Navigation – Plan du site
Regards croisés

Le Manifeste aux Romains et la culture rhétorique à la cour de Manfred

Une note historiographico-philologique
Benoît Grévin

Résumés

L’Epistola Manfredi ad Romanos, intégralement conservée dans le seul ms. Fitalia de Palerme, est un texte fondamental pour comprendre la culture politique et l’idéologie des derniers Hohenstaufen, à la veille de l’invasion angevine. Ce texte où le fils de Frédéric II revendique l’empire contient en particulier une redéfinition des rapports entre Rome et le concept impérial qui en fait un jalon important dans l’histoire politique médiévale. À la veille d’une nouvelle édition, une relecture des différentes tentatives d’édition-commentaire opérées en Allemagne et en Italie, et en particulier de l’édition classique d’Arsenio Frugoni, permet de poser une série de questions sur le poids des historiographies et des méthodologies de travail nationales dans l’interprétation de ce qui reste peut-être le dictamen politique du XIIIe siècle le plus difficile à analyser.

Haut de page

Texte intégral

À propos d’une réédition…

  • 1 Cf. Frugoni 2006, rééd. de Frugoni 1951, 1969 et 1971 avec une introduction d’Enrico Pispisa, p. 7- (...)
  • 2 Références sur Frugoni et la frugonologie dans Frugoni 2006, p. 8 note 17.

1Parmi les initiatives éditoriales qui ont distingué ces dernières années l’Istituto storico italiano per il Medioevo, il faut saluer la réédition en un volume des travaux d’Arsenio Frugoni sur la figure et le règne de Manfred de Sicile (2006)1. À l’instar de Marc Bloch en France, Arsenio Frugoni est devenu depuis longtemps la figure emblématique du médiéviste italien. L’on comprend les raisons d’une quasi-héroïsation, explicable par l’importance de l’œuvre et le charisme de l’homme2. L’un et l’autre méritent toutefois mieux qu’un traitement purement commémoratif. La parution de ce livre donne ainsi l’occasion de relire divers travaux réputés « mineurs », qui soulèvent un ensemble de questions concernant tant l’influence de sa méthode historique sur sa pratique philologique, que ses rapports avec d’autres traditions historiographiques.

  • 3 Frugoni 2006, p. 43-44, reprenant Frugoni 1951 avec double pagination et une note de Francesco Paol (...)
  • 4 Cf. infra, note 12.

2La réédition à l’identique de l’édition-commentaire par Frugoni du Manifeste aux Romains (19513), pièce centrale de ce volume, représente une excellente base de départ pour un tel réexamen. Le Manifeste aux Romains est le plus important des dictamina d’époque souabe contenus dans le manuscrit palermitain dit de Fitalia4. Ce long texte de propagande reflète les ambitions et les vues politiques de la cour de Manfred peu avant la catastrophe de 1266. Il pose des problèmes philologiques, stylistiques et historiques exceptionnellement ardus, tant à cause de sa complexité formelle que de sa dégradation. Le Manifeste n’est toutefois pas qu’un « monstre philologique » : ce témoignage unique sur la relation entre l’idée impériale, la cour souabe de Sicile et la commune de Rome était un matériau de choix pour le laboratoire « frugonien ».

3La comparaison de l’édition Frugoni avec les travaux antérieurs fait toutefois ressortir un désintérêt apparent chez le maître pour un certain nombre de problèmes philologiques ou historiques qui avaient éveillé l’attention de ses prédécesseurs de langue allemande, au point qu’à soixante ans d’intervalle, la question se pose de savoir si sur certains plans, ce travail ne représentait pas une régression par rapport à certaines enquêtes du début du XXe siècle. Mais doit-on parler de régression, ou d’absence de linéarité d’une approche philologique conditionnée d’âge en âge par le déplacement des centres de focalisation de la recherche ?

  • 5 On n’entend pas par là que la tradition culturelle du dictamen sud-italien s’interrompt en 1266, ma (...)
  • 6 Cf. infra note 21.
  • 7 Principaux travaux allemands sur le manifeste dans les années 1890-1920 : édition de Weiland 1896 ((...)

4En 1950, l’historien d’Arnaldo da Brescia était parfaitement outillé pour affronter les délicats problèmes d’interprétation du Manifeste et de sa place dans l’évolution de l’idéologie politique romaine. Il l’était beaucoup moins pour mesurer la place exacte du Manifeste dans l’histoire alors très mal connue du développement de la rhétorique politique à la cour des Staufen de Sicile, dont ce texte est pour ainsi dire le dernier jalon5. Des historiens de langue allemande avaient pourtant déjà contribué, non sans exagérations6, à faire progresser l’enquête sur l’identité du rédacteur supposé du Manifeste – Pierre de Prezza – et sur les liens entretenus par cette source avec d’autres textes politiques issus de ce qu’il a longtemps été convenu d’appeler l’école rhétorique sicilienne, ou l’école de Capoue, et que l’on pourrait baptiser plus justement la tradition rhétorique campanienne7.

  • 8 Il n’y a, sauf erreur, pas de références au travail de Müller dans Frugoni 1951/2006. Le renvoi à H (...)
  • 9 Frugoni 1951/2006, p. 27/67 note 17, commentaire à donacionis Guillelmi de Orenga (infra note 38). (...)
  • 10 Friedl 2013.
  • 11 Pispisa 2007, avec renvois aux principaux travaux italiens sur le Manifeste depuis Frugoni.

5Dans son édition-commentaire, Frugoni fait pour ainsi dire litière de ces travaux. Passant sous silence – intentionnellement ou non – ce qui était alors le plus récent d’entre eux, il enferme le texte dans un renvoi quasi-exclusif aux sources bibliques et juridiques8. Le commentaire lui-même se ressent de cette logique de focalisation sur l’aspect politique du manifeste considéré in abstracto, ou plutôt sub specie romanitatis. Minutieux sur ce dernier point, il est parfois étonnamment flou dès qu’il sort du cadre de l’histoire politique italienne, jusqu’à une erreur grossière concernant la mention – problématique – d’un « Guillaume d’Orange », pourtant commentée par le précédent éditeur (Weiland), et qu’il identifie avec le roi des Romains Guillaume de Hollande (1247-1256) par confusion avec l’histoire moderne de la maison d’Orange9. D’un point de vue philologique, l’édition de Frugoni ne peut donc être considérée comme une résolution satisfaisante des problèmes que pose ce texte atypique, et qui conditionnent son interprétation. Il ne s’agit pas bien sûr de dresser ici un catalogue d’erreurs. Chez un maître de ce calibre, cette « carence » soulève plutôt un ensemble de questions concernant les orientations respectives des médiévistiques italienne et allemande face à ce genre de texte dans les deux premiers tiers du vingtième siècle. Plus généralement, elle suggère la complexité de problèmes d’analyse formelle qui dépassent dans ce cas la simple compétence du philologue ou de l’historien, pour s’établir dans un entre-deux générateur d’équivoques. Loin de prétendre les résoudre tous ici, on vise essentiellement, dans l’attente de la nouvelle édition de ce texte qui sera bientôt proposée par Christian Friedl10, à compléter le réexamen historique du contexte de rédaction du Manifeste proposé en 2007 par Enrico Pispisa11, en suggérant à la lumière des tentatives d’édition passées les possibilités offertes pour étudier ce témoin exceptionnel de la culture rhétorico-juridique à la cour de Manfred. Il sera alors possible de revenir en conclusion sur la signification possible des silences de l’édition Frugoni.

Les harmoniques du Manifeste : culture juridique, culture du dictamen, culture courtoise

  • 12 Il s’agit du ms. dit « codice Fitalia », actuellement Palerme, Biblioteca della Società Siciliana p (...)
  • 13 On conserve ici l’étiquette institutionnelle « sicilienne », tout en priant le lecteur d’avoir à l’ (...)
  • 14 Le développement d’une idéologie rhétorico-juridique particulière à la cour des derniers Souabes pr (...)
  • 15 Ibid.

6Le Manifeste aux Romains n’est un texte banal ni sur la forme, ni sur le fond. Contenu in extenso dans un manuscrit unique12, sous une version peu lisible et philologiquement dégradée, il se caractérise à la fois par sa longueur inhabituelle, qui l’égale à certaines grandes encycliques impériales de Frédéric II, et par la complexité de sa rhétorique. Cette dernière partage certes avec divers textes politiques, récréationnels et administratifs émanant de la cour « sicilienne13 » de Frédéric II et ses fils (1220-126614) un certain nombre de traits qui l’inscrivent dans la lignée du dictamen tel qu’il fut pratiqué à la génération de Pierre de la Vigne, puis à celle de ses disciples, dont l’activité sous les règnes de Conrad IV et Manfred a été récemment mise en lumière par les travaux de Fulvio Delle Donne15. À certains égards, le Manifeste apparaît même comme l’apogée d’une tendance à l’exaltation conjuguée de la rhétorique et du droit, ou plutôt d’un art du dictamen conçu comme la « forme informante » et obligée de l’expression du droit romain sacralisé, art dont la cour de Sicile ne fut pas le seul centre d’élaboration au XIIIe siècle, mais qui y prit des proportions particulières.

  • 16 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 40/80) : Et ideo nostre potencie monarchia, de tanto proveniens sa (...)
  • 17 Sur la transumptio comme concept central du dictamen au XIIIe siècle, Forti 1967 et Grévin 2008a, e (...)

7L’orgueilleuse confusion des plans de la providence divine, du pouvoir politique sicilien et de son expression rhétorico-juridique développée sous Frédéric II trouve d’ailleurs une ultime profession de foi dans un passage du Manifeste qui ne se comprend pleinement qu’à la lumière des doctrines rhétoriques contemporaines. Manfred y réserve en effet la connaissance des arcanes de la restauration impériale et romaine à la race élue des Staufen, seule capable de déchiffrer dans les écrits sacrés les vérités ultimes cachées à d’autres sous la forme de paraboles16. Cette capacité à maîtriser un langage métaphorique voilé aux non-initiés évoque bien sûr la culture exégétique. Elle prend un sens beaucoup plus précis si l’on songe que de Boncompagno à Odofredo de Denariis, la réflexion sur le langage du pouvoir et du droit passe dans l’Italie du XIIIe siècle par une analyse des mécanismes de la transumptio, terme subsumant alors les différentes techniques de métaphorisation du langage utilisées tant dans l’interprétation du texte biblique que dans l’ars dictaminis17.

  • 18 Grévin 2008a, p. 134-136 et 524-525, commentant Odofredus, Lectura ad Dig., 12, 1, 1, mention fameu (...)
  • 19 Cf. par exemple Bene Florentini, Candelabrum, (Alessio 1983 éd.), position du problème de la confor (...)

8À la cour sicilienne, les traces ne manquent pas d’un développement progressif à partir de 1220 d’une pensée du dictamen comme langage juridico-politique dont la complexité métaphorique, nourrie de références bibliques et juridiques, devait symboliser la domination par le souverain d’un droit que l’emploi de l’ars validait. Les tensions provoquées dans la société italienne contemporaine par le recours à ce type de langage métaphorisé dans l’expression du droit se lisent d’ailleurs dans les commentaires d’Odofedus de Denariis sur l’abus du langage « transumptif » par Pierre de la Vigne18. Ces commentaires semblent révéler l’existence vers le milieu du XIIIe siècle d’une fracture à la fois stylistique, politique et idéologique entre les juristes « communaux », partisans d’une expression du droit dépouillée et ouverte, et les tenants d’un langage plus complexe, associé à une idéologie « méridionale » élitiste trouvant sa – ou l’une de ses – source(s) dans la cour sicilienne. On ne s’attardera pas ici sur la question de l’articulation opérée par les théoriciens et les praticiens de ce langage politique pour faire coïncider l’assimilation du souverain à la divinité et celle du langage de ses actes et lettres avec le langage biblique. Elle rejoint le problème des rapports entre la pensée du langage et du droit. Ces problématiques complexes, au cœur de la culture du dictamen, transparaissent dans certains débats des théoriciens de la rhétorique du premier XIIIe siècle19. Elles attendent encore d’être explorées dans le cadre d’une enquête interdisciplinaire qui réunirait spécialistes du dictamen, de la culture biblique et du droit.

9D’un point de vue idéologique, l’exacerbation à la cour sicilienne d’une tendance à magnifier les formes d’expression politiques et juridiques privilégiant la complexité et le double-sens a pu contribuer à différencier progressivement le courant « sicilien » du dictamen politique de ses versions papale et septentrionales, auxquelles il était à l’origine étroitement lié. Envisagé sous cet angle, le Manifeste peut être lu comme une sorte de paroxysme d’une dérive qui conduit peu à peu à un déséquilibre structurel une rhétorique sans cesse alourdie par le recours de plus en plus massif à un double jeu de références métaphoriques bibliques et juridiques. Déjà sensible dans nombre de textes à usage interne ou récréatif de l’époque de Frédéric II, cette tendance atteint son apogée dans la rédaction du Manifeste.

  • 20 Cf. Pispisa 2007.
  • 21 Sur Pierre de Prezza, cf. essentiellement Müller 1913, à compléter par Grévin 2008a, p. 383-391. Le (...)

10On ne soulèvera pas ici la question des liens entre le recours à ces choix rhétoriques extrêmes et l’échec effectif de la propagande déployée en mai 1265 dans le Manifeste aux Romains. Enrico Pispisa a précisé les raisons politiques probables de ce qui semble avoir été un fiasco, et l’on ne peut que reconnaître avec lui la primauté des facteurs proprement politiques et chronologiques dans l’histoire hypothétique de la réception du texte20. En l’absence de témoignage direct sur la forme exacte de son impact, son rôle (quasi-nul ?) dans les événements de 1265-1266 reste pourtant sujet à caution. Il demeure improbable que le texte n’émane pas de la cour sicilienne. Sur la foi de rapprochements stylistiques plus ou moins probants, mais dont certains, et notamment l’emploi idiosyncratique de singule pour omnes, sont très forts, le texte peut être en effet être attribué avec une quasi-certitude à un dictator qui apparaît dans la documentation à l’extrême fin du règne de Frédéric II (années 1248-1250), joue un rôle mal connu mais non-négligeable à la cour de Manfred, avant de devenir vice-chancelier de Conradin en 1267-1268 : Pierre de Prezza21.

  • 22 Pispisa 2007 revient en début d’article sur l’inadéquation du terme de propagande à la propagande p (...)

11C’est surtout la réception immédiate du Manifeste qui pose problème. Force est de s’en tenir à trois hypothèses, rentrant toutes les trois dans le cadre de ce que l’on peut définir, au prix d’un léger anachronisme, l’exercice d’une propagande politique médiévale22.

  • 23 Texte édité dans MGH, Constitutiones II, n° 261 p. 358-360. Inclus dans le sixième livre de la peti (...)
  • 24 Cf. en particulier les textes republiés avec de notables améliorations et un commentaire exhaustif (...)

12Dans la première hypothèse, le texte aurait été préparé à la cour de Manfred, sans être diffusé à Rome. C’est son caractère de document « interne » qui expliquerait à la fois les débordements idéologiques qui ne trouvent guère d’échos dans les sources contemporaines – et en premier lieu la revendication de la couronne impériale – et la complexité d’une rhétorique qu’aucune considération d’efficacité n’aurait allégée. Ce scénario n’est pas le plus probable. Il est loin d’être absurde. D’autres documents politiques de la cour souabe n’ont jamais fait l’objet d’une publication officielle, tout en étant conservés dans des recueils de dictamina. Le plus célèbre de ces textes au statut ambigu reste sans doute l’acte d’érection du duché d’Autriche en royaume en faveur du dernier duc Babenberg (1245), inclus dans différentes collections des Lettres de Pierre de la Vigne, alors que ce projet ne se concrétisa jamais23. D’autres textes à caractère encomiastiques, transmis au hasard d’un seul manuscrit, n’ont vraisemblablement guère dépassé l’enceinte de la cour impériale du vivant de Frédéric II, tout en allant beaucoup plus loin dans leur audace que bien des textes destinés à la publicité24.

13Une seconde possibilité est l’envoi effectif, à titre officiel, du manifeste daté de Foggia dans la Ville déjà contrôlée par les forces pro-angevines. C’est évidemment la construction de la lettre comme une adresse aux Romains qui l’impose aux esprits.

  • 25 Sur le contexte de la diffusion de Collegerunt, cf. en particulier Schaller 1993, p. 197-223, étude (...)
  • 26 Sur ces liens, cf. infra.

14Reste une troisième hypothèse qui ménage une transition entre ces deux extrêmes. La diffusion « sous le manteau » du texte expliquerait, malgré sa date et sa salutatio qui lui confèrent un faciès « officiel » le caractère atypique d’une pièce de propagande qui aurait été en fait conçue comme un document officieux, assimilé par ses modes de diffusion à des pamphlets célèbres – et de longueur ou de forme également atypiques – de la propagande passée, tels que le pamphlet antipapal Collegerunt pontifices, vraisemblablement préparé par Pierre de la Vigne lui-même en 1240, et répandu en Italie par les soins de la cour impériale25. Les liens du Manifeste avec ce dernier texte vont, jusqu’à un certain point, dans le sens de cette proposition, dont la pertinence reste indémontrable26.

  • 27 Cf. outre les analyses de Frugoni, les discussions successives de Jordan 1909, p. 520-524, Müller, (...)
  • 28 On y ajoutera à présent les témoignages du recueil de dictamina partiellement inédits découvert à I (...)

15La diversité de ces hypothèses ne remet guère en cause l’importance du contenu du texte. Il peut être considéré dans tous les cas comme l’expression des idées politiques – ou de certaines idées politiques – prévalant à la cour de Manfred dans les années qui précédèrent la catastrophe finale. Les théories sur le rapport entre la légitimité impériale des Staufen et la souveraineté du peuple romain ont été amplement discutées par les chercheurs qui ont envisagé le texte sous son aspect de laboratoire conceptuel27. Il s’inscrit comme un jalon important dans une série de documents partant des lettres de Frédéric II aux Romains et aboutissant à la pensée politique de Cola di Rienzo, en passant par le De monarchia de Dante28.

  • 29 En excluant les premières tentatives de Pertz, Capasso 1874, p. 274 et suivantes ; Weiland 1896 ; F (...)
  • 30 Weiland 1896, n° 424 p. 559, ligne 20, maintien de la formule intencionis versabatur intencio, avec (...)
  • 31 Cf. à titre de comparaison Pierre de la Vigne, I, 2 (=BF 3541Z, encyclique impériale Illos describi (...)

16Ce travail d’analyse conceptuelle, pour fondamental qu’il soit, ne dispense toutefois pas d’effectuer à nouveaux frais une analyse philologique et rhétorique de détail que la richesse du texte, mais aussi les incertitudes de sa transmission imposent encore malgré ses éditions scientifiques successives29. Au niveau proprement philologique, les essais de restitution de passages mal lisibles ou dégradés font dans l’ensemble honneur aux capacités de Weiland, Hampe, Müller et Frugoni. Ils peuvent encore être améliorés à la fois par l’application des méthodes philologiques traditionnelles, et en s’aidant des possibilités actuelles de la recherche électronique. Pour ne prendre qu’un exemple, le passage Et quia tocius nostre intencionis versabatur intencio, probablement dégradé par suite d’une erreur d’attention du copiste, a été maintenu tel quel par Frugoni sans commentaire, alors que Weiland avait proposé la restitution versabatur attencio, et que Hampe hésitait entre intencionis versabatur intencio, et le renvoi générique à une substitution du type propositum30. La comparaison avec les manifestes politiques de Frédéric II, à présent moins dispendieuse en temps et en énergie, incite à privilégier la restitution Et quia tocius nostre voluntatis versabatur intencio, conforme aux usages rhétoriques de la chancellerie, et d’heureuse allitération31.

  • 32 Travail déjà esquissé par Müller 1913, p. 85-109, mais avec des conclusions en partie erronées (cf. (...)

17L’analyse des citations bibliques, patristiques et juridiques, ainsi que des transumptiones, n’avait été que très partiellement effectuée. La plupart des citations bibliques ont été reconnues anciennement. Dans ce domaine d’accès comparativement aisé, il s’agit surtout de mettre en relation les citations qui ne l’ont pas encore été avec des emplois similaires dans d’autres textes politiques de la chancellerie souabe, qu’ils datent du règne de Manfred, de celui de Conrad IV ou de celui de Frédéric II, et de prolonger le travail d’analyse des passages parallèles repérables dans les textes de propagande écrits par Pierre de Prezza pour le compte de Conradin en 1267-126832. L’examen de l’ensemble des sources d’inspiration juridique demande en revanche un gros effort, et ce à deux niveaux.

  • 33 Cf. par exemple la citation explicite (Frugoni 1951/2006, p. 38/78) : Et sic predictis racionibus… (...)

18Les éditeurs successifs se sont en effet attachés à préciser les lieux de renvois, parfois problématiques, des citations qui s’affichent comme telles, parfois au prix de contorsions superflues. L’on peut préciser certains de ces renvois, tout en soulignant que la rare complexité de certains développements justifie une analyse à nouveaux frais des raisonnements juridiques esquissés dans certains d’entre eux33. Mais la référence aux sources du droit parcourt également le texte à un autre niveau, souterrain, caractéristique de la culture du dictamen méridional, et qui a été largement ignoré par la recherche ancienne. Il s’agit de citations beaucoup plus discrètes du corpus justinien, intégrées par Pierre de Prezza à la texture du Manifeste au même titre qu’un certain nombre de tournures bibliques semi-automatisées. Cette caractéristique du texte, pour être commune avec une partie de la tradition des dictamina « siciliens », n’est pas pour autant anodine, car ces expressions juridiques fonctionnent comme autant de transumptiones offrant des clés d’interprétation métaphorique aussi signifiantes que leurs équivalents bibliques.

  • 34 Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 30/70 : Respondet inpromptu ab inferioribus terre sitibus doloros (...)
  • 35 Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 35/75 : Et nunc dictorum omnium Romana ecclesia te fecit penitus (...)
  • 36 Code II, 31 : ‘Si adversus transactionem vel divisionem minor restitui velit’ : Cum in integrum pup (...)
  • 37 Il faut remonter dans le texte du Manifeste jusqu’à Actendas igitur… (Frugoni 1951/2006, p. 34/74), (...)

19Il vaut ainsi la peine de s’arrêter sur l’association des termes salus mundi, templum iusticie, imperii dignitas avec Rome, templum iusticie renvoyant directement à la préface du Digeste34. Autre exemple encore plus parlant : Rome est qualifiée un peu plus loin de pupilla non restituta in integrum35, dans un jeu rhétorique qui assimile la cité dépouillée par le clergé de ses droits à la pupille mineure spoliée par un tiers indélicat (Code Justinien, II, 3136). Cette ornementation engage la compréhension des périodes précédentes, car les dispositions du code auxquelles elles renvoient s’appliquent à la restitution à une pupille mineure de biens indûment aliénés. Le mécanisme de la transumptio joue ici dans le sens d’une interprétation par paliers, délivrant un premier message rhétorique simple où l’Église est assimilée à un malfaiteur, Rome à une femme trahie, tout en ménageant la possibilité d’une interprétation au second degré qui implique l’irresponsabilité des Romains, invités à subir la tutelle de l’agent du droit qu’est Manfred pour retrouver leur intégrité37. Il est ainsi possible de faire jaillir du texte un ensemble d’harmoniques rhétoriques bien plus riches que ne le laissent apparaître les commentaires des chercheurs actifs au XXe siècle, et renvoyant à l’interaction constante d’un plan divin nourri par la citation biblique et d’un plan impérial fondé dans le droit romain.

  • 38 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 27-67) : … K., comitem Provincie, virum utique generis nobilis et (...)

20Enfin, au niveau même du commentaire historique, l’acharnement sur les implications du Manifeste pour l’histoire des rapports entre Rome, l’Empire, la Sicile et la papauté a conduit à négliger certaines données qui ne concernent pas directement – à première vue – Rome. Telle est notamment la mention déjà signalée d’une « donation de Guillaume d’Orange », confondue par Frugoni avec l’élection de Guillaume de Hollande comme roi des Romains (ce dernier est mentionné un peu plus loin dans le texte, sous le nom de Guillelmum regem38).

  • 39 Cf. la note de Weiland 1896 (MGH Constitutiones, II, n° 424, p. 560 note 4 : Willhelmi de Baucio, u (...)
  • 40 La fausseté de l’acte et l’inauthenticité des promesses de 1215 (qui auraient été rétrospectivement (...)

21Dans son édition du Manifeste pour les Monumenta Germaniae Historica, Weiland supposait prudemment que cette donacio Guillelmi de Orenga renvoyait à la cession par la famille des Baux à Charles d’Anjou de leurs droits sur le royaume d’Arles, obtenus quarante ans auparavant du jeune Frédéric II. Ces droits avaient été acquis dans des circonstances mystérieuses et discutées par Guillaume Ier des Baux, prince d’Orange, en 1215 lors de négociations avec Frédéric II qui ne visaient à rien moins qu’à faire passer le titre royal aux Baux. Le projet avait perdu tout caractère concret dès 1218, avec la mort de Guillaume, et les droits en question, devenus fort théoriques, avaient été cédés par son successeur Raimond de Beaux à Charles d’Anjou en 125739. Que la donacio Gullielmi de Orenga du Manifeste fasse référence à ce double épisode reste plausible. Cette hypothèse soulève néanmoins un certain nombre de problèmes, notamment rhétoriques. Si la cession des droits de sa famille sur l’Arélat à Charles d’Anjou par Raimond de Baux pouvait intéresser Manfred et le personnel de la cour sicilienne, en tant que suite d’une affaire de dévolution datée mais restée dans la mémoire des Staufen, elle n’a tout de même pas grand rapport avec le royaume de Sicile proprement dit, ni avec Rome en particulier, et il paraît imprudent d’affirmer que l’allusion à cette affaire, concernant surtout l’espace provençal et rhodanien, ait pu beaucoup parler aux Romains, d’autant plus que la cession de 1257 ayant été faite par Raimond de Baux, la mention de Guillaume d’Orange ne renverrait explicitement qu’à la « donation » de 1215, souvenir alors lointain. Il faudrait donc supposer que le notaire privilégie ici un argumentaire à usage interne. Il reste tout de même remarquable que l’argument arrive sous la plume du dictator quand il parle de la donation du royaume de Sicile par le pape à Charles d’Anjou, bénéficiaire de la cession de 1257. Quoiqu’il en soit, si c’est bien cette cession qui est évoquée, le passage est d’une importance cruciale, car il renforce les partisans de l’authenticité de l’acte promettant l’inféodation du royaume à Guillaume Ier par Frédéric II, contre l’avis de ceux qui voient dans la dévolution de 1215 le simple reflet d’un faux40.

  • 41 Sur le cycle de Guillaume d’Orange, cf. Boutet 1996. L’épisode de « donation » le plus célèbre du c (...)
  • 42 Cette interprétation reste conditionnée par la question de la diffusion du cycle de Guillaume d’Ora (...)
  • 43 Cf. Manifeste (Frugoni 1951/2006), p.  26/66 : … maiores sub Dei dextera triumphos percepimus, quam (...)
  • 44 Quelques éléments sur la culture courtoise à la cour de Frédéric II dans Antonelli 1995. La mention (...)

22Reste une autre possibilité d’interprétation, intrinsèquement plus fragile, mais qui s’appliquerait peut-être mieux à une lettre de propagande effectivement destinée aux Romains. Le Guillaume d’Orange invoqué pourrait être le héros carolingien semi-mythique, dont la popularité s’étendait jusqu’à l’Italie avec la consommation des chansons de geste et romans d’origine française, et dont la geste entretient d’ailleurs des rapports avec Rome41. Il ne manque pas dans le cycle de ses aventures de « donations » politiques spectaculaires et contestables qui pourraient expliquer l’allusion ironique, peut-être alors plus parlante au public romain que les démêlés successifs de la maison des Baux avec Frédéric II et Charles d’Anjou42. Il faudrait alors supposer une référence à la donation par Louis le Pieux à Guillaume d’Orange de la moitié du royaume des Francs, ou à quelque autre épisode similaire, qui entrerait en quelque sorte en écho avec un passage immédiatement antérieur du texte, où Manfred compare ses exploits à la bataille de Roncevaux43. Car c’est encore un aspect du Manifeste que de laisser affleurer, de manière exceptionnelle pour un document politique sud-italien de ce genre et de cette date, la référence à cet univers des chansons de geste que l’on goûtait déjà à la cour de Frédéric II, mais qui prit sans doute pendant le règne de son fils une extension particulière dans toute l’Italie44.

  • 45 Cf. Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 39-40/79-80, narration de la destruction de Milan par Frédéri (...)

23Je n’avance cette interprétation alternative de la mention « donacionis Guillelmi de Orenga » qu’à titre d’hypothèse. Si elle était valide, cette mention s’inscrirait dans le sens d’une confusion des plans de l’histoire semi-mythique véhiculée par les cycles épiques et de l’histoire annalistique, assez caractéristique d’une certaine culture politique du XIIIe siècle, et qui se retrouve dans d’autres passages du Manifeste, entremêlant des version orales déjà semi-légendaires et des références textuelles précises dans leur narration de l’histoire de l’aïeul de Manfred, Frédéric Ier Barberousse, et de ses démêlés avec les Romains45.

Le Manifeste : photographie des savoirs rhétoriques à la cour de Sicile

  • 46 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 39/79) : … Mediolanum nolens ipsum in imperatorem recipere, potenc (...)

24Ce point introduit à un dernier aspect du travail d’analyse qui peut être effectué sur le Manifeste aux Romains. Dans son récit du châtiment de Milan par Frédéric Barberousse en 1162, Pierre de Prezza se sert de termes précis, dont l’origine a déjà été suggérée en 1913 par Müller. Malgré sa brièveté, l’expression tripertivit in burgos appliquée à Milan est trop remarquable pour que sa concordance avec les termes employés par Frédéric II dans la fameuse lettre de 1249 intimant aux Bolonais l’ordre libérer Enzo, où il menaçait leur cité du sort fait à Milan par son grand-père, soit due à un simple hasard. Force est donc de postuler que Pierre de Prezza avait en tête ce texte quand il rédigeait cette partie de la lettre46. Ce renvoi implicite invite à prolonger et décentrer le travail d’identification des sources en replaçant le Manifeste dans la tradition de rassemblement et mémorialisation des dictamina datant de l’époque de Frédéric II et Conrad IV à la cour de Manfred – et sans doute également au studium de Naples.

  • 47 Cf. sur ce point Grévin 2008a, p. 108-116. Sur la dynastie notariale des da Rocca et son rôle dans (...)
  • 48 Cf. Schaller 2002 (catalogue des manuscrits des lettres de la Vigne fondé sur la logique du plus pe (...)

25Tous les problèmes concernant la naissance de cette tradition sont loin d’être résolus. Il est au moins sûr que les prototypes des collections diffusés à partir de la fin du XIIIe siècle sous le nom de « lettres de Pierre de la Vigne » ont dû être rassemblés peu après la mort de Manfred à partir de collections qui circulaient déjà dans le milieu des notaires-dictatores au service de la cour souabe avant 1266, et en particulier dans l’entourage de Nicola da Rocca senior, disciple direct de Pierre de la Vigne, rédacteur de documents officiels pour le compte de Manfred, et enseignant le dictamen sous son règne47. Cet aspect des activités culturelles à la cour de Manfred est d’autant plus important pour comprendre la gestation du Manifeste aux Romains que le nom de Pierre de Prezza est également lié aux premières étapes d’exportation de ces compilations rhétoriques en dehors de l’Italie. Une poignée de manuscrits, comprenant à la fois diverses lettres incluses dans les collections « canoniques » de Pierre de la Vigne et de Thomas de Capoue, et sa correspondance personnelle, attestent que Pierre de Prezza avait emporté des dossiers de ce type dans sa fuite au nord des Alpes, et qu’il contribua à disséminer l’art rhétorique dont ces sommes étaient le support en Europe centrale après 126848.

  • 49 Éléments notés dans Müller 1913, p. 98-99 : la concentration de motifs similaires est notable.

26Avec la lettre de Frédéric II aux Bolonais Varios eventus-in eternum, c’est le fameux pamphlet anti-papal Collegerunt pontifices, ouvrant les quatre versions « ordonnées » des Lettres de Pierre de la Vigne, dont l’influence vient le plus spontanément à l’esprit à la lecture du Manifeste. Müller a mis en valeur dans son étude sur Pierre de Prezza de 1913 les rapprochements à la fois thématiques, et formels, mais portant essentiellement sur différentes citations bibliques, entre certaines sections de ce pamphlet et une partie du Manifeste. Ils semblent attester une inspiration plus thématique que strictement formelle, avec une reprise de clichés antipapaux déjà présents dans Collegerunt. C’est d’abord la scène de la Porta speciosa où Pierre explique au boiteux qu’il n’a ni or ni argent, utilisée par contraste pour souligner la vénalité papale, puis la symbolisation de l’orgueil pontifical volant sur les ailes des vents ; puis le rappel du message évangélique de paix…49 Les deux textes comportent également des renvois à la donation de Constantin, et certains traits rhétoriques communs à la littérature des pamphlets. Pris isolément, ces parallèles n’auraient guère de signification. Regroupés et mis en regard de la connaissance du premier texte par le rédacteur du second, ils semblent confirmer la recherche discrète mais réelle d’une inspiration dans ce monument célèbre de la propagande frédéricienne qu’était Collegerunt lors de la rédaction du Manifeste.

  • 50 Friedl 2013.
  • 51 Cf. supra note 31.
  • 52 Cf. sur ce point Grévin 2008b et Grévin 2009a.

27Je n’ai pas retrouvé de lieux d’inspiration du Manifeste aussi probants dans d’autres dictamina des années 1230-1254, appelés à faire partie des sommes de Pierre de la Vigne encore en gestation durant la dernière partie du règne de Manfred. Peut-être l’édition de Christian Friedl apportera-t-elle des nouveautés sur ce point50. L’exemple de la correction d’intentionis/intentio présenté plus haut51 montre toutefois que la recherche de parallèles de ce type ne perd pas son intérêt quand elle descend au niveau de simples chevilles rhétoriques et automatismes, dont la mise en série ne prouve certes aucune filiation directe entre les documents invoqués, mais se révèle souvent utile à la fois pour analyser les techniques d’écriture des notaires et résoudre certains problèmes d’édition. En passant de la recherche de citations conscientes, implicites ou explicites, à l’examen de ces réminiscences, on ne fait que parcourir différentes facettes d’un art de l’écriture fondé sur la mise en mémoire et l’exploitation de séries de modèles rhétoriques que j’ai proposé ailleurs d’appeler semi-formulaire, parce qu’il permettait, à partir d’un fonds rhétorique commun et d’un ensemble de techniques simples, de reformuler perpétuellement un même langage d’autorité en passant à volonté de l’imitation la plus stricte à l’inventivité – apparemment – la plus débridée52.

De l’historiographie à la prospection : en guise de conclusion provisoire…

  • 53 Ladner 1933. Kantorowicz 1934 et 1957.

28Un dernier retour sur les avancées et les blocages de la vieille recherche de langue allemande, et notamment des travaux de Müller, permettra de mieux comprendre, le parcours quelque peu erratique qu’a affecté la prospection philologique du Manifeste jusqu’au milieu du XXe siècle. La recherche sur l’écriture politique des derniers Staufen avait connu une constante ascension dans la médiévistique de langue allemande du XIXe et du début du XXe siècle, dont elle était un champ privilégié. Appuyé sur une tradition déjà longue et sur les travaux de son maître Hampe, grand spécialiste en la matière, Müller avait ainsi mis en valeur les rapprochements entre Collegerunt pontifices et d’autres textes frédériciens, et le Manifeste de Manfred. Mais vingt ans avant les premières recherches de Ladner et Kantorowicz sur les mécanismes de formularisation du vocabulaire politique souabe53, et bien avant les prospections actuelles sur la scripturalité, ces rapprochements l’avaient mené sur la piste scabreuse d’une attribution de tous les textes invoqués au même auteur : Collegerunt pontifices devait avoir été écrit par le jeune Pierre de Prezza, vingt-cinq ans avant le Manifeste, puisque les mêmes traits s’y retrouvaient…

29Pour une bonne partie des historiens et des diplomatistes, la problématique de l’autorité personnelle des rédacteurs – voire des souverains – dans la rédaction des actes et lettres l’emportait encore sur la réflexion concernant les mécanismes de création et de stabilisation d’écritures institutionnelles partagées par divers acteurs. Dans le cas de Müller, le résultat de ce chiasme épistémologique entre une connaissance philologique excellente des sources Staufen et une certaine naïveté d’interprétation fut une dissociation entre la qualité du travail de repérage de certains liens intertextuels entre différentes productions de la chancellerie sicilienne Staufen étalées dans le temps, et l’incapacité à exploiter ces résultats en les expliquant par le développement progressif d’une culture rhétorique propre aux dictatores de la cour de Manfred.

30Il est possible que Frugoni, sur ce point plus lucide et bénéficiant de trente ans d’avancées historiographiques, ait reculé devant des exagérations contreproductives, ce qui l’aurait conduit à renvoyer prudemment le dictamen du Manifeste à un fond rhétorique commun à l’ère du temps. L’absence de renvois aux loci communes de la chancellerie Staufen dans l’édition de 1951 n’aurait alors été qu’un réflexe de défense épistémologique. J’incline toutefois à penser qu’il n’avait tout simplement pas pris connaissance du travail de Müller. Dans le cas contraire, il l’aurait au moins mentionné, et aurait pu s’appuyer sur lui pour combler quelques lacunes, voire proposer une réinterprétation plus pertinente de la signification des liens du Manifeste avec certaines lettres frédériciennes.

31Grâce aux progrès de la réflexion sur les techniques rhétoriques politiques médiévales, et à la reprise des travaux de prospection et d’édition des productions du dictamen ‘sicilien’, il est désormais possible de reprendre cet aspect de l’enquête et d’examiner les échos rhétoriques entre ces différents textes en les expliquant à la fois par l’exploitation d’un fond rhétorique commun aux différents dictatores de la cour de Manfred, et dans le détail, au cas par cas, par le renvoi éventuel à des sources précises localisables dans la « banque de données rhétoriques » qui avait été peu à peu accumulée par les notaires de la chancellerie royale depuis le début du XIIIe siècle.

  • 54 Friedl 2013.
  • 55 Delle Donne 2003, commenté dans Grévin 2009b.
  • 56 Cf. pour une discussion du contexte d’élaboration du manuscrit, dans la Palerme gibeline de Frédéri (...)

32Cette réinsertion dans une tradition rhétorique en cours de réévaluation permettra de redonner une épaisseur au Manifeste qui ne l’inscrive pas uniquement dans la tradition de réflexion politique déjà prospectée, mais aussi dans cette culture du dictamen sud-italien désormais mieux connue, sinon suffisamment étudiée. La nouvelle édition par Christian Friedl des actes de Manfred, qui devrait paraître courant 2013, représentera certainement une considérable avancée en la matière54. Une compréhension définitive de ce document si particulier restera néanmoins encore sans doute tributaire d’un certain nombre de travaux au premier rang desquels on pourrait placer 1) un réexamen du dossier textuel laissé par Pierre de Prezza (qui mérite d’ailleurs lui-même une édition-commentaire équivalente à celle qu’a donnée Fulvio Delle Donne pour Nicola da Rocca55), 2) une édition intégrale des textes du manuscrit Fitalia permettant de mieux comprendre son insertion dans cette tradition56, 3) enfin – sans préjuger des apports très probables de l’édition Friedl – l’analyse des échos et citations juridiques du Manifeste par divers spécialistes du droit. Les défis philologiques et historiques posés par le Manifeste sont certainement inhabituels. C’est la rançon de son intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Alessio 1983 = G. C. Alessio (éd.), Bene Florentini Candelabrum, Padoue, 1983 (Thesaurus mundi. Bibliotheca scriptorum latinorum mediae et recentioris aetatis, 23).

Angiolillo 1973 = G. Angiolillo, Il « Manifesto » di Manfredi ai Romani e il III libro della « Monarchia » di Dante, dans Studi romani, XXI, 1973, p. 38-60.

Antonelli 1995 = R. Antonelli, La corte « italiana » di Federico II e la letteratura europea, dans Federico II e le nuove culture. Atti del XXXI Convegno storico internazionale, Todi, 9-12 ottobe 1994, Spolète (Atti dei Convegni del centro italiano di studi sul Basso medioevo, n. s., 8).

Aurell 1989 = M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, 1989.

Boutet 1996 = D. Boutet (éd.), Le cycle de Guillaume d’Orange. Anthologie, Paris, 1996.

Cammarosano 1994 = P. Cammarosano (éd.), Le forme della propaganda politica nel due e nel trecento. Actes du colloque de Trieste, Trieste, 2-5 mars 1993, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 201).

Capasso 1874 = B. Capasso, Historia diplomatica regni Siciliae ab anno 1250 ad annum 1266, Naples, 1874.

Carbonetti Venditelli 2002 = C. Carbonetti Venditelli (éd.), Il registro della cancelleria di Federico II del 1239-1240, 2 vol. , Rome, 2002 (Fonti per la storia dell’Italia medievale. Antiquitates, 19).

Chiffoleau 1994 = J. Chiffoleau, Les gibelins du Royaume d'Arles ; notes sur les réalités impériales en Provence dans les deux premiers tiers du XIIIe siècle, dans Papauté, monachisme et théorie politique, Mélanges Marcel Pacaut, Lyon, 1994, p. 669-695.

Colletta 2011 = P. Colletta, Storia, cultura e propaganda nel Regno di Sicilia nella prima metà del XIII secolo : la Chronica Siciliae, Rome, 2011 (Istituto storico italiano per il Medioevo, Studi, Subsidia, 11).

Delle Donne 2003 = Niccola da Rocca, Epistolae, éd. F. Delle Donne, Florence, 2003 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 9).

Delle Donne 2005 = F. Delle Donne, Il potere e la sua legittimazione. Letteratura encomiastica in onore di Federico II di Svevia, Arce, 2005 (Testis temporum. Fonti e studi sul Medioevo dell’Italia centrale e meridionale, 2).

Delle Donne 2007 = F. Delle Donne, La cultura e gli insegnamenti retorici nell’Alta Terra di Lavoro, dans Id., « Suavis terra, inexpugnabile castrum ». L´Alta Terra di Lavoro dal dominio svevo alla conquista angioina, Arce, 2007 (Testis Temporum. Fonti e studi sul Medioevo dell´Italia centrale e meridionale, 3).

Delle Donne 2008 = F. Delle Donne (éd.), Una silloge epistolare della seconda metà del XIII secolo, Florence, 2008 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 19).

Dupré Theseider 1942 = E. Dupré Theseider, L’idea imperiale di Roma, Milan, 1942.

Everson 2005 = J. E. Everson, The epic tradition of Charlemagne in Italy, dans Cahiers de recherche médiévale, 12, 2005, p. 45-81.

Forti 1967 = F. Forti, La transumptio nei dettatori bolognesi e in Dante, dans Dante e Bologna nei tempi di Dante, Bologne, 1967.

Friedl 2010 = Ch. Friedl, Herrschaftskonzeption bei König Manfred. Staufisches Ideal und Scheitern der realpolitischen Ansätze, dans D. Engels, L. Geis, M. Kleu (éd.), Zwischen Ideal und Wirklichkeit. Herrschaft auf Sizilien von der Antike bis zum Spätmittelalter, Suttgart, 2010, p. 325-335.

Friedl 2013 = Ch. Friedl (éd.), Die Urkunden Manfreds (Monumenta Germaniae Historica, ser. Diplomata imperatorum et regum), à paraître en 2013.

Frugoni 1951 = A. Frugoni (éd.), Il manifesto di Manfredi ai Romani, Palerme, 1951.

Frugoni 1952 = A. Frugoni, Il Manifesto di Re Manfredi ai Romani, dans Humanitas, 7, 1952, p. 603-614.

Frugoni 1969 = A. Frugoni, Il canto III del purgatorio, dans Nuove letture dantesche, III, Florence, 1969, p. 267-290.

Frugoni 2006 = A. Frugoni, Scritti su Manfredi con una presentazione di Enrico Pispisa, Rome, 2006 (Nuovi studi storici, 72).

Gaudenzi 1892 = Boncompagni, Rhetorica novissima, éd. Augusto Gaudenzi, Bibliotheca Iuridica Medii Aevi, scripta anecdota glossatorum, t. II, Bologne, 1892, p. 249-297.

Giansante 1999 = M. Giansante, Retorica e politica nel duecento. I notai bolognesi e l’ideologia comunale, Rome, 1999 (Nuovi studi storici, 48).

Grévin 2008a = B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècle), Rome, 2008 (BEFAR, 339).

Grévin 2008b = B. Grévin, Les mystères rhétoriques de l’État médiéval. L’écriture du pouvoir en Europe occidentale (XIIIe-XVe siècle) dans Annales HSS, 63-2, mars-avril 2008, p. 271-300.

Grévin 2009a = B. Grévin, L’empire d’une forme. Réflexion sur la place du cursus rythmique dans les pratiques d’écriture européennes à l’automne du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), dans M. Goullet (éd.), Parva pro magnis munera. Études de littérature tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau par ses élèves, Turhout, 2010 (Instrumenta patristica et mediaevalia, 51), p. 857-881.

Grévin 2009b = B. Grévin, Un chaînon manquant dans l’histoire du dictamen. À propos de l’édition des Epistolae de Nicola da Rocca et des dictamina du ms. Paris Bibl. nat. Lat. 8567 par Fulvio Delle Donne, dans Archivum Latinitatis Medii Aevi, 67, 2009, p. 135-174.

Hampe 1910 = K. Hampe, Zum Manifest Manfreds an die Römer vom 24. Mai 1265, dans Neues Archiv für Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 36, 1910, p. 226-238.

Jordan 1909 = Éd. Jordan, Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909.

Kantorowicz 1934 = E. Kantorowicz, Petrus de Vinea in England, dans Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 37, 1951, p. 43-88.

Kantorowicz 1957 = E. Kantorowicz, The prologue to Fleta and the School of Petrus de Vinea, dans Speculum, 32, 1957, p. 231-249.

Ladner 1933 = G. Ladner, Formularbehelfe in der Kanzlei Friedrichs II. und die « Briefe des Petrus de Vinea », dans Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 12, 1933, p. 92-198.

Mazel 2002 = Fl. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

Morghen 1936 = R. Morghen, Il tramonto della potenza sveva in Italia, Rome-Milan, 1936.

Müller 1913 = E. Müller, Peter von Prezza, ein Publizist der Zeit des Interregnums, Heidelberg, 1913 (Heidelberger Abhandlungen zur mittleren und neuren Geschichte, 37).

Pispisa 1991 = E. Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazioni, Messine, 1991.

Pispisa 2007 = E. Pispisa, Il Manifesto di Manfredi ai Romani (1265), dans R. Castano, F. Latella, T. Sorrenti (éd.), Comunicazione e propaganda nei secoli XII e XIII. Atti del convegno internazionale, Messina, 24-26 maggio 2007, Rome, 2007, p. 529-539.

Riedmann 2006 = Riedmann, Unbekannte Schreiben Kaiser Friedrichs II. und Konrads IV. in einer Handschrift der Universitätsbibliothek Innsbruk. Forschungsbericht und vorläufige Analyse, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 62, 2006, p. 135-200.

Schaller 1993 = H. M. Schaller, Stauferzeit. Ausgewählte Aufsätze, Hanovre, 1993 (Monumenta Germaniae Historica Schriften, 38).

Schaller 2002 = H. M. Schaller, Handschriftenverzeichnis zur Briefsammlung des Petrus de Vinea, Hannover, 2002 (Monumenta Germaniae Historica Hilfsmittel, 18).

Villa 2003 = Cl. Villa, Raccolte documentarie e ambizioni storiografiche : il ‘progetto’ del manoscritto Fitalia, dans M. De Nichilo, G. Distaso, A. Jurilli (éd.), Confini del’Umanesimo letterario : studi in onore di Francesco Tateo, Rome, 2003, III, p. 1417-1427.

Weiland 1896 = L. Weiland (éd.), Constitutiones et acta publica imperatorum et regum II. 1198-1272, Hanovre, 1896 (MGH Legum sectio IV).

Winkelmann 1885 = Ed. Winkelmann (éd.), Acta imperii inedita saeculi XIII. et XIV, Urkunden und Briefe zur Geschichte des Kaiserreichs und des Königreichs Sizilien, Innsbruck, 1885.

Haut de page

Notes

1 Cf. Frugoni 2006, rééd. de Frugoni 1951, 1969 et 1971 avec une introduction d’Enrico Pispisa, p. 7-40. Il était logique que Pispisa, spécialiste incontesté de Manfred (cf. en particulier Pispisa 1991), fût le curateur du volume.

2 Références sur Frugoni et la frugonologie dans Frugoni 2006, p. 8 note 17.

3 Frugoni 2006, p. 43-44, reprenant Frugoni 1951 avec double pagination et une note de Francesco Paolo Tocco (p. 43).

4 Cf. infra, note 12.

5 On n’entend pas par là que la tradition culturelle du dictamen sud-italien s’interrompt en 1266, mais que la double secousse de 1266-1268 change les conditions de son développement, en forçant les dictatores héritiers de l’art développé par Pierre de la Vigne et maintenu par ses disciples à accélérer le processus de compilation des sommes de dictamen témoignant de leur travail sur deux générations, et pour ceux qui prennent le chemin de l’exil, à en diffuser les techniques un peu partout en Europe. Cf. sur la tradition du dictamen méridional au XIIe-XIIIe siècle et son centre nord-campanien, Delle Donne 2007. Sur la transition culturelle et politique entre la cour des derniers Staufen, l’installation des Angevins et ses conséquences pour la pratique du dictamen et sa diffusion en Europe, cf. Delle Donne 2003, xi-lvi et Grévin 2008a, p. 370-417.

6 Cf. infra note 21.

7 Principaux travaux allemands sur le manifeste dans les années 1890-1920 : édition de Weiland 1896 (MGH Constitutiones II, n° 424 p. 558-565) ; commentaire à l’édition de Hampe 1910 ; traduction et commentaire dans Müller 1913 (monographie sur Pierre de Prezza, auteur supposé du manifeste), p. 1-48 et parallèles avec d’autres textes rédigés ou supposés rédigés par Pierre, ibid. p. 85-103. Voir à présent, dans l’attente de la prochaine édition des actes de Manfred dans la série Diplomata regum et imperatorum… des Monumenta Germaniae Historica (Friedl 2013) Friedl 2010, p. 332-335.

8 Il n’y a, sauf erreur, pas de références au travail de Müller dans Frugoni 1951/2006. Le renvoi à Hampe 1910 p. 6/45, et aux éditions et émendations de Capasso 1874, Hampe 1910 et Weiland 1896 (note 26 p. 19/59), reste programmatique : seul Hampe 1910 semble lu et exploité avec attention. Pour la non-lecture des notes de l’édition Weiland, cf. immédiatement infra.

9 Frugoni 1951/2006, p. 27/67 note 17, commentaire à donacionis Guillelmi de Orenga (infra note 38). C’est un anachronisme, la maison de Nassau n’héritant de la principauté d’Orange qu’en 1530. Or la mention d’un Guillaume d’Orange, identifié par Weiland 1896, note 1 p. 560 à Guillaume des Baux, est d’un grand intérêt dans le contexte du Manifeste, Cf. infra.

10 Friedl 2013.

11 Pispisa 2007, avec renvois aux principaux travaux italiens sur le Manifeste depuis Frugoni.

12 Il s’agit du ms. dit « codice Fitalia », actuellement Palerme, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia Patria, Ms. I. B. 25. Copié dans la Palerme du règne de Frédéric III, il contient de nombreux textes, édités et inédits, conservés dans ce seul témoin. Bibliographie sur ce témoin important dans. Schaller 2002, n° 151 p. 225-230, à compléter par Villa 2003 et Colletta 2011.

13 On conserve ici l’étiquette institutionnelle « sicilienne », tout en priant le lecteur d’avoir à l’esprit que le personnel de la chancellerie sicilienne se recrute surtout pendant cette période dans le nord de la Campanie, alors que la capitale de facto du royaume tend à devenir Foggia à la fin du règne de Frédéric II, tendance encore accentuée sous Manfred. La cour de Sicile entendue comme centre de rassemblement de compétences politiques, juridiques et stylistiques n’est guère distante de l’univers du Latium méridional et de Rome. L’auteur probable du Manifeste, Pierre de Prezza, est lui-même originaire du bourg homonyme des Abruzzes, à une centaine de kilomètres à l’est de Rome.

14 Le développement d’une idéologie rhétorico-juridique particulière à la cour des derniers Souabes prend sa source à la fois dans certaines traditions campaniennes et siciliennes existant dès la jeunesse de Frédéric II, et dans l’importation par un personnel encore jeune (Pierre de la Vigne et alii) dans la décennie 1220 de techniques et culture rhétoriques et juridiques élaborées dans les décennies précédentes à la cour pontificale et à Bologne. Leur art ne s’autonomise – rapidement – qu’après le retour de Frédéric II en Italie du sud (1220), pour éclater dans la décennie 1230, avec la publication des Constitutions de Melfi et la rédaction des grandes encycliques impériales par Pierre de la Vigne. Il survit à la mort de ce dernier et aux troubles des années 1250-1256 grâce à l’activité d’un certain nombre de passeurs, dont Nicola da Rocca senior et Pierre de Prezza, pour trouver un nouveau contexte d’élaboration à la cour de Manfred jusqu’en 1266. Cf. pour la bibliographie récente, cf. Grévin 2008a et Delle Donne 2003, 2007 et 2008.

15 Ibid.

16 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 40/80) : Et ideo nostre potencie monarchia, de tanto proveniens sanguine, victorie ac triumpho, tue sollicite obediencie, inclita urbs Roma, annunciat quod est scriptum ‘Nobis enim datum est nosse misterium regni Dei’, tam imperii restaurandi quam tue rei puplice resanande,’ ceteris autem aliis in parabolis’.

17 Sur la transumptio comme concept central du dictamen au XIIIe siècle, Forti 1967 et Grévin 2008a, en particulier p. 200-221. Approche théorique médiévale la plus spectaculaire (et c’est peu dire…) dans Boncompagno, Rhetorica novissima, éd. Gaudenzi 1892, p 249-297.

18 Grévin 2008a, p. 134-136 et 524-525, commentant Odofredus, Lectura ad Dig., 12, 1, 1, mention fameuse sur l’obscurité des juristes qui imitent Pierre de la Vigne par substitution de termes l’un pour l’autre.

19 Cf. par exemple Bene Florentini, Candelabrum, (Alessio 1983 éd.), position du problème de la conformation du langage humain à la semblance divine : (II, 4-10 : …Unde prudentia hominis hanc creatoris munificentiam diligenter considerans, in opere sermonis hec eadem studuit imitari, ut orationem suam redderet elegantem, compositam et ornatam. Et sic verbo divinitatis eterno, in quo est omnimoda elegantia et suavitas et hornatus, verbum nostre fragilitatis quodam modo nititur respondere). L’idée est que la magnification de la prose ordinaire par les artifices rythmiques et métaphoriques du dictamen lui permet de se hisser à une dignité supérieure en relation avec le langage divin et ses voilements métaphoriques. Bene affirme suivre les usages de la Curie. Il appartient à la génération des maîtres probables de Pierre de la Vigne, et est pressenti lors de la fondation du studium de Naples pour y enseigner.

20 Cf. Pispisa 2007.

21 Sur Pierre de Prezza, cf. essentiellement Müller 1913, à compléter par Grévin 2008a, p. 383-391. Le personnage, énigmatique, resurgit à intervalles réguliers dans des contextes très différents : prisonnier à Parme lors de la défaite de Victoria en 1248, rédacteur de quelques actes de Manfred et du Manifeste, vice-chancelier de Conradin, enfin rédacteur d’écrits de propagandes divers, intriguant pour la cause gibeline au nord des Alpes, entre Saxe et Bohême, dans les années 1269 et suivantes. Les excès d’interprétation de Müller qui lui attribue sans doute beaucoup trop en amont (rédaction de grands manifestes sous Frédéric II, depuis 1239-1240) et en aval (pour le compte aragonais, à l’époque des Vêpres, vers 1282), et la place du personnage au centre des réseaux de dictatores gibelins, justifieraient une nouvelle étude du dossier de ses lettres.

22 Pispisa 2007 revient en début d’article sur l’inadéquation du terme de propagande à la propagande politique médiévale, en renvoyant notamment au colloque de Trieste (Cammarosano 1994). Il semble au contraire que les vains efforts des médiévistes pour refouler le terme, systématiquement employé dans les collectifs s’attachant au sujet de la propagande politique dans ses aspects traditionnels ou symboliques, démontrent l’inanité des tentatives pour ignorer la notion sous prétexte de sa création tardive. Il s’agit là d’un exemple intéressant des excès de la chasse à l’anachronisme conceptuel, quand elle se change en confusion entre l’étude des catégories conceptuelles médiévales et la volonté jusqu’au-boutiste de les substituer à nos propres catégories pour analyser le Moyen Âge.

23 Texte édité dans MGH, Constitutiones II, n° 261 p. 358-360. Inclus dans le sixième livre de la petite collection en six livres des Lettres de Pierre de la Vigne, ce brouillon d’acte solennel eut une fortune notable au XIVe-XVe siècle, ou il inspira des dizaines de formulaires, et plusieurs actes importants, de l’Angleterre à la Hongrie. Cf. Grévin 2008a, en particulier p. 602-675 (et sub indice 8, PdV VI, 26 p. 1109).

24 Cf. en particulier les textes republiés avec de notables améliorations et un commentaire exhaustif dans Delle Donne 2005.

25 Sur le contexte de la diffusion de Collegerunt, cf. en particulier Schaller 1993, p. 197-223, étude et édition de la réponse en miroir élaborée à la cour papale.

26 Sur ces liens, cf. infra.

27 Cf. outre les analyses de Frugoni, les discussions successives de Jordan 1909, p. 520-524, Müller, loc. cit., Morghen 1936, p. 233-234, Dupré Theseider 1942, p. 68-69, et plus récemment Angiolillo 1973 et Pispisa 2007.

28 On y ajoutera à présent les témoignages du recueil de dictamina partiellement inédits découvert à Innsbruck, cf. Riedmann 2006, n° 76 p. 171 (en particulier Conrad IV au sénateur, au sénat et au peuple de Rome, sur la capitulation de Naples) ; n° 86, p. 173.

29 En excluant les premières tentatives de Pertz, Capasso 1874, p. 274 et suivantes ; Weiland 1896 ; Frugoni 1951/2006.

30 Weiland 1896, n° 424 p. 559, ligne 20, maintien de la formule intencionis versabatur intencio, avec proposition de substitution d’attencio en note. Hampe 1910, p. 228, discussion ; Frugoni 1951/2006 (p. 62-22), aucune mention du problème.

31 Cf. à titre de comparaison Pierre de la Vigne, I, 2 (=BF 3541Z, encyclique impériale Illos describit antiquitas-diligentiam adhibere), vers la conclusion : ...Habemus enim conscientie puritatem et per consequens Deum nobiscum, cuius testimonium invocamus, quia semper fuit nostre voluntatis intentio, clericos cuiuscumque religionis/ordinis ad illum statum reducere…, ou encore Pierre de la Vigne, I, 32 (=BF 2435, au roi de Hongrie, Quod ad publice-delectat auditum) : … presertim cum eo se non porrigat nostre voluntatis intentio vel scripture, quod derogare cuiusquam fame vel iuri, per detractationis obloquium intendamus

32 Travail déjà esquissé par Müller 1913, p. 85-109, mais avec des conclusions en partie erronées (cf. infra). Pour ne prendre qu’un exemple, la réutilisation par Manfred au début du Manifeste de la citation biblique Os de osse ac caro de carne(Gen. II, 23) pour qualifier son ascendance impériale (jusqu’à la douzième génération, dans le manifeste !), pour relativement banale qu’elle soit, renvoie à une rhétorique des liens unissant les membres de la famille impériale déjà présente à l’époque de Frédéric II dans les actes instituant des vicariats ou lieutenances au profit de ses fils (Pierre de la Vigne, III, 9=BF 3540, envoi de Frédéric d’Antioche à Florence Speciali quadam-attemptaret : …fuit hec siquidem salubris et cauta provisio, ut dum os de ossibus et caro de carne nostra transmittitur, persona nostra per eum inter vos familiariter presentata sic civitatis vestre regimini presit…) qui mériterait d’être étudiée.

33 Cf. par exemple la citation explicite (Frugoni 1951/2006, p. 38/78) : Et sic predictis racionibus… donacio illa improvida Constantini… non tenuit in preiudicium alienum, utpote imperatorum subsequencium – ut in corpore Autenticorum ‘quomodo oporteat episcopos’ circa principium est notatum. Weiland 1896, p. 564 note 3 se contente de renvoyer à la Novelle VI, dont c’est le titre. Frugoni, loc. cit., note 39, précise qu’il n’a pas pu retrouver le passage exact. La mention circa principium semble exclure le doute. Il devrait s’agir d’un renvoi aux considérations générales sur le partage harmonieux des pouvoirs spirituels et matériels entre sacerdoce et empire, exprimées dans la Prefatio de la Novelle : Maxima quidem in hominibus sunt dona dei a superna collata clementia sacerdotium et imperium, illud quidem divinis ministrans, hoc autem humanis praesidens ac diligentiam exhibens; ex uno eodemque principio utraque procedentia humanam exornant vitam. Ideoque nihil sic erit studiosum imperatoribus, sicut sacerdotum honestas, cum utique et pro illis ipsis semper deo supplicent. Nam si hoc quidem inculpabile sit undique et apud deum fiducia plenum, imperium autem recte et competenter exornet traditam sibi rempublicam, erit consonantia quaedam bona, omne quicquid utile est humano conferens generi…

34 Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 30/70 : Respondet inpromptu ab inferioribus terre sitibus dolorosissimi plantus stridor conceptus, per medicos emanando meatus in superficie aride, ululatibus magis clamans, ut salus mundi, templum iusticie, imperii dignitas non resurgat… Pour Templum iusticie, cf. Digeste, Préface, 5 : …Cumque hec materia summa nostri numinis liberalitate collecta fuerit oportet eam pulcherrimo opere extruere et quasi proprium et sanctissimum templum iustitie consecrare. Référence déjà repérée par Müller 1913, p.11 note 3. L’association de la dignité impériale, du salut du monde et de la sauvegarde du droit romain métaphorisé en templum iusticie est digne de commentaire.

35 Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 35/75 : Et nunc dictorum omnium Romana ecclesia te fecit penitus alienam ; et prefati iuris privilegirum tuis abusibus facta expers, ut pupilla non restituta (in) integrum usque ad fatalia tempora iacuisti.

36 Code II, 31 : ‘Si adversus transactionem vel divisionem minor restitui velit’ : Cum in integrum pupilla restituta rescindi transactionem vel divisionem placuit.

37 Il faut remonter dans le texte du Manifeste jusqu’à Actendas igitur… (Frugoni 1951/2006, p. 34/74), pour comprendre le jeu de renvois qui donne sa cohérence à cette citation, avec le rappel de la prééminence exercé par l’empire à l’encontre du pape à travers la correspondance entre Jean II et Justinien, puis l’image de Rome au berceau maltraitée par sa marâtre ecclésiale qui prépare celle de la mineure dépouillée contre son droit.

38 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 27-67) : … K., comitem Provincie, virum utique generis nobilis et potentis tam ad donacionem regni nostri, donacionis Guillelmi de Orenga imitantem vestigia…. Pour la note de Frugoni, cf. ibid., note 17, « Guglielmo II conte d’Olanda e rei dei Romani (1227-1256). Eletto dai vescovi tedeschi al trono di Germania nel 1247, strumento del Papato contro Federico II e poi Corrado IV, si preparava la sua incoronazione imperiale, quando cadde in una guerriglia contro i Frisoni ». Guillaume de Hollande est effectivement mentionné, mais un peu plus loin dans le texte (Manifeste, Frugoni 1951/2006, p. 68/28 : …per antigradum et deinde per regem Guillelmum, viros germanicos utrique ac excelsos plurimum et facundos….)

39 Cf. la note de Weiland 1896 (MGH Constitutiones, II, n° 424, p. 560 note 4 : Willhelmi de Baucio, ut videtur, de quo supra n° 54 et Böhmer Reg. Imp. V, 14043). On notera le ut videtur, motivé par le caractère étrange de l’insertion de cette donnée dans le Manifeste. Le renvoi concerne l’édition de l’acte controversé par lequel Frédéric II promet à Guillaume Ier des Baux le titre de roi des Romains en 1215, dans le même volume, n° 54 p.65-66, à présent republié dans Koch 2007 (MGH Diplomata XIV/II, n° 274, p. 207-209) avec bibliographie.

40 La fausseté de l’acte et l’inauthenticité des promesses de 1215 (qui auraient été rétrospectivement inventées en 1257) sont soutenues par Winkelmann 1885, nr. 125 p. 105, Chiffoleau 1994 et, avec quelque hésitations, Mazel 2002. L’authenticité est soutenue par la plupart des historiens de langue allemande, à l’exception de Winkelmann, ainsi que par Aurell 1989, p. 49, 67, 253-256. L’existence de tençones écrites en 1216-1217 et raillant Guillaume des Baux pour sa prétention au titre royal semble écarter tout doute sur l’existence d’une promesse de Frédéric II, d’autant plus que la lecture attentive de l’acte montre que la dévolution du royaume était réservée par Frédéric II dans l’acte de 1215, puisqu’il l’y faisait dépendre de son propre couronnement impérial, qui n’eut lieu qu’en 1220. Guillaume des Baux étant mort en 1218, la question disparaissait. S’il fallait considérer cette tentative comme fausse parce qu’apparemment absurde ou condamnée à l’échec, il faudrait nier l’existence de la dizaine (au moins !) de plans de dévolution du royaume d’Arles qui se succédèrent entre 1180 et 1350 avec un insuccès tout aussi notoire…

41 Sur le cycle de Guillaume d’Orange, cf. Boutet 1996. L’épisode de « donation » le plus célèbre du cycle original semble être la longue scène introductive du Charroi de Nîmes (p.150-181), qui finit par une proposition de Louis le Pieux de donner la moitié de son royaume à Guillaume d’Orange, lequel lui demande plus modestement le sud de la France et les « ports » d’Espagne à reconquérir sur les Sarrazins. Pour les rapports du personnage avec Rome, cf. le Couronnement de Louis.

42 Cette interprétation reste conditionnée par la question de la diffusion du cycle de Guillaume d’Orange en Italie dans le second tiers du XIIIe siècle. Il s’agit d’un problème complexe, puisque ce cycle semble occulté dès le milieu du XIVe siècle, et ne donne pas naissance à une tradition nationale, contrairement à bien d’autres (Everson 2005). La mention de Guillaume d’Orange et Renouard parmi les six preux placés par Dante dans le Paradis (XVIII, 46) montre toutefois que la situation était différente dans la jeunesse de l’auteur de la Divine comédie, et la circulation de chansons de gestes et romans divers à la cour de Frédéric II est attestée par les sources de la pratique (Carbonetti Venditelli 2002, Registre de la chancellerie de 1239-1240, t. II n° 520, mandat au secretus Messane portant entre autres l’ordre de récupérer un Liber Palamides, appartenant à un ‘romanzerius’ décédé). Une enquête plus exhaustive sur la circulation des légendes liées au cycle d’Orange dans l’Italie centrale et méridionale du XIIIe siècle reste nécessaire pour évaluer le bien-fondé de cette hypothèse fragile.

43 Cf. Manifeste (Frugoni 1951/2006), p.  26/66 : … maiores sub Dei dextera triumphos percepimus, quam habiti fuerint hactenus bellacionis tempora Ressivallis…, relevé par Weiland et Frugoni. Cette mention se trouve douze lignes avant la mention de Guillaume d’Orange.

44 Quelques éléments sur la culture courtoise à la cour de Frédéric II dans Antonelli 1995. La mention de Roncevaux (et de Guillaume d’Orange, le héros ?) dans le Manifeste représente une rupture de continuité dans la pratique de la chancellerie, car la rhétorique politique de Frédéric II ne renvoie jamais, sauf erreur, aux héros des chansons de geste (si l’on réserve le cas de Charlemagne et de son culte, mais c’est un autre problème).

45 Cf. Manifeste (Frugoni 1951/2006), p. 39-40/79-80, narration de la destruction de Milan par Frédéric Barberousse, et de son couronnement mouvementé à Rome, qui donne lieu à des embellissements de caractère semi-légendaires. Pierre de Prezza semble mélanger ici le recours – assuré comme on le verra immédiatement infra – à des documents écrits dont certains remontent à l’activité de la chancellerie sous Frédéric II, et à une tradition pro-impériale cultivée dans la famille souabe qui s’infléchit déjà vers la légende.

46 Manifeste (Frugoni 1951/2006, p. 39/79) : … Mediolanum nolens ipsum in imperatorem recipere, potencia sua magna obsedit ipsumque taliter edomuit, quod ipsam civitatem, nitentem calcaneum erigere contra cesarem, finaliter tripertivit in burgos. Lettre de Frédéric II à Bologne pour obtenir la libération d’Enzo (Pierre de la Vigne, II, 34=BF 3777) : … Mediolanenses priores vestros, expulit a propriis laribus et eiecit, ac civitatem ipsam tripartivit in burgis... Parallèle déjà repéré par Müller 1913, p. 21 note 104. Sur la lettre de 1249, cf. Giansante 1999, p. 51-69 (analyse rhétorique détaillée).

47 Cf. sur ce point Grévin 2008a, p. 108-116. Sur la dynastie notariale des da Rocca et son rôle dans la diffusion de la tradition du dictamen méridional, cf. Delle Donne 2003.

48 Cf. Schaller 2002 (catalogue des manuscrits des lettres de la Vigne fondé sur la logique du plus petit dénominateur commun, et incluant sous certaines réserves les collections de lettres repérées contenant au moins une lettre présente dans la petite collection en six livres). Les n° 11, 34, 78, 97, 174, 185, 189, 220 et 239 sont en rapport direct avec Pierre de Prezza, et contiennent à la fois un matériel commun à différents dictatores de la cour de Conrad IV et Manfred qui a conflué dans la tradition des Lettres de Pierre de la Vigne, et des écrits personnellement rédigés par Pierre de Prezza. Une étude exhaustive de cette tradition particulière reste encore, à ma connaissance, à faire.

49 Éléments notés dans Müller 1913, p. 98-99 : la concentration de motifs similaires est notable.

50 Friedl 2013.

51 Cf. supra note 31.

52 Cf. sur ce point Grévin 2008b et Grévin 2009a.

53 Ladner 1933. Kantorowicz 1934 et 1957.

54 Friedl 2013.

55 Delle Donne 2003, commenté dans Grévin 2009b.

56 Cf. pour une discussion du contexte d’élaboration du manuscrit, dans la Palerme gibeline de Frédéric III et des Chiaromonte, Villa 2003 et Pispisa 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Grévin, « Le Manifeste aux Romains et la culture rhétorique à la cour de Manfred », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/719 ; DOI : 10.4000/mefrm.719

Haut de page

Auteur

Benoît Grévin

Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Lamop), CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – benoit.grevin[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org