Navigation – Plan du site
Mélanges

L’argent au Moyen Âge

Des techniques au service des ambitions seigneuriales
Silver of the Middle Ages: techniques for furthering seigneurial ambitions
Marie-Christine Bailly-Maître
p. 451-469

Résumés

L’argent métal, lié à la frappe de monnaies (regalia) joue un rôle essentiel dans la France médiévale en pleine croissance du xe au xive siècle. Le croisement des sources textuelles, archéologiques et archéométriques permet de suivre ce métal depuis l’extraction du minerai jusqu’à l’analyse des politiques minières seigneuriales. Quelques exemples méridionaux illustrent le savoir faire des mineurs, leur professionnalisme, l’adaptation des techniques aux contraintes locales dans un souci de bonne gestion des entreprises. Un exemple exceptionnel de règlement minier languedocien, du xiie siècle, permet de confronter la règle et la pratique. L’étude des sources écrites montre que quelle que soit la richesse ou l’importance des gisements miniers, les plus grands – évêque, comte, empereur, pape, roi de France – se mêlent d’accaparer, arbitrer, s’opposer, s’entendre à propos de la possession desdits gisements. Le rôle des mines argentifères dans la structuration des territoires se mesure aux réseaux de châteaux qui les encadrent et dans la création de villes éponymes.

Haut de page

Texte intégral

1La mine a, de tout temps, été un milieu particulier, en raison de la charge d’imaginaire qu’elle véhicule. Dans la mémoire collective, la mine est généralement associée à des images de populations vivant misérablement dans des corons, atteintes par la silicose, descendant dès l’enfance à la fosse. La vision même du coron évoque une société régie par des règles strictes, excluant toute individualité, toute originalité. Pourtant, ce cliché doit être fortement nuancé.

2Un colloque international, qui s’est tenu en janvier 2000, à l’Institut Catholique de Paris portant sur Les mines en Europe du Moyen Âge au xxe siècle, (malheureusement non publié), a bien mis en évidence le fossé qui sépare les chercheurs travaillant sur les mines métalliques exploitées avant le xixe siècle et ceux qui étudient l’industrie charbonnière. Pour les premiers, le mineur est un technicien dont les compétences sont reconnues, recherchées, jouissant d’un bon statut social et d’un niveau de vie relativement élevé dans la hiérarchie des métiers. La fouille de sites d’habitats le montre clairement.

3L’histoire des mines, particulièrement pour les périodes récentes – modernes et plus encore contemporaines – est bien connue, grâce aux travaux des historiens de l’économie, de la société, du syndicalisme. Ce n’est que plus récemment que l’on s’est intéressé à la mine avant l’ère industrielle. Et cela grâce au développement de l’archéologie minière.

  • 1 M.-Ch. Bailly-Maître, Ph. Dillman, Mines et métallurgies au Moyen Âge. Évolution d’une discipline, (...)

4L’archéologie minière est née en France dans les années 19701. Après s’être développé principalement autour de l’histoire des techniques, le champ de la recherche s’est considérablement élargi et prend en compte l’ensemble des phénomènes liés à l’activité minière et métallurgique sur le long terme. L’interdisciplinarité est la règle car seule une lecture croisée des données fournies par les textes, l’iconographie, l’archéologie, l’archéométrie, l’expérimentation et l’ethnoarchéologie, permet d’écrire cette histoire et de la comprendre dans son contexte historique. En la matière, les problématiques « historiques » sont nées de l’archéologie.

  • 2 P. Claugthon, Ph. Bartels, M.-Ch. Bailly-Maître, Culture, technology and change in pre-industrial s (...)
  • 3 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, coll. Espaces médié (...)

5C’est ainsi que les chercheurs s’intéressent aux rapports de force politiques et économiques, à la réglementation de l’activité, aux incidences sociales (statut des acteurs au fil des siècles), aux flux des compétences, aux grandes phases de mutations techniques, au poids des données naturelles sur le déroulement de l’activité (géologie et gîtologie, hydrologie, réserves en combustibles). Les paysages constituent un des axes majeurs de la recherche car l’activité extractive a eu un impact important : modification de la topographie naturelle, déforestation, pollution, localisation de l’habitat, etc ... Si un gisement est le produit d’une histoire géologique, son exploitation est le produit d’une histoire des techniques et des hommes sur la longue durée2. Le Moyen Âge est un temps privilégié pour s’intéresser à la mine et au métal. Les minerais métalliques – fer, plomb, cuivre, argent, or – mais aussi le charbon de pierre sont alors activement recherchés et exploités3.

  • 4 M.-Ch. Bailly-Maître, J.-M. Poisson, (dir.), Mines et pouvoir au Moyen Âge, Lyon, 2007 (Histoire et (...)

6La période qui va du milieu du xe siècle au milieu du xive siècle connaît, en Europe, un essor qui se marque dans la démographie, le commerce et les échanges, le développement du phénomène urbain et par d’incontestables progrès dans les techniques tant agricoles qu’artisanales. En France, jusqu’à Philippe IV le Bel, et cela depuis le viie siècle, le monnayage est essentiellement fondé sur des monnaies d’argent, le denier et sa subdivision, l’obole. Synonyme de richesse économique et symbole de pouvoir politique, métal monétaire de référence attaché au droit régalien de battre monnaie (regalia), l’argent fut donc particulièrement convoité et le contrôle des territoires argentifères a souvent fait l’objet de conflits à répétition. Les archives parvenues jusqu’à nous font état d’accords, de transactions, de partages, d’arbitrages au plus haut niveau puisque des évêques, l’Empereur et même le Pape s’en mêlent4.

  • 5 Fl. Tereygéol, Production and circulation of silver and secondary products (lead and glass) from Fr (...)
  • 6 G. Agricola, De Re Metallica, Bâle, Forben et Bischoff, 1557, réed., trad. A. France-Lanord, Thionv (...)
  • 7 Les recherches sont conduites par Pierre Fluck, professeur d’Histoire des techniques à Mulhouse-UHA (...)

7Si l’on s’attarde sur l’extraction des minerais argentifères, le territoire national conserve plusieurs grands sites ou districts miniers dont l’étude, sur la longue durée, a apporté des informations entièrement inédites il y a encore une quinzaine d’années. Le site poitevin de Melle offre l’exemple remarquable d’une mine exploitée dès l’époque mérovingienne, mais qui connaît son heure de gloire sous les carolingiens, en liaison avec un atelier monétaire connu par l’édit de Pitres et par les lots de monnaies subsistant5. Du côté des Vosges, il ne fait plus de doute, maintenant, que les grands districts réputés au xvie siècle ont été mis en chantier dès le haut Moyen Âge6. Mais en l’état de la recherche, ce sont les travaux menés sur la moitié sud de la France qui ont livré le plus de données. Au terme d’une trentaine d’années de recherche, il est désormais certain que les mines constituent un élément déterminant dans la structuration des territoires et que les techniques mises en œuvre sont, à peu de choses près, les mêmes que ce que les traités et l’iconographie Renaissance décrivent ou montrent7.

8Trois secteurs géographiques distincts illustrent cette situation : les pays de montagne avec les Alpes, le Languedoc médiéval et enfin, le Vivarais, zone charnière entre la vallée du Rhône et la moyenne montagne conduisant aux contreforts du Massif Central.

Les mines, un élément déterminant dans la structuration des territoires et dans le jeu des puissants

  • 8 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent... cit., p. 150 et suiv. ; F. Isambert, Recueil général des ancienne (...)

9Sans que l’on puisse parler, stricto sensu, de seigneurs de l’argent, l’étude des archives dessine peu à peu, en croisant les différentes sources d’information, des stratégies territoriales et minières de la part de grandes familles seigneuriales comme les Trencavel et les Anduze en Languedoc, les comtes d’Albon en Dauphiné, les comtes puis duc de Savoie ; et cela sous l’œil attentif de plus puissants encore, comme le comte de Toulouse ou encore le roi de France. Ce dernier se saisit de la moindre faille pour mettre en place un sénéchal ou un bailli et ainsi, souvent sous couvert de régler des litiges, s’emparer du contrôle de tout ou partie de l’activité extractive. La politique du capétien est, de ce point de vue, un modèle du genre qui aboutit, en 1413, à la promulgation du premier règlement minier « national »8. Les politiques seigneuriales se perçoivent au travers des multiples actes – contrats, accords, arbitrages, partages de territoires, alliances et mariages – qui règlent les rapports seigneuriaux, mais aussi par la construction de châteaux encadrant des territoires argentifères, par la mise en chantier des filons difficiles d’accès, mais nécessaires au développement de stratégies ponctuelles, par la création de villes éphémères ou non, selon que l’activité s’est prolongée au-delà du Moyen Âge.

La conquête des pays de montagne

  • 9 V. Py, Mines, bois et forêts dans les Alpes du sud au Moyen Âge, sous la direction de Michel Fixot, (...)

10Les Alpes comme les Pyrénées, le Massif Central ou encore les Vosges sont riches de gisements métalliques. La conquête des pays de montagne permet le contrôle des cols et des voies de passage obligés d’un pays à l’autre et l’objectif est très stratégique. Mais si l’on y regarde de plus près, c’est aussi le moyen de contrôler les zones de production de minerais. Dans les Hautes-Alpes, entre le xie et le début du xiiie siècle, on voit l’Évêque d’Embrun, le comte de Forcalquier et le comte d’Albon batailler pour la maîtrise des mines de L’Argentière, mais aussi pour les mines de Faravellum et Curegum, situées sur la commune de Fraisinière et qui s’échelonnent entre 1 900 et 2 200 m d’altitude, en des lieux parfaitement inhospitaliers. Une importante étude vient d’être consacrée au district de Faravel9et il ne semble pas que les chantiers aient jamais eu un développement justifiant des rivalités telles qu’elles ont nécessité l’intervention du Pape et de l’Empereur.

11Les mines de L’Argentière, sur lesquelles le Dauphin ne parviendra pas à mettre totalement la main, sont au cœur d’une dynamique politique et économique car elles sont liées à l’atelier monétaire de Cesana, elles ont donné son nom au mandement et à la ville née de cette activité extractive et un château domine le bourg médiéval, à l’entrée du vallon dans lequel s’ouvrent les galeries. Ce qui prouve, s’il en était besoin, le rôle moteur des mines argentifères dans la structuration des pouvoirs et des territoires.

  • 10 M.-Ch. Bailly-Maître, J. Bruno Dupraz, Brandes-en-Oisans, La mine d’argent des Dauphins (xiie-xive (...)
  • 11 F. Peloux, M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et pouvoirs dans l’Oisans médiéval (xie-xve). Une révision d (...)
  • 12 M.-Ch. Bailly-Maître, M. Dhénin, Ateliers monétaires et mines d’argent dans les Alpes (xe-xve s.). (...)
  • 13 F. Peloux, M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et pouvoirs dans l’Oisans médiéval (xie-xve)... cit.
  • 14 U. Chevalier (éd.), Inventaire des archives des dauphins à Saint-André de Grenoble en 1277, Paris, (...)
  • 15 Valbonnay (Marquis de), Histoire du Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphin (...), (...)

12Brandes est peut-être l’exemple le plus fameux pour les Alpes du Nord10. Le Dauphin s’implante en Oisans dans le courant du xie siècle. Il ne semble pas rencontrer de seigneuries locales fortes, et apparaît, dans un premier temps, comme le seul maître de l’argenteria de brandis11. Cette entreprise, dont les débuts peuvent maintenant être situés dans les dernières décennies du xie siècle et la fin au milieu du xive siècle, délivre un ensemble de messages qui tous vont dans le sens d’une volonté politique forte. Les filons de plomb argentifère s’échelonnent entre 1 750 m et 2 600 m d’altitude. L’exploitation à de telles altitudes, selon la technique de l’abattage par le feu, impose des charrois de combustible défiant toute logique et des conditions de travail à la limite des possibilités de résistance humaine. L’implantation d’un habitat permanent à 1 800 m d’altitude, directement sur le carreau de la mine est un autre défi (fig. 1). L’habitat se coule entre les chantiers miniers, les abords de l’agglomération sont des faubourgs industriels dédiés aux ateliers de traitement du minerai. Les maisons, toutes semblables, alignées le long de rues à la manière d‘un coron, sont dominées par une fortification, elle-même intégrée au maillage des fortifications de l’Oisans. L’église a rang de paroisse. À l’autre bout de la chaine, à Grenoble, il a l’atelier monétaire delphinal et la construction de la sainte chapelle du Dauphin Guigues-André. Les premières analyses isotopiques réalisées sur des échantillons de minerai de Brandes et quelques monnaies attribuées à cet atelier n’ont pas permis de confirmer la filiation, d’autres analyses seront à mener, mais on ne peut exclure que l‘ouverture de chantiers dans des contextes quasi inaccessibles ne s‘explique que par les besoins en minerais et métaux des ateliers monétaires12. Or dans le cas du Dauphin de Viennois, l’enjeu est d’importance car la rivalité est forte dans l’ensemble de la province avec l’évêque de Vienne ; le Dauphin ne parvient pas à imposer sa monnaie. L’entreprise sert aussi les intérêts de Guigues-André face à l’évêque de Grenoble qui détient une bonne partie du cœur du bourg médiéval ; il y fait construire sa sainte chapelle, et pour cela, consacre par testament, en 1236 et pour trois années, les profits qu’il tire de l’argenteria à la construction de cet édifice hautement symbolique ; on apprend que le préfet de la mine est aussi le châtelain d’Oisans, preuve d’une gestion directe, par les agents delphinaux. À elle seule, la mine de Brandes rapporte autant que l’ensemble du mandement d’Oisans. L’importance de l’activité minière à Brandes fait la force du Dauphin13. Elle lui permet de conduire une politique de prestige et lui garantit des alliés, comme en témoignent deux textes connus indirectement. Le premier est une simple mention dans un inventaire des archives du Dauphin datant de 1277. Il s’agit d’un accord (pactus) entre le Dauphin et Étienne Rogerii, citoyen de Vienne au sujet de l’argentière de Brandes14. Ce texte a aujourd’hui disparu. Le second texte est entièrement transcrit par le marquis de Valbonnays. Il s’agit de l’arrangement (compositio) passé en 1284 entre le Dauphin Humbert Ier et Béatrice de Savoie, veuve du Dauphin Guigues VII et femme de Gaston de Béarn. Le Dauphin lui donne jusqu’à sa mort 5 000 livres de terres avec tous les revenus et tous les droits qui y sont associés. Le texte précise « sur toute la terre de l’Oisans et de l’argentière de Brandes »15. Ainsi, le Dauphin utilise l’argenteria de brandis et l’Oisans dans le cadre d’une diplomatie qui voit s’affronter la Savoie au Dauphiné.

Fig. 1 – Vue aérienne de l’agglomération de Brandes et des aménagements hydrauliques. Cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

Le Languedoc médiéval

13Le Languedoc médiéval a connu une activité minière intense, grâce à la présence de nombreux gisements générés par l’histoire géologique du rebord méridional du Massif Central, et grâce à l’existence de puissants lignages qui entendent bien exercer leurs regalia.

  • 16 M.-Ch. Bailly-Maître, Medieval district of Hierle – Saint-Laurent-le-Minier, dans P. Claughton et C (...)

14Le district minier de la seigneurie d’Hierle est un cas très exceptionnel16. Au xiiie siècle, la Terre d’Hierle est une seigneurie relevant d’un proche parent du Comte de Toulouse et du roi de France, le seigneur de Sauve et d’Anduze.

15Dans un rayon de moins de 1km autour du bourg de Saint-Laurent-le-Minier (Gard), près de 80 sites miniers contemporains (xie – fin xive siècles) ont été inventoriés. Tous sont conservés dans leur état d’abandon médiéval et permettent l’étude de réseaux souterrains développés et complexes, avec puits équipés, galeries de circulation, galeries de recherche, planchers en place, système d’exhaure, chantiers d’abattage (fig. 2). En surface, trois carreaux miniers – dont un avec un atelier d’essai du minerai – ont été fouillés, haldes et chemins de mineurs sont encore très marqués dans le paysage, etc.

16L’exploitation s’est développée sur un gisement de cuivre argentifère (bournonite/tétraédrite), particulièrement riche en argent, mais réputé difficile à traiter. Les minéralisations sont incluses dans des fractures sub-verticales.

  • 17 Archives municipales de la ville de Nîmes versées aux Archives Départementales du Gard, côte SS17.
  • 18 M.-Ch. Bailly-Maître, I codici minerari medievali : confronti tra archivi e terreno da qualche esem (...)

17Une charte est rédigée à Ganges, en février 1227, à la demande des argentiers17(fig. 3). Elle est concédée par Pierre-Bermond, seigneur de Sauve et d’Anduze. Le document se compose de trois éléments : un préambule et six articles en latin suivis du rappel de onze articles en languedocien ; ces onze articles constituent un véritable code minier dans lequel sont évoqués des cas pratiques de gestion de l’espace souterrain. Ce texte montre que l’activité minière est ancienne, structurée et à la veille d’un nouvel essor au début du xiiie siècle. C’est pourquoi, les argentiers ont besoin de garanties face au pouvoir public. L’étude des articles en languedocien fait remonter ce premier droit écrit à la seconde moitié du xiie siècle. Il est possible que des coutumes orales en aient précédé la rédaction, ce qui fait de ce code minier le plus ancien connu pour le Moyen Âge français (fin xie – première moitié du xiie siècle ?). Ce document est, à ce jour, unique en France, mais il présente de fortes ressemblances avec les règlements promulgués à la même époque dans les grands districts miniers de la Grande Province Germanique donnés comme précurseurs en la matière18.

  • 19 A. Mazon, Histoire de Largentière, Paris, 1904 (Paris, 1992), p. 1 -74.
  • 20 M.-Ch. Bailly-Maître, Le plomb et l’argent dans le Gévaudan médiéval, dans A. Ploquin, M.-Ch. Baill (...)
  • 21 M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et monnaies : les sources du pouvoir dans le Languedoc occidental, dans (...)

18On voit intervenir ici un grand personnage, dont la famille est aussi impliquée dans l’exploitation des mines de Largentière en Vivarais (Ardèche)19, en Gévaudan médiéval20(actuel département de la Lozère) et dans de nombreux centres miniers argentifères des Cévennes21.

19L’extraordinaire intérêt du district d’Hierle est le grand nombre de sites contemporains de la charte qui permettent une confrontation de la règle et de la pratique. La complexité des réseaux exploités, le quadrillage de l’espace souterrain, la gestion des chantiers profonds, de la circulation, de l’aération, des stériles et de l’exhaure témoignent de la présence de professionnels à la tête de cette entreprise minière. L’extrême densité des galeries de recherche montre la politique menée par les entrepreneurs qui comme aujourd’hui, anticipent l’évolution de l’entreprise en recherchant sans cesse de nouveaux gisements à mettre en chantier.

Fig. 2 – District minier médiéval de la Terre d’Hierle

Fig. 3 – Charte d’Hierle (ADG SS17). Cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

20Les six articles en latin se situent dans le mouvement des chartes de liberté du début du xiiie siècle et accordent aux argentiers la libre disposition de leurs biens, l’exemption d’impôts extraordinaires, une relative liberté judiciaire, mais l’implication de ces concessions va bien au-delà et traduit un besoin pressant d’attirer de nouveaux exploitants. Pour cela, il faut garantir des libertés d’entreprise et une certaine indépendance vis-à-vis de la tutelle seigneuriale. Cette tutelle seigneuriale transparaît dans la plupart des onze articles du code primitif. Le poids de l’administration, représentée par le bailli, est un véritable frein à toute activité à caractère capitaliste comme peut l’être l’extraction d’un minerai précieux. Les infractions les plus graves étant de laisser les chantiers sans y travailler plus de 14 jours, et la dissimulation, soit de minerai, soit de la découverte d’une nouvelle veine.

21Le croisement des sources écrites et de données de l’archéologie montre que l’ensemble du territoire, en surface et sous terre, est géré de façon rationnelle et le district minier ne relève que d’une seule et même direction générale, dans la main des argentiers. Ils nous sont connus car ils sont signataires du document de 1227 ; tous sont des hommes du pays, mais ce sont des prud’hommes, comme l’indique le préambule de la charte.

22Une première comparaison est possible entre les situations des mines de Brandes et du district d’Hierle. Dans les deux cas, le début des entreprises, aux xie et xiie siècles semble résulter de la seule volonté d’un puissant seigneur, le Dauphin dans un cas, le seigneur de Sauve et Anduze dans l’autre ; à partir du xiiie siècle, on voit intervenir des partenaires de la petite noblesse ou de la société issue des milieux économiques qui entendent bien bénéficier de la manne que représentent les mines. Un autre point de comparaison s’impose : dans les deux cas, l’activité extractive a engendré la création d’une petite agglomération : l’argenteria de brandis et sanctus laurentius de meneria (mentionné sous ce nom en 1320). Cette dynamique de création s’observe également pour les nombreuses villes portant le nom de Largentière (07) ou L’Argentière (04), Sainte-Foy-L’Argentière (69), et bien d’autres ...

  • 22 M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et monnaies... cit.
  • 23 H. Debax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles, Presses Universitaires du Mirail, 2003, 40 (...)
  • 24 H. Debax, La féodalité languedocienne... cit., p. 278.

23Pierre Bermont, signataire avec son frère Bernard Trancafert de la charte de 1227, appartient à une puissante famille très impliquée dans l’activité minière, dans les Cévennes, en Gévaudan, en Vivarais. C’est dans les Cévennes que les Anduze font face aux vicomtes de Béziers, Albi et Razès, les Trencavel. Un article récent a montré combien les Trencavel pouvaient être qualifiés de « seigneurs de l’argent »22. La particularité du territoire soumis aux vicomtes est d’être exceptionnellement riche en mines d’argent. Les grandes régions productrices sont l’Ambialet et le Ségala Rouergat, le revers sud-ouest de la Montagne Noire, où l’activité est attestée dans le Cabardès, à Carrus, à Cabaret, vers Aragon, l’extrême nord du diocèse de Béziers au contact de la viguerie de Camaret ; ce que l’on nomme le quadrilatère argentifère autour de Villemagne, Faugère et Boussagues, vers Cabrières, en Termenès autour de Palairac ; toutes régions où les Trancavel ont très tôt affirmé leur puissance, au titre du vicecomitatus, et où ils ont conservé le pouvoir tout au long du xiie siècle, appuyé sur un réseau dense de châteaux. De ces régions minières sont aussi issus les grands lignages de l’aristocratie régionale comme les Cabaret, les Faugères, de Lunas, les Sauve-Anduze, les Termes23. L’étude des actes conservés dans les archives les montre aux prises avec la vicomtesse de Narbonne, le seigneur de Cabrières, l’abbé de Sylvanès, mais plus encore avec la famille de Terme, pour le partage des revenus miniers. Or les territoires des Trencavel et des Anduze sont mitoyens et sont également riches en argent. Ces derniers tiennent toute l’excroissance orientale du comté et les territoires toulousains de St Gille, Beaucaire, et la terre d’Argence. Même si les grandes familles leur prêtent hommage et tiennent d’eux un castra ou autre, la proximité des comtes et des seigneurs d’Anduze empêcha les Trencavel d’étendre leur domination à tout l’espace du comté24. Il ne fait pas de doute que les rapports de force et les politiques territoriales de ces deux lignages ont été directement influencés par cette source de richesse. On retrouve les Anduze en Vivarais dans les mines de Largentière.

Le cas du Vivarais

  • 25 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais. Pouvoirs et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âge (...)

24Cette région, qui s’étend de la vallée du Rhône au Massif Central, se trouve aux confins d’entités politiques telles que les comtés de Valentinois, de Viennois, de Velay, de Forez, de Gévaudan, d’Uzès, aux prises avec les avancées toulousaines. Cette région charnière bénéficie désormais d’une excellente étude qui vient d’être publiée et qui permet de replacer l’histoire des mines dans un canevas historique plus précis25.

25Le Vivarais participe activement à l’économie de l’argent. Deux exemples permettent d’illustrer cette histoire : les districts miniers médiévaux de Largentière et du Chassezac (communes de Sainte-Marguerite-Lafigère et de Malarce-sur-la-Thine).

Le district minier médiéval de Largentière26

  • 26 A. Mazon, Histoire de Largentière... cit. ; M.-Ch. Bailly-Maître, Prolégomènes à une histoire des m (...)

26Le district de Largentière est en activité, de façon certaine, au xiie siècle, très probablement avant. Les mines sont réparties sur plusieurs communes : Largentière, Chassiers, Montréal, Tauriers. La plupart des textes originaux font défaut et le contenu n’en est connu que par des copies ; cependant, il est possible de s’appuyer sur quelques faits avérés. Les premiers documents fiables sont deux chartes impériales, l’une de 1146 et l’autre de 1177, autorisant l’évêque de Viviers à battre monnaie. On peut penser que le minerai de Largentière alimente, en tout ou partie, cette activité. Cette hypothèse est confortée par un bas-relief, aujourd’hui conservé à la mairie de Largentière (fig. 4). La scène représente deux groupes de personnages qui semblent occupés à la frappe de monnaies. Ce bas-relief proviendrait d’une ancienne tour abritant un atelier monétaire, cependant beaucoup d’incertitudes pèsent sur l’interprétation de ce témoignage.

  • 27 M.-Ch. Bailly-Maître, Les mines médiévales de Largentière et Sainte-Marguerite-Lafigère/Malarce-sur (...)
  • 28 A. Roche (abbé), Armorial des évêques de Viviers, Privas, 1894 ; J. Columbi, De Rebus Gestis Episco (...)

27Les prétentions du comte de Toulouse sur le Vivarais sont anciennes et les argentières constituent un point de friction central27. En 1193, le comte de Toulouse apparaît dans une transaction passée avec Nicolas, évêque de Viviers et les autres seigneurs des mines de Largentière, sous l’arbitrage de l’évêque de Vienne28. Par cet acte, Raimond V reconnaît implicitement avoir usurpé certains droits et remet tous droits lui appartenant sur les mines de Ségalières, Tauriers et Chassier, s’engage à ne pas ouvrir de nouveaux chantiers et renonce à user de violence contre les co-seigneurs des mines, mais à les protéger, ainsi que tous ceux qui ont à faire avec les mines. Il s’engage également à ne rien acquérir du fief de l’Église. En contrepartie, l’évêque et les co-seigneurs lui reconnaissent six deniers pogèses pour chaque marc d’argent extrait de ces mines à l’exception de la dîme de l’évêque, de l’Église et des co-seigneurs. Ce qui équivaut, finalement, à légitimer les droits du comte.

Fig. 4 – Bas-relief des monnayeurs à Largentière (07), cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

  • 29 J. Columbi (Chanoine) De Rebus... cit. p. 103. 31.

28Un arbitrage de Jarenton, évêque de Die, en 1197, nous apprend qu’un conflit oppose également Nicolas à son chapitre, dont les chanoines revendiquent des droits sur le partage des dîmes levées sur les mines ouvertes ou à découvrir29. Désormais, le partage attribue 2/3 de la dîme à l’évêque et 1/3 aux chanoines.

  • 30 De Vic (Dom), Vaissette (Dom), Histoire générale du Languedoc, édition 1847, T.V, p. 543.
  • 31 Signalons que ce Bermond d’Anduze est justement très impliqué dans l’exploitation des mines de la b (...)

29À l’occasion de la transaction de 119830, l’identité des principaux co-seigneurs apparaît. Raimond VI, succédant à son père, remet en cause l’accord conclut par celui-ci. Par consentement mutuel, Aymar de Poitiers, comte de Valentinois et Bermond d’Anduze acceptent de rediscuter des accords établis avec l’évêque et son chapitre sur le partage des bénéfices des mines. Désormais, l’évêque, avec l’accord du chapitre et des deux co-seigneurs, donne en fief au comte de Toulouse la moitié du château de Ségalière et toutes les mines ouvertes ou à découvrir de façon à ce qu’il perçoive la moitié du produit ; la moitié restante, est attribuée pour 1/3 à Aymar, 1/3 à Bermond, 1/6 seulement restant à l’évêque. Cet acte fait apparaître des seigneurs plus modestes, également impliqués dans l’aventure minière. Ainsi Hugues d’Ucel a-t-il cédé des droits à l’église de Viviers et on découvre que Bermond d’Anduze possède des droits sur des mines qu’il a acquis auprès de Guillaume de Balazuc et de Hastefract ainsi que sur d’autres, situées à Fumpa, qui n’entrent pas dans la transaction31.

30En 1210, un nouvel arrangement intervient, sous la houlette de l’évêque d’Uzès, à propos du château de Fanjau. Passant outre les accords antérieurs, le comte de Toulouse a construit le château de Fanjau, au sommet de la colline de Bédéret, en face de Largentière, sur le domaine de l’évêque Nicolas ; parallèlement, il mène une politique d’acquisition de fiefs et d’alliances avec des seigneurs locaux. En 1210, l’évêque abandonne ses prétentions sur ce château, sous certaines conditions, de même qu’il renonce à ses revendications sur les sommes attribuées par Nicolas au comte de Toulouse, comme les six deniers par marc d’argent. Le comte est maintenu dans ces possessions de la moitié des mines de Ségalières, Chassiers et Tauriers.

31La croisade contre les albigeois change la donne et en 1215, une transaction est signée à Loriol entre Burnon, évêque de Viviers et Simon de Montfort. Ce dernier se fait remettre par l’évêque le château de Fanjau et la moitié de tous les revenus de Largentière tombés en commise du fait du délit du Comte de Toulouse lors de la croisade, ce qui met fin aux tentatives de plus en plus pressantes du comte sur le district minier et plus largement, le Vivarais. En 1218, sur ordre du pape, Simon de Montfort restitue le château à l’évêque de Viviers et à la mort de Montfort, le concile de Latran attribue à l’évêque l’intégralité du château de Fanjau et Largentière ainsi que les droits sur les mines. En 1229, Aymar de Valentinois cède tous ces droits sur les mines de Largentière à Bermond d’Anduze, son neveu, évêque de Viviers. L’évêque reste désormais le seul seigneur des mines et des châteaux de Largentière, mais sous la souveraineté du roi de France. La ténacité du capétien se concrétise par la création du baillage du bas-vivarais, en 1226, à Villeneuve-de-Berg, subdivision de la sénéchaussée de Beaucaire. Encore une fois, les argentières sont au cœur d’un conflit qui s’éternise et qui met en scène de puissants seigneurs.

32Ce survol rapide des sources médiévales souligne l’importance des argentières. Importance encore perceptible de nos jours dans le patrimoine bâti du bourg de Largentière : une église aux dimensions et ornements remarquables pour la fin du xiie siècle, une architecture civile riche (maisons à loggia), la place de Largentière, enfin, située à l’écart des grands axes de communication et qui a conservé jusqu’à aujourd’hui son statut de sous-préfecture. Le bourg est construit directement sur les chantiers extractifs médiévaux (fig. 5) et la situation du château de Largentière est très révélatrice du lien organique entre mines argentifères et pouvoir puisqu’il a été édifié entre deux alignements rocheux dans lesquels s’ouvrent des exploitations minières (fig. 6). Les cartes postales anciennes montrent les amas de stériles – les haldes – disséminés sur les collines environnant le château qui devait ainsi surveiller une partie importante des exploitations.

33L’exemple du district de Largentière est très significatif à plusieurs titres. Il illustre l’enjeu de pouvoir que constituent les gisements argentifères, comme le montrent les démêlés de l’évêque avec le comte de Toulouse, son chapitre, les co-seigneurs des mines, puis Simon de Montfort, et enfin, le roi de France. La richesse du bourg, implanté sur les carreaux miniers, témoigne des retombées économiques et du dynamisme de Largentière au temps de l’entreprise minière. Enfin, la gîtologie bien particulière du gisement n’a pas été un frein à l’exploitation, les mineurs, en véritables professionnels qu’ils sont, ont adapté leurs techniques et ont su mener des chantiers de grande ampleur.

Fig. 5 – Le bourg de Largentière et les minières médiévales, d’après Soulavie (abbé), Histoire naturelle de la France méridionale, 1780-1784.

Fig. 6 – Le château de Largentière, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

Le district du Chassezac

  • 32 L’étude de la concession minière dite de Chassezac a débuté en 2000, sous la direction scientifique (...)

34En bordure du cours du Chassezac, aux confins de l’Ardèche, du Gard et de la Lozère, le paysage porte les traces d’une exploitation minière récente, qui ne masquent pas entièrement une activité plus ancienne32.

35Le gisement affleure de part et d’autre du cours d’eau, mais pour l’essentiel les chantiers se développent côté ardéchois, sur les actuelles communes de Sainte-Marguerite-Lafigère et Malarce-sur-la-Thines.

  • 33 Ramon (Citoyen), Tableau des mines et usines de la République par ordre de département. Département (...)
  • 34 Croquis retrouvé par Jérôme Girard au cours de ses recherches pour son mémoire de DEA Histoire et a (...)

36Ce district est une des manifestations de l’exploitation systématique des minerais métalliques de la bordure méridionale du Massif Central ; Largentière est à 20 km à vol d’oiseau, et les vestiges de la concession du Chassezac sont environnés par les exploitations de Thines, de Vialas, le Bleymard et Villefort, en Lozère. Deux filons – le Filon des Anciens » et le « Filon de la Rouvière » – se croisent à la perpendiculaire. Un rapport publié dans le Journal des mines de l’an VI (1798), par le citoyen RAMON confirme l’existence de « vieux travaux »33. Il décrit notamment le « Filon des Anciens » le long duquel sont conservés des vestiges médiévaux : « Celui qui longe la pente rapide de la montagne, se dirigeant de l’est vers l’ouest, a été exploité dans des temps très reculés, et vraisemblablement par les romains ». « On trouve, à la superficie, des excavations immenses et quantités d’ouvertures, les unes en tranchées, les autres en forme de puits ». Il s’agit là de la description très exacte des travaux médiévaux. Un croquis non daté, conservé dans les archives de la DRIRE, en indique l’emplacement34.

37L’observation des formes des chantiers sur le « Filon de la Rouvière » exploité au xixe-début xxe siècle a montré que les chantiers récents s’étaient surimposés sur des travaux anciens, de taille plus modeste, aujourd’hui suspendus au plafond des grands dépilages modernes.

38Du point de vue géologique, les minéralisations sont la galène, la blende, l’argent, le cuivre, la pyrite. Les filons affleuraient, ce qui facilitait alors la prospection des mineurs et permettait de faire l’économie de lourds travaux dans la roche stérile pour atteindre les zones minéralisées.

  • 35 Ces toponymes ont été localisés sur les rives ardéchoise et gardoise du Chassezac.
  • 36 L’image des mines et de la métallurgie, Strasbourg, 1990 (Pierres et Terre, 33).

39L’empreinte de l’entreprise médiévale transparaît par les toponymes de Baume, Combette et Balmelles35, souvent associés à des exploitations minières médiévales et l‘église de Thines peut être une illustration de son importance. En effet, cette église, située au cœur d’un secteur minier, possède un porche roman d’une grande qualité, en pierres à effet polychrome, orné de très belles sculptures, daté du premier quart du xiie siècle. Cette ancienne dépendance du prieuré de Langogne, lui-même dépendant de l’abbaye de St Chaffre du Monastier était certes sur une route de pèlerinage, mais une hypothèse voudrait que la richesse des mines ait incité les mineurs à offrir ce porche exceptionnel. Ceci n’aurait rien de surprenant puisque l’iconographie médiévale conserve vitraux, graduel, tableaux, fresques, etc ... offerts par les mineurs à leur église36.

  • 37 Un premier état de la documentation est en cours par un doctorant – Nicolas Minvielle Larousse – ma (...)

40L’étude historique du contexte politique du pays des Vans reste à mener en détail, car très complexe, marquée par une poussière de co-seigneuries37. On peut d’ores et déjà signaler que le territoire minier qui se développe le long de la vallée du Chassezac est encadré par la tour de La Figère au sud (fig. 7) et par les vestiges de deux châteaux au nord, de part et d‘autre de la confluence de la Borne et du Chassezac. La tour de La Figère possède une vaste aula dissociée, dont la fouille permettrait de préciser la chronologie. Quant aux deux châteaux en vis-à-vis, l’un d’eux possède une chapelle castrale encore parfaitement conservée.

  • 38 Seules des datations 14C sont possibles car les essences représentées – chêne vert et châtaignier – (...)
  • 39 Le mobilier céramique est étudié par Guerguena Guionova, UMR 6572 Laboratoire d’Archéologie Médiéva (...)

41Si les sources écrites sont encore insuffisamment étudiées la recherche sur le terrain est maintenant très avancée et les dernières découvertes confirment l’existence d’un complexe minier comprenant chantiers extractifs, ateliers de traitement du minerai et peut-être habitat. Les datations obtenues sur des charbons de bois prélevés sur des fronts de taille en galerie et dans les sols d’occupation des ateliers donnent une fourchette comprise entre 965 – 1025 cal AD pour les plus anciennes et 1042-1257 cal AD pour les plus récentes, mais avec une plus forte concentration pour les xie-xiie siècles38. Datation confirmée par le mobilier céramique39.

Fig. 7 – Tour de La Figère, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

Des techniques maitrisées telles que les preconisent les traités renaissance

42La question des minerais métalliques s’envisage de deux façons assez différentes selon qu’il s’agisse de minerais de fer ou de non ferreux. Le fer abonde, en France, et prend différentes formes, tant par la gîtologie – remplissages karstiques, amas, gisements stratiformes sédimentaires, gisements filoniens – que par la variété des types de minerais, plus ou moins riches, ou faciles à traiter – hématite, goethite, limonite, sidérite, pyrite, fer sidérolitique, ... Les gisements de fer nombreux, mais de qualités inégales ont poussé les hommes à améliorer sans cesse les techniques de traitement pour obtenir du fer doux, de l’acier, et plus tard, de la fonte. Les gisements de minerais non ferreux sont plus rares et le cuivre et le plomb très recherchés pour divers usages, sont parfois associés à de l’argent, ce qui justifie que les acteurs de l’économie aient encouragé la recherche des gîtes métallifères et que les exploitants aient mis en œuvre des techniques permettant d’aller chercher le minerai profondément sous terre. Le raccourci est, certes, caricatural, mais on peut écrire que le talent des hommes s’est appliqué à la métallurgie des minerais de fer, et aux techniques extractives et minières pour les non ferreux. Pour autant, le Moyen Âge voit également une évolution importante dans le traitement des cuivres argentifères, particulièrement riches en argent qui permet de passer de la technique de « l’emplombage » au « saigerprocess ».

43Les districts contemporains choisis pour cette étude présentent des caractéristiques différentes, liées au contexte naturel – topographique, géologique, gîtologique. Dans chacun des cas, les mineurs, des professionnels, ont su adapter leur méthodes et techniques afin d’extraire le maximum de minerai.

Les techniques extractives dans l’argenteria de brandis

44L’exemple de Brandes (Huez-Isère) illustre, certes une entreprise structurée, ayant donné naissance à une petite ville, mais qui n’a pas eu à mettre en œuvre une gestion complexe de l’espace souterrain. Cela tient à la gîtologie. Le plateau de Brandes s’étire sur 1 km de longueur et le filon de plomb argentifère, pris dans une gangue quartzo-barytique blanche, affleurait aux deux extrémités, ce qui facilitait, dans un premier temps, l’ouverture des chantiers extractifs (fig. 8). Les mineurs se sont enfoncés dans la puissance du filon sans avoir jamais besoin d’aménager des axes de circulation creusés dans la roche stérile : puits et travers-bancs. La roche était abattue par le feu, les coins, burins et masses servant à préparer les fronts de taille avant l’allumage des buchers et à purger la roche après qu’ils se soient consumés. La forme des galeries, ovoïdes et les croûtes de suie en paroi attestent sans ambiguïté cette méthode. Dans une entreprise minière, il est essentiel d’anticiper et la recherche de nouveaux indices minéralisés est constante. A Brandes, cela a conduit les décideurs à mettre en place une grande canalisation, longue de plus de 600 m, alimentée par un dispositif de prise d’eau complexe à 2 300 m d’altitude, pour évacuer les argiles qui recouvraient le filon à l’extrémité orientale du plateau, par chasses d’eau successives jusqu’à mettre la roche à nue. Ce système est unique à ce jour, mais il se rapproche des méthodes destinées à l’exploitation des sables aurifères employées dans l’Antiquité, puis au moment de la ruée vers l’or en Amérique au xixe siècle. La circulation souterraine a bénéficié d’aménagements mis en place dans d’anciens chantiers abandonnés : puits équipés de treuil, couloirs boisés, planchers dans d’anciens dépilages (fig. 9). L’exhaure et la ventilation n’étaient certainement pas suffisantes, la mine est couverte de suie noire et ferme pour cause d’inondation.

Fig. 8 – Brandes, vue des chantiers occidentaux, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

  • 40 N. Minvielle Larousse, M.-Ch. Bailly-Maître, Ore grinding in the middle ages: the example of Brande (...)
  • 41 L’étude sédimentologique des sables contenus dans les bassins de lavage est confiée à Ch. Marconnet (...)

45Le traitement mécanique du minerai – ou minéralurgie – était fait sur place. La fouille des vestiges conservés couplée à des études archéométriques permettent de suivre et comprendre les différentes phases qui séparent le minerai de sa gangue : concassage, broyage40, lavage au sluice41. Les autres phases du traitement – grillage, fusion réduction et coupellation – n’étaient pas réalisées sur le plateau, le minerai en poudre était acheminé par trains de sommiers vers Grenoble. Seul l’essai du minerai était réalisé sur le carreau de la mine, comme c’est la règle à toutes les époques.

La conduite d’une grande entreprise régie par un code minier : le district d’Hierle

46Le district d’Hierle (Saint-Laurent-le-Minier – Gard) présente une organisation très différente. Comme à Brandes, le gisement est filonien, mais il s’agit de cuivre argentifère.

  • 42 L’étude de la gîtologie a été réalisée par B. Ancel, archéologue de collectivité à L’Argentière-La (...)

47La recherche des filons minéralisés a certainement représenté un investissement important, mais anticiper était déjà une des conditions essentielles à la survie de l’entreprise. Le grand nombre de galeries de recherche témoigne de cette logique. La présence de « géologues » est avérée car, à quelques exceptions près, les filons n’affleurent pas ; il fallait, par conséquent, avoir compris la gîtologie très complexe de cet ensemble de minéralisations de quartz et bournonite pour conduire les prospections42.

Fig. 9 – Restitution des aménagements de service dans les galeries, dessin M.N. Baudrand – Archéodess.

48Pour abattre le minerai, les mineurs ont utilisé les deux méthodes en vigueur à l’époque. Les traces d’outils, visibles sur les parois des galeries, montrent qu’ils ont choisi la percussion dans les roches friables comme le schiste. Une grande pointerolle, encore emmanchée, a été retrouvée abandonnée sur un tas de stériles. Pour les roches plus résistantes, comme les grès, l’abattage par le feu permettait d’aller plus vite ; mais cet usage est resté plus anecdotique.

49Le développement souterrain de réseaux complexes et étendus sur plusieurs kilomètres ne pouvait se faire sans une organisation rationnelle. L’ancien code languedocien prévoit les cas de rencontres de chantiers et règle la question de la répartition des bénéfices.

  • 43 M.-Ch. Bailly-Maître, La circulation dans les mines médiévales cévenoles... cit.
  • 44 L’identification des céramiques a été faite par Marie Leenhardt et Lucie Vallauri du LAMM. Voir M. (...)

50La circulation des hommes et des matériaux était parfaitement maîtrisée43. Tous les chantiers étaient desservis par des galeries de circulation ou travers-bancs, creusés dans la roche encaissante (stérile), et par des puits équipés de treuils. Les travers-bancs, perpendiculaires aux axes filoniens, permettaient la circulation à l’intérieur des chantiers, et reliaient ces derniers avec l’extérieur. Les puits jouaient un rôle essentiel dans l’organisation du travail. La fouille de plusieurs têtes de puits a montré qu’ils étaient compartimentés, avec un espace équipé d’une échelle pour le passage des hommes, et une partie plus large, cuvelée sur une paroi, pour le passage des cuveaux chargés de minerai. Au sommet, une véritable chambre de treuil permettait aux manœuvres d’actionner l’engin. Une manivelle en fer a été retrouvée, sur une margelle. Cet espace était aussi un espace de vie, où les ouvriers mangeaient et buvaient, comme l’attestent les artéfacts découverts, dont deux cruches entières, produites dans les ateliers d’Uzès au début du xiiie siècle44. Les puits servaient aussi à l’aération des chantiers, en relayant la circulation de l’air, depuis la surface jusqu’aux niveaux les plus profonds. Enfin, la charte l’indique très clairement, les puits participaient à la prospection, en testant la présence ou la puissance d’un filon. Les mineurs ont également créé de « fausses galeries » de circulation dans les grands chantiers. Pour cela, des lauzes étaient coincées entre deux parois d’un chantier, formant un toit à hauteur d’homme, se prolongeant sur plusieurs dizaines de mètres de longueur (fig. 10). Des stériles étaient empilés sur ce faux-plafond. Ce système avait l’avantage de faciliter la circulation verticale et horizontale ainsi que l’aération et d’employer sur place une partie des déchets d’abattage. Pour évacuer les eaux souterraines, les exploitants ont creusé des rigoles dans les travers-bancs et le long des parois des puits.

51L’abattage des roches encaissantes produisait des masses de stériles qu’il fallait évacuer. Pour en limiter le transport, la plus grande partie était stockée sous terre : remplissage des chantiers abandonnés, stockage sur des lauzes, murettes soigneusement construites le long des parois des galeries, etc... Seule une petite partie des déchets était ressortie et formait les haldes, nom donné aux tas de stériles. Généralement situées immédiatement en aval des entrées de galerie, le plus souvent dépourvues de végétation, ou couvertes d’une végétation discordante par rapport à l’environnement, les haldes sont bien visibles dans le paysage et aident le prospecteur archéologue à la recherche de vieux travaux souvent masqués.

  • 45 M.-Ch. Bailly-Maître, Essai d’une mine de plomb et argent versus arenas en Oisans par ordre du gouv (...)

52Trois carreaux miniers du réseau Petra Alba 4 ont été fouillés, au débouché des principaux axes de communication avec la surface. Le premier possédait une petite forge d’appoint pour les outils ; le second était simplement un point sommairement aménagé pour que les mineurs puissent soit se réchauffer, soit attendre ; le troisième, enfin, était un très beau bâtiment, abritant un atelier d’essai du minerai. Cette pratique était déjà courante au Moyen Âge45. L’organisation standardisée des carreaux, avec un bâtiment principal d’un côté de l’entrée du travers-banc et un appentis de l’autre côté donne l’image d’une entreprise conduite de façon coordonnée, par une même équipe dirigeante. Tous les chantiers fonctionnaient en même temps, selon les mêmes principes, les minéralisations en bournonite étant recoupées par des valats dans lesquels s’ouvraient les galeries d’exhaure, de circulation et de recherche.

Fig. 10 – St Laurent-le-Minier, fausse galerie, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

Des techniques adaptées aux gîtologies locales : le cas vivarois

53Le secteur Vivarois offre deux nouvelles situations très différentes de Brandes et du district d’Hierle.

54À Largentière, deux barres rocheuses, dans lesquelles s’ouvrent des chantiers médiévaux, encadrent le château. Les vestiges étudiés, conservés proches de leur état d’abandon médiéval, ont été choisis pour une étude archéologique fine en raison de leur représentativité au regard de l’adaptation des techniques à la gîtologie locale. Le gisement de plomb et argent prend la forme d’imprégnations diffuses stratiformes, de lentilles et de remplissage de fractures à l’intersection des minéralisations stratiformes. En conséquence, les vestiges sont représentatifs d’exploitations en gisement stratiforme et en gisement « filonien », au moins dans la forme.

55Le site de La Baume de Viviers s’ouvre immédiatement en amont du château. Plusieurs entrées sont visibles le long de cette barre rocheuse. Le chantier se présente sous la forme d‘une exploitation par chambres et piliers. En l’état actuel des investigations, on estime les vides laissés par l’abattage du minerai et de sa gangue dans une seule chambre entre 10 000 et 15 000 m3. Les mineurs ont procédé par élargissements et approfondissements, par feux successifs dont on perçoit encore le négatif sur les parois. Les traces d’outils conservées sont les reliquats des phases de préparation des fronts de taille et de la purge des parois après l’action du feu. Pour assurer la stabilité de ces vides immenses, les mineurs ont laissé en place des « piliers résiduels » (fig. 11). Cette technique est la règle dans toutes les mines exploitant un gisement stratiforme, depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle.

56Au contraire, les chantiers sis dans la barre rocheuse qui porte la fortification exploitent des minéralisations de fractures redressées, à la façon des gisements filoniens, par dépilages sub-verticaux. Un plancher, rigoureusement identique à celui découvert à Brandes, a été mis au jour lors d’une opération de pompage des eaux souterraines et des séries d’encoches en parois permettent de restituer des niveaux de circulation. Dans ce chantier, les mineurs ont travaillé exclusivement par percussion.

57Si la gîtologie est très différentes de part et d‘autre du château, dans les deux cas, les mineurs ont travaillé directement dans la puissance du gisement, sans avoir besoin de mettre en place des aménagements de service. Ou du moins, aucun n’a été retrouvé en dehors du plancher en bois, mais les exploitations modernes (fermeture de la mine en 1982) ont beaucoup altéré les vieux travaux et ceux qui ont été étudiés ne sont que des reliquats ponctuels d’une vaste entreprise.

58Le district du Colombier, qui s’est développé sur le Filon des Anciens, dans la vallée du Chassezac (Ste Marguerite-Lafigère – Ardèche) possède une autre organisation. Les chantiers miniers s’étirent sur plus de 200 m de longueur. Un très grand dépilage à ciel ouvert a évidé le filon sur toute la puissante de la caisse filonienne, à l’affleurement, de part et d’autre du valat du Colombier (fig. 12). Ses dimensions témoignent de l’ampleur de l’exploitation : 30 m de long pour une largeur maximale de 3 m et une profondeur pouvant aller jusqu’à 10 m, dans les parties aujourd’hui accessibles, sans jamais, cependant, atteindre le socle rocheux.

Fig. 11 – Largentière, pilier résiduel dans une chambre d’exploitation.

59Des chantiers souterrains s’ouvrent à partir du dépilage principal et les recherches menées en rive droite du Colombier ont mis en évidence un mode d’exploitation peu fréquent, à partir de puits au jour. Ceux-ci jalonnent le filon affleurant, alternant puits doubles – ou jumeaux – et puits simples, foncés très près les uns des autres. Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce dispositif particulier. La première est que les puits ouverts directement dans le filon servent à en reconnaître la puissance et la topographie précise. Des « fantômes » de puits sont encore visibles sur les parois des chantiers à ciel ouvert. Cette technique a déjà été observée sur d’autres sites et le rôle des puits est essentiel dans ces exploitations anciennes. Dans le cas du « Filon des Anciens », la mise en place de la minéralisation s’est faite dans des fractures où la roche est particulièrement broyée. Une autre hypothèse voudrait que le second puits, jumeau du premier, creusé dans une roche dure, et communiquant à sa base avec le puits sur le filon, aurait pu servir à la circulation des hommes et des matériaux, tout en contribuant à l’aération des chantiers extractifs. Très souvent, un puits débouchant au jour était percé assez proche du porche de la galerie de circulation. Ce puits permettait d’enclencher un courant d’air qui était relayé, ensuite, par l’étagement des travaux, galeries et puits internes. Au Colombier, l’essentiel de l’abattage du minerai s’est fait par le feu, technique très polluante et qui demande une bonne ventilation. Pour autant, cette seule nécessité ne justifie pas ce dispositif d’alternance, ni surtout la grande proximité des puits le long de l’axe filonien. La troisième hypothèse est que la multiplication de ces puits peut être liée au mode de gestion de l’entreprise : multiplicité des « concessions », des acteurs, mais cela reste à prouver. La profondeur des puits est très variable, allant de 5 à 10 m. Certains d’entre eux conservaient des traces des encoches marquant l’emplacement du cadre d’un treuil en surface. En un cas, sur les parois du puits des encoches de progression, creusées sur deux faces opposées, étaient encore visibles. Des aménagements identiques ont été retrouvés sur les puits médiévaux du district minier de la Terre d’Hierle à Saint-Laurent-le-Minier (Gard), mais aussi dans des mines d’or exploitées aujourd’hui au Burkina Faso comme dans les puits miniers de la Grèce antique à Thauricos (Laurium).

Fig. 12 – Le Colombier, vue du grand dépilage à ciel ouvert et de deux entrées de galeries, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.

60Deux ateliers ont été découverts, de part et d’autre du valat du Colombier, à proximité des chantiers extractifs. Il s’agit d’ateliers de concassage du minerai, première étape du traitement minéralurgique, le plus souvent pratiquée immédiatement au sortir de la mine. De gros galets du Chassezac faisaient office de mortiers ; des cuvettes d’usure étaient visibles sur une ou plusieurs faces. Des percuteurs en pierre, rigoureusement identiques aux percuteurs de Brandes, ont été retrouvés dispersés sur les pentes de la colline.

  • 46 V. Biringuccio (Signor), De la pirotechnia, libri X, Venise, 1540.

61La campagne 2010 a apporté de nouveaux éléments. La colline qui borde, en rive droite, le valat du Colombier porte la plus grande partie des chantiers et des puits. De vastes clapas recouvrent les parties avales des pentes et des alignements de pierres étaient perceptibles dans cet enchevêtrement de plaques de schistes. L’ouverture d’une fouille sur l’un de ces alignements a confirmé qu’il s’agissait bien de murs de maisons et non pas de terrasses de culture. Un bâtiment a été mis au jour (fig. 13) ; il conserve ses quatre murs, dont le mur de fond (nord), de 2 m 40 d’élévation. Il possède un sol fait de larges dalles recouvrant un caniveau dans l’axe médian longitudinal ; la moitié nord de l’unique pièce était occupée par un très grand foyer, encadré sur les murs ouest, nord et est, par des banquettes formant des sièges. Des tessons de céramique grise ont été récoltés dans les niveaux d’occupation et dans le foyer. En l’état de la réflexion, tout porte à croire que l’on se trouve en présence de « la maison des mineurs », que l’on appelle dans la terminologie germanique « la maison du poêle », où les mineurs venaient se réchauffer et se restaurer. Le signor Vannoccio Biringuccio, dans son ouvrage De la pirotecnia (1540)46, insiste : « En outre, en ce lieu où vous avez décidé de creuser la mine, vous devez encore choisir un autre lieu, devant, au-dessus ou à côté, de façon à ce qu’il soit possible de faire un, deux ou plusieurs bâtiments pour la commodité et le service des mineurs : l’un pour qu’ils dorment et pour que votre assistant puisse, à toute heure, surveiller et encourager les hommes au travail ainsi que pour distribuer les victuailles et les tenir à l’abri ; et l’autre pour faire un atelier pour le travail du fer, réparer les outils abîmés et en faire des neufs pour remplacer ceux qui font défaut car trop vieux, usés ou cassés ». Or nous ne sommes pas, ici, en présence d’une forge.

Fig. 13 – Le Colombier, maison du poêle, cliché Th. Genty.

62L’hypothèse selon laquelle les très nombreux murs qui se dessinent sous les clapas appartiennent à des bâtiments est maintenant validée. Il est très possible que l’ensemble de la colline ait été loti d’édifices et d’aménagements en rapport avec l’exploitation minière : ateliers, appentis pour le stockage du combustible ou du suif pour les lampes, forges, habitat de mineurs, plate-forme de charbonnage. Seule la poursuite de la fouille permettra de valider ou non ce schéma.

63Autant de districts, autant de logique dans la conduite des travaux. Les techniques d’abattage varient peu, avec deux modus operandi – la percussion posée ou lancée et le feu. Le feu, contrairement à ce que décrivent les traités modernes, n’est pas réservé exclusivement aux roches dures et son usage est très fréquent. Il faut attendre l’adoption de la poudre, au tout début du xviie siècle, pour voir une évolution dans les techniques extractives. Les principales différences s’observent dans la gestion de l’espace souterrain. Le Moyen Âge est encore une époque où les contraintes naturelles influent considérablement sur les pratiques de travail. Pour les mines, la gîtologie explique beaucoup de choses. Cependant, des districts comme celui de la Terre d’Hierle montrent que les hommes de l’art n’avaient rien à envier aux grands districts vosgiens du xvie siècle, ni sur le plan de la législation minière, ni sur celui des techniques. Les différences observées d’un ensemble à l’autre doivent plutôt être interprétées comme une adaptation aux conditions locales et par conséquent, à une économie et une bonne gestion d’entreprise de la part des entrepreneurs.

64Quant au rôle des mines dans la structuration des territoires, dans leur encadrement politique et administratif, il ne semble plus faire de doute. La notion de castelli minerari, largement acceptée par les chercheurs italiens à la suite de Riccardo Francovich à du mal à faire son chemin en France. Que ce soit à Brandes (38), L’Argentière (04), Largentière (07), Ste-Marguerite-Lafigère (07), le lien entre châteaux et territoires argentifères trouve une réalité concrète. La création de villes implantées directement sur les carreaux miniers conforte cette analyse.

  • 47 F. Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises... cit.

65La politique du capétien apparaît clairement lors des multiples conflits dont il profite pour opérer une lente, mais systématique reprise en main des regalia sur les mines de métaux précieux grâce à ses sénéchaux et bayles. L’évolution de la politique royale aboutit sous Charles VI, en 1413, avec la promulgation, par lettres patentes, du premier règlement minier du droit français47. Il est confirmé par Charles VII, en 1437.

Haut de page

Notes

1 M.-Ch. Bailly-Maître, Ph. Dillman, Mines et métallurgies au Moyen Âge. Évolution d’une discipline, dans J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France : un bilan pour un avenir, Caen, 2010, p. 227-237.

2 P. Claugthon, Ph. Bartels, M.-Ch. Bailly-Maître, Culture, technology and change in pre-industrial silver mining / Culture, technique et évolution dans les exploitations minières préindustrielles de l’argent : the medieval mining regions of Europe, dans A. Orejas, D. Mattingly, M. Clavel-Lévêque (dir.), From present to past through landscape, Madrid, 2009, p. 149-170.

3 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, coll. Espaces médiévaux, Paris, 2002, 204 p. ; C. Verna, Medieval coalmining in the seigneury of Boussagues (Hérault-France), dans P. Benoit, C. Verna (dir.), Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke. Proceedings of the XXth International congress of history of science, IV, Turnhout, 1999 (Collection des Travaux de l’Académie internationale d’histoire des sciences), p. 31-39.

4 M.-Ch. Bailly-Maître, J.-M. Poisson, (dir.), Mines et pouvoir au Moyen Âge, Lyon, 2007 (Histoire et archéologie médiévales), 213 p.

5 Fl. Tereygéol, Production and circulation of silver and secondary products (lead and glass) from Frankish royal silver mines at Melle (viith-xth century), dans J. Henning (ed.) Post-Roman towns and trade in Europe, Byzantium and the near-East, I, 2007, p. 123-134; Fl. Tereygéol, La fabrication de l’argent : de la mine au lingot, dans Argent caché... et argent retrouvé, les trésors monétaires découverts en Deux-Sèvres, catalogue d’exposition, Musée des Deux-Sèvres, Parthenay, 2007, p. 11-21.

6 G. Agricola, De Re Metallica, Bâle, Forben et Bischoff, 1557, réed., trad. A. France-Lanord, Thionville, Klopp, 1987, 508 p. ; Schwazerbergbuch, 1556, copyright by Verlag Gluckaüf GMBH, Essen, 1988 ; H. Bari, P. Benoit, P. Fluck, H. Schoen, La mine mode d’emploi, Paris, 1992.

7 Les recherches sont conduites par Pierre Fluck, professeur d’Histoire des techniques à Mulhouse-UHA-CRESAT.

8 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent... cit., p. 150 et suiv. ; F. Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, VII, Paris, 1821-1833.

9 V. Py, Mines, bois et forêts dans les Alpes du sud au Moyen Âge, sous la direction de Michel Fixot, LAMM UMR 6572, CNRS-Université de Provence, soutenue en 2009.

10 M.-Ch. Bailly-Maître, J. Bruno Dupraz, Brandes-en-Oisans, La mine d’argent des Dauphins (xiie-xive s.), Isère, dans Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 9, 1994, 167 p. ; M.-Ch. Bailly-Maître, Une aventure minière : Huez et l’argent au Moyen Âge – L’argenteria de brandis, 2008 (Musée d’Huez et de l’Oisans, 8), 102 p.

11 F. Peloux, M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et pouvoirs dans l’Oisans médiéval (xie-xve). Une révision des sources écrites et archéologiques, dans La pierre et l’écrit, 21, 2010, p. 17-39.

12 M.-Ch. Bailly-Maître, M. Dhénin, Ateliers monétaires et mines d’argent dans les Alpes (xe-xve s.). Histoire, archéologie, numismatique et archéométrie, dans Archéologie Médiévale, 34, 2004, p. 43-64.

13 F. Peloux, M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et pouvoirs dans l’Oisans médiéval (xie-xve)... cit.

14 U. Chevalier (éd.), Inventaire des archives des dauphins à Saint-André de Grenoble en 1277, Paris, 1869, p. 15.

15 Valbonnay (Marquis de), Histoire du Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphin (...), II, 32, Genève, 1722.

16 M.-Ch. Bailly-Maître, Medieval district of Hierle – Saint-Laurent-le-Minier, dans P. Claughton et C. Mills (dir.), Mining perspectives: Proceedings of the 8th International Mining History Congress (sous-presse).

17 Archives municipales de la ville de Nîmes versées aux Archives Départementales du Gard, côte SS17.

18 M.-Ch. Bailly-Maître, I codici minerari medievali : confronti tra archivi e terreno da qualche esempi francesi, Convegno internazionale, I Codici minerari : Statuti europei a confronto. Dalle Tavole di Aljustrel agli Ordinamenta Medievali, Cagliari-Massa Marittima (souspresse).

19 A. Mazon, Histoire de Largentière, Paris, 1904 (Paris, 1992), p. 1 -74.

20 M.-Ch. Bailly-Maître, Le plomb et l’argent dans le Gévaudan médiéval, dans A. Ploquin, M.-Ch. Bailly-Maître, Ph. Allée (dir.), Les métallurgies du plomb ancien. Apports des méthodes contribuant à leur étude, colloque international, Florac, 2006, Rennes, 2011 (suppl. Archéoscience, 34), souspresse.

21 M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et monnaies : les sources du pouvoir dans le Languedoc occidental, dans M. Bourin (dir.), En Languedoc au xiiie siècle. Le temps du sac de Béziers, Perpignan, 2010, p. 125-142.

22 M.-Ch. Bailly-Maître, Mines et monnaies... cit.

23 H. Debax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles, Presses Universitaires du Mirail, 2003, 407 p. ; Cl. Amado, Genèse des lignages méridionaux, Toulouse-Le-Mirail, 2001.

24 H. Debax, La féodalité languedocienne... cit., p. 278.

25 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais. Pouvoirs et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âge au xiiie siècle, Rennes, 2009 (Archéologie et culture), 340 p.

26 A. Mazon, Histoire de Largentière... cit. ; M.-Ch. Bailly-Maître, Prolégomènes à une histoire des mines de Largentière en Vivarais, dans Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, 1996, 49, p. 3-10 ; J. Girard, Les mines médiévales de Largentière, Ardèche, mémoire de maîtrise d’Histoire médiévale, Université Pierre Mendès-France, 1999.

27 M.-Ch. Bailly-Maître, Les mines médiévales de Largentière et Sainte-Marguerite-Lafigère/Malarce-sur-la-Thine (Ardèche), dans Cahiers de Mémoire d’Ardèche-Temps Présent, 105, 2010, p. 11-20.

28 A. Roche (abbé), Armorial des évêques de Viviers, Privas, 1894 ; J. Columbi, De Rebus Gestis Episcoporum Vicariensum, Lyon, 1642, p. 119.

29 J. Columbi (Chanoine) De Rebus... cit. p. 103. 31.

30 De Vic (Dom), Vaissette (Dom), Histoire générale du Languedoc, édition 1847, T.V, p. 543.

31 Signalons que ce Bermond d’Anduze est justement très impliqué dans l’exploitation des mines de la baronnie d’Hierle à Saint-Laurent-le-Minier (Gard).

32 L’étude de la concession minière dite de Chassezac a débuté en 2000, sous la direction scientifique de l’auteur, dans le cadre des opérations de mise en sécurité des mines par le Ministère de l’Industrie.

33 Ramon (Citoyen), Tableau des mines et usines de la République par ordre de département. Département de l’Ardèche, dans Journal des Mines, XLV, An VI, le canton des Vans, p. 648-654.

34 Croquis retrouvé par Jérôme Girard au cours de ses recherches pour son mémoire de DEA Histoire et archéologie des mines polymétalliques dans le département de l’Ardèche, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2002.

35 Ces toponymes ont été localisés sur les rives ardéchoise et gardoise du Chassezac.

36 L’image des mines et de la métallurgie, Strasbourg, 1990 (Pierres et Terre, 33).

37 Un premier état de la documentation est en cours par un doctorant – Nicolas Minvielle Larousse – mais il s’avère que malgré les travaux de chercheurs locaux, de nombreux dépouillements restent à conduire sur les différentes familles et seigneurs ayant eu des possessions dans ces territoires ; l’enquête conduira également en Gévaudan, et en Languedoc.

38 Seules des datations 14C sont possibles car les essences représentées – chêne vert et châtaignier – ne permettent aucune dendrochronologie. Les datations ont été réalisées par les laboratoires Archéolabs et le Centre de Datation par le Radiocarbone UMR UMR 5138 CNRS Université Claude Bernard Lyon 1 pour les opérations conduites dans le cadre de l’archéologie programmée par l’auteur, et par le Poznan´ Radiocarbon Laboratory pour l’intervention d’archéologie préventive dirigée par Jérôme Girard pour la société Iker Archéologie.

39 Le mobilier céramique est étudié par Guerguena Guionova, UMR 6572 Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne – CNRS – Université de Provence.

40 N. Minvielle Larousse, M.-Ch. Bailly-Maître, Ore grinding in the middle ages: the example of Brandes-en-Oisans (France-Isère), dans Bread for people, colloque international, British school, Rome, décembre 2009 (souspresse).

41 L’étude sédimentologique des sables contenus dans les bassins de lavage est confiée à Ch. Marconnet de la société Arkemine.

42 L’étude de la gîtologie a été réalisée par B. Ancel, archéologue de collectivité à L’Argentière-La Bessée (Htes-Alpes) à partir du réseau Petra Alba 4, long de 3,5 km.

43 M.-Ch. Bailly-Maître, La circulation dans les mines médiévales cévenoles... cit.

44 L’identification des céramiques a été faite par Marie Leenhardt et Lucie Vallauri du LAMM. Voir M. Leenhard, Poteries d’Oc, catalogue d’exposition, Nîmes, 1995, p. 32.

45 M.-Ch. Bailly-Maître, Essai d’une mine de plomb et argent versus arenas en Oisans par ordre du gouverneur du Dauphiné, le 15 octobre 1359, dans La Pierre et l’Écrit, Pierres de mémoire, écrits d’Histoire, Grenoble, 2000, p. 131-143.

46 V. Biringuccio (Signor), De la pirotechnia, libri X, Venise, 1540.

47 F. Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises... cit.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vue aérienne de l’agglomération de Brandes et des aménagements hydrauliques. Cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 2 – District minier médiéval de la Terre d’Hierle
Légende Fig. 3 – Charte d’Hierle (ADG SS17). Cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 4 – Bas-relief des monnayeurs à Largentière (07), cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 5 – Le bourg de Largentière et les minières médiévales, d’après Soulavie (abbé), Histoire naturelle de la France méridionale, 1780-1784.
Légende Fig. 6 – Le château de Largentière, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 7 – Tour de La Figère, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 8 – Brandes, vue des chantiers occidentaux, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 9 – Restitution des aménagements de service dans les galeries, dessin M.N. Baudrand – Archéodess.
Légende Fig. 10 – St Laurent-le-Minier, fausse galerie, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 11 – Largentière, pilier résiduel dans une chambre d’exploitation.
Légende Fig. 12 – Le Colombier, vue du grand dépilage à ciel ouvert et de deux entrées de galeries, cliché M.-Ch. Bailly-Maître.
Légende Fig. 13 – Le Colombier, maison du poêle, cliché Th. Genty.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « L’argent au Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-2 | 2010, 451-469.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « L’argent au Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/688 ; DOI : 10.4000/mefrm.688

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS – UMR 6572 (Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne), Aix-en-Provence, baillymaitre@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org