Navigation – Plan du site
Varia

Si masculi superassent foeminas

Sex ratio et mortalité féminine au Moyen Âge en Italie
Irene Barbiera

Résumés

Cet essai a pour objet d’étudier une question intrigante, qui a fait surface lors d’une recherche systématique sur la démographie au Haut Moyen Âge en Italie, basée sur des données squelettiques : les femmes adultes sont systématiquement absentes des cimetières italiens du Haut Moyen Âge. Curieusement, cela n’est pas le cas dans les cimetières italiens de l’Antiquité, ni dans un échantillon de cimetières du Haut Moyen Âge en Europe Centrale et du Nord. Le problème de la sous-représentation des femmes peut être résolu de différentes manières : il peut être lié au manque de fidélité des cimetières dans leur représentation d’une communauté vivante aussi bien qu’à l’utilisation de pratiques funéraires différentes ou à des tendances inhabituelles de mortalité chez les femmes. Étant donné que le sexe des enfants ne peut être correctement examiné, certaines hypothèses demeurent non résolues. Toutefois, en y regardant de plus près, les données à notre disposition indiquent que la sous-représentation des femmes a pu être liée à une surmortalité des jeunes filles avant qu’elles atteignent l’âge adulte.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Sylvie Joye pour avoir traduit ce texte en français. La citation du titre est tirée de Gilles de Rome.

Texte intégral

L’absence des femmes dans les nécropoles médiévales italiennes

  • 1 Villani, Chronica, III. i.i.97.
  • 2 Biller 2000.
  • 3 Plusieurs études ont été consacrées au phénomène de la disproportion entre les sexes qui peut être (...)
  • 4 Il s’agit des nécropoles de Faella, Piandiscò (Arezzo), dans Galeotti, Pardini 1979 et Sienne, Sant (...)
  • 5 Cette recherche a été menée en collaboration avec Gianpiero Dalla Zuanna, les résultats ont été pub (...)

1Giovanni Villani rapporte, dans sa Chronique de Florence, qu’en 1338 le prêtre qui baptisait les enfants dans l’église Saint-Jean, « remarqua qu’ils étaient à cette époque de 5 500 à 6000, le sexe masculin l’emportant sur l’autre la plupart du temps de trois cents à cinq cents individus par an »1. Si on se fie à cette information, le nombre de baptisés de sexe masculin était plus important dans cette église que le nombre de ceux de sexe féminin, dans un rapport variant de 110,5 à 120 garçons pour 100 filles2. Cette donnée est significative dans la mesure où le sex ratio à la naissance est normalement de 105 garçons pour 100 filles. Pour une raison ou une autre, donc, un certain nombre de filles manquait à l’appel au moment du baptême3. Il est intéressant de noter qu’un sex ratio déséquilibré en faveur des garçons peut être constaté aussi dans plusieurs nécropoles médiévales de Toscane, datées entre le XIIe et le XVe siècle4. Mais il y a plus : ce phénomène semble plus généralement caractéristique de l’Italie médiévale. En effet, comme il est apparu au cours d’une recherche visant à étudier la démographie de l’Italie altomédiévale et médiévale à partir des données archéologiques et anthropologiques, le rapport entre les individus masculins et féminins se révèle être déséquilibré de façon évidente en faveur des premiers5. En particulier, comme on peut le déduire de la figure 1, sur 2 161 individus adultes inhumés dans 29 cimetières datés du VIe au XVe siècle, le nombre d’hommes dépassait de façon notable celui des femmes, avec un sex ratio moyen de 169 hommes pour 100 femmes. Les données des nécropoles se révèlent donc encore plus déséquilibrées que ne le sont celles déduites des registri parrocchiali florentins.

Fig. 1 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles italiennes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.

Fig. 1 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles italiennes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.

1 : Chieri (Ve-VIe siècle) ; 2 : Castro dei Volsci (VIe siècle) ; 3 : San Vincenzo di Cecina (Ve-VIIIe siècle) ; 4 : Selvicciola (Viterbo) (VIIe siècle) ; 5 : Collegno (To) (VIe-VIIe siècle) ; 6 : Centallo (Cuneo) (VIe-VIIe siècle) ; 7 : Rivoli la Perosa (VIe-VIIe siècle) ; 8 : Quingentole (MA) (VIIe siècle) ; 9 : Collecchio di Parma (VIIe siècle) ; 10 : Merine, Lecce (VIIe siècle) ; 11 : Ortaria, Povegliano (VIIe siècle) 12 : Romans d'Isonzo, Gorizia (VIe-VIIe siècle) ; 13 : Vicenne (VIIe-VIIIe siècle) ; 14 : Poggibonsi (VIIe-IXe siècle) ; 15 : Mont-Blanc, Aosta phase 4 (VIIe-VIIIe siècle) ; 16 : Venosa (VIIIe-IXe siècle) ; 17 : Pauciuri Malvito (IXe-XIIe siècle) ; 18 : S Pietro di Cavallermaggiore (Cuneo) (Xe-XIIIe siècle) ; 19 : Trino vercellese (Xe-XIIIe siècle) ; 20 : Torcello (Xe-XIIe siècle) ; 21 : Milano, Piazza Duomo (XIIe-XIIIe siècle) 22 : Rocca di Asolo (XIe-XIVe siècle) ; 23 : Monte d'Argento, Minturno (Latina) (XIe-XVe siècle) ; 24 : Siena, S. Maria della Scala (XIIe-XVe siècle) ; 25 : Faella, Piandisco Arezzo (XIIIe-XIVe siècle) 26 : Roma, Palazzo della Cancelleria (XIVe-XVe siècle) 27 : Formigine (Modena) (XIIIe-XVe siècle) ; 28 : S. Sebastiano in Saluzzo (XVe siècle) ; 29 : Gerace, S. Maria del Mastro (XVe-XVIIIe siècle).

Pour les références bibliographiques, voir Barbiera, 2008, p. 241-250.

  • 6 Par exemple, un plus grand nombre d’individus masculins apparaît dans les nécropoles suivantes : à (...)

2Les pourcentages présentés ne concernent que des individus adultes, dans la mesure où il n’est pas possible de déterminer le sexe des enfants au dessous de 18 ans. Chez les enfants, en effet, le niveau hormonal très bas fait que les caractères sexuels ne se sont pas développés et ne sont donc pas visibles sur le squelette. De plus, ont été exclues de cette étude les nécropoles de petites dimensions, où l’échantillon d’adultes n’était pas assez consistant. De toute manière, dans ces nécropoles qui ne sont pas prises en compte, la disproportion entre le nombre d’hommes et celui de femmes était, dans la plupart des cas, également visible6. On peut donc considérer à bon droit que ces données reflètent un phénomène assez diffusé dans les nécropoles de l’Italie altomédiévale et médiévale. Même si les nécropoles prises en compte sont relativement peu nombreuses au vu de l’ampleur de la période considérée et de l’étendue du territoire au sein duquel elles sont réparties, cela représente une grande partie du matériel anthropologique italien actuellement disponible pour cette époque. Des données supplémentaires pourraient donc être ajoutées à l’avenir, à la suite de l’analyse et de la publication de nouveaux rapports de fouilles.

3Il est intéressant de noter que la disproportion entre les sexes est répandue de manière égale dans toutes les régions d’Italie et dans les nécropoles liées à divers types de sites, au voisinage des lieux d’établissement, qu’il s’agisse de villages ou de villes, d’églises ou de châteaux.

4Pour quelle raison les femmes sont-elles invisibles dans les nécropoles italiennes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge ? Je vais tenter d’aborder plusieurs causes possibles pour expliquer ce problème patent et répandu, même s’il faut dès maintenant préciser que pour le moment aucune explication ne paraît satisfaisante.

Le dimorphisme sexuel

  • 7 Canci – Minozzi 2005, p. 117-126.
  • 8 Il s’agit des nécropoles de Castro dei Volsci dans le Latium, numéro 2, Mont Blanc Aoste, numéro 12 (...)

5Des données aussi visiblement « déséquilibrées » dans les nécropoles invitent immédiatement à penser à un problème tenant à la détermination du sexe fondée sur les os, qui est établie en observant quelques caractères du crâne et du bassin7. Ce dernier constitue la partie du squelette la plus apte à fournir des informations pour déterminer le sexe. Mais comme il est assez fragile, il est souvent fragmentaire et donc illisible. Même le crâne est très souvent retrouvé sous la forme de fragments et n’est donc pas toujours pleinement utilisable. De toute manière, le degré de fragmentation des squelettes varie beaucoup d’une nécropole à l’autre, selon le type de sépulture et le type de terrain. Bien souvent, les activités humaines des époques suivantes peuvent avoir contribué à la destruction du matériel osseux. C’est pourquoi il est d’usage chez les anthropologues de ne pas définir le sexe lorsque l’on a affaire à des fragments. De plus, comme il ressort de la figure 1, il semble qu’il n’y ait aucune relation entre le pourcentage d’individus présents sous forme fragmentaire et la disproportion entre les sexes. En effet, même là où le sexe a été diagnostiqué de la façon la plus assurée et où il n’y a pas de squelette au sexe indéterminé, la proportion demeure inchangée8.

  • 9 Le degré de dimorphisme est calculé selon l’indice de Hall, dans Hall 1982.
  • 10 Dal Poz et al. 2001.
  • 11 Il s’agit de – Selvicciola dans le Latium, numéro 4 – San Vincenzo di Cecina en Toscane, numéro 3 – (...)

6Dans les autres cas, on pourrait émettre l’hypothèse selon laquelle les individus dont le sexe n’a pas été déterminé seraient des femmes. Ceci pourrait être corroboré dans des cas où le dimorphisme sexuel entre femmes et hommes est élevé : dans ce cas, les squelettes des femmes peuvent être plus graciles et fragiles que ceux des hommes, et donc plus fréquemment fragmentaires, ce qui les rend moins « lisibles ». Une différence de dimorphisme sexuel pourrait être liée, par exemple, à des activités de travail différenciées entre hommes et femmes9. À Quingentole, en Lombardie (figure 1, numéro 8), dans des études rurales, on a mis en évidence le fait que les os des membres supérieurs des hommes étaient particulièrement robustes, et ce de manière beaucoup plus évidente que chez les femmes10. On a émis l’hypothèse selon laquelle une telle caractéristique était liée à l’activité agricole, de défrichement ou de transport de charges, activité qui n’était pas exercée par les femmes, ou du moins pas avec la même intensité que par les hommes. Un dimorphisme sexuel élevé a aussi été rencontré, hors Quingentole, à Castro dei Volsci, dans le Latium (numéro 2), à la Selvicciola, toujours dans le Latium (numéro 4), à Trino Vercellese en Piémont (numéro 17) et à Torcello en Vénétie (numéro 18). Mais, même en admettant que tous les individus dont le sexe n’a pas été déterminé soient de sexe féminin, la disproportion entre les sexes demeure également visible, dans un certain nombre de nécropoles au moins11. De plus, parmi les nécropoles dont le pourcentage d’individus féminins ajouté à celui des individus au sexe indéterminé égale le nombre des individus masculins, c’est seulement à Trino Vercellese, en Piémont, et à Quingentole, en Lombardie, que le dimorphisme entre les hommes et les femmes s’avère élevé. Dans les autres cas, le dimorphisme n’a pas été observé. Cette hypothèse ne semble donc absolument pas étayée par les éléments disponibles.

7On pourrait, à l’opposé, penser que, au moins dans quelques cas, la disproportion entre les sexes serait due à un faible dimorphisme sexuel. Ceci signifie que les caractères des squelettes féminins diffèrent peu de ceux des squelettes masculins. Des conditions de travail particulièrement dures pourraient rendre le corps et donc l’ossature féminins assez masculins, rendant les femmes plus difficiles à distinguer des hommes. Un faible dimorphisme sexuel est documenté de façon certaine seulement dans la nécropole de Collegno en Piémont alors que, comme on vient de le voir, le dimorphisme s’est au contraire révélé élevé dans un plus grand nombre de nécropoles.

8Si l’aspect fragmentaire des squelettes ou les limites des analyses anthropologiques étaient à l’origine d’un sex ratio aussi déséquilibré, nous devrions nous attendre à des données similaires à celles constatées à d’autres époques et dans d’autres zones de l’Europe. En réalité, une telle carence de femmes n’est documentée ni dans les nécropoles italiennes antiques ou tardo-antiques, ni dans les nécropoles altomédiévales hors de l’Italie.

9La figure 2 illustre la proportion d’hommes et de femmes dans diverses nécropoles fouillées en Europe centrale que l’on peut dater du haut Moyen Âge.

  • 12 Un sex ratio déséquilibré en faveur des hommes, repérable dans l’échantillon adulte, a été remarqué (...)

10Comme il ressort de la figure, en effet, la proportion entre les sexes se révèle en principe équilibrée dans divers sites fouillés en Hongrie, en Slovénie, en Autriche, en Allemagne et en République tchèque. Il y a bien différents cas exceptionnels où les hommes représentent un pourcentage plus élevé au sein de l’échantillon mais il y a pareillement des nécropoles où ce sont les femmes qui sont plus nombreuses. Par ailleurs, les cas où la disproportion entre les hommes et les femmes est aussi évidente que dans les nécropoles italiennes étudiées sont assez rares. Le phénomène ne semble donc pas avoir touché l’Europe septentrionale. Les recherches prenant en compte également un échantillon de nécropoles des aires méditerranéennes, en particulier en France et en Espagne, seront sans aucun doute développées dans les années à venir12. Il serait intéressant de voir si le phénomène est effectivement exclusivement italien ou s’il concerne plus généralement l’Europe méridionale.

  • 13 Evans 1989, p. 164-180.

11Pour l’instant, un ensemble de données comparable est offert par la Dalmatie, où a été constatée une courante prééminence des hommes dans les nécropoles13. Ici, cependant, la disproportion entre les sexes n’est pas aussi élevée qu’en Italie et elle est, dans plusieurs cas, favorable aux femmes (la moyenne est de 118 hommes pour 100 femmes, avec des chiffres qui vont d’un minimum de 63 pour 100 à un maximum de 200 pour 100). De plus, le nombre d’individus ensevelis dans les nécropoles dalmates considérées est dans tous les cas inférieur à 30 (par nécropole), ce qui rend l’échantillon peu fiable.

Fig. 2 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles d’Europe centrale du haut Moyen Âge (VIe-XIe siècle).

Fig. 2 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles d’Europe centrale du haut Moyen Âge (VIe-XIe siècle).

1 : Hódmezővásarhely-Kishomok (Hu) ; 2 : Kiszombor (Hu) ; 3 : Szőreg-Téglagyár (Hu) ; 4 : Szentes-Kökényzug (Hu) ; 5 : Hegykő (Hu) ; 6 : Szentendre (Hu) ; 7 : Tamasi (Hu) ; 8 : Szentes-Kaján (Hu) ; 9 : Szeged-Kundomb (Hu) ; 10 : Makkoserdő (Hu) ; 11 : Nové Zámky (Hu) ; 12 : Kiskőrös (Hu) ; 13 : Alattyán (Hu) ; 14 : Fehértó (Hu) ; 15 : Üllő (Hu) ; 16 : Mosonszentjános (Hu) ; 17 : Tiszafüred-Nagykenderföldek (Hu) ; 18 : Iskra, phase 1 (Slo) ; 19 : Iskra, phase 2 (Slo) ; 20 : Iskra, phase 3 (Slo) ; 21 : Donzdorf (De) ; 22 : Giengen an der Brenz (De) ; 23 : München-Giesing Solothurn (De) ; 24 : Mannheim-Vogelsang (De) ; 25 : Leobersdorf (At) ; 26 : Zwölfaxing (At) ; 27 : Mödling (At) ; 28 : Sommerein (At) ; 29 : Pitten (At) ; 30 : Mikulcice (Cz) ; 31 : Holiare (Cz) ; 32 : Zelovce (Cz).

Pour les références bibliographiques, voir Barbiera, 2008, p. 241-250.

  • 14 Ces chiffres ont été obtenus sur un échantillon de 19 nécropoles, pour un total de 996 individus. M (...)

12Le fait que les chiffres concernant le sex ratio fournis par l’étude des nécropoles italiennes des époques antique et tardo-antique soient plus proches de la norme que ceux concernant l’époque médiévale constitue également une information intéressante. En effet, à cette époque, il y a bien plusieurs nécropoles dans lesquelles le nombre d’hommes est supérieur à celui des femmes, mais la disproportion n’est pas aussi criante. De plus, il y a plusieurs autres nécropoles au sein desquelles le rapport entre les sexes s’avère équilibré et, dans certains cas, le nombre de femmes est supérieur à celui des hommes. En moyenne, le rapport entre les hommes et les femmes, entre le Ier et le IVe siècle ap. J.-C. est situé entre 102 et 100, chiffre tout proche de la norme14. On a reporté sur la figure 3 les chiffres du sex ratio pour tout l’échantillon rassemblé jusqu’ici (40 nécropoles). Il en ressort que les chiffres du sex ratio sont, à quelques oscillations près, tout proches de 100 jusqu’au Ve siècle, à partir du VIe siècle, le nombre d’individus masculins inhumés augmente particulièrement par rapport aux siècles précédents.

  • 15 Des nécropoles ne rassemblant que des enfants sont documentées à S. Zeno et à Mezzocorona, dans la (...)
  • 16 Pour une discussion plus approfondie, voir : Barbiera 2008, p. 241-250.
  • 17 Pour une discussion de cette question, voir : Barbiera – dalla Zuanna 2007, p. 19-42.

13D’un côté, il semble impossible de démontrer que le déséquilibre du sex ratio serait dû à un problème concernant les analyses anthropologiques conduites avec les méthodes traditionnelles ou à un dimorphisme sexuel élevé ou faible ; d’un autre côté, le fait que le rapport entre les hommes et les femmes varie selon les époques paraît particulièrement intéressant. Dans une étude récente consacrée à ce problème, j’avais pu exclure que la carence de femmes dans les nécropoles ait été due à des phénomènes de migrations masculines et de ségrégation funéraire féminine. En effet, on n’a jamais trouvé nulle part de nécropoles ne rassemblant que des femmes, à la différence de ce qui est en revanche documenté pour les enfants15. Pareillement, les vagues migratoires du haut Moyen Âge concernant les Goths et les Lombards n’ont concerné qu’un pourcentage très peu élevé de personnes, qui pourrait difficilement expliquer une prépondérance masculine répandue aussi largement au cours des siècles et dans des régions qui n’ont pas été touchées directement par les invasions barbares16. Même des phénomènes de micromigrations qui auraient pu ne concerner qu’un seul des deux sexes, entraînant une distorsion du sex ratio au moins dans quelques zones, ne sont pas vraiment documentés pour l’Italie du haut Moyen Âge17.

Fig. 3 - Évolution du sex ratio dans un ensemble de 40 nécropoles italiennes datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.

Fig. 3 - Évolution du sex ratio dans un ensemble de 40 nécropoles italiennes datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.

Mortalités masculine et féminine

14Étant donné qu’à la naissance le nombre de garçons est quasiment égal à celui des filles (avec un rapport de 105 pour 100) et que le sex ratio que nous relevons dans les nécropoles concerne seulement les individus morts après l’âge de 15/19 ans, si on exclut l’hypothèse selon laquelle le phénomène serait lié à un problème de fiabilité de l’échantillon, alors l’hypothèse la plus vraisemblable est que le manque de femmes adultes est dû à une mortalité élevée des enfants de sexe féminin ou des jeunes filles. Si nous étions capables de déterminer le sexe des individus de moins de 18 ans, cette hypothèse pourrait être vérifiée. On pourrait, en outre, savoir à quel âge les enfants de sexe féminin ou les jeunes filles mouraient le plus fréquemment et on pourrait en tirer des conclusions plus fiables mais, dans l’état actuel des choses, nous ne disposons pas de ces informations. Nous pouvons en revanche tenter de vérifier cette hypothèse en considérant les données disponibles sur la mortalité des hommes et des femmes aux différentes phases de l’âge adulte.

  • 18 J’ai également inclus dans ce tableau des nécropoles de petites dimensions comme Faella (Arezzo) et (...)
  • 19 Ce calcul est fondé sur l’hypothèse qu’environ 50% des garçons mouraient avant leur quinzième année (...)

15Mener des analyses précises pour l’âge adulte s’avère particulièrement complexe : elles ont donc été conduites de façon limitée, et on dispose d’informations en particulier pour onze des nécropoles médiévales italiennes considérées, pour un total de 982 individus morts après 15 ans18. Comme il ressort de la figure 4, le sex ratio augmente proportionnellement à l’âge, ce qui indique une augmentation progressive du nombre d’individus masculins inhumés. En effet, dans la tranche d’âge entre 15 et 19 ans, le rapport entre hommes et femmes est de 1 pour 1, il augmente à 1,14 pour 1 entre 20 et 29 ans, et atteint 2 pour 1 entre 50 et 59 ans. En outre, si on calcule le nombre de naissances, sur la base du nombre d’individus morts à l’âge adulte19, et si on prend en compte le fait que le rapport entre garçons et filles à la naissance est de 105 pour 100, il est possible d’estimer approximativement le sex ratio dans la tranche d’âge 0-15 ans. Les estimations pour cet âge indiquent un rapport entre garçons et filles très largement en faveur de ces dernières, avec un sex ratio de 0,77 pour 1. Pour les âges suivants, le nombre d’individus masculins ensevelis surpasse progressivement celui des femmes. Ceci semblerait suggérer que la mortalité a suivi une évolution différente pour les hommes et pour les femmes. Ces dernières, en effet, mouraient davantage durant l’enfance ou la jeunesse, qui présentaient pour les garçons de leur âge davantage de possibilités de survie. Les hommes, inversement, mouraient à un âge plus avancé. Ceci pourrait expliquer pourquoi nous trouvons plus d’hommes que de femmes parmi les individus adultes. Le fait que l’évolution du sex ratio ne subisse pas de modification dans la tranche d’âge 20-30 ans fournit une indication intéressante : le nombre d’individus masculins inhumés se révèle également plus important que celui des femmes, ce qui indique une mortalité féminine plus élevée avant d’atteindre l’âge de la fertilité.

Fig. 4 - Sex ratio par classes d’âge dans un ensemble de nécropoles médiévales italiennes: Mesumundu (Ve-VIIe siècle).

Fig. 4 - Sex ratio par classes d’âge dans un ensemble de nécropoles médiévales italiennes: Mesumundu (Ve-VIIe siècle).

S. Vincenzo di Cecina (Ve-VIIIe siècle) ; Collegno (To) (VIe-VIIe siècle) ; Centallo (Cn) (VIe-VIIe siècle) ; Selvicciola (Vt) (VIIe-VIIIe siècle) ; Paciuri, Malvito (Cs) (IXe-XIIe siècle) ; Trino Vercellese, (Xe-XIIIe siècle) Abbazia della Novalesa (To) (IXe-XIVe siècle) ; Faella, Piandiscò (Ar) (XIIIe-XIVe siècle) ; Monte d'Argento, Minturno (XIe-XVe siècle) ; Roma palazzo cancelleria (XIVe-XVe siècle).

  • 20 Beaucoup de ces données sont tirées de Catalano – Minozzi – Pantano 2001.

16La comparaison avec les données recueillies dans les nécropoles tardo-antiques est pleine d’enseignements. Pour cette période aussi, l’échantillon est réduit (il s’agit de dix nécropoles), avec une prééminence des données provenant du Latium20. Du moins, les différences qui apparaissent par rapport à la période médiévale sont dignes d’être relevées. Comme il ressort de la figure 5, le sex ratio semble équilibré dans l’enfance, alors que dans les tranches d’âge 15-19 ans et 20-30 ans il est respectivement de 0,25 pour 1 et 0,73 pour 1. Ces données montrent que le nombre d’enfants de sexe féminin qui atteignaient leur quinzième année était égal à celui des enfants de sexe masculin et qu’ensuite le nombre de morts féminines entre 15 et 30 ans était supérieur à celui des morts masculines, la mortalité féminine étant plus élevée par rapport à la mortalité masculine dans cette tranche d’âge, peut-être à cause des risques induits par les grossesses et les accouchements.

17Fig. 5 - Sex ratio par classes d’âge dans un ensemble de nécropoles antiques et tardoantiques italiennes.

Roma, Tomba Barbeirini (IIe siècle) ; Roma, Casal Ferranti (IIe siècle) ; Roma, San Vittorino (IIe siècle) ; Roma, Osteria del Curato (Ier-IIIe siècle) ; Roma, Vallerano (Ier-IIIe siècle) ; Le Palazzette, Ravenna (Ier-IIIe siècle) ; Roma, Quadraro (IIe-IIIe siècle), Quadrella, Isernia (Ier-IVe siècle) ; Casalecchio di Reno (IIe-IVe siècle) ; Gallicano (IVe siècle).

18Aussi le nombre de femmes qui atteignaient leur trentième année était-il inférieur par rapport à celui des hommes. Par la suite, le rapport entre les hommes et les femmes augmente de façon notable en faveur des hommes, ce qui indique une mortalité plus grande de ceux-ci dans la tranche d’âge 40-60 ans. D’après ces données, la mortalité suivait donc des évolutions différentes pour les hommes et les femmes également durant l’Antiquité tardive mais, puisque les femmes mouraient davantage au début de l’âge adulte et les hommes à l’âge mûr, le sex ratio de l’échantillon adulte s’y avère globalement équilibré. Ainsi, ces données sembleraient suggérer que les variations des chiffres du sex ratio au fil des siècles seraient conditionnées par les différences de l’âge moyen à la mort chez les individus masculins et féminins. Alors qu’à l’époque antique et tardo-antique les femmes mouraient surtout à l’âge où elles étaient fertiles, il semble qu’à partir du Moyen Âge elles soient mortes principalement avant d’avoir 15-19 ans, ce qui explique leur absence de l’échantillon des individus adultes. Malheureusement, cependant, les données disponibles pour le moment sont très peu nombreuses, et ces évolutions ne pourront être confirmées que lorsque d’autres échantillons de squelettes seront à notre disposition. Pour l’instant, nous pouvons prendre acte de cette tendance et avancer quelques hypothèses pour chercher à expliquer ce phénomène.

L’infanticide des enfants de sexe féminin

  • 21 Dans un travail publié en 2001, Fabio Giovannini rapporte un sex ratio déséquilibré en faveur des h (...)

19Une hypothèse avancée récemment pour expliquer le manque de femmes adultes dans les nécropoles italiennes est la pratique de l’infanticide, de l’exposition ou de l’abandon des petites filles21. La documentation disponible, cependant, ne fournit pas de données qui permettent de la valider.

  • 22 Boswell 1991
  • 23 Voir Harris 1994. Sur la signification de l’exposition, voir aussi Cooper 1999, p. 20-44.

20Divers documents antiques et médiévaux attestent l’existence de pratiques d’abandon des enfants. Selon une étude de Boswell, l’abandon, pratiqué surtout dans les classes pauvres, aurait été beaucoup plus fréquent au haut Moyen Âge qu’aux époques précédentes22, la vente des enfants ayant été rendue légale par un édit de Constantin en 31323. Cassiodore rapporte qu’au VIe siècle en Lucanie, des parents vendirent leurs enfants lors d’une grande foire :

  • 24 Cassiodorus, Variarum Liber, 8.33, éd T. Mommsen (MGH, AA, 12), Berlin, 1894, p. 261-263.

Des garçons et des filles sont exposés, groupés selon le sexe et l’âge, qui sont vendus en esclavage non du fait de la servitude mais de la liberté : à bon droit leurs parents les vendent car ils tirent profit de leur servitude. Et ceux-ci se trouvent en fait mieux d’être esclaves, s’ils peuvent être retirés du travail aux champs pour aller accomplir des tâches domestiques à la ville24.

21Au Moyen Âge, en outre, l’Église avait assumé un rôle de plus en plus important dans l’accueil et le contrôle des enfants abandonnés. Ceux-ci, en effet, pouvaient être élevés comme esclaves dans la dépendance d’un établissement ecclésiastique, ou donnés à une famille pour être adoptés. Les sources analysées par Boswell, cependant, ne font pas particulièrement référence au genre des enfants abandonnés, et il semble en principe que les deux sexes aient été touchés. En outre, l’abandon n’implique pas l’élimination, mais seulement le déplacement, et cela n’explique donc pas le manque de femmes dans toutes les nécropoles considérées, liées à des types d’établissement et à des régions différentes. Même si on admettait que les petites filles étaient plus souvent abandonnées que les petits garçons, nous devrions bien les trouver inhumées quelque part.

  • 25 Pour une analyse détaillée de ce phénomène, se reporter à Harris 1994, p. 1-22.
  • 26 Voir Codex Theodosianus 9.14.1, pour un commentaire se reporter à Noonan 1986, p. 85-91.

22L’infanticide, qui prenait le plus fréquemment la forme de l’exposition (l’abandon des enfants dans des endroits déserts et dangereux où ceux-ci trouvaient la mort ou, plus rarement, pouvaient être trouvés et adoptés) était pratiqué et toléré dans l’Antiquité. En effet, il ne nous est pas parvenu de loi qui l’interdise, alors que divers auteurs classiques témoignent de son usage récurrent25. Le pater familias avait droit de vie et de mort sur sa progéniture. L’infanticide fut condamné en tant qu’homicide pour la première fois seulement en 374 ap. J.- C26. Qu’on ait continué à le pratiquer, au moins dans une certaine mesure, les décisions législatives qui suivent le démontrent. Ainsi, dans la collection canonique compilée en 906 par Réginon de Prüm, le dernier canon relatif à l’abandon affirme :

  • 27 De Synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, éd. Wasserschleben 1840, II, 68.

Nous ordonnons à tous les prêtres d’annoncer publiquement à leurs communautés que si une femme a donné le jour à un enfant conçu d’une relation clandestine, elle ne doit pas tuer son fils ou sa fille [...] mais elle doit porter l’enfant à la porte de l’église et le laisser là, de telle sorte qu’il puisse être apporté au prêtre au matin et accueilli et élevé par l’un des fidèles. Ainsi cette femme ne sera pas souillée par l’homicide ni par, ce qui serait pire, le parricide27.

  • 28 Une étude intéressante réalisée par Mays sur des restes osseux provenant de nécropoles fouillées en (...)
  • 29 Les résultats obtenus grâce à l’étude d’ADN prélevé sur un échantillon d’enfants morts quelques jou (...)

23Ainsi, l’abandon était toléré et réglementé, alors que l’infanticide était sévèrement condamné. La promulgation de mesures visant à limiter ou à interdire un acte implique que dans certaines limites celui-ci était commis. Il semble cependant très difficile d’en quantifier l’étendue28. De toute manière, le fait que cette pratique ait été répandue dès l’Antiquité ne semble pas en relation avec la distorsion du sex ratio que l’on peut constater seulement à partir du VIe siècle ap. J.-C. De plus, on ne trouve pas de référence spécifique au sexe des nouveaux nés tués. Il n’est donc pas réellement possible de démontrer que les petites filles aient été particulièrement frappées par l’infanticide29.

Discrimination à l’encontre des nouveaux nés de sexe féminin

24Si les données fournies par les sources écrites relatives à l’infanticide sont extrêmement maigres, on peut en revanche tenter de percevoir si des formes de discrimination exercées à l’encontre des nouveaux nés de sexe féminin n’auraient pas été à l’origine d’une mortalité plus élevée. On pourrait par exemple supposer que les petites filles auraient été défavorisées par rapport aux petits garçons du point de vue des ressources alimentaires et de l’hygiène. Quelques observations recueillies sur les squelettes permettent d’avancer quelques réflexions sur le traitement différent réservé à l’alimentation des garçons ou des filles. Dans ce cas aussi, cependant, les données, en plus d’être maigres, sont très difficiles à interpréter.

  • 30 Rubini 1991.
  • 31 Bedini et al. 1997, p. 345-364.
  • 32 Bertoldi et al. 2006.
  • 33 Coppa et al. 1998, p. 465-481.

25L’étude des dents permet d’obtenir quelques informations sur la qualité de la nutrition après la naissance. En particulier, l’hypoplasie de l’émail des dents correspond à un épisode d’arrêt de l’amélogenèse due à un stress nutritionnel ou à des maladies. L’hypoplasie se traduit par des stries sur les dents et, puisque les dents ne changent pas au cours de la vie, il est possible d’observer les altérations dues à celle-ci durant les divers stades de la croissance. Les couronnes des dents définitives commencent à se former dans la gencive à partir du sixième/neuvième mois de l’enfant. En fonction de la position sur la dent du défaut hypoplasique, il est possible de calculer à quel moment il s’est formé. Il est ainsi possible, sur la base de l’hypoplasie, et – plus spécifiquement – de l’âge de sa formation, de formuler, pour la communauté considérée, une hypothèse quant au stress nutritionnel qui pouvait être subi par les enfants : celui-ci était-il lié au sevrage ? Et si c’était le cas, à quel âge advenait-il ? Dans plusieurs des nécropoles étudiées ici on peut remarquer une fréquence et un âge différent de la survenue de l’hypoplasie chez les garçons et les filles. Même en ce qui concerne ces données, seul l’échantillon adulte a été l’objet d’études, puisqu’il est impossible de déterminer le sexe des enfants : elles concernent donc seulement les individus qui ont atteint 15 ans, et non ceux qui sont morts en bas âge. À première vue, il semble que les individus de sexe masculin aient été désavantagés par rapport à ceux de sexe féminin (fig. 6). Dans toutes les nécropoles considérées, datées entre le Ier et le XVIe siècle ap. J.-C., l’hypoplasie semble toucher davantage les hommes, à la seule exception de la nécropole de Miasciano, Bari (numéro 7). En effet, dans les nécropoles romaines de Lucus Feronie, Isola Sacra et Gallicano, l’hypoplasie touche respectivement 77 %, 84 % et 75 % des hommes et 71 %, 68 % et 72 % des femmes. Dans la nécropole de Chieri, en Piémont, elle touche seulement les hommes, avec une fréquence de 30 %. Dans la nécropole de Castro dei Volsci (numéro 5, fig. 5), dans le Latium, sont touchés en revanche 36 % des hommes et 33 % des femmes30, alors qu’à Centallo (numéro 6) sont touchés 40 % des hommes et 28 % des femmes31. Dans la nécropole attachée à l’église S. Bartolomeo de Formigine (MO), datée des XIIIe-XIVe siècles, les hommes sont également davantage touchés, avec une fréquence de 79 % par rapport aux 72 % concernant l’échantillon féminin32. Enfin, dans la nécropole du Palazzo della Cancelleria à Rome, datée des XIVe-XVIe siècles, les hommes sont encore les plus touchés33.

Fig. 6. Pourcentage d’individus de sexe masculin et féminin touchés par l’hypoplasie dans un ensemble de nécropoles datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.

Fig. 6. Pourcentage d’individus de sexe masculin et féminin touchés par l’hypoplasie dans un ensemble de nécropoles datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.

1 : Lucus feronie (Ier-IIIe siècle) ; 2 : Isola Sacra (Ier-IIIe siècle) ; 3 : Gallicano (IVe siècle) ; 4 : Chieri (Ve-VIe siècle) ; 5 : Castro dei Volsci (VIe siècle) ; 6 : Centallo (VIe-VIIe siècle) ; 7 : Misciano (VIIe-Xe siècle) ; 8 : Formigine (XIIIe-XVe siècle) ; 9 : Canavese (XVe-XVIe siècle).

  • 34 Cette hypothèse a été avancée à propos de la nécropole de Formigine, dans Bertoldi et al. 2006.
  • 35 Selon Garnsey, le rejet des enfants serait advenu, dans l’Italie romaine, durant la première semain (...)
  • 36 Bedini – Bertoldi 2004b, p. 241-247.

26Il faut remarquer que, si d’un côté les hommes sont presque toujours davantage touchés, d’un autre la fréquence de l’hypoplasie diminue de façon notable dans l’échantillon du haut Moyen Âge. Dans tous les cas la fréquence plus grande de l’hypoplasie au sein de l’échantillon masculin pourrait être expliquée par une exposition importante à un stress nutritionnel ou par une faiblesse plus grande des enfants de sexe masculin. Inversement, cette information pourrait aussi être lue comme l’indice d’une plus grande mortalité des filles à un âge précoce, alors que les couronnes dentaires définitives n’étaient pas encore formées : dans ce cas, seules les petites filles qui étaient les plus fortes et qui n’avaient pas été soumises à des stress ou des maladies particuliers auraient survécu34. Si on accepte cette hypothèse, un traitement différent aurait été accordé aux garçons et aux filles, et ce au désavantage des nouveaux nés de sexe féminin, ce qui aurait causé une mortalité plus élevée dans les premiers mois de vie chez ces dernières35. Par la suite, les petites filles auraient reçu, jusqu’à l’âge adulte, un régime plutôt équilibré. Cette hypothèse pourrait se voir confirmée par une information relative au régime alimentaire féminin qui provient de la nécropole de Collegno qui, pour sporadique et isolée qu’elle soit, n’en est pas moins intéressante. Les analyses paléonutritionnelles ont permis de noter que le régime réservé aux femmes y était plus complet que celui des hommes36. Dans ce cas, où les femmes représentent 27 % des individus contre 65 % pour les hommes, on peut penser qu’à une discrimination subie par les petites filles durant les premiers mois ou les premières années de la vie succédait un meilleur traitement réservé pendant leur adolescence et leur vie adulte aux quelques femmes qui avaient survécu, et surtout au moment de la grossesse et de l’accouchement, comme semblerait le confirmer aussi les données déjà analysées et exposées dans la figure 4.

  • 37 Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 27-32, Barbiera – Dalla Zuanna 2009, p. 367-389, voir aussi, pour (...)
  • 38 Voir Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 30-32.
  • 39 Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 28-30.

27À ce propos, il est apparu, contrairement à ce que l’on a souvent avancé, combien durant le haut Moyen Âge le régime alimentaire était relativement riche et équilibré, surtout comparé à celui de l’époque romaine, où les différenciations sociales relatives au train de vie et au régime alimentaire étaient plus marquées37. Un des symptômes les plus évidents de cette amélioration est l’augmentation de la taille, clairement visible sur les squelettes du haut Moyen Âge des nécropoles considérées ici38. Non seulement les hommes ont vu leur taille augmenter, mais il en est allé de même pour les femmes. En outre, la présence de diverses pathologies identifiées sur les squelettes, des analyses paléonutritionnelles conduites sur les ossements et des analyses paléozoologiques concourent à démontrer combien le régime alimentaire du haut Moyen Âge était relativement meilleur que celui de l’époque romaine. Les quelques données présentes dans la figure 5 indiquent également une présence moindre de l’hypoplasie au sein de l’échantillon altomédiéval, ce qui suggère que les enfants qui avaient dépassé le septième mois de vie au moins, avaient subi moins de stress qu’aux époques précédentes et postérieures. Les meilleures conditions alimentaires réservées aussi aux femmes durant le haut Moyen Âge leur assuraient des stress et des carences moindres pendant la grossesse et l’allaitement, qui semble avoir été prolongé assez longuement à cette époque. Les enfants, en effet, étaient sevrés entre 2 et 4 ans et étaient donc davantage protégés des infections et des maladies. Par comparaison, il semble que les nouveaux nés aient été allaités jusqu’à huit mois ou un an environ à l’époque romaine39. Ces données sont encore trop maigres pour tirer des conclusions définitives, mais elles pourraient indiquer que les petites filles étaient davantage exposées à la dénutrition et aux maladies dans les premiers mois de leur vie, alors que par la suite les soins et l’alimentation dont elles bénéficiaient leur procuraient une plus grande résistance aux maladies.

  • 40 Ring 1979, p. 2-25
  • 41 Comme l’âge des individus n’a pas été enregistré, il est possible que les familles composées des pa (...)
  • 42 De la même manière, le sous enregistrement des individus de sexe féminin, et en particulier des fem (...)

28Un autre fragment d’information provient du polyptyque du monastère de Farfa, dans le Latium, analysé par Ring40. Dans ce polyptyque a été enregistrée la composition de 244 foyers se trouvant dans différents villages contrôlés par le monastère entre la fin du VIIIe et le IXe siècle et déplacés dans les Abruzzes. Il résulte des informations fournies que le sex ratio entre les enfants de sexe masculin et ceux de sexe féminin était déséquilibré en faveur des premiers (selon un rapport de 136,1 garçons pour 100 filles), alors que le rapport entre les sexes se trouvait équilibré à partir de l’âge adulte (103,3 pour 100), ce qui contraste avec les données des nécropoles. À la suite d’une analyse scrupuleuse, Ring expose comment ces données peuvent s’expliquer par l’aspect non systématique de l’enregistrement des filles, surtout dans le cas où elles étaient le premier enfant du couple. En effet, lorsqu’un seul enfant avait été enregistré (36 familles), celui-ci se révélait presque toujours être un garçon (dans ces familles, en effet, on compte 30 garçons contre 6 filles)41. An contraire, dans les familles comptant plus d’un enfant, le nombre d’enfants des sexes masculin et féminin est équilibré. Ring avance l’hypothèse selon laquelle les filles qui étaient le premier enfant du couple étaient peut-être sous-représentées dans l’enregistrement et rendues légalement invisibles pour des raisons d’héritage42. Ceci pourrait renforcer l’idée selon laquelle les filles étaient d’une certaine façon négligées pour des raisons d’héritage, ce qui entraînait une mortalité by neglect plus élevée. Demeure cependant la question de savoir comment à Farfa le sex ratio des adultes se révèle proportionné par contraste avec ce qui a été exposé ci-dessus à partir des données fournies par les nécropoles.

  • 43 Nelson 1996, p. 223-242.
  • 44 Comme déjà mentionné à la note 13, un sex ratio en défaveur des femmes est documenté, pour l’époque (...)

29Les données qui concernent la descendance de Charlemagne fournissent un autre élément parlant pour étayer mon propos, s’agissant de ses propres enfants ou de ceux de Pépin, Berthe ou Rotrude. Selon la généalogie proposée par Janet Nelson43, parmi l’ensemble des 28 enfants qui étaient nés, 14 étaient des garçons, et 14 des filles. Des garçons, 1 ou 2 moururent avant d’avoir atteint l’âge de 19 ans, alors que 9 moururent à l’âge adulte ou plus âgés. Des 14 filles, en revanche, 8 moururent avant 19 ans, pour la plupart pendant leur première année ou avant douze ans, alors que seulement 5 atteignirent l’âge adulte ou la vieillesse. Pour quatre des enfants, l’âge de la mort n’est pas connu. Comme l’a expliqué Janet Nelson elle-même, les filles, et surtout les mariages des filles représentaient un problème pour l’intégrité du patrimoine royal et, peut-être pour cette raison, elles recevaient moins de soins et d’attention que les garçons, mourant plus facilement en bas âge. En tout cas, si les données relatives à la famille royale carolingienne ne peuvent certes être généralisées à d’autres espaces ni d’autres époques, il me semble intéressant de souligner à quel point elles confirment l’idée d’une plus grande mortalité féminine avant l’âge adulte. Dans les années à venir, une étude qui prendrait en considération les données relatives au sex ratio à partir des données funéraires en France serait des plus souhaitables44.

30Il faut pour l’instant conclure que les données relatives à une possible discrimination exercée à l’encontre des filles qui sont disponibles, pour intéressantes qu’elles soient, n’en demeurent pas moins fragmentaires et difficiles à interpréter. Ni les sources écrites, ni les données anthropologiques ne permettent pour l’instant de conclure avec certitude que les filles auraient été discriminées ou tuées au haut Moyen Âge ou au Moyen Âge.

Conclusion

  • 45 Les analyses d’ADN réclament elles aussi des conditions optimales, mais celles-ci ne dépendent pas (...)

31Pour conclure, si les données relatives au sex ratio constaté dans les nécropoles altomédiévales et médiévales semblent plutôt intrigantes, il est en même temps difficile pour l’instant de trouver une explication définitive à ce problème. J’avais exclu dans un travail publié en 2008 que de tels chiffres concernant le sex ratio puissent dépendre de la migration lombarde ou de la ségrégation funéraire des femmes. Les hypothèses du dimorphisme sexuel ou de la discrimination exercée à l’encontre des petites filles, comme on l’a vu, ne se révèlent pas, elles non plus, totalement vérifiables. Les données disponibles sont encore fragmentaires, parfois contradictoires et difficiles à interpréter. Je crois qu’un cadre plus clair pourra émerger quand on sera en mesure de déterminer le sexe de tous les individus, y compris les enfants et les jeunes, grâce aux analyses ADN. Ces analyses permettraient de définir avec certitude le sexe, sans risque d’erreur et indépendamment de l’état de conservation des différentes parties du squelette45 ou du degré de dimorphisme sexuel. On pourrait, de cette façon, vérifier si la disproportion entre les sexes est due à une erreur des analyses anthropologiques ou non. Une fois exclue cette possibilité, on pourrait vérifier si la disproportion entre les sexes est déjà visible à l’âge enfantin ou dans quelle tranche d’âge elle se vérifie, ce qui permettrait de mettre en lumière les dynamiques qui mènent à un manque aussi évident de femmes dans les nécropoles italiennes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Sources et Bibliographie

Abels – Gaebele – Schröter 1972 = B. Abels, H. Gaebele, P. Schröter, Die menschlichen Skelettreste aus dem Reihengräberfriedhof von Donzdorf, Kr. Göppingen, dans E.M. Neuffer (éd.), Der Reihengräberfriedhof von Donzdorf, Stuttgart, 1972, p. 109-115.

Amadei – Mallegni 1998 = A. Amadei, F. Mallegni, La necropoli medievale di Pauciuri (Malvito, Cs). Studio paleobiologico dei resti scheletrici umani, dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 78, 1998, p. 3-35.

Barbiera 2005 = I. Barbiera, Changing lands in Changing memories. Migration and identity during the Lombard invasions, Florence, 2005.

Barbiera 2007a = I. Barbiera, Il sesso svelato degli antenati. Strategie funerarie di rappresentazione dei generi a Kranj Lajh e Iskra in Slovenia (VI-XI sec.), dans C. La Rocca (éd.), Agire da donna. Modelli e pratiche di rappresentazione (secoli VI-X), Turnhout, 2007 p. 23-52 (Collection Haut Moyen Âge, 3).

Barbiera 2007b = I. Barbiera, La morte del guerriero e la rappresentazione delle identità funerarie in Friuli tra VI e VII secolo d.C., dans G.P. Brogiolo, A. Chavarria (éd.), Archeologia e società nell'alto medioevo (V-IX secolo), Mantoue, 2006, p. 345-361.

Barbiera 2008 = I. Barbiera, Il mistero delle donne scomparse. Sex rato e società nel medioevo italiano, dans Archeologia medievale, 35, p. 241-250.

Barbiera – Ferreri 2007 = I. Barbiera, D. Ferreri, Placing bodies and constructing memory at San Severo, dans Annual of Medieval Studies, 13, 2007, p. 187-196.

Barbiera – Dalla Zuanna 2007 = I. Barbiera, G. Dalla Zuanna, Le dinamiche di popolazione dell’Italia medievale. Nuovi riscontri su documenti e reperti archeologici, in Archeologia medievale, 34, 2007, p. 19- 42.

Barbiera – Dalla Zuanna 2009 = I. Barbiera, G. Dalla Zuanna, Population dynamics in Middle Age Italy before the Black Death of 1348. New insights from archaeological findings, dans Population and Development Review, 35, 2009, p. 367-389.

Bartoli 1991 = F. Bartoli, Osservazione ed indagini di paleonutrizione sui reperti scheletri umani di S. Maria della Scala, dans E. Boldini, R. Parenti (éd.), Santa Maria della Scala. Archeologia e edilizia sulla piazza dello Spedale, Florence, 1991, p. 439-442.

Bedini 1991 = E. Bedini, Studio paleobiologico dei resti scheletrici umani, dans E. Boldini, R. Parenti (éd.), Santa Maria della Scala. Archeologia e edilizia sulla piazza dello Spedale, Florence, 1991, p. 411-438.

Bedini et. al. 1997 = E. Bedini, F. Bartoli, L. Paglialunga, F. Severini, A. Vitiello, Paleobiologia del gruppo umano altomedievale della chiesa cimiteriale di Centallo (Cuneo), dans L. Paroli (éd.), L’Italia Centro-settentrionale in etá longobarda, Florence, 1997, p. 345-364.

Bedini – Bertoldi 2004a = E. Bedini, F.Bertoldi, Aspetto fisico, stile di vita e stato di salute del gruppo umano, dans L. Pejrani Baricco (éd.), Presenze Longobarde a Collegno nell’altoemdioevo, Turin, 2004, p. 217-239.

Bedini – Bertoldi 2004b = E. Bedini, F.Bertoldi, Le abitudini alimentari, dans L. Pejrani Baricco (éd.), Presenze Longobarde a Collegno nell’altoemdioevo, Turin, 2004b, p. 241-247.

Belcastro – Giusberti 1997 = M. G. Belcastro, G. Giusberti, La necropoli romano-imperiale di Castelecchio di Reno (Bologna, II-IV sec. d.C.) : analisi morfometrica sincronica e diacronica, dans Rivista di antropologia, 75, 1997, p. 129-144.

Bertoldi et al. 2006 = F. Bertoldi, S. Lora, A.M. Salvador, F. Bestetti, S. Gelichi, E. Bedini, Il cimitero della Chiesa di San Bartolomeo (Formigine, MO) : demografia e stato di salute, dans XVI Congresso degli antropologi italiani (Genova 29-31 ottobre 2005), Gênes, 2006.

Biller 2000 = P. Biller, The measure of Multitude. Population in medieval Thought, Oxford, 2000.

Bissoli 2001 = L. Bissoli, La popolazione della necropoli : un approccio atropo-archeologico, dans M. Sannazzaro (éd.), La necropoli Tardoantica. Ricerche archeologiche nei cortili dell’Università Cattolica, Milan, 2001, p. 67-84.

Bóna – Nagy 2002 = I. Bóna, M. Nagy, Gepidische Gräberfelder am Theissgebiet, Budapest, 2002.

Boswell 1991 = J. Boswell, L’abbandono dei bambini in Europa occidentale, Milan, 1991.

Bramanti et al. 1997 = B. Bramanti, E. Pacciani, F. Rollo, C. Vernesi, B. Chiarelli, Proposte metodologiche per il recupero del materiale antropologico nello scavo e la sua conservazione nella prospettiva di una analisi del DNA, in Archeologia medievale, 24, 1997, p. 413-425.

Brasili Gualandi – Calanchi 1987 = P. Brasili Gualandi, E. Calanchi, Reperti della necropoli altoemdievale di Collecchio (Parma). Nota preliminare, dans Archeologia contemporanea, 10, 1987, p. 93-96.

Brasili Gualandi – Facchini 1991 = P. Brasili Gualandi, F. Facchini, Reperti antropologici di una necropoli di etá romana della via Flaminia a Rimini, dans Sommari dei contributi Scientifici. IX congresso degli antropologi italiani (Bari 9-21 settembre), Bari, 1991.

Brasili – Belcastro 1998 = P. Brasili, M. G. Belcastro, La necropoli di Quadrella (Isernia) (I-IV sec. d.C.) e il popolamento dell’Italia centrale in epoca romana : aspetti paleodemografici, dans Rivista di antropologia, 76, 1998, p. 171-182.

Canaci – Minozzi 2005 = A. Canaci, S. Minozzi, Archeologia dei resti umani, Rome, 2005.

Capasso – Di Tota 1996-1997 = L. Capasso, G. M. Di Tota, Primo contributo alla conoscienza della paleobiologia dei Normanni : gli inumati della necropoli di S. Lorenzo ad Aversa (Caserta, X-XII secolo d.C.), dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 76-77, 1996-1997, p. 189-234.

Capitanio 1987 = M. Capitanio, I resti scheletrici umani, dans Quaderni di archeologia del Veneto, 3, 1987, p. 59-66.

Capitanio – Corrain 1995 = M. Capitanio, C. Corrain, I resti scheletrici umani del sarcofago (sec. IX) scoperto nei pressi dell’atrio della chiesa paleocristiana di S. Virgilio in Trento, dans Quaderni di scienze antropologiche, 21, 1995, p. 62-68.

Caramelli 2009 = D. Caramelli, Antropologia Molecolare. Manuale di base, Florence, 2009.

Catalano – Monozzi – Pantano 2001 = P.Catalano, S. Monozzi, W. Pantano, Le necropoli romane di età imperiale : un contributo all’interpretazione del popolamento e della qualità della vita nell’Antica Roma, dans L. Quilici, S. Quilici Gigli (éd.), Urbanizzazione delle campagne nell’Italia antica, Rome, 2001, p. 127-138.

Celli 1925 = A. Celli, Storia della malaria nell’agro romano, Rome, 1925.

Coleman 1976 = E. Coleman, Infanticide in the early Middle Ages, dans S. Mosher Stuard (éd.), Women in Medieval Society, Philadelphie, 1976, p. 47-70.

Cooper 1999 = K. Cooper, The Virgin and the Bride, Harvard, 1999.

Coppa et al. 1998 = A. Coppa, A. Cucina, D. Mancinelli, M. Lucci, R. Vargiu, Aspetti demografici e nutrizionali nella Roma della seconda metà del ’400 : le sepolture della chiesa di S. Lorenzo in Damaso al Palazzo della Cancelleria, dans E. Sonnino (éd.), Popolazione e società a Roma dal medioevo all’età contemporanea, Rome, 1998, p. 465-481.

Corrain 1971-72 = C. Corrain, I resti scheletrici dell’area cimiteriale intorno al battistero paleocristiano di S. Giovanni in Piazza del Duomo, a Milano, dans Sibrium, 11, 1971-72, p. 163-191.

Corrain 1987 = C. Corrain, I resti scheletrici umani della necropoli Gallo-romana (II-I sec. a.c.) scavati in località Casalandri (Isola Rizza, Verona), dans Quaderni di scienze antropologiche, 13, 1987, p. 21-64.

Corrain – Capitanio 1966-67 = C. Corrain, M. Capitanio, I resti scheletrici umani della necropoli medioevale di Torcello (Venezia), dans Memorie di biogeografia adriatica, 7, 1966-67, p. 1-15.

Corrain – Capitanio 1988 = C. Corrain, M. Capitanio, I resti scheletrici della necropoli tardo-romana e alto-medievale di Mont Blanc (Aosta), dans Quaderni di scienze antropologiche, 14, 1988, p. 79-235.

Corrain – Capitanio 1990 = C. Corrain, M. Capitanio, Studio antropologico, dans I. Ahumada Silva, P. Lopreato, A. Tagliaferri (éd.), La necropoli di S. Stefano « in Pertica ». Campagne di scavo 1978-1988, Città di Castello, 1990, p. 185-207.

Corrain – Capitanio – Erspamer 1982 = C. Corrain, M. Capitanio, G. Erspamer, Alune necropoli romane delle Marche, dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 112, 1982, p. 151-225.

Dal Poz et al. 2001 = M. Dal Poz, F. Ricci, B. Reale, M. Malvone, L. Salvadei, G. Manzi, Paleobiologia della popolazione altomedievale di San Lorenzo di Quingentole, Mantova, dans A. Manicardi (éd.), S. Lorenzo di Quingentole. Archeologia, storia e antropologia, Mantoue, 2001, p. 151-198.

D’Anastasio – Capasso – Di Tota 2004 = R. D’Anastasio, L. Capasso, G. Di Tota, Gli inumati della necropoli di Monte d’Argento (XI-XV sec. d.C., Minturno, Latina) : rilievi antropologici e paleopatologici, dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 84, 2004, p. 127-150.

Devroey 1981 = J.-P. Devroey, Les méthodes d’analyse démographique des polyptyques du haut Moyen Âge, dans Acta Historica Bruxellensia, 4, 1981, p. 71-88.

Devroey 1989 = J.-P. Devroey, Problèmes de critique autour du polyptyque de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, dans H. Atsma (éd.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, 1989 (Beihefte der Francia, 16/1), p. 441-465.

Doro Garetto 1993 = T. Doro Garetto, S. Maria del Mastro. I resti umani di Gerace, dans Archeologia medievale, XX, 1989, p. 486-490.

Doro Garetto – Ligabue Stricker 1988 = T. Doro Garetto, F. Ligabue Stricker, Elementi paleoantropologici del popolamento medievale di Trino Vercellese, dans Rivista di studi liguri, 54, 1988, p. 125-136.

Erspamer 1985 = G. Erspamer, Analisi antropologica sui resti scheletrici di otto tombe di epoca tardo-romana (IV sec. d.C.) rinvenute in area Sacripanti a Civitanova marche (Macerata). Scavo del 1977, dans Quaderni di scienze antropologiche, 11, 1985, p. 12-22.

Evans 1989 = H.M.A. Evans, The Early medieval Archaeology of Croatia A.D. 600-900, Oxford, 1989 (BAR International Series, 539).

Faerman et al. 1998 = M. Faerman et alii, Determining the Sex of Infanticide Victims from the Late Roman Era through Ancient DNA Analysis, dans Journal of Archaeological Science, 25, 1998, p. 861-865.

Facchini – Basili Gualandi 1977-1979 = F. Facchini, P. Basili Gualandi, Reperti antropologici di epoca romana provenienti dalla necropoli di « Le Palazzette » (Ravenna) (I-III sec. d.C.), dans Rivista di antropologia, 60, 1977-1979, p. 159-171.

Facchini – Belcastro 1997 = F. Facchini, M. G. Belcastro, Reperti antropologici di epoca longobarda (VII-VIII sec.) della necropoli di Vicenne Campochiaro (CB) (Molise) : primi risultati, dans Antropologia contemporanea, 20, 1997, p. 97-101.

Feller 1994 = L. Feller, La population abruzzaise durant le haut Moyen Âge : les conditions de possibilité d’une croissance démographique (VIII-IX siècles), dans R. Comba, I. Naso (éd.), Demografia e società nell’Italia medievale (secoli IX-XIV), Cuneo, 1994, p. 327-349.

Fornicari – Giusiani – Vitiello 2003 = G. Fornicari, S. Giusiani, A. Vitiello, Patologie del cimitero signorile del castello di Monte di Croce (1a fase, XI secolo), dans R. Fiorillo, P. Perduto (éd.), III Congresso nazionale di archeologia medievale, Florence, 2003, p. 716-719.

Fóthi 1996 = E. Fóthi, Demographic and Pathological data from the period of the Hungarian conquest, dans B.E. Bodzár, C. Susanne (éd.), Studies in Human Biology, Budapest, 1996, p. 393-398.

Francovich – Valenti 2007 = R. Francovich, M. Valenti, Poggio Imperiale a Poggibonsi. Il territorio, lo scavo, il parco, Florence, 2007 (Fondazione Musei senesi, Quaderni, 7).

Frugoni 1965 = A. Frugoni, G. Villani, Chronica, xi.94, dans Bullettino dell’Istituto storico italiano per il medio evo, 77, 1965, p. 229-255.

Garnsey 1991 = P. Garnsey, Child Rearing in Ancient Italy, dans D. Kertzer, R. Saller (éd.), The family in Italy from Antiquity to the present, Londres, 1991, p. 48-65.

Galeotti – Pardini 1979 = M. Galeotti, E. Pardini, Studio antropologico dei resti scheletrici umani d’epoca tardo medievale rinvenuti a Faella, Piandiscò (Arezzo), dans Quaderni di scienze antropologiche, 2, 1979, p. 66-82.

Giovannini 2001 = F. Giovannini, Natalità, mortalità e demografia dell’Italia medievale sulla base di dati archeologici, Oxford, 2001 (BAR International Series, 950).

Giusani – Vitiello – Fornicari 2006 = S. Giusani, A. Vitiello, G. Fornicari, Ergonomia di una classe socialmente elevata del Medioevo Italiano : il cimitero del castello di Monte di Croce presso Pontassieve, Firenze (XI-XII secolo), dans XVI Congresso degli antropologi italiani (Genova, 29-31 ottobre 2005), Gênes, 2005.

Grefen Peters 1987 = S. Grefen Peters, Anthropologie und Zoologische Auswertung, dans F. Daim (éd.), Das awarische Gräberfeld von Leobersdorf, NÖ, Vienne, 1987, p. 79-323.

Grupponi – Belcastro 1987 = G. Grupponi, M. G. Belcastro, Reperti scheletrici di epoca tardo-romana della necropoli di Mesumundu (Sassari-Sardegna), dans Antropologia contemporanea, 10, 1987, p. 81-91.

Hackett 1937 = L. W. Hackett, Malaria in Europe, Oxford, 1937.

Hall 1982 = R. L. Hall, Sexual dimorphism in homo sapiens. A question of Size, New York, 1982.

Harris 1982 = W. Harris, The theoretical possibility of extensive infanticide in the greco-roman world, dans Classical Quarterly, 32, 1982, p. 114-116.

Harris 1994 = W. Harris, Child exposure in the roman empire, dans The Journal of Roman Studies, 84, 1994, p. 1-22.

Herlihy – Klapish-Zuber 1978 = D. Herlihy, C. Klapish-Zuber, Les Toscans et leurs familles : une étude du Catasto florentin de 1427, Paris, 1978.

Hope 2001 = V. Hope, Constructing Identity : The Roman funerary Monuments of Aquileia, Mainz and Nîmes, Oxford, 2001 (BAR International Series, 960).

Kiszely – Maxia 1970 = I. Kiszely, C. Maxia, Studio dei resti scheletrici della tombe barbariche di Dolinova (Cagliari) del VII secolo, dans Rendiconti del Seminario della Facoltá di Scienze della Universitá di Cagliari, 40, 1970, p. 453-488.

Lo Cascio – Malanima 2005 = E. Lo Cascio, P. Malanima, Cycles and stability. Italian population before the demographic transition (225 B.C. - A.D. 1900), dans Rivista di storia economica, 21, 3, 2005, p. 5-40.

Macchiarelli – Salvadei 1989 = R. Macchiarelli, L. Salvadei, Early Medieval Human Skeletons from the Thermae of Venosa, Italy. Skeletal biology and life stress in a group presumably inhumated following an epidemic, dans Rivista di antropologia, 67, 1989, p. 105-128.

Mallegni et al. 1998 = F. Mallegni, E. Bedini, A. Vitiello, L. Paglialunga, F. Bartoli, Su alcuni gruppi umani del territorio piemontese dal IV al XVIII secolo : aspetti di paleobiologia, dans L. Mercando, E. Micheletto (éd.), Archeologia in Piemonte, il medioevo, Turin, 1998, p. 233-261.

Mallegni et al. 1994 = F. Mallegni, L. Paglialunga, D. Ronco, A. Vitiello, Su una sepoltura collettiva di bambini di epoca tardo medievale rinvenuta durante lo scavo archeologico di Piazza Dante a Pisa, dans Rivista di antropologia, 72, 1994, p. 119-134.

Manzi et al. 1995 = G. Manzi, L. Salvadei, A. Sperduti, E. Santandrea, P. Passarello, I Longobardi di La Selvicciola (Ischia di Castro, Viterbo), dans Rivista di antropologia, 73, 1995, p. 255-289.

Marazzi et ali. 2002 = F. Marazzi, C. Filippone, P. Petrone, T. Galloway, L. Fattore, San Vincenzo al Volturno – Scavi 2000-2002. Rapporto preliminare, dans Archeologia medievale, 29, 2002, p. 209-274.

Martuzzi Veronesi – Malacarne 1968 = F. Martuzzi Veronesi, G. Malacarne, Note antropologiche su reperti romani e medioevali del territorio di Classe (Ravenna), dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 98, 1968, p. 147-164.

Mays 1993 = S. Mays, Infanticide in Roman Britain, dans Antiquity, 67, 1993, p. 883-888.

McCormick 2001 = M. McCormick, The Origins of the European Economy. Communications and Commerce A.D. 300-900, Cambridge, 2001.

Meneghello 1989 = L. Meneghello, Perizia antropologica su numerosi resti scheletrici di neonati rinvenuti nelle Localitá di S. Zeno e Mezzocorona (Trento) e databili al IV-V sec. d.C., dans Quaderni di scienza antropologiche, 15, 1989, p. 21-24.

Micheletti Cremasco et al. 2001 = M. Micheletti Cremasco, R. Boano, E. Rabbino Massa, A. Basso, Anthreopological and paleological analysis of the remains of children recovered from the Church of S. Giovanni Elemosinarlo in Venice, dans Rivista di antropologia, 79, 2001, p. 137-142.

Navari-Padroni 1982 = E. Navari-Padroni, I resti scheletrici delle tombe altomediveli di Merine, dans Studi di Antichità, 3, 1982, p. 183-187.

Nelson 1996 = J. Nelson, The Frankish World 750-900, Londres-Rio Grande, 1996.

Noonan 1986 = J. Noonan, Contraception. A history of its treatment by the Catholic Theologians and Canonists, Cambridge (Mass.)-Londres, 1986.

Noy 2000 = D. Noy, Immigrants in Late Imperial Rome, dans S. Mitchell, G. Greatrex (éd.), Ethnicity and Culture in Late Antiquity, Londres, 2000, p. 15-29.

Onisto 1997 = N. Onisto, Nota Antropologica sulle tombe di Piazza Ferretto, dans Quaderni di archeologia del Veneto, 13, 1997, p. 61-63.

Pagni – Mallegni 1998 = G. Pagni, F. Mallegni, Paleobiologia di un gruppo di inumati di epoca tardo antica da una villa rustica romana, rinvenuti in localitá S. Vincenzino di Cecina (Livorno), dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 128, 1998, p. 41-63.

Paulsen – Schach Dörges 1978 = P. Paulsen, H. Schach Dörges, Das alamannische Gräberfeld von Giengen an der Brenz, Stuttgart, 1978.

Pejrani Baricco 2004 = L. Pejrani Baricco, L’insediamento e la necropoli dal VI all’VIII secolo, dans L. Pejrani Baricco (éd.), Presenze Longobarde a Collegno nell’altoemdioevo, Turin, 2004, p. 17-51.

Ronco 1990 = D. Ronco, Studio antropologico del materiale scheletrico di epoca medievale (X-XIII) da S. Pietro di Cavallermaggiore (Cuneo, Piemonte), dans Rivista di antropologia, 68, 1990, p. 241-252.

Pohl 2000 = W. Pohl, Le origini etniche dell’Europa, Rome, 2000.

Ring 1979 = R.R. Ring, Early Medieval peasant households in central Italy, dans Journal of Family History, 4, 1, 1979, p. 2-25.

Ronco 1990 = D. Ronco, Studio antropologico del materiale scheletrico di epoca medievale (X-XIII) da S. Pietro di Cavallermaggiore (Cuneo, Piemonte), dans Rivista di antropologia, 68, 1990, p. 241-252.

Rouche 1997 = M. Rouche, Le haut Moyen Âge, dans J.-P. Bardet, J. Dupâquier (éd.), Histoire des populations de l’Europe, Paris, 1997, p. 133-167.

Rubini 1991 = M. Rubini, La necropoli di castro dei Volsci : problematiche ed aspetti di antropologia fisica, Rome, 1991.

Rubini – Navarro 1996-1997 = M. Rubini, B. Navarro, Resti scheletrici di epoca romana rinvenuti presso gallicano (Roma, Lazio, IV sec. d.C.). Morfometria dello scheltro post-craniale ed indicatori scheletrico/dentali di stress, dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 126-127, 1996-1997, p. 107-118.

Russell 1985 = J.C. Russell, Late Ancient and Medievel Population Control, Philadelphie, 1985.

Scattarella – De Lucia 1981 = V. Scattarella, A. De Lucia, La fase tardoromana della necropoli occidentale di Egnazia, dans Taras. Rivista di archeologia, 1, 1981, p. 227-254.

Skinner 1997 = P. Skinner, Health and Medicine in Early medieval Southern Italy, Leyde, 1997.

Soren – Fenton – Birkby 1999 = D. Soren, T. Fenton, W. Birkby, The infant cemetery at Poggio Gramignano : description and analyses, dans D. Soren, N. Soren (éd.), A Roman Villa and a late Roman Infant Cemetery . Excavation at Poggio Garmignano Lugano in Teverina, Rome, 1999, p. 477-530.

Stiloukal 1990 = M. Stiloukal, The paleodemography of medieval populations in Czechslovakia, dans D. Austen, A. Alcock (éd.), From the Baltic to the Black Sea. Studies in Medieval Archaeology, Londres-New York, 1990, p. 209-215.

Tantillo 2000 = I. Tantillo, Gli uomini, le risorse, dans A. Giardina (éd.), Roma antica, Rome-Bari, 2000, p. 85-111.

Tomazo-Ravnik 1988 = T. Tomazo-Ravnik, Report on the Human Osteological remains from Kranj-Iskra Crossroad, dans M. Sagadin (éd.), Kranj, Križišče Iskra Ljubljana, 1988, p. 141-150 (Catalogi et Monographiae, 24).

Torino – Fornicari 1995 = M. Torino, G. Fornicari, Indagine paleodemografica a Ercolano, all’epoca dell’eruzione, dans Archivio per l’antropologia e la etnologia, 125, 1995, p. 99-112.

Toubert 1996 = P. Toubert, The Carolingian Moment (Eight-tenth Century), dans A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (éd.), A History of the Family, Cambridge, 1996, p. 381-406.

Walker 1996 = D.W. Walker, Il cimitero altomedievale, dans M. Valenti (éd.), Poggio Imperiale a Poggibonsi : dal villaggio di capanne al castello di pietra, Florence, 1996, p. 143-158.

Wickham 1983 = C. Wickham, L’Italia nel primo medioevo. Potere centrale e locale, Milan, 1983.

Wickham 2005 = C. Wickham, Framing the Early Middle Ages. 400-800, New York-Oxford, 2005.

Zanzi 1993 = L. Zanzi, I movimenti migratori nell’Europa alpina dal medioevo all’inizio dell’età moderna, dans S. Cavaciocchi (éd.), Le migrazioni in Europa, sec. XIII-XVIII, Florence, 1993, p. 135-173.

Haut de page

Notes

1 Villani, Chronica, III. i.i.97.

2 Biller 2000.

3 Plusieurs études ont été consacrées au phénomène de la disproportion entre les sexes qui peut être constatée à Florence au Moyen Âge. On peut se reporter, entre autres, à : Frugoni 1965; Herlihy et Klapisch-Zuber 1978, p. 131-158; Biller 2000.

4 Il s’agit des nécropoles de Faella, Piandiscò (Arezzo), dans Galeotti, Pardini 1979 et Sienne, Santa Maria della Scala, dans Bartoli 1991.

5 Cette recherche a été menée en collaboration avec Gianpiero Dalla Zuanna, les résultats ont été publiés dans Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 19-42. À la fin de cette recherche avaient été rassemblées les données provenant de 154 nécropoles datables entre l’Antiquité tardive et le bas Moyen Âge. Le même matériel est utilisé pour cette étude. Un travail préliminaire sur les thèmes discutés ici a été publié dans Barbiera 2008, p. 241-250.

6 Par exemple, un plus grand nombre d’individus masculins apparaît dans les nécropoles suivantes : à S. Stefano (Cividale), VI-VIIe s., ont été identifiés 16 hommes, contre 6 femmes in Corrain, Capitanio 1990, p. 185-207; à Merine (Lecce), VIIe s., 16 hommes contre 12 femmes, dans Navari-Padroni 1982, p. 183-187; à Mesumundu (Sassari) V-VIIe s., on trouve 13 hommes et 11 femmes, dans Grupponi – Belcastro 1987, p. 81-91; à Dolinova (Cagliari), VIIe s., 12 hommes contre 9 femmes, dans Kiszely – Maxia 1970, p. 453-488; à Monte di Croce (Florence), XIe s., 22 hommes contre 5 femmes, dans Fornicari – Giusiani – Vitiello 2003, p. 716-719; à Faella (Arezzo), XIII-XIVe s., 17 hommes et 10 femmes, dans Galeotti – Pardini 1979, p. 66-82.

7 Canci – Minozzi 2005, p. 117-126.

8 Il s’agit des nécropoles de Castro dei Volsci dans le Latium, numéro 2, Mont Blanc Aoste, numéro 12, Torcello, Venise, numéro 17, Milan, Piazza Duomo, numéro 20 et Rocca di Asolo en Vénétie, numéro 21.

9 Le degré de dimorphisme est calculé selon l’indice de Hall, dans Hall 1982.

10 Dal Poz et al. 2001.

11 Il s’agit de – Selvicciola dans le Latium, numéro 4 – San Vincenzo di Cecina en Toscane, numéro 3 – Centallo, numéro 6 et Rivoli la Perosa, numéro 7 toutes deux en Piémont – S. Pietro di Cavalermaggiore, numéro 16 en Piémont – San Lorenzo di Aversa, en Campanie, numéro 19 – Monte di Croce, Florence, numéro 20 – Monte d’Argento dans le Latium, numéro 23 – Sienne, S. Maria della Scala, numéro 24.

12 Un sex ratio déséquilibré en faveur des hommes, repérable dans l’échantillon adulte, a été remarqué par Guy Halsall dans les nécropoles qu’il a étudiées, dans le territoire de Metz au VIe siècle, voir : Halsall 1996.

13 Evans 1989, p. 164-180.

14 Ces chiffres ont été obtenus sur un échantillon de 19 nécropoles, pour un total de 996 individus. Malheureusement, l’usage répandu de la crémation à cette époque rend impossible la détermination du sexe pour une grande partie du matériel anthropologique provenant des fouilles. Pour une analyse plus détaillée de ces sites, se reporter à Barbiera 2008, p. 241-250.

15 Des nécropoles ne rassemblant que des enfants sont documentées à S. Zeno et à Mezzocorona, dans la province de Trente, datées des IVe et Ve siècles, dans Meneghello 1989, p. 21-24; à Poggio Gramignano, en Ombrie, datée du Ve siècle, dans Soren – Fenton – Birkby 1999; à Pise sur la Piazza Dante, datée du XVe siècle, dans Mallegni et al. 1994, p. 119-134 et dans l’église San Giovanni Elemosinario à Venise, datée du XVIe siècle, dans Micheletti Cremasco et al. 2001, p. 137-142.

16 Pour une discussion plus approfondie, voir : Barbiera 2008, p. 241-250.

17 Pour une discussion de cette question, voir : Barbiera – dalla Zuanna 2007, p. 19-42.

18 J’ai également inclus dans ce tableau des nécropoles de petites dimensions comme Faella (Arezzo) et Mesumundu, Sassari, pour rendre l’échantillon un peu plus consistant. Ce n’est que rarement que le sexe et l’âge de la mort peuvent être estimés pour la tranche d’âge 15-19 ans, et l’échantillon des morts dans cette phase est donc très réduit. Les méthodes utilisées pour déterminer l’âge des adultes sont : soudure des sutures crâniennes, dans Masset 1989; modifications des extrémités sternales des côtes, dans Işcan et al. 1984; morphologie de la superficie auriculaire de l’ilion, dans Lovejoy et al. 1985; morphologie de la symphyse pubienne, dans Brooks – Suchey 1990; structure du tissu spongieux de l’épiphyse proximale de l’humérus et du fémur par l’analyse aux rayons X, dans Acsadi – Nemeskeri 1970; usure dentaire, dans Brothwell 1981; présence de dentine secondaire, dans Charles et al. 1989; aspect translucide des dents à la radiographie, dans Lucy et al. 1995

19 Ce calcul est fondé sur l’hypothèse qu’environ 50% des garçons mouraient avant leur quinzième année. Cette estimation a permis de calculer, en partant du nombre de dépouilles masculines d’un âge supérieur à 15 ans, le nombre de naissances masculines et, en supposant que le rapport à la naissance entre les garçons et les filles était de 105 pour 100, on a pu estimer aussi le nombre de naissances féminines. À partir du nombre de naissances masculines et féminines ainsi estimé et grâce à la connaissance du nombre d’individus masculins et féminins de plus de 15 ans, on a pu estimer le nombre d’individus masculins et féminins morts dans la tranche 0-14 ans. Il s’agit, de toute manière, d’estimations indicatives, qui n’ont pour but que d’indiquer, dans les grandes lignes, les dynamiques de variation du sex ratio en relation avec les diverses classes d’âge, non de fournir des données précises.

Fig. 4 - Sex ratio par classes d’âge dans un ensemble de nécropoles médiévales italiennes: Mesumundu (Ve-VIIe siècle).

20 Beaucoup de ces données sont tirées de Catalano – Minozzi – Pantano 2001.

21 Dans un travail publié en 2001, Fabio Giovannini rapporte un sex ratio déséquilibré en faveur des hommes dans 9 nécropoles médiévales italiennes. Ayant lui aussi écarté l’hypothèse selon laquelle il se serait agi d’un problème lié aux analyses anthropologiques ou au dimorphisme sexuel, Giovannini avance l’hypothèse selon laquelle le manque de femmes serait dû à la pratique de l’infanticide des enfants de sexe féminin, voir Giovannini 2001.

22 Boswell 1991

23 Voir Harris 1994. Sur la signification de l’exposition, voir aussi Cooper 1999, p. 20-44.

24 Cassiodorus, Variarum Liber, 8.33, éd T. Mommsen (MGH, AA, 12), Berlin, 1894, p. 261-263.

25 Pour une analyse détaillée de ce phénomène, se reporter à Harris 1994, p. 1-22.

26 Voir Codex Theodosianus 9.14.1, pour un commentaire se reporter à Noonan 1986, p. 85-91.

27 De Synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, éd. Wasserschleben 1840, II, 68.

28 Une étude intéressante réalisée par Mays sur des restes osseux provenant de nécropoles fouillées en Angleterre a montré une évolution différente de la mortalité des nouveaux nés entre les époques romaine et médiévale. Les données sur la mortalité des nouveaux nés pourraient révéler comment les enfants mouraient à l’époque médiévale, dans les premières semaines de vie, de mort naturelle, alors qu’à l’époque romaine la mortalité élevée dans les premières semaines de vie semblerait renvoyer à une pratique de l’infanticide assez répandue. Voir Mays 1993, p. 883-888.

29 Les résultats obtenus grâce à l’étude d’ADN prélevé sur un échantillon d’enfants morts quelques jours après la naissance s’avèrent particulièrement intéressants à ce sujet. Il apparaît que, dans la fouille d’Ashkelon, en Israël, 100 squelettes déposés en vrac près d’un établissement thermal entre le IVe et le VIe siècle ont été interprétés par les auteurs comme les squelettes de nouveaux nés abattus. Les analyses ADN ont révélé que ces enfants étaient dans une très grande majorité de sexe masculin. Les auteurs l’expliquent en proposant l’hypothèse, cependant invérifiable, selon laquelle l’annexe des termes serait un bordel et les enfants tués auraient été les fils indésirables des courtisanes, qui élevaient de préférence leurs filles afin qu’elles deviennent des prostituées et se débarrassaient, en revanche, des nouveaux nés de sexe masculin. Voir Faerman et al. 1998, p. 861-865.

30 Rubini 1991.

31 Bedini et al. 1997, p. 345-364.

32 Bertoldi et al. 2006.

33 Coppa et al. 1998, p. 465-481.

34 Cette hypothèse a été avancée à propos de la nécropole de Formigine, dans Bertoldi et al. 2006.

35 Selon Garnsey, le rejet des enfants serait advenu, dans l’Italie romaine, durant la première semaine de vie, en fait seulement le huitième jour après la naissance, nommé dies lustribus, où le nouveau né était admis dans la famille et recevait un nom. Voir Garnsey 1991, p. 48-65.

36 Bedini – Bertoldi 2004b, p. 241-247.

37 Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 27-32, Barbiera – Dalla Zuanna 2009, p. 367-389, voir aussi, pour l’époque romaine Tantillo 2000.

38 Voir Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 30-32.

39 Barbiera – Dalla Zuanna 2007, p. 28-30.

40 Ring 1979, p. 2-25

41 Comme l’âge des individus n’a pas été enregistré, il est possible que les familles composées des parents et d’un seul enfant n’aient pas été des familles de jeunes mais de vieux, avec le dernier enfant mâle encore célibataire et à charge. Il se pourrait donc que le nombre élevé d’enfants de sexe masculin dans ces foyers indiquât que les hommes se mariaient plus tard que les femmes et demeuraient dans leur famille paternelle tant qu’ils étaient célibataires. Voir Feller 1994, p. 327-349. Selon Ring, cependant, cette possibilité ne suffirait pas à justifier une disproportion du sex ratio aussi élevée entre ces familles. Voir ibid.

42 De la même manière, le sous enregistrement des individus de sexe féminin, et en particulier des femmes immigrées depuis les alentours pour des motifs matrimoniaux, expliquerait, selon Devroey, le sex ratio en faveur des hommes que l’on peut noter dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés. Voir Devroey 1981, p. 71-88 qui critique l’hypothèse de Coleman, qui affirme que le manque de femmes dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés serait un indice de la pratique de l’infanticide. L’analyse de Coleman ne tient pas compte de toute une série de problématiques relatives à la compilation du polyptyque lui-même et ne prend pas en considération les variations de sex ratio selon les classes d’âge des individus enregistrés. Voir: Coleman 1976; Devroey 1989, p. 441-465 et Toubert 1996, p. 381-406. C’est encore le sous enregistrement pour des raisons économiques et sociales qui a été invoqué par Herlihy – Klapisch-Zuber pour expliquer le manque de petites filles documenté, bien des siècles plus tard, dans le catasto florentin de 1427. Voir Herlihy – Klapisch-Zuber 1978.

43 Nelson 1996, p. 223-242.

44 Comme déjà mentionné à la note 13, un sex ratio en défaveur des femmes est documenté, pour l’époque mérovingienne, dans la région de Metz. Guy Halsall interprète cette information comme un indice d’infanticide, voir Halsall 1996, p. 15-17.

45 Les analyses d’ADN réclament elles aussi des conditions optimales, mais celles-ci ne dépendent pas du degré de conservation des bassins et des crânes, si fragiles, voir Bramanti et al. 1997, p. 413-425 ; Caramelli 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles italiennes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge.
Légende 1 : Chieri (Ve-VIe siècle) ; 2 : Castro dei Volsci (VIe siècle) ; 3 : San Vincenzo di Cecina (Ve-VIIIe siècle) ; 4 : Selvicciola (Viterbo) (VIIe siècle) ; 5 : Collegno (To) (VIe-VIIe siècle) ; 6 : Centallo (Cuneo) (VIe-VIIe siècle) ; 7 : Rivoli la Perosa (VIe-VIIe siècle) ; 8 : Quingentole (MA) (VIIe siècle) ; 9 : Collecchio di Parma (VIIe siècle) ; 10 : Merine, Lecce (VIIe siècle) ; 11 : Ortaria, Povegliano (VIIe siècle) 12 : Romans d'Isonzo, Gorizia (VIe-VIIe siècle) ; 13 : Vicenne (VIIe-VIIIe siècle) ; 14 : Poggibonsi (VIIe-IXe siècle) ; 15 : Mont-Blanc, Aosta phase 4 (VIIe-VIIIe siècle) ; 16 : Venosa (VIIIe-IXe siècle) ; 17 : Pauciuri Malvito (IXe-XIIe siècle) ; 18 : S Pietro di Cavallermaggiore (Cuneo) (Xe-XIIIe siècle) ; 19 : Trino vercellese (Xe-XIIIe siècle) ; 20 : Torcello (Xe-XIIe siècle) ; 21 : Milano, Piazza Duomo (XIIe-XIIIe siècle) 22 : Rocca di Asolo (XIe-XIVe siècle) ; 23 : Monte d'Argento, Minturno (Latina) (XIe-XVe siècle) ; 24 : Siena, S. Maria della Scala (XIIe-XVe siècle) ; 25 : Faella, Piandisco Arezzo (XIIIe-XIVe siècle) 26 : Roma, Palazzo della Cancelleria (XIVe-XVe siècle) 27 : Formigine (Modena) (XIIIe-XVe siècle) ; 28 : S. Sebastiano in Saluzzo (XVe siècle) ; 29 : Gerace, S. Maria del Mastro (XVe-XVIIIe siècle).
Titre Fig. 2 - Rapport entre hommes et femmes adultes dans un ensemble de nécropoles d’Europe centrale du haut Moyen Âge (VIe-XIe siècle).
Légende 1 : Hódmezővásarhely-Kishomok (Hu) ; 2 : Kiszombor (Hu) ; 3 : Szőreg-Téglagyár (Hu) ; 4 : Szentes-Kökényzug (Hu) ; 5 : Hegykő (Hu) ; 6 : Szentendre (Hu) ; 7 : Tamasi (Hu) ; 8 : Szentes-Kaján (Hu) ; 9 : Szeged-Kundomb (Hu) ; 10 : Makkoserdő (Hu) ; 11 : Nové Zámky (Hu) ; 12 : Kiskőrös (Hu) ; 13 : Alattyán (Hu) ; 14 : Fehértó (Hu) ; 15 : Üllő (Hu) ; 16 : Mosonszentjános (Hu) ; 17 : Tiszafüred-Nagykenderföldek (Hu) ; 18 : Iskra, phase 1 (Slo) ; 19 : Iskra, phase 2 (Slo) ; 20 : Iskra, phase 3 (Slo) ; 21 : Donzdorf (De) ; 22 : Giengen an der Brenz (De) ; 23 : München-Giesing Solothurn (De) ; 24 : Mannheim-Vogelsang (De) ; 25 : Leobersdorf (At) ; 26 : Zwölfaxing (At) ; 27 : Mödling (At) ; 28 : Sommerein (At) ; 29 : Pitten (At) ; 30 : Mikulcice (Cz) ; 31 : Holiare (Cz) ; 32 : Zelovce (Cz).
Crédits Pour les références bibliographiques, voir Barbiera, 2008, p. 241-250.
Titre Fig. 3 - Évolution du sex ratio dans un ensemble de 40 nécropoles italiennes datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.
Titre Fig. 4 - Sex ratio par classes d’âge dans un ensemble de nécropoles médiévales italiennes: Mesumundu (Ve-VIIe siècle).
Légende S. Vincenzo di Cecina (Ve-VIIIe siècle) ; Collegno (To) (VIe-VIIe siècle) ; Centallo (Cn) (VIe-VIIe siècle) ; Selvicciola (Vt) (VIIe-VIIIe siècle) ; Paciuri, Malvito (Cs) (IXe-XIIe siècle) ; Trino Vercellese, (Xe-XIIIe siècle) Abbazia della Novalesa (To) (IXe-XIVe siècle) ; Faella, Piandiscò (Ar) (XIIIe-XIVe siècle) ; Monte d'Argento, Minturno (XIe-XVe siècle) ; Roma palazzo cancelleria (XIVe-XVe siècle).
Légende Roma, Tomba Barbeirini (IIe siècle) ; Roma, Casal Ferranti (IIe siècle) ; Roma, San Vittorino (IIe siècle) ; Roma, Osteria del Curato (Ier-IIIe siècle) ; Roma, Vallerano (Ier-IIIe siècle) ; Le Palazzette, Ravenna (Ier-IIIe siècle) ; Roma, Quadraro (IIe-IIIe siècle), Quadrella, Isernia (Ier-IVe siècle) ; Casalecchio di Reno (IIe-IVe siècle) ; Gallicano (IVe siècle).
Titre Fig. 6. Pourcentage d’individus de sexe masculin et féminin touchés par l’hypoplasie dans un ensemble de nécropoles datées entre le Ier et le XVIe s. ap. J.-C.
Légende 1 : Lucus feronie (Ier-IIIe siècle) ; 2 : Isola Sacra (Ier-IIIe siècle) ; 3 : Gallicano (IVe siècle) ; 4 : Chieri (Ve-VIe siècle) ; 5 : Castro dei Volsci (VIe siècle) ; 6 : Centallo (VIe-VIIe siècle) ; 7 : Misciano (VIIe-Xe siècle) ; 8 : Formigine (XIIIe-XVe siècle) ; 9 : Canavese (XVe-XVIe siècle).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene Barbiera, « Si masculi superassent foeminas », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/733 ; DOI : 10.4000/mefrm.733

Haut de page

Auteur

Irene Barbiera

Università degli Studi di Padova – irene.barbiera@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org