Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Fortunes, propriétés, production

Quelques paysans aisés dans l’empire byzantin du XVe siècle

Raúl Estangüi Gómez

Résumés

Les archives du Mont Athos ont conservé trois actes qui témoignent d’un groupe de paysans aisés habitant l’île de Lemnos entre la fin du XIVe et le milieu du XVe siècle. L’étendue des terres qu’ils cultivent, ainsi que le nombre de leurs biens pourraient indiquer que nous sommes en présence d’une élite rurale. Cette image contraste avec l’idée souvent très pessimiste que l’on s’est faite des campagnes byzantines de la fin du Moyen Âge. Toutefois, l’essor économique de ce groupe de paysans lemniotes semble dû aux mesures mises en place par l’État byzantin pour remettre en exploitation certaines régions, parmi lesquelles figure la distribution de terres aux paysans libres. C’est à l’époque de la conquête ottomane que les monastères de l’Athos se seraient emparés de ces tenures à la faveur d’une politique d’acquisition de biens fonciers dans l’île, ce qui expliquerait la présence de ces actes dans leurs archives.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laiou 1977.
  • 2 On pense surtout aux travaux de J. Lefort qui ont contribué à renouveler l’étude de la société rura (...)

1L’étude de la fortune des paysans byzantins a attiré l’attention des historiens, qui ont souligné un appauvrissement de cette population vers la fin de la période byzantine. Le livre d’Angéliki Laiou sur la société paysanne de l’époque tardive (XIIIe-XVe siècle) reste l’étude de référence sur la question1. Même si plusieurs contributions sont parues depuis, elles n’ont pas remis en question son point de vue qui souligne une dégradation de l’état de la fortune des paysans byzantins dès le début du XIVe siècle2. Une dégradation de la condition paysanne que l’on doit pouvoir attribuer aux difficultés que traverse l’empire byzantin à cette époque : les guerres, la peste et la piraterie, dont les sources se font souvent l’écho, ont dû en effet entraîner l’abandon de certaines exploitations rurales et l’appauvrissement de nombre d’autres. Il n’entre pas dans mes intentions ici de contester les conséquences néfastes de ces événements, mais la documentation témoigne aussi, pour la fin de la même époque, d’un certain redressement de l’état des campagnes, dont les conséquences pour la vie économique de l’Empire et de ses habitants ont été souvent minimisées par l’historiographie.

2Trois actes de la fin du XIVe et du début du XVe siècle, conservés dans les archives de l’Athos, rendent compte de l’existence dans l’île de Lemnos de quelques exploitations paysannes de grande taille qui s’étaient constituées grâce à la politique impériale de mise en valeur de la région. Il se trouve que ces tenures paysannes possèdent plus de biens que la plupart des paysans byzantins que l’on connaît, aussi bien pour le xve siècle que pour les époques antérieures.

3Le contenu de ces trois actes a fait l’objet de plusieurs commentaires. Toutefois, au lieu d’y voir un signe d’essor économique, des auteurs, comme Nicolas Oikonomidès ou Angéliki Laiou, ont interprété la grande étendue des champs mentionnés comme un signe du faible degré d’occupation du sol et de difficultés pour mettre en valeur l’île, faute de main d’œuvre. Or, il me semble que les conclusions que ces spécialistes ont émises n’ont pas tenu compte d’autres critères qui parlent indubitablement en faveur de la réussite économique d’un groupe paysan, que l’on pourrait qualifier à bon droit d’élite rurale. L’objet du présent article vise à reprendre l’étude de ces trois actes afin de mieux déterminer les conditions d’occupation de ces biens et de leur mise en valeur.

Trois actes conservés dans les archives du Mont Athos

  • 3 Actes de Dionysiou, p. 122-125.
  • 4 Actes de Docheiariou, p. 301-311.
  • 5 Actes du Pantocrator, p. 189-196.

4Les trois actes contenant une description de plusieurs tenures paysannes sont conservés dans les archives des monastères athonites de Dionysiou, Docheiariou et Pantocrator. Ils ne semblent pas être des originaux, puisqu’ils ne portent pas de signatures. L’acte conservé au Pantocrator est de fait une traduction moderne. Ils seront cités, d’après leur édition dans la collection Archives de l’Athos, comme l’acte de Dionysiou nº 213, l’acte de Docheiariou nº 604 et l’acte Appendice du Pantocrator5.

  • 6 Cf. Actes de Dionysiou, nº 21, l. 3. Pour l’identification des toponymes, voir Actes de Docheiariou(...)

5Il ne fait aucun doute que ces trois actes parlent de biens situés dans l’île de Lemnos : la mention, dans la première ligne de l’acte de Dionysiou, du nom de l’île et l’identification de quelques toponymes, auxquels font allusion les trois actes, en apportent l’assurance6.

  • 7 Cf. Actes de Dionysiou, p. 123 (« peu avant 1425 »), Actes de Docheiariou, p. 303 (« premiers tiers (...)

6Bien qu’aucun de ces actes ne porte de date, l’étude paléographique ainsi que la mention de quelques paysans dans d’autres documents conservés dans les archives de ces monastères ont permis à leurs éditeurs de les dater assurément de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle7.

7Les trois actes ont la même structure : ils commencent ex abrupto, sans aucun préambule. Chaque paragraphe débute par le nom d’un paysan, suivi de la description de ses biens meubles et immeubles et finit par le montant de la charge fiscale et la mention de la surface totale des biens détenus, sauf dans l’acte de Dionysiou qui ne mentionne ni les biens meubles ni l’impôt. Dans le cas de l’acte de Docheiariou, chaque paragraphe est précédé de la mention du village : chôrion de Lychna (l. 1) et chôrion de Katô Baros (l. 51). Les trois actes se terminent aussi de la même manière abrupte : l’acte finit après la description de la dernière tenure, sans mention de clauses de garantie, de signatures, ni de sceaux. Cela a conduit leurs éditeurs à penser qu’il doit s’agir de trois fragments copiés à partir des actes originaux perdus. Chaque description est très détaillée, comme le montrent les exemples suivants :

Acte de Docheiariou, nº 60, l. 52-61

  • 8 Le terme employé est οἰκήματα, qui peut signifier une ou plusieurs maisons. D’après d’autres passag (...)
  • 9 Sur le sens du terme proaulion, voir Actes de Docheiariou, p. 305. Toutefois, notons que dans l’édi (...)
  • 10 Il s’agit des biens que les habitants du village détenaient en commun : cf. Kaplan 1992, p. 189-191 (...)
  • 11 Le modios est une unité de superficie équivalant environ 0,1 hectare et de volume (17,6 1. ou 12,8  (...)
  • 12 Le terme esôthyrion signifie le terrain de culture qui se trouve à l’intérieur du village (cf. Lefo (...)
  • 13 Le terme esôchôraphion signifie champ situé à l’intérieur d’un village (cf. Lefort 2006, index) ; i (...)
  • 14 Le kokkion équivaut à 1/24e d’une pièce d’or, soit d’un hyperpère, qui était la monnaie de compte à (...)

Théodôros Kèpôropoulos a [une femme] Dèmaina, un fils Argyropoulos, une belle-fille Eirènè, [deux] filles, Kalè et Thaumastè, une maison8 avec une cour et un pressoir, une avant-cour (proaulion)9, qui est voisine de la maison de Blatys et qui a été donné [à Kèpôropoulos] provenant de la terre commune (koinon) du village10, [qui fait] 1,5 modios11 ; une vigne à Kampoi, voisine du [bien] de la veuve Stamata, 1,5 modios ; autre [vigne], voisine du [bien] de Staurakès, 1 modios ; une vigne à Palaia Praitôria, voisine de [la tenure de] Krithèniôtès, 4 modioi ; autre [vigne], voisine du [bien] de Poullachas, 6 modioi ; un champ à Stibanos, près de la limite [du village] de Lychna (συνόρου τῶν Λυχνιοτῶν), [dont la délimitation] commence sur la route qui mène vers Lychna, traverse l’Emphantès et va jusqu’à la mer, la moitié, 35 modioi, et de l’autre moitié, le quart, c’est à dire 8 modioi et 2/3 ; à Baterai, [il détient] la moitié [d’un champ] avec Rizas, 3,5 modioi ; à Anôphora, [un champ] voisin de Rizas, 8,5 modioi ; au même endroit, la moitié [du champ qu’il détient] avec Aggylas, 2 modioi ; un autre [champ], voisin du pressoir et de Rizas, 5 modioi ; à Plataia Strata, un autre [champ], voisin de Pôlitzès et de Blatys, 4 modioi ; au même endroit, [le champ] qui va jusqu’aux Esôthyria12, voisin de Pôlitzès et de Rizas, les 2/3, 8 modioi ; autre [champ], voisin de Blatys et de Pôlitzès [dont il détient] le tiers, 12 modioi, le reste [étant détenu] par Tradènôs ; le tiers [d’un autre champ], à Melagkiai, 4,5 modioi, dont le reste est aussi [détenu] par Tradènôs ; [autre champ], voisin de la limite d’Epanô Baros, en propre (idion), 6 modioi ; un autre [champ], en amont de la route qui va d’Anô Baros à Katô, vacat modioi ; à Epanô Melagkiai, 8 modioi ; à Pera Mandra, la moitié [d’un champ] avec Tradènôs, 8 modioi ; au même endroit, un bien [qui lui appartient] en propre (idion toutou), 8 modioi ; à un autre endroit, un autre bien détenu en propre (idion toutou), 8 modioi ; [un champ] voisin de la limite de Lychna et de Trikophinos, 35 modioi ; le tiers [d’un champ] à Kopriai, 4 modioi ; le tiers [d’un champ] à Gérontika, 5,5 modioi ; à Libadi, [un champ] voisin de Tradènos, 20 modioi ; à Azôlakos, [un champ] voisin de Blatys, 20 modioi. En tout, [il possède] 15,5 modioi de vignes, 212 modioi de champs (esôchôraphia et chôraphia)13. [Il paye] au titre d’impôt de base (stichikon télos) 6 hyperpères, au titre du bigliatikon 2 hyperpères, vacat, et au titre de la moitié d’une vigne située à Libadi, qu’il détient avec Tradènos et Aggylas [et qui fait] 4 modioi, un impôt de 16 kokkia14 : cela fait un total de 8 hyperpères et 16 kokkia.

Actes du Pantocrator, Appendice, l. 1-19

Tompris, qui habite à la tour d’Anô Chôrion, a une femme Maria, une fille qui s’appelle Eirènè et un gendre par celle-ci Théodôros Dragomoiros, a une maison, une paire de bœufs (zeugari), un cheval, un âne et 150 moutons ; on lui a récemment donné une terre faisant partie de celle attribuée collectivement au village tou Épispéragos ; il a aussi reçu une terre dans la région d’Aktè, dite tou Hagiou Blasiou [suit la délimitation], toute la terre fait 600 modioi ; Tompris en a reçu la moitié, 300 modioi, du côté d’Hagios Blasios, pour qu’il y fasse sa propre maison ; il paie au titre de l’impôt 6 hyperpères, 2 pour le bigliatikon, en tout 8 hyperpères, qu’il doit verser annuellement en deux versements et non en une seule fois ; et au moment de la récolte, il doit verser la quantité de blé habituelle, selon ses possibilités, ainsi que les autres droits locaux ; il doit payer également le bigliatikon de son gendre Théodôros Dragomoiros, soit 2 hyperpères. Sa terre fait 300 modioi.

  • 15 Sur le mode d’enregistrement des tenures paysannes à Byzance, voir Kravari 1995 et Lefort 1998 ; re (...)
  • 16 Il y a néanmoins certaines particularités dans chacun de ces trois actes qui n’ont pas été signalée (...)

8Les deux passages traduits ci-dessus sont, dans les grandes lignes, représentatifs des autres descriptions contenues dans ces trois actes. Il s’agit, comme on peut le constater, de l’énumération de biens exploités par un cultivateur. Comme dans le cas d’autres descriptions de tenures de paysans byzantins, un certain ordre régit cette énumération15 : elles commencent par le nom du responsable fiscal, qui est en général le chef de famille, suivi de quelques parents (femme, enfants et parents par alliance). Suit la mention de sa ou ses maisons, du bétail ou train de culture, des vignes, des jardins et des champs, avec indication de leur emplacement et de leur superficie. À la fin de chaque description, on donne le chiffre total indiquant la surface des biens fonciers détenus par le paysan et la liste des impôts dont il est redevable16. Il semblerait a priori que nous soyons devant un cas classique de description de tenures paysannes byzantines, comme d’autres qui sont conservés dans les archives de l’Athos.

  • 17 Selon Oikonomidès, l’acte de Docheiariou, nº 60 aurait été copié sur « un praktikon, semblable à ce (...)
  • 18 Voir par exemple la définition peu claire de Laiou 1977, p. 9 : « praktika or inventories of the po (...)
  • 19 Soulignons également que le bénéficiaire d’un praktikon n’a aucun droit de propriété sur les terres (...)
  • 20 On consultera, à ce sujet, la définition plus précise de Ostrogorsky 1954, p. 259 : « les praktika (...)
  • 21 Sur la question de la pronoia, la bibliographie est très riche. On consultera le travail, toujours (...)
  • 22 Les biens qui appartenaient à un monastère en pleine propriété et qui ont été confisqués, sans dout (...)

9La plupart des descriptions de tenures de paysans byzantins sont conservées dans un type de document que l’on connaît sous le nom de praktikon ; ce qui a conduit les éditeurs de ces actes, Nicolas Oikonomidès et Vassiliki Kravari, à supposer que l’on a à faire à trois praktika relatifs à Lemnos17. À première vue, un praktikon semble être un inventaire de biens détenus par un particulier, parmi lesquels il y a des terres et des paysans. Toutefois, cette définition, que l’on trouve chez beaucoup d’historiens18, n’est pas tout à fait exacte et a contribué à rendre difficile l’étude du statut juridique des paysans inscrits. De fait, beaucoup de contradictions subsistent dans l’historiographie concernant la condition du paysan byzantin en raison d’un usage peu précis de la terminologie par les historiens. C’est pourquoi, avant de continuer, il convient de préciser plusieurs aspects de ce qu’est un praktikon afin que l’on puisse, dans un second temps, porter un jugement sur la nature de ces trois actes relatifs à Lemnos. Un praktikon est un document qui contient la mention de plusieurs biens – terres et paysans, ces derniers qualifiés de parèques – dont le destinataire avait reçu de l’État les revenus fiscaux. Cela ne signifie pas que les biens mentionnés dans un praktikon appartiennent au propriétaire de l’acte : celui-ci doit simplement percevoir les impôts versés par les parèques19 et faire exploiter les terres que l’État lui a accordées, car le fait de recevoir l’impôt sur ces terres équivalait à en avoir l’usufruit. Un praktikon est, avant tout, un instrument du fisc qui sert à déterminer la rente d’un particulier20. Ce n’est pas un simple inventaire, ni un acte de recensement. L’attribution de revenus fiscaux est appelée pronoia ou oikonomia. C’est ainsi que l’État rémunérait les principaux cadres de l’administration et de l’armée21. La pronoia était normalement accordée à titre viager, et à la mort du bénéficiaire, les revenus accordés par l’État retournaient au fisc. Dans le cas des biens accordés à une institution religieuse, ils ne retournaient pas au fisc parce qu’il s’agit d’une personne morale qui ne meurt en principe jamais. C’est pourquoi, les biens détenus par une institution religieuse, comme un monastère, pouvaient paraître à première vue des biens en pleine propriété ; or, il s’agissait de biens détenus à titre conditionnel qui pouvaient faire l’objet de confiscations ou d’échanges avec d’autres biens du fisc22.

10L’identification de ces trois actes avec des fragments de praktika délivrés à trois couvents athonites n'est donc pas sans conséquences puisqu'elle détermine le statut juridique des paysans qui y sont dénombrés : leur mention dans des praktika impliquerait que ces cultivateurs étaient des parèques des monastères, c’est-à-dire que leurs revenus fiscaux avaient été accordés aux moines. C’est la conclusion à laquelle est arrivé Nicolas Oikonomidès, qui s’est demandé si la conservation de ces trois fragments dans les archives athonites implique qu’ils versaient leurs impôts aux moines et s’il existait un lien de dépendance plus fort entre ces paysans et les monastères. L’un des arguments qu’il invoque est ce passage de la ligne 51 de l’acte de Docheiariou nº 60 qui précède les descriptions de trois tenures paysannes : « [dans] le chôrion de Katô Baros, les parèques du monastère impérial de Docheiariou ».

  • 23 L’explication d’Oikonomidès n’est pas claire sur tous les points. Pour l’acte de Dionysiou, nº 21, (...)

11Oikonomidès s’est aussi interrogé sur le fait de savoir si la terre que ces paysans exploitaient appartenait aux moines. Rappelons que la définition classique du terme parèque implique, en principe, que le paysan n’était pas propriétaire de la terre qu’il cultivait, mais qu’il prenait à bail perpétuel une terre appartenant à un particulier ou une institution. Toutefois, Oikonomidès a constaté que certains aspects de l’histoire de ces biens, comme par exemple leur extrême morcellement, empêchait d’y voir la propriété des moines. C’est pourquoi, il a essayé de trouver une explication plus ou moins satisfaisante, en disant que l’État avait accordé aux moines une partie des revenus des parèques23.

  • 24 Cf. J. Lefort, L’économie rurale à Byzance (VIIe-XIIe siècle), dans Lefort 2006, p. 411-412 : « Dan (...)
  • 25 Cf. Actes de Dionysiou, p. 146 : « ces biens de parèques […] sont de grande étendue […]. Ce qui me (...)

12Outre le statut juridique, Oikonomidès s’est aussi interrogé sur le niveau de richesse de ces paysans, parce que ces trois actes indiquent pour chaque tenure une grande quantité de biens meubles (surtout de bétail) et de biens immeubles localisés en plusieurs endroits dans l’île, par exemple des maisons dans différents villages. En effet, les lots des terres qu’ils possèdent sont d’une grande étendue ; ils dépassent, en moyenne, 300 ou 400 modioi, alors que le chiffre moyen pour un paysan en Macédoine était, à la même époque, d’environ 30 modioi24. Or, peut‑être parce qu’il s’agissait de parèques et que pour lui cette catégorie désignait des paysans qui n’étaient pas propriétaires des terres qu’ils cultivaient, Oikonomidès n’a pas interprété la grande étendue de leurs champs comme un signe de l’essor économique mais de la faible occupation du sol dans l’île : par exemple, il explique que la possession de deux maisons, une dans la campagne et l’autre dans une ville fortifiée, suggérerait, plutôt qu’un indice d’aisance économique, une mesure suscitée par la grande insécurité de la région à cette époque à cause des attaques de la piraterie25.

  • 26 Cf. Laiou 2002, p. 365.
  • 27 Cf. Ibid., p. 366. Voir aussi Lefort, L’économie rurale dans Lefort 2006, p. 412 : « C’est seulemen (...)

13L’hypothèse d’Oikonomidès a reçu l’approbation des historiens qui ont utilisé l’exemple de ces trois actes pour illustrer l’état de dépopulation dans lequel se trouvaient les campagnes byzantines à la veille de la conquête ottomane. C’est le cas, par exemple, d’Angéliki Laiou dans son chapitre de l’Economic History of Byzantium, portant sur l’économie agraire de l’empire byzantin à l’époque des Paléologues (XIIIe-XVe siècle). Elle a écrit que la société rurale byzantine avait beaucoup souffert des épidémies et des guerres qui dévastèrent les différentes régions de l’Empire au cours de cette période. Elle est même allée jusqu’à parler d’une véritable crise démographique: « The worst problem was the depopulation of the countryside, brought about by the wars and the outbreaks of the plague […] This stark picture of decline of human and animal resources is made even starker in the records for the island of Lemnos… »26. Se fondant sur le contenu de ces trois actes, elle a écrit : « it is quite clear that this land could not all be cultivated, especially since this documentation mentions no oxen or very few »27.

14L’interprétation que ces historiens ont donnée du contenu de ces trois actes s’accorde bien a priori avec l’idée que l’on se fait de la situation de l’Empire byzantin à cette époque. Un État qui, en l’intervalle d’un demi-siècle, avait été réduit à quelques lambeaux de terre dispersés sur les côtes de la mer Égée et quelques îles, et qui se trouvait à la merci des Ottomans. Toutefois, il y a dans ces documents des indices qui contredisent cette image pessimiste et suggèrent plutôt une situation aisée de ce groupe de paysans habitant Lemnos à la fin de la période byzantine.

  • 28 Cf. Laiou 2002, p. 366 : « Still, when oxen are mentioned on Lemnos, their ratio per household is r (...)
  • 29 Selon certains historiens, la superficie de terre que peut cultiver un paysan byzantin muni d’un at (...)

15Je rappelle que le principal argument que ces historiens ont invoqué, pour dire que la plupart de ces biens étaient abandonnés ou en friche, est que ces paysans ne possédaient pas d’animaux de trait pour les cultiver. Certes, ils se sont fondés sur le témoignage de l’acte de Dionysiou, qui ne mentionne pas, comme on l’a vu, de bétail. Toutefois, si cet acte ne mentionne pas les bœufs, ce n’est pas parce que ces paysans n’en possédaient pas, mais parce que ce doncument ne concerne que la délimitation des biens fonciers. Cela est d’ailleurs dit au début de l’acte : « nous [les recenseurs] commençons à décrire les limites des champs de Bounéada ». En revanche, les actes de Docheiariou et de Pantocrator mentionnent tous les deux des bœufs et d’autres bêtes appartenant à ces paysans. D’ailleurs, on peut y constater que le ratio par foyer est assez élevé par rapport à celui d’autres régions de l’Empire, comme l’a constaté aussi Laiou28. Il n’y a pas de raison de penser que ces champs n’étaient pas mis en culture29.

  • 30 Sur les maisons des paysans byzantins à l’époque tardive, voir Lefort 2005, ici p. 292 ; repris dan (...)

16Or, il y a d’autres éléments qui suggèrent un certain niveau d’aisance de ces paysans : par exemple, la possession, par la plupart de ces familles, de deux maisons, une dans la campagne et une autre en ville, qui ne peut pas s’expliquer simplement, comme l’a fait Oikonomidès, par le contexte d’insécurité de l’île. De plus, la mention « avec cour » pour les maisons en campagne suggère qu’il s’agit de demeures complexes et non pas de simples maisons d’agriculteurs30 et témoigne d’un type de logement qui n’est pas celui de paysans qui n’ont pas les ressources nécessaires pour mettre en valeur leurs terres. Enfin, on peut constater que ces paysans exploitaient un grand nombre de vignes et de jardins, signe aussi d’un certain niveau de fortune.

17Il me semble donc nécessaire de corriger, à la lumière de ces constatations, l’interprétation donnée par Oikonomidès et Laiou concernant le contenu de ces trois actes. Contrairement à leur hypothèse, les descriptions de ces trois actes ne témoignent pas de l’état de ruine dans lequel se trouvait la société paysanne de l’île de Lemnos à la fin de la période byzantine, mais plutôt de l’essor économique d’un groupe de cultivateurs. Reste à expliquer quelles ont été les circonstances qui ont provoqué la constitution de ces exploitations de grande taille ? Et quel est donc leur statut juridique ? S’agit-il de paysans dépendants des monastères de l’Athos ? Et si ce n’est pas le cas, comment faut-il expliquer la présence de ces documents dans les archives monastiques ?

Tenanciers et ouvriers agricoles

  • 31 Voir par exemple : ἀπὸ τῶν ὑποστάσεων τῶν Φρυδάδων μερίδα τρίτην (Actes de Docheiariou, nº 60, l. 2 (...)
  • 32 Voir note ci-dessous. Par exemple, Kôstas Kèpôropoulos a reçu les hypostaseis de Eustrateios Perdik (...)
  • 33 Ibid., p. 305.
  • 34 Cf. Actes de Dionysiou, p. 146.

18Le mode de transmission des biens mentionnés dans ces trois actes est important pour déterminer le statut de leurs cultivateurs, car il permet d’expliquer le régime d’exploitation du sol. Dans la plupart des cas, il s’agit de terres qui provenaient de la tenure (hypostasis) d’un autre paysan, parfois du père31, mais le transfert de ces biens ne peut pas s’expliquer toujours par l’héritage, parce que l’on constate que, dans la plupart des cas, les anciens détenteurs portent un nom de famille différent du cultivateur inscrit dans l’acte32. De même, il y a trop de biens pour que l’achat ou la dot puissent expliquer toutes les transactions, comme l’a aussi constaté Oikonomidès33. Les actes précisent que certains biens ont été « donnés » à quelques paysans ou, collectivement, à une communauté villageoise. Ces biens sont parfois qualifiés d’« impériaux » et de mise en culture récente, ce qui implique qu’il s’agit de terres qui avaient appartenu au fisc, mais qui étaient en friche34. Il semblerait donc que ce soit l’État qui ait distribué des lots de terre entre les paysans afin qu’ils les exploitent.

  • 35 Voir par exemple : ὁμοίως ἐδόθη αὐτῶ ετέρα γῆ εἰς τὸν Ἅγιον Γεώργιον τὰ Νεώματα (Actes de Dionysiou(...)
  • 36 Oikonomidès a écrit « nous sommes devant une politique systématique de redistribution de terres à d (...)
  • 37 Voir l’interprétation de Lefort 1998, p. 346 : « Dans toutes les unités fiscales enregistrées dans (...)
  • 38 Sur les barèmes d’imposition à Byzance à l’époque tardive, voir Lefort 1974 ; repris dans Lefort 20 (...)
  • 39 Cf. pour la période tardive Laiou 1977, p. 215 et suiv.

19Chaque bien est précédé par la forme verbale « on lui a donné [c’est-à-dire au paysan] » tel ou tel bien35 ou « il a » tel ou tel bien. Il s’agit d’une différentiation chronologique et cela n’implique pas un statut de la propriété distinct36 : d’une part, on a les biens qui avaient été récemment distribués par l’État aux cultivateurs et, d’autre part, les biens que ces paysans possédaient depuis plus longtemps. Toutefois, l’emploi du verbe « avoir » n’implique pas nécessairement que le paysan en avait la propriété. Il vaut mieux se borner simplement à dire que le paysan était seul responsable de ce bien à l’égard du fisc37. Or, cette responsabilité consistait dans le versement de l’impôt de base (stichikon télos) pour les biens qui lui appartenaient38 et d’une redevance à titre de métayage (mortè) pour les terres qu’il détenait en location39. Dans ce dernier cas, on sait que les modalités d’exploitation changent selon le type de contrat, mais en général le paysan garde une grande partie de la production de la terre, grâce à laquelle il pouvait acquérir des biens en pleine propriété et ainsi augmenter sa fortune : par exemple du bétail, des maisons, des vignes et des jardins, ce qui a dû être le cas de ces paysans lèmniotes.

  • 40 Cf. Actes de Dionysiou, p. 144.

20Si l’emploi du verbe « avoir » ne permet pas de faire la distinction entre la propriété et le régime de location d’un bien, en revanche, l’expression « on lui a donné » implique la distribution de biens par l’État entre ces paysans, à titre de tenanciers. Chaque parcelle de terre était exploitée par deux paysans, dont chacun possédait la moitié ou une partie. On constate que ces lots de terres sont d’étendue égale40. Si l’un de ces paysans disparaît, un nouveau paysan arrive, étant désigné par le terme « remplaçant ». Cette distribution de lots de terre par deux pourrait également impliquer une certaine solidarité à l’égard de l’impôt, mais cela n’est qu’une hypothèse.

  • 41 Le fait que l’impôt soit élevé dénote, d’ailleurs, qu’ils ont une position économique aisée. L’impô (...)
  • 42 Sur les parèques du fisc, désignés par les sources comme paroikoi dèmosiakoi ou paroikoi basilikoi, (...)

21Il s’avère que ces paysans sont des tenanciers installés sur des terres de l’État, qu’ils cultivent et au titre desquelles ils versent un métayage au fisc. Ils possèdent aussi des biens en propriété pour lesquels ils versent un impôt41. Il s’agit d’une catégorie de paysans que l’on qualifie de parèques de l’État, parce qu’ils ne sont redevables qu’envers le fisc42.

  • 43 Cette transformation accompagne la mise en place du système de la pronoia. Cf. Lefort, L’économie r (...)
  • 44 Cf. Lefort 1974.
  • 45 Même aux époques antérieures, la propriété de la terre n’aurait pas revêtu un rôle essentiel dans l (...)
  • 46 Cf. Lefort, L’économie rurale, dans Lefort 2006, p. 401-402.
  • 47 Cf. Lemerle 1979, p. 242.
  • 48 Pour les différentes corvées dues par le parèque, voir Laiou 1977, p. 203 et suiv.
  • 49 L’acte de Vatopédi nº 111, daté de 1358, (cf. Actes de Vatopédi II, p. 272‑275) témoigne de cette m (...)

22À partir du XIIe siècle, lorsque la fiscalité a changé, la terre a cessé de supporter l’essentiel de la charge fiscale43. Elle continuait certes à être grevée, mais le barème pour l’établissement de l’impôt reposait désormais principalement sur la capacité à la mettre en valeur, c’est‑à‑dire le nombre de bœufs dont disposait chaque cultivateur44. En effet, cela revenait au même parce que la quantité de bêtes est, en général, directement proportionnelle à la superficie de terre cultivée, mais le changement n’est pas moins représentatif du fait que la propriété avait cessé d’être un facteur socialement discriminant45. Il n’y a rien d’étonnant, donc, à voir que le terme de parèque est, à partir du xiie siècle, voire avant, employé pour qualifier aussi bien le paysan locataire que le paysan propriétaire46. Il semblerait que le principal critère pour déterminer le statut social du cultivateur résidait désormais dans le fait d’être en rapport direct avec le fisc et non avec un particulier. C'est pourquoi, à l’intérieur de la catégorie de parèque, terme qui a fini par désigner la totalité des paysans byzantins, existaient plusieurs échelons, selon le niveau de richesse du cultivateur et son statut fiscal47. Ce n’est pas le lieu ici d’aborder cette question complexe. Mais, il apparaît que le fait d’être parèque d’un aristocrate ou d’un monastère comportait certaines tâches, comme par exemple des corvées, qui pourrait impliquer un statut moins élevé que celui du parèque du fisc, qui ne devait que le versement des impôts à l’État48. Cela dit, on ne connaît pas suffisamment les conditions de vie des parèques du fisc pour inférer une véritable différence entre ces deux groupes. De plus, la frontière entre les deux catégories est perméable et il est fréquent que des parèques du fisc deviennent parèques d’un puissant et inversement49. Il y a néanmoins d’autres catégories de paysans qui travaillent dans les grands domaines, dont la situation est nettement moins aisée que celle d’un parèque de l'État. Pour l’île de Lemnos au XVe siècle, on dispose maintenant de plusieurs actes relatifs à un grand domaine foncier, qui témoignent d’un groupe de paysans plus démuni.

  • 50 Ces deux actes seront publiés dans le troisième volume des Actes de Vatopédi (Actes de Vatopédi III (...)

23Il s’agit de deux praktika encore inédits délivrés en faveur du couvent de Vatopédi qui datent de juin 1442 et de mars 146350. Ils sont tous deux conservés en original dans les archives de Vatopédi. Ils présentent les caractéristiques des praktika de la période précédente, dans le sens où ils portent les signatures des recenseurs, mentionnent le nom du bénéficiaire et donnent la liste des biens qui constituent la rente fiscale du monastère. Ces praktika mentionnent, en outre, un certain nombre de tenures paysannes, dont ils fournissent la liste des biens. Quelques exemples permettent de se faire une idée de la composition de ces feux paysans :

Γεώργιος ὁ Πλατώνης, ἔχει Λεβετζερίναν, υἱὸν Μελαχρηνόν, ζευγάριον (Vatopédi III nº 227, l. 56-57)

Κώστας ὁ Μέρως, ἔχει Μαρίαν, υἱὸν Ιωάννην καὶ Μανουὴλ, ζευγάριον, ἄλογον, πρόβατα (Vatopédi III nº 236, l. 70-71)

Ἰωάννης ὁ Βαρδαλάς, ἔχει ἄλογον καὶ ζευγαρίου ἥμισυ (Vatopédi III nº 236, l. 72)

Géôrgios Platônès a [une femme] Lebetzerina, un fils Melachrènos, un attelage.

Kôstas Mérôs a [une femme] Maria, des enfants Iôannès et Manouèl, un attelage, un cheval et des moutons.

Iôannès Bardalas a un cheval et la moitié d’un attelage.

  • 51 Je parle en détail des paysans proskathèménoi dans Estangüi Gómez 2013.
  • 52 Actes de Vatopédi III, nº 227, l. 18-20 : Εἰς τὸ χωρίον τὸ Μοῦνδρος πῦργον ὃν ἀνήγειρεν ἐκ βάθρων ἡ (...)
  • 53 Ibid., l. 48‑50 : Ἔτι ἐδόθη αὐτῆ [...] τῆς γῆς τοῦ τοιουτου χωρίου τοῦ Μούνδρου χερσαῖα γῆ καὶ ἀνήρ (...)
  • 54 G. Ostrogorsky a souligné à juste titre que les termes « étrangers » et « inconnus du fisc », appli (...)

24Les différences entre ces descriptions et celles contenues dans les trois actes de Docheiariou, Dionysiou et Pantocrator sont évidentes. On a affaire ici et là à deux groupes de paysans avec un niveau de richesse distinct : contrairement aux paysans des actes de Docheiariou, Dionysiou et Pantocrator, les parèques de Vatopédi possèdent peu de biens, à peine quelques têtes de bétail ; et surtout, aucun bien foncier. Par exemple, ils ne sont pas propriétaires de leurs maisons : le praktikon de 1442 parle de maisons à étage (oikèmata anôgeômatôga) appartenant au monastère dans lesquelles habitent les proskathèménoi, qui est aussi le terme employé pour désigner ces paysans51 ; ces maisons sont situées à l’intérieur d’une cour fortifiée, une sorte de petit château, que les moines avaient fait construire dans leur domaine de Moudros52. Par ailleurs, ces paysans ne semblent pas avoir de liens avec une communauté villageoise, parce qu’ils vivent sur les terres du monastère : pour faire paître leur bétail, par exemple, ils utilisent un terrain que les moines possèdent près des champs53. Cela peut s’expliquer parce que la plupart d’entre ces paysans étaient, disent les actes, des « étrangers » (xénoi) : ils étaient originaires d’autres régions ; les moines les avaient fait venir dans l’île pour labourer leurs terres en vertu d’un privilège impérial. Cela répondait aussi à la politique de mise en exploitation de l’île de Lemnos entreprise par l’État byzantin à partir du milieu du xive siècle : on a conservé un chrysobulle dans les archives de Vatopédi, daté de 1380, par lequel l’empereur Jean V confirme aux moines le droit de faire venir des paysans de « leur métoques d’occident ou d’ailleurs » pour les installer sur leurs domaines de Lemnos. L’expression « inconnus du fisc » (anepignôstoi tô dèmosiô) est utilisée souvent à côté de celle d’« étrangers » pour qualifier ces parèques, ce qui suggère que ces paysans n’étaient pas d’anciens contribuables ; c’est-à-dire qu’ils ne possédaient aucun bien au titre duquel ils étaient redevables envers le fisc, même pas en location54.

25La comparaison entre ces deux praktika et les trois actes de Docheiariou, Dionysiou et Pantocrator me semble révélatrice des différentes catégories de paysans à l’intérieur de la société rurale byzantine de l’époque tardive. On notera, par ailleurs, que toutes deux reçoivent la qualification de parèques. À la différence de ces parèques de Vatopédi, qui semblent être de simples ouvriers agricoles, les paysans de Lemnos qui font l’objet de cette étude semblent être propriétaires d’une partie de leurs biens (maisons, bétail, vignes, jardins) et ils étaient locataires de terres que l’État leur avait accordées pour leur mise en exploitation, contre versement d’une rente. Mais, la présence de ces actes dans les archives des monastères athonites pourrait suggérer un certain lien entre ces parèques et les moines, qui contrasterait avec le privilège d’être en rapport direct avec le fisc. Pour expliquer la conservation de ces trois actes dans les fonds athonites, il faut d’abord essayer de déterminer la nature de ces documents et voir s’il s’agit véritablement de praktika délivrés en faveur des moines, comme il a été postulé par leurs éditeurs.

Les moines et la terre à Lemnos au XVe siècle

  • 55 On a vu aussi que cette concession ne comportait aucun droit sur les terres exploitées par ces pays (...)
  • 56 On ne peut pas exclure non plus qu’il s’agisse d’un problème de rédaction. Cependant, il y a d’autr (...)

26L’expression déjà mentionnée de la ligne 51 de l’acte de Docheiariou « village de Katô Baros, les parèques du monastère impérial de Docheiariou », implique que les paysans, dont les tenures sont inscrites à la suite, payaient leurs redevances à ce monastère. On a vu, en effet, que l’État pouvait accorder à un bénéficiaire, soit un aristocrate soit une institution religieuse, les revenus de parèques pour constituer une rente fiscale (appelée pronoia ou oikonomia) ce qui me semble être le cas des parèques de Katô Baros55. Toutefois, il n’est pas certain que cela fût aussi le cas des autres paysans mentionnés dans ces trois actes : le fait qu’un groupe de ces parèques soit qualifié de parèques de Docheiariou pourrait suggérer que les autres n’avaient aucun lien avec un couvent quelconque56. Or, l’argument principal qui empêche d’y voir des parèques dépendants des moines de l’Athos est le fait que ces trois actes n’étaient pas des praktika, comme Oikonomidès l’a proposé. La comparaison avec d’autres praktika de la même époque (par exemple les deux inédits de Vatopédi) ou des époques précédentes montre que l’on est en présence d’un type de document différent.

  • 57 Cf. Actes de Dionysiou, p. 141.
  • 58 Cf. Ibid., p. 141-142.

27La catégorie à laquelle appartiennent ces trois actes peut être suggérée par un passage de l’acte de Dionysiou : « nous [les recenseurs] commençons à écrire les délimitations des champs de Bounéada, d’après la mégalè thésis de Lemnos ». Oikonomidès a expliqué que le terme mégalè thésis désignait « un codex dans lequel sont enregistrés les documents des finances in extenso sous le nom du fonctionnaire qui les a émis, donc par ordre chronologique suivant la succession des fonctionnaires »57. En d’autres termes, pour Oikonomidès, la mégalè thésis était un document dans lequel étaient recopiés les praktika délivrés par chaque recenseur. Par ailleurs, Oikonomidès, sur la base de l’analyse de cet acte de Dionysiou, a conclu que l’on n’a conservé aucun fragment de la mégalè thésis qui contienne une mention à l’impôt, c’est pourquoi il pense que ce registre ne comportait que la description des parcelles d’une région donnée58.

  • 59 Cf.  Svoronos 1959 ; repris dans Svoronos 1973 et Lefort 1977, p. 461-472. Sur le cadastre byzantin (...)
  • 60 Cf. Actes de Chilandar I, nº 18, l. 32 : ὁ παρὼν περιορισμὸς παρεκβληθεὶς ἐκ τῶν καταστίχων τῆς γεω (...)
  • 61 Oikonomidès a réuni les références dans Actes de Dionysiou, p. 141-142.
  • 62 Qu’est‑ce que le cadastre byzantin ? La réponse n’est pas aisée. Lefort 1977, p. 464, pense que le (...)
  • 63 Cf. ibid., p. 464 : « L’établissement des praktika intervenait donc à la fin d’un immense travail d (...)

28Toutefois, on sait grâce aux études de Jacques Lefort et de Nicolas Svoronos, que les praktika n’étaient pas recopiés sur le cadastre59 : ils étaient délivrés au terme de l’opération de recensement, après que les agents du fisc avaient enregistré le parcellaire d’une région, qu’ils copiaient dans un codex dit « de la mesure des parcelles » (katasticha tès géômétrias)60. Ensuite, ils élaboraient un registre contenant la liste des propriétaires fonciers avec leurs biens meubles et immeubles. Ce registre peut être désigné par le terme mégalè thésis ou par d’autres mots équivalents (apographikè thésis, basilikon biblion)61. Il pourrait être identifié au cadastre byzantin, tel qu’on le connaît pour l’époque mésobyzantine, mais cette notion demeure imprécise62. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’un praktikon n’est qu’une copie partielle du codex – ou des textes qui le constituent – désigné par l’expression mégalè thésis. Le praktikon ne contient que les biens au titre desquels le contribuable verse l’impôt63, c’est-à-dire ne mentionne pas, par exemple, les biens que le paysan détenait à bail ou sous un autre régime d’exploitation.

  • 64 On a vu que les trois actes ne sont pas identiques.

29Or, les trois actes conservés dans les archives de Docheiariou, Dionysiou et Pantocrator mentionnent des biens distribués par l’État à titre conditionnel. C’est pourquoi, il me semble recevable de penser que ces trois actes ne sont pas des praktika, du moins au sens d’un document mettant quelqu’un en possession d’une rente fiscale. De même, compte tenu de la description détaillée qu’ils donnent de ces tenures paysannes, je crois qu’il s’agit de trois fragments du registre cadastral de l’île de Lemnos, ou bien de copies plus ou moins fidèles64.

30Comme dans les exemples de cadastre conservés pour des époques précédentes, l’enregistrement est fait, dans ces trois actes concernant Lemnos, par contribuable et par distribution géographique : sous le nom du village, on trouve les noms des responsables fiscaux, l’indication de quelques membres de leurs familles et des biens qu’ils exploitent.

31Rien ne semble indiquer a priori un rapport entre ces paysans lèmniotes et les moines. La conservation de ces actes dans les archives athonites pourrait simplement s’expliquer parce que les moines ont voulu acquérir les biens détenus par ces paysans et ils se sont fait délivrer ces copies du registre cadastral pour en avoir une description. En effet, au cours de la première moitié du XVe siècle, les moines de l’Athos se sont livrés à l’acquisition de nombreux biens fonciers dans l’île en raison du contexte politique.

  • 65 La liste de documents conservés qui témoigne de cette entreprise d’acquisition de biens fonciers da (...)

32À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, le rétrécissement des frontières de l’Empire byzantin avait obligé les moines de l’Athos à chercher de nouvelles assises à leur fortune foncière. En fait, malgré le traitement privilégié que les conquérants serbes et ottomans leur avaient accordé, ils avaient enregistré des pertes notables dans leur temporel, au cours des dernières décennies du XIVe siècle. C’est pourquoi ils essayèrent de compenser cette diminution par de nouvelles donations de terres dans les territoires qui restaient encore à l’Empire. Lemnos fut le principal lieu de ces nouvelles acquisitions : on a déjà vu comment l’île avait bénéficié des mesures adoptées par les empereurs pour redresser la mise en valeur des terres. De plus, elle était située près de l’Athos et favorisait les contacts avec la capitale de l’Empire par son emplacement à l’entrée des Détroits65.

33La politique d’acquisition des biens fonciers par les moines de l’Athos dans l’île de Lemnos a fait l’objet de quelques réflexions de la part des historiens, qui ont mis en évidence la capacité des monastères à se faire accorder de nouvelles terres par l’État. Cependant, il semble que cette expansion fut assez tardive, puisque la plupart de ces acquisitions se sont produites, au plus tôt, dans le deuxième quart du XVe siècle, à l’époque du mandat du despote Dèmètrios Palaiologos dans l’île.

  • 66 L’acte de mise en possession est l’acte de Dionysiou, nº 22, un apographikon gramma du prêtre Iôasa (...)
  • 67 La terre détenue par feu Dromoritès était contiguë, par exemple, à un verger appartenant à Geôrgios (...)
  • 68 Oikonomidès s’est aussi posé la question de savoir pourquoi l’État disposait de la terre de Dromori (...)
  • 69 À la même époque, on connaît un autre cas de donation de terres du fisc, ayant été exploitées par u (...)

34On peut penser qu’en 1430 les tenures décrites dans l’acte de Dionysiou nº 21 étaient déjà entre les mains des moines parce qu’elles ont été recopiées dans un praktikon délivré pour ce monastère à cette date. Quelques années plus tôt, en 1425, le monastère de Dionysiou avait été mis en possession (paradosis), par donation impériale, de la tenure (hypostasis) d’un nommé Dromoritès, située dans la région de Bounéada, où se trouvaient aussi les tenures mentionnées dans l’acte de Dionysiou nº 2166. La description de la tenure de Dromoritès montre que certaines d’entre elles étaient contiguës aux biens de celui-ci67. D’ailleurs, la composition de la fortune de Dromoritès, tel qu’elle est décrite dans l’acte de mise en possession, rappelle dans une large mesure celle des tenures voisines, sauf qu’elle est plus étendue. Cela pourrait nous inciter à penser que l’on est aussi devant un nouveau cas d’exploitation de grande taille appartenant à un parèque de l’État. La « disponibilité » de ces biens par l’Empereur, qui les a donnés à Dionysiou après la mort de Dromoritès, pourrait corroborer cette hypothèse68. Toutefois, connaître le statut de Dromoritès n’est pas fondamental ; ce qu’il me semble important de souligner, c’est qu’il s’agit de terres appartenant à l’État qui avaient été cédées à quelqu’un pour leur mise en valeur et qui, après la disparition du bénéficiaire, étaient passées entre les mains des moines de Dionysiou par donation impériale. Ce fut sans doute le cas des autres tenures de Bounéada, qui ont dû devenir la propriété du monastère entre 1425 et 1430, peut-être aussi par donation impériale69.

  • 70 Sur l’évolution de la fortune foncière du monastère du Pantocrator à Lemnos, voir Actes du Pantocra (...)
  • 71 Il s’agit des actes du Pantocrator, nos 25 et 26. La datation proposée par l’éditrice, V. Kravari, (...)

35L’étude de l’évolution de la fortune foncière du monastère du Pantocrator à Lemnos permet de tirer les mêmes conclusions que dans le cas de Dionysiou70. Deux praktika, datés de 1442 et de 1464, délivrés en faveur de ce monastère font état de sa fortune foncière dans l’île à cette époque71 : les moines possédaient une série de parcelles de terres situées dans la partie sud-ouest de Lemnos, près du village d’Anô Chôrion, et quelques pâturages plus au sud, dans la presqu’île de Phakos. Les délimitations de ces biens données par le praktikon de 1464 montrent que les tenures décrites dans l’acte publié en Appendice des Actes du Pantocrator étaient voisines des champs du monastère :

    • 72 Cf. Actes du Pantocrator, nº 26, l. 8-9 : κρατεῖ [la délimitation de la terre du Pantocrator] τὴν ὁ (...)
    • 73 Ibid., l. 11-12 : ἔνθα ἡ γῆ τῶν Ἐπισπεραγινῶν ἡ μετὰ τοῦ Ἀλβανίτου.

    Le principal domaine que le monastère possédait à Anô Chôrion était limité à l’ouest (ou plutôt au sud-ouest) par la tenure du paysan Kartzamplas72 et par la terre que les habitants du village d’Epispéragos exploitaient en commun avec un autre paysan nommé Albanitès73.

    • 74 Ibid., l. 16-17 : ἀνέρχεται [la délimitation] πρὸς δύσιν διὰ τούτου ἕως τῆς Κηδονέας ἔνθα τὰ χοράφι (...)
    • 75 Ibid., l. 19-20 : εὑρίσκει [la délimitation] μονοπάτη ἔνθα τὸ ἐξάμπελον τοῦ Ἀλβανίτου.

    Une autre terre détenue par le monastère, contiguë à la précédente, était limitée à l’ouest par les champs de Kartzamplas74 et à l’est par une vigne appartenant à Albanitès75.

    • 76 Ibid., l. 23 : δεξιᾶ ἡ γῆ ἡ δοθεῖσα τῶ Τόμπρι.

    Une troisième terre près d’Anô Chôrion, à Aktè, était voisine, à l’ouest, de la terre « donnée » au paysan Tompris76.

  • 77 Cf. Lowry 2002, p. 244 : Dans le village appelé Alexopyrgos (= Anô Chôrion), le monastère du Pantoc (...)
  • 78 L’acte du Pantocrator porte un titre mentionnant un document d’un certain Dionysios de Lemnos (τὸ γ (...)
  • 79 Le métropolite Dionysios de Lemnos a validé la copie d’un praktikon pour Saint-Paul de 1463 (éd. Ha (...)

36La mention de ces biens comme étant voisins des terres du monastère implique nécessairement qu’en 1464, lorsque ce praktikon fut délivré, le monastère du Pantocrator n’avait pas encore acquis ces tenures. En 1489, lors du premier recensement ordonné par les Ottomans dans l’île, le monastère possédait toujours le domaine d’Anô Chôrion, mais il n’y a aucune description qui permette de dire si les terres de ces paysans en faisaient partie77. Le fait que l’acte de Dionysiou nº 21 mentionne le nom du métropolite Dionysios de Lemnos doit être souligné puisque son mandat est précisément attesté vers les années 1463-1464, la même date que porte la copie du praktikon78 : on connaît le rôle de cet ecclésiastique dans l’authentification de copies de documents athonites qui ont servi à prouver les droits des monastères sur leurs biens situés à Lemnos à cette époque charnière entre l’administration byzantine et les débuts de l’occupation ottomane79. On pourrait penser que les moines du Pantocrator ont demandé à se faire délivrer une copie du registre cadastral de l’île vers 1463 et qu’ensuite, ils l’ont fait authentifier par le métropolite de l’île, peut-être dans le but de se munir d’une description des terres qu’ils voulaient acquérir. Les changements politiques survenus dans l’île dès 1464 ont pu entraver les projets des moines. Toutefois, rien n’est moins sûr, puisque le contenu du premier registre ottoman de 1489 ne permet de trancher ni dans un sens ni dans l’autre.

37Quant au monastère de Docheiariou, l’état de la documentation ne permet pas d’aller plus loin : les archives de Docheiariou n’ont conservé aucun praktikon pour Lemnos. On ne sait pas si les moines ont acquis ou non les biens des tenures décrites dans l’acte de Docheiariou nº 60. Le registre ottoman de 1489 ne mentionne aucun bien appartenant à Docheiariou et aucun acte byzantin ne fait allusion aux biens de ce monastère dans l’île. Toutefois, la mention, à la ligne 51 de l’acte, de quelques parèques du monastère habitant à Katô Baros pourrait indiquer que les moines possédaient les revenus de quelques parèques de l’île.

38Malgré les interrogations et les difficultés qui demeurent, il est indéniable que les paysans mentionnés dans ces trois actes du XVe siècle appartenaient à un groupe aisé de la société rurale de l’île de Lemnos, à la fin de l’époque byzantine. La description de leurs tenures montre qu’ils possédaient un grand nombre de biens meubles et immeubles, parmi lesquels plusieurs maisons situées dans différents endroits de l’île. L’essor économique de ce groupe de paysans s’explique par la distribution par l’État de lots de terre, pour leur mise en culture. Initiative qui fut mise en place dans le cadre d’une politique de redressement des campagnes de l’île de Lemnos à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. Les actes montrent que les biens détenus par ces tenures passaient d’un paysan à un autre à l’initiative de l’État qui les redistribuait, sans doute à la mort de leur ancien exploitant. La constatation de ce fait démontre le rôle que jouait l’État, encore à cette époque, dans la mise en exploitation des terres de l’Empire. En effet, l’on peut considérer, je crois, que ces paysans faisaient partie de la catégorie de parèques de l’État, dont G. Ostrogorsky a donné les principales caractéristiques. Ces paysans n’étaient redevables qu’envers le fisc et aucun rapport ne semble exister a priori entre eux et un puissant : si ces trois actes sont aujourd’hui conservés dans les archives des monastères de la Sainte Montagne, c’est que les moines se sont finalement emparés des biens fonciers mentionnés. Les tenures paysannes étudiées ici sont représentatives d’un type d’exploitation agraire en marge du grand domaine et dessinent peut-être les contours ténus d’une élite rurale.

Haut de page

Bibliographie

Sources et Bibliographie

Actes d’Iviron III = Actes d’Iviron, III, De 1204 à 1329, J. Lefort et al. éd., Paris, 1994 (Archives de l’Athos, 18).

Actes de Chilandar I = Actes de Chilandar, I. Des origines à 1319, M. Živojinović, V. Kravari, C. Giros éd, Paris, 1988 (Archives de l’Athos, 20).

Actes de Dionysiou = Actes de Dionysiou, N. Oikonomidès éd, Paris, 1968 (Archives de l’Athos, 4).

Actes de Docheiariou = Actes de Docheiariou, N. Oikonomidès éd, Paris, 1984 (Archives de l’Athos, 13).

Actes de Lavra II = Actes de Lavra, II. De 1204 à 1328, P. Lemerle et. al. éd., Paris, 1977 (Archives de l’Athos, 8).

Actes de Vatopédi II = Actes de Vatopédi, II. De 1330 à 1376, J. Lefort et. al. éd., Paris, 2006 (Archives de l’Athos, 22).

Actes de Vatopédi III = Actes de Vatopédi, III. De 1377 à 1500, J. Lefort et. al. éd., Paris, 2013 (Archives de l’Athos, 23).

Actes du Pantocrator = Actes du Pantocrator, V. Kravari éd., Paris, 1991 (Archives de l’Athos, 17).

Chrysochoïdès 1981 = K. Chrysochoïdès, Ἱερὰ Μονὴ Ἁγίου Παύλου. Κατάλογος τοῦ Ἀρχείου, dans Symmeikta, 4, 1981.

Derville 1999 = A. Derville, L’agriculture dans le Nord, Artois, Cambrésis, Flandre Wallone, Paris, 1999.

Dölger 1949 = F. Dölger, Sechs byzantinische Praktika des 14. Jahrhunderts für das Athoskloster Iberons, Munich, 1949.

Estangüi Gómez 2008 = R. Estangüi Gómez, Théodôra Palaiologina Philanthrôpènè et son lignage du 13e au 15e siècle, dans Revue des études byzantines, 66, 2008, p. 125-172.

Estangüi Gómez 2013 = R. Estangüi Gómez, Byzance face aux Ottomans (milieu XIVe-milieu XVe siècle). Exercice du pouvoir et contrôle du territoire au temps des derniers Paléologues, Paris, 2013 (Byzantina Sorbonensia, 28).

Géométries du fisc byzantin 1991 = Géométries du fisc byzantin, édition, traduction, commentaire, par J. Lefort et. al., Paris, 1991 (Réalités byzantines, 4).

Hagiopaulitès 1924-1925 = E. Hagiopaulitès, Αὐτοκρατορικὰ χρυσόβουλλα, dans Néa Épochè, 1, 1924-1925. 

Haldon 1986 = J. Haldon, Limnos, Monastic Holdings and the Byzantine State : ca. 1261-1453, dans A. Bryer, H. Lowry (éd.), Continuity and Change in Late Byzantine and Early Ottoman Society, Birmingham-Washington, 1986, p. 161-234.

Harvey 1989 = A. Harvey, Economic Expansion in the Byzantine Empire 900-1200, Cambridge, 1989.

Kaplan 1992 = M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle : propriété et exploitation du sol, Paris, 1992 (Bizantina Sorbonensia, 10).

Karayannopulos 1957 = J. Karayannopulos, Compte-rendu publié dans Byzantinische Zeitschrift, 50, 1957, p. 167-182.

Karayannopulos 1981 = J. Karayannopulos, Ein Problem der Spätbyzantinischen Agrargeschichte, dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 30, 1981, p. 207-237.

Kravari 1995 = V. Kravari, L’enregistrement des paysans dans les praktika byzantins, XIe-XVe siècle, dans G. De Gregorio, O. Kristen (éd.), Documenti medievali greci e latini. Studi comparitivi, Spolète, 1995, p. 187-201.

Laiou 1977 = A. Laiou, Peasant Society in the Late Byzantine Empire. A Social and Demographic Study, Princeton, 1977.

Laiou 2002 = A. Laiou, The Agrarian Economy, Thirteenth‑Fifteenth Centuries, dans A. Laiou (éd.), The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, Washington, 2002 (Dumbarton Oaks studies, 39), p. 311-375.

Laiou – Morrisson 2007 = A. Laiou, C. Morrisson, The Byzantine Economy, Cambridge, 2007 (Cambridge Medieval Textbooks).

Lefort 1974 = J. Lefort, Fiscalité médiévale et informatique : recherche sur les barèmes pour l’imposition des paysans byzantins au XIVe siècle, dans Revue historique, 512, 1974, p. 315-356.

Lefort 1977 = J. Lefort, Observations diplomatiques et paléographiques sur les praktika du XIVe siècle, dans La Paléographie grecque et byzantine, Paris, 1977 (Colloque international du CNRS, 559), p. 461-472.

Lefort 1985 = J. Lefort, Radolibos : Population et paysage, dans Travaux et Mémoires, 9, 1985, p. 195-234.

Lefort 1993 = J. Lefort, Rural economy and social relations in the countryside, dans Dumbarton Oaks Papers, 47 ; 1993, p. 101-113.

Lefort 1998 = J. Lefort, La transmission des biens en milieu paysan dans la première moitié du xivsiècle en Macédoine, dans J. Beauchamp, G. Dragon (éd.), La transmission du patrimoine, Byzance et l’aire méditerranéenne, Paris, 1998 (Monographies de Travaux et Mémoires, 11), p. 161-177.

Lefort 2005 = J. Lefort, Les villages de Macédoine orientale au Moyen Âge (Xe-XIVe siècles), dans J. Lefort, C. Morrisson, J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, Paris, 2005 (Réalités byzantines, 11), p. 289-299.

Lefort 2006 = J. Lefort, Société rurale et historie du paysage à Byzance, Paris, 2006 (Bilans de recherche, 1).

Lemerle 1979 = P. Lemerle, The Agrarian History of Byzantium from the Origins to the Twelth Century, Galway, 1979.

Lowry 2002 = H. W. Lowry, Fifteenth Century Ottoman Realities. Christian peasant life on the Aegean Island of Limnos, Istanbul, 2002.

Oikonomidès 1996 = N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (IXe-XIe s.), Athènes, 1996 (Monographies de l’Institut de recherches Byzantines de l’EIE, 2).

Ostrogorsky 1954 = G. Ostrogorsky, Pour l’histoire de la féodalité byzantine, Bruxelles, 1954 (Corpus bruxellense historiae byzantinae, Subsidia, 1).

Ostrogorsky 1956 = G. Ostrogorsky, Quelques problèmes d’histoire de la paysannerie byzantine, Bruxelles, 1956 (Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae, Subsidia, II).

Patlagean 2007 = E. Patlagean, Un Moyen Âge grec, Paris, 2007.

PLP = Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, éd. E. Trapp et al. (Vienna, 1976–).

Schilbach 1970 = E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, Munich, 1970.

Sèphounakès 1993 = N. Sèphounakès, Μια άγνωστη αρχιτεκτονική. Οι μάντρες στη Λήμνο και στα άλλα νησιά του Βοριανατολικού Αιγαίου, Athènes, 1993.

Svoronos 1959 = N. Svoronos, Recherches sur le cadastre byzantin et la fiscalité aux xie et XIIe siècles : le cadastre de Thèbes, dans Bulletin de Correspondance Héllenique, 83, 1959, p. 1-164.

Svoronos 1973 = N. Svoronos, Études sur l’organisation intérieure, la société et l’économie de l’Empire byzantin, Londres, 1973 (Variorum Reprints), III.

Svoronos 1976 = N. Svoronos, Remarques sur les structures économiques de l’Empire byzantin au XIe siècle, dans Travaux et Mémoires, 6, 1976, p. 49-67.

Haut de page

Notes

1 Laiou 1977.

2 On pense surtout aux travaux de J. Lefort qui ont contribué à renouveler l’étude de la société rurale à Byzance à l’époque tardive. Lefort a certes corrigé la représentation trop pessimiste que l’on avait de l’histoire des campagnes byzantines à partir du XIIe siècle, mais il a parlé, comme Laiou, de crise en milieu rural à partir de la première moitié du XIVe siècle. Sur les raisons de cette crise, Lefort a évoqué le passage de la peste, les fréquents raids de l’ennemi et, peut-être, une baisse du rendement agricole en raison de la mise en culture des terres marginales. Un recueil de ses articles a été publié dans Lefort 2006. En 2002, Laiou a écrit dans un ouvrage collectif sur l’histoire économique de Byzance un chapitre récapitulatif sur l’économie agraire de la période allant du XIIIe au XVe siècle, dans lequel elle reprend les conclusions des dernières études sur la question : Laiou 2002.

3 Actes de Dionysiou, p. 122-125.

4 Actes de Docheiariou, p. 301-311.

5 Actes du Pantocrator, p. 189-196.

6 Cf. Actes de Dionysiou, nº 21, l. 3. Pour l’identification des toponymes, voir Actes de Docheiariou, p. 301-303 et Actes du Pantocrator, p. 193-194.

7 Cf. Actes de Dionysiou, p. 123 (« peu avant 1425 »), Actes de Docheiariou, p. 303 (« premiers tiers du XVe siècle ») et Actes du Pantocrator, p. 191 (« de la fin du XIVe siècle ou, au plus tard, du début du XVe »).

8 Le terme employé est οἰκήματα, qui peut signifier une ou plusieurs maisons. D’après d’autres passages de l’acte, j’ai préféré de traduire par « une maison », mais l’autre possibilité ne peut pas être écartée.

9 Sur le sens du terme proaulion, voir Actes de Docheiariou, p. 305. Toutefois, notons que dans l’édition d’autres actes de l’Athos, le même vocable a été simplement traduit par « cour » (cf. Actes de Lavra II, nº 74, p. 23 ou Actes de Vatopédi II, nº 102, p. 231). Sur le proaulion, voir aussi ci-dessous.

10 Il s’agit des biens que les habitants du village détenaient en commun : cf. Kaplan 1992, p. 189-191.

11 Le modios est une unité de superficie équivalant environ 0,1 hectare et de volume (17,6 1. ou 12,8 kg de grain). En fait, la superficie de la terre correspond à la quantité de grain nécessaire pour l’ensemencer. Mais, ces équivalences peuvent varier, parce que l’on trouve plusieurs types de modios selon qu’il s’agit du modios thalassios ou du modios basilikos. Pour un exposé plus détaillé, voir Schilbach 1970 (cf. index, s. v. μόδιος). En Macédoine, par exemple, le modios semble représenter environ 1 250 m: Géométries du fisc byzantin 1991, p. 263.

12 Le terme esôthyrion signifie le terrain de culture qui se trouve à l’intérieur du village (cf. Lefort 2006, index). Ici, il pourrait s’agir simplement d’un toponyme (cf. Actes d’Iviron III, nº 70, l. 431 : bien du monastère près de Thessalonique).

13 Le terme esôchôraphion signifie champ situé à l’intérieur d’un village (cf. Lefort 2006, index) ; il semble être synonyme d’esôthyrion (voir ci-dessus). L’expression esôchôraphia kai chôraphia ferait la distinction entre les champs situés à l’intérieur et à l’extérieur du village.

14 Le kokkion équivaut à 1/24e d’une pièce d’or, soit d’un hyperpère, qui était la monnaie de compte à l’époque.

15 Sur le mode d’enregistrement des tenures paysannes à Byzance, voir Kravari 1995 et Lefort 1998 ; repris dans Lefort 2006, p. 343‑360.

16 Il y a néanmoins certaines particularités dans chacun de ces trois actes qui n’ont pas été signalées par leurs éditeurs : on a déjà souligné, par exemple, que l’acte de Dionysiou ne mentionne pas de biens meubles ni d’impôt (voir ci-dessus), l’acte de Docheiariou ne donne presque jamais une délimitation des biens fonciers, alors que l’acte du Pantocrator mentionne des biens meubles et immeubles contenant une délimitation de ces derniers et le montant des redevances fiscales.

17 Selon Oikonomidès, l’acte de Docheiariou, nº 60 aurait été copié sur « un praktikon, semblable à ceux du XIVe siècle, délivré à Docheiariou pour le confirmer dans la possession de ses parèques de Katô Baros et de Lychna » (Actes de Docheiariou, p. 303). Le cas de l’acte de Dionysiou, nº 21 lui a semblé plus difficile, à cause de la phrase par laquelle commence l’acte : « Nous [les recenseurs] commençons à écrire la délimitation des champs de Bounéada, telle qu’elle est dans la mégalè thésis de Lemnos » (ἀρχόμεθα γράφειν τα ὁροθέσια τῶν χοραφίων τῆς Βουνεάδας καταλεπτὸν ἐκ τὴν μεγάλην θέσιν τῆς Λήμνου, cf. l. 1-3). Oikonomidès a traduit mégalè thésis par « registre cadastral » et il a donné une explication : « c’est un codex dans lequel sont enregistrés les documents de finances (cf. praktika) in extenso sous le nom du fonctionnaire qui les a émis, donc, par ordre chronologique suivant la succession des fonctionnaires » (cf. Actes de Dionysiou, p. 141-142). On reviendra plus loin sur cette mention de la mégalè thésis. Dans son édition de l’acte du Pantocrator, V. Kravari l’a qualifié d’acte de recensement de six tenures à Lemnos. Mais, quelques années plus tard, dans son article sur l’enregistrement des paysans byzantins, l’historienne l’appelle praktikon, de même que les deux autres actes conservés dans les archives de Dionysiou et Docheiariou (cf. Kravari 1995, p. 198-199).

18 Voir par exemple la définition peu claire de Laiou 1977, p. 9 : « praktika or inventories of the possessions of laymen and ecclesiastics » et dans ODB, « Praktikon », p. 1711 [M. Bartusis] : « an inventory listing the taxes, as well as the demesne land and paroikos households held by a single individual or religious institution ». Plus récemment, Laiou et Morrisson 2007, p. 169 traduisent praktikon par « the census of various large properties » ou Patlagean 2007, p. 421 : « [le terme] praktikon désigne à partir du xie siècle un inventaire fiscal de biens et de leur force de travail ».

19 Soulignons également que le bénéficiaire d’un praktikon n’a aucun droit de propriété sur les terres exploitées par les paysans qui lui payent l’impôt.

20 On consultera, à ce sujet, la définition plus précise de Ostrogorsky 1954, p. 259 : « les praktika indiquent en détail, article par article, les revenus constituant la rente féodale du propriétaire : d’une part la liste des feux des paysans serfs, avec l’énumération nominative des membres de chaque famille, l’indication des divers objets qui leur appartiennent, des taxes par feu et autres charges perçues ; d’autre part, les terres qui se trouvent en la possession immédiate du seigneur, leurs revenus et les autres bénéfices seigneuriaux ». L’emploi de l’expression « paysans serfs » a été critiquée par l’historiographie parce qu’elle rappelait trop le modèle féodal décrit par M. Bloch pour l’Europe occidentale, dont Byzance est en effet assez éloignée (cf. Lemerle 1979, en particulier p. 52 et Harvey 1989). Sur le praktikon comme instrument d’attribution d’une rente fiscale à un particulier, voir les remarques de Oikonomidès 1996, en particulier p. 61-64.

21 Sur la question de la pronoia, la bibliographie est très riche. On consultera le travail, toujours utile, d’Ostrogorsky 1954 et les articles de N. Oikonomidès.

22 Les biens qui appartenaient à un monastère en pleine propriété et qui ont été confisqués, sans doute par erreur, ont fait l’objet de protestations de la part des moines. On connaît, par exemple, le cas d’une terre à Diabolokampos, dans la région de Chalcidique, qui fut confisquée au monastère de Docheiariou au cours de la première moitié du XIVe siècle. Avant 1344, l’higoumène du monastère protesta contre cette confiscation, en alléguant que ce bien appartenait à Docheiariou depuis sa fondation (« plus de 300 ans auparavant ») et qu’il avait été acheté par le fondateur qui l’avait donné au monastère (cf. Actes de Docheiariou, nº 23, p. 166-172).

23 L’explication d’Oikonomidès n’est pas claire sur tous les points. Pour l’acte de Dionysiou, nº 21, il a rejeté la possibilité que ce soit le monastère le propriétaire des terres : « l’histoire de leurs biens [de ces paysans] montre qu’il ne peut pas s’agir de parèques du monastère. Autrement dit, que le propriétaire des biens qu’ils [les paysans] détenaient n’était pas le couvent de Dionysiou » (Actes de Dionysiou, p. 145). Pour expliquer la présence de cet acte dans les archives du monastère, Oikonomidès a postulé que « seuls les revenus ou une partie des revenus de ces ménages de parèques seraient cédés au monastère ». En revanche, dans son commentaire à l’acte de Docheiariou nº 60, il a été moins précis : voir son interprétation de la composition de ces tenures paysannes dans Actes de Docheiariou, p. 305. Oikonomidès convient qu’un « tel morcellement » des biens fonciers était difficilement concevable à l’intérieur d’un grand domaine, mais il a évoqué le cas des biens paysans en Macédoine occidentale dans la première moitié du XIVe siècle, qui, étant aussi très fragmentés, sont finalement passés entre les mains des moines : « avec le temps, les petites propriétés libres d’Herméleia finissent par faire partie d’un domaine monastique, après avoir passé par une phase où elles appartenaient à des pronoiaires. Dans ce processus, les cultivateurs se transforment, tout naturellement, en parèques » (cf. Ibid., p. 160).

24 Cf. J. Lefort, L’économie rurale à Byzance (VIIe-XIIe siècle), dans Lefort 2006, p. 411-412 : « Dans la première moitié du xive siècle en Macédoine, les exploitations […] comprenaient souvent, en moyenne, de 23 à 35 modioi (46 à 70 modioi pour un zeugaratos ? [paysan qui possède un attelage]) ». Voir aussi Lefort 1993, p. 107-108 (avec bibliographie) ; repris dans Lefort 2006, p. 286.

25 Cf. Actes de Dionysiou, p. 146 : « ces biens de parèques […] sont de grande étendue […]. Ce qui me semble indiquer un fort affaiblissement démographique dans la région » et plus loin « chaque parèque […] possédait deux maisons en état d’habitation dont l’une se trouvait dans une ville. Ce fait suggère une grande insécurité dans la campagne ; les flottes et les corsaires turcs ou latins au XVe siècle agissaient librement dans la Mer Égée ». Dans Actes de Docheiariou, p. 305, on lit : « on remarquera que ces terres, que nous supposons abandonnées, ne comportent pratiquement pas de vignes ni d’ésôthyria ».

26 Cf. Laiou 2002, p. 365.

27 Cf. Ibid., p. 366. Voir aussi Lefort, L’économie rurale dans Lefort 2006, p. 412 : « C’est seulement dans une région dépeuplée comme l’était l’île de Lemnos au début du XVe siècle que l’on retrouve de très vastes exploitations, de 100 modioi ou même bien davantage, jusqu’à 600 ; mais elles n’étaient sans doute pas entièrement mises en culture ».

28 Cf. Laiou 2002, p. 366 : « Still, when oxen are mentioned on Lemnos, their ratio per household is relatively high, ranging from 0.8 to 1.5 oxen per household ; in the few villages of Macedonia for which we have information in 1409, the ratio is 0.4 ». Pour certaines tenures, l’absence de bœufs pourrait ne pas constituer un indice du niveau de richesse du paysan. Par exemple, mis à part les descriptions de l’acte de Dionysiou, qui ne comportent que la description des champs, on notera que les paysans de l’acte de Docheiariou habitant le village de Katô Baros, qui sont qualifiés de parèques du monastère, ne possèdent aucun bœuf. En revanche, ils détiennent autant de terre que les autres paysans qui disposent d’un attelage. La raison de cette différence m’est inconnue, mais elle doit pouvoir s’expliquer par le statut de parèques du monastère de ces paysans. Est-ce que cela impliquait que les moines prêtaient ou louaient leurs attelages pour la culture des champs de leurs parèques ?

29 Selon certains historiens, la superficie de terre que peut cultiver un paysan byzantin muni d’un attelage n’excéda guère 100 modioi, soit environ 10 ha (pour l’équivalence du modios, voir ci-dessus) : cf. Kaplan 1992, p. 500-501 ; Lefort 1985, p. 219-223 (repris dans Lefort 2006, p. 185-188) ; Lefort, L’économie rurale dans Lefort 2006, p. 468 et Laiou 2002, p. 340 et suivantes. Seul Svoronos 1976, p. 59, a postulé un chiffre plus élevé : 175 modioi. Je pense que les calculs proposés par l’historiographie sont trop pessimistes : en Europe occidentale, un paysans muni d’une charrue était capable de travailler 25 ha, voire plus (cf. par exemple Derville 1999). La comparaison entre la situation en Europe occidentale et en Méditerranée orientale est certes très relative, puisque le mode d’exploitation agraire différait selon les conditions technologiques, géographiques et climatologiques. Mais, une superficie de 20-25 ha de champs céréaliers à Lemnos ne semble pas constituer une superficie trop vaste pour une famille de quatre membres qui possède un attelage. Dans la première moitié du XVe siècle, 43 familles paysannes mettaient en valeur la terre du monastère de Vatopédi dans l’île de 7 350 modioi (voir le praktikon inédit pour Vatopédi de 1442, ci-dessous n. 51). Selon un calcul rapide, chaque cultivateur labourait une terre de 170 modioi, or il convient de souligner que le ratio de bœufs par feu est, dans le cas des paysans de Vatopédi, beaucoup plus bas que celui des paysans lemniotes qui nous occupent. De même, il faut prendre en compte que la moitié des tenures n’était pas mise en exploitation, car elle est laissée en jachère.

30 Sur les maisons des paysans byzantins à l’époque tardive, voir Lefort 2005, ici p. 292 ; repris dans Lefort 2006, p. 492. Sur les différents types de maisons à Lemnos, voir Sèphounakès 1993. La cour, qui est un élément essentiel de l’architecture rurale byzantine, était nécessaire par exemple pour parquer les animaux et faire manœuvrer un matériel important.

31 Voir par exemple : ἀπὸ τῶν ὑποστάσεων τῶν Φρυδάδων μερίδα τρίτην (Actes de Docheiariou, nº 60, l. 25‑26), χωράφια ἀπὸ τῆς ὑποστάσεως τοῦ Μελαμπῆ τὰ ἡμίση (Ibid., l. 33) et pour une tenure détenue par le père du paysan : cf. γῆν ἀπὸ τὸ πατρικόν του ὑποστατικόν (Actes du Pantocrator, Appendice, l. 34). Le terme hypostasis désigne sans doute l’ensemble des biens exploités par un paysan, y compris les biens cédés par l’État en location et les biens possédés en propre, c’est pourquoi la traduction qui me semble la plus juste est celle de « tenure » (cf. par exemple Actes d’Iviron, III, index). La définition que donne Oikonomidès du terme dans Actes de Dionysiou, p. 126 ne serait plus recevable : « le terme ὑπόστασις […] désigne en principe des biens en propriété inconditionnée ».

32 Voir note ci-dessous. Par exemple, Kôstas Kèpôropoulos a reçu les hypostaseis de Eustrateios Perdikarès et Grègorios Katakalôn (cf. Actes de Docheiariou, nº 60, l. 4-5) ; Géôrgios Dèmètras a reçu les hypostaseis de quelques détenteurs qui s’appellent Phrydadés (cf. Ibid., l. 25-26), etc.

33 Ibid., p. 305.

34 Cf. Actes de Dionysiou, p. 146.

35 Voir par exemple : ὁμοίως ἐδόθη αὐτῶ ετέρα γῆ εἰς τὸν Ἅγιον Γεώργιον τὰ Νεώματα (Actes de Dionysiou, nº 21, l. 15-16), ἐδoθη αὐτῶ καὶ ἡ εἰς τὴν Μέλισσαν γῆ ἡ μετα τοῦ Λαγκαδιώτη ἡ ἡμίσεια (Ibid., l. 35-36), ἐδόθη τῶ αὐτῶ Κηπωροπούλω καὶ ἀπὸ τοῦ εἰς τὸ Μέγα Πλάγιον βασιλικοῦ χωραφίου τοῦ δοθέντος τῆ χώρα, μοδίων ια´ (Actes de Docheiariou, nº 60, l. 13‑14), ἐδόθη εἰς αὐτὸν τώρα κοντὰ καὶ γῆ ἀπὸ τὴν γῆν ἐκείνην ὁποῦ ἐχαρίσθη κοινῶς εἰς τὸ χωρίον τοῦ Ἐπισπέραγος (Actes du Pantocrator, Appendice, l. 3‑4).

36 Oikonomidès a écrit « nous sommes devant une politique systématique de redistribution de terres à de jeunes paysans tenus à les mettre en valeur » (cf. Actes de Docheiariou, p. 305).

37 Voir l’interprétation de Lefort 1998, p. 346 : « Dans toutes les unités fiscales enregistrées dans les praktika le verbe "avoir" suit le nom du responsable, qui "a" une femme, des biens et un impôt ; le verbe est évidemment polysémique, mais il peut donner l’impression que le responsable fiscal était le propriétaire de tous les biens qui sont énumérés, d’autant qu’en principe le contribuable était le propriétaire. Il est plus prudent de se borner à constater que le responsable fiscal devait payer l’impôt pour les biens qui étaient inscrits sous son nom, car […] ceux‑ci ne lui appartenaient pas nécessairement tous ».

38 Sur les barèmes d’imposition à Byzance à l’époque tardive, voir Lefort 1974 ; repris dans Lefort 2006, p. 25-62.

39 Cf. pour la période tardive Laiou 1977, p. 215 et suiv.

40 Cf. Actes de Dionysiou, p. 144.

41 Le fait que l’impôt soit élevé dénote, d’ailleurs, qu’ils ont une position économique aisée. L’impôt moyen d’un paysan byzantin pouvait osciller entre 2 et 4 hyperpères de l’époque (cf. Lefort 1974).

42 Sur les parèques du fisc, désignés par les sources comme paroikoi dèmosiakoi ou paroikoi basilikoi, voir Ostrogorsky 1956, p. 11-24.

43 Cette transformation accompagne la mise en place du système de la pronoia. Cf. Lefort, L’économie rurale dans Lefort 2006, p. 455 : « L’impôt foncier était devenu pour l’État moins important que le revenu de la terre mise en valeur par les parèques sur ses domaines ».

44 Cf. Lefort 1974.

45 Même aux époques antérieures, la propriété de la terre n’aurait pas revêtu un rôle essentiel dans la classification sociale : cf. Kaplan 1992, p. 258.

46 Cf. Lefort, L’économie rurale, dans Lefort 2006, p. 401-402.

47 Cf. Lemerle 1979, p. 242.

48 Pour les différentes corvées dues par le parèque, voir Laiou 1977, p. 203 et suiv.

49 L’acte de Vatopédi nº 111, daté de 1358, (cf. Actes de Vatopédi II, p. 272‑275) témoigne de cette mobilité entre parèques du fisc et parèques d’un puissant : il concerne un différend entre les moines de Vatopédi et des parèques qualifiés d’impériaux (basilikoi paroikoi), habitant le village de Saint-Mamas. L’acte est un jugement du gouverneur de Thessalonique, Stéphanos Radènos, épi tès trapezès. Les moines de Vatopédi avaient porté plainte au sujet de 5 ducats que chaque famille paysanne de Saint-Mamas devait verser au monastère pour sa maison, construite à l’intérieur d’un terrain fortifié aux frais des moines. Le conflit s’était sans doute produit parce que ces paysans avaient cessé de verser cette redevance, alléguant qu’ils n’étaient plus des parèques du monastère, mais de l’État. Un changement qui a pu se produire en raison des changements politiques que connaît alors la région, cf. Actes de Vatopédi II, p. 274. En effet, l’acte dit qu’au moment de la construction de cette enceinte fortifiée par les moines, ceux-ci détenaient les parèques et le village de Saint-Mamas (l. 19-20). Finalement, le gouverneur de Thessalonique trancha en faveur de Vatopédi et ordonna à ces parèques de verser les 5 ducats aux moines au titre de leurs maisons, aucune autre somme ne devant être réclamée par les moines (cf. l. 15-16).

50 Ces deux actes seront publiés dans le troisième volume des Actes de Vatopédi (Actes de Vatopédi III, n° 227 et 236).

51 Je parle en détail des paysans proskathèménoi dans Estangüi Gómez 2013.

52 Actes de Vatopédi III, nº 227, l. 18-20 : Εἰς τὸ χωρίον τὸ Μοῦνδρος πῦργον ὃν ἀνήγειρεν ἐκ βάθρων ἡ μονὴ μετ᾽αὐλῆς ὡς κανστέλλιον ἐκτισμένης, εἰς ἣν κέκτηται οἰκήματα ἀνωγεωκάτωγα, ἐν ἧ καὶ προσκαθημένων οἰκήματα. Le village de Moudros, qui subsiste sous le même nom, est situé dans la partie sud-est de l’île de Lemnos. Il est situé au fond d’une baie.

53 Ibid., l. 48‑50 : Ἔτι ἐδόθη αὐτῆ [...] τῆς γῆς τοῦ τοιουτου χωρίου τοῦ Μούνδρου χερσαῖα γῆ καὶ ἀνήροτος, ὁ βουνὸς ὁ λεγόμενος τῆς Μεγάλης ῾Ράχης, χάριν νομῆς τῶν ζώων τῶν προσκαθημένων παροίκων αὐτῆς. Il s’agit de la terre inculte située au sud de Moudros, que Vatopédi a acquise en 1387 (cf. Actes de Vatopédi II, nº 165, l. 57-58).

54 G. Ostrogorsky a souligné à juste titre que les termes « étrangers » et « inconnus du fisc », appliqués aux paysans byzantins, sont souvent remplaçables par les adjectifs « libres » (éleutheroi) et indigents (ptôchoi) : cf. Ostrogorsky 1954, p. 330 et suiv. Ce sont en effet des paysans qui ne possèdent aucun bien, « dégagés de toute redevance ou obligation » envers le fisc.

55 On a vu aussi que cette concession ne comportait aucun droit sur les terres exploitées par ces paysans.

56 On ne peut pas exclure non plus qu’il s’agisse d’un problème de rédaction. Cependant, il y a d’autres particularités dans la description des tenures paysannes de Katô Baros qui ne peuvent pas s’expliquer par un simple problème de rédaction : par exemple, l’auteur de l’acte ne précise jamais pour ces paysans à qui appartenaient antérieurement les champs en exploitation et, comme l’on a déjà signalé, ces paysans n’ont pas d’animaux de trait. La raison de ces différences par rapport aux autres tenures paysannes reste difficile à élucider, mais elles me semblent significatives d’un statut juridique distinct.

57 Cf. Actes de Dionysiou, p. 141.

58 Cf. Ibid., p. 141-142.

59 Cf.  Svoronos 1959 ; repris dans Svoronos 1973 et Lefort 1977, p. 461-472. Sur le cadastre byzantin, voir aussi Kaplan 1992, p. 206-207.

60 Cf. Actes de Chilandar I, nº 18, l. 32 : ὁ παρὼν περιορισμὸς παρεκβληθεὶς ἐκ τῶν καταστίχων τῆς γεωμετρίας.

61 Oikonomidès a réuni les références dans Actes de Dionysiou, p. 141-142.

62 Qu’est‑ce que le cadastre byzantin ? La réponse n’est pas aisée. Lefort 1977, p. 464, pense que le terme thésis « pourrait s’appliquer à l’ensemble des registres, cadastraux et fiscaux, établis par un recenseur ».

63 Cf. ibid., p. 464 : « L’établissement des praktika intervenait donc à la fin d’un immense travail de recensement […] dont il est clair que les résultats étaient consignés sur les registres du thème. Une partie seulement des données ainsi rassemblées, celle qui concernait la rente des bénéficiaires, était reproduite dans les praktika ». Voir aussi Lefort 1998, p. 348 : « l’exploitation [paysanne] était constituée pour une part des quelques parcelles et du bétail dont les paysans étaient propriétaires, mais elle comportait aussi, du moins dans le cas des paysans agriculteurs, qui étaient les plus nombreux, des terres arables prises en location à un grand propriétaire [ou à l’État] : celles-ci n’apparaissent donc pas dans les documents fiscaux, qui ne recensent que la propriété ». La raison en était, comme on l’a vu, que seuls les biens détenus en propriété étaient soumis à l’impôt.

64 On a vu que les trois actes ne sont pas identiques.

65 La liste de documents conservés qui témoigne de cette entreprise d’acquisition de biens fonciers dans l’île de Lemnos par les moines de l’Athos est longue. On retrouvera une synthèse dans l’article de Haldon 1986.

66 L’acte de mise en possession est l’acte de Dionysiou, nº 22, un apographikon gramma du prêtre Iôasaf de juillet 1425, par lequel le monastère a reçu les biens appartenant à l’ancienne tenure (hypostasis) de Dromoritès (cf. Actes de Dionysiou, p. 125-128). L’acte dit que ce fut l’empereur Jean VIII qui l’avait donnée au monastère – d’après l’éditeur, Oikonomidès, entre 1421 et 1425 – en échange de la dotation annuelle en vivres qu’y recevait Dionysiou, prélevée sur les recettes fiscales de l’île.

67 La terre détenue par feu Dromoritès était contiguë, par exemple, à un verger appartenant à Geôrgios Chatzilalas (cf. Actes de Dionysiou, nº 22, l. 12 : περιβολίου τοῦ Χατζίλαλα), aux champs détenus par Nikolaos Myrmigkès (Ibid., l. 13-14, 16, 18 : τὰ χωράφια τοῦ Μυρμίγκη), au jardin donné par le fisc à Théodôros Boulgaris (Ibid., l. 17 : τοῦ βασιλικοῦ κήπου τοῦ Βουλγάρου) et à la terre donnée et exploitée ensemble par Chatzilalas et Kôstas Lagkadiôtès (Ibid., l. 21-22 : τῆς γῆς τῆς δοθείσης τῶ Χατζύλαλα καὶ τῶ Λαγκαδιώτη). De même, l’acte de Dionysiou nº 21 mentionne les biens de Dromoritès comme étant voisins des champs détenus par les tenures paysannes décrites (cf. par exemple Actes de Dionysiou, nº 21, l. 33-34 : πλησίον τοῦ ἐσωθυρίου τοῦ Δρομορίτου).

68 Oikonomidès s’est aussi posé la question de savoir pourquoi l’État disposait de la terre de Dromoritès après sa mort : « le fait que l’empereur donne à Dionysiou les biens de Dromoritès appelle examen » (cf. Actes de Dionysiou, p. 126). Oikonomidès a tout de suite rejeté qu’il puisse s’agir d’un parèque de l’État : « les terres étant d’une étendue supérieure à 100 hectares, il ne pouvait pas être un simple parèque de l’État. Il était, par conséquent, pronoiaire ». Rien ne permet de l’assurer, même s'il est vrai que Dromoritès détenait plus de terres que les paysans mentionnés dans l’acte de Dionysiou nº 21, qui possédaient environ 30 hectares.

69 À la même époque, on connaît un autre cas de donation de terres du fisc, ayant été exploitées par un paysan (parèque de l’État), à un monastère : entre 1430 et 1448, le despote Dèmètrios Palaiologos accorda au monastère d’Iviron plusieurs lots de terres qui avaient appartenus à un certain Tarchaneiôtès Latinos et à la veuve de Maroulianos (cf. Actes d’Iviron, nº 99).

70 Sur l’évolution de la fortune foncière du monastère du Pantocrator à Lemnos, voir Actes du Pantocrator, p. 15-22.

71 Il s’agit des actes du Pantocrator, nos 25 et 26. La datation proposée par l’éditrice, V. Kravari, pour le second acte, mars 1464 est peu probable, parce qu’à cette époque Lemnos était déjà sous domination vénitienne. L’acte, qui n’est conservé qu’en copie, ne porte que le nom du mois (mars) et le chiffre de l’indiction (12). La mention de l’empereur Manuel II comme défunt (l. 25-26) fournit un terminus post quem (1425). Dans l’intervalle entre 1425 et 1463 (fin de la domination du despote Dèmètrios sur l’île), les années qui correspondent au mois de mars de l’indiction 12 sont 1434 et 1449 ; or aucun recensement de Lemnos n’est connu pour ces années. Toutefois, la date de mars de l’indiction 12 pourrait correspondre à la copie de l’acte, qui est authentifiée par le métropolite Dionysios de Lemnos, dont le mandat est attesté vers ces années (cf. ci-dessous). On pourrait songer à l’hypothèse suivante : au début de la domination vénitienne sur l’île, les moines du Pantocrator ont dû demander à la plus haute autorité ecclésiastique de l’île de se faire délivrer une copie d’un ancien praktikon, mentionnant l’ensemble de leurs biens fonciers dans l’île – en ajoutant même quelques nouveaux (cf. Actes du Pantocrator, p. 172 : « sur un point de détail, une information fausse est donnée l. 14 ») – afin de se faire confirmer leurs droits par les nouveaux maîtres de l’île.

72 Cf. Actes du Pantocrator, nº 26, l. 8-9 : κρατεῖ [la délimitation de la terre du Pantocrator] τὴν ὁδόν, τέμνει τὲ ταύτην πρὸς δύσιν διὰ τοῦ χωραφίου τοῦ Καρτζαμπλᾶ.

73 Ibid., l. 11-12 : ἔνθα ἡ γῆ τῶν Ἐπισπεραγινῶν ἡ μετὰ τοῦ Ἀλβανίτου.

74 Ibid., l. 16-17 : ἀνέρχεται [la délimitation] πρὸς δύσιν διὰ τούτου ἕως τῆς Κηδονέας ἔνθα τὰ χοράφια τοῦ Καρτζαμπλᾶ [...] κρατεῖ τὰ χωράφια τοῦ αὐτοῦ Καρτζαμπλᾶ.

75 Ibid., l. 19-20 : εὑρίσκει [la délimitation] μονοπάτη ἔνθα τὸ ἐξάμπελον τοῦ Ἀλβανίτου.

76 Ibid., l. 23 : δεξιᾶ ἡ γῆ ἡ δοθεῖσα τῶ Τόμπρι.

77 Cf. Lowry 2002, p. 244 : Dans le village appelé Alexopyrgos (= Anô Chôrion), le monastère du Pantocrator possède une terre pour laquelle il paie une taxe de 660 akçes.

78 L’acte du Pantocrator porte un titre mentionnant un document d’un certain Dionysios de Lemnos (τὸ γράμμα τοῦ Λήμνου Διονυσίου), qui doit être identifié au métropolite de l’île attesté en 1463, signataire d’autres actes athonites (cf. PLP 5484 et note suivante). Cela pourrait, certes, constituer un indice pour la datation de l’acte. Toutefois, son éditrice, V. Kravari, a considéré qu’il s’agit d’une invention du copiste-traducteur, car elle a trouvé que le même copiste a aussi traduit un autre document conservé dans les archives du monastère, l’acte du Pantocrator nº 26 dont l’original conservé porte effectivement la signature du métropolite Dionysios de Lemnos. Elle a donc pensé que le copiste a dû pouvoir attribuer la paternité de notre acte au même personnage, peut-être dans le but de donner plus d’authenticité à sa copie (cf. Actes du Pantocrator, p. 191). Mais, l’hypothèse de Kravari ne me semble pas tout à fait convaincante et je pense qu’il n’y a pas de raison de soupçonner le copiste d’avoir inventé cette attribution ; d’autant plus qu’il est fréquent de voir la signature de ce prélat apposée sur d’autres actes athonites (voir note suivante).

79 Le métropolite Dionysios de Lemnos a validé la copie d’un praktikon pour Saint-Paul de 1463 (éd. Hagiopaulitès 1924-1925 ; cf. Chrysochoïdès 1981, nº 9, p. 261) et de celui pour Dionysiou daté de mars 1464 (cf. ci-dessous).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raúl Estangüi Gómez, « Quelques paysans aisés dans l’empire byzantin du XVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/893 ; DOI : 10.4000/mefrm.893

Haut de page

Auteur

Raúl Estangüi Gómez

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 113, UMR 8167(IRBIMMA) – r_estangui[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org