Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Gouvernement local et mobilité sociale

Les élites rurales de Macédoine, XIIIe-XIVe siècle

Christophe Giros

Résumés

Les archives des monastères du Mont-Athos, ainsi que les textes hagiographiques, établissent l’existence de la catégorie des élites rurales, absente des textes historiques produits en ville et éclairent ses conditions de vie. Habitants dans de petites villes plus que dans des villages, les membres de ce groupe sont des propriétaires fonciers de moyenne envergure, exerçant parfois des fonctions militaires et bénéficiant à ce titre de pronoia. Insérés dans des réseaux clientélaires, ils peuvent être en relation avec le palais. Ils sont fréquemment très proches des monastères. Ils se servent des fondations qu’ils établissent sur leur terre pour assurer la stabilité de leur propriété. Ce sont enfin les représentants qualifiés de la population rurale face aux grands propriétaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Odorico 1996 ; sur Mélikitsi, cf. Bellier et al. 1986, p. 189.
  • 2 Odorico 1996, § 29, p. 120-128.
  • 3 Berelowitch 2007.

1En 1638, Synadènos, un prêtre de la ville de Serrès en Macédoine, acheva la rédaction, en langue démotique, de ses mémoires, dans lesquelles il faisait l’éloge de son père récemment décédé Sidérès, qui avait été prêtre du village de Mélikitsi, d’où la famille était originaire, et qui se situait à 11 km au nord-ouest de Serrès1. Synadènos rapporte que son père, chargé de percevoir les impôts dus par les paysans sur la terre, les maisons et les moutons, s’était rendu près de six fois à Constantinople, et qu’il avait coutume d’acquitter les dettes des pauvres. Il avait financé, avec un autre notable, la construction d’une église nouvelle, pourvue de peintures, au milieu du village, et avait fondé un petit monastère au lieu-dit Skalitza et un caravansérail à Mélikitsi, pour les commerçants et les voyageurs de passage. Il avait dénoncé, pour sa cupidité, le métropolite de Serrès, Damaskinos, auprès du patriarcat de Constantinople, et obtenu la condamnation du prélat, avec lequel il s’était ensuite réconcilié. Lorsqu’il mourut en 1637, tout le monde fut affligé, chrétiens et Turcs. Synadènos et ses quatre frères et sœurs se partagèrent l’héritage2. Kyr Sidérès et sa famille constituent un bon exemple des élites rurales de la Macédoine du XVIIe siècle. Le prêtre était en relation avec la capitale, tirait ses revenus de son sacerdoce et des charges fiscales qu’il exerçait au service de la Porte. Ce texte précieux, s’il n’a malheureusement pas d’équivalent aussi détaillé pour la Macédoine médiévale, trouve néanmoins de nombreux échos dans la littérature hagiographique et la documentation des archives monastiques de la région. Le rôle des monastères de l’Athos en Macédoine, leur emprise foncière croissante au XIVe siècle, expliquent la mention de ces élites rurales dans les documents conservés de leurs archives. Comme le dit justement André Berelowitch au sujet des élites rurales russes à l’époque moderne, c’est dans les recoins de la documentation fiscale ou des archives monastiques qu’apparaissent les représentants des élites rurales3. Ces textes révèlent, pour la Macédoine, une société rurale relativement diversifiée aux XIIIe-XIVe siècles. Les bourgades fortifiées de la région abritaient des clercs, des militaires et des fonctionnaires, qui bénéficiaient d’une certaine aisance. Dans les villages, une élite de notables (gérontes) jouait le rôle d’intermédiaire entre les puissants et les tenanciers paysans. Certains représentants de ces élites pouvaient fonder un petit monastère, ou entretenir des liens privilégiés avec les moines d’un grand établissement. Des textes récemment édités, ou en cours de publication, renouvellent la documentation de l’époque considérée.

  • 4 Laiou 2000.
  • 5 Oikonomidès 1979.
  • 6 Ibid., p. 117.

2Au milieu du XIVe siècle, les lettrés byzantins distinguaient trois catégories sociales, les aristocrates (eugéneis, dynatoi), qui tiraient leurs revenus de leurs domaines, les « moyens » (mésoi), c’est-à-dire les commerçants et artisans aisés qui habitaient les villes, et le peuple (dèmos), dénué de tout, prêt à s’adonner au pillage et au vol4. La part moyenne du corps social, que l’historien Nicéphore Grègoras appelle le tiers groupe (tritè moira), était composée d’hommes de basse extraction, enrichis et prêts à suivre les meneurs et à se joindre au peuple contre les aristocrates, comme ce fut le cas lors de la révolte des Zélotes à Thessalonique, en 1342-13495. Dans son Dialogue entre le riche et le pauvre, composé dans les années 1340, Alexis Makrembolitès, lui-même d’origine relativement modeste, énumère les sources possibles de la richesse acquise par ces catégories sociales intermédiaires, parmi lesquelles il mentionne l’artisanat, le commerce, l’usurpation de biens, l’héritage, l’exercice de fonctions administratives et la propriété foncière. Makrembolitès souligne que la différenciation n’est pas seulement économique, mais qu’elle est aussi sociale, puisque les riches évitent tout mariage avec les pauvres et recherchent des alliances dans le même milieu social, ce qui aboutit à la commercialisation (kapèleian) des unions matrimoniales, dictées par l’importance de la dot et du douaire6.

  • 7 Necipoğlu 2003.

3Dans leur manière de percevoir la société, ces lettrés suggèrent tous que les mésoi vivent dans les villes, tout comme les archontes, ces notables urbains qu’on connaît à Thessalonique ou à Serrès au XIVe siècle, qui peuvent s’apparenter à la petite aristocratie locale7. Il ne semble donc pas y avoir de place à Byzance pour des élites rurales, du moins dans la représentation de la société que suggèrent les textes des lettrés. Les textes hagiographiques et les documents d’archives apportent un éclairage différent, et révèlent une société rurale bien plus diversifiée.

  • 8 Hagiologika Erga 1985, p. 124 ; cf. Actes de Lavra IV, p. 15-16 et 22. Philothée Kokkinos a été pat (...)

4Une vie de saint écrite au milieu du XIVe siècle par le patriarche de Constantinople, Philothée Kokkinos, la Vie de saint Germain l’Hagiorite (BHG 2164), évoque les assemblées de notables des villages et des petites villes fortifiées que Job, l’higoumène du monastère athonite de Lavra attesté vers 1280, avait été amené à rencontrer, dans le cadre de ses fonctions, en Macédoine : « L’higoumène doit parcourir les villes et les îles, en compagnie de deux ou trois moines, et avoir affaire aux assemblées des villages et des bourgs fortifiés (phrouria), c’est-à-dire des petites villes, se présenter devant les fonctionnaires, devant ceux qui perçoivent l’impôt et ceux qui gèrent l’argent des biens consacrés »8. Ce texte est intéressant à plus d’un titre : il distingue un habitat ouvert de villages et un réseau de bourgs fortifiés, qui constituent l’ossature du peuplement en Macédoine, et atteste l’existence d’une population rurale de notables, résidant dans les villages ou dans les bourgs. Ces notables, que j’assimile aux élites rurales dont nous cherchons la trace, sont en relation avec l’higoumène d’un des monastères les plus importants de l’Athos, dont la puissance foncière et économique est en essor à l’époque de la dynastie des Paléologues (1259-1453).

  • 9 P. Bellier et al. 1986, n. 1, p. 3-48.
  • 10 Lefort 1983, repris dans Lefort 2006, p. 155-159 ; Dunn 1990.

5La Macédoine est située au carrefour des voies nord-sud qui relient le Danube à la Méditerranée, par les vallées du Vardar et du Strymon, et de la route est-ouest qui va de Constantinople à Thessalonique et à l’Adriatique. Le relief est contrasté, qui voit se succéder dépressions et massifs de hautes terres aplanies. Des collines dominent des plaines inondables ou occupées par des lacs. Les plateaux étaient couverts au Moyen Âge de forêts de hêtres et de chênes, domaine des pasteurs Valaques9. Les documents d’archives distinguent clairement les villages ouverts des villes fortifiées (kastra). Depuis le IXe siècle, un réseau de petites villes fortes s’est reconstitué en Macédoine. Ces bourgades étaient situées sur des routes d'importance régionale, et étaient espacées en moyenne d'une distance de trente kilomètres, soit une journée de cheval. Les villes nouvelles, construites à partir d'un habitat préexistant, étaient de petites dimensions (moins de 500 m de côté), parfois précédées d'un avant-mur10. Un réduit fortifié, qualifié d’acropole ou de koula, abritait les autorités publiques, et peut-être également les notables. Les deux tiers de ces bourgades ont perdu leur statut urbain au XVIe siècle.

  • 11 Demetrii Chomateni ponemata diaphora 2002, p. 347 ; cf. Bartusis 1992, p. 313-314.
  • 12 Actes de Xénophon, n° 5, l. 8 ; Actes de Kutlumus2, n° 33, l. 90 ; Actes de Chilandar, p. 158.
  • 13 Sathas 1877.
  • 14 Oikonomidès 1964 ; repris dans Oikonomidès 1976.
  • 15 Bartusis 1992, n. 11, p. 205‑206. L’expression « archontopouloi d’Occident » est attestée dans les (...)
  • 16 Actes de Vatopédi I, n° 52.
  • 17 Actes de Vatopédi II, n° 88.
  • 18 Actes de Vatopédi I, n° 60.

6C’est dans ces petites villes que résidaient les élites rurales. On y trouvait un évêque et son clergé, parmi lesquels des notaires ecclésiastiques. Les bourgades fortifiées comportaient parfois des militaires et des officiers. Le chef de la garnison était le kastrophylax, dont Dèmètrios Chomatènos nous dit au XIIIe siècle qu’il était en particulier chargé de faire exécuter les décisions du tribunal : le kastrophylax d’Hiérissos se rend à la tête de gardes (tzakônes du kastellion) dans la maison d’une personne condamnée à rendre une maison et une vigne, dont la propriété était contestée devant le tribunal épiscopal11. Les actes du XIVe siècle mentionnent les kastrophylakes des villes de Thessalonique et de Serrès, mais aussi de la bourgade de Zichna12. Un court formulaire de nomination de ces militaires, non daté, précise la nature de leurs fonctions : le kastrophylax doit s’occuper de la restauration, de l’entretien, du service de la garde et de la défense du kastron et assurer l’exécution des services dus par les habitants. Ceux-ci doivent obéissance et honneur au fonctionnaire. Un autre officier, le tzaousion, est chargé de veiller à ce que les habitants de la ville forte effectuent les corvées qui leur incombent, en particulier le service de garde des remparts13. Nous connaissons mal le patrimoine de ces militaires, d’un rang subalterne. Ces officiers de garnison détenaient des terres en pronoia, qui pouvaient correspondre à des exploitations moyennes. On sait que l’empereur concédait une rente fiscale (oikonomia) à titre temporaire sur une terre du fisc, à un militaire ou à une compagnie de soldats, à charge pour eux d’exécuter un service armé. Un document du XIIIe siècle précise que le militaire recevait d’un fonctionnaire du fisc, qui agissait sur ordonnance impériale, un praktikon qui le mettait en possession de sa rente : ce procès-verbal énumérait les feux des paysans, avec leurs attelages et leur bétail, et le montant de leur imposition, qui revenait au militaire14. Dans la pratique, les revenus fiscaux des biens détenus en pronoia étaient le plus souvent partagés entre plusieurs bénéficiaires, souvent des frères. Certains détenteurs de pronoia sont mentionnés dans les actes comme archontopoulos, avec parfois la précision « archontopoulos d’Occident »15. Le terme qualifie socialement des militaires qui relèvent des catégories inférieures de l’aristocratie, une sorte de gentry qui tirait ses revenus du service de l’empereur et constituait une élite régionale, installée sur ses terres ou dans les villes fortifiées. Un acte fiscal de 1320 rapporte que quatre archontopouloi d’Occident, les frères Sgouroi Orestai, ont obtenu de l’empereur Andronic II qu’une partie de leur pronoia, située dans la région de Melnik, leur soit attribuée comme un bien transmissible16. Nous savons par ailleurs grâce à un document de 1344 que les habitants de Melnik avaient reçu collectivement le privilège de vendre des tenures provenant des biens du fisc et accordées à titre de pronoia17. Le document énumère les biens concernés, dont la rente fiscale annuelle est de 6 hyperpères, qui sont soustraits à la pronoia et entrent dans le patrimoine de l’un des frères, Jean Sgouros Orestès. Ils comportent une maison de maître (kathédra), avec une cour et des bâtiments, construits par Orestès dans le village de Krousobos, une autre maison de maître dans une forêt, et six champs d’une superficie totale de 110 modioi, soit 11 ha environ. Jean Orestès pourra léguer à sa mort ces biens à sa veuve, mais seulement à titre viager. Le reste des biens détenus en pronoia par la famille pourra être transmis à son fils et à ses descendants, à condition que ceux‑ci continuent à exercer le service armé dû par leur père. On voit donc que ce militaire, sans doute résidant dans le village de Krousobos, où il avait fait construire sa demeure, doit ses revenus au service de l’empereur, et cherche à transformer en patrimoine un bien d’origine publique. Nous savons, par un autre acte, qu’en 1323, Jean Orestès détenait au total un patrimoine immobilier de 377 modioi de champs (38 ha) et 35 modioi de vignes. Il disposait de deux maisons de maître, deux moulins et plusieurs maisons à Melnik, où étaient installés quatre de ses hommes, soldats ou serviteurs18.

  • 19 Actes de Kutlumus2, n° 21.

7Ces membres de la « gentry » pouvaient exercer des pressions sur les paysans des domaines voisins de leur pronoia, pour les contraindre au service de la terre qu’ils détenaient. En 1348, des archontopouloi de Serrès se sont ainsi appropriés dans la bourgade d’Ézoba (aujourd’hui Daphnè, au sud du Strymon) des parèques qui appartenaient au monastère d’Alypiou, à l’Athos, et ont été condamnés à les restituer aux moines par le tribunal ecclésiastique de la métropole de Serrès, à la suite d’un témoignage oral des notables du village et de la lecture d’actes de propriété fournis par les moines19.

  • 20 Actes de Vatopédi II, n° 75.
  • 21 Lefort 1986, repris dans Lefort 2006, n. 10, p. 201-209.

8En Macédoine, certains notables, détenteurs de biens en pronoia, ont cédé au XIVe siècle à des monastères de l’Athos des parties de ceux-ci. C’est le cas par exemple de Dèmètrios Déblitzènos, détenteur d’une rente fiscale à Hermèleia depuis une date antérieure à 1311, et qui cède en 1331 à Vatopédi deux terrains tirés de son domaine détenu en pronoia20. Dans la même région, un gentleman farmer, Théodose Skaranos, fait don au monastère athonite de Xèropotamou, par un testament rédigé vers 1270-1274, de son domaine, qui lui venait d’une concession en pronoia. Il s’agit du seul cas de propriété de taille moyenne qui soit bien documenté, et auquel Jacques Lefort a consacré un important article, dont je me contente de reprendre les conclusions21. Ce domaine se trouvait en Chalcidique, dans la région d’Hermèleia, une petite ville fortifiée (aujourd’hui Hormylia). Théodose Skaranos tirait sa fortune du service de l’empereur Michel VIII, qui lui avait conféré, peu avant 1262, une rente fiscale assise sur une terre et neuf feux de parèques pour la cultiver. En 1262, ces biens furent confisqués et attribués au monastère d’Iviron, pour des raisons fiscales. Peu après cette confiscation, un recenseur restitua à Skaranos les biens qui lui avaient été pris et, durant une dizaine d’années, Skaranos géra son domaine. Sans doute à la mort de sa femme, Skaranos était devenu moine et s’était installé dans un petit monastère qu’il avait acquis près d’Hermèleia, dédié à la Mère de Dieu (Théomètôr), qui devint dès lors le centre du domaine. Les actes de propriété étaient conservés dans le bourg d’Hermèleia, dans deux coffres, sans doute dans la maison patrimoniale de la famille. Par son testament, établi dans les années 1270, Skaranos lègua son monastère à Xèropotamou. On notera que Théodose Skaranos a des liens avec des puissants, à Constantinople et à Thessalonique. Il fait ainsi du despote Jean Paléologue, le frère de l’empereur Michel VIII, l’épitrope de sa fondation, ce qui suggère qu’il avait des liens avec le palais impérial. Son père spirituel était higoumène de l’important monastère d’Akapniou, à Thessalonique. Le monastère d’Hermèleia comportait une église principale flanquée de deux chapelles, qui abritait neuf icônes et trois croix en fer, dont l’une était argentée, et une douzaine de livres liturgiques. Autour de la cour étaient disposés douze bâtiments, qui accueillaient quatorze personnes, dont le fils d’une abbesse d’un autre monastère d’Hermèleia. L’inventaire des biens comprend trois buffles, deux bœufs, un âne et deux chevaux, des outils agricoles destinés aux travaux des champs et à ceux de la vigne, dont un pressoir. Le domaine comportait au total 270 modioi de terre (27 ha) et 24 modioi de vigne, en plusieurs parcelles. Les parèques étaient au nombre de onze, la plupart étant dépourvus de terre. Au total, plus d’une trentaine de paysans étaient installés sur le domaine en 1262. Parmi eux, on relève le gendre de Théodose Skaranos et un autre membre de sa famille, Xénos tou Skaranou, qui pourrait être le fils de Théodose.

9Les documents relatifs aux biens de Jean Orestès et de Théodose Skaranos, qui me semblent de bons représentants de la gentry de Macédoine, suggèrent que ces derniers détenaient des terres d’une superficie assez comparable, entre 30 et 40 ha. Ils possédaient une résidence dans la ville fortifiée et une maison de maître, centre de leur exploitation domaniale, à la campagne.

  • 22 Kraus 2007.
  • 23 Actes d’Iviron III, n° 74 ; Actes d’Iviron IV, n° 86.

10Au sein des villages et des bourgs fortifiés, le clergé constituait une élite, que Christof Rudolf Kraus a récemment étudiée en détails22, et dont je reprends les principales conclusions. Dans les villages de Macédoine, les familles qui comportaient des membres du clergé sur plusieurs générations constituaient l’exception. Dans le gros village de Radolibos, au piémont nord-ouest du Pangée, bien connu par deux praktika de 1316 et 134123, qui recensent 226 feux en 1316, le clergé comptait une douzaine de membres. Les membres du clergé rural, à la différence de ceux du clergé urbain, qui mentionnent toujours leur office dans les signatures, ne se distinguent que par le degré de l’ordination. Dans les praktika, leurs biens fonciers sont en tout point semblables à ceux des autres paysans, et sont imposés de la même manière. Ils ne semblent donc pas se distinguer par leur patrimoine foncier. Toutefois, il faut tenir compte des revenus annexes qu’ils pouvaient tirer de leur sacerdoce, pour la célébration des mariages, les onctions funéraires, les commémorations des défunts ou les panégyries. Lors des enquêtes menées sur place par les juges pour régler un conflit foncier, les prêtres sont généralement cités parmi les notables du village. Même si leur patrimoine ne semble pas exceptionnel, comparé à celui des autres paysans, leur influence au sein de la communauté villageoise les distinguait clairement aux yeux des autorités. En outre, les praktika recensent les tenures exploitées par les clercs en tant que parèques, mais ne mentionnent jamais les revenus attachés à l’église, qui permettaient d’entretenir le clergé, sur lesquels d’autres documents apportent quelques informations.

  • 24 Vatopédi inédit (1428).

11Un acte du métropolite de Thessalonique, daté de 1421, encore inédit24, apporte ainsi des données sur la famille d’un prêtre de village, qui semble appartenir au milieu des notables ruraux de Macédoine. Un habitant du village de Sidèrokausia, en Chalcidique (aujourd’hui Stagira), Nicolas Kastnikas, avait dépensé toute sa fortune pour y construire à ses frais une église, desservie par son neveu par alliance, le prêtre Dèmètrios Kalamaras. Il avait fait édifier, en plus de l’église, des bâtiments autour d’une cour fermée par un mur, pour y loger le clergé. Kastnikas avait assuré les revenus de l’église en plantant un verger et une vigne. Désireux d’empêcher que l’évêque d’Hiérissos ou le maître du village ne s’empare de ses biens, Kastnikas fit don de sa fondation au métropolite de Thessalonique. Nicolas Kastnikas puis son neveu Démétrios Kalamaras devaient conserver la jouissance des biens ; à la mort de Kalamaras, la fondation devait revenir à la métropole.

  • 25 Oikonomidès 1988 ; repris dans Oikonomidès 2005.
  • 26 Vatopédi inédit (1438).

12Les monastères de l’Athos ont entretenu des relations privilégiées avec les élites villageoises de leurs domaines. Certains représentants des élites rurales entraient comme moine à l’Athos. N. Oikonomidès a pu montrer, à partir des signatures autographes des moines, que leur niveau d’alphabétisation était relativement élevé entre le milieu du XIIIe siècle et le XIVe siècle, et qu’il aurait connu un déclin après 137125. Au sein des monastères, les hiérarchies sociales demeuraient fortes, distinguant les moines notables, les gérontes, du reste de la communauté. Ces distinctions sociales ont sans doute été accentuées au XIVe et XVe siècle, avec le développement de l’idiorythmie, qui laissait aux moines la disposition d’une partie de leurs biens qu’ils pouvaient céder par testament. En 1438, un moine de Vatopédi lègue par exemple à sa mère 10 florins, soit 33 hyperpères, et une coupe d’argent26. À cette époque, l’obtention d’une pension viagère annuelle dans un monastère représentait un coût de 45 florins, soit 150 hyperpères.

  • 27 Actes de Chilandar, n° 76.

13Les monastères avaient aussi à leur service des laïcs, parmi lesquels certains relèvent de la catégorie des élites rurales, en particulier les meuniers. Un dossier de quatre documents, conservés à Vatopédi et encore inédits, illustre les liens tissés entre les moines et une famille appelée Mylonas (Meunier). Depuis les années 1310, cette famille était au service du monastère de la Spèlaiotissa, à Melnik, devenu dépendance de Vatopédi en 1365, et exploitait, contre un loyer, les moulins du monastère. Jean Mylonas avait pu construire pour son compte un autre moulin, alimenté par le même cours d’eau. Or, un moine, Macaire de Kataphygion (un autre monastère de Melnik, voisin de la Spèlaiotissa), avait enlevé un des enfants de Jean Mylonas, après le décès de ce dernier, survenu avant 1377. En dépit de son jeune âge, l’enfant était devenu moine à Thessalonique. Il semble que cet enlèvement soit lié à la revendication par Kataphygion des droits de la Spèlaiotissa sur ces moulins. Macaire a même rédigé un faux, en imitant la signature du métropolite de Melnik, pour garantir les droits de Kataphygion. Raison est finalement donnée à la Spèlaiotissa en 1386. Mais un nouveau procès, en 1395, devant le tribunal patriarcal, rétablit les droits sur le moulin de l’héritière de la famille Mylonas, Sophie, représentée par Macaire. Cette affaire passablement compliquée illustre bien les liens de dépendance entre laïcs et moines, qui contribuent à manifester les droits des institutions monastiques sur certains biens. Les conflits autour des droits sur les moulins illustrent l’importance de ces enjeux pour les élites rurales de Macédoine. Les habitants du village de Chandax détruisirent vers 1321 le chantier d’un moulin qui appartenait au monastère serbe de Chilandar, à l’Athos, et qui était situé sur le Strymon, pour préserver leurs droits sur le fleuve27.

  • 28 Actes de Chilandar I, n° 9.

14Les droits respectifs des grands propriétaires étaient rappelés à l’occasion du règlement des litiges fonciers et des enquêtes sur place qui en découlaient. La contradiction entre les documents écrits, ou leur absence, était réglée par le témoignage oral des notables ruraux, convoqués par l’autorité publique. On peut parler d’interdépendance entre les élites rurales et les grands propriétaires. En 1274, les notables de deux villages, Roudava et Kaména, à l’ouest d’Hiérissos, témoignèrent dans le règlement d’un conflit foncier qui opposait Chilandar à Lavra et à Xèropotamou. Parmi les douze témoins, trois d’entre eux sont cités ou apparaissent comme témoins dans d’autres actes28.

  • 29 Actes de Vatopédi I, n° 26, p. 187-191.

15L’exemple du village de Komitissa, situé sur l’isthme de l’Athos, est exceptionnel à plus d’un titre. Son seigneur (authentès) n’est autre que le prôtos (moine élu qui représente la communauté des moines de l’Athos), qui perçoit les redevances dues par les habitants du village. Un document de 1297 apporte des informations sur cette société villageoise de Komitissa, et suggère l’existence d’une société relativement différenciée : à l’occasion d’un conflit entre Vatopédi et Chilandar, le duc de Thessalonique enregistra alors le témoignage des habitants du village, qui allait en faveur des intérêts de Chilandar. Le texte assure que toute la population de Komitissa s’était rendue sur place, pour témoigner sous serment des limites entre les biens des deux monastères, qui n’étaient pas conformes à la délimitation écrite invoquée par Vatopédi. Le prôtos avait convoqué cette assemblée, en adressant une lettre aux notables du village. L’assemblée comportait les prêtres, au nombre de deux, les notables (gérontes), dont un prôtogéros, les propriétaires (oikodespotai) et tout le peuple (laos) de Komitissa29. Vingt témoins sont mentionnés, et trois notables signent de leur main le document, dont le prôtogéros. On sait aussi que les habitants de Komitissa devaient des services de guet, puisqu’ils avaient pour obligation de surveiller le rivage septentrional de la presqu’île, et de porter secours aux monastères menacés par un raid de pirates. Avant 1325, un raid turc avait emmené en captivité une partie des habitants, et le prôtos Isaac décida de construire une forteresse à Komitissa, pour défendre la Sainte Montagne et les résidents du village. Le cas de Komitissa est peut-être exceptionnel, et lié à la proximité immédiate de l’Athos, mais il suggère que la société villageoise restait assez différenciée au XIVe siècle en Macédoine.

  • 30 Actes du Pantocrator, n° 6.

16Les actes de la pratique témoignent du maintien de la convocation d’assemblées rurales réunies à des fins judiciaires. En 1363, l’évêque de Polystylon, à l’embouchure du Nestos, se rendit dans l’île de Thasos pour régler un conflit de propriété au sujet d’un petit établissement monastique dédié à saint Constantin et à sainte Hélène, situé au lieu‑dit Proasteion. Le monastère avait été fondé par un notable du village de Potamia, nommé Pierre, à l’époque où ce dernier était un laïc, marié et pourvu d’enfants. Après le mariage de ses filles et la mort de sa femme, Pierre était devenu moine et avait restauré le monastère, ruiné par le temps. Pierre fut capturé par les Turcs vers 1350, et mourut en captivité. Le gouverneur de l’île attribua alors le monastère à un hiéromoine de Thasos, qui le légua ensuite à un autre moine, qui y fit des améliorations, avec l’appui du gouverneur. Les héritiers de Pierre revendiquèrent leurs droits en 1363. L’enquête menée par l’évêque de Polystylon se fit en présence de prêtres, de moines et de notables de l’île, qui apportèrent leur témoignage aux parties en conflit : les héritiers de Pierre furent finalement déboutés30. Le document laisse entrevoir que les détenteurs successifs du monastère appartenaient à la strate supérieure de la paysannerie thasienne, qui pouvait obtenir le soutien du pouvoir local dans l’aménagement d’un établissement monastique.

  • 31 Actes de Vatopédi II, n° 101.

17Les notables ruraux représentaient les intérêts de la communauté villageoise, face aux maîtres du sol, et pouvaient en subir les conséquences. Un cas illustre bien ce rôle, et témoigne des résistances des paysans à accomplir certaines corvées. Au milieu du xive siècle, le grand économe de Vatopédi, responsable de l’administration des biens du monastère, avait imposé aux paysans du village de Sémalton, aux pieds du mont Pangée, certaines corvées de construction d’une tour, pour assurer la protection du métoque de Vatopédi. Les paysans ne s’exécutèrent pas, et onze notables du village durent s’engager à effectuer les charges requises par leur maître, en établissant un acte de garantie. Les notables y déclarent ne pas savoir quoi penser du préjudice subi par Vatopédi, et cherchent à se disculper en assurant qu’ils n’ont jamais incité les autres paysans à agir contre les intérêts du monastère. Ils promettent de se comporter à l’avenir en serviteurs dociles, et s’engagent à obéir à n’importe quel représentant du grand économe, fût-il le moins important des hommes. Ils le considéreront en effet comme s’il était l’économe lui-même, et ils accompliront ses ordres avec zèle et humilité, sous peine d’un châtiment sévère31.

  • 32 Ibid., n° 130.
  • 33 Panayotidi 2005.
  • 34 Actes de Vatopédi I, n° 35.
  • 35 Ibid., n° 43.

18Le don aux églises était sollicité de tous à Byzance. Le préambule d’un acte du XIVe siècle rappelle que tous les Juifs, même les plus pauvres, ont apporté leur contribution à la construction de l’Arche d’Alliance. C’est pour cette raison que les empereurs, les archontes et les pauvres, chacun selon ses propres moyens, doivent faire des dons à l’Église32. La pratique généralisée des donations pour le salut de l’âme, les psychika, a multiplié les transferts patrimoniaux en faveur des monastères. Or, les donateurs connus par les archives des monastères de l’Athos sont pour la plupart des aristocrates. Les paysans vendent des biens aux monastères, mais les donnent rarement. On sait pourtant, grâce à des inscriptions et à des portraits de donateurs peints sur les églises rurales du Péloponnèse, en particulier en Laconie et dans le Magne, aux XIIIe-XIVe siècles, que les élites paysannes pouvaient faire des dons aux églises, en vue de les restaurer33. On constate dans la documentation athonite que certains notables ruraux, résidant le plus souvent dans des bourgs, ont fait des dons aux grands monastères de l’Athos. En 1303, à Hiérissos, un frère et une sœur remettent à Vatopédi un champ de douze modioi, qui constitue une part d’héritage que leur père avait réservée au salut de son âme. Le choix du monastère appartient aux enfants34. Un peu plus tard, entre 1308 et 1312, des notables d’Hiérissos font des dons à Vatopédi, pour être commémorés dans le monastère. On peut citer en particulier Nicolas Mélissènos, qui donne un champ de six modioi. Lui-même est témoin de plusieurs actes de vente. Le chartophylax Georges, un autre donateur, est parent de vendeur et témoin d’un acte. Le prêtre Théodore Kormos fait don d’un champ d’une valeur de cinq hyperpères, soit une superficie de quatre modioi environ. En 1331, le prêtre Nicolas Bladôn donne à Vatopédi un champ de dix modioi situé près d’Hermèleia35.

  • 36 Vatopédi inédit (1393).

19Le transfert d’un bien par donation permettait le plus souvent au donateur de rester sur place, et lui laissait la gestion de son patrimoine, à titre viager, voire pour lui et son héritier. Un cas illustre bien les accords conclus entre les monastères de l’Athos et certains notables ruraux. En 1393, Niphon, un notable de Melnik, petite ville située dans la haute vallée du Strymon, devenu moine de Vatopédi, s’engagea à céder ses biens patrimoniaux au monastère, à condition de pouvoir demeurer sur place, en qualité d’économe d’un métoque de Vatopédi, dédié à la Sainte-Trinité36. L’accord permettait à Vatopédi d’accroître ses biens à Melnik, tout en confiant l’administration d’un métoque à un notable local, soucieux d’assurer la pérennité de son patrimoine de son vivant.

20Les archives de l’Athos suggèrent que la plupart des représentants des élites rurales résidait aux XIIIe-XIVe siècles dans les bourgades fortifiées de Macédoine. Ils détenaient des biens à la campagne, parmi lesquels des bâtiments d’exploitation. Leur relative aisance se traduisait par la fondation d’un petit établissement monastique. Les villages abritaient des notables, qualifiés de gérontes, qui représentaient la communauté rurale en justice ou face aux maîtres du sol. Les élites rurales transmettaient souvent une partie de leur patrimoine, voire la totalité, à une institution puissante, épiscopale ou monastique, qui leur assurait protection et jouissance viagère de leurs biens. On pourrait en conclure que les élites rurales de Macédoine étaient enserrées dans des liens de clientèle, qui leur garantissaient la pérennité de leur statut et de leur patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Actes d’Iviron III = Actes d’Iviron, III. De 1204 à 1329, J. Lefort et al. éd., Paris, 1994 (Archives de l’Athos, 18).

Actes d’Iviron IV = Actes d’Iviron, IV. De 1328 au début du XVIe siècle, J. Lefort et al. éd., Paris, 1995 (Archives de l’Athos, 19).

Actes de Chilandar = Actes de Chilandar, éd. L. Petit, B. Korablev, Saint‑Petersbourg, 1911.

Actes de Chilandar I = Actes de Chilandar, I. Des origines à 1319, M. Zivojinovic’, V. Kravari et C. Giros éd, Paris, 1988 (Archives de l’Athos, 20).

Actes de Docheiariou = Actes de Docheiariou, N. Oikonomidès éd, Paris, 1984 (Archives de l’Athos, 13).

Actes de Kutlumus2 = Actes de Kutlumus2, P. Lemerle éd., Paris, 1988 (Archives de l’Athos, II2).

Actes de Lavra IV = Actes de Lavra, IV. Études historiques - Actes serbes - Compléments et Index, P. Lemerle et al. éd., Paris, 1982 (Archives de l’Athos, 11).

Actes de Vatopédi I = Actes de Vatopédi, I., J. Bompaire et al. éd., Paris, 2001 (Archives de l’Athos, 21).

Actes de Vatopédi II = Actes de Vatopédi, II. De 1330 à 1376, J. Lefort et. al. éd., Paris, 2006 (Archives de l’Athos, 22).

Actes de Xénophon = Actes de Xénophon, D. Papachryssanthou éd., Paris, 1986 (Archives de

l’Athos, 15).

Actes du Pantocrator = Actes du Pantocrator, V. Kravari éd., Paris, 1991 (Archives de l’Athos, 17).

Bartusis 1992 = M. Bartusis, The Late Byzantine Army, Arms and Society, 1204-1453, Philadelphie, 1992.

Bellier et al. 1986 = P. Bellier et al., Paysages de Macédoine, présenté par J. Lefort, Paris, 1986 (Travaux et mémoires du Centre de recherche d'histoire et civilisation de Byzance. Monographies, 3).

Berelowitch 2007 = A. Berelowitch, Les élites rurales russes à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles), dans F. Menant, J.-P. Jessenne (éd.), Les Élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXVIIes Journées internationales d'histoire de l'Abbaye de Flaran, 9, 10, 11 septembre 2005, Toulouse, 2007 (Flaran, 27), p. 259.

Demetrii Chomateni ponemata diaphora 2002 = Demetrii Chomateni ponemata diaphora, éd. G. Prinzing, Berlin-New York, 2002 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, Series Berolinensis, 38), p. 347.

Dunn 1990 = A. Dunn, The Byzantine Topography of Southeastern Macedonia : a contribution, dans Mélanges Lazaridès, Thessalonique, 1990, p. 307-331.

Hagiologika Erga 1985 = Philothéou Kônstantinoupoléôs tou Kokkinou Hagiologika Erga, éd. D. G. Tsamès, Thessalonique, 1985, p. 124.

Kraus 2007 = C. R. Kraus, Kleriker im späten Byzanz : Anagnosten, Hypodiakone, Diakone und Priester 1261-1453, Wiesbaden, 2007 (Mainzer Veröffentlichungen zur Byzantinistik, 9).

Laiou 2000 =A. Laiou, The Byzantine empire in the fourteenth century, dans M. Jones (éd.), The New Cambridge Medieval History, VI, c. 1300-c. 1415, Cambridge, 2000, p. 812-817.

Lefort 1983 = J. Lefort, Habitats fortifiés en Macédoine orientale au Moyen Âge, dans Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Lyon, 1983, p. 99-103 (Travaux de la Maison de l’Orient, 4 = Castrum, 1).

Lefort 1986 = J. Lefort, Une exploitation de taille moyenne au XIIIe siècle en Chalcidique, dans V. Kremmydas, C. A. Maltézou, N. M. Panagiotakis (éd.), Aphiérôma ston Niko Svorôno, I, Réthymnon, 1986, p. 362-372.

Lefort 2006 = J. Lefort, Société rurale et histoire du paysage à Byzance, Paris, 2006 (Bilans de recherche, 1).

Necipoğlu 2003 = N. Necipoğlu, The Aristocracy in Late Byzantine Thessalonike : A Case Study of the City’s Archontes (Late 14th and early 15th Centuries), dans Dumbarton Oaks Papers, 57, 2003, p. 133-151.

Odorico 1996 = P. Odorico, Conseils et mémoires de Synadènos, prêtre de Serrès en Macédoine (XVIIe siècle), Paris, 1996 (Textes, documents, études sur le monde byzantin, néohellénique et balkanique, 1).

Oikonomidès 1964 = N. Oikonomidès, Contribution à l’étude de la pronoia au XIIIe siècle, dans REB, 22, 1964, p. 158-175.

Oikonomidès 1976 = N. Oikonomidès, Documents et études sur les institutions de Byzance (VIIe-XVe siècle), Londres, 1976 (Variorum collected studies series, 47), VI.

Oikonomidès 1979 = N. Oikonomidès, Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople, Montréal, 1979, p. 115-120.

Oikonomidès 1988 = N. Oikonomidès, Mount Athos : levels of literacy, dans Dumbarton Oaks Papers, 42, 1988, p. 167-178.

Oikonomidès 2005 = N. Oikonomidès, Society, Culture and Politics in Byzantium, éd. E. Zachariadou, Aldershot, 2005 (Variorium collected studies series, 824), III.

Panayotidi 2005 = M. Panayotidi, Village painting and the question of local worshops, dans J. Lefort, C. Morrisson, J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’Empire byzantin (IVe-XVe siècle), Paris, 2005 (Réalités byzantines, 11), p. 193-212.

Sathas 1877 = K. Sathas, Mésaiônikè Bibliothèkè, VI, Venise, 1877, p. 644-645.

Haut de page

Notes

1 Odorico 1996 ; sur Mélikitsi, cf. Bellier et al. 1986, p. 189.

2 Odorico 1996, § 29, p. 120-128.

3 Berelowitch 2007.

4 Laiou 2000.

5 Oikonomidès 1979.

6 Ibid., p. 117.

7 Necipoğlu 2003.

8 Hagiologika Erga 1985, p. 124 ; cf. Actes de Lavra IV, p. 15-16 et 22. Philothée Kokkinos a été patriarche de Constantinople en 1353-1354 et entre 1364 et 1376.

9 P. Bellier et al. 1986, n. 1, p. 3-48.

10 Lefort 1983, repris dans Lefort 2006, p. 155-159 ; Dunn 1990.

11 Demetrii Chomateni ponemata diaphora 2002, p. 347 ; cf. Bartusis 1992, p. 313-314.

12 Actes de Xénophon, n° 5, l. 8 ; Actes de Kutlumus2, n° 33, l. 90 ; Actes de Chilandar, p. 158.

13 Sathas 1877.

14 Oikonomidès 1964 ; repris dans Oikonomidès 1976.

15 Bartusis 1992, n. 11, p. 205‑206. L’expression « archontopouloi d’Occident » est attestée dans les Actes de Vatopédi I, n° 52, l. 1, et dans les Actes de Docheiariou, n° 29, l. 4.

16 Actes de Vatopédi I, n° 52.

17 Actes de Vatopédi II, n° 88.

18 Actes de Vatopédi I, n° 60.

19 Actes de Kutlumus2, n° 21.

20 Actes de Vatopédi II, n° 75.

21 Lefort 1986, repris dans Lefort 2006, n. 10, p. 201-209.

22 Kraus 2007.

23 Actes d’Iviron III, n° 74 ; Actes d’Iviron IV, n° 86.

24 Vatopédi inédit (1428).

25 Oikonomidès 1988 ; repris dans Oikonomidès 2005.

26 Vatopédi inédit (1438).

27 Actes de Chilandar, n° 76.

28 Actes de Chilandar I, n° 9.

29 Actes de Vatopédi I, n° 26, p. 187-191.

30 Actes du Pantocrator, n° 6.

31 Actes de Vatopédi II, n° 101.

32 Ibid., n° 130.

33 Panayotidi 2005.

34 Actes de Vatopédi I, n° 35.

35 Ibid., n° 43.

36 Vatopédi inédit (1393).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Giros, « Les élites rurales de Macédoine, XIIIe-XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/949 ; DOI : 10.4000/mefrm.949

Haut de page

Auteur

Christophe Giros

Université Lyon 2-Lumière, UMR 5648-CIHAM – Christophe.Giros[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org