Navigation – Plan du site
La coseigneurie

Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France

Architectural evidence of the seigneury: castles and seigneuries in France
Pierre-Yves Laffont
p. 13-34

Résumés

La coseigneurie est un phénomène majeur dans l’histoire de la féodalité, surtout méridionale, mais pas uniquement car d’autres régions de France sont concernées, celles de l’Est notamment. Il s’agit d’une institution souvent très complexe, aux multiples facettes. Aux côtés de réalités juridiques, politiques, sociales, économiques, celle-ci se traduit aussi souvent par une réalité monumentale. Les coseigneurs peuvent se partager selon diverses modalités les espaces éminents de la seigneurie commune, que ce soit un château et sa bassecour ou une agglomération. Ils peuvent également multiplier, dans ce même lieu éminent pour la seigneurie partagée, des constructions individuelles, le plus souvent fortifiées, parfois mitoyennes et symboles de leurs droits respectifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le cas de l’Alsace par exemple.

1La coseigneurie est un phénomène majeur dans l’histoire de la féodalité, surtout méridionale, mais pas uniquement car d’autres régions de France sont concernées, celles de l’Est notamment1. Il s’agit d’une institution souvent très complexe, aux multiples facettes. En effet, les coseigneuries connaissent des modalités très diverses, avec des statuts aussi très variés pour les coseigneurs, tout ceci pouvant de plus – ce qui renforce encore la complexité de la chose – évoluer au fil du temps, en un même lieu. Mais aux côtés de réalités juridiques, politiques, sociales, économiques, la coseigneurie se traduit aussi souvent par une réalité monumentale. Les coseigneurs peuvent se partager selon diverses modalités les espaces éminents de la seigneurie commune, que ce soit un château et sa basse-cour ou une agglomération. Ils peuvent également multiplier, dans ce même lieu éminent pour la seigneurie partagée, des constructions individuelles, le plus souvent fortifiées, symboles de leurs droits respectifs.

  • 2 P.-Y. Laffont, Contribution à l’histoire de la coseigneurie dans le Midi aux xiie et xiiie siècles. (...)

2Nous nous proposons de donner ici un premier éclairage sur cet aspect méconnu de la coseigneurie dont nous avions commencé à esquisser l’étude dans un article paru en 20002. Ce travail est centré plus particulièrement sur la période qui va du xiie au xive siècle. Avant le xiie siècle prédomine la gestion en indivision des patrimoines castraux au sein des lignages aristocratiques; à partir du xve siècle commencent à se développer fortement des politiques de restructuration, de réunification de sites autrefois partagés. Les xiiie et xive siècles marquent donc l’apogée de la véritable coseigneurie (particulièrement dans le Midi).

  • 3 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais, xe-xiiie siècle, Lyon, 2004 (Documents d’archéologie (...)
  • 4 Nous souhaitons remercier ici vivement Sylvie Campech (société Hadès), Christian Rémy (Université d (...)
  • 5 Notre propos sera centré sur le château de pierre, nous n’aborderons pas ici la question des mottes (...)

3Le Vivarais, qui appartient à la bordure sud-est du Massif central, au nord du Languedoc, est au cœur de cette étude. En effet, dix ans d’étude approfondie et systématique, tant du point de vue archéologique qu’archivistique, du réseau castral de cette région nous ont fourni un corpus dense (près de 180 fortifications des xe-xiiie siècles dont près de 30% concernées par la coseigneurie) et homogène; l’ensemble pouvant prétendre à former un échantillon statistique pertinent3. Toutefois, afin d’élargir le propos, nous avons entrepris en parallèle de nombreux sondages dans la bibliographie pour trouver des exemples de manifestations architecturales de la coseigneurie dans d’autres régions de France (Auvergne, Languedoc, Limousin, Périgord, Provence, Dauphiné, Savoie, Forez, Bourgogne, Alsace...)4. La confrontation de tous ces exemples, largement méridionaux mais aussi plus septentrionaux, permet de proposer une première typologie des traductions monumentales de la coseigneurie5.

Historiographie et méthodologie

Historiographie de la question

  • 6 G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978, p. 111-113 ; J. Mesqui, Châteaux et (...)
  • 7 A. Debord, Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale, Paris, 2000.
  • 8 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs. Le château et l’habitat seigneurial en Haute-Auvergne et Brivad (...)
  • 9 Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts en Limousin, Limoges, 2005-2006, 2 vol. 
  • 10 Signalons en particulier : M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifica (...)

4À ce jour, l’historiographie sur la problématique qui nous intéresse ici reste très pauvre. Les diverses synthèses publiées depuis les années 1970 sur le phénomène castral dans la France médiévale évoquent de façon le plus souvent rapide ce problème6, voire l’ignore7. De même, les synthèses régionales, sur le Midi notamment, abordent souvent très peu cet aspect de la question. Font toutefois exceptions : l’ouvrage de Bruno Phalip sur le château en Haute-Auvergne8, relativement prolixe sur la question, bien que les données présentées soient souvent succinctes et difficiles à interpréter, en raison notamment de difficultés lexicologiques et de problèmes de datation, le livre récent de Christian Rémy sur les châteaux du Limousin9 et nos propres recherches sur le Vivarais. Quelques articles complètent l’ensemble10.

  • 11 La question a depuis progressé grâce à diverses journées d’études, comme celles tenues à l’Universi (...)

5La plupart des auteurs se sont heurtés, d’une part, à la faiblesse de l’historiographie sur la coseigneurie et à une assez large méconnaissance du système coseigneurial11; d’autre part, à la relative rareté des monographies solides sur des sites castraux où potentiellement la coseigneurie a pu se manifester : c’est-à-dire des monographies associant étroitement une lecture approfondie des textes et une étude archéologique fine. Les limites de l’historiographie nous renvoient directement aux difficultés méthodologiques que suscite une telle problématique.

Méthodologie

6Pour répondre à la question des manifestations architecturales de la coseigneurie, étude archéologique et enquête documentaire doivent être, autant que possible, menées de concert, leurs résultats pouvant s’éclairer mutuellement.

  • 12 La tradition historiographique dans le domaine de la castellologie amène trop souvent les chercheur (...)
  • 13 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais : pouvoirs et peuplement... cit., p. 234-255.
  • 14 Tour communément appelée « donjon » bien qu’en réalité le terme soit assez impropre.
  • 15 Sur la définition des tours maîtresses de type bergfried (appelées aussi tour-beffroi), haute tour (...)
  • 16 Cf. ibid., I, p. 140 sq.

7De l’enquête archéologique, on peut attendre tout d’abord la mise en évidence matérielle d’une multiplicité de points forts en un même lieu. Il convient tout d’abord d’établir le constat que le château de pierre des xiie-xiiie siècles en France méridionale, mais aussi dans d’autres régions (dans l’Est notamment), est, sauf cas exceptionnels12, une fortification modeste avec une faible emprise au sol13. Ceci est particulièrement vrai pour les châteaux de la petite et moyenne aristocratie rurale qui forme l’essentiel des troupes de coseigneurs aux xiie-xive siècles. En règle générale, l’élément structurant principal de ce château est une tour maîtresse14 de type bergfried15 – la turris des textes – qui peut être associée à une chemise maçonnée enserrant quelques bâtiments à vocation résidentielle ou domestique (dont principalement une aula) ou être accolée directement à une aula selon le modèle de la salle à tour, l’ensemble pouvant même fusionner parfois pour donner le modèle de la tour-salle ou de la maison-tour16.

  • 17 Cf. infra les cas d’Alès, de Sommières, d’Allègre particulièrement significatifs.

8Toutefois, la ruine avancée (voire la destruction) d’une grande partie des sites castraux médiévaux de cette époque, ainsi que les très nombreux remaniements liés à la Guerre de Cent Ans, aux Guerres de Religion des xvie-xviie siècles et aux restaurations des xviiie-xxe siècles sur les châteaux ruraux qui n’avaient pas déjà été abandonnés au bas Moyen Âge (ce qui est très fréquent), rendent souvent difficile l’appréhension des noyaux castraux initiaux, disparus ou englobés dans des fortifications postérieures plus vastes. Au bas Moyen Âge et surtout à l’époque moderne, on rassemble ainsi des édifices antérieurs, à l’origine tout à fait distincts bien que voisins, afin de constituer une seule et même vaste fortification, un château dans l’acception de la fin du Moyen Âge17.

9L’enquête archéologique vise aussi à donner un phasage chronologique aussi précis que possible de l’évolution dans le temps du plan et du bâti du site concerné. L’objectif étant de mettre en évidence son organisation spatiale durant le Moyen Âge central avec une situation souvent très différente de celle de la fin Moyen Âge et de l’époque moderne. Le problème de la chronologie est fondamental dans la relation château/coseigneurie, car il ne faut pas confondre deux phénomènes : l’existence de plusieurs fortifications contemporaines individualisées et des fortifications s’ajoutant les unes aux autres dans le temps (parfois dans des laps de temps relativement courts d’ailleurs) pour améliorer le potentiel militaire d’un site.

  • 18 On pourrait évoquer ici le cas particulier des édifices antiques transformés en forteresse au Moyen (...)

10Enfin, l’enquête archéologique pourra essayer de mettre en évidence la réalité matérielle du partage topographique entre les coseigneurs d’une seule et même fortification, d’un seul et même château; néanmoins, cette démonstration reste, en général, archéologiquement difficile à faire18.

11Les sources écrites, médiévales et modernes (actes de la pratique et sources littéraires), peuvent, quant à elles, tout d’abord indiquer l’existence d’une coseigneurie ainsi que les modalités du partage de l’espace castral ou villageois ou même urbain au sein de celle-ci, et ses éventuelles évolutions dans le temps. Elles peuvent aussi compléter la documentation archéologique pour des sites trop ruinés ou trop modifiés, en mentionant l’existence de plusieurs bâtiments ou ensemble de bâtiments (turris, aula, castellum, castrum, fortalicium...) en un même lieu. Occasionnellement, la description détaillée d’une forteresse – type de document relativement fréquent après 1350 – peut montrer qu’en réalité celle-ci était constituée à l’origine de plusieurs points forts tout à fait indépendants bien que mitoyens. À cet égard, le texte de la visite du site vivarois de Cornillon en 1367, que nous donnons en annexe, est tout à fait significatif.

  • 19 Que ce soit dans les traductions ou les analyses d’époque moderne de documents médiévaux ou bien en (...)

12Il faut bien sûr porter la plus grande attention au vocabulaire utilisé : le mot castrum est à ce titre emblématique. Celui-ci est souvent traduit par «château»19, ce qui pose problème, car le «château» et le castrum au sens méridional du terme – c’est-à-dire l’association château + habitat subordonné – traduisent des réalités bien distinctes et donc le partage d’un château stricto sensu ou d’un castrum seront très notablement différents.

13Enfin, aux côtés des sources écrites, il ne faut pas oublier les apports potentiels de l’iconographie ancienne. Je donnerais seulement deux exemples ici, l’un médiéval et l’autre d’époque moderne :

    • 20 Paris, BnF, ms français 22297, fol. 345, vue reproduite dans E. de Boos, L’armorial d’Auvergne, Bou (...)

    la vue du site de Châlus en Auvergne au milieu du xve siècle, extraite de l’Armorial de Guillaume Revel20, et qui montre clairement l’existence d’au moins deux châteaux indépendants sur le rocher dominant le bourg castral (fig. 1)

    • 21 Archives départementales de l’Ardèche, 1 J 198.

    la représentation du siège de Mirabel, en Vivarais, en 162821, où l’on distingue nettement l’existence sur le plateau basaltique surplombant le bourg de deux châteaux distincts groupés autour de leur tour maîtresse respective (fig. 2).

14L’enquête archéologique et textuelle menée sur le réseau castral du Vivarais, complétée et corrigée par la prise en compte de nombreux exemples provenant d’autres régions de France, permet de tenter une première classification des manifestations architecturales de la coseigneurie. Évidemment, une telle classification peut apparaître un peu rigide, voire discutable, certains sites pouvant, par exemple, en raison de la grande complexité que présentent certaines coseigneuries, relever de plusieurs cas de figure. Par ailleurs, hors des cas vivarois, nous sommes tributaires des données de la bibliographie disponible, pas toujours très explicites pour ce qui nous intéresse ici... Mais cette typologie doit, à ce stade de l’enquête, être comprise avant tout comme un outil conceptuel, indispensable certes, mais aussi évolutif, pour tenter d’avancer vers une synthèse sur la question.

Fig. 1 – Châlus en Auvergne au xve s, extrait de l’Armorial de Guillaume Revel (cliché BnF).

Fig. 2 – Vue de Mirabel au xviie s. avec les deux châteaux qui dominent le bourg castral (cliché Archives départementales de l’Ardèche).

Essai de classification des manifestations architecturales de la coseigneurie

15Cette classification essaye d’aller du cas le plus fréquent au cas le moins fréquent.

Cas de coseigneuries clairement avérées par les textes mais sans traduction architecturale visible ou connue

  • 22 Au début du xiie siècle, la turris du château revient pour six mois au lignage de Pierre-Buffière, (...)

16Ce cas est largement majoritaire en Vivarais, il représente environ 66% des cas de coseigneurie connue. Quelles sont les explications potentielles? Tout d’abord, il convient de prendre en compte la nature et les modalités de la coseigneurie concernée : on est sans doute ici souvent dans le cas d’une coseigneurie d’indivision, coseigneurie informelle, parfois transitoire, où les indivisaires n’ont pas de parts définies durablement entre eux. Le partage prorata temporis peut rentrer dans ce cas de figure : le château – ou une partie de celui-ci, souvent la turris – peut être occupé à tour de rôle par les coseigneurs, comme dans les sites limousins de Pierre-Buffière au xiie siècle ou de Noblat au xiiie siècle22.

17Enfin, il faut aussi retenir, comme autre explication au pourcentage important de ce cas, l’occultation, toujours possible (et certainement quantitativement non négligeable), d’une tradution architecturale de la coseigneurie par l’état des données écrites et archéologiques.

Cas du partage physique d’un château entre les divers coseigneurs ou groupes de coseigneurs23

  • 23 En effet, dans une coseigneurie, chaque coseigneur peut être soit un individu seul, soit un groupe (...)

18Il s’agit d’une situation très bien avérée par les actes de la pratique, mais elle aussi très difficile à démontrer par l’archéologie. Ce mode de partage est à l’image générale de la coseigneurie, il peut se faire selon de multiples modalités et concerner diverses constructions.

  • 24 M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique... cit., p. 102.
  • 25 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 58-60.
  • 26 N. Nicolas, La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné. Étude archéologique des travaux des c (...)

19Ce peut être tout d’abord un partage topographique du château, ce qui est sans doute le plus courant et donne lieu à différents cas de figure. Les coseigneurs se partagent ainsi la turris du château : comme à Termes (Aude), au xiie siècle, où le donjon est partagé entre deux frères, Guillaume et Raymond de Termes, selon le rapport un tiers/ deux tiers24 ou à Boffres (Ardèche) où, en 1264, Drodon de Saint-Romain et son frère Jarenton vendent à Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, le castrum de Boffres, à l’exception toutefois du tiers de la turris et des melioramenta (sic) qu’eux ou leurs prédécesseurs y ont apportés25. De même à Montorcier (Hautes-Alpes), au xive siècle, la turris du château est-elle partagée entre le seigneur majeur pour deux tiers et les six autres coseigneurs pour un tiers26.

  • 27 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. B. Guérard, II, Paris, 1857, n° 930, p. 35 (...)
  • 28 M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique... cit., p. 103.
  • 29 E. Bombal, La châtellenie de Merle, Paris, 2004 (1ère édition, 1914), p. 27-28 (d’après une analyse (...)
  • 30 G. Fournier, Le château dans la France médiévale... cit., p. 113.

20Le partage peut affecter aussi – avec ou sans la turris – d’autres éléments du château : aula, autres logis à l’intérieur de l’enceinte... Il peut aussi n’être que partiel, associant des espaces strictement réservés à l’un ou l’autre des coseigneurs à des espaces communs, indivis. En Provence, la division de la vicomté de Marseille en 1212 entre Roncelin de Marseille, Hugues des Baux et Giraud Adhémar, entraîne, entre autres, le partage en trois parts du castrum d’Aubagne. Roncelin de Marseille reçoit la cuisine du château des vicomtes, l’arrière-cour, la moitié de la tour et la partie de la tour qui est du côté de l’église. Pour sa part, Giraud Adhémar obtient la sala et toutes les maisons qui se trouvaient entre celle-ci et la tour. Hugues des Baux récupère, lui, le «toit du château» avec toute la cour jusqu’au rempart et une aire27. À Peyriac (Aude), au milieu du xiie siècle, les constructions (deux staticæ et quatre solaria dont une au moins avec tour) qui constituent l’enceinte haute du castrum, et que l’on peut assimiler ici, pour simplifier, au château dominant le castrum, sont partagées entre plusieurs coseigneurs; quelques espaces restant toutefois indivis28. À Merle, en Limousin, en 1370, un des châteaux du site, le château dit «ancien» est quant à lui coupé en deux par les coseigneurs lors d’un partage. Guillaume de Merle (qui possède par ailleurs déjà plusieurs autres résidences fortifiées sur le site) reçoit pour sa part «le bastiment neuf dudit chasteau avec une partie de la tour, de la salle, chambres et eyriaux et autres apartenances qui est devant le château de Pierre de Merle et devers le bois Pesteles»; de son côté Marie de Merle garde «le restant du château du costé du soleil levant»29. À Vergy, en Bourgogne, depuis le milieu du xiie siècle, un lignage de coseigneur tient le donjon, un autre le tiers du château30.

Cas d’agglomérations d’origine castrale où le caput castri est constitué de plusieurs fortifications indépendantes appartenant à divers coseigneurs ou groupes de coseigneurs

  • 31 Evidemment, ces divers châteaux peuvent aussi entrer dans le cas de figure précédent (n° 2) et être (...)
  • 32 Il ne faudrait bien sûr pas confondre les châteaux multiples d’une coseigneurie avec des fortificat (...)

21Ici plusieurs petits châteaux bien distincts, bien individualisés (deux, trois, voire plus...) répondant généralement aux schémas de base turris/chemise/aula ou de la salle à tour sont immédiatement voisins (quelques mètres à quelques dizaines de mètres les séparent), voire même mitoyens. Ces châteaux sont plus ou moins contemporains et constituent tous le caput castri31. En Vivarais, comme plus généralement dans toutes les zones de relief du Midi, ils occupent le sommet topographique du castrum et dominent l’habitat32. Parfois, ces petits châteaux ont été réunis à la fin du Moyen Âge pour former une seule et même fortification de plus vaste ampleur, brouillant ainsi notre perception de la situation originelle. On peut évoquer pour ce cas de figure une sorte de co-châtellenie.

  • 33 P.-Y. Laffont, Le castrum de Cornillon : histoire et archéologie d’un château et d’un habitat médié (...)
  • 34 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 147-149.
  • 35 Ibid., p. 159-161.
  • 36 Ibid., p. 151-153.

22Les exemples attestés en Vivarais sont nombreux. À Cornillon, sur les confins du Gard et de l’Ardèche, l’éperon calcaire qui domine les ruines de l’habitat castral porte les vestiges de deux châteaux contemporains et mitoyens mais au statut bien distinct, l’un appartient à un petit lignage local – les Guiramier –, l’autre à l’évêque de Viviers (fig. 3); une visite du site effectué en 1367 par le bayle de Largentière permet d’avoir une idée très précise du plan du site et de l’articulation des deux forteresses à cette date33. À Mirabel, sur le rebord méridional du Massif du Coiron, le plateau basaltique surplombant le village compte au Moyen Âge deux châteaux, l’un à l’est et l’autre à l’ouest, tous deux ayant pour centre un haut donjon quadrangulaire. Ils ont pour origine le partage en coseigneuries du castrum de Mirabel, au moins dès le xiiie siècle34. De même, à Montréal, le bourg castral s’est développé autour de deux châteaux immédiatement voisins et encore bien conservés aujourd’hui (fig. 4). Au tout début du xiiie siècle, l’un appartient au lignage gabale de Châteauneuf, l’autre à un lignage local – les Vernon –, tous deux étant vassaux des évêques de Viviers35. Même situation à Montbrison36, au cœur des Cévennes vivaroises, où deux petits châteaux mitoyens, chacun répondant au schéma donjon/chemise/aula, occupent le sommet du relief, dominant une plate-forme qui pourrait avoir joué le rôle de basse-cour et avoir accueilli un habitat (fig. 5).

Fig. 3 – Vue du site de Cornillon en Vivarais (cliché P.-Y. Laffont).

Fig. 4 – Les deux donjons voisins (xiiie s.) de Montréal en Vivarais (cliché P.-Y. Laffont).

23De nombreux exemples de ce type semblent exister dans d’autres régions de France, même si, à quelques exceptions près, ces sites restent à étudier sous l’angle spécifique de la coseigneurie.

  • 37 M. Bois, Le château des Adhémar à Montélimar, dans M. Bois, Ch. Burgard (dir.), Fortifications et c (...)
  • 38 M. Tissot, Les Tours de Quint, dans M. Bois, Ch. Burgard(dir.), Fortifications et châteaux dans la (...)
  • 39 M.-P. Estienne, Châteaux, villages, terroirs en Baronnies, xe-xv siècle, Aix-en-Provence, 2004, p.  (...)
  • 40 Il existe un autre Châteaudouble dans la Drôme. Il conviendrait de vérifier si là aussi les vestige (...)
  • 41 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, 1 (...)

24De l’autre côté du Rhône, en rive gauche, le département de la Drôme, offre ainsi plusieurs exemples d’un tel cas de figure. À Montélimar, le partage topographique du caput castri au début du xiiie siècle entre les deux coseigneurs du lieu, Lambert Adhémar et Géraud Adhémar, l’un soutenant le parti de Montfort et le second celui de Toulouse, entraîne la présence de deux châteaux, articulés chacun autour d’un donjon quadrangulaire de type bergfried, sur le sommet du relief dominant le bourg castral (fig. 6). Ce partage se maintiendra jusqu’au milieu du xve siècle37. À proximité, Quint compte trois petits châteaux voisins. Ceux-ci se répartissent sur une plate-forme rocheuse sur les pentes de laquelle s’est développé un habitat. Ils sont isolés les uns des autres et ne possèdent pas d’enceinte commune. Bien fortifiés et de construction soignée, ils sont tous différents par leur plan et l’appareil de leur maçonnerie. Chaque château s’articule autour d’une tour vraisemblablement datable du xiiie siècle. À cette époque, Quint est, a minima, partagé entre le comte de Valentinois et un lignage éponyme38. Un peu plus au sud, à Teyssières, dans les Baronnies, le castrum superior compte deux fortalicia distincts, l’un est tenu par Humbert d’Urre et l’autre par Raymond de Saint-Ferréol, cet ensemble domine le castrum inferior qui correspond au bourg castral39. En Provence, dans le Var, sur le site de Châteaudouble (Castellum Duplum au Moyen Âge), au toponyme évidemment très évocateur40, le caput castri est constitué de deux châteaux voisins, dont l’un présente encore les vestiges d’un donjon carré en pierres à bossage (xiie-xiiie siècle?), perchés en bordure de falaise et distants de quelques dizaines de mètres seulement. En contrebas, sur un replat, s’étendait le village castral41.

Fig. 5 – Plan du site de Montbrison en Vivarais (d’après P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais, xe-xiiie siècle, cit.).

Fig. 6 – Plan des deux châteaux de Montélimar dans la Drôme (d’après M. Bois, Le château des Adhémar à Montélimar, dans Congrès Archéologique de France, Moyenne vallée du Rhône, 150e session, 1992, Paris, 1995, p. 207-221).

  • 42 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux... cit., p. 205 ; J. Mes-qui, Châteaux et enceintes de la F (...)
  • 43 J.-B. Elzière et N. Faucherre, Des châteaux médiévaux d’Alès au fort royal de la contre-réforme (16 (...)
  • 44 J. Mesqui, Le château de Sommières, dans Congrès archéologique de France, Gard... cit., p. 339-370.

25En Bas-Languedoc, on rencontre une situation voisine à Brissac (Hérault), où le caput castri est constitué au xiie siècle de deux châteaux structurés autour de deux donjons quadrangulaires contemporains qui se font face; les textes contemporains parlent même de biturris42. À Alès, depuis le début du xiie siècle, la seigneurie est partagée en deux, et au moins depuis la fin du xiie siècle, deux tours sont attestées sur la roca qui domine la ville, chacune formant le noyau du château respectif de chacun des lignages de coseigneurs (les Anduze et les Pelet). C’est entre ces deux tours d’ailleurs que se tient la cour des coseigneurs43. Il semble bien que, dans la même région, Sommières présente une situation identique avec, au xiiie siècle, deux châteaux voisins sur la plateforme rocheuse dominant l’agglomération, articulés l’un autour de la tour dite Bermonde, encore conservée aujourd’hui, et l’autre autour de la tour de Montlaur (détruite). Les conditions de la coseigneurie potentielle restent toutefois peu claires44.

  • 45 Cf. supra.
  • 46 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs... cit., p. 224.

26Plus au nord, en Auvergne, on connaît l’exemple de Châlus (Puy-de-Dôme), déjà évoqué ci-dessus, où deux châteaux, voire trois, peuvent avoir cohabité sur la table rocheuse dominant le bourg castral dans le cadre d’une coseigneurie mentionnée au moins dès la fin du xiiie siècle45. À Rouffiac, dans le Cantal, la coseigneurie est attestée au xiiie siècle et deux donjons (respectivement des xiie et xiiie siècles?) ont été bâtis à quelques mètres l’un de l’autre sur un même éperon barré46.

  • 47 J.-P. Babelon et Ch. Rémy, Les châteaux de Bourdeilles, dans Congrès archéologique de France, Périg (...)
  • 48 G. Séraphin et Ch. Rémy, Le château d’Excideuil, dans Congrès archéologique de France, Périgord... (...)

27Le Périgord offre aussi quelques exemples de ce cas de figure. Ainsi à Bourdeilles, à la fin du xiiie siècle, deux châteaux issus du passage d’une gestion indivise à une coseigneurie se font face sur l’éperon rocheux dominant le bourg castral47. À Excideuil, nous sommes dans un cas un peu particulier : le château qui constitue le caput castri est constitué de deux donjons quadrangulaires du milieu du xiiie siècle reliés entre eux par une aula (comme à Niort?). Cette situation serait liée à une partition du castrum, tenu par les vicomtes de Limoges, entre un domaine allodial et un domaine inféodé. Chacune des tours correspondant à un des domaines et une seule étant rendable48.

  • 49 L. Blondel, Châteaux de l’ancien diocèse de Genève, Genève, 1956 p. 355 sq.

28La Savoie est aussi concernée par le phénomène, même si le cas de figure ici présenté est un peu différent dans la mesure où chaque château a développé son propre bourg castral. Au début du xiiie siècle, les deux châteaux des Allinges (Haute-Savoie) – le «Château Vieux» (qui existe peut-être déjà avant la fin du xie siècle) et le «Château neuf» – se font face à seulement 150 m de distance séparés par deux très larges fossés. Chacun a donné naissance à un bourg castral. Le «Château Vieux» est aux seigneurs de Faucigny (héritier sur le site du lignage des Allinges), l’autre est aux comtes de Savoie, qui semblent s’installer sur la crête à partir de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle. Aux sires de Faucigny, succèdent à partir des années 1270, les Dauphins, les deux châteaux vont alors se faire la guerre pendant soixante-dix ans49.

Cas où les coseigneurs (ou groupes de coseigneurs) occupent des résidences fortifiées réparties en plusieurs points d’un castrum50 ou alors en périphérie immédiate de celui-ci

  • 50 Au sens méridional du terme.
  • 51 Le vocabulaire rencontré pour désigner ces résidences est assez riche : aux côtés de castellum, for (...)

29Le cas de figure n° 4 est souvent proche du précédent. Les résidences des coseigneurs sont plus ou moins fortifiées : elles possèdent généralement une tour mais se distinguent aussi par le plan, les dimensions, la qualité des matériaux utilisés et le décor des autres maisons non nobles du castrum51. La résidence du seigneur majeur du lieu peut parfois se distinguer des logis des autres coseigneurs par son ampleur.

  • 52 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 45-46, 123-124, 131.
  • 53 Ibid., p. 245-248.

30Le sud du Massif central présente plusieurs exemples spectaculaires de ce cas de figure. En Vivarais, on peut citer les cas de Labeaume (trois résidences fortifiées dans et autour du castrum), Balazuc (idem), Lanas (deux fortifications dans le castrum)52. Mais l’exemple le plus remarquable est assurément celui de Vogüé où l’on recense trois petites fortifications indépendantes dans le bourg castral, plus deux à proximité immédiate de celui-ci, soit cinq au total, à peu près contemporaines53. Elles présentent soit un plan de type tour/ chemise/aula, soit un plan de salle à tour. On sait qu’en 1206, les coseigneurs de Vogüé rendent hommage à l’évêque de Viviers, seigneur éminent du lieu, pour leurs résidences fortifiées respectives : Pons de Vogüé pour sa tour, Dalmas de Vogüé pour la sienne, Raymond de Vogüé pour sa tour et son «château vieux», Pierre de Vogüé pour son balium (fig. 7).

  • 54 N. Pousthomis-Dalle et al., Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux, dans Résidences aristocr (...)

31Mouret, en Aveyron, est un site qui s’apparente fortement à Vogüé. On y dénombre à la fin du xiiie siècle, quatre châteaux appartenant à quatre lignages de coseigneurs dont un «castelvieil», fortification primitive du lieu, qui n’est évidemment pas sans rappeler le «château vieux» de Vogué mentionné en 1206. Les trois châteaux dits de la Servayrie, de Reilhac et Château Mage, se répartissent de part et d’autre de l’imposant affleurement rocheux portant le «castelvieil»; l’habitat civil occupe l’espace laissé libre entre tous ces sites, le long de rues convergeant vers une place située immédiatement en contrebas du «castelvieil» (fig. 8). Là encore, comme à Vogüé, chacun des quatre châteaux s’articule autour d’une tour maîtresse quadrangulaire de type bergfried54.

Fig. 7 – Le site de Vogüé en Vivarais et ses cinq châteaux (P.-Y. Laffont).

  • 55 S. Aspord, Le castrum d’Allègre, dans Congrès archéologique de France, Gard, 157e session, 1999, Pa (...)

32À Allègre, dans les Cévennes gardoises, le castrum qui occupe le sommet d’une crête rocheuse prend l’aspect d’une véritable agglomération chevaleresque et montre les vestiges dans un même enclos castral de près d’une dizaine de résidences aristocratiques55. À l’origine (xie siècle?), on trouve un premier ensemble castral constitué de plusieurs bâtiments indépendants et d’une chapelle; aux xiie et xiiie siècles, dans le cadre du développement d’une coseigneurie particulièrement complexe, se multiplient autour de ce noyau primitif les constructions d’hôtels aristocratiques indépendants les uns des autres, prenant généralement l’aspect de salles à tour. À la fin du xive et au début du xve siècle, dans le contexte de la Guerre de Cent Ans, c’est près d’une dizaine de résidences aristocratiques initialement autonomes et indépendantes qui sont reliées entre elles pour former une enceinte.

Fig. 8 – Les quatre châteaux de Mouret en Rouergue (d’après N. Pousthomis-Dalle et alii, Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux, dans Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir, entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècles, Carcassonne, 2006, p. 307-324)

  • 56 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs... cit., p. 103.
  • 57 .Sur Merle, cf. : E. Bombal, La châtellenie de Merle... cit., p. 10 et 17 sq. ; Ch. Rémy, Seigneuri (...)

33En Auvergne, Tournemire (Cantal) semble un cas intéressant, mais aussi complexe, avec de nombreuses tours et autres maisons aristocratiques. En 1298, dix coseigneurs y rendent hommage au roi pour différentes tours56. En Limousin, on ne peut manquer d’évoquer l’extraordinaire exemple de Merle et des innombrables résidences plus ou moins fortifiées – plus de quinze selon Eusèbe Bombal! – que se partagent les lignages de coseigneurs au xive siècle57 (fig. 9).

  • 58 M.-É. Gardel (éd.), Cabaret : histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval d (...)
  • 59 Appelés à nouveau Cabaret, Quertinheux, Surdespine et Tour Régine ou Tour neuve pour la dernière.
  • 60 M.-É. Gardel (éd.), Cabaret... cit., p. 65 sq.

34D’autres exemples, qui semblent rentrer aussi dans ce cas de figure, paraissent toutefois plus difficiles à interpréter. Ainsi, en Languedoc, à Lastours (Aude)58, au xiie siècle (et sans doute déjà au xie siècle), trois châteaux voisinent sur le flanc de la crête de Cabaret : Cabaret, Quertinheux et Surdespine. Au milieu du xiiie siècle, après la conquête royale, ils sont rasés, puis quatre autres59 sont reconstruits, mais cette fois sur le sommet de la crête : ce sont ceux que l’on voit aujourd’hui (fig. 10). Les fortifications reconstruites par le roi de France au xiiie siècle sont de très modeste ampleur : avec une faible emprise au sol (de 114 à 231 m2 seulement) et un plan très simple s’articulant autour d’une tour quadrangulaire ou circulaire. L’existence de ces trois châteaux au xiie siècle ainsi que leur reconstruction au milieu du xiiie siècle (alors que l’intérêt financier et militaire pour l’administration royale laisse perplexe) sont à lier à l’évidence à la complexe coseigneurie60 dont fait l’objet le site de Lastours au xiie siècle et encore au début du xiiie siècle. Il y a sans doute alors trois groupes de coseigneurs – peut-être issus d’un lignage primitif de Cabaret – chacun ayant son château, dont un, prépondérant, a développé un castrum (Cabaret). L’arrivée du roi de France, nouveau pouvoir local, au milieu du xiiie siècle, se marque à la fois par la construction d’un quatrième et nouveau château, mais aussi par la reconstruction des trois forteresses antérieures. Ces quatre fortifications ne perpétueraient-elles pas, pour des raisons symboliques, le souvenir des droits des coseigneurs de Lastours que le roi a repris?

Fig. 9 – Vue du site de Merle en Limousin (cliché Christian Rémy).

Fig. 10 – Vue des quatre châteaux de Lastours dans l’Aude (cliché Philippe Sablayrolles).

  • 61 Sur Châlucet, cf. Ch. Rémy, Châlucet et les châteaux de maître Géraud de Maulmont, dans Bulletin Mo (...)
  • 62 Cf. notamment Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts en Limousin... cit., I, p. 67.

35En Limousin, le site de Châlucet, aujourd’hui mieux connu grâce aux études menées depuis quelques années, est aussi un exemple complexe, dont l’interprétation générale au miroir de la coseigneurie est peut-être à reprendre61. Deux ensembles fortifiés voisinent immédiatement sur une même crête. Châlucet-Haut est un château tenu en indivision jusque dans les années 1270 et la construction du célèbre et imposant «château neuf» par Géraud de Maulmont. Il ne semble pas avoir développé d’habitat. En revanche, Châlucet-Bas, qui est aussi une coseigneurie, présente l’aspect d’un castrum méridional classique : une basse-cour s’est développée en contrebas d’un château structuré autour d’un donjon. Les coseigneurs, bien attestés par les textes, pourraient se partager, selon des modalités qui elles ne semblent pas connues à ce jour, cette tour plus d’autres constructions dans le castrum, dont une maison-tour mise en évidence récemment par la fouille. L’existence de deux châteaux sur cette même crête nous apparaît liée à la volonté à un moment donné de deux coseigneurs (ou groupes de coseigneurs) d’affirmer leur droit respectif en développant leur propre fortification bien distincte, seul le château du bas semblant avoir développé un habitat subordonné, ce qui paraît assez logique au regard de sa position topographique plus favorable pour cela que celle du site supérieur. Dans un second temps, Châlucet-Bas reste topographiquement partagé alors que Châlucet-Haut est réunifié. Châlucet est sans doute assez emblématique de sites castraux dédoublés fréquents en Limousin, Cantal et Périgord62.

  • 63 G. Séraphin, Le castrum de Comarque, dans Congrès archéologique de France, Périgord... cit., p. 161 (...)
  • 64 Cf. infra la remarque sur la proximité croissante entre chevalerie urbaine et coseigneurs à partir (...)

36Le cas de figure n° 4 ne peut évidemment manquer de faire penser aux cas des basses-cours ou enclos castraux occupés pour l’essentiel par des résidences de milites castri et formant de véritable «village de chevaliers» et il ne faudrait certes pas confondre... Ainsi à Comarque, en Dordogne, le castrum est constitué d’un château principal structuré autour du classique binôme turris/hospitium dominant un ensemble de maisons-tours (au moins sept) indépendantes et dispersées dans une basse-cour. Il faudra attendre le xviie siècle pour que l’ensemble soit réuni. Le problème ici – lié à la bibliographie ou aux sources – est la mise en évidence peu claire de l’existence d’une coseigneurie. S’agit-il simplement de maisons de milites castri ou bien de celles de véritables coseigneurs, nous pencherions plutôt pour la seconde hypothèse63. Tout en remarquant que de toute façon, il nous semble qu’aux xiie-xive siècles la frontière juridique et sociale est souvent très ténue entre milites castri au sens strict du terme et coseigneurs, particulièrement dans le Midi64.

Cas des agglomérations d’origine non castrale (cités, vici altimédiévaux, bourgs d’origine ecclésiale) gérées en coseigneurie

  • 65 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 202-203 ; D. Ferré, J.-C. Poteur, Les dem (...)

37Dans ce cas de figure, divers coseigneurs ou groupes de coseigneurs occupent des résidences fortifiées réparties dans l’emprise urbaine. En Vivarais, on retiendra l’exemple de Saint-Marceld’Ardèche avec au minimum deux salles à tours connues dans l’emprise d’une petite agglomération d’origine ecclésiale, qui est une coseigneurie très fragmentée dominée par l’évêque de Viviers65.

  • 66 J. Mesqui, Les châteaux d’Uzès, dans Congrès archéologique de France, Gard, 157e session, 1999, Par (...)

38À peu de distance de Saint-Marcel-d’Ardèche, la ville d’Uzès offre un exemple remarquable de cette situation. Uzès, qui apparaît comme castrum dans la Noticia Galliarum (fin ive – début ve siècle) et devient au ve siècle le chef-lieu d’un diocèse issu d’un démembrement de celui de Nîmes, voit se construire intra muros entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle, cinq châteaux avec autant de turris (dont deux resteront toutefois inachevées). Elles traduisent le démembrement spatial de la cité entre différents lignages de coseigneurs issus des familles d’Uzès, de Sabran et du Caylard66. L’évêque s’appropriera une de ces tours au xiiie siècle et le roi de France lui fera construire une nouvelle tour, mais extra muros cette fois, à la fin du xiiie pour marquer son autorité sur le lieu.

  • 67 Cf. sur cette question l’excellent article de M. Aurell, La chevalerie urbaine en Occitanie (fin xe(...)

39On ne peut manquer de songer dans ce cas de figure à la chevalerie urbaine, si fréquente dans le Midi (Arles, Nîmes, Orange, Carcassonne...) et à ses résidences – souvent des salles à tour – dispersées dans la ville ou installées dans les vestiges d’édifices monumentaux antiques (amphithéâtre, enceinte...). Il ne s’agit pas évidemment à proprement parler de coseigneurie. Les lignages de chevaliers urbains sont avant tout préposés à la défense de la ville et de son districtus et surtout à la défense des intérêts du seigneur (ou parfois des seigneurs) dominant de la ville (comte, vicomte, évêque, abbé...), dont ils sont les vassaux et qui eux-mêmes se partagent parfois l’agglomération. En contrepartie de ce service, ils bénéficient de fiefs de nature variée (maisons dans la cité, biens immeubles hors de la cité, droits de prélever des taxes diverses, exemptions de redevances...). Toutefois, à l’évidence, il y a des traits communs entre cette chevalerie urbaine et les coseigneurs. Particulièrement, lorsque après les années 1130, dans le cadre du développement du consulat, les milites parviennent à accaparer progressivement à leur profit une portion du ban et qu’ils exercent en commun le droit de contraindre et juger les hommes dans les domaines d’application délimités avec les seigneurs urbains. Les villes deviennent ainsi de véritables seigneuries collectives au profit de la petite aristocratie qui les habite; en symétrie à la coseigneurie castrale finalement (où il y a aussi un seigneur dominant) mais à une autre échelle67. On remarquera enfin que les milites urbains ont aussi souvent des parts de coseigneuries dans des castra ruraux.

Cas de la multiplication de résidences fortifiées contemporaines en un même lieu sans lien connu avec une agglomération

40Cette catégorie est toutefois souvent difficile à caractériser précisément, dans la mesure où la bibliographie et l’état des connaissances actuelles ne permettent pas toujours de savoir s’il y a eu ou non une agglomération subordonnée aux châteaux concernés.

41Le Massif vosgien et ses abords semblent toutefois offrir de très nombreux exemples entrant dans cette catégorie (au moins une douzaine selon notre dépouillement). On retiendra notamment les exemples suivants:

    • 68 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1976, articles Burgthals (...)

    à Soultzbach-les-Bains (Haut-Rhin), se dressent à 790 m d’altitude sur une même crête les vestiges de trois châteaux (Schrankenfels, Haneck, Burgthalschloss) de modestes dimensions, séparés les uns des autres par de profonds fossés. Ces châteaux sont peut-être nés du partage du patrimoine des chevaliers de Schrankenfels au xiiie siècle68

    • 69 Ibid., article Éguisheim.

    à Éguisheim (Haut-Rhin), sur le site du Haut-Éguisheim, trois châteaux distincts et séparés par un fossé occupent un petit sommet à 591 m d’altitude (fig. 11 et 12). Chacun est centré sur un donjon quadrangulaire du xiiie siècle. Un château est attesté à Éguisheim dès le début du xie siècle, le partage du site en trois fortifications distinctes par les coseigneurs du lieu pourrait dater du début du xiiie siècle69

    • 70 Ibid., article Ochsenstein.

    à Reinhardsmunster (Bas-Rhin), sur le site d’Ochsenstein, les vestiges de trois châteaux (au moins de la fin du xiie siècle) occupent trois rochers de grès alignés et séparés de quelques dizaines de mètres seulement les uns des autres70

    • 71 Ibid., article Ottrot.

    à Ottrot (Bas-Rhin), sur un éperon barré, deux châteaux s’affrontent clairement; à l’ouest, Rathsamhausen, le plus ancien, à l’est, Lutzelbourg, construit au milieu du xiiie siècle (fig. 13). La partition du site en deux semble liée aux conflits du Grand Interrègne qui divisent alors la famille de Lutzelbourg71

    • 72 Ibid., article Wasigenstein.

    au Wasigenstein (Bas-Rhin), deux châteaux (Vieux ou Grand-Wasigenstein et Petit ou Nouveau-Wasigenstein) occupent une arête rocheuse, séparés par une longue et profonde faille du rocher. Le premier date de la première moitié du xiiie siècle, le second est construit au tout début du xive siècle, après qu’en 1299, les deux branches de la famille eurent convenu d’une paix castrale. Elles se partagent l’espace et un nouveau château est construit, les deux parties s’engageant à ne pas chercher à avoir une fortification plus élevée que l’autre...72

  • 73 L. Blondel, Châteaux de l’ancien diocèse de Genève... cit., p. 171sq.

42Les Alpes du Nord offrent peut-être aussi un exemple de ce cas de figure. Au château de Pierre (Haute-Savoie), deux donjons contemporains se font face. Selon L. Blondel, cette singularité architecturale pourrait s’expliquer par le fait que deux branches de la famille de Nangy ont occupé simultanément le site73.

Cas des coseigneuries minières

  • 74 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent : du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Paris, 2002.
  • 75 Cf. les notices de chacun de ces sites dans P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., (...)
  • 76 M.-Ch. Bailly-Maître, Prolégomènes à une étude des mines de Largentière en Vivarais, dans Mémoire d (...)

43Les mines (d’argent principalement) sont des enjeux de pouvoir majeur, surtout à partir du xiie siècle, notamment dans les zones de moyenne montagne74. La gestion des mines peut entraîner l’existence de coseigneurie : le bassin minier de Largentière (Ardèche) est un exemple tout à fait remarquable de cette situation. À la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle, les divers coseigneurs du lieu (évêque de Viviers, comte de Toulouse, comte de Valentinois, lignage d’Anduze, lignage d’Ucel, de Balazuc...) se partagent – ou plus précisément se disputent... – sept châteaux liés aux contrôlent des mines : Bonnegarde, Fanjau, Chassiers, Sigalière, Largentière, Tauriers, Montréal75 (fig. 14). Tous sont construits au tournant des xiie-xiiie siècles en lien avec l’extraction minière et les conflits qui en résultent. Ainsi aucun de ceux-ci n’est chef-lieu de châtellenie, la coseigneurie minière est à l’origine de leur fondation à une époque où le réseau des châteaux chefs-lieux de châtellenie est déjà en place. Ces châteaux sont tous très proches les uns des autres (de 0,5 km à 2 km au maximum) dans l’emprise du bassin minier de Largentière, soit sept châteaux à peu près contemporains dans un rayon de 2 km! Pour ceux pour lesquels on dispose d’informations, ce sont des châteaux à trois éléments (donjon quadrangulaire, chemise, aula). Certains de ces châteaux pourraient être liés directement à des galeries d’exploitation76.

Fig. 11 – Plan du Haut-Éguisheim en Alsace avec ses trois châteaux mitoyens (d’après Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1976).

Fig. 12 – Les trois châteaux du Haut-Eguisheim en 1926 (carte postale colorisée, collection privée).

Fig. 13 – Les deux châteaux d’Ottrot vers 1930. À gauche, le château de Rathsamhausen; à droite, le château de Lutzelbourg (carte postale, collection privée).

***

44Les manifestations architecturales de la coseigneurie sont donc multiples et variées à la mesure de la diversité même des formes de coseigneuries : l’une des plus spectaculaires étant sans doute la multiplication de châteaux mitoyens ou voisins en un même lieu. Sans doute beaucoup plus importantes quantitativement que ce que la documentation actuellement disponible (archéologique notamment) laisse entrevoir, ces manifestations apparaissent complexes et souvent difficiles à saisir.

45Les régions concernées semblent être surtout, naturellement, le Midi (Languedoc, Provence, Limousin, Périgord, Auvergne méridionale) mais aussi l’Alsace et dans une moindre mesure la Bourgogne, le Forez, le Dauphiné et la Savoie. Pour les premières, ce sont plutôt des terres de fort morcellement féodal, de faible pouvoir souverain avant le xive siècle (les marges orientales de l’Empire au contact du royaume de France paraissent ainsi très concernées par le phénomène) et des terres de marches (entre Empire et Royaume, entre domaines capétiens et plantagenêts). Certaines grandes crises politiques du temps (croisade albigeoise, Grand Interrègne...) semblent d’ailleurs avoir joué, aux côtés des pratiques sociales, un rôle dans la construction de châteaux multiples. Ce sont aussi des régions, pour le Midi particulièrement, qui connaissent une forte «marchandisation» du fief et des parts de fief aux xiiie-xive siècles. Enfin, ce sont les terres d’élection de la tour maîtresse de type bergfried.

Fig. 14 – Le bassin minier de Largentière et les châteaux liés à la coseigneurie minière (P.-Y. Laffont) (nota bene : il manque un château sur la carte, Bonne garde, attesté par les textes mais non localisé à ce jour).

46Il conviendrait désormais d’étendre l’enquête, en France mais aussi dans le reste de l’Europe, tant méridionale que germanique, afin d’obtenir un corpus plus large de sites. Il serait nécessaire aussi d’approfondir les monographies pour reprendre et affiner la classification esquissée ici, et essayer de préciser les liens existant entre les divers types de coseigneurie connus et les différentes manifestations architecturales de celles-ci. Dans le prolongement, des questions seraient à reprendre comme, par exemple, celles des conditions d’entretien ou de construction des édifices communs aux coseigneurs.

Haut de page

Annexe

Traduction du compte rendu de visite des forteresses de Cornillon, dans le diocèse de Viviers, en 1367 77

Ce qui a été ordonné et enjoint de faire dans les forteresses de Cornillon concernant leur remise en état. L’an que ci-dessus, le 28 octobre, sous le règne du sérénissime prince Charles, roi de France par la grâce de Dieu, le révérend père en Christ monseigneur Bertrand étant évêque de Viviers par la même grâce, noble homme Pierre de Teulenche, bayle seigneurial de Largentière et de son ressort, agissant au titre de son office et de son ressort, [...] ayant vu de ses yeux les forteresses de Cornillon78 en compagnie de certaines personnes expertes en cette matière qui lui furent adjointes, a ordonné et enjoint ce qui s’ensuit aux hommes de ce mandement pour la remise en état des fortifications et leur réparation afin que, de ce fait, elles puissent être défendues et que les gens de ce mandement puissent s’y réfugier et y mettre à l’abri leurs vivres.

Et tout d’abord, dans la première forteresse, celle de notre seigneur l’évêque de Viviers, il a voulu, ordonné et enjoint de faire une bonne porte avec une serrure et une clef au rez-de-chaussée de la tour de cette forteresse qui en est dépourvue. Item, semblablement, il a ordonné de faire un toit avec des poutres, des planches et des tuiles dans un petit logis sis à côté de ladite tour du côté du Chassezac ainsi qu’une [...] dans ce même logis et une autre porte à l’étage supérieur munie de verrous et de clefs comme ci-dessus. Item, au second étage de cette fortification, [...] un escalier de bois donnant accès au second étage de la tour de ladite forteresse; il a ordonné et enjoint de faire deux [...] de planches [...] et de faire une porte dans les latrines ou lieux d’aisance qui sont là derrière. Item, au second étage [...] que l’on fasse une bonne porte avec une serrure et une clef et que l’on fasse en ce lieu un escalier de bois [fol. 62] pour monter au troisième étage de cette même tour. Item, il a ordonné et enjoint de faire au troisième étage de ladite tour un plancher bien construit et aménagé en poutres et planches, comme ci-dessus, et un escalier de bois pour monter au quatrième étage de ladite tour. Item, que l’on pose sur le sol de ce dernier étage des madriers en sorte que l’on puisse aller et venir sur ce sol en sécurité et sans danger. Item, que sur le toit de ladite tour et à son sommet on fasse quatre cannes79 de toiture de lauses qui y sont nécessaires, faute de quoi tout le toit sera détruit par la toiture de lauses qui le couvre. En outre, que l’on fasse sur ce même toit deux guérites qui y sont nécessaires et que l’on fasse autour du susdit toit au total cinq cannes80 de mur à chaux et à sable couronné de créneaux. Item, il a ordonné et enjoint de faire dans la petite chambre au-dessus de l’entrée de l’ensemble de la fortification susdite un plancher de poutres et de planches et il a ordonné de mettre deux poutres qui sont nécessaires dans la toiture de ladite chambre et de remettre en état la couverture de lauses dudit toit. En outre, que l’on fasse une ouverture à l’arrière de ladite chambre regardant du côté du Chassezac. Que l’on nettoie également et revête d’enduit la citerne de ladite forteresse afin que, ainsi, ladite forteresse ne soit pas exposée à manquer d’eau et qu’on la recouvre de planches avec une serrure fermant à clef. Item, il a ordonné et enjoint de faire, comme ci-dessus, une porte avec une serrure et une clef convenables à l’entrée de ladite forteresse, de faire une guérite au dessus de ladite porte et de renforcer de fascines de buis tout le mur en surplomb du côté du Chassezac. [...] et de fermer par une bonne muraille à chaux et à sable deux ouvertures qui sont dans ledit mur du côté du Chassezac. Item, il a ordonné comme ci-dessus que, au-delà de ladite entrée, de la petite maison qui est après l’entrée jusqu’à l’angle de ladite forteresse, c’est-à-dire près du lieu-dit Le Pas de la Figuière situé au-dessous, du côté du Chassezac, on bâtisse un mur d’une hauteur d’une canne81, bâti sans chaux pour le moment et qu’on le renforce ensuite de fascines de buis par dessus. Et que l’on fasse ici une bonne barrière qui prenne appui sur ledit angle et sur le mur susdit à l’entrée lorsqu’on vient vers la susdite forteresse. Item, il a ordonné comme ci-dessus que l’on fasse dans la cuisine de ladite forteresse une bonne porte avec serrure et clef et que l’on fasse, depuis la porte de la forteresse susdite par laquelle on a accès à la tour de ladite forteresse jusqu’au mur qui sépare la forteresse de notre seigneur l’évêque de Viviers et celle de noble Guillaume Guiramier, au nord, un bon mur de pierres, chaux et sable d’une hauteur d’une canne82 au-dessus de l’autre édifié en ce lieu et qu’on le couronne de créneaux ou qu’on le [...]. Item, il a ordonné et enjoint comme ci-dessus que, dans la petite maison qui est sous ladite forteresse par laquelle on a accès à l’escalier de Cornillon vers le Chassezac, on fasse deux bonnes portes de bois avec serrures et clefs afin que, en temps de nécessité, on puisse ainsi entrer et sortir secrètement par ces portes lorsque besoin sera. Et, à l’extérieur, que l’on fasse avec des pierres, de la chaux et du sable une chaussée sur le rocher qui est sous le logis dont il a été fait mention ci-dessus. Item, que quotidiennement soient établis et placés dans ladite forteresse deux veilleurs de nuit et un de jour tant que durera l’obligation de veiller pour assurer la garde.

Subséquemment, en ce qui concerne l’autre forteresse, celle du noble Guillaume Guiramier, il a ordonné et enjoint d’y faire ce qui suit. Premièrement que l’on ferme avec des pierres, du mortier, de la chaux et du sable les deux ouvertures qui sont dans le bâtiment par lequel on a accès à la tour de ladite forteresse du côté du Chassezac, ou que l’on mette dans chacune d’elles deux gros piliers de bois de chaque côté. En outre, que l’on fasse de même dans une autre petite chambre du même bâtiment qui regarde vers l’église des Assions. Item, il a ordonné et enjoint que l’on ferme également selon les formes et modalités précédemment énoncées la grande ouverture qui se trouve dans le second étage de la tour de ladite forteresse qui regarde vers les Assions. Item, il a ordonné comme ci-dessus que l’on surélève d’une hauteur d’une canne83 le mur qui s’étend de [...] au nord de ladite forteresse jusqu’à la muraille qui divise lesdites deux forteresses avec des pierres, du mortier, de la chaux et du sable et qu’on le crénelle ou qu’on le [...]. Egalement que l’on fasse un bon échafaud contre le mur qui sépare les deux forteresses du coté nord. Item, que l’on ferme l’ouverture dans la cuisine du côté du Chassezac et que l’on surélève de quatre pans84le mur qui est au-dessus et qu’on le crénelle. Item, il a ordonné comme ci-dessus que, du côté du Chassezac, au lieu-dit Le Pas de la Figuière entre les deux susdites forteresses on fasse un bon mur avec du mortier, de la chaux et du sable et [...] de la hauteur du mur de la forteresse du notre seigneur l’évêque de Viviers susnommé et qu’on le double de fascines de buis ou qu’on le crénelle. Item, il a ordonné et enjoint que, devant l’entrée de ladite forteresse à l’extérieur du côté du Chassezac, on fasse un mur ou enceinte ou [...] et que l’on y fasse une barrière et que l’on double le mur de fascines de buis. Item, que quotidiennement soient établis dans ladite forteresse deux veilleurs la nuit et un de jour comme ci-dessus. [...]

De tout cela le susdit seigneur bayle, au nom de qui peut ou pourrait être concerné, a demandé qu’un instrument public soit rédigé pour lui par moi, notaire souscrit. Fait l’an et le jour susdit dans la forteresse de Cornillon de notre seigneur l’évêque de Viviers susnommé, devant la cuisine de ladite forteresse. [...]

Haut de page

Notes

1 C’est le cas de l’Alsace par exemple.

2 P.-Y. Laffont, Contribution à l’histoire de la coseigneurie dans le Midi aux xiie et xiiie siècles. L’exemple du Vivarais et de ses abords, dans A. Bleton-Ruget, M. Pacaut et M. Rubellin (dir.), Georges Duby, regards croisés sur l’œuvre. Femmes et féodalité, Lyon, 2000, p. 99-113.

3 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais, xe-xiiie siècle, Lyon, 2004 (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et Auvergne, 25) et Id., Châteaux du Vivarais : pouvoirs et peuplement en France méridionale, du haut Moyen Âge au xiiie siècle, Rennes, 2009.

4 Nous souhaitons remercier ici vivement Sylvie Campech (société Hadès), Christian Rémy (Université de Poitiers) et Philippe Sablayrolles pour les illustrations qu’ils nous ont aimablement communiquées.

5 Notre propos sera centré sur le château de pierre, nous n’aborderons pas ici la question des mottes multiples dont les exemples apparaissent toutefois nombreux, tant au nord qu’au sud. La question mériterait un développement spécifique.

6 G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978, p. 111-113 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence. 1. Les organes de la défense, Paris, 1991, p. 63-64.

7 A. Debord, Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale, Paris, 2000.

8 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs. Le château et l’habitat seigneurial en Haute-Auvergne et Brivadois entre le xe et le xive siècle, Clermont-Ferrand, 1993.

9 Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts en Limousin, Limoges, 2005-2006, 2 vol. 

10 Signalons en particulier : M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifications castrales en Bas-Languedoc, xie-xiiie siècles, dans A. Bazzana (dir.), Castrum 3. Guerre, fortifications et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Age, Rome-Madrid, 1988 (Collection de l’École française de Rome, 105/3), p. 91-98 ; P.-Y. Laffont, Contribution à l’histoire de la coseigneurie... cit.

11 La question a depuis progressé grâce à diverses journées d’études, comme celles tenues à l’Université de Nice en 2004 et 2005, dont les travaux font l’objet du présent recueil d’articles, et grâce au récent mémoire d’HDR d’Hélène Débax (que nous n’avons pu toutefois consulter avant l’impression de cet article).

12 La tradition historiographique dans le domaine de la castellologie amène trop souvent les chercheurs à se focaliser sur des édifices d’exception, qui ne sont pas à mon sens représentatifs de la majeure partie des châteaux ruraux (et même urbains) de la période.

13 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais : pouvoirs et peuplement... cit., p. 234-255.

14 Tour communément appelée « donjon » bien qu’en réalité le terme soit assez impropre.

15 Sur la définition des tours maîtresses de type bergfried (appelées aussi tour-beffroi), haute tour généralement quadrangulaire aux aménagements internes sommaires que l’on retrouve dans tout le Midi de la France mais aussi sur toute la façade est, cf. par exemple J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale... cit., I, p. 96 sq.

16 Cf. ibid., I, p. 140 sq.

17 Cf. infra les cas d’Alès, de Sommières, d’Allègre particulièrement significatifs.

18 On pourrait évoquer ici le cas particulier des édifices antiques transformés en forteresse au Moyen Âge, mais nous sommes là sur les marges du phénomène coseigneurial, cf. infra.

19 Que ce soit dans les traductions ou les analyses d’époque moderne de documents médiévaux ou bien encore, plus lar gement, dans l’essentiel de l’historiographie des xixe et xxe siècles.

20 Paris, BnF, ms français 22297, fol. 345, vue reproduite dans E. de Boos, L’armorial d’Auvergne, Bourbonois et Forestz de Guillaume Revel, Nonette, 1998. Sur le site de Châlus, cf. G. Fournier, Châteaux, villages et villes d’Auvergne au xve siècle d’après l’Armorial de Guillaume Revel, Paris, 1973, p. 7-9.

21 Archives départementales de l’Ardèche, 1 J 198.

22 Au début du xiie siècle, la turris du château revient pour six mois au lignage de Pierre-Buffière, puis pour trois mois à un autre lignage, puis pour trois mois encore à un autre (Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts... cit., I. Le temps du castrum, xe-xive siècle, Limoges, 2006, p. 64). À Noblat au xiiie siècle, l’évêque de Limoges partage la jouissance de la tour maîtresse avec trois autres coseigneurs à raison d’un trimestre chacun (Ibid., p. 64).

23 En effet, dans une coseigneurie, chaque coseigneur peut être soit un individu seul, soit un groupe d’individus se partageant selon diverses modalités leur part commune. Dans ce dernier cas, la situation est souvent inextricable...

24 M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique... cit., p. 102.

25 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 58-60.

26 N. Nicolas, La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné. Étude archéologique des travaux des châteaux et des villes à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005, p. 24 n. 35.

27 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. B. Guérard, II, Paris, 1857, n° 930, p. 356-363. Cf. M. Gazenbeek, Le site castral d’Aubagne (Bouches-du-Rhône), dans Archéologie du Midi médiéval, 8-9, 1990-1991, p. 27-37.

28 M. Bourin-Derruau, Valeur stratégique et valeur symbolique... cit., p. 103.

29 E. Bombal, La châtellenie de Merle, Paris, 2004 (1ère édition, 1914), p. 27-28 (d’après une analyse du xviie siècle) ; B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs... cit., p. 128 ; C. Corvisier, C. Rémy, Le castrum de Merle, dans Congrès archéologique de France, Corrèze, 163e session, 2005, Paris, 2007,p. 213-235.

30 G. Fournier, Le château dans la France médiévale... cit., p. 113.

31 Evidemment, ces divers châteaux peuvent aussi entrer dans le cas de figure précédent (n° 2) et être eux-mêmes l’objet d’un partage interne.

32 Il ne faudrait bien sûr pas confondre les châteaux multiples d’une coseigneurie avec des fortifications de siège ou « contre-châteaux » destinés à assurer le blocus et l’isolement d’une place forte assiégée, ces derniers (en pierre en tout cas) me paraissent toutefois numériquement très marginaux, cf. à propos des « contre-châteaux » J. Le Maho, Fortifications de siège et « contre-châteaux » en Normandie (xie-xiie s.), dans Château-Gaillard. XX. Actes du colloque de Graz (Autriche), 22-29 août 1998, Caen, 2000, p. 181-189.

33 P.-Y. Laffont, Le castrum de Cornillon : histoire et archéologie d’un château et d’un habitat médiéval déserté. Des origines au début de la Guerre de Cent Ans, dans J.-Fr. Holthof, J. Schnetzler (éd.), De Saint-Eugène en Païolive, Montmélian, 2003, p. 119 125.

34 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 147-149.

35 Ibid., p. 159-161.

36 Ibid., p. 151-153.

37 M. Bois, Le château des Adhémar à Montélimar, dans M. Bois, Ch. Burgard (dir.), Fortifications et châteaux dans la Drôme, Paris, 2004, p. 91-92 ; Ead., Le château des Adhémar à Montél mar, dans Congrès archéologique de France, Moyenne vallée du Rhône, 150e session, 1992, Paris, 1995, p. 207-221.

38 M. Tissot, Les Tours de Quint, dans M. Bois, Ch. Burgard(dir.), Fortifications et châteaux dans la Drôme... cit., p. 69-72.

39 M.-P. Estienne, Châteaux, villages, terroirs en Baronnies, xe-xv siècle, Aix-en-Provence, 2004, p. 126.

40 Il existe un autre Châteaudouble dans la Drôme. Il conviendrait de vérifier si là aussi les vestiges visibles du château sont constitués en fait de deux ensembles juxtaposés.

41 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, 1979, p. 301 et renseignments communiqués par Germain Butaud.

42 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux... cit., p. 205 ; J. Mes-qui, Châteaux et enceintes de la France médiévale... cit., I, p. 63.

43 J.-B. Elzière et N. Faucherre, Des châteaux médiévaux d’Alès au fort royal de la contre-réforme (1687), dans Congrès archéologique de France, Gard, 157e session, 1999, Paris, 2000, p. 53 85. Les deux tours d’Alès sont bien visibles sur différentes vues d’époque Moderne.

44 J. Mesqui, Le château de Sommières, dans Congrès archéologique de France, Gard... cit., p. 339-370.

45 Cf. supra.

46 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs... cit., p. 224.

47 J.-P. Babelon et Ch. Rémy, Les châteaux de Bourdeilles, dans Congrès archéologique de France, Périgord, 156e session, 1998, Paris, 1999, p. 119-142. Vernode (Dordogne), où deux donjons carrés romans sont distants de seulement 15 m, pourrait être dans le même cas de figure, cf. A. Châtelain, Donjons romans des pays de l’ouest. Étude comparative sur les donjons romans quadrangulaires de la France de l’ouest, Paris, 1973, p. 209-210.

48 G. Séraphin et Ch. Rémy, Le château d’Excideuil, dans Congrès archéologique de France, Périgord... cit., p. 195-223.

49 L. Blondel, Châteaux de l’ancien diocèse de Genève, Genève, 1956 p. 355 sq.

50 Au sens méridional du terme.

51 Le vocabulaire rencontré pour désigner ces résidences est assez riche : aux côtés de castellum, fortalicium, on trouve aussi sala, domus, domus fortis, domus turrales, solarium, domus cum solario

52 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 45-46, 123-124, 131.

53 Ibid., p. 245-248.

54 N. Pousthomis-Dalle et al., Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux, dans Résidences aristocratiques, résidences du pou- voir, entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècles. Actes du colloque dePau, 3-5 octobre 2002, Carcassonne, 2006 (Archéologie du Midi médiéval, supplément, 4), p. 307-324.

55 S. Aspord, Le castrum d’Allègre, dans Congrès archéologique de France, Gard, 157e session, 1999, Paris, 2000, p. 101-124.

56 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs... cit., p. 103.

57 .Sur Merle, cf. : E. Bombal, La châtellenie de Merle... cit., p. 10 et 17 sq. ; Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts en Limousin... cit., I, p. 48, 50, 59 ; C. Corvisier et C. Rémy, Le castrum de Merle, dans Congrès archéologique de France, Corrèze, 163e session, 2005, Paris, 2007, p. 213-235.

58 M.-É. Gardel (éd.), Cabaret : histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours, Aude, Carcassonne, 1999, p. 27 sq.

59 Appelés à nouveau Cabaret, Quertinheux, Surdespine et Tour Régine ou Tour neuve pour la dernière.

60 M.-É. Gardel (éd.), Cabaret... cit., p. 65 sq.

61 Sur Châlucet, cf. Ch. Rémy, Châlucet et les châteaux de maître Géraud de Maulmont, dans Bulletin Monumental, 159-2, 2001,p. 119-120 ; Ch. Rémy, P. Conte et S. Conan, Châlucet (Haute Vienne) : organisation de l’habitat castral et expressions du pouvoir, dans Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir... cit.,, p. 253-290.

62 Cf. notamment Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux forts en Limousin... cit., I, p. 67.

63 G. Séraphin, Le castrum de Comarque, dans Congrès archéologique de France, Périgord... cit., p. 161-193.

64 Cf. infra la remarque sur la proximité croissante entre chevalerie urbaine et coseigneurs à partir du xiie siècle.

65 P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., p. 202-203 ; D. Ferré, J.-C. Poteur, Les demeures nobiliaires dans les consulats aristocratiques (Grasse, Cruas, Saint-Marcel-d’Ardèche), dans Le village. Actes des journées d’histoire régionale, Mouans-Sartoux, 16, 17 mars 1984, Mouans-Sartoux, 1985, p. 79-89.

66 J. Mesqui, Les châteaux d’Uzès, dans Congrès archéologique de France, Gard, 157e session, 1999, Paris, 2000, p. 377-411 ; J. B. Elzière, Note sur les coseigneurs de la cité d’Uzès au Moyen Âge, dans ibid., p. 413-438.

67 Cf. sur cette question l’excellent article de M. Aurell, La chevalerie urbaine en Occitanie (fin xe-début xiiie siècle), dans Les élites urbaines au Moyen Âge, Actes du XXVIIe Congrès de la SHMESP, Paris-Rome, 1997 (Collection de l’École française de Rome, 238), p. 71-118.

68 Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1976, articles Burgthalschloss, Schrankenfels, Ha-neck.

69 Ibid., article Éguisheim.

70 Ibid., article Ochsenstein.

71 Ibid., article Ottrot.

72 Ibid., article Wasigenstein.

73 L. Blondel, Châteaux de l’ancien diocèse de Genève... cit., p. 171sq.

74 M.-Ch. Bailly-Maître, L’argent : du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Paris, 2002.

75 Cf. les notices de chacun de ces sites dans P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais... cit., et Id., Châteaux du Vivarais... cit., p. 189-191.

76 M.-Ch. Bailly-Maître, Prolégomènes à une étude des mines de Largentière en Vivarais, dans Mémoire d’Ardèche Temps Présent, n° 49, Terres d’industrie, hier en Ardèche. Éléments pour une archéologie industrielle, 1996, p. 3-10.

77 Archives départementales de l’Ardèche, 1 J 529fol. 61v-62v ; édition et traduction de N. Coulet, Visite des forteressede Cornillon en 1367, dans De Saint-Eugène en Païolive... cit., p. 147-151. Texte publié aussi dans P.-Y. Laffont, Châteaudu Vivarais... cit., p. 230-231.

78 Fortaliciis.

79 Environ 8 mètres.

80 Environ 10 m.

81 Environ 2 m

82 Environ 2 m.

83 Environ 2 m.

84 Environ 1 m.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Châlus en Auvergne au xve s, extrait de l’Armorial de Guillaume Revel (cliché BnF).
Légende Fig. 2 – Vue de Mirabel au xviie s. avec les deux châteaux qui dominent le bourg castral (cliché Archives départementales de l’Ardèche).
Légende Fig. 3 – Vue du site de Cornillon en Vivarais (cliché P.-Y. Laffont).
Légende Fig. 4 – Les deux donjons voisins (xiiie s.) de Montréal en Vivarais (cliché P.-Y. Laffont).
Légende Fig. 5 – Plan du site de Montbrison en Vivarais (d’après P.-Y. Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais, xe-xiiie siècle, cit.).
Légende Fig. 6 – Plan des deux châteaux de Montélimar dans la Drôme (d’après M. Bois, Le château des Adhémar à Montélimar, dans Congrès Archéologique de France, Moyenne vallée du Rhône, 150e session, 1992, Paris, 1995, p. 207-221).
Légende Fig. 7 – Le site de Vogüé en Vivarais et ses cinq châteaux (P.-Y. Laffont).
Légende Fig. 8 – Les quatre châteaux de Mouret en Rouergue (d’après N. Pousthomis-Dalle et alii, Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux, dans Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir, entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècles, Carcassonne, 2006, p. 307-324)
Légende Fig. 9 – Vue du site de Merle en Limousin (cliché Christian Rémy).
Légende Fig. 10 – Vue des quatre châteaux de Lastours dans l’Aude (cliché Philippe Sablayrolles).
Légende Fig. 11 – Plan du Haut-Éguisheim en Alsace avec ses trois châteaux mitoyens (d’après Ch.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1976).
Légende Fig. 12 – Les trois châteaux du Haut-Eguisheim en 1926 (carte postale colorisée, collection privée).
Légende Fig. 13 – Les deux châteaux d’Ottrot vers 1930. À gauche, le château de Rathsamhausen; à droite, le château de Lutzelbourg (carte postale, collection privée).
Légende Fig. 14 – Le bassin minier de Largentière et les châteaux liés à la coseigneurie minière (P.-Y. Laffont) (nota bene : il manque un château sur la carte, Bonne garde, attesté par les textes mais non localisé à ce jour).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Laffont, « Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122-1 | 2010, 13-34.

Référence électronique

Pierre-Yves Laffont, « Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/592 ; DOI : 10.4000/mefrm.592

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Laffont

Université de Rennes 2, UMR 6566 CReAAH, pyves.laffont@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org