Navigation – Plan du site
Les pouvoirs territoriaux en Italie centrale et dans le sud de la France. Hiérarchies, institutions et langages (XIIe-XIVe siècle) : études comparées

Les territoires d’Alphonse de Poitiers : un modèle de principauté avortée ?

The territories of Alphonse de Poitiers: a model of the end of a principality?
François Ripart
p. 461-466

Résumés

Cette étude, commençant en introduction par une présentation d’Alphonse de Poitiers et de sa principauté, tente de répondre de manière succincte à une problématique axée sur la difficile maîtrise pour un prince capétien de territoires vastes et rétifs à se soumettre à une autorité centrale et aux moyens utilisés par Alphonse pour parvenir à cette maîtrise. Dans une première partie, nous étudierons les relations entre Alphonse et ses administrés, en distinguant ses relations avec la noblesse, haute et petite, ses relations avec l’Église et ses relations avec les villes. La seconde partie sera consacrée à l’étude des institutions d’Alphonse, notamment locales, en les comparant aux structures d’autres entités politiques géographiquement voisines. Enfin, nous tenterons de conclure sur le statut de ces territoires : embryon avorté d’une principauté, ou simple apanage de transition avant l’absorption par le domaine royal ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rutebeuf, Œuvres complètes, t. II, Paris, 1990, p. 391-399.
  • 2 J. Le Goff, Saint-Louis, Paris, 1996, p. 723.

1« Je di por voir, non pas devin, / Que Tolozain et Poitevin / N’avront jamais meilleur seigneur : / Aussi boen l’ont il et greigneur ». C’est par ces vers que se termine le poème de Rutebeuf « la complainte dou conte de Poitiers »1, consacré à Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis. Ce poème, véritable apologie du comte, nous le présente comme un idéal du chevalier loyal et pieux, très comparable à son frère saint Louis. Le Goff remarque l’analogie entre les deux personnages, en indiquant que « on croirait entendre parler de saint Louis, tant un modèle unique de frères s’est imposé »2.

2Alphonse, fils du roi de France Louis VIII et de son épouse Blanche de Castille, naquit le 11 novembre 1220. On connaît beaucoup d’enfants à Louis VIII et à Blanche de Castille, dont un grand nombre mourut en bas âge. Seuls quatre garçons et une fille atteignirent l’âge adulte : l’aîné des garçons était bien entendu le futur roi saint Louis, le second était Robert, qui deviendra comte d’Artois, le dernier était Charles, futur comte d’Anjou et de Provence, et futur roi de Sicile. Alphonse était donc le troisième parmi les princes survivants.

  • 3 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers, étude sur la réunion du midi et de l’ouest à la co (...)
  • 4 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 95.

3De la vie d’Alphonse, de son action personnelle, nous ne savons en effet pas grand-chose, car comme l’a justement écrit Edgar Boutaric, le premier biographe d’importance du comte3, « l’histoire d’Alphonse est celle de son administration »4, ce qui explique que tous les biographes du comte nous le décrivent bien comme un prince plus administrateur que guerrier ou diplomate, même s’il n’hésita pas à participer directement à certaines expéditions militaires et notamment à se croiser deux fois en compagnie de son frère. Il eut en outre un rôle politique prééminent dans le royaume, puisque, rentré plus tôt que le roi de la croisade égyptienne, il assura avec son frère Charles la régence du royaume pendant la captivité de Louis IX.

  • 5 J. Richard, Saint-Louis, roi d’une France féodale, soutien de la terre Sainte, Paris, 1983.

4Mais le destin d’Alphonse ne se limita pas à cette dimension nationale, puisqu’il fut, selon Jean Richard, « le plus grand des féodaux du royaume »5, et c’est dans ce rôle, celui de prince territorial, qu’il intéressera le sujet de cette étude.

  • 6 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 55

5Comme ses frères Robert et Charles, Alphonse fut d’abord généreusement apanagé, en vertu du testament de son père, confirmé par Louis IX : il reçut le Poitou, la Saintonge et l’Auvergne, territoires desquels il fut mis en possession en juin 1241, lorsqu’il fût armé chevalier par son frère, à Saumur, cet apanage originel s’élargissant progressivement de terres supplémentaires au gré des confiscations opérées au détriment des barons poitevins rebelles6.

6À cet apanage va venir s’ajouter quelques années plus tard les anciens domaines possédés par les comtes raymondins de Toulouse : en vertu du traité de Meaux-Paris, signé le 12 avril 1229 entre la régente Blanche de Castille et le comte de Toulouse Raymond VII, qui mettait fin à la croisade albigeoise, Raymond VII acceptait de marier sa fille unique, Jeanne, avec un frère du roi de France, et la dot du mariage serait l’héritage du comté de Toulouse. L’identité du futur mari de Jeanne n’était pas précisée dans le traité, mais dès 1230, le choix de la régente se porta sur Alphonse. Ainsi, plus de 20 ans après le traité de Meaux-Paris, le 27 septembre 1249, Alphonse devint comte de Toulouse à la mort de son beau-père Raymond VII, et ajouta donc à son apanage le Toulousain, la Rouergue, le Quercy, l’Agenais et le Venaissin.

  • 7 Le cadre de cette étude m’obligeant a n’aborder les différents domaines de l’administration alphons (...)

7Pour tenter de coller au mieux à l’esprit de cette journée d’étude sur les pouvoirs et les institutions dans cette époque charnière, nous tenterons de décrire la difficile maîtrise pour un prince capétien de territoires vastes et rétifs à se soumettre à une autorité centrale et les moyens utilisés par Alphonse pour assurer cette maîtrise. Pour ce faire, il m’a semblé opportun d’étudier d’une part les relations entre le prince et ses sujets, et d’autre part les structures de l’administration locale alphonsine7.

Le prince et ses sujets : de la soumission à la collaboration

  • 8 Étudié avec précision par P.-Fr. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poiti (...)

8Ce serait asséner une évidence que de souligner l’importance des relations entre un prince et ses sujets dans la bonne marche des institutions. Qu’on me pardonne cependant d’avancer que dans le cas d’Alphonse, ces relations sont peut-être encore plus primordiales dans ce cadre, du fait notamment d’une particularité originale : l’absence quasi-permanente du comte. En suivant l’itinéraire d’Alphonse8, en effet, on ne note que six brefs passages dans ses états entre 1241 et 1252, suivis de pratiquement 20 ans d’absence, puisqu’on ne retrouvera le comte en Poitou et à Toulouse qu’en 1270, sur le chemin d’Aigues-Mortes, où il part s’embarquer avec son frère pour la VIIIe croisade.

9Dans ces circonstances, il devenait indispensable pour le comte de s’assurer des relais locaux pour s’assurer, même à distance, un pouvoir effectif sur ses sujets. Tout ne fut pas cependant, loin s’en faut, aisé pour Alphonse dans ses relations avec ses sujets : son statut de prince capétien inspirait une certaine défiance aux populations, passablement refroidies à la fois par le souvenir encore frais des croisades albigeoises et par la réputation très centralisatrice du pouvoir capétien, par opposition notamment à des pouvoirs considérés comme moins pesants, tels le pouvoir anglais ou la tradition des comtes raymondins de Toulouse.

10Dès sa majorité, ainsi, Alphonse se retrouva confronté à une importante révolte venant à la fois d’une coalition de barons poitevins, menés par le comte de la Marche Hugues de Lusignan, mais aussi du comte de Toulouse Raymond VII, propre beau-père du comte, soutenus par le roi d’Angleterre Henri III. Une campagne promptement et vigoureusement menée par Louis IX parvint rapidement à ramener les mutins à l’obéissance, mais un tel début augurait de relations délicates entre le prince et ses administrés. Il fallut à Alphonse une grande habileté pour gérer cette situation, et il semble qu’il y soit parvenu au mieux, puisque, cette première révolte contenue, aucun autre mouvement de contestation important ne viendra troubler la bonne marche du comté. On verra Alphonse user à différentes reprises avec fermeté de son pouvoir de police pour remettre de l’ordre dans ses états, mais ce sera toujours pour arbitrer des querelles entre les nobles, et non plus pour se défendre face à des révoltes. Le meilleur symbole de cette réconciliation entre Alphonse et sa noblesse sera Hugues de Lusignan : à la tête de la révolte baronniale de 1241, il se ralliera ensuite au comte, et mourra même en l’accompagnant lors de la croisade égyptienne.

  • 9 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 126.

11La petite noblesse, quant à elle, constituera un autre appui de choix pour Alphonse, puisqu’elle sera utilisée par le comte comme un véritable vivier dans lequel puiser des relais efficaces et fidèles dans ses états : même si, comme son frère roi de France à la même époque, il répugne à confier des provinces à des agents originaires du pays, préférant employer souvent des petits nobles français, il n’hésitera pas à confier de grandes responsabilités à des nobles méridionaux, le meilleur exemple en étant celui des frères Alaman, Doat et surtout Sicard, qui fut véritablement l’homme de confiance du comte dans le Toulousain durant tout le règne. Sicard Alaman avait été avant 1249 un serviteur de Raymond VII, ce qui montre la tendance nette d’Alphonse à garder à son profit les anciens cadres de l’administration raymondine : il confia également d’importantes responsabilités à l’ancien chancelier de Raymond VII, Pons Astoaud9.

12Les établissements ecclésiastiques constituaient également des relais de choix pour le comte : il s’attira une réputation de protecteur de ces établissements, en donnant à certains d’entre eux une place particulière, comme Saint-Hilaire de Poitiers, dont les trésoriers successifs furent employés par Alphonse pour superviser les affaires ecclésiastiques de sa principauté. Dans le Midi, on notera l’intérêt porté au comte pour les ordres mendiants, qui font l’objet d’importantes aumônes et en faveur desquels Alphonse intervient à plusieurs reprises.

  • 10 Ibid., p. 505.

13Quant aux villes, autres relais traditionnels des pouvoirs politiques du siècle, elles firent l’objet d’une politique prudente : Alphonse confirma les chartes communales préexistantes et accorda quelques privilèges à des villages du Midi, mais, fidèle à la politique centralisatrice capétienne, évita soigneusement d’octroyer de nouvelles chartes empiétant sur ses prérogatives10.

14On voit donc bien qu’Alphonse employa une politique pragmatique et conciliante avec ses sujets, en s’appuyant sur les pouvoirs déjà en place tout en veillant jalousement à ne pas partager ses prérogatives. Encore fallait-il pour cela posséder une administration locale efficace et structurée.

Le Prince et son administration locale : un souci constant de contrôle et d’efficacité

15Alphonse ne manquera pas de se comporter en comte de Poitiers et de Toulouse, mais restera parallèlement un prince profondément capétien : il n’est donc guère étonnant de le voir à la tête d’une administration aux structures mêlant traditions locales et influences françaises.

16Le gouvernement central est profondément resserré, et totalement dévoué à la cause du prince, qui veille à le maintenir sous contrôle, suivant par exemple l’habitude ancrée chez les Capétiens depuis plusieurs générations de se passer des grands officiers titrés qui peuplaient les cours des premiers successeurs d’Hugues Capet : s’il garda à son service le chancelier de Raymond VII, il lui ôta son titre.

  • 11 E. Bournazel, Le gouvernement capétien au xiie siècle 1108-1180. Structures et mutations institutio (...)

17Le comte mit également en place un Parlement, composé de chevaliers et de clercs entretenus par le comte, pour l’aider dans ses fonctions judiciaires. Là encore, l’inspiration capétienne est patente, non seulement pour l’institution elle-même, très comparable à son équivalent français, mais également en ce qui concerne sa composition : on pourrait parler de clercs et de chevaliers comtaux, pour les rapprocher des clercs et chevaliers royaux étudiés notamment par Eric Bournazel11. On est en effet en présence d’un petit groupe de proches collaborateurs du comte, à qui ils doivent leur carrière et auquel ils sont donc profondément dévoués. C’est également principalement de ce petit groupe que seront issus la plupart des administrateurs locaux du prince. Même avec ces fidèles, Alphonse reste cependant jaloux de son autorité, et son Parlement, qui se réunissait deux fois par an, ne fût doté que d’un pouvoir purement consultatif : les décisions de cet organe n’étaient pas en elles-mêmes revêtues de la force exécutoire et devaient donc être confirmées par le prince pour avoir une quelconque autorité.

18La partie la plus importante, et celle qui nous est le mieux connue, de l’administration d’Alphonse, reste cependant son administration locale. C’est elle, du reste, qui pourra le mieux nous éclairer sur les moyens utilisés par le prince pour asseoir sa domination sur ses territoires.

19Cette administration, comme la plupart des administrations princières du xiiie siècle, est marquée par une très forte hiérarchie pyramidale, à la tête de laquelle se trouve bien entendu Alphonse lui-même : le statut de ses agents principaux, et notamment de ses sénéchaux, montre bien une étroite dépendance envers le comte, qui les nomme et les révoque à son gré. Même pour les agents moins importants, la norme demeure que tous les administrateurs locaux sont nommés par le comte ou par des agents nommés par le comte. Le contrôle reste donc constant. Il conviendra de distinguer, pour étudier plus précisément ces structures locales, entre les agents princiers traditionnels, aux pouvoirs très généraux, et l’instauration progressive d’une nouvelle catégorie d’agents aux fonctions plus spécialisées.

  • 12 P.-F. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. L-LII.

20Dans la première catégorie, on trouvera au sommet de la hiérarchie la classe des sénéchaux, au rôle central indispensable. Ces agents sont parfois nommés « baillis » dans le Midi (comme dans le royaume de France), ou « connétables » en Auvergne, ce qui peut entraîner des confusions, mais le terme de sénéchaux reste le plus employé pour les désigner. Ce ne sont certes point des inventions d’Alphonse, puisque l’on trouve des sénéchaux en Poitou depuis le passage des Plantagenêt (au moins depuis 1168), dans le Toulousain depuis le milieu du xiie siècle, et dans l’ensemble du royaume de France depuis Philippe Auguste, mais ils correspondent parfaitement aux préoccupations administratives du comte : ils sont nommés et révoqués par lui, et responsables uniquement devant lui, à qui ils rendent leurs comptes. Il est à noter que le Poitou d’avant Alphonse avait connu des sénéchaux à titre héréditaire, en l’occurrence Aymeri VII de Thouars et ses descendants, mais Alphonse s’empressa de refuser la prolongation de cette coutume de sénéchaux fieffés12. Premiers relais du comte dans ses provinces, les sénéchaux sont donc ses représentants les plus éminents pour la plupart de la population de la principauté, qui n’a point l’occasion de voir un prince presque tout le temps absent.

21Les sénéchaux furent donc, on l’a dit, hérités de la double tradition franco-angevine, et firent partie à ce titre des nombreuses institutions antérieures maintenues en l’état par Alphonse, qui ne se contenta d’ailleurs pas de reprendre les institutions, mais récupéra aussi les hommes, puisque le sénéchal de Poitou de Louis IX, Hardouin de Maillé, fut ensuite employé par Alphonse jusqu’en 1243 (pour le Toulousain, on a déjà cité le cas des frères Alaman, ancien administrateurs de Raymond VII, qui devinrent sénéchaux d’Alphonse). Il conserva aussi dans leurs grandes lignes les circonscriptions administratives antérieures, se contentant d’effectuer au besoin quelques remaniements et regroupements.

  • 13 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 145.
  • 14 Le cas du connétable d’Auvergne Nivard est particulièrement intéressant, v. Fournier et Guébin, op. (...)

22Leur statut était marqué par la préoccupation majeure du comte d’assurer leur totale indépendance vis-à-vis de la province dans laquelle ils étaient en fonction : on voit beaucoup de sénéchaux étrangers à la province concernée (voire même parfois à la principauté alphonsine dans son ensemble, Alphonse n’hésitant pas à « emprunter » des agents à l’administration de ses frères Louis IX et Charles d’Anjou), et le comte veille à ce qu’ils ne restent pas trop longtemps en fonction dans la province, dans laquelle ils n’ont du reste pas le droit de prendre femme13. Ces précautions ne suffirent pas toujours à assurer une parfaite probité et efficacité des sénéchaux, et plusieurs accusations plus ou moins franches de corruption entachèrent l’administration de plusieurs d’entre eux14, mais elles parvenaient à tout le moins à les laisser dans l’entière dépendance du prince, auquel il prêtait serment au moment de leur entrée en fonction, et qui leur versait des gages importants en guise de traitements, variables suivant la province dans laquelle ils officiaient.

  • 15 Voir la très importante Correspondance administrative, éditée par Auguste Molinier en 1894.

23Quant à leurs compétences, elles étaient extrêmement générales, touchant assez largement tous les domaines des pouvoirs régaliens du prince, ainsi qu’on le remarque en étudiant la vaste correspondance administrative entre Alphonse et eux15. Ces compétences peuvent être rapprochées de celles incombant à la même époque aux baillis du royaume capétiens, à peu de chose près leurs équivalents.

  • 16 P.-Fr. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., pièce 5, p. 6 (...)

24On les voit intervenir ainsi notamment dans le domaine judiciaire, en première instance et en appel. Une ordonnance de 125116 précisera la façon de rendre la justice, en insistant sur des exigences d’impartialité et de légalité, tendant quelque part à ce que l’on appellerait de nos jours un embryon de « procès équitable ». Des exigences comparables furent demandées là encore par Louis IX à ses baillis dans une ordonnance de 1254.

25Ils étaient également chargés de l’application de la législation comtale dans leur ressort territorial et de la surveillance des agents inférieurs du comte, notamment les bayles et les prévôts, ce qui s’explique aisément par le fait que les sénéchaux étaient responsables de l’affermage des baylies et prévôtés de leur ressort territorial.

26Enfin, on reconnaît aux sénéchaux, au niveau administratif et financier, des pouvoirs assez généraux mais une marge d’autonomie restreinte, sauf en cas d’urgence (auquel cas ils peuvent prendre eux-mêmes des décisions importantes, comme convoquer des chevauchées). Ce manque d’autonomie est une constante dans toutes les décisions d’un tant soit peu d’importance : l’étude des mandements d’Alphonse à ses subordonnés montre souvent que ces derniers ne bénéficient d’un réel pouvoir d’appréciation que lorsque le comte leur en donne l’autorisation, le plus souvent pour des affaires d’importance secondaire.

  • 17 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise en Gascogne sous Henry III et Edouard I de 1254 à 13 (...)

27Toujours est-il que ces sénéchaux vont constituer un véritable groupe social tout dévoué au service du prince, à qui ils doivent carrière et honneurs, ce qui permet de les rapprocher des sénéchaux de la Gascogne anglaise étudiés par Jean-Paul Trabut-Cussac17.

28Au dessous de ces sénéchaux, le maillage de base de la principauté territoriale est assuré par un grand nombre de bayles et de prévôtés, la sémantique variant là encore entre le Midi, pays de baylies et le Poitou-Saintonge, qui connaît les prévôtés, sans qu’il semble y avoir de significatives différences entre les deux termes, sinon que les prévôtés étaient généralement plus vastes. Il est cependant délicat de définir des limites territoriales précises à ces circonscriptions, le pouvoir des bayles et des prévôts étant essentiellement concentré sur leur ville de résidence.

  • 18 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 256.

29Surveillés dans le Midi par des viguiers hérités des comtes raymondins de Toulouse, ils étaient généralement fermiers de leur charge, versant une somme forfaitaire au comte pour l’obtenir. Pour éviter les dérives, Alphonse avait demandé à ses sénéchaux, responsables de l’affermissement, de n’accepter que « des fermiers de bonne vie et solvables » sans lien de parenté avec eux18. Par exception, quelques prévôts poitevins semblent tenir leur charge en fief, mais le cas reste exceptionnel.

  • 19 Ibid., p. 155.

30Comme les sénéchaux, bayles et prévôts possédaient des compétences assez larges dans le cadre de leur circonscription, comme le montre la formule d’Edgar Boutaric : « Tous les pouvoirs étaient réunis entre leurs mains, mais dans des limites assez étroites »19. Ils sont plus particulièrement chargés de la gestion domaniale et de la perception des taxes, partagées selon des règles bien définies entre le prince et eux. Ils possédaient également des compétences en matière de police et de justice de premier degré pour les affaires les moins importantes, étant probablement comme les baillis anglais en charge des causes civiles et de la basse justice criminelle.

31Dans le Midi, cependant, ce pouvoir de justice leur est concurrencé par une nouvelle institution spécialisée qui s’implante progressivement, celle des juges, que l’on ne rencontre que dans la partie méridionale de la principauté. Ces jurisconsultes spécialisés, que l’on connaît dans le Toulousain dès le début du xiiie siècle, furent intégrés au système administratif d’Alphonse, qui divisa chacune de ses provinces méridionales en jugeries (ou judicatures), chacune dirigée par un juge. On connaît également des juges dans les sénéchaussées royales du Midi, à Beaucaire ou à Carcassonne, à partir du milieu du siècle, et ils survivront à la principauté alphonsine. Leur importante, quoi qu’il en soit, est bien comprise par le comte, qui se réserve le droit de les nommer lui-même, même si ils restaient avant tout dans leur fonction des agents et représentant du sénéchal exerçant en son nom le pouvoir de juridiction.

  • 20 Ibid., p. 165.
  • 21 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise... cit., p. 216.

32Une autre institution spécialisée, celle des châtelains, se développe également progressivement au cours de l’administration alphonsine. Les châtellenies comtales, cependant, étaient peu nombreuses dans le Midi, cette institution n’existant pas vraiment au sens administratif sous les comtes raymondins, alors qu’on en retrouve en Gascogne anglaise. Les châtelains sont souvent des membres de la petite aristocratie locale, rompus à la vie militaire, mais ils peuvent aussi faire partie des administrateurs « professionnels » au service d’Alphonse, comme par exemple Simon de Coutes, successivement sénéchal de Poitou et châtelain de La-Roche-sur-Yon20, ou leur être apparentés. Nommés par lettres patentes du comte et révocables à volonté par lui, ils touchaient un traitement annuel fixe. Il est à noter sur ce point une différence d’avec les châtelains de la Gascogne anglaise, certains de ces derniers étant adjudicataires de leur charge, comme les bayles et prévôts alphonsins21.

33Leur compétence est logiquement essentiellement militaire, mais la pacification progressive de la principauté entraîne une mutation de la fonction, incluant véritablement les châtelains dans le système administratif du comté, mais cette mue fut lente, et ne prit véritablement tout son effet qu’après la mort d’Alphonse.

34Tout cet ensemble administratif restait sous le contrôle étroit du prince, qui utilisait notamment pour s’assurer de son bon fonctionnement la technique des enquêtes administratives. Sans insister sur cet aspect majeur de l’administration alphonsine qui ne rentre pas à proprement parler dans notre problématique et qui a déjà été largement étudié par Pierre-François Fournier et Pascal Guébin, nous nous contenterons de rappeler que des missions d’enquêtes, composées à la fois de clercs et de laïques, parcourent la principauté à partir de 1247, inspectant l’administration, recueillant les plaintes des administrés, et n’hésitant pas à réparer les éventuelles exactions commises par les agents du comte. Ces enquêtes peuvent aller jusqu’à aboutir à la révocation de certains agents convaincus de corruption ou de malhonnêteté, tel Nivard, le connétable d’Auvergne, en 1251.

  • 22 Ainsi C. Delpoux, Les comtes de Toulouse et le catharisme, dans Cahiers d’études cathares, numéro s (...)

35Alphonse meurt en 1271 en Italie, au retour de la croisade, et son épouse, Jeanne, ne lui survivra que quelques jours. C’est son neveu, le récent roi de France Philippe le Hardi, qui recueillit l’ensemble de la principauté, malgré les protestations de Charles d’Anjou, dernier frère d’Alphonse vivant, car Alphonse n’eut jamais d’enfant, certaines mauvaises langues ayant d’ailleurs suggéré que c’est bien à cause de la faiblesse physique d’Alphonse que sa mère Blanche de Castille l’avait choisi pour épouser Jeanne de Toulouse, pour assurer la transmission du comté de Toulouse à la Couronne22.

36Restant ainsi dans l’Histoire du Midi comme un prince de transition, dont le règne prépara la région au passage sous la domination capétienne (et il est à noter que ce passage sous domination capétienne se déroula sans le moindre heurt, ce qui est un des signes les plus clairs de la bonne marche du système administratif alphonsin, ou à tout le moins de son acceptation par les populations de la principauté), Alphonse de Poitiers aurait-il eu les moyens, s’il avait eu descendance, de fonder une grande principauté indépendante et pérenne, comme le sera quelques décennies plus tard l’état bourguignon ? Histoire n’est point science-fiction, et nul ne le saura jamais. Toujours est-il que ce qui nous reste principalement de ce prince tellement absent et tellement présent à la fois est son administration, une administration efficace, contrôlée et rigoureuse, marquée par le double souci de respecter les traditions locales et d’instaurer les principes administratifs capétiens

Haut de page

Notes

1 Rutebeuf, Œuvres complètes, t. II, Paris, 1990, p. 391-399.

2 J. Le Goff, Saint-Louis, Paris, 1996, p. 723.

3 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers, étude sur la réunion du midi et de l’ouest à la couronne, et sur les origines de la centralisation administrative, d’après des documents inédits, Paris, 1870.

4 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 95.

5 J. Richard, Saint-Louis, roi d’une France féodale, soutien de la terre Sainte, Paris, 1983.

6 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 55

7 Le cadre de cette étude m’obligeant a n’aborder les différents domaines de l’administration alphonsine que de manière très succinte, qu’il me soit permis de renvoyer une fois pour toutes le lecteur désirant approfondir un point plus précis de l’administration alphonsine a mon mémoire sur la question : François Ripart, L’administration des domaines d’Alphonse de Poitiers, Mémoire de DEA dactylographié, 121 p., Paris, 2005.

8 Étudié avec précision par P.-Fr. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers, arrêts de son Parlement tenu a Toulouse et textes annexes (1249-1271), 1959, p. XVIII-XXI.

9 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 126.

10 Ibid., p. 505.

11 E. Bournazel, Le gouvernement capétien au xiie siècle 1108-1180. Structures et mutations institutionnelles, Limoges, 2000.

12 P.-F. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. L-LII.

13 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 145.

14 Le cas du connétable d’Auvergne Nivard est particulièrement intéressant, v. Fournier et Guébin, op. cit., pièce 4, p. 41-58.

15 Voir la très importante Correspondance administrative, éditée par Auguste Molinier en 1894.

16 P.-Fr. Fournier et P. Guébin, Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., pièce 5, p. 61.

17 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise en Gascogne sous Henry III et Edouard I de 1254 à 1307, Genève, 1972.

18 E. Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers... cit., p. 256.

19 Ibid., p. 155.

20 Ibid., p. 165.

21 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise... cit., p. 216.

22 Ainsi C. Delpoux, Les comtes de Toulouse et le catharisme, dans Cahiers d’études cathares, numéro spécial hors série, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripart, « Les territoires d’Alphonse de Poitiers : un modèle de principauté avortée ? », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-2 | 2011, 461-466.

Référence électronique

François Ripart, « Les territoires d’Alphonse de Poitiers : un modèle de principauté avortée ? », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/633 ; DOI : 10.4000/mefrm.633

Haut de page

Auteur

François Ripart

Université Paris 2 Panthéon-Assas, francois-ripart@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org