Navigation – Plan du site
Atelier doctoral : les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge

La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans

Cécile Sabathier

Résumés

La contribution proposée aborde les pratiques de récupération et de réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France aux XIVe et XVe siècles. Dans le cadre de la guerre de Cent Ans, le recours aux réemplois apparaît comme une solution de repli, motivée par des raisons économiques et fonctionnelles, permettant d’approvisionner rapidement les chantiers. Cependant, l’analyse des comptes municipaux révèle une réalité bien plus complexe de ce phénomène. Ce processus requiert, en effet, des moyens matériels, techniques et financiers. Les différentes étapes de ces pratiques s’intègrent dans un marché et un système organisé, au sein du fonctionnement des chantiers urbains. Afin d’appréhender ces aspects, notre propos se centre particulièrement sur les modalités de gestion et d’organisation qu’impliquent la récupération et le réemploi, c’est-à-dire le déroulement des destructions, les opérations de tri et de nettoyage ou encore la question du stockage et du transport des matériaux anciens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citons notamment : Settis 1984-1986 ou encore Ideologie... 1999.
  • 2 Bernard – Bernardi – Esposito 2009.

1L'approvisionnement et la gestion des matériaux constituent une des bases du fonctionnement des grands chantiers urbains. Depuis les années 1980-1990, les chercheurs tendent à reconnaître l’importance des réemplois dans le système économique et technique que représente la construction civile1. L’imposant volume de la collection de l’École française de Rome, publié en 2009, a permis d’envisager l’étendu chronologique et géographique de ce phénomène2. Dans ce sens, l’étude des villes du sud-ouest de la France, à savoir Toulouse, Albi, Rodez, Cahors et Montauban, peut nourrir les questions liées au thème des réemplois en en proposant la lecture dans un contexte particulier, celui de la guerre de Cent Ans (1337-1453). Cette présentation a comme unique ambition d’apporter des éléments de réflexion sur la politique de récupération et de réemploi de ces villes, dont la riche documentation permet de saisir l’ampleur et la complexité. Ces pratiques engagent, en effet, tout un processus de mise en œuvre, dont il convient d’appréhender quelques-uns des multiples aspects à partir principalement de comptes municipaux. Il s’agit, tout d’abord, de définir le contexte de ces pratiques, à savoir les raisons et les circonstances qui concourent au réemploi ainsi que les modalités juridiques et financières qu’impliquent les récupérations de matériaux. L’étude s’intéressa ensuite, plus précisément, aux modalités organisationnelles de ce processus, à savoir les opérations de démolition, les tâches de maintenance et la diversité des matériaux récupérés. Enfin, nous aborderons les conditions de transport et de stockage des matériaux anciens, permettant d’appréhender plus généralement l’organisation des circuits urbains autour des chantiers civils.

Le contexte des récupérations et des réemplois : une pratique et un marché organisés ?

  • 3 Catalo – Cazes 2010, p. 209.
  • 4 Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874, p. 55-56, art. 68.
  • 5 Bousquet 1925, p. 200.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ligou 1992, p. 86.
  • 8 Catalo – Cazes 2010, p. 204. Ces bordes correspondent à des petits bâtiments de stockage à vocatio (...)

2À partir de l’année 1345, la guerre de Cent Ans amène les gouvernements municipaux d’Albi, de Toulouse, de Rodez, de Cahors et de Montauban à concentrer leurs efforts sur l’amélioration de leurs fortifications. L’approvisionnement des chantiers de mise en défense devient la première priorité et d’importantes commandes, notamment de chaux et de briques, sont passées pour débuter au plus vite les travaux. Dans ce contexte, la récupération des matériaux constitue un moyen privilégié pour alimenter rapidement ces chantiers. Dans l’urgence du conflit militaire, la préoccupation du pouvoir municipal est le renforcement ou la suppression des points stratégiques vulnérables3. À ce titre, l’attention se porte, tout d’abord, sur le problème des édifices gênant les travaux de consolidation ou d’agrandissement des remparts. Ces constructions attenantes aux murailles ou installées dans les fossés sont nombreuses et diverses. À Cahors, les murailles sont souvent percées pour des besoins privés tels que les passages ou les fenêtres4. À Rodez, les consuls perçoivent un droit sous la forme d’un cens annuel, appelé « afficalh » ou « apilhal », pour la permission qu’ils accordent aux habitants d’appuyer leurs maisons aux murs et aux portails de la cité5. Ces concessions, très courantes, impliquent toujours en faveur de la ville la faculté de reprendre possession des fractions de murailles ainsi aliénées, en cas de guerre ou de nécessité publique6. De ce fait, dès le début de la guerre, les villes engagent de grandes opérations de démantèlement de ces bâtiments, suivies d’importants travaux de désencombrement et de curage des fossés. Il est également nécessaire de s’occuper des constructions se trouvant à l’extérieur des remparts. Ces dernières présentent un risque non négligeable puisque, laissées sans protection, elles peuvent être utilisées par l’ennemi. Ceci est d’autant plus vrai à Montauban, qui se trouve sur le front des combats du fait de son rôle de place forte. Pour faciliter la défense et empêcher les routiers de s’installer, les consuls montalbanais sont alors autorisés à détruire les maisons des faubourgs7. Ces destructions nécessaires et programmées constituent le premier moyen pour les édiles de se procurer des matériaux. À cela s’ajoutent les nombreux bâtiments ruinés ou abandonnés, résultat du dépeuplement engendré par la crise économique et les épidémies successives. La conjoncture offre alors aux consuls une opportunité supplémentaire de se fournir en matériaux. Les édiles procèdent au rachat de bâtiments privés afin de les détruire et d’employer les matériaux pour les constructions publiques. En outre, le pouvoir consulaire rachète aussi directement à des particuliers des matériaux présents sur leurs propriétés, comme l’atteste un registre toulousain de 1391. Les consuls récupèrent notamment des briques et des bois, issus de « bordas »8 situées intra-muros. Les matériaux sont ensuite à réemployer, « convertir », aux réparations des murailles :

  • 9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.
  • 10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.

Item paguiey a Johan de Lort, ortola, per mandament que dessus am cartel de VI senhetz de la data de II septembre 1391 per lo prest de las fustas e teula, cement e autre pertrach de tres bordas assernadas en la carriera de Pozonvila, las cals fustas e pertrach so estada compradas per metre e convertir a la reparatio de las clausuras de la viela de Tholosa […]9.
Item paguiey an Pe James, delieure, per mandament que dessus de la data de XI novembre l’an 1391 per razo deu teule de II bordas assernadas a la carriera Contal, loqual teule es estat comprat per metre e convertir a la reparatio de las clausuras de la viela de Tholosa […]10.

  • 11 Voir Bernardi – Esposito 2012.
  • 12 Bousquet 1945, p. 64.
  • 13 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1410, fol. 12r.
  • 14 À Rodez, les comptes consulaires entre les années 1350 et 1386 contiennent un chapitre consacré à (...)
  • 15 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349.

3Le démantèlement de bâtiments privés engage de nombreuses procédures juridiques et financières11. Cette opération nécessite par conséquent la tenue d’expertises aussi bien pour estimer la valeur des matériaux que pour statuer sur les droits de propriété. C’est ainsi que les consuls de Rodez convoquent, en 1368, des maîtres jurés et des notaires pour l’estimation de maisons devant être détruites12. À Cahors, en 1409, les consuls indemnisent le propriétaire d’une maison détruite pour les matériaux qui y sont récupérés. L’estimation de ces matériaux est alors effectuée par deux maîtres maçons13. La fréquence de ces indemnités, payées soit en espèces, soit sous la forme de déduction de taille, atteste de l’ampleur des opérations de démantèlement14. Afin d’éviter les litiges au sujet de la propriété des édifices, le cadre légal de ce processus est aussi attentivement contrôlé. C’est le cas à Toulouse, en 1349, où la destruction de maisons nécessite l’autorisation du lieutenant du roi15.


  • 16 Bernardi 2009, p. 504.
  • 17 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349. L’acte précise que les travau (...)
  • 18 Rigaudière 1984, p. 27.
  • 19 Catalo – Cazes 2010, p. 211.

4Le rachat de bâtiments ruinés ou abandonnés, le financement des destructions et des estimations, le dédommagement des propriétaires ou encore l’achat direct de matériaux à des particuliers induisent un coût financier pour le pouvoir municipal. Mais ces opérations demeurent bien évidemment plus rentables et rapides que l’extraction et le transport de matériaux neufs. L’essentiel des matériaux anciens paraît ainsi provenir de destructions programmées. Sur ce point, Philippe Bernardi soulève une question importante : « Récupère-t-on parce que l’on démolit ou démolit-on pour récupérer ? »16. La limite entre des réemplois opportunistes motivés par une démolition et des démolitions volontaires dans l’objectif du réemploi s’avère ténue. Pour autant, les sources écrites tendent à montrer que les rachats et les démantèlements d’édifices, décidés par les consuls, s’inscrivent clairement dans la perspective d’une réutilisation pour approvisionner rapidement les chantiers et pallier la pénurie de matériaux17. Et ce à plus forte raison lorsque l’on considère la valeur marchande des matériaux anciens. En effet, les édiles estiment parfois moins profitable la réutilisation de vieux matériaux que leur vente à des particuliers18. Il est alors plus intéressant de tirer des matériaux anciens un produit financier, d’autant plus que le matériau de seconde main peut ne pas correspondre aux besoins immédiats des chantiers. À Toulouse, en 1404, suite à un grand travail de démolition et de dégagement de tous les ouvrages en bois qui encombraient une partie des lices et de l’enceinte19, le conseil consulaire vend à un charpentier les vieilles charpentes :

  • 20 Arch. mun. Toulouse, CC 1855, 1404-1405, fol. 21v.

A Jagmes Peyre al[ias] Donat, fustier, per lo pretz de una quantitat de fustalha vielha que compret de la vila laqual era estada de las artz del mur fayt sus las clausuras pres de la Porta de Montgalhart…. III l. V s.t.20.

5De même, un registre ruthénois de l’année 1368-1369 contient un chapitre consacré au produit de la vente des matériaux anciens. Citons notamment les transactions faites avec un maître maçon à qui sont vendues des pierres récupérées d’un fossé :

  • 21 Bousquet 1945, p. 51 et suiv. Et Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 204, 1368-1369. Ce registre co (...)

It., l’an desus e lo XXVI jorn de febrier, receubi de Gualhart Marti per venda quelh feyro los senhors cossols de peyra fregal, laqual era al cap del valat del portal de l’Alvernga...III l. II s. IIII d.21.

6Ainsi que des pierres de taille issues d’une maison :

  • 22 Ibid.

It. l’an desus et lo XXVI jorn de febrier, receubi de Gualhart Marti per venda quelh feyro los senhors cossols per peyra de talh, laqual fo de l’ostal de la Borcieyra, laqual preyro los dihs cossols a l’estima…III l. II s. IIII d.22.

  • 23 Wolff 1954, p. 89. Le franc est égal à la livre tournois. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 3E 51 (...)
  • 24 Wolff 1954, p. 89. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 2 MI 1180, fol. 123 et 125.

7Des actes relatifs à l’expertise de bâtiments vétustes en vue de leur démantèlement attestent aussi de la valeur marchande des matériaux anciens. Ainsi, à Toulouse, en 1412, des experts déclarent qu’on pourra tirer 9 ou 10 francs de la vente des matériaux d’un hôtel en ruine, qui tel quel ne vaut que 5 ou 6 livres tournois23. Les destructions des bâtiments et la vente des matériaux récupérés peuvent même donner lieu à la création d’entreprises spécialisées. À Toulouse, par exemple, une société au capital de 150 florins, constituée en octobre 1360, en vue de l’achat d’immeubles ruinés, de leur mise à terre, et de la revente des matériaux rapporte en moins de deux semaines 80 florins aux deux associés24. Dans l’urgence du conflit militaire et la nécessité de construire rapidement, le réemploi correspond, certes, à une économie non négligeable mais suscite également tout un marché et impulse même la spécialisation et l’organisation d’un secteur du domaine de la construction. La récupération et le réemploi ne procèdent donc pas d’opportunités isolées, mais paraissent clairement correspondre à une pratique systématique et organisée.

  • 25 Savy 2005, p. 64. À Cahors, par exemple, la pierre calcaire se trouve dans les alentours de la vil (...)
  • 26 Wolff 1954, p. 278. Le transport des matériaux par voie d’eau, particulièrement la pierre et le bo (...)
  • 27 Ligou 1992, p. 89.
  • 28 Wolff 1954, p. 283.
  • 29 Sicard 1953, p. 149 et suiv. Le terme « parier » désigne, selon une large acceptation, celui qui p (...)
  • 30 Wolff 1954, p. 283 et Archives du Bazacle, liasse 3, n°12.
  • 31 Wolff 1954, p. 283 et p. 561. D’autres clauses de ces statuts font écho à la pénurie de matériaux (...)

8La disponibilité et la valeur marchande des matériaux anciens constituent certaines des multiples raisons qui concourent au réemploi. Un autre élément de réponse peut être apporté par la gestion des ressources naturelles. En effet, l’approvisionnement des chantiers civils implique un positionnement de la cité dans un espace : celui de son territoire propre mais aussi de ses réseaux économiques et politiques. À ce titre, l’étude du processus de récupération gagnerait à être replacée dans un contexte territorial et politique plus large. Durant la guerre, les villes du Midi de la France continuent d’exploiter des gisements relativement proches du centre urbain25. Aux matériaux anciens s’ajoutent, bien évidemment, des livraisons de matériaux neufs. Néanmoins, il faudrait envisager les possibles modifications et perturbations engendrées par les évènements militaires sur l’exploitation des ressources et sur les réseaux d’approvisionnement, notamment en ce qui concerne les transports de matériaux par voie d’eau26. Notons, par exemple, que la présence des troupes anglaises sur le territoire montalbanais modifie les courants commerciaux régionaux : la voie de la Garonne, à demi-bloquée par les Anglais, perd alors de son importance, au profit de la route Bayonne-Toulouse27. Dans ce sens, il est probable que la pratique du réemploi ait pu servir une politique consulaire de gestion et de préservation des ressources naturelles, à un moment où les chantiers de défense nécessitent un apport régulier en matériaux de construction mais où l’approvisionnement peut s’avérer dangereux. Il ne faut pas oublier aussi le manque de main-d’œuvre, entraîné par les disettes et les épidémies, qui a possiblement pu perturber et ralentir l’acheminement et la production de matériaux neufs. Dans son ouvrage, Commerces et marchands de Toulouse, Philippe Wolff souligne notamment que l’approvisionnement en bois et la gestion des ressources forestières fut un problème récurrent à Toulouse durant les XIVe et XVe siècles28. Les documents relatent, en effet, des plaintes fréquentes relatives au manque de matériaux de construction. En 1381 notamment, les pariers29 des moulins du Bazacle signalent que depuis longtemps aucun bois n’est arrivé par la Garonne30. Ces épisodes de pénurie amènent les pouvoirs municipaux à établir de nouvelles réglementations, touchant particulièrement au marché du secteur de la construction. En 1422, les capitouls de Toulouse promulguent les statuts des charpentiers, qui fixent notamment les dimensions des bois de construction. Les consuls prévoient alors un délai d’un an avant la mise en application de ces statuts, afin de permettre la vente des bois déjà taillés et de ne pas appauvrir le pays en bois de charpente31. Dans ce contexte particulier, la récupération et l’écoulement de matériaux déjà présents servent une logique de sauvegarde des ressources.

La récupération des matériaux : de la déconstruction aux tâches de maintenance

9Les destructions d’édifices induisent des dépenses et la mobilisation de moyens matériels et humains, particulièrement pour le nettoyage, le tri et le transport des matériaux anciens.

  • 32 Mortet 1900, p. 210.
  • 33 Ibid.

10Les documents détaillent peu les travaux de démantèlement, même si une distinction peut être faite entre les termes employés pour les décrire. Ainsi, le terme « desfar », littéralement « défaire », suppose un démontage plus qu’une destruction. Ce terme sous-entend un soin apporté à ce processus qui consiste au démantèlement, étape par étape, des éléments du bâti. Les clauses des devis de construction ou de réparation font parfois la lumière sur ces conditions spécifiques et révèlent l’attention portée aux détails de ces démolitions. Prenons l’exemple d’un contrat toulousain de 1381 pour la réparation du campanile de l’église de la Dalbade. Passé entre les fabriciens de la Dalbade et deux frères maîtres maçons, Arnaud et Raymond Capitelh, l’acte précise que ces derniers s’engagent à démolir l’ancien clocher ruineux et à construire à sa place un autre campanile32. Pour ce faire, les maçons devront utiliser les matériaux du clocher en démolition et jeter le vieux mortier sur le sol, dans la rue. En cas de dégradations faites aux vitraux lors de cette opération, les deux frères en seront tenus pour responsables et devront les réparer33 :

  • 34 Ibid., p. 214.

Prumeramen, devo deffar la pena que es de present entro als murs de la gleysa, e aprofitar le pertrayt […] e gitar al sol lo mortier vielh en la carreyra, e, si a mesties re per reparar lo veyrial, que els le aian a reparar34.

  • 35 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 34v.
  • 36 Bernardi – Esposito 2012, p. 453-454.
  • 37 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 33r.

11Aux précautions nécessaires pour éviter les dégâts matériels s’ajoute la mise en place d’une organisation particulière, spécialement pour des opérations paraissant délicates voire périlleuses. À Rodez en 1408, lors de la réfection de la tour du Château, des hommes sont chargés de descendre du bâtiment, « davalar », les anciens matériaux : « Plus mesi e pague a R. del Puech et a R. Laurens et ad un autre ome […] que estero totz tres lo jorn desus per davalar la teula desus la tor e las fustas vielhas […] »35. Ces opérations effectuées en hauteur comportent des risques non négligeables. Elles supposent alors la coordination d’une équipe afin d’assurer une récupération efficace et de veiller à la sécurité des travailleurs36. La même vigilance est sollicitée au moment de la réutilisation des matériaux. Lorsque les tuiles précédemment récupérées de la tour du Château sont réemployées pour la réparation de la tour de la Bullière, il est clairement précisé que les ouvriers doivent éviter tout dommage : « […] a Johan Delboysso et a Guiral Vames per un jornal que estero a montar la dicha teula sus la tor, que no se gastes »37. Les mots « derocar », « desruir », ou encore « debatre » font référence, quant à eux, à l’action de détruire et d’abattre. Lors d’une même intervention, l’emploi de ces multiples termes laisse apparaître les différentes phases d’une démolition. Citons l’exemple de la destruction de la maison d’un certain Philip Vayssieyra à Albi. Les opérations débutent en septembre 1368 par le démontage, désigné par le terme « desfar », d’éléments imposants de l’édifice. Les deux rampes de l’escalier de la dite maison sont alors retirées, nécessitant l’intervention de huit hommes pour le transport de chaque rampe :

  • 38 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 110r.

Item paguiey a XI de setembre, per portar doas brancas d’escalier de l’osdal que fo de Philip Vayssieyra, de la Toreta a la porta de Roanel. Ac ne P. e R., am sos companhos, am lo desfar e que hi caliau VIII homes en cada branca per portar38.

  • 39 Ibid., fol. 113v.
  • 40 Bernard – Bernardi – Esposito 2009, p. 13.

12C’est seulement plusieurs mois plus tard, en janvier 1369, que les consuls ordonnent la destruction de la maison. Et on retrouve cette fois l’emploi du verbe « deroquar » : « La semana desus dicha, fon ordenat par los senhors que hom deroques l’osdal que fo d’en Philip Vayssieyra de la Torreta, loqual volia caser »39. La déconstruction, par les moyens matériels et humains qu’elle mobilise ainsi que l’organisation qu’elle nécessite, occupe une place toute particulière dans les techniques constructives de l’époque médiévale. Les implications techniques, organisationnelles et financières mises en évidence par le processus de récupération montrent qu’une telle pratique ne peut s’envisager uniquement en termes d’épargne ou d’aubaine40.

  • 41 Bernardi 2009, p. 505.
  • 42 Bousquet 1945, p. 63.

13Le démontage s’accompagne également du tri qui permet de rejeter l’inutile et de ranger les matériaux par catégories41. Les actions de nettoyage et de tri sont désignées par de nombreux termes, qui permettent, là encore, de saisir la diversité et l’ampleur de ces tâches de maintenance. Il s’agit, en premier lieu, de prélever, « decebre », littéralement « séparer », les matériaux des édifices, et d’extraire ensuite des décombres les éléments de remblai, « desterrar », « ostar », ou encore « dectraire ». À Rodez, en 1369, suite à la destruction d’une maison, on procède à la récupération et à la sélection des matériaux : « per metre a part la teula, e la peyra del talh et las fustas »42. Ces tâches emploient souvent une main-d’œuvre féminine. À Rodez, une équipe de manœuvres composée de quatre hommes et deux femmes est rémunérée pour rechercher de la pierre dans d’anciennes fondations pour la construction d’une maisonnette :

  • 43 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 217, 1392-1393, fol. 14r.

Item l’an desus e lo primer jorn del mes de dezembre, paguiey per comandamen dels senhors a B. Austin et a Ysarn Amirat, et a Johan Lacosta, B. Colmieyras et a doas femnas que estero en las pesassos antiquas sus lo valat per saquar de la peyra de que se fes la maysoneta de la Bulhieyra e per portar la dicha peyra al pe de la bastisso [...].43

  • 44 Arch. dép. Lot, EDT 042-Cité-CC 64, 1409-1411, fol. 14r.

14En revanche, les sources ne citent que très rarement les outils ou les engins utilisés pour procéder à la destruction des bâtiments et effectuer le tri et le nettoyage des matériaux. Retenons seulement la mention d’une civière, nommée « bayart », employée à Cahors pour transporter de la pierre prise d’une maison44.

  • 45 Foulquier 2010, p. 542.
  • 46 Bousquet 1945, p. 112-113. Selon Henri Bousquet, cette pierre « fregal » correspond à une pierre b (...)
  • 47 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1411, fol. 14 et suiv.
  • 48 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 200, 1355-1356, fol. 80r.
  • 49 Ibid., fol. 118r.
  • 50 Ibid., fol. 120.
  • 51 Ibid., fol. 158r.
  • 52 Arch. mun. Toulouse, CC2324, 1405-1406, fol. 94 r°6.
  • 53 Catalo – Cazes 2010, p. 215.
  • 54 Ibid.
  • 55 Loppe 2010, p. 40.
  • 56 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408, fol. 24 et suiv.
  • 57 Savy 2005, p. 64.
  • 58 Ibid.

15Les déconstructions et les multiples tâches de maintenance que nécessite le processus de récupération et de réemploi révèlent l’ampleur d’une telle entreprise. Cette importance se définit également par la diversité des matériaux récupérés. Ces derniers sont destinés à deux usages distincts. Le réemploi désigne le nouvel emploi d’un élément pour un usage similaire à celui de son emploi initial, alors que la réutilisation désigne le nouvel emploi d’un élément pour un usage différent de son emploi initial45. Réemployés ou recyclés, les matériaux anciens s’intègrent alors à différentes chaînes opératoires qui dévoilent la réalité vaste et complexe de ces pratiques. Les bâtiments ruinés ou détruits correspondent, tout d’abord, à des réservoirs de matériaux déjà élaborés, comme les pierres de taille. Sur ce point, le compte consulaire de Rodez de l’année 1350-1351 fournit de précieuses informations. Au mois d’août 1350, c’est-à-dire deux mois après le début des chantiers de fortifications, l’administrateur des travaux, le consul Huc Raynal, achète à plusieurs particuliers des quantités importantes de pierres issues de leurs maisons ou de leurs jardins. On retrouve, entre autres, des achats de pierres de grès taillées, « peyras de brezier talhadas », des pierres de grès dégrossies ou épannelées, « peyras de brezier esclapadas », ou encore des pierres « fregal »46. Ce catalogue éclaire la variété des usages auxquels peuvent se destiner ces pierres, de nature et de forme différente. De ce fait, les pierres récupérées nécessitent souvent des interventions, généralement mineures, afin de les adapter à leur nouvelle utilisation. À Cahors, en 1409, des pierres de grès provenant d’une maison sont réutilisées à la réparation d’un pilier du Pont Neuf. Dans ce but, ces pierres sont taillées et piquées, « talhar » et « picar », au fur et à mesure des transports entre la maison détruite et l’ouvrage en cours47. À Rodez, en 1355-1356, des pierres sont extraites des fossés et équarries afin d’être réemployées à la construction des murailles : « per XXIIII peiras, lascals ero el valat del Capitol, que las dectraire e esclapar »48. Outre de rares indices concernant le traitement de la pierre, les sources restent généralement muettes quant aux interventions effectuées sur les matériaux anciens comme les éléments de charpente. Néanmoins, une multitude d’autres matériaux apparaît fréquemment dans les documents. Le terme le plus récurrent est celui de « pertrah » qui désigne, dans le cas des destructions, des matériaux de remblai telle la pierre disloquée ou cassée. Les exemples sont légion. Ainsi à Rodez, en 1355-1356, lors de la destruction d’un mur il est précisé : « Esec se mai despessa […] per la paret que fon deroida a la Bulhiera, e per lo pertrah que era el mur que fon deroits »49. Ce registre précise également la récupération du sable et du mortier. On retrouve ainsi l’achat de vieux mortier : « It., de Huc Gualhart, altre montet de mortier vielh »50. Ou encore l’achat de sable issu du curage d’un fossé : « It., paguem a P. Rey, per IIc sest. d’arena, lacal era yssida del valat »51. Parmi ces matériaux, les mentions de petits moellons, nommés « reblo » ou « riblo » sont très fréquentes. De même à Toulouse, on récupère de l’ancienne muraille de multiples matériaux, comme la chaux, le sable et les galets : « […] per sos trebalhs fayts l’an present per mandament dels senhors a decebre teula, cautz, arena, calhau e autras causas apartenous a la obra de la muralha fayta l’an present »52. Ces pratiques toulousaines de récupération sont particulièrement détaillées dans l’exceptionnelle documentation du chantier du collège de Périgord en 136553. La brique, le sable, le mortier mais aussi la terre sont largement récupérés. À Toulouse, comme dans les autres villes de notre étude, la terre occupe une part importante dans les techniques constructives54. Le réemploi de ce matériau est cependant difficile à confirmer au regard des sources. Comme l’exprime Frédéric Loppe, il semblerait naturel de penser que la terre destinée à la construction provenait du creusement des fossés mais aussi de la destruction de constructions gênant la nouvelle organisation du dispositif défensif55. Certains exemples peuvent aller dans ce sens. Un compte albigeois de 1408, décrit à maintes reprises la récupération et le transport de la pierre et de la terre issues de la destruction du portail de Ronel56. Ces précédents matériaux sont généralement recyclés. Ils peuvent être pilés et intégrés à la composition du mortier et de la maçonnerie ou encore servir de matière première dans la fabrication d’autres matériaux. À Cahors, les fabricants de chaux sont, par exemple, autorisés à prélever des pierres dans les maisons abandonnées pour en faire leur matière première, à condition qu’ils fournissent une partie de leur production pour les fortifications57. Les consuls se procurent ainsi de la chaux à bas coût, la matière première et le travail de fabrication ne leur coûtant pratiquement rien58.

Stockage et transport : le réemploi au cœur des réseaux urbains

16L'étude des pratiques du réemploi fait, enfin, émerger la question de la mise à disposition d’espaces de rangement et de stockage. Sur les aires de démolition, le rangement suppose le tri, la mise en ordre et le conditionnement des matériaux, s’effectuant dans le but d’une mise en œuvre immédiate. Le stockage suppose, quant à lui, l’acheminement des matériaux dans des lieux spécifiques afin d’être tenus en réserve dans l’attente d’une réutilisation ultérieure. Ces logiques de gestion constituent un point fondamental à la compréhension de la régie des circuits de distribution et d’approvisionnement. Afin de saisir les formes et les temps du processus de récupération, il faut alors s’intéresser au cheminement de ces matériaux dans l’espace urbain et plus particulièrement aux lieux par lesquels ils transitent.

  • 59 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 66r.
  • 60 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 113v. « Per cascun dia, a VI homes que lor adjudavo (...)
  • 61 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 161, 1402, fol. 41r. « […] deterar e debatero fusta vielha que era sus l (...)
  • 62 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408-1409, fol. 39r.
  • 63 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 217, 1392-1393, fol. 13v.
  • 64 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 155, 1379-1380, fol. 65r. « […] per portar la avol fusta que era als pas (...)
  • 65 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 222, 1397-1398, fol. 25r.

17Certains édifices sont cités de façon récurrente dans le processus de gestion des matériaux de construction. Ainsi, à Rodez et particulièrement à Albi, la maison commune apparaît régulièrement comme le lieu de destination ou de passage des matériaux anciens. À Rodez, en 1355, des hommes sont employés pour débarrasser et mettre en ordre, « destrenher », les bois de charpente se trouvant aux différents ouvrages de la ville afin de les déplacer à l’hôtel consulaire : « It paguem a Coescas, et a Mol, e a D. Pasafals, e altres companhos, per destrenher e per mudar las fustas que ero a las obras sai e lai, e per metre a la mayso cominal »59. De même à Albi, en 1368, après la destruction d’une maison, le bois est transporté au vieux bâtiment du consulat60. En 1402, lors des travaux effectués à la boucherie d’Albi, le vieux bois, « fusta vielha », extrait de l’édifice est d’abord débité avant d’être porté à la maison commune61. De plus, des comptes mentionnent, à diverses reprises, le transport de matériaux effectué sur le trajet inverse, c’est-à-dire de la maison consulaire aux chantiers. En juin 1409, à Albi, des éléments de charpente sont déplacés de la maison des édiles à l’ouvrage du portail de Ronel pour construire les arcs et les escaliers : « […] portar lo postam e la fusta de la mayso cominal al dig bastimen per far las dichas artz et escaliers »62. Cette mention atteste que du bois, visiblement entreposé à la maison commune, permet de fournir les chantiers. Ces bois correspondent-ils alors à du réemploi ? Il est impossible de répondre clairement à cette question. Notons tout de même que le registre de la même année mentionne le transport de bois de construction, issu d’un bâtiment, à l'hôtel du consulat, en septembre 1408. Pourrait-il alors s’agir de la même cargaison de bois, entreposée pendant huit mois avant d’être réutilisée ? Rien n’est moins sûr mais l’hypothèse peut en être faite. À Rodez également, la maison consulaire paraît être un centre logistique. En 1392, un homme est rémunéré pour deux trajets distincts effectués sur quatre jours. Le premier consiste à transporter de la pierre de la maison commune aux travaux de la porte de la Bullière et le second à transporter du bois récupéré du pont à la maison commune : « [...] per porta la peyra de la mayso cominal a la porta de la Bulhieyra per far la peyrada e per portar la fusta del pon a la mayso cominal »63. Une fois de plus, il est impossible de savoir si la pierre mentionnée ici correspond à du réemploi. Cet exemple confirme tout de même la fréquence de ces déplacements, de et vers l’édifice consulaire. Les documents nous apprennent également que la maison commune est le lieu de destination des matériaux inaptes à être réemployés dans le domaine de la construction. En effet, un registre albigeois de 1379-1380 précise que du mauvais bois, « la avol fusta », issu des moulins, est porté à l'hôtel du consulat64. À Rodez également, les bois usés ou tombés doivent être portés à la maison commune. Lors de la réparation d’un pont en 1398, les édiles fournissent le bois nécessaire aux travaux et précisent que les anciennes charpentes doivent être ramenées, « retorna », au bâtiment consulaire : « […] per autras reparatios del dich pon e per lo despens de far porta la fusta e retorna l’avol a la mayso cominal »65. Un peu plus loin dans le même registre, on retrouve la mention de bois tombés des édifices et transportés à la maison commune :

  • 66 Ibid., fol. 25v.

Item lo XXVIII d’abrial paguiey a Bernatz Austi banier per un jorn que avia estat en portar las fustas de la barbacana de Sanh Marsal e de la porta de l’Alvengua que ero tombadas a la mayso cominal […]66.

  • 67 Mouysset 2000, p. 177. Traduction : « verger, ouvroir, boutique, corps (de bâtiment), salles, cham (...)
  • 68 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 9v.

18À l’aune de ces précédents exemples, l’édifice consulaire semble jouer un rôle double. D’une part, celui de plateforme intermédiaire dans le traitement des matériaux de réemploi et d’éventuelle étape de stockage permettant d’approvisionner les chantiers. D’autre part, celui de lieu d’élimination de certains matériaux anciens. Dans ce sens, les quantités de bois charriées, relativement importantes, peuvent aussi correspondre à des provisions faites à des fins autres que la construction. Il est probable que les bois, vieux et abîmés, puissent être vendus et/ou utilisés comme bois de chauffage. Ces fréquents transports de matériaux révèlent, en tout cas, une logique de centralisation dans la régie des chantiers urbains. D’autant plus que les hôtels consulaires offrent généralement l’espace et les commodités nécessaires pour le rangement et le stockage, principalement des denrées alimentaires comme le blé. La description de la maison que les édiles ruthénois aménagent en 1369 atteste ce constat. Plus spacieuse que l’ancien hôtel du consulat, la Costie – du nom de son ancien propriétaire Jean Costes – est composée de « verdier, obrado, botiga, cors, salas, cambras, porges, soliers, sobresoliers, et autras statios »67. La possible utilisation de ce lieu politique comme lieu de conditionnement des matériaux amène à s’interroger sur les raisons d’une telle organisation. Ce rôle correspond-il à une logique avant tout spatiale et pratique, facilitant une gestion comptable et administrative, et/ou peut-il aussi révéler un désir de contrôle de la part du pouvoir municipal, tant sur l’organisation des réseaux urbains que sur la gestion des matériaux de construction ? La question reste ouverte. D’autres indices évoquent, quant à eux, l’utilisation de véritables lieux de rangement ou de stockage. À Albi, les sources mentionnent l’existence de greniers dans lesquels sont prélevés des matériaux destinés aux travaux, notamment du bois et de la pierre. En 1368, par exemple, du bois de construction rangé dans un grenier du Tarn, « granier del Tarn », est utilisé pour la réparation du pont du Tarn : « VI homes que carriero de la fusta que era al granier de tarn ad obs del pon »68. Une fois encore, il n’est pas précisé si ces matériaux pris des greniers correspondent à du réemploi. Néanmoins, ces exemples attestent de la mise à disposition de lieux de stockage et de conditionnement pour les matériaux de construction, neufs ou anciens.

  • 69 Ibid., fol. 117 et suiv.
  • 70 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 116v.
  • 71 Ibid.
  • 72 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 117r.

19Il est donc difficile, au vu des documents, d’observer les pratiques et les dispositifs de stockage des matériaux récupérés. En outre, la majorité des exemples concernant la récupération et le réemploi dans nos sources, tend à montrer que les matériaux d’édifices démantelés sont directement réaffectés à la réparation ou à la construction d’autres bâtiments. Prenons de nouveau le cas de la destruction de la maison du consul Philip Vayssieyra à Albi. Lorsque débute la démolition de l’édifice, au début du mois de janvier 1369, les comptes mentionnent le transport et l’utilisation des briques et des pierres de taille à la réfection d’un mur devant la maison d’un certain R. Tersac69. De même à Rodez, quatre hommes sont rémunérés, le 8 mai 1356, pour détruire des maisons à l’extérieur du portail de la Bullière70. Seulement quelques jours plus tard, le 14 mai, les pierres issues de ces précédentes démolitions sont transportées et employées pour faire les créneaux de la muraille. Il est précisé que ces pierres sont récupérées directement sur les lieux des destructions : « [...] per portar la peyra […] que l’amassavo per la vila, aqui on hom avia deroits los osdals »71. Le démantèlement des bâtiments, la récupération des matériaux, leur transport ainsi que leur réutilisation s’effectuent ainsi en parallèle, dans des délais relativement courts. Dans ce sens, les matériaux ne nécessitent pas forcément de lieu de stockage à proprement parler, puisque les bâtiments détruits et les aires de démolition fonctionnent alors comme des carrières urbaines et des plateformes d’approvisionnement. Les édiles évitent ainsi des frais et des délais supplémentaires de transport et de stockage. La mise en œuvre directe des matériaux suppose tout de même une organisation. Les matériaux doivent, en effet, être triés, rangés et éventuellement protégés, contre les intempéries notamment. À Albi, en 1369, une femme est ainsi employée pour ranger et mettre en deux tas la brique issue de la destruction d’une maison : « It. paguem per cascun dia a I femna que destremania la teula e la metia en dos mons »72.

  • 73 Citons notamment sur ce point : Maire Vigueur 1989 et Crouzet-Pavan 2003.
  • 74 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 168, 1409-1410, fol. 43v.

20À la lumière de ces éléments, il apparaît que l’ensemble de ces opérations ne peut s’effectuer que dans un cadre, à la fois technique et spatial, préalablement pensé. Les consuls doivent alors mettre en œuvre des dispositifs palliant les désagréments engendrés par les destructions, tant le possible encombrement des rues que la réorganisation des espaces et des réseaux urbains. Ceci suppose une vision projetée de l’espace urbain par les édiles qui doivent à la fois assurer les modalités organisationnelles, comme la circulation, et répondre à des impératifs de temps et d’argent73. Par exemple, à Albi, en 1409, au moment de la destruction d’une arche du pont du Tarn, les maîtres maçons et charpentiers installent des planches sur l’ouvrage afin d’assurer le trafic durant la démolition, « [...] per tal que las gens anesso seguir desus [...] », mais également pour utiliser cette plateforme afin de désencombrer l’aire de destruction, « [...] quant per descombra desus lo dig arc-vout [...] »74.

Conclusion

  • 75 Büttner 2014, p. 231.

21Les villes du sud-ouest de la France aux XIVe et XVe siècles offrent l’exemple d’une politique active de récupération des matériaux, comprenant diverses formes de traitement et d’organisation, d’autant plus importante qu’elle s’inscrit dans un mouvement dynamique de chantiers urbains, impulsé par le conflit militaire. Les différentes formes de réemploi apparaissent avant tout comme pragmatiques, puisqu’elles permettent l’économie financière et technique de l’apport de nouveaux matériaux75. Mais ces pratiques ne sauraient être assimilées à un simple choix opportun. Les nombreuses modalités de gestion et de mise en œuvre inscrivent le processus de récupération et de réemploi dans un système de pensée et d’action. Le thème des réemplois en architecture révèle ainsi les capacités d’évaluation et les critères de choix des autorités municipales ainsi que les compétences mobilisées dans la gestion des travaux publics. L’intérêt historique d’un tel sujet, dont le présent article est loin d’épuiser tous les aspects, tient également à la diversité des domaines d’étude à laquelle il se rattache. L’expertise, les techniques de déconstruction, le marché des matériaux ou encore les réseaux urbains sont autant d’éléments que l’analyse du réemploi permet d’envisager.

Haut de page

Bibliographie

Bernard – Bernardi – Esposito 2009 = J.-F. Bernard, P. Bernardi, D. Esposito (dir.), Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Rome, 2009.

Bernardi 2009 = P. Bernardi, Le bâti ancien comme source de profits. Une facette du rapport entre architecture et économie, dans Bernard – Bernardi – Esposito 2009, p. 503-516.

Bernardi – Esposito 2012 = P. Bernardi, D. Esposito, For an history of deconstruction , dans R. Carvais et al., Nuts & bolts of construction history : culture, technology and society. Proceedings of the Fourth International Congress on Construction History, Paris, 3-7 July 2012, Paris, 2012, p. 453-460.

Bousquet 1925 = H. Bousquet, Comptes consulaires de la Cité et du Bourg de Rodez : Cité. vol. 1, (1350-1358), Rodez, 1925.

Bousquet 1945 = H. Bousquet, Comptes consulaires de la Cité et du Bourg de Rodez : Cité. vol. 2, (1358-1388), Rodez, 1945.

Büttner 2014 = S. Büttner, Une vision diachronique du phénomène urbain pour une histoire de la pierre à bâtir, dans J. Lorenz, F. Blary, J.-P. Gély (dir.), Construire la ville : histoire urbaine de la pierre à bâtir, Paris, 2014, p. 221-234.

Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874 = F. Cangardel, L. Combarieu, P. Lacombe (dir.), Le Te Igitur, Cahors, 1874.

Catalo – Cazes 2010 = J. Catalo, Q. Cazes (dir.), Toulouse au Moyen Âge : 1000 ans d’histoire urbaine, 400-1480, Portet-sur-Garonne, 2010.

Crouzet-Pavan 2003 = É. Crouzet-Pavan, « Pour le bien commun »... À propos des politiques urbaines dans l'Italie communale, dans É. Crouzet-Pavan (dir.), Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l'Italie communale et seigneuriale, Rome, 2003, p. 11-40..

Foulquier 2010 = L. Foulquier, De la destruction à la reconstruction. Réflexions sur les pratiques de récupération en Auvergne et Velay au Moyen Âge, dans R. Carvais et al., Édifice & artifice. Histoires constructives. Recueil des textes issus du Premier Congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, 19-21 juin 2008, Paris, 2010, p. 541-547.

Ideologie... 1999 = Ideologie e pratiche del reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo (Spoleto, 16-21 april 1998), Spolète, 1999.

Ligou 1992 = D. Ligou (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse, 1992.

Loppe 2010 = F. Loppe, Construire en terre pendant la guerre de Cent Ans : les fortifications de Castelnaudary (Aude) vers 1355-vers 1450, Carcassonne, 2010.

Maire Vigueur 1989 = J.-C. Maire Vigueur (dir.), D'une ville à l'autre : structures matérielles et organisation de l'espace dans les villes européennes (XIIIe-XVIe siècles). Actes du colloque organisé par l'École française de Rome avec le concours de l'Université de Rome (Rome 1er-4 décembre 1986), Rome, 1989.

Mortet 1900 = V. Mortet, Un ancien devis languedocien. Marché pour la reconstruction du campanile de l’église de la Dalbade à Toulouse (1381), dans Annales du Midi, t. 12, n° 46, 1900, p. 209-220.

Mouysset 2000 = S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville : les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez, 2000.

Rigaudière 1984 = A. Rigaudière, Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe siècle, dans Revue historique, t. 273, n° 553, 1984, p. 19-95.

Savy 2005 = N. Savy, Cahors pendant la guerre de Cent Ans, Cahors, 2005.

Settis 1984-1986 = S. Settis (dir.), Memoria dell’antica nell’arte italiana, Turin, 1984-1986.

Sicard 1953 = G. Sicard, Les moulins de Toulouse au Moyen Âge : aux origines des sociétés anonymes, Paris, 1953.

Wolff 1954 = P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse : vers 1350-vers 1450, Paris, 1954.

Haut de page

Notes

1 Citons notamment : Settis 1984-1986 ou encore Ideologie... 1999.

2 Bernard – Bernardi – Esposito 2009.

3 Catalo – Cazes 2010, p. 209.

4 Cangardel – Combarieu – Lacombe 1874, p. 55-56, art. 68.

5 Bousquet 1925, p. 200.

6 Ibid.

7 Ligou 1992, p. 86.

8 Catalo – Cazes 2010, p. 204. Ces bordes correspondent à des petits bâtiments de stockage à vocation agricole.

9 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 85r.

10 Arch. mun. Toulouse, CC1854, 1391-1392, fol. 86r.

11 Voir Bernardi – Esposito 2012.

12 Bousquet 1945, p. 64.

13 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1410, fol. 12r.

14 À Rodez, les comptes consulaires entre les années 1350 et 1386 contiennent un chapitre consacré à ces indemnités.

15 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349.

16 Bernardi 2009, p. 504.

17 Arch. mun. Toulouse, AA 45 – acte 28, mandement du 23 novembre 1349. L’acte précise que les travaux de l’enceinte demeurent en suspens par la pénurie de bois de charpente, de tuiles et autres matériaux indispensables. Le lieutenant du roi autorise les capitouls à s’en procurer par la démolition de maisons et fermes de la ville. Nous reviendrons plus loin sur le manque de matériaux et la gestion des ressources naturelles.

18 Rigaudière 1984, p. 27.

19 Catalo – Cazes 2010, p. 211.

20 Arch. mun. Toulouse, CC 1855, 1404-1405, fol. 21v.

21 Bousquet 1945, p. 51 et suiv. Et Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 204, 1368-1369. Ce registre contient de nombreuses mentions de ces ventes, concernant également du bois et des tuiles.

22 Ibid.

23 Wolff 1954, p. 89. Le franc est égal à la livre tournois. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 3E 5124, fol. 82v.

24 Wolff 1954, p. 89. Et Arch. dép. Haute-Garonne, Not., 2 MI 1180, fol. 123 et 125.

25 Savy 2005, p. 64. À Cahors, par exemple, la pierre calcaire se trouve dans les alentours de la ville : au pied du mont Saint-Cyr où le consulat possède une carrière ou encore à une dizaine de kilomètres, vers Cieurac, où se trouve un gisement de calcaire plus facile à travailler et fréquemment utilisé dans les constructions civiles.

26 Wolff 1954, p. 278. Le transport des matériaux par voie d’eau, particulièrement la pierre et le bois, constitue une part importante de l’approvisionnement des chantiers des villes du Midi. Toulouse fait notamment parvenir par flottage des pierres de gisements relativement éloignés, comme la région de Belbèze, près des Pyrénées, qui fournit les calcaires à miliolites.

27 Ligou 1992, p. 89.

28 Wolff 1954, p. 283.

29 Sicard 1953, p. 149 et suiv. Le terme « parier » désigne, selon une large acceptation, celui qui possède une part d’un fief ou d’un immeuble. Dans le cadre de la Société des Moulins du Bazacle, un « parier » est un détenteur de titres.

30 Wolff 1954, p. 283 et Archives du Bazacle, liasse 3, n°12.

31 Wolff 1954, p. 283 et p. 561. D’autres clauses de ces statuts font écho à la pénurie de matériaux que connaît alors la ville de Toulouse. Il y est particulièrement mentionné la répartition autoritaire, en cas de besoin, du bois disponible entre tous les acheteurs, commerçants et particuliers, présents au marché. De même que la redistribution des stocks entre charpentiers.

32 Mortet 1900, p. 210.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 214.

35 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 34v.

36 Bernardi – Esposito 2012, p. 453-454.

37 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 230, 1408-1409, fol. 33r.

38 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 110r.

39 Ibid., fol. 113v.

40 Bernard – Bernardi – Esposito 2009, p. 13.

41 Bernardi 2009, p. 505.

42 Bousquet 1945, p. 63.

43 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 217, 1392-1393, fol. 14r.

44 Arch. dép. Lot, EDT 042-Cité-CC 64, 1409-1411, fol. 14r.

45 Foulquier 2010, p. 542.

46 Bousquet 1945, p. 112-113. Selon Henri Bousquet, cette pierre « fregal » correspond à une pierre brute, de petite dimension, destinée aux constructions peu soignées. Et Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 19r. et suiv.

47 Arch. dép. Lot, EDT 042 CC 64, 1409-1411, fol. 14 et suiv.

48 Arch. dép. Aveyron, 2E 212 CC 200, 1355-1356, fol. 80r.

49 Ibid., fol. 118r.

50 Ibid., fol. 120.

51 Ibid., fol. 158r.

52 Arch. mun. Toulouse, CC2324, 1405-1406, fol. 94 r°6.

53 Catalo – Cazes 2010, p. 215.

54 Ibid.

55 Loppe 2010, p. 40.

56 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408, fol. 24 et suiv.

57 Savy 2005, p. 64.

58 Ibid.

59 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 66r.

60 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 113v. « Per cascun dia, a VI homes que lor adjudavo a pertrayre la fusta a la mayso cominal vielha ».

61 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 161, 1402, fol. 41r. « […] deterar e debatero fusta vielha que era sus l’osdal petit del mazel ». Suivi de la mention : « [...] que portero una cantitat de fusta vielha que era estada del mazel laqual portero a la mayso cominal ».

62 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 167, 1408-1409, fol. 39r.

63 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 217, 1392-1393, fol. 13v.

64 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 155, 1379-1380, fol. 65r. « […] per portar la avol fusta que era als passes sobre digs a la mayso cominal ».

65 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 222, 1397-1398, fol. 25r.

66 Ibid., fol. 25v.

67 Mouysset 2000, p. 177. Traduction : « verger, ouvroir, boutique, corps (de bâtiment), salles, chambres, galeries, étages, greniers, et autres pièces ».

68 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 9v.

69 Ibid., fol. 117 et suiv.

70 Arch. dép. Aveyron, 2E 212-Cité-CC 200, 1355-1356, fol. 116v.

71 Ibid.

72 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 151, 1368-1369, fol. 117r.

73 Citons notamment sur ce point : Maire Vigueur 1989 et Crouzet-Pavan 2003.

74 Arch. dép. Tarn, 4 EDT CC 168, 1409-1410, fol. 43v.

75 Büttner 2014, p. 231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Sabathier, « La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3620 ; DOI : 10.4000/mefrm.3620

Haut de page

Auteur

Cécile Sabathier

Université Paris 1 – LAMOP, cecile-sabathier@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org