Navigation – Plan du site
Confraternite e città in Italia fra tardo medioevo...

«Dedans et dehors» : confréries, charité et espace urbain

Réseaux de solidarité confraternels au Frioul à la fin du Moyen Âge
«Dedans et dehors»: confraternities, charity and urban space: networks of brotherhood solidarity at Frioul at the end of the Middle Age
Andrea Martignoni
p. 23-31

Résumés

Des sondages effectués dans les archives des confréries du Frioul permettent de souligner le rôle qui est le leur dans la mise en place, à la fin du Moyen Âge, de réseaux et de stratégies de solidarité au cœur de l’espace urbain. Au nom de la charité chrétienne, le mouvement confraternel tente de répondre à un besoin croissant d’entraide et d’assistance qui caractérise la société urbaine des derniers siècles du Moyen Âge. Parmi les paramètres qui peuvent permettre de mieux saisir le champ d’action confraternel, nous avons choisi de privilégier, en parlant «du dedans et du dehors», la question du décloisonnement des dynamiques de solidarité tant d’un point de vue sociologique que spatial. En effet, si la solidarité est avant tout un principe qui concerne les relations entre les membres officiellement inscrits à telle ou telle autre association, elle est aussi l’opportunité d’une ouverture. Quelques exemples concrets en témoignent. Lorsque, par exemple, il faut organiser les funérailles des membres défunts et prendre en charge la prière pour leurs âmes, le soutien confraternel dépasse le cercle restreint du groupe pour toucher également toutes les personnes qui entretiennent des liens de parenté avec les confrères ou les consœurs. L’action de solidarité en cas de décès s’incarne aussi dans l’espace, participant par conséquent à la définition d’une géographie de l’assistance. On y voit apparaître des constantes mais aussi des variations. La solidarité confraternelle est généralement limitée au périmètre urbain. Si le corps du défunt se trouve à l’extérieur de la ville, c’est à la famille que revient la responsabilité de le prendre en charge. Mais des exceptions existent. Certaines confréries, en effet, suivent d’autres règles en étendant leur action à l’extérieur de la cité. La vocation hospitalière de ces associations, en outre, les pousse à accroitre et élargir leur rayon d’action. L’agrandissement des structures préexistantes voire la construction de grands hôpitaux permet ainsi d’accueillir de plus en plus de besogneux externes à l’association et finit par modifier sensiblement l’emprise des confréries sur l’espace urbain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annio da Viterbo, Questiones due disputae super mutuo iudaico et civili et divino, dans Mons Pietat (...)
  • 2 Mt 25, 31-36.
  • 3 Sur les Monts de Piété, on se référera à deux récents ouvrages : I conti dei Monti. Teoria e pratic (...)

1«Si l’un de tes frères qui se trouve à l’intérieur des portes de ta cité devenait pauvre, tu ne durciras pas ton cœur et tu ne fermeras pas ta main, mais au contraire tu l’ouvriras au pauvre et tu lui apporteras l’aide dont il a besoin»1. À la fin du xve siècle, le dominicain Annio da Viterbo, fervent défenseur de la création des Monts de Piété, rappelle, par ces mots qui puisent dans une tradition évangélique bien éprouvée2, que la charité doit être au cœur de la vie de tout bon chrétien3.

2Dans un entrelac idéal de pure intentionnalité du cœur et de générosité du geste, se dessinent ainsi les contours d’une éthique du comportement. La ville, dont l’espace est suggéré par la pétrification de ses limites, apparaît comme le lieu privilégié de la caritas et de l’expérimentation de nouvelles formes de solidarité et de sociabilité. Les frères mendiants s’étaient lancés dans une conquête aguerrie des cités œuvrant à la conversion de ces nouvelles «Babylone» qu’ils désiraient transformer en une sorte d’antichambre du paradis. Entre enfer et paradis, donc, la ville médiévale, tout en étant bien souvent perçue par les prédicateurs comme le lieu par excellence des vices et des péchés, était aussi conçue comme une scène où la caritas assumait le rôle d’instrument de rédemption et de salut. La charité était dès lors conçue comme un antidote efficace contre les nouveaux maux de la société urbaine : l’enrichissement, les plaisirs de la taverne, l’attrait du jeu, le vol, l’indifférence.

  • 4 J. Chiffoleau, Note sur le polycentrisme religieux urbain à la fin du Moyen Age, dans P. Boucheron (...)
  • 5 Pour ne citer que deux références majeures, on se rapportera à Il buon fedele. Le confraternite tra (...)

3Dès le xiiie siècle, sous la protection et l’impulsion des ordres mendiants, de nombreuses et très diversifiées confréries voient le jour au cœur des villes. Dévotionnelles, professionnelles ou encore nationales, ces associations s’imposent comme l’un des acteurs premiers de ces nouvelles formes de solidarité citadine. Leurs champs d’action sont multiples. Dans un élan vigoureux de sociabilité solidaire, elles apportent des réponses aux problèmes liés à la pauvreté, à la maladie et à la mort participant ainsi à la multiplication et à l’éclatement polymorphe des structures d’encadrement dévotionnel, autrement dit à ce «polycentrisme religieux»4 caractéristique de l’histoire urbaine de la fin du Moyen Âge. Les confréries urbaines peuvent alors être considérées comme les éléments d’un «système nodal» qui, dans son hétérogénéité et dans sa vivacité, compose et recompose la carte humaine et topographique des réseaux de solidarité urbaine5.

4En prenant appui sur quelques exemples de confréries frioulanes, il nous a semblé intéressant de poser la question des frontières de ces différents réseaux. Si Annio da Viterbo avait circonscrit l’action caritative à l’intérieur de l’espace urbain, la solidarité confraternelle se limiterait-elle d’emblée au seul périmètre de l’urbanitas? Serait-elle aussi réservée exclusivement aux membres du groupe? Cela revient au fond à se demander s’il existe une spatialisation de leur action caritative qui se jouerait entre le «dedans et le dehors» du groupe comme de la cité.

  • 6 G. De Sandre Gasparini, Laici devoti tra confessione e penitenza, dans Dalla penitenza all’ascolto (...)
  • 7 Biblioteca comunale di Udine [désormais BCU], Archivum Civitatis Utini, Annales, t. VII, c. 164v-16 (...)
  • 8 Statuta et ordinamenta communitatis terrae Utini, 1425, V. Joppi (éd.), Udine, 1898, p. XIII ; et L (...)
  • 9 A. Vauchez, Faire corps. Les confréries au Moyen Age, dans Id., Les laïcs au Moyen Age : pratiques (...)
  • 10 J.Chiffoleau, Les confréries, la mort et la religion en Comtat Venaissin à la fin du Moyen Age, dan (...)
  • 11 G. Albini, Presentazione. Vite di mercanti milanesi del Trecento e del Quattrocento : affari e cari (...)
  • 12 BCU, ms Osp D, Capitoli e Statuti della veneranda Fraterna degli Schiavoni di Udine, 1479, c. 2v. O (...)
  • 13 M. Miglio, Capretto, Pietro, dans Dizionario biografico degli italiani, 19, Rome, 1976, p. 186-189  (...)

5Aux xive et xve siècles, on assiste, tout particulièrement dans les cités du Centre et du Nord de la péninsule italienne, à une augmentation exponentielle du nombre des confréries urbaines6. Le Frioul n’échappe pas à cette tendance. Un tout premier recensement de ces institutions est effectué par le conseil communal de la ville d’Udine au mois d’août 13837. Vingt et une confréries sont ainsi recensées dans une cité dont la population ne devait pas dépasser les six mille habitants8. Les raisons de ce succès sont à rechercher dans le défi qu’elles se sont donné, celui d’offrir, dans un processus de «faire corps»9, l’opportunité d’une sociabilité nouvelle. Nouvelle famille ou famille de «substitution»10, l’expérience confraternelle est ainsi fondée sur une puissante solidarité interne au groupe11. C’est donc d’abord au sein même de l’association que l’entraide se matérialise dans l’accompagnement et le soutien mutuels, spécialement dans les moments de fragilité de la vie comme la maladie et la mort. Aussi, à la fin du xve siècle, les statuts de la confrérie de San Gerolamo d’Udine établissent l’obligation pour tous les membres de venir en aide aux confrères et aux consœurs qui se trouveraient dans le besoin12. Au sein de cette famille, chaque fidèle est donc appelé à faire preuve de charité en s’engageant pleinement dans une aventure du collectif. Un sermon, prononcé en 1495 par Pietro Capretto13 devant les membres de la confrérie des Battuti de Pordenone dont il était le chapelain, illustre de manière exemplaire les principes fondateurs de ce qu’on pourrait appeler la raison confraternelle :

  • 14 P. Capretto, Capitula scolae venerandae S. Mariae Battutorum civitatis Portus Naonis, Udine, 1683, (...)

Je crois, très chers frères, que personne ne soit rentré dans cette confrérie dévote et vénérable sans avoir profondément réfléchi à la raison de son choix, une raison résolument louable, approuvée par tous les plus prudents, étant celle-ci la porte du salut, surtout pour l’âme. Car celui qui se soumet aux œuvres de piété dans l’espoir d’être récompensé par l’éternel et juste Dieu dans l’autre vie ne peut absolument pas être blâmé. [...] si donc nous désirons vraiment être des vrais soldats et fidèles servants de cette très puissante et excellentissime impératrice [la Vierge Marie], il faut alors que chacun de nous reçoive et dessine en son cœur les enseignes de ce magnifique et excellent Capitaine et sacrée reine du ciel et de la terre; ces enseignes sont essentiellement l’humilité et l’obéissance [...], mais le plus important c’est que vous vous aimiez l’un et l’autre, parce que là où il n’y a pas de charité, il n’y a pas d’humilité, ni obéissance, sans laquelle aucune confrérie ne peut alors être parfaite, exemplaire, et ne peut perdurer longtemps14.

  • 15 M. Gazzini, Devozione, solidarietà e assistenza a Milano nel primo Quattrocento : gli statuti della (...)
  • 16 Ch.-M. De La Roncière, Le confraternite in Europa fra trasformazioni sociali e mutamenti spirituali(...)
  • 17 I. Taddei, L’idéal de paix dans les confréries de jeunesse à Florence au xve siècle, dans R. M. Des (...)

6La démarche préconisée par Capretto se doit d’être réfléchie, car si elle ouvre les portes du salut, elle engage surtout à une profonde responsabilité. L’adhésion à la confrérie repose en effet sur quatre grands piliers : l’humilité, l’obéissance, l’amour et la charité15. Ces piliers produisent une métamorphose de l’homme qui devient un soldat au service de la Vierge Marie. La métaphore militaire proposée dans ce sermon fait du confrère un combattant. Non pas un miles Christi prêt à prendre les armes contre les infidèles, mais bien un miles Mariae, loyal et fidèle envers lui-même et les autres. La confrérie apparaît par conséquent comme une armée en marche appelée à faire triompher le ciel sur terre et, dans un esprit d’absolue obéissance et humilité, à lutter pour le bien et le rachat des péchés. Au sein de la confrérie, tout est question d’ordre et de hiérarchie. De la Vierge Marie aux supérieurs de la confrérie, des supérieurs aux simples adhérents, c’est bien une verticalité qui structure le fonctionnement du groupe associatif16. La charité ajoute cependant à cette verticalité une horizontalité certaine qui se réalise par le respect mutuel, par la mise en place d’une entraide solidaire et par l’assistance charitable. Hiérarchique, cette micro-société n’en est pas moins égalitaire, une société où l’amour de l’autre conduit à la paix. Ilaria Taddei a justement montré comment à l’intérieur des confréries, l’ordre social et public, un ordre de paix, est étroitement associé aux valeurs chrétiennes d’amour charitable, de concorde et de solidarité17.

  • 18 Nous renvoyons sur ce sujet aux travaux de M. Rubin, Corpus Christi. The Eucharist in late medieval (...)
  • 19 Par exemple, BCU, ms Osp D, Capitoli e Statuti della Veneranda Fraterna degli Schiavoni di Udine, c (...)
  • 20 Un tel rassemblement n’était pas uniquement requis pour la Fête-Dieu, il était souhaité aussi à l’o (...)
  • 21 À Venise, la même année, une procession solennelle pour le Corpus Christi fut organisée par le gouv (...)
  • 22 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XVI, c. 395r [20 mai 1407].
  • 23 Ibid., t. XIX, c. 360v [1er juin 1414].
  • 24 Ibid., t. XX, c. 91v [24 mai 1415]. La délibération se trouve aussi dans ASU, Archivio Caimo 67, n. (...)

7Chaque confrérie apparait donc comme une sorte de microcosme fonctionnant avec des modalités propres et participant ainsi à la polarité de l’offre religieuse au sein de la ville. L’idéal d’unité et de concorde n’est pourtant pas limité au seul cercle de telle ou telle autre association. Il peut parfois être mis au service de la cité tout entière. C’est le cas notamment des festivités solennelles organisées pour le Corpus Christi18. Chaque confrérie urbaine a bien entendu inscrit la fête du Corpus Domini dans son propre calendrier festif obligeant tous les membres à prendre part aux processions19. Mais en cette occasion, les autorités communales ordonnent à toutes les confréries de se réunir pour participer ensemble à une seule et unique solennelle procession20. Une des toutes premières délibérations communales d’Udine rappelant ce rassemblement collectif remonte à l’année 140721. Le noble Nicola Tristano Savorgnano est à l’origine de l’initiative. Il s’était adressé au conseil citadin en proposant d’associer, le jour de la Fête-Dieu, toutes les confréries de la ville à la célébration du corps du Christ22. En 1414, la commune d’Udine souhaite ainsi organiser une pulcra processione dans laquelle tous les prêtres, les frères mendiants, les confréries, les hommes, les femmes, jeunes ou moins jeunes, devaient se réunir23. L’année suivante, le côté solennel de la célébration est cette fois-ci renforcé par l’interdiction de garder ouverts les commerces et les boutiques24.

  • 25 E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, 1999, p. 261-265.
  • 26 Ph. Braunstein et Ch. Klapisch-Zuber, Florence et Venise : les rituels politiques à l’époque de la (...)

8Par cette procession collective, on célèbre l’union de tous les membres de la civitas ainsi que de tous les acteurs de la vie religieuse dans une mise en scène orchestrée par les pouvoirs publics25. Le rituel public légitime le pouvoir, consolide les liens de la civitas, charpente l’harmonie d’une ville en paix, dévote et festive, et suscite des passions et des émotions qui contribuent à souder la communauté26. Pour réaliser cet ambitieux programme, chaque confrérie est donc appelée à devenir le maillon d’un puissant réseau de communication rituelle et symbolique capable, tout en célébrant Dieu, de sacraliser et glorifier la cité.

  • 27 A. Benvenuti Papi, Ad procurationem caritatis et amoris et concordiae ad invicem. La Fraternita dei (...)
  • 28 S. Bortolami, Locus magne misericordie. Pellegrinaggi e ospitalità nel Veneto medioevale, dans A. R (...)
  • 29 Parmi les travaux récents, on signale : F. Bianchi, La ca’ di Dio di Padova nel Quattrocento. Rifor (...)
  • 30 L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale, dans L. Morassi (dir.), Ospitalità sanitaria in Udine. (...)
  • 31 Pour une vue d’ensemble, nous renvoyons à P. Caracci, Antichi ospedali del Friuli, Udine, 1968 ; Id (...)
  • 32 Il quaderno dell’ospedale di Santa Maria Maddalena, F. Vicario (éd.), Udine, 1999. Voir aussi L. Co (...)
  • 33 Voir les fonds documentaires BCU, Archivum Civitatis Utini, Manoscritti miscellanei di atti pubblic (...)
  • 34 San Gottardo in territorio di Udine. Notizie storiche raccolte da atti inediti di archivi, P. Dell’ (...)
  • 35 M. G. B. Altan, Appendice. Elenco delle fondazioni e istituzioni dedite all’assistenza, dans Storia (...)
  • 36 A. Londero, Per l’amor di Deu. Pietà e profitto in un ospedale friulano del Quattrocento, San Miche (...)
  • 37 M. G. B. Altan, Ospizi e xenodochi lungo le vie percorse da pellegrini, da Roma e da crociati, dans (...)

9Nous avons rappelé à quel point la charité constitue l’un des liants essentiels qui, dans l’intimité du groupe confraternel, met en relation et soude ses adhérents. Or, ce principe caritatif participe également à ce qu’on pourrait définir comme un décloisonnement de l’action solidaire du groupe27. Le changement d’échelle est opéré par la création de la part des confréries d’hospices voire d’hôpitaux. À l’origine, ses infrastructures sont généralement réservées à l’accueil et à la prise en charge des membres de l’association. Elles pouvaient aussi accueillir des personnes externes à la fraternité : voyageurs, pèlerins, indigents, besogneux ou malades28. Si toutes les confréries ne disposaient pas nécessairement d’hospices, force est de constater qu’à partir du xive siècle les fondations de nouvelles structures d’assistance sont en augmentation29. Udine, Cividale et Gemona disposent d’un vaste réseau hospitalier permettant d’accueillir les poveri bisognosi. À Udine, la confrérie des flagellants se dote d’un hôpital dès la fin du xiiie siècle30. De nombreuses autres confréries disposent aussi de leur propre lieu d’accueil comme celui de l’Annunciata de la confrérie des caligari, celui de San Giacomo de la confrérie des pelletiers, ou encore celui de San Girolamo, de Sant’Antonio Abate et de San Gervasio31. Des hôpitaux spécialisés voient le jour : celui de Maria Maddalena pour les enfants abandonnés32, celui de la confrérie de Santa Lucia destiné surtout à accueillir des femmes, celui de San Lazzaro réservé aux lépreux33, et enfin celui de San Gottardo, crée en 1445 et chargé des pestiférés34. À Cividale, la tradition hospitalière était également florissante. Le plus ancien hospice, celui de San Giovanni in Xenodochio, remonte au viie siècle35. S’ajoutent ensuite d’autres institutions comme celle de San Martino ou de San Lazzaro. À Gemona, l’hôpital principal était celui de San Michele36, géré par la confrérie homonyme, mais on compte aussi l’Ospedaletto, près du Tagliamento, géré par l’ordre hospitalier de Santo Spirito dès 121337, et l’hospice de Santa Maria la Bella actif dès le début du xiiie siècle.

  • 38 [...] idcirco considerato quod in ipsa civitate Glemone plura hospitalia et pia loca habentur [...](...)

10Les réseaux de l’assistance sont donc particulièrement diversifiés même s’il faut rappeler que la plupart de ces infrastructures étaient relativement modestes. Or, à partir du xve siècle, de nouvelles tendances se font jour et le paysage hospitalier tend à se modifier. Une première tendance est celle de la création de nouveaux hôpitaux qui conduit, au sein de cités qui connaissent une croissance démographique significative, à une multiplication de l’offre d’accueil et de soin ainsi qu’à une plus grande spécialisation des prestations. C’est le cas à Udine avec la fondation de l’hôpital de San Gottardo pour les malades de la peste. Parfois, l’offre semble dépasser la demande. C’est ce qui ressort d’une visite pastorale effectuée en 1488 à Gemona. En remarquant la présence d’un grand nombre d’institutions pieuses et charitables, on met un frein à un nouveau projet de construction38.

  • 39 G. Albini, Città e ospedali nella Lombardia medievale, Bologne, 1993, p. 114-115.

11Une seconde tendance est celle d’une centralisation de ces pôles d’assistance dans un lieu privilégié, un ospedale grande. À Brescia en 1427, par exemple, le conseil communal envisage l’édification d’unum hospitale magnum et solemne. À Crémone, en 1451, on construit un édifice d’un grand prestige, che fusse honorevole e numinato come ad Fiorenza et ad Siena39. À Cividale, l’on assiste, au milieu du xve siècle, à une véritable centralisation des structures hospitalières. Les hôpitaux de San Martino, de San Lazzaro et de Spirito Santo sont annexés à celui des Battuti donnant vie à la plus grande et à la plus importante institution charitable de la ville perchée sur une courbe du fleuve Natisone.

  • 40 BCU, Archivium Civitatis Utini, Annales, t. XIII, c. 247r [27 octobre 1399]. Liliana Cargnelutti fa (...)
  • 41 ACU, Archivio Antico Ospedale, 734, Miscellanea 117, c. 26r et c. 29r. Voir notamment L. de Biasio, (...)
  • 42 ACU, Archivio Antico Ospedale, 88.1 ; cf. L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale... cit., p. 83
  • 43 BCU, Annales, t. 26, c. 4r, 15 avril 1434.
  • 44 Udine, Biblioteca del Seminario arcivescovile di Udine, Archivio Antico Ospedale di Santa Maria del (...)
  • 45 L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale... cit., p. 91.
  • 46 « Ge sono etiam 3 hospitali, l’uno deli quali ha de intrada cercha ducati 1000, gli altri veramente (...)

12À Udine, la commune avait envisagé, entre la fin du xive et le début du xve siècle, de transformer l’hôpital des Battuti en une sorte de refuge principal pour les pauvres de la ville40. Le projet fut rejeté par le conseil de la confrérie qui voulait garder son autonomie par rapport aux autorités communales. L’hôpital de Santa Maria della Misericordia connut toutefois un grand succès et son développement, au cours du Quattrocento, fut assez important. C’est en 1330 que pour la première fois l’hôpital de Santa Maria est mentionné comme personne juridique à côté de la confrérie. Des legs pieux commencent dès lors à lui être spécifiquement adressés41. Les dépenses aussi sont de plus en plus conséquentes. En 1344, la confrérie débourse de l’argent pour les funérailles de quatorze personnes mortes pendant leur séjour à l’hôpital. De 1344 à 1350, de nombreuses dépenses sont engagées pour des travaux de maçonnerie visant à agrandir les locaux. En 1347, alors qu’on finance des travaux pour la toiture de l’hôpital, on procède à l’achat de trois lits, 35 couettes et 31 literies42. En 1434, non seulement on continue à agrandir les locaux, mais on aménage une séparation entre deux sections distinctes, celles des hommes et celles des femmes43. Quelques années plus tard, en 1473, d’autres importants travaux sont financés par la confrérie. Elle procède à l’acquisition de nouveaux terrains et fait réaménager les salles de l’hôpital. Elle fait réaliser aussi des fresques pour décorer l’intérieur des chambres et la façade extérieure de la maison confraternelle44. Dans la première moitié du xvie siècle, la superficie de l’hôpital a doublé45 et la fusion progressive en son sein d’autres institutions le destine à devenir l’hôpital central de la cité. Marin Sanudo lorsqu’il décrit, au début du xvie siècle, la ville d’Udine, ne mentionne que trois entités hospitalières. Un seul est assez important et spécialisé pour qu’il soit désigné comme un hôpital, sans doute celui des Battuti, les deux autres ne sont que, selon lui, des hospices46.

  • 47 V. Zamagni, Introduzione, dans Povertà e innovazioni istituzionali in Italia. Dal Medioevo ad oggi, (...)
  • 48 Voir par exemple L. Cargnelutti, L’antico Ospedale di Santa Maria della Misericordia di Udine, dans (...)

13L’importance acquise par cet hôpital tout au long du xve siècle conduit donc progressivement à la modification du paysage hospitalier répondant aux besoins d’une population toujours plus nombreuse et suggérant d’ores et déjà la mise en place d’une structure centralisante et plurifonctionnelle avec une capacité d’accueil plus grande et plus performante47. L’hôpital tend aussi progressivement à se distinguer de la maison confraternelle tant au niveau architectural que administratif, puisqu’un personnel spécifique est chargé de sa gestion. Si au milieu du xive siècle, il était géré par un servant, sa femme et une mamula, au siècle suivant la confrérie embauche un véritable gardien, deux femmes chargées de la laverie et une cuisinière, qui seront tous assistés plus tard par douze confrères désignés pendant deux mois afin d’assurer la distribution des repas, avant que cette tâche soit ensuite assumée en 1488 par des véritables proviseurs48.

  • 49 BCU, ms Osp B, Confraternita dei battuti. Statuto e laudario, Udine, 1445 ; BCU, ms Osp A, Statuta (...)
  • 50 BCU, ms Osp A, c. 2v.

14Les révisions des statuts confraternels témoignent de ces changements. La dernière et troisième version statutaire est compilée en 1479 remplaçant celle de 1356 et celle de 144549. Elle se différencie des précédentes par la place prépondérante accordée à la charité et l’activité hospitalière50 et par l’apparition de rubriques spécifiquement consacrées au fonctionnement et à la gestion de l’hôpital. Cette vocation constitue même, et cela est une nouveauté, l’incipit des statuts :

  • 51 BCU, ms Osp A, Statuta venerande fraternitatis Batutorum de Utino, 1479, cc. 2rv.

Au nom de la Sainte et indivisible Trinité, amen [...] que soit dans le cœur de tous les confrères de cette vénérable fraternité la bonne gestion des biens des pauvres. En effet, les biens que nos ancêtres ont laissés aux pauvres ne seraient d’aucune jouissance si même les fils n’avaient pas, par des lois, choisi à qui les destiner. C’est ainsi que les statuts ici présents ont été acceptés à l’unanimité et avec concorde afin que, dans le futur, les biens des pauvres puissent être gérés mieux et de manière plus salutaire51.

  • 52 Les statuts des Battuti de Santo Spirito d’Udine le confirment : « [...] quella cotale capa si de e (...)

15L’histoire des hôpitaux confraternels, marquée, comme on vient de le souligner, par la montée en puissance des Battuti et par la modification structurelle de leurs bâtiments, est donc celle d’une ouverture. Au départ, ces associations pénitentes s’identifiaient essentiellement à l’espace privé de la domus confraternelle. C’est un lieu où leur identité se construisait, où se tenaient les réunions rituelles, où la mémoire du groupe était fixée car on y conservait tant les statuts que les tuniques blanches avec lesquelles chaque confrère ou consœur devait se revêtir pour les cérémonies52. Désormais fort d’une expansion croissante, l’hôpital des flagellants ne se limite plus à quelques lits, mais comporte de vrais locaux destinés à accueillir un plus grand nombre de personnes appartenant ou pas à l’association confraternelle.

  • 53 C. Vincent, Le soin des défunts : une priorité, dans Ead., Les confréries médiévales... cit., p. 77 (...)
  • 54 Les archives de la confrérie et de l’hôpital des Battuti de Santa Maria della Misericordia d’Udine (...)
  • 55 BCU, ms fp 1352/2, Fraternità di santa Maria dei Battuti della villa di Moimacco, 1592, c. 36r. Voi (...)
  • 56 Pietro Capretto, Capitula scholae venerandae S. Mariae Battutorum... cit., p. 12.
  • 57 Ibid., p. 12.
  • 58 La confraternita del Santissimo Spirito... cit., p. 15.

16Après avoir montré que l’assistance à pauvres et malades conduit à un décloisonnement du groupe, intéressons-nous maintenant à la politique confraternelle en matière de mort et de gestion des funérailles53. Là encore on assiste d’abord et avant tout à la mise en place d’un réseau élargi car, si chaque association est appelée à s’occuper de ses propres morts, elle intervient aussi au bénéfice des personnes décédées dans leurs hôpitaux54. L’appartenance à une confrérie est souvent le seul moyen efficace de bénéficier, le jour de son trépas, de funérailles dignes d’une «bonne mort» et de s’assurer les honneurs d’une gestion collective du salut de son âme55. Lors de la mort d’une consœur ou d’un confrère, tous les membres de la fraternité – tota congregatio – sont appelés à participer aux funérailles sous peine d’amendes. Lors du cortège funéraire, les flagellants doivent tous endosser leur habitus poenitentia. Il existe néanmoins des exceptions. Ainsi, chez les flagellants de Pordenone, cette obligation vestimentaire est uniquement imposée lors du décès d’un membre de la confrérie ou d’un parent proche56. En revanche, lors des funérailles d’un malade décédé à l’hôpital de la confrérie, les confrères ne sont pas obligés de porter la tunique blanche57. Les différences existantes entre les nombreuses confréries empêchent d’identifier des pratiques uniformes. Ainsi, les statuts de la confrérie de Santo Spirito d’Udine, datés de 1336, proposent d’autres règles : pour la mort d’un confrère ou d’une consœur, il faut, lors de la procession, revêtir la tunique, alors que dans le cas du décès du père, de la mère ou de l’épouse d’un des membres, le port de la tunique n’est pas forcément obligatoire58.

17Ce qu’expriment en tout cas toutes ces différences, c’est que les extensions des réseaux de solidarité face à la mort ne sont pas forcément les mêmes et que leur nature est englobante, allant des seuls membres de la confrérie à leurs parents et progénitures jusqu’à ceux qui étaient pris en charge par l’assistance confraternelle.

18Ce jeu de frontières concerne aussi la dimension de la prière pro anima. Une recommandation en langue frioulane d’un bienfaiteur de la confrérie de San Nicola d’Udine, datée du début du xve siècle, en rappelle l’importance sotériologique :

  • 59 Raccomandazione devota, 1400. Voir Libro delli benefattori della Confraternita di San Nicolò dei fa (...)

Priez pour l’âme de ceux que je vais vous nommer ici, et pour ceux qui sont passés de cette vie à l’autre, et pour ceux qui se trouvent encore dans la purgation de leurs peines. Puisse Dieu par sa miséricorde les conduire aux biens de la vie éternelle59.

  • 60 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Age (dioc (...)
  • 61 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.
  • 62 BCU, ms Osp A, 1479, c. 7r.
  • 63 BCU, ms fp 1279, Libro della confraternita della Santissima Trinità di Cividale, c. 68r.

19«La mémoire des morts, écrit Michel Lauwers, se fait dans la prière»60. Avant tout communautaire, la memoria est assurée par la communauté des vivants en récitant les deux prières d’intercession que sont le Pater Noster et l’Ave Maria. Les statuts des Battuti d’Udine de 1445 obligent à prononcer cinquante Pater Noster et cinquante Ave Maria pour l’âme du défunt au moment des obsèques61. Le nombre de prières n’est pas toujours le même. En 1479, par exemple, au sein de la même confrérie, les Pater et les Ave ne sont plus au nombre de cinquante, mais de cinq62. Cinq prières – cinq comme les plaies du Christ – sont également prévues, en 1489, par les statuts de la SS. Trinità de Cividale63. L’important écart entre les deux cas suggère vraisemblablement un allègement des obligations dans l’association confraternelle à la fin du Moyen Âge.

  • 64 La confraternita di Santo Spirito dei Battuti di Udine... cit., p. 17. Cela se retrouve également d (...)
  • 65 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.

20Il est surtout intéressant de remarquer que le nombre des prières obéit à une hiérarchie tarifaire dégressive qui correspond à l’identité du défunt et à l’élargissement du cercle de parenté. Lors de la mort d’un confrère ou d’une consœur, le nombre des prières qu’il faut réciter pour son âme atteint le maximum prévu par les statuts. Mais, comme c’était le cas pour les funérailles, les parents proches d’un membre de la confrérie jouissent tout autant de l’efficace réseau de solidarité. Ainsi, lorsque la femme d’un confrère meurt, la quantité de prières à réciter est exactement la même, ce qui place le conjoint sur un pied d’égalité, même si elle n’est pas systématiquement associée à part entière à la confrérie64. Les autres membres de la famille jouissent en revanche d’un nombre de prières dégressif. Ainsi, en 1445, pour le père et la mère d’un membre, il faut réciter vingt-cinq Pater Noster et vingt-cinq Ave Maria, ce qui correspond à la moitié des prières prévues pour le confrère lui-même et pour son épouse. Les enfants n’ont droit quant à eux qu’à sept Pater Noster et sept Ave Maria. Enfin, un dernier cas de figure est rappelé dans les statuts : la mort d’un neveu ou d’une nièce habitant dans la maison de leur oncle, membre de la confrérie. Dans ce cas précis, aucune prière n’est obligatoire, mais il faut, en signe de charité, faire une aumône d’un peu de bois et d’un peu de pain65.

21L’assistance spirituelle déborde donc de la sphère circonscrite et exclusive des seuls membres de la confrérie atteignant ainsi un cercle plus large, celui de la famille plus ou moins élargie. Ces quelques sondages permettent de souligner d’abord et avant tout que gestes et paroles forment un réseau invisible, mais puissant, garantissant le fonctionnement du dialogue nécessaire entre deux communautés, celles des vivants et celles des morts. Ils montrent aussi la modularité de ce réseau dont le fonctionnement diffère en fonction des degrés de parenté.

  • 66 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.
  • 67 De confratribus et sororibus defunctis associandis, VIII chapitre ; Ibid., c. 7r.
  • 68 Ibid., cc. 7v-8r.

22Élargi, le rayon d’action des confréries est tout aussi profondément incarné dans l’espace. La procession funéraire répond ainsi à un ordre précis qui concerne d’abord des lieux. Tous d’abord, les confrères doivent converger vers la maison confraternelle. Là, ils se déshabillent et revêtent la tunique, puis ils sortent en procession, deux par deux, avec la croix et le gonfalon. En se flagellant, ils se rendent jusqu’à la maison du défunt. Une fois récupéré le corps, ils le transportent jusqu’à l’église où est célébrée la messe66. Le cortège répond donc à une scénographie codifiée qui vise à la mise en scène du «tout confraternel». Pendant les funérailles, chacun des présents doit prononcer, comme le prévoient les statuts des Battuti d’Udine de 1445, cinquante Pater Noster et cinquante Ave Maria67. Personne n’a le droit de se retirer avant que le corps du défunt ne soit béni et déposé dans sa tombe68.

  • 69 Udine, à la fin du xive siècle, possède sept portes. Au début du xvie siècle, le nombre des portes (...)
  • 70 La création des paroisses à Udine est tardive et date du xvie siècle. Sur ce sujet, voir L. Cargnel (...)

23Le champ d’action de la solidarité confraternelle est donc l’espace public. La maison du défunt, en effet, demeure l’espace du privé dans laquelle se nouent les liens du sang. Les statuts précisent clairement que les confrères ne doivent pas pénétrer dans la maison, mais attendre que le corps soit conduit à l’extérieur par les membres de la famille. L’étude de l’organisation des funérailles met en lumière l’existence d’une spatialisation de l’assistance confraternelle. Le rayon d’action, comme l’a rappelé Annio da Viterbo, se concentre surtout au sein de la cité, dans cet espace du dedans qui commence et qui finit là où s’érigent les portes de la ville69, au seuil de l’urbanitas. Étendue à l’ensemble du périmètre urbanisé, cette solidarité ne s’enchâsse pas dans les limites des quartiers voire, à l’exception d’Udine70, des paroisses, limites dans lesquelles tout de même chaque confrérie construisait, rituellement et topographiquement sa propre identité.

  • 71 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4v.

24Mais qu’est-il prévue lorsque la mort frappe un membre de la confrérie en dehors de la cité? Chez les Battuti d’Udine, la consigne donnée aux participants du cortège funéraire est de ne pas franchir les limites matérialisées par le dernier cercle des murailles. Il revient par conséquent à la famille ou aux héritiers désignés par le testateur de s’occuper du corps et de le reconduire dans la cité. Les confrères ont alors l’obligation de se rendre en procession jusqu’aux portes de la ville pour y accueillir la dépouille et la transporter en procession jusqu’à l’église où est ensuite célébrée la messe71.

25La géographie funéraire repose donc sur un cloisonnement de l’action et de l’aide confraternelle. La ville et son espace, qui est espace social et sacralisé, sont le cadre de la «collectivisation» de la mort par le biais de la solidarité confraternelle. À la muraille, l’action confraternelle cesse laissant à d’autres la tâche de rapatrier le corps du défunt et de faire respecter ses dernières volontés surtout pour ce qui concerne le locus sepulcralis.

  • 72 BCU, ms fp 1279, Fraternita della SS. Trinità. Libro della fraternita della SS. Trinità nella chies (...)
  • 73 BCU, ms Osp D, Capitoli e statuti della veneranda fraterna degli Schiavoni di Udine, 1479, cc. 2rv.

26Cette coutume, malgré tout, n’est pas adoptée de manière générale. D’autres cas de figure sont en effet envisagés par d’autres confréries dont les statuts sont enrichis par une rubrique intitulée De illis qui decedunt extra terram démontrant ainsi que ces limites ne sont pas si infranchissables que cela. Le champ d’action des Battuti de Cividale, par exemple, ne s’arrête pas au seuil de l’espace de la cité. Une géographie précise est codifiée par les statuts. La confrérie prend alors en charge le corps dans un rayon d’un mile (environ 1,6 km) autour de Cividale72. À Udine aussi, à la différence des Battuti, d’autres confréries s’aventurent au-delà des enceintes. La confrérie de San Gerolamo degli Schiavoni prévoit par exemple que les confrères se rendent, si les héritiers, la famille ou les amis du défunt ne peuvent pas s’en charger, sur le lieu du décès si ce dernier se situe dans un périmètre de vingt miles en dehors de la ville73. La confrérie de Santa Maria de Malotul, association fondée à Buia en 1431, offre un autre exemple de l’élargissement géographique de l’action solidaire. Il est en effet demandé aux confrères de faire en sorte, dans le cas qu’un membre venait à mourir loin du village, de garantir que son corps soit enseveli dans le lieu choisi par celui-ci à condition que le décès ait eu lieu inter Lusencium et Tulmentum, c’est-à-dire dans un périmètre situé entre Tolmezzo et le Lusenzo.

27Cette spatialisation de l’action confraternelle, dans laquelle s’expérimente une collectivisation de la mort, joue donc avec le dedans et le dehors tout en rappelant à quel point l’espace urbain participe intimement à la formation d’une identité confraternelle.

28L’établissement des confréries au cœur de la ville a incontestablement modifié le paysage de la solidarité urbaine. La charité, l’amour, la paix et l’entraide mutuelle sont les ciments de ces micro-sociétés appelées à forger un nouveau sentiment d’appartenance. Il nous a semblé suggestif de s’intéresser, à travers quelques exemples frioulans, au fonctionnement de ces associations à travers la dialectique «du dedans et du dehors». L’identité et l’action confraternelles s’inscrivent en effet dans une spatialisation essentiellement circonscrite à l’espace urbain. Centrée sur elle-même, la confrérie fonctionne de manière autoréférentielle et son identité se façonne autour de sa chapelle ou de sa maison. Mais avec la création de structures d’assistance pour pauvres et malades une nouvelle sociabilité caritative se fait jour, cette fois ouverte à l’extérieur, vers tous ceux qui se trouvent dans le besoin. Au xve siècle, cette fragmentation du paysage hospitalier urbain semble laisser la place, et l’exemple des Battuti nous a permis de le constater, à l’émergence d’un pôle plus important qui tend à concentrer de plus en plus l’offre dans un seul lieu. Le rôle des confréries dans la gestion de la mort s’inscrit lui aussi dans une dimension spatiale. Les portes et les murailles de la ville apparaissent comme un seuil de référence indiscutable mais pas infranchissable.

29L’action charitable et solidaire des confréries non seulement redéfinit alors la géographie de la solidarité dans l’espace urbain, mais finit même par produire un décloisonnement de ce dernier.

Haut de page

Notes

1 Annio da Viterbo, Questiones due disputae super mutuo iudaico et civili et divino, dans Mons Pietatis. Pro monte pietatis consilia, Venise, Giovanni Tacuino, 1495-1497. Voir M. G. Muzzarelli, Un deposito apostolico per i poveri meno poveri, ovvero l’invenzione del Monte di Pietà, dans V. Zamagni (dir.), Povertà e innovazioni istituzionali in Italia dal Medioevo ad oggi, Bologne, 2000, p. 80.

2 Mt 25, 31-36.

3 Sur les Monts de Piété, on se référera à deux récents ouvrages : I conti dei Monti. Teoria e pratica amministrativa nei Monti di Pietà fra Medioevo ed Età Moderna, M. Carboni, M. G. Muzzarelli (dir.), Venise, 2008 ; et M. G. Muzzarelli, Il denaro e la salvezza. L’invenzione del Monte di Pietà, Bologne, 2001.

4 J. Chiffoleau, Note sur le polycentrisme religieux urbain à la fin du Moyen Age, dans P. Boucheron et J. Chiffoleau (dir.), Religion et société urbaine au Moyen Age, études offertes à Jean-Louis Biget, Paris, 2000, p. 227-252.

5 Pour ne citer que deux références majeures, on se rapportera à Il buon fedele. Le confraternite tra Medioevo e prima età moderna, Vérone, 1998 ; et A. Paravicini Bagliani (dir.), Le Mouvement confraternel au Moyen Age : France, Italie, Suisse, Rome, 1987.

6 G. De Sandre Gasparini, Laici devoti tra confessione e penitenza, dans Dalla penitenza all’ascolto delle confessioni : il ruolo dei frati mendicanti, Spolète, 1996, p. 216.

7 Biblioteca comunale di Udine [désormais BCU], Archivum Civitatis Utini, Annales, t. VII, c. 164v-165r.

8 Statuta et ordinamenta communitatis terrae Utini, 1425, V. Joppi (éd.), Udine, 1898, p. XIII ; et L. De Biasio, Confraternite e vita sociale a Udine fra Quattro e Cinquecento. Note storiche sulla fraterna del Sacramento, dans C. G. Mor (dir.), Storia della solidarietà in Friuli, Milan, 1987, p. 76.

9 A. Vauchez, Faire corps. Les confréries au Moyen Age, dans Id., Les laïcs au Moyen Age : pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, p. 95-124 ; et C. Vincent, Faire corps, dans Ead., Les confréries médiévales dans le royaume de France, Paris, 1994, p. 31-48.

10 J.Chiffoleau, Les confréries, la mort et la religion en Comtat Venaissin à la fin du Moyen Age, dans MEFRM, 91, 978, p. 811. Aussi, C. Vincent, Des familles de substitution ?, dans Ead., Les confréries médiévales dans le royame de France ... cit., p. 49-66.

11 G. Albini, Presentazione. Vite di mercanti milanesi del Trecento e del Quattrocento : affari e carità, dans M. Gazzini (éd.), « Dare et habere ». Il mondo di un mercante milanese del Quattrocento, Milan, 1997, p. XVI.

12 BCU, ms Osp D, Capitoli e Statuti della veneranda Fraterna degli Schiavoni di Udine, 1479, c. 2v. On peut aussi consulter l’édition de G. Fabris, Statuti di antiche confraternite udinesi presso l’archivio del civico ospedale, dans Bollettino della Civica Biblioteca e del Museo, I, 1907, p. 55.

13 M. Miglio, Capretto, Pietro, dans Dizionario biografico degli italiani, 19, Rome, 1976, p. 186-189 ; et A. Benedetti, Pietro Capretto pordenonese, dotto sacerdote e umanista, dans Il Noncello, 18, 1962, p. 3-91.

14 P. Capretto, Capitula scolae venerandae S. Mariae Battutorum civitatis Portus Naonis, Udine, 1683, p. 4.

15 M. Gazzini, Devozione, solidarietà e assistenza a Milano nel primo Quattrocento : gli statuti della Scuola della Divinità, dans Studi di storia medioevale e di diplomatica, 12-13, 1992, p. 91-120.

16 Ch.-M. De La Roncière, Le confraternite in Europa fra trasformazioni sociali e mutamenti spirituali, dans S. Gensini (dir.), Vita religiosa e identità politiche : universalità e particolarismi nell’Europa del Tardo Medioevo, San Miniato, 1998, p. 350.

17 I. Taddei, L’idéal de paix dans les confréries de jeunesse à Florence au xve siècle, dans R. M. Dessi (dir.), Prêcher la paix et discipliner la société, Italie, France, Angleterre (xiiie-xve siècles), Turhout, 2005, p. 431.

18 Nous renvoyons sur ce sujet aux travaux de M. Rubin, Corpus Christi. The Eucharist in late medieval culture, Cambridge, 1991 ; et Ead., La Fête-Dieu. Naissance et développement d’une célébration médiévale, dans A. Molinié (dir.), Le corps de Dieu en fêtes, Paris, 1996, p. 31-46.

19 Par exemple, BCU, ms Osp D, Capitoli e Statuti della Veneranda Fraterna degli Schiavoni di Udine, c. 2.

20 Un tel rassemblement n’était pas uniquement requis pour la Fête-Dieu, il était souhaité aussi à l’occasion d’autres processions extraordinaires ; BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XIX, c. 40v [20 février 1413].

21 À Venise, la même année, une procession solennelle pour le Corpus Christi fut organisée par le gouvernement vénitien pro reverentia gloriosi Jesu Christi Domini Nostri et honore Patriae ; E. Muir, Il rituale civico a Venezia nel Rinascimento, Rome, 1984, p. 254.

22 BCU, Archivum Civitatis Utini, Annales, t. XVI, c. 395r [20 mai 1407].

23 Ibid., t. XIX, c. 360v [1er juin 1414].

24 Ibid., t. XX, c. 91v [24 mai 1415]. La délibération se trouve aussi dans ASU, Archivio Caimo 67, n. 8, Deliberazioni del consiglio di Udine ed altri atti riguardanti il Duomo (1263-1739), p. 17.

25 E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, 1999, p. 261-265.

26 Ph. Braunstein et Ch. Klapisch-Zuber, Florence et Venise : les rituels politiques à l’époque de la Renaissance, dans Annales ESC, 38, 5, 1983, p. 1110-1124. Voir aussi E. Lecuppre-Desjardin et A.-L. Van Bruaene (dir.), Les émotions au cœur de la ville (xive-xvie), Turhout, 2005.

27 A. Benvenuti Papi, Ad procurationem caritatis et amoris et concordiae ad invicem. La Fraternita dei Laici di Arezzo tra sistema di solidarietà e solidarietà di sistema, dans Annali aretini, 1, 1993, p. 79-104.

28 S. Bortolami, Locus magne misericordie. Pellegrinaggi e ospitalità nel Veneto medioevale, dans A. Rigon (dir.), I percorsi della fede e l’esperienza della carità nel Veneto medioevale, Atti del convegno, Castello di Monselice, 28 maggio 2000, Padoue, 2002, p. 81-132.

29 Parmi les travaux récents, on signale : F. Bianchi, La ca’ di Dio di Padova nel Quattrocento. Riforma e governo di un ospedale per l’infanzia abbandonata, Venise, 2005 ; G. Albini, Carità e governo delle povertà (secoli xii-xv), Milan, 2002.

30 L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale, dans L. Morassi (dir.), Ospitalità sanitaria in Udine. Dalle origini all’ospedale della Città, secoli xiv-xviii, Udine, 1989, p. 77-132.

31 Pour une vue d’ensemble, nous renvoyons à P. Caracci, Antichi ospedali del Friuli, Udine, 1968 ; Id., Ospedali, confraternite e assistenza sanitaria nell’antica comunità udinese (secoli xii- xiixvi), dans Storia della solidarietà ... cit., p. 23-35. Voir aussi L. De Biasio, Dalle confraternite agli ospedali, dans Ospitalità sanitaria in Udine... cit., p. 57-76.

32 Il quaderno dell’ospedale di Santa Maria Maddalena, F. Vicario (éd.), Udine, 1999. Voir aussi L. Codarin, L’assistenza agli esposti, dans Ospitalità sanitaria in Udine... cit., p. 133 et suiv.

33 Voir les fonds documentaires BCU, Archivum Civitatis Utini, Manoscritti miscellanei di atti pubblici, C. IX, Chiesa e ospitale di San Lazzaro, sec. xiv-xviii; et Ibid., L. V, San Lazzaro, sec. xii-xvi. Se référer aussi à F. Braidotti, L’ospitale dei lebbrosi e la chiesa di san Lazzaro di Udine, Udine, 1900.

34 San Gottardo in territorio di Udine. Notizie storiche raccolte da atti inediti di archivi, P. Dell’Oste (éd.), Udine, 1922.

35 M. G. B. Altan, Appendice. Elenco delle fondazioni e istituzioni dedite all’assistenza, dans Storia della solidarietà... cit., p. 64; et P. Caracci, Antichi ospedali del Friuli, Udine, 1968, p. 69-76.

36 A. Londero, Per l’amor di Deu. Pietà e profitto in un ospedale friulano del Quattrocento, San Michele di Gemona, Udine, 1994.

37 M. G. B. Altan, Ospizi e xenodochi lungo le vie percorse da pellegrini, da Roma e da crociati, dans Storia della solidarietà ... cit., p. 51. Voir aussi V. Baldissera, L’ospedale di Santa Maria dei Colli di Gemona ossia Santo Spirito d’Ospedaletto e notizie di altri luoghi pii di Gemona, Venise, 1887; V. Baldissera, Canonica e chiesa priorale di S. Spirito, Ospedaletto, San Daniele, 1928.

38 [...] idcirco considerato quod in ipsa civitate Glemone plura hospitalia et pia loca habentur [...]; BCU, ms Joppi 614/24, Visitatio plebis Glemone, 1488, c. 30r.

39 G. Albini, Città e ospedali nella Lombardia medievale, Bologne, 1993, p. 114-115.

40 BCU, Archivium Civitatis Utini, Annales, t. XIII, c. 247r [27 octobre 1399]. Liliana Cargnelutti fait référence à cette question dans son article L’evoluzione istituzionale... cit., p. 83.

41 ACU, Archivio Antico Ospedale, 734, Miscellanea 117, c. 26r et c. 29r. Voir notamment L. de Biasio, Dalle confraternite agli ospedali, dans Ospitalità sanitaria in Udine... cit., p. 66.

42 ACU, Archivio Antico Ospedale, 88.1 ; cf. L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale... cit., p. 83.

43 BCU, Annales, t. 26, c. 4r, 15 avril 1434.

44 Udine, Biblioteca del Seminario arcivescovile di Udine, Archivio Antico Ospedale di Santa Maria della Misericordia di Udine, Delibere consiliari, 1468-1482, c. 94r [9 mai 1473]. Sur la fonction de ces images, nous renvoyons à notre article A. Martignoni, Entre textes et images. La performativité processionnelle chez les flagellants dans l’Italie de la fin du Moyen Âge, dans K. Gvozdeva et H. R. Velten (dir.), Medialität der Prozession. Perfomanz ritueller Bewegung in Texten und Bildern der Vormoderne Medialité de la procession. Performance du mouvement rituel en textes et en images à l’époque pré-moderne, Heidelberg, 2011, p. 211-228.

45 L. Cargnelutti, L’evoluzione istituzionale... cit., p. 91.

46 « Ge sono etiam 3 hospitali, l’uno deli quali ha de intrada cercha ducati 1000, gli altri veramente sono hospitj » ; M. Sanudo, Descrizione della Patria del Friuli (1502-1503), L. Manin (éd.), Venise, 1853, p. 22.

47 V. Zamagni, Introduzione, dans Povertà e innovazioni istituzionali in Italia. Dal Medioevo ad oggi, Bologne, 2000.

48 Voir par exemple L. Cargnelutti, L’antico Ospedale di Santa Maria della Misericordia di Udine, dans T. Ribezzi (dir.), Committenza e Devozione. Dipinti dell’Ospedale di Santa Maria della Misericordia ai Civici Musei di Udine, Udine, 2001, p. 11-14.

49 BCU, ms Osp B, Confraternita dei battuti. Statuto e laudario, Udine, 1445 ; BCU, ms Osp A, Statuta venerande fraternitatis Batutorum de Utino, Udine, 1479.

50 BCU, ms Osp A, c. 2v.

51 BCU, ms Osp A, Statuta venerande fraternitatis Batutorum de Utino, 1479, cc. 2rv.

52 Les statuts des Battuti de Santo Spirito d’Udine le confirment : « [...] quella cotale capa si de esser servata in la casa de la fradaia infina per tutta la vita soa infina a la morte [...] » ; V. Joppi (dir.), La confraternita del Santissimo Spirito dei Battuti di Udine e il suo statuto, Udine, 1899, p. 18.

53 C. Vincent, Le soin des défunts : une priorité, dans Ead., Les confréries médiévales... cit., p. 77-79.

54 Les archives de la confrérie et de l’hôpital des Battuti de Santa Maria della Misericordia d’Udine confirment la prise en charge des sépultures des pauvres ou des malades décédés dans l’hôpital. En 1358, la confrérie dépense une somme de 24 deniers pour faire ensevelir des pauvres décédés l’hôpital des Battuti ; BCU, ms Osp H, Camerari dell’Ospedale di Santa Maria della Misericordia, 1358, c. 12v. La même année, deux deniers sont dépensés pour la sépulture d’un pauvre garçon : « Item causa faciendo sepelire unum puerum parvum » ; Ibid., c. 14v.

55 BCU, ms fp 1352/2, Fraternità di santa Maria dei Battuti della villa di Moimacco, 1592, c. 36r. Voir l’édition de C. Ziani, Moimacco : la confraternita di Santa Maria dei Battuti (Il manoscritto F.P. 1352/2 della Biblioteca Civica di Udine), Udine, 1999.

56 Pietro Capretto, Capitula scholae venerandae S. Mariae Battutorum... cit., p. 12.

57 Ibid., p. 12.

58 La confraternita del Santissimo Spirito... cit., p. 15.

59 Raccomandazione devota, 1400. Voir Libro delli benefattori della Confraternita di San Nicolò dei fabbri, G. D’Aronco (éd.), Nuova antologia della letteratura friulana, Udine, 1982 vol. I, p. 73. Voir aussi G. B. Corgnali, Scritti e testi friulani, Udine, 1968, p. 124.

60 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Age (diocèse de Liège, xie-xiiie), Paris, 1997, p. 146.

61 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.

62 BCU, ms Osp A, 1479, c. 7r.

63 BCU, ms fp 1279, Libro della confraternita della Santissima Trinità di Cividale, c. 68r.

64 La confraternita di Santo Spirito dei Battuti di Udine... cit., p. 17. Cela se retrouve également dans la version statutaire de 1356 reprise en 1445 des Battuti de Santa Misericordia d’Udine ; BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.

65 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.

66 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4r.

67 De confratribus et sororibus defunctis associandis, VIII chapitre ; Ibid., c. 7r.

68 Ibid., cc. 7v-8r.

69 Udine, à la fin du xive siècle, possède sept portes. Au début du xvie siècle, le nombre des portes ayant augmenté, ce sont neuf portonieri qui travaillent aux portes ; cf. Ibid., Annales, t. XL, c. 40v [29 septembre 1500]. Sur ces questions, on se référera essentiellement à G. Blieck, Ph. Contamine et alii (dir.), Les enceintes urbaines (xiie-xvie siècle), Paris, 1999.

70 La création des paroisses à Udine est tardive et date du xvie siècle. Sur ce sujet, voir L. Cargnelutti, I borghi e la città : organizzazioni vicinali e associative in Udine, secoli xiv-xviii, Udine, 1992, p. 71-82 ; et F. De Vitt, La pieve di Udine e il suo territorio nei secoli xiii-xvi, in G. C. Menis (dir.), Udin. Mil agn tal cûr dal Friûl, Udine, 1983, vol. I, p. 91-97.

71 BCU, ms Osp B, 1445, c. 4v.

72 BCU, ms fp 1279, Fraternita della SS. Trinità. Libro della fraternita della SS. Trinità nella chiesa di San Giovanni Battista di Cividale, Cividale, 1489, c.34v et c.67v.

73 BCU, ms Osp D, Capitoli e statuti della veneranda fraterna degli Schiavoni di Udine, 1479, cc. 2rv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Martignoni, « «Dedans et dehors» : confréries, charité et espace urbain », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-1 | 2011, 23-31.

Référence électronique

Andrea Martignoni, « «Dedans et dehors» : confréries, charité et espace urbain », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/656 ; DOI : 10.4000/mefrm.656

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Institut catholique de Paris, martignoni.andrea@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org