Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Identifier les élites rurales

Comportement social et comportement culturel des élites rurales calabro-grecques d'après les actes de la pratique (Xe-XIIIe siècles)

Annick Peters-Custot

Résumés

Les actes notariés grecs rédigés dans la Calabre aux époques byzantine, normande et souabe permettent d’observer les élites rurales italo-grecques face à l’importation, par les Normands, de réalités socio-économiques et culturelles occidentales dans un paysage juridique et culturel largement byzantin jusqu’au milieu du xiiie siècle. La difficulté majeure de l’étude tient au fait qu’il n’est pas aisé de distinguer ces notables ruraux des élites urbaines et des populations plus modestes : les statuts personnels sont inadéquats et le critère économique ne suffit pas, notamment parce que les élites rurales se reconnaissent dans un modèle byzantin, fonctionnel, de la hiérarchie sociale : elles se distinguent par l’exercice de fonctions de médiation entre l’administration et la population dans lesquelles elles représentent la mémoire collective des terres et des hommes. L’étude permet de mettre en lumière le comportement culturel propre à ces élites rurales, qui se manifeste par un conservatisme et une imperméabilité importants à l’égard de l’acculturation, largement opportuniste, qu’ont choisie les élites urbaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il ne convient pas de faire ici la liste de tous les fonds publiés. Citons toutefois les éditions s (...)
  • 2 Annliese Nef a déjà mené un certain nombre de travaux sur ce type de documents. Je citerai en parti (...)
  • 3 En effet, Jean-Marie Martin a démontré que la grande propriété foncière, notamment ecclésiastique e (...)
  • 4 On connaît même une platea pour les redevances en poulets dues à un monastère grec de Calabre, Sain (...)
  • 5 Guillou 1974.
  • 6 L'édition de cette documentation est en cours, mais connaît déjà de belles avancées. Citons en part (...)

1L'Italie méridionale a laissé, quantitativement, le deuxième fonds médiéval d'actes de la pratique en langue grecque, après le fonds athonite, des actes issus principalement d'archives monastiques qui ne renseignent que parcimonieusement les villes, mais se vouent au contraire aux milieux ruraux, pour une large période qui s'étend de la fin du IXe à la fin du XIIIsiècle1. Par ailleurs, l'Italie méridionale, de même que la Sicile, disposent, aux époques normande et souabe, d'un type de source qui leur est propre, et qu'on appelle plateae ou, en arabe, jarâ'id2. Ces sources, émises d'abord et principalement par l'autorité publique – le comte ou le duc normand, puis le roi – mais évoluant ensuite en instruments de la gestion seigneuriale (notamment monastique) bien adaptée aux cadres de déploiement de la seigneurie à l'époque normande3, consistent en des relevés nominaux, établis dans les langues écrites utilisées dans ces zones (latin, arabe, grec), de paysans dépendants et/ou de leurs redevances, mais aussi dans tout type d'inventaire4. On a tout lieu de penser que ces inventaires normands et souabes dérivent de la pratique byzantine des praktika, dont on possède d'ailleurs, pour la Calabre méridionale, un exemplaire très riche, avec le Brébion de la métropole de Reggio di Calabria, édité par André Guillou5, qui recense les propriétés et redevances attachées à la plus grande cathédrale byzantine de l'Italie du Sud. Ces plateae constituent une richesse immense, et, dans le cas calabrais, partiellement explorée, pour la connaissance du milieu rural de la Calabre médiévale, des statuts personnels et de leurs relations avec les stratifications sociales et les degrés de fortune6.

  • 7 Notamment les actes latins de quelques abbayes calabraises, mais qui sont plus difficiles d'approch (...)

2Autant dire que cette manne documentaire, actes de la pratique grecs (mais aussi latins7) et plateae calabraises rédigées en grec et en latin, est alléchante, qui dresse le portrait d'une société rurale calabraise dominée, jusqu'au XIIIe siècle, par le substrat hellénophone hérité de l'époque précédente, et donc par une communauté rurale de droit byzantin, de langue grecque, de rite oriental qui, avant de connaître les structures occidentales par la conquête normande, a vécu selon les schémas sociaux de l'Empire byzantin dont elle continue de s'inspirer largement après 1071. La Calabre, surtout méridionale, ajoute donc à l'intérêt de la question des élites rurales dans le bassin méditerranéen, celui d'être par elle-même un lieu de contact entre des modèles sociaux très divers qui se succèdent tout en reprenant parfois, on le voit avec les plateae, d'anciennes techniques d'inventaire.

3Toutefois, cette documentation ne constitue pas un medium transparent, mais plutôt un prisme laiteux pour la question des catégories sociales internes aux populations rurales. Certes, l'élite est ce qui peut a priori le mieux se détacher de l'ensemble, mais encore faut-il savoir celle qu'on cherche pour la trouver, et on ne peut la cerner qu'en passant par la manière dont elle se désigne ou se montre elle-même.

  • 8 Guillou 1972 et Guillou 1974.

4On partira d'une première constatation : il est pratiquement impossible de discerner dans la documentation les membres de l'élite rurale uniquement à partir de critères économiques. Les sources ne permettent presque jamais d'évaluer le patrimoine des individus, encore moins leurs revenus. Les contrats de mariage et les testaments, les actes de vente ou de donation conservés dans les archives monastiques ne donnent que des aperçus maigres, économiquement difficiles à apprécier, des propriétés foncières concédées, dont on ne sait jamais quelle part elles constituent du patrimoine foncier total des individus. De la détermination économique de la notabilité rurale, on ne pourra donc donner aucun élément précis, tout en la supposant nécessaire, mais pas suffisante car la Calabre méridionale hérite du système byzantin, où l'élite est aussi fonctionnelle qu'économique, et c'est essentiellement par des critères fonctionnels, on le verra, qu'on peut cerner l'élite rurale. La Calabre méridionale médiévale sort de l'Empire byzantin au moment central du développement de la grande propriété foncière, attestée dès l'époque byzantine de l'histoire de l'Italie méridionale par les sources liées aux cathédrales et aux monastères8. La grande propriété laïque est nettement moins documentée. Il est possible que, à l'exception de quelques rares et grandes familles, l'essentiel de l'élite sociale gréco-calabraise ait été de niveau fort moyen, quoique supérieur à ce qu'on trouve en Pouille. Le contrôle de la Calabre par les Hauteville n'a pas induit un essor de la puissance seigneuriale laïque autochtone.

  • 9 Robinson 1928, n° 37, 1144 : c'est un papas, Jean Bilonas, qui est juge de Senise. Autre exemple, I (...)

5L'identification des élites est ainsi un enjeu essentiel et connecté à celui de leur dénomination dans les sources. Or, les modes de dénomination constituent parfois des strates successives qui s'empilent dans la documentation, sans jamais être abrogées, mais en perdant cependant pour certaines d'entre elles leur valeur sociale déterminante. Il en est ainsi, par exemple, des statuts juridiques personnels. Il s'agit aussi de distinguer les élites rurales grecques de Calabre des notables urbains qui interfèrent largement dans les campagnes, comme de la masse des ruraux moyens qui eux aussi interviennent abondamment dans les sources. On tentera par la suite de voir si les élites rurales ainsi identifiées manifestent des comportements socioculturels propres, qui pourraient être ainsi considérés comme des critères d'identification. Je précise d'emblée qu'on s'en tiendra essentiellement à l'élite dite « laïque », même si cette ségrégation n'a pas beaucoup de sens, puisque bien des ecclésiastiques occupent des fonctions publiques qui les désignent comme membres de l'élite locale9.

Quelques questions préliminaires

La question du poids du statut juridique personnel dans la position sociale

  • 10 En particulier les contributions du volume La servitude 2000. Mentionnons également, pour les statu (...)
  • 11 Guillou 1974, l. 472 : Léon Zeugitès. Ce cognomen est-il dérivé d'un statut fiscal byzantin ?
  • 12 Un spathaire, quelques tourmarques, une katépanissè... Mais au bout du compte, assez peu de mention (...)
  • 13 Guillou 1974, p. 71 et n. 7, et l. 448 : « les autres hommes assujettis » (tôn loipôn hypotélestôn (...)
  • 14 La Platea di Luca 2007.
  • 15 Comme je l'ai montré à propos de la platea de Cosenza dans Peters-Custot 2009a, et dont je reprends (...)
  • 16 Ce nom provient de l'angaria byzantine, qui est une corvée publique : voir Oikonomidès 1996, p. 105 (...)
  • 17 La platea de Cosenza dresse la liste, baiulatio par baiulatio, lieu-dit par lieu-dit, des dépendant (...)
  • 18 Voir ici, J.-M. Martin, Le service public, critère de distinction des élites : Italie méridionale d (...)

6La problématique des statuts personnels et de leur rôle dans la stratification sociale constitue une question de fond, qu'attestent les plus récents développements bibliographiques sur le sujet en histoire sociale du Moyen Âge10. Or, on a tout lieu de penser que le statut juridique personnel a peu de sens dans la Calabre méridionale, dès une époque précoce. En effet, le meilleur accès qu'on puisse avoir sur cette question passe par les inventaires de redevances ou d'hommes, dépendants d'une institution publique (cathédrale byzantine, comte) ou donnés par une institution publique à un établissement monastique. Le Brébion de la métropole de Reggio di Calabria, rédigé autour de 1050, sur la base d'une documentation antérieure parfois explicitement citée, atteste pour l'époque byzantine des liens de dépendance économique, sans préciser de statut personnel ou de catégorie fiscale11. Quelques indices épars montrent que les individus recensés relèvent d'une classe de locataires de niveau élevé12, d'autres sont définis comme « hommes »13 (des parèques ?) sans que les statuts soient précisés individu par individu, et on ne saurait rien en tirer de général, sinon que les personnes intéressent nettement moins la métropole de Reggio que les redevances. Les inventaires d'époque normande sont souvent plus disserts sur les statuts des hommes, plus ordonnés aussi, comme on le voit dans la Platea dite de Luc, archevêque de Cosenza, rédigée par strates aux XIIe-XIIIe siècles14, et qui manifeste un mode de recensement par statut juridique personnel des ruraux. Cette précision juridique, nouvelle pour la Calabre, est économiquement déterminante, car le statut fait la redevance. Or, l'aspect pratique ou économique des statuts personnels tend à fléchir singulièrement15 : en particulier la platea de Cosenza distingue différents statuts personnels, dont les plus importants sont les franci (des « libres », assujettis toutefois à un service de garde maritime, probablement d'origine publique, qui établit leur statut de francus) et les angararii, les corvéables16 ; mais cette distinction présente une rigueur juridique de façade, constamment infirmée par les analyses de détails. La comparaison des redevances dues par les différentes classes dévoile une uniformisation progressive et déjà bien enclenchée des services liés à l’appartenance à tel ou tel statut. Pour les angararii, la redevance personnelle est faible par rapport à la tenure foncière qui impose bien plus de contraintes économiques. Angararii et franci se rapprochent : les uns comme les autres doivent des corvées, alors que ce devrait être une spécificité des angararii. Inversement, les angararii sont sur le même pied que les franci en ce qui concerne l’exploitation des biens-fonds personnels, la place économique et l’accession aux charges locales (dont on parlera plus loin), celles des boni homines (baiuli, jurati)17. Les angararii comptent aussi en leur sein quantité de fils de petits notables (magistri, notaires prêtres). Finalement, la grande différence entre angararii et franci tient moins à une réalité fiscale ou économique qu’à une distinction de représentation liée en grande partie à la mémoire d'un service public d'origine byzantine, qui fait le statut libre, et qu'évoque Jean-Marie Martin dans ce même volume18.

  • 19 Les modes de dénomination des ruraux ne se modifient pas entre époque byzantine et époque normande, (...)

7L'inflation du statut juridique dans les inventaires, à l'époque normande et souabe, ne peut pas non plus être vue comme une reprise en main seigneuriale de la population rurale, ce que confirme l'étude anthroponymique des inventaires byzantins et normands19. In fine, le statut juridique n'adhère pas vraiment à la position sociale, et n'est pas une bonne clef pour l'analyse des élites rurales, dont on trouve des membres parmi toutes les catégories juridiques.

Écarter les notables urbains

  • 20 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980. J'ai traité en partie ce sujet dans ma thèse : Peters-Custot 2 (...)

8Nous partirons d'un exemple particulier, celui de Stilo, dans la Calabre méridionale, très bien documenté grâce aux archives du monastère gréco-calabrais de Saint-Jean-Théristès, éditées par André Guillou20. Les actes qui composent le fonds, rédigés entre le milieu du XIe et la fin du XIIIe siècle, donnent un tableau très riche et complet de la société locale, qui comprend des notables urbains de Stilo (une petite ville qui a hébergé un évêque à l'époque byzantine) qui sont possessionnés et actifs dans la campagne environnante, et des ruraux, parmi lesquels certains individus ou certaines familles se dégagent du fait de leur rôle social. Quelques exemples précis contribueront à saisir les éléments d'appartenance à l'élite urbaine locale, au-delà du critère, insuffisant et trop dépendant de la conservation documentaire, de la fréquence d'apparition du cognomen.

  • 21 Giovannelli 1972, ch. 60-61.
  • 22 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 17.
  • 23 Nicolas Maléinos protospathaire vers 1088-1098 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 2 et n° 3, (...)
  • 24 Voir l'arbre généalogique en annexe.
  • 25 Grégoire, praktôr du fisc en Calabre vers 965 (supra n. 21) ; Étienne, vicaire du stratège de Calab (...)
  • 26 Voir Rognoni 2011, n° 2 p. 62-66 : une propriété (kléronomia) porte le nom des Maléinoi en 1145‑114 (...)
  • 27 On connaît en effet un Maléinos Protospatharios attesté dans deux documents grecs rédigés à Santa S (...)
  • 28 Trinchera 1865, n° 187, 1176.

9La plus importante famille de Stilo, celle des Maléinoi, est, cas rare, une famille byzantine certainement issue du coeur de l'Empire, et non du milieu italo-grec ; elle est attestée vers 965 avec Grégoire Maléinos, praktôr du fisc en Calabre21, et par la suite les occurrences sont nombreuses et souvent prestigieuses. Nicolas Maléinos est archevêque de Rossano entre 1093 et 1131. Un Maléinos est stratège de Gerace en 114422. C'est la seule des familles grecques de Calabre méridionale qui cumule tous les critères de définition de la notabilité : origines et dignités byzantines23, visibilité généalogique sur trois générations24, fonctions byzantines et normandes25, fortune foncière26... La notabilité familiale, par ailleurs, est confirmée par l'adoption du nom de famille Maléinos comme prénom, effet probable d'une relation de clientèle27. La famille Maléinos est encore prospère à la fin du xiie siècle28.

  • 29 Dont un représentant s'est vu confier par Roger Ier une mission d'ambassade à Constantinople avant (...)
  • 30 Théodore Karbounis, notaire, a été vicomte de Stilo (mention en 1127, Mercati – Giovanelli – Guillo (...)
  • 31 Consta tou Oursouléôn, spatharocandidat et taxiarque : Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 1.
  • 32 Nicolas Oursouléôn signe lui‑même un acte en 1128 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13), de (...)
  • 33 L'administration de l'Italie byzantine semble fondée sur les villes, plus que sur les territoires. (...)
  • 34 La famille Maléinos, qui revendique des dignités byzantines jusqu'en 1093, n'y fait plus référence (...)

10Aux Maléinoi peuvent être associées des familles importantes mais moins exceptionnelles, comme les Moschatoi29, les Karbounès30 ou les Oursouléôn, famille d'origine byzantine, puisqu'un de ses membres est taxiarque en 105431 et dont le cognomen est attesté jusqu'en 122232. Toutes ces familles ont en commun d'être au moins d'origine byzantine et d'occuper des fonctions normandes plus ou moins prestigieuses associées à une ville33, ou du moins à un centre administratif comme vicomtes, stratèges, juges, tout en revendiquant des dignités byzantines, des noms byzantins, et une propriété foncière ancienne. Les élites urbaines locales jouent sur leur désir d'insertion dans les nouvelles structures pour maintenir leur capital fonctionnel et économique, et sur leur mémoire pour préserver, à moyen terme, leur capital symbolique issu de l'Empire byzantin – même si l'abandon de la référence aux dignités byzantines est précoce34. Tous ces éléments, qui déterminent un statut élevé fondé sur une fonction dont le siège est urbain, les distinguent nettement de l'élite rurale, qui ne parviennent jamais à intégrer les rouages administratifs. La distinction est symbolique, fonctionnelle, et familiale – endogamie de classe oblige – et s'obtient dans le cumul de ces trois éléments, qui est exclusif des notables urbains.

11Si les dignités byzantines (devenues économiquement stériles puisque privées de la roga byzantine) et les fonctions normandes leur sont interdites, les notables ruraux s'auto-reconnaissent pourtant, à travers des modes de désignation et des fonctionnalités locales propres, qu'il faut déterminer.

Identifier les élites rurales

Élites rurales et fonction dans les actes de la pratique

  • 35 J'ai analysé ces modes de dénomination et, plus largement l'anthroponymie grecque de la Calabre, da (...)
  • 36 Robinson 1928, n° 22. Cet exemple n'est pas unique : l'acte de 1121 concerne la donation d'un homme (...)

12La première question est de savoir si on peut considérer que l'appartenance à l'élite rurale conditionne l'accès à certaines fonctions diplomatiques dans le document (souscription, suscription). Le problème est malaisé à résoudre. En effet, on pourrait poser comme hypothèse que les individus qui ont directement accès à l'écrit notarié, comme auteurs d'actes ou souscripteurs, relèvent de facto de l'élite rurale, ce que semble confirmer le mode de dénomination, qui favorise nettement, en suscription et souscription, la dénomination double, nomen + cognomen35. Toutefois, ce mode de dénomination n'est forcément un indice fiable d'une stature sociale élevée. D'autre part, quelques cas, rares il est vrai, font état de paysans dépendants qui souscrivent : notamment, un document de 1121 est souscrit par un certain Lachôn, douleutès36. Le statut de ce personnage est-il à rattacher à la servitude ? En ce cas, ce statut d'assujetti qui devrait le rejeter de l'élite rurale, n'est pas incompatible avec l'accès à la souscription d'un acte, ce qui tend à montrer que souscrire un acte n'est pas un monopole de l'élite rurale ; ou que, a contrario, la servitude personnelle n'est pas une barrière à l'accession à un statut social notable, en d'autres termes, que la stature sociale a peu à voir avec le statut juridique personnel. Dans les deux cas, il est préférable de ne pas faire de la souscription ou de la suscription à elles seules un témoignage de l'appartenance à l'élite rurale.

  • 37 Peters-Custot 2009b, p. 168‑173.
  • 38 Ferrari dalle Spade 1910.
  • 39 Martin 1991.
  • 40 Rognoni 2004, n° 1, p. 62‑65, 1037 (souscription de Basile, prêtre du [tou] grammatikos) ; ibid., n (...)
  • 41 Die Konstitutionen Friedrichs II. 1996, Lib. I, tit. LXXIX : De ordinatione iudicum et notariorum p (...)

13Parmi les fonctions que les individus peuvent exercer dans les actes, certaines désignent, a priori, l'appartenance à l'élite locale, en particulier celles de scribe et de notaire. Le notariat de la Calabre méridionale byzantine et normande respecte les hiérarchies byzantines internes de la profession, telles qu'elles émanent du Livre de l'Éparque37, et assurent la continuité du modèle diplomatique byzantin de l'acte privé jusqu'à des dates tardives, comme l'a montré depuis longtemps Ferrari Dalle Spade38. Les simples notaires se distinguent des tabellions (taboullarioi ou nomikoi) qui sont en général des clercs séculiers, le plus souvent des prêtres, qui seuls détiennent la manus publica dans le ressort d'une statio centrée sur un bourg, et peuvent déléguer à un notaire urbain ou à un scribe rural – il n'y a pas de notaires hors des villes – la rédaction d'un document, que la plupart du temps ils souscrivent eux-mêmes afin de garantir la validité juridique de l'acte. Ce sont ces scribes non professionnels qui, à l'occasion, dans les campagnes, remplissent le rôle de notaire par délégation d'un tabellion de bourg ou de ville, qui constituent probablement une élite de l'écrit en milieu rural, malgré le caractère parfois désespérément frustre de leurs connaissances linguistiques et diplomatiques. On observe que, au cours du XIIe siècle, un lien se tisse entre notaires et juges, sans doute sous l'influence de l'expansion des pratiques lombardes qui répandent un modèle diplomatique différent du modèle byzantin, avec en suscription un notaire assistant un juge aux contrats, dont la fonction n'est pas judiciaire, mais vise seulement à garantir la validité des actes de la pratique39. Ces deux élites, liées à l'écrit et au droit, se rejoignent donc progressivement, et tendent à créer une notabilité urbaine (mais active par moments en milieu rural) de la maîtrise de l'écrit et du droit. En particulier, les notaires accèdent souvent à la fonction de juge, ce qui laisse penser que le terme de notaire désigne dans certains cas moins une fonction qu'une condition de formation pour accéder à la charge de juge. La récurrence croissante du qualificatif de grammatikos dans la documentation renforce ce sentiment40. Petit détail qui n'est pas sans importance, en 1231, dans les Constitutions de Melfi, Frédéric II édicte que, désormais, les notaires publics seront nommés, non plus par les camériers ou justiciers, comme avant, mais par le roi lui-même, en fonction d'attestations écrites fournies par les habitants du lieu, et renseignant sur les mœurs et l'instruction du candidat, selon les coutumes du lieu41. Le Liber Augustalis combine donc une apparente œuvre de centralisation et d'uniformisation juridique du Royaume de Sicile à un respect des coutumes locales, mais surtout fait du notaire public l'émanation de la communauté (urbaine plus que rurale).

  • 42 Guillou 1974, p. 72 et l. 454.
  • 43 Provero 2012.

14Il existe des individus qui n'ont pas de pouvoir sur l'écrit et sur l'exercice du droit, et qui n'en sont pas moins des notables ruraux, munis d'une dimension fonctionnelle forte. Pour ce qui est des fonctions de juges, on l'a vu, elles sont plutôt réservées aux élites urbaines italo-grecques, qui ont su tirer parti de leurs fonctions byzantines pour mériter d'entrer dans l'élite administrative normande. En revanche, l'élite rurale apparaît, et c'est même l'élément essentiel qui la distingue, dans son apport informel, secondaire et local, à l'exercice de l'administration normande. Il s'agit, on l'aura compris, cette la fonction de « consultants » que les notables ruraux occupent auprès des agents administratifs itinérants, et bien connus dans le Moyen Âge occidental sous le nom de boni homines. On les retrouve dans la Calabre hellénisée avec des fonctions identiques, sous diverses appellations : chrèsimoi, kaloi anthropoi… Ils sont souvent assimilés aux « anciens », les gérontai, et participent, y compris à l'époque byzantine, au règlement des litiges fonciers42, en l'absence de preuves écrites (ou même quand les preuves écrites existent, pour en certifier l'authenticité). Ce sont les témoins privilégiés, les gardiens de la mémoire foncière et collective, les temples du savoir communautaire, dont la prééminence publique tient à l'exercice d'un privilège incontestable, celui d'un « droit à la parole » publique que Luigi Povero a exploré pour les campagnes italiennes du XIIIe siècle, et qui permet de décrire les complexes modalités de la représentation des communautés rurales auprès de leur seigneur43. Bref, rien qui signe là une originalité profonde de la Calabre méridionale par rapport au reste du monde italien voire médiéval.

  • 44 Guillou 1974, l. 465.
  • 45 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13.
  • 46 Trinchera 1865, n° 114.
  • 47 Robinson 1928, n° 47, 1169.
  • 48 Ibid., n° 37, 1144.
  • 49 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, App. III.
  • 50 Ibid., n° 10.
  • 51 Trinchera 1865, n° 114.

15Au sein de cette terminologie si courante, voire banale, le terme d'archonte mérite à lui seul une petite analyse. On le trouve dès l'époque byzantine, puisqu'un archonte est attesté dans le Brébion de Reggio44. Dès cette époque, ce ne sont pas les archontes qui témoignent pour les confins de biens, mais les « anciens ». Les archontes se distinguent encore bien plus des « anciens » au XIIe siècle : une sentence judiciaire relative à la région de Stilo, en 1128, montre que les archontes qui siègent à la cour du stratège normand sont différents des boni homines qui témoignent ; les archontes souscrivent, pas les témoins45. Un autre cas similaire est attesté en 1133, toujours vers Stilo, où le juge (qui est le stratège de Gerace, en déplacement à Stilo) vient accompagné de ses archontes (qui souscrivent) et rencontre sur place, pour déterminer les confins du bien, les « anciens » (qui ne souscrivent pas)46 ; de même, au XIIe siècle, dans la Calabre septentrionale ou la Basilicate méridionale, le terme d'archonte est pratiquement équivalent à celui de juge47, mais clairement distingué des « anciens ». Parfois même, dans ces régions culturellement « mixtes », où les communautés grecques rurales sont immergées dans un environnement administratif et seigneurial latin, la distinction entre archontes et « anciens » recoupe une distinction culturelle : dans un document de 1144, les anciens et kaloi sont des Grecs – qui ne souscrivent pas – et les archontes, des « Francs », auxquels on associe aussi d'autres barounoi kai bourgisioi48. Les « anciens » composent donc une élite rurale autochtone responsable de l'organisation locale dont ils ont à répondre face à une administration normande extérieure. Toutefois, les frontières entre archontes et kaloi ne sont pas toujours étanches : Théodore Carbounis, qui fait figure, dans le premier tiers du xiisiècle, d'archonte à Stilo49, et est attesté en 1127 comme vicomte du même lieu50, ne fait pas partie, en 1133, dans un cas de bornage de terrain, des archontes mais des « anciens » – et il ne souscrit pas, cette fois-là51.

  • 52 Comme Robert Moschatos à Stilo (Ibid., n° 114, 1133 et Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13, (...)
  • 53 Pour la Calabre, voir supra n. 35, et pour les inventaires arabes de Sicile, voir Nef 1997.

16Autant les archontes semblent être des professionnels de la justice, en déplacement dans le territoire de juridiction du juge – et on retrouve parmi eux des notables urbains réputés52 – autant les « anciens » et les kaloi semblent être l'émanation de la communauté rurale. Ils constituent un groupe de confiance pour la justice, comme mémoire territoriale et patrimoniale de la communauté. On peut supposer, même si on n'en a pas de preuve directe, qu'ils ont pu aussi seconder les agents comtaux dans l'établissement des plateae et le recensement des individus et des redevances, une hypothèse fondée sur l'analyse des modes de dénomination des dépendants53. Leur position est déterminante pour la conservation foncière et la paix interne des communautés rurales, mais aussi comme médiation entre ces communautés et une administration extérieure, qu'ils secondent de manière informelle. Ce que la documentation nous laisse apercevoir de l'élite rurale calabro-grecque tient donc bien dans une détermination au moins en partie fonctionnelle de cette élite, que semble avoir voulu utiliser le pouvoir normand puis souabe en exprimant ou en laissant exprimer (au sens étymologique du terme) de chaque communauté, sur un modèle déjà connu à l'époque byzantine, une élite rurale de fonction sanctionnée parfois par le biais du serment.

  • 54 Robinson 1928, 30.
  • 55 Au contraire, on dispose d'une autre liste grecque non datée, pour la même région, qui parle de ser (...)
  • 56 Cf. supra n. 17.

17En effet, ceux qui, à l'époque byzantine, existaient dans la communauté rurale par des fonctions sociales, voient leur position confortée à l'époque normande, puis souabe, par l'usage du serment, un usage bien connu à l'intérieur des seigneuries foncières occidentales, et contribuant à constituer un groupe de « paysans-vassaux ». Un acte de 1131 détaille la liste des hommes « honorables » de la terre de Calavra qui prêtent serment au monastère grec de Saint-Élie de Carbone et à son higoumène Nil, lorsque ce dernier reçoit la terre de Calavra des mains des seigneurs locaux, Hugues et Richard de Chiaromonte54. Il ne s'agit pas du serment de « vilains », de dépendants, même si ces hommes sont appelés anthropoi, car la plupart voient leur nom précédé du terme kyr, kyros, sire, qui est une marque évidente d'honorabilité – et par ailleurs aucun document italo-grec n'atteste un serment dû par des dépendants55. Le document de 1131 se présente donc comme une platea, non de dépendants, mais de l'élite rurale de Calavra – alors même qu'on peut être de statut dépendant et exercer une fonction de l'élite rurale56.

  • 57 Pratesi 1958, n° 108.

18Le serment vise probablement à renforcer la fidélité des élites au service des autorités locales et administratives, tout en consacrant a posteriori et officiellement une notabilité rurale qui devait naître d'autres prérogatives (économiques notamment), déterminées par la communauté elle-même. Les jurés calabro-grecs occupent une fonction essentielle des kaloi, la transmission du savoir foncier local aux agents administratifs. C'est ainsi qu'un document latin de Calabre, daté de 1217, montre les hommes jurés de San Giovanni Monacho, dans la Sila (Calabre centrale), priés par le baiulus de Santa Severina de tracer les limites du pâturage de Ferulluso que Geoffroy de Carbonara détenait en bénéfice sur le territoire de Santa Severina57.

19L'élite rurale grecque de Calabre est probablement économiquement fondée, mais ce n'est pas ce qui est visible dans les sources, qui les présentent sous un jour quasi unique, comme une notabilité fonctionnelle, certainement formée de manière autonome au sein des communautés rurales, et consacrée par l'usage qu'en font les agents administratifs, des Byzantins aux Souabes.

20Une fois la spécificité documentaire des élites rurales à peu près fixée, et surtout une fois établie leur distinction d'avec le sommet de la notabilité italo-grecque, constitué par les élites urbaines, il serait intéressant de déterminer si le comportement culturel des élites rurales montre quelques caractères propres, susceptibles d'en faire un groupe différencié, en particulier dans ses rapports avec l'intégration aux normes culturelles occidentales, en d'autres termes, s'il y a une détermination sociale dans le processus d'acculturation des communautés italo-grecques à l'époque normande.

Le comportement culturel des élites rurales

  • 58 Peters-Custot 2009b, p. 414‑418.
  • 59 Ibid., p. 418.
  • 60 Quand Regalia Maléinos épouse Hugues, fils de Mathieu Saboutos, elle reçoit en dot le tiers d'un fi (...)
  • 61  Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 22, 1154 : ce document a été rédigé en grec par le kaballa (...)

21J'ai eu l'occasion de montrer que l'élite urbaine de la Calabre grecque, à l'époque normande, était jusqu'au milieu du XIIe siècle un territoire de conservatisme culturel relatif, favorisé par l'endogamie stricte de ces familles, la survivance des dignités byzantines, le dévouement aux monastères grecs qui monopolisent les donations et les vocations, et par l'attachement à une anthroponymie presque exclusivement orientale58. Ce conservatisme vit en bonne entente avec l'intégration quasi automatique de ces mêmes notables dans les rouages de l'administration normande, à toutes les échelles. Ces « grandes » familles urbaines italo-grecques maintiennent donc l'expression de leur héritage byzantin qui fait l'orgueil de la lignée, et donc leur capital symbolique, mais entretiennent leur capital économique et politique afin de maintenir l'un et l'autre dans la durée. L'enjeu est donc, là encore, celui d'une élite fonctionnelle. Dès la seconde moitié du XIIe siècle, toutefois, on observe quelques signes d'ouverture à l'influence occidentale : l'attraction des monastères latins augmente nettement, les noms normands (mais jamais les noms latins ou lombards) percent chez les fils de bonne famille, signe d'une acculturation opportuniste59 ; quelques – rares – mariages de filles grecques de bonne famille avec des seigneurs normands60, quelques chevaliers grecs traversent le paysage documentaire61. Le modèle d'acculturation de cette élite urbaine aux racines byzantines est essentiellement politique.

  • 62 Voir Peters-Custot 2012a.

22Du côté des élites rurales, en revanche, l'étude est moins simple, et les recherches ont montré la difficulté à établir le comportement culturel d'un groupe que la documentation elle-même n'attestait que sous un jour partiel. Un phénomène toutefois semble acquis : du point de vue anthroponymique, les kaloi gréco-calabrais montrent des choix qui les soudent à l'héritage byzantin, et qui contrastent avec leur environnement occidental : la liste des jurés de Calavra, en 1131, reflète la force de l'anthroponymie chrétienne et orientale et de la dénomination double, ce qui rapproche l'identité onomastique de ce groupe grec immergé en milieu latin de celle des populations de la Calabre du XIe siècle, radicalement hellénisée62. Ainsi, ces jurés de Calavra sont anthroponymiquement parlant des conservateurs byzantinophiles. Ce faisant, ils assument encore, dans un autre domaine, un rôle dans la mémoire et la cohésion de la communauté.

  • 63 Pratesi 1958, n° 108 ; cf supra n. 57.
  • 64 Les membres du clergé grec de Calabre sont, plus que dans la tradition occidentale, intégrés aux fo (...)
  • 65 C'est le cas de la famille Xanthos, une famille de notables de Paléocastro (Petilia Policastro), at (...)

23Même constatation, plus de 85 ans après, à propos des jurés de San Giovanni Monacho, dans la Sila, c'est-à-dire dans la Calabre centrale moins densément hellénisée que la Calabre méridionale. Le document latin déjà cité qui, en 1217, évoque la description des confins d'une terre réalisée par les jurés63, porte la souscription de chacun d'eux : les quatorze souscriptions sont écrites en grec, le stock onomastique de cet échantillon restreint est fortement marqué par les noms orientaux (Constantin, Théodore, Basile, Ménas, Phantin, Consta) ou chrétien : seuls deux individus portent un nom normand (Robert). Le mode de désignation est aux deux-tiers double (nomen + cognomen) ; s'ajoute une présence ecclésiastique grecque non négligeable (deux protopapes notamment64) qui confirme cette impression d'un groupe, là encore, assez conservateur sur le plan culturel, à contre-courant du rythme contemporain de l'intégration culturelle italo-grecque dans la région. On connaît d'autres exemples, à l'échelle d'une famille, de continuité anthroponymique, liée non seulement à l'orgueil de posséder un cognomen, mais aussi à la transmission privilégiée, dans la famille, d'un nomen d'origine byzantine65.

  • 66 Pratesi 1958, n° 115, février 1219 et n° 119, mars 1220 : la charte est rédigée par le moine Guilla (...)
  • 67 Ibid., n° 111, 1218.
  • 68 Ibid. Peregrinos, le protopape et tabellion de Mesoraca, est alors entouré de sa famille dont les m (...)
  • 69 Peters-Custot 2009b, p. 485-492.

24En revanche, pour ce qui est des autres aspects de l'identité culturelle, les approches historiques sont nettement plus difficiles. Certes, les petits propriétaires ruraux renâclent à acter en latin. Certes, les donations de lopins de terre aux monastères grecs continuent jusqu'au XIIIe siècle, de la part d'individus dont l'identité culturelle est de plus en plus difficile à cerner, mais qui sont le plus souvent des petits notables ruraux d'origine italo-grecque. Toutefois, le soutien économique des populations non-grecques de l'Italie méridionale aux monastères grecs est un fait bien connu : il n'y a guère, depuis l'origine de l'implantation normande, et même avant, de discrimination culturelle dans le choix du bénéficiaire monastique d'une donation foncière. Certes, bien des protopapes calabrais qui sont également tabellions ne rédigent toujours pas, au XIIIe siècle, d'actes en latin : on doit passer pour cela par des moines cisterciens66. Ces mêmes protopapes qui souscrivent en grec font pourtant des donations aux établissements latins de la région67. En revanche, les noms de leur famille sont choisis dans le corpus onomastique grec ou chrétien-oriental68, et leurs pratiques juridiques, en pleine époque de l'invasion du droit lombard dans tout le « Mezzogiorno », restent, jusqu'aux années 1240, de type byzantin69. En bref, il paraît difficile de relever des comportements culturels homogènes pour les élites rurales, à l'exclusion peut-être de l'anthroponymie, du rite, de la liturgie et, jusqu'au milieu du XIIIe siècle, du droit, où se réfugie le conservatisme culturel propre aux notables ruraux.

Conclusion

25Les élites rurales grecques de Calabre constituent un ensemble difficile à percevoir, mais dont on devine l'existence à travers des fonctions qui leur sont réservées dans la médiation entre populations rurales « indigènes » et agents de l'État normand et souabe, agents dont beaucoup, en Calabre, sont des Italo-Grecs issus de l'élite urbaine. Ces fonctions rurales sont marquées du sceau de la conservation et de la mémoire (mémoire du droit, mémoire notariée, mémoire des statuts, mémoire des terres, mémoire des noms), il est probable qu'elles sont confiées aux élites rurales par leur propre communauté – selon des critères d'honorabilité et, probablement, d'aisance économique – afin d'en sauvegarder la cohésion et la stabilité, et qu'elles sont confortées par l'administration, centrée sur les bourgs et villes, qui surplombe le milieu rural, que ce soit l'administration byzantine, normande, ou souabe. Dans ce domaine la continuité fonctionnelle est majeure, qui se déploie tant dans le cadre d'une zone où perdure la notion d'autorité publique (comme la Calabre méridionale comtale ou royale) que dans les régions plus marquées par l'introduction de la seigneurie et de la féodalité, comme la Basilicate.

  • 70 On ne constate en revanche pas du tout le même phénomène dans l'autre région de l'Italie méridional (...)
  • 71 Ibid., p. 448-453.
  • 72 Cf. supra n. 66.

26Malgré la faiblesse de nos conclusions culturelles, on ne peut que relever la longévité des pratiques notariées, juridiques et onomastiques byzantines parmi les élites rurales italo-grecques, probablement du fait de l'auto-détermination, par les communautés rurales grecques, de leur élite. Si on ne peut faire des généralités sur des comportements propres à leur groupe, il faut bien remarquer que ces élites rurales maintiennent l'identité grecque et byzantine sur le sol italien jusqu'à la fin du XIIIsiècle, alors que les élites urbaines impliquées dans les sphères administratives normandes et souabes l'avaient progressivement abandonnée dès la deuxième moitié du XIIe siècle. Tandis que l'acculturation rapide des élites urbaines et des grandes familles calabro-byzantines témoigne du caractère volontaire et politique de cette intégration, nécessitée par des besoins de conservation sociale, le refus de cette même acculturation caractérise le monde rural et en particulier les élites rurales, qui avaient nettement moins d'intérêt à pratiquer une acculturation spontanée de type opportuniste. L'évolution aboutit, au milieu du XIIIe siècle, à une rupture culturelle entre l'élite urbaine, proche des milieux de pouvoir, et l'élite rurale, qui s'enferme70. Cette rupture est attestée par la distribution sociale et géographique du bilinguisme des populations italo-grecques du royaume de Sicile à l'époque souabe : alors que les notaires de la cour palermitaine et les notaires publics des grandes villes, les camériers impériaux, les justiciers royaux, les évêques calabrais, issus des communautés italo-grecques, brillent par leur bilinguisme qui est devenu une condition nécessaire à l'accession aux plus hautes charges71, les petits notaires de village, tabellions ruraux et jurés, issus de la même communauté géographique et culturelle, ignorent manifestement le latin, ce qui contraint les individus qui désirent acter en latin à se passer de leurs services, au profit de palliatifs notariaux latinophones72.

  • 73 Signalons que le rite grec s'est maintenu en Italie du Sud jusqu'au xviie siècle et que le dialecte (...)
  • 74 Signe majeur de cette désaffection, et de ses conséquences culturelles sur le long terme, dans la s (...)
  • 75 Voir les erreurs dans la formule d'éviction d'un acte calabrais de 1151 (Mercati – Giovanelli – Gui (...)
  • 76 Guillou 1968, n° 2, 1181, Gerace : le tabellion des Bucetta Roger a corrigé en marge certaines erre (...)
  • 77 Selon André Guillou en effet, l'écriture du prêtre Jean, qui rédige plusieurs actes à Stilo (Mercat (...)

27Il est donc établi que les divers éléments de la culture orientale (rite religieux, droit byzantin, écriture grecque, anthroponymie) ont perduré tardivement dans les campagnes calabraises73 ; que cette longévité fut largement le fait des petits notables ruraux, notaires de villages, kaloi et protopapes, qui propagent toutefois une culture de niveau moyen, sinon modeste. En effet, cet isolement dans le paysage social italien est en soi une faiblesse pour la culture grecque en Italie, dont se détachent les élites urbaines74. Mais c'est aussi une faiblesse culturelle pour le monde rural : le conservatisme culturel des notables ruraux est voué à devenir un archaïsme privé de sens, ce qui est visible chez les scribes officieux de village de la Calabre méridionale normande. Les erreurs fréquentes dans la forme des actes75 trahissent souvent l'emploi de formules incomprises et de manuels qui devaient circuler pour seconder ces scribes non professionnels, dans l'exercice d'un métier qu'ils pratiquent à l'occasion. On rencontre parfois des actes dans lesquels le tabellion public a été contraint de corriger les erreurs du scribe à la relecture du texte76. Avec le temps, en Calabre méridionale, l'archaïsme des formulaires s'accroît ; l'attachement à des traditions byzantines qui ne sont plus suivies dans l'Empire, montre le fossé de plus en plus profond qui sépare les scribes gréco-calabrais de la culture à laquelle ils se rattachent sans la comprendre77, et donc sans pouvoir la transmettre. Le conservatisme culturel des élites rurales est devenu sclérose, puis nécrose.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Actes d'Iviron I = Actes d’Iviron, I. Des origines au milieu du XIe siècle, J. Lefort et al. (éd.), Paris, 1985 (Archives de l'Athos, 14).

Actes de Lavra I = Actes de Lavra, I. Des origines à 1204, P. Lemerle et al. (éd.), Paris, 1970, Paris, 1970 (Archives de l'Athos, 5).

CAG = Corpus des Actes grecs d'Italie du Sud et de Sicile. Recherches d'histoire et de géographie, Cité du Vatican.

Cusa 1868 = S. Cusa, Diplomi greci ed arabi di Sicilia, 2 vol. , Palerme, 1868.

De Leo 1984 = P. De Leo, Un feudo vescovile nel Mezzogiorno svevo. La platea du Ruffino vescovo di Bisignano, Rome, 1984 (Fonti e studi del Corpus membranarum italicarum. Fonti medievali, 9).

De Leo 1997-1998 = P. De Leo, La platea di S. Stefano del Bosco, 2 vol. , Rubbettino, 1997-1998 (Codice diplomatico della Calabria. Serie Prima, I).

De Leo 2006 = P. De Leo, La platea della contea di Sinopoli, Rubbettino, 2006 (Codice diplomatico della Calabria. Serie Prima, III).

Ferrari dalle Spade 1910 = G. Ferrari dalle Spade, I documenti greci medioevali di diritto privato dell’Italia meridionale e loro attinenze con quelli bizantini d’Oriente e coi papiri greco-egizii, Leipzig, 1910 (Byzantinisches Archiv, 4).

Giovannelli 1972 = G. Giovannelli (éd.), Bios kai politeia tou hosiou patros hèmôn Neilou tou Néou, Badia di Grottaferrata, 1972.

Guillou 1968 = A. Guillou, Saint-Nicodème de Kellarana (1023/1024-1232), Cité du Vatican, 1968 (CAG, II).

Guillou 1972 = A. Guillou, La Théotokos de Hagia-Agathè (Oppido) (1050‑1064/1065), Cité du Vatican, 1972 (CAG, III).

Guillou 1974 = A. Guillou, Le brébion de la métropole byzantine de Règion (vers 1050), Cité du Vatican, 1974 (CAG, IV).

Holtzmann 1956 = W. Holtzmann, Papst-, Kaiser- und Normannenurkunden aus Unteritalien, dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 36 (1956), p. 1-85.

Jacob 1982 = A. Jacob, Sergio Stiso de Zollino et Nicolas Petreo de Curzola : à propos d'une lettre du Vaticanus gr1019, dans Bisanzio e l'Italia. Raccolta di Studi in memoria di Agostino Pertusi, Milan, 1982, p. 154-168.

Jacob 1985 = A. Jacob, Nicolas d'Oria. Un copiste de Pouille au Saint-Sauveur de Messine, dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 65, 1985, p. 133-158.

Jacob 1988 = A. Jacob, Une épigramme de Palaganus d'Otrante dans l'Aristénète de Vienne et le problème de l'Odyssée de Heidelberg, dans Rivista di studi bizantini e neoellenici, 25, 1988, p. 185-203.

Jacob 1992 = A. Jacob, Le nom de famille du dernier copiste grec de Gallipoli, dans Bollettino storico di Terra d'Otranto, 2, 1992, p. 77-83.

Die Konstitutionen Friedrichs II. 1996 = Die Konstitutionen Friedrichs II. für das Königreich Sizilien, éd. W. Stürner, Hanovre, 1996 (MGH Leg. IV, II. Suppl.).

Martin 1991 = J.-M. Martin, Le juge et l’acte notarié en Italie méridionale du VIIIe au Xe siècle, dans G. Vitolo, F. Mottola (éd.), Scrittura e produzione documentaria nel Mezzogiorno longobardo. Atti del Convegno internazonale di Studio (Badia di Cava, 3-5 octobre 1990), Badia di Cava, 1991, p. 287-301.

Martin 1993 = J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 179).

Martin 2006 = J.-M. Martin, Les thèmes italiens : territoire, administration, population, dans A. Jacob, J.-M. Martin, G. Noyé (éd.), Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 363), p. 517-558.

Martin 2008 = J.-M. Martin, Les seigneuries monastiques, dans R. Licinio, F. Violante (éd.), Nascita di un regno. Poteri signorili, istituzioni feudali e strutture sociali nel Mezzogiorno normanno (1130-1194). Atti delle diciassettesime giornate normanno-sveve (Bari, 10-13 ottobre 2006), Bari, 2008, p. 177-205.

Menant 2008 = F. Menant, Élites rurales et serviles au XIIIe siècle : autour d'Ambroise Grassi, homo de maxinata de S. Giulia de Brescia, dans E. Cuozzo et al. (éd.), Puer Apuliae. Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Martin, Paris, 2008 (Centre de recherche d'histoire et de civilisation de Byzance. Monographies, 30), II, p. 419-431.

Mercati – Giovanelli – Guillou 1980 = S. G. Mercati, C. Giannelli, A. Guillou, Saint-Jean-Théristès (1054-1264), Cité du Vatican, 1980 (CAG, V).

Nef 1997 = A. Nef, Anthroponymie et djarâ’id de Sicile : une approche renouvelée de la structure sociale des communautés arabo-musulmanes de l’île sous les Normands, dans M. Bourin, J.-M. Martin, F. Menant (éd.), L'anthroponymie, document de l'histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, Rome, 1997 (Collection de l'École française de Rome, 226), p. 123-142.

Nef 2000 = A. Nef, Conquêtes et reconquêtes médiévales : la Sicile normande est‑elle une terre de réduction en servitude généralisée ?, dans La servitude 2000, p. 579‑607.

Nef 2011 = A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011 (BEFAR, 346).

Oikonomidès 1996 = N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (IXe-XIe s.), Athènes 1996 (Institut de recherches byzantines. Monographies, 2).

Patlagean 2008 = E. Patlagean, Les « Hommes » (Anthrôpoi) dans les documents grecs du Mezzogiorno normand, dans E. Cuozzo et al. (éd.), Puer Apuliae. Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Martin, Paris, 2008 (Centre de recherche d'histoire et de civilisation de Byzance. Monographies, 30), II, p. 529-536.

Peters-Custot 2008 = A. Peters-Custot, Brébion, kodex et plateae : petite enquête sur les instruments de la propriété monastique dans la Calabre méridionale aux époques byzantine et normande, dans E. Cuozzo et al. (éd.), Puer Apuliae. Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Martin, Paris, 2008 (Centre de recherche d'histoire et de civilisation de Byzance. Monographies, 30), II, p. 537-552.

Peters-Custot 2009a = A. Peters-Custot, Gli elenchi di uomini, dans Studi in margine 2009, p. 141-158.

Peters-Custot 2009b = A. Peters-Custot, Les populations grecques de l'Italie méridionale post-byzantine : une acculturation en douceur (IXe-XIVe siècles), Rome, 2009 (Collection de l'École française de Rome, 420).

Peters-Custot 2012a = A. Peters-Custot, L'anthroponymie italo-grecque : Calabre, Basilicate méridionale et Tarente (975-1200), dans J.-M. Martin, A. Peters-Custot, V. Prigent (éd.), L'héritage byzantin en Italie (VIIIe-XIIe siècle). II, Les cadres juridiques et sociaux et les institutions publiques, Rome, 2012 (Collection de l'École française de Rome, 461), p. 187-206.

Peters-Custot 2012b = A. Peters-Custot, Titulatures byzantines en Pouille et en Calabre, dans J.-M. Martin, A. Peters-Custot, V. Prigent (éd.), L'héritage byzantin en Italie (VIIIe-XIIe siècle). II, Les cadres juridiques et sociaux et les institutions publiques, Rome, 2012 (Collection de l'École française de Rome, 461), p. 643-658.

La Platea di Luca 2007 = La Platea di Luca arcivescovo di Cosenza (1203-1227), E. Cuozzo (éd.), Avellino, 2007.

Pratesi 1958 = A. Pratesi, Carte latine di abbazie calabresi provenienti dall'Archivio Aldobrandini, Cité du Vatican, 1958 (Studi e testi, 197).

Provero 2012 = L. Provero, La parola dei sudditi. Azioni e scritture della politica contadina nel Duecento, Spolète, 2012 (Istituzioni e società, 17).

Robinson 1928 = G. Robinson, History and Cartulary of the greek monastery of S. Anastasius and S. Elias of Carbone, Rome, t. I, History, 1928 (Orientalia Christiana, XI/44, p. 271-352), t. II en 2 vol. , Cartulary, 1930 (Orientalia Christiana, XV/53, p. 121‑276 et XIX/62, p. 5‑200).

Rognoni 2004 = C. Rognoni, Les actes privés grecs de l’Archivo Ducal de Medinaceli (Tolède), I, Les monastères de Saint-Pancrace de Briatico, de San Filippo de Bojôannès, et de S. Nicola-des-Drosi (Calabre, Xe-XIIe siècles), Paris, 2004.

Rognoni 2011 = C. Rognoni, Les actes privés grecs de l’Archivo Ducal de Medinaceli (Tolède), II., La Vallée du Tuccio (Calabre, XIIe-XIIIe siècles), Paris, 2011.

La servitude 2000 = La servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au xiie siècle et au-delà. Actes de la Table ronde de Rome, 8‑9 octobre 1999, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 112-2, 2000.

Studi in margine 2009 = Studi in margine all’edizione della Platea di Luca arcivescovo di Cosenza (1203‑1227), E. Cuozzo, J.-M. Martin (éd.), Avellino, 2009.

Trinchera 1865 = F. Trinchera, Syllabus graecarum Membranarum…, Naples, 1865.

Haut de page

Annexe

Les Maléinoi de Stilo (Calabre méridionale). Filiations connues

Haut de page

Notes

1 Il ne convient pas de faire ici la liste de tous les fonds publiés. Citons toutefois les éditions suivantes qui ont été utilisées ici : les six volumes de la collection Corpus des Actes grecs d'Italie du Sud et de Sicile. Recherches d'histoire et de géographie (ou CAG), et en particulier, pour cette étude, les deux volumes essentiels suivants : Guillou 1974 ; et Mercati – Giovanelli – Guillou 1980. De même, Rognoni 2004 et Rognoni 2011, publications de fonds monastiques italo-grecs issus des archives du Saint‑Sauveur de Messine, dont un grand nombre de documents concernent la Calabre méridionale. En revanche, parmi cette documentation notariée italo-grecque, nombreux sont les actes qui ont été édités dans des publications qui ne répondent plus aux exigences scientifiques actuelles, mais qui sont tout ce qui reste des sources, et qu'on a utilisés ici : un cas bien connu est celui de l'édition, par Francesco Trinchera, des actes grecs de l'Archivio di Stato de Naples, lequel a disparu dans les flammes en 1943 (Trinchera 1865).

2 Annliese Nef a déjà mené un certain nombre de travaux sur ce type de documents. Je citerai en particulier : Nef 1997, Nef 2000 et, tout récemment, Nef 2011.

3 En effet, Jean-Marie Martin a démontré que la grande propriété foncière, notamment ecclésiastique et monastique, que les Normands ont trouvée à leur arrivée en Calabre et qui constituait une seigneurie purement foncière dans la tradition byzantine, leur a servi de base pour la création ex nihilo de la seigneurie dans l'île sicilienne, jusqu'alors musulmane, mais aussi de modèle vers lequel devait tendre la seigneurie, très différente, des provinces septentrionales, conquises par Roger II. Même si cet alignement ne pouvait être complet, il n'en reste pas moins que la monarchie a tenté de limiter au mieux la seigneurie banale, dont l'absence était compensée par la concession de biens fonciers et d'hommes : Martin 2008. Il y a tout lieu de penser que, dans ce contexte, la technique de l'inventaire public des biens et paysans, auquel correspondent les plateae et djarâ'id, émises surtout en Sicile et dans la Calabre, c'est‑à‑dire les zones où le pouvoir comtal puis royal furent à même de limiter réellement la seigneurie banale, répondait au mieux au type de seigneurie qu'on trouvait dans ces régions, une seigneurie riche, mais peu puissante, d'où, probablement, le succès de ces documents comme instrument de la gestion seigneuriale foncière.

4 On connaît même une platea pour les redevances en poulets dues à un monastère grec de Calabre, Saint-Jean-Théristès (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, 43, fin du XIIe siècle).

5 Guillou 1974.

6 L'édition de cette documentation est en cours, mais connaît déjà de belles avancées. Citons en particulier De Leo 1984 et De Leo 1997-1998 ; De Leo 2006. Enfin, dernière en date, la platea de Cosenza : La Platea di Luca 2007. Certaines plateae ont été publiées dans des éditions anciennes, comme celles de Trinchera (Trinchera 1865) et de Cusa (Cusa 1868). Diverses études ont déjà été réalisées sur les plateae, notamment le volume de commentaires à l'édition de la platea de Cosenza : Studi in margine 2009. Je me suis lancée dans l'étude de ces documents qui ne disposent pas de la synthèse que leur mériterait leur richesse. Je me permets de citer ici en particulier : Peters-Custot 2008 ; et Peters-Custot 2009a.

7 Notamment les actes latins de quelques abbayes calabraises, mais qui sont plus difficiles d'approche en raison de la difficile détermination de l'identité culturelle des acteurs : Pratesi 1958.

8 Guillou 1972 et Guillou 1974.

9 Robinson 1928, n° 37, 1144 : c'est un papas, Jean Bilonas, qui est juge de Senise. Autre exemple, Ibid., n° 38, 1144 : un protopape souscrit comme juge. Le phénomène remonte à l'époque byzantine : le brébion de Reggio mentionne un document de 974 attestant l'existence d'un prêtre tourmarque, le papas Basile (Guillou 1974, p. 76).

10 En particulier les contributions du volume La servitude 2000. Mentionnons également, pour les statuts personnels dans les milieux ruraux italiens, les travaux de François Menant, et dernièrement Menant 2008.

11 Guillou 1974, l. 472 : Léon Zeugitès. Ce cognomen est-il dérivé d'un statut fiscal byzantin ?

12 Un spathaire, quelques tourmarques, une katépanissè... Mais au bout du compte, assez peu de mentions. L'apparition des mêmes hommes ou cognomina, à plusieurs reprises dans le document (Basile Byrsaios, Aichmalotos) et l'usage du cognomen au pluriel, indice d'une cohésion foncière d'origine familiale, devenue peut‑être toponymique (les Byrséoi, les Presbytéranoi) attestent l'existence d'une élite rurale, qu'on retrouve ensuite parfois dans la documentation grecque d'époque normande. Par exemple, le cognomen Aichmalotos, attesté dans le Brébion (Guillou 1974 : Georges Aichmalotos et son frère Léon, l. 278-279, p. 181) se retrouve dans la documentation grecque de l'Italie byzantine et normande : Léon Aichmalotos, Trinchera 1865, n° 6, 981 ; Jean Echmalotos, notaire, qui souscrit un acte de vente à l'évêque de Nicotera en 1173 – Trinchera 1865, n° 181 ; Jean Aichmalôtos, attesté en 1181 comme le père de Roger, lecteur et tabellion des Bucetta, dans les environs de Gerace : Guillou 1968, n° 2, p. 38 – il faut lire vios Ioannou o tou Echmalôtos et non vios Ioannou Otou Echmalôtos, comme le fait André Guillou. Ce cognomen apparaît également dans les actes athonites, qui en certifient l'origine byzantine : Théodore Aichmalotos, dans Actes de Lavra I, p. 69, 1062 ; Michel Aichmalotos, ibid., n° 41, 1081, et Actes d'Iviron I, n° 17, 1012.

13 Guillou 1974, p. 71 et n. 7, et l. 448 : « les autres hommes assujettis » (tôn loipôn hypotélestôn anthropôn). Sur le terme d'« hommes », voir Patlagean 2008.

14 La Platea di Luca 2007.

15 Comme je l'ai montré à propos de la platea de Cosenza dans Peters-Custot 2009a, et dont je reprends les conclusions ici, mais aussi pour deux petites plateae du XIIe siècle, rédigées pour le monastère de Saint-Léontios de Stilo. (Peters-Custot 2008).

16 Ce nom provient de l'angaria byzantine, qui est une corvée publique : voir Oikonomidès 1996, p. 105 et suivantes. L'angaria garde ce sens de corvée publique dans l'Italie byzantine, Pouille comprise, où elle ne correspond jamais à des corvées agricoles, mais à des travaux d’ordre public : Martin 1993, p. 302 et 712. L'époque normande voit sa mutation et son insertion dans la seigneurie.

17 La platea de Cosenza dresse la liste, baiulatio par baiulatio, lieu-dit par lieu-dit, des dépendants dans un ordre globalement bien respecté. Cet ordre rigoureux permet ainsi, parfois, de déduire de la place d’un individu dans la liste son statut lorsque celui‑ci n’est pas précisé explicitement. Le rédacteur place en tête de l’inventaire, lorsque cela s’impose, la liste des jurés (jurati) de la baiulatio, avec éventuellement mention parmi eux d’un baiulus (Michael filius presbiteri Petri de Asipay baiulus à Gaurano, fol. 20v ; Iacobus baiulus à Episcopanis, fol. 28r ; Petrus filius Guidonis de Maiurana baiuli à Pireto, fol. 31r). Le recoupement des données anthroponymiques a permis de voir que certains jurés, voire des baiuli, étaient des angararii : Jean Turdulicius est un angararius (fol. 25r) juré de Lappano (fol. 23r). Jacob est baiulus et juré à Episcopanis (fol. 28r). Nicolas Sanctus et Pierre, le fils du baiulus Guido de Maiurana, sont angararii et jurés de Pireto (fol. 31)…

18 Voir ici, J.-M. Martin, Le service public, critère de distinction des élites : Italie méridionale de tradition byzantine et lombarde (Xe-XIIIe siècle).

19 Les modes de dénomination des ruraux ne se modifient pas entre époque byzantine et époque normande, et sont peu différents des modes de dénomination en usage pour les actes de la pratique (voir Peters-Custot 2012a). C'est pourquoi j'aboutis aux mêmes conclusions que celles établies par Annliese Nef à propos des gara'îd arabo-siciliennes, dans les travaux cités supra n. 2 : l'identité anthroponymique atteste que ce sont les communautés qui se nomment, et non le pouvoir.

20 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980. J'ai traité en partie ce sujet dans ma thèse : Peters-Custot 2009b, p. 402-409.

21 Giovannelli 1972, ch. 60-61.

22 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 17.

23 Nicolas Maléinos protospathaire vers 1088-1098 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 2 et n° 3, et Appendice I)

24 Voir l'arbre généalogique en annexe.

25 Grégoire, praktôr du fisc en Calabre vers 965 (supra n. 21) ; Étienne, vicaire du stratège de Calabre en 1049 (Trinchera 1865, n° 57) ; Nicolas, archevêque de Rossano entre 1093 et 1111 (Holtzmann 1956, p. 27) ; un autre Nicolas, protospathaire et archonte de Stilo, siège au procès de Genesios Moschatos sous la direction de Joseph Terras, juge de Stilo (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 3, 1098) et témoigne en faveur de Théodotè (jugement rendu par le comte Roger Ier, 1093, Ibid., Appendice I) ; Léon, stratège de Gerace et Stilo en 1144 (ibid., n° 17) ; Michel, diacre et chantre à Rossano en 1167 (Trinchera 1865, n° 171) ; Synator, grand juge fin XIIe-début XIIIe siècle (ibid., n° 160).

26 Voir Rognoni 2011, n° 2 p. 62-66 : une propriété (kléronomia) porte le nom des Maléinoi en 1145‑1146 au moment où Mitzounès, fils de feu Théodule Maléinos, vend un terrain à Traginaria. Nicolas Maléinos le protospathaire est propriétaire foncier à la fin du xie siècle. Il est associé avec Jean Ermingarès et Léon Gannadéos pour le partage de revenus sur des oliviers (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 2, 1088-1089). En 1133 (Ibid., Appendice IV ou Trinchera 1865, n° 114), l'acte qui définit le périorismos des champs d'Étienne Maléinos atteste une surface très importante (notamment sur le Pelliciano). Voir aussi la dot de Regalia Maléinos, du moins l'antiproix concédée par sa mère en 1176 (Trinchera 1865, n° 187).

27 On connaît en effet un Maléinos Protospatharios attesté dans deux documents grecs rédigés à Santa Severina en 1180 et 1184 – il rédige le second (Trinchera 1865, n° 203 et n° 218).

28 Trinchera 1865, n° 187, 1176.

29 Dont un représentant s'est vu confier par Roger Ier une mission d'ambassade à Constantinople avant 1098 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 3).

30 Théodore Karbounis, notaire, a été vicomte de Stilo (mention en 1127, Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 10) ; en 1121 (ibid., App. III) il participe à un procès, reçoit les serments avec d'autres personnages de Stilo, et souscrit la sentence : il fait donc partie des archontes locaux. En 1133 (ibid., App. IV = Trinchera 1865, n° 114) il ne fait pas partie des archontes qui décident du bornage du terrain, mais des anciens. Il ne souscrit d'ailleurs pas le document. Tous les documents où il apparaît relatent des actions judiciaires, pour lesquelles Théodore est requis comme témoin et souscripteur des sentences, sans doute parce que l'exercice d'une fonction (normande) de vicomte lui avait donné une compétence juridique appréciée et un statut de médiateur local entre Normands et communautés italo‑grecques, ou que son assise sociale lui avait procuré un statut juridique informel au niveau local permettant son recrutement comme vicomte.

31 Consta tou Oursouléôn, spatharocandidat et taxiarque : Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 1.

32 Nicolas Oursouléôn signe lui‑même un acte en 1128 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13), de même Léon Oursouléôn en 1144 (ibid., n° 28) ; Arkadios Oursouléôn, prêtre, sait signer son nom mais d'une main plus que maladroite (son écriture apparaît dans les actes suivants : ibid., n° 30, n° 33, et dans ceux où il écrit aussi pour Nicolas Oursouléôn : ibid., n° 34 et n° 38). En revanche, il ne suscrit pas l'acte unique dont il est l'auteur (ibid., n° 29, 1159). Nicolas Oursouléôn, notaire, rédige un acte daté de 1222 (ibid., n° 48).

33 L'administration de l'Italie byzantine semble fondée sur les villes, plus que sur les territoires. Voir Martin 2006. La continuité administrative dans la Calabre à l'époque normande, qui est plus que formelle et reste marquée par la pérennité de la notion d'autorité publique et de sa délégation dans les centres de la province, a permis de conserver aux familles italo-grecques les fonctions locales qu'elles exerçaient à l'époque byzantine. Les agents administratifs sont forcément des urbains, et les élites rurales sont, de facto, écartées de ces fonctions.

34 La famille Maléinos, qui revendique des dignités byzantines jusqu'en 1093, n'y fait plus référence ensuite, tout en conservant des fonctions dans l'administration locale normande. J'ai analysé le phénomène des titulatures byzantines chez les populations de la Pouille et de la Calabre byzantines et leur survivance à l'époque normande dans Peters-Custot 2012b.

35 J'ai analysé ces modes de dénomination et, plus largement l'anthroponymie grecque de la Calabre, dans Peters-Custot 2012a.

36 Robinson 1928, n° 22. Cet exemple n'est pas unique : l'acte de 1121 concerne la donation d'un homme, Moulè, fils de Gennaki. Or, un document grec de 1124 (Trinchera 1865, n° 94) est souscrit par un certain Jean, fils du sire (kyr) Gennaki. La rareté du nomen Gennaki laisse penser que Jean et Moulè sont parents. Donc soit la servitude n'empêche pas l'accès à la notabilité rurale, soit la souscription d'un acte n'est pas un marqueur social dans le monde rural.

37 Peters-Custot 2009b, p. 168‑173.

38 Ferrari dalle Spade 1910.

39 Martin 1991.

40 Rognoni 2004, n° 1, p. 62‑65, 1037 (souscription de Basile, prêtre du [tou] grammatikos) ; ibid., n° 6, p. 88‑95, 1051‑1052 (souscription de Jean du [tou] gramatikos ‑ sic) ; ibid., n° 9, p. 105‑110, 1059 (souscription de Kallias du [tou] grammatikos) ; et, pour l'époque normande, ibid., n° 15 et n° 17, 19 février 1145 et 1145‑1146, (Nicolas [tou] grammatikos)... Sur le sens controversé du terme de grammatikos, je renverrai à Peters-Custot 2009b, p. 379 n. 96.

41 Die Konstitutionen Friedrichs II. 1996, Lib. I, tit. LXXIX : De ordinatione iudicum et notariorum publicorum et numero eorum. Voir Peters-Custot 2009c, p. 493 et n. 81.

42 Guillou 1974, p. 72 et l. 454.

43 Provero 2012.

44 Guillou 1974, l. 465.

45 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13.

46 Trinchera 1865, n° 114.

47 Robinson 1928, n° 47, 1169.

48 Ibid., n° 37, 1144.

49 Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, App. III.

50 Ibid., n° 10.

51 Trinchera 1865, n° 114.

52 Comme Robert Moschatos à Stilo (Ibid., n° 114, 1133 et Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 13, 1128).

53 Pour la Calabre, voir supra n. 35, et pour les inventaires arabes de Sicile, voir Nef 1997.

54 Robinson 1928, 30.

55 Au contraire, on dispose d'une autre liste grecque non datée, pour la même région, qui parle de serments d'hommes pour des fiefs : Robinson 1928, n° 67.

56 Cf. supra n. 17.

57 Pratesi 1958, n° 108.

58 Peters-Custot 2009b, p. 414‑418.

59 Ibid., p. 418.

60 Quand Regalia Maléinos épouse Hugues, fils de Mathieu Saboutos, elle reçoit en dot le tiers d'un fief de quatre chevaliers : cf Trinchera 1865, n° 187, l'arbre généalogique en annexe et Peters‑Custot 2009b, p. 405-406.

61  Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 22, 1154 : ce document a été rédigé en grec par le kaballarios Maurice.

62 Voir Peters-Custot 2012a.

63 Pratesi 1958, n° 108 ; cf supra n. 57.

64 Les membres du clergé grec de Calabre sont, plus que dans la tradition occidentale, intégrés aux fonctions administratives et juridiques de leur communauté. Le notariat, en particulier est, dès l'époque byzantine, marqué par un haut degré de cléricalisation (Peters‑Custot 2009b, p 170). On connaît aussi, on l'a vu, un prêtre tourmarque dans la Calabre méridionale byzantine en 974 (Cf. supra n. 9). C'est un caractère fort de l'héritage byzantin dans l'Italie méridionale.

65 C'est le cas de la famille Xanthos, une famille de notables de Paléocastro (Petilia Policastro), attestés de 1110 à 1223. Les membres de ce groupe d'origine byzantine, tous laïques, ont acquis un ensemble important de biens fonciers. Une de leurs caractéristiques principales, outre la longévité du cognomen et la stabilité géographique de leur implantation, est le maintien prédominant, de 1110 à 1223, d'une tradition onomastique familiale d'origine probablement byzantine, le prénom de Théodore se répercutant de génération en génération, même si s’intègrent, à partir de la fin du XIIe siècle, des noms personnels normands. Voir Peters-Custot 2009b, p. 408 n. 29.

66 Pratesi 1958, n° 115, février 1219 et n° 119, mars 1220 : la charte est rédigée par le moine Guillaume d'Otrante, concessione notarii Basilii tabellionis Policastri ; en octobre 1226 (ibid., n° 149) un acte latin est rédigé par Guillaume de Iudice, consensu notarii Basilii tabellionis Policastri, sous‑diacre, qui souscrit en grec. À Mesoraca en Calabre centro‑méridionale, dans les années 1217-1219, le tabellion local, reconnu par tous comme le seul qui détienne la manus publica, est un Grec, le protopape Peregrinos, un notaire qui n'est pas bilingue (Ibid., n° 110, 111, 112, 113, 117).

67 Ibid., n° 111, 1218.

68 Ibid. Peregrinos, le protopape et tabellion de Mesoraca, est alors entouré de sa famille dont les membres souscrivent : sa femme Peregrina, et trois fils, Théophylacte, le prêtre Léon, et Nicolas. D'autres membres de la communauté grecque locale sont présents.

69 Peters-Custot 2009b, p. 485-492.

70 On ne constate en revanche pas du tout le même phénomène dans l'autre région de l'Italie méridionale qui conserve son identité grecque au Moyen Âge, à savoir le sud de la Pouille, appelé Salento. Dans cette zone, au contraire, l'expression forte de la culture grecque perdure, au‑delà du cadre monastique et rural connu en Calabre, dans un milieu propice à la conservation et à la transmission d'un haut niveau de la culture byzantine, celui des prêtres et protopapes des villes et villages salentins, qui constituent une part importante des copistes de manuscrits grecs. Si bien que, lorsque la fin du Moyen Âge et la Renaissance revitalisent une demande forte en copistes en langue grecque, ce n'est pas vers les monastères calabrais déclinants que se tournent les mécènes, mais vers les protopapes (ou les moines) salentins. Ce phénomène est bien connu depuis les travaux d'André Jacob sur les manuscrits et copistes grecs du Salento. Citons en particulier Jacob 1982, Jacob 1985, Jacob 1988 ; enfin, Jacob 1992. Pour une mise au point sur cette question, voir Peters-Custot 2009b, p. 555‑566.

71 Ibid., p. 448-453.

72 Cf. supra n. 66.

73 Signalons que le rite grec s'est maintenu en Italie du Sud jusqu'au xviie siècle et que le dialecte grec a perduré, sur un mode d'expression oral et écrit jusqu'au xxe siècle.

74 Signe majeur de cette désaffection, et de ses conséquences culturelles sur le long terme, dans la seconde moitié du xiiie siècle, les papes sont contraints de se mêler de plus en plus fréquemment des élections d'higoumènes destinés à gouverner les monastères dits désormais « de l'ordre de saint Basile », et des élections des derniers évêques grecs de l'Italie du Sud. Certes, depuis la mort de Frédéric II (1250) et, plus encore, celle de Manfred (1266) le moment est propice à l'intervention pontificale dans une zone où la papauté avait été longtemps privée de moyens d'action directe – et on sent bien qu'elle tient à se rattraper. Toutefois, visiblement, les papes sont contraints – et c'est nouveau – d'aller chercher de plus en plus loin les titulaires de ces postes, faute de trouver au sein des élites locales des prélats de niveau correct dans les domaines de la langue grecque et de la liturgie orientale : les papes prospectent d'abord hors de la région de recrutement de l'évêché ou du monastère, puis hors même de l'Italie du Sud. Voir Peters-Custot 2009b, p. 453‑458 (pour les évêques) et 465‑471 (pour les higoumènes). Il paraît évident que ce sont les élites, en particulier urbaines, qui fournissaient l'essentiel des hauts dignitaires ecclésiastiques italo-grecs. Le recrutement extérieur signale un abandon, par ces notables, de la culture littéraire et religieuse orientale.

75 Voir les erreurs dans la formule d'éviction d'un acte calabrais de 1151 (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 19), et l'omission de la liste des souscripteurs dans un acte de 1171 (Ibid., n° 37).

76 Guillou 1968, n° 2, 1181, Gerace : le tabellion des Bucetta Roger a corrigé en marge certaines erreurs commises par Étienne, prêtre et primicier de la Grande Église de Locres‑Gerace (voir le commentaire d'André Guillou, ibid. p. 31).

77 Selon André Guillou en effet, l'écriture du prêtre Jean, qui rédige plusieurs actes à Stilo (Mercati – Giovanelli – Guillou 1980, n° 19, 1151 et n° 24, 1155), montre un style archaïque par rapport à celui qui était en usage alors dans l'Empire alors que, phénomène rare, l'accentuation est correcte. Les scribes calabrais, coupés de Constantinople, se replient sur ce qu'ils connaissent et qu'ils imitent, l'écriture de type « ancien ».

Haut de page

Table des illustrations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Peters-Custot, « Comportement social et comportement culturel des élites rurales calabro-grecques d'après les actes de la pratique (Xe-XIIIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/818 ; DOI : 10.4000/mefrm.818

Haut de page

Auteur

Annick Peters-Custot

Université de Lyon - Université de Saint-Étienne, UMR 8584 - LEM/CERCOR – annick[at]peters-custot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org