Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

L’implantation en ville : une question de moyens ?

À propos de quelques exemples en France méridionale au XIVe siècle
Philippe Bernardi

Résumés

La contribution proposée aborde la question de l’implantation en ville des espaces monastiques sous l’angle de la conduite de ces chantiers. Trouver un emplacement en ville, dégager le terrain ou s’approvisionner en matériaux posait des problèmes logistiques, techniques et financiers à toute personne souhaitant bâtir « de neuf » dans un tissu urbain médiéval souvent dense. Mais dans le cas des couvents et des monastères, ces difficultés prenaient une ampleur particulière en raison, notamment, de la taille des édifices projetés. C’est sur les conditions matérielles de cette arrivée qu’est centré notre propos, c’est-à-dire sur les modalités de construction des espaces monastiques, et non sur les différentes raisons politiques, religieuses ou de sécurité qui ont pu conduire à envisager une installation ou un transfert en ville. Comment ces chantiers qui n’avaient pas le caractère impérieux des fortifications, qui ne s’imposaient pas comme indispensables à la cité et n’étaient pas a priori destinés à abriter un centre de pouvoir, furent-ils organisés pour permettre en quelques années à un ensemble relativement complexe de bâtiments de taille remarquable de s’élever dans l’espace compté de la ville ? Trois points majeurs sont abordés successivement : celui de l’implantation, celui des moyens (humains et matériels) et celui des modalités d’exécution des travaux. Ils le sont à travers l’analyse des sources écrites (chroniques, comptes et actes notariés) réunies pour divers chantiers des XIIIe-XVe siècles. Afin de chercher à apprécier l’incidence des moyens financiers sur les choix faits, le propos se trouve plus particulièrement centré sur deux constructions méridionales de la seconde moitié du XIVe siècle : le monastère-collège Saint-Benoît de Montpellier, commandé par le pape Urbain V, et le modeste couvent des clarisses d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

  • 1 Belleforest 1575.
  • 2 Coulet 2009, p. 395.
  • 3 Sur ce point, voir Denifle 1897-1899, et plus particulièrement, pour le Midi de la France, Février (...)

1À considérer le Vray pourtraict de la ville d’Aix-en-Provence extrait de la Cosmographie de François de Belleforest (1575)1, les couvents apparaissent occuper, comme le souligne Noël Coulet, « une part importante de l’espace urbain »2. La situation donnée alors à voir résulte toutefois d’une lente évolution qui, à Aix-en-Provence comme dans de nombreuses autres villes, a conduit soit à l’intégration d’établissements péri-urbains lors d’un agrandissement de l’enceinte de la cité, soit au repli intra muros de monastères menacés ou détruits par les guerres. On peut alors s’interroger sur la manière dont se fit l’implantation, dans un tissu urbain préexistant, d’ensembles architecturaux d’une telle ampleur. Qu’il s’agisse d’un simple repli ou d’une véritable installation, le nouveau venu avait à se faire sa place tant vis-à-vis des autorités civiles ou religieuses de la cité que du point de vue matériel. C’est sur les conditions matérielles de cette arrivée que sera centré le propos de la présente contribution, c’est-à-dire sur les modalités de construction des espaces monastiques, et non sur les différentes raisons politiques, religieuses ou de sécurité qui ont pu conduire à envisager une installation ou un transfert en ville3.

2Trouver en ville un espace suffisant et adapté pour y installer une église, des bâtiments conventuels, un cimetière, des jardins ; assurer l’approvisionnement régulier en matériaux d’un chantier d’envergure malgré les troubles ; implanter ces constructions sur des terrains occupés par des bâtiments en ruine ou encore en élévation. Ces préoccupations, communes en milieu urbain à la plupart des maîtres d’ouvrage médiévaux, prenaient, du fait de l’ampleur relative des édifices projetés, une intensité toute particulière. Comment ces chantiers qui n’avaient pas le caractère impérieux des fortifications, qui ne s’imposaient pas comme indispensables à la cité et n’étaient pas a priori destinés à abriter un centre de pouvoir, furent-ils organisés pour permettre en quelques années à un ensemble relativement complexe de bâtiments de taille remarquable de s’élever dans l’espace compté de la ville ?

3J’aborderai cette question de deux façons. La première, générale, consistera, à partir de l’étude de quelques cas concernant les XIIIe-XVe siècles, à voir quels types de préoccupations eurent concrètement les maîtres de tels ouvrages. Parallèlement à cette approche quelque peu théorique, je m’intéresserai, autant que possible, à l’incidence des moyens dont disposaient les commanditaires sur la nature des réponses apportées. Pour des raisons documentaires et afin de rendre les comparaisons plus pertinentes, je concentrerai alors mon propos sur la France méridionale et la seconde moitié du XIVe siècle.

4Le moment de la fondation, les circonstances de l’arrivée en ville s’avèrent bien souvent assez difficiles à saisir faute de sources ou du fait du caractère légendaire de certains récits. Pour la fin du Moyen Âge, les actes notariés, les comptabilités et quelques chroniques, permettent néanmoins d’aller au-delà d’une date et d’une localisation. Le mode d’acquisition de l’emplacement, le projet même et les modalités de sa mise en œuvre se laissent alors appréhender en partie : en partie seulement et pour quelques institutions éparses mais, malgré ces limites, les éléments fournis ont paru pouvoir nourrir la réflexion menée consacrée aux « implantations et aux logiques d’investissement de l’espace urbain par les moines et les ordres religieux ». Plus qu’une logique constructive, nous suivrons un cheminement déterminé par l’analyse des sources disponibles ; un cheminement qui pose comme point de départ, pour nous, l’implantation ou plutôt le choix d’un emplacement.

Choisir un emplacement

  • 4 Alberti 2004, p. 57 : « l’aire sera un espace précis et délimité du lieu, qui devra être entouré pa (...)

5De manière théorique, le choix de « l’aire »4 – c’est-à-dire de l’emplacement sur lequel on édifie – figure au premier rang des préoccupations du bâtisseur. Ce choix revêt plusieurs aspects. En ville, certains paramètres climatiques tels que l’ensoleillement ou l’exposition aux vents ne présentent que peu d’intérêt pour notre propos. S’installait-on pour autant n’importe où : « où l’on trouvait de la place » ? En d’autres termes, le choix se limitait-il à une décision de s’installer en ville ?

  • 5 Lesur 1973 p. 103.
  • 6 Mortet - Deschamps 1911-1929, p. 873 : Cap. XVIII Johanna comitissa mittit architectores et carpent (...)

6Les qualités physiques du terrain n’étaient pas sans importance. Les carmes de Toulouse invoquèrent ainsi, pour justifier leur transfert en ville en 1264, l’éloignement de leur ancien couvent mais également les risques d’inondation5. Et lorsque Jeanne, comtesse de Flandre, décida de construire, vers 1225, un couvent de franciscains à Valenciennes, elle prit l’avis de spécialistes pour savoir si le choix de l’emplacement d’un vieux donjon pouvait convenir. Le rapport de ces experts nous est connu grâce au chroniqueur Jacques de Guise qui note (vers 1225-1233) que ces hommes jugèrent le terrain mal adapté notamment parce que « la terre de l’emplacement de ce donjon était meuble et instable car rapportée pour une grande part, et que c’est pourquoi il était impossible de faire édifier ici un grand bâtiment, sauf à grands frais et dangers et avec un risque perpétuel de ruine »6. Peu importe que, dans ce cas, l’on ait finalement passé outre l’avis des spécialistes, l’expertise à elle seule atteste du fait que la question du lieu ne se résumait pas à un problème de positionnement topographique.

  • 7 Lesur 1973, p. 103.
  • 8 Stouff 1998, p 146-148.
  • 9 Bouticourt 2004, p. 7.
  • 10 Nougaret 1994, p. 82 ; Rey 1950, p. 10.

7Les études consacrées à tel couvent ou à telle localité soulignent bien souvent l’intérêt presque stratégique du lieu d’implantation. C’est ainsi « au milieu des Juifs » afin de combattre au plus près « l’hérésie judaïque » que les carmes de Toulouse transférèrent leur couvent7. Ceux d’Arles s’établirent « à proximité du marché neuf, dans le quartier des auberges »8. À Valréas, c’est dans un lieu leur permettant « le contrôle d’une des portes de la ville »9 que se replièrent les franciscains, à la fin du XIVe siècle. Quant au monastère-collège Saint-Benoît de Montpellier, plusieurs auteurs soulignent qu’il s’installa « à proximité des écoles de droit et de grammaire »10. Mais ces arguments a posteriori ont-ils véritablement présidé au choix de l’implantation ?

  • 11 Montagnes 1979, p. 35 : « l’emplacement des couvents n’a pour ainsi dire jamais été choisi par les (...)
  • 12 Ibid., p. 35, n. 93.

8Pour Bernard Montagnes, il apparaît que « l’emplacement des couvents n’a pour ainsi dire jamais été choisi par les prêcheurs », que « dans bon nombre de cas l’endroit, soit terrain à bâtir soit édifice à occuper, a été donné aux frères » et que lorsqu’ils se le sont procuré « ils ont eu à s’adapter à des circonstances que leur dénuement les empêchait de maîtriser »11. L’exemple le plus flagrant qu’en avance cet auteur est celui des dominicains d’Arles se plaignant après leur transfert en ville, vers 1370, de se trouver logés dans un endroit exigu, in angulo civitatis, en pleine juiverie12.

9La limite entre l’opportunité saisie et la donation suscitée paraît dans bien des cas difficile à établir. Les terrains en ville étaient-ils si chers et si rares ? Probablement faudrait-il ici introduire des nuances en fonction des lieux et des époques, voire des institutions monastiques et de leurs bienfaiteurs.

  • 13 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 24 : Item manu Bernardi Franchi solvi magi (...)
  • 14 Müntz 1890, p. 383.

10S’agissant du monastère-collège de Saint-Benoît, le pape Urbain V ne paraît pas avoir eu de difficulté majeure à acquérir le terrain d’un hectare environ sur lequel il entendait faire bâtir. Les moyens financiers ne manquaient pas mais l’achat d’une cinquantaine d’immeubles, commencé en janvier 1364, ne s’en étala pas moins dans le temps si l’on en juge au fait qu’un an après, en février 1365, un paiement était encore effectué pro instrumentis em[p]tionum receptis13 et qu’en février 1367, il est fait état d’une dépense de 1361 florins pro hospitiis dirutis et diruendis domino nostro pape venditis pro faciendo plateam juxta monasterium quod dominus papa ibi facit fieri14.

  • 15 Sur ce point voir Giorgi - Moscadelli 2005, p. 91-94 et p. 421-431.

11L’une des contraintes les plus fortes du milieu urbain semble, dans ce domaine, avoir été le morcellement qui obligeait à négocier l’acquisition du terrain auprès de multiples propriétaires. C’est ce qu’illustre bien, pour un autre type de chantier, l’étude que Stefano Moscadelli et Andrea Giorgi ont consacrée à la construction de la cathédrale de Sienne, et dans laquelle ils suivent pas à pas les achats de demeures auxquels les responsables de la fabrique (Opera) se livrèrent, dans les premières décennies du XIVe siècle, afin de disposer des terrains nécessaires à l’agrandissement de leur église15.

  • 16 Montagnes 1979, p. 57.
  • 17 Cf. Coulet 2009.
  • 18 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms 1614 (1479), fol. 84.
  • 19 Urbain V 1964, p. 22.
  • 20 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 13, fol. 7 et 9 (10 février 1368, échange de cens) ; ibid. 3 (...)

12La campagne d’acquisitions peut apparaître relativement longue et cela dépend sans doute des disponibilités financières de l’établissement. S’il fallut, ainsi, près d’une année pour réunir les terrains du futur monastère Saint-Benoît, les achats et échanges effectués pour le nouveau couvent intra muros des prêcheurs d’Arles s’étalèrent du 26 septembre 1361 au 25 octobre 136316. Quant aux clarisses d’Aix-en-Provence qui, installées à l’extérieur de la ville, se réfugièrent à l’abri des murs au début des années 136017 : d’abord logées dans la demeure d’un certain Renaud de Rosseyo, elles acquirent, le 18 mars 136218 plusieurs maisons voisines avec l’intention d’y installer leur monastère, ce que le pape n’autorisa qu’en décembre 136219. D’autres achats suivirent ad constructionem dicti monasterii : avant 1368, en novembre 1371, en avril 1372, en mars 1373, en janvier 1375 et en octobre 137720 – pour ce que permettent d’en restituer les minutes notariales conservées. Près d’une quinzaine d’années, donc, pour réunir une douzaine d’immeubles dont certains divisés entre plusieurs propriétaires.

  • 21 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 2 : Item habui pro receptis ab ipso domino (...)
  • 22 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 121v (12 décembre 1371, prix-fait) ; ibid., fol. 13 (...)

13Cette durée n’apparaît toutefois pas comme un frein pour la conduite du projet. Dès le mois de juin 1364, ainsi, les travaux de démolition avaient débuté à Montpellier et la première pierre de l’église fut posée le premier octobre de la même année21. Et les travaux de ce qui devait devenir le nouveau couvent de Sainte-Claire – pour ce que l’on peut en suivre, encore une fois – furent lancés dès décembre 1371 avec la construction d’un dortoir, suivi, en avril 1372, du cloître, fin 1372-début 1373, de l’église, août 1374 d’un cellier, et en mars 1378 d’un autre dortoir22. Un tableau succinct montre certaines correspondances entre la progression des travaux et la succession des achats.

Tableau 1 - Correspondances chronologiques entre les dates des achats et des travaux menés par les religieuses clarisses d’Aix-en-Provence.

Achats

Travaux

Mars 1362 – maisons Neble

Avant juillet 1368 – maisons Tabia

Novembre 1371 – maison Raymbaud I

Décembre 1371 – prix-fait du dortoir I

Avril 1372 – maison Jaucerane

Avril 1372 – prix-fait du cloître

Mars 1373 – maisons Arnulfi et Audebert

Mars 1373 – paiement des maçonneries de l’église

Août 1374 – prix-fait du cellier

Janvier 1375 – maison Raymbaud II

Octobre 1377 – maison Symonis

Mars 1378 - prix-fait du dortoir II

14La vente de la maison de Marie Jauceranne pro ampliatione loci ubi nunc est monasterium, le 1er avril 1372, laisse même percevoir dans sa formulation le caractère progressif ou graduel des travaux. Il faut cependant se garder de conclure un peu trop vite à une conduite aléatoire du chantier, en fonction des opportunités immobilières se présentant aux religieuses et d’opposer en cela les travaux du riche monastère Saint-Benoît, rationnels et programmés, à ceux des impécunieuses clarisses, menés par à-coups, comme une succession d’entreprises autonomes.

  • 23 De manière générale sur ce point, voir Faron - Hubert 1995.
  • 24 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 62 v : De extraordinariis septembris Item (...)
  • 25 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 12, fol. 83 et fol. 87.
  • 26 Ibid.

15Mais avant de revenir sur ce point, un « détour » s’impose par un autre aspect de l’appropriation des lieux, lié au régime dissocié de nombreuses propriétés. Les immeubles se trouvaient, en effet, dans bien des cas grevés de cens et de servitudes et leur achat ne signifiait aucunement que les communautés disposent de ces biens en propriété pleine et entière23. L’obtention de la seigneurie, du feudum, représentait une autre étape de l’appropriation. Les comptes de Saint-Benoît de Montpellier font ainsi état d’un paiement daté du 16 septembre 1364 au sujet du messager envoyé à Paris pro litteris regiis pro amortisatione feudorum emtorum et emendorum necessariis24. De même, lorsque les clarisses achetèrent par contrat du 2 octobre 1377 la maison de Guillaume Symon confrontant le jardin de leur couvent, celle-ci se trouvait sous le dominium de l’église Saint-Jean-de-Jérusalem d’Aix. Elles cherchèrent alors à s’en assurer l’entière propriété et pour ce faire procédèrent, deux mois plus tard, à un échange obtenant les deux sous de cens annuel et tous les droits sur cette propriété contre un cens de même montant qu’elles percevaient sur une autre maison de la ville d’Aix25. Notons que Guillaume Symon obtint le jour même de la vente de sa maison, le 2 octobre, une vigne en location (accapte) de la part des religieuses26. Peut-être, un échange de bons procédés qui permit de vaincre les réticences éventuelles du vendeur ? On serait tenté d’y voir, à tout le moins, la marque de l’existence probable d’arrangements complexes dont la vente de maison ne serait qu’une facette et qui ne réduiraient pas le pouvoir d’action des religieuses à leurs seules disponibilités financières.

  • 27 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 13, fol. 7 (10 février 1369).

16Nous avons vu que les clarisses procédèrent à leurs achats de maisons sur une quinzaine d’années, entre 1362 et 1377, presque au coup par coup. Or dès 1369, la quasi totalité des achats suivants paraît avoir été programmée. C’est du moins ce que semble indiquer le fait que le 10 février 1369, les clarisses et les dominicaines de Notre-Dame de Nazareth procédèrent à un échange de feudum (permutatio feudis) au terme duquel les soeurs de Sainte-Claire obtinrent dominium, cens et droits sur 8 propriétés « nécessaires tant pour la construction de son église que pour les autres bâtiments de la communauté » (neccessaria tam pro constructione sue ecclesie quam aliis munimentibus comunis)27. La liste fournie est éloquente puisque nous conservons les contrats d’achats de cinq des huit propriétés : contrats passés par les clarisses entre novembre 1371 et janvier 1375, soit, dans ce dernier cas, six ans plus tard.

Tableau 2 - Permutatio feudis de 1369 et achat de maisons.

Maisons dont le feudum passe aux clarisses en 1369

Dates d’achat de ces maisons

Hospitium de crota domini Bertrandi Raymbaudi

Novembre 1371 – maison Raymbaud Ier

Item hospitium et virgultum Marie Jaucerande

Avril 1372 – maison Jaucerane

Item hospitium Monneti Clarmondi

Item hospitium Guillermi Arnulfi subterius et hospitium Hugue Girmonne superius

Mars 1373 – maisons Arnulfi et Audebert

Item hospitia cum virgulto domini Bertrandi Raymbaudi juxta portale

Janvier 1375 – maison Raymbaud II

Item hospitia Raymundi Matharoni extra portale

Item hospitium Johannis Martini

17En définitive, une lecture strictement chronologique des événements s’avère donc un peu trompeuse. Dès 1369, les clarisses semblent bien avoir eu une idée relativement précise de ce qu’elles entendaient construire sinon dans le détail, au moins dans ses grandes lignes. On peut alors se demander si, afin de ne pas hypothéquer leurs chances de mener à bien l’entreprise, les religieuses, conscientes de leurs moyens limités, n’ont pas, au contraire, été obligées de mettre en place une autre forme de planification, plus patiente que celle dont les maîtres d’ouvrage durent faire preuve pour exécuter les travaux du monastère Saint-Benoît de Montpellier. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu projet mais un projet peut-être plus modulable ou conçu, dès le départ, comme étalé dans le temps.

  • 28 Nougaret 1994, p. 85.

18Comptabilités et actes notariés ne nous permettent de saisir le projet que dans un deuxième temps, à travers son exécution. Le caractère monumental du monastère-collège Saint-Benoît de Montpellier – son église deviendra, en 1536, la cathédrale de Montpellier – a fait dire à la plupart des historiens de l’art l’ayant étudié que « ses plans paraissent avoir été élaborés à Avignon par les architectes du pape »28. Pourtant, l’existence de plans d’ensemble n’est pas démontrée et le recours à de tels outils s’avère d’ailleurs loin d’être systématique au milieu du XIVe siècle.

  • 29 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 72v : Item die jovis XIII februarii magist (...)
  • 30 Les travaux de reconstruction de l’abbaye, commencés en 1252 se poursuivirent « jusqu’au premier qu (...)
  • 31 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 72v : Item die veneris XXI februarii magis (...)
  • 32 Müntz 1890, p. 386 : le 3 avril 1365, on paie 12 livres pro pertracta portaliorum ecclesie Montispe (...)
  • 33 Montagnes 1979, p. 57.

19Les comptes attestent en revanche de l’usage d’autres types de modèles. Ainsi, le 13 février 1365, le maître d’œuvre se rendit, accompagné d’un tailleur de pierre, à l’abbaye cistercienne de Valmagne dans le diocèse d’Agde, pro videndo ecclesiam29 – une église dont le chantier s’était achevé quelques décennies plus tôt30. Le 21 février, les mêmes allèrent à Avignon31 pour y observer les bases et les arcs de l’église Saint-Didier (pro recognoscendo bassas et menbraturas ecclesie Sancti Desiderii)32. Plus qu’un projet fixé dans ses moindres détails, ces mentions laissent entendre que l’on arrêta dans un premier temps les grandes lignes, remettant à plus tard le règlement de questions formelles plus précises. En outre, la prise en exemple d’un autre bâtiment est une pratique largement attestée que l’on retrouve par exemple, dans un contexte similaire, lorsqu’il est question, en 1373, de reconstruire l’église des dominicains de Toulon à l’imitation de celle édifiée à Arles33. De telles mentions n’ont rien d’original mais elles présentent l’intérêt d’ébranler un peu la vision figée d’un projet arrêté une fois pour toute en haut lieu et mené de manière régulière, presque implacable, de son début jusqu’à son terme.

20Les moyens financiers du monastère ou de son « patron » déterminaient incontestablement l’ampleur du projet et, partant, celle des acquisitions de propriétés faites pour son implantation. Nous avons vu qu’ils ne modifiaient pas radicalement la manière de procéder en ce qui concerne ces premières phases du chantier. Examinons à présent ce qu’il en était au moment d’exécuter les travaux.

Moyens de construction

21Il n’y a a priori pas grand chose de commun entre un chantier comme celui du monastère-collège de Saint-Benoît, conçu à l’origine pour une centaine de moines et collégiens, et celui du petit couvent des clarisses d’Aix-en-Provence, ne comptant tout au plus qu’une dizaine à une vingtaine de sœurs. Cette différence d’échelle se ressent de manière aiguë dans le fonctionnement même du chantier.

Le personnel

  • 34 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol 60.

22Au niveau du personnel, tout d’abord. Sans évoquer la complexité de l’organisation administrative mise en place pour le chantier de Montpellier, notons que, dès le mois de juin 1364, c’est à Villefranche-de-Rouergue que l’on va chercher le maître d’œuvre Guillaume Combes pour diriger les futurs travaux tandis que, parallèlement, un émissaire est envoyé à Sommières et dans plusieurs autres localités pro querendis et adducendis lapicidis34. Pour le seul mois de septembre 1364, outre 9 tailleurs de pierre appointés, les comptes conservés mentionnent quotidiennement jusqu’à 160 artisans et manœuvres occupés au dégagement du terrain et 21 carriers à creuser les fondations. Les clarisses firent, de leur côté, appel à des entrepreneurs aixois leur imposant de maintenir sur le chantier en permanence de 3 à 4 maîtres.

  • 35 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 66 (16 mars 1370, n. st.)

23Tout est affaire de proportions. Le recrutement large de Saint-Benoît fut sans doute motivé par une recherche de qualité des intervenants. Il révèle aussi la difficulté rencontrée, au lendemain des pestes, dans la recherche d’ouvriers qualifiés. Le fait qu’il n’y ait pas eu à Aix d’émissaire envoyé à travers la région permet-il de conclure que le recrutement s’y fit aisément ? On pourrait le penser si, une fois encore, les religieuses ne semblaient pas avoir tissé avec leur maçon des liens relativement complexes. En effet, le lapicide Jean Julien, avec lequel les religieuses passèrent successivement les marchés de construction de leur dortoir, en décembre 1371, de leur cloître, en avril 1372, de leur église, début 1373 et de leur cellier, en août 1374, s’avère être la personne à qui, le 16 mars 1370, les dames de Sainte-Claire louèrent en emphytéose leur moulin de la Torse Vieille35. Or le lien entre les deux activités est clairement fait dans le premier des contrats de construction retrouvé, qui stipule que le couvent retiendra pour chaque versement de 50 florins, 10 florins à déduire de la somme due par ledit Julien au titre de son emphytéose.

24Le mode de gestion de ce personnel apparaît a priori différent sur les deux chantiers. Pour les clarisses nous ne trouvons que la mention de recours à des entrepreneurs chargés de fournir le personnel et de l’entretenir. Cette gestion à forfait ou prix-fait est également attestée sur le chantier Saint-Benoît de Montpellier, notamment pour le creusement des fondations ou la construction de la voûte. Mais une gestion plus directe est aussi de mise avec des versements quotidiens de salaires, par exemple pour les tailleurs de pierre, manœuvres et portefaix chargés de démonter les maisons occupant la place du futur monastère. On peut toutefois se demander si la gestion directe ne se trouve pas, dans ce cas, un peu surexposée par un effet de source, dans la mesure où les comptes (utilisés pour Montpellier) accordent une grande place aux paiements de ce type alors que les prix-faits se réduisent bien souvent à quelques mentions.

Les matériaux

  • 36 Müntz 1890, p. 384.

25Nous observons la même différence qualitative dans les matériaux employés. À Aix, l’enduit prévu pour recouvrir les maçonneries montre que celles-ci furent confectionnées en moellons, la pierre de taille n’étant employée que pour quelques baies et certains éléments du cloître. Pour Saint-Benoît, à l’inverse, des contrats furent passés avec des carriers du village voisin de Pignan qui fournirent l’imposant volume de pierres de taille nécessaire, par exemple, à l’édification de l’église. Un paiement daté du 21 février 1367 fait même état de 100 francs versés pro certis lapidibus marmoreis pro columpnis faciendis in monasterio36.

  • 37 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 21, Item die martis XXIIII mensis septembr (...)
  • 38 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 36v, Item die lune VIII mensis julii dirue (...)
  • 39 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 15.

26L’importance de la récupération, dans un cas comme dans l’autre, dénonce par ailleurs le caractère général de cette pratique constructive aux justifications multiples. À Montpellier, la démolition des maisons préexistantes ne se résuma pas à une destruction pure et simple. Les matériaux récupérables étaient soigneusement recueillis puis entreposés : « Item, le mardi 24 septembre, j’ai versé à Raymond Fabre (ou le forgeron) pour une clé pour le jardin des carmes où sont entreposés les bois, pierres et autres matériaux des maisons détruites »37 ; « Item, le 8 juillet pour 87 manœuvres employés à démolir les maisons et les murs, réservant le tuiles, les bois et les pierres »38. Pour leur part, les clarisses demandèrent expressément à ce que leur cloître soit refait avec des éléments de l’ancien. Dès le mois d’avril 1368, elles passèrent contrat avec des artisans habitants d’Aix pour qu’ils démontent et transportent en ville diverses pièces de leur ancienne église dont l’oculus, les fenêtres et le maître autel, probablement pour les réemployer dans leur nouveau couvent39. Quant aux pierres de leur ancien monastère, elles furent cédées à l’un de leurs locataires.

  • 40 Bouticourt 2004.
  • 41 Moulin 2007, II, p. 336.

27Le repli précipité en ville favorisait ce type de démarche que l’on trouve, entre autre, attestée lors du transfert du couvent des franciscains de Valréas, en 1398, avec le démontage de la chapelle Saint-Georges et son remontage en ville, en guise de choeur pour la nouvelle église40. Parallèlement à la portée idéologique que pouvait revêtir la « conversion » d’éléments majeurs des anciens bâtiments dans les nouveaux, la récupération offrait l’avantage de procurer certaines ressources complémentaires ou une relative indépendance par rapport à un marché souvent capricieux. Pour les dominicains d’Argentan, la cession par le roi, en 1291, des pierres de l’ancien rempart apparut ainsi comme une aubaine favorisant grandement la construction de leur couvent41. Mais dans le cas des clarisses et de nombreux autres couvents aucune aide de ce type n’est attestée. Disposer des matériaux nécessaires à l’entreprise n’avait rien d’une évidence pour les constructeurs médiévaux, qui plus est en ville où l’on se trouvait pour une bonne part dépendant d’un marché aux stocks très réduits.

  • 42 L’émine est une unité de mesure de volume équivalente à environ 38,7 litres.
  • 43 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol 121 et 121v.

28Ces problèmes de marché sont lisibles à plusieurs niveaux. En premier lieu, nous constatons, à Montpellier comme à Aix, que les commandes de matériaux interviennent très tôt dans le cours du chantier. Dès le 5 juin 1364, les comptes de Montpellier font état d’un versement pour l’achat de chaux, soit une dizaine de jours avant que l’on aille quérir le maître d’œuvre. Les clarisses firent de même, passant contrat le 8 décembre 1371 pour la fourniture de 600 émines de chaux42 et le 12 pour la construction de leur dortoir43. Dans un cas comme dans l’autre le responsable du chantier ne se déchargea pas de cette question de l’approvisionnement sur un intermédiaire mais traita directement avec les producteurs. Sans doute faut-il y voir la marque d’une volonté de maîtriser autant que possible ce type de coût. L’établissement d’un contrat sur ce point offrait, en effet, l’avantage de fixer des prix pouvant s’avérer assez fluctuants. Le recours à plusieurs fournisseurs offrait en outre l’avantage de faire jouer autant que possible la concurrence et de minimiser les risques de tarissement de la source. Traiter directement avec ceux-ci permettait, enfin, de tisser une fois encore des liens particuliers et de procéder à certains arrangements. En échange du droit de se servir d’un bois appartenant au monastère, le responsable du chantier de Saint-Benoît obtint ainsi une réduction du prix de la chaux produite par une communauté voisine de Montpellier. Quant aux clarisses, elles s’adressèrent d’abord pour leur chaux à un certain Perrin Barbani dont on peut penser qu’il était parent du Pierre Barbani qui, associé à Jean Julien, travaillait dans leur couvent. Il pratiquait en tout cas des tarifs nettement moins élevés que les autres fournisseurs sollicités par les religieuses.

29Une fois les moyens de la construction réunis venait le temps des travaux eux-mêmes. Nous n’aborderons pas, dans cette ultime partie, les techniques de construction employées mais la manière dont, en ville, l’édification d’un ensemble complexe de bâtiments de taille conséquente pouvait être conduite.

Les modalités d’exécution des travaux en ville

  • 44 Le Goff 1980, p. 239.

30C’est en années qu’il faut envisager la chronologie de tels chantiers. Pour les Jacobins de Paris nous pouvons ainsi lire que « le cloître est terminé en 1256, l’église vers 1259, la salle capitulaire à la fin du XIIIe siècle, l’infirmerie au XIVe »44. Ceux d’Argentan ne virent s’achever leur couvent, débuté en 1291, que dans la première décennie du siècle suivant. Pour les clarisses d’Aix, 18 ans s’écoulèrent entre leur transfert en ville et l’achèvement (en 1380) des chantiers que nous pouvons suivre. Dans ce contexte, on comprend mieux que le délai de neuf années entre le début (1364) et la fin (1373) des travaux du monastère Saint-Benoît puissent apparaître relativement courts.

  • 45 Nougaret 1994, p. 84.

31La surface et la durée de tels chantiers imposaient, nous l’avons vu, un minimum de gestion. L’ensemble était alors découpé en lots, traités les uns après les autres. Cette pratique, déjà mise en évidence pour les clarisses, vaut également pour le monastère-collège Saint-Benoît dont la construction fut engagée par l’église (de 1364 à 1366), avant que les bâtisseurs ne s’attaquent à l’édification des bâtiments monastiques (de 1367 à 1373)45.

32Cette progression va de pair avec celle du chantier de démolition qui, lui aussi, est mené par phases successives. En cela nos constructeurs appliquent avant la lettre les préceptes de Leon Battista Alberti qui note au siècle suivant que :

  • 46 Alberti 2004, p. 140 (Livre III, chap. 1).

Les architectes incompétents [...] lancent incontinent sur le site des démolisseurs armés de leur masse pour tout renverser et détruire, ce qu’ils feraient en terrain ennemi avec plus de modération. Ils commettent là une erreur qu’il faut stigmatiser ; en effet, les revers de fortune, l’adversité des temps, le hasard et la nécessité peuvent susciter des situations qui t’interdisent et t’empêchent de poursuivre ce que tu as commencé ; en attendant, il est indigne de sacrifier les travaux de nos aînés sans tenir compte des commodités que les citoyens tirent des anciennes demeures de leurs ancêtres [...]. C’est pourquoi je voudrais que tu conserves sans y toucher les édifices primitifs jusqu’à ce que tu ne puisses sans les démolir en élever de nouveaux46.

  • 47 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 60v.
  • 48 Ibid. : Item die mercuri XI septembris solvi Berengario Laurentii et Petro Amalrici cuique pro duob (...)

33Dans le cas du monastère Saint-Benoît, il s’agit de permettre à l’administration du chantier de se loger sur place et d’entreposer à couvert les matériaux. La cloche, mise en place pour rythmer le temps des ouvriers, scande également pour nous l’avancement des travaux. Enlevée d’une église de la ville, celle-ci est installée le 9 juillet 1364 dans la maison d’un certain Raymond Cabrerii47. Elle y resta deux mois, jusqu’au 11 septembre 1364, date à laquelle un salaire fut versé « aux charpentiers Bérenger Laurent et Pierre Amalric, pour deux jours, et Pierre Sobransier, pour 1 jour, pendant lesquels ils ont descendu la cloche de la maison de Raymond Cabrerii que l’on détruisait et la fixant dans le jardin afin que l’on puisse la sonner... »48.

  • 49 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 121v (12 décembre 1371).
  • 50 Dans ce cas comme dans ceux envisagés par Butaud - Challet 2009 (p. 533) c’est « l’édification d’un (...)

34Dans le cas de nombreux autres couvents ce mode de fonctionnement offre l’opportunité d’assurer en quelque sorte une installation en ville dans des bâtiments disons « temporaires ». Ainsi apprenons-nous, au détour d’un acte de 1371, que les clarisses avaient aménagé une église (chapelle ?) dans une des maisons achetées puisqu’il est question de l’hospitium in quo nunc est ecclesia quod fuit Rissendis Michaele49. Il est bien question de la maison dans laquelle est l’église et non de la véritable église dont l’édification ne paraît engagée qu’au début de l’année 1373 : une église désignée comme noviter constructa en janvier 137550.

  • 51 Sur ce point voir le récent article de Domenge 2008.

35Ce mode de progression modulaire ou progressif n’est pas sans rappeler celui de nombreux autres chantiers médiévaux dans lesquels la nouvelle église ne prit que petit à petit la place de l’ancienne, presque travée par travée, ce dont témoignent les instantanés laissés par quelques chantiers restés inachevés comme ceux des cathédrales du Mans ou d’Elne51.

Conclusion

36On ne peut, bien sûr, prétendre couvrir l’ensemble des pratiques à partir des seuls cas envisagés ici. Ainsi, la forme des terrains disponibles, les limites imposées par le réseau viaire ou par la zone d’influence des diverses institutions religieuses déjà présentes n’ont pas été abordées. Quelques remarques s’imposent néanmoins en conclusion de ce rapide aperçu. Il faut, en premier lieu, considérer que si le caractère très progressif ou séquentiel de ces constructions se trouve en partie déterminé par le morcellement du parcellaire urbain, ce trait peut également aller de pair avec la nature même de tels chantiers. Le coût de la construction d’un ensemble de bâtiments conventuels ou d’une église imposait parfois d’étaler les dépenses dans le temps. Le caractère évolutif de nombre de projets architecturaux médiévaux, avec le report de certains choix et un phasage marqué des travaux, pouvait aussi contribuer à une avancée par étapes. Les contraintes urbaines paraissent alors accuser des traits plus largement répandus. Il en va de même lorsque l’on envisage la question de l’approvisionnement en main-d’œuvre ou en matériaux. La différence de moyens joue – plus encore dans la conjoncture difficile de cette seconde moitié du XIVe siècle – sur la rapidité relative d’exécution des travaux, sur la qualité des spécialistes recrutés, sur l’ampleur de la zone de provenance des hommes et des fournitures. Mais dans tous les cas, il y a confrontation à la concurrence des autres chantiers urbains et la manière de procéder n’est pas radicalement différente.

37Si l’implantation en ville pose indéniablement un problème de place, l’exemple des clarisses d’Aix-en-Provence met aussi en évidence l’importance, pour les constructions les plus modestes, qui étaient aussi les plus fréquentes, de leur inclusion dans l’espace social de la cité. Les relations entretenues avec d’autres communautés et avec quelques artisans de confiance apparaissent, en effet, comme la clé de leur long processus d’implantation intra muros. En toile de fond de l’arrivée en ville se dessine, de manière fugace, un ensemble de tractations qui, bien en amont des actes officiels, ont, selon toute vraisemblance, préparé le terrain et étayé l’entreprise. Ces bases sociales nous échappent le plus souvent faute de sources : peut-être conviendrait-il pourtant de prêter une plus grande attention aux traces ténues qu’elles ont pu laisser.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Alberti 2004 = L. B. Alberti, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par P. Caye et F. Choay, Paris, 2004.

Belleforest 1575 = F. de Belleforest, Cosmographie universelle, Paris, 1575.

Bouticourt 2004 = É. Bouticourt, Construction et reconstruction de l’église des Cordeliers de Valréas, Valréas, 2004.

Butaud - Challet 2009 = G. Butaud, V. Challet, Guerre et transfert intra muros des monastères en Languedoc et en Comtat Venaissin, dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 517-568.

Coulet 2009 = N. Coulet, Les Mendiants à Aix-en-Provence, XIIIe-XVe siècle, dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 391-416.

Denifle 1897-1899 = H. Denifle, La désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de cent ans, Paris, 1897-1899, 2 vol. 

Domenge 2008 = J. Domenge, Des matériaux anciens pour une nouvelle église à Llucmayor (Majorque, c. 1400), dans J.-F. Bernard, Ph. Bernardi, D. Esposito (éd.), Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 418), p. 493-502.

Faron - Hubert 1995 = O. Faron, É. Hubert (éd.), Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (XIIe-XIXe siècle), Rome-Lyon, 1995.

Février 1964 = P.-A. Février, Le développement urbain en Provence de l’époque romaine à la fin du XIVe siècle, Paris, 1964.

Giorgi - Moscadelli 2005 = A. Giorgi, S. Moscadelli, Costruire una cattedrale. L’Opera di Santa Maria di Siena tra XII e XIV secolo, Munich, 2005 (Die Kirchen von Siena, Beiheft, 3).

Le Goff 1980 = J. Le Goff (éd.), Histoire de la France urbaine, t. 2 : La ville médiévale, Paris, 1980.

Lesur 1973 = S. Lesur, Le couvent des grands carmes de Toulouse au XIIIe siècle, dans Les mendiants en pays d’Oc au XIIIe siècle, Toulouse, 1973 (Cahiers de Fanjeaux, 8), p. 101-110.

Montagnes 1979 = B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979.

Mortet - Deschamps 1911-1929 = V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, Paris [1911 (t. 1), 1929 (t. 2)], réed. CTHS, 1995.

Moulin 2007 = Marie-Anne Moulin, Argentan au Moyen Âge. Aspects urbains, sociaux et économiques, Thèse de doctorat d’histoire, EHESS, 2007.

Müntz 1890 = E. Müntz, Le pape Urbain V. Essai sur l’histoire des arts à Avignon au XIVe siècle. Constructions du pape Urbain V à Montpellier, dans Revue archéologique, 15, 1890, p. 378-402.

Nougaret 1994 = J. Nougaret, L’église du monastère Saint-Benoît à Montpellier (1364-1368), dans Autour des maîtres d’œuvre de la cathédrale de Narbonne, Narbonne, 1994, p. 81-93.

Rey 1950 = R. Rey, La cathédrale de Montpellier et ses origines, dans Congrès archéologique de France, 1950, p. 9-31.

Robin 1999 = F. Robin, Midi gothique, Paris 1999.

Stouff 1998 = L. Stouff, Ordres mendiants et société urbaine : l’exemple d’Arles (XIIIe-XVe siècle), dans N. Coulet, O. Guyotjeannin (éd.), La ville au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 145-158.

Urbain V 1964 = Urbain V (1362-1370), lettres communes analysées d’après les registres dits d’Avignon et du Vatican, éd. P. Gasnault, II, fasc. 1, Paris, 1964.

Haut de page

Notes

1 Belleforest 1575.

2 Coulet 2009, p. 395.

3 Sur ce point, voir Denifle 1897-1899, et plus particulièrement, pour le Midi de la France, Février 1964 et le récent Butaud - Challet 2009.

4 Alberti 2004, p. 57 : « l’aire sera un espace précis et délimité du lieu, qui devra être entouré par un mur pour l’utilité de son usage ».

5 Lesur 1973 p. 103.

6 Mortet - Deschamps 1911-1929, p. 873 : Cap. XVIII Johanna comitissa mittit architectores et carpentarios, ut disponant de conventu construendo [...] Tercia racio, quod terra tocius loci dicti dongionis erat mobilis et non fixa et alias ibidem artificialiter deportata pro majori parte, quare edificia magna in eodem edificari non poterant, nisi cum lagnis sumptibus et periculis et cum perpetua pronitate ad ruynas.

7 Lesur 1973, p. 103.

8 Stouff 1998, p 146-148.

9 Bouticourt 2004, p. 7.

10 Nougaret 1994, p. 82 ; Rey 1950, p. 10.

11 Montagnes 1979, p. 35 : « l’emplacement des couvents n’a pour ainsi dire jamais été choisi par les prêcheurs. Quand les débuts n’échappent pas à l’historien faute de documents (c’est le cas pour moins de la moitié de couvents étudiés) il apparaît que dans bon nombre de cas l’endroit, soit terrain à bâtir soit édifice à occuper, a été donné aux frères sans qu’ils aient eu à le choisir. Tout au plus auraient-ils pu le refuser, mais au risque de devoir renoncer à la fondation du couvent ».

12 Ibid., p. 35, n. 93.

13 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 24 : Item manu Bernardi Franchi solvi magistro Bernardo Palharesii pro instrumentis emtionum receptis 25 fl.

14 Müntz 1890, p. 383.

15 Sur ce point voir Giorgi - Moscadelli 2005, p. 91-94 et p. 421-431.

16 Montagnes 1979, p. 57.

17 Cf. Coulet 2009.

18 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms 1614 (1479), fol. 84.

19 Urbain V 1964, p. 22.

20 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 13, fol. 7 et 9 (10 février 1368, échange de cens) ; ibid. 308 E 11, fol. 119 (15 novembre 1371, achat de maison pro necessitate dicti monasterii pro edificanda ecclesia in loco ubi nunc sunt ementes) ; ibid., fol. 132 (1 avril 1372, achat de maison  pro necessitate monasterii eiusdem et ampliatione loci ubi ipsum monasterium nunc est) ; ibid., fol. 149v (3 mars 1373, pro necessitate loci ad constructionem dicti monasterii) ; ibid. 308 E 12, fol. 24 (26 janvier 1375) ; ibid. fol. 87 (2 octobre 1377).

21 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 2 : Item habui pro receptis ab ipso domino collectori 60 flor quos B. Franchi tradidit 10 junii Johanni Egidii pro diruendo prima hospitia.

22 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 121v (12 décembre 1371, prix-fait) ; ibid., fol. 134 (10 avril 1372, prix-fait) ; ibid., fol. 151v et 152 (1 avril 1373, quittances de paiement) ; ibid., 308 E 12, fol. 17v (15 août 1374, prix-fait) ; ibid., fol. 111 (26 mars 1378, prix-fait).

23 De manière générale sur ce point, voir Faron - Hubert 1995.

24 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 62 v : De extraordinariis septembris Item eadem die lune XVI septembris fuit missus Parisius Petrus Desaresii messagerius Montispesullani pro litteris regiis pro amortisatione feudorum emtorum et emendorum necessariis de mandato domini collectoris solvi ei presentibus dominis Guillermo Fabri et Johanne Mede presbiteris XX fl.

25 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 12, fol. 83 et fol. 87.

26 Ibid.

27 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 13, fol. 7 (10 février 1369).

28 Nougaret 1994, p. 85.

29 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 72v : Item die jovis XIII februarii magister Guillermus Cumbas et Johannes Egidii accesserunt apud monasterium Vallismagne pro videndo ecclesiam solvi pro expensis eorum et equitatorum manu magistri Cumbas 40 s.

30 Les travaux de reconstruction de l’abbaye, commencés en 1252 se poursuivirent « jusqu’au premier quart du XIVe siècle » : Robin 1999, p. 361.

31 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 72v : Item die veneris XXI februarii magister Guillermus Cumbas et Johannes Egidii accesserunt Avinion. pro recognoscendo bassas et menbraturas ecclesie sancti Desiderii solvi pro expensis per eos factis cum ronsinis 40 s.

32 Müntz 1890, p. 386 : le 3 avril 1365, on paie 12 livres pro pertracta portaliorum ecclesie Montispessulani.

33 Montagnes 1979, p. 57.

34 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol 60.

35 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 66 (16 mars 1370, n. st.)

36 Müntz 1890, p. 384.

37 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 21, Item die martis XXIIII mensis septembris solvi Richardo Fabri pro una clave pro viridario Carmelitarum ubi reponebantur fuste et lapides et alie materie hospitiorum diruendorum II s.

38 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 36v, Item die lune VIII mensis julii diruendo hospitia et parietes latera fustas et lapides reservando solvi LXXXVII manobris.

39 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 15.

40 Bouticourt 2004.

41 Moulin 2007, II, p. 336.

42 L’émine est une unité de mesure de volume équivalente à environ 38,7 litres.

43 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol 121 et 121v.

44 Le Goff 1980, p. 239.

45 Nougaret 1994, p. 84.

46 Alberti 2004, p. 140 (Livre III, chap. 1).

47 Archivio segreto Vaticano, Introitus et Exitus 309, fol. 60v.

48 Ibid. : Item die mercuri XI septembris solvi Berengario Laurentii et Petro Amalrici cuique pro duobus diebus et petro Sobranserii pro I die fusteriis quibus fuerunt descendendo campanam de hospitio Raymundi Cabrerii quam diruebatur et erigendo in viridario ut posset pulsari [...].

49 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 308 E 11, fol. 121v (12 décembre 1371).

50 Dans ce cas comme dans ceux envisagés par Butaud - Challet 2009 (p. 533) c’est « l’édification d’une église qui clôturait le processus ». Mais pour Saint-Benoît de Montpellier, l’église fut la première mise en chantier, ce qui souligne encore le caractère singulier de l’entreprise pontificale.

51 Sur ce point voir le récent article de Domenge 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bernardi, « L’implantation en ville : une question de moyens ? », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/443 ; DOI : 10.4000/mefrm.443

Haut de page

Auteur

Philippe Bernardi

Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP : UMR 8589, Université de Paris 1, CNRS) - bernardi.philippe[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org