Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Identifier les élites rurales

Les élites rurales du monde musulman méditerranéen

Les enjeux historiographiques
Christophe Picard

Résumés

La question des élites rurales du monde musulman ne peut être abordée aisément. L’absence totale d’archives, une civilisation urbano-centrée, un regard presque exclusivement normatif ainsi que les déformations nées des lectures coloniales des sources arabes constituent autant d’obstacles à l’approche de la question de la différenciation sociale dans les campagnes du monde musulman. De ce fait, l’historiographie des campagnes est en complet décalage avec celle de l’Occident. L’analyse économique, cependant, l’exploitation, après le XIIIe siècle, des fragments de sources fiscales à la disposition de la recherche, par exemple en Égypte, permettent de construire des analyses sociales assez fines.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Menant – Jessene 2007, p. 10.
  • 2 Expression de Pierre Guichard dans Garcin 1995-2000, p. 59.
  • 3 Lagardère 1993, p. 9.
  • 4 Cahen 1982, p. 9-27.

1Dans sa présentation des XVIIIe journées de Flaran, en 2005, consacrées aux « Élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne », François Menant souligne l’émergence très récente des études sur cette catégorie dans l’Occident latin du Moyen Âge, en particulier pour les premiers siècles. Il ajoute qu’il s’agit en partie « d’une question de sources : jusqu’au XIIe siècle elles sont essentiellement seigneuriales et masquent les élites rurales indépendantes »1. Ce constat est d’autant plus d’actualité pour le domaine islamique médiéval dans la mesure où les possibilités d’accéder à une connaissance approfondie des communautés rurales sédentaires2 sont très limitées : Vincent Lagardère commence son étude sur les campagnes et les paysans d’al-Andalus, entre le VIIIe et le XVe siècle, par cette remarque pleine d’à propos, applicable à l’ensemble du monde musulman médiéval : « Le paysan d’al-Andalus n’a pas d’histoire »3. Claude Cahen avait déjà circonscrit le problème que pose la documentation arabe dans son article fondateur sur les communautés rurales : dans un monde défini par les juristes, ceux-ci, indique-t-il, « ignorent toute notion de personne morale, de communauté intermédiaire entre l’individu et la grande communauté (Umma) de tous les croyants »4. Une autre raison essentielle de cette imprécision est liée à la nature de la propriété de la terre, dont la définition reste très difficile à cerner, derrière une terminologie à la fois très diverse, évolutive et que les juristes ou les administrateurs ont évoquée dans les lignes et les ouvrages consacrés à la fiscalité. Cette terminologie ne recoupe pas la notion de « propriété » telle que nous la concevons dans nos sociétés et ne se préoccupe guère du statut des individus ou des familles. De plus, si l’on prend en compte l’Islam dans son ensemble, on se retrouve confronté à un territoire immense dont les structures agraires sont héritées d’un passé très riche et très divers, même si l’on se limite – si l’on peut dire – aux territoires méditerranéens du monde musulman.

2Dans ces conditions, la question qui se pose en un premier temps, c’est de savoir comment appréhender, dans les sources arabes, ces sociétés rurales et leurs élites.

DE L’EAU ET DES BRAS, MAIS PAS DE SOURCES

3Le premier obstacle, essentiel, est l'absence de sources spécifiques et d’archives, à de rares exceptions près. Par ailleurs, les textes arabes accordent une place extrêmement limitée au monde rural et l’archéologie rurale, sauf peut-être en al-Andalus et dans certaines zones du Maghreb, n’est pas suffisamment développée.

  • 5 Nef 2011, p. 481 et suivantes.

4Tous les textes sont, peu ou prou, écrits par les épistoliers, administrateurs, juristes, au service du pouvoir ou de l’État. Ce sont des citadins qui ont un regard externe au monde rural, non parce qu’ils ne le connaissent pas, mais par leur position, en particulier à l’égard des communautés rurales. Celles-ci sont généralement évoquées dans leur globalité, en fonction des intérêts de la capitale : c’est une banalité de rappeler qu’au mieux, l’indifférence, souvent le silence, voisin du mépris, caractérisent le point du vue du lettré arabe à l’égard des ruraux. Les géographes cartographient et décrivent l’espace rural comme une dépendance de la cité, en particulier pour la nourrir – même si des lieux de cultures existent dans les villes – et payer l’impôt sur les récoltes. Les paysans sont très rarement mentionnés, ou alors de façon globale, comme communauté. Paradoxalement, c’est la peur qu’ils inspirent qui peut faire émerger du silence les acteurs du monde rural, à l’occasion d’émotions populaires ou de révoltes, mais certainement pas au titre de cultivateur, d’éleveur, d’artisan ou de marchand, ni même de rentier. Seules les sources juridiques et biographiques – ce qui inclut les hagiographies – nous font pénétrer un peu plus dans le monde rural et laissent parfois apparaître en filigrane une société hiérarchisée. Il faut l’apport de sources externes, comme celles trouvées par exemple dans les archives normandes de Sicile, pour qu’il soit parfois possible de cerner un peu plus précisément certaines caractéristiques de la propriété ou du monde « villageois ». Ainsi, le pouvoir latin a recensé ses vilains, en particulier musulmans, sur des listes ou diplômes connus sous le nom de jarâ’id de Monreale, près de Palerme, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, et ont fourni matière à une analyse anthroponymique de la part d’Annliese Nef5. De même, les changements de dominations sont propices à l’étude des communautés rurales, en particulier parce que les enquêtes sont diligentées sur les territoires récupérés par les pouvoirs chrétiens de l’Espagne. Les Repartimientos de Murcie, Cadix et, surtout, de Séville. Dans ce dernier, les propriétés et la production des territoires de l’Aljarafe ont été soigneusement consignées avant d’être redistribués à l’entourage du souverain castillan. C’est l’une des raisons pour lesquelles, selon Pierre Guichard, la connaissance du monde rural musulman est plus avancée dans les régions occidentales de l’Islam.

  • 6 Borrut Debié – Papaconstantinou 2011.

5On le sait, les premiers siècles de l’islam sont opaques et, pour le moment, l’archéologie est encore loin de pouvoir offrir une alternative à l’absence de documentation écrite pour dresser un tableau de la vie rurale autour de la Méditerranée médiévale ; en effet, l’archéologie des zones rurales s’est développée récemment, plus particulièrement sur le sol ibérique et, sur l’ensemble des sols musulmans, les difficultés restent grandes pour retrouver les niveaux stratigraphiques des communautés rurales aux deux premiers siècles de l’Islam. Toutefois, le colloque récent sur la Syrie à l’époque de la transition entre Byzance et l’Islam6, a permis de constater les progrès des connaissances dans ce domaine, sur la conjoncture, différente d’un espace à l’autre du Bilâd al-Shâm, ou sur l’alimentation et les productions.

  • 7 Morimoto 1981.

6L’Égypte fait aussi exception mais du fait d’une masse de documents, proportionnellement plus importante que dans le reste du monde musulman. Cette richesse relative explique l’avance de l’histoire de la vallée du Nil par rapport aux autres régions de la Méditerranée musulmane, en particulier pour les premiers siècles de l’Islam, en particulier à partir de documents fiscaux conservés sur papyrus, étudiés par Jean Gascou et plus globalement par Kazuo Morimoto7. Ils démontrent comment l’expérience des administrateurs de l’ancien empire, adapté à l’Islam, permit d’organiser très tôt le drainage fiscal dans la zone de la basse vallée du Nil et dans le Delta. Au Xe siècle, le géographe oriental Ibn Hawqal dresse un tableau relativement dense de la fiscalité du Delta, en attendant l’éclosion d’une littérature administrative sous les Ayyoubides (1171-1250), en particulier le traité d’al-Nâbulusî et sous les Mamelouks (1250-1517) qui met à notre disposition de nombreux documents sur la fiscalité rurale.

  • 8 Garcin 1976.

7Est-ce à dire que cette relative abondance permet de pénétrer le monde rural et d’y retrouver trace d’élites rurales ? L’origine des écrivains et la nature des sources arabes dans leur ensemble dressent des obstacles considérables qui empêchent de pénétrer véritablement dans cet univers rural de la vallée du Nil et encore moins dans les autres régions du monde musulman. Il faut quelque événement particulier comme l’introduction de l’iqtâ‘ à l’époque ayyoubide ou, dans un autre genre, la peste du XIVe siècle, à Qûs, dans le Sa‘îd de la Haute-Égypte, disséquées par Jean-Claude Garcin8, pour que la société rurale se révèle à l’historien. Cette barrière documentaire a lourdement marqué l’historiographie.

LES ÉLITES RURALES DANS LE MONDE MUSULMAN MÉDIÉVAL, UN DOMAINE LONGTEMPS DÉLAISSÉ

  • 9 SHMESP 2009.

8La pauvreté de la documentation disponible pour l’étude des communautés rurales en Islam explique le nombre limité d’études. C’est surtout pour la période qui débute avec le XIIIe siècle que les sources ont rendu possible des travaux de ce genre, mais d’une manière générale, le contraste quantitatif entre les recherches sur la ville en Islam et celles se rapportant aux zones rurales, au Moyen Âge, est saisissant. Ce constat d’ordre statistique rejoint celui fait par François Menant à propos des contrées latines, avec une rupture entre la période allant du VIIe au XIe siècle et la suivante. Toutefois, en 2008, le Congrès des médiévistes au Caire sur « L’autorité de l’écrit au Moyen Âge – Orient Occident » a montré l’écart considérable entre le monde latin, riche en archives même durant le haut Moyen Âge, en comparaison avec les mondes byzantin et musulman9. Cette explication est cependant insuffisante : la nature des renseignements à disposition pose un autre problème aux chercheurs qui travaillent sur l’Islam. Ainsi, Vincent Lagardère a été en mesure, à partir du riche gisement des traités juridiques laissé par les cadis malikites, de traiter en profondeur l’organisation des campagnes d’al-Andalus. Outre les structures agraires, les modes et contrats d’exploitation, l’habitat rural, les installations agricoles, en particulier les systèmes hydrauliques, il exploite une quantité importante de données sur les différentes productions. En revanche, il n’a pu donner aucun renseignement précis sur le statut social des gens du monde rural dans leur milieu. L’un des rares documents qui livre quelques aspects, très fragmentaires, de l’organisation de la société rurale d’al-Andalus, le traité de police des marchés d’un juriste sévillan, Ibn ‘Abdûn, composé autour de 1100, reste très discret sur la société rurale elle-même, autour de Séville. Comme dans la plupart des documents juridiques musulmans de ce temps, la seule hiérarchie qui apparaît est celle qui correspond aux vœux du pouvoir sultanien, en l’occurrence les Almoravides, et des juristes. Nous n’avons pas de texte arabe qui décrive de l’intérieur les sociétés rurales d’al-Andalus, région probablement la mieux connue parmi celles de la Méditerranée, hormis l’Égypte. Il faut y voir l’une des raisons essentielles qui ont conduit à un tel écart historiographique entre les deux aires, chrétienne et musulmane.

9Les médiévistes de l’Occident latin ont toujours tenu le monde rural pour un rouage essentiel de la société médiévale du fait d’un phénomène, bien étudié, au moins depuis Marc Bloch, spécifiquement latin : une part essentielle des autorités, au sommet de la hiérarchie sociale, sont eux-mêmes établis dans le monde rural, ce qui nous permet de retrouver la trace des élites rurales dans les textes et sur le terrain. L’essor d’une histoire des hiérarchies rurales et, en conséquence, de leurs élites repose sur des d’études déjà anciennes et solides. Le constat vaut, dans une moindre mesure, pour Byzance. On ne peut pas dire qu’en terre islamique, les communautés rurales soient totalement oubliées par l’historiographie arabe, mais la recherche a suivi globalement la manière dont les auteurs arabes médiévaux ont décrit leur monde, depuis et pour la ville, en considérant l’ensemble des élites sociales, fondamentalement urbaines et liée au pouvoir princier. Dès lors, comme elles apparaissent dans les textes, les sociétés rurales sont à la fois marginalisées, voire ignorées ou opposées à l’État.

  • 10 Ibn Khaldûn ; Marçais 1946.

10Ainsi, avant la décolonisation, l’une des rares raisons anciennes de l’intérêt des historiens pour le monde rural, est venue des administrateurs civils et militaires de l’Algérie française, qui ont tiré de la lecture de l’introduction (Muqaddima) du Livre des exemples d’Ibn Khaldûn, une bonne part de l’image longtemps considérée comme le credo de la civilisation berbère du Maghreb, forgée par la conquête des Arabes, imités par leurs descendants. Gabriel Martinez Gros rappelle à ce sujet, le contresens fondamental qui a longtemps guidé les travaux sur le Maghreb, faisant passer les « Bédouins » – les gens de la campagne en quelque sorte – pour des nomades destructeurs de la civilisation « antique » ou qui n’auraient pas assimilé les vertus de l’empire romain10.

  • 11 Voguet 2005  apporte un regard neuf sur ces notions.

11Toutefois, si la lecture d’Ibn Khaldûn impose indubitablement la « cohésion (‘asâbiyya) bédouine », non comme un ferment de destruction, mais bien comme la source de revivification de l’État, l’opposition entre bédouins nomades et ruraux sédentaires a accaparé longtemps l’attention des historiens, proposant ainsi un schéma évolutif fondé sur l’instabilité chronique des pouvoirs en Islam, cause ou conséquence de pratiques destructrices à l’encontre des sociétés sédentaires. Pourtant Abdesselam Cheddadi traduit bâdiya, dans la Muqaddima, par le terme « rural », disqualifiant du même coup l’association bédouin et nomade ; quant à Gabriel Martinez Gros, il souligne le sens politique de ces termes en associant la désignation des bédouins , ‘arab, ‘urbân, à l’idée d’« incontrôlé », par opposition aux termes hadara et madîna, qui associent les sens de ville-capitale, plutôt que sédentarité, et les régions de ceux qui sont « intégrés », qui obéissent au pouvoir sultanien et payent l’impôt11.

  • 12 Berque 2001 ; Camps, 1980.

12Cette dérive sémantique du passé est également la conséquence d’une vision imposée par les lettrés arabes du Moyen Âge : les bédouins berbères venus du Maghreb pour s’établir en al-Andalus, particulièrement ceux enrôlés dans l’armée d’al-Mansûr (976-1002), sont accusés de tous les désordres qui entraînèrent, selon la plupart des auteurs andalous et maghrébins qui rapportèrent la crise du XIe siècle, la ruine de l’État omeyyade. En effet, Ibn ‘Idhârî (m. 1306), originaire de Marrakesh, reprit les versions qui rapportent le traitement ignoble infligé par ces derniers à la dépouille de Sanchuelo, fils d’al-Mansûr ; de même, Ibn Hayyân, qui vécut ces événements, souligne tout au long de son récit sur l’histoire d’al-Andalus omeyyade, les méfaits des Berbères. Les Andalous ne furent pas les seuls à donner d’eux, une image de destructeurs : la description d’al-Idrîsî des villes d’Afrique, prises par Roger II de Sicile, ruinées au préalable par les tribus arabes, en particulier les fameux Banû Hilâl, envoyées par les Fatimides pour punir les Zirides de leur dissidence, fait encore débat. Jacques Berque, Gérard Camps et bien d’autres depuis, ont repris, avec le regard du sociologue, de fond en comble les méthodes d’étude des sociétés berbères, pour casser une image forcée qui s’est élaborée durant la période coloniale, à partir d’une certaine lecture des auteurs arabes du Moyen Âge12.

  • 13 Michel, 2000.
  • 14 Voir l’analyse, pour la ville de J. Loiseau : Loiseau 2010 .

13L’attitude des autorités arabes a aussi des conséquences sur le sens des mots désignant les acteurs du monde rural. L’étude de Nicolas Michel sur les fallahs égyptiens en fournit une remarquable démonstration13. Le sens donné à ce mot, devenu nom commun de notre langue, illustre parfaitement le problème que pose une étude de la terminologie touchant les milieux ruraux. Le terme fallâh (de filâha, agriculture), apparu dans les sources égyptiennes à partir du XIIe siècle, au moment de l’introduction de l’iqtâ‘ pour désigner les paysans, jusque-là désigné par le terme mûzarî‘, est devenu populaire en France sous l’impulsion des courants romantiques, pour désigner le paysan exploité. Nicolas Michel ajoute que « malgré toutes les précautions prises dont il peut s’entourer, l’historien est influencé par la langue qu’il utilise […] Traduire fallâh par « fellah », c’est l’enrober des lieux communs […], par « paysan » ou « cultivateur », c’est supposer au mot arabe un sens aussi vague que les mots français [et de conclure que] les ruralistes sont habitués à la complexité et à l’ambiguïté des termes vernaculaires désignant ces différents niveaux », citant en exemple le terme « laboureur » (p. 524-525). Du même coup, le fellah égyptien est d’emblée le paysan exploité, courbant l’échine devant les émirs des sultans ayyoubides (1171-1250), puis mamelouks (1250-1517), bénéficiaires des concessions terriennes (iqtâ‘) des revenus fiscaux en échange du service militaire et de l’armement des cavaliers. Ils se révoltent en désespoir de cause au moment où la peste et les exactions des émirs rendent leur condition insupportable. Il faut dire que l’un des principaux informateurs, al-Mâqrîzî, contribua fortement, dans sa description des conséquences de la peste, à immortaliser ainsi la communauté paysanne de l’Égypte et plus encore celle de la capitale14.

  • 15 Guichard 1977.
  • 16 Guichard1990-1991. Bazzana – Cressier – Guichard 1988.
  • 17 De Felipe 1997.
  • 18 Cressier 1998 ; Gilotte, 2010.

14La dérive historiographique, concernant al-Andalus cette fois-ci, depuis le XIXe siècle, attribuable à la volonté de comprendre le rôle des musulmans dans la construction de l’identité « espagnole », allant du néant – « les Arabes n’ont jamais envahi l’Espagne » – à la vision romantique d’une harmonie des peuples et des confessions monothéistes, au-delà des clivages religieux et culturels, a conduit Pierre Guichard à reprendre le problème du peuplement d’al-Andalus15. Il a relancé sur de nouvelles bases, le débat sur les structures des sociétés rurales andalouses en distinguant des communautés rurales organisées selon une organisation de type agnatique, héritée du monde latin, et celles dont les structures sociales avaient traversé le Détroit de Gibraltar, avec les conquérants arabes et surtout berbères, se distinguant des communautés « villageoises » de la péninsule ibérique par leur structure « orientale », « berbère » et secondairement « arabe », et qui sont définies par le terme de « société tributaire ». Il a ensuite abordé la question du peuplement rural de la région du Royaume de Valence et plus particulièrement les relations des communautés avec les autorités sultaniennes, urbaines, associant aux sources écrites, les enquêtes archéologiques menées dans cette région qui a conservé de nombreux restes des temps musulmans, en particulier les husûn, désignant les lieux fortifiés qui servaient de refuge aux communautés rurales en cas de danger16. Les études sur les Berbères de la péninsule furent reprises et enrichies par les travaux d’Helena de Felipe17. Dans la foulée, les investigations sur le peuplement d’al-Andalus n’ont cessé de se multiplier, aussi bien à partir des textes que sur le terrain18, mais également au Maghreb. Néanmoins, dans les deux régions, la hiérarchie des sociétés rurales reste presque inaccessible.

  • 19 Picard 2011b

15L’étude du monde rural, à partir des géographies arabes – source essentielle pour l’Islam médiéval – a conduit à un questionnement sur la définition des termes employés pour définir la ville et, par la même occasion, la campagne, et celui qu’utilisent également les juristes pour désigner les « agglomérations » de tribus sédentaires, « urbanisées » selon ces géographes et pourtant étalées sur des aires que séparent trois jours de marche et dont les centres se répartissent entre plusieurs noyaux. Des édifices emblématiques des communautés rurales musulmanes, symbolisent l’emprise de la tribu ou de la communauté sur un territoire où il semble, en lisant attentivement les descriptions géographiques arabes, que la mise en valeur du terroir ou l’entretien des routes pour le commerce, constituent une sorte de droit de propriété. Parmi les installations collectives on retrouve les mêmes lieux de ralliement de la communauté : la mosquée du Vendredi, qui attire les populations alentours, le marché qui se tient à partir du Jeudi dans la même agglomération ou a proximité, mais également un site fortifié, à la fois abri potentiel et point de ralliement des gens de la tribu ou du groupe. On retrouve cette partition, selon des formes variées qui tiennent largement aux préoccupations vitales : l’eau, les zones de culture, les lieux de refuge, parfois le port, associé au ribat, comme à Qûz, sur la côte atlantique du Maroc où, plus au sud, à Mâssa. De ce fait les paysages et les formes d’habitat, décrits par les géographes ou découverts par les archéologues et l’organisation de ces unités tributaires, sont extrêmement variés et largement influencés par le milieu et le climat. Ainsi, Nûl Lamta, au sud de l’Atlas, est décrit dans les sources comme une série de noyaux s’étirant des rives de l’océan où arrivent les bateaux qui remontent les produits vers le nord, jusqu’à des habitats qui se trouvent à trois jours de marche du port. Al-Idrîsî décrit ce mode d’habitat en le considérant comme urbain, tout en utilisant le terme madîna, par opposition à la ville de type « orientale », abritée derrière ses murailles et d’où l’autorité contrôle pour son compte ou pour celui du souverain qui l’a nommée, les populations environnantes19.

16Ainsi, la recherche sur le monde rural s’est développée et permet de mieux cerner l’organisation des sociétés rurales du monde musulman. Toutefois, les moyens donnés par la documentation limitent considérablement la possibilité d’approfondir l’examen, en particulier la société rurale elle-même et ses élites.

RETROUVER LES ÉLITES RURALES DANS LES SOCIÉTÉS ISLAMIQUES DE LA MÉDITERRANÉE MÉDIÉVALE : UN PROBLÈME D’IDENTITÉ ET D’IDENTIFICATION ?

  • 20 Sijpesteijn – Sundelin, 2004.

17Les sources arabes, émanant presque exclusivement des autorités politiques et juridiques, nous imposent un regard qui vient toujours de la capitale et qui regarde la campagne, telle une dépendance du siège du pouvoir. L’on a déjà pu constater à quel point cette trajectoire mentale conditionne et limite considérablement nos moyens d’étudier le monde rural. Toutefois, certains des documents des épistoliers des entourages sultaniens, nous font pénétrer dans le monde de la ruralité islamique : ce sont en particulier les documents fiscaux –à commencer par ceux écrits sur papyrus, trouvés en Égypte et, une fois n’est pas coutume, qui ont été rédigés au premier et au deuxième siècle de l’Hégire20. Nous les trouvons également, cités sous diverses formes dans les ouvrages administratifs, mais aussi dans la chronographie. Les ouvrages juridiques – traités de police des marchés (hisba) et recueils de fatwas pour l’essentiel – et les ouvrages des secrétaires de chancellerie, sont toutefois les plus enrichissants. En effet, le rôle essentiel des juristes dans l’encadrement de la société islamique, se dévoile dans les écrits qu’ils produisent et qui constituent le cadre normatif essentiel de la société. La fabrique de la jurisprudence les conduit à envisager pratiquement tous les aspects de la vie sociale. À ce titre ils sont les seuls à s’immiscer véritablement dans les affaires des sociétés rurales, comme le montre l’étude d’Élise Voguet, avec les documents latins dans les aires de conquête – péninsule Ibérique, Sicile – déjà évoqués.

  • 21 History of the Patriarchs, 1904.
  • 22 Al-Nâbulusî.
  • 23 Maqrîzî ; Qalqashandî.

18L’Égypte offre un bel exemple de la panoplie des documents qui permettent d’étudier les sociétés rurales. Hormis les papyrus et quelques données fournies par les chroniques, comme celle des Patriarches d’Alexandrie21, pour les débuts de l’aire islamique, c’est avec l’avènement des Fatimides, et surtout à partir de l’aire ayyoubide que nous disposons d’une documentation d’une certaine densité, comme dans l’ensemble du monde musulman. Avec l’établissement de l’iqtâ‘, sous le règne de Saladin, des cadastres recensent les impôts payés par les communautés rurales, au bénéfice des émirs et/ou de l’État. Les premiers traités, composés durant la deuxième moitié du XIIe siècle, montrent une volonté d’encadrement de l’institution, s’appuyant sur l’organisation de la fiscalité que les Fatimides avaient perfectionnée. Les manuels administratifs, contenant des lettres ou des traités à l’usage des étudiants, futurs cadres de l’administration, permettent de constater une volonté de continuité, même si l’organisation mise en place par les Ayyoubides puis par les Mamelouks évolua avec l’organisation militaire. Il faut attendre le XIIIe siècle pour disposer d’un document exceptionnel, l’Histoire du Fayyoum composée par al-Nâbulusî, sur l’ordre du sultan al-Salîh Ayyûb (m. 1249) qui envoya le haut fonctionnaire de l’administration fiscale dans le Fayyoum, en tournée d’inspection, en 124322. À l’époque mamelouke, plusieurs membres des bureaux sultaniens, en particulier al-Qalqâshandî (m. 1418), auteur d’une encyclopédie consacrée à l’art de la rédaction où de nombreux documents administratifs servent d’illustrations exemplaires tout au long des 14 volumes, tout comme al-Maqrîzî (m. 1442)23, ont eu accès aux archives – risquons le terme –, ayyoubides et antérieures. Ils ont pu ainsi en tirer un nombre important de documents, fiscaux surtout, où apparaissent les rapports entre l’État et les communautés rurales. Ils on eut aussi accès aux comptes rendus des révoltes, dont ils purent être les témoins, qui éclatèrent en Égypte sous les Mamelouks : 1252-3, 1298-9, 1349-1354, cette dernière, consécutive aux effets de la peste noire.

  • 24 Rapaport 2004, p. 1-22.
  • 25 Al-Nuwayrî.

19Ces données ou certains événements dans les zones rurales qui attirèrent l’attention des lettrés, suscitèrent de longs commentaires et constituent un des rares moments, celui de ruptures de l’équilibre social, qui donnent à voir la situation sociale des campagnes et qui, exceptionnellement, révèlent l’existence d’élites rurales, de notables déchus ou promus. Yosseff Rapaport a trouvé dans les récits des révoltes, des données un peu plus précises sur cette société24. L’examen dressé par al-Nâbulusî de la société rurale du Fayoum, révèle des rapports hiérarchiques entre groupes tribaux, après la révolte de 1252, mais qui indiquent seulement une domination sociale et numérique des tribus arabes, et dans une moindre mesure celles berbères (badw), arrivées avec les armées fatimides, aux dépens des communautés villageoises coptes. La faiblesse numérique de ces derniers, les a conduits à devenir les protégés des tribus qui déléguaient des représentants dans les villages. En revanche, si l’impôt de capitation différencie les deux groupes, il ne mentionne pas les activités agricoles, ni celles de l’artisanat ou du commerce, et ne font apparaître une quelconque hiérarchie sociale. Le traité fiscal ne donne aucun détail sur les écarts sociaux et les situations éventuelles de notabilité d’un groupe à l’autre. Ils doivent pourtant avoir existé, comme dans l’ensemble des systèmes tribaux et du fait de la présence d’une administration sultanienne. Du reste, al-Nuwayrî25, l’un des auteurs égyptiens les mieux renseignés sur ce monde, évoque à l’occasion de la révolte de 1301, l’apparition de « leaders », nommés par le pouvoir sultanien à la tête de la collecte des impôts. Le terme qui désigne les « paysans » ou les « cultivateurs », est le même quelle que soit la nature de la production et l’origine des familles concernées : al-muzâri‘, celui qui sème ou cultive, est un terme à connotation fiscale, donc socialement et hiérarchiquement neutre.

  • 26 Sato 1997.
  • 27 Schatzmiller 1994.

20Dans son étude sur les iqtâ‘, Tsugitaka Sato fait un repérage des différentes activités des ruraux recensés dans les cadastres et les calendriers – cinq d’entre eux ont été édités par Charles Pellat – et ainsi a été en mesure de découvrir une diversité sociale, en fonction des métiers, et des sociétés rurales, qui n’apparaît pas dans les sources géographiques ou les chroniques26. De la même façon, Maria Schatzmiller, dans son ouvrage sur le travail en Islam, répertorie un nombre très élevé de métiers artisanaux, du commerce et avant tout ceux liés à l’agriculture. Elle fait apparaître ainsi une diversité d’activités que les sources chronographiques et fiscales gomment en ne prenant en compte que les contribuables ou les groupes dans leur ensemble27.

21Nicolas Michel dans son étude sur le fellah égyptien, souligne l’intérêt d’une lecture minutieuse de ses sources fiscales. Lorsque le terme fallâh apparaît dans le vocabulaire administratif, au début de l’époque ayyoubide, il a exactement le même sens que muzâri‘, seul terme employé dans les sources antérieures au XIIe siècle : c’est un cultivateur s’acquittant du kharâj dû soit au sultan, soit au bénéficiaire de l’iqtâ‘ (muqtâ‘). Il constate dans le même temps que les fallâhûn ne constituent qu’une petite partie de la population rurale (p. 538), ce qui disqualifie une désignation globale des paysans égyptiens, mais distingue une catégorie spécifique d’exploitants agricoles. Reprenant à leur compte les règlements mamelouks, mais en supprimant l’institution de l’iqtâ‘, les Ottomans rédigent des cadastres. Dans celui de 1525, le terme fallâh est associé à une personne devant s’acquitter de l’impôt, de l’entretien des ouvrages hydrauliques et de la mise en valeur des terres, impliquant une responsabilité collective de l’assiette fiscale (p. 544). Ces remarques impliquent l’existence de situations sociales extrêmement contrastées et, en conséquence, d’une hiérarchie dominée par les notables enrichis, soit par les revenus de la terre, soit par des activités commerciales ou encore par des responsabilités administratives, par exemple comme agent du fisc. les termes qui les désignent sont ceux que l’on trouvent d’un bout à l’autre de la Méditerranée musulmane (amîn, ‘âmil).

  • 28 Bolens 1981.
  • 29 Lagardère 1995.

22Une certaine reconnaissance de l’élite rurale se retrouve dans un autre type de corpus, fondamental pour l’Islam, les sources juridiques. À ce jour ce sont les recueils malikites, du Maghreb et d’al-Andalus qui nous apportent quelques lumières, comme le montre la thèse d’Elise Voguet pour le Maghreb central. Alors que les traités agronomiques, étudiés par Lucie Bolens28, s’arrêtent aux aspects techniques de l’agriculture et décrivent exclusivement les grandes exploitations périurbaines, de Tolède ou Séville, un nombre conséquent de fatwas apportent une information plus diversifiée, touchant pratiquement tous les aspects de l’agriculture. Les statuts de l’exploitation individuelle, les concessions fiscales accordées par le pouvoir sultanien, qui doivent être distinguées de la propriété – terme dont la définition est différente dans le droit islamique médiéval – les contrats agricoles, les investissements hydrauliques et d’autres formes de l’exploitation de la terre, distinguent des statuts sociaux très diversifiés. En revanche, la société rurale reste largement à l'écart. Lorsque les problèmes concernent des contrats de fermage ou des biens de mainmorte (habbus, waqf), par exemple, les interventions juridiques se rapportent à l’individu ou à la famille, sans que le statut social au sein des communautés rurales n’apparaisse, la plupart du temps. Globalement, les problèmes soulevés par les questions de droit posées au cadi, révèlent rarement la situation sociale des ruraux. Ce sont plus les conditions économiques de communautés rurales qui sont accessibles29.

  • 30 Benhima 2003
  • 31 ‘Udhrî.
  • 32 Barceló 1984-1985.

23C’est aussi le constat que fit Pierre Guichard lorsqu’il s’est intéressé aux communautés rurales du royaume de Valence. Des capitulations insérées par le roi Jacques Ier d’Aragon dans son Llibre del Fayts, concernent plusieurs des communautés rurales et les conditions de leur reddition. L’aljama, qui y désigne une communauté rurale musulmane, apparaît au travers des négociations avec les représentants du roi, en particulier les notables qui mènent les pourparlers. L’absence de représentants du pouvoir sultanien, les autorités « urbaines » en l’occurrence, laissent les communautés rurales livrées à elles-mêmes. Toutefois, celles-ci par leur caractère « tributaire », ont toujours été encadrées par des notables qui présidaient des assemblées (jama‘a) et dont on trouve la trace systématique en al-Andalus comme au Maghreb. De même, les refuges fortifiés, les husûn de ces communautés, répartis dans plusieurs terroirs et zones d’habitat, rappellent l’organisation territoriale des tribus berbères au Maghreb, décrite par les géographes et lisible sur le terrain30. Cependant, les personnages mentionnés qui représentent la communauté, rappelant les probi homines des textes latins, n’apparaissent que dans les documents latins. Ils sont distingués par leurs compétences, tel l’alcaid, tantôt responsable de la défense, tantôt juriste qualifié et le faqîh, distingué par sa formation juridiques. Du reste, Miquel Barceló rapporte de la géographie d’al-‘Udhrî31 la plainte des juristes de Cordoue qui dénoncent le nombre considérable de juristes incompétents qui peuplent les villages, autour de Cordoue au Xe siècle32. Le texte de la capitulation de Minorque, de même essence royale, permet de retrouver la trace d’édiles originaires de ces communautés parmi les signataires du traité, ayant eu des liens avec le pouvoir sultanien de l’archipel. L’un d’entre eux était un faqîh qui jouait le rôle de contrôleur des impôts (mushrîf), rappelant la situation équivalente de certains notables égyptiens. Toutefois, ces textes demeurent trop flous pour établir un lien plus précis entre la position du notable au sein de l’aljama et celle qui les liaient à l’entourage sultanien ; du coup, l’origine de la notabilité nous échappe, tout comme la fortune, les biens etc. Il en va de même des autres personnages honorés de titres qui sont présents tout autour de la Méditerranée musulmane – faqîh, qâ’id, shaykh – et montrent leur position au sein de ces communautés rurales, sans que l’on retrouve la trace de cette ascension sociale. De plus, dans le cadre du royaume de Valence, la vacance du pouvoir sultanien, au moment de la conquête aragonaise, brouille encore plus les cartes de la répartition sociale de ces communautés.

24Il ne reste alors que les prospections et les fouilles de ces forteresses pour différencier plus nettement une organisation communautaire musulmane, dont la cohésion repose, éventuellement, sur des origines communes, plus largement sur l’exploitation des richesses, mettant en relief des différences d’enrichissement, elles-mêmes sources d’une hiérarchie sociale, mais aussi, la cohésion du groupe assurée, grâce aux lettrés et aux juristes de ces communautés, par le cadre islamique : le savoir semble être un levier essentiel de la promotion sociale. En revanche, s’il y a des combattants, un qa‘îd éventuellement, la hiérarchie militaire reste attachée au pouvoir sultanien et l’absence du donjon symbolise celle du lien entre le combattant et ce qui, de l’autre côté de la frontière, constitue la seigneurie rurale.

  • 33 Picard 1992 
  • 34 Ibn ‘Abdûn, éd. p. 49, trad. p. 111.

25Cependant, la frontière sociale entre la ville et la campagne est loin d’être étanche. Le traité de hisba, du juriste sévillan Ibn ‘Abdûn, dresse la liste des règlements à appliquer dans la capitale d’al-Andalus. La zone rurale et en particulier l’Aljarafe y est bien présente. Il insiste sur les rivalités sociales entre les propriétaires de grands domaines, dont on retrouve la trace dans le Repartimiento rédigé après la prise de la cité en 1248, sur l’ordre de Ferdinand III, et les communautés rurales, comprenant des groupes tribaux33. Il cite également un nombre considérable de petits producteurs qui viennent vendre leurs produits dans la cité, les jours de marchés. Les rivalités entre propriétaires de grands domaines et les communautés villageoises révèlent la cohésion de ces dernières qui, selon une opinion très orientée du juriste, « ont en effet tendance à considérer comme licite de mettre la main sur ce qui est la propriété des gens de la ville »34. Par ailleurs on retrouve la présence d’agents du fisc (‘âmil), représentant le pouvoir sultanien, mais aussi des shuyûkh, qui représentent ces communautés et peuvent être considérés comme des notables. Le recensement de ces communautés par les enquêteurs castillans, 150 ans plus tard, mentionne des villages qui jouxtent ou qui sont englobés dans les propriétés, entre Niebla et Séville. Souvent, ces communautés portent le même nom que les grands propriétaires, originaires du même groupe tribal, en particulier ceux de l’Arabie qui se sont installés dès la conquête et au fur et à mesure de l’envoi de troupes tribales dans la région : Bena, Beni, ou bien le terme « quartier » (hârat) impliquent un lien entre les communautés villageoises et ces propriétaires qui doivent tous leur ascension au service de l’État. Toutefois, l’organisation précise et les échelles sociales ne sont pas accessibles.

  • 35 Nef 2011, op. cit.

26Tel n’est pas le cas de la Sicile où l’administration normande, incluant l’ensemble des institutions, royales, seigneuriales, ecclésiastiques, a sous son autorité les communautés musulmanes de l’île. La documentation sicilienne offre ainsi les moyens d’une restitution partielle du profil de ces communautés rurales, encore présentes au XIIe siècle. Henri Bresc a été en mesure de déterminer les limites de propriétés exploitées par des familles musulmanes, avec une grande précision. Annliese Nef, pour sa part, a exploité les listes des vilains (jarâ’id), en composantune grille de lecture anthroponymique, qui permet de préciser la condition sociale de ces individus. Elle a en particulier dégagé de ces listes une « diversité sociale des communautés arabo-musulmanes ». Outre les titres à caractères honorifiques qui distinguent les groupes (kunya), les mentions de métiers, classés en 91 activités différentes, accolés aux anthroponymes, permettent de suggérer une distinction sociale dans le cadre d’« une économie intégrée dans ce secteur (artisanat de luxe à Monreale) autour de la capitale et une certaine régionalisation de l’économie ». À l’intérieur de l’île, ces données permettent de noter également des activités de transformation, des réseaux commerciaux intégrés à des courants « micro-régionaux » qui révèlent une forte diversité sociale, en recul sous les Normands. L’existence de la servitude en milieu rural est un autre signe fort de cette diversité et des écarts sociaux où les titres honorifiques déjà rencontrés en al-Andalus, distinguent une élite rurale35.

  • 36 Garcin 1976, p. 154.
  • 37 Ferhat 1993.

27Ces liens entre la ville et la campagne et les conséquences sur la formation d’élites rurales apparaissent plus particulièrement au fil de la lecture de l’ouvrage de Jean-Claude Garcin, consacré à Qûs. Il démontre une relation étroite entre les liens qui unissent la capitale régionale de la Haute Égypte et la capitale, Le Caire, mais également entre la ville du Sa‘d et son arrière-pays qui s’étend à certaines époques jusqu’à la Nubie et à la mer Rouge. Le réseau sultanien, fiscal et militaire en tout premier lieu, apparaît avec force, comme dans les autres régions de l’Islam méditerranéen. Toutefois, les liens de Qûs avec les localités alentours -Qamûla, Damâmîn en particulier- se dévoilent par la promotion sociale des élites issues des petites agglomérations provinciales. Il note que la promotion sociale concernent en priorité des lecteurs du Coran et des juristes de formation qui ont l’occasion de gagner Qûs et même, parfois, Le Caire pour parfaire leur formation et y faire carrière si cela est possible. Dignes de figurer dans les ouvrages biographiques (tabaqât) qui rapportent les vies des musulmans méritants, en particulier les lettrés, ils représentent l’archétype de la promotion sociale et de la réussite des savants du Sa‘d. moins prestigieux, le même circuit promotionnel distingue les juristes spécialistes de la sunna, plus nombreux mais également originaires des zones rurales de la région. Jean-Claude Garcin constate que seuls les métiers liés à l’acquisition du savoir, offraient à des gens d’extraction modestes, originaires des zones rurales, une perspective d’ascension sociale, une des clés de la compréhension de l’évolution des sociétés islamiques en général. Le prix à payer était l’émigration ou, avec l’essor du soufisme, le retrait du monde36. Halima Ferhat montre à propos du soufisme marocain, l’importance du mouvement dans le monde rural et la notoriété qui permet à des ruraux d’extraction modeste, d’atteindre un statut de haut rang37.

  • 38 Valérian 2006.

28Comme le montre l’étude de Dominique Valérian sur Bougie, l’approche économique, avec les sources arabes mais également les archives latines, permet également de mettre en perspective l’importance des liens qui reliaient la capitale portuaire, à l’arrière-pays du Constantinois, et l’importance des tribus et de leurs représentants dans la cité, comme fournisseurs des produits recherchés par les Italiens et les Catalans38.

CONCLUSION

29Ainsi, ces exemples, qui ont privilégié les études françaises, d’une étude des élites du monde rural musulman montrent le décalage considérable avec l’aire latine et avec Byzance. Décalage historiographique d’abord comme le souligne l’article fondateur de Nicolas Michel et les quelques travaux présentés dans cette introduction. Ce démarrage tardif concerne toutes les régions de l’immensité islamique mais particulièrement la Méditerranée.

30Autre décalage qui concerne particulièrement le monde rural, celui qui émane des moyens d’investigation. On a vu l’abondance des textes et les progrès de l’archéologie qui nous rapprochent sans cesse d’une meilleure appréhension des sociétés rurales ; le pluriel s’impose même si nous n’avons pas encore les moyens de montrer la diversité des situations. Néanmoins, l’absence d’archives nous oblige à passer par le filtre déformant des textes qui émanent des autorités, de la « madîna » si l’on veut. Toutefois, les sources juridiques de même que les documents externes à l’Islam dans les régions de frontière et de « reconquista », offrent des alternatives prometteuses. Nous ne sommes pas prêts de trouver un terrain de recherche équivalent à celui qui concerne l’histoire urbaine du monde musulman ; néanmoins, comme le montre l’étude que présente Elise Voguet, à partir des sources juridiques du Maghreb, c’est en premier lieu le décalage historiographique avec celle du monde latin qui donne le sentiment d’une impuissance à mieux cerner le monde rural en général et ses élites en particulier.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Al-Nâbulusî = Al-Nâbulusî, Ta’rîkh al-Fayyûm wa bilâdihi, éd. B. Moritz, Le Caire, 1898, nouv. éd., Beyrouth, 1974.

Al-Nuwayrî = Al-Nuwayrî, Nihâyat al-‘arab fi funun al-adab, éd. Ahmad Zaki Pacha, 18 vol. , Le Caire, 1923-1944.

Al-‘Udhrî = Al-‘Udhrî, Tarsi‘ al-akhbâr, éd. A. Al-Ahwani, Fragmentos geográfico-históricos de ilâ jami‘a l-mamâlik wa -l-masâlik, Madrid, 1965.

Barcelo 1984-5 = M. Barcelo, Un estudio sobre la estructura fiscal y procédimientos contables del emirato omeya de Córdoba (138-300/912-976), dans Acta Mediaevalia, 5-6, 1984-1985, p. 45-72.

Bazzana – Cressier – Guichard 1988 = A. Bazzana, P. Cressier, P. Guichard, Les châteaux ruraux d’al-Andalus : histoire et archéologie des husûn du Sud-Est de l’Espagne, Madrid, 1988.

Benhima 2003 = Y. Benhima, Espace et société rurale au Maroc médiéval. Stratégies territoriales et structures de l’habitat : l’exemple de Safi, thèse de doctorat, Lyon II, 2003.

Berque 2001 = J. Berque, Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine, dans Opera Mundi, II, Histoire et anthropologie du Maghreb, Paris, 2001.

Bolens 1981 = L. Bolens, Agronomes andalous au Moyen Âge, Genève, 1981.

Borrut – Debié – Papaconstantinou 2011 = A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou (éd.), Peuplement et dynamique spatiales, Actes du colloque « Continuités de l'occupation entre les périodes byzantine et abbasside au Proche-Orient, VIIe-IXe siècles » (Paris, 18-20 octobre 2007), Turnhout, 2011.

Cahen 1982 = Cl. Cahen, La communauté rurale dans le monde musulman médiéval. Rapport général, dans Les communautés rurales, III, Islam et Asie, Paris, 1982 (Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions).

Camps 1980 = G. Camps, Berbères aux marges de l’histoire, Paris, 1980.

Cressier 1998 = P. Cressier, Urbanisation, arabisation, islamisation au Maroc du nord : quelques remarques depuis l’archéologie, dans J. Aguadé, P. Cressier, A. Vicente (éd.), Peuplement et arabisation au Maghreb occidental. Dialectologie et histoire, Madrid-Saragosse, 1998, p. 27-38.

De Felipe 1997 = H. De Felipe, Identitdad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, Madrid, 1997.

Ferhat 1993 = H. Ferhat, Le Maghreb aux XIIe et XIIIe siècles : les siècles de la foi, Casablanca, 1993.

Garcin 1976 = J.-C. Garcin, Un centre musulman de la Haute Égypte médiévale : Qûs, Le Caire, 1976.

Garcin 1995-2000 = J.-C. Garcin et alii, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, 3 vol. , Paris, 1995-2000 (Nouvelle Clio).

Gilotte 2004 = S. Gilotte, L’Estrémadure centre-orientale (VIIIe-XIIIe siècles) : peuplement et formes d’habitat aux marges d’al-Andalus, Thèse de doctorat, Université Paris IV, 2004.

Gilotte 2010 = S. Gilotte, Aux marges d’al-Andalus : peuplement et habitat en Estrémadure centre-orientale (VIIIe-XIIIsiècles), Helsinki, 2010.

Guichard 1977 = Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l'Espagne musulmane, Paris-La Haye, 1977.

Guichard 1990-1991 = P. Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête, XIe-XIIIe siècles, 2 vol. , Damas, 1990-1991.

History of the Patriarchs 1904 = History of the Patriarchs of the Coptic Church of Alexandria, Paris, depuis 1904 (Patrologia Orientalis).

Ibn ‘Abdûn = Ibn ‘Abdûn, Risâlâ fî l-qadâ wa l-hisba, éd. et trad. E. Lévi-Provençal, Documents inédits sur la vie sociale et économique en Occident musulman au Moyen Âge, 1ère série : Trois traités hispaniques de hisba, Le Caire, 1955, p. 1-65 ; trad. Séville musulmane au début du XIIe siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdûn sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, 1947.

Ibn Khaldûn = Ibn Khaldûn, Ta’rîkh al-‘allâma Ibn Khaldûn, Dâr al-Kitâb al-Lubnâni, Beyrouth, 1983 ; trad. A. Cheddadi, Ibn Khaldûn, Le livre des exemples. I Autobiographie, Muqaddima, Paris, 2002 (Pléiade).

Lagardère 1993 = V. Lagardère, Campagnes et paysans d’al-Andalus. VIIIe-XVe s., Paris, 1993.

Lagardère 1995 = V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi‘yâr d'al-Wansharîsî, Madrid, 1995.

Loiseau 2010 = J. Loiseau, Reconstruire la maison du sultan : ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450), Le Caire, 2010.

Maqrîzî = Al-Maqrîzî, Kitâb al-mawâ’iz wa l-i‘tibâr fî dhikr al-khitât wa l-athâr [Livre des admonitions et de l’observation sur l’histoire des quartiers et des monuments], Le Caire, 1953-1954 (rééd. Beyrouth, 1970), trad. partielle U. Bouriant, I et II, P. Casanova, III-IV, dans Mémoires publiées par les membres de la Mission archéologique française au Caire, Paris-Le Caire, 1906-1920, 1927.

Marçais 1946 = G. Marçais, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge, Paris, 1946.

Menant – Jessene 2007 = F. Menant, J.-P. Jessene (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, XXVIIes journées internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, 9,10, 11 septembre 2005, Toulouse, 2007.

Michel 2000 = N. Michel, Devoirs fiscaux et droits fonciers : la condition des fellahs égyptiens (13e-16e siècles), dans JESHO, 43-4, 2000, p. 521-578.

Morimoto 1981 = K. Morimoto, The Fiscal Administration of Egypt in the Early Islamic Period, Kyoto, 1981.

Nef 2011 = A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011 (BEFAR, 346).

Picard 1992 = Ch. Picard, Quelques remarques sur la propriété du sol dans le Gharb al-Andalus pendant la période musulmane, dans Revues des études islamiques, 60, 1992, p. 471-519.

Picard 2011a = Ch. Picard, Berbères du Maghreb al-Aqsâ et mise en valeur économique d’après les géographes arabes, dans D. Valérian (éd.), Islamisation et arabisation de l’Occident musulman, Paris, 2011.

Picard 2011b = Ch. Picard, Berbères du Maghreb al-Aqsâ et mise en valeur économique d’après les géographes arabes, dans A. Nef, E. Voguet (éd.), La légitimation du pouvoir au Maghreb médiéval. De l’orientalisation à l’émancipation politique, Madrid, 2011, p. 11-34.

SHMESP 2009 = L’autorité de l’Écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), XXXIXe congrès de la SHMESP, Le Caire, 30 avril-5 mai 2008, Paris, 2009.

Qalqashandî = Al-Qalqashandî, Subh al-A‘shâ fî sinâ‘a al-Inshâ’, éd. N. al-Khatîb, Beyrouth, 1987, 14 vol. 

Rapoport 2004 = Y. Rapoport, Invisible peasants, marauding Nomads : taxation, tribalism, and rebellion in Mamluk Egypt, dans Mamlûk Studies Review, VIII-2, 2004, p. 1-22.

Sato 1997 = T. Sato, State and rural society in medieval Islam. Sultân, Muqta‘s and fallahûn, Leyde, 1997.

Sijpesteijn – Sundelin 2004 = P. Sijpesteijn, L. Sundelin (éd.), Papyrology and the History of Early Egypt, Leyde-Boston, 2004.

Schatzmiller 1994 = Maria Schatzmiller, Labour in Medieval Islam, Leyde, 1994

Udhrî = Al-‘Udhrî, Tarsi‘ al-akhbâr, éd. A. Al-Ahwani, Fragmentos geográfico-históricos de ilâ jami‘a l-mamâlik wa -l-masâlik, Madrid, 1965

Valérian 2006 = D. Valérian, Bougie, port maghrébin, 1076-1510, Rome, 2006 (BEFAR, 328).

Voguet 2005 = E. Voguet, Entre réalités sociales et construction juridique, le monde rural du Maghreb central, d’après les Nawâzil Mâzûna (IX/XVe siècle), Thèse de doctorat, Paris.

Haut de page

Notes

1 Menant – Jessene 2007, p. 10.

2 Expression de Pierre Guichard dans Garcin 1995-2000, p. 59.

3 Lagardère 1993, p. 9.

4 Cahen 1982, p. 9-27.

5 Nef 2011, p. 481 et suivantes.

6 Borrut Debié – Papaconstantinou 2011.

7 Morimoto 1981.

8 Garcin 1976.

9 SHMESP 2009.

10 Ibn Khaldûn ; Marçais 1946.

11 Voguet 2005  apporte un regard neuf sur ces notions.

12 Berque 2001 ; Camps, 1980.

13 Michel, 2000.

14 Voir l’analyse, pour la ville de J. Loiseau : Loiseau 2010 .

15 Guichard 1977.

16 Guichard1990-1991. Bazzana – Cressier – Guichard 1988.

17 De Felipe 1997.

18 Cressier 1998 ; Gilotte, 2010.

19 Picard 2011b

20 Sijpesteijn – Sundelin, 2004.

21 History of the Patriarchs, 1904.

22 Al-Nâbulusî.

23 Maqrîzî ; Qalqashandî.

24 Rapaport 2004, p. 1-22.

25 Al-Nuwayrî.

26 Sato 1997.

27 Schatzmiller 1994.

28 Bolens 1981.

29 Lagardère 1995.

30 Benhima 2003

31 ‘Udhrî.

32 Barceló 1984-1985.

33 Picard 1992 

34 Ibn ‘Abdûn, éd. p. 49, trad. p. 111.

35 Nef 2011, op. cit.

36 Garcin 1976, p. 154.

37 Ferhat 1993.

38 Valérian 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Picard, « Les élites rurales du monde musulman méditerranéen », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/794 ; DOI : 10.4000/mefrm.794

Haut de page

Auteur

Christophe Picard

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167/IRBIMMA – Christophe.Picard[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org