Navigation – Plan du site
La coseigneurie

Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (xiie-xve siècles)

Insights into the seigneury at Comtat Venaissin (12th to 15th centuries)
Germain Butaud
p. 63-87

Résumés

Le Comtat Venaissin comptait environ cent treize villes, villages et hameaux au milieu du xive siècle. Quoique réduit, ce terrain d’étude permet de mettre en évidence l’ampleur du phénomène de fractionnement seigneurial, qui connaît son apogée aux xiie et xiiie siècles. L’exemple de Venasque est un «cas limite» avec une soixantaine de coseigneurs et une grande virtuosité dans la division du dominium. Politiquement, les coseigneurs s’organisèrent parfois en véritables consulats, qu’ils contrôlaient exclusivement. Ces consulats seigneuriaux, illustrés notamment par celui de L’Isle-sur-la-Sorgue, ont souvent été négligés par l’historiographie. Après le milieu du xiiie siècle, ceux qui subsistèrent évoluèrent en «consulats du ban», une caractéristique du diocèse de Carpentras, tandis que, du fait des remembrements, les coseigneuries étroites furent de plus en plus fréquentes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin (1229-1417), Paris-Avign (...)
  • 2 Barbentane était dans la même situation, mais il s’agit d’une coseigneurie tout comme Noves à l’ori (...)

1Au milieu du xive siècle, le Comtat Venaissin atteignait son apogée territorial après les acquisitions faites depuis l’installation des papes à Avignon1. Le pays n’avait en outre pas encore subi les conséquences de la guerre qui entraîna l’abandon de nombreux villages. On peut estimer qu’il était constitué d’environ cent treize seigneuries, en prenant en compte les moindres hameaux (fig. 1). Avec une marge d’incertitude de quelques unités, le nombre de seigneuries sous l’autorité d’un seul seigneur, quel qu’il soit, peut être évalué à soixante-dix. Dans cet ensemble figuraient de nombreuses localités que les comtes de Toulouse avaient pu faire entrer dans leur domaine et contrôler totalement. Il s’agit en particulier de Pernes, l’ancienne capitale, de L’Isle-sur-la-Sorgue (au terme d’un processus que nous présenterons), de Malaucène, Bonnieux, Oppède, Sorgues, Sablet, Séguret, Saumane, Pilles... Les papes purent ajouter à cet ensemble des localités diverses comme Carpentras, la nouvelle capitale acquise après un échange avec l’évêque, Visan, Cairanne, Buisson ou Villedieu. Dans le patrimoine féodal des évêques, en s’en tenant toujours qu’aux seuls fiefs non divisés, il n’y avait que des villages modestes : Rasteau et Crestet, possédés par les évêques de Vaison; Vaucluse, fief de ceux de Cavaillon; Le Beaucet, Malemort et Saint-Didier contrôlés par les évêques de Carpentras. Les fiefs des évêques d’Avignon constituaient un cas à part car ils relevaient directement de l’empereur. Châteauneuf-du-Pape et Bédarrides ne faisaient donc pas partie du Comtat Venaissin, tout comme Noves échappait, en théorie, au pouvoir des comtes de Provence2. Concernant l’aristocratie laïque, quelques seigneurs peuvent être comptés comme barons, détenteurs d’un fief indivisible. Il s’agit des seigneurs de Beaumes-de-Venise, Bédoin, Brantes, Caromb, Châteauneuf-de-Gadagne, Le Thor et Camaret – Sérignan, associés à quelques fiefs mineurs. Parmi les seigneuries familiales de moindre importance, on peut citer par exemple celle des Vassadel à Vacqueyras et des de Mormoiron à Modène. Terminons par le cas des seigneuries monastiques comme Sarrians ou Piolenc.

2Cette énumération des principales seigneuries unitaires du Comtat Venaissin était nécessaire pour servir de contrepoint à notre sujet d’étude. La coseigneurie au milieu du xive siècle concernait quarante-trois fiefs sur cent treize, soit 38%. Elle n’était donc pas la forme dominante de gestion seigneuriale, ou plutôt, elle ne l’était plus. Si l’on pouvait établir un décompte pour les périodes plus anciennes, il est légitime de penser que la coseigneurie occuperait une place plus importante encore.

  • 3 Voir R.-H. Bautier, J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. I. Pro (...)
  • 4 Il en existe plusieurs manuscrits, nous utilisons le ms. 557 conservé à la Bibliothèque municipale (...)
  • 5 Nos sources principales ont été les registres d’hommages (Archives départementales de Vaucluse [ADV (...)

3La documentation disponible sur ce sujet reste cependant sporadique jusqu’au milieu du xiiie siècle. Ainsi, la naissance des coseigneuries échappe souvent à l’historien qui doit se contenter de quelques cas, plus ou moins isolés, tandis que beaucoup de localités restent dans l’ombre. Comme pour la Provence ou le Dauphiné, les sources se multiplient à partir du milieu du xiiie siècle3. Le symbole de cette nouvelle richesse est la grande enquête domaniale conduite en Venaissin en 1253 pour le compte d’Alphonse de Poitiers, qui comprend une synthèse sous forme d’inventaire des droits, fiefs, revenus et propriétés du comte et les procès-verbaux des interrogatoires menés dans chaque localité4. En dépit de ses lacunes (notamment concernant les arrière-vassaux), l’enquête de 1253 constitue un jalon majeur pour l’histoire des seigneuries comtadines. Les sources se multiplient par la suite. Les chartriers épiscopaux (comme celui de Carpentras) et les fonds communaux sont de plus en plus riches. L’administration pontificale offre de nouvelles ressources : registres d’hommages, documents comptables et fiscaux du trésorier du Comtat, puis également des États du Comtat. À partir des années 1320, les registres de notaires commencent à être conservés. C’est en combinant ces sources que nous avons pu proposer cette première estimation, à affiner, du nombre de coseigneuries vers 13505. Pour la période allant du xiiie au xve siècle, la documentation permettrait une étude approfondie de la société féodale locale.

Fig. 1 – La région du Comtat Venaissin au milieu du xive siècle.

4Nous nous contenterons ici de simples aperçus portant sur une tranche chronologique plus ample, en privilégiant dans un premier temps deux questions pour lesquelles le terrain d’étude choisi apporte des éclairages originaux : le processus de partage et de fractionnement des seigneuries, puis l’organisation communautaire des coseigneurs qui étaient parfois suffisamment nombreux pour constituer un véritable corps politique. Un troisième et dernier développement sera consacré aux coseigneuries étroites, plus fréquentes, et qui dominent le paysage seigneurial de la fin du Moyen Âge, marqué par un déclin relatif de la coseigneurie.

Pluralité des seigneurs et fractionnement des seigneuries (xiie-xiiie Siècle)

La coseigneurie dans les marches septentrionales du Venaissin

  • 6 Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple (1136-1214), éd. marquis de Riper (...)

5Le cartulaire des templiers de Richerenches est l’une des rares sources qui permet de reconstituer en détail le morcellement d’une seigneurie pour une haute époque6. Richerenches était au départ un simple lieu-dit du territoire du castrum de Bourbouton, une localité aujourd’hui disparue située au sud-ouest de Valréas. Cette partie des Baronnies intégra le Comtat Venaissin au début du xive siècle.

  • 7 Cf. Cartulaire de la commanderie de Richerenches, p. CLXIII.
  • 8 La présentation de la division de la seigneurie figure principalement dans deux chartes d’Hugues de (...)

6La commanderie se forma à partir de 1136 grâce à Hugues de Bourbouton qui lui donna ses biens, suivi par un vaste groupe de parents et d’alliés. Il ne fallut pas moins de cent-dix-neuf transactions, échelonnées jusque dans les années 1180, pour que les Templiers assurent une main-mise à peu près complète sur le territoire, en récupérant les terres et les parts de seigneurie dispersées7. Selon l’historique dressé par Hugues de Bourbouton, son arrière-grand père possédait la totalité des dîmes, mais seulement la moitié du territoire8. Cette moitié fut elle-même divisée entre parents en six parts. La première, celle d’Hugues de Bourbouton, lui venait de son père Bérenger, et n’entra en totalité dans le patrimoine des templiers que sous son fils Nicolas, qui se fit également templier. La deuxième part était celle de Géraud de Bourbouton, oncle d’Hugues de Bourbouton, et de son fils Bertrand. Les autres parts appartenaient à des parents plus éloignés : des cousins pour les Montségur (troisième part) ainsi que les Tournefort (quatrième part); des parents par alliance, semble-t-il, pour les Folras de Valréas (cinquième part) et Pierre Hugues de Visan (sixième part).

7Au sujet de l’autre moitié du territoire de Richerenches, Hugues de Bourbouton donne le détail du fractionnement afin d’aider les frères templiers à recomposer la seigneurie. Cela permet d’assister, génération après génération, aux partages successoraux. Cette moitié fut donc d’abord divisée en deux : la première part (équivalant donc au quart de la seigneurie totale) appartenait à la famille de Solérieux; la seconde part faisait partie du patrimoine de «ceux de Gigondas» et fut subdivisée en trois au sein de ce groupe familial : un tiers à «ceux de Valréas», parmi lesquels figuraient les Bellon qui vendirent leur part en 1147 et deux tiers qui furent eux-mêmes partagés en trois parts... La première de ces subdivisions était celle d’Isarn et de Guillaume Isarn; la deuxième appartenait à Raymond de Gigondas et son fils Bertrand. Quant au dernier tiers, il était détenu en indivision par quatre groupes d’héritiers (désignés nommément), qui le vendirent ensemble aux templiers en 1145.

8On constate que pour certaines parts, les subdivisions s’enchaînaient tandis que d’autres parts restaient entières. Il est probable cependant que cette dissymétrie soit en partie due aux approximations du compte rendu d’Hugues de Bourbouton, certaines divisions intra-familiales lui échappant. Au milieu du xiie siècle, il y avait donc un fractionnement généralisé du pouvoir seigneurial dans la région de Bourbouton à tel point que certaines parts étaient infimes. Le processus de morcellement s’était enclenché environ quatre générations auparavant, donc durant la première moitié du xie siècle, jusqu’à ce que le pouvoir soit pulvérisé au sein d’une nébuleuse d’ayants-droit.

  • 9 Pontio Guintranno, atque uxori et filiis eorum, pro decimis quas in castro Valriatis et in territor (...)
  • 10 Au sujet de ces différents seigneurs de Valréas, voir Cartulaire de la commanderie de Richerenches, (...)
  • 11 U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, Valence, 1913, n° 8466, col. 457-458 ; III, Valence, 1914, n° (...)
  • 12 Voir É. Malbois, Notice historique sur Valréas... cit., p. 55-58, et surtout M. Hayez, Valréas et s (...)

9L’intensité du fractionnement seigneurial autour de Richerenches est exceptionnelle et ne peut être généralisée. En revanche, la coseigneurie semble bien être la situation dominante dans cette région. Ainsi, au détour d’un récapitulatif des acquisitions d’un évêque de Vaison dressé vers 1120, on apprend qu’un certain Pons Guintranni vendit les dîmes qu’il prélevait sur le territoire de Valréas avec le consentement de ses six seigneurs9. Le premier cité est Raymond de Mévouillon, dont les descendants furent à l’origine des Baronnies de Mévouillon et de Montauban; les cinq autres sont Hugues Talonis, Ripert de Valréas, Bertrand de Taulignan, Dodon de Chamaret et ses fils, et Rostan Guintranni10. En dépit du renforcement du pouvoir des Montauban à Valréas, le bourg demeura une coseigneurie de pariers, avec une division de plus en plus complexe des quotes-parts. En 1248 par exemple, la vingt-quatrième partir du fief détenu par une fille d’Hugues de Valréas et une autre portion équivalente, détenue par les Templiers, furent cédées par le comte de Toulouse à Dragonet de Montauban. Un acte de 1304 consigne la vente du tiers de la quarante huitième partie de la coseigneurie pour 45 livres11. Les coseigneurs perdurèrent après l’acquisition du fief par les papes, en 131712.

  • 13 Cartulaire de la commanderie de Richerenches, n° 128, p. 121-122 et le commentaire sur les coseigne (...)
  • 14 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, avec une notice sur le Tricastin au xiiie sièc (...)
  • 15 Pour ces acquisitions, voir le bilan dans Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, p. 1 (...)

10Dans la très petite cité épiscopale de Saint-Paul-Trois-Châteaux, la coseigneurie s’était aussi imposée au début du xiie siècle. Une charte de donation en faveur des templiers de Richerenches révèle qu’en 1136, l’évêque Pons de Grillon avait à ses côtés trois familles de coseigneurs : Bertrand Viader et ses frères, Guillaume de Saint-Paul et son frère Pierre Artaud, Péregrine et son fils Pierre de Donzère13. Vers 1215, selon les déclarations faites lors d’une enquête, le pouvoir épiscopal s’était imposé sur la cité, à l’exception du faubourg de Géraud Adhémar qui échappait à son emprise, pour peu de temps. Le contexte de la croisade albigeoise permit en effet au seigneur ecclésiastique de détruire la demeure de Géraud Adhémar et de le contraindre, en 1222, à vendre ses droits à Saint-Paul, pour 4000 sous viennois, cession devenue définitive en 1241 après plusieurs contestations14. Si l’on ajoute les nombreuses acquisitions de biens fonciers et de droits (notamment sur les fours) faites par les évêques, on peut conclure que la coseigneurie avait disparu dans la micro-cité épiscopale au milieu du xiiie siècle15.

  • 16 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, n° 22, p. 21-22 (6 juillet 1211) et p. 192-195 (...)
  • 17 Par exemple, Aymar de Pierrelatte, Pierre de Sérignan et Pons de Beaumont faisaient hommage à Decan (...)
  • 18 Autrement dit, les coseigneurs pariers dépendaient désormais du pape et du comte de Valentinois (A. (...)
  • 19 É. Malbois, Vinsobres (jusqu’à 1343), dans Bulletin de la Société d’archéologie et de statistique d (...)
  • 20 On y compte dix-sept coseigneuries environ sur vingt-six fiefs. Citons par exemple Aubres, Bollène, (...)

11Hors de Saint-Paul, il en allait tout autrement. En 1211, l’achat par l’évêque élu Geoffroy d’un domaine à Freyssinet, pour 12250 sous viennois, fut dénoncé par les sept coseigneurs (dominos) de Pierrelatte, en l’occurrence Jordan et Guillaume de Pierrelatte, Pierre de Sérignan, Pons de Saint-Just, Guillaume de Saint-Pasteur, Guillaume Vetulus et Raymond de Bocoiran. Ceux-ci obtinrent de la part d’arbitres la renonciation du prélat à toute prétention sur Pierrelatte et le rachat de la moitié du fief qu’ils tiendraient comme pariers (parerii) de plusieurs seigneurs supérieurs (Draconet [de Montauban], Decan d’Uzès, Guillaume Arnaud de Mondragon, Guillaume de Châteauneuf et Guillaume de Donzère)16. Pour le reste, Pierrelatte était une coseigneurie verticale et horizontale. En 1253, la suzeraineté en appartenait au comte de Toulouse et au comte de Valentinois, dont dépendaient des coseigneurs supérieurs (Draconet de Montauban, Draconet de Mondragon, Decan d’Uzès et Hugues Porcelet de Châteauneuf) auxquels prêtaient hommage les coseigneurs pariers qui exerçaient réellement le pouvoir : Aymar de Pierrelatte, Pons de Saint-Just, Pierre de Sérignan, Pons de Beaumont, Pierre de Mirmande, Guillaume Armand, Guillaume et Bertrand de Saint-Pasteur17. Le nombre de ces pariers resta relativement stable (cinq ou six en général) pendant le reste du Moyen Âge, à l’inverse des coseigneurs supérieurs qui disparurent de la scène au bénéfice de leur suzerain18. Pour d’autres fiefs, le morcellement était particulièrement avancé comme pour Vinsobres qui comptait dix-huit coseigneurs vers 128119. Incontestablement, dans ces marches septentrionales du Venaissin où se côtoyaient les influences de plusieurs grands feudataires, la coseigneurie était la norme, la seigneurie unitaire l’exception. Fait significatif, au milieu du xive siècle encore, la coseigneurie était généralisée dans la judicature de Valréas20.

La coseigneurie dans la région d’Avignon

  • 21 Nos de Novis, ego scilicet Garcinus et Raynoardus frater ejus et ego Petrus de Novas, et ego Guille (...)
  • 22 Isti sunt milites qui has recognitiones fecerunt jamdicto Gaufredo Avenionensi episcopo super iis e (...)
  • 23 [...] cum dominus Guillelmus, Avinionensis episcopus, de novo consecratus, ad castrum suum de Novis (...)
  • 24 [...] nos Raimundus de Orgone, Petrus de Novis, Isnardus de Novis, Berengarius de Novis, Rostagnus (...)

12Pour les régions plus méridionales, la coseigneurie n’était pas systématique mais fréquente. Il est cependant rare de disposer d’énumérations de coseigneurs qui soient complètes. L’une des plus anciennes concerne Noves, un fief impérial de l’évêque d’Avignon, enclavé en Provence. En 1134, l’évêque Laugier fixa les droits des neuf seigneurs, issus de deux groupes familiaux : ceux «de Noves» et ceux «de Lamanon21». Les reconnaissances de 1175 montrent un certain renouvellement du milieu seigneurial : il y avait alors dix chevaliers, représentant cette fois quatre familles. Parmi eux figurent le juriste Elzéar (Elisiardus) et son frère Rainoard22. En 1209, le groupe de coseigneurs était dominé par les différentes branches de la famille de Noves, représentant dix des douze vassaux de l’évêque23. Dans l’hommage de 1231 les de Noves étaient moins prépondérants, puisqu’il étaient neuf (ou onze) sur seize coseigneurs24.

  • 25 [...] et ex alio latere, inter dominos de Sancto Saturnino, videlicet, Laugerios de Insula et Retra (...)
  • 26 Guillaume-Hugues Retranni était consul d’Avignon en 1200-1201 (L.-H. Labande, Avignon au xiiie sièc (...)
  • 27 Trimondenses et Raynoardos, dominos castri de Vedena (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms(...)
  • 28 Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., n° 20, p. 21 (1110, Bédarrides), n° 103, p.  (...)
  • 29 Cf. Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., n° 3, p. 4 (1101-1105)
  • 30 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, éd. J.-H. Albanès, U. Chevalier, Valence, 1920, n° 368, (...)
  • 31 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 367, col. 119-121 (8 avril 1212).
  • 32 Guillaume Geoffroy est signalé comme chevalier d’Avignon en 1215 (L.-H. Labande, Avignon au xiiie s (...)

13Dans le cas de Saint-Saturnin-lès-Avignon, les seigneurs sont énumérés à l’occasion d’un accord de juillet 1204, portant sur de nouveaux moulins sur la Sorgue25. Il s’agissait des Laugier de L’Isle-sur-la-Sorgue, des Retranni d’Avignon, des enfants de Guillaume de Saint-Saturnin et de ses neveux, de Guillaume Malvesin, des enfants d’Elzéar (très probablement le juriste coseigneur de Noves en 1175), de Guillaume de Sors, de Vayranus, Raysosus et Ribalta, personnages que l’on retrouve par ailleurs comme chevaliers d’Avignon dans des documents contemporains26. Le même acte de 1204 mentionne comme seigneurs de Vedène «les Trimond et les Raynoard», dont le pouvoir sur place est ancien27. La famille Raynoard est attestée par ailleurs à Bédarrides et Avignon28. Dans les faits, la situation était plus complexe car les Amic possédaient des droits ancestraux sur le village29. En 1212, les frères Géraud et Pierre Amic purent même récupérer la tour de Védène et la tenir au nom du consulat d’Avignon, selon des conditions contraignantes, alors que Geoffroy Raynoard, puis son fils Raymond, la gardaient depuis longtemps de façon plus ou moins légitime30. L’emprise d’Avignon s’exerçait également sur Sorgues. Le pouvoir seigneurial y était partagé entre l’évêque d’Avignon, les fils de feu Bérenger Raymond, c’est-à-dire Bérenger et Guillaume Raymond d’Avignon, et Guillaume Geoffroy (fils d’un autre Guillaume Geoffroy)31. Là encore, les familles Raymond et Geoffroy étaient bien implantées dans la cité épiscopale32.

  • 33 Ce personnage était frère de R[ostan] de Barbentane qui tenait pour l’évêque d’Avignon le castrum d (...)
  • 34 Sur cette famille, implantée à Boulbon et Barbentane, et son rôle à Avignon, cf. N. Leroy, Une vill (...)
  • 35 L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle... cit., p. 259, 260, 263 ; N. Leroy, Une ville et son droit(...)

14Les familles chevaleresques d’Avignon pouvaient ainsi exercer des droits seigneuriaux dans les villages environnants. Le phénomène inverse d’inurbamento se rencontre tout autant. Les fastes consulaires d’Avignon comprennent des personnages comme Audibert de Noves (consul en 1205-1206), Pierre-Hugues de Barbentane33 (consul en 1197-1198 et 1208-1209), Humbert d’Aurons (consul en 1211-1212), Guillaume de Boulbon34 (consul en 1211-1212), Guillaume de Saint-Saturnin (consul en 1195-1196) et Pierre de Saint-Saturnin (consul en 1223-1224)35.

  • 36 Histoire d’Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 154 (Jean-Pierre Poly).

15Le phénomène de la coseigneurie interagit donc avec celui de la chevalerie urbaine. Les deux se nourrissent l’un l’autre. La proximité d’une cité importante constituait un environnement favorable pour l’émergence d’une coseigneurie. On a pu décrire les chevaliers d’Avignon enrichis par les revenus du port et les taxes sur les marchés, «comme un vaste groupe d’actionnaires, le métier des armes en plus, qui touche les coupons d’une affaire déjà fort ancienne, mais qui a beaucoup prospéré36». Participer aux coseigneuries voisines était un aspect de cet «actionnariat» chevaleresque qui s’exprimait aussi dans les associations concernant les moulins, les pêcheries ou les péages.

Les coseigneuries de Caderousse et de Venasque

  • 37 Layettes du trésor des chartes, éd. A. Teulet, II, Paris, 1866, n° 2414, p. 301-302.
  • 38 Confitemur et in veritate recognoscimus vobis Ermitano, nomine vestro et nomine uxoris vestre Aude, (...)
  • 39 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse au Moyen Âge, dans Positions des thèses soutenues par les (...)
  • 40 Layettes du trésor des chartes, éd. J. de Laborde, III, Paris, 1875, n° 3629, p. 20 (12 janvier 124 (...)
  • 41 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers. Arrêts de son parlement tenu à Toulouse et text (...)
  • 42 Ce bayle est attesté au moins depuis 1302 (J. Girard, Les États du Comté Venaissin depuis leurs ori (...)
  • 43 M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve sièc (...)

16En dehors de toute emprise urbaine, l’existence d’un péage dans une localité pouvait suffire à entretenir un groupe chevaleresque ou seigneurial relativement important. Caderousse, située sur un méandre du Rhône, peut être considérée comme une communauté de seigneurs péagers. Au début du xiiie siècle, la localité relevait directement de l’Empire. Frédéric II en fit donation, avec d’autres fiefs, à Raymond VII en décembre 123537. Les coseigneurs firent ensuite serment de fidélité au marquis de Provence (3 juillet 1236) qui reconnut leur «pleine juridiction et merum imperium» sur les «chevaliers et les hommes de Caderousse» et leurs privilèges (bans, péages, fours, moulins...), en échange du service de chevauchées. L’acte mentionne quatorze coseigneurs, issus de neufs familles différentes, mais il est aussi fait allusion à des coseigneurs absents et deux effectivement prêtèrent hommage ensuite38. Les deux familles les plus représentées étaient les de Caderousse et les d’Ancézune. Du fait des revenus du péage portant notamment sur le sel remontant le Rhône, la coseigneurie était particulièrement prospère39. Quand Raymond VII en acheta un vingt-quatrième, en janvier 1248, il dut débourser 10000 sous raymondins40. Son successeur, Alphonse de Poitiers, parvint à contrôler environ le cinquième des habitants : en 1269, cinquante-quatre feux se trouvaient sous sa seigneurie directe tandis que les coseigneurs en contrôlaient deux cent deux41. Les papes ne purent guère étendre leur pouvoir dans la localité où ils tenaient un bayle pour leurs hommes42. Ainsi, en dépit du nombre important de coseigneurs, ceux-ci faisaient bonne figure parmi les feudataires du Comtat Venaissin. En 1414, au moment des opérations de cadastres, Caderousse concentrait cinq (ou six en comptant celle du prieur) des vingt plus grandes propriétés du pays attestées par l’enquête, dont la plus grande, de 736 éminées43.

  • 44 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 456 (il s’agit d’un chartrier relié ; chaque folio indique un parche (...)

17Le cas de Caderousse montre qu’un certain équilibre peut être conservé dans le fractionnement des seigneuries. À l’inverse, comme nous l’avons évoqué à propos de Richerenches, il existe des coseigneuries où la dynamique de fractionnement entraîna un affaiblissement des familles seigneuriales. Tel est le cas pour Venasque documenté à partir des années 1220. Haut seigneur de Venasque, tout nouvel évêque de Carpentras avait le droit d’y ériger son étendard à l’occasion du serment de fidélité de ses vassaux. En janvier 1295, soixante-cinq coseigneurs, présents ou représentés, participèrent à la cérémonie, dont sept chevaliers. Pour distinguer les homonymes, les surnoms ne suffisaient pas et le notaire devait souvent indiquer le nom des pères44... Cet effectif serait déjà important pour une ville, or Venasque n’était qu’un village.

  • 45 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 393. Ce cahier est postérieur à 1306 qui est la seule date mentionné (...)
  • 46 Désignée aussi en 1290 comme cinquena Isnardi de Venasca (Cf. B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 434 (c (...)

18Pour permettre cette «anomalie», la coseigneurie adopta une structure très complexe, à tel point que l’administration épiscopale rédigea au début du xive siècle un véritable traité à son sujet, sous la forme d’un petit cahier de parchemin de huit folios, rubriqué45. On apprend ainsi que le dominium castri était divisé en deux quartiers : le bref (breve) supérieur et le bref inférieur. Chacun d’entre eux était composé de cinq cinquene. Soit pour le bref supérieur, la cinquena de Turre Veteri sive Guillelmi Ricani, la cinquena de Crota, la cinquena de Sancto Paulo, la cinquena de Insula et la cinquena Olivarii, et pour le bref inférieur : la cinquena Bertrandi Carbonerii, la cinquena Iteriorum, la cinquena Guillelmi Gaufridi, la cinquena Paterna46, la cinquena Vicecomitis et Guillelmi Bertrandi (qui comme son nom l’indique était en fait une cinquena double).

  • 47 [...] scilicet unam cinquenam integram dominationis de Venasca brevi Turri Veteri ( ?) (B.M. Carpen (...)
  • 48 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 396 (octobre 1226).
  • 49 Ibid., fol. 397 (novembre 1226). En avril 1230, le chevalier Bertrand Alfant et son fils du même no (...)
  • 50 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 410 (20 janvier 1265, n. st.).
  • 51 Item totam turrem medianam sitam in dicto castro que dicitur turris Guillemi Ricani cum omnibus int (...)

19La division en cinquene existait depuis au moins le début du xiiie siècle. En 1226 l’évêque de Carpentras acheta une «cinquena intégrale de dominitio de Venasque», située dans un bref, pour la somme de 1400 sous raymondins, vendue par Bertrand et Guillaume Geoffroy47. Les deux autres acquisitions de cette année 1226 révèlent une situation déjà compliquée. Une cinquena se trouvait aux mains de quatre copartageants : Raibaud Itier, les fils de feu Raymond de Mornas, Bertrand Itier et Bertrand Alfant. Les deux premiers vendirent respectivement le sixième et le tiers de leur part à l’évêque48. Puis ils vendirent les parts qu’ils avaient sur la «Tour vieille», située près de la tour de Rican de Turre Veteri, le bien nommé49. En 1265, on retrouve trace des deux fils de ce dernier personnage50. Les frères Guillaume Rican et Geoffroy de Turre Veteri cédèrent pour le prix de 60 livres d’une part, le quarantième de la cinquena autrefois possédée par [feu] Guillaume Rican, et d’autre part, une tour : «la tour méjane qui se trouve dans le château dit tour de Guillaume Rican», avec des jardins attenants dont un protégé par une barbacane51. La tour vendue était par ailleurs contiguë à la maison de Pierre de Turre Veteri et proche de deux autres tours dont les frères possédaient la moitié : la tour des Itier et la tour «de ceux de l’Isle» (turrim illorum de Insula). La division en cinquene n’était donc pas qu’un partage virtuel : elle recoupait la division du village en quartiers fortifiés où logeaient les familles de coseigneurs. Venasque devait avoir l’aspect d’un agglomérat de tours nobles.

20Au début du xive siècle, mise à part la cinquena Guillemi Gaufridi acquise dès 1226 et qui était intégralement à l’évêque, toutes les autres étaient partagées inter dominos et parerios dicti castri de Venasca. Le traité détaille leur division première (en deux, trois ou cinq parts), les subdivisions, les nouvelles subdivisions, en indiquant souvent les achats effectués entre coseigneurs.

  • 52 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 393 (cahier, fol. 4v).
  • 53 Cf. Ibid., fol. 434 (cahier, fol. 2r).

21Prenons un exemple qui n’est pas le plus complexe52. La cinquena de Insula (qui était appelée aussi de Turre Veteri du nom de la famille qui y possédait l’essentiel des biens53) fut d’abord divisée en deux parts égales. L’une fut acquise par l’évêque à l’exception d’un septième que Raymond de Venasque avait acheté à Pierre et Raymond de Turre Veteri. L’autre part était partagée en trois. Un tiers appartenait au même Raymond de Venasque (par achat auprès de Bertrand de Turre Veteri). Le deuxième tiers était à Guillaume Bertrand, fils du susdit Pierre de Turre Veteri. Le dernier tiers appartenait à Guigues de Turre Veteri, son frère, qui en avait vendu les trois quarts à l’évêque. Restait donc un quart (du tiers de la moitié) qui fut divisé en deux parts : la première appartenait aux fils et héritiers de feu Guillaume de Montseren, la seconde à la fille de feu Guillaume Pierre Itier pour moitié tandis que l’autre moitié restait audit Guigues de Turre Veteri, le propriétaire initial. On comprend à partir de ce seul exemple, qui n’est pas sans rappeler celui de Richerenches, que chaque cinquena était susceptible d’être divisée comme l’était ordinairement une fief entier. Grâce à ce système, les parts de coseigneurie avaient été démultipliées pour s’adapter au nombre pléthorique de coseigneurs. Inversement, cette structure entretenait la pulvérisation des patrimoines, selon un «cercle vicieux». À Venasque, le partage égalitaire semble la norme entre frères, quitte à subdiviser des parts infimes de dominium.

  • 54 Ibid., fol. 412 (25 mai 1264).
  • 55 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 434 (cahier, fol. 3r). Le même cahier de six folios contient un bila (...)
  • 56 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 423 (11 août 1272), 453 (23 août 1288).
  • 57 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 459 (28 février 1315, n. st.). Les vendeurs étaient Bertrand et Rost (...)

22Face à cette situation, le remembrement entrepris par les évêques se traduisait par une multitude de transactions. L’achat d’un soixantième de toute la seigneurie de Venasque auprès des frères Ripert, Hugues et Lantelme de Bédoin fait figure de transaction importante selon les critères locaux! Pour 1860 sous, l’évêque récupéra un vaste ensemble de terres, de vergers, de bois, mais qui étaient presque tous fractionnés, en quart le plus souvent54. Dans le bilan que dressa en 1280 l’administration épiscopale, cet achat fut considéré comme correspondant à la sixième part de la cinquena Isnardi de Venasca sive Paterna55. Les transactions communes ne concernaient que des portions moindres. On peut citer par exemple l’achat du douzième de la cinquena de Guillaume Rican pour 14 livres (en 1272), ou encore de la trente-deuxième part de la cinquena Sancto Paulo, acquise pour 18 livres en 128856. L’évêque n’hésitait pas à faire des achats plus menus : en 1315, ce fut seulement un douzième de la trente-deuxième part, soit 1/384e de la cinquena Vicecomitis, pour 25 sous. Ramené à l’ensemble du fief, cela signifie que l’on pouvait posséder simplement quelques millièmes de seigneurie (1/3840 dans cet exemple)57! Malgré leurs efforts, les évêques de Carpentras restèrent encore très minoritaires dans la coseigneurie de Venasque, ne possédant que quelques pièces du puzzle.

La gestion des coseigneuries

23La division de Venasque en deux brefs, divisés chacun en cinq cinquene, fut en quelque sorte «le stratagème» qui permit au morcellement de se poursuivre à un degré sans doute exceptionnel. Il serait cependant faux de penser que la spirale du fractionnement par partages successoraux était seule en action. D’autres logiques pouvaient aussi s’exprimer, celle d’un remembrement ou d’une «rationalisation» de la coseigneurie.

  • 58 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 395, col. 137-138 (3 avril 1220).

24Un exemple précoce de remembrement est fourni par le fief provençal de Boulbon. En 1220, Bérenger de Boulbon prétendait y détenir seul le rocher du château et disposer de tous les droits seigneuriaux depuis une vente qui lui avait été faite, pour 13000 sous, par Alfant de Lauris et son frère Rostan Guillaume. Des parents de ces derniers, soit trois frères et leurs deux neveux, ne l’entendirent pas ainsi. Ils réclamèrent le contrôle du rocher du château pendant cinq mois chaque année, de mars à juillet, ce qui était, selon eux, entré dans la coutume, et un droit de fournage. Finalement, les arbitres adjugèrent le château à Bérenger de Boulbon, et reconnurent le fournage à l’autre camp, qui bénéficia également d’une exemption de la juridiction de Bérenger58. Celui-ci s’était néanmoins imposé comme «quasi-seigneur» de Boulbon.

  • 59 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux... cit., n° 70, p. 46-49 (24 octobre 1254).
  • 60 Voici un extrait de l’analyse de la démarcation dans le village : « La part des Chamaret commence a (...)

25Un acte de 1254 concernant Chamaret, en Tricastin, permet d’assister à un autre type de remembrement59. L’espace du castrum, le terroir et les propriétés furent partagés en deux : une part fut attribuée aux frères Guillaume et Raymond de Chamaret et à leurs neveux, l’autre échut à Guillaume Armand de Mirmande et Raymond Loup. On passa ainsi d’une coseigneurie aux droits diffus entre copartageants à une coseigneurie de partition, qui semble presque «taillée à la serpe». Une véritable ligne de démarcation coupa le village, sinuant dans les rues, mais laissant l’église et sa place communes60. De la même façon, le territoire rural fut divisé en grandes zones et les fiefs ruraux répartis. Dans ce cas, la division n’était pas subie, mais délibérée comme si l’on voulait aboutir à deux seigneuries unitaires mitoyennes.

  • 61 Le bayle disposait d’auxiliaires comme crieurs, notaires et clavaires. La justice était souvent exe (...)
  • 62 Ce sceau représentait le rocher de Pierrelatte et portait la légende s. dominor(um). de petralapta. (...)
  • 63 Voici le détail des sommes distribuées aux coseigneurs : le damoiseau Bertrand de Boulbon, pour le (...)

26Avant d’en arriver à cette «séparation de biens», les coseigneurs s’entendaient en général pour rendre viable la coseigneurie grâce à une cour commune administrée par un bayle, ou plusieurs parfois61. Ce système permettait de surmonter un morcellement important et s’adaptait à beaucoup de cas de figure. À Pierrelatte, la cour commune disposait même d’un sceau symbole de l’association des coseigneurs62. Le bayle était un agent qui devait rendre des comptes. Les profits étaient redistribués aux coseigneurs au prorata de la part qu’ils possédaient, ce qui permettait la coexistence de coseigneurs de rang différent. Cela apparaît clairement dans les comptes de la coseigneurie de Barbentane, un fief provençal de l’évêque d’Avignon alors géré par la Chambre apostolique. Pour l’exercice allant de juin 1356 à juin 1359, tous frais déduits, le notaire de la cour put récupérer 156 livres 4 sous 10 deniers au nom de la mense épiscopale, tandis que les huit coseigneurs laïques, à l’importance très variable, se répartirent entre eux 108 livres 4 sous 2 deniers63.

27Cet exemple permet ainsi de relativiser les effets de la division d’un fief. Quand il y avait une cour commune, les coseigneuries se distinguaient peu d’une seigneurie unitaire du point de vue économique. Il fallait juste faire quelques calculs supplémentaires pour répartir les dividendes. La coseigneurie a cependant une dimension politique qu’on ne saurait négliger. Selon les époques et les localités, les bayles laissaient même place à des consuls.

Consulats et organisation communautaire des seigneurs (xiiie-xive siècle)

  • 64 Sur le consulat d’Avignon, en attendant la publication de la thèse de Simone Balossino (Formes du p (...)
  • 65 N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 544. L’expression de « modèle avignonnais » est utilis (...)
  • 66 N. Leroy, Une ville et son droit ... cit., p. 544-545.
  • 67 Contrairement donc à ce que laisse entendre N. Leroy (ibid., p. 543) qui se focalise sur les années (...)
  • 68 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial de L’Isle-en-Venaissin (xiie-xiiie siècles), dans Mém (...)

28Parmi les consulats de Provence, celui d’Avignon est le plus ancien – puisqu’il existe probablement dès 1129, soit un peu avant celui d’Arles (1131) – et l’un des plus puissants du point de vue politique, surtout à partir du début du xiiie siècle. Selon la formule qui s’imposa dès les années 1170, il y avait huit consuls annuels (ce qui est rare en Provence) : quatre chevaliers et quatre probi homines64. Tout naturellement, ce «modèle avignonnais» exerça une influence sur les consulats voisins. Nous verrons le cas particulier de Sorgues qui faisait partie du territoire (districtus) d’Avignon. À Monteux, les documents qui nous renseignent sur le consulat, entre 1214 et 1246, au moment de sa disparition, font état de huit consuls et d’un juge, comme à Avignon65. Peu avant 1200, le consulat de Tarascon, d’abord exclusivement chevaleresque, s’ouvrit aux non-chevaliers, et se dota de huit magistrats également66. Pour l’Isle-sur-la-Sorgue, on relève la présence d’un juge entre 1225-1228, Geoffroy Jaucelin (un juriste avignonnais), et d’un podestat, en mai 1228, Giraud Amic, aidé d’un viguier et deux clavaires. Mais il ne s’agit que d’une influence ponctuelle (puisque le système ancien est attesté de nouveau dès 1230) et superficielle67. Le consulat de l’Isle-sur-la-Sorgue se distingue en effet fortement du consulat avignonnais de chevaliers et de prud’hommes; il s’agit d’un consulat seigneurial, dont la nature a été remarquablement mise en évidence dans un article de 191368.

Un modèle de consulat seigneurial : L’Isle-sur-la-Sorgue

  • 69 Existentibus in villa Insule consulibus Raimundo Laugerii, Ugone de Villa Nova, Bertrando Alfanti d (...)
  • 70 Ibid., p. 4.

29La documentation fait défaut pour connaître ses origines. C’est seulement par un acte d’août 1200, une vente en faveur du monastère de Sénanque, que l’on apprend son existence. Le notaire de ce parchemin était en effet celui des consuls de L’Isle, dont les noms figurent dans la formule de datation69 et la bulle servait de validation. Ainsi «le consulat, apparaissant tout constitué en 1200, au hasard d’un texte, peut dater en réalité d’une période beaucoup plus reculée du xiie siècle70». Il est ensuite relativement bien connu jusqu’à sa disparition en 1236.

  • 71 Ibid., p. 6.
  • 72 Ainsi dans un acte de septembre 1210 : nos consules et domini de Insula, juramus [...] nomine nostr (...)
  • 73 Cette bulle est connue par un exemplaire de 1209 des archives des Bouches-du-Rhône et un autre de 1 (...)
  • 74 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial, p. 6-7.

30Sa grande caractéristique est que les consuls, au nombre de trois et quelquefois de six, étaient exclusivement issus des familles de coseigneurs (et non de simples chevaliers). «Consulat et seigneurie, consuls et seigneurs, ces mots désignaient la même chose et les mêmes personnages71». Dans plusieurs documents, les mots consules et domini sont véritablement interchangeables72. La bulle de plomb du consulat affirmait ce lien. À l’avers figuraient un poisson en pal, symbole de la ville de pêcheurs qu’était L’Isle, et la légende circulaire sigillum. consulum. insule., qui se prolongeait au revers e dominorum avec la représentation en buste des trois consuls, vus de face73. «Le consulat de l’Isle est donc un consulat de co-seigneurs, une sorte de pariage, une institution aussi peu démocratique et municipale que possible, quelque chose de semblable au consulat des chevaliers des Arènes de Nîmes ou à celui des seigneurs pariers de la Garde-Guérin en Gévaudan74».

  • 75 Ibid., p. 6, 8 n. 2, 37-39 (édition de l’acte de 1240).
  • 76 Il y une relative instabilité du nombre des consuls et de la durée de leur mandats, cf. Ibid., p. 9 (...)
  • 77 Cf. Ibid., p. 2-3. Pour les Laugier, dont une branche traversa les siècles, on dispose d’une généal (...)
  • 78 Une famille de ce nom était coseigneur à Méthamis et vassale des évêques de Carpentras (B.M. Carpen (...)

31Le nombre de coseigneurs de L’Isle était particulièrement élevé. Une liste de septembre 1210 en signale vingt-sept; une autre de mars 1215, trente, et les serments d’août-septembre 1240 faits au comte de Toulouse concernent pas moins de cinquante-cinq coseigneurs75. Dans ce groupe, il n’était pas difficile de trouver trois consuls chaque année, quelquefois six, pour administrer les intérêts de la coseigneurie76. Parmi les consuls, quelques noms reviennent souvent : les Laugier et les de l’Isle (de Insula), qui appartenaient à des familles puissantes, connues depuis le xiie siècle77; les Alfant78, de Villeneuve, Vitelli, Bernard, Bermond... Le consulat permettait à tous de défendre leurs intérêts de coseigneurs, d’exercer la justice, pénale ou gracieuse, de prélever les bans, de contrôler le péage, les moulins, les fours.

  • 79 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 14-16.
  • 80 Ibid., p. 17-19, 36-37.
  • 81 Ibid., p. 20-22, 37-39. Les deux podestats connus sont Rostan de Venasque, en 1240, coseigneur de V (...)
  • 82 Ibid., p. 24-25.
  • 83 Ibid., p. 23, 40-42.
  • 84 In villa de Insula dominus comes habet domum suam et totam juridictionem et omnia ad merum et mixtu (...)

32Alors que les changements institutionnels des années 1225-1228 ne constituèrent qu’un épisode sans suite79, la décision de l’empereur Frédéric II, en décembre 1235, de confier L’Isle au comte de Toulouse eut des conséquences immédiates. L’année 1236 correspond à la dernière mention des consuls et à la première attestation du viguier comtal, en l’occurrence Raymond Alfant, de Loriol, qui fut ensuite secondé par un juge. Le consulat semble ainsi avoir été confisqué par le comte, qui intervint personnellement dans l’affaire. Le 31 juillet 1237, Raymond VII était à L’Isle pour accorder aux prud’hommes l’exemption des leydes et des péages dans l’étendue de ses domaines, et les affranchir de toute taille ou albergue non consenties80. Après cette offensive juridique, le comte connut un revers politique face au consulat d’Arles. Contraint d’abandonner la charge de podestat d’Avignon, il passa un compromis avec les coseigneurs de L’Isle. Le 22 août 1240, ces derniers abandonnèrent la haute justice et lui firent hommage. En retour, le consulat ne fut pas rétabli, mais ils eurent le droit de nommer un rector (qui prit le titre de podestat), qui devait lui-même nommer un juge; tous deux devaient être des personnes non suspectes au comte81. Un nouveau régime était institué. Il fut très éphémère. Dès 1252, l’universitas de L’Isle était représentée par deux syndics, formule qui s’imposa82. À cette époque, il n’était plus même question de coseigneurs. La plupart avaient vendu leurs droits au comte de Toulouse. Le mécanisme est révélé dans deux actes en date du 15 octobre 1246. Selon le premier, une veuve et son fils et deux autres nobles vendirent au sénéchal le dix-huitième de la seigneurie pour 5555 sous raymondins. Selon le second, huit coseigneurs cédèrent les trois-quarts d’un autre dix-huitième, pour 4167 sous. On peut donc en déduire que la seigneurie de l’Isle était estimée à un total de 99990 sous, cent mille en chiffres ronds. La division en dix-huit parts semble remonter à deux générations au moins83. En 1253, il n’en restait presque plus rien : les chevaliers qui n’avaient pas vendu leurs droits ne détenaient plus que quelques «particules» de seigneurie, très embrouillées84! Seul le comte méritait le nom de seigneur; les anciens coseigneurs s’étaient fondus dans la masse des chevaliers. La coseigneurie n’avait pas survécu à la disparition du consulat et à la pression comtale.

Consulats, coseigneurs et chevaliers (première moitié du xiiie siècle)

  • 85 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 28.

33Le consulat de L’Isle comme «institution seigneuriale», «organe administratif et judiciaire que se donnèrent les co-seigneurs gênés par leur nombre et par la division croissante de la seigneurie85» a probablement servi de modèle. Il ne s’agit pas d’un hapax, d’un cas isolé. Même si la documentation est lacunaire, on peut le rapprocher de certaines coseigneuries contemporaines qui connurent cette étape institutionnelle.

  • 86 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 404 (vidimus confirmatif en date du 20 juin 1239 d’une sentence arbi (...)
  • 87 En 1221, les cinq consuls étaient Geoffroy de Saint-Paul, Raymond de Venasque, Raymond de Mornas, P (...)
  • 88 B. Bedos, Corpus des sceaux français. I. Les sceaux des villes... cit., n° 159, p. 146. Nous n’avon (...)
  • 89 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 8.
  • 90 Les coseigneurs avaient aussi le privilège d’instituer des notaires qui authentifiaient leurs actes (...)
  • 91 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 7 d’après Archives des Bouches-du-Rhône, (...)
  • 92 Il s’agit de Guillaume Bermond, Raymond Laugier et Bertrand Alfant.
  • 93 Les huit parts de juridiction étaient alors aux mains de sept coseigneurs qui possédaient les maiso (...)
  • 94 Le sceau, en très mauvais état aujourd’hui, est bien lisible dans L. Blancard, Iconographie des sce (...)
  • 95 En 1253, un des seigneurs de Ménerbes, Guillaume de Pertus, était vassal du comte de Toulouse (B.M. (...)

34Pour Venasque, les consules et domini apparaissent en 1220, alors qu’ils contestaient la supériorité féodale de l’évêque de Carpentras, Guillaume de Bordellis. En mars 1221 toutefois, ils finirent par approuver la sentence arbitrale qui fixa leurs devoirs de vassaux86. Le consulat put se maintenir pendant tout le xiiie siècle, avec un nombre de consuls passant de cinq à deux87. En 1223, existait aussi un consulat à Caderousse selon un acte scellé par une bulle avec la même figuration sur les deux faces : une aigle contournée avec la légende s. d(omi)nor (um). et consulum. cadarosse88. L’hommage de 1236 des coseigneurs au comte de Toulouse clôt cette phase consulaire89, la même année donc que prit fin le consulat de L’Isle. Mais la comparaison s’arrête là car les coseigneurs de Caderousse parvinrent pendant tout le Moyen Âge à conserver des droits importants, exercés désormais par un bayle commun90. Dans le cas de Ménerbes, un acte unique de décembre 1242 témoigne d’un consulat91. Le comte de Forcalquier Guillaume de Sabran confirma le consulatus dominorum en échange de l’hommage des onze coseigneurs, dont certains étaient sans doute apparentés à des coseigneurs de l’Isle92. Le nombre de coseigneurs peut s’accorder à la division en huit parts mentionnée au début du xve siècle93. Le sceau consulaire, de cire jaune, comporte à l’avers un gerfaut, la tête tournée à droite, et au revers deux tours crénelées et maçonnées; la légende étant : dominorum sigillum. / consulum menerbe94. L’institution disparut sans doute peu après95.

35A priori, il est difficile d’envisager un consulat purement seigneurial avec moins d’une dizaine de coseigneurs. Ce type d’institution ne pouvait donc pas se développer partout, à l’inverse du consulat égalitaire de style avignonnais. Par ailleurs, la raison d’être de ces consulats était diamétralement opposée : l’un renforçait le pouvoir seigneurial, l’autre incarnait tous les citoyens et défendait leurs intérêts, aux dépens parfois d’un seigneur ou de coseigneurs. Consulat et coseigneurs pouvaient en effet s’opposer.

  • 96 L.-H. Labande, Les chartes de l’évêché et les évêques de Cavaillon au xiiie siècle, dans Revue d’hi (...)
  • 97 Nous avons vu plus haut (n. 31.) de qui il s’agissait.
  • 98 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 367, col. 119-121 (8 avril 1212) ; N. Leroy, Une vill (...)
  • 99 Voici la déclaration des trois témoins interrogés le 17 novembre 1253 par l’enquête d’Alphonse de P (...)
  • 100 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 285.

36L’éphémère consulat de Cavaillon, regroupant chevaliers et prud’hommes, fut capable en 1241 d’édicter de nouveaux statuts. Ses prétentions inquiétèrent l’évêque de la cité qui s’en plaignit au comte de Toulouse. Celui-ci écrivit une lettre aux consuls, qui préférèrent vite se soumettre, en janvier 1246, aux trois coseigneurs de la cité : l’évêque, le comte de Toulouse et Guidet de Cavaillon96. Dans ce cas, les coseigneurs étaient particulièrement puissants et purent «étouffer» le consulat. À Sorgues, les choses se présentaient différemment comme le révèle une sentence arbitrale du 8 avril 1212. Depuis le début du consulat de Sorgues, situé soixante-dix ans auparavant (donc depuis les environs de 1142), les coseigneurs97 en étaient exclus et les consuls se recrutaient uniquement parmi les chevaliers et les prud’hommes. En représailles, les coseigneurs multipliaient les prélèvements et «exactions». L’évêque et les consuls d’Avignon, choisis comme arbitres, mirent fin à la controverse en permettant aux coseigneurs et à leurs successeurs d’être nommés comme consuls de Sorgues. Or ce choix revenait aux consuls d’Avignon qui alourdirent leur emprise sur Sorgues98. Le consulat de Sorgues, à l’origine anti-seigneurial, finit ainsi par s’ouvrir à ses adversaires. Il dura un peu plus longtemps que celui d’Avignon. C’est en septembre 1253 seulement que le sénéchal du Venaissin priva les hommes de Sorgues du consulat qui leur donnait jusqu’ici le contrôle de la justice99. Le village entra dans la pleine seigneurie d’Alphonse de Poitiers100. La soumission d’Avignon à Charles d’Anjou remontait pour sa part au 10 mai 1251.

Les «consulats du ban» du diocèse de Carpentras

37Cette date de 1251 est considérée, à juste titre, comme un tournant dans l’histoire institutionnelle de la région. L’âge des consulats urbains indépendants était révolu, ce qui fut définitif avec la disparition de celui de Marseille (1262). En revanche, certains consulats ruraux purent se maintenir pendant quelques décennies, et parfois plus longtemps encore. Il s’agit d’un phénomène méconnu, qui concerne spécifiquement le diocèse de Carpentras qui devait subir en particulier l’influence du consulat de Venasque. Les coseigneurs avaient un rôle important dans ces petits consulats, dont la tâche essentielle se limitait le plus souvent au prélèvement des bans, soit le degré minimal du pouvoir seigneurial.

  • 101 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 29r-30r, 112r.
  • 102 H. Dubled, Le Beaucet près Saint-Didier... cit., non paginé [p. 3-4 de l’article].

38À Blauvac, en 1253, leur pouvoir était encore notable : trois consuls exerçaient toute la haute justice et le ban : l’un représentant le comte de Toulouse et ayant tout pouvoir sur ses hommes propres, les deux autres nommés par les coseigneurs101. Au Beaucet, deux consuls sont attestés dès 1247 au moins, mais dix ans plus tard, leur désignation était au cœur d’un litige entre prud’hommes et coseigneurs, représentés chacun par des syndics. Les premiers réclamaient le pouvoir de nommer, comme ils le faisaient auparavant, deux consuls par an (en surplus de ceux des coseigneurs? le texte n’est pas clair), qui recevraient une part des bans et des revenus judiciaires, ce que refusaient les coseigneurs. Les arbitres décidèrent d’exclure les prud’hommes du consulat, mais ceux-ci bénéficièrent néanmoins de concessions : ils furent exemptés de deux redevances en gerbes et en raisin; le paiement des banniers fut à la charge des consuls, enfin, l’argent des tailles serait dorénavant confié à deux chevaliers (ou fils de chevaliers) et deux prud’hommes. Les consuls du Beaucet sont mentionnés encore en 1273, mais l’institution disparaît ensuite de la documentation : on a mention de procureurs, puis, en 1298, d’une communauté des chevaliers et prud’hommes102.

  • 103 Les consuls ne sont pas mentionnés dans le document de 1266 qui nous fait connaître l’affaire, mais (...)
  • 104 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 213.
  • 105 Petitio dominorum de Rocha. Dicit Bertrandus de Auriolo pro se et Guillelmo de Auriolo, Hugone Guig (...)
  • 106 Selon l’enquête de 1253, alors que le comte possédait dans ce village toutes les justices (omnes ju (...)

39L’association des coseigneurs et des prud’hommes dans la gestion des bans, rejetée en 1257 au Beaucet, semble avoir été la norme. Ainsi à La Roque-sur-Pernes, les deux catégories prélevaient à l’origine chacune une moitié du ban103. Mais elles devaient faire face aux usurpations du sénéchal du Venaissin comme l’indique une pétition de 1266104. Les douze coseigneurs affirmaient qu’ils avaient donné à Alphonse de Poitiers le quart de leur moitié105; or le sénéchal s’était emparé du reste. Quant aux syndics des prud’hommes, ils exposèrent que quatre d’entre eux avaient cédé au comte la moitié de leur moitié, ce qu’ils ne pouvaient faire juridiquement. Là aussi, le sénéchal en avait profité pour les spolier de la totalité de leur droit. Alphonse de Poitiers ordonna de restituer aux deux parties ce qui avait été pris. Cela ne fit sans doute que retarder l’échéance, d’autant que le comte avait des droits à La Roque-sur-Pernes106. On remarque par ailleurs que les officiers comtaux n’étaient pas les seuls à mettre en danger le pouvoir de la communauté sur le ban; certains particuliers devançaient leurs souhaits en cédant leur droit.

  • 107 B.M. Carpentras, ms. 561, fol. 143, 144.
  • 108 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 23r-v, 108v.
  • 109 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 222.
  • 110 Cf. ADV, 3 E 26/94, fol. 85v-87v (28 avril et 7 mai 1391).

40Ce phénomène apparaît clairement à Malemort-du-Comtat, dans un acte de décembre 1277 qui est justement la cession du «consulat du ban» (consulatus banni) à l’évêque de Carpentras par un groupe de vingt-sept nobles et notables. Le mouvement fut poursuivi par des habitants, dont plusieurs femmes, jusqu’en 1281107. À Mormoiron également, de tels abandons de droits eurent lieu. Dans cette bourgade, l’enquête de 1253 indiquait que le comte avait toute la juridiction, à l’exception du bannum territorii possédé par les chevaliers et les prud’hommes108. En 1266, ce fait fut rappelé par la pétition des syndics de la communauté : elle précise que cela faisait plus de trente ans qu’ils élisaient chaque année quatre consuls pour prélever les revenus du ban. Or ce droit était mis à mal par plusieurs habitants, au nombre de quarante ou cinquante (sur une ville comptant alors trois cent vingt feux), qui avaient cédé au comte le droit de percevoir les bans sur leurs terres. Alphonse de Poitiers reconnut le caractère illégitime de ces dons et fit restituer le ban109. Cette victoire juridique semble avoir été décisive car au xive siècle, Mormoiron disposait de consuls, et non de syndics, pour représenter les intérêts de la communauté110, ce qui est exceptionnel. On peut ainsi faire l’hypothèse que le consulat du ban, en se maintenant, servit de socle aux institutions communales.

  • 111 ADV, Archives municipales de Méthamis, AA 1, fol. 80r-86v (1er octobre 1272).
  • 112 Ibid., AA 1, fol. 86v-92r (17 avril 1273).
  • 113 Ibid., AA 1, fol. 151r-157v ; 223r-235r (mars-avril 1325).
  • 114 Ibid., AA 1, fol. 158r-163r (27 octobre 1328).
  • 115 Ph. Bernardi, D. Boisseuil, Les statuts de 1380 de Méthamis (Vaucluse), dans Histoire et sociétés r (...)

41La taille relativement importante du village a sans doute favorisé la survie de cette institution quelque peu anachronique. Cela dit, cet argument n’est pas recevable pour une autre localité où le consulat du ban perdura. En 1272, Méthamis était aux mains d’une demi-douzaine de coseigneurs issus de trois familles (les d’Esparron, de Venasque et de Villeneuve), qui dominaient une population d’environ soixante-dix chefs de feu chevaliers et prud’hommes. Les deux camps s’affrontaient par l’intermédiaire de procureurs au sujet du consulat du ban, tandis qu’il existait par ailleurs un bayle seigneurial111. La décision des arbitres fut d’instaurer trois consuls annuels représentant les trois groupes sociaux, avec interdiction pour eux d’aliéner le consulat112. De nouveau, les tensions rejaillirent en 1325; le viguier de Mormoiron intervint même pour condamner les coseigneurs113. Finalement, en 1328, une sentence arbitrale fixa désormais à quatre le nombre des consuls, pour moitié issus des prud’hommes114. Ce système fut durable. Ainsi les nouveaux statuts du village de 1380 furent confirmés et approuvés deux ans plus tard, par le bayle villageois, à la demande des quatre consuls : Foulques d’Esparron pour les coseigneurs (dominis), Baudet de Malemort, pour les nobles, Jacques Maillane et Pierre Alphant pour les «populaires»115. Méthamis constitue donc un cas de figure remarquable, où une «institution fossile», comme l’était le consulat du ban au xive siècle, put se maintenir en devenant représentative de toute la population villageoise.

Nobles et populaires à Venasque et à Caderousse

  • 116 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 454 (7 août 1290).
  • 117 H. Dubled, Le Beaucet près Saint-Didier... cit., non paginé [p. 4-5]. Par ailleurs, depuis son orig (...)
  • 118 Le conseil devait se réunir dans la maison d’Elzéar de Venasque (ADV, Archives municipales [AM] de (...)
  • 119 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 5r (1390), 6r (1393), 8r, 8v, 9r, 10r, 60v, 62v (1395).
  • 120 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 17r (25 janvier 1399).
  • 121 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 17v (1414), 60r (1402) ; BB 16, fol. 3v (1415).
  • 122 ADV, 3 E 26/2605, fol. 127r (1420), 141v (1424) ; AM Venasque, BB 16, fol. 4r (1421), 4v (1421), 5r (...)

42À Venasque et Caderousse, les choses évoluèrent différemment. Au lieu d’ouvrir le consulat aux prud’hommes, les coseigneurs préférèrent faire corps avec les nobles non feudataires et continuer à se démarquer des «populaires» dont le pouvoir était grandissant. Durant la seconde moitié du xiiie siècle, les consuls de Venasque restèrent ainsi l’émanation des seuls coseigneurs et cherchèrent à empêcher l’organisation politique des habitants. Fait significatif, en août 1290, les deux consuls Geoffroy de Venasque et Guillaume Bertrand interdirent, sous peine d’une amende de dix livres, tout regroupement de plus de cinq personnes. Les premiers représentants connus de l’universitas des habitants contestèrent cette décision116, qui montre au passage que les consuls de Venasque ne se contentaient pas de prélever les bans. Défendre leur pouvoir sur les montagnes boisées de Venasque était cependant au cœur de leurs prérogatives comme le montre leur procès avec les hommes du Beaucet entre 1287 et 1298117. Une éclipse documentaire nous empêche de suivre les évolutions institutionnelles de Venasque. Quand elle prend fin, on ne retrouve qu’un seul consul, aidé par un capitaine pour les questions militaires. Ce consul semble comparable à un bayle seigneurial. Le 19 février 1393, il convoqua la population qui s’organisa politiquement : d’un côté les nobles et coseigneurs qui élirent leur procureur et quatre conseillers, de l’autre, les populaires qui firent de même118. Le contexte militaire troublé et la pression fiscale encouragèrent les deux composantes sociales du village à collaborer. Pour les affaires financières, la levée d’un vingtain ou d’un quarantain, l’audition des comptes, il y avait un conseil unique, un trésorier commun119. À une occasion, on trouve évoquée une «communauté du lieu tant des nobles que des populaires120». Mais cette fusion s’avéra fragile. Dans la première moitié du xve siècle, quand on parlait de communauté, cela ne concernait que le peuple qui avait ses syndics. Les coseigneurs avaient leurs procureurs distincts121 et ne participaient pas aux impôts des populaires122.

  • 123 B.M. Avignon, ms 4046, fol. 63v-64r (mars-avril 1363).
  • 124 ADV, 3 E 22/10, fol. 97r (28 janvier 1375).
  • 125 B.M. Avignon, ms 4047, fol. 26r (4 avril 1404).
  • 126 B.M. Avignon, ms 4047, fol. 51v-53r (29 décembre 1404).
  • 127 ADV, 3 E 54/549, fol. 81r (1424), 83r (1423), 199r (avril 1429), 207r (sept. 1429).
  • 128 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 12.

43L’évolution institutionnelle fut assez similaire à Caderousse à la différence près que le consulat avait disparu dès 1236. Mais on retrouve les deux éléments clefs : l’agrégation aux coseigneurs de simples nobles et de notaires et l’émergence politique du peuple. Les deux groupes se distinguaient notamment dans le domaine fiscal. Ainsi en 1363, le noble Pierre de Sancto Albano, de Courthézon, mais héritier par sa femme, Garcenette Castelan, de biens situés à Caderousse, ne voulut pas payer la taille avec les plébéiens. Il obtint gain de cause auprès du juge mage de Carpentras qui annula les prises de gage faites à son encontre et ordonna qu’il paie les tailles avec les nobles123. Pour les questions graves, il existait cependant une communauté de Caderousse. Ainsi en janvier 1375, une assemblée d’au moins quatre-vingt-une personnes se réunit, dont des coseigneurs, pour désigner des procureurs afin de recevoir 200 florins prêtés pour les remparts par un cardinal124. De même en avril 1404, parmi les trois syndics de la communauté de Caderousse se trouvait le noble Raymond d’Ancézune, représentant de la famille de coseigneurs la plus illustre125. Mais à d’autres occasions, les nobles ne participaient pas aux décisions. En décembre 1404, une convocation par le bayle du pape ne réunissait que les «populaires ou plébéiens» qui désignèrent deux procureurs126. Dans les années 1420, il existait une «communauté du menu peuple», expression unique en Comtat, avec deux syndics127. L’organisation politique de Caderousse était donc à géométrie variable. Nobles et populaires pouvaient agir politiquement chacun de leur côté. Mais l’action conjointe avec trois syndics représentant la communauté finit par s’imposer : deux populaires et un représentant des nobles128.

44Le Venaissin apporte donc une documentation originale sur la diversité des consulats et leur évolution contrastée. L’institution ne peut pas être abordée sous le seul angle de l’émancipation politique de la population urbaine. Certains consulats reflétaient avant tout le pouvoir d’un groupe seigneurial qui constituait un corps politique autonome. Les coseigneurs pouvaient même avoir des intérêts différents de celui des chevaliers dont ils étaient pourtant très proches socialement.

  • 129 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 8.
  • 130 Le village s’articulait autour de trois rochers mitoyens qui constituaient à l’origine des castra i (...)
  • 131 Gallia christiana novissima. I. Province d’Aix, éd. J.-H. Albanès, Montbéliard, 1895, Instrumenta, (...)
  • 132 Voir les analyses sommaires de ces actes par F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (xie-xiv(...)
  • 133 Archives nationales, M 565, dossier 3 ; F. Mazel, La noblesse et l’Église...IV. Catalogues d’actes, (...)
  • 134 U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, Valence, 1913, no 8946, col. 537 ; A. Prudhomme, La charte co (...)

45Il reste à déterminer dans quelle mesure une définition du consulat comme «organe central et commun de l’exploitation de la seigneurie, de l’administration et de la justice129» s’applique hors du Comtat Venaissin. Dans le pays d’Apt voisin, on connaît à Saignon – un haut lieu de la coseigneurie130 –, un consulat qui exista jusqu’en 1248, quand il fut cédé par un groupe de chevaliers et d’hommes de genere militari à la comtesse Béatrice de Provence131. À Gordes, ce fut Guirand (VI) de Simiane, seigneur d’Apt et de Caseneuve, qui s’imposa sur le village grâce à deux transactions : l’une de 1252 lui réservant la justice de sang et l’autre, de 1258, entérinant la fin du consulat mais aussi celle de l’universitas, en échange de la concession de franchises132. Pour compléter son pouvoir, le baron fit des achats auprès de chevaliers que l’on pourrait considérer comme des coseigneurs déchus. En 1253, il acquit ainsi pour 45 livres tout le droit qu’avait dans le consulat Guillaume Pierre de Gordes, chevalier d’Apt, tandis qu’en 1261, le chevalier Bertrand de Gordes lui vendit, pour 3 000 sous, ses droits sur trente hommes et femmes133. Coseigneurs mineurs, chevaliers et prud’hommes de Gordes semblent donc avoir été associés d’une façon complexe dans un consulat allié à l’universitas, faisant corps contre leur seigneur majeur... À l’inverse, à Veynes en Dauphiné, près de Gap, qui comptait vingt coseigneurs dès 1253, les consuls paraissent être simplement des officiers de la coseigneurie134. Le consulat était donc au xiiie siècle une forme d’association d’une très grande malléabilité. Pour en saisir la nature, il faut prêter une attention particulière au groupe seigneurial qui peut quelquefois le contrôler exclusivement, tandis qu’ailleurs le consulat était mixte et égalitaire.

Coseigneurie étroite et remembrement seigneurial (xiiie-xve siècle)

46Après avoir évoqué quelques «spécimens» de coseigneuries remarquables par leur fractionnement et le lien entre consulat et coseigneurie, il y a lieu d’aborder les situations plus communes, que l’on rencontre largement dans le Midi et ailleurs. Entre la seigneurie unitaire et le consulat seigneurial, il existait toute une gamme de coseigneuries impliquant un nombre réduit d’intervenants.

La diversité des coseigneuries étroites

  • 135 I. Cartron, Le château comtal de Vaison, dans Provence historique, 40, 1990, p. 37-55.
  • 136 Le texte est repris dans l’enquête de 1253 (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 48r-50v). Sur le domaine (...)
  • 137 Pour le détail du partage du pouvoir, voir H. Dubled, Le domaine comtal dans le diocèse de Vaison a (...)
  • 138 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers, p. 285.
  • 139 B.M. Carpentras, ms 557, fol. 71v-72v.
  • 140 Dans l’enquête de 1253, il est seulement question de ce bref à propos de la part qu’y possédait Bér (...)
  • 141 Ceux qui répondirent à l’enquête de 1253 furent les chevaliers Raymond et Pierre de Vedène [tous de (...)

47Un terme spécifique était parfois utilisé pour désigner une part de coseigneurie bien individualisée, et indépendante, celui de bref (breve), déjà rencontré à propos de Venasque. Il est ainsi employé dans le cas de Vaison. Les comtes de Toulouse y avaient combattu avec virulence le pouvoir territorial des évêques allant jusqu’à incendier la cité. Surtout, ils firent construire vers 1190 une puissante forteresse, qui polarisa la population sur un nouveau site135. Le modus vivendi fut fixé en décembre 1251136. Le territoire villageois fut divisé en deux parties disposant de la haute juridiction : le bref du comte (breve domini comitis), pour le site de hauteur (le vieux village actuel) et ses dépendances, et le bref épiscopal (breve episcopi) pour le site de plaine, l’ancienne cité où résidaient principalement les clercs137. En 1269, on comptait cent-neuf feux dans le premier (in majori brevi), et dix-huit feux à peine dans le second (in parvo brevi)138. Cette bipartition se retrouvait à Aubignan. En 1253, Giraud Corni détenait un bref représentant la moitié du merum et mixtum imperium; les frères Giraud et Rican de Pernes avaient un autre bref équivalent139. À Vedène, il existait un bref des Raynoard qui n’appartenait déjà plus uniquement à cette famille140; d’autres coseigneurs se partageaient la moitié de la juridiction sur le village : les de Vedène, de Podio Calvo et Geoffroy141.

  • 142 Voilà par exemple quatre entrées successives : Giraudus de Paternis de hoc quod habet in castro de (...)
  • 143 ADV, B5, B6, B7 et B9.

48L’usage du mot bref demeure toutefois restreint. Et la plupart du temps, les sources restent vagues sur la part du pouvoir seigneurial détenu par les coseigneurs. Dans le récapitulatif des hommages de 1251, les vassaux s’engageaient en général «pour ce qu’il avait dans» leur fief, sans plus de précision142. Dans les registres d’hommages tenus par l’administration pontificale143, on ne trouve le plus souvent guère plus de détails. C’est donc en recoupant les actes d’hommage qu’il est possible d’avoir une idée approximative du fractionnement des seigneuries. La marge d’erreur est toutefois non négligeable car les campagnes d’hommage n’étaient pas systématiques.

  • 144 L. Gap, Rôle original des hommages... cit., p. 133.
  • 145 Nous n’entrons pas dans les détails de cette affaire complexe, voir L. Barthélemy, Inventaire chron (...)
  • 146 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 46r, 124v ; H. Dubled, Le domaine comtal dans le diocèse de Vaison.. (...)
  • 147 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 286. Cette bipartition existait depu (...)
  • 148 En 1251, Isnard de Mormoiron, son père probable, détenait la moitié de Villes (L. Gap, Rôle origina (...)
  • 149 B.M. Carpentras, ms. 561, fol. 263.

49Cela étant dit, en combinant les sources, il est permis d’expliciter plusieurs situations de coseigneurie étroite. En 1251, Beaumont-du-Ventoux était une coseigneurie familiale partagée en deux parts égales : l’une détenue par Guillaume de Beaumont, l’autre par les frères Serenus, Ricaud et Rostan de Beaumont144. À Monteux en 1253, les sept huitièmes de la juridiction sur la bourgade étaient tenus par Barral de Baux et le huitième restant par les frères Rostan et Geoffroy de Venasque qui faisaient hommage à l’évêque de Carpentras. Ce dernier revendiquait la suzeraineté sur Monteux et contesta toute valeur à l’hommage fait par Barral de Baux à Alphonse de Poitiers145. Plus simple était le partage à Faucon. Le comte exerçait en effet toute la haute et basse justice et le bannum, à l’exception seulement d’un huitième du ban qui était tenu par Raybaud de Faucon146. La coseigneurie n’était plus que résiduelle mais elle semble s’être maintenue. Entrechaux faisait partie des seigneuries doubles. En 1269, quinze feux dépendaient du seigneur laïque, Bérenger Roger, et soixante-douze feux de l’évêque de Vaison147. À la fin du xiiie siècle, trois coseigneurs se partageaient Villes-sur-Auzon. L’évêque de Carpentras avait la moitié, Isnard de Mormoiron (par ailleurs seigneur de Modène et La Roque-Alric) un quart148 et Pierre Raybaud, de Caromb, l’autre quart. Le 4 janvier 1295, ces coseigneurs s’entendirent pour faire justice commune pendant dix ans, avec un partage des revenus judiciaires au prorata. Les officiers seraient nommés en commun. D’un autre côté, chaque coseigneur recevait les cens, lods et trézains provenant de ses terres, sans chercher à faire d’acquisitions foncières149.

  • 150 En 1363, les coseigneurs des Taillades étaient Rostan de Sa-bran (par ailleurs seigneur de Robion), (...)
  • 151 Fait remarquable, la salle noble a conservé les vestiges d’une fresque murale du xive siècle où l’o (...)
  • 152 Dans les années 1360-1370, les deux coseigneurs de Puyméras étaient Pierre du Puy et Jean de Baux, (...)
  • 153 L.-H. Labande, Les chartes de l’évêché... cit. n. 96, 1910, p. 322-323.
  • 154 Ils étaient au service de Jacques de Sabran, Pierre Amic, Guy de Saint-Martial et Roseline de Grass (...)

50Cette question des officiers seigneuriaux est l’une des plus importantes pour saisir la nature réelle de la coseigneurie. Elle ne peut être tranchée que si l’on dispose de documents notariés. Tantôt les coseigneurs formaient une cour commune, tantôt ils disposaient de leur propre bayle, contrôlant les hommes et les terres qui dépendaient d’eux. Le petit village des Taillades, près de Cavaillon, était ainsi divisé au xive siècle entre Sabran et Vassadel150. La tour des Vassadel est encore conservée151. Situation identique à Puyméras où le pouvoir était partagé entre une branche de la famille des Baux et les du Puy; chacun des coseigneurs disposait d’une forteresse152. Comme exemple de tripartition, nous pouvons rappeler la situation de Cavaillon en 1246 où officiaient les agents de l’évêque, du comte de Toulouse et de Guidet de Cavaillon153. À Caumont en 1396, il y avait même quatre bayles actifs en même temps, pour chaque coseigneur154.

  • 155 É. Malbois, L’ancien Rochegude, dans Bulletin de la société d’archéologie et de statistique de la D (...)
  • 156 Cela est repérable dès 1236 et se constate jusqu’au xive siècle (É. Malbois, L’ancien Rochegude... (...)
  • 157 Voir les exemples concernant notamment Hugues de Caderousse en 1285 et 1302 (Ibid., p. 88-90).
  • 158 Ibid, p. 84-88. Pierre d’Espinouse avait hommagé pour le tiers complet de Rochegude, et d’autres fi (...)
  • 159 Il est difficile de suivre ce transfert partiel de suzeraineté. Les papes étaient en effet suzerain (...)

51Le cas de Rochegude se singularise par le fait que la partition est ancienne et fut durable. En 1235, les trois coseigneurs étaient Dragonet de Montauban, Guillaume de Mondragon et Hugues de Caderousse. En 1276, il s’agissait de Hugues de Caderousse (le même qu’en 1235 ou son fils), de Bertrand de Saint-Pasteur (coseigneur de Pierrelatte) et de Guillaume de Gicon, qui confirmèrent le partage en trois parts de la seigneurie155. Ils disposaient d’une bulle commune et avaient le droit d’instituer des notaires156. Mais d’un autre côté, chacun exerçait une seigneurie lourde sur ses hommes liges, avec droit de haute justice, et pouvait disposer de bayles particuliers157. Il y eut ensuite certaines divisions portant sur les tiers de seigneurie et l’immixtion dans la coseigneurie de la famille des Baux. En 1352, au moment des statuts accordés à la population, quatre coseigneurs étaient en place : Bertrand de Caderousse, le plus puissant, qui possédait une forteresse, Raymondet de Baux (de la branche des seigneurs de Suze), enfin Pierre d’Espinouse (de Mornas) et Bertrand de Sabran, qui avaient tous deux fait hommage au Dauphin en 1330158. De ce fait, une partie de la suzeraineté sur le village échappa au pape. Rochegude resta jusqu’à la Révolution en situation de coseigneurie, de pariage de fait, entre la papauté et le royaume de France159.

Le remembrement seigneurial conduit par les pouvoirs souverains et épiscopaux

  • 160 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 8v, 99v. Les coseigneurs qui témoignaient en leur nom et pour leurs (...)
  • 161 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 226.
  • 162 C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin... cit., p. 35.

52Comme nous l’avons entrevu à propos de l’Isle-sur-la-Sorgue et des «consulats du ban», la concentration des parts de coseigneurie au bénéfice des comtes de Toulouse est un phénomène important du xiiie siècle. À Lagnes, par exemple, en 1253, le comte jouissait de la moitié de la juridiction, tandis que l’autre était toujours tenue par un groupe de pariers qui devaient être puissants à l’origine160. Les coseigneurs résidaient dans un quartier fortifié (claustrum), au centre du village, encore bien visible aujourd’hui avec sa porte monumentale. Le comte disposait d’une maison et possédait une tour en indivision avec Isnard de Lagnes et sa famille. Il était donc à la fois suzerain des coseigneurs, coseigneur de la moitié de la parerie, et copropriétaire avec la puissante famille seigneuriale du village. Ce type de situation mixte provenait de confiscations, d’achats, mais aussi des abus des officiers qui profitaient parfois du décès des nobles pour récupérer des biens et des droits et ainsi étendre le domaine comtal. Ce n’est par exemple qu’après avoir porté réclamation que les fils de Raymond de la Roca récupérèrent en 1266 les biens de leur père situés à Bonnieux, forteresse comtale importante161. Par ailleurs, toute vente de seigneurie ou de parts de seigneurie devait être autorisée par l’administration, qui prélevait les lods et trézain. Selon les cas, un droit de prélation s’exerçait comme on le constate quelquefois au temps des papes. En 1325, Géraud Amic, seigneur du Thor et de Roquefort, avait vendu à Bertrand Albe pour 100 florins tout ce qu’il possédait à Saint-Saturnin-lès-Avignon, soit la neuvième partie de la juridiction haute et basse sur les hommes étrangers, vingt-deux ou vingt-trois maisons et la juridiction sur les hommes qui les habitaient, la perception des amendes, des corvées... Le trésorier pontifical choisit de récupérer ces droits; il annula la vente et paya 100 florins à Giraud Amic162.

  • 163 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit., p. 285.
  • 164 C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin... cit., p. 35.

53Plus ordinaires étaient les achats directs auprès des feudataires comtadins. Les menues parts de coseigneuries n’étaient pas dédaignées pour consolider un pouvoir dans une localité où la papauté était partie prenante. En 1355, l’administration pontificale fit ainsi l’acquisition du quart de la vingt-quatrième part de juridiction de Valréas163. Les achats concernant Ménerbes en 1340 sont d’une autre nature car la papauté y avait peu de droits jusque là. Or elle acheta alors quatre parts de coseigneurie : un douzième, pour 650 florins, auprès d’Humbert d’Agoult, un trente-deuxième à Bertrand Rodan (100 florins), un autre trente-deuxième à Pierre et Raymond de Gordes (32 florins), enfin un soixante-quatrième à Pierre Bermond (21 florins)164. Localement, il s’agissait d’acquisitions non négligeables au vu du fractionnement de la coseigneurie.

  • 165 V. Theis a repéré dans les comptes du trésorier du Comtat Venaissin seulement six achats de parts d (...)
  • 166 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit.
  • 167 Cf. par exemple ADV, B 6, fol. 14v-15v, 20v-21r, 25v-26r, 35r-36r, 47v-48v (1363), fol. 107v-108v ( (...)

54Pour autant, les papes n’eurent pas de politique d’ampleur dans ce domaine165. Ils se contentèrent par exemple de rester coseigneurs minoritaires à Caderousse, ce qui leur permettait déjà d’y nommer un bayle. À Valréas, siège de judicature, des coseigneurs mineurs furent tolérés et purent se maintenir166. Il en demeura aussi à Mornas ou Lapalud pour des parts très réduites167. Dans un sens, unifier une coseigneurie fractionnée était une entreprise de longue haleine, plus difficile qu’acheter une seigneurie. Y détenir des parts pouvait suffire pour y exercer un certain contrôle, comme une «minorité de blocage»...

  • 168 M. Mielly, Trois fiefs de l’évêché d’Avignon... cit., p. 185-189.
  • 169 On reconnaîtra dans ce personnage un descendant très probable du juge Elzéar ou de son frère, menti (...)
  • 170 Ibid., p. 193-196.

55Par contraste, Jean XXII apparaît plus interventionniste pour les fiefs de l’évêque d’Avignon, placés sous son administration, que pour remanier les fiefs du comtat. Les transformations qui eurent lieu à Noves sont frappantes. Le souverain pontife acheta en 1321 et 1322 les maisons et tours appartenant à Sicard de Noves, Jean de Noves, Laure de Noves et Bertrand de Lubières. Il les fit démolir, en même temps que l’ancienne demeure épiscopale, pour édifier à leur place une nouvelle forteresse168. Les familles de coseigneurs, alors en voie d’extinction, vendirent leurs droits. Après le décès de Bertrand Elsias en 1353169, il ne demeura plus qu’un descendant des coseigneurs primitifs, Jean de Noves, un pauvre damoiseau qui habitait une maison située en face de la porte Agel170... En quelques décennies, l’ancienne organisation en coseigneurie avait disparu, et son souvenir était oblitéré par la forteresse, nouveau symbole de la puissance pontificale.

  • 171 Cf. H. Chobaut, Notes sur Guillaume III Béroard, évêque de Carpentras (1231-1262), dans Annales d’A (...)
  • 172 Les chartes épiscopales concernant Venasque sont ainsi fournies jusqu’en 1345, puis on ne trouve qu (...)
  • 173 La principale vente fut celle de Geoffroy de Cavaillon qui abandonna ses biens meubles et immeubles (...)
  • 174 Ce bilan est déduit d’un accord portant sur la leyde. Les seigneurs laïcs étaient Humbert d’Aurons (...)
  • 175 Cette situation existait déjà en 1295 et dura jusqu’en 1543 ; « le territoire de Cavaillon fut alor (...)

56Pour les simples évêques, de telles interventions étaient hors de portée. Comme l’a montré l’exemple de Venasque, ce n’est que petit à petit que les évêques de Carpentras augmentèrent leurs quotes-parts dans la coseigneurie, ce qui peut s’appliquer à d’autres fiefs171. Leurs acquisitions s’interrompirent en outre au milieu du xive siècle172. Pour les évêques de Cavaillon également, le succès fut partiel. Leur objectif principal était naturellement d’évincer les vicomtes de leur cité. Rostan Bélinger (1224-1261) avait cependant fort à faire avec Guy de Cavaillon. Il ne put que racheter, entre 1230 et 1238, des droits et des biens divers à ses frères puînés Geoffroy et Amiel173. En 1265, l’évêque ne contrôlait que la moitié de la seigneurie, le comte de Toulouse le sixième, et le reste (le tiers) appartenaient à des héritiers des vicomtes de Cavaillon174. Ce furent les papes seuls qui profitèrent de la disparition de ces seigneurs laïcs. Le point d’équilibre fut un pariage entre les évêques et les papes, avec une cour commune dont les officiers étaient nommés en alternance par chacun d’entre eux175.

57S’il est légitime de parler de remembrement seigneurial à propos des souverains du Comtat Venaissin et des évêques, il faut donc l’entendre comme un phénomène graduel et partiel. Dans la longue durée, ces pouvoirs simplifièrent les coseigneuries dans lesquels ils intervenaient, mais leurs interventions n’avaient rien de systématique.

Coseigneurie et noblesse (xive-xve siècle)

58Même à la fin du Moyen Âge, l’histoire des familles aristocratiques reste déterminante pour comprendre l’évolution des structures seigneuriales. C’est d’abord en fonction des ramifications lignagères, des pratiques successorales et des alliances que les fiefs se transformaient.

59Dans ces domaines, la pratique de l’exclusion des filles dotées est une différence importante par rapport à la période antérieure, car elle limita globalement les risques de morcellement. Le partage égalitaire en revanche continua à être fréquent. En première hypothèse, cela semble surtout vrai pour les nobles de moindre rang, comme on le constate dans les coseigneuries fractionnées de Venasque, Lagnes et Ménerbes en particulier. On y repère encore au xive siècle de nombreux frères ou cousins et leur patrimoine semble continuer à s’amenuiser, comme c’est le cas aussi pour toute une frange de la noblesse urbaine ou villageoise.

  • 176 ADV, B 6, fol. 28r-28v (22 septembre 1363).
  • 177 ADV, B 6, fol. 87v-88r (16 octobre 1363).
  • 178 ADV, B 471, fol. 25v (8 avril 1364).
  • 179 ADV, B 6, fol. 91r-91v (20 juin 1365).

60Plus on monte dans la hiérarchie féodale, plus la propension à privilégier le fils aîné était de mise. Pour les familles de barons en effet, le droit d’aînesse était la meilleure façon de garantir l’indivisibilité du fief. Cette pratique servit de modèle pour les autres seigneurs qui eurent tendance à favoriser les aînés et hiérarchiser les lignées. Un exemple des tensions qui en découlaient est donné par une affaire concernant une branche de la puissante famille Sabran. En 1364, Rostan de Sabran, seigneur de Robion et coseigneur des Taillades176, avec l’appui de son fils émancipé Rainier (Raynus), coseigneur de Caumont177, agressa son autre fils Pierre Amic. On ignore les raisons de la rixe, mais on sait qu’elle se solda par la mort du cheval de Pierre et une composition de 100 florins des deux agresseurs envers la cour du recteur et celle de Cavaillon178. En compensation, selon une sentence arbitrale du 24 juin 1364, Pierre Amic fut émancipé par son père et reçut le sixième de ses biens, devenant ainsi coseigneur de Caumont179. Il est très probable que le partage du patrimoine familial était à l’origine du conflit.

  • 180 En 1269, Mazan comptait 460 feux et Velleron 180 (Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... (...)
  • 181 Pour la généalogie de cette famille, cf. T. Benoist-Dartigues, Mazan au temps des Astoaud, Retronch (...)
  • 182 T. Benoist-Dartigues, Mazan... cit., p. 150-151, 159, 161, 182.
  • 183 Archives nationales, 504 AP 1, fol. 113v (analyse d’un acte du 25 avril 1335 : partage de Velleron (...)
  • 184 Sur Jean Maubernard, cf. G. Butaud, Entre le séjour et l’intégration : les officiers étrangers en C (...)
  • 185 Archives nationales, 504 AP 2, fol. 23 (22 août 1441 : acte original de la confirmation de la vente (...)
  • 186 Ibid., 504 AP 2, fol. 41 (8 octobre 1488).

61En dépit de ces tensions, le fait est que rares furent les nouvelles coseigneuries apparues à la fin du Moyen Âge en Comtat Venaissin. Les seigneuries plénières changèrent souvent de main, mais se divisèrent peu. La principale exception est fournie par les fiefs de la famille Astoaud. Au milieu du xiiie siècle, Pons Astoaud, chancelier de Raymond VII de Toulouse, avait reçu le bourg de Mazan (1248) et le village de Velleron (1246)180. Ses descendants formèrent plusieurs branches, à la puissance contrastée, du noble de Cavaillon ou d’Avignon, au puissant seigneur féodal181. Au début du xve siècle, Astoaud (II) Astoaud détenait l’essentiel de l’héritage familial. Mais quelques parties s’en étaient détachées. À Mazan, son cousin Guillaume Astoaud, dernier représentant de la branche cadette, avait vendu sa part seigneuriale au seigneur de Limeuil en Périgord, qui l’avait revendue rapidement, en 1379, à un banquier avignonnais, Jean Retronchin, qui transmit le fief à sa descendance182. À Velleron, il eut d’abord, en 1335, un accord pour scinder le village en deux entre la branche aînée et la branche cadette des Astoaud, qui en reçut la portion orientale183. Après la mort de Guillaume Astoaud, cette partie échut à sa sœur, Cécile qui, en se mariant en 1374, fit de son époux, le chevalier limousin Jean Maubernard, un coseigneur de Velleron184. Le fief passa ensuite à son fils Guillaume Maubernard, puis à la fille de celui-ci, Constance, qui le vendit en 1441 au professeur de droit avignonnais Antoine Virron185. En 1488, Pierre Virron s’entendait avec Honorat Astoaud pour construire une muraille interne de dix mètres de haut, remplaçant l’ancienne (qui devait remonter à 1335) et séparant le château des Astoaud de la tour des Virron186...

  • 187 B.M. Avignon, ms. 4041, fol. 22v (27 janvier 1361 : maître Raymond Voute notaire, bayle des coseign (...)
  • 188 B.M. Avignon, ms 4045, fol. 95r (19 août 1377 : Raymond Voute mentionné coseigneur de Caderousse). (...)
  • 189 Isnard Voute est attesté dès 1375 parmi les habitants de Caderousse (ADV, 3 E 22/10, fol. 97r ; 3 E (...)
  • 190 Soit 736 éminées, M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre... cit., p. 650.
  • 191 Cf. B.M. Avignon, ms. 4041, fol. 10v, 12v, 28r.
  • 192 Cf. ADV, B 9, fol. 11r-11v.
  • 193 ADV, B 6, fol. 129v-130r (27 septembre 1379) ; 3 E 26/77, fol. 96r (3 octobre 1398).
  • 194 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit., p. 294.
  • 195 M. Zerner, Un notable dans un village : maître Étienne Bruni à Lagnes (Vaucluse), 1404-1416, dans A (...)

62À défaut d’une augmentation du nombre de fiefs divisés, le «marché» des parts de coseigneurie était surtout alimenté par quelques coseigneuries particulièrement morcelées (Caderousse, Vedène, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Lagnes, Ménerbes, Venasque, Valréas...). Les transactions se faisaient pour l’essentiel au sein du milieu nobiliaire, mais cela commença à changer à la fin du xive siècle. On vit alors quelques notables devenir coseigneurs, et intégrer ainsi le milieu des «vassaux», une catégorie bien individualisée lors des États du pays. Le parcours du notaire Raymond Voute illustre ces évolutions. Au début des années 1360, il n’était qu’un bayle des coseigneurs de Cade-rousse et du pape187. Dans les années 1370, il était devenu coseigneur et on le qualifiait de «noble maître Raymond». Il continua à acquérir des terres188. Le résultat est spectaculaire : son fils Isnard Voute189, au moment de l’enquête de 1414, possédait tout simplement la plus grande propriété connue du Comtat190! Une trajectoire éloquente pour un auxiliaire du monde seigneurial. Or Cade-rousse fut aussi le terreau de l’ascension de la famille Guitard, avec Guillaume, bayle dans les années 1360191, qui se maria avec une noble, Béatrice Pallete, et fut père de Bernard Guitard, noble et coseigneur192. Un notaire, Jacques Gros, habitant Carpentras, devint vassal du pape grâce ses possessions à Caderousse193. Quelques autres localités furent investies par les notables. Le juriste Jacques Borelli acquit des parts de coseigneurie à Valréas194. Quant au médecin de Carpentras, Étienne Bruni, il devint le plus important coseigneur de Lagnes au début du xve siècle, avant de faire faillite195.

  • 196 Cf. G. Butaud, Entre le séjour et l’intégration... cit., p. 754.
  • 197 En 1269, Maubec n’était pas une coseigneurie mais se trouvait entièrement sous le pouvoir du cheval (...)
  • 198 ADV, 10 G 23 (6 mai 1385).
  • 199 Cf. ADV, 3 E 38/17, fol. 23v-24v (27 octobre 1386) ; 3 E 38/ 25, fol. 26v (14 mai 1400, in aula nov (...)
  • 200 Il acheta ainsi à Jean Boutin, noble d’Oppède habitant Robion, pour la somme de 119 florins une mai (...)
  • 201 ADV, 3 E 38/42 (1385) ; 2 E 7/1 (1404) ; 3 E 38/43 (1405-1407).
  • 202 ASV, Coll. 271, fol. 179v (23 juillet 1399 : payement des lods et trézain au trésorier du Comtat).
  • 203 ADV, 3 E 38/31, fol. 23v-24v (19 avril 1407) ; 3 E 33/25, fol. 16r-18v (19 février 1409).
  • 204 M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre... cit., p. 323-324, 448.
  • 205 ASV, Coll. 272, fol. 171r (20 août 1405 : paiement des lods et trézain au trésorier du Comtat).

63À côté de ces coseigneurs d’un nouveau profil social, les nobles n’étaient pas forcément marginalisés. Certains menaient à leur profit un véritable remembrement seigneurial qui leur permettait d’accroître leur pouvoir. Il est difficile en général de mettre en évidence cette politique suivie dans l’acquisition des parts de coseigneurie car la documentation est sporadique et ne permet pas de faire le bilan des pertes et des gains. Dans le cas des nobles étrangers s’implantant en Comtat, les choses apparaissent avec plus de clarté. Le limousin Guy de Pesteil, apparenté à Clément VI et Grégoire XI, s’imposa ainsi en quelques années comme un puissant vassal, sans acheter pourtant de seigneurie plénière196. En 1385, il jeta son dévolu sur le petit village de Maubec197 en échangeant avec le chapitre Saint-Didier d’Avignon sa demeure avignonnaise contre la part de coseigneurie que détenait le chapitre dans le village comtadin198. Même si le pape conservait encore quelques droits à Maubec, Guy de Pesteil en fut généralement considéré comme le seul seigneur car il avait investi dans le village. Il transforma le château199, acquit des biens et des droits seigneuriaux200, et veilla scrupuleusement à faire le bilan de ses possessions dans plusieurs livres de reconnaissances201. De plus, il s’implanta dans deux coseigneuries voisines. En 1399, il fit l’acquisition à Ménerbes auprès du coseigneur François d’Apt d’une maison avec cour contiguë située dans le quartier Supra fortalissium, ainsi que des cens et des terres, pour une somme totale de 260 florins202. Il compléta son assise locale en achetant à Geoffroy Isnard, alias Bedos, de Cavaillon, pour 100 florins, une maison et des terres à Ménerbes et des droits à Lagnes203. En 1414, son patrimoine représentait deux huitièmes de la coseigneurie de Ménerbes, 116 éminées de terres et la maison la plus importante du village, estimée à 100 florins204. À Lagnes aussi, Guy de Pesteil était devenu un coseigneur de poids. En 1405 il avait acheté à Bedossa Bedos, veuve de noble Brocard de Lagnes, coseigneur du lieu, une part de coseigneurie complète : des droits de justice pour 60 florins et, pour 340 florins, un «château ou maison» dans le castrum, avec deux cours, des constructions annexes, un ferrage et quinze saumées de terres205.

  • 206 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 9.

64Ce patrimoine seigneurial ne resta uni que quelques décennies. Le fils de Guy de Pesteil, portant le même nom, vendit en effet ses possessions comtadines pour se concentrer sur ses terres françaises. De la même façon, toute recomposition de coseigneurie restait soumise à l’épée de Damoclès du manque d’héritiers mâles. La réussite des Ancézune à Caderousse est d’autant plus exceptionnelle dans la mesure où cette famille a pu concilier ramification et solidarité entre branches pendant plusieurs siècles jusqu’à pouvoir exercer une mainmise sur la coseigneurie. À la fin du xve siècle, il ne fait déjà pas de doute que les Ancézune avaient le plus vaste patrimoine, grâce à une multitude d’acquisitions et d’alliances. Antoine d’Ancézune détenait la moitié du péage à sel, alors qu’il y avait une vingtaine de seigneurs pariers en 1306206. Le titre de duc de Caderousse vint couronner cette domination à l’époque moderne.

Conclusion

65Au terme de cette approche régionale, la coseigneurie apparaît comme une modalité essentielle du système féodal. Elle se développe dans des contextes variés, aux abords d’une métropole comme Avignon, tout comme dans les campagnes, avec une prédilection pour certains espaces. Dans le nord du Venaissin et le Tricastin en particulier, les seigneurs pariers sont particulièrement fréquents. Du point de vue chronologique, le phénomène connaît son plein développement aux xiie et xiiie siècles. La dynamique de morcellement des seigneuries, liée aux partages successoraux, est particulièrement vivace à cette époque. Elle s’accompagne d’un essaimage des familles et à une interpénétration des coseigneuries voisines. De plus, localement, les coseigneurs formaient un corps politique propre, qui dominait les chevaliers et les prud’hommes et se dota dans certains cas d’une véritable organisation communautaire. En Venaissin, il exista au xiiie siècle un modèle de consulats seigneuriaux, dont l’importance a été négligée jusqu’ici, et qui se diffusa en particulier dans la région de Venasque. Ce n’est que durant la seconde moitié du xiiie siècle que la fusion s’opéra entre coseigneurs déchus et chevaliers.

66Mais la coseigneurie ne peut pas être considérée comme anachronique à la fin du Moyen Âge. Elle facilitait l’intégration de nouveaux venus dans le milieu seigneurial. Acheter une part de coseigneurie était comme un ticket d’entrée dans le monde nobiliaire. La concentration des parts, phénomène auquel participent les souverains, les évêques, mais aussi les particuliers, est graduelle. Les remembrements seigneuriaux sont des affaires complexes, et souvent des succès partiels. Certes, il y a des cas où la disparition de la coseigneurie est brutale, comme à l’Isle-sur-la-Sorgue ou Noves par exemple, mais ils sont minoritaires. C’est à une lente érosion que l’on assiste, à un phénomène de «normalisation» : les coseigneuries pléthoriques se raréfient alors que les coseigneuries étroites deviennent prépondérantes; quelques-unes apparaissent même. Les rythmes d’évolution diffèrent aussi beaucoup selon les localités. Chaque coseigneurie constitue une structure de pouvoir avec ses particularités, son histoire propre, et une durée de vie qui allait de quelques années... à quelques siècles.

Haut de page

Notes

1 Cf. C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin (1229-1417), Paris-Avignon, 1909, p. 33-44.

2 Barbentane était dans la même situation, mais il s’agit d’une coseigneurie tout comme Noves à l’origine, comme nous le verrons.

3 Voir R.-H. Bautier, J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. I. Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie, Paris, 1968-1974, 3 vol. 

4 Il en existe plusieurs manuscrits, nous utilisons le ms. 557 conservé à la Bibliothèque municipale [B.M. par la suite] (ou Inguimbertine) de Carpentras qui est à l’origine de l’expression « livre rouge du comte de Toulouse ». On désigne aussi ce manuscrit comme le « terrier » ou le « polyptyque du Venaissin », ce qui est réducteur. Voir la présentation de V. Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (v.1270 – v. 1350), thèse inédite, Université Lumière -Lyon II, 2005, chapitre I, sous presse dans la Collection de l’École française de Rome. Pour un aperçu du contenu de l’enquête, voir H. Dubled, La seigneurie des comtes de Toulouse dans le comté d’Avignon et le Comtat-Venaissin au milieu du xiiie siècle, dans Mélanges Pierre Tisset, Recueil de mémoires et travaux publié par la société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, 7, 1970, p. 157-170.

5 Nos sources principales ont été les registres d’hommages (Archives départementales de Vaucluse [ADV], B 5, B 6, B 7) et plusieurs levées de tailles, de 1356 (Archivio Segreto Vaticano [ASV], Cam. Apost, Collectorie 262, fol. 191r-201v), de 1362 (éditée par L.-H. Labande, L’occupation du Pont-Saint-Esprit par les Grandes Compagnies (1360-1361), dans Revue historique de Provence, 1901, p. 79-95, 146-164, ici p. 157-164) et de 1364 (ADV, C 127).

6 Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple (1136-1214), éd. marquis de Ripert-Monclar, Avignon-Paris, 1907.

7 Cf. Cartulaire de la commanderie de Richerenches, p. CLXIII.

8 La présentation de la division de la seigneurie figure principalement dans deux chartes d’Hugues de Bourbouton (Cartulaire de la commanderie de Richerenches, n° 89 [1138], p. 88-91, et n° 187 (vers 1151), p. 162-166). Elle peut être complétée par de nombreux autres actes dont les principaux sont signalés par l’éditeur du cartulaire dans son étude sur le morcellement de Bourbouton (Ibid., p. CXLII-CXLIII). Voir aussi D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, 2005, p. 122-123, 548, 552, 553 (généalogies des Bourbouton, Valréas et Visan).

9 Pontio Guintranno, atque uxori et filiis eorum, pro decimis quas in castro Valriatis et in territoriis circumdantibus idem castrum habebat, consilio et laudatione suorum dominorum, videlicet Raymundi Meditulli, et Hugonis Talonis, et Riperti Valriatis, et Bertranni de Tauliniano, et Dodonis Camareti, et filiorum ejus, atque Rostagni Guintranni, et filiorum ejus, solidos septuaginta Valentinensis monete dedit. (L. A. Boyer, Histoire de l’église cathédrale de Vaison, I, Avignon, 1731, p. 98).

10 Au sujet de ces différents seigneurs de Valréas, voir Cartulaire de la commanderie de Richerenches, p. liii-lxxxiii et É. Malbois, Notice historique sur Valréas avant son entrée dans l’État pontifical (1317), Vaison, p. 9-14. Généralement, on fait d’Hugues Talonis une mauvaise graphie d’Hugues Dalon, soit Hugues d’Allan.

11 U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, Valence, 1913, n° 8466, col. 457-458 ; III, Valence, 1914, n° 16526, col. 790.

12 Voir É. Malbois, Notice historique sur Valréas... cit., p. 55-58, et surtout M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 6e série, 1, 1967, p. 277-295.

13 Cartulaire de la commanderie de Richerenches, n° 128, p. 121-122 et le commentaire sur les coseigneurs, p. XCII-XCVI.

14 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, avec une notice sur le Tricastin au xiiie siècle, éd. J. de Font-Réaulx, Valence, 1950, n° 34, 35, 36, p. 26-27, n° 71, 72, p. 49-53.

15 Pour ces acquisitions, voir le bilan dans Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, p. 153-154, et les nombreux actes cités.

16 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, n° 22, p. 21-22 (6 juillet 1211) et p. 192-195 (notices sur les coseigneurs) ; A. Lacroix, L’arrondissement de Montélimar, VII, Valence, 1888, p. 19-20 ; U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, Valence, 1913, n° 6148, col. 53-54.

17 Par exemple, Aymar de Pierrelatte, Pierre de Sérignan et Pons de Beaumont faisaient hommage à Decan d’Uzès, vassal du comte de Valentinois. Par ailleurs, Draconet de Montauban était vassal du comte de Toulouse pour le quart de Pierrelatte (A. Lacroix, L’arrondissement de Montélimar, VII, 20-21 ; U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, n° 8971, col. 540 et n° 9003, col. 545 ; B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 70v-71v).

18 Autrement dit, les coseigneurs pariers dépendaient désormais du pape et du comte de Valentinois (A. Lacroix, L’arrondissement de Montélimar... cit., VII, p. 21-28).

19 É. Malbois, Vinsobres (jusqu’à 1343), dans Bulletin de la Société d’archéologie et de statistique de la Drôme, 60, 1926, p. 284-295 : p. 292-293.

20 On y compte dix-sept coseigneuries environ sur vingt-six fiefs. Citons par exemple Aubres, Bollène, Bourbouton, Eyroles, Lagarde-Paréol (dont le nom vient justement de « parier »), Lapalud, Pierrelatte, Rochegude, Valouse, Valréas. Les seigneuries unitaires de la judicature étaient principalement Visan, Grillon et Les Pilles, sous contrôle pontifical, et Piolenc, Sainte-Cécile et Saint-Pantéléon-les-Vignes, tenues par des prieurs.

21 Nos de Novis, ego scilicet Garcinus et Raynoardus frater ejus et ego Petrus de Novas, et ego Guillelmus frater ejus, nepotes videlicet supradictorum, et ego Guillelmus Raynaldus et nos de Alamannone, ego scilicet Aldebertus, et ego Imbertus, et ego Guillelmus, frater eorum, et ego Rostagnus Imbertus [...] (M. Mielly, Trois fiefs de l’évêché d’Avignon. Noves, Agel et Verquières des origines à 1481, Uzès, 1942 [rééd., Uzès, 1981], p. 77 n. 1).

22 Isti sunt milites qui has recognitiones fecerunt jamdicto Gaufredo Avenionensi episcopo super iis eos appellantes Guillelmus Arveni, Rostandus Umberti et filius ejus Petrus Audeberti, Raimundus de Orgone, Elisiardus jurisperitus et Rainoardus frater ejus, Bertrandus, Petrus de Novas et fratres ejus Rostandus et Garcinus... (M. Mielly, Trois fiefs... cit., p. 83, n. 1). L’hommage de 1209 montre que Raymond d’Orgon était en fait de la famille de Noves (cf. la note suivante). Elzéar fut juge d’Avignon en 1179, 1180, 1187, 1189, 1191, 1194 (N. Leroy, Une ville et son droit. Avignon du début du xiie siècle à 1251, Paris, 2008, p. 55, 630-631).

23 [...] cum dominus Guillelmus, Avinionensis episcopus, de novo consecratus, ad castrum suum de Novis venisset et in ipso castro sicut dominus cum magno honore et reverentia solempniter receptus fuisset, milites ejusdem castri qui presentes aderant, scilicet Petrus de Novis et Guillelmus de Novis, frater ejus, Ruffus de Novis et Sicardus, frater ejus, Raynoardus de Novis, Guillelmus de Novis de Orgone et Raymundus de Orgone et Pontius de Novis, fratres, Bertrandus de Novis, Raymundus Jordani, Rostagnus de Novis et Rostagnus Imberti, coram prefato domino episcopo convenerunt et ad ejus petitionem et requisitionem [...] se et coheredes suos debere facere recognoverunt hominium et fecerunt [...] (M. Mielly, Trois fiefs... cit., p. 93 n. 1).

24 [...] nos Raimundus de Orgone, Petrus de Novis, Isnardus de Novis, Berengarius de Novis, Rostagnus de Novis, Bertrandus de Ca-bannis, Raimundus Jusberni, B[ertrandus] Elisiardus, Audebertus de Novis, Alfantus de Novis, Raimundus de Avinione, Dalmatius de Novis, Ugo de Novis, Cabannas et Is[nardus] nepos ejus, , omnes pariter [...] ». Il s’y ajoute Guerrier de Noves qui venait d’atteindre sa majorité (M. Mielly, Trois fiefs... cit., p. 97 n. 2.) On aura remarqué que cette liste permet de voir réapparaître le patronyme Elisiardus, présent en 1175 et absent en 1209.

25 [...] et ex alio latere, inter dominos de Sancto Saturnino, videlicet, Laugerios de Insula et Retrannos de Avinione et infantes Guillelmi de Sancto Saturnino et nepotes eius et Guillelmum Malvicini et infantes Elisiardi et Guillelmum de Sors et Vayranum et Raysosum et Ribaltam (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms, éd. E. Duprat, Avignon, 1932, n° 147, p. 178).

26 Guillaume-Hugues Retranni était consul d’Avignon en 1200-1201 (L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle. L’évêque Zoen Tencarari et les Avignonnais, Paris, 1908, p. 258) ; c’est lui qui est évoqué en 1204. La famille Malvesin était très importante et donnait son nom à un péage avignonnais ; Guillaume Malvesin apparaît même à la tête des chevaliers de la ville en 1215, et fut consul en 1210-1211 (Ibid., p. 260, 297). Le chevalier Guillaume de Sors (ou mieux de Sos) fut notamment consul en 1210-1211 et 1214-1215 (Ibid., p. 260, 261, 298) Le chevalier Vairanus fut consul en 1213-1214 et 1223-1224 (Ibid., p. 261, 263, 298) ; il était en fait frère de Guillaume de Soz (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms, p. 182). Raissosus et Ribalta figurent comme témoins en 1206 à Forcalquier en présence de nombreux seigneurs et chevaliers (L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle... cit., p. 295). Enfin Guillaume Elzéar (Elisiardi), chevalier avignonnais mentionné en 1215, est probablement l’un des « enfants d’Elzéar » (Ibid., p. 298).

27 Trimondenses et Raynoardos, dominos castri de Vedena (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms, n° 147, p. 178). Les Raynoard sont attestés comme seigneurs à Vedène dès 1105 (Ibid., n° 8, p. 9, n° 18, p. 19, n° 114, p. 124...). Les Trimond tirent leur patronyme de « Trimond de Védène », mentionné avec ses frères comme seigneur en 1129 (Ibid., n° 114, p. 124).

28 Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., n° 20, p. 21 (1110, Bédarrides), n° 103, p. 104 (1179, Avignon). Humbert Raynoard, consul d’Avignon en 1197-1198, figure encore parmi la liste des chevaliers d’Avignon de 1215 (N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 632 ; L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle... cit., p. 298).

29 Cf. Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., n° 3, p. 4 (1101-1105)

30 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, éd. J.-H. Albanès, U. Chevalier, Valence, 1920, n° 368, col. 121-123 (mai 1212) ; N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 529.

31 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 367, col. 119-121 (8 avril 1212).

32 Guillaume Geoffroy est signalé comme chevalier d’Avignon en 1215 (L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle... cit., p. 298). Quant à Bérenger Raymond (ou un homonyme), il apparaît dans la liste des consuls d’Avignon en 1194, 1223-1224, 1230-1231, 1236-1237... (Ibid., p. 263, 266, 269 ; N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 524 n. 131, p. 631, 637, 638)

33 Ce personnage était frère de R[ostan] de Barbentane qui tenait pour l’évêque d’Avignon le castrum de Barbentane selon une reconnaissance de février 1201. En août 1209, il prêta lui-même hommage à l’évêque Guillaume de Monteux, en compagnie de son frère Geoffroy de Barbentane, de Raymond de Boulbon et de Pierre Alberic, tuteur des enfants de feu Rostan de Barbentane ; cf. Gallia christiana novissima, VII, n° 328, col. 95 et n° 347, col. 110-112.

34 Sur cette famille, implantée à Boulbon et Barbentane, et son rôle à Avignon, cf. N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 547.

35 L.-H. Labande, Avignon au xiiie siècle... cit., p. 259, 260, 263 ; N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 632-637.

36 Histoire d’Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 154 (Jean-Pierre Poly).

37 Layettes du trésor des chartes, éd. A. Teulet, II, Paris, 1866, n° 2414, p. 301-302.

38 Confitemur et in veritate recognoscimus vobis Ermitano, nomine vestro et nomine uxoris vestre Aude, et vobis Willelmo Raimundo de Avinione, et Bertrando de Jocone, et vobis Raymbaudo de Anceuna, et Willelmo de Anceuna, et Raimundo fratribus, et Petro de Cadarossa, et Willelmo de Cadarossa, et vobis Bertrando de Cadarossa et Poncio Jarente fratribus, et Bertrando de Sancto Pastore, et Guarino de Lers, et Beatrici de Bello-Monte, et Raymbaudo de Mamolena, dominis Cadarosse [...] (Layettes du trésor des chartes, II, n° 2455, p. 319-321).

39 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse au Moyen Âge, dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1994 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, 1994, p. 7-12 : p. 9.

40 Layettes du trésor des chartes, éd. J. de Laborde, III, Paris, 1875, n° 3629, p. 20 (12 janvier 1248).

41 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers. Arrêts de son parlement tenu à Toulouse et textes annexes, 1249-1271, éd. P.-Fr. Fournier et P. Guébin, Paris, 1959, p. 285, 286.

42 Ce bayle est attesté au moins depuis 1302 (J. Girard, Les États du Comté Venaissin depuis leurs origines jusqu’à la fin du xvie siècle, Paris, 1908, p. 33 n. 9).

43 M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve siècle, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 174), p. 324-326, 650. Une éminée représentait environ 775 m2. Huit éminées faisaient une saumée.

44 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 456 (il s’agit d’un chartrier relié ; chaque folio indique un parchemin original). Il y a plusieurs actes d’hommage similaires notamment en 1274-1276 et en 1320 (Ibid., fol. 424, 425, 426, 427, 430, 431, 432, 434, 460, 461). Pendant cette période, les dix familles principales, représentées par plusieurs coseigneurs, étaient les de Venasque, de Saint-Nazaire, Itier, de Turre Veteri, de Villeneuve, de Montseren, Raynoard, de Malemort, de Saint-Paul et de l’Isle.

45 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 393. Ce cahier est postérieur à 1306 qui est la seule date mentionnée. Il a été brièvement exploité par H. Chobaut, Notes sur Guillaume III Béroard, évêque de Carpentras (1231-1262), dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 3, 1914, p. 97-114 : p. 111.

46 Désignée aussi en 1290 comme cinquena Isnardi de Venasca (Cf. B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 434 (cahier, fol. 3r).

47 [...] scilicet unam cinquenam integram dominationis de Venasca brevi Turri Veteri ( ?) (B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 398, novembre 1226). La lecture est incertaine pour le nom du bref.

48 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 396 (octobre 1226).

49 Ibid., fol. 397 (novembre 1226). En avril 1230, le chevalier Bertrand Alfant et son fils du même nom confirmèrent la vente de la tour faite par Raibaud Itier (Ibid., fol. 401).

50 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 410 (20 janvier 1265, n. st.).

51 Item totam turrem medianam sitam in dicto castro que dicitur turris Guillemi Ricani cum omnibus introitibus et exitibus et juribus et pertinenciis suis [...].

52 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 393 (cahier, fol. 4v).

53 Cf. Ibid., fol. 434 (cahier, fol. 2r).

54 Ibid., fol. 412 (25 mai 1264).

55 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 434 (cahier, fol. 3r). Le même cahier de six folios contient un bilan des acquisitions datant de 1289.

56 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 423 (11 août 1272), 453 (23 août 1288).

57 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 459 (28 février 1315, n. st.). Les vendeurs étaient Bertrand et Rostan de l’Isle, fils de feu Bertrand de l’Isle.

58 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 395, col. 137-138 (3 avril 1220).

59 Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux... cit., n° 70, p. 46-49 (24 octobre 1254).

60 Voici un extrait de l’analyse de la démarcation dans le village : « La part des Chamaret commence au portail de Colonzelle, suit au nord la rue qui va à la porte des Vitals, les maisons des Guibert, inclues, la rue qui passe devant la maison de feu Pons Firmin, remonte la rue jusqu’à la maison de l’église et à l’église, arrive à la maison de l’église et enfin à celle de feu Dodon de Chamaret [...] ».

61 Le bayle disposait d’auxiliaires comme crieurs, notaires et clavaires. La justice était souvent exercée par le biais d’un juriste professionnel qui tenait des assises dans le village.

62 Ce sceau représentait le rocher de Pierrelatte et portait la légende s. dominor(um). de petralapta. On en connaît un exemplaire de 1306 alors que Bertrand de Saint-Pasteur, Albert de Cornillan, Aymar de Pierrelatte, Pierre de Sérignan, Pons de Beaumont et Guillaume de Saint-Just étaient coseigneurs pariers (A. Lacroix, L’arrondissement de Montélimar, VII, Valence, 1888, p. 23). On aura remarqué la permanence des noms par rapport au xiiie siècle.

63 Voici le détail des sommes distribuées aux coseigneurs : le damoiseau Bertrand de Boulbon, pour le sixième de la coseigneurie, 44 l. 1 s. 6 d. ; Geoffroy et Raymond de Barbentane, et Guillaume Cabassole, pour le huitième, 33 l. 13 s. ; Guillaume de Real, chevalier, pour le seizième, 16 l. 10 s. 6 d. ; Guillaume Geoffroy, pour la trente-deuxième part, 8 l., 5 s., 6 d. enfin Bérenger de Boulbon et les héritiers de Jean Venarii, pour la quarante-deuxième part, 6 l. 5 s. 11 d. (D. Williman, Letters of Etienne Cambarou, camerarius apostolicus (1347-1361), dans Archivium historiae pontificae, 15, 1977, p. 195-213 ; ici p. 209-210).

64 Sur le consulat d’Avignon, en attendant la publication de la thèse de Simone Balossino (Formes du pouvoir dans les communes de la basse vallée du Rhône (xiie siècle – milieu du xiiie siècle) : l’exemple d’Arles et d’Avignon, Université de Florence – EHESS, 2007), voir N. Leroy, Une ville et son droit... cit., qui comporte une liste des consuls (p. 625-643) et L.-H. La-bande, Avignon au xiiie siècle... cit.

65 N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 544. L’expression de « modèle avignonnais » est utilisée par cet auteur. Sur le consulat de Monteux, voir en outre B.M. Carpentras, ms. 561, fol. 168 (1232), 171 (1233), 172 (1233), 177 (1234). La cession du consulat par les chevaliers et prud’hommes à Barral de Baux, coseigneur principal de Monteux, date du 15 décembre 1246 (Ibid., fol. 184) ; cf. L. Barthélemy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison de Baux, Marseille, 1882, n° 335, p. 95 (sous l’année erronée 1247).

66 N. Leroy, Une ville et son droit ... cit., p. 544-545.

67 Contrairement donc à ce que laisse entendre N. Leroy (ibid., p. 543) qui se focalise sur les années 1225-1228 et du coup passe à côté de l’essentiel.

68 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial de L’Isle-en-Venaissin (xiie-xiiie siècles), dans Mémoires de l’Académie de Vau-cluse, 2e série, 13, 1913, p. 1-42. Nous suivons de près cet article dans les lignes qui suivent.

69 Existentibus in villa Insule consulibus Raimundo Laugerii, Ugone de Villa Nova, Bertrando Alfanti de Turri (Ibid., p. 5. n. 3).

70 Ibid., p. 4.

71 Ibid., p. 6.

72 Ainsi dans un acte de septembre 1210 : nos consules et domini de Insula, juramus [...] nomine nostro et consulatus nostri [...], et plus loin nos consules pro posse nostro debemus eos [homines Insule] compellere ad jurandum, et ceteri domini de Insula debent nos adjuvare ad compulsionem hujusmodi faciendam (Ibid., p. 6 n. 5).

73 Cette bulle est connue par un exemplaire de 1209 des archives des Bouches-du-Rhône et un autre de 1227 du chartrier de Sénanque. Voir V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 11 et planche ; L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1860, p. 81 et planche 30, n° 1 ; B. Bedos, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. I. Les sceaux des villes, Paris, 1980, n° 324, p. 261-262.

74 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial, p. 6-7.

75 Ibid., p. 6, 8 n. 2, 37-39 (édition de l’acte de 1240).

76 Il y une relative instabilité du nombre des consuls et de la durée de leur mandats, cf. Ibid., p. 9-10 et la liste des consuls, p. 30-33.

77 Cf. Ibid., p. 2-3. Pour les Laugier, dont une branche traversa les siècles, on dispose d’une généalogie ancienne, mais documentée : P.-L Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, VIII, Paris, 1843, article de Laugier (40 p.).

78 Une famille de ce nom était coseigneur à Méthamis et vassale des évêques de Carpentras (B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 481 (1228), 482 (1229), 483 (1242)).

79 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 14-16.

80 Ibid., p. 17-19, 36-37.

81 Ibid., p. 20-22, 37-39. Les deux podestats connus sont Rostan de Venasque, en 1240, coseigneur de Venasque et de Monteux et Humbert d’Aurons, en 1242, consul d’Avignon en 1211-1212, seigneur de Robion puis également coseigneur de Cavaillon.

82 Ibid., p. 24-25.

83 Ibid., p. 23, 40-42.

84 In villa de Insula dominus comes habet domum suam et totam juridictionem et omnia ad merum et mixtum imperium pertinentia, excipitur tamen quedam particula modica et multum intricata que ad quosdam milites qui non vendiderunt jus quod habebant in juridictione dicitur pertinere (B.M. Carpentras, ms 557, fol. 100r ; V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 25).

85 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 28.

86 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 404 (vidimus confirmatif en date du 20 juin 1239 d’une sentence arbitrale du 7 juin 1220, approuvée en mars 1221 par les consuls).

87 En 1221, les cinq consuls étaient Geoffroy de Saint-Paul, Raymond de Venasque, Raymond de Mornas, Pierre de Saint-Nazaire et Guillaume de L’Isle. Ceux de 1239 s’appelaient Rostan de Venasque, Raymond de Podio Rotundo et Raymond de Montseren (B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 404). Seuls deux consuls sont mentionnés en 1247, à l’occasion d’un procès avec Le Beaucet : Pierre de Montseren et Rican de Saint-Nazaire (H. Dubled, Le Beaucet près Saint-Didier au haut Moyen Âge (xiie-début xive siècle), dans Rencontres, association carpentrassienne de diffusion culturelle, 60, janvier-février 1966, non paginé [p. 3]). Ils sont deux encore en 1290, toujours issus des seules familles de coseigneurs (voir ci-dessous n. 116).

88 B. Bedos, Corpus des sceaux français. I. Les sceaux des villes... cit., n° 159, p. 146. Nous n’avons pas pu consulter cette acte dont la cote ancienne est : ADV, 2 E Duché de Caderousse 78/1, car ce fonds est en cours de reclassement.

89 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 8.

90 Les coseigneurs avaient aussi le privilège d’instituer des notaires qui authentifiaient leurs actes par leur seing manuel et la bulle des coseigneurs (Ibid., p. 8).

91 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 7 d’après Archives des Bouches-du-Rhône, B 335 ; L Barthélemy, Inventaire chronologique et analytique... cit., n° 301, p. 85.

92 Il s’agit de Guillaume Bermond, Raymond Laugier et Bertrand Alfant.

93 Les huit parts de juridiction étaient alors aux mains de sept coseigneurs qui possédaient les maisons les plus estimées et cinq des huit plus grandes propriétés du village (M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre... cit., p. 323-324).

94 Le sceau, en très mauvais état aujourd’hui, est bien lisible dans L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles... cit., p. 81, pl. 26 bis, n° 10 ; B. Bedos, Corpus des sceaux français. I. Les sceaux des villes, n° 405A, p. 315-316.

95 En 1253, un des seigneurs de Ménerbes, Guillaume de Pertus, était vassal du comte de Toulouse (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 8r, 99v).

96 L.-H. Labande, Les chartes de l’évêché et les évêques de Cavaillon au xiiie siècle, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 1, 1910, p. 82-104, 188-210, 316-328 ; 2, 1911, p. 576-591, 734-742 ; ici 1910, p. 322-323.

97 Nous avons vu plus haut (n. 31.) de qui il s’agissait.

98 Gallia christiana novissima. VII. Avignon, n° 367, col. 119-121 (8 avril 1212) ; N. Leroy, Une ville et son droit... cit., p. 524.

99 Voici la déclaration des trois témoins interrogés le 17 novembre 1253 par l’enquête d’Alphonse de Poitiers : [...] ta-men dicunt quod ad huc non sunt duo menses quod consules Pontis Sorgie habebant et longe tempore tenuerant totam juridictionem ville Pontis Sorgie ; dicunt etiam quod dominus Johannes de Artisio senescallus abstulit militibus et probii hominibus Pontis Sorgie consulatum (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 86r-86v). Cette donnée permet de compléter les développements de N. Leroy sur Sorgues (Une ville et son droit... cit., p. 524-527).

100 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 285.

101 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 29r-30r, 112r.

102 H. Dubled, Le Beaucet près Saint-Didier... cit., non paginé [p. 3-4 de l’article].

103 Les consuls ne sont pas mentionnés dans le document de 1266 qui nous fait connaître l’affaire, mais leur présence est très probable au vu des exemples voisins.

104 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 213.

105 Petitio dominorum de Rocha. Dicit Bertrandus de Auriolo pro se et Guillelmo de Auriolo, Hugone Guigonis, Petro Alfanto, Rembaudo Alfanto, Bertrando Ydier, Ynardo Carbonario, dona Doucelina, do-na Amelina, Bertrando de Crota, Petro Masant, tutore Guigone filie Raimundi Guigonis, Bertrando Alfanti, curatore Raimundeti de Rocha, procuratorio nomine, quod ipsi donaverunt domino comiti qui nunc est quartam partem medietatis banni de Rocha, que ad ipsos jure dominii vel quasi pertinebat.

106 Selon l’enquête de 1253, alors que le comte possédait dans ce village toutes les justices (omnes justicias), seul le huitième du ban lui échappait : tamen milites de Rocha percipiunt in ban-no territorii VIII partem tantum (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 21r ; 107r).

107 B.M. Carpentras, ms. 561, fol. 143, 144.

108 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 23r-v, 108v.

109 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 222.

110 Cf. ADV, 3 E 26/94, fol. 85v-87v (28 avril et 7 mai 1391).

111 ADV, Archives municipales de Méthamis, AA 1, fol. 80r-86v (1er octobre 1272).

112 Ibid., AA 1, fol. 86v-92r (17 avril 1273).

113 Ibid., AA 1, fol. 151r-157v ; 223r-235r (mars-avril 1325).

114 Ibid., AA 1, fol. 158r-163r (27 octobre 1328).

115 Ph. Bernardi, D. Boisseuil, Les statuts de 1380 de Méthamis (Vaucluse), dans Histoire et sociétés rurales, 26, 2006, p. 95-127, ici p. 127.

116 B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 454 (7 août 1290).

117 H. Dubled, Le Beaucet près Saint-Didier... cit., non paginé [p. 4-5]. Par ailleurs, depuis son origine, le consulat de Venasque était associé au ban pesant sur le territoire. Ainsi lors d’une vente de 1226 à l’évêque de Carpentras, les parts de cinquena vendues correspondent à un pouvoir in banno, in consulatu, in cartis, in pascuis, in garriga comuni, in montaneis, in feudatariis, in hominibus (B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 396, octobre 1226 ; voir ci-dessus la n. 48 ; cf. aussi Ibid., fol. 398, novembre 1226).

118 Le conseil devait se réunir dans la maison d’Elzéar de Venasque (ADV, Archives municipales [AM] de Venasque, BB 15, fol. 64v, 19 février 1393).

119 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 5r (1390), 6r (1393), 8r, 8v, 9r, 10r, 60v, 62v (1395).

120 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 17r (25 janvier 1399).

121 ADV, AM Venasque, BB 15, fol. 17v (1414), 60r (1402) ; BB 16, fol. 3v (1415).

122 ADV, 3 E 26/2605, fol. 127r (1420), 141v (1424) ; AM Venasque, BB 16, fol. 4r (1421), 4v (1421), 5r (1426), 6r (1430), 8r (1430).

123 B.M. Avignon, ms 4046, fol. 63v-64r (mars-avril 1363).

124 ADV, 3 E 22/10, fol. 97r (28 janvier 1375).

125 B.M. Avignon, ms 4047, fol. 26r (4 avril 1404).

126 B.M. Avignon, ms 4047, fol. 51v-53r (29 décembre 1404).

127 ADV, 3 E 54/549, fol. 81r (1424), 83r (1423), 199r (avril 1429), 207r (sept. 1429).

128 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 12.

129 V. Laval, H. Chobaut, Le consulat seigneurial... cit., p. 8.

130 Le village s’articulait autour de trois rochers mitoyens qui constituaient à l’origine des castra individualisés, cf. F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin xe-début xive siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002, p. 229-233, et Saignon, diagnostic, étude de site, Apt, s.d. (Parc naturel régional du Lubéron).

131 Gallia christiana novissima. I. Province d’Aix, éd. J.-H. Albanès, Montbéliard, 1895, Instrumenta, col. 135-136 (Instrumenta ecclesiae Aptensis n° XI). Cette cession gratuite du consulat, en date du 16 octobre 1248, est faite par sept chevaliers (dont les premiers cités sont Aycard de Saignon et Bertrand de L’Isle) et onze hommes de genere militari. La famille de Lerida est représentée par quatre personnes.

132 Voir les analyses sommaires de ces actes par F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (xie-xive siècle). L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille. IV. Catalogues d’actes, Thèse de doctorat, Université de Provence Aix-Marseille I, 2000, p. 102, n° 266 (1er juillet 1252), p. 107, n° 282, 283, 284 (4 et 6 mars 1258). Depuis le travail de Florian Mazel, le fonds Simiane des Archives nationales a été reclassé. Les documents les plus anciens sur Gordes sont dispersés principalement dans les liasses M 565, M 566 et M 567.

133 Archives nationales, M 565, dossier 3 ; F. Mazel, La noblesse et l’Église...IV. Catalogues d’actes, p. 104, no 272 (13 octobre 1253), p. 110, no 294 (5 avril 1261). Voir aussi des actes similaires : Ibid., p. 293, no 296 (24 octobre 1261), p. 138, no 395 (21 août 1276).

134 U. Chevalier, Regeste dauphinois, II, Valence, 1913, no 8946, col. 537 ; A. Prudhomme, La charte communale de Veynes (Hautes – Alpes), 17 novembre 1296, dans Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 9, 1885, p. 527-557 : p. 538,540, 543.

135 I. Cartron, Le château comtal de Vaison, dans Provence historique, 40, 1990, p. 37-55.

136 Le texte est repris dans l’enquête de 1253 (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 48r-50v). Sur le domaine comtal à Vaison, voir par ailleurs Ibid., fol. 50v-56v, 115r-115v.

137 Pour le détail du partage du pouvoir, voir H. Dubled, Le domaine comtal dans le diocèse de Vaison au temps d’Alphonse de Poitiers, dans Provence historique, 20, 1970, p. 11-24, ici p. 13-16, 18.

138 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers, p. 285.

139 B.M. Carpentras, ms 557, fol. 71v-72v.

140 Dans l’enquête de 1253, il est seulement question de ce bref à propos de la part qu’y possédait Bérenger, fils de feu Guillaume Geoffroy (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 91r-v). Ce Guillaume Geoffroy apparaît comme témoin dans l’acte de 1204 sur Vedène (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., p. 182). De façon étonnante, les Raynoard ne sont pas mentionnés en 1253, et n’apparaissent pas non plus dans les hommages faits en 1251 à Alphonse de Poitiers (voir note suivante). La famille existait cependant toujours. En 1317 par exemple, Humbert Raynoard, fils du chevalier Humbert Raynoard, fit hommage au recteur comme coseigneur de Vedène (Bibliothèque nationale de France, ms n. acq. lat. 2124, fol. 3, original du 15 mars 1317). Un Guillaume Raynoard alias Geoffroy est mentionné en 1364 (Ibid., fol. 5). Pour ce qui concerne le bref des Raynoard, une vente de 1263 faite par une veuve concerne la quinzième part du dominium et du consulat de ce bref (Ibid., fol. 2). Il s’agit d’un exemple supplémentaire de consulat du ban.

141 Ceux qui répondirent à l’enquête de 1253 furent les chevaliers Raymond et Pierre de Vedène [tous deux fils de feu Trimond de Vedène], Guillot avec son frère Guillaume Geoffroy, Bertrand de Podio Calvo [fils de feu Bertrand de Podio Calvo] et Raymond de Vedène. Ces six coseigneurs, avec Rostan de Podio Calvo, frère de Bertrand, avaient fait hommage à Alphonse de Poitiers le 11 mai 1251, à L’Isle sur la Sorgue, dans la maison de feu Raymondet de l’Isle (Bibliothèque nationale de France, ms n. acq. lat. 2124, fol. 1). Ce parchemin a l’intérêt de dater précisément ces hommages connus par un récapitulatif, qui mentionne en outre, Bérenger de Vedène (L. Gap, Rôle original des hommages rendus en mai 1251 à Alfonse de Poitiers, comte de Toulouse, pour ses fiefs du Venaissin, dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1, 1912, p. 128-135 : p. 134). Par ailleurs, Bertrand de Podio Calvo père figure parmi les témoins de l’acte de 1204 (Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms... cit., p. 182).

142 Voilà par exemple quatre entrées successives : Giraudus de Paternis de hoc quod habet in castro de Albaiano [Aubignan] ; Isnardus de Laneis de hoc quod habet in castro de Laneis [Lagnes] ; Audebertus de Laneis de hoc quod habet in castro de Laneis. Bernardus de Clareto de hoc quod habet in castro de Malbec (L. Gap, Rôle original des hommages... cit., p. 133).

143 ADV, B5, B6, B7 et B9.

144 L. Gap, Rôle original des hommages... cit., p. 133.

145 Nous n’entrons pas dans les détails de cette affaire complexe, voir L. Barthélemy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison de Baux, Marseille, 1882, n° 296, p. 84 (1241), n° 373 et 374, p. 107 (1253), n° 379, p. 109 (23 janvier 1254 ) ; B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 13r-13v, 33v-34r.

146 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 46r, 124v ; H. Dubled, Le domaine comtal dans le diocèse de Vaison... cit., p. 16-17.

147 Cf. Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 286. Cette bipartition existait depuis 1185 et continua jusqu’en 1419, quand l’évêque de Vaison put acquérir la part laïque détenue par la famille du Puy (B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 45v-46r, 118r ; H. Dubled, Le domaine comtal dans le diocèse de Vaison... cit., p. 22).

148 En 1251, Isnard de Mormoiron, son père probable, détenait la moitié de Villes (L. Gap, Rôle original des hommages... cit., p. 135).

149 B.M. Carpentras, ms. 561, fol. 263.

150 En 1363, les coseigneurs des Taillades étaient Rostan de Sa-bran (par ailleurs seigneur de Robion), Porcelette de Sabran et Amiel Vassadel (ADV, B 6, fol. 4v-5r, 26v-27r, 44v-45r).

151 Fait remarquable, la salle noble a conservé les vestiges d’une fresque murale du xive siècle où l’on voit les armoiries des Vassadel.

152 Dans les années 1360-1370, les deux coseigneurs de Puyméras étaient Pierre du Puy et Jean de Baux, seigneur de Camaret et Sérignan. La forteresse du premier est mentionnée, par exemple, en 1380 (ADV, 3 E 70/504, fol. 31r). Elle était aux mains des Taulignan au xve siècle (3 E 45/1362, 17 janvier 1423). Le château des Baux à Puyméras est évoqué notamment dans un acte de 1362 (3 E 70/501, 20 septembre 1362). Deux châteaux se faisaient ainsi face dans un village qui était pourtant très modeste : en août 1380, un parlement ne réunissait que trente-quatre habitants (3 E 70/504, fol. 29v).

153 L.-H. Labande, Les chartes de l’évêché... cit. n. 96, 1910, p. 322-323.

154 Ils étaient au service de Jacques de Sabran, Pierre Amic, Guy de Saint-Martial et Roseline de Grasse-Bar (ADV, 3 E 38/73 bis, fol. 23r).

155 É. Malbois, L’ancien Rochegude, dans Bulletin de la société d’archéologie et de statistique de la Drôme, 63, 1931-1932, p. 81-96, 113-117 ; ici p. 82-83, 90 (date fautive de 1376 au lieu de 1276) ; A. Lacroix, L’arrondissement de Montélimar, VII, Valence, 1888, p. 222.

156 Cela est repérable dès 1236 et se constate jusqu’au xive siècle (É. Malbois, L’ancien Rochegude... cit., p. 84, 90, 91, 92, 94, 115).

157 Voir les exemples concernant notamment Hugues de Caderousse en 1285 et 1302 (Ibid., p. 88-90).

158 Ibid, p. 84-88. Pierre d’Espinouse avait hommagé pour le tiers complet de Rochegude, et d’autres fiefs (U. Chevalier, Regeste dauphinois, V, Valence, 1921, n° 24774, col. 2, 31 mars 1330). En revanche, la part de Bertrand de Sabran est complexe : le tiers moins le tiers et le cinquième du douzième de Rochegude, soit 129/540 (Regeste dauphinois, V, n° 24788, col. 4-5, 1er avril 1330).

159 Il est difficile de suivre ce transfert partiel de suzeraineté. Les papes étaient en effet suzerains des Dauphins, héritiers des Montauban et des Mondragon, pour les deux tiers de Rochegude (Regeste dauphinois, IV, Valence, 1915, n° 21129, col. 470, 1321), tandis que le tiers restant était confié aux princes d’Orange (Regeste dauphinois, III, Valence, 1914, n° 14889, col. 538, 1297). Ce dernier tiers fut sûrement conservé dans le domaine pontifical : Jean de Baux, seigneur de Camaret, en fit hommage en juillet 1363 (ADV, B 6, fol. 18r-19r). Le sort précis des deux autres tiers reste à établir. Selon É. Malbois (L’ancien Rochegude... cit., p. 83, 85), les papes conservèrent au final deux tiers de Rochegude tandis que le tiers appartenant aux Dauphins était situé au nord.

160 B.M. Carpentras, ms. 557, fol. 8v, 99v. Les coseigneurs qui témoignaient en leur nom et pour leurs pariers étaient Isnard et Bertrand de Lagnes, Pierre de Caseneuve et ses frères et Guillaume de Codolet.

161 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 226.

162 C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin... cit., p. 35.

163 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit., p. 285.

164 C. Faure, Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin... cit., p. 35.

165 V. Theis a repéré dans les comptes du trésorier du Comtat Venaissin seulement six achats de parts de juridiction entre 1317 et 1326, et quatorze entre 1334 et 1352 (Ead., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin... cit., chapitre VII, A, 2).

166 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit.

167 Cf. par exemple ADV, B 6, fol. 14v-15v, 20v-21r, 25v-26r, 35r-36r, 47v-48v (1363), fol. 107v-108v (1368) ; B 9, fol. 21v-22v, 25v (1412).

168 M. Mielly, Trois fiefs de l’évêché d’Avignon... cit., p. 185-189.

169 On reconnaîtra dans ce personnage un descendant très probable du juge Elzéar ou de son frère, mentionnés comme co seigneurs de Noves à la fin du xiie siècle (cf. n. 22).

170 Ibid., p. 193-196.

171 Cf. H. Chobaut, Notes sur Guillaume III Béroard, évêque de Carpentras (1231-1262), dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 3, 1914, p. 97-114 : p. 108-112.

172 Les chartes épiscopales concernant Venasque sont ainsi fournies jusqu’en 1345, puis on ne trouve que deux actes isolés, datant de 1428 et 1489 (B.M. Carpentras, ms. 562, fol. 469, 470, 471).

173 La principale vente fut celle de Geoffroy de Cavaillon qui abandonna ses biens meubles et immeubles et ses droits pour la somme de 5166 sous et 8 deniers raymondins nouveaux, en 1233. Le dossier, avec une confirmation par Galburge, veuve d’Amiel de Cavaillon, datant de 1240 ou 1242, est édité par L.-H. Labande, Les chartes de l’évêché... cit., 1910, p. 188-199.

174 Ce bilan est déduit d’un accord portant sur la leyde. Les seigneurs laïcs étaient Humbert d’Aurons et Barral de Baux et son fils Bertrand (Ibid., p. 578-580).

175 Cette situation existait déjà en 1295 et dura jusqu’en 1543 ; « le territoire de Cavaillon fut alors divisé en deux parties : l’une échut à l’évêque, l’autre au pape ; chacun nommait un baile spécial pour la partie qui lui appartenait » (J. Girard, Les États du Comté Venaissin... cit., p. 33).

176 ADV, B 6, fol. 28r-28v (22 septembre 1363).

177 ADV, B 6, fol. 87v-88r (16 octobre 1363).

178 ADV, B 471, fol. 25v (8 avril 1364).

179 ADV, B 6, fol. 91r-91v (20 juin 1365).

180 En 1269, Mazan comptait 460 feux et Velleron 180 (Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 286).

181 Pour la généalogie de cette famille, cf. T. Benoist-Dartigues, Mazan au temps des Astoaud, Retronchin, Sade, du xiiie au xvie siècle, Avignon, 1993, p. 137-158, 180-181, 197-203.

182 T. Benoist-Dartigues, Mazan... cit., p. 150-151, 159, 161, 182.

183 Archives nationales, 504 AP 1, fol. 113v (analyse d’un acte du 25 avril 1335 : partage de Velleron entre Philippe Astoaud, représentant de la branche cadette, et Pons (III) Astoaud et son fils Astoaud (I), formant la branche aînée).

184 Sur Jean Maubernard, cf. G. Butaud, Entre le séjour et l’intégration : les officiers étrangers en Comtat Venaissin (1352-1433), dans A. Jamme, O. Poncet (éd), Offices et papauté (xive-xviie siècle), Charges, hommes, destins, Rome, 2005 (Collection de l’École française, 334), p. 741-759 : p. 758.

185 Archives nationales, 504 AP 2, fol. 23 (22 août 1441 : acte original de la confirmation de la vente par Constance Maubernard).

186 Ibid., 504 AP 2, fol. 41 (8 octobre 1488).

187 B.M. Avignon, ms. 4041, fol. 22v (27 janvier 1361 : maître Raymond Voute notaire, bayle des coseigneurs et pour la cour papale), fol. 51r (8 juillet 1362), 55v (vice-bayle de la cour).

188 B.M. Avignon, ms 4045, fol. 95r (19 août 1377 : Raymond Voute mentionné coseigneur de Caderousse). En tant que « noble maître », il prêta hommage le 29 octobre 1379 pour la part de coseigneurie qu’il avait achetée à Bertrand Corni, coseigneur d’Aubignan et de Caderousse (ADV, B 6, fol. 154v-155r).

189 Isnard Voute est attesté dès 1375 parmi les habitants de Caderousse (ADV, 3 E 22/10, fol. 97r ; 3 E 22/6, fol. 73r). Son père était décédé en 1405 selon un acte faisant intervenir sa veuve, Douce [Castelan] (B.M. Avignon, ms 4047, fol. 55v, 19 janvier 1405). Il tenait son fief en indivision avec Dauphine, sa sœur (ADV, B 9, fol. 14r-14v, 19 avril 1412).

190 Soit 736 éminées, M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre... cit., p. 650.

191 Cf. B.M. Avignon, ms. 4041, fol. 10v, 12v, 28r.

192 Cf. ADV, B 9, fol. 11r-11v.

193 ADV, B 6, fol. 129v-130r (27 septembre 1379) ; 3 E 26/77, fol. 96r (3 octobre 1398).

194 M. Hayez, Valréas et ses seigneurs au xive siècle... cit., p. 294.

195 M. Zerner, Un notable dans un village : maître Étienne Bruni à Lagnes (Vaucluse), 1404-1416, dans Annales du Midi, 102, 1990, p. 187-195.

196 Cf. G. Butaud, Entre le séjour et l’intégration... cit., p. 754.

197 En 1269, Maubec n’était pas une coseigneurie mais se trouvait entièrement sous le pouvoir du chevalier Bernard de Clarello [lire Clareto], et comptait 82 feux (Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers... cit., p. 286).

198 ADV, 10 G 23 (6 mai 1385).

199 Cf. ADV, 3 E 38/17, fol. 23v-24v (27 octobre 1386) ; 3 E 38/ 25, fol. 26v (14 mai 1400, in aula nova) ; 3 E 38/30, fol. 8v-9r (8 mars 1405).

200 Il acheta ainsi à Jean Boutin, noble d’Oppède habitant Robion, pour la somme de 119 florins une maison et divers cens ; les lods et trézain en furent acquittés le 16 novembre 1388 (ASV, Collect. 268, fol. 182v).

201 ADV, 3 E 38/42 (1385) ; 2 E 7/1 (1404) ; 3 E 38/43 (1405-1407).

202 ASV, Coll. 271, fol. 179v (23 juillet 1399 : payement des lods et trézain au trésorier du Comtat).

203 ADV, 3 E 38/31, fol. 23v-24v (19 avril 1407) ; 3 E 33/25, fol. 16r-18v (19 février 1409).

204 M. Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre... cit., p. 323-324, 448.

205 ASV, Coll. 272, fol. 171r (20 août 1405 : paiement des lods et trézain au trésorier du Comtat).

206 C. Bellon, La coseigneurie de Caderousse... cit., p. 9.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La région du Comtat Venaissin au milieu du xive siècle.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germain Butaud, « Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (xiie-xve siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-1 | 2010, 63-87.

Référence électronique

Germain Butaud, « Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (xiie-xve siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/595 ; DOI : 10.4000/mefrm.595

Haut de page

Auteur

Germain Butaud

Université de Nice – Sophia Antipolis, UMR 6130 CÉPAM, butaud@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org