Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge

Introduction

Paolo Cammarosano

Résumés

L’auteur décrit d’abord les difficultés de l’étude des élites rurales pour les historiens. Leur caractère informel ainsi que l’extrême diversité des systèmes de pouvoir et des mécanismes de la fiscalité publique dans le monde méditerranéen la rendent plus que délicate. La question de la « civilisation agraire » et donc des structures de l’habitat est ensuite posée. Il est impossible de parler de continuité sur une aussi longue période. Dans l’Occident méditerranéen, la rupture seigneuriale a été réelle. C’est d’abord dans le cadre des seigneuries foncières que les historiens ont envisagé distinctions et hiérarchies internes à la société paysanne. Celles-ci sont déterminées par la distribution de la propriété, des possessions et des tenures. La difficulté que la notion de « propriété » pose aux médiévistes et celle qu’il y a à étudier la mobilité sociale comme à connaître les origines des fortunes paysannes sont réelles. La formation d’une élite rurale n’est pas liée à une activité artisanale ou agricole spécialisée, mais dérive de l’enchaînement d’un cercle vertueux entre les activités de production agricole et les autres activités économiques (commerce des produits agricoles et artisanaux, crédit). Cela ouvre la question de la stabilité géographique des élites et des différences entre déplacements collectifs et déplacements individuels. La question des conflits permet de poser le problème du rôle des élites rurales dans le gouvernement, ainsi que dans les luttes sociales et les révoltes paysannes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Structures féodales 1980.
  • 2 Patlagean 2007.

1Chers Collègues, chers amis, permettez moi d’abord d’exprimer toute ma gratitude aux organisateurs de ces journées pour la confiance qu’ils ont manifestée à mon égard en m’assignant cette tache de l’introduction. Nos travaux vont s’encadrer dans ce monde méditerranéen qui avait été en octobre 1978, il y a trente ans, l’horizon d’un colloque parmi les plus importants de ceux organisés par l’École française de Rome, dédié aux Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen1. Alors, c’était la féodalité, à savoir les niveaux élevés de la société, qu’on voulait soustraire à l’aire d’« entre Loire et Rhin » : donc le monde byzantin, l’Orient grec et islamique, l’Afrique du Nord, la péninsule ibérique autant que, cela va sans dire, l’Italie du Sud. Dans un livre récent, une amie disparue depuis, Evelyne Patlagean, a elle aussi voulu intégrer le monde de Byzance à une histoire générale de l’Europe. Elle a encore mis l’accent sur la féodalité et, en tout cas, sur les mécanismes du pouvoir politique et du pouvoir religieux : avec l’honnêteté qu’on lui connaissait, elle écrit : « ‘ceux qui travaillent’ ne devaient être dans ce livre que les comparses indispensables d’une histoire qui se déroulait au-dessus d’eux, et dont les acteurs étaient ‘ceux qui prient’ et ‘ceux qui combattent’ »2.

2Or, l’enjeu de ce colloque est bien, me semble-t-il, de prolonger la comparaison méditerranéenne dans ce monde paysan : pas sous un angle de vue général, la paysannerie en soi, perspective générale et générique dans laquelle ont été limitées, à mon sens, maintes ébauches de comparaison, mais bien du point de vue d’une stratification qui aboutit à ce concept d’« élites ».

3Deux mots sur les difficultés de l’approche, aussi que sur l’enjeu et les problèmes de la comparaison.

4Au premier rang des difficultés, il faut souligner le caractère informel des élites rurales. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de terminologie (boni homines, probi homines, honesti viri, καλοί, γέροντες dans l’Italie grecque, γέροντες de Macédoine au bas Moyen Âge etc., dont on va nous parler dans la première section de nos travaux, et au cours des autres aussi). Mais, si l’on songe aux claires définitions concernant le clergé, aux développements de la noblesse passant de la situation de « classe de fait » à une position formalisée durant le XIIe siècle ou encore au statut des cives, la différence s’impose avec cette suprématie existant en milieu rural qui n’était déterminée ni par la naissance ni par l’octroi d’une qualification de status par une autorité supérieure. Il est bien vrai que, suivant les circonstances, certains offices assignèrent à des membres des élites, ou à des élites dans leur ensemble, une qualification précise : nous en parlerons durant ces journées.

  • 3 Patlagean 2007, p. 374.

5Venons-en aux problèmes majeurs de la comparaison. Le cadre méditerranéen impose la question de cette origine commune qu’était l’empire romain, une ascendance qui rend compte de l’espace chronologique attribué au titre du colloque (Ve-XVe siècles). Cette origine commune paraît commander aussi l’évolution subséquente : les évolutions, différentes selon les lieux et les moments, de la dialectique entre paysans et autorité publique semblent se dessiner en fonction des mutations subies par le centralisme romain. Par opposition à un monde byzantin caractérisé par « l’exercice ininterrompu de la puissance publique constantinienne »3, pour reprendre encore des mots d’Évelyne Patlagean, la majorité des espaces du monde méditerranéen a connu des éclatements politiques. Avec eux, c’est également la fiscalité publique qui a elle aussi volé en éclats. Dans certains cas, surtout dans les pays ayant fait l’objet de la conquête islamique, de nouvelles formes de centralisation, mais aussi des régionalisations, des localisations et des allocations de fonctions publiques sont apparues : elles étaient insérées dans un cadre strictement public. Or, c’est bien dans la dialectique entre pouvoir et finances publiques d’un côté et périphéries rurales de l’autre que réside le facteur majeur de comparaison.

  • 4 Bloch 1931.
  • 5 Déléage 1941.

6Mais, avant d’aborder la situation post-romaine, il convient de s’arrêter un instant sur ce qui a précédé l’unité romaine. Car, dans la mesure où l’encadrement des élites dépend de l’organisation des terroirs, et surtout de l’ampleur où de la marginalité des structures des villages, la question se pose de ce qu’on appelle les « civilisations agraires ». C’est bien Marc Bloch qui a souligné que les Romains étaient les derniers venus, et c’est lui qui a revendiqué un dominium des structures agraires anciennes sur les paysages ruraux du Moyen Âge ; dans l’ouverture de ses Caractères originaux, en 1931, Bloch rappelait : « Cette préhistoire rurale, en elle-même, est hors du sujet que je traite ici : mais elle le domine »4. Dix ans plus tard, l’un de ses élèves les plus « fidèles », André Déléage, dans sa monumentale thèse sur La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge, dessinait deux grandes aires de civilisation agraire, l’une dominée par les structures de village, l’autre par une organisation par terroirs épars, qu’il faisait remonter à une très haute antiquité5.

7Cette question des civilisations agraires, qui a été très disputée, conserve à mon sens un haut degré de solidité, pourvu qu’une distinction soit établie entre la communauté villageoise en tant qu’organisme social et politique, dont la continuité au fil des siècles doit être classée aux rangs des idées franchement dépassées, et le village et le terroir villageois en tant que type d’organisation de l’espace agraire, qui au contraire a connu une existence continue dans bien des régions de l’Europe et du bassin méditerranéen. Et, comme la domination des élites rurales avait pour cadre normal le village, on ne saurait court-circuiter cette question des civilisations agraires, et, en tout cas, on ne saurait se passer d’une réflexion sur les liens entre élites rurales et organisation des territoires ruraux.

  • 6 Kaplan 2009.
  • 7 Bloch 1939-1940; Bloch 1966.
  • 8 Dans l’ordre : Dollinger 1949; Duby 1953; Toubert 1973; Bonnassie 1975-1976.

8Au fur et à mesure qu’on se détache de l’aspect de l’organisation de l’espace agraire et qu’on se place sous l’angle de vue des structures de commandement, les continuités dans la longue période apparaissent bien évidemment de plus en plus fragiles. Dans des aires du monde méditerranéen, il y a eu, bien sûr, des chefs de villages dont a parlé, par exemple, Michel Kaplan, pour le territoire d’Ancyre entre VIe et VIIe siècle, dans une très belle contribution récente sur Villes et campagnes à Byzance du VIe au XIIe siècle6. Je ne suis pas capable de dire dans quelle mesure on peut envisager des continuités dans l’Orient grec, et dans les zones qui ont connu la mutation due à l’expansion islamique et, ensuite, la conquête des Turcs. Dans l’Occident chrétien, pour ce qui est de la physionomie des élites, et donc de ce sommet des élites qu’aurait été le chef de village, la rupture seigneuriale des Xe-XIIe siècles empêche toute vision de continuité. De même il semble assez difficile de faire remonter les origines de la noblesse médiévale à d’anciennes situations de commandement local sur la communauté paysanne, établissant une sorte de continuité entre les chefs locaux de temps très reculés et les lignages seigneuriaux des XIe et XIIe siècles, ce que Bloch envisagea dans certaines pages écrites entre 1939 et 19417. Cette vision est reliée à la « théorie domaniale », à cette conception qui fait naître la seigneurie de l’époque médiévale de la grande propriété foncière romaine, et qui, à mon sens, a été définitivement détruite par les grands travaux régionaux de l’école française, qu’il s’agisse de la thèse de Philippe Dollinger sur la Bavière (1949), de celle de Georges Duby sur le Mâconnais (1953) ou de celles, plus récentes et qui nous rapprochent de l’espace méditerranéen, de Pierre Toubert sur le Latium méridional et la Sabine (1973) et de Pierre Bon­nassie sur la Catalogne (1975)8.

9Tout cela nous amène à des questions touchant de près la seigneurie et à celles des relations existant entre seigneurie, féodalité, grande propriété foncière, institutions publiques et élites rurales : tel est le complexe de liaisons et de problèmes qui se place au cœur du deuxième thème de notre colloque.

  • 9 Feller 2007 p. 216-217; Bonnassie 1975-1976, I, p. 304-305.

10C’est bien dans le cadre des seigneuries foncières qu’ont été développés des distinctions et des hiérarchies à l’intérieur de la société paysanne qui ont été d’abord envisagées par les historiens, par le biais de la distribution de la possession et des tenures. On parlera donc de la distribution de la propriété et des tenures, des petits propriétaires, des couches moyennes de la société rurale. On évoquera le problème de la distribution des richesses au sein des sociétés paysannes et villageoises, de ces courbes de Lorentz qui, lorsqu’on arrive à les dessiner, montrent un profil tout a fait semblable entre elles. Il se peut quand même que les courbes de distribution des sociétés rurales soient, pour en ainsi dire, moins « souples » que celles que l’on dessine pour les sociétés urbaines. La « fourchette » entre la masse des très petits propriétaires ou tenanciers et l’importance des bien des plus aisés paraît très ample, et la concentration des richesses plus poussée. C’est ce qui se dégage d’un recensement de 1258 de Pierrefonds, en Île-de-France, rendu célèbre par un article de Marc Bloch de 1920 et reproduit par Laurent Feller dans sa belle et récente synthèse Paysans et seigneurs au Moyen Âge ; c’est aussi ce qui ressort d’une analyse menée par Pierre Bonnassie sur une communauté catalane du début du XIe siècle9. Les sociétés paysannes, uniformes face aux seigneurs, auraient connu une inégalité interne plus poussée que les sociétés urbaines : cela n’a en soi rien d’étonnant, si l’on tient compte de la plus grande diversification des activités, de la pluralité des ressources des sociétés urbaines, et enfin de leur plus grande capacité à faciliter le développement de couches « moyennes ». Cela expliquerait aussi la tendance « égalitaire » des communautés, leurs efforts pour empêcher la constitution de positions éminentes, de supériorités excessives, effort analogue, mais dans un contexte bien différent, au « corporatisme » des confréries artisanes. Il s’agissait en effet de s’opposer à la concentration des richesses et à la formation de groupes de maiores en situation de construire des dominations sociales et politiques sur les communautés.

  • 10 Lefebvre 1924.
  • 11 Bonnassie 1975-1976, I, p. 305.

11Je crois pourtant qu’il ne faut avancer des considérations de cette nature qu’avec la plus grande circonspection. D’abord, en raison de la pénurie d’analyses historiographiques poussées et d’exemples de courbes de distribution. En second lieu, parce qu’il s’agit d’ordinaire de « flashes », d’instantanés, au lieu de ces séquences continues vérifiées sur un long laps de temps qui, seules, permettent de fonder une évaluation précise de l’évolution des processus de distribution des propriétés. Enfin, par les difficultés que la notion de « propriété » pose aux médiévistes. Sans nier qu’on ait bel et bien eu, au Moyen Âge, une notion de propriété et une notion de la différence entre propriété et possession, la question demeure du caractère plus ou moins « plein » de la propriété, de son encadrement dans un domaine éminent ou, franchement, des situations de possession soumises à un cens, plus ou moins temporaire, et à d’autres contraintes. De ce point de vue, on se doit de rappeler les considérations de Georges Lefebvre, dans un des chefs-d’œuvre de l’historiographie française sur les temps modernes : les paysans aisés n’étaient pas forcément ceux qui étaient les mieux lotis en propriété, mais pouvaient aussi bien se recruter parmi ceux qui détenaient des terres en concession, pourvu que celle-ci soit en longue durée, et maîtrisant une bonne structure productive d’ensemble10. Mais, pour ne pas sortir du Moyen Âge, il suffira de rappeler le constat de Pierre Bonnassie dans sa thèse sur la Catalogne : au début du XIe siècle, « il est des tenanciers plus riches que bien des alleutiers »11.

12L’analyse des niveaux de richesse et de pauvreté dans les sociétés paysannes tient donc compte des différents types d’appropriation du sol, de la distinction entre alleutiers et tenanciers et de ce troisième volet qui est constitué par les communaux et par leur modalité de gestion par la communauté villageoise : c’est bien le champ d’action des conseils, donc des élites communales rurales.

13Une fois constatées les situations élitaires du point de vue de la richesse, la question de l’origine des fortunes paysannes demeure. C’est le domaine des incertitudes, dues à l’insuffisance des sources, d’où les difficultés pour reconstruire des généalogies et des mécanismes : il s’agit de problèmes qui intéressent l’histoire des aristocraties et, à plus forte raison, l’histoire des formations des élites paysannes.

  • 12 Dhanūn Ţāha, 1989, p. 118-154 de l’éd. italienne.
  • 13 M. Xyda, 1997, II, p. 1257-1270.

14Il est donc difficile de faire la part respective des dynamiques, disons, internes aux campagnes et aux villages, et des dynamiques déterminées par les changements de pouvoir, par les créations de tissus d’offices et de clientèles. Il y a bien eu des élites d’importation : je pense en particulier aux clans islamiques installés en Espagne, dont ‘Abdulwāhid Dhanūn Tāha à donné en 1989 une recension précise12, ou aux colonisations, telle celle, génoise, de Chios, entre le XIVe et le XVe siècle13.

15Il faut tout de même demeurer dans l’hypothétique en ce qui concerne le surplus créé par les dynamiques endogènes, intérieures, créées, bref, par le travail paysan. Pour que cette accumulation se produise, il fallait, condition nécessaire mais certainement pas suffisante, un certain développement économique général. Condition non suffisante, car ce qui comptait, c’était la dimension du prélèvement du surplus par l’État (ou par ses agents et officiers) ou par une couche de seigneurs féodaux à qui ces fonctions publiques étaient attribuées, ou par des seigneurs autonomes (nobles, évêques, abbayes, villes), ou, en somme, par un dominateur externe. C’est bien là qu’on se doit d’évoquer la comparaison entre les évolutions politiques divergentes de l’Occident, de l’Orient byzantin, et du monde islamisé.

  • 14 Bonnassie 1975-1976, II, p. 816.

16Cela nous ramène aux questions du prélèvement et notamment du prélèvement seigneurial. Pierre Bonnassie a dessiné, pour la Catalogne du Xe siècle et des premières générations du XIe siècle, une sorte d’« âge d’or » de la petite et moyenne propriété libre des paysans, qui se serait effacée, et aurait été assujettie aux seigneurs durant le XIe siècle, pour aboutir, au début du XIIe siècle, à une géographie agraire où « l’alleu paysan [...] n’existe plus que de nom » : cette évolution serait allée de pair avec un lent processus de concentration du sol14. Il se peut bien que cette périodisation puisse être étendue à d’autres espaces méditerranéens. Du point de vue des élites rurales, cela marquerait une coupure dans les formes de la différenciation sociale interne au monde rural et, donc, dans le mode de formation des élites. À une période où la définition des élites aurait été déterminée par les formes de la distribution des propriétés foncières, aurait succédé une autre marquée par un certain ralentissement des processus de différenciation ; les dynamiques d’ascension sociale auraient redémarré au XIIe siècle, au-delà de l’époque envisagée par Bonnassie. Il faut en effet admettre que les XIIe et XIIIe siècles ont vu apparaître de nouvelles différenciations au sein des sociétés rurales – et cela, dans le cadre même de la seigneurie.

17Les voies de cette nouvelle mobilisation semblent avoir été multiples. D’une part, maints seigneurs ont été incapables d’absorber le surplus du travail paysan. D’autre part, les exigences mêmes des seigneuries quant à l’exercice de la guerre et de l’administration, ont entraîné la formation de nouveaux rôles d’intermédiation entre puissants et paysans. Enfin, il faut faire leur place aux nouvelles opportunités d’intégration du travail agricole à d’autres activités en plein essor aux XIIe et XIIIe siècles : artisanat, prêt d’argent, échange marchand.

18On ne peut donner ici que quelques brèves orientations à la discussion des points que je viens d’énumérer. La question la plus obscure, bien qu’à mon sens la plus importante, est celle du niveau d’absorption des surplus de la productivité agricole par les seigneurs. La question est, bien évidemment, liée à la structure des cens, à leur définition en denrées agricoles ou en argent, à l’aptitude des seigneurs à suivre, d’un côté, l’évolution de la productivité, et, de l’autre, l’évolution des prix, notamment cette tendance inflationniste qui s’amorce en plusieurs régions de l’Europe dès la seconde moitié du XIIe siècle. Mon opinion est, qu’en de nombreux lieux de l’espace européen, il y a eu un « retard » des seigneurs dans l’appréciation de ces mouvements de la productivité et des prix, et que bien des fortunes paysannes ont trouvé leur origine dans une nouvelle marge de surplus agricole, donc de la partie de la production agricole soustraite aussi bien à la consommation directe qu’au prélèvement seigneurial.

  • 15 Feller 2007, p. 206 et 209.

19Plus claire dans les sources, moins sujette à de procédés d’interprétation inductive et symptomatique, est la relation entre élites rurales et service armé. Jean-Marie Martin va nous présenter, dans le paysage de l’Italie méridionale, l’essor du service public dans sa forme de service armé, et son rôle qualifiant pour les élites. La possession de chevaux de guerre se manifeste en effet dans plusieurs régions de l’Europe et du bassin méditerranéen comme un trait distinctif des élites, dont plus d’un exemple italien est connu de nos collègues français (Mont Cassin, Guastalla, tous les deux évoqués par Laurent Feller dans la synthèse que je viens de citer)15. Lorsque le service armé prend franchement les formes de la relation féodale, la qualification de vassal, restreinte à une couche de la paysannerie, devient finalement le trait distinctif d’élites dont, jusqu’à ce moment, le caractère informel dominait.

20Quand on revient à la question de la formation d’élites par leur activité économique, une place importante doit être accordée aux activités artisanales ou à certaines spécialisations de la production primaire. En attendant ici ce que va nous expliquer Catherine Verna sur les relations entre élites rurales, industrie et fortune en Catalogne, ainsi que l’exposé d’Olivier Mery et d’autres, je ne dirai, une fois encore, que quelques mots à ce sujet. Si l’on connaît assez bien certaines catégories, comme les artisans du fer et du bois ou les meuniers, le problème se pose de savoir si ces catégories constituaient simplement des ensembles à part, bien définis, mais restreints en soi, ou si, au contraire, le profit gagné par le travail artisanal ou par d’autres travaux, disons, « spécialisés », redoublait le gain opéré grâce au travail et à la production agricole, l’un et l’autre s’additionnant.

21Cela créait une spirale vertueuse où, le travail rural et les autres rôles économiques et sociaux s’entrelaçant, des formes d’ascension sociale nouvelles se faisaient jour, parmi lesquelles on rangera les fidélités de familles nobles, l’entrée dans une clientèle aristocratique, les rôles administratifs au sein de la seigneurie, mais aussi le notariat et les carrières ecclésiastiques. Parmi les mécanismes d’ascension sociale, il faut enfin ranger les mariages avec des personnes de couches plus élevées, un mécanisme bien connu pour les sociétés urbaines, mais que l’on peut observer également dans la société rurale.

  • 16 Zacchigna, 2007.

22Si dire que le « bon mariage », le mariage de la fille d’un paysan aisé avec des fils de nobles, arrive lorsqu’une position élitaire est déjà acquise est une forme de lapalissade, le problème de cette acquisition reste donc ouvert. Une impression, que l’on me pardonnera de présenter ici comme telle, est que la formation d’une élite rurale n’était généralement pas liée à une activité artisanale ou agricole très spécialisée, mais dérivait de l’enchaînement d’une spirale vertueuse entre des activités productrices et d’autres activités économiques, parmi lesquelles on rangera le commerce des produits agricoles et artisanaux, ainsi que le crédit. Les paysans les plus aisés, on le sait, prêtaient de l’argent aux autres, et entraient parfois dans des circuits financiers plus larges. Le thème du crédit à l’intérieur de la société rurale – que ce soit le crédit de consommation, l’anticipation des denrées, les ventes à termes de genres agricoles ou d’outils – est central dans l’étude des élites. Dans l’espace catalan, Pere Benito i Monclùs va nous parler du rôle du crédit dans la qualification des batlles, les baillis. Un beau travail d’un de mes anciens élèves récemment et tragiquement disparu, Michele Zacchigna, dans un livre qui rappelle sur plusieurs points la riche analyse que John Drendel nous propose ici, a montré avec le plus grand détail la formation d’une couche de creditores, créanciers, au sein d’un territoire du haut Frioul : ce résultat a été obtenu par l’exploitation des registres notariaux qui sont, on le sait bien, un type de source d’importance majeure pour connaître la dynamique interne des sociétés rurales16. C’est dans ces registres qu’on lit la série des contrats de crédit, et de bien d’autres textes encore, notamment les testaments, les inventaires de biens, les contrats de mariage, tout ce qui se rapporte aux structures de la famille et aux coutumes de succession qui ont tant d’importance pour la formation ou la dissolution des élites ainsi que pour leur comparaison à travers l’espace.

23Commerce et crédit : cela m’amène à poser la question des rapports entre campagnes et villes, ainsi que celle de la stabilité des élites ou celle de leur déplacement, vers les villes surtout. En effet, une fois une élite affirmée, le problème de son caractère, de sa stabilité, de ses mutations se pose. Envisagé dans la deuxième section de nos travaux, ce problème fait plus spécifiquement l’objet de la troisième : renouvellement, mobilité ou substitution.

  • 17 Plesner 1934.

24Deux grands volets tout d’abord : déplacements collectifs, déplacements individuels, élites qui restent en place et élites qui vont ailleurs. Pour les élites qui se déplaçaient, le problème se pose de leur détachement, ou non, d’une physionomie rurale. Le cas plus fréquent, le plus étudié, est celui du déplacement de la campagne vers la ville, de l’urbanisation. Tous ceux qui connaissent l’histoire de l’Italie médiévale savent que l’urbanisation croissante des XIe et XIIe siècles a surtout été déterminée par des mouvements d’émigration des campagnes vers les villes ; ils savent aussi que, dans ces déplacements, un rôle majeur a été rempli par les couches les plus aisées du monde rural : on citera encore une fois ces belles généalogies établies en 1934 par le génial savant danois Johan Plesner dans son livre sur L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIIe siècle17. Dans son étude, Plesner avait aussi démontré la fréquence du maintien d’un lien étroit entre ces ruraux urbanisés et leur campagne d’origine, et cela semble bien avoir été le cas aux XIIIe et XIVe siècles.

25Il conviendra de rappeler, encore, que les phénomènes de mobilité sociale et de différenciation à l’intérieur des communautés rurales n’aboutirent pas forcément à l’urbanisation et à la croissance des villes, mais également à des modifications de l’habitat dans les territoires ruraux, à la désertion de certains villages et à la création de bourgades nouvelles. Autant dire que l’analyse des élites rurales est strictement liée à une analyse du type de celle que Michele Zacchigna appelait « en filigrane » des agglomérations rurales, de leurs évolutions, de ces constellations. Par exemple, une forte bourgade d’environ 500 feux (je me réfère encore au travail de Zacchigna) peut se trouver entourée par des agglomérations de quelques dizaines, voire même de deux ou trois dizaines de feux ; entre ces agglomérations, dont certaines ne méritent même pas la qualification de « village », il y a des échanges de personnes et de ressources, une dialectique où les élites s’installent, se consolident et peuvent amener des modifications de l’habitat.

26C’est dans les élites restées sur place, que ce soit dans leur village d’origine ou dans une communauté rurale de formation nouvelle, que se recrutaient ces chefs de village dont on a fait mention au début de cette rapide synthèse. Rendus institutionnels dans des formes différentes, tels les consules de Provence qui vont être décrits par John Drendel, ou autres, et s’appuyant sur les conseils locaux, ils allaient organiser les droits communaux, les usages, la justice, définir des confins. Il faut tenir compte du fait que, jusque vers le XIIIe siècle, nous sommes affrontés à une pénurie, sinon à un silence absolu, des sources. Le Moyen Âge tardif, cependant, nous a transmis une quantité croissante de statuts ruraux et de registres des conseils. Alors que les premiers ont fait l’objet de plusieurs œuvres d’édition et de plusieurs commentaires, les registres des conseils qui, jusqu’à une époque récente, ont été assez négligés même pour les villes, méritent une attention majeure : ils s’étendent parfois avec une continuité tout à fait remarquable des derniers siècles du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

27Après cette brève évocation des registres notariaux, je ferai une deuxième et dernière incursion dans le problème des sources, problème qui va être bien sûr évoqué au fil de toutes les communications de ce colloque, dès les plateae de l’Italie grecque dont va nous parler Annick Peters-Custot. Rappelons seulement encore, en nous approchant de la conclusion, que les sources les plus intéressantes pour l’histoire des élites rurales proviennent souvent des situations de conflits, ce qui pose enfin le problème du rôle des élites rurales dans les antagonismes sociaux. Qu’il ait abouti à une composition entre la communauté et les seigneurs, dans la forme d’une franchise ou autre (Luigi Provero, entre autres, parlera ici de ces situations et de ces procédés et résultats), qu’il se soit agi d’un compromis plus ou moins paisible et durable, ou qu’il ait entraîné une fonction de médiation institutionnelle entre la population rurale et les autorités supérieures, l’antagonisme social suppose toujours une sélection de représentants, de leaders, en somme une définition d’élite et, parfois, une affirmation de chefs, voire d’un chef unique.

  • 18 Blickle 1989, p. 123, cité par Comba 2008, p. 238.

28Cette formation est d’autant plus marquée dans les antagonismes sociaux qui ont abouti à de véritables révoltes. L’histoire de l’Orient aux VIIIe et IXe siècles, au XIIe encore, est parcourue de révoltes paysannes : la présence des élites ou des chefs de ces révoltes n’est pas toujours facile à saisir. Peut-être l’Occident des grandes révoltes urbaines et paysannes du XIVe siècle offre-t-il une richesse de sources qui permet de saisir d’une manière non impressionniste la présence et le rôle des élites. Il n’est guère facile, en réalité, de cerner ces élites : car les révoltes paysannes apparaissent toujours le fait de communautés qui, soit au fil des chroniques, soit dans les actes de négociation ou les accords de pacification se configurent comme un ensemble collectif, tout au plus représenté par des « syndics », des délégués ; à propos des révoltes allemandes du premier âge moderne, on a même dit de manière fort assertive et péremptoire : « Ohne Gemeinde keine bäuerliche Rebellion », pas de révolte paysanne sans communauté18. Cela ne fait à mon avis que déplacer le problème, car je pense que l’on pourrait, en paraphrasant, affirmer aussi : sans élites, point de communauté. Donner une physionomie précise à ces élites, dans leur composition aux moments des conflits et dans leurs modalités préalables de croissance, est, je me répète, une tâche bien difficile, mais, on peut l’espérer, pas impossible. C’est sur cette note de confiance que je termine et que je vous remercie.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Blickle 1989 = P. Blickle, Studien zur geschichtlichen Bedeutung des deutschen Bauernstandes, Stuttgart-New York, 1989.

Bloch 1931 = M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, n. éd. Paris, 1960 ; éd. it. : I caratteri originali della storia rurale francese, Turin, 1973.

Bloch 1939-1940 = M. Bloch, La société féodale, I : La formation des liens de dépendance ; II : Les classes et le gouvernement des hommes, Paris, 1939-1940 (L’Évolution de l’Humanité, fond. Henri BERR, XXXIV, XXXIVa). éd. it. : La società feudale, Turin, 1949.

Bloch 1966 = M. Bloch, dans The Agrarian Life of the Middle Ages, Cambridge, 1966 (Cambridge Mediaeval History of Europe, 1), p. 288-354.

Bonnassie 1975-1976 = P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, 2 vol. , Toulouse, 1975-1976 (Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, Série A, tome 23).

Comba 2008 = R. Comba, Boschi e alpeggi fra certosini e contadini nell’Italia centro-settentrionale : fine XII secolo – inizi XV secolo, dans M. Bourin, G. Cherubini, G. Pinto (ed.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento. Un confronto, Florence, 2008 [Actes du Congrès international de Florence, 30 mars – 1er avril 1006], p. 217-250, p. 238.

Deléage 1941 =A. Déléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le Haut Moyen Âge, 2 vol. , Mâcon, 1941.

Dhanūn Ţāha 1989 = A. Dhanūn Ţāha, The Muslim Comquest and Settlement of North Africa and Spain, Londres-New York, 1989 ; éd. it. : L’espansione dell’Islam. Insediamenti nel Nord Africa e in Spagna, Gênes, 1998.

Dollinger 1949 = Ph. Dollinger, L’évolution des classes rurales en Bavière depuis la fin de l’époque carolingienne jusqu’au milieu du XIIIe siècle, Paris, 1949 (Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, 112).

Duby 1953 = G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953 (Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études, VIe Section) ; éd. it. : Una società francese nel Medioevo. La regione di Mâcon nei secoli XI e XII, Bologne, 1985.

Feller 2007 = L. Feller, Paysans et seigneurs au Moyen Âge, VIIIe-XVe siècles, Paris, 2007 (Collection U Histoire).

Kaplan 2009 = M. Kaplan, Villes et campagnes à Byzance du VIe au XIIe siècle : aspects économiques et sociaux, in Città e campagna nei secoli altomedievali [Atti delle settimane LVI. Spoleto, 27 marzo – 1 aprile 2008], 2 vol. , Spolète, 2009 (Settimane di Studio della Fondazione Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, LVI), I, p. 495-536.

Lefebvre 1924 = G. Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Paris, 1924 (n. éd. Bari, 1959).

Patlagean 2007 = É. Patlagean, Un Moyen Âge grec. Byzance, IXe-XVe siècle, Paris, 2007 (L’Évolution de l’Humanité).

Plesner 1934 = J. Plesner, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIIe siècle, København, Gyldendalske Boghandel, 1934 ; éd. it. : L’emigrazione dalla campagna alla città libera di Firenze nel XIII secolo, Monte Oriolo, 1979.

Structures féodales 1981 = Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches [Actes du colloque international organisé par le Centre National de la Recherche Scientifique et l’École française de Rome (Rome, 10-13 octobre 1978)], Rome, 1980 (Collection de l’École française de Rome, 44).

Toubert 1973 = P. Toubert, Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin du XIIe siècle, 2 vol. , Rome, 1973 (BEFAR, 221) ; éd. it. (réduite) : Feudalesimo mediterraneo. Il caso del Lazio medievale, Milan, 1979.

Xyda 1997 = M. Xyda, La « Mastichochora » : i villaggi medievali di Chios, dans L. Balletto (ed.), Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, 2 vol. , Gênes, 1997, II, p. 1257-1270.

Zacchigna 2007 = M. Zacchigna, La società castellana nella Patria del Friuli : il dominium tarcentino dei di Castello (1322 – 1532), Trieste, 2007 (Studi, 1).

Haut de page

Notes

1 Structures féodales 1980.

2 Patlagean 2007.

3 Patlagean 2007, p. 374.

4 Bloch 1931.

5 Déléage 1941.

6 Kaplan 2009.

7 Bloch 1939-1940; Bloch 1966.

8 Dans l’ordre : Dollinger 1949; Duby 1953; Toubert 1973; Bonnassie 1975-1976.

9 Feller 2007 p. 216-217; Bonnassie 1975-1976, I, p. 304-305.

10 Lefebvre 1924.

11 Bonnassie 1975-1976, I, p. 305.

12 Dhanūn Ţāha, 1989, p. 118-154 de l’éd. italienne.

13 M. Xyda, 1997, II, p. 1257-1270.

14 Bonnassie 1975-1976, II, p. 816.

15 Feller 2007, p. 206 et 209.

16 Zacchigna, 2007.

17 Plesner 1934.

18 Blickle 1989, p. 123, cité par Comba 2008, p. 238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paolo Cammarosano, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/745 ; DOI : 10.4000/mefrm.745

Haut de page

Auteur

Paolo Cammarosano

Université de Trieste – cammaros[at]univ-trieste.it, cammaros[at]units.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org