Navigation – Plan du site
Pise de la peste noire à la conquête florentine (1348-1406). Nouvelles orientations pour l’histoire d’une société en crise

Le jeu des six différences ? Comparer les nations florentine et catalane à Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle

Cédric Quertier

Résumés

Dans la seconde moitié du XIVe siècle, Pise est réputée pour son cosmopolitisme et son ouverture aux influences extérieures, qui sont pourtant difficiles à évaluer dans leur ensemble en raison de la conservation fragmentaire de ses archives. Les actes des conseils pisans accordent des exemptions aux nouveaux arrivants dans les années 1370-1380 et suggèrent une augmentation de l’immigration. Le recours aux archives de la couronne d’Aragon ou à celles de la Mercanzia de Florence permet de contourner les lacunes des archives pisanes et offre une image précise des nations catalane et florentine, aux destins liés en raison de leur complémentarité économique. Bien plus, Florentins et Catalans sont implantés dans le même quartier, leurs consuls sont issus des mêmes familles de l’élite du popolo marchand de Pise (Gambacorta, Dell’Agnello, Bonconti, etc.), et l’organisation des deux nations présente de grandes similarités, au point qu'elles sont situées dans le même palais Gambacorta. Les Florentins ont davantage de privilèges commerciaux mais la taille de la communauté est quasiment impossible à établir, alors que celle des Catalans devait comprendre une vingtaine de personnes extrêmement mobiles dans les années 1380.

Haut de page

Notes de l’auteur

Abréviations utilisées : ASFi : Archivio di Stato di Firenze ; ASPi : Archivio di Stato da Pisa ; ASPo : Archivio di Stato di Prato ; n. f. = non folioté ; t. = tome ; p. = parte ; dactyl. : dactylographié ; ser. : série. Dans les références aux statuts communaux, les chiffres romains renvoient à la numérotation des livres et les chiffres arabes à celles des rubriques. Je remercie très chaleureusement Sylvie Duval, Laurent Feller, Maria Elisa Soldani et Sergio Tognetti pour leurs relectures et leurs précieux conseils.

Texte intégral

  • 1 Tanzini – Tognetti 2012.
  • 2 Cifuentes – Salicrú – Mercè Viladrich 2015.
  • 3 Petti Balbi 2001.

1En raison de leur appartenance aux élites socio-politiques et économiques, les marchands sont les étrangers les plus documentés durant la période médiévale, en particulier les marchands toscans1 et catalans2. Avec le déclin des foires de Champagne et la pérennisation des échanges commerciaux dans les grandes métropoles économiques, des communautés de marchands étrangers s’établissent durablement dans les villes3. Pour les communautés reconnues par les autorités du territoire d’accueil et validées par celui d’origine, l’institutionalisation en nations marchandes fixe les règles de leur présence dans un lieu étranger.

  • 4 Pour une synthèse, Quertier 2018.
  • 5 Soldani 2017 ; Poloni 2006.
  • 6 Silva 1912 ; Banti 1971 ; Scaramella 1894 ; Scaramella 1914 ; Ciccaglioni 2007 ; De Angelis 2010.

2Sur cette question, Pise offre un exemple intéressant qui n’est pas exempt de difficultés. La précocité de sa montée en puissance économique et politique en Méditerranée4 ainsi que son statut de principal port toscan mettant en contact les cités toscanes de l’intérieur avec le sud de la France, la péninsule ibérique et le reste de l’Europe et de la Méditerranée expliquent l’ouverture de son économie, la très grande diversité des marchands présents et teinte sa population d’une dose de cosmopolitisme. Après la perte de la Sardaigne (1324-1326)5, le dernier joyau colonial, l’économie pisane se recentre sur la mer tyrrhénienne et les cités toscanes. Durant la seconde moitié du XIVe siècle, les complémentarités économiques évidentes n’empêchent pas les élites pisanes de se voir dépossédées de leur capacité d’initative. En effet, les infrastructures portuaires de grande capacité de Pise sont de plus en plus au service des communautés et des compagnies commerciales étrangères, laissant les opérateurs économiques pisans subir les évolutions générales, même s’ils peuvent tirer leur épingle du jeu (voir l’article d’A. Poloni dans ce dossier). Par ailleurs, l’élite sociopolitique de Pise est confrontée aux appétits stratégiques des deux grandes puissances régionales, Milan et Florence, qui s’affrontent pour la domination de la Toscane6. Dans une ville à l’économie affaiblie, les deux factions opposées – Bergolini et Raspanti – mènent un jeu suicidaire consistant à rechercher le soutien financier et militaire de l’une des deux puissances, ce qui entraîne à terme à une perte d’indépendance, avec la conquête florentine de la ville en 1406. Dans ce contexte, la situation des étrangers à Pise est très particulière et on peut l’aborder de plusieurs manières.

  • 7 Tolaini 1967, p. 165-166 et Constable 2003, p. 314.
  • 8 Bonaini 1854-1870, t. 1, Breve consulum Pisanae civitatis (1162), p. 15.
  • 9 Davidsohn 1977-1978, t. 6, p. 501 : la demande de San Gimignagno remonte à 1232 mais n’est accepté (...)
  • 10 Bonaini 1854-1870, t. 3, III, 46, p. 226-228.
  • 11  Tolaini 1967, p. 165 renvoie à l’édition de Scalia 1966, t. 1, p. 61.
  • 12 Herlihy 1990 [1958], p. 171 ; ASFi, Mercanzia, 149, 9v-10r, 25 mai 1345.
  • 13 Constable 2003, p. 314, qui renvoie à Port 1854, p. 87, 90 et 110.
  • 14 Constable 2003, p. 314 ; Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve consulum curie mercatorum (1305), rub. 106 (...)
  • 15 Tangheroni 1968, p. 83 ; Soldani 2015a, p. 294.
  • 16 Quertier 2014, p. 477-507.
  • 17 ASPi, Comune A, 188, fol. 50r, 7 octobre 1400.
  • 18 ASPi, Comune A, 190, fol. 13v-14r, 13 août 1401.
  • 19 ASPi, Comune A, 188, septembre 1400. Luzzati 1998 et 2005 ; bibliographie exhaustive dans Luzzati (...)
  • 20 Tangheroni 1988, et récemment Ceccarelli Lemut 2010, Ouerfelli 2009 et 2013, et Balard 2018.

3Le décompte des groupes marchands disposant d’un fondaco illustre tout d’abord la grande diversité des communautés étrangères présentes7 : les marchands de Grasse et les Provençaux (en 1162)8, ceux de San Gimignano (en 1238)9, de la Garfagnana (en 130510), les marchands parmesans11, génois et vénitiens12, catalans (en 1278)13, siennois (en 1305)14, castillans (en 1381)15 et, bien sûr, florentins16 en possèdent un. Au-delà des fondaci ou des logge de marchands étrangers, la présence de marchands dalmates17, allemands18, ou même juifs19 est attestée dans les sources pisanes, sans compter l’intensité des relations avec les puissances musulmanes, en particulier avec les États du Maghreb et Tunis20.

  • 21 Melis 1962, p. 173-197 ; Melis 1989.
  • 22 Casini 1978 et 1996.
  • 23 Bordes Garcia 2008, p. 220-231.
  • 24 Giorgini Mercuriali 1987 et Giorgini Mercuriali 1988.
  • 25 ASPi, Comune A, 245 et 253.
  • 26 Carlini 1968 et Chatel 1970 ; voir aussi Taviani 1969 et 1971. Pour une vision d’ensemble récente, (...)
  • 27 Scaramella 1894 et 1905.

4D’autres indicateurs peuvent donner des ordres de grandeur sur la présence étrangère. Ainsi les comptabilités et la correspondance Datini permettent de se rendre compte des origines très diversifiées des marchandises passant par le port de Pise, signe de son grand dynamisme21. Les registres douaniers de Pise peuvent renseigner sur l’importance économique et numérique des opérateurs étrangers durant la décennie suivant la conquête de la ville par Florence (1406-1416)22, sur le commerce de la laine de San Matteo avec la Catalogne durant la première moitié du XVe siècle23. Le croisement des registres douaniers de Pise avec ceux de Collioure offre également des informations sur la présence catalane à Pise à l’extrême fin du XIVe siècle et surtout au XVe siècle24. Mais la conservation fragmentaire des registres douaniers pisans avant la conquête de 1406 ne permet de donner que des ordres de grandeur : par exemple, entre mai 1388 et avril-octobre 140425, le nombre d’opérateurs économiques étrangers (hors contado de Pise) parmi ceux qui importent ou exportent des marchandises à Pise passe de 17,5 % à 47,3 % du total. Fort logiquement, ceux d’origine toscane sont les plus représentés, suivis des Corses (22 occurrences en 1388 et 40 occurences en 1404) qui devaient former l’une des communautés les plus nombreuses26. Si les opérateurs originaires d’Émilie ou de Romagne sont en troisième position en 1388, ce sont surtout les Catalans, les Génois et les Lombards qui sont bien représentés en 1404, en raison de l’évolution de la situation politique (passage de Pise dans le camp milanais)27. Mais ces registres de douane comportent certaines limites : d’une part, ils renseignent davantage sur les origines des transporteurs et des marchandises que sur les étrangers résidant véritablement à Pise et, d’autre part, ils fournissent un instantané qui dépend des aléas politiques – les Catalans sont absents en 1388 en raison de leur expulsion temporaire et les Florentins le sont en raison même des privilèges obtenus en 1369.

  • 28 Pour les étrangers dans les statuts communaux de Pise, voir Bonaini 1854-1870, t. 1, Breve Pisani (...)

5Une approche juridique peut aussi être envisagée. Les compilations de statuts communaux contiennent une série de mesures sur les étrangers : on peut retracer la gradation de leurs droits politiques et sociaux, remarquer la difficile intégration politique de ceux qui réussissaient à se faire naturaliser après avoir payé leurs impôts, transféré leur famille et rempli leurs devoirs militaires28. Mais ces statuts ont tendance à être monumentalisés : il est parfois difficile de savoir à quand remonte une rubrique et si elle est toujours pleinement valide.

  • 29 ASPi, Comune A, 143, fol. 72v et 144, fol. 53 et 61, d’après Silva 1912, p. 141. Livourne est part (...)
  • 30 ASPi, Comune A, 148, fol. 12r-14r, 31 octobre 1370.
  • 31 ASPi, Comune A, 148, fol. 14r, 29 octobre 1372 ; 152, fol. 78r-81r, 23 novembre 1374 ; 159, fol. 5 (...)
  • 32 Poloni 2014, p. 252.
  • 33 ASPi, Comune A, 159, fol. 70r, 25 novembre 1378, pour un groupe de contadini de Pise.
  • 34 ASPi, Comune A, 137, fol. 3r.
  • 35 ASPi, Comune A, 185, fol. 41r-43r, printemps 1398 et fol. 53v-54r.
  • 36 ASPi, Comune A, 188, fol. 33v, 12 septembre 1400.
  • 37 ASPi, Comune A, 188, fol. 46r, 1e octobre 1400 ; fol. 46v, 2 octobre 1400 ; fol. 52v.
  • 38 On les retrouve dans d’autres villes, comme à Lucques : Quertier 2008, p. 143-180 ; à Florence : G (...)

6Les délibérations ou décrets pris par la commune offrent une image plus fine de l’évolution de la situation juridique. Les années 1370 ont en particulier donné lieu à une série de décrets, concernant d’abord une partie du territoire pisan29 puis sa totalité de 137030 à 138331. Leur objectif est de favoriser l’installation des étrangers à Pise en leur garantissant des exemptions fiscales, afin de les naturaliser par la suite. La politique migratoire de cette période diffère donc de celle des années 1320, lorsque les artisans étrangers étaient autorisés à vivre « comme des étrangers » sans avoir à remplir les conditions de naturalisation32. L’ampleur de cette immigration reste toutefois à déterminer, dans la mesure où, même dans un paysage documentaire fragmenté, les attestations d’inscriptions ou de naturalisations d’immigrants dans les délibérations de la Commune de Pise restent rares : quelques mentions concernent la période couverte par ces décrets (1378)33, mais on en retrouve d’autres pour la période précédente (1364)34 et surtout postérieure (au printemps 139835, en septembre 140036 ou octobre 140037). Il est donc difficile de confirmer que la mise en place des conditions légales a effectivement entraîné une immigration et des naturalisations importantes dans les années 1370-1380 : la répétition des décrets manifeste surtout le manque criant de main-d’œuvre et de rentrées fiscales exprimé par la commune pisane, qui prend des mesures sommes toutes classiques38.

  • 39 Poloni 2014, p. 247-248.
  • 40 ASPi, Comune A, 188, fol. 42v, 24 septembre 1400.
  • 41 ASPi, Comne A, 188, fol. 63v-64v, septembre 1400.

7Par ailleurs, tous les étrangers ne bénéficient pas de la même situation, puisqu’en fonction de l’ancienneté et de l’intensité de leur intégration, ils ont des droits (notamment politiques) différents39. Nombre de communautés bénéficient en outre d’accords bilatéraux, qui représentent autant de situations dérogatoires au statut communal et aux décrets généraux, comme l’attestent les accords avec les artisans de Sienne40, les Florentins et les Catalans, voire les franchises d’impôts pour les marchands juifs41.

  • 42 Tangheroni 1968 ; voir aussi Tangheroni 2002 [1973], p. 121-130.
  • 43 Sainz de la Maza Lasoli 1995 ; Hurtado 1996 ; Soldani 2014 ; Soldani 2015a ; Soldani 2015b ; Solda (...)
  • 44 Duran i Duelt, 2001, 2004 et 2005.
  • 45 Melis 1984 ; Tognetti 2008 ; Ciccaglioni 2009 ; Tognetti 2010 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 197-297.
  • 46 Quertier 2013a, 2013b, 2014, 2016a.
  • 47 Quertier 2016a, carte p. 59, voir p. 58-63 pour une analyse synthétique de cette correspondance.

8Cette situation explique qu’on focalise ici l’attention sur le cas particulier des nations marchandes florentine et catalane, mieux documentées et faisant actuellement l’objet de réévaluations. Si en 1968, M. Tangheroni déplorait l’absence d’histoire du consulat des Catalans à Pise malgré l’intensité des relations et l’abondance des sources catalanes42, les travaux de R. Sainz de la Masa Lasoli et d’E. Soldani ont changé la donne43 (ainsi que ceux de D. Duran i Duelt pour le réseau catalan)44. Quant aux Florentins, chroniques et correspondances marchandes ne cessent de rappeler l’importance capitale de l’accès à un débouché portuaire45. Mes propres travaux sur la communauté florentine de Pise d’après les archives du tribunal de la Mercanzia de Florence permettent de jeter les bases d’une comparaison équilibrée46 et confirment l’importance cruciale du port pour la Cité du Lys : avec plus de 38 % (111 sur 289) des lettres envoyées, Pise représente la première préoccupation du tribunal entre 1389 et 139547

  • 48 Quertier 2016b.
  • 49 Soldani 2015a et 2015b. Les privilèges obtenus en 1379 par les Catalans à Sienne sont plus avantag (...)
  • 50 Soldani 2014, p. 275-281 ; Soldani 2015b, p. 100-106.
  • 51 Soldani 2014, p. 275-281 ; Melis 1987, p. 234-235.
  • 52 Soldani 2010, p. 55 ; Soldani 2014, p. 275-281 ; Soldani 2015b, p. 100-106.
  • 53 Voir Bordes Garcia 2008, notamment p. 205-212.
  • 54 Müller 1879, p. 169-172.

9Plutôt que de comparer les réseaux florentin48 ou catalan49 de nations dans leur ensemble, il sera donc ici question de déceler les similitudes et les différences entre la nation florentine et la nation catalane à Pise. Cette comparaison se justifie d’autant plus que leurs activités sont complémentaires50, puisque durant la seconde moitié du XIVe siècle les Catalans sont la flotte des Florentins51 qu’ils fournissent en matières premières (laine grège, cuirs et peaux, colorants, textiles catalans, céréales et sel d’Ibiza)52 – sans qu’il faille y voir une dépendance coloniale des Catalans vis-à-vis des compagnies florentines53. Dans certains endroits, comme à Constantinople au XVe siècle, Florentins et Catalans faisaient même « nation commune »54

10Six critères seront successivement examinés : 1) la chronologie de leur présence et de leur expulsion de Pise ; 2) leur localisation dans la ville ; 3) l’organisation interne de leur nation ; 4) le recrutement des consuls de ces dernières ; 5) les avantages commerciaux qui leur sont accordés et 6) qui permettent d’expliquer la difficulté à les dénombrer, en particulier pour les Florentins.

Le tempo des présences florentines et catalanes à Pise : deux destins liés

11Il convient tout d’abord de dresser l’état des relations entre Pise avec les Florentins et les Catalans, aux évolutions similaires et synchrones au milieu au XIVe siècle avant de se différencier progressivement par la suite. 

  • 55 Davisohn 1977-1978, t. 6, p. 259.
  • 56 Quertier 2014, vol. 1, p. 425-429.
  • 57 Astorri 1998, p. 165.
  • 58 Quertier 2014, vol. 1, p. 227-241 et p. 425-434.

12Si des représentants de l’Art de la Calimala de Florence sont présents à Pise au début du XIVe siècle55 et si le tribunal de la Mercanzia dispose de représentants par intermittence56, la nation florentine y fait véritablement son apparition en 1333-133457. Elle est formalisée en 1345 avec la mise en place d’un consul et de la mention régulière de l’universitas des marchands florentins à Pise dans les délibérations de la Mercanzia58. Mais les Florentins sont expulsés en 1356 et s’installent à Talamone – en territoire siennois – prélude à la guerre entre Florence et Pise en 1362-1364, avant que les Florentins ne reviennent à Pise en 1369. 

  • 59 Silva 1908.
  • 60 Quertier 2014, vol. 1, p. 241-245 ; pour un essai d’évaluation du trafic portuaire, voir Quertier (...)
  • 61 Quertier 2014, vol. 1, p. 436-445 ; transcription vol. 2, p. 122-126.

13En 1369, Pietro Gambacorta, seigneur de Pise soutenu par Florence, arrive au pouvoir et met en place une politique très favorable à cette dernière grâce au traité bilatéral contenant des clauses commerciales très avantageuses pour les Florentins59. Les relations sont quasiment « idylliques » dans les décennies qui suivent : Pise continue de soutenir les Florentins contre le Pape lors de la guerre des Huit Saints (1375-1378) et n’applique pas l’ordre papal de les expulser (1376). Le dynamisme commercial des Florentins retrouve rapidement ses niveaux antérieurs et les dépasse au début des années 1380, marquées par une forte augmentation de leur trafic à Pise60. Leur nation est dotée d’un statut en bonne et due forme en 138161.

  • 62 ASPi, Comune A, 169, fol. 9r, 5 février 1388 ; fol. 13r, 20 février 1388.
  • 63 ASFi, Mercanzia, 240, fol. 38v, 30 juin 1403 : élection du consul ser Simone di ser Giovanni Palla (...)
  • 64 Scaramella 1894 et 1905.
  • 65 De Angelis 2010.
  • 66 Quertier 2014, vol. 1, p. 243-297.

14Avec les tensions dues aux velléités expansionnistes des Visconti en Toscane et aux conséquences délétères du traité de 1369 pour l’économie pisane, les agressions de marchands florentins augmentent après 138562. Une partie de la population pisane est aiguillonnée par Iacopo d’Appiano pour renverser Pietro Gambacorta, ce qui a finalement lieu en octobre 1392. Mais, même après les vols et pertes nombreuses subies par les Florentins durant cette émeute, le nouveau seigneur Iacopo d’Appiano est obligé de faire respecter les clauses du traité sans payer les 100 000 florins d’amende équivalant à une année de recettes de la Commune de Pise (et 200 000 florins si le traité est unilatéralement dénoncé). Après la temporisation et les tentatives pour obtenir le remboursement de ces pertes, vient le blocus du port et la guerre de 1397-1398, puis finalement la chute de Iacopo d’Appiano (1392). La ville se donne alors aux Visconti en 1399, mais après la mort de Gian Galeazzo Visconti en 1402 et le transfert de la nation florentine à Piombino en 140363, les héritiers des Visconti réussissent tant bien que mal à conserver Pise avant son passage sous domination génoise (1405)64 et sa conquête finale par les Florentins en 140665. Porto Pisano et Livourne restent cependant sous administration génoise jusqu’en 142166.

  • 67 Tangheroni 2002 [1973], p. 121-130.
  • 68 Soldani 2015a, p. 285 ; il est aussi le consul des marchands de Narbonne qui font partie du royaum (...)
  • 69 Soldani 2015a, p. 286.
  • 70 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 206-209. Il est également consul des marchands de Narbonne : Arch (...)
  • 71 Soldani 2015a, p. 289 ; Soldani 2017.
  • 72 Soldani 2014, p. 275-281.
  • 73 Tangheroni 1968 et Tangheroni 2002 [1973], p. 120-131.

15Quant aux relations entre la couronne d’Aragon et la commune de Pise67, elles sont marquées par une alliance commune en Méditerranée occidentale dès le XIIe siècle. Elle se traduit par une proximité diplomatique, des privilèges commerciaux et un accueil favorable réservé aux Pisans dans les territoires aragonais, mais aussi par la création ancienne de la nation catalane à Pise68 : mise en place en 1278-1279, sa première attestation remonte à 128369. Sous le règne de Jacques II (1291-1327), elle fonctionne avec régularité, sous l’égide des Lanfreducci qui occupent la charge de consul de 1304 à 132370. Mais, en 1323, la Commune pisane saisit près de 20 000 livres de biens aux Barcelonais présents et la guerre entre la couronne d’Aragon et Pise pour la domination de la Sardaigne (1324-1326) signe la disparition provisoire de la nation71. Elle est toutefois remise en place dans les années 1340 en raison de leurs intérêts réciproques72, même si les relations de Pise avec la couronne d’Aragon sont rendues plus complexes par le dilemme cornélien que la commune toscane doit affronter : soit soutenir le Giudice d’Arborea en Sardaigne et s’opposer au roi aragonais, soit profiter des retombées du commerce catalan en Toscane73

  • 74 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 211 ; Soldani 2014, tableau 1 p. 269.
  • 75 Soldani 2015a, p. 289.
  • 76 ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 8v, 18 mai 1345.
  • 77 Quertier 2014, p. 431 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 9v-10r, 26-27 mai 1345.

16La date de réapparition fait cependant débat, puisqu’après la proposition d’avril 1356 faite par R. Sainz de la Maza Lasoli74 et celle de 1348 par E. Soldani75, des preuves peuvent être avancées d’un rétablissement antérieur. En effet, le 18 avril 1345, juste après la demande de création d’un consulat florentin dirigé par Lotto Gambacorta76, la Mercanzia de Florence reçoit une lettre de protestation du consul des Catalans, Giovanni dell’Agnello, qui entend défendre la position menacée de la nation catalane77

  • 78 Porta 1995, vol. 2, VII, 32, p. 50-51.
  • 79 Tangheroni 2002 [1973], p. 129.
  • 80 ASPi, Comune A, 158, fol. 12rv, 8 février 1379 ; fol. 23v, 25 octobre 1379 ; fol. 25r, 25 septembr (...)
  • 81 ASPi, Comune A, 158, Fol. 25r, 26 mars 1379 : il s’agit de Dominico Antoni, Giovanni Serra, Antoni (...)
  • 82 ASPi, Comune A, 158, fol. 26r-28r, 23 février 1379 ; Soldani 2015a, p. 293-294

17Quoi qu’il en soit, d’après Matteo Villani, les Catalans quittent Pise en même temps que les Florentins et les Génois en 135678 mais, en août 1357, les Catalans qui sont restés à Pise se plaignent de ne pouvoir envoyer de plus grandes quantités de laines à Florence en raison de l’opposition entre Pise et Florence79. Ensuite, parallèlement à la signature d’un accord avec la Commune de Sienne pour garantir aux Catalans le libre accès au port de Talamone en 1379, Pise signe la même année un accord avec la Couronne d’Aragon, après avoir réglé une représaille de 1603 livres, 12 sous et 11 deniers de Barcelone80, autorisé les navires catalans à revenir et fait libérer cinq Catalans emprisonnés à Pise81. Cet accord garantit à tous les sujets catalo-aragonais la possibilité de venir avec leurs marchandises et de résider à Pise, les autorise à porter une arme de nuit pour leur sécurité et réaffirme leur droit d’élire un consul des Catalans à Pise pour instruire mercantibiliter les conflits entre Catalans selon les règles en place aux périodes précédentes82

  • 83 Bordes Garcia 2008, p. 216.
  • 84 ASPi, Comune A, fol. 6-7, 22 février 1386, cité par Brugaro 1907, appendice 5, p. 321-323 (voir au (...)
  • 85 M.E. Soldani et L. Tanzini annoncent la publication prochaine d’un article (titre provisoire : Un (...)
  • 86 Sur ses fonctions, voir Ticciati 1998, p. 81, 87-88, 120-137, n. 89 p. 127, et p. 195-196.
  • 87 Hurtado 1996, p. 533-534.
  • 88 Hurtado 1996, p. 538.
  • 89 Soldani 2015a, liste dans le tableau 2 p. 294-295.
  • 90 Tangheroni 2002 [1973], p. 126.
  • 91 Voir Soldani 2014, tableau p. 269-270.
  • 92 Les travaux annoncés de M. E. Soldani sur les registres de la période 1388-1393 du notaire Giulian (...)
  • 93 Bordes Garcia 2008, p. 216 ; Soldani 2015a, p. 291.
  • 94 Soldani 2014, p. 269-275 ; Soldani 2015a, p. 296-297 ; Soldani 2015b.

18Après la demande faite en 1383 par les conseillers de Barcelone pour que Pise favorise le commerce entre les deux villes83, les relations se tendent toutefois à la fin des années 1380. En effet, si les relations entre les Catalans et les Florentins sont bienveillantes, cela ne les empêche pas d’être parfois opposés, comme le montre l’intervention de la Commune pisane en février 138684. Ensuite, après le recours d’Arnau Ferrer de Barcelone85 contre Antonio Mattei de Florence, accusé de ne pas avoir transporté la cargaison du premier vers Porto Pisano ou Talamone comme prévu, la Cour des marchands86 et le Conseil des Anciens de Pise ont arbitré en défaveur des Catalans, provoquant l’envoi – et l’arrivée à Pise le 6 juin 1387 – de Berenguer Morey comme ambassadeur du roi d’Aragon. Entre-temps, le 11 mai 1387, Pietro Gambacorta et le Conseil des Anciens menaçent les Catalans de représailles, et leur « conseillent » de quitter la ville pour un an, un mois et un jour avant de pouvoir revenir87, ce qui a effectivement été appliqué, puisque les Catalans sont transférés à Talamone dès novembre 1387. Si, en 1389, les Catalans obtiennent en 1389 un droit de représailles pour 4105 livres barcelonaises afin de se faire rembourser les pertes et les frais judiciaires88, ces tensions n’interrompent pas les relations des deux côtés de la mer tyrrhénienne, puisque la commune de Pise octroie des saufs-conduits à neuf Catalans – tous patrons de navires – le 10 mai89 et que Barcelone accorde un prêt de 11 000 livres à Pise la même année90. Le consul des Catalans ne réapparaît qu’en 139491, sans que l’on puisse déterminer si les Catalans reviennent plus tôt à Pise92. Quoi qu’il en soit, les affaires des Catalans sont florissantes en 1397 si l’on en croit la mention de leurs grandes compagnies et de leur richesse dans la lettre du Florentin Baldo Villanuzzi adressée à Stoldo di Lorenzo, membre de la compagnie de Francesco di Marco Datini de Prato93. Puis, pour apaiser les craintes des marchands catalans lors de la conquête de Pise par les Florentins, ces derniers payent en 1407 les dettes des Pisans avant de nommer un Florentin comme consul des Catalans à Pise : Gino Capponi94

19Dans la seconde moitié du XIVe siècle, la chronologie des (r)établissements et expulsions de ces nations sont presque synchrones avant de diverger après 1356 : au traité entre Florence et Pise en 1343, succède le rétablissement de la nation catalane à Pise et la création du consul florentin en 1345 ; puis les deux nations sont expulsées de Pise en 1356 pour se réfugier à Talamone en territoire siennois ; si les Florentins reviennent en 1369, il est difficile de dire si les Catalans sont de retour avant l’accord de 1379 ; en revanche, les tensions dans la seconde moitié des années 1380 se soldent par l’expulsion des Catalans en 1387 et leur retour en 1394 ; cette procédure est rendue impossible dans le cas des Florentins par le traité bilatéral de 1369, ce qui explique leur présence réduite après le renversement de régime et l’émeute anti-florentine de 1392, puisque la nation florentine ne quitte Pise pour Piombino qu’en 1403.

La géographie des nations : au cœur du pouvoir et de la ville

20La présence urbaine des deux nations révèle encore mieux l’imbrication des deux communautés, qui fréquentent le même quartier.

  • 95 Davidsohn, 1977-1978, t. 6, p. 833. Respectivement, Davisohn 1896-1908, t. 3, 1) reg. 757 (1321), (...)

21Les Florentins disposent de plusieurs types d’édifices à Pise. Certaines compagnies possèdent d’abord leur propre loggia, comme les della Scala (1321-1326), les Acciaiuoli (1304), les Peruzzi, les Bardi (1318), ou encore les Tedaldi (1306-1322)95.

  • 96 Santini 1900, doc. 4 p. 5-6 ; pour le contexte, voir Faini 2010, p. 270-271, mais aussi p. 262-274 (...)
  • 97 Davidsohn, 1977-1978, t. 6, p. 833 ; pour le traité commercial du 30 mai 1214 entre Pise et Floren (...)
  • 98 Dal Borgo 1765, de mercantiis deferendis, § 2, p. 375 ; Baldasseroni 1904, p. 26-27 ; Silva 1908, (...)
  • 99 Silva 1908, p. 686.
  • 100 ASPi, Comune A, 197, fol. 127v-128, reproduit dans Silva 1912, appendice doc. 5, p. 302-304 : Et h (...)

22La communauté et la nation florentine possèdent aussi des structures communes. Dans un des plus anciens traités (1171), les Florentins se voient accorder un bâtiment pour héberger les marchands dans le quartier de Fuoriporta ainsi que deux boutiques au milieu du pont principal (ponte vecchio) de la ville96. Un fondaco des Florentins est mentionné dès 121497, mais l’évolution du XIVe siècle fait moins penser à un fondaco exclusif des Florentins, qu’à des taxes et tarifs spéciaux pour le gardiennage dans ces entrepôts situés à Porto Pisano98 et gérés par le fundacario de la commune de Pise. L’entreposage dans le fondaco n’est pas obligatoire, contrairement au paiement de ces taxes. L’influence florentine est cependant pernicieuse : après les dégâts subis lors des tensions et guerres entre 1356, date de l’expulsion des Florentins, et 1369, date du traité le plus avantageux qui soit pour eux, les Florentins insistent pour que la commune pisane répare ces infrastructures99. Pour réaliser ces travaux, Pise est obligée de doubler en 1372 le droit d’ancrage et d’entreposage dans ses fondaci, ce dont sont explicitement exclus les Florentins100, pour ne pas déroger au traité bilatéral de 1369 qui fixe les tarifs pour les Florentins. Autrement dit, la commune de Pise et l’ensemble des marchands qui fréquentent Porto Pisano payent des droits de douane et des taxes pour que les Florentins, supposés être les marchands les plus nombreux, puissent utiliser les structures communes.

  • 101 Stiaffini 1998, p. 129 ; Redi 1998, p. 135.
  • 102 Quertier 2013b, p. 246 n. 17 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 492-502.
  • 103 ASFi, Notarile Antecosimiamo, 18795, fol. 182v-183v, cité dans Soldani 2014, p. 274.
  • 104 Redi 1998, p. 136.
  • 105 ASFi, Mercanzia, 14145, fol. 24v, 25 juillet 1381 ; 201, n. f., 31 mai 1381 ; 203, fol. 16rv, 21 j (...)
  • 106 Cronica di Pisa 1729, col. 1078.
  • 107 ASFi, Mercanzia, 14145, fol. 25, 28 août 1381 ; 203, fol. 16rv, 21 juillet 1382 et fol. 31rv, 17 s (...)
  • 108 Cronica di Pisa 1729, col. 1079.

23Troisième élément, le palais de Pietro Gambacorta, construit dans les années 1370101 est le lieu de l’imbrication la plus forte entre le pouvoir pisan et les marchands florentins. Il abrite en effet les logge de trois compagnies florentines : celles des Tornaquinci-Cardinali, des Ricci et, durant un temps, celle de Francesco di Marco Datini. Ce palais, loué pour 30 puis 40 florins par an, comme le prouvent à la fois le livre de compte de la nation et le livre des possessions des Gambacorta102, abrite surtout la loggia de la nation florentine, où se réunit son tribunal arbitral103 à l’arrière du palais, ouvert non pas sur la façade qui fait face à l’Arno mais sur celle qui donne sur la via San Bastiano (l’actuelle via Toselli, voir carte)104. Le loyer est financé par des prélèvements sur la communauté florentine dans les années 1370. Il s’agit de l’hypercentre de la nation florentine : lieu de rassemblement, des arbitrages et sentences du notaire-syndic de la nation, mais aussi de fêtes. En effet, au printemps 1381, le livre de compte de la nation florentine porte trace des réparations et embellissements de la loggia105. Il s’agit de préparer la célébration du retour d’Andrea Gambacorta, le fils du seigneur de Pise qui a été fait chevalier à Milan par Gian Galeazzo Visconti106. Le parcours – représenté sur la carte – commence au nord à la porte du Parlascio, se poursuit en traversant le pont sur lequel sont présentes les deux boutiques florentines, pour atteindre le palais Gambacorta contenant les trois logge des compagnies florentine et celle de la nation, qui offre un cheval de prix (60 florins)au fils du seigneur de Pise107. Les deux groupes unis rejoignent alors la place « San Bastiano », où a lieu un banquet (corte bandida) durant huit jours108. Or, cette place peut être située à deux endroits, soit à San Sebastiano in Chinzica, c’est-à-dire juste derrière le palais de Pietro Gambacorta, dont les logge donnent sur la place et on aurait alors ici la manifestation éclatante de l’intensité des liens entre le seigneur et les nations marchandes, soit les groupes convergent vers le nord sur la place San Sebastiano alle Fabbriche, véritable cœur politique de Pise puisque la place est entourée par les palais des Anziani (sur l’actuelle piazza dei Cavalieri), de la Commune et du Popolo (voir carte), et on mettrait ici symboliquement l’accent sur l’harmonie du corps civique.

  • 109 Cronica volgare di anonimo Fiorentino 1915, p. 166.
  • 110 Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo 1963, p. 257 ; ASFi, Mercanzia, 11311, fol. 59v, 22 mai 1395.
  • 111 Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini 1784, p. 133.
  • 112 Specimen historiae 1730, col. 1153.
  • 113 ASFi, Mercanzia, 221, fol. 4r-5r, 28 août 1392 ; Soldani 2016, p 192.

24Le revers de la médaille lorsqu’on est à ce point identifié à la politique et au palais seigneurial de Pise est de subir, en octobre 1392, le même sort que les Gambacorta, tués et chassés du pouvoir par une révolte. Les émeutiers visent conjointement les Gambacorta et les Florentins lorsqu’ils crient « à mort les Gambacorta et les Florentins109 » et attaquent le palais du seigneur abritant la nation. Entre six et huit étrangers sont tués110, sans qu’on puisse être sûr qu’il s’agisse uniquement de Florentins présents dans la loggia de la nation. La plupart d’entre eux s’enferment dans leurs boutiques111, ce qui n’empêche pas la communauté florentine de perdre plus de 12 000 florins selon le chroniqueur Sozomeno da Pistoia112, soit l’équivalent de 10 % des recettes annuelles de la Commune de Pise. La nation florentine reste présente, mais les informations sont rares pour attester de la permanence de la loggia florentine après cet épisode : il semble toutefois qu’Angelo Pasquini, élu gardien de la loggia – probablement pour parer à l’hostilité d’une partie de la population pisane – le 28 août 1392 soit toujours en poste en 1395113.

25Quant aux lieux d’implantations de la nation catalane, ils sont calqués sur ceux de la nation florentine, voire dans le cas de la loggia quasiment superposés. 

  • 114 Soldani 2014, p. 273-274.
  • 115 Tolani p. 77.
  • 116 Stiaffini 1998, p. 130, qui s’appuie sur ASPi, Diplomatico Cappelli, 13 septembre 1428, regeste n° (...)

26Une analyse régressive fournit la preuve que les logge des Catalans et des Florentins sont dans le même bâtiment au début du XVe siècle. Dans les années 1430, la loggia des Catalans est en effet située entre les églises de San Sebastiano et celle de Santa Cristina, dans un palais appartenant à Lorenzo Gambacorta, près de la loggia des marchands et du palais des Prieurs114. Or, ce Lorenzo Gambacorta (fils de Lorenzo, un des fils de Pietro Gambacorta tué avec lui en 1392), réside à Florence et loue en 1428 un vaste ensemble (palatio sive domo vel domibus et hedeficiis cum curia, giardino, magazzinis, apotecis) comprenant le palais Gambacorta situé sur les bords de l’Arno (un autre existe plus au sud dans la « carraia San Gilio ») dans la paroisse San Sebastiano in Chinzica, ainsi que le « jardin Gambacorta » que visita l’empereur Charles IV de Luxembourg et situé un peu plus au sud115. Il s’engage à transférer dans l’ancien palais des Gambacorta le siège officiel des Consoli del Mare de Florence et des Ufficiali della Dogana. Or, le palais est situé in via que dicitur de san Bastiano alla loggia de catalani e fiorentini : en 1428, Florentins et Catalans ont donc une loggia dans l’ancien palais de Pietro Gambacorta116.

  • 117 ASPi, Diplomatico, San Domenico, 29 décembre 1386 [1385 style commun] ; Archivio di Santa Maria No (...)
  • 118 Archivio di Santa Maria Novella, fondo del monastero San Domenico, non classé, fol. 2v, 1424. Je r (...)
  • 119 ASPi, Miscellanea Manoscritti, 47, fol. 6r, d’après Stiaffini 1998, n. 15 p. 133.
  • 120 ASPi, Miscellanea Manoscritti, 47, fol. 8r-77r : d’autres propriétés sont aussi situées dans les f (...)
  • 121 Duval 2015, p. 536.

27Par ailleurs, Chiara Gambacorta, fille de Pietro Gambacorta fonde en 1385 le monastère de San Domenico, appelé à une grande célébrité dans le mouvement de réforme de l’Observance qui a valu à sa fondatrice une béatification. Or, en décembre 1385, le seigneur de la ville donne à sa fille une boutique, également qualifiée de loggia, dont le loyer originel est de 100 livres par an, avant d’être louée 18 florins par an aux Catalans dans les années 1430 puis aux magistrats florentins après 1444117, à savoir un parcours similaire à celui du palais Gambacorta… Mais où est située cette boutique ou loggia ? Le Campione di beni, rédigé en 1424 par un notaire de San Domenico, précise qu’il s’agit d’une bottegha una o vero loggia posta in Pisa in della capella di Sancto Sebastiano in Kinzica sotto lo palasso nuovo delli heredi di messer Piero Gambacorta118. En outre, la description du palais des Gambacorta faite dans le livre de possession de Pietro Gambacorta de janvier 1386 décrit ainsi le quatrième fondaco qu’il abrite : lo quarto tiene Francesco del Marcho [Datini] de Prato e li compagni per florenos XXXV l’anno, li quali florenos XXXV ha segnato messer Piero Gambacurti alle monache di S. Gilla119. Or, d’après ce même livre de possession, Pietro Gambacorta a aussi des biens dans la paroisse de San Gilio, près de la porte du même nom120 au sud de la ville, précisément à l’endroit où est situé le monastère de San Domenico121. Puisqu’il s’agit de la seule boutique et loggia possédée par le monastère, il s’agit de celle du palais Gambacorta sur les bords de l’Arno et les monache de San Gilla sont donc les moniales de San Domenico, installées près de la porte San Gilio. 

  • 122 Dans la correspondance de l’année 1383, parmi les cinq sites différents utilisés par la filiale pi (...)
  • 123 Duval 2015, p. 192 et p. 247.
  • 124 Duval 2015, p. 87, s’appuyant sur Guasti 1880, vol. 2, lettre n° 3, p. 318-319 et lettre n° 13, p. (...)
  • 125 Duval 2015, p. 349 et 386.

28Par ailleurs, Francesco del Marcho da Prato cité en 1386 dans le livre de possession des Gambacorta est bien Francesco Datini122, ce qui n’est pas un hasard. En effet, d’après S. Duval, Francesco et son épouse Margherita entretiennent une relation épistolaire régulière avec Chiara Gambacorta, dont il nous reste 14 lettres reçues entre 1395 et 1410123. De plus, la moniale s’adresse à lui pour demander une aide financière à propos des travaux menés dans l’église124 et entretient des liens étroits avec les milieux marchands florentins et génois125 : il est somme toute logique que les revenus de la loggia louée à Francesco Datini soient transférés aux moniales avec qui ce dernier a des relations privilégiées.

  • 126 Soldani 2014, p. 273.
  • 127 Soldani 2014, p. 272.

29Les Catalans disposent également d’habitations non loin de la loggia, concentrées autour de la paroisse de Santa Maria Maddalena et formant un triangle au sud-ouest du Ponte vetus126. Ils disposent en outre d’une place et d’une église127, ce dont ne bénéficient pas les Florentins. 

  • 128 Galoppini 2009 ; p. 315-328, en particulier p. 318.

30Le quartier du ponte vecchio au centre de Pise, proche de l’Arno et des palais des principales familles, comme du principal marché de la ville prend, par la diversité des marchands et des nations qui le fréquentent, des allures similaires à celle de la place de la bourse de Bruges128. Si les deux communautés sont présentes selon une chronologie très proche, et hébergées dans les mêmes quartiers de Pise, qu’en est-il de l’organisation de leur nation ?

Fig. 1 – Localisation des possessions de Pietro Gambacorta dans la ville de Pise (hors contado, en rouge), du quartier catalan/florentin (en bleu) et des possessions florentines (en orange). Les numéros indiquent l’ordre de la procession des corps constitués pour accueillir Andrea Gambacorta. Le plan du palais Gambacorta et sa façade sud abritant les loggie sont détaillés.

Fig. 1 – Localisation des possessions de Pietro Gambacorta dans la ville de Pise (hors contado, en rouge), du quartier catalan/florentin (en bleu) et des possessions florentines (en orange). Les numéros indiquent l’ordre de la procession des corps constitués pour accueillir Andrea Gambacorta. Le plan du palais Gambacorta et sa façade sud abritant les loggie sont détaillés.

Des nations organisées de façon similaire

31L’organisation interne des deux nations comporte des points communs frappants, notamment la disjonction des fonctions entre un magistrat pisan et un magistrat florentin ou catalan.

  • 129 Quertier 2014, vol. 1 p. 429-447.
  • 130 Quertier 2014, vol. 1, p. 436-445.
  • 131 Quertier 2014, vol. 1, p. 448-468.

32Le statut de la nation florentine de 1381, dont j’ai fait la découverte, précise l’organisation de la nation129. Sa particularité est d’avoir deux chefs, aux rapports changeants. Le notaire-syndic prend l’ascendant sur le consul apparu en 1345 et, après le partage des rôles établi dans le traité bilatéral de 1369, incarne la reprise en main de la nation par un magistrat florentin : il s’occupe de la discipline interne, du rappel des règles en lisant le statut tous les trois mois à l’ensemble des marchands, assure la correspondance avec la Mercanzia de Florence, arbitre les différends dans un délai de trente jours. De son côté, le consul – toujours Pisan – s’assure que les tribunaux et officiers de Pise traitent favorablement les Florentins en justice, conformément au traité de 1369130. D’autres postes assurent l’encadrement de la communauté marchande : le camerlingue, souvent issu d’une compagnie commerciale, récolte les recettes, paye les salaires, le loyer et les frais de réparation de la loggia131 ; les trois conseillers, issus de compagnies listées dans les traités bilatéraux certifient la citoyenneté des marchands et assistent le notaire-syndic ; le messager transmet les ordres et la correspondance en même temps qu’il garde la loggia de la nation.

  • 132 Quertier 2014, p. 549-639 ; Quertier 2016, p. 58-63.
  • 133 Quertier 2016b, p. 199-230.

33Comme j’ai pu le démontrer ailleurs, la nation florentine sert à garantir la liberté et la sécurité du commerce (en accordant aux Florentins le droit de venir librement et en sécurité à Pise ; en abaissant les droits de douane ; en empêchant les représailles et l’emprisonnement des marchands qui sont remplacés par une compensation pécuniaire), à défendre les Florentins devant les tribunaux pisans (en s’assurant de la bienveillance des magistrats pisans ; en obtenant l’application de la procédure sommaire ou d’arbitrages ; en certifiant qui est vraiment Florentin et peut bénéficier des franchises de taxes), et sert de bras armé de la Mercanzia florentine à Pise (en excluant de la communauté les personnes condamnées à Florence ; en faisant appliquer ces peines ; en copiant et transmettant des extraits de livres de compte)132. Ce fonctionnement s’applique d’ailleurs à nombre de nations florentines en Europe et en Méditerranée133.

  • 134 Soldani 2015a, p. 297-302, ici p. 297.

34Quant au fonctionnement interne de la nation catalane, dont les premières réunions sont attestées en 1382134, elles sont difficiles à spécifier pour la seconde moitié du XIVe siècle, même si un saut qualitatif semble avoir été fait après 1379. La délimitation du fonctionnement normal des nations catalanes et des preuves documentaires pour les années 1420 permettent cependant de reconstituer son fonctionnement vraisemblable entre la Peste Noire et la conquête florentine. 

  • 135 Duran Duelt 2001, 2004 et 2005, synthétisé dans Soldani 2014, p. 264.

35Daniel Duran Duelt a mis en évidence les traits communs des nations catalanes. Elles assurent la cohésion et la sécurité des marchands en territoire étranger. Le consul exerce son autorité sur leurs membres, prend des décisions concernant leurs marchandises, biens et personnes, applique les décisions royales et communales. Les membres de la communauté payent le salaire du consul, qui pouvait aussi collecter les impôts royaux. Ce dernier applique une justice arbitrale et quotidienne s’appuyant sur les conseils des marchands présents. Il assiste les Catalans en s’assurant de la conformité de leurs certificats de (dé)chargement de navires, des contrats de vente, peut leur faire crédit, garantir leur identité et les défendre en justice devant les autorités locales, garder leurs biens et gérer la succession des défunts sur place, assister à la rédaction de certains documents. Dans certains cas, la charge de consul était essentiellement honorifique et politique, tandis que la gestion effective de la nation revenait à des sobreposats et dans d’autres cas à un vice-consul135.

  • 136 Voir Soldani 2015a, p. 297-308.
  • 137 Soldani 2015a, p. 298.
  • 138 Voir supra note 94.
  • 139 Soldani 2015a, p. 312.
  • 140 Soldani 2015a, p 288.
  • 141 Soldani 2014, p. 273-274.

36Les travaux de M. E. Soldani sur les registres notariés de la nation catalane de Pise dans les années 1420-1430136 montrent de grandes similarités avec le modèle général. À cette époque, Paolo di ser Naddo, le lieutenant du consul présent à Pise (le consul Côme de Médicis, lui, reste à Florence) arbitre les différends, assisté de deux sobreposats, et entourés de marchands catalans qui le conseillent collegialiter137. Pour autant, il ne semble pas que la disjonction – semblable à celle qu’on observe entre le consul pisan et le notaire-syndic florentine – entre le consul des Catalans choisi parmi l’élite marchande et politique de Pise et les sobreposats catalans gérant l’essentiel de la nation ne soit mise en place avant la reprise du consulat par les Florentins en 1407138. Les Catalans sont surtout implantés sur le littoral toscan139, et c’est l’éloignement du siège du pouvoir, désormais situé à Florence, qui pourrait expliquer la mise en place d’une nouvelle fonction, puisque le consul ne peut plus résider continuellement à Pise comme il en avait auparavant l’obligation140. Ces sobreposats peuvent juger les litiges internes et externes, et demandent souvent l’avis des autres nations afin de sauvegarder la concorde entre les groupes de marchands, ce qui n’est pas attesté pour les Florentins. Les fonctions des sobreposats sont analogues à celles des conseillers et notaires-syndics florentins : certifier l’identité au moment de la rédaction d’un acte, confirmer l’absence d’un marchand convoqué en justice (similaire au rôle des conseillers de la nation florentine), intervenir pour les litiges internes et externes, mais aussi exécuter les testaments des Catalans (fonction proche du rôle du notaire-syndic)141. Notons par ailleurs que les registres de Giuliano di Colino degli Scarsi da San Giusto, prouvent qu’il y avait aussi un notaire de la nation catalane comme il y avait un notaire-syndic des Florentins – dont, en revanche, on n’a semble-t-il pas conservé les registres. 

37Au-delà des différences structurelles, la sélection des dirigeants exactement dans les mêmes cercles confirme l’intensité des liens entre les nations florentines et catalanes.

Des consuls approuvés par les deux pouvoirs, issus des mêmes familles pisanes


Tab. 1 – Les consuls des Florentins et des Catalans de Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle.

Année Consul des Florentinsa Consul des Catalansb
 ? Lotto Gambacorta Jacopo dell’Agnello
 ? Lotto Gambacorta Lemmo dell’Agnello
1345 Lotto Gambacorta Giovanni dell’Agnello
1348 Lotto Gambacorta Francesco Gambacorta
1345-1355 Lotto Gambacorta
1355- ? Giovanni di ser Cello dell’Agnello
1356 Colo Mosca
1359 Bartolomeo Laggi
1374-1380 Andrea Bonconti
1378 Andrea Bonconti Bonaccorso Boncontic
1380-1392 Lodovico d’Andrea Bonconti
1383 Lodovico d’Andrea Bonconti Bonaccorso Bonconti
1386-1393… Bonaccorso di Bartolo dal Colle, consul de Livourne
1392-1397… Giovanni di ser Tommaso di Grassolini
1394 Giovanni di ser Tommaso di Grassolini Andrea Galletti
Mort en 1398 Giovanni di ser Tommaso di Grassolini ? Ranieri Laggi
1398 Giovanni Assopardi
1401 Giovanni Assopardi
1407 Gino Capponi, florentin
a. Quertier 2014, vol. 2, tableau 47, p. 131.
b. Soldani 2014, p. 269-270.
c. Tangheroni 1968, p. 88.
  • 142 Soldani 2015, p. 290.

38L’élément le plus frappant dans la comparaison entre les nations florentine et catalane réside dans le choix de consuls au profil identique et issus des mêmes familles pisanes. Dans les deux cas, les consuls font partie de l’élite politique du Popolo pisan – ce qui se traduit à la fois par leur proximité avec le seigneur pisan en place et leur nomination comme membres du Conseil des Anciens –, et sont des marchands aisés entretenant des relations commerciales – et parfois diplomatiques – avec les Florentins et les Catalans142.

  • 143 Pour les origines du consulat catalan à Pise jusqu’en 1326, voir Sainz de la Maza Lasoli 1995.
  • 144 Soldani 2015a, p. 286.
  • 145 Quertier 2016b, p. 203-204, par exemple ASFi, Mercanzia, 11299, fol. 104rv, 4 juin 1320 et 11303, (...)
  • 146 En 1343 : Baldasseroni 1904, p. 17-18 et p. 30-32 ; en 1369 : Silva 1908, p. 687-689 et p. 695-696

39L’établissement d’un représentant des marchands entre deux puissances est tout d’abord basé sur un principe de réciprocité. Après avoir accepté l’installation d’une nation pisane dans les territoires aragonais en 1277143, c’est en vertu de cette réciprocité que le consulat des Catalans à Pise est installé en 1278144. De manière similaire, la Mercanzia florentine qui gère les nations marchandes rappelle souvent ce principe dans sa correspondance et ses délibérations145. Les traités entre Florence et Pise de 1343 et 1369 comportent aussi plusieurs clauses réciproques146

  • 147 ASFi, Mercanzia, 149, fol. 32v, 23 septembre 1345 ; 184, n. f., 25 septembre 1369 et 185, n. f., 1 (...)
  • 148 Quertier 2014, vol. 1, p. 529-531 ; pour ses mandats, voir Quertier 2014, vol. 2, tableau 47, p. 1 (...)

40Les délibérations de la Mercanzia florentine présentent toujours les nouveaux notaires-syndics comme élus, ou plutôt nommés, car experts et dotés des qualités attendues (prudence, etc.), sans laisser filtrer d’informations sur le processus de sélection147. Elle doit être approuvée implicitement par la commune de Pise, ce que facilite la localisation de la loggia des Florentins dans le palais des Gambacorta. On peut également déduire du renouvellement du personnel de la nation de 1392 qu’en temps normal, la Commune de Pise doit également donner son accord pour le poste de consul, confié à un Pisan : ainsi, dès octobre-novembre 1392, Jacopo d’Appiano insiste pour placer un de ses fidèles à ce poste, Giovanni Grassolini148, qui remplace Lodovico d’Andrea Bonconti en poste sous la seigneurie des Gambacorta. 

  • 149 Quertier 2014, vol. 1, p. 439-445, p. 457-463, p. 525-526 ; vol. 2, tableau 47, p. 131.
  • 150 Quertier 2014, vol. 1, p. 433-434 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 17v, 16 juin 1345.

41Les notaires-syndics sont toujours nommés pour un an, fréquemment renouvelable149. Quant aux consuls, la durée de leur mandat est moins claire : initialement élu pour un an en 1345150, Lotto Gambacorta reste en place jusqu’en 1357 et, de plus, les consuls des Florentins à Pise ne sont pas enregistrés tous les ans, signe qu’ils sont implicitement nommés pour une période indéterminée – si ce n’est à vie –, tant qu’ils satisfont le seigneur de Pise et la Mercanzia florentine.

  • 151 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 213 ; Soldani 2015a, p. 286.
  • 152 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 206-209.
  • 153 Soldani 2015a, p. 289.
  • 154 Bordes Garcia 2008, p. 219.

42Dans le cas catalan, la charge de consul de Pise est explicitement concédée pour une longue durée : sous le règne de Jacques II (1291-1327), le consulat est accordé à vie151 et les marchands choisis, par exemple les Lanfreducci qui occupent la charge de 1304 à 1323, doivent envoyer deux draps tissés d’or par an au roi d’Aragon, afin de reconnaître l’autorité de ce dernier et le remercier pour leur nomination152. Dans les années 1340, la nomination est effectuée pour dix ans153, mais la reconstitution des listes de consuls pour la période suivante (voir tableau ci-dessus) prouve qu’ils ne restent en poste que quelques années, en fonction de leurs accointances avec le roi qui peut les révoquer à tout moment. Dans les années 1410, la charge ne durera qu’un an154.

  • 155 Soldani 2015a, p. 287-290 ; Duran i Duelt 2001, 2005, et 2004.
  • 156 Quertier 2014, p. 431 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 9v-10r, 26-27 mai 1345.
  • 157 Soldani 2015a, p. 289.

43Quant au processus de nomination des consuls catalans, il est mieux connu car plus complexe et source de conflits juridictionnels en raison de la nature composite même de la couronne aragonaise. Les candidatures – parfois concurrentes – sont en effet proposées par les conseillers de Barcelone, les jurés de Majorque ou de Valence, et peuvent se doubler de conflits dus à l’interventionnisme du roi d’Aragon, en particulier durant le règne de Pierre le Cérémonieux (1336-1387) et plus tard durant celui d’Alphonse le Magnanime (1416-1458). La nomination est ensuite ratifiée à la fois par la Commune pisane et par le roi d’Aragon. Ce consul des Catalans a autorité sur les sujets de toutes les juridictions du roi, ce qui peut poser problème lorsque les royaumes de Majorque ou de Sicile entendent faire perdurer leur propre réseau de consulats et nations après l’intégration à la couronne aragonaise155. Un tel conflit intervient par exemple à la fin des années 1340. En avril 1345, Giovanni dell’Agnello est consul des Catalans156, mais semble avoir partagé la charge avec Lemmo di Netto dell’Agnello, puisque ce dernier est consul jusqu’en 1348. Cette année, un conflit juridictionnel oppose les jurés de Majorque et les conseillers de Barcelone157, les premiers souhaitant faire de Jacopo dell’Agnello leur consul quand les second s’y opposent. Cette opposition pourrait être due à l’antériorité du choix d’un membre de la famille dell’Agnello comme consul des Catalans à Pise, à la fois pour bénéficier de son expérience, mais aussi pour conserver une relation exclusive avec cette famille et ne pas le voir débauché par une entité politique concurrente pour le leadership commercial et maritime en Méditerranée occidentale.

  • 158 Quertier 2016b, p. 161-179. Je prépare actuellement un article sur cette phase de transition entre (...)

44Dans le cas florentin, de tels conflits juridictionnels n’existent pas, mais des tensions et des ajustements surviennent ponctuellement dans les années 1410 lors de la phase de transition qui voit Florence récupérer le réseau des nations pisanes, en particulier avec la création d’un consulat conjoint entre Florentins et Pisans en Sicile en 1413158.

  • 159 Quertier 2014, vol. 1, p. 427-428.
  • 160 Quertier 2014, vol. 1, p. 525-526.

45Une fois choisis, ces consuls sont nécessairement membres de l’élite politique en place, puisque leur nomination doit être approuvée par la commune de Pise et celle de Florence, ou par les autorités catalo-aragonaises. Les notaires-syndics florentins qui assurent l’essentiel des responsabilités de la nation marchande occupent une place importante dans la commune florentine : ainsi, ser Ventura Monachi devient chancelier de la commune après avoir été syndic de la nation (1334-1336)159 et ser Francesco di Vanni Muzzi, qui reste en poste de 1374 à 1382, rend de tels services que la Mercanzia finance ses funérailles160

  • 161 Poloni, 1998-1999.
  • 162 Silva 1912, p. 16 ; Poloni 1998-1999, p. 138-153 ; ASFi, Mercanzia, 193, fol. 49v, mars 1374 ; 198 (...)
  • 163 Chargé de récolter la gabella intertiata en 1386 pour la commune de Castiglione del Pescaia (ASPi, (...)
  • 164 Voir note 180.

46Mais le cas des consuls, choisis parmi des citoyens pisans pour les deux nations est encore plus révélateur. Pour la nation florentine, ils sont toujours issus d’une famille marchande proche à la fois du seigneur pisan et des Florentins. Après Lotto Gambacorta (1345-1355), les Bonconti (1374-1392)161, proches des Gambacorta arrivés au pouvoir en 1369 et nommés au Conseil des Anciens, les remplacent dans les années 1370-1380162. En 1392, Jacopo d’Appiano insiste avec succès dans sa correspondance avec Florence pour placer un de ses fidèles, Giovanni di Tommaso Grassolini163, qui reste en poste de 1392 à 1395 et remplace le précédent en poste depuis 1380 (Lodovico d’Andrea Bonconti)164

  • 165 Quertier 2014, vol. 2, p. 131, respectivement ASFi, Mercanzia, 210, fol. 51r, 11 mai 1386. Et 1415 (...)
  • 166 Banti, 1971, p. 114.
  • 167 Soldani 2015a, p. 269.
  • 168 Banti 1971, p. 114.

47La proximité politique avec le pouvoir en place est également un élément essentiel pour expliquer le choix de consuls des Florentins ou des Catalans issus de familles pisanes moins prestigieuses. Ainsi, pour l’extrême fin du XIVe siècle, les Dal Colle de Pise sont consuls des Florentins à Livourne (Bonacorso dal Colle pour 1386-1387, puis Bonacorso di Bartolo dal Colle en 1390 et 1393-1394)165 : or, il s’agit de la même famille pisane que celle de Piero dal Colle, qui a été élu au Conseil des Anciens sous Pietro Gambacorta et devient même Prieur des Anciens durant la seigneurie de Iacopo d’Appiano166. De même, Andrea Galletti, consul des Catalans en 1398167 est membre d’une riche famille, qui comprend aussi un Prieur des Anciens, Andreotto Galletti168.

  • 169 Sur Pise, voir les articles d’A. Poloni, M. Ronzani, G. Francesconi, C. Ianella dans Zorzi 2013.
  • 170 Soldani 2015a, p. 267.
  • 171 ASPi, Comune A, 54, fol. 13r., 8 juillet 1344, cité par Ciccaglioni 2013, n. 43 p. 226, pour le ca (...)
  • 172 Soldani 2014, p. 269.
  • 173 Quertier 2014, vol. 1, p. 529 et vol. 2, tableau 47, p. 131 ; ASFi, Mercanzia, 165, fol. 1r-2v, 7 (...)
  • 174 Cristiani 1962a, p. 442, qui s’appuie sur ASFi, Archivio Spedali Riuniti, 2523, 29 juin 1320 et AS (...)
  • 175 Soldani 2014, p. 271.

48Cette proximité politique est doublée d’une concentration des charges consulaires dans les mains d’un petit nombre de familles, en parallèle de la « seigneurialisation » et de la « patricialisation » de la vie politique italienne169. La patrimonialisation de la charge consulaire par un petit groupe de grands marchands pisans est en marche dès le milieu du XIVe siècle170. Dans les années 1340-1350, les Gambacorta et les Dell’Agnello, deux familles marchandes importantes du popolo et issues du même quartier – puisque leurs membres ont été nommés au Conseil des Anciens pour représenter le quartier de Kinzica en juillet 1344171 –, sont en compétition pour capter le patronage des nations de marchands étrangers. Ils se relaient en effet au poste de consul des deux nations : ainsi, Lemmo, Jacopo et Giovanni dell’Agnello sont consuls des Catalans avant 1348, date à laquelle Francesco Gambacorta prend le relais172 ; de même, Lotto Gambacorta est consul des Florentins dans les années 1340 et Giovanni di ser Cello dell’Agnello l’est en 1355-1356173. La présence d’un dell’Agnello comme défenseur des Florentins pourrait surprendre selon les anciens schémas trop simplistes de l’historiographie pisane. Au contraire, E. Cristiani a prouvé la labilité des positions par rapport à Florence dans les années 1320, alors qu’on attribuait trop facilement une position favorable à Florence pour les Gambacorta et opposée à la Cité du Lys pour les Dell’Agnello. Giovanni dell’Agnello, avant d’être seigneur hostile aux Florentins de 1355 à 1364, fait partie d’une famille qui commerce aussi avec les Florentins dans les années 1320 et 1330174. Il est en outre aussi créancier du Giudice d’Arborea et a donc aussi des intérêts en Sardaigne avec les Catalans. Dans les années 1340, les familles des Gambacorta et des Dell’Agnello cherchent donc toutes les deux à entretenir des liens privilégiés avec les deux nations marchandes les plus influentes. Ce patronage est un instrument dans la lutte de pouvoir entre les principales familles marchandes du popolo de Pise, pour qui occuper cette position permet d’avoir un rapport privilégié avec le roi d’Aragon, la Commune de Florence et leurs milieux marchands, afin d’en tirer tous les bénéfices économiques et sociaux175. L’opposition ou la proximité politique avec Florence sont en réalité secondes par rapport à la compétition entre ces deux familles candidates à la mise en place d’une seigneurie.

  • 176 Soldani 2014, p. 269 et Soldani 2015a, p. 289-290 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 151, 176, 529.
  • 177 Quertier 2014, vol. 2, tableau 47, p. 131 : ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 11v-12r, 1e juin 1345 ; 1 (...)
  • 178 Soldani 2014, p. 269 et Soldani 2015a, p. 290.
  • 179 ASPi, Comune A, 158, fol. 12rv, 7 février 1379.
  • 180 Pour Andrea Bonconti, ASFi, Mercanzia, 193, fol. 49v, après le 19 mars 1374 et Quertier 2014, vol. (...)
  • 181 Silva 1912.
  • 182 Soldani 2015a p. 194.
  • 183 Quertier 2014, vol. 1, p. 183, 271, 275, 446, 529, 531-533 et vol. 2, tableau 47, p. 131 : ASFi, M (...)

49Bien plus, deux membres d’une même famille de l’élite politico-marchande de Pise patronnent parfois les deux nations en même temps : ainsi, Francesco Gambacorta est le consul des Catalans en 1348176, tandis que Lotto Gambacorta est celui des Florentins à partir de 1345-1346177, vraisemblablement jusqu’en 1355 ; de même Bonaccorso Bonconti est consul des Catalans en 1383 et probablement jusqu’en 1394178 – et avant cela on le voit même agir comme ambassadeur de Pise auprès de Barcelone en 1379179 –, alors qu’Andrea Bonconti est celui des Florentins avant 1374 jusqu’en 1380, date à laquelle son fils Lodovico Bonconti prend la relève jusqu’en 1386, et probablement jusqu’en 1392180, soit dans une période où ils sont les proches alliés de Pietro Gambacorta, le seigneur de la ville181. Les familles pisanes les plus proches du pouvoir seigneurial de la ville font donc office d’intermédiaires privilégiés pour les deux communautés marchandes les plus influentes. L’analyse pourrait par ailleurs être élargie aux autres nations marchandes, dans la mesure où un Gherardo del fu Bartolomeo Grassolini est consul des Castillans en 1382182 alors que plusieurs années plus tard (1392-1393 puis 1395-1397), Giovanni di ser Tommaso di Grassolini est choisi comme consul des Florentins183.

Des avantages commerciaux incertains

50Les privilèges commerciaux ne sont pas les principaux avantages accordés aux deux nations, même si les Florentins sont en position plus favorable. 

  • 184 Quertier 2014, vol. 1, p. 332-369.
  • 185 Quertier 2014, vol. 1, p. 332-340.

51Les Florentins étaient la nation marchande la plus privilégiée, même si ces avantages semblent avoir entraîné un faible gain économique184. Le mécanisme doit cependant être résumé, car il conditionne une possible évaluation de la population florentine. Ils bénéficient de conditions égales ou meilleures que les Pisans, puisqu’ils sont exemptés de la majorité des frais d’importation à Pise : dans les traités bilatéraux signés au XIVe siècle (1317, 1329, 1343, 1369) ils sont exemptés de tout droits de douane, pour leurs importations sur terre comme sur mer, et leurs acheteurs n’ont pas davantage de gabelle à payer. D’autres facilités leur sont également accordées, comme la suppression de l’obligation de faire transporter les marchandises par des Pisans ou l’autorisation d’exercer une activité d’artisan dans le traité de 1343, étendue à celle de courtier en 1369. Potentiellement, les Florentins peuvent donc après 1369 concurrencer les Pisans dans tous les secteurs de l’économie : commerce, production, intermédiation financière, banque185.

  • 186 Quertier 2014, vol. 1, p. 358-369.
  • 187 En 1403, Lodovico et Francesco Borromei sont mentionnés (originaires de San Miniato, les Borromei (...)
  • 188 Casini 1978, p. 194-195 et sont considérés dès cette époque comme des Pisans, voir dans ce dossier (...)
  • 189 Quertier 2014, vol. 1, p. 382-405 et Quertier 2017.

52Cependant, les Florentins ne cessent jamais de payer pour entreposer et garder leurs marchandises dans le fondaco de la Commune (dès 1329), même s’ils bénéficient d’un tarif à part. Ils doivent ensuite payer une taxe pour faire mesurer et emballer leurs marchandises depuis les années 1340. Enfin, le passagio payé dans les années 1370 (règlements de 1369, 1370, 1375, 1379) à la nation florentine remplace finalement le droit de douane à Pise, d’autant que ce prélèvement subit une augmentation d’un tiers 1375, puis un doublement en 1379-1381, sans qu’on sache si ces mesures provisoires furent pérennisées par la suite186. Ces privilèges expliquent l’absence des Florentins (hormis de rares cas d’exilés)187 dans les rares registres de douane subsistant à Pise avant 1406 – alors qu’ils sont très nombreux dans la période 1406-1416188 –, puisqu’ils étaient inscrits à part dans les registres de la nation florentine. La plupart d’entre-eux ont été perdus, mais un livre de comptes de la nation a été conservé pour les années 1374-1382 : il mentionne les recettes et les dépenses perçues aux quatre portes de la ville à différentes dates, mais sans jamais donner le nom des Florentins s’acquittant de ces sommes189.

  • 190 Soldani 2015a, p 293-294 ; ASPi, Comune A, 158, fol. 26r-28r, 23 février 1379.
  • 191 Soldani 2015, p. 293.

53Si les avantages commerciaux obtenus par les Florentins à Pise ont une portée économique discutable, ceux obtenus par la nation catalane à Pise semblent encore plus faibles. En effet, l’accord entre Pise et le roi d’Aragon de 1379 ne prévoit que la suspension des représailles, le droit de réexporter leurs marchandises depuis Pise vers n’importe quel lieu à condition que cela intervienne un mois après la réception des marchandises. L’arrivée des Catalo-aragonais et l’échange de marchandises est libre, mais ils restent soumis à l’obligation de payer les droits de douane et gabelles de la Commune190. À titre de comparaison, les privilèges commerciaux obtenus la même année par les sujets du roi d’Aragon à Talamone sont plus détaillés et plus nombreux191.

54Les Florentins ont donc des avantages commerciaux plus étendus mais, dans leur cas comme dans celui des Catalans, ils ne sont pas la cause première expliquant l’installation des nations, qui réside davantage dans l’accès au marché pisan et dans la sécurisation des échanges.

Les Florentins et les Catalans, « combien de divisions ? » La difficile quantification des communautés

55Évaluer le nombre de Florentins est, en l’état, quasiment impossible, alors qu’on peut donner un ordre de grandeur pour les Catalans, groupe extrêmement mobile et renouvelé fréquemment.

  • 192 Ciccaglioni 2010, p. 26-31 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 203-204.
  • 193 Quertier 2014, vol. 1, p. 145-195 et p. 369-405 ; Quertier 2017.

56Malgré leur disparition artificielle des registres de douanes, les Florentins semblent très nombreux dans la ville et avoir une place centrale dans l’historiographie pisane. Jusqu’aux années 1970192, ils sont placés au centre de l’histoire socio-politique, voire économique de Pise, ce qui avait tendance à enfermer le débat, en l’absence de preuves documentaires substantielles193.

  • 194 Cronica volgare di anonimo Fiorentino 1915, p. 160. ASPo, Datini, 1103.14 / 134159, carteggio priv (...)
  • 195 Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini 1784, p. 133.
  • 196 Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo 1963, p. 257 : Et furono rubati i g[i]udei et altri usurai, et fu (...)
  • 197 Quertier 2014, vol. 1, p. 271-274.

57Une des preuves de la prégnance socio-économique des Florentins à Pise réside sans doute dans les tensions de 1392. En juin, un projet d’émeute éventé a révélé l’intention des agitateurs de dérober les biens des Florentins194. En octobre 1392, les Florentins apeurés s’enferment dans leurs boutiques195 pour protéger leurs biens, car la révolte est indistinctement dirigée contre le pouvoir seigneurial et les Florentins. La dimension proprement économique de la révolte est par ailleurs confirmée par la chronique de Ranieri Sardo qui assimile dans un même mouvement les juifs, les usuriers et les Florentins196 : l’émeute est donc la conséquence de la position économique dominante des Florentins, dont les banques bien plus puissantes que celles des Pisans devaient tenir une grande partie des circuits du crédit. Autre exemple, en 1396, dans une période d’hostilité croissante marquée par des escarmouches guerrières, l’arrivée fortuite d’un navire rempli d’épices à Porto Pisano provoque la signature d’une trêve entre les deux cités, car la perte de la cargaison menacerait de banqueroute l’ensemble des compagnies florentines197.

58L’importance économique et politique des Florentins à Pise est indéniable, mais peut-on dénombrer ceux qui sont présents ? Deux types de documents permettent de tenter de contourner les difficultés d’évaluation directe : les listes de compagnies florentines et les copies de saufs-conduits.

  • 198 ASFi, Mercanzia, 136, fol. 13, 13 octobre 1322 ; liste publiée dans Astorri 2001.
  • 199 ASPi, Comune A, 29, fol. 24 et sqq. ; édité dans Dal Borgo 1765, p. 378.
  • 200 ASFi, Mercanzia, 146, 26 octobre 1341.
  • 201 Tognetti 2015.
  • 202 Silva 1908, p. 679-683.
  • 203 Astorri 2001, p. 312
  • 204 Baldasseroni 1904, p. 26.
  • 205 Tognetti 2015.
  • 206 Quertier 2014, vol. 1, p. 520-522.

59La première possibilité est d’analyser les listes de compagnies florentines dans les traités entre Pise et Florence, ou les accords entre marchands florentins à propos des ports de Pise ou de Talamone. Mais si elles permettent de donner des ordres de grandeur et d’évaluer l’importance de Pise pour l’économie florentine, elles présentent de nombreuses apories pour évaluer la population florentine résidente. On peut ainsi dénombrer 65 compagnies en 1322198, 27 en 1329199, 38 en 1341200, 112 en 1342-1343201 et 108 en 1369202. Or, toutes ces listes ne concernent pas uniquement Pise : ainsi, celle de 1322 ne recense que les compagnies exportant des marchandises de Florence, pas nécessairement en passant par le port toscan203. Ces listes ne sont pas davantage exhaustives : ainsi, le traité de 1343 ne prend pas la peine d’énumérer les compagnies florentines et renvoie à la liste du précédent traité de 1329204. Cela signifie-t-il que le nombre de Florentins à Pise reste inchangé ? S’en tenir au seul critère des listes de compagnies dans les traités bilatéraux ne suffit pas, dans la mesure où deux autres listes contemporaines contredisent l’idée d’un statu quo : d’une part, 38 compagnies payent pour équiper Talamone en territoire siennois afin de pallier la fermeture de Porto Pisano le 26 octobre 1341 et, d’autre part, S. Tognetti a fait une découverte cruciale en retrouvant dans les archives notariales de Florence la liste des 112 compagnies prêtant serment de respecter le traité de 1343 et payant un impôt pour obtenir le droit de bénéficier des franchises et immunités prévues205. Ce ne sont donc pas 27 mais bien 112 compagnies qui prévoient potentiellement d’utiliser les facilités accordées à la nation florentine dès 1343. Difficile alors de valider l’hypothèse selon laquelle les 108 compagnies du traité de 1369 permettent de quantifier l’acmé de la présence florentine. Les listes contenues dans les traités bilatéraux entre Pise et Florence ont donc une autre fonction. Elles servent à garder la mémoire des compagnies habilitées à définir le groupe des Florentins éligibles au poste de conseiller et de camerlingue de la nation206, et non pas à quantifier la population florentine à Pise.

  • 207 Quertier 2014, vol. 1, p. 507-520.
  • 208 ASFi, Mercanzia, 11311 : il s’agit de Iacopo Ricci (fol. 55v), Francesco [di Iacopo] Ricci (fol. 5 (...)
  • 209 Berti 2010.
  • 210 Quertier 2014, vol. 1, p. 536-538.

60Cependant, les conséquences de l’utilisation de ces listes de compagnies peuvent offrir une seconde possibilité de dénombrer ponctuellement les Florentins présents à Pise. Ces listes servent aussi à conserver la trace des Florentins qui ont la capacité publiquement reconnue de certifier la citoyenneté florentine des marchands de passage à Pise. La procédure comprend deux étapes : d’abord, deux marchands appartenant aux compagnies listées dans le traité bilatéral en vigueur prêtent serment que tel marchand possède bien la citoyenneté florentine – ce qui permet de ne pas bloquer les marchandises qui peuvent continuer à circuler –, et ensuite la Mercanzia envoie depuis Florence une lettre de certification à Pise. Or, si le règlement de cette procédure existe depuis les années 1320-1330, après avoir dépouillé l’intégralité de la correspondance et des délibérations de la Mercanzia pour la période 1360-1406, je peux affimer que les lettres de certification ne sont conservées que pour l’année 1395. Comment l’expliquer ? Ces certificats n’apparaissent pas dans la correspondance de 1389-1393, ils ne semblent donc pas utilisés pour contourner les mesures pisanes contre les draps étrangers de 1388, ou du moins pas recopiés dans les registres de la Mercanzia florentine. La copie dans ceux de 1395 s’explique alors par les nouvelles mesures adoptées à Pise sur le même sujet, mais qui cette fois-ci excluent explicitement les Florentins : la conservation s’explique ainsi par le besoin renouvelé des Pisans de distinguer les marchands florentins des autres dans un contexte de tensions croissantes207. Ils sont au total 23 Florentins208, dont huit sont issus du contado : deux de Prato, deux de Colle Val d’Elsa, un de Quarrata, un de Montaione, un de Vico Fiorentino. Il ne s’agit pas uniquement des Florentins de passage puisqu’on trouve parmi eux Manno d’Albizo degli Agli, le directeur de la filiale de Pise du holding de compagnies Datini209. Tous ne sont pas davantage de grands marchands, puisqu’on retrouve également un ferraiolo (Francesco di Jacopo de’Ricci) et un clavaiolo (Jacopo Ricci). Il s’agit plus vraisemblablement de ceux qui ont importé ou exporté des marchandises depuis Pise et ont donc eu besoin d’une attestation de citoyenneté florentine. Leur profil est difficile à établir car la plupart sont inconnus, mais une partie d’entre eux est membre de l’élite politique et a occupé les charges de prieur, buonomino, gonfalonier de compagnie ou conseiller de la Mercanzia, mais aussi des fonctions dans les Arts de la laine, de la Soie, de la Calimala ou encore des Arts médiants ou mineurs comme ceux des vendeurs de vin (vinattieri) ou des serruriers (chiavaioli). Leurs activités économiques sont un peu mieux connues (même si dans sept cas, celle-ci n’est pas mentionnée) : principalement marchands (six cas), mais aussi des marchands spécialisés avec deux marchands de vin (vinattieri), un lanaiolo (qui peut produire et vendre), un épicier-apothicaire (speziale), un marchand de fer (ferraiolo), un commerçant de ferrailles (feravechio), un revendeur d’étoffes (ritagliatore) ; enfin quelques artisans avec trois serruriers (chiavaioli)210.

  • 211 Par exemple ASPi, Comune A, 152, fol. 72r, 16 novembre 1373 ; 157, fol. 5v, 17 octobre 1376 ; 158, (...)
  • 212 Quertier 2014, p. 443-444.

61Il convient cependant de rester prudent sur la quantification de la population florentine à Pise : ne sont-ils rééllement qu’une vingtaine après 1392 dans une période hostile à la présence florentine à Pise alors que des mentions éparses révèlent la présence d’autres Florentins211 ? Enfin, si l’on considère que le syndic a la capacité d’imposer aux membres de la nation le boycott d’un opérateur qui ne respecterait pas le statut de la nation212, et donc de l’exclure de la communauté, la question du décompte des Florentins présents à Pise devient impossible en l’absence de sources plus précises. 

62L’évaluation de la population catalane présente à Pise varie également mais est, quant à elle, relativement mieux documentée. Si les Catalans sont absents des registres de douane de Pise en mai 1388, c’est avant tout parce qu’ils ont été expulsés en mai 1387 et se sont probablement tous transférés à Talamone : l’expulsion des Catalans est ainsi confirmée et, d’après la décision de Pietro de Gambacorta, ils devaient à cette époque attendre encore un mois et un jour avant de revenir à Pise. 

  • 213 Hurtado 1996, p. 541-543, liste p. 543.
  • 214 Liste dans Soldani 2015a, p. 294-295.

63Mais, tout en restant très prudent, on peut faire l’hypothèse que la nation catalane comprenait entre 20 à 30 personnes durant la seconde moitié du XIVe siècle. En effet, la relation de l’ambassade de Berenguer Morey au printemps 1387, comprend une liste de 28 Catalans présents et convoqués, probablement l’ensemble de la communauté présente avant l’expulsion, même s’il faut en retrancher Pere Oliver, patron du navire transportant l’ambassade, et Johan Morey, frère de l’ambassadeur lui-aussi de Barcelone213. Il s’agit certainement des Catalans installés à Pise car aucune correspondance ne peut être établie avec la liste des neuf patrons de navire – donc de passage à Pise – se voyant accorder un sauf-conduit pour venir à Pise en 1389214.

  • 215 Les personnes suivantes sont indiquées comme « catalanus » dans les registres douaniers : Antoni ; (...)
  • 216 Casini 1978, p. 204-205.
  • 217 Guillem Moragues – Berenguer.

64Ensuite, dans le registre de douane du 19 avril au 15 octobre 1404, 24 opérations sont effectuées par 17 Catalans215, un groupe dont une partie est de passage, étant donnée la nature du document. Après la conquête florentine, B. Casini recense dans le même type de source 25 Catalo-aragonais pour la période 1406-1416216 : la taille du groupe des opérateurs économiques catalans semble donc en légère augmentation, mais presque aucune correspondance ne peut être effectuée avec la liste de 1388, ni avec les sources douanières de 1403 (seuls deux noms sont présents dans les deux listes)217, indice d’un profond renouvellement du groupe très mobile, sachant qu’il est peu probable qu’aucun des Catalans résidant régulièrement à Pise ne commerce ou ne transporte des produits. 

  • 218 Soldani 2014, p. 277 ; Soldani 2015a, tableau 3 p. 300-302 et Soldani 2015b, p. 102.
  • 219 Pere Maifrè, Guillem Moragues et Guarpar de Sitges olim cognominatus Desportel, s’il s’agit de la (...)

65L’importance numérique des Catalans paraît avoir augmentée après la conquête florentine comme l’attestent les registres du notaire de la nation catalane des années 1420-1430 : E. Soldani liste ainsi 60 Catalo-aragonais (originaires de Barcelone, Majorque, Perpignan, Valence, Saragosse, Tortosa, Tarragone et Villafranca de Conflent) présents à Pise de 1419 à 1428, dont 14 résident avec régularité dans la ville218, les autres étant principalement des marchands ou des patrons de navire de passage. Une nouvelle fois, la comparaison entre les Catalans cités dans les sources notariales pour la période 1419-1428 et les sources douanières entre 1406 et 1416 ne permettent d’identifier que trois Catalans présents dans les deux sources219. La communauté catalano-aragonaise de Pise semble donc être marquée par un fort renouvellement de ses membres, qui s’explique notamment par leur spécialisation dans le transport maritime.


66Au terme de ce parcours, la très grande proximité structurelle des nations florentine et catalane de Pise entre 1348 et 1406 apparaît évidente. Installés dans le même quartier au cœur de la ville, leurs nations ont des profils similaires, avec en particulier la disjonction entre un notaire-syndic florentin ou des sobreposats catalans et des consuls choisis parmi l’élite marchande du Popolo de Pise, au point que les grandes familles en compétition pour la seigneurie (Gambacorta et dell’Agnello) tentent de monopoliser ces postes avec parfois plusieurs membres de la même famille aux postes-clés des deux nations. Le signe le plus éclatant de leur gémellité réside enfin dans la localisation de leur loggia dans le palais de Pietro Gambacorta dès les années 1380.

67Des différences existent néanmoins. Les avantages commerciaux obtenus par les Florentins sont plus nombreux et la taille de la communauté, même si elle est quasiment impossible à évaluer, doit être plus consistante mais en diminution après 1392 jusqu'en 1406, alors que les Catalans devaient être moins nombreux et en perpétuel mouvement mais voir la taille de leur communauté progressivement augmenter à l’extrême fin du XIVe siècle. L’éloignement des Catalans de Pise et des relations diplomatiques moins tendues – en raison de l’absence de traité bilatéral aussi contraignant que celui signé entre Florence et Pise en 1369 – explique le rétablissement plus rapide des relations entre Pise et les Catalo-aragonais après l’expulsion de 1388. À l’opposé, l’établissement d’un régime anti-florentin en 1392 signe la marche vers la conquête du débouché portuaire pisan par Florence.

  • 220 Soldani 2015a, p. 296.
  • 221 Ogilvie 2011, p. 134-137.
  • 222 Soldani 2015a, p. 308-311.

68Mais jusqu’où vont ces différences ? Les tensions de 1345 évoquées ci-dessus, les quelques procès ou la lettre paniquée que les marchands Catalans envoient aux conseillers de Barcelone le 6 février 1406 pour exhorter le roi d’Aragon à défendre Pise contre des Florentins « diaboliques » qui cherchent à conquérir Pise et ainsi ruiner les Catalans220 pourraient faire croire à une opposition structurelle des Catalans contre les privilèges florentins. Si l’on suivait l’analyse de S. Ogilvie, on pourrait prendre appui sur ces conflits entre nations marchandes étrangères pour y voir une des preuves de l’existence d’un monopole des Florentins jalousé par les Pisans et les Catalans parce que rentables et effectivement fait respectés (notion d’enforcement)221. L’analyse menée ici a radicalement prouvé le contraire : les quelques tensions sont largement compensées par les relations de complémentarité et des ressemblances structurelles telles qu’on peut ici parler de véritables nations sœurs, voire jumelles. Les Catalans à Pise sont en effet appelés à une grande fortune dans la première moitié du XVe siècle, jusqu’à la guerre avec Alphonse Le Magnanime222

  • 223 Ogilvie 2011, p. 160 et p. 163.

69L’hébergement des deux nations dans le palais du seigneur pourrait en revanche faire penser à la collusion – centrale dans l’argumentation de S. Ogilvie223 – entre les élites politiques et les marchands étrangers pour augmenter leurs propres revenus au détriment de ceux de l’ensemble de la société. Si les élites pisanes furent largement perdantes sur le moyen terme, il reste en revanche à déterminer par d’ultérieures recherches dans les actes notariés, les fragments de registres douaniers ou les archives exogènes (quid en effet des Siennois, des Lucquois et des Génois ?) le rôle des communautés étrangères dans l’histoire de Pise à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Arrighi – Jehasse 2008 = J.-M. Arrighi, O. Jehasse (dir.), Histoire de la Corse et des Corses, Paris, 2008, p. 111-166.

Astorri 1998 = A. Astorri, La Mercanzia a Firenze nel primo TrecentoIl potere dei grande mercanti, Florence, 1998.

Astorri 2001 = A. Astorri, Gli spazi politici dei mercanti a Firenze nel primo Trecento, dans Archivio Storico Italiano, 159, 2001, p. 289-317.

Balard 2018 = M. Balard, Les Pisans en Orient (XIe-XVe siècles), dans S. Bruni, S. Orvietani Busch, K.R. Matthews (dir.), A companion to medieval Pisa, Leyde, parution prévue en 2018

Baldasseroni 1904 = F. Baldasseroni (dir.), La pace tra Firenze, Pisa e Lucca nel 1343, Florence, 1904. 

Banti 1971 = O. Banti, Iacopo D’Appiano : economia, società et politica del comune di Pisa al suo tramonto (1392-1399), Pise, 1971.

Berti 2010 = M. Berti, La compagnie di Pisa nel difficile contesto politico, dans G. Nigro (dir.), Francesco di Marco Datini. L’uomo il mercante, Florence, 2010, p. 287-328.

Bonaini 1854-1870 = F. Bonaini (dir.), Statuti inediti della Città di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1854-1870, 3 vol. 

Bordes Garcia 2008 = J. Bordes Garcia, Mercaderes de la Corona de Aragón en Pisa (siglos XIV-XV), dans J.J. Ferrer Maestro, P. Barceló (dir.), Castellón de la Plana, 2008, p. 233-252.

Brugaro 1907 = A. Brugaro, L’artigianato pisano nel Medioevo (1000-1406), dans Studi storici del prof. Crivellucci, 16, 1907, p. 185-211 et p. 271-336.

Carlini 1968 = M. Carlini, Les Corses à Pise et dans le contado pisan, XIIIe-XIVe siècles, mémoire de maîtrise sous la direction de G. Duby, Aix-en-Provence, dactyl., 1968.

Carratori Scolaro 2003 = L. Carratori Scolaro, La Certosa di Calci e l’eredità Gambacorta, dans Bollettino Storico Pisano, 72, 2003, p. 85-112.

Casini 1978 = B. Casini, Operatori economici stranieri a Pisa all’indomani della dominazione fiorentina (1406-1416), dans L. De Rosa (dir.), Studi in memoria di Federigo Melis, 5 vol. , Naples, 1978, vol. 3, p. 193-243.

Casini 1996 = B. Casini, Brevi note sui mercanti forestieri operanti a Pisa nel settore delle importazioni e delle esportazioni nel semestre ottobre 1468 - aprile 1469, dans Le Apuane, 16, 31, 1996, p. 81-95.

Ceccarelli Lemut 2010 = M.L. Ceccarelli Lemut, Pisa e l'Oriente latino dalla I alla III crociata, Pise, 2010.

Chatel 1970 = B. Chatel, Le commerce entre la Corse et Pise du XIIe au milieu du XVe siècle. Un original diptyque ville-contado, mémoire de maîtrise sous la direction de G. Duby, Aix-en-Provence, dactyl., 1970.

Cifuentes – Salicrú – Mercè Viladrich 2015 = L. Cifuentes, R. Salicrú, M. Mercè Viladrich (dir.), Els catalans a la Mediterrània medieval : noves fonts, recerques i perspectives, Rome, 2015.

Ciccaglioni 2007 = G. Ciccaglioni, Microanalisi di una istituzione. L’Universitas septem artium e il suo linguaggio a Pisa al tempo della dominazione viscontea (1399 – 1405), dans A. Gamberini, G. Petralia (dir.), I linguaggi politici nell’Italia del Rinascimento (secoli XIV–XV), Rome, 2007.

Ciccaglioni 2009 = G. Ciccaglioni, Il mare a Firenze. Interazioni tra mutamenti geografici, cambiamenti istituzionali e trasformazioni economiche nelle Toscana del’ 400, dans Archivio Storico Italiano, 167, 2009/1, p. 91-125.

Ciccaglioni 2010 = G. Ciccaglioni, Priores antianorum, primi tra gli Anziani. Criteri di preminenza, cicli economici e ricambio dei gruppi dirigenti popolari a Pisa nel XIV secolo, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 1-47.

Ciccaglioni 2013 = G. Ciccaglioni, Poteri e spazi politici a Pisa nella prima metà del Trecento, Pise, 2013.

Constable 2003 = O.M. Constable, Housing the stranger in the Mediterranean world. Lodging, trade and travel in late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, 2003.

Cristiani 1962a = E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel Comune di Pisa dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962.

Cristiani 1962b = E. Cristiani, Le più antiche proprietà fondiarie dei Gambacorta, dans Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan, 1962, 6 vol. , p. 383-406.

Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo 1963 = Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo, O. Banti (dir.), Rome, 1963. 

Cronica di Pisa 1729 = Cronica di Pisa, dans Rerum Italicarum Scriptores, L. Muratori, F. Argelati (dir.), vol. 15/2, Milan, 1729, coll. 975-1088.

Cronica volgare di anonimo Fiorentino 1915 = Cronica volgare di anonimo Fiorentino : dall’anno 1385 al 1409Già attribuita a Piero di Giovanni di Minerbetti, E. Bellondi (dir.), Città di Castello, 1915 (Rerum Italicarum Scriptores, 17/2).

Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini 1784 = Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini e del cavaliere Iacopo Salviati, Ildefonso di San Luigi fr. (dir.), dans Delizie degli eruditi toscani, vol. 18, Florence, 1784.

Dal Borgo 1765 = F. Dal Borgo, Raccolta di scelti diplomi pisani. Per appendice all'istoria dell'origine della decadenza e per uso delle sue dissertazioni sull'istoria della repubblica pisana, Pise, 1765.

Davidsohn 1896-1908 = R. Davidsohn, Forschungen zur Geschichte von Florenz, Berlin, 1896-1908.

Davisohn 1977-1978 = R. Davisohn, Storia di Firenze, Firenze, 1977-1978. 

De Angelis 2006 = L. De Angelis, Immigrazione e concessioni di cittadinanza a Firenze e nei Comuni italiani tra XIV e XV secolo, dans B. Saitta (dir.), Città e vita cittadina nei Paesi dell’area mediterranean, secoli XI-XV, Rome, 2006, p. 423-438.

De Angelis 2010 = L. De Angelis, « Contra Pisas fiat viriliter ». Le vicende della conquista, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 49-64.

De Angelis 2014 = L. De Angelis, La cittadinanza a Firenze (XIV-XV secolo), dans B. Del Bo (dir.), Cittadinanza e mestieri. Radicamento urbano e integrazione, Rome, 2014, p. 141-158. 

Dilonardo Buccolini 1962 = G. Dilonardo Buccolini, Nota sul popolazionismo a Viterbo nel secolo XV : la concessione della cittadinanza, dans Studi in onore di Amintore Fanfani, II, Medioevo, Milan, 1962, p. 477-490.

Duran Duelt 2001 = D. Duran Duelt, La fi del sistema consular mallorqui i les seves repercussions en el català : el cas del consolats de Pera i Constantinoble, dans Barcelona. Quaderns d’Història, 4, 2001, p. 155-164.

Duran Duelt 2004 = D. Duran Duelt, La red consular catalana : origen e desarollo, dans D. Abulafia et alii (dir.), Mediterraneum. El esplendor del Mediterraneo medieval s. XIII-XV, Barcelone, 2004, p. 353-361.

Duran Duelt 2005 = D. Duran Duelt, De l’autonomia a la integració : la partecipació siciliana en el comerc oriental als segles XIV i XV, dans La corona cataloaragonesa i el seu entorn mediterrani al a Baixa Edat Mitjana, Barcelone, 2005, p. 65-99. 

Duval 2015 = S. Duval, « Comme des anges sur terre ». Les moniales dominicaines et les débuts de la réforme observante, 1385-1461, Rome, 2015.

Faini 2010 = E. Faini, Firenze nell’età romanica (1000-1211) : l’espansione urbana, lo sviluppo istituzionale, il rapporto con il territorio, Florence, 2010.

Fennell Mazzaoui 1967-1968 = M. Fennell Mazzaoui, The emigration of Veronese textile artisans to Bologna in the thirteenth century, dans Atti e Memorie dell’Accademia di agricoltura, scienze e lettere di Verona, ser. 6, 18-19, 1967-1968, p. 275-322.

Franzini 2013 = A. Franzini, Évolution générale des recherches et des publications d’histoire médiévale de la Corse. Una storia locale en tension vers l’histoire critique, dans Études corses, 77, 2013, p. 13-34.

Galoppini 2009 = L. Galoppini, Mercanti toscani e Bruges nel tardo medioevo, Pise, 2009.

Ghignoli 1998 = A. Ghignoli (dir.), I brevi del comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, Rome, 1998.

Gilli 2000 = P. Gilli, Comment cesser d'être étranger : citoyens et non-citoyens dans la pensée juridique italienne de la fin du Moyen Âge, dans L’étranger au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 59-77.

Giorgini Mercuriali 1988 = C. Giorgini Mercuriali, I catalani a Pisa tra il XIV e XV secolo. Ricerche, thèse de doctorat, dactyl., Cagliari, 1988.

Giorgini Mercuriali 1987 = C. Giorgini Mercuriali, Il commercio tra la Catalogna e Pisa all’inizio del XV secolo, alla luce dei registri della lleuda di Colliure, dans Medioevo. Saggi e rassegne, 12, 1987, p. 87-118.

Guasti 1880 = C. Guasti (dir.), Ser Lappo Mazzei, Lettere di un notaro a un mercante del sec. XIV, Florence, 1880, 2 vol. 

Herlihy 1990 = D. Herlihy, Pisa nel Duecento, Pise, 1990 [1973] [trad. de Pisa in the Early Renaissance, a study of urban growth, New Haven, 1958].

Hurtado 1996 = V. Hurtado, Berenguer Morey, mercader de Barcelona i la seva ctivitat diplomatico amb Pisa l’any 1387, dans 14. Congresso di storia della Corona d’Aragona, Sassari, 1996, p. 527-544.

Kirshner 1971 = J. Kirshner, Paolo de Castro on cives ex privilegio : A controversy over the legal qualification for public office in early fifteenth-century Florence, dans A. Molho, J.A. Tedeschi (dir.), Renaissance studies in honor of Hans Baron, Florence, 1971, p. 227-264. 

Kirshner 1974 = J. Kirshner, Ars imatatur naturam. A consilium of Baldus on naturalization in Florence, dans Viator, 5, 1974, p. 289-331. 

Luzzati 1998 = M. Luzzati (dir.), Gli ebrei di Pisa (secoli IX-XX), Pise, 1998.

Luzzati 2005 = M. Luzzati, Ebrei ed ebraismo a Pisa. Un millennio di ininterrotta presenza, Pise, 2005.

Luzzati 2015 = M. Luzzati, Bibliografia degli scritti di Michele Luzzati, dans Bollettino Storico Pisano, 84, 2015, p. 3-15.

Melis 1955 = F. Melis, Note di storia della banca pisana nel Trecento, Pise, 1955.

Melis 1962 = F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne-Florence, 1962.

Melis 1984 = F. Melis, Firenze e le sue comunicazioni con il mare nei secoli XIV-XV, réimpr. dans F. Melis, I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, éd. L. Frangioni, Florence, 1984, p. 121-141.

Melis 1987 = F. Melis, La banca pisana e le origini della banca moderna, éd. M. Spallanzani, Florence, 1987.

Melis 1989 = F. Melis, Uno sguardo al mercato dei panni a Pisa nel Trecento, dans F. Melis, Industria e commercio nella Toscana medievale, Florence, 1989, p. 108-156.

Müller 1879 = G. Müller (dir.), Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente Cristiano e coi Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence, 1879 [rééd. Cambridge, 2014].

Ogilvie 2011 = S. Ogilvie, Institutions and European trade. Merchants guilds, 1000-1800, Cambridge, 2011.

Ouerfelli 2009 = M. Ouerfelli, Les traités de paix et de commerce entre Pise et l'Égypte au Moyen Âge, dans L'autorité de l'écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), Paris, 2009, p. 45-58.

Ouerfelli 2013 = Les enjeux commerciaux dans les traités de paix et de commerce entre Pise et les États du Maghreb au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle), dans D. Valérian, C. Picard, D. Coulon, A. Nef (dir.), Les territoires de la Méditerranée XIe-XVIe siècle, Rennes, 2013, p. 205-216.

Petti Balbi 2001 = G. Petti Balbi (dir.), Comunità forestiere e « nationes » nell’Europa dei secoli XIII-XVI, Naples, 2001.

Pini 1978 = A.I. Pini, Un aspetto di rapporti tra città e territorio nel Medioevo : la politica demografica 'ad elastico' di Bologna fra il XII e il XIV secolo, dans Studi in memoria di F. Melis, t. 1, Naples, 1978, p. 365-408. 

Poloni 1998-1999 = A. Poloni, Attività economiche, impegno politico e strategie famigliari di una casata eminente del Popolo di Pisa : I Bonconti nei secoli XIII e XIV, tesi di laurea sous la direction de M. Ronzani, Université de Pise, dactyl., 1998-1999.

Poloni 2006 = A. Poloni, Gli uomini d’affari pisani e la perdita della Sardegna. Qualche spunto di riflessioni sul commercio pisano nel XIV secolo, dans C. Ianella, M. Campopiano (dir.), Per Marco Tangheroni : studi su Pisa e sul Mediterraneo medievale offerti dai suoi ultimi allievi, Pise, 2006, p. 157-184.

Poloni 2014 = A. Poloni, « Nec compelli possit effici civis pisanus » : sviluppo dell'industria laniera e immigrazione di maestranze forestiere a Pisa nel XIII e XIV secolo, dans B. Del Bo (dir.), Cittadinanza e mestieri. Radicamento urbano e integrazione, Rome, 2014, p. 235-262.

Port 1854 = C. Port, Essai sur l’histoire du commerce maritime de Narbonne, Paris, 1854.

Porta 1995 = G. Porta (dir.), Matteo Villani, Cronica con la continuazione di Filippo Villani, Parme, 1995, 3 vol. 

Quertier 2005 = C. Quertier, La Commune et ses étrangers : « norme juridique et régulation sociale » ? Le contrôle des forestieri d’après les statuts communaux des villes d’Italie du Nord (Ligurie, Piémont, Lombardie, Emilie, Romagne), v. 1150 – v. 1350, mémoire de maîtrise sous la direction de L. Feller, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, dactyl., 2005.

Quertier 2008 = C. Quertier, Le devenir des étrangers : prospective pour une histoire totale des forestieri à Lucques au XIVe siècle, mémoire de master 2 sous la direction de L. Feller, G. Pinto, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne / ENS de Lyon, dactyl., 2008.

Quertier 2013a = C. Quertier, Meglio e l’uomo avere buona fama in questo mondo che avere un gran tesoro : quelques éléments sur les procès pour faillite devant le tribunal de la Mercanzia florentine (1389-1395), dans Hypothèses 2012, travaux de l’école doctorale d’histoire, 16, 2013, p. 93-103.

Quertier 2013b = C. Quertier, La stigmatisation des migrants à l’épreuve des faits : le règlement de la faillite Aiutamicristo da Pisa devant la Mercanzia florentine (1390), dans C. Quertier, R. Chilà , N. Pluchot (dir.),‘Arriver’ en ville : les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, Paris, 2013, p. 243-259.

Quertier 2014 = C. Quertier, Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de L. Feller, G. Pinto, Paris 1 – Panthéon Sorbonne / Università degli studi di Firenze, dactyl., 2014, 2 vol. , 850 p.

Quertier 2016a = C. Quertier, Entre nation, diplomatie économique et corsaires : les conflits marchands au sein de la communauté florentine de Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle, dans E. Maccioni, S. Tognetti (dir.), Tribunali di mercanti e giustizia mercantile nel tardo medioevo, Florence, 2016, p. 51-81.

Quertier 2016b = C. Quertier, « Il quinto elemento del mondo ». Le réseau des consulats et nations florentines aux XIV-XVe siècle d’après la correspondance de la Mercanzia, mémoire de l’École française de Rome présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, juin 2016, dactyl., 294 p.

Quertier 2017 = C. Quertier, Des fragments à la mise en série : reconstituer le trafic des Florentins à Pise grâce aux registres douaniers de la nation (1374-1382), dans A. Gramain, L. Feller (dir.), La critique des sources en histoire et en économie [titre provisoire], Paris, publication prévue en 2017.

Quertier 2018 = C. Quertier, The Pisan economy (10th-15th centuries). A parabolic trajectory?, dans S. Bruni, S. Orvietani Busch, K. R., Matthews (dir.), A Companion to Medieval Pisa, Leyde, parution prévue en 2018.

Redi 1998 = F. Redi, Il complesso Gambacorti-Mosca dei palazzi comunali di Pisa nel medioevo, dans R. Pasqualetti (dir.), Palazzo Gambacorti a Pisa. Un restauro in cantiere, Milan, 1998, p. 135-153.

Sainz de la Maza Lasoli 1995 = R. Sainz de la Maza Lasoli, Il consolato dei catalani a Pisa durante il regno di Giacomo II d’Aragona. Notizie e documenti, dans Medioevo. Saggi e rassegne, 20, 1995, p. 195-222.

Santini 1900 = P. Santini, Studi sull'antica costituzione del Comune di Firenze, dans Archivio Storico Italiano, ser. 5a, 26, 1900, p. 3-80, 165-249.

Scalia 1966 = G. Scalia (dir.), Salimbene de Adam, Cronica, Bari, 1966.

Scaramella 1894 = G. Scaramella, La dominazione viscontea a Pisa (1399-1405), dans Studi Storici del prof. Crivelucci, 3, 1894, p. 423-482.

Scaramella 1914 = G. Scaramella, Nuove ricerche sulla dominazione viscontea in Pisa, dans Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, 1914, p. 2-15.

Silva 1908 = P. Silva, L’ultimo trattato commerciale tra Pisa e Firenze, dans Studi Storici del prof. Crivellucci, 17, 1908, p. 627-702.

Silva 1912 = P. Silva, Il governo di Pietro Gambacorta in Pisa e le sue relazioni col resto della Toscana e coi Visconti. Contributo alla storia delle Signorie italiane, Pise, 1912.

Soldani 2010 = M.E. Soldani, Uomini d’affari e mercanti toscani nella Barcellona del Quattrocento, Barcelone, 2010.

Soldani 2014 = M.E. Soldani, Communità e consolati catalanoaragonesi in Toscana, Liguria e Sardegna nel tardo Medioevo, dans L. Tanzini, S. Tognetti (dir.), Il governo dell’economia. Italia e Peninsola Iberica nel basso Medioevo, Rome, 2014, p. 257-284. 

Soldani 2015a = M.E. Soldani, « E sia licito a' mercatanti katelani avere loggia » : presenza e organizzazione dei mercanti catalani a Pisa e a Siena nel basso Medioevo, dans L. Cifuentes, R. Salicrú, M. M. Viladrich (dir.), Els catalans a la Mediterrània medieval. Noves fonts, recerques i perspectives, Rome 2015, p. 283-316.

Soldani 2015b = M.E. Soldani, Tuscan merchants in Catalonia and Catalan merchants in Tuscany : a new double-perspective approach to mercantile relations in the medieval Mediterranean, dans F. Sabaté (dir.), Medieval urban identity. Health, economy and regulation, Cambridge, 2015, p. 89-109.

Soldani 2016 = M.E. Soldani, Arbitrati e processi consolari fra Barcellona e l’oltremare nel tardo medioevo, dans S. Tognetti, E. Maccioni (dir.), Tribunali di mercanti e giustizia mercantile nel tardo medioevo, Florence, 2016, p. 83-105.

Soldani 2017 = M.E. Soldani, I mercanti catalani e la Corona d’Aragona in Sardegna. Profitti e potere negli anni della conquista, Rome, 2017.

Specimen historiae 1730 = Sozomeni Pistoriensis, Specimen historiae, dans L. A. Muratori (dir.), Rerum Italicarum Scriptores, Milan, 1730, vol. 16/1.

Stiaffini 1998 = D. Stiaffini, Le vicende della proprietà immobiliare attraverso i documenti dal XIV al XVIII secolo, dans R. Pasqualeti (dir.), Palazzo Gambacorti a Pisa, un restauro in cantiere, Milan, 1998, p. 127-133.

Tangheroni 1968 = M. Tangheroni, Sui rapporti tra il comune di Pisa e il Regno d'Aragona nella seconda metà del XIV secolo, dans Studi sardi, 21, 1968, p. 80-92.

Tangheroni 1988 = Sui rapporti commerciali tra Pisa e la Tunisia nel medioevo, dans L'Italia e i Paesi mediterranei, Pise, 1988, p. 75-90.

Tangheroni 2002 [1973] = M. Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pise, 2002 [1973].

Tanzini – Tognetti 2012 = L. Tanzini, S. Tognetti (dir.), ‘Mercatura è arte’ : uomini d’affari toscani in Europa e nel Mediterraneo tardomedioevale, Rome, 2012.

Taviani 1969 = H. Taviani, Les relations entre la Corse et Pise à la fin du Moyen Âge, dans Annales du Midi, 81, 1969, p. 84-91.

Taviani 1971 = H. Taviani, La Corse et Pise aux XIIIe et XIVe siècles : perspectives et recherches, dans Mélanges d’études corses offerts à Paul Arrighi, Aix-en-Provence, 1971, p. 285-297.

Ticciati 1998 = L. Ticciati, L'Ordine dei Mercanti a Pisa nei secoli XII-XIII, Pise, 1998.

Tognetti 2008 = S. Tognetti, Firenze, Pisa e il mare (metà XIV-fine XV sec.), dans Studi e ricercheRivista del Dipartimento di studi storici, geografici e artistici dell’Università di Cagliari, 1, 2008, p. 11-31.

Tognetti 2010 = S. Tognetti, Firenze, Pisa e il mare (metà XIV-fine XV sec.), dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 151-175.

Tognetti 2015 = La mercatura fiorentina giura fedeltà al Duca d’Atene. Dai rogiti di ser Bartolo di ser Neri da Ruffiano, dans Ricerche Storiche, 45/3, septembre-décembre 2015, p. 415-437.

Tolaini 1967 = E. Tolaini, Forma pisarum. Problemi e ricerche per una storia urbanistica della città di Pisa, Pise, 1967.

Volpe 1907 = G. Volpe, Studi sulle istituzioni comunali di Pisa. Città e contado, consoli e podestà. Secoli XII-XIII, Florence, 1970 [Annali della R. Scuola Normale Superiore di Pisa, Pise, 1902].

Zorzi 2013 = A. Zorzi (dir.), Le signorie cittadine in Toscana : esperienze di potere e forme di governo personale (secoli XIII-XV), Rome, 2013.

Haut de page

Notes

1 Tanzini – Tognetti 2012.

2 Cifuentes – Salicrú – Mercè Viladrich 2015.

3 Petti Balbi 2001.

4 Pour une synthèse, Quertier 2018.

5 Soldani 2017 ; Poloni 2006.

6 Silva 1912 ; Banti 1971 ; Scaramella 1894 ; Scaramella 1914 ; Ciccaglioni 2007 ; De Angelis 2010.

7 Tolaini 1967, p. 165-166 et Constable 2003, p. 314.

8 Bonaini 1854-1870, t. 1, Breve consulum Pisanae civitatis (1162), p. 15.

9 Davidsohn 1977-1978, t. 6, p. 501 : la demande de San Gimignagno remonte à 1232 mais n’est acceptée qu’en 1238.

10 Bonaini 1854-1870, t. 3, III, 46, p. 226-228.

11  Tolaini 1967, p. 165 renvoie à l’édition de Scalia 1966, t. 1, p. 61.

12 Herlihy 1990 [1958], p. 171 ; ASFi, Mercanzia, 149, 9v-10r, 25 mai 1345.

13 Constable 2003, p. 314, qui renvoie à Port 1854, p. 87, 90 et 110.

14 Constable 2003, p. 314 ; Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve consulum curie mercatorum (1305), rub. 106, p. 79-80 et rub. 36, p. 25, et ASPi, Comune A, 188, fol. 42v, 24 septembre 1400.

15 Tangheroni 1968, p. 83 ; Soldani 2015a, p. 294.

16 Quertier 2014, p. 477-507.

17 ASPi, Comune A, 188, fol. 50r, 7 octobre 1400.

18 ASPi, Comune A, 190, fol. 13v-14r, 13 août 1401.

19 ASPi, Comune A, 188, septembre 1400. Luzzati 1998 et 2005 ; bibliographie exhaustive dans Luzzati 2015.

20 Tangheroni 1988, et récemment Ceccarelli Lemut 2010, Ouerfelli 2009 et 2013, et Balard 2018.

21 Melis 1962, p. 173-197 ; Melis 1989.

22 Casini 1978 et 1996.

23 Bordes Garcia 2008, p. 220-231.

24 Giorgini Mercuriali 1987 et Giorgini Mercuriali 1988.

25 ASPi, Comune A, 245 et 253.

26 Carlini 1968 et Chatel 1970 ; voir aussi Taviani 1969 et 1971. Pour une vision d’ensemble récente, Franzini 2013, Arrighi – Jehasse 2008.

27 Scaramella 1894 et 1905.

28 Pour les étrangers dans les statuts communaux de Pise, voir Bonaini 1854-1870, t. 1, Breve Pisani comunis, I, 7, p. 15 sqq. ; I, 49, p. 47 sqq., ici p. 51 ; I, 150, p. 168-171. Bonaini 1854-1870, t. 2, Breve del popolo e delle compagne di Pisa, 145, p. 607 et 146, p. 629-630. Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve artis fabrorum (1305), rub. 25, p. 872. Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve coiariorum aquae frigidae (1303), rub. 61, p. 948. Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve coiariorum aque calide de spina (1303), rub. 18, p. 964). Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve dell’arte de’ calzolai (1334), rub. 21, p. 1036. Bonaini 1854-1870, t. 3, Breve tabernariorum (1305), rub. 39, p. 1012; rub. 41, p. 1013; rub. 43, p. 1013). Bonaini 1854-1870, t. 3, Brevi arti pellippariorum (1304-1347), rub. 42, p. 1077. Bonaini 1854-1870, t. 3, p. 477, Breve dell’Ordine del mare (1322, corrigé en 1343), rub. 9. Bonaini, 1854-1870, t. 3, Breve pellariorum de ponte novo (1303), rub. 3, p. 987-988). Mais aussi Ghignoli 1998, Breve populi et compagniarium Pisani comunis, 52, p. 506-510 ; Ghignoli 1998, Brevis Pisani Comunis, I, 9, p. 45-46 ; I, 21, p. 59-60 ; I, 33, p. 69-70 ; I, 39, p. 73-77 ; I, 42, p. 79-80 ; I, 60, p. 128-131 ; I, 105, p. 178-180 ; I, 106, p. 180-185; I, 107, p. 201-205 ; I, 110, p. 194-196 ; I, 152, p. 244-246 ; I, 159, p. 260 ; I, 163, p. 263 ; I, 166, p. 266-67 ; I, 168, p. 268-272 ; I, 177, p. 279-281 ; III, 4, p. 303 ; III, 36, p. 341-342 ; III, 37, p. 342-355 ; III, 38, p. 355-357 ; III, 51, p. 380-381 ; III, 59, p. 386-394 ; III, 60, p. 395-396.

29 ASPi, Comune A, 143, fol. 72v et 144, fol. 53 et 61, d’après Silva 1912, p. 141. Livourne est particulièrement visée, comme en 1376 : ASPi, Comune A, 157, fol. 18v-19v, 15 octobre 1376.

30 ASPi, Comune A, 148, fol. 12r-14r, 31 octobre 1370.

31 ASPi, Comune A, 148, fol. 14r, 29 octobre 1372 ; 152, fol. 78r-81r, 23 novembre 1374 ; 159, fol. 55v-57v, 20 novembre 1379.

32 Poloni 2014, p. 252.

33 ASPi, Comune A, 159, fol. 70r, 25 novembre 1378, pour un groupe de contadini de Pise.

34 ASPi, Comune A, 137, fol. 3r.

35 ASPi, Comune A, 185, fol. 41r-43r, printemps 1398 et fol. 53v-54r.

36 ASPi, Comune A, 188, fol. 33v, 12 septembre 1400.

37 ASPi, Comune A, 188, fol. 46r, 1e octobre 1400 ; fol. 46v, 2 octobre 1400 ; fol. 52v.

38 On les retrouve dans d’autres villes, comme à Lucques : Quertier 2008, p. 143-180 ; à Florence : Gilli 2000, p. 68-74, qui reprend notamment le cas florentin bien étudié dans Kirshner 1971 et Kirschner 1974, plus récemment, voir De Angelis 2006 et 2014 ; à Bologne : Pini 1978 et Fennell Mazzaoui 1967-1968 ; à Viterbe : Dilonardo Buccolini 1962, cité par Gilli 2000, p. 73-74 ; à Mantoue : Gilli 2000, p. 74.

39 Poloni 2014, p. 247-248.

40 ASPi, Comune A, 188, fol. 42v, 24 septembre 1400.

41 ASPi, Comne A, 188, fol. 63v-64v, septembre 1400.

42 Tangheroni 1968 ; voir aussi Tangheroni 2002 [1973], p. 121-130.

43 Sainz de la Maza Lasoli 1995 ; Hurtado 1996 ; Soldani 2014 ; Soldani 2015a ; Soldani 2015b ; Soldani 2017. 

44 Duran i Duelt, 2001, 2004 et 2005.

45 Melis 1984 ; Tognetti 2008 ; Ciccaglioni 2009 ; Tognetti 2010 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 197-297.

46 Quertier 2013a, 2013b, 2014, 2016a.

47 Quertier 2016a, carte p. 59, voir p. 58-63 pour une analyse synthétique de cette correspondance.

48 Quertier 2016b.

49 Soldani 2015a et 2015b. Les privilèges obtenus en 1379 par les Catalans à Sienne sont plus avantageux que ceux obtenus à Pise par les Florentins : Soldani 2015a, p. 292-293.

50 Soldani 2014, p. 275-281 ; Soldani 2015b, p. 100-106.

51 Soldani 2014, p. 275-281 ; Melis 1987, p. 234-235.

52 Soldani 2010, p. 55 ; Soldani 2014, p. 275-281 ; Soldani 2015b, p. 100-106.

53 Voir Bordes Garcia 2008, notamment p. 205-212.

54 Müller 1879, p. 169-172.

55 Davisohn 1977-1978, t. 6, p. 259.

56 Quertier 2014, vol. 1, p. 425-429.

57 Astorri 1998, p. 165.

58 Quertier 2014, vol. 1, p. 227-241 et p. 425-434.

59 Silva 1908.

60 Quertier 2014, vol. 1, p. 241-245 ; pour un essai d’évaluation du trafic portuaire, voir Quertier 2014, vol. 1, p. 369-405 et Quertier 2017.

61 Quertier 2014, vol. 1, p. 436-445 ; transcription vol. 2, p. 122-126.

62 ASPi, Comune A, 169, fol. 9r, 5 février 1388 ; fol. 13r, 20 février 1388.

63 ASFi, Mercanzia, 240, fol. 38v, 30 juin 1403 : élection du consul ser Simone di ser Giovanni Palla Lioni.

64 Scaramella 1894 et 1905.

65 De Angelis 2010.

66 Quertier 2014, vol. 1, p. 243-297.

67 Tangheroni 2002 [1973], p. 121-130.

68 Soldani 2015a, p. 285 ; il est aussi le consul des marchands de Narbonne qui font partie du royaume d’Aragon : Archives Municipales de Narbonne, HH 126, 31 août 1278 et 13 juin 1279.

69 Soldani 2015a, p. 286.

70 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 206-209. Il est également consul des marchands de Narbonne : Archives Municipales de Narbonne, HH 128 et 129, 12 mars 1304, précédé par Simone Arlotti le 1e septembre 1296 (HH 127). Je remercie chaleureusement Fernand Peloux de m’avoir fourni ces précieuses références narbonnaises.

71 Soldani 2015a, p. 289 ; Soldani 2017.

72 Soldani 2014, p. 275-281.

73 Tangheroni 1968 et Tangheroni 2002 [1973], p. 120-131.

74 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 211 ; Soldani 2014, tableau 1 p. 269.

75 Soldani 2015a, p. 289.

76 ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 8v, 18 mai 1345.

77 Quertier 2014, p. 431 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 9v-10r, 26-27 mai 1345.

78 Porta 1995, vol. 2, VII, 32, p. 50-51.

79 Tangheroni 2002 [1973], p. 129.

80 ASPi, Comune A, 158, fol. 12rv, 8 février 1379 ; fol. 23v, 25 octobre 1379 ; fol. 25r, 25 septembre 1379.

81 ASPi, Comune A, 158, Fol. 25r, 26 mars 1379 : il s’agit de Dominico Antoni, Giovanni Serra, Antonio Ponte, Guillelmon Ricci, Francisco Godomera.

82 ASPi, Comune A, 158, fol. 26r-28r, 23 février 1379 ; Soldani 2015a, p. 293-294

83 Bordes Garcia 2008, p. 216.

84 ASPi, Comune A, fol. 6-7, 22 février 1386, cité par Brugaro 1907, appendice 5, p. 321-323 (voir aussi p. 282). Les noms des acteurs concernés ne sont pas précisés dans le document.

85 M.E. Soldani et L. Tanzini annoncent la publication prochaine d’un article (titre provisoire : Un conflitto mercantile tra Pisa e Barcellona alla fine del Trecento) sur la représaille concernant ce marchand.

86 Sur ses fonctions, voir Ticciati 1998, p. 81, 87-88, 120-137, n. 89 p. 127, et p. 195-196.

87 Hurtado 1996, p. 533-534.

88 Hurtado 1996, p. 538.

89 Soldani 2015a, liste dans le tableau 2 p. 294-295.

90 Tangheroni 2002 [1973], p. 126.

91 Voir Soldani 2014, tableau p. 269-270.

92 Les travaux annoncés de M. E. Soldani sur les registres de la période 1388-1393 du notaire Giuliano di Colino degli Scarsi da San Giusto pourront certainement préciser si les Catalans reviennent après un an, un mois et un jour comme prévu.

93 Bordes Garcia 2008, p. 216 ; Soldani 2015a, p. 291.

94 Soldani 2014, p. 269-275 ; Soldani 2015a, p. 296-297 ; Soldani 2015b.

95 Davidsohn, 1977-1978, t. 6, p. 833. Respectivement, Davisohn 1896-1908, t. 3, 1) reg. 757 (1321), 768 (1322) et 871 (1326) ; 2) reg. 488 (1304) ; 3) reg. 757, 873 ; 4) reg. 903 (1318) ; 5) reg. 512 (1306), 774 (1322).

96 Santini 1900, doc. 4 p. 5-6 ; pour le contexte, voir Faini 2010, p. 270-271, mais aussi p. 262-274 sur le personnel politique, p. 320-341 sur les conséquences du contrôle du territoire dans les années 1170 ; voir aussi Volpe 1970, p. 211-218.

97 Davidsohn, 1977-1978, t. 6, p. 833 ; pour le traité commercial du 30 mai 1214 entre Pise et Florence, voir Santini 1900, p. 178.

98 Dal Borgo 1765, de mercantiis deferendis, § 2, p. 375 ; Baldasseroni 1904, p. 26-27 ; Silva 1908, p. 684.

99 Silva 1908, p. 686.

100 ASPi, Comune A, 197, fol. 127v-128, reproduit dans Silva 1912, appendice doc. 5, p. 302-304 : Et hoc non habeat locum in Fiorentinis nec in mercantiis Fiorentinorum.

101 Stiaffini 1998, p. 129 ; Redi 1998, p. 135.

102 Quertier 2013b, p. 246 n. 17 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 492-502.

103 ASFi, Notarile Antecosimiamo, 18795, fol. 182v-183v, cité dans Soldani 2014, p. 274.

104 Redi 1998, p. 136.

105 ASFi, Mercanzia, 14145, fol. 24v, 25 juillet 1381 ; 201, n. f., 31 mai 1381 ; 203, fol. 16rv, 21 juillet 1382.

106 Cronica di Pisa 1729, col. 1078.

107 ASFi, Mercanzia, 14145, fol. 25, 28 août 1381 ; 203, fol. 16rv, 21 juillet 1382 et fol. 31rv, 17 septembre 1382.

108 Cronica di Pisa 1729, col. 1079.

109 Cronica volgare di anonimo Fiorentino 1915, p. 166.

110 Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo 1963, p. 257 ; ASFi, Mercanzia, 11311, fol. 59v, 22 mai 1395.

111 Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini 1784, p. 133.

112 Specimen historiae 1730, col. 1153.

113 ASFi, Mercanzia, 221, fol. 4r-5r, 28 août 1392 ; Soldani 2016, p 192.

114 Soldani 2014, p. 273-274.

115 Tolani p. 77.

116 Stiaffini 1998, p. 130, qui s’appuie sur ASPi, Diplomatico Cappelli, 13 septembre 1428, regeste n° 1241.

117 ASPi, Diplomatico, San Domenico, 29 décembre 1386 [1385 style commun] ; Archivio di Santa Maria Novella, fondo del monastero San Domenico, non classé, registre de comptes (1430-1480). Voir Duval 2015, n. 30 p. 407 et n. 66 p. 417.

118 Archivio di Santa Maria Novella, fondo del monastero San Domenico, non classé, fol. 2v, 1424. Je remercie chaleureusement S. Duval de m’avoir fourni ce document.

119 ASPi, Miscellanea Manoscritti, 47, fol. 6r, d’après Stiaffini 1998, n. 15 p. 133.

120 ASPi, Miscellanea Manoscritti, 47, fol. 8r-77r : d’autres propriétés sont aussi situées dans les faubourgs à l’extérieur de la porte de la Terzana, dans les paroisses de San Giovanni al Gatano, San Piero a Grado, Barbaricina, San Giusto in Cannicci ; mais aussi dans le contado à Oratoia, Navacchio, Fagiano, San Prospero, Lugnano, Marti, Forcoli, Focina et Livourne. Sur les autres possessions des différentes branches de Gambacorta, voir Cristiani 1962b (pour la période 1318-1349) et Carratori Scolaro 2003 (pour le don en 1397 à la Chartreuse de Calci des biens de la branche de Bonaccorso detto Coscio).

121 Duval 2015, p. 536.

122 Dans la correspondance de l’année 1383, parmi les cinq sites différents utilisés par la filiale pisane de la compagnie de Francesco di Marco Datini, le dernier est qualifié de « fondacho di Rinieri de' Salmoli a lato a la logia vechia de' fiorentini », ce qui renvoie probablement à l’immeuble Gambacorta. Je remercie chaleureusement J. Hayez de m’avoir communiqué cette information.

123 Duval 2015, p. 192 et p. 247.

124 Duval 2015, p. 87, s’appuyant sur Guasti 1880, vol. 2, lettre n° 3, p. 318-319 et lettre n° 13, p. 330-331.

125 Duval 2015, p. 349 et 386.

126 Soldani 2014, p. 273.

127 Soldani 2014, p. 272.

128 Galoppini 2009 ; p. 315-328, en particulier p. 318.

129 Quertier 2014, vol. 1 p. 429-447.

130 Quertier 2014, vol. 1, p. 436-445.

131 Quertier 2014, vol. 1, p. 448-468.

132 Quertier 2014, p. 549-639 ; Quertier 2016, p. 58-63.

133 Quertier 2016b, p. 199-230.

134 Soldani 2015a, p. 297-302, ici p. 297.

135 Duran Duelt 2001, 2004 et 2005, synthétisé dans Soldani 2014, p. 264.

136 Voir Soldani 2015a, p. 297-308.

137 Soldani 2015a, p. 298.

138 Voir supra note 94.

139 Soldani 2015a, p. 312.

140 Soldani 2015a, p 288.

141 Soldani 2014, p. 273-274.

142 Soldani 2015, p. 290.

143 Pour les origines du consulat catalan à Pise jusqu’en 1326, voir Sainz de la Maza Lasoli 1995.

144 Soldani 2015a, p. 286.

145 Quertier 2016b, p. 203-204, par exemple ASFi, Mercanzia, 11299, fol. 104rv, 4 juin 1320 et 11303, fol. 3r, 15 avril 1345 et fol. 32v, 26 août 1345. Les statuts communaux utilisent le même principe, voir Quertier 2005, p. 196-197.

146 En 1343 : Baldasseroni 1904, p. 17-18 et p. 30-32 ; en 1369 : Silva 1908, p. 687-689 et p. 695-696.

147 ASFi, Mercanzia, 149, fol. 32v, 23 septembre 1345 ; 184, n. f., 25 septembre 1369 et 185, n. f., 185, 29 juillet 1370. Sur leur rôle voir, Quertier 2014, vol. 1, p. 424-448 et p. 524-526.

148 Quertier 2014, vol. 1, p. 529-531 ; pour ses mandats, voir Quertier 2014, vol. 2, tableau 47, p. 131 : ASFi, Mercanzia, 221, fol. 18r, 29 octobre 1392 ; 227, fol. 32r-33r, 27 juillet 1395 ; 228, fol. 9v, 18 novembre 1396 ; 229, fol. 50v-51r, 7 juin 1396.

149 Quertier 2014, vol. 1, p. 439-445, p. 457-463, p. 525-526 ; vol. 2, tableau 47, p. 131.

150 Quertier 2014, vol. 1, p. 433-434 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 17v, 16 juin 1345.

151 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 213 ; Soldani 2015a, p. 286.

152 Sainz de la Maza Lasoli 1995, p. 206-209.

153 Soldani 2015a, p. 289.

154 Bordes Garcia 2008, p. 219.

155 Soldani 2015a, p. 287-290 ; Duran i Duelt 2001, 2005, et 2004.

156 Quertier 2014, p. 431 ; ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 9v-10r, 26-27 mai 1345.

157 Soldani 2015a, p. 289.

158 Quertier 2016b, p. 161-179. Je prépare actuellement un article sur cette phase de transition entre consulats pisans et florentins.

159 Quertier 2014, vol. 1, p. 427-428.

160 Quertier 2014, vol. 1, p. 525-526.

161 Poloni, 1998-1999.

162 Silva 1912, p. 16 ; Poloni 1998-1999, p. 138-153 ; ASFi, Mercanzia, 193, fol. 49v, mars 1374 ; 198, fol. 20r-21r, 12 novembre 1380 ; 211, n. f., 5 février 1386 ; 212, 20 mars 1387.

163 Chargé de récolter la gabella intertiata en 1386 pour la commune de Castiglione del Pescaia (ASPi, Comune A, fol. 30v) ; est un marchand et est ritagliatore dans une compagnie (ASPo, Datini, 376, fol. 21 et 49, cité par Melis 1955) mais exerce surtout une activité de banquier (ASPi, Archivio Opera del Duomo, 1283, cité par Melis 1955, note p. 202), participe à la première gita pour l’estimo de 1388, en tant qu’estimatore pour le quartier de Fuoriporta.

164 Voir note 180.

165 Quertier 2014, vol. 2, p. 131, respectivement ASFi, Mercanzia, 210, fol. 51r, 11 mai 1386. Et 14150 (1380-1479) ; Mercanzia, 215, n. fol. 28, 29/11/1389 ; Mercanzia, 222, fol. 7rv., 26/02/1393.

166 Banti, 1971, p. 114.

167 Soldani 2015a, p. 269.

168 Banti 1971, p. 114.

169 Sur Pise, voir les articles d’A. Poloni, M. Ronzani, G. Francesconi, C. Ianella dans Zorzi 2013.

170 Soldani 2015a, p. 267.

171 ASPi, Comune A, 54, fol. 13r., 8 juillet 1344, cité par Ciccaglioni 2013, n. 43 p. 226, pour le cas de Francesco Gambacorta.

172 Soldani 2014, p. 269.

173 Quertier 2014, vol. 1, p. 529 et vol. 2, tableau 47, p. 131 ; ASFi, Mercanzia, 165, fol. 1r-2v, 7 août 1355.

174 Cristiani 1962a, p. 442, qui s’appuie sur ASFi, Archivio Spedali Riuniti, 2523, 29 juin 1320 et ASFi, Diplomatico Cappelli, 7 juillet 1330.

175 Soldani 2014, p. 271.

176 Soldani 2014, p. 269 et Soldani 2015a, p. 289-290 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 151, 176, 529.

177 Quertier 2014, vol. 2, tableau 47, p. 131 : ASFi, Mercanzia, 11303, fol. 11v-12r, 1e juin 1345 ; 149, fol. 15r-16v, 15 juin 1345 ; 11303, fol. 17v, 16 juin 1345 ; 153, n. f., 8 novembre 1346 et 7 décembre 1346.

178 Soldani 2014, p. 269 et Soldani 2015a, p. 290.

179 ASPi, Comune A, 158, fol. 12rv, 7 février 1379.

180 Pour Andrea Bonconti, ASFi, Mercanzia, 193, fol. 49v, après le 19 mars 1374 et Quertier 2014, vol. 1, p. 255, 464 et 531, vol. 2, tableau 47, p. 131 ; pour Lodovico d’Andrea Bonconti, ASFi, Mercanzia, 198, fol. 20r-21r, 12 novembre 1380 ; 203, fol. 31rv, 17 septembre 1382 ; 209, n. f., 18 décembre 1385 ; 211, n. f., 5 février 1386 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 251, 464 et vol. 2, tableau 47 p. 131.

181 Silva 1912.

182 Soldani 2015a p. 194.

183 Quertier 2014, vol. 1, p. 183, 271, 275, 446, 529, 531-533 et vol. 2, tableau 47, p. 131 : ASFi, Mercanzia, 221, fol. 18r, 29 octobre 1392 ; 227, fol. 32r-33r, 27 juillet 1395 ; 228, fol. 9v, 18 novembre 1396 ; 229, fol. 50v-51r, 7 juin 1396.

184 Quertier 2014, vol. 1, p. 332-369.

185 Quertier 2014, vol. 1, p. 332-340.

186 Quertier 2014, vol. 1, p. 358-369.

187 En 1403, Lodovico et Francesco Borromei sont mentionnés (originaires de San Miniato, les Borromei ont émigré à Pise dans les années 1390, voir Casini 1978, p. 217-218) ; Ricciardo Alberti « di Florentie » est aussi mentionné (ASPi, Comune A, 252, fol. 86v et 40v), en raison de l’exil forcé de tous les hommes de la famille Alberti après la conspiration manquée de 1401 contre les Albizzi ; en particulier, Ricciardo degli Alberti dirige une compagnie dont le commerce s’étend entre les ports atlantiques, l’Espagne et le Maroc (Soldani 2010, p. 76 et p. 330).

188 Casini 1978, p. 194-195 et sont considérés dès cette époque comme des Pisans, voir dans ce dossier l'article de J. Hayez n. 76.

189 Quertier 2014, vol. 1, p. 382-405 et Quertier 2017.

190 Soldani 2015a, p 293-294 ; ASPi, Comune A, 158, fol. 26r-28r, 23 février 1379.

191 Soldani 2015, p. 293.

192 Ciccaglioni 2010, p. 26-31 ; Quertier 2014, vol. 1, p. 203-204.

193 Quertier 2014, vol. 1, p. 145-195 et p. 369-405 ; Quertier 2017.

194 Cronica volgare di anonimo Fiorentino 1915, p. 160. ASPo, Datini, 1103.14 / 134159, carteggio privato, Pise-Prato, lettre Niccolo dell’Ammannato Tecchini a Francesco di Marco Datini, 06/12/1392.

195 Croniche fiorentine di Ser Naddo da Montecatini 1784, p. 133.

196 Cronaca di Pisa di Ranieri Sardo 1963, p. 257 : Et furono rubati i g[i]udei et altri usurai, et fu rubato Niccholo dell’Ammanato da Firenze et altri Fiorentini.

197 Quertier 2014, vol. 1, p. 271-274.

198 ASFi, Mercanzia, 136, fol. 13, 13 octobre 1322 ; liste publiée dans Astorri 2001.

199 ASPi, Comune A, 29, fol. 24 et sqq. ; édité dans Dal Borgo 1765, p. 378.

200 ASFi, Mercanzia, 146, 26 octobre 1341.

201 Tognetti 2015.

202 Silva 1908, p. 679-683.

203 Astorri 2001, p. 312

204 Baldasseroni 1904, p. 26.

205 Tognetti 2015.

206 Quertier 2014, vol. 1, p. 520-522.

207 Quertier 2014, vol. 1, p. 507-520.

208 ASFi, Mercanzia, 11311 : il s’agit de Iacopo Ricci (fol. 55v), Francesco [di Iacopo] Ricci (fol. 55v), Gregorio detto Ghoro di Francesco Nucci (fol. 56v-57r), Domenico di Francesco Nucci (fol. 56v-57r), Marco di Matteo ser Andree (fol. 56v-57r), Luti di Michele Luti (fol. 57v), Agostino Bonfiglioli (fol. 58r), Nofri di Bonaccorso Tani (fol. 58v), Manno d’Albizi degli Agli (fol. 58v), Luca del Sera (fol. 59r), Iacopo di Sandro de’ Rossi (fol. 62v), Sandro di Luigi Quaratesi (fol. 64v), Bartolomeo di Francesco (fol. 64v), Bartolomeo di Filippo Giovanni (fol. 65v), Piero di Bindaccio (fol. 67v), Maso di Bartolomeo Alessandri (fol. 73r), Ugo di Bartolomeo Alessandri (fol. 73r), Piero di ser Iacopo Marchi (fol. 74r), Cristoforo di Bindo Martini (fol. 80v), Agnolo di Ghezzo della Casa (fol. 82r), Andrea di Bencino Bellincioni (fol. 82r), Francesco di Iacopo del Riccio (fol. 82r), Giovanni Dini (fol. 82v).

209 Berti 2010.

210 Quertier 2014, vol. 1, p. 536-538.

211 Par exemple ASPi, Comune A, 152, fol. 72r, 16 novembre 1373 ; 157, fol. 5v, 17 octobre 1376 ; 158, fol. 11v, 4 février 1378 ; 188, fol. 50r, 7 octobre 1400.

212 Quertier 2014, p. 443-444.

213 Hurtado 1996, p. 541-543, liste p. 543.

214 Liste dans Soldani 2015a, p. 294-295.

215 Les personnes suivantes sont indiquées comme « catalanus » dans les registres douaniers : Antoni ; Antoni Figuera ; Antone Giner ; Arnau de Barcelone ; Bartomeu Sa Mora ou Mora ; Berenguer Talenti ; Berenguer ; Bernat Batlle ; Bernat Bellera ; Guillem Bellpuig ; Guillem ; Guillem Moragues [citoyen et marchand de Majorque] ; Guillem Mora ; Matteu Clergue ; Pere Francesc ; Pere Oller ; Ramon Pastor.

216 Casini 1978, p. 204-205.

217 Guillem Moragues – Berenguer.

218 Soldani 2014, p. 277 ; Soldani 2015a, tableau 3 p. 300-302 et Soldani 2015b, p. 102.

219 Pere Maifrè, Guillem Moragues et Guarpar de Sitges olim cognominatus Desportel, s’il s’agit de la même personne que Gaspare Portello.

220 Soldani 2015a, p. 296.

221 Ogilvie 2011, p. 134-137.

222 Soldani 2015a, p. 308-311.

223 Ogilvie 2011, p. 160 et p. 163.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des possessions de Pietro Gambacorta dans la ville de Pise (hors contado, en rouge), du quartier catalan/florentin (en bleu) et des possessions florentines (en orange). Les numéros indiquent l’ordre de la procession des corps constitués pour accueillir Andrea Gambacorta. Le plan du palais Gambacorta et sa façade sud abritant les loggie sont détaillés.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Quertier, « Le jeu des six différences ? Comparer les nations florentine et catalane à Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3472 ; DOI : 10.4000/mefrm.3472

Haut de page

Auteur

Cédric Quertier

Villa i Tatti, LAMOP (UMR 8589), cedric.quertier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org