Navigation – Plan du site
Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge

Avant-propos

Laurent Feller, Michel Kaplan et Christophe Picard

Texte intégral

1Les textes que nous proposons ici sont issus de deux séminaires tenus en 2008 et 2009 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École française de Rome dans le cadre d’un programme financé par le conseil scientifique de Paris 1 et soutenu par l’École qui a abrité l’une des rencontres : que Michel Gras, son directeur, et Marilyn Nicoud, directrice des études médiévales, trouvent ici l’expression des remerciements chaleureux des organisateurs pour l’accueil qu’ils ont fait à cette initiative et dont le résultat matériel est la publication de ses actes dans les Mélanges.

  • 1 Le Jan 1998, ainsi que tout le programme « Les élites au haut Moyen Âge », cinq volumes sortis depu (...)
  • 2 Menant – Jessenne 2007.

2Le programme Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge s’inscrit dans l’intérêt que le concept même d’élites, d’une grande efficacité heuristique, a suscité chez les historiens, particulièrement ceux spécialisés dans le haut Moyen Âge, depuis la fin des années 19901. La spécificité de la question des élites rurales n’a pas échappé aux chercheurs engagés dans ces réflexions et a donné lieu en 2006 à une session des journées de Flaran, centrée sur l’Europe médiévale et moderne au cours de laquelle seule la partie occidentale du bassin méditerranéen fut évoquée2. L’abondance des travaux et des réflexions menées sur ce thème faisait qu’il n’était guère gênant d’envisager une sorte de prolongation. D’autre part la partie orientale de la Méditerranée tant byzantine que musulmane n’avait pas été abordée. Il y avait là une lacune à combler afin de donner à cette question une aura de comparatisme.

3La présence simultanée à Paris 1 de trois spécialistes de ces questions était une incitation à construire un programme et à mener une réflexion commune. Celle-ci se déroula harmonieusement mais achoppa sur un point méthodologique fondamental : la difficulté d’accéder au monde rural et à son gouvernement local dans un monde islamique dont les sources sont essentiellement narratives et normatives. Cela, joint aux calendriers divergents des uns et des autres, a fait que le monde musulman est, à notre grand regret, réduit à la portion congrue dans cette publication qui concerne donc essentiellement le monde chrétien, occidental et byzantin.

4Nous avons voulu donner à ces rencontres l’ampleur chronologique la plus ample, c’est-à-dire aller du Ve au XVe siècle. Dans la pratique, les études se concentrent sur les XIIIe-XVsiècles, avec des incursions dans le VIIe siècle égyptien et le IXe siècle italien. C’est tout autant la question documentaire que celle des intérêts spécifiques des chercheurs qui explique cette restriction relative de l’arc documentaire couvert.

  • 3 Mendras 1967 et 1976.
  • 4 Davies 1988.
  • 5 Devroey 2004.

5L’un des intérêts des rencontres a été de faire surgir la question des intermédiaires et celle de la médiation. L’une des définitions canoniques des élites rurales, celle donnée par Henri Mendras dans les années 1960 et 19703reposait précisément sur la position d’intermédiaire des élites, agissant entre la société locale et la société dite « englobante ». Les auteurs ont montré ici la pertinence et l’efficacité de cette approche. Les mondes ruraux sont certes de « petits mondes », pour reprendre le titre du très remarquable livre de Wendy Davies4, qui produisent leurs propres règles de fonctionnement. Ce ne sont pas pour autant des mondes clos ou sans communication avec l’extérieur. Les institutions publiques ou ecclésiales assument naturellement cette fonction à Byzance. Mais, en Occident, la seigneurie le fait aussi : les seigneurs communiquent avec leurs sujets et eux-mêmes sont en relation avec des hiérarchies qui les enserrent et assurent l’insertion du monde rural dans un complexe d’autant plus vaste que les circulations de biens et les échanges commerciaux se développent5.

6Les solutions imaginées pour assurer cette médiation dépendent évidemment, dans le détail, de contextes assez différents. Il n’en demeure pas moins que l’organisation du gouvernement des hommes implique l’existence de cette fonction et que celle-ci produit des effets sociaux, en l’occurrence l’émergence d’un groupe « privilégié », pour parler comme les archéologues, c’est-à-dire placé au-dessus de la communauté qu’il domine en contribuant à la gouverner et à la contrôler. La production des élites a des conséquences économiques, dans la mesure où la richesse est l’un des critères de distinction des membres du groupe. Les positions éminentes sont le plus souvent utilisées pour accroître la capacité des membres de l’élite à augmenter et à transmettre leur fortune. Elles le sont aussi pour favoriser la constitution de réseaux clientélaires qui renforcent leur position, qu’elle soit acquise ou héritée.

  • 6 Coquery – Menant – Weber 2006.

7Enfin, court, de façon implicite dans ces pages, la question de la maîtrise de l’écriture et du rapport à l’écrit qu’entretiennent ces groupes d’élite. Ce n’est pas un hasard si nous avons sur quelques-uns de leurs représentants des dossiers d’actes diplomatiques. Les élites rurales se distinguent, dans leurs pratiques de la domination sociale, par un recours fréquent à l’acte écrit et une évidente maîtrise de la documentation dite pragmatique. Cet aspect-là a été assez peu prospecté et c’est sans doute l’une des directions qu’il sera intéressant de poursuivre, dans le prolongement des réflexions menées par N. Coquery, F. Menant et F. Weber6.

  • 7 Plesner 1934.
  • 8 Maire Vigueur 2003.

8Nous avons, dans le cadre qui était le nôtre, orienté nos réflexions dans trois directions. La première, plus générale consistait à s’interroger sur la définition des élites rurales, à travers les cas précis que la documentation proposait. Une seconde direction s’imposait, qui consistait en une interrogation sur les conséquences économiques de l’appartenance à l’élite, à savoir sur les spécificités des actions menées par les membres du groupe d’une part et sur les moyens utilisés pour augmenter les fortunes et les transmettre. Enfin, une dernière orientation était nécessaire, politique et sociale : à l’intérieur de quelles institutions les élites s’intègrent-elles et comment interagissent-elles avec les États ? Comment existent-elles, en Occident, au sein de la seigneurie ? L’un des acquis définitifs de ces dernières décennies est l’idée que la seigneurie, loin de laminer définitivement la société rurale produit de la différenciation sociale et permet, jusqu’à un certain point, des ascensions. Celles-ci peuvent-elles ou non aller jusqu’à l’insertion dans la militia et, par glissements plus ou moins subreptices et par le simple jeu aussi de l’enrichissement, permettre de se hisser dans des catégories sociales supérieures. La situation italienne, telle qu’elle émerge des analyses faites depuis les années 19307et renforcées au début des années 2000, est, de ce point de vue, très éclairante8. Elle montre une fluidité sociale extrême qui permet aux élites rurales d’entrer dans la ville et de finir par s’insérer, sans grande difficulté, au groupe de gouvernement, les critères étant alors la richesse et diverses formes de compétence (au combat, mais aussi dans la marchandise ou, après une ou deux générations, le droit). Cette situation est sans doute exceptionnelle. On regrette cependant de n’avoir pas eu davantage de textes sur la péninsule ibérique et la France méridionale des communes afin d’éclairer mieux la question. Il y a là des chantiers à ouvrir ou à reprendre afin de parvenir à une connaissance plus fine des sociétés médiévales et de leurs modes de fonctionnement.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Coquery – Menant – Weber 2006 = N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006.

Davies 1988= W. Davies, Small Worlds: the Village Community in Early Medieval Brittany, Berkeley-Los Angeles, 1988.

Devroey 2004 = J.-P. Devroey, Seigneurs et paysans au cœur de l’ancien empire carolingien de part et d’autre de l’an mil : les seigneuries de Saint-Rémi de Reims (IXe-XIe siècles), dans P. Bonnassie et P. Toubert (éd.), Hommes et sociétés dans l’Europe de l’an Mil, Toulouse, 2004, p. 253-271.

Le Jan 1998 = R. Le Jan (éd.), La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (début IXe siècle aux environs de 920), Lille, 1998.

Maire Vigueur 2003 = J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens : guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2003.

Menant – Jessenne 2007 = F. Menant et J.-P. Jessenne (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 2007 (Actes des 27e journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, 9, 10, 11, 12 septembre 2005).

Mendras 1967 = H. Mendras, La fin des paysans, Paris, 1967 nouvelle édition, 1991.

Mendras 1976 = H. Mendras, Les sociétés paysannes, Paris, 1976 éd. refondue, 1995.

Plesner 1934 = J. Plesner, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIe siècle, Copenhague, 1934.

Haut de page

Notes

1 Le Jan 1998, ainsi que tout le programme « Les élites au haut Moyen Âge », cinq volumes sortis depuis 2001.

2 Menant – Jessenne 2007.

3 Mendras 1967 et 1976.

4 Davies 1988.

5 Devroey 2004.

6 Coquery – Menant – Weber 2006.

7 Plesner 1934.

8 Maire Vigueur 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Feller, Michel Kaplan et Christophe Picard, « Avant-propos  », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/741 ; DOI : 10.4000/mefrm.741

Haut de page

Auteurs

Laurent Feller

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IUF, UMR 8589 (LAMOP) – Laurent.Feller[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Michel Kaplan

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 (Orient et Méditerranée) – Michel.Kaplan[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Christophe Picard

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 (Orient et Méditerranée) – christophe.picard[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org