Navigation – Plan du site
Mélanges

Judith protagoniste sur la scène florentine du Quattrocento

Donatello, Lucrezia Tornabuoni et l’auteur anonyme de la Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea
Judith, protagonist of the Florentine scene of the Quattrocento: Donatello, Lucrezia Tornabuoni and the anonymous author of the Devota Rapresentatione of Iudith Hebrea
Sophie Stallini
p. 189-209

Résumés

Si Judith est souvent évoquée ou représentée avant le Quattrocento (notamment dans les bréviaires, les livres d’heures, les psautiers), elle n’apparaît généralement que pour compléter sémantiquement d’autres personnages : elle n’est jamais représentée seule, elle n’est en somme jamais protagoniste. Le tournant, bien que progressif, s’opère à Florence. Entre la représentation qu’en propose Lorenzo Ghiberti (Porte du Paradis) et le bronze de Donatello commandé à l’artiste par Côme l’Ancien et son frère Laurent de Médicis, le statut qu’occupe la belle veuve change de manière radicale : il faudra bien peu de temps, à partir de là, pour qu’elle devienne l’un des sujets les plus souvent traités par les écrivains et les artistes, à Florence et dans toute l’Italie, au xve siècle et aux siècles suivants. L’article parcourt et analyse la fortune de Judith sur la scène florentine du Quattrocento. En expliquant ses relations avec David (le premier bronze de Donatello pour les Médicis), et en s’appuyant sur des témoignages historiques et des documents littéraires, l’auteur met à jour l’évolution que connaît Judith à la fois comme symbole et come autoreprésentation du pouvoir médicéen, de Côme l’Ancien à Laurent le Magnifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les bibliographies font généralement mention de Judith, un petit poème du xe siècle environ, en lan (...)
  • 2 Concernant le théâtre italien à partir du xvie siècle, voir la riche bibliographie reportée dans le (...)

1Quiconque s’intéresse à la fortune de l’histoire biblique de Judith, en Italie, avant et jusqu’au Quattrocento, doit se résoudre à constater que les informations dont on dispose sont très peu nombreuses. Si l’on cite souvent, dans la bibliographie, les poèmes anglo-saxons qui ont exploité ce thème1, on ne sait pratiquement rien de sa fortune en Italie, avant le Quattrocento2

2Nous avons d’abord pensé que le problème était de nature bibliographique et que de nouvelles études, plus approfondies, devaient être entreprises pour combler les lacunes. Nous avons changé d’avis. En effet, si l’intérêt pour Judith a été constant, il a été jusqu’au xve siècle, périphérique, secondaire. Autrement dit : ce personnage apparaissait, avec d’autres, dont il était complémentaire et non – comme on le verra à partir de la moitié du xve siècle – seul, exemplaire, protagoniste.

  • 3 J. Anderson, Judith, Paris, 1997, p. 14.
  • 4 Un magnifique exemplaire d’un bréviaire franciscain milanais du Quattrocento est conservé à la Bibl (...)
  • 5 Dans le XXXII chant du Paradis, Dante la situe dans la «candida rosa» des femmes juives dominées pa (...)
  • 6 Dans la Risurrezione di Niccolò di Mino Cicerchia, auteur siennois du Trecento, par exemple. Sur le (...)
  • 7 Conservée à la Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze (dorénavant B.N.C.F.), citons La gloriosa/ (...)
  • 8 Pour une histoire des représentations de Judith avant le xvie siècle : N. Stone, Judith and Holofer (...)

3La présence de Judith, bien que « périphérique », est continue. Elle apparaît sur les miniatures des manuscrits3 (bibles, psautiers, bréviaires, livres des heures4). Elle se prête aussi au polymorphisme des différents genres littéraires : Dante et Pétrarque s’en souviennent tous deux comme d’une « femme vertueuse » dans leurs poésies respectives5, mais les cantari6 font également honneur à la belle veuve avant qu’elle ne foule la scène des théâtres : elle fait son entrée dans les sacre rappresentazioni puis, un peu plus tard – franchissant le seuil du xvie siècle – dans la comédie7, la tragédie, l’opéra. Les arts figuratifs ne sont pas en reste : Judith est sculptée, peinte, gravée sur le verre, tissée sur les tapisseries8. Sa présence, bien que toujours associée à d’autres personnages bibliques, a valeur de symbole et acquiert, avec le temps, des significations variées.

  • 9 Ainsi l’appelle Lucrezia Tornabuoni dans son Ystoria di Iudith publiée par Fulvio Pezzarossa, I poe (...)
  • 10 Rappresentazione di San Quirico e Giuditta conservée à la B.N.C.F., Fondo Nazionale II.III.426, opu (...)
  • 11 Trois manuscrits enluminés de ce texte peuvent être consultés en ligne : les mss 413 e 252 de Troye (...)
  • 12 Le manuscrit enluminé est conservé à la BnF., ms fr. 938. Il est possible de le consulter en ligne (...)

4Ainsi, lorsqu’elle fait ses premiers pas hors du récit biblique, Judith, qui en italien, devient Giuditta (mais aussi Iudith, Iudetta9, Giulitta, Giuletta voire Giulica10), est la personnification de l’Humilité qui triomphe sur la Luxure et sur l’Orgueil. Cette image est probablement tributaire de l’héritage transmis par le De spectaculis de Tertullien, qui est le premier à représenter les vertus cardinales – Prudence, Justice, Tempérance et Force – et théologales – Foi, Espérance, Charité – sous la forme de jeunes amazones qui luttent contre les vices, mais surtout par Prudence qui, dans sa Psychomachie, a représenté les vertus comme autant de personnages féminins remportant la lutte contre les vices. Par ailleurs, le Speculum virginum (écrit vers 1140 environ) est un traité spirituel (attribué à Conrad de Hirschau), très largement diffusé au Moyen Âge, qui participe au mouvement de réforme monastique du xiie siècle. L’auteur y réunit douze illustrations qui condensent les leçons dont il faut se souvenir pour une lecture profitable du livre. Parmi ces douze images, il y a la victoire de l’Humilité (représentée sous les traits de Judith) sur l’Orgueil (qui emprunte l’apparence d’Holopherne)11. Il y a plus encore. En 1294 on publie, en France, la Somme des vices et des vertus. Judith y représente l’allégorie de la pureté contre la luxure, lorsqu’elle décapite Holopherne12.

  • 13 L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris, 1956, t. II, I, p. 330.
  • 14 N. Stone, Judith and Holofernes... cit., p. 76-77 et 80. Jaynie Anderson souligne que, dans le Spec (...)

5Judith apparaît aussi comme figuration vétérotestamentaire de la Vierge. Cela n’est guère surprenant : outre les lectures littérales, anagogiques, et tropiques du livre sacré, le Moyen Âge lisait typologiquement l’Ancien testament comme une préfiguration du Nouveau, en établissant des parallélismes et des correspondances entre les deux textes. Saint Bonaventure (1217-1274) est le premier à expliquer que la Vierge, à l’instar de Judith, a coupé la tête du démon, dont Holopherne était l’émissaire et Nabuchodonosor l’incarnation13. Les illustrations de la « Bible d’Arsenal », dont l’auteur est un croisé français, proposent au reste elles aussi, au xiiie siècle, une interprétation de Judith comme préfiguration de la Vierge14.

  • 15 L. Réau, Iconographie de l’art chrétien... cit., t. II, I, p. 330.
  • 16 Dans les pays germaniques, des personnages légendaires comme les reines Sémiramis, Tomyris, Teuca e (...)
  • 17 N. Stone, Judith and Holofernes... cit., p. 81 et n. 26 p. 86.

6Judith est, enfin, une femme guerrière (egregia bellatrix) ou l’une des neuf Preuses15. Le thème des neuf Preux fait son apparition en 1312, dans le Vœux du Paon, un roman chevaleresque versifié, dont l’auteur est Jacques de Longuyon. Bientôt cependant, entre 1373 et 1387, Jean le Fève présente, dans le Livre de Lëesce, neuf héroïnes, neuf modèles idéaux de vertu, d’audace et de courage. La liste de ces neuf personnages à l’apparence de femmes n’a jamais été vraiment fixée16. Judith compte néanmoins parfois parmi ces neuf Preuses et le motif de son courage – qui apparaît en Italie, autour du xie siècle – n’y est peut-être pas étranger : Judith est souvent représentée, en effet, tandis qu’elle brandit un sabre dans sa main droite et empoigne, de sa main gauche, la tête d’Holopherne17.

  • 18 Ainsi en sera-t-il dans d’autres villes que Florence : à Sienne, par exemple, où un pavement de la (...)
  • 19 Contre la menace turque, d’abord, et les protestants, au xvie siècle. P. Brunel, Dictionnaire des m (...)

7Plus tard, lorsqu’on ne saisira plus d’elle que l’opposition fondamentale entre bien et mal, Judith revêtira l’habit de la République s’opposant au tyran18, ou de l’Église catholique dans ses luttes19.

8Des images et des récits, qui procèdent par contamination réciproque, créent, au fur et à mesure, une sorte de stratification des signifiés ; ils s’entrelacent donc et finissent par rendre Judith un personnage familier.

9Une question s’impose toutefois : quand ce personnage, jusque là simple comparse dans les arts figuratifs et dans les Lettres en Italie, acquiert-il son rôle de protagoniste ?

10La grande porte du paradis de Lorenzo Ghiberti (vers 1452) marque très certainement un tournant dans les représentations qui sont données d’elle. Pour la première fois en Italie, Judith occupe, seule, une corniche narrative : elle est représentée debout, victorieuse, le bassin en avant ; son bras droit brandit au-dessus de sa tête le cimeterre ; son poing gauche, fermé et baissé le long de son corps, tient par les cheveux la tête sans vie d’Holopherne. Judith est pieds nus, enveloppée de draps grossièrement noués autour de sa taille qui amplifient, de manière un peu épique, l’aura énergique et victorieuse qui émane d’elle. Sa représentation est confiée à un langage socioéconomique de l’image. Le courage de l’humble femme qui triomphe d’un ennemi placé au second plan, simple trophée dans ses mains, est le vrai sujet de ce panneau. Le suivant, juste à côté d’elle, représente David luttant contre les Philistins.

  • 20 Nous savons en effet qu’en septembre 1457, lorsque le sculpteur quitte Florence pour Sienne, il ava (...)
  • 21 C’est ce que démontre F. Caglioti, ibid., I, p. 81-100.

11Quelques années plus tard, une autre Judith est commandée à Florence : il s’agit de la statue de bronze que les deux frères, Côme et Laurent de Médicis, demandent à Donatello. Nous sommes en 1456-1457, mais la statue ne sera livrée qu’en 146420. Statue colonnaire montée sur un piédestal (et non, comme on l’a longtemps supposé, sur une fontaine)21, elle est destinée au jardin du Palais de la via Larga.

12La Judith de Donatello a, elle aussi, déjà infligé le premier coup de cimeterre et sa main gauche tient par les cheveux la tête de son ennemi, pendant que, de son bras droit, elle s’apprête à porter le coup fatal qui décollera Holopherne. La scène est construite en un mouvement de rotation qui s’articule sur les contrastes et qui impose au spectateur de tourner autour de la statue. Judith est droite, debout, ses cheveux sont couverts d’un voile, son visage est impassible, déterminé. L’arme au poing, son bras levé est prêt à s’abattre sur la gorge déjà ouverte d’un ennemi avachi à ses pieds, les jambes écartées et pendantes, la poitrine raide. La tête d’Holopherne est renversée, sa bouche est ouverte et ses yeux clos, ses cheveux sont encore tressés, épars sur ses épaules : le personnage a l’aspect d’un pantin disloqué.

  • 22 Certains ont soutenu que la Porte du Paradis avait influencé Donatello pour la représentation de sa (...)

13Dans les deux sculptures de Donatello et de Ghiberti, Judith est rapprochée de David. Pourtant, elle n’est plus directement unie à lui22. Cela fait une sensible différence : Judith dispose, à partir de ce moment, d’une autonomie représentative qui ira en s’amplifiant ; elle acquiert un espace qui lui est propre.

  • 23 Rappelons que le David de Donatello représente le héros nu, sorte de très jeune idole, tandis qu’il (...)
  • 24 Le David de Donatello peut en effet être daté des années 1435-1440 d’après les études de F. Cagliot (...)
  • 25 S. Blake McHam, Donatello’s bronze David and Judith as metaphors of Medici rule in Florence, dans T (...)
  • 26 F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, chap. 2, p. 57-80.
  • 27 Les textes ont été retrouvés par F. Caglioti, à la Biblioteca corsiniana de Rome : ms 36 E. 19, n° (...)

14Et elle doit principalement cette nouvelle autonomie au David avec lequel elle entretient, du moins au début et surtout en ce qui concerne les deux bronzes de Donatello, une relation dialogique : tous deux sont des personnages de l’Ancien Testament, réunis sous le signe de la tradition hébraïque, dont les bronzes exaltent les victoires contre l’ennemi du bien commun23. Dans les deux cas, les deux personnages passant pour être les plus faibles, la veuve et le jeune berger, synthétisent l’héroïsme de deux enfants du peuple que rien ne semble prédisposer à la gloire : leur courage et leur foi en Dieu seulement leur permettent de triompher. Ces deux bronzes sont des statues privées, demandées par une même famille, à un même artiste, à une vingtaine d’années d’écart24. Enfin, au-delà de la multiplicité des études qui ont vu le jour au fil des années pour défendre la « parenté » des deux statues25, il suffira de rappeler que chacune avait, à l’origine, une inscription de Gentile Becchi26 (le précepteur de Laurent de Médicis), dont l’autre statue se faisait l’écho. Nous reviendrons bientôt sur ces inscriptions27.

15Une des interrogations qui, à ce jour, n’a toujours pas trouvé de réponse satisfaisante, concerne les motivations des Médicis, lorsqu’ils ont demandé à Donatello de leur couler une Judith. Quel désir ou quel besoin les Médicis exprimaient-ils ainsi ? Pourquoi d’abord un David, puis une Judith qui, souvenons-nous, n’avait été jusque là qu’une figurante ?

  • 28 Nous nous écartons ici nettement de l’opinion défendue par F. Caglioti (ibid.., I, p. 235), selon l (...)

16En vertu des liens qui unissent les deux bronzes, mais aussi des vingt ans qui les séparent, le postulat suivant peut être proposé : pour les commanditaires de l’œuvre, Judith devait véhiculer une image mise à jour du pouvoir ; un pouvoir que David, représentait alors de manière imparfaite28. Sorte de réélaboration d’une pensée, à la fois si semblable et si différente, Judith avait probablement été voulue pour la spécificité de son histoire. Sinon, pourquoi ne pas refaire un autre David, en choisissant par exemple un autre artiste ? C’est ce qui se produit lorsque le Gonfalonier Piero Soderini demande à Michel-Ange le David qui trônera place de la Seigneurie, dont l’interprétation n’est pas religieuse (contrairement à ce qui avait été initialement prévu), mais civile, et plus précisément anti-médicéenne.

17Une partie de la réponse aux questions posées doit être recherchée dans les histoires respectives de David et de Judith, ainsi que dans l’histoire de cet autre protagoniste qu’est Florence et qui a vu son nom si intimement lié à celui des Médicis.

  • 29 N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), Florence, 1971, p. 3.
  • 30 Suite aux délibérations du 29 settembre 1434 : C. Gutkind, Cosimo de’Medici il vecchio, Florence, 1 (...)

18Condamné à dix ans d’exil le 11 septembre 143329, Côme retrouve Florence le 5 octobre 1434, après avoir demandé – et obtenu – l’avis favorable de la Seigneurie et de la Balìa30.

  • 31 Ibid., p. 121-122.
  • 32 Ibid., p. 124.
  • 33 Ibid., p. 128, 130, 133-134.

19Son retour si rapide est rendu possible grâce à la Seigneurie philo-médicéenne qui a pris ses fonctions en septembre 1434. La découverte des graves malversations dont s’était rendu coupable Rinaldo degli Albizzi (ainsi que ses proches31), les craintes florentines d’une alliance avec Milan32, l’intervention du pape Eugène IV, qui s’était réfugié à Santa Maria Novella, le couvent dominicain où Côme conservait une partie de ses biens, sont autant d’autres raisons qui facilitent ce rapide retour33. Côme n’avait donc qu’à attendre le moment propice pour retrouver Florence.

  • 34 N. Rubinstein rappelle que seuls huit Médicis et deux Pucci avaient été condamnés à l’exil à l’auto (...)
  • 35 S. Blake McHam, Donatello’s bronze David... cit., note 95, cite un écrit apologétique de Francesco (...)

20Ce retour sonnait le glas du vieux parti oligarchique qui avait exercé son pouvoir pendant près de cinquante ans. Le nouveau régime va à proprement parler, le décapiter : il s’impose en bannissant et en ruinant des familles entières. De pareilles mesures ne s’étaient jamais vues auparavant34. Dans un tel climat, comment ne pas établir un parallèle entre la situation florentine, la sitution personnelle d’un homme qui était sur le point de prendre les rênes de la cité, et la statue du David, qui est commandée, à ce moment précis, par Côme en personne ? À la même époque, certains humanistes commencent à proposer une image d’un Côme défenseur de la liberté35.

  • 36 C. Bec, Il mito di Firenze da Dante a Ghiberti, dans R. Kreutheimer et al. (dir.), Lorenzo Ghiberti (...)
  • 37 C’est ce qu’attestent des documents retrouvés par Maria Monica Donato : M. M. Donato, Hercules and (...)

21En d’autres termes, pour la situation spécifique des Médicis à Florence, ce David représentait l’alter ego parfait, dont le pouvoir avait besoin à des fins de propagande et d’affirmation d’un nouveau héros (ainsi que la société humaniste l’avait enseigné et établi). Dans un article de 1978, Christian Bec expliquait comment le mythe de la cité de Florence était passé d’une louange de la collectivité, encore bien vivante dans les écrits de Giovanni Villani ou de Boccace, au mythe d’une Florence triomphante, pour ses idéaux civils – exaltation de la libertas comme condition de la démocratie et de l’accès aux charges publiques – et culturels. Célébrée comme la patrie des artistes et des poètes, creuset des Lettres humanistes et de la littérature en langue vulgaire, Florence l’est aussi au Quattrocento à travers la glorification de personnages héroïques, comme Hercule, par exemple, représenté sur le sceau de l’État. Christian Bec ajoutait, à la fin de sa communication, qu’ « au mythe de Florence a succédé, peu à peu, le mythe médicéen »36. Du reste, le David en marbre de Donatello (1408-1409, repris en 1416) recevait déjà une lecture politique, au moment où l’artiste le présentait : on y voyait une représentation du héros qui défendait Florence de ses ennemis37.

  • 38 L’épigramme de Gentile Becchi est cependant postérieure à l’époque de création de la statue et elle (...)

22L’hypothèse d’une triade sémantique où chaque élément est l’équivalent des deux autres, s’articulant en « Côme id est David id est Florence », dans les années 1435-1440, est d’autant plus probable que l’épigramme de la statue de bronze, dont on a parlé quelque lignes plus haut, affirmait38 :

  • 39 Celui qui défend la patrie est destiné à vaincre. Dieu ruine les barbares intentions du plus violen (...)

Victor est quisquis patriam tuetur
Frangit immanis Deus hostis iras
En puer grandem domuit tyrannum
Vincite, cives !39

  • 40 L’utilisation polysémique du déponent tueor est intéressante : le verbe renvoie à l’exil et à l’act (...)
  • 41 Machiavel raconte : «E rade volte occorse che uno cittadino, tornando trionfante d’una vittoria, fu (...)
  • 42 Livre de Samuel, I, 16, 11-13.
  • 43 R. Trexler, Famiglia e potere a Firenze nel Rinascimento, Rome, 1990, p. 100.
  • 44 F. Hartt in Lucerna ardens et lucens, in R. Kreutheimer et al. (dir.), Lorenzo Ghiberti... cit., vo (...)
  • 45 Sur l’usage du bronze pour les statues du David et de la Judith de Donatello et pour une approche c (...)

23Les références à Rinaldo degli Albizzi (connu pour son tempérement impétueux et violent) et, par métonymie, à ses partisans du parti oligarchique, mais aussi à « celui qui est victorieux en sauvegardant la Patrie »40 et qui partage sa victoire avec le peuple41, sont on ne peut plus claires. L’adnominatio du premier et du dernier vers (« victor » / « vincite ») est tout à fait opportune car elle unit, dans la victoire, le premier aux seconds. Fidèle au récit biblique selon lequel David est le plus jeune fils de Jessé, la statue de Donatello – tout comme l’épigraphe – renvoie à une jeunesse pleine de fraîcheur42. Il est difficile de dire si l’exigence de représenter un jeune garçon correspondait simplement à la volonté d’être fidèle au texte sacré ou si elle participait de cette volonté de « ritualiser » l’enfance, « image publique de la jeunesse dans la vie de la cité »43 qui devenait de plus en plus manifeste à Florence et qui pouvait se transposer au domaine politique avec l’image d’un pouvoir neuf, éclatant et triomphant. Cela équivaut à dire que l’histoire du beau berger et les siècles d’exégèse biblique alimentaient l’exemplum politique. Cette superposition des images, qui favorisait l’amalgame, était, du moins peut-on le présumer, comprise et saisie de manière tout à fait instinctive par les Florentins. En revanche, on le sait, rien n’était laissé au hasard par les acquéreurs de l’œuvre44. L’utilisation d’un matériau comme le bronze, dispendieux, difficile à travailler et généralement réservé, au Quattrocento, à des commissions communales, répondait à l’exigence d’insuffler d’emblée une grande dignité à l’œuvre et à celui qui en demandait l’exécution45.

  • 46 Les douze prieurs plus le Gonfalonier de Justice, les Douze Buonomini, les seize Gonfaloniers de co (...)
  • 47 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 77-81.

24Les travaux de Nicolai Rubinstein ont révélé la mainmise du régime médicéen sur les élections, entre 1434 et 1454, non pas tant en termes d’individus, mais de réseaux d’influence et de représentativité des familles dans les Tre Maggiori46, c’est-à-dire dans les trois plus hautes charges de l’État. L’historien souligne ainsi qu’en octobre 1434, les vieilles bourses sont brûlées et l’on décide qu’on ne conserverait au maximum, pour chaque individu, que deux polices. Si la mesure semble tendre vers plus de démocratie en limitant le cumul des mandats, elle n’a en réalité aucune incidence sur les familles qui, elles, étaient représentées non pas par un, mais par plusieurs individus, et pouvaient, par conséquent, jouer de leur influence parce qu’elles détenaient un pourcentage important des polices globales47.

  • 48 L’étude attentive de la période allant de 1434 à 1453 met en évidence que les critères sociaux adop (...)
  • 49 Ce phénomène a été vérifié en 1445, en 48 et en 53. En réalité, cette soi-disant «ouverture» ressem (...)
  • 50 G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, Florence, 1981, I, p (...)
  • 51 Sur les accoppiatori : A. Zorzi, Politica e Istituzioni in Toscana fra fine Trecento e primo Cinque (...)
  • 52 Ibid., p. 83-105.
  • 53 Ibid., p. 81-82.
  • 54 A. Zorzi, Politica ed istituzioni, dans Storia della civiltà toscana... cit., II, p. 18.

25Malgré un semblant d’« ouverture démocratique » du régime qui s’était sensiblement élargi à sa base48, l’exercice du pouvoir demeurait inchangé par rapport à ce que Florence avait connu par le passé. Les déceptions des citoyens qui n’avaient pas réussi à se qualifier pour les Tre Maggiori étaient la plupart du temps compensées par des qualifications à des responsabilités dans des magistratures mineures, vouées aux affaires intérieures ou extérieures, qui prévoyaient, en sus des honneurs, une rétribution financière importante49. Le nouveau régime introdusit néanmoins une différence de poids : les éléments sur lesquels s’était appuyé le gouvernement de Florence jusqu’alors, c’est-à-dire la pluralité des forces politiques et la liberté d’action dont chacune de ces forces jouissait, finissent par disparaître50. En réalité, Côme hérite d’un système de pouvoir qu’il adapte aux nouvelles contingences, sans pourtant le transformer de façon radicale. Les instruments sur lesquels il s’appuie sont les Accoppiatori51 et les Balìe52. Celles-ci sont, à l’origine, des conseils extraordinaires, plénipotentiaires53, auxquels on confie les décisions les plus importantes de l’État (élections, sûreté du régime, politique étrangère, politique militaire, questions fiscales, élection des magistratures les plus importantes comme les Accoppiatori et les Huit de Garde). À partir de 1438, la durée de ces nouvelles Balìe (ou Conseils Majeurs) est prolongée54 et leur autonomie est accrue, aux dépens d’un fonctionnement démocratique des institutions. Andrea Zorzi explique très clairement le phénomène qui se met en place :

  • 55 «Un Parlement, voire même les seuls Conseils hérités de la tradition communale conféraient à une Ba (...)

un Parlamento, ma anche i soli Consigli di tradizione comunale, conferivano a una Balìa pieni poteri in determinate materie, a cominciare dal rinnovo dello scrutinio agli uffici e dalla nomina degli Accoppiatori, i quali a loro volta eleggevano « a mano » i Signori e controllavano le nomine degli uffici maggiori55.

  • 56 L’histoire du notaire Filippo Peruzzi que Curt Gutkind (Cosimo de’Medici... cit., p. 170-171) narre (...)
  • 57 Ibid., p. 99-105.
  • 58 Ibid., p. 107-111.
  • 59 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VII, cap. II, p. 642) écrit à ce sujet : «[...] venuto (...)
  • 60 Il ne s’agit pas d’un anachronisme. Côme n’est pas désigné par cette expression après sa mort seule (...)

26Un tel contrôle sur l’État florentin permettait aux familles hégémoniques de faire passer leurs intérêts privés devant les intérêts de l’État, quand ceux-ci étaient différents56. Ou, du moins, essayaient-elles de le faire. La faiblesse principale de la Balìa était sa dépendance vis-à-vis des Conseils statutaires auxquels elle essayait de soustraire le pouvoir, sans toujours y parvenir si l’on en croit l’opposition croissante que manifestent l’opinion publique et ces mêmes Conseils57. L’hoIbid., p. 87, 88, 91-95 ; tilité populaire est telle, en 1454, qu’il n’est plus envisageable d’avoir recours aux Balìe, d’autant que Florence vient de signer la paix de Lodi avec Milan. Il faut donc en revenir à une forme plus traditionnelle de gouvernement, par tirage au sort58. L’incertitude qui en dérive créée une crise profonde au sein du parti médicéen59. Il y a deux réactions. La première consiste en une tentative d’annuler, en 1455, le résultat des élections de 1453 ; la seconde, dans la conjuration contre le régime en 1457. Aucune n’aboutit à une issue positive mais chacune d’entre elles met bien en évidence les difficultés que Florence et le pater patriae60 doivent affronter à ce moment-là.

  • 61 «Era stata votata una legge (evidentemente per provvedere a ogni contingenza) che stabiliva che in (...)
  • 62 Lire le discours di Luca Pitti à la Pratica du 2 juillet 1458 (le jour qui a suivi l’extraction de (...)
  • 63 La plus importante eut lieu en 1448-1450.
  • 64 Antonio Pierozzi écrit, suite à la grande famine de 1453 que le gouvernement lui a attribué 500 flo (...)
  • 65 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 109, n. 11 et 12.
  • 66 La loi de 1427 sur le recensement des biens par famille avait été abolie, en 1434, lorsque Côme ava (...)
  • 67 C. Gutkind, Cosimo de’Medici... cit., p. 175.

27Alors que son parti se fissure en factions, Côme perd le soutien populaire. À l’impopularité de la manière de gouverner61 s’ajoutent les guerres intermittentes62, les épidémies de peste63 et les famines64 qui ont durement éprouvé la cité et sa population. Pour Côme, il n’est pas question de répondre par la force, ni aux problèmes internes au parti, ni à son impopularité. Il n’accepte pas, par conséquent, les propositions de ses partisans, ni celles de Milan qui lui offre son aide, pour demeurer le « Seigneur » de Florence65. Il n’accepte pas non plus de s’opposer, en 1458, à la restauration du catasto66, en vertu de la popularité de cette loi, dans les milieux les plus modestes, parce qu’elle frappait les plus riches67. Au contraire : les témoignages dont nous disposons sont unanimes. À partir de 1455, Côme choisit d’adopter une position de second plan. Par deux fois, Machiavel insiste sur la volonté que Côme affiche de ne pas participer aux affaires publiques. Il écrit :

  • 68 «Côme n’avait que deux solutions pour freiner ce mécontentement : soit il reprenait le pouvoir par (...)

Cosimo, a frenare questo umore aveva uno de’ duoi rimedi : o ripigliare lo stato per forza con i partigiani che gli erano rimasi e urtare tutti gli altri, o lasciare ire la cosa e con il tempo fare a’ suoi amici cognoscere che non a lui, ma a loro propri lo stato e la reputazione toglievono68.

28Il ajoute :

  • 69 «Luca Pitti, un homme vif et audacieux, étant devenu Gonfalonier de Justice, il sembla à Côme que l (...)

[...] sendo pervenuto al gonfalone di giustizia Luca Pitti, uomo animoso e audace, gli parve tempo di lasciare governare la cosa a quello, acciò se di quella impresa s’incorreva in alcun biasimo, fusse a Luca non a lui imputato69.

  • 70 Pitti conserve le pouvoir jusqu’en 1466. Malgré une période glorieuse (il devint «Chevalier du Peup (...)
  • 71 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 156.

29Côme laisse donc Luca Pitti prendre en main les rênes du pouvoir70. Pendant ce temps, il essaye de regagner la faveur populaire. Si l’on trouve encore son nom parmi les membres de la Balìa de 1458, il disparaît complètement des fonctions les plus importantes ainsi que des procès verbaux des réunions des Pratiche71. Indépendamment des problèmes de santé qu’il connaît à cette période, ce n’est sûrement pas un hasard si, au moment où les difficultés les plus importantes de sa carrière surgissent, dans la cité et à l’intérieur de son propre parti, il choisit de quitter le sommet du pouvoir.

  • 72 Il écrit : «conosceva le difficoltà ch’era a tenere uno stato [...]. Usocci drento una grandissima (...)
  • 73 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VII, chap. V, p. 648) saisit parfaitement l’usage que (...)
  • 74 F. Guicciardini, Dialogo e discorsi del reggimento di Firenze, éd. R. Palmarocchi, Bari, 1932, p. 3 (...)

30Trois témoignages abondent dans ce sens et nous permettent de comprendre la stratégie de Côme : de Vespasiano da Bistìcci dans ses Vies72, à Machiavel73 dans ses Histoires, ou à Guichardin dans son Dialogue sur la façon de régir Florence74, tous les trois soulignent l’attitude de modestie que Côme adopte. C’est une modestie qui cache sa réelle position à Florence. L’humilité qu’il « exhibe » a pour but principal d’apaiser l’opinion publique et les membres de son parti. Et ce n’est pas un hasard si, en 1456-1457 justement, les frères Côme et Laurent demandent à Donatello une Judith.

  • 75 Livre de Judith, VIII, 24 : Et nunc, fratres, ostendamus fratribus nostris quoniam ex nobis pendet (...)
  • 76 Ibid., XVI, 21 : Post illos autem dies rediit unusquisque in hereditatem suam, et Iudith abiit in B (...)
  • 77 Ibid., XVI, 22 : et multi concupierunt eam, et non cognovit vir illam omnibus diebus vitae eius, ex (...)
  • 78 Ibid., XVI, 23 : et dimisit abram suam liberam.
  • 79 Ibid., XVI, 24 : Divisitque bona sua, priusquam moreretur, omnibus proximis viri sui Manasses et pr (...)
  • 80 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 154; N. Rubinstein, Cosimo optimus civis, dans F. (...)
  • 81 Très justement N. Rubinstein (Il governo di Firenze... cit., p. 155) souligne que «l’autorità di Co (...)
  • 82 Francesco Caglioti rappelle que la statue de Donatello doit être regardée de bas en haut – et non f (...)
  • 83 La théorie selon laquelle les deux statues de David et Judith seraient une réélaboration médicéenne (...)

31De même que Côme est – ou veut apparaître – le primus inter pares, Judith est la prima inter pares. Elle est celle qui sauve sa cité du tyran – en ce cas, elle est tout à fait semblable à David – mais Judith est aussi celle qui appelle les citoyens à rester unis et à résister75 ; elle est le personnage qui, une fois son devoir accompli, retrouve son domicile76 ; elle est la femme vertueuse qui refuse de se remarier77, affranchit sa servante78 et distribue ses biens avant de mourir79. Judith, contrairement à David, ne devient jamais reine. Elle est la synthèse de toutes les vertus réunies : des vertus cardinales (Prudence, Justice, Tempérance et Force) comme des vertus théologales (Foi, Espérance, Charité). Elle est, enfin et surtout, la personnification de l’humilité. Et la voilà, l’image qu’en ces années de troubles, plus que jamais, Côme veut donner de lui, non pas seulement au peuple, mais aux membres de son propre parti (il arrivait en effet souvent que les réunions de l’État florentin, se déroulent dans le Palais Médicis de Via Larga80), voire même à ses proches. Reflet de Côme et de sa manière de concevoir l’exercice du pouvoir81, à la fois si semblable et si différente du David triomphant82, la Judith de Donatello conduit la leçon politique médicéenne bien au-delà de ce que pouvait espérer faire le jeune garçon83.

32De fait, sous la statue de Judith se trouvait l’épigramme suivante :

  • 84 Salut Public. Pierre de Médicis, fils de Côme a dédié cette statue de femme à l’union de la force e (...)

Salus publica.
Petrus Medices Cos. fi. libertati simul et fortitudini
hanc mulieris statuam, quo cives invicto
constantique animo ad rem publicam tuendam redderentur,
dedicavit.
Regna cadunt luxu, surgunt virtutibus urbes :
Cesa vides humili colla superba manu84.

  • 85 «Petrus Medices Cosmi filius».
  • 86 Le manuscrit retrouvé par F. Caglioti est daté de 1464 (F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., (...)

33À l’instar de celle du David, cette épigramme est postérieure à la commande de l’œuvre : elle porte en effet la dédicace de Pierre le Goutteux. Si elle confie à la génération suivante le soin d’interpréter le message politique de Côme (sa conception du gouvernement se reconnaît dans l’opposition entre les « règnes » et les « cités »), elle permet à Pierre de s’affirmer explicitement comme successeur de son père85. Et il savait bien combien cette filiation lui était nécessaire, en 146486.

  • 87 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 165-210; A. Rochon, La jeunesse de Laurent de Médi (...)

34Ennemi du père et du fils, Agnolo Acciaiuoli s’oppose très sérieusement à Pierre, dès son arrivée au pouvoir (1464), contrairement à Luca Pitti qui, au début du moins, le soutient. Pierre commet immédiatement de graves erreurs, d’ailleurs, ce qui est loin de lui faciliter la tâche à la tête de l’État, car il est extrêmement contesté (au point d’échapper de justesse à un attentat, connu sous le nom de congiura del Poggio, en 1466, deux ans à peine après avoir « succédé » à son père). Il demande par exemple aux débiteurs de Côme de lui rendre, sur le champ, les sommes qui leur avaient été prêtées, et il crée ainsi, d’emblée, une forte animosité contre lui. En 1466, il parvient à récupérer, in extremis, grâce à l’extraction d’une Seigneurie qui lui est favorable, une situation extraordinairement délicate pour lui, qui est née de l’annonce de la suppression imminente du Conseil des Cent (pilier du pouvoir médicéen). Il réussit malgré tout à convoquer un Parlement (sur le modèle de celui qui avait été constitué en 1458) et à instaurer une Balìa qui confie immédiatement aux Accoppiatori les bourses de la Seigneurie. Le tirage au sort des noms ne sera définitivement aboli qu’en 1494. Il décide enfin de bannir ses plus importants ennemis, tandis que les « tièdes » sont réabsorbés au sein de son gouvernement. Ce n’est qu’alors qu’il réussit à s’imposer comme chef de l’État87.

  • 88 L’emploi du même verbe, dans les deux épigraphes, est significatif. Seule différence : tandis que, (...)
  • 89 S’agit-il d’une allusion cachée à Luca Pitti?

35La comparaison des deux épigraphes met en lumière le contexte de l’une et de l’autre : tandis que l’ « ennemi » est explicitement cité dans la première, la seconde invite les citoyens à la prudence (il faut continuer à sauvegarder la République88) et se méfier de ceux qui exhibent leur propre grandeur89 (regna cadunt luxu puis, dans le vers suivant : colla superba), parce qu’elle est destinée à précipiter. Au contraire, il faut se confier aux vertueux (surgunt virtutibus urbes), à ceux qui font preuve d’humilité (humili manu).

  • 90 Judith était une patricienne (Livre de Judith, VIII). Mais sa condition de riche veuve qui abandonn (...)

36L’humilité ne renvoie naturellement pas à une catégorie socio-économique, mais à la vertu chrétienne90. La leçon politique est très claire et, cette fois encore, elle est portée par l’exégèse biblique. Judith en est à la fois le vecteur et la réalisation, idéologique et physique.

  • 91 Nous signalons : Anonimo fiorentino, Judith, 1465, Sandro Botticelli, La découverte du cadavre d’Ho (...)

37À partir de là, le sujet Judith s’impose à Florence. Outre les nombreuses représentations picturales qui fleurissent dans la capitale toscane et ailleurs en Italie (dix au moins entre 1465 et 150091), la littérature s’y intéresse et commence à se l’approprier. Sans surprise, ces textes naissent dans le milieu médicéen et exaltent, sous la surface polie de l’exemplum religieux (grâce à lui, en vérité), des contenus politiques prégnants.

38La toute première trace d’un récit qui a pour sujet Judith a (significativement) pour auteur la femme de Pierre le Goutteux et mère du futur Magnifique : Lucrezia Tornabuoni.

  • 92 Édition contemporaine : F. Pezzarossa, I poemetti sacri di Lucrezia Tornabuoni, Florence, 1978, p. (...)
  • 93 Ibid., p. 41-42.
  • 94 L. de’ Medici, Simposio, éd. M. Martelli, Florence, 1966, p. 10.
  • 95 L. de’ Medici, Tutte le opere, éd. P. Orvieto, Rome, 1992, II, p. 606.
  • 96 Livre de Judith, 12, 20 : Et iucundatus est Holofernes de ea et bibit multum vinum, quantum numquam (...)

39La Ystoria di Iudith92, poème sacré de 151 huitains, aurait été composée vers 1470-1474. Fulvio Pezzarossa propose 147493. Toutefois, cette datation se fonde sur des critères qui ne sont pas complètement convaincants : l’année de la composition est déduite de certaines correspondances qu’entretient ce texte avec le satirique Symposium de Laurent de Médicis (rédigé autour de 1466-1467, comme nous l’a enseigné Mario Martelli94, puis repris par l’auteur quelques années plus tard, vers 1473, voire même une troisième fois, dans la seconde moitié des années 8095) et Fulvio Pezzarossa de citer deux vers, le premier tiré de la Ystoria di Iudith (CXXI, 4) et le second du Symposium (II, 102), où la même expression (« dar da ritto a mancina ») est employée par la mère et le fils, ce qui lui permet d’en déduire « une filiation poétique Laurent > Lucrezia ». Il en conclut que le terme post quem de la composition de Lucrezia Tornabuoni est 1474. Or, l’emploi d’une même expression ne nous dit pas lequel des deux auteurs l’a utilisée le premier. Quant aux jeux de mots parodiques entre divino et di vino, dont Fulvio Pezzarossa souligne qu’ils sont fréquents au sein du cercle laurentien, certes la reprise ne peut être niée en bloc, mais il convient néanmoins de garder à l’esprit que le sujet traité par Lucrezia se prête parfaitement à leur utilisation : « divin », parce que le sujet est sacré, et « du vin », comme adéquation de la peine à la souffrance causée, en l’occurrence du vin qui va perdre Holopherne en réponse à la soif dont il fait souffrir les Juifs (ce contrapassum existe de surcroît déjà dans la Bible96).

40Cela dit, le poemetto de Lucrezia pourrait effectivement être postérieur à 1469, année du veuvage de l’auteur. Lucrezia Tornabuoni déclare en effet dans son Ystoria di Iudith (III) :

  • 97 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 202. Traduction : «En prose je l’ai rédigé / Et son cou (...)

I’ l’ò così scripta in prosa
et tanto m’è piaciuto il suo ardire :
essendo vedovetta et temorosa
hebbe il tuo aiuto et seppe fare et dire97.

41Si elle a l’habitude – comme dans le Saint Jean Baptiste – de résumer les traits essentiels des protagonistes, le veuvage de Judith n’est pas lié à son action et il ne semble pas fondamental ou significatif dans l’économie du récit. Si bien que cette citation pourrait être motivée par des raisons autobiographiques. Au demeurant, à la fin de la strophe, l’auteur se met sur le même plan que Judith et demande à Dieu de lui venir en aide pour écrire des vers plaisants. Pierre meurt en 1469 : nous pouvons donc fixer, comme terme ante quem l’année 1470 pour la composition de la poésie de Iudith. Néanmoins, d’autres aspects du discours que nous allons bientôt aborder, pourraient reculer la date de la composition jusqu’à l’été 1472.

  • 98 Le texte est conservé à la Biblioteca Riccardiana de Florence (dorénavant F.R.). : Riccardiano 1700 (...)
  • 99 Outre les «castella», les «duchi» et les «baroni» qui peuplent le récit, nous pouvons citer certain (...)
  • 100 Quelques exemples parmi les très nombreux qui s’offrent : le banquet est l’épisode qui met le mieux (...)
  • 101 Nous ne donnons que quelques exemples : Ystoria di Iudith, § 38, pour le vocabulaire militaire «bom (...)
  • 102 D. Kent, Cosimo de’ Medici... cit., p. 70-71.

42Le texte de Lucrezia s’inspire du récit biblique. Il a cependant des traits communs avec les genres du contraste et du cantare. Il doit au premier sa structure binaire : les deux superbes (Nabuchodonosor et Arsaphat) s’affrontent d’abord (§ 6-28), puis Nabuchodonosor affronte les Juifs (§ 29-151). Cette seconde partie sert de cadre à l’opposition entre Holoferne (Capitaine du Roi superbe) et Judith (chef de file du Peuple de Dieu). L’articulation donnée à ce récit poétique évoque un drame du début du Quattrocento, composé lui aussi de deux contrastes : le premier oppose Belzébuth et Satan, le second, Satan et le Christ, à travers un épisode où Adam et les prophètes reçoivent leurs vaticinations. La construction est intéressante et le poemetto de Lucrezia est, de ce point de vue, tout à fait comparable98. Le poemetto est tributaire des cantari, non seulement parce qu’il choisit le huitain, mais surtout parce qu’il s’approprie un langage épique et chevaleresque99 où des anachronismes d’une extraordinaire contemporanéité se mélangent à un florentin coloré et populaire100 ou encore à une terminologie technique101 (ce qui, comme le souligne Dale Kent, fait partie des topoi de la littérature populaire102).

  • 103 F. Pezzarossa propose un même destinataire. F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 40-47.

43Les réminiscences littéraires érudites unies à des éléments populaires empruntés au contexte florentin de l’époque suggèrent des destinataires d’un niveau culturel plutôt élevé qui privilégient la langue vulgaire et observent, le sourire aux lèvres, le monde qui les entoure103. Qui pouvaient-ils être sinon Laurent et son frère Julien, avec leurs plus proches amis de la « brigade » ?

  • 104 «Relative» parce qu’on trouve des correspondances dans le Livre de Daniel. Voir note suivante.
  • 105 Après la fête donnée pour célébrer la victoire des Juifs sur Holopherne, Lucrezia narre que Nabucho (...)
  • 106 M. Martelli, Letteratura fiorentina del Quattrocento, Florence, 1996, p. 11-20, 48-57.
  • 107 Antonio Pierozzi lui destine – ainsi qu’à sa sœur, Dianora – l’Opera a ben vivere. Il semble que la (...)
  • 108 Elle ne produit que des compositions sacrées (des laude ou des poésies). Pour les laude : Laude spi (...)

44Au plan de la diégèse, Lucrezia est très fidèle au texte biblique (bien qu’elle n’en suive pas toujours la chronologie). Seuls les derniers huitains introduisent une relative nouveauté104, dictée par des raisons de cohérence du récit : Nabuchodonosor est puni par dieu qui le fait mourir de maladie (§ 149)105. Les rares variantes que l’auteur introduit par rapport au Livre de Judith sont de nature formelle. Elle plie son récit aux exigences du récit oral. Pour rendre le texte plus vivant, elle joue sur l’alternance constante entre style direct et style indirect ; elle emploie le présent dans un discours au passé (stratégie propre à « rapprocher » les événements, à les rendre plus prégnants : § 64) ; elle n’hésite pas à rappeler à elle l’attention du public (« come udite », § 40, 60 et 140 puis « come udirete », § 39), même si ces rappels sont parfois dictés par des exigences métriques (§ 86) ; elle joue de l’anticipation et du suspens (§ 39) ; enfin, elle fait preuve d’un humour qui vient rééquilibrer les situations dramatiques (§ 98, 115, 117). Ses interventions, nombreuses et variées, portent sur les développements narratifs et leur but est de rendre la narration plus agréable et plus actuelle ; ils témoignent de son attention à la dimension religieuse et morale, pédagogique et civile, de sa narration. Les nombreuses figures de l’itération (annomination, polyptote, dittologies synonymiques, polysyndète, répétitions véritables, chiasme) répondent à l’exigence de faire de la forme à la fois un outil du plaisir (la dramatisation ou la vivacité sont généralement confiées à la polysyndète) et un outil pédagogique pour souligner les idées fondamentales : condamnation de la superbe et de la tyrannie (§ 71), invitation à se conformer à des principes moraux (humilité), civils (défense de la liberté, § 71 et 88), religieux (prier et faire des oraisons dès qu’on est en âge de le faire, faire pénitence en se flagellant, § 47, et pratiquer la charité, § 68, 143 et 144). Joindre l’utile à l’agréable, telle est donc l’intention de Lucrezia Tornabuoni. Mais sa Iudith est aussi le reflet de la personnalité et de la position qu’occupait Lucrezia Tornabuoni, dans la société florentine106. La mère de Laurent le Magnifique est une femme très pieuse107. Elle n’évolue que sur le terrain de la littérature religieuse et ne s’en écarte jamais108. De fait, dans son Ystoria, elle invite son auditoire (ou son lecteur) à une pratique religieuse faite de prières, de dévotions, de jeûnes. Les oppositions entre vices (Nabuchodonosor, Arsaphat et Holopherne qui en sont les allégories) et les vertus (les Juifs, Judith) ne manquent pas, mais c’est surtout la lutte entre la Superbe et l’Humilité qui est mise en relief.

  • 109 De superbia in Sancti Antonini Archiepiscopi, Summa theologica, édition d’I. Colosso, O. P. Graz, A (...)
  • 110 A. D’Ancona, Sacre rappresentazioni dei secoli xiv, xv, xvi, Florence, 1872, III, p. 177-198.
  • 111 Ibid., p. 176-177.
  • 112 G. Sercambi, Novelle, a cura di Giovanni Sinicropi, Bari, 1972, nouvelle LXI.

45Il convient cependant de souligner que la lecture que l’auteur propose de ce thème est connotée, pour ne pas dire orientée par une tradition médicéenne de plus de vingt ans désormais, qu’elle s’approprie. Lucrezia se détache en effet nettement des compositions qui voient le jour à Florence sur cette opposition entre Superbe et Humilité : des écrits pieux d’Antonino Pierozzi (dans la Summa theologica, 1440-1454, l’archevêque reprend la longue tradition chrétienne qui identifiait la superbe au diable)109, à la sacra rappresentazione del Re Superbo110 (1472 environ) qui raconte l’histoire d’un Seigneur qui voulait supprimer du Magnificat les vers « deposuit potentes de sede/ et exaltavit humiles » et qui se retrouve nu, après qu’un ange lui a dérobé ses vêtements et s’est fait passer pour lui, l’obligeant à connaître la plus humble des situations, afin de lui faire admettre son erreur et rétablir les vers qu’il avait supprimés. Cette représentation est en réalité une récriture florentine et citadine de la nouvelle De superbia contra rem sacratam du Lucquois Giovanni Sercambi (début du XVe siècle), qui procède elle aussi de textes précédents111. Le Roi Aistolf de Navarre y remplace le Seigneur superbe. Le reste de la trame est comparable sinon que, dans la nouvelle, l’Ange est un mendiant qui vole ses vêtements au roi pendant qu’il est au bain et s’en va avec son escorte112.

  • 113 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 223 : «[...] poter andar ciascun come far suole/ libera (...)
  • 114 Ibid., p. 229 : «[...] pensando ad quello assedio / et la strettezza in che ’l popolo si truova» (§ (...)

46Chez Lucrezia, comme déjà chez Donatello, la superbe est le propre du tyran, tandis que l’humilité représente le peuple et la liberté. Ainsi, à Béthulie, avant que la ville ne soit assiégée, les habitants voudraient pouvoir continuer à circuler librement dans la cité, sans vivre dans la crainte du tyran113. Plus tard, la première pensée de Judith va au peuple : pour lui, elle décide d’agir, afin qu’il ne vive plus dans l’étroitesse114.

  • 115 Ibid. p. 229-230 : «O graziosa donna quanto vali, / nel nostro Dio e ’n te habbian fidanza / che tu (...)
  • 116 Ibid., p. 239 : «[...] mezzo spenzolato / che ’n sul piumaccio non giunse a posare» (§ 123).

47Les vers de Gentile Becchi, aux pieds de la Judith, résonnent lorsque le prince Ozias, sans la moindre hésitation, confie le pouvoir à la belle veuve. L’idée de la force et de la liberté unies est reproposée dans les vers du poemetto. Elle est associée à la vertu et au courage115. En outre, pour tous ceux qui fréquentaient le Palazzo construit par Michelozzo, l’image du bronze de Judith ne pouvait manquer de sauter aux yeux, en entendant la description de la tête d’un Holopherne qui, à ce moment du récit, tombe de sommeil116, ou encore, à propos de Judith qui, après avoir prié Dieu :

  • 117 Ibid., p. 240. Traduction : «Sûre d’elle, elle se redressa / et elle empoigna si bien une épée / [. (...)

si levò su con animo sicuro
et una spada in mano sì ben s’assetta
[...] due volte lo percotìa
e ’l capo dalle spalle levò via
Et dopo questo la donna valente tagliollo
affatto che poco mancava
et in man lo pigliava diligente (§ 125-126)117.

  • 118 Livre de Judith, XIII, 8.

48Dans la Bible Judith frappe par deux fois Holopherne118. En même temps, cette image de Judith debout, impassible et vaillante devant la gorge ouverte d’Holopherne a sûrement aussi été conditionnée par le bronze de Donatello que l’auteur voyait tous les jours.

  • 119 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 209 : «Or intendimi bene quel ch’io ti dico / et habbi (...)
  • 120 Ibid., p. 210 : «A costui non bastò la gran victoria : / questo nostro apetito mai non posa, / ché (...)

49Le texte est entièrement animé par le désir d’actualiser la leçon de Judith et de mettre en garde la jeune génération contre les dangers qui la guettent, en l’invitant à adopter une attitude modérée et à se souvenir de ses aïeux. Une fois qu’il a affronté et vaincu Arsaphat, Nabuchodonosor l’oublie complètement et le laisse mourir, bien qu’il ait été son plus grand ennemi. Lucrezia Tornabuoni commente le passage en soulignant que quiconque manque de modération ou de déraisonne, mérite le préjudice qu’il subit et la moquerie119. Elle prévient également son auditoire contre « l’appétit » qui anime les hommes, leur désir de gloire et de victoires120, en mère qui voit son fils à la tête d’un État et s’inquiète de son devenir. Les mots de Guichardin viennent à l’esprit :

  • 121 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, éd. R. Palmarocchi, Bari, 1968, chap. I (...)

[...] lo stato si assicurò, e Lorenzo ne acquistò grandissima riputazione e forze ; in modo che cominciando a pigliare piè, dette principio a volere essere arbitro della città lui ed a non si lasciare governare da altri »121.

  • 122 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VII, chap. XXV à XXVII (p. 678-682) pour la conju (...)

50Des événements de cette nature, qui culminent au moment du sac de Volterra (en juin 1472)122, peuvent peut-être justifier un avertissement qui semble autant motivé par l’amour maternel, que par la conscience politique de Lucrezia (par sa « mémoire »), car le pouvoir des Médicis s’était affirmé et avait été consolidé parce qu’ils s’étaient présentés comme les premiers au milieu de leurs pairs. Si la composition date effectivement des années 1470-1474, la période de trouble des années 1470-1472 semble être particulièrement propice aux inquiétudes d’une mère pour un fils, très jeune encore, qui est à la tête du pouvoir. C’est pourquoi nous tendons à penser que le poemetto pourrait être immédiatement postérieur à l’été 1472.

  • 123 De la citation aux allusions. Le lexique est surtout proche du Morgante de Luigi Pulci. Laurent, Po (...)
  • 124 Nous n’avons pas parlé du rôle politique de Lucrezia Tornabuoni : nous renvoyons, à ce sujet, à Mar (...)

51La mission que s’était donnée la mère du Magnifique était double : amuser (c’est le rôle d’une langue souvent autoréférentielle123) et éduquer. Sa volonté devient discours et elle parvient à promouvoir, avec force et finesse, des valeurs religieuses certes, mais aussi des valeurs que le casato avait modelées dans les coulisses du théâtre citadin, c’est-à-dire des valeurs politiques et civiles124. Les vers de la captatio apparaissent alors un peu moins artificiels, lorsque Lucrezia rappelait que, comme Judith, qui était « veuve et timorée » a su « agir et dire », elle aussi souhaiterait réussir dans son entreprise « hardie ».

52Judith, alter ego rêvée ou image idéale des Médicis, s’anime, à la fin du xve siècle, sous une forme théâtrale.

  • 125 N. Newbigin, Dieci sacre rappresentazioni inedite fra Quattro e Cinquecento, dans Letteratura itali (...)
  • 126 Elle est conservée à Florence : B.N.C.F., Banco Rari 182.5.
  • 127 B.N.C.F., B.R. 182.1.
  • 128 B.N.C.F., ms Pal. E.6.7.56.X.7.
  • 129 E. Lommatzsch, Beiträge zur älteren italienischen Volksdichtung Untersuchungen und Texte. Band IV. (...)

53Grâce à Nerida Newbigin, la devota rappresentatione di Iudith Hebrea est depuis peu disponible dans une édition moderne125. Au moment de la rédaction de cet article, la pièce ne pouvait être consultée, au mieux, que dans des éditions florentines du xvie siècle (nous n’en avons retrouvé aucun incunable et aucun manuscrit au cours de nos recherches). Notre étude se base par conséquent surtout sur l’édition de 1519126. Lorsque le texte n’était pas lisible, nous avons consulté deux éditions de la seconde moitié du xvie siècle, l’une de 1550127, l’autre de 1554128. Une version plus tardive de ce texte existe (1568) : elle a été republiée en 1963 par E. Lommatzsch129.

54Tandis que le poemetto de Lucrezia Tornabuoni gravite dans la sphère privée des Médicis, la devota rappresentatione di Iudith Hebrea suppose a priori un public plus large. A priori seulement : l’éloge par lequel débute la pièce est univoque et récrit manifestement, en langue vulgaire, l’épigramme de la statue de Judith que Becchi avait composée en latin :

  • 130 «Les règnes impies et les principautés ne s’effondrent / que par la superbe, le luxe et la cruauté (...)

Caggiono e regni, impii & principati
sol per superbia, lusso & crudeltate
& per contrario son sempre esaltati
per la eccelsa virtu d’humilitate (§ 1)130.

55Quelques vers plus loin, ces mots sont repris dans une citation infra-textuelle (§ 75).

56Par ailleurs, la structure de la sacra rappresentazione calque, de manière assez précise, l’organisation du poemetto de Lucrezia Tornabuoni. Les deux premiers huitains servent à l’Ange, pour son Annuncio, après quoi le texte théâtral consacre un nombre de stances comparable à la Ystoria di Iudith pour la confrontation entre Nabuchodonosor et Arsaphat, jusqu’à ce que ce dernier ne rende les armes (§ 3-28 dans la Iudith hebrea et § 6-29 dans l’Ystoria). L’histoire se poursuit avec les conquêtes de Nabuchodonosor jusqu’à ce que le peuple juif ne lui oppose résistance (§ 29 à 38 dans la sacra rappresentazione et §30 à 38 dans le texte de la mère de Laurent de Médicis). Nabuchodonosor désigne Holopherne pour conquérir le territoire des juifs. On commence donc par comparer le sanguinaire capitaine (§ 39 à 41 dans le texte théâtral et § 39 à 43 dans la poésie de Lucrezia) au peuple élu de Dieu (§ 43 à 46 dans la Iudith Hebrea et § 41-43 dans le poemetto). Dans les deux textes, Achior est chargé de raconter les victoires juives : Holopherne, furieux, décide de le faire assassiner devant les murs de Béthulie, mais les Juifs le sauvent (§ 47-57 dans la pièce et § 44-73 dans l’Ystoria). Holopherne assiège Béthulie et la prive de son alimentation en eau (§ 58-67 pour la Iudith hebrea et 74-86 pour le poemetto). Devant l’inquiétude grandissante des Juifs, Judith réagit : elle demande à ses concitoyens de patienter quatre jours de plus et d’avoir confiance en elle. Elle charge sa servante de prendre des provisions et, ensemble, elles quittent la cité (§ 68 à 77 dans la représentation, § 87 à 96 dans le texte de Lucrezia). Parvenue au campement de l’ennemi, Judith demande à rencontrer Holopherne (§ 78-81 dans la sacra rappresentazione et § 97-99 dans le poemetto) ; elle lui promet de l’aider à prendre Béthulie (§ 82-90 dans le texte théâtral, § 100-104 dans l’autre) : Holopherne est séduit et autorise la belle veuve à aller et venir librement dans son campement (§ 91 à 96 dans la Iudith Hebrea et § 105 nella Ystoria di Iudith). Les prières de Judith (§ 97-101 dans la pièce et § 109 du poemetto) soulignent la tension dramatique croi sante et la première différence structurelle entre les deux textes : Lucrezia Tornabuoni confie l’intégralité de l’épisode du banquet organisé par Holopherne en l’honneur de Judith aux mots (à la coquetterie du capitaine s’opposent les prières de Judith avant que les deux personnages ne se rencontrent, § 110 à 122), le théâtre montre (comme les didascalies le confirment). La décollation d’Holopherne est soulignée, dans la représentation (§ 108-110) comme dans le texte de Lucrezia (§ 123 à 126), par les mots de Judith, avant qu’elle ne se mette en chemin pour retrouver Béthulie (§ 111-112 pour le théâtre et § 123-126 pour la narration). Judith y est reconnue comme celle qui a sauvé le peuple juif (§ 113-117 pour la Iudith hebrea et § 129-134 dans le cas de l’Ystoria). Le texte théâtral s’achève ainsi ; Lucrezia Tornabuoni quant à elle proposait deux autres tableaux : la victoire des Juifs sur l’armée d’Holopherne (§ 135-146) puis sur Nabuchodonosor en personne (§ 147-151).

  • 131 Le texte dit : «Gli ebrei fanno oratione in modo di quella lauda ‘se mai la tua virtù vince la guer (...)
  • 132 Elle appartient à l’un des recueils de laude les plus anciens du Quattrocento et a été publiée in L (...)

57Enfin, l’auteur de la pièce fait allusion (entre le 64e et le 65e huitain, dans une didascalie) à une lauda de Feo Belcari, un auteur très proche de la famille des Médicis131. La laude en question a été publiée vers 1480132.

58Sans l’ombre d’un doute, la rappresentazione di Iudith était par conséquent née en milieu médicéen et, malgré les éditions tardives, il s’agissait d’une pièce du xve siècle, probablement au début des années quatre-vingts, ainsi que le confirme l’insertion de la lauda d’une part, et plusieurs renvois à Mars (§ 5, 58, 61) et aux guerres territoriales, d’autre part. C’est le moment où la personnalité de Laurent le Magnifique s’impose à Florence.

59Bien que cette datation soit un peu approximative, elle est confirmée par la morphologie du texte. La Rappresentazione di Iudith Hebrea se développe sur 117 huitains et met en scène vingt-cinq personnages « parlants » et un nombre imprécisé de comparses. Au plan morphologique, la pièce reflète une maturité certaine mais, malgré son dynamisme, elle n’exploite jamais la stichomythie et le vers est toujours parfaitement intègre, ce qui sera bien moins souvent le cas à la fin des années quatre-vingts et après, sauf cas exceptionnel.

  • 133 Pour une méthode de datation des sacre rappresentazioni : S. Stallini, La sacra rappresentazione : (...)

60La forme, mais aussi le discours, font de cette représentation un texte des années quatrevingts133.

61Le traitement du sujet et surtout – fait non négligeable – la qualité du protagoniste définie par l’adjectif hebrea, juive, présent dans le titre, mérite toute notre attention.

  • 134 A. Milano, Storia degli Ebrei in Italia, Turin, 1963, p. 200.
  • 135 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze nell’età del Rinascimento, Florence, 1918, p. 36-37.
  • 136 Sur l’attitude des Franciscains et les motivations de leurs prédications contre les Juifs : A. Mila (...)
  • 137 La Rappresentazione di Agnolo Ebreo a été publiée par A. D’Ancona, Sacre Rappresentazioni fiorentin (...)

62Appelés à Florence par Côme, en 1437, pour pouvoir y pratiquer le prêt à intérêt134, les Juifs sont mal perçus par la population. On leur reproche une mentalité différente, la négation de l’avènement du Messie135, mais surtout on condamnait leurs activités d’usuriers. Bien plus qu’aux impôts qui accablaient les familles, on attribuait aux Juifs la responsabilité de sa propre pauvreté. L’aversion de la population était par ailleurs entretenue et attisée par les prédicateurs franciscains de l’observance136. Ils ne se privaient pas d’alimenter des mythes autour de soi-disant fortunes accumulées par les Juifs, qui leur auraient permis d’enjôler et de conquérir les puissants. Ce type d’argument trouve des échos dans une autre sacra rappresentazione : la Rappresent zione d’Agnolo Ebreo. Le texte garde un écho de la prédication des frères mineurs137 au sujet des banques, de l’expulsion de saint Bernardin de Feltre (en 1488) et du bruit qui courut alors selon lequel les Juifs avaient obtenu ce résultat en distribuant de l’or aux gouvernants. Les fraticelli n’hésitaient pas à exciter les foules et des incidents, obligeant les autorités civiles comme les autorités ecclésiastiques de Florence à intervenir, éclataient souvent.

  • 138 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze... cit., p. 42-43.
  • 139 Nous rappelons les événements de Trente, en 1475, où, sous l’impulsion de Bernardin de Sienne, une (...)

63Les recherches d’Umberto Cassuto montrent qu’à Florence la commune est bienveillante à l’égard des Juifs. En dépit de cette attitude, en 1458, un dénommé Visconti prêche avec une telle violence que l’archevêque, le dominicain Antonino Pierozzi, est contraint d’intervenir à plusieurs reprises ainsi que la Seigneurie, les Huit de Garde, la Balìa, pour pouvoir expulser de la ville cet individu138. Des événements tout aussi violents se reproduisent en 1463 et au début de l’année 1472. Si la République florentine – et, derrière elle, les Médicis, Laurent notamment – fait tout ce qu’elle peut pour protéger les Juifs (allant parfois jusqu’à les éloigner de la ville quand c’est nécessaire) et si les tumultes qui mettent en danger la vie de cette population sont ponctuels, il reste que, en raison de cette prédication, un sentiment populaire antisémite existe, de manière constante durant tout le Quattrocento, à Florence et en Italie en général139.

  • 140 Voir L. Martines, La congiura dei Pazzi. Intrighi politici, sangue e vendetta nella Firenze dei Med (...)

64Les relations entre les Franciscains et Laurent le Magnifique se tendent davantage encore lorsque Francesco della Rovere, un cardinal issu de l’ordre franciscain, est créé pape, sous le nom de Sixte IV, à l’été 1471. Les années soixante-dix verront ce pape user d’une longue série de provocations qui allaient culminer le 26 avril 1478, avec la conjuration des Pazzi où Laurent fut blessé et son frère, Julien, assassiné140.

  • 141 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze... cit., 1918, n. 1, p. 56.
  • 142 Sur l’utilisation anti-médicéenne de la prédication contre les Juifs, voir le bel article de M. Mar (...)

65La forte inimitié entre Laurent et le pape avait naturellement des répercussions dans le domaine de la politique florentine interne. On est en effet en droit de croire que le Saint-Siège, pendant toute cette période, a utilisé la prédication antijuive des Mineurs dans un but anti-médicéen pour déstabiliser un peu plus Laurent le Magnifique. En 1478, par exemple, un commissaire pontifical s’adresse directement à Laurent pour obtenir de lui que les Juifs soient soumis à certaines mesures fiscales ; il lui répond qu’il ne soumettra cette requête à la Seigneurie qu’après avoir obtenu la preuve que les autres États pratiquaient des impôts similaires. Il semble qu’à partir de là, et jusqu’à la mort de Laurent, aucun magistrat florentin n’a plus promu de loi contre les Juifs141. Il est très clair que le Pape veut ainsi placer Laurent de Médicis dans une situation extrêmement délicate, pris en étau entre, d’un côté, l’opinion publique, la vox populi, favorable à des mesures de cette nature surtout si elles sont promues par le souverain pontife et, de l’autre, sa propre volonté de garder de bonnes relations avec les Juifs de Florence142.

  • 143 2e huitain. Des expressions comparables parcourent tout le texte : «popolo beato» (§ 45), «popol tu (...)
  • 144 «odi se questo popolo è beato/ che quaranta anni poi gli nutricoe/ nel gran diserto di manna celest (...)
  • 145 Indice de la stratégie de communication et de mémorisation que l’auteur avait mis en œuvre.
  • 146 § 64 : «Voi non vi ricordate che già Dio/ fece cose mirabili nel deserto / pe’ padri nostri et come (...)
  • 147 «Popol che a Dio sempre mai fusti grato / al cui sol nota è la religione», § 51. «Tu hai ben decto; (...)

66Pour en revenir à la sacra rappresentazione di Iudith, l’auteur fait des Juifs les héros. Le texte souligne et emphatise même leur courage contre les adversaires du « peuple de Dieu »143. L’auteur anonyme prend position en faveur de cette communauté, de ce « peuple bienheureux »144, que Dieu a toujours soutenu, accomplissant des « actions admirables ». Il insiste (le motif est maintes fois réitéré145) sur les prodiges réalisés146, pour sauver un groupe dont la piété est exemplaire147.

67Une remarque cependant s’impose. Si les Juifs sont des héros parce qu’ils résistent aux ambitions territoriales et à l’assujettissement que voudrait Nabuchodonosor, et si l’on tient compte du fait que ce texte a été écrit au sein des cercles médicéens, il est alors aisé de voir, dans cette représentation, la transposition scénique d’une réalité historique et politique. Le double discours, si souvent pratiqué par la sacra rappresentazione et pas uniquement – les canti carnascialeschi jouent des mêmes systèmes –, en vertu des structures de pensée qu’elle active et sur lesquelles elle s’appuie (l’allusion, l’analogie et la satire en particulier), peut donc être décodé.

  • 148 Les citations bibliques sont choisies avec minutie afin de permettre le double langage et de rappel (...)
  • 149 Voici le 75e huitain dans son intégralité : «Voi, in questo mezo, la città guardate / et nulla rinn (...)

68Les Juifs de la représentation partagent avec les Florentins leur qualité de « peuple libre », « florissant et beau »148 (§ 66). Les Juifs sont aussi « l’humil popolo » qui prie pendant que Judith charge Ozias et « les premiers Pères » de « garder la cité » (§ 75). Judith quitte la cité « Le cœur invincible et fort » (§ 75), pour aller affronter Holopherne149. Il est intéressant de voir comment un seul huitain synthétise la leçon des deux épigraphes de Becchi sous les statues de David (l’expression « patriam tueor » est simplement traduite) et de Judith (« l’invicto et costantique animo » devient le cœur invincible et fort – le latinisme invictus est conservé tel quel).

69La comparaison avec Machiavel est inévitable, au moment où il évoque le départ du Magnifique pour Naples, après la conjuration de 1478 :

  • 150 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, chap. XVII, p. 725. Traduction : Et parce q (...)

Avendo pertanto Lorenzo fermo lo animo a questa andata, raccomandò la città e lo stato a Tommaso Soderini che era in quel tempo gonfalonieri di giustizia150.

  • 151 «la tua patria misera et mendica / la qual tu vedi in infelice stato / di durar qualche tempo s’aff (...)

70À maintes reprises, dans le texte théâtral, le peuple est rassuré : on l’invite surtout à croire à son propre salut parce qu’hormis Dieu, qui jamais ne l’abandonnera, rien d’autre ne compte (« null’altro vale niente », § 55). Le prince de Béthulie, Ozias, rappelle à Judith l’inquiétude des citoyens, leur misère, mais également leur volonté de demeurer fidèles à Dieu151. Le texte fait sans doute allusion aux mesures de rétorsion que la faction papale fait subir à Florence à cette époque. Laurent de Médicis et ses plus proches collaborateurs sont excommuniés, l’interdit est lancé sur la cité entière (1er juin 1478) et de nouvelles opérations de guerre sont menées (jusqu’à l’automne 1479). Jeter l’interdit sur un État était la pire des punitions ecclésiastiques. Cela équivalait à empêcher toute célébration liturgique, à fermer toutes les églises, à refuser aux fidèles le droit aux saints sacrements (mariage, baptême, pénitence, onction des infirmes, eucharisties et funérailles). L’interdit signifiait qu’on retirait aux hommes la protection de Dieu.

  • 152 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, cap, XI, p. 71) écrivait, au sujet de ces événem (...)
  • 153 M. Martelli, Le letterature delle città stato. Firenze. Il Quattrocento, in Letteratura italiana, V (...)

71La Rappresentazione di Iudith Hebrea évoque une situation d’interdit, où les fidèles semblent prêts à tout pour y mettre fin. C’est la raison pour laquelle le texte martèle que Dieu n’abandonne pas son peuple, que celui-ci doit avoir confiance et doit persévérer dans la prière152. La souffrance, le malheur, le besoin sont des thèmes récurrents jusqu’à ce que Judith intervienne. Le prince Ozias qualifie son État de « patria misera e mendica » que Judith voit « in infelice stato » et qui « di durar qualche tempo s’affatica » (§ 71). Le temps presse. La situation réelle des années 1478-1479 est également gravissime. Presque désespérée. Nombreux sont les personnages de premier plan et les amis qui s’opposent alors à Laurent. Alamano Rinuccini, par exemple, qui était un fidèle des Médicis (il avait offert des laude à Côme, Pierre et Laurent), compose pourtant, en 1479, le Dialogus de libertate : différents personnages, qui dissimulent leur identité sous des noms grecs (au nombre desquels apparaissent néanmoins l’auteur et son frère, Donato), y accusent Laurent d’être un tyran sans scrupules et sans principes153.

  • 154 Ibid., n. 70 p. 95.

72Mais Laurent a, dans des circonstances terribles, une réaction de génie, semblable à celle de Judith, hardie et dangereuse : il affronte l’ennemi, sur son territoire. Le 5 décembre 1479, il embarque, à Pise, pour Naples. Nous ne savons pas, aujourd’hui encore, qui de ses amis l’accompagne. Politien, dans une lettre du 20 mars 1480, revient sur son refus d’accompagner Laurent dans sa dangereuse expédition154. Au prix de mois de difficiles tractations et du versement de sommes faramineuses, Laurent parvient à obtenir du roi de Naples son retrait du conflit. Et ses alliés le suivent tous.

  • 155 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, cap. XIX, p. 728, écrit : «Tornò pertanto L (...)

73Laurent, comme Judith, rentre victorieux à Florence. Il est acclamé par la cité tout entière155.

  • 156 Didascalie entre le 67e et le 68e huitain : «Iudith, in mezo del popolo, dice».

74S’il n’est guère difficile de reconnaître Laurent, sous le masque de la « liberal donna » (littéralement : de la femme qui offre la liberté !), « di Dio amica » (§ 71) que le texte théâtral représente opportunément, non sans finesse apologétique, entourée du peuple lorsqu’elle apparaît sur la scène156, dont Ozias loue « l’ingéniosité » et le « gouvernement » à son retour, alors, par voie de conséquence, Holopherne représente le roi de Naples. Au moment où Nabuchodonosor le choisit pour le servir, Holopherne affirme :

Io non sarò mai satio de’ lor danni,
sacro monarcha, né di far lor guerra
infin che, con tormenti et aspri affanni,
io non vedrò le lor città per terra,

  • 157 «De leur nuire, je ne me lasserai / saint monarque, la guerre, je ferai / jusqu’à ce que tourments (...)

o per forza di ferro, o con inganni,
tutti sien prima messi a mortal serra !
Quanto hor, non sperai mai, signor, tal gloria !157
(§ 40).

75« Le fer », « la ruse » et le « piège mortel » dont parle Holopherne pourraient répercuter les événements de la conjuration des Pazzi, ourdie avec l’appui du pape : Julien fut assassiné d’un coup d’épée dans la cathédrale de Florence, mais les conjurés (Bernardo Bandini et Francesco Pazzi en l’occurrence) s’étaient d’abord assurés qu’il ne portait ni son couteau, ni sa côte de maille (en raison d’une infection à la jambe, il avait préféré s’en séparer) : ils agirent avec ruse et traîtrise puisqu’ils le frappèrent juste après la consécration des hosties, c’est-à-dire au moment le plus solennel de la messe. Ferrante d’Aragon participait à la conjuration : il y voyait un moyen de mettre à mal la politique philo-milanaise et philo-vénitienne des Médicis.

76Un autre indice, qui pousse à reconnaître le Roi Ferrante sous les traits d’Holopherne est le « trône couleur pourpre » auquel il se dit prêt à renoncer pour Judith (§ 91) : c’était une dignité royale.

77La victoire de Judith/Laurent est extraordinaire, mais la décollation d’Holopherne doit être interprétée figurativement et symboliquement (une telle interprétation nous renvoie à la longue tradition médicéenne depuis David) : loin de faire triompher le glaive, c’est la démonstration de l’humilité unie au courage, c’est la diplomatie – l’arme médicéenne par excellence et celle de Laurent dans ce cas précis – qui anéantit les ambitions papales et arrête le Roi de Naples, sans qu’une seule goutte de sang ne soit plus versée.

78Reste à éclaircir qui se dissimule derrière Nabuchodonosor. C’est probablement Sixte IV, le pape. Le texte, malgré son double langage, laisse peu de place au doute. Il est le « saint monarque », expression qui n’aurait probablement rien de remarquable, dans un autre contexte. Ici, l’ironie de l’adjectif est évidente. Elle est d’autant plus éminente que Nabuchodonosor est ainsi désigné de manière récurrente : cinq fois, comme « sacro monarco » (§ 4, 8, 15, 20, 41), et une fois come « santissimo Signore » (§ 29).

  • 158 § 31 : «Nebroth, intendi apunto el mio latino».
  • 159 §21 : «Arsafat a Nabuchdonor : Io so signore che lunga esperienza / delle cose mortali t’han fatto (...)
  • 160 § 5, 6, 7, 9 (deux fois), 10, 12, 14, 15, 16, 24, 25.
  • 161 Il est difficile de résister à fournir quelques exemples : Une fois qu’Arsaphat a été vaincu, Nabuc (...)

79Il s’exprime en latin158. Sa « longue expérience des mondanités » a fait de lui un « expert » ; il a attentivement étudié « les sciences » et il est devenu incontournable en matière de religion : il a « lu » que la « piété » et la « clémence » devancent toutes les autres vertus159. La diatribe est féroce contre l’un des papes les plus contestés de l’Histoire pour son népotisme éhonté, ses ambitions démesurées et ses pratiques simoniaques. À ce sujet d’ailleurs, la satire s’abat en véritable couperet : pour Nabuchodonosor, « riscuotere il tributo » (percevoir son tribut) est une véritable obsession. On dénombre bien treize occurrences dans le texte160, sachant que Nabuchodonosor disparaît de la scène au 40e huitain, soit au tiers du texte. C’est dire le persiflage de l’auteur à l’égard de ce personnage (et de son double, le pape simoniaque)161. L’auteur établit d’ailleurs une distinction lexicale entre les personnages : lorsque Holopherne prend la parole, il n’utilise pas « tributi » (réservé aux bénéfices ecclésiastiques) mais « thesori ».

80L’auteur du texte, avec sarcasme, effectue l’amalgame entre la fonction de Sixte IV et le comportement qu’il souhaite dénoncer en mettant en scène un Nabuchodonosor qui se prend pour Dieu sur terre, et qui dit de lui-même :

  • 162 Traduction : «Sans nul doute j’ai au ciel un grand rôle / car tous les États sont en ma faveur / Et (...)

Certamente nel cielo io ho gran parte
ché tutti e’ stati sono in mio favore
et tutto il mondo per mio ingegno et arte
rende a me come a Dio debito onore (§ 5)162.

81Enfin, si les lettres (§ 30) que Nabuchodonosor envoie partout et si l’édit (§ 33) qu’il remet aux Juifs pour leur ordonner de se rendre ont très certainement une fonction théâtrale, il reste que ces missives nous replongent elles aussi dans la réalité historique.

  • 163 § 117 : «Et poi con forte mano ciascuno armato, / piccoli, grandi, assaltate il lor campo / morto c (...)

82Sixte IV meurt en 1484. Il est difficile de dire si la représentation a été composée avant ou après sa mort, et si elle a été représentée. Sa nature apologétique à l’égard de Laurent ainsi que la façon inhabituelle dont elle se termine (sur l’invitation de Judith aux « petits » et aux « grands » d’assaillir le camp ennemi, de le mettre en fuite, de piller et de tuer le « peuple vil »163, une incitation qui est très fidèle, au demeurant, aux évènements qui suivirent la conjuration des Pazzi), est un peu déconcertante. La pièce a très certainement pu être représentée devant le cercle restreint des amis et des proches de Laurent le Magnifique, mais aurait-elle pu l’être, à des fins propagandistes et d’autocélébration devant un public plus hétérogène ou plus vaste ? Il est pratiquement impossible de répondre à cette question, mais un fait perdure : si elle avait été représentée sur une place publique, devant un public qui n’aurait pas été « choisi », on peut imaginer que les chroniqueurs en auraient conservé la mémoire, dans la mesure où un texte de cette nature ne pouvait pas être représenté par les adolescents des confréries et que la polémique qu’elle développait était bien trop acerbe pour passer inaperçue. C’est donc plutôt vers la première hypothèse que nous penchons.

  • 164 Judith dit : «Misero, tu volevi al ciel salire / non pe’ meriti tuoi, ma per possanza / tu non cred (...)

83Reste à savoir quand. Était-il possible d’attaquer si violemment le souverain pontife – même en privé – de son vivant ? Comment interpréter les derniers mots de Judith qui célèbrent la disparition du tyran et s’en réjouissent164 ? Ces questions sont sans réponse à ce jour. On ne prendra guère de risque en datant la Rappresentazione di Iudith Hebrea des années 1480-1484, même si la plupart des éléments dont nous disposons tendraient à la rapprocher de 1480.

  • 165 Je remercie de tout cœur Mesdames Marina Marietti et Line che mai fussi vinta la tua speranza» mais (...)

84Pour en revenir à Judith sur la scène florentine, il est évident qu’elle s’est affirmée, au cours du Quattrocento, comme une créature médicéenne et que ses représentations – au sens large – étaient assimilées, amalgamées, à l’histoire et aux idéaux de la famille au pouvoir. Ultime preuve s’il en faut de cette domination sur le personnage biblique avec laquelle cette famille finit par se fondre, les deux statues de David et de Judith, à l’origine de cette mythologie familiale, sont déplacées de via Larga au Palais des Prieurs, dès lors que le pouvoir en place change, pour « inverser » et même « renverser » leur message et l’iconographie médicéenne : les humbles libérateurs d’hier sont les superbes tyrans d’aujourd’hui165.

Haut de page

Notes

1 Les bibliographies font généralement mention de Judith, un petit poème du xe siècle environ, en langue anglaise et à ses récritures allemandes : la première est intitulée Die ditere Judith (elle date du début du xiie siècle), la seconde, qui remonte au début du xiiie siècle s’intitule Judith. R. Laffont, V. Bompiani, Le nouveau dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, Paris, 1994, III, p. 3858-3859.

2 Concernant le théâtre italien à partir du xvie siècle, voir la riche bibliographie reportée dans le Mistère du vieil testament, introduction, notes et glossaire par le baron J. de Rotschild, Collection des anciens textes français, V, Paris, 1878-1891, p. CXJCLXJ, qui, outre les 26 pièces italiennes (et leurs éventuelles récritures) cite toutes les pièces qui ont exploité le thème de Judith en France, en Allemagne, en Suisse, en Grande Bretagne, au Danemark, en Suède, en Pologne et en Tchécoslovaquie jusqu’au xixe siècle. Également : M. Sommerfeld, Judith-Drammen des 16 und 17 Jahrunderts nebst Luthers Vorrede zum Buch Judiths, Berlin, 1933 et F. Capozzi, The evolution and transformation of the Judith and Holofernes theme in italian drama and art before 1627, Ph. D. thesis, University of Wisconsin at Madison, 1975. Le lecteur trouvera aussi un excellent point de départ en J. Poirier, Judith. Échos d’un mythe biblique dans la littérature française, Rennes, 2004,p. 195-197.

3 J. Anderson, Judith, Paris, 1997, p. 14.

4 Un magnifique exemplaire d’un bréviaire franciscain milanais du Quattrocento est conservé à la Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF) et consultable en ligne : ms lat. 760 (pour accéder à l’image : www.bnf.fr puis «banque d’images»).

5 Dans le XXXII chant du Paradis, Dante la situe dans la «candida rosa» des femmes juives dominées par la Vierge (v.10). Pétrarque quant à lui la cite à plusieurs reprises dans les Triomphes (Triumphus Fame, II, 119-120; Triumphus Cupidinis III, 52-57; Triumphus Pudicitie 142) ainsi que dans ses Epistole Familiares (Fam, XXI, 8, 21). En France, le passage biblique qui la concerne devient un sujet de mystères (J. de Rotschild, Mistère du vieil testament... cit., V).

6 Dans la Risurrezione di Niccolò di Mino Cicerchia, auteur siennois du Trecento, par exemple. Sur les traces de Dante, il la cite parmi les saintes. G. Varanini, Cantari religiosi senesi del Trecento, Bari, 1965, p. 401.

7 Conservée à la Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze (dorénavant B.N.C.F.), citons La gloriosa/ e trionfante vittoria/ donata dal grande iddio/ al popol hebreo per mezzo/ di Giudith sua fedelissima/ Serva/ composée par Cesare Sacchetti et imprimée en 1575. Le texte fait partie du fond Palatin, ms Pal.E. 6. 7. 56. IV, 21.

8 Pour une histoire des représentations de Judith avant le xvie siècle : N. Stone, Judith and Holofernes : some observations on the development of the scene in art, dans J. C. Vanderkam (dir.), ‘No one spoke ill of her’. Essays on Judith, Atlanta, 1992, p. 73 93.

9 Ainsi l’appelle Lucrezia Tornabuoni dans son Ystoria di Iudith publiée par Fulvio Pezzarossa, I poemetti sacri di Lucrezia Tornabuoni, Florence, 1978, p. 201-248.

10 Rappresentazione di San Quirico e Giuditta conservée à la B.N.C.F., Fondo Nazionale II.III.426, opuscolo 2, f. 46r-72r.

11 Trois manuscrits enluminés de ce texte peuvent être consultés en ligne : les mss 413 e 252 de Troyes in www.enluminures.culture.fr et le ms. Arundel 44 (f. 34v) de la British Library sur le site de la bibliothèque : www.bl.uk/catalogues/illuminatedmanuscripts

12 Le manuscrit enluminé est conservé à la BnF., ms fr. 938. Il est possible de le consulter en ligne sur www.bnf.fr en suivant le lien «banque d’images».

13 L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris, 1956, t. II, I, p. 330.

14 N. Stone, Judith and Holofernes... cit., p. 76-77 et 80. Jaynie Anderson souligne que, dans le Speculum humanae salvationis dont on possède «d’innombrables manuscrits», la décapitation d’Holopherne est toujours représentée par rapport à la Vierge qui triomphe du démon : J. Anderson, Judith... cit., p. 19-20. Voir également F. Caglioti, Donatello e i Medici. Storia del David e della Giuditta, Florence, 2000, p. 226, n. 14, pour une lecture de Judith comme personnage vétérotestamentaire anticipant la Vierge, à Florence et Sienne.

15 L. Réau, Iconographie de l’art chrétien... cit., t. II, I, p. 330.

16 Dans les pays germaniques, des personnages légendaires comme les reines Sémiramis, Tomyris, Teuca et Déiphyle ainsi que les amazones Hippolyte, Ménalippe, Lampeto et Penthésilée furent remplacées par la triade juive (Esther, Judith, Yaël) et par une triade païenne (sainte Hélène, sainte Brigitte et sainte Élisabeth). Pour les approfondissements à ce sujet : S. Cassagnes-Brouquet, Penthésilée, reine des Amazones et Preuse, une image de la femme guerrière à la fin du Moyen Âge, dans Armées, 20, 2004, p. 169-179. Mis en ligne le 01 janvier 2007. URL : http://clio.revues.org/index1400.html

17 N. Stone, Judith and Holofernes... cit., p. 81 et n. 26 p. 86.

18 Ainsi en sera-t-il dans d’autres villes que Florence : à Sienne, par exemple, où un pavement de la cathédrale (réalisé en 1473 par Francesco di Giorgio Martini) propose une Judith qui représente la ville guelfe luttant contre les gibelins; ou encore à Bologne, où la famille Bentivoglio commande une fresque – aujourd’hui perdue – pour célébrer ses propres luttes politiques et religieuses. In L. Réau, Iconographie de l’art chrétien... cit., t. II, I, p. 330.

19 Contre la menace turque, d’abord, et les protestants, au xvie siècle. P. Brunel, Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, 1988, p. 883.

20 Nous savons en effet qu’en septembre 1457, lorsque le sculpteur quitte Florence pour Sienne, il avait le projet de jeter un bronze pour une «Giuletta» florentine. Pour toutes les questions inhérentes à la commission, à la réalisation et à la livraison de la Judith médicéenne, nous renvoyons au premier chapitre de F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, p. 23-56.

21 C’est ce que démontre F. Caglioti, ibid., I, p. 81-100.

22 Certains ont soutenu que la Porte du Paradis avait influencé Donatello pour la représentation de sa propre Judith. Voir N. Stone, Judith and Holofernes... cit., p. 81. S’il est certain que Donatello a travaillé, entre 1404 et 1407 à la première porte de Ghiberti, des études plus récentes tendent à attribuer à Brunelleschi la formation de Donatello. Pour de plus amples informations à ce sujet, nous renvoyons à J. Beck, Ghiberti giovane e Donatello giovanissimo, dans R. Kreutheimer et al. (dir.), Lorenzo Ghiberti nel suo tempo. Atti del Convegno internazionale di studi (Firenze, 18-21 ottobre 1978), Florence, 1980, I, p. 111-134.

23 Rappelons que le David de Donatello représente le héros nu, sorte de très jeune idole, tandis qu’il piétine la tête gigantesque de Goliath. La couronne d’olivier, posée sur son chapeau, rappelle, par ses feuilles dorées, le climat triomphal et honorifique, tout à fait florentin de cette époque. Pour l’importance du rameau d’olivier dans le Florence du Trecento et du Quattrocento : F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, p. 185-186, note 131.

24 Le David de Donatello peut en effet être daté des années 1435-1440 d’après les études de F. Caglioti, ibid., I, p. 153181.

25 S. Blake McHam, Donatello’s bronze David and Judith as metaphors of Medici rule in Florence, dans The art bulletin, 83/3, 2001 p. 32-47; F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., p. 234

236. Sur ce même thème, le chercheur cite H. Semper, Donatellos Leben und Werke, Verein für Geschichte der bildenden Künste, Breslau, 1886, p. 69-72; A. Natali, Exemplum salutis publicae, dans L. Dolcini, Donatello e il restauro della Giuditta, Florence, 1991, p. 23; H. Kauffmann, Donatello. Eine Einführung in sein Bilden und Denken, Berlin, 1935, chap. V

26 F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, chap. 2, p. 57-80.

27 Les textes ont été retrouvés par F. Caglioti, à la Biblioteca corsiniana de Rome : ms 36 E. 19, n° 230 du fond Niccolò Rossi. Le chercheur italien a également intégralement reproduit le manuscrit dans le préambule à sa monographie : F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, p. 11.

28 Nous nous écartons ici nettement de l’opinion défendue par F. Caglioti (ibid.., I, p. 235), selon lequel David et Judith étaient «non dei «doppioni» ma quasi dei gemelli siamesi».

29 N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), Florence, 1971, p. 3.

30 Suite aux délibérations du 29 settembre 1434 : C. Gutkind, Cosimo de’Medici il vecchio, Florence, 1940, p. 136-137.

31 Ibid., p. 121-122.

32 Ibid., p. 124.

33 Ibid., p. 128, 130, 133-134.

34 N. Rubinstein rappelle que seuls huit Médicis et deux Pucci avaient été condamnés à l’exil à l’automne 1433 contre soixante-trois condamnations au bannissement émises l’an née suivante contre les membres de l’oligarchie (in N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p.4 e n.6, p.5 n.8). L’histoire de Palla Strozzi est elle aussi emblématique : homme modéré, contraire à toute violence, son exil fut prolongé, au fur et à mesure, jusqu’à sa mort, à Padoue, parce qu’il avait fait partie de l’oligarchie et que sa richesse représentait une menace aux yeux de celui qui, à partir de là, se serait imposé à Florence. Voir C. Gutkind, Cosimo de’ Medici... cit., p. 138-140.

35 S. Blake McHam, Donatello’s bronze David... cit., note 95, cite un écrit apologétique de Francesco Patrizi dans lequel Côme est présenté comme le défenseur de la liberté. Elle ajoute : «Not many humanists adopted this rhetoric. But it served the Medici well to create an imagery that advertised the family’s stance as defenders of Florence».

36 C. Bec, Il mito di Firenze da Dante a Ghiberti, dans R. Kreutheimer et al. (dir.), Lorenzo Ghiberti... cit., I, p. 3-26.

37 C’est ce qu’attestent des documents retrouvés par Maria Monica Donato : M. M. Donato, Hercules and David in the early decoration of Palazzo Vecchio : manuscript evidence, dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 54, 1991, p. 83-98.

38 L’épigramme de Gentile Becchi est cependant postérieure à l’époque de création de la statue et elle propose une interprétation pour laquelle se recul se fait sentir.

39 Celui qui défend la patrie est destiné à vaincre. Dieu ruine les barbares intentions du plus violent des ennemis. Voici l’enfant qui a vaincu un grand tyran. Citoyens : vainquez!

40 L’utilisation polysémique du déponent tueor est intéressante : le verbe renvoie à l’exil et à l’activité politique de sauvegarde ici vantée.

41 Machiavel raconte : «E rade volte occorse che uno cittadino, tornando trionfante d’una vittoria, fusse ricevuto dalla sua patria con tanto concorso di popolo e con tanta dimostrazione di benivolenzia, con quanta fu ricevuto egli tornando dallo esilio. E da ciascuno volontariamente fu salutato benefattore del popolo e padre della patria» (N. Machiavelli, Istorie fiorentine e altre opere storiche e politiche, éd. A. Montevecchi, Turin, 2007, livre IV, chap. XXXIII, p. 518).

42 Livre de Samuel, I, 16, 11-13.

43 R. Trexler, Famiglia e potere a Firenze nel Rinascimento, Rome, 1990, p. 100.

44 F. Hartt in Lucerna ardens et lucens, in R. Kreutheimer et al. (dir.), Lorenzo Ghiberti... cit., vol. I, p. 27-57 : 55-57, n. 72, souligne combien était «laborieuse» la question de la liberté programmatique et stylistique des artistes à l’aube de la Renaissance (voire même après!). Bien que son propos s’applique à Lorenzo Ghiberti, nous pouvons aisément l’étendre aux autres artistes de ce temps. Nous citons ici ses conclusions qui nous semblent prégnantes pour notre propre discours : «[Non] mi posso persuadere che si definirà mai una regola per i rapporti complicatissimi tra committenti, artisti ed eventuali consiglieri umanistici e teologici. Secondo la situazione particolare, il carattere del commit-tente, o il grado di cultura (e magari anche di interessi letterari) dell’artista, potrebbero essere affidati a quest’ultimo svariati dettagli [...]. Ma il significato di un importante ciclo religioso, storico o mitologico, e talvolta anche particolari assai minuti, furono (per quel che può risultare oggi) imposti agli artisti».

45 Sur l’usage du bronze pour les statues du David et de la Judith de Donatello et pour une approche critique et interprétative de cet usage : D. Kent, Il committente e le arti. Cosimo de’ Medici e il Rinascimento fiorentino, Londres, 2000 (traduit en italien par M. Peri, Milan, 2005), p. 348-354.

46 Les douze prieurs plus le Gonfalonier de Justice, les Douze Buonomini, les seize Gonfaloniers de compagnie.

47 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 77-81.

48 L’étude attentive de la période allant de 1434 à 1453 met en évidence que les critères sociaux adoptés pour l’éligibilité restent plus ou moins les mêmes, mais que l’élargissement de la base a rendu le régime bien plus populaire car il semblait plus démocratique aux Florentins. Or il ne l’était qu’en apparence. Voir N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 70 et p. 80-81 (tableaux des années 1440 et 1449).

49 Ce phénomène a été vérifié en 1445, en 48 et en 53. En réalité, cette soi-disant «ouverture» ressemblait davantage à un trou de souris qu’à un boulevard. Ibid., p. 65-81 et surtout les p. 67, 70, 77, 80, 81. Voir aussi C. Gutkind, Cosimo de’ Medici... cit., p. 168-170.

50 G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, Florence, 1981, I, p. 14-15.

51 Sur les accoppiatori : A. Zorzi, Politica e Istituzioni in Toscana fra fine Trecento e primo Cinquecento dans M. Ciliberto (dir.), Storia della civiltà toscana, II, Il Rinascimento, Florence, 2000, p. 3 48 : 19; N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 88.

52 Ibid., p. 83-105.

53 Ibid., p. 81-82.

54 A. Zorzi, Politica ed istituzioni, dans Storia della civiltà toscana... cit., II, p. 18.

55 «Un Parlement, voire même les seuls Conseils hérités de la tradition communale conféraient à une Balia les pleins pouvoirs en différentes matières, à commencer par le renouvellement des élections administratives et par la nomination des Accoppiatori qui, à leur tour, élisaient «à la main» les Seigneurs et contrôlaient les nominations des Administrations les plus importantes» (A. Zorzi, Politica ed istituzioni... cit., II, p. 18).

56 L’histoire du notaire Filippo Peruzzi que Curt Gutkind (Cosimo de’Medici... cit., p. 170-171) narre, est emblématique. Concernant la volonté de limiter le pouvoir des Balìe et les résistances rencontrées, nous renvoyons à N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 92-93 et p. 95.

57 Ibid., p. 99-105.

58 Ibid., p. 107-111.

59 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VII, cap. II, p. 642) écrit à ce sujet : «[...] venuto l’anno 1455, [...] trovò lo stato difficultà nel riassumere l’autorità sua, e i proprii amici di Cosimo, e nello stato potentissimi, ne erano cagione, perché non temevono più la parte avversa che era spenta e avevano caro di diminuire la potenza di quello. Il quale umore dette principio a quelle divisioni che di poi nel 1466 seguirono, in modo che quelli a’ quali lo stato apparteneva ne’ Consigli dove publicamente si ragionava della publica amministrazione consigliavano che gli era bene che la potestà della balìa non si riassumesse e che si serrassero le borse, e i magistrati a sorte, secondo i favori de’passati squittini, si sortissero».

60 Il ne s’agit pas d’un anachronisme. Côme n’est pas désigné par cette expression après sa mort seulement, mais déjà de son vivant, de manière honorifique. D. Kent, Cosimo de’ Me dici... cit., p. 37. Dans le même ouvrage, l’auteur rappelle que les métaphores patriarcales étaient très fréquentes et communes à Florence car les citoyens étaient attirés par cette «chère et bonne image paternelle» qui faisait référence à Dante et à Virgile «guide et maître du voyage». Ibid., p. 27.

61 «Era stata votata una legge (evidentemente per provvedere a ogni contingenza) che stabiliva che in avvenire una Balìa potesse essere nominata soltanto in forza d’un voto unanime dei tre Collegi. Ciò significa forse che si prendeva in considerazione una nuova opinione popolare, altrettanto ostile al partito di Cosimo quanto a quello degli Albizzi» (C. Gutkind, Cosimo de’ Medici... cit., p. 180).

62 Lire le discours di Luca Pitti à la Pratica du 2 juillet 1458 (le jour qui a suivi l’extraction de son nom comme Gonfalonier de Justice); cf. N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., n. 23, p. 112.

63 La plus importante eut lieu en 1448-1450.

64 Antonio Pierozzi écrit, suite à la grande famine de 1453 que le gouvernement lui a attribué 500 florins par mois pour nourrir les populations affamées de Florence et de son conta-do, mais que la somme était bien trop faible pour suffire et qu’il dut ajouter de ses propres deniers et demander aux familles riches de la cité ainsi qu’au pape de contribuer à l’effort financier pour pouvoir nourrir les plus pauvres. Il écrit en outre : «anno domini 1456 et septimo magna penuria fuit in civitate non tantum ex defectu victualium [...], sed magis ex defectu pecuniae, quia assueti vivere de laboribus manuum suarum non conducebantur ad exercitia artium, subtrahentibus se civibus a commerciis diversis ex causis [...]». Dans A. Pierozzi, Chronicon Universale, Norimberga, 1484, pars III, tit. XXIII, cap. XII, p. 557.

65 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 109, n. 11 et 12.

66 La loi de 1427 sur le recensement des biens par famille avait été abolie, en 1434, lorsque Côme avait pris le pouvoir. Toutefois, en cas d’exigence financière «extraordinaire» (dans le cas de guerres, d’épidémies, de famines), un impôt qui s’appuyait sur le catasto de 1427 était demandé deux fois par an, voire davantage, en fonction des nécessités. Ainsi, en 1443, un impôt surnommé la graziosa («la gracieuse»), basé sur les ressources recensées en 1433, fut créé. Et en 1447 c’est la decima dispiacente («le dixième du déplaisir») qui fut instauré. À ce sujet : G. Guidi, Il governo della città-repubblica... cit., vol. II, chap. VI ainsi que les p. 347-350. Également : C. Klapisch-Zuber et D. Herlihy, Les Toscans et leurs familles : une étude du «catasto» florentin de 1427, Paris, Fondation Nationale des Sciences Politiques et E.H.E.S.S., 1978.

67 C. Gutkind, Cosimo de’Medici... cit., p. 175.

68 «Côme n’avait que deux solutions pour freiner ce mécontentement : soit il reprenait le pouvoir par la force, moyennant l’aide des partisans qu’il avait encore et frappait tous les autres, soit il laissait les choses suivre leur cours et, avec le temps, faisait comprendre à ses amis que c’étaient eux, et non lui, qu’ils privaient d’État et de réputation» (N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., livre VII, chap. II, p. 643). L’italique doit nous être imputé.

69 «Luca Pitti, un homme vif et audacieux, étant devenu Gonfalonier de Justice, il sembla à Côme que le temps était venu de laisser celui-ci gouverner, de sorte que, si quelqu’un s’exposait aux critiques, c’était Luca et non lui», Ibid., Livre VII, chap. III, p. 644.

70 Pitti conserve le pouvoir jusqu’en 1466. Malgré une période glorieuse (il devint «Chevalier du Peuple» et répondit à cet honneur en renommant les Prieurs des Arts, «Prieurs de la liberté») ses pouvoirs (notamment par rapport au Podestat et au Capitaine) le firent craindre et augmentèrent son or gueil : N. Machiavelli Istorie fiorentine... cit., Livre VII, chap. IV, p. 645; Ibid., Livre VII, chap. III, p. 644; Ibid., Livre VII, chap. IV, p. 645-646; C. Gutkind, Cosimo de’ Medici..., cit. p. 184, n. 1.

71 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 156.

72 Il écrit : «conosceva le difficoltà ch’era a tenere uno stato [...]. Usocci drento una grandissima arte, a potersi conservare; e in tutte le cose che voleva, sempre procurava, paressi ch’elle procedessino da altri e non da lui proprio per fuggire la invidia quanto poteva» dans Vespasiano da Bistìcci, Vite di uomini illustri del secolo xv, Florence, Raccolta nazionale dei classici della società editrice Rinascimento del Libro, 1938, p. 279.

73 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VII, chap. V, p. 648) saisit parfaitement l’usage que fait de la modestie celui qui veut sembler un simple citoyen et dissimule son pouvoir : «E benché queste abitazioni e tutte le altre opere e azioni [di Cosimo] fussero regie [...] nondimeno tanto fu temperato dalla prudenza sua che mai la civile modestia non trapassò : perché nelle conversazioni, ne’ servidori, nel cavalcare, in tutto il modo di vivere, e ne’ parentadi, fu sempre simile a qualunque modesto cittadino; perché sapeva come le cose estraordinarie che a ogni ora si veggono e appariscono, recono molto più invidia agli uomini che quelle che sono in fatto e con onestà si ricuoprono».

74 F. Guicciardini, Dialogo e discorsi del reggimento di Firenze, éd. R. Palmarocchi, Bari, 1932, p. 32. E´ voquant les Médicis, Bernardo del Nero dit à Gino Capponi : «era uno stato tirannico ed ancora che la città ritenessi el nome, la dimostrazione e la immagine di essere libera, nondimeno loro dominavono ed erano padroni, perché si davono e’ magistrati a chi loro volevano, e chi gli aveva, gli ubidiva a cenno. È vero e questo so che voi non negherete, che la tirannide loro è stata, secondo le altre, molto mansueta; [...] hanno voluto essere padroni del governo, ma con quanta più civiltà è stato possibile e con umanità e modestia».

75 Livre de Judith, VIII, 24 : Et nunc, fratres, ostendamus fratribus nostris quoniam ex nobis pendet anima eorum, et sancta et domus et altare incumbit in nobis. Ajoutons que le thème de l’»union» est un thème récurrent de la politique, à toutes les époques.

76 Ibid., XVI, 21 : Post illos autem dies rediit unusquisque in hereditatem suam, et Iudith abiit in Betuliam et demorata est in possessione sua.

77 Ibid., XVI, 22 : et multi concupierunt eam, et non cognovit vir illam omnibus diebus vitae eius, ex qua die mortuus est Manasses maritus illius.

78 Ibid., XVI, 23 : et dimisit abram suam liberam.

79 Ibid., XVI, 24 : Divisitque bona sua, priusquam moreretur, omnibus proximis viri sui Manasses et proximis ex genere suo.

80 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 154; N. Rubinstein, Cosimo optimus civis, dans F. Ames-Lewis (dir.), Cosimo «il Vecchio» de’ Medici 1389-1464, Oxford, 1992, p. 5-20 : 13; S. Blake McHam, Donatello’s bronze David... cit., p. 1 et note 9.

81 Très justement N. Rubinstein (Il governo di Firenze... cit., p. 155) souligne que «l’autorità di Cosimo in Firenze era di un tipo completamente diverso da quella d’un Signore».

82 Francesco Caglioti rappelle que la statue de Donatello doit être regardée de bas en haut – et non face à face comme cela est actuellement le cas – et, effectivement, c’est le triomphe du jeune héros qui saute aux yeux lorsqu’on adopte ce point de vue. F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., II, fig. 1-8, et p. 303.

83 La théorie selon laquelle les deux statues de David et Judith seraient une réélaboration médicéenne des célèbres statues athéniennes des Tyrannicides (en bronze, eux aussi, d’après ce que nous dit Pline l’Ancien) est complémentaire de notre propre interprétation (voir l’article de Sarah Blake McHam, Donatello’s bronze David... cit.). La seule nuance que l’on peut y ajouter est que la Judith a été conçue et est née après le David et non en même temps que lui. Toutefois, les parallèles effectués et les références citées par la chercheuse américaine sont très convaincants. En particulier, elle rappelle : «Pliny called the heroes and their sculpture symbols of Athenian democracy. He suggested that the Tyrannicides were among the first recorded examples of bronze sculpture, thus making them a landmark in the invention of that artistic form. He further recounted how the brave deeds of Harmodios and Aristogeiton were immortalized by an inscription on the sculpture’s base. Pliny specified that their portrait sculpture was installed at public expense in the Agora so that the feats of the tyrant slayers might live in the memory of Athenian citizens. He claimed the precedent started the fashion in many municipalities of decorating public squares with statues of heroes atop bases inscribed with their identities. He related the precedent to a subsequent practice of installing statuary in the private spaces of residences. [...] Ghiberti summarized Pliny’s version of the story in his Commentarii, and Leon Battista Alberti’s treatise on architecture repeated all major features of Pliny’s description».

84 Salut Public. Pierre de Médicis, fils de Côme a dédié cette statue de femme à l’union de la force et de la liberté, pour que les citoyens soient reconduits, l’âme invaincue et constante, vers la sauvegarde de la République. Les règnes s’effondrent en raison du luxe, les cités naissent grâce aux vertus. Vois tomber sous l’humble main, les cous superbes.

85 «Petrus Medices Cosmi filius».

86 Le manuscrit retrouvé par F. Caglioti est daté de 1464 (F. Caglioti, Donatello e i Medici... cit., I, p. II).

87 N. Rubinstein, Il governo di Firenze... cit., p. 165-210; A. Rochon, La jeunesse de Laurent de Médicis, Paris, 1963, p. 80-84 s’intéresse au rôle de Laurent. M. Parenti, Ricordi Storici 1464-67, éd. M. Doni Garfagnini, Rome, 2001, p. 140-142.

88 L’emploi du même verbe, dans les deux épigraphes, est significatif. Seule différence : tandis que, dans la première, le sujet est le «Vainqueur», c’est-à-dire Côme, dans la seconde, les citoyens sont invités à être vigilants.

89 S’agit-il d’une allusion cachée à Luca Pitti?

90 Judith était une patricienne (Livre de Judith, VIII). Mais sa condition de riche veuve qui abandonne ses biens pour accomplir son destin anticipe la condition du Christ lui-même qui, bien qu’étant le fils de Dieu, a sacrifié sa vie pour les hommes dont il a partagé la condition. Là réside, pour les chrétiens, la véritable humilité

91 Nous signalons : Anonimo fiorentino, Judith, 1465, Sandro Botticelli, La découverte du cadavre d’Holopherne, 1470 environ (Florence, Galleria degli Uffizi) et Le retour de Judith à Béthulie, 1472-73 (Florence, Galleria degli Uffizi); Andrea Mantegna, Judith et la servante Abra, vers 1470-1475 (Washington, National Gallery of Art); Domenico Ghirlandaio attribué à Judith et la tête d’Holopherne, 1489 (Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie); Andrea Mantegna, Judith et Holopherne, 1490 ca (Washington, National Gallery); Andrea Mantegna, Judith et Holopherne, 1490 ca (Dublin, National Gallery of Ireland); Andrea Mantegna, Judith et Holopherne, vers 1490 (Montréal, Museum of Fine Arts); Andrea Mantegna, Judith et la servante Abra, vers 1495 (Dublin, National Gallery of Ireland); Andrea Mantegna, Judith et la servante Abra, vers 1495-1500 (Montréal, Musée des Beaux Arts).

92 Édition contemporaine : F. Pezzarossa, I poemetti sacri di Lucrezia Tornabuoni, Florence, 1978, p. 201-248.

93 Ibid., p. 41-42.

94 L. de’ Medici, Simposio, éd. M. Martelli, Florence, 1966, p. 10.

95 L. de’ Medici, Tutte le opere, éd. P. Orvieto, Rome, 1992, II, p. 606.

96 Livre de Judith, 12, 20 : Et iucundatus est Holofernes de ea et bibit multum vinum, quantum numquam bibit in uno die, ex quo natus est.

97 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 202. Traduction : «En prose je l’ai rédigé / Et son courage m’a tant plu / car elle était veuve et timorée / Ton aide elle reçut, agir et dire elle a su».

98 Le texte est conservé à la Biblioteca Riccardiana de Florence (dorénavant F.R.). : Riccardiano 1700, f. 78ss; on le connaît sous le titre de Contrasto di Belzebù e Setanasso ou de Discesa al limbo. Les cinquante premiers sizains ont été publiés par Roedinger, Contrasti antichi : Cristo e Satana, Florence, 1887, p. 60-72. V. De Bartholomaeis (Origini della poesia drammatica italiana, Turin, 1952, p. 393) estimait (dans une logique d’évolution positiviste que nous ne partageons pas) qu’il constituait la «phase médiane entre lauda ombrienne et sacra rappresentazione».

99 Outre les «castella», les «duchi» et les «baroni» qui peuplent le récit, nous pouvons citer certains mots hérités de la poésie courtoise : Judith est «baldanzosa», puis c’est la «possanza» de Nabuchodonosor qui est évoquée, par exemple. Un catalogue systématique aurait peu de sens et il nous suffira simplement de souligner qu’une grande partie du vocabulaire utilisé par Lucrezia est d’ascendance courtoise.

100 Quelques exemples parmi les très nombreux qui s’offrent : le banquet est l’épisode qui met le mieux en relief l’esprit facétieux des Florentins : Lorsqu’Holopherne – être cruel et sanguinaire par excellence – s’apprête à recevoir Judith, Lucrezia Tornabuoni le dépeint coquet et ému comme un rosier à son premier rendez-vous, ignorant qu’il pue : «Il duca Oloferno udendo dire/ che Iudetta venia sì volentieri / tutto si rallegrò il degno sire et presto fe’ chiamare un camerieri : / «Or su, portate qua il mio vestire, / quel corto che sta meglio et più leggieri». / Ripulissi la barba et sì e capelli/ in dita si mettea di ricchi anelli. / A questo modo aspettando Iudetta / così pulito, adorno riccamente, / con seco dicie alcuna paroletta/ allegra, graziosa a tutta gente; / per tutto il padiglion grande odore getta, / e’ profumi non v’eron per niente» (§ 114-115). Un autre exemple, linguistique celui-ci, illustre cette «florentinité» dont on a parlé plus haut : «Iudetta come e’ bee poneva cura / et fra sé disse : «Ella fie cappellina! / E’ ne manda pur giù senza misura, / e’ se ne dà da ritto et da mancina.» (§ 121).

101 Nous ne donnons que quelques exemples : Ystoria di Iudith, § 38, pour le vocabulaire militaire «bombarde» e «arcieri» réunis par Holopherne avant la bataille; § 77, le stratagème d’Holopherne consiste à «svoltare» l’eau du «condotto» qui la transporte de la source à la ville; Le texte évoque aussi l’habitude que l’on avait de transporter les malades sur des brancards. En parlant de Nabuchodonosor : «E bisognava che fussi portato / da’ suoi baroni in sulle spalle loro / o in certe lectiere accomodato», § 150.

102 D. Kent, Cosimo de’ Medici... cit., p. 70-71.

103 F. Pezzarossa propose un même destinataire. F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 40-47.

104 «Relative» parce qu’on trouve des correspondances dans le Livre de Daniel. Voir note suivante.

105 Après la fête donnée pour célébrer la victoire des Juifs sur Holopherne, Lucrezia narre que Nabuchodonosor, furieux, décide de se venger et de former une armée contre les Juifs si bien que Dieu le frappe de nouveau. Cette fin répond à une volonté de cohérence : l’auteur avait énoncé dans le 5e huitain : «chi va senza ragione et non seconda / Idio così lo fa poi humiliare». La maladie dont souffre Nabuchodonosor ressemble étrangement à la maladie de Huttington dont meurt Aurélien dans la Domitilla d’Antonia Pulci. D’après le texte biblique, en revanche, il serait mort de Lycanthropie : Prophétie de Daniel, IV, 20 et 30.

106 M. Martelli, Letteratura fiorentina del Quattrocento, Florence, 1996, p. 11-20, 48-57.

107 Antonio Pierozzi lui destine – ainsi qu’à sa sœur, Dianora – l’Opera a ben vivere. Il semble que la demande émanait pourtant directement de Lucrezia (cf. le prologue : «Ricordandomi, diletta in Cristo, con quanta affezione e devozione la carità vostra m’ha pregato ch’io vi debba scrivere e ordinarvi qualche modo di vivere spiritualmente»). Dans F. Palermo,Opera a ben vivere di S. Antonino Arcivescovo di Firenze messa ora in luce con altri suoi ammaestramenti e una giunta di antiche orazioni toscane, Florence, 1858, p. 3). Voir aussi : IIIe partie,p. 151.

108 Elle ne produit que des compositions sacrées (des laude ou des poésies). Pour les laude : Laude spirituali di Feo Belcari, di Lorenzo de’ Medici, di Francesco D’Albizzo, di Castellano Castellani e di altri comprese nelle quattro più antiche raccolte con alcune inedite e con nuove illustrazioni, in Firenze presso Molini e Cecchi dietro il Duomo, 1863, p. 71, 73-74, 90.

109 De superbia in Sancti Antonini Archiepiscopi, Summa theologica, édition d’I. Colosso, O. P. Graz, Akademische Druck – U. Verlangsanstalt, 1959 (facsimile de l’édition : Veronae, Typografia Seminarii, apud Augustinum Carattonium, 1740), Liber II, tit. III.

110 A. D’Ancona, Sacre rappresentazioni dei secoli xiv, xv, xvi, Florence, 1872, III, p. 177-198.

111 Ibid., p. 176-177.

112 G. Sercambi, Novelle, a cura di Giovanni Sinicropi, Bari, 1972, nouvelle LXI.

113 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 223 : «[...] poter andar ciascun come far suole/ liberamente et per tutto ’l paese / et non havere a stare in quello affanno, / ché gran paura havien di quel tiranno» (§ 71).

114 Ibid., p. 229 : «[...] pensando ad quello assedio / et la strettezza in che ’l popolo si truova» (§ 88).

115 Ibid. p. 229-230 : «O graziosa donna quanto vali, / nel nostro Dio e ’n te habbian fidanza / che tu ci liberrai di tanti mali / per tuo virtù et per la tuo baldanza» (§ 91). Nous avons pris l’initiative de souligner les expressions qui évoquent le socle de la statut au moyen du caractère italique.

116 Ibid., p. 239 : «[...] mezzo spenzolato / che ’n sul piumaccio non giunse a posare» (§ 123).

117 Ibid., p. 240. Traduction : «Sûre d’elle, elle se redressa / et elle empoigna si bien une épée / [...] Par deux fois, elle le frappa / détachant des épaules la tête / Après cela, la vaillante femme / la coupa tout à fait car peu manquait/ et, rapide, s’en saisit de sa main».

118 Livre de Judith, XIII, 8.

119 F. Pezzarossa, I poemetti sacri... cit., p. 209 : «Or intendimi bene quel ch’io ti dico / et habbi il tuo intellecto ad questo accorto : / che chi escie sì fuori della ragione / merita il dan-no et poi la diligione» (§ 27).

120 Ibid., p. 210 : «A costui non bastò la gran victoria : / questo nostro apetito mai non posa, / ché a Dio usurpò ancora la gloria / con mente cieca et sì prosuntuosa / et ben perdé in tutto la memoria» (§ 28).

121 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, éd. R. Palmarocchi, Bari, 1968, chap. III. Traduction : S’assurant l’État, la réputation et la puissance de Laurent furent très grandes; de sorte que lorsqu’il commença à prendre pied, il commença par vouloir être l’arbitre de la cité et à ne pas se laisser gouverner par d’autres». Les études d’André Rochon confirment cette situation. Il rappelle les nombreuses pe daisons que Laurent ordonna après la conjuration de Bernardo Nardi (Prato, 6 avril 1470). Il s’arrête surtout sur le pillage de Volterra et souligne combien avaient invité Laurent à se montrer plus mesuré : A. Rochon, La jeunesse de Laurent... cit., p. 221, n. 10.

122 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VII, chap. XXV à XXVII (p. 678-682) pour la conjuration de Prato, et XXX (p. 684-686) pour le sac de Volterra. Également : S. Ammirato, Istorie fiorentine, Florence, Amadore Massi, Giovanni Battista Landini, Lorenzo Landi, 1641-1647, Livre XXIII, p. 110-112 (en ligne : http://imagohistoriae.signum.sns.it).

123 De la citation aux allusions. Le lexique est surtout proche du Morgante de Luigi Pulci. Laurent, Politien et Ficin sont eux aussi directement appelés à contribuer, comme l’a montré F. Pezzarossa dans les notes à son édition du texte.

124 Nous n’avons pas parlé du rôle politique de Lucrezia Tornabuoni : nous renvoyons, à ce sujet, à Mario Martelli, Letteratura fiorentina... cit., p. 52-57. Il cite deux lettres de Laurent à Éléonore d’Aragon et au marquis d’Este pour les informer de la disparition de sa mère; il y souligne l’importance du rôle qu’elle a eu à ses côtés. Laurent écrit avec douleur à Éleonore qu’il a «perduto non solamente la madre, ma uno unico refugio di molti mia fastidii e sublevamento de molte fatiche» et, à son mari : «oltra a l’avere perduta la madre, che solo a ricordarla me crepa il core, io ancora ho perduto uno instrumento che mi levava dimolte fatiche» (ibid., p. 56-57). Nous renvoyons aussi le lecteur à L. Tornabuoni, Lettere, éd. P. Salvadori, Florence, 1993 ainsi qu’à A. Bianchini, Alessandra e Lucrezia. Destini femminili nella Firenze del Quattrocento, Milan, 2005, pour un portrait plus romancé mais néanmoins parfaitement exact.

125 N. Newbigin, Dieci sacre rappresentazioni inedite fra Quattro e Cinquecento, dans Letteratura italiana antica, 10, 2009.

126 Elle est conservée à Florence : B.N.C.F., Banco Rari 182.5.

127 B.N.C.F., B.R. 182.1.

128 B.N.C.F., ms Pal. E.6.7.56.X.7.

129 E. Lommatzsch, Beiträge zur älteren italienischen Volksdichtung Untersuchungen und Texte. Band IV. Ein vierter Wolfenbütteler Sammelband. 22. Teil : Sacre Rappresentazioni. Mit 25 Abbildungen und einem Generalregister zur Band I-IV 1, 2. Berlin, 1963, p. 126-147.

130 «Les règnes impies et les principautés ne s’effondrent / que par la superbe, le luxe et la cruauté / et, au contraire, ils sont toujours exaltés / par l’excellente vertu qu’est l’humilité».

131 Le texte dit : «Gli ebrei fanno oratione in modo di quella lauda ‘se mai la tua virtù vince la guerra’. Oratione». Les laude étaient des compositions chantées qui étaient très en vogue, mais il est difficile de croire que leur succès pouvait perdurer longtemps après la mort de l’auteur (étant donné l’ampleur de leur production) et, naturellement, circuler avant son édition (si tant est que nous ayons entre les mains la princeps).

132 Elle appartient à l’un des recueils de laude les plus anciens du Quattrocento et a été publiée in Laude spirituali di Feo Belcari... cit., p. 32, LIX. Nous la reproduisons intégralement : ce texte est rarissime. «LIX / Del frutto della virtù / (cantasi come – Se mai lo Vicerè viene in sta terra) / Se mai la tua virtù vince la guerra / Sottomettendo el senso alla ragione / Tu sentirai venir di cielo in terra / Nel tuo cor pace e gran consolazione / E libero sarai da molte pene / Gustando in questa vita el sommo bene / L’amor del senso dà diletto in prima / E poi lascia nel cor dolore e pianto. / Ma quando la ragion è in su la cima / Vedi gran lume e senti gaudio santo : / Poi cresce el desiderio in gran diletto / Perché tu vai allo stato perfetto. / Quanto più usi la virtù reale, /Tanto più senti giubilio e splendore / Se vuoi godere el regno supernale / Ed aver pace sempre nel tuo core / Fuggi li vizii e vivi giusto e pio : / E temi ed ama sopra tutto Iddio».

133 Pour une méthode de datation des sacre rappresentazioni : S. Stallini, La sacra rappresentazione : entre les Médicis et Saint-Marc, thèse de doctorat, sous la direction de Mme Myriam Tanant et de Mme Marina Marietti, Université Sorbonne Nouvelle (Paris III), Novembre 2009, p. 97 et ss («le huitain destructuré»).

134 A. Milano, Storia degli Ebrei in Italia, Turin, 1963, p. 200.

135 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze nell’età del Rinascimento, Florence, 1918, p. 36-37.

136 Sur l’attitude des Franciscains et les motivations de leurs prédications contre les Juifs : A. Milano, Storia degli Ebrei... cit., p. 162-163.

137 La Rappresentazione di Agnolo Ebreo a été publiée par A. D’Ancona, Sacre Rappresentazioni fiorentine... cit., 1872, III, p. 485497.

138 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze... cit., p. 42-43.

139 Nous rappelons les événements de Trente, en 1475, où, sous l’impulsion de Bernardin de Sienne, une communauté juive tout entière a été détruite parce qu’il l’avait accusée, à tort (mais cela ne fut prouvé que bien plus tard), d’avoir assassiné un enfant de deux ans. Voir A. Milano, Storia degli ebrei... cit., p. 198-199.

140 Voir L. Martines, La congiura dei Pazzi. Intrighi politici, sangue e vendetta nella Firenze dei Medici, Milano, 2009.

141 U. Cassuto, Gli ebrei a Firenze... cit., 1918, n. 1, p. 56.

142 Sur l’utilisation anti-médicéenne de la prédication contre les Juifs, voir le bel article de M. Marietti, Laurent le Magnifique : le «prince» et la religion, dans Regards sur la Littérature italienne. Mélanges de littérature offerts à Paul Larivaille, Paris, 1998, p. 329-343.

143 2e huitain. Des expressions comparables parcourent tout le texte : «popolo beato» (§ 45), «popol tuo» (§ 49, 65, 66, 100 et 101 à deux reprises).

144 «odi se questo popolo è beato/ che quaranta anni poi gli nutricoe/ nel gran diserto di manna celeste/ né mancò mai a loro pure una veste» § 45.

145 Indice de la stratégie de communication et de mémorisation que l’auteur avait mis en œuvre.

146 § 64 : «Voi non vi ricordate che già Dio/ fece cose mirabili nel deserto / pe’ padri nostri et come giusto et pio / hor sarà nostro aiuto fermo et certo / voltate con la mente allui il disio / se ’l puro cuor contrito allui offerto / con lachryme et con pianti oration fate / in cenere et cilitio allui chiamate»; § 98-100 : «Signore Dio che di nulla creasti / et cielo et terra sol per tua pietate / et l’huomo a tua ymagine formasti / a contemplare la tua divinitate / et per habitatione allui do nasti / il paradiso pieno di amenitate / del quale in brieve spatio fu privato / perché e’ mangiò del pomo allui vietato / Dicesti poi signore che nel sudore / del volto suo il suo pan mangerebbe / et con molta fatica et gran dolore / acerba vita in terra menerebbe / dipoi signore per tua pietà et amore / che della humanitate troppo t’increbbe / degnasti quello nell’archa tua salvare / alhor che tutto ’l mondo occupò il mare / Poi pel tuo servo Moyse fedele / el popolo tuo liberasti d’egypto / et di servo di faraon crudele / facesti quello in ogni luogo invicto / la terra che produce lacte et mele / gli desti a posseder sì come è scripto / laquale in pace tranquilla molti anni / ha posseduto né mai senti affanni».

147 «Popol che a Dio sempre mai fusti grato / al cui sol nota è la religione», § 51. «Tu hai ben decto; ripigliam la via / ché gli è pel gran dolor quasi consunto/ non dubitar, Achior, che in fede mia/ col nostro Re sarai sempre congiunto» § 53.

148 Les citations bibliques sont choisies avec minutie afin de permettre le double langage et de rappeler que les Médicis ont libéré Florence et qu’ils en ont fait une cité prospère, ou plutôt, florissante. § 72 : «fur liberati da servitù dura», § 100 : «el popolo tuo liberasti d’egypto/ et di servo di faraon cru dele/ facesti quello in ogni luogo invicto / la terra che pro-duce lacte et mele / gli desti a posseder sì come è scripto / la quale in pace tranquilla molti anni / ha posseduto né mai sentì affanni».

149 Voici le 75e huitain dans son intégralité : «Voi, in questo mezo, la città guardate / et nulla rinnovate infin ch’io torno; / victime, incensi, fuochi al tempio fate / con gran solemnità sia tutto adorno, / et psalmi et laude et lection cantate / et l’humil popol ginocchioni intorno / et io tempo e, col core invicto et forte/ piglio il camino : apritemi le porte!».

150 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, chap. XVII, p. 725. Traduction : Et parce que Laurent était bien décidé à effectuer ce voyage, il recommanda la cité et l’État à Tommaso Soderini qui, en ce temps là, était le Gonfalonier de Justice».

151 «la tua patria misera et mendica / la qual tu vedi in infelice stato / di durar qualche tempo s’affatica / non vuol però l’animo haver mutato / né partirsi da Dio ma lui seguire», § 71.

152 Machiavel (Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, cap, XI, p. 71) écrivait, au sujet de ces événements : «Ma se Dio era giusto, se a Lui le violenze dispiacevano, gli dovevono quelle di questo suo vicario dispiacere; ed essere contento che gli uomini offesi, non trovando appresso a quel luogo, ricorressero a Lui. Pertanto, non che i Fiorentini ricevessero l’interdetto e a quello ubbidissero, ma sforzarono i sacerdoti a celebrare il divino officio, feciono un consiglio in Firenze di tutti i prelati toscani che allo imperio loro ubbidivano, nel quale appellorono delle ingiurie del pontefice al futuro Concilio».

153 M. Martelli, Le letterature delle città stato. Firenze. Il Quattrocento, in Letteratura italiana, VIII, Turin, 1991, p. 26-123 : 94-95.

154 Ibid., n. 70 p. 95.

155 N. Machiavelli, Istorie fiorentine... cit., Livre VIII, cap. XIX, p. 728, écrit : «Tornò pertanto Lorenzo in Firenze grandissi mo s’egli ne era partito grande, e fu con quella allegrezza dalla città ricevuto, che le sue grandi qualità e i freschi meriti meritavono, avendo esposto la propria vita per rendere alla patria sua la pace».

156 Didascalie entre le 67e et le 68e huitain : «Iudith, in mezo del popolo, dice».

157 «De leur nuire, je ne me lasserai / saint monarque, la guerre, je ferai / jusqu’à ce que tourments et maux amers / ne me montrent leurs cités à terre / par la ruse ou par la force du fer / Que, d’abord, la mort tous les enserre! / Jamais telle gloire je n’ai rêvée!».

158 § 31 : «Nebroth, intendi apunto el mio latino».

159 §21 : «Arsafat a Nabuchdonor : Io so signore che lunga esperienza / delle cose mortali t’han fatto esperto / et per continuo studio di scientia / delle divine cose sei referto; / so che letto hai che sol pietà et clemenza / è anteposta a ciascun altro merto».

160 § 5, 6, 7, 9 (deux fois), 10, 12, 14, 15, 16, 24, 25.

161 Il est difficile de résister à fournir quelques exemples : Une fois qu’Arsaphat a été vaincu, Nabuchodonosor lui dit : «vivi Arsafat et odi el mio sermone / non spaventar ch’io t’ho già perdonato / se’l tributo che debbi a me darai / nel regno sempre in pace viverai», § 21. Peu après, Arsaphat lui offre un vase en argent empli de dons et voici le commentaire de Nabuchodonosor : «Assai grande si stima et esser degno / quando col dono si dà l’amore in pegno», § 26.

162 Traduction : «Sans nul doute j’ai au ciel un grand rôle / car tous les États sont en ma faveur / Et le monde, pour mon esprit, mon art, / Me rend, comme à Dieu, les justes honneurs». Nabuchodonosor est décrit, dès le départ comme celui «che sol con [sua] prudenza/ in terra regg[e] la divina essenza» (§ 4).

163 § 117 : «Et poi con forte mano ciascuno armato, / piccoli, grandi, assaltate il lor campo / morto ch’haranno il lor signor trovato / si metteranno in fuga, et con gran vampo, / voi, con furore, harete seguitato / quel popol vile che senza alcun scampo / sarà rubato et morto per dispetto! / Uscite fuor, non habbiate sospetto!»

164 Judith dit : «Misero, tu volevi al ciel salire / non pe’ meriti tuoi, ma per possanza / tu non credevi mai poter morire / né lopherne et non de Nabuchodonosor (§ 116).

165 Je remercie de tout cœur Mesdames Marina Marietti et Line che mai fussi vinta la tua speranza» mais elle parle d’Ho-Cottegnies pour leurs conseils et leur relecture attentive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Stallini, « Judith protagoniste sur la scène florentine du Quattrocento », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-1 | 2010, 189-209.

Référence électronique

Sophie Stallini, « Judith protagoniste sur la scène florentine du Quattrocento », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/602 ; DOI : 10.4000/mefrm.602

Haut de page

Auteur

Sophie Stallini

ED 122 – CERLIMM, Université Sorbonne Nouvelle-Paris III Centre Bièvre, sophie.stallini@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org