Navigation – Plan du site
Mélanges

L’annulation d’une sentence de condamnation pour hérésie contre les seigneurs d’Osimo sous Benoît XII (1335)

Du nouveau sur l’affaire Lorenzo d’Ancona
The repeal of a sentence of condemnation for heresy against the seigneurs of Osimo under Benoît XII (1335): a reexamination of the case of Lorenzo of Ancona
Sylvain Parent
p. 191-241

Résumés

En 1335, l’inquisiteur de la Marche d’Ancône, le frère Lorenzo d’Ancona, décide d’annuler une sentence de condamnation pour hérésie que l’un de ses prédécesseurs, l’inquisiteur Lorenzo da Mondaino, avait prononcée contre les seigneurs de la petite ville d’Osimo au début des années 1320. Cette décision entraîne l’ouverture d’une enquête par Benoît XII, qui convoque Lorenzo d’Ancona pour se justifier et produire sa défense. Jusqu’à présent, seul un petit fragment de la défense produite par l’inquisiteur était connu des historiens. La découverte de vestiges inédits du procès en annulation conduit par Lorenzo, dont l’édition est proposée en annexe, nous incite à revenir sur une affaire qui soulève des questions juridiques de premier plan et témoigne des tensions qu’entraîne l’exercice de la justice pontificale dans les premières décennies du xive siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Stéphane Gioanni et Jacques Chiffoleau pour leurs relectures et suggestions, ainsi que Karyn Mercier (CIHAM/UMR 5648) pour la réalisation de la carte.

Texte intégral

  • 1 J.-L. Biget, L’Inquisition et les villes du Languedoc (1229-1329), dans J. Chiffoleau, C. Gauvard, (...)

1Que la légitimité et la régularité du déroulement de certains procès instruits par l’Inquisition dans les derniers siècles du Moyen Âge soient suspectes ou sujettes à caution, cela n’est guère étonnant; dès les premiers temps qui suivent la création de l’officium Inquisitionis, on le sait, des voix s’élèvent pour dénoncer les excès en tout genre de ce tribunal d’exception, remettant en cause, comme l’a rappelé Jean-Louis Biget, «non seulement des abus, mais la nature profonde du système inquisitorial lui-même»1. En revanche, qu’une procédure entamée à l’instigation même d’un inquisiteur vienne dévoiler et révéler les subterfuges qui auraient été utilisés pour enclencher l’un de ces procès et le mener à son terme, cela est beaucoup plus rare. C’est pourtant ce qui se produit dans la Marche d’Ancône au cours du pontificat de Benoît XII. L’affaire commence en 1335 lorsque l’inquisiteur en poste, le franciscain Lorenzo d’Ancona, décide de procéder à l’annulation d’une sentence de condamnation pour hérésie prononcée quatorze ans auparavant par son prédécesseur, le franciscain Lorenzo da Mondaino, contre les seigneurs de la petite cité d’Osimo, Lippacio et Andrea Guzzolini, condamnés comme idolâtres et hérétiques. Cette annulation entraîne l’ouverture d’une enquête et l’inquisiteur qui contestait la procédure de son prédécesseur est convoqué par le pape à Avignon pour produire sa défense.

  • 2 P. Iocco, Il caso giudiziario di un inquisitore inquisito: fr. Lorenzo d’Ancona (OFM), dans Picenum (...)
  • 3 S. Parent, Dans les abysses de l’infidélité. Les poursuites judiciaires contre les rebelles et les (...)
  • 4 Les articles de P. Iocco, Il caso... cit., et de M. Conetti, Note... cit., reviennent largement sur (...)

2Jusqu’à présent, les éléments de cette dernière procédure étaient essentiellement connus grâce à un fragment des poursuites alors entamées par Benoît XII contre Lorenzo d’Ancona, conservé à la Bibliothèque nationale de France. Ce document, sur lequel je vais revenir, a été étudié en détail il y a quelques années par Paola Iocco, d’abord dans le cadre d’une thèse de laurea, puis dans un article qui en reprend la substance, dans lequel elle édite les sept folios qui ont été conservés de cette procédure pontificale2. Lors des dépouillements effectués à l’Archivio Segreto Vaticano pour la préparation de ma thèse, consacrée aux multiples procédures entamées à la demande de Jean XXII contre nombre d’opposants italiens dans les années 1310-1320 – dont ceux de la Marche d’Ancône3 –, j’ai identifié un fragment inédit lié à l’activité de Lorenzo d’Ancona, qui avait échappé jusqu’à présent à l’attention des historiens : ce fragment livre une partie de la pièce qui manquait à ce dossier, à savoir les traces du procès en annulation conduit par l’inquisiteur lui-même, en 1335, et qui est à l’origine de ses ennuis. L’intérêt de ce document, dont l’édition est proposée en annexe, justifie de revenir sur les différentes étapes d’une affaire qui soulève des questions juridiques de premier planet témoigne non seulement des 4 potentialités offertes par la procédure ex officio et de l’usage qui pouvait en être fait, mais plus largement des tensions qu’entraîne l’exercice de la justice pontificale dans les premières décennies du xive siècle, notamment sous le pontificat de Jean XXII, à un moment où l’instabilité est grande, en Italie, dans les territoires sous domination de l’Église.

L’affaire lorenzo d’ancona : rappels sur les enjeux d’un procès

La papauté et les poursuites contre Osimo

  • 5 Sur Osimo, voir par exemple P. Compagnoni, Memorie della Chiesa di Osimo, Rome, 1782; G. Cecconi, I (...)

3Avant d’en venir à la procédure instruite par Lorenzo d’Ancona en 1335, quelques rappels préliminaires s’imposent sur les poursuites judiciaires qui sont au cœur de cette affaire et qui touchent, dans les années 1310-1320, les seigneurs de la cité d’Osimo, Lippacio et Andrea Guzzolini. La commune d’Osimo se trouve à quelques kilomètres au sud d’Ancône, non loin de Macerata, siège de la Curie provinciale5.

Fig. 1 – Osimo et ses environs.

  • 6 La bibliographie disponible sur le gibelinisme dans la Marche d’Ancône au début du xive siècle est (...)
  • 7 R. Sassi, La partecipazione di Fabriano alle guerre della Marca nel decennio 1320-1330 con document (...)
  • 8 F. Pirani, Ancona, Osimo... cit., p. 265-266.

4Dans la seconde moitié de la décennie 1310, l’étau judiciaire se resserre progressivement sur les gibelins de la région, et notamment sur leur chef de file, Federico da Montefeltro6. En 1317, les frères Guzzolini s’emparent par la force du gouvernement d’Osimo et s’allient avec des habitants de la commune de Recanati, distante de quelques kilomètres seulement, sur qui pèsent alors déjà des condamnations pour actes de rébellion7. Très rapidement, les Guzzolini étendent leur influence sur plusieurs localités des environs d’Osimo, comme Offagna, Montecassiano, Appignano ou encore Castelfidardo. Comme le rappelle F. Pirani, il ne reste cependant pas de traces documentaires, dans les archives locales, sur l’installation et l’organisation du régime seigneurial instauré par les deux frères sur la petite cité et, comme dans de nombreux autres cas, c’est avant tout la documentation produite par le pape et ses officiers qui constitue notre principale source de renseignement8.

  • 9 Le Collectoriae 405 a été élaboré en compilant les données transcrites dans d’autres registres comp (...)
  • 10 ASV, Cam. Ap., Coll. 405, fol. 35r-65v. C’est la plus importante section avec celle de Recanati. Le (...)

5Si l’intense activité militaire que déploient les Guzzolini et les autres gibelins de cette zone entraîne évidemment de multiples ripostes armées de la part du recteur, elle mobilise également les tribunaux au service de la Curie. Les juges prononcent ainsi, au cours de ces années, des condamnations par dizaines contre ces communes ou personnes accusées de rompre la paix et de se soustraire à l’autorité de l’Église. Cette activité judiciaire intense a engendré une production documentaire très importante, dont il ne subsiste aujourd’hui que des fragments. Les registres comptables de la papauté, et plus particulièrement les fonds des Collectoriae et des Introitus et Exitus, sont les plus loquaces sur le sujet. Parmi ces sources, le Collectoriae 405, en particulier, est révélateur du travail des juges et des pratiques d’enregistrement en vigueur à la Curie provinciale, puisqu’il contient une compilation des amendes prononcées contre ces opposants à la fin des années 13109. Parmi les nombreuses rubriques qui composent le manuscrit, celle qui concerne Osimo est l’une des plus longues, livrant plusieurs centaines de noms d’habitants de la cité10.

  • 11 Ce procès est édité intégralement et étudié en détail dans ma thèse : S. Parent, Dans les abysses.. (...)
  • 12 J. Théry, Atrocitas/enormitas. Per una storia della categoria di ‘crimine enorme’ nel Basso medioev (...)
  • 13 Ces faits sont rappelés par P. Iocco, Il caso... cit., p. 13.
  • 14 L. Fumi, Eretici e ribelli nell’Umbria dal 1320 al 1330 studiati su documenti inediti dell’Archivio (...)

6Le nombre d’amendes prononcées et leur montant souvent impressionnant ne permettent cependant pas de ramener ces personnes à l’obéissance. En 1319-1320, les poursuites judiciaires prennent alors une nouvelle dimension. C’est désormais sur le terrain de la déviance en matière de foi que la stratégie judiciaire se déplace. Jean XXII confie en effet à l’inquisiteur franciscain Lorenzo da Mondaino le soin d’ouvrir un procès pour hérésie et idolâtrie contre Federico da Montefeltro, les frères Lippacio et Andrea Guzzolini d’Osimo et plusieurs nobles de Recanati. De ces trois procédures, il ne subsiste que peu de documents proprement judiciaires, à l’exception notable d’une partie de l’instruction conduite contre Recanati – celle qui est menée contre Osimo n’a vraisemblablement pas été conservée11. Comme dans la plupart des procès pour hérésie que Jean XXII lance contre nombre de seigneurs et d’opposants au début de la décennie 1320, les inquisiteurs mobilisent un grand nombre d’accusations qui touchent à des domaines variés : spoliations multiples, assassinats d’hommes d’Église, détentions arbitraires, torture, pratiques occultes, sacrilèges, etc. Parmi toutes ces enormitates12, il en est cependant une, en particulier, qui tient une place centrale dans les procès contre Recanati et Osimo : l’adoration d’idoles et de statuettes, auprès desquelles ces opposants auraient trouvé régulièrement aide et conseil. Les témoins qui déposent dans le cadre du procès contre Recanati fournissent d’ailleurs des descriptions très précises sur l’adoration que ces opposants auraient voué à ces statuettes. En janvier 1321, au terme d’un procès dont nous ne connaissons pas le détail, l’inquisiteur Lorenzo da Mondaino condamne les frères Guzzolini comme hérétiques manifestes (heretici manifesti)13. Quelques mois plus tard, en décembre 1321, une bulle ordonne que la croisade soit prêchée contre les deux signori d’Osimo et les autres rebelles de la Marche d’Ancône – dont Federico da Montefeltro14.

  • 15 Ibid., p. 453-454.
  • 16 F. Pirani, Ancona, Osimo... cit., p. 269. L’acte d’absolution est édité par L. Egidi (dir.), I docu (...)

7Dans les années qui suivent, et après l’assassinat de Federico da Montefeltro, en avril 132215, les Guzzolini poursuivent leurs actions militaires dans la région et soutiennent ouvertement le nouvel empereur, Louis de Bavière. En 1329, le départ d’Italie de ce dernier marque la fin de l’éphémère seigneurie des Guzzolini sur Osimo, les contraignant à fuir. En 1333 enfin, Jean XXII finit par suspendre l’interdit qui touche alors la ville, permettant ainsi à Lippacio et Andrea de revenir dans leur cité, sans qu’aient été cependant annulées les sentences de condamnation pour hérésie qui les touchent16.

L’annulation de la sentence par Lorenzo d’Ancona

  • 17 M. Conetti, Note processualistiche... cit., p. 311.
  • 18 P. Iocco, Il caso... cit., p. 18.

8Au début du mois d’octobre 1335, c’est donc la sentence de condamnation prononcée en janvier 1321 contre les seigneurs d’Osimo que l’inquisiteur Lorenzo d’Ancona décide d’annuler17. Au-delà des arguments juridiques avancés par l’inquisiteur lui-même pour justifier sa décision – arguments qui seront évoqués dans les pages qui suivent –, il est évidemment impossible de savoir, à la lecture de la documentation disponible, si d’autres raisons ont poussé l’inquisiteur à agir ainsi, et sa décision cache peut-être des motivations que nous ne pouvons connaître. Dès lors, dans ce dossier, un doute peut toujours subsister quant à la légitimité ou l’honnêteté de ces raisons ou motivations, et sur la possibilité d’une instrumentalisation de l’inquisiteur par les anciens accusés. D’ailleurs, la demande d’annulation de la sentence de 1321 a sans doute été présentée par les condamnés eux-mêmes. Pour ces derniers en effet, une telle annulation avait des conséquences multiples, puisque au-delà de l’absolution judiciaire, elle entraînait aussi la restitution des biens confisqués18.

  • 19 Je ne peux pas m’attarder ici sur les détails de ce conflit, résumés dans P. Iocco, Il caso... cit. (...)
  • 20 Bullarium Franciscanum, V, n. 1062, p. 570-571; P. Iocco, Il caso... cit., p. 16-17.
  • 21 P. Iocco, Il caso... cit., p. 20. Sur ce procès, voir E. Pasztor, Il processo di Andrea da Gagliano (...)
  • 22 P. Iocco, Il caso... cit., p. 21 (n. 26 pour la transcription de la déposition).

9En dehors du procès de 1335, l’inquisiteur Lorenzo d’Ancona apparaît à plusieurs reprises dans la documentation : en 1333, tout d’abord, lors d’un conflit complexe – sur lequel il ne convient pas de s’attarder ici – qui oppose les Ermites de Saint-Augustin aux Franciscains du diocèse de Fermo au sujet de la distance entre leurs édifices sur le territoire de Morrovalle, Lorenzo assure la défense de son ordre19; en 1334 ensuite, Jean XXII le charge d’absoudre les frères mineurs qui, dans le Royaume de Sicile et dans les environs de Venise, ont adhéré aux idées de Michel de Césène et se sont repentis20; enfin, en juillet 1337, Lorenzo d’Ancona dépose comme témoin dans le procès intenté contre frère Andrea da Gagliano, inculpé pour avoir professé à Naples diverses erreurs en matière de foi21. Il dépose alors en faveur de l’accusé, qu’il dit connaître depuis le début des années 1320 et dont il garantit la parfaite intégrité22.

  • 23 Bullarium Franciscanum, VI, p. 49 n. 66; ASV, Reg. Vat. 124, ep. 6 de curia; P. Iocco, Il caso... c (...)
  • 24 Bullarium Franciscanum, VI, p. 57 n. 87 (note 4); P; Iocco, Il caso... cit., p. 23.
  • 25 P. Iocco, Il caso... cit., p. 22-23.
  • 26 Ibid., p. 24.
  • 27 Ibid., p. 25-26.

10Paola Iocco a parfaitement mis en lumière les événements qui suivent l’annulation de la condamnation de 1320; reprenons-en les jalons principaux. Informé de la procédure conduite par l’inquisiteur, Benoît XII demande dans un premier temps à consulter l’ensemble des actes du procès réalisé par Lorenzo da Mondaino contre Osimo : une lettre datée du 25 mai 1337 et adressée au recteur de la Marche d’Ancône, Canhard de Sebaillan, demande ainsi que ces documents lui soient envoyés à Avignon – il existait donc bien un exemplaire de la procédure dans les archives pontificales conservées à Avignon, mais ce dossier n’est semble-t-il pas parvenu jusqu’à nous23. Après lecture des diverses pièces de la procédure – y compris celles produites par Lorenzo d’Ancona –, ce dernier est finalement convoqué en consistoire à Avignon, au printemps 1338. Il comparaît devant une commission composée de Gozzo da Rimini, patriarche de Constantinople, et de Bertrand de Déaulx, archevêque d’Embrun, pour s’expliquer et produire sa défense, ce qui indique que la régularité de sa procédure a été mise en doute24. Par la suite, on sait simplement que Lorenzo parvient à s’échapper d’Avignon le 1er mai 1338, avant que les membres de la commission qui l’ont auditionné n’aient prononcé leur sentence, ce qui accroît le doute et tendrait effectivement à montrer que les reproches dont fait l’objet l’inquisiteur sont, en grande partie, fondés. Par une lettre adressée au Ministre général de l’Ordre des Mineurs et datée de ce jour, Benoît XII ordonne en effet sa capture25. L’affaire se termine par la condamnation en contumace de Lorenzo d’Ancona pour avoir usurpé les droits du Saint-Siège et avoir annulé la sentence de l’inquisiteur Lorenzo da Mondaino26. On perd sa trace après sa fuite d’Avignon et Paola Iocco, en croisant les chroniques, émet l’hypothèse d’un départ vers l’Orient où il aurait suivi l’expédition des Franciscains, et aurait peut-être même été au nombre des six Franciscains morts en martyrs dans l’actuelle Pékin en juin 134027.

  • 28 Ce manuscrit contient également, entre autres choses, des fragments de la procédure entamée contre (...)
  • 29 P. Iocco, Il caso... cit., p. 18-19, n. 19.
  • 30 BAV, Ottob. lat. 2520, fol. 172r-175v.
  • 31 Le manuscrit conservé au Vatican s’achève après la mention : Hec est respontio quam facio vobis dom (...)

11Revenons à l’enquête diligentée par Benoît XII. Le seul élément qui nous en était jusqu’à présent parvenu était un extrait d’un manuscrit composite de la Bibliothèque nationale de France (Ms Lat. 4246, fol. 62r-69v). C’est sur ce fragment que P. Iocco s’est appuyée pour ses recherches28. En croisant divers indices, elle faisait alors l’hypothèse de l’existence d’une seconde copie de cette enquête, mais sans pouvoir en retrouver la trace29. Je pense avoir retrouvé une partie de ce second dossier dans les manuscrits latins du fonds Ottoboni de la Bibliothèque vaticane, dont l’édition, à titre de comparaison, est également proposée en annexe (Annexe 2)30. Cependant la découverte de ce second exemplaire n’apporte pas d’éléments nouveaux : les variantes entre les deux copies sont en effet minimes, et le fragment conservé au Vatican est même moins complet que son équivalent parisien31.

  • 32 Ibid., p. 27-28. Je ne fais que reprendre de façon sommaire ces accusations. Elles sont largement d (...)
  • 33 Ibid., p. 44-46 pour la citation de l’article dans son intégralité; voir aussi l’Annexe 2, fol. 173 (...)
  • 34 Ibid., p. 46-47; Annexe 2, fol. 173v : Secundo, quod dictus frater Laurentius in cognoscendo de dic (...)
  • 35 Ibid., p. 47; Annexe 2, fol. 173v : Tertio, quia idem frater Laurentius de Ancona, interrogatus in (...)
  • 36 Ibid., p. 47-48; Annexe 2, fol. 173v : Quarto, quia interrogatus idem frater Laurentius per juramen (...)
  • 37 Ibid., p. 48; Annexe 2, fol. 173v : Quinto, quia ipse frater Laurentius de Ancona processit in cogn (...)
  • 38 M. Ascheri, I diritti del medio evo italiano, Rome, 2000, p. 345. C’est le constat que dresse par e (...)

12Cinq chefs d’accusation ont été établis par le pape pour dénoncer l’illégitimité de la décision prise par l’inquisiteur32. Le premier insiste sur l’autorité qui avait été confiée à Lorenzo da Mondaino par Jean XXII, sur le fait que le pape lui-même avait ordonné de prononcer les sentences d’excommunication contre les habitants d’Osimo et de Recanati contumaces, et rappelle que la croisade avait été prononcée contre eux33. Le deuxième article avance que Lorenzo d’Ancona n’avait pas l’autorisation de l’évêque pour annuler cette sentence34. Le troisième insiste sur le fait qu’il n’avait pas eu une connaissance directe des actes du procès instruit par Lorenzo da Mondaino35. Le quatrième affirme de même qu’il n’avait pas en sa possession la retranscription des témoignages entendus par Lorenzo da Mondaino36. Le cinquième, enfin, dénonce le fait que Lorenzo d’Ancona n’avait pas l’autorisation du recteur de la Marche d’Ancône pour instruire un tel procès et annuler la sentence de 132137. Le litige qui oppose le pape à l’inquisiteur, on le voit, soulève ainsi non seulement des problèmes juridiques fondamentaux autour de la question de l’intangibilité de la chose jugée mais aussi autour des champs d’action et de compétence de l’inquisiteur38. L’une des réponses apportées par Lorenzo d’Ancona aux articles d’accusation est de ce point de vue particulièrement révélatrice des débats juridiques qui sont alors engagés entre les deux parties. Répondant par exemple au fait qu’il n’a pas eu l’autorisation de l’évêque pour annuler la sentence, l’inquisiteur précise :

  • 39 P. Iocco, Il caso... cit., p. 51-52, et Annexe 2, fol. 174v : Dicebatur tertio quod, irrequisito di (...)

Troisièmement, il était dit que, sans la demande de l’évêque, je ne pus déclarer nulle une sentence d’hérésie. Je réponds, avec révérence et correction, que je le pus de droit, car il n’est pas expressément interdit, par quelque droit ancien ou récent, que l’inquisiteur, sans la demande de l’évêque, ne puisse pas annuler une sentence d’hérésie si pour une raison valable elle apparaît comme infondée39.

  • 40 Clem. 5, 3, 1 : Friedberg, Corpus iuris... cit., coll. 1181.
  • 41 Ibid., p. 33-35.
  • 42 Ibid., p. 53-54 : Et primo, quia predicta sententia de crimine heresis fuit lata non admissa, ymmo, (...)
  • 43 Sexti Decretal. Lib. V. tit. II. De Haereticis : Friedberg, Corpus iuris.... cit., p. 1072.
  • 44 P. Iocco, Il caso... cit, p. 54, et Annexe 2, fol. 175r : Secundo, quia fuit lata sententia in non (...)
  • 45 Ibid., p. 35 et texte p. 54.
  • 46 Ibid., p. 54-55 : Quarto, quod predicta sententia, quantum ad testes et quantum ad iudicem, qui tul (...)

13La réponse apportée ici par l’inquisiteur semble aller à l’encontre de la décrétale Multorum querela, fulminée à l’occasion du concile de Vienne par Clément V, qui oblige inquisiteurs et évêques à collaborer étroitement40. Réfutant ainsi avec plus ou moins d’adresse les arguments avancés par Benoît XII, Lorenzo d’Ancona cherche principalement à délégitimer le procès entamé en 1320 par son prédécesseur. Il dresse alors la liste des raisons qui expliquent précisément pourquoi, selon lui, la sentence prononcée contre Lippacio et Andrea est injuste (fuerit lata ex injusta causa)41. En premier lieu, les droits de la défense auraient été niés (negata defencione), alors même qu’ils constituent un droit naturel de l’individu (de iure nature)42. Il accuse également son prédécesseur d’avoir agi au mépris des règles en vigueur concernant la contumace dans les procès pour hérésie, régie par la décrétale «Cum contumacia» insérée dans le Corpus iuris Canonici43, en ceci d’abord qu’il aurait abrégé de fait le délai de rigueur d’une année qui est nécessaire avant qu’une sentence définitive ne puisse être prononcée contre un contumace; ensuite, parce que Lorenzo da Mondaino n’aurait pas tenu compte des rétractations faites par certains témoins de leur vivant ou à l’article de la mort. Tout semble donc montrer, d’après Lorenzo d’Ancona, que les témoins produits en 1320-1321 étaient des ennemis des accusés et avaient l’intention de les faire condamner – la plupart d’entre eux, j’y reviendrai, avaient d’ailleurs été expulsés d’Osimo par les Guzzolini44. Troisièmement, la sentence de 1321 a été prononcée sans être soumise à l’approbation de l’évêque45. Enfin, elle s’appuierait tout simplement sur de faux témoignages, comme l’aurait affirmé à l’article de la mort Lorenzo da Mondaino lui-même († 1323) à l’évêque de Pesaro46.

  • 47 Pour une analyse détaillée des stratégies de défense adoptées par les procureurs de ces opposants p (...)

14Tous les éléments introduits ici par Lorenzo d’Ancona condensent précisément la plupart des points autour desquels les critiques des procureurs des accusés se sont cristallisées au tout début des années 1320, lors du premier procès47. La découverte des vestiges de la procédure instruite par cet inquisiteur permet ainsi de compléter les informations fournies par le fragment de l’enquête pontificale et apporte de nombreuses précisions sur les accusations qui y sont formulées.

Intimidations, faux témoignages et obstructions variées?

  • 48 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.132r-156v (dans l’angle supérieur gauche, une autre pagination est ind (...)

15Ce qui subsiste de la procédure entamée par Lorenzo d’Ancona pour annuler la sentence de condamnation se trouve dans les Collectoriae, fonds très riche et composite où se mêlent documents de nature financière et judiciaire 48. Le manuscrit 380, dans lequel se trouve le fragment, intitulé Miscellanea Cameralia (1333-1340), constitue une bonne illustration de l’éclectisme des pièces conservées dans ce fonds. Au sein de ce volume, qui regroupe à la fois des documents sur papier et sur parchemin de la fin du pontificat de Jean XXII et surtout de celui de Benoît XII, il est effectivement difficile de trouver une réelle logique d’organisation thématique, même si les documents de nature judiciaire sont bien représentés; comme l’indique le titre du volume, l’organisation en est avant tout chronologique.

Tableau 1. UN MANUSCRIT COMPOSITE AUX ARCHIVES VATICANES : LE COLLECTORIAE 380

Tableau 1. UN MANUSCRIT COMPOSITE AUX ARCHIVES VATICANES : LE COLLECTORIAE 380

16Le fragment de manuscrit qui nous intéresse porte le titre suivant : 1335, processus super crimine haeresis habitus contra quasdam personas Marchiae Anconitanae imputati. Ce titre date vraisemblablement de l’époque moderne, au moment où le manuscrit a été relié au sein de ce volume. Le manuscrit est globalement en mauvais état et en de nombreux endroits les encres sont presque complètement effacées. Bien qu’incomplet, il n’en demeure pas moins exploitable. Nous ne possédons pas l’identité du ou des notaires qui ont rédigé ces pages, et il est donc difficile de déterminer quel en était le statut exact et l’usage auquel il était destiné. Vu son organisation, son agencement, on peut supposer qu’il a été composé à partir des comptes rendus originaux d’audition des témoins, qui eux n’ont pas été conservés. Ce fragment faisait peut-être partie du dossier que Lorenzo d’Ancona avait dû transmettre à la Curie au moment où celle-ci commençait à instruire l’enquête sur les conditions d’annulation de la sentence.

17Le document se divise en deux parties bien distinctes. Les folios 133r à 152r contiennent la synthèse d’une partie des dépositions faites au cours du procès de 1335. Sous chacun des articles d’accusation, le scribe a retranscrit le résumé des dépositions effectuées par les témoins, toujours présentées dans le même ordre – et qui correspond très vraisemblablement à leur ordre de comparution. Les derniers folios du fragment, en revanche, (fol. 153r-156v) sont d’une tout autre nature. L’écriture très nerveuse, la mise en page très dense de ces folios, le peu de soin apporté à leur confection ainsi qu’une utilisation abondante des abréviations tranchent avec le reste du document. Il s’agit sans aucun doute d’une sorte de memento confectionné par l’inquisiteur lui-même lors des auditions ou à partir du compte-rendu établi par les notaires, et qui présente un résumé synthétisé à l’extrême de ce qui a été dit au cours du procès. Ces folios sont malheureusement très difficilement lisibles et en très grande partie indéchiffrables, en raison de l’effacement des encres et de leur destruction plus ou moins avancée. Et de fait, il n’a pas été possible de les intégrer à notre dossier documentaire édité en annexe.

Les témoins auditionnés

18Les deux parties du fragment, évoquées à l’instant, contiennent un nombre important de noms de personnes, qui sont mentionnées à des titres divers, soit parce qu’elles figurent comme témoins dans le présent procès, soit parce qu’elles ont participé au premier procès pour hérésie du début de la décennie 1320. D’après le manuscrit conservé, il semblerait que trente-deux témoins ont été entendus par Lorenzo d’Ancona en 1335 pour répondre aux articuli établis par l’inquisiteur. Le tableau fourni ci-dessous (Tab. 2) en présente un aperçu complet. On ignore les jours exacts auxquels ils ont fait leurs dépositions – les auditions se déroulent cependant en toute logique à l’été 1335, entre les mois de juillet et septembre.

Tableau 2 TÉMOINS ENTENDUS PAR L’INQUISITEUR LORENZO D’ANCONA EN 1335

  • 49 Les deux noms apparaissent, mais il semble s’agir de la même personne.

Nom

Statut

1

Frater Petrus

Evêque de Numana

2

Victore

Prêtre en charge de la paroisse San Stefano de Castelfi-dardo

3

Manfredus Ugolino de Castroficcardo

Non précisé

4

Contutius Francisci de Castroficcardo

Non précisé

5

Johannes

Prieur de San Anastasio de Castelfidardo

6

Jacobus

Abbé du monastère San Lorenzo de Castelfidardo

7

Vannutius Lippoli de Castroficcardi

Non précisé

8

Laurentius Bartolutii de Castroficcardi

Non précisé

9

Girardus

Prêtre de l’église Sant’Abbondio de Castelfidardo

10

Guilelmutius Guillelmi de Castroficcardi

Non précisé

11

Stephanus

Prêtre de l’église Santa Maria de Castelfidardo

12

Aduançus Brunicti

Habitant de Castelfidardo

13

Frater Johannes Jacobutii de Murro

Prêtre de l’ordre des frères mineurs

14

frater Corradus de Macerata

Frère mineur

15

frater Matheus Corradutii

Lecteur du couvent des frères mineurs de Macerata

16

frater Paulus de Macerata

Frère mineur

17

Venturutius magistri Nicolay de Trevio

Procureur à la Curie provinciale

18

Raynaldutius Silvestri de Macerata

Notaire et procureur à la Curie provinciale

19

Johannutius Lambertini de Esculo

Notaire et procureur à la Curie provinciale

20

Magister Philippus Palmerii de Macerata

Notaire

21

Magister Philippus Scambii de Macerata

Notaire

22

Magister Laurentius de Macerata ou de Monte Causario49

Notaire et procureur à la Curie provinciale

23

Jacobus

Prieur de l’église San Pietro d’Aque Dulcis d’Osimo

24

Erculanus

Prêtre de la paroisse d’Offida

25

Jacobus

Prieur et vicaire général de la cathédrale d’Osimo

26

Martinus

Archidiacre de l’église d’Osimo

27

Frater Nicolaus Johannis de Sancta Anatolia

Abbé du monastère Sant’Appolinare de Jesi

28

Andriolus Çacçoli de Auximo

Prêtre de l’ordre des ermites de Saint-Augustin

29

Frater Thomas Coradici

Prêtre et moine au monastère bénédictin San Niccolo d’Osimo

30

Frater Jacobus de Monteguidono

Gardien de la custodie (custos custodie) du monastère franciscain de Fermo

31

Frater Johannes de Montegranario

Gardien du monastère des frères mineurs de Fabriano

32

Jacobus Symonis de Recanato

Prêtre

  • 50 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 144v : [...] ut ipse testis audivit contra ipsos dominos Lippatium e (...)

19La lecture de ce tableau permet de constater l’écrasante majorité des hommes d’Église parmi les témoins interrogés, à tous les niveaux de la hiérarchie (62,5%); parmi les douze autres personnes à avoir témoigné (37,5%), quatre sont au service du recteur en tant que notaires et/ou procureurs, deux sont qualifiés de notaire – sans plus de précision –, cinq n’ont aucun statut ou fonction spécifiée (on peut cependant imaginer que s’ils avaient été des clercs ou des religieux, leur statut aurait été indiqué par le scribe), et l’une est qualifiée d’habitant de Castelfidardo. En l’état actuel de la documentation, il est évidemment difficile d’établir avec précision les liens que ces témoins entretiennent avec le premier procès. Il y a cependant au moins deux exceptions notables dans cette liste : les frères Mineurs Jacobus de Monteguidono et Johannes de Montegranario, respectivement gardiens des couvents de Fermo et de Fabriano, ont assisté à l’audition des témoins entendus à la fois dans le procès contre Osimo et dans celui contre Recanati50. Quant aux autres témoins clercs ou religieux, la plupart sont issus d’Osimo ou de petits castra des environs. Pour ce qui est des laïcs, hormis quelques habitants de ces localités, il est intéressant de souligner que l’inquisiteur a sollicité un petit groupe particulièrement homogène, qui évolue dans l’entourage immédiat du recteur. Ce choix se comprend aisément : ces notaires et procureurs de la Curie provinciale, dont certains étaient déjà en poste au moment du premier procès, devaient avoir une parfaite connaissance des actions entamées par le recteur contre les seigneurs d’Osimo, au plan militaire comme au plan judiciaire. On constate ici la grande homogénéité géographique de ce groupe de témoins, qui résident tous à Osimo ou dans ses environs (cf. fig. 1). Les logiques qui ont présidé au choix de ces témoins par Lorenzo d’Ancona nous échappent complètement, mais il ne fait guère de doute que ce choix a été fait pour faire avancer la cause défendue par l’inquisiteur.

20D’autres noms apparaissent dans la deuxième partie du fragment – le memento établi par l’inquisiteur –, qu’il est possible de restituer au moins en partie, malgré les difficultés d’exploitation de ces quelques folios. Ainsi, au folio 153r, une liste de dix-huit personnes est établie, mais elle ne correspond pas aux noms mentionnés dans les folios qui précèdent. Les premiers noms ne sont pas déchiffrables. Il s’agit très certainement des noms de ceux qui ont déposé lors du premier procès, au début des années 1320.

Tableau 3 NOMS DE TÉMOINS AYANT PARTICIPÉ AU PROCÈS CONTRE LES SEIGNEURS D’OSIMO

Tableau 3 NOMS DE TÉMOINS AYANT PARTICIPÉ AU PROCÈS CONTRE LES SEIGNEURS D’OSIMO

21Après chacun des noms mentionnés ici, le scribe semble avoir résumé les raisons pour lesquelles ces personnes peuvent être considérées comme des ennemis mortels des accusés (inimici capitales) – mais rappelons encore une fois que l’extrême détérioration de ces folios ne permet guère d’apporter plus de précisions. À l’issue de cette liste, de nouveaux noms de témoins sont indiqués, au bas du fol. 153v. Ils correspondent, cette fois-ci, aux noms fournis dans les folios précédents, mais sont disposés selon un ordre différent. Les noms qui suivent sont rangés sous un titre dont on ne peut lire que le début : Testes expulsi et bona distructa [...].

Tableau 4 LISTE DE TÉMOINS ENTENDUS AU PROCÈS DE 1335

Tableau 4 LISTE DE TÉMOINS ENTENDUS AU PROCÈS DE 1335

22L’altération du manuscrit par la suite ne permet pas de voir si la liste se poursuit. En tout cas en l’état, elle ne contient qu’une partie des noms de ceux qui ont témoigné en 1335.

«Ad exhonerandum conscientiam suam» : des rétractations en série?

  • 51 Ce franciscain fut évêque de la cité entre 1313 (ou1317) et 1343 : B.Gams, Series episcoporum eccle (...)
  • 52 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.133r.
  • 53 Dans le procès contre Recanati, il comparaît effectivement en deuxième position : pour un aperçu co (...)
  • 54 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.133v.

23À lire les diverses pièces du dossier, il semblerait que plusieurs des acteurs du procès du début des années 1320 – juge comme témoins – soient revenus sur les positions prises à cette époque. Le fragment conservé dans le Collectoriae 380 s’ouvre ainsi sur une lettre de l’évêque de Pesaro, Pietro51, adressée à Lorenzo d’Ancona et datée du 25 septembre 1335. Il y évoque la condamnation des deux frères par Lorenzo da Mondaino et apporte un élément qui pourrait expliquer le déclenchement de la seconde procédure en évoquant une «confession» de l’ancien inquisiteur. En 1323, ce dernier est en effet à Pesaro au moment où il tombe gravement malade (infirmaretur ad mortem); se sachant condamné (de sua salute modicum speraretur), il aurait éprouvé le besoin de parler à l’évêque de la cité, lui confiant que rien ne faisait plus souffrir sa conscience que les poursuites qu’il avait entamées contre les seigneurs d’Osimo et la condamnation à laquelle elles avaient aboutie. Selon lui, ces seigneurs auraient donc été condamnés comme hérétiques «contre le droit et la justice» (contra jus et justiciam tanquam hereticos condempnaverat)52. Dès lors, son seul souhait aurait été de purger l’infamie (ad purgandum infamiam) qui touchait ces seigneurs et de témoigner de leur innocence (ad ostendendum innocentiam nobilium predictorum), leur restituant ainsi leur fama. L’évêque de Pesaro ne semble cependant pas parler de confession de l’inquisiteur, au sens technique, mais mentionne simplement le fait qu’il avait voulu dire et révéler (habuit nobis dicere et revelare) ces choses. Dans les mois et les années qui suivent, plusieurs autres voix confirment les déclarations supposées de Lorenzo da Mondaino. La plupart d’entre elles émanent de personnes qui ont témoigné lors du premier procès de 1320. Après la lettre de l’évêque de Pesaro, en effet, les témoignages de deux autres personnes sont retranscrits, indépendamment de ceux qui seront synthétisés après chaque article d’accusation dans la suite du fragment. La première est celle de Johannes, prêtre et frère du couvent des Ermites de Saint-Augustin de Montecassiano, qui dépose le 26 août 1335 devant frère Lorenzo d’Ancona, dans l’église des frères Mineurs de Macerata, en présence de Lorenzo d’Ancona, du lecteur du couvent, frère Matheus Corradutii de Fabriano, et d’un autre frère de ce même couvent, Johannes Baccutii; il certifie avoir déposé à la fois dans le procès contre Osimo et dans celui contre Recanati53. Il produit lui aussi une rétractation de sa précédente déposition (hoc dixit ad exhonerandum conscientiam suam), affirmant qu’elle avait été faite sous la menace de l’évêque de Recanati, Federico, et de Johannes de Auximo – vicaire de l’évêque d’Osimo –, qui l’auraient alors menacé de le bannir lui et tous les membres de sa famille s’il ne produisait pas ce témoignage54. Son intention est ainsi de restituer aux accusés leur fama (volens famam redere supradictis).

  • 55 Ibid., fol. 134r.

24Le 17 septembre suivant, c’est au tour du frère Corradus, moine au monastère San Niccolo d’Osimo, qui a lui aussi participé au premier procès, de comparaître devant Lorenzo d’Ancona, mais cette fois-ci à Recanati, dans la sacristie des frères Mineurs, en présence du gardien du lieu, frère Pax de Burgo, et d’un moine de ce monastère et compagnon (socius) de l’inquisiteur, Salimbene Condolfutii de Sancto Severino. Contrairement au témoignage produit par Johannes, Corradus n’évoque pas les pressions qu’aurait exercées l’évêque de Recanati; il insiste plutôt sur le fait qu’il avait été l’un des premiers à être chassés d’Osimo par les Guzzolini, seize ou dix-sept ans auparavant, qu’il ne pouvait donc pas avoir eu connaissance directe de ce qui s’y passait lorsque ces derniers y avaient pris le pouvoir : c’est donc une manière d’avouer qu’il aurait produit de faux témoignages sur les accusés55.

  • 56 Ibid., fol. 140v-141r : Qui articulus probari videtur per tria instrumenta reistrata in supradicto (...)

25La suite du fragment fournit ainsi trois noms de témoins qui sont revenus officiellement sur leurs dépositions, devant notaire : le frère augustin Johannutius de Montecassiano (il s’agit logiquement du Johannes que je viens d’évoquer à l’instant), Jacobus de Montefano (également appelé Cheptus) et Tentus Simonicti de Auximo : ces trois rétractations font l’objet de l’article 14, qui n’est cependant pas développé, le scribe renvoyant à trois instrumenta enregistrés dans le cadre de l’article 11 (lequel n’a pas été conservé, notre fragment commençant à l’article 12)56. Il n’est donc pas possible de savoir si ces instrumenta étaient réellement présents dans le dossier.

  • 57 Ibid., fol. 142r-v.
  • 58 Ibid., fol. 142v.

26Le notaire Venturutius magistri Nicole de Trevio, interrogé par Lorenzo d’Ancona, rapporte avec précision l’une de ces scènes de confession ou, si l’on préfère, de rétractation, à laquelle il aurait directement assisté tandis qu’il se trouve à Macerata. Une personne nommée Crescentius, sur le point de mourir, aurait confessé avoir été l’un des ordonnateurs de l’accusation d’hérésie prononcée contre les Guzzolini (cum ego fueri unus de ordinatoribus contra ipsos super heresi) et qu’il serait damné s’il mourrait avec ce péché57. Plusieurs témoins assistent aux aveux de Crescentius : parmi eux figurent des laïcs (magister Matheus, magister Nicolaus, dominus Bonaventura et dominus Venturutius) mais également des frères mineurs dont les noms ne sont pas mentionnés. Cependant, et cela est d’ailleurs étonnant, les aveux de Crescentius ne semblent pas avoir été officialisés par la confection d’un instrumentum publicum : en effet, lorsqu’un des témoins de la scène, Bonaventura, lui suggère de mettre sa confession par écrit, Crescentius refuse, affirmant que son témoignage produit par oral devant tous ces témoins est suffisant («Sufficit hec per testes et satis est istud»)58. Le poids juridique d’un tel argument peut paraître, a posteriori, bien faible. Le lendemain de son aveu, Crescentius décède, et Venturutius fait partie de ceux qui le conduisent à l’église avant qu’il soit inhumé.

Comment faire pour retrouver sa fama?

27C’est certainement l’une des questions clés de toute cette affaire et les articles établis par Lorenzo d’Ancona vont dans ce sens. Le fragment permet d’établir qu’au moins vingt articuli ont été produits. Cependant, seuls les articles 12 à 20 ont été conservés. Le tableau présenté ci-dessous (Tab. 5) en présente une vision synthétique.

Tableau 5 ARTICLES ÉTABLIS PAR LORENZO D’ANCONA

  • 59 Ibid., fol. 134r-v.
  • 60 Ibid., fol. 138r.
  • 61 Ibid., fol. 140v.
  • 62 Ibid., fol. 141r.
  • 63 Ibid., fol. 145r.
  • 64 Ibid., fol. 145v.
  • 65 Ibid., fol. 147v-148r.
  • 66 Ibid., fol. 149r-v.
  • 67 Ibid., fol. 149v.

Numéro de l’article

Contenu

12

Lippacio et Andrea se sont toujours comportés comme des chrétiens respectueux, que ce soit au moment du procès ou avant celui-ci, fréquentant l’église et honorant les figurations de la Vierge ou la Croix59.

13

Les témoins interrogés lors du procès fait par Lorenzo da Mondaino ne pouvaient pas être au courant des faits et gestes des deux seigneurs puisqu’ils vivaient hors d’Osimo et que l’accès de la cité leur était interdit60.

14

Trois de ces témoins, que l’article nomme, se sont rétractés à l’article de la mort (in extremis), affirmant qu’ils avaient produit leurs témoignages sous la menace61.

15

Les témoins étaient faux et ont produit des témoignages contraires à la vérité62.

16

Lorenzo da Mondaino avait fait citer à comparaître Lippacio et Andrea à Montolmo pour qu’ils disent la vérité au sujet des faits sur lesquels portait l’enquête63.

17

Les accusés ne pouvaient pas accéder au lieu où l’inquisiteur les avait convoqués, au risque de courir un grand danger64.

18

Lippacio et Andrea ont envoyé leur procureur à l’inquisiteur afin de lui dire qu’ils étaient prêts à comparaître dans un autre lieu65.

19

Lorenzo da Mondaino a fait condamner les frères Guzzolini comme hérétiques manifestes, les a privés de tout bien et de tout honneur et a confié au bras séculier la charge de les punir66.

20

L’opinion commune (communis oppinio) disait que l’ouverture du procès avait été ordonnée par l’évêque de Recanati et Giovanni67.

  • 68 Ibid., fol. 134r-v.
  • 69 Ibid., fol. 135v.
  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid., fol. 136r.

28La restitution de la fama des accusés passe en grande partie par la reconnaissance du fait que leurs comportements sont ceux de catholiques et non d’hérétiques. C’est l’objet du douzième articulus68. Sur ce point, tous les témoignages concordent. Tous les hommes d’Église interrogés confirment en effet qu’ils ont vu régulièrement Lippacio et Andrea fréquenter les églises et s’y prosterner comme le font tous les autres chrétiens. Girardus, prêtre de Sant’Abbondio de Castelfidardo affirme ainsi connaître les frères Guzzolini depuis l’enfance et soutient que depuis qu’ils ont atteint l’âge légal (in etate legitima) ils se comportent comme de bons catholiques69. Le frère mineur Johannes Jacobutii de Murro relate quant à lui une scène qui évoque directement la question de l’idolâtrie, au cœur du procès de 1320 : il rapporte qu’il avait entendu dire que Lippacio et Andrea, lorsqu’ils avaient eu connaissance des charges qui pesaient contre eux, se seraient rendus dans une église d’Osimo pour jurer qu’ils n’avaient rien fait contre la foi et n’avaient pas adoré d’idole70. Un autre témoin, procureur à la cour du recteur, rapporte une scène à laquelle il a assisté : lors d’un repas, le père du témoin, Nicolaus de Trevio, aurait dit que cette accusation d’hérésie n’était produite que pour chasser les seigneurs d’Osimo de la Marche d’Ancône et pour les diffamer71.

  • 72 Ibid., fol. 137v.
  • 73 F.Grimaldi, K.Sordi, La Villa di Santa Maria di Loreto. Strutture socio-religiose, sviluppo edilizi (...)
  • 74 Cette question du transport surnaturel de la maison de la Vierge de Palestine en Occident et du dév (...)
  • 75 Ibid.
  • 76 Cette accusation fait par exemple l’objet du 3e article d’accusation du procès contre les nobles de (...)

29Si la fréquentation assidue des lieux de culte semble constituer, aux yeux des témoins, un signe évident de leur orthodoxie, la sincérité de leur foi se serait également traduite par d’autres comportements. L’accueil réservé aux pèlerins en fait partie. Le frère augustin Andriolus Çacçoli donne ainsi l’exemple de pèlerins venant de Hongrie et se rendant à Rome auxquels les Guzzolini auraient fait donner le gîte et le couvert, faisant porter également du pain et du vin à ceux qu’ils ne peuvent loger faute de place72. On peut imaginer que ces pèlerins profitent de leur passage dans la région pour se rendre à l’église Santa Maria di Loreto, qui devient, au seuil du xive siècle, un centre de dévotion réputé qui attire un nombre croissant de fidèles73. Le culte s’est en effet développé, on le sait, sur le lieu où la maison de la Vierge, qui se trouvait à l’origine à Nazareth, aurait fini par arriver au mois de décembre 129474. Ensuite, le respect des seigneurs d’Osimo à l’égard des hommes d’Église constituerait un autre témoignage de leur foi. Ce même frère augustin rapporte des faits qui vont dans ce sens : tandis qu’un jour des hommes de Lippacio et Andrea étaient partis faire une chevauchée sur le territoire de Numana, à la demande des seigneurs, ceux-ci auraient capturé l’abbé de San Lorenzo de Castelfidardo ainsi que deux autres prêtres, les conduisant nus sur la place publique d’Osimo. Voyant cela, Lippacio et Andrea les auraient immédiatement fait libérer, leur offrant à boire et à manger, et aurait fait jeter en prison le capitaine qui avait orchestré l’arrestation75. Enfin, plusieurs témoignages rapportent une scène qui se serait déroulée sur la place publique d’Osimo et qui aurait conduit à l’exécution d’un familier de Lippacio et Andrea, Simoniccius Marcellutii, alias dictus Rechionus. L’évocation de cet épisode – nous pourrions presque dire de cet exemplum, tant la scène semble stéréotypée – permet d’affirmer, aux yeux des témoins interrogés, que les frères Guzzolini n’avaient rien contre les prêtres et n’avaient pas dit que les tuer n’était pas un péché76. La scène est ainsi décrite par la plupart des témoins : ce familier aurait ainsi exécuté un prêtre, Johannes, recteur de l’église Sant’Angelo, décrit comme guelfe et ennemi des seigneurs d’Osimo (qui erat guelfus et ipsorum dominorum inimicus) :

  • 77 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 143v : [...] ipso mortuo dictus Rechionus accessit ad dictos dominos (...)

Une fois [le prêtre] mort, Rechionus se rendit auprès desdits seigneurs, pensant leur porter des nouvelles qui leur feraient plaisir, et il dit à ces seigneurs : «Seigneurs, j’ai tué l’un de ces guelfes et par le corps du Christ je veux ses biens». [...] Lesdits seigneurs Lippacio et Andrea envoyèrent chercher sur le champ des officiers de la commune d’Osimo et ils dirent à Rechionus : «Ne tue jamais d’autre prêtre! Les guerres de nos ennemis nous suffisent. Nous n’avons pas l’intention d’entrer en conflit avec Dieu ou avec ses serviteurs, les clercs». Et sur le champ ils le firent conduire de leurs propres mains dans la prison des familiers et dirent : «Emmenez-le car il a tué un prêtre, et faites en sorte qu’il ne puisse jamais tuer d’autre prêtre»; et le matin suivant il fut décapité. Interrogé sur la façon dont il le savait, il dit qu’il a vu et entendu lesdites choses et qu’il était présent. Interrogé sur l’époque des faits, il dit que ce fut la veille de la fête de saint Jean-Baptiste, et que le matin suivant justice fut faite, comme cela a été dit. Et il dit que tous les habitants de cette terre furent alors surpris parce que Rechionus avait été leur plus proche serviteur77.

30Ainsi, aucun des témoins entendus par Lorenzo d’Ancona n’émet un quelconque doute sur la foi de ces seigneurs. Tous les éléments évoqués ici par les témoins – manifestations de piété, pratique de la charité et respects des desservants du culte –, on le voit, contribue à construire une image de ces signori qui est à l’exact opposé de celle donnée par les procès pour rébellion et hérésie du début de la décennie 1320.

Des irrégularités dans la procédure?

31Les critiques formulées par l’inquisiteur se concentrent ensuite principalement sur les multiples irrégularités qui auraient entaché la conduite du procès mené par Lorenzo da Mondaino, dès son origine. Les critiques portent ainsi sur trois points principaux : le mobile qui a conduit à l’ouverture du procès; le lieu qui a été choisi pour la tenue du procès; la qualité des témoignages produits. Il s’agit là d’arguments classiques et couramment mobilisés, dans de nombreux procès, par les accusés et leurs procureurs.

  • 78 J. Théry, Fama: l’opinion publique comme preuve judiciaire. Aperçu sur la révolution médiévale de l (...)
  • 79 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 149v.
  • 80 Ibid.
  • 81 P. L. Falaschi, Berardo I da Varano, signore di Camerino, dans Studi Maceratesi, 18, 1983, p. 43-45
  • 82 Extra. Joan. XXII, 12, 1. E. Friedberg, Corpus Iuris Canonici, Leipzig, 1879, réimp. Graz, 1955-195 (...)
  • 83 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 151v.
  • 84 Ibid., fol. 150v, par exemple dans la déposition de Venturutius magistri Nicole de Trevio.
  • 85 Ibid., fol. 142r.

32Les actes du procès reviennent à plusieurs reprises sur les mobiles qui ont contribué à déclencher l’ouverture d’une procédure ex officio78. La plupart des témoins sont ainsi très précis sur les promoteurs de la cause. Cette ques­tion du lancement de l’instance fait l’objet du vingtième article79. Pour l’une des personnes interrogées, le prêtre de la paroisse San Stefano de Castelfidardo, Victore, le procès aurait un mobile évident : la punition des auteurs du massacre des envoyés du recteur (propter dictas occisiones factas de consanguineis et amicis...)80. Le prêtre évoque ici sans aucun doute l’embuscade organisée à Recanati par les troupes gibelines, au début de l’année 1319, à laquelle les seigneurs d’Osimo ont activement participé : les envoyés du recteur – dont des membres de sa famille –, sont tués alors qu’ils viennent pour essayer de faire payer les amendes qui se sont abattues sur la cité depuis plusieurs mois et cherchent à faire revenir la commune sur la voie de l’obéissance81. La répercussion de cet épisode a d’ailleurs été telle que Jean XXII rédige une lettre dans laquelle il rappelle l’incident et, de manière plus large, les violences commises dans la Marche d’Ancône et définit les peines qui doivent être prescrites contre ceux qui commettraient des actes de rébellion. Cette lettre est ensuite intégrée au Corpus Iuris Canonici sous le titre De poenis, ce qui tend à prouver à quel point la lutte contre les rebelles de la Marche d’Ancône a aussi, dans ces années, un impact sur la production du droit pontifical82. Ce guet-apens aurait ainsi constitué un moment clé dans l’évolution des méthodes judiciaires utilisées contre ces opposants, et le transfert des compétences vers le tribunal d’Inquisition, on le comprend, aurait été perçue par les autorités provinciales comme un moyen de venger le geste irréparable commis contre des représentants de l’Église et de mettre hors d’état de nuire les deux frères (ad destruxionem ipsorum)83. Ainsi, selon plusieurs témoins, le procès aurait été orchestré d’un commun accord par l’évêque de Recanati, le vicaire de l’évêque d’Osimo, le recteur de la Marche d’Ancône et Lorenzo da Mondaino. Tous les témoins confirment que cette idée était largement diffusée sur le territoire de Macerata à cette époque, et que Lorenzo da Mondaino aurait ainsi engagé ces poursuites judiciaires à la demande de l’évêque de Recanati, non pas mû par un zèle de justice et par la foi chrétienne, mais uniquement afin de lui plaire84. Le frère mineur Corradus de Macerata réaffirme sans laisser place à un quelconque doute que l’évêque de Recanati est l’auteur de ce stratagème (dominus episcopus qui fuit auctor istius mali)85.

  • 86 Voir par exemple ce qu’en dit Guillaume Durant dans son Speculum iuris, II, I, De citatione, § 1, n (...)
  • 87 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 145v.
  • 88 Ibid.
  • 89 Ibid., fol. 146r.
  • 90 Ibid., fol. 146v-147r.
  • 91 Ibid.
  • 92 Ibid., fol. 147r.
  • 93 C’est par exemple ce qu’affirment dompnus Jacobus, prieur de l’église San Pietro Aque Dulcis d’Osim (...)
  • 94 Pour les années 1321-1324, voir par exemple les comptes de nuntii et cursores tenus par le trésorie (...)

33Une fois démasquées les motivations réelles qui auraient présidé à l’ouverture du procès, des irrégularités sont dénoncées à toutes les étapes du processus judiciaire. À commencer par le lieu même de son déroulement, Montolmo (actuelle Corridonia, à une dizaine de kilomètres au sud de Macerata). En théorie, une personne citée à comparaître pouvait demander un nouveau lieu de comparution si le lieu assigné par le juge représentait un danger pour sa vie86. Le 17e article y est consacré87. L’article dénonce le fait que les deux inculpés n’étaient pas en mesure de pouvoir venir témoigner en toute sécurité au lieu fixé par l’inquisiteur. Tous les témoins, une fois de plus, vont dans ce sens. Ainsi l’évêque de Numana, Pietro, rappelle que Lorenzo da Mondaino s’était installé dans ce lieu pour citer à comparaître Lippacio et Andrea protégé par un très grand nombre de cavaliers et de sergents de l’Église et du recteur (cum maxima comitiva equitum et sergentium ecclesie et dicti domini Amelii)88; le frère mineur Johannes Jacobutii évoque de son côté le chiffre de 500 cavaliers et affirme que l’inquisiteur se serait rendu à Montolmo sous très haute protection, avec une escorte de 50 ou 60 cavaliers89; le notaire et maître Phylippus Palmerii de Macerata confirme quant à lui que de nombreux mercenaires et partisans du recteur, mobilisés avant tout pour lutter contre les habitants d’Osimo, résidaient à Montolmo à cette époque et qu’il avait vu lui-même à de nombreuses reprises des cavaliers et des fantassins quitter Macerata pour essayer de capturer Lippacio et Andrea90. Le notaire Phylippus Palmerii de Macerata aurait vu sortir de Macerata, de jour comme de nuit, les troupes du recteurs, déployées pour d’essayer de capturer les Guzzolini; il relate même les scènes de harangues auxquelles le recteur aurait régulièrement procédé pour motiver ses hommes lorsqu’ils quittaient Macerata : «Capturons Lippacio et Andrea et faisons-les brûler!» (Capiemus ipsos dominos Lippatium et Andream et faciemus eos comburi)91; le frère Nicolaus Johannis de Sancta Anatolia, abbé du monastère Sant’Appolinare de Jesi, évoque quant à lui les appels qu’aurait fait le recteur, à Macerata, depuis la fenêtre de son palais, afin de recruter des troupes pour lutter contre Osimo – celui-ci aurait également vu des habitants d’Osimo être amenés comme prisonniers à Macerata92. Enfin, plusieurs témoins auraient aperçu les bannières (insigna) de Montolmo parmi les armées qui assiégeaient régulièrement Osimo93. La consultation des registres comptables de la Curie provinciale – et notamment les rubriques de nuntii et de cursores – confirme bien à quel point la pression exercée est grande, au début des années 1320, autour des frères Guzzolini94.

  • 95 Une attention récente et renouvelée a été portée au problème du témoignage par les juristes et les (...)
  • 96 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 138r-v.
  • 97 Ibid., fol. 139v.
  • 98 Ibid., comme l’affirme Martinus, archidiacre de la cathédrale d’Osimo.
  • 99 Ibid., fol. 140v, témoignage de Jacobus Symonis, prêtre à Recanati.
  • 100 Y. Mausen rappelle ainsi qu’il n’est «pas facile de trouver de signes sans contestation possible ré (...)
  • 101 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 141r : article 15 : Item quod testes sunt et fuerunt falsi et false (...)
  • 102 Ibid., fol. 141r.
  • 103 Ibid.
  • 104 Ibid., fol. 141v.
  • 105 Dans le manuscrit contenant les actes du procès contre Recanati, la transcription de sa déposition (...)

34En dernier lieu, ce sont les conditions mêmes de sélection des témoins et la nature des témoignages qu’ils ont produits qui auraient, selon les contestataires, fait l’objet de nombreuses irrégularités. Sont notamment dénoncées les conditions dans lesquelles l’audition des témoins a été réalisée, l’idonéité des témoins interrogés ou encore l’incohérence et l’invraisemblance des propos tenus95. L’article 1396 met ainsi en avant l’impossibilité pour les témoins auditionnés lors du premier procès de produire un témoignage recevable, dans la mesure où ceux-ci ne vivaient plus à Osimo au moment de l’enquête et ne pouvaient donc pas avoir eu une connaissance directe des faits et gestes des frères Guzzolini – contestant ainsi les dépositions qui auraient été faites de visu ou de auditu. L’un des notaires au service du recteur, le procureur Venturutius magistri Nicole de Trevio, confirme d’ailleurs que la plupart des personnes chassées d’Osimo au moment de leur accession au pouvoir avaient trouvé refuge sur le territoire tout proche de Macerata, et qu’il était donc facile de recueillir des témoignages hostiles aux deux seigneurs97. La plupart des personnes interrogées par Lorenzo d’Ancona soulignent d’ailleurs que ces témoins, parce qu’ils avaient été chassés, ne pouvaient retourner à Osimo sans prendre d’énormes risques : Lippacio et Andrea les auraient fait capturer et exécuter comme n’importe quel bannis98, mais leur auraient aussi promis une mort très cruelle (crudelissima morte occisi secundum suum judicium et conscienciam)99. De fait, parce qu’ils avaient été expulsés, tous ces exilés pouvaient être considérés comme des ennemis mortels (inimici capitales) des frères Guzzolini, animés d’un désir de vengeance à leur égard et auraient profité du procès pour produire des dépositions qui leur étaient inévitablement hostiles et conduisaient à leur condamnation. Sur le plan technique, ce paramètre est en effet fondamental pour étayer l’argument de la non recevabilité des témoignages reçus par Lorenzo da Mondaino. C’est pour cette raison que la définition du degré d’inimitié demeure stratégique lorsqu’il s’agit d’infirmer la déposition d’une personne et que les procureurs des accusés, dans nombre de procès, ont recours à cet argument100. Ainsi, les témoins étant des ennemis mortels des accusés, les témoignages qu’ils ont produit ne pouvaient être que contraires à la vérité101. C’est l’une des dénonciations fortes de l’enquête de Lorenzo d’Ancona. Certains, à l’image de Contutius Francisci, habitant de Castelfidardo, semblent en avoir eu confirmation par certains des témoins en personne102; d’autres, comme Johannes, qui réside également à Castelfidardo, ont appris de fama que la plupart des témoins sont revenus sur leur témoignage devant notaire (quasi major pars dictorum testium revocavit dictum suum ut falsum per publica instrumenta)103. Stephanus, prêtre de l’église Santa Maria de Castelfidardo, en aurait même eu la confirmation par l’un des témoins ayant déposé contre les seigneurs de Recanati, Jacobus Simonis104. Ce dernier est en effet prêtre et chapelain de la paroisse San Stefano de Monte Santo, dans le diocèse de Fermo105. Aucun document, rappelons-le, ne vient cependant corroborer ces affirmations.

  • 106 C’est ce que rappelle Y. Mausen, ‘Veritatis adiutor’... cit., p. 650.
  • 107 C’est par exemple le cas dans la défense que produit le procureur des marquis Rinaldo et Obizzo d’E (...)
  • 108 Ibid., fol. 144v : [...] unius dicebat est per staturam unius pueri.V. annorum, alter dicebat est p (...)
  • 109 ASV, A. A., Arm. C, 1003, parch. 5.
  • 110 Ibid., parch. 1 : In primis quod predicti et quilibet ipsorum a XVIII mensibus citra et quolibet di (...)
  • 111 Ibid. : Item quod predicti et quilibet ipsorum a XVIIIe mensibus citra et quolibet dictorum mensium (...)

35Enfin, ultime irrégularité dénoncée, le procès mené par Lorenzo d’Ancona insiste sur la contradiction interne des témoignages. Cette question est d’autant plus décisive qu’elle peut en théorie permettre d’établir l’impossibilité de la véracité des témoignages produits106. Il est d’ordinaire fréquent que ces critiques portent sur les contradictions liées au temps ou au lieu107. Dans le cas présent, c’est la description de l’idole qui retient l’attention de l’inquisiteur – ceci est d’autant plus logique que l’accusation d’adorer des idoles, je le rappelle, constitue un des éléments clés des procès intentés contre Osimo, Recanati ou encore Federico da Montefeltro au début des années 1320. Les deux personnes qui, parmi les témoins interrogés, ont assisté à l’audition des témoins entendus contre les inculpés d’Osimo et de Recanati – Jacobus de Monteguidono et Johannes de Montegranario – rappellent les incohérences de nombre de dépositions quant à la taille de l’idole : ainsi à la question «De quelle grandeur était l’idole de Recanati?», les réponses semblent avoir été divergentes : «L’un disait qu’elle avait la taille d’un enfant de cinq ans, l’autre disait qu’elle avait la stature d’un prêtre de Macerata [...], et un autre disait qu’elle était longue d’une coudée, et un autre disait qu’elle avait la forme d’un petit enfant [...]»108. Il est intéressant de constater que dans les vestiges de la procédure faite contre Recanati, aucune trace ne subsiste de telles hésitations et les deux idoles qui auraient été adorées dans cette localité sont décrites avec une grande précision par la plupart des témoins, dont le prêtre Jacobus Symonis109, évoqué un peu plus haut : le premier article d’accusation évoque l’adoration d’une idole qui se trouvait dans le palais communal de Recanati, dans la chambre d’un des principaux inculpés, et était vêtue à la manière d’un prêtre110; la seconde se serait trouvée sur la place publique et aurait eu l’apparence d’un chevalier111. Un tel décalage entre les témoignages tels qu’ils nous sont parvenus et les doutes qui semblent avoir surgi au cours même de l’instance, comme l’affirment les deux frères mineurs précédemment cités, viennent rappeler, une fois de plus, tous les pièges que tendent à l’historien la mise par écrit du témoignage – qui implique un processus de traduction, de sélection, de simplification ou de réagencement de la parole des témoins.

***

36Ainsi, la lecture croisée du fragment de l’enquête conduite par Benoît XII contre Lorenzo d’Ancona et du fragment inédit du procès instruit par l’inquisiteur en 1335 aborde des problèmes juridiques fondamentaux et semble à première vue apporter des preuves indiscutables sur les manipulations auxquelles Lorenzo da Mondaino se serait livré une quinzaine d’années auparavant dans le procès qui conduit à la condamnation comme hérétiques des seigneurs d’Osimo. Pourtant, malgré les arguments mobilisés par Lorenzo d’Ancona en 1335 pour dénoncer les irrégularités du procès mené par son prédécesseur et l’homogénéité des dépositions produites à cette occasion, toutes favorables aux Guzzolini, une question mérite, je crois, d’être posée : finalement, à laquelle des deux procédures faut-il porter le plus de crédit? À la réflexion, la réponse est loin d’être évidente et c’est peut-être aussi cette part d’hésitation qui donne tout son intérêt à ce dossier. Certes, il ne fait aucun doute que Jean XXII a usé très largement, tout au long de son pontificat, de la procédure ex officio pour lutter contre les oppositions qui se développaient au sein des Terres de l’Église comme en dehors de celles-ci. Néanmoins de nombreuses incertitudes demeurent quant aux motivations qui ont conduit Lorenzo d’Ancona à engager une nouvelle procédure venant infirmer la précédente – et sa fuite d’Avignon après avoir été auditionné ne plaide pas, d’une certaine manière, en sa faveur. Même si les pièces judiciaires qui sont parvenues jusqu’à nous sont, sur biens des aspects, d’un grand intérêt, beaucoup d’éléments nous échappent encore en grande partie, notamment les rapports de force ou, au contraire, de connivence qui se jouent, au niveau local, entre l’inquisiteur et les divers acteurs laïcs et ecclésiastiques impliqués dans le procès. En dépit de ces zones d’ombre et des interrogations qui sont, pour le moment, destinées à rester en suspens, le procès engagé par Lorenzo d’Ancona a en tout cas le mérite d’éclairer parfaitement le processus judiciaire qui tente de réintégrer ces signori dans l’ordre politique et social local.

Haut de page

Notes

1 J.-L. Biget, L’Inquisition et les villes du Languedoc (1229-1329), dans J. Chiffoleau, C. Gauvard, A. Zorzi (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 385), p. 544. Pour l’Italie, M. D’Alatri a mené plusieurs études sur ces questions, par exemple : L’inquisizione a Firenze negli anni 1344/1346 da un’istruttoria contro Pietro da l’Aquila, dans Miscellanea Melchor de Pobladura, I, Rome, 1964, p. 225-249; Id., Due inchieste papali sugli inquisitori veneti (1302 e 1308), Collectanea franciscana, 39 (1969), p. 172-187; Id. Un processo dell’inverno 1346-1347 contro gli inquisitori delle Marche, dans Archivum franciscanum historicum, 71, 1978, p. 305-338; voir aussi F. Callaey, Un épisode de l’Inquisition franciscaine en Toscane. Procès intenté à l’inquisiteur Minus de San Quirico, 1333-1334, dans Mélanges d’histoire offerts à Charles Moeller, I, Louvain-Paris, 1914, p. 527-547.

2 P. Iocco, Il caso giudiziario di un inquisitore inquisito: fr. Lorenzo d’Ancona (OFM), dans Picenum Seraphicum, 22-23, 2003-2004, p. 11-65. Dans ce même numéro, voir aussi la contribution de M. Conetti, Note processualistiche e dottrinali al caso di Andrea e Lippacio da Osimo, p. 307-320. La figure de Lorenzo d’Ancona est également brièvement évoquée dans C. Schmitt, Un pape réformateur et un défenseur de l’unité de l’Église. Benoît XII et l’Ordre des Frères Mineurs (1334-1342), Florence, 1959, p. 351-353.

3 S. Parent, Dans les abysses de l’infidélité. Les poursuites judiciaires contre les rebelles et les ennemis de l’Église (Italie du Nord et du Centre, 1ère moitié du xive siècle), 2 tomes, sous la direction de Jacques Chiffoleau, Lyon, novembre 2010. La publication est en préparation à l’École française de Rome, dans la BEFAR.

4 Les articles de P. Iocco, Il caso... cit., et de M. Conetti, Note... cit., reviennent largement sur ces aspects en prenant appui sur le fragment étudié par P. Iocco.

5 Sur Osimo, voir par exemple P. Compagnoni, Memorie della Chiesa di Osimo, Rome, 1782; G. Cecconi, I due fratelli Lippacio e Andrea Guzzolini da Osimo. Notizie storiche raccolte ed illustrate con documenti, Osimo, 1873; id., Carte diplomatiche osimane, Ancône, 1878; C. Grillantini, Storia di Osimo, I, Pinerolo, 1957; F. Pirani, Città e società urbana a Osimo tra xiii e xiv secolo, dans Proposte e ricerche, 37, 1996, p. 50-77; A. Gallina, Le istituzioni di Osimo negli statuti del secolo xiv, Osimo, 1997. Voir également F. Pirani, Ancona, Osimo, Recanati e i comuni di Castello nei rispettivi territori, dans V. Villani (dir.), Istituzioni e statuti comunali nella Marca d’Ancona. Dalle origini alla maturità (secoli xi-xiv), II/1, Le realtà territoriali, Ancône, 2007, p. 225-274, et notamment p. 265-269.

6 La bibliographie disponible sur le gibelinisme dans la Marche d’Ancône au début du xive siècle est abondante, et je me contenterai ici de renvoyer à quelques travaux classiques, souvent anciens : L. Colini-Baldeschi, Ghibellinismo ed eresie marchigiane nella prima metà del secolo xiv, dans Rivista delle Biblioteche e degli Archivi, 10, 1901, p. 17-33; F. Bock, I Processi di Giovanni XXII contro i Ghibellini delle Marche, dans Bulletino dell’Istituto storico per il Medioevo, 57, 1941, p. 19-68; M. d’Alatri, Gli idolatri recanatesi secondo un rotolo vaticano del 1320, dans Collectanea Franciscana, 33, 1963, p. 82-105; M. Natalucci, Lotte di parte e manifestazioni ereticali nella Marca agli inizi del secolo xiv, dans Studia Picena, 24, 1956, p. 125-144; A. Gattucci, Giovanni XXII e il ghibellinismo italiano: il processo per eresia ed idolatria, e l’assassinio di Federico da Montefeltro (1322), dans Studi storici in onore di Raffaele Molinelli, Urbino, 1998, p. 143-179; F. Pirani, I processi contro i ribelli della Marca anconitana durante il pontificato di Giovanni XXII, dans L’età dei processi. Inchieste e condanne tra politica e ideologia nel’ 300, Rome, 2009, p. 181-209.

7 R. Sassi, La partecipazione di Fabriano alle guerre della Marca nel decennio 1320-1330 con documenti inediti, dans Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, ser. 4, 7, 1930, p. 61.

8 F. Pirani, Ancona, Osimo... cit., p. 265-266.

9 Le Collectoriae 405 a été élaboré en compilant les données transcrites dans d’autres registres comptables, lesquels n’ont pas été conservés. Je compte préparer prochainement l’édition de ce document; en attendant, je renvoie à la rapide présentation que j’en fais dans ma thèse : S. Parent, Dans les abysses... cit., t. 1, p. 76-80, ainsi qu’aux p. 185-197.

10 ASV, Cam. Ap., Coll. 405, fol. 35r-65v. C’est la plus importante section avec celle de Recanati. Le manuscrit compte 118 folios.

11 Ce procès est édité intégralement et étudié en détail dans ma thèse : S. Parent, Dans les abysses... cit. Une édition partielle du manuscrit avait été réalisée par M. d’Alatri, Gli idolatri recanatesi... cit.

12 J. Théry, Atrocitas/enormitas. Per una storia della categoria di ‘crimine enorme’ nel Basso medioevo (sec. xii-xv), dans Quaderni storici, 131, 2009, p. 329-375.

13 Ces faits sont rappelés par P. Iocco, Il caso... cit., p. 13.

14 L. Fumi, Eretici e ribelli nell’Umbria dal 1320 al 1330 studiati su documenti inediti dell’Archivio segreto Vaticano, dans Bollettino della Deputazione di Storia patria per l’Umbria, 3, 1897, p. 471-481.

15 Ibid., p. 453-454.

16 F. Pirani, Ancona, Osimo... cit., p. 269. L’acte d’absolution est édité par L. Egidi (dir.), I documenti dei Pontefici e dei Rettori della Marca nell’Archivio Storico comunale di Osimo (1199-1395), Osimo, 2001, doc. 30.

17 M. Conetti, Note processualistiche... cit., p. 311.

18 P. Iocco, Il caso... cit., p. 18.

19 Je ne peux pas m’attarder ici sur les détails de ce conflit, résumés dans P. Iocco, Il caso... cit., p. 14-16.

20 Bullarium Franciscanum, V, n. 1062, p. 570-571; P. Iocco, Il caso... cit., p. 16-17.

21 P. Iocco, Il caso... cit., p. 20. Sur ce procès, voir E. Pasztor, Il processo di Andrea da Gagliano (1337-1339), dans Archivum Franciscanum Historicum, 48, 1955, p. 3-48.

22 P. Iocco, Il caso... cit., p. 21 (n. 26 pour la transcription de la déposition).

23 Bullarium Franciscanum, VI, p. 49 n. 66; ASV, Reg. Vat. 124, ep. 6 de curia; P. Iocco, Il caso... cit., p. 19.

24 Bullarium Franciscanum, VI, p. 57 n. 87 (note 4); P; Iocco, Il caso... cit., p. 23.

25 P. Iocco, Il caso... cit., p. 22-23.

26 Ibid., p. 24.

27 Ibid., p. 25-26.

28 Ce manuscrit contient également, entre autres choses, des fragments de la procédure entamée contre l’évêque Francesco d’Ascoli, qui avait fui Avignon en compagnie de Michel de Césène en 1328 : cf. E. L. Wittneben et R. Lambertini, Un teologo francescano alle strette. Osservazioni sul testimone manoscritto del processo a Franscesco d’Ascoli, dans Picenum Seraphicum, 18, 1999, p. 97-122, et notamment p. 99-101 pour un aperçu du contenu du manuscrit de la BNF, et 19, 2000, p. 135-149.

29 P. Iocco, Il caso... cit., p. 18-19, n. 19.

30 BAV, Ottob. lat. 2520, fol. 172r-175v.

31 Le manuscrit conservé au Vatican s’achève après la mention : Hec est respontio quam facio vobis domino meo qui estis juris peritissimus, ego servus vester frater Laurentius de Ancona, lector Venechiarum, olim inquisitor Marchie juris imperitissimus. Salvis argumentis que faciunt pro respontione mea predicta, ce qui correspond au début du fol. 65r du manuscrit conservé à Paris.

32 Ibid., p. 27-28. Je ne fais que reprendre de façon sommaire ces accusations. Elles sont largement détaillées dans les articles de P. Iocco et M. Conetti.

33 Ibid., p. 44-46 pour la citation de l’article dans son intégralité; voir aussi l’Annexe 2, fol. 173r-v.

34 Ibid., p. 46-47; Annexe 2, fol. 173v : Secundo, quod dictus frater Laurentius in cognoscendo de dictis sententia et processu et in retractando sententiam predictam non communicavit processus nec in predictis diocesani consilium habuit [...].

35 Ibid., p. 47; Annexe 2, fol. 173v : Tertio, quia idem frater Laurentius de Ancona, interrogatus in juditio per juramentum ab eodem prestitum, respondit quod copiam processus facti per fratrem Laurentium de Mundaino contra sepefatos germanos non habuit nec habere potuit licet perquiri fecerit diligenter.

36 Ibid., p. 47-48; Annexe 2, fol. 173v : Quarto, quia interrogatus idem frater Laurentius per juramentum respondit se non habuisse attestationes receptas per dictum fratrem Laurentium de Mundaino nec copiam earundem unde non potuit dicta ipsorum testium rectractare [...].

37 Ibid., p. 48; Annexe 2, fol. 173v : Quinto, quia ipse frater Laurentius de Ancona processit in cognoscendo et sententiando in dicto negocio Romano pontifice inconsulto nec rectorem vel thesaurarium provincie Marchie, qui erant in eadem provincia; requisivit ymmo contra inhibitionem dicti rectoris dictos processus et sententiam retractavit, unde non auctoritate, sed potius temeritate propria processisse videtur, quapropter sententia lata per ipsum est nulla et irrita ipso jure.

38 M. Ascheri, I diritti del medio evo italiano, Rome, 2000, p. 345. C’est le constat que dresse par exemple, après beaucoup d’autres, Guillaume Durant dans son Speculum iuris (II, III, De sententia, § 6) : Iudicata res pro veritate accipitur.

39 P. Iocco, Il caso... cit., p. 51-52, et Annexe 2, fol. 174v : Dicebatur tertio quod, irrequisito diocesano, non potui declarare nullam sententiam de heresi. Respondeo, cum reverentia et correctione, quod de iure potui, quia non est expresse prohibitum, per aliquod ius antiquum vel novum, quod inquisitor irrequisito diocesano non possit annullare sententiam latam de heresi, si ex iusta causa appareat nulla [...].

40 Clem. 5, 3, 1 : Friedberg, Corpus iuris... cit., coll. 1181.

41 Ibid., p. 33-35.

42 Ibid., p. 53-54 : Et primo, quia predicta sententia de crimine heresis fuit lata non admissa, ymmo, potius negata defencione, que est de iure nature, quia predicti domini Lippacius et Andreas fuerunt citati per sepedictum inquisitorem, non ad locum deffentionis sed ad locum offensionis quia ad civitatem Camerini et ad castrum Montis Ulmi que loca erant omnino periculosa, ad Montem predictum non solum in termino, sed etiam ex via sicut notorium et in tota provincia Marchiae, et nonobstante protestatione et deffentione facta de locis non tutis per procurationem ipsorum, quae placeret ei dare locum in quo possent habere audienciam pro deffentione ipsorum non exauditi a predicto inquisitore [...].

43 Sexti Decretal. Lib. V. tit. II. De Haereticis : Friedberg, Corpus iuris.... cit., p. 1072.

44 P. Iocco, Il caso... cit, p. 54, et Annexe 2, fol. 175r : Secundo, quia fuit lata sententia in non convictos ex contumacia, ex Decretali illa. Li(ber) VI. ‘Cum Contumacia’, quia non expectato Anno per tres Menses a data, et facta citatione per sepedictum fratrem Laurentium inquisitorem, fuit lata sententia de heresi contra predictos, sicut patet ex sententia lata adhuc; quia fuit lata in non convictos ex probatione legitima testium, tum quia revocaverunt ex conscientia in mortis articulo et in vita tum quia probatum est clare, quod fuerunt falsi testes, tum quia corrupti odio ex inimicitia capitali tum quia expulsis per tempus ante de Auximo, tum quia subordinati et docti per inimicos capitali predictorum dominorum Lippacii et Andree, tum quia non probaverunt quod pertinaciter et cum deffencione quod assereret heresis de quibus attestati fuerunt, ut patet ex tenore late sententie predecessoris mei et per actitata et per confessiones ipsorum, ergo, sententia ipso iure nulla.

45 Ibid., p. 35 et texte p. 54.

46 Ibid., p. 54-55 : Quarto, quod predicta sententia, quantum ad testes et quantum ad iudicem, qui tulit sententiam predictam, habet annexum potius in Spiritu Sanctu, ergo, ipso iure, est nulla, quia imponens alicui scienti contra veritatem crimen ydolatrie, vel heresis, peccat in Spiritum Sanctum sed tam testes, quam iudex frater Laurencius inquisitor predictus sepedictae sententiae scienter contra veritatem imposuerunt crimen heresis predictis Lippacio et Andreae, sicut patet ex confessione ipsorum, in mortis articulo et specialiter de frater Laurentio inquisitore predicto pro se et pro omnibus revocavit predictam sententiam, sicut patet per testimonium domini Episcopi Pensauriensis cui in morte confessus fuit [...].

47 Pour une analyse détaillée des stratégies de défense adoptées par les procureurs de ces opposants poursuivis par Jean XXII, je renvoie à S. Parent, Dans les abysses... cit., t. 1, et plus particulièrement au chapitre 7 : «Vérité des juges, vérité des accusés. Contestation juridique et arbitrium judicis en régime d’exception», p. 383-448.

48 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.132r-156v (dans l’angle supérieur gauche, une autre pagination est indiquée, fol. 98r-121v, qui date de l’époque moderne, au moment où le volume a été confectionné).

49 Les deux noms apparaissent, mais il semble s’agir de la même personne.

50 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 144v : [...] ut ipse testis audivit contra ipsos dominos Lippatium et Andream quam contra quosdam et presens fuit quando erant ad ferendum dictum testimonium tam Racanetenses [...].

51 Ce franciscain fut évêque de la cité entre 1313 (ou1317) et 1343 : B.Gams, Series episcoporum ecclesiae catholicae, Ratisbonne, 1873, p.715, propose la date de 1313; C. Eubel, Hierarchia Catholica Medii Aevi, 1898, p.414, propose la ate de 1317.

52 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.133r.

53 Dans le procès contre Recanati, il comparaît effectivement en deuxième position : pour un aperçu complet des témoins convoqués dans le cadre de ce procès, je renvoie à S. Parent, Dans les abysses... cit., t.1, p.304-305.

54 ASV, Cam. Ap., Coll.380, fol.133v.

55 Ibid., fol. 134r.

56 Ibid., fol. 140v-141r : Qui articulus probari videtur per tria instrumenta reistrata in supradicto XIo articulo.

57 Ibid., fol. 142r-v.

58 Ibid., fol. 142v.

59 Ibid., fol. 134r-v.

60 Ibid., fol. 138r.

61 Ibid., fol. 140v.

62 Ibid., fol. 141r.

63 Ibid., fol. 145r.

64 Ibid., fol. 145v.

65 Ibid., fol. 147v-148r.

66 Ibid., fol. 149r-v.

67 Ibid., fol. 149v.

68 Ibid., fol. 134r-v.

69 Ibid., fol. 135v.

70 Ibid.

71 Ibid., fol. 136r.

72 Ibid., fol. 137v.

73 F.Grimaldi, K.Sordi, La Villa di Santa Maria di Loreto. Strutture socio-religiose, sviluppo edilizio nei secoli xiv-xv. Documenti, Ancône, 1990, p.3; F.Grimaldi, La devozione alla vergine lauretana nelle Marche tra xiv e xv secolo, dans Lares, 63/4, 1997, p. 449-493. Le frère franciscain Floriano Grimaldi a été l’archiviste de la Santa Casa entre 1956 et 2006 et a produit une importante bibliographie sur le sujet : celle-ci est disponible dans La Santa Casa di Loreto e le sue Istituzioni, vol. 3, Foligno, 2006, p. 1375-1385.

74 Cette question du transport surnaturel de la maison de la Vierge de Palestine en Occident et du développement du culte marial dans la dernière décennie du xiiie siècle est évoqué dans le dernier livre d’A. Boureau, L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les Franciscains et la Vierge Marie à la fin du xiiie siècle, Paris, 2010; cf. notamment le chapitre 1, «La maison mobile», p.15-33.

75 Ibid.

76 Cette accusation fait par exemple l’objet du 3e article d’accusation du procès contre les nobles de Recanati; un article dans lequels les seigneurs d’Osimo sont directement impliqués : ASV, A. A., Arm. C, 1003, parch. 1 : Item quod dum de anno proxime preterito et mense februarii dicti anni, in civitate Racaneti, predicti Jacob, Ajolictus et Cerolus reprehenderentur et inducerentur a quibusdam fratribus minoribus, heremitis Sancti Augustini, et aliis quod non occiderent nec facerent occidi dompnum Johannem Petroni, presbiterum de Racaneto, et canonicum Racanetensem, quem Lippatius de Auximo et Andreas, frater ejus, ligatum transmiserant Racanetum ad ipsos, et quem in carceribus dicti comunis Racaneti tenebant, responderunt quod non peccabant nec credebant peccare facere eum occidi, cum sit presbiter et inimicus ipsorum, et quod non erat peccatum facere occidi sacerdotes, et dictum dominum Johannem presbiterum fecerunt mactari, trucidari et occidi fecerunt, et in contemptum ordinis clericalis strasinari fecerunt per stratam dicte terre usque ad locum fratrum Predicatorum dicte terre. Et de predictis omnibus et singulis fuit et est publica vox et fama in dicta terra et aliis circumvicinis.

77 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 143v : [...] ipso mortuo dictus Rechionus accessit ad dictos dominos, credens portare eis nova placibilia, et dixit eisdem dominis : «Domini, ego occisi unum ex istis guelfis et per corpus Christi ego volo de robbis suis». [...] domini Lippatius et Andreas statim miserunt pro familiaribus officialium communis Auximi et dixit ei: «Nunquam de cetero occides aliquem sacerdotem! Sufficit nobis prelium inimicorum nostrorum. Non intendimus preliare cum Deo nec cum servitoribus suis clericis». Et statim cum propriis manibus ipsorum ipsum Rechionum in fortiam familiariorum predictorum dederunt et dixerunt: «Conducite istum quia occidit unum presbiterum et faciatis quod nunquam possit alterum occidere», et operati sunt quod de mane sequenti trun catum est sibi capud a spatulis. Interrogatus quomodo scit, dixit quia vidit et audivit predicta et presens fuit. Interrogatus de tempore, dixit quod illis temporibus die vigilie festivitatis beati Johannis Baptiste et de mane sequenti facta est justicia de eo, ut dictum est. Et dixit quod omnes de terra tunc mirati sunt quia in tantum ipse Rechionus fuerat ipsorum servitor intimus.

78 J. Théry, Fama: l’opinion publique comme preuve judiciaire. Aperçu sur la révolution médiévale de l’inquisitoire (xiie-xive s.), dans B. Lemesle (dir.), La preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, Rennes, 2003, p. 119-147.

79 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 149v.

80 Ibid.

81 P. L. Falaschi, Berardo I da Varano, signore di Camerino, dans Studi Maceratesi, 18, 1983, p. 43-45.

82 Extra. Joan. XXII, 12, 1. E. Friedberg, Corpus Iuris Canonici, Leipzig, 1879, réimp. Graz, 1955-1959, t. II, c. 1217 : [...] Sane vulgaris fame notorium publicat, et longe lateque ipsa injuriosa transgressus evidentia manifestat quod nonnulli de Marchia Anconitana provincia nobis et Romane ecclesie subjecta, nedum olim temporibus diversorum predecessorum nostrorum Romanorum pontificum gressus fidelitatis egressi declinaverunt ad infidelitatis reprobe devium, sed in diebus non longe preteritis contra nos et ecclesiam eandem et dilectum filium Amelium, prepositum Bellimontis, capellanum nostrum, provincie memorate rectorem, cervicem rebellionis erigere presumpserunt, et in quosdam officiales et familiares suos crudeliter sevientes, post graves ilatas injurias et reprobrosas contumelias irrogatas eisdem, et post bona ipsorum violenta predatione subtracta, eos cruente mortis suppliciis in ore gladii tradiderunt.

83 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 151v.

84 Ibid., fol. 150v, par exemple dans la déposition de Venturutius magistri Nicole de Trevio.

85 Ibid., fol. 142r.

86 Voir par exemple ce qu’en dit Guillaume Durant dans son Speculum iuris, II, I, De citatione, § 1, n. 10, ed. Basileae, 1574, p.427 : «Item, quod sit citatus ad locum [...] minus tutum, uel ubi est timor hostium, uel ubi sunt inimici, uel eorum amici uel domestici. C. de sententiis et interlocutionibus omnium iudicum sententia [C.7,45,6], ff. ex quibus causis in pos. ea. l. fulcinius § quid sit latitare [D. 4, 6, 10] ex. de appelationibus ex parte [X 2, 28, 47] ff. de arbit. Si cum dies [D. 4, 8, 21, 5] et ff. de interrogatoriis actionibus [D. 11, 1] l. iiij extra. Ut lite non contestata. Accedens [X 4, 6, 2]»; ou encore Bonifacio Antelmini, De maleficiis, De citatione, n. 12, ed. Venise, 1578, fol. 400v : «Quid si iste cita-tus non potest comparere sine periculo persone propter inimicos, quos habet ad locum ad quem citatur? Respondeo videtur excusatus arg. ff. si quis cautionibus l. ij § fi [D. 2, 11, 2, 9]. de interrogatoriis actionibus l. de aetate [D 11, 1, 11]. Sed debet mittere excusatorem et ad significandum iudici qualiter non potest comparere secure [...] Et tunc iudex debet facere ut prestetur ei securitas a dictis suis inimicis de non offendendo eum ut C. de ijs qui ad ecclesiam confugiunt l. denunciamus [C. 1, 12, 5], vel assignare locum alium tutum» (cité par M. Conetti, Note processualistiche... cit., p. 316, n. 37).

87 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 145v.

88 Ibid.

89 Ibid., fol. 146r.

90 Ibid., fol. 146v-147r.

91 Ibid.

92 Ibid., fol. 147r.

93 C’est par exemple ce qu’affirment dompnus Jacobus, prieur de l’église San Pietro Aque Dulcis d’Osimo, dompnus Jacobus, prieur et vicaire général de l’église cathédrale d’Osimo, et dompnus Martinus, archidiacre de l’église cathédrale d’Osimo : ibid., fol. 147r.

94 Pour les années 1321-1324, voir par exemple les comptes de nuntii et cursores tenus par le trésorier Hugues Bovis : ASV, Cam. Ap., Intr. et Ex. 50, fol. 80r-167v.

95 Une attention récente et renouvelée a été portée au problème du témoignage par les juristes et les historiens. Parmi ces travaux citons Y. Mausen, Veritatis adiutor. La procédure du témoignage dans le droit savant et la pratique française (xiie-xive siècles), Milan, 2006; id., Un procès dans le procès. La détermination du temps des reproches in personas testium, dans C. Gauvard (dir.), L’enquête au Moyen Âge, Rome, 2008, p. 143-152; B. Garnot (éd.), Les témoins devant la justice, Rennes, 2003; M. Petitjean, Quelques remarques sur les témoins et leurs témoignages d’après la doctrine médiévale, dans Les témoins devant la justice... cit., p. 55-65; A. Provost, Déposer, c’est faire croire? À propos du discours des témoins dans le procès de Guichard, évêque de Troyes (1308-1314), dans B. Lemesle (dir.), La preuve... cit., p. 95-118; B. Schnapper, Testes inhabiles: les témoins reprochables dans l’ancien droit pénal, dans Revue d’histoire du droit, 33, 1965, p. 575-616 [Repris dans id., Voies nouvelles en histoire du droit. La justice, la famille, la répression pénale (xvie-xxe s.), Paris, 1991, p. 145-175]; pour les xie et xiie siècles, voir B. Lemesle, Conflits et justice au Moyen Âge, Paris, 2008, et notamment le chapitre 5, «Preuves et épreuves», p. 149-211; R. Naz, article Témoins judiciaires, dans Dictionnaire de droit canonique, t. 7, col. 1171-1182.

96 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 138r-v.

97 Ibid., fol. 139v.

98 Ibid., comme l’affirme Martinus, archidiacre de la cathédrale d’Osimo.

99 Ibid., fol. 140v, témoignage de Jacobus Symonis, prêtre à Recanati.

100 Y. Mausen rappelle ainsi qu’il n’est «pas facile de trouver de signes sans contestation possible révélateurs de l’existence d’un sentiment de haine sérieuse entre le témoin et la partie adverse» : ‘Veritatis adiutor’... cit., p. 572.

101 ASV, Cam. Ap., Coll. 380, fol. 141r : article 15 : Item quod testes sunt et fuerunt falsi et false et manifeste contraria veritati dixerunt et testificati sunt [...].

102 Ibid., fol. 141r.

103 Ibid.

104 Ibid., fol. 141v.

105 Dans le manuscrit contenant les actes du procès contre Recanati, la transcription de sa déposition est d’ailleurs l’une des plus longues du manuscrit : S. Parent, Dans les abysses... cit., t. 1, p. 305.

106 C’est ce que rappelle Y. Mausen, ‘Veritatis adiutor’... cit., p. 650.

107 C’est par exemple le cas dans la défense que produit le procureur des marquis Rinaldo et Obizzo d’Este, poursuivis pour hérésie en 1321 : S. Parent, Dans les abysses... cit., t. 1, p. 423-425.

108 Ibid., fol. 144v : [...] unius dicebat est per staturam unius pueri.V. annorum, alter dicebat est per staturam plebani de Macerata [...], et alter dicebat est longum per unum cubitum, et alter dicebat est in forma unius pueri parvi [...].

109 ASV, A. A., Arm. C, 1003, parch. 5.

110 Ibid., parch. 1 : In primis quod predicti et quilibet ipsorum a XVIII mensibus citra et quolibet dictorum mensium tenuerunt et habuerunt et nunc tenent et habent unum ydolum de ligno factum et fabricatum ad modum unius prelati et indutum in palatio comunis dicte terre, in camera ubi capitaneus jacere solebat; in quo ydolo habuerunt per dictum tempus et habent demonem inclusum; a quo demone habuerunt et habent consilium in factis ipsorum et eum requisiverunt et requirunt in omnibus eorum gerendis, et responsa ab eo receperunt a dicto tempore citra, et nunc recipiunt et secundum ejusdem demonis responsa, in eorum factis processerunt et procedunt, et ipsum ydolum adoraverunt, honoraverunt temporibus supradictis, et nunc adorant et honorant. Et de predictis omnibus et singulis fuit et est publica vox et fama in terra predicta et aliis terris circumvicinis.

111 Ibid. : Item quod predicti et quilibet ipsorum a XVIIIe mensibus citra et quolibet dictorum mensium habuerunt et tenuerunt et nunc habent et tenent unum aliud idolum in dicta terra Racaneti juxtam plateam comunis dicte terre in domo sive statione quam tenet Philipputius domini Raynaldi, alias dictus Papeula, factum et fabricatum ad modum unius militis et indutum cum uno caputeo de vario in capite et ense ad latus et cum una maça in manu, et omnes qui transierunt per dictum tempus et transeunt, tam ipsi quam alii, timore ipsorum honoraverunt et adorant ipsum idolum et reverebantur et reverentur eidem flectendo et inclinando eidem capita et exherendo sibi capputeum, et dicebatur et dicitur per predictos et quemlibet predictorum quod omnem victoriam quam habuerunt recognoscunt a predicto idolo. Et de predictis omnibus et singulis fuit et est in dicta terra et aliis terris circumvicinis publica vox et fa-ma. Sur les conditions d’adoration de ces idoles, je renvoie à S. Parent, Dans les abysses... cit., t. 1, p. 373-379.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Osimo et ses environs.
Titre Tableau 1. UN MANUSCRIT COMPOSITE AUX ARCHIVES VATICANES : LE COLLECTORIAE 380
Titre Tableau 3 NOMS DE TÉMOINS AYANT PARTICIPÉ AU PROCÈS CONTRE LES SEIGNEURS D’OSIMO
Titre Tableau 4 LISTE DE TÉMOINS ENTENDUS AU PROCÈS DE 1335
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Parent, « L’annulation d’une sentence de condamnation pour hérésie contre les seigneurs d’Osimo sous Benoît XII (1335) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-1 | 2011, 191-241.

Référence électronique

Sylvain Parent, « L’annulation d’une sentence de condamnation pour hérésie contre les seigneurs d’Osimo sous Benoît XII (1335) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/678 ; DOI : 10.4000/mefrm.678

Haut de page

Auteur

Sylvain Parent

École française de Rome, sylvain.parent@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org