Navigation – Plan du site
Pise de la peste noire à la conquête florentine (1348-1406). Nouvelles orientations pour l’histoire d’une société en crise

S’observer, coopérer, se fréquenter ou rester avec les siens. Les interactions entre marchands florentins et pisans dans les correspondances Datini vers 1400

Jérôme Hayez

Résumés

Pise connaît un destin différent d’autres villes annexées à l’État florentin : après 1406 les familles de ses notables prennent massivement la voie de l’exil plutôt que de s’installer dans la dominante. Une étude des interactions entre marchands florentins et pisans au cours de la génération précédente peut contribuer à éclairer cette attitude, en tirant parti de correspondances privées de l’Archivio Datini qui jettent un jour sur les pratiques mais aussi sur la signification de contacts binationaux qui peuvent aller de la collaboration à la concurrence, de la fréquentation à l’évitement. Si l’on rencontre des exemples de compagnies associant Pisans et Florentins à Avignon, où la complémentarité des statuts, réseaux et autres atouts peut se révéler avantageuse, les Florentins, nombreux à l’embouchure de l’Arno, paraissent y avoir davantage vécu dans l’entre-soi, pour leurs principales collaborations comme dans leurs pratiques récréatives. Mais il conviendrait de prendre aussi en compte la diversité marquée de cette communauté, qui pouvait connaître à ses marges quelques cas d’assimilation locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse récente sur ces aspects, voir Ciccaglioni 2009 et Tognetti 2010. Parmi les diver (...)

1Vers la fin du XIVe siècle, l’orientation différenciée des économies florentine et pisane rend assez délicates les comparaisons terme à terme, sinon pour quelques secteurs comme la production drapière et la tannerie ou bien pour les modalités et les techniques déployées dans la gestion des affaires. Les deux places présentent en effet une structure dissemblable dans leur territoire comme dans leur projection et l’on observe rarement des ressortissants des deux villes exerçant les mêmes activités sur un troisième pôle. Dans le milieu qui s’active dans le commerce international, les réseaux formés par les marchands s’orientent globalement pour l’une de ces nations vers le contrôle des flux financiers qui traversent l’Europe occidentale, et pour l’autre vers la médiation capillaire des échanges de matières premières et de produits dans quelques niches régionales, reliées à la métropole par les transports maritimes. Déterminée par des stratégies diverses, la présence des deux nations marchandes sur les places majeures, quand elle est simultanée, apparaît de ce fait moins comparable, par rapport aux réseaux provenant de deux villes de la Toscane intérieure, comme Florence et Lucques. Autre divergence majeure, l’intégration dans l’État pisan de la principale aire portuaire toscane, constituée par Porto Pisano et Livourne, rend beaucoup plus nécessaire la présence de Florentins auprès de leur principal débouché maritime que d’acteurs pisans sur une place de l’intérieur. Même une approche juridique et institutionnelle des rapports entre les deux villes devrait prendre en considération cette disparité du contexte territorial et les stratégies alternatives qu’elle suscite chez les marchands, selon les diverses périodes où la cité hégémonique peut exercer son influence sur la ville maritime, voit celle-ci lui résister ou parvient à lui imposer une domination complète1.

  • 2 « Ethnic identity implies a series of constraints on the kinds of roles an individual is allowed t (...)

2Mais la comparaison peut prendre d’autres formes que celles d’un parallèle global ; elle peut notamment résulter d’une analyse microhistorique des situations dans lesquelles les marchands appartenant aux deux nations sont incités ou contraints à interagir. Les diverses modalités qui vont de la concurrence à la collaboration se fondent sur deux logiques opposées. L’une procède de la recherche d’autres contacts pour accéder à de nouveaux marchés ou trouver une autre implantation ; la seconde tend à limiter l’engagement à des partenaires éprouvés, dont la fiabilité peut mieux s’apprécier à travers la densité de liens multiples tissés dans un cadre municipal. D’un côté, la logique du « lien faible » (weak tie) qui peut s’avérer d’autant plus précieux qu’il permet de communiquer avec d’autres milieux et d’autres espaces pour y prendre pied ; de l’autre un contrôle social renforcé à travers une combinaison de liens de parenté, de voisinage, d’activités politiques et de collaboration économique, qui tire profit des multiples occasions offertes par les divers contextes de fréquentation pour évaluer de façon très précise le caractère, la situation financière et le capital social des collaborateurs. Cependant la logique économique ne gouverne pas toutes les interactions, et n’en régit certaines qu’en concomitance avec d’autres orientations, comme les injonctions culturelles acquises par les acteurs à travers leur origine2. Les réponses à une situation donnée peuvent ainsi être variées. Et dans ce cas précis, ces orientations peuvent contribuer à expliquer la situation si particulière des Pisans après 1406, par rapport à d’autres villes intégrées à l’État florentin, dont les notables cherchaient plutôt à prendre pied dans la dominante, pour maximiser les chances de réussite, qu’à s’exiler à l’étranger.

  • 3 Le dépouillement de diverses sources (lettres parisiennes et quelques autres secteurs du carteggio(...)

3Bien plus que les actes notariés ou les comptabilités privées, les lettres marchandes peuvent restituer le contexte et la signification de ces interactions. Et si le carteggio Datini transmet dans l’ensemble une vision de ces rencontres déterminée par une perspective florentine, il est sans équivalent pisan pour la fin du XIVe siècle et comporte néanmoins des mentions de marchands pisans présents dans la cité archiépiscopale et dans diverses aires de la Méditerranée et de l’Europe occidentales. Des recherches antérieures menées sur l’Archivio Datini et en particulier sur ses correspondances mettent par exemple en évidence des situations différentes pour deux places majeures, très fréquentées par les Florentins, des situations qui vont de l’absence presque totale des Pisans, à Paris3, à une présence limitée, à Avignon. Et deux dossiers peuvent servir à illustrer plus précisément diverses formes d’interaction entre marchands pisans et florentins.


  • 4 Petralia 1989, p. 16-18, 45-46, 50-51, 58-59 ; Soldani 2010, p. 44-46, 487-544 ; Ferrer 2007.
  • 5 Comme différents acteurs qui séjournent sur les bord du Rhône à l’occasion de la liquidation de la (...)

4Le premier cas concerne la place d’Avignon, où la présence pisane apparaît limitée – comme en général sur les principales places occidentales – par rapport à celle des Florentins ou des Lucquois, ou bien encore ici des Piémontais. Sous cet angle, Barcelone constitue une exception, aux générations suivantes, avec un nombre de marchands pisans supérieur à celui des Lucquois, même s’il reste très inférieur à celui des Florentins4. À partir des types plus courants de documentation, on peut recenser environ 2700 Toscans à Avignon durant la période qui s’étend de la dernière décennie du XIIIe siècle jusqu’à 1430. Seulement une soixantaine d’individus peuvent être identifiés comme pisans. On ne connaît pas l’occupation de près du tiers de ce groupe ; un autre tiers exerce des activités de type artisanal ou de service (en particulier comme taverniers) ou bien correspond à des membres ecclésiastiques ou laïques de la cour pontificale. Le dernier tiers se compose de marchands, dont certains ne sont présents que pour quelques semaines ou quelques mois, dans le cadre d’une mission particulière5. Dans l’ensemble, le nombre d’agences auxquelles participent des Pisans d’Avignon durant la période couverte par les correspondances Datini ne paraît à aucun moment dépasser deux unités.

  • 6 Si des compagnies binationales ont pu être mentionnées dans bien des monographies consacrées à une (...)
  • 7 Ciasca 1927 ; Astorri 1989.
  • 8 Ainsi pour l’expédition d’un lot de gingembre de Venise vers Avignon ou Paris par Milan et Aviglia (...)
  • 9 Certains types d’opérations comme les changes, les commende ou la détention de pierres sont parfoi (...)

5Plus largement, les associations contractées entre les ressortissants des différentes cités-États ou entre les Toscans et d’autres nations sont assez exceptionnelles6. Parmi les agences durables et d’une certaine importance, n’a pu ainsi être repéré qu’un seul cas d’association entre Florentins et Lucquois, avec la compagnie qui réunit les changeurs Aghinolfo di Cherico de’ Pazzi et Giovanni di Cionello di Poggio des années 1370 jusqu’à la fin des années 1390. On rencontre cependant parmi ces Toscans un­ épicier originaire de Prato, Niccolaio di Bonaccorso di Tano, qui participe au cours d’une douzaine d’années à quatre compagnies successives, et deux d’entre elles le voient associé à divers Pisans. Niccolaio est spécialisé dans une activité d’épicier en gros (speziale grosso)7, c’est-à-dire dans l’import-export et la vente, plutôt que le travail manuel du sucre, de la cire et de la pharmacopée qui caractériserait un apothicaire. Mais il se lance aussi volontiers dans des opérations spéculatives variées et parfois assez risquées, comme des expéditions extraordinaires d’épices depuis les principaux emporia italiens à travers les Alpes, dans les moments où la demande est forte dans l’aire française8 ; ou les commende qu’il envoie à l’occasion au Levant ; ou bien le commerce des joyaux et des pierres précieuses, activité qui revêt une certaine importance pour des marchands résidant auprès de l’une des principales cours européennes ; ou encore la pratique du change par lettre, dépassant les fonctions de crédit et de compensation à la circulation des marchandises pour prendre celle d’un instrument financier9.

  • 10 Sur ces aspects biographiques et familiaux, je me permets de renvoyer à Hayez 2006.
  • 11 ASPo, D.1170, 1020 et 1021, reconnaissance de dette autographe du 28-11-1382 et copie par Boninseg (...)
  • 12 Il est attesté au moins jusqu’en février 1377 (ASPo, D.61, fol. 15v) et peut-être jusqu’en 1381 (A (...)
  • 13 Renouard 1941, p. 359-360 ; ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 4v, 218. Sur l (...)
  • 14 ASF, Mercanzia 1156, sans fol., 2 et 30-5, 3, 4 et 7-9-1370.
  • 15 ASPo, D.321, 1519 et 1522, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 6/7-9 et 30-11/1-12-1383.
  • 16 « Avrete se[n]tito chome Piero e Antonio Borsai àno perduto il credito e si puote dire faliti però (...)

6Niccolaio est né vers 135510 ; il arrive en Provence à l’âge de dix-huit ans, comme facteur de la compagnie florentine des Alamanni, et rencontre Francesco Datini dans les derniers temps du séjour avignonnais du mercier-armurier. Doté de talents sociaux reconnus par divers correspondants, Niccolaio se lie à son riche compatriote qui accepte de lui confier la somme de 400 florins pour lui permettre de monter sa seconde compagnie en 1382, dix ans après son arrivée sur les bords du Rhône et à la suite d’une brève expérience qui le liait au fils d’un marchand de Pistoia11. Le jeune épicier s’associe alors à deux membres de la fratrie pisane Borsaio, pour reprendre la boutique d’un autre épicier, peut-être pisan ou passé par Pise, Taldo Pieri, mort depuis quelque temps12. En réalité, quoique ces Borsaio soient qualifiés de Pisans dans les sources avignonnaises et même s’ils considèrent Pise comme leur patrie, où sont restés d’autres frères comme Domenico13, ils ne descendent pas d’une famille qui y serait enracinée depuis des générations. Les actes de la Mercanzia mentionnent en 1370 le frère aîné comme « Piero di Bartolo Borsaio di Firenze, il quale è usato dimorare in Pisa già sono diece mesi e più »14. Piero exerçait alors la fonction de facteur des Davanzati mais avait manqué à ses obligations de rendre des comptes à cette compagnie florentine. Une douzaine d’années plus tard, Piero et l’un de ses frères, Antonio, séjournent régulièrement à Avignon, où ils pratiquent l’import-export et le change par lettres. Leur nouvelle compagnie avec Niccolaio est initialement prévue pour trois ans mais voit ses pactes rediscutés avant terme, avant de s’interrompre après un an et demi, au cours de l’été 1384. Piero, qui affirmait vouloir vivre à Avignon mais appréciait peu cette activité nouvelle d’épicier, est alors requis à Pise par ses frères qui y sont demeurés, au moment où il devient chef de la famille et doit monter avec eux un banc de change plus important15. Piero et Antonio resteront pourtant quelques années de plus sur les bords du Rhône, où leurs affaires périclitent au printemps 1389, quand apparaît la nouvelle de leur faillite16.

  • 17 Guiran apparaît d’abord à Carpentras en 1358 et 1377 comme le fils de Ruffin Calvi, dans une quitt (...)
  • 18 ASPo, D.343, 1554 ; D.624, 423606 ; D.322, 1539 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26- (...)
  • 19 Sur les Sancasciano, Melis 1987, p. 71-73, 197, 205-208, 216-217 ; Melis 1962, p. 194 ; Petralia 1 (...)
  • 20 Melis 1987, p. 218.
  • 21 ASPo, D.322, 2740 ; D.625, 408175 ; D.322, 2744 (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 16/18- (...)
  • 22 ASPo, D.627, 520597 (Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 10 avril 1395).

7De son côté, Niccolaio, après l’intervalle d’une compagnie contractée en 1384 avec un épicier originaire de Carpentras, Guiran Calvi17, s’associe à nouveau à des Pisans, à l’automne 1387. Il effectue alors un voyage provisoire en Toscane et, au retour, s’arrête à Pise, où il conclut une association avec Niccolao et Uguccione di ser Piero Raù et Simone di ser Francesco da Sancasciano18. Il s’agit cette fois de Pisans de naissance et plus stables dans leur patrie19, qui ne se rendent qu’épisodiquement en Provence. Le dernier appartient à une famille ancienne, déjà bien connue pour son activité drapière et bancaire vers le milieu du XIVe siècle. Niccolao Raù accompagne alors Niccolaio à Avignon durant quelques mois pour y implanter la nouvelle boutique, avant d’y être remplacé par son neveu Iacopo d’Uguccione20. Deux ans et demi plus tard, au printemps 1390, la compagnie des Raù de Pise est entraînée dans la faillite du Florentin Bernardo di Cino de’ Nobili. Sans en avoir été averti par ses associés, Niccolaio se trouve subitement exposé aux demandes de remboursement de ses créanciers. Il parvient d’abord à en satisfaire un certain nombre, mais la compagnie avignonnaise des Raù-Sancasciano se retrouve finalement à son tour en défaut de paiement21. La liquidation compliquée des comptes entre les anciens associés se prolonge ensuite sur six ans. Deux ans après sa faillite, Niccolaio s’engage néanmoins dans une autre compagnie, qui l’associe cette fois à un riche Florentin établi à Arles, Matteo Benini Celli, et à son fils Francesco ; elle durera jusqu’en 139522.


  • 23 Melis 1962, p. 136-141, 176-178, 200-203, 227, 246-253, 322. Pour les premières compagnies de Nicc (...)
  • 24 ASPo, D.322, 1541 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 10-4-1392). Pour les Raù-Sancasci (...)
  • 25 En particulier pour Guiran Calvi, qu’il présente comme « buon uomo riccho e posente, e merchatante (...)

8À travers ces diverses expériences, on peut noter une forte cohérence dans les choix de Niccolaio di Bonaccorso. Il s’agit tout d’abord d’un marchand ambitieux, doté de compétences dans le secteur des épices et qui exerce dans toutes ces situations une fonction prééminente ou importante dans la direction des affaires, mais qui est d’autant plus dépourvu de capitaux que ses diverses compagnies ne dégagent pas un profit notable, pour des raisons variées. Même avec le soutien financier de Francesco Datini, dont il ne rembourse que très partiellement le prêt initial, Niccolaio ne finance ces firmes que pour une part qui va du cinquième au tiers ; et tandis que les premières se situent, avec un capital proche de 4000 florins, au niveau de la plupart des compagnies Datini23, celle conclue avec les Benini dispose de 10 000 florins, et celle qui l’associe plus tôt aux Raù-Sancasciano aurait réuni un montant presque égal24. Niccolaio insiste d’ailleurs parfois, dans ses lettres à son compatriote, sur le fait qu’il s’associe à de riches marchands25.

  • 26 ASPo, D.321, 2117 (Tieri di Benci à Francesco di Marco 13-2-1385). Il va par ailleurs se plaindre (...)
  • 27 ASPo, D.321, 1519 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 6/7-9-1383).

9En corrélation avec ses capacités financières, Piero Borsaio, qui avec son frère Antonio est le seul parmi ces Pisans à résider durablement à Avignon, est présenté par les correspondants de Francesco Datini comme un personnage bien introduit auprès de la cour pontificale : « Piero Borsaio è tanto ina[n]zi a[l] papa e a molti chardinali »26. Ces liens clientélaires apparaissent un avantage indiscutable quand il s’agit de protéger les intérêts concrets de la compagnie dans les territoires pontificaux. Piero obtient également de Clément VII une licence d’exportation (tratta) de blés qu’il va acheter en Bourgogne pour les expédier en Toscane27.

  • 28 ASPo, D.1095, 131597 (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24-12-1384) ; D.621, 412914, 412916-41 (...)
  • 29 ASPo, D.185, 316820 (comp. Datini de Pise à Matteo di Lorenzo, 26-3-1384) ; D.427, 502576 (Iacopo (...)
  • 30 ASPo, D.428, 502554 (Iacopo del Nero à la comp. Datini de Pise, 16-10-1388).
  • 31 ASPo, D.347, 188 (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 30-12-1384).
  • 32 Hayez 2001, p. 512.
  • 33 En 1382, Guiran est co-possesseur d’une nef Saint-Antoine (ADV, 3 E 9, 1175, fol. 82v-83, 84v). En (...)

10Dans le cas des Borsaio, un autre atout a sans doute pu jouer : il est souvent question dans la correspondance d’une « nave (Santa Maria) di Piero (Borsaio) » ou « nave Borsaia », qui effectue des allers-retours entre la Provence et la Toscane28. On sait par ailleurs qu’il nolise d’autres navires comme ceux de Ramon Pons ou d’autres Catalans29 et que l’un de ses facteurs, Geri, se trouve à un certain moment employé comme écrivain sur la nef (génoise ?) de Piero Figliolini30. Tous ces rapports impliquent une familiarité avec le milieu des transports maritimes. De fait, lorsqu’il organise le voyage de sa famille entre les deux régions sur la nef de Pere Gariga, Iacopo del Nero, un autre épicier toscan d’Avignon, peut profiter de ces relations : « per l’amore di Piero saranno signiori della nave »31. Piero offre également de rapatrier gratuitement en Toscane sur sa nef un facteur de l’agence Datini d’Avignon32. Avec cet associé Niccolaio peut sans doute organiser des voyages plus économiques ou plus opportuns pour transporter les marchandises dans cette partie de la Méditerranée. Son associé suivant, Guiran Calvi, offrira lui aussi un avantage pour les transports maritimes, mais à une autre échelle, puisqu’il est le seul Provençal d’Avignon à posséder des nefs qui se rendent au Levant33.

  • 34 Un premier projet est discuté avec les Raù qui travaillent avec la compagnie des Bossavini d’Alba (...)
  • 35 « I pisani non v[i p]osono bene istare sichuri [à Barcelone] » (ASPo, D.626, 423601, Niccolaio di (...)
  • 36 ASPo, D.321, 1528 et D.621, 423592 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16-9 et 15-10-13 (...)

11Avec les Raù-Sancasciano, Niccolaio cherche en particulier à implanter d’autres agences à Barcelone et à Majorque, en collaboration avec certains Piémontais et Florentins, ce qui lui permet non seulement d’élargir le réseau de ses trafics réguliers mais aussi d’y employer l’un de ses frères cadets, Nofri34. Il peut en revanche leur être utile sur ce point car les Pisans y sont alors moins tolérés par l’autorité politique35. Un atout comparable se retrouve avec Guiran Calvi, qui emploie notamment des facteurs provençaux à Barcelone et Valence36.

12Avec les Borsaio comme avec les Raù-Sancasciano, Niccolaio peut enfin compter sur un appui logistique à Pise, pour l’expédition de marchandises entre la Toscane et la Provence. Certes leur implantation locale est sans doute différente. Les Borsaio sont des immigrés de fraîche date, mais apparemment déjà bien introduits dans les milieux du négoce et des transports. Les Raù sont mal connus avant le milieu du XIVe siècle mais ont développé un réseau d’affaires très articulé. La famille plus ancienne, plus large et articulée des Sancasciano compte en revanche peut-être des appuis plus fermes au sein de la classe politique locale. Pour ces Pisans, l’association avec un marchand originaire du territoire florentin est appréciable pour pouvoir tirer parti de l’exemption des taxes sur les marchandises réservée aux Florentins. Dès la conclusion de sa compagnie avec les Raù-Sancasciano, Niccolaio demande à leur suggestion à ses correspondants de Florence de lui obtenir une attestation de la Mercanzia. Il appartient à une famille qui, à la génération précédente, avait profité des pactes de soumission de Prato de 1351 pour transférer son feu fiscal parmi les citoyens florentins mais qui venait de réapparaître sur les rôles fiscaux du contado (estimo). Ses lettres sont parfois empreintes d’attachement à sa ville natale, mais cela ne l’empêche pas d’écrire depuis Pise, alors qu’il vient de conclure la compagnie avec les Raù-Sancasciano :

  • 37 ASPo, D.343, 1554 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26-10-1387) ; propos similaires d (...)

Io sono istato qui chon questi miei magiori, e perché pensiamo avere di qui a trare e mectere più roba, qui ànno i fiorentini cierta franchigia da’ pisani, e però abiamo insieme diliberato, per avanzare quelle spese, perché io sono si può dire fiorentino, tucta la roba traremo e manderemo per qui vada e vengha in mio nome, e però è di bisongnio io abia una charta testimoniale da que’ della Merchantia chome sono fiorentino37.

13Avec la complémentarité des compétences et des connaissances locales, un autre avantage des compagnies binationales consiste à pouvoir jouer des citoyennetés multiples de leurs membres pour tirer parti de règles juridiques et fiscales privilégiant l’un de ces statuts au détriment d’un autre. Les choix de Niccolaio s’inscrivent donc globalement dans une stratégie de maximisation des compétences, des atouts matériels et des statuts personnels grâce à la complémentarité des acteurs.


  • 38 Melis 1962, p. 173-195.
  • 39 Berti 2010.

14Un autre dossier mérite d’être rouvert sous cet angle, celui de l’agence Datini de Pise, dont l’histoire a été largement esquissée par Melis, sur la base des registres comptables38, puis précisée sur quelques points mais surtout replacée dans son contexte général par Marcello Berti39. Elle mériterait néanmoins d’être amplement développée – tout particulièrement dans le cadre humain de son fonctionnement – à partir des secteurs conservés des correspondances, qui constituent un océan de quelques dizaines de milliers de lettres, avec pour ces aspects des informations malheureusement bien dispersées. Nous pouvons déjà insister sur quelques points.


  • 40 ASPo, D.716, 511494-511497 (Stoldo di Lorenzo à Matteo di Lorenzo, 18, 24, 25 et 27-1-1383).
  • 41 Piattoli 1927 ; Piattoli 1930-1931 ; Melis 1962, p. 173-174.
  • 42 ASPo, D.674, 409645 (Francesco di Marco à Matteo di Lorenzo, 6-6-1383) ; D.186, 316794 (Francesco (...)
  • 43 ASPo, D.692, 508453-508455 (Francesco di Giovanni detto Cione à Francesco di Marco, 15, 20 et 22-2- (...)
  • 44 Sur cette esclave, voir Bensa 1928, p. 311 ; Marcheschi, 2012, p. 219-220.
  • 45 ASPo, D.1114/2, 6000559 (Francesco di Giovanni detto Cione à Francesco di Marco, 2-3-1402) ; D.692 (...)
  • 46 Melis 1987, p. 224-232, 277 ; Melis 1962, tableau 47 et p. 194.
  • 47 Melis 1987, p. 88, 91, 239-241 ; Melis 1962, tableau 47 et p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 104 ; Vacc (...)
  • 48 Melis 1987, p. 242-243 ; Melis 1962, tav. 47 et p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 37-38 ; Petralia 1989 (...)
  • 49 Melis, 1962, tav. 47 et p. 195 ; Petralia 1989, p. 164-166.
  • 50 Melis 1987, p. 237-239 ; Melis 1962, p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 61, 102 ; Petralia 1989, p. 41, (...)
  • 51 Petralia 1989, p. 42, 206-208 ; Petralia 2010, p. 112-113.
  • 52 Sa compagnie correspond avec l’agence Datini de Barcelone en août-septembre 1403 (ASPo, D.910, 418 (...)
  • 53 Assez peu connu sinon à travers ses associations avec Giovanni da Cascina en 1397 et avec Benedett (...)
  • 54 Petralia 1989, p. 140-141 ; Ferrer 2007.

15Avant tout, l’implantation de Francesco Datini à Pise s’inscrit dans une histoire moins linéaire que celle de ses autres agences. À peine rentré en Toscane, en janvier 1383, le marchand semble penser au début qu’il ne peut prendre pied sur la place de Florence et élargir son réseau, d’une seule boutique à un système d’agences unies par des rapports de collaboration, sans disposer d’une représentation directe à Pise, point nodal d’itinéraires terrestres et maritimes entre l’intérieur de la Toscane et la Méditerranée occidentale. Seulement une semaine après l’arrivée de Francesco à Prato, Stoldo di Lorenzo, l’un de ses facteurs, est déjà présent à Pise et s’emploie à trouver un fondaco à louer40. La compagnie n’a pas encore trouvé sa forme définitive et les discussions se prolongent encore plusieurs mois au sujet d’une association avec d’autres marchands florentins comme Niccolò dell’Ammannato Tecchini, Lodovico di Bono Rinucci, Benincasa Alamanni et le Milanais Bassano da Pessina. Francesco confie pendant cette phase la direction des affaires locales à divers facteurs qu’il déplace entre Florence et Avignon et des missions hors agences, avant de donner la prééminence à Manno d’Albizo degli Agli, un Florentin lié à la place par des liens familiaux et le service qu’il a prêté auparavant auprès d’une autre compagnie florentine41. Pendant les trois premières années, Francesco séjourne lui-même assez longuement à Pise, parce que la gestion de ses facteurs ne le satisfait pas entièrement et qu’il est par ailleurs personnellement impliqué devant l’officialité, après l’avoir été à Florence devant la Mercanzia, dans une procédure qui l’oppose à Paolo d’Andrea della Torre, un ressortissant de Pistoia qui conteste sa gestion de la succession de Bonaccorso di Vanni, ancien associé de Paolo qui avait confié à son compatriote Francesco la tutelle de ses filles illégitimes et de ses biens avignonnais42. Au cours de la quinzaine d’années suivantes, plusieurs péripéties incitent parfois le marchand à fermer l’agence pour quelques mois, à la redimensionner et à l’associer à une autre compagnie florentine, celle des Covoni, et même à exfiltrer un agent menacé d’arrestation. Après la mort de l’associé dirigeant, Manno d’Albizo, au cours de l’épidémie de peste de 1400, Francesco renonce à maintenir une représentation permanente à Pise. Il y envoie différents facteurs pour de brèves périodes, pour solder les comptes ou pour d’autres missions spécifiques. Il conserve durant un certain temps la possession de son fondaco, où ont été abandonnés les meubles de l’agence, avant de le faire vider pour le donner en location à d’autres, puis finalement de le céder en 140543. Au cours de plusieurs années, il ne semble donc pas qu’il ait pris une décision définitive, mais paraît plutôt être resté dans l’attente d’une évolution plus favorable de la situation. Ses intérêts non commerciaux – la garde, la mise en location et la vente du fondaco, la surveillance du mobilier et de l’esclave Giovanna que Francesco a éloignée de lui après une grossesse44 – sont confiés à des Florentins qui ne sont pas des marchands mais séjournent durablement à Pise, en particulier au tailleur de pierre Francesco di Giovanni alias Cione45. Différentes agences pisanes, comme les compagnies de Lodovico Borromei46, Lorenzo Ciampolini47, Giovanni et Francesco Maggiolini48, Andrea et Mariano Casassi49, Francesco et Andrea Bonconti50, Colo Lancia51 et Niccolao Raù, Coscio di Stefano52, Giovanni del Ferro53 et Benedetto Benedetti54, assurent en revanche à présent les intérêts commerciaux du réseau des « Pratesi » sur la place, en particulier pour les agences Datini de Catalogne. On assiste donc à un retour à la situation de représentation indirecte antérieure à la création du fondaco Datini local, avec cette différence significative que les dirigeants du réseau n’ont plus recours à une compagnie florentine, mais plutôt simultanément à différentes compagnies pisanes, comme si aucune de celles-ci ne suffisait à assurer toutes les opérations décidées par le réseau, ou bien comme si les Pisans étaient davantage en quête d’un commissionnaire en Catalogne que les agences Datini d’une représentation à Pise. Après 1406, ce sont évidemment des compagnies florentines – les Biliotti et les Canigiani en première position – qui reprennent sur la place pisane cette fonction de correspondant-commissaire pour les autres agences Datini.


  • 55 Banti 1971 ; Quertier 2013, t. 1, p. 271-274. Sur le procès intenté en juin 1393 devant la Mercanz (...)
  • 56 Piattoli 1930, p. 157-190 ; Melis 1984A et 1984B ; Pelù 1974.
  • 57 Giagnacovo 2005, p. 67.

16Pise apparaît de fait aux marchands florentins comme une place marquée par des difficultés particulières, où les conditions nécessaires à la pratique des affaires peuvent empirer d’un jour à l’autre et qui nécessite des précautions supplémentaires, par rapport aux règles habituelles du commerce. On connaît le contexte politique, qui dans un premier temps, sous le régime Gambacorta, avantage les Florentins aux dépens des Pisans, avec l’exemption des droits sur la circulation des marchandises dans le territoire, mais qui se détériore rapidement après 1392, avec le rapprochement du nouveau seigneur, Iacopo d’Appiano, avec Giangaleazzo Visconti, les épisodes de pillage de certains fondaci florentins55 et les incursions militaires sur le territoire, enfin le contrôle plus direct exercé sur la ville par le pouvoir milanais. On connaît également les phases pendant lesquelles les marchands florentins doivent se replier sur les ports toscans mineurs comme Motrone et Talamone, quand ils ne vont pas jusqu’à imaginer en comparant minutieusement les frais de transport d’expédier leurs marchandises à travers l’Apennin sur l’Adriatique pour les faire revenir dans la Méditerranée occidentale par la circumnavigation de la Péninsule56. Déjà, quelques mois avant l’ouverture du fondaco, un autre marchand florentin exprimait sa perplexité au sujet du projet de Francesco Datini de prendre pied sur la place : « a Pisa à tropi occhi e tropi facitori e poi v’è cattivo stare »57. Autour de 1400, la situation apparaît de plus en plus hostile aux marchands florentins, qui finissent pendant quelques années par abandonner la place.

  • 58 « Io mi chredetti queste nostre facende fosse saghrete, ed e’ mi pare i pesciolini lo dichino, cho (...)
  • 59 Hayez 2010, p. XXXVIII-XLI. Lorsqu’un changement de marque de compagnie sur des balles apparaît pl (...)
  • 60 ASPo, D.449, 503689, 503694-503695, 503702, 503706-503707, 503712, 503716, 503721 (Lorenzo di Matt (...)
  • 61 ASPo, D.790, 416383 (Marchionne di Giano Torrigiani à Andrea di Bonanno, 14-1-1398) ; D.665, 51001 (...)

17Les documents marchands comme ceux de l’Archivio Datini portent de nombreux témoignages de pratiques de dissimulation destinées tant à préserver le secret des tractations orales et de la correspondance que la sécurité des marchandises en transit, à travers l’usage d’identités de complaisance dans l’adresse des lettres et les marques commerciales tracées sur les balles de marchandises qui circulent. Quand Stoldo di Lorenzo, facteur de Francesco Datini, arrive à Pise en 1383 pour rechercher un fondaco, il feint d’être venu seulement pour organiser la circulation des biens personnels expédiés par Francesco d’Avignon à Prato à l’occasion de son retour, de façon à éviter les manœuvres d’éventuels concurrents58. Quand les privilèges fiscaux des Florentins sont remis en question, certains d’entre eux préfèrent avoir recours aux marques de marchands d’autres nations pour éviter de payer les taxes comme ils le font pour limiter les prises des pirates. Jusqu’ici il s’agit de procédés habituels, utilisés sur toutes les places59. Mais sur aucune autre localité documentée par le carteggio de Prato n’apparaît aussi fréquente ou même systématique la dissimulation en lettres privées des lettres de compagnie expédiées par les dirigeants de la compagnie Datini de Florence. Le nombre des lettres conservées qui ont été adressées à Manno d’Albizo, facteur puis associé qui dirigeait l’agence pisane durant 16 ans, atteint pour cette raison le chiffre d’environ 5600 lettres. Les autres noyaux de correspondance passive constitués autour des principaux dépendants de Francesco Datini – Stoldo di Lorenzo compris, qui occupait à Florence une position bien plus centrale dans le réseau au cours de la même période – ne dépassent en revanche pas les 2000 unités. Un autre marchand, qui fait partie du premier cercle de collaborateurs de Francesco Datini, lui envoie certaines de ses lettres à Pise avec l’adresse « Francesco di Marco Todini », au lieu de « Datini »60. Dans les années critiques autour de 1400, la circulation du courrier des Florentins entre les deux villes ou entre Pise et Gênes doit parfois aussi transiter par une compagnie lucquoise ou par les Borromei61.


  • 62 Melis 1962, p. 306-308, 311-312
  • 63 Ibid., p. 138, 158, 176, 182. Melis faisait de Salimbene di Niccolò di Dono un Pisan parce qu’init (...)
  • 64 Il s’agit de Francesco di Giovanni Ginalducci, ancien facteur des agences de Pise et Florence (Mel (...)

18Ce climat persistant de compétition et de méfiance, mêlé parfois d’hostilité, a probablement contribué à maintenir entre les Pisans et les Florentins au sein du milieu commercial une séparation plus marquée qu’entre d’autres nations présentant nombre d’affinités culturelles. Il apparaît frappant que les dirigeants du réseau Datini n’aient jamais recruté un Pisan au cours de près d’un demi-siècle, sur un total d’environ 170 dépendants, tandis que trois Siennois, un Milanais et un petit groupe de non Italiens, provenant de l’aire française et ibérique, ont été actifs dans les agences des « Pratesi », au moins pour des périodes limitées62. Et quand un facteur est recruté localement à Pise, de façon exceptionnelle, il s’agit du fils d’un aubergiste d’origine florentine63. Il est vrai qu’un jeune Pisan ou Lucquois qui se destinait à des activités marchandes au cours de la période avait moins besoin que des Siennois, des Arétins ou des originaires de San Miniato comme les Borromei de s’insérer dans un réseau externe à sa patrie. Le seul facteur du réseau Datini qui prête ultérieurement son activité au service d’une agence pisane, celle d’Andrea Casassi à Rome, provient d’ailleurs d’Arezzo64.

  • 65 L’épisode est surtout connu par le récit qu’en fait Francesco au dirigeant de l’agence d’Avignon, (...)
  • 66 Melis 1987, p. 249-250 ; Cristiani 1962, p. 475 ; Tangheroni 2002, p. 87 ; Ticciati 1992, p. 335-3 (...)
  • 67 Tangheroni 2002, p. 87, 145 ; Quertier 2013, t. 1, p. 276.
  • 68 Guido del Palagio était intervenu en amont en faveur de Francesco, sans doute pour régler le probl (...)

19Un épisode, qui n’avait pas encore été signalé par les ouvrages de référence sur l’Archivio Datini et qui concerne tout spécialement la place de Pise, met en relief les rapports de solidarité et de concurrence et méfiance au sein du milieu d’affaires à un moment critique, quand tous les acteurs impliqués avec Francesco Datini par des créances et des dettes sont incités à se ranger comme des partisans ou des adversaires du marchand65. En avril 1397, à la suite d’une créance apparemment irrécouvrable contre d’autres marchands florentins, deux Pisans, Lodovico Sciancati66 et Antonio Facca67, obtiennent en représaille le séquestre de marchandises de Francesco Datini présentes dans leur ville. Dans une période particulièrement défavorable, le dirigeant Manno d’Albizo a déjà abandonné la ville pour quelques mois et confié la garde du fondaco à un facteur peu expérimenté, Filippo di Giovanni Benci. Francesco désire alors liquider ses affaires pisanes mais il ne parvient pas à mettre en balance ses dettes avec les avoirs dont il dispose sur la place. Une grave erreur est commise par Filippo Benci dans un bilan de la firme, en imputant au crédit 400 florins qui constituent en réalité un débit. Pour rapatrier à Florence le capital dont il pense disposer, le facteur demande à la compagnie florentine de tirer la somme sur Pise, avant de se trouver contraint à tirer lui-même sur Florence le double par d’autres lettres de change, de façon à pouvoir payer celles reçues de la compagnie florentine et compenser la dette restante. Francesco Datini se trouve à ce moment en manque de liquidités et cherche un arrangement avec un changeur issu d’une bonne famille de Prato, bénéficiaire d’une des lettres, expédiée par Banduccio Bonconti. Mais le changeur préfère diffuser la rumeur que la compagnie Datini de Florence est sur le point de faillir plutôt que négocier une solution. La nouvelle arrive à Pise le jour même, avant de se répandre dans tout le milieu commercial florentin, de Venise jusqu’à Bruges et en Catalogne. Elle suscite une course entre les messagers dépêchés par divers marchands qui tiennent à se faire rembourser au plus vite et à avertir leurs amis, et d’autres courriers envoyés par les dépendants et les amis de Francesco qui invitent les directeurs des agences Datini plus périphériques à s’organiser pour répondre aux demandes de paiement et éviter ainsi une véritable faillite. Un marchand pisan, Lorenzo Ciampolini, se montre particulièrement utile dans son assistance au facteur Filippo Benci et accepte de s’impliquer personnellement pour garantir certaines dettes envers Banduccio Bonconti et d’autres créanciers. La rumeur de faillite incite ensuite les derniers créanciers à se résoudre à accepter le stock du fondaco pour solder les comptes. Courant août, une solution est trouvée pour exfiltrer le facteur avec les livres de comptes de la compagnie Datini. En réalité, diverses lettres révèlent que, dans cet appui crucial fourni par Lorenzo Ciampolini à Francesco Datini, n’ont pas été aussi décisifs les rapports commerciaux qui avaient eu lieu entre eux précédemment ou un éventuel contact direct personnel que l’intervention en faveur de Francesco de deux influents marchands et hommes politiques florentins, Guido di messer Tommaso del Palagio et Niccolò da Uzzano68. Les lettres n’explicitent pas quels liens unissaient Ciampolini à ces Florentins.

  • 69 Piattoli 1928-1929, p. 186.
  • 70 ASPo, D.692, 508450-508451 (Francesco di Giovanni detto Cione a Francesco di Marco, 30-10 et 30-11 (...)
  • 71 ASPo, D.342, 5480 (comp. Datini de Pise à Francesco di Marco [mais Matteo di Lorenzo], 7-7-1383).
  • 72 On a conservé deux lettres de Michele à Francesco di Marco (ASPo, D.1097, 133200 et 109847, 29 et (...)
  • 73 ASPo, D.423/9, fol. 27 ; D.366, fol. 13v.

20Un autre secteur du carteggio Datini offre de rares aperçus sur la vie dans les fondaci, en dehors des heures passées à mener les affaires. Il se compose de la correspondance privée de Matteo di Lorenzo Boninsegna, un facteur que Francesco Datini emploie à Pise dans la première phase de son agence. Il l’envoie ensuite à Avignon, où ce jeune succombe six mois plus tard de la peste, à l’âge de 24 ans. Plus de deux cents missives de sa correspondance active (expédiée) et passive (reçue) proviennent de Pise ou y sont adressées. Une partie non négligeable a été expédiée par une bonne vingtaine de marchands, que l’on présume le plus souvent jeunes, fréquentés par Matteo, en particulier à Pise. Ces lettres sont parfois écrites dans un ton goliardique, mêlant sur le mode de la cuistrerie des réminiscences des artes dictandi avec des bavardages sur les concubinages de Matteo et de ses amis. Elles donnent une idée différente de la place de Pise, vécue par certains facteurs florentins comme un espace de liberté, à la fois assez proche de la métropole toscane pour suivre étroitement leurs intérêts familiaux et patrimoniaux et en même temps affranchie de la surveillance stricte exercée à Florence par les dirigeants sur leur personnel. Le fait que tous les correspondants soient des Florentins, ainsi que la grande majorité des noms cités, apparaît cependant un indice d’une relative fermeture communautaire, même à l’occasion des pratiques de convivialité. D’autres correspondants pisans ont laissé des lettres dans le fonds, mais leurs missives paraissent simplement traiter d’affaires strictement commerciales ou d’autres intérêts matériels des intéressés. Certes quelques Pisans sont connus pour avoir rendu des services à Francesco et à ses dépendants, comme Michele di Manduccio qui accepte d’abriter dans sa maison des marchandises Datini que lui confie Manno d’Albizo, après l’assassinat de Piero Gambacorta en 1392, alors que de nouvelles scènes de pillage sont redoutées69 ; ou bien Lorenzo Ciampolini qui, après l’aide apportée à Francesco en 1397, est qualifié d’« amicho » de Francesco par Francesco di Giovanni alias Cione, quand il suggère au marchand de l’utiliser pour négocier l’acquisition d’une partie de la maison contenant l’agence Datini, avant que Lorenzo ne contribue à assurer la vente du local70. Lorsque Stoldo di Lorenzo annonce à Matteo di Lorenzo Boninsegna que certains Pisans comme Dando della Malvagia et Mariano Upezzinghi sont atteints de la peste, il les présente en revanche comme des « chonoscenti »71. Alors que Francesco a passé sur place en 1384-1386 presque autant de temps qu’à Bologne en 1400-1401, on ne retrouve dans la première ville la combinaison de rapports économiques et de pratiques de convivialité qui caractérise souvent les amitiés entre notables qu’avec le couple constitué par Michele di Carlo et monna Parte72. Or certains documents permettent d’identifier le premier comme un membre du lignage Strozzi73. À Bologne, Francesco s’était en revanche lié à des notables du cru, tels Giacomo Bianchetto et Matteo di Fuzo de’ Preti et leur femme respective.


21Ces premières observations pourraient être développées au moyen de dépouillements plus systématiques des séries épistolaires et de la confrontation avec les données des livres de comptes. Elles suggèrent néanmoins déjà que les obstacles qui dissuadaient Pisans et Florentins de s’engager ensemble dans des collaborations poussées telles un pacte de compagnie étaient plus forts à l’embouchure de l’Arno qu’ils ne l’étaient sur une tierce place comme Avignon, où la complémentarité des atouts des uns et des autres pouvait être d’autant plus précieuse que les autres options étaient limitées. Différents facteurs entrent sans doute en ligne de compte dans le maintien de cette « frontière ethnique » (ethnic boundary) à travers une culture technique partagée, la fréquentation des mêmes marchés et la participation commune à d’innombrables transactions.

  • 74 ASPo, D.621, 407962 (22-3-1386).
  • 75 Hayez 2005a, p. 227, 233-234.

22De façon générale, les identités municipales s’affirmaient volontiers, jusqu’au sein d’un même État territorial, où les ressortissants des villes mineures pouvaient jouer d’identités plurielles quand ils prenaient pied dans la métropole tandis que les anciens citoyens de celle-ci vantaient la profondeur de leur enracinement face aux nouveaux arrivants. Le directeur de l’agence Datini d’Avignon, Boninsegna di Matteo, n’hésitait pas à écrire à son chef de réseau à propos d’un facteur : « ben è di quella maledetta setta da Prato »74. Lors d’interactions entre des ressortissants d’États différents, ce cadre servait encore davantage de mode de classement des individus, avec les stéréotypes associés. Durant la phase précédant son exclusion de cette même agence, un des arguments pour dénigrer le jeune associé Andrea di Bartolomeo auprès de Francesco consistait à le présenter comme un Siennois et à affirmer qu’il se réjouissait des défaites diplomatiques subies par Florence75.

23La seconde moitié du XIVe siècle, et spécialement la quinzaine d’années précédant la conquête, voyait les relations entre Florence et Pise s’exacerber davantage qu’avec d’autres villes toscanes, et après l’abolition en 1392 de l’exemption de taxes accordée aux Florentins, les épisodes de pillages, représailles et insécurité prolongée ne manquèrent pas d’amener des marchands comme Francesco à alléger leurs capitaux engagés à Pise. Les Florentins s’inquiétaient de ne pas trouver dans le contexte politique mouvant des protecteurs aussi stables que dans certaines cours qu’ils fréquentaient en Europe occidentale. La présence en nombre de Florentins à l’embouchure de l’Arno, avec un spectre d’activités très diversifié, leur avait par ailleurs jusque-là permis de vivre davantage en vase clos que sur d’autres places, en trouvant auprès de compatriotes les services que pouvaient rendre non seulement des marchands, mais aussi des intermédiaires du commerce (courtiers, aubergistes, maîtres de courriers), ou des serviteurs.

  • 76 « Per il male tenporale, nonché i forestieri se ne vadino, se ne vanno i citadini, cioè se n’è ito (...)
  • 77 Sur le renversement de loyautés créé par ce type de situation, voir le récit de la rixe mortelle q (...)

24Au sein de cette communauté florentine, les situations personnelles étaient apparemment très différenciées. Si la plupart continuaient à se percevoir comme des Florentins dont les intérêts restaient fermement ancrés au centre de la région, quelques-uns recomposaient leur réseau personnel, s’ouvraient davantage aux influences et fréquentations locales, voire tendaient à s’assimiler. On perçoit d’abord que cette évolution pouvait être accélérée pour des marchands provenant d’une bourgade de l’État florentin comme San Miniato. Les Borromei, dont une branche semble s’être fixée à Pise seulement vers 1390, sont déjà assimilés aux citoyens locaux par certains Florentins en 140276. Mais quelles situations déterminaient ce type d’orientation pour des citadins florentins ? Les Borsaio avaient-ils subi une perte de leur patrimoine familial du fait du procès mené contre eux par les Davanzati ? L’exil d’Agnolo di Lotto degli Agli était-il imposé par un bannissement77 ou des difficultés particulières rencontrées dans sa patrie ? Les intérêts d’un prestataire de services ou d’un aubergiste étaient-ils ancrés dans un horizon plus local que ceux d’un marchand ? C’est apparemment le cas de Francesco di Giovanni alias Cione, qui évoque fréquemment son voisinage, plus pisan que celui des agents de Francesco Datini. Ce seraient ainsi ces situations plutôt marginales qu’il conviendrait d’explorer avec une attention particulière, quand la documentation le permet.

Haut de page

Bibliographie

Astorri 1989 = A. Astorri, Appunti sull’esercizio dello speziale a Firenze nel Quattrocento, dans Archivio storico italiano, 147, 1989, p. 31-62.

Banti 1971 = O. Banti, Iacopo d'Appiano. Economia, società e politica del comune di Pisa al suo tramonto (1392-1399), Pise, 1971.

Baratier – Reynaud 1951 = E. Baratier, F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, t. 2 : De 1291 à 1480, Paris, 1951.

Barth 1969 = F. Barth, Ethnic Groups and Boundaries, in Id. (dir.), Ethnic groups and boundaries. The social organization of social difference, Bergen-Oslo, 1969, p. 9-37.

Bensa 1928 = E. Bensa, Francesco di Marco da Prato, Milan, 1928.

Berti 2010 = M. Berti, La compagnia di Pisa nel difficile contesto politico, dans G. Nigro (dir.), Francesco di Marco Datini. L’uomo, il mercante, Florence, 2010, p. 287-328.

Branca 1986 = V. Branca, Mercanti scrittori. Ricordi nella Firenze tra Medioevo e Rinascimento, Milan, 1986.

Bresc 2013 = H. Bresc, Le livre de raison de Paul de Sade (Avignon, 1390-1394), Paris, 2013.

Cecchi Aste 2010 = E. Cecchi Aste, Di mio nome e segno. ‘Marche’ di mercanti nel carteggio Datini (secc. XIV-XV), Prato, 2010.

Ciasca 1927 = R. Ciasca, L’arte dei medici e speziali nella storia e nel commercio Gfiorentino dal secolo XII al XV, Florence, 1927.

Ciccaglioni 2009 = G. Ciccaglioni, Il mare a Firenze. Interazioni tra mutamenti geografici, cambiamenti istituzionali e trasformazioni economiche nella Toscana fiorentina del ‘400, dans Archivio storico italiano, 167, 2009, p. 91-125.

Ciccaglioni 2010 = G. Ciccaglioni, ‘Priores antianorum’, primi tra gli Anziani. Criteri di preminenza, cicli economici e ricambio dei gruppi dirigenti popolari a Pisa nel XIV secolo, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 1-47.

Cristiani 1962 = Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962.

Dini 1980 = B. Dini, Una pratica di mercatura in formazione (1394-1395), Florence, 1980.

Dini 1984 = B. Dini, Arezzo intorno al 1400. Produzioni e mercato, Arezzo, 1984.

Ferrer 2007 = M.T. Ferrer, Domenico di Benedetti, mercante pisano a Barcellona (secoli XIV-XV), dans F. Cardini, M.L. Ceccarelli Lemut (dir.), Quel mar che la terra inghirlanda. In ricordo di Marco Tangheroni, Rome, 2007.

Galoppini 2009 = L. Galoppini, Mercanti toscani e Bruges nel tardo Medioevo, Pise, 2009.

Giagnacovo 2005 = M. Giagnacovo, Mercanti toscani a Genova. Traffici, merci e prezzi nel XIV secolo, Naples, 2005.

Hayez 2001 = J. Hayez, ‘Veramente io spero farci bene…’. Expérience de migrant et pratique de l’amitié dans la correspondance de maestro Naddino Bovattieri médecin toscan d’Avignon (1385-1407), dans Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 413-539.

Hayez 2005a = J. Hayez, Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini. Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389), dans Bollettino dell’Opera del vocabolario italiano, 10, 2005, p. 203-397.

Hayez 2005b = J. Hayez, Le rire du marchand. Francesco di Marco Datini, sa femme Margherita et les grands ‘maestri’ florentins, dans I. Chabot, J. Hayez, D. Lett (dir.) La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle). Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, 2005, p. 407-458.

Hayez 2006 = J. Hayez, ‘Tucte sono patrie, ma la buona è quela dove l’uomo fa bene’. Famille et migration dans la correspondance de deux marchands toscans vers 1400, dans J.-F. Chauvard, C. Lebeau (dir.), Éloignement géographique et cohésion familiale (XVe-XXe siècle), Strasbourg, 2006, p. 69-95.

Hayez 2010 = J. Hayez, Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400, dans E. Cecchi Aste, Di mio nome e segno. ‘Marche’ di mercanti nel carteggio Datini (secc. XIV-XV), Prato, 2010, p. IX-XLVI.

Livi 1910 = G. Livi, Dall’Archivio di Francesco Datini mercante pratese, Florence, 1910.

Marcheschi 2012 = C. Marcheschi, ‘In Prato chon XXIIII bocche in chasa’. le donne della ‘famiglia domestica’ di Francesco e Margherita Datini, dans J. Hayez, D. Toccafondi (dir.), Palazzo Datini a Prato, una casa fatta per durare mille anni, Florence, 2012, p. 209-229.

Melis 1962 = F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne-Florence, 1962.

Melis 1984a = F. Melis, Firenze e le sue comunicazioni con il mare nei secoli XIV-XV, réimpr. dans Id., I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, éd. L. Frangioni, Florence, 1984, p. 121-141.

Melis 1984b = F. Melis, Da un bacino all’altro del Mediterraneo attraverso la penisola italiana, réimpr. dans Id., I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, éd. L. Frangioni, Florence, 1984, p. 163-175.

Melis 1987 = F. Melis, La banca pisana e le origini della banca moderna, éd. M. Spallanzani, Florence, 1987.

Pelù 1974 = P. Pelù, Porti fiorentini di ripiego in Toscana nella seconda metà del sec. XIV, Lucques, 1974.

Petralia 1987 = G. Petralia, Rilettura delle ‘Note di storia della banca pisana nel Trecento’ : i banchieri, dans Studi di storia economica toscana nel Medioevo e nel Rinascimento. In memoria di Federigo Melis, Pise, 1987, p. 25-41.

Petralia 1989 = G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989.

Petralia 2010 = G. Petralia, 1406 : il dissolversi di una società tardo comunale come premessa alla costruzione di uno stato toscano, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 151-175.

Piattoli 1927 = R. Piattoli, Gli Agli a Prato e cinque lettere di Agnolo di Lotto, dans Archivio storico pratese, 7, 1927, p. 29-37.

Piattoli 1928-1929 = R. Piattoli, L’origine dei fondaci datiniani di Pisa e Genova in rapporto agli avvenimenti politici, dans Archivio storico pratese, 7, 1927, p. 171-196 ; 8, 1928-1929, p. 117-144, 179-190 ; 9, 1930-1931, p. 25-45, 75-93.

Piattoli 1930 = R. Piattoli, Il problema portuale di Firenze dall’ultima lotta con Giangaleazzo Visconti alle prime trattative per l’acquisto di Pisa (1402-1405), dans Rivista storica degli archivi toscani, 3, 1930, p. 157-190.

Piattoli 1930-1931 = R. Piattoli, Notizie intorno ad Agnolo degli Agli mercante fiorentino del Trecento, dans Archivio storico pratese, 9, 1930-1931, p. 182-188.

Poloni 2005 = A. Poloni, Gli uomini d’affari pisani e la perdita della Sardegna. Qualche spunto di riflessione sul commercio pisano nel XIV secolo, dans C. Iannella (dir.), Per Marco Tangheroni. Studi su Pisa e sul Mediterraneo medievale offerti dai suoi ultimi allievi, Pise, 2005, p. 157-184.

Poloni 2011 = A. Poloni, Vite imprevedibili : tre storie di mercanti nella Toscana di fine Duecento, dans La ricerca del benessere individuale e sociale. Ingredienti materiali e immateriali (città italiane, XII-XV secolo), Rome, 2011, p. 197-229.

Quertier, 2013 = C. Quertier, Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle, thèse de doctorat, Université Paris 1-Università degli studi di Firenze, 2013 [2 vol. dactyl.].

Renouard 1941 = Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941.

Soldani 2010 = M.E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, 2010.

Stromer, 1995 = W. von Stromer, Binationale deutsch-italienische Handelsgesellschaften im Mittelalter dans S. de Rachewiltz, J. Riedmann (dir.), Kommunikation und Mobilität im Mittelalter. Begegnungen zwischen dem Süden und der Mitte Europas (11.-14. Jahrhundert), Sigmaringen, 1995, p. 135-158.

Tangheroni 2002 = M. Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pise, 1973, réimpr. 2002.

Ticciati 1992 = L. Ticciati, L’Ordine dei mercanti a Pisa nei secoli XII-XIII, Pise, 1992.

Ticciati 1995 = L. Ticciati, S. Casciano : la famiglia signorile, il luogo e gli abitanti nel rapporto fra Pisa e il suo contado, dans R. Bordone, G. Sergi (dir.), Progetti e dinamiche nelle società comunali italiane, Naples, 1995, p. 180-189.

Tognetti 2010 = S. Tognetti, Firenze, Pisa e il mare (metà XIV-fine XV sec.), dans Id. (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale. Atti del convegno di studi (Firenze, 27-28 settembre 2008), Florence, 2010, p. 151-175.

Vaccari 2003 = O. Vaccari, Immagine e storia del sistema portuale pisano, dans M. Tangheroni (dir.), Pisa e il Mediterraneo. Uomini, merci, idee dagli Etruschi ai Medici, Milan, 2003, p. 163-167.

Vaccari 2007 = O. Vaccari, Il porto di Pisa, un osservatorio mediterraneo nel tardo Medioevo, dans F. Cardini, M.L. Ceccarelli Lemut (dir.), Quel mar che la terra inghirlanda. In ricordo di Marco Tangheroni, Pise, 2007, p. 781-796.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse récente sur ces aspects, voir Ciccaglioni 2009 et Tognetti 2010. Parmi les divers articles d’Olimpia Vaccari consacrés à l’aire portuaire de Porto Pisano-Livourne et au port fluvial de Pise, voir Vaccari 2003 et 2007.

2 « Ethnic identity implies a series of constraints on the kinds of roles an individual is allowed to play, and the partners he may choose for different kinds of transactions » (Barth 1969, p. 9).

3 Le dépouillement de diverses sources (lettres parisiennes et quelques autres secteurs du carteggio Datini, comptabilités Datini d’Avignon, notariat d’Avignon, sources parisiennes publiées et études, etc.) n’a permis jusqu’ici d’y repérer que deux Pisans en voyage, un marchand et un frère mendiant. Sur la présence de quelques Pisans à Bruges, point nodal des échanges entre la Méditerranée et l’Europe du nord-ouest : Galoppini 2009, p. 218-225.

4 Petralia 1989, p. 16-18, 45-46, 50-51, 58-59 ; Soldani 2010, p. 44-46, 487-544 ; Ferrer 2007.

5 Comme différents acteurs qui séjournent sur les bord du Rhône à l’occasion de la liquidation de la compagnie de Niccolaio di Bonaccorso avec les Raù et Simone da Sancasciano, dont l’associé Simone en juillet 1394 (Archives départementales de Vaucluse [ci-dessous ADV], 3 E 12, 484, fol. 61v-63, 102v-104, 133v-134, 171v-172v, 273v-275v), Iacopo di Paganello Aitanti, futur marchand à Barcelone, en juillet-août 1394 (ibid., fol. 63, 74-75v, 95, 275v) et Gaspare di Iacopo Benincasi, facteur des deux homonymes Piero del Voglia, en juin 1391-février 1392 puis en 1393-1394 (ADV, 3 E 5, 1270, fol. 54-v, 99v-100v, 117-118, 142v-143 ; 3 E 8, 193bis, fol. 7v-8, 12-13, 21-22, 42v-44, 60 ; 3 E 12, 484, fol. 26-v, 30-31, 61v-63, 74-75v, 102v-104, 171v-172v, 186-187, 273v-275v ; Archivio di Stato, Prato, Archivio Datini [ci-dessous ASPo, D.] D.627, 10027-10028, Gaspare di Iacopo à la comp. Datini de Florence, 12-8-1394).

6 Si des compagnies binationales ont pu être mentionnées dans bien des monographies consacrées à une place particulière, où elles associent en général un autochtone avec un marchand allogène, cette forme associative ne semble avoir suscité d’analyses spécifiques que dans le contexte germanique (Stromer 1995).

7 Ciasca 1927 ; Astorri 1989.

8 Ainsi pour l’expédition d’un lot de gingembre de Venise vers Avignon ou Paris par Milan et Avigliana qui se solde par un échec du fait d’obstacles créés par les voituriers, peut-être à l’instigation de certains concurrents, et de l’incompétence d’un employé florentin envoyé d’Avignon pour accélérer le transit (ASPo, D.626, 423579 et 520589, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco et Stoldo di Lorenzo, 19/30-1-1395 et à Stoldo di Lorenzo, 10-2-1395).

9 Certains types d’opérations comme les changes, les commende ou la détention de pierres sont parfois évoqués dans la correspondance (ASPo, D.322, 2744 et D.627, 408155, Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 21/23-5-1390 et 8/12-4-1396 ; D.626, 800037-800039, comp. Francesco Benini-Niccolao Raù à la comp. Datini de Florence, 6-11, 6/29-11 et 28-11/8-12-1394), mais on les observe surtout dans les livres conservés d’une des compagnies de Niccolaio (ASPo, D.75, 79, 132, 171 et 175). Un frère cadet de Niccolaio, Nofri, envisage de recueillir lui-même des commende pour partir à Beyrouth ou Alexandrie (ASPo, D.717, 703557, Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco, 27-1-1401 ; ASPo, D.632, 602052 et 602054, Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco et à Luca del Sera, 12-9-1405). Lorsque Boninsegna di Matteo cherche à dissuader Francesco de s’associer à Niccolaio, il le présente ainsi : « Nichollaio di Bonachorso à l’animo molto grande ed èe grande inprenditore di fare molte chose » (ASPo, D.625, 408176, 18/19-4-1390).

10 Sur ces aspects biographiques et familiaux, je me permets de renvoyer à Hayez 2006.

11 ASPo, D.1170, 1020 et 1021, reconnaissance de dette autographe du 28-11-1382 et copie par Boninsegna di Matteo. Allusion à la première compagnie de Niccolaio, avec Arrigo d’Andrea di Tici Cancellieri, dans D.1115, 9281357 (Francesco di Marco à Niccolaio di Bonaccorso, 24-5-1386).

12 Il est attesté au moins jusqu’en février 1377 (ASPo, D.61, fol. 15v) et peut-être jusqu’en 1381 (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 54) mais ses héritiers conservent encore nominalement la location de la boutique plusieurs années en investissant aussi 500 florins dans l’affaire des successeurs (ASPo, D.322 1485 et D.350, 1504, Iacopo del Nero à Francesco di Marco et à Monte d’Andrea, 10 avril 1389). Son origine n’est pas très claire car, s’il n’est lui-même qualifié que de Florentin (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 159, 212 ; Archivio Segreto Vaticano, Registra Avenionensia 204, fol. 438v), ses fils sont considérés comme des Pisans (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 41 et 218).

13 Renouard 1941, p. 359-360 ; ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 4v, 218. Sur les projets de la fratrie centrés sur Pise, voir surtout ASPo, D.321, 1519 et 1522, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 6/7-9 et 30-11/1-12-1383. La famille se maintient à Pise une génération plus tard (Petralia 1989, p. 144-145).

14 ASF, Mercanzia 1156, sans fol., 2 et 30-5, 3, 4 et 7-9-1370.

15 ASPo, D.321, 1519 et 1522, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 6/7-9 et 30-11/1-12-1383.

16 « Avrete se[n]tito chome Piero e Antonio Borsai àno perduto il credito e si puote dire faliti però no[n] posono rispo[n]dere a chui debono dare » (ASPo, D.428, 106133, comp. Datini d’Avignon à Francesco di Marco, 24-3-1388). « Arete sentito de’ Borsai venuti meno. Di qua ànno, o di promese o d’altro, o in parte o di tucto, chontento chon chi ànno a ffare. Truovansi debito assai, e qui e fuori di qui, e alsì molto sono impacciati in questi facti di Provenza. Pure penso a la fine nesuno perderà cho· lloro. Ben penso chi dovrà avere fuori di qui converà ch’aspecti tempo, e lungho » (ASPo, D.624, 424601, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 3-4-1389). Voir aussi D.624, 408050 (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 3-4-1389).

17 Guiran apparaît d’abord à Carpentras en 1358 et 1377 comme le fils de Ruffin Calvi, dans une quittance liée à son mariage, puis dans d’autres actes (ADV, 3 E 26, 44, fol. 178v-180v ; 3 E 26, 40, fol. 11v, 38v, 113v-114, 148, fol. volant entre fol. 161v et 162, 197-v, 219, 226-v) mais il transfère ensuite ses activités à Avignon, où il est confrère de Notre-Dame la Majour dès 1377 (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 4, fol. 222) et devient citoyen au moins dès 1382 (ADV, 3 E 9, 1175, fol. 82v-83, 84v). Boninsegna di Matteo attribue à cette famille une origine piémontaise, qui paraît confirmée par le prénom du père : « sono piemo[n]tesi e prove[n]zali ribaduti in Proenza » (ASPo, D.322, 2695, Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 20-4-1387). Après avoir travaillé comme patrons de nefs voyageant au Levant (Baratier – Reynaud 1951, pl. en fin de vol. ; ADV, 3 E 8, 193bis, fol. 21-22, 29-v), ses frères Siffrein et Jaume sont attestés respectivement comme marchand à Rhodes (ADV, 3 E 8, 195, fol. 57-v) et à Barcelone (ADV, 3 E 8, 194, fol. 20v-21v, 92-v). On connaît d’autres facteurs de Guiran à Rhodes (ADV, 3 E 12, 484, fol. 72-v) et peut-être à Alexandrie (ADV, 3 E 8, 193bis, fol.129v-130) ; il a des affaires importantes sur la place de Montpellier (ADV, 3 E 8, 193bis, fol. 14-v, 26-v, 29v-31) et plus sporadiques sur celle de Paris (ADV, 3 E 8, 193bis, fol. 14v-15). Il est par ailleurs créancier de Marie de Blois et Louis II d’Anjou (ADV, 3 E 8, 194, fol. 1-v ; 3 E 12, 484, fol. 84, 85-v).

18 ASPo, D.343, 1554 ; D.624, 423606 ; D.322, 1539 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26-10-1387, 30-10/7-11-1389, 25-6-1390).

19 Sur les Sancasciano, Melis 1987, p. 71-73, 197, 205-208, 216-217 ; Melis 1962, p. 194 ; Petralia 1989, p. 41, 235-240 ; Tangheroni 2002, p. 40-41, 136 ; Ticciati 1995, p. 180-189 ; sur les Raù, Melis 1987, p. 212-222 ; Melis 1962, p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 41-42 ; Petralia 1989, p. 235-240 ; Petralia 1987, p. 35-37.

20 Melis 1987, p. 218.

21 ASPo, D.322, 2740 ; D.625, 408175 ; D.322, 2744 (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 16/18-3, 25-3 et 21/23-5-1390) ; D.625, 423618 et 423615 ; D.322, 1541 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 21-3 et 5-4-1390, 10-4-1392). Les noms des marchands chargés de liquider les affaires des Raù à Pise en 1390 sont connus par un registre du fonds familial (Melis 1987, p. 213).

22 ASPo, D.627, 520597 (Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 10 avril 1395).

23 Melis 1962, p. 136-141, 176-178, 200-203, 227, 246-253, 322. Pour les premières compagnies de Niccolaio et d’autres seulement projetées, voir notramment ASPo, D.321, 1522 ; D.621, 423589 ; D.322, 1541 ; D.628, 423596 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 30-11/1-12-1383, 17-6-1386, 10-4-1392, 22-4-1398) ; ASPo, D.1095, 131587 (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 20-6-1384) ; D.632, 110095 (Tommaso di ser Giovanni à Francesco di Marco, 17-11-1405).

24 ASPo, D.322, 1541 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 10-4-1392). Pour les Raù-Sancasciano, le livre de comptes des Raù mentionne 9000 florins, dont 1000 apportés par Niccolaio, mais Niccolaio parlera pour sa part de 700 florins de la Chambre, dont la valeur est proche du florin de Florence (ASPo, D.628, 423596, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco).

25 En particulier pour Guiran Calvi, qu’il présente comme « buon uomo riccho e posente, e merchatante » (ASPo, D.321, 1527, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 1/6-8-1384) et un facteur de l’agence Datini dit de même « èsi achompagnato chon quelo richo di Ghirano Chalvo » (ASPo, D.427, 9281574, Matteo di Lorenzo à la comp. Datini de Pise, 6-7-1384).

26 ASPo, D.321, 2117 (Tieri di Benci à Francesco di Marco 13-2-1385). Il va par ailleurs se plaindre au pape, quand des marchandises sont saisies sur le Rhône par les hommes du sénéchal de Beaucaire (ASPo, D.321, 2653, Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 13-2-1385) et lors de sa faillite, obtient du pape de ne pas être incarcéré, non plus que son frère (ASPo, D.624, 408050, Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 3-4-1389).

27 ASPo, D.321, 1519 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 6/7-9-1383).

28 ASPo, D.1095, 131597 (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24-12-1384) ; D.621, 412914, 412916-412918, 412920, 412922, 412924 (Stoldo di Lorenzo à Francesco di Marco, 29-7, 26-8, 9, 13 et 17-9, 28-11 et 14-12-1385) ; D.427, 9291296 (Stoldo di Lorenzo à la comp. Datini de Pise, 24-8-1385) ; D.348, 192 ; D.349, 1492 ; D.184, 317423 (monna Duccia di Deo Ambrogi à la comp. Datini d’Avignon, 31-10-1385) ; D.350, 193 (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 14-11-1385, 15-6-1387, 9-4-1388) ; D.428, 106107 (comp. Datini d’Avignon à Francesco di Marco, 20/22-6-1388).

29 ASPo, D.185, 316820 (comp. Datini de Pise à Matteo di Lorenzo, 26-3-1384) ; D.427, 502576 (Iacopo del Nero à Stoldo di Lorenzo, 11-10-1384) ; Hayez 2005a, p. 262, 266, 359, 362. Domenico Borsaio, frère de Piero demeuré à Pise, en nolise aussi une en 1384 (ASPo, D.540, 502575, Iacopo del Nero à Stoldo di Lorenzo).

30 ASPo, D.428, 502554 (Iacopo del Nero à la comp. Datini de Pise, 16-10-1388).

31 ASPo, D.347, 188 (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea, 30-12-1384).

32 Hayez 2001, p. 512.

33 En 1382, Guiran est co-possesseur d’une nef Saint-Antoine (ADV, 3 E 9, 1175, fol. 82v-83, 84v). En 1388, il semble en posséder une nouvelle : « quela di Ghirano Chalvi ch’è nave nuova di M bocti se ne torna ad Alesandra » (ASPo, D.428, 506786, comp. Simone da Sancasciano-Niccolao Raù à la comp. Datini de Pise, 13-9-1388), après s’être investi davantage dans le transport vers 1384 : « Ghirano si vuole egli del tucto ritrare del mestieri e farlo in grosso e navichare, ché oggi navicha più che nesuno ci sia » (ASPo, D.321, 1527, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 1/6-8-1384). Trois nefs lui sont attribuées par la documentation marseillaise de la période (Baratier – Reynaud, 1951, pl. en fin de vol. ) ; voir également ASPo, D.428, 106157 (comp. Datini d’Avignon à Francesco di Marco, 25-2-1390) ; D.429, 505166 (Niccolaio di Bonaccorso à la comp. Datini di Pise, 25/26-9-1392) ; D.628, 408038 (comp. Datini d’Avignon à Francesco di Marco, 13/14-5-1397). La nef Saint-Georges gouvernée par son frère Siffrein semble disparaître vers 1392 entre Famagouste et le Levant (ADV, 3 E 8, 193bis, fol. 21-22, 29-v). Il est apparemment le seul marchand d’Avignon à intégrer une nef dans sa marque marchande (Hayez 2010, p. XXXVII-XXXVIII et Cecchi Aste 2010, p. 264, 285 ; ADV, 3 E 8, 193bis, fol. 129v-130). D’autres marchands, provençaux ou toscans, se contentent de posséder des barques spécialisées dans la remontée du sel sur le Rhône (Bresc 2013, p. 31-35 ; ADV, 3 E 12, 484, fol. 225-227, pour la moitié d’une carrata vendue par Aghinolfo de’ Pazzi en 1394).

34 Un premier projet est discuté avec les Raù qui travaillent avec la compagnie des Bossavini d’Alba à Barcelone, mais refusent d’y envoyer Nofri. Niccolaio propose alors à Francesco de monter une affaire en participation : « segretamente fare là una picchola ragione » (ASPo, D.624, 423601, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 3-4-1389). À l’automne suivant les Raù créent avec les Florentins de Barcelone Filippo di Lorino et Lorino di Iacopo une compagnie à Majorque. Niccolaio souhaite donner à son frère le rôle d’un associé mais doit se résoudre à l’y envoyer comme facteur chargé des affaires locales (ASPo, D.624, 423606, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 30-10-7-11-1389). Nofri sera plus tard le mentor du facteur siennois envoyé là par Francesco Datini, Ambrogio de’ Rocchi, mais se retrouvera évincé de cette nouvelle agence (Melis 1962, p. 245-246, 261 ; Dini 1980, p. 11-17). En 1388, apprenant l’ouverture de l’agence Datini de Gênes, Niccolaio se dit également intéressé à y développer des affaires (ASPo, D.624, 423607, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 8-11-1388).

35 « I pisani non v[i p]osono bene istare sichuri [à Barcelone] » (ASPo, D.626, 423601, Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 3-4-1389). L’affirmation semble liée à des questions de représailles entre Pise et la Catalogne (Soldani 2010, p. 56).

36 ASPo, D.321, 1528 et D.621, 423592 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16-9 et 15-10-1386) ; voir aussi la note 17 sur Jaume Calvi qui y est facteur de Guiran.

37 ASPo, D.343, 1554 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26-10-1387) ; propos similaires dans une lettre du même à Stoldo di Lorenzo du même jour (D.677, 520598). La série fragmentaire des copies de lettres de la Mercanzia n’a pas conservé celles de la période, mais un registre ultérieur a préservé à la date du 20 mai 1395 une attestation adressée aux Anziani de Pise en faveur de Nofri, frère de Niccolaio ut Nofrius Bonacursii Tani de Prato mercator guadeat [sic] franchigiis etc., avec deux autres écrites le jour suivant pour Manno d’Albizo degli Agli et Luca del Sera, associés de Francesco Datini (Archivio di Stato de Florence [ci-dessous ASFi], Mercanzia 11311, fol. 58v-59).

38 Melis 1962, p. 173-195.

39 Berti 2010.

40 ASPo, D.716, 511494-511497 (Stoldo di Lorenzo à Matteo di Lorenzo, 18, 24, 25 et 27-1-1383).

41 Piattoli 1927 ; Piattoli 1930-1931 ; Melis 1962, p. 173-174.

42 ASPo, D.674, 409645 (Francesco di Marco à Matteo di Lorenzo, 6-6-1383) ; D.186, 316794 (Francesco di Marco à Stoldo di Lorenzo, 6-5-1385) ; D.325, 1411 (Matteo di Lorenzo à Francesco di Marco, 9-6-1383) ; D.1117, 9301624 (Leone di Borghino à Niccolò dell’Ammannato, 28-7-1384) ; D.675, 409525 (Francesco di Marco à Iacopo Girolli, 18-4-1385) ; D.186, 317348 et D.184, 317346 (Tieri di Benci à Stoldo di Lorenzo, 18-12-1385 et 18-1-1386) ; D.675, 410190 (Francesco di Marco à Tieri di Benci, 20-12-1385) ; etc. À cette occasion, des membres importants de la classe politique florentine comme Guccio di Dino et Tommaso di Guccio interviennent auprès de Pisans aussi haut placés que Piero et Benedetto Gambacorta et du podestat (ASPo, D.1114/2, 132990, Tommaso di Guccio à Benedetto Gambacorta, 20-4-1384 ; D.1114/2, 132295, Guccio di Dino au podestat de Pise, 21-12-1385 ; D.675, 511560, Tommaso di Guccio à Francesco di Marco, 4-1-1386).

43 ASPo, D.692, 508453-508455 (Francesco di Giovanni detto Cione à Francesco di Marco, 15, 20 et 22-2-1405).

44 Sur cette esclave, voir Bensa 1928, p. 311 ; Marcheschi, 2012, p. 219-220.

45 ASPo, D.1114/2, 6000559 (Francesco di Giovanni detto Cione à Francesco di Marco, 2-3-1402) ; D.692, 508447 et 508473 (Id. à Francesco di Giovanni d’Arezzo, 30-11-1402 et 17-1-1403) ; D.692, 508469-508472 (Id. à Francesco di Marco, 21-5, 17-7, 20 et 30-9-1404), 508449-508458, 508461-508466, 508468 (Id. à Francesco di Marco, 21-8, 30-10, 30-11, 29-12-1404, 15, 20 et 22-2, 22-3, 14-4, 22-5-1405 ; 18/19-1, 9, 10 et 11-5, 6-6-1407, 12-6-1408) et 508474-508476 (Id. à Francesco di Marco, 17-1, 11 et 28-2) ; D.722, 1400073-1400078 (Id. à Francesco di Marco, 24 et 31-5, 3, 16 et 20-6, 7-7-1404). Au moment de la maladie qui allait emporter Manno d’Albizo, Francesco et Stoldo avaient adressé à un ferrailleur, toscan mais non pisan, Domenico di Bono detto Valdisieve, un mémorandum le chargeant de s’occuper de Manno et des intérêts de l’agence et de mettre à l’abri les comptabilités (ASPo, D.1167, 9302176).

46 Melis 1987, p. 224-232, 277 ; Melis 1962, tableau 47 et p. 194.

47 Melis 1987, p. 88, 91, 239-241 ; Melis 1962, tableau 47 et p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 104 ; Vaccari 2007, p. 789 ; Ciccaglioni 2009, p. 44, 47 ; Tognetti 2010, p. 158.

48 Melis 1987, p. 242-243 ; Melis 1962, tav. 47 et p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 37-38 ; Petralia 1989, p. 212-213 ; Petralia 2010, p. 112-113 ; Tognetti 2010, p. 168.

49 Melis, 1962, tav. 47 et p. 195 ; Petralia 1989, p. 164-166.

50 Melis 1987, p. 237-239 ; Melis 1962, p. 194 ; Tangheroni 2002, p. 61, 102 ; Petralia 1989, p. 41, 145-152 ; Ticciati 1992, p. 371-372, 402 ; Poloni 2005, p. 159-162, 170-171, 176, 178 ; Poloni 2011, p. 199-210 ; Ciccaglioni 2009, p. 23 ; Ciccaglioni 2010, p. 36. Un autre Bonconti, Lodovico, était le propriétaire de la maison habitée par les agents Datini en 1383-1384, à une époque où l’agence était elle-même située dans une boutique de messer Piero Gambacorta (ASPo, D.366, fol. 9v ; D.377, fol. 11).

51 Petralia 1989, p. 42, 206-208 ; Petralia 2010, p. 112-113.

52 Sa compagnie correspond avec l’agence Datini de Barcelone en août-septembre 1403 (ASPo, D.910, 418074-418078).

53 Assez peu connu sinon à travers ses associations avec Giovanni da Cascina en 1397 et avec Benedetto Benedetti en 1402-1403 ; il aurait été sollicité par Francesco Datini pour protéger son stock de marchandises à Pise en 1402, alors que Francesco di Giovanni detto Cione le définit comme « re[o] uomo » (D.692, 508448, Francesco di Giovanni à Francesco di Marco, sans jour-8-1402 ; par ailleurs mentionné dans Livi 1910, p. 48 ; Bensa 1928, p. 348 ; Dini 1984, p. 130.

54 Petralia 1989, p. 140-141 ; Ferrer 2007.

55 Banti 1971 ; Quertier 2013, t. 1, p. 271-274. Sur le procès intenté en juin 1393 devant la Mercanzia par Gallo et Chimenti di Piero Galli à la compagnie Niccolò dell’Ammannato Tecchini et Tano di Ghinozzo Amidei, à laquelle ils avaient envoyé plus de 1500 florins de draps florentins, faisant partie des marchandises « per forza, violentia et a furore del popolo di Pisa [...] tolte et robbate » dans ce fondaco florentin lors de l’émeute pisane d’octobre 1392, et la récupération de seulement cinq pièces grâce au consul des Florentins Giovanni Grassolini et « alla cortesia facta di danari pagati a spie e mascalzoni per ritrovare le mercatantie predicte robbate », voir ASF, Mercanzia 1207, fol. 202-203, 211v-212v (citations aux fol. 211v-212).

56 Piattoli 1930, p. 157-190 ; Melis 1984A et 1984B ; Pelù 1974.

57 Giagnacovo 2005, p. 67.

58 « Io mi chredetti queste nostre facende fosse saghrete, ed e’ mi pare i pesciolini lo dichino, chome ch’io ò deto a ognuno di no e ch’io ci sono solo per le maserizie di Francescho. Chredo io sia uscito di Piero Borsaio o di Tomasetto che ll’arà sentito a Vigno[ne] » (ASPo, D.716, 511494, Stoldo di Lorenzo à Matteo di Lorenzo, 18-1-1383).

59 Hayez 2010, p. XXXVIII-XLI. Lorsqu’un changement de marque de compagnie sur des balles apparaît plus frauduleux, parce qu’il est effectué durant un voyage maritime avec falsification du registre de l’écrivain du navire et qu’il entraîne un procès devant le podestat de Piombino en 1405, les habitants de la bourgade évoquent les pratiques qui avaient lieu à Pise quelques années plus tôt : « dicono che sanno i frodi e gl’inganni che ssi comettevano a Pisa quando vi s’usava la franchigia, et chi ne nomina uno et chi un altro » (ibid., p. XLII).

60 ASPo, D.449, 503689, 503694-503695, 503702, 503706-503707, 503712, 503716, 503721 (Lorenzo di Matteo Boninsegna à Francesco di Marco, 1, 14, 17 et 26-4, 13 et 18-5, 13-6, 8-7-1385, 8-1-1386). Il faut noter, pour mieux cerner le caractère intentionnel de la formulation, qu’il expédie parfois une seconde lettre à « Francescho di Marcho da Prato », selon la forme habituelle dans cet échange.

61 ASPo, D.790, 416383 (Marchionne di Giano Torrigiani à Andrea di Bonanno, 14-1-1398) ; D.665, 510018 (Giuffredi Cenami à la comp. Datini de Florence, 30-6-1402).

62 Melis 1962, p. 306-308, 311-312

63 Ibid., p. 138, 158, 176, 182. Melis faisait de Salimbene di Niccolò di Dono un Pisan parce qu’initialement recruté à Pise (ibid., p. 158), mais il est mentionné comme neveu du notaire florentin ser Martino di Giovanni Guiducci (Hayez, 2001, p. 512 ; Hayez 2005a, p. 318, 324). Son frère Dono tient à un moment une auberge à Pise (ASPo, D.343, 3531, Dono di Niccolò à Francesco di Marco, 9-12-1388), mais se trouve à d’autres périodes à Florence, où il est impliqué dans d’autres auberges (ASPo, D.1169/4, n° 5 ; D.1170, 1063).

64 Il s’agit de Francesco di Giovanni Ginalducci, ancien facteur des agences de Pise et Florence (Melis 1962, p. 182).

65 L’épisode est surtout connu par le récit qu’en fait Francesco au dirigeant de l’agence d’Avignon, Boninsegna di Matteo (ASPo, D.1086, 9000011, 18-4-1397), à Bindo Piaciti, cousin de sa femme et partenaire d’affaires à Venise (D.1115, 9300483 et 9300486, 19 et 21/29-4-1397) et à un destinataire non explicité qui paraît s’identifier au marchand milanais Bassano da Pessina (D.1086, 9000011, 18-4-1397), mais des échos s’en trouvent dans plusieurs dizaines de lettres. Je pense revenir dans un autre lieu sur cette affaire.

66 Melis 1987, p. 249-250 ; Cristiani 1962, p. 475 ; Tangheroni 2002, p. 87 ; Ticciati 1992, p. 335-336.

67 Tangheroni 2002, p. 87, 145 ; Quertier 2013, t. 1, p. 276.

68 Guido del Palagio était intervenu en amont en faveur de Francesco, sans doute pour régler le problème des représailles : « Guido me ne scrive e di vero per Guido farei quanto per magiore fratello in ogni chazo ch’io potesse » (ASPo, D.688, 109345, Lorenzo Ciampolini à Francesco di Marco et Stoldo di Lorenzo, 16-3-1397). Au plus fort de la crise, Lorenzo promet son aide « sì per amore di voi e per amore di Guido di messer Thommazo e di Niccolò da Uzano, ché a ciaschuno di loro sono obbrighato quanto a maggiori fratelli e sarebbe a me singhulare grasia di potèlli servire » ; il critique néanmoins le mode de résolution conçu par Francesco : « voi avete preso partito che non vi sarà honore. Fate conto dimane, come s’aperanno li fondachi, voi sarete qui dato per homo rotto e converrà che lo vostro vadi in pregione e la casa vi sarà suggiellata come homo rotto » (D.688, 109337, Lorenzo Ciampolini à Francesco di Marco, 25-4-1397). Francesco lui envoie ensuite une procuration avec une « lettera testimoniale » (D.688, 109351, Lorenzo Ciampolini à la comp. Datini de Florence, 28-5-1397).

69 Piattoli 1928-1929, p. 186.

70 ASPo, D.692, 508450-508451 (Francesco di Giovanni detto Cione a Francesco di Marco, 30-10 et 30-11-1404). Voir également D.692, 109348 (Lorenzo Ciampolini et Giovanni delle Brache à Francesco di Marco, 10-10-1404) et D.692, 700231-700233 (Giovanni di Cristofano Cirioni à Francesco di Marco, 16, 28 et 29-1-1405).

71 ASPo, D.342, 5480 (comp. Datini de Pise à Francesco di Marco [mais Matteo di Lorenzo], 7-7-1383).

72 On a conservé deux lettres de Michele à Francesco di Marco (ASPo, D.1097, 133200 et 109847, 29 et 31-7-1385) et une de Parte à monna Margherita femme de Francesco (D.1089/2, 134755, s.d.). Sur les formes de convivialité masquant des relations politiques visant à protéger les intérêts de Francesco, voir Hayez 2005B.

73 ASPo, D.423/9, fol. 27 ; D.366, fol. 13v.

74 ASPo, D.621, 407962 (22-3-1386).

75 Hayez 2005a, p. 227, 233-234.

76 « Per il male tenporale, nonché i forestieri se ne vadino, se ne vanno i citadini, cioè se n’è ito a stare a Gienova Andrea Bonchonte e ‘l figliuolo di Piero Magiolini e Nicholaio Raghonese e Francescho Boromei » (ASPo, D.692, 508447, Francesco di Giovanni detto Cione à Francesco di Giovanni Ginalducci, 30-11-1402).

77 Sur le renversement de loyautés créé par ce type de situation, voir le récit de la rixe mortelle qui oppose, justement à Pise, Bonaccorso Pitti et Niccolò de’ Bardi à leur compatriote non banni mais présent pour affaires Matteo del Ricco Corbizi, et fait bénéficier les premiers de la complicité de deux Pisans, Vanni Bonconti et messer Gualterotto Lanfranchi (Branca 1986, p. 374-377).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Hayez, « S’observer, coopérer, se fréquenter ou rester avec les siens. Les interactions entre marchands florentins et pisans dans les correspondances Datini vers 1400 », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3485 ; DOI : 10.4000/mefrm.3485

Haut de page

Auteur

Jérôme Hayez

CNRS-LAMOP, jerome.hayez@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org