Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Gouvernement local et mobilité sociale

Les élites politiques au village en Provence médiévale

John Drendel

Résumés

Le rôle et l’identité des élites rurales en Provence issues du milieu paysan se décèlent depuis le XIe siècles à travers des sources qui traitent des institutions rurales ; vers le XIVe siècle, ces documents s’étoffent par l’ajout des sources notariales et judiciaires qui permettent de mieux cerner les identités des élites et les réseaux dans lesquels ils s’insèrent. L’évolution de ces institutions jusqu’au 1300 révèle les dirigeants villageois soucieux de maîtriser la gestion de la vie agraire ; par la suite les obligations fiscales envers l’État naissant nécessitent la création des institutions de la gestion locale de l’impôt. Ces institutions impliquent une vie politique mouvementée dont le résultat est la soumission des intérêts de l’élite rurale au bien collectif des sociétés composées des paysans pauvres et moyens. À partir de cette période, les sources plus détaillées révèlent l’identité de cette élite ; si on met à part les seigneurs et les clercs, les institutions villageoises sont dominées par un groupe d’hommes – agriculteurs, éleveurs, artisans et forestiers – souvent actifs dans la commercialisation de la production rurale qui en fait des intermédiaires avec le monde extérieur. Quand ils ne sont pas les hommes les plus riches, ils sont liés à ces derniers par le mariage et des liens plus informels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Drendel 1994.
  • 2 Pour un aperçu générale des sources, voir Bautier – Sornay 1972 ; pour les enquêtes, voir en dernie (...)

1En Provence, nos recherches nous ont amené à examiner le rôle économique d’une élite paysanne capable, au XIVe siècle, de profiter de l’insertion de l’économie rurale dans des réseaux de commercialisation et dans une économie de marché1. Ainsi, nous pouvons poser ici la question de l’influence d’une paysannerie riche ou même « bourgeoise » sur la vie politique locale en Provence. La base documentaire d’une telle enquête est multiple : en « haut », les enquêtes comtales qui jalonnent le développement de l’État moderne en Provence impliquent un dialogue avec les communautés rurales, ce qui se traduit dans les sources par la présence d’interlocuteurs identifiés, tandis que la fiscalité et la justice d’État laissent parfois entrevoir les traces des acteurs villageois de premier plan. En « bas », les documents notariaux et communaux devraient nous permettre de décrire ces acteurs locaux dans un détail de niveau microhistorique. À vrai dire, ces dernières sources sont souvent décevantes à cause de leur caractère tardif : les registres des notaires de village et des documents communautaires sont rares avant la fin du XIVe siècle2.

  • 3 Boyer – Venturini 1984
  • 4 Baraut 1986 ; Boyer 1990, p. 260.

2Au point de départ, Jean-Paul Boyer et Alain Venturini constatent, dès 1984, l’existence dans la Provence orientale d’une identité collective villageoise très ancienne qui fournit le cadre juridique d’activités politiques locales3. Dans un acte qui fait écho aux consécrations d’Églises catalanes des IXe et Xe siècles, les hommes des villages montagnards de Tende, Brigue et Saorge, reçoivent du comte de Vintimille une franchise dont le contenu remonte aux années 950. À Saorge en 1092, 200 hommes et femmes se désignent comme les représentants des autres habitants dans une offrande collective au monastère provençal de Lérins. Dans le petit village de Thiery, en Provence alpine, un certain nombre d’habitants, dont dix sont cités par leur nom, font un don à la Cathédrale de Nice en 1064. Rien dans ces textes ne parle d’une communauté constituée, mais le don est la preuve d’une action collective menée par un groupe restreint d’individus. En 1092 et 1095, des habitants de Saorge et Sospel se sont déclarés gouvernés par le droit romain, ce qui dénote la conscience d’une identité juridique corporative4.

3Cette identité collective se concrétise dans la création des consulats villageois aux XIIe et XIIIe siècles, un développement qu’on peut suivre en deux temps. Le premier temps de la création des consulats correspond à la diffusion du droit romain dans le Midi mais, au contraire de ce qu’avait laissé entendre André Gouron, ce mouvement est autant rural qu’urbain en Provence ; il prend la relève de la diffusion des consulats ruraux dans le nord de l’Italie. Pendant un siècle après 1125, deux régions sont concernées : dans la partie orientale de la Provence, les villages du diocèse de Nice sous l’influence du comté de Vintimille voient apparaître les consulats dès 1149, d’abord à Vintimille, puis à Tende et à Brigue en 1163, à Saorge, Breil et dans le Val Vermenanho/Vermenagna en 1221, et plus à l’ouest, à Sospel, en 1232. Ces créations en Provence orientale paraissent être directement liées à la réception du droit romain dans une région montagneuse où les seigneuries sont faibles et l’influence génoise forte. Au même moment, à l’ouest de la Provence, les consulats ruraux de la vallée du Rhône émergent après 1125. Ici, les villages, comme Ile-St-Geniès, Graveson, Mallemort et Cabannes s’insèrent dans l’orbite économique des villes consulaires (Arles, Tarascon, Avignon, Orange). Ce premier temps de la consolidation de l’identité villageoise a lieu dans une Provence politiquement fragmentée ; vers 1225, le comte de Toulouse domine la riche vallée du Rhône au nord de la Durance, tandis que les comtes-rois de Barcelone possèdent une vaste région entre le Rhône, la Durance, et la mer. Dans le haut pays montagneux, la zone située à l’est de la Durance est dominée par le comte autonome de Forcalquier ; les parties alpine et orientale sont entre les mains des seigneurs locaux, et à l’extrême est, de Gênes.

  • 5 Gouron 1963, 26-76 ; Boyer – Venturini 1984, p. 19-21; Baratier 1963, p. 75.
  • 6 Boyer – Venturini 1984; Baratier 1963, p. 75.

4Les consulats reposent sur une identité collective formelle face aux seigneurs dont la puissance est affaiblie à l’ouest par les villes et un peu partout par l’extension des tenures de droit romain qui transforment la servitude en droit de possession emphytéotique5. Ainsi, cette première phase de la création des institutions locales témoigne de l’existence des acteurs au village qui ont pris l’initiative contre les seigneurs dans l’absence des pouvoirs territoriaux forts. Par contre, la deuxième phase de l’émergence des consulats villageois fut le fait d’un pouvoir supérieur, celui des comtes-roi catalans. Au début du XIIIe siècle, dans la région alpine à l’est de la Durance, Alfons II et Raymond Bérenger ont fondé des consulats ruraux autour de Seyne-les-Alpes de façon à affaiblir une puissante féodalité dans une région où la souveraineté comtale était théorique. En introduisant le bayle comme consul au sein de ces institutions villageoises, les comtes catalans ont rendu concret l’exercice de leur souveraineté ; cela dit, il est probable que, même dans une région de seigneurie forte, ces créations s’appuyaient sur une identité collective soutenue par une élite villageoise. La preuve en est que, dans les vallées adjacentes de la Haute Durance et du Haut Verdon, les consulats villageois émergent (Couloubroux, La Bréole, Verdaches, Mariaud, Le Vernet, Selonnet, Blégier, Bayons, Barcelonette, Allos Colmars, Beauvezer) sans que l’on puisse établir la preuve d’une impulsion comtale6.

  • 7 Boyer – Venturini 1984, p. 26; Boyer 1993, p. 245-52.
  • 8 Baratier, 1963, p. 140; Boyer – Venturini, 1984, p. 22-27.
  • 9 Baratier 1963, p. 74-76.
  • 10 Boyer – Venturini 1984, p. 23.

5Raymond Bérenger V démantela des consulats en Provence orientale pour des raisons stratégiques et Charles Ier mit fin aux consulats partout en Provence à partir de 1246 à cause de leur incompatibilité avec sa notion de souveraineté romanisante. Jean-Paul Boyer insiste toutefois sur le caractère pragmatique de l’action des comtes catalans et angevins ; Charles Ier n’a pas légiféré sur l’abolition, mais a plutôt procédé au cas par cas. Il a négocié avec des communautés les pouvoirs qui leur resteraient, ce qui pose de façon très nette la question du rôle des élites rurales dans ces négociations d’un caractère très local7. Elles portaient sur des enjeux qui n’étaient pas moins importants du fait qu’ils étaient locaux. L’essentiel des attributs négociés tourne autour de la police rurale. Les principaux officiers mentionnés sont des « banniers » ou des « campiers », hommes chargés d’appliquer les bans – la réglementation consulaire – sur la dépaissance des animaux, discipline fondamentale dans des régions montagnardes où l’économie pastorale joue un rôle clé. Ils interviennent aussi dans le bornage des champs et l’estimation des dégâts provoqués par les divagations des cours d’eau. Il apparaît que ces consulats n’ont jamais cherché d’attributions judiciaires plus élevés, au moins au XIIIe siècle. Ainsi, dans une enquête comtale de 1287, les hommes de Saint-Martin la Vésubie expliquent que le comte possède dans le village le mere empire (haute justice), les regalia, et les bans. Or, en 1251, dans l’enquête générale sur les droits de Charles Ier dans le même lieu, seuls les deux premiers attributs lui appartiennent ; le consulat, qui existait encore, avait la juridiction des bans, c’est-à-dire la police rurale. Ainsi, l’abandon du consulat par les villages aux comtes catalans ou angevins avant 1252 consistait probablement dans la perte des bans. De façon générale, dans l’enquête générale de 1252, le comte ne revendique pas dans les villages où il y avait un consulat autre chose que le mere empire et les régalia8. Cela dit, outre les bans, l’examen attentif de l’enquête comtale de 1251 révèle la mention de nombreux villages avec des cumenals, terres gérées par la communauté, et des mezels, qu’Édouard Baratier a interprétés comme la preuve d’un autre attribut de gestion collective9. Certains consulats avaient bien plus. Le consulat octroyé à Seyne-les-Alpes par Alfons II en 1223 possédait le « mixte empire » (basse justice) ; à Reillanne, au comté de Forcalquier, le consulat avait juridiction sur tous les crimes sauf ceux concernant des biens ou comportant une peine capitale ou une mutilation ; à Graveson, dans la vallée du Rhône, les consuls revendiquent aussi tardivement qu’en 1267 le « mere et mixte empire »10. Mais ces cas, relevés par Jean-Paul Boyer et Alain Venturini, sont exceptionnels. Les consulats ruraux avaient des attributs de justice bien délimités à l’intérieur d’une souveraineté comtale et des juridictions seigneuriales qui exercent, depuis le début du XIIIe siècle, les droits de haute et basse justice. Ce qui n’enlève rien à l’intérêt des consulats comme aire d’action politique, bien au contraire ; le contrôle des activités agricoles était bien l’objectif primordial d’une politique communautaire.

  • 11 Boyer – Venturini 1984, p. 21; Collier 1958, p. 215.

6Si l’on accepte l’hypothèse que les hommes qui siègent dans ces premières institutions communautaires constituent l’élite rurale, que peut-on savoir d’eux ? Le nombre des consuls semble tourner autour de trois à cinq : cinq à Montolieu-Villefranche en 1264, trois à Reillanne en 1254, trois à Seyne aussi, et à Moustiers et Barcelonnette cinq chacun. Dans les créations comtales des Alpes, le baile du comte occupait l’un des sièges – c’était le but même de ces créations – et le baile du seigneur choisit les probi homines du conseil. Dans les créations comtales, là où les seigneurs ont réussi à garder un rôle, ils ont aussi droit de nommer un consul. Dans l’ouest, le pouvoir était également partagé avec le seigneur, qui détenait un siège consulaire sur trois à Reillanne, un siège à Moustiers ; à Graveson le seigneur siège peut-être à égalité avec les probi homines. Par contre, dans les vallées alpines du Diocèse de Nice, les consuls sont tous probi homines, sans représentation seigneuriale. Dans l’ensemble, la représentation nobiliaire dans les communautés rurales est relativement restreinte. Les consuls sont-ils toutefois des « paysans » ? Si la présence des marchands est probable dans les consulats des bourgades importantes comme Reillanne, Seyne ou Peille, dans les villages plus petits comme Graveson ou dans la constellation des villages consulaires des Alpes, la présence des paysans avec des activités plus ou moins mercantiles n’est pas à écarter. Dans l’un des villages consulaires les plus petits, Draps, dans l’arrière-pays niçois, l’un des deux consuls qui paraît dans un acte de 1164 tient de l’évêque un moulin et un moulin à fouler. Il faut aussi s’interroger sur l’origine du baile seigneurial ou comtal qui a la prééminence sur les consuls ; tout en ayant un rôle administratif, c’est sûrement aussi un homme d’origine locale11.

  • 12 Coulet – Stouff 1976; Coulet – Stouff 1987, p. 34-35

7En dépit de la suppression des consulats dans les villes et villages de Provence dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, l’identité juridique des villages, l’universitas, n’a jamais été remise en question par le pouvoir angevin. À la fin du XIIIe siècle, les membres des villages continuaient à se rassembler pour donner leur accord dans des négociations avec leurs seigneurs, avec la permission du baile seigneurial, et parfois en son absence. Souvent, ils déléguaient l’autorité à un ou deux procurateurs, des syndics, pour traiter des affaires ad hoc. Autour de 1300, ces universitates commençaient à créer des offices représentatifs permanents, des conseils. Leur évolution est beaucoup plus diverse que pendant la période précédente, à cause du caractère très divergent du pouvoir seigneurial dans différentes régions de la Provence. Dans les villages de l’est, où le comte était souvent le seul seigneur, ils apparaissent rapidement vers la fin du XIIIe siècle ; ailleurs, ils peuvent n’apparaître qu’à la fin du Moyen Âge. La force derrière ces créations était le désir de limiter la nature arbitraire du pouvoir seigneurial, particulièrement dans la gestion des ressources agraires. Cela paraît à travers le vocabulaire de la juridiction des conseils aussi bien que dans la nomenclature des agents qui l’exercent. Les termes n’ont pas tellement évolué depuis l’ère consulaire : il s’agit toujours du ban, appliqué par des banniers, des rectores bannorum, et des campiers, auxquels s’ajoutent des agrimensores et estimateurs. Le fait nouveau est qu’un pouvoir comtal désormais centralisé et solidement assis trouvait son intérêt à promouvoir la création de ces conseils dans la première moitié du XIVe siècle. Les conseils permettaient à la cour royale de mieux gérer les villages qu’ils dominaient directement, et de contrecarrer le pouvoir seigneurial là où leur pouvoir était indirect12.

  • 13 Boyer 1990, p. 65-6; Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ci-après cités ADBDR) B142 fol. (...)
  • 14 . Boyer 1990, p. 243-65.
  • 15 ADBDR 396 E19, fol. 10v.
  • 16 ADBDR 309E 1514.
  • 17 ADBDR 101E 58.
  • 18 Boyer 1990, p. 203.
  • 19 ADBDR, dépôt d’Aix-en-Provence, 309E 1514 fol. 1v.
  • 20 Coulet 1985, p. 205-217.

8La maîtrise des terroirs et l’organisation de leur exploitation provoquent des différends multiples qui mènent aux accords de bornage et de délimitation des terroirs, délimitation qui s’explique par la croissance démographique laquelle s’étend dans la seconde moitié du XIVe siècle. Ainsi, en 1297, Trets, représentée par un syndic, engage un procès devant un tribunal comtal avec le village de Saint-Zacharie, forcément sur les pâturages puisque les deux villages se trouvent de part et d’autre d’un massif ; au même moment, en Provence orientale, les pâturages des villages montagnards font l’objet de conflits similaires13. Les communautés orientales de Roquebillière et Belvédère prétendent exercer de véritables droits de propriété sur des pâturages communaux et les bois, y compris au dépens des droits du comte. La moitié des archives communautaires des villages du diocèse de Nice sont en rapport direct avec des conflits entre les villages et le comte, les co-seigneurs ou les communautés voisines à propos des forêts et des pacages. Dans la plupart des cas, les villages ont réussi à faire valoir leurs droits communautaires, y compris et surtout contre le comte14. Cette juridiction bannière comportait, comme au siècle précédent, le droit des communautés à légiférer, en créant les bans, et de punir les infractions – un véritable droit de justice. En 1325, l’universitas de Trets a acheté formellement ce droit de ban15. Un registre notarial de l’année 1331 fait part du rapport des litiges réglés par les banniers de Trets, qui enquêtent de leur propre initiative sur les infractions aux bans, estiment les dommages et imposent des amendes16. Une réunion en 1340 révèle que le conseil avait acquis, avec l’autorisation des co-seigneurs, le droit de légiférer contre des crimes mineurs et le contrôle des mesures au marché17. Le pouvoir de gérer une propriété communautaire s’étendait à l’Église paroissiale et ses biens. La paroisse en Provence était en fait « annexée » par l’universitas ; en 1355, c’est le conseil d’Utelle qui élit un fabricien ; en 1381, l’universitas de ce lieu reçoit un missel du curé avec charge de le conserver18. À Trets, en 1331, le conseil a nommé un auditeur pour examiner les comptes de la paroisse, et on voit dans le même document que les obriers, gestionnaires de la paroisse, font partie de la même élite qui gère le conseil19. Plus tard, au XVe siècle, Noël Coulet note l’intime imbrication entre les confréries Saint-Esprit et les conseils villageois20.

  • 21 Baratier 1963, p. 53-61; Drendel 1999.

9En outre, les villageois soutenaient, par le biais de la finance, l’immense effort angevin de reconquête de la Sicile pendant la première moitié du XIVe siècle ; les responsabilités fiscales des universitates constituent le plus lourd et le plus complexe de leurs attributs juridiques et sans doute celui qui avait le plus d’implications pour la cohésion sociale au village. Au fond du tableau, il y a la croissance du fardeau fiscal de l’État provençal qui écrase les paysans au début du XIVe siècle. La base de cette fiscalité, ce sont des impôts comtaux d’origine féodale – l’albergue, la cavalcade et la queste. Si les deux premiers sont perçus tous les ans, en revanche ils ont une valeur relativement faible, le plus souvent fixé à 12 d. le feu. La queste était beaucoup plus lourde, 6 s. par feu, vers 1300. Perçue dans quatre cas par Raimond Bérenger V, Charles Ier l’a étendue à six cas coutumiers, y compris l’achat d’un domaine, et pour les dépenses liées au royaume de Naples et a pu la percevoir presque tous les ans entre 1295 et 1352. Au début du règne de Jeanne (1343-1342), le montant de chaque queste perçue a doublé dans le village de Oise par rapport au début du siècle21. Cette période 1335-1345 constitue une rupture sur le plan démographique et politique – les désordres qui suivent l’avènement de la reine Jeanne en 1343 correspondent à la fin de la croissance démographique partout en Provence, difficultés qui se comprennent mieux quand on les met dans un contexte de cinquante ans d’augmentation importante de la fiscalité sur les paysans.

  • 22 . Coulet 1995, p. 117-119.
  • 23 . Ce n’est pas une enquête exhaustive; toutes les circonscriptions ne sont pas représentées, et dan (...)

10Cette fiscalité paysanne est gérée dans les villages, depuis la fin du XIIIe siècle, par le biais des livres d’estime qui répartissaient le poids fiscal de la queste selon la fortune22. Noël Coulet a démontré, contre l’opinion commune, que la mise en place de ce système cadastral fut davantage un phénomène rural qu’urbain ; en Provence comme en Languedoc, l’impôt « à sou et à livre », proportionnel aux biens, a été contesté dans les villes où la voix des riches l’emportait ; parmi les grands centres urbains provençaux d’Arles, Aix, et Marseille, seul le dernier adopta l’impôt proportionnel, tardivement, au XVe siècle. À cette époque, l’impôt proportionnel aux biens était tout à fait banal dans les villages. Lors d’une enquête de 1471, les commissaires comtaux ont demandé à voir dans chaque lieu visité l’allivrement, précisément parce qu’il s’agissait de compter les feux afin de gager la capacité contributive de la communauté. Dans 87 localités, ils en ont trouvé une, dont 72 % étaient des villages de moins de 50 feux. Cette enquête est tardive, c’est vrai, mais Noël Coulet a bien montré que c’est à la fin du XIIIe siècle que s’est mise en branle la cadastration23.

  • 24 . Ibidem et Hébert 1983, p. 81-102.
  • 25 . Baratier 1961, p. 16.

11La création des livres d’estime est la plus éloquente expression de la politique villageoise au XIVe siècle en Provence à cause de son enjeu économique vital. Dans la décision prise dans chaque village pour l’impôt proportionnel, une population essentiellement paysanne a dû décider pour ou contre un système qui favorisait les pauvres et les gens de classe moyenne, à l’encontre d’une élite paysanne plus riche (étant donné que les nobles étaient exemptés). L’État favorisait également son adoption ; le premier allivrement connu en Provence fut le fait du comte, qui l’exigea pour la levée d’une taille de 4 d. et demi par livre de capital à Tarascon dans la seconde moitié du XIIIe siècle24. Au tournant du XIVe siècle, le comte faisait lever la taille à sous et à livre par ses propres officiers, qui établissaient des listes nominatives dont 22 survivent pour la baillie de Castellane. Ces cazernets répartissaient la population de chaque village dans huit catégories, selon leurs avoirs. Ainsi, dans une région où le pouvoir comtal était fort – il s’agit justement de cette région où les comtes catalans ont instauré des consulats villageois au début du XIIIe siècle – les villages imposaient la levée proportionnelle de l’impôt25.

  • 26 ADBDR 396 E3, fol. 30 r.

12À Trets, l’appui comtal fut décisif pour la constitution des cadres institutionnels villageois qui organisaient la levée de l’impôt de l’État. La levée de cet impôt provoqua des conflits entre communautés et seigneurs, qui ouvrent la voie à l’intervention comtale en faveur des paysans. Ainsi, en juin 1320, avant qu’un conseil ne soit créé, les hommes de la communauté de Trets ont intenté un procès contre leurs co-seigneurs devant un tribunal comtal. Le litige tournait autour d’une levée de la cavalcade dont les paysans contestaient non pas le bien fondé, mais le montant et le mode d’imposition arbitraire. L’un des co-seigneurs, Burgondion de Trets, contesta le droit de la communauté de se faire représenter en justice, mais le juge le débouta. L’autre co‑seigneur refusa aussi de permettre à ses hommes de se faire représenter devant la cour, mais ces derniers passèrent outre, envoyant des procurateurs. Le juge ordonna à Sibilia de Trets de faire réunir la communauté pour nommer des syndics pour les représenter devant sa justice, faute de quoi le juge la ferait réunir lui-même. En marge de ce procès, on apprend que la communauté avait nommé trois personnes pour percevoir l’impôt, et qu’un élément important du litige était la façon de l’imposer, more solutum talliandi inter homines universitatis26.

  • 27 Coulet 1995, p. 126.

13Le rôle de l’État était important parce que, comme on pourrait s’y attendre, ce mode d’imposition fut l’objet de contestations politiques hargneuses opposant grandes et petites fortunes. Dans un cas expliqué par Noël Coulet, le 5 juillet 1295, les pauperes du village de Châteaurenard ont porté plainte devant le juge de Tarascon pour réclamer la levée par sou et par livre d’une queste pour le mariage de la fille du roi. Contre eux s’est dressé un clan de riches, dont l’indice du caractère social est le statut de leur procureur, un clerc. Ce clerc, prieur de l’église de Châteaurenard, a agi pour lui‑même et pour ses frères Pierre et Rostaing, ainsi que pour d’autres de sa parenté. Le juge décida en faveur des riches, qui se désignaient comme tels, divitores, par opposition aux populares, dans leur plaidoirie. N. Coulet remarque que la contestation entre groupes économiques ne s’est pas seulement limitée au choix d’un impôt proportionnel aux biens plutôt qu’un impôt de capitation, mais aussi, et probablement surtout, au mode d’établissement de celui-ci. Après tout, note N. Coulet, on pouvait, comme cela a été le cas dans la ville de Manosque en 1206, demander au contribuable une déclaration de ses biens sous serment27.

  • 28 Coulet 1995, p. 128.

14La constitution d’un système d’enquête où un village désignait des tallatores ou estimatores pour faire l’estime des biens de chacun, les consigner dans un registre, et réviser les quotes-parts au fur et à mesure des transactions de chacun était, on l’a dit, une tâche lourde, complexe, et ouverte à toutes sortes de pressions politiques. Ce système exigeait non seulement une élite villageoise lettrée et capable de faire des calculs, mais aussi un système d’appel et de révision susceptible de ventiler et contenir les chocs d’intérêts. À cet égard, Édouard Baratier a découvert un procès intéressant dont Noël Coulet a bien mis en valeur le contenu politique. Le village de Saint-Rémy décida de lever les tailles suite à un ordre du sénéchal, le vice-roi en Provence. Un parlement public a désigné 12 talliatores – quatre nobles, deux notaires et, suppose-t-on, six hommes de l’élite – pour le faire. Le résultat fut l’objet d’un procès devant un tribunal comtal ; selon le résumé que nous donne un inventaire moderne, les pièces d’origine étant perdues, le plaidoyer affirme que la majorité des habitants croyaient que l’estimation avait été faussée par le mode d’évaluation. S’agit-il vraiment d’un conflit sur le processus ? La « majorité » qui contestait l’allivrement était en fait, comme le montre Noël Coulet, composée d’un seul noble, un damoiseau, et une vingtaine d’autres plaignants dont des non-nobles, bien pourvus, qui jouaient un rôle dans les institutions du village28.

  • 29 Boyer 1990, p. 125-36; p. 208.
  • 30 Drendel 1999, p. 221-222.

15Cerner plus précisément l’identité de cette élite de la vie politique villageoise n’est guère facile, mais on a des indices. Dans les villages des montagnes orientales où Jean-Paul Boyer trouve une forte solidarité collective, il se dégage néanmoins une élite paysanne qui coiffe cette « société de petits éleveurs ». Boyer identifie, par exemple, 51 entrepreneurs de bois entre la fin du XIIIe siècle et 1364, dont Jacques Drago de Roquebillière, fils du pays, qui vend des lots allant jusqu’à 300 arbres aux marchands niçois, et qui s’établit lui-même à Nice en 1332. Tout le monde a des troupeaux, mais les plus riches les font garder. Parmi deux fidéiussors, garants financiers pour le village de Saint-Martin en 1502, l’un est marchand, l’autre un paysan aisé, le 19e plus riche habitant selon le cadastre de 1490. Ces « laboreurs » qui possèdent des bœufs constituent l’élite dans ces villages de montagne ; sur six habitants qui représentent le village d’Archas devant un enquêteur comtal en 1498, cinq se disent « laboreurs ». À ce moment dans le village, sept syndics sur dix retrouvés dans le cadastre appartiennent aux 21 familles les plus favorisées et deux des conseillers ont la première et la quatrième fortune du village29. Pendant la première moitié du XIVe siècle, on retrouve cette même hiérarchie dans les villages du centre montagnard de la Provence ; ici, comme à l’est, les bœufs constituent l’indice qui permet de dégager l’élite paysanne. Cette élite n’est pas mince selon le bovagium, un impôt archaïque qu’on trouve encore au XIVe siècle dans quelques endroits de Forcalquier et la région de Digne. À Oise en 1334, parmi 42 foyers qui avaient le comte comme seigneur, 15 possédaient une paire de bœufs, un seizième un seul animal ; en 1332, au pied de la Montagne de Lure, 13 des 33 foyers d’Orgues et 15 des 58 familles de Saint-Étienne possédaient une paire aussi ; grosso modo, le tiers des familles dans ces villages constituaient l’élite des « laboreurs » au moment où le ralentissement démographique s’est bien installé en Provence30.

  • 31 Ce paragraphe reprend des éléments non-publiés de ma thèse, Drendel 1991, p. 162-178.
  • 32 Le Roy Ladurie 1975, p. 417-18.

16Le village de Trets, avec son abondante documentation notariale, offre une autre perspective sur l’élite rurale31. À travers le procès mené par la communauté de Trets contre ses coseigneurs en 1320, trois meneurs se dégagent dans le mouvement contre le mode d’imposition seigneuriale de l’impôt comtal. Deux d’entre eux, Raimun Penchenat et Guillem Michael, sont cordonniers. Chacun a servi cinq mandats comme conseiller ; il n’y a qu’une famille qui a davantage dominé l’organe institutionnel que leur agitation a aidé à fonder. Pourtant, Penchenat et Michael ne furent pas parmi les mieux nantis du village ; les dots qu’ils constituaient pour leurs filles les situent exactement au milieu de la hiérarchie dotale. Leur influence est le résultat d’autres sources de prestige et de pouvoir que la terre et l’argent. Le métier du cuir qu’ils exerçaient, à l’intersection de l’élevage et de l’artisanat, met en valeur l’importance déjà signalée des bovins dans l’économie réelle et symbolique des campagnes provençales. Surtout, nonobstant ces dots moyennes, la documentation notariale montre que Penchenat et Michel sont solidement ancrés par les liens du mariage dans deux des trois constellations des familles qui dominent cette bourgade de 330 foyers. Le mariage constitue l’armature de ces trois structures claniques, mais l’étude des témoins des actes révèle que Penchenat et Michael multipliaient leurs attaches à leurs clans, au-delà du mariage, par la présence des membres de leurs familles comme témoins des gestes fondamentaux de la vie sociale que sont les constitutions de dots et les testaments. Ainsi, le pouvoir de ces deux individus dérive de leur insertion solide dans des réseaux de clientèles concurrentielles, équilibrés par le partage des offices de conseiller. L’ensemble de ces trois groupes constituait une élite de 24 familles non-nobles, dont la domination des institutions politiques, et la structuration sociale interne n’est pas sans rappeler les clans de Montaillou32.

17Ce bref tableau de la notion d’élite rurale dans les campagnes provençales montre que, en dépit du langage binaire (« divitores – pauperes ») qu’emploient certaines sources pour désigner un groupe dominant, il faut tenir compte des critères autres que la situation financière pour définir l’élite. L’étalage d’une richesse relative par le biais des biens symboliques comme les bœufs est sûrement aussi important que la richesse absolue. Surtout, il faut noter que, si une élite paysanne domine les institutions politiques villageoises en pleine évolution au XIVe siècle, ce pouvoir est le résultat d’une insertion des individus et des familles, par de multiples liens personnels, dans des réseaux larges, mais non moins structurés pour autant. La conscience d’une identité collective très forte n’encourage pas l’émergence de « coqs de village » individualistes ; l’exercice du pouvoir a besoin d’une élite qui construit son influence par la formation de liens verticaux qui plongent leurs racines profondément dans le tissu social.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Baratier 1961 = E. Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris, 1961.

Baratier 1963 = É. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence, 1252 et 1278 avec une étude sur le domaine comtal et les seigneuries de Provence au 13e sìecle, Paris, 1963.

Baraut 1986 = P. C. Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies de l’antic bisbat d’Urgell : segles IX-XIII, La Seu d’Urgell, 1986.

Bautier – Sornay 1972 = R. H. Bautier, J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, Savoie, Paris, 1972-1974.

Bonnaud 2007 = J.-L. Bonnaud, Un État en Provence : les officier locaux du comte de Provence au XIVe siècle, Rennes, 2007.

Boyer – Venturini 1984 = J.-P. Boyer, A. Venturini, Les consulats ruraux dans le ressort de l’Évêché de Nice (1150-1326). Actes des journées d’histoire régionale, Mouans Sartoux, Mouans-Sartoux, 1984, p. 19-21

Boyer 1990 = J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècles), Nice, 1990.

Boyer 1993 = J.-P. Boyer, Communautés villageoises et État angevin : une approche au travers de quelques exemples de haute Provence orientale (XIIIe-XIVe siècle), dans Genèse de l’État moderne en Méditerranée : approches historiques et anthropologiques des pratiques et des représentations, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 168), p. 245-252.

Collier 1958 = R. Collier, Le consulat de Reillanne au début du XIIIe siècle, dans Provence historique, 8, 1958, p. 213-219.

Coulet 1985 = N. Coulet, Les confréries du Saint-Esprit en Provence : pour une enquête, dans Mélanges Mandrou, Paris, 1985, p. 205-217.

Coulet 1995 = N. Coulet, Les Villages Provençaux, la Queste et le Cadastre, dans J. Drendel (éd.), La société rurale et les institutions gouvernementale au Moyen Âge, Montréal, 1995, p. 117-119.

Coulet – Stouff 1976 = N. Coulet, L. Stouff, Les institutions communales dans les villages de Provence au bas Moyen Âge, dans Études rurales : pouvoir et patrimoine au village, 1976 p. 67-81

Coulet – Stouff 1987 = N. Coulet, L. Stouff, Le Village en Provence au Bas Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1987.

Drendel 1991 = J. Drendel, Society and Economy in Trets : 1297-1348, diss. Ph.D., Toronto, 1991.

Drendel 1994 = J. Drendel, Gens d’Église et crédit dans la vallée de Trets au quatorzième siècle, dans Provence historique, 44, 1994, p. 77-88.

Drendel 1999 = J. Drendel, Jews, Villagers and the Count in Haute Provence : Marginality and Mediation, dans Provence historique, 49, 1999, p. 222-226.

Gouron 1963 = A. Gouron, Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux XIIe et XIIIe siècles, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 121, 1963, p. 26-76 (réimp. dans La science du droit dans le Midi de la au Moyen Âge, Londres, 1984).

Hébert 1983 = M. Hébert, L’élection des chevaliers : un épisode de recrutement militaire en Provence au XIIIe siècle, dans Cahier des études anciennes, 1983, p. 81-102.

Le Roy Ladurie 1975 = E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975.

T. Pécout, Domaine et réformation : une enquête générale en Provence (1331-1334), dans T. Pécout (éd.), L'enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale : avril-juin 1333, Paris, 2008, p. XXXIX-XCII.

Verdon 2008 = L. Verdon, Aux origines de l’enquête générale en Provence : principes, modalités et fondement idéologiques de Charles d’Anjou au roi Robert, dans T. Pécout (éd.), L'enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale : avril-juin 1333, Paris, 2008, p. XXVII-XXXVIII.

Haut de page

Notes

1 Drendel 1994.

2 Pour un aperçu générale des sources, voir Bautier – Sornay 1972 ; pour les enquêtes, voir en dernier lieu Verdon 2008 et Pécout. Sur les archives judiciaires et fiscales locales voir Bonnaud 2007, p. 38-48.

3 Boyer – Venturini 1984

4 Baraut 1986 ; Boyer 1990, p. 260.

5 Gouron 1963, 26-76 ; Boyer – Venturini 1984, p. 19-21; Baratier 1963, p. 75.

6 Boyer – Venturini 1984; Baratier 1963, p. 75.

7 Boyer – Venturini 1984, p. 26; Boyer 1993, p. 245-52.

8 Baratier, 1963, p. 140; Boyer – Venturini, 1984, p. 22-27.

9 Baratier 1963, p. 74-76.

10 Boyer – Venturini 1984, p. 23.

11 Boyer – Venturini 1984, p. 21; Collier 1958, p. 215.

12 Coulet – Stouff 1976; Coulet – Stouff 1987, p. 34-35

13 Boyer 1990, p. 65-6; Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ci-après cités ADBDR) B142 fol. 96r.

14 . Boyer 1990, p. 243-65.

15 ADBDR 396 E19, fol. 10v.

16 ADBDR 309E 1514.

17 ADBDR 101E 58.

18 Boyer 1990, p. 203.

19 ADBDR, dépôt d’Aix-en-Provence, 309E 1514 fol. 1v.

20 Coulet 1985, p. 205-217.

21 Baratier 1963, p. 53-61; Drendel 1999.

22 . Coulet 1995, p. 117-119.

23 . Ce n’est pas une enquête exhaustive; toutes les circonscriptions ne sont pas représentées, et dans le haut pays, dans les villages de moins de 25 feux, la côte de chaque maison fut marquée par encoche sur la maison et non pas inscrit dans un registre, Coulet 1995, p. 120.

24 . Ibidem et Hébert 1983, p. 81-102.

25 . Baratier 1961, p. 16.

26 ADBDR 396 E3, fol. 30 r.

27 Coulet 1995, p. 126.

28 Coulet 1995, p. 128.

29 Boyer 1990, p. 125-36; p. 208.

30 Drendel 1999, p. 221-222.

31 Ce paragraphe reprend des éléments non-publiés de ma thèse, Drendel 1991, p. 162-178.

32 Le Roy Ladurie 1975, p. 417-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John Drendel, « Les élites politiques au village en Provence médiévale », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/962 ; DOI : 10.4000/mefrm.962

Haut de page

Auteur

John Drendel

Université du Québec à Montréal – drendel.john[at]uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org