Navigation – Plan du site
Les pouvoirs territoriaux en Italie centrale et dans le sud de la France. Hiérarchies, institutions et langages (XIIe-XIVe siècle) : études comparées

Communautés « infra-juridiques » : pouvoirs et imbrication des territoires en pays d’habitat dispersé (sud-ouest du Massif Central) à la fin du Moyen Âge (xiii-xive siècle)

‘Sub-legal’ communities: powers and overlapping territories in dispersed settlements (south-west of the Massif Central) at the end of the Middle Ages (13th to 14th centuries)
Florent Hautefeuille
p. 345-359

Résumés

Dans le sud-ouest du Massif Central, l’approche croisée des sources écrites et archéologiques a permis d’identifier un nombre significatif d’entités communautaires qui ne rentrent pas dans les canons de la communauté d’habitants classique. Il s’agit des communautés « infra-juridiques » caractéristiques de zones d’habitat dispersé (mas). Si certaines ont pu prendre naissance dès le xiie siècle, beaucoup ne sont repérables qu’à partir du début du xive siècle. Nombre d’entre elles n’ont laissé aucune trace dans le paysage administratif moderne. Ces agrégats d’individus et de familles ont des origines et des raisons d’être que l’on peut regrouper en trois ensembles principaux qui se recoupent partiellement : les motifs économiques : gestion collective d’outils ou d’espaces (fours, moulins, communaux) ; les motifs militaires : le phénomène des forts villageois a été une des traduction les plus visibles de ces communautés ; les motifs fiscaux : la présence de taillables associés à certaines de ces entités a été le ciment qui a permis la stabilisation de rares entités jusqu’à l’époque Moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 E. Zadora-Rio, Le village des historiens et le village des archéologues, dans Campagnes médiévales, (...)
  • 2 E. Peytremann, Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, AFAM (...)
  • 3 Voir en particulier ses travaux sur le village de Serris résumé dans F. Gentili, L’organisation spa (...)
  • 4 Voir par exemple O. Passarius, Vilarnau, un village du Moyen Âge en Roussillon, Perpignan, 2008 ; C (...)

1L’émergence de communautés paysannes structurées est généralement associée à celle du village ou d’un centre paroissial. Ce processus, au cœur de débats parfois vifs entre historiens et archéologues1, est souvent difficile à percevoir faute de sources adaptées, avant les xi-xiie siècles, du moins dans le sud de la France. Les débats engendrés par le colloque de Vincennes consacré au bilan de l’archéologie médiévale en France depuis 30 ans montraient que cette fracture était encore vivante au sein de la communauté scientifique. Il me semble important de préciser qu’elle se double également d’une fracture géographique. La documentation archéologique démontre qu’il existe bien un décalage sensible entre la vision de la société pouvant ressortir des travaux tels que ceux d’Edith Peytremann2 ou de François Gentili3 et celle qui se dessine dans le sud de la France, à partir de quelques études récentes4. Dans l’aire géographique sur laquelle je focaliserai mon propos, la documentation évoquant ces communautés demeure exceptionnelle jusqu’au xiiie siècle. Mon objectif n’est donc pas de réfléchir aux conditions d’apparition de ces communautés, et encore moins de trancher le débat de leurs conditions d’apparition en milieu rural pour le haut Moyen Âge. Au contraire, mon propos se focalisera sur la seconde moitié du Moyen Âge, période où les sources abondent, et où l’on connaît assez bien les conditions de mise en place des communautés, dans des cadres juridiques clairs, qu’il s’agisse de parrochia ou d’universitas. Je m’appuierai essentiellement sur des exemples du sud-ouest du Massif Central, depuis le Limousin jusqu’au Rouergue. Toutes ces régions sont caractérisées par l’omniprésence des mas qui constituent dans bien des lieux la base fondamentale du peuplement, y compris quand des formes d’habitats groupés s’y sont développées.

  • 5 F. Hautefeuille, La bastide : une juridiction avant le village. L’exemple du bas-Quercy, dans Les s (...)
  • 6 Ibid., p. 144.

2Dans le sud-ouest de la France, le thème des communautés d’habitants a souvent été associé à celui des créations de villages neufs, que ce soit des bastides, des sauvetés ou des castelnaux. J’ai montré dans un précédent article, combien il pouvait être important de distinguer plus clairement la naissance du village et celle de la communauté5. Cette communication a pour finalité de décliner un autre aspect de l’histoire des communautés paysannes, sans doute plus marginal dans l’historiographie, et pourtant très présent, tant dans les sources archéologiques qu’écrites. Au hasard des dépouillements d’archives et des lectures, j’ai en effet vu apparaître des mentions de juridictions qui ne correspondaient pas aux canons classiques. Il s’agit généralement de territoires de faible étendue, sans la présence systématique d’un centre polarisant particulier (église ou château), mais où il existe des indices de la présence d’une communauté d’intérêts entre la totalité ou une partie des habitants. On pourrait qualifier ces entités d’« infra-juridiques » puisque dans la plupart des cas, elles ne découlent pas d’une structuration juridique claire. Ces communautés informelles existent à l’intérieur même des paroisses, des mandements et des différents cadres juridictionnels qu’elles peuvent parfois transcender. Elles sont perçues essentiellement par des voies détournées, telles que l’existence de biens communautaires, l’attraction d’un castrum secondaire, ou à l’occasion de l’officialisation de certaines de ces entités. Ces unités sociales et spatiales peuvent se cristalliser aussi bien autour de véritables villages sans juridiction, villa ou castrum, mais aussi autour de simples mas où l’on perçoit très tôt des éléments d’organisation communautaire. Si la plupart de ces entités spatiales n’ont pas eu de suite, quelques-unes ont réussi à se structurer et le bas Quercy offre même des exemples de juridictions de mas qui se transforment en bastide au début du xive siècle6.

3J’essaierai de déterminer les différentes formes qu’ont prises ces entités spatiales et de les caractériser. La chronologie d’apparition n’est guère facile à appréhender. En revanche, il semble que la cristallisation du phénomène s’opère à la fin du xiiie et surtout dans la première moitié du xive siècle. Lorsque cette cristallisation a pu s’affirmer, certaines de ces entités ont traversé le Moyen Âge et parfois l’époque Moderne. En revanche, on doit constater que nombre d’entre elles ont totalement disparu du paysage social dès le xve siècle.

  • 7 Je pense en particulier aux innombrables chartes de coutumes.

4L’existence de nombreux textes concernant la mise en place des communautés villageoises7 a masqué d’assez nombreuses formes d’organisations sociales qui ont pu avoir une traduction spatiale. En travaillant sur le sud-ouest du Massif central, j’ai pu constater qu’il existait de nombreux indices permettant d’identifier des regroupements d’hommes ayant des liens communautaires forts.

Communautés autour des forts

  • 8 J. M. Pesez et al., Sur le Lévezou, l’établissement médiéval de Saint Jean le Froid, dans Archéolog (...)

5Pour illustrer mon propos, je commencerai par prendre un exemple concret très connu dans l’historiographie du village en France. Il s’agit du site de Saint Jean le Froid dont la fouille par une équipe franco-polonaise dirigée par Jean Marie Pesez est considérée comme un des actes fondateurs de l’archéologie médiévale française8. Ce site rouergat est perçu depuis sa fouille comme appartenant à la vaste catégorie des villages désertés depuis Wharram Percy jusqu’à Rougiers. Il convient de rappeler que la fouille a permis de mettre en évidence un ensemble de bâtiments appartenant à deux ou trois unités d’habitation, le tout étant associé à une église et son cimetière d’une part et à une ceinture de fortification d’autre part (fig. 1). L’église est clairement identifiée. Il s’agit d’un prieuré de l’abbaye de Moissac qui apparaît au milieu du xie siècle. Cette fouille remarquablement bien menée et publiée nous permet de disposer d’un exemple d’agglomération villageoise. Son qualificatif mériterait cependant d’être rediscuté au regard des avancées de l’historiographie récente.

  • 9 Ibid., p. 59.
  • 10 Voir sur ce point l’ouvrage sur le village en Limousin : J. Tricard (dir.), Le village des Limousin (...)
  • 11 Villages désertés et histoire économique, Paris, 1965

6Premièrement Saint Jean le Froid n’est pas un village au sens classique. Il ne fait guère de doute qu’il faut le classer dans la catégorie des mas. La qualification de village qui apparaît à l’époque Moderne, par exemple dans le compoix de 16079, est trompeuse car elle désigne en fait de simples mas10. Le groupe de maisons qui forment cette minuscule agglomération est mentionné pour la première fois dans la documentation écrite à la fin du xiiie siècle. Il s’agit alors d’un affar, terme désignant soit un petit mas soit une dépendance de mas dans la documentation rouergate de la fin du Moyen Age. Sa population oscille entre 2 et 4 feux, jamais plus. Sa seule particularité est d’être un mas situé à proximité immédiate d’une église. C’est cette proximité qui a entraîné l’interprétation de ce site comme un « village déserté » selon les termes de la grande enquête en cours dans les années 1960-70 sur cette thématique11.

Fig. 1 – Saint Jean le Froid (12), plan général du site. D’après Pesez (J.M.) et alii, Sur le Lévezou, l’établissement médiéval de Saint Jean le Froid, dans Archéologie du village déserté, Cahier des Annales, t. 27, 1970, p. 55-93, planche XI.

7Cette classification est d’autant plus étonnante que ce pôle de peuplement n’a jamais eu de statut juridique autonome. D’un point de vue juridictionnel, il dépend de la communauté de Salles-Curan, bourg situé à 5 km au nord du site. L’habitat est rattaché à la paroisse de Saint Jean mais au même titre que les autres mas du secteur. Il n’existe donc pas de correspondance directe entre ce mas, l’espace de la communauté civile et celui de la paroisse.

8Par ailleurs, la fouille a démontré l’existence d’une enceinte fossoyée, certes relativement sommaire et limitée à une aire de 50 × 70 m, mais correspondant bien à une ligne de défense organisée. Elle prend appui sur l’église et s’ouvre sur l’extérieur grâce à deux portes. Même si la description de la publication est peu explicite sur le sujet, il semble que cette enceinte soit constituée essentiellement d’une levée de terre et d’un fossé repéré à l’ouest. Les auteurs de la publication proposent de la dater de la fin du xiiie ou, plus vraisemblablement du xive siècle.

  • 12 G. Fournier, Forts et autres fortifications villageoises, dans Revue d’Auvergne, 554/555, 2000, pag (...)
  • 13 D. Baudreu et F. Loppe, Types de forts villageois dans le bassin moyen de l’Aude durant la guerre d (...)
  • 14 Un PCR sur cette thématique a été lancé en 2008 sous la direction de Dominique Baudreu pour la régi (...)

9Nous avons donc à Saint Jean le Froid l’exemple assez remarquable d’un mas constitué d’un nombre très limité d’unités familiales, mas rattaché à une communauté d’habitants plus large et à une paroisse dont les territoires ne recoupent pas celui de son finage. Or autour de ce mas a été édifiée une fortification. Même si cette dernière est relativement sommaire, on a du mal à imaginer que son aménagement résulte de la volonté des seuls habitants de ce mas et avec pour objectif leur propre protection. En réalité, il existe de fortes présomptions pour que Saint Jean ne soit pas un village déserté au sens classique du terme. Il me semble plus pertinent de rapprocher cette structure de ce que l’historiographie récente a l’habitude de désigner sous l’appellation de fort villageois, mais que les textes médiévaux appellent plus fréquemment fortalicium ou reduch. Ces derniers commencent à être mieux connus depuis les travaux de Gabriel Fournier12. Ces fortifications villageoises s’avèrent être polymorphes13. Elles correspondent plus fréquemment à des restructurations d’habitats déjà existants14. Elles ont pour objectif la protection des populations rurales. Des « loges » de petites dimensions sont aménagées par les paysans et utilisées comme refuge, et plus ponctuellement comme habitat permanent. Ces structures se sont développées à partir des années 1350 et sont restées actives parfois jusqu’au xviie siècle et aux derniers soubresauts des guerres de religion.

  • 15 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse (...)
  • 16 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Tou (...)
  • 17 Commune de Flaugnac, Lot.
  • 18 Cité d’après un registre de notaire de Castelnau dans J. Lartigaut, Le castrum de Flaugnac, Bulleti (...)
  • 19 Achat par Jean de Fenelo des hortos, hortalia, aquas, hospitia, domum, casalia, curtes, curtilia, f (...)
  • 20 A.D. 82, 5 E 6017, fol. 8 vo (1484) : Déguerpissement par ses habitants du mas de Sadol, paroisse d (...)
  • 21 Dans un recent mémoire de master, Anaïs Comet a identifié une vingtaine de sites comparables dans l (...)

10Le cas de Saint Jean le Froid doit être rapproché de forts qu’avait jadis repérés dans sa thèse Jean Lartigaut15 et que j’ai moi-même étudiés lors de mes propres recherches16. Il s’agit de forts liés à de l’habitat dispersé (mas) qui apparaissent associés à une maison forte, à une église, et plus rarement, totalement isolés. J’ai pu en identifier une demi-douzaine en bas-Quercy, dont cinq dans la seule juridiction de Castelnau-Montratier dans le Lot. Mais aucun d’eux n’a donné lieu à une étude archéologique, et les vestiges en élévation de ces structures sont à peu près nuls. C’est par exemple le cas du repayre de Saint-Privat17 au sud de Cahors. Le fort s’inscrivait vraisemblablement dans la basse-cour d’une petite maison forte et s’appuyait également sur une église paroissiale (fig. 2). Pour ce site, nous disposons d’un maigre dossier documentaire qui prouve l’existence du fort au moins en 1398. À cette date, un paysan reconnaît tenir une maison infra muros Sancti Privati, cft cum muro ville Sancti Privati18. En 1460, ce fort est revendu par le propriétaire de la maison forte avec toutes les dépendances de cette dernière19. Même si la parcelle du fort demeure une propriété seigneuriale, son usage est bien destiné à la population paysanne des environs. Sur la commune voisine de Castelnau-Montratier, à la même époque, les habitants d’un mas déguerpissent pour s’installer dans un hostal situé dins lo reduch de la Genebreda20. Malgré la rareté de la documentation, on pourrait multiplier les exemples21.

Fig. 2 – Le fort de Saint Privat (commune de Flaugnac, Lot).

  • 22 Il s’agit des forts de Lamoleyrette et de Montaigut. F. Haute-feuille, Structures de l’habitat rura (...)

11Nous sommes donc en présence de fortifications destinées à accueillir des familles de paysans de façon temporaire ou plus pérenne, et ce, sans aucun cadre juridictionnel clair. Nous ne connaissons malheureusement pas les conditions précises de la construction de ces enceintes. Lorsqu’elles sont édifiées dans des villages et au sein de communautés en place, la charge de la construction et de l’entretien se répartit généralement entre la communauté et le seigneur. Mais dans le cas de ces forts de mas, il n’existe pas de communauté. Le cadre paroissial pourrait être envisagé. Mais il existe au moins un exemple où nous trouvons deux forts dans une seule paroisse (Lamoleyrette, commune de Flaugnac22). Par ailleurs, ce cadre n’est jamais évoqué pour cerner l’aire de recrutement de ces forts.

12Il faut donc bien envisager l’existence ici de communautés informelles et fragiles basées sans doute sur des solidarités de circonstances entre quelques propriétaires de mas et un petit seigneur. Aucun texte ne nous permet de cartographier un périmètre d’attraction de ces structures. Leur étroitesse semble adaptée à un très petit nombre de familles, mais l’existence même de ces forts ruraux induit l’existence de ces communautés que j’ai qualifiées dans mon introduction d’« infra-juridiques ». Même sommaire, la construction, l’entretien et la gestion de ces espaces nécessitent un minimum d’organisation entre les familles qui contrôlent les loges. Nous verrons plus loin que, parfois, cette indispensable organisation a débouché sur la naissance de véritables communautés pérennes.

  • 23 Commune de Flaugnac, canton de Castelnau-Montratier (46).
  • 24 Commune de Castelnau-Montratier (46).

13Si ce phénomène est particulièrement palpable à travers les forts villageois ruraux que je viens d’évoquer, on doit constater qu’il existe avant le xive siècle, autour d’autres minuscules agglomérations d’origines diverses qui sont dotées d’une enceinte alors même qu’elles n’ont aucune autonomie juridique. C’est par exemple le cas du castrum déjà évoqué de Lamoleyrette23, en Quercy, et de nombreux villages d’origine paroissiale comme Boisse, ou Saint-Aureil24 qui sont dotés d’une enceinte villageoise dès le xiiie siècle sans aucune organisation sociale propre.

  • 25 F. Hautefeuille, De l’espace juridique à l’espace réel : l’exemple de la juridiction de Castelnau-M (...)

14Si la présence d’une fortification collective constitue un indice très fort de l’existence d’une communauté informelle, il est possible d’identifier d’autres indices allant dans le même sens. J’ai ainsi pu montrer pour des castra de seconde ou de troisième catégorie, qu’il existait de véritables aires d’influence dont les contours ne correspondaient nullement avec ceux des paroisses25. Ceci conforte l’idée selon laquelle le cadre paroissial n’intervient pas dans la définition de ces communautés informelles. Dans le cas de la zone laboratoire que j’ausculte depuis une dizaine d’années (sud du département du Lot), il s’avère que ces aires d’influences castrales sont perceptibles à travers essentiellement deux phénomènes (fig. 3).

  • Le rôle de grenier seigneurial que jouent ces petites agglomérations. L’essentiel des rentes seigneuriales des environs sont portables au castrum.

  • Le phénomène bien connu de résidence bipartite. Des tenanciers détiennent une exploitation en rase campagne et une maison dans le castrum. Les tenanciers peuvent avoir des exploitations nettement dissociées sur le terrain, mais ils sont voisins dans le castrum où ils doivent porter les mêmes redevances en nature.

15La cartographie de ces phénomènes permet de mesurer assez précisément ces espaces dont l’origine est ici essentiellement seigneuriale.

Communautés autour du mas

  • 26 Je pense par exemple à la thèse récente de Juliette Dumazy : Le feu et le lieu. La baronnie de Sévé (...)
  • 27 S. Campech et al., Le castrum de Mouret (12), à paraître.
  • 28 AD Aveyron, 2E 172-3.

16En changeant d’échelle et en grossissant encore la loupe avec laquelle on voudrait observer ces sociétés, on continue à trouver des indices de gestions communautaires de biens. Le mas, désigné selon les régions et les époques par les termes de mas, mayne, mazage ou villatge constitue sur le pièmont sud-ouest du massif central la principale forme de polarisation de l’habitat. Grâce à l’archéologie et à quelques travaux récents, nous disposons désormais d’études significatives sur le sujet26. Si certains de ces pôles de peuplement se résument à une exploitation agricole, d’autres regroupent jusqu’à une dizaine de familles. On peut même évoquer le cas extrême du mas de Foissac (alias Grandmas) dans la juridiction de Mouret en Aveyron27. Il compte 37 feux au milieu du xve siècle (fig. 4) soit plus du double que le chef-lieu de juridiction. Ce mas ne dispose d’aucune autonomie juridique au Moyen Âge. Il dépend de la seigneurie et de la juridiction de Mouret. D’après le compoix de 145128, il est rattaché à une paroisse dont l’église est à plus de 1,5 km. Les seuls éléments qui font transparaître une organisation collective propre au mas sont l’existence d’un grand communal, semble-t-il géré uniquement par les résidents du mas, et un mode de calcul de l’impôt communautaire qui prend en compte la spécificité de ce pôle de peuplement. Il est fait allusion dans le compoix à un taillable particulier, centré sur Foissac, mais englobant d’autres mas secondaires.

Fig. 3 – L’espace des castra vers 1300 dans le nord de la châtellenie de Castelnau-Montratier.

Fig. 4 – Le mas comte 37 feux en 1451.

  • 29 P. Conte, Des documents archéologiques pour l’histoire du village médiéval en Limousin, dans Le vil (...)
  • 30 Id., Villages désertés médiévaux et post-médiévaux, Bilan scientifique régional du Limousin, 1993, (...)

17L’archéologie apporte là aussi des éléments permettant d’identifier assez clairement une organisation de ces structures de peuplement autour de la gestion collective. En Limousin, les travaux de Patrice Comte sur l’habitat dispersé apportent des éclairages intéressants. Sur le site du Bois des Brigands en Corrèze29, l’organisation physique des différentes unités d’habitation et d’exploitation. Il est évidemment impossible de connaître le statut précis de cet espace. Pourtant c’est justement là que se trouve l’unique four domestique observé sur le site, four qu’il me semble opportun de qualifier de commun. Cette organisation a pu être observée exactement dans les mêmes termes sur d’autres sites comme celui du Grancher30. L’intérêt de ces données archéologiques est qu’elles ont tendance à vieillir un phénomène que l’on observe plutôt dans la documentation des deux derniers siècles du Moyen Âge. Au Grancher ou au Bois des Brigands, la présence du four collectif est attestée dès le xiie siècle, peut-être même avant au Grancher. Ces données sont largement confirmées par les textes de la fin du Moyen Âge.

  • 31 A. Tayac, La communauté de Villelongue : approche spatiale et sociale d’une population à la charniè (...)
  • 32 AD Aveyron, 3E 8173, cité dans A. Tayac, La communauté de Villelongue : peuplement et organisation (...)

18En Rouergue une étude récente31, réalisée sur le secteur de Villelongue (fig. 5) à partir des registres notariaux, met en évidence les nombreuses mentions de fours dans les manses. Ils sont associés au coderc commun. Il ne s’agit généralement pas du four d’un des habitants du mas, mais du four du manse lui même. Ainsi pour le mas de Cabanesio en 1372, il est question du furno seu clibanus dicti mansi de Cabanesio32. Une reconstitution schématique du mas à cette date montre que sa situation n’est guère éloignée de celle de l’époque contemporaine, si ce n’est qu’il a perdu des habitants, On retrouve à peu de choses près le schéma décrit par les travaux de Patrice Conte en Limousin.

19En effet, en observant les plans de ces mas, on voit apparaître systématiquement l’importance du four ; lorsqu’il est visible, il apparaît directement à proximité ou au cœur des maisons d’habitations.

  • 33 Moulin situé sur la commune de Flaugnac (46).
  • 34 AD 46, 48 J 5 p.88.
  • 35 J. Tricard, Les campagnes limousines du xive au xve siècle : originalité et limites d’une reconstru (...)

20Le moulin pourrait jouer à peu près le même rôle. Aussi bien en Quercy qu’en Limousin, la forte présence des moulins paysans induit la mise en place d’une gestion collective de ces biens. Dans le cas du moulin Ramondenc33, dans la petite vallée de la Barguelonne en bas-Quercy, à la fin du xiiie siècle, la possession des murs est collective, mais le droit de mouture est réparti entre six familles de questaux à raison de 2 mois par an et par famille34. On retrouve ce type d’organisation en Limousin avec des contrats de comparsonnerie destinés à la gestion collective de moulin35. Ce système réduit d’ailleurs considérablement la portée des classiques fours et moulins banaux...

  • 36 Voir http://graphcomp.univ-tlse2.fr/. Le projet est dirigé par Bertrand Jouve de l’IMT (UMR 5219) e (...)
  • 37 Je renvoie à la thèse de Romain Boulet pour le détail des aspects mathématiques (R. Boulet, Compara (...)

21Enfin, au-delà de ces communautés d’intérêts qui peuvent être fragiles et temporaires, j’ai tenté d’appréhender des phénomènes de sociabilité et de réseaux communautaires encore plus tenus à partir d’une approche originale, en collaboration avec des mathématiciens. Ce projet, dénommé Graphcomp a reçu le soutien de l’ANR36. La collaboration avec des laboratoires de mathématiques et d’informatique a permis de lancer une vaste enquête sur la sociabilité paysanne en bas-Quercy. Nous travaillons sur un corpus de 2 500 actes notariés des trois derniers siècles du Moyen Âge dans lesquels nous avons recensé un peu plus de 6 000 individus. L’objectif est de modéliser les liens sociaux unissant ces milliers d’individus qui ont vécu sur un territoire restreint (l’équivalent d’une commune actuelle). Pour cela, nous utilisons la méthode des graphes, ce qui nous permet de faire émerger des ensembles d’individus ayant des relations plus fortes au sein de la communauté37. Les premiers résultats font apparaître plusieurs particularités :

  • Il existe des réseaux sociaux forts qui transgressent les cadres administratifs ou familiaux classiques. Ces ensembles de quelques dizaines d’individus (le « club huppé » selon le langage des mathématiciens) sont caractérisés par un très fort degré et l’existence d’une quasi clique. Ces réseaux ne se surimposent pas aux ensembles communautaires connus que peuvent être les paroisses ou les juridictions civiles. On n’y trouve aucune logique topographique (gros mas ou petit castrum), aucune logique familiale apparente, aucune logique seigneuriale non plus. Ces données semblent démontrer qu’il est possible de mettre en évidence des communautés d’individus en dehors même de tout ce que je viens d’évoquer à présent. Le rôle du four, du moulin, est sans doute ici relayé par d’autres logiques, peut-être économiques. L’objectif du programme est évidemment d’essayer de mieux comprendre ces processus.

  • La structure de ces réseaux communautaires informels se maintient durant les trois siècles étudiés. Les perturbations liées à la guerre de cent ans ne paraissent pas avoir d’impact majeur sur ces modes de fonctionnement.

  • Quelques individus semblent jouer un rôle particulier dans les relations entre ces différents noyaux sociaux. Il a ainsi été possible d’identifier une famille de forgerons (famille « Faure ») qui, à la fin du xiiie siècle, semble fortement reliée à plusieurs de ces micro-communautés dans la paroisse de Flaugnac.

Fig. 5 – Le mas de la CABANESIE commune de Cabanès en Rouergue. –

Vers la communauté juridique

22Si l’ensemble de ces données démontre qu’il existe des formes variées de communautés infra-juridiques, le basculement de ces dernières vers des structures plus formalisées permet d’en avoir a posteriori une meilleure visibilité. En effet, si nombre de ces communautés n’ont pas eu de prolongements, quelques-unes ont laissé des traces plus pérennes dans la documentation écrite. Je décrirai ici deux cas de figures assez fréquents. Le premier est l’empreinte territoriale, le second est la transformation en véritables communautés d’habitants, et donc la « juridification » de ces entités.

  • 38 L. To Figueras, Le mas catalan du xiie siècle : genèse et évolution d’une structure d’encadrement e (...)
  • 39 AD Aveyron, 2E 172-3.

23Le problème du territoire des micro-communautés est particulièrement pertinent quand on évoque les mas. En effet, et cela n’est pas propre à cette région38, certains mas se distinguent de la masse par l’organisation de leur finage. En fonction des régions, mais parfois au sein d’une même paroisse, coexistent deux types de mas : les mas dotés d’une tenure bloc, et les mas dont le finage est éclaté en de multiples parcelles disjointes. La tenure bloc semble la plus simple à comprendre et à se représenter : un ensemble de terres d’un seul tenant avec, au centre, une ou plusieurs exploitations agricoles. L’existence de ces tenures blocs est attestée un peu partout avec l’apparition très fréquente dans les textes d’un terme désignant cet espace : il s’agit des appartenances (appartenencia) de mas. Le territoire de certaines communautés rouergates ou quercynoises est donc constitué d’une alternance d’appartenances de mas, tenures blocs dépassant fréquemment les 20 hectares et de parcelles isolées. Elles sont parfois relayées par des affar ou des appendaries, regroupements fiscaux de parcelles parfois sans bâtiments d’habitations directement associés. (fig. 6). Les appartenances, sortes de minuscules juridictions, ont des contours précis. Telle parcelle est donnée comme appartenant à tel mas alors que sa voisine paraît autonome. Dans le cas de la juridiction du castrum de Mouret en Aveyron, environ 1/3 du territoire est constitué d’une juxtaposition quasi continue de mas disposant d’un territoire précis. Dans le reste de la communauté, ce système paraît s’être disloqué avant le milieu du xve siècle. Dans le compoix de 145139, il est pourtant ponctuellement fait allusion à des parcelles rattachées à d’anciennes appartenances de mas. C’est ici le basculement vers de la monoculture de la vigne et la prise de contrôle d’une partie des terroirs viticoles par la bourgeoisie ruthénoise qui a entraîné l’effacement des espaces de mas.

  • 40 F. Hautefeuille, La restructuration d’un terroir autour d’un village disparu (xiii-xviie siècle) : (...)
  • 41 C’est par exemple le cas sur le mas de Combeleau, paroisse et commune actuelle de Flaugnac (Lot).

24Dans le cas des castra ou des villae sans juridiction propre, l’espace rattaché correspond plus à une aire d’influence. Il est impossible d’en préciser les contours. On ne peut y rattacher que les pôles d’habitation mais pas les parcelles. (fig. 3). En outre certains mas apparaissent clairement comme étant dans des réseaux sociaux doubles. Le projet Graphcomp a démontré que certains mas pouvaient se trouver dans l’aire d’influence de deux castra secondaires comme Flaugnac et La Graulière, sur la commune actuelle de Flaugnac40. Dans ce cas de figure, on dispose de l’exemple de mas aux contours précis qui se trouvent placés dans la dépendance de deux castra dont l’aire d’influence est elle – imprécise41. Dans cet exemple, la disparition du castrum de La Graulière vers 1370 a d’ailleurs entraîné celle de son aire d’influence, supprimant de ce fait l’interpénétration des deux espaces, l’espace du mas et l’espace du castrum.

Fig. 6 – Les mas de juridiction de Mouret (82) d’après le compoix de 1451.

  • 42 Commune de Léojac et Bellegarde, canton de Montauban (82).
  • 43 A.D. 82, Fonds de Bruniquel, A III BB 2 no 4.
  • 44 A.D. 82, G 305.
  • 45 F. Hautefeuille, La bastide : une juridiction avant le village. L’exemple du bas-Quercy, dans Les s (...)
  • 46 Ed. Forestié, Les livres de comptes des frères Bonis marchands montalbanais du xive siècle, Paris, (...)
  • 47 Sur ce dossier, voir L. d’Alauzier, Une bastide perdue, Labastide Normande, dans Bulletin de la Soc (...)

25La plupart de ces territoires ne correspondant pas aux juridictions officielles sont restés en l’état (parfois jusqu’au xixe siècle). Pour tenter de percevoir la réalité de ces entités fragiles et évanescentes, il est nécessaire de s’arrêter sur les quelques cas de transformation documentés. Prenons le cas du gros mas de Labastidelle42 situé à une dizaine de kilomètres de Montauban (Tarn-et- Garonne) (fig. 7). Le lieu apparaît dans la documentation en 133943. Il est alors nommé « Normandia Dio la Cresca ». Il s’agit en fait d’un simple gros mas autour d’un communal qui est très bien décrit par un plan de fief du xviiie siècle44. Pourtant, dès cette date, le lieu est désigné par le qualificatif de bastide. Il ne s’agit ici nullement d’une ville neuve, mais seulement d’une juridiction nouvelle généralement mise en place à la fin du xiiie ou au tout début du xive siècle45. La mention de la bastide est associée à celle de consuls qui apparaissent dès 1355 au hasard d’un registre de comptabilité de marchands montalbanais46. Deux consuls empruntent, au nom du cossolat de Normandia, un mouton d’or. L’existence de cette minuscule juridiction se maintint jusqu’à la Révolution, bien qu’il soit difficile d’en mesurer les modalités de fonctionnement tardif47.

  • 48 Commune du canton de Villebrumier (82).
  • 49 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Tou (...)
  • 50 Commune de Belfort en Quercy, canton de Lalbenque (46).
  • 51 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut Tou (...)

26On compte d’assez nombreux exemples similaires à l’est de Montauban à la fin du xiiie et au début du xive siècle. C’est ce qui explique le très grand nombre de bastides qui sont mentionnées dans ce secteur à la fin du xiiie siècle. Si Labastide Normande (alias Labastidelle), avec 80 hectares de territoire, est un cas extrême, d’autres bastides du même secteur ne sont pas beaucoup plus vastes. Celle de Bonrepaux sur la commune de Saint-Nauphary48 s’étend sur une surface inférieure à 300 hectares. Mais elle s’appuie probablement sur un dimaire préexistant et une maison forte qui apparaît au xive siècle49. À Gours, à une cinquantaine de kilomètres plus au nord50, la juridiction prend naissance à la même période. Elle englobe 7 ou 8 pôles d’habitat autour du principal, le mas de Gours, et s’étend sur moins de 200 hectares. Elle sera fondue dans la commune de Belfort-en-Quercy à la Révolution51.

Fig. 7 – La bastide Normande commune de Léojac-Bellegarde (82).

  • 52 Commune du canton de Monclar de Quercy (82).
  • 53 B.N., NAF 3412, fol. 329, copie xixe siècle. Charte de fondation du fort de Puygaillard, 1372.

27Les conditions d’apparition de ces entités sont assez variées. À Puygaillard52, toujours dans le même secteur, la constitution d’une communauté juridique officielle s’est faite à l’occasion de l’aménagement d’une église et d’un fort villageois, en 1372. L’accord entre l’universitas des habitants des lieux (en fait des tenants mas) et le vicomte de Bruniquel, seigneur majeur, prévoit que les quatre jurats qui représentent l’ensemble des habitants seront désormais désignés par le terme de consul53. Une juridiction territoriale précise est détachée de celle de Bruniquel. Elle deviendra plus tard une commune alors que la plupart des autres juridictions de mas n’ont pas laissé de trace dans le paysage administratif contemporain. La charte de fondation de Puygaillard démontre que des habitants de plusieurs mas étaient capables de se réunir en universitas représentés par des syndics quand il fallait négocier avec le seigneur ou avec d’autres groupes de paysans, par exemple pour le problème de l’accès au commun. Dans ce cas, la formation d’un territoire à l’origine de la juridiction repose probablement sur la définition récente d’un taillable autonome, comparable à celui que j’ai évoqué plus haut au sujet d’un mas de Foissac à Mouret (12). Le processus de stabilisation et d’officialisation de cette entité semble donc se faire initialement à partir des solidarités face à l’impôt. Mais c’est la nécessité de la mise en défense face aux dangers du temps qui entraîne la transformation définitive en une véritable juridiction pérenne.

28Malgré la médiocrité des sources documentaires conservées, il est possible d’identifier assez clairement un nombre significatif d’entités communautaires qui ne rentrent pas dans les canons de la communauté d’habitants classique. Plusieurs enseignements peuvent être retenus de ce modeste dossier.

29Le cadre classique de la juridiction, celui pour lequel nous disposons de centaines de chartes pour le sud-ouest de la France, n’est qu’un des aspects des regroupements communautaires. À côté existent de multiples formes d’associations pérennes ou temporaires, à l’échelle du mas où de groupes de mas. Au-delà des différences locales qui peuvent exister d’une région à une autre mais aussi au sein d’une même région, il me semble intéressant de souligner que ces agrégats d’individus et de familles ont des origines et des raisons d’être communes :

  • Les motifs économiques : ils tournent tous autour de la gestion collective d’outils ou d’espaces. Les outils identifiés ici par l’archéologie ou les textes sont les fours, les moulins, mais également les communaux, même lorsqu’ils sont de faible ampleur. À cela il faudrait certainement ajouter l’accès à l’eau pour lequel nous disposons également de quelques indices.

  • Les motifs militaires : le problème des fortifications collectives paraît avoir joué un rôle primordial à partir de 1350. Là aussi la documentation ne permet pas de savoir comment se fait la gestion au quotidien de ces enceintes. Quel est le rôle respectif des paysans tenant-mas et des petits seigneurs dans la construction, la gestion, la garde de ces fortifications ?

  • Les motifs fiscaux : la présence de taillables associés à certaines de ces entités démontre que le motif fiscal constitue un ciment important, sans, malheureusement, qu’il soit possible de savoir la part de l’initiative paysanne dans ces créations. On trouve également ce motif fiscal dans l’aire d’influence des petits castra, mais aussi de certains gros mas qui peuvent également être des centres de perception de la rente à l’échelle de tout petits finages.

  • 54 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse (...)

30C’est d’ailleurs l’aspect fiscal qui a sans doute entraîné l’officialisation d’un grand nombre d’associations informelles, que ce soit à travers les contrats de comparsonnerie, si fréquent en Limousin, ou, au xve siècle, avec les innombrables accensements collectifs quercynois54. Ces derniers ont généré de véritables communautés dans les communautés dont les traces se sont parfois faites sentir jusqu’à la Révolution.

Haut de page

Notes

1 E. Zadora-Rio, Le village des historiens et le village des archéologues, dans Campagnes médiévales, l’homme et son espace : étude offerte à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 145-156.

2 E. Peytremann, Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, AFAM, 2003.

3 Voir en particulier ses travaux sur le village de Serris résumé dans F. Gentili, L’organisation spatiale des habitats ruraux du haut Moyen Âge : L’apport des grandes fouilles preventives, deux exemples franciliens : Serris « les Ruelles » (Seine-et-Marne) et Villiers-le-Sec (Val-d’Oise), dans Dossier d’archéologie, 314, 2006, p. 36-39.

4 Voir par exemple O. Passarius, Vilarnau, un village du Moyen Âge en Roussillon, Perpignan, 2008 ; C. Raynaud, Archéologie d’un village languedocien. Lunel Viel (Hérault) du ier au xviiie siècle, 2007 (Monographie d’archéologie méditerranéenne, 22) ; E. Cassan, Le bourg castral de Najac au Moyen Âge, formation et évolution d’un paysage urbain en Rouergue occidental, Société des Amis de Villefranche et du Bas Rouergue, 2006 ; M. G. Colin, I. Darnas, N. Pousthomis et L. Schneider, La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif Central (xie-xviie siècles), Supplément no 1d’Archéologie du Midi Médiéval, 1996.

5 F. Hautefeuille, La bastide : une juridiction avant le village. L’exemple du bas-Quercy, dans Les sociétés méridionales à l’Âge féodal, Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse-le Mirail, 1999, p. 141-148.

6 Ibid., p. 144.

7 Je pense en particulier aux innombrables chartes de coutumes.

8 J. M. Pesez et al., Sur le Lévezou, l’établissement médiéval de Saint Jean le Froid, dans Archéologie du village déserté, dans Cahier des annales, 27, 1970, p. 55-93.

9 Ibid., p. 59.

10 Voir sur ce point l’ouvrage sur le village en Limousin : J. Tricard (dir.), Le village des Limousins. Études sur l’habitat et la société rurale du Moyen Âge à nos jours, Limoges, 2003.

11 Villages désertés et histoire économique, Paris, 1965

12 G. Fournier, Forts et autres fortifications villageoises, dans Revue d’Auvergne, 554/555, 2000, pages 151-159. Voir également du même auteur Notes historiques sur Antheat, Chalus les Bussières, La Sauvetat (Puy de Dôme), Les forts villageois d’Auvergne, 2007.

13 D. Baudreu et F. Loppe, Types de forts villageois dans le bassin moyen de l’Aude durant la guerre de Cent Ans, dans Archéologie du Midi médiéval, 22, 2004, p. 103-140.

14 Un PCR sur cette thématique a été lancé en 2008 sous la direction de Dominique Baudreu pour la région Midi-Pyrénées.

15 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978. Voir également J. Lartigaut, Les lieux fortifiés du Quercy occidental au xve siècle, dans Annales du Midi, 79, 1967, p. 5-18.

16 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du viie au xive siècle, thèse de doctorat, Université Toulouse II le Mirail, 1998, t. 2, p. 381-391.

17 Commune de Flaugnac, Lot.

18 Cité d’après un registre de notaire de Castelnau dans J. Lartigaut, Le castrum de Flaugnac, Bulletin de la Société des Études du Lot, t. CV, 1984, p. 192, note 127.

19 Achat par Jean de Fenelo des hortos, hortalia, aquas, hospitia, domum, casalia, curtes, curtilia, fortalicia et repaire Sti Privati (B. M. Cahors, Fonds Greil, 258 / 2.).

20 A.D. 82, 5 E 6017, fol. 8 vo (1484) : Déguerpissement par ses habitants du mas de Sadol, paroisse de Thézels pour un hostal dins lo reduch et lo fons de una torrela situat tot dins lo reduch de la Genebrada, confront... una estable et an la muralha del dict loc.

21 Dans un recent mémoire de master, Anaïs Comet a identifié une vingtaine de sites comparables dans l’ouest du département du Lot (A. Comet, Les fortifications villageoises de l’Ouest du Lot à la fin du Moyen Age, mémoire de maîtrise, sous la direction de J. L. Abbé, Université de Toulouse II le Mirail, 2008.)

22 Il s’agit des forts de Lamoleyrette et de Montaigut. F. Haute-feuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du viie au xive siècle, thèse de doctorat, Université Toulouse II le Mirail, 1998, t. 9, p. 1538-1543.

23 Commune de Flaugnac, canton de Castelnau-Montratier (46).

24 Commune de Castelnau-Montratier (46).

25 F. Hautefeuille, De l’espace juridique à l’espace réel : l’exemple de la juridiction de Castelnau-Montratier au Moyen âge aux xiiie et xive siècles, dans Habitats et territoire du sud, Actes du 126e Congrès du CTHS, Paris, 2004, p. 179-200.

26 Je pense par exemple à la thèse récente de Juliette Dumazy : Le feu et le lieu. La baronnie de Sévérac-le-Château à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat sous la direction de M. Bourin, université de Paris I, 2008.

27 S. Campech et al., Le castrum de Mouret (12), à paraître.

28 AD Aveyron, 2E 172-3.

29 P. Conte, Des documents archéologiques pour l’histoire du village médiéval en Limousin, dans Le village des Limousins... cit.,p. 25-44.

30 Id., Villages désertés médiévaux et post-médiévaux, Bilan scientifique régional du Limousin, 1993, p. 28-29.

31 A. Tayac, La communauté de Villelongue : approche spatiale et sociale d’une population à la charnière des xive et xve siècles, mémoire de Master 2 sous la direction de Jean-Loup Abbé et Florent Hautefeuille, Université de Toulouse II le Mirail, 2007.

32 AD Aveyron, 3E 8173, cité dans A. Tayac, La communauté de Villelongue : peuplement et organisation sociale durant le Moyen Âge et l’époque Moderne, Mémoire de Master I sous la direction de Florent Hautefeuille, Université de Toulouse II le Mirail, 2006, p. 64.

33 Moulin situé sur la commune de Flaugnac (46).

34 AD 46, 48 J 5 p.88.

35 J. Tricard, Les campagnes limousines du xive au xve siècle : originalité et limites d’une reconstruction rurale, Clamecy, 1996, p. 110.

36 Voir http://graphcomp.univ-tlse2.fr/. Le projet est dirigé par Bertrand Jouve de l’IMT (UMR 5219) et regroupe des mathématiciens, des informaticiens de l’IRIT (UMR 5505, Toulouse) et du LINA de Nantes (LINA CNRS UMR 6241), et des historiens toulousains de TRACES (UMR 5806) et de FRAMESPA (UMR 5136).

37 Je renvoie à la thèse de Romain Boulet pour le détail des aspects mathématiques (R. Boulet, Comparaison de graphes, applications à l’étude d’un réseau de sociabilité paysan au Moyen Age, thèse de doctorat en mathématique sous la direction de B. Jouve, Université de Toulouse II le Mirail, 2008).

38 L. To Figueras, Le mas catalan du xiie siècle : genèse et évolution d’une structure d’encadrement et d’asservissement de la paysannerie, dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 36, 1993, p. 151-177.

39 AD Aveyron, 2E 172-3.

40 F. Hautefeuille, La restructuration d’un terroir autour d’un village disparu (xiii-xviie siècle) : La Graulière (Lot), à paraître dans les actes de la table ronde « Pratiques de l’espace. Archéologie et histoire des territoires médiévaux » tenue à Caen le 29 février et le 1er mars 2008.

41 C’est par exemple le cas sur le mas de Combeleau, paroisse et commune actuelle de Flaugnac (Lot).

42 Commune de Léojac et Bellegarde, canton de Montauban (82).

43 A.D. 82, Fonds de Bruniquel, A III BB 2 no 4.

44 A.D. 82, G 305.

45 F. Hautefeuille, La bastide : une juridiction avant le village. L’exemple du bas-Quercy, dans Les sociétés méridionales à l'Âge féodal : Espagne, Italie et sud de la France, xe-xiiie s. : Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, 1999, p. 141-148.

46 Ed. Forestié, Les livres de comptes des frères Bonis marchands montalbanais du xive siècle, Paris, 1890-1893, vol. 2, p. 381.

47 Sur ce dossier, voir L. d’Alauzier, Une bastide perdue, Labastide Normande, dans Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, LXXXI, 1954-55, p. 46-48.

48 Commune du canton de Villebrumier (82).

49 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du viie au xive siècle, thèse de doctorat nouveau régime, Université Toulouse II le Mirail, 1998, t. 7, p. 1278.

50 Commune de Belfort en Quercy, canton de Lalbenque (46).

51 F. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut Toulousain du viie au xive siècle, thèse de doctorat nouveau régime, Université Toulouse II le Mirail, 1998, t. 2, p. 439.

52 Commune du canton de Monclar de Quercy (82).

53 B.N., NAF 3412, fol. 329, copie xixe siècle. Charte de fondation du fort de Puygaillard, 1372.

54 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978, p. 108 et sq.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Saint Jean le Froid (12), plan général du site. D’après Pesez (J.M.) et alii, Sur le Lévezou, l’établissement médiéval de Saint Jean le Froid, dans Archéologie du village déserté, Cahier des Annales, t. 27, 1970, p. 55-93, planche XI.
Légende Fig. 2 – Le fort de Saint Privat (commune de Flaugnac, Lot).
Légende Fig. 3 – L’espace des castra vers 1300 dans le nord de la châtellenie de Castelnau-Montratier.
Légende Fig. 4 – Le mas comte 37 feux en 1451.
Légende Fig. 5 – Le mas de la CABANESIE commune de Cabanès en Rouergue. –
Légende Fig. 6 – Les mas de juridiction de Mouret (82) d’après le compoix de 1451.
Légende Fig. 7 – La bastide Normande commune de Léojac-Bellegarde (82).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Hautefeuille, « Communautés « infra-juridiques » : pouvoirs et imbrication des territoires en pays d’habitat dispersé (sud-ouest du Massif Central) à la fin du Moyen Âge (xiii-xive siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 123-2 | 2011, 345-359.

Référence électronique

Florent Hautefeuille, « Communautés « infra-juridiques » : pouvoirs et imbrication des territoires en pays d’habitat dispersé (sud-ouest du Massif Central) à la fin du Moyen Âge (xiii-xive siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mefrm.revues.org/626 ; DOI : 10.4000/mefrm.626

Haut de page

Auteur

Florent Hautefeuille

UMR 5608 TRACES – Terrae, Université de Toulouse, florent.hautefeuille@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org