Navigation – Plan du site
Mélanges

Documenter le Grand Schisme d’Occident. Étude sur les recueils de deux intellectuels normands, Simon du Bosc et Simon de Plumetot

Documenting the great western schism: a study of the anthologies of two Norman intellectuals, Simon du Bosc and Simon de Plumetot
Annick Brabant
p. 597-610

Résumés

Simon du Bosc et Simon de Plumetot furent deux intellectuels normands qui s’intéressèrent au Grand Schisme d’Occident. Les recueils de textes qu’ils possédèrent en témoignent. Ils traversèrent pourtant le Grand Schisme de façons très différentes. Alors que l’un d’entre eux était abbé de Jumièges et qu’il participa activement aux instances qui menèrent à la résolution de la crise, l’autre oeuvra au Parlement de Paris et ne prit part à aucune assemblée ni à aucun concile. L’étude de leurs recueils portant sur le Grand Schisme nous permet de mieux comprendre la nature de leur intérêt pour ce sujet et de constater les liens qui les unissaient à d’autres clercs normands engagés dans les débats entourant la scission.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les abréviations suivantes ont été employées : Bibliothèque nationale de France : BNF ; Archivio Segreto Vaticano : ASV ; Bibliotheca Apostolica Vaticana : BAV ; Archives départementales de la Seine-Maritime : ADSM.

Texte intégral

1Préoccupés par la situation de l’Église, deux intellectuels normands du tournant du xve siècle réunirent dans leur bibliothèque plusieurs recueils portant sur le Grand Schisme d’Occident. Cette crise divisait l’Église depuis 1378, à la suite de l’élection, à quelques mois d’intervalles, de deux papes rivaux qui mobilisaient chacun une partie de la chrétienté. Dans le royaume de France, lorsqu’il devint évident que la voie de fait, c’est-à-dire la lutte armée, ne parviendrait pas à déloger l’un des deux papes, des solutions alternatives furent envisagées. Les universitaires considérèrent d’abord demander aux papes concurrents de céder la tiare, afin de procéder à une nouvelle élection. Devant l’échec de cette voie, le clergé réuni en assemblée décida de cesser de reconnaître le pape que l’on avait précédemment reconnu. Cette mesure fut appelée soustraction d’obédience. Déçus aussi par cette solution, des intellectuels des deux obédiences s’acharnèrent à organiser une rencontre entre les papes, une mesure qui ne se concrétisa jamais. Plusieurs cardinaux découragés se séparèrent du pape qu’ils reconnaissaient et eurent recours au concile de Pise, qui fut suivi, quelques années plus tard par celui de Constance. C’est ce dernier concile qui mit finalement un terme à la crise qui durait depuis presque quarante ans.

2Tout au long de ces années, de nombreux traités circulèrent sur les solutions à apporter au schisme, de même que des rapports d’ambassades, des actes d’assemblées et de conciles, ainsi que bien d’autres types de documents. Certains prélats et intellectuels des deux obédiences, préoccupés par la résolution de cette crise sans précédent, rassemblèrent en recueils des textes variés au sujet de la situation de l’Église. Deux intellectuels normands aux parcours très différents, Simon du Bosc et Simon de Plumetot, possédèrent de tels recueils. Quelles raisons ont poussé ces deux hommes à constituer ou à acquérir des recueils portant sur le Grand Schisme d’Occident ? Que peut-on apprendre de leur propre engagement dans la résolution du schisme à partir de ces manuscrits ? Que nous apprennent leurs recueils sur leurs liens avec d’autres intellectuels normands engagés dans la résolution du schisme ? Voici les questions auxquelles nous proposons de nous intéresser dans cet article.

  • 1 Julien Loth, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges publiée pour la première fois (...)
  • 2 Plumetot, Calvados, cant. de Douvres.
  • 3 BNF, lat. 15 171, fol. 151. Voir aussi G. Ouy, Simon de Plumetot (1371-1443) et sa bibliothèque, da (...)
  • 4 H. Millet, Écoute et usage des prophéties par les prélats pendant le Grand Schisme d’Occident, dans (...)
  • 5 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 353-381.

3Une vingtaine d’années séparaient nos deux intellectuels qui n’étaient liés d’aucune façon, outre celle d’être originaires de la Normandie. Alors que Simon du Bosc vit le jour à Rouen dans les années 13501, Simon de Plumetot naquit le 4 février 1371, dans le village de Plumetot2, situé entre Caen et Bayeux3. Simon du Bosc embrassa rapidement la vie régulière, alors que son cadet, n’ayant pas de vocation pour la vie monastique, devint plutôt clerc séculier. Évoluant dans une carrière d’abbé et d’universitaire, Simon du Bosc fut nommé abbé de Cerisy, puis de Jumièges et obtint le doctorat en théologie. Il fut de toutes les assemblées du clergé convoquées par Charles VI sur la question du Grand Schisme4, participa à des ambassades, ainsi qu’aux conciles de Pise et de Constance. Simon de Plumetot, quant à lui, après avoir obtenu la licence in utroque jure de l’Université d’Orléans, cumula plusieurs bénéfices en Normandie et ailleurs, et devint conseiller au Parlement de Paris. Il acquit au cours de sa vie une impressionnante collection d’environ 113 volumes, dont plusieurs sur le Grand Schisme, et est considéré comme proche du premier courant humaniste français5. Afin de mieux comprendre les raisons qui les poussèrent à collectionner des textes ayant trait au Grand Schisme d’Occident, intéressons-nous plus en détail aux parcours de ces deux intellectuels.

Simon du Bosc, un abbé bénédictin engagé

  • 6 Bretteville-du-Grand-Caux, Seine-Maritime, cant. de Goderville.
  • 7 J. Loth, Histoire de l’abbaye... cit., p. 130.
  • 8 H. Dubois, D. Angers et C. Bébéar (éd.), Un censier normand du xiiie siècle. Le Livre des Jurés de (...)
  • 9 H. Millet, Un réseau international d’ermites et de réformateurs en quête d’une nouvelle spiritualit (...)
  • 10 Ibid., Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 170r.

4Né à Rouen aux environs de 1350, Simon du Bosc grandit dans cette ville, entouré de ses parents Mathieu du Bosc, seigneur de Bretteville6, et Guillemette de Vauricher7. Dans les années 1370, il fait sa conversion monastique à l’abbaye bénédictine de Saint-Ouen de Rouen. En 1378, il figure au registre des emprunteurs de la bibliothèque de l’abbaye8. Il se trouve sans doute à Jumièges en 1379, lors du passage dans cette abbaye de Pierre Bohier, évêque d’Orvieto9. Le roi Charles V s’était adressé à ce prélat afin de trouver une solution au Grand Schisme. Simon du Bosc conserva dans son recueil deux épîtres écrites par Pierre Bohier proposant de recourir à un concile local afin de mettre un terme au schisme qui débutait10.

  • 11 Sigy-en-Bray, Seine Maritime, cant. d’Argueil. Voir aussi J. Loth, Histoire de l’abbaye... cit., p. (...)
  • 12 Ibid., p. 132.
  • 13 H. Denifle et E. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, IV, Paris, 1894, p. 71, 304, 30 (...)
  • 14 Bulle de nomination de Simon du Bosc à l’abbatiat de Cerisy, ADSM, 9H19.
  • 15 Bulle de nomination de Simon du Bosc à l’abbatiat de Jumièges, ADSM, 9H19.
  • 16 On retrouve dans le fonds de Jumièges la convocation faite par les religieux de l’abbaye pour procé (...)

5Après avoir entamé ses études à Saint-Ouen, le jeune bénédictin poursuit son cursus à Paris et obtient le prieuré de Sigy au pays de Bray11. En 1386, il est reçu au doctorat en droit canon12. Il enseigne à la Faculté de Décret de l’Université de Paris au tournant du xve siècle13. Il reçoit sa première nomination d’abbé le 13 mai 1388, alors que Clément VII lui confère la charge de l’abbaye de Cerisy, prenant la relève d’Estold d’Estouteville, nommé abbé du Bec14. Trois ans plus tard, le même pape lui confère l’abbatiat de Jumièges où il succède à Geoffroi Harenc15. Il demeura abbé de Jumièges jusqu’à son décès en 141816. Ses occupations et son enseignement à l’Université de Paris l’empêchent de résider à l’abbaye de Jumièges de façon régulière.

  • 17 Voir sur la nature de ces assemblées : H. Millet, Du conseil au concile (1395-1408). Recherches sur (...)
  • 18 Voir au sujet de la participation des abbés aux assemblées du clergé : H. Millet, La participation (...)
  • 19 Ead., Écoute et usage... cit., p. 226.
  • 20 M. de Boüard, Le rôle de Simon du Bosc dans la politique française pendant le Grand Schisme d’Occid (...)
  • 21 Voir H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, I, Paris, 1988, p. 249
  • 22 Ibid..
  • 23 Ibid., p. 249-250.

6Au début des années 1390, devant l’échec de la voie de fait, celle des armes, pour résoudre le schisme, le roi et ses conseillers s’interrogèrent sur le meilleur moyen à prendre pour mettre un terme à la division de l’Église. Le déclenchement de la maladie de Charles VI, en 1392, ainsi que la mort du pape de l’obédience avignonnaise, Clément VII, et l’élection de son successeur précipitèrent les choses. Peu après le début du pontificat de Benoît XIII, en 1394, une vaste entreprise de consultation du clergé du royaume par la monarchie s’amorça. Alors que le roi et ses conseillers avaient précédemment muselé l’Université de Paris sur les affaires du schisme, ils devinrent plus attentifs aux moyens proposés par ses membres pour résoudre la situation. Entre 1395 et 1409, des représentants du clergé du royaume furent appelés à se réunir en assemblée plénière à cinq reprises afin de conseiller la monarchie sur la situation de l’Église17. Bien que la participation des évêques à ces instances ait été obligatoire, celle des abbés ne l’était pas et la royauté pouvait choisir ses interlocuteurs parmi les plus notables18. Simon du Bosc fut présent à chacune de ces réunions19. À l’assemblée de 1398, qui devait se prononcer sur la soustraction d’obédience à Benoît XIII, l’abbé rédigea une longue cédule dans laquelle il expliqua son point de vue sur cette mesure. Dans un article rédigé en 1955 sur le rôle de Simon du Bosc dans la politique française au temps du Grand Schisme d’Occident, Michel de Boüard affirmait que l’abbé de Jumièges prôna prudence et ménagement envers Benoît XIII, qu’il était réfractaire à la soustraction d’obédience et que cela lui valut d’être tenu à l’écart20. L’étude de sa cédule nous démontre toutefois le contraire. L’abbé de Jumièges se déclare d’emblée favorable à la soustraction, bien qu’il la souhaite partielle : « il me semble que il est bon et expediant pour le bien de l’Église et de noz consciences que le roy et l’Église de France cesse en tout et se départe quant a present de toute l’obedience de notredit saint père »21. Pour Simon du Bosc, les exactions pontificales expliquent la durée du schisme et c’est donc à elles qu’il prévoit de s’attaquer en proposant la soustraction partielle. La seule réticence exprimée par l’abbé est celle de savoir que le roi ferait mieux d’obtenir également l’appui de la plus grande partie du collège des cardinaux et de la plupart des rois de l’obédience de Benoît XIII pour que la mesure soit efficace22. Est-ce suffisant pour conclure que l’abbé de Jumièges était réfractaire à la soustraction d’obédience ? La suite de sa cédule nous laisse croire l’inverse. En effet, il poursuit en affirmant que si la soustraction est votée, on devra cesser entièrement de bailler l’argent des vacants et autres exactions au pape, puisque ces taxes nourrissent le schisme, qu’on devra également empêcher le pape de pourvoir aux bénéfices et que les prélats ne devront quitter Paris tant qu’un nouveau mode de fonctionnement n’aura été décidé pour toutes ces questions23. Ce point de vue semble difficilement être celui d’un opposant à la soustraction, mais plutôt celui d’un pragmatique qui veut donner à cette mesure toutes les chances d’éteindre le schisme.

  • 24 Coulonces, Calvados, cant. de Vire.
  • 25 ASV, Reg. Suppl. 83, fol. 77r-78v, 101v-102v.
  • 26 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 114.
    H. Millet, Comment mettre fin au (...)

7Dans les années qui suivent la soustraction, nous retrouvons la trace de Simon du Bosc dans les archives d’un procès qui l’oppose à l’évêque de Sées, Grégoire Langlois, sur la question du droit de procuration sur le manoir de Coulonces24 auquel l’ordinaire de Sées prétendait. Un arrêt du Parlement de 1400 trancha en faveur de l’abbé de Jumièges. Au début du pontificat de Benoît XIII, Grégoire Langlois lui avait fait parvenir deux rôles de suppliques pour ses protégés, témoignant ainsi de sa fidélité à ce pape25. Ancien serviteur de la royauté, il ne se présenta pas en personne à l’assemblée de 1398, mais envoya plutôt un procureur, Étienne Langlois, qui rédigea une courte et prudente cédule en latin, rappelant que la soustraction devait être faite aux deux pontifes26. Des enjeux politiques et la plus grande fidélité de Grégoire Langlois envers Benoît XIII ont pu influencer la décision du Parlement en faveur de Simon du Bosc.

  • 27 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 158v.
  • 28 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 250.

8En 1403, comme son collègue Pierre Leroy, abbé du Mont Saint-Michel, on le retrouve sur le Magnus rotulus que présente l’Université de Paris à la suite de la restitution d’obédience à Benoît XIII, dans la section consacrée aux maîtres de la faculté de décret. L’abbé de Jumièges adresse alors au pape une supplique très similaire à celle de Pierre Leroy et demande à Benoît XIII de lui octroyer la faculté de conférer dix bénéfices, qu’ils soient réguliers ou séculiers27. Les années de soustraction d’obédience avaient habitué les prélats français à une plus grande liberté dans la collation des bénéfices qu’ils souhaitaient maintenir. De plus, l’interférence des papes dans ces pratiques au détriment des ordinaires collateurs ou patrons était l’un des grands reproches que formulait Simon du Bosc aux papes du schisme dans sa cédule lors de l’assemblée de 139828.

  • 29 M. Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, (...)
  • 30 H. Millet, Un réseau international d’ermites... cit., p. 110.
  • 31 BNF, lat. 12 544, fol. 113v-114r.

9Dans les années qui suivent la restitution et qui précèdent le concile de Pise, on retrouve Simon du Bosc envoyé en 1407 dans l’ambassade dépêchée auprès de Benoît XIII et de Grégoire XII afin de convenir d’un lieu de réunion entre les deux pontifes29. Il revoit alors deux Normands de l’obédience romaine, Guillaume de la Vigne, évêque de Todi, et Jean Gilles, cardinal du titre des saints Côme et Damien. Le premier avait dû être son condisciple à la faculté de droit canon de l’Université de Paris avant le début du schisme, comme le soulignait Hélène Millet30. En 1407, une lettre témoigne des liens de confiance et d’amitié qui unissaient les deux Normands, alors que Guillaume de la Vigne adresse à Simon du Bosc quelques remarques faisant état de la méfiance ressentie envers Benoît XIII dans l’obédience romaine et des réticences de Grégoire XII au traité de Marseille. Il évoque par la même occasion deux connaissances normandes communes soit Robert l’Ermite, un laïc de près de 80 ans qui arpentait la Chrétienté portant différents messages pour la fin du schisme, et Pierre Leroy, abbé du Mont-Saint-Michel31. Simon du Bosc fait alors partie d’un petit groupe de Normands, dont certains fidèles au pape de Rome, qui maintient des liens et partage des renseignements, servant ainsi de passerelle entre les obédiences à la veille du concile de Pise.

  • 32 H. Millet, Les Pères du concile de Pise (1409) : édition d’une nouvelle liste, dans MEFRMA, 93, 198 (...)
  • 33 ADSM, 9H06, fol. 85v ; 9H20.
  • 34 H. Finke, Acta concilii Constanciensis, I, p. 162.
  • 35 H. Hardt, Magnum oecumenicum Constantiense concilium de universali Ecclesiae reformatione unione et (...)
  • 36 On le retrouve en effet dans le cartulaire de l’Université de Paris en 1416. CUP, IV, p. 313-314.
  • 37 ADSM, 9H4, fol. 305; 9H32.

10En 1409, l’abbé de Jumièges compte parmi les envoyés du royaume de France à Pise32. Au retour de ce concile, il reçoit plusieurs privilèges d’Alexandre V, dont l’usage de la mitre, de l’anneau, de même que d’autres ornements pontificaux, ainsi que le pouvoir de consacrer calices, autels et autres ornements sacerdotaux33. En 1413, il fait partie des envoyés du royaume au concile de Rome34, que les papes de Pise avaient promis de convoquer et qui connut une très faible participation. Simon du Bosc participe également au début du concile de Constance où il est l’un des neuf députés de la province de Normandie35. Il y arrive vers la mi-mars 1415 et s’en va au courant de l’année 141636. Il meurt le 9 septembre 1418 et Nicolas le Roux lui succède en tant qu’abbé de Jumièges37.

  • 38 Rouen, Bibl. mun. 745. Au folio de garde à la fin : Est de abbatia Gemeticensi, Rothomagensis dyoce (...)
  • 39 Rouen, Bibl. mun. 936. En haut du folio de garde, à la fin du volume : Iste liber est ecclesie Geme (...)
  • 40 Rouen, Bibl. mun. 592. Au verso du fol. 1, on retrouve la mention suivante : Est Sy [monis], abbati (...)
  • 41 Rouen, Bibl. mun. 650. En haut du premier feuillet on lit : Est mei Sy [monis] abbatis Gemeticensis (...)
  • 42 Rouen, Bibl. mun. 717. Au fol. 222v : Iste liber traditus fuit Nicolas Ruffu eiusdem ecclesie relig (...)
  • 43 Rouen, Bibl. mun. 734. Au verso de la page de garde : Est mei Sy[monis] abbatis Gemeticensis. Voir (...)
  • 44 Rouen, Bibl. mun. 754. Au fol. 226v : Est mei Symonis, abbatis sancti Petri de Gemetici, Rothomagen (...)
  • 45 Rouen, Bibl. mun. 935. Au verso du folio de garde : Est mei Symonis, abbatis Gemeticensis, Rothomag (...)
  • 46 G. Nortier, Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines en Normandie. Caen, 1966, p. 155- (...)

11Pendant son abbatiat, Simon du Bosc acquiert des livres pour ses moines. Ainsi, il leur lègue la Summa Aurea d’Henri de Suse38 et le Reductorium morale de Pierre Bersuire39. D’autres livres portent son ex-libris et ont appartenu à sa bibliothèque. On retrouve parmi ceux-ci les Opuscules de Jean de Galles40, le Libellus contra Iudeum de Nicolas de Lyre41, les Décretales de Grégoire IX, avec gloses de Bernard de Parme42, l’Apparat d’Innocent IV sur les Décrétales43, la Novella sur le Sexte de Jean André44 et le Liber de regimine principium de Gilles de Rome45. À ces livres, s’ajoutent ses trois recueils portant sur le Grand Schisme. Comme l’indique Geneviève Nortier, il fit profiter ses moines de ses livres qui s’ajoutèrent à la collection de l’abbaye46.

12Tout au long du Grand Schisme, qu’il traverse en entier, Simon du Bosc est engagé en faveur de sa résolution. Ses recueils sur le schisme sont l’une des manifestations de son inquiétude pour cette crise qui divise l’Église.

Simon de Plumetot, un bibliophile préoccupé par la résolution du schisme

  • 47 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 353-381.
  • 48 Plumetot, Calvados, cant. de Douvres.
  • 49 Une note autographe de Simon de Plumetot nous donne ces précisions : Anno domini millesimo CCC LXX (...)
  • 50 Ibid.
  • 51 ASV, Reg. Suppl. 80, fol. 182.
  • 52 Il faut toutefois être prudent quant à la datation des rôles de suppliques, qui étaient fréquemment (...)
  • 53 ASV, Reg. Suppl. 87, fol. 147. Aussi cité par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 359.
  • 54 Édité par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 364.
  • 55 G. Ouy lui attribue aussi des bénéfices à Senlis et à Chartres. Voir Ibid., p. 362.
  • 56 Édité par Ibid., p. 364.

13Le parcours de Simon de Plumetot est quant à lui fort différent de celui de son aîné. Les grandes lignes de son parcours ont été retracées par Gilbert Ouy dans un article consacré à sa bibliothèque, article qui s’est toutefois peu intéressé aux recueils du Grand Schisme que possédait l’intellectuel normand47. Simon de Plumetot voit le jour la veille de la Sainte Agathe, le 4 février 1371, dans le petit village de Plumetot48 situé entre Bayeux et Caen49. Il a à peine sept ans au début du schisme. On sait qu’il a fréquenté le collège des chanoines réguliers de Saint-Augustin à Paris, Saint-Victor, mais qu’il opta plutôt ensuite pour le clergé séculier50. Dans la quinzième année du pontificat de Clément VII, en 1393, il figure sur le rôle que l’Université d’Orléans fit parvenir à ce pape. Sa supplique nous apprend qu’il a été incardiné au diocèse de Rouen, qu’il ne possède encore aucun bénéfice, qu’il a obtenu le baccalauréat in utroque jure et qu’il demande une grâce expectative à la collation de l’abbé et du couvent de Jumièges ou de ceux de Fécamp51. Peu de temps après, un rôle envoyé par la même université, daté de la première année de Benoît XIII52, élu en 1394, nous indique qu’il en est à sa troisième année d’étude à la faculté de droit civil53. Son épitaphe nous révèle qu’il a été licencié en Lois54. Il accumule des bénéfices en Normandie et ailleurs55 : son épitaphe nous apprend qu’au moment de sa mort, il possédait des bénéfices à Bayeux et à Saint-Pierre de Caen56.

  • 57 Ibid., p. 362.
  • 58 À son sujet : ASV, Reg. Suppl. 100, fol. 112v ainsi que M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (é (...)
  • 59 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt... cit., p. 255. [1426, 11 IX] (...)
  • 60 Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 362.
  • 61 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt... cit., p. 185 : [1436, 30 X] (...)
  • 62 Le concernant : ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 235r ; CUP, IV, p. 100, M.-H. Jullien de Pommerol et J. V (...)

14Dès 1413, Simon de Plumetot était avocat du roi au Parlement de Paris. L’arrivée des Bourguignons, puis des Anglais, dans la capitale du royaume ne le fait pas fuir, on l’y retrouve toujours en 1423 et en 1425, où il est l’un des quinze conseillers du Parlement57. En 1426, il emprunte par l’intermédiaire d’André Garet58, prêtre du diocèse de Rouen, un livre à la bibliothèque de la Sorbonne59. En 1428, il devient conseiller à la Grand Chambre60. Plusieurs mois après le départ des Anglais de Paris, il emprunte à nouveau à la bibliothèque du collège de la Sorbonne en octobre 143661, cette fois-ci par le biais d’un autre Normand, Philippe Molet, clerc du diocèse de Sées62.

  • 63 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 363.
  • 64 Ibid., p. 364.

15Simon de Plumetot retourne ensuite en Normandie, occupée par les Anglais depuis 1417, confiant alors, selon Gilbert Ouy, ses manuscrits à Saint-Victor, pour éviter les risques du voyage63. De fréquents retours à Paris, pour le compte du roi d’Angleterre, dans les années qui suivent expliquent, selon Ouy, les additions postérieures à 1436 que l’on retrouve dans ses manuscrits, particulièrement en ce qui concerne le concile de Bâle64. Simon demeure au service de la couronne d’Angleterre jusqu’à sa mort en 1443. Il est enterré dans la nef de l’église du prieuré de Saint-Lô, à Rouen, où on grave son épitaphe :

  • 65 Édité par G. Ouy, Ibid., p. 364, suivant le texte qui figure sur la gravure du xviie siècle trouvé (...)

Hic iacet magne probitatis et scientie vir magister Simon de Plumetot, licenciatus in legibus cancellarius et canonicus Baiocensis curatusque ecclesie sancti Petri de Cadomo, necnon domini nostri regis in suo Parlamento consiliarus, qui obiit in senectute bona anno Domino M.CCCC. quadragintesimo tertio nona die mensis iulii, cuius anima requiescat. Amen65.

  • 66 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 372-373.
  • 67 BNF, lat. 14970, fol. 69v. Voir une édition partielle de ce poème dans G. Ouy, Simon de Plumetot... (...)
  • 68 Ibid., p. 373.
  • 69 BNF, lat. 14690, 15 068.
  • 70 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 369-370.
  • 71 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 224r, CUP, IV, p. 97.
  • 72 ASV, Reg. Suppl. 55, fol. 166v; 98, fol. 242r, CUP, III, p. 264, 459; IV, p. 102.
  • 73 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 254r, CUP, IV, p. 105, Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 371.
  • 74 BAV, Ottob. lat. 3081. Voir fol. 10 pour la signature d’Adam de Baudribosc. À son sujet V. Tabbagh (...)
  • 75 Voir H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 178.

16La collection de livres qu’il a acquise pendant sa vie compte environ 113 volumes, d’une nature encyclopédique, avec une prépondérance pour les textes juridiques et politiques66. Grand admirateur de la Vierge, Simon de Plumetot lui dédie des poèmes67 pendant ces années où l’Immaculée Conception de Marie est remise en doute par des théologiens tels que Juan de Monzon, dont les thèses furent condamnées par l’Université de Paris. Si Gilbert Ouy ne croit pas qu’on puisse le considérer comme un véritable humaniste, tel Nicolas de Clamanges, il estime néanmoins que la grande curiosité intellectuelle dont témoigne la bibliothèque de Simon de Plumetot « le rend très représentatif de cette couche sociale nouvelle, apparue au cours du xive siècle, des hauts fonctionnaires royaux qui semble bien, en France tout au moins, avoir été porteuse des valeurs de la Renaissance68« . Son attachement à sa région natale se voit aux volumes de la coutume de Normandie qui font partie de sa collection, de même qu’aux chroniques normandes69. Simon de Plumetot fait appel à plusieurs copistes pour l’élaboration de ses manuscrits. Ses trois copistes attitrés sont tous trois Normands, maîtres ès arts et ont une calligraphie peu remarquable. Il pourrait s’agir d’amis ou d’obligés plutôt que de salariés70 : Guillaume de Longueuil71, clerc du diocèse de Rouen originaire de Dieppe, qui vota en faveur de la soustraction d’obédience en 1398, Adam Carnificis72, maître des arts du diocèse de Rouen, ainsi que Hugues Berthelot, clerc du diocèse de Lisieux73. Notons également que l’un des recueils entièrement consacrés au Grand Schisme est copié en grande partie par un autre Normand, le chanoine de Rouen Adam de Baudribosc74. Comme Simon de Plumetot, il était licencié in utroque jure et œuvrait au Parlement de Paris. Comme Guillaume de Longueuil, il s’était déclaré favorable à la soustraction d’obédience lors de l’assemblée du clergé de 139875.

Les manuscrits

17Quelques mots, à présent, sur chacun des manuscrits de ces recueils de textes du Grand Schisme qu’ont possédés nos deux intellectuels. Ces recueils témoignent de l’intérêt qu’ont porté les deux hommes à la situation de l’Église et contiennent des textes qui nous permettent de mieux saisir la nature de leur intérêt pour le schisme. Trois recueils sont attribués à Simon du Bosc et huit à Simon de Plumetot.

Les recueils de Simon du Bosc

  • 76 Rouen, Bibl. mun., 1355, 1356, 1357.
  • 77 Pour les deux auteurs suivants, ces recueils furent assemblés sans aucun doute par Simon du Bosc : (...)
  • 78 Ibid., p. 224.
  • 79 Hec scripta est littera antiquissima in quodam libro antiquo papireo quod habet dominus Baiocensis, (...)
  • 80 Voir note 77.

18Les trois manuscrits suivants, anciennement de la bibliothèque de l’abbaye de Jumièges, maintenant conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen ont été compilés pendant le Grand Schisme76. Ils sont aujourd’hui attribués à Simon du Bosc77. Bien qu’aucune marque de possession propre à l’abbé n’apparaisse sur ces manuscrits, des indices importants le désignent comme possesseur. On retrouve par exemple dans le manuscrit portant la cote 1356 un rapport de l’ambassade envoyée aux papes concurrents en 1407 : celui-ci est rédigé de façon très personnelle, à la première personne du pluriel ou du singulier, ce qui mène à croire que l’auteur de ce texte ne peut être que l’un des ambassadeurs78. Il se trouve que Simon du Bosc participa à cette ambassade. Une autre note, trouvée dans le manuscrit 1355, indique que l’un des textes du recueil a été copié à partir d’un livre appartenant à l’évêque de Bayeux, Nicolas du Bosc, qui était l’oncle de Simon79. Ces indices nous mènent à considérer Simon du Bosc comme le compilateur de ces manuscrits, à la suite d’Hélène Millet et de Michel de Boüard80.

Le manuscrit Rouen, Bibl. mun. 1355

  • 81 Pour les textes datés, nous avons noté une exception d’un texte antérieur, il s’agit d’un sermon de (...)
  • 82 Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 1-44r.
  • 83 Ibid., fol. 50r ss.
  • 84 Ibid., fol. 117r ss.
  • 85 Ibid., fol. 87r-92v et 97v – 116r. Voir au sujet de ces textes H. Millet, Écoute et usage des proph (...)
  • 86 Ces textes sont très nombreux dans le recueil, voir entre autres : Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 172 (...)
  • 87 Ibid., fol. 211r-296v.
  • 88 Ibid., fol. 297r-313r.

19Ce manuscrit de 332 folios comprend des pièces diverses, presque toutes liées au Grand Schisme pour la période comprise entre 1378 et 140481. Les premières pièces traitent surtout des suites de la double élection et de la validité de l’élection d’Urbain VI82, mais on retrouve également des traités tels que l’Epistola concordiae de Conrad de Gelnhausen83, l’Epistola pacis de Henri de Hesse84, des textes prophétiques85, des lettres extraites de la correspondance de l’Université de Paris, du roi de France ou des papes86, des textes entourant la nécessité de la voie de la cession et de la soustraction87, ainsi que d’autres réagissant à l’épître de Toulouse de 1402 qui critiquait la soustraction88.

Le manuscrit Rouen, Bibl. mun. 1356

  • 89 Rouen, Bibl. mun. 1356, fol. 30r-35v.
  • 90 Ibid., fol. 40v-56r.
  • 91 Ibid., fol. 57r-77v.
  • 92 Ibid., fol. 81r-87v.

20Ce manuscrit de 96 folios comprend des textes divers qui s’étendent de la restitution d’obédience en 1403 au concile de Constance en 1417. Plusieurs pièces concernent la restitution d’obédience faite à Benoît XIII en 1403 sous l’égide du duc d’Orléans89 et l’assemblée du clergé de 140690. De nombreux textes s’intéressent à l’ambassade de 1407 et la préparation de la rencontre de Savone91, ainsi qu’au concile de Constance92.

Le manuscrit Rouen, Bibl. mun. 1357

  • 93 Rouen, Bibl. mun. 1357, fol. 17r-23r.
  • 94 Ibid., fol. 29v-32r.

21Ce manuscrit, plus court, compte 31 folios. Il contient quelques lettres, des traités, par exemple de Jean de Legnano93, et des poèmes de circonstances de l’exilé normand Guillaume de Salvarville94. La plupart des pièces datées sont attribuables aux premières années du schisme.

Les recueils de Simon de Plumetot

  • 95 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 369.
  • 96 BNF, lat. 14617, 14644, 14457, 14669, BNF, fr. 23428, BAV, Ottob. lat. 3081.
  • 97 BNF, lat. 14575.
  • 98 BNF, lat. 14643.
  • 99 Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 366.
  • 100 Selon le catalogue de Grandrue, P. 7 : Recueil de traités canoniques ; documents sur l’Université d (...)
  • 101 Paris, Arsenal, 753, G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 380.

22La collection de 113 volumes de Simon de Plumetot compte un nombre important de recueils qui rassemblent des textes divers. Parmi ceux-ci, certains ont été achetés ou donnés, mais la grande majorité a toutefois été copiée par Simon ou par l’un de ses copistes95. Huit recueils de sa collection comportent de nombreux textes sur le schisme. Certains d’entre eux contiennent également des textes sur d’autres sujets. Parmi ces huit recueils, six ont été copiés par Simon de Plumetot lui-même ou par un des copistes suivants : Guillaume de Longueuil ou Adam de Baudribosc96. Ces derniers avaient tous deux participé à l’assemblée de 1398 au cours de laquelle ils s’étaient déclarés favorables à la soustraction d’obédience. Un des recueils contient des textes recopiés de la main de Simon de Plumetot, mais a probablement été constitué plus tard par le bibliothécaire de Saint-Victor, on ne peut donc à proprement parler le considérer comme ayant appartenu en entier à l’intellectuel normand, mais nous nous pencherons sur les textes qui ont été recopiés de sa main dans ce recueil97. Un autre ensemble a été constitué par Jean Gerson et est passé à la bibliothèque de Simon de Plumetot98. Les circonstances de cette acquisition, de même que l’acquisition d’autres papiers et livres du chancelier sont incertaines, mais Gilbert Ouy doute que cela soit le résultat d’un don par Gerson lui-même : selon lui, il est plus probable que le parlementaire normand ait acquis ces manuscrits dans les années qui suivirent la saisie effectuée en 1413 au domicile de Gerson pendant la terreur cabochienne99. Notons également que deux recueils portant sur les mêmes sujets, ayant appartenu à l’ancienne bibliothèque de Saint-Victor et n’ayant pas été retrouvés, auraient appartenus à Simon de Plumetot100, de même qu’un autre contenant quelques pièces sur le schisme101.

Le manuscrit BNF lat. 14617

  • 102 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374. Ouy affirme que les folios 11-123v, ainsi que 162-234v s (...)
  • 103 BNF, lat. 14617, fol. 88ss.
  • 104 Ibid., fol. 102r-111v.
  • 105 Ibid., fol. 130ss.
  • 106 Ibid., fol. 144ss.
  • 107 Ibid., fol. 162r-234v.

23Ce recueil de 295 folios a été copié en grande partie par Simon de Plumetot lui-même, ainsi que par l’un de ses copistes attitrés Guillaume de Longueuil102. La première partie du manuscrit (fol. 1-87) est antérieure et contient une Table des Décrétales ; les folios 88 à 295 sont composés de textes portant sur les conciles de Constance et de Bâle, avec une prédominance pour les textes de ce premier concile. Il contient également des bulles des papes de Pise103, des textes qui concernent l’Église normande104, des lettres, l’extrait d’un traité de Philippe de Mézières105, des décrets du concile de Constance qui font une large part à l’engagement de Gerson106, et la chronique des papes et empereurs de Martin le Polonais107.

Le manuscrit BNF lat. 14643

  • 108 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374. L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins de l’abbaye (...)

24Selon Gilbert Ouy, ce manuscrit de 394 folios a appartenu à Simon de Plumetot qui l’a annoté en de nombreux endroits, mais il aurait été constitué par le chancelier Jean Gerson entre 1391 et 1398108. Il comprend des pièces diverses sur le schisme dont de nombreuses lettres de l’Université de Paris, du roi de France, du collège des cardinaux, des papes des deux obédiences, des traités, dont le De Fletu ecclesia de Jean de Legnano, l’Epistola pacis de Henri de Hesse ainsi que de nombreux textes sur la soustraction d’obédience.

Le manuscrit BNF lat. 14644

  • 109 Ibid.
  • 110 BNF, lat. 14644, fol. 189v ss.
  • 111 Ibid., fol. 211v.

25Ce recueil du xve siècle a été en grande partie copié du précédent par Guillaume de Longueuil et par Simon de Plumetot109. Comme le BNF lat. 14643, il contient des lettres et traités, mais aussi des documents plus tardifs, liés par exemple à l’épître toulousaine et à la restitution d’obédience de 1403110, ainsi que des bulles des papes de Pise111.

Le manuscrit BNF lat. 14457

  • 112 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.
  • 113 BNF, lat. 14457, fol. 42r-143v.
  • 114 Ibid., fol. 146 ss.
  • 115 Ibid., 170ss.
  • 116 Ibid., fol. 184. Voir aussi L. Delisle, Inventaire des manuscrits latin... cit., p. 16.
  • 117 Voir fol. 215, 229v, 239v et 266. Indiqué par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.
  • 118 Ibid., fol. 144-145.

26Composé de 373 feuillets, ce recueil du xve siècle porterait surtout sur le concile de Bâle selon Gilbert Ouy112. L’examen attentif de ses pièces semble toutefois suggérer que le concile de Constance est le principal intérêt de cet ensemble113, qui contient également des gloses sur des textes de droit114, une liste des évêchés de la chrétienté115 et des extraits des canons116. En ce qui concerne le concile de Constance, une grande part est dédiée à l’affaire Jean Petit et à l’implication de Gerson. Simon de Plumetot a copié une partie de ce manuscrit et sa signature se trouve à plusieurs endroits117. On y retrouve également une lettre qui lui est adressée118.

Le manuscrit BNF lat. 14669

  • 119 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374, L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins... cit., p. (...)
  • 120 Lisible au lecteur UV, G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.
  • 121 BNF, lat. 14669, fol. 101v.
  • 122 Ibid., fol. 120-140.
  • 123 Ibid., fol. 255-275.

27Ce recueil concerne particulièrement les rapports des rois de France avec la papauté, surtout pendant le Grand Schisme, mais aussi à l’époque du règne de Philippe le Bel119. Simon de Plumetot en a copié une partie et sa signature se trouve au début du manuscrit120. Ce recueil comprend aussi des notes annalistiques sur le règne de Charles VI121, quelques textes prophétiques122 et des arrêts du Parlement123.

Le manuscrit BNF lat. 14575

  • 124 BNF, lat. 14575, fol. 264-275; 323-332; 333-334; 336-341; 342-367; 368-371. G. Ouy, Simon de Plumet (...)

28Ce recueil a sans doute été constitué à Saint-Victor, à partir, entre autres choses, de textes recopiés par Simon de Plumetot124. Ce ne sont donc que quelques pièces qui sont attribuées à la main de l’intellectuel normand. Celles-ci concernent la préparation de la rencontre de Savone et le concile de Constance. Quelques textes du concile de Bâle lui sont aussi attribués.

Le manuscrit BNF fr. 23428

  • 125 Ibid., p. 374.
  • 126 Ibid.
  • 127 BNF, fr. 23428, fol. 7v-13v ; 74r-80v.
  • 128 Ibid., fol. 39v-46v.

29Toutes les pièces de ce recueil (dont les tables et les notes sont de la main de Simon de Plumetot) concernent l’assemblée du clergé de 1406 dans laquelle il a été décidé d’envoyer une ambassade aux deux pontifes125. Le manuscrit est signé de la main de notre protagoniste126. On retrouve ainsi des copies de discours faits lors de cette assemblée dont ceux des Normands Jean Petit127 et Pierre Le Roy128

Le manuscrit Cité du Vatican, BAV, Ottob. lat. 3081

  • 129 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 379.
  • 130 BAV, Ottob. lat. 3081, fol. 106r-157v.
  • 131 Ibid., fol. 1-45r.
  • 132 Ibid., fol. 49r-69v.
  • 133 Ibid., fol. 57v-157v.
  • 134 Ibid., fol. 163v-186.
  • 135 Ibid., fol. 158r.
  • 136 Ibid., fol. 74r-98v.

30Ce recueil, copié en majorité par le chanoine de Rouen, Adam de Baudribosc, l’a aussi été en partie par Simon de Plumetot129. Il contient principalement, dans un premier temps, des textes historiques de toute sorte et, dans un deuxième temps, des documents sur le schisme. On y trouve le poème épique d’Étienne de Rouen Draco Normanicus130, ainsi qu’une histoire des papes et empereurs d’Honorius IV à Alexandre V131. Des notes annalistiques sur le règne de Charles VI et sur le schisme sont de la main de Simon de Plumetot132. La fin du concile de Pise est considérée dans ces notes comme le terme du schisme133. Les textes sur le Grand Schisme sont composés en partie de lettres envoyées par l’Université dans les années 1390 à Charles VI, à l’Université de Cologne, au collège des cardinaux et au pape134. Un texte prophétique fait aussi partie du recueil135, de même que d’autres qui traitent d’astrologie136.

Les textes

Les raisons de ces collections

  • 137 H. Millet, Écoute et usage des prophéties... cit., p. 228.
  • 138 Voir entre autre les traités de Pierre Ameilh, Jean de Legnano et les poèmes de Guillaume de Salvar (...)

31Que peut-on savoir des intérêts de ces deux intellectuels normands à partir de leur collection ? Dans quelles circonstances constituèrent-ils ou acquirent-ils ces recueils ? Quels principaux intérêts ont marqué la constitution de ces ensembles ? Dans le cas de Simon du Bosc, ses recueils reflètent une réelle préoccupation pour chacune des étapes du Grand Schisme, de son déclenchement à sa résolution. Engagé très tôt dans les débats entourant la scission, Simon du Bosc s’efforce d’en documenter les différentes étapes dans des manuscrits qui possèdent une cohérence chronologique et qui contiennent des textes de différentes natures susceptibles d’alimenter la réflexion sur le schisme. Ainsi, dans le manuscrit portant la cote 1355, on retrouve une série de documents entourant la double élection de 1378, des traités en faveur du concile, puis toute une série de textes (dont de nombreuses lettres) qui documente les efforts déployés par l’Université de Paris, où Simon enseignait, et par le roi de France dans les années 1390 pour parvenir à l’union. Un ensemble de textes prophétiques, dont il espérait pouvoir tirer un enseignement dans le contexte du schisme, fait aussi partie de ce recueil137. Le manuscrit portant la cote 1356 documente quant à lui les événements du xve siècle, alors que le manuscrit 1357 contient des pièces qui concernent le début du schisme, dont plusieurs traitent du recours au concile138. L’effort de documentation, tant au niveau des événements que des idées a pour effet de créer des recueils qui permettent de réfléchir sur la question du schisme et sur les solutions proposées pour y mettre fin.

  • 139 Au fol. 297, l’épître est introduite par le titre suivant : Epistola presentata regi anno domini ex (...)

32On constate également que les textes favorables aux mesures les plus draconiennes pour venir à bout du schisme, qu’il s’agisse de textes favorables à la voie du concile, à ceux entourant la voie de la cession ou à la soustraction occupent une place importante dans ces recueils. S’il est possible que l’abbé de Jumièges ait collectionné ces textes afin de contrer leur argumentation, sa cédule lors de l’assemblée de 1398, de même que sa participation aux conciles nous portent plutôt à croire qu’il collectionnait ces textes puisqu’il était ouvert aux solutions proposées, considérées comme extrêmes par les partisans du pape. Sans forcément adhérer à tout, on constate à travers ces manuscrits sa volonté de connaître les alternatives pouvant faire cesser le schisme. Le titre qui introduit l’épitre toulousaine de 1402, qui dénonçait la soustraction d’obédience, indique dès le départ que cette lettre fut condamnée par le Parlement de Paris, elle est par ailleurs suivie d’un texte la réfutant139. Loin de chercher à ménager le pape, comme l’affirmait Michel de Boüard, il n’excluait pas la possibilité d’emprunter des chemins plus audacieux pour mettre fin à une crise de cette ampleur.

  • 140 Ses deux recueils contenant davantage de textes des événements du schisme au xive siècle sont un pr (...)

33Le cas de Simon de Plumetot est différent. On ne retrouve pas chez lui cette même préoccupation à documenter chacune des étapes du Grand Schisme, de son déclenchement à sa résolution. Ses recueils contiennent très peu de textes sur les débuts du schisme140. Nous n’avons aucune trace de sa participation aux assemblées du clergé du royaume de France, à aucune des ambassades envoyées relativement à cette crise, ni à aucun concile. La présence dans sa collection de huit recueils portant sur le Grand Schisme, dont plusieurs furent copiés de sa main ou de celle de ses copistes, nous démontre pourtant qu’il portait un réel intérêt à cette crise de l’Église. Si on ne peut constater un effort exhaustif, tel celui de Simon du Bosc, pour retracer l’ensemble des événements du Grand Schisme, on peut toutefois remarquer que certains thèmes ont davantage retenu l’intérêt du parlementaire, ce que confirme le reste de sa collection. En effet, la question de l’histoire des rois et des papes, ainsi que de leurs relations, et dans une moindre mesure l’affaire Jean Petit et l’implication de Gerson pour contrer ces thèses occupent une place de choix parmi les textes choisis par Simon de Plumetot. Le concile de 1406, qui dépêcha des envoyés auprès de Benoît XIII et de Grégoire XII, occupe aussi un recueil entier.

  • 141 BNF, lat. 14669.
  • 142 Ibid., fol. 120-144.
  • 143 BNF, lat. 14617, fol. 162ss.
  • 144 BAV, Ottob. lat. 3081, fol. 106.

34L’histoire des rois et des papes, de même que leurs relations, est un thème récurrent des recueils que nous avons examinés. L’un d’entre eux est même consacré principalement à cette question, surtout pour la période du schisme, mais aussi pour celle du conflit entre Philippe le Bel et Boniface VIII141. Il comprend principalement des lettres et traités, mais on retrouve aussi des textes prophétiques142. C’est dans cette optique que sont inclus des textes sur la cession et la soustraction d’obédience, qui modifient indirectement les rapports entre pape et roi. La correspondance des papes et des rois pendant le schisme de même que les lettres de l’Université de Paris sont nombreuses dans l’ensemble des recueils. On retrouve également des notes de type annalistique qui donnent des détails sur le règne de Charles VI. Dans certains recueils, on retrouve des textes tels que L’histoire des papes et des empereurs de Martin le Polonais143, ou le poème épique d’Étienne de Rouen Draco Normannicus144, qui nous permettent de voir l’intérêt que portait Simon de Plumetot à l’histoire des papes et des rois de manière générale. La façon dont le schisme a influencé les rapports qu’ils entretenaient intéressait le parlementaire.

  • 145 Voir à ce sujet A. Coville, Jean Petit. La question du tyrannicide au commencement du xve siècle, G (...)
  • 146 CUP, III, p. 397, A. Coville, Jean Petit... cit., p. 4.
  • 147 BNF, lat. 14457, fol. 88-140r (textes qui concernent surtout cette question), 364 ; BNF, lat. 14617 (...)

35L’attention que portait Simon de Plumetot à l’affaire Jean Petit apparaît aussi à travers ses recueils. Ce sujet n’est pas très éloigné du précédent. Rappelons les faits saillants de cette affaire145. Normand du pays de Caux, Jean Petit était devenu maître ès arts à Paris en 1385, avait entrepris en 1387 des études de droit à Orléans, et avait obtenu la licence en théologie en 1400146. Très engagé dans les affaires du schisme, Jean Petit le fut aussi dans les querelles politiques de son temps. Entré tôt au service du duc de Bourgogne, il vint à sa défense lorsqu’en 1407 il fut inculpé du meurtre de son cousin, Louis d’Orléans. Affirmant qu’il était juste de tuer un tyran, Jean Petit chercha à justifier le geste du duc de Bourgogne en faisant l’apologie du tyrannicide. Outré par ces propos, Jean Gerson s’opposa à cette doctrine qu’il voulut faire condamner par le concile de la Foi réuni à Paris en 1413 et par celui de Constance. Ce débat fit couler beaucoup d’encre, et Simon de Plumetot possédait plusieurs textes le concernant dans ses recueils147.

  • 148 BNF, fr. 23428.

36Notons finalement l’intérêt de Simon de Plumetot pour les discours de l’assemblée de 1406, auquel il consacra un recueil en entier148. À la suite de cette assemblée, on dépêcha auprès des papes une ambassade dont Simon du Bosc faisait partie afin de convenir d’un lieu de rencontre entre les concurrents, espérant ainsi en arriver à une entente. L’espoir était grand de parvenir à une solution. Pourquoi avoir consacré un recueil aux discours de cette assemblée plutôt qu’à une autre ? Les recueils de Simon de Plumetot contiennent généralement plus de textes de la fin du schisme que du début, peut-être les enjeux de l’assemblée de 1406 l’interpellaient-ils davantage ou avait-il un accès privilégié aux textes. Soulignons par ailleurs que deux intellectuels normands, Jean Petit et Pierre Leroy, prononcèrent des discours lors de ces assemblées.

  • 149 Voir BNF, lat. 15 004 (Recueil intéressant les rapports entre pouvoir ecclésiastique et pouvoir civ (...)
  • 150 Manuscrits qu’il possède contenant des textes de Gerson : BNF, lat. 14620, 15 107, 14507 (ne contie (...)

37Que peut-on conclure de l’intérêt de Simon de Plumetot pour les textes du Grand Schisme ? S’il n’a pas tenté de documenter de manière aussi exhaustive que Simon du Bosc les étapes de la crise, ses recueils nous montrent clairement sa curiosité pour l’histoire des rois, des papes et de leurs relations. D’autres livres de sa bibliothèque nous confirment cet intérêt149. L’affaire Jean Petit, dans laquelle Jean Gerson s’impliqua, intéresse aussi le parlementaire normand. Était-ce la question du tyrannicide, ou plutôt les œuvres de Gerson qui intéressait Simon de Plumetot ? Sans doute un peu des deux. La grande quantité d’œuvres de Gerson qui figuraient dans le reste de sa bibliothèque confirme son intérêt pour la pensée du chancelier150.

Les textes d’auteurs normands

38Les débats du Grand Schisme ont suscité l’engagement de personnages normands de toute allégeance. Cet engagement s’est manifesté par la production de textes ou par la préparation de discours visant à apporter une contribution à la résolution du schisme. Quelle part ces textes normands eurent-ils dans les recueils de nos deux compilateurs ? Que nous apprennent-ils sur les liens qu’entretinrent nos deux protagonistes avec d’autres personnages normands ?

  • 151 Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 184r-185v, 192v.
  • 152 Ibid., fol. 186r.
  • 153 Ibid., fol. 257-270; 1356, fol. 1r.
  • 154 Rouen, Bibl. mun. 1356, fol. 57r-58v.
  • 155 Ibid., fol. 59r-62r.
  • 156 Rouen, Bibl. mun. 1357, fol. 29v-32r.
  • 157 BNF, lat. 12 544, fol. 113v-114r.
  • 158 Voir à ce sujet leur correspondance : G. Épiney-Bugard, Gérard Grote (1340-1384) et les débuts de l (...)

39Les recueils de l’abbé de Jumièges contiennent de nombreux textes qui ont été écrits par des personnages normands ou qui sont des retranscriptions de leurs discours. On retrouve par exemple des lettres adressées à l’Université de Paris par Philippe d’Alençon, ancien archevêque de Rouen passé au clan urbaniste151, des lettres de Guillaume de la Vigne à la même université152, des discours de Pierre Le Roy prononcé lors d’assemblées ou devant le roi d’Angleterre153, un compte rendu de rencontre entre Benoît XIII et des envoyés de Grégoire XII dont Guillaume de la Vigne154, un mémoire de l’ambassade de 1407 dont Simon du Bosc était lui-même très probablement l’auteur et dans lequel il est aussi question de l’implication de Jean Gilles et de Guillaume de la Vigne, deux Normands urbanistes155, de même que des poèmes de Guillaume de Salvarville en faveur du concile, rédigés avant son exil à Liège156. Ces textes ne composent pas la majorité du recueil, mais témoignent tout de même de l’intérêt de Simon du Bosc pour ces intellectuels normands qu’il avait fréquentés dans certains cas et dont la contribution dans les affaires du schisme l’intéressait. Il avait pu mettre la main sur les lettres de Guillaume de la Vigne et de Philippe d’Alençon à l’Université de Paris. Les discours de l’abbé du Mont-Saint-Michel, Pierre Le Roy, avaient pu être connus de lui de la même façon, puisqu’ils étaient collègues à l’Université de Paris. Simon étudiait sans doute déjà à Paris au début des années 1380 lorsque Guillaume de Salvarville rédigea ses poèmes sur le concile. Les relations de l’urbaniste Guillaume de la Vigne et de Simon du Bosc ont déjà été attestées dans une lettre dont nous avons fait état plus tôt157. Quelques remarques s’imposent sur le profil de ces intellectuels normands dont Simon du Bosc retrace la contribution. Pierre Le Roy, le seul à être resté dans l’obédience clémentiste, est pourtant l’un des plus grands critiques de la papauté avignonnaise, prônant la nécessité de la réforme de l’Église, et l’un des défenseurs de mesures sévères telles que la soustraction d’obédience. Philippe d’Alençon, Guillaume de la Vigne et Guillaume de Salvarville font pour leur part tous partie de la minorité de Normands qui, refusant de reconnaître Clément VII, se sont exilés à Rome ou à Liège et ont reconnu les papes de Rome. Guillaume de Salvarville a prêché dès les débuts du schisme le recours au concile et a entretenu des liens avec le fondateur de la vie commune Gérard Grote158. Il maintenait des liens avec Guillaume de la Vigne, qui peut être associé aux mêmes milieux, de même qu’avec Philippe d’Alençon. Simon du Bosc a ainsi inclus dans son recueil les écrits de personnages normands dont les idées réformatrices étaient connues et qui pour la plupart soutinrent les papes de Rome.

  • 159 BNF, lat. 14643 fol. 26r-26v, 35r-36v, 35v-36r, 36r-36v, 39v.
  • 160 BNF, fr. 23428, fol. 7v-13, 39v-46v, 74-85.
  • 161 BNF, fr. 23428, fol. 92-96v.
  • 162 BNF, lat. 14457, fol. 117ss, 364; 14617, fol. 144-146.
  • 163 BNF, lat. 14617, fol. 102-111.
  • 164 BNF, lat. 14457, fol. 324.

40Les recueils de Simon de Plumetot contiennent également des textes d’auteurs normands de la période du Grand Schisme. Le recueil compilé par Gerson entre 1391 et 1398, et acquis par Simon de Plumetot, contient la même correspondance entre Philippe d’Alençon, Guillaume de la Vigne et l’Université de Paris159 que dans les recueils de Simon du Bosc. Le recueil sur l’assemblée de 1406 contient les textes des discours de Jean Petit et de Pierre Leroy prononcés lors de cette assemblée160, ainsi qu’une lettre envoyée par Jean Gilles, réfugié normand à Liège devenu cardinal161. D’autres textes entourent l’affaire Jean Petit dont il a été question précédemment162. D’autres encore concernent les églises normandes, mais pour des périodes antérieures ou postérieures au schisme. Un texte daté de 1328, par exemple, énonce les raisons pour lesquelles les chapitres et religieux des ordres de Saint-Benoît et de saint Augustin du baillage de Caen et des autres baillages de Normandie doivent être quittes de tout arriéré et dîme163. Cela n’est pas dépourvu d’intérêt dans le contexte du schisme. On retrouve aussi une lettre plus tardive adressée par le pape à l’archevêque de Rouen et à plusieurs évêques de Normandie en 1443, peu avant la mort de Simon164.

41L’accès aux textes d’auteurs normands n’était pas aussi facile pour Simon de Plumetot que pour Simon du Bosc. Les textes d’exilés normands proviennent dans deux cas sur trois du recueil compilé par Jean Gerson. La lettre de Jean Gilles, cardinal de Liège, a quant à elle été recopiée dans un recueil dont la table et les notes sont de Simon de Plumetot. Notons par ailleurs que dans l’un des manuscrits qui auraient peut-être appartenu à Simon de Plumetot, mais qui n’ont pas été retrouvés, figurent d’autres textes d’un Jean Gilles, natif du diocèse de Rouen, ce qui pourrait dénoter un intérêt précis pour ce prélat normand, dont la défection à Grégoire XII avait été l’un des événements à l’origine du concile de Pise. Contrairement à Simon du Bosc toutefois, on ne lui connaît aucun lien personnel ni avec Jean Gilles, ni avec l’un des autres exilés normands. Les autres textes d’auteurs normands de ses recueils pour la période du Grand Schisme concernent des discours de Pierre Le Roy et de Jean Petit à l’assemblée de 1406. D’autres textes encore ne sont pas de Jean Petit, mais le concernent directement, puisqu’il s’agit des débats entourant son apologie du tyrannicide et des accusations posthumes de Jean Gerson contre cette doctrine. Les papiers de Jean Gerson que Simon de Plumetot a acquis devaient contenir de nombreuses notes sur les doctrines de Jean Petit qu’il s’est employé à faire condamner : le parlementaire normand est sans doute redevable, du moins en partie, à cette source d’information pour ce sujet.

42Les deux intellectuels normands partagent ainsi un intérêt marqué pour trois auteurs normands, tous cités dans les recueils de l’un et de l’autre : Philippe d’Alençon, Guillaume de la Vigne et Pierre Le Roy. Deux auteurs ne le sont que par Simon de Plumetot : Jean Petit et Jean Gilles. Ces derniers sont toutefois connus de Simon du Bosc, même s’ils ne sont pas des auteurs de textes ou de discours cités par lui. Il mentionne le cardinal de Liège, par exemple, dans son rapport d’ambassade de 1407.

43Les liens qui unissent Simon de Plumetot aux auteurs normands des textes qui se retrouvent dans ses recueils sont donc beaucoup plus indirects que ceux qu’entretenait Simon du Bosc : il ne les connaissait pas personnellement. Leurs écrits intéressaient cependant le compilateur. Simon du Bosc, lui, a connu personnellement ou a fréquenté plusieurs d’entre eux du fait même de son implication dans la résolution du schisme. Si deux des copistes de Simon de Plumetot, Adam de Baudribosc et Guillaume de Longueuil, ont été engagés dans la résolution du schisme et ont participé à l’assemblée de la soustraction d’obédience en 1398, ils n’ont pas laissé de textes au sujet du schisme dont témoigneraient les recueils de leur ami et patron. Ils étaient néanmoins bien informés des débats qui faisaient rage et constituaient d’excellentes sources d’information. Malgré sa plus grande distance avec les débats du schisme, Simon de Plumetot s’y intéressait, ses recueils en témoignent. C’est cependant d’un point de vue extérieur, et non pas en tant que participant aux différentes instances mises en place pour parvenir à sa résolution, qu’il s’est intéressé au schisme. Simon de Plumetot faisait partie d’une élite lettrée et son intérêt pour le schisme n’est pas tout à fait étonnant dans cette optique. L’existence de ses recueils nous démontre néanmoins que le schisme a préoccupé, au sein du royaume de France, des personnages qui ne prirent toutefois aucune part active dans le processus qui mena à sa résolution.

Conclusion

44Engagé dans tous les débats du schisme, Simon du Bosc compila des recueils qui retracent les différentes étapes de la crise et les solutions envisagées pour y mettre un terme. Ses recueils de pièces sur le Grand Schisme nous ramènent aux événements qu’il a traversés, aux textes qui ont nourri sa réflexion et à son engagement pour la résolution du schisme. Ils témoignent de ses relations avec d’autres intellectuels normands réformateurs, dont plusieurs s’étaient exilés pour soutenir le pape de Rome, et qui unirent leurs efforts à la fin du schisme pour arriver à une solution en dépit des papes. Ces ensembles de textes expriment son engagement personnel. Le regard que porte Simon de Plumetot sur le schisme est quant à lui d’un tout autre ordre. Ce n’est pas en tant que participant aux débats du schisme qu’il s’y intéresse, mais en tant que lettré préoccupé par les débats de son temps. Contrairement à l’abbé de Jumièges, nous n’avons aucune source attestant de ses liens avec les intellectuels normands qui se sont le plus illustrés dans les affaires du schisme. C’est indirectement, par exemple par les papiers ayant appartenu à Gerson qu’il a obtenus, puis par ses liens avec deux copistes normands qui ont participé à l’assemblée de 1398, que Simon de Plumetot s’est informé sur les affaires du schisme. Il n’en demeure pas moins que sur les 113 ouvrages de sa bibliothèque, huit contiennent de façon certaine de nombreuses pièces relatives au Grand Schisme, et trois autres manuscrits perdus en auraient également contenu. Les recueils sur le schisme que possédèrent ces intellectuels normands aux parcours dissemblables témoignent de l’intérêt porté au Grand Schisme dans des milieux pourtant très différents.

Haut de page

Notes

1 Julien Loth, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges publiée pour la première fois par l’abbé Julien Loth, II, Rouen, 1882, p. 130.

2 Plumetot, Calvados, cant. de Douvres.

3 BNF, lat. 15 171, fol. 151. Voir aussi G. Ouy, Simon de Plumetot (1371-1443) et sa bibliothèque, dans Miscellanea Codicologica F. Masai Dicata, I, Gand, 1979, p. 359.

4 H. Millet, Écoute et usage des prophéties par les prélats pendant le Grand Schisme d’Occident, dans L’Église du Grand Schisme 1378-1417, Paris, p. 226.

5 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 353-381.

6 Bretteville-du-Grand-Caux, Seine-Maritime, cant. de Goderville.

7 J. Loth, Histoire de l’abbaye... cit., p. 130.

8 H. Dubois, D. Angers et C. Bébéar (éd.), Un censier normand du xiiie siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, Paris, 2001 (Documents, études et répertoires Institut de recherche et d’histoire des textes, 62), p. 14.

9 H. Millet, Un réseau international d’ermites et de réformateurs en quête d’une nouvelle spiritualité dans la deuxième moitié du xive siècle, dans H. Bresc, F. d’Almeida, J.-M. Sallmann (dir.), La circulation des élites européennes, Paris, p. 155ss.

10 Ibid., Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 170r.

11 Sigy-en-Bray, Seine Maritime, cant. d’Argueil. Voir aussi J. Loth, Histoire de l’abbaye... cit., p. 132-133.

12 Ibid., p. 132.

13 H. Denifle et E. Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, IV, Paris, 1894, p. 71, 304, 306, 313-314. [Dorénavant abrégé CUP].

14 Bulle de nomination de Simon du Bosc à l’abbatiat de Cerisy, ADSM, 9H19.

15 Bulle de nomination de Simon du Bosc à l’abbatiat de Jumièges, ADSM, 9H19.

16 On retrouve dans le fonds de Jumièges la convocation faite par les religieux de l’abbaye pour procéder à la prochaine élection à la suite de la mort de l’abbé le 14 septembre 1418. Voir ADSM, 9H32.

17 Voir sur la nature de ces assemblées : H. Millet, Du conseil au concile (1395-1408). Recherches sur la nature des assemblées du clergé en France pendant le Grand Schisme d’Occident, dans Journal des Savants, 1985, p. 137-159.

18 Voir au sujet de la participation des abbés aux assemblées du clergé : H. Millet, La participation des abbayes aux assemblés du clergé réunies par le roi de France de 1395 à 1408, dans Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux, Saint-Étienne, 1991, p. 437-447.

19 Ead., Écoute et usage... cit., p. 226.

20 M. de Boüard, Le rôle de Simon du Bosc dans la politique française pendant le Grand Schisme d’Occident, dans Jumièges, congrès scientifique du XIIIe Centenaire, Rouen, 1955, p. 85-88.

21 Voir H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, I, Paris, 1988, p. 249.

22 Ibid..

23 Ibid., p. 249-250.

24 Coulonces, Calvados, cant. de Vire.

25 ASV, Reg. Suppl. 83, fol. 77r-78v, 101v-102v.

26 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 114.
H. Millet, Comment mettre fin au Grand Schisme d’Occident ? L’opinion des évêques et des chapitres de Normandie en 1398, dans Chapitres et cathédrales de Normandie. Actes du XXXIe Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Bayeux, octobre 1996, Caen, 1997, p. 233.

27 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 158v.

28 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 250.

29 M. Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, édité et traduit par M. L. Bellaguet, introduit par B. Guenée, III, Paris, 1994, p. 513.

30 H. Millet, Un réseau international d’ermites... cit., p. 110.

31 BNF, lat. 12 544, fol. 113v-114r.

32 H. Millet, Les Pères du concile de Pise (1409) : édition d’une nouvelle liste, dans MEFRMA, 93, 1981, p. 739.

33 ADSM, 9H06, fol. 85v ; 9H20.

34 H. Finke, Acta concilii Constanciensis, I, p. 162.

35 H. Hardt, Magnum oecumenicum Constantiense concilium de universali Ecclesiae reformatione unione et fide, Helmestadii, 1700, p. 160, 335. ADSM 9H4, fol. 305.

36 On le retrouve en effet dans le cartulaire de l’Université de Paris en 1416. CUP, IV, p. 313-314.

37 ADSM, 9H4, fol. 305; 9H32.

38 Rouen, Bibl. mun. 745. Au folio de garde à la fin : Est de abbatia Gemeticensi, Rothomagensis dyocesis. Emptus per me Symonem, abbatem dicti loci. H. Omont, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Tome premier. Rouen, Paris, 1886, p. 200. Fichier codicologie IRHT.

39 Rouen, Bibl. mun. 936. En haut du folio de garde, à la fin du volume : Iste liber est ecclesie Gemeticensis ex acquisitione et de dono Symonis, tunc temporis abbatis. H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 236. Fichier codicologie IRHT.

40 Rouen, Bibl. mun. 592. Au verso du fol. 1, on retrouve la mention suivante : Est Sy [monis], abbatis S. Petri Gemmeticensis. Voir également H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 148-149. Fichier codicologie IRHT.

41 Rouen, Bibl. mun. 650. En haut du premier feuillet on lit : Est mei Sy [monis] abbatis Gemeticensis Rothomagensis dyocesis. Voir aussi fichier codicologie IRHT et H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 167.

42 Rouen, Bibl. mun. 717. Au fol. 222v : Iste liber traditus fuit Nicolas Ruffu eiusdem ecclesie religioso per manum reverendi in Christo patris domni Symonis de Bosco, tunc existentis abbatis, eximii professoris iuris canonici Via die mensis ianuarii anni Domini CCC IIIxx XVIII. Voir aussi Fichier codicologie IRHT et H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 192.

43 Rouen, Bibl. mun. 734. Au verso de la page de garde : Est mei Sy[monis] abbatis Gemeticensis. Voir aussi Fichier codicologie IRHT et H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 197.

44 Rouen, Bibl. mun. 754. Au fol. 226v : Est mei Symonis, abbatis sancti Petri de Gemetici, Rothomagensis dyocesis. H.Omont, Catalogue général... cit., I, p. 236. Fichier codicologie IRHT.

45 Rouen, Bibl. mun. 935. Au verso du folio de garde : Est mei Symonis, abbatis Gemeticensis, Rothomagensis dyocesis. Voir aussi H. Omont, Catalogue général... cit., I, p. 236 et fichier codicologie IRHT.

46 G. Nortier, Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines en Normandie. Caen, 1966, p. 155-157. Signalons également que G. Nortier mentionne la majorité des livres attribués à Simon du Bosc cités précédemment.

47 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 353-381.

48 Plumetot, Calvados, cant. de Douvres.

49 Une note autographe de Simon de Plumetot nous donne ces précisions : Anno domini millesimo CCC LXX fuit natus S. in vigilia Agathe virginis, mense februarii, circa mediam noctem. Cette note se trouve dans le BNF, lat. 15 171, fol. 175. Édité par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 359.

50 Ibid.

51 ASV, Reg. Suppl. 80, fol. 182.

52 Il faut toutefois être prudent quant à la datation des rôles de suppliques, qui étaient fréquemment antidatés pour permettre aux requérants d’obtenir de meilleures chances de voir leurs expectatives se concrétiser.

53 ASV, Reg. Suppl. 87, fol. 147. Aussi cité par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 359.

54 Édité par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 364.

55 G. Ouy lui attribue aussi des bénéfices à Senlis et à Chartres. Voir Ibid., p. 362.

56 Édité par Ibid., p. 364.

57 Ibid., p. 362.

58 À son sujet : ASV, Reg. Suppl. 100, fol. 112v ainsi que M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt de la Bibliothèque du Collège de Sorbonne 1402-1536 : Diarium Bibliothecae Sorbonae, Paris, Bibliothèque Mazarine ms. 3323, Paris, 2000, p. 574.

59 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt... cit., p. 255. [1426, 11 IX] Item habuit librum De pauperie Christi, de libris parve Sorbone, pro tradendo magistro Symon Plumetot, 2 folio gratia ultimus, penultimo item contra pannum, precii IIII lb, cum cathena ferrea et tradidit pro vadio Speculum juris 2 folio est in sudore, penultimo G. secus.

60 Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 362.

61 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt... cit., p. 185 : [1436, 30 X] Anno quo supram die penultima octobris habuit pro magistro Symone de Plumetot librum De animalibus qui quidem liber fuit captus in magna [libraria]. Pro quo tradidit idem magister Symon in vadium Speculum juris G. Durandi 2 folio 2 folio (sic) euvangelica lectrio et penultimo..., et potest habere usque ad festum Pasche ex ordinacione aulem et posium est dictum Speculum in archa. Liber autem de animalibus est precii XVIII s. et incipit 2 folio invicem, penultimo vero papiliones.

62 Le concernant : ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 235r ; CUP, IV, p. 100, M.-H. Jullien de Pommerol et J. Viellard (éd.), Le registre de prêt... cit., p. 672.

63 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 363.

64 Ibid., p. 364.

65 Édité par G. Ouy, Ibid., p. 364, suivant le texte qui figure sur la gravure du xviie siècle trouvé dans J. Adhémar, Les tombeaux de la collection Gaignières, II, Paris, 1976, p. 10, no. 1132. Le texte donné par Béziers lui apparaît fautif.

66 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 372-373.

67 BNF, lat. 14970, fol. 69v. Voir une édition partielle de ce poème dans G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 361.

68 Ibid., p. 373.

69 BNF, lat. 14690, 15 068.

70 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 369-370.

71 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 224r, CUP, IV, p. 97.

72 ASV, Reg. Suppl. 55, fol. 166v; 98, fol. 242r, CUP, III, p. 264, 459; IV, p. 102.

73 ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 254r, CUP, IV, p. 105, Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 371.

74 BAV, Ottob. lat. 3081. Voir fol. 10 pour la signature d’Adam de Baudribosc. À son sujet V. Tabbagh (dir.), Fasti Ecclesiae gallicanae, t. 2, Le diocèse de Rouen, Paris-Turnhout, 1998. [no. 32], CUP, III, p. 610. A. Tuetey (dir.), Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880, p. 349-356. ASV, Reg. Suppl. 98, fol. 222v, CUP, III, p. 461; IV, p. 97.

75 Voir H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction... cit., p. 178.

76 Rouen, Bibl. mun., 1355, 1356, 1357.

77 Pour les deux auteurs suivants, ces recueils furent assemblés sans aucun doute par Simon du Bosc : H. Millet, Écoute et usage... cit., p. 224-228. M. de Bouärd, Le rôle de Simon du Bosc... cit., p. 85-88.

78 Ibid., p. 224.

79 Hec scripta est littera antiquissima in quodam libro antiquo papireo quod habet dominus Baiocensis, Rouen, Bibl. mun., 1355, fol. 89v. Signalé et édité par H. Millet, Voir Ibid., p. 225.

80 Voir note 77.

81 Pour les textes datés, nous avons noté une exception d’un texte antérieur, il s’agit d’un sermon de Nicolas Oresme prêché devant Urbain V en 1363, voir Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 93r, ainsi qu’un texte postérieur, la copie d’une bulle de Jean XXIII de 1411, voir fol. 244r.

82 Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 1-44r.

83 Ibid., fol. 50r ss.

84 Ibid., fol. 117r ss.

85 Ibid., fol. 87r-92v et 97v – 116r. Voir au sujet de ces textes H. Millet, Écoute et usage des prophéties... cit., p. 224-228.

86 Ces textes sont très nombreux dans le recueil, voir entre autres : Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 172r-203r.

87 Ibid., fol. 211r-296v.

88 Ibid., fol. 297r-313r.

89 Rouen, Bibl. mun. 1356, fol. 30r-35v.

90 Ibid., fol. 40v-56r.

91 Ibid., fol. 57r-77v.

92 Ibid., fol. 81r-87v.

93 Rouen, Bibl. mun. 1357, fol. 17r-23r.

94 Ibid., fol. 29v-32r.

95 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 369.

96 BNF, lat. 14617, 14644, 14457, 14669, BNF, fr. 23428, BAV, Ottob. lat. 3081.

97 BNF, lat. 14575.

98 BNF, lat. 14643.

99 Gilbert Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 366.

100 Selon le catalogue de Grandrue, P. 7 : Recueil de traités canoniques ; documents sur l’Université de Paris et Benoît XIII (1397) et GGG.6 qui contient entre autres des textes émanant de l’Université de Paris et des textes en français sur le schisme. Voir G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 379.

101 Paris, Arsenal, 753, G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 380.

102 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374. Ouy affirme que les folios 11-123v, ainsi que 162-234v sont de la main de Simon de Plumetot tandis que les folios 130 à 142 sont de celle de Guillaume de Longueuil. Voir aussi Charles Samaran, Catalogue des manuscrits en écriture latines portant des indications de date de lieu ou de copiste, III, fonds latin nos 8 001-18 613, Paris, 1974, p. 373.

103 BNF, lat. 14617, fol. 88ss.

104 Ibid., fol. 102r-111v.

105 Ibid., fol. 130ss.

106 Ibid., fol. 144ss.

107 Ibid., fol. 162r-234v.

108 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374. L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins de l’abbaye de Saint-Victor conservés à la bibliothèque impériale sous les numéros 14232-15 175 du fonds latin, Paris, 1869, p. 32.

109 Ibid.

110 BNF, lat. 14644, fol. 189v ss.

111 Ibid., fol. 211v.

112 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.

113 BNF, lat. 14457, fol. 42r-143v.

114 Ibid., fol. 146 ss.

115 Ibid., 170ss.

116 Ibid., fol. 184. Voir aussi L. Delisle, Inventaire des manuscrits latin... cit., p. 16.

117 Voir fol. 215, 229v, 239v et 266. Indiqué par G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.

118 Ibid., fol. 144-145.

119 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374, L. Delisle, Inventaire des manuscrits latins... cit., p. 38, BNF, lat. 14669, fol. 12r-46.

120 Lisible au lecteur UV, G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 374.

121 BNF, lat. 14669, fol. 101v.

122 Ibid., fol. 120-140.

123 Ibid., fol. 255-275.

124 BNF, lat. 14575, fol. 264-275; 323-332; 333-334; 336-341; 342-367; 368-371. G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 375.

125 Ibid., p. 374.

126 Ibid.

127 BNF, fr. 23428, fol. 7v-13v ; 74r-80v.

128 Ibid., fol. 39v-46v.

129 G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 379.

130 BAV, Ottob. lat. 3081, fol. 106r-157v.

131 Ibid., fol. 1-45r.

132 Ibid., fol. 49r-69v.

133 Ibid., fol. 57v-157v.

134 Ibid., fol. 163v-186.

135 Ibid., fol. 158r.

136 Ibid., fol. 74r-98v.

137 H. Millet, Écoute et usage des prophéties... cit., p. 228.

138 Voir entre autre les traités de Pierre Ameilh, Jean de Legnano et les poèmes de Guillaume de Salvarville : Rouen, Bibl. mun. 1357, fol. 13r, 17r, 29v.

139 Au fol. 297, l’épître est introduite par le titre suivant : Epistola presentata regi anno domini ex parte studii tholosani in facto ecclesie. Que postmodum fuit per curia parlamenti et deposita tamque diffamatoria ut infra scribetur in hoc libro. Le texte suivant est un traité contre l’épître de Toulouse, voir Ibid., fol. 313r.

140 Ses deux recueils contenant davantage de textes des événements du schisme au xive siècle sont un premier recueil ayant appartenu au chancelier Gerson, ainsi qu’un deuxième en grande partie copié à partir du précédent : BNF, lat. 14643, 14644.

141 BNF, lat. 14669.

142 Ibid., fol. 120-144.

143 BNF, lat. 14617, fol. 162ss.

144 BAV, Ottob. lat. 3081, fol. 106.

145 Voir à ce sujet A. Coville, Jean Petit. La question du tyrannicide au commencement du xve siècle, Genève, 1974 [1932].

146 CUP, III, p. 397, A. Coville, Jean Petit... cit., p. 4.

147 BNF, lat. 14457, fol. 88-140r (textes qui concernent surtout cette question), 364 ; BNF, lat. 14617, fol. 144ss.

148 BNF, fr. 23428.

149 Voir BNF, lat. 15 004 (Recueil intéressant les rapports entre pouvoir ecclésiastique et pouvoir civil), BNF, lat. 14313 (Dialogus d’Ockham), Mazarine 3522 (Songe du Vergier, Dialogue d’Ockam), BNF, lat. 14620 (recueil contenant entre autre des textes de Marsile de Padoue) BNF, lat. 14619 (Recueil de textes de Marsile de Padoue et de Guillaume d’Ockham). Notons également que G. Ouy lui attribue la possession de deux manuscrits non retrouvés portant sur les mêmes sujets, l’ancien Saint Victor MM.9 et MMM.9, G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 375-379.

150 Manuscrits qu’il possède contenant des textes de Gerson : BNF, lat. 14620, 15 107, 14507 (ne contient que des textes du chancelier), 14909, de même qu’un manuscrit non retrouvé appartenant à la bibliothèque de Saint-Victor : MMM.9 selon le catalogue de Claude de Grandrue. Voir G. Ouy, Simon de Plumetot... cit., p. 379.

151 Rouen, Bibl. mun. 1355, fol. 184r-185v, 192v.

152 Ibid., fol. 186r.

153 Ibid., fol. 257-270; 1356, fol. 1r.

154 Rouen, Bibl. mun. 1356, fol. 57r-58v.

155 Ibid., fol. 59r-62r.

156 Rouen, Bibl. mun. 1357, fol. 29v-32r.

157 BNF, lat. 12 544, fol. 113v-114r.

158 Voir à ce sujet leur correspondance : G. Épiney-Bugard, Gérard Grote (1340-1384) et les débuts de la dévotion moderne, Wiesbaden, 1970, p. 30 et l’édition des lettres dans W. Mulder (éd.), Gerardi Magni Epistolas quas ad fidem codicum regognovit, annotavit, eddidit Willelmus Mulder, Antwerp, 1933, p. 23-36, 72-93, 146-148.

159 BNF, lat. 14643 fol. 26r-26v, 35r-36v, 35v-36r, 36r-36v, 39v.

160 BNF, fr. 23428, fol. 7v-13, 39v-46v, 74-85.

161 BNF, fr. 23428, fol. 92-96v.

162 BNF, lat. 14457, fol. 117ss, 364; 14617, fol. 144-146.

163 BNF, lat. 14617, fol. 102-111.

164 BNF, lat. 14457, fol. 324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Brabant, « Documenter le Grand Schisme d’Occident. Étude sur les recueils de deux intellectuels normands, Simon du Bosc et Simon de Plumetot », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-2 | 2011, 597-610.

Référence électronique

Annick Brabant, « Documenter le Grand Schisme d’Occident. Étude sur les recueils de deux intellectuels normands, Simon du Bosc et Simon de Plumetot », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/642 ; DOI : 10.4000/mefrm.642

Haut de page

Auteur

Annick Brabant

Université de Montréal, Université de Caen Basse Normandie, annickbrabant@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org