Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Les commanderies dans l’espace urbain

Templiers et Hospitaliers dans les villes de l’Occident méditerranéen (XIIe-XIIIe siècle)
Damien Carraz

Résumés

Si les ordres militaires ont longtemps été les oubliés de l’histoire des communautés régulières dans la ville, plusieurs travaux récents ont souligné la profonde intégration des commanderies au fait urbain. Cet article veut rendre compte de quelques unes de ces recherches qui, parce qu’elles relèvent de traditions historiographiques souvent cloisonnées, n’ont pas encore suscité de réflexion d’ensemble sur le rapport du monachisme militaire à la ville. Les données sur la présence des Templiers et des Hospitaliers dans les cités du Midi français sont confrontées à un certain nombre d’observations formulées à l’échelle de l’Occident méditerranéen et notamment de l’Italie. L’essentiel de la réflexion repose sur les sources écrites et iconographiques, sans négliger pour autant les apports de l’archéologie. Sont abordées les logiques d’insertion des ordres militaires dans l’espace urbain, tandis que les programmes architecturaux des commanderies paraissent assez révélateurs d’une forme de vie régulière originale. On évoque enfin quelques lieux où a pu se développer une interaction entre les frères et leurs voisins laïques – clôtures paradoxalement assez ouvertes sur l’extérieur, cimetières – puis l’impact des ordres militaires sur l’urbanisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

Introduction

  • 1 Huius edificii prima est utilitas, quod conventus Templariorum educendus de peccatrice et omni spur (...)

Cette construction [de Château-Pèlerin] est d’autant plus utile que le couvent des Templiers, éloigné de la ville pécheresse d’Acre et de tous ses immondices, restera à l’abri de ce château jusqu’à la libération de Jérusalem, mère de la foi1.

  • 2 Jaspert sous presse.

1Jouant de la tension classique entre les vices et les vertus de la ville, Olivier le Scolastique rappelle que l’idéal des frères du Temple était naturellement de recouvrer Jérusalem, perdue par les chrétiens depuis 1187. La Cité sainte avait, en effet, constitué le berceau de cette milice et le lien originel avec la ville marqua encore la naissance de tous les autres ordres militaires, en Terre sainte comme en péninsule Ibérique. L’identification à la Ville sainte, proclamée par la titulature même des Templiers – pauperes commilitones Christi templique Salomonici Hierosolimitanis – fut reprise par l’Hôpital de Saint-Jean, l’ordre Teutonique ou Saint-Lazare qui, dans leur symbolique, se référaient tous à leur fondation hiérosolymitaine2.

  • 3 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Carraz 2005, p. 258-259.

2Olivier le Scolastique permet commodément de rappeler que, tout au long de leur histoire, les ordres militaires investirent systématiquement les réseaux urbains, dans l’Orient latin comme en Occident. Et pourtant, cette trop belle citation constitue une sorte de hapax ! Dans la réalité, en effet, la présence des ordres militaires dans la ville a suscité très peu de commentaires de la part des observateurs extérieurs et a fortiori des frères eux-mêmes3. Le fait qu’aucune norme spécifique n’ait cherché à encadrer cette implantation, ou que les frères eux-mêmes n’aient produit aucun discours justificatif, suggère, à mon sens, que leur immersion dans le monde s’est faite tout naturellement. Leur vocation même les invitait à investir les villes : la mission militaire et ses nécessités économiques et logistiques spécifiques ; l’action caritative qui fut à l’origine même de plusieurs ordres qui ne se militarisèrent que dans un second temps (Hôpital, Teutoniques, Saint-Lazare) ; sans compter la dimension pastorale qui passa même au premier plan dans les régions de l’arrière, éloignées des frontières, qui abritaient finalement l’essentiel des établissements.

  • 4 Par exemple pour l’Italie du Nord : Bellomo 2010, p. 12-15.
  • 5 Voir, par exemple, le cas de l’Italie du Sud où les lacunes documentaires sur les premiers temps so (...)

3L’absence de discours spécifique sur la présence des ordres militaires en ville explique en partie pourquoi, aux yeux de l’historiographie traditionnelle, ces derniers ont très longtemps été perçus comme des institutions rurales, au même titre que les cisterciens et autres avatars du nouveau monachisme. Dans de nombreux espaces, comme l’Italie, la Castille ou les îles britanniques, ce « malentendu historiographique » a été conforté par le caractère dispersé et fragmentaire des sources écrites relatives aux implantations urbaines4. Et même dans les pays de droit écrit bien documentés par l’activité notariale, les premiers temps de l’insediamento restent souvent dans l’ombre, notamment faute d’actes de fondation5. Enfin, les vestiges matériels relatifs à ces implantations ont souvent mal résisté aux affres du temps. La suppression du Temple a très tôt précipité le déclin de nombreux bâtiments, tandis que les restructurations urbaines, de la fin du Moyen Âge à l’ère industrielle, ont condamné la plupart des commanderies qui avaient été implantées en des zones périphériques.

  • 6 Toomaspoeg 2003 ; E. Bellomo 2008 ; Carraz 2005 ; et Kreem 2002.
  • 7 Carraz sous presse.
  • 8 Des questions générales parfaitement formulées par les bilans de Caby 1999 et Caby 2004.
  • 9 Voir les états de la question proposés pour la France du Nord (V. Bessey), les Îles britanniques (H (...)

4Pourtant, de la péninsule italienne à la Provence, jusqu’à la lointaine Tallin des Teutoniques, plusieurs thèses ont récemment révélé le dynamisme socio-économique et l’emprise spatiale des commanderies implantées dans les centres urbains6. Cette dynamique historiographique, partie de recherches centrées avant tout sur le monachisme militaire, a parfois intégré les réflexions menées par ailleurs sur l’inurbamento des ordres religieux7. Autant dire d’emblée, en effet, que les questions relatives à l’insertion des établissements réguliers dans le tissu urbain et à l’organisation matérielle des lieux conventuels se posent en des termes très comparables pour les ordres militaires8. Leurs membres n’étaient pourtant pas des moines tout à fait comme les autres et leur propositum vitae comme les liens de sociabilité qu’ils suscitèrent ont parfois généré des formes originales d’organisation spatiale. L’ampleur de la question et les limites de nos compétences conduisent à restreindre le propos au Temple et à l’Hôpital – deux ordres proches à tant d’égards qu’il faut les traiter conjointement – et aux XIIe-XIIIe siècles. Tout en réservant à la Provence un traitement privilégié, on tentera quelques incursions en Italie centro-septentrionale et en Catalogne. Toutefois, si l’on fait abstraction de certains décalages chronologiques concernant l’implantation des commanderies comme l’urbanisation elle-même, l’essentiel des observations formulées ici seraient globalement valables pour des contrées plus septentrionales9. La question de l’emprise matérielle des commanderies dans l’espace urbain ne saurait, par ailleurs se passer des apports de l’archéologie. Les fouilles préventives et les études du bâti ont parfois compensé la rareté des sources écrites ou fournissent, en tous les cas, matière à réflexion.

Les commanderies dans la ville

Les conditions de l’inurbamento

  • 10 Carraz 2005, p. 85-108.
  • 11 Amargier 1972, n° 257 ; et Carraz 1996, p. 8.
  • 12 Carraz 2005, p. 125-126.
  • 13 Bellomo 2008, p. 15-16 et p. 229-232.
  • 14 Bellomo sous presse ; et Toomaspoeg sous presse.

5Les commanderies sont apparues dans les villes entre le premiers tiers du XIIe et le milieu du siècle suivant. Leur implantation se trouva donc en phase avec un essor urbain général, marqué non seulement par un dynamisme démographique et économique, mais encore par la fondation de quantités de nouvelles maisons religieuses suscitées par les réformes de la vie régulière ou par les besoins de l’assistance. Cette recomposition du paysage social et monumental intervint au moment où les dominations traditionnelles, qu’elles fussent ecclésiastiques – évêchés, chapitres – ou laïques – pouvoirs municipaux et aristocratiques – consolidaient elles-mêmes leur emprise sur la ville. C’est dans ce contexte stimulant mais concurrentiel que Templiers et Hospitaliers atteignirent les centres urbains, parfois en dépêchant d’abord des frères missionnaires chargés de recueillir donations et soutiens. Dans un second temps, le réseau des commanderies fut complété par essaimage à partir des premières fondations. Elle-même inscrite dans l’élaboration d’un vaste réseau régional propre à chaque ordre, la progression des deux ordres en Provence suggère ainsi un investissement planifié des lieux centraux : lieux de pouvoir – résidences comtales et sièges épiscopaux –, pôles économiques et nœuds de communication ouverts sur la Méditerranée10. Dans le Midi, cette stratégie rencontra le plus souvent la faveur des évêques qui aidèrent l’établissement des commanderies en attribuant aux « nouveaux frères » un lieu de culte ou un terrain vide de constructions. C’est le cas dans l’antique faubourg de Trinquetaille, sur la rive droite du Rhône, où les Hospitaliers reçurent l’église Saint-Thomas de l’archevêque Atton, vers 1115-1120, ou bien à Avignon, où la commanderie templière fut installée, autour de 1170, sur la Vinea episcopalis, un secteur gagné par l’habitat et relevant de la directe de l’évêque11. Toutefois, les milices s’adressèrent plutôt à des cercles issus de la moyenne aristocratie, possessionnés dans la ville et souvent acquis à l’idéal incarné par les frères guerriers. Autant que la documentation le laisse percevoir, des groupes de « chevaliers citoyens », liés par la propriété et par la parenté, cédèrent les pièces de terres qui permirent l’installation des Templiers à Arles, Saint-Paul-Trois-Châteaux ou Orange dans les années 114012. À Albenga, en Ligurie, en 1143-1146, on voit des missi de Templo acheter auprès de quelques propriétaires les parcelles qui accueilleront la maison de San Calogero de Campora13. Ces terrains, parfois acquis d’un seul tenant mais le plus souvent réunis grâce à une série de transactions foncières, se trouvaient le plus souvent en périphérie des cités. En Lombardie comme dans le Mezzogiorno, les commanderies ne furent incorporées à l’ensemble urbain qu’avec la construction de nouvelles enceintes, entre le milieu du XIIe et le XIVe siècle14.

  • 15 Ripert-Monclar 1907, n° 128 (19 mars 1136) ; et Carraz 2005, p. 143-144.
  • 16 Macé sous presse.
  • 17 Hollard 2003, p. 18-19.
  • 18 Carraz 2009a, p. 24-25.

6L’implantation des maisons religieuses au cœur des cités fut en effet source de tension au moment où les évêques, portés par la réforme grégorienne, tendaient à affermir leur emprise seigneuriale. À Saint-Paul-Trois-Châteaux, les Templiers avaient hérité de l’évêque Pons de Grillon un palais et une église détachés du vieux groupe épiscopal, au cœur de la cité. Cette situation s’avéra intolérable pour les successeurs de l’évêque bienfaiteur qui forcèrent les frères à se replier à Saint-Vincent, un autre lieu de vénérable tradition paléochrétienne. Située à quelques 1 500 mètres du centre, la nouvelle maison se trouva finalement ravalée au rang d’annexe de la puissante commanderie rurale de Richerenches15. L’arrivée des Templiers à Toulouse offre un autre cas de figure. D’abord installés sur le site rural de Laramet, les frères réussirent, au cours de l’année 1134, à acquérir un honor à l’intérieur de la cité, dans l’îlot même où l’ordre de Saint-Jean avait déjà sa propre maison. Toutefois, soumise à la pression de ses voisins hospitaliers, cette implantation templière ne resta longtemps qu’une simple maison de ville16. Malgré les concurrences des autres réguliers et les réticences des séculiers, certains vieux centres furent toutefois investis avec succès. Établis hors les murs d’Avignon depuis 1180 environ, dans une maison cédée par un miles, les Hospitaliers réussirent à investir une paroisse centrale en 1203, au prix d’un conflit avec le chapitre cathédral17. À Marseille, les deux commanderies occupaient chacune un emplacement stratégique sur le port : la turris de l’Hôpital surveillait l’entrée de la rade, tandis que les Templiers étaient positionnés près d’une porte du « barri vieux »18.

Entre centre et périphérie : un insediamento « militaro-hospitalier »

  • 19 Szabò 1989, p. 297-310 ; Bellomo 2008, p. 64-68. 
  • 20 Carraz 1996, p. 10. 
  • 21 Tréton sous presse.
  • 22 Poleggi 1999, p. 34-35 ; et Ceccarelli Lemut - Garzella 1999, p. 531-532.

7Si l’occupation déjà dense du sol a en général repoussé les commanderies à l’extérieur des centres des cités, celles-ci n’en étaient pas moins situées sur les axes routiers qui reliaient les villes entre elles. En Italie du Nord, les deux ordres s’établirent dans la plupart des étapes de la Via Francigena, comme Pavie, Bologne, Parme ou Plaisance ; autant de sites où l’on trouve leurs maisons en bordure d’une voie de passage ou d’un pont19. Les commanderies se trouvaient aussi sur les voies de pénétration qui conduisaient de la campagne, où les ordres étaient possessionnés, vers le centre urbain en passant par les faubourgs. À Avignon, la rue des Poissonniers, sur laquelle ouvrait la porte principale du Temple, constituait l’un des passages vers les bords du Rhône et vers le quartier périurbain de l’Estel où l’ordre avait accumulé des terres20. Cette commanderie, sise au cœur d’un quartier commerçant et proche à la fois de ferrages chèrement accensés et de terrains en cours de lotissement, illustre encore la présence des milices au cœur des activités économiques. À Perpignan, la commanderie du Temple qui prit forme dans les deux dernières décennies du XIIe siècle, s’était positionnée dans un îlot bordant la Boveria, une place située sur l’artère principale de la ville, entre le marché et les grands axes commerciaux21. Partout, les frères ont cherché à s’approcher des lieux de l’économie urbaine, tandis que la logistique du secours à la Terre sainte appelait la proximité des installations portuaires, qu’elles fussent maritimes ou fluviales. Hors les murs de Gênes, sur la route longeant le bord de mer, se trouvaient ainsi les commanderies de Santa Fede (Temple) et de San Giovanni (Hôpital), tandis qu’à Pise, les Hospitaliers étaient installés sur la Carraia Maiore venant de Florence, près des quais de l’Arno22.

  • 23 Fuguet Sans 2011, p. 386 et 391.
  • 24 Vecchione 1990, p. 75.

8Jouxtant fréquemment les enceintes urbaines, les ordres militaires apprécièrent également la proximité des portes. On trouve ce cas de figure à Arles ou à Avignon, où la maison du Temple s’est installée près d’une entrée, à l’extérieur de l’enceinte « romane » dans le premier cas et juste à l’intérieur dans le second cas. Il est inutile d’insister sur cette position stratégique qui permettait de capter les flux de fidèles et de voyageurs. Dans les pays de frontière, l’emplacement se doublait d’une fonction défensive : située à l’un des accès stratégique de la ville, l’encomienda du Temple de Tortosa, en Nouvelle Catalogne, en gardait la porte principale23. On s’attend un peu moins à retrouver une configuration comparable pour des villes a priori moins exposées à la menace guerrière, comme Perpignan ou bien Hyères où la maison-forte templière était en position de défense avancée de la cité24.

Emprise spatiale et impact sur la topographie

  • 25 Macé sous presse.
  • 26 Jacoby 1989, p. 201-203.

9Avant d’entrer à l’intérieur des ensembles conventuels, envisageons l’impact que leur aménagement a pu exercer sur les quartiers qui les accueillirent. Les noms de lieux partout attachés aux commanderies suggèrent que les frères ont marqué la mémoire locale, que ce soit à l’échelle de la rue – strata mansionis [Templi], carreria Templi, via Hospitalis, porta domus milicie… – ou du quartier – quarterio Sancti Iohannis, suburbium Templi… Mais, loin de se limiter à la toponymie, l’installation des milices eut surtout un impact sur la micro-topographie environnante. Partout, les frères s’efforcèrent de limiter les relations de voisinage en procédant à l’acquisition systématique des parcelles, bâties ou non, et même des rues confrontant leur maison. Par conséquent, la commanderie apparaît souvent au sein d’un îlot isolé du bâti environnant et dont les accès ont réussi à restructurer le réseau viaire local. Limitons nous au cas de Toulouse où l’exceptionnelle documentation montre bien comment les Hospitaliers, à partir de leur installation dans le « moulon » de la Dalbade, se lancèrent à la conquête de l’ensemble de l’îlot, entre les années 1140 et 1180. Ils en évincèrent même les Templiers – obligés d’aller s’installer sur la berge de la Garonne près des remparts –, tandis qu’en 1181, un nouvel achat permit à l’ordre de Saint-Jean d’étendre son emprise afin d’agrandir son église conventuelle et d’aménager sept boutiques le long de son enclos25. Ces entreprises d’isolement et de contrôle des accès traduisent une domination sur le sol urbain que les ordres exercèrent avec plus de force encore lorsque leur dominium s’étendait sur un quartier, comme à Acre26.

10L’action des commanderies sur le tissu urbain environnant est d’autant plus remarquable que, dans la plupart des cas, ces dernières constituaient des ensembles relativement modestes abritant tout au plus une quinzaine de frères et de familiers. Si l’on excepte les complexes qui accueillaient des centres de commandement provinciaux – comme le Temple de Paris ou les quartiers généraux de Jérusalem et d’Acre –, la plupart des ensembles conventuels occupaient finalement une surface au sol relativement restreinte. On dispose hélas de peu de chiffres : la superficie de la commanderie templière de Perpignan est estimée à 7 500 m², quand celle de la modeste maison d’Avignon n’excédait pas 2 000 m². Nous sommes évidemment très loin du développement atteint par certains couvents dominicains ou franciscains. Et pourtant, les processus qui virent les commanderies prendre matériellement forme rappellent, à bien des égards, l’histoire monumentale de beaucoup de fondations mendiantes.

La commanderie urbaine : une synthèse de l’architecture conventuelle et palatiale

Remploi de structures préexistantes

  • 27 Parce qu’elle renvoie à un autre contexte, on laisse ici de côté la prise de possession par les ord (...)
  • 28 Grâce au soutien des évêques, les Templiers héritèrent d’un lieu de culte antérieur à Milan, Albeng (...)
  • 29 Hollard 2001, p. 12-13.
  • 30 Bogin 1976, p. 40 ; et sur la donation de 1215 et son contexte : Mazel 2002, p. 361.
  • 31 Amy et al. 1962, I, p. 56 et pl. 2, et II, pl. 37.
  • 32 Benoît 1934, p. 224-225. Sur le contexte de ces fouilles : Heijmans 2004, p. 25-26.

11À leur arrivée, les frères héritèrent assez souvent d’édifices préexistants qu’ils s’efforcèrent d’adapter aux nécessités de la vie régulière27. Hélas, les actes de la pratique n’éclairent pas vraiment la nature de ces aménagements. C’est notamment le cas en Italie du Nord où Templiers et Hospitaliers reçurent plusieurs lieux de culte, dont on peut supposer que certains étaient attenant à des édifices conventuels28. À Avignon, on sait seulement que les Hospitaliers édifièrent un oratoire en 1199 dans la stare avec étage et tour qu’ils avaient reçue vingt ans plus tôt de l’un de leurs protecteurs, l’influent chevalier Brocard29. L’installation des frères dans des murs dotés d’un certain prestige n’est guère mieux documentée. En 1215, le co-prince d’Orange, Raimbaud IV, fit don aux Hospitaliers du château de l’Arc, un édifice emblématique chanté par la trobairitz Azalaïs de Porcairages30. Cette fortification, qui avait réinvesti l’ancien arc de triomphe augustéen, est attestée par des gravures du XVIIe siècle, tandis que l’édifice restauré porte, aujourd'hui encore, les stigmates des transformations médiévales – baie creusée dans l’épaisseur du parement antique, trous d’ancrage révélant l’aménagement d’un plancher intermédiaire… Mais aucun texte ne documente l’occupation de l’Hôpital. La fouille des pourtours de l’arc de triomphe, dans les années 1950, aurait dû constituer une occasion unique pour comprendre les modalités de l’occupation médiévale31. Des aménagements médiévaux figurent bien sur le relevé général de la fouille – traces d’une enceinte, puits… –, mais la publication ne leur consacre pas une ligne. Les limites heuristiques d’une archéologie que n’intéressait alors que la mise au jour des structures antiques sont tout aussi manifestes pour le site de l’Hôpital à Trinquetaille. Dans les années 1930, fouillant une riche villa du Bas-Empire dans le quartier dit le « Clos Saint-Jean », Fernand Benoît mit au jour des murs médiévaux qui remployaient en partie les substructures antiques32. L’éminent antiquisant identifia bien à l’église de la commanderie Saint-Thomas, ces maçonneries associées à des fragments sculptés et à un mobilier du XIIIe siècle. Il n’en ressortit que quelques lignes dans les Mémoires de l’institut historique de Provence… Ces occasions manquées, qu’il faut bien sûr replacer dans leur contexte épistémologique, montrent combien les phases de réoccupation sont souvent difficiles à appréhender, quelles que soient les voies d’approche. L’évocation des pionniers permet en outre de mesurer le chemin parcouru par les recherches d’archéologie urbaine appliquées aux ordres militaires et dont on évoquera quelques exemples plus bas.

Programmes ex nihilo

  • 33 L’étude de Pistilli 2003 propose un exemple de reconstitution de l’organisation de la maison du Tem (...)
  • 34 Bayol 1900 ; Carraz 2005, p. 265-269 ; Pousthomis-Dalle 2006 ; Fuguet Sans 2004 ; Fuguet Sans - Pla (...)
  • 35 Un parloir est attesté à la commanderie du Temple d’Arles (1240) ou à l’Hôpital de Trinquetaille (1 (...)
  • 36 Gardini 2001, p. 97-98.
  • 37 À l’exception, toutefois, des maisons qui réoccupèrent un ancien monastère, comme S. Maria de Avent (...)

12L’acquisition de terrains vierges favorisa en revanche la conception de programmes architecturaux ex nihilo et adaptés au propositum spécifique des ordres militaires. Les actes de la pratique, surtout lorsqu’ils peuvent être associés à une documentation iconographique des XVIIe-XXe siècles, donnent une idée assez claire de l’organisation interne de ces établissements33. Bien que sous-exploités par les historiens, les inventaires dressés dans les années 1307-1312, à l’occasion du séquestre des biens du Temple, sont parfois assez précis pour offrir une véritable « promenade discursive » à l’intérieur des bâtiments (cf. documents annexes). L’ensemble de cette documentation d’archive étudiée pour plusieurs commanderies provençales (Avignon, Arles, Saint-Gilles, Marseille), pour l’Hôpital de Toulouse, ou bien pour le Temple de Barcelone autorise un « portrait type » de la commanderie urbaine que les recherches ultérieures contribueront à affiner34. Celle-ci apparaît comme un enclos doté d’une cour intérieure (claustrum), éventuellement bordée de portiques (porticus), et autour de laquelle s’organisent bâtiments conventuels (refectorium, parlatorium35), chapelle et communs (cuisine, cellier, caves). Si les termes claustrum ou curtis sont toujours délicats à interpréter, l’archéologie a montré que les établissements prestigieux, comme San Giovanni di Pré à Gênes ou Saint-Jean de Toulouse, étaient dotés d’un véritable cloître36. En Occident, les témoignages se rapportent plutôt à l’Hôpital et – sous réserve de futures découvertes – il est donc possible que le cloître monastique constitue l’un des rares facteurs de différenciation avec les maisons templières37.

  • 38 Par exemple, l’organisation du monastère cistercien sert de référence pour identifier comme dortoir (...)

13L’aile affectée à la résidence apparaît dotée d’un étage au moins et desservie par des circulations apparemment assez complexes (corridors, escaliers en bois ou en pierre). Les nombreuses mentions de camerae, pour certaines attribuées aux dignitaires (commandeur, chapelain, trésorier…), suggèrent qu’à la fin du XIIIe siècle au moins, les frères ont adopté une conception assez souple de la vie commune. Bien que prévu par les règles, le dortoir constitue le type même d’espace difficile à cerner. Il n’est que très rarement mentionné par les chartes, peut-être parce que cette pièce, au cœur de l’intimité monastique, n’était pas appropriée à la rédaction d’actes publiques. Et les historiens de l’art ne l’identifient à des salles encore existantes que par analogie avec d’autres agencements monastiques38.

14La dernière caractéristique architecturale de la commanderie urbaine est la permanence d’un vocabulaire militaire incarné par l’omniprésence de la tour, les crénelages et les chemins de ronde. En Provence, de tels dispositifs sont attestés par les rares édifices qui subsistent encore en élévation mais qui sont aujourd'hui isolés des complexes conventuels dans lesquels ils s’inséraient (tour Saint-Jean et chapelle templière à Avignon, tour Saint-Blaise à Hyères…). Même si leur chronologie est bien difficile à préciser, on retrouve de tels éléments fortifiés dans la documentation tardive, comme les visites de l’ordre de Malte ou les relevés effectués aux XVIIIe-XIXe siècles qui font, par exemple, connaître la massive tour quadrangulaire abritant la sala dels cavalls du Palau templier de Barcelone.

  • 39 Claude sous presse.

15En définitive, les complexes qui se dessinent ainsi apparaissent très proches des programmes palatiaux urbains. Hospitaliers et Templiers qui qualifiaient leurs résidences de palatium/palau/palazzo – autant que de domus ou de stare – ne s’y trompaient pas. Rien ne témoigne mieux, me semble-t-il, de cette parfaite familiarité avec l’habitat aristocratique que la façon dont le « couvent » hospitalier s’est inséré dans la matrice constituée par le palais fortifié de Manosque. Ce château, reçu du comte de Forcalquier en 1209, a été détruit en 1793. Mais grâce à une belle série documentaire, Sandrine Claude a très bien reconstitué les aménagements réalisés au cours des XIIIe-XIVe siècles39. Or, les frères semblent ici avoir parfaitement réussi la synthèse entre nécessités de la vie conventuelle (réfectoire, parloir, salle capitulaire, chapelle…) et cadre de vie seigneurial (aula, grand tinel, chambre du commandeur…).

Des chantiers permanents

  • 40 En 1144, l’ensemble de Saint-Thomas de Trinquetaille était défini cum omni honore quem circa ipsam (...)
  • 41 Tréton sous presse.
  • 42 Esquieu 1988 ; Rossini 2001, p. 124.

16L’exploitation des sources écrites et figurées donne toutefois une vision assez figée de ces complexes monumentaux qui sont ainsi restitués dans un état remontant, au plus tôt, au milieu du XIIIe siècle. Les plus anciennes chartes mentionnent parfois quelques bâtiments à l’abri de ce qui pourrait ressembler à une enceinte40. Mais on devine une organisation encore assez fruste qui devait être assez éloignée de celle des « couvents-palais » que l’on vient d’évoquer. Or, les mentions de travaux que l’on trouve au hasard des actes suggèrent bien que de tels programmes furent l’aboutissement d’expériences diverses et progressives. À Perpignan, alors que la maison primitive remontait aux alentours de 1180, ce n’est que dans le dernier quart du XIIIe siècle que le palacium domus Templi connut des réaménagements décisifs : surélévation des murs, percement de fenêtres, nouvelle toiture et construction de l’église Sainte-Marie41. Ce programme de travaux, qui atteste de la promotion de cet établissement installé dans la nouvelle capitale des rois de Majorque, a pu avoir bien des équivalents ailleurs. Tandis que les Hospitaliers d’Aix élevaient la première église gothique en Provence, entre 1272 et 1278, leurs frères de Gênes furent pris d’« un nuovo fervore costruttivo » à la fin du XIIIe siècle42. Apparemment, la situation difficile que les ordres militaires affrontaient alors en Terre sainte n’entama pas vraiment le prestige et les capacités financières des établissements occidentaux…

  • 43 Carraz 2008, p. 182-186.
  • 44 Carraz 2008, p. 180-182.
  • 45 Mannoni - Pistarino 1999 ; Rossini 2001 (l’existence d’une église antérieure reste toutefois une hy (...)
  • 46 Pousthomis-Dalle 2006 ; Nin 2004.
  • 47 Sainte-Luce d’Arles en 1983-85 (Archéologie du Midi médiéval, 11, 1993, p. 140-144) ; Hôpital de Ba (...)
  • 48 Situé hors-les-murs de la ville, le site occupé par les Templiers et qui passa aux Capucins en 1605 (...)

17À l’instar des résultats qui commencent à émerger des investigations conduites sur les sites ruraux, seule l’archéologie pourra véritablement éclairer la façon dont s’élaborèrent les ensembles urbains et fournir des repères chronologiques43. Les éléments relevant de l’architecture militaire – souvent difficiles à dater – peuvent notamment procéder de réaménagements tardifs si l’on se réfère aux comparaisons chronologiques fournies par certaines commanderies rurales44. Quelques études monumentales rappellent surtout que l’enclos quadrangulaire érigé plus haut en modèle un peu théorique pouvait offrir bien des variantes. Les établissements formés à partir de structures préexistantes adoptaient notamment une organisation beaucoup plus empirique : on peut renvoyer à cet égard aux dispositions des complexes hospitaliers de San Pietro Consavia à Asti et de San Giovanni di Pré à Gênes qui se développèrent tous deux à partir d’une église antérieure dédiée au Saint-Sépulcre45. Aux riches travaux des archéologues italiens qui ne sauraient être résumés ici, font écho la belle recherche collective sur le prieuré de l’Hôpital de Toulouse et une publication annoncée sur l’église et la maison de Saint-Jean d’Aix46. Une série d’opérations archéologiques plus limitées a encore concerné des sites occupés par les ordres militaires dans le Midi47. Toutefois, les conditions de conservation des structures enfouies dans les sous-sols urbains – on peut penser à l’entière disparition de la commanderie du Temple de Grasse48 –, les contraintes inhérentes à l’archéologie préventive et la diffusion confidentielle des résultats empêchent, pour l’heure, d’envisager toute synthèse.

  • 49 Carraz - Aspord 2010. 

18Enfin, on ne saurait enfermer la commanderie urbaine dans une typologie hermétique puisqu’il est évident que les constructions élaborées en ville partagent avec les maisons rurales des caractéristiques communes. Les établissements « campagnards », souvent mieux conservés et jusqu’alors davantage étudiés, offrent ainsi matière à des comparaisons suggestives. Au nombre des études récentes, on peut renvoyer à la commanderie de Montfrin (Gard), encore préservée dans le bâti actuel de ce castrum qui s’est constitué à partir du XIIe siècle autour du pôle seigneurial templier. Au sein de cet habitat groupé, dont l’organisation socio-politique et le paysage minéral rappellent à bien des égards la ville méridionale, l’ensemble monumental du Temple donne une idée assez précise de ce à quoi pouvait ressembler une commanderie urbaine. Son programme s’inspire à la fois du palais aristocratique urbain (aula peinte, tours d’angle quadrangulaires, « cour d’honneur »), de l’exploitation agricole (basse-cour et communs) et de la structure de vie régulière49. Il reste à se demander dans quelle mesure de telles formules d’organisation spatiale reflètent un système d’habitus propre aux frères des ordres militaires et aux liens que ces derniers entretenaient avec les sociétés locales.

Espaces des commanderies et sociétés urbaines

Clôture / ouverture : l’ambiguïté du monachisme militaire

  • 50 Claude sous presse.

19L’insertion de la commanderie dans la topographie environnante symbolise assez bien la tension, propre à chaque ordre religieux mais peut-être plus perceptible encore chez les ordres militaro-hospitaliers, entre fuga mundi et ouverture au prochain. Le soin porté au contrôle des biens fonciers confrontant les enclos et des voies d’accès vise à l’aménagement de zones-tampon entre la maison religieuse et la vie urbaine. Ce réflexe, bien attesté pour la plupart des établissements réguliers citadins, procède bien sûr de la reconstitution du locus desertus indispensable à la préservation de toute vie régulière. Mais chez les ordres militaires, on y verrait plus encore une tendance, toute seigneuriale, au contrôle du sol et éventuellement des hommes qui y sont installés. Ainsi, dans le premiers tiers du XIIIe siècle, les Hospitaliers de Manosque s’employèrent à acquérir les terrains bordant les fossés de leur palais-commanderie en créant une auréole vide de constructions tout autour50. La plupart des immeubles qui bordaient cette auréole relevaient aussi de la directe de l’ordre, ce qui signifie que les voisins de la commanderie étaient insérés dans un lien de dépendance comme tenanciers et éventuellement clients.

  • 51 On peut renvoyer à l’exemple bien mis en valeur de Jalès, en Ardèche, où les Hospitaliers transform (...)
  • 52 Pour une vue synthétique des implantations urbaines des ordres militaires dans le royaume de Jérusa (...)

20L’enfermement derrière de forts murs participe de la même préservation de la vie religieuse et on peut émettre l’hypothèse que les enclos se structurèrent bien plus tôt en ville qu’à la campagne où beaucoup de commanderies apparurent comme des espaces ouverts jusqu’aux troubles de la fin du Moyen Âge51. La fonction de protection de la clôture maçonnée, encore plus évidente dans les villes de frontière, autorise peut-être à rechercher en Terre sainte le modèle de l’enclos des ordres militaires. À Jérusalem comme à Acre, les quartiers généraux du Temple et de l’Hôpital constituaient d’impressionnants complexes fortifiés, tandis que les milices participaient, évidemment bien plus concrètement qu’en Occident, à la défense urbaine52. Toutefois, en dehors de quelques éléments relevant de l’art de la fortification, les échanges de modèles architecturaux entre Orient latin et Occident sont, dans le cadre des ordres militaires, encore trop peu connus pour qu’il soit possible de pousser plus loin la question des influences réciproques entre complexes urbains de Terre sainte et commanderies des villes d’Occident.

  • 53 Carraz 2011.
  • 54 Exemples dans Carraz 2011 (à Marseille en 1248 et 1324) ; et Bellomo 2008, p. 264 (à Plaisance en 1 (...)

21Enfin, au-delà de sa matérialité, la clôture revêt également une dimension juridique car elle délimite précisément l’espace à l’intérieur duquel s’exercent les privilèges juridictionnels attachés aux ordres – les libertates assignées aux frères et à leurs familiers – mais aussi leurs attributions sacramentelles. On comprend ainsi pourquoi les compositions qui définissent les cadres de l’action pastorale des Templiers et des Hospitaliers attachent une certaine importance à la notion de porte. Plusieurs arbitrages provençaux du XIIIe siècle entre évêques et ordres militaires distinguent bien le domaine intra septa, où les sacrements pouvaient être conférés aux frères et à leurs familiers, de l’espace extra septa où leurs prétentions spirituelles se trouvaient considérablement limitées53. La même attention des évêques aux limites juridictionnelles attribuées aux milices a déterminé les procédures de bornage de leurs propriétés urbaines attestées au moins à partir du milieu du XIIIe siècle54. Les inquiétudes du clergé séculier face aux entreprises des frères n’étaient pas infondées dans la mesure où leurs maisons, malgré leurs hauts murs, apparaissent largement ouvertes sur le monde extérieur.

  • 55 Bessey sous presse.
  • 56 Macé sous presse.

22Rien ne symbolise mieux cette ouverture que les grandes portes des commanderies, que l’on imagine volontiers monumentales, ouvertes sur la rue. En attendant qu’émergent d’autres témoignages, nous savons que cette configuration existait au Temple d’Avignon où la porte principale était doublée d’une entrée secondaire permettant d’accéder directement à la chapelle conventuelle depuis une transversia retro Templum. On la retrouve au Temple de Douai où subsiste encore aujourd'hui « une double entrée, charretière et piétonne, surmontée de créneaux »55. Même si ces deux exemples nous sont parvenus dans un état passablement transformé, les textes confirment l’ancienneté du dispositif, comme au prieuré de Toulouse où figuraient à la fois une porta maiora et au moins une entrée secondaire sous forme de poterne56. Plusieurs travaux récents ont montré que les commanderies étaient communément fréquentées par les laïcs : on s’y réunissait pour trancher des litiges, les négociants pouvaient y entreposer des marchandises, les autorités municipales y déposaient parfois leurs archives, voisins et clients témoignaient au bas des chartes rédigées chez les frères… À cette parfaite intégration à la vie sociale se surimpose surtout l’attraction spirituelle exercée par les frères : les élections de sépulture, les demandes de messe, la vivacité d’un encadrement confraternel ouvert autant aux femmes qu’aux hommes, de même que l’accueil des pèlerins et des fidèles, ont imposé les commanderies comme d’importants pôles de dévotion à l’échelle de la ville.

Des « interfaces spatiales » entre sphères régulières et laïques

  • 57 Cf. le bilan historiographique, qui fait sien le concept foucaldien d’hétérotopie, de Viallet sous (...)
  • 58 En guise d’introduction aux mouvances laïques des ordres militaires, je me permets de renvoyer à Ca (...)
  • 59 Coulet 2002, notamment p. 151-152.
  • 60 Gazzini 2007, notamment p. 142-143.
  • 61 Avec plus ou moins de prudence, les archéologues sont tentés d’interpréter comme lieu d’accueil tou (...)

23De fait, les réflexions conduites sur les couvents mendiants en tant qu’espaces d’interpénétration des sphères régulières et laïques devraient aussi aider à poser le problème de l’ouverture des commanderies sur l’extérieur57. On ne peut, pour l’heure, qu’égrener des questions sans réponses. Certains laïcs affiliés, confrères et plus encore donnés, suivaient selon toute apparence un mode de vie très proche de celui des frères58. Et que dire des membres de la domesticité et des familiers en général ? La documentation provençale du XIVe siècle met assez bien en scène ces travailleurs agricoles, cuisinières, notaires ou autres bayles qui partageaient largement la vie des Hospitaliers59. Cet entourage, désormais plus nombreux que les frères eux-mêmes, avait alors pris de l’importance dans la gestion même des maisons. Mais il est bien difficile de savoir si la grande familiarité qui s’était développée de facto entre les religieux et leurs clients ou serviteurs existait dès l’origine ou bien si elle est apparue à la faveur de la « sécularisation rampante » des ordres militaires. Et, outre le fait que certains affiliés et familiers partageaient les repas des profès au réfectoire, comment la cohabitation s’organisait-elle matériellement et spatialement ? On peut supposer que les deux cours présentes dans beaucoup de commanderies rurales recoupaient la séparation entre les espaces réservés à la vie régulière, autour de la cour noble, et ceux relevant des services et de la domesticité (basse-cour). Mais il n’est pas évident que la surface plus resserrée de la plupart des maisons de ville ait toujours autorisé cette distinction des lieux de vie. On n’en dira pas plus sur les lieux ouverts à l’hospitalité qui constituent un autre type d’« interface » entre extérieur et intérieur. Très peu de commanderies ont possédé un hôpital stricto sensu, à l’exception de l’Italie centro-septentrionale60. Mais cela n’empêche pas que la plupart des maisons devaient réserver au moins une pièce à l’accueil des hôtes ou autres voyageurs, pauvres comme riches. Ces espaces modestes, qui n’étaient pas revêtus de la dimension symbolique de l’hospitium monastique ou de l’aumônerie canoniale, ont laissé bien peu de traces tangibles, qu’elles fussent textuelles ou matérielles61.

  • 62 Carraz 2003.
  • 63 Casagrande 2008 ; et Frugoni 2008.
  • 64 Josserand 2000.

24Dans l’état actuel des connaissances, ce sont sans doute les chapelles conventuelles qui illustrent le mieux l’intégration des commanderies au tissu urbain. Le fait que, contrairement aux espaces résidentiels, quelques uns de ces lieux de culte aient échappé aux destructions de l’ère industrielle peut être redevable à leurs qualités architecturales qui en faisaient, au Moyen Âge plus encore qu’aujourd'hui, des éléments marquants du paysage. Certains de ces édifices étaient étroitement liés au patronage princier, comme à Aix ou à Avignon62 ; d’autres constituaient des pôles de dévotion, associés à la religion civique (San Bevignate de Pérouse63) ou dépassant même l’horizon local pour rayonner le long des itinéraires de pèlerinage (Santa María de Villasirga64). Les concurrences que se livraient les différentes institutions ecclésiastiques pour le contrôle des âmes expliquent que ces chapelles n’aient que rarement obtenu un statut paroissial. Mais, en dépit des réticences du clergé séculier, ces lieux devaient attirer pèlerins de passage et fidèles gravitant autour des frères guerriers. C’est en tout cas ce que suggèrent les testaments passés en faveur des milices, les fondations de chapellenies et la force des confraternités associées aux commanderies. En revanche, ce sont encore les témoignages matériels qui permettent de conférer une traduction spatiale à l’attraction exercée par le monachisme militaire.

  • 65 Voir, de manière générale, l’ouvrage coordonné par Oberste (éd.) 2007, et notamment Klein 2007.
  • 66 Carraz 2003 ; et Cadei 2004, notamment p. 46-51.
  • 67 Aurell 1995 ; et Macé - Pousthomis-Dalle 2009.
  • 68 C’est ce que permet de suggérer l’étude exhaustive du cimetière du prieuré hospitalier de Toulouse (...)
  • 69 Pousthomis-Dalle 2006 ; Bouëtiez de Kerorguen - Delattre 2002. Il y avait également, à San Giovanni (...)

25Sans doute pourrait-on interpréter en termes de « Kommunikationspraxis » les choix architecturaux qui ont dicté la conception des lieux de culte urbains65. Il n’est ainsi pas anodin que les frères aient choisi ici un parti gothique purement francilien ou opté ailleurs pour un plan centré, surtout si celui-ci était associé à une dédicace au Saint-Sépulcre66. Une telle approche nous entraînerait trop loin ici mais, au-delà des possibles formes de communication destinées aux citadins, d’autres monumenta ou espaces sacrés, à l’intérieur ou à proximité des églises conventuelles, devraient permettre de « jauger » le degré d’ouverture des commanderies sur la ville. Ces dernières, en accueillant des sépultures dites privilégiées, constituèrent autant de pôles de rayonnement de la mémoire aristocratique et de la religion princière. On renverra seulement aux tombeaux abrités par les prieurés hospitaliers d’Aix-en-Provence et de Toulouse, mais un recensement des données archéologiques et épigraphiques devrait apporter bien d’autres ces d’inhumations de prestige en milieu urbain67. Plus largement, quelques récentes fouilles de cimetières inscrits dans les enclos éclairent de façon complémentaire les élections de sépulture conservées par les chartriers. L’archéologie tendrait ainsi à montrer que les cimetières hospitaliers ont continué à attirer des inhumations au moins jusqu’à l’aube des Temps modernes, alors que la seule lecture des testaments laisse plutôt croire à une désaffection des fidèles à l’égard de frères guerriers incapables de résister à la nouvelle attractivité des couvents mendiants68. On espère surtout que de futures investigations montreront comment ont pu se perpétuer dans la mort des formes de relations et de hiérarchies liant les laïcs aux commanderies. La fouille du prieuré de Toulouse – de même que celle de l’Hôpital de Corbeil – suggère bien la hiérarchisation des sépultures réparties entre l’église conventuelle, le cloître et le cimetière de « type paroissial »69. Dans la vie comme dans la mort, plusieurs espaces internes aux commanderies étaient donc ouverts aux citadins, mais à des degrés divers qui restent à préciser en fonction des différents cercles de laïcs gravitant autour des frères : bienfaiteurs et affiliés, familiers, habitants du quartier… Il reste à savoir dans quelle mesure ces interactions entre les milices et la société locale ont pu dépasser la cadre de la commanderie et de son voisinage immédiat. En d’autres termes, les multiples formes d’actions des ordres militaires ont-elles pu influer sur la fabrication des paysages urbains ?

Contribution à la fabrique urbaine

  • 70 Les frères établirent notamment leur cour de justice sur la place du terreau, en face de l’entrée d (...)
  • 71 Tréton sous presse.
  • 72 Bellomo 2008, p. 13-16.

26On délaissera les cas – au demeurant peu fréquents dans l’espace considéré – où les milices, en plus de leur emprise foncière, exerçaient une domination seigneuriale sur la ville et ses habitants. Ce pouvoir leur donnait la possibilité d’agir directement sur la fabrique urbaine, comme à Manosque où les Hospitaliers ont façonné « une topographie exclusivement seigneuriale, étroitement articulée autour de leur palais-commanderie »70. Lorsqu’ils furent seulement des acteurs parmi d’autres de la construction du paysage, les frères participèrent parfois au financement des infrastructures – comme à Perpignan où les Templiers trouvèrent leur intérêt en favorisant la construction de la nouvelle halle au blé en 129371. En Italie du Nord notamment, ils adhéraient également au bien commun en contribuant à l’entretien des remparts ou des ponts72. Mais c’est plutôt par l’impact de leur politique foncière sur le peuplement urbain que nous achevons ce tour d’horizon.

  • 73 Pécout (éd.) 2009, p. 84-87, doc. 7.
  • 74 D’après Smail 1999, p. 45.
  • 75 Jacoby 1989, p. 198-209 ; et sur les questions posées par les sources iconographiques du XIVe siècl (...)
  • 76 Toomaspoeg sous presse.

27Les temporels urbains des ordres militaires sont tout à fait comparables aux possessions des institutions ecclésiastiques traditionnellement installées en ville. Les milices ont le plus souvent rassemblé jardins, vignes périurbaines et surtout immeubles dans un même secteur de la ville, en général au plus près de leur commanderie. Cette politique de regroupement, qui caractérise la plupart des églises urbaines, a pu avoir une incidence sur la géographie foncière et sociale de la ville. Mais les études – et parfois les sources – manquent encore pour étayer cette hypothèse. À Marseille par exemple, le parc foncier environnant la maison du Temple apparaît essentiellement constitué de domus et turris, c’est-à-dire une forme d’habitat aristocratique73. La disparition totale des archives de la commanderie empêche toutefois de savoir si la présence des Templiers eût éventuellement un impact sur le profil social de ce secteur, par ailleurs situé dans un quartier du port plutôt peuplé d’agriculteurs et d’artisans74. La toponymie et quelques plans anciens montrent mieux, en revanche, la façon dont les ordres militaires ont façonné certains quartiers. Le cas le plus abouti serait sans doute Acre, où le regroupement des possessions du Temple, de l’Hôpital et des Teutoniques permit de constituer des « zones d’implantation autour de noyaux compacts »75. Les ordres ne parvinrent certes pas à former de véritables quartiers dotés d’un statut d’extraterritorialité comme ceux des communes italiennes, mais les divers ensembles articulés autour de leurs possessions n’en sont pas moins distingués sur les plans du XIVe siècle (hospitum Hospitalis, burgus Templi, Alamani, etc). On trouverait bien des équivalents de cette logique territoriale en Occident, comme à Messine où chaque commanderie était à la tête d’un quartier bien individualisé hors les murs76.

  • 77 On renverra aux difficultés évoquées par Bellomo 2008, p. 76-77, pour déterminer si le patrimoine b (...)
  • 78 Albini 2001, p. 295-314.
  • 79 On en trouvera quelques références dans Carraz 2009c, p. 140-141 ; et Jaspert sous presse.
  • 80 Verdon 2000 ; et Tréton sous presse.
  • 81 Remy et al. 2009.

28On suppose que ces quartiers devaient être caractérisés par une certaine cohérence identitaire qui resterait à préciser au cas par cas – le ferment collectif pouvant être social ou relever de l’origine géographique, voire ethnique, des nouveaux habitants. Leur constitution fut en tout cas facilitée par le fait que les ordres ont essentiellement jeté leur dévolu sur des espaces périphériques et en cours de peuplement. Très souvent, des faubourgs se sont constitués autour des commanderies, sans qu’il soit toujours possible d’évaluer l’initiative des frères dans des processus d’urbanisation qui ont pu être spontanés77. Parfois, les chartriers montrent mieux de quelle manière la stratégie de colonisation du sol s’est accompagnée d’une véritable politique de mise en valeur et de construction. On peut reprendre ici à Giuliana Albini le bel exemple de Milan où les Hospitaliers, installés hors les murs près de la porta Romana, ont constitué autour de leur commanderie un ensemble foncier compact. Initialement planté de vignes et de vergers loués en livello, ce clausum Sancte Crucis s’est trouvé lôti par des maisons à partir du dernier tiers du XIIIe siècle78. Les recherches récentes ont révélé bien d’autres programmes de lotissement conduits à une échelle variable et de façon plus ou moins systématique79. L’imposant cartulaire du Mas Déu a notamment permis à Laure Verdon et à Rodrigue Tréton de montrer comment les Templiers ont, au cours du XIIIe siècle, entièrement planifié l’aménagement du quartier Saint-Mathieu à Perpignan80. L’intérêt de ce dossier s’est trouvé renforcé par l’étude de bâti récemment conduite sur un îlot d’habitations en terre très bien conservées et organisées selon un parcellaire en lanières caractéristique de ce type de quartier surgis ex nihilo81.

  • 82 Verdon 2000, p. 103-105 ; Carraz 2005, p. 277 et p. 399-400 (à propos du Bourg des Olliers à Avigno (...)
  • 83 Gazzini 2007 ; et Bellomo sous presse.
  • 84 Toomaspoeg sous presse.

29On manque encore d’études précises sur la composition sociale de ces quartiers neufs nés à l’ombre des commanderies qui, dans un contexte de pression démographique, apparaissent essentiellement peuplés d’agriculteurs et d’artisans provenant de la campagne proche82. Si les frères trouvèrent ainsi le moyen de rentabiliser au mieux leur capital foncier, il ne faut pas sous-estimer la logique clientéliste ou spirituelle de ces entreprises immobilières. Gagner de nouveaux tenanciers, parfois déracinés, c’était également attirer des fidèles dans les églises, les cimetières et les confraternités des commanderies. Alors que les dernières recherches ont enfin souligné la dimension spirituelle des ordres militaires et leur investissement dans l’encadrement pastoral, il est intéressant de voir ces derniers prendre possession de zones suburbaines volontiers considérées comme un terrain d’innovations religieuses83. Il existe donc bien un lien entre la spiritualité de l’action développée par les frères et la fabrique urbaine : pour Kristjan Toomaspoeg, « la prolifération des familiers explique l’expansion territoriale des ordres militaires dans les villes du Sud et la formation de quartiers à part, habités par leurs confrères »84.

  • 85 Gazzini 2001, p. 435-438 ; Bellomo sous presse ; Toomaspoeg sous presse.
  • 86 Dans son testament en date du 23 avril 1281, une riche avignonnaise demande ainsi à ce que quatre c (...)
  • 87 Par exemple : Tommasi 1994 ; et Cabau - Macé - Watin-Grandchamp 2004.
  • 88 Riccioni 2003.

30Le cheminement dans ces quelques villes méridionales, qui nous a conduit des quartiers investis par les ordres militaires à l’intérieur même des commanderies, constitue un panorama large dont on assume le caractère forcément « impressionniste ». Sans doute délaisse-t-il bien d’autres processus d’appropriation, plus symboliques, de l’espace urbain et on pense notamment aux diverses formes de déambulation dans la ville. Quelques études récentes ont ainsi attiré l’attention sur l’adhésion des frères guerriers à certaines manifestations de la religion civique comme les processions dédiées aux saints tutélaires85. Et, bien que cette thématique n’ait, à ma connaissance, pas été explorée pour les ordres militaires, la participation aux pompes funèbres des élites urbaines contribuait sans doute à asseoir encore l’aura spirituelle des commanderies et de leurs chapelains86. En insistant sur l’articulation entre actes de la pratique, supports iconographiques et archéologie, sans doute a-t-on également négligé d’autres sources dont il resterait à faire l’inventaire. On pense notamment aux inscriptions variées, relativement bien représentées en milieu urbain, mais sur lesquelles on ne trouve encore que quelques notes isolées. Il est inutile d’insister sur l’apport de l’épigraphie, tant à la sociologie des frères et de leurs bienfaiteurs laïcs87, qu’à l’histoire architecturale des commanderies ou à l’approche des pratiques de l’écrit88. Peut-être faudrait-il donc plaider pour la constitution d’un corpus des inscriptions des ordres militaires ?

31Le tour d’horizon, aussi incomplet soit-il, a permis de souligner la façon dont ces novae religiones se sont parfaitement insérées dans le tissu, social autant que spatial, de la ville. Certes, une étude portant sur les Iles britanniques ou la Scandinavie aurait sans doute conduit à des conclusions plus pondérées. Notre état des lieux concerne, en effet, des régions anciennement et densément urbanisées où l’inurbamento des institutions ecclésiastiques constitue, somme toute, un phénomène caractéristique. De fait, le lecteur rompu à l’histoire des ordres réguliers en ville, et notamment des Mendiants, aura sans doute retrouvé des éléments familiers sur la localisation des implantations, leur impact sur la micro-topographie ou bien les stratégies de mainmise foncière… L’originalité des frères guerriers me semble plutôt résider dans cette ambiguïté latente entre profession régulière et société séculière. La confusion des ordines – cette fusion du moine et du chanoine – et la perméabilité des status – entre frères et confrères par exemple – trouvent leur illustration matérielle dans les programmes architecturaux des commanderies. Synthèses du couvent et du palais aristocratique, celles-ci apparaissent largement ouvertes sur le monde urbain. À la fin du XIIIe siècle encore – et donc avant les difficultés de l’automne du Moyen Âge –, on a vu les frères agrandir leurs maisons et reconstruire leurs églises, quand l’historiographie traditionnelle a souvent décrit les ordres militaires comme des institutions dépassées par la perte de la Terre sainte. Ce dynamisme édilitaire paraît, selon toute hypothèse, alors moins évident pour les commanderies rurales. Sans doute reflète-t-il, aux yeux des frères, le statut acquis par la ville, une ville alors plus proche de la Jérusalem éternelle que d’Acre, désormais aux mains des infidèles…

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Albini 2001 = G. Albini, La domus Sanctae Crucis dei Gerosolimitani e la società milanese tra XII e XIII secolo, dans Costa Restagno (éd.) 2001, p. 295-314.

Amargier 1972 = P.-A. Amargier, Cartulaire de Trinquetaille, Aix-en-Provence, 1972.

Amy et al. 1962 = R. Amy et alii, L’arc d’Orange, 2 t., Paris, 1962 (Gallia, 15e suppl.).

Aurell 1995 = M. Aurell, Nécropole et donats : les comtes de la Maison de Barcelone et l’Hôpital, dans Les Hospitaliers du XIIe au XVIIe siècle, Provence historique, 45, 1995, p. 7-22.

Bayol 1900 = A. Bayol, L’ancienne commanderie de Saint-Jean-le-Vieux d’Avignon, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 19, 1900, p. 137-154.

Bellomo 2008 = E. Bellomo, The Templar Order in North-west Italy. 1142-c. 1330, Leiden-Boston, 2008.

Bellomo 2010 = E. Bellomo, Metodi d’indagine sulla Milizia templare in Italia nord-occidentale (1142-1308), dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 1, 2010, p. 11-37.

Bellomo sous presse = E. Bellomo, The Temple, the Hospital and the Towns of North and Central Italy, dans Carraz (éd.) sous presse.

Benoît 1934 = F. Benoît, Les fouilles et la topographie antique de Trinquetaille, dans Mémoires de l’Institut historique de Provence, 1934, p. 203-225.

Bessey sous presse = V. Bessey, L’implantation du Temple et de l’Hôpital dans les villes du nord du royaume de France (1100-1350), dans Carraz (éd.) sous presse.

Bogin 1976 = M. Bogin, The Women Troubadours. An introduction to the Women poets of the 12th century Provence and a collection of their poems, New York, 1976.

Borchardt 2000 = K. Borchardt, Urban Commanderies in Germany, dans A. Luttrell, L. Pressouyre (éd.), La Commanderie, institution des ordres militaires dans l’Occident médiéval, Actes du colloque international de Sainte-Eulalie de Cernon, 13-15 octobre 2000, Paris, 2002, p. 297-305.

Bouëtiez de Kerorguen - Delattre 2002 = E. du Bouëtiez de Kerorguen, V. Delattre, La commanderie Saint-Jean de l’Isle à Corbeil-Essonnes. Essai d’interprétation des données archéologiques et funéraires, dans Archéologie médiévale, 32, 2002, p. 105-134.

Cabau - Macé - Watin-Grandchamp 2004 = P. Cabau, L. Macé, D. Watin-Grandchamp, Deux inscriptions du cloître de l’ancienne maison de l’Hôpital Saint-Jean de Jérusalem de Toulouse (XIIIe siècle), dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 64, 2004, p. 93-108.

Caby 1999 : C. Caby, Les implantations urbaines des ordres religieux dans l’Italie médiévale. Bilan et propositions de recherche, dans Rivista di storia e letteratura religiosa, 1999, p. 151-179.

Caby 2004 : C. Caby, Il costo dell’inurbamento. Monaci e frati a confronto, dans L’economia dei conventi dei frati Minori e Predicatori fino alla metà del Trecento, Atti del XXXI Convegno internazionale, Assisi, 9-11 ottobre 2003, Spolète, 2004, p. 295-338.

Cadei 2004 = A. Cadei, Les ordres de Terre sainte et le culte de la Vraie Croix et du Saint-Sépulcre en Europe au XIIe siècle, dans P. Poupard, B. Ardura (éd.), Abbayes et monastères aux racines de l’Europe. Identité et créativité, un dynamisme pour le IIIe millénaire, Paris, 2004, p. 35-56.

Carraz 1996 = D. Carraz, Une commanderie templière et sa chapelle en Avignon : du Temple aux chevaliers de Malte, dans Bulletin monumental, 154-I, 1996, p. 7-24.

Carraz 2003 = D. Carraz, Les ordres militaires, le comte et les débuts de l’architecture gothique en Provence, dans Bulletin de la Société de l’histoire et du patrimoine de l’Ordre de Malte, 13, 2003, p. 45-55.

Carraz 2005 = D. Carraz, L’Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, 2005.

Carraz 2008 = D. Carraz, Archéologie des commanderies de l’Hôpital et du Temple en France (1977-2007), dans Cahiers de recherches médiévales, 15, 2008, p. 175-202.

Carraz 2009a = D. Carraz, Causa defendende et extollende christianitatis. La vocation maritime des ordres militaires en Provence (XIIe-XIIIe siècle), dans M. Balard (éd.), Les ordres militaires et la mer, 130e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques (La Rochelle, 2005), Paris, 2009, p. 21-46 (en ligne : http://cths.fr/ed/edition.php?id=4254).

Carraz 2009b = D. Carraz, Confraternité, dans N. Bériou, Ph. Josserand (éd.), Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 252-256.

Carraz 2009c = D. Carraz, Les ordres militaires et le fait urbain en France méridionale (XIIe-XIIIe siècle), dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 127-165.

Carraz 2011 = D. Carraz, Églises et cimetières des ordres militaires. Le contrôle des espaces sacrés dans les diocèses provençaux (XIIe-XIIIe siècle), dans Lieux sacrés et espace ecclésial, Toulouse, 2011 (Cahiers de Fanjeaux, 46), p. 277-312.

Carraz (éd.) sous presse = D. Carraz (éd.), Les ordres militaires dans la ville médiévale (1100-1350). Actes du colloque international de Clermont-Ferrand, 26-28 mai 2010, Clermont-Ferrand, sous presse.

Carraz sous presse = D. Carraz, Expériences religieuses en contexte urbain. De l’ordo monasticus aux Religiones novæ : le jalon du monachisme militaire, dans Carraz (éd.) sous presse.

Carraz - Aspord 2010 = D. Carraz, S. Aspord, Le programme architectural d’un pôle seigneurial : la commanderie de Montfrin (Gard), dans Y. Mattalia (éd.), Organiser l’enclos, penser l’espace : sacré et topographie dans les maisons hospitalières et templières du Midi de la France, Actes de la journée d’étude de Toulouse, 24 avril 2009, dans Archéologie du Midi médiéval, 28, 2010, p. 297-316. 

Casagrande 2008 = G. Casagrande, San Bevignate : una chiesa per la città, dans S. Merli (éd.), Milites Templi. Il patrimonio monumentale e artistico dei Templari in Europa (Perugia, 6-7 maggio 2005), Pérouse, 2008, p. 191-204.

Ceccarelli Lemut - Garzella 1999 = M. L. Ceccarelli Lemut, G. Garzella, I gerosolimitani a Pisa e nel territorio nel medioevo, dans J. Costa Restagno (éd.), Cavalieri di San Giovanni e territorio. La Liguria tra Provenza e Lombardia nei secoli XIII-XVII, Atti del Convegno 11-14 settembre 1997, Bordighera, 1999, p. 531-554.

Claude sous presse = S. Claude, Impact et limites de la seigneurie de l’Hôpital sur l’évolution et les dispositions du paysage urbain à Manosque (XIIIe-XIVe siècles), dans Carraz (éd.) sous presse.

Costa Restagno (éd.) 2001 = J. Costa Restagno (éd.), Riviera di Levante tra Emilia e Toscana. Un crocevia per l’Ordine di San Giovanni, Atti del Convegno, Genova-Chiavari-Rapallo, 9-12 settembre 1999, Bordighera, 2001.

Coulet 2002 = N. Coulet, La vie quotidienne dans les commanderies du prieuré de Saint-Gilles de l’ordre de l'Hôpital d’après l’enquête pontificale de 1373, dans A. Luttrell, L. Pressouyre (éd.), La Commanderie, institution des ordres militaires dans l’Occident médiéval, Actes du colloque international de Sainte-Eulalie de Cernon, 13-15 octobre 2000, Paris, 2002, p. 147-157.

Duprat 1914 = E. Duprat, Notes et documents sur l'ordre du Temple à Avignon, dans Annales d'Avignon et du Comtat Venaissin, 1914, p. 73-96.

Esquieu 1988 = Y. Esquieu, L’église des Hospitaliers de Saint-Jean de Malte à Aix, dans Congrès Archéologique de France, 143e cession, 1985. Pays d'Aix, Paris, 1988, p. 101-113. 

Frugoni 2008 = C. Frugoni, In margine a Templari e Flagellanti, dans S. Merli (éd.), Milites Templi. Il patrimonio monumentale e artistico dei Templari in Europa (Perugia, 6-7 maggio 2005), Pérouse, 2008, p. 285-297.

Fuguet Sans 2004 = J. Fuguet Sans, La casa del Palau del Temple de Barcelona, dans Locus Amœnus, 7, 2004, p. 99-109.

Fuguet Sans 2011 = J. Fuguet Sans, El patrimonio monumental y artístico de los Templarios en la Corona de Aragón, dans A. López-Yarto Elizalde, W. Rincón Garcia (éd.), Arte y patrimonio de las órdenes militares de Jerusalén en España : hacia un estado de la cuestión, Saragosse, 2011, p. 371-402.

Fuguet Sans - Plaza Arque, sous presse = J. Fuguet Sans, C. Plaza Arque, L’ordre du Temple dans la Couronne d’Aragon : aspects topographiques et archéologiques. Les cas de Tortosa et Barcelone, dans Carraz (éd.) sous presse.

Gardini 2001 = A. Gardini, Le ricerche archeologiche nel complesso ospitaliero della Commenda di Pré a Genova, dans Costa Restagno (éd.) 2001, p. 79-105.

Gazzini 2001 = M. Gazzini, L’insediamento gerosolimitano a Parma nel basso Medioevo : attività ospedaliera e gestione del culto civico, dans Costa Restagno (éd.) 2001, p. 421-446.

Gazzini 2007 = M. Gazzini, L’ordine di S. Giovani e la società locale tra religiosità e assistenza. Italia centrosettentrionale, secoli XII-XIV, dans A. Esposito, A. Rehberg (éd.), Gli ordini ospedalieri tra centro e periferia, (Giornata di studio, Roma, Istituto storico germanico, 16 giugno 2005), Rome, 2007, p. 137-157.

Heijmans 2004 = M. Heijmans, Arles durant l’antiquité tardive. De la Duplex Arelas à l’Urbs Genesii, Rome, 2004 (Collection de l'École française de Rome, 324).

Hiestand 1996 = R. Hiestand, Castrum Peregrinorum e la fine del dominio crociato in Siria, dans F. Tommasi (éd.), Acri 1291. La fine della presenza degli ordini militari in Terra Santa e i nuovi orientamenti nel XIV secolo, Pérouse, 1996, p. 23-41.

Hollard 2001 = C.-F. Hollard, Cartulaire et chartes de la commanderie de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem d’Avignon au temps de la Commune (1170-1250), Paris, 2001.

Hollard 2003 = C.-F. Hollard, Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Avignon aux XIIe et XIIIe siècles, dans Annuaire de la société des amis du palais des papes, 80, 2003, p. 13-24.

Ivan Pini 2001 = A. Ivan Pini, Gli ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme a Bologna nel XII-XIII secolo : prime ricerche, dans Costa Restagno (éd.) 2001, p. 389-403.

Jacoby 1989 = D. Jacoby, Les communes italiennes et les ordres militaires à Acre. Aspects juridiques, territoriaux et militaires, dans M. Balard (éd.), État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance, Lyon, 1989, p. 193-214.

Jaspert sous presse = N. Jaspert, Military Orders and Urban History. An Introductory Survey, dans Carraz (éd.) sous presse.

Josserand 2000 = Ph. Josserand, Le Temple et le culte marial au long du chemin de Saint-Jacques : la commanderie de Villalcàzar de Sirga, dans P. Boucheron, J. Chiffoleau (éd.), Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, Paris, 2000, p. 313-332.

Klein 2007 = B. Klein, Sakralbau als Kommunikationsform in italienischen Kommunen, dans J. Oberste (éd.), Kommunikation in mittelalterlichen Städten, Regensburg, 2007, p. 133-140.

Kreem 2002 = J. Kreem, The Town and its Lord : Reval and the Teutonic Order (in the fifteenth century), Tallinn, 2002.

Macé sous presse = L. Macé, in salvetate domini comitis. Les ordres religieux militaires dans la cité de Toulouse (XIIe-XIIIe siècles), dans Carraz (éd.) sous presse.

Macé - Pousthomis-Dalle 2009 = L. Macé, N. Pousthomis-Dalle, Mémoire chevaleresque, mémoire des fondateurs ? une sépulture de prestige chez les Hospitaliers de Toulouse (XIIIe siècle), dans A. Alduc-Le Bagousse (éd.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (IVe-XVe siècle), Caen, 2009, p. 357-381.

Mannoni - Pistarino 1999 = T. Mannoni, M. Pistarino, Un esempio di studio archeologico di un insediamento gerosolimitano : l’ospedale e il priorato di San Pietro Consavia ad Asti, dans J. Costa Restagno (éd), Cavalieri di San Giovanni e territorio. La Liguria tra Provenza e Lombardia nei secoli XIII-XVII, Atti del Convegno 11-14 settembre 1997, Bordighera, 1999, p. 377-396.

Mazel 2002 = F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

Nin (éd.) 1996 = N. Nin (éd.), Palais Monclar, campagne de fouille préventive : la maison d'arrêt. Document final de synthèse, Aix-en-Provence, Mission archéologique, 1996, vol. 4.

Nin 2001 = N. Nin, Aix-en-Provence. Musée Granet, dans Bilan scientifique SRA PACA, 2001, p. 95-99.

Nin 2004 = N. Nin, La commanderie de Saint-Jean de Jérusalem d’Aix-en-Provence, dans Histoire et archéologie de l’ordre militaire des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Saint-Étienne, 2004, p. 213-258.

Oberste (éd.) 2007 = J. Oberste (éd.), Kommunikation in mittelalterlichen Städten, Regensburg, 2007.

Pécout (éd.) 2009 = Th. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, 2009.

Pistilli 2003 = P. F. Pistilli, Due tipologie insediative templari : la domus romana sull’Aventino e il locus fortificato di San Felice Circeo, dans C. Ciammaruconi (éd.), L’Ordine templare nel Lazio meridionale, Atti del Convegno, Sabaudia, 21 ottobre 2000, Casamari, 2003, p. 161-174.

Poleggi 1999 = E. Poleggi, Proprietà e paesaggio urbano nei cabrei degli Ospedalieri (secc. XVI-XVII), dans J. Costa Restagno (éd.), Cavalieri di San Giovanni e territorio. La Liguria tra Provenza e Lombardia nei secoli XIII-XVII, Atti del Convegno 11-14 settembre 1997, Bordighera, 1999, p. 27-69.

Pousthomis-Dalle 2006 = N. Pousthomis-DalleHistoire et archéologie de la commanderie-grand-prieuré des hospitaliers de Saint-Jean à Toulouse : état de la recherche, dans Les ordres religieux militaires dans le Midi (XIIe-XIVe siècle), Toulouse, 2006 (Cahiers de Fanjeaux, 41), p. 239-264.

Pringle sous presse = D. Pringle, The Military Orders in the Cities of the Holy Land, dans Carraz (éd.) sous presse.

Remy et al. 2009 = I. Remy et aliiDes maisons en terre médiévales sur un îlot du quartier Saint-Mathieu, à Perpignan. Premiers éléments de réflexion, dans Archéologie du Midi médiéval, 27, 2009, p. 53-95.

Riccioni 2003 = S. Riccioni, Di un’iscrizione templare a Roma. Preliminari di una ricerca, dans C. Ciammaruconi (éd.), L’Ordine templare nel Lazio meridionale, Atti del Convegno, Sabaudia, 21 ottobre 2000, Casamari, 2003, p. 275-293.

Riley-Smith 2004 = J. Riley-Smith, Further thoughts on the layout of the Hospital in Acre, dans D. Coulon et alii (éd.), Chemins d’outre-mer. Études d’histoire sur le Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, Paris, 2004, p. 753-764.

Ripert-Monclar 1907 = F. de Ripert-Monclar, Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l'Ordre du Temple (1136-1214), Avignon-Paris, 1907.

Rossini 2001 = G. Rossini, Da San Giovanni di Pré a San Lazzaro di Sarzana : presenze degli Ordini ospitalieri nella Riviera di Levante sulla via per Gerusalemme, dans Costa Restagno (éd.) 2001, p. 107-127.

Saint-Jean 1987 = R. Saint-Jean, La commanderie de Jalès : les bâtiments, XIIe-XVIIIe siècles, dans Revue du Vivarais, 91, 1987, p. 53-70.

Smail 1999 = D. L. Smail, Imaginary Cartographies. Possession and Identity in Late medieval Marseille, Ithaca-Londres, 1999.

Szabò 1989 = Th. Szabò, Templari e viabilità, dans G. Minnucci, F. Sardi (éd.), I Templari. Mito e Storia, Atti del Convegno di Studi alla Magione Templare di Poggibonsi-Siena, 29-31 maggio 1987, Sienne, 1989, p. 297-310. 

Tommasi 1994 = F. Tommasi, Fonti epigrafiche dalla domus Templi di Barletta per la cronotassi degli utlimi maestri provinciali dell’ordine nel regno di Sicilia, dans E. Coli, M. Di Marco, F. Tommasi (éd.), Militia sacra. Gli ordini militari tra Europa e Terra Santa, Pérouse, 1994, p. 167-202. 

Toomaspoeg 2003 = K. Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile (1197-1492), Rome, 2003.

Toomaspoeg sous presse = K. Toomaspoeg, Les ordres militaires dans les villes du Mezzogiorno, dans Carraz (éd.) sous presse.

Tréton sous presse = R. Tréton, L’ordre du Temple dans une capitale méditerranéenne : Perpignan, dans Carraz (éd.) sous presse.

Vecchione 1990 = M. Vecchione, Un édifice templier en Provence : la tour Saint-Blaise d'Hyères, dans Provence historique, 40, 1990, p. 57-75.

Verdon 2000 = L. Verdon, Le quartier Saint-Mathieu de Perpignan : un exemple de la croissance d’une ville au XIIIe siècle, dans L. Assier-Andrieu, R. Sala (éd.), La ciutat i els poders, Actes del colloqui, Perpignan, 23-25 octobre 1997, Perpignan, 2000, p. 99-107.

Viallet sous presse = L. Viallet, Les ordres mendiants dans la ville médiévale (v. 1230-v. 1350) : réflexions introductives, dans Carraz (éd.) sous presse.

Haut de page

Annexe

Consécutivement à l’arrestation des Templiers en 1307-1308, les autorités princières ou épiscopales procédèrent partout aux inventaires des biens meubles et immeubles, droits et archives de chaque commanderie. Plutôt bien conservée en France et en Catalogne mais utilisée ponctuellement seulement, cette documentation mériterait une exploitation systématique pour les renseignements qu’elle est susceptible d’apporter sur la liturgie, la circulation des livres ou bien la vie matérielle des Templiers au début du XIVe siècle89. Les inventaires les plus détaillés autorisent, par comparaison avec des ensembles monumentaux mieux conservés, une restitution théorique de l’organisation spatiale de quelques commanderies. C’est le cas du long procès-verbal relatif à la maison d’Arles dressé le 24 janvier 1308. Seuls transcrits ici, les passages qui décrivent le cheminement des enquêteurs dans les différents espaces de l’ensemble conventuel ont permis de proposer une restitution schématique de cet établissement urbain.

1. – 24 Janvier 1308. - Arles. – Extraits de l’inventaire des biens de la maison du Temple d'Arles consécutif à l’arrestation des frères dressé par les officiers du comte de Provence90.

A. Original parchemin (rouleau composé de dix-sept peaux collées), Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 433.

B. Copie d’érudit partielle, début du XXe siècle, Biblioth. nat. de France, Nouv. acq. Lat. 8, fol. 42-172.

a. Carraz, Damien, Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales. L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312), thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon 2, 2003, vol. 3, Sources, p. 219-260.

(…) Ipsis quoque templariis juxta mandatum regium captis ut premittitur processimus bonis mobilibus et inmobilibus et se moventibus presentibus et futuris domus Templi Arelatis et sub plurimarum nec non et religiosarum ac secularium fide dignarum, ipsorum templariorum circum vicinarum personarum presencia, scilicet magistrorum Peregrini Blanci, Bertrandi Bermundi, notariorum, fratrum predicatorum scilicet Nicholay de Boysac, Poncii Aymerici, Guigonis de Sancto Remigio, prioris domus predicatorum Arelatis, ac Michaelis de Pistrinis, notarii, qui hunc scripsit repertorium, ad hibito etiam et convocato per nos Stephano de Aureliaco, discreto viro utique et legali et fide digno, percepto de fide et legalitate laudis testimonio, cui deposuimus ac comendavimus, prefatarum auctoritate literarum regiarum, bona omnia templariorum ipsorum nostre jurisdictioni subposita, cui hoc vel simile inventarium volumus tradi ad inventarii confectionem processimus in hunc modum.

In primis, accessimus, convocatis fratribus et aliis supranominatis ad domum templariorum quam inhabitabant, infra quam templarios quos in eadem invenimus, cepimus, que domus confrontatur ab una parte Rodano, ab alia cuidam orto dicte domus et ab aliis duabus partibus viis publicis, infra quam intravimus. Et primo accedentes ad quandam cameram, scitam infra domum predictam, in capite coritorii dicte domus, in qua dicebatur jacere miles quodam infirmus nominatus, et ibidem invenimus. (…inventaire du mobilier de la pièce…). Item in coritorio dicte domus, unam tabulam, item unam scalam igne consumptam. Item in sequenti camera, eidem camere contigua, in qua nichil fuit inventum, que camera [appelatur… in qua acci]piuntur hospites. Item fuimus in sequenti camera ejusdem corritorii, que camera dicitur preceptoris domus predicte, sive in qua camera jacebat idem preceptor, in qua inve[nimus…]. (…inventaire du mobilier et de plusieurs registres conservés dans cette pièce…). Item [in quar]ta camera dicti coritorii, nichil fuit inventum. Item in quadam camera in introytu dicti coritorii juxta gradarium, que dicitur camera camerarii, fuerunt invente res infrascripte. (…) Et subsequenter intravimus in aliam quandam domum, eidem camere contiguam, que domus dicitur thesauraria […] domus, in qua fuerunt invente res infrascripte. (…inventaire du mobilier et des ornements liturgiques conservés dans cette pièce…). Item, descendentes de dictis cameris et de dicto coritorio, venimus ad domum quamdam subtus gradarium lapideum dicti coritorii et invenimus […] infrascriptas. Primo duas thinas magnas ad faciendum ibi vinum, deinde recedentes de dicta camera venimus ad penu dicte domus subtus dictum coritorium, in quo invenimus res infrascriptas. Primo quinque […], item novem vasa tam parva quam magna quorum tria sunt plena vino scilicet unum de mediocribus et alias duo de minoribus. Item in quadam camera juxta dictum penu fuerunt invente res infrascripte, scilicet una [bissacia, item] unum bancum. Item accedentes ad quamdam cameram aliam contiguam camere predicte dictam gardarouba, in qua invenimus res infrascriptas. (…inventaire du mobilier…). Item in sequenti camera, predicte camere contigua fuimus, in qua nichil invenimus. Item in porticu dicte domus invenimus quatuor tabulas magnas, longas et amplas, de sapo cum sex tabulonis. Item procedentes, venimus ad cameram in qua jacere dicebatur frater Petrus Pellicerii, cappellanus dicte domus, in qua reperimus res infrascriptas. (…inventaire du mobilier…). Item accedentes ad quandam aliam cameram, dicte camere contiguam, invenimus in eadem res infrascriptas. (…) Item accessimus ad ecclesiam dicte domus infra quam invenimus res infrascriptas. (…inventaire des livres, objets et vêtements liturgiques…). Item in coquina dicte domus, invenimus res infrascriptas videlicet unum magnum cacabum, item unam magnam ollam de cupto fixos in quodam fornello, item quoddam concupendium, item duas tripedes de ferro, item unam sartaginem, item quamdam craticulam, item quoddam verucum. Item accessimus ad cameram dictam "la sabateria" et invenimus ibidem res infrascriptas. Primo duas flassiatas, item duas culcitras veteres, item duo pulvinaria quasi nullius valoris, item unum linteamen, item unam arcam parvam. Item accedentes [ad quandam] cameram que est subtus cameram camerarie predicte, invenimus in eadem res infrascriptas. (…). Item in arca magna farinaria que est ante furnum dicte domus, invenimus circa quindecim sextaria farine grosse. Item in domo […] invenimus res infrascriptas. Et primo unum cacabum, item tres parvas thinetas, item tria pistrina cum aliqua quantitate farine circa sex sextaria. Item accessimus ad horea dicte domus et in dictis horeis invenimus bladum infrascriptum. (…) Item in domo predicta invenimus quatuor porcellos, item unam equam pili nigri, item duas mulas, unam rubeam, aliam albam, item unam asinam cum pullo, item unam quadrigam. Item accesimus ad domum molendini et invenimus in ea res infrascriptas. (…) Les enquêteurs se rendent ensuite dans les diverses dépendances de la commanderie sises dans le territoire d’Arles. Puis, ils procèdent à l’inventaire des biens immobiliers, parmi lesquels ortum contiguum dicte domui Templi qui confrontatur ab una parte Rodano, ab alia vie publice et ab alia dicte domui milicie Arelatis.

2. – Commanderie du Temple d’Arles : organisation hypothétique des bâtiments

Haut de page

Notes

1 Huius edificii prima est utilitas, quod conventus Templariorum educendus de peccatrice et omni spurcitia plena civitate Accon, in huius castri presidio redebit usque ad liberationem matris fidei Iherusalem, Olivier le Scolastique, Historia Damiatina, cité par Hiestand 1996, p. 40. Les Templiers auraient un temps songé à transférer leur quartier général d’Acre à Château-Pèlerin, bâti à partir de 1218 à quelques kilomètres au sud de la ville.

2 Jaspert sous presse.

3 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Carraz 2005, p. 258-259.

4 Par exemple pour l’Italie du Nord : Bellomo 2010, p. 12-15.

5 Voir, par exemple, le cas de l’Italie du Sud où les lacunes documentaires sur les premiers temps sont attribuées au fait que les frères furent souvent soutenus par des donations laïques, indépendamment de l’intervention des évêques, Toomaspoeg sous presse.

6 Toomaspoeg 2003 ; E. Bellomo 2008 ; Carraz 2005 ; et Kreem 2002.

7 Carraz sous presse.

8 Des questions générales parfaitement formulées par les bilans de Caby 1999 et Caby 2004.

9 Voir les états de la question proposés pour la France du Nord (V. Bessey), les Îles britanniques (H. Nicholson) ou la Hongrie (Z. Hunyadi), dans Carraz (éd.) sous presse. Même s’il ne s’inscrit pas dans une perspective spatiale, il faut également citer ici Borchardt 2002.

10 Carraz 2005, p. 85-108.

11 Amargier 1972, n° 257 ; et Carraz 1996, p. 8.

12 Carraz 2005, p. 125-126.

13 Bellomo 2008, p. 15-16 et p. 229-232.

14 Bellomo sous presse ; et Toomaspoeg sous presse.

15 Ripert-Monclar 1907, n° 128 (19 mars 1136) ; et Carraz 2005, p. 143-144.

16 Macé sous presse.

17 Hollard 2003, p. 18-19.

18 Carraz 2009a, p. 24-25.

19 Szabò 1989, p. 297-310 ; Bellomo 2008, p. 64-68. 

20 Carraz 1996, p. 10. 

21 Tréton sous presse.

22 Poleggi 1999, p. 34-35 ; et Ceccarelli Lemut - Garzella 1999, p. 531-532.

23 Fuguet Sans 2011, p. 386 et 391.

24 Vecchione 1990, p. 75.

25 Macé sous presse.

26 Jacoby 1989, p. 201-203.

27 Parce qu’elle renvoie à un autre contexte, on laisse ici de côté la prise de possession par les ordres militaires des anciens lieux de pouvoir andalous dans les villes ibériques reconquises. Voyez, entre autres, les exemples de l’Almudaina de Medina Mayurqa ou de la Suda de Tortosa, Fuguet Sans 2011, p. 388-389 ; et Fuguet Sans - Plaza Arque, sous presse.

28 Grâce au soutien des évêques, les Templiers héritèrent d’un lieu de culte antérieur à Milan, Albenga, Chieri, etc., Bellomo 2008, p. 224, 230, 244. À Bologne, les Hospitaliers, attestés pour la première fois en 1157, reçurent l’église Santa Croce, située au cœur de la cité, près de la platea comunis ouverte au XIIIe siècle, Ivan Pini 2001, p. 394-395.

29 Hollard 2001, p. 12-13.

30 Bogin 1976, p. 40 ; et sur la donation de 1215 et son contexte : Mazel 2002, p. 361.

31 Amy et al. 1962, I, p. 56 et pl. 2, et II, pl. 37.

32 Benoît 1934, p. 224-225. Sur le contexte de ces fouilles : Heijmans 2004, p. 25-26.

33 L’étude de Pistilli 2003 propose un exemple de reconstitution de l’organisation de la maison du Temple de Rome, essentiellement à partir d’une documentation iconographique d’époque moderne. Mais celle-ci ne débouche malheureusement sur aucune hypothèse de restitution en plan ni de phasage chronologique de cet ensemble entièrement reconstruit sous les chevaliers de Malte.

34 Bayol 1900 ; Carraz 2005, p. 265-269 ; Pousthomis-Dalle 2006 ; Fuguet Sans 2004 ; Fuguet Sans - Plaza Arque sous presse.

35 Un parloir est attesté à la commanderie du Temple d’Arles (1240) ou à l’Hôpital de Trinquetaille (1258), Carraz 2005, p. 265. Quelle réalité matérielle se cache derrière ce terme s’agissant d’ordres qui n’avaient rien de cloîtrés ?

36 Gardini 2001, p. 97-98.

37 À l’exception, toutefois, des maisons qui réoccupèrent un ancien monastère, comme S. Maria de Aventino à Rome, venue s’insérer dans un ensemble clunisien, Pistilli 2003, p. 170-172 (sur l’hypothétique restitution et datation du cloître).

38 Par exemple, l’organisation du monastère cistercien sert de référence pour identifier comme dortoir la grande salle voûtée située à l’étage de l’aile ouest de la commanderie de Gênes, Rossini 2001, p. 114.

39 Claude sous presse.

40 En 1144, l’ensemble de Saint-Thomas de Trinquetaille était défini cum omni honore quem circa ipsam ecclesiam, clausum, terra vel lapide in presente possidetis : ortum videlicet, domos, curias, cimiterium…, Amargier 1972, n° 289.

41 Tréton sous presse.

42 Esquieu 1988 ; Rossini 2001, p. 124.

43 Carraz 2008, p. 182-186.

44 Carraz 2008, p. 180-182.

45 Mannoni - Pistarino 1999 ; Rossini 2001 (l’existence d’une église antérieure reste toutefois une hypothèse dans ce dernier cas).

46 Pousthomis-Dalle 2006 ; Nin 2004.

47 Sainte-Luce d’Arles en 1983-85 (Archéologie du Midi médiéval, 11, 1993, p. 140-144) ; Hôpital de Bajoles à Perpignan, entre 1985 et 1993 (ibid., 21, 1991, p. 323-324 ; et 28, 1999, p. 229-231) ; Saint-Jean de la Chevalerie au Puy en 1990 (fouille P. Lebeau, AFAN, non publiée) ; fort Saint-Jean de Marseille en 1993-1994 (Bilan SRA PACA, 1993, p. 122 ; ibid., 1994, p. 136) ; Temple de Grasse en 1996 (Archéologie médiévale, 27, 1997, p. 195-196), hôtel Saint-Jean de Toulouse, entre 1997 et 2005) ; Saint-Jean d’Aix en 2001 (Nin 2001) ; îlot du Temple de Montélimar en 2008 (C. Delomier, A. Poirot, Montélimar. Ilot des Pénitents. Rapport final d’opération de diagnostic, INRAP, 2009).

48 Situé hors-les-murs de la ville, le site occupé par les Templiers et qui passa aux Capucins en 1605 a été complètement arasé par la construction d’une usine au XIXe siècle.

49 Carraz - Aspord 2010. 

50 Claude sous presse.

51 On peut renvoyer à l’exemple bien mis en valeur de Jalès, en Ardèche, où les Hospitaliers transformèrent en maison-forte la commanderie reçue des Templiers. Mal datés, ces aménagements défensifs liés à la Guerre de Cent Ans ont pu être réalisés entre les années 1380 et 1420, Saint-Jean 1987, p. 60-61.

52 Pour une vue synthétique des implantations urbaines des ordres militaires dans le royaume de Jérusalem : Pringle sous presse.

53 Carraz 2011.

54 Exemples dans Carraz 2011 (à Marseille en 1248 et 1324) ; et Bellomo 2008, p. 264 (à Plaisance en 1253).

55 Bessey sous presse.

56 Macé sous presse.

57 Cf. le bilan historiographique, qui fait sien le concept foucaldien d’hétérotopie, de Viallet sous presse.

58 En guise d’introduction aux mouvances laïques des ordres militaires, je me permets de renvoyer à Carraz 2009b.

59 Coulet 2002, notamment p. 151-152.

60 Gazzini 2007, notamment p. 142-143.

61 Avec plus ou moins de prudence, les archéologues sont tentés d’interpréter comme lieu d’accueil toute salle revêtue d’un beau pavement et éventuellement ouverte sur une rue, Gardini 2001, p. 84 ; et Nin 2001, p. 96.

62 Carraz 2003.

63 Casagrande 2008 ; et Frugoni 2008.

64 Josserand 2000.

65 Voir, de manière générale, l’ouvrage coordonné par Oberste (éd.) 2007, et notamment Klein 2007.

66 Carraz 2003 ; et Cadei 2004, notamment p. 46-51.

67 Aurell 1995 ; et Macé - Pousthomis-Dalle 2009.

68 C’est ce que permet de suggérer l’étude exhaustive du cimetière du prieuré hospitalier de Toulouse où furent mis au jour plus de 1 800 individus inhumés entre le milieu du XIIe siècle et la fin du Moyen Âge, Pousthomis-Dalle 2006, p. 259-260. De même que la fouille, cette fois-ci partielle, de l’emprise de la chapelle Sainte-Catherine du Temple d’Aix. Ici, l’état de conservation du sous-sol n’a pas permis de trouver trace du lieu de culte, mais six sépultures des XIVe-XVIe siècles montrent que le site, désormais desservi par les Hospitaliers, est encore en activité, Nin (éd.) 1996, p. 11-13 (je remercie Sandrine Claude d’avoir porté ce dossier à ma connaissance).

69 Pousthomis-Dalle 2006 ; Bouëtiez de Kerorguen - Delattre 2002. Il y avait également, à San Giovanni di Pré de Gênes, quatre aires d’inhumation distinctes, mais l’article de Gardini 2001, p. 87, n’en tire aucune interprétation.

70 Les frères établirent notamment leur cour de justice sur la place du terreau, en face de l’entrée de leur palais, où ils transférèrent également le marché et où ils établirent un grenier et une étable, Claude sous presse.

71 Tréton sous presse.

72 Bellomo 2008, p. 13-16.

73 Pécout (éd.) 2009, p. 84-87, doc. 7.

74 D’après Smail 1999, p. 45.

75 Jacoby 1989, p. 198-209 ; et sur les questions posées par les sources iconographiques du XIVe siècle : Riley-Smith 2004, p. 753-764.

76 Toomaspoeg sous presse.

77 On renverra aux difficultés évoquées par Bellomo 2008, p. 76-77, pour déterminer si le patrimoine bâti possédé par les Templiers a toujours découlé d’une véritable politique d’urbanisation.

78 Albini 2001, p. 295-314.

79 On en trouvera quelques références dans Carraz 2009c, p. 140-141 ; et Jaspert sous presse.

80 Verdon 2000 ; et Tréton sous presse.

81 Remy et al. 2009.

82 Verdon 2000, p. 103-105 ; Carraz 2005, p. 277 et p. 399-400 (à propos du Bourg des Olliers à Avignon, en partie au moins bâti sur des terrains relevant de la directe du Temple).

83 Gazzini 2007 ; et Bellomo sous presse.

84 Toomaspoeg sous presse.

85 Gazzini 2001, p. 435-438 ; Bellomo sous presse ; Toomaspoeg sous presse.

86 Dans son testament en date du 23 avril 1281, une riche avignonnaise demande ainsi à ce que quatre chapelains du Temple accompagnent sa dépouille jusqu’à la domus Templariorum où elle a élu sépulture, Duprat 1914, p. 93-96.

87 Par exemple : Tommasi 1994 ; et Cabau - Macé - Watin-Grandchamp 2004.

88 Riccioni 2003.

89 J. Burgtorf, The Trial Inventories of the Templars’ Houses in France : Select Aspects, dans J. Burgtorf, H. Nicholson, P. Crawford (éd.), The Debate on the Trial of the Templars (1307-1314), Aldershot, 2010, p. 105-116.

90 Normes de transcription : (…) : coupure volontaire dans le texte ; […] : lacune du manuscrit.

Haut de page

Table des illustrations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Carraz, « Les commanderies dans l’espace urbain  », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/428 ; DOI : 10.4000/mefrm.428

Haut de page

Auteur

Damien Carraz

Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (CHEC, EA 1001), Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand - damien.carraz[at]univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org