Navigation – Plan du site
Mélanges

La fortune du De Vrinis de Maurus de Salerne et ses volgarizzamenti inédits

The fate of the De urinis of Maurus of Salerno and its unpublished volgarizzamenti
Laurence Moulinier-Brogi
p. 261-278

Résumés

Figure emblématique de la renaissance intellectuelle qui caractérisa sa ville au xiie siècle, le médecin Maurus de Salerne (v. 1130-1214) a laissé des écrits qui intéressent aujourd’hui tant les historiens de la philosophie que ceux de la médecine. Son œuvre médicale se signale par le rôle qu’y joue la sémiologie, à savoir l’art de lire les signes de la santé du corps, dans le sang et surtout dans les urines : Maurus est un pionnier de ce qu’on appellera plus tard uroscopie, une discipline destinée à une grande diffusion en Occident à partir du xiie siècle. Mais ses traités de médecine souffrent encore d’une relative dispersion dans les éditions, et d’éclairages insuffisants sur leur histoire et leur réception. Après avoir rappelé l’importance des écrits et de la pensée de Maurus, on s’attache ici à son traité sur les urines, dont le corpus manuscrit n’a jamais été inventorié, et dont l’identification récente de témoins vernaculaires invite aussi à évaluer la fortune hors des milieux savants strictement latinophones.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Faith Wallis retrace une rapide biographie de Maurus dans T. Glick, S. J. Livesey, F. Wallis (dir.) (...)

1Le médecin Maurus de Salerne (v. 1130-1214) est un auteur important pour l’histoire culturelle de l’Occident médiéval. Figure emblématique de la renaissance intellectuelle qui caractérisa la ville de Salerne et sa supposée « école » au xiie siècle, il y étudia entre 1150 et 1160 avant d’y enseigner de 1165 à 1200 environ, et a laissé différents écrits qui intéressent aujourd’hui tant les historiens de la philosophie que ceux de la médecine1. Son œuvre médicale se signale notamment par la place qu’y tient la sémiologie, à savoir l’art de lire les signes de la santé du corps, dans le sang et surtout dans les urines : Maurus est de fait un pionnier de ce qu’on appellera plus tard uroscopie, une discipline héritière de Byzance appelée à une notable diffusion dans l’Occident médiéval à partir du xiie siècle. Mais ses traités de médecine souffrent encore d’une relative dispersion dans les éditions, et d’éclairages insuffisants sur leur histoire et leur réception. Après avoir rappelé la richesse des écrits et de la pensée de Maurus en général, on s’attachera ici à son traité sur les urines, De urinis, dont le corpus manuscrit n’a encore jamais été inventorié, et dont l’identification récente de témoins vernaculaires nous invite aussi à évaluer le devenir hors des milieux savants strictement latinophones.

  • 2 Sur Aristote à Salerne, voir notamment D. Jacquart, Aristotelian Thought in Salerno, dans P. Dronke (...)
  • 3 A. Birkenmajer, Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote aux (...)
  • 4 Voir A. Birkenmajer, Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote (...)

2Comme celle de son contemporain Urso, bien que dans une moindre mesure, l’œuvre de Maurus donne à voir précocement le lien entre médecine arabo-galénique et physique aristotélicienne2. Aleksandr Birkenmajer voyait ainsi dans les dissertations de Maurus sur la matière et sur les éléments, qui occupent de longues pages dans son traité sur les urines, une occasion de faire montre de ses connaissances proprement philosophiques, et non plus seulement médicales, en particulier d’œuvres d’Aristote telles le De generatione et corruptione ou la Physique, qu’il aurait pu aborder dans leurs traductions gréco-latines à peu près dans le même temps qu’Urso3. Certes, c’est surtout ce dernier qui se rendit célèbre pour ses travaux sur la commixtio des éléments et sur les couleurs dans lesquels il se réclamait d’Aristote, mais comme l’a souligné Morris Saffron, l’emploi de termes comme universalis, particularis, accidentialis, potentialis, actualis, potentia, forma, prouve que Maurus aussi était frotté de philosophie aristotélicienne4. Même s’il n’est pas exclu qu’il ait puisé des connaissances dans le commentaire à l’Isagoge Johannitii de son contemporain Archimatheus, qui citait et utilisait abondamment Aristote, l’œuvre de Maurus est de toute façon un précieux témoin de la première réception en Occident de certains écrits aristotéliciens.

3Maurus laissa notamment un commentaire à l’Ars medicine, appelée plus tard l’Articella, une collection de textes associés depuis 1100 environ et voués à former le socle de l’enseignement de la médecine au Moyen Age et au delà : l’Isagoge Iohannitii, c’est-à-dire de Hunain ibn Ishâq (ixe s. après J.-C.) traduite par Constantin l’Africain au xie siècle ; les Aphorismes et Prognostics d’Hippocrate ; le De urinis de Théophile ; le De pulsibus de Philaret ; et à partir du milieu du xiie siècle, l’Ars medica (ou Tegni) de Galien, traduit pour sa part deux fois au cours de ce siècle, la première à partir du grec et l’autre, par Gérard de Crémone, d’après un original arabe.

  • 5 Voir récemment à ce sujet Ch. De Miramon, Réception et oubli de l’Ethica vetus : Salerne et Bologne (...)

4Le médecin Barthélemy de Salerne, pionnier par sa volonté d’intégrer de nouveaux textes aristotéliciens au schéma jusqu’alors en vigueur à Salerne, avait joué un rôle clé dans la constitution de l’Articella comme manuel scolaire, et été le premier à la commenter dans son ensemble ; Maurus poursuivit donc la tradition exégétique inaugurée par Barthélemy5, et se signala aussi par sa réflexion sur la nature de l’art médical et de sa pratique.

  • 6 Voir entre autres D. Jacquart, « Theorica » et « practica » dans l’enseignement de la médecine à Sa (...)
  • 7 Commentarium super Tabulas Salerni, éd. S. De Renzi, V, p. 269.
  • 8 Non enim quoslibet operatores practicos appellamus nisi theoricae intellectus praecedat, cité par D (...)

5L’articulation entre les deux aspects, théorique et pratique, de la médecine suscita de nombreuses réflexions, et à travers les commentaires à l’Articella, en particulier à l’Isagoge, les maîtres salernitains de la seconde moitié du xiie siècle tâchèrent d’apporter une réponse à la question de la place de la médecine dans l’ensemble du savoir humain en s’appuyant sur une division de la philosophie en trois branches : « éthique » , « logique » et « théorique ». La médecine dépendait de cette theorica et se scindait à son tour en pratique et théorie, chacune étant considérée comme une science, c’est-à-dire une discipline fondée sur la réflexion et le raisonnement. Selon Barthélemy de Salerne, par exemple, la théorie était la science des causes, et la pratique la science des signes ; il ne pouvait y avoir de pratique sans théorie préalable6, et l’on connaît la formule fameuse de Bernardus Provincialis : « Omnis practicus est theoricus, sed non convertitur »7. Quant à Maurus, il précisait : « nous n’appelons pas practici, praticiens, n’importe quels opérateurs, si l’intelligence de la théorie ne préexiste pas à leur pratique »8.

  • 9 Voir P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus of Salerno and other early commentators (...)
  • 10 Voir D. Jacquart, Introduction, dans La Collectio salernitana di Salvatore De Renzi, éd. D. Jacquar (...)
  • 11 Cf. L. Thorndike et P. Kibre, A catalogue of incipits of Medieval Scientific Writings in Latin, Cam (...)
  • 12 Voir P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus of Salerno... cit., p. 79.
  • 13 TK, col. 333.
  • 14 TK, col. 333 ; voir aussi P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus... cit. et A. Maie (...)
  • 15 TK, col. 323. Texte édité par De Renzi, Collectio salernitana, Naples, 1856, IV, p. 513-557. Voir T (...)

6Le ms. latin 18 499 de la BNF contient tous les commentaires de Maurus à l’Articella, et si son importance a été mise en relief par l’article pionnier de Paul Oscar Kristeller9, cet aspect de l’œuvre de Maurus (de même que celle d’un Bartholomaeus, comme l’a fait remarquer Danielle Jacquart), est encore relativement sous-estimé, bien qu’il soit mieux loti que d’autres : Maurus est en effet l’un des rares auteurs dont certains commentaires à l’Articella ont fait l’objet de publications depuis la parution de la Collectio Salernitana de Salvatore De Renzi au milieu du xixe siècle10. Il convient en outre de rappeler qu’on connaît aussi des témoins partiels de ce commentaire de Maurus. Le ms. Nürnberg, Germanisches Nationalmuseum, no 15584, un codex du xive siècle (ca. a. 1 300), contient ainsi, fols 1r-2vb, l’Isagoge de Johannitius, avec un commentaire marginal et fragmentaire de Maurus (Inc. « Cum omnis sciencia doctrinalis humane deserviat utilitati... »)11 ; le ms. Paris, BnF, lat. 6956, un ms. du xive siècle cité sous la cote erronée de « 6 959 » par Kristeller12renferme entre les folios 3a et 40a un commentaire de Maurus à l’Isagoge de Johannitius (Expositio Petri Ispani in Isagogas Joannitii) ; le ms. Bruges, 474, un témoin du xiiie siècle, conserve aux fols 116ra-139v des Glosule super Johannitium de Maurus (Inc. « Cum quelibet doctrina vel scientia humane utilitati serviat... »)13, et on les trouve aussi dans le ms. Venezia, Biblioteca Marciana, fondo antico 321 (XIV, 12), aux fols. 180-187v, et dans le ms. Vaticano, Borghese 196, fols 1r-16v14. Quant au ms. n. a. l. 481 de la BnF, il contient pour sa part, au fol. 10r, un fragment du commentaire de Maurus aux Prognostica d’Hippocrate, de même que les mss latins 7 102 (fol. 96v) et 7 040 (fol. IIra) de la même bibliothèque. Enfin, des Glosulae aphorismorum Hippocratis de Maurus se donnent à lire dans le codex Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 2 410, fol. 49ff : Inc. : « Cum omne corpus animatum... » Expl. « per abstinenciam conservatur »15.

  • 16 Maurus, Regulae urinarum, éd. S De Renzi, Collectio salernitana, III, Naples, 1854, p. 2-51.
  • 17 Voir Maurus, In Hippocratis aphorismos commentarium, éd. S. De Renzi, Collectio salernitana, IV, Na (...)

7Les maîtres salernitains du xiie siècle furent les premiers à pouvoir enrichir l’expérience hippocratique de connaissances puisées dans des textes nouvellement traduits, et Maurus laissa aussi une abondante œuvre médicale stricto sensu : on lui attribue une Anatomia, une Phlebotomia, une Doctrina equorum, et surtout, un corpus d’écrits relatifs à l’uroscopie, cette branche de la sémiologie médicale appelée à un fort développement en Occident à partir du xiie siècle. S’y rattachent un traité De febribus, transmis par deux mss ; une Practica conservée dans deux mss. ; des Regulae urinarum, également appelées De urinis, conservées dans de nombreux témoins et éditées par S. De Renzi16 ; des Urinae abbreviatae conservées dans au moins trois manuscrits ; et un De syntomatibus urinarum dont on connaît pour l’instant deux témoins, les mss. Vatican, BAV, Pal. Lat. 1253 et Erfurt, Wissenschaftliche Bibliothek, Amplon. Quarto 182. Soulignons enfin, pour mettre en relief l’importance de la science des urines dans le système de pensée de Maurus, qu’il a composé un commentaire sur Théophile, et un autre aux Aphorismes d’Hippocrate parlant beaucoup des urines17.

  • 18 Texte publié à Lyon en 1515 dans les Opera Ysaac, fol. 156r-203r ; pour une édition plus récente, v (...)
  • 19 Comparer The Prose Salernitan Questions, éd. B. Lawn, Londres, 1979, N 37, p. 301-302, et Maurus, R (...)

8Maurus passe ainsi pour un maître fondateur de l’uroscopie en Occident, et on relèvera à cet égard que ses Regulae urinarum constituent la principale référence des fameuses Questions salernitaines sur le sujet : sur 13 questions relatives à l’urine, Maurus est la source de 11 d’entre elles, supplantant de loin Isaac Judaeus (Isaac Israeli) et son De urinis traduit par Constantin l’Africain18, pourtant très souvent cité par les maîtres salernitains du xiie siècle. Maurus est par exemple la principale autorité sur laquelle s’appuie la réponse à la question « Pourquoi la couleur livide se produit-elle dans l’urine, et pourquoi dans sa partie supérieure plutôt que dans sa partie inférieure ? »19.

9Maurus donnait de fait des indications pour un examen du fluide plus complet que ses homologues : il fut le premier à prendre en compte, outre la couleur et les sédiments, la couche d’urine où s’étaient déposés ces derniers, et reliait chacune de ces quatre couches à une partie du corps, une urine trouble dans la première couche indiquant une maladie de la tête, dans la seconde couche, une affection du cœur ou des poumons, etc.

  • 20 Mag. Johannis Platearii Salernitani Regulae urinarum, éd. S. De Renzi, dans Collectio salernitana, (...)
  • 21 Voir J. Jouanna, K.-D. Fischer, Chronobiologie dans la medecine tardive. La variation quotidienne d (...)

10Il avait par ailleurs développé une théorie de la variation diurne des humeurs qui associait des périodes de six heures à chacune des quatre humeurs : selon lui, la bile était dominante, entre la 3e et la 9e heure de l’après-midi, la mélancolie (ou bile noire) entre la 9e heure de l’après-midi et la 3e du matin, le flegme entre la 3e et la 9e heure du matin, la dernière tranche horaire correspondant à une période de domination du sang. Ce découpage de la journée, cet orarium devait permettre de déterminer le meilleur moment pour administrer purges, médications ou saignées, et une telle théorie semblait originale à Morris Saffron, bien que l’on relève un arrière-plan très proche dans les Regulae urinarum de Platearius, dont Maurus avait été l’étudiant20, et que des travaux récents aient fait la lumière sur une série de textes de la médecine tardive, c’est-à-dire postérieure à Galien, ayant en commun d’associer la variation quotidienne des humeurs dans le corps aux heures du jour et de la nuit21.

  • 22 Le Passionarius de Gariopontus est cité dans les Regulae urinarum, éd. S. De Renzi, p. 30 et 38. Vo (...)

11Les maitres salernitains du xiie siècle se sont à l’évidence beaucoup inspirés les uns les autres, et outre Archimathaeus ou Platearius, on repère l’influence de Gariopontus, par exemple, dans les Regulae urinarum comme dans le Commentaire aux Aphorismes de Maurus22. Quoi qu’il en soit, il était apparemment fréquent que les étudiants en médecine, lorsqu’ils parvenaient au passage où Johannitius présente les différentes humeurs, écrivent les vers suivants, qui résumaient la théorie de Maurus sur les variations diurnes des humeurs :

  • 23 A nona noctis donec sit tertia lucis / Est dominans sanguis donec sex idem sequentibus horis / Est (...)

de la neuvième heure de la nuit jusqu’à la troisième du jour domine le sang, / lors des six heures qui suivent domine la bile jusqu’à la neuvième heure du jour, / puis l’humeur noire domine jusqu’à la troisième heure de la nuit, / et après cela le flegme, jusqu’à la neuvième heure du repos23.

  • 24 Voir Ch. Burnett et D. Jacquart, A catalogue of Renaissance editions and manuscripts of the Pantegn (...)

12Significativement aussi, dans un manuscrit aujourd’hui incomplet de la première moitié du xiiie siècle d’origine anglaise, le Harley 1676, qui ne renferme plus que le Pantegni traduit par Constantin l’Africain mais contenait précédemment, d’après une table des matières du xve siècle au fol. 1v, les commentaires à l’Ars medicine de Barthélemy et la Practica de ce même médecin, on trouvait : super Iohannicio, super liber pronosticorum, super libro amphorismorum, super tec. G. (Tegni de Galien), et super urinas Mauri (c’est moi qui souligne) avant super pulsum Filareti24. Autant dire que Maurus remplaçait Théophile dans cette Ars medicine, encore constituée de cinq textes comme dans les mss. Auxerre, BM, 240 (olim 203), ou Bamberg, Staatsbibliothek, Msc. Med. 3 (L.III.11), mais dont la présence de Maurus en lieu et place de Théophile fait toute la singularité.

  • 25 Voir récemment I. Caiazzo, Un inedito commento sulla Isagoge Iohannitii conservato a Parigi, dans D (...)
  • 26 Ainsi dans le ms. London, British Library, Sloane 3124, un codex des xive-xve siècles qui contient, (...)
  • 27 Voir le Paris, BnF, lat. 8654B, un ms. du xive s. où, aux fols 26r-28v, la formule Liber secundi Ga (...)
  • 28 Cité par M. Steinschneider, Donnolo. Pharmakologische Fragmente aus dem X. Jahrhundert, nebst Beitr (...)
  • 29 Nunc mea completo respira, Musa, labore / Stringe rotam, cursum cohibe, compesce fluenta, / Claude (...)
  • 30 Cité par F. Wallis, Maurus of Salerno, dans Medieval science, technology and medicine..., p. 335.
  • 31 Mortuum fectus (sic), scilicet animal quod in matrice mulierum Salernitanorum et Apuleorum reperitu (...)

13Maurus était donc tenu pour une autorité dès le dernier quart du xiie siècle, non seulement à Salerne mais par exemple aussi à Bologne où le futur Innocent III en particulier aurait connu son Commentaire sur l’Isagoge25 ; assurément tenu pour philosophe26, il fut appelé « second Galien salernitain »27, et un manuscrit hébreu du Pseudo-Asaph qui transmet une recette d’électuaire de Maurus l’appelle même « Christ de Salerne »28. À la charnière entre xiie et xiiie siècle, Gilles de Corbeil, qui avait notamment rapporté de Salerne les théories d’Isaac Israeli telles que l’enseignaient Maurus et d’autres, fut à la fois son élève et son zélateur : il le portait aux nues en le qualifant d’optimus physicus, et disait avoir repris sa doctrine, les dogmata Mauri, dans son De laudibus et virtutibus compositorum medicaminum29. Vincent de Beauvais le cite plus qu’aucun autre auteur salernitain, comme un parangon de cette médecine, dans son Speculum maius30, et à la fin du xiiie siècle, entre 1287 et 1300, Maurus est toujours compté parmi les « savants salernitains » par Rufinus, un personnage originaire d’Italie du Nord qui étudia les arts libéraux à Naples et à Bologne et dont l’œuvre dépend étroitement de différentes sources salernitaines : dans sa notice consacrée à la tyriaca, il évoque ainsi Maurus comme l’un des « savants de Salerne »31.

  • 32 Aegidius Corboliensis, De urinis carmen, Padoue, 1483 et Padoue, Mathaeus Cerdonis de Windischgrätz (...)
  • 33 Par exemple dans les mss. London, British Library, Royal, 12 D XII, f. 56, Paris, BnF, lat. 6963, f (...)
  • 34 Voir M. Steinschneider, Donnolo..., p. 96.

14Mais Gilles de Corbeil lui fit-il de l’ombre ? À la fin du Moyen Age, c’est le thuriféraire qui accéda aux honneurs des presses32, et non le maître. Son œuvre avait pourtant été copiée sans discontinuer entre xiie et xve siècle, y compris un texte aussi court que les Pillule magistri Mauri33, dont on trouve même des traductions en hébreu34.

  • 35 Voir ainsi les mss. London, British Library, Royal, 12.E.VIII, f. 231v : Expl. sedimentum non est s (...)
  • 36 Comme dans le ms. London, British Library, Sloane 342, xiiie-xive s., où au De urinis attribué à Ma (...)

15Nous nous concentrerons ici sur ses Regulae urinarum, dont la tradition manuscrite reste mal connue et qui soulèvent encore diverses interrogations, malgré l’existence d’une édition princeps donnée par Salvatore De Renzi et fondée sur le manuscrit Plut. 73, 33 de la Biblioteca Laurenziana de Florence. Les contours de l’œuvre, tout d’abord, sont mal définis : on lui connaît des explicits variables35, et l’on peut se demander si le Tractatus de febribus indépendant dans certains manuscrits fait partie du De urinis ou non36.

  • 37 Cf. TK, col. 394.
  • 38 Cf. TK, col. 1611. Voir aussi G. F. Warner, K. P. Gilson, Catalogue of Western Manuscripts in the O (...)
  • 39 Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, 5, xve s. (a. 1476) : fol. 18ra-25vb, Maurus, de urinis ? Voi (...)
  • 40 Voir Tabula codicum manu scriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Palatina Vindobone (...)

16Le traité sur les urines, en outre, est parfois mis sous le nom de Ferrarius ou confondu avec les écrits de Platearius ou de Gautier Agilon, comme dans le ms. London, British Library, Royal, 12.D.XIII, où figure, entre les folios 215r et 218r37, un Compendium de urinis commençant par De urinarum scientia tractaturi earumdem scientiam sub compendio dicamus dont les spécialistes se demandent s’il faut le prêter à Platearius ou Maurus38. Dans un manuscrit aujourd’hui à Karlsruhe, par ailleurs, on peut penser lire l’œuvre de Maurus, mais l’incipit en est différent ; la rubrique donne pour titre Tractatus specialis de urinis, et le texte commence par ces mots : Postulastis a me carissime sepissime de negocio urinarum tractatum componere qui vestre petitioni satisfaciens sine multarum precum instancia longe antea composuissem nisi emulorum caninis dentibus quos invidie labor excruciat nostrum opus corrodi ut detractari timuissem.... Ce n’est qu’ensuite qu’on reconnaît le De urinis de Ferrarius : In tractatu urinarum prius videamus quid sit urina, ut ait Theophilus est colamentum sanguinis et Ysaac dicit sangwinis et aliorum humorum. Idem tamen sentit uterque. Nam Theophilus per sangwinem intelligit massam sanguineam in qua sunt quatuor...39. Les mss. Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 96 (fols. 20v-22v) et 5 305 (fols. 21v-22v) contiennent pour leur part des Regulae urinarum commençant par Cum de urinis agere debe<a>mus videndum est... qu’il faut sans doute rendre à Platearius, plutôt qu’à Maurus comme le faisait De Renzi40. Quant au ms. Digby 79 d’Oxford, Platearius et Maurus s’y suivent, ce qui explique que les auteurs de catalogues aient hésité, attribuant à « Maurus ou Platearius Junior » le premier texte, et vouant le second à l’anonymat.

  • 41 Voir P. O. Kristeller, Iter Italicum... cit., II, p. 227-229.
  • 42 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., VI, p. 359a et L. Schuba, Die medizinischen Handschriften (...)

17L’existence d’un « Mauricius » auteur d’un traité sur les urines attesté au Moyen Âge, par exemple dans le catalogue du prieuré Saint-Martin de Douvres établi en 1389, vient compliquer encore un peu la donne : l’item 355 était un volume rassemblant de très nombreux textes, pour la plupart d’origine salernitaine, dont, en 26e position, à partir du fol. 204, des Vrine Mauricii commençant par Circa vrine inspeccionem. La proximité des prénoms explique que dans la liste qu’il établit de ses propres manuscrits, sa Checklist of Medieval and Renaissance Manuscripts, Brian Lawn ait cru reconnaître le De urinis de Maurus dans l’ancien ms. Helmingham Hall 57, désormais no 22 de sa propre bibliothèque, et renfermant fols 11-19 un texte s’ouvrant sur Circa urinarum inspectionem41. Quant au ms. Vaticano, Pal. Lat. 1 243, un recueil du xve siècle rassemblant plusieurs écrits relatifs à l’uroscopie, dont certain attribués à Jordanus de Turre ou à « Christanus » , P. O. Kristeller y voit un témoin du De urinis de Maurus, ce que dément l’analyse détaillée de Ludwig Schuba42.

  • 43 Comparer par exemple le fol. 13v et les pages 50-51 de l’édition De Renzi : due quarum sunt curabil (...)

18Les Urines de Maurus furent également abrégées, comme l’atteste l’existence de Flores dans le ms. Paris, Bnf, lat. 6 988, ou d’Urine abbreviate, par exemple dans le Wolfenbüttel, Landesbibliothek 3 101, attachées à son nom. Mais parfois l’abrègement n’est pas signalé, comme dans le ms. Vaticano, Vat. lat. 4 485, et en l’occurrence, seule une comparaison entre les folios 1-13 du codex et l’édition qu’on connaît des Regulae urinarum révèle a posteriori l’entreprise du ou des abréviateurs anonymes43.

  • 44 Voir R. Buerschaper, Ein bisher unbekannntes Aderlasstraktat des Salernitaner Arztes Maurus, Leipzi (...)
  • 45 Ed. par W. L. H. Ploss, Anatomia Mauri, Leipzig, Dissertation, 1921. Voir aussi à ce sujet G. W. Co (...)
  • 46 Texte identifié comme Maurus, De urinis, dans TK, col. 1271.
  • 47 Le codex contenait notamment : fols. 112r-120v, Liber de febribus ; fols. 121r-127v, Iohannes Affla (...)
  • 48 Sur la réappréciation de l’origine du manuscrit, qu’on a longtemps tenu pour originaire de Salerne, (...)

19Enfin, elles circulèrent soit avec d’autres écrits du maître, sa Flebotomia44, son Anatomia comme dans le ms. 535 du Wellcome Institute45, voire une Chirurgia qui lui est attribuée dans le codex Cesena, Biblioteca Malatestiana, S.I.9 (fols. 57r-84r), soit avec des textes sur le même sujet, soit encore dans des codices à dominante « salernitaine » : ainsi le Gaddi 201, qui renferme le De cibis et potibus preparandis in acutis egritudinibus de Musandinus, des Flores diaetarum, les Tabulae de Salernus, la Practica brevis de Platerarius et le Compendium de Salernus ; le München, Bayerische Staatsbibliothek, clm 13 124, où, après une Rogeri practica, on trouve f. 195, un Compendium de urinis et aegritudinibus per eas significatis secundum Maurum et Rogerum46 ; le ms. 912 du Trinity College de Cambridge ; le Paris, BnF, lat. 7 118, un manuscrit des xiie-xiiie siècle d’origine italienne ; et bien sûr, le fameux manuscrit de Breslau (aujourd’hui Wroclaw, Bibl. Uniwersytecka, M 1 30247) disparu depuis 1945, un codex composé en France du Nord à la fin du xiie siècle qui contenait toute une série de textes représentatifs de l’«  École médicale » qui fleurissait alors à Salerne48.

20On a donc jugé nécessaire de tâcher d’établir un premier répertoire, ni exhaustif ni définitif, de témoins transmettant avec certitude le De urinis, avant de se pencher sur la circulation de l’œuvre latine mais aussi sur les témoignages de son succès en langues vernaculaires.

  • 49 Sur l’origine septentrionale (France du Nord et Angleterre) des plus anciens témoins manuscrits du (...)

21Commençons par balayer rapidement la géographie et la chronologie de sa diffusion en latin. On constate qu’il fut copié pendant trois siècles, et à l’échelle de toute l’Europe : outre la France, l’Angleterre se distingue par la précocité de ses copies, comme l’a souligné Monica Green49, mais l’Empire, comme l’ont montré les travaux de Gundolf Keil, et l’Italie ne sont pas en reste. En ce qui concerne cette dernière aire géographique, on peut y rattacher le ms. Bergamo, MA 300, d’origine lombarde, et les mss. Erfurt, Amplon 4o 182 et Amplon 4o 207, London, Wellcome Institute 535, Oxford, Digby 79 et New College 171, Paris, BnF lat. 6 963 et 7 118, ou encore Sevilla, Biblioteca capitular 5-5-21, et Wien, ÖNB, 2523.

  • 50 E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza, ducs de Milan au xve siècle, Paris, 1995, (...)

22On connaît par ailleurs la fortune de quelques-uns de ces témoins, comme pour l’actuel ms. Bnf, lat. 6 963 : ce ms. du xiiie s. de 40 folios d’origine italienne est fort probablement celui qui apparaît dans le premier inventaire de la bibliothèque des ducs de Milan, la Consignatio librorum de 1426, sous le no 826 : Liber unus super urinis parvi voluminis copertus carta pauci valoris. Incipit in textu : quoniam de urinarum scientia sumus tractaturi. Et finitur : et gratias beate Marie amen50.

23Après les Regulae urinarum et les Pillule magistri Mauri (f. 13v), on y trouve actuellement : aux fols 14v-23v le Modus medendi Cophonis, puis un commentaire anonyme sur le De regimine acutorum d’Hippocrate intitulé Rationes super libro de regimine acutorum (24-28), un Tractatus de passionibus puerorum de Rhazès (28v-29), et un texte anonyme commençant par Formarum quedam prime quedam secunde sunt. Vient ensuite un commentaire au De pulsibus de Gilles de Corbeil (fols 34-40), dont le copiste se fait connaître dans la souscription : Ego Prandinus de Novaria filius quondam magistri Gregorii de sancto Iacobo hoc opus scripsit (sic), in civitate Mutine anno currente MCCL et VII in mense Martii. L’explicit mentionné dans l’inventaire de 1426 se trouvant au folio 33v, il faut supposer que le cahier 34-41 copié à Modène a été ajouté par la suite. Au fol. 33v, un ex libris confirme en tout cas sa provenance milanaise : iste liber est Anrici Veteris de Mediolano – nom qui apparaît dans le ms. lat. 6 429, qui provient de Pavie.

24On sait aussi que l’actuel codex S.I.9 de Cesena était la possession d’un médecin, Niccolò II Masini (1533-1602) qui en fit don, avec onze autres codices, à la Biblioteca Malatestiana en 1587, comme l’atteste une mention fol. IIr : Volumen hoc magistri Mauri regulas urinarum Nicolai Antidotarium Hippocratis que secreta continens a pervetusta maiorum suorum bibliotheca submovit Nicolaus Masinus IIs phisicus huicque elargitus fuit anno salutis MDLXXXVII.

  • 51 M. H. Jullien de Pommerol, La bibliothèque de Boniface VIII, dans D. Nebbiai et G. Lombardi (dir.), (...)
  • 52 Cf. A. Maier, Codices Burghesienses, Vaticano, 1952, p. 267.

25Maurus fit aussi partie de la bibliothèque des papes si l’on en croit l’inventaire, daté de 1339, de la bibliothèque dite de Boniface VIII : on n’y dénombre qu’une dizaine de livres de médecine et Maurus y figure sous la cote « Be 71 »51. Était-ce l’actuel ms. Vaticano, Borghesianus 212 ? D’après Annelise Maier, ce dernier figurait sous le numéro 1 499 dans le premier inventaire de la bibliothèque pontificale d’Avignon dressé par Urbain V en 136952.

  • 53 Voir P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, I. Robert de Sorbon, Paris, 1966, p. 243 et J. Agrim (...)

26On a aussi des traces de la fortune de l’uroscopie de Maurus en milieu universitaire : un Liber magistri Mauri de urinis figurait vers 1310 dans l’inventaire sommaire de la grande librairie de la Sorbonne, parmi les « libri venerabilis collegii pauperum magistrorum de libraria communi »53, et l’on retrouve le nom de Maurus (mais pas son incipit) dans le répertoire méthodique de la grande librairie de la Sorbonne contemporain ou à peu près du catalogue de 1338, dans une liste de titres non pas classés méthodiquement comme les autres, mais rangés avec d’autres ouvrages de médecine :

  • 54 Voir P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, I... cit., p. 289.

27Liber simplicium medicinarum Johannis de Sancto Paulo, inc. « Cogitanti mihi de simplicium medicinarum ». Liber magistri Mauri de urinis, « Cum de urinis agere debeamus » Anathomia Galieni, « In Tegni Galienus testatur ». Item multa nobilia contra diversas infirmitates, « Ad menstrua provocanda ». Item de diversis herbis et virtutibus earum secundum ordinem alphabeti « aloe ». Postille super Leviticum54.

28Enfin, on est parfois renseigné sur certains témoins ayant disparu entretemps. Vers 1250, le De urinis est ainsi attesté dans la Biblionomia de Richard de Fournival :

  • 55 Voir L. Delisle, Cabinet des manuscrits, Paris, 1874, t. 2, p. 520-535 ; R. H. Rouse, Manuscripts b (...)

29144 Abubecry Arrazis filii Zacharie libellus introductorius in artem medicinam. Item Johannitii liber introductorius in Teigny Galieny. Phylareti liber de pulsibus. Item Theophyli liber de urinis. Item Mauri liber de eisdem. Item versus Egidii de eisdem. Item Abubecri. Liber de calculo. Item Jacobi Alkindii liber de gradibus. Item Nicholay liber antidotarius, et ejusdem liber hermeneumatum, id est synonimorum, et libellus antiballomenon, id est quid pro quo. Item liber tabularum Salerni de simplici medicina, et ejusdem liber compendii. Item Cophonis liber de simplici medicina. In uno volumine cujus signum est littera E55.

30À Canterbury, l’abbaye bénédictine de St. Augustin possédait à la fin du xiiie siècle, d’après le catalogue établi par le moine Walter de St. George (fl. 1286), sous le numéro 1 235, un codex contenant :

  1. Practica Ricardi et

  2. ornatus faciei eiusdem et

  3. vrine eiusdem et

  4. Anothomia eiusdem

  5. Tractatus de Sirupis

  6. alius Tractatus mauri de vrinis

  7. Trotula maior

    • 56 Voir M. R. James, The ancient libraries of Canterbury and Dover, Cambridge, 1903, p. 338-344.

    et alia in quaterno; secund folio in practica: cipio rubia56.

  • 57 Le ms. contenait : 1. Maurus de urinis in quaterno ; 2. Iohannes yspalensis de conseruanda sanitate(...)

31À l’abbaye prémontrée de Titchfield, selon le catalogue dressé vers 1400 et recensant 224 volumes correspondant à 1000 œuvres différentes environ, le ms. MS.K. IX., fort de près de 30 œuvres, s’ouvrait sur un Maurus de urinis in quaterno57.

32Enfin, en 1412, le fameux médecin collectionneur Amplonius Rating de Berka possédait apparemment lui aussi un exemplaire du De urinis, d’après la description d’un des codices de sa bibliothèque qui ne correspond à aucun manuscrit connu de nous en l’état actuel de nos informations :

  • 58 « Amploniana manuscripta, Bücherverzeichnis von 1412 » ; cf. W. Schum, Beschreibendes Verzeichnis d (...)

De medicina. Isti sunt libri quos ego Amplonius habeo in arte medicina.
81. Item anathomia Galieni
Liber Egidii de pulsibus
Dietarium sanitatis
Tractatus de epidemia
Questio bona de anima intellective
Alia anatomia Galieni
Antiquum vocabolarium difficilium dictionum artis medicine
Alie interpretationes dictionum artis
Liber de urinis Egidii
Commentum prolixum super eodem bonum
Versus Mauri de urinis et aliis multis bene notabiles
Aliud eciam bonum opus theoricum in medicina simul et praticum58.

Mais peut-être Gilles de Corbeil et Maurus sont-ils ici confondus, ce dernier n’ayant pas écrit de vers.

  • 59 Voir G. Keil, Der Kurze Harntraktat des Breslauer Codex Salernitanus, Diss., Bonn, 1969, et Die uro (...)
  • 60 F. Lenhardt, Maurus, dans Die deutsche Literatur des Mittelalters Verfasserlexikon, 3, Berlin/ New (...)
  • 61 Voir S. Bisson, Le témoin gênant. Une version latine du Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne, da (...)
  • 62 Par exemple dans le codex London, British Library, Harl. 3772, xive s., fol. 14v-20, Incipit liber (...)
  • 63 P. O. Kristeller, Iter italicum..., V, p. 219b; voir E. Tunis, Early Western Manuscripts in the Nat (...)
  • 64 On me permettra de renvoyer à ce sujet à L. Moulinier-Brogi, La science des urines de Maurus et les (...)

33Le traité De urinis fut donc copié pendant trois siècles, et le corpus rassemblé donne à voir une sorte de pic au xive siècle. Mais s’il fut moins copié au siècle suivant, du moins deux voies s’offraientelles désormais à sa survie : en latin et en langue vernaculaire. Voyons donc à présent la postérité du De urinis dans d’autres langues, qui n’a été étudiée que pour l’espace germanophone, notamment par Gundolf Keil et ses disciples, dans la lignée des travaux d’Albert Kadner59 : il en ressort que Maurus fut le principal vecteur de la science des urines en terres d’Empire, où il fut très tôt l’objet d’abréviations, de traductions et même d’une intéressante réversion en latin60, selon un processus attesté pour d’autres œuvres en vulgaire, telles le Livre de physique d’Aldebrandin de Sienne, à qui une traduction permettait l’augmentation du nombre de lecteurs potentiels, le latin se présentant alors comme une langue de vulgarisation scientifique61. Par ailleurs, nombre des œuvres de Maurus furent traduites en hébreu, mais cette histoire dépasse pour l’heure nos compétences. Nous nous attacherons donc à sa postérité en italien, encore terra incognita, alors qu’on sait par exemple qu’un des écrits qui lui est attribué, un traité d’art vétérinaire connu comme Doctrina equorum ou Liber mariscalcie62, fut traduit dans cette langue ; c’est ce qu’atteste le ms. no 72 de la National Library of Medicine de Bethesda (Maryland), un codex du xvie siècle où cet écrit fait suite à une traduction de Végèce, Arte della medicina delle bestie63. Et en ce qui concerne son De urinis, dont je connaissais jusqu’alors trois versions italiennes inédites64, l’identification d’un nouveau témoin m’a incitée à faire le point sur cette question.

  • 65 Voir M. S. Elsheikh, Medicina e farmacologia nei manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenz (...)

34Le ms. Firenze, Biblioteca Riccardiana, 2170 [N.IV.5], un codex en papier du xve siècle, renferme un Dell’orina attribué à Maurus, fols. 1r-14r, commençant ainsi : « Nel principio he ? noi diremo e tracteremo della scienza delle orine e febri et prima e che cossa sia orina e in che modo sia... ». Il se termine par « Explicit opus maestri Mauri... deo gratias amen » , et est suivi de différents textes anonymes (Regole da osservarsi in ciascun mese dell’anno, Impiastri, Trattato di medicina, Trattato delle virtù delle erbe...) ; un Dell’orina anonyme figure aux fols 155r-159r65, et le codex prend fin sur des Ricette varie, fols. 160r-165v.

  • 66 Voir aussi le ms. d’origine vénitienne Bergamo, Biblioteca Civica A. Mai, MA 400, du xve siècle, qu (...)

35Le ms. Firenze, BN, XV 27 Magliabechiano date aussi du xve siècle et a pour sa part une grande unité thématique puisqu’il contient trois traités d’uroscopie en vulgaire : non seulement une traduction des Regulae urinarum de Maurus mais aussi celle d’un De urinis attribué à Jean de Parme (Libro delle orine, fols. 36-37) ainsi que celle d’un De urinis attribué à Michel Scot (Sulle orine, fols. 37v-45)66, dont on trouve l’orginal latin par exemple dans le ms. Vaticano, B.A.V., Pal. Lat. 1245, aux fols. 58vb-59vb. La traduction du De urinis de Maurus occupe les fols. 1-35v et s’ouvre sur les mots : « Incipit liber magistri Mauri de urinis vulgharizatus in vulgare ad laudem et honorem Domini nostri Jhesu Christi amen... » ; elle prend fin en ces termes : « explicit opus Magistri Mauri de urinis ».

  • 67 Sur les traductions du Thesaurus pauperum de Pierre d’Espagne en italien, dont celle qui fut longte (...)

36Quant au ms. Roma, Accademia nazionale dei Lincei, 43 B 28, il date vraisemblablement de la même époque et rassemble, dans l’ordre, un volgarissazamento du Thesaurus pauperum de Petrus Hispanus, fols Ir – CVIv (Somma della medicina... nominata Tesoro dei Poveri)67, les Regole dell’orine de Maurus, fols CVIIIr-CXXXIXva, et un Delle infermità attribué à Jean Damascène, fols. CLXIIIr-CCVv (explicit liber magistri Johannis de Amassein). Le volgarizzamento du De urinis de Maurus y a pour explicit : « Explicit cure et regule urinarum et aliarum curarum maximarum magistri Mauri, et Deo gratias »

  • 68 A. De Mortara, Catalogo dei manoscritti italiani che sotto la denominazione di codici Canonicani it (...)

37Enfin, le ms. Oxford, Bodleian Library, Canon. Ital. 220, récemment repéré, est un codex du xve s. originaire de Florence : on y trouve, aux fols 1-44v, un Della scienza delle orine attribué à « Mauro », s’ouvrant sur « Et percio che noi dobbiamo trattare della scientia delle orine ec. », et finissant par « onde perdono la loro bellezza et chiarezza » ; les folios 44v-50 contiennent pour leur part des « Ricette » prêtées à Maurus68. S’ensuivent des recettes diverses, fols 51-56, puis commence fol. 57 un « libro di ricette » débutant ainsi : « Ricetta del maestro Dino di Firenze. Se tu fussi per cagione di caldo ec. » et s’achevant par « et urine secondo la dispositione del corpo ».

38En l’état actuel de nos connaissances, on peut dire qu’il s’agit non pas de quatre témoins d’une même version, mais de traductions différentes, comme le met en évidence la différence de leurs incipits. Et si l’on ignore tout des auteurs de ces traductions, quelques indications sur leurs copistes et les circonstances de leur travail permettent en revanche d’envisager qui furent les utilisateurs de ces textes.

  • 69 Un exemple parmi une foule d’autres est fourni par l’histoire de l’Ospedale Santa Maria della Scala (...)
  • 70 Sur cette question impossible à traiter ici, qu’on me permette de renvoyer à L. Moulinier-Brogi, (...)

39Dans le ms. Magliabechiano, une note marginale au fol. 45v précise que le recueil fut compilé par un apothicaire, « Agostino di Niccolò di Filippo speziale », le 8 avril 1481. Ce métier eut plus d’un point de contact avec l’activité exercée par les médecins, et en Italie en particulier, des associations entre médecins et apothicaires n’étaient pas rares ; non seulement ils eurent des entreprises communes, et parfois aussi, les apothicaires jouèrent le rôle des médecins, par temps de peste69, mais pas seulement : des documents divers attestent que certains d’entre eux s’approprièrent des lectures a priori destinées aux médecins, et même le geste éminemment médical que constituait l’examen des urines70. On peut citer dans cet ordre d’idées l’actuel ms. Paris, BnF, lat. 7 118, un ms. d’origine italienne composé entre xiie et xiiie siècle qui contient au moins deux traités d’uroscopie, les Regule urinarum de Maurus, fol. 17a-24a et une Summa urinarum anonyme, attribuée ailleurs à Johannes Salernitanus, fol. 67vb-68vb ; or il appartint à un apothicaire, si l’on en croit l’ex libris porté sur le feuillet de garde de tête, au verso : « Cest livre a Pierre Lanceleme, appoticaire demourant a Paris aux halles au chapeau rouge, qui le trouvera sy le rapporte au lion rouge en la rue Martanville a Rouen et il aura bon vin. Lancelme »

  • 71 Cf. Statuto inedito dell’Arte degli speziali di Pisa nel secolo xv, éd. P. Vigo, Bologne, 1885 p. 3 (...)

40Il s’avère qu’Agostino di Niccolò di Filippo, intéressé par l’uroscopie de Maurus en vulgaire, a laissé d’autres traces, notamment dans les Statuts des apothicaires de Pise de 1497 : c’est de fait l’un des trois hommes du métier (« speziali et cittadini di Pisa ») mandatés par les consuls et conseillers de l’arte degli speziali di Pisa, pour confirmer, corriger et compléter les statuts de l’Art en 1496-9771. Mais les renseignements sont plus nombreux encore sur le copiste de la dernière version mise au jour dans le manuscrit d’Oxford, qui se présente ainsi, au fol.44 :

Ego Carolus palle guidonis domini francisci della foresta hunc librum transcripsi anni diii Mc quadragesimo octuagesimo qto et die tredecesimo mensis settembris uigilia sancte crucis ora uespertina, finis. Laus deo.
Amen. El sopra detto libro o facto a petitione di Bartolomeo di Fruosino di Saggio, barbiere del popolo di sancto donato in auana, abitante al presente alluogo suo alle graticchie in decto popolo. Secci fusi mancamento nessuno apongalo al tempo o alla copia perche lo fatto in eta danni settanta sei et mesi et di, et sono presto acorreggiere ogni mancamento per me facto a ogni sua volonta. Et priego νηθ χπο benedetto che ladoperi lù lungo tempo con sanita dell’anima et del corpo et per salute del proximo. lodato νηθ χπο. Am.

41Celui qui achève cette transcription en 1448, Carolus Palle Guidi (ou Guadi), né en 1408 et mort après 1484, est connu pour avoir copié d’autres œuvres en italien, dont celles de Pétrarque : le ms. Marston MS 261 de l’université de Yale contient ainsi les Trionfi et le Canzoniere achevés par ses soins le 28 juillet 1464 pour Francisco della Foresta, comme l’atteste le colophon

  • 72 Voir C. U. Faye et W. H. Bond, Supplement to the census of medieval and renaissance manuscripts in (...)
  • 73 A. de la Mare, New research on humanistic scribes in Florence, dans Miniatura fiorentina del Rinasc (...)

42f. 181v, « Ego Carolus Palle Guidi domino Francisco de Forestis (della Foresta) hunc librum transcripsi, laus Deo72« . Carlo di Palla Guidi copia au moins cinq autres manuscrits pour Francesco della Foresta – Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. XLI, 22 (1463) ; Strozz. XXXII (1449) ; Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale, Magliab., CL. VII, 104 (1461) et Palat. 27 (1457) ; Venezia, Biblioteca Marciana, It. V, 10 (1449)73–, et neuf autres entre 1468 et 1484.

43Dans le manuscrit d’Oxford, Carolus Palle dit donc avoir copié la traduction italienne du De urinis de Maurus à la demande d’un barbier, Bartolomeo di Fruosino di Saggio, dont il nous indique avec précision le lieu d’exercice et la résidence, et l’on peut rapprocher ces données des enseignements à tirer d’autres volgarizzamenti.

  • 74 Voir M. S. Elsheikh, Medicina e farmacologia nei manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenz (...)

44Le ms. Firenze, Bibl. Ricc. 2 167, par exemple, contient notamment un « Dell’orina », fols. 40v-44r, et un « Della ipostasi e sedemi », fols. 44v-45r74 ; ce ms. du xive siècle est associé au nom de « Pietro da Brescia », citoyen de Lucques, un personnage qui se révèle assez bien documenté après enquête. Un autre codex, le C. 1.2651 du fonds Conventi Soppressi de la Biblioteca Nazionale de Florence contient ainsi aux fols 4-82v une traduction en italien de la Chirurgie de Guillaume de Salicet dotée d’un prologue daté de 1361, dans lequel se présente celui qui s’est chargé du volgarizzamento : « Maestro Piero, cerusico de Brescia » dit avoir composé un Tesoro pour son fils Urbano ; à le lire, la traduction fut achevée en 1365 et l’œuvre toute entière était terminée en 1386. Plus intéressant encore, il s’étend sur les raisons qui l’ont poussé à cette entreprise et le public qu’il visait : « io maestro Piero, cerusico, cittadino di Lucca et filio quondam Ubertino quondam messer Piero Cavaliere degli Insalabocchi da Magiano da Brescia, si cominciai affare e ordinare questo libro per volgare estratto di grammatica, si come io possa trovare per tutti libri fisichi et cerusichi [...] e per appagare e insegnare a miey figliuoli o discepoli e ogn’altre persone ygnoranti imperoche di me rimanesse alcuna memoria buona [...] è cosi annome mio questo mio libro Tesoro del maestro Piero ».

  • 75 Les mss. Bologna, Bibl. dell’Istituto Ortopedico Rizzoli ; Paris, n.a., fonds italien 934, et Firen (...)
  • 76 Cf. K. Sudhoff, Ein chirurgisches Manual des Jean Pitard, Wundarztes König Philipps des Schönen von (...)
  • 77 Ms. VIII. C. 94, fol. 4-90r : « Al nome de la sancta et individua Trinitade... io voio che sia chia (...)

45Ce chirurgien destinait donc à ses fils, à ses disciples et aux ignorants ce Tesoro dont on connaît plusieurs témoins75, et fruit d’une entreprise qui rapproche notre Lucquois de l’anonyme auteur, au début du xive siècle, d’un « livre du tresor de chirurgie en français », partiellement édité par Karl Sudhoff76. La mise en italien de textes sur les urines dans le Riccardiano 2167 par les soins de Pietro da Brescia participe ainsi d’une entreprise plus vaste visant à mettre à la portée de sa descendance et de toutes les personnes sans formation des livres de médecine et de chirurgie, et constitue donc un exemple supplémentaire nous invitant à repenser le rôle des chirurgiens en tant qu’interface entre deux langues et deux niveaux de culture, ou plutôt à pousser l’enquête : tel manuscrit aujourd’hui à Naples ne contient-il pas par exemple une traduction du Thesaurus pauperum de Petrus Hispanus copiée explicitement par un Augustin en 1448 en l’honneur d’un barbier de Chioggia, Nicho Sabain ?77.

46Ainsi, au xve siècle, et sans doute dès le xive siècle, alors qu’il revêt encore pour la médecine savante un intérêt que reflète le nombre de témoins datés de cette époque, le De urinis de Maurus suscite aussi celui de praticiens de santé non gradués, non universitaires, qu’il s’agisse des apothicaires ou des opérateurs manuels que sont chirurgiens et barbiers. Le témoignage du manuscrit d’Oxford apporte donc sa modeste pierre à l’édifice de notre connaissance de la transmission du savoir au sein du monde des praticiens, et la leçon à tirer de cet exemple excède le seul cadre de la postérité de Maurus de Salerne. En des temps où la science des urines s’était amplement diffusée et imposée comme une des principales méthodes de diagnostic et de pronostic, d’autres traités d’uroscopie furent alors également mis en vulgaire à l’intention de non diplômés, soit que ces derniers voulussent simplement assouvir une curiosité en complétant leur connaissance de cette branche de la sémiologie, soit qu’ils eussent besoin d’en maîtriser les fondements théoriques pour se substituer au médecin dans un examen qui a priori lui était pourtant réservé.

Haut de page

Annexe

Les manuscrits du de urinis. Un premier état des lieux

Admont, Stiftsbibliothek, cod. Lat. 496, xive s. (vendu avant la 2e guerre mondiale, et n’ayant pas réapparu depuis), fols. 37r-39v, Maurus, De urinis. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tracturi »1.

Basel, Universitätsbibliothek, D 1. 11, xive s2

Bergamo, Biblioteca Civica A. Mai, MA 300 (ex Delta IV.21), xve s., Lombardie, fols. 74v-94r : « Quoniam de urinarum scientia ». Expl. : « splenis. Explicit liber urinarum. Laus Deo »3.

Bruxelles, Bibliothèque Royale, 8486-8491, xiiie s : fols. 1-15rb, Maurus, De urinis. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »4

Cambridge, Trinity College, 912 (R.XIV.40), xiie et début xiiie s., origine inconnue : fol. 263-286 (début xiiie), Urina magistri Mauri. Inc.: « Quoniam de urinarum scientia dicturi(tractaturi) sumus ». Expl. « intensionem in urina »5.

Cesena, Biblioteca Malatestiana, S.I.9, xive s: fols. 33ra-52ra, Magister Maurus Salernitanus, De urinis. Rub. « Incipiunt regule urinarum magistri Mauri ». Inc. « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus primo videndum est ». Expl. « cui eodem modo est subveniendum ut in vicio splenis. Expliciunt regule magistri Mauri »6.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Borghes. Lat. 212, xive s. : f. 1r-8v, 199r-204v, Mauri Salernitani Tractatus de urinis. Inc.: « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus ». Expl. « catulus noviter natus s<c>issus per »; fol. 199r, « medium vel gallus vetus » , Expl. « dantur pacienti in potu omni mane et multum prodest »7.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 1165, xiiie-xive s. : fols 94vb-96ra, Maurus, De phlebotomia8. Inc. : « Propositum quidem presentis negotii est breviter percurrere... et hec de flebotomia sufficiant ». Fols. 96rb-103vb, Magister Maurus, De urinis, Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »9.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 1363, xiie-xve s, Allemagne-France-Italie : fols 155va-157va, Maurus, De phlebotomia, Inc. « Incipit tractatus quidam de flebotomia. Propositum quidem mei negotii est breviter inquirere... In primis ergo nota quod minucio alia fit per metathentesim »; fols. 250ra-253v, De urinis (« Incipiunt regule Magistri Mauri de urinis »), et 255ra-258ra10 (« Expliciunt urine et urinarum regule Magistri Mauri »), après un blanc fol. 254r-v.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 4485, mi-xiiie s. (France)11 : 1. fol. 1r-13v, anonym. <Maurus>, De urinis [abrégé]. Inc. : « Quoniam de vrinarum scientia ». Expl. « diamargariton. Diathos ? diacimino. Et hec de urinis sufficiant ».

Dublin, Trinity College, D 1. 23, xive-xve s12.

Erfurt, Wissenschaftliche Allgemeinbibliothek, Amplon. 2o 303, xive s. (1328-1341), copié à Montpellier par un Allemand : fols 60-61v, anonyme, De urinis-De quatuor humoribus, Inc. : « Quoniam de urinarum scientia » Expl. « operantur et sic mors inducitur »; fols. 61v-62r, anon., De diversitate febrium tam simplicium quam compositarum13, Inc.: « Post tractatum febrium simplicium... »14. Expl. « radix man(dragore). Hic deficit aliquid de libro ».

Erfurt, Wissenschaftliche Allgemeinbibliothek, Amplon. 4o 182, mi-xiiie s., origine italienne15 : fols. 170rv ; 200v, 201v, 269-270v, Maurus, De symptomatibus urinarum. Inc. : « Notandum in principio quod urine in principio egritudinis.... »16. Expl. « in muliere fluxum menstruorum aliquotiens apparet »17. Fols. 285-289 : Maurus, De urinis. Inc. : « De urinarum scientia tractaturi earum notitiam... »18

Erfurt, Wissenschaftliche Allgemeinbibliothek, Amplon. 4o 207, xive s., Europe du Sud : fols. 75v-91, Mauri magistri tractatus De urinis, Inc. : « Quoniam de urinarum scientia dicturi sumus, primo videndum ». Expl. « si mediam medietas, si vero totum, non minuetur. Expl. Regule mag. Mauri »19. « Explicit liber urinarum Ysahac » , biffé20.

Firenze, Biblioteca Laurenziana, Gaddi 201, xiiie s., Italie : fol. 6-28, Maurus, Regulae urinarum. Inc. « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus, videndum est primo... »21. Expl. « patienti sic est subveniendum, ut laboranti vitio splenis ».

Firenze, Biblioteca Laurenziana, Plut. 73, 33, xiiie s. : fol. 1-16v, Tractatus de urinis. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus, ideo videndum est, quid sit orina ». Expl. : « Mulieres etiam Salernitanae implent ollam ex succo plantaginis et ipsum decoquunt usque ad medium, et ex eo dant in potu ». Fols. 59-76v, Maurus, Liber de febribus. Inc. : « De signis, causis et curis aegritudinum particulariter tractaturi... ». Expl. : « fiat ad modum unguenti, quo ungatur spina dorsi » (mutilo)22. Fols. 77-80, Maurus, De Flebotomia. Inc. : « Presentis negocii propositum est breviter pertractare »23. Expl. : « in ipso vase quasi creta reperitur » (mutilo).

Innsbruck, Universitäts – und Landesbibliothek Tirol, Cod. 489, Allemagne du Sud ou Tyrol, fin xiiie s. : fols. 39v-54r, Maurus Salernitanus, Regulae urinarum. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus, videndum est, quid sit urina et qualiter generetur et quot sint urinarum colores, quot earundem »24.

Klagenfurt, Universitätsbibliothek, Cart.-Hs. 167, xve s. : fols. 93b-123b, Anon., Urina (maxime secundum Isaac). Inc.: « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »25.

Leipzig, Universitätsbibliothek, 1 148, xive s.: fols. 159r163v26.

London, British Library, Additional 16 385, xiiie s.: fols. 121v-129, Ferrarius (?), Regule urinarie, Inc.: « De urinis tractaturi videamus quid sit urina... »27.

London, British Library, Additional 22 636, xiiie-xive s.: 5o / f. 61-78, Tractatus de morbis judicandis per urinas, mutilus in initio; 6o / f. 79, Tractatus de pulsibus; 7o / Tractatulus de urinis, f.85 b; 8o / f.88, « Liber Antidotarium. M[agister] Maurus ».

London, British Library, Royal mss, 12.B.XXV, xve s.: fols 9-16, Incipiunt « vrine m. Mauri abreuiate » , Inc. « Urina pall. vel subpal. ka. glauc »28.

London, British Library, Royal, 12.D.xiii, xive s.: Maurus ou Platearius Junior, De urinis. Inc.: « De urinarum scientiam tractaturi earumdem scientiam sub compendio dicamus »29.

London, British Library, Royal, 12.E.viii, xiiie s., origine anglaise?30: fols. 221v-231v, Anon., De urinis, Inc. : Universitätsbibliothek Innsbruck, Cod. 401-500 Vienne, 2008 (Veröffentlichungen der Kommission für Schrift – und Buchwesen des Mittelalters, Reihe II, Bd. 4/5), p. 578-583.

Voir G. F. Warner et K. P. Gilson, Catalogue of western manuscripts in the Old Royal and King’s Collection in the British Museum, II, Londres, 1921, p. 19-22, et M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge, Rome, 2007, p. 840-841.

TK, col. 1611.

Cf. G. F. Warner, J. P. Gilson, Catalogue of western manuscripts... II, p. 52: fol. 232b, « Warnerus de Orston scripsit hanc literam » et fol. 231b, voir cette note du xve s.: « Francis Dingley his booke »

« Quoniam de urinarum tractaturi sumus scientia, que earum sit notitia... ». Expl. : « sedimentum non est secundum naturam »31.

London, British Library, Sloane 342, xiiie s.: fols. 136r-139v, Maurus, De urinis. Inc.: « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »32; fols. 139v-145r, Maurus, De febribus compositis. Inc.: « Post tractatum febrium simplicium... »33.

London, British Library, Sloane 420, xive s., origine anglaise: fols. 59r-68r, Maurus ou Platearius Junior, Summa de urinis. Inc.: « De urinarum scientia tractaturi earum notitiam... »34.

London, British Library, Sloane 568, fin xive s.: fols. 215va-217rb, Urinae abbreviatae... Inc.: « Urina pallida vel subpallida... »35

London, Library of the Wellcome Institute, 535, début xive s., origine italienne probable: Maurus, Regulae urinarum (abrégé), fols. 52-58v, Inc. « Incipiunt regole mauri de urina // Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus ». Expl.: « sed totum exibitum nil valet ut/ipse testatur »; Maurus, Anatomia (incomplète)36, fols. 58v-59, Inc. « Quoniam humani corporis noticia ex parcium cognitione consurgat ». Expl. « et digeritur et dealbescit donec videtur in carne testi/culorum »37.

London, Library of the Wellcome Institute, 561, xive s.: Maurus, Regulae de urina, fols. 1-8, Inc. « Incipiunt Regulae Urinales Magistri Mauri. Quoniam de urinarum scientia ». Expl. « Expliciunt regule urinarum magistri Mauri de alba ».

Lüneburg, Ratbücherei, ms. Misc. D 4o 53, début xiiie s., Basse-Allemagne : fols. 59v-68r, Tractatus magistrj maurj de urinis. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus ». Expl. : « ...habeamus insigniter lesionem »38.

Madrid, Biblioteca Nacional, no 1921 (olim L 14), fin xiiie-début xive s. : fols. 170-180v, Urine Mauri (Inc. « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus ». Expl. « et egritudinem longam et discritam, Amen »)39.

Montpellier, Bibliothèque de l’École de médecine, 472, xive s. : 3o / fols 83-99, Regulae urinarum Mauri Salernitani. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »40.

München, Bayerische Staatsbibliothek, lat. monacensis 13124, xive s. : fols. 195, Compendium de urinis et aegritudinibus per eas significatis secundum Maurum et Rogerum41.

Napoli, Biblioteca Nazionale, XV F 91, xve siècle (pas de foliotation) : Regulae urinarum magistri Mauri (Salernitani). Inc. : « Quoniam de urinarum sciencia tractaturi sumus... »42.

Nürnberg, Stadtbibliothek, Cent. VI, 9, xiiie s., origine inconnue : fols. 58r-64r, Maurus Salernitanus, De urinis (Inc. « Quoniam de urinarum sciencia tractaturi sumus... ». Expl. « Dixi ergo eam masculum concepisse et ita fuit »)43.

Nürnberg, Stadtbibliothek, Cent. VI, 49, xiiie, xive et xve s., origine non précisée : 54ra-75ra, Maurus, De urinis (Inc. « Quoniam de urinarum sciencia tractaturi sumus... ». Expl. « Si est durus et cogitator et mestus id est melancolicus »)44.

Oxford, Bodleian Library, Digby 79, début xiiie s., Italie: fols. 18r-26r, Maurus ou Platearius Junior, De urinis. Inc.: « De urinarum scientia tractaturi earum notitiam... ». Expl.: « resolutiones crinoides: albe membrorum signant resolutionem... si in sene bona sic de singulis intelligenda »45. Fol. 26v-34: Regulae urinarum, Inc. « Cum de urinis agere debe<a>mus videndum est... »46. Fols. 31r: « a nobis et a magistris nostris maxime a johanne plateario sum exsecutus ».

Oxford, Magdalen College, lat. 173, début xive s., Angleterre : 4o. Maurus, De urinis. Inc. : « De urinarum scientia tractantes videamus quid sit urina ».

Oxford, New College, 171, xiiie s. (première moitié), Italie ou Sud de la France : 7o / Maurus, De phlebotomia. Inc.: « Flebotomia cerebrum temperat et ideo memoriam prebet et mentem sincerat »47; 10o anonym., De urinis. Inc. : « In tractatu, primo videndum quid sit urina ».

Paris, BnF, lat. 6 963, xiiie s., Italie : fols. 1a-13vb, De urinis : « Incipiunt urine magistri Mauri » ; Inc. : « Quoniam de urinarum scientia sumus tractaturi videndum est quod sit urina... ». Expl. « ... ut in vitio splenis » ; fol. 13vb, Pillule magistri Mauri probate. « Explicit liber urinarum et pill. Magistri Mauri »48.

Paris, BnF, lat. 6 964, xive s. : fols 130r-134v, Vrine Mauri. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus »49.

Paris, BnF, lat. 6 988, xive s. : fols. 106b-106vb, Maurus, Flores urinarum (De urinis [extracta]). Inc. : « Quoniam de urinarum sciencia sumus tractaturi que earum sit notitia subtili consideratione... ». Expl. « urina pregnantis que quatuor menses habet serena et vim colericam habet et ypostasis est alba et inferius est grossa. Expliciunt flores urinarum »

Paris, BnF, lat. 7 118, xiie-xiiie s., Italie : fols. 17a-24a, Maurus, Regule urinarum. Inc. : « De urinis tractaturi videamus quid sit urina et quot in ejus collectione et inspectione attendantur et quot modis alteretur et que utilitas ex eis comparetur... ». Expl.: « Omnis urina subcitrina usque ad rubram in substantia te (?) longo tempore precedente erraticam vel quartanam significat »50.

Paris, BnF, lat. 10 237, xiiie s. : fols. 67b-83va, Regule magistri Mauri de urinis. Inc. : « Quibus ( !) de urinarum scientia tractaturi sumus... ». Expl. « Que fit cum vomitu et inflatione. Cura. Patienti sic est subveniendum ut laboranti vicio seplenis. Expliciunt regule Mauri de urinis ».

Roma, Biblioteca Angelica, 1339, fin xiiie s. : fols. 47-49, Maurus ou Platearius Junior, De urinis. Inc. : « De urinarum scientia tractaturi earum notitiam... »51.

Roma, Biblioteca Vallicelliana, B 61 (misc. variae aetatis) : Regulae magistri Mauri, fols. 91r-118v (mutil.). Inc. « Quoniam de urinarum scientia tractaturi sumus... ». Expl. : « unius apparet citrina vel subcitrina si fuerit humor calidus »52.

Sevilla, Biblioteca capitular y colombina, 5-5-21, xive s., origine italienne (Florence et Bologne, f. 198v53) : fols. 168-182, Incipiunt Regulae [urinarum] magistri Mauri (Inc. « Quoniam de urinarum sumus scientia tractaturi »)54.

Toledo, Archivo y Biblioteca capitolares, cod. 98,3, xive s. : fols. 118-124, Regulae Mauri de urinis55.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 2 519, xive s. : fols. 1v-54v, Regule Magni Mauri. Inc. « Quoniam de urinarum scientia tracturi sumus videndum est56« .Expl. « Fiat syrus (sic) quo paciens utatur cum aqua decoctionis anisi »57.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 2 523, milieu du xiiie s., Italie ?58 : fols. 1r-15v, Tractatus de urinis. Inc. : « Quoniam de urinarum scientia tractaturi... ». Expl. « Mox evellit. Probatum est »59.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 5 300, xve s. : fols. 71v-103r, Maurus Magnus, De urinarum scientia. Inc.: « Quoniam de urinarum scientia dicturi sumus »60.

Wiener Neustadt, Stiftsbibliothek Neukloster, B.3.Pg, xve s.: fols. 47-55, Maurus, De urinis ? (« Incipit practici [sic] magistri Mauri »). Inc. : « Quoniam denique scientiam tractaturi sumus »61.

Wolfenbüttel, Herzog August Landesbibliothek, 3 101, 1 170), France du Nord : fols. 156r-174v, Maurus, De xive s. : fols. 126-128, Maurus, Vrinae abbreviatae... urinis. Inc. : « De urinis tractaturi quid sit urina, quot Inc. : « Urina pallida vel subpallida... »62. modis consideretur, quot in eius collectione et inspectione

Wroclaw, Bibl. Uniwersytecka, M 1302, fin xiie s. (1160- 1170), France du Nord : fols. 156r-174v, Maurus, De urinis. Inc. : «De urinis tractaturi quid sit urina, quot modis consideretur, quot in eius collectione et inspectione attendantur... »63.

Haut de page

Notes

1 Faith Wallis retrace une rapide biographie de Maurus dans T. Glick, S. J. Livesey, F. Wallis (dir.), Medieval science, technology, and medicine. An encyclopedia, New-York–Londres, 2005, p. 334-335.

2 Sur Aristote à Salerne, voir notamment D. Jacquart, Aristotelian Thought in Salerno, dans P. Dronke (éd.), A history of twelfth century western philosophy, Cambridge, 1988, p. 407-428 et Ead., Médecine et philosophie naturelle à Salerne au xiie siècle, dans P. Delogu et P. Peduto (dir.), Salerno nel xii secolo. Istituzioni, società, cultura, Atti del convegno internazionale, Salerne, 2004, p. 399-407, p. 402. On peut voir aussi P. Morpurgo, Il capitolo sugli elementi di Mauro Salernitano : elementa e elementata, dans Atti del Convegno su Aristotelismo e Platonismo nel Mezzogiorno d’Italia (secc. xiv-xvi), Palermo, 1987, Palerme, 1989, p. 211-228, et Id., L’utilizzazione dell’Aristotele latino nella ‘Schola Salernitana’, dans Rencontres de cultures dans la philosophie médiévale, Traductions et traducteurs de l’Antiquité tardive au xive siècle, dans J. Hamesse et M. Fattori (dir.), Louvain-la-Neuve–Cassino, 1990, p. 273-300.

3 A. Birkenmajer, Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote aux xiie et xiiie siècles, Varsovie, 1930, p. 5. Sur les textes accessibles à Salerne dans la deuxième moitié du xiie siècle, voir l’aggiornamento de D. Jacquart, Médecine et philosophie naturelle à Salerne au xiie siècle, cit.

4 Voir A. Birkenmajer, Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote..., p. 4, et M. H. Saffron, Maurus of Salerno : Twelfth century optimus physicus with his Commentary on the Prognostics of Hippocrates, dans Transactions of the American Philosophical Society, n. s., 62, 1972, p. 12-13.

5 Voir récemment à ce sujet Ch. De Miramon, Réception et oubli de l’Ethica vetus : Salerne et Bologne (1150-1180), dans

B. d’Alteroche, F. Demoulin-Auzary, O. Descamps et F. Roumy (dir.), Mélanges en l’honneur d’Anne Lefebvre-Teillard,

Paris, 2009, p. 727-746 que l’auteur soit ici remercié de m’avoir communiqué son article.

6 Voir entre autres D. Jacquart, « Theorica » et « practica » dans l’enseignement de la médecine à Salerne au xiie siècle, dans O. Weijers (éd.), Vocabulaire des écoles et des méthodes d’enseignement au Moyen Âge, Turnhout, 1992, p. 102-110.

7 Commentarium super Tabulas Salerni, éd. S. De Renzi, V, p. 269.

8 Non enim quoslibet operatores practicos appellamus nisi theoricae intellectus praecedat, cité par D. Jacquart, Le médecin dans l’Occident médiéval, dans L. Callebat (dir.), Histoire du médecin, Paris, 1999, p. 65.

9 Voir P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus of Salerno and other early commentators of the Articella, with a tentative list of texts and manuscripts, dans Italia medievale e umanistica, 19, 1976, p. 57-87.

10 Voir D. Jacquart, Introduction, dans La Collectio salernitana di Salvatore De Renzi, éd. D. Jacquart et A. Paravicini Bagliani, Florence, 2008, p. VII-XVII, p. X-XII. Irene Caiazzo prépare une édition du commentaire de Maurus à l’Isagoge qui comblera une lacune.

11 Cf. L. Thorndike et P. Kibre, A catalogue of incipits of Medieval Scientific Writings in Latin, Cambridge (Mass.), rééd. 1963, col. 333 [abrégé dorénavant en TK]; P. O. Kristeller, Iter italicum: a finding list of uncatalogued or incompletely catalogued humanistic manuscripts of the Renaissance in Italian and other libraries, VI, p. 534a, et « Early commentators... ». Le manuscrit ne contient que 8 folios ; cf. Die Handschriften des germanischen Nationalmuseums Nürnberg, IIr Band, Die lateinischen mittelalterlichen Handschriften, erster Teil, beschr. H. Hilg, Wiesbaden, 1983, p. 106-107.

12 Voir P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus of Salerno... cit., p. 79.

13 TK, col. 333.

14 TK, col. 333 ; voir aussi P. O. Kristeller, Bartholomaeus, Musandinus and Maurus... cit. et A. Maier, Codices Burghesienses, Vaticano, 1952, p. 249.

15 TK, col. 323. Texte édité par De Renzi, Collectio salernitana, Naples, 1856, IV, p. 513-557. Voir Tabula codicum manu scriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Palatina Vindobonensi asservatorum, II, cod. 2001-3500, Vienne, 1868, p. 69.

16 Maurus, Regulae urinarum, éd. S De Renzi, Collectio salernitana, III, Naples, 1854, p. 2-51.

17 Voir Maurus, In Hippocratis aphorismos commentarium, éd. S. De Renzi, Collectio salernitana, IV, Naples, 1856,

p. 513-557.

18 Texte publié à Lyon en 1515 dans les Opera Ysaac, fol. 156r-203r ; pour une édition plus récente, voir J. Peine, Die Harnschrift des Isaac Judeus, Leipzig, 1919, et Liber urinarum, éd. et trad. E. Fontana, Il libro delle urine di Isacco l’Ebreo tradotto dall’arabo in latino da Costantino Africano, Pise, 1966, p. 143-239.

19 Comparer The Prose Salernitan Questions, éd. B. Lawn, Londres, 1979, N 37, p. 301-302, et Maurus, Regulae urinarum, dans l’ordre p. 39, 31, 7 et 39.

20 Mag. Johannis Platearii Salernitani Regulae urinarum, éd. S. De Renzi, dans Collectio salernitana, IV, p. 409-412, p. 410: urina vero rufa vel subrufa, mediocriter spissa, superius obumbrata, inferius clarior, cotidianam significat de flegmate salso, cuius accessio est inter nonam et vesperas; comparer avec Maurus, Regulae urinarum..., p. 15: Predictis sinthomatibus quotidie ab nona hora diei in antea debet infestari, primo rigore deinde calore, que accessio durat ad plus usque ad mediam noctem.

21 Voir J. Jouanna, K.-D. Fischer, Chronobiologie dans la medecine tardive. La variation quotidienne des quatre humeurs : nouveaux temoignages grecs et latins, dans Galenos : Rivista di filologia dei testi medici antichi, 1, 2007, p. 175-186.

22 Le Passionarius de Gariopontus est cité dans les Regulae urinarum, éd. S. De Renzi, p. 30 et 38. Voir aussi Maurus, In Hippocratis aphorismos commentarium... cit.

23 A nona noctis donec sit tertia lucis / Est dominans sanguis donec sex idem sequentibus horis / Est dominans colera donec sit nona dies / Post niger humor adest donec sit tertia noctis / Post hoc flecma, donec sit nona quietis, cité par C. O’Boyle, The art of medicine. Medical teaching at the University of Paris, 1250-1400, Leyde, 1998, p. 258 ; ce sont des vers du Flos medicinae scholae Salerni dont il existe deux versions (v. 1723-1732 et 1733-1738). Voir aussi à ce sujet M. H. Saffron, Maurus of Salerno... cit., p. 156.

24 Voir Ch. Burnett et D. Jacquart, A catalogue of Renaissance editions and manuscripts of the Pantegni, dans Ch. Burnett et D. Jacquart (éd.), Constantine the African and ’Al Ibn Al Abbās Al-Mağūs. The Pantegni and Related Texts, Leiden, 1994, p. 316-351, p. 324, no. 24, et R. Nares, A Catalogue of the Harleian Manuscripts, Londres, 1808-1812, vol. II, p. 171

25 Voir récemment I. Caiazzo, Un inedito commento sulla Isagoge Iohannitii conservato a Parigi, dans D. Jacquart et A. Paravicini Bagliani (dir.), La scuola medica salernitana. Gli autori e i testi, Salerne, 2004, Florence, 2007, p. 93-124, et Ch. De Miramon, Innocent III, Huguccio de Ferrare et Hubert de Pirovano. Droit canonique, theologie et philosophie a Bologne dans les annees 1180, dans W. P. Müller et M. E. Sommar (dir.), Medieval Church Law and the origins of the Western legal tradition, a tribute to Kenneth Pennington, Washington D.C., 2006, p. 320-346.

26 Ainsi dans le ms. London, British Library, Sloane 3124, un codex des xive-xve siècles qui contient, aux fols 331v- 354v, un Tractatus... de sterilitate virorum atque mulierum et de impedimento conceptionis eorum et de cura et regimine predictorum et où il est dit : et tractatus iste editus est et compilatus a magistro Mauro Salernitano philozopho.

27 Voir le Paris, BnF, lat. 8654B, un ms. du xive s. où, aux fols 26r-28v, la formule Liber secundi Galieni Salernitani de flebotomia présente la Flebotomia de Maurus

28 Cité par M. Steinschneider, Donnolo. Pharmakologische Fragmente aus dem X. Jahrhundert, nebst Beiträgen zur Literatur der Salernitaner, hauptsächlich nach handschriftlichen hebraischen Quellen, dans Archiv für pathologische Anatomie und Physiologie und für Klinische Medizin, publié par Rudolf Ludwig Karl Virchow, Volume 40, 1868, p. 80-124, p. 93 (il s’agit des interpolations au Pseudo-Asaph dans le ms. Oppenheim 1645 d’Oxford).

29 Nunc mea completo respira, Musa, labore / Stringe rotam, cursum cohibe, compesce fluenta, / Claude Musandini torrentes fluminis undas ; / Non ultra aequivoci gazas praelata Salerni / Sparge, nec Ursonis apices, nec dogmata Mauri, trad. C. Vieillard, L’urologie et les médecins urologues dans la médecine ancienne. Gilles de Corbeil, sa vie, ses oeuvres, son poème des urines, Paris, 1903, p. 300.

30 Cité par F. Wallis, Maurus of Salerno, dans Medieval science, technology and medicine..., p. 335.

31 Mortuum fectus (sic), scilicet animal quod in matrice mulierum Salernitanorum et Apuleorum reperitur, quod est mirabile audire et quasi stuporem in mente humana inducit, expellit cum suco pori bibita tyriaca. Nam hoc est valde mirabile de isto animali, de quo pro certo affirmant sapientes salernitani scilicet Alexander, magister Maurus et multi alii sapientes, quod mulieres ille que pariunt filios sunt obstetrices parate cum baculis in manibus tenentes (cité par L. Thorndike, The Herbal of Rufinus, University of Chicago Press, 1946, p. 316-317).

32 Aegidius Corboliensis, De urinis carmen, Padoue, 1483 et Padoue, Mathaeus Cerdonis de Windischgrätz, 1484 ; De urinis et pulsibus carmina, Venise, 1494 ; Salamanque, 1496 ; Lyon, 1500 ; Venise, 1500 ?

33 Par exemple dans les mss. London, British Library, Royal, 12 D XII, f. 56, Paris, BnF, lat. 6963, fol. 13vb, ou Paris, BnF, lat. 7121, fol. 12v-13r.

34 Voir M. Steinschneider, Donnolo..., p. 96.

35 Voir ainsi les mss. London, British Library, Royal, 12.E.VIII, f. 231v : Expl. sedimentum non est secundum naturam ; Nürnberg, Stadtbibliothek, Cent. VI, 9, fol. 64r : Expl. Dixi ergo eam masculum concepisse et ita fuit ; Oxford, Bodleian, Library, Digby 79, fol. 26r : Expl. si in sene bona sic de singulis intelligenda ; Paris, BnF, lat. 6963, fol. 13vb : Expl....ut in vitio splenis ; Paris, BnF, lat. 10237, fol. 83va, Expl. Que fit cum vomitu et inflatione. Cura. Patienti sic est subveniendum ut laboranti vicio splenis. Expliciunt regule Mauri de urinis ; Roma, Biblioteca Vallicelliana, B 61 fol. 118v : Expl. unius apparet citrina vel subcitrina si fuerit humor calidus. Voir enfin les mss. Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 2519, fol. 54v (Expl. Fiat syrus (sic) quo paciens utatur cum aqua decoctionis anisi), et Vaticano, Vat. lat. 4485, fol. 13v, Expl. diamargariton. Diathos ? diacimino. Et hec de urinis sufficiant.

36 Comme dans le ms. London, British Library, Sloane 342, xiiie-xive s., où au De urinis attribué à Maurus dont on reconnaît l’incipit (fols 136r-139v), succède, fols 139v-145r, un De febribus compositis prêté au même auteur et commençant par Post tractatum febrium simplicium...

37 Cf. TK, col. 394.

38 Cf. TK, col. 1611. Voir aussi G. F. Warner, K. P. Gilson, Catalogue of Western Manuscripts in the Old Royal and King’s Collection in the British Museum, II, Londres, 1921, p. 46-47 : Johannes ou Matthaeus ? ; même texte que dans Sloane 3541, f. 1, et Sloane 420, f. 59, mais épilogue en moins ; de toute façon, un texte différent de celui édité par De Renzi, IV, p. 409.

39 Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, 5, xve s. (a. 1476) : fol. 18ra-25vb, Maurus, de urinis ? Voir TK, col. 719 ; G. Keil, Die urognostische Praxis in vor-und frühsalernitanischer Zeit, Fribourg, 1970, p. 136ss.

40 Voir Tabula codicum manu scriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Palatina Vindobonensi asservatorum, I, cod. 1-2000, Vienne, 1864, p. 14, et de Renzi, IV, p. 409-412.

41 Voir P. O. Kristeller, Iter Italicum... cit., II, p. 227-229.

42 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., VI, p. 359a et L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini in der Vatikanischen Bibliothek, Wiesbaden, 1981, p. 268-271.

43 Comparer par exemple le fol. 13v et les pages 50-51 de l’édition De Renzi : due quarum sunt curabiles, leucoflantia et anasarca, et due incurabiles, tinpanites et asclites. Patienti ab ipso principio sic est subveniendum : mane ieiunus accipiat oximel factum de radicibus sparagi, et busci, apii, feniculi et petroselini. Utatur patiens dieta calida et humida et postea accipiat benedictam cum decoctione saxifrage et milii solatri. Item sepe accipiat pillulas de paulino factas II vel quatuor. Accipe folia sambuci et ebuli et extrahe succum, misce cum oleo rosarum et fac epitham ? circa pectinem et umbilicum et ventrem et circa partes posteriores. Postea accipe illas herbas et fac cataplasma circa easdem partes et multum confert. Item alia cura teste G. potissima : accipe caput arietis et aufer cornua et incide in 4 vel in 2 partes et omnes concavitates imple foliis lauri ita quod tangat cerebrum, et posite in furno calido, et dimitte unde ? decoquatur. Postea extrahe et proice ossa, et per triduum ? ciba illum ex illo capite et ultra modum confert. Utatur patiens electuariis confortativis ad digestionem pliris, arconticon ?, diamargariton, dianthos, diaciminon, et hec de urinis sufficiant.

44 Voir R. Buerschaper, Ein bisher unbekannntes Aderlasstraktat des Salernitaner Arztes Maurus, Leipzig, 1919 (Diss.). La Flebotomia attribuée à Maurus est étudiée en détails par F. Lenhardt, Blutschau. Untersuchungen zur Entwicklung der Hämatoskopie, Würzbourg, 1986.

45 Ed. par W. L. H. Ploss, Anatomia Mauri, Leipzig, Dissertation, 1921. Voir aussi à ce sujet G. W. Corner, Anatomical texts of the earlier Middle Ages. A study in the transmission of culture, Washington, 1927.

46 Texte identifié comme Maurus, De urinis, dans TK, col. 1271.

47 Le codex contenait notamment : fols. 112r-120v, Liber de febribus ; fols. 121r-127v, Iohannes Afflacius, de febribus et urinis ; 127v, Iohannes Afflacius, Liber urinarum ; 129r, De febribus ; 140r-140v, De urinis (Inc. « Sciendum est quod urina... ») ; fols. 143r-156r, Comm. Platearius, Circa instans ; f. 162r, De oleis conficiendis ; 165r-167r, Modus medendi ; 167r-168r, De urinis et earundem significationibus ; 171r-174r, Liber Alexandri de agnoscendis febribus ex pulsibus et urinis ; 174r-v, De urinis (Inc. « Sciendum est quod urina... ») ; 175r-177r, Demonstratio anatomica corporis animalis ; 177r-179r, De aquis medicinalibus et earum differentiis ; 179r, De nominibus herbarum, specierum, et morborum ; 184r-v, Archimatheus, De adventu medici ad egrotum ; 184r-187v, Archimatheus, Liber de corporibus purgandis ; 188r, Urso, De saporibus ; 188r, De clisteribus ; 188v-189r, De suppositoriis, de siringis, de pessariis ; 189r-191r, De siropis ; 191v-196r, Jean de Saint-Paul, Liber de simplicium medicinarum virtutibus ; 197r-199v, Liber de confectione medicinarum ; 200v-201v, Urso, De qualitatibus et eorum effectibus ; fols. 201va-202ra, Urso, De qualitatum effectibus accidentalibus ; 202r, Jean de Saint-Paul, Flores dietarum (fragm.) ; fols. 203r-206r, Liber de pulsibus. Voir entre autres sur ce codex manquant et son contenu : A. Henschel, Die salernitanische Handschrift, dans Janus, 1, 1846, p. 41-84 ; A. Kadner, Ein Liber de urinis des Breslauer Codex Salernitanus, Diss., Leipzig, 1919 ; K. Sudhoff, Die Salernitaner Handschrift in Breslau (Ein Corpus medicinae Salerni), dans Archiv für Geschichte der Medizin, 12, 1920, p. 101-148, p. 191 ; et récemment C. Mews, Manuscripts in Polish libraries copied before 1200 and the expansion of latin Christendom in the eleventh and twelfth centuries, dans Scriptorium, 56, fasc. 1, 2002, p. 80-118, p. 116.

48 Sur la réappréciation de l’origine du manuscrit, qu’on a longtemps tenu pour originaire de Salerne, voir M. Green, Rethinking the Manuscript Basis of Salvatore De Renzi’s Collectio salernitana : the corpus of medical writings in the ‘long’ twelfth century, dans La Collectio salernitana di Salvatore De Renzi... cit., p. 17-60, notamment p. 32, 39 et 58.

49 Sur l’origine septentrionale (France du Nord et Angleterre) des plus anciens témoins manuscrits du corpus salernitain, voir M. Green, Rethinking the manuscript basis of Salvatore De Renzi’s... cit., p. 31.

50 E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza, ducs de Milan au xve siècle, Paris, 1995, p. 256.

51 M. H. Jullien de Pommerol, La bibliothèque de Boniface VIII, dans D. Nebbiai et G. Lombardi (dir.), Livres, lecteurs et bibliothèques de l’Italie médiévale (ixe-xve siècles.) Sources, textes et usage, Paris, 2001 (Documents, études, répertoires, 64 ; Histoire des bibliothèques médiévales, 13), p. 501.

52 Cf. A. Maier, Codices Burghesienses, Vaticano, 1952, p. 267.

53 Voir P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, I. Robert de Sorbon, Paris, 1966, p. 243 et J. Agrimi, Les Quaestiones de sensu attribuées à Albert de Saxe. Quelques remarques sur les rapports entre philosophie naturelle et médecine chez Buridan, Oresme et Albert, dans J. Biard (éd.), Itinéraires d’Albert de Saxe : Paris-Vienne au XIVe siècle, Paris, 1991, p. 193-204, p. 204.

54 Voir P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, I... cit., p. 289.

55 Voir L. Delisle, Cabinet des manuscrits, Paris, 1874, t. 2, p. 520-535 ; R. H. Rouse, Manuscripts belonging to Richard de Fournival, dans Revue d’histoire des textes, 3, 1973, p. 253-269.

56 Voir M. R. James, The ancient libraries of Canterbury and Dover, Cambridge, 1903, p. 338-344.

57 Le ms. contenait : 1. Maurus de urinis in quaterno ; 2. Iohannes yspalensis de conseruanda sanitate ; 3. Libellus de uirtutibus aquile ; 4. Libellus super noticia oculi ; 5. Sururgicum ; 6. Liber elementorum rolandini ; 7. Summa hugonis de mylbourne super antidotarium paruum ; 8. Exposiciones antidotarij secundum constantinus ; 9. Antibalemenon galieni ; 10. Tractatus de urinis secundum res contra naturam ; 11. Practica rogerini ; 12. Liber esculapij ; 13. De uirtutibus membrorum animalium ; 14. Liber secretorum ypocratis ; 15. Ypocras de conseruacione sanitatis ; 16. Constantinus de litargia ; 17. Liber secretorum galieni ; 18. Girardus de pronosticis in acutis egritudinibus ; 19. Comentum rogeri super antidotarium nicholai ; 20. Liber de lapidibus preciosis et uirtutibus lapidum magis necessariorum ; 21. Summa tractule [sic] de cura sue sexus ; 22. Liber glisteriorum rogeri; 23. Ars confectionum in apostolicon et aliorum electuariorum et ungentorum. [sic]; 24. Ars kalendarij secundum hypericium ; 25. Sermones patrum ; 26. Liber oculorum constantini ; 27. Constantinus de lepra et apostomatibus ; 28. Liber in gallico de diuersitate morborum. Sur ce ms. voir R. M. Wilson, The medieval library of Titchfield Abbey, Leeds, 1940 (Proceedings of the Leeds Philosophical and Literary Society, Literary and Historical Section, 5/3), p. 150-177, p. 151 et tout récemment M. Green, Making women’s medicine masculine. The rise of male authority in premodern gynaecology, Oxford, 2009, p. 78 et 328. Le ms. Contenait la Summa super antidotarium parvum de Hugues de Milbourne, dont on ne connaît plus aujourd’hui qu’un témoin, le ms. London, BL, add. 8092. Cf. C. H. Talbot and E. A. Hammond, The medical practitioners in medieval England, Londres, 1965, p. 94.

58 « Amploniana manuscripta, Bücherverzeichnis von 1412 » ; cf. W. Schum, Beschreibendes Verzeichnis der Amplonianischen Handschriften-Sammlung zu Erfurt, Berlin, 1887, p. 829.

59 Voir G. Keil, Der Kurze Harntraktat des Breslauer Codex Salernitanus, Diss., Bonn, 1969, et Die urognostische Praxis in vor-und frühsalernitanischer Zeit, cit. ; A. Kadner, Ein Liber de urinis des Breslauer Codex Salernitanus, cit.

60 F. Lenhardt, Maurus, dans Die deutsche Literatur des Mittelalters Verfasserlexikon, 3, Berlin/ New York, 1981, col. 201-203, col. 202. Sur ce phénomène, voir par exemple A. Vernet, Les traductions latines d’œuvres vernaculaires au Moyen Âge, dans G. Contamine (éd.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge, Paris, 1989, p. 225-241.

61 Voir S. Bisson, Le témoin gênant. Une version latine du Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne, dans Médiévales, 42, 2002, p. 117-130, p. 119.

62 Par exemple dans le codex London, British Library, Harl. 3772, xive s., fol. 14v-20, Incipit liber mariscaltie quem fecit magister Maurus. Inc. : « Cum illustris R. pitavie ( ?) superius ». Des. : « Explicit tractatus magistri Mauri de curatione equorum » (cf. P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., IV, Alia itinera II, p. 176a).

63 P. O. Kristeller, Iter italicum..., V, p. 219b; voir E. Tunis, Early Western Manuscripts in the National Library of Medicine. A short title-list, Bethesda (Maryland), 1989, p. 6.

64 On me permettra de renvoyer à ce sujet à L. Moulinier-Brogi, La science des urines de Maurus et les Sinthomata magistri Mauri inédits, dans D. Jacquart et A. Paravicini Bagliani (dir.), La Scuola Medica Salernitana. Gli autori e i testi... cit., p. 261-281, et Ead., L’uroscopie en vulgaire dans l’Occident médiéval : un tour d’horizon, dans M. Goyens, P. De Leemans, A. Smet et Louvain (dir.), Science translated. Latin and vernacular translations of scientific treatises in medieval Europe, 2008, p. 221-241.

65 Voir M. S. Elsheikh, Medicina e farmacologia nei manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenze, Rome, 1990, p. 51. Rien à ce sujet dans S. Morpurgo, I manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenze, manoscritti italiani, I, Rome, 1900, qui s’en tient aux codici 1002-1700. Quant au catalogue de manuscrits datés, il part du no 3235 (Indici e cataloghi, XXII, I manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenze [dal Ricc. 3235 al 3421], a cura di M. Prunai Falciani, Rome, 1996).

66 Voir aussi le ms. d’origine vénitienne Bergamo, Biblioteca Civica A. Mai, MA 400, du xve siècle, qui contient aux fols 56r-65v, Michiel Scoto, Tratado de le urine ; cf. J. Agrimi, Tecnica e scienza nella cultura medievale. Inventario dei manoscritti relativi alla scienza e alla tecnica medievale (sec. xi-xv). Biblioteche di Lombardia, Florence, 1976, p. 21.

67 Sur les traductions du Thesaurus pauperum de Pierre d’Espagne en italien, dont celle qui fut longtemps attribuée au notaire florentin Zucchero Bencivenni, voir S. Rapisarda, I volgarizzamenti italiani del Thesaurus pauperum, dans A. Engelbert, M. Pierrard, L. Rosier et D. Van Raemdonck (dir.), Actes du xxiie Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes, Bruxelles, 1998, Tübingen, 2000. Voir aussi R. Librandi et R., Piro (dir.), Lo scaffale della biblioteca scientifica in volgare (secoli xiii-xvi), Atti del Convegno, Matera, 2004, Florence, 2006.

68 A. De Mortara, Catalogo dei manoscritti italiani che sotto la denominazione di codici Canonicani italici... cit., Oxford, 1864, p. 217.

69 Un exemple parmi une foule d’autres est fourni par l’histoire de l’Ospedale Santa Maria della Scala à Sienne qui, à l’occasion d’une pestilence en 1399 voit pour la première fois les pestiférés confiés aux soins d’un médecin et d’un apothicaire, avec un salaire supérieur au nom de la « grande fadigha », « per gli molti infermi che ci a » (voir G. Piccinni, L. Travaini, Il Libro del Pellegrino (Siena 1382-1446). Affari, uomini, monete nell’Ospedale di Santa Maria della Scala, Naples, 2003, p. 43).

70 Sur cette question impossible à traiter ici, qu’on me permette de renvoyer à L. Moulinier-Brogi, Médecins et apothicaires dans l’Italie médiévale. Quelques aspects de leurs relations, dans F. Collard et E. Samama (éds.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens » de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, 2006, p. 119-134, et Un flacon en point de mire. La science des urines, un enjeu culturel dans la société médiévale (xiiie-xve s.), dans Annales, 2010, 1, p. 11-37.

71 Cf. Statuto inedito dell’Arte degli speziali di Pisa nel secolo xv, éd. P. Vigo, Bologne, 1885 p. 3, Prohemio : « Gli uomini dell’arte ed università delli speziali della città, borghi, sobborghi, contado e distretto di Pisa... elessono e deputarono tre uomini, cioè Miliano di Giovanni di Ser Carlo ed Antone di Giovanni del Torto, et Aghustino di Nicholai di Philippo, speziali e cittadini pisani, eletti statuiti e ordinati dalli spettabili consoli e consiglieri di detta arte... ».

72 Voir C. U. Faye et W. H. Bond, Supplement to the census of medieval and renaissance manuscripts in the United States and Canada, New-York, 1962, p. 95: « Written in Italy, 28 July 1464, by Carolus palle Guadi for Francesco de Forestis della Foresta », ou encore B. L. Ullman, Petrarch manuscripts in the United States, Padoue, 1964, p. 51: « Petrarch, Canzoniere (fols. 1r-), Trionfi (fols.-181r). Parchment., Italy (written by Carolus Palle Guadi for Franciscus de Forestis della Foresta) ».

73 A. de la Mare, New research on humanistic scribes in Florence, dans Miniatura fiorentina del Rinascimento, 1450-1520: un primo censimento, éd. A. Garzelli, Florence, 1985, p. 393-600, p. 491, n. 12. Voir par exemple C. Frati et A. Segarizzi, Catalogo dei codici Marciani italiani, Venise, 1911, p. 243.

74 Voir M. S. Elsheikh, Medicina e farmacologia nei manoscritti della Biblioteca Riccardiana di Firenze, cit., p. 125. Sur ce personnage, voir Piero Umbertino da Brescia, Ricette per gli occhi. Conoscimento de’ sogni. Trattato sull’orina. Morsi di cani e loro conosciemento, éd. M. S. Elsheikh, Florence, 1993 et récemment G. Federici Vescovini, Su alcune versioni scientifiche in volgare italiano tra xiii e xiv secolo, dans N. Bray et L. Sturlese (dir.), Filosofia in volgare nel Medioevo, Louvain-la- Neuve, 2003, p. 407-418, p. 413-414.

75 Les mss. Bologna, Bibl. dell’Istituto Ortopedico Rizzoli ; Paris, n.a., fonds italien 934, et Firenze, Biblioteca Laurenziana, Gaddi 54, (cités par G. Federici Vescovini, Su alcune versioni scientifiche in volgare italiano tra xiii e xiv secolo... cit., p. 413). On y ajoutera les mss. Firenze, Biblioteca Riccardiana 2145 et 2154 recensés par M. S. Elsheikh, Medicina e famacologia... cit., p. 125.

76 Cf. K. Sudhoff, Ein chirurgisches Manual des Jean Pitard, Wundarztes König Philipps des Schönen von Frankreich, dans SudhoffsArchiv, 2, 1908, p. 189-278.

77 Ms. VIII. C. 94, fol. 4-90r : « Al nome de la sancta et individua Trinitade... io voio che sia chiamato Thesauro dei poveri. F. 90r Complido è questo libro... scrito per mi fra Bartolamio Biancho da Veneexia ( !) de l’ordene de s. Augustino a onore de maistro Nicho Sabain barbier da Chi[o]gia, a di VIo setembrio MCCCCXLVIIII » (voir C. Cenci, OFM, Manoscritti francescani della Biblioteca Nazionale di Napoli, Rome, 1971, II, p. 826, notice 457).

Haut de page

Apparat

1 Voir A. Rzihacek-Bedő, Medizinische Wissenschaftspflege im Benediktinerkloster Admont bis 1500, Oldenbourg, 2005, p. 124.

2 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit. V, p. 49b.

3 Cité par J. Agrimi, Tecnica e scienza nella cultura medievale...., XII, 14, p. 10. Cf. I manoscritti datati della Biblioteca civica « Angelo Mai » e delle altre biblioteche di Bergamo, ed. F. Lo Monaco, Florence, 2003 (Manoscritti datati d’Italia, 6), scheda 47.

4 TK, col. 1271.

5 TK, col. 1271. Cf. The Western manuscripts in the Library of Trinity College, Cambridge, A descriptive catalogue by

M. R. James, vol. II, Cambridge, 1901, p. 324.

6 TK, col. 1271. Voir G. M. Muccioli, Catalogus codicum manuscriptorum Malatestianae Bibliothecae fratrum minorum conventualium, Cesena, 1784, tomo II, p. 12-13; Cesena. Biblioteca Malatestiana, a cura di D. Frioli, in Catalogo di manoscritti filosofici nelle biblioteche italiane. IV. Cesena, Fabriano, Firenze, Grottaferrata, Parma, ed. G. Avarucci... [et al.], Florence 1982,

p. 1-190, p. 111-113, n. 66.

7 Cf. A. Maier, Codices Burghesienses, Florence, cit., p. 266-267.

8 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit. VI, p. 357a

9 TK, col. 1271. Il s’agit d’une version plus breve que les Regulae urinarum editees par De Renzi, cf. L Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini... cit., p. 122-124.

10 Le manuscrit n’est pas decrit par L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini... cit. 11. Cf. Florio, Inventarium manuscriptorum latinorum Bibliothecae Vaticanae, Vatican, 1613, 5, p. 289-90.

11 Cf. Florio, Inventarium manuscriptorum latinorum Bibliothecae Vaticanae, Vatican, 1613, 5, p. 289-90.

12 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., III, Alia itinera, Australia to Germany, p. 193a. A. Kadner, Ein Liber de urinis... cit., p. 48, cite aussi « Dublin, Trin. Coll. 367, comme contenant un Tractatus de urinis, sans doute celui de Maurus ».

13 Titre donne par W. Schum, Beschreibendes Verzeichnis der Amplonianischen Handschriften-Sammlung zu Erfurt, cit., p. 207.

14 TK, col. 1066.

15 D’après W. Schum, Beschreibendes Verzeichnis..., p. 438, qui suggère que le ms. serait arrivé en Allemagne par la France du Sud.

16 TK, col. 948. W. Schum, Beschreibendes Verzeichnis... cit., p. 438-439.

17 Schum donne : « Ende : preservatur a frigidis morbis – quod subsistit. Expl. ».

18 TK, col. 394.

19 Schum, Beschreibendes Verzeichnis... cit., p. 465.

20 D’après Kadner, Ein Liber de urinis... cit., p. 45.

21 Sur ce ms. voir entre autres E. Antonucci, Miscellanea medica, in Diaita : le regole della salute nei manoscritti della Biblioteca Medicea Laurenziana, éd. D. Lippi, Florence, 2010, p. 60-61, et M. Pasca, La trattatistica del XII secolo, dans M. Pasca (éd.), La Scuola medica Salernitana : storia, immagini, manoscritti dall’XI al XIII secolo, Naples, 1988, p. 68-87, p. 69, n. 5, et 86.

22 Traité anonyme selon TK, col. 390.

23 M. Pasca, La scuola medica salernitana..., p. 97. Voir aussi F. Lenhardt, Blutschau. Untersuchungen zur Entwicklung der Hämatoskopie, cit., p. 13.

24 TK, col. 1271/9. Voir W. Neuhauser, D. Mairhofer, M. Rossini et C. Schretter, Katalog der Handschriften der Universitätsbibliothek Innsbruck, Cod. 401-500 Vienne, 2008 (Veröffentlichungen der Kommission für Schrift- und Buchwesen des Mittelalters, Reihe II, Bd. 4/5), p. 578-583.

25 Voir H. Menhardt, Handschriftenverzeichnis der Kärntner Bibliotheken, Vienne, 1927, p. 83-183.

26 Cité par A. Kadner, Ein Liber de urinis..., p. 45, et dans Ch. Burnett et D. Jacquart (dir.), Constantine the African and Ali Ibn Al-Abbas Al-Magusi, cit., p. 323 : le ms. contient Pantegni, fol. 1r-145r (Inc. « Cum totius pater scientie generalitas ») ; Rasis, Liber Almansoris, I ; Ioh. Damascenus, Aphorismi ; Haly Rodoan, Commentum super Tegni Galieni ; Vita brevis Gerardi Cremonensis.

27 TK, col. 394.

28 Voir G. F. Warner et K. P. Gilson, Catalogue of western manuscripts in the Old Royal and King’s Collection in the British Museum, II, Londres, 1921, p. 19-22, et M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge, Rome, 2007, p. 840-841.

29 TK, col. 1611.

30 Cf. G. F. Warner, J. P. Gilson, Catalogue of western manuscripts... II, p. 52: fol. 232b, « Warnerus de Orston scripsit hanc literam » et fol. 231b, voir cette note du XVe s.: « Francis Dingley his booke ».

31 Cf. G. F. Warner et J. P. Gilson, Catalogue of western manuscripts...cit., p. 52: « not the work of like initium printed by de Renzi, III, p. 5 ».

32 TK, col. 1271.

33 TK, col. 1066.

34 TK, col. 394. Voir aussi M. Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Age... cit., p. 848, qui l’attribue à Platearius

35 Anonyme selon TK, col. 1609, et selon M. Nicoud, qui y voit un De humoribus et de signis mortis (Les régimes de santé au Moyen Âge... cit., p. 850).

36 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., IV, Alia itinera II, Great Britain to Spain, p. 220a.

37 Cf. TK, col. 1277.

38 Cf. M. Wierschin, Handschriften der Ratbücherei Lüneburg, I, Miscellanea und Historica, Wiesbaden, 1969, p. 85-87.

39 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., IV, Alia itinera II, p. 523b. Voir Inventario de manuscritos de la Biblioteca Nacional de Madrid, 5, Madrid, 1959, p. 341-342.

40 TK, col. 1271, et Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, tome Ier, Paris, 1849, p. 467.

41 Texte identifié comme Maurus, De urinis, dans TK, col. 1271.

42 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., I, p. 434.

43 I. Neske, Die Handschriften der StadtBibliothek Nürnberg, Bd. IV, Die lateinischen mittelalterlichen Handschriften, Varia, Wiesbaden, 1997, p. 162-163.

44 I. Neske, ibidem, p. 182, qui note à propos du De urinis : « Text gegenüber Renzi leicht gekürzt, am Ende Zuordnung der Temperamente und der Farben des Urins ». Cf. TK, col. 1271. Les fols. 1-53 datent des xiiie et xive s. : les fols. 54-83 des xive et xve s. ; les fols. 84-105 du xve s.

45 TK, col. 394.

46 TK, col. 291.

47 Ce n’est pas là l’incipit du De Flebotomia de Maurus ; voir R. Buerschaper, Ein bisher unbekannntes Aderlasstraktat... cit.

48 Cité dans Regulae urinarum magistri Mauri, éd. S. De Renzi, p. 2, note 1. Voir à ce sujet E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza, cit., p. 256.

49 Voir S. de Renzi, Storia documentata della scuola medica di Salerno, 2a edizione, Naples, 1857, p.333; TK, col. 1271.

50 Le ms. contient aussi fol. 67vb, une Summa urinarum commençant ainsi : Sciendum est quod urina duarum verum proprie est significativa et attribuée ici à Johannes Salernitanus (cf. fol. 68v : Hoc de tractatu Johannis Salernitani phisici melancolici dicta suficiant) alors qu’on a vu plus haut qu’Albert Kadner attribuait ce texte à Maurus.

51 TK, col. 394.

52 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., II, p. 128.

53 Quem tractatus ego Iohannes de Mediolano emi a magistro Christoforo Georgij de Florencia et composui in 2o anno mee lecture Bononie mcccxliii die xxi Iulij.

54 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., IV, Alia itinera II, p. 618b. Complété par J. F. Saez Guillen et P. Jimenez de Cisneros Vencela, Catalogo de manuscritos de la Biblioteca Colombina de Sevilla, Séville, 2002, p. 273-277.

55 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., IV, p. 645a.

56 TK, col. 1271.

57 TK, col. 1271. Voir Tabula codicum manu scriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Palatina Vindobonensi asservatorum, vol. II, cod. 2001-3500, cit., p. 89.

58 Le catalogue relève que folia inter tegumenta et folia numerata continent fragmenta libri censuum monasterii seu parochiae italicae.

59 TK, col. 1271. Voir Tabula codicum manu scriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Palatina Vindobonensi asservatorum, vol. IV, cod. 5001-6500, cit., p. 92.

60 TK, col. 1271.

61 P. O. Kristeller, Iter italicum... cit., VI, p. 441a; TK, col. 1272.

62 TK, col. 1609.

63 TK, col. 394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Moulinier-Brogi, « La fortune du De Vrinis de Maurus de Salerne et ses volgarizzamenti inédits », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-2 | 2010, 261-278.

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « La fortune du De Vrinis de Maurus de Salerne et ses volgarizzamenti inédits », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/607 ; DOI : 10.4000/mefrm.607

Haut de page

Auteur

Laurence Moulinier-Brogi

Université Lumière-Lyon 2 – ClhAM (UMR 5648), l.moulinier@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org