Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Fortunes, propriétés, production

Les propriétaires ruraux en Palestine du sud et en Égypte entre la conquête Perse et l’arrivée des Abbassides

Arietta Papaconstantinou

Résumés

La nature des sources conservées pour l’Antiquité tardive rend l’étude des élites rurales difficile, ne serait-ce que par la difficulté que l’on a à les identifier et à en saisir les caractéristiques. Cela est moins vrai pour l’Égypte, où les nombreux papyrus conservés permettent une analyse sociale bien plus fine que les sources narratives, à travers les activités économiques de ces élites. Cet article examine d’abord la définition même des « élites rurales », dont les contours changent lentement, mais profondément à partir du VIe siècle, puis propose trois études de cas, deux bourgs ruraux et une ville dont le pagarque est aussi grand propriétaire terrien. Malgré les différences de degré et d’intensité, on constate un certain nombre de constantes dans les pratiques des élites, en particulier le contrôle du crédit agricole et de l’activité notariale, une combinaison qui leur permet d’avoir la haute main sur la circulation des biens, aussi bien mobiliers qu’immobiliers.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de l’Antiquité tardive est essentiellement une histoire des élites de l’époque, et surtout des élites urbaines. Ceci est évidemment vrai de plusieurs périodes historiques, et les efforts des historiens depuis les années 1970 pour développer des méthodes permettant d’écrire l’histoire de ceux dont nous n’avons pas conservé la voix nous le rappellent bien. Si toutefois ce genre de travail a été possible pour des époques plus récentes à partir de sources d’archives abondamment conservées, il reste difficile lorsque les seuls témoignages qui nous soient parvenus sont tous issus des grandes élites urbaines.

  • 1 Voir par exemple les articles réunis dans Rapp – Salzman 2000, et dans Haldon – Conrad 2004.
  • 2 Ceci est moins vrai pour Byzance médiévale, dont l’histoire agraire est un champ d’étude constitué  (...)

2Ainsi, alors que par la force des choses les historiens de l’Antiquité tardive étudient dans leurs travaux essentiellement l’élite cultivée et la représentation qu’elle se faisait d’elle-même, des autres, du monde et des événements de son temps, ils ont, dans l’ensemble, peu problématisé le terme et se sont peu penchés sur sa signification et son champ d’application. Le peu de réflexion sur les élites dans l’Antiquité tardive s’est essentiellement concentré sur les élites impériales ou ecclésiastiques de haut rang, notamment les évêques et moines connus par leurs écrits, ou, lorsqu’il est question d’élites « locales » ou « régionales », sur les élites urbaines des différentes provinces1. Le plus souvent, c’est leur rôle dans le système impérial ou leur participation à la culture dominante de l’Empire qui a soulevé le plus grand intérêt, autrement dit, d’une manière ou d’une autre, leur relation avec le centre. Les élites spécifiquement rurales, dans le sens entendu dans ce volume de « groupes dirigeants de la société paysanne », n’ont ni véritablement été séparées des autres et constituées en groupe à part, ni, a fortiori, été étudiées en et pour elles-mêmes2.

  • 3 Kaplan 1992.

3Seule l’étude de Michel Kaplan sur la société villageoise aborde cette question de manière systématique3, mais elle ne porte malheureusement que partiellement sur la période qui nous intéresse. Pour cela, l’auteur utilise largement les sources hagiographiques qui, en effet, sont les seules pour cette époque à dépeindre le monde rural. L’hagiographie contient, il est vrai, beaucoup d’informations sur les personnes de statut élevé dans les sociétés villageoises et sur les rapports de pouvoir qu’elles entretiennent avec les autres villageois. Elle a toutefois certains défauts reconnus par tous, ses utilisateurs compris. Tout d’abord, les types sociaux qui y sont décrits sont stéréotypés, de sorte que les modèles présentés ne sont pas très nuancés. Même s’il est vrai que les stéréotypes ont toujours une base dans la réalité, la pertinence de l’image que dépeint l’hagiographie concernant les rapports sociaux ne peut se mesurer que si elle est confrontée à d’autres sources. Par ailleurs, les textes hagiographiques ont une tendance moralisatrice très marquée et par conséquent un préjugé négatif envers les « riches », ou plutôt envers la richesse : les bons riches y renoncent, et les mauvais la gardent par devers eux en n’aidant ni les pauvres, ni – bien pire ! – les sanctuaires et autres institutions ecclésiastiques. Cette vision simplifie énormément le fonctionnement fortement clientélaire de ces sociétés, que l’on devine en filigrane, mais que l’on a beaucoup de mal à démontrer sur pièces. Sans oublier, par ailleurs, que ces textes dits « populaires » sont malgré tout issus de milieux « dirigeants », ou du moins de milieux cléricaux et monastiques, qui ont une certaine autorité, fût-elle avant tout morale.

4En revanche, pour appréhender de première main les individus qui « font » la vie rurale, les papyrus sont une source inestimable. Bien évidemment, cette documentation aussi a ses défauts, puisque malgré sa nature plus proche des archives que des sources narratives, elle souffre d’un manque d’homogénéité. Même s’il est vrai qu’ils proviennent tous d’une aire relativement limitée, à savoir l’Égypte et le sud de la Palestine, leur distribution à l’intérieur de ces régions est inégale dans le temps et l’espace, et on ne sait jamais, même avec un dossier de plusieurs centaines de textes en main, quelle proportion de l’ensemble on possède. Il est aussi très difficile de généraliser, car les dossiers sont conservés de manière peu homogène, de sorte qu’il faut parfois comparer un ensemble de textes datant du milieu du VIIe siècle et venant de Palestine avec un autre du début du VIIIe siècle venant de Haute-Égypte, ce qui rend l’interprétation des différences constatées très délicate car on ne peut pas savoir si elles sont avant tout régionales ou chronologiques.

5Par ailleurs, il n’est pas toujours possible de mettre les informations, souvent détaillées, des sources documentaires en rapport avec des restes matériels, car les papyrus sont rarement trouvés strictement in situ, comme les inscriptions ; ils sont souvent moins formels que celles-ci, et, par conséquent, pas toujours datables, avec des imprécisions pouvant aller au-delà d’un siècle. Il n’en reste pas moins qu’ils nous renseignent bien mieux que toute autre source sur la société rurale de ces régions durant l’Antiquité tardive. Quelques ensembles qui se constituent en dossiers cohérents permettent même de faire des observations assez nuancées, comme on le verra.

  • 4 Fournet 1999.
  • 5 Laniado 2002.
  • 6 Vue d’ensemble dans Hickey 2007.
  • 7 Ruffini 2008.
  • 8 Entre autres Gascou 1985, repris dans Gascou 2008, p. 125-222 ; Banaji 2001 ; Mazza 2001 ; Sarris 2 (...)
  • 9 Keenan 1980 ; Keenan 1984a ; Keenan 1984b ; Keenan 1985 ; Keenan 1986 ; Keenan – Hickey 2004. Voir (...)
  • 10 En dernier lieu Decker 2009, avec la bibliographie antérieure ; en particulier, voir Sodini et al. (...)

6L’utilité des papyrus pour l’étude du sujet n’est évidemment pas passée inaperçue, et l’on dispose de plusieurs travaux qui traitent des élites urbaines égyptiennes, en particulier de leur culture4, de leur rôle dans l’administration municipale5, de leur importance économique6 et sociale7. Pour l’époque de Justinien, dans la région qui nous concerne, l’étude des « dirigeants » ruraux s’est largement focalisée sur les grands propriétaires, en particulier à cause de la riche documentation venant du domaine des Apions8. La recherche se développe peu à peu pour inclure les propriétaires de moindre taille, en particulier avec les travaux de James Keenan sur les villages et la société rurale égyptienne au VIe siècle9, et ceux de l’abondante archéologie proche-orientale qui ouvre de nouveaux horizons sur la vie rurale en Syrie-Palestine10.

  • 11 Voir surtout Sijpesteijn 2009 (qui toutefois traite autant de questions fiscales que de l’organisat (...)

7La période suivante, en revanche, est très peu étudiée11. Alors que le début de l’époque arabe, en particulier à partir d’‘Abd al-Malik et à la fin du VIIe siècle, intéresse de plus en plus de chercheurs, le reste du VIIe siècle reste en déshérence, en particulier pour l’étude des structures sociales et économiques. C’est en partie, mais en partie seulement, un problème de sources. Cette période de conquêtes et de guerres civiles, qui marque la désintégration d’un empire et le difficile établissement d’un autre, a surtout fait l’objet d’études d’histoire militaire et politique, mais les chercheurs se sont peu intéressés à l’histoire économique et sociale.

8La première difficulté à laquelle on se trouve confronté lorsqu’on veut étudier les élites rurales pour une région et une période où le sujet est quasiment vierge est bien évidemment celle de la définition du groupe social dont on parle. L’expression contient deux termes, et pour l’époque qui nous concerne, le second n’est pas moins problématique que le premier.

  • 12 Voir l’analyse de ces termes dans Kaplan 1992, p. 89-104.
  • 13 Libanios, Or. XI, 230.
  • 14 Bagnall 2005 ; Keenan 2005 ; sur la période entre le VIIe et le XIIIe siècle dans le Fayyūm, voir K (...)

9Que désigne-t-on lorsque l’on parle de « rural » dans l’Orient du VIIe siècle ? Au-delà du statut des différentes agglomérations, désignées par les termes polis ou kômê, ou d’ailleurs chôrion12, les études archéologiques sur les régions rurales, rares en Égypte, mais plus courantes ailleurs, indiquent une tendance que l’on retrouve de l’Afrique du Nord au Levant. Il s’agit de l’abandon des villages de petite taille à partir du VIe siècle et du développement de villages plus grands qui se transforment souvent en bourgades. En même temps, on observe une réduction de la taille des villes, de sorte que, vers la fin du VIe siècle, « villes » et « villages » se rapprochent de plus en plus en termes de taille. Ceci s’accompagne d’une diminution dans la différentiation des fonctions entre les deux. Alors qu’au IVe siècle Libanios considérait les marchés et l’artisanat comme des éléments définissant une ville et considérait les grandes bourgades très peuplées autour d’Antioche comme exceptionnelles13, au VIe siècle, ces activités se retrouvent dans de nombreuses bourgades qui portent encore le nom de « villages », alors que, parallèlement, on voit les villes s’impliquer beaucoup plus directement dans l’activité agricole, notamment à travers le traitement industriel de produits, qui entraîne la transformation des espaces publics abandonnés, ainsi que des espaces privés encore en usage, avec la mise en place d’installations agricoles14.

10Les raisons de cette évolution sont complexes et très débattues, et ne me concernent pas directement ici. La question qui se pose pour mon propos est de définir si l’on a toujours affaire à des entités essentiellement rurales et agricoles, ou si ces nouveaux bourgs fonctionnent selon une logique de type « urbain » – et inversement, si l’introduction d’activités agricoles dans les villes change leur fonction d’origine en les « ruralisant ». Cette question est essentielle pour la définition même des élites rurales, car s’il y a effectivement ruralisation des cités à partir du VIe siècle, il devient envisageable de considérer toutes les élites autres que celles d’Alexandrie, et plus tard de Fusṭāṭ, comme des élites rurales. Ceci est évidemment une position extrême, et pas nécessairement tenable. Malgré leur rétrécissement, les villes restent prioritairement le lieu d’activités de type industriel, artisanal et commercial plutôt que proprement agricole. En même temps, cette industrie semble – du moins là où l’archéologie permet de le constater – davantage tournée vers le traitement de produits agricoles (pressoirs, moulins etc.). Je donnerai plus loin quelques exemples qui montrent que la situation est en fait assez complexe sur ce plan.

  • 15 Voir Fournet 1999 ; MacCoull 1988 ; Fournet 2008.

11Une étude systématique des informations qui se trouvent dans la documentation papyrologique permettrait certainement de dégager des tendances et de clarifier certains aspects de l’état et de l’évolution des villes et des villages et de leurs sociétés respectives pendant cette période. L’exemple qui est toujours mis en avant est celui d’Aphroditô, qui malgré son appellation de kômê et sa population de petits propriétaires, a plus d’une trentaine d’églises ; elle est la résidence de Dioscore, poète et avocat, dont les occupations n’étaient guère celles que l’on trouvait habituellement dans les villages15. Aphroditô représente toutefois un cas à part, car il s’agit d’une ancienne ville qui avait perdu son statut. Il est important de comparer ce cas avec d’autres afin d’en apprécier le rapport à la norme.

  • 16 C. Rapp, M. Salzman, Introduction, dans Rapp – Salzman 2000, p. 316 : « Membership could be determi (...)

12Pour en venir au deuxième terme de l’expression « élites rurales », il n’est pas aisé de définir les élites de ces bourgs. De toute manière, la notion est notoirement vague, car elle ne signifie pas la même chose selon le point de vue que l’on adopte. Dans leur introduction au numéro spécial de la revue Arethusa consacré aux élites dans l’Antiquité tardive, Claudia Rapp et Michele Salzman notent que l’inclusion dans cette catégorie « pouvait être déterminée par la richesse, la tradition familiale, la faveur impériale, ainsi qu’une variété de facteurs religieux, culturels et ethniques »16. Cela dit, il est rare, du moins dans l’Antiquité tardive, qu’un de ces facteurs pris isolément soit déterminant, surtout s’il n’est pas accompagné d’une certaine fortune. En d’autres termes, le moyen le plus sûr pour définir un groupe constituant l’élite sociale est d’en connaître le statut économique. Ce sont aussi, avec les responsables administratifs et fiscaux, les gens qui sont le plus facilement repérables dans la documentation papyrologique, en grande partie parce qu’il s’agit de groupes qui produisent un grand nombre de documents.

13Il faut ensuite se demander ce qui différencie l’élite proprement rurale. Est-ce celle dont la fortune est essentiellement fondée sur des activités « rurales », c’est-à-dire agricoles, même si leur résidence se trouve en ville et s’ils exercent aussi des fonctions « urbaines » ? Compte tenu de la documentation dont on dispose, il faut procéder de manière empirique en relevant dans les textes les personnages qui paraissent répondre aux critères définissant des élites potentiellement « rurales » : des signes montrant qu’ils exercent des fonctions d’autorité ; des indications d’une certaine fortune ; des indications montrant qu’ils maintiennent d’autres membres de leur communauté dans une relation de dépendance ; des activités et des revenus dans le domaine de l’agriculture.

  • 17 Le dossier d’Athanase a été réuni et analysé par Ruey-Lin Chang et présenté à la Sather Conference (...)
  • 18 En général sur l’administration voir Sijpesteijn 2007a ; Sijpesteijn 2007b.

14Les individus dans des fonctions d’autorité sont ceux que l’on identifie immédiatement et sans aucune ambiguïté, en raison soit de leur titre, soit de la place prééminente à laquelle ils apparaissent dans les documents qu’ils font établir ou qui leur sont adressés. Le plus souvent, il s’agit de responsables de la collecte des impôts dans les villages, émettant des reçus, mais aussi tenant la correspondance avec le niveau supérieur de la hiérarchie, le plus souvent le pagarque. Parmi eux, l’on trouve souvent des membres du clergé, mais ils ne sont pas majoritaires. Au moment de la conquête arabe, les responsables administratifs en place gardent leurs postes, et ceci est vrai aussi bien des gouverneurs provinciaux que des administrateurs de rang moins élevé, tel le pagarque Athanase à Hermopolis, attesté aussi bien avant qu’après la conquête, ou le defensor civitatis d’Arsinoé Flavios Athanasios, qui semble même, entre 641 et 644, bénéficier d’une promotion17. Jusqu’au début du VIIIe siècle, ces personnages portent des noms grecs et communiquent en grec, signe qu’ils appartiennent à une élite éduquée, sinon cultivée. Après cette date, les choses sont moins claires, car on voit progressivement apparaître des personnages avec des noms arabes sur des postes de responsabilité régionale, occupant d’abord les fonctions les plus hautes, puis les positions les plus basses, sans qu’on puisse déterminer si ces personnages sont des Égyptiens convertis à l’islam ou des musulmans arabes envoyés depuis la capitale18.

  • 19 Bell 1928, p. 280.

15L’espace rural connaît plusieurs degrés d’administrateurs. Le plus central peut-être, car il assurait une articulation essentielle entre le gouverneur d’Égypte et la réalité locale, était le pagarque. Sans doute s’agissait-il d’habitants de centres citadins, mais avec de substantielles propriétés rurales, ce qui a amené Harold Idris Bell, un des premiers à s’intéresser au sujet, à affirmer qu’ils étaient généralement tirés de la landed gentry19. Au niveau des villages, on trouve les responsables des communautés appelés lashane en copte, dioikètès en grec ; on rencontre aussi le terme prôtokômètès. Le terme archôn, repris en copte (où l’on trouve aussi nok rôme, « grand homme »), sert à désigner de manière générique les personnes ayant de l’autorité, qu’il s’agisse d’une autorité de nature politique ou de celle du propriétaire d’un domaine. Il est d’ailleurs intéressant de voir les deux catégories confondues dans le même terme, signe que, dans la conscience commune, pouvoir économique et pouvoir politique s’identifiaient largement.

16Le rôle social de ces dirigeants semble avoir été avant tout la médiation avec les autorités plus centrales, et l’intervention dans le règlement de litiges locaux, et c’est justement à travers les documents produits à l’occasion de ces litiges que nous pouvons les appréhender aujourd’hui. La majorité des cas de litiges qui nous sont parvenus concernent des questions de propriété, le plus souvent à l’intérieur de familles. Les actes d’arbitrage produits dans ces affaires sont une source importante de renseignements sur les différentes formes de propriété immobilière et foncière dans les villages.

  • 20 Papaconstantinou 2009, en particulier l’exemple d’Aristophane, p. 460-461.

17Par ailleurs, en raison de l’enjeu économique important de ces actes d’arbitrage, comme de tous les actes de droit privé produits dans ces communautés, la fonction de scribe semble avoir joui d’un certain prestige. En effet, le statut des individus qui l’exercent s’avère être plutôt élevé. Ils ne servaient pas uniquement de scribes, mais remplissaient une fonction située entre celles des notaires et des avocats, et avaient une influence sans doute assez importante sur la résolution des affaires qu’on leur soumettait, surtout à l’époque arabe où les tribunaux impériaux n’existaient plus comme alternative. Le plus souvent, nous voyons dans cette fonction des individus ayant une maîtrise du grec encore au VIIIe siècle, ce qui est en soi remarquable dans des régions éloignées de la capitale où la langue véhiculaire, et même la langue des documents, était le copte. Certains sont moines ou clercs, mais la plupart sont des laïcs. Certains portent des noms grecs, parfois même des noms littéraires peu communs, et pas n’importe lesquels : on y trouve Aristophane, Kléonikos ou Polycrate, des noms rares dans l’onomastique locale et sans doute tirés de la connaissance de textes classiques. S’il s’agit là d’une stratégie de distinction ou d’une forme d’allégeance à l’empire chrétien perdu, il est difficile de le savoir – et les deux ne sont pas incompatibles. Parfois, on retrouve ces personnages dans d’autres documents, ce qui permet de constater qu’ils possédaient une certaine fortune, souvent des terres ou des maisons20.

18Comme on le voit, ces individus se distinguent du reste de leur communauté par le fait qu’ils maintiennent les autres dans une relation de dépendance politique et sociale, à laquelle s’ajoutent de nombreuses formes de dépendance économique. Les documents font état d’obligations de diverses natures, notamment des sommes dues à des propriétaires pour la location de moyens de production comme des terres, des ateliers ou des machines d’irrigation. Les villageois aisés servaient aussi de banquiers pour les autres villageois, en particulier au moment de payer l’impôt ou d’acheter les graines pour les semailles. En général, la somme leur était rendue en espèces avec intérêt, et cela était précisé dans un document de reconnaissance de dette.

19Ces divers aspects de la dépendance sociale se constatent assez facilement. Il est toutefois rare, en raison des limites de notre documentation, que l’on puisse voir clairement l’articulation entre eux. Comme nous n’avons généralement pas les archives complètes d’un individu, mais seulement un dossier de textes d’une certaine catégorie (administratif, comptable, fiscal), il n’est pas facile de démontrer sur pièces ce que l’on devine, à savoir que puissants politiques et puissants économiques formaient deux groupes qui se recouvraient largement. L’analyse plus précise de certains cas particuliers, à partir de dossiers documentaires homogènes, permet de mieux repérer des correspondances de ce genre. Il ne faut pas oublier que ces dossiers restent incomplets et sont conservés de manière très erratique, mais ils permettent tout de même de circonscrire partiellement les activités de personnages donnés et aussi de prendre conscience d’une certaine variété régionale.

Papas, pagarque d’Apollônos Anô

20Dans les années 660, le pagarque d’Apollônos Anô était un certain Papas, qui avait succédé dans cette fonction à son père Liberios. Les archives sur papyrus qui portent son nom contiennent des documents divers, essentiellement sa correspondance avec le duc de la Thébaïde concernant des questions fiscales et autres sujets relatifs à l’administration de son district. Apollônos Anô était une ville, mais le dossier montre clairement que l’agriculture était une des activités principales de ses habitants et en ce sens elle pourrait s’inscrire dans le modèle des centres urbains ruralisés mentionnés plus haut.

  • 21 Voir l’étude récente de Foss 2009a.
  • 22 Respectivement P.Apoll. 18 (prison) et 22-24 (litiges).
  • 23 P.Apoll. 9 ; 15 ; 19 ; 21 ; 26 ; 31 ; 37 ; 39 ; 42 ; 46 ; 50 ; 55 ; 67.
  • 24 Selon Foss 2009a, p. 9, sa correspondance « reflects a well-established hierarchical society with a (...)
  • 25 P.Apoll. 57.

21Papas est un des rares exemples pour lesquels nous possédons un dossier suffisamment varié pour établir des liens entre différents domaines dans lesquels sa qualité de « dirigeant » se faisait jour21. Il porte le titre de politeuomenos, curiale, même si, à cette époque, l’institution n’existe plus officiellement. Toutefois, même si le terme avait perdu son sens technique et ne gardait plus qu’une valeur honorifique, Papas pouvait mettre des individus en prison et s’occuper du règlement de litiges concernant des dettes et des impôts22. On le voit aussi porter le titre megaloprepestatos, qui lui prête une certaine grandeur, reflétant sans doute sa position sociale localement très élevée23. La résonnance urbaine de ces titres est renforcée par l’usage linguistique de Papas, ainsi que par son réseau de correspondants qui inclut le pagarque de Latopolis Platon et le notarios Helladios, qui le marquent comme un membre de l’élite traditionnelle de culture grecque établie dans les villes provinciales sous l’empire romain24. En même temps, Papas possède un domaine qui produit et commercialise du blé, de l’orge, du vin et de la viande, et sur lequel vivent des ânes, des chameaux et des chevaux. Il loue aussi une partie de ses terres à un producteur d’huile qui paye ses propres ouvriers25. Parmi les dépenses du domaine, on compte des distributions en nature à des individus qui y vivent, des dépenses pour des fournitures et des services divers, des provisions pour les semailles de l’année suivante et des dons à des institutions ecclésiastiques et charitables. Par ailleurs, un document mentionnant un prêt d’au moins douze solidi pour lequel un esclave avait été laissé en garantie fait sans doute également partie des archives de Papas et indique qu’il prêtait aussi de l’argent à ses concitoyens moins aisés. Le cas de Papas montre bien que la structure établie au VIe siècle, qui voit un petit groupe de grands propriétaires terriens dominer aussi bien l’économie que la politique locales, est encore en place une bonne génération après la conquête arabe.

Nessana

22Ce village, situé dans le désert du Neguev au sud de la Palestine, a laissé une documentation papyrologique fort intéressante allant de 505 à 689, mais couvrant la période de manière inégale. Au VIe siècle, la kômê participait au commerce caravanier, et servait de poste militaire pour un petit groupe de soldats dont certains documents ont été conservés. Des églises y ont été construites sur une assez grande échelle pour une agglomération de cette taille, certaines avec des mosaïques et des pièces de marbre importé, et la construction de lieux de culte continue au début du VIIe siècle. Après un trou d’une soixantaine d’années, la documentation reprend en 674 avec des documents liés essentiellement à l’administration arabe (impôts, service public et militaire), mais aussi au commerce, à l’agriculture et à des affaires privées. À cette époque le village compte environ un millier d’habitants.

  • 26 P.Ness. III 89.
  • 27 P.Ness. III 73 (683?) et III 72 (684?) respectivement.

23L’essentiel de la richesse de Nessana provient de la commercialisation des produits agricoles. Sa situation sur une route majeure de pèlerinage allant de Jérusalem au Sinaï avait permis un certain développement du commerce caravanier avant la conquête, qui semble continuer sans interruption par la suite. Un document de la fin du VIe siècle mentionne la location d’un chameau ainsi que la fourniture de vivres et de guides pour la visite de la « sainte montagne »26. Ce service continue après la conquête : à deux reprises, le gouverneur Abū Rāshid demande un guide pour accompagner à la sainte montagne, une fois sa femme Ubayya et, une autre, pour Abū ’l-Mughīra, le mawla de ‘Urwa ibn Abū Sufyān27. Certes, le gouverneur se permet de réquisitionner les services en question, mais cela montre que le village les fournissait encore, sans doute contre paiement comme auparavant.

  • 28 P.Ness. III 55 (11 avril 682 ?) et 59 (684 ?) respectivement ; sur Georges voir Papaconstantinou 20 (...)

24Il n’est pas aisé de connaître la taille et le nombre des domaines agricoles dépendant du village, mais les documents donnent quelques indices, notamment les différents niveaux d’impôt foncier annuel reflétant la taille des propriétés. Deux documents mentionnent respectivement 4 1/3solidi payés par Serge, fils de Menas en 682, et 6 solidi payés par un Serge dont le patronyme manque en 684. Dans les deux cas, la somme est empruntée à un tiers, un certain Georges, fils de Patrikios28. L’homonymie et la connexion avec Georges laissent penser qu’il s’agit du même individu, dont l’impôt foncier annuel aurait augmenté de 1 1/3solidus en deux ans. Cela voudrait dire que, malgré la nécessité d’emprunter pour payer son impôt, il aurait pu agrandir sa propriété de plus d’un quart.

25On devine que la propriété de Georges, fils de Patrikios, dont le père pratiquait aussi le prêt d’argent et qui se faisait aider par son fils Serge qui était prêtre, devait être beaucoup plus grande. Un troisième document permet de se faire une idée sur sa taille. Il s’agit d’un reçu pour la somme de 37 ½ solidi payée par Serge pour des terres ayant précédemment appartenu au Bani War, qui lui ont été données (δοθέντων) par le gouverneur Muslim après une opération cadastrale – sans doute achetées par Serge, peut-être en-dessous de leur prix. Compte tenu de l’impôt payé, il devait s’agir d’un domaine fort étendu – et cela n’est certainement qu’une addition aux domaines que son père Georges et son grand-père Patrikios, prêteurs de belles sommes, devaient déjà posséder.

  • 29 P.Ness. III 56 ; sur cette pratique voir Westermann 1948.

26Un autre personnage qui semble disposer de grandes sommes en numéraire est al-Aswad ibn ‘Adī, qui prête 50 solidi a un certain Apa Kyris et engage en même temps son fils sur un contrat de travail. La transaction est connue par un document bilingue arabe-grec daté de 687, qui enregistre le paiement par Apa Kyris de 30 solidi à al-Aswad. Ce dernier lui fait don (ἐχαρίσατο) des 20 autres en guise de charité (ṣadaqa) – correspondant, en pratique, au salaire pour le travail du fils, qui servait par ailleurs de garantie au prêt29.

  • 30 P.Ness. III 58 (18 janvier 687).

27Deux autres papyrus conservent des comptes annuels d’une exploitation de dattiers qui, sur deux ans, vend 1794 paniers de dattes pour un prix total de 300 solidi – une somme non négligeable30. Malheureusement, ni la date, ni le nom du propriétaire ne sont mentionnés, et rien n’exclut, comme le suggère l’éditeur, qu’il s’agisse d’une institution ecclésiastique et que le document date d’avant la conquête arabe. Le domaine pourrait toutefois aussi appartenir à la famille de Patrikios-George-Serge, et ce document montre l’échelle de ce genre d’entreprise agricole et des revenus qui lui étaient associés ‑ d’où la capacité de ces élites par ailleurs très locales et habitant dans le village de prêter des sommes aussi considérables.

  • 31 P.Ness. III 75 (fin viie siècle).

28On voit donc une élite économique assez aisée, vivant de la commercialisation directe de la production agricole vers le commerce caravanier, mais aussi certainement vers les centres urbains de la Palestine, et qui est aussi engagée dans des opérations de prêt d’argent pour les villageois de moindre fortune qui doivent s’acquitter de leurs impôts. Une partie de la population semble avoir trouvé l’imposition trop lourde, car un des documents du dossier contient le brouillon d’une lettre préparant une protestation auprès des autorités fiscales31. On comprend bien que si, à l’impôt, s’ajoutait l’intérêt du prêt contracté pour le payer, la fiscalité devait peser de plus en plus lourd sur les petits propriétaires. Ces élites locales‑là pourraient donc avoir contribué à la détérioration du statut des petits propriétaires de leur communauté. La documentation s’arrête toutefois avec ce dossier de la seconde moitié du VIIe siècle, ne permettant pas de suivre l’évolution de cette situation dans le temps.

Djemé

  • 32 Voir Wickham 2005, p. 419-426 pour une analyse globale de la société de Djemé.

29Ce village s’installe à partir de l’époque romaine dans les ruines du temple de Medinet Habou dans la région thébaine, sur la rive gauche du Nil. Entouré de ruines pharaoniques encore largement visitées à l’époque romaine par des touristes, ce village semble peu à peu être devenu le centre d’une région peuplée de petits et grands monastères et pratiquant diverses activités agricoles, en particulier élevage et culture de dattes, de blé et de vin32.

30L’habitat, d’abord serré à l’intérieur de l’ancien temple, s’est développé et a débordé du mur de clôture à un moment que l’on ne peut pas dater. La documentation des fouilleurs ne permet pas une chronologie très fine de l’évolution entre l’époque romaine et la fin du VIIIe siècle, quand le site semble être abandonné. L’habitat était dense et de type urbain, avec des maisons accolées de plusieurs étages, en raison de cet enfermement dans l’enceinte du temple. Le village possédait aussi plusieurs églises, ainsi que des greniers et des espaces de stockage.

  • 33 Sur cette question en général voir Wipszycka 1984 et 1996. ; Bagnall 1993, p. 240-251 ; et sur la r (...)
  • 34 Coquin 1975 ; Krause 1991 ; Kotsifou 2007.

31Des centaines, voire des milliers de documents ayant trait à la vie quotidienne de ce site ont été conservés, souvent écrits sur des éclats de céramique. Les plus intéressants pour mon propos sont un ensemble de 120 documents sur papyrus retrouvés dans les archives du monastère voisin de Saint-Phoibammon. Il s’agit d’actes privés divers (ventes, donations, testaments) impliquant d’une manière ou d’une autre le monastère, ce qui explique la conservation de doubles dans ses archives. Ces textes, ainsi que d’autres trouvés dans les alentours de Djemé, indiquent un assez haut degré d’alphabétisation dans la région33. Ceci pourrait être lié à la densité de centres monastiques, dont certains au moins semblent avoir servi d’écoles et qui avaient, dans certains cas, des bibliothèques substantielles34.

  • 35 P.KRU 68 (723) ; sur Élisabeth et ses démêlés avec sa nièce Abigaia à propos d’une succession de fa (...)

32On a peu de renseignements sur les chefs du village (lashane), qui sont le plus souvent cités dans les documents comme l’autorité devant laquelle l’acte a été signé. Investis de fonctions essentiellement juridiques, ils faisaient sans aucun doute partie de la classe des propriétaires locaux. Ceci est vrai dans les quelques cas pour lesquels nous avons d’autres renseignements. Abraham, fils de Théodore, par exemple, lashane deux années de suite, 706/707 et 707/708, est mentionné dans le testament de son épouse Élisabeth, qui l’institue unique héritier. Ce document contient une partie narrative rappelant l’histoire du couple, où l’on apprend qu’Abraham, originaire d’Assouan, a vendu sa maison de famille dans cette ville pour 57 solidi, ainsi qu’une propriété à Nê pour 5 trimesia, afin de venir épouser Élisabeth à Djemé. Comme il a tout partagé avec elle, en retour elle lui laisse toute sa fortune, qui se compose d’une maison héritée de ses parents, d’au moins deux terrains « au village et au pays », d’un atelier, et d’objets en fer et en cuivre35.

  • 36 P.RKU 106 (732).
  • 37 P.KRU 110 et 112 respectivement ; voir Papaconstantinou 2012.
  • 38 Voir Papaconstantinou 2011 ; Papaconstantinou sous presse.

33Plus généralement, les testaments et les actes de donation conservés nous donnent un aperçu des formes de propriété dans cette communauté. Ainsi Anne, fille de Jean et de Taham, donne au monastère de Paul une maison, ainsi que la moitié d’une autre maison, sa part d’un terrain et un quart d’une boulangerie36. D’autres donations faites par acte notarié aux institutions monastiques de la région, ainsi que les actes de vente et les testaments, montrent que ce mélange de petites propriétés terriennes et de biens immobiliers dans le village composés d’habitations principales, d’habitations louées et de locaux professionnels était la norme pour la classe aisée de Djemé. Des propriétaires plus petits apparaissent en filigrane à travers les donations de petits terrains, voire même de simples dattiers ou de bétail37. La documentation de Djemé laisse aussi apparaître plus clairement qu’ailleurs la partie de la population qui vivait dans le dénuement, et qui s’enfonçait graduellement dans la dépendance par rapport à ces groupes plus aisés. Cette dépendance était bien sûr politique et juridique, mais elle était avant tout économique. Sans oublier le travail rémunéré, qui semble avoir été la principale source de revenu pour ceux qui ne possédaient rien, on constate à Djemé que l’économie agricole locale était essentiellement fondée sur le crédit, pratiqué de manière systématique à toutes les échelles et tous les niveaux sociaux. Ceux qui vivaient de salaires, le plus souvent saisonniers, empruntaient de quoi payer leur capitation annuelle et parfois même pour « nourrir [leurs] enfants » à des notables divers ; les fermiers ou petits propriétaires contractaient des prêts de courte durée pour acheter des graines au moment des semailles, et promettaient de rembourser lors de la récolte ; des petits prêteurs empruntaient aux plus grands ; et ainsi de suite. La gamme de ce qui est laissé en gage pour ces prêts va des petits objets à des parties de maisons ou à des maisons entières, et de nombreux documents attestent que ces gages étaient souvent perdus parce que les emprunteurs étaient insolvables au moment de payer leur dette38. Par conséquent, la petite propriété à Djemé était fluide, alors que vraisemblablement les fortunes plus grandes ne faisaient que s’agrandir. Malheureusement les archives qui nous sont parvenues ne couvrent que le VIIe et une partie du VIIIe siècle, de sorte qu’il est encore une fois impossible de suivre l’évolution économique de cette communauté dans la plus longue durée.

34Les trois cas cités laissent entrevoir trois situations qui coexistaient à quelques décennies près dans des régions distinctes du califat. Malgré leurs différences, elles permettent de voir à quel point, dans des agglomérations de taille et de nature variées, les élites économiques dominaient la société locale. À Nessana comme à Apollônos Anô, le revenu de ces individus semble provenir essentiellement de grandes propriétés, et secondairement d’activités de crédit. On y rencontre aussi un grand écart entre des propriétaires très grands et d’autres manifestement de plus petite envergure. À Djemé, en revanche, l’agglomération sans aucun doute la plus petite et la moins riche des trois, les écarts semblent moins grands entre les propriétaires, et on conserve la trace d’un plus grand nombre d’entre eux. D’après les documents conservés, leurs revenus apparaissent provenir principalement du crédit agricole ainsi que de la spéculation immobilière, de la location de maisons et d’ateliers. Les revenus de domaines agricoles existaient certainement, puisqu’on conserve, par exemple, des contrats d’ouvriers agricoles, mais ils n’apparaissent pas de manière directe dans notre documentation. Dans ce contexte moins prospère et moins central administrativement, donc, les élites semblent diversifier leur activité économique, mais aussi être moins en mesure de se détacher du lot de manière très significative du point de vue de la fortune.

  • 39 Sijpesteijn 2004.
  • 40 Voir surtout Sijpesteijn 2009.

35Au VIIe siècle, on ne voit dans les documents aucune présence de propriétaires arabes musulmans, sauf peut-être al-Aswad à Nessana, dont on ne peut toutefois pas dire avec certitude qu’il possédait des terres. Le premier attesté sans ambiguïté l’est en 735 dans le Fayyūm39, la région qui fut toujours la première à être pénétrée par les nouveaux conquérants. C’est sans doute le début d’un tournant majeur dans les structures sociales des campagnes, qui reste pour le moment insuffisamment étudié40, mais qui mérite d’autant plus d’attention qu’il s’accompagne de la lente, mais régulière transformation religieuse qui voit en deux siècles l’islamisation de la vallée du Nil.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Bagnall 1993 = R. Bagnall, Egypt in Late Antiquity, Princeton, 1993.

Bagnall 2005 = R. S. Bagnall, Village and city : geographies of power in Byzantine Egypt, dans J. Lefort, C. Morrisson, J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, Paris, 2005 (Réalités Byzantines, 11), p. 553-565.

Banaji 2001 = J. Banaji, Agrarian change in Late Antiquity : gold, labour and aristocratic dominance, Oxford, 2001.

Bell 1928 = H. I. Bell, The administration of Egypt under the ‘Umayyad Khalifs, dans Byzantinische Zeitschrift, 28, 1928, p. 278-286.

Coquin 1975 = R.-G. Coquin, Le catalogue de la bibliothèque du couvent de Saint Élie « du rocher » (Ostracon IFAO 13315), dans Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, 75, 1975, p. 207-239.

Decker 2009 = M. Decker, Tilling the hateful earth. Agricultural production and trade in the late antique East, Oxford, 2009.

Foss 2009a = C. Foss, Egypt under Mu‘āwiya. Part I : Flavius Pappas and Upper Egypt, dans BSOAS, 72, 2009, p. 1-24.

Foss 2009b = C. Foss, Part II : Middle Egypt, Fusṭāṭ and Alexandria, dans BSOAS, 72, 2009, p. 259-278.

Fournet 1999 = J.-L. Fournet, Hellénisme dans l’Égypte du vie siècle. La bibliothèque et l’œuvre de Dioscore d’Aphrodité, Le Caire, 1999 (MIFAO, 115).

Fournet 2008 = J.-L. Fournet (éd.), Les archives de Dioscore d’Aphrodité cent ans après leur découverte : histoire et culture dans l’Égypte byzantine, Paris, 2008 (Études d’archéologie et d’histoire ancienne).

Gascou 1985 = J. Gascou, Les grands domaines, la cité et l’État en Égypte byzantine (Recherches d’histoire agraire, fiscale et administrative), Paris, 1985 (Travaux et Mémoires, 9), p. 1-89.

Gascou 2008 = Fiscalité et société en Égypte byzantine, Paris, 2008 (Bilans de recherche, 4).

Haldon – Conrad 2004 = J. Haldon, L. Conrad (éd.), The Byzantine and early Islamic Near East, IV, Elites old and new in the Byzantine and early Islamic Near East. Papers of the sixth workshop on late antiquity and early Islam, Princeton, 2004.

Hickey 2007 = T. M. Hickey, Aristocratic landholding and the economy of Byzantine Egypt, dans R. S. Bagnall (éd.), Egypt in the Byzantine World, 300-700, Cambridge, 2007, p. 288-308.

Hickey 2008 = T. Hickey, An inconvenient truth ? P.Oxy. 18.2196, the Apion estate, and fiscalité in the late antique Oxyrhynchite, dans Bulletin of the American Society of Papyrologists, 45, 2008, p. 87-100.

Hickey 2012 = T. M. Hickey, Wine, Wealth, and the State in Late Antique Egypt : the House of Apion at Oxyrhynchus, Ann Arbor, 2012.

Kaplan 1992 = M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle, Paris, 1992 (Byzantina Sorbonensia, 10).

Keenan 1980 = J. G. Keenan, Aurelius Phoebammon, son of Triadelphus, a Byzantine Egyptian land entrepreneur, dans Bulletin of the American Society of Papyrologists, 17, 1980, p. 145-154.

Keenan 1984a = J. G. Keenan, The Aphrodite papyri and village life in Byzantine Egypt, dans Bulletin de la société d'archéologie copte, 26, 1984, p. 51‑63.

Keenan 1984b = J. G. Keenan, Aurelius Apollos and the Aphrodite village elite, dans XVII Congresso internazionale di papirologia, III, Naples, 1984, p. 957-963.

Keenan 1985 = J. G. Keenan, Village shepherds and social tension in Byzantine Egypt, dans Yale Classical Studies, 28, 1985, p. 245-259.

Keenan 1986 = J. G. Keenan, Notes on absentee landlordism at Aphrodito, dans Bulletin of the American Society of Papyrologists, 22, 1986, p. 137-169.

Keenan 2003 = J. G. Keenan, Deserted villages : from the ancient to the medieval Fayyūm, dans Bulletin of the American Society of Papyrologists, 40, 2003, p. 119-139.

Keenan 2005 = J. G. Keenan, Egyptian villages in the 13th century : al-Nabulsi’s Tarikh al-Fayyum, dans J. Lefort, C. Morrisson, J.-P. Sodini (éd.), Les villages dans l’empire byzantin, Paris, 2005 (Realités Byzantines, 11), p. 567-576.

Keenan – Hickey 2004 = J. G. Keenan, T. M. Hickey, P.Lond. V 1876 desc . : which landowner ?, dans Chronique d'Égypte, 79, 2004, p. 247-254.

Kotsifou 2007 = C. Kotsifou, Books and book production in the monastic communities of Byzantine Egypt, dans W. E. Klingshirn, L. Safran (éd.), The early Christian book, Washington D.C., 2007 (Catholic University of America Studies in Early Christianity), p. 48-66.

Krause 1991 = M. Krause, Libraries, dans A. S. Atiya (éd.), The Coptic Encyclopedia, vol. 5, New York, 1991, p. 1447-1450.

Laniado 2002 = A. Laniado, Recherches sur les notables municipaux dans l’empire protobyzantin, Paris, 2002 (Travaux et mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Monographies, 13).

Leone 2007 = A. Leone, Changing townscapes in North Africa from late antiquity to the Arab conquest, Bari, 2007.

MacCoull 1988 = L. S. B. MacCoull, Dioscorus of Aphrodito : his work and his world, Berkeley, 1988 (The Transformation of the Classical Heritage, 16).

Mazza 2001 = R. Mazza, L’archivio degli Apioni. Terra, lavoro e proprietà senatoria nell’Egitto tardoantico, Bari, 2001.

Papaconstantinou 2009 = A. Papaconstantinou, ‘What remains behind’ : Hellenism and ‘romanitas’ in Christian Egypt after the Arab conquest, dans H. Cotton, R. Hoyland, J. Price et al. (éd.), From Hellenism to Islam : cultural and linguistic change in the Roman Near East, Cambridge, 2009, p. 447-466.

Papaconstantinou 2011 = A. Papaconstantinou, A preliminary prosopography of moneylenders in early Islamic Egypt and South Palestine, dans Mélanges Cécile Morrisson, Paris, 2011 (Travaux et Mémoires, 16), p. 631-648.

Papaconstantinou 2012 = A. Papaconstantinou, Donation and negotiation : formal gifts to religious institutions in late antiquity, dans J.-M. Spieser, E. Yota (éd.), Donation et donateurs dans le monde byzantin, Paris, 2012 (Réalités byzantines, 14), p. 75-95.

Papaconstantinou sous presse = A. Papaconstantinou, Credit, debt and dependence in early Islamic Egypt and Southern Palestine, dans A. Delattre, M. Legendre, P. Sijpesteijn (éd.), Authority and control in the countryside, Princeton, sous presse.

Rapp – Salzman 2000 = C. Rapp, M. R. Salzman (éd.), Elites in late antiquity, dans Arethusa, 33-3, 2000.

Ruffini 2008 = G. R. Ruffini, Social networks in Byzantine Egypt, Cambridge, 2008.

Sarris 2006 = P. Sarris, Economy and society in the age of Justinian, Cambridge, 2006.

Sijpesteijn 2004 = P. M. Sijpesteijn, Travel and trade on the river, dans P. M. Sijpesteijn, L. Sundelin (éd.). Papyrology and the history of early Islamic Egypt, Leyde, 2004 (Islamic History and Civilization, 55), p. 115-152.

Sijpesteijn 2007a = P. M. Sijpesteijn, The Arab conquest of Egypt and the beginning of Muslim rule, dans R. S. Bagnall (éd.), Egypt in the Byzantine World, 300-700, Cambridge, 2007, p. 437-459.

Sijpesteijn 2007b = P. M. Sijpesteijn, New rule over old structures : Egypt after the Muslim conquest, dans H. Crawford (éd.), Regime change in the Ancient Near East and Egypt, from Sargon of Agade to Saddam Hussein, Londres, 2007 (Proceedings of the British Academy, 136), p. 183-200.

Sijpesteijn 2009 = P. Sijpesteijn, Landholding patterns in early Islamic Egypt, dans Journal of Agrarian Change, 9, 2009, p. 120-133.

Sodini et al. 1980 = J.-P. Sodini et al., Déhès (Syrie du nord), campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural, dans Syria, 57, 1980, p. 1-308.

Steinmann 1974 = F. Steinmann, Die Schreiberkenntnisse der Kopten nach den Aussagen der Djeme‑Urkunden, dans P. Nagel (éd.), Studia Coptica, Berlin, 1974 (Berliner Byzantinische Arbeiten, 45), p. 101-110.

Tate 1992 = G. Tate, Les campagnes de la Syrie du nord du IIe au VIIe siecle : un exemple d'expansion démographique et économique à la fin de l'antiquité, I, Paris, 1992 (Bibliothèque archéologique et historique, 133).

Westermann 1948 = W. L. Westermann, The paramone as general service contract, dans Journal of Juristic Papyrology, 2, 1948, p. 9-50.

Wickham 2005 = C. Wickham, Framing the early middle ages : Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford, 2005.

Wilfong 2002 = T. Wilfong, Women of Jeme. Lives in a Coptic town in late antique Egypt, Ann Arbor, 2002 (New texts from ancient cultures), p. 69-93.

Wipszycka 1984 = E. Wipszycka, Le degré d’alphabétisation en Égypte byzantine, dans Revue des études augustiniennes, 30, 1984, p. 279-296 ; réimprimé dans Ead., Études sur le christianisme dans l’Égypte de l’Antiquité tardive, Rome, 1996, p. 107-126.

Wipszycka 1996 = E. Wipszycka, Encore sur la question de la literacy après l’étude de W.V. Harris, dans Ead., Études sur le christianisme dans l’Égypte de l’Antiquité tardive, Rome, 1996, p. 127-135.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les articles réunis dans Rapp – Salzman 2000, et dans Haldon – Conrad 2004.

2 Ceci est moins vrai pour Byzance médiévale, dont l’histoire agraire est un champ d’étude constitué ; voir, par ex., Kaplan 1992, en particulier p. 198-202 ; 220-231.

3 Kaplan 1992.

4 Fournet 1999.

5 Laniado 2002.

6 Vue d’ensemble dans Hickey 2007.

7 Ruffini 2008.

8 Entre autres Gascou 1985, repris dans Gascou 2008, p. 125-222 ; Banaji 2001 ; Mazza 2001 ; Sarris 2006 ; Hickey 2012 ; voir aussi ses articles : Hickey 2008, et Hickey 2007, p. 288-308.

9 Keenan 1980 ; Keenan 1984a ; Keenan 1984b ; Keenan 1985 ; Keenan 1986 ; Keenan – Hickey 2004. Voir la synthèse de Wickham 2005, p. 411-419.

10 En dernier lieu Decker 2009, avec la bibliographie antérieure ; en particulier, voir Sodini et al. 1980 ; Tate 1992.

11 Voir surtout Sijpesteijn 2009 (qui toutefois traite autant de questions fiscales que de l’organisation de la propriété), et Foss 2009a et Foss 2009b avec la bibliographie antérieure.

12 Voir l’analyse de ces termes dans Kaplan 1992, p. 89-104.

13 Libanios, Or. XI, 230.

14 Bagnall 2005 ; Keenan 2005 ; sur la période entre le VIIe et le XIIIe siècle dans le Fayyūm, voir Keenan 2003. Cette évolution se retrouve en Afrique du Nord : Leone 2007.

15 Voir Fournet 1999 ; MacCoull 1988 ; Fournet 2008.

16 C. Rapp, M. Salzman, Introduction, dans Rapp – Salzman 2000, p. 316 : « Membership could be determined by wealth, family tradition, imperial favor, and a variety of religious, cultural, and ethnic factors ».

17 Le dossier d’Athanase a été réuni et analysé par Ruey-Lin Chang et présenté à la Sather Conference organisée par Roger Bagnall les 11 et 12 novembre 2005 à l’Université de Berkeley (Papyrology : New Directions in a New Generation). Je suis très reconnaissante à l’auteur de m’avoir permis de consulter son travail avant publication.

18 En général sur l’administration voir Sijpesteijn 2007a ; Sijpesteijn 2007b.

19 Bell 1928, p. 280.

20 Papaconstantinou 2009, en particulier l’exemple d’Aristophane, p. 460-461.

21 Voir l’étude récente de Foss 2009a.

22 Respectivement P.Apoll. 18 (prison) et 22-24 (litiges).

23 P.Apoll. 9 ; 15 ; 19 ; 21 ; 26 ; 31 ; 37 ; 39 ; 42 ; 46 ; 50 ; 55 ; 67.

24 Selon Foss 2009a, p. 9, sa correspondance « reflects a well-established hierarchical society with a common traditional education shared by the Christian elite that held all but the highest posts ».

25 P.Apoll. 57.

26 P.Ness. III 89.

27 P.Ness. III 73 (683?) et III 72 (684?) respectivement.

28 P.Ness. III 55 (11 avril 682 ?) et 59 (684 ?) respectivement ; sur Georges voir Papaconstantinou 2011.

29 P.Ness. III 56 ; sur cette pratique voir Westermann 1948.

30 P.Ness. III 58 (18 janvier 687).

31 P.Ness. III 75 (fin viie siècle).

32 Voir Wickham 2005, p. 419-426 pour une analyse globale de la société de Djemé.

33 Sur cette question en général voir Wipszycka 1984 et 1996. ; Bagnall 1993, p. 240-251 ; et sur la région de Djemé : Steinmann 1974 (à lire avec prudence).

34 Coquin 1975 ; Krause 1991 ; Kotsifou 2007.

35 P.KRU 68 (723) ; sur Élisabeth et ses démêlés avec sa nièce Abigaia à propos d’une succession de famille, voir Wilfong 2002.

36 P.RKU 106 (732).

37 P.KRU 110 et 112 respectivement ; voir Papaconstantinou 2012.

38 Voir Papaconstantinou 2011 ; Papaconstantinou sous presse.

39 Sijpesteijn 2004.

40 Voir surtout Sijpesteijn 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arietta Papaconstantinou, « Les propriétaires ruraux en Palestine du sud et en Égypte entre la conquête Perse et l’arrivée des Abbassides », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/856 ; DOI : 10.4000/mefrm.856

Haut de page

Auteur

Arietta Papaconstantinou

University of Reading, a.s.papaconstantinou[at]reading.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org