Navigation – Plan du site
Atelier doctoral : les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge

Les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge : introduction à l’école d’été (Rome, 19-23 septembre 2016)1

Philippe Bernardi et Hélène Dessales

Texte intégral

  • 1 Organisée par l’École française de Rome, les laboratoires AOROC (UMR 8546, ENS-CNRS), LAMOP (CNRS, (...)
  • 1 Gracq 1988, p. 8.

1« C’est un work in progress, Rome, un bric-à-brac somptueux de matériaux urbains en instance d’assemblage ou de réemploi » 1. Ces mots de Julien Gracq pourraient, à eux seuls, justifier le choix fait de tenir une école d’été sur le réemploi à Rome, ville paradigmatique en la matière. Mais ce choix nous a également paru s’imposer en raison des nombreuses études dont les spolia de cette cité ont, depuis Leon Battista Alberti au moins, fait l’objet et des travaux que nous avons engagés sur ce thème voilà plusieurs années avec nos collègues de l’Université de la « Sapienza », en lien avec l’École française de Rome. Nous avons cherché, au cours de cette semaine, à proposer des outils d’appréhension d’un phénomène par la confrontation avec des approches aussi diverses que possibles tant par l’objet envisagé, que par la période concernée ou la méthode adoptée.

2Neuf ans après l’organisation, dans cette ville, d’un colloque intitulé Il Reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso2, un bilan des avancées de la recherche dans ce domaine semblait pouvoir être tenté. La publication récente par Patrizio Pensabene de son ouvrage, Roma su Roma. Reimpiego architettonico, recupero dell’antico e trasformazioni urbane tra il III e il XIII secolo3 nous y engageait, tout comme l’apparition de plus en plus nette du réemploi comme un enjeu contemporain. Nous ne prendrons comme exemple de cette « actualité » du thème lque ’exposition Matière grise. Matériaux / Réemploi / Architecture qui s’est tenue à Paris, au Pavillon de l’Arsenal, en 2014, où soixante-quinze projets d’architecture reposant sur une seconde vie des matériaux étaient présentés. Enfin, le moment choisi pour cette école d’été est celui d’une convergence entre les recherches menées par les médiévistes et un programme pluridisciplinaire porté par l’Agence nationale de la recherche, à travers le programme de l’ANR RECAP (REConstruire APrès un séisme. Expériences antiques et innovations à Pompéi)4. Ce projet pluridisciplinaire, coordonné par le laboratoire AOROC (ENS-CNRS), en partenariat avec l’IPGP, l’INRIA et le CJB (EFR-CNRS), envisage les modalités de reconstruction consécutives à des événements sismiques, principalement à Pompéi, mais aussi sur d’autres sites campaniens. Il s’agit de caractériser les techniques de construction qui ont été adoptées suite à une catastrophe et de tenter d’en comprendre les choix. Face au silence des textes antiques sur ces questions, l’archéologie apporte de précieux éléments de réponse, en envisageant toute la chaîne de la construction : production et sélection des matériaux, procédés de mise en œuvre et gestion des stocks de matériaux. Quelle part accorder au réemploi ou à la réutilisation de matériaux issus des destructions ? Sont-ils privilégiés, pour des raisons économiques et logistiques (faible coût, disponibilité immédiate) ? Ou, au contraire, a-t-on recours à d’autres types de matériaux, avec un souci d’optimiser la résistance des bâtiments face à un risque sismique récurrent ? Pour en venir à l’actualité, les terribles conséquences du tremblement de terre qui a pratiquement rasé le village d’Amatrice en août 2016, en Ombrie, et les débats successifs sur la nature des matériaux et techniques utilisés dans les réfections récentes, constituent un vibrant témoignage sur cette question. Elle n’a jamais été véritablement abordée sur la longue durée et un des enjeux du programme RECAP est donc de l’explorer en Campanie, de l’Antiquité à nos jours. Les réemplois sont donc envisagés sous le double prisme de l’urgence de la reconstruction et de l’intégration du risque sismique dans des zones fréquemment exposées.


  • 5 Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2010.
  • 6 Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2012.
  • 7 Fleury – Baridon – Mastrorilli – Mouterde - Reveyron 2016.

3Pourquoi l’architecture ? L’histoire de la construction connaît actuellement un intérêt croissant dont témoignent la création de diverses associations nationales d’histoire de la construction (la dernière en date étant portugaise) et l’organisation de colloques centrés sur ce domaine. Or l’étude du réemploi sous ses diverses formes (récupération, réemploi et recyclage) et sous ses diverses justifications (idéologique, économique ou technique) y trouve toute sa place. Une rapide lecture des index des derniers colloques publiés montre que les travaux incluant le terme réemploi dans leurs mots-clés ne sont pas encore très nombreux : quatre articles dans le volume des actes du premier congrès francophone d’histoire de la construction5 ; douze contributions dans les actes du quatrième congrès international d’histoire de la construction6, et un seulement dans le deuxième congrès francophone d’histoire de la construction7. Une grande marge de progression existe encore mais le seul jeu sur les mots-clés peut s’avérer trompeur. Ce qui importe, à notre sens, est que, dans ce domaine, la question du réemploi semble de plus en plus posée et surtout qu’elle se trouve intégrée aux études et non plus, comme cela a été longtemps le cas, traitée un peu de manière anecdotique ou marginale.

4Si les pratiques attestées en architecture ne sont, dans leurs principes, pas radicalement différentes de celles que l’on peut observer dans d’autres domaines tels que l’habillement ou l’orfèvrerie, celles-ci revêtent une dimension particulière du fait de la diversité des matériaux concernés mais aussi, et peut-être surtout, de la complexité ou de l’ampleur des opérations engagées (démontage transport, recyclage éventuel et remise en œuvre) et des volumes concernés.

  • 8 Toubert – Moret 2009.

5En ce sens, l’architecture se présente comme un secteur d’activité privilégié pour observer les phénomènes de réemploi, même si nous ne pouvons qu’appeler à la multiplication des échanges avec d’autres spécialistes – comme cela a été fait, par exemple, dans le cadre des études réunies par Pierre Toubert et Pierre Moret, sous le titre Remploi, citation, plagiat8.

6Quant au choix de traiter le réemploi de l’Antiquité au Moyen Âge, il se justifie, selon nous, par le fait que le réemploi n’est pas un phénomène lié à une époque particulière même si certaines ont pu, pour diverses raisons, y recourir plus que d’autres. L’envisager sur un temps long nous a semblé une façon pertinente de sortir de l’anecdotique ou du pittoresque de la monographie pour chercher à appréhender les pratiques observées dans leurs constantes et dans leurs éventuelles évolutions. C’était aussi, pour nous, une façon de chercher à cesser d’opposer une Antiquité spoliée à un Moyen Âge spoliateur.

Réemploi – récupération – recyclage : pour un inventaire des outils à la disposition d’une approche plus globale des pratiques

7L’exposition Matière grise. Matériaux / Réemploi / Architecture, déjà évoquée, a récemment pointé le fait qu’en France et en Europe le réemploi n’avait pas encore de définition officielle précise, révélant par-là notre méconnaissance collective du sujet. Le réemploi revêt, dans les différents travaux disponibles, une pluralité de sens qu’il convient de présenter dans la mesure où ils témoignent de la diversité des modes d’approche du phénomène. Nous exposerons, ici, ceux qui nous semblent être les trois principaux :

  1. L’architecte Jean-Marc Huygen distingue « la réutilisation, qui consiste à se servir de l’objet dans son usage premier ; le réemploi, d’un objet ou de parties d’objet, pour un autre usage ; le recyclage, qui introduit les matières de l’objet dans un nouveau cycle » 9. Il s’agit donc d’une distinction de trois modalités selon le type de conservation de l’objet : la réutilisation conserve la fonction, le réemploi conserve la forme, le recyclage conserve la matière.
  2. L’architecte Niklaus Kohler propose pour sa part une distinction graduelle du réemploi en cinq niveaux : continuation d’utilisation de l’élément à sa place, pour le premier ; continuation d’utilisation de l’élément dans une autre situation, mais avec la même fonction, pour le deuxième ; utilisation de l’élément pour une autre situation et dans une autre fonction, pour le troisième ; changement de la forme de l’élément et de l’état du matériel pour une autre utilisation, pour le quatrième ; dépôt dans une décharge avec dissolution, décomposition ou combustion, pour le cinquième10.
  3. Selon une lecture dynamique, une dernière approche peut être proposée qui suit la chaîne opératoire avec :
    1. Le démontage éventuel d’un bâtiment préexistant (avec différentes configurations : destruction déjà perpétrée ou bien démolition dans l’objectif de la récupération) ;
    2. La récupération de matériaux ;
    3. Le transport des matériaux si la réutilisation ne se fait pas in situ ;
    4. Le stockage des matériaux ;
    5. Le recyclage des matériaux quand ceux-ci sont transformés ;
    6. Le réemploi des matériaux (transformés ou simplement « convertis »), à travers leur mise en œuvre dans une nouvelle construction.
  • 11 Il s’agit de Pauline Ducret, Francesca Lembo Fazio, Souissi Hazar, Caroline Lefebvre, Khaoula Migh (...)

8Ces diverses acceptions du réemploi, plus ou moins étroites, imposent à chacun de positionner son propos pour éviter toute confusion. Elles mettent en évidence le caractère complexe d’un phénomène qui peut, en outre, être abordé suivant différentes méthodes. En effet, des approches variées et complémentaires peuvent être mobilisées : archéologie, typochronologie des matériaux et des décors, analyses en laboratoire des matériaux, étude des textes. C’est le va-et-vient entre ces diverses approches qui a orienté cette école d’été, conçue autour des échanges disciplinaires. Cette dernière s’est déroulée sur une semaine. Elle s’est articulée autour de trois thématiques majeures, abordées successivement au cours du stage : « Identifier le réemploi ou la récupération » ; « Les pratiques de récupération et de réemploi » ; « Les facteurs de la récupération ». Les exposés en salle, en matinée (seize au total), ont alterné avec des visites de sites (huit en tout), les après-midi, afin de confronter les participants à la réalité du terrain archéologique, mais aussi à l’actualité de certains travaux majeurs dans le domaine, conduits à Rome. En milieu de semaine, un stage pratique a été organisé auprès de l’entreprise Concordia, à Nepi, au cours duquel chacun a pu s’essayer concrètement aux différentes opérations jalonnant la pratique du réemploi, à travers l’usage des matériaux traditionnels, leur mise en œuvre et le démontage de différents types de maçonneries. Si les stagiaires11 ont été invités à présenter leurs propres travaux sur le sujet dans le cadre d’exposés oraux, une table-ronde conclusive sur « Les facteurs de la récupération » a permis à chacun de revenir sur les acquis de la semaine et sur l’expérience développée en commun.


9Les organisateurs de cette école d’été (Philippe Bernardi, Hélène Dessales, Philippe Dillmann et Daniela Esposito) remercient les collègues de l’École française de Rome qui ont largement contribué à la mise en place de cette école d’été et à sa convivialité, Pierre Savy, Grazia Perrino et Évelyne Bukowiecki. Ils remercient également les différents intervenants qui ont assuré des présentations et des visites sur les sites, garantissant le succès de la formation et son ouverture méthodologique : Émilien Bouticourt, Marialetizia Buonfiglio, Barbara Buonomo, Mathilde Carrive, Renzo Chiovelli, Arnaud Coutelas, Maria Grazia D’Amelio, Claudia Del Monti, Giulia Facchin, Pierre Guibert, Rossana Mancini, Patrizio Pensabene, Stefania Pergola, Daniela Rossi, Mirella Serlorenzi, Riccardo Santangeli Valenziani, Lucrezia Spera. Ils remercient enfin l’ingénieur Primo Concordia, pour l’organisation de la visite des chantiers de restauration de Nepi et de l’atelier pratique.

Haut de page

Bibliographie

Bernard – Bernardi – Esposito 2008 = J.-F. Bernard, Ph. Bernardi, D. Esposito (dir.), Reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Rome, 2008 (Collection de l'École française de Rome, 418).

Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2010 = R. Carvais, A. Guillerme, V. Nègre, J. Sakarovitch (dir.), Edifices & artifices, Paris, 2010.

Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2010 = R. Carvais, A. Guillerme, V. Nègre, J. Sakarovitch (dir.), Nuts & bolts of construction history : culture, technology and society, Paris, 2012, 3 vol.

Fleury – Baridon – Mastrorilli – Mouterde – Reveyron 2016 = F. Fleury, L. Baridon, A. Mastrorilli, R. Mouterde, N. Reveyron (dir.), Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux, Paris, 2016.

Gracq 1988 = J. Gracg, Autour des sept collines, Paris, 1988.

Huygen 2008 = J.-M. Huygen, La poubelle et l’architecte. Vers le réemploi des matériaux, Arles, 2008.

Matière grise 2014 = Matière grise. Matériaux / Réemploi / Architecture, Paris, 2014.

Pensabene 2015 = P. Pensabene, Roma su Roma. Reimpiego architettonico, recupero dell’antico e trasformazioni urbane tra il III e il XIII secolo, Rome, 2015 (Monumenti di antichità cristiana ser. II, 22).

Toubert – Moret 2009 = P. Toubert, P. Moret (dir.), Remploi, citation, plagiat : conduites et pratiques médiévales (Xe-XIIe siècle), Madrid, 2009 (Collection de la Casa de Velázquez, 112).

Haut de page

Notes

1 Organisée par l’École française de Rome, les laboratoires AOROC (UMR 8546, ENS-CNRS), LAMOP (CNRS, Université de Paris 1, UMR 8589) et LMC IRAMAT (CNRS, Université d’Orléans, UMR 5060) et la Scuola di Specializzazione in Beni architettonici e del Paesaggio, Facoltà di Architettura, Sapienza – Università di Roma, avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche (programme RECAP ANR 14-CE 31-005).

1 Gracq 1988, p. 8.

2 Bernard – Bernardi – Esposito 2008.

3 Pensabene 2016.

4 ANR 14-CE 31-005 : http://recap.huma-num.fr.

5 Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2010.

6 Carvais – Guillerme – Nègre – Sakarovitch 2012.

7 Fleury – Baridon – Mastrorilli – Mouterde - Reveyron 2016.

8 Toubert – Moret 2009.

9 Huygen 2008.

10 Matière grise 2014, p. 94.

11 Il s’agit de Pauline Ducret, Francesca Lembo Fazio, Souissi Hazar, Caroline Lefebvre, Khaoula Mighri, Nicolas Moucheront, Angela Palmentieri, Cécile Sabathier, Ahmed Sayadi, Aurélie Terrier, Petra Urbanova, Maddalena Vaccaro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bernardi et Hélène Dessales, « Les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge : introduction à l’école d’été (Rome, 19-23 septembre 2016) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3550 ; DOI : 10.4000/mefrm.3550

Haut de page

Auteurs

Philippe Bernardi

CNRS, LaMOP – UMR8589, bernardi.philippe@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Hélène Dessales

ENS-PSL / IUF, AOROC-UMR 8546, helene.dessales@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org