Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Fortunes, propriétés, production

Élites rurales et intermédiaires de la seigneurie en Catalogne (XIIe-XIVe siècle)

Fortunes et stratégies d’accroissement
Pere Benito i Monclús

Résumés

Dans la société rurale catalane d’entre le XIIe et le XIVe siècle, les bayles (cat. batlles) constituent des élites instituées autant par leur pouvoir d’intermédiation entre seigneurs et paysans que par leur rôle clé dans la gestion de la seigneurie, notamment dans le prélèvement des redevances et l’organisation de l’exploitation du foncier. Leurs fonctions et formes de rémunération sont, d’ailleurs, très bien connues. Or, lorsque de l’étude institutionnelle de la figure du batlle l’on passe à l’étude des fortunes des familles de batlles, on s’aperçoit que souvent l’achat et la détention des baylies (cat. batllies) s’inscrit dans des stratégies économiques et de différentiation sociale plus complexes et diversifiées des élites rurales. En effet, si, d’une part, l’accès à la détention de la batllia n’est pas toujours à l’origine des fortunes des batlles, de l’autre, on voit ces coqs de village pratiquer largement le crédit et mener à bien une politique d’accumulation foncière qui les place en tête des patrimoines dépassant le concept d’exploitation agraire familiale. L’analyse de ces stratégies vis à vis de la détention des baylies rurales occupe l’essentiel de notre contribution qui porte aussi sur la diversité de formes et manifestations de la fortune et du statut social des intermédiaires de la seigneurie.

Haut de page

Texte intégral

Les bayles : des élites instituées dans la société rurale

1Dans la société rurale catalane du Bas Moyen Âge, les batlles forment des élites instituées autant par leur pouvoir d’intermédiation entre seigneurs et paysans que par leur rôle dans la gestion de la seigneurie, notamment dans le prélèvement des redevances, l’organisation de l’exploitation du foncier et l’administration de la justice seigneuriale. D’innombrables attributions en matière fiscale et judiciaire et d’importants revenus ont fait des bayles des personnages privilégiés au sein de la société rurale, placés à équidistance du pouvoir seigneurial et des dirigeants et représentants des communautés villageoises.

  • 1 T. Mieres 1621, I, col. 2, cap. XXXX, nº 18, commenté par Lalinde Abadía 1966, p. 66.
  • 2 Sur le « droit de cuissage » catalan, évoqué dans le projet d’accord entre le syndicat des paysans (...)
  • 3 Caner 1974-1975 ; Aymar Ragolta 1989.

2Nettement détachés des élites rurales par leur fonction et leur fortune, les bayles ne sauraient être perçus comme des simples agents du pouvoir, comme des techniciens neutres chargés de la gestion et administration de la seigneurie. Aux yeux des paysans, les bayles personnifiaient la seigneurie qu’ils représentaient, d’autant plus que le seigneur était très souvent une figure absente et son autorité méconnue sur place. Si, au XVe siècle, le juriste Tomàs Mieres pouvait écrire que le bayle ne formait qu’une seule personne avec son seigneur1, l’imaginaire collectif des paysans ne semble guère s’éloigner de cette définition. D’après un ancien récit oral, dans le village de Calonge de les Gavarres (Baix Empordà), le droit de cuissage (dret de cuixa), version catalane du ius primae noctis2, n’était pas exercé par le seigneur du château de Calonge, mais par les Vallmanya, famille qui, depuis le XVe siècle, en détenait de façon héréditaire la baylie, et étaient appelés pour cette raison les « seigneurs du mauvais usage »3.

3Or, l’image des bayles comme antagonistes des paysans et fidèles représentants des seigneurs n’est pas toujours fidèle à la réalité. En fait, si l’on analyse bien les conflits dans lesquels les bayles sont intervenus, on constate que les ministériaux ont oscillé dans le cadre d’un équilibre instable entre la défense des intérêts des seigneurs et une certaine connivence avec les paysans, et que, dans l’équidistance, ils ont trouvé un espace propre pour agir en faveur de leurs intérêts. La baylie a donc favorisé la naissance d’une couche intermédiaire de ruraux différenciés, par leur condition, des seigneurs, qu’ils prétendaient imiter, et, par leurs fonctions et intérêts, des paysans, avec lesquels ils partageaient souvent une même origine, une même culture, une même condition juridique et des cadres de sociabilité similaires.

Baylies et bayles : distinction et hiérarchisation

4En Vieille Catalogne, l’extrême fragmentation des seigneuries, la superposition des droits et juridictions sur les hommes et les nouvelles pratiques administratives mises en place à partir de la fin du XIe siècle ont favorisé la prolifération des baylies. Chaque seigneur banal, chaque châtelain, chaque feudataire, chaque seigneur foncier avait son propre bayle chargé de gérer ses possessions et de prélever ses revenus.

  • 4 Font Rius 1985, p. 370 ; Sabaté  i Curull 1997 ; Farías Zurita 2000, p. 895-897.

5Le cadre d’action du bayle était la baylie (cat. batllia), mot qui désigne à la fois l’ensemble des fonctions, droits et revenus attribués au bayle, et le district administratif où ces fonctions étaient exercées. Ce district, souvent géographiquement délimité, pouvait être plus ou moins étendu, selon le nombre et la densité des droits et possessions à gérer. Lorsqu’il s’agissait d’une seigneurie compacte, banale ou foncière, la baylie correspondait généralement à une paroisse ou au terroir d’un château ; en revanche, les baylies de seigneuries foncières aux structures éclatées, caractéristiques de la plupart des domaines ecclésiastiques, rassemblaient habituellement des possessions appartenant à plusieurs terroirs ou paroisses4.

  • 5 Font Rius 1985, p. 372-373.

6Le nombre et l’importance des fonctions et des attributions de chaque baylie variaient aussi beaucoup d’un cas à l’autre. Grosso modo, depuis le XIIe siècle, trois grands types de baylies se dégagent : les baylies du domaine royal, centrées autour des petites villes qui exerçaient leur juridiction sur les domaines fonciers de leur circonscription ; les baylies des seigneurs qui exerçaient le droit de ban sur le territoire d’un château5 ; et les baylies des grands et petits domaines fonciers, dont le centre était souvent une domus ou un ancien manse domanial fortifié.

  • 6 Lalinde Abadía 1966, p. 250 ; Sabaté i Curull 1977, p. 236 ; Serrano Daura 2000, p. 786-788. Dans l (...)

7Suite à la création des grands états nobiliaires du Bas Moyen Âge, on assiste à une hiérarchisation des baylies. Les attributions en matière judiciaire sont réservées à des officiers supralocaux, appelés procurateurs, gouverneurs ou bayles généraux, qui exercent leur autorité sur les bayles locaux et surveillent leur gestion économique, alors que les bayles locaux voient leurs fonctions limitées à des tâches administratives et au prélèvement des redevances6.

  • 7 Baiulus naturalis intelligitur qui habet baiuliam per se et suos et sibi et suis, et habet district (...)
  • 8 Lalinde Abadía 1966, p. 245‑250 ; Ferro 1987, p. 123-125 et 139.

8Ces différences sont à l’origine des distinctions établies par les juristes catalans entre le batlle natural, celui qui exerçait le droit de ban et la juridiction générale sur le district d’une ville, d’un château ou d’une paroisse – d’après la définition de Jaume Marquilles dans ses commentaires aux « Usatges » –7, et le batlle de sac, dont le pouvoir se réduisait à des fonctions administratives8.

  • 9 Usatges de Barcelona 1894, art. 10 ; Lalinde Abadía 1966, p. 67. Au XVsiècle, la condition des ba (...)
  • 10 Shideler 1983, p. 172.
  • 11 Serra Vilaró 1947.
  • 12 Salrach 1992a ; Benito i Monclús 2000 ; Bisson 1998.

9À ces distinctions entre baylies banales et foncières, locales et supralocales, correspondaient des différences dans la condition sociale des bayles. Depuis le XIIe siècle, une frontière juridique, sanctionnée par les « Usatges » de Barcelone, séparait les bayles dans deux grandes catégories : le baiulus nobilis, celui qui mangeait quotidiennement du pain de froment et chevauchait avec la suite de son seigneur comme un miles, et le baiulus ignobilis, le bayle d’origine paysanne9. Berenguer d’Auriac, bayle de la puissante famille des Montcada au XIIe siècle, appartenait sans doute à la première catégorie ; il avait le privilège d’accompagner son seigneur à cheval et de manger avec lui du pain blanc10. Le bayle du village de Bagà, dans la baronie des Pinós, était aussi un miles, rattaché par des liens de vassalité à son seigneur et libéré des mauvais usages qui frappaient les paysans (remença, intestia, exorquia, cugucia, arsia), ainsi que de la prestation d’ost et de chevauchée et des exactions arbitraires (questia, tolta et forcia)11. Les bayles royaux dénoncés dans les mémoires de doléances de la seconde moitié du XIIsiècle pour avoir pratiqué des exactions arbitraires sur les denrées alimentaires des paysans de leurs domaines (toltas et forcias), étaient aussi des chevaliers. Ils avaient participé activement aux chevauchées et actes de piraterie menés contre les paysans12.

  • 13 Salrach 1992b.
  • 14 Pagès i Pons 1984 ; Pagès i Pons 1987.

10Des distinctions entre baylies et bayles peuvent être relevées à l’intérieur même des grandes seigneuries ecclésiastiques constituées, en règle générale, d’un ensemble hétérogène de possessions. Dans les châtellenies que l’abbaye de Sant Cugat del Vallès possédait à l’ouest du fleuve Llobregat, le bayle était toujours un petit noble local qui s’était approprié le contrôle militaire et le ban du territoire ; il détenait en commende un château ou une tour, exerçait le droit de ban sur le district de la châtellenie et bénéficiait d’un tiers des revenus de la justice13. Un cas tout à fait comparable est celui des bayles de les Preses, qui depuis le XIIe siècle, possédaient par l’abbaye de Sant Benet de Bages un manse fortifié appelé sa Masó. Cette lointaine baylie de Sant Benet del Bages, située dans la vallée d’en Bas (Garrotxa) à plus de 60 km. à vol d’oiseau de l’abbaye, échappait virtuellement au contrôle des abbés. Les seigneurs de la Masó agissaient en fait comme des petits nobles ; ils s’appropriaient des revenus de Sant Benet et pratiquaient des toltas et forcias sur les paysans de leurs domaines. Les abbés de Sant Benet ont dû faire appel à la justice à plusieurs reprises pour forcer ces bayles à négocier les conditions de détention de la baylie (1175, entre 1198 et 1203, 1229 et 1334)14.

  • 15 Benito i Monclús 2003.
  • 16 Shideler 1983, p. 174.

11Celui-ci n’est cependant pas le profil le plus commun des bayles ruraux relevant de ces deux grandes abbayes et, en général, des seigneuries ecclésiastiques, lesquelles étaient extrêmement réticentes à choisir leurs ministériaux parmi les milites. Au XIIe siècle, la plupart de bayles des domaines ecclésiastiques étaient des paysans aisés qui possédaient un manse fortifié, un patrimoine foncier qui normalement dépassait le cadre de l’exploitation familiale et souvent un ou plusieurs moulins ou des droits d’usage sur les moulins15. Parfois, le bayle était le forgeron du village16. Ce sont ces bayles ignobiles à origine et condition paysanne qui dorénavant vont retenir notre attention.

Saisir l’identité des bayles

Origine et condition des bayles ruraux

12Le profil le plus commun du bayle non noble était celui d’un homme originaire du terroir où il habitait, condition qui lui apportait une compétence indispensable pour le bon exercice de sa charge : une profonde connaissance de la réalité locale, du territoire et de ses habitants, y compris les normes non écrites qui réglaient la vie sociale et économique de la collectivité.

  • 17 Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone), Ordres monastiques, Sant Llorenç del Munt, parch. 408 (...)

13L’origine locale des bayles était une réalité de fait dans la plupart de baylies rurales détenues depuis longtemps, génération après génération, par une même famille, mais lorsqu’il était question d’élire un nouveau bayle, on constate que le rattachement au terroir était un impératif. En 1226, par exemple, la baiulia maior de Matadepera fut confiée à Ramon Cellerer par l’abbé de Sant Llorenç del Munt, à condition qu’il ne se mariât pas hors de la paroisse17. La précaution des seigneurs visait clairement à assurer la présence du bayle dans les domaines qu’il devait gérer et à éviter une gestion absentéiste des agents.

14Il faut tenir compte du fait que les bayles « paysans » étaient presque toujours des bayles locaux. Ils agissaient dans les cadres strictes d’une paroisse ou du terroir d’un château ; tout au plus, dans le cas de seigneuries foncières aux structures éclatées, géraient-ils un ensemble de manses et de possessions dispersés appartenant à plusieurs paroisses voisines.

  • 18 Font Rius 1985, p. 425-450.

15Il est possible que plus d’une élection de bayles locaux ait été le résultat d’un accord tacite entre le seigneur et la communauté rurale. Par leur âge, leur connaissance de la réalité locale, leur expertise et leur réputation morale, les boni ou probi homines se trouvaient parmi les candidats les mieux placés pour gérer les baylies des seigneuries ecclésiastiques et du domaine royal. Lorsqu’ils accédaient à la charge du bayle, ils étaient, donc, déjà expérimentés comme consultants dans des aspects très divers de la vie économique de la communauté rurale, dans les pratiques judiciaires locales et dans la médiation entre seigneurs et paysans18.

Transformations de la seigneurie foncière et héritabilité des baylies

16L’apparition d’une couche de bayles locaux d’origine paysanne se produisit à la suite des profondes transformations subies par la seigneurie foncière entre la fin du XIe et le début du XIIIe siècle. D’une part, les bayles ont joué un rôle capital dans la restructuration de la seigneurie foncière, notamment dans la reconversion des grands espaces domaniaux au système du manse et de la tenure paysanne héréditaire, attestée par ailleurs en Vieille Catalogne et dans les territoires de nouvelle colonisation de l’ouest du fleuve Llobregat. D’autre part, les nouvelles pratiques administratives développées par les seigneuries ecclésiastiques et par les ordres militaires dans leurs domaines ont mis au premier plan la figure du bayle.

  • 19 GLMC, col. 223-226 ; Rodón Binué 1957, p. 36-38.
  • 20 Benito i Monclús 2003, p. 270-271 et 288-290.

17En fait, les premières occurrences des mots baiulus et baiulia dans les sources catalanes datent de la seconde moitié du XIe siècle19. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, les mentions de bayles se multiplient au rythme de la prolifération des actes qui témoignent d’une profonde réorganisation administrative des seigneuries foncières : les chartes précaires, les chartes de commande des baylies, les capbreus, etc.20.

  • 21 Lalinde Abadía 1966, p. 251-252 ; Benito i Monclús 2003, p. 277.

18Au cours du XIIe siècle, les bayles voient leurs droits sur la baylie reconnus par le biais d’un acte spécifique, la charte de commende de la baylie (comendatio baiulie), souvent associée à la cession en fief ou précaire d’un centre domanial, un manse fortifié appelé tour, sala, soler ou masó. Pour ce manse, centre de la baylie, le bayle reste obligé au payement annuel d’une redevance fortement connotée : une alberga ou receptum ou, à la place du droit de gîte, un cens en nature21. Ce manse emblématique qui, en théorie, doit héberger le seigneur une fois l’an, va devenir le symbole du pouvoir et de la fortune du bayle.

19La charte de commende de la baylie, où les attributions, les obligations et la rémunération du bayle sont établies et détaillées, est renouvelée généralement à chaque transmission générationnelle. Sur la base de l’héritabilité de la baylie, de vraies dynasties de bayles vont ainsi se constituer au cours du XIIe siècle et se perpétuer dans la représentation du pouvoir seigneurial, parfois jusqu’à l’institutionnalisation des communes rurales à la fin du Moyen Âge.

  • 22 Rahola i Sastre 1978.

20La famille Sala-Salceda de Cadaqués, bayles « naturels » des comtes d’Empúries dans ce village de la côte de l’Ampurdan, en est un exemple représentatif. La succession de la baylie de Cadaqués est passée des mains de Joan Salceda (attesté dans cette fonction en 1193), à son fils Bernat Salceda, qui, vers 1223, a reçu la baylie en commende des comtes d’Empúries ; puis, en 1252, à Bernarda, fille de Bernat Salceda et épouse de Guillem Sala ; ensuite, à Berenguer Sala, fils de Guillem Sala et de Bernarda Salceda, et à Berenguer de Cadaqués, fils de Berenguer Sala. Au début du XIVe siècle, les droits de la baylie ont été achetés, dans des conditions que nous ne connaissons pas, par Berenguer Reixac, beau-frère de Berenguer de Cadaqués. Malgré l’interruption de la succession directe des Sala, les droits et revenus de la baylie restèrent encore longtemps au sein de la même famille. Berenguer Reixac a légué sa charge à son fils Bernat Reixac, puis celui-ci à son fils Felip et enfin Felip à son fils Macià, bayle de Cadaqués à la fin du XVe siècle22.

Fig. 1 - Les bayles de Cadaqués (a. 1193-1494).

Fig. 1 - Les bayles de Cadaqués (a. 1193-1494).
  • 23 Freedman 1991, p. 89-118 ; Cuadrada i Majó 1988, p. 522-523 ; Farías Zurita 2000, p. 898-899 ; Beni (...)

21À partir de la fin du XIIe siècle, les bayles ruraux vont connaître le même sort que les paysans de leurs baylies qui ont aussi vu consolidés leurs droits sur leur tenure. Les seigneurs imposent aux bayles et à leurs descendants l’obligation d’habiter le manse, d’être leurs hommes fidèles et liges (solius) et de leur prêter hommage. Attachés à la glèbe, soumis aux mauvais usages, à la remença et à la justice foncière, les bayles ont été assimilés à des serfs, condition qu’ils ont désormais partagée avec le reste des paysans de leurs circonscriptions23. La frontière entre bayles nobles et bayles paysans, sanctionnée par les Usatges de Barcelone, était devenue désormais infranchissable.

  • 24 To Figueras 1997, p. 208.

22L’asservissement des bayles ne doit pas être envisagé pour autant – il n’a pas été ressenti en fait – comme une dégradation, mais plutôt comme une opportunité d’ascension sociale, puisque il était une condition pour accéder à certains types de tenures privilégiées telles que la baylie. Le fait que certains serfs appartiennent à la paysannerie aisée n’est qu’une contradiction apparente24.

Les fortunes des bayles : origine et stratégies d’accroissement

23Lorsque, après avoir étudié l’origine et la condition des bayles ruraux, on passe à l'analyse de l’origine de leurs fortunes, une question se pose de façon inévitable : quelle a été la place de l’achat et de la détention des baylies dans l’ensemble des stratégies économiques qui ont mené à l’enrichissement des familles de bayles ?

  • 25 Sur le braçatge, Brutails 1891 ; Hinojosa y Naveros 1955 ; Rodón Binué 1957, p. 45-46 ; GMLC, cols. (...)
  • 26 Sur le retrodecimum, Lalinde Abadía 1966, p. 213-214, 254-255 ; Farías Zurita 2000, p. 903 ; Benito (...)
  • 27 Benito i Monclús 2003, p. 275.

24La vision traditionnelle, héritière de l’historiographie institutionnelle, plaçait l’origine des fortunes des bayles dans la rémunération annexe à leur office. En récompense de leurs travaux, les bayles recevaient une participation très importante dans les revenus de la seigneurie. En Catalogne, deux redevances à champart étaient réservées à la rémunération du bayle : le braciaticum (cat. braçatge)25, un terrage à origine domanial équivalent, selon les endroits, à la onzième, la seizième ou la vingtième partie de la moisson, et le retrodecimum (cat. redelme), équivalent au dixième ou onzième de l’ensemble de redevances prélevées dans la baylie26. À ces revenus s’ajoutait une participation dans les taxes de mutations, les droits de juridiction et les revenus provenant de l’administration de justice27.

25L’accès à la détention de la baylie devait forcément entraîner un point d’inflexion dans le processus d’enrichissement des bayles et de leurs familles, mais les redevances rattachées à l’office de la baylie n’étaient presque jamais la seule source de revenus des bayles. En effet, les bayles pratiquaient largement le crédit avant même d’accéder aux baylies et, une fois dans l’exercice du charge, ils menaient à bien une politique foncière qui, parfois, les plaçait en tête des patrimoines dépassant largement l’exploitation agraire familiale.

  • 28 Vilaginés 1989.

26En fait, l’accès aux baylies a été rendu possible par le rôle financier et les pratiques créancières joués par certaines familles aisées auprès des paysans et des seigneurs. Les bayles ont certainement été les grands créanciers des paysans pendant tout le Moyen Âge. Dans les seigneuries catalanes, on voit les bayles prêter aux paysans soit directement, en leur accordant de l’argent ou des semences contre la mise en gage de bien fonciers, soit de façon indirecte, en devenant passivement leurs créanciers pour les redevances non acquittées, que les bayles pouvaient avancer aux seigneurs. Berenguer de Banyaloca, bayle de l’évêque de Barcelone à Mollet, dans le Vallès, depuis le milieu du XIIe siècle, en est un cas paradigmatique. Ce paysan aisé de Mollet prêtait de l’argent à ses voisins contre la mise en gage de ses biens ; et, en même temps, il fournissait l’argent nécessaire à son seigneur, l’évêque de Barcelone28.

  • 29 Bernat Barutí, bayle des Montcada, devenu bientôt procureur de leurs domaines (1209-1225), a contri (...)
  • 30 Lalinde Abadía 1966, p. 193 ; Bisson 1984, p. 117-150.

27Le travail de John Shideler sur les Montcada a mis en évidence le rôle de certains bayles comme financiers et créanciers des grandes familles nobiliaires29 alors que les recherches de Thomas Bisson sur les finances de Pierre le Catholique et du jeune Jacques Ier, entre 1204-1220, ont attesté le recours systématique au crédit moyennant la mise en gage ou l’affermage temporaire des redevances des baylies royales pour faire face au déficit fiscal de la couronne. Parmi les créanciers du roi se trouvaient des nobles, des bourgeois, des juifs, mais aussi des bayles30.

28Si les bayles locaux ont aussi tiré profit de leur expérience comme administrateurs et créanciers des paysans pour investir les revenus de leur office dans l’affermage ou l’achat de nouvelles redevances, il n’en est pas moins certain que les seigneurs, notamment le roi et certains nobles, ont choisi très consciemment leurs bayles parmi les individus les plus solvables de leurs domaines, ceux qui pouvaient leur assurer la stabilité des revenus et subvenir à leurs besoins en cas de difficultés économiques.

  • 31 Serrano Daura 2000, p. 691-701.
  • 32 Aventín i Puig 1996.

29Les besoins financiers et l’idée de s’assurer des rentrées stables ont amené très tôt les seigneurs catalans à bailler à ferme les revenus de leurs domaines. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, dans la plupart des grandes seigneuries ecclésiastiques, aussi bien que dans les seigneuries nobiliaires et les petites seigneuries foncières, le fermage temporaire des redevances des baylies est devenu une pratique régulière et coutumière31. L’objet des fermages était très souvent l’ensemble des redevances d’une baylie et les fermiers des redevances seigneuriales étaient parfois les bayles mêmes qui les détenaient. Mercè Aventín rapporte le cas des Tagamanent, des petits nobles du Vallès, qui, au XIVe siècle, ont eu recours à des paysans aisés, qui agissaient à la fois comme bayles, fermiers et prêteurs, pour assurer le financement de leurs dépenses. Tous les quatre ans, ils avançaient aux Tagamanent, au prix convenu, les rentrées de leurs domaines32.

Les investissements des bayles

  • 33 Les Sala, bayles du monastère de Sant Pau del Maresme à Arenys (comté de Gerone) jusqu’à 1437, réus (...)

30Pour subvenir à leurs besoins d’argent, les seigneurs n’ont pas hésité à aliéner des droits et redevances de leurs domaines. L’achat des redevances est souvent à l’origine de l’ascension sociale d’anciennes familles de bayles locaux qui, devenues bénéficiaires de droits et revenus d’origine seigneuriale, ont pu imiter la condition et le genre de vie nobiliaires. Certaines familles que l’on voit, aux XIVe-XVe siècles, jouir de redevances seigneuriales détachées de la possession de châteaux, domus et juridictions, et qui ont fini, au cours des XVIe et XVIIe siècles, par accéder au rang de la petite noblesse, descendaient des anciens bayles locaux33.

  • 34 Benito i Monclús 2003, p. 323-324, 328-334.
  • 35 Archives Capitulaires de Barcelone, Libri Antiquitatum, III, fol. 28v-29v, doc. 83.

31L’accès des bayles à la propriété des redevances rattachées aux châtellenies n’est pas, pour autant, un phénomène général. En revanche, au cours du XIIe siècle, on voit la plupart des bayles paysans mener, toujours à l’échelle locale, une politique d’élargissement du patrimoine foncier. À la fin du XIIe siècle, la plupart des bayles locaux sont à la tête d’un patrimoine qui dépasse le cadre du manse domanial reçu en commende avec la baylie. Certains bayles ont réussi à accumuler trois, quatre, voire, parfois, cinq manses dans un seul terroir34. Au début du XIIIe siècle dans la vallée du Lloberes, au terroir du château de la Roca, dans le Vallès, une tenancière du chapitre de chanoines de la cathédrale de Barcelone appelée Maria Bressó, fille du bayle (villicus) Bernat Cuc, accumule un patrimoine comprenant cinq manses et plusieurs moulins. Deux manses lui sont parvenus par succession familiale : le manse Bressó par héritage de son père et celui de la Rovira par succession de son oncle Reverter. Le reste n’a apparemment aucun rapport avec la tenancière35.

Fig. 2 - Patrimoine de Maria Bressó dans la vallée de Lloberes (1215).

Fig. 2 - Patrimoine de Maria Bressó dans la vallée de Lloberes (1215).

32Les droits de succession semblent avoir une place plutôt modeste dans l’élargissement du patrimoine foncier des bayles et des gros tenanciers. En tout cas, ils ne peuvent expliquer qu’une partie de ces augmentations. Par contre, les stratégies économiques développées grâce à la détention de la baylie s’avèrent décisives. On a déjà évoqué les pratiques financières et créancières, actives et passives, menées par les bayles auprès des paysans de leurs baylies. Un aspect très mal connu reste encore à élucider : la participation des bayles dans les mouvements spéculatifs du marché des céréales pendant les disettes, participation logique puisqu’ils étaient bénéficiaires d’une partie des redevances en grain à travers les revenus de leur office.

  • 36 Benito i Monclús 2003, p. 322-324.
  • 37 Farías Zurita 2000, p. 890. Benito i Monclús 2003, p. 274-275.
  • 38 Cuadrada i Majó 1988, p. 251-252.
  • 39 Richou Llimona 1987.

33Le rapport entre les achats de manses et parcelles et les crises frumentaires montre cependant que les bayles ont tiré profit des difficultés des tenanciers pour élargir leur patrimoine par le biais de mécanismes juridiques très bien connus : la mise en gage, la vente à réméré et la vente36. Pour ce faire, ils ont profité de leur position avantageuse sur le marché de la terre local grâce à l’exercice de la baylie. En effet, parmi les multiples attributions qui revenaient au bayle, figurait celle de signer, au nom du seigneur, les chartes précaires, les baux à cens, les transferts de terres et les échanges douaires ainsi que d’en percevoir les droits d’entrée et de mutation correspondants37. Ce n’est certainement pas un hasard si les plus anciennes archives paysannes conservées appartiennent davantage à des familles de bayles38, les mêmes familles qui, dès le début du XIVe siècle, envoyaient leurs enfants aux écoles de la paroisse et essayaient de les promouvoir à la tonsure ecclésiastique39. Souscrire aux transactions foncières de la baylie n’était pas qu’une simple pratique administrative pour laquelle le bayle touchait un tiers des revenus seigneuriaux. Cette attribution laissait de facto aux mains des bayles le contrôle presque absolu du marché de la terre. La question se pose de façon inévitable : les « représentants » des seigneurs savaient-ils résister à la tentation d’agrandir leur patrimoine lorsque des opportunités se présentaient sur le marché qu’ils contrôlaient ?

  • 40 Archives Capitulaires de Barcelone, Libri Antiquitatum, III, fol. 28v-29v, doc. 83.

34L’accroissement du patrimoine foncier des bayles se heurtait cependant à la politique des seigneurs qui consistait à empêcher la transmission intégrale de la tenure lorsque celle-ci était composée de plusieurs manses et à faire correspondre le manse à l’unité d’exploitation agraire familiale. Dans le cas de la veuve Maria Bressona, l’évêque et les chanoines de Barcelona lui ont imposé, en 1215, la contrainte de partager l’ensemble foncier et de placer un de ses fils dans chaque manse40.

  • 41 Oliva i Ricós 2002, p. 76-78.

35Mais les bayles ont fait preuve d’un grand opportunisme pour intégrer aussi des alleux à leur patrimoine. Au XIVe siècle, on voit certains bayles posséder des hommes propres, des paysans de remença qui leur prêtent serment de fidélité et hommage. Un cas de figure est celui des Sala, bayles de l’abbaye de Sant Pau del Maresme dans la paroisse d’Arenys, dont les stratégies économiques sont bien connues à partir de 1212. Devenus hommes propres de l’abbaye, ils ont réussi à accumuler un important patrimoine foncier formé de tenures et d’alleux. Au XIVe siècle, ils agissent à la fois comme hommes remences, c'est-à-dire comme serfs de l’abbaye attachés à la glèbe et soumis au payement du rachat en cas d’abandon de la tenure, et comme seigneurs de paysans remences41.

  • 42 To Figueras 1997, p. 324.
  • 43 Pour les Sala d’Arenys, voir Oliva i Ricós 2002, p. 80-89.

36Et si l’accumulation foncière se heurtait aux limitations imposées par la seigneurie, les bayles conservaient encore tout un champ d’action qu’ils pouvaient faire valoir avec des objectifs de reproduction et d’ascension sociale : les stratégies familiales et, plus précisément, la politique matrimoniale. Le mariage et le contrat régulateur des échanges, les douaires, offraient aux bayles des opportunités de capitalisation des baylies dans les moments de difficultés ainsi que d’ascension sociale42. Les stratégies matrimoniales ont permis aux familles de bayles d’établir des liens avec les familles des élites locales, de la paysannerie aisée et de la petite noblesse, un aspect encore très mal connu par une historiographie qui ne dispose pas d’un nombre suffisant d’études prosopographiques43.

Héritabilité des baylies et stratégies des bayles ruraux

  • 44 To Figueras 1997, p. 284 ; Farías Zurita 2000, p. 899-901 ; Benito i Monclús 2003, p. 271-272.
  • 45 Richou Llimona 1987.

37Tout cet ensemble de stratégies d’accroissement de fortunes et d’ascension sociale possédait un dénominateur commun : il s’agissait de stratégies de la longue durée. Leur succès reposait sur le fait que, depuis le XIIe siècle, les bayles des seigneuries rurales, contrairement aux bayles du roi et aux procurateurs nobiliaires, possédaient les baylies sous un régime juridique proche de celui de la tenure héréditaire ou du domaine utile de l’emphytéose. La possession des baylies à perpétuité et les droits de succession des bayles, malgré toutes les limitations imposées par les seigneurs, étaient solidement fondés sur les chartes de commende des baylies. En outre, la baylie était associée à un manse, dont la tenure perpétuelle ou le domaine utile étaient reconnus moyennant la charte précaire ou le bail emphytéotique44. Ce lien étroit entre le centre de la baylie tenu en précaire ou en emphytéose et l’office de la baylie tenu en commende est l’élément clé qui explique la stabilité de la détention des baylies paysannes au Bas Moyen Âge. La déclaration du procureur de Bernat Bellot, tenancier du manse Batlle d’Argentona et bayle de Pere des Bosc dans la même paroisse, dans le procès qui, en 1379, l’opposait à son seigneur pour la possession de la baylie, ne saurait être plus explicite : quod baiulia parrochie de Argentona cum iovis, braciaticis et aliis iuribus eiusdem pertinuit et pertinet domini utili dicti mansi Baiuli45.

  • 46 Pars autem adversa dicebat quod hoc adverbium semper quod insertum est in carta donationis quam dic (...)

38La tenure perpétuelle des baylies était donc le pilier sur lequel les familles de bayles ont fondé leur pouvoir et ont pu développer des stratégies d’accroissement de fortunes sur la longue durée. Ni les pratiques créditrices, ni l’accumulation foncière, ni les politiques matrimoniales n’auraient été possibles si la détention des baylies avait été temporaire ou tout au plus viagère. Les seigneuries ecclésiastiques en étaient conscientes et ont consacré tous leurs efforts à limiter dans le temps la détention des baylies ou, tout au moins, à en contrôler la succession. En 1220, par exemple, l’abbé de Sant Cugat del Vallès a réclamé à Saurina, mère de Bernat, bayle décédé de Valldoreix, l’abandon de ses droits sur la baylie. Face aux prétentions du lieutenant de l’abbé, selon qui la baylie de Valldoreix devait revenir à l'abbaye après la mort de Bernat, Saurina argua qu’elle et sa famille devaient posséder la baylie à perpétuité en vertu de l’adverbe semper contenu dans la charte de commende accordée à son mari46.

  • 47 Ramon Mir de Frigula, par exemple, a été accusé par le prieur Gerbert de Santa Maria de Cervià de s (...)

39Ce plaid est tout à fait représentatif de la réaction des grandes seigneuries ecclésiastiques contre la patrimonialisation de l’office de la baylie. À partir de la fin du XIIe siècle, les grandes abbayes se sont aperçues que l’héritabilité des baylies conférait trop de pouvoir aux bayles. Ceux-ci pouvaient faire face aux réclamations des seigneurs dans les procès, mais ne pouvaient pas être dépourvus de leurs droits sur les baylies47. Pour racheter les baylies et les placer à nouveau sous le régime de la commende mais à des conditions plus favorables, les abbés durent indemniser leurs bayles avec de grandes sommes d’argent ou des biens fonciers. Dans d’autres cas, après de longs contentieux, les seigneuries ecclésiastiques sont parvenues à des accords concernant les conditions de détention des baylies ou le patrimoine foncier des bayles.

  • 48 Us. 106 : Baiulias vero nullus baiulus concedat heredibus suis sine consensu senioris. (Usatges de (...)

40Depuis la fin du XIIe siècle, les baylies ont été de plus en plus cédées en commende aux fils, petits-fils ou neveux des anciens détenteurs, mais à titre viager. Le renouvellement de la commende de la baylie et du centre domanial à chaque transmission générationnelle permettait aux seigneurs de garder le contrôle sur la succession de la baylie. Il obéissait ainsi au principe, consacré par les Usatges, selon lequel aucun bayle ne pouvait transmettre sa baylie à ses héritiers sans l’approbation de son seigneur48.

  • 49 Le 11 juin 1316, l’abbesse Saura de Sant Pere de les Puelles a suspendu temporairement de ses fonct (...)
  • 50 Zapata 1998.

41Dans les seigneuries ecclésiastiques, les droits héréditaires des bayles, fondés sur les anciens actes de commende des baylies, ont résisté, malgré le contrôle et la fiscalisation stricte auxquels abbés et prévôts ont soumis leur gestion49. Dans l’espace baronnial, les exemples de baylies naturelles héréditaires ne sont pas inconnus, mais ils semblent avoir été moins fréquents50. En outre, lorsqu’à la fin du Moyen Âge, nombre de communautés rurales et de petites villes ont été rattachées à la juridiction royale, les seigneurs ont vu leur représentation limitée aux batlles de sac, chargés de l’administration et du prélèvement de leurs droits et redevances de nature foncière. Dans les seigneuries rurales de Vieille Catalogne, ces collecteurs de redevances n’étaient parfois que de petits ou moyens tenanciers pour lesquels l’office de la baylie servait à compléter les recettes qu’ils tiraient de leurs exploitations agraires. Leur statut et leur fortune différaient beaucoup de ceux des descendants d’anciennes familles de bayles qui, grâce à des stratégies d’accroissement et à une politique matrimoniale habile, ont fini par se hisser dans les rangs de la petite noblesse.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Aventín i Puig 1996 = M. Aventín i Puig, La societat rural a Catalunya en temps feudals. Vallès oriental, segles XIII-XVI, Barcelone, 1996, p. 188-189.

Aymar Ragolta 1989 = J. Aymar Ragolta, Els Vallmanya, batlles de sac del castell de Calonge, dans Estudis del Baix Empordà, 8, 1989, p. 141.

Barros 1993 = C. Barros, Rito y violación : derecho de pernada en la Baja Edad Media, dans Historia Social, 16, 1993, p. 3-17.

Benito i Monclús 2000 = P. Benito i Monclús, Els clamores de Sant Cugat contra el fill del Gran Senescal i altres episodis de terrorisme nobiliari (1161-1162), dans Anuario de Estudios Medievales, 30-2, 2000, p. 886.

Benito i Monclús 2003 = P. Benito i Monclús, Senyoria de la terra i tinença pagesa al comtat de Barcelona (segles XI-XIII), Barcelone, 2003.

Bisson 1984 = Th. Bisson, Fiscal accounts of Catalonia under the early count-kings (1151-1213), Berkeley-Los Angeles-Londres, 1984, vol. I, p. 117-150.

Bisson 1998 = Th. N. Bisson, Tormented voices. Power, Crisis, and Humanity in Rural Catalonia. 1140‑1200, Cambridge, 1998, p. 68-96.

Brutails 1891 = J.-A. Brutails, Étude sur la condition des populations rurales du Roussillon au Moyen Âge, Paris, 1891, p. 154.

Callís 1544 = J. Callís, Antiquores Barchinonensium leges, quas vulgui Usaticos appellat, Barcelone, 1544.

Caner 1974-1975 = P. Caner, Torres de vigilància a Calonge, dans Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, XXII, 1974-1975, p. 390-391.

Cartulario de Sant Cugat del Vallés = Cartulario de Sant Cugat del Vallés, ed. J. Rius Serra, Barcelone, 1945-1947.

Cuadrada i Majó 1988 = C. Cuadrada i Majó, El Maresme medieval : hàbitat, economia i societat, segles X-XIV, Mataró, 1988.

Farías Zurita 2000 = V. Farías Zurita, Sobre la reorganización del señorío rural y la figura del « baiulus » en la Catalunya del noreste de los siglos XII y XIII, dans Anuario de Estudios Medievales, 30-2, 2000, p. 890-903.

Ferro 1987 = V. Ferro, El Dret Públic Català. Les Institucions a Catalunya fins al Decret de Nova Planta, Vic, 1987.

Font Rius 1985 = J. M. Font Rius, Orígenes del régimen municipal de Cataluña, dans J. M. Font Rius, Estudis sobre els drets i institucions locals en la Catalunya medieval, Barcelone, 1985, p. 370, 372-373, 425-450.

Freedman 1991 = P. Freedman, The origins of peasant servitude in medieval Catalonia, Cambridge, 1991, p. 89-118.

Freedman 1999 = P. Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999.

GMLC = Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae, Barcelone [Universitat de Barcelona ‑ Departamento de Filología Latina del CSIC], 1960-2006, col. 223-226 ;

Hinojosa 1902 = E. de Hinojosa, ¿Existió en Cataluña el ius primae noctis ?, dans Annales internationales d’histoire, 2, 1902, p. 224-226.

Hinojosa y Naveros 1955 = E. de Hinojosa y Naveros, El régimen señorial y la cuestión agraria en Cataluña durante la Edad Media, dans E. de Hinojosa y Naveros, Obras, t. II, Madrid, 1955, p. 175-176.

Lalinde Abadía 1966 = J. Lalinde Abadía, La jurisdicción real inferior en Cataluña (corts, veguers, batlles), Barcelone, 1966.

Marquilles 1505 = J. Marquilles, Comentaria super usaticis Barchinone, Barcelone, 1505.

Mieres 1621 = T. Mieres, Apparatus super constitutionibus Curiarium Generalium Cathaloniae, Barcelone, 1621.

Oliva i Ricós 2002 = B. Oliva i Ricós, La petita noblesa del Maresme. Tres trajectòries : Des Bosc, Ferrer i Sala (s. XIV-XVII), Mataró, 2002.

Pagès i Pons 1984 = J. Pagès i Pons, Les Preses i el monestir de Sant Benet de Bages, vol. II, Olot, 1984, p. 171-216.

Pagès i Pons 1987 = J. Pagès i Pons, Els senyorius alodials en el vescomtat de Bas a la Baixa Edat Mitjana, vol. II, Olot, 1987, p. 77-84.

Rahola i Sastre 1978 = J. Rahola i Sastre, Cadaqués a l’Edat Mitjana. La batllia i el batlle feudal, dans Revista de Girona, 84, 1978, p. 235-240.

Richou Llimona 1987 = M. Richou Llimona, Aproximació a la història d’Argentona (segles XIII‑XV), Argentona, 1987, p. 96-97.

Rodón Binué 1957 = E. Rodón Binué, El lenguaje técnico del feudalismo en el siglo XI en Cataluña (contribución al estudio del latín medieval), Barcelone, 1957.

Sabaté i Curull 1997 = F. Sabaté i Curull, El territori de la Catalunya medieval. Percepció de l’espai i divisió territorial al llarg de l’Edat Mitjana, Barcelone, 1997, p. 235-238.

Salrach 1992a = J. M. Salrach, Agressions senyorials i resistències pageses en el procés de feudalització (s. IX‑XII), dans Revoltes populars contra el poder de l’Estat, Barcelone, 1992, p. 11-29.

Salrach 1992b = J. M. Salrach, Formació, organització i defensa del domini de Sant Cugat en els segles X-XII, dans Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 13, 1992, p. 157, 159-160.

Serra Vilaró 1947 = J. Serra Vilaró, Baronies de Pinós i Mataplana, vol. I, Barcelone, 1947, p. 20.

Serrano Daura 2000 = J. Serrano Daura, Senyoriu i municipi a la Catalunya Nova (segles XII-XIX), Barcelone, 2000.

Shideler 1983 = J. Shideler, A Medieval Catalan Noble Family. The Montcadas (1000-1230), Berkeley, 1983.

To Figueras 1991 = Ll. To Figueras, El monestir de Santa Maria de Cervià i la pagesia : una anàlisi local del canvi feudal, Barcelona, 1991, p. 165.

To Figueras 1993 = Ll. To Figueras, Le mas catalan du XIIe siècle : genèse et évolution d’une structure d’encadrement et d’asservissement de la paysannerie, dans Cahiers de civilisation médiévale, XXXVI, 2, 1993, p. 165.

To Figueras 1997 = Ll. To Figueras, Família i hereu a la Catalunya nord‑oriental (segles X‑XII), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1997.

Toda i Güell 1997 = E. Toda i Güell, La davallada de Poblet (Poblet als segles XVI i XVII), Abadia de Poblet, 1997, p. 305-310.

Usatges de Barcelona 1984 = Usatges de Barcelona. El codi a mitjan segle XII, J. Bastardas ed., Barcelone, 1984.

Vicens Vives 1978 = J. Vicens Vives, Historia de los remensas en el siglo XV, Barcelone, 1978, p. 342.

Vilaginés 1989 = J. Vilaginés, Berenguer de Bannalocha. Batlle episcopal de Mollet, dans Mollet del Vallès. Notes, 3, 1989, p. 9-18.

Zapata 1998 = M. A. Zapata, Les jurisdiccions locals en el pas de l’Edat Mitjana a l’Edat Moderna. Els batlles de sachs i els batlles reials a la baronia Desbosch, Mataró, 1998, p. 111-123.

Haut de page

Notes

1 T. Mieres 1621, I, col. 2, cap. XXXX, nº 18, commenté par Lalinde Abadía 1966, p. 66.

2 Sur le « droit de cuissage » catalan, évoqué dans le projet d’accord entre le syndicat des paysans remences et les seigneurs, et aboli par la Sentence Arbitrale de Guadalupe (chap. IX) de 1486, voir : Hinojosa 1902 ; Vicens Vives 1978 ; Barros 1993 ; Freedman 1999, p. 244-245.

3 Caner 1974-1975 ; Aymar Ragolta 1989.

4 Font Rius 1985, p. 370 ; Sabaté  i Curull 1997 ; Farías Zurita 2000, p. 895-897.

5 Font Rius 1985, p. 372-373.

6 Lalinde Abadía 1966, p. 250 ; Sabaté i Curull 1977, p. 236 ; Serrano Daura 2000, p. 786-788. Dans l’abbaye de Poblet, au XVIIe siècle l’administration de justice a atteint son niveau de complexité maximale avec une pyramide à cinq niveaux : gouverneur général, lieutenant du gouverneur général, bayle général, bayles et sous-bayles locaux. Cf. Toda i Güell 1997.

7 Baiulus naturalis intelligitur qui habet baiuliam per se et suos et sibi et suis, et habet districtum et iurisdictionem generalem in uno castro vel villa aut parrochia seu loco... (Marquilles 1505, fol. XLIv).

8 Lalinde Abadía 1966, p. 245‑250 ; Ferro 1987, p. 123-125 et 139.

9 Usatges de Barcelona 1894, art. 10 ; Lalinde Abadía 1966, p. 67. Au XVsiècle, la condition des baiuli nobiles a été aussi objet de traitement par le juriste Jaume Callís (Callís 1544, fol. XXv).

10 Shideler 1983, p. 172.

11 Serra Vilaró 1947.

12 Salrach 1992a ; Benito i Monclús 2000 ; Bisson 1998.

13 Salrach 1992b.

14 Pagès i Pons 1984 ; Pagès i Pons 1987.

15 Benito i Monclús 2003.

16 Shideler 1983, p. 174.

17 Archives de la Couronne d’Aragon (Barcelone), Ordres monastiques, Sant Llorenç del Munt, parch. 408 a, copie du 20 février 1262.

18 Font Rius 1985, p. 425-450.

19 GLMC, col. 223-226 ; Rodón Binué 1957, p. 36-38.

20 Benito i Monclús 2003, p. 270-271 et 288-290.

21 Lalinde Abadía 1966, p. 251-252 ; Benito i Monclús 2003, p. 277.

22 Rahola i Sastre 1978.

23 Freedman 1991, p. 89-118 ; Cuadrada i Majó 1988, p. 522-523 ; Farías Zurita 2000, p. 898-899 ; Benito i Monclús 2003, p. 429-434, 456-458, 483-487.

24 To Figueras 1997, p. 208.

25 Sur le braçatge, Brutails 1891 ; Hinojosa y Naveros 1955 ; Rodón Binué 1957, p. 45-46 ; GMLC, cols. 290-291 ; To Figueras 1993, p. 165 ; Farías Zurita 2000, p. 903 ; Benito i Monclús 2003, p. 272, 378-380.

26 Sur le retrodecimum, Lalinde Abadía 1966, p. 213-214, 254-255 ; Farías Zurita 2000, p. 903 ; Benito i Monclús 2003, p. 272-273.

27 Benito i Monclús 2003, p. 275.

28 Vilaginés 1989.

29 Bernat Barutí, bayle des Montcada, devenu bientôt procureur de leurs domaines (1209-1225), a contribué à financer les entreprises de cette puissante famille nobiliaire entre 1212 et 1223 tout en recevant en gage l’ensemble des redevances de certains endroits. En 1220, Guillem de Montcada, agissant comme lieutenant du jeune roi Jacques I, a baillé à ferme à Barutí l’office de viguier de Barcelone pour une période de cinq années, comme payement d’une importante somme d’argent que celui‑ci avait avancée au roi (Shideler 1893, p. 173-176).

30 Lalinde Abadía 1966, p. 193 ; Bisson 1984, p. 117-150.

31 Serrano Daura 2000, p. 691-701.

32 Aventín i Puig 1996.

33 Les Sala, bayles du monastère de Sant Pau del Maresme à Arenys (comté de Gerone) jusqu’à 1437, réussissent en 1632 à obtenir du roi un titre de noblesse en raison de l’ancienneté de leur maison. Oliva i Ricós 2002, p. 71.

34 Benito i Monclús 2003, p. 323-324, 328-334.

35 Archives Capitulaires de Barcelone, Libri Antiquitatum, III, fol. 28v-29v, doc. 83.

36 Benito i Monclús 2003, p. 322-324.

37 Farías Zurita 2000, p. 890. Benito i Monclús 2003, p. 274-275.

38 Cuadrada i Majó 1988, p. 251-252.

39 Richou Llimona 1987.

40 Archives Capitulaires de Barcelone, Libri Antiquitatum, III, fol. 28v-29v, doc. 83.

41 Oliva i Ricós 2002, p. 76-78.

42 To Figueras 1997, p. 324.

43 Pour les Sala d’Arenys, voir Oliva i Ricós 2002, p. 80-89.

44 To Figueras 1997, p. 284 ; Farías Zurita 2000, p. 899-901 ; Benito i Monclús 2003, p. 271-272.

45 Richou Llimona 1987.

46 Pars autem adversa dicebat quod hoc adverbium semper quod insertum est in carta donationis quam dictus abbas fecit dicte Saurine et filio suo Bernardo comprehendebat quod perpetuo habere debeant dicta Saurina et filia Bernardi de Valle Daurexio et heres eius baiuliam prenotatam. (Archives de la Couronne d’Aragon, Ordres Monastiques, Sant Cugat del Vallès, parch. nº 440 ; Cartulario de Sant Cugat del Vallés, vol. III, p. 412-413, doc. 1298).

47 Ramon Mir de Frigula, par exemple, a été accusé par le prieur Gerbert de Santa Maria de Cervià de s’approprier de la baylie de l’honneur que le monastère possédait dans la paroisse de Camós et de retenir plusieurs redevances. Le bayle a argué que lui et ses ancêtres possédaient la baylie depuis très longtemps et a montré la carte de commende de la baylie accordée par le prieur Pere à son père. La sentence a admis partiellement les arguments du bayle. To Figueras 1991.

48 Us. 106 : Baiulias vero nullus baiulus concedat heredibus suis sine consensu senioris. (Usatges de Barcelona 1984, art. 83).

49 Le 11 juin 1316, l’abbesse Saura de Sant Pere de les Puelles a suspendu temporairement de ses fonctions son bayle à Esplugues, Ramon Figueres, parce que les comptes de sa bailie qu’il avait présentés étaient suspects de fraude (Archives de la Cathédrale de Barcelone, reg. notariaux, 90, fol. 8r). Cette même abbesse a essayé de déposséder Berengueró de Puig et sa mère Sibila de leurs droits sur la baylie de Lliçà de Vall, Lliçà de Munt, Canovelles et Palaudàries, que Berengueró détenait par succession de sa grand-mère Ermessenda, laquelle l’avait reçue en commende de l’abbaye en 1255 eo quia predecessores dictorum Sibilie et Berengarii non reddiderant compotum seu rationem de iuribus eiusdem baiulie, et aussi de limiter leurs droits sur la baylie au retrodecimum (Archives de la Cathédrale de Barcelone, reg. notariaux, 90, fol. 34v-39v).

50 Zapata 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les bayles de Cadaqués (a. 1193-1494).
Titre Fig. 2 - Patrimoine de Maria Bressó dans la vallée de Lloberes (1215).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pere Benito i Monclús, « Élites rurales et intermédiaires de la seigneurie en Catalogne (XIIe-XIVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/874 ; DOI : 10.4000/mefrm.874

Haut de page

Auteur

Pere Benito i Monclús

Université de Lleida – pere.benito[at]historia.udl.cat

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org