Navigation – Plan du site
Confraternite e città in Italia fra tardo medioevo...

Au cœur de la ville : les confréries de jeunesse florentines (xve siècle)

Dynamiques spatiales, dynamiques sociales.
At the core of the town: Florentine youth confraternities (15th century): spatial and social dynamics
Ilaria Taddei
p. 39-48

Résumés

Les societates puerorum, adulescentium et iuvenum, créées à Florence dès le début du xve siècle, se développèrent dans tous les quartiers de la ville et, surmontant la méfiance initiale des instances religieuses et politiques à l’égard de l’Oltrarno, parvinrent à s’enraciner aussi dans le quartier de Santo Spirito, celui des ciompi. Tout en n’étant pas à proprement parler des organisations à base territoriale, ces confréries spécifiquement juvéniles étaient profondément liées à leur quartier, leur gonfalone et surtout à leur popolo de résidence, à savoir l’unité paroissiale première, celle qui correspondait à l’horizon social du voisinage. De telles structures constituaient à la fois des espaces idéaux et des lieux civiques de formation et de sociabilité masculines fortement hétérogènes. C’était là un entrelacs de relations verticales et horizontales où les liens confraternels transcendaient les frontières politiques, sociales, professionnelles et territoriales de la ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les confréries juvéniles : R. C. Trexler, Rituale: adolescenza e salvezza, dans Famiglia e pote (...)

1À partir du début du xve siècle Florence connaît la création d’un modèle confraternel inédit, fondé sur le critère de l’âge, qui se répand rapidement dans tous les quartiers de la ville constituant un réseau ample et solide de fondations juvéniles (une dizaine à la fin du siècle). Fortes du soutien attentif des autorités religieuses et des élites politiques, les societates puerorum, adulescentium et iuvenum s’enracinent profondément dans le tissu social florentin où elles animent un dessein précoce et vigoureux d’encadrement et de formation de la jeunesse, lui-même expression d’un dynamisme urbain exceptionnel1. C’est là, en effet, une synthèse originale entre la pédagogie humaniste, pour laquelle Florence joue un rôle novateur, la vitalité de sa tradition culturelle marchande et le réformisme religieux contemporain, marqué par de grandes figures, tel saint Antonin. De cette rencontre découlent les fondements du processus d’édification morale et sociale d’une jeunesse considérée comme porteuse de l’avenir de la société florentine, sur laquelle se concentre le regard vigilant de toutes les instances de la ville dans une profonde cohérence d’aspirations. Autant dire que ces confréries spécifiquement juvéniles constituent à la fois des espaces idéaux et des lieux civiques de formation et de sociabilité masculines qui se structurent au sein des réseaux traditionnels de la société citadine, s’intégrant dans la trame dense des circonscriptions paroissiales florentines (popoli). Ainsi sont-elles accueillies de manière plus ou moins stable auprès des églises, des couvents et des hôpitaux des quatre quartiers de la ville. Le prestige de leur siège est à l’image de l’importance et de la stabilité de la structure confraternelle qui dépend à son tour du soutien des autorités religieuses et politiques dont les societates puerorum, adulescentium et iuvenum font l’objet.

  • 2 Le terme buca a été traditionnellement interprété comme désignant le lieu souterrain de réunion de (...)
  • 3 F. W. Kent, Household and Lineage in Renaissance Florence. The family life of the Capponi, Ginori a (...)
  • 4 R. F. E. Weissman, Ritual brotherhood in Renaissance Florence, New York, 1982, en particulier p. 19 (...)

2Celles-ci, comme d’ailleurs les compagnies d’adultes auxquelles elles sont étroitement liées – les buche –, ne sont pas à proprement parler des organisations à base territoriale fondées sur un critère d’appartenance topographique2. Cependant, là où la documentation ne fait pas défaut, elle nous laisse entrevoir le lien intime que la confrérie noue avec son quartier, son gonfalone et surtout avec son popolo de résidence, à savoir des espaces essentiels de l’expérience sociale et politique florentine. Au niveau des seize gonfalons (quatre pour chacun des quatre quartiers de la ville) débute, en effet, le processus d’élection de principaux offices politiques et c’est toujours dans ce district que s’organise l’administration des taxes communales réparties entre les habitants. Depuis les années 1970 de nombreux travaux, surtout anglophones, ont mesuré l’importance du gonfalon comme fondement du lien social à la base des réseaux de patronage qui fragmentent l’espace socio-politique florentin3. Mais au-delà, sur le plan beaucoup plus concret des pratiques quotidiennement vécues et largement partagées par un corps social hétérogène, on a également souligné la centralité de l’unité territoriale et administrative première, le popolo, la configuration spatiale liée aux relations de voisinage et spécifiquement définie par la fréquentation du même lieu de culte4 : c’est là tout autant un cadre de vie profond, un lieu de sociabilité informelle, qu’un maillon constitutif de l’identité citadine dans lequel les Florentins se reconnaissent et s’identifient en tant qu’individus et membres d’une fraternité spirituelle.

Les lieux de fondation et leurs patrons

  • 5 Sur cet aspect : I. Taddei, Fanciulli e giovani... cit., p. 127-157.
  • 6 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Compagnie religiose soppresse da Pietro Leopoldo (dés (...)

3Les societates puerorum, adulescentium et iuvenum naissent à l’initiative privée de quelques laïcs qui fournissent aux nouveaux groupes les sièges pour leurs réunions5. Précisément, le souffle vital pour le dessein d’encadrement confraternel de la jeunesse vient du milieu des «buche», des compagnies de flagellants se réunissant la nuit, caractérisées par une spiritualité vive et une discipline rigide où se reconnaît l’influence du modèle ascétique des Observants. C’est sous l’impulsion de la buca de Santa Maria della Pietà, nouvellement créée, que jaillit le projet de fondation de la première compagnie juvénile, celle de l’Arcangelo Raffaello, financée en 1411 par un orfèvre «un uomo spirituale che batteva l’oro in foglia»6.

  • 7 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 59r.-v.
  • 8 Ibid.
  • 9 A. Traversari, Latinae epistolae, L. Mehus (éd. ), Bologne, 1968 [ristampa anastatica de l’éd. Flor (...)

4Cette confrérie, dite de la Nativité, semble, à ses débuts, peiner à trouver un lieu de résidence stable et en quelques années change plusieurs fois de siège. Après avoir bénéficié d’un accueil provisoire à l’intérieur de l’église de Santa Maria dei Servi (l’Annunziata), située dans le quartier de San Giovanni, rapidement elle se transfère dans d’autres foyers du quartier de Santa Maria Novella, faisant tous partie du district («gonfalon») du Leon Rosso: d’abord auprès de l’hôpital de San Paolo, ensuite «dans les anciennes maisons de San Pancrazio», situées dans la paroisse homonyme et, enfin, en 1444, tout près du célèbre hôpital de Santa Maria della Scala7. Son implantation ici, dans un bâtiment concédé par le monastère bénédictin de San Silvestro, était le fruit de la volonté du pape Eugène IV, dont on sait à quel point il avait admiré la représentation sacrée mise en scène par les jeunes de la compagnie de l’Arcangelo Raffaello en 14338. D’autre part, l’évocation qu’Ambrogio Traversari, général de l’ordre des Camaldules, faisait de ces confréries juvéniles dans ses lettres au pape du 24 février et du 19 mars 1435, devait soutenir son idée : en effet, l’humaniste des Camaldules chantait l’éloge de ces «écoles de vertu chrétienne» leur reconnaissant un rôle hautement formateur9.

5Ainsi, pendant plus d’un siècle, le siège de la confrérie de l’Arcangelo Raffaello demeura-t-il dans le quartier de Santa Maria Novella : à côté de l’institution charitable de la Scala, du couvent dominicain et du palais de résidence du pape, le Palatium Apostolicum de Santa Maria Novella, là où le 26 février 1439 se tint la séance d’ouverture du Concile œcuménique. C’est autant la longévité que la renommée de son lieu de résidence qui lui valurent le nom de compagnie de la Scala.

  • 10 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, Purificazione, fol. 83r. : «perché in più luoghi si esercita (...)

6Cette première fondation, fortement soutenue par Eugène IV, un modèle pour toutes les autres, semble avoir connu un succès très rapide ne parvenant bientôt plus à répondre à la demande massive de nouveaux adhérents. Ainsi, en 1427, de sa scission naît la confrérie de la Purificazione della Vergine Maria e di san Zanobi. Non point une séparation engendrée par des conflits internes, mais une division dans l’union «afin que dans plusieurs lieux fût exercée cette œuvre vertueuse et charitable»10. Les deux confréries, tout en gardant toujours des liens privilégiés, s’implantent, en effet, dans deux aires géographiques différentes.

  • 11 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, Ferdinando Leopoldo Del Migliore, fasc. 11, Capitoli della compagnia d (...)
  • 12 ASF, Ospedale S. Matteo 183, fol. 169v. Voir aussi ASF, CRS 1654, fasc. 30, fol. 82v

7Le nouveau groupe de douze confrères (ce nombre n’est certainement pas le fruit du hasard), guidé par un tondeur d’étoffes, Biagio di Lorenzo «cimatore», l’un des fondateurs de la buca de Santa Maria della Pietà, fut initialement abrité dans l’église de Santa Maria dei Servi, autrefois lieu de résidence de la confrérie de l’Arcangelo Raffaello. Mais elle en partit aussitôt et elle s’établit dans l’hôpital voisin de San Matteo, accueillant déjà la compagnie «de nuit» de Santa Maria della Pietà, dite aussi buca de San Girolamo11. Elle y resta pendant dix ans moyennant un loyer annuel versé à l’hôpital de San Matteo12. On ne précise pas si la confrérie des jeunes partageait ici les locaux occupés par la buca, mais celle-ci exerça certainement une sorte de protection sur le groupe des jeunes.

  • 13 L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 51.

8Puis, la compagnie changea deux fois encore de siège, mais toujours dans des lieux très proches au sein du même quartier de San Giovanni : en 1441, elle se transféra dans un logement appartenant aux tertiaires de Sant’Agata et, deux ans plus tard, à l’intérieur du périmètre du couvent de San Silvestro, dans la rue de Borgo Pinti13. Enfin, en 1444 Côme de Médicis accorda à la fondation juvénile un nouveau siège dans le jardin du couvent dominicain de San Marco.

  • 14 D. Kent, Cosimo de’ Medici and the Florentine Renaissance. The patron’s oeuvre, New Haven-Londres, (...)
  • 15 Sur le rôle fondamental de patronage exercé par Côme sur la compagnie de la Purification et le couv (...)
  • 16 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 18r : «Cosimo de’ Medici assegnò circa l’anno 1440 luogo in convent (...)
  • 17 R. Hatfield, The Compagnia de’ Magi, dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 33, 1970 (...)

9Dès son retour d’exil en 1434, Côme l’Ancien avait associé son gouvernement à un jeu très habile consacré au renforcement du consensus politique dans une trame complexe de réseaux d’influences personnelles et de clientèles politiques, économiques et artistiques englobant également les établissements religieux et les confréries14. Les Médicis, comme beaucoup d’autres familles de l’oligarchie florentine, furent de grands constructeurs d’églises et, précisément, Côme fut le patron de trois fondations religieuses majeures : celles de Saint-Laurent, de la Badia de Fiesole et de Saint-Marc. Ce couvent dominicain, situé à quelques mètres du palais des Médicis de la Via Larga, fut reconstruit grâce à l’argent donné par Côme l’Ancien et, avec l’appui du pape Eugène IV, il devint un pôle central de la dévotion populaire citadine. Or, l’adhésion de la communauté florentine à ce lieu où l’emblème dynastique des Médicis figurait à maintes reprises à l’intérieur de l’église et des bâtiments conventuels comme une marque indélébile de leur patronat, exaltait clairement l’image de cette famille ainsi que leur union avec le couvent15. C’est là que Côme fit construire l’oratoire de la compagnie de la Purification16. Et, dans l’attente de cette construction, la compagnie fut logée dans le jardin du couvent auprès du cloître où se trouvaient déjà deux autres associations très prestigieuses : la corporation de la Soie de Por Santa Maria et surtout la confrérie des Rois Mages dont le rituel festif fut transformé par Côme en un culte célébrant la dynastie médicéenne17.

  • 18 ASF, CRS1646, fasc. 7, fol. 241r. : «Ricordi di questa isquola di Purificazione della Vergine Maria (...)
  • 19 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 17r. : «sempre il volgo l’hachiamata la compagnia di San Marco».

10Lors de la fête des saints Pierre et Paul, le 29 juin 1444, on voit alors les jeunes confrères de la Purification défiler tous habillés en blanc et faire leur entrée solennelle dans le couvent18. Une telle représentation des pueri comme petits anges s’appropriant leur emplacement devait laisser derrière elle un souvenir très vif, une image qui préfigurait notamment celle des processions des fanciulli de la nouvelle Jérusalem mises en scènes cinquante ans plus tard par le prieur de ce même couvent, Jérôme Savonarole. Au-delà, cette entrée solennelle célébrait aussi le droit de patronage de Côme sur le couvent et sur la confrérie juvénile devenue aussitôt la compagnie de Saint Marc19. C’était donc la célébration du début d’une ère nouvelle.

  • 20 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, fol. 82r-v : «E nella entrata del sopradetto luogo è una cap (...)
  • 21 L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 62, 100-102. Sur ce retable : L. Sebregondi, Ar (...)
  • 22 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, Ferdinando Leopoldo Del Migliore, fasc. 11, Capitoli della compagnia d (...)

11Ainsi, à l’entrée des locaux de la confrérie, fut érigée une chapelle en l’honneur de deux saints médicéens protecteurs du couvent et, pour celle-ci, Côme donna à la compagnie une toile d’autel où étaient représentées «les images de deux saints peints d’or»20. On sait aussi qu’en 1461 la confrérie de la Purification commanda à Benozzo Gozzoli, l’artiste préféré des Médicis, un retable pour l’autel majeur de son oratoire, la Pala della Purificazione, conservée à Londres à la National Gallery21. Incontestablement, le patronat de Côme conférait à la compagnie juvénile une notoriété considérable et une plus grande stabilité, voire une nouvelle structure. De façon tout à fait frappante, l’entrée des jeunes de la Purification dans le couvent de Saint Marc correspondait en effet à l’élaboration des statuts confraternels, datant précisément de 144422.

  • 23 ASF, Diplomatico, Patrimonio ecclesiastico, 24 juin 1442.
  • 24 BNCF, Conventi soppressi da ordinare (désormais Conv. Sop. da ord. ), D. 3. 270, Capitoli di S. Nic (...)

12D’autre part, ce renforcement de l’institution confraternelle était aussi le fait de la reconnaissance pontificale que, dans sa bulle du 24 juin 1442, Eugène IV octroya aux premières quatre societates puerorum, adulescentium et iuvenum, parmi lesquelles figuraient notamment les compagnies de la Purification et de l’Archange Raphaël23. Les deux autres confréries concernées étaient celle de San Niccolò del Ceppo, née en 1417 de la buca de San Girolamo Oltrarno et dès lors installée auprès de l’hôpital de San Jacopo e San Filippo dans le quartier de Santa Croce et, comme les statuts de la compagnie le précisent, dans le «popolo di Santo Iacopo tra Fossi»24; et celle de San Giovanni

  • 25 BNCF, Magl., cl. XXXI, fasc. 11, Capitoli della scuola delli Ingesuati, fol. 3r.
  • 26 ASF, CRS 1579, fasc. 2, San Paolo, fol. 56v., 97r.; 182r.-184r., 192r.-197v.
  • 27 L. Sebregondi, Lorenzo de’ Medici confratello illustre, dans Archivio storico italiano, 150, 1992, (...)
  • 28 B. Masi, Ricordanze di Bartolomeo Masi calderaio fiorentino, dal 1478 al 1526, G. Corazzini (éd.), (...)

13Evangelista, fondée en 1427 à l’intérieur du complexe monumental du monastère de la Trinità Vecchia dei Gesuati, dans la «paroisse de Saint-Laurent», à l’intérieur du district du Leon d’Oro25. En 1438 Luigi d’Urbano di Francesco Bruni, l’un des douze fondateurs de la buca de San Paolo, acheta l’ensemble de l’édifice et, dès lors, la compagnie d’adultes partagea son siège avec la confrérie juvénile; ce qui, malgré une séparation nette entre les réunions («tornate») de l’aprèsmidi pour les jeunes et celles de la nuit pour les plus âgés, n’empêcha pas de nombreux conflits entre les deux associations concernant notamment les droits de propriété sur ce lieu26. Laurent de Médicis fut lui-même gouverneur de la buca de San Paolo et ses deux fils Jean et Julien furent tous les deux membres de la compagnie de San Giovanni Evangelista27. C’est là, dans le jardin de cet édifice que, lors du Carnaval de 1491, fut mis sur scène le drame sacré de saint Jean et saint Paul, dont les mémoires du chaudronnier Bartolomeo Masi laissent un remarquable témoignage28

  • 29 ASF, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese (désormais Corp. RS.), 113. 16, fol. 127 (...)
  • 30 ASF, CRS 134, fasc. 1, S. Antonio da Padova detta di S. Giorgio, sans numérotation : «presso la cap (...)

14Or, la reconnaissance pontificale ne s’adressait pas à toutes les confréries juvéniles fondées jusqu’alors à Florence, mais seulement à ces quatre compagnies mentionnées par la bulle, excluant ainsi d’autres fondations. C’était précisément le cas de deux confréries du quartier de Santo Spirito : celle de Sant’Alberto, créée en 1419 auprès du couvent de Santa Maria del Carmine, dans le district du Drago Verde29, et celle de Sant’Antonio da Padova qui se réunit pour la première fois le 15 août 1441 dans le couvent de San Giorgio sulla Costa30.

Santo spirito : un quartier à l’écart?

  • 31 Sur ce quartier et son identité : F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 313-315; N. A., Ec (...)
  • 32 Ibid., p. 15-16.

15Quelles étaient les raisons d’une telle exclusion? Etait-ce un hasard si les confréries qui n’étaient pas reconnues par le pape étaient précisément celles créées dans le quartier de Santo Spirito? Difficile d’aller au-delà d’une simple hypothèse. Ce qui est certain c’est que le quartier situé sur la rive gauche de l’Arno – l’Oltrarno – constituait un microcosme urbain territorialement et symboliquement séparé par le fleuve du cœur religieux et politique de la ville, puisque le Palais de la Seigneurie, le Dôme et, par la suite, le Palais des Médicis et le couvent de saint Marc se trouvaient dans l’axe opposé. Dans l’Oltrarno résidait une population très hétérogène où, à côté de quelques représentants de puissantes familles florentines, comme les Soderini et les Capponi, se réunissait un nombre élevé d’ouvriers de l’Art de la Laine et de travailleurs très pauvres, concentrés surtout dans le gonfalon du Drago Verde. Tout cela en faisait un quartier potentiellement dangereux, traditionnellement caractérisé par des rapports sociaux fortement conflictuels. L’identité du district du Drago Verde, en particulier, demeura toujours associée à celle des ciompi et à leur révolte homonyme de 1378, où ce gonfalon joua un rôle de toute première importance31. Puis, d’autres séditions populaires, bien que de moindre envergure, vinrent réactiver le legs de cette mémoire et le popolo minuto du Drago Verde fut à nouveau le protagoniste de deux épisodes de violence en 1456 et 1458, condamnés par les Médicis comme de véritables conspirations politiques32.

  • 33 Sur cet édit pontifical et ses conséquences sur l’organisation confraternelle : I. Taddei, Une soci (...)
  • 34 C. C. Calzolai, S. Antonino e le Buche..., cit., p. 93.

16On peut donc supposer que le pape aurait consciemment pensé à cela en excluant les confréries de Santo Spirito de sa reconnaissance. D’autant plus qu’il y avait une entente substantielle entre Eugène IV et les Médicis, visant à soutenir ces societates tout en les soumettant à un contrôle très vigilant. La bulle pontificale institua bel et bien un comité de surveillance, composé des chefs des quatre premières confréries, de l’abbé de la Badia de Florence et du prieur du couvent dominicain de Saint-Marc, alors Antonin Pierozzi33. L’édit papal établit qu’aucune société de jeunes ne pouvait se constituer sans son autorisation et soumit la nomination des chefs de la confrérie – le gardien et le correcteur – à la ratification du comité. Antonin Pierozzi, une fois élu archevêque de Florence en 1446, renforça davantage l’autorité des ecclésiastiques sur les compagnies juvéniles, dont les statuts furent soumis à l’approbation de la curie épiscopale34. Lors de cette révision, saint Antonin modifia aussi la procédure d’élection des chefs de la confrérie, et il précisa que les correcteurs des compagnies, pour être à la hauteur de leur tâche spirituelle, devaient désormais être recrutés parmi les frères dominicains de Saint-Marc et les moines bénédictins de la Badia.

  • 35 Sur cet aspect : J. Henderson, Le confraternite religiose nella Firenze del tardo medioevo: patroni (...)
  • 36 N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), Florence, trad. it., 1971, p. 143; (...)
  • 37 Ibid., p. 86; R. F. E. Weissman, Ritual brotherhood..., cit., p. 167-168; I. Taddei, Fanciulli e gi (...)

17On sait d’autre part que les Médicis avaient rapidement compris la valeur civique et politique des confréries laïques pouvant renforcer leur cercle d’amis mais devenir aussi des points de ralliement de leurs ennemis35. D’où la nécessité de réglementer l’activité des confréries et cela tout particulièrement dans les moments de fragilité de leur régime où le consensus politique faiblissait. Ce fut précisément le cas en 1444 lorsque, à la suite d’un scrutin décidément défavorable aux Médicis, on interdit la participation à toute confrérie à ceux qui avaient été habilités (veduti) aux trois offices majeurs de la République36. Certes, cette mesure ne concernait que de loin les compagnies juvéniles s’adressant exclusivement aux adultes ayant dépassé vingt-quatre ans. Plus directement, les societates puerorum, adulescentium et iuvenum furent en revanche touchées par la législation de 1458 qui, dans une phase de renforcement de l’opposition politique, décréta la fermeture des confréries, y compris celles des jeunes37.

  • 38 ASF, Notarile Antecosimiano 1400, fol. 11r.-v.; BNCF, Conventi soppressi da ordinare, D. 3. 270, Ca (...)
  • 39 BNCF, Conventi soppressi da ordinare, Badia Fiorentina 33, fol. 21r.-v.
  • 40 ASF, Catasto 989, Portate dei religiosi, Arcivescovado di Firenze (1478), c. 96r : «La chompagnia d (...)
  • 41 R. A. Goldthwaite, La costruzione della Firenze rinascimentale. Una storia economica e sociale, Bol (...)
  • 42 ASF, Diplomatico, Patrimonio Ecclesiastico, Badia Fiorentina, 21 décembre 1445, cité par R. C. Trex (...)
  • 43 ASF, Capitoli delle Compagnie religiose (désormais Cap. CR) 81, S. Girolamo, fol. 18v.-19r., chap. (...)

18En un temps où la politique des Médicis renforçait son contrôle sur les confréries florentines, les autorités religieuses parvinrent ainsi à s’assurer la maîtrise de l’organisation et des societates puerorum, adulescentium et iuvenum. En effet, les mesures prises par le pape, puis par l’archevêque, ne furent pas sans conséquences et le comité institué par Eugène IV exerça réellement une fonction de vigilance sur la fondation de nouvelles confréries de jeunes38. Le promoteur de la compagnie de San Bernardino e Santa Caterina, par exemple, se vit de fait refuser l’autorisation de constituer une confrérie39. C’est seulement grâce à l’intercession du pape Pie II qu’il put enfin obtenir du comité «la licence, l’autorité et la faculté» de créer une nouvelle institution à côté de l’église de Santa Maria Alberighi dans le quartier de San Giovanni (gonfalone del Vaio), à savoir, comme les statuts de la compagnie le précisent, «al chanto de’ Neri di Firenze»40. Le réseau associatif des quatre premières compagnies se superposa donc à l’organisation interne de chaque groupe, et ses confréries installées sur la rive droite de l’Arno, dans le cœur historique de Florence, gardèrent toujours une prééminence sur les autres societates qui, au cours du xve siècle, se constituèrent nombreuses dans tous les quartiers de la ville. Et pour voir finalement une compagnie juvénile s’enraciner dans le quartier de Santo Spirito, en 1445, Mariotto di Piero Montanelli légua à la buca de San Girolamo Oltrarno la somme de cinquante florins (ce qui correspondait à trois fois le salaire mensuel d’un artisan bien payé41) pour qu’elle accueille dans son siège la confrérie de sant’Antonio da Padova. La finalité première de cette donation, comme Mariotto di Piero Montanelli le répète à plusieurs reprises, était précisément celle d’assurer la présence d’une confrérie juvénile dans le quartier de Santo Spirito42. Pour ce faire, Mariotto di Piero Montanelli, passa donc par la buca de San Girolamo Oltrarno à laquelle il confia d’une certaine manière la protection de la confrérie juvénile43. C’était là, enfin, la preuve d’un attachement très fort à son quartier qui apparaît ici comme un espace clairement défini de l’identité urbaine.

  • 44 Voir, par exemple : BNCF, Conv. Sop. da ord., D. 3. 270, Capitoli di S. Niccolò del Ceppo, fol. 6v. (...)
  • 45 ASF, Notarile Antecosimiano (désormais Not. Ant. ) 19458, année 1475, sans numérotation. De même, o (...)
  • 46 F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 313-315.

19Sur le plan des références spatiales utilisées par les confréries juvéniles pour situer leur siège dans l’espace urbain, en revanche, il apparaît autre chose. Il ne s’agit nullement ici de faire intervenir l’articulation territoriale du quartier et, moins encore, celle du district. Les statuts et les mémoires confraternels, en effet, n’évoquent jamais leur gonfalone d’appartenance. La seule unité administrative dont il est question ici est celle plus restreinte du popolo, celle qui correspond tout d’abord à un cadre de vie quotidienne où se déploient les relations entre voisins44. De même, l’acte notarial de fondation de la compagnie de la Pura présente ses membres selon leur popolo d’appartenance45. Significativement, on retrouve là le point d’appui de l’identité et de la mémoire citadine des laboratores de l’Art de la Laine, des artisans et des boutiquiers dont les références spatiales n’outrepassent pas cet horizon social du voisinage46. Autant pour ces travailleurs que pour les confréries, cet univers tend au contraire à se rétrécir jusqu’à coïncider avec une place, un coin de rue (canto), voire un groupe de maisons. Ce que révèle, enfin, la documentation émanant des confréries c’est donc la centralité de la paroisse, un lieu d’un ancrage à la fois territorial et social de l’espace urbain.

Appartenances sociales et territoriales des confrères

  • 47 ASF, CRS 1654, fasc. 29-32; ASF, 1649, fasc. 14-16; ASF, 1650, fasc. 17-18. Pour la composition des (...)
  • 48 ASF, Not. Ant. 19458, année 1475, sans numérotation; ASF, Not. Ant. 1400, S. Antonio da Padova, fol (...)

20Les sources concernant l’identité des confrères sont extrêmement lacunaires, car pour la plupart des societates puerorum, adulescentium et iuvenum manquent des listes exhaustives de leurs inscrits. La seule confrérie ayant conservé le recensement complet de ses adhérents est celle de la Purification : ses mémoires, en effet, contiennent les prénoms de tous les novices entrés dans la compagnie durant les années 1434-1444 et 1483152847. Dans cette liste, outre les prénoms des jeunes, figurent parfois leur patronyme et leur occupation, cette dernière indication nous permettant de savoir si les garçons travaillaient dans un atelier, s’ils fréquentaient des écoles d’abaque ou de grammaire. En croisant cette source avec les données de nature fiscale provenant de l’examen des cadastres de 1427 et de 1480, j’ai pu – au moins en partie – déterminer l’âge des novices, leur statut socio-professionnel et leur quartier d’origine. Les résultats obtenus sont loin d’être exhaustifs : en effet, je n’ai pu reconstruire l’ensemble de ces données biographiques que pour les confrères dotés de patronyme. Malgré ces limites, cette source, accompagnée des actes notariaux relatifs aux membres des compagnies de la Pura et de Sant’Antonio da Padova, m’a permis d’évaluer le caractère fortement hétérogène de ces confréries où l’âge constitue sans doute le principal critère de cohésion48. Dans ces structures prenant en charge les garçons dès la pueritia, vers 7 ans jusqu’à 25 ans, en effet, les liens confraternels ne sont fondés ni sur l’appartenance à un groupe social ou professionnel, ni sur les orientations politiques de leurs membres, ni sur les divisions territoriales de la ville. Dans l’espace confraternel, des jeunes issus du peuple, et surtout des milieux artisans, côtoient les fils de l’élite urbaine, de partisans des Médicis cohabitent avec leurs adversaires et des habitants de tous les quartiers se rencontrent.

  • 49 ASF, Corp. RS, 102. 191, sans numérotation. Voir aussi S. Orlandi, La cappella e la compagnia della (...)
  • 50 I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., tableaux 4 et 9, p. 300, 312.

21L’analyse de la composition des compagnies de la Pura et de la Purificazione a montré à l’évidence que leurs membres proviennent sans exception de tous les quartiers de la ville. Pourtant, leur distribution topographique est loin d’être uniforme. La compagnie de la Pureté de la Vierge Marie, dite aussi de la Pura, fut fondée le 13 mars 1475 dans le couvent de Santa Maria Novella où la puissante famille des Ricasoli lui fit construire sa chapelle dans le cimetière de l’église49. Dans un acte notarial de cette même année, on trouve enregistrée une vingtaine de confrères participant à l’élection de leur responsable : comme leurs promoteurs (Ranieri et Lorenzo, fils d’Andrea di Rinaldo Ricasoli), plus de la moitié des jeunes (soit 58% du groupe), appartiennent au quartier de Santa Maria Novella50.

  • 51 Ibid., tableaux 1a, 10a, p. 291-292, 312.
  • 52 D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les toscans et leurs familles : une étude du catasto florentin de (...)
  • 53 Ibid., tableau 1a, p. 292. Sur cette famille, voir : E. Plebani, I Tornabuoni. Una famiglia fiorent (...)

22Mais, une fois encore, le témoignage le plus éclairant est laissé par la confrérie de la Purification dont les sources offrent un point de vue intéressant sur la question. Dans la première décennie 1434-1444, en effet, le rapport des confrères avec l’espace urbain ne dévoile pas une vraie concentration topographique : Santa Croce et Santa Maria Novella sont les quartiers les mieux représentés, soit respectivement 34% et 30% du total; ils sont suivis par le quartier de San Giovanni (21%) et, enfin, par celui de Santo Spirito (15%)51. Or, une telle distribution ne reflète pas la densité démographique des quartiers florentins, dont San Giovanni et Santo Spirito étaient les plus peuplés, suivis par celui de Santa Maria Novella et, enfin, celui de Santa Croce52. D’autre part, nous savons, par exemple, que Lionardo di Francesco Tornabuoni, membre d’une famille de ex-magnats dont la réaffirmation sociale se fit aussi à travers d’étroites relations tissées avec son quartier de résidence – Santa Maria Novella – et son district – Leone Bianco –, en 1435 s’inscrivit à la compagnie de la Purification, résidant à cette date dans le siège provisoire de l’hôpital de San Matteo, à l’intérieur du quartier de San Giovanni53.

23Quelles logiques soutiennent alors le choix d’une confrérie plutôt qu’une autre?

  • 54 Vespasiano da Bisticci, Le Vite, A. Greco (éd. ), Florence, 1970-1976, I, p. 146.
  • 55 I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., p. 245.

24Diverses dynamiques – individuelles et collectives – pouvaient influencer, voire déterminer l’adhésion à une compagnie. Sans doute y tenaient une place importante la renommée du groupe et les réseaux d’amitié. Comment ignorer, par exemple, l’élément d’attraction représenté par la présence de deux fils de Laurent le Magnifique, au sein de la compagnie di San Giovanni Evangelista? Mais, plus simplement, la connaissance d’autres membres de la confrérie ou de personnes ayant participé au groupe dans le passé pouvaient également constituer un critère déterminant. Ce fut le cas, par exemple, de Vespasiano da Bisticci, qui s’inscrivit à la confrérie de l’Arcangelo Raffaello sur le conseil du cardinal Cesarini, ayant lui-même fait partie de la même compagnie dans sa jeunesse54. Plus encore, le choix d’une structure confraternelle passait par le cadre de la famille. À l’intérieur des societates puerorum, adulescentium et iuvenum, en effet, les confrères liés par des relations de parenté étaient nombreux. La liste des novices de la compagnie de la Purificazione révèle ainsi l’existence de véritables dynasties familiales qui, d’une génération à l’autre, passaient une part de leur jeunesse dans la confrérie de San Marco55. Autrement dit, les liens de la famille spirituelle se superposaient souvent à ceux de la parenté naturelle.

  • 56 Ibid., p. 82-83.

25D’autres critères pouvaient également orienter l’adhésion à une confrérie. Pour la compagnie de San Bernardino ce fut par exemple son gardien, Iacopo Bartoli, qui par son rôle de maître de grammaire attira un grand nombre de jeunes56. Difficile de mesurer précisément l’influence de tous ces éléments et d’autres encore pouvant nous échapper. On remarque néanmoins que les rapports de voisinage y intervenaient également. Certes, on l’a dit, les societates puerorum, adulescentium et iuvenum n’étaient pas des associations à base territoriale. On voit ainsi les jeunes changer souvent de quartier pour adhérer à un groupe plus lointain, voire traverser l’Arno pour rejoindre une compagnie dans l’autre bout de la ville. Et cela même lorsque, dans leur quartier de résidence, on trouve une compagnie célèbre comme celle de l’Arcangelo Raffaello ou celle de la Purificazione. C’est le cas, comme on l’a vu, de Lionardo di Francesco Tornabuoni préférant la compagnie plus éloignée de la Purification à celle de l’Arcangelo Raffaello qui se trouvait en revanche dans son espace familial.

  • 57 Ibid., p. 237-238, tableaux 1b, 10b, p. 292-293; 312.
  • 58 Sur cette catégorie hétérogène, voir : F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 87-92; id., L (...)
  • 59 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, chap. XXIII, Della festa nostra della Purificazione di nostr (...)
  • 60 C’est le seul aspect pour lequel nos analyses relatives à la composition des membres de la Purifica (...)

26Cependant, il est indéniable que la plupart des jeunes optent pour le groupe à proximité immédiate de leur lieu de résidence. C’est ce qui ressort à l’évidence de la composition de la compagnie de la Pura et de celle de la Purificazione. Si, dans la décennie 1434-1444, la majorité des confrères de cette association ne semble pas provenir du quartier de San Giovanni, un tel constat s’impose à l’évidence dans les années suivantes. Les sources de la Purificazione révèlent en effet un changement significatif à partir de 1444, au moment même où la compagnie juvénile s’installe à Saint-Marc dans le lieu patronné par Côme l’Ancien. Lorsqu’on analyse la composition du groupe des novices entrés dans la confrérie de la Purificazione au cours des années 1483-1528, il résulte clairement qu’au moins la moitié d’entre eux résidaient dans le même quartier, celui de San Giovanni57. Bien évidemment, je n’ai pas pu inclure dans ces estimations l’ensemble des confrères sans patronyme parmi lesquels étaient particulièrement nombreux les apprentis, les garzoni (garçons de boutique) et les ouvriers non spécialisés employés dans les ateliers du cycle textile (de la manufacture de la Laine et surtout de la Soie, un secteur en forte expansion à cette époque). Or, cet ensemble hétérogène de travailleurs, désignés par l’expression sta a accompagnée par le nom de leur métier, serait susceptible d’accroître considérablement le pourcentage des résidents du quartier de San Giovanni et du gonfalon du Leon d’Oro où les boutiques liées aux métiers du textile étaient particulièrement nombreuses58. C’était précisément pour permettre à tous ces garçons de participer aux célébrations en l’honneur des saints Côme et Damien que la compagnie de la Purification décida de décaler cette fête au dimanche suivant, puisque «ce jour là n’étant pas une fête commandée, on était à la boutique»59. Lorenzo Polizzotto est allé plus loin encore dans cette analyse jusqu’à voir dans l’emploi très fréquent de l’expression sta al au lieu de celle indéterminée de sta a le fait d’une proximité de ces boutiques au siège de la confrérie; autrement dit, le scribe de la compagnie aurait sciemment utilisé le déterminant pour enregistrer les garçons travaillant dans des ateliers bien connus dans le quartier60. Or, une telle interprétation me semble plutôt aléatoire, car dans divers contextes documentaires du xve siècle le recours aux deux formes lexicales se fait indistinctement. Néanmoins, il est certain que l’enracinement de la compagnie de la Purificazione dans le couvent crée un rapport beaucoup plus étroit avec le quartier de San Giovanni. Bien sûr, cela est avant tout le fait du patronage de Côme qui fixe l’assise confraternelle dans le couvent de Saint-Marc, au sein même du quartier de San Giovanni et du gonfalon du Leon d’Oro. C’est dans cet espace familial et politique à la fois que se concentrent de tout temps les principaux alliés des Médicis. Là, ils cultivent assidûment les relations avec leurs voisins appartenant au même gonfalon, celui du Leon d’Oro et ils mobilisent leur argent dans la construction d’édifices très prestigieux confiés aux plus grands architectes de l’époque. De telles interventions urbanistiques commencées par Côme et poursuivies par ses successeurs aboutissent à la création d’une zone de résidence privilégiée dans la partie Nord de la ville, destinée à acquérir un rôle central dans la vie culturelle, religieuse et politique de Florence.

27Ainsi, peut-on s’étonner que deux confréries juvéniles parmi les plus importantes – celles de la Purificazione et de San Giovanni Evangelista – jaillissent dans le quartier et le gonfalon de résidence des Médicis? Le patronage que ceux-ci exercèrent à la faveur des institutions confraternelles, comme vis-à-vis des établissements religieux, fut notamment l’un des moyens utilisés pour consolider leur prestige dans cette aire géographique et l’étendre à tout l’espace urbain. De fait, les confréries juvéniles traversant les barrières de toutes les couches de la population constituaient un moyen privilégié pour élargir le réseau clanique dont les Médicis avaient besoin pour gouverner. Mieux encore, les societates puerorum, adulescentium et iuvenum qui réunissaient un cercle socialement hétérogène de jeunes provenant de tous les quartiers de la ville pouvaient entraîner à la fois la solidarité personnelle des confrères grandis avec leurs fils et celle de leurs pères. Autrement dit, l’espace confraternel où des jeunes issus du peuple, et surtout des milieux artisans, côtoyaient les fils de l’élite urbaine était le cadre idéal pour promouvoir et renforcer leurs réseaux d’influence au-delà des rapports classiques de la solidarité traditionnelle florentine fondée sur la parenté, le voisinage et l’amitié. C’était là un entrelacs de relations verticales et horizontales où les liens confraternels transcendaient les frontières politiques, sociales, professionnelles et territoriales de la ville.

28Il serait cependant tout à fait réducteur de se contenter de voir en ces structures confraternelles un instrument utilisé par les Médicis pour consolider les anciens rapports personnels et familiaux et tisser de nouvelles relations de clientèle avec des citoyens de condition inférieure. C’était là un dessein éducatif plus global, ressortissant à un projet de société dans son ensemble, dont la principale source d’inspiration s’enracinait dans la culture humaniste et dans le réformisme religieux contemporain. Les élites politiques, à l’unisson avec les autorités ecclésiastiques, appuyèrent d’un soutien très vigilant ces fondations juvéniles qui, dans la ville de Florence, trouvèrent un terrain extrêmement fécond. Ainsi se développèrent-elles dans tous les quartiers de la ville et, surmontant la méfiance initiale des instances religieuses et politiques à l’égard de l’Oltrarno, parvinrent-elles à s’enraciner également dans le quartier de Santo Spirito, celui des ciompi. Il n’en resta pas moins que les confréries les plus prestigieuses, celles qui gardèrent toujours une prééminence dans les processions citadines, ayant aussi les moyens financiers pour faire appel à de grands artistes, comme Benozzo Gozzoli, furent celles situées là où battait le cœur de la vie religieuse et politique de la ville.

Haut de page

Notes

1 Sur les confréries juvéniles : R. C. Trexler, Rituale: adolescenza e salvezza, dans Famiglia e potere a Firenze nel Rinascimento, Rome, 1990, p. 79-163; K. Eisenbichler, The boys of the Archangel Raphael. A Youth confraternity in Florence, 1411-1785, Toronto, 1998; L. Polizzotto, Children of the Promise. The confraternity of the Purification and the socialization of the youths in Florence, 1427-1785, New York, Oxford, 2004; I. Taddei, Fanciulli e giovani. Crescere a Firenze nel Rinascimento, Florence, 2001.

2 Le terme buca a été traditionnellement interprété comme désignant le lieu souterrain de réunion de certaines confréries. Ludovica Sebregondi a discuté cette définition dans Tre confraternite fiorentine: Santa Maria della Pietà, detta «Buca» di San Girolamo, San Filippo Benizi, San Francesco Poverino, Florence, 1991. Sur les buche et leurs rapports avec les confréries des jeunes voir aussi : C. C. Calzolai, S. Antonino e le Buche, dans S. Antonino, 5, 1958, p. 9-11; J. Henderson, Pietà e carità nella Firenze del Basso Medioevo, trad. it., Florence, 1998, p. 54-55; I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., p. 127-157; 198-206.

3 F. W. Kent, Household and Lineage in Renaissance Florence. The family life of the Capponi, Ginori and Rucellai, Princeton, 1971; D. V. Kent, The rise of the Medici. Faction in Florence, 1426-1434, Oxford, 1978; D. V. Kent et F. W. Kent, Neighbours and neighbourhood in Renaissance Florence: the district of the Red Lion in the Fifteenth Century, Villa I Tatti, New York, 1982; F. W. Kent, Il ceto dirigente fiorentinoe i vincoli di vicinanza nel Quattrocento, dans I ceti dirigenti nella Toscana del Quattrocento, Florence, 1987, p. 63-78; D. V. Kent, Dinamica del potere e patronato nella Firenze dei Medici, dans I ceti dirigenti... cit., p. 49-62; P. C. Clarke, The Soderini and the Medici. Power and patronage in Fifteenth Century Florence, Oxford, 1991; C. Klapisch-Zuber, Compérage et clientélisme à Florence (1360-1520), dans Ricerche storiche, 15, 1985, p. 61-76; A. Molho, Cosimo de’ Medici: pater patriae or padrino?, dans Stantford Italian Review, 1, 1979, p. 5-33.

4 R. F. E. Weissman, Ritual brotherhood in Renaissance Florence, New York, 1982, en particulier p. 19-20; S. K. Cohn, The laboring classes in Renaissance Florence, London, 1980; F. Franceschi, Oltre il «Tumulto». I lavoratori fiorentini dell’Arte della Lana fra Tre e Quattrocento, Firenze, 1993, p. 312-313.

5 Sur cet aspect : I. Taddei, Fanciulli e giovani... cit., p. 127-157.

6 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Compagnie religiose soppresse da Pietro Leopoldo (désormais CRS) 752, sans numération; Biblioteca nazionale centrale di Firenze (désormais BNCF), Magliabechiano (désormais Magl. ), cl. XXV, 418, Ferdinando Leopoldo Del Migliore, Registro delle Compagnie di Firenze, fol. 59r.-v. Sur la compagnie de l’Arcangelo Raffaello: K. Eisenbichler, The boys of the Archangel Raphael..., cit.

7 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 59r.-v.

8 Ibid.

9 A. Traversari, Latinae epistolae, L. Mehus (éd. ), Bologne, 1968 [ristampa anastatica de l’éd. Florence 1759], II, p. 40; 136-137.

10 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, Purificazione, fol. 83r. : «perché in più luoghi si esercitasse questa laudabile et charitatevole opera». Sur cette confrérie : L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit.

11 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, Ferdinando Leopoldo Del Migliore, fasc. 11, Capitoli della compagnia della Purificazione, fol. 83r. -v., chap. II, Memoria chome la nostra schuola hebbe principio: «Troviamo ch’ebbe principio a honore di Dio et della Vergine Maria di Sancto Zenobi negli anni del nostro signore Giesù Christo 1427 addì 8 di septembre nella chiesa di santa Maria de Servi che per adietro vi si radunavano quegli nostri frategli della schuola della Natività del nostro Signore Giesù Cristo, che si ritrova al presente et fa sua residenza apresso allo spedale di Sancta Maria della Scala. Et era in quel tempo uno guardiano Biagio di Lorenzo cimatore e con detta scuola si partì del sopradetto luogo e rimanemo dodici o circa con grande unione e amore di ciascheduno».

12 ASF, Ospedale S. Matteo 183, fol. 169v. Voir aussi ASF, CRS 1654, fasc. 30, fol. 82v

13 L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 51.

14 D. Kent, Cosimo de’ Medici and the Florentine Renaissance. The patron’s oeuvre, New Haven-Londres, 2000; A. Molho, Cosimo de’ Medici..., cit., p. 5-33.

15 Sur le rôle fondamental de patronage exercé par Côme sur la compagnie de la Purification et le couvent de Saint-Marc : L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 53-106.

16 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 18r : «Cosimo de’ Medici assegnò circa l’anno 1440 luogo in convento alla compagnia del-la Purificazione detta di San Marco»; ASF, CRS 1646, fasc. 7, fol. 241r. Voir aussi : R. Morçay, Saint Antonin, fondateur du couvent de Saint-Marc, archevêque de Florence, 1389-1459, Paris, 1914, p. 473-474; id., La cronaca del convento fiorentino di S. Marco, dans Archivio storico italiano, 71, 1913, I, p. 15-16.

17 R. Hatfield, The Compagnia de’ Magi, dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 33, 1970, p. 107-161 : 135-137. Sur l’emplacement du siège de la confrérie de la Purification dans le jardin de Saint-Marc : C. Elam, Lorenzo de’ Medici’s sculpture garden, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florence, 36, 1992, p. 41-84; L. Borgo, A. H. Sievers, The Medici gardens at San Marco, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florence, 33, 1989, p. 237-256.

18 ASF, CRS1646, fasc. 7, fol. 241r. : «Ricordi di questa isquola di Purificazione della Vergine Maria e di santo Zanobi chossì fare se ne faccia principale festa la quale si raguna appresso a frati di San Marcho che ci murò overo fece murare Chosimo di Giovanni dei Bicci de Medici per questo esercizio e per la salute dell’anima sua, chome appare al libro suo della muraglia che dichono tutte le partitte di per esse paghò. E tolse per la chompagnia di Piero di Mariano al presente guardiano e nella entrata del sopraddetto luogho una chappella titolata in san Chosimo e Damiano e dette così al detto Chosimo una tavola d’altare chon detti santi dipinti che servisi all’altare di detta chappella e dietro a detta chappella all’oratorio nostro titolato oratorio della Purificazione della Vergine Maria e di Santo Zanobi chon sagrestie e altre istanze appartenente chon corte, pozzo e orto. E detto Chosimo ci mise in tenuta negli anni del nostro Signore Gesù Cristo 1444 a dì 29 giugno, cioè il dì del santo protettore san Pagholo e facessi una solenne processione chon tutti i fanciugli di detta scuola vestiti di bianco e fecesi dare le chiave del sopraddetto luogho però fece Alesio di Mateo per sua parte. E fece detto luogo con licentia dei frati di S. Marco e detti frati gli concedettono el terreno liberamente per fare el sopradetto luogho, perché erano certi ch’era buona opera dove intendiamo sempre si loda Idio nelle nostre tornate e preghisi Iddio pel sopraddetto Chosimo».

19 BNCF, Magl., cl. XXV, 418, fol. 17r. : «sempre il volgo l’hachiamata la compagnia di San Marco».

20 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, fol. 82r-v : «E nella entrata del sopradetto luogo è una cappella titolata in sanctoChosimo e Damiano e detteci il detto Chosimo una tavola d’altare con le figure di detti santi dipinti oro».

21 L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 62, 100-102. Sur ce retable : L. Sebregondi, Arte confraternale, dans M. Gazzini (dir.), Studi confraternali: orientamenti, problemi, testimonianze, Florence, 2009, p; 337-367 : 340-341, 359.

22 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, Ferdinando Leopoldo Del Migliore, fasc. 11, Capitoli della compagnia della Purificazione (1444), fol. 80r.-105v.

23 ASF, Diplomatico, Patrimonio ecclesiastico, 24 juin 1442.

24 BNCF, Conventi soppressi da ordinare (désormais Conv. Sop. da ord. ), D. 3. 270, Capitoli di S. Niccolò del Ceppo, fol. 6v. : «Correvano gl’anni di nostra salute 1417, quando alcuni santi huomini della compagnia di Santo Nicholò allora di là d’Arno, come desiderosi dell’esercitarsi più spiritualmente et con più osservantia che per avventura in quella non si faceva, fecero un oratorio nel popolo di Santo Iacopo tra Fossi appresso al monasterio delle Poverine, luogo detto del Ceppo, e in quello il giorno del glorioso Apostoli Santo Iacopo e Santo Filippo del detto anno 1417, fatti nuovi capitoli et ordini, fecero la prima tornata con grandissima festa, dando solennemente principio alla nostra compagnia».

25 BNCF, Magl., cl. XXXI, fasc. 11, Capitoli della scuola delli Ingesuati, fol. 3r.

26 ASF, CRS 1579, fasc. 2, San Paolo, fol. 56v., 97r.; 182r.-184r., 192r.-197v.

27 L. Sebregondi, Lorenzo de’ Medici confratello illustre, dans Archivio storico italiano, 150, 1992, p. 319-341; R. F. E. Weissman, Ritual brotherhood..., cit., p. 117.

28 B. Masi, Ricordanze di Bartolomeo Masi calderaio fiorentino, dal 1478 al 1526, G. Corazzini (éd.), Florence, 1906, p. 15-16.

29 ASF, Corporazioni religiose soppresse dal governo francese (désormais Corp. RS.), 113. 16, fol. 127v.

30 ASF, CRS 134, fasc. 1, S. Antonio da Padova detta di S. Giorgio, sans numérotation : «presso la cappella di S. Humiliano posta in su la Costa».

31 Sur ce quartier et son identité : F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 313-315; N. A., Eckstein, The district of the Green Dragon. Neighbourhood life and social change in Renaissance Florence, Florence, 1995, en particulier p. 12-15.

32 Ibid., p. 15-16.

33 Sur cet édit pontifical et ses conséquences sur l’organisation confraternelle : I. Taddei, Une sociabilité bien ordonnée. Les societates puerorum, adulescentium et juvenum à Florence au xve siècle, dans P. Paravy et I. Taddei (dir.), Les lieux de sociabilité religieuse à la fin du Moyen Age, Actes des journées d’étude (19-20 avril 2002), Université de Grenoble 2, («Les cahiers du CRHIPA» 9), 2006, p. 23-35 : 26-27.

34 C. C. Calzolai, S. Antonino e le Buche..., cit., p. 93.

35 Sur cet aspect : J. Henderson, Le confraternite religiose nella Firenze del tardo medioevo: patroni spirituali e anche politici, dans Ricerche storiche, 15, 1985, p. 77-94; L. Sebregondi, La partecipazione dei ceti dirigenti alla realtà confraternale fiorentina, dans E. Insabato (dir.), I ceti dirigenti a Firenze dal gonfalonierato di giustizia a vita all’avvento del ducato, Lecce, 1999, p. 189-202; R. F. E. Weissman., Lorenzo de’ Medici and the Confraternity of San Paolo, dans B. Toscani (dir.), Lorenzo de’ Medici. New perspectives, New York, 1993, p. 315-329.

36 N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), Florence, trad. it., 1971, p. 143; J. Henderson, Le confraternite religiose..., cit., p. 83-85;

37 Ibid., p. 86; R. F. E. Weissman, Ritual brotherhood..., cit., p. 167-168; I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., p. 152.

38 ASF, Notarile Antecosimiano 1400, fol. 11r.-v.; BNCF, Conventi soppressi da ordinare, D. 3. 270, Capitoli di S. Niccolò del Ceppo, fol. 8v.; BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, Purificazione, chap. 5, fol. 4r.-v.; ASF, Cap. CRS 752, Arcangelo Raffaello, chap. 2, sans numération.

39 BNCF, Conventi soppressi da ordinare, Badia Fiorentina 33, fol. 21r.-v.

40 ASF, Catasto 989, Portate dei religiosi, Arcivescovado di Firenze (1478), c. 96r : «La chompagnia di Santo Bernardino e di S. Caterina de’ fanciulli, la quale si raghuna al lato alla chiesa di Sancta Maria Alberighi, cioè al chanto de’ Neri di Firenze».

41 R. A. Goldthwaite, La costruzione della Firenze rinascimentale. Una storia economica e sociale, Bologne, 1984, p. 92.

42 ASF, Diplomatico, Patrimonio Ecclesiastico, Badia Fiorentina, 21 décembre 1445, cité par R. C. Trexler, Public life in Renaissance Florence, New York, 1991[1980], p. 372 : «la detta ispesa avevo fatto per i detti fanciugli in prestanza di più persone che la mia divozione era per fare simile chompagnia nel quartiere di santo Ispirito».

43 ASF, Capitoli delle Compagnie religiose (désormais Cap. CR) 81, S. Girolamo, fol. 18v.-19r., chap. XIII, Della rachomandatione della compagnia de fanciugli di S. Antonino da Padova.

44 Voir, par exemple : BNCF, Conv. Sop. da ord., D. 3. 270, Capitoli di S. Niccolò del Ceppo, fol. 6v. : «[... ] fecero un oratorio nel popolo di Santo Iacopo tra Fossi»; BNCF, Magl., cl. XXXI, fasc. 11, Capitoli della scuola delli Ingesuati, fol. 3r : «La quale [scuola di giovanetti] si principiò nella chiesa di Santa Trinità nel popolo di Santo Lorenzo detto luogo dell’Ingesuata».

45 ASF, Notarile Antecosimiano (désormais Not. Ant. ) 19458, année 1475, sans numérotation. De même, on précise que le gardien de la Purification, Piero di Mariano Muzi, appartient au «popolo di S. Piero Maggiore di Firenze» : ASF, CRS 1649, fasc. 14, fol. 1r.

46 F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 313-315.

47 ASF, CRS 1654, fasc. 29-32; ASF, 1649, fasc. 14-16; ASF, 1650, fasc. 17-18. Pour la composition des membres de la compagnie de la Purification, voir I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., p. 207-245 ainsi que les tableaux et graphiques p. 291-314.

48 ASF, Not. Ant. 19458, année 1475, sans numérotation; ASF, Not. Ant. 1400, S. Antonio da Padova, fol. 10v

49 ASF, Corp. RS, 102. 191, sans numérotation. Voir aussi S. Orlandi, La cappella e la compagnia della Purità in S. Maria Novella di Firenze, dans Memorie domenicane, 30, 1958, p. 7-18.

50 I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., tableaux 4 et 9, p. 300, 312.

51 Ibid., tableaux 1a, 10a, p. 291-292, 312.

52 D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les toscans et leurs familles : une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978, tableau 7, p. 123.

53 Ibid., tableau 1a, p. 292. Sur cette famille, voir : E. Plebani, I Tornabuoni. Una famiglia fiorentina alla fine del Medioevo, Milan, 2002.

54 Vespasiano da Bisticci, Le Vite, A. Greco (éd. ), Florence, 1970-1976, I, p. 146.

55 I. Taddei, Fanciulli e giovani..., cit., p. 245.

56 Ibid., p. 82-83.

57 Ibid., p. 237-238, tableaux 1b, 10b, p. 292-293; 312.

58 Sur cette catégorie hétérogène, voir : F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 87-92; id., Les enfants au travail dans la manufacture textile florentine du xive et xve siècle, dans Médiévales, 30, 1996, p. 69-82; A. Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, 1993, p. 154-164; 176-178; 297-350. Pour la présence massive des travailleurs de la corporation de la Laine dans le quartier de San Giovanni et dans le district du Leon d’oro, voir à nouveau F. Franceschi, Oltre il «Tumulto»..., cit., p. 141-145.

59 BNCF, Magl., cl. VIII, 1500, fasc. 11, chap. XXIII, Della festa nostra della Purificazione di nostra donna et di quella di sancto Zenobi et di sancto Chosimo et Damiano, fol. 98r.-99r. : «perché detto dì non è chomandato e stassi a bottega».

60 C’est le seul aspect pour lequel nos analyses relatives à la composition des membres de la Purification divergent, autrement elles aboutissent à des résultats presqu’identiques, tout en utilisant un cheminement différent, voir : L. Polizzotto, Children of the Promise..., cit., p. 38-52 : 44, note 107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Taddei, « Au cœur de la ville : les confréries de jeunesse florentines (xve siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-1 | 2011, 39-48.

Référence électronique

Ilaria Taddei, « Au cœur de la ville : les confréries de jeunesse florentines (xve siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mefrm.revues.org/660 ; DOI : 10.4000/mefrm.660

Haut de page

Auteur

Ilaria Taddei

Université de Grenoble II, ilaria.taddei@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org