Navigation – Plan du site
Mélanges

Nouveau regard sur la topographie médiévale d’Ajaccio (Corse du Sud)

A new look at the medieval topography of Ajaccio
Daniel Istria
p. 327-345

Résumés

Cet article, fruit des récentes recherches d’archéologie préventive, illustre l’évolution topographique de la ville d’Ajaccio. Le noyau originel est un modeste habitat installé sur le littoral au début de notre ère et élevé au rang de siège épiscopal dans le courant du vie s. Cette promotion est à l’origine d’un premier bouleversement topographique majeur avec la construction d’un groupe épiscopal. Bien que l’ecclesia perde son statut de cathédrale à partir de la seconde moitié du viie s., elle conserve peut-être sa fonction baptismale ; c’est en tout cas au même endroit qu’une nouvelle cathédrale est érigée au xiie s. Pourtant, cet édifice de culte ne constitue probablement pas un centre de peuplement alors qu’un castrum est construit en 1272 à 500 m de là à l’initiative de la Commune de Gênes. S’il est rapidement abandonné, il préfigure cependant la fondation en 1492 du préside génois à 2 km au sud de la cathédrale. Cette nouvelle fondation entraîne rapidement le transfert définitif du siège épiscopal intra muros.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Office de Saint-Georges (ou Banco di San Giorgio) est une institution financière destinée à l’ori (...)
  • 2 A.-M. Graziani, Une approche historique des fortifications en Corse (xve-xvie siècles), dans Stanta (...)

1Le 16 avril 1492, l’Office de Saint-Georges1fonde au lieu dit Punta della Liccia, sur la côte sud-ouest de la Corse, une place forte qui prend le nom de l’ancien évêché : Aiaccio (fig. 1). Au moins à ses débuts, il s’agit d’un préside, c’est-à-dire « d’une cité installée dans un hinterland hostile, sans contact avec celui-ci, et nécessitant donc un lien direct par voie de mer avec la mère-patrie, Gênes »2. La première fortification est érigée sur les dessins de l’architecte Cristoforo de Gandino et sous la direction du surintendant à la construction, Domenico de Negrone. C’est autour de ce castello que s’implantent rapidement les premiers colons ligures. Vers 1550 pourtant, le bourg protégé par un rempart bastionné ne compte pas plus d’une centaine d’habitants. Son plan est en grande partie redessiné en 1564 par l’architecte Giacomo Palearo de Morcotte, dit le Fratino : quadrillé et inscrit dans un pentagone, il conditionne le développement de la ville et fixe de manière décisive son organisation (fig. 2 et 3). Dès ce moment, un faubourg se développe à proximité du mouillage de la citadelle, le long de la route qui longe le rivage et conduit vers le nord-est au-delà de l’anse des Cannes, considérée alors comme le véritable port d’Ajaccio (fig. 4).

  • 3 Ces opérations ont été réalisées par l’INRAP en collaboration avec le CNRS.

2Malgré l’acte de fondation qui a déterminé le développement de la cité moderne, celle-ci est en réalité le résultat d’une longue et complexe évolution, mal comprise jusqu’à la réalisation, à partir de 2004, d’une série d’opérations d’archéologie préventive dans le quartier Saint-Jean, plus connu dans les textes anciens sous le nom de San Giovanni (fig. 5 et 6). Au total, ce sont une fouille préventive, quatre diagnostics archéologiques, ainsi qu’une surveillance de travaux et une dizaine de carottages mécaniques qui ont permis d’explorer plus de 1 hectare au cœur de la ville actuelle3. Associées à la relecture systématique de la documentation écrite ancienne, ces données permettent d’avoir une vision complètement nouvelle de l’évolution topographique du littoral nord-occidental du grand golfe d’Ajaccio, occupé aujourd’hui par la plus importante ville de Corse. On s’intéressera plus particulièrement ici au secteur de l’anse des Cannes, situé immédiatement au nord du faubourg d’époque moderne, puisque c’est là qu’ont été retrouvés les vestiges des établissements antérieurs à la fondation du préside génois.

Fig. 1 – Localisation de la ville d’Ajaccio (DAO D. Istria – CNRS).

Fig. 2 – Vue aérienne de la ville actuelle d’Ajaccio (Photo J.-F. Paccosi - CRDP de Corse). On reconnaît parfaitement le château (en haut à gauche) et les limites de la ville ancienne bastionnée.

Fig. 3 – Plan du château et de la ville d’Ajaccio (J.-N. Bellin, Atlas de l’Isle de Corse, 1769).

Ligne de côte et zones humides : quelques considérations sur l’évolution du milieu autour de l’anse des cannes

3Le secteur de l’anse des Cannes est caractérisé par la présence de petites collines de 30 à 40 m d’altitude, entrecoupées par des talwegs et des cuvettes naturelles modelés principalement dans des granites monzonitiques carbonifères et séparés de la mer par un étroit cordon littoral sableux. Cet ensemble constitue une sorte de réceptacle où se concentrent les eaux pluviales collectées sur les pentes du massif de Lisa qui culmine entre 600 et 750 m d’altitude.

  • 4 Archives Départementales de Corse-du-Sud, Ajaccio (désormais ADC) : Atlas Belin (1769), Plan Terrie (...)

4La documentation iconographique4(fig. 4), montrent clairement que la physionomie de ce quartier n’a pas beaucoup évoluée entre le xvie siècle et la construction d’une zone industrielle à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Celle-ci marque en revanche une véritable transformation du cadre urbain. On peut en effet constater que, depuis le mouillage de la Citadelle jusqu’à celui des Cannes, d’importants espaces ont été gagnés sur la mer à partir du xixe siècle. La construction de la route royale en 1801-02, puis son élargissement en 1817, l’aménagement de la gare ferroviaire en 1888, du port de plaisance de l’Amirauté ainsi que du boulevard Charles Bonaparte dans le courant du xxe siècle, ont tous nécessité d’importants remblais qui ont fait avancer vers l’est la ligne du rivage.

  • 5 A. M. Salone et F. Amalberti, La Corse... cit.

5Une trace fossile de l’ancien littoral a été conservée dans le paysage urbain actuel, sous la forme d’une importante rupture de pente matérialisée par un grand mur bordant le cours Napoléon (ancienne route royale) ; son altitude varie de + 2 m (au nord) à + 5,50 m (au sud) au-dessus du niveau de la mer. Bien que relativement imprécises, les cartes des xvie-xviiie siècles permettent de penser que ce talus, au pied duquel se développait une plage de sable, constituait la ligne de côte déjà à la fin du xvie siècle5.

  • 6 A. Albertini et L. Poncin, Les Salines, Ajaccio, 1993.
  • 7 ADC, 1C65, Mémoire sur l’étang des Salines, 1775, p. 17.
  • 8 Archivio di Stato di Genova (désormais ASG), Corsica, liasse 225 et ASG, Banco di San Giorgio, Prim (...)
  • 9 Idem.
  • 10 ASG, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 4, no 467.459, 1490.
  • 11 ASG, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 4, no 467.469, 20.4.1492.

6Par ailleurs, les mêmes cartes indiquent la présence à l’extrémité nord du golfe de trois zones humides marécageuses : Padule, Canne et Salini (fig. 4). Cette dernière est la plus importante et la mieux documentée6. En 1775 elle couvre une surface de 14 arpents et sa profondeur atteint 3 pieds en hiver7. Elle est représentée sur un dessin du golfe d’Ajaccio de 1597-98, mais apparaît déjà dans les comptes rendus d’enquêtes conduites à la demande de l’Office de Saint-Georges à la fin du xve siècle8. En 1490 un commissaire est dépêché pour tenter de purger l’étang afin d’assainir ce lieu qualifié d’insalubre et de nauséabond9. De manière implicite cette fois, les documents suggèrent aussi la présence d’autres marécages à proximité immédiate. Ces textes sont d’un triple intérêt. Ils indiquent d’abord l’existence de ces zones humides, ils nous apprennent que le niveau de la mer est plus haut que celui de l’étang et que, par conséquent, il est impossible de vider ce dernier10, enfin, le toponyme Salini ne laisse aucun doute quant à l’utilisation que l’on faisait de cette étendue d’eau avant 149011.

Fig. 4 – Plan Terrier de la Corse, 1795 (Archives départementales de Corse, Ajaccio, 1Fi. 3P004/12). Le faubourg est encore limité à quelques maisons construites le long de la route. Au nord, on remarquera la mention « Port d’Ajaccio » au niveau de l’anse des Cannes, les toponymes « Le Salini », « Le Canne » et « Le Padule » ainsi que « Il Castel Vecchio » qui désigne la colline sur laquelle fut édifié Castel Lombardo.

  • 12 L’étude géomorphologique a été réalisée par O. Sivan (Inrap) : O. Sivan, Contexte géologique et évo (...)

7L’étude de la partie avale du vallon de l’Albitrone, située au pied de la colline San Giovanni, à mi chemin entre le faubourg et l’étang des Salini, a permis d’aller un peu plus loin dans la connais- sance de ces zones humides12. Le cours d’eau saisonnier de l’Albitrone a été canalisé au début du xxe siècle, au moment du remblaiement de la dépression pour la construction d’une manufacture de cigarettes. Mais les carottages et fouilles archéologiques ont montré qu’un processus de colmatage du vallon a été amorcé bien plus anciennement. En effet, on a pu constater la présence d’importants dépôts fins, composés d’unités limoneuses, limono-sableuses noirâtres, ou d’arènes argileuses, jusqu’à la cote – 7 m NGF. Ces faciès rappellent des milieux de sédimentation de mode calme, à l’image de lagunes ou de marécages. L’organisation géométrique de ces unités sédimentaires permet toutefois de distinguer trois étapes dans le comblement :

  1. tout d’abord des colluvionnements viennent colmater le fond du paléotalweg ;

  2. puis, des dépôts fins résultant probablement d’une sédimentation de mode calme se mettent en place. Une étendue d’eau semble alors avoir envahie la partie avale du vallon ;

  3. enfin, une troisième étape correspond à une réactivation des processus de colluvio-alluvionnement qui couvre le tout. La zone est alors asséchée.

  • 13 Cette datation repose sur la présence de nombreux fragments de céramique dont des amphores de type (...)

8L’origine de ce colmatage n’a pas été datée, mais sa cote inférieure, bien en-dessous du niveau actuel de la mer, indique qu’elle est très ancienne. En revanche, la fouille a permis de mettre en évidence des relations entre la partie haute de ce dépôt et les édifices de culte chrétiens situés sur la rive gauche du vallon. Ainsi, on a pu constater que le processus de sédimentation a été accéléré par un apport massif de colluvions et de rejets domestiques aux vie et viie siècles13. Cette chronologie donne également un terminus post quem pour la deuxième étape qui semble correspondre à la formation d’une zone marécageuse qui pouvait couvrir un espace d’au moins 5000 m2. Quant à la troisième phase, elle correspond au scellement des dépôts fins par un apport de colluvions grossières, dans lesquelles ont été installées à partir du xiie siècle des sépultures en fosse et en coffre de dalles de pierre. Quoiqu’il en soit, aucun des documents iconographiques des xvie-xviiie siècles n’indiquent de marécage dans ce secteur, signe qu’ils avaient probablement déjà disparu.

  • 14 ADC, 1C65, Mémoire sur l’étang des Salines, 1775, p. 17 : « ...en été le marais est sec, à quelques (...)
  • 15 ADC, 1C65, 16 juillet 1776.

9L’ensemble de ces données nous renvoie donc l’image d’un littoral caractérisé, à partir au moins du vie siècle, par la présence de plusieurs zones humides de superficie plutôt réduite. Ces étendues d’eau, dont certaines pouvaient, au xviiie siècle du moins, partiellement s’assécher durant la saison chaude14, sont à l’origine d’un air malsain comme en témoignent les documents des années 1490, mais généraient certainement aussi des revenus : l’étang des Salini paraît avoir été utilisé pour la production de sel avant la fin du xve siècle, alors qu’un document de 1776 rappelle que les habitants d’Ajaccio ont le droit d’y couper des roseaux « tant qu’il y en aura », et d’y chasser les oiseaux15.

L’occupation antique (ier-ve siècle)

  • 16 L. A. Jaussin, Mémoires historiques, militaires et politiques sur les principaux évènements arrivés (...)

10C’est entre ces deux zones humides de Salini et d’Albitrone qu’ont été mises en évidence les traces de la plus ancienne occupation humaine actuellement reconnue dans ce secteur. Bien qu’elles soient signalées dès 1738, l’organisation de l’établissement primitif reste très mal connue16. Trois ensembles peuvent néanmoins être circonscrits avec plus ou moins de précision.

11L’habitat peut être localisé au pied de la colline de San Giovanni, sur le versant gauche de l’Albitrone et à environ 200 m du rivage (fig. 7). Les vestiges découverts et analysés appartiennent à un bâtiment dont il est difficile de préciser le plan originel et de déterminer la fonction en raison de sa transformation en édifice de culte au vie siècle. Seule est conservée une abside tournée vers le sud (4,60 m d’ouverture et 3,50 m de profondeur), qui se prolonge vers le nord-est par un mur s’incurvant vers l’extérieur puis, assez rapidement, vers l’intérieur de manière à amorcer un nouvel arc de cercle. Construite en opus incertum, cette structure était revêtue intérieurement d’un enduit de chaux (fig. 8).

Fig. 5 – Plan cadastral du quartier Saint-Jean d’Ajaccio avec indication des zones ayant fait l’objet d’une opération archéologique depuis 2004.

  • 17 On signalera notamment des Antoninianii d’Aurélien frappés à Cyzique en 269-275 et de Probus frappé (...)
  • 18 On note en particulier la présence de monnaies d’Auguste, Caligula, Antonin le Pieux et Marc Aurèle (...)

12Deux importantes fosses dépotoirs ont été mises au jour à proximité de ce bâtiment. Elles ont livré un abondant mobilier de la première moitié du iiie siècle17. Les investigations conduites au nord, au sud et à l’est de cette zone ont montré l’absence totale de vestiges bâtis alors qu’aucun indice de surface n’a été rencontré dans le vaste terrain vague situé à 40 m vers l’ouest. Ces constatations permettent de localiser assez précisément l’habitat, dont la superficie ne pouvait en aucun cas dépasser un hectare. Les découvertes de surface et la céramique résiduelle indiquent que son implantation pourrait remonter au ier ou iie siècle de notre ère18. Par ailleurs, la présence de tubes de voûte, de tesselles de mosaïque en pâte de verre bleue et des fragments de marbre blanc en réemploi dans l’édifice chrétien du vie siècle, laisse penser qu’il existait au moins un édifice d’une certaine importance. Il devait être associé à une zone de stockage documentée par la présence de fragments de dolia.

Fig. 6 – Vue de la fouille préventive du groupe épiscopal paléochrétien (Photo D. Istria – Inrap).

  • 19 L. A. Jaussin, Mémoires historiques... cit., G. Champgrand, Histoire... cit., F. A. Chevrier, Extra (...)
  • 20 F. Benoît, Note sur un sarcophage du Bon Pasteur découvert à Ajaccio, dans, Mélanges d’archéologie (...)
  • 21 Le second sarcophage n’est connu que par une photographie prise peu après la découverte et publiée (...)
  • 22 F. Benoît, Note... cit.

13La nécropole se développe le long du littoral, entre le ruisseau de l’Albitrone et celui des Cannes, de la côte jusqu’à l’avenue D. Paoli, soit une bande d’environ 100 m de large par 300 m de long19. Malgré cette importante superficie, il semble que l’espace soit peu densément occupé. En revanche, trois types de sépultures ont été identifiés : des incinérations contenues dans des urnes en terre cuite et couverte d’une pierre, des tombes en amphore et des tombes sous tuiles. Il faut ajouter à cet ensemble deux sarcophages découverts en 193820. Un seul est conservé21. Sa cuve, longue de 1,85 m, large et haute de 55 cm, est en marbre de Carrare. Sa face antérieure est décorée en fort relief. Le défunt y est représenté debout, revêtu du pallium, devant une draperie que tendent deux génies ailés et nus. Il tient dans sa main gauche un volumen roulé, caractérisant sa profession intellectuelle selon l’interprétation de F. Benoît. L’oiseau situé à ses pieds a été identifié comme le Phénix, symbole de la vie éternelle. Ce groupe central est encadré de personnages représentant les quatre saisons. Les extrémités sont quant à elles occupées par les figures de Dionysos et du « Bon pasteur », en fait un Hermès criophore. Datée de la fin du iiie siècle, cette iconographie appartient à une époque qui montre une grande prédilection pour les thèmes de la vie pastorale et reflète les préoccupations religieuses d’un personnage cultivé22.

  • 23 Ces découvertes, encore inédites, ont été réalisées par les plongeurs de l’Association pour la rech (...)

14Enfin, les prospections subaquatiques dans l’anse des Cannes ont permis de mettre au jour un épandage de céramiques au moins des iiie-vie siècles23. Il témoigne de la longue fréquentation de ce mouillage naturel particulièrement bien abrité, mais aussi de la diversité des produits commerciaux qui y transitaient. On remarquera en particulier, ici comme d’ailleurs dans les dépotoirs terrestres, l’abondance des amphores provenant de tous les grands centres de production du bassin méditerranéen même si ceux d’Afrique du nord sont les mieux représentés.

Fig. 7 – Plan de situation des vestiges archéologiques antiques et paléochrétiens (DAO D. Istria – CNRS).

  • 24 L’historiographie régionale a largement diffusé l’image d’une grande ville romaine, chef-lieu de ci (...)

15Ainsi, à la lumière des informations recueillies depuis le xviiie siècle, ce premier établissement ne semble avoir été qu’un modeste habitat. Aucune source littéraire ou épigraphique et aucune découverte archéologique ne permet à l’heure actuelle de penser qu’il ait pu avoir durant l’Antiquité le rang de chef lieu de cité et moins encore un urbanisme et des monuments publics qui justifieraient ce rang24.

Fig. 8 – Vue de la salle absidée antique transformée en baptistère au vie siècle (Photo D. Istria – Inrap).

16La présence de matériaux de construction luxueux (marbres, tesselles de mosaïque) et d’un sarcophage de marbre décoré, pourrait alors suggérer que c’est un groupe socialement élevé qui occupait cet habitat associé à un mouillage ainsi qu’à une possible zone de stockage. Le statut de cet établissement est encore difficile à déterminer, mais les connaissances actuelles sur le peuplement de l’île conduisent à supposer qu’il s’agit d’une simple villa ou d’un relais maritime du type mensio, doté d’un mouillage sinon d’une structure portuaire. De ce fait, elle a pu constituer l’ouverture maritime de la microrégion dont le dynamisme est attesté par l’abondance de la céramique d’importation et la diversité des provenances.

Ajaccio siège épiscopal (vie-viie siècles)

  • 25 A. Venturini, Les évêques de Corse depuis les origines avérées à la réunion de l’évêché d’Accia à c (...)

17En août 601, le pape Grégoire le Grand s’adresse à Boniface, Défenseur en Corse, pour lui demander de régler rapidement le problème d’Ajaccio (Aiacium), depuis longtemps privé d’évêque. Ce document est ainsi le premier à nous informer de l’existence d’un siège épiscopal à Ajaccio, toujours actif en 649, comme l’atteste la présence de l’évêque Benedictus à Rome où il participa activement au concile25.

  • 26 D. Istria, Les fouilles préventives de l’espace Alban à Ajaccio. Nouvelles données sur les édifices (...)

18Une partie du groupe épiscopal d’Ajaccio a pu être mise au jour lors de la fouille préventive réalisée en 2005, à quelques mètres au sud de l’emplacement de la cathédrale médiévale26.

  • 27 Céramique commune de type Bonifay 11B, ainsi que fragments de sigillées claire D de type Hayes 90B, (...)

19Les édifices chrétiens sont érigés dans le courant du vie siècle27sur l’habitat dont quelques éléments sont réutilisés (fig. 9). De l’église, mal conservée, n’a été reconnue que la partie orientale constituée d’une profonde abside semi-circulaire (ouverture et profondeur environ 6 m) encadrée de deux petites salles à fonction funéraire et probablement précédée d’un transept. Dès les origines, des tombes sous tuiles et en amphore sont installées dans ces espaces et notamment contre le mur de l’abside. Le bras sud du transept s’ouvrait sur le baptistère aménagé dans la salle absidée appartenant à l’établissement antérieur. Au centre est installée une imposante cuve baptismale de plan cruciforme allongé doté de deux escaliers opposés. Celle-ci fait rapidement l’objet de nombreuses transformations (au moins six phases), qui conduiront à l’abandon de la cuve primitive pour un nouveau bassin, peu profond et de plan circulaire, aménagé à proximité.

20La construction de ces édifices de culte s’accompagne de l’installation d’espaces artisanaux et agricoles. Un atelier de forgeron est aménagé contre le mur oriental du chevet de l’église. Il s’agit d’une structure d’un peu plus de 100 m2, construite en matériaux périssables et identifiée par la présence de 48 trous de poteau. Les éléments métalliques, retrouvés en grand nombre, sont des rebus de forgeage du fer (scories et battitures) ainsi que des témoins d’une activité liée au travail d’alliages cuivreux et peut-être aussi du plomb. Aucun élément ne permet de penser en revanche que des opérations de réduction étaient réalisées sur place.

Fig. 9 – Plan de la cathédrale paléochrétienne, de son baptistère et des aménagements annexes (DAO D. Istria – CNRS).

21Au sud, deux bassins indiquent l’existence d’un travail artisanal lié à l’eau. Le premier, de 3 × 1,5 m, est une citerne dont l’enduit intérieur est particulièrement soigné mais inadapté à conserver durablement des liquides. Son sol est surélevé de 50 cm, sans doute très rapidement après sa construction. Il est protégé par un auvent couvrant également un espace adjacent d’une vingtaine des mètres carrés au total. Le second bassin, en contrebas du précédent, est constitué de deux petites cuves d’environ 40 × 50 cm et 40 cm de profondeur, pourvues d’un plan de travail incliné et d’une seule évacuation. L’interprétation la plus probable est celle qui consiste à y voir un ensemble lié à la préparation de la laine, peut-être à la teinture et au lavage.

22Au même moment, un énorme volume de terres noires s’est déposé dans les vallons, aussi bien au sud qu’au nord-est du groupe épiscopal. L’étude archéologique et géomorphologique de cet ensemble, exploré sur plus de 70 m3 mais couvrant en réalité plusieurs centaines de mètres carrés, indique clairement que le processus de sédimentation résulte d’une complexe combinaison de trois phénomènes dont deux peuvent être étroitement associés. Tout d’abord, on constate un apport alluvionnaire massif par le petit ruisseau de l’Albitrone qui, à terme, va colmater le chenal. D’autre part, l’analyse sédimentologique et géomorphologique a montré que ces terres noires sont également le résultat d’un colluvionnement important, favorisé par la position du secteur en bas de pente. Enfin, les zones proches des édifices de culte ont livré des sédiments gras et sombres, riches en mobilier archéologique, qui pourraient résulter à la fois de l’activité artisanale et du déversement de déchets domestiques provenant d’un habitat.

23Compte tenu de la rapidité de la mise en place de ces dépôts, immédiatement consécutive à la construction de l’église, et considérant la très faible étendue du bassin versant de l’Albitrone (moins de 15 hectares), on est conduit à penser que ce déplacement important de sédiments est étroitement lié à une intervention humaine en amont de la zone des édifices de culte et en particulier à un possible défrichement. Cette hypothèse peut être corroborée par la découverte dans le secteur oriental de petites terrasses, de zones fortement amendées ainsi que de traces de labours et de fosses quadrangulaires d’environ 1 m de côté qui peuvent être interprétées comme des trous de plantation d’arbres fruitiers.

La réactivation de l’évêché

  • 28 D. Istria, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, Ajaccio, 2005, p. 90-91 et A.Ventur (...)

24Autour de la seconde moitié du viie siècle les évêchés primitifs de l’île sont réunis sous l’autorité d’un seul évêque28. Les anciennes cathédrales, à l’exception de celle de Mariana sans doute siège de l’évêque unique, sont alors probablement rabaissées au rang de simples églises rurales, assurant peut-être encore une fonction baptismale.

  • 29 Il s’agit de la tombe SP27, datée par le radiocarbone entre 1221 et 1283 avec comme date la plus pr (...)

25À Ajaccio, il n’est pas impossible que la cuve baptismale de plan circulaire ait fonctionné jusqu’au début du second Moyen Âge. Quoi qu’il en soit, elle n’est partiellement détruite qu’au xiiie siècle par l’aménagement d’une tombe29.

26Les privilèges accordés par le pape Grégoire VII à l’évêque de Pise en 1077, puis par Urbain II en 1091 et 92, entraînent rapidement une réorganisation de l’Église de Corse qui se traduit par la restauration des cinq sièges épiscopaux primitifs.

  • 30 Un terminus ante quem est donné par la tombe SP23, construite sur les murs du chevet et de l’abside (...)
  • 31 Ainsi, en 1128, Ardizius est à Pise au côté du pape Honorius II. L’un de ses successeurs, Johannes, (...)
  • 32 L. A. Muratori, Dissertazione sopra le antichità italiane, Florence, 1747, tome 5, 69, p. 852.
  • 33 J. F. Casta, Euphrase, Saint, dans A. L. Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Aj (...)
  • 34 « ...la Jexia (...) Sancto Johani fora de la presente cita » : ASG, Natori antichi, 1444, Notaire P (...)
  • 35 G. Moracchini Mazel, Les églises romanes de Corse, Paris, 1967. Sur le Cadastre napoléonien réalisé (...)
  • 36 Ainsi, la plus ancienne tombe datée par la stratigraphie et l’analyse radiocarbone a été installée (...)

27Au xiie siècle, tous les édifices du premier groupe épiscopal d’Ajaccio sont ruinés et beaucoup de murs ont été démontés dans le but de récupérer les pierres30. La cathédrale est alors très probablement reconstruite sous une forme romane. Si les évêques sont à nouveaux mentionnés à partir de 112831, ce n’est qu’en 1192 qu’elle apparaît pour la première fois dans la documentation écrite. Elle est alors dédiée à san Frosi32, qui semble correspondre au sant’Eufrosio ou sant’Anfrosio des documents modernes33. À cette dédicace s’ajoute celle de saint Jean-Baptiste, connue par les documents du xve siècle34. Ses vestiges n’ont pas été étudiés, mais leur emplacement, à moins de 10 m au nord de l’église du vie siècle, est précisément connu grâce à des témoignages du xixe siècle, au plan cadastral dressé en 1843 (fig. 10) et à un sondage archéologique réalisé en 196335. Par ailleurs, la fouille préventive a mis en évidence le développement d’un cimetière à partir de la fin du xie ou de la première moitié du xiie siècle, sans doute donc consécutivement à la réédification de l’église36. Les tombes sont installées sur les ruines des édifices de culte antérieurs, et particulièrement à l’extrémité nord-occidentale de la zone de fouille, indiquant très certainement la proximité de la nouvelle cathédrale.

Fig. 10 – Plan du quartier Saint-Jean. Cadastre 1843 (Archives Départementales de Corse, Ajaccio, 3 Po 04/12, section C1). Le tombeau Pugliesi est indiqué par un octogone et une croix. La parcelle rectangulaire adjacente (no 143) est décrite sur la matrice comme « Sol de la chapelle ». Les vestiges de la cathédrale paléochrétienne se trouvent en partie sous cette parcelle et en partie dans la parcelle 142, entièrement fouillée en 2005.

Fig. 11 – Plan topographie d’Ajaccio au xiiie siècle (DAO D. Istria – CNRS).

  • 37 C’est ainsi qu’est décrit le site en 1491 : ASG, San Giorgio, Primi cancellieri, busta 1. J. A. Can (...)

28L’habitat qui pouvait être associé à ce centre religieux aux xiie et xiiie siècles pose un problème de localisation car il n’en existe aucune trace matérielle et le lieu est décrit comme desabitato à la fin du xve siècle37. En revanche, on connaît l’existence de très petits habitats ruraux datés de la fin du Moyen Age au nord-ouest d’Ajaccio, dans un rayon de 4 à 5 km (fig. 12).

Fig. 12 – Plan topographie d’Ajaccio au début du xvie siècle (DAO D. Istria – CNRS).

  • 38 D. Istria, Pouvoirs et fortifications... cit.
  • 39 V. Vitale, Documenti sul castello di Bonifacio nel secolo xiii, Atti della R. Deputazione di storia (...)
  • 40 On verra à ce sujet les nombreux actes du xiiie sìecle publié dans V. Vitale, Documenti... cit Voir (...)

29Quant aux évêques, on ne sait s’ils résidaient sur place, sur leurs terres du comté de Frasso (rive sud du golfe d’Ajaccio), à Bonifacio ou encore en Terre Ferme. Les fouilles conduites autour de la cathédrale de Mariana et plus récemment à Sagone, montrent en fait que ces sièges épiscopaux étaient isolés et peu fréquentés. En ces xiie et xiiie siècles, les centres de vie étaient ailleurs et la population dispersée dans un semis d’habitats établi à mi-hauteur sous le commandement des châteaux38. Pourtant, le mouillage d’Ajaccio, qualifié alors de portus39, conserve ou retrouve une activité commerciale qui permet d’alimenter tout cet arrière-pays. Le rôle économique primordial de cette plaque tournante est en effet documenté par les actes notariaux du milieu du xiiie siècle40, mais aussi et surtout par les céramiques de production pisane (majolique archaïque et acroma depurata), ou encore les monnaies génoises, introduites par Ajaccio et massivement diffusées sur l’intégralité du territoire.

Un nouveau pôle topographique : Castrum Lombardo

  • 41 R. S. Lopez, Da mercanti a agricoltori : aspetti della colonizzazione genovese in Corsica, dans Hom (...)

30En 1272, la Commune de Gênes, représentée par les capitaines du peuple Oberto Doria et Oberto Spinola, projette la fondation d’un castrum de colonisation baptisé Castel Lombardo, sur une colline à moins de 500 m au nord-est de la cathédrale41(fig. 4 et 11). Pour cela, dès le 27 avril de la même année, des terres appartenant au monastère ligure Saint-Martin de la Gallinaria, à l’évêque et au chapitre d’Ajaccio, sont acquises en emphytéose perpétuelle. L’acte de fondation prévoit de recruter cent familles afin de peupler le futur castrum. Elles bénéficieront toutes d’un certain nombre de privilèges : franchises fiscales, dotation d’une parcelle à bâtir exemptée de cens, mise à disposition d’une douzaine de bœufs de labour, d’une barque de pêche et d’une de transport ainsi que d’un moulin...

  • 42 Cette hypothèse repose principalement sur l’origine supposée lombarde des colons. Or, l’identité de (...)
  • 43 J.-A. Cancellieri, Formes rurales... cit., p. 120.
  • 44 J.-A. Cancellieri, N. Pinzuti, dir., Ajaccio... cit.
  • 45 I Libri Iurium della Repubblica di Genova, dans E. Pallavicino (éd.), vol. I/7, Gênes, 2001, no 116 (...)
  • 46 En effet, il apparaît clairement sur les cartes anciennes que, jusqu’au xixe siècle, l’embouchure d (...)

31On a pensé que l’objectif principal de la fondation était une mise en valeur agricole des terres littorales, axée en premier lieu sur la culture des céréales destinées à l’exportation vers Gênes42. Il semble pourtant que la vocation de la forteresse ait été toute autre. Ainsi, comme le souligne J.-A. Cancellieri, « les dispositions relatives au peuplement et aux constructions sont plus détaillées que celles touchant au lotissement des terres et à la mise en culture »43. On voit par exemple que parmi les familles recrutées doivent figurer tous les artisans nécessaires à la construction et à la vie du castrum : forgerons, savetiers, charpentiers, maîtres maçons, tailleurs, fabricants de boucliers, fabricants d’épées, potiers, médecins, apothicaires, pelletiers, marins, charpentiers de marine, fabricants de briques, tailleurs de pierres et serruriers44. Par conséquent, aucun spécialiste de la mise en culture, de l’irrigation ou de l’assèchement des terres n’est mentionné. Par ailleurs, durant les trois premières années, ces colons doivent fournir trois jours de travail hebdomadaire entièrement consacrés à l’édification de la forteresse dont ils devront assurer la garde permanente. Les bœufs de labour seront utilisés durant ces journées pour le transport des matériaux de construction. Enfin, 200 livres sont attribuées au castellanus pour l’achat sur place de 12 bons chevaux de guerre corses ou sardes. Un autre élément significatif mérite d’être signalé. Le ressort de Castel Lombardo, confirmé par l’autorité génoise le 10 avril 1282 lors de l’inféodation des terres de Celavo et Cinarca à Enrigucius et Rainerio de Cinarca qui viennent de jurer fidélité à la Commune de Gênes, s’étend sur seulement un mille autour de la fortification et est limité vers le sud-est par le fleuve Celavo, c’est-à-dire la Gravone45. Par conséquent, ce territoire n’englobe pas la plaine alluvionnaire et fertile de Campo dell’Oro46, mais seulement le secteur collinaire entrecoupé d’espaces humides au faible potentiel agricole.

  • 47 Sur ce point on verra principalement J.-A. Cancellieri, Formes rurales... cit.
  • 48 Sur la menace que constituent à la fin du xiiie siècle les seigneurs insulaires implantés dans la r (...)
  • 49 On verra en particulier A. Venturini, La Corse à la fin du xiiie... cit. et Idem, Les expéditions m (...)

32Il semble donc que cette fondation s’inscrive plutôt dans une stratégie militaire incluant quatre, voire cinq, autres fortifications installées dans les grands golfes de la côte sud-orientale de l’île47. Ces castra littoraux, toujours liés à des mouillages, devaient ainsi constituer des points de contrôle de l’espace48. Plus particulièrement, Castel Lombardo apparaît comme une enclave au cœur de la seigneurie de Cinarca, placée sous la coupe de personnages à la fois puissants et particulièrement instables49. Castel Lombardo pouvait ainsi permettre de maîtriser à la fois un carrefour de communications terrestres et l’un des mouillages les plus sûrs du territoire afin de défendre les intérêts génois.

33L’attaque par la flotte de Charles Ier d’Anjou dès 1274, soit seulement deux ans après sa fondation, confirme la menace que ce castrum pouvait potentiellement constituer pour la navigation le long de la côte occidentale de l’île.

34Les outils de travail mis à disposition des colons lors de la fondation (bœufs, barques, moulin) pouvaient dans ce cas être destinés à assurer le bon fonctionnement de l’agglomération, plutôt qu’à exporter vers les marchés de Terre Ferme de maigres récoltes de céréales sur une barque dont la capacité n’excédait pas 50 à 100 mines, soit de 3500 à un peu plus de 7000 kg de blé.

Les projets de reconstruction et de peuplement du xve siècle

  • 50 C’est ainsi qu’est décrit le site en 1491 : ASG, San Giorgio, Primi cancellieri, busta 1. J.-A. Can (...)

35La fondation d’un castrum de colonisation sur une colline située à moins de 500 m au nord-est de l’église cathédrale, aurait pu conduire à la naissance d’une nouvelle ville à l’image de Bonifacio ou Calvi. Mais, il en fut tout autrement. La forteresse fut probablement abandonnée très tôt. En effet, l’absence de mention dans la documentation génoise du xive siècle peut laisser penser que la tentative de colonisation a rapidement échoué. Pourtant le contrôle de ce « loco desabitato »50, reste un enjeu majeur et plusieurs tentatives de reconstruction vont jalonner le xve siècle, jusqu’à la fondation du nouveau château en 1492.

  • 51 M.T. Ferrer I Mallol, Il partito filocatalano in Corsica dopo la morte di Arrigo della Rocca, dans (...)
  • 52 ASG, 34, 607/2319, primi cancellieri 16, ff. 393-396 et primi cancellieri 17, fo.447-465. Le docume (...)
  • 53 V. Adami, La Corsica sotto i duchi di Milano (1464-1479), dans Archivio storico di Corsica, I-2, 19 (...)
  • 54 Remarquons que seulement un peu plus de 200 m séparent le château du rivage.
  • 55 A.-M. Graziani, Ajaccio, textes et documents, no 1, Ajaccio, 1997, p. 41-43.

36Dès 1405, Vincentello d’Istria et Ghilfuccio d’Ornano proposèrent au roi d’Aragon, Martin l’Humain, d’ériger ou peut-être plus exactement de rebâtir une forteresse à Ajaccio. D’un coût de 1000 florins de Florence, elle aurait abrité entre 2000 et 4000 hommes et aurait surtout constitué la « clé de toute l’île »51. Cette suggestion resta sans réponse, mais l’idée fut reprise en 1455 par les Protecteurs de l’Office de Saint-Georges. Le projet est cette fois plus modeste. Il s’agit simplement de réparer le « castello vecchio » à peu de frais, mais le rôle stratégique du site est encore une fois mis en avant. L’objectif est de brider le Delà-des-Monts jusqu’à Bonifacio : « e saria utilissima cum pocha spese et quella che ponevea lo freno a li [paese] da monti in la fine ad Bonifacio »52. Pourvu rapidement d’une petite garnison génoise, le château passe néanmoins entre les mains d’un seigneur insulaire, Giocante de Leca, dès 1465. Le duc de Milan en est aussitôt informé car la reconstruction de cette forteresse est une menace pour toute l’île : « potrà generare detrimento a le cose de l’isola »53. Pourtant, malgré la présence de ce site chargé d’histoire, c’est un autre emplacement qui sera choisi pour édifier un nouveau château en 1492. Le « castello vecchio » est en effet entouré de marécages et des Salini rendant l’air malsain, mais il était surtout trop éloigné du rivage54 ; une situation qui imposait la construction à grands frais d’ouvrages défensifs supplémentaires55. Il sera donc abandonné et détruit à la fin du xve siècle.

  • 56 A. Franzini, La Corse du xve siècle... cit., p. 279-280.
  • 57 Ibid.., p. 659-660, note 350 et 351.

37Qu’advient-il de la cathédrale pendant tout ce temps ? En 1457, le génois Deodato Boccone fut élu à la tête de l’évêché d’Ajaccio56. Très actif, il permit à l’ordre des Servites de s’installer en Corse et à Ajaccio en particulier, non pas dans sa cathédrale comme on l’a souvent écrit, mais dans l’église San Giacomo située beaucoup plus au sud, à proximité du rempart de la ville neuve. Selon Mgr de la Foata, qui s’appuyait alors sur la lecture « d’un ancien manuscrit », il fut aussi à l’origine de travaux importants. En 1459, le prélat fut en effet autorisé à tirer de sa charge de nonce apostolique les fonds nécessaires à la réparation de son église et de son palais épiscopal : « pro ipsius majoris ecclesie quam tui eposcopatus palati reparatione »57.

  • 58 Archivio Segreto Vaticano, Visite en Corse de Mgr N. Mascardi, 1587, fol. 4v.
  • 59 Les études archéologiques conduites à Mariana, Aléria et Sagone ont clairement montré que les cathé (...)

38La cathédrale reconstruite est très probablement l’édifice réemployant des dalles de l’église romane, repéré dans les sondages réalisés en 1963 et précisément décrit par Mgr Mascardi lors de sa visite en 158758. Il s’agit alors d’un modeste bâtiment à nef unique de 22 coudés (environ 11 m) de longueur et 10 coudés (environ 5 m) de largeur, couvert de dalles de pierre. Il possède une clôture de chœur que l’on franchit par des marches pour accéder aux deux autels : l’un, principal, de 3 × 1 coudé (1,5 × 0,5 m) et l’autre, plus petit, disposé du côté de l’épître. Dans le chœur se trouve une sépulture qui s’élève au-dessus du pavement. À ce moment, le cimetière continue d’être régulièrement utilisé59.

  • 60 « In nomine Domini Amen cum cio sia cosse che esser la nova habitacione de la presente cita de Adia (...)
  • 61 Visite en Corse de Mgr Mascardi, 1587, cit. fol. 4v. Mgr de la Foata, Recherches et notes sur l’his (...)

39La construction de la nouvelle ville à partir de 1492 à 1,5 km au sud de la cathédrale et à plus de 2 km de Castel Lombardo, entraîne rapidement le déplacement du siège épiscopal qui est transféré, dans un premier temps, dans l’église Santa Croce, construite vers 1502 à l’intérieur de l’enceinte urbaine60(fig. 12). L’église Sant’Eufrasio et San Giovanni Battista ne conserve alors plus que sa fonction de piève, probablement acquise au xiie siècle comme les autres cathédrales de l’île. Y est attachée la confrérie des Corses en tout cas jusqu’au traité de paix conclu entre les populations corse et génoise d’Ajaccio en 157961.

  • 62 A.-M. Graziani, Ajaccio... cit., p. 46.
  • 63 J.-F. Casta, La vie religieuse, dans F. Pomponi (dir.), Histoire d’Ajaccio, Ajaccio, 1992, p. 78.

40Dans les années 1520, le projet de construction d’une nouvelle cathédrale est lancé et lors de sa visite, Mgr Giustiniani peut voir l’édifice à peine commencé ; les murs ont alors 5 palmi de haut. Mais le creusement du fossé de la ville entraînera la destruction de l’édifice avant même qu’il ne soit achevé62. Un nouveau projet voit alors le jour. Pour le financer, le pape Grégoire XIII déclare le siège épiscopal vacant et décide de mobiliser une part importante des revenus de la mense épiscopale63. Les travaux seront terminés en 1593 (fig. 13).

  • 64 Mgr de la Foata, Recherches et notes... cit., p. 26.
  • 65 F. Robiquet, Recherches historiques... cit., p. 10-11, Mgr de la Foata, Recherches et notes... cit. (...)

41Le 23 mars 1757, le chanoine Joseph-Antoine Colonna, agissant au nom du chapitre d’Ajaccio et avec autorisation du pape, vend la vigne de San Giovanni à un certain Giuseppe Pugliesi pour la somme de 1040 livres64. C’est dans cette vigne que se trouvait l’ancienne cathédrale. Elle fut en partie démontée et ses pierres furent vendues pour servir à la construction de la tour de l’horloge ainsi que d’une partie des murs de la ville. Dans les ruines, la famille Pugliesi érige avant 1831 un somptueux tombeau octogonal, en marbre blanc et noir (fig. 10)65. Ce n’est finalement que l’urbanisation de la colline Saint-Jean à partir des années 1910 qui en effacera la trace.

Fig. 13 – Vue d’Ajaccio depuis le sud. On peut voir à droite les murs de la fortification et au centre la cathédrale construite à partir de la fin du xvie siècle (Photo D. Istria – CNRS).

42Si la date de 1492 à longtemps été considérée comme un point de départ, elle apparaît plutôt aujourd’hui et à la lumière des récentes découvertes, comme une simple étape dans l’évolution topographique complexe et deux fois millénaires de la ville d’Ajaccio.

43Le noyau originel n’est qu’un modeste habitat dont le statut ne peut être défini avec précision, même si les comparaisons régionales suggèrent d’y reconnaître une simple villa ou un relais maritime semblable aux établissements mis au jour à Sagone, à Propriano ou encore à Pianotolli. Il est installé sur le littoral au début de notre ère et semble constituer durant toute l’Antiquité l’ouverture maritime de la microrégion en raison de la présence d’un mouillage facile d’accès et bien abrité. C’est peut-être, au moins en partie, cette fonction d’espace d’échange et de communication qui a conduit au choix de ce site pour y installer le siège d’un évêché dans le courant du vie siècle. Cette promotion est à l’origine d’un premier bouleversement topographique majeur. Un groupe épiscopal est érigé sur une partie de l’habitat. Il constitue un nouveau pôle monumental qui va marquer le paysage durant plus d’un millénaire. En effet, bien que l’ecclesia perde son statut de cathédrale à partir de la seconde moitié du viie siècle, elle conserve peut-être sa fonction baptismale durant tout le premier Moyen Age ; c’est en tout cas au même endroit qu’une nouvelle cathédrale est érigée au xiie siècle alors que l’évêché est réactivé. Pourtant, cet édifice de culte ne constitue probablement pas un véritable centre de peuplement. Les raisons en sont certainement multiples, mais deux ont pu jouer un rôle essentiel : le choix du site, très symbolique compte tenu de son ancienneté, mais excentré par rapport au nouveau réseau d’habitats, ainsi que le problème récurant de la non résidence des évêques, pour la plupart étrangers. La fondation en 1272 d’un castrum de colonisation génoise semble, quant à elle, liée à la valeur stratégique du lieu : un « port » au cœur d’un territoire tenu par les Cinarchesi, le groupe seigneurial de loin le plus menaçant pour les intérêts génois. Le déplacement des conflits et des risques entraîne probablement l’abandon rapide de la colonie. Mais, la position stratégique d’Ajaccio, considérée alors comme une « clé » de l’île, est à l’origine de nouvelles tentatives de fortification, toutes éphémères, dans le courant du xve siècle. Parallèlement, le groupe épiscopal connaît un renouveau grâce à l’intervention d’un évêque dynamique entre 1457 et 1477 : la cathédrale et probablement le palais épiscopal sont reconstruits ou restaurés.

44La fonction religieuse et la fonction militaire semblent avoir évolué indépendamment l’une de l’autre jusqu’à la fondation du nouveau préside génois en 1492. Celle-ci entraîne dès 1502-03 le transfère définitif du siège épiscopal intra muros. Ainsi, durant le Moyen Âge, les pôles monumentaux constitués par les édifices religieux et par les forteresses, se sont simplement juxtaposés, sans véritablement entrer en interaction. C’est la présence d’un mouillage ou d’un port qui, depuis les origines, semble avoir été l’unique élément « cristallisateur » de cet espace.

Haut de page

Notes

1 L’Office de Saint-Georges (ou Banco di San Giorgio) est une institution financière destinée à l’origine au remboursement de la dette publique génoise. La Corse passe sous son contrôle en 1453. A.-M. Graziani, La Corse génoise. Économie, Société, Culture, Ajaccio, 1997. R. Musso, Office de Saint-Georges – L’Office de Saint-Georges et la Corse, dans A. L. Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, 2006, p 700-701.

2 A.-M. Graziani, Une approche historique des fortifications en Corse (xve-xvie siècles), dans Stantari, 12, 2006, p. 45-47.

3 Ces opérations ont été réalisées par l’INRAP en collaboration avec le CNRS.

4 Archives Départementales de Corse-du-Sud, Ajaccio (désormais ADC) : Atlas Belin (1769), Plan Terrier de la Corse (fin xviiie s.), le Pilote de la Corse (1821-25), Cadastre napoléonien de 1843. A. M. Salone et F. Amalberti, La Corse, images et cartographie, Ajaccio, 1992.

5 A. M. Salone et F. Amalberti, La Corse... cit.

6 A. Albertini et L. Poncin, Les Salines, Ajaccio, 1993.

7 ADC, 1C65, Mémoire sur l’étang des Salines, 1775, p. 17.

8 Archivio di Stato di Genova (désormais ASG), Corsica, liasse 225 et ASG, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 5, 1490.

9 Idem.

10 ASG, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 4, no 467.459, 1490.

11 ASG, Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 4, no 467.469, 20.4.1492.

12 L’étude géomorphologique a été réalisée par O. Sivan (Inrap) : O. Sivan, Contexte géologique et évolution géomorpholo gique, dans D. Istria (dir.), Espace Alban, rue F. del Pellegrino à Ajaccio. Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, Nîmes, 2008, p. 51-55.

13 Cette datation repose sur la présence de nombreux fragments de céramique dont des amphores de type Keay 8, 26, 60 et 62, des amphores de type castrum Perti, des sigillées claires D type Hayes 107, ainsi que de la céramique commune lombarde.

14 ADC, 1C65, Mémoire sur l’étang des Salines, 1775, p. 17 : « ...en été le marais est sec, à quelques mares près ».

15 ADC, 1C65, 16 juillet 1776.

16 L. A. Jaussin, Mémoires historiques, militaires et politiques sur les principaux évènements arrivés dans l’Isle et Royaume de Corse, dans Archivio storico di Corsica, juillet 1935 et G. Champgrand, Histoire de l’Isle de Corse, 1749.

17 On signalera notamment des Antoninianii d’Aurélien frappés à Cyzique en 269-275 et de Probus frappés à Rome et à Lyon en 276-282, des fragments de céramique africaine Claire A de type 8a et 9a, des amphores gauloises type G4, des amphores de Bétique type DR20 ainsi que de la céramique de cuisine africaine : marmite type 183 et 197, couvercle de type 182 et 197, plat type 23b et 26.

18 On note en particulier la présence de monnaies d’Auguste, Caligula, Antonin le Pieux et Marc Aurèle (A. Ambrosi, Carte et texte du département de la Corse, dans Carte archéologique de la Gaule romaine, 1933, p. 14), mais aucune n’a été conservée et leur identification reste donc sujette à caution. En revanche, la fouille préventive a livré des monnaies de Faustine I et II frappées en 141-160 et en 161-176, mais surtout plusieurs types de céramiques : amphores gauloises G6, 2 et 2/4, amphores de Bétique b2b, céramique commune CLAIR-REC 18, céramique à parois fine...

19 L. A. Jaussin, Mémoires historiques... cit., G. Champgrand, Histoire... cit., F. A. Chevrier, Extraits de l’histoire de l’îsle de Corse, Paris, BNF, P. Mérimée, Note d’un voyage en Corse, Paris, 1840 (réédition Ajaccio, 1997), F. Robiquet, Recherches historiques et statistiques sur la Corse, Paris, 1835, A. Ambrosi, Carte et texte du département de la Corse, dans Carte archéologique de la Gaule romaine, 1933.

20 F. Benoît, Note sur un sarcophage du Bon Pasteur découvert à Ajaccio, dans, Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 56, 1939, p. 168-177.

21 Le second sarcophage n’est connu que par une photographie prise peu après la découverte et publiée dans J. Jehasse, La Corse antique, dans F. Pomponi (dir.), Le mémorial des Corse, 1, p. 118. Il semble s’agir d’une cuve en calcaire, grossièrement ébauchée et non décorée, dépourvue de couvercle.

22 F. Benoît, Note... cit.

23 Ces découvertes, encore inédites, ont été réalisées par les plongeurs de l’Association pour la recherche archéologique sous-marine dirigée par H. Alfonsi.

24 L’historiographie régionale a largement diffusé l’image d’une grande ville romaine, chef-lieu de cité, à l’instar des colonies de la côte orientale de l’île, Mariana et Aléria. Cette idée découle du statut de siège épiscopal qu’Ajaccio a acquis L’historiographie régionale a largement diffusé l’image d’une grande ville romaine, chef-lieu de cité, à l’instar des colonies de la côte orientale de l’île, Mariana et Aléria. Cette idée découle du statut de siège épiscopal qu’Ajaccio a acquis dans le courant du vie siècle. Il est à noter qu’Ajaccio n’est mentionnée dans aucune des descriptions de la Corse romaine (Ptolémée d’Alexandrie, l’Itinéraire d’Antonin, la carte de Peutinger), seul l’Anonyme de Ravenne la mentionne, mais il s’agit sans doute déjà d’un siège épiscopal. Comme on le verra, c’est dans une correspondance de Grégoire le Grand, datée de 601, qu’elle apparaît pour la première fois.

25 A. Venturini, Les évêques de Corse depuis les origines avérées à la réunion de l’évêché d’Accia à celui de Mariana (591-1563), dans Études corses, 65, 2007, p. 6-7.

26 D. Istria, Les fouilles préventives de l’espace Alban à Ajaccio. Nouvelles données sur les édifices de culte chrétiens des vie-viie siècles, dans D. Istria, S. Nardi Combescure, D. Poulain (dir.), Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle, Actes du colloque d’Amiens, 18-20 janvier 2007, Rennes, 2009, p. 161-173. D. Istria, Ph. Pergola, Le baptistère paléochrétien d’Ajaccio, dans M. Marcenaro (dir.), Albenga città episcopale. Tempi e dinamiche della cristianizzazione, Actes du colloque international d’Albenga, 21-23 septembre 2006, (Istituto Internazionale di Studi Liguri, XII), 2007, p. 741-769. D. Istria, Les sièges épiscopaux corses du premier Moyen Âge (vie-viie siècles), dans Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 724-725, 2008, p. 145-162.

27 Céramique commune de type Bonifay 11B, ainsi que fragments de sigillées claire D de type Hayes 90B, 99B et 100 ou 101.

28 D. Istria, Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse, Ajaccio, 2005, p. 90-91 et A.Venturini, Les évêques de Corse... cit., p. 8.

29 Il s’agit de la tombe SP27, datée par le radiocarbone entre 1221 et 1283 avec comme date la plus probable 1269 (Lyon-4845 SacA-10388).

30 Un terminus ante quem est donné par la tombe SP23, construite sur les murs du chevet et de l’abside entre 1023 et 1163 avec comme dates les plus probables (en ordre décroissant) 1096, 1147, 1141 et 1119 : datation radiocarbone Lyon-4844(SacA-10387).

31 Ainsi, en 1128, Ardizius est à Pise au côté du pape Honorius II. L’un de ses successeurs, Johannes, assiste au concile réuni au Latran par le pape Alexandre III en 1179. Pour la liste des évêques d’Ajaccio on verra la mise à jour récente A. Venturini, Les évêques de Corse... cit. Les évêques Nicolaus et Ricobonus, que F.J. Casta place dans le courant de la première moitié du xe siècle, ne sont connus que par de faux documents de la fin du Moyen Âge. On ne peut donc pas en tenir compte.

32 L. A. Muratori, Dissertazione sopra le antichità italiane, Florence, 1747, tome 5, 69, p. 852.

33 J. F. Casta, Euphrase, Saint, dans A. L. Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, 2006, p. 352.

34 « ...la Jexia (...) Sancto Johani fora de la presente cita » : ASG, Natori antichi, 1444, Notaire Picaluga, 12.5.1502, pce 179. La dédicace à saint Euphraise n’est pas abandonnée pour autant. Le chroniqueur Filippini la mentionne encore à la fin du xvie siècle : « L’an 1581, le 1er décembre, jour où l’on célèbre la fête de S. Eufrasio, lequel était depuis longtemps le patron titulaire de sa cathédrale » : A. P. Filippini, Chronique de la Corse (1560-1594), A.-M. Graziani éd., Ajaccio, 1995, p. 386.

35 G. Moracchini Mazel, Les églises romanes de Corse, Paris, 1967. Sur le Cadastre napoléonien réalisé en 1843 (ADC, Ajaccio, 3P004/12), la parcelle 143, située au sud du tombeau Pugliesi indiqué par un polygone et une croix, est désignée dans la matrice cadastrale comme « Sol de la chapelle » et correspond à l’emprise de l’église cathédrale médiévale dont les vestiges ont été vus en 1963. Cette emprise constitue encore une anomalie dans le parcellaire actuel.

36 Ainsi, la plus ancienne tombe datée par la stratigraphie et l’analyse radiocarbone a été installée entre 1023 et 1163, Lyon-4844 (SacA-10387). L’utilisation de ce cimetière se poursuivra jusqu’à l’époque moderne.

37 C’est ainsi qu’est décrit le site en 1491 : ASG, San Giorgio, Primi cancellieri, busta 1. J. A. Cancellieri, N. Pinzuti, dir., Ajaccio, 1492. Naissance d’une ville génoise en Corse, catalogue de l’exposition, Ajaccio, 1992.

38 D. Istria, Pouvoirs et fortifications... cit.

39 V. Vitale, Documenti sul castello di Bonifacio nel secolo xiii, Atti della R. Deputazione di storia patria per la Liguria, I, 1936, doc. no XI, 1238. En 1492, on parle du « stallo de le nave », situé dans l’anse des Cannes : ASG, San Giorgio, primi cancellieri, busta 4, no 467-469. J. A. Cancellieri, N. Pinzuti, dir., Ajaccio... cit.

40 On verra à ce sujet les nombreux actes du xiiie sìecle publié dans V. Vitale, Documenti... cit Voir aussi J. A. Cancellieri, Bonifacio au Moyen Âge, CRDP de corse, Ajaccio, 1997. La présence d’un octroi et d’une gabelle à Ajaccio est documentée à partir du xve siècle seulement : A. Franzini, La Corse du xve siècle. Politique et siciété (1433-1483), Ajaccio, 2005, p. 372 et 375.

41 R. S. Lopez, Da mercanti a agricoltori : aspetti della colonizzazione genovese in Corsica, dans Homenaje a Jaime Vicens Vives, Universidad de Barcelona, Barcelone, 1965, p. 525-532 ; J.-A. Cancellieri, Formes rurales de la colonisation génoise en Corse au xiiie siècle : un essai de typologie, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 93, 1981, 1, p. 118-125 ; J.-A. Cancellieri, N. Pinzuti (dir.), Ajaccio... cit.

42 Cette hypothèse repose principalement sur l’origine supposée lombarde des colons. Or, l’identité de seulement deux d’entre eux est connue et même s’ils sont effectivement originaires l’un de Pavie et l’autre de Milan (ce dernier est d’ailleurs tailleur et non cultivateur), il n’est pas possible d’en faire une généralité. D’autre part, le nom même du castrum, Lombardo, est décidé dès le départ, alors que la charte précise que le peuplement sera fait principalement par des génois : « ...et intersit comunis Ianue dictum locum repleri habitatoribus et specialiter de hominibus Ianue et districtus ». Enfin, on remarquera que le prénom et le toponyme Lombardo sont déjà répandus en Corse au début du Moyen Âge.

43 J.-A. Cancellieri, Formes rurales... cit., p. 120.

44 J.-A. Cancellieri, N. Pinzuti, dir., Ajaccio... cit.

45 I Libri Iurium della Repubblica di Genova, dans E. Pallavicino (éd.), vol. I/7, Gênes, 2001, no 1164 et 1165.

46 En effet, il apparaît clairement sur les cartes anciennes que, jusqu’au xixe siècle, l’embouchure de la Gravone était située tout au nord de la plaine de Campo dell’Oro, et non au sud comme aujourd’hui. On verra par exemple la planche XVII « Plan du golphe de Aiaccio » de l’Atlas de l’Isle de Corse de J.-N. Bellin, publié en 1769.

47 Sur ce point on verra principalement J.-A. Cancellieri, Formes rurales... cit.

48 Sur la menace que constituent à la fin du xiiie siècle les seigneurs insulaires implantés dans la région d’Ajaccio on verra J.-A. Cancellieri, Formes rurales... cit., p. 118-119 et A. Venturini, La Corse à la fin du xiiie siècle. Essai de géographie historique avant et pendant les campagnes militaires de Luchetto Doria et Niccolo Boccanegra (1289-1290), dans Études corses, 60, 2005, p. 17-47.

49 On verra en particulier A. Venturini, La Corse à la fin du xiiie... cit. et Idem, Les expéditions militaires génoises dans les îles aux xiie et xiiie siècles, dans D. Istria (dir.), Présence et colonisation génoises dans les îles de Méditerranée, actes du colloque de Bastia-Lucciana, 6-8 octobre 2006, Bastia, 2010 (Corse d’hier et de demain, 1), p. 16 et 20.

50 C’est ainsi qu’est décrit le site en 1491 : ASG, San Giorgio, Primi cancellieri, busta 1. J.-A. Cancellieri, N. Pinzuti (dir.), Ajaccio, 1492... cit.

51 M.T. Ferrer I Mallol, Il partito filocatalano in Corsica dopo la morte di Arrigo della Rocca, dans Medioevo. Saggi e rassegne, 24, 1999, p. 78 ; A. Franzini, Les nouveaux bourgs fortifiés et l’habitat en Corse au xve siècle, dans Études Corses, 60, 2005 p. 55. Plusieurs groupes familiaux détenteurs de châteaux sont en effet connus dans le secteur, mais doivent surtout retenir l’attention les Cinarchesi avec la fortification de Cinarca au nord, et les Tralavetacci avec la Rocca de Cauro au sud.

52 ASG, 34, 607/2319, primi cancellieri 16, ff. 393-396 et primi cancellieri 17, fo.447-465. Le document est cité et partiellement retranscrit dans A. Franzini, Les nouveaux bourgs... cit.,p. 55-56 et note 20.

53 V. Adami, La Corsica sotto i duchi di Milano (1464-1479), dans Archivio storico di Corsica, I-2, 1925, p. 186 ; A. Franzini, Les nouveaux bourgs... cit., p. 56 et note 22.

54 Remarquons que seulement un peu plus de 200 m séparent le château du rivage.

55 A.-M. Graziani, Ajaccio, textes et documents, no 1, Ajaccio, 1997, p. 41-43.

56 A. Franzini, La Corse du xve siècle... cit., p. 279-280.

57 Ibid.., p. 659-660, note 350 et 351.

58 Archivio Segreto Vaticano, Visite en Corse de Mgr N. Mascardi, 1587, fol. 4v.

59 Les études archéologiques conduites à Mariana, Aléria et Sagone ont clairement montré que les cathédrales romanes, érigées au xiie siècle, ont été partiellement détruites durant le bas Moyen Âge puis reconstruites (Aléria) ou restaurées (Mariana et Sagone) au xve siècle. D. Istria, La cathédrale Sant’Appianu de Sagone. Proposition de relecture architecturale des églises paléochrétienne, médiévale et moderne, dans Archéologie Médiévale, 39, 2009, p. 25-39.

60 « In nomine Domini Amen cum cio sia cosse che esser la nova habitacione de la presente cita de Adiacio se sia transucitato et cambiato lo loco de la Jexia et con habitacione qualle era presso a Sancto Johani fora de la presente cita » : ASG, Notai antichi, 1444, Notaire Picaluga, 12.5.1502, pce 179.

61 Visite en Corse de Mgr Mascardi, 1587, cit. fol. 4v. Mgr de la Foata, Recherches et notes sur l’histoire de l’église en Corse, 1895, p. 26.

62 A.-M. Graziani, Ajaccio... cit., p. 46.

63 J.-F. Casta, La vie religieuse, dans F. Pomponi (dir.), Histoire d’Ajaccio, Ajaccio, 1992, p. 78.

64 Mgr de la Foata, Recherches et notes... cit., p. 26.

65 F. Robiquet, Recherches historiques... cit., p. 10-11, Mgr de la Foata, Recherches et notes... cit., p. 27-28.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation de la ville d’Ajaccio (DAO D. Istria – CNRS).
Légende Fig. 2 – Vue aérienne de la ville actuelle d’Ajaccio (Photo J.-F. Paccosi - CRDP de Corse). On reconnaît parfaitement le château (en haut à gauche) et les limites de la ville ancienne bastionnée.
Légende Fig. 3 – Plan du château et de la ville d’Ajaccio (J.-N. Bellin, Atlas de l’Isle de Corse, 1769).
Légende Fig. 4 – Plan Terrier de la Corse, 1795 (Archives départementales de Corse, Ajaccio, 1Fi. 3P004/12). Le faubourg est encore limité à quelques maisons construites le long de la route. Au nord, on remarquera la mention « Port d’Ajaccio » au niveau de l’anse des Cannes, les toponymes « Le Salini », « Le Canne » et « Le Padule » ainsi que « Il Castel Vecchio » qui désigne la colline sur laquelle fut édifié Castel Lombardo.
Légende Fig. 5 – Plan cadastral du quartier Saint-Jean d’Ajaccio avec indication des zones ayant fait l’objet d’une opération archéologique depuis 2004.
Légende Fig. 6 – Vue de la fouille préventive du groupe épiscopal paléochrétien (Photo D. Istria – Inrap).
Légende Fig. 7 – Plan de situation des vestiges archéologiques antiques et paléochrétiens (DAO D. Istria – CNRS).
Légende Fig. 8 – Vue de la salle absidée antique transformée en baptistère au vie siècle (Photo D. Istria – Inrap).
Légende Fig. 9 – Plan de la cathédrale paléochrétienne, de son baptistère et des aménagements annexes (DAO D. Istria – CNRS).
Légende Fig. 10 – Plan du quartier Saint-Jean. Cadastre 1843 (Archives Départementales de Corse, Ajaccio, 3 Po 04/12, section C1). Le tombeau Pugliesi est indiqué par un octogone et une croix. La parcelle rectangulaire adjacente (no 143) est décrite sur la matrice comme « Sol de la chapelle ». Les vestiges de la cathédrale paléochrétienne se trouvent en partie sous cette parcelle et en partie dans la parcelle 142, entièrement fouillée en 2005.
Légende Fig. 11 – Plan topographie d’Ajaccio au xiiie siècle (DAO D. Istria – CNRS).
Légende Fig. 12 – Plan topographie d’Ajaccio au début du xvie siècle (DAO D. Istria – CNRS).
Légende Fig. 13 – Vue d’Ajaccio depuis le sud. On peut voir à droite les murs de la fortification et au centre la cathédrale construite à partir de la fin du xvie siècle (Photo D. Istria – CNRS).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Istria, « Nouveau regard sur la topographie médiévale d’Ajaccio (Corse du Sud) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-2 | 2010, 327-345.

Référence électronique

Daniel Istria, « Nouveau regard sur la topographie médiévale d’Ajaccio (Corse du Sud) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/610 ; DOI : 10.4000/mefrm.610

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

CNRS – UMR 6572 (Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne), Aix-en-Provence, daniel.istria@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org