Navigation – Plan du site
Les pouvoirs territoriaux en Italie centrale et dans le sud de la France. Hiérarchies, institutions et langages (XIIe-XIVe siècle) : études comparées

Pouvoir comtal et territoire. Réflexion sur les partages de l’ancien comté de Provence au xiie siècle

Central power and territory: discussion on the division of the former district of Provence in the 12th century
Florian Mazel
p. 467-486

Résumés

L’étude de quelques documents diplomatiques (douaires et traités) envisageant la dévolution ou la répartition des droits comtaux en Provence permet de mettre en relief l’évolution profonde des rapports entre pouvoir comtal et espace entre le début du xie siècle et la fin du xiie siècle. Après un xie siècle marqué par une complexité croissante, en raison d’une indivision ouverte à des ayants-droits de plus en plus nombreux, issus de maisons comtales concurrentes, la grave crise militaire des années 1119-1125 débouche sur le partage de la Provence en trois grands ensembles : comté de Provence, marquisat de Provence et comté de Forcalquier. Cette évolution manifeste l’essor d’une conception plus territoriale du pouvoir comtal : le comté est désormais considéré comme un espace politique défini par des limites linéaires et originales, distinctes de la géographie ecclésiastique et souvent appuyées sur la géographie physique, quand bien même ces limites apparaissent-elles régulièrement contrariées par les fidélités féodales, les prises de guerre, les transferts patrimoniaux... Cette évolution témoigne d’abord d’un ajustement croissant aux réalités matérielles de l’exercice du pouvoir et notamment au rôle déterminant des châteaux. Mais elle s’explique surtout par la transformation des pratiques successorales des familles comtales méridionales (l’adoption de la primogéniture déjà en usage dans les maisons princières du nord de la Francia) et par la « laïcisation » du pouvoir princier, marquée, dans le contexte grégorien, par le déclin de l’emprise sur les episcopatus et l’affaiblissement du lien entre cité et territoire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie vivement Laurent Macé pour son aide documentaire, Giorgio Chittolini, Sandro Carocci, aurent Ripart, Guido Castelnuovo, Hélène Débax et Armand Jamme pour leurs commentaires lors de la belle journée florentine du 14 décembre 2007.

Texte intégral

Sur la table s’étalaient les cartes de la mer des Syrtes. (...) Parallèlement à la côte courait à quelques distances, sur la mer, une ligne pointillée noire : la limite de la zone des patrouilles. Plus loin encore, une ligne continue d’un rouge vif : c’était celle qu’on avait depuis longtemps acceptée d’un accord tacite pour ligne frontière...
Julien Gracq, Le rivages des Syrtes, Paris, 1951

  • 1 F. Mazel, La Provence entre deux horizons (843-1032). Réflexion sur un processus de régionalisation(...)

1La Provence est une entité dotée d’une forte identité dès le haut Moyen Âge. Mais ses contours géographiques restent sujets à variations jusqu’à la deuxième moitié du xe siècle, une époque où le sens du nom se restreint pour ne plus désigner que l’espace dominé par une nouvelle dynastie comtale apparue sur les ruines de l’ancien royaume des Bosonides. S’engage alors ce que l’on peut appeler la méridionalisation d’une Provence qui jusque-là pouvait s’étendre jusqu’au ducatus carolingien de Lyon/Vienne1. C’est ainsi une construction politique tardive qui donne sa définition géographique à la région. Encore faut-il préciser que cette définition restreinte n’est pas universelle : vue d’Italie, la Provincia correspond plutôt à un espace linguistique et culturel, à l’ensemble des pays de langue d’oc.

  • 2 Id., Les comtes, les grands et l’Église en Provence autour de l’an mil, dans Le royaume de Bourgogn (...)
  • 3 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 56-75; J. Guyon, La christ (...)

2Qu’est-ce, plus précisément, que ce nouveau comté de Provence ? L’expression comitatus Provincie apparaît seulement en 1059, mais dès 982/983, le comte est dit princeps totius Provincie et en 1031 nous trouvons la formule significative comes vel gubernator Provintie regionis2. Ce comté de Provence englobe toutefois une pluralité de comtés, de cités ou de pagi, autant de termes qui, ici, se recouvrent. La liste en est fixée depuis l’Antiquité tardive et le très haut Moyen Âge, même si de nombreux sièges, surtout en Provence orientale et alpine, ont connu de longues vacances au viiie siècle, puis au xe siècle, et n’ont été restaurés que peu à peu au cours du xie siècle3. Dans les actes de la pratique, ces comtés, cités ou pagi continuent à servir de repères pour la localisation des biens jusqu’au troisième quart du xie siècle.

  • 4 J.-P. Poly, La Provence..., cit. n. 3, p. 30-55; F. Mazel, Noms propres, dévolution du nom et dévol (...)
  • 5 De manière schématique la maison de Toulouse capte l’héritage du comte Roubaud II. Dans la seconde (...)
  • 6 J.-P. Poly, La Provence... cit n. 3, p. 318-340.

3À la différence des principautés régionales du nord de la France, le comté de Provence n’est pas détenu par un seul individu, mais par une pluralité de comtes, tous frères ou cousins, qui jusqu’au début du xiie siècle exercent simultanément le pouvoir dans le cadre d’une large indivision. À l’origine, c’est-à-dire à partir des années 970, cette indivision est limitée à la première maison comtale de Provence, issue du comte Boson4. Mais au cours du xie siècle et au début du xiie siècle, quatre autres maisons comtales originaires de régions voisines y sont successivement associées à la suite d’alliances matrimoniales et du décès sans héritier masculin de plusieurs comtes de la maison issue de Boson (fig. 1)5 : 1) la maison de Toulouse, avant 1008, en raison de l’union de Guilhem Taillefer, comte de Toulouse, et d’Emma, fille et unique héritière de Roubaud II de Provence ; 2) la maison d’Urgell, à partir des années 1080, en raison de l’union d’Ermengol IV, comte d’Urgell, et d’Azalaïs, fille et unique héritière de Guilhem VI de Provence ; 3) la maison de Millau-Gévaudan, à partir des années 1090, en raison de l’union de Gerbert de Millau avec Gerberga, fille de Jaufre I et unique héritière de son frère Bertran II de Provence ; 4) la maison de Barcelone, à partir de 1112, en raison de l’union de Ramon Berenguer III, comte de Barcelone, et de Dolça, fille et unique héritière du comte Gerbert. La multiplication du nombre des participants à l’exercice du pouvoir comtal rend celui-ci de plus en plus complexe, tout en accroissant son opacité pour l’historien. Elle finit en outre par provoquer de graves tensions, au point que la disparition du dernier représentant masculin de la première maison comtale, Bertran II, en 1090, laisse libre cours aux ambitions des différents comtes d’origine extérieure. Dans les années 1110-1120, leur rivalité débouche sur une grave crise militaire, qui elle-même accouche d’une profonde recomposition du pouvoir comtal caractérisée par la fin de l’indivision et le partage territorial, la divisio, de l’ancien comté6.

4Au xiie siècle, une conception plus territoriale du pouvoir, assise sur la domination d’un espace défini au moins en partie par des limites linéaires reconnues, tend ainsi à s’imposer. Une telle évolution soulève de nombreuses questions. En quoi témoigne-t-elle d’une transformation de la nature même du pouvoir ou de l’honneur comtal et de son rapport à l’espace ? Une telle évolution suppose la détermination de limites : celles-ci se coulent-elles dans l’ancienne logique des principautés post-carolingiennes, fondée sur l’accumulation de comtés ou de pagi ? Ou bien forgent-elles une nouvelle géographie politique ? Deux autres problèmes ne peuvent manquer de se poser. Quel est le rôle joué dans ce processus par la trans­formation des pratiques successorales en matière de transmission des honores ? Enfin, quelle relation cette nouvelle conception entretient-elle avec l’exercice effectif du pouvoir comtal et la distribution des fidélités aristocratiques sur le terrain ? Les sources ne sont ni suffisamment nombreuses, ni suffisamment loquaces pour autoriser des réponses fermes et sûres à chacune de ces questions. Quatre textes orienteront notre réflexion : deux constitutions de douaires et deux traités. Ces documents, même s’ils restent étroitement dépendants d’un contexte précis, sont en effet les seuls à évoquer le pouvoir comtal de manière globale. Ils seront ponctuellement complétés par les actes de la pratique, lesquels permettent notamment d’approcher l’évolution des titulatures comtales. En dépit de ses limites, ce modeste corpus permet de dessiner quelques perspectives.

Le temps de l’indivision (xe-début xiie siècle)

Les douaires du xie siècle ou la pesanteur des formulaires

  • 7 Sur les comtes de Toulouse et leurs alliances aux xe-xie siècles : H. Débax, Stratégies matrimonial (...)
  • 8 C. Devic et J. Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse2, 1872-1892 [désormais abrégé HG (...)
  • 9 HGL, t. V, c. 738, no 389.
  • 10 F. Diago, Historia de los condes de Barcelona, Barcelone, 1603, p. 137-138. Voir aussi G. de Mantey (...)

5Les chartes décrivant la composition des douaires constitués par les comtes de Toulouse Pons et Bertran représentent deux documents exceptionnels. Depuis l’union de Guilhem Taillefer avec la fille de Roubaud II, Emma, au début du xie siècle, les comtes de Toulouse sont en effet aussi comtes en Provence7. La première charte décrit le douaire (sponsalicium) constitué par Pons pour son épouse Majora, dont la famille nous reste inconnue, le 14 septembre 1037 ou 1038 (doc. 1)8. Majora reçoit alors l’episcopium et la civitas d’Albi, avec la monnaie, le marché, les vignes du domaine de Grandlieu, avec l’église du dit domaine, ses dépendances, l’église Saint-Saturnin, qui est appelée Fisc, l’alleu que l’on appelle Bricius, le castrum Saint-Marcel, avec son honneur et son mandement ; la moitié de l’episcopatus de Nîmes ; le « droit du comte » à Millau ; la moitié de l’abbaye de Saint-Gilles ; le castrum de la porte d’Espagne, à Nîmes ; le castellum de Tarascon et la terre d’Argence, ou peut-être seulement une part de ces deux derniers (la moitié) ? La présence d’une lacune dans le texte empêche d’en savoir plus à ce sujet. La deuxième charte décrit le douaire (sponsalicium et donatio) constitué par Bertran, fils de Raimon IV de Saint-Gilles, en 1095, pour son épouse Électa, fille du duc de Bourgogne Eudes Ier (doc. 2)9. Électa reçoit les civitates cum comitatu et episcopio de Rodez, Cahors, Viviers, Avignon et Digne, à moins qu’il ne s’agisse de Die. On peut ajouter à ces deux actes une analyse en castillan datant de l’époque moderne d’un document disparu, daté du 29 avril 1090, connu sous le nom de « testament » du comte Ermengol d’Urgell, époux de la comtesse Azalaïs, la fille de Guilhem VI de Provence10. Il s’agit en fait plutôt d’un partage opéré par Ermengol entre ses deux fils nés d’épouses différentes : l’aîné, né de sa première épouse Lucia, nommé comme lui Ermengol, reçoit le comté d’Urgell ; le cadet, né d’Azalaïs, a reçu le nom de son grand-père maternel, Guilhem, et se voit attribuer l’ensemble des « comtés, évêchés, cités et châteaux » qu’Ermengol possédait « depuis le Rhône jusqu’aux limites » du comté de Provence.

Fig. 1 – Les comtes en Provence, xe-xiie siècles

  • 11 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (x (...)
  • 12 Forcalquier apparaît comme un important lieu de pouvoir, ecclésiastique et laïc, dès la première mo (...)
  • 13 F. Mazel, Cujus dominus, ejus episcopatus? Pouvoirs seigneuriaux et territoires diocésains (xe-xiii(...)

6Ces trois documents suggèrent d’abord que le pouvoir comtal s’exerce dans le cadre des civitates. Il est articulé sur les chefs-lieux de cité, lesquels commandent implicitement un territoire. L’espace politique est perçu comme un tissu de territoires de cités mitoyens. Les droits du comte correspondent au comitatus (le fisc et les droits de l’honneur comtal), à l’episcopatus (le fisc et les droits de l’honneur épiscopal) et éventuellement à des abbatia (le fisc et les droits de l’honneur abbatial), en l’occurrence Saint-Gilles. Quelques châteaux sont mis en exergue et distingués du reste des biens fiscaux. Cette énumération descriptive n’est pas sans rapport avec ce que les actes de la pratique nous apprennent de l’exercice effectif du pouvoir comtal au xie siècle. Le contrôle des sièges épiscopaux et des abbayes reste en effet fondamental. Le rôle croissant des châteaux est clairement attesté par la documentation écrite comme par les études archéologiques. En revanche, les civitates ne peuvent être considérées comme le cadre territorial effectif de la projection du pouvoir comtal. En effet, comme le montrent notamment les travaux de Pierre Chastang et de Laurent Schneider sur la Septimanie voisine, la référence aux cités représente un vestige des formulaires diplomatiques carolingiens et ne correspond plus aux réalités territoriales11. La cité de Nîmes, par exemple, apparaît désarticulée, depuis les ixe et xe siècles au moins, par l’essor de l’abbatia et du burgus de Saint-Gilles, comme par l’affirmation d’anciens castra carolingiens tels Anduze ou Substantion, au point que certains de ces nouveaux centres de pouvoir (Substantion, Saint-Gilles) parviennent à fixer un comitatus concurrent de celui associé à l’ancien chef-lieu de cité. La cité de Sisteron est de la même manière désarticulée par l’émergence de l’oppidum (puis castrum) de Forcalquier, lequel va jusqu’à capter partiellement l’episcopatus à partir de 106612. La cité d’Aix voit toute une partie de son ancien territoire – le fisc de Trets – glisser dans l’orbite de la cité de Marseille entre 951 et le milieu du xie siècle, parallèlement à l’appropriation de ce fisc et de l’episcopatus et du comitatus marseillais par un puissant groupe de parenté aristocratique, les vicomtes de Marseille13. L’Argence et le château de Tarascon sont facilement détachés du reste de la cité d’Arles par le douaire de Majora. On pourrait multiplier les exemples. Lorsqu’un douaire ou une donation évoquent la transmission des droits comtaux dans le cadre des cités, il s’agit d’une formule témoignant de la prégnance d’une perception théorique, d’une idéologie en somme, et non d’une description des pouvoirs réels. Curieusement, le douaire de Majora apparaît plus sensible au décalage entre le formulaire et la réalité que les actes plus tardifs, puisqu’il prend souvent soin de compléter la référence générale aux cités par une énumération précise des droits.

Le problème de l’indivision du pouvoir comtal

7La compréhension de l’exercice effectif du pouvoir comtal est rendue très complexe par la pratique de l’indivision. Les douaires laissent percevoir l’existence d’une répartition territoriale, au moins temporaire, de certains droits comtaux. L’examen des titulatures comtales semble confirmer cette pratique.

  • 14 Voir les références citées n. 1 et 2. Le titre de marquis de Provence est plus rare : il apparaît e (...)
  • 15 Voir les références citées n. 1, 2 et 4.
  • 16 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 306.
  • 17 Ibid.
  • 18 F. Diago, Historia de los condes...cit. n. 10, p. 137; G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p (...)
  • 19 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, no 1089.
  • 20 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 319.

8Le titre de comte de Provence, mentionné dès 972, ne devient fréquent qu’à partir des années 1020-1030 et peut être porté par quiconque a des droits sur la Provence14. Cependant, d’autres titulatures associées à un chef-lieu de cité se maintiennent ou font leur apparition, suggérant l’implantation privilégiée d’ayants-droits au comitatus provençal dans certaines civitates. Le titre de comte d’Arles est le plus ancien (dès 965/966) et le plus fréquent : il reste porté par les membres, hommes ou femmes, de la première maison comtale. La cité, où réside notamment le principal dignitaire ecclésiastique de Provence, l’archevêque d’Arles, fait figure, depuis le ixe siècle, de véritable capitale de la région. Le titre de comte d’Avignon est aussi mentionné, mais reste beaucoup plus rare : il apparaît chez quelques membres de la première maison comtale, puis dans la branche d’Urgell au tout début du xiie siècle15. Le titre de comte de Die est attesté en 1057 et 1074 pour Pons et Guilhem, issus de la maison de Toulouse16. Le titre de comte de Venasque ou de Venaissin est mentionné vers 1049-1068 pour Bertran, lui aussi issu de la maison de Toulouse17. Le titre de comte de Nice, enfin, est attesté en 1090 pour Ermengol, par ailleurs comte d’Urgell18. Il faut se garder toutefois d’une interprétation trop restrictive de ces titulatures, qui ne limitent pas l’horizon politique de ceux qui les portent. C’est ainsi qu’Ermengol, comte d’Urgell et comte de Nice, agit aussi en tant que comte en Gapençais à l’occasion du conflit qui oppose les moines de Saint-Victor aux chevaliers de Chorges vers 1080-108319. En 1090, il désigne d’ailleurs comme tuteurs de son jeune fils les évêques de Nice et de Vaison, nouvel indice de ses liens avec l’outre-Durance20.

  • 21 Il me semble impossible d’aller plus loin que cette simple orientation géographique préférentielle (...)
  • 22 C. Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, no 8. Sur ce serment, G. d (...)

9Si l’on met bout à bout les renseignements issus des chartes de douaires, des actes de donations, des itinéraires comtaux et des titulatures, on peut en déduire que dans la deuxième moitié du xie siècle la maison de Toulouse est plutôt associée à la vallée du Rhône et au nord-ouest de la Provence (Viviers, Die, Venasque), la première maison comtale à Arles et au sud (Aix, Fréjus, indirectement Marseille), la maison d’Urgell à l’est (Nice) et au nord-est (Gap, Forcalquier/ Sisteron)21. Le serment de fidélité de la vicomtesse d’Avignon Ermessendis à la comtesse Azalaïs, veuve d’Ermengol d’Urgell, vers 1102-1105, semble confirmer cette répartition22. Ermessendis prête en effet serment pour « les châteaux [situés] dans les cités de Provence au-delà de la Durance » d’Avignon, Mane et Forcalquier. On peut remarquer que ce texte adopte un point de vue méridional (« au-delà de la Durance » renvoie à la rive droite, c’est-à-dire au nord), qui est sans doute fonction soit d’un regard porté depuis Nice, soit de la position centrale d’Arles dans la géopolitique du comté. La Durance semble en tout cas déjà jouer un rôle majeur, le Rhône moins.

  • 23 F. Mazel, Les comtes, les grands... cit. n. 2. Les chefs de ces familles portent souvent le titre d (...)
  • 24 Id. Mazel, Du modèle comtal à la «châtelainisation». Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siècles, (...)

10En définitive, les prédicats territoriaux des titulatures renverraient aux résidences privilégiées des comtes et à l’usufruit des droits et des fiscs liés au comitatus, à l’episcopatus et aux abbatia des cités en question. Si certaines cités ne sont par ailleurs jamais mentionnées, c’est parce qu’elles sont contrôlées par des puissants de rang non comtal, qu’il s’agisse de vicomtes, comme à Marseille depuis les années 970, ou de familles seigneuriales, comme à Apt, Riez, Aix-en-Provence ou Vaison, pour en rester aux cas de figure suffisamment éclairés par la documentation23. Dans certaines cités dont ils entreprennent la restauration dans les premières décennies du xie siècle, les comtes ont enfin instauré de nouveaux vicomtes, comme à Fréjus ou Sisteron vers 104024.

  • 25 Plaid entre les abbés de Saint-Victor et de Lérins : H. Moris et E. Blanc, Cartulaire de l’abbaye S (...)
  • 26 Voir infra.

11Cette répartition des cités entre les différents membres de l’indivision comtale n’est cependant ni systématique, ni définitive. À l’exception du titre de comte d’Arles, les titulatures territoriales restent d’ailleurs personnelles et ne font pas l’objet d’une transmission héréditaire. En fait, les décès et les alliances matrimoniales recomposent régulièrement la répartition. C’est ainsi qu’après la mort de Bertran II, Raimon IV de Saint-Gilles peut se présenter et agir comme comte et marquis jusqu’à l’extrémité orientale de la Provence, où aucun membre de la maison de Toulouse n’avait jusque-là exercé le pouvoir comtal25. Par ailleurs, les différentes maisons comtales semblent toutes avoir accès aux fiscs et aux droits liés au comitatus, à l’episcopatus ou aux abbatia des grandes cités du Bas-Rhône, Arles et Avignon. En 1037/1038 par exemple, comme en témoigne le douaire de Majora, l’Argence et Tarascon sont entre les mains de la branche toulousaine : ils ont donc été séparés du reste du comitatus d’Arles, alors entre les mains des comtes Bertran I et Jaufre I. À Avignon, au début du xiie siècle, la situation apparaît plus complexe : la comtesse Azalaïs et son fils Guilhem résident sur place et contrôlent certains droits, dont une partie a été inféodée à des vicomtes ; mais les comtes de Toulouse et de Barcelone, sans résider apparemment, en détiennent aussi au point d’en revendiquer chacun la moitié en 112526.

12On a donc l’impression qu’une répartition spatiale plus ou moins informelle se crée au fur et à mesure que les ayants-droits issus de diverses maisons comtales se multiplient. Dans ce cadre, seule la tradition (comme c’était déjà le cas à l’époque carolingienne) tend à pérenniser certaines transmissions et à dessiner de grandes aires de prédilection des branches provençale, toulousaine ou catalane. Tout au long du xie siècle, l’exercice du pouvoir comtal et son rapport à l’espace restent cependant étroitement dépendants des reconfigurations de la parenté comtale.

  • 27 F. Mazel, Cartulaires cathédraux, réforme de l’Église et aristocratie : l’exemple des cartulaires d (...)

13Cette répartition s’exprime à travers l’affectation théorique des cités qui constituent encore le cadre à travers lequel on continue de penser l’espace politique. Pour répartir les cités, on s’appuie à l’occasion sur de grands repères géographiques, en particulier le cours de la Durance. De manière significative, on retrouve ces usages dans le formulaire des actes du premier cartulaire cathédral d’Arles, compilé peu après 1093, comme dans l’organisation même du cartulaire : un formulaire qui localise les biens en les situant dans une cité, puis dans un ager et dans une villa ; un classement qui répartit les actes en grandes séries de part et d’autre du Rhône et de la Durance27.

14Mais ce que les comtes se répartissent vraiment, ce sont les fiscs, les episcopatus, les abbatia, ainsi que quelques forteresses majeures. Les principaux enjeux de la répartition se concentrent d’ailleurs dans la basse vallée du Rhône, autour d’Arles et d’Avignon, car c’est là le cœur politique de la région depuis l’époque carolingienne et bosonide. C’est là que se trouvent les principales cités et les principales richesses, les abbatia (Saint-Gilles, Saint-Pierre de Montmajour, Saint-André...) et les droits économiques les plus lucratifs (tonlieux, portus, droits sur les juifs et les Grecs). Cela explique que tous veulent y avoir accès. À l’inverse, en Provence orientale et septentrionale, où les populations sont moins nombreuses et plus éparses, les chefs-lieux de cités fragiles ou évanescents, les droits comtaux et épiscopaux modestes, les cités peuvent être affectées globalement à un seul comte.

Une tradition carolingienne

  • 28 J. Verbeemen, L’ordre géographique suivi dans le traité de Meersen (870) et son importance pour la (...)

15Tous ces éléments présentent de nombreuses correspondances avec la manière dont on procédait à la répartition spatiale des pouvoirs et des droits à l’époque carolingienne. Le traité conclu à Meersen, en août 870, entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, pour le partage de l’ancien royaume de Lothaire II, qui depuis 863 englobait une partie de la Provence, en fournit un bon exemple28. La part de chaque roi y est ainsi décrite : d’abord on énumère les civitates qui lui reviennent, puis les abbatia, enfin les comtés et les pagi (qui sont ici le plus souvent distincts et plus petits que les civitates). Les principes qui gouvernent cette répartition sont très proches de ceux que nous avons repérés en Provence au xie siècle. Ils reposent d’abord sur une conception traditionnelle de l’espace qui pense celui-ci à travers le réseau des civitates. Mais cette conception n’implique pas l’existence d’une géographie administrative effective et stable, puisque la répartition des abbatia, des comtés et des pagi ne recouvre pas, ni ne s’inscrit dans le cadre des civitates tant les chevauchements et les enclaves de toutes sortes sont nombreux. C’est que les critères retenus pour la répartition effective des droits font en fait intervenir d’autres logiques que celle des cités, des logiques de nature topographique ou politique. Du côté des logiques topographiques, il semble que l’on ait pris en compte les facilités de repérage ou les obstacles à la circulation que pouvaient représenter le cours des fleuves, en l’occurrence la Meuse et la Moselle, les massifs forestiers, ici les Ardennes et les Vosges, ou l’existence d’un plateau bien identifié, le plateau de Langres. Du côté des logiques politiques, on perçoit le souci permanent d’une solution équilibrée : l’attribution d’une civitas à l’un des deux rois, qui semble renvoyer à l’attribution de l’episcopatus, est immédiatement équilibrée, dans les zones névralgiques, par des compensations en termes de comitatus et surtout d’abbatia en faveur de l’autre roi. Dans ces zones, l’enjeu du partage était en effet considérable : la Lotharingie regroupait les principaux lieux symboliques du pouvoir carolingien (Metz, Aix-la-Chapelle, Inden, Herstal...). Le traité était fragile et cette répartition n’eut d’ailleurs qu’une courte vie. C’est que le partage ne portant pas sur des territoires proprement dits, mais sur des honores, il ne pouvait guère survivre à la mésentente entre ses bénéficiaires, ni à leur décès et à l’apparition de nouveaux ayants-droits.

Le temps des partages territoriaux (xiie siècle)

  • 29 Sur ces événements, voir en dernier lieu J.-P. Poly, La Provence..., cit. n. 3, p. 318 et suivantes

16Après l’arrivée en Provence d’Alfonse Jourdain, comte de Toulouse, en 1119, les différents héritiers par les femmes de l’ancienne maison comtale, les comtes de Toulouse, de Barcelone et d’Avignon-Forcalquier, se déchirent dans une guerre de six ans dont seuls quelques épisodes nous sont connus29. La paix est rétablie en 1125 par un traité conclu entre les deux principaux protagonistes, Ramon Berenguer de Barcelone et Alfonse Jourdain. Cette paix n’est que provisoire : tout le xiie siècle reste secoué par la longue guerre méridionale entre les maisons de Toulouse et de Barcelone. Le traité de 1125 représente cependant un tournant, car il met fin à l’indivision du comté de Provence en procédant au partage territorial de la région.

Le traité de 1125

  • 30 F. Miquel Rosell, Liber feudorum major, Barcelone, 1945-1947, t. II, no 895.

17Le traité de 1125 se présente comme un traité de pax et concordia (doc. 3)30. Il s’agit donc de garantir le retour à la paix, comme le suggèrent de nombreuses allusions aux enjeux militaires du règlement. Pour autant, son objet principal est bien de diviser l’ancien comté de Provence.

  • 31 J. Miret y Sans, La casa condal de Urgell en Provenza, dans Boletin de la Real Academia de Barcelon (...)
  • 32 Pour les références documentaires, voir G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 320.
  • 33 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 278; GCNN, t. VII-Avignon, Valence, 1920, c. 61, n(...)
  • 34 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 317-328.
  • 35 GCNN Avignon, c. 61, no 221. La mention par certains témoins, dans une enquête réalisée entre 1168 (...)
  • 36 F. Miquel Rosell, Liber feudorum major... cit. n. 30, no 898.
  • 37 Le fait qu’un des principaux épisodes militaires connus soit le siège d’Alfonse Jourdain dans Orang (...)

18Dans ce cadre, l’absence du comte Guilhem, fils d’Ermengol d’Urgell et d’Azalaïs, non seulement comme partenaire du traité, mais aussi comme protagoniste du conflit et comme prétendant à la succession provençale, pose un problème majeur. En effet, la comtesse Azalaïs et son fils sont attestés à Avignon en 1110 et en 1129, soit avant comme après le conflit. Dans les années 1080-1090, Azalaïs porte le titre de comtesse d’Urgell et de Provence31, en 1102 celui de comtesse de Provence, en 1110 celui de comtesse de Forcalquier, en 1129 enfin celui de comtesse d’Avignon et de Forcalquier32. En 1126, son fils Guilhem porte le titre de comte de Forcalquier, mais on sait qu’il est mort en 1129 à Avignon, où il résidait, et qu’il fut inhumé dans le cimetière de la cathédrale33. Avant comme après le conflit de 1119-1125, les membres de la maison d’Urgell sont donc bien implantés au nord de la Durance. Pourquoi le traité de 1125 les ignore-t-il donc ? Georges de Manteyer a jadis bâti, sur une complexe et subtile reconstitution des parts supposées de chacun, l’hypothèse de trois partages successifs et d’un désin­téressement précoce (antérieur à 1105) de la branche issue d’Azalaïs pour les terres situées au sud de la Durance34. Cette hypothèse, régulièrement reprise depuis, ne me convainc pas. Le départ d’Alfonse Jourdain pour Toulouse en 1127 et son absence de la région jusqu’en 1138, la mort de Guilhem Ier à Avignon en 1129 et la transmission par la comtesse Azalaïs, sous réserve d’usufruit, de tous ses droits comtaux en faveur de ses petits-fils Bertran et Guigues en 112935, l’absence de conflit, enfin, entre Toulouse et Forcalquier jus-qu’en 116536, laissent plutôt supposer que ces comtes s’étaient entendus, sans doute aussi à l’issue d’un rapport de force37, et qu’un second traité fut conclu, vers 1126-1127, entre le comte de Toulouse et le comte de Forcalquier. Plusieurs allusions dans la documentation postérieure pourraient d’ailleurs le confirmer, comme nous le verrons.

19Le déroulement du texte du traité de 1125, en procédant par élargissement progressif, se révèle significatif de la manière dont est envisagé le retour à la paix et à travers lui la territorialisation des ressorts comtaux. Le texte part du castrum de Beaucaire, puis élargit la focale à l’Argence, puis de manière légèrement redondante à « tout le territoire de l’Argence », enfin à « tout le comté de toute la Provence ». On retrouve un tel enchâssement (Beaucaire < « la terre d’Argence » < « toute la terre de Provence ») lorsque le texte en vient au règlement lui-même et procède à un découpage précis. Sans doute redondances et insistance sur la totalité des terres considérées ont-elles pour motif la volonté de ne rien exclure, de bien englober l’ensemble des civitates provençales par-delà la multiplicité des titulatures portées par les uns et les autres depuis des décennies.

  • 38 L. Schneider, Cité, castrum et pays : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut (...)
  • 39 HGL, t. V, c. 584, no 298 (vers 1079-1090/1094). Voir J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 103- (...)

20L’attention et la rivalité des deux comtes se concentrent donc d’abord sur le château de Beaucaire et la terre d’Argence. La singularité de ce territoire est très ancienne. Beaucaire est en effet le nouveau nom attribué au xie siècle à l’ancien castrum d’Ugernium, un castrum dépendant de la cité d’Arles depuis l’Antiquité tardive. Ce castrum commande au xe siècle tout le territoire appelé ager Argencia38. Il s’agit donc, en 1125, d’une unité territoriale ancienne, étroitement associée à Arles et même à l’Église d’Arles. L’Argence représente en effet la seule partie du diocèse située à l’ouest du Rhône. Il s’agit en outre d’un très ancien domaine épiscopal. Son contrôle a échu aux comtes de Provence en raison de leur emprise sur le siège archiépiscopal. Au sein de l’indivision, ce sont les Toulousains qui en bénéficient, au moins depuis 1037/1038 (douaire de Majora). Cette possession est confirmée à Raimon IV de Saint-Gilles par l’archevêque Aicard, en échange de son soutien contre le pape Grégoire VII, qui avait déposé le prélat39. Avec l’abbaye et le bourg de Saint-Gilles, en possession des Toulousains depuis la fin du xe ou le début du xie siècle au moins, l’Argence constitue ainsi le cœur de l’implantation toulousaine en Provence.

  • 40 Cette île a aujourd’hui disparu en raison du comblement d’un des anciens bras du Rhône. Le village (...)

21Comment le traité procède-t-il concrètement au partage territorial du comté de Provence ? Il se fonde avant tout sur la géographie physique et les grands repères naturels : le réseau hydrographique d’abord, les montagnes et la mer ensuite. La Durance, le Rhône et l’Isère structurent la répartition des comtés. La Durance sépare le domaine barcelonais au sud, du domaine toulousain au nord. Le Rhône sépare le domaine barcelonais à l’est, du domaine toulousain à l’ouest. L’Isère marque la limite nord du domaine toulousain. Quelques précisions sont apportées au sujet de plusieurs îles du Rhône situées en aval de la confluence avec la Durance : l’île de Vallabrègues40 est placée dans la part toulousaine, l’île de Loubière dans la part barcelonaise. Au sud de la villa de Fourques, là où le fleuve se sépare en deux pour former son delta, le traité considère que le Rhône correspond à l’actuel Petit Rhône : « l’île de Camargue », comme dit le traité, est donc située à l’est, dans la part barcelonaise, tandis que la villa de Saint-Gilles reste dans la part toulousaine. Le traité envisage ensuite la situation dans les Alpes. Le Montgenèvre (mons Janus) marque ici la limite nord-est des deux domaines. Ensuite on descend jusqu’à La Turbie « per fines Italiae ». L’imprécision de la formule ne signifie forcément que ces limites étaient mal connues, mais qu’elles ne constituent pas un enjeu du traité. Cette frontière intéresse en effet seulement le comte de Barcelone. L’absence de référence à la comtesse Azalaïs et à son fils Guilhem relève certainement de la même logique : c’est là l’affaire du seul comte de Toulouse puisque cela concerne le territoire situé au nord de la Durance. Il en va de même pour les terres situées à l’ouest du Rhône, mais au nord de la confluence avec la Durance (les comtés d’Uzès et Viviers qui depuis le milieu du ixe siècle sont ballottés d’une domination princière à l’autre).

Fig. 2 – Les partages de l’ancien comté de Provence (xiie siècle).

  • 41 Sur cette famille, voir en dernier lieu Th. Stasser, La maison vicomtale de Narbonne aux xe et xie (...)

22Le traité formule ensuite deux exceptions (excepta) à cette logique territoriale linéaire. La première concerne Avignon et trois castra des environs (Sorgues, Caumont, Le Thor), qui sont partagés par moitié entre les deux comtes. On envisage en conséquence la redistribution entre les deux comtes des fidélités des seigneurs et des milites de ces localités, ce qui suppose que le traité a été suivi d’une prestation de serments sur place. On essaie par ailleurs de geler la situation ainsi créée en interdisant à chaque comte d’accroître « son honneur » dans chacune des localités concernées. La deuxième exception découle d’un compromis féodal concernant l’Argence. Un certain Amaury, que l’on peut sans doute identifier comme le vicomte de Narbonne41, possédait un fief à Beaucaire et en Argence tenu à l’origine d’Alfonse Jourdain. Mais il avait depuis glissé dans la fidélité de Ramon Berenguer de Barcelone et sous-inféodé son fief à Bernard d’Anduze, un autre fidèle du comte catalan. Dans le traité, Alfonse Jourdain accepte que la seigneurie supérieure sur ce fief passe à Ramon Berenguer. La création de cette enclave féodale catalane en Argence, que l’on ne peut cartographier faute d’informations suffisantes, constitue donc une autre exception à la limite constituée par le Rhône. Le traité se termine par la mention que chaque part inclut bien « tous les cités, châteaux, forteresses, archevêchés, évêchés, villae et leurs territoires ».

  • 42 F. Mazel, La Provence entre deux horizons... cit. n. 1.

23Quels enseignements peut-on tirer de ce traité ? Le premier et le plus net tient à la fin de l’indivision entre les différents ayants-droits de l’ancien comté et à l’avènement d’une nouvelle logique de répartition des droits comtaux : celle du partage territorial, fondée sur l’établissement de limites linéaires, elles-mêmes appuyées sur des repères physiques hydrographiques ou topographiques. Ces limites ne sont pas découvertes en 1125 : l’Isère a parfois déjà joué le rôle de limite théorique entre la Provincia et le ducatus lyonnais depuis la fin du ixe siècle42 ; la Durance, comme nous l’avons vu, a déjà servi à répartir les zones d’influence de certaines branches de la parenté comtale au xie siècle (en partie seulement puisque les comtes d’Urgell étaient à la fois présents à Nice, Gap, Vaison, Avignon). Mais leur existence est désormais généralisée et figée pour longtemps. L’ancienne répartition par cités ou par évêchés, évoquée in fine par le traité, l’est seulement par tradition, au sein d’une énumération qui vise uniquement à englober de manière générique et symbolique l’ensemble des droits comtaux. Qu’il s’agisse d’une simple formule est bien attesté par le fait qu’est alors complètement ignoré le problème posé par le partage d’Avignon pour l’exercice des droits sur l’episcopatus.

  • 43 Voir supra n. 37.
  • 44 J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 321; G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 353.
  • 45 Ibid., p. 332; L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, xiie-xiiie siècles, Toulouse, 200 (...)
  • 46 Id., Les comtes de Toulouse... cit. n. 45, p. 53, 130, 198.

24Cette logique territoriale est équilibrée par la prise en considération du rôle déterminant de certains châteaux. Les châteaux évoqués par le traité peuvent être regroupés en deux catégories. Les premiers sont des châteaux frontaliers, situés à l’immédiate proximité des fleuves et rivières qui gouvernent le partage. Leur importance ne tient pas à leur puissance militaire en soi, mais bien à la présence de la frontière, qu’il s’agit de défendre. Pour le comte toulousain, il s’agit des châteaux de Beaucaire et de Vallabrègues, pour le comte barcelonais du château de Mézoargues, pour les deux d’Avignon. Avignon est une cité, mais le texte insiste de manière significative sur le castrum et les fortifications urbaines. La deuxième catégorie de châteaux évoqués par le traité regroupe trois châteaux situés dans la région d’Avignon : Sorgues, Caumont et Le Thor, qui font l’objet, comme Avignon elle-même, d’un partage entre les deux comtes. Cette apparente anomalie mérite une explication. Un premier indice est fourni, me semble-t-il, par la concentration des châteaux évoqués dans le traité, les frontaliers comme les partagés, dans la petite région située aux alentours d’Avignon et de Beaucaire, à la confluence du Rhône et de la Durance. Il est vraisemblable que l’essentiel des opérations militaires opposant les deux comtes depuis 1119 s’y sont déroulées. Ramon Berenguer était bien implanté à Arles et Aix-en-Provence depuis 1112 et la guerre contre les assassins du comte Gilbert. Il pouvait aussi compter sur le soutien des vicomtes de Marseille. Alfonse Jourdain venait de l’ouest. Il était bien implanté à Saint-Gilles et en Argence, mais disposait aussi d’assises plus au nord, de Venasque à Die, depuis le xie siècle. Pour les deux rivaux, le premier enjeu du conflit fut sans doute de prendre le contrôle des pays situés juste au nord de la Durance et de la principale cité qui s’y trouvait : Avignon. L’armée catalane est attestée à Sorgues en 1123 et peu après Alfonse Jourdain, assiégé dans Orange, ne doit son salut qu’à l’arrivée d’une armée de secours venue de Toulouse43. L’essentiel des combats semblent donc bien s’être déroulés en Venaissin. Dans ce contexte, la cité et les châteaux partagés en 1125 sont certainement des lieux passés sous le contrôle du comte de Barcelone à l’occasion du conflit, mais dont les seigneurs et les milites devaient pour la plupart être favorables au comte de Toulouse, ce qui impliquait la recherche d’un arbitrage équitable. En revanche, en raison de la supériorité militaire catalane, les castra situés au sud de la Durance et dont les seigneurs avaient soutenus le comte de Toulouse, comme Mézoargues44, durent se soumettre au Barcelonais. Il est aussi possible qu’à côté de ces enjeux militaires, des enjeux d’ordre économique expliquent l’intérêt porté à certains de ces castra. On sait par exemple qu’un marché existait à Sorgues depuis au moins 1063. Les flux de monnaies devaient y être substantiels puisqu’Alfonse Jourdain et Raimon V y installeront un atelier monétaire45. On sait aussi qu’un portus et un péage existaient à Avignon et qu’un tonlieu était peut-être déjà levé à Vallabrègues46.

25Le traité de 1125 laisse donc voir un nouveau rapport du pouvoir comtal à l’espace. La projection théorique du pouvoir comtal dans l’espace ne se fait plus par accumulation de cités, de comtés ou d’évêchés (quelle que soit par ailleurs la territorialité effective de ces entités, que l’on sait faible), mais par la prétention à dominer un territoire défini par des limites linéaires reconnues. Ce territoire défini ne tient en outre pas compte des territoires existants les plus structurés, à savoir les diocèses, puisque les diocèses d’Arles, Avignon et Aix-en-Provence sont traversés par le Rhône ou la Durance et se retrouvent donc partagés entre les deux comtes. Indépendamment de ce cadre théorique, l’exercice effectif du pouvoir s’appuie désormais sur le contrôle des châteaux et plus sur celui des civitates, celles-ci n’apparaissant au mieux, comme le montre le cas d’Avignon, que comme des forteresses majeures. Cette situation est à relier, bien sûr, d’une part à l’essor du rôle des châteaux dans l’exercice du pouvoir seigneurial et comtal depuis le xe siècle, d’autre part à l’affaiblissement du contrôle laïc sur les episcopatus dans la postérité de la réforme grégorienne. Enfin, comme le laisse voir le cas du vicomte Amaury, les fidélités féodo-vassaliques, qui traduisent d’abord des liens de nature personnelle, peuvent contrarier les nouvelles limites territoriales que le traité entend mettre en œuvre.

Le traité de 1195

  • 47 HGL, t. VIII, c. 432-434, no 89.
  • 48 Lieu-dit de la commune de Lagnes, département de Vau-cluse. G. de Manteyer voyait en ce toponyme un (...)
  • 49 Lieu-dit de la commune de Sousville, sur la Bonne, affluent du Drac, près de La Mure (Hautes-Alpes)
  • 50 Cette moitié d’Avignon pose problème puisqu’en 1125 le comte de Toulouse et celui de Barcelone se s (...)

26Il faut attendre 1195 pour disposer d’un autre texte envisageant de manière aussi globale les rapports entre pouvoir comtal et territoire, à savoir le serment de sécurité que s’échangent le comte de Forcalquier Guilhem II, petit-fils de Guilhem Ier, et le comte de Toulouse Raimon VI (doc. 4)47. Outre les serments, ce texte consacre en effet un long développement aux questions territoriales. Deux points sont évoqués. D’abord, les deux comtes renoncent aux donations réciproques (dont nous ignorons tout) que s’étaient jadis faites Guilhem II et Raimon V, le père de Raimon VI, dans leurs comtés respectifs. Ensuite, les deux comtes renoncent à toute acquisition future dans le comté de l’autre, c’est-à-dire « à l’intérieur des limites de [chaque] comté » (infra terminos comitatus tui). Ces deux renonciations laissent déjà voir la volonté des comtes de revenir à la rigueur d’un partage territorial antérieur, un temps compromis par la création d’enclaves issues de donations croisées, sans doute effectuées pour garantir le respect d’une paix. La suite de l’acte donne lieu à d’utiles précisions sur ces termini. On y rappelle que le comté de Raimond VI correspond à « tout ce qui s’étend et est compris (...) depuis le mont Alvernicus [La Tour de Sabran48], près de Cavaillon, jusqu’au Rhône, la Durance et l’Isère », auquel s’ajoutent la moitié de l’Isle-sur-la-Sorgue et la moitié d’Avignon. Le comté de Guilhem II englobe pour sa part « tout ce qui s’étend et est compris (...) depuis le mont Alvernicus jusqu’à Pont Haut49 et le col de Cabre », puis le Montgenèvre, auquel s’ajoutent l’autre moitié de L’Isle-sur-la-Sorgue, la moitié d’Avignon50 et tout ce que le comte possède dans la villa de Germinargues.

  • 51 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 288 : ...ad Guillelmum comitem (...) hominum de Ca (...)
  • 52 M. Fornier, Histoire générale des Alpes maritimes et... particulière d’Embrun, Paris, 1890-1892 (te (...)
  • 53 Voir la tradition manuscrite dans L. Macé, Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de T (...)

27Ces limites, rappelées par le document de 1195, sont à l’évidence ancienne. L’acte précise qu’elles figurent dans de vieux instruments en possession des deux comtes (in veteribus instrumentis nostris). Deux actes antérieurs fournissent quelques jalons chronologiques. En 1177, des délégués des habitants du Champsaur vivant entre la Séveraisse et le Drac viennent remettre des redevances comtales à Guilhem II. Celui-ci déclare alors se réserver de faire valoir ses droits au-delà de la Séveraisse jusqu’à Pont-Haut, jusqu’où s’étend son comté depuis « les temps les plus anciens »51. Dès 1127, la comtesse Azalaïs et Guilhem Ier faisaient une importante donation au chapitre d’Embrun, qui laisse déjà voir l’extension de leur pouvoir sur l’Embrunais et le Gapençais52. Il apparaît par conséquent probable que la délimitation des deux comtés ait été le principal objet du traité perdu certainement conclu entre Alfonse Jourdain et Guilhem Ier vers 1126-1127, à l’image de ce qu’effectue le traité de 1125. Que ce traité ne soit pas parvenu jusqu’à nous est regrettable, mais n’a rien d’étonnant : les archives des comtes de Forcalquier, comme celles des comtes de Toulouse, se sont très mal conservées. De manière significative le traité de 1125 nous est seulement connu grâce à sa conservation dans les archives catalanes de Provence et de Barcelone53.

  • 54 On peut remarquer qu’aucune route ne sert ici de limite. Cela pouvait toutefois arriver. Ainsi, ver (...)
  • 55 Le col du Montgenèvre est contrôlé par les Guigues, comtes d’Albon, avec lesquels les Forcalquier f (...)
  • 56 La protection que les comtes Guilhem II et Bertran accordent à l’abbaye de Silvacane en 1168 partic (...)
  • 57 F. Mazel, Deux familles seigneuriales : les Agoult et les Baux, dans Le mont Ventoux. Encyclopédie (...)

28De manière plus générale, que retirer de la lecture du traité de 1195 ? Le comté y apparaît clairement comme un territoire doté de limites que l’on conçoit comme linéaires, même si leur tracé n’est pas décrit dans le détail. Ces limites sont assises sur des repères topographiques ou des lieux-dits bien connus. La plupart de ces repères sont des cours d’eau, des cols, des collines (le mons Alvernicus) ou des montagnes (le mons Janus)54. Certains servent déjà pour d’autres limites territoriales, diocésaines en particulier : le col de Cabre est à la limite des diocèses de Gap et de Die, Pont-Haut est situé au point de jonction des diocèses de Gap, Die et Grenoble. Pour autant, les limites du comté de Forcalquier ne reprennent pas les limites diocésaines : une frange nord du diocèse d’Embrun lui échappe55, tout le sud du diocèse d’Aix aussi ; à l’inverse, il mord au sud-ouest sur les diocèses de Cavaillon56 et de Carpentras. Ce que l’on sait de certaines zones montre par ailleurs la faible consistance de ces limites : autour du mont Ventoux par exemple, plusieurs seigneuries basculent entre marquisat de Provence et comté de Forcalquier ; à la fin du siècle, Raimon d’Agoult tente même d’ériger le val de Sault en fief immédiat de l’Empire, le soustrayant de fait à toute emprise comtale57.

29La délimitation n’exclut pas l’existence d’enclaves. C’est le cas de la moitié d’Avignon et de la villa de Germinargues, située à côté du Thor, en possession du comte de Forcalquier à l’intérieur du comté de Raimon VI. C’est inversement le cas de la moitié de l’Isle en possession de Raimon VI, située dans le comté de Guilhem II. Mais ces enclaves doivent être peu nombreuses et l’on s’interdit d’en créer de nouvelles. Enfin, plus aucune allusion n’est faite aux civitates, ni aux episcopati. Le pouvoir comtal n’entretient plus de lien nécessaire, ni même de lien privilégié avec un ou plusieurs chefs-lieux de cité. Réciproquement le contrôle de l’episcopatus n’apparaît plus au fondement du pouvoir comtal. La territorialisation du comté va de pair avec sa « laïcisation ».

La dévalorisation du rapport à la civitas

  • 58 L. Schneider, Cité, castrum et pays... cit. n. 38.

30Deux autres indices viennent confirmer la dévalorisation de la civitas dans l’économie symbolique et le rapport à l’espace du pouvoir comtal. Le premier indice est fourni par l’évolution des titulatures comtales au cours du xiie siècle. Dans le traité de 1125, Alfonse Jourdain et Ramon Berenguer s’intitulent respectivement « comte de Toulouse et de Saint-Gilles » et « comte de Barcelone ». Ces titulatures associées à une cité perdurent chez eux et chez leurs descendants. En revanche, pour désigner leur nouveau pouvoir en Provence, aucun des deux comtes n’adopte ce type de titulature. Le partage d’Avignon rendait la chose difficile pour cette cité, mais un membre de la famille toulousaine avait porté au xie siècle le titre de « comte de Venasque » et le terme « Venaissin » allait finir par s’imposer au début du xiiie siècle pour désigner les domaines toulousains du nord de la Durance. Alfonse Jourdain a préféré s’approprier le titre prestigieux de « marquis de Provence », déjà porté par Raimon IV de Saint-Gilles à la fin du xie siècle et par les aînés de l’ancienne maison comtale provençale. Le comte de Barcelone préfère aussi le titre de « comte de Provence » à celui de « comte d’Arles », définitivement abandonné. Entre sans doute dans ces choix un certain esprit de rivalité : il ne fallait pas laisser croire, même implicitement, que la Provence pouvait ne relever que d’un seul comte. Mais il est significatif que disparaisse ainsi toute référence à une cité au profit d’une référence globale à la principauté. Plus remarquable encore, entre 1110 et 1126, les derniers comtes d’Avignon se transforment en « comtes de Forcalquier », adoptant comme prédicat territorial le nom d’un simple bourg castral. La formation de titulatures comtales castrales est un phénomène bien connu, depuis le début du xie siècle, dans les régions septentrionales, où les cités sont plus rares. Les comtes de Substantion/Melgueil, en Bas-Languedoc, en fournissent aussi un exemple méridional précoce58. Mais la pratique était jusque-là inconnue en Provence. Elle est d’autant plus significative que les comtes de Forcalquier disposaient dans leur comté de plusieurs cités épiscopales (Sisteron, Gap, Apt, Embrun), qu’ils avaient des droits dans trois d’entre elles (Embrun, Gap et Sisteron) et que l’une d’elle, Gap, avait même été pourvue, entre les années 1040 et la fin du xie siècle, d’une lignée vicomtale portant le titre de « vicomtes de Gap ».

  • 59 J.-P. Poly, La Provence...cit. n. 3, p. 320-321.
  • 60 N. Coulet, Naissance et épanouissement d’une capitale, dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Prov (...)
  • 61 J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 279-280, 320
  • 62 L. Macé, Les comtes de Toulouse... cit. n. 45, p. 49.
  • 63 G. de Tournadre, Histoire du comté... cit. n. 56, p. 138-139.

31Le deuxième indice de la dévalorisation de la civitas tient à l’affaiblissement du rôle des grandes cités comme capitales comtales. Avignon est désertée après 1129. Arles est moins fréquentée par les comtes de Barcelone, qui lui préfèrent les châteaux de Tarascon, Brignoles ou Seynes59. Elle se voit même abandonnée par le comte Alfonse Ier au profit d’Aix-en-Provence, qui est encore une toute petite cité, à partir des années 1170-118060. Les points forts du comte de Toulouse sont Saint-Gilles, un bourg monastique où il fait élever un château, et dans une moindre mesure Beaucaire, un bourg castral61. En Venaissin, ce n’est qu’à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle qu’il finit par s’intéresser aux deux petites cités de Carpentras et Vaison, où il construit deux châteaux et entre en conflit avec les évêques62. Le choix des comtes de Forcalquier est encore plus radical, puisqu’après la mort de Guilhem Ier († 1129), ils adoptent Forcalquier comme résidence d’été et Manosque comme résidence d’hiver63, deux sites castraux, quand bien même Forcalquier est-il parvenu à capter en partie l’évêché de Sisteron. La « châtelainisation » ou la « castralisation » du pouvoir comtal paraît ainsi plus prononcée sur les terres des comtes de Toulouse et de Forcalquier que sur celle des comtes de Barcelone.

Conclusion

32Les actes diplomatiques qui, au xiie siècle, organisent le partage de l’ancien comté de Provence rendent compte d’une forte évolution des rapports entre pouvoir comtal et espace. Cette évolution témoigne d’un ajustement aux réalités concrètes de l’exercice du pouvoir et au rôle croissant des châteaux, en particulier dans les zones disputées. Mais elle traduit surtout la formation de nouveaux comtés définis par des limites linéaires. Bien qu’issues de rapports de force, ces limites sont souvent appuyées sur des repères physiques et notamment sur le réseau hydrographique. De nouveaux comtés territoriaux (comté de Provence, comté de Forcalquier, marquisat de Provence ou comté Venaissin) se substituent donc aux anciens civitates, comitatus ou pagi polarisés par les chefs-lieux de cité, dont l’homogénéité territoriale était par ailleurs largement fictive. Deux facteurs semblent avoir joué un rôle déterminant dans cette évolution : – la transformation des pratiques successorales des familles comtales d’abord : en renonçant à l’indivision au profit de la primogéniture, parfois atténuée par la constitution d’apanages, les lignées comtales du xiie siècle ont favorisé la préservation de l’unité territoriale de leurs comtés respectifs ; – la « laïcisation » du pouvoir princier ensuite : la fin de l’emprise des comtes sur les évêchés, engagée par la réforme grégorienne, a vidé les cités de leur intérêt en termes de projection territoriale, aussi bien sur le plan symbolique que matériel.

  • 64 F. Mazel, La noblesse et l’Église... cit. n. 39, p. 296-303.
  • 65 L’unification des comtés de Provence et de Forcalquier se réalise d’ailleurs assez facilement au dé (...)

33Cette évolution ne signifie pas qu’émergent alors des proto-États territoriaux. Durant tout le xiie siècle, les fidélités aristocratiques s’organisent encore largement dans l’indifférence aux limites établies en 1125 et vers 1126-1127. De grands seigneurs comme les Baux ou les Agoult-Simiane figurent régulièrement parmi les fidèles des Raimondins, alors que leurs seigneuries sont situées dans le comté de Provence ou le comté de Forcalquier. Certaines branches de ces lignées sont même parvenues à extraire leurs seigneuries des comtés délimités au milieu des années 1120, en les transformant en fief d’Empire, à l’image du val de Sault en 1178, ou en principauté indépendante, à l’image de la principauté d’Orange vers 119964. Par ailleurs, aucune conscience régionale particulière n’apparaît dans les nouveaux comtés. Si conscience régionale il y a, elle se manifeste à un registre supérieur : – soit au niveau d’une vaste Provence : c’est l’espace privilégié des alliances matrimoniales, de l’expansion patrimoniale ou des pratiques dévotionnelles des familles aristocratiques, qui toutes ignorent les limites internes à la Provence65 ; – soit au niveau du vaste espace linguistique et culturel des pays d’oc : c’est l’espace de circulation des troubadours et des petites cours princières ou seigneuriales de la fin du xiie siècle, qui englobe toutes les entités politiques souvent antagonistes de la Gascogne à la Provence.

  • 66 Au sein de son comté, le comte du xiie siècle reste seulement le plus puissant des seigneurs. Même (...)

34La territorialisation mise en œuvre au xiie siècle traduit donc essentiellement la volonté nouvelle des comtes de borner l’horizon théorique de leur pouvoir propre. Il s’agit pour eux de se réserver l’exclusivité de la titulature comtale à l’intérieur de l’espace ainsi délimité, d’écarter et de tenir à distance les autres comtes66. En cela, il s’agit bien d’une conséquence de l’abandon de l’indivision, le fruit d’une transformation des pratiques de succession, la manifestation d’une mutation des structures de parenté des familles comtales méridionales. L’évolution du rapport à l’espace et l’évolution des structures de parenté sont étroitement imbriquées l’une dans l’autre, ce que montre aussi, à la même époque, l’affirmation des topolignées châtelaines.

Haut de page

Annexe

1. Constitution de douaire de la part de Pons, comte de Toulouse, en faveur de sa femme Majora (v. 1037).

A – Original parchemin : BnF ms lat 11826, n. 12

Édition : HGL t. V, c. 428, no 211

Multum declarat auctoritas et lex Romanorum et Gotorum sive Salicorum ut uniusquisque homo de propriis rebus suis dare aud cedere aud condonare voluerit, licenciam habeat ad faciendum. Quapropter ego in Dei nomen Poncius dono tibi, dilecte sponse mee Majore, episcopatum Albiense et civitatem et moneta et mercatum et vineas in dominio et villa Magniloci, cum ipsa ecclesia et cum omni ajacencia sua et ecclesia Sancti Saturnini que vocatur Fiscus, cum alode que vocatur Bricio et castrum Sancti Marcelli cum sua honore et cum suo mandamento, et medietatem de episcopatu de Nemauso, et meo drictu de Amiglauvo et medietate de abacia Sancti Egidii et castrum de Porta Spana (...) et de castellum de Taras­cone similiter et de terra de Argencia similiter ; homnia et in omnibus totum et ab integrum, sic dono ego tibi, sponsa mea, omnia et in omnibus, quantum superius insertum est : in tali vero ratione, ut dum tu vivis, teneas et possideas, et post obitum tuum remaneat ipsius alodes ad infantes que de me Pontione erunt creati et de utero tuo erunt nati. Et si tu, sponsa mea Majore, me supervixeris, teneas et possideas ipsos alodes in vita tua, cum alio castello que vocant Cofolencio, et si mortua fueris sine legitimo herede ad propincos meos revertat. Sane si quis, ego, aud ullus de heredibus meis qui contra carta ista donationis temere aut usurpare vel inquietare venerit, non hoc valeat vindicare quod requirit, set componat tibi hec omnia superius scripta dupla meliorata et in antea donatio ista firma et stabilis permaneat, homnique tempore. Facta carta donatione ista in mense septimbri, sub die feria IIII, XVIII kal. octobris anno [septimo] regnante Ehenrigo rege. Signum Poncii qui hanc carta donationis scribere fecit, et manu sua firmavit et firmare rogavit. S. Willelmo patri suo. S. Bertranno. S. Remegio. S. Bernardo. S. Petrone. S. Rostagno. S. Rainone. S. Petrone. S. Emenone. S. Elisiar. S. Petroni. S. Berengario. S. Rostagno. S. Ugone. Donatus scripsit.

2. Constitution de douaire de la part de Bertran, fils de Raimon IV de Saint-Gilles, en faveur de sa femme Électa de Bourgogne (1095).

B – Copie du xviie siècle : Bonal, Histoire manuscrite des comtes de Rouergue, t. I, ms Colbert 144, aujourd’hui BnF, ms fr 2638, p. 165

Édition : HGL, t. V, c. 738, no 389

In nomine Domini nostri Jesu Christi. Hic est titulus dotis et donationis quam fecit vir nobilissimus nomine Bertrandus Raimundi filius dilectae sponsae vel uxori suae nomine Electae. Cum omnipotens Deus in principio creavit cuncta similia noluit ut homines soli manerent, sed dedit illis adjutorium parem, tum sociam, quorum sociarentur benedixitque illis et ait : « Crescite et multiplicamini et replete terram et subjicite eam et dominamini piscibus maris et volatilibus coeli et universis quorum progenies obtinet monarchiam orbis ». Eorum exemplo ego informamus nempe Bertrandus et apostolicis monitis fultus, volo nubare, filios procreare, paterfamilias esse teque Electam in matrimonio copulare, et ob amorem tui atque decorem filiorumque e nobis procreandorum, dono tibi in tuo sponsalitio et donatione civitatem Ruthenam cum comitatu et episcopio sicut lex mea est et civitatem Caturcensem cum comitatu et episcopio. Insuper dono tibi in sponsalitio Vivariam civitatem cum comitatu et episcopio et civitatem Avinionis cum comitatu et episcopio et civitatem Dignam cum comitatu et episcopio, sicut [lex] mea Romana est. Haec omnia superius nominata tibi uxori meae ad integrum dono quantum habeo vel habere debeo, cum tali pacto ut dum vivi fuerimus insimul habeamus, teneamus atque possideamus et si infantes habuerimus qui de me Bertrando fuerint procreati et de te Electa nati, post obitum nostrum ad illos revertantur praescripti honores. Si vero infantes de me non habueris et mihi supervixeris, habeas et teneas et ost obitum tuum habeant illi quibus tu dare aut dimittere volueris omnique tempore teneant. Facta carta est in mense junii, anno dominicae Incarnationis MoXCV, indictione III, regnate Philippo Francorum rege. Quod si quis hanc cartam donationis, homo utriusque sexus, voluerit infringere, adnihiletur et componat tibi ipse qui facere voluerit in vinculum libras mille auri puri. Signum Bertrandus qui hanc cartam donationis fecit, firmavit atque testibus eam firmare rogavit in aeternum. Raimundus Tolosanus comes, dux Narbonae et marchio Provinciae pater suus firmat in aeternum. Guillabertus de Lauracio firmat in aeternum. Dodo de Samatano firmat in aeternum. Ugo-Guillelmi firmat in aeternum. Guitbertus de Zannaco firmat in aeternum. Guillermus de Sabrano firmat in aeternum. Raimundus Petri de Guardia firmat in aeternum. Poncius Raynardi de Mezens firmat in aeternum. Poncius Guillermi de Bergeriaco firmat in aeternum. Johannes Raimundi scripsit.

3. Convention de « paix et de concorde » entre Alfonse, comte de Toulouse et de Saint-Gilles, et Ramon Berenguer, comte de Barcelone, au sujet du castrum de Beaucaire, de la terre d’Argence et de tout le comté de Provence (15 septembre 1125).

A – Original parchemin : Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 277

Édition : HGL, t. V, c. 935-939, no 492.

In nomine Domini. Sit notum cunctis, presentibus atque futuris, quia hec est pax et concordia inter Ildefonsum, Tolosanum comitem et Sancti Egidii, et Raimundum, Barchinonensem comitem, et uxorem ejus Dulciam, comitissam, ac filios eorum ac filias, de ipsis querimoniis, quas inter se habebant de ipso castro de Belcaire et de Argencia et de toto torritorio Argencia et de toto comitatu totius Provincie. Definimus, namque, et evacuamus nos, predicti Raimundus Barchinonensis comes et uxor mea Dulcia, comitissa, et filii nostri ac filie, predicto Ildefonso, comiti, predictum castrum de Belcaire et predictam terram de Argencia, cum omnibus sibi pertinentibus, et totam terram de Provincie, sicut habetur et continetur ab ipso flumine Durencie usque ad flumem de Isera, cum ipso castro de Vallobrega, quantum infra predictos terminos habemus vel habens debemus nos, vel homines per nos, aliqua racione vel auctoritate, excepta medietate civitatis de Avinione et de castro et de fortitudinibus que ibi sunt vel erunt et de territoriis et de hominibus omnibus et de universis iis que ad predictam civitatem quocumque modo pertinent, et excepta medietate de ipso castro de Ponte de Sorgia et de ipsa villa et ejus territorio et de iis omnibus que ad predictam villam vel castrum de Ponte de Sorgia quocumque modo pertinere videntur, et excepta medietate de ipso castro de Caumono, de ipsa villa et ejus territorio et de iis omnibus que ad predictum villam vel castrum de Caumono quocumque modo pertinere videntur, et excepta medietate de ipso castro de Tor et de ipsis villis et de eorum territoriis et de iis omnibus que ad pre­dictum castrum de Tor vel ad ipsas villas pertinere videntur. Sicut superius scriptum est, nos, predictus Raimundus, Barchinonensis comes et uxor mea Dulcia, comitissa, et filii nostri ac filie, sic deffinimus et evacuamus, laxamus atque donamus predicto Ildefonso comiti per fidem, sine engan, sicut tu, aut aliquis per te, ad utilitatem tuam melius intelligere potest, cum civitatibus et castellis, et episcopatibus omnibus universis in se existentibus et ad se qualicumque modo pertinentibus, excepta medietate ipsius civitatis de Avinione et de ipsius castro et fortitudinibus ac territoriis et similiter de ipso castro de Ponte et de ipsa villa et de ipso de Caumono et de Tor, que omnia, sicut superius scriptum est, nobis fideliter reservamus. In predicta, autem, civitate de Avinione vel in predictis castris de Ponte, scilicet, et de Caumono et de Tor si quis predictorum comitem Ildefonsi, scilicet, atque Raimundi per se aut suos, aliqua occasione, aliquid honoris adquisierint alter sine alterius consilio, communiter totem habeant sine missione peccunie vel honoris, quam ibi non faciat ipsa sine cujus consilio farta fuerit adquisicio illa.

Et ego, Ildefonsus predictus, comes Tolosanus, et conjux mea Faidida diffinimus, evacuamus, laxamus atque donamus tibi, Raimundo, Barchinonensi comiti et Provincie marchioni, et uxori tue Dulcia, comitissa, et filiis ac filiabus vestris medietatem ipsius civitatis de Avinione et de ipso castro et de fortitudinibus quas ibi sunt vel erunt et de hominibus omnibus et territoriis et de his omnibus que ad predictam civitatem pertinent et similiter medietatem de ipso castro de Ponte de Sorgia et de ipsa villa et territoriis et omnibus hominibus et de iis omnibus que ad predictum castrum de Ponte de Sorgia pertinere videntur et medietatem de ipso castro de Caumono et de ipsa villa et territoriis et omnibus hominibus et de iis omnibus que ad predictum castrum pertinere videntur, totam terram Provincie, cum ipso castro de Mesoaga, sicut in monte Iani flumen Durencie nascitur et vadit usque in ipsum flumen Rodani et ipse Rodanus vadit inter insulam de Lupariis et Argenciam et transit per Furcas et vadit ante villam Sancti Egidii et transit usque ad ipsum mare. Sicut superius scriptum est, ego, Ildefonsus, et uxor mea Faidida sic diffinimus, eva­cuamus, laxamus atque donamus tibi, Raimundo, Barchinonensi comiti et Provincie marchioni, et uxori tue Dulcie, comitisse, et filiis ac filiabus vestris predictam terram totem, sicut superius scriptum est ; (...) et Durencia in monte Iani nascitur, et ipse mons per fines Italie descendit ad ipsam Turbiam in mare et us-que in medium maris, ut ipse Durencia vadit in Rodanum et ipse Rodanus, sicut dictum est, descendit in mare et usque in medium maris, cum civitatibus et castellis omnibus et fortitudinibus universis, archiepiscopatibus, episcopatibus et villis, et territoriis omnibus, quantum dici vel numerari potest infra predictos termines et nos habemus vel aliqua racione vel auctoritate habere debemus, cum universis in se existentibus et ad se qualicumque modo pertinentibus, sicut vos, vel alicui per vos, ad vestram utilitatem melius intelligere potest per fidem, sine engan.

De predictis, autem, honoribus quos inter nos dividimus, ego, Ildefonsus, non dabo nec impignorabo nec post mortem meam alicui laxabo, nisi tantum infantibus meis quos de propria uxore habuerim et, si pignoracionem facere voluero, suscipiam a vobis quatuor propinquos, quos alia persona mihi prestare voluerit, et de hoc spectabo vos, sine vestro engan, per menses sex. Militibus, autem, et hominibus ceteris qui sunt in illo honore, quem vobis deffinivi, laxavi atque donavi, omni occasione postposita, mando ut vobis, predictis Barchinonensi comiti et uxori vestre Dulcie, comitisse, et filiis ac filiabus vestris, fidelitatem faciant et ab illa, quant mihi fecerunt, fidelitate, hac judicante scriptura, de hominio et sacramento absolve. Et si objero sine infante de propria uxore, totem quod superius dictum est, vobis prescriptis sine omni dubitacione dimitto, laxo atque concedo ; et Aimericus habeat in Belcaire et in Argencia per vos illum feudum, quod per me debet habere, et Bernardus de Andusia habeat illum feudum per Aimericum. De predictis, autem, honoribus, quos inter nos dividimus, ego, Raimundus predictos, comes Barchinonensis, et Dulcie, comitisse, non dabimus nec impignorabimus nec post mortem nostram alicui laxabimus, nisi tantum infantibus nostris. Et si impignoracionem facere voluerimus, suscipiamus a vobis quatuor propinquos, quos alia persona fideliter nobis prestare voluerit, et de hoc spectabimus vos, sine vestro enganno, per menses sex. Militibus, autem, et hominibus ceteris qui in honore illo sunt, quem vobis diffinivimus, laxavimus atque donavimus, omni occasione postposita, mandamus ut ibi, prescripto Ildefonso comiti, fidelitatem faciant, et ab illa, quam nobis fecerunt, fidelitate, hac judicante scriptura, de hominio et sacramento absolvimus. Et si objerimus sine infante, totem, quod superius dictum est, tibi prescripto sine omni dilacione dimittimus, laxamus atque concedimus. Si quis, autem, hanc concordacionis, diffinicionis, evacuacionis sive donacionis scripturam dirrumpere tentaverit, non valent, sed predicta omnia in duplum componat ; et presens scriptura perenniter inviolabiliter maneat.

Que acte est XVII calendas octobris Dominice eciam incarnacionis anno CXXV post M. <Signum ✠> Raimundi, comitis. Sig✠num Dulcie, comitisse. Sig✠num Ildefonsi, Tolosani comitis. Sig✠num Faidide, predicti Ildefonsi uxoris. Sig✠num Berengarii, dapiferi. Sig✠num Gaufredi Porcelleti. Sig✠num <Guillelmi> Porcelleti. Sig✠num Raimundi, sacriste. Sig✠num Gaufredi de Mansia [sic : Massilia]. Sig✠num Bertrandi Porcelleti. Sig✠num Hugo Fulco. Sig✠num Guille1mo Fulco. Sig✠num G. Bertran. Sig✠num Bertranni Albaire. Sig✠num Petri de Moreriis. Sig✠num Raimundi de Barjac. Sig✠num Rostagni de Posqueriis. Sig✠num Rainoardi de Medenas. Sig✠num Guillelmi Raimundi. Sig✠num Giraudi de Peinas. Sig✠num Guillelmi Raunes. Sig✠nurn Gaucelini de Claret. Sig✠num Hugo de Belcaire. Sig✠num Bernardi de Andusia. Sig✠num Aimericus de Narbona. Sig✠num Alziardi de Uzes. Sig✠num Raimundi Giral. Sig✠num Raimundi Cadel. Sig✠num Guillelmi de Sancto Satur­nino.

4. Échange de serments de sécurité entre Guilhem II, comte de Forcalquier, et Raimon VI, comte de Toulouse, au sujet des limites de leurs comtés respectifs (1195).

A – Original parchemin (chirographe) : Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 297.

Édition : HGL, t. V, c. 432-434, no 89.

Anno ab incarnato Domino MCXCV regnante H.[enrico] Romanorum imperatore. Notum sit omnibus presentibus atque futuris, hoc scriptum audientibus atque legentibus, quod ego G., per Dei gratiam comes Forcalquerii, Jaucerane femine filius, bona fide et omni fraude cessante, juro tibi R.[aimundo], eadem gratia comiti Tholosano, regine Constancie filio, vitam tuam, membra tua, terram tuam quam in presenti habes vel in futurum acquiesieris, et quod ab hac presenti die in antea non te decipiam, nec te occidam, nec te capiam, nec honores tuos vel partem honorum, quos hodie habes vel in futurum acquisieris tibi auferam, nec auferri faciam, nec homo vel femina, homines vel femine, meo consilio vel meo ingenio, te decipiet vel decipient, nec te capiet vel capient, nec te occidet vel occident, nec honores tuos vel partem honorum tuorum tibi auferet vel auferent, nec auferri faciet vel facient. Et si quis vel si qua contra te in his que prediximus quid facere seu moliri vel machinari presumeret vel presumerent, ex quo ad notitiam mei perveniret, tibi continuo indicarem et contra illum vel illam, fidelis adjutor et auxiliator, usquedum tecum ad voluntatem tuam conveniret vel convenirent, pro omni posse meo essem et cum illo vel illis pacem vel fedus pacis aliquod seu treugas te invito non habrem et secreta tua nemini divulgarem. Preterea specialiter gripio, dono et remitto, solvo et modis omnibus relinquo tibi R.[aimundo] comiti predicto omnem donationem, quam pater tuus de comitatu tuo quocumque modo mihi fecerat, et omne jus et omnem actionem et petitionem quocumque modo, quocumque jure contra te pro jamdicta donatione, aut qualibet alia ratione mihi competentem vel competituram in perpetuum, tibi solvo et relinquo et praeterea omnia accepta et omnes donationes, dominia seu dominationes, quocumque modo, quocumque tempore vel a quibuscumque in comitatu tuo ego feci, penitus solvo, remitto et gripio. Et per stipulationem promitto et tactis sacrosanctis Evangeliis juro quod, infra terminos comitatus tui, absque tua voluntate, nihil de cetero acquiram et si qua accepta vel acquisitiones in comitatu tuo ego fecerim, cum forma supradicta, cessante omni fraude, tibi gripio et relinquo, sicut comitatus tuus extenditur et clauditur a monte Alve[rn]ico juxta Cavillonem usque ad Rodanum, et usque ad Durenciam et fluvium Isere, et sicut melius assignatum et determinatum habemus in veteribus instrumentis nostris, et medietatem Insule et Avinionis.

Et ego R.[aimundus] comes predictus cum supra-dicta et in eadem forma juro tibi G.[uillelmo] comiti predicto, vitam tuam, membra tua, terram tuam et omnia que superius in instrumento isto scripta sunt. Et specialiter gripio, dono et remitto, solvo et modis omnibus relinquo tibi G.[uillelmo] predicto comiti, omnem donationem quam de comitatu Forcalquerio quocumque modo patri meo feceras, et omne jus et omnem actionem et petitionem quocumque modo, quocumque jure contra te, pro jamdicta donatione aut qualibet alia ratione, mihi competentem in perpetuum, tibi solvo et relinquo. Et preterea omnia accepta et omnes donationes, dominia seu dominationes, quocumque modo, quocumque tempore vel a quibuscumque in comitatu tuo a patre meo factas, remitto similiter et gripio et per stipulationem promitto et tactis sacris Evangeliis juro, quod infra terminos comitatus tui, absque tua voluntate, nihil de cetero acquiram, et si qua accepta vel acquisitiones in comitatu tuo ego fecerim, cessante omni fraude et dolo, gripio et relinquo, sicut comitatus tuus extenditur et clauditur a monte Alve[rn]ico usque ad Pontem altum et collum Capre, et sicut melius assignatum et determinatum habemus in veteribus instrumentis nos-tris et medietatem Insule et Avinionis, et quod habes et tenes in villam de Germanice dum vixeris, si sine legi­timo herede ex uxore quam modo habes decedas.

Hujus rei testes fuerunt episcopus Cavillonensis, Guigo Miser, R. Dagoult [sic : d’Agoult], G. Amicus, G. Bremundus de Vellonicis, G. Laugier, Eliziarius Avinionis, R. Gaufridi, Bertrandus Arnaudi, R. Rascas, Robertus Martelli, Berengarius Botini, Dragonetus, Dominicus, R. Bermondi de Claussona, Augerius, R. Farguerius, R. Lauguier, Ricavus de Insula, Bertrandus de Cadenet, R. d’Agoult, G. de Sansaorreni, Bertrandus Lauguier, P. de Boulz, et ego Petrus Cenerius, domini comitis notarius qui mandato comitis hanc cartam scripsi et signavi. Et ego Petrus Fulcodii judex et cancellarius hanc cartam mandato domini Tolosani comitis sigillavi et eidem subscripsi.

Haut de page

Notes

1 F. Mazel, La Provence entre deux horizons (843-1032). Réflexion sur un processus de régionalisation, dans M. Gaillard et M. Margue (dir.), De la Mer du Nord à la Méditerrané : Francia media, une région au cœur de l’Europe c. 840-c. 1050 (actes du colloque de Metz, Luxembourg et Trèves, 8-11 février 2006), Luxembourg, 2011, p. 457-489.

2 Id., Les comtes, les grands et l’Église en Provence autour de l’an mil, dans Le royaume de Bourgogne autour de l’an mil, Chambéry, 2008, p. 175-206; id., La Provence entre deux horizons... cit. n. 1.

3 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 56-75; J. Guyon, La christianisation, dans P.-A. Février et al., La Provence des origines à l’an mil, Rennes, 1989, p. 381-440.

4 J.-P. Poly, La Provence..., cit. n. 3, p. 30-55; F. Mazel, Noms propres, dévolution du nom et dévolution du pouvoir dans l’aristocratie provençale (milieu xe-fin xiie siècle), dans Provence historique, 53, 2003, p. 131-174 [disponible en ligne sur le site : http://centri.univr.it/RM/biblioteca/scaffale]; id., Les comtes, les grands... cit. n. 2.

5 De manière schématique la maison de Toulouse capte l’héritage du comte Roubaud II. Dans la seconde branche, issue de Guilhem II, la maison d’Urgell capte l’héritage de la sous- branche issue de Bertran I, tandis que la maison de Millau-Gévaudan, puis la maison de Barcelone captent l’héritage de la sous-branche issue de Jaufre I.

6 J.-P. Poly, La Provence... cit n. 3, p. 318-340.

7 Sur les comtes de Toulouse et leurs alliances aux xe-xie siècles : H. Débax, Stratégies matrimoniales des comtes de Toulouse (850-1270), dans Annales du Midi, 182, 1988, p. 131-151; ead., Les comtesses de Toulouse : notices biographiques, dans Annales du Midi, 182, 1988, p. 215-234; M. de Framond, La succession des comtes de Toulouse autour de l’an mil (940-1030) : reconsidérations, dans Annales du Midi, 204, 1993, p. 461-488; H. Débax et M. de Framond, Les comtes de Toulouse aux xe et xie siècles et leurs lieux d’inhumation, dans E. Crubezy et Ch. Dieulafait (dir.), Le comte de l’an mil, Bordeaux, Aquitania supplément 8, 1996, p. 11-49; H. Débax, La féodalité languedocienne, xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, 2003, p. 25-32.

8 C. Devic et J. Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse2, 1872-1892 [désormais abrégé HGL], t. V, c. 428, no 211. Sur ce texte voir : J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 272; H. Débax, La féodalité languedocienne... cit. n. 8, p. 30.

9 HGL, t. V, c. 738, no 389.

10 F. Diago, Historia de los condes de Barcelona, Barcelone, 1603, p. 137-138. Voir aussi G. de Manteyer, La Provence du premier au douzième siècle, Paris, 1908, p. 318-319. On pourrait aussi citer le «testament» de la comtesse Azalaïs, par laquelle celle-ci cède à sa petite-fille Tiburgis «tout le reste de son héritage, comtés, cités, châteaux, villae et autres» (J.-H. Albanès et U. Chevalier, Gallia christiana novissima [désormais abrégé GCNN], t. VI-Orange, Valence, 1916, no 64, daté 1103, à corriger en 1113 d’après le manuscrit).

11 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, 2001, en particulier p. 123-127; L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (viiie-xiie siècle), thèse dactyl., Université de Provence, 1996.

12 Forcalquier apparaît comme un important lieu de pouvoir, ecclésiastique et laïc, dès la première moitié du xie siècle (développement d’un sanctuaire épiscopal autour du culte des reliques d’un ancien évêque tardo-antique, Marius alias Mary; fondation d’un chapitre de seize chanoines associé au chapitre de Sisteron; implantation des moines de Saint-Victor sur le site de Saint-Promace, en contrebas de l’oppidum, à l’initiative des comtes). En 1066, l’évêque Géraud, imposé à la tête de l’évêché de Sisteron par le concile réformateur d’Avignon (1060), comme il ne parvient pas à s’installer dans sa cité, décide de demeurer à Forcalquier et d’attribuer au chapitre Saint-Mary, dont il fait l’équivalent du chapitre de Sisteron, la moitié de la mense cathédrale. Voir N. Didier, Les églises de Sisteron et de Forcalquier du xie siècle à la révolution : le problème de la «concathédralité», Paris, 1954. L’article de M. Varano, Institution épiscopale et autorité comtale dans le diocèse de Sisteron, dans Rives nord-méditerranéennes, 28, 2007, Réformer l’Église, réformer l’Etat : une quête de légitimité (xie-xive siècle), p. 21-34 [http://rives.revues.org/document1143.html], est malheureusement trop confus pour être vraiment utile.

13 F. Mazel, Cujus dominus, ejus episcopatus? Pouvoirs seigneuriaux et territoires diocésains (xe-xiiie siècle), dans F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (ve-xiiie siècle), Rennes, 2008, p. 213-252.

14 Voir les références citées n. 1 et 2. Le titre de marquis de Provence est plus rare : il apparaît en 979 et reste dévolu à l’aîné, avant d’être approprié, à la fin du xie siècle, par Raimon IV de Saint-Gilles.

15 Voir les références citées n. 1, 2 et 4.

16 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 306.

17 Ibid.

18 F. Diago, Historia de los condes...cit. n. 10, p. 137; G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 319.

19 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, no 1089.

20 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 319.

21 Il me semble impossible d’aller plus loin que cette simple orientation géographique préférentielle et d’accréditer l’hypothèse hasardeuse de G. de Manteyer d’un premier partage territorial vers 1102-1105 (La Provence... cit. n. 10, p. 318-320). Voir infra.

22 C. Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, no 8. Sur ce serment, G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 314-315; G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit. L’exemple de la Provence et du Dauphiné, xiie-début xive siècle, Rome, 1988, p. 34-35.

23 F. Mazel, Les comtes, les grands... cit. n. 2. Les chefs de ces familles portent souvent le titre de principes.

24 Id. Mazel, Du modèle comtal à la «châtelainisation». Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siècles, dans H. Débax (éd.), Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, 2008, p. 251-264.

25 Plaid entre les abbés de Saint-Victor et de Lérins : H. Moris et E. Blanc, Cartulaire de l’abbaye Saint-Honorat de Lérins, Paris, 1883, no 318. Son fils Bertran est aussi présent à Manosque en 1096 : A. Teulet, Layettes du Trésor des chartes, t. I, Paris, 1863, p. 33, no 29 (datation de J.-P. Poly, Catalogue des actes des comtes de Provence, annexe dactyl. de la thèse de doctorat, Université de Paris II, 1972, no 211).

26 Voir infra.

27 F. Mazel, Cartulaires cathédraux, réforme de l’Église et aristocratie : l’exemple des cartulaires d’Arles (v. 1093-1095) et d’Apt (v. 1122-1124), dans Les cartulaires méridionaux. Études et rencontres de l’École nationale des chartes 19, Paris, 2006, p. 61-90.

28 J. Verbeemen, L’ordre géographique suivi dans le traité de Meersen (870) et son importance pour la localisation de quelques abbayes, dans Archives et Bibliothèques de Belgique, 35e année-2, 1964, p. 155-185; M. Gaillard, La place des abbayes dans la politique territoriale des souverains francs et germaniques en Lotharingie de 869 à 925, dans Revue du nord, 351, 2003, p. 655-666. On peut aussi renvoyer à J. Nelson, Le partage de Verdun, dans De la Mer du Nord à la Méditerranée... cit. n. 1, p. 241-254.

29 Sur ces événements, voir en dernier lieu J.-P. Poly, La Provence..., cit. n. 3, p. 318 et suivantes.

30 F. Miquel Rosell, Liber feudorum major, Barcelone, 1945-1947, t. II, no 895.

31 J. Miret y Sans, La casa condal de Urgell en Provenza, dans Boletin de la Real Academia de Barcelona, 9, 1903, p. 36-38.

32 Pour les références documentaires, voir G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 320.

33 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 278; GCNN, t. VII-Avignon, Valence, 1920, c. 61, no 221.

34 G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 317-328.

35 GCNN Avignon, c. 61, no 221. La mention par certains témoins, dans une enquête réalisée entre 1168 et 1175, d’une investiture du «comté de Forcalquier» par la comtesse Azalais en faveur de son petit-fils Bertran, qui aurait eu lieu en 1122-1123, si elle est fiable, pourrait indiquer que la concession de 1129 avait été préparée dès ce moment, mais en faveur d’un seul petit-fils (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 281).

36 F. Miquel Rosell, Liber feudorum major... cit. n. 30, no 898.

37 Le fait qu’un des principaux épisodes militaires connus soit le siège d’Alfonse Jourdain dans Orange par les troupes cata­lanes mérite à ce sujet d’être relevé. En effet, la cité était alors entre les mains de Giraud Adhémar et l’on en a parfois conclu que celui-ci y avait accueilli Alfonse Jourdain. Il me semble plutôt qu’Alfonse Jourdain lui avait d’abord pris la cité avant d’y être à son tour assiégé par le comte de Barcelone. En effet, un acte de 1126 montre Alfonse Jourdain agir en faveur de l’Église d’Orange et dénoncer les méfaits commis par Giraud Adhémar (alors décédé), ce qui ne serait guère compréhensible s’il s’agissait d’un ancien allié (GCNN, t. VI-Orange, no 81). Giraud avait tenu la cité du chef de son épouse, Tiburgis, petite-fille de la vieille comtesse Azalaïs (la mère d’Azalaïs épouse d’Ermengol d’Urgell) : Tiburgis était donc la petite cousine du comte Guilhem Ier (voir généalogie infra). Peu après 1126, Tiburgis se remarie avec Guilhem d’Omelaz, de la maison de Montpellier, hostile aux Raimondins et fidèle des Catalans. Le «testament» de Tiburgis, daté de 1150, laisse voir son hostilité envers le comte de Toulouse, puisqu’elle déclare placer sa seigneurie d’Orange sous l’autorité directe du pape et demande à ses héritiers de prêter serment de ne jamais la placer sous la domination d’un comte. Or Orange est théoriquement située dans la part attribuée par le traité de 1125 au comte de Toulouse (sur tout ceci et pour les références documentaires, voir en dernier lieu : F. Mazel, L’héritage symbolique de Guillaume dans l’aristocratie méridionale des xe-xiiie siècles : tradition familiale ou fascination épique?, dans Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange, ixe-xiiie siècles, Toulouse, 2006, p. 163-180, ici p. 172-177). Tous ces éléments montrent clairement que les seigneurs d’Orange étaient hostiles à Alfonse Jourdain et apparentés aux comtes d’Avignon/Forcalquier. Il est donc très probable qu’Alfonse Jourdain dut en fait combattre deux adversaires : Ramon Berenguer et Guilhem Ier, et qu’il dut traiter avec les deux.

Image 10000000000001E00000006C6C74BCB3.png

38 L. Schneider, Cité, castrum et pays : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Age. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelonne (ve-xie s.)», dans P. Cressier (éd.), El castillo y la ciudad. Espacios y redes (ss. VI-XIII), Madrid-Rome, 2008, p. 29-69.

39 HGL, t. V, c. 584, no 298 (vers 1079-1090/1094). Voir J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 103-104, 215, 279; F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin xe-début xive siècle, Paris, 2002, p. 213-222.

40 Cette île a aujourd’hui disparu en raison du comblement d’un des anciens bras du Rhône. Le village est aujourd’hui situé sur la rive gauche du Rhône. La paroisse relevait dès 1102 du diocèse d’Uzès, raison qui explique que la commune appartienne aujourd’hui au département du Gard.

41 Sur cette famille, voir en dernier lieu Th. Stasser, La maison vicomtale de Narbonne aux xe et xie siècle, dans Annales du Midi, 1993, p. 489-507.

42 F. Mazel, La Provence entre deux horizons... cit. n. 1.

43 Voir supra n. 37.

44 J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 321; G. de Manteyer, La Provence... cit. n. 10, p. 353.

45 Ibid., p. 332; L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, xiie-xiiie siècles, Toulouse, 2000, p. 49.

46 Id., Les comtes de Toulouse... cit. n. 45, p. 53, 130, 198.

47 HGL, t. VIII, c. 432-434, no 89.

48 Lieu-dit de la commune de Lagnes, département de Vau-cluse. G. de Manteyer voyait en ce toponyme un fossile de l’ancienne limite orientale du «corridor austrasien» du vie siècle, principalement appuyé sur l’Auvergne, mais cette hypothèse n’est plus reçue (voir les réserves voilées de M. Fixot, dans P.-A. Février, La Provence des origines... cit. n. 3, p. 449).

49 Lieu-dit de la commune de Sousville, sur la Bonne, affluent du Drac, près de La Mure (Hautes-Alpes).

50 Cette moitié d’Avignon pose problème puisqu’en 1125 le comte de Toulouse et celui de Barcelone se sont déjà partagés la cité par moitié. Jusqu’en 1129, le comte Guilhem Ier est présent dans la cité, ce qui laisse entendre qu’il y exerçait bien une part du pouvoir comtal. Aucun de ses descendants n’y apparaît plus cependant et au début du xiiie siècle les consuls (dont les premiers apparaissent dans la documentation en 1131) considèrent qu’ils tiennent l’origine de leur pouvoir de l’abandon par Guilhem Ier de ses droits sur la cité juste avant sa mort. Rien ne permet de confirmer ce point. Peut-être, par ailleurs, un arrangement avait-il été conclu entre Alfonse Jourdain et Guilhem Ier laissant à ce dernier, à titre viager, la demi-part de la cité que le premier avait obtenu en 1125? Cela pourrait expliquer que les fils de Guilhem Ier, Bertran et Guigues, se soient d’emblée repliés sur Forcalquier. Quoi qu’il en soit, après 1129, plus aucun comte ne réside sur place et le pouvoir effectif est réparti entre l’évêque, une lignée vicomtale plutôt proche du Toulousain et le consulat. Les comtes catalan et toulousain continuent cependant de revendiquer une moitié d’Avignon en 1165 et en 1176. Le comte de Forcalquier fait curieusement de même en 1195 sans que l’on puisse apprécier s’il s’agit d’une simple revendication ou d’un pouvoir effectif (auquel cas les trois comtes se trouveraient encore en concurrence dans la cité à la fin du xiie siècle).

51 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 288 : ...ad Guillelmum comitem (...) hominum de Camposauro a Severasca fluvio citra (...) alios autem a Severasca usque ad Pontem altum non recepit [comes Guillelmus] (...) et sui erant, et tota terra de comitatu Forcalcherii, ab antiquissimis temporibus erat usque ad Pontem altum.

52 M. Fornier, Histoire générale des Alpes maritimes et... particulière d’Embrun, Paris, 1890-1892 (texte du xviie siècle), t. III, p. 205-207.

53 Voir la tradition manuscrite dans L. Macé, Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence, Toulouse, 2008, no 5.

54 On peut remarquer qu’aucune route ne sert ici de limite. Cela pouvait toutefois arriver. Ainsi, vers 1132, le traité par lequel Alfonse Jourdain et Guilhem VI de Montpellier se partagent le comté de Mauguio s’appuie sur le peregrinorum caminus : le côté de Maugio est attribué au comte de Toulouse, le côté de Montferrand au seigneur de Montpellier (et la monnaie de Melgueil est partagée) : HGL, t. V, c. 984-988, no 521.

55 Le col du Montgenèvre est contrôlé par les Guigues, comtes d’Albon, avec lesquels les Forcalquier font d’ailleurs promptement alliance : Guilhem Ier a en effet épousé Garsendis, fille de Guigue II comte d’Albon, et baptisé son second fils Guigue.

56 La protection que les comtes Guilhem II et Bertran accordent à l’abbaye de Silvacane en 1168 participe ainsi au marquage de la frontière face au marquisat toulousain. Acte publié dans G. de Tournadre, Histoire du comté de Forcalquier (xiie siècle), Paris, 1930, pj no 2, p. 215-216.

57 F. Mazel, Deux familles seigneuriales : les Agoult et les Baux, dans Le mont Ventoux. Encyclopédie d’une montagne provençale, Alpes de Lumière 155/156, Forcalquier, 2007, p. 201-205; id., La noblesse et l’Église... cit. n. 39, p. 335-336.

58 L. Schneider, Cité, castrum et pays... cit. n. 38.

59 J.-P. Poly, La Provence...cit. n. 3, p. 320-321.

60 N. Coulet, Naissance et épanouissement d’une capitale, dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, 1977, p. 61-109.

61 J.-P. Poly, La Provence... cit. n. 3, p. 279-280, 320

62 L. Macé, Les comtes de Toulouse... cit. n. 45, p. 49.

63 G. de Tournadre, Histoire du comté... cit. n. 56, p. 138-139.

64 F. Mazel, La noblesse et l’Église... cit. n. 39, p. 296-303.

65 L’unification des comtés de Provence et de Forcalquier se réalise d’ailleurs assez facilement au début du xiiie siècle et il n’y a pas de «patria» comtadine avant le xive siècle.

66 Au sein de son comté, le comte du xiie siècle reste seulement le plus puissant des seigneurs. Même si, à partir de l’extrême fin du siècle, il commence à tenter d’exercer un sur-pouvoir fiscal ou justicier dans l’ensemble de son comté, la construction effective d’un pouvoir de nature territoriale ne débute vraiment qu’avec Raimon Bérenger V et Raimon VII. Celle-ci s’appuie alors sur les centres urbains (restaurant du même coup la centralité de nombreux anciens chefs-lieux de cités). Voir L. Ripart, Les bayles de Provence : genèse d’une institution princière, dans O. Mattéoni et G. Castelnuovo (dir.), De part et d’autre des Alpes. Les châtelains à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006, p. 59-91.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les comtes en Provence, xe-xiie siècles
Légende Fig. 2 – Les partages de l’ancien comté de Provence (xiie siècle).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Mazel, « Pouvoir comtal et territoire. Réflexion sur les partages de l’ancien comté de Provence au xiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-2 | 2011, 467-486.

Référence électronique

Florian Mazel, « Pouvoir comtal et territoire. Réflexion sur les partages de l’ancien comté de Provence au xiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/634 ; DOI : 10.4000/mefrm.634

Haut de page

Auteur

Florian Mazel

Université de Rennes 2 Haute Bretagne – CERHIO UMR 6258, mazelf@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org