Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Identifier les élites rurales

La définition des élites rurales (XIIIe-XVe siècle) au carrefour des approches historiques, archéologiques, mathématiques

Florent Hautefeuille et Bertrand Jouve

Résumés

L’approche interdisciplinaire proposée ici, entre mathématiques et histoire, de révèle les contours du groupe socialement dominant à l’intérieur d’un village du Quercy et montre les liens entre individus. L’analyse permet de distinguer ce que les mathématiciens appellent un « club huppé », c’est-à-dire un ensemble dont les éléments sont fortement et souvent reliés les uns aux autres, ainsi que des individus-relais placés entre plusieurs communautés. L’utilisation des résultats des fouilles archéologiques donne des indications sur les formes matérielles des fortunes paysannes. Enfin, la population et sa structuration sont très différentes entre les années 1350 et 1440. L’enquête doit se poursuivre afin d’étudier les modalités et la chronologie des transformations advenues durant la Guerre de Cent Ans.

Haut de page

Texte intégral

Le projet Graphcomp

Constat et questionnement

  • 1 Cursente 2002 ; Mousnier 1999.
  • 2 Hautefeuille 2007.
  • 3 Cette commission instruit l'ensemble des dossiers archéologiques des régions Aquitaine Midi-Pyrénée (...)
  • 4 Prodéo et al. 2007. Voir également Prodéo 2004.
  • 5 Boudartchouck 1997-1998.
  • 6 Bolle 2004.
  • 7 Ballarin 2007.

1Le problème de la hiérarchisation de la société médiévale et donc de la mise en évidence des élites au sein du monde rural bute régulièrement sur la nature des sources, rarement explicites et parfois contradictoires. Les travaux de B. Cursente ou de M. Mousnier pour le sud-ouest de la France montrent ainsi le statut très particulier qu'ont pu occuper des familles pourtant soumises au régime de la servitude tardive que fut la questalité méridionale1. Les difficultés rencontrées dans ces problèmes de hiérarchisation à travers la documentation écrite sont également très présentes quand on les observe dans le prisme de l'archéologie2. L'observatoire régional que constitue la Commission interrégionale de la recherche archéologique du sud-ouest3 est sur ce point exemplaire. Depuis 2003, environ 500 opérations archéologiques concernant le Moyen Âge ont été examinées. Ces dossiers, pour l'essentiel inédits, portent autant sur des fouilles préventives que sur de l'archéologie programmée. Sans qu'il soit possible de quantifier précisément ces observations, il ressort cependant assez clairement une impression d'omniprésence des élites. Si la fouille de Pineulh4, le Charavines du sud-ouest, a permis de relancer le débat sur la définition même des élites aristocratiques au tournant de l'an Mil, on s'aperçoit que l'archéologie a une très forte propension à voir des élites partout. Cela s'appelle ici « habitat privilégié », là « habitat élitaire ». Si l'archéologie était notre seule source documentaire, les élites constitueraient la moitié de la population. Le cas emblématique du mas de Pech de Bonal5 est représentatif d'une série d'autres fouilles qui ont tendance à une surinterprétation des données de terrain. Ainsi sur l'habitat de La Laigne en Charente-Maritime, la responsable de la fouille hésite entre un « milieu seigneurial » et une « petite aristocratie paysanne »6. À Colayrac Saint Cirq dans le Lot-et-Garonne, l'identification d'une construction comme une « maison forte civile » repose également sur un argumentaire fragile7.

2Il est important de souligner que cette propension à vouloir faire ressortir de la masse le site sur lequel on a parfois travaillé pendant des mois n'est pas propre à cette thématique. Il serait sans doute possible de faire le même constat autour de l'archéologie funéraire, qui pour le midi Toulousain des V-VIe siècles, fait apparaître une proportion de wisigoths et d'ostrogoths, puis de Francs sans commune mesure avec ce que nous suggèrent les textes. L’objectif n'est pas ici de remettre en cause l'apport de la documentation archéologique à ces problématiques, mais de proposer de nouveaux outils permettant de compléter les critères de définition et de contextualisation des élites rurales.

Un projet pluridisciplinaire

  • 8 Un des volets du programme GRAPHCOMP, financement ANR Non Thématique 2006-2009.

3Nous avons mis en œuvre un programme de recherche spécifique pour comprendre les éléments structurant la société rurale de la fin du Moyen Âge8. Ce programme rassemble une équipe de mathématiciens issus de l'Institut de Mathématiques de Toulouse (UMR 5219 / CNRS), une équipe d'historiens issus des laboratoires FRAMESPA (UMR 5136 / CNRS) et de TRACES (UMR 5608 / CNRS) et deux équipes d'informaticiens issus du laboratoire nantais LINA (UMR 6241 / CNRS) et du laboratoire toulousain IRIT (UMR 5505 / CNRS). Ensemble nous avons développé une approche méthodologique originale pour une relecture des sources historiques à notre disposition. Une présentation des acquis méthodologiques de ce programme permettra de comprendre l’apport de ce type d’approche dans la compréhension des structures sociales d’un petit territoire, sorte de laboratoire d’étude. La confrontation de ces résultats à des approches plus classiques de la documentation écrite et des données archéologiques permettra d’en souligner l’intérêt, mais également d’en mesurer les limites.

  • 9 Personnaz – Rivals 2003. Jouve 1999.
  • 10 Citons par exemple Albert et al. 1999 ; Degenne 2004 ; Wasserman 1994, Newman et al. 2006.

4L'objectif, pour les historiens, était plus large que celui de l'étude des élites. Il s'agissait de voir comment s’aider d’analyses mathématiques pour étudier des structures sociales en milieu rural à partir d'un corpus dense de textes sur une aire géographique restreinte. Pour cela, nous avons développé des méthodes utilisées en neurosciences pour l'étude des réseaux de neurones9 ou par les sociologues pour l'analyse des réseaux sociaux10. Les travaux de ce type sur les données historiques sont cependant beaucoup plus rares et souvent limités aux sources sérielles de l'époque Moderne. L’objectif était ici de modéliser les structures sociales en objet mathématique, et de voir si ces objets éclairaient le point de vue historique. L’idée sous-jacente était de pouvoir travailler en parallèle sur l’ensemble du corpus et donc de disposer d’une vision globale de ce corpus. Le projet avait donc un double objectif général dans le temps et l’espace :

  • L'analyse des réseaux sociaux et de leurs dynamiques dans le temps, en milieu rural à la fin du Moyen Âge.

    • 11 Sur la définition de cet espace, nous pouvons nous appuyer sur l'existence d'un livre de raison de (...)

    La mise en évidence de structures organisationnelles repérables à l'échelle globale du corpus, ou à l'échelle d'un bassin d'habitation (l'espace quotidien d'un paysan11).

5Le projet devrait connaître d'autres développements en resserrant les problématiques. Il est ainsi apparu de nombreuses pistes que nous continuerons d'explorer telles que :

  • Quelle est la caractérisation mathématique d'un réseau social familial ?

  • Comment appréhender les processus de bouleversement des noyaux familiaux entre 1360 et 1440 ? Cet aspect constitue en effet une des énigmes importantes dans l'historiographie régionale. Comment s'est produit le bouleversement démographique qui a entraîné la disparition d'environ ¾ des lignées familiales dans le monde rural ?

    • 12 Village déserté de la commune de Flaugnac (Lot). Il a donné lieu à deux campagnes de fouille en 200 (...)

    Étudier des modalités de restructuration de réseaux sociaux liés à la disparition d'un village (un village déserté). Nous disposons en effet d'un extraordinaire dossier documentaire encadrant la phase de disparition du village de la Graulière12 dans le Lot permettant d'en mesurer le processus, terroir par terroir et décennie par décennie.

Une aire géographique très densément documentée

  • 13 PCR sur le peuplement de la châtellenie de Castelnau‑Montratier, sous la direction de F. Hautefeuil (...)

6Afin de pouvoir aboutir à des analyses fines du maillage social de la fin du Moyen Âge, nous avons choisi de travailler sur une aire géographique restreinte, caractérisée par une très forte densité documentaire, mais aussi par des données archéologiques récentes. Le champ géographique de l’étude est centré sur le bas Quercy, plus précisément la châtellenie de Castelnau‑Montratier, à la limite des départements actuels du Lot et du Tarn-et-Garonne.Ce secteur a fait l'objet de plusieurs opérations de fouilles programmées depuis 200113 (fig. 1).

Fig. 1 - Localisation générale. Le cadre rouge correspond à la zone couverte par la documentation (fig. 3).

Fig. 1 - Localisation générale. Le cadre rouge correspond à la zone couverte par la documentation (fig. 3).
  • 14 Essentiellement à partir du fonds dit de l'archiprêtré de Flaugnac, conservé aux Archives départeme (...)
  • 15 L'objectif n'a pas été totalement atteint. Un des fonds (Arch. dép. Lot, J 2199) reste encore pour (...)
  • 16 http://graphcomp.univ-tlse2.fr/
  • 17 Les données principales proviennent des archives du Lot (Arch. dép. Lot, 48 J 3, 4, 5 et 6, et J 21 (...)
  • 18 Il s'agit des communes de Castelnau-Montratier, Flaugnac et Pern dans le Lot et pour partie des com (...)

7Outre l'abondance des vestiges architecturaux médiévaux, la quarantaine de paroisses que compte la châtellenie est couverte par un riche corpus de textes issus essentiellement des notaires. Nous avons travaillé uniquement sur les fonds médiévaux avec un débordement sur les premières années du XVIsiècle. Les documents utilisés sont, pour l'essentiel, issus d'analyses ou de copies très détaillées des XVIIe et XVIIIe siècles. Leur contenu a cependant pu être validé par des comparaisons avec les quelques originaux dont nous disposions14. L'objectif était de modéliser les réseaux sociaux au sein des populations rurales et d'en étudier l'évolution, en considérant l'élément de rupture fort que constituait la période de crise de la Guerre de Cent Ans. Nous avons pour cela choisi de mettre en base de données l'essentiel des sources dont nous disposions15. La base de données a été développée sur une interface Web en libre accès16. Au total un peu plus de 3000 actes ont été « démontés » et intégrés dans cet outil. Il s'agit pour une grande majorité de contrats agraires17. Cette première base a généré une base liée de quelque 8000 individus ayant vécu sur un territoire limité à celui de 4 communes entre 1240 et 152018. La base de données a été structurée de manière à pouvoir identifier le rôle joué par chaque intervenant au sein des actes. En cas d'actes complexes, nous avons même subdivisé le document en « transactions » correspondant généralement à une unité spatiale (parcelle). Un code a été octroyé à chaque individu. Un individu peut donc être parfois mentionné plusieurs dizaines de fois dans le corpus. Nous avons distingué deux types d'occurrences : celles où l'individu est acteur de l'acte, et celles où son nom apparaît mais où il n'intervient pas directement (essentiellement les confronts des parcelles). Par ailleurs, nous avons systématiquement précisé la position juridique de l'intervenant (seigneur, tenancier, notaire…). Si le cœur de la base de données est bien la table des individus, nous avons également saisi toutes les informations concernant le reste des données (nature des actes, localisation de la transaction, montant, description des parcelles, redevances….).

8L'espace étudié se limite donc à une bande de territoire d'une quinzaine de kilomètres du sud au nord et de 7 à 8 d'est en ouest. Le corpus est centré sur le village de Castelnau‑Montratier, mais n'est pas uniformément réparti dans l'espace. Il existe deux concentrations de textes encore plus fortes, autour des villages secondaires de Flaugnac et de Vazerac. L'étude a pris en compte cette dichotomie spatiale de la documentation, en se concentrant sur la partie nord du territoire.

Méthodologie

9Un graphe est un objet combinatoire constitué de nœuds (appelés aussi sommets) et de liens entre ces nœuds (appelés aussi arêtes). Le principe est de construire un graphe à partir de ce corpus, en établissant que chaque individu du corpus constitue un nœud du graphe et que les arêtes représentent les relations sociales entre deux individus. Le terme de relation sociale a été pris dans une acception très large que nous définissons ci-dessous.

10Si l'idée est a priori relativement simple, sa mise en œuvre s'est avérée complexe. Nous avons tout d’abord volontairement exclu de l'analyse les principales familles seigneuriales. L'omniprésence de ces seigneurs dans la documentation engendrait une hypertrophie de cette catégorie sociale qui masquait les autres parties de la société.

11Il a ensuite fallu définir quels pouvaient être les éléments de relations à retenir. La caractérisation d'une relation sociale a sans doute été le point le plus difficile à établir dans le programme. La seule prise en compte des relations directement attestées (mariage, vente de terres, transaction, …) nous paraissait trop restrictive et nous avons élargi le concept de relation sociale en nous appuyant sur des indices indirects. De ce fait, outre les relations familiales et la participation à des transactions communes (contractant d'un même acte), nous avons également retenu des facteurs de voisinage physique, considérant que deux voisins (confronts) avaient a priori des relations, bonnes ou mauvaises. Enfin, nous avons également pris en compte le système seigneurial un peu particulier d'un secteur où la coseigneurie est totale avec parfois 20 coseigneurs pour des paroisses de 500 hectares. Nous avons considéré que deux individus vivant dans la même paroisse et dépendant d'un même seigneur avaient des relations sociales. Définir une échelle de pondérations sur les liens du réseau n’est pas aisée si l’on désire échapper à l’arbitraire et dans l’étude que nous présentons ici nous n’avons donc pas différencié ou pondéré les types de liens sociaux, tous étant considérés également. Ainsi, nous avons établi un lien entre deux individus (deux sommets du réseau social) lorsqu’au moins une des catégories de relations exprimées ci-dessus apparaissait au moins une fois dans la documentation (fig. 2).

Fig. 2 - Exemple de construction de graphe à partir d'un extrait de texte.

Fig. 2 - Exemple de construction de graphe à partir d'un extrait de texte.

12Dans la construction de ces relations sociales, il a été difficile de définir un choix permettant en même temps de saisir un instantané des relations sociales tout en conservant la profondeur temporelle associée à la durée de vie d'un individu et ceci sans créer de relation « artificielle ». La construction du graphe de relations sociales tel que nous l’avons présenté au paragraphe précédent peut en effet être le siège d’un « effet de chaîne » conduisant à la création de liens sociaux impossibles : un individu X ayant vécu entre 1300 et 1320 et un individu Y ayant vécu entre 1325 et 1350 peuvent par exemple correspondre à deux sommets liés du réseau social s’ils sont liés au même petit seigneur alors qu’ils ne sont pas contemporains. Pour limiter ce biais, nous avons tenté de modéliser la durée d’activité d'un individu. Nous l'avons limitée à sa période adulte, période durant laquelle il est susceptible d'apparaître dans la documentation. Si nous disposions de multiples mentions d'un individu permettant de lui octroyer une période d'activité sociale supérieure à 30 ans, l'individu est alors considéré comme actif sur cette période. Si les mentions ne permettent pas de disposer d’indications de ce type, nous avons attribué de manière artificielle cette durée d'activité sociale à 30 ans, période parfois réduite lorsque nous disposions des données plus précises sur la date de décès de l'individu.

13Enfin, l’un des problèmes les plus difficiles rencontrés dans la construction de ces réseaux sociaux concerne l'identification des individus. Les homonymes sont très nombreux, soit que deux personnes portent les mêmes noms et prénoms soit qu'un fils soit désigné de la même manière que son père sans qu'il soit possible de savoir de les distinguer l’un de l’autre dans la documentation. Il n'était pas envisageable de réaliser une généalogie complète de ce corpus de 8000 personnes. Lors du développement de la base de données, nous avons intégré un outil d'aide à la désambigüisation des individus basé sur une comparaison avec les noms d’individus présents dans la base au moment de l’entrée d’un nouvel individu. Lorsque l’ambiguïté ne peut être levée entre deux individus, nous avons limité les choix arbitraires en conservant deux individus distincts, quitte à les distinguer à tort. Un développement envisagé consiste à améliorer cet outil de désambiguïsation en tenant compte, pour chaque nouvel individu, de l’ensemble de la connaissance acquise dans la base (localisation géographique des individus, réseau social individu-centré, …) et en intégrant des outils mathématiques permettant le traitement de l’incertitude (théorie des possibilités, …).

  • 19 Boulet 2008 et Truong 2008.
  • 20 http://www.yworks.com/en/products_yed_about.html
  • 21 Ce logiciel, Tempo Spring, est encore en phase de développement. Il permet, à l'aide d'un curseur, (...)

14Une fois la base saisie et les objectifs posés, nous avons mis en place des méthodes d'analyse mathématique permettant de « démêler » ces écheveaux de liens. Deux thèses de mathématique et d'informatique ont été soutenues sur le sujet en 200819. Elles proposent notamment des méthodes de comparaison et de visualisation de réseaux appliquées aux réseaux sociaux qui nous intéressent ici. Si la plupart des visualisations de graphe l'ont été à l'aide du logiciel libre YED20. Fabien Picarougne, du Laboratoire d’informatique de Nantes Atlantique, a développé un système permettant d'intégrer la dimension temporelle dans la représentation des graphes21 et une thèse est en cours. Dans sa thèse, Dinh Truong propose un logiciel qui permet de contraindre un algorithme forces et ressorts classique afin de prendre en compte des proximités.

  • 22 Boulet, Jouve, Rossi et al. 2008.

15Les outils de comparaisons de graphes que nous avons développés permettent d'analyser les éléments de stabilité dans ce corpus sur les trois siècles couverts par les sources. On a ainsi privilégié les comparaisons entre la période précédant la Guerre de Cent Ans et la phase de reconstruction active des années 1440-1520, en sachant que la phase intermédiaire (1340-1440) était moins bien couverte par la documentation. Notre approche a consisté à coupler les méthodes d'analyse statistique de grands graphes avec d'autres approches mathématiques telles que l’utilisation de cartes de Kohonen ou d’autres approches algébriques de théorie spectrale. Le détail sur les méthodologies mathématiques utilisées sont développées dans Boulet et al. (2008)22 sur un corpus de texte expérimental et nous ne les reprendrons donc pas ici. Les résultats que nous obtenons maintenant dans cet article avec un corpus stabilisé confirment et approfondissent l’organisation structurelle des réseaux comme proposée dans Boulet et al. (2008).

  • 23 Freeman 1979.

16Nous basons notre analyse essentiellement sur deux indices : pour chaque sommet du graphe (un individu), on calcule son degré et sa centralité. Le degré d’un sommet est le nombre de voisins qu’il a. C'est en quelque sorte sa « popularité ». La centralité (ou centralité d’intermédiarité)23 d’un sommet est le nombre de plus courts chemins du graphe qui passent par ce sommet. Cette mesure est basée sur l’idée que 2 individus non voisins dans le réseau dépendent d’autres acteurs pour leurs échanges, en particulier de ceux qui se trouvent sur les chemins entre eux dans le graphe de relations sociales. Plus un individu se trouve sur « un passage obligé », plus il est central de ce point de vue.

17La construction de tels outils de modélisation n'est pas sans risque de s’éloigner des données. Nous avons tenté de limiter ces risques par un retour régulier vers une lecture plus classique des textes et un constant va-et-vient entre mathématiciens et historiens.

Résultats et interprétations

Modélisation de l'organisation et des hiérarchies dans le secteur de Flaugnac

18Le corpus de textes disponibles sur la châtellenie couvre une cinquantaine de paroisses. Nous présenterons les résultats obtenus sur un ensemble de données limitées au nord de la châtellenie, autour du village de Flaugnac. Cet espace correspond à une dizaine de paroisses, un territoire qu'il est possible de parcourir en moins de trois heures de marche (fig. 3).

Fig. 3 - Répartition des paroisses et des lieux évoqués dans le graphe.

Fig. 3 - Répartition des paroisses et des lieux évoqués dans le graphe.
  • 24 Hautefeuille 2006b.

19C'est un territoire où tous les habitants sont susceptibles de se connaître24. La pertinence des analyses hiérarchisantes réalisées en sera d'autant plus forte.

  • 25 La plupart des calculs sont faits à l’aide de la librairie igraph du logiciel R.

20Le corpus de texte sur lequel nous nous appuyons est donc plus limité que la base actuelle, telle qu'elle est accessible par le site web. Les calculs ont été faits à partir de deux ensembles d'individus couvrant les périodes les mieux documentées à savoir les années 1240 à 1340 et 1440 à 1520. Nous construisons donc deux réseaux (graphes), un pour chaque période. Le premier ensemble comporte 2462 personnes, le second 1786. En respectant les éléments de définition des liens sociaux tels qu'ils sont expliqués ci-dessus, nous obtenons 51891 liens pour la première période, et 80546 liens pour la seconde, soit un total de liens supérieur à 130 000. L'analyse globale de ces données25 fait apparaître pour les deux périodes des distributions des degrés qui ne sont pas centrées autour de valeurs moyennes mais plutôt représentatives de réseaux sans échelle typique (fig. 4) : quelques individus de très forts degrés et beaucoup d’individus à très faibles degrés (pour chacune des périodes, plus d’un individu sur deux n’a qu’un voisin dans le réseau social).

Fig. 4 - Distributions cumulées des degrés en échelle log-log : en noir pour le graphe 1240-1340 et en gris pour 1440-1520.

Fig. 4 - Distributions cumulées des degrés en échelle log-log : en noir pour le graphe 1240-1340 et en gris pour 1440-1520.

21Il est intéressant de noter que, dans plus de la moitié des cas, deux individus sont liés dans le réseau par l’intermédiaire de 2 voisins au plus (la longueur caractéristique, qui est par définition la médiane de la moyenne des plus courts chemins pour chaque sommet, vaut 3,24 pour la 1re période et 2,89 pour la 2e). Malgré la grandeur du réseau, il existe donc une structure qui « raccourcit » les distances sociales. Nous allons voir que deux éléments clefs de cette structure sont le « club huppé » et les « individus relais » que nous définissons à l’aide des deux indices de degré et de centralité d’intermédiarité (voir ci-dessus).

22La figure 5 présente les répartitions des valeurs des degrés et des indices de centralité pour les deux périodes.

Fig. 5 - Boîtes à moustaches présentant les répartitions des valeurs de degrés et de centralités pour les 2 périodes.

Fig. 5 - Boîtes à moustaches présentant les répartitions des valeurs de degrés et de centralités pour les 2 périodes.

La distribution des centralités est normalisée et l’échelle des ordonnées est logarithmique sur les 2 distributions.

23Concernant les degrés, on peut noter une dispersion nettement plus grande pour la période 1440-1520. Les médianes sont égales pour les deux périodes (m = 11) et la différence entre les deux boîtes est surtout sensible sur les moitiés d’individus de plus forts degrés (partie supérieure des boîtes). Notons par ailleurs que, malgré un nombre d’individus plus faible, les degrés des individus de la 2e période ont des valeurs extrêmes presque égales au double de celles de la 1re. Pour les valeurs de centralité, les distributions sont sensiblement identiques avec un décalage vers le haut pour la 2e période. Le rapprochement de ces deux graphiques montre ainsi un réseau social pour la 2e période dont la centralité est mieux répartie sur un ensemble d’individus de forts degrés. Ces résultats nous pousseront plus loin dans le texte à faire l’hypothèse d’une « dilution des élites » lors du passage de la Guerre de Cent Ans.

Le « club huppé » où la mise en évidence d'une élite ?

  • 26 Zhou – Mondragon 2004.

24Un « club huppé » (ou « rich club » dans la littérature anglo-saxonne) est un ensemble restreint d’individus de très forts degrés fortement reliés entre eux26. Notons Φ la fonction où Φ(r) est la densité du sous‑graphe induit par les r % individus de plus forts degrés, l’existence d’un « club huppé » se traduit par une courbe de Φ qui s’éloigne de la distribution uniforme. La figure 6 montre ainsi l’existence d’un « club huppé » sur les 2 périodes, avant et après la Guerre de Cent Ans.

Fig. 6 - Procédure de sélection du « club huppé » (échelles logarithmiques).

Fig. 6 - Procédure de sélection du « club huppé » (échelles logarithmiques).

25Lorsqu’un « club huppé » existe, Zhou and Mandragon (2004)28 définissent son contour en fixant arbitrairement le pourcentage d’individus r. Nous adoptons ici une définition différente. Si rmin désigne le pourcentage maximal d’individus de plus forts degrés tous voisins 2 à 2 et rmax le pourcentage maximal d’individus soit 2 à 2 voisins, soit 2 à 2 voisins d’un même 3e, nous prenons comme « club huppé » le sous‑graphe correspondant soit à rmin soit à rmax, la contrainte étant de rester sur un faible pourcentage d’individus. Chacun de ces 2 pourcentages définit une rupture dans la courbe de Φ. Pour la 1re période, rmin = 0,16 (4 individus) et rmax = 6,7 (166 individus). Nous considèrerons que le « club huppé » est formé de ces 166 individus. Pour la 2e période, rmin = 1,6 (28 individus) et rmax = 28,6 (510 individus). Le « club huppé » sera ici considéré comme resserré autour de ces 28 individus.

  • 27 Voir, sur ce sujet l'étude, de cas du castrum voisin de Puy-L'évêque : Lartigaut 1991.

26Il est intéressant de constater que cette structure en « club huppé » du graphe traverse la guerre de Cent Ans avec cependant un affaiblissement de son importance, ce qui traduirait une dilution dans la masse de cette élite et un resserrement du nombre des « élus ». Le constat est intéressant car, pour le secteur, on retrouve exactement le même phénomène dans le monde seigneurial. Le XVe siècle voit la disparition d'un très grand nombre de lignages et une redistribution des cartes qui génère un moindre émiettement, et donc a priori, un resserrement du contrôle de la seigneurie en un nombre plus limité de familles27. Avant de tenter une analyse détaillée des individus constituant ces « clubs huppés », revenons sur la structure du « club huppé » avant la guerre de Cent Ans. Contrairement à la structure du club sur la seconde période, les premiers individus ne forment pas ensemble un sous‑graphe dont tous les sommets sont voisins 2 à 2. Bien que parmi les 16 premiers individus du « club huppé » existent 10 individus tous connectés 2 à 2, formant en quelque sorte le cœur de ce « club huppé », apparaissent conjointement 2 individus assez peu liés à ce cœur : Pierre (de) Prestis et Pierre (de) Viviers, respectivement 1er et 4e du « club huppé » (fig. 7).

Fig. 7 - Sous-graphe des 16 premiers individus du « club huppé » pour la période 1200-1360.

Fig. 7 - Sous-graphe des 16 premiers individus du « club huppé » pour la période 1200-1360.

27Il est par ailleurs intéressant de noter que Guilhem Combelcau et Pierre Lafargue sont liés aux 14 autres individus, mais ne sont pas liés entre eux. Lorsque l’on ajoute des sommets qui suivent ces 16 premiers, des noyaux secondaires viennent se former, renforçant mais masquant aussi ce cœur formé des 10 individus.

28Ce « club huppé » fait apparaître certains individus qu'il est très difficile de faire ressortir de la masse documentaire par une approche classique des textes. En effet, on constate que si certains des membres de ce « club huppé » correspondent à l'élite rurale telle qu'elle pourrait apparaître de manière classique, on voit également dans ce groupe des individus beaucoup plus discrets (Pons Berenguier ou Guiral Ratier).

  • 28 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 1043. Investiture, par Guiral Baro, de fiefs à Raymond de Prestis (20 av (...)
  • 29 Limayrac 1885.
  • 30 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 1067. Investiture, par Guiral Baro, de fiefs à Raymond de Prestis (20 av (...)
  • 31 Voir sur ce point : Hautefeuille 2006a.

29Le premier des membres du « club huppé » (par ordre décroissant des degrés) appartient à une famille bien connue, les Prestis, omniprésente dans la documentation, et aux limites de la société des marchands et de la petite noblesse. Pierre de Prestis est l’individu qui, de tout le réseau, a le plus fort degré et la plus forte centralité. Il apparaît, lui ou sa parenté, comme un important propriétaire foncier dans la partie nord de la seigneurie. Il est mentionné dans 98 actes de la base et apparaît comme propriétaire ou confront de 228 parcelles entre 1277 et 1332. C'est un des acteurs principaux du marché de la terre, mais il est probable qu'il intervienne également comme un marchand d'envergure régionale. Dès 1249, un Raymond de Prestis détient des cens28 sur un territoire assez vaste. En 1277, l'inventaire après décès du père de Pierre, Guilhem de Prestis, comprend une liste impressionnante de possessions foncières et de rentes. Le texte signale également que le défunt était créditeur de 100 marcs sterling et de 80 livres, ce qui laisse supposer des liens avec le monde des Cahorsins. Un Hugues de Prestis apparaît comme souscripteur de la charte de coutume de Castelnau en 129129, ce qui suppose que la famille ait pu également accéder au rang consulaire. On suit cette lignée jusqu'au milieu du XIVe siècle. En 1343, Guilhem Bernard de Prestis (sans doute un neveu de Pierre) fait un legs et fonde une chapellenie dans l'église paroissiale de Castelnau. Il est alors qualifié de damoiseau30. La position sociale élevée de ce Pierre de Prestis s'est donc traduite, à la génération suivante, par une intégration à la noblesse. Il s'agit pourtant en fait d'une famille de marchands dont l'ancrage local est certain, mais dont les activités débordent très largement du cadre régional. On peut la comparer à l'une des rares familles de Cahorsin assez bien connue pour cette époque, les Trapas qu'une étude monographique avait permis de rattacher au grand commerce européen31.

30Si sa première place dans le « club huppé » ne nous apprend pas vraiment que cette famille appartient effectivement à l'élite rurale locale, elle permet de conforter les données concernant les autres individus qui apparaissent dans les rangs suivants, et qui eux, ne ressortent pas vraiment de la masse documentaire. Par ailleurs, lorsque l'on centre la visualisation du graphe sur ce Pierre de Prestis, on voit que l'organisation de son réseau social se fait en trois entités assez clairement distinguables (fig. 8). La représentation résulte de l'utilisation d'un algorithme « forces et ressorts ».

Fig. 8 - Sous-graphe des voisins de Pierre de Prestis (en jaune) obtenu avec le logiciel Yed (http://www.yworks.com).

Fig. 8 - Sous-graphe des voisins de Pierre de Prestis (en jaune) obtenu avec le logiciel Yed (http://www.yworks.com).

31La composition des trois ensembles montre que leur origine est avant tout géographique. Les trois communautés renvoient à trois finages villageois. L'individu offre l'avantage d'être en même temps un membre essentiel du « club huppé », mais de correspondre également à un de ces individus relais par ailleurs très difficiles à identifier et sur lesquels nous reviendrons plus loin. Cet individu semble donc jouer un rôle structurant essentiel dans l'organisation sociale du secteur. La position sociale de Pierre de Prestis ressort par sa capacité à établir des liens nombreux au‑delà de son cercle de résidence. C’est sans doute là un des éléments de distinction de ces élites rurales.

32Elle montre aussi, mais, j'y reviendrai, le rôle essentiel, dans la définition de ces élites, du poids du contrôle de la terre. Parallèlement aux activités de marchands internationaux, les Prestis, comme les Trapas ont eu une très forte activité d'acquisition de terre et de rentes. C’est sans doute par ce biais qu’une branche de la famille accèdera d'ailleurs à la noblesse au milieu du XIVe siècle.

  • 32 D'un point de vue strictement anthroponymique.

33Derrière ce Pierre de Prestis, le panel des individus formant la partie supérieure du « club huppé » offre une diversité toute relative. Les 166 individus qui apparaissent appartiennent à 77 familles différentes32. On voit ainsi apparaître des familles omniprésentes à tous les niveaux. C'est le cas des Combelcau qui représentent à eux seuls presque 10 % du « club huppé ». Dix familles apparaissent 4 fois ou plus, mais 44 (soit 57 %) n'apparaissent qu'à travers un seul individu.

  • 33 Actuellement l'Official, commune de Castelnau-Montratier (46).

34Si la majorité d'entre elles se trouvent plutôt dans la partie la moins dense du « club huppé », on en trouve également dans la partie haute. Ainsi, 3 des 15 premiers dans la liste du « rich club » n'ont aucun autre membre de leur famille dans le dit club. Cela pourrait traduire la coexistence de deux formes de réseaux sociaux : les uns, basés sur la force et l'étendue d'une lignée, et les autres qui reposent plus sur la personnalité d'un individu ou d'une génération d'individus. Parmi les premiers, on trouve les Combelcau, les Montat et, un peu plus loin, les Berenguier. Parmi les seconds, les cas les plus représentatifs sont sans doute les Tessendier et les Viviers. Le cas des Viviers est particulièrement intéressant. Il s’agit d’une lignée de paysans assez mal connue mais présente dans au moins trois finages, et dont une partie des membres vit au mas éponyme de Viviers33 (fig. 9), les autres dans des maisons de petits villages des environs. Assez actifs dans le marché de la terre aux alentours de 1300, ils apparaissent dans une soixantaine d'actes de la base de données.

Fig. 9 - La famille de Viviers : patrimoine et généalogie (en orange, Pierre de Viviers, n° 4 du « club huppé »).

Fig. 9 - La famille de Viviers : patrimoine et généalogie (en orange, Pierre de Viviers, n° 4 du « club huppé »).
  • 34 Arch. dép. Lot, 48 J 6, p. 477.

35C'est dans cette famille d’extraction servile qu'a pu être observé un des rares cas d'union matrimoniale entre une femme d'origine serve, et un chevalier issu d'un petit lignage local, les Senher34.

  • 35 Il s'agit des familles Lafargue, Viviers, Combelcau, Montat, Marinié et Tessendier. Elles sont ment (...)

36La présence de ces questaux n'est d'ailleurs pas isolée. On peut considérer qu'il s'agit même d'une des caractéristiques fortes de la composition de la frange supérieure du « club huppé ». Sur les 14 individus qui suivent Pierre de Prestis dans la liste, au moins sept appartiennent sans aucun doute à des familles questales35. Il s'agit par exemple des familles Combelcau, Montat ou des Tissendier qui résident entre le castrum de Flaugnac et la villa de la Graulière. Les origines questales sont encore présentes, mais de manière moins marquée, quand on descend dans la liste des membres du « rich club » au-delà des quinze premiers individus. Les Tissendier sont archéologiquement les mieux connus puisqu'une de leurs maisons du début du XIVe siècle a été fouillée dans le village déserté de la Graulière (fig. 10).

Fig. 10 - Le village déserté de la Graulière (département du Lot, commune de Flaugnac) (état vers 1300-1350).

Fig. 10 - Le village déserté de la Graulière (département du Lot, commune de Flaugnac) (état vers 1300-1350).

37Cette fouille avait mis en évidence un niveau social a priori surprenant. Leur maison, construite en blocs de calcaires très réguliers et parfois taillés, comportait au moins deux niveaux. Elle était couverte d'une toiture de tuiles canales. Elle se caractérisait par la présence d’éléments de confort comme, au premier étage, un placard construit dans l'épaisseur du mur, exactement sur le modèle de ce que l'on peut observer dans l'habitat urbain ou seigneurial à la même époque. Par ailleurs, le mobilier archéologique découvert dans les niveaux d'effondrement suggère un niveau de vie assez élevé. On doit signaler, en particulier, des fragments de verre à boire à larme, mais aussi un noyau d'arbalète ou un méreau. Or, cette famille ressort assez faiblement de la documentation. Elle n'est directement concernée que par 4 actes pour 14 mentions de parcelles. Pourtant, Guillem Tissendier apparaît comme le n° 11 du « club huppé » (fig. 11).

Fig. 11 - La famille de Tissendier : patrimoine et généalogie (en orange, Guillem Tissendier, n° 11 du « club huppé »).

Fig. 11 - La famille de Tissendier : patrimoine et généalogie (en orange, Guillem Tissendier, n° 11 du « club huppé »).
  • 36 Cursente 1998.

38Outre la terre, ces familles possèdent souvent plusieurs maisons. Les quelques actes d’affranchissement dont nous disposons pour la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle font apparaître des patrimoines fonciers souvent très importants. Eu égard au nombre de parcelles, on peut même parfois douter d’un mode d’exploitation directe par la famille. Le constat fait par Benoit Cursente de ces questaux gascons aux forts revenus36 se retrouve ici dans le « club huppé ».

  • 37 Arch. dép. Lot, 48 J 6, p. 154 et 172.
  • 38 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 88. La redevance seigneuriale liée à ce droit de mouture est de un quart (...)

39Par ailleurs, la constante de nombre de ces familles est de pouvoir s’appuyer sur d’autres sources de revenus. Il s’agit de rentes foncières ‑ pour les familles de Cayrose et de Mercorons37 ‑, ou de revenus issus de moulins ou de pressoir qui ne sont nullement des apanages seigneuriaux en Quercy au XVe siècle. Ainsi, au début du XIVe siècle, le moulin Ramondenc sur la Barguelonne est possédé conjointement par au moins 10 familles résidant toutes au village de la Graulière, et toutes représentées dans le « club huppé ». En 1310, Pierre de la Roque de la Graulière achète à un autre habitant du village un droit de mouture de 6 jours sur 2 mois sur le dit moulin Ramondenc38. Ces revenus sont très fréquents chez les questaux.

  • 39 Avec sur ce point une probable amplification liée à un effet de source.
  • 40 Hautefeuille 2006b.

40En outre, cette hiérarchisation repose sur la plus ou moins forte implication dans le marché de la terre39, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celui des petits prêts d’argents et des ventes de bestiaux, il est vrai plus fréquemment attestés après la Guerre de Cent Ans40. Le niveau économique et social atteint par certaines de ces lignées leur permet parfois de s'extraire de la « glaise ». La famille déjà évoquée des Combelcau est sur ce point très représentative. Présente dans le secteur par le biais d'au moins une demi-douzaine de branches qui résident dans différents petits castra (fig. 12), ses membres contrôlent presque complètement un assez vaste terroir et possèdent sans doute une dizaine de maisons.

Fig. 12 - La famille de Combelcau : patrimoine et généalogie (en orange sur la carte, zone de forte concentration des possessions de la famille).

Fig. 12 - La famille de Combelcau : patrimoine et généalogie (en orange sur la carte, zone de forte concentration des possessions de la famille).

17 membres de cette famille appartiennent au « club huppé ».

41Vers 1300, leur assise foncière se répartit sur au moins deux finages villageois, ce qui constitue aussi un trait fréquent des membres du « club huppé ». Ils contrôlent également des parts de moulin. Mais tout laisse à penser qu'ils sont également capables d'envoyer certains de leurs enfants à l'école cathédrale de Cahors, en passe de se transformer en Université. Plusieurs d'entre eux sont devenus des prêtres et des notaires dans la première moitié du XIVe siècle. Malgré leur omniprésence dans la documentation et dans les graphes de cette période, cette famille s'évanouit du paysage en l'espace d'une génération, autour de 1360. Un siècle plus tard, l'anthroponyme a complètement disparu de la région.

Le devenir du « club huppé » après la Guerre de Cent Ans

42L'analyse du graphe du réseau social après la crise de la fin du XIVe siècle, a permis de faire apparaître des structures qui ne sont pas fondamentalement différentes de ce qui était observable auparavant. Malgré un renouvellement très fort des populations, la disparition du servage, ainsi que l'abandon de villages et la redistribution partielle des terroirs, le « club huppé » apparaît quand même. Quelques nuances apparaissent cependant :

  • La structure générale du graphe reste la même, mais on observe néanmoins un affadissement du « club huppé » que l’on mesure par une augmentation de rmin de 0,16 à 1,6 et de rmax de 6,7 à 28,6.

  • Il devient impossible de distinguer, dans ce « club huppé », une catégorie sociale qui ressortirait, comme les questaux. Les membres du « club huppé » de la seconde période semblent également moins directement liés à l'habitat groupé des quelques villages.

  • 41 Lartigaut 1978.

43Ces résultats peuvent s'expliquer par plusieurs facteurs. Dans le monde paysan, la situation se caractérise par le dépeuplement massif qu'a connu la région autour de 1400. Les travaux de Jean Lartigaut sur l'ensemble du Quercy montrent le poids de l'immigration à partir de 144041. Des terroirs villageois semblent avoir été complètement restructurés à cette occasion. C'est sans doute cette situation qui explique l'élargissement de l'élite. On trouve, dans le « club huppé », l'essentiel des familles disposant d'une exploitation agricole (mas ou borde). Par ailleurs, une partie des facteurs discriminants qui pouvaient expliquer la hiérarchisation avant 1350 ont disparu ou se sont atténués. La disparition du servage a uniformisé le statut juridique, mais aussi social. La redistribution des cartes des échanges commerciaux est sans doute également à mettre en cause. La famille de Prestis, n° 1 du premier « club huppé » et se distinguant par un degré et une centralité bien au-dessus des autres individus, n'a plus d'équivalent au XVe siècle, parce que le grand commerce qui avait fait la fortune de l'aire cadurcienne au XIVe siècle s'est évanoui. Ne reste qu'un commerce essentiellement local dont les bénéfices sont sans doute mieux répartis. Cela se traduit également par un marché de la terre et des rentes moins actif qu'il ne l'était vers 1300.

  • 42 Lartigaut 1991.

44Le « club huppé » se présente donc sous la forme d'un très petit noyau d'individus fortement reliés, associés à une masse plus homogène et plus large de personnes qui sont, pour l'essentiel, les propriétaires exploitants qui caractériseront le bas Quercy jusqu'à l'époque contemporaine. Cette évolution dans le monde paysan se fait en écho du monde aristocratique, du moins pour le petit noyau supérieur. En effet, il convient de remarquer que d'un point de vue seigneurial, la crise a fait disparaître de très nombreuses familles de petits chevaliers. On a donc plutôt un resserrement des élites seigneuriales, mais avec un faible apport extérieur. Les principales familles sont toujours là, et elles concentrent un patrimoine souvent plus important42.

Des « individus relais »

45À côté du « club huppé » existe un nombre important de communautés plus petites constituées d’individus de faibles degrés, mais fortement reliés entre eux. Ces communautés peuvent avoir des genèses assez variées allant de la simple origine géographique commune à des noyaux familiaux élargis. D'autres peuvent également résulter du prisme déformant de la documentation (un dossier plus important sur un secteur géographique). Mais, ce qui est apparu comme le plus intéressant correspond à une série relativement restreinte d'individus de degrés parfois faibles, mais de centralités fortes. Ces « individus relais », appartenant ou non au « club huppé », relient les communautés entre elles et les communautés avec le « club huppé ». Ils participent ainsi d’une hiérarchisation du réseau « club huppé – individus relais – communautés ».

  • 43 Hautefeuille 2006b.
  • 44 Lartigaut 1985.
  • 45 Arch. dép. Lot, J 2199, acte n° 100 (analyse). « Noble Tristan de Manas fils de Sans Gaissias, bail (...)

46Le retour aux textes a permis de constater que ces individus appartenaient à cette élite rurale difficile à identifier. Il s’agit souvent d’individus ayant des caractéristiques assez proches de celles des membres du « club huppé », mais marqués par une très forte implication dans le marché de la terre. Certains d’entre eux ne sont pas des paysans, mais appartiennent plutôt au groupe des gros artisans et des petits marchands d’envergure locale. C’est le cas de Pierre Benech (n° 6271), dans la famille duquel on trouvera plus tard un notaire, et qui est qualifié de marchand au début du XIVe siècle. L’existence, au cœur du territoire étudié, d’un cartulaire privé ayant appartenu à une famille de paysans, nous apporte des éléments d’explication. Il s’agit du registre de la famille Guitard43 qui a traversé le XVe siècle soit à Castelnau-Montratier, soit dans un mas. En 1462, ses membres sont qualifiés de laboureurs. Mais leur activité ne se limite pas au travail de la terre. À côté de trafic de parcelles, on les voit également faire du maquignonnage sur quelques chevaux et du prêt de petites sommes. À la frontière entre gros exploitants et petits marchands, leurs mariages les rattachent plutôt au monde paysan ou artisanal. Jean Lartigaut avait également repéré quelques exemples de ces familles dont des membres ont pu connaître une ascension sociale remarquable à l’époque Moderne, comme, le Lefranc, originaire de la paroisse de Saint Etienne, dans l’est de la châtellenie44. C'est également le cas de Maurel, cordonnier à Castelnau vers 1460, mais propriétaire de moulins et acheteur d'au moins une métairie dans la paroisse de Saint Vincent45.

  • 46 On doit évoquer sur ce point les travaux remarquables de Catherine Verna (cf. présentation dans ce (...)

47La modélisation par les graphes met ainsi le doigt sur une catégorie sociale qui est connue par ailleurs, mais qu’il est difficile de faire apparaître de manière systémique sans l’existence d’un corpus documentaire exceptionnel46. Ces individus relais pourraient donc aussi être les marqueurs d’un ascenseur social souvent très difficile à repérer dans le monde paysan.

Conclusion

  • 47 Boulet 2008.

48Quel bilan tirer de cette approche originale des sources médiévales ? L'interdisciplinarité qui a caractérisé ce programme a permis de développer des approches novatrices simultanément en histoire et en mathématiques47. Le risque inhérent à ce type de projet est de dématérialiser les données et de n'aboutir qu'à un objet mathématique anhistorique. Le souci constant a été de croiser les approches possibles sur un même corpus. La richesse de celui-ci, sa concentration géographique, mais également la bonne connaissance acquise par ailleurs du contexte archéologique, ont permis de réinjecter dans un discours d'historien l'ensemble des résultats mathématiques. Il nous a dès à présent permis de proposer un modèle fort de la structuration sociale des campagnes quercynoises de la fin du Moyen Âge. Face à la classique tripartition des ordres apparaît une tripartition des rôles qui parfois transcende largement la première. L'étude a permis de souligner cette situation, de la pondérer, et d'en envisager une analyse fine. La tripartition en un noyau de familles dominantes, un ensemble d'individus relais, et une masse de familles moins centrales dans le réseau social est une constante qui traverse les siècles et les crises. L'analyse du réseau a montré, en revanche, que l'équilibre entre les différents groupes de cette tripartition évolue assez sensiblement. La guerre de Cent Ans fut réellement une rupture. La mise en place d'une société de petits propriétaires s'est traduite par une plus forte homogénéité de la société rurale, gommant en particulier les clivages sociaux liés à la forte présence des questaux.

49Il est certain que l'outil d'analyse mis en place n'a pas été entièrement exploité et devra être affiné, en particulier en ce qui concerne la spécification des relations sociales. Par ailleurs, il conviendra de réfléchir à un second niveau d'analyse qui se situerait non pas à l'échelle des individus, mais à celle des familles. Enfin, deux nouvelles pistes de recherches sont en cours sur cette même base. Une première affine la notion de seuil temporel en travaillant sur la dynamique de construction, de déconstruction et de transformation des réseaux sociaux présents. Une deuxième s’attache à étudier l’influence des proximités géographiques (analyse spatiale des données) sur la construction des réseaux sociaux pour, en négatif, relever les autres caractères qui déterminent la construction de ces réseaux.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sommaire autour du projet Graphcomp

Social networking gets medieval, dans Nature News, 19 mai 2008.

R. Boulet, B. Jouve, F. Rossi et al., Batch kernel SOM and related Laplacian methods for social network analysis, dans Neurocomputing, 71, 7-9, mars 2008, p. 1257‑1273.

R. Boulet, B. Jouve, Partitionnement d'un réseau de sociabilité à fort coefficient de clustering. Congrès EGC 2007 à Namur (Belgique), 23-26 janvier 2007, dans Revue des nouvelles technologies de l'information, 9, 2007, p. 569-574.

F. Hautefeuille, Les élites rurales laissent-elles une trace archéologique ? Étude à partir de quelques cas du sud-ouest de la France, dans Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXVIIes journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran, 9-11 septembre 2005, Toulouse, 2007 (Flaran, 27), p. 163-178.

F. Hautefeuille, Livre de compte ou livre de raison : le registre d’une famille de paysans quercynois, les Guitard de Saint-Anthet (1417-1526), dans Écrire, compter, mesurer, vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p. 231-247.

F. Hautefeuille, L’extraordinaire ascension d’une famille de marchands de Castelnau-Montratier (46) : Les Trapas (1250-1350), dans Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge, études offertes à Béatrice Leroy, Biarritz, 2006, p. 51-64.

F. Rossi, N. Villa, Q. D. Truong, Mining a medieval social network by kernel SOM and related methods, dans Proceedings of MASHS 2008, Créteil, 5/6 Juin 2008 = http://graphcomp.univ-tlse2.fr


Sources et bibliographie

Albert et al. 1999 = R. Albert et al., The diameter of the world wide Web, dans Nature, 401, 1999, p. 130-131.

Ballarin 2007 = C. Ballarin, L’habitat de Naux à Colayrac Saint Cirq (Lot-et-Garonne) : une maison forte de bourgeois ?, dans Archéologie médiévale, 37, 2007, p. 111-145.

Bolle 2004 = A. Bolle, L’habitat médiéval de La Laigne (Charente-Maritime), dans Aquitania, XX, 2004, p. 343.

Boudartchouck 1997-1998 = J.-L. Boudartchouck, L’habitat rural et le souterrain médiéval de « Pech de Bonal » à Fontanes (Lot), dans Archéologie du Midi Médiéval, 15-16, 1997-1998, p. 67-105.

Boulet 2008 = R. Boulet, Comparaison de graphes, application aux réseaux de sociabilités paysans du Moyen Âge, Thèse de doctorat de mathématique, sous la direction de Bertrand Jouve et Jean-Loup Abbé, Université de Toulouse II, 2008.

Boulet, Jouve, Rossi et al. 2008 = R. Boulet, B. Jouve, F. Rossi et al., Batch kernel SOM and related Laplacian methods for social network analysis, dans Neurocomputing, 71, 7-9, 2008, p. 1257-1273.

Cursente 1998 = B. Cursente, Des maisons et des hommes : la Gascogne médiévale, XIe-XVe siècle, Toulouse, 1998, p. 347 et suiv.

Cursente 2002 = B. Cursente, De la queste à la questalité : l’avènement d’un servage institutionnalisé en Gascogne (XIIe-XIIIe siècles), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 112-2, 2000, p. 941-960.

Degenne 2004 = A. Degenne, Les réseaux sociaux, Paris, 1994 (2e éd. 2004).

Freeman 1979 = L. C. Freeman, Centrality in social networks : Conceptual clarification, Social Networks, 1, 1979, p. 215–239.

Hautefeuille 2006a = F. Hautefeuille, L’extraordinaire ascension d’une famille de marchands de Castelnau-Montratier (46) : les Trapas (1250-1350), dans Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule Ibérique, France et Italie au Moyen Âge : études offertes à Béatrice Leroy, Biarritz, 2006, p. 51-64.

Hautefeuille 2006b = F. Hautefeuille, Livre de compte ou livre de raison : le registre d’une famille de paysans quercynois, les Guitard de Saint-Anthet (1417-1526), dans F. Menant et al. (éd.), Écrire, compter, mesurer, Paris, 2006, p. 231-247.

Hautefeuille 2007 = F. Hautefeuille, Les élites rurales laissent-elles une trace archéologique ? Étude à partir de quelques cas du sud-ouest de la France, dans Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXVIIes journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran, 9-11 septembre 2005, Toulouse, 2007 (Flaran, 27), p. 163-178.

Jouve 1999 = B. Jouve, La multiplicité des aires visuelles du cortex : approche par la théorie des graphes, Doctorat de l'École des hautes études en sciences sociales (discipline : Sciences cognitives), sous la direction de Michel Imbert et Pierre Rosenstiehl, soutenue le 11 janvier 1999.

Lartigaut 1978 = J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la Guerre de Cent Ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978.

Lartigaut 1985 = J. Lartigaut, Les origines des Lefranc de Pompignan (vers 1450 ‑ vers 1540), dans Bulletin de la Société des études du Lot, CVI, 1985, p. 19-30.

Lartigaut 1991 = J. Lartigaut, Puy-L'évêque au Moyen Âge ; le castrum et la châtellenie (XIIIe-XVe s.), Bayac, 1991.

Limayrac 1885 = L. Limayrac, Étude sur le Moyen Âge, histoire d'une communauté et d'une baronnie du Quercy (Castelnau-Montratier), Cahors, 1885, p. 568.

Mousnier 1999 = M. Mousnier, Dono unum hominem meum : désignations de la dépendance du XIe au XIIIe siècle en Languedoc occidental, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 111-1, 1999, p. 51-60.

Newman et al. 2006 = M. E. J. Newman et al., The structure and dynamics of networks, Princeton, 2006.

Personnaz – Rivals 2003 = L. Personnaz, I. Rivals, Réseaux de neurones formels pour la modélisation, la commande et la classification, Paris, 2003.

Prodéo 2004 = F. Prodéo, La seconde vie du seigneur de Pineuilh, dans L'Histoire, 285, 2004, p. 27-28.

Prodéo et al. 2007 = F. Prodéo et al., Pineulh (33) La Mothe, RFO de fouille archéologique, INRAP ‑ GSO, 2007 (3 vol).

Truong 2008 = Q. D. Truong, Approches par les graphes pour l'aide à la sélection, l'analyse et la visualisation des connaissances, Thèse de doctorat d'informatique, sous la direction de Pierre-Jean Charrel et Taoufiq Dkaki, Université de Toulouse II, 2008.

Wasserman 1994 = S. Wasserman, Social network analysis. Methods and applications, Cambridge, 1994.

Zhou – Mondragon 2004 = S. Zhou, R. Mondragon, The rich-club phenomenon in the Internet topology, dans IEEE Communications Letters, 8-3, 2004, p. 180-182.

Haut de page

Notes

1 Cursente 2002 ; Mousnier 1999.

2 Hautefeuille 2007.

3 Cette commission instruit l'ensemble des dossiers archéologiques des régions Aquitaine Midi-Pyrénées, Limousin et Poitou-Charentes.

4 Prodéo et al. 2007. Voir également Prodéo 2004.

5 Boudartchouck 1997-1998.

6 Bolle 2004.

7 Ballarin 2007.

8 Un des volets du programme GRAPHCOMP, financement ANR Non Thématique 2006-2009.

9 Personnaz – Rivals 2003. Jouve 1999.

10 Citons par exemple Albert et al. 1999 ; Degenne 2004 ; Wasserman 1994, Newman et al. 2006.

11 Sur la définition de cet espace, nous pouvons nous appuyer sur l'existence d'un livre de raison de paysans du XVe siècle issue de l'aire d'étude (Hautefeuille 2006b).

12 Village déserté de la commune de Flaugnac (Lot). Il a donné lieu à deux campagnes de fouille en 2003 et 2004.

13 PCR sur le peuplement de la châtellenie de Castelnau‑Montratier, sous la direction de F. Hautefeuille, 2001-2004, puis fouilles programmées sur le site de Maurélis de 2006 à 2008, toujours sous la direction de F. Hautefeuille.

14 Essentiellement à partir du fonds dit de l'archiprêtré de Flaugnac, conservé aux Archives départementales du Lot (série E sup.).

15 L'objectif n'a pas été totalement atteint. Un des fonds (Arch. dép. Lot, J 2199) reste encore pour l'essentiel à saisir. Mais il ne remet pas en cause la validité statistique de nos données.

16 http://graphcomp.univ-tlse2.fr/

17 Les données principales proviennent des archives du Lot (Arch. dép. Lot, 48 J 3, 4, 5 et 6, et J 2199).

18 Il s'agit des communes de Castelnau-Montratier, Flaugnac et Pern dans le Lot et pour partie des communes de Labarthe et de Vazerac dans le Tarn-et-Garonne.

19 Boulet 2008 et Truong 2008.

20 http://www.yworks.com/en/products_yed_about.html

21 Ce logiciel, Tempo Spring, est encore en phase de développement. Il permet, à l'aide d'un curseur, de faire évoluer la visualisation d'un graphe en fonction de la période à laquelle on se situe.

22 Boulet, Jouve, Rossi et al. 2008.

23 Freeman 1979.

24 Hautefeuille 2006b.

25 La plupart des calculs sont faits à l’aide de la librairie igraph du logiciel R.

26 Zhou – Mondragon 2004.

27 Voir, sur ce sujet l'étude, de cas du castrum voisin de Puy-L'évêque : Lartigaut 1991.

28 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 1043. Investiture, par Guiral Baro, de fiefs à Raymond de Prestis (20 avril 1249).

29 Limayrac 1885.

30 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 1067. Investiture, par Guiral Baro, de fiefs à Raymond de Prestis (20 avril 1249).

31 Voir sur ce point : Hautefeuille 2006a.

32 D'un point de vue strictement anthroponymique.

33 Actuellement l'Official, commune de Castelnau-Montratier (46).

34 Arch. dép. Lot, 48 J 6, p. 477.

35 Il s'agit des familles Lafargue, Viviers, Combelcau, Montat, Marinié et Tessendier. Elles sont mentionnées comme telles, soit dans une liste d'habitants de 1252 (Arch. dép. Lot, 48 J 6, p 1044/1048), soit dans des affranchissements du début du XIVe siècle. Le doute subsiste pour les Audi et les Godiere.

36 Cursente 1998.

37 Arch. dép. Lot, 48 J 6, p. 154 et 172.

38 Arch. dép. Lot, 48 J 5, p. 88. La redevance seigneuriale liée à ce droit de mouture est de un quarton de poivre.

39 Avec sur ce point une probable amplification liée à un effet de source.

40 Hautefeuille 2006b.

41 Lartigaut 1978.

42 Lartigaut 1991.

43 Hautefeuille 2006b.

44 Lartigaut 1985.

45 Arch. dép. Lot, J 2199, acte n° 100 (analyse). « Noble Tristan de Manas fils de Sans Gaissias, bailla à nouveau fief à Pierre Aude fils de Pierre et de Jeanne de Merle, la moitié d'une métairie appelée de la Vaissière dans la paroisse de St Vincent, qui confronte d'une part avec le chemin qui va de Castelnau à Cahors, muraille entre deux et d'autre part avec bois et pré de Jean de Manas et avec le ruisseau qui va au pont de la pier, d'autre part terre de Gaissias Merle et terre desd nobles et d'autre part avec chemin qui va dud pont de la pier à Boisse, d'autre part rivière de Barguelonne, terre de Guilh Maurelli qu'il tient desd nobles, chemin de Castelnau à St Anthet, l'escampadon du moulin dud Maurelly entre deux, d'autre part pré et terre du repaire de Saint Vincent, rivière de Barguelonne entre deux, chemin de Castelnau à Boisse, terre des h. de Jean Costet, terres d'Arnaud de Tazis ».

46 On doit évoquer sur ce point les travaux remarquables de Catherine Verna (cf. présentation dans ce volume) sur le commerce rural en Roussillon de la fin du Moyen Âge à partir d’une approche prosoprographique.

47 Boulet 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation générale. Le cadre rouge correspond à la zone couverte par la documentation (fig. 3).
Titre Fig. 2 - Exemple de construction de graphe à partir d'un extrait de texte.
Titre Fig. 3 - Répartition des paroisses et des lieux évoqués dans le graphe.
Titre Fig. 4 - Distributions cumulées des degrés en échelle log-log : en noir pour le graphe 1240-1340 et en gris pour 1440-1520.
Titre Fig. 5 - Boîtes à moustaches présentant les répartitions des valeurs de degrés et de centralités pour les 2 périodes.
Légende La distribution des centralités est normalisée et l’échelle des ordonnées est logarithmique sur les 2 distributions.
Titre Fig. 6 - Procédure de sélection du « club huppé » (échelles logarithmiques).
Titre Fig. 7 - Sous-graphe des 16 premiers individus du « club huppé » pour la période 1200-1360.
Titre Fig. 8 - Sous-graphe des voisins de Pierre de Prestis (en jaune) obtenu avec le logiciel Yed (http://www.yworks.com).
Titre Fig. 9 - La famille de Viviers : patrimoine et généalogie (en orange, Pierre de Viviers, n° 4 du « club huppé »).
Titre Fig. 10 - Le village déserté de la Graulière (département du Lot, commune de Flaugnac) (état vers 1300-1350).
Titre Fig. 11 - La famille de Tissendier : patrimoine et généalogie (en orange, Guillem Tissendier, n° 11 du « club huppé »).
Titre Fig. 12 - La famille de Combelcau : patrimoine et généalogie (en orange sur la carte, zone de forte concentration des possessions de la famille).
Légende 17 membres de cette famille appartiennent au « club huppé ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Hautefeuille et Bertrand Jouve, « La définition des élites rurales (XIIIe-XVe siècle) au carrefour des approches historiques, archéologiques, mathématiques », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/843 ; DOI : 10.4000/mefrm.843

Haut de page

Auteurs

Florent Hautefeuille

Université Toulouse II, UMR 5608, TRACES-Terrae – florent.hautefeuille[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Bertrand Jouve

Université Toulouse II, UMR 5219, IMT – jouve[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org