Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge
Identifier les élites rurales

Les élites rurales byzantines

Historiographie et sources
Michel Kaplan

Résumés

La bibliographie byzantine est très réservée sur l’usage du terme élites au sommet de la pyramide sociale, préférant parler d’aristocratie. Mais, depuis les années 1970, elle s’est attachée à étudier la hiérarchie sociale à l’intérieur des sociétés villageoises et donc à définir ceux qui y occupaient une position plus élevée que les autres, en lien ou non avec l’aristocratie et la puissance étatique. Ces études sont devenues plus fréquentes dans les vingt dernières années et nous avons tenté d’en faire ressortir l’apport. Puis nous avons tenté de définir les sources disponibles pour cette étude, d’abord juridiques et hagiographiques durant la période comprise entre la perte de l’Égypte, où les papyrus permettent d’aborder la question, et les premiers documents d’archives conservés, à partir du début du Xe siècle. Nous avons tiré de ces sources un certain nombre d’exemples permettant de dresser un portrait général, au reste peu précis en l’état actuel des recherches, des élites rurales byzantines.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Byzance, village, villageois
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Haldon 2009.
  • 2 Kaplan 2009, p. 143-167.

1Le concept d’élite n'a guère été utilisé par les byzantinistes, du moins jusqu’à une époque récente. Le meilleur spécialiste français de l’aristocratie byzantine, Jean-Claude Cheynet, ne l’emploie pas. En revanche, dans l’ouvrage récemment paru, A social history of Byzantium, la notion d’élite est très présente. Le concepteur de l’ouvrage, J. F. Haldon, y consacre tout un chapitre, « Social élites (en français dans le texte), wealth and power »1. Pourtant, le problème des élites rurales ne s’y trouve pratiquement pas évoqué, pas plus qu’il ne l’est dans le chapitre que j’ai consacré à « The Producing Population »2. Cela montre d’ailleurs la difficulté même du concept, « élites » n’étant pas aux yeux des auteurs de cet ouvrage très différent des termes « aristocratie » ou « puissants ». Le terme « élites » pose donc un problème aux byzantinistes, malgré la riche bibliographie dont il dispose en dehors de Byzance.

  • 3 Lemerle 1958 ; Lemerle 1959 ; (traduction légèrement révisée en anglais dans Lemerle 1979).
  • 4 Bréhier 1974.

2L’historiographie russe d’avant 1917, souvent difficilement accessible même pour ceux qui lisent le russe, s’est beaucoup intéressée au village byzantin : Paul Lemerle a bien mis en avant les qualités de ces recherches dans son article fondateur « Esquisse pour une Histoire Agraire de Byzance »3. Dans l’introduction de celui-ci, il rappelle les travaux des savants russes ; plus loin dans l’ouvrage, il montre qu’ils furent les premiers à s’intéresser de près au Code Rural comme aux données que l’on pouvait tirer de l’hagiographie. Une partie des travaux russes fondés sur celle-ci avait été résumée par L. Bréhier4.

  • 5 Une façon commode de comprendre la démarche des savants soviétiques se trouve dans un recueil assez (...)
  • 6 Voir, entre autres, Ostrogorsky 1954 et Ostrogorsky 1966, p. 205-234.

3L’accès à l’historiographie soviétique est facilité par les résumés réguliers fournis par Irène Sorlin dans Travaux et Mémoires. L’intérêt des savants soviétiques se portait sur la supposée féodalisation de la société byzantine, processus avec lequel la présence des acteurs relativement les plus aisés de la société villageoise cadrait mal. Une élite villageoise sort nécessairement du groupe paysan, ce qui ne s’accorde pas avec la démarche des savants soviétiques, concentrés sur l’accaparement de la terre et du pouvoir sur les hommes par les puissants5. Dans la même veine, l’œuvre de Georges Ostrogorsky6 reste à peu près imperméable à la problématique d’une catégorie qui se situerait entre les paysans de base et l’aristocratie. Paul Lemerle était, quant à lui, totalement opposé à l’idée d’une féodalité byzantine. Surtout, son Esquisse colle aux sources, comme le titre l’indique ; il y trouve plusieurs termes indiquant une stratification dans la société rurale, mais sans y attacher plus d’importance.

  • 7 Patlagean 1977 ; voir sa brillante mise au point sur la question de la féodalité byzantine dans Pat (...)
  • 8  Patlagean 1977, p. 244.

4Notre problématique commence à apparaître à la fin des années 1970, grâce à deux ouvrages importants situés aux deux bouts du spectre chronologique byzantin et publiés la même année, 1977. Pour respecter la chronologie, commençons par la thèse d’Évelyne Paltagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e-7e siècle7. Les paysans sont évidemment l’un des sujets centraux du livre, ce qui conduit l’auteure à s’intéresser au village et à la communauté villageoise. Or celle-ci présente, dans les sources de l’époque, à commencer par les Vies de saints, un spectre social assez large. « Quoi qu’il en soit, un groupe plus restreint se dessine, celui des “premiers du village” »8. Le livre consacre ainsi deux pages à définir cette élite villageoise, en utilisant, outre l’hagiographie, quelques inscriptions et des papyrus de Nessana ; certains des membres de cette élite peuvent appartenir au clergé.

  • 9 Laiou – Tomadakis 1977.
  • 10 Regel – Kurtz – Korablev 1907, n° 7, p. 20.
  • 11 Živojinović – Kravari – Giros 1998 p. 132-135. Sans vouloir être exhaustif à ce stade, notons que l (...)
  • 12 Miklosich – Müller , 1881, p. 38 et 278‑282 ; Miklosich – Müller, 1890, p. 153-156.

5La même année paraît l’important ouvrage d’Angeliki Laiou consacré à la société paysanne à l’époque byzantine tardive9. Le village byzantin a naturellement beaucoup évolué depuis l’Antiquité tardive ; la plupart des paysans sont maintenant des parèques, locataires perpétuels d’un grand propriétaire, parfois redevables de leur impôt à travers la concession de celui-ci à un puissant selon le système de la pronoïa. Pour autant, le village reste une communauté, qui conteste l’autorité des puissants, éventuellement en allant jusqu’à Constantinople. Ces villages peuvent avoir des représentants. Il peut s’agir d’un nomikos, en général un prêtre (les prêtres ne sont pas moins parèques que les autres). Lors des contestations juridiques, les plus riches et/ou les plus anciens des villageois jouent un rôle important, que l’objet du litige soit interne à la société paysanne ou mette en cause les propriétaires. On voit ainsi les meilleurs (κρείττονες) habitants de Hiérissos (l’évêché situé à proximité de l’Athos) convoqués comme témoins dans une dispute entre les monastères de Lavra et de Zographou10, comme les anciens (γέροντες) du village de Kaména pour une querelle entre Chilandar et Lavra11. En Asie Mineure, l’on voit un propriétaire, Syrgarès, convoquer les « meilleurs maîtres de maison » (oikodespotai) pour régler une querelle entre ses parèques12. Âge ou condition socio-économique, ou plus vraisemblablement les deux, sont les clés de l’accès à cette élite villageoise. Mais l’ouvrage ne consacre que deux pages (p. 62-63) sur trois cent vingt à cette problématique.

  • 13 Kaplan 1982, p. 202-217, repris dans Kaplan 2006, p. 14-30.
  • 14 Kaplan 2006, p. 24.

6La question de la hiérarchie sociale dans les villages a retenu mon attention depuis que j’ai commencé mes recherches d’histoire rurale byzantine. En 1982, j’ai publié un article dont le titre résumait bien cette préoccupation : « Les villageois aux premiers siècles byzantins (vie-xe siècles) : une société homogène ? »13, la réponse étant évidemment non. En dehors de la présence éventuelle de puissants, qui ne me semble pas être notre préoccupation ici, cet article tentait de mettre en valeur deux hiérarchies. La première distingue ceux qui disposent d’une exploitation agricole de plein exercice de ceux qui n’en disposent pas. La seconde, interne à la première catégorie, est celle qui nous intéresse. « La communauté villageoise apparaît bien comme une société organisée et hiérarchisée. L’ensemble des villageois choisit ses représentants, des chefs, des anciens… Cette élite [le mot est lâché] du village peut même avoir désigné un individu comme chef »14.

  • 15 Kaplan 1992.
  • 16 Kaplan 1992 p. 15-25, repris dans Kaplan 2006, p. 79-87.

7Dix ans plus tard, dans Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle : propriété et exploitation du sol15, j’ai naturellement consacré un chapitre à la société villageoise. Celui-ci comportait un développement sur « l’élite villageoise », coqs de village et clergé, rendu relativement court par l’article cité précédemment. Concernant le clergé, et en m’appuyant sur les documents d’archives, j’affirmais ceci : « de par leur seule appartenance au clergé, les ecclésiastiques sont rangés dans l’élite villageoise ». J’ai repris cette question du clergé villageois en 1992, en adoptant plutôt le point de vue institutionnel16.

  • 17 Kaplan 1991, p. 45-55.
  • 18 Haldon 1993, p. 1-67, repris dans Haldon 2007, p. 83-150.
  • 19 Cheynet 1995, repris dans Cheynet 2006 XII ;  Cheynet 1998.
  • 20 Magdalino 1997, repris dans Haldon 2007 p. 167-188.

8Toujours dans la société villageoise, j’ai consacré un long développement de l’ouvrage cité plus haut aux soldats villageois, ceux de l’armée des thèmes, mais aussi certains qui servaient dans l’armée centrale, question que j’ai par ailleurs développée à la même époque17. Ce dernier point a depuis lors été largement étudié, par exemple, pour ne citer que l’essentiel, par J. Haldon18, par J-Cl. Cheynet19 et par P. Magdalino20. Il en ressort que les fameux stratiotes sont moins intégrés à la société villageoise et plus proches d’une petite aristocratie que je ne l’avais estimé.

  • 21 Kaplan 1992, p. 427-428.

9Enfin, dans mon étude sur la législation des empereurs Macédoniens au Xe siècle concernant la terre, j’ai tenté de mettre en valeur la recherche, notamment par Constantin VII Porphyrogénète, d’une couche moyenne, pour partie villageoise et donc partie prenante de l’élite villageoise. L’empereur les distingue des « faibles », et notamment des indigents dont la valeur des biens ne dépasse pas cinquante nomismata d’or, comme des « puissants » ; il tente d’organiser à l’intérieur de ce groupe des cessions de terre qu’il veut éviter entre les faibles et les puissants au bénéfice de ces derniers21.

  • 22 Laiou 2002.
  • 23 Lefort 2002, p. 231-310, publié en français : Lefort 2006.
  • 24 Laiou 2002a, p. 311-375.

10Si nous changeons de millénaire, nous arrivons à l’Economic History of Byzantium22 et notamment à la contribution de Jacques Lefort pour les VIIe-XIIe siècles, depuis réimprimée en français23. Si l’auteur ne s’intéresse pas directement à l’élite villageoise, il dresse un portrait des intendants des grands propriétaires, dont il apparaît qu’ils sont extrêmement présents dans le village, sans que l’on puisse savoir s’ils sont intégrés à la société villageoise dont ils constitueraient assurément une élite. A. Laiou prend la suite chronologique de J. Lefort24 ; la préoccupation économique laisse peu de place à la recherche d’une élite paysanne. Pour autant, celle-ci apparaît ; l’auteure met en lumière la place importante de la vigne. Elle estime donc que« la partie la plus élevée de l’échelle sociale était celle qui avait le plus d’opportunités d’envoyer des surplus à mettre sur le marché » ; outre la vigne, des paysans produisaient de l’huile, du coton, exploitaient du bétail, voire possédaient des moulins. On cerne ainsi une élite économique villageoise.

  • 25 Lefort - Morrisson 2005.
  • 26 Laiou 2005,  p. 31-53.
  • 27 Gatier 2005.
  • 28 Martin – Noyé 2005.
  • 29 Avraméa 2005.
  • 30 Krystès – Smyrlis2005.

11Viennent enfin deux ouvrages publiés en 2005. En 2001, lors du XXe Congrès international des études byzantines tenu à Paris, une séance plénière et plusieurs tables-rondes avaient été consacrées au village byzantin ; ces travaux ont été réunis par C. Morrisson et J. Lefort25. Dans sa communication générale couvrant quasi toute la période, A. Laiou insiste sur les élites villageoises à toutes les époques, qui représentent le village dans ses relations avec l’extérieur, y compris l’État et les grands propriétaires, et joue un rôle de médiation dans les querelles internes26. La force de la communauté villageoise se maintient même quand le système a tourné à l’économie domaniale et assure le maintien du rôle joué par une élite. Traitant des villages du Proche-Orient protobyzantin, Pierre-Louis Gatier montre que, si les villages de Syrie du Nord connaissent une certaine uniformité sociale, les maisons des villages de Syrie et du sud de d’Arabie laissent apparaître une forte différenciation sociale, donc une élite27. Pour les villages de l’Italie méridionale byzantine, G. Noyé et J.-M. Martin mettent en avant la Calabre où les villages les plus importants comptent encore au tournant des Xe et XIe siècles des notables et des marchands ; mais le contexte troublé permet aux notables urbains de mettre la main sur ces villages28. Pour les villages de Grèce centrale et du Péloponnèse (Ve-XIVe siècle) présentés par A. Avraméa, à la fin de la période, dans les inscriptions portées sur les fresques ornant les églises nouvellement construites dans le sud de la région, l’on trouve mention de la différenciation sociale entre les prokritoi et le peuple commun29. S’agissant des villages du littoral égéen de l’Asie Mineure étudiés par D. Kyristès et K. Smyrlis, la stratification sociale est très sensible à l’époque tardive, où la documentation diplomatique est abondante. Les documents mettent en avant des notables, gérontes, oikodespotai, kreittones, appelés à être témoins lors de la rédaction d’actes et considérés comme des personnes de confiance. Il s’agit parfois d’aristocrates résidant dans le village ; plus souvent, ce sont des hommes au service de l’Empereur, des soldats, des paysans aisés, auxquels on peut ajouter les notaires, souvent d’origine locale, les prêtres et les intendants des grands propriétaires30.

  • 31  Wickham 2005.

12Nous en arrivons ainsi au magistral ouvrage de Chris Wickham, Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean, 400-80031, lui aussi paru en 2005. La troisième partie, « Peasantries », commence par un chapitre intitulé « paysans et société locales : études de cas ». Il y donne sa définition des élites villageoises :

Des paysans pouvaient d’ailleurs être propriétaires terriens (« petits propriétaires ») ou tenanciers ; ils pouvaient être des artisans à temps partiel et non pas complet ; ils pouvaient aussi avoir des tenanciers ou des ouvriers agricoles qui travaillaient une partie de leur terre, comme c’est le cas de nombreux cultivateurs, spécialement les plus riches. Quoi qu’il en soit, si un paysan riche accumulait suffisamment de terre pour qu’il n’ait plus rien à en mettre en valeur directement, selon ma définition, il cesse d’être un agriculteur et devient un « moyen propriétaire ». De façon caractéristique, de tels moyens propriétaires, là où ils existaient, demeuraient dans les villages et constituaient l’élite villageoise avec les plus riches de leurs voisins agriculteurs. Ils se comportaient généralement comme les autres villageois, nouaient des alliances matrimoniales avec eux, mais les moyens propriétaires en particulier étaient dans une position structurellement dominante qui pouvait souvent traverser les générations.

13À partir de cela, Wickham étudie des cas particuliers, dont deux nous intéressent particulièrement : les villages de Galatie près de la cité d’Anastasioupolis au tournant du VIe et du VIIe siècle connus par la Vie de Théodore de Sykéôn ; l’agglomération d’Aphroditô en Égypte connue par environ 500 documents papyrologiques des années 520-585. Les villages de Galatie se caractérisent par la grande cohérence de la communauté villageoise. Ils sont dotés de leaders, qualifiés de prooikoi, presbytéroi ou prôtopresbytéroi (qui ne sont pas des prêtres), dont le rôle est bien établi, notamment dans la conduite des actions collectives de ces villages : construire un pont, disputer des bois aux villages voisins, se révolter contre un agent épiscopal injuste et, par dessus tout, se rendre auprès du saint homme. S’agissant d’Aphroditô, nous sommes pour l’essentiel en présence des archives de Dioskoros, fils d’Apollôs, et de celui-ci. Apollôs et Dioskoros ont occupé la charge de prôtokômètès, qui les conduit à de nombreuses interventions pour garantir l’indépendance de leur bourgade, y compris en se rendant à Constantinople. Aphroditô compte d’ailleurs plusieurs prôtokômètai. Appolôs a été l’intendant d’un grand propriétaire, le comte Ammonios, et le représentant d’au moins sept autres propriétaires fonciers, ce qui lui permet d’asseoir sa position sociale. Ceux qui détiennent une position éminente dans cette bourgade sont des moyens propriétaires et des riches paysans, bien que la bourgade comporte également de nombreux artisans de toutes sortes de métier. Dioskoros est sans doute l’un des plus éminents d’entre eux : il a appris le Droit, sans doute à Alexandrie, et il sert de légiste et de notaire. Il prête de l’argent, vend et achète des terres, les loue, se dispute avec ses voisins et ses tenanciers, arbitre des conflits, notamment avec des gens d’un niveau proche du sien. Figure distinguée de la bourgade, il n’est pas un aristocrate : au contraire, il se sent toujours menacé par les fonctionnaires et les soldats, par ses créditeurs, ses voisins et même les attaques des populations nomades. Bref, un bon représentant de l’élite villageoise, nombreuse à l’échelle de cette grosse bourgade agricole, ce qui empêche toute domination par un seul personnage ; la forte communauté villageoise gère elle-même sa fiscalité et le système complexe d’irrigation. Notons que la famille de Dioskoros est toujours enregistrée dans les listes fiscales du VIIIe siècle.

14Dans le chapitre suivant (« Rural settlement and village societies »), Wickham présente d’autres cas. Par exemple celui du village de Nessana dans le Néguev, connu lui aussi par des papyrus. Une partie des habitants sont des moyens propriétaires. Des documents des années autour de 600 et des années 670-680 montrent une église, Saint-Serge, contrôlée par une famille, dont l’un des membres, Georges, est qualifié de dioikètès (administrateur, mais plutôt chef) du village (chôrion) ; son fils était prêtre. Nessana reste une communauté villageoise, avec ses représentants, ses juges locaux, son dioikètès et n’est en aucun cas propriété d’un magnat. La question de l’élite villageoise se retrouve enfin dans le chapitre suivant (« Peasant society an its problems »). Wickham y pointe la solidité et la durée des dioikètai de Palestine et des prôtopresbytéroi de Galatie, appuyés sur une couche non négligeable de paysans aisés, qualifiés en Galatie de oikodespotai. Ces élites locales se forment par une combinaison complexe de possession de terres, de mariages chanceux, de dons biens menés à des églises, de réseaux de patronage vis-à-vis de leurs voisins moins fortunés et sans doute par une solidarité interne.

15Voilà brièvement rassemblé ce que l’historiographie nous apprend des élites rurales dans le monde byzantin. Au passage, cette revue nous a permis d’apercevoir un certain nombre de sources que nous allons évoquer maintenant.

16S’agissant des sources, l’« Esquisse pour une histoire agraire de Byzance : les sources et les problèmes » de Paul Lemerle fournit évidemment la base. Mais il faut bien sûr tenir compte de l’évolution profonde qu’a constitué depuis 1958 la publication d’une vingtaine de volumes des actes de l’Athos qui a mis l’accent sur l’importance des documents concernés.

  • 32 Svonoros – Gounaridis1994.
  • 33 Zépos 1931, p. 11-260.
  • 34 Voir par exemple Peira 15, c. 10, Zépos 1931, p. 52-53.

17Ce qui n’a pratiquement pas bougé depuis 1958, ce sont les sources juridiques. Tout juste faut-il mentionner la publication posthume, en 1994, de l’édition par Nicolas Svoronos des novelles des empereurs Macédoniens, donc au Xe siècle32. Elles sont la base de la réflexion sur les soldats de l’armée des thèmes et sur la recherche par ces empereurs d’un appui auprès de couches de moyens propriétaires fonciers, évoquées plus haut. Elles ont évidemment le défaut des sources normatives, puisqu’elles n’indiquent pas en soi quelle fut leur application. Sur ce point, nous disposons d’un apport essentiel, sous la forme d’un recueil de jurisprudence compilé dans la première moitié du XIe siècle par les élèves ou auditeurs d’un juge célèbre, Eustathe Rômaios ; c’est la Peira, l’expérience33. On en tire l’impression, confirmée par les documents d’archives, que les juges tentent d’appliquer la loi, qui protège les petites et moyennes exploitations, mais qu’ils se heurtent à deux obstacles : les victimes des agissements de puissants à qui la loi prescrit de restituer des terres, eux ou leurs héritiers, ont disparu34 ; les juges se heurtent aux faveurs prodiguées par l’Empereur, notamment aux monastères, à qui le souverain restitue les terres que l’application de la loi impériale les obligeait à rendre.

  • 35 Dölger 1927.
  • 36 Oikonomidès 1996, p. 44-46.

18Il convient de rattacher à ces documents juridiques le Traité Fiscal de la Marcienne35, ouvrage destiné aux fonctionnaires des impôts en charge du cadastrage et de la perception de l’impôt, auxquels étaient aussi destinés les traités d’arpentage parvenus en plus grand nombre. Cet ouvrage date du tournant des XIe et XIIe siècles, sans doute après la réforme fiscale d’Alexis Ier Comnène36, mais les documents d’archives montrent que bien des cas qu’il aborde correspondent à des institutions antérieures. La base du système fiscal est le village (χωρίον), mais le traité énumère les différents types d’habitat qui lui sont assimilés.

  • 37 Le Traité Fiscal de la Marcienne est destiné aux élèves fonctionnaires des impôts. Pour ces agents (...)
  • 38 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 4, Dölger 1927, p. 115.

La propriété dispersée (κτῆσις) et le village (χωρίον), qui, sur tous les autres plans sont semblables37, différent en ceci qui remonte à longtemps : le siège (καθέδρα) du village est unique et les habitations des villageois sont au même endroit, voisines les unes des autres, tandis que le siège de la propriété dispersée est multiple ; les maisons des habitants sont dispersées, très isolées les unes des autres, chacune étant sur son propre petit bien (κτησίδιον). C’est pourquoi les gens des propriétés dispersées semblent être des propriétaires fonciers (χωροοικοδεσπόται), ou être issus de propriétaires fonciers, et ne pas être de simples villageois (χωρῖται)38.

19On retiendra notamment la présence du terme chôrooikodespotai, que l’on retrouve tant dans les Vies de saints que dans les documents d’archives sous la forme simple d’oikodespotai, et qui désigne bien les coqs de village.

20Le paragraphe suivant envisage les cas de formation d’un écart (ἀγρίδιον, ferme isolée). L’un d’eux est significatif :

  • 39 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 5, ibid.

D’autres encore, …en raison du grand nombre de leurs animaux,… se sont transportés dans une partie du ressort du village, et, de la même façon, ils l’ont mise en valeur et en ont fait une ferme isolée39.

21L’opposition est faite au paragraphe suivant avec les biens relevant d’un grand domaine :

  • 40 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 6, ibid.

Sans nul doute, les domaines (προάστεια) sont-ils nés de la même façon, mais avec une différence : sur les domaines, les propriétaires (δεσπόται) n’ont pas eux-mêmes leur résidence ; n’y habitent que certains de leurs subordonnés, esclaves, locataires (μισθίοι) et autres. Voilà pour les fermes isolées et les domaines qui sont compris dans la délimitation du ressort général du village40.

22Les grands propriétaires ne résident pas généralement dans le village et leurs subordonnés n’appartiennent visiblement pas à l’élite villageoise.

23S’agissant de la littérature hagiographique, elle est surtout importante du Ve au XIIe siècle. Les datations ne sont pas toujours établies avec sûreté, mais un nombre important de textes sont utilisables ; ils ont l’immense avantage de se placer souvent à un niveau social qu’ignorent généralement les autres sources narratives qui nous sont parvenues. Elles comportent néanmoins un nombre important de biais propres aux hagiographes : certains utilisent un vocabulaire volontairement vieilli. Par exemple, tandis que le village s’appelle chôrion à l’époque mésobyzantine, maintes Vies utilisent encore le terme antique de kômè (κώμη) et parfois les deux pour le même village à quelques paragraphes d’intervalle.

  • 41 Festugière 1970.
  • 42 L’épisode n’est peut‑être pas authentique, mais peu importe : pour ceux qui écoutent ou pratiquent (...)
  • 43 Festugière 1970, c. 5, p. 4. D’autres enfants du village, fils de simples paysans, fréquentent l’éc (...)
  • 44 Le terme πρόοικος est traduit dans l’index de l’éditeur par « maire ». Il indique effectivement « l (...)
  • 45 Schwartz 1934, p. 3-85.
  • 46 Schwartz 1934 p. 85-200.
  • 47 P. Van den Ven 1962.

24Pour notre sujet, nous devons opérer une distinction importante en fonction du saint lui-même qui est le héros de l’hagiographe. La plupart du temps, le saint n’est pas ou ne reste pas durant son ascèse un villageois ; il en résulte que, volontairement ou non, la description de la société villageoise et de sa hiérarchie interne est relativement objective et correspond au moins à la vision que s’en fait l’hagiographe. Prenons une nouvelle fois comme exemple la Vie de Théodore de Sykéôn41, abondamment utilisée, comme on l’a vu, par Chris Wickham, moi-même et bien d’autres. Théodore est mort en 613 dans son monastère dominant le village du même nom où il était né vers 530 (il aurait eu une douzaine d’années au moment de la peste de 541-542) ; sa Vie est écrite par l’un de ses disciples au plus un quart de siècle après sa mort et l’auteur nous décrit la Galatie du début du VIIe siècle. Notons que la grand-mère, la mère et la tante de Théodore tenaient l’auberge et relais de poste de ce village situé au débouché d’un pont reconstruit par Justinien sur l’une des grandes routes transanatoliennes ; elles y augmentaient leurs revenus en accordant leurs faveurs tarifées aux hôtes de passage, dont l’un fut le père du saint. La famille faisait donc partie de l’élite villageoise et la mère du saint finit par épouser un membre de la bonne société d’Ancyre42. Le saint lui-même va à l’école, car sa mère désire en faire un fonctionnaire de l’administration impériale, ce qui n’était sans doute pas envisageable pour les enfants des paysans de base43. Mais le saint homme s’établit en marge des communautés villageoises où il intervient de l’extérieur : sa condition sociale n’a donc pas d’intérêt en soi pour l’hagiographe. Par conséquent, l’on peut accorder foi à la présentation que celui-ci fait des villages de paysans indépendants (à côté de ceux qui appartiennent par exemple à la cathédrale d’Anastioupolis, dont Théodore fut un temps évêque avant de devoir démissionner pour incompétence notoire) avec leur élite de prooikoi, presbytéroi ou prôtopresbytéroi44. La situation est la même dans la plupart des Vies des Ve-VIIe siècles, comme celles d’Euthyme45 et de Sabas46, initiateurs de la laure palestinienne, écrites par le métropolite Cyrille de Scythopolis, ou bien encore celle de Syméon Stylite le Jeune47, monté presque directement sur sa colonne depuis sa prime jeunesse dans une banlieue huppée d’Antioche, dont l’hagiographe est inconnu et d’ailleurs la mise par écrit difficile à dater avec précision.

  • 48  Delehaye 1910, p. 508-588.
  • 49 Delehaye 1910, p. 509.
  • 50 Delehaye 1910, c. 3, p. 510. Discussion de ce point dans Greenfield 2000, p. 79, n. 28.
  • 51 Delehaye 1910, c. 56, p. 527.
  • 52 Delehaye 1910, c. 63, p. 529.
  • 53 Kaplan 2009, notamment p. 513 et 520.

25Dans d’autres cas, la neutralité de l’hagiographe est beaucoup plus discutable. Ainsi, dans la Vie du dernier stylite bénéficiant d’un tel récit, Lazare le Galèsiote48. Elle est écrite assez peu de temps après la mort du saint en 1053 par Grégoire, cellérier du monastère où se trouvait la dernière colonne du saint. Né vers 972 dans une famille de moyens paysans, qui vivent « en autarcie »49, Lazare bénéficie d’une solide instruction, comme Théodore, mais donnée surtout dans des monastères, et par un notaire, soit sans doute un membre de l’administration impériale ou, plus probablement, ecclésiastique50 ; ses parents, qui ambitionnent pour lui un poste relativement important dans une administration, appartiennent donc au moins à une catégorie moyenne. L’hagiographe présente d’ailleurs l’élite villageoise : le village de Galèsion, au pied de la montagne, où le saint s’établit d’abord est sous le commandement d’un πρωτεύων censé détenir une autorité (ἐξουσία)51 ; un moine du monastère qui rentre dans son village s’enquiert de « ceux qui y commandent »52 (ἄρχοντες, terme que l’on retrouve pour désigner la petite aristocratie urbaine53). Mais l’importance que l’hagiographe accorde à la gestion des biens du monastère, source d’inquiétude pour les moines (dont lui-même) et de conflit avec le saint homme, conduit à être prudent au sujet de la description de la société rurale par un auteur aussi engagé.

  • 54 Sargologos 1964.
  • 55 Sargologos 1964, c. 19. 2, p. 99-101 : « revenant chez lui, le saint voulut voir les quelques vigne (...)
  • 56 Sargologos 1964, c. 47. 8, p. 231‑232. Le stichos est la ligne du cadastre, correspondant au départ (...)

26La difficulté est encore plus grande dans le cas de Vie de Cyrille le Philéote, mort en 1110, écrite une vingtaine d’années plus tard par Nicolas Katasképènos, moine dans un monastère aristocratique54. La contradiction est en effet flagrante entre la présentation que fait l’auteur de Cyrille, un pauvre hère vivant misérablement du raccommodage des filets de pêche, et sa situation réelle, qui est précisément celle d’un membre de l’élite villageoise, ce que l’auteur s’ingénie à cacher, mais mal. Raison pour laquelle il ne présente à Philéa aucune élite villageoise, car il serait obligé d’avouer que son héros en fait partie. Il trouve tout de même utile de montrer le saint remettant au travail les ouvriers qui cultivent la vigne familiale55, alors qu’un paysan de base le fait lui-même. Mais c’est surtout l’histoire du monastère fondé par le frère de Cyrille, Matthieu, où le saint finit par se retirer, qui force l’auteur à dévoiler la fortune, modeste à l’échelle d’un aristocrate comme lui, mais importante pour ce village situé à une cinquantaine de kilomètres de Constantinople. Pour fonder son établissement, Matthieu restaure une église en ruines qui se trouvait sur les terres familiales : peu de familles paysannes possédaient une église, que pouvait en revanche détenir une communauté villageoise. Mais le moment décisif se situe lors d’une visite d’Alexis Comnène. L’empereur interroge Cyrille sur la propriété des terres sur lesquelles le monastère est édifié, dans le but, bientôt réalisé, de le faire bénéficier d’une exemption fiscale ; celle-ci nécessite d’identifier le contribuable, donc le propriétaire. Pudiquement, Cyrille explique que les quelques unités fiscales (l’auteur utilise le terme technique de στίχος) en question viennent de sa famille56. Or, à cette époque, il était au contraire courant qu’une exploitation paysanne n’occupe même pas une unité fiscale complète : Cyrille et son frère Matthieu étaient des coqs de village, mais l’auteur le cache soigneusement.

27Ce genre d’inconvénient n’est en principe pas à craindre avec les documents d’archives. Il serait trop long de vouloir être exhaustif ; sans remettre le moins du monde en cause les constatations faites par Angéliki Laiou évoquées plus haut, les nombreux actes publiés depuis son ouvrage permettent d’affiner cette recherche.

  • 57 J. Lefort et al. 1985, p. 123-129.

28Commençons par un type de document, que l’on trouve surtout au Xe siècle, à l’époque où la petite et moyenne propriété paysanne est encore bien présente ; à ce moment, c’est en son sein que l’on trouve les élites rurales byzantines, situation profondément modifiée à l'époque qu’étudiait Angéliki Laiou. Examinons d’abord l’acte du monastère athonite d’Iviron (fondé en 979-980) n° 4 de juillet 98257. Il s’agit d’une garantie écrite fournie par des habitants de Hiérissos au monastère d’Iviron et qui met fin à leurs litiges relatifs à deux terres, Gradiska et Longos, qui appartenaient ou avaient appartenu au monastère de Kolobou (implanté à proximité immédiate de Hiérissos), devenu propriété d’Iviron par donation impériale. Les 74 habitants de Hiérissos impliqués échangent avec Iviron la propriété de 2000 modioi (environ 200 ha) de terres ; l’acte conservé s’ouvre avec les signa (pour la plupart autographes) de ces 74 habitants qui étaient donc à un titre ou à une autre partie prenante dans la propriété qu’ils donnent en échange au monastère et se trouvent dans cette même situation pour la terre qu’ils reçoivent.

  • 58 Sur l’office de koubouklèsios et les autres officiers de l’évêché de Hiérissos, cf. Papachryssantho (...)

29Une remarque préalable s’impose. Hiérissos est une cité, au sens où elle est dotée d’un évêque, et donc d’un clergé relativement nombreux. Mais, comme dans de nombreux petits évêchés, l’essentiel de sa population, y compris le clergé, est essentiellement impliqué dans la vie rurale : Hiérissos est peuplée d’agriculteurs et de moyens propriétaires ruraux. Sur les 74 signa, 50 seulement sont constitués du nom du signataire et de l’indication de son père, frère ou beau-père, exceptionnellement de sa mère, évidemment des paysans propriétaires de base. 24 autres sont accompagnés d’un titre. Sur ces titres, quatre correspondent à des titres de la petite aristocratie urbaine (exarque, archôn, domestikos ou koubouklèsios, fonction ou dignité fréquente dans les évêchés) ; deux signataires sont qualifiés d’oikodespotès, terme dont nous avons vu l’importance. Les dix-huit autres relèvent du clergé, soit, par ordre croissant de grade : un clerc sans précision, deux lecteurs, deux diacres, onze prêtres, Jean, prêtre et deutéros (second de celui qui suit) et enfin (bien qu’il figure en bonne place à la ligne 2) le prôtoprêtre Nicéphore. Aucun de ces titulaires d’un titre n’inclut dans son signon le nom de son père, sans que ce soit forcément une question de place ; au reste, l’un des signataires, le koubouklèsios Étienne58, est le fils du prôtoprêtre Nicolas, comme la suite du dossier athonite nous le prouve.

30On notera donc l’importance du clergé dans l’élite rurale au niveau économique, dans un monde où la dîme ecclésiastique n’existe pas : le clergé de l’église cathédrale et des églises dites publiques (dont certaine situées dans des villages) qui en relèvent est en principe entretenu par l’évêché ; le reste du clergé local vit de ses terres, comme propriétaire, locataire ou encore parèque. Si tous les clercs qui signent ici détiennent une partie de propriété des terres échangées, on ne peut affirmer à coup sûr qu’ils cultivent eux-mêmes la terre, mais on voit bien leur rôle dans cette communauté rurale (le terme est employé par les archives) qu’est Hiérissos. En revanche, on trouve bien la confirmation du rôle, déjà évoqué par ailleurs, joué par les oikodespotai.

  • 59 Lefort 1985, p. 132-134.
  • 60 Lefort 1985, p. 148-151.
  • 61 Lefort 1985, p. 160-163.
  • 62 Lefort 1985, p. 178-179. Parmi les souscripteurs, le fils d’Étienne, lui aussi un laïc, qui, en 101 (...)

31La famille du prôtopapas Nicéphore est sans doute l’une des mieux documentées de cette élite rurale partiellement implantée dans la « ville » de Hiérissos. L’acte suivant d’Iviron (n° 5, également de juillet 982) est la garantie de l’échange de champs entre le prôtopapas et des habitants de Hiérissos59. Vingt-huit suscripteurs figurent en tête du document, dont le second du prôtopapas, quatre prêtres, deux diacres, un lecteur et un clerc ; on retrouve deux oikodespotai dont l’un avait signé le document précédent. Nous rencontrons à nouveau Nicéphore dès 985 dans l’acte d’Iviron n° 760 : le monastère donne à la communauté des ermites athonites ce qu’il a acheté à Nicéphore, une aulè (αὔλη) et des maisons nombreuses et belles, pour la somme coquette de 7 livres d’or, donc une partie de la fortune urbaine du prôtopapas, qu’il a mobilisée pour investir ailleurs. Ces investissements, nous les retrouvons dans le village de Sidèrokausia, une quinzaine de kilomètres au nord. Nicéphore figure en effet dans un codicille ajouté à un arbitrage intervenu entre le monastère d’Iviron et les villageois de Sidèrokausia en 995 (Iviron n° 9)61 : il a des biens dans ce village où il avait fait creuser une canalisation pour construire un moulin. Nicéphore meurt entre 995 et 1001. En 1001, son fils Étienne (le koubouklèsios de l’acte d’Iviron n° 4), exécuteur testamentaire, vend à Iviron (Iviron, n° 12) pour encore 4 livres d’or des biens de Hiérissos et de sa région62 : le centre de son domaine (oikos, οἶκος) avec six tonneaux, une vigne, un champ de 100 modioi (10 ha) avec une prairie, ainsi que tout ce qu’il possède à Mikrè Arsinikeia, dépendance de Sidèrokausia, notamment une briqueterie, une vigne et un moulin. Ceci confirme que le prôtopapas Nicéphore était bien, au départ au moins, un membre de l’élite rurale, car le centre de son oikos est doté d’équipements typiquement agricoles.

  • 63 Oikonomidès 1984, p. 233-234.
  • 64 En 1301, trois parèques d’un nommé Alexis Amnôn vendent au monastère d’Esphigménou une terre de 25 (...)
  • 65 Lefort et al. 1990, n° 55b (1142) ; Bompaire et al. 2001, n° 34 (1297) p. 215 ; n° 43 VI (1308), p. (...)
  • 66 Bompaire et al. 2001, n° 43 VIII, ibid., p. 248.
  • 67 Lefortet al. 1990, n° 51 (1103), p. 206‑211. Lefort et al. 1994n° 69 (1300), p. 145-147.

32Le grand nombre de documents athonites conservés pour les XIIe-XVe siècles et maintenant parfaitement édités permet de cerner à l’aide des termes étudiés plus haut (gérontes surtout, oikodespotai plus rarement, kreittones peu fréquent dans les actes athonites) la présence d’une élite villageoise pour une époque où la majorité des paysans sont des parèques. Le terme principal est donc celui de gérontes, littéralement les personnes âgées. Ce n’est pas en soi étonnant, car la prescription est trentenaire et l’on fait appel au souvenir des anciens. Ainsi, dans l’acte de Docheiariou n° 41 de 1373, un nommé Jean Katzaras revendique une terre de 2 400 modioi, mais il n’a pas plus de titre de propriété que les moines. Il a essayé de trouver des « témoins parmi les gérontes de cette région », qui pouvaient donc, du fait de leur âge, suppléer l’absence de document écrit, mais n’a pas réussi et il perd son procès63. La seule qualité de gérôn, sans autre précision, semble permettre de servir de témoin valable pour une vente64, situation que l’on retrouve dans un certain nombre d’actes65. Mais ce n’est peut-être qu’un faux semblant ; un acte de vente du 16 avril 1308 dont bénéficie le monastère de Vatopédi utilise le témoignage de gérontes, mais l’un d’entre eux est accompagné par son fils dans cette démarche, ce qui disqualifie en partie le critère d’âge66. L’âge ne suffit même pas toujours, car de nombreux documents précisent que ces gérontes sont « dignes de foi » ou tous termes équivalents (ἀξίοι, ἀξιόλογοι, ἀξιόπιστοι, εὐυπόληπτοι)67.

  • 68 Cf. supra n. 11.
  • 69 Živojinović – Kravari – Giros 1998, p. 96. On rapprochera le terme gérontes et l’usage qui en est f (...)

33Il semble bien toutefois que la position des gérontes dépasse ce critère d’âge en faveur d’une position sociale. Dans l’acte de Chilandar n° 9 de 1274, évoqué plus haut, par lequel ce monastère obtient restitution de terres usurpées par Lavra et Xèropotamou, les habitants de Roudaba, l’un des villages contestés, sont convoqués ainsi que les prêtres de Kaména et les gérontes « à un autre titre (ἄλλοιο) »68. Si je comprends bien le texte, les prêtres sont quasi automatiquement considérés comme gérontes ; mais d’autres villageois aussi, à un autre titre, qui n’est pas forcément l’âge, car le document pourrait se contenter de les qualifier d’« autres gérontes ». Ce que confirme l’acte de Chilandar n° 1b émis peu après 1253, qui cite comme garants les gérontes du village de Komètissa : « le prêtre Michel, fils d’Antronès, le papas Dèmétrios Basileios et le grand monsieur (κύριος, kyr) Kyriakos, et les autres »69.

  • 70 Lefortet al. 1990, n° 40, p. 125-128. L’acte n° 35 de 1062, ibid., p. 102-104, comporte une liste q (...)

34Ce système de garantie peut s’avérer encore plus subtil et révéler toute la hiérarchie sociale du village. Le premier exemple est un peu antérieur à la période étudiée ici. Il se trouve dans un acte du métropolite Étienne de Serrès en faveur du monastère d’Iviron (1071) ; le cas est difficile, car il s’agit de mettre fin à un conflit opposant ce monastère, qui détient un domaine à Mélitzianè, et rien moins que le patriarcat, qui possède celui, voisin, de tou Eunouchou. Sont ainsi présents les gérontes du voisinage : le prêtre du village de Kastrin, Basile appelé Pollyboda, le protospathaire Constantin, neveu de l’évêque d’Ezôba et syncelle, Théodore Skapros du domaine de Politizianès, Nicétas, prêtre du même domaine, le prôtopapas Blaise de Souchoryakion, des moines d’Iviron, à commencer par l’higoumène, l’économe, le prôtopapas, trois autres dignitaires, dont le secrétaire, et les autres moines, ainsi que les parèques du domaine d’Eunouchou, à commencer par le prêtre, huit autres parèques nommés, dont le frère du prêtre, et les autres. L’on voit bien ici que c’est la position sociale qui fait les gérontes, non l’âge. Parmi les parèques, le prêtre et les huit personnes nommées constituent une élite locale, par opposition à ceux qui ne sont même pas nommés70.

  • 71 Bompaire et al. 2001, p. 189-190.

35Mais l’exemple le plus frappant se trouve dans les actes de Vatopédi. Par l’acte n° 26 de 129771, le seigneur et maître (αὐθέντης) du village de Komètissa, le prôtos de l’Athos, convoque les villageois pour témoigner sur d’anciennes possessions disputées entre Chilandar et Vatopédi. Dans un premier temps, l’on trouve déjà la distinction suivante : « Nous témoignons dans la crainte de Dieu, nous, tous les habitants de Komètissa, prêtres, gérontes, oikodespotai et le reste de la population (ὁ λοιπὸς λαός) ». Plus loin vient la liste. « Nous témoignons de ceci dans la crainte de Dieu et en toute vérité, le très vénérable prêtre kyr Théodore Karpochérès, le prêtre kyr Georges Germanès, kyr Théodore Misouras, Dèmètrios Libadas, âgé de quatre-vingts ans, Kyriakos Klastomalos, lui aussi du même âge, Basile Nektanos, lui aussi du même âge, Dèmètrios Thomas, lui aussi du même âge, Michel Stilianos, Georges Kyrianès, Jean Kyrianos, Jean Karpochérès, Agapès, Dèmètrios Kasphèkos, Georges Maronitès, Nicolas Kontostavlos, Théodore Ktistès, Georges Dergoubètès, Konstas Thomas, Théophylacte Kontostavlos [ou fils de Kontostavlos], Basile son frère et tous les autres, grands et petits ». Ajoutons que les deux prêtres, et eux seuls parmi les personnes énumérées, sont les premiers signataires de l’acte. La hiérarchie villageoise est ici très claire, telle qu’elle était résumée par le premier passage. D’abord les deux prêtres, dont le premier, qualifié de très vénérable, l’emporte sur le second, sans que nous puissions déterminer selon quel critère. Ensuite un paysan qualifié de « monsieur » (kyr). Puis quatre personnages ainsi classés en vertu de leur âge, évidemment arrondi, puisqu’ils ont tous le même : ce sont les gérontes. Puis treize personnages, dont deux ensembles de deux frères, dont les uns ont leur père dans la liste, tandis que l’un de ces garants est le frère du premier nommé des prêtres. Enfin, le reste des paysans qui ne méritent pas d’être nommés, ceux qui ne font en aucun cas partie de l’élite villageoise.

  • 72 Maksimović - Popović 2005 ; Rašev - Dinčev - Borišov 2005 ; Popescu 2005.
  • 73 Harrison1979.
  • 74 Belke 2005.
  • 75 Tate 1992 p. 265-267, avoue ne pas être à même de tirer de conclusion, ni sur une hiérarchie de sta (...)

36Pour terminer, et en laissant de côté maintes autres sources où l’on pourrait trouver des indications, nous pouvons revenir sur l’apport de l’archéologie. Il se trouve que, dans les régions couvertes à un moment ou un autre par l’Empire byzantin, la situation est extrêmement différenciée. Comme nous l’avons vu dans la partie historiographique, la Syrie est une zone privilégiée de recherche archéologique ; il en va de même dans les régions qui relèvent de l’État d’Israël ou que ce pays contrôle, où nombre de villages ont été systématiquement fouillés, bien que j’aie passé plus haut sous silence cette historiographie pour ne pas alourdir mon propos. En revanche, en Égypte, l’archéologie se révèle difficile dans des sites qui sont souvent encore très densément occupés. Dans les pays du nord des Balkans (ex-Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie), le régime communiste avait accordé une grande importance à la « culture matérielle » et de nombreux villages ont été fouillés ; cet effort se poursuit avec des moyens souvent réduits72. En Grèce, la recherche sur les villages a été plus tardive. Pour la haute époque, les efforts se sont portés sur les villæ ; très peu de villages plus récents ont été fouillés. Le recensement établi par Anna Avraméa cité plus haut est à cet égard éclairant. L’essentiel du travail est le fruit de prospections, comme c’est le cas en Turquie, où les travaux de fouille systématique concernent presque uniquement des villes. Des prospections aussi importantes que celles menées par Martin Harrison en Lycie, au nord de Myra, ont bien décrit des villages, mais ne donnent aucune indication importante pour notre sujet73. La recherche étendue présentée en 2001 par Klaus Belke sur les villages de l’Asie Mineure centrale74 ne s’intéresse pas davantage à une problématique d’éventuelle différenciation dans l’habitat rural. Mais l’exemple de la Syrie du Nord est là pour montrer que tirer des conclusions ou même de simples hypothèses sur ce plan nécessite un travail de fouille approfondi, sans garantie de résultat75.

37Si l’historiographie des « élites » rurales byzantines en est encore tout juste à ses débuts, l’on s’aperçoit que la réalité de cette catégorie n’est pas contestable. Des sources existent, que ce soit dans l’hagiographie ou dans les documents d’archives, même si la terminologie pose en soi un problème, car les rédacteurs de ces récits ou de ces actes ne résonnaient évidemment pas selon la catégorie des « élites ». Plusieurs contributions de ce recueil montreront sur quels points, entre autres, il est possible d’avancer.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Avraméa 2005 = A. Avraméa, Les villages de Thessalie, de Grèce centrale et du Péloponnèse (Ve-XIVe siècle), dans Lefort – Morrisson 2005, p. 213-223.

Belke 2005 = K. Belke, Das byzantinische Dorf in Zentralanatolien, dans Lefort – Morrisson 2005, p. 425-435.

Bompaire et al. 2001 = J. Bompaire et al. (éd.), Actes de Vatopédi, t. 1, Des origines à 1329, Paris, 2001 (Archives de l’Athos, XXI), p. 215.

Bréhier 1924 = L. Bréhier, Les populations rurales au IXe siècle d’après l’hagiographie byzantine, dans Byzantion, 1, 1924, p. 177-190.

Cheynet 1995 = J.-C. Cheynet, Les effectifs de l’armée byzantine (Xe-XIIe siècle), dans Cahiers de civilisation médiévale, 38-4, 1995, p. 319‑335, repris dans Cheynet 2006, XII .

Cheynet 1998 = J.-C. Cheynet, L’armée byzantine : du soldat-paysan au militaire professionnel, dans M. Vaïsse (éd.), « Aux armes, Citoyens » : conscription et armée de métier des Grecs à nos jours, Paris, 1998, p. 42-60.

Cheynet 2006 = J.-C. Cheynet, The Byzantine Aristocracy and its Military Function, Aldershot, 2006 (Variorum Collected studies series, 859).

Delehaye 1910 = H. Delehaye (éd.), Vie de Lazare le Galèsiote (BHG 979), AASS Novembris III, Bruxelles, 1910, p. 508-588.

Dölger 1927 = F. Dölger, Beiträge zur Geschichte der byzantinischen Finanzverwaltung besonders des 10. und 11. Jahrhunderts, Berlin, 1927, rééd. 1960 (Byzantinisches Archiv, 9), p. 113-123.

Féodalisme 1974 = Féodalisme à Byzance, 1974 (Recherches internationales à la lumière du marxisme, 79).

Festugière 1970 = A.-J. Festugière (éd.), Vie de Théodore de Sykéôn (BHG 1748), éd. et trad., t. 1, Texte grec ; t. 2, Traduction, commentaire et appendice, Bruxelles, 1970 (Subsidia Hagiographica, 48).

Gatier 2005 = P.-L. Gatier, Les villages du Proche-Orient protobyzantin : nouvelles perspectives (1994-2004), dans Lefort – Morrisson 2005, p. 101-119.

Greenfield 2000 = R. P. H. Greenfield, The life of Lazaros of Mt. Galesion : an Eleventh-Century Pillar Saint. Introduction, Translation and Notes, Washington, 2000 (Byzantine Saints’ Lives in Translation, 3), p. 79, n. 28.

Haldon 1993 = J. Haldon, Military Service, Military Lands and the Status of Soldiers : Current Problems and Interpretations, dans Dumbarton Oaks Papers, 47, 1993, p. 1-67, repris dans Haldon 2007, p. 83-150.

Haldon 2007 = J. Haldon (éd.), Byzantine Warfare, Aldershot, 2007.

Haldon 2009 = J. Haldon, Social élites, Wealth, and Power, dans The social history of Byzantium, Chichester, 2009, p. 168-211.

Harrison 1979 = R. Harrison, Nouvelles découvertes romaines tardives et paléobyzantines en Lycie, dans CRAI, 123, 2, 1979, p. 222-239.

Kaplan 1982 = M. Kaplan, Les villageois aux premiers siècles byzantins (VIe-Xe siècles) : une société homogène ?, dans Byzantinoslavica, 43, 1982, p. 202-217, repris dans Kaplan 2006

Kaplan 1991 = M. Kaplan, La place des soldats dans la société villageoise byzantine (VIIe-Xe siècles), dans Le combattant au Moyen Âge, Saint-Herblain, 1991, p. 45-55.

Kaplan 1992 = M. Kaplan, Le village byzantin : naissance d’une communauté chrétienne, dans Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, 1992 (Publications de la Sorbonne, Série Histoire ancienne et médiévale, 26), p. 15-25, repris dans Kaplan 2006, p. 79-87.

Kaplan 1992 = M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle : propriété et exploitation du sol, Paris, 1992 (Byzantina Sorbonensia, 10).

Kaplan 2006 = M. Kaplan, Byzance, Villes et campagnes, Paris, 2006 (Les médiévistes français, 7).

Kaplan 2009 = M. Kaplan, The producing population, dans The social history of Byzantium, Chichester, 2009, p. 168-211, p. 143-167.

Kaplan 2009 = M. Kaplan, Villes et campagnes à Byzance du VIe au XIIe siècle : aspects économiques et sociaux, dans Città e campagna nei secoli altomedievali [Settimane di studio della Fondazione Centro italiano di studi sull’alto Medioevo LVI], Spolète, 2009, p. 495-536.

Krystès – Smyrlis 2005 = D. Krystès, K. Smyrlis, Les villages du littoral égéen de l’Asie Mineure au Moyen Âge, dans Lefort – Morrisson 2005, p. 437-451.

Laiou 2002a = A. Laiou, The Agrarian Economy, Thirteenth-Fifteenth Centuries, dans The Economic History of Byzantium, 1, p. 311-375.

Laiou 2002b = A. Laiou (éd.), The Economic History of Byzantium from the Seventh trough the Fifteenth Century, 3 vol. , Washington DC, 2002 (Dumbarton Oaks Studies, 39).

Laiou 2005 = A. Laiou, The Byzantine Village (5th-14th Century), dans Lefort – Morrisson 2005, p. 31-53.

Laiou-Tomadakis 1977 =A. Laiou-Tomadakis, Peasant Society in the Late Byzantine Empire, A Social and Demographic Study, Princeton, 1977.

Lefort – Morrisson 2005 = J. Lefort, C. Morrisson (éd.), Les villages dans l’Empire byzantin, IVe-XVe siècle, Paris, 2005 (Réalités byzantines, 11).

Lefort 1973 = J. Lefort (éd.), Actes d’Esphigménou, Paris, 1973 (Archives de l’Athos, VI).

Lefort et al. 1985 = J. Lefort et al. (éd.), Actes d'Iviron, t. 1, Des origines au milieu du XIe siècle, Paris, 1985 (Archives de l'Athos, XIV).

Lefort et al. 1994 = J. Lefort et al. (éd.), Actes d’Iviron, t. 3, De 1204 à 1328, Paris, 1994 (Actes de l’Athos, XVIII).

Lefort 2002 = J. Lefort, The Rural Economy, Seventh-Twelfth Centuries, dans Laiou 2002b, t. 1, p. 231-310

Lefort 2006 = trad. fr de Lefort 2002, sous le titre, L’économie rurale à Byzance (VIIe-XIIe siècle), dans Société rurale et histoire du paysage à Byzance, Paris, 2006 (Bilans de Recherche, 1), p. 395-478.

Lefort et al. 1990 = J. Lefort et al. (éd.), Actes d’Iviron, t. 2, Du milieu du XIIe siècle à 1204, n° 55b (1142), Paris, 1990 (Archives de l’Athos, XVI).

Lemerle 1958 = P. Lemerle, Esquisse pour une histoire agraire de Byzance : les sources et les problèmes, dans RH, 219, 1958, p. 33-74 et 254-284 et 220, p. 43-94 ; traduction légèrement révisée en anglais, avec celle d’un autre article, dans The agrian history of Byzantium from the origins to the twelfth century, Galway, 1979.

Lemerle 1959 = Recherches sur le régime agraire à Byzance : la terre militaire à l’époque des Comnènes, dans Cahiers de civilisation médiévale, 2, 1959, p. 265-281.

Magdalino 1997 = P. Magdalino, The Byzantine Army and the Land : from Stratiotikon Ktema to Military Pronoia, dans N. Oikonomidès (éd.), Byzantium at War, 9th-12th Century, Athènes, 1997 (National Hellenic Research Foundation, Institute for Byzantine Research, International Symposium, 4), p. 15-36, repris dans Haldon 2007, p. 167-188.

Maksimović – Popović 2005 = J. Maksimović, M. Popović, Le village en Serbie méridionale, dans Les villages dans l’Empire byzantin, dans Lefort – Morrisson 2005, p. 329-349

Martin – Noyé 2005 = J.-M. Martin, G. Noyé, Les villages de l’Italie méridionale byzantine, dans Lefort – Morrisson 2005, p. 149-164.

Miklosich – Müller 1881 = F. Miklosich, J. Müller, Acta et diplomata graeca medii aevi sacra et profana, t. IV, Vienne, 1881.

Miklosich – Müller 1890 = F. Miklosich, J. Müller, Acta et diplomata graeca medii aevi sacra et profana, t. VI, Vienne, 1890.

Oikonomidès 1984 = N. Oikonomidès (éd.), Actes de Docheirariou, Paris, 1984 (Archives de l’Athos, XIII).

Oikonomidès 1996 = N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (IXe-XIe siècle), Athènes, 1996 (Fondation nationale de la recherche scientifique, Institut de recherches byzantines, Monographies, 2).

Ostrogorsky 1954 = G. Ostrogorsky, Pour l’histoire de la féodalité byzantine, Bruxelles, 1954.

Ostrogorsky 1966 =Agrarian conditions in the Byzantine Empire in the Middle Ages, dans The Agrarian Life of the Middle Ages, 2e éd., Cambridge, 1966 (The Cambridge Economic History of Europe, 1), p. 205-234.

Papachryssanthou 1981 = D. Papachryssanthou, Histoire d’un évêché byantin : Hiérissos en Chalcidique, dans Travaux et mémoires, 8, 1981, p. 373-396.

Patlagean 1975 = É. Patlagean, « Économie paysanne » et « féodalité byzantine », dans AESC, 30, 1975, p. 1371-1396, (repris dans Patlagean 1981, III).

Patlagean 1977 = É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e-7e siècle, Paris, 1977 (EHESS, Civilisations et sociétés, 48).

Patlagean 1981 = Structures sociales, famille, chrétienté à Byzance (IVe-XIe siècle), Londres, 1981 (Variorum Collected studies series, 134),

Popescu 2005 = E. Popescu, Le village en Scythie Mineure (Dobroudja) à l’époque protobyzantine, Lefort – Morrisson 2005, p. 363-380.

Rašev – Dinčev – Borišov 2005 = R. Rašev, V. Dinčev, B. Borissov, Le village byzantin sur le territoire de la Bulgarie contemporaine, dans Lefort – Morrisson 2005, p. 351-362.

Regel – Kurtz – Korablev 1907 = W. Regel, E. Kurtz, B. Korablev (éd.), Actes de Zographou n° 7, Saint-Pétersbourg, 1907 (Actes de l’Athos, IV), rééd. Amsterdam, 1969.

Sargologos 1964 = É. Sargologos (éd.), Vie de Cyrille le Philéote (BHG 468), éd. et trad., La vie de saint Cyrille le Philéote, moine byzantin († 1110), Bruxelles, 1964 (Subsidia Hagiographica, 39).

Schwartz 1934a = Vie d’Euthyme (BHG 648), E. Schwartz éd., Kyrillos von Skythopolis, Leipzig, 1934 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, 49, 2), p. 3-85.

Schwartz 1934b = Vie de Sabas (BHG 1608), E. Schwartz éd., Kyrillos von Skythopolis, Leipzig, 1934 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, 49, 2), p. 85-200.

Svonoros – Gounaridis 1994 = N. Svoronos, P. Gounaridis (éd.), Les novelles des empereurs macédoniens concernant la terre et les stratiotes. Introduction, édition, commentaire, Athènes, 1994.

Tate 1992 = G. Tate, Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle, t. 1, Paris, 1992 (Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Bibliothèque archéologique et historique, CXXXIII).

Van den Ven 1962 = Vie de Syméon Stylite le Jeune (BHG 1689), P. Van den Ven éd., La vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune, Bruxelles, 1962 (Subsidia Hagiographica, 32, 1).

Wickham 2005 = C. Wickham, Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford, 2005.

Zépos 1931 = P. et J. Zépos (éd.), Jus Grœco-Romanum, t. 4, Athènes, 1931.

Živojinović – Kravari – Giros 1998 = M. Živojinović, V. Kravari, C. Giros (éd.), Actes de Chilandar, I, Des origines à 1319, Paris, 1998 (Archives de l’Athos, XX), n° 9 (1274).

Haut de page

Notes

1 Haldon 2009.

2 Kaplan 2009, p. 143-167.

3 Lemerle 1958 ; Lemerle 1959 ; (traduction légèrement révisée en anglais dans Lemerle 1979).

4 Bréhier 1974.

5 Une façon commode de comprendre la démarche des savants soviétiques se trouve dans un recueil assez confidentiel : Féodalisme 1974.

6 Voir, entre autres, Ostrogorsky 1954 et Ostrogorsky 1966, p. 205-234.

7 Patlagean 1977 ; voir sa brillante mise au point sur la question de la féodalité byzantine dans Patlagean 1975, repris dans Patlagean 1981, III.

8  Patlagean 1977, p. 244.

9 Laiou – Tomadakis 1977.

10 Regel – Kurtz – Korablev 1907, n° 7, p. 20.

11 Živojinović – Kravari – Giros 1998 p. 132-135. Sans vouloir être exhaustif à ce stade, notons que le terme γέροντες apparaît dans trois actes et les éditeurs, dans l’index, le traduisent par « notable ».

12 Miklosich – Müller , 1881, p. 38 et 278‑282 ; Miklosich – Müller, 1890, p. 153-156.

13 Kaplan 1982, p. 202-217, repris dans Kaplan 2006, p. 14-30.

14 Kaplan 2006, p. 24.

15 Kaplan 1992.

16 Kaplan 1992 p. 15-25, repris dans Kaplan 2006, p. 79-87.

17 Kaplan 1991, p. 45-55.

18 Haldon 1993, p. 1-67, repris dans Haldon 2007, p. 83-150.

19 Cheynet 1995, repris dans Cheynet 2006 XII ;  Cheynet 1998.

20 Magdalino 1997, repris dans Haldon 2007 p. 167-188.

21 Kaplan 1992, p. 427-428.

22 Laiou 2002.

23 Lefort 2002, p. 231-310, publié en français : Lefort 2006.

24 Laiou 2002a, p. 311-375.

25 Lefort - Morrisson 2005.

26 Laiou 2005,  p. 31-53.

27 Gatier 2005.

28 Martin – Noyé 2005.

29 Avraméa 2005.

30 Krystès – Smyrlis 2005.

31  Wickham 2005.

32 Svonoros – Gounaridis 1994.

33 Zépos 1931, p. 11-260.

34 Voir par exemple Peira 15, c. 10, Zépos 1931, p. 52-53.

35 Dölger 1927.

36 Oikonomidès 1996, p. 44-46.

37 Le Traité Fiscal de la Marcienne est destiné aux élèves fonctionnaires des impôts. Pour ces agents de l’Empire, la similitude évoquée touche évidemment la fiscalité : ils sont semblables sur le plan de l’imposition, ils sont imposés de la même manière.

38 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 4, Dölger 1927, p. 115.

39 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 5, ibid.

40 Traité Fiscal de la Marcienne, c. 6, ibid.

41 Festugière 1970.

42 L’épisode n’est peut‑être pas authentique, mais peu importe : pour ceux qui écoutent ou pratiquent la lecture de la Vie, il est crédible et correspond donc à la réalité sociale.

43 Festugière 1970, c. 5, p. 4. D’autres enfants du village, fils de simples paysans, fréquentent l’école ; ce qui distingue socialement Théodore, c’est que sa mère veut en faire un fonctionnaire et qu’elle achète d’ailleurs des vêtements de prix pour l’envoyer dans la capitale.

44 Le terme πρόοικος est traduit dans l’index de l’éditeur par « maire ». Il indique effectivement « le premier habitant » et il est employé au singulier. Cf. ibid., c. 124, p. 100 : Théodore reçoit la visite d’Antipatros, πρόοικος du village d’Aiantoi, de Dèmètrios le πρεσβύτερος très ami de Dieu du village de Silindoukomè et d'Aétios, πρόοικος du village d’Alektoria. L’épithète qui accompagne le second semble désigner un prêtre. En fait, il n’en est rien. Le terme désigne bien un prêtre aux c. 80, p. 67 pour l’un des moines du monastère et au c. 81, p. 68 pour un moine venu d’un monastère de Lycaonie. Mais, au c. 72, p. 59-60, le saint reçoit durant plusieurs jours un nommé André, πρωτοπρεσβύτερος du village d’Araunia. Or ce titre, dans son acception cléricale, est réservé à des membres du clergé d’une église cathédrale ; donc André est le premier des anciens de son village. Dès lors, bien des πρεσβύτεροι de village dont il serait fastidieux de noter toutes les occurrences, sont en fait des « anciens ». Un épisode raconté au c. 114, p. 90, qui concerne le village de Sandos, le confirme : « les anciens, ceux qui tiennent le premier rang parmi les gens du village » (τῶν ἐν αὐτοῖς [τοῖς τοῦ χωρίου] τὰ πρῶτα τελούντων πρεσβευτῶν… ἀνδρῶν) s’opposent à l’incendie d’une maison. Dans ce passage, il s’agit littéralement ce ceux qui tiennent la première place des anciens du village.

45 Schwartz 1934, p. 3-85.

46 Schwartz 1934 p. 85-200.

47 P. Van den Ven 1962.

48  Delehaye 1910, p. 508-588.

49 Delehaye 1910, p. 509.

50 Delehaye 1910, c. 3, p. 510. Discussion de ce point dans Greenfield 2000, p. 79, n. 28.

51 Delehaye 1910, c. 56, p. 527.

52 Delehaye 1910, c. 63, p. 529.

53 Kaplan 2009, notamment p. 513 et 520.

54 Sargologos 1964.

55 Sargologos 1964, c. 19. 2, p. 99-101 : « revenant chez lui, le saint voulut voir les quelques vignes qu’il avait. Car c’était le moment de les travailler. Lorsqu’il vit de loin les ouvriers qui ne travaillaient pas du tout, mais qui étaient par terre à discuter, il tomba lui aussi à terre et y resta trois heures ; […] il ne se leva pas avant de les voir reprendre le travail ».

56 Sargologos 1964, c. 47. 8, p. 231‑232. Le stichos est la ligne du cadastre, correspondant au départ à une exploitation. L’auteur de la Vie connaît parfaitement le système fiscal. Dans le même paragraphe, il montre comment Alexis accorde d’une part un logisimon (l’impôt cadastral est compté – c’est le sens du mot – au crédit du contribuable, qui n’a donc plus à le payer) et d’autre part un chrysobulle d’exkousseia, dispense de surtaxes, ce qui aboutit à une exonération totale d’impôt. Cela range définitivement Cyrille et sa famille dans l’élite du village de Philéa.

57 J. Lefort et al. 1985, p. 123-129.

58 Sur l’office de koubouklèsios et les autres officiers de l’évêché de Hiérissos, cf. Papachryssanthou 1981.

59 Lefort 1985, p. 132-134.

60 Lefort 1985, p. 148-151.

61 Lefort 1985, p. 160-163.

62 Lefort 1985, p. 178-179. Parmi les souscripteurs, le fils d’Étienne, lui aussi un laïc, qui, en 1017, échange des terrains situés à Hiérissos avec Iviron en 1017 (acte n° 23, p. 226-227).

63 Oikonomidès 1984, p. 233-234.

64 En 1301, trois parèques d’un nommé Alexis Amnôn vendent au monastère d’Esphigménou une terre de 25 modioi (à peu près 2,5 ha) pour 35 hyperpères, ce qui est un prix très élevé, vente garantie par la présence de deux gérontes, Georges Démétès et Constantin Bullampas. Notons toutefois que Georges Démétès est qualifié de kyrios, ce qui le classe d’emblée dans une forme d’élite. Lefort 1973, n° 10, p. 79-80.

65 Lefort et al. 1990, n° 55b (1142) ; Bompaire et al. 2001, n° 34 (1297) p. 215 ; n° 43 VI (1308), p. 247.

66 Bompaire et al. 2001, n° 43 VIII, ibid., p. 248.

67 Lefort et al. 1990, n° 51 (1103), p. 206‑211. Lefort et al. 1994 n° 69 (1300), p. 145-147.

68 Cf. supra n. 11.

69 Živojinović – Kravari – Giros 1998, p. 96. On rapprochera le terme gérontes et l’usage qui en est fait du latin senior et de l’arabe shayk, dans des circonstances assez semblables ; je remercie Jean-Marie Martin d’avoir attiré mon attention sur ce rapprochement.

70 Lefort et al. 1990, n° 40, p. 125-128. L’acte n° 35 de 1062, ibid., p. 102-104, comporte une liste qui commence plus haut dans la hiérarchie sociale sans aller jusqu’aux simples paysans ; la liste des garants, que l’on retrouve dans les signatures de témoins, se termine par trois personnes du village de Bouzachou, le prêtre Dèmètrios, l’oikodespotès Machétarès et l’oikodespotès Georges Stavrophoros. Ces deux derniers, incapables d’écrire le texte de témoignage en fin de document, apposent un signon comme on le fait couramment au début des actes. Mais le terme oikodespotès en fait des membres de l’élite villageoise ; il suppose, selon toute apparence, que ces paysans soient propriétaires d’une partie au moins de leurs terres.

71 Bompaire et al. 2001, p. 189-190.

72 Maksimović - Popović 2005 ; Rašev - Dinčev - Borišov 2005 ; Popescu 2005.

73 Harrison1979.

74 Belke 2005.

75 Tate 1992 p. 265-267, avoue ne pas être à même de tirer de conclusion, ni sur une hiérarchie de statuts, qu’il estime toutefois pratiquement exclue dans ces villages, ni sur une hiérarchie économique. Le second tome n’est jamais paru.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Kaplan, « Les élites rurales byzantines », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/760 ; DOI : 10.4000/mefrm.760

Haut de page

Auteur

Michel Kaplan

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / UMR 8167-Irbimma – Michel.Kaplan[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org