Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Identifier les élites rurales

Les élites rurales du haut Moyen Âge en Italie (IXe-Xe siècle)

Laurent Feller

Résumés

Les critères d’appartenance au groupe de l’élite rurale sont, dans l’Italie carolingienne et post-carolingienne 1. L’exercice d’un office public d’envergure strictement locale, comme celui de sculdassius. Son exercice induit la construction de patrimoines strictement locaux eux aussi. 2. La possession d’une église privée ou d’une part d’église privée. Au VIIIe siècle, des alleutiers peuvent accéder à cette forme de propriété qui devient au IXe siècle un signe de distinction pour la petite aristocratie : les notables ruraux d’envergure strictement locale en sont évincés. 3. Le développement de stratégies patrimoniales et clientélaires qui permettent à la fois de se raccrocher à des réseaux de dominants qui protègent et de se constituer une base d’obligés qui leur assurent pouvoir et prestige.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tabacco 1966 ; Toubert 1967.
  • 2 Voir par exemple Toubert 1973, p. 1292-1303.

1Depuis les années 1960, la question des élites rurales italiennes n’a cessé d’être soulevée par l’historiographie1. Cantonnée d’abord à un point d’histoire du droit et d’identification d’une catégorie spécifique, celle des « libres du roi », les arimanni, elle a été déplacée vers l’histoire de la seigneurie. La présence d’un groupe social intermédiaire entre la seigneurie et la communauté paysanne, servant tantôt les intérêts du seigneur, tantôt les siens propres ou ceux du groupe paysan, fournissant en personnel de gouvernement les institutions communautaires mais participant aussi à son exploitation, a fait l’objet de nombreuses réflexions demeurées cependant éparses, du fait d’une documentation sur ce point lacunaire2. Le point de vue généralement adopté par les historiens était que les paysans du haut Moyen Âge étaient par définition des sujets et qu’ils ne pouvaient prendre en mains leur propre histoire, n’ayant aucune capacité d’initiative ni en matière économique, ni en matière institutionnelle ou politique.

  • 3 Feller 2003.

2Or, les évolutions de l’historiographie depuis les années 1980-1990 ont fait que ce groupe intermédiaire fait désormais partie des objets de recherche légitime3. Elles ont également changé le point de vue en admettant le rôle parfois crucial des élites rurales dans l’organisation sociale. De ce fait, cette question se trouve désormais placé au cœur de problèmes d’histoire sociale complexes. Pour l’Italie, elle l’est d’autant plus qu’elle est liée de près, à travers la question des arimanni, à celle de l’origine des groupes de gouvernement urbain comme elle l’est, de façon plus classique à celle du fonctionnement concret des groupes dominants à la campagne.

  • 4 Voir les travaux du groupe animé par R. Le Jan sur cette question et, en particulier, la réunion su (...)
  • 5 Élites rurales 2007.

3Nous laisserons de côté le premier point, quelque fondamental qu’il soit, pour nous consacrer au second. La réflexion sur ce point est déjà fort avancée, les idées générales émises au sein du groupe de travail sur les élites du haut Moyen Âge4 ainsi que celles formulées par F. Menant et J.-P. Jessenne à l’occasion du colloque organisé à Flaran en 2005 sur le thème des Élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne ayant considérablement déblayé le terrain5.

  • 6 Jessenne-Menant 2007, p. 26-28.
  • 7 Jessenne-Menant 2007, p. 31-33.
  • 8 Wickham 1988 et 2005.

4Le questionnaire défini par F. Menant et J.-P. Jessenne les amenait à prendre en compte, pour une description des élites 1. Le système d’exploitation dominant, assorti d’une interrogation sur les possibilités d’accumulation et de transmission. 2. Le niveau de richesse atteint, celui-ci déterminant à la fois la reproduction sociale et l’ascension sociale des individus et de leurs familles. 3. Les fonctions d’intermédiation exercées à l’intérieur du système politique et administratif, ainsi que les fonctions d’intermédiation religieuse et culturelle. 4. Les systèmes d’organisation socio-politiques(seigneurie, État, Église)6. François Menant rappelait ensuite les différents types de société rurale à l’intérieur se situent les travaux des médiévistes7. Il distinguait, suivant en cela C. Wickham8, la société paysanne du haut Moyen Âge de la société rurale née de la seigneurie et en son sein. C’est à la société paysanne du haut Moyen Âge italien et à la caractérisation de ses élites que nous allons nous intéresser dans ces pages en nous interrogeant également sur le devenir des groupes dominant les communautés au moment où se mettent en place les structures seigneuriales.

Les arimanni et la question de la mobilité sociale entre ville et campagne

  • 9 Tabacco 1966 ; Toubert 1967.

5L’historiographie italienne a repéré depuis longtemps un groupe social énigmatique, celui des arimanni. La recherche à leur sujet a été précoce et complexe, l’un des enjeux essentiels demeurant toutefois la question de la liberté personnelle et celle des relations des libres avec les rois, ainsi que la possible continuité biologique et institutionnelle de groupes de guerriers lombards du VIe au XIIe siècle9. G. Tabacco montra, en 1966, que, au vu de la documentation, l’on ne pouvait établir aucune continuité de ce genre et qu’il fallait considérer les arimanni comme un groupe de libres, dont les membres étaient sans doute riches, mais qui ne détenaient certainement pas leur position du fait de leur origine ethnique réelle ou supposée.

  • 10 Rippe 1984. 
  • 11 Mendras 1995. Voir également les propos de J.-P. Devroey dans la table-ronde conclusive de Élites 2 (...)

6G. Rippe10 reprit le dossier à partir du groupe fort bien documenté des arimanni de Piove di Sacco en insistant sur le contenu social et économique de l’arimannia. Bien loin d’être des colons militaires, ils sont, au XIe siècle, lors de leur apparition dans la documentation fournie par les actes de la pratique, des alleutiers, des hommes libres, bien pourvus en terres, détenteurs collectivement de droits sur les incultes et les terrains de parcours du bétail, engagés dans des activités commerciales lucratives (ils vendent leurs surplus de lin à Comacchio). Ils disposent d’autre part de relais politiques suffisants auprès de l’empereur Henri III pour que celui-ci protège leurs propriétés collectives contre l’évêque de Trévise lorsque celui-ci tente de s’en emparer pour son propre compte dans les années 1040. Les arimanni doivent au souverain une taxe recognitive, le debitum arimannie, dont le versement assurait la pérennité et, pouvaient-ils croire, la stabilité de leur statut. Ils forment l’image même de ce que l’on pense avoir pu être une élite rurale en ces temps : des propriétaires à leur aise, susceptibles d’être des médiateurs entre société englobante et société englobée, dominant économiquement et politiquement leur village, sans exercer toutefois un pouvoir tel qu’il pourrait donner naissance à une seigneurie, quelle que soit sa forme11.

  • 12 Cursente 1998 et 2000.
  • 13 Rippe 1984 ; Rippe 2003.

7Selon un processus dont la dialectique n’est pas sans rappeler celle dont Benoît Cursente a montré l’existence à propos des questaux12, l’avantage d’être un arimanno cesse d’exister à un moment de l’histoire du groupe et finit même par se tourner en handicap, le terme ne désignant plus au XIIe siècle qu’un groupe subalterne, humilié, soumis à des obligations spécifiques qui font assimiler ses membres à des serfs, le debitum arimannie ayant fini par être assimilé à une forme particulière de chevage13. Entretemps toutefois, c’est-à-dire dans le courant du XIe siècle, une partie de cette élite rurale s’urbanise, entre dans la vassalité de l’évêque de Padoue et s’insère suffisamment profondément dans la ville pour former l’ossature de sa classe dirigeante en devenant des citoyens.

  • 14 Wickham 1988.
  • 15 Wickham 1995.

8Avoir démontré que le groupe des citoyens du XIIe siècle peut tirer son origine de familles rurales ayant, au siècle précédent, choisi l’insertion dans la vassalité épiscopale pour mieux assurer sa domination rurale, assurer sa propre reproduction ainsi que sa longévité, est l’un des apports historiographiques majeurs du regretté Gérard Rippe. C. Wickham, trouvant une configuration analogue, avait déjà noté, en 1988, dans The City and the Mountains ce choix de la vassalité épiscopale fait par les membres de l’élite rurale de Campori14 et développait ce thème dans son ouvrage fondamental sur les origines des communes rurales italiennes15.

  • 16 Maire Vigueur 2003.
  • 17 Pinto 2007 ; Plesner 1931.

9Les recherches de Rippe ont été reprises, amplifiées et systématisées par J.-C. Maire-Vigueur16 dans un livre remarquable où il montre, entre autres, que l’un des enjeux des luttes politiques urbaines des XIIe et XIIIe siècles était constitué par le besoin qu’avaient des groupes rivaux de mettre la main sur les revenus nés des propriétés collectives des membres de l’élite. L’origine de ces propriétés est la même que celle des biens des arimanni. Nous tenons sans doute là l’un des caractères particuliers des élites rurales italiennes du haut Moyen Âge : la possibilité de choisir qu’elles ont encore entre la construction, la consolidation et la transmission de leur fortune à l’échelon de leur implantation locale et l’émigration vers la ville pour s’y agréger au groupe de gouvernement, même à un niveau assez bas. L’émigration vers la ville serait donc un choix toujours ouvert, en quelque sorte un invariant dans le destin social de ces groupes17. En tout cas, de façon plus générale, leurs membres déterminent leur comportement d’abord par rapport au pouvoir politique, cherchant dans la domination locale ou dans l’insertion dans la proximité politique de puissants, les voies de l’enrichissement et de l’accroissement de leur puissance. Les déterminations économiques sous-tendant les politiques qu’ils construisent sont secondes.

10Cette vision est d’un optimisme sans doute excessif : toutes les élites rurales n’ont pas eu ces possibilités. Il fallait tout d’abord que la ville fût accueillante, c’est-à-dire que les processus de construction des fortunes foncières, notamment de celles des monastères, ne passent pas par la destruction du groupe supérieure de l’allodialité. Mais d’autres voies d’ascension sociale ou, du moins, permettant le maintien au même niveau des catégories concernées, ont existé, même au sein de la seigneurie, et en particulier de la seigneurie castrale. Celle-ci a pu se constituer non pas contre la paysannerie mais avec l’assentiment et la participation financière de sa sanior pars.

  • 18 Feller 1989 ; Feller 1998, p. 221-237.

11Ainsi, dans les Abruzzes du Xe siècle, des seigneurs pourvus de terres mais sans grande capacité financière se procurèrent l’argent dont ils avaient besoin pour édifier des castra et procéder à des remembrements à des cessions en précaire massives de terres contre de forts droits d’entrée en tenure18. Le remembrement et le déplacement de population qui se produisirent dans le cadre de l’incastellamento eurent donc lieu non dans un cadre de contrainte, mais au contraire par l’établissement d’un consensus entre l’élite rurale et la seigneurie qui trouvaient un intérêt commun aux nouvelles formes de gestion de l’espace et d’organisation de l’habitat. Les monastères de l’Italie centro-méridionale, le Mont-Cassin, St-Vincent-au-Volturne, Casauria, procédèrent de la même manière dans leurs entreprises de reconstruction des bâtiments conventuels et de réorganisation de l’habitat au Xe siècle, cherchant à mettre la main sur l’épargne paysanne en recourant massivement aux contrats de livello concédés contre de forts droits d’entrée en tenure.

  • 19 Feller 2001.

12Les politiques monastiques ont comme moyen la mise en circulation des ressources foncières par le biais du marché de la tenure et comme résultat la redistribution des ressources, c’est-à-dire la consolidation des exploitations paysannes : les alleutiers trouvaient dans l’acquisition de tenures livellaires le moyen d’augmenter leurs exploitations tandis que le seigneur drainait vers lui l’épargne paysanne, sans avoir à recourir à la violence ou aux procédures d’extorsion habituelles à l’aristocratie carolingienne et post-carolingienne d’usurpation des propriétés foncières et d’expropriation de la paysannerie. L’acquisition de ces terres tenues de l’abbaye rapprochaient d’autre part les alleutiers du seigneur, en l’occurrence l’abbaye de San Clemente a Casauria, dans des conditions telles que l’établissement ou la consolidation de liens clientélaires semble une évidence19. Autrement dit, le choix patrimonial fait par les élites rurales abruzzaises revient à intégrer volontairement une hiérarchie par l’établissement de contrats qui, d’allure économique, n’en reviennent pas moins à favoriser leur insertion dans les seigneuries en cours de constitution.

Patrimoines, fonctions et statuts

13Cela dit, grâce à la documentation à notre disposition nous pouvons être plus précis sur un certain nombre de points afin de caractériser ces groupes au mieux. Les collections italiennes d’actes de la pratique nous permettent en effet de reconstituer des patrimoines, voire de les évaluer et de les mesurer, de juger du rythme et des modalités de leur constitution et, enfin, parfois, d’identifier les résultats des moments critiques que sont toujours les mariages et les successions. Elles nous permettent aussi de juger de l’évolution globale de la situation d’individus, de décrire et de comprendre leurs stratégies. On tombe cependant fréquemment sur des impasses, les dossiers constitués n’ayant guère de profondeur généalogique, comme il faut bien s’y attendre.

14Nous commencerons par évoquer brièvement la question du pouvoir exercé par certains membres de l’élite à travers des fonctions publiques parfois de tout petit niveau.

  • 20 Bougard 1996.
  • 21 Mendras 1995 ; voir l’intervention de J.-P. Devroey à la table-ronde finale dans Élites rurales 200 (...)

15L’exemple le plus notoire est Pierre de Niviano, étudié par F. Bougard en 199620. Pierre de Niviano est actif dans la région de Plaisance entre 870 et 890. C’est un tout petit notable, vassal du comte de Plaisance qui le place à la tête de la localité de Niviano comme sculdassius. Officier désigné par le pouvoir public, il est au départ extérieur à la communauté dont il prend la tête. Il fait partie de ces élites « hors groupe » définies par H. Mendras et sur lesquelles J.-P. Devroey attirait l’attention au colloque de Flaran21. Pierre, sans doute originaire du duché de Spolète, comme le laissent entendre quelques textes, est détenteur d’une fraction, certes très minime, de la puissance publique : ses attributions en matière de police et de finance sont réelles mais limitées : il réunit et préside les assemblées judiciaires de tout petit niveau, nécessaires par exemple pour formaliser un acte d’investiture en le rendant public. Il n’exploite pas lui-même de terre et sa propriété est cependant monolocale et tout entière située à Niviano, village auquel il a fini par s’assimiler.

  • 22 La situation est totalement différente dans les terres sous influence byzantine ou lombarde. Voir i (...)

16Dans ce volume Simone Collavini fait remarquer que des fonctions de ce type existent au sein de la seigneurie où des officiers ont des attributions de même niveau et de même nature. La différence est cependant de substance. Un personnage comme Pierre de Niviano est nommé par le comte et exerce ses fonctions dans le cadre d’institutions qui ont encore un caractère public et s’étend sur une circonscription que l’on ne peut identifier à une seigneurie territoriale. Cela a une conséquence immédiate : alors que les petits officiers seigneuriaux que S. Collavini décrit sont extrêmement impliqués dans l’organisation du travail, parce qu’ils organisent la corvée domaniale et participent au prélèvement des redevances, on peut exclure que Pierre de Niviano ait eu, comme sculdassius, à effectuer des tâches de cette nature, sauf évidemment dans le cadre d’un service public dont nous ignorons tout à cette date et pour cette région22. D’autre part, bien qu’il reste en poste très longtemps, sa fonction n’est pas viagère, pas plus qu’elle n’est héréditaire : il cesse à un moment de l’exercer, tout comme dans les Abruzzes, légèrement plus tôt, des gastalds quittent leur fonction au bout d’un certain temps.

  • 23 Outre les exemples et la bibliographie donnés ici-même par S. Collavini, Signoria ed élites rurali (...)

17Il y a encore à travailler sur cette question de la différence et de la similitude entre les deux positions formellement identiques des officiers de ce niveau à l’intérieur des circonscriptions carolingiennes et des seigneuries du XIe et du XIIe siècle : à travers elle se pose la question de la nature des transformations institutionnelles et sociales opérées entre la fin du IXe et le milieu du XIe siècle. Comme le souligne S. Collavini, si la question de la continuité biologique entre les sculdassii ou les gastalds domaniaux carolingiens est une fausse question, la similitude des positions à l’égard du pouvoir comtal puis du pouvoir seigneurial et ses conséquences existent : les officiers des circonscriptions publiques comme les officiers seigneuriaux, nommés à temps, sont en mesure de s’enrichir et de réaliser des ascensions sociales au sein du cadre dans lequel ils vivent23. Ils ont apparemment une position structurale identique entre le seigneur ou le comte et les sujets. En réalité, leur implication dans le processus de production et donc dans l’organisation et le contrôle du travail paysan fait toute la différence.

  • 24 Sur cette question, voir désormais Bougard 2010.
  • 25 Bougard 1996, n°7.

18La position institutionnelle se double d’une position économique de relief au sein du village. Le dossier de Pierre de Niviano comporte ainsi une vingtaine de chartes comportant des achats, des ventes et des contrats agraires. C’est de plus un homme qui manie l’argent : il a des liquidités et prête à l’intérieur comme à l’extérieur de sa parenté. Cette position de créditeur en fait évidemment un élément essentiel dans la vie économique locale. La détention de titres de dettes lui donne un réel pouvoir social et lui permet d’avoir des leviers d’action sur la société de Niviano24. Il est également en affaires avec des membres du clergé urbain, puisqu’il prend une terre en livello d’un certain prêtre Pierre de Plaisance25. Caractéristique d’une situation économique où il existe des liquidités, sa femme agit à ses côtés en tant qu’acheteur de terres destinées à augmenter le patrimoine. Le couple a trois filles, auxquelles il laisse un héritage conséquent et qui sont mariées dans l’élite vassalique franque de Plaisance : ce sont des femmes suffisamment à leur aise pour contribuer à renforcer le statut de leur époux. Pierre de Niviano propose donc un parcours social ascendant. Appuyé sur une charge publique, qu’il exerce durant peut-être deux décennies, il constitue un patrimoine et parvient à tisser des liens avec l’élite sociale et politique de la ville, que ce soit en prenant à bail des terres du clergé où en établissant ses filles dans les franges inférieures de l’aristocratie militaire de Plaisance.

19La position de Pierre de Niviano nous permet de proposer une première approche des critères d’appartenance au groupe constituant l’élite du village. Ses membres ont une capacité certaine à entretenir des relations avec les autorités publiques, qu’il s’agisse du pouvoir politique ou du clergé. Cela leur assure une position éminente dans la communauté, prééminente dans le cas de Pierre, parce que ce sont des médiateurs nécessaires, aussi bien pour transmettre les ordres des autorités supérieures que pour assurer quelques fonctions mineures mais indispensables à la vie du village. D’autres fonctions doivent donner localement une certaine épaisseur sociale à des personnages remarquables et en particulier les fonctions domaniales. On pense en particulier aux scariones mentionnés dans le polyptyque de Brescia et qui reçoivent des bénéfices de taille modeste à titre de rémunération de ce qu’ils font au profit de S. Giulia.

20Au demeurant, la capacité de ces personnages à interagir avec la communauté d’habitants au sommet de laquelle ils se trouvent, c’est-à-dire la possibilité qu’ils ont de mêler leurs intérêts patrimoniaux à ceux de ses membres renforce leur position. Acheteurs de terres, ils sont aussi en situation d’en céder par le biais des livelli et sont aussi en mesure de fournir du crédit, sous quelque forme que ce soit. Ils sont enfin capables d’assurer le lien avec la société englobante, matérialisée ici par la ville de Plaisance et ses autorités civiles et religieuses.

  • 26 Davies 1988.
  • 27 Bullimore 2005.

21Le titre porté par certains personnages, en fait d’eux des points de référence et, très certainement, des chefs de réseaux clientélaires. On trouve ici une configuration analogue à celle que décrit W. Davies pour la Bretagne des années 830 où des notables de village, les machtierns, ont une position fonctionnelle et sociale analogue à celle que nous voyons occupée par Pierre de Niviano, bien que les machtierns semblent avoir eu une consistance sociale et économique un peu plus importante qu’un personnage comme Pierre26. Il n’est pas impossible que, à travers l’Europe du IXe siècle, cette articulation entre société englobante et sociétés locales se soit effectuée par la médiation de personnages de cette envergure, dont Folcwin de Rankweil offre, pour les contrées alémaniques, un autre exemple27.

  • 28 Bougard – Le Jan 2010.
  • 29 Voir sur ce point Bougard – Le Jan 2010.

22À la génération suivante, en Italie du Nord également, un personnage doté d’un titre aussi peu prestigieux que celui de sculdassius, Flambertus, est en position de s’élever jusqu’au voisinage royal et de devenir le familier de Bérenger Ier, qu’il finit par assassiner28. Une position prééminente au village ne permet apparemment pas, à la fin du IXe siècle, de réaliser un saut qualitatif et de franchir des échelons sur l’échelle sociale. Dans les années 910-930, c’est apparemment possible, les pertes humaines occasionnées par les guerres ainsi que la multiplication des factions concurrentes entraînant une extension extrêmement large de leur recrutement social. La crise politique et sociale que traverse l’Italie au début du Xe siècle fluidifie la situation sociale et crée des occasions d’ascension29. La notabilité villageoise peut en effet servir de point de départ à un mouvement ascendant continué sur plusieurs générations. C’est apparemment le calcul opéré par Pierre de Niviano qui, dépourvu de fils, a transmis l’intégralité de son patrimoine à ses filles et a pu, à travers elle, permettre la poursuite d’une ascension sociale.

23La détention d’une charge, même de ce niveau, est donc un atout capital dans une stratégie. Assurant du prestige et des revenus, mettant l’intéressé en situation d’être à la fois en contact avec les autorités constituées comme avec les sujets, elle est une carte maîtresse dont il faut ensuite savoir jouer. Pour les autres membres de la société rurale, l’officier titré est un personnage avec lequel il faut être en bons termes et, si possible, être en relations d’affaires. D’autres stratégies sont en effet à l’œuvre dans le village et des personnages de rang ou de fortune inférieure veulent parvenir à consolider leur et à asseoir une situation. Ils cherchent un appui auprès des notables, c’est-à-dire des officiers titrés ou auprès des plus riches et des plus prestigieux pour parvenir à leurs fins.

Églises privées, élites rurales et petite aristocratie

24La détention d'une charge publique est l’un des moyens d’assurer sa prééminence locale et d’établir les conditions d’une ascension. Détenir une position dans l’organisation de l’institution ecclésiale en est un autre, non dénué d’ambiguïté, étant donné la complexité du rôle des églises dans l’Italie du haut Moyen Âge. L’examen de ces deux paramètres va nous permettre de dégager quelques lignes directrices en ce qui concerne le niveau social supérieur accessible à une élite villageoise.

  • 30 Bonnassie – Guichard 1984.

25Pierre Bonnassie avait noté dès les années 1980 que la possession d’une part d’église était un marqueur très sûr d’appartenance au groupe des alleutiers riches d’un village30. La communauté se soude autour de la possession de parts de l’église privée, avec ce qu’elle entraîne de conséquences sur la vie collective : la copropriété implique d’affronter en commun des problèmes matériels et de les résoudre ensemble. La construction et l’entretien du bâtiment ecclésial est le premier d’entre eux, bien sûr, mais il s’accompagne de la gestion de la dot de l’église qui est souvent importante et de la question du choix du desservant. Autour d’elle se nouent des stratégies familiales d’organisation et de dévolution des patrimoines. L’attribution d’un élément foncier à une église de village est souvent un moyen d’éviter les partages successoraux et de s’assurer un revenu tout en cessant d’être formellement propriétaire : ce sont là des éléments désormais bien connus. Mais si les églises privées familiales font partie des objets tout à fait identifiés et analysés comme le sont également les monastères privés, il n’en va pas de même des églises privées appropriées collectivement par une élite paysanne. Pierre Bonnassie en a repéré en Catalogne. Il en existe d’autres en Italie centrale où la documentation nous laisse entrevoir un univers social où la possession de parts d’églises est un élément important de distinction sociale à l’intérieur du monde rural et non du monde aristocratique.

  • 31 Voir le dossier documentaire dans Feller 1998, p. 901-917.
  • 32 Feller 1998, p. 333-342. Pour le contexte archéologique, voir Colecchia 2000.

26Ainsi, par exemple, la façon dont, en amont de l’acquisition par le monastère de Casauria en 873, se répartit et évolue la propriété de l’église de S. Giusta d’Ocretano est tout à fait caractéristique31. Elle existe au moins depuis la fin du VIIIe siècle et, dès ce moment, ses parts circulent au sein du groupe des propriétaires fonciers de la localité d’Ocretano, au comté de Penne, près de l’actuel village de Loreto Aprutino. Dès cette période, une succession de gros opérateurs s’efforce de concentrer les parts de l’église entre ses mains. Ainsi, dans les années 780, un personnage nommé Guinido en achète une portio à un dénommé Pierre, fils de Lanesi. À la génération suivante, ses fils, Suabo et Franco, vendent tous les biens de leur père à un alaman, Ammo, pour la somme vraiment très importante de 300 sous. À la même période, on voit un prêtre, dénommé Alerisi, acquérir lui aussi des parts de cette église, pour deux sous, tandis que d’autres alleutiers s’échangent leur part, contre de l’argent ou des biens meubles. On retrouve ainsi, dans les années 850, une dizaine de co-propriétaires de cette église. Leur nombre va en diminuant du fait de l’activité de personnages importants comme le prêtre Alerisi et l’alaman Ammo, un moment gastald, et dont le gendre, Allo, procède à de nouveaux et très importants achats, avant de céder tous ses biens au monastère de San Clemente a Casauria en 87332. On assiste ainsi, entre les années 820 et 870, à un processus d’expropriation de l’élite paysanne au profit d’une aristocratie de fonction qui consolide sa fortune en rachetant les éléments essentiels des patrimoines des plus riches des paysans de l’endroit et finit par se substituer au groupe qui avait, dans les années 780-820, constitué l’élite locale.

  • 33 Sur cette notion de « substitution », voir Pareto 1901.
  • 34 Feller 1998, p. 681.

27L’appropriation collective de l’église définit en effet un groupe qui domine une communauté et un territoire et le fait grâce à la possession en commun de l’église rurale. Les ventes effectuées par les alleutiers au profit des notables, des gastalds et un prêtre, constituent l’indice d’une crise survenue dans ce groupe lors d’une phase de concentration foncière et de transfert des éléments-clef de la domination locale à des membres d’une petite aristocratie. Allo finit ainsi par racheter pièce à pièce les éléments constitutifs d’une curtis dont la superficie ne dépassait pas les 40 ha et dont le parcellaire était extrêmement fragmenté. Durant cette phase, l’aristocratie, au fur et à mesure qu’elle exproprie les élites locales jusque-là actives dont elle récupère et sans doute remembre les possessions foncières, récupère ou reconstruit des signes de pouvoir. On a là un phénomène de substitution des élites, des hommes, s’appuyant sur leur fonction publique ou presbytérale, en remplaçant d’autres dont le pouvoir social était tiré de la seule fortune foncière33. Dans ce cas particulier, les élites locales autochtones cèdent la place à un personnage placé dans une situation sociale et politique apparemment supérieure à celle de Pierre de Niviano. Un gastald, dans les Abruzzes, est en effet un officier certes de rang intermédiaire, situé au-dessus, par ses fonctions du sculdahis (autre graphie et autre prononciation pour le sculdassius). Il exerce également un rôle d’intermédiaire entre la société englobante et la société locale mais opère à un échelon plus élevé. Le gastald agit en effet sur un territoire incluant plusieurs villages et exerce en fait les responsabilités d’un vicomte34. C’est à son niveau social que s’opère la substitution : le gastald Allo récupère ainsi les caractéristiques qui permettaient au groupe alleutier d’assurer une forme de domination sur le territoire, y compris en participant à la gestion de son rapport au sacré et les rassemble à son seul profit. Ce phénomène revient à dépouiller le groupe alleutier de l’une de ses caractéristiques importantes.

  • 35 Sur la complexité des liens entre habitats, églises rurales et contextes sociaux, voir Brogiolo – C (...)
  • 36 Wickham 2005, p. 535 s.

28L’appropriation des églises rurales ou d’une partie d’entre elles par une élite villageoise fait d’elle non pas un prolongement de l’aristocratie, un simple intermédiaire entre celle-ci et le territoire, mais un agent autonome et il est remarquable qu’il puisse y avoir, entre deux groupes si éloignés, des point sur lesquels s’exerce une forme de concurrence : il ne s’agit pas seulement de maîtriser des sources de revenu et des éléments patrimoniaux, mais d’être en mesure d’agir aussi sur des éléments symboliques35. Pour l’aristocratie, en effet, la possession d’églises et de monastères privés constitue la matérialisation du caractère sacré de son pouvoir. Il n’est pas exclu que les alleutiers les plus à leur aise s’efforcent, là et quand ils le peuvent, de l’imiter et considèrent l’église comme un élément particulier de leur prestige social, leur permettant de donner une sanction religieuse à celui-ci. L’appropriation collective de l’église et de sa dot serait alors le moyen de matérialiser la domination d’une fraction du groupe rural sur le reste de la communauté et, tout en jouant aussi un rôle dans son encadrement religieux, de revendiquer aussi pour soi une forme de sacralisation du pouvoir social. Cela toutefois ne fait sens que dans le cadre d’une société qui peut encore fonctionner à l’extérieur de la domination seigneuriale, hors du contrôle de l’aristocratie, selon ce que Chris Wickham a appelé le mode de production paysan36. L’acquisition de l’église par des membres de l’aristocratie marque la perte d’un élément essentiel de la cohérence d’une société paysanne s’effectuant autour de leaders sociaux qui ne sont pas en situation de poursuivre une ascension sociale ou ne désirent pas le faire.

  • 37 Wickham 1988 ; Wickham 2005, p. 567 s.

29En revanche, la possession exclusive d’une église donne une prééminence sociale à son détenteur et lui offre la possibilité d’ouvrir son jeu et d’améliorer sa position37. Ainsi, au VIIIe siècle, à Campori, dans la Garfagnana, en Toscane, une famille de prêtres établit sa domination à travers la possession et la gestion de l’église de S. Maria. Le chef de cette famille, Gundoald, qui vivait entre 744 et 780, avait été recteur d’une plebs relevant de l’évêque de Lucques. Il abandonna cette charge afin de fonder S. Maria et de se consacrer tout entier à la gestion de l’église patrimoniale. Il donna cette église à l’évêque de Lucques qui la lui rétrocéda. S. Maria lui assurait à la fois des revenus et un prestige supérieurs à ce que la gestion de la plebs pouvait lui offrir mais le statut juridique de l’église faisait de son titulaire un obligé ou un client de l’évêque. Lui-même avait son propre réseau d’obligés à Campori : il avait donc, de façon caractéristique, une position d’intermédiaire ou de médiateur qui lui assurait cependant une certaine liberté de mouvement entre domination locale et insertion dans un réseau clientélaire urbain. Gundoald et ses neveux et héritiers devinrent, à la fin du VIIIe siècle, les figures économiquement et socialement dominantes de Campori et la famille conserva cette position pendant presque un siècle.

30Pierre de Niviano, pour sa part, n’a pas mobilisé les ressources économiques ou symboliques de l’église privée. Peut-être, dans le voisinage d’une grande ville, sans doute bien tenue en mains par l’évêque et par le clergé urbain, cela n’était-il tout simplement pas possible. Peut-être aussi l’occasion d’acquérir des parts d’église ou une église tout entière ne se présenta-t-elle pas. Campori, en revanche, comme Ocretano, se trouvent à l’écart de toute agglomération d’importance et, surtout, éloignées de tout siège d’un pouvoir religieux notable. Pour Ocretano, la situation changea lorsque, en 873, Louis II fonda le monastère de Casauria, provoquant une série de réajustements patrimoniaux et politiques à l’intérieur du groupe aristocratique local.

31Ces exemples, ceux de Niviano, de S. Giusta d’Ocretano et de Campori nous ont montré la mobilisation d’éléments essentiels, les fonctions publiques d’une part et les églises d’autre part. Il existe des fonctions, comme celle de sculdassius/sculdahis dont l’exercice suppose une position hors-groupe, mais qui, à terme, finissent rapprocher leur détenteur du groupe villageois dont ils sont à la fois les chefs et les protecteurs, sans pour autant qu’ils puissent acquérir une position hégémonique du fait de l’accumulation de leur richesse et de l’extension de leur pouvoir. D’autres fonctions, comme celle de gastald, éloignent leurs détenteurs de la communauté paysanne. Elles ne peuvent être exercées que par un individu ayant déjà franchi une barrière. Il existe, au moins jusqu’à la fin du IXe siècle, une certaine fluidité dans les rapports sociaux qui autorise des ascensions sociales limitées mais réelles. Leurs chances de succès sont d’autant plus grandes qu’elles s’appuient sur des stratégies convenablement pensées et menées.

Stratégies foncières, stratégies matrimoniales et mobilité

  • 38 Voir ici leur article : La définition des élites rurales (XIII-XVe s.) au carrefour des approches : (...)
  • 39 Gasparri – La Rocca 2005

32Il existe sans doute déjà, à la fin du IXe siècle, une barrière entre l’élite villageoise et la petite aristocratie. Les alleutiers les plus riches n’ont pas tous la possibilité d’accéder à des fonctions publiques, même si la richesse foncière, et une richesse ancrée localement là où le pouvoir doit s’exercer, est à l’évidence une condition sine qua non à l’exercice d’une charge de petit niveau. Parallèlement, la possession d’une part d’église privée est devenue discriminante socialement, distinguant, dans le groupe dominant le village, ceux qui peuvent espérer un destin social en dehors de celui-ci des autres. Des critères de distinction, le titre, la fonction, la propriété de l’église sont appropriés par une frange restreinte, qui pourrait correspondre à ce que Florent Hautefeuille et Bertrand Jouve désignent ici38, avec d’autres arguments, et pour une période plus tardive, comme le « club huppé », groupe effectivement exclusif, à tous les sens du terme. Les Gundoald de Campori comme Pierre de Niviano, ou encore les Totoni39, en font partie. Ils ne forment pas cependant l’ensemble du groupe dominant la communauté. Ils ont les moyens que leur offre l’office public ou religieux qu’ils exercent. La société rurale italienne est stratifiée et hiérarchisée. Il semble que, entre l’échelon de l’aristocratie des fonctions publiques exercées dans l’entourage plus ou moins lointain des souverains, et celle des villages, elle comporte un échelon intermédiaire, celui d’une notabilité exercée localement.

33Il existe en effet d’autres modes de domination qui contournent ou délaissent les paramètres que nous venons de décrire (titre, fonction, possession d’une église).

  • 40 Wickham 1987

34La richesse en est le principal et le plus évident. L’étude du marché foncier et celle des échanges de biens mobiliers qui lui sont liés nous permettent d’éclairer quelque peu cette question. Le marché de la terre est en effet l’un des moyens par lesquels s’établit et se perpétue la domination sociale. Les acteurs se livrent à un jeu complexe sur la valeur des biens échangés, la façon dont ils sont estimés, ainsi que sur les objets cédés en contrepartie des terres dont l’effet est la construction de réseaux d’obligés et d’amis : C. Wickham avait noté ce point dès 1987 en analysant les échanges fonciers en Toscane40. Dans la documentation de la Garfagnana, C. Wickham avait montré l’existence d’un paradoxe : les échanges fonciers n’aboutissaient ni à des remembrements ni à une concentration de la propriété foncière mais assuraient au contraire une forme de stabilité de la taille des exploitations. Il était possible, au XIe siècle, de multiplier les achats et les ventes de telle sorte que l’assiette de l’exploitation fût, au bout de quelques décennies, fondamentalement différente de ce qu’elle était au départ. Les parcelles la constituant avaient été échangées contre d’autres situées ailleurs, mais ni la superficie totale de l’ensemble, ni sa valeur économique en termes de productivité ou de rentabilité, si l’on veut, n’avaient changé. En échangeant des terres, les acteurs ne se livrent pas à une activité économique mais bien à une activité sociale, renforçant des liens d’amitié à l’intérieur de leur communauté.

35De plus, la valeur des biens fonciers est établie. Elle se synthétise en un prix qui n’a pas toujours grand rapport avec la superficie et la capacité productive de la parcelle cédée, sa valeur économique, dans la mesure où son montant peut cacher le solde de dettes ou tout autre chose encore, par exemple l’attachement à une terre particulière. La terre, instrument de production, est aussi le vecteur du prestige et en échanger permet d’établir un dialogue entre les différents groupes ou sous-groupes constituant la communauté villageoise. Acquérir une parcelle d’un membre de l’aristocratie locale, par exemple, confère à la terre une valeur bien supérieure à sa capacité de production. D’une part la parcelle porte en elle comme le souvenir du pouvoir de son précédent propriétaire. D’autre part, la transaction a mis en contact deux acteurs socialement plus ou moins éloignés. Se procurer par exemple une terre en l'achetant à un gastald place dans une situation particulière à son endroit.

36Il faut être également attentif aux modes de paiement ou plutôt de versement de contreparties. La terre est une réserve de valeur que l’on peut mobiliser en cas de besoin. L’achat d’un animal de trait est l’une de ces occasions : certaines parcelles peuvent n’avoir été acquises que dans le but de les revendre pour se procurer du bétail. L’acheteur de terre peut ne pas désirer se procurer une parcelle mais simplement obliger le vendeur, lui rendre un service dans lequel la cession d’une parcelle est un élément de la contrepartie, un autre étant la reconnaissance de la supériorité sociale de l’acquéreur. La valeur économique du bien cédé devient dans ces conditions un point secondaire sinon tout à fait annexe.

37Cette situation, sans épuiser la question du marché de la terre, montre l’un de ses aspects essentiels : il est l’un des instruments par lesquels se construisent les réseaux de clientèles à l’intérieur du village et le moyen par lequel s’établit la domination des plus riches, parce que les prix sont des contreparties dont la valeur est disjointe de celle des biens cédés. Les dettes entre les parties ne sont jamais apurées, parce que la valeur du bien échangé n’est jamais soldée. D’autre part, achats et ventes de terres permettent de construire des relations sur le long terme, plusieurs générations parfois, et d’organiser de véritables stratégies matrimoniales destinées à conforter les places à l’intérieur de la société villageoise.

  • 41 Feller – Gramain – Weber 2005, p. 53 s.

38L’exemple de Karol fils de Liutprand, actif dans les Abruzzes entre 840 et 860, synthétise l’ensemble de ces problématiques. Une partie des terres de son beau-père Ianacci lui étaient échues, soit qu’il les ait eues en partage, soit qu’il les ait achetées. L’une de ses principales actions économiques fut de procéder à un échange avec un gastald, le même Allo dont nous parlions plus haut, auquel il céda les biens provenant de son beau-père contre d’autres provenant de la propriété de l’aristocrate41. Comment interpréter un tel échange sinon comme le désir de Karol de se rapprocher du gastald à un moment où le réseau de son beau-père et la protection de sa belle-famille ne semblent plus pouvoir suffire au développement d’une stratégie d’ascension sociale ?

39L’activité du même Karol montre d’autre part une étonnante diversité. Il achète et vend à l’intérieur de tous les groupes sociaux du village de Vico Teatino où se situe son action. Il donne ainsi parfois des animaux de trait en paiement de ce qu’il achète, agissant alors comme protecteur ou patron de celui qui doit se procurer un animal de trait. Karol, client sans doute du gastald Allo, a lui-même une clientèle de petits propriétaires qu’il protège et aide en tant que de besoin et en fonction de ses moyens. En d’autres termes, le marché de la terre permet également de construire des clientèles locales, un réseau hiérarchique.

40Bref, la documentation à notre disposition montre, à travers les achats et les ventes de terres une pluralité de situations qui offrent la possibilité aux agents de nouer des liens à travers des activités relevant apparemment uniquement de politiques patrimoniales.

41Les stratégies matrimoniales font appel à des ressorts identiques. Elles permettent en plus de modifier dans une certaine mesure la donne sociale, la question étant de savoir si des ascensions sociales pouvant s’effectuer à travers les mariages. Là encore l’exemple de Karol est éclairant.

  • 42 Bougard – Feller – Le Jan 2002. Rappelons que la loi lombarde prévoit un régime de dot indirecte : (...)

42Les échanges patrimoniaux organisés au moment du mariage doivent permettre d’équilibrer les ressources, c’est-à-dire d’assurer un revenu au jeune couple et une position de protection à la veuve éventuelle42. L’une des clefs permettant de comprendre les achats de Karol est la nécessité dans laquelle il s’est trouvé d’avoir à établir et à doter trois fils, qui s’est jointe au désir de réaliser à travers eux une ascension sociale différée : elle ne le concerne pas lui-même mais peut éventuellement se réaliser à la génération suivante. Karol, d’autre part, joue à plus long terme dans la mesure où les achats qu’il effectue dans la décennie 850 semblent destinés à préparer le terrain patrimonial et affectif pour le mariage d’un de ses petits-fils, Maielfred, avec une femme appartenant à une famille dont la prospérité, plus ancienne que la sienne, était aussi mieux assise, celle des Leonides, avec laquelle il entretient des relations complexes.

43Pour ses fils, il a visé une famille particulière, celle d’Adoin fils d’Ansuald et y a établi deux de ses trois fils. Adoin a été sculdassius à un moment de sa carrière, ce qui rend son alliance particulièrement souhaitable et sa famille est suffisamment prestigieuse ou importante pour que l’alliance de mariage soit réitérée, l’un des fils de Karol, Maiolf, épousant l’une de ses filles et un autre, Aiolf, sa petite-fille.

44Le système juridique réglant les rapports patrimoniaux entre époux ne favorise guère l’ascension des garçons, les mariages hypergamiques étant rendus difficiles et contraint le père à une vigilance considérable. En cas de mariage manifestement déséquilibré, que ce soit en termes de prestige ou en termes économiques, le mari risque fort de se trouver en situation de désavantage à l’égard de son beau-père. On sait que Karol lui-même s’est sans doute marié « en gendre », entrant dans la famille de son beau-père Ianacci comme un fils de substitution et utilisant les relations de celui-ci afin de consolider sa propre position et, par la suite, celle de ses fils. Si, dans son cas, les choses ont bien tourné, l’un de ses fils, Aiolf a, pour sa part, échoué. Au cours de son union matrimoniale avec Arneperga fille de Jean, et petite-fille d’Adoin, il a été amené à transférer une grande partie de ses biens à son beau-père : c’était sans doute la condition qui lui était imposée pour pouvoir bénéficier de l’appui de ses beaux-frères dans ses démarches comme dans sa vie économique. Il pouvait peut-être espérer récupérer le bien par le biais de l’héritage. Or, Jean s’est aussitôt arrangé pour transférer les terres de son gendre à ses fils et à sa fille, à l’exclusion de son gendre, dépouillant celui-ci de sa propriété.

  • 43 D’après Feller – Gramain – Weber 2005.

Les alliances entre la famille de Karol et celle d’Adoin43.

Les alliances entre la famille de Karol et celle d’Adoin43.

45Aiolf a payé cher son insertion dans le groupe familial de son épouse puisqu’il a en fait été spolié de son héritage paternel par son beau-père. Le décès précoce d’Aiolf a permis à son épouse, Arneperga, de faire passer l’ensemble de ses biens dotaux à son second mari, contribuant ainsi à l’appauvrissement du groupe familial des Karolides et à l’échec final de la stratégie de Karol.

46Les mariages, joints à ou appuyés sur des politiques foncières, permettent d’apercevoir une certaine fluidité de l’élite rurale et, surtout, de voir, au IXe siècle, une société rurale hiérarchisée, où le critère de richesse est essentiel mais n’est pas unique. Les politiques d’achat sont au centre de la construction des alliances de mariage et des stratégies à long terme des agents, qui sont des stratégies d’enrichissement et de consolidation des positions.

Élites rurales et patrimoines

47La documentation permet de constituer des dossiers qui éclairent l’attitude des élites rurales à l’égard de la question de l’accumulation de terres et de la transmission des fortunes. Mises bout à bout, les transactions finissent par dessiner, parfois sur plusieurs générations, des courbes d’évolution.

  • 44 Rossetti 1986 ; Gasparri – La Rocca 2005.

48La famille des Totoni de Campione, près du lac de Garde, est éclairée, quoique par intermittence pour la période 720-880, et nous possédons sur elle un dossier d’une extrême importance44. Les Totoni relèvent indéniablement du « club huppé » de la localité où ils vivent : ils y possèdent une église privée où ils ont leur sépulture familiale. Cela les place évidemment au-dessus du commun des paysans. En revanche, ils ne participent en aucune manière à la vie publique. Aucun de leurs membres n’a exercé de charge de quelque nature qu’elle soit et la documentation à notre disposition ne permet pas de se faire une idée des relations qu’ils peuvent entretenir avec des supérieurs statutaires. Tout au plus devine-t-on une relation privilégiée avec l’évêque de Milan, principal bénéficiaire des legs et donations du dernier représentant de la famille, mort sans enfants.

49Les membres de ce groupe familial se procurent par achat des exploitations vêtues, c’est-à-dire mises en valeur par des exploitants dépendants, parfois de statut servile, qui leur servent une rente en nature. Ils ne travaillent pas eux-mêmes la terre mais délèguent le soin de l’exploitation à leurs tenanciers, ne prenant eux-mêmes aucune mesure pour intensifier ou diversifier la production : ils se contentent sans doute de prélever les surplus de ces exploitations, se constituant un revenu essentiellement en nature. C’est le schéma d’exploitation des terres que l’on retrouve là où le domaine ne s’est pas développé : le propriétaire du sol s’implique le moins possible dans l’organisation du travail et dans celle de la production. Les Totoni (ou Totoneschi), en revanche, s’intéressent de très près à la commercialisation. Leurs terres sont situées dans une aire de production d’huile et ils en tirent avantage. Leurs revenus proviennent donc en partie de la commercialisation de leur huile à Milan : ils sont logiquement monétarisés, et cela dès la fin du VIIIe siècle.

  • 45 Despy 1968 ; Toubert 1973b ; Verhulst 1989.
  • 46 Wickham 2005, p. 697 s. ; Feller 2011.

50Le détail de la mise en valeur des terres et la forme de l’exploitation demeurent hypothétiques faute de renseignements plus substantiels, la structure des patrimoines étant la seule réalité accessible. De même, la destination économique des surplus, c’est-à-dire au fond la finalité de l’organisation de la production, nous échappe la plupart du temps : dans le cas des Totoni, la monétarisation au moins partielle des revenus, par le biais de la vente des surplus d’huile à Milan, est une hypothèse vraisemblable sans plus. Cette question est pourtant tout à fait fondamentale, dans la mesure où il est avéré que le départ de la croissance économique du haut Moyen Âge est intimement lié à la commercialisation de produits privilégiés comme le vin ou l’huile45. C’est par eux, en effet, que s’opère le lien entre l’élite rurale et les marchés, qu’ils soient urbains ou ruraux. Or, ce contact avec les marchés est sans doute une des clefs de l’enrichissement paysan et, partant, de la dynamique économique du haut Moyen Âge mais notre documentation est, sur ce point, beaucoup trop lacunaire pour sortir de l’hypothétique. Ainsi, par exemple, nous n’avons aucune idée des circuits par lesquels les éventuels excédents de la production céréalière pourraient être commercialisés, alors même qu’il s’agit de la production de masse par excellence, celle dont on ne peut se passer et qui doit impérativement circuler pour assurer l’équilibre alimentaire de la population46. Cette lacune obscurcit les efforts faits pour éclairer les conditions du développement économique de l’Occident et, de là, sur les processus de différenciation et de transformation sociale.

  • 47 Champion 1996 ; Devroey 2006, p. 372, Arnoux 2008.

51La commercialisation s’accompagne d’un effort d’investissement considérable et parfois risqué. Ce que nous en percevons porte sur trois secteurs : le crédit, l’achat de terres et la construction de moulins. Nous nous concentrerons ici sur la question des moulins et du crédit. Ils font partie, au IXe siècle, des fortunes paysannes, comme ils font partie de l’équipement normal des domaines47. La possession d’un ou de plusieurs moulins constitue, dans le Milanais au moins, un critère de distinction supplémentaire permettant de classer une famille parmi l’élite. Or, ce bien d’équipement a la particularité, lorsqu’il ne fait pas partie de l’équipement d’un grand domaine d’être intimement lié au marché. Si la rémunération du meunier est versée en nature, elle doit être revendue pour qu’il y ait un profit. Si elle est due en monnaie, il a bien fallu que le client vende quelque chose pour s’en procurer…

  • 48 Rossetti 1968 ; Feller 2008.
  • 49 Balzaretti 1999.
  • 50 Sur la question du crédit, voir en dernier lieu Bougard 2010 ; pour le détail, extrêmement complexe (...)

52Dans la région de Milan, entre 840 et 890, la fortune de la famille des Leopegisi repose sur la possession d’un moulin et sur sa capacité à en financer l’entretien comme elle a pu en financer la construction ou l’achat48. Cela suppose, de la part de ce groupe familial exclusivement rural des liens complexes avec la ville. Qu’il s’agisse en effet d’acheter ou de construire, il faut se procurer des liquidités. Il y en a de disponibles à Milan au IXe siècle, auprès de membres du clergé urbain. Ceux-ci agissent parfois pour leur propre compte et parfois pour celui du monastère de Saint-Ambroise, alors en pleine phase de constitution de son patrimoine foncier, ou de quelque autre commanditaire urbain49. On devine, et parfois l’on peut documenter, des relations d’affaire suivies entre des personnages particulièrement actifs dans le secteur de l’investissement foncier et des membres de l’élite paysanne. Ces relations sont marquées par une circulation intense de terres entre les parties qui entraîne logiquement une circulation inverse de liquidités, quelle que soit leur forme, monnaie ou nature. De plus, des emprunts sur gage foncier sont attestés50. Leur fonctionnement repose sur la circulation des titres de propriété, animant, du moins en apparence, un marché foncier particulièrement actif.

  • 51 Wickham 2010.

53Les rituels symboliques, et en particulier la remise de gages, de launegilds en reçoivent un éclairage nouveau51. Les contre-dons effectués (une paire de gants, par exemple, en contrepartie d’une terre), servent à garantir l’exécution d’une partie non écrite du contrat, à savoir la remise de capitaux portant intérêt et dont le remboursement est gagé sur la production du bien foncier échangé.

54Il existe, au IXe siècle, des circuits financiers qui permettent aux membres les plus actifs de l’élite rurale de construire de véritables politiques économiques d’investissement destinées à accroître les revenus et destinés également à accroître la masse des biens transmissibles aux héritiers. En ce qui concerne les moulins, leur fonction est évidente. Dans le cadre d’une politique patrimoniale équilibrée et avisée, ils fournissent un revenu annuel qui doit sans doute être considéré comme important par les agents. Leur acquisition est considérée comme un atout suffisant pour justifier des prises de risque parfois considérables. Les Leopegisi ont été, sinon conduits à la ruine, du moins extrêmement appauvris par l’emprunt qu’ils ont contracté pour acquérir ou construire un moulin et qu’ils n’ont pas pu rembourser.

Conclusion

55En marge du grand domaine, en Italie, existe donc, au moins jusqu’à la fin du IXe siècle, une paysannerie libre et aisée. Dans les Abruzzes, et sans doute dans toute l’Italie centrale, elle est toujours un acteur économique important au milieu du Xe siècle, puisque son épargne sert à financer la reconstruction de monastères comme Casauria ou le Mont-Cassin et est mobilisée dans les opérations d’incastellamento. Le grand domaine, d’autre part, secrète ses propres élites, comme les scarions mentionnés par le polyptyque de S. Giulia di Brescia dont les services, au demeurant inconnus, sont rémunérés par des bénéfices. Cette élite est hiérarchisée et différenciée : l’exercice d’une fonction publique, la possession d’une église, les droits détenus sur l’inculte, définissent un niveau supérieur qui a cette particularité de pouvoir choisir d’être en groupe ou hors-groupe : les Gundoald de Campori doivent leur réussite et le maintien de leur position à son ambiguïté. Il en va sans doute de même des Totoni. En dessous de ce « club huppé » se trouvent des individus placés en situation intermédiaire, candidats naturels à l’accession à ce groupe, mais dont la réussite est rien moins qu’évidente. C’est le cas manifeste de Karol ou des Leopegisi. On a plus de mal à classer un personnage comme Pierre de Niviano, qui est hors-groupe mais qui entretient des rapports très étroits avec la communauté, tout en maintenant des relations avec la frange inférieure de l’aristocratie de Plaisance.

  • 52 Voir Romeo 1957, en attendant la publication très attendue mais différée de la thèse de R. Balzaret (...)
  • 53 Outre Rippe 1984 et Rippe 2003, voir Wickham 1996.

56Ces individus ou ces groupes produisent des stratégies destinées à assurer leur reproduction et manifestent encore, dans la seconde moitié du IXe siècle, une vitalité certaine. Ils sont cependant menacés, dans des régions comme le Milanais, par l’extension de la très grande propriété et la pression qu’exercent sur les communautés de village l’aristocratie milanaise et en particulier le monastère de Saint-Ambroise qui, appuyé sur les institutions publiques carolingiennes, cherche à accaparer la terre et à s’emparer des droits sur les hommes. Il y parvient et, autour de ses terres, se crée une situation analogue à celle existant autour de celles de Saint-Germain-des-Prés en région parisienne52. Malgré la force sans doute presque irrésistible des pressions exercées par des acteurs surpuissants, il est difficile d’affirmer que la population rurale et, en particulier, ses élites soient restées inertes. D’abord, pour forte qu’elle ait pu être, cette pression ne s’est pas exercée également sur tout le territoire et, dans certaines zones, et la propriété paysanne et les structures communautaires auxquelles elle donnait lieu ont pu continuer d’exister entre les IXe et XIIe siècles53.

  • 54 Duby 1953, p. 87.

57Toutefois, la question essentielle demeure celle du destin social de ces élites rurales au XIe siècle, c’est-à-dire de la façon dont elles ont été intégrées à la seigneurie. Il est vraisemblable que des déclassés apparents comme les Leopegisi ont pu retrouver une place et un rôle social de bon niveau au service de Saint-Ambroise. De même, les personnages du niveau social et économique des petits officiers publics ont pu trouver dans la seigneurie une place identique, sinon même plus rémunératrice, à celle qu’ils occupaient dans l’organigramme public carolingien. Ce fut cependant sans doute au prix d’une adultération de leur position, leur rapport au travail de la terre et au prélèvement des surplus agricoles ayant forcément changé du tout au tout entre la crise des institutions publiques du début du Xe siècle et la période de recomposition et de redistribution des pouvoirs que fut le XIe siècle. Il n’est enfin pas impossible que, à côté des élites nées de la seigneurie, enrichies et consolidées par elle, les groupes de petits et de moyens exploitants aient pu continuer de prospérer à l’intérieur de communautés que l’évolution des rapports sociaux n’avait pas laminées54.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Arnoux 2008 = M. Arnoux, Les moulins à eau en Europe occidentale (IXe-XIIe siècle) : aux origines d'une économie institutionnelle de l'énergie hydraulique, dans L'acqua nei secoli altomedioevali (55a Sett. di Studio della Fondaz. CISAM), Spolète, 2008, p. 693-751.

Balzaretti 1999 = R. Balzaretti, The politics of property in ninth-century Milan. Familial motives and monastic strategies in the village of Inzago, dans Mélanges de l'École française de Rome, Moyen Âge, 111-2, 1999 [ = Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale, VIIIe-Xe siècle], p. 747-770.

Bougard 1996 = F. Bougard, Pierre de Niviano, dit le Spolétin, sculdassius, et le gouvernement du comté de Plaisance à l'époque carolingienne, dans Journal des Savants, 1996, p. 291-337.

Bougard 2010 = F. Bougard, Le crédit dans l’Occident du Haut Moyen Âge : documentation et pratique, dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Turnhout, 2010, p. 439-478

Bonnassie 1975 = P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d'une société, Toulouse, 1975-1976.

Bonnassie – Guichard 1984 = P. Bonnassie, P. Guichard, Les communautés rurales en Catalogne et dans le pays valencien, dans Les communautés villageoises en Europe occidentale, Flaran, 1984, p. 79-115.

Bougard – Feller – Le Jan 2002 = F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, 2002 (Collection de l'École française de Rome, 295).

Brogiolo – Chiavarra Arnau 2008 = G. P. Brogiolo, A. Chiavarra Arnau, Chiese, territorio e dinamiche del popolamento nelle campagne tra Tardoantico e Altomedioevo, dans Hortus Aritum Medievalium, 14, 2008, p. 7-29.

Bullimore 2005 = K. Bullimore, Folcwin of Rankweil : the world of a Carolingian local officer, dans Early Medieval Europe, 13-1, 2005, p. 43-77.

Bougard – Le Jan 2010 = F. Bougard, R. Le Jan, Quelle mobilité sociale dans l'Occident du haut Moyen Âge ?, dans S. Carocci (éd.), La mobilità sociale nel Medioevo, Rome, 2010 (Collection de l'École française de Rome, 436), p. 41-67.

Champion 1996 = E. Champion, Moulins et meuniers dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Saint-Étienne, 1996.

Colecchia 2000 = A. Colecchia, Geografia umana, geografia politica, geografia religiosa : aspetti di organizzazione e gestione del territorio in un'area della collina abruzzese tra età tardoantica e medioevo, dans Archeologia Medievale, 27, 2000, p. 101-129.

Davies 1988 = W. Davies, Small Worlds. The Village Community in Early Medieval Brittany, Berkeley-Los Angeles, 1988.

Cursente 1998 = B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (XIe-XVe siècle), Toulouse, 1998.

Cursente 2000 = B. Cursente, De la queste à la questalité. L'avènement d'un servage institutionnalisé en Gascogne (XIIe-XIIIe siècles), dans Mélanges de l'École française de Rome, Moyen Âge, 112-2, 2000, p. 941-96.

Despy 1968 = G. Despy, Villes et campagnes aux IXe et Xe siècles : l'exemple des pays mosans, dans Revue du Nord, 50, 1968, p. 145-168.

Devroey 2003 = J.-P. Devroey, Économie rurale et société dans l'Europe franque (VIe-IXe siècles), Paris, 2003.

Devroey 2004 = J.-P. Devroey, Communiquer et signifier entre seigneurs et paysans, dans Comunicare e significare nell'alto medioevo, Spolète, 2004 (Sett. di studi della Fondazione del CISAM, 52), p. 121-154.

Devroey 2006 = J.-P. Devroey, Puissants et misérables : système social et monde paysan dans l'Europe des Francs (VIe-IXe siècles), Bruxelles, 2006.

Devroey – Feller – Le Jan 2010 = J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Turnhout, 2010 (Collection haut Moyen Âge, 10).

Duby 1953 = G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953.

Élites rurales 2007 = Les élites rurales dans l'Europe médiévale et moderne, F. Menant – J.-P. Jessenne (éd.), Toulouse, 2007 [Actes des 27e journées internationales d'Histoire de l'abbaye de Flaran, 9, 10, 11, 12 septembre 2005].

Feller 1989 = L. Feller, L'incastellamento inachevé des Abruzzes, dans R. Francovich, M. Milanese (éd.), Lo scavo archeologico di Montarrenti e i problemi dell'incastellamento medievale, Sienne, 1989, p. 121-136.

Feller 1998 = L. Feller, Les Abruzzes médiévales : territoire, économie et société en Italie centrale du IXe au XIIe siècle, Paris, 1998 (BEFAR, 300).

Feller 1999 = L. Feller, Précaires et livelli : les transferts patrimoniaux ad tempus en Italie, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 111-2, 1999 [ = Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale, VIIIe-Xe siècle (I)], p. 725-746.

Feller 2003 = L. Feller, L'historiogaphie des élites rurales du haut Moyen Âge. Émergence d'un problème ?, dans http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/elites/index.html, 2003.

Feller 2007 = L. Feller, Les hiérarchies dans le monde rural du haut Moyen Âge : statuts, fortunes, fonctions, dans D. Iogna-Prat, R. Le Jan (éd.), Les Hiérarchies des élites, Turnhout, 2007, p. 257-276.

Feller 2008 = L. Feller, Dette, stratégies matrimoniales et institution d’héritier : sur l’élite paysanne Lombarde au IXe siècle, dans Revue historique, 646-2, 2008, p. 339-368.

Feller 2010 = L. Feller, Introduction. Formes et fonctions de la richesse des élites au haut Moyen Âge, dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Turnhout, 2010, p. 5-30.

Feller 2011 = L. Feller, Sur la formation des prix dans l'économie du haut Moyen Âge, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011, p. 627-661.

Feller – Gramain – Weber 2005 = L. Feller, A. Gramain, F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, 2005 (Collection de l'École française de Rome, 347).

Gasparri – La Rocca 2005 = S. Gasparri, C. La Rocca (éd.), Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), Rome, 2005.

Jessenne – Menant 2007 = J.-P. Jessenne, F. Menant, Introduction, dans J.-P. Jessenne, F. Menant (éd.), Les élites rurales, Toulouse, 2007, p. 7-52.

Menant 2008 = F. Menant, Élites rurales serviles au XIIIe siècle : autour d'Ambroise Grassi, homo de maxinata de S. Giulia de Brescia, dans E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent (éd.), Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, 2008, p. 419-431.

Mendras 1995 = H. Mendras, Les sociétés paysannes, Paris, 1976, nouvelle édition refondue, 1995

Maire Vigueur 2003 = J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens : guerre, conflits et société dans l'Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2003.

Pareto 1901 = V. Pareto, The Rise and Fall of Elites. Application of theoretical Sociology, 1901.

Pinto 2007 = G. Pinto, Bourgeoisie de village et différenciations sociales dans les campagnes de l'Italie communale (XIIIe-XVe siècle), dans F. Menant et J.-P. Jessenne (éd.), Les élites rurales, Toulouse, 2007, p. 91-110.

Plesner 1931 = J. Plesner, L'émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIe siècle, Copenhague, 1931.

Renard 2006 = É. Renard, Une élite paysanne en crise ? Le poids des charges militaires pour les petits alleutiers entre Loire et Rhin au IXe siècle, dans F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Les élites au haut Moyen Âge : crises et renouvellements, Turnhout, 2006, p. 315-336.

Rippe 1984 = G. Rippe, Dans le Padouan des Xe-XIe siècles : évêques, vavasseurs, cives, dans Cahiers de civilisation médiévale, 1984, p. 141-150.

Rippe 2003 = G. Rippe, Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle), Rome, 2003 (BEFAR, 317).

Romeo 1957 = R. Romeo, La signoria dell'abate di Sant'Ambrogio di Milano sul comune rurale di Origgio nel secolo XIII, dans Rivista storica italiana, 69, 1957, p. 340-377 et p. 473-507 [Réimpr. sous forme de volume, Assise, 1970].

Rossetti 1968 = G. Rossetti, Società e istituzioni nel contado lombardo durante il medioevo, Cologno Monzese : i secoli VIII-X, Milan, 1968.

Rossetti 1986 = G. Rossetti, I ceti proprietari e professionali : status sociale, funzione e prestigio a Milano nei secoli VIII-X. L'età longobarda, dans Atti del X Congresso internazionale di studi sull'alto medioevo, Spolète, 1986, p. 182-207.

Tabacco 1966 = G. Tabacco, I liberi del re nell'Italia carolingia e postcarolingia, Spolète, 1966.

Tabacco 1974 =G. Tabacco, Nobiltà e potere ad Arezzo in età comunale, dans Studi Medievali, XV-1, 1974, p. 1-24.

Toubert 1967 = P. Toubert, La liberté personnelle au haut Moyen Âge et le problème des arimanni, dans MA, 73, 1967, p. 125-144.

Toubert 1973a = P. Toubert, Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine, du IXe au XIIe siècle, Rome, 1973 (BEFAR, 221).

Toubert 1973b = P. Toubert, L'Italie rurale aux VIIIe-IXe siècles : essai de typologie domaniale, dans Sett. di Spoleto, 20, 1973, p. 95-132 = Études sur l'Italie médiévale (IXe-XIVe siècles), Londres, 1976 (Variorum Reprints) et L'Europe dans sa première croissance. De Charlemagne à l'an mil, Paris, 2004, p. 117-144.

Verhulst 1989 = A. Verhulst, The origins of town in the Low Countries and the Pirenne Thesis, dans Past and Present, 122, 198, p. 3-35.

Wickham 1987 = C. Wickham, Vendite di terra e mercato della terra in Toscana nel secolo XI, dans Quaderni Storici, 65, 22/2, 1987, p. 355-377.

Wickham 1988 = C. Wickham, The Mountains and the City. The Tuscan Appennines in the Early Middle Ages, Oxford, 1988.

Wickham 1995 = C. Wickham, Comunità e clientele nella Toscana del XII secolo. Le origini del comune rurale nella Piana di Lucca, Rome, 1995 [trad. française, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle : les origines de la commune rurale dans la région de Lucques, Rennes, 2001 (Bibliothèque d'histoire rurale, 2)].

Wickham 2005 = C. Wickham, Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean (400-800), Oxford, 2005.

Wickham 2009 = C. Wickham, The Inheritance of Rome. Illuminating the Dark Ages, Londres, 2009.

Wickham 2010 = C. Wickham, Compulsory gift exchange in Lombard Italy (650-1150), dans W. Davies, P. Fouracre (éd.), The Language of Gift, Oxford, 2010, p. 193-216.

Haut de page

Notes

1 Tabacco 1966 ; Toubert 1967.

2 Voir par exemple Toubert 1973, p. 1292-1303.

3 Feller 2003.

4 Voir les travaux du groupe animé par R. Le Jan sur cette question et, en particulier, la réunion sur l’historiographie des élites, publiée en ligne : http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?article438. Une série de colloques s’en est suivie dans lesquels la question des élites rurales a été occasionnellement abordée : Feller 2007.

5 Élites rurales 2007.

6 Jessenne-Menant 2007, p. 26-28.

7 Jessenne-Menant 2007, p. 31-33.

8 Wickham 1988 et 2005.

9 Tabacco 1966 ; Toubert 1967.

10 Rippe 1984. 

11 Mendras 1995. Voir également les propos de J.-P. Devroey dans la table-ronde conclusive de Élites 2007, p. 324-328.

12 Cursente 1998 et 2000.

13 Rippe 1984 ; Rippe 2003.

14 Wickham 1988.

15 Wickham 1995.

16 Maire Vigueur 2003.

17 Pinto 2007 ; Plesner 1931.

18 Feller 1989 ; Feller 1998, p. 221-237.

19 Feller 2001.

20 Bougard 1996.

21 Mendras 1995 ; voir l’intervention de J.-P. Devroey à la table-ronde finale dans Élites rurales 2007, p. 324-327.

22 La situation est totalement différente dans les terres sous influence byzantine ou lombarde. Voir ici-même l’article de J.-M. Martin, Le service public, critère de distinction des élites. Italie méridionale de tradition byzantine et lombarde, Xe-XIIIe siècle.

23 Outre les exemples et la bibliographie donnés ici-même par S. Collavini, Signoria ed élites rurali (Toscana, 1080-1225 c.), voir Tabacco 1974, pour des exemples d’ascension sociale concernant la période communale.

24 Sur cette question, voir désormais Bougard 2010.

25 Bougard 1996, n°7.

26 Davies 1988.

27 Bullimore 2005.

28 Bougard – Le Jan 2010.

29 Voir sur ce point Bougard – Le Jan 2010.

30 Bonnassie – Guichard 1984.

31 Voir le dossier documentaire dans Feller 1998, p. 901-917.

32 Feller 1998, p. 333-342. Pour le contexte archéologique, voir Colecchia 2000.

33 Sur cette notion de « substitution », voir Pareto 1901.

34 Feller 1998, p. 681.

35 Sur la complexité des liens entre habitats, églises rurales et contextes sociaux, voir Brogiolo – Chiavarra Arnau 2008.

36 Wickham 2005, p. 535 s.

37 Wickham 1988 ; Wickham 2005, p. 567 s.

38 Voir ici leur article : La définition des élites rurales (XIII-XVe s.) au carrefour des approches : historiques, archéologiques, mathématiques.

39 Gasparri – La Rocca 2005

40 Wickham 1987

41 Feller – Gramain – Weber 2005, p. 53 s.

42 Bougard – Feller – Le Jan 2002. Rappelons que la loi lombarde prévoit un régime de dot indirecte : le père de l’époux doit donner suffisamment de biens à sa bru par la médiation de son fils pour que celle-ci puisse affronter les difficultés d’un veuvage, subvenir à ses propres besoins comme à ceux de ses enfants même en cas de décès du mari. Au moment des fiançailles, le jeune homme donne au père de sa promise des biens meubles que celui-ci doit remettre à sa fille et qui constituent sa meta. Le jeune époux doit de plus donner à son épouse au lendemain des noces le quart de ses biens, ce que l’on appelle la Morgengabe ou la quarta, et c’est sur cette portion qu’est assise la fortune de l’épousée. L’épouse, de son côté, reçoit des biens de son père, normalement des liquidités, le faderfio : elles lui permettent d’être elle aussi un agent économique et, en particulier, d’intervenir sur le marché foncier.

43 D’après Feller – Gramain – Weber 2005.

44 Rossetti 1986 ; Gasparri – La Rocca 2005.

45 Despy 1968 ; Toubert 1973b ; Verhulst 1989.

46 Wickham 2005, p. 697 s. ; Feller 2011.

47 Champion 1996 ; Devroey 2006, p. 372, Arnoux 2008.

48 Rossetti 1968 ; Feller 2008.

49 Balzaretti 1999.

50 Sur la question du crédit, voir en dernier lieu Bougard 2010 ; pour le détail, extrêmement complexe des opérations des Leopegisi, Feller 2008.

51 Wickham 2010.

52 Voir Romeo 1957, en attendant la publication très attendue mais différée de la thèse de R. Balzaretti (Balzaretti 2006).

53 Outre Rippe 1984 et Rippe 2003, voir Wickham 1996.

54 Duby 1953, p. 87.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les alliances entre la famille de Karol et celle d’Adoin43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Feller, « Les élites rurales du haut Moyen Âge en Italie (IXe-Xe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/801 ; DOI : 10.4000/mefrm.801

Haut de page

Auteur

Laurent Feller

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut universitaire de France, UMR 8589 / Lamop – feller[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org