Navigation – Plan du site
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Lezha [Lissos, Alessio] (Albanie)

Luc Buchet, Etleva Nallbani, Surja Lela, M. Buchet, B. Bitri, B. Bregu, S. Bushi, G. Oeil, S. Lela, M. Meshini, E. Metalla, H. Sokoli, S. Vattéoni et G. Wilson
p. 620-628

Texte intégral

Fouilles d'urgence dans l'espace funéraire1

  • 1 Le programme est co-dirigé par L. Buchet (anthropologue et archéologue au CEPAM/UMR 6130, Nice et à (...)
  • 2 Le projet, planifié pour cinq ans, est soutenu et financé, pour l’Albanie, par l’Institut archéolog (...)

1En 2011, la mission franco-albanaise de coopération archéologique à Lezha (Albanie)2 a mené deux opérations :

  • une mission d'étude, du 16 au 30 avril ;

  • une campagne de fouilles du 5 août au 15 septembre.

  • La mission du printemps a été consacrée :

    • à l'achèvement du lavage des ossements exhumés lors de la dernière campagne ;

    • à la poursuite de l'étude anthropologique ;

    • à la photographie, au dessin et à l'étude du matériel ;

    • à la mise au propre des relevés (DAO).

  • Les fouilles de la campagne d'été ont porté exclusivement sur la zone menacée par la construction d'une route qui doit remplacer le chemin actuel menant à la citadelle ; l'achèvement des travaux est prévu pour la fin de l'année 2011. Le tracé de cette route, qui traverse d'est en ouest l'espace funéraire, conduisait inévitablement à détruire des structures qui n'avaient pas encore fait l'objet de fouilles. Ce tracé a été surveillé et ensuite fouillé sur une longueur de 230 m environ et une largeur de 6 m, ainsi que l'emplacement d'un futur parking au sud-est de la route (20 x 30 m).

2Les apports majeurs de cette campagne peuvent se résumer en trois points : un accroissement très important du nombre de tombes fouillées et, par voie de conséquence, une augmentation significative de l'échantillon archéo-anthropologique ; la mise au jour d'une chapelle, située à 15 m environ à l'est de l'église de la zone 1 ; le dégagement complet d'une citerne accolée à cette église.

Fig. 14 - Lezha - tombe 150 (coffre de dalles).

Fig. 15 - Lezha - tombe 150 (couverture en dalles).

Fig. 16 - Lezha - tombe 138.

Fig. 17 - Lezha - tombe 153 (couverture en dalles).

Le cimetière (zones 1, 2, 3, 7 et 8)

3Quatre-vingt-douze nouvelles tombes ont été repérées, ce qui porte à 178 le nombre total de sépultures identifiées. Elles se répartissent dans les zones 3 (la plus à l'ouest du cimetière), 1 et 2 (près de l'église), 7 (près de la chapelle) et 8 (la plus à l'est).

4Dans ce nouvel ensemble, une tombe bâtie et enduite de mortier ne contenait aucun vestige osseux ; de même, deux fosses, taillées dans la roche, étaient également vides d'ossements et comblées de pierres, ce qui rend leur fonction funéraire douteuse ; treize sépultures n'ont pas été fouillées car elles ne se trouvaient plus directement menacées par la construction de la route grâce à la possibilité que nous avons obtenue de modifier le tracé.

5Cela porte donc à soixante-seize le nombre de tombes fouillées pendant la campagne de 2011.

6Les fouilles des années précédentes avaient permis d'élaborer une première typologie des tombes ; chacun de ces types a été retrouvé cette année.

Fig. 18 - Lezha - tombe 153.

Fig. 19 - Lezha - tombe 126 (tombe mixte, dalles, moellons, briques).

Fig. 20 - Lezha - marque de briquetier, tombe 126.

7Les tombes les plus nombreuses (25) sont celles qui se présentent sous la forme d'un coffre de dalles (fig. 14 et 15) ; viennent ensuite les tombes dites en pleine terre car aucun élément de structure contenant le corps n'a pu être identifié (17) (fig. 16). Dans ce cas, les fosses, taillées dans la roche, sont peu profondes. Presqu'aussi nombreuses, les tombes mixtes – parois en moellons et couverture de dalles – (15) (fig. 17 et 18) et les tombes en coffre de moellons sans dalles de couverture (12).

8La plupart de ces tombes contiennent du mobilier funéraire, seul élément disponible actuellement pour proposer une chronologie relative des sépultures.

9Deux autres types, déjà identifiés, se caractérisent par l'utilisation d'un cercueil de bois (attesté par de nombreux clous), qui est déposé, soit dans d'imposantes structures funéraires, à une ou plusieurs « chambres » (deux de ces tombes monumentales ont été fouillées cette année), soit dans des tombes rupestres, de grande taille et très profondes, où le cercueil était recouvert de terre et de pierres (5).

10Certains cas se distinguent des types déjà décrits. Dans la construction de la tombe 126, très soignée, ont été utilisées, en complément des dalles et des moellons, des briques dont certaines portent les marques du briquetier (fig. 19 et 20). Le fond de la tombe est également dallé de briques. L'utilisation de ce matériau est rare dans l'ensemble du cimetière ; on le retrouve toutefois dans les tombes 99, 134 et 137, utilisé en complément des pierres pour les parois, et dans la tombe 149 comme dallage. Notons à ce propos que l'existence d'un dallage de fond de tombe est rare, il peut être fait de briques (T. 126 et 149) ou de dalles (T. 109, 139, 146, 174). Une tombe était entièrement couverte de tuiles (T. 176), matériau que l'on retrouve en complément dans les parois des tombes 126, 146 et 159.

Fig. 21 – Lezha – boucle d’oreille en argent (vie-viie siècle), tombe 177.

Fig. 22 - Lezha - pendentif cruciforme en bronze, tombe 83.

11Enfin, deux tombes ont été creusées dans des contextes particuliers : une tombe avec cercueil de bois (T. 132) a été creusée au milieu d'une importante poche de mortier, dont l'aspect ressemble au mortier de la citerne (une étude des mortiers est programmée), et une autre (T. 178) a été creusée au fond de la citerne (cf infra).

Éléments de chronologie relative

12Les découvertes de 2011 confirment l'hypothèse d'une utilisation intensive de la zone située au pied de la citadelle, à l'est du monument, comme espace funéraire dès le très haut Moyen Âge. Les tombes, qui sont majoritairement faites d'un coffre de dalles, ont livré un abondant mobilier typique des vie-viiie siècles (fig. 21).

13L'existence d'un cimetière plus ancien ne peut être exclue puisque deux crémations ont été trouvées un peu plus à l'est (fouilles de 2009). L'architecture de la tombe 126 évoque également les tombes antiques, par l'utilisation de la brique dans sa construction, mais le mobilier qui y a été retrouvé rattache l'inhumation aux premiers siècles du Moyen Age. Toutefois, ce matériel n'a pas été retrouvé en place, car la tombe avait été bouleversée, et on ne peut être certain que le dépôt des corps a été contemporain de la construction ; la tombe a très bien pu être réutilisée. Il en va peut-être de même pour la tombe 149. Sans nouvelles découvertes, ces sépultures antiques peuvent apparaître comme de simples cas isolés.

Fig. 23 - Lezha - la chapelle, vue générale prise de l'est.

Fig. 24 – Lezha – plan de la chapelle.

Fig. 25 - Lezha - la citerne, plan d'ensemble.

Fig. 26 - Lezha - tombe 178, creusée au fond de la citerne.

14Les tombes à coffres de moellons, tous types confondus, ont livré un matériel plus récent et moins abondant (croix, bagues à motifs cruciformes...) qui les situerait entre la fin du viiie et la fin du xiie siècle (fig. 22). Elles se répartissent majoritairement à l'est des tombes en coffre de dalles et sont plus proches des édifices religieux.

15Les enclos et les tombes rupestres à cercueil de bois, qui ne contiennent aucun mobilier funéraire (mais qui ont livré de nombreux clous), apparaissent comme les structures funéraires les plus récentes. Les recoupements observés, notamment en zone 7, permettraient de les placer après l'abandon des édifices religieux, sans que l'on puisse, avec les éléments actuels, donner plus de précision.

La chapelle (zone 7)

16Au point le plus élevé de la zone 7, à une quinzaine de mètres au sud-est de l'église fouillée lors des précédentes campagnes, ont été mis au jour les vestiges d'une chapelle (fig. 23 et 24). De dimensions réduites (7 m de long sur 4 m de large), elle est à nef unique et abside en demi-cercle. La base maçonnée de l'autel (pierres et mortier de chaux) est bien conservée ainsi que la moitié nord du stylobate de chancel. Elle est bâtie directement sur la roche naturelle dont certains blocs sont intégrés à la construction en association avec des pierres de tailles très variées, le tout étant lié au mortier.

17La chapelle n'a pas encore fait l'objet de fouilles, cette zone n'étant plus menacée par la construction de la route grâce à un accord passé avec l'entreprise chargée des travaux, avec le soutien du service albanais d'archéologie préventive. Seule la fine couche de terre végétale qui la recouvrait a été enlevée pour faire apparaître son plan et en faire un relevé topographique précis. Malgré le mauvais état de conservation des murs, le plan d'ensemble apparaît très clairement. L'intérieur de l'édifice a été intégré à l'espace funéraire après son abandon.

18Trois grandes tombes rupestres ont été creusées et ont détruit à cette occasion le dallage dont il ne reste que quelques éléments.

19La datation de la construction, ainsi que la date de son abandon, sont encore inconnues. Seule la fouille du bâtiment et celle des tombes (que ce soit les sépultures contemporaines ou celles qui y ont été creusées après son abandon) permettra de recueillir les éléments chronologiques qui sont inconnus actuellement.

La citerne (zone 1)

20Dans les derniers jours de la campagne 2009, à l'extérieur de l'angle sud-ouest de l'église, avait été dégagé un escalier de huit marches donnant accès à une vaste cuve dont apparaissait la paroi ouest, enduite de mortier de couleur orangée. La destination de cet ensemble n'avait pas été établie avec certitude et la présence d'un baptistère avait été évoquée.

21L'escalier aboutit à une dalle en pierre moulurée qui isole ses dernières marches de la cuve elle-même. Les parois de l'escalier sont enduites d'un mortier à la chaux ordinaire alors que celui utilisé pour la cuve elle-même évoque, par sa couleur, un mortier de tuileau, semblable à celui qui est utilisé le plus souvent pour étanchéifier une construction. Une poche de mortier de même aspect a été dégagée au nord de la chapelle. Une tombe (T. 132) a été creusée en son milieu pour recevoir un cercueil de bois. L'analyse pétroarchéologique permettra de vérifier qu'il s'agit bien du même mortier.

22La citerne est de forme rectangulaire. Les dimensions de la cuve ne sont pas précises en raison de destructions importantes des parois. Sa longueur est- ouest devait être légèrement supérieure à 2 mètres et sa largeur nord-sud un peu inférieure à 2 mètres. Une margelle inclinée, faite de dalles de pierre plates, dont quelques éléments subsistent au sud et au nord de la cuve, et qui pouvait délimiter le niveau supérieur de l’eau, est située à 1 m du fond de la cuve. Sa paroi nord est accolée aux fondations du mur sud de l’église. Les parois, conservées sur une hauteur maximum de 1,5 m sont faites de moellons liés au mortier et recouvertes d’une couche d’enduit hydrofuge conservé en plusieurs endroits. Le fond est plat et les angles sont arrondis (fig. 25).

Fig. 27 - Lezha - plan général des fouilles.

23Aucun élément ne permet de savoir si elle était couverte ou à ciel ouvert, ni comment elle était approvisionnée en eau. De même, la fonction de cette construction et l'usage qui était fait de cette eau ne sont pas encore définis (simple réserve ? associée à un baptistère ?). Sa proximité avec l'église évoque plutôt une utilisation associée à un rituel religieux.

24Lors du dégagement de la cuve, en 2009 et en 2011, des éléments de chancel ont été retrouvés, mêlés à la terre du comblement ; l'abandon de la citerne serait donc contemporain ou de peu postérieur à celui de l'église. Après son abandon, une tombe sommaire a été creusée au fond de la citerne. Cette tombe a fait l'objet d'un pillage ancien ; quelques fragments osseux ainsi que quelques objets, dont une sonde-curette en argent, ont été retrouvés sur le fond de la cuve (fig. 26).

25En 2010, cette structure a été endommagée par un pillage qui a détruit l'angle sud-est (parois et fond) de la cuve.

Plan du site

  • 3 DAO S. Vattéoni et B. Bregu.

26Le plan général du site a été complété par les nouvelles découvertes3 (fig. 27).

Objectifs pour 2012

27Compte tenu de l'abondance de matériel recueilli en 2011, nous n'envisageons pas d'opérations de terrain en 2012, à l'exception probablement de la chapelle. En revanche, une importante campagne d'étude sera consacrée à la poursuite de l'analyse anthropologique ainsi qu'à celle de l'ensemble du mobilier mis au jour.

Haut de page

Notes

1 Le programme est co-dirigé par L. Buchet (anthropologue et archéologue au CEPAM/UMR 6130, Nice et à l’INED) et E. Nallbani (archéologue UMR 8167, Paris). L’équipe était composée de S. Lela, M. Meshini et S. Bushi (archéologues au Service de l’archéologie préventive du Ministère du Tourisme et de la Culture albanais, AshA), B. Bregu (étudiante à l’Université de Tirana), E. Metalla (chercheur à l’Institut archéologique d’Albanie à Tirana), H. Sokoli (archéologue au Parc archéologique de Shkodra) ; M. Buchet (anthropologue contractuelle au CEPAM, Nice), G. Oeil (doctorante à l’Université de Nice-Sophia Antipolis), S. Vattéoni (archéologue à la Direction de l’Archéologie Préventive de la Communauté d ’Agglomération du Douaisis, Douai), G. Wilson (étudiant à l’Université de Nice-Sophia Antipolis). Les travaux de débroussaillage et de terrassement ont été assurés par deux pelles mécaniques et quinze ouvriers de Lezha. La restauration des objets est assurée par E. Bitri (restaurateur au Studio de restauration et conservation de l’Art, Tirana). Qu’ils soient ici tous remerciés.

2 Le projet, planifié pour cinq ans, est soutenu et financé, pour l’Albanie, par l’Institut archéologique d’Albanie du Centre des études albanologiques (Tirana) et Albanian Development Fund, pour cette dernière campagne de fouilles, avec l’aide ponctuelle de la Municipalité de Lezha ; pour la France, par l’École française de Rome, le Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 6130, UNS-CNRS, Valbonne), l’Institut national d’études démographiques (Paris) et le Centre d’histoire et civilisation de Byzance (UMR 8167 – Orient et Méditerranée, Paris). Nous tenons à remercier spécialement : S. Gioanni, directeur des Études médiévales à l’École française de Rome et R. Chaffort, ancien attaché culturel de l’Ambassade de France en Albanie ; B. Beci, directeur de l’Albanian Development Fund et E. Qiriaqi de même insitution ; R. Olli, directeur de l’AshA, ainsi que Sh. Gjongecaj, directrice de l’Institut archéologique d’Albanie et A. Marashi, directeur du Centre des Études albanologiques, pour leur soutien et leur disponibilité

3 DAO S. Vattéoni et B. Bregu.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 14 - Lezha - tombe 150 (coffre de dalles).
Légende Fig. 15 - Lezha - tombe 150 (couverture en dalles).
Légende Fig. 16 - Lezha - tombe 138.
Légende Fig. 17 - Lezha - tombe 153 (couverture en dalles).
Légende Fig. 18 - Lezha - tombe 153.
Légende Fig. 19 - Lezha - tombe 126 (tombe mixte, dalles, moellons, briques).
Légende Fig. 20 - Lezha - marque de briquetier, tombe 126.
Légende Fig. 21 – Lezha – boucle d’oreille en argent (vie-viie siècle), tombe 177.
Légende Fig. 22 - Lezha - pendentif cruciforme en bronze, tombe 83.
Légende Fig. 23 - Lezha - la chapelle, vue générale prise de l'est.
Légende Fig. 24 – Lezha – plan de la chapelle.
Légende Fig. 25 - Lezha - la citerne, plan d'ensemble.
Légende Fig. 26 - Lezha - tombe 178, creusée au fond de la citerne.
Légende Fig. 27 - Lezha - plan général des fouilles.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Buchet, Etleva Nallbani, Surja Lela, M. Buchet, B. Bitri, B. Bregu, S. Bushi, G. Oeil, S. Lela, M. Meshini, E. Metalla, H. Sokoli, S. Vattéoni et G. Wilson, « Lezha [Lissos, Alessio] (Albanie) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-2 | 2011, 620-628.

Référence électronique

Luc Buchet, Etleva Nallbani, Surja Lela, M. Buchet, B. Bitri, B. Bregu, S. Bushi, G. Oeil, S. Lela, M. Meshini, E. Metalla, H. Sokoli, S. Vattéoni et G. Wilson, « Lezha [Lissos, Alessio] (Albanie) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/691

Haut de page

Auteurs

Luc Buchet

Etleva Nallbani

Articles du même auteur

Surja Lela

M. Buchet

Articles du même auteur

B. Bitri

B. Bregu

Articles du même auteur

S. Bushi

G. Oeil

S. Lela

M. Meshini

E. Metalla

Articles du même auteur

H. Sokoli

Articles du même auteur

S. Vattéoni

Articles du même auteur

G. Wilson

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org