Navigation – Plan du site
Chroniques

Activités archéologiques de l’École française de Rome

Chronique. Année 2010
Etleva Nallbani, L. Buchet, E. Bitri, B. Bregu, M. Buchet, U. Colalelli, M. Julien, D. Margjoni, E. Metalla, S. Vattéoni et S. Weffers
p. 471-484

Texte intégral

Komani [dalmace] (Albanie)

  • 1 Cette deuxième campagne déroulée sur cinq semaines, comportait une équipe composée de dix spéciali (...)

1Pour la deuxième année consécutive, une campagne d’étude archéologique a porté sur le site de Komani (district de Shkodra) entre le 11 août et le 17 septembre 20101. Rappelons que les recherches étaient focalisées, pendant la première campagne (2009) du programme quadriennal, sur :

  • la définition des dimensions et des limites de l’ensemble de l’occupation. Elle nous a permis de pouvoir estimer la répartition des vestiges principalement sur deux collines (désignées alors zones A et B, terminologie reconsidérée en 2010 – fig. 1), dont les sommets s’élèvent en moyenne à 560 m. Les deux formations sont orientées nord-sud; la vallée du Drin est située en contrebas de la face nord-ouest, là où se trouve aujourd’hui le lac artificiel de Komani. La carte archéologique préliminaire établie en 2009 a indiqué une surface couverte par le site d’environ 45 ha;
  • la définition des fonctions des différentes zones et la compréhension de leur interaction à l’échelle du site, qui nous ont engagé à explorer et partiellement fouiller plusieurs zones : une première zone 1 (l’habitat sur le versant sud-sud/ouest, zone nommée B en 2009) et les zones 2 et 3 (la nécropole, zone nommée A en 2009).

2Les résultats préliminaires sont issus de six grands nettoyages, d’une surface mesurant approximativement 45 sur 50 m et d’un grand sondage orienté est-ouest de 20 × 10 m, tous deux engagées dans la zone 1, l’habitat. Ils ont apporté des réponses concernant la grande densité de murs bâtis de pierres, liées au mortier de chaux ou à l’argile; la complexité de l’organisation des structures bâties et le caractère groupé de l’habitat; l’existence probable d’un modèle typo-chronologique de l’habitat : structures d’habitation superposées selon un système en espalier, souvent complété de contreforts et l’usage domestique de l’occupation.

3Quant aux zones 2, 3 et 4, les premières opérations de prospections ont permis d’observer la vaste étendue de la nécropole, ainsi que de positionner sur le plan topographique deux des cinq églises identifiées en 2008 : Saint-Théodore et Saint-Jean.

Fig. 1 – Komani. Plan du site sur carte, 2009-2010 (DAO U. Colalelli, M. Julien, S. Vatteoni).

Objectifs et résultats a l’issue de la campagne de 2010

4Nos objectifs pour la campagne de 2010 comportaient un premier volet recherche, à travers l’archéologie du sous-sol et des opérations de prospection; le second volet concernait la mise en valeur du site et la restauration du mobilier anciennement mis au jour.

5Les objectifs du volet recherche ont visé à :
– cerner l’étendue et la complexité de l’organisation de la zone 1.

6Le repérage, lors de la campagne 2009, d’un grand nombre de fragments de murs, répartis sur l’ensemble de la partie haute du versant, nécessitait de compléter l’enregistrement des vestiges visibles en surface par l’extension des nettoyages à l’ensemble du versant sud-sud/ouest de la zone 1. Cette opération visait également à définir d’éventuelles relations entre les murs en vue d’identifier des structures ainsi que leur fonction. Dans ce but, quatre grands nettoyages ont été effectués. Un nouveau secteur a été nettoyé cette année, en vue de la campagne 2011, sur la partie sommitale de la zone 1, dite «forteresse de Dalmace».

7Le terrain étant fortement boisé, les travaux de défrichage se sont avérés très lourds et se sont poursuivis pendant les cinq semaines de la mission. Ce travail a permis d’ouvrir des zones dès 2010 et de préparer le terrain pour la campagne 2011. Un grand volume de déblais de destruction (terre et pierres) a dû être enlevé manuellement en raison de l’inaccessibilité du terrain aux engins mécaniques.

8Douze nouveaux pans de murs (USM 20 à 32) construits en pierres (blocs de calcaire et ardoise) ont été identifiés (fig. 2). Ces murs ont de 1 à 14 m de longueur, pour une largeur de 0,60 à 0,75 m et une élévation maximale de 1,60 m. Ils suivent deux directions principales, est-ouest et nord-sud, sur tout le versant. Les murs sont faits de blocs irréguliers de taille moyenne (USM 21, 22, 27, 29, 31 et 32), et sont le plus souvent liés avec du mortier de chaux. L’USM 20 (fig. 3) se distingue par sa longueur (14 m) et sa morphologie. En effet, si sa fonction de soutènement est évidente, sa paroi ouest a les caractéristiques de l’élévation intérieure d’un espace construit. Cette paroi est faite de pierres de taille réduite, en alternance avec des dalles, soigneusement taillées et bien rangées. Le liant, en faible quantité, est un mortier fait de chaux et de sable fluvial à gros grains de couleur grise. L’épaisseur du mur est d’environ 0,75 m. Compte tenu de son implantation, cet espace de grandes dimensions pourrait avoir eu un usage artisanal ou public (cet aspect sera abordé dans la description de la fouille du secteur 2).

Fig. 2 – a) Komani. Zone 1, nettoyée et fouillée 2009-2010 (DAO U. Colalelli, B. Bregu, M. Julien).

9L’épaisseur de l’ensemble des murs est comprise entre 0,50 et 0,75 m. C’est vrai aussi pour l’USM 4 dont la largeur avait été estimée à 1,20 m lors de la campagne 2009; ce mur est en réalité la fusion de deux murs accolés, dont la chronologie reste à préciser.

Fig. 2 – b) Komani. Vue de l’ensemble de la zone 1 nettoyée, prise par la nécropole (cl. U. Colalelli).

10Ce qui frappe le plus, à l’issue de la campagne 2010, c’est la multiplication des structures en espalier, d’une densité encore plus grande que celle estimée en 2009. S’ajoutent ainsi à l’ensemble les USM 20, 21, 22, 27 et trois autres identifiés mais pas encore relevées occupant l’espace nord, entre l’USM 20 et la roche naturelle (voir fig. 2). En raison de la configuration du terrain, l’agglomération a dû se développer par l’aménageant de terrasses afin d’y construire des structures de vie et de production. Ces structures s’adaptent aux dispositifs de soutènement, qui contrebutent les voies transversales de communication;
– déterminer la fonction et la nature de l’habitat dans la zone 1 en poursuivant les fouilles des secteurs densément habités, 1 et 2.

11Nous avions choisi d’étudier les techniques du bâti à Komani en 2009, et de préciser l’organisation interne des bâtiments, leurs aménagements et fonctions dans la zone 1 du secteur 1. En 2009, ce secteur couvrait une surface approximative de 10 × 20 m, comprise entre les USM 3 et 5. Plusieurs pièces coexistaient dans l’espace pris en considération et l’ensemble s’adaptait à la structure rocheuse du versant sud-ouest de la zone 1. Nous avions, notamment, repéré une structure de forme quasi triangulaire comprise entre les USM 3, 4 et 2. À la fin de cette campagne, la fouille avait été arrêtée au niveau d’une couche constituée par l’effondrement d’une toiture (US 1027). En 2010, la fouille a été poursuivie dans le même secteur agrandi vers le sud, et par l’ouverture d’un nouveau secteur (secteur 2, d’une surface sensiblement équivalente) au sud-est du secteur 1 (fig. 4). Le sol naturel n’a pas été atteint sur toute la surface de la zone fouillée, toutefois il est possible, à l’issue de cette deuxième campagne, de proposer les premiers éléments topo-chronologiques du site. Ces propositions s’appuient à la fois sur la lecture des structures bâties, la stratigraphie et le mobilier (céramique et objets majoritairement métalliques).

Fig. 3 – Komani. Zone 1, secteur 2, vue nord-ouest de l’USM 20 (cl. E. Nallbani).

12La fouille du secteur 2, n’ayant été engagée que cette année, le sol naturel n’a pas été atteint et les observations ne concernent que les phases les plus récentes de l’occupation du site (phases V et VI). Nous proposerons donc un premier phasage stratigraphique de l’ensemble des structures découvertes.

Phase I

13Des traces d’une occupation romaine, voire probablement plus ancienne, du site ont été identifiées dans le secteur 1 (fig. 5). Cette présence est particulièrement nette dans une couche de déblais de construction, dégagée lors d’un sondage entrepris entre les USM 2, 3 et 4. Une couche épaisse de terre mêlée de tessons de céramique (US 1023) a été déposée volontairement sur la roche pour niveler en vue de l’établissement d’un sol (US 1013 et 1014). Cette couche comportait des tessons de céramique roulée dont aucune forme n’était identifiable, mais dont la pâte et l’engobe sont caractéristiques des iiie-ive siècles. Nous ne pouvons en déduire ce que la période romaine représentait en termes d’occupation de l’espace mais la présence romaine sur le site est incontestable. Il est possible que les vestiges d’un mur arasé (USM 28) situé au sud-est du secteur 1 correspondent à cette phase. De très rares fragments (trois au total) de céramiques pourraient remonter à une époque bien antérieure, probablement archaïque, mais il est trop tôt pour donner une interprétation sur cette présence.

Phase II

14Le sommet de l’US 1023 est clairement aménagé par un petit empierrement (US 1014) servant d’assise à un sol d’occupation (US 1013). Le sol était fait de terre battue comportant des tessons de petite céramique (datée entre les ve et viie siècles) dont certains posés à plat. De très rares éléments de céramique tardo-romaine apparaissent également. La densité des os d’animaux est considérable mais le mobilier autre que céramique se résume à un seul crochet en fer.

Phase III

15La pièce n’est plus occupée puisqu’une couche de terre meuble, épaisse d’environ 20 cm, comportant un mobilier céramique très abondant repose sur le sol d’occupation. On y trouve, de grands et petits récipients de stockage, de la céramique de table et de la culinaire, qui restent dans les horizons de la fin de l’Antiquité tardive et du haut Moyen-Âge (vie-viiie siècles) (fig. 6). Le lieu a pu servir de décharge.

16C’est sur ce niveau qu’on a retrouvé une couche épaisse de dalles fines en ardoise, correspondant à l’effondrement d’une toiture. On peut supposer, toutefois, que les bâtiments étaient toujours en élévation.

Phase IV

17Au nord-ouest de la zone où ont été découvertes les dalles en ardoise, les vestiges d’un mur effondré ont été dégagés (fig. 7), mur qui se présente maintenant sous la forme d’une couche de pierres bien alignées (USM 1010) entre lesquelles subsistent de nombreux blocs de mortier. Les observations stratigraphiques permettent d’affirmer que l’aménagement de cet effondrement prend place avant l’édification de l’USM 03, mais rien ne permet pour l’instant de le mettre en relation directe avec l’US 1027, constituée des dalles d’effondrement de la toiture, car la zone intermédiaire n’a pas encore été fouillée.

Fig. 4 – Komani. Plan des secteurs 1 et 2, zone 1, fouillés 2009-2010 (DAO M. Julien).

18L’une des causes de l’effondrement du bâtiment pourrait être un incendie car la base de la couche de dalles de toiture comportait des fragments de bois carbonisé et des traces de rubéfaction. Des datations au Carbone 14 de ces fragments permettront de préciser la date de cet incendie.

Fig. 5 – Komani. Zone 1, secteur 1, sondage entrepris entre les USM 2, 3 et 4 (cl. E. Nallbani).

Phase V

19On assiste, durant cette phase, à un réaménagement de l’espace nord-ouest (fig. 7). Sur les déblais de destruction du mur effondré (US 1010), est aménagé un sol en terre battue (US 1009) comportant de la céramique, dont une majorité de tessons de récipients de cuisson; sa datation pourrait être placée à partir du xe siècle. Ce réaménagement se caractérise aussi par la construction de l’USM 03, d’orientation nord-sud, et des USM 1 et 2 que l’on peut suivre par tronçons dans la direction ouest-est. La fondation de l’USM 03 repose directement sur l’US 1010 (couche de pierres du mur effondré). À l’angle des USM 02 et 03, contre l’USM 02, a été aménagé un foyer, identifié par des blocs d’enduits noircis par endroit et par des traces de rubéfaction sur le sol et les pierres constituant l’âtre du foyer.

20Dans le secteur 2, on trouve le même niveau d’occupation que celui observé en US 1009, caractérisé par un grand nombre de tessons de céramique principalement de cuisson, datés pour la plupart du xie siècle. Ces observations n’ont été faites qu’au nord-ouest du secteur, la fouille de la totalité du secteur n’étant pas achevée. À la même période, et en relation directe avec ce niveau, est aménagé, à l’angle formé par les USM 5 et 20, un four dont la sole et quelques assises d’élévation sont conservées (fig. 8). Notons que la partie nord du four intègre, à la base, la roche en place et que les premières assises de la voûte (également en pierres) ont été aménagées au dépend de l’USM 20. Les éléments de la voûte ne subsistent que dans le quart nord-ouest du four. De forme grossièrement circulaire, avec un diamètre de 2,50 m, il est constitué de pierres en calcaire liées à l’argile. On observe des traces de rubéfaction sur toute sa surface. Des traces d’exposition au feu ont été retrouvées sur le mobilier céramique en place, dont un fond de pot à cuire datable des xe-xie siècles.

Fig. 6 – Komani. Matériel céramique provenant de l’US 1007, secteur 1, zone 1 (cl. E. Metalla).

Fig. 7 – Komani. Phases IV et V à l’angle nord-ouest du secteur 1, zone 1 (cl. E. Nallbani).

21Le mur USM 05, qui sépare le secteur 1 du 2, a fait l’objet d’un réaménagement dont la datation ne peut être établie avant la fin de la fouille des deux secteurs. Le mur comportait à l’origine une ouverture, visible en élévation, qui se trouve condamnée au moins à partir de la phase V. Un seuil marque la base de cette ouverture; il n’est actuellement visible que sur la face nord-ouest du mur.

Fig. 8 – a) Komani. Four aménagé à l’angle nord-ouest des USM 05 et 20, secteur 2, zone 1 (cl. E. Nallbani).

22Sous le niveau du seuil et face à l’ouverture, à l’angle sud-est du secteur 1 (dans l’US 1004), a été trouvé le squelette d’un enfant âgé de 0 à 6 mois. Les ossements étaient mêlés aux pierres et à la terre sans qu’aucune trace d’aménagement de sépulture n’ait été notée.

Fig. 8 – b) Komani. Récipient en céramique fragmenté, trouvé sur le four (cl. E. Metalla).

Phase VI

23La destruction, suivie de l’abandon des bâtiments, a été perçue par une couche de destruction (US 1002), antérieure à l’effondrement définitif des élévations (US 1001), et étalée sur la presque totalité de la surface prise en considération (secteur 1). Elle se caractérise par la présence d’une terre noire bien compacte contenant un mobilier céramique abondant, essentiellement composé de fragments de céramique de cuisson, associé à quelques fragments d’amphores. En parallèle à ces artefacts, on repère une quantité très abondante de restes d’animaux.

24L’abandon du secteur 2 se manifeste dans le dépôt d’une couche de terre brune recouverte par de nombreux blocs issus de la destruction des habitats, qui correspondrait respectivement aux US 1002 et 1001 du secteur 1.

25Des questions restent pourtant à clarifier, tout d’abord sur la présence et la datation d’une (ou deux) sépulture(s) en secteur 1 de l’habitat. Une seule a été fouillée en 2010. Trois des parois sont bâties en moellons, un mur (l’USM 04) tient lieu de quatrième paroi. Elle est recouverte par les déblais d’effondrement de l’US 1010, ce qui prouve son antériorité sans qu’on puisse encore la placer plus précisément dans le temps. Elle est également antérieure à la phase cinq de réaménagement puisque l’USM 03 recouvre les pieds de la tombe. La tombe (T. 321) renfermait les restes de plusieurs individus (au moins sept adultes et un enfant) et quelques objets de parure dont une boucle d’oreille fragmentée, datable du viiie-ixe siècle, et deux perles en pâte de verre.

26L’autre tombe supposée n’a pas encore été fouillée. La présence de structures funéraires à cet endroit du site reste à expliquer et fera l’objet d’investigations approfondies lors de la prochaine campagne.

27La présence d’amas de graines (US 1005) mêlés de terre, particulièrement concentrés également contre la roche, reste à expliquer. Peut-être pourra-t-on le mettre en relation avec le foyer mais il faut pour cela terminer la fouille du secteur 1. L’identification des graines est en cours;
– déterminer les limites des espaces funéraires (zones 2, 3 et 4) et rechercher des indices topo-chronologiques au sein et entre les cimetières.

28Pour cette campagne, le choix s’est porté sur la zone la plus densément occupée par des tombes (et qui a fait l’objet de campagnes de fouilles dans les années 1900, 1940, 1960 et 1980) ainsi qu’autour des édifices religieux identifiés à ce jour (fig. 1).

29Une prospection systématique de ces zones a permis de préciser les limites des zones 2 et 3 (la séparation entre les zones est matérialisée dans le plan par la ligne de crête). À l’intérieur du périmètre ainsi défini, des zones de densité différente ont pu être repérées. Ainsi, la zone sommitale de la nécropole, qui a fait l’objet des fouilles intérieures, semble la plus densément occupée. En limite de cet espace, les édifices religieux (St. Georges, St. Jean et St. Théodore) peuvent également avoir joué un rôle attractif.

30Un plan a été élaboré afin de synthétiser l’ensemble des informations recueillies. Y figurent l’extension des zones sépulcrales, la localisation des sépultures identifiées ainsi que celle de trois édifices religieux.

31La compréhension de l’expansion topographique du site passe par la fouille de tombes réparties sur l’ensemble de la nécropole. Cette année, quatre sépultures (T. 301, 302, 318 et 319), menacées de pillage en raison de leur localisation et de leur visibilité après nettoyage du site, ont été fouillées. Deux de ces tombes étaient situées au milieu de la zone 2, sur le chemin reliant les villages de Komani et Saint-Nicolas. Les deux autres se trouvaient au chevet de l’église Saint-Georges (fig. 9). Trois de ces structures sont des coffrages de grandes dalles et moellons. L’une d’elle (T. 301) était une sépulture double. La quatrième (T. 302), dont le pied a été détruit, est d’un type différent; les parois latérales sont bâties en moellons posés à plat, celle de la tête est faite d’une grande dalle posée de chant. La couverture se distingue également de l’autre type, par la disposition en bâtière des dalles (fig. 10). Les quatre sépultures ont été pillées, toutefois le squelette inhumé dans la moitié sud de la tombe 301 n’avait pas été touché. Malgré le pillage, sans doute ancien, des éléments de mobilier funéraire ont été trouvés dans les sédiments. Outre deux couteaux de fer, il s’agit essentiellement d’éléments de parure de bronze et d’argent (boucles d’oreilles, bracelets, bagues) et de perles en verre. Les premières datations placent l’ensemble des objets dans un horizon compris entre la seconde moitié du viie et le viiie siècle.

32Les restes humains contenus dans ces tombes feront l’objet d’une étude anthropologique. Il ne reste qu’un seul fragment osseux dans la tombe 318 en raison de sa destruction par la végétation (un chêne y avait poussé). Le contenu des tombes 302 et 319 se composait de plusieurs squelettes en raison de nombreuses réinhumations.

33Les prospections dans la zone 4, autour de l’église Saint-Théodore, ont permis de localiser trois structures funéraires, qui seront fouillées lors de la prochaine campagne;
– vérifier le caractère religieux des monuments interprétés comme églises lors de la prospection.

34Nous avions choisi, lors de cette campagne 2010, de nous intéresser à deux bâtiments considérés par tradition comme des églises, Saint-Jean et de Saint-Georges. Touts deux sont proches de l’habitat et sont partie intégrante de l’espace funéraire (fig. 11).

35Le caractère religieux de l’église Saint-Jean ne faisait pas de doute, puisque deux absides étaient perceptibles. Nous avons effectué un débroussaillage du secteur, afin de préparer la fouille, prévue en 2011.

36Autour du bâtiment interprété comme l’église Saint-Georges sont apparus plusieurs murs (sans liant apparent) au sein d’une large zone de déblais de destruction. Le bâtiment central est bien un édifice religieux. Après un débroussaillage étendu et la fouille de sa moitié est, les contours de la moitié d’une abside ont été mis au jour (l’autre moitié a disparu lors de fouilles clandestines). Il s’agit d’une chapelle à nef unique, mesurant 6 × 10,5 m, dont les murs liés au mortier de chaux ont une épaisseur de 0,75 m. L’entrée mesure 1 m de large. L’extrémité orientale de l’édifice est surélevée par une plateforme profonde de 1,80 m, d’ouest en est, faite de grosses pierres posées à plat dans un épais lit de mortier. Le bord de cette plateforme présente en son centre trois marches semi-circulaires faisant communiquer la nef et l’espace réservé à la liturgie. Des petits fragments d’enduit peint ont été trouvés dans l’angle sud-est de l’abside.

Fig. 9 :
a) Komani. Plan des sépultures 318, 319 fouillées près de St Georges (DAO M. Julien et S. Vatteoni);
b) Komani. Mobilier de la sépulture 318, partiellement restauré (cl. E. Nallbani et B. Bregu);
c) Komani. Mobilier de la sépulture 319, partiellement restauré (cl. E. Nallbani et B. Bregu).

Fig. 10 :
a) Komani. Plan des sépultures 301 et 302, coupe de la sépulture 302 (DAO M. Julien et S. Vatteoni);
b) Komani. Vue de la sépulture 302 pendant la fouille (cl. L. Buchet).

37Les objectifs du volet de mise en valeur du site et de restauration du mobilier anciennement mis au jour ont visé :
– l’aménagement de voies de circulation pour faciliter l’accès aux différents secteurs.

  • 2 Le dossier doit être traité prochainement, engageant le Ministère du Tourisme, de la Culture, de l (...)

38L’installation du site sur plusieurs hauteurs, jusqu’à présent accessibles uniquement par un sentier de forêt, nous a conduits à l’élaboration d’un projet intra-institutionnel, visant à faciliter l’accès au site : aménagement d’un axe secondaire à l’axe national qui suit la vallée du Drin2.

39À cette fin, lors de la campagne de 2010, plusieurs chemins ont été aménagés par débroussaillage en différentes zones du site : depuis l’entrée supposée de la zone habitée 1 vers les bâtiments en cours de fouille; depuis l’entrée vers l’église Saint-Jean; toujours à partir de l’entrée, chemin de contournement de la nécropole vers le sud puis vers le nord-est; un dernier sentier pour rejoindre l’église Saint-Georges à partir du sentier actuel Komani/Saint-Nicolas;
– la consolidation des structures bâties dégagées lors des deux campagnes 2009-2010.

40La grande densité des structures bâties dans la zone 1 nécessite des travaux importants de consolidations. Deux tonnes de chaux ont été achetées et stockées à Komani. En y adjoignant du sable du Drin, un mortier de chaux a été confectionné et utilisé pour consolider les murs. Vu la déclivité du terrain et le mauvais état des structures, ces opérations occupent une part importante de nos travaux sur le terrain;
– la restauration du mobilier.

  • 3 E. Bitri est chargé de la restauration de la totalité du Transports mobilier issu des sépultures f (...)

41Les objets mis au jour en 2010 ont été restaurés pendant la campagne et ce travail se poursuivra durant l’année. La restauration du mobilier métallique des fouilles anciennes continue à faire l’objet d’opérations annuelles organisées en tranches de six mois3.

Fig. 11 – Komani. Vue partielle du site depuis le sud, zones 1 (l’habitat) et zone 2 (partie est de la nécropole avec St. Georges) (cl. E. Nallbani).

Fig. 12 – a) Komani. Plan schématique de l’église St. Georges et sépultures (DAO S. Vatteoni).

Perspectives pour 2011

42La campagne de 2011s’orientera à nouveau dans deux directions : les recherches et la mise en valeur du site. Le dossier recherche comprendra plusieurs volets.

43Lors des précédentes campagnes, nos recherches se sont concentrées sur l’établissement d’un schéma typo-chronologique de l’occupation du site et sur l’organisation de l’espace habité. Des questions restent en suspens, comme l’ampleur de l’occupation romaine, la continuité ou la discontinuité de l’occupation du site, tant pour l’habitat que pour les nécropoles. Il reste aussi à préciser les causes d’abandon ou de destructions pour les différentes phases.

Fig. 12 – b) Komani. Vue de St. Georges (cl. E. Nallbani).

Zone 1

44Dans la mesure du possible, nous tenterons de définir la fonction des espaces identifiés, espace de vie ou de production, de même que la répartition chronologique de l’organisation spatiale. Les zones débroussaillées et nettoyées cette année feront l’objet d’une fouille exhaustive (secteurs 1 et 2). Une étude plus approfondie portera sur les USM, tant pour le bâti que dans leurs relations stratigraphiques. À cette fin, des démontages sont envisagés.

45Deux nouveaux secteurs situés, l’un au sommet de la citadelle de Dalmace et l’autre à l’entrée supposée de la zone 1, feront l’objet de fouilles lors de la prochaine campagne.

46Un autre objectif est d’essayer d’estimer le volume de pierres nécessaire à la construction. Ce travail fait suite aux relevés effectués dans l’une des carrières creusée dans le versant nord de la colline de l’habitat.

Zones 2 et 3

47Les fouilles de ces zones privilégieront la partie est de la zone 2 et plus particulièrement l’église Saint-Georges et l’espace funéraire qui l’entoure. Là encore, les efforts porteront sur la compréhension du bâti et des relations stratigraphiques entre les éléments du paysage. L’une des extensions de la nécropole sera ainsi abordée et, pour apporter des éléments nouveaux à la compréhension de l’évolution topo-chronologique de l’espace funéraire, deux sondages sont envisagés.

48Le dossier «Mise en valeur et préservation du site et conservation du mobilie», se poursuivra dans la continuité des campagnes précédentes. L’aménagement et la sécurisation des voies de circulation sur le site sont prévus ainsi que la mise en place d’une signalétique et l’organisation d’une journée «portes ouvertes».

Haut de page

Notes

1 Cette deuxième campagne déroulée sur cinq semaines, comportait une équipe composée de dix spécialistes (L. Buchet, anthropologue et archéologue au CEPAM; M. Buchet, anthropologue contractuelle au CEPAM; E. Bitri, restaurateur au Art Restauration Conservation Studio à Tirana; B. Bregu, archéologue; U. Colalelli, dessinateur à l’EFR; M. Julien et S. Vatteoni, respectivement archéologue et anthropologue au Service archéologique de la communauté d’agglomération du Douaisis, Douai; Gj. Doku et D. Margjoni, respectivement technicien et restaurateur au Parc archéologique de Lezha; E. Metalla (doctorante de l’Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne, assistante chercheur à l’Institut archéologique d’Albanie à Tirana); E. Nallbani, archéologue à l’EFR; S. Weffers, archéologue au RGZM de Mayenne et de quatre étudiants albanais (L. Ceka, Université de Tirana; P. Filipi et A. Gjeçaj, Université de Shkodra. Y ont été associés vingt-cinq ouvriers, dont une vingtaine pour les opérations de terrain (les travaux de défrichage et de terrassement) et cinq pour la logistique (cuisine et entretien du camping), et quatre animaux pour le transport du matériel (approvisionnement du camping et des matériaux pour la consolidation des vestiges). La mission sous la responsabilité de Etleva Nallbani (École française de Rome et UMR 8167) et placée sous la direction scientifique de l’École française de Rome et du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes qui la financent, ainsi que de l’Institut archéologique d’Albanie. Y ont participé également le Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance (UMR 8167 Orient & Méditerranée), le Centre d’études Préhistoire, Antiquité et Moyen Âge de Nice (UMR 6130), l’Institut National d’Études Démographiques de Paris et le Service archéologique de la Communauté d’Agglomération du Douaisis. Le Centre d’archéologie préventive et le Parc archéologique de Lezha, tous deux dépendant du Ministère du Tourisme, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports albanais, ont collaboré, ainsi que le Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence.

2 Le dossier doit être traité prochainement, engageant le Ministère du Tourisme, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et le Ministère des albanais, ainsi que l’Albanian Development Fund, dès l’enregistrement du site de Komani comme site prioritaire du patrimoine albanais.

3 E. Bitri est chargé de la restauration de la totalité du Transports mobilier issu des sépultures fouillées entre 1982 et 1984.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Komani. Plan du site sur carte, 2009-2010 (DAO U. Colalelli, M. Julien, S. Vatteoni).
Légende Fig. 2 – a) Komani. Zone 1, nettoyée et fouillée 2009-2010 (DAO U. Colalelli, B. Bregu, M. Julien).
Légende Fig. 2 – b) Komani. Vue de l’ensemble de la zone 1 nettoyée, prise par la nécropole (cl. U. Colalelli).
Légende Fig. 3 – Komani. Zone 1, secteur 2, vue nord-ouest de l’USM 20 (cl. E. Nallbani).
Légende Fig. 4 – Komani. Plan des secteurs 1 et 2, zone 1, fouillés 2009-2010 (DAO M. Julien).
Légende Fig. 5 – Komani. Zone 1, secteur 1, sondage entrepris entre les USM 2, 3 et 4 (cl. E. Nallbani).
Légende Fig. 6 – Komani. Matériel céramique provenant de l’US 1007, secteur 1, zone 1 (cl. E. Metalla).
Légende Fig. 7 – Komani. Phases IV et V à l’angle nord-ouest du secteur 1, zone 1 (cl. E. Nallbani).
Légende Fig. 8 – a) Komani. Four aménagé à l’angle nord-ouest des USM 05 et 20, secteur 2, zone 1 (cl. E. Nallbani).
Légende Fig. 8 – b) Komani. Récipient en céramique fragmenté, trouvé sur le four (cl. E. Metalla).
Légende Fig. 9 :a) Komani. Plan des sépultures 318, 319 fouillées près de St Georges (DAO M. Julien et S. Vatteoni);b) Komani. Mobilier de la sépulture 318, partiellement restauré (cl. E. Nallbani et B. Bregu);c) Komani. Mobilier de la sépulture 319, partiellement restauré (cl. E. Nallbani et B. Bregu).
Légende Fig. 10 : a) Komani. Plan des sépultures 301 et 302, coupe de la sépulture 302 (DAO M. Julien et S. Vatteoni);b) Komani. Vue de la sépulture 302 pendant la fouille (cl. L. Buchet).
Légende Fig. 11 – Komani. Vue partielle du site depuis le sud, zones 1 (l’habitat) et zone 2 (partie est de la nécropole avec St. Georges) (cl. E. Nallbani).
Légende Fig. 12 – a) Komani. Plan schématique de l’église St. Georges et sépultures (DAO S. Vatteoni).
Légende Fig. 12 – b) Komani. Vue de St. Georges (cl. E. Nallbani).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etleva Nallbani, L. Buchet, E. Bitri, B. Bregu, M. Buchet, U. Colalelli, M. Julien, D. Margjoni, E. Metalla, S. Vattéoni et S. Weffers, « Activités archéologiques de l’École française de Rome », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-2 | 2010, 471-484.

Référence électronique

Etleva Nallbani, L. Buchet, E. Bitri, B. Bregu, M. Buchet, U. Colalelli, M. Julien, D. Margjoni, E. Metalla, S. Vattéoni et S. Weffers, « Activités archéologiques de l’École française de Rome », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/618 ; DOI : 10.4000/mefrm.618

Haut de page

Auteurs

Etleva Nallbani

Articles du même auteur

L. Buchet

E. Bitri

Articles du même auteur

B. Bregu

Articles du même auteur

M. Buchet

Articles du même auteur

U. Colalelli

M. Julien

D. Margjoni

Articles du même auteur

E. Metalla

Articles du même auteur

S. Vattéoni

Articles du même auteur

S. Weffers

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org