑62 (P. 109, V. *154, 963). RNAM n° 213 (P. 164, V. *205, 989). Le più antiche carte 1950, n° 5 (P. 146, 991-992).

40 Martin 1980.

41 Martin 2005, p. 63.

42 Ibid., p. 43.

43 Voir Pratesi 1985.

44 Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni 1925-1940, n° 95 (II, p. 71-73) ; 134 (II, p. 194-196) ; 142 (II, p. 239-242) ; 165 (II, p. 305-307) ; 167 (II, p. 310-313) ; 202 (III, p. 82-84).

45 Voir l'article classique de Del Treppo 1955 ; voir aussi Wickham 1985.

46 Fabiani 1968, I, p. 421-422.

47 Ibid., p. 422-424.

48 Voir Martin 1993, p. 749-762.

49 Voir ibid., p. 301-324 pour la Pouille. Martin 2001, p. 498-511 pour la Calabre. Martin 1999, p. 227-259.

50 Catalogus baronum.

51 Cuozzo 1989, p. 53-62.

52 Ibid., p. 59.

53 Ibid., p. 93-101.

54 La distinction des hommes qui doivent des corvées au seigneur selon l'importance de leur train de culture, attestée en Capitanate au début du XIIe siècle, est plus banale et donc moins intéressante : voir Martin 1993, p. 320‑321.

55 Trojanos 1969 ; Martin 1993, p. 259.

56 H.-B., II-1, p. 364.

57 D’Itollo 1989, n° 4 (p. 22) : in edificatione vel restauratione murorum sive civitatis alicuius sive castelli.

58 Il registro della cancelleria 2002, n° 50.

59 Ibid., n° 864.

60 Pratesi 1958, n° 171.

61 Sthamer 1914 [1997], p. 94-122.

62 Martin 1993, p. 711-713.

63 Martin 2006, p. 519-528.

64 Ibid., p. 529-547.

65 CDB I, n° 11.

66 CDB III, n° 3.

67 Martin 1993, p. 699‑700.

68 Lemerle 1967, réimpr. dans Lemerle 1978. Cheynet 1983, repris dans Cheynet 2006.

69 CDB I, n° 4.

70 CDB III, n° 8.

71 Voir CDB III.

72 La Théotokos de Hagia-Agathè 1972.

73 Voir le livre d'A. Peters-Custot 2009a. Voir aussi von Falkenhausen – Amellotti 1962.

74 Voir Martin 2006, p. 540-543.

75 Ibid., p. 537-540.

76 CDP XX, n° 22 (Conversano, 980). CDB IV, n° 13 (Bari, 1017). CDB VIII, n° 10 (Cannes, 1035).

77 CDB IV, n° 21.

78 De Leo 1940, n° 2.

79 Lefort – Martin 1986.

80 CDB VIII, n° 6 et 7.

81 Bios kai politeia, § 70, p. 110. Sur les stratiôtai calabrais, voir Noyé 1998, p. 99 et 107.

82 Lupi protospatharii Annales, dans MGH, SS V, p. 52-63, s. a. 1040. Annales Barenses, ibid., p. 52-56, s. a. 1040‑1041. Anonymi Barensis Chronicon 1724, p. 145‑156, s. a. 1040-1041.

83 Trinchera 1865, n° 60.

84 De administrando Imperio 1967, 31, p. 150 ; voir Martin 2006, p. 543.

85 Bios kai politeia, § 60, p. 100-101.

86 Noyé 1998, p. 107. Martin 2006, p. 542-543.

87 Cohn 1978, réimpression en un volume de trois livres : Cohn 1910 (I), Cohn 1926 (II) et Cohn 1920 (III).

88 Ibid., I p. 75-77 et 79-80, II p. 114-118 et 119-120, III p. 113-116 et 119-120.

89 Ibid., I p. 80.

90 Winkelmann 1880-1885, I, n° 79.

91 Ibid., n° 442.

92 H.-B. I, p. 85-87.

93 Capasso 1874, n° 111, p. 58-59.

94 Trinchera 1865, app. II, n° 16. Nous ignorons le sens du mot agétrion, service ou taxe dû au roi, selon le même texte, par un vilain du même monastère (Siluestros tellè to agétrion tou rhègos).

95 Bartholomaeus de Neocastro 1922, 12, p. 10, cité par Duval-Anould 2006, p. 393.

96 Duval-Anould 2006, p. 396-402.

97 La Platea di Luca 2007. Voir Studi in margine 2009.

98 La Platea di Luca 2007, p. 80-191.

99 Peters-Custot 2009b.

100 Voir Trinchera 1865, n° 246 (1198) : Jean, seigneur d'Aieta (CS) a émancipé un homme, qui doit désormais être considéré comme éleuthéros, pantéleuthéros apo te dômatos, angarias kai pantos épyrias (sic), ôs Phrangoi anthrôpoi.

101 La Platea di Luca 2007, p. 81, 133.

102 Ibid., p. 80-83.

103 Ibid., p. 91.

104 Ibid., p. 91 par exemple.

105 Ibid., p. 129.

106 Ibid., p. 119.

107 Ibid., p. 163.

108 Ibid., p. 175.

109 Ibid., p. 181.

110 Ibid., p. 183.

111 Ibid., p. 119, par exemple.

112 Martin 2007.

113 Catalogus baronum, § 198-202, 206-207, 221-223 et 226, 231-233, 234-235.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Martin, « Le service public, critère de distinction des élites », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/971 ; DOI : 10.4000/mefrm.971

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Martin

CNRS – martin-hisard[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org