Navigation – Plan du site
Mélanges

Des images comme miroirs pour l’observance dominicaine en Toscane (1420-1450)

Images as mirrors for the Dominican Order in Tuscany (1420-1450)
Cyril Gerbron
p. 211-238

Résumés

Dans les retables et les fresques réalisés par Fra Angelico pour les couvents dominicains observants San Domenico de Fiesole, San Marco de Florence et San Domenico de Pérouse, la part de l’auto-représentation dominicaine est très importante. Les images ont pour but de compenser un déficit de légitimité en insistant sur la continuité entre l’observance, les origines glorieuses de l’ordre et celles du mouvement monastique tout entier. Elles fondent l’identité des frères en ce qu’elles illustrent l’héritage apostolique revendiqué par les dominicains, ainsi que l’importance de la prédication et du savoir. Elles sont des miroirs dans la mesure où elles fournissent aux frères, à travers les trois saints de l’ordre et d’autres membres illustres, les modèles d’un comportement physique et moral vertueux, conforme aux principes de l’observance.

Haut de page

Texte intégral

1Une longue tunique blanche resserrée à la taille par une ceinture et tombant jusqu’au sol en plis épais, un scapulaire blanc, rabat rectangulaire qui recouvre le corps jusqu’aux genoux, une cape noire à capuche : c’est l’habit qui fait des moines dominicains, dans les images, des silhouettes volumineuses et sans forme définie, mais au chromatisme très contrastant, blanc et noir. Elles sont courantes dans l’œuvre de Fra Angelico, car le «frère angélique» a souvent représenté les trois membres de l’ordre canonisés à son époque, Dominique, Pierre martyr et Thomas d’Aquin (fig. 1), mais aussi des frères et sœurs illustres dont l’ordre entend perpétuer la mémoire (fig. 2, 6). Ces images ont été réalisées par un dominicain, commandées par des dominicains, pour leur usage. Elles sont des miroirs dans la mesure où l’ordre s’y représente lui-même à travers ses célébrités, mais ce sont des miroirs construits, des miroirs «informants». La mémoire du Moyen Âge est en effet vivante, le passé est réinventé pour servir le présent. Les dominicains observants de la première moitié du xve siècle, auxquels on va s’intéresser, créent une image des dominicains des xiiie et xive siècles qui convient à leurs idéaux, à leurs aspirations. Ils font tenir à ces hommes et femmes illustres un message inséparable de leur milieu intellectuel, de leur positionnement spirituel et institutionnel. Il ne s’agit pas pour eux de faire œuvre d’histoire, mais de créer des images en lesquelles ils puissent se reconnaître. En retour, les images fournissent aux frères des valeurs communes, elles fondent l’identité des communautés qui les abritent.

  • 1 Pour l’élaboration progressive de la notion de speculum depuis l’Antiquité classique jusqu’au xiie (...)
  • 2 Moralia in Job, II, 1 (vol. 1, p. 253).
  • 3 Cité par C. Gilbert, L’arte del Quattrocento nelle testimonianze coeve, Florence, 1988, p. 170.
  • 4 Hood 1993, p. 201-230.

2Dans la civilisation médiévale, le mot miroir, speculum, n’est pas associé à un reflet objectif et sans vie, mais à une opération impliquant la participation du regardeur : l’édification de la personne morale1. Grégoire le Grand est considéré au Moyen Âge comme le maître de la lecture tropologique des textes bibliques. Dans ses Moralia in Job, il compare la Bible à un miroir : «La Sainte Écriture s’offre aux yeux de notre âme comme un miroir : nous y pouvons contempler notre visage intérieur (Scriptura sacra mentis oculis quasi quoddam speculum opponitur, ut interna nostra facies in ipsa videatur). C’est là que nous voyons notre laideur et notre beauté. C’est là que nous prenons conscience de notre avancement, là, de notre absence de tout progrès. Elle raconte les actes des saints, et provoque à leur imitation le cœur des faibles. [...] Nous voyons dans leurs victoires ce que nous devons faire nôtre en l’imitant, et dans leurs chutes, ce que nous devons redouter»2. La Bible est un miroir dans la mesure où l’on peut s’y contempler, y découvrir l’image de ce que l’on ne doit pas être et de ce que l’on devrait être, pour éventuellement modifier son comportement. La comparaison est reprise par de nombreux auteurs, appliquée à des types de textes variés et, à partir du xiie siècle, les ouvrages dont le titre comporte le terme speculum sont innombrables. Les images peuvent aussi assumer une fonction tropologique ou spéculaire. Giovanni Dominici recommande par exemple de placer dans la maison des images représentant les saints : «Cosi si specchi [il bambino] nel Battista santo...»3. William Hood a bien montré comment saint Dominique, dans les fresques des cellules de San Marco, est figuré comme un modèle sur lequel les frères doivent modeler leur attitude lorsqu’ils prient4. Je voudrais ici poursuivre cette enquête.

Fig. 1 – Fra Angelico et Lorenzo di Credi; Retable de Fiesole (panneau principal); autour de 1420 et 1501; Fiesole, église San Domenico.

Fig. 2 – Fra Angelico; Dominicains (premier panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.

  • 5 Je m’appuie sur S. Orlandi, Il convento di S. Domenico di Fiesole dagli inizi alla fondazione del c (...)

3Les couvents dans lesquels Fra Angelico a vécu, San Domenico à Fiesole et San Marco à Florence, venaient d’être fondés quand il y est entré. Elles ont confié à Fra Angelico la réalisation de toutes les images nécessaires à la vie monastique, qui forment deux ensembles importants, bien conservés quoique pour une part dispersés. Ce sont des couvents observants, ce qui a une importance décisive pour notre problématique. Il est donc nécessaire de donner un aperçu de la situation de l’observance toscane en 14205.

  • 6 C’est le cas de Leonardo Dati, maître général de l’ordre de 414 à 1425, et de l’évêque de Fiesole, (...)

4Comme la plupart des ordres religieux en Occident, l’ordre dominicain se sépare en deux branches dans la seconde moitié du xive siècle. Les «observants», qui prônent une restauration de l’idéal monastique des origines et l’application stricte de la règle, s’opposent aux «conventuels», attachés à des coutumes plus récentes, et critiqués pour leur manque de discipline et leur attachement aux richesses matérielles. Chez les dominicains, l’inspiratrice de l’observance est Catherine de Sienne, qui multiplie dans ses écrits les références à la corruption de l’Église. À partir de 1400, Giovanni Dominici, moine de Santa Maria Novella, préside aux destinées de l’observance en Italie. N’étant pas parvenu à introduire la réforme dans son couvent d’origine, il établit en 1406 un nouveau couvent près de Florence, à Fiesole : San Domenico est la première fondation dominicaine observante ex nihilo en Italie. Elle est encouragée par les plus hautes autorités de l’ordre qui, d’une manière générale, soutiennent la cause de la réforme6; cinq des huit frères de la communauté originelle de Fiesole ont accompli leur noviciat à Santa Maria Novella. Dans le contexte du grand schisme, les dissensions apparaissent néanmoins rapidement. Giovanni Dominici est un fervent défenseur de Grégoire XII, qui l’a fait archevêque puis cardinal, tandis que les autorités politiques et religieuses de Florence soutiennent Alexandre V, élu en 1409 lors du concile de Pise. Les tensions sont si vives que le prieur de Fiesole est arrêté et retenu prisonnier plusieurs semaines à Santa Maria Novella. Une partie des frères gagne ou regagne le couvent florentin, l’autre partie doit s’enfuir, de nuit, pour trouver refuge dans le couvent dominicain de Foligno, puis dans ceux de Cortone et Fabriano. San Domenico est vide ou presque vide entre 1409 et 1417, la communauté ne se reformant qu’après l’élection de Martin V. Elle grandit ensuite rapidement, et cherche bientôt à s’établir à Florence. Grâce à l’appui de Cosme l’Ancien et du pape Eugène IV, elle prend possession d’un monastère sylvestrin en 1436, San Marco, dont Cosme finance entièrement la reconstruction et le décor.

  • 7 Le maître général de l’ordre y réside à cette période, ainsi 8. Donadieu-Rigaut 2005, p. 340. que l (...)
  • 8 Donadieu-Rigaut 2005, p. 340.

5Si la fondation de San Marco se fait dans un contexte d’apaisement, et si l’observance jouit à cette époque d’un grand prestige qui lui attire les faveurs des puissants, la situation de San Domenico à ses débuts est précaire, très délicate par rapport à Santa Maria Novella. San Domenico est fille du couvent florentin. Dominici y a pris l’habit monastique, ainsi que la majeure partie des premiers frères de Fiesole. Mais alors que Santa Maria Novella a été fondée en 1221 (l’année de la mort de Dominique et cinq années seulement après l’approbation de l’ordre par le pape Honorius III), abrite une communauté nombreuse et constitue un centre intellectuel important7, San Domenico est un petit couvent occupant une situation géographique marginale, une fondation tardive opérée dans un contexte de divisions au sein de l’ordre et de l’Église. Dans une civilisation qui conçoit l’Église toute entière et chaque ordre religieux sur le modèle d’un corps organisé et hiérarchisé, et qui accorde une importance décisive à la memoria, au rattachement à la tradition la plus ancienne possible, la division et la nouveauté sont ressenties négativement. Comme l’a montré Dominique Donadieu-Rigaut, les images sont l’un des moyens utilisés pour faire face à ce déficit de légitimité. Les communautés appartenant aux mouvements de réforme ou d’observance accordent une place privilégiée aux images de leur ordre, en particulier aux images de type «généalogique» ou familial; «pleinement constitutives du processus mémoriel des ordres religieux dès lors qu’elles suppléent un manque fondamental de lien et d’unité», elles s’inscrivent dans le cadre de «stratégies compensatoires»8.

La communauté dominicaine, la famille monastique, l’Église

La prédelle du Retable de Fiesole

  • 9 Pour la datation, cf. C. Brandon Strehlke, Fra Angelico Studies, dans Painting and Illumination in (...)
  • 10 Le retable était à l’origine un triptyque avec un encadrement gothique. À la demande des frères, Lo (...)

6Les frères de Fiesole font réaliser le retable pour leur maître-autel autour de 14209. La part de l’auto-représentation y est remarquablement importante. Le panneau principal ne figure en dehors du saint patron du mécène que des saints dominicains, de gauche à droite Thomas d’Aquin, Dominique et Pierre martyr (fig. 1)10. Ces trois saints sont à nouveau figurés dans la prédelle, qui comprend aussi une assemblée dominicaine de trente-sept membres.

  • 11 Ce regroupement est effectué de manière moins rigoureuse que dans le panneau principal du Retable d (...)
  • 12 Donadieu-Rigaut 2005, p. 51. L’auteure analyse la prédelle du Retable du Louvre p. 215-224.

7La prédelle du Retable de Fiesole (fig. 2-6), constituée de cinq panneaux conservés à la National Gallery de Londres, a une iconographie exceptionnelle pour cet emplacement : c’est une image de l’Église triomphante. Avant le Jugement Dernier, l’Église est une réalité double. Elle se compose de l’Église terrestre ou militante, et de l’Église céleste ou triomphante, formée par les anges et les saints dont les âmes ont gagné le ciel avant le jugement final, et qui tous ensemble louent Dieu dans une liturgie éternelle. L’Église triomphante est un corps hiérarchisé tout autant que l’Église militante. Dans les images, le rang de ses membres est exprimé par leur proximité plus ou moins grande par rapport au Christ. Le champ est donc hiérarchisé, selon les trois principes suivants : le centre est privilégié par rapport aux côtés, le haut par rapport au bas, et la droite du Christ par rapport à sa gauche. Le peintre a ainsi représenté autour du Christ les membres des neuf ordres angéliques, puis les saints regroupés par ordres11, et dans les deux panneaux extérieurs les frères et sœurs dominicains. Il s’agit selon Dominique Donadieu-Rigaut de la seule représentation conservée d’un ordre religieux au sein d’une image de l’Église triomphante12. Elle a un caractère quelque peu audacieux, puisque la plupart des personnages figurés n’ont fait l’objet d’aucune procédure de canonisation ou de béatification.

Fig. 3 – Fra Angelico; Saints (deuxième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.

Fig. 4 – Fra Angelico; Christ triomphant et anges (troisième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.

Fig. 5 – Fra Angelico; Saints (quatrième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.

  • 13 Cf. M. Davies, National Gallery Catalogues. The Earlier Italian Schools, Londres, 1961, p. 23. Pour (...)
  • 14 Confesseur de Catherine, Raymond de Capoue a été élu maître général de l’ordre en 1380 et a constam (...)

8Le groupe des dominicains est organisé selon les principes de hiérarchisation déjà évoqués. On voit d’abord les frères puis, dans le panneau de gauche, quatre sœurs et un frère convers, et dans le panneau de droite quatre sœurs tertiaires et deux frères tertiaires. Au sein du groupe des frères, les maîtres généraux, les papes, évêques et cardinaux sont situés dans le rang supérieur. Les figures sont identifiées par des inscriptions, mais plusieurs noms n’ont pu être rapprochés d’aucun dominicain connu par les textes, et d’autres appartiennent à plusieurs personnages entre lesquels il est difficile de choisir. Les intentions des frères de Fiesole ne sont donc pas facilement intelligibles, mais on peut constater que plusieurs des frères identifiables sont liés à Santa Maria Novella13. La présence de Giovanni da Salerno dans le panneau droit est particulièrement significative. Giovanni, qui tient une maquette de l’église du couvent florentin, a dirigé le groupe de frères envoyé par Dominique pour établir l’ordre à Florence. Seuls Catherine de Sienne et Raymond de Capoue14 peuvent être directement rattachés au mouvement observant. Mais l’importance de ces deux figures va bien au-delà de leur rôle dans l’établissement de la réforme. Enfin, il ne semble pas qu’une importance particulière ait été accordée aux frères de la première génération de l’ordre. La liste proposée est consensuelle, elle relève d’un héritage commun à l’ensemble des dominicains. On comprend que la communauté de Fiesole, dont la légitimité est encore à construire et l’avenir incertain, favorise les signes de continuité par rapport à la maison mère et à l’ordre tout entier. La scission est masquée, toute considération polémique écartée.

Fig. 6 – Fra Angelico; Dominicains (cinquième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.

  • 15 Hood 1993, p. 68-70.
  • 16 Ces textes ont fait l’objet de nombreuses études. On se reportera à Canetti 1996 et A. Reltgen-Tall (...)

9Le choix même du thème de la prédelle marque une volonté de s’inscrire dans la tradition iconographique de l’ordre. William Hood a noté qu’il est étroitement dépendant d’un type d’images dont un exemple, appelé Panneau des effigies dominicaines (fig. 7), est toujours conservé à Santa Maria Novella. Ce panneau témoigne de l’habitude des frères de commémorer leurs ancêtres par des listes écrites ou des images placées dans le chœur15. Autour du Christ et de la Vierge, il montre une cour céleste composée de frères et sœurs identifiés par des inscriptions. Il s’agit de créer une mémoire collective dominicaine, en se référant à un ensemble de figures illustres plutôt qu’à une seule figure dominante. Les premiers textes dominicains mettent en place ce type d’hagiographie communautaire. Dans le Libellus de principiis ordinis praedicatorum rédigé par Jourdain de Saxe en 1233 et le Vitae fratrum ordinis praedicatorum rédigé par Gérard de Frachet avant 1260, les initiatives individuelles de nombreux frères sont rapportées, tandis que la figure de Dominique occupe une place relativement faible. Dès le dernier quart du xiiie siècle, de véritables catalogues de célébrités de l’ordre ont été rédigés16; le Panneau des effigies dominicaines en est un contrepoint iconographique.

Fig. 7 – Maître des effigies dominicaines; Panneau des effigies dominicaines; autour de 1340; Florence, Santa Maria Novella.

  • 17 Thomas d’Aquin, Somme théologique, III, qu. 8, art. 4.

10Le groupe conçu par Fra Angelico présente néanmoins des caractères bien spécifiques. Les figures les plus périphériques sont les plus étonnantes. L’une des sœurs et le frère convers dans le panneau de gauche, ainsi que l’une des sœurs tertiaires et les deux frères tertiaires dans le panneau de droite ne sont pas identifiés par une inscription, et la tête des deux frères tertiaires n’est pas entourée de rayons. Anonymes, ces personnages ne peuvent pas s’inscrire dans le cadre d’un projet mémoriel ou hagiographique. La présence des deux personnages non auréolés amène à penser que les dominicains ne sont pas figurés avant tout ou seulement comme des élus adorant Dieu en compagnie des saints, mais comme les membres d’un ordre religieux tel qu’il existe sur terre. Ils ne sont d’ailleurs pas rattachés à des catégories de saints comme c’est habituellement le cas pour les membres de l’Église triomphante dans l’iconographie, mais aux différentes catégories de dominicains : frères, sœurs, frères convers, frères et sœurs tertiaires. Toutes les composantes de l’ordre sont ainsi représentées. Le groupe est l’image d’un ordre ou d’un corps à proprement parler, c’est-à-dire «une multitude ordonnée dans l’unité, selon des activités et des fonctions distinctes»17, il est hiérarchisé comme l’Église triomphante. Celle-ci, organisée selon les principes divins d’ordre et d’harmonie, est le modèle idéal auquel toute institution terrestre tend à se conformer. On voit à quel point le processus de compensation a joué dans l’invention de la prédelle de Fiesole. Alors que l’ordre souffre de tensions et de déchirures, il est représenté comme un ensemble parfaitement unifié, ordonné.

La fresque de la salle capitulaire de San Marco

  • 18 Sur le décor des salles capitulaires, en particulier du point de vue de la fonction des images, cf. (...)

11Fra Angelico réalise autour de 1440 une fresque qui occupe tout le mur du fond de la salle capitulaire du couvent de San Marco, et à laquelle il est bien difficile de donner un titre (fig. 8). Le peintre se réfère à nouveau à une image du couvent-mère. Le mur du fond de la salle capitulaire de Santa Maria Novella, aussi appelée chapelle des Espagnols, est orné d’une Crucifixion, dont la bordure a été imitée par Fra Angelico. Elle consiste en une série de motifs décoratifs sur fond alternativement rouge et vert, avec des prophètes tenant un phylactère et un pélican au sommet. La Crucifixion de San Marco n’a en revanche pas le caractère très narratif de la fresque de Santa Maria Novella. Elle présente un riche contenu allégorique, et le ton est méditatif18.

Fig. 8 – Fra Angelico; Crucifixion avec seize saints et arbre dominicain; autour de 1440; Florence, musée de San Marco.

  • 19 Cf. Hood 1993, p. 188.

12La partie inférieure de la fresque montre un arbre ou une vigne dominicaine. Dix-sept frères y sont figurés dans des médaillons reliés entre eux par deux branches naissant d’un tronc unique. Ce tronc naît lui-même dans le médaillon central, qui abrite Dominique. Les frères étaient identifiés par des inscriptions aujourd’hui effacées. Il s’agit d’un arbre horizontal contrairement à la tradition des images «généalogiques», arbres de Jessé, arbres familiaux ou arbres monastiques. La figure du fondateur est ainsi moins valorisée, et la notion de fraternité l’emporte sur celle de filiation. Ce schéma est particulièrement bienvenu pour un ordre qui préfère l’idée d’une sainteté collective à l’exaltation d’une figure unique. L’axialité régit le groupe des frères. Le fondateur se situe au centre, et les dominicains sont ensuite regroupés par couples. Deux papes entourent Dominique, puis deux cardinaux, deux patriarches, deux évêques, deux maîtres généraux, deux maîtres provinciaux, deux prédicateurs et enfin deux martyrs. Comme à Fiesole, la liste des frères est consensuelle, peu différente des listes élaborées en milieu conventuel. Giovanni Dominici est figuré, mais aussi quatre frères de Santa Maria Novella19. La communauté de San Marco, émanation de celle de San Domenico, adopte les mêmes stratégies de légitimation.

13Dans le champ principal, apparaît le groupe historique de la Passion, Jean et les saintes femmes, et un certain nombre de saints avec lesquels ils forment, autour du Christ, l’Église : Jean-Baptiste, Marc, le saint dédicataire du couvent, puis trois saints médicéens, Laurent, Cosme et Damien, et dans la partie droite de l’image huit moines et trois docteurs. Le groupe de onze saints à droite, qui s’ouvre avec Dominique et se referme avec Pierre martyr et Thomas d’Aquin, tient sans doute un discours sur l’ordre dominicain. Sa cohérence est clairement manifestée, car les saints sont présentés de manière plus resserrée et régulière que dans la partie gauche de l’image. Le chromatisme y est plus unifié. La gamme des vêtements est composée presque uniquement de blanc, de noir et de marron, alors que les figures de gauche portent des vêtements aux couleurs vives et variées. Le peintre a attribué, de manière très inhabituelle, un vêtement blanc à Augustin et Jérôme, situés derrière Dominique, et un vêtement marron à Ambroise, situé au-dessus de Jérôme. Le noir, le blanc et le marron sont les couleurs traditionnelles des vêtements monastiques, et tous les autres saints de la partie droite de l’image sont des moines. On peut donc dire que Fra Angelico a constitué ici une «famille monastique». Jérôme ayant vécu dans une communauté monastique à la fin de sa vie, et Augustin étant l’auteur d’une règle suivie par divers ordres dont les dominicains, Ambroise est en fait le seul saint sans rapport direct avec le monachisme.

14La famille monastique de San Marco pourrait aussi être lue comme une famille dominicaine élargie. Augustin est placé à proximité de Dominique car il est l’auteur de la règle choisie pour son ordre par le fondateur. En tant que théologien et adversaire des hérétiques au moyen de la parole, écrite et orale, Augustin est une référence majeure pour l’ordre. La présence de trois des quatre docteurs de l’Église latine s’explique par le fait que les dominicains se pensent en héritiers des grands savants chrétiens. Thomas d’Aquin n’a-t-il pas été désigné comme le docteur angélique, le cinquième docteur de l’Église latine? On reconnaît après ce premier groupe François d’Assise, constitué en double de Dominique dans l’hagiographie, puis Benoît, le père du monachisme occidental, Bernard de Clairvaux, Giovanni Gualberto, agenouillé et pleurant, et Romuald appuyé sur le tau. La présence de Giovanni Gualberto, saint mineur et peu représenté, correspond à une intention précise. Il fut bénédictin à San Miniato de Florence, puis se retira dans la vallée de Vallombreuse où il fonda une congrégation particulièrement austère. Sa vie est donc très proche de celle de Romuald. Celui-ci tenta d’imposer la réforme dans le couvent bénédictin de Saint-Apollinairein-Classe; ne réussissant pas, il fonda l’ermitage des Camaldules. Bernard, Giovanni Gualberto et Romuald sont des réformateurs. Tout en conservant la règle de l’ordre auxquels ils appartenaient, ils ont créé une nouvelle congrégation ou un nouvel ordre, plus rigoureux. Leur présence aux côtés de Benoît prouve que les frères de San Marco ont élaboré un discours sur la notion de réforme, en rapport avec leur propre réforme. Les mouvements fondés par les trois saints sont anciens et prestigieux; Benoît regarde Romuald avec bienveillance. La légitimité de ce type de retour à la règle originelle est ainsi affirmée.

15La figuration de la famille monastique est pour les frères de San Marco une manière de dépasser les dissensions du présent en se rattachant à une tradition ancienne, à une communauté spirituelle élargie. Les dominicains opèrent un retour aux origines du monachisme et non plus seulement aux origines de l’ordre. La présence des Pères illustres et vénérables que sont Benoît et Augustin, auteurs des deux principales règles monastiques, est significative. Les caractères de cette famille sont néanmoins clairement définis. Avec l’illustration de la douleur émotionnelle, les couleurs sobres des habits, la présence de François et de plusieurs ermites, la pauvreté et la pénitence sont présentées comme ses vertus essentielles.

16Les deux champs de la fresque doivent être compris l’un par rapport à l’autre. L’image est organisée selon deux axes horizontaux et un axe vertical. L’Église militante et l’ordre dominicain se déploient de part et d’autre des corps du Christ et de Dominique, qui incarnent ou représentent ces deux institutions. La croix matérialise fortement l’axe vertical central. Située devant les croix des larrons et les saints, presque sur le plan d’inscription de la fresque, elle occupe toute la hauteur du champ principal (l’écriteau est en quasi-contact avec sa limite supérieure). Le crâne d’Adam, figuré en contact avec la moulure feinte qui supporte la Crucifixion, crée une liaison entre les deux champs de l’image. Symboliquement, il relie l’événement de la Crucifixion à l’humanité : il rappelle la raison du sacrifice du Christ et ses effets rédempteurs. Dominique est le seul personnage du champ inférieur figuré entièrement de face, et le tronc de l’arbre qu’il tient s’inscrit sur le même axe que la croix. De même que le Christ a régénéré le monde en fondant l’Église, l’établissant et la nourrissant par son corps et son sang, de même Dominique a régénéré l’Église (ne se situe-t-il pas, dans le champ principal de la fresque, au plus près du Christ crucifié, entretenant les rapports les plus immédiats avec lui?), et planté un arbre dont la sève est la force spirituelle qui anime les frères de génération en génération. L’enroulement des rameaux qui passent alternativement au-dessous et au-dessus des médaillons abritant les frères produit un puissant effet de cohésion, et la mise en relation des deux champs de la fresque augmente cet effet. L’ordre est une ecclésiole, un corps unifié autour de Dominique sur le modèle de l’Église, le corps par excellence, corps mystique du Christ.

La dimension spéculaire

17Les frères de Fiesole et de San Marco se réunissaient régulièrement devant les deux ensembles d’images analysés. Comment pouvaient-ils se reconnaître dans les assemblées de dominicains qui y sont figurées?

  • 20 Cf. Ordinaire de la messe, p. 75 : « Par lui [le Christ] les anges louent votre majesté, les Domina (...)
  • 21 Cf. U. Baldini, Contributi all’Angelico : il trittico di S. Domenico di Fiesole e qualche altra agg (...)
  • 22 Citons notamment le Unde et memores qui fait partie du canon : « C’est pourquoi, en mémoire, Seigne (...)
  • 23 L’Église en tant que corps s’établit en effet dans la communion eucharistique. Cf. H. de Lubac, Cor (...)

18Le Retable de Fiesole se trouvait dans le chœur de l’église du couvent, c’est-à-dire dans un lieu clos, séparé de l’église des fidèles par un mur, le tramezzo, selon les dispositions en vigueur avant le concile de Trente. Durant les messes et les offices, les frères y formaient un groupe unifié. Ils s’asseyaient sur les stalles en respectant un ordre rigoureux, et leur rang était exprimé par leur proximité par rapport à l’autel, c’est-à-dire au Christ. Le prieur, le sous-prieur et les frères disposant d’offices particuliers au sein du couvent venaient en premier, et les autres frères étaient ensuite placés selon l’ancienneté de leur entrée dans le couvent. Cette organisation reflète celle qui règne dans les panneaux extérieurs de la prédelle du retable, elle-même reflet d’un ordre supérieur. De plus, la vie des membres de l’Église triomphante consiste en la louange de Dieu, l’accomplissement de la liturgie céleste. La liturgie terrestre est pensée comme un moyen pour les hommes de se mettre à l’unisson de l’Église triomphante, de se joindre à elle dans l’adoration du Christ réellement présent au ciel, et présent par les espèces eucharistiques ici-bas. Le texte de la messe montre explicitement que la connexion entre les deux Églises est recherchée20; elle est opérée par le miracle eucharistique. Or le retable de Fiesole était un retable-tabernacle. Le tabernacle contenant les hosties était placé devant l’image de la Vierge à l’Enfant, sur le gradin que constituait la prédelle21. Visuellement, il était à proximité immédiate du Christ ressuscité figuré dans la prédelle, lui-même en rapport direct avec la célébration eucharistique telle qu’elle se déroule sur terre : la messe est une commémoration de la Passion, mais aussi de la Résurrection du Christ22. Les frères de Fiesole pouvaient donc avoir le sentiment de participer à la même célébration que les membres de l’Église triomphante représentés dans la prédelle de leur retable. Des anges aux saints, des dominicains dans l’image aux dominicains réels, on s’éloigne progressivement du Christ, mais tous accomplissent la même action, et l’Église entière, militante et triomphante, est unie dans une communion spirituelle autour du corps du Christ23. Le retable est construit de manière à produire ce sentiment. Les saints dans les panneaux intermédiaires de la prédelle sont présentés à une échelle légèrement supérieure à celle des anges dans le panneau central, et les dominicains sont figurés à une échelle plus grande encore. Alors que les trois panneaux centraux se trouvaient sous les trois panneaux principaux du triptyque originel, les panneaux extérieurs se trouvaient sous les pilastres du retable. Ils étaient situés légèrement en avant du reste de la prédelle, c’est-à-dire plus proches des frères dans l’espace réel du chœur. Les dominicains qu’ils représentent sont en quelque sorte dans une situation d’entre-deux. La possibilité d’identification pour les frères de Fiesole en est d’autant plus forte.

  • 24 Cf. Benoît, Règle, II (vol. 1, p. 441-443) : « L’abbé qui est digne de gouverner le monastère doit (...)

19La relation de spécularité entre communauté figurée et communauté réelle est plus riche dans la salle capitulaire de San Marco, car la dimension tropologique y est particulièrement travaillée. Les salles capitulaires des couvents médiévaux ont diverses fonctions, mais elles servent avant tout pour la réunion quotidienne, pluri-hebdomadaire ou hebdomadaire du chapitre. Sont alors évoquées toutes les affaires internes à la communauté. Celle-ci y apparaît pour elle-même en tant que communauté, puisque tous les frères y participent. Les non-frères, les novices notamment, en sont exclus. Le prieur était placé au centre du mur du fond de la salle, c’est-à-dire, à San Marco, sous les figures du Christ et de Dominique qui lui conféraient une forte autorité symbolique. Dans les règles de Benoît et d’Augustin, il est explicitement dit que l’abbé est une figure du Christ : les moines doivent lui obéir comme ils doivent obéir au Christ24. Les frères étaient assis dans la salle capitulaire de la même manière qu’au chœur, formant un groupe hiérarchisé comme les dominicains dans la fresque. La cérémonie du chapitre commence par des lectures, notamment celle de la règle et des constitutions de l’ordre. Elle se poursuit par un commentaire de la règle ou un sermon prononcé par l’abbé, puis par la proclamation des fautes. Si un frère a enfreint la règle, il doit faire une pénitence publique. Il s’agenouille au centre de la salle, prononce les paroles «C’est ma faute. Seigneur, j’ai péché contre toi», et peut recevoir, en fonction de la gravité de la faute, des coups de discipline.

20La Crucifixion de la salle capitulaire n’est pas une image close, présentant une narration dont le spectateur serait exclu. Les prophètes et sibylles communiquent directement avec lui, le regardant et indiquant du doigt leur prophétie ou l’objet de celle-ci, le Christ. Marc regarde vers l’intérieur de la salle et indique le contenu de son livre, Jean-Baptiste et Augustin désignent le Christ par leur geste. La figure d’Augustin peut être comprise en rapport avec l’un des rites du chapitre. Il faut sans doute identifier le livre qu’il tient et qu’il regarde à la règle. Par son geste, le saint indique que suivre la règle, c’est imiter le Christ, et qu’enfreindre la règle revient à lui désobéir. La pénitence qui doit animer les frères lors de la proclamation des fautes est aussi un thème ou une tonalité essentielle de la fresque. Sept saints sont agenouillés, dont Jérôme figuré en habit d’ermite, plusieurs pleurent ou sont affligés, Benoît tient la discipline levée. De manière plus générale, la présence des saints dramatise la relation du frère au Christ crucifié. Dans la fresque, la Crucifixion ne se déroule dans aucun lieu en particulier, mais la Vierge, les saintes femmes et Jean, agissant comme ils le font dans les images narratives de la Crucifixion, confèrent à l’événement toute sa charge dramatique et émotionnelle. Or les autres saints assistent à la Crucifixion au même titre que les témoins historiques. Ils en font un événement actuel, toujours présent, concernant personnellement chacun des hommes. Le frère qui modèle son comportement sur celui des saints est placé en la présence du Christ crucifié. Le peintre a fait en sorte de produire un effet de présence. Le corps du Christ apparaît dans une situation spatiale ambiguë, à la fois au-dessus et en avant de tous les personnages figurés, entre le plan d’inscription de l’image et l’espace réel. Les frères faisant pénitence disaient : «Seigneur, j’ai péché contre toi». Ils se tenaient alors au centre de la salle, face à l’abbé et au Christ crucifié dans la fresque, auquel ils s’adressaient. Son image dans la salle capitulaire est immense, sa présence écrasante. Le spectacle de ses souffrances crée un sentiment de culpabilité. Comment ne pas faire pénitence pour ses péchés quand la présence de celui qui a accepté les souffrances les plus terribles pour la rémission des péchés des hommes est ainsi offerte? Rappelons le rôle clé joué par le crâne dans l’économie de l’image, qui produit aussi un effet de présence. Le peintre a utilisé un médium plus dense que pour le reste de la fresque, et a accentué les ombres de manière à créer un objet qui semble tridimensionnel. Le crâne franchit la limite entre les deux champs de l’image, et semble franchir la limite du plan; la rupture entre représentation et monde réel en est quelque peu atténuée. Avec son rictus terrifiant, il constitue une image vivante, destinée à frapper l’esprit des frères. Il leur rappelle le caractère inévitable de la mort, c’est-à-dire la nécessité de faire pénitence avant la comparution devant le tribunal divin.

  • 25 Benoît, Règle, VII, 10 (vol. 1, p. 475).
  • 26 L’Armadio degli argenti est un cycle de trente-cinq images réalisé pour l’église de la Santissima A (...)

21«Et se gardant à toute heure des péchés et des vices [...], l’homme doit toujours être persuadé que Dieu le regarde toujours du haut des cieux à tout instant, que le regard de la divinité voit ses actions en tout lieu et que les anges en font à toute heure le rapport»25. Le Dieu mort et ressuscité est le surveillant général du couvent, la source de la loi qui régule les comportements et assure le bon fonctionnement de la communauté. Il voit toutes les fautes, si bien qu’il est inutile de tenter de les lui cacher, mais il est invisible. L’image, efficace et vivante, compense cette invisibilité. Elle me semble entrer pleinement dans le processus d’auto-disciplinarisation auquel se soumet la communauté monastique. La figure du crucifié est partout présente dans le couvent, dans le réfectoire, de nombreuses cellules et dans les lieux de passage les plus importants, produisant l’effet d’ubiquité évoqué par Benoît. Les frères sont constamment placés sous le regard du Christ, car son effigie est le guide de la vie monastique. Modèle d’obéissance, de patience, d’humilité, de pauvreté, le Christ de la Passion est celui qui souffre dans sa chair, comme les frères doivent accepter de souffrir et de mortifier leur chair par la pénitence. «Ma douleur est toujours en ta présence», a écrit Fra Angelico au-dessus de la Flagellation de l’Armadio degli argenti, modifiant légèrement le texte du Psaume 37 pour faire en sorte que le Christ s’adresse directement au spectateur26. Produire le souvenir de la douleur du Christ et la faire revivre, voilà l’une des ambitions majeures de son œuvre.

Les dominicains, nouveaux apôtres

22Dans le régime d’historicité médiéval, le passé est valorisé au détriment du futur. Les réalités nouvelles font l’objet d’une légitimation qui suppose une conformation à un modèle passé prestigieux. L’ordre dominicain, qui correspond à une conception neuve du monachisme, se pense comme un retour aux premiers temps de l’Église, à la communauté apostolique. Dominique et ses disciples ont eu pour rôle premier de convertir les cathares par la prédication. Pour se faire entendre des hérétiques qui critiquaient la richesse des membres de l’Église, ils ont mené la «vie apostolique», dont la pauvreté et l’itinérance sont les deux principaux aspects. Le premier chapitre de la règle d’Augustin, choisie par Dominique, est une succession d’allusions et de citations des Actes des apôtres :

  • 27 Règle, p. 60-61.

Avant tout, vivez unanimes à la maison, ayant une seule âme et un seul cœur [Act 4, 32] tendus vers Dieu. N’est-ce pas la raison même de votre rassemblement? Et puis, qu’on n’entende pas parler parmi vous de biens personnels, mais qu’au contraire tout vous soit commun [cf. Act 2, 44]. Votre frère prieur doit distribuer à chacun de vous de quoi se nourrir et se couvrir, non pas selon un principe égalitaire, puisque vos santés sont inégales, mais plutôt à chacun selon ses besoins [cf. Act 2, 45]. Vous lisez, en effet, dans les Actes des apôtres : “Ils avaient tout en commun” [4, 32], et : “On accordait à chacun en proportion de ses besoins personnels” [4, 35]. Que ceux qui possédaient quelque bien dans le siècle acceptent de grand cœur que ce soit chose commune, dès leur entrée au monastère [cf. Act. 2, 44-45]27.

  • 28 Expositio regulae B. Augustini, p. 78-100 ; cf. en particulier p. 79, 85 et 96.
  • 29 Cf. S. Tugwell, Early Dominicans. Selected Writings, New York, Ramsey, Toronto, 1982, p. 6-19 et M. (...)
  • 30 A. Boureau, La Légende dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris, 1984, p. 232-236.

23Humbert de Romans, cinquième maître général de l’ordre dominicain et auteur d’une Expositio regulae Augustini, consacre un long développement à ce passage de la règle, en multipliant les références à la vie apostolique et aux «coutumes de l’Église primitive» dont les frères sont les héritiers directs28. Le thème est très présent dans l’hagiographie dominicaine et informe de manière décisive la construction de la vie de saint Dominique. La vocation de celui-ci serait née d’une lecture du chapitre 10 de l’évangile de Luc, où est décrit le mode de vie des apôtres, et il aurait vu Pierre et Paul lui apparaître pour lui remettre les insignes de sa mission29. Alain Boureau note par ailleurs que la vie de Dominique dans la Légende dorée est modelée sur la vie du Christ telle qu’elle est présentée par Matthieu, en particulier en ce qui concerne le rapport au Verbe30.

La prédelle du Retable du Louvre

  • 31 On peut établir la liste suivante, du haut en bas de l’image : prophètes et patriarches (Jean-Bapti (...)

24Le Retable du Louvre a été réalisé autour de 1425-1430 pour l’un des deux autels se trouvant devant le tramezzo, à San Domenico de Fiesole (fig. 9). Le panneau principal montre l’Église triomphante, l’assemblée des anges et des saints réunis autour du Christ et de la Vierge-Église. Les saints sont regroupés par catégories et répartis selon les mêmes principes que dans la prédelle du Retable de Fiesole31. Fra Angelico a choisi de figurer les douze apôtres et Paul, signe de leur importance aux yeux des frères. Il a respecté la hiérarchie propre des saints au sein de chaque ordre. Ainsi Jean-Baptiste, le saint le plus important du christianisme, est le plus proche du Christ et de la Vierge, dans la partie gauche de l’image. Pierre (tenant les clés, immédiatement sous Jean-Baptiste) occupe la première place parmi les apôtres; Jean (tenant le livre, au-dessous de Pierre), Paul et Jacques le Majeur se trouvent aussi au «premier rang» pour contempler la cérémonie céleste (Jacques tient le bâton dans la partie droite de l’image, au-dessus de lui se trouve Paul). Les deux seules entraves à ce principe concernent Dominique et Pierre martyr. Dominique est éloigné du groupe des fondateurs d’ordre qui se trouve sur le pavement, et placé entre les apôtres et Augustin. Pierre martyr est placé au-dessus du protomartyr Étienne, personnage bien supérieur hiérarchiquement au saint dominicain. Les deux saints sont ainsi immédiatement au-dessous du groupe des apôtres – le premier au-dessous de Simon et aux côtés de Thomas, le second au-dessous de Jacques le Majeur, Philippe et Matthieu : ils sont figurés comme les successeurs immédiats des apôtres. Notons par ailleurs que le motif de la «famille monastique» apparaît dans la moitié gauche de l’image. Dominique est comme à San Marco la première figure de ce groupe, Augustin au-dessous de lui. Thomas d’Aquin, agenouillé et tenant un livre ouvert, est entouré de deux vieillards barbus, Benoît et Antoine (ils ne tiennent pas d’attribut, mais sont identifiés par des inscriptions sur leur col). Ces deux saints portent un manteau identique à celui de Thomas d’Aquin, moyen pour les dominicains de se présenter comme héritiers des fondateurs du monachisme. La présence de François d’Assise devant Antoine et de Bernard à la droite de François complète la famille monastique.

25La prédelle du Retable du Louvre montre autour d’une image du Christ eucharistique six scènes de la vie de saint Dominique, en accord avec la dédicace du couvent de Fiesole. En milieu observant, le fondateur est une figure d’identification majeure : on entend revenir à la forme qu’il a conçue. La mise en image de sa vie est une manière d’occulter l’histoire de l’ordre, faite de dissensions dans le passé proche, et de retrouver une époque d’unanimité. Les frères de Fiesole, vivant dans une petite communauté éloignée du centre urbain, devant marcher longuement pour prêcher et en proie à des difficultés d’ordre institutionnel, devaient facilement se reconnaître dans les descriptions de l’activité des premiers compagnons de Dominique. L’analyse des images de la prédelle du Retable du Louvre permet de confirmer cette hypothèse. Je m’appuie pour les commenter sur la Légende de saint Dominique composée par Humbert de Romans en 1255-56. Il s’agit de la vie officielle du fondateur, la seule autorisée pour la liturgie et les lectures au chapitre et au réfectoire.

Fig. 9 – Fra Angelico; Retable du Louvre; autour de 1425-1430; Paris, musée du Louvre.

  • 32 Legenda maior sancti Dominici, p. 474-475 : Quadam nocte idem summus pontifex deo sibi revelante vi (...)
  • 33 Legenda maior sancti Dominici, p. 476 : Cum autem vir dei Dominicus esset Rome et in basilica Sanct (...)
  • 34 Legenda maior sancti Dominici, p. 474 : At ille postulationi huiusmodi visus est aliquantulum primi (...)
  • 35 Legenda maior sancti Dominici, p. 451-452 : Multipharie multis que modis olim Deus electos ad etern (...)
  • 36 Grégoire le Grand, Homélies sur les évangiles, 36, 2 (vol. 2, p. 397) : « Il envoya son serviteur à (...)
  • 37 Cf. C. Dagens, Grégoire le Grand et le ministère de la parole : les notions d’ordo praedicatorum et (...)

26Les deux premières images sont consacrées à la fondation de l’ordre. Dans le Songe d’Innocent III, le pape voit en rêve Saint-Jean-de-Latran, l’église de la papauté, menacer de s’écrouler. Puis il voit Dominique, avec lequel il s’était entretenu pour la fondation d’un nouvel ordre, la soutenir de son épaule32. Il comprend que Dominique est venu pour sauver l’Église, approuve son projet et lui ordonne de choisir une règle. La seconde image illustre le récit suivant : alors que Dominique prie dans l’église Saint-Pierre-de-Rome, il voit les saints Pierre et Paul lui apparaître et lui remettre les emblèmes de la mission apostolique. Pierre lui donne le bâton de l’itinérance, et Paul le livre, qui renvoie à la prédication. Ils lui disent : «Va et prêche, car tu as été élu par Dieu pour ce ministère»33. La création de l’ordre n’est donc pas présentée comme le résultat d’une action humaine, de la volonté de Dominique ou des institutions ecclésiales. La décision d’Innocent III est déterminée par une révélation surnaturelle, un «signe divin» selon Humbert de Romans34. Les apôtres sont de la même manière des messagers divins, ils signifient à Dominique son élection : Dieu l’a choisi pour poursuivre leur mission. Pour confirmer cette idée, les textes hagiographiques présentent même la venue des dominicains comme l’accomplissement des Écritures. Humbert débute la légende de Dominique en indiquant que l’Écriture a clairement exprimé l’envoi des prêcheurs dans la parabole du dîner (Luc 14, 16-24)35. Selon Grégoire le Grand, le dîner évoqué par Luc est la fin du monde, et le serviteur qui porte les invitations est l’«ordo praedicatorum» qui prépare l’humanité à cette échéance36. L’expression désigne chez Grégoire les membres de l’Église qui, à la suite des apôtres, interprètent et diffusent la parole de Dieu par la prédication37. Elle est lue par les dominicains à la manière d’une prophétie les concernant. On voit à quel point la nouveauté rend nécessaire un processus de légitimation, qui passe ici par le recours à l’autorité de l’Écriture. Humbert peut ainsi affirmer que l’ordre est «nouveau par l’institution, mais ancien par l’autorité». Le sens de cette élaboration apparaît mieux avec une anecdote présente dans la Légende dorée :

  • 38 Légende dorée, p. 586-587. Les deux épisodes suivants présentent des visions semblables, accordées (...)

«Avant l’institution de l’ordre des prêcheurs, un moine ravi en extase vit la Sainte Vierge, à genoux et les mains jointes, en train de prier son fils pour le genre humain. Il ne cessait de repousser sa pieuse mère mais, comme elle insistait, il finit par lui parler ainsi : “Ma mère, que puis-je ou que dois-je faire de plus pour eux? J’ai envoyé des patriarches et des prophètes et ils se sont bien peu amendés. Je suis venu moi-même vers eux, j’ai ensuite envoyé des apôtres, et ils m’ont tué, et les apôtres aussi. J’ai envoyé des martyrs, des confesseurs et des docteurs, et ils ne leur ont pas fait confiance. Mais comme il n’est pas juste que je te refuse quoi que ce soit, je leur donnerai mes prêcheurs, par lesquels ils pourront être éclairés et purifiés”»38.

27L’ordre des prêcheurs est la dernière chance accordée à l’humanité. Sa fonction est fondamentalement la même que celle des saints de Dieu précédemment envoyés : œuvrer au salut des hommes.

  • 39 Expositio regulae B. Augustini, p. 244-245 : Et notandum quod quamvis ire cum socio pertineat ad ho (...)

28Dans la Vision de Pierre et Paul, le peintre figure à la droite de Dominique un frère, dont la silhouette se confond presque avec celle du fondateur. Ce frère anonyme n’apparaît ni dans les textes rapportant l’épisode, ni dans la tradition iconographique. Il permet ici de percevoir une relation spéculaire entre les princes des apôtres et les deux dominicains, ou de comprendre que la mission prédicatrice et l’héritage apostolique concernent tous les membres de l’ordre. Le peintre a aussi sans doute voulu faire allusion à la vision qu’a Dominique immédiatement après la remise du livre et du bâton : Moxque in momento temporis videbatur ei quod filios suos per totum mundum dispersos aspiceret incedentes binos et binos et verbum Domini populis predicantes. L’itinérance à deux caractérise la mission apostolique. Marc décrit ainsi la dispersion des apôtres par le Christ : «Or il appela les douze et commença à les envoyer deux à deux» (6, 7), et Luc celle des disciples : «Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-douze autres disciples et les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et tous les lieux où lui-même devait venir» (10, 1). Les textes règlementaires de l’ordre prévoient que les frères soient toujours deux lorsqu’ils partent en mission. Humbert de Romans relie explicitement cette habitude à la pratique apostolique39. Fra Angelico montre deux frères dans les troisième et quatrième images de la prédelle, scènes où la présence d’un frère en plus de Dominique n’est ni nécessaire ni habituelle. Ce frère est le socius du saint (le compagnon avec qui l’on voyage est ainsi désigné dans les textes). Ces deux scènes pouvaient apparaître comme des images vivantes et fidèles de la prédication dominicaine telle qu’elle se déroulait au début du xiiie siècle, et peut-être encore au xve siècle.

  • 40 Legenda maior sancti Dominici, p. 485 : Quidam adolescens consanguineus domini Stephani cardinalis (...)

29La Résurrection d’un l’adolescent40 illustre le charisme personnel de Dominique, qui dispose du pouvoir de redonner vie à un mort comme le Christ. Dans la Légende d’Humbert, le saint a fait transporter le corps de l’adolescent «en cachette dans une pièce fermée» afin que personne n’assiste au miracle. Il semble que le peintre a accentué la conformation christique de Dominique, puisque la scène se déroule ici en présence de nombreux spectateurs, comme la résurrection de Lazare. Les deux femmes agenouillées et priant évoquent Marthe et Marie-Madeleine; l’une d’elles porte un voile comme Marthe dans la Résurrection de Lazare de l’Armadio degli argenti et dans le panneau principal du Retable du Louvre.

  • 41 Legenda maior sancti Dominici, p. 464-465 : Disputaverant quadam die quidam predicatores nostri adv (...)
  • 42 Dans la scène de droite, l’un des hérétiques porte deux chaînes d’or en collier et ses vêtements so (...)

30Le Miracle du livre se déroule dans le texte d’Humbert de Romans avant la fondation de l’ordre, alors que Dominique est encore le socius de l’évêque d’Osma41. Il est déplacé dans la prédelle par souci de reconstruction logique. La mission dominicaine instituée dans la deuxième image est illustrée par une scène emblématique et éloquente dans la quatrième. L’épisode est le suivant : Dominique prêche auprès des hérétiques dans le sud de la France; ne parvenant pas à les convaincre, il consigne ses arguments tirés des autorités sur une feuille; la feuille est jetée trois fois au feu par les hérétiques, et en ressort chaque fois miraculeusement. Dans l’image, cette feuille devient un livre, présenté comme l’enjeu de la scène. Il est indiqué par Dominique, tenu par les deux adversaires dont les mains s’entrecroisent autour de lui. Le saint et l’hérétique se font face et sont vus dans des positions presque identiques. Tous deux se trouvent sous un auvent. Leurs vêtements, connotant la pauvreté et la richesse, les distinguent cependant clairement42, et Dominique se détache devant une église tandis que l’hérétique se détache devant un édifice profane. Le socius du saint apparaît quant à lui devant une chaire à prêcher. D’autres bâtiments à l’arrière-plan illustrent le fait que la scène se déroule en contexte urbain. L’image, construite selon les principes d’association d’une figure à un lieu issus des arts de la mémoire, résume la mission dominicaine, centrée sur la maîtrise du savoir, de la parole écrite et orale. Dominique n’est pas montré en train de prêcher, il n’assiste pas au miracle : c’est Dieu qui intervient pour faire la preuve de la supériorité du dogme chrétien.

  • 43 Legenda maior sancti Dominici, p. 486-487 : Dumque per ordinem residentes bucellam panis quam unusq (...)
  • 44 Cette cloche est la nola, évoquée notamment dans le texte des constitutions qui règlemente la venue (...)
  • 45 Elles apparaissent à de nombreuses reprises dans l’Office du Saint-Sacrement composé par Thomas d’A (...)
  • 46 Elle a donné lieu à de nombreuses images, les Cènes peintes dans les réfectoires monastiques en par (...)

31Les deux dernières images du cycle se concentrent sur la communauté monastique. La cinquième montre un miracle qui s’est déroulé au couvent Saint-Sixte de Rome : deux anges apportent du pain aux frères qui n’ont pas assez de nourriture43. Le schéma de composition est emprunté aux images de la Cène. Dominique, au centre, est entouré par ses frères comme le Christ est entouré par les apôtres. Il est mis en valeur par son auréole et par l’axialité de la composition. Les anges sont disposés de manière symétrique de part et d’autre de lui, et un axe vertical central est créé par les lignes noires du plafond, la cloche44, l’étoile rouge du saint et ses mains jointes en prière. À la droite de Dominique, l’un des frères tient un couteau levé, en référence au couteau tenu par Pierre, assis à la droite du Christ dans les images de la Cène. Il n’y a que des pains sur la table, et ce sont de petits pains ronds étrangement plats. On pense aux expressions panis angelorum et panis angelicum, couramment utilisées pour désigner l’hostie45. L’idée que les repas sont une manière de revivre la Cène et ont une dimension eucharistique est fréquente dans la spiritualité monastique46. Mais l’assimilation de la communauté dominicaine originelle à la communauté chrétienne qui s’établit lors du dernier repas du Christ avec les apôtres est ici particulièrement manifeste. Le couteau tenu par l’un des frères est l’indice fort d’une intention précise. Pour les frères de Fiesole, le repas des dominicains à Rome renvoie à un moment d’origine, comme la Cène. Il précède immédiatement dans le cycle la mort de Dominique, comme la Cène précède les événements qui mènent à la mort du Christ.

  • 47 Legenda maior sancti Dominici, p. 503-504 : Convocatis igitur ex fratribus bononiensis conventus du (...)
  • 48 Ces paroles sont écrites de droite à gauche et orientées vers le haut, ce qui fait dire à Dominique (...)

32La dernière scène se déroule dans le couvent dominicain de Bologne47. Peu avant de mourir, Dominique fait venir auprès de lui douze frères et prononce ce qui est considéré comme son testament. L’inscription qui part de sa bouche en rapporte le contenu, qui est une profession de foi évangélique : «Ayez la charité, gardez l’humilité, possédez la pauvreté volontaire»48. La Légende d’Humbert de Romans rapporte que Dominique a en effet appelé douze de ses frères avant de prononcer ses dernières paroles. Dans la tradition hagiographique, le saint a donc lui-même conçu l’assimilation de son ordre à la communauté apostolique.

Une biographie de Dominique?

  • 49 Sur cette fresque, cf. S. Romano, Due affreschi del Cappellone degli Spagnoli : problemi iconologic (...)

33La prédelle du Retable du Louvre fait bien plus que raconter la vie de Dominique. Les épisodes entourant la naissance, les funérailles et les miracles posthumes du saint ne sont pas évoqués (l’ascension de l’âme de Dominique au ciel occupe une place minime dans la partie supérieure de la dernière image). Le peintre s’intéresse d’emblée à la fondation de l’ordre : Dominique, c’est l’ordre dominicain. À l’exception de la première scène, il n’est pas figuré seul : sa mission est replacée dans le cadre d’une collectivité. La figure du fondateur est institutionnalisée, absorbée par l’ordre qu’il a fondé. Le peintre s’inscrit ainsi dans la tradition iconographique et textuelle dominicaine, pleinement apparente dans les images de la chapelle des Espagnols. Une fresque entière y est consacrée à Thomas d’Aquin, une autre à Pierre martyr. La fresque consacrée à Dominique montre deux fois le fondateur, mais aussi Thomas d’Aquin, Pierre martyr et d’autres dominicains. Elle représente en fait l’Église, militante et triomphante, et exalte le rôle décisif joué par l’ordre au sein de l’Église militante49. Le programme du Retable du Louvre est en somme très proche. La première scène de la prédelle montre que l’ordre permet de sauver l’Église entière, tandis que la seconde renvoie à l’universalité de la mission dominicaine. De plus, le peintre a établi des points de contact entre les univers de la prédelle et du champ principal. Pierre et Paul sont comme «descendus» des hauteurs de l’Église triomphante pour apparaître à Dominique et, dans la dernière scène, l’âme de Dominique se dirige vers la gauche, c’est-à-dire vers la cour céleste figurée dans le panneau principal. Si le rôle médiateur, salvateur de l’ordre est moins directement illustré qu’à Santa Maria Novella, la création de l’ordre et la mission dominicaine sont bien replacés dans un contexte plus large, celui de l’Église, et les deux parties du retable forment un ensemble cohérent.

  • 50 Cf. Expositio regulae B. Augustini, p. 248-268.

34Les textes et les images hagiographiques ont une vocation d’utilité : les vies des saints sont des miroirs de vertu. La dimension spéculaire ou tropologique me semble bien présente, quoique de manière discrète, dans la prédelle du Retable du Louvre. Notons d’abord que les bâtiments monastiques visibles dans la dernière image de la prédelle, avec leurs murs blancs, leurs toits de tuile et l’alignement régulier de petites fenêtres, sont très proches de l’architecture du couvent de Fiesole, qui correspond aux idéaux de sobriété et de pauvreté prônés par les observants. Les frères pouvaient donc rapprocher la scène de leur expérience quotidienne. La manière dont sont représentés les compagnons de Dominique constitue cependant le point décisif. Dans la scène 4, le socius baisse les yeux, porte la capuche, a les mains et les bras invisibles, repliés sous le scapulaire. Son attitude correspond parfaitement aux préceptes de retenue dans les gestes, d’humilité et de discrétion sur lesquels les textes réglementaires insistent longuement50. Dans la scène 5, les frères, bien qu’assistant à un miracle, ont des réactions très contrôlées, et ils sont silencieux. Les repas se prenaient en effet en silence. La figuration quelque peu anecdotique du novice chargé de la lecture et de la cloche montre que la communauté figurée obéit aux règles de la vie monastique. On retrouve les comportements peu démonstratifs de la part des frères assistant à la mort de Dominique. Deux d’entre eux sont en train de pleurer, mais ils ont mis leur capuche et se sont détournés des autres frères. Le récit biographique est l’occasion de présenter en exemple de tels comportements aux frères de Fiesole.

Un testament polémique

  • 51 Legenda maior sancti Dominici, p. 505: Illud autem pater egregius quanta potuit districtione prohib (...)
  • 52 Elle n’apparaît pas dans les deux seuls cycles de la vie de saint Dominique toscans conservés et an (...)
  • 53 R. Creytens, Le testament de saint Dominique dans la littérature dominicaine ancienne et moderne, d (...)

35Le testament de Dominique est inscrit dans la dernière image de la prédelle du Retable du Louvre, mais aussi sur le livre tenu par le saint dans le panneau principal. On le retrouve sur le livre de Dominique dans la Madone des ombres, fresque qui se trouve dans le couloir des frères du dortoir de San Marco (fig. 10). Il y est suivi d’une formule de malédiction prononcée par le saint peu après le testament, et rapportée par Humbert de Romans au style indirect51. Le peintre la transpose en style direct et fait parler Dominique : «J’appelle la malédiction de Dieu et la mienne sur ceux qui introduisent des possessions dans cet ordre». La mise en image de la prononciation du testament et de la malédiction est particulièrement signifiante pour notre propos52. Comme l’a montré Raymond Creytens, ces deux formules font l’objet de débats entre conventuels et observants dans la seconde moitié du xive et le début du xve siècle, car la question de la propriété était le principal élément de tension entre les deux branches de l’ordre. Certains auteurs doutent de leur authenticité, d’autres s’appuient sur eux pour légitimer le refus absolu de toute propriété. C’est en particulier le cas de Giovanni Dominici dans son De proprio non habendo, traité polémique dirigé contre les conventuels5353.

36L’utilisation des paroles de Dominique est particulièrement efficace dans la Madone des ombres. Cette fresque peut être qualifiée de «communautaire». Elle est située dans la clôture monastique et n’était donc visible que par les frères et les novices. Ils se réunissaient chaque nuit devant elle pour réciter l’office de matines. Dominique, entièrement visible au premier plan de l’image, regarde dans la direction du spectateur, et indique le contenu de son livre du doigt. L’inscription, en gros caractères romains, est facilement lisible. Elle a l’autorité traditionnellement conférée à l’écrit, d’autant que l’inscription sur le livre de saint Marc, le début de son évangile, Parole inspirée, est présentée de la même manière. Les frères sont directement concernés, car le peintre fait parler Dominique à la première personne (imprecor) et lui fait utiliser l’impératif de la seconde personne du pluriel (habete, servate, possidete). La question de l’autorité est au cœur du programme de la fresque : le Christ enfant tient un globe et regarde aussi dans la direction du spectateur. Comme dans la fresque de la salle capitulaire, Dominique est l’intermédiaire privilégié entre les frères et le Christ. Le testament et la malédiction sont présentés comme des reflets de la loi divine, y désobéir est désobéir au Christ. La fresque a donc une vocation disciplinaire. La figure de Dominique constitue une image frappante, destinée à s’imprimer dans la mémoire des frères, peut-être à resurgir dans leur esprit s’ils s’apprêtaient à enfreindre les préceptes qu’elle communique.

Fig. 10 – Fra Angelico; Madone des ombres; années 1440; Florence, musée de San Marco.

Le livre et la parole

  • 54 Sur ce cycle, cf. R. Gibbs, Tomaso da Modena. Painting in Emilia and the March of Treviso 1340-1380(...)

37L’ordre dominicain est l’ordo fratrum praedicatorum. C’est l’ordre du discours, de la maîtrise et de la transmission de la vraie Parole, de la doctrine contenue dans les Écritures Saintes. L’identité dominicaine est fondée sur ce rapport au savoir et à la parole, alors que la légitimité de l’étude a souvent été remise en question au sein de l’ordre franciscain. Le cycle de fresques réalisé par Tomaso da Modena dans la salle capitulaire du couvent San Nicolo de Trévise est particulièrement révélateur sur ce point54. Le peintre a représenté quarante frères dominicains assis à leur table de travail, entourés de livres et s’adonnant à l’écriture ou à la lecture. Certains des frères figurés ne se sont pas illustrés par une activité littéraire, mais le travail intellectuel est un devoir qui concerne tous les dominicains, car il prépare à la mission même de l’ordre, la prédication.

Le livre et la prédication

  • 55 Expositio regulae B. Augustini, p. 433. À propos des livres et de la lecture, Augustin écrit seulem (...)

38Les hommes du Moyen Âge accordaient une grande valeur symbolique à l’objet-livre, et avaient tendance à assimiler un livre à son contenu écrit. Quand il s’agissait d’une Bible, le livre lui-même présentait un caractère sacré, comme le prouvent les ostensions et adorations dont fait l’objet l’évangéliaire au cours de la messe. Le livre tenu par Thomas d’Aquin est parfois entouré de rayons dans l’œuvre de Fra Angelico (fig. 9, 11). On a attribué au docteur le titre de Lumen Ecclesiae, mais c’est ici la sacralité de l’écrit et du livre eux-mêmes qui est manifestée. Dans son Expositio regulae Augustini, Humbert de Romans ne consacre pas moins de soixante pages au commentaire d’une courte phrase d’Augustin concernant la conservation des livres. Il écrit notamment : Notandum vero quod licet omnibus religiosis expediat libenter legere, tamen Fratribus Praedicatoribus magis incumbit, et hoc propter utilitatem multiplicem quam assecutus est ordo eorum ex studio. Et un peu plus loin : Sapientia coelestis est sicut fons qui de coelo venit per canale librorum. Eccli. 24 : Ego quasi aquaeductus exivi de paradiso; quae scilicet ad modum aquaeductus veni per scripturam librorum55.

  • 56 Les images que je mentionnerai par la suite sont reproduites dans Hood 1993, p. 52-60, 142, 173-174 (...)

39Notons d’abord l’importance accordée à l’objet-livre en tant qu’attribut. Les trois saints dominicains tiennent un livre dans le panneau principal et la prédelle du Retable de Fiesole, le panneau principal du Retable du Louvre, le Retable de Pérouse réalisé pour la chapelle Saint-Nicolas du couvent San Domenico de Pérouse (fig. 12), ou encore le Retable de saint Pierre martyr peint pour le couvent féminin San Pietro Martire à Florence. Quatorze des vingt-six frères figurés dans les panneaux extérieurs de la prédelle du Retable de Fiesole tiennent un livre, et treize des dix-sept frères de la Vigne dominicaine de San Marco. Fra Angelico attribue volontiers un livre à d’autres saints. Il s’agit de rattacher les dominicains à une famille sainte élargie, et en particulier aux saints Pierre, Paul et aux autres apôtres, à Augustin et aux Pères, tous unis par la mission de diffusion du Verbe. Dans la Madone des ombres, Marc et Jean tiennent leur évangile ouvert, Marc tient aussi une plume et montre le contenu de son livre à Cosme. Le cas le plus intéressant est le Retable de Pérouse. Dans les panneaux principaux sont figurés Dominique, tenant un livre ouvert, Nicolas en train de lire (bien que rien ne rattache ce saint au savoir ou à l’écriture), Jean-Baptiste, modèle de prédicateur, avec un phylactère, et Catherine d’Alexandrie, réputée pour sa science théologique et son habileté rhétorique. Les douze personnages ornant les pilastres sont conservés. Parmi eux Jean et Thomas d’Aquin tiennent un livre ouvert, Pierre, Paul, Étienne, Benoît, Jérôme, Pierre martyr et Catherine de Sienne un livre fermé. Fra Angelico se rattache ainsi à une tradition ancienne56. Dans le Polyptyque no 28 de Duccio, réalisé vers 1300-1305 pour le maître-autel de l’église du couvent San Domenico de Sienne, Paul, Pierre, Augustin et Dominique tiennent de la même manière un livre fermé. Le Polyptyque de sainte Catherine réalisé par Simone Martini pour le maître-autel de Sainte-Catherine de Pise montre quarante-quatre figures (le Christ est représenté trois fois et la Vierge deux fois), dont trente-quatre tiennent un livre ou un phylactère. Beaucoup d’entre eux lisent, écrivent, ou indiquent une inscription. Le collège des apôtres y est figuré, ainsi qu’Augustin, aux côtés de Thomas d’Aquin.

Fig. 11 – Fra Angelico; Retable de Pérouse (panneau de pilastre : Thomas d’Aquin); 1437; Pérouse, Galerie nationale.

Fig. 12 – Fra Angelico; Retable de Pérouse; 1437; Pérouse, Galerie nationale.

40Chez Fra Angelico, le livre est bien plus qu’une référence à un écrit en particulier comme c’est souvent le cas dans l’iconographie hagiographique. Il est constamment attribué à Dominique qui n’a laissé que quelques lettres peu diffusées, et n’est pas l’auteur de la règle de son ordre. Attribut collectif des dominicains, il fonctionne comme réceptacle de la vraie doctrine et de la vraie foi, emblème de la mission apostolique et de la prédication. Ceci est confirmé par un motif récurrent dans l’iconographie dominicaine : les saints regardant le spectateur et tenant un grand livre ouvert inscrit. Mentionnons en particulier le retable réalisé pour la chapelle des Espagnols autour de 1344 par Bernardo Daddi. Pierre, Jean l’évangéliste, Jean-Baptiste et Matthieu y sont vus dans l’attitude décrite, et les inscriptions sur leurs livres sont facilement lisibles. Les peintres établissent avec ce motif une situation de communication entre la figure et le spectateur, souvent invité à lire l’inscription par le geste déictique du saint. On peut penser que l’activité de prédication est ainsi mise en image, de manière non narrative. Le motif apparaît d’ailleurs dans un contexte narratif : dans la fresque du mur est de la chapelle des Espagnols, Pierre martyr tient un grand livre ouvert face aux hérétiques et en indique le contenu. Dans le cas des retables, les fidèles devaient percevoir un lien direct entre ces images et les frères dominicains qui prononçaient les sermons dans les églises.

L’écrit et la Sagesse divine

  • 57 Les historiens ne se sont pas intéressés aux très nombreuses inscriptions que contiennent ses oeuvr (...)
  • 58 Je reprends ici les analyses lumineuses de Jérôme Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, 2008, p (...)

41L’association de l’écrit et de l’image est un trait caractéristique de la pensée figurative de Fra Angelico57. Je voudrais ici étudier les inscriptions lisibles sur les livres tenus par Dominique et Thomas d’Aquin. Elles sont le plus souvent composées d’extraits scripturaires, plus ou moins facilement rattachables à la personne du saint. Écrites en latin, elles ne peuvent être comprises que par les clercs. Ces derniers insistent beaucoup sur le fait que le texte de la Bible est trop sacré et trop complexe pour être appréhendé directement par les fidèles. Les inscriptions ont ainsi un effet discriminant. Pour les fidèles, elles présentent les saints comme détenteurs du savoir lié à l’écrit et en particulier aux Écritures, d’une autorité à laquelle ils ne peuvent que se soumettre. Les frères disposent au contraire des outils herméneutiques qui leur permettent de lire les inscriptions, d’identifier leurs sources, et de les rapporter aux figures saintes. Se reconnaissant en elles, ils appartiennent à la communauté des lettrés. De plus, les inscriptions sont souvent trop petites pour être lisibles, en particulier pour les fidèles qui ont un accès moins direct que les frères aux autels. Ce procédé est volontaire. La sphère de l’écrit est présentée comme inaccessible car elle doit demeurer le monopole des clercs. La présence d’inscriptions illisibles ou très difficilement lisibles par les clercs peut répondre à plusieurs intentions. Le recours à l’écrit augmente la sacralité des images car il dispose selon la majorité des auteurs d’un statut supérieur à celles-ci, et il permet de les relier plus étroitement à la liturgie. Les extraits scripturaires constituent la matière principale des textes liturgiques, et les différents livres liturgiques font aussi l’objet de manipulations et d’ostensions au cours de la messe. Les retables comprenaient souvent des images peu visibles, les scènes de prédelle par exemple. La multiplication des images, des personnages, des textes, crée un effet de surcharge de sens. Le retable se manifeste ainsi comme une structure mystérieuse, qui ne s’appréhende que graduellement, et jamais entièrement. Sa sacralité et sa pleine insertion dans les rites liturgiques en sont renforcées58.

  • 59 Le texte est cité dans J. A. Weisheipl, Frère Thomas d’Aquin. Sa vie, sa pensée, ses œuvres, Paris, (...)
  • 60 Il est publié dans Thomas d’Aquin, Opuscula theologica, éd. R. A. Verardo, Turin, 1954, vol. 1, p.  (...)

42«Tu arroses les montagnes avec les eaux supérieures du ciel; du fruit de tes ouvrages la terre sera rassasiée» (Ps 103, 13). Ce verset apparaît, seul et bien lisible, sur le livre de Thomas d’Aquin dans le Retable de Fiesole, et sur tous les livres tenus par le docteur dans l’œuvre de Fra Angelico. L’épisode de la vie de Thomas le mettant en jeu ne se trouve pas dans la vie officielle du saint rédigée par Guillaume de Tocco, mais dans un ouvrage de Bernard Gui59. Thomas, qui vient d’être nommé maître en théologie, hésite quant au sujet de sa leçon inaugurale. Il voit alors en rêve un vieux frère dominicain, qui lui suggère de choisir le verset 13 du psaume 103. Le texte du principium de Thomas consiste en effet en un commentaire de ce verset60. Le docteur explique qu’il signifie l’effusion progressive de la sagesse divine ici-bas. Les pluies du ciel figurent la sagesse de Dieu et la terre les hommes qui reçoivent son message. Il existe des vérités accessibles à tous les hommes, d’autres plus élevées accessibles seulement aux plus sages d’entre eux, et des vérités sublimes, contenues dans l’Écriture Sainte et qui doivent être transmises par les docteurs. Ces derniers sont les montagnes évoquées par le psalmiste. Thomas insiste sur le fait que toute sagesse vient de Dieu, qui possède seul la sagesse par nature. Les docteurs n’y ont part que parce qu’elle leur est donnée, de manière incomplète et imparfaite. Ils ne sauraient donc être que des ministres de la sagesse : «Notre capacité vient de Dieu» (1 Cor 3, 5).

  • 61 « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament annonce les œuvres de ses mains. Le jour e (...)

43L’inscription qui sert d’attribut à Thomas ne peut être comprise que d’un public averti. Elle symbolise son enseignement dont elle marque le moment d’origine. Elle s’applique à lui en tant qu’il est une «montagne», un éminent représentant de l’ordre des théologiens, c’est-à-dire un médiateur entre Dieu et les hommes. Le thème de ce verset est repris dans de nombreuses autres inscriptions. Thomas est figuré sur l’un des panneaux de pilastre du Retable de Pérouse (fig. 11). L’inscription sur son livre commence par le verset du psaume 103, et se poursuit avec un verset au message très proche : «La manifestation de tes paroles illumine et donne l’intelligence aux petits» (Ps 118, 130). On peut comprendre que Thomas parle de Dieu, ou qu’il s’agit d’un hommage adressé au saint. Un troisième verset, «Ma bouche annoncera [ta justice]» (Ps 70, 15) concerne le théologien dans son double rapport à Dieu et à un auditoire humain. Dans la fresque réalisée pour le dortoir du couvent de Fiesole et qui avait la même fonction que la Madone des ombres, apparaît le verset-attribut, puis les versets 1 à 8 du psaume 18, qui évoquent les mêmes idées dans un langage poétique peu accessible, mais interprété comme référant à la transmission de la Sagesse divine par la tradition exégétique61. Enfin, on peut lire sur le livre de Dominique dans la prédelle du Retable de Fiesole : «La bouche du juste méditera la sagesse et sa langue dira [le jugement]» (Ps 36, 30). Il est ici clairement fait référence à l’oralité, peut-être en rapport avec la prédication.

  • 62 La commande est connue par un document cité dans Beato Angelico e Benozzo Gozzoli, artisti del Rina (...)

44Le Retable de Pérouse a été commandé en 1437. La même année, le couvent se rallie à l’observance62. Le fait que les frères de Pérouse ont choisi de figurer Dominique à une place éminente peut être considéré comme le manifeste de ce ralliement. L’inscription sur son livre revêt donc une importance particulière. Elle consiste en un long extrait de la seconde épître de Paul à Timothée (2 Tim 4, 1-13). Paul qui écrit à la première personne s’adresse ainsi à Timothée :

Je t’en conjure donc devant Dieu et devant Jésus-Christ qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et par son règne. Prêche la parole, insiste à temps et à contre-temps, reprends, supplie, menace en toute patience et doctrine. Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine; mais, selon leurs désirs, ils amasseront des maîtres autour d’eux, éprouvant une vive démangeaison aux oreilles; et détournant l’ouïe de la vérité, ils se tourneront vers les fables. Mais toi, veille dans tous les travaux; fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis ton ministère. [...] Hâte-toi de venir auprès de moi. Car Démas m’a quitté, par amour de ce siècle, et il s’en est allé à Thessalonique; Crescent, en Galatie; Tite, en Dalmatie. Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène-le avec toi, car il m’est utile pour le ministère. Pour Tychique, je l’ai envoyé à Éphèse [...].

45La relation de miroir Paul / Dominique visible dans la prédelle du Louvre aboutit ici à une superposition des deux figures. Dominique indique le texte de Paul, mais on peut aussi comprendre qu’il est Paul, et s’adresse au frère en utilisant ses mots. Il lui donne une mission, qui est justement celle de «faire œuvre d’évangéliste». Paul évoque la venue d’hérétiques en utilisant le futur. Le frère pouvait penser qu’il annonçait l’apparition des cathares ou des divers mouvements hérétiques encore présents dans l’Italie du xve siècle, selon un type de lecture prophétique du Nouveau Testament déjà évoqué. Le texte décrit d’autre part de manière très explicite l’itinérance et la prédication. L’insistance sur la parole et l’audition de la parole, les divers types de discours qu’un prédicateur doit utiliser, est remarquable. Le Dominique de Pérouse est une figure résolument apostolique, observante. L’image est programmatique, elle investit les frères réformés d’un héritage, leur fournit un modèle de vie.

46Le Retable de San Marco a été réalisé autour de 1440 pour le maître-autel de San Marco à Florence (fig. 13). Ce n’est pas ici la figure du fondateur qui est liée au thème de l’héritage apostolique, mais celle du saint patron du couvent, Marc. Il tient une plume et montre son livre ouvert à Jean. L’inscription contient les versets 2 à 13 du chapitre 6 de l’évangile de Marc :

[Le Christ] commença à enseigner dans la synagogue, et beaucoup, l’entendant, étaient dans l’admiration de sa doctrine, disant : D’où lui viennent toutes ces choses? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée? [...] Et il s’étonnait de leur incrédulité; il parcourait toutefois les villages d’alentour et il y enseignait. Or il appela les douze et commença à les envoyer deux à deux, et il leur donna la puissance sur les esprits impurs. Et il leur commanda de ne rien prendre pour le chemin qu’un bâton : ni sac, ni pain, ni argent dans leur ceinture; mais de chausser leurs sandales et de ne point se munir de deux tuniques. Et il leur dit : Quelque part que vous alliez, étant entrés dans une maison, demeurez-y jusqu’à ce que vous sortiez de ce lieu-là. Et quant à ceux qui ne vous recevront point et ne vous écouteront point, lorsque vous sortirez de là, secouez la poussière de vos pieds en témoignant contre eux. Étant donc partis, ils prêchaient qu’on fît pénitence [...].

Fig. 13 – Fra Angelico; Retable de San Marco (panneau principal); avant 1443; Florence, musée de San Marco.

47Le texte décrit la manière dont le Christ a institué la vie apostolique. C’est un moment de fondation, qui peut rappeler les débuts de l’ordre dominicain. On retrouve les éléments dont se sont inspirés les premiers dominicains et les observants après eux : l’itinérance à deux, le refus de la propriété individuelle, l’évangélisation par la parole. Le texte évoque aussi l’activité enseignante du Christ, et fait référence à sa sagesse. Ce terme désigne, au-delà du contexte dans lequel il est ici employé, un don, un attribut du Christ qui fait de lui et de la Parole qui transmet son message, l’Écriture, le réceptacle de la Vérité divine.

La transmission de la Sagesse

  • 63 Somme théologique, II-2, qu. 177.

48L’idée selon laquelle la vraie parole est inspirée, est une participation à la Sagesse divine, trouve ses racines dans la Bible avec l’épisode de la Pentecôte et plusieurs passages de Paul, en particulier les chapitres 12 à 14 de la première épître aux Corinthiens. Elle apparaît chez Thomas d’Aquin dès sa leçon inaugurale, et aussi dans la Somme théologique. Le docteur y fait du discours un charisme, c’est-à-dire un don gratuit de Dieu accordé pour la sanctification de tous, aux côtés de la prophétie, du ravissement, du charisme des langues et des miracles63.

49On a déjà évoqué le nombre important de saints tenant un livre dans les retables dominicains de Duccio, Simone Martini et Bernardo Daddi. Or le Christ (le Christ adulte et le Christ enfant chez Martini et Daddi) y tient aussi un livre. C’est le Christ-Logos, présenté comme à l’origine de la science des saints. Dans le Retable de saint Dominique réalisé par Traini pour Sainte-Catherine de Pise, le Christ et Dominique tiennent de la même manière un livre ouvert, et les deux livres ont la même apparence, en dehors d’une différence d’échelle. On peut lire sur celui du Christ : «Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres» (Jn 8, 12), et sur le livre de Dominique : «Venez, mes fils, écoutez-moi. Je vous enseignerai la crainte du Seigneur» (Ps 33, 12). Les images concernant Thomas d’Aquin sont plus explicites encore de ce point de vue. Dans le retable peint par Orcagna pour la chapelle Strozzi à Santa Maria Novella, le Christ remet un livre au théologien. On peut y lire : «Tu es digne de recevoir le livre et d’en ouvrir les sceaux [Apo 5, 9]. Je t’ai donné un cœur sage et intelligent [1 Rois 3, 12]».

  • 64 Histoire de saint Thomas d’Aquin, p. 85. La traduction du dialogue transcrit par Fra Angelico est l (...)

50Dans le panneau principal du Retable du Louvre, les livres tenus par Jean, Dominique et Thomas d’Aquin sont parfaitement alignés et identiques. Tout en regardant le Christ, Jean écrit. L’évangile procède en effet de la connaissance directe de Dieu incarné et constitue le meilleur témoignage de son enseignement. L’inscription est l’incipit de son évangile (1, 1-7), qui affirme l’identité du Verbe et du Christ, et évoque la puissance de diffusion du Verbe. L’attitude de Dominique est identique à celle de Jean, et la fleur de lys dans sa main droite rappelle sa plume. Sur le livre de Thomas se trouve un extrait des Proverbes (8, 7) : «Ma bouche s’exercera à la vérité, et mes lèvres détesteront ce qui est impie», texte qui constitue aussi l’incipit de la Somme contre les gentils. Cet ouvrage, écrit à la demande des dominicains pour les aider dans la lutte contre les hérétiques, renvoie directement à la mission des frères prêcheurs. Vient ensuite le verset 13 du psaume 103, un second verset extrait des psaumes («Tu lui as donné le désir de son âme, Seigneur, et tu n’as pas trompé la volonté de ses lèvres» [20, 3]), puis un dialogue entre le saint et Dieu, qui appartient à l’un des épisodes les plus célèbres de sa vie. Il est ainsi rapporté par Guillaume de Tocco : un frère voit Thomas qui prie devant un crucifix «soulevé dans les airs, à deux coudées du sol. Comme il restait à le regarder, plein d’admiration, il entendit tout à coup, à l’endroit vers lequel le docteur s’était tourné pour prier avec des larmes, une voix émanant du crucifix qui disait : “Thomas, tu as bien écrit sur moi. Que recevras-tu de moi en récompense de ton labeur?” Il répondit : “Rien d’autre que toi, Seigneur!”»64. Ce court échange repris dans l’inscription témoigne du fait que Thomas a bénéficié d’une communication directe avec Dieu. L’alignement des livres de Jean, Dominique et Thomas d’Aquin montre que les écrits de Thomas comme la pensée de Dominique et la mission dominicaine procèdent de la doctrine évangélique, qui procède elle-même du témoignage direct du Christ, le Verbe incarné. La ligne ainsi formée aboutit très précisément sur le livre à reliure rouge tendu par Paul à Dominique dans la deuxième image de la prédelle, image d’une filiation plus directe encore entre les apôtres et l’ordre dominicain.

***

51Les images produites par Fra Angelico pour les couvents de Fiesole, Florence et Pérouse participent au bon fonctionnement des communautés. Aux fonctions liturgiques et dévotionnelles s’ajoutent des fonctions identitaires, spéculaires, disciplinaires. Les images montrent un ordre parfaitement unifié alors que les frères qui les ont commandées appartiennent à une branche nouvelle, distincte de la branche première. Les panneaux extérieurs de la prédelle du Retable de Fiesole et l’Arbre dominicain de San Marco naissent de cette situation historique particulière. La volonté d’assumer pleinement l’héritage de la pensée iconographique de l’ordre, telle qu’elle apparaît dans les couvents anciens et prestigieux de Pise, Sienne et surtout Florence, témoigne d’un même souci de légitimité. De la prédelle du Retable du Louvre à la famille monastique de la Crucifixion de Florence et à la Madone des ombres, l’observance s’affirme, et les images assignent alors au frère un programme exigeant d’obéissance à la règle, de pénitence, de pauvreté. Elles sont la projection d’un idéal auquel le frère doit s’identifier, et sont conçues pour créer un comportement vertueux. Les dominicains y regardent sévèrement ceux qui les regardent, leur indiquent une voie dont ils ne doivent pas s’écarter, leur fournissent les modèles d’une attitude physique et morale juste. Elles sont des miroirs, au sens que le Moyen Âge a donné à ce terme.

Haut de page

Bibliographie

1. Pour la Bible, on a utilisé :

Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem, divers éditeurs, Stuttgart, 1994 (1969).

La Sainte Bible selon la Vulgate, éd. Fulcran Vigouroux, trad. J.-B. Glaire, Argentré-du-Plessis, 2002 (1902). Certaines traductions ont été modifiées pour rendre le texte latin le plus fidèlement possible.

2. Sources

Augustin, Discours sur les psaumes, dans Œuvres complètes, Paris, 1871-1873, vol. 11 à 15.

Augustin, Règle, dans La règle de saint Augustin commentée, éd. A. Trapè, trad. L. Verheijen, Bégrolles-en-Mauges, 1993, p. 59-91 (Rome, 1986).

Benoît, Règle, dans La Règle de saint Benoît, éd. J. Neuf-ville, trad. A. de Vogüé, 6 vol., Paris, 1971-1972.

Constitutions dominicaines, texte latin et trad. anglaise de S. Tugwell, dans W. Hood, Fra Angelico at San Marco, New Haven-Londres, 1993, p. 279-301.

Grégoire le Grand, Homélies sur les évangiles, éd. et trad. R. Etaix, C. Morel, G. Blanc, B. Judic, 2 vol., Paris, 2005, 2008.

Grégoire le Grand, Morales sur Job, divers éditeurs et traducteurs, 6 vol., Paris, 1974-2003.

Guillaume de Tocco, L’histoire de saint Thomas d’Aquin, dans L’histoire de saint Thomas d’Aquin de Guillaume de Tocco. Traduction française du dernier état du texte (1323) avec introduction et notes par Claire Le Brun-Gouanvic, Paris, 2005.

Humbert de Romans, Expositio regulae B. Augustini, éd. J. J. Berthier, dans Humbert de Romans, Opera de vita regulari, Rome, 1888, vol. 1, p. 53-633.

Humbert de Romans, Legenda maior sancti Dominici, dans Humberti de Romanis legendae Sancti Dominici. Necnon materia praedicabilis pro festis Sancti Dominici et testimonia minora de eodem, éd. S. Tugwell, Rome, 2008, p. 451-532.

Ordinaire de la messe, dans B. Botte, C. Mohrmann, L’ordinaire de la messe. Texte critique, traduction et études, Paris-Louvain, 1953.

La Règle du Maître, éd. et trad. A. de Vogüé, 2 vol., Paris, 1964-1965.

Thomas d’Aquin, Somme théologique, 4 vol., dir. A. Raulin, trad. A.-M. Roguet, Paris, 1994.

3. Sources secondaires

Canetti 1996 = L. Canetti, L’invenzione della memoria. Il culto e l’immagine di Domenico nella storia dei primi frati predicatori, Spolète, 1996.

Donadieu-Rigaut 2005 = D. Donadieu-Rigaut, Penser en images les ordres religieux, xiie-xve siècles, Paris, 2005.

Hood 1993 = W. Hood, Fra Angelico at San Marco, New Haven-Londres, 1993.

Haut de page

Notes

1 Pour l’élaboration progressive de la notion de speculum depuis l’Antiquité classique jusqu’au xiie siècle, cf. E. Már Jónsson, Le miroir. Naissance d’un genre littéraire, Paris, 1995.

2 Moralia in Job, II, 1 (vol. 1, p. 253).

3 Cité par C. Gilbert, L’arte del Quattrocento nelle testimonianze coeve, Florence, 1988, p. 170.

4 Hood 1993, p. 201-230.

5 Je m’appuie sur S. Orlandi, Il convento di S. Domenico di Fiesole dagli inizi alla fondazione del convento di S. Marco e successiva separazione dei due conventi (1405-1445), dans Memorie domenicane, 77, 1960, p. 3-36 et 95-140, et Hood 1993, p. 18-27. Cf. aussi W. A. Hinnebusch, The History of the Dominican Order, Origins and Growth to 1500, Staten Island (New York), 1966.

6 C’est le cas de Leonardo Dati, maître général de l’ordre de 414 à 1425, et de l’évêque de Fiesole, Fra Giacomo Altoviti, moine de Santa Maria Novella, qui a donné aux observants le terrain nécessaire à l’établissement du couvent.

7 Le maître général de l’ordre y réside à cette période, ainsi 8. Donadieu-Rigaut 2005, p. 340. que les papes, en 1419-20 et de 1434 à 1443. Depuis que le couvent est devenu le siège d’un studium generale, en 1294, l’activité intellectuelle est très riche. La bibliothèque possède un fonds important : neuf cent trente deux volumes sont répertoriés lors de l’inventaire de 1489.

8 Donadieu-Rigaut 2005, p. 340.

9 Pour la datation, cf. C. Brandon Strehlke, Fra Angelico Studies, dans Painting and Illumination in Early Renaissance Florence, 1300-1450 (catalogue de l’exposition du Metropolitan Museum of Art, New York, 17 novembre 1994 – 26 février 1995), New York, 1994, p. 30-34.

10 Le retable était à l’origine un triptyque avec un encadrement gothique. À la demande des frères, Lorenzo di Credi l’a transformé en 1501 en une pala à champ unique et a remplacé le fond d’or par un paysage.

11 Ce regroupement est effectué de manière moins rigoureuse que dans le panneau principal du Retable du Louvre (cf. infra). On peut néanmoins établir que les ordres des saints sont disposés hiérarchiquement de la manière suivante : apôtres ; patriarches et prophètes ; papes, évêques et fondateurs d’ordre ; docteurs de l’Église ; martyrs ; moines ; un groupe de saintes, vierges martyres et moniales notamment.

12 Donadieu-Rigaut 2005, p. 51. L’auteure analyse la prédelle du Retable du Louvre p. 215-224.

13 Cf. M. Davies, National Gallery Catalogues. The Earlier Italian Schools, Londres, 1961, p. 23. Pour l’identification des personnages, cf aussi D. Gordon, The National Gallery Catalogues. The Fifteenth Century Italian Paintings, Londres, 2003, p. 2-25.

14 Confesseur de Catherine, Raymond de Capoue a été élu maître général de l’ordre en 1380 et a constamment encouragé l’observance.

15 Hood 1993, p. 68-70.

16 Ces textes ont fait l’objet de nombreuses études. On se reportera à Canetti 1996 et A. Reltgen-Tallon, La mémoire d’un ordre. Les hommes illustres dans la tradition dominicaine xiiie-xve siècles, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Vauchez, Université Paris-X Nanterre, 1999.

17 Thomas d’Aquin, Somme théologique, III, qu. 8, art. 4.

18 Sur le décor des salles capitulaires, en particulier du point de vue de la fonction des images, cf. H. Stein-Kecks, « Claustrum » and « Capitulum ». Some remarks on the facade and interior of the chapter house, dans P. K. Klein (éd.), Der mittelalterliche Kreuzgang: Architektur, Funktion und Programm, Regensburg, 2004, p. 157-189.

19 Cf. Hood 1993, p. 188.

20 Cf. Ordinaire de la messe, p. 75 : « Par lui [le Christ] les anges louent votre majesté, les Dominations l’adorent, les Puissances la révèrent, les Cieux et les Vertus des Cieux avec les bienheureux Séraphins la célèbrent, unis dans une même allégresse. À leurs chants nous vous prions de laisser se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange... » ; p. 83 : « Nous vous en supplions, Dieu tout-puissant, faites porter ces offrandes [eucharistiques] par les mains de votre saint ange, là-haut, sur votre autel, en présence de votre divine majesté. Et quand nous recevrons, en communiant ici à l’autel, le corps et le sang infiniment saint de votre fils, puissions-nous tous être comblés des grâces et des bénédictions du ciel ».

21 Cf. U. Baldini, Contributi all’Angelico : il trittico di S. Domenico di Fiesole e qualche altra aggiunta, dans Scritti di storia dell’arte in onore di Ugo Procacci, Milan, 1977, vol. 1, p. 236-246.

22 Citons notamment le Unde et memores qui fait partie du canon : « C’est pourquoi, en mémoire, Seigneur, de la bienheureuse passion du Christ votre fils, notre Seigneur, de sa résurrection du séjour des morts et aussi de son ascension dans la gloire des cieux, nous vos serviteurs, et avec nous votre peuple saint, nous présentons à votre glorieuse Majesté, – la victime parfaite » (Ordinaire de la messe, p. 81).

23 L’Église en tant que corps s’établit en effet dans la communion eucharistique. Cf. H. de Lubac, Corpus mysticum. L’eucharistie et l’Église au Moyen Âge : étude historique, Paris, 1949.

24 Cf. Benoît, Règle, II (vol. 1, p. 441-443) : « L’abbé qui est digne de gouverner le monastère doit toujours se rappeler le titre qu’on lui donne, et vérifier par ses actes son nom de supérieur. Il apparaît en effet comme le représentant du Christ dans le monastère, puisqu’on l’appelle de son propre nom, selon le mot de l’Apôtre : “Vous avez reçu l’esprit d’adoption filiale, dans lequel nous crions : abba, père !” [Rm 2, 4]. Aussi l’abbé ne doit-il rien enseigner, instituer ni commander qui soit en dehors du précepte du Seigneur, mais son commandement et son enseignement s’inséreront dans l’esprit de ses disciples comme un levain de justice divine ». Augustin, Règle, p. 88 : « Qu’on obéisse au frère prieur comme à un père, toujours avec le respect qui est dû à sa charge, pour ne pas offenser Dieu en lui ».

25 Benoît, Règle, VII, 10 (vol. 1, p. 475).

26 L’Armadio degli argenti est un cycle de trente-cinq images réalisé pour l’église de la Santissima Annunziata entre 1450 et 1453. Chacune de ces images est entourée de deux versets, et le peintre a plusieurs fois volontairement modifié le texte biblique. On lit en Ps 37, 18 : « Ma douleur est toujours en ma présence » (Dolor meus in conspectu meo semper).

27 Règle, p. 60-61.

28 Expositio regulae B. Augustini, p. 78-100 ; cf. en particulier p. 79, 85 et 96.

29 Cf. S. Tugwell, Early Dominicans. Selected Writings, New York, Ramsey, Toronto, 1982, p. 6-19 et M.-H. Vicaire, L’imitation des apôtres. Moines, chanoines et mendiants ive-xiiie siècle, Paris, 1963, en particulier p. 67-88. Pour l’analyse d’images témoignant de l’assimilation dominicains-apôtres, cf. Hood 1993, p. 50-63 et Donadieu-Rigaut 2005, p. 172-180.

30 A. Boureau, La Légende dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine, Paris, 1984, p. 232-236.

31 On peut établir la liste suivante, du haut en bas de l’image : prophètes et patriarches (Jean-Baptiste, Moïse, David), le collège des apôtres, puis, dans la partie gauche, docteurs (Augustin, Thomas d’Aquin), confesseurs (Louis de France, Nicolas) et fondateurs d’ordre (Dominique, Benoît, Antoine, François, Bernard) ; dans la partie droite martyrs (Pierre martyr, Laurent, Georges, Etienne), vierges martyres (Ursule, Agnès, Catherine d’Alexandrie, Cécile), puis Marthe et Marie-Madeleine.

32 Legenda maior sancti Dominici, p. 474-475 : Quadam nocte idem summus pontifex deo sibi revelante videbat in sompnis quod lateranensis ecclesia quasi suis compagibus resoluta gravem subito minaretur ruinam. Quod dum tremens simul ac merens aspiceret, ex adverso vir dei Dominicus occurrebat humerisque suppositis totam illam casuram fabricam sustentabat. Cuius quidem visionis et novitatem admirans et significationem prudenter intelligens sine ullo dilationis obstaculo viri dei et commendavit propositum et petitionem hylariter acceptavit, hortans eum ut ad fratres suos rediens et diligenter deliberans cum eisdem pari voto regulam sibi aliquam approbatam eligerent super quam inchoandi ordinis promotionem firmaret, et sic deinde ad ipsum veniens confirmationem ad libitum reportaret. L’épisode du songe d’Innocent III apparaît aussi à propos de François d’Assise. Le premier texte qui le mentionne est la Vita secunda de Thomas de Celano, rédigée en 1246-1247. Chez les dominicains, il s’agit de la vie de Dominique rédigée par Constantin d’Orvieto exactement dans les mêmes années. Il est donc très difficile d’attribuer l’invention du récit à l’un ou l’autre ordre.

33 Legenda maior sancti Dominici, p. 476 : Cum autem vir dei Dominicus esset Rome et in basilica Sancti Petri in conspectu dei orationem suam pro conservatione et dilatatione ordinis quem per ipsum dextera eius propagabat effunderet, facta manu domini super eum gloriosos principes Petrum et Paulum ad se subito visione quadam ymaginaria venientes aspexit. Quorum primus, Petrus videlicet, baculum, Paulus vero librum sibi tradere videbatur. Addebantque dicentes, Vade predica quoniam a deo ad hoc ministerium es electus.

34 Legenda maior sancti Dominici, p. 474 : At ille postulationi huiusmodi visus est aliquantulum primitus se difficilem exhibere. Quod tamen sine nutu divino factum non est, ut nimirum ex revelatione sequenti vicarius Ihesu Christi cognosceret quam necessarium esset universali cui presidebat ecclesie id ad quod vir Dei Dominicus inspiratus divinitus aspirabat.

35 Legenda maior sancti Dominici, p. 451-452 : Multipharie multis que modis olim Deus electos ad eternum invitans convivium novissime diebus istis, id est hora undecima, misit servum suum dicere invitatis ut venirent quia iam parata sunt omnia. Servum hunc ordinem predicatorum sanctus interpretatur Gregorius novissimis dirigendum temporibus ad humanas videlicet mentes de vicino adventu iudicis commonendas. Novum enim aliquem predicatorum ordinem futurum scriptura premonuit quem circa finem seculi mittendum tam signanter expressit, misit inquiens servum hora cene. Hora cene finis est mundi. Nos autem sumus in quos finis seculorum devenerunt. Missus est igitur hora cene, id est novissimis die-bus, ordo novus. Novus inquam pariter et antiquus. Novus institutione, antiquus auctoritate. [...] Hi sunt predicatores quorum ordinem temporum horum novissimorum periculis dispensatio divina providit ut, appropinquante iudicio illius cuius in humilitate iudicium est sublatum, testium numerus augeretur.
Humbert reprend ici une tradition qui apparaît dès les origines de l’ordre. Sur cette question, cf. Canetti, 1996, p. 334338, qui cite de nombreux textes. La tradition franciscaine a aussi vu dans la Bible des préfigures de François, nouvel Élie et ange du sixième sceau, et cette élaboration se fait aussi dans un contexte eschatologique.

36 Grégoire le Grand, Homélies sur les évangiles, 36, 2 (vol. 2, p. 397) : « Il envoya son serviteur à l’heure du dîner pour dire aux invités de venir [Luc 14, 17]. Qu’est l’heure du dîner, sinon la fin du monde ? [...] Si l’heure du dîner est celle où nous sommes appelés, nous devons d’autant moins nous dérober au festin de Dieu que nous voyons s’approcher davantage la fin du monde. [...] Mais que désigne ce serviteur que le père de famille envoie porter ses invitations, sinon l’ordre des prédicateurs ? ».

37 Cf. C. Dagens, Grégoire le Grand et le ministère de la parole : les notions d’ordo praedicatorum et d’officium praedicationis, dans Forma futuri. Studi in onore del cardinale Michele Pellegrino, Turin, 1975, p. 1054-1073.

38 Légende dorée, p. 586-587. Les deux épisodes suivants présentent des visions semblables, accordées à un prêcheur et à un mineur.

39 Expositio regulae B. Augustini, p. 244-245 : Et notandum quod quamvis ire cum socio pertineat ad honestatem religiosi cujuslibet, tamen specialiter hoc pertinet ad discipulos Domini, propter ejus negotia discurrentes per mundum [...]. Hinc est etiam quod Christus discipulos suos misit binos et binos, sicut dicitur, Luc. 10. Hinc est iterum quod Spiritus Sanctus Paulum et Barnabam, quantumcumque essent sufficientes, solos non assumpsit ad opus suum, sed insimul associatos : Segregate, inquit, scilicet Spiritus Sanctus, mihi Paulum et Barnabam in opus ad quod assumpsi eos, Act 13. Numquid iterum colegium Apostolorum, quod erat in Jerusalem, cum audisset quia recepit Samaria verbum Dei, misit solum Petrum, sive solum Joannem, quorum uterque vir tantus erat ? Non utique seorsim, sed insimul : Miserunt, inquit, Petrum et Joannem, Act. 8. Humbert explique ensuite que le fait de voyager à deux permet aux socii de prévenir les tentations du diable, et de s’encouragent mutuellement à faire le bien et éviter le mal.

40 Legenda maior sancti Dominici, p. 485 : Quidam adolescens consanguineus domini Stephani cardinalis de Fossanova, qui cum eo illuc advenerat, lapsus equo precipiti graviter collisus deferebatur exanimis. Cumque plangentium circa eum clamor incresceret contigit advenire beatum Dominicum et cum eo fratrem Tancredum virum religiosum. Hic sua exortatione cepit sollicitare beatum Dominicum quatinus pro salute adolescentis dominum precaretur. Ubi est inquit pietas tua pater, ubi fides nunc in domino ? Cur non dominum deprecaris ? Ille tam fratris precibus quam pietatis motus visceribus fecit illud adolescentis corpusculum in conclave clanculo deportari. Facta autem oratione protinus eum vite restituit et saluti.

41 Legenda maior sancti Dominici, p. 464-465 : Disputaverant quadam die quidam predicatores nostri adversus hereticos. Unus autem de nostris, Dominicus nomine, vir tocius sanctitatis, qui socius fuerat episcopi oxomensis, auctoritates quas in medium produxerat redegit in scriptis et cuidam heretico tradidit cedulam illam ut super objectis deliberaret. Nocte igitur illa erant heretici congregati in una domo sedentes ad ignem. Ille autem cui vir dei tradiderat cedulam produxit eam in medium. Tunc dixerunt socii sui ut in medium ignem illam proiceret et si cedula illa combureretur vera esset fides, immo perfidia, hereticorum, si vero incombusta maneret fidem quam predicabant nostri veram esse faterentur. Quid pIura? ln hoc consentiunt omnes. Cedula in ignem proicitur, sed cum in medio igne aliquantulam moram fecisset incombusta penitus ab igne resiliuit. Stupentibus qui aderant unus ceteris durior ait illis, proiciatur in ignem iterum et tunc experiemur plenius veritatem. Proicitur iterum, iterum resiliit inconbusta. Quod videns ille durus et tardus ad credendum dixit, iterum tertia vice proiciatur et tunc sine dubio rei exitum cognoscemus. Proicitur tercio nec tunc quidem comburitur sed integra ab igne resilit et illesa. Heretici autem visis tot signis nec tunc ad fidem voluerunt converti, sed in sua manentes malicia districtissime sibi invicem inhibuerunt ne miraculum illud per narrationem alicuius ad nostrorum noticiam deveniret. Sed miles quidam qui erat cum illis, qui aliquantulum consentiebat fidei nostre, noluit celare quod viderat sed pluribus enarravit.

42 Dans la scène de droite, l’un des hérétiques porte deux chaînes d’or en collier et ses vêtements sont bordés de motifs à l’or. Un autre porte une bourse à la ceinture, et au moins deux d’entre eux présentent un embonpoint, motif rare chez le peintre, qui connote sans doute la richesse. Les cathares attachaient une grande importance à la vertu de pauvreté, mais le souci de désignation négative des hérétiques l’emporte entièrement sur la réalité historique. Les récits hagiographiques séparent de la même manière clairement bons et méchants dans un souci d’efficacité morale, et ils réduisent les personnages à des types. Dans le récit d’Humbert comme dans la Légende dorée, les hérétiques ne sont pas identifiés, leur spiritualité et leurs croyances ne sont pas évoquées. Ce sont des hérétiques, un type d’adversaires de la vraie foi que l’Église doit périodiquement affronter.

43 Legenda maior sancti Dominici, p. 486-487 : Dumque per ordinem residentes bucellam panis quam unusquisque coram se repperit cum gaudio frangerent ecce duo iuvenes eiusdem habitus formeque consimilis refectorium intraverunt palliorum sinus que a collo pendebant plenos panibus quales ille pistor qui mittebat novit conficere deferentes. Quibus in capite unius mense iuxta quam vir dei Dominicus residebat silenter oblatis ita subito discesserunt ut nullus umquam decetero vel unde venerint scire potuerit vel quo postmodum divertissent.

44 Cette cloche est la nola, évoquée notamment dans le texte des constitutions qui règlemente la venue des frères au réfectoire : Ablutis vero manibus, prior nolam refectorii pulset et tunc fratres ingrediantur (Constitutions dominicaines, p. 280C).

45 Elles apparaissent à de nombreuses reprises dans l’Office du Saint-Sacrement composé par Thomas d’Aquin, ou dans les textes de Catherine de Sienne.

46 Elle a donné lieu à de nombreuses images, les Cènes peintes dans les réfectoires monastiques en particulier. Fra Angelico a peint un Christ eucharistique au-dessus de la porte qui mène au réfectoire dans le cloître de San Marco. Les textes sur ce thème semblent peu nombreux, mais l’assimilation de l’abbé au Christ de la Cène apparaît dans la Règle du maître, vol. 2, p. 110-111 : « Aussitôt que la corbeille [de pain] sera descendue, l’abbé tracera le signe de croix sur tout le pain, rompra et prendra d’abord sa propre ration pour la faire bénir par le Seigneur, la main levée, puis posant la ration de ceux qui se tiennent debout devant lui à sa table et qui vont manger avec lui, il la leur distribuera ».

47 Legenda maior sancti Dominici, p. 503-504 : Convocatis igitur ex fratribus bononiensis conventus duodecim cepit eos ad canonice religionis observantiam, ad virtutum constantiam exhortari [...]. De-nique quod possederat hoc legabat. Hec sunt inquit fratres karissimi que vobis tanquam filiis hereditano iure possidenda relinquo : caritatem habete, humilitatem servate, paupertatem voluntariam possidete. La partie supérieure de l’image illustre la vision qu’a eue le prieur du couvent dominicain de Brixen au moment de la mort de Dominique : son âme est emportée au ciel le long de deux échelles tenues par des anges, et accueillie par le Christ et la Vierge.

48 Ces paroles sont écrites de droite à gauche et orientées vers le haut, ce qui fait dire à Dominique Donadieu-Rigaut (2005, p. 219) qu’il s’agit d’un « message codé exclusivement destiné aux frères, et volontairement indéchiffrable par les “spectateurs” qu’il ne concerne pas directement ». L’inscription concerne selon moi les frères de Fiesole au plus haut point. Elle était difficilement lisible car l’image est de petit format, mais elle est parfaitement déchiffrable pour qui s’en approche. Ayant décidé de tourner le visage de Dominique vers la gauche, et de faire partir le début de l’inscription de sa bouche, le peintre a deux solutions : inverser la droite et la gauche de chaque lettre, ou écrire « depuis le haut » comme le fait Fra Angelico. La seconde solution est plus satisfaisante car elle modifie moins la nature du matériau écrit. Elle ne me semble pas appeler ici de commentaire particulier, et elle est d’ailleurs très majoritairement adoptée dans ce type de cas par les peintres des xive et xve siècles.

49 Sur cette fresque, cf. S. Romano, Due affreschi del Cappellone degli Spagnoli : problemi iconologici, dans Storia dell’arte, 27, 1976, p. 181-213, et surtout J. Polzer, Andrea di Bonaiuto’s Via Veritatis and Dominican thought in late medieval Italy, dans Art bulletin, 77, 1995, p. 262-289.

50 Cf. Expositio regulae B. Augustini, p. 248-268.

51 Legenda maior sancti Dominici, p. 505: Illud autem pater egregius quanta potuit districtione prohibuit ne quis in hoc ordine possessiones induceret temporales, maledictionem dei et suam terribiliter imprecans ei qui hunc ordinem, quem precipue paupertatis decorat professio, terrenarum diuitiarum puluere presumpserit maculare.

52 Elle n’apparaît pas dans les deux seuls cycles de la vie de saint Dominique toscans conservés et antérieurs à Fra Angelico : le retable de Francesco Traini du musée national de Pise, et un ensemble de six scènes peintes au début du XVe siècle dans la salle capitulaire du couvent San Domenico de Prato (illustrations dans Hood 1993, p. 179-184).

53 R. Creytens, Le testament de saint Dominique dans la littérature dominicaine ancienne et moderne, dans Archivium fratrum praedicatorum, 43, 1973, p. 29-72 ; un texte explicite de Dominici est cité p. 40.

54 Sur ce cycle, cf. R. Gibbs, Tomaso da Modena. Painting in Emilia and the March of Treviso 1340-1380, Cambridge, 1989, p. 63-87 et 257-268, et de manière plus générale sur ce thème Hood 1993, p. 45-63 et J. Cannon, Dominicus alter Christus ? Representations of the Founder in and after the Arca di San Domenico, dans Christ among the medieval Dominicans: representations of Christ in the texts and images of the Order of Preachers, Notre Dame, Indiana, 1998, p. 33.

55 Expositio regulae B. Augustini, p. 433. À propos des livres et de la lecture, Augustin écrit seulement dans sa règle : « Quant aux livres, qu’on les demande chaque jour à une heure fixée. On ne doit pas les donner à qui les demande en dehors de l’heure » (Règle, p. 84). Le commentaire d’Humbert se trouve aux pages 418 à 476.

56 Les images que je mentionnerai par la suite sont reproduites dans Hood 1993, p. 52-60, 142, 173-174, 256.

57 Les historiens ne se sont pas intéressés aux très nombreuses inscriptions que contiennent ses oeuvres. Un catalogue a été établi par Venturino Alce (Catalogo delle iscrizioni nelle opere, dans Beato Angelico, miscellanea di studi, Rome, 1984, p. 375-398), mais il est lacunaire et comporte de nombreuses erreurs.

58 Je reprends ici les analyses lumineuses de Jérôme Baschet, L’iconographie médiévale, Paris, 2008, p. 54-58 et 183-187.

59 Le texte est cité dans J. A. Weisheipl, Frère Thomas d’Aquin. Sa vie, sa pensée, ses œuvres, Paris, 1993 (Chicago, 1983), p. 14.

60 Il est publié dans Thomas d’Aquin, Opuscula theologica, éd. R. A. Verardo, Turin, 1954, vol. 1, p. 441-443.

61 « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament annonce les œuvres de ses mains. Le jour en fait le récit au jour, et la nuit en donne connaissance à la nuit. Ce ne sont point des paroles, ni des discours, dont on n’entende point les voix. Leur bruit s’est répandu dans toute la terre, et leurs paroles jusqu’aux confins du globe de la terre. Il a placé sa tente dans le soleil ; et cet astre, comme un époux qui sort de son lit nuptial, s’est élancé comme un géant pour parcourir sa carrière : à l’extrémité du ciel est sa sortie ; et le terme de sa course à l’autre extrémité ; et il n’y a personne qui se cache à sa chaleur. La loi du Seigneur est sans tache, elle convertit les âmes ; le témoignage du Seigneur [est fidèle ; il donne la sagesse aux plus petits] ». Augustin commente ainsi ce passage : « Les saints évangélistes, en qui Dieu habite comme dans les cieux, racontent la gloire de Notre Seigneur Jésus-Christ, ou la gloire que le fils a donnée au père, pendant qu’il était sur la terre. [...] L’esprit manifeste aux hommes spirituels la plénitude de l’immuable Sagesse de Dieu, qui est le Verbe, Dieu dès le commencement avec Dieu » (Discours sur les psaumes, p. 729-730).

62 La commande est connue par un document cité dans Beato Angelico e Benozzo Gozzoli, artisti del Rinascimento a Perugia. Itinerari d’arte in Umbria (catalogue de l’exposition de la Galle-ria Nazionale dell’Umbria, Pérouse, 13 décembre 1998 – 11 avril 1999), dir. V. Garibaldi, Cinisello Balsamo, 1998, p. 24. Pour le passage du couvent à l’observance, cf. Cronaca della città di Perugia dal 1309 al 1491 nota col nome di Diario del Graziani, dans Archivio storico italiano, 16, 1850, p. 422-23.

63 Somme théologique, II-2, qu. 177.

64 Histoire de saint Thomas d’Aquin, p. 85. La traduction du dialogue transcrit par Fra Angelico est la suivante : « Tu as bien écrit sur moi, Thomas. Quelle récompense accepteras-tu ? – Rien d’autre que toi ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Fra Angelico et Lorenzo di Credi; Retable de Fiesole (panneau principal); autour de 1420 et 1501; Fiesole, église San Domenico.
Légende Fig. 2 – Fra Angelico; Dominicains (premier panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.
Légende Fig. 3 – Fra Angelico; Saints (deuxième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.
Légende Fig. 5 – Fra Angelico; Saints (quatrième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.
Légende Fig. 6 – Fra Angelico; Dominicains (cinquième panneau de la prédelle du Retable de Fiesole); autour de 1420; Londres, National Gallery.
Légende Fig. 7 – Maître des effigies dominicaines; Panneau des effigies dominicaines; autour de 1340; Florence, Santa Maria Novella.
Légende Fig. 9 – Fra Angelico; Retable du Louvre; autour de 1425-1430; Paris, musée du Louvre.
Légende Fig. 10 – Fra Angelico; Madone des ombres; années 1440; Florence, musée de San Marco.
Légende Fig. 11 – Fra Angelico; Retable de Pérouse (panneau de pilastre : Thomas d’Aquin); 1437; Pérouse, Galerie nationale.
Légende Fig. 12 – Fra Angelico; Retable de Pérouse; 1437; Pérouse, Galerie nationale.
Légende Fig. 13 – Fra Angelico; Retable de San Marco (panneau principal); avant 1443; Florence, musée de San Marco.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Gerbron, « Des images comme miroirs pour l’observance dominicaine en Toscane (1420-1450) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-1 | 2010, 211-238.

Référence électronique

Cyril Gerbron, « Des images comme miroirs pour l’observance dominicaine en Toscane (1420-1450) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/603 ; DOI : 10.4000/mefrm.603

Haut de page

Auteur

Cyril Gerbron

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, cyrilgerbron@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org