Navigation – Plan du site
Mélanges

Done de San Domenego. Moniales et pénitentes dominicaines dans la Venise observante de la première moitié du XVe siècle

Done de san Domenego: Dominican nuns and penitents in Observant Venice of the first half of the 15th century
Sylvie Duval
p. 393-410

Résumés

Venise fut l’un des centres les plus actifs de l’Observance, ce vaste mouvement de réforme qui a amené les ordres religieux à remettre en question à la fois leur mode de vie et leur rôle dans l’Église. Dès la fin du xive siècle, les Dominicains mirent en place à Venise un ensemble de communautés réformées (frères, moniales, pénitents), grâce auxquelles ils purent étendre leur influence, et notamment diffuser le culte de Catherine de Sienne. Les moniales du Corpus Christi et la communauté des pénitentes assuraient plus particulièrement la diffusion des idées observantes auprès des femmes. L’étude des testaments permet d’avoir un aperçu des réseaux d’amitié et de fidélité qui se sont développés autour de ces communautés : tandis que les pénitentes, qui demeuraient dans le monde, semblent avoir été en contact avec tous les milieux sociaux, mais à l’intérieur de réseaux exclusivement féminins, les moniales, qui vivaient cloîtrées, ont bénéficié d’une audience plus affirmée auprès des membres des familles patriciennes, hommes et femmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eux-mêmes ne se nommaient bien entendu pas ainsi ; ils avaient cependant une très forte conscience (...)
  • 2 Il suffira de citer ici des exemples dominicains, depuis Jean Dominici, grand réformateur de l’Ordr (...)

1L’usage s’est imposé de nommer « Observance » le vaste mouvement de réforme qui est apparu à la fin du xive siècle au sein de divers Ordres religieux. Les réformateurs qui donnèrent naissance à ce mouvement prétendaient restaurer au sein de leurs ordres respectifs l’observance originelle de la règle. Dans le contexte du Grand Schisme et des graves crises que l’Occident traversait alors, l’observance d’une règle religieuse apparaissait sans doute comme un repère rassurant dans un monde en pleine transformation. Et de fait, l’Église régulière eut parfois tendance à suppléer l’Église séculière dans une charge pastorale que cette dernière n’était plus, pour un temps, en mesure d’assurer. La réforme promue par ceux que l’on appelle aujourd’hui les « Observants1 » ne s’adressait pas exclusivement aux ordres religieux, mais à la société chrétienne tout entière. Comment expliquer autrement leur constant engagement auprès des laïcs, en tant que prédicateurs, directeurs spirituels ou évêques2 ?

  • 3 Des informations générales sur Jean Dominici peuvent être facilement trouvées dans G. Cracco, Banch (...)
  • 4 La bulle de fondation du monastère fut accordée le 20 janvier 1393 par Boniface IX : Bullarium Ordi (...)
  • 5 Sur Thomas de Sienne, voir les introductions de Thomas Antonii de Senis « Caffarini », Libellus de (...)
  • 6 Cette fête est mentionnée dans le Processo Castellano, éd. M. H. Laurent, Milan, 1942 (Fontes Vitae (...)
  • 7 Les religieux réformateurs vénitiens se connaissaient mutuellement. C’est le cas des chanoines de S (...)

2À la fin du xive siècle, Venise fut l’un des centres principaux de cette réforme. Le prédicateur dominicain Jean Dominici, présent dans la cité à partir de 1388, donna l’impulsion au mouvement3. Son confrère Thomas de Sienne le rejoignit au milieu des années 1390, continuant une œuvre réformatrice et pastorale que Jean Dominici, exilé de Venise en 1399, allait bientôt devoir abandonner. Les initiatives prises à Venise sont caractéristiques des multiples engagements des premiers tenants de la réforme observante. Le couvent des frères prêcheurs de San Domenico di Castello fut réformé en 1391, premier d’une longue série à laquelle s’ajouta bientôt le principal couvent de la ville, San Giovanni e Paolo, connu sous le nom de San Zanipolo. Jean Dominici ne se contenta pas d’intervenir dans les couvents déjà existants, il fonda aussi un monastère de moniales, le Corpus Christi, en 13944. À ces initiatives s’ajoutaient naturellement les prêches tenus par les frères et leurs diverses démarches en vue de convertir, mais aussi de mieux encadrer les laïcs. Le zèle des réformateurs finit d’ailleurs par agacer les autorités, puisque Jean Dominici fut exilé à cause de sa participation à la procession des pénitents appelés « Bianchi ». Son confrère Thomas de Sienne5 obtint quant à lui en 1396, de la part du maître général Raymond de Capoue, l’autorisation de fonder à Venise une communauté de pénitents dominicains. Des couvents, un monastère, une communauté de laïcs : le réseau des observants dominicains à Venise était très complet, et surtout très efficace. On le constate aisément grâce au succès que rencontra la prédication des Observants dominicains à propos de leur mère spirituelle, Catherine de Sienne. Outre les nombreux prêches qui lui étaient dédiés et les séances de lecture de ses œuvres qui avaient lieu dans certains cercles dévots, des célébrations annuelles furent organisées dans les églises dominicaines de la ville en son honneur, le dimanche suivant la fête de saint Pierre Martyr6. Ajoutons que la prédication dominicaine à Venise fit germer d’autres mouvements de réforme ; les réformateurs n’étaient en effet aucunement repliés sur leur propre ordre religieux et la Vénétie fut véritablement, de la fin du xive au milieu du xve siècle, le lieu d’une exceptionnelle fermentation religieuse7.

  • 8 S. Duval, Chiara Gambacorta e le prime monache del monastero di San Domenico di Pisa : l’Osservanza (...)

3Présentes dans les monastères observants mais aussi parmi les pénitents, les femmes prirent une part active à ce renouveau religieux durant toute la première moitié du xve siècle. Dans l’Ordre dominicain, elles trouvaient leur place dans un système de réforme qui en faisait soit les héritières de Catherine de Sienne quand elles étaient pénitentes, soit les témoins d’un idéal de perfection monastique qui n’était pas celui des frères quand elles devenaient moniales. Le monastère du Corpus Christi fut l’un des premiers établissements féminins réformés de la ville de Venise, ce qui lui assura une popularité importante parmi les Vénitiens dès les premières années de son existence. Si les moniales prononçaient des vœux solennels et étaient strictement cloîtrées, les tertiaires ou pénitentes étaient, elles, des laïques et vivaient dans le monde. Moniales et pénitentes avaient donc deux vocations fort différentes ; leurs communautés s’inséraient néanmoins toutes deux dans le réseau observant dominicain établi à Venise grâce à Jean Dominici et à ses disciples, dont certains étaient venus de Pise, où un important monastère de moniales avait été fondé en 1385 par Chiara Gambacorta, l’une des grandes figures de l’Observance dominicaine8. Chacune à leur manière, elles contribuaient, par l’exemple et la parole, à répandre à Venise la piété observante et l’influence de l’Ordre des prêcheurs.

  • 9 En particulier : F. Sorelli, La santità imitabile... cit. et Per la storia religiosa di Venezia nel (...)
  • 10 Notamment dans l’édition des lettres de Jean Dominici par M. T. Casella et G. Pozzi : Giovanni Domi (...)

4Les pénitentes vénitiennes ont déjà fait l’objet de plusieurs recherches, dont les plus importantes sont celles de Fernanda Sorelli9. Les moniales, en revanche, ont suscité un intérêt moindre chez les chercheurs jusqu’à présent, si l’on excepte les éditions de textes qui éclairent leur histoire10. Il convient cependant, pour parvenir à une compréhension plus approfondie du phénomène, de prendre en compte la société laïque. Les femmes acquises à l’Observance, en effet, ce sont aussi les laïques qui étaient en contact avec ces religieuses ou semi-religieuses et qui étaient touchées par les discours réformateurs. Étudier l’insertion des communautés de pénitentes et de moniales dominicaines à Venise, c’est donc tenter de comprendre comment l’Observance a pénétré dans la société vénitienne, non seulement grâce aux discours des frères, mais aussi grâce aux religieuses.

  • 11 Ceci pour diverses raisons. Voir F. Sorelli, Capacità giuridiche e disponibilità economiche delle d (...)
  • 12 Voici les références des registres de notaires consultés, suivis de l’abréviation qui sera désormai (...)

5Outre les documents relatifs au Corpus Christi conservés à l’Archivio di Stato de Venise, les testaments féminins éclairent la relation que les pénitentes ou les moniales entretenaient avec leurs émules laïques et, de ce fait, la place qu’elles ont pu prendre au sein de la société vénitienne du début du xve siècle. Les testaments féminins sont particulièrement nombreux dans les archives vénitiennes11 ; et c’est en repérant, dans celles du monastère du Corpus Christi, les notaires qui avaient le plus travaillé pour les moniales qu’il est devenu possible d’identifier les séries documentaires les plus riches pour notre propos12. Qui étaient ces femmes liées au mouvement de l’Observance dominicaine ? Quels étaient leurs rapports avec les différentes classes de la société vénitienne ? Leurs institutions religieuses nouvelles ont-elles été rapidement acceptées et appréciées ? Nous allons tenter de répondre à ces questions en nous intéressant tout d’abord aux pénitentes, puis aux moniales.

Les pénitentes

  • 13 En particulier dans L’Historia Discipline Regularis instaurate in Coenobiis Venetis ordinis Praedic (...)
  • 14 Voir, à ce sujet, la mise au point de G. G. Meersseman dans Ordo fraternitatis. Confraternite e pie (...)

6La communauté des pénitentes dominicaines est sans doute l’une des mieux documentées pour la période de la première moitié du xve siècle. Thomas de Sienne, qui fut son fondateur, a en effet livré sur elle dans ses nombreux écrits13, beaucoup d’informations. Outre ce corpus littéraire, les testaments ne sont pas avares en informations sur ces pénitentes : attributions de legs à des membres de leur communauté, demandes de porter leur habit dans la tombe, désignation de certaines d’entre elles comme exécutrices testamentaires, souhait de leur participation à la future cérémonie des obsèques, sans oublier les testaments des pénitentes elles-mêmes. Notons dès à présent que ce type de documentation présente l’intérêt de nous montrer quelle fut l’évolution du vocabulaire à propos de celles et ceux dont la dénomination canonique est Fratres et Sorores Ordinis poenitentiae sancti Dominici. Jusqu’à la fin des années 1430, c’est bien sous le nom de pénitentes que nos « semi-religieuses » sont désignées ; on trouve en effet dans les documents de la pratique des formulations latines telles que sorores de poenitentia beati Dominici ou en vénitien « le done delabito dela penitenza de san domenego » ou plus simplement « le done de san domenego ». Pour le début du xve siècle, l’appellation de « tertiaires » n’est donc correcte ni du point de vue canonique ni du point de vue du vocabulaire « usuel » des notaires qui reflète, dans une certaine mesure, le vocabulaire courant. C’est à la fin des années 1430 seulement que la dénomination « done del terzo ordene de san domenego » devient courante dans les testaments. Il s’agit sans doute d’un phénomène de « contamination » produit par la présence simultanée de tertiaires franciscaines à Venise. Cette uniformisation devient encore plus nette avec la multiplication, à la fin du xve siècle, des couvents de « tertiaires régulières », à un moment où le nom de « pénitentes » ne correspondait plus à leur mode de vie. Il n’y a pourtant jamais eu de « second ordre » ni de « tiers ordre14 » chez les Dominicains. Catherine de Sienne ne fut pas une « tertiaire », mais bien une « pénitente », c’est-à-dire, dans le langage commun, une mantellata portant sur les épaules la cape noire des Dominicains. Une autre précision de vocabulaire est utile à ce stade de notre étude, dans laquelle il est seulement question de « pénitentes » alors que la règle de Thomas de Sienne s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Une communauté de pénitents a bien existé à Venise ; elle était toutefois séparée de celle des femmes ; en outre, les hommes qui la composaient n’apparaissent pas dans les testaments jusqu’à présent dépouillés.

  • 15 Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatoruum, vol. 2, p. 473. La règle a par ailleurs été éditée par G. (...)
  • 16 A. Benvenuti Papi, In castro poenitentiae, Santità e società femminile nell’Italia medievale, Rome, (...)

7Dans l’esprit de Thomas de Sienne, la communauté des pénitentes de Venise avait une signification toute particulière. Elle entrait dans le « plan » qu’il avait élaboré afin d’atteindre un double objectif : la canonisation de Catherine de Sienne, sa mère spirituelle, et l’approbation de la règle des pénitents dominicains par le pape. Le mode de vie de Catherine de Sienne devait en effet être officiellement approuvé afin de rendre sa canonisation possible ; réciproquement, la sainteté de Catherine de Sienne prouverait que son mode de vie pouvait conduire à la perfection. Le premier objectif fut atteint en 1405, grâce à la bulle d’Innocent VII Sedis Apostolicae approuvant l’Ordo Poenitentiae Sancti Dominici15. Pour le second, il fallut attendre 1461, soit une trentaine d’années après la mort de Thomas, disparu en 1434. Même si le travail fébrile du prédicateur siennois ne conduisit pas immédiatement à la canonisation tant désirée, il eut du moins le grand mérite de mettre sur le devant de la scène les pénitents dominicains, et surtout de leur donner une véritable place dans ce qu’il est convenu d’appeler la « famille dominicaine ». Notons que son entreprise s’inscrit dans ce que Anna Benvenuti Papi a appelé le « revival pénitentiel », à savoir la remise à l’honneur du mode de vie des pénitents sous l’égide des frères observants franciscains et dominicains après une relative éclipse au xive siècle16.

Physionomie de la communauté

  • 17 La lettre est citée par Thomas de Sienne dans l’Historia Discipline Regularis... cit., p. 184.

8La communauté des pénitentes vénitiennes, née en 1396, a le privilège d’une existence officielle en quelque sorte immédiate, puisque Thomas de Sienne avait reçu de Raymond de Capoue une délégation en bonne et due forme en vue de procéder à la fondation d’une communauté de pénitents dans la cité lagunaire17. Y avait-il, avant cette date, des pénitent(e)s dominicaines à Venise ? Il est difficile de répondre à cette question, dans la mesure où les seuls pénitents qui aient, jusqu’en 1405, bénéficié d’une règle officiellement approuvée étaient les pénitents franciscains. Les pénitents étaient donc tous théoriquement d’obédience franciscaine au xive siècle même si, dans la pratique, les choses étaient bien différentes, comme dans le cas des mantellate portant la cape noire des Dominicains. La date de 1396 marque donc le début d’une (re) prise de contrôle des pénitentes par l’Ordre dominicain. La fondation vénitienne cependant n’était pas une communauté ordinaire : placée sous la direction de Thomas de Sienne, elle a certainement été mieux encadrée et mieux organisée que les autres. Insérée, de plus, dans la dynamique de réforme qui avait surgi à Venise sous l’impulsion des « Caterinati » que furent Jean Dominici et Thomas de Sienne, elle a bénéficié sans doute de plus de visibilité et peut-être même de plus de reconnaissance sociale que les communautés du même type présentes au même moment dans les autres villes italiennes. Il nous faut donc garder ces différences à l’esprit ; malgré tout, la communauté des pénitentes dominicaines vénitiennes ne diffère pas essentiellement dans sa structure et dans ses fonctions sociales et religieuses de celle qu’a pu connaître Catherine de Sienne ; il s’agit simplement, pourrait-on dire, d’une « communauté modèle ».

  • 18 Testaments de Cataruzza Girardo, 1409, Griffon 554, no 121; de Maria Nicolao, 1445, Rizzo 868, no 3 (...)
  • 19 Testaments de Ursia Cappelari, 1439/45, Rizzo 869 ; de Benedicta Compagno, 1443/46, Rizzo 869 ; d’I (...)
  • 20 Testament de Clara Guidizzi, 1441, Rizzo 869.
  • 21 Testament de Coletta, prieure, 1445, Rizzo 869.
  • 22 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 98.
  • 23 Ibid., p. 100.
  • 24 La prieure Coletta vivait avec deux esclaves, Margherita et Agnese (Coletta, 1445, Rizzo 869).

9Parler de « communauté » ne signifie nullement le partage d’une même résidence, mais seulement celui d’un même mode de vie, conforme à la règle des pénitents. Les documents nous montrent en effet que les pénitentes habitaient en des endroits fort différents de la ville de Venise. Plusieurs d’entre elles vivaient dans la contrada des Santi Apostoli18, d’autres habitaient sur l’île de Castello19, d’autres encore vivaient dans la contrada de Santa Soffia20 ou encore dans celle des San Severo21. Il est possible que la contrada des Santi Apostoli ait abrité une « maison commune » regroupant une petite communauté de pénitentes. On sait en effet qu’une maison de ce quartier fut léguée à la communauté des pénitentes dominicaines en 144422 ; par ailleurs, le testament de leur prieure, sœur Coletta, fait allusion en 1445 à « mes sœurs qui habitent la contrada des Santi Apostoli » (« mie sorelle le qual habita in la cha de sancto apostolo »). Il ne s’agissait néanmoins pas d’un véritable couvent, puisque la prieure n’y habitait pas elle-même. Il est probable que quelques pénitentes aient choisi d’habiter ensemble pour des raisons principalement économiques. On sait en effet que les pénitentes les plus pauvres pouvaient être hébergées par des consœurs, afin de partager les frais de la vie quotidienne ; c’est le cas d’Isabeta Lion qui, en 1432, hébergeait chez elle une autre pénitente, sœur Cecilia23. Durant la première moitié du xve siècle, chacune des pénitentes était libre de conserver son propre logement et même, le cas échéant, son propre personnel domestique24.

  • 25 Processo Castellano... cit., p. 62-63.
  • 26 Ibid., p. 95; 417.
  • 27 Ibid., p. 92.
  • 28 L’origine de cette erreur, que l’on trouve dans plusieurs articles, réside dans l’identification de (...)
  • 29 L’église du Corpus Christi est reconstruite et agrandie à partir de 1440. Voir G. M. Radke, Les non (...)
  • 30 Franceschina, veuve de Bernardo Galeto, émet en 1452 le souhait d’être enterrée in archa sororum te (...)

10La communauté se rassemblait vraisemblablement pour ses chapitres mensuels à l’église du couvent des frères prêcheurs, San Zanipolo, où elle disposait peut-être d’une chapelle, en tout cas d’un « local » attenant à l’église ou au couvent. Thomas de Sienne laisse entendre en effet à plusieurs reprises dans le Processo Castellano, écrit entre 1411 et 1416, que les tertiaires se réunissaient en un lieu particulier, dont la nature n’est toutefois jamais précisée puisqu’il écrit apud sorores de poenitentia. De telles mentions sont toujours liées, dans le Processo, à la localisation des reliques de Catherine de Sienne transférées à Venise25, ainsi qu’aux images de la sainte servant à son culte. Or, le centre vénitien du culte de la mantellata siennoise était alors San Zanipolo : c’est dans cette église que se tenaient la plupart des prêches et des cérémonies célébrées en son honneur ; c’est aussi dans le couvent attenant, dont Thomas de Sienne fut prieur entre 1409 et 1411, que se déroulaient les dîners (cene) organisés en son honneur26. Les reliques confiées aux pénitentes, consœurs et héritières désignées de Catherine de Sienne, devaient être vues par les laïcs qui venaient chaque jour, selon les dires de frère Thomas, implorer l’intercession de la mantellata et fleurir ses images27. L’expression dont use Thomas de Sienne doit donc désigner à San Zanipolo un lieu ouvert qui associait de manière visible les pénitentes avec Catherine de Sienne. Leur lieu de rassemblement quotidien ne peut pas être en tout cas, ainsi que l’affirme M. H. Laurent, l’église des moniales du Corpus Christi28 qui était à la fois exiguë et éloignée du couvent de leurs directeurs spirituels29. Il n’est guère vraisemblable que Thomas de Sienne ait préféré ce lieu à la centralité indiscutable de son église de San Zanipolo qui facilitait la propagande en faveur du culte de sa mère spirituelle. En outre, les testaments nous apprennent que les pénitentes vénitiennes disposaient à San Zanipolo d’un ou plusieurs tombeaux (archae) dans lesquels certaines d’entre elles se faisaient inhumer30.

  • 31 Le seul prieur connu de la communauté vénitienne est Antonio Soranzo (Processo Castellano, p. 95 ; (...)
  • 32 Elle a été identifiée par F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 102 et 104.

11Une prieure unique était élue par toute la communauté des pénitentes ; elle devait être confirmée par leur directeur spirituel. Notons que les pénitents, qui semblent avoir été relativement nombreux à Venise du temps de Thomas de Sienne, élisaient eux aussi un prieur31. Les testaments nous donnent les noms de deux des prieures de la communauté, en cette première moitié du xve siècle : Agnesina della Stuppa (prieure dans les années 1410) et sœur Coletta (prieure dans les années 1440). Une troisième prieure, dénommée Flora et active dans les années 1450, est par ailleurs connue32.

  • 33 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 102. Le testament est daté de 1422.
  • 34 Griffon 554, no 121.
  • 35 Les imprestiti sont des emprunts d’Etat qui rapportent chaque année à leurs détenteurs des intérêts (...)

12Agnesina della Stuppa est citée par Thomas de Sienne dans sa déposition pour le Processo Castellano, datée de 1411. D’après son testament, elle était veuve et sans enfants ; issue d’un milieu social plutôt modeste, elle résidait dans la contrada de Santa Marina33. Agnesina apparaît en outre dans le testament de l’une de ses consœurs, Cataruza Girardo, rédigé en 140934. Elle s’y trouve chargée de répartir les legs religieux de la testatrice. Ces legs, au demeurant, attestent les liens étroits de Cataruza avec le mouvement observant dominicain. Le profit annuel fourni par ses imprestiti35revient grâce à elle au couvent de San Zani-polo et au monastère du Corpus Christi (deux ducats seulement pour les moniales) « per la festa dela beata Chatarina da Siena », célébrée dans les deux établissements. Si Agnesina venait à mourir avant elle, elle serait remplacée en tant qu’exécutrice testamentaire par « una delle plu discrete done se trovera delabito dela penitenza de san domenego ». La plus grande partie du patrimoine de Cataruza revient toutefois à sa famille, mais si les héritiers venaient à manquer, les sœurs de la pénitence entreraient de nouveau en scène pour répartir ces biens, principalement des imprestiti, en quatre parts égales entre les différents établissements observants dominicains de la lagune : « Prima una parte alle donne del corpo di christo per so viver, la segonda a san Zane Pollo, la terza a San Domenego, la quarta a San Domenego a Chioza ». Cataruza ne fait donc aucun legs à sa propre communauté, mais elle partage son patrimoine entre les frères et les moniales. Il est vrai que les pénitentes n’étant pas contraintes à mettre en commun leurs biens et n’avaient aucune raison, en tant que communauté, d’être destinataires de tels dons, tandis que de petits legs, comme nous le verrons, leur étaient souvent attribués, en général pour des raisons précises.

  • 36 1445, Rizzo 869.

13La seconde prieure qui nous est connue est sœur Nicoletta ou Coletta. Elle apparaît elle aussi comme un recours privilégié pour la bonne exécution des legs religieux ; nous aurons l’occasion d’y revenir. L’Archivio di Stato de Venise conserve, en outre, le propre testament de sœur Coletta, daté de septembre/novembre 144536. Ce testament est très riche d’informations sur celle qui se présente comme la « priora delle done del terzo ordine de san domenego ». Coletta n’a apparemment ni mari ni enfants survivants (tout comme Agnesina della Stuppa). Elle répartit ses biens entre ses servantes d’une part et divers établissements religieux d’autre part, dont les quatre établissements observants dominicains précédemment cités qui obtiennent la part principale. Elle désigne comme exécutrice testamentaire l’une de ses consœurs, Agnesina Griti. Elle lègue par ailleurs à une autre de ses consœurs, Taddea di maistro Simon Taiapietra, sa jeune esclave Agnesina, avec mission pour elle de l’affranchir et de la marier quand elle aura atteint ses dix-huit ans. Elle laisse enfin à ses sœurs résidant dans la contrada des Santi Apostoli divers éléments de linge de maison et de mobilier dont un meuble (un armarolo) peint « con la madona, san domenego, la passion de messer ieshu christo depinta in tela ». Ce legs particulier illustre le caractère privé de la dévotion des pénitentes qui se consacraient à la prière dans leur propre maison.

  • 37 Elle est publiée à la fin de cet article. Ce manuscrit était, en 2006, en vente auprès de la boutiq (...)
  • 38 Certaines indications laissent penser que le manuscrit était à l’usage des sœurs, notamment, f. 37v (...)
  • 39 Selon les experts des Enluminures, le manuscrit date de 1405/ 1413.
  • 40 La liste mentionne en effet explicitement des sœurs déjà décédées.

14Combien de pénitentes la prieure avaient-elle sous sa responsabilité ? Dans un manuscrit vénitien contenant le texte de leur règle se trouve une liste des membres de la communauté des pénitentes vénitiennes37. Le manuscrit, qui leur a sans doute appartenu38, peut être daté du début du xve siècle39. La liste cite trente-huit noms de femmes, ayant vécu à la fin du xive et au début du xve siècle40. Ce document exceptionnel ne révèle pas l’état de la communauté à un moment précis, mais atteste néanmoins son importance quantitative.

  • 41 En suivant les indications données par S. Chojnacki : In search of the Venetian patriciate : famili (...)
  • 42 Historia Discipline Regularis... cit., p. 203.
  • 43 Cf. note 31.
  • 44 F. Sorelli, La santità imitabile... cit.
  • 45 F. Sorelli publie son testament dans La santità imitabile... cit., p. 229-230.
  • 46 Historia Discipline Regularis... cit., p. 205 et sq.
  • 47 Griffon 554 no 97 (sans date).
  • 48 Par exemple, « Franceschina Barbiera ».
  • 49 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit. Citons en particulier Chiara Guiducci, veuve d’un march (...)
  • 50 1457, Rizzo 868 no 185.
  • 51 Testament de Coletta, 1445, Rizzo 869 ; testament de Stefanella Cavoduro, 1442, Rizzo 868, no 447.

15De quel milieu social les pénitentes vénitiennes étaient-elles issues ? La liste des trente-huit pénitentes mentionne huit noms qui sont ceux de familles patriciennes (soit 21,6 % des 37 noms lisibles)41. En outre, parmi les noms cités, quelques pénitentes en particulier peuvent être identifiées. Astrologia Verzoni était une jeune veuve qui avait reçu l’habit des pénitentes de la main de Thomas de Sienne, en 139842. Nous avons déjà eu l’occasion de citer Cataruza Girardo, qui fit rédiger son testament en 1409. Mère de deux filles (dont une était déjà morte en 1409), elle laissa l’essentiel de ses biens (presque un millier de ducats en imprestiti) à ses petits-enfants. Marina Soranzo était l’épouse d’Antonio Soranzo, longtemps prieur de la branche masculine des pénitents dominicains, un homme fortement impliqué dans la diffusion de l’Observance à Venise43. Maria Storioni occupe une place toute particulière dans l’histoire des pénitentes vénitiennes : morte en 1399, c’est elle que Thomas de Sienne choisit pour en faire le modèle de la pénitente parfaite dans sa Leggenda di Maria da Venezia44rédigée peu de temps après sa mort. Fille d’un riche marchand vénitien, elle avait été, très jeune et sans enfants, abandonnée par son mari. Isabetta Burlamacchi était la veuve d’un marchand d’origine lucquoise, exilé à Venise45. Lucia Mussolin était, elle, la veuve d’un médecin ; sa famille était très impliquée dans l’Observance dominicaine puisque sa fille Margherita entra au monastère du Corpus Christi dès 1394 tandis que son fils Nicolas se fit frère au couvent de San Zanipolo, où il acquit très vite une réputation de sainteté46. Nous avons déjà eu l’occasion de mentionner Agnesina della Stuppa, qui fut un temps prieure de la communauté des pénitentes. Cataruza, veuve de Francesco Malispero, qui appartenait à une riche famille patricienne, était mère de plusieurs enfants, elle possédait en outre une esclave47. Quelques sœurs pourraient également être issues de familles d’artisans48. Il faut ajouter à cette liste les noms des pénitentes cités par F. Sorelli49, et quelques noms d’autres pénitentes connues par d’autres attestations, principalement la prieure sœur Coletta, déjà citée, mais aussi Isabella, veuve d’Antonio Belandi, qui, en 1457, demanda à être enterrée dans n’importe quel établissement religieux, pourvu qu’il soit observant50, ou encore Zanina Ferrante, citée comme exécutrice dans des testaments des années 144051. Ces nombreux exemples nous montre que la majorité des pénitentes, ou du moins celles dont le nom a été conservé dans les documents, étaient des veuves issues de la classe « moyenne », c’est-à-dire issues de familles qui ne faisaient pas partie des classes dirigeantes, mais qui vivaient dans une certaine aisance (marchands, médecins...). Des femmes pauvres faisaient aussi partie de la communauté. Certaines étaient en effet hébergées par d’autres, comme nous l’avons vu dans le cas d’Isabetta Lion et de sa compagne Cecilia. Le testament d’Isabella Belandi nous fournit un indice de plus à ce sujet en mentionnant les pauperes sorores nostri ordinis sancti Dominici. En utilisant cette formule, la testatrice inclut les « pauvres sœurs » dans l’Ordre de saint Dominique auquel elle-même appartient, tout en en faisant une catégorie à part. Cette phrase suggère que parmi les pénitentes se trouvaient de pauvres femmes qui avaient sans doute cherché de la sorte à remédier à une situation sociale et économique difficile. La communauté des pénitentes vénitiennes était donc faite de femmes de tous milieux, des patriciennes aux pauvres, même si les femmes issues des classes « moyennes » y dominaient. La communauté des pénitentes, toutefois, étendait son influence bien au-delà du milieu de ses propres membres.

Les pénitentes dans la société vénitienne

  • 52 Magdalena Ravagnan, veuve d’Antonio, 1430, Rizzo 869 ; Caterina épouse de Guilielmi chancelier du d (...)
  • 53 Isabetta épouse de Stefano Massullo, 1431, Rizzo 869 – y renonce en 1438 ; Helena Zorzi 1437, Rizzo (...)
  • 54 Helena épouse de Iacopo Zorzi, 1437, Rizzo 869 ; Margherita a Perlis, 1438, Rizzo 869 ; Cristina Mi (...)
  • 55 Voir J. C. Schmitt, Mort d’une hérésie. L’Église et les clercs face aux béguines et aux béghards du (...)
  • 56 Rizzo 869.

16Le rôle d’exécutrice testamentaire dévolu à leurs consœurs par Cataruza Girardo et la prieure Coletta n’est pas seulement le reflet de la confiance qui unissait entre elles les pénitentes, cette disposition semble relever d’une habitude plus générale : les pénitentes, et particulièrement leur prieure, étaient souvent désignées comme exécutrices dans les testaments de femmes vénitiennes, qu’elles soient elles-mêmes ou non pénitentes, en cette première moitié du xve siècle. C’est en particulier le cas de la prieure Coletta, désignée comme exécutrice par des femmes de toutes conditions, entre 1430 et 145152. Ce rôle qui leur est attribué est peut-être une spécificité vénitienne ; cela prouve la confiance dont elles bénéficiaient à Venise et le respect dont elles jouissaient. Les testaments des Vénitiennes présentent d’ailleurs d’autres preuves évidentes de la considération dans laquelle étaient tenues les pénitentes dominicaines. Il n’est pas rare en effet d’y trouver la requête particulière d’être revêtue de l’habit de l’Ordre de la pénitence de saint Dominique à sa mort, en échange d’un petit legs53. La présence des pénitentes à la cérémonie des obsèques est parfois aussi demandée54. Faut-il en conclure que les pénitentes, comme les béguines d’Europe du nord, étaient spécifiquement associées aux rituels de la mort55 ? Les choses semblent en réalité plus complexes. Tout d’abord, notre source principale, les testaments, nous oriente nécessairement vers ce domaine. Ensuite, le rôle d’exécuteurs testamentaires ou les demandes spécifiques d’assistance aux obsèques que l’on trouve dans les testaments semblent traduire la familiarité que la testatrice entretenait avec les pénitentes plutôt qu’un rôle social reconnu de tous. Il arrive souvent en effet que les testatrices vénitiennes demandent la présence d’un certain type de personnel religieux pour leurs futures obsèques, en particulier les clercs de leur paroisse d’origine. Cela ne signifie pas pour autant que ces clercs soient spécialement dévoués à l’accompagnement des morts, mais seulement que la testatrice – dans d’autres cas, le testateur – souhaite manifester son attachement à sa paroisse jusque dans la mort. Il faut comprendre les requêtes adressées aux pénitentes dans le même sens : elles manifestent un attachement et une estime particulière envers les pénitentes de saint Dominique. Cristina, fille de Marco Michiel, dans son testament du 28 décembre 144756, demande aussi bien au chapitre de sa paroisse (San Cancian) qu’aux pénitentes de saint Dominique d’assister à ses obsèques. Mais du fait qu’elle demande aussi à être revêtue de l’habit des moniales dominicaines et à être enterrée au monastère du Corpus Christi, on peut en déduire un attachement manifeste envers les Dominicains, ou plus précisément, envers les femmes de cette mouvance religieuse avec lesquelles elle a probablement entretenu des liens spirituels forts.

17Si la mention de ces pénitentes dans de nombreux testaments féminins de la première moitié du xve siècle est remarquable, l’absence des testaments masculins, au moins pour le corpus jusqu’à présent constitué, l’est tout autant. Il semble que les pénitentes aient tissé au sein de la société vénitienne un réseau de relations presque entièrement féminin – si l’on excepte, bien sûr, les clercs qui étaient chargés de leur direction spirituelle, ainsi que les maris et les fils de certaines d’entre elles. Exécutrices testamentaires des Vénitiennes, intercesseurs lors des obsèques des patriciennes qui demandaient parfois aussi leur habit dans la tombe, les pénitentes constituait encore, par l’assistance mutuelle qu’elles pouvaient procurer, une communauté refuge pour les femmes seules. Marie de Venise, la pénitente modèle, n’était-elle pas elle-même une femme abandonnée par son mari, qui put retrouver une situation respectable grâce à l’habit de saint Dominique ?

  • 57 1441 puis 1447, Rizzo 868, no 359.
  • 58 1450, Rizzo 868, no 279.

18La variété de l’origine sociale des femmes mentionnant les pénitentes est un autre trait remarquable des testaments étudiés. Ce sont en effet aussi bien des servantes comme Maria Manolesso57que des épouses de patriciens comme Magdalena Prioli58, en passant par les épouses de notaires, qui se recommandent aux pénitentes. Les pénitentes, qui étaient elles-mêmes en majorité issues des classes sociales « moyennes », mais comptaient dans leurs rangs aussi bien des pauvres femmes que des épouses de patriciens, se trouvaient donc au contact de toute la société féminine vénitienne. On ne peut certes exclure que, dans les motivations conduisant les femmes à faire profession dans l’Ordre de la pénitence de saint Dominique, des causes sociales et/ou économiques (veuvage, pauvreté, mais aussi recherche d’un statut social respecté pour les femmes seules) aient pu tenir une place importante. En ce qui concerne les « sympathisantes » en revanche, ce sont bien la piété et sans doute des relations d’amitié qui semblent avoir dessiné le réseau d’influence des pénitentes dominicaines à Venise. Présentes au cœur de la société vénitienne, les pénitentes constituaient de fait un relais efficace de la réforme religieuse auprès des femmes laïques. Nul doute que leur popularité ait eu un lien avec la diffusion du culte de Catherine de Sienne à Venise dans la première moitié du xve siècle, sous l’impulsion déterminante de leur directeur spirituel, Thomas de Sienne. Dans le contexte de la rédaction du Processo Castellano, elles étaient en effet la vivante démonstration de l’excellence du mode de vie des laïques dominicaines.

Les moniales

  • 59 L’une des préoccupations principales de Thomas de Sienne fut d’insister sur le caractère définitif (...)
  • 60 La différence des vêtements est bien visible dans les œuvres de fra Angelico, notamment dans la rep (...)
  • 61 La controverse sur la cure spirituelle des moniales dominicaines s’est terminée par un compromis en (...)

19Les moniales dominicaines, contrairement aux pénitentes, vivaient dans une très stricte clôture. En outre, elles prononçaient des vœux solennels et portaient le voile noir et le scapulaire, tandis que les pénitentes ne prononçaient que des vœux simples59, portaient un voile blanc et un manteau noir60. Leur vocation était purement contemplative ; leur mode de vie devait donc sembler bien plus traditionnel aux yeux de leurs contemporains que celui des pénitentes. Appelées canoniquement Moniales Ordinis sancti Augustini sub cura et instituta fratrum praedicatorum, elles étaient soumises à l’observance des Constitutions rédigées par Humbert de Romans en 1259. En raison de la controverse qui les avait opposées aux frères durant le xiiie siècle, elles étaient seulement rattachées à l’Ordre in spiritualibus, si bien que les frères n’avaient pour obligation que le contrôle annuel de leurs monastères, en vertu des Constitutions, et la nomination des chapelains préposés à leur service61. Dans la pratique toutefois, et notamment dans le cadre de l’Observance, les liens entre monastères de moniales et couvents de frères pouvaient être très forts. De même, dans le contexte réformateur qui fut celui du début du xve siècle, leur pratique de la stricte clôture prit un sens particulier au sein du mouvement.

  • 62 S. Duval, Chiara Gambacorta... cit.
  • 63 Les Constitutions de 1259 prévoyaient déjà « l’anathème » pour les moniales qui auraient enfreint l (...)
  • 64 Ainsi que l’attestent aussi bien les lettres de Jean Dominici aux sœurs du Corpus Christi (Jean Dom (...)
  • 65 Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatorum, vol. 2, p. 334.
  • 66 Ibid. vol. 3, p. 40.
  • 67 C’est ce qui est écrit au dos de l’une des bulles conservées dans les archives du monastère (Archiv (...)

20La réforme des monastères de moniales dominicaines fut lancée par Chiara Gambacorta et ses premières compagnes qui fondèrent en 1385 à Pise le monastère de San Domenico. Deux bulles spécifiques régulant la pratique de la stricte clôture observante furent accordées à la communauté, par Urbain VI en 1387 puis par Martin V en 142662. Alors que les Constitutions des moniales dominicaines étaient déjà particulièrement sévères à propos du respect de la clôture, les bulles accordées au monastère pisan inaugurèrent une pratique rigoureuse jusqu’à l’excès de cette clôture : le parloir devait être protégé par un voile opaque, afin que les moniales ne pussent ni voir ni être vues, et toute infraction à la clôture de la part des laïcs entraînait, ipso facto, l’excommunication (bulle de 1387) ; en outre les permissions accordées aux frères d’entrer dans la clôture63 pour les prises de voile et pour les enterrements de religieuses étaient supprimées (bulle de 1426). Sans doute par l’intermédiaire de Jean Dominici, qui connaissait Chiara Gambacorta et la communauté pisane64, la bulle de 1387 fut octroyée au monastère du Corpus Christi dès 139365. La bulle de 1426 fut elle aussi accordée aux moniales vénitiennes, en 143566. Les moniales du Corpus Christi vivaient donc « comme les moniales de Pise67 » ; leur monastère, fondé par Jean Dominici, était incontestablement, avec San Domenico de Pise, l’un des centres les plus importants de la réforme observante dominicaine féminine en Italie.

  • 68 J’ai constitué le catalogue des actes sur parchemin des xive et xve siècles contenus dans le fonds (...)
  • 69 Pour la chronique de Bartolomea Riccoboni, cf. note 10. Celle de sa sœur n’est pas éditée ; on en t (...)
  • 70 Cf. note 12. C’est à partir des Pergamene que j’ai sélectionné les noms des notaires.

21Le fonds du monastère du Corpus Christi aux Archives d’Etat de Venise est à la fois riche et décevant. Riche, parce qu’il contient 143 actes sur parchemin des xive et xve siècles68, ainsi que deux chroniques du xve siècle dans lesquelles l’histoire du monastère et des premières moniales a été relatée par deux moniales, les sœurs Bartolomea et Chiara Riccoboni69. Si ces chroniques contiennent de très nombreuses informations sur les moniales et leur spiritualité, le fonds d’archives est beaucoup plus pauvre, en revanche, en ce qui concerne le fonctionnement interne du monastère : les registres de comptes et de possessions n’ont pas été conservés pour la première moitié du xve siècle, et le Diplomatico, où sont contenus tous les actes sur parchemin, conserve en réalité bien peu de documents ayant directement trait à la vie de la communauté. Restent les testaments qui figurent dans les registres des notaires ayant travaillé pour le monastère70 : faute d’y lire beaucoup d’informations sur les moniales elles-mêmes, on peut y trouver les noms de beaucoup de personnes ayant fait testament en faveur de leur monastère, mettant ainsi en évidence un réseau de protection plutôt étendu.

Histoire de la communauté

  • 71 Il s’agit de la vente d’un terrain situé dans la contrada de Santa Lucia (où se trouve alors le mon (...)
  • 72 Ces actes ont été publiés dans les Lettere Spirituali... cit., p. 331-350 ; ils ont été étudiés par (...)

22La source principale pour reconstituer l’histoire du monastère du Corpus Christi reste la chronique de sœur Bartolomea Riccoboni, qui contient en outre un nécrologe fort de quarante-neuf notices sur les premières moniales du monastère. Cette chronique nous apprend notamment que le monastère du Corpus Christi fut fondé en 1375 par une moniale bénédictine, Lucia Tiepolo, qui aurait reçu la mission divine de s’établir sur le cap de Zirada, un îlot délaissé à l’ouest de Venise (le site du monastère est aujourd’hui occupé par la gare de Santa Lucia). Le monastère fut, à l’origine, patronné par un riche marchand, Francesco Rabia. La petite communauté bénédictine vivota jusqu’à l’arrivée de Jean Dominici, qui décida, sur la suggestion de deux jeunes filles dévotes, Andriuola et Elisabetta Tomasini, de faire de ce petit monastère un nouvel établissement observant dominicain. Cette version des faits est en grande partie confirmée par les actes conservés dans le fonds du monastère du Corpus Christi à l’Archivio di Stato de Venise. Le changement d’Ordre de l’abbaye bénédictine du Corpus Christi (avec comme conséquence, pour Lucia Tiepolo, l’abandon de son titre d’abbesse pour celui de prieure) est contenu dans la bulle de fondation datée du 20 janvier 1393. L’implication des sœurs Tomasini dans la fondation du monastère est confirmée par un acte de vente daté du 10 avril 139371. Deux actes réglementant les rapports du nouveau monastère avec le patron Francesco Rabia en 1397 se trouvent aussi dans les archives du monastère72.

  • 73 Comme sœur Bertucia Cerioli par exemple (Necrologio de Bartolomea Riccoboni, dans Lettere spiritual (...)
  • 74 Il s’agit là encore d’un renseignement donné par Bartolomea Riccoboni (Cronaca del Corpus Domini da (...)
  • 75 Jean Dominici raconte l’obtention de la bulle de fondation dans une longue lettre qu’il adresse à T (...)
  • 76 Lettere Spirituali... cit., p. 347.

23Alors que, durant sa période bénédictine, l’abbaye du Corpus Christi ne comptait guère plus de trois religieuses, pauvrement logées, le monastère dominicain prit un essor considérable dès l’entrée solennelle des premières religieuses, le 29 juin 1394, en présence du doge Antonio Venier. Ce jour-là, vingt-sept femmes firent leur entrée au monastère. Elles venaient non seulement du monde laïc, mais aussi d’autres monastères vénitiens73. Jean Dominici n’avait pas improvisé cette fondation ; bon nombre de femmes qu’il avait lui-même converties se préparaient depuis plusieurs mois à y entrer74 ; le prédicateur était, de plus, allé lui-même demander au pape la permission de procéder à la fondation75. La liste capitulaire du 23 juillet 139776 cite cinquante-cinq noms de moniales, ce qui signifie que le Corpus Christi était déjà, seulement trois ans après sa fondation, un monastère très peuplé.

  • 77 Tommaso Tomasini fut successivement évêque de Cittanova (Istrie), Pola, Urbino, Traù, Recanati et M (...)
  • 78 Un indice du maintien des relations entre le monastère et les Rabia est donné par le testament de C (...)
  • 79 L’information est confirmée par E. Cicogna dans son Delle iscrizioni veneziane raccolte ed illustra (...)
  • 80 Lettere Spirituali... cit.

24Après l’exil de Jean Dominici de Venise en 1399, ce fut l’un de ses disciples, Tommaso Tomasini, qui prit la communauté sous sa protection. Frère des deux sœurs Tomasini précédemment citées, il commençait alors une brillante carrière qui allait le mener à suivre Eugène IV à Florence et à occuper le siège épiscopal de Feltre77. Tous comme elles avaient manifesté un attachement sans bornes à leur premier père spirituel Jean Dominici, les moniales du Corpus Christi considérèrent bien vite Tommaso Tomasini comme leur second père. La continuation de la chronique de Bartolomea Riccoboni par sa sœur Chiara rend compte à la fois de ce que fit Tommaso pour le monastère et de l’affection que lui vouèrent les moniales. Il ne fut pourtant pas le seul protecteur du monastère. Les Rabia, premiers patrons de l’établissement, entretinrent avec la communauté un rapport complexe ; après la fin du xive siècle, à la suite d’une brouille intervenue entre Francesco Rabia et les moniales à cause de la construction d’une tribune dans l’église, il ne semble pas que la famille ait poursuivi ses investissements financiers dans le monastère ; les Rabia ne rompirent cependant pas totalement les liens avec la communauté78. Un autre prélat vénitien gratifia le monastère de sa protection : il s’agit de Fantin Dandolo, évêque de Padoue 1448 à 1459. La chronique de Chiara Riccoboni n’oublie pas de mentionner les nombreux bienfaits dont il gratifia la communauté, ni même le fait qu’il fut lui aussi enterré dans l’église du monastère79 ; pour autant, le texte montre clairement que les moniales n’entretenaient pas avec lui le même rapport qu’avec Jean Dominici ou Tommaso Tomasini. Ceux-ci, véritables pères spirituels du monastère, étaient clairement engagés dans la réforme ; ils étaient porteurs d’une spiritualité qui a nourri les moniales pendant toute la première moitié du xve siècle. Les nombreuses lettres envoyées par Jean Dominici aux moniales du Corpus Christi témoignent encore aujourd’hui80 des exigences du prédicateur envers ses « chères filles », à qui il demandait, eu égard à leur condition d’épouses du Christ, rien moins que la perfection.

  • 81 Bartolomea Riccoboni, Necrologio del Corpus Christi, dans Lettere Spirituali... cit., p. 302.
  • 82 Bartolomea Riccoboni, Cronaca del Corpus Domini, dans Lettere Spirituali... cit., p. 266.
  • 83 Bartolomea Riccoboni, Necrologio del Corpus Christi, dans Lettere Spirituali... cit., p. 327.
  • 84 Une diversité moins grande, cependant, que celle qui caractérise à la même époque le monastère San (...)
  • 85 70 %, d’après I. Fees dans Le monache di San Zaccaria a Venezia nei secoli xii e xiii, Venise, 1998
  • 86 79 %, d’après S. Carraro dans Società e religione nella Venezia medievale. Il monastero di San Lore (...)
  • 87 Le Necrologio de Bartolomea Riccoboni en cite trois.

25Qui étaient les moniales du Corpus Christi ? Bartolomea Riccoboni, dans son nécrologe, n’oublie jamais de préciser si la moniale dont elle parle était une vierge (« verzene purissima ») ou une veuve. Les unes et les autres étaient présentes dans la communauté ; certaines veuves entraient d’ailleurs au monastère avec leurs filles, comme Franceschina da Noal et sa fille Orsola81. De vieilles femmes entraient aussi, telle Orsa da Noal, la belle-mère de Franceschina82. En majorité, les moniales étaient issues de familles vénitiennes, même si certaines d’entre elles, converties par Jean Dominici lors de ses prêches itinérants, venaient de plus loin. C’est le cas, par exemple, de Geronima de Cancellieri83, originaire de Pistoia. La communauté des moniales présentait donc une certaine diversité d’âges et de provenances géographiques84. Il en va de même des origines sociales : sur les cinquante-cinq noms cités dans la liste capitulaire du 23 juillet 1397, dix-sept peuvent être identifiés comme ceux de familles patriciennes, soit environ 31 % de la communauté. La proportion de patriciennes est à l’évidence plus forte chez elles que chez les pénitentes dominicaines ; toutefois, le taux que nous constatons pour le Corpus Christi est très nettement inférieur à ceux des monastères bénédictins anciens de la ville de Venise tels que San Zaccaria85 ou San Lorenzo86. Parmi les autres moniales figurent des filles et/ou épouses de marchands (les sœurs Tomasini et leur mère adoptive Margherita Paruta), de banquiers (Margherita Bocho épouse Lucian) ou de médecins (Margherita Mussolin). Les moniales pauvres, sans doute peu nombreuses, étaient converses, comme dans la majorité des monastères87. Une certaine diversité sociale régnait donc dans la communauté monastique du Corpus Christi. Aucune liste postérieure à 1397 ne nous permet, hélas, de connaître l’évolution du recrutement des moniales au cours du xve siècle.

Les moniales et les laïques

  • 88 En particulier les registres intitulés Catastico dei testamenti perpetui (Corpus Domini, Cartacee, (...)

26Le Diplomatico du monastère conserve quelques exemplaires de testaments de la fin du xive siècle, et divers registres conservés dans les archives du monastère gardent la trace de legs en faveur de la communauté88. Cette documentation, jointe au corpus testamentaire jusqu’à présent réuni, enrichit sensiblement notre information sur les réseaux de fidèles qui ont entouré, dès sa fondation, le monastère du Corpus Christi jusqu’aux années 1450.

  • 89 L’ensemble du corpus consulté contient 295 testaments mentionnant le Corpus Christi entre 1394 et 1 (...)
  • 90 Comme dans le testament de Bianca Marcello (1395, Gibellino 571, no 95) ou d’Anna Pisano (1397, Gri (...)

27Les legs semblent assez constants de 1394 à la fin des années 145089. La plupart d’entre eux, effectués pour l’âme du testateur (pro anima sua), se situent entre un et vingt ducats seulement. Le monastère du Corpus Christi se trouve associé aux autres établissements dominicains réformés (San Domenico di Castello, San Giovanni e Paolo, San Domenico de Chioggia), ce qui dénote l’attachement des testateurs à l’Observance dominicaine en tant que telle. Mais le Corpus Christi est tout aussi couramment associé à d’autres monastères dont le point commun est seulement d’être des communautés féminines ; parmi eux, le plus souvent cité est Sant’Andrea de Zirada, situé non loin du Corpus Christi. Dès la fin du xive siècle, soit dès les premières années de son existence en tant que monastère dominicain, le Corpus Christi a donc trouvé sa place parmi les nombreuses institutions religieuses auxquelles les Vénitiens se recommandent afin d’y obtenir des prières pour le salut de leur âme90.

  • 91 Margherita Quartari, 1395, Catastico de testamenti d’imprestiti ; Margherita Lucian, 1396, Catastic (...)
  • 92 Ces legs sont possibles, mais les biens légués sont ensuite mis dans le patrimoine commun du monast (...)
  • 93 Cristina et Marco Michiel sont les parents de Giovanni, futur Teofilo, moine bénédictin de l’abbaye (...)
  • 94 Gibellino 574, no 631.
  • 95 Il s’agit de moniales converses (Pergamene, busta 4, no 9).
  • 96 220 ducats. Gibellino 575 no 707.
  • 97 100 ducats, avec instauration d’une mansonaria perpetua (Catastico de testamenti de mansonarie).
  • 98 100 ducats, avec instauration d’une mansonaria perpetua (Rizzo 869).
  • 99 Catastico de testamenti d’imprestiti.
  • 100 Griffon 554 (sans no).
  • 101 Catastico de testamenti d’imprestiti. Nous pourrions citer aussi les testaments de Giorgio Bonvisin (...)
  • 102 Voir Radke, Les nonnes et leurs protecteurs... cit. Testaments de Nicoletto Gruato (1407, Securitat (...)

28Ni les testaments des moniales s’apprêtant à faire profession au monastère91, ni les legs destinés à telle ou telle sœur par ses parents92 ne révèlent un attachement singulier des donateurs au Corpus Christi. Quelques testateurs, en revanche, se signalent en attribuant à la communauté un legs plus important que la petite somme donnée pro anima. Marco Michiel par exemple laisse en 1395 un legs de deux cents ducats : ce patricien était, avec sa femme Cristina, un fidèle de l’Observance93. Deux testaments de Cristina Michiel sont d’ailleurs conservés : le premier, daté du 10 mai 1395, n’est pas d’emblée généreux envers le monastère, bien que celui-ci soit tout de même désigné comme son héritier universel si les héritiers directs de Cristina meurent94 ; le second en revanche, daté du 21 janvier 1402, ne se contente pas de répéter cette clause, qui sera appliquée si les fils de Cristina meurent sans héritiers, il attribue dans l’immédiat au Corpus Christi la moitié de biens de la testatrice, qui ajoute à cela d’autres petits legs destinés à des moniales en particulier95. On peut en déduire que Cristina fréquentait assez la communauté pour connaître personnellement certaines religieuses. D’autres legs importants, comme ceux de Caterina Zorzi (1401)96, d’Orsa Contarini (1432)97 ou de Cristina Rabia (1437)98 peuvent aussi être signalés. Des conditions particulières règlementent en général de tels legs. Les profits annuels d’imprestiti sont ainsi accordés au monastère moyennant la célébration d’un anniversaire : c’est le cas, par exemple, de legs effectués par le doge Antonio Venier en 140099, par Zaccaria Gabriel en 1425100, ou par Antonio Correr, évêque de Ceneda, en 1429101. Dans les années 1440 par ailleurs, plusieurs legs sont explicitement destinés à la construction de l’infirmerie et de la nouvelle église du monastère102.

  • 103 « Che vada a’servir alle donne del Corpus Christi per anni otto » (Catastico de testamenti d’impres (...)
  • 104 Il s’agit d’un testament oral authentifié après la mort de Marina. Elle aurait déclaré : Semper hab (...)
  • 105 198 sur 295 soit 67 %.
  • 106 57 sur 295 soit 19,3 %

29D’autres types de legs méritent une attention particulière. En 1431, Chiara Zane laisse à sa servante toute sa literie et ses objets domestiques, mais à condition que cette dernière aille servir les moniales pendant huit ans103 ; la même année, une servante nommée Agnese laisse des imprestiti au monastère pour les filles de son patron, Andriuola et Domenica. Cette Agnese n’est d’ailleurs pas la seule femme du peuple à léguer ses biens au Corpus Christi : en 1446, Marina Calegaro, épouse d’un cordonnier, lègue tous ses biens au monastère, per breviarium. Selon les dires des témoins qui ont recueilli ses dernières volontés, Marina aurait ainsi voulu récompenser les moniales qui lui avaient fait tant de bien durant sa vie104. Néanmoins, dans leur majorité, les testateurs qui font des legs au Corpus Christi sont issus de classes patriciennes105. Ce sont surtout, en réalité, des testatrices, même si, contrairement au cas des pénitentes, le monastère du Corpus Christi est aussi mentionné dans des testaments masculins106. En d’autres termes, il est clair que cet établissement a très rapidement, et régulièrement, bénéficié de legs, peu importants toutefois, de la part de laïcs qui étaient le plus souvent des femmes issues de familles patriciennes. Même après le départ de Jean Dominici, il a donc joui d’une réelle reconnaissance sociale, sans que cela se traduise par la prospérité économique : les petits legs, aussi nombreux fussent-ils, ne suffisaient pas toujours à l’entretien d’une communauté nombreuse, comme le laissent entendre dans leurs chroniques les sœurs Riccoboni.

  • 107 1395, Gibellino 574, no 631.
  • 108 1397, Gibellino 574, no 634.
  • 109 1397, Gibellino 571, no 205.
  • 110 À deux exceptions près : dans le deuxième testament de Cristina Michiel (1402) et dans celui de Mar (...)
  • 111 Bianca Malispero, 1415, Griffon 554 (cahier no 7); Betsabea Capello, 1419, Griffon 554, no 66; Quir (...)

30Examinés de plus près, ces testaments se signalent par d’autres dispositions tout aussi intéressantes pour notre propos. Parmi les demandes précises qui accompagnent les legs, on trouve très souvent, de la part des femmes, celle d’être revêtue pour leur inhumation de l’habit des moniales, et d’être inhumée à l’intérieur du monastère, « nella parte delle donne » ou « dentro », c’est-à-dire à l’intérieur de la clôture et non pas dans la partie de l’église ouverte aux laïcs. Dès 1397, au moins trois demandes de ce type sont énoncées : par Cristina Michiel dans son premier testament107, par Margherita di Sava Polo108 et par Ventura Condulmer, épouse d’Antonio Ravagnan109. Presque totalement absentes dans les années suivantes110, elles apparaissent de nouveau sporadiquement à partir de 1409111, puis, à partir de 1437, leur nombre s’envole : jusqu’en 1455, on compte trente-cinq demandes de ce type. Ces requêtes sont formulées en grande majorité par des femmes issues de familles patriciennes : trente-sept demandes sur quarante-huit entre 1397 et 1455 (soit 77 % des cas). Comment expliquer un tel phénomène, et une telle chronologie ?

  • 112 Pergamene, Busta 6, no 8 bis.
  • 113 In monasterio sororum de Corpore Christi civitate Veneciarum sub cura nostri ordinis constitutarum (...)
  • 114 Marina Zorzi, 1425, Griffon 554, Cahier no 2, par exemple.
  • 115 Comme Cristina Quartari, 1437, Rizzo 869.
  • 116 Ce sont des cesendoli qui doivent être allumés à des moments précis (durant la Consécration de l’ho (...)

31Le 23 avril 1430112, les moniales du Corpus Christi reçurent de la part du maître général Barthélémy Texier l’autorisation d’enterrer à l’intérieur de leur monastère, et dans l’habit de l’ordre, les laïcs, sans distinction de sexe, qui le désiraient113. Le privilège est rarissime, car il contrevient à la fois à la politique générale de l’Ordre à propos du droit de sépulture, objet de conflits récurrents avec le clergé paroissial, et à la règle du respect en toutes circonstances de la stricte clôture. L’audience qu’il connut auprès des femmes vénitiennes atteste de leur désir d’être assimilées, au moment de leur mort, aux moniales dominicaines observantes, dont le mode de vie suscitait à l’évidence une forte admiration, ce qui entretenait leur popularité, tout spécialement dans la société féminine, dans les années 1430-1450. En sollicitant cette inhumation au Corpus Christi, indice manifeste de leur attachement à la spiritualité dominicaine et au mouvement de la réforme, les patriciennes vénitiennes de cette première moitié du XVe siècle se distinguaient au regard des pratiques habituelles. Elles ajoutaient à cela d’autres demandes, précisant l’intercession qu’elles attendent de la part de la communauté : les sœurs doivent prier pour leur âme114, des messes devaient être célébrées115, des chandelles allumées116. Une telle quête fait écho d’une autre manière au privilège promulgué par Barthélémy Texier, qui garantissait aux fidèles enterrés au monastère la participation aux bénéfices spirituels de tout l’Ordre dominicain (fratris et sororis nostri ordinis).

  • 117 Bartolomea Riccoboni, Necrologio dans Lettere Spirituali... cit., p. 321.
  • 118 Ibid., p. 328.

32Les sœurs du monastère du Corpus Christi donnèrent donc consistance autour d’elles à un groupe de fidèles, principalement issus des classes patriciennes. Contrairement à ce que d’aucuns pourraient imaginer, cela n’était pas contradictoire avec la règle de stricte clôture qu’elles avaient adoptée. Dans les premiers temps de l’Observance, cette norme n’a pas eu pour objet d’isoler, en les enfermant, les moniales de la société ; au contraire, les femmes qui la respectaient traduisaient de la sorte aux yeux de tous leur perfection religieuse exemplaire. Le renforcement de la clôture jouait de manière paradoxale sur une représentation visible : le voile étendu sur la grille du parloir manifestait aux visiteurs la volonté des moniales de se retirer du monde. Il n’empêchait nullement, cependant, les conversations avec les fidèles laïques du monastère – au contraire, peut-être, puisqu’il leur permettait de se dérouler sans ambiguïté. Plusieurs moniales du Corpus Christi étaient alors connues pour les sages avis qu’elles rendaient ou pour les prières spéciales qu’elles faisaient pour ceux qui venaient se recommander à elles. C’est le cas par exemple de Petra di Città di Castello117, ou d’Elisabetta Tomasini : « [...] la iera de boni consegi, el vegniva de molti tribolati religiosi e secolari e donne e tutti se partiva consolati118 ».

  • 119 Rizzo 868, no 236.
  • 120 Rizzo 868, no 279.
  • 121 Rizzo 868, no 3.

33Les moniales dominicaines, tout comme les pénitentes, étaient donc au cœur d’un important réseau de fidèles laïcs, plus « patricien » cependant en ce cas, et aussi moins exclusivement « féminin ». La juxtaposition des deux réseaux, qui n’exclut pas cependant que les mêmes laïcs aient pu appartenir en certains cas à l’un et à l’autre, est suggérée par la rareté des testaments qui mentionnent à la fois les pénitentes et les moniales dominicaines. En 1448, Luchina Gabriel émit le souhait d’être enterrée dans l’habit des pénitentes dominicaines, tout en faisant un petit legs au Corpus Christi119 ; en 1450, Magdalutia veuve de Costantino Prioli, inséra les mêmes dispositions dans son testament120. Il arrive aussi que la mention des deux communautés traduise en réalité la préférence pour l’une d’elles : en 1438, Anna Ragusio exprima sa volonté d’être enterrée dans le monastère du Corpus Christi avec l’habit des moniales, en ajoutant que si les moniales n’accédaient pas à sa demande, elle serait enterrée avec les pénitentes121.

34Le rapport entre les pénitentes et les moniales, sous-jacent à l’expression qu’Anna Ragusio fait de ses dernières volontés, mérite que l’on s’y attarde. Les sources littéraires qui y font allusion l’inscrivent aussi dans une perception hiérarchique des statuts qui paraît omniprésente : malgré l’exemple de Catherine de Sienne, ni Thomas de Sienne ni ses confrères n’ont oublié qu’à la supériorité des clercs sur les laïcs s’ajoute, dans le cas des femmes, celle des moniales sur les pénitentes. Le statut de pénitente n’était, au fond, qu’un pis-aller pour des femmes qui, comme Maria Sturioni, ne pouvaient pas accéder à la pleine consécration à Dieu du fait de leur situation personnelle. Dans la Leggenda di Maria di Venezia, Thomas de Sienne ne manqua pas de mentionner l’admiration de sa pénitente pour les moniales du Corpus Christi à qui elle rendait visite :

  • 122 F. Sorelli, La Santità imitabile p. 198. L’autre pénitente dont il est question est Zanetta dalle B (...)

Dove attende, devoto lectore, come non solo in nel dicto ricevere del decto habito [della penitenza], ma in tutte le cose che questa dilecta avesse cognosciute esser più accette a Dio e di magior perfeçione, sento che sença nesun dubio essa con ogni gaudioso fervore avarebbe messe le mani, tenendo di certo che, se non fosse suto el legame del marito, ella per lo suo excessivo fervore sarebbe, penso, intrata nel monastero del Corpo di Cristo, si come adivenne d’una altra [...]122.

  • 123 Ibid. p. 198. Son nom est cité dans la liste capitulaire de 1397 ; sa notice figure dans le nécrolo (...)
  • 124 F. Sorelli, La Santità imitabile p. 206 et 212. On trouve le nom de « Teodora da Venezia » dans les (...)
  • 125 Pour Isabetta/Cristina, même référence que ci-dessus. Sœur Raffaella fit profession en 1413 (Archiv (...)
  • 126 Lettere spirituali... cit. lettre no 32.

35En faisant cette remarque, Thomas attribuait à sa pénitente une vertu supplémentaire : l’aspiration à la perfection religieuse. Or, il ne s’agit pas là d’un simple topos hagiographique : Thomas de Sienne a réellement « converti » plusieurs pénitentes de sa communauté à la vie monastique : ce sont des amies de Maria Sturioni qu’il cite à plusieurs reprises dans la Leggenda. Zanetta dalle Boccole entra au Corpus Christi avant 1397 ; elle y devint sous-prieure123. Astrologia Verzoni partit dans les premières années du xve siècle faire profession monastique à Pise, au monastère observant de San Domenico, alors dirigé par Chiara Gambacorta ; elle y devint sœur Teodora124. Une autre pénitente de la même communauté, Isabetta Burlamacchi, ainsi que deux de ses filles en bas âge, firent le voyage de Pise en compagnie d’Astrologia ; le convoi s’arrêta d’ailleurs un temps à Lucques, dans la famille d’Isabetta. Celle-ci fit à son tour profession au monastère de San Domenico sous le nom de sœur Cristina, tandis que l’une de ses filles, Maddalena, devint sœur Raffaella125. Jean Dominici mentionne encore dans ses lettres Agnese Lanfreducci, une pénitente pisane liée, elle, au monastère de Chiara Gambacorta. Le prédicateur florentin l’envoya à Venise, afin qu’elle fît profession monastique au Corpus Christi, elle aussi sous le nom de Teodora126. Les pénitentes dominicaines les plus pieuses étaient donc poussées vers l’état religieux qui était considéré comme le plus parfait : celui de la profession monastique.

  • 127 F. Sorelli, La santità imitabile... cit., p. 224-225.
  • 128 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 109.
  • 129 Elle leur laisse ses meubles et cinq cents ducats d’imprestiti. 1445, Rizzo 869.
  • 130 Appelée « pinzochera » dans les sources, il est impossible de savoir si elle était une tertiaire fr (...)

36Cette hiérarchie, vécue comme une évidence dans la société du temps, était pleinement acceptée par les pénitentes, qui entretenaient d’étroites relations avec les moniales. L’enterrement de Maria Sturioni au monastère du Corpus Christi renforça encore le lien entre les femmes des deux communautés127. Sœur Floruccia da Modena mentionne dans son testament de 1416 la familiarité qu’elle entretenait avec les moniales128. La prieure des pénitentes Coletta fit des moniales du Corpus Christi les principales bénéficiaires de son testament de 1445129. Certaines familles vénitiennes, enfin, comptaient dans leurs rangs aussi bien des moniales que des tertiaires : nous avons déjà cité le cas des Mussolin (Lucia, Margherita et Niccolò) ; les sœurs Riccoboni avaient elles aussi une sœur pénitente, Andriuola130.

37Au sein de l’Observance dominicaine vénitienne, pénitentes et moniales constituaient donc deux pôles complémentaires : tandis que les pénitentes, en contact direct avec toutes les classes de la société, assuraient une présence religieuse auprès des femmes laïques et diffusaient le culte de Catherine de Sienne, les moniales, enfermées dans leur monastère, intouchables mais non pas inaccessibles, étaient l’exemple vivant de la perfection religieuse, perfection vers laquelle les poussait constamment Jean Dominici par ses lettres. Il faut ajouter à ce tableau, pour restituer l’image complète de la présence des observants dominicains à Venise dans la première moitié du xve siècle, les frères qui séjournaient dans les couvents de San Domenico di Castello et San Zanipolo, ainsi que les pénitents demeurés laïcs, à la manière de leur consœurs dont certaines étaient leurs épouses. Hommes et femmes, laïcs et clercs, actifs et contemplatifs : les Observants dominicains avaient réussi, à Venise, à créer un véritable système capable de toucher toutes les catégories de population.

  • 131 Pour le passage progressif des pénitentes/tertiaires à la vie commune, voir F. Sorelli, Per la stor (...)
  • 132 Ainsi en 1498, le chapitre général de l’Ordre dominicain demanda aux tertiaires de se conformer aux (...)
  • 133 Les moniales obtinrent l’autorisation d’agrandir notablement leur communauté (donc d’augmenter leur (...)
  • 134 cf. copie d’un document du 8 juin 1476, Pergamene, busta 4, no 42.
  • 135 Au xviie siècle encore, les sœurs sont contraintes de devoir se justifier pour ce qui est advenu en (...)

38Au-delà des années 1450, les deux communautés des pénitentes et des moniales perdirent peu à peu leur originalité, liée à la piété réformatrice des années 1390/1450. Les pénitentes – ou plutôt les tertiaires, comme on les appelait désormais – se regroupèrent dans des couvents131, abandonnant ainsi leur mode de vie caractéristique. Ce phénomène de régularisation des tertiaires, qui a touché les Dominicaines comme les autres « semireligieuses », relevait d’une volonté de contrôle de la piété féminine typique la seconde moitié du xve siècle132 ; paradoxalement, les branches « observantes » des ordres mendiants, désormais reconnues officiellement grâce au système des congrégations, furent particulièrement actives dans ce domaine. Le monastère du Corpus Christi bénéficia quant à lui de l’augmentation progressive du nombre de moniales issues des familles riches, un phénomène caractéristique des sociétés de la fin du xve siècle133. La communauté perdit cependant une partie de son rayonnement spirituel d’antan, notamment après que les moniales eurent tenté de s’approprier le corps de sainte Lucie en 1476134. La décision du patriarche d’installer une communauté de tertiaires régulières à proximité du Corpus Christi, dans l’église de Santa Lucia qui était sous le patronage du monastère, avait déclenché de leur part ce geste désespéré et malvenu135.

Haut de page

Annexe

Liste des sœurs de l’Ordre de la pénitence de saint Dominique à Venise. Fin xive/début xve siècle136.

Manuscrit contenant les privilèges et les statuts de l’Ordre de la pénitence de saint Dominique, début du xve siècle, Paris, Galerie les Enluminures, f. 46r.

Sorores recepte in veneciis sive de venerabilis ordinis de penitentia beati dominici. Quarum alique transierunt ad dominum et alique supervivunt.

Domina soror Katerina da ca Marioni
Domina soror Astrologia da ca Varçoni
Domina soror Lucia da ca Loredano
Domina soror Marina da ca Souranço
Domina soror Maria da Castorione
[main moderne : beata]
Domina soror Katarina da ca Ghorardo
Domina soror Isabetta da ca Buglamachi
Domina soror Lucia da ca Musciolini
Domina soror Symonetta da ca Venieri
Domina soror Giannetta da ca Prinoli
Domina soror Agnesina da ca Stuppa
Domina soror Mina da ca Berengho
[main moderne : beata]
Domina soror Cecilia da ca Stipioni
Domina soror Isabetta da ca Leoni
Domina soror Joanna de Luca
Domina soror Cataluccia da Castello
Domina soror Agnesa da ca Sghordili
Domina soror Jacopa da ca Gharçoni
Domina soror Lucia da ca Vendelino
Domina soror Clara da ca Dandolo
Domina soror Abondada narotera
Domina soror Franceschina Barbiera
Domina soror Chateruzia Gruato

(f. 46v : endommagé, peu lisible)

Domina soror Fioruzia da Modena
Domina soror Nicholeta Zientilini
Domina soror ...aia dala Chola
Domina soror ...aluza da cha Lambardi
Domina soror ... Banarin
Domina soror ... Romarini
Domina soror ... Garduzi
Domina soror ... da Pugla
Domina soror ... da cha Malipiero
Domina soror ...a da Castello
Domina soror ... Domenego
Domina soror Cattarina de mo Phelipo Taiapiera
Domina soror Orsa de mo Simon Taiapiera
Domina soror Mafia
Domina soror Domenega ...

Haut de page

Notes

1 Eux-mêmes ne se nommaient bien entendu pas ainsi ; ils avaient cependant une très forte conscience de leur identité réformatrice, celle-ci se fondant sur la différence de leur mode de vie avec celui des autres religieux.

2 Il suffira de citer ici des exemples dominicains, depuis Jean Dominici, grand réformateur de l’Ordre, directeur spirituel de plusieurs femmes laïques dont la plus célèbre est Bartolomea degli Alberti, puis cardinal et archevêque de Raguse, jusqu’à Antonin de Florence, vicaire de l’Observance pour l’Ordre des prêcheurs puis évêque de Florence de 1446 à 1459, en passant par des personnages moins connus mais ayant appartenu au même cercle, comme Tommaso Tomasini, dominicain observant, conseiller d’Eugène IV et évêque de Feltre, dont nous aurons à reparler.

3 Des informations générales sur Jean Dominici peuvent être facilement trouvées dans G. Cracco, Banchini, Giovanni di Domenico, dans Dizionario biografico degli Italiani, Rome, V, 1963, p. 657-664 ; sur Venise comme premier centre de la réforme observante italienne, voir notamment F. Sorelli, Predicatori a Venezia, dans Le Venezie francescane, NS 6, 1989, p. 131-158 ; G. Trolese (éd.), Riforma della Chiesa, cultura e spritualità nel Quattrocento veneto. Atti del convegno per il vi Centenario della nascita di Ludovico Barbo (1382-1443), Césène, 1984. L’article de D. Bornstein sur les « Donne de Giovanni Dominici » s’intéresse plus particulièrement à la réception du message du réformateur par son public féminin (Le donne di Giovanni Dominici : un caso nella recezione e trasmissione dei messaggi religiosi, dans Studi medievali, 36, 1995, p. 355-361).

4 La bulle de fondation du monastère fut accordée le 20 janvier 1393 par Boniface IX : Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatorum, éd. Th. Ripoll, Rome, 1729-1740, vol. 2, p. 334 et Archivio di Stato di Venezia, Enti ecclesiastici, Corpus Domini, pergamene, busta 6, no 4 et 5.

5 Sur Thomas de Sienne, voir les introductions de Thomas Antonii de Senis « Caffarini », Libellus de Supplemento. Legende prolixe virginis beate Caterine de Senis, éd. I. Cavallini et I. Foralosso, Rome, 1974 et de F. Sorelli, La Santità imitabile. « Leggenda di Maria di Venezia » di Tommaso da Siena, Venise, Deputazione di Storia Patria per le Venezie, 1984.

6 Cette fête est mentionnée dans le Processo Castellano, éd. M. H. Laurent, Milan, 1942 (Fontes Vitae S. Catharinae Senensis Historici, IX), p. 416.

7 Les religieux réformateurs vénitiens se connaissaient mutuellement. C’est le cas des chanoines de San Giorgio in Alga (où l’on retrouve le futur Eugène IV, Gabriel Condulmer, et le futur saint patriarche, Lorenzo Giustiniani) : la fondation de ce monastère est due à Ludovico Barbo, plus tard fondateur de la congrégation bénédictine de Santa Giustina et ami de Tommaso Tomasini avec qui il allait écouter les prêches sur Catherine de Sienne (Processo Castellano... cit., p. 462). Tomasini est aussi ami de Giorgio Michiel, réformateur du monastère de San Giorgio Maggiore (Processo Castellano... cit., p. 414).

8 S. Duval, Chiara Gambacorta e le prime monache del monastero di San Domenico di Pisa : l’Osservanza domenicana al femminile, dans G. Zarri et G. Festa (dir.), Il Velo, la penna e la parola. Le domenicane : Storia, istituzioni e scritture, Florence, 2009, p. 93-112.

9 En particulier : F. Sorelli, La santità imitabile... cit. et Per la storia religiosa di Venezia nella prima metà del Quattrocento : inizi e sviluppi del Terz’ordine domenicano, dans Viridarium Floridum. Studi di Storia Veneta offerti dagli allievi a Paolo Sambin, Padoue, 1984, p. 89-114. Je tiens à remercier Mme Sorelli pour l’aide précieuse qu’elle m’a apportée durant mon séjour à Venise en 2007.

10 Notamment dans l’édition des lettres de Jean Dominici par M. T. Casella et G. Pozzi : Giovanni Dominici, Lettere spirituali, Fribourg, 1969 (Spicilegium Friburgense, 13), qui contient aussi la chronique et le nécrologe de Bartolomea Riccoboni, deux œuvres par ailleurs éditées et traduites par D. Bornstein (Sister Bartolomea Riccoboni, Life and death in a Venetian convent. The chronicle and necrology of Corpus Domini, 1395-1436, Chicago et Londres, 2000. Voir aussi l’article récent de G. M. Radke : Les nonnes et leurs protecteurs. Le couvent du Corpus Domini à Venise au xve siècle dans N. Bériou et J. Chiffoleau (dir.), Economie et religion. L’expérience des ordres mendiants (xiiie-xve siècles), Lyon, 2009, p. 637-660.

11 Ceci pour diverses raisons. Voir F. Sorelli, Capacità giuridiche e disponibilità economiche delle donne a Venezia. Dai testamenti femminili medievali, dans M. C. Rossi (dir.), Margini di libertà : testamenti femminili nel medioevo, Vérone, 2010 (Biblioteca dei Quaderni di storia religiosa), p. 183-204.

12 Voici les références des registres de notaires consultés, suivis de l’abréviation qui sera désormais utilisée pour les désigner : Giorgio Gibellino, Testamenti, busta 571 (Gibellino 571) ; Giorgio Gibellino, Testamenti, busta 572 (Gibellino 572) ; Giorgio Gibellino, Testamenti, busta 574 (Gibellino 574) ; Giorgio Gibellino, Testamenti, busta 575 (Gibellino 575) ; Francesco Gibellino, Testamenti, busta 486 (Gibellino 486) ; Pietro Griffon, Testamenti, busta 554 (Griffon 554) ; Giannino Rizzo, Testamenti, busta 868 (Rizzo 868) ; Gian nino Rizzo, busta 869 (Rizzo 869). Les références aux testaments comporteront le nom du testateur, la date de l’acte (s’il y en a une), la référence au registre de notaire comme indiqué ci-dessus, puis (le cas échéant), le numéro de l’acte. Il faut ajouter à ces registres ceux de la Cancelleria Inferiore, Notai, 92 (CI 92) et 96 (CI 96).

13 En particulier dans L’Historia Discipline Regularis instaurate in Coenobiis Venetis ordinis Praedicatorum, nec non Tertii ordinis de Poenitentia S. Dominici, in civitatem Venetiarum propagati, éditée par F. Corner, Ecclesiae Venetae antiquis monumentis nunc etiam primum editis illustratae, Venise, 1749, decas XI, p. 167-234.

14 Voir, à ce sujet, la mise au point de G. G. Meersseman dans Ordo fraternitatis. Confraternite e pietà dei laici nel medioevo, Rome, 1977, vol 1, p. 388-389.

15 Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatoruum, vol. 2, p. 473. La règle a par ailleurs été éditée par G. G. Meersseman dans Le Dossier de l’Ordre de la Pénitence au xiiie siècle, Fribourg, 1982 (Spicilegium Friburgense 7 ; 1ère éd. 1961). Sur la réélaboration de cette règle, voir notamment M. Wehrli-Johns, L’Osservanza dei domenicani e il movimento penitenziale laico. Studi sulla « regola di Munio » e sul Terz’Ordine domenicano in Italia e in Germania dans G. Chittolini et K. Elm (dir.), Ordini religiosi e società politica in Italia e Germania nei secoli xiv e xv, Bologne, 2001, p. 287-329.

16 A. Benvenuti Papi, In castro poenitentiae, Santità e società femminile nell’Italia medievale, Rome, 1990, p. 75.

17 La lettre est citée par Thomas de Sienne dans l’Historia Discipline Regularis... cit., p. 184.

18 Testaments de Cataruzza Girardo, 1409, Griffon 554, no 121; de Maria Nicolao, 1445, Rizzo 868, no 353.

19 Testaments de Ursia Cappelari, 1439/45, Rizzo 869 ; de Benedicta Compagno, 1443/46, Rizzo 869 ; d’Isabella Belandi, 1457, Rizzo 868, no 185 ; de Christina Tempulo, 1445, Rizzo 869.

20 Testament de Clara Guidizzi, 1441, Rizzo 869.

21 Testament de Coletta, prieure, 1445, Rizzo 869.

22 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 98.

23 Ibid., p. 100.

24 La prieure Coletta vivait avec deux esclaves, Margherita et Agnese (Coletta, 1445, Rizzo 869).

25 Processo Castellano... cit., p. 62-63.

26 Ibid., p. 95; 417.

27 Ibid., p. 92.

28 L’origine de cette erreur, que l’on trouve dans plusieurs articles, réside dans l’identification des pénitentes avec les moniales du Corpus Christi.

29 L’église du Corpus Christi est reconstruite et agrandie à partir de 1440. Voir G. M. Radke, Les nonnes et leurs protecteurs... cit.

30 Franceschina, veuve de Bernardo Galeto, émet en 1452 le souhait d’être enterrée in archa sororum tertii ordinis apud sanctorum Johannis et Pauli (Rizzo 868 no 177). L’existence de cette archa est aussi mentionnée par Thomas de Sienne dans sa Leggenda di Maria da Venezia et par l’érudit F. Corner. Cf. F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit. p. 108.

31 Le seul prieur connu de la communauté vénitienne est Antonio Soranzo (Processo Castellano, p. 95 ; Historia Discipline Regularis... cit., p. 193). Thomas de Sienne, dans son Historia, cite d’autres noms de pénitents vénitiens. Rien ne laisse supposer cependant que ces pénitents aient pu être plus nombreux que leurs consœurs. Leur absence des testaments suggère que leur mode de vie et leur rôle social étaient très différents de celui des femmes. D’autres communautés de pénitents dominicains sont connus pour la même époque en Toscane (voir notamment S. Orlandi, Il convento di Fiesole dagli inizi alla fondazione del convento di San Marco e successiva separazione dei due conventi, 1405-1445 dans Memorie Domenicane, 77, 1960, p. 3-28 ; p. 93-140).

32 Elle a été identifiée par F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 102 et 104.

33 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 102. Le testament est daté de 1422.

34 Griffon 554, no 121.

35 Les imprestiti sont des emprunts d’Etat qui rapportent chaque année à leurs détenteurs des intérêts, plutôt modestes.

36 1445, Rizzo 869.

37 Elle est publiée à la fin de cet article. Ce manuscrit était, en 2006, en vente auprès de la boutique Les Enluminures à Paris.

38 Certaines indications laissent penser que le manuscrit était à l’usage des sœurs, notamment, f. 37v (à propos du commentaire en italien des bulles papales) : « per maggiore ainsamento e piu chiara informacione de le sopradette suore ».

39 Selon les experts des Enluminures, le manuscrit date de 1405/ 1413.

40 La liste mentionne en effet explicitement des sœurs déjà décédées.

41 En suivant les indications données par S. Chojnacki : In search of the Venetian patriciate : families and factions in the Fourteenth century dans J. R. Hale (dir.), Renaissance Venice, Londres, 1973, p. 47-90. Si l’on identifie le patronyme « Prinoli » avec Priuli, on obtient neuf noms, soit environ 24 % de la liste.

42 Historia Discipline Regularis... cit., p. 203.

43 Cf. note 31.

44 F. Sorelli, La santità imitabile... cit.

45 F. Sorelli publie son testament dans La santità imitabile... cit., p. 229-230.

46 Historia Discipline Regularis... cit., p. 205 et sq.

47 Griffon 554 no 97 (sans date).

48 Par exemple, « Franceschina Barbiera ».

49 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit. Citons en particulier Chiara Guiducci, veuve d’un marchand lucquois (p. 103), un autre testament de cette sœur se trouve dans Rizzo 869 (1441).

50 1457, Rizzo 868 no 185.

51 Testament de Coletta, 1445, Rizzo 869 ; testament de Stefanella Cavoduro, 1442, Rizzo 868, no 447.

52 Magdalena Ravagnan, veuve d’Antonio, 1430, Rizzo 869 ; Caterina épouse de Guilielmi chancelier du doge, 1439, Rizzo 869 ; Clara Blancho veuve d’Antonio, 1439, Rizzo, 869 ; Maria Manolesso, servante, 1441 puis 1447, Rizzo 868, no 359 ; Benedicta veuve de Bartolomeo Compagno, 1443 puis 1446, Rizzo 869 ; Magdalutia de Priolis, 1450, Rizzo 868, no 279 ; Zanina de Manfredis, Rizzo 868, 1438 puis 1451, no 194 ; Franceschina Galeto, 1451, Rizzo 868, no 177 ; Magdalutia Rolandini, 1452, Rizzo 868, no 282 ; Lucia Pizollo, Rizzo 868, no 248 (sans date).

53 Isabetta épouse de Stefano Massullo, 1431, Rizzo 869 – y renonce en 1438 ; Helena Zorzi 1437, Rizzo 869 ; Vendramina Contarini, 1437, Rizzo 869 ; Margarita épouse de Zuan Donado, 1438, Rizzo 868, no 368 ; Alisetta Dolfin, 1439, Rizzo 869 ; Andreola Garzoni, 1439, Rizzo 869 ; Georgina de Bernardo, 1439, Rizzo 869 ; Clara Blanco veuve d’Antonio, 1439, Rizzo 869 ; Christina Cathaparam veuve d’Antonio, 1439, Rizzo 869 ; Perenzina épouse de ser Simon Fasuol, 1439, Rizzo 868, no 434 ; Angela épouse de maître Marco, 1441 Rizzo 869 ; Maria Manolesso servante, 1441 puis 1447, Rizzo 868, no 359 ; Marina femme de Federico Marinarii, 1441, Rizzo 868, no 401 ; Magdalena dela Colombina, 1443, Rizzo 868 no 292 ; Maria veuve de Giovanni Nicolao, 1445, Rizzo 868, no 353 ; Alisetta Grizo 1446, Rizzo 869 ; Johanna a parmentis, 1447, Rizzo 868, no 214 ; Magdalena veuve d’Andrea de Jadra, 1447, Rizzo 868, no 287 ; Pax Marangoni, 1447, Rizzo 868, no 421 ; Alegrantia Brancho 1448, Rizzo 868, no 58 ; Cecilia Dandolo veuve de Bernardo 1448, Rizzo 869 ; Luchina Gabriel, 1448, Rizzo 868, no 236 ; Zanetta de Manfredis, 1451, Rizzo 868, no 194 ; Franceschina Galeto, 1452, Rizzo 868, no 177 ; Magdalutia veuve du magister Rolandino, 1452, Rizzo 868, no 282 ; Franceschina épouse d’Alvise Mauro, 1454, Rizzo 869 ; Lucia de Savina, 1454, Rizzo 869 ; Antonia, femme de ser Jacobo Bono, Rizzo 868 no 38 (sans date) ; Sofia Meraveya, Rizzo 868, no 456 (sans date) ; Franceschina veuve de ser Petri Marinarii, Rizzo 868, no 169 (sans date) ; Lucia veuve de ser Giovanni Pizollo, Rizzo 868 no 248 (sans date).

54 Helena épouse de Iacopo Zorzi, 1437, Rizzo 869 ; Margherita a Perlis, 1438, Rizzo 869 ; Cristina Michiel, 1447, Rizzo 869.

55 Voir J. C. Schmitt, Mort d’une hérésie. L’Église et les clercs face aux béguines et aux béghards du Rhin supérieur du xive au xve siècle, Paris, 1978.

56 Rizzo 869.

57 1441 puis 1447, Rizzo 868, no 359.

58 1450, Rizzo 868, no 279.

59 L’une des préoccupations principales de Thomas de Sienne fut d’insister sur le caractère définitif de ces vœux. Cependant, le fait de prononcer des vœux solennels aurait automatiquement soumis les pénitentes à la clôture, en vertu de la bulle Periculoso de 1298.

60 La différence des vêtements est bien visible dans les œuvres de fra Angelico, notamment dans la représentation des Dixhuits bienheureux dominicains (partie d’un retable provenant du couvent de Fiesole), Londres, National Gallery of Art.

61 La controverse sur la cure spirituelle des moniales dominicaines s’est terminée par un compromis en 1267. Voir M. de Fontette, Les dominicaines en France au xiiie siècle, dans M. Parisse (dir.), Les religieuses en France au xiiie siècle. Table ronde organisée par l’Institut d’études médiévale de l’université de Nancy II et le CERCOM, Nancy, 1985, p. 97.

62 S. Duval, Chiara Gambacorta... cit.

63 Les Constitutions de 1259 prévoyaient déjà « l’anathème » pour les moniales qui auraient enfreint la clôture. Ces constitutions sont éditées dans les Analecta Ordinis Fratrum Praedicatorum, no 3, 1897, p. 347-55 (chapitre XXIX).

64 Ainsi que l’attestent aussi bien les lettres de Jean Dominici aux sœurs du Corpus Christi (Jean Dominici, Lettere spirituali... cit.) que celles de Chiara Gambacorta aux époux Datini (Chiara Gambacorta, Lettere, éd. C. Guasti, Pise, 1871).

65 Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatorum, vol. 2, p. 334.

66 Ibid. vol. 3, p. 40.

67 C’est ce qui est écrit au dos de l’une des bulles conservées dans les archives du monastère (Archivio di Stato di Venezia, Enti ecclesiastici, Corpus Domini, pergamene, busta 6, Bulle no 4) : « Della clausura nostra e del vivere come le monache di Pisa sotto la cura et instituti delli frati predicatori ».

68 J’ai constitué le catalogue des actes sur parchemin des xive et xve siècles contenus dans le fonds du monastère. Les numéros de parchemins cités ici se réfèrent à ce catalogue désormais mis à la disposition des lecteurs auprès de l’Archivio di Stato de Venise. Notons que le fonds est divisé entre pergamene et archives papier (cartacee), ainsi que je l’indique dans les références.

69 Pour la chronique de Bartolomea Riccoboni, cf. note 10. Celle de sa sœur n’est pas éditée ; on en trouve une copie moderne dans le fonds d’archives du monastère (Corpus Domini, Cartacee, Busta 1) intitulée : L’Antichità ravivata. Dalla chiara vigilanza d’una veneranda custode del Sacrario Domenicano nel Venerabil Monastero del Corpus Domini di Venetia dedicato alle illustrissime religiose, e consorelle desiderose d’ammirare le grandezze dal loro sposo Giesù operate nella fondazione di questo santo monastero.

70 Cf. note 12. C’est à partir des Pergamene que j’ai sélectionné les noms des notaires.

71 Il s’agit de la vente d’un terrain situé dans la contrada de Santa Lucia (où se trouve alors le monastère, en cours d’agrandissement), établi entre Alisetta veuve de Giovanni di Giuliano et Margherita Paruta, mère adoptive des sœurs Tomasini. Le terrain en question a ensuite été remis par Margherita aux deux sœurs. L’acte conservé dans les archives du monastère (Pergamene, Busta 1, no 32) est en fait la securitatis carta (la quittance) d’Alisetta à Margherita.

72 Ces actes ont été publiés dans les Lettere Spirituali... cit., p. 331-350 ; ils ont été étudiés par G. M. Radke, Les nonnes et leurs protecteurs... cit.

73 Comme sœur Bertucia Cerioli par exemple (Necrologio de Bartolomea Riccoboni, dans Lettere spirituali, p. 324).

74 Il s’agit là encore d’un renseignement donné par Bartolomea Riccoboni (Cronaca del Corpus Domini dans Lettere spirituali... cit., p. 264).

75 Jean Dominici raconte l’obtention de la bulle de fondation dans une longue lettre qu’il adresse à Tommaso Tomasini, communément appelée l’Iter perusinum. Cette lettre est éditée dans les Lettere spirituali... cit., p. 186-193.

76 Lettere Spirituali... cit., p. 347.

77 Tommaso Tomasini fut successivement évêque de Cittanova (Istrie), Pola, Urbino, Traù, Recanati et Macerata, Belluno et Feltre. Il fut enterré au Corpus Christi à sa mort, en 1446.

78 Un indice du maintien des relations entre le monastère et les Rabia est donné par le testament de Cristina Quartari, épouse Rabia, qui demande en 1437 à se faire enterrer au monastère (Rizzo 869).

79 L’information est confirmée par E. Cicogna dans son Delle iscrizioni veneziane raccolte ed illustrate, Venise, 1824-1853, vol. 2, p. 11-13 (avec une gravure représentant la tombe).

80 Lettere Spirituali... cit.

81 Bartolomea Riccoboni, Necrologio del Corpus Christi, dans Lettere Spirituali... cit., p. 302.

82 Bartolomea Riccoboni, Cronaca del Corpus Domini, dans Lettere Spirituali... cit., p. 266.

83 Bartolomea Riccoboni, Necrologio del Corpus Christi, dans Lettere Spirituali... cit., p. 327.

84 Une diversité moins grande, cependant, que celle qui caractérise à la même époque le monastère San Domenico de Pise (S. Duval, Chiara Gambacorta... cit.).

85 70 %, d’après I. Fees dans Le monache di San Zaccaria a Venezia nei secoli xii e xiii, Venise, 1998.

86 79 %, d’après S. Carraro dans Società e religione nella Venezia medievale. Il monastero di San Lorenzo di Castello, Tesi di Laurea dirigée par A. M. Rapetti et A. Rigon, Università Ca’ Foscari di Venezia, 2008.

87 Le Necrologio de Bartolomea Riccoboni en cite trois.

88 En particulier les registres intitulés Catastico dei testamenti perpetui (Corpus Domini, Cartacee, busta 1) ; Catastico de testa-menti de mansonarie (Cartacee, busta 2), Summario, et breve informatione della messe, anniversarii, vesperi, matutini, salterii, et orationi, che sono stati lasciati da dire al Corpus Domini, et cesendeli da tenere accesi. (Cartacee, busta 2) ; Catastico de testamenti d’imprestiti (Cartacee, busta 3). Ne sont bien sûr conservés dans ces registres que certains détails des testaments utiles au monastère, et non les testaments complets.

89 L’ensemble du corpus consulté contient 295 testaments mentionnant le Corpus Christi entre 1394 et 1458 (ne sont pas comptabilisés dans ce total les quelques testaments de moniales avant profession qui ont pu être retrouvés).

90 Comme dans le testament de Bianca Marcello (1395, Gibellino 571, no 95) ou d’Anna Pisano (1397, Griffon 554, no 12).

91 Margherita Quartari, 1395, Catastico de testamenti d’imprestiti ; Margherita Lucian, 1396, Catastico de testamenti d’imprestiti et Griffon 554 no 258 ; Agnesina Bisuol, 1404, Gibellino 575 no 765 ; Lucia Bianchi, 1438, Catastico de testamenti d’imprestiti.

92 Ces legs sont possibles, mais les biens légués sont ensuite mis dans le patrimoine commun du monastère. De multiples indices confirment en effet l’application de la règle de la communauté de biens dans les monastères observants. Parfois, les testateurs montrent eux-mêmes qu’ils savent ce qu’il adviendra de leur legs : c’est le cas d’Andriuola da Coron, qui, dans son testament en 1455, laisse « tutto il suo residuo al monastero del corpo di Christo, et li suoi imprestidi a’ due monache ivi nominate, sapendo che tutto anderà in ben universal del luogo » (Catastico dei testamenti perpetui).

93 Cristina et Marco Michiel sont les parents de Giovanni, futur Teofilo, moine bénédictin de l’abbaye réformée de San Giorgio Maggiore. Voir P. Sambin, L’abate Giovanni Michiel e la riforma di San Giorgio Maggiore a Venezia dans M. Maccarrone, G. G. Meersseman, E. Passerin d’Entrèves, P. Sambin (dir.), Miscellanea Gilles-Gérard Meersseman, Padoue, 1970 (Italia Sacra, 15-16), p. 483-54.

94 Gibellino 574, no 631.

95 Il s’agit de moniales converses (Pergamene, busta 4, no 9).

96 220 ducats. Gibellino 575 no 707.

97 100 ducats, avec instauration d’une mansonaria perpetua (Catastico de testamenti de mansonarie).

98 100 ducats, avec instauration d’une mansonaria perpetua (Rizzo 869).

99 Catastico de testamenti d’imprestiti.

100 Griffon 554 (sans no).

101 Catastico de testamenti d’imprestiti. Nous pourrions citer aussi les testaments de Giorgio Bonvisin (1401, Catastico de testa-menti d’imprestiti) ou Catarucia veuve d’Alvise Donato (1430, Rizzo 869).

102 Voir Radke, Les nonnes et leurs protecteurs... cit. Testaments de Nicoletto Gruato (1407, Securitatis carta dans CI 96, 2e registre) ; Zuane Loredan (1448, Catastico de testamenti d’imprestiti), Cristina Moresini (1448, Catastico de testamenti perpetui).

103 « Che vada a’servir alle donne del Corpus Christi per anni otto » (Catastico de testamenti d’imprestiti).

104 Il s’agit d’un testament oral authentifié après la mort de Marina. Elle aurait déclaré : Semper habui multa bona a dominabus Corporis Christi, ideo volo quod post mortem mea omnia bona mea sint et esse debeant monasterii Corporis Christi (Pergamene, busta 5, no 12).

105 198 sur 295 soit 67 %.

106 57 sur 295 soit 19,3 %

107 1395, Gibellino 574, no 631.

108 1397, Gibellino 574, no 634.

109 1397, Gibellino 571, no 205.

110 À deux exceptions près : dans le deuxième testament de Cristina Michiel (1402) et dans celui de Maria Bonzi, dont le cas est singulier : tertiaire franciscaine, elle habitait alors avec les moniales, sans doute dans l’espoir de vivre assez longtemps pour faire profession (son testament de 1403 se trouve notamment dans Pergamene, busta 4, no 10 et Gibellino 572 no 206). Maria Bonzi était la mère de Franceschina da Noal ; elle suivit sa fille et sa petite-fille Orsa lors de leur entrée au Corpus Christi.

111 Bianca Malispero, 1415, Griffon 554 (cahier no 7); Betsabea Capello, 1419, Griffon 554, no 66; Quirina Pisani, 1420, Griffon 554, no 365.

112 Pergamene, Busta 6, no 8 bis.

113 In monasterio sororum de Corpore Christi civitate Veneciarum sub cura nostri ordinis constitutarum nonnulli utriusque sexus nostre religioni affecti ardentiori caritate cupiant sua corpora tumulari. Contrairement à ce que laisse entendre le texte, seules les femmes demandent de bénéficier d’un tel privilège, dans les testaments jusqu’à présent dépouillés.

114 Marina Zorzi, 1425, Griffon 554, Cahier no 2, par exemple.

115 Comme Cristina Quartari, 1437, Rizzo 869.

116 Ce sont des cesendoli qui doivent être allumés à des moments précis (durant la Consécration de l’hostie), comme Maria Grimani, 1447, Summario, et breve informatione della messe (Cartacee Busta 2).

117 Bartolomea Riccoboni, Necrologio dans Lettere Spirituali... cit., p. 321.

118 Ibid., p. 328.

119 Rizzo 868, no 236.

120 Rizzo 868, no 279.

121 Rizzo 868, no 3.

122 F. Sorelli, La Santità imitabile p. 198. L’autre pénitente dont il est question est Zanetta dalle Boccole.

123 Ibid. p. 198. Son nom est cité dans la liste capitulaire de 1397 ; sa notice figure dans le nécrologe de Bartolomea Riccoboni, au no 40.

124 F. Sorelli, La Santità imitabile p. 206 et 212. On trouve le nom de « Teodora da Venezia » dans les listes capitulaires du monastère de San Domenico à partir de 1404 (Archivio di Stato di Pisa, Diplomatico del monastero San Domenico, no 156).

125 Pour Isabetta/Cristina, même référence que ci-dessus. Sœur Raffaella fit profession en 1413 (Archivio di Stato di Pisa, Ospedale di Santa Chiara, no 2092 (notaio Guaspare Massufero), f. 97).

126 Lettere spirituali... cit. lettre no 32.

127 F. Sorelli, La santità imitabile... cit., p. 224-225.

128 F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 109.

129 Elle leur laisse ses meubles et cinq cents ducats d’imprestiti. 1445, Rizzo 869.

130 Appelée « pinzochera » dans les sources, il est impossible de savoir si elle était une tertiaire franciscaine ou une pénitente dominicaine. 1445, Catastico de testamenti d’imprestiti.

131 Pour le passage progressif des pénitentes/tertiaires à la vie commune, voir F. Sorelli, Per la storia religiosa... cit., p. 97-99.

132 Ainsi en 1498, le chapitre général de l’Ordre dominicain demanda aux tertiaires de se conformer aux constitutions des moniales en ce qui concerne la clôture (cf. Acta Capitulorum Generalium Ordinis Praedicatorum. Ab anno 1380 usque ad annum 1498. éd. Par B. M. Reichert dans Monumenta Ordinis Praedicatorum Historica, Tome VIII, 1900, vol. 2). La stricte clôture ne devint cependant obligatoire pour les tertiaires qu’en 1566, avec la constitution Circa Pastoralis de Pie V.

133 Les moniales obtinrent l’autorisation d’agrandir notablement leur communauté (donc d’augmenter leur numerus clausus) en 1484 (Pergamene, busta 6, no 14).

134 cf. copie d’un document du 8 juin 1476, Pergamene, busta 4, no 42.

135 Au xviie siècle encore, les sœurs sont contraintes de devoir se justifier pour ce qui est advenu en 1476, ainsi que le prouve un mémoire tentant de nier les faits conservé dans les archives du monastère (Cartacee, busta 4 : Trattato dell’antichità della chiesa, et monastero del Corpus Domini. Composto dalla molto Reverenda madre suor Faustina Loredan Priora di detto monastero).

136 Je remercie vivement monsieur André Vauchez et madame Nicole Bériou, qui m’ont fait part de l’existence de ce manuscrit et m’en ont envoyé des reproductions. Je remercie aussi le personnel de la boutique « Les Enluminures » à Paris, qui m’a permis de consulter le manuscrit Celui-ci contient : ff. 1-13v, la confirmation de l’Ordre par Innocent VII (bulle du 26 juin 1405) ; ff. 14-30 : traduction de la bulle en langue vulgaire ; ff. 30-31 : commentaire de Thomas de Sienne assurant l’authenticité de la traduction ; ff. 31v : introduction à la copie de plusieurs privilèges ; ff. 31v-32v : Copie de la bulle du pape Honorius IV du 28 janvier 1286 (Congruum existimentes) ; ff. 32v-33 : Copie de la bulle de Boniface IX du 18 janvier 1401 (Humilibus et honestis) ; ff. 33v-34v : Copie partielle de la bulle de Jean XXII du 1er juin 1326 ; ff. 37v-39 : commentaire en italien des quatre bulles précédentes ; ff. 39-44 : cérémonial de réception des sœurs à l’Ordre, italien et latin ; ff. 44-45 : privilège d’immunité des frères et sœurs de la pénitence ; ff. 46 : liste de 38 sœurs vénitiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Duval, « Done de San Domenego. Moniales et pénitentes dominicaines dans la Venise observante de la première moitié du XVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-2 | 2010, 393-410.

Référence électronique

Sylvie Duval, « Done de San Domenego. Moniales et pénitentes dominicaines dans la Venise observante de la première moitié du XVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/613 ; DOI : 10.4000/mefrm.613

Haut de page

Auteur

Sylvie Duval

Université d’Evry-Val d’Essonne, duvalsylvie@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org