Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Les Clunisiens et l’espace urbain en France

Les Bourgs de Montierneuf à Poitiers et de Saint-Martin-des-Champs à Paris (XIe-XIVe siècles)
Jörg Oberste
Traduction de Marianne Mion

Résumés

À l’exception de Rome – lieu sacré et symbole pour le pouvoir exempt des abbés de Cluny – l’hagiographie clunisienne peint une image fort négative de la ville. La ville est le foyer du vice et du péché. Néanmoins, les Clunisiens ne sont pas seulement confrontés aux conséquences de l’essor urbain, ils sont même sur divers niveaux participateurs importants de cette évolution. De l’un côté, l’Ordre de Cluny s’ouvrait – surtout à l’époque des réformes grégoriennes – pour des monastères urbains. De l’autre côté, pas moins de monastères clunisiens sont devenus – pendant la grande époque de l’essor urbain – « noyaux générateurs de villes » (Ph. Racinet), où les abbés et prieurs exerçaient les droits de domination : Cluny même en est l’exemple le plus important. Bien entendu, entre les deux formes du monachisme clunisien urbain, les monastères urbains et les villes monastiques, il existe des transitions et métissages. À l’exemple de l'abbaye Montierneuf à Poitiers et du grand prieuré S. Martins-des-Champs devant les portes de Paris l’on peut étudier les interactions intensives entre la ville et le monastère urbain, par exemple les possessions du monastère dans la Cité et aux abords immédiats, les liaisons des moines avec la cour ducale, l'administration épiscopale et les élites urbains ou bien les services pastorales pour les habitants des quartiers voisins. Les paroisses adjointes aux monastères clunisiens sont devenus le noyau pour les nouveaux bourgs qui connaissaient un immense essor démographique, économique et social aux 13e et 14e siècles.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Jean Duvernoy (1917-2010)

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

Cluny et les villes

  • 1 Par exemple dans Regula Benedicti I, 7 ou IV, 20. Cf. Judic 1996, p. 7-32 et plus généralement Mili (...)
  • 2 Henriet 1996, p. 47-57.
  • 3 Cf. Wollasch 1984, p. 285-303 ; Mehne 1977, p. 241-287 et Oberste 1998, p. 349-392.

1Bien que les recherches portant sur Cluny soient nombreuses et a fortiori celles qui concernent les espaces urbains de l’Europe médiévale, rares sont les études qui traitent de ces deux sujets à la fois. Personne n’ignore que saint Benoît conseillait à ses moines de vivre loin du monde et dans l’isolement1. On en déduit encore de nos jours que les rénovateurs clunisiens du monachisme bénédictin étaient a priori hostiles aux villes. Selon une brève étude de Patrick Henriet2, l’abondante hagiographie clunisienne des XIe et XIIe siècles corroborerait cette thèse. Cependant il n’en reste pas moins évident que l’ordre, qui réunissait plusieurs centaines de monastères, était de maintes manières en contact avec les villes et leurs habitants. Il ne faut pas oublier que, au cours de son extension, l’ordre clunisien reçut afin de les réformer un nombre considérable de monastères déjà existants. Contrairement aux Cisterciens qui, pour l’essentiel, avaient fondé de nouveaux monastères lors de leur forte expansion au XIIe siècle et avaient veillé à cette occasion à respecter leur idéal de vie retirée, les abbés de Cluny n’eurent donc guère les moyens d’influencer le lieu d’emplacement de leurs filiales. Bien plus, à l’époque de la réforme dite grégorienne, de nombreux seigneurs et évêques s’efforcèrent précisément d’installer les Clunisiens, force réformatrice, dans leurs civitates3.

  • 4 Prieuré Saint-Martin-des-Champs, 1079, donné à Cluny par le roi Philippe Ier. Cf. Poeck 1998, p. 47 (...)
  • 5 Prieuré Saint-Christophe (in suburbio), confirmé par le pape en 1144 pour La-Charité-sur-Loire. Cf. (...)
  • 6 Prieuré Saint-Laurent des Orgerils (in suburbio), 1119, donné à Cluny par le roi Louis VI : ibid., (...)
  • 7 Prieuré Saint-Sauveur-de-Chartres (in suburbio), confirmé par le pape en 1107 pour La-Charité-sur-L (...)
  • 8 Prieuré Saint-Pierre-à-la-Chaux, confirmé par le pape Honorius II à Cluny : ibid., p. 489 ; Racinet (...)
  • 9 Abbaye Saint-Germain-d’Auxerre, 1096, à l’initiative du comte Étienne donné à Cluny par le pape Urb (...)
  • 10 Ecclesia Saint-Jean-de-Mâcon, 946, donné à Cluny par le roi Louis ; cella Saint-Martin-des-Vignes, (...)
  • 11 Ecclesia Saint-Racho-lès-Autun (in suburbio), avant 1107 donné à La-Charité-sur Loire : ibid., p. 4 (...)
  • 12 (1) Prieuré Saint-Étienne-de-Nevers, donné à Cluny en 1068 par l’évêque Mauguin et le comte Guillau (...)
  • 13 Prieuré Saint-Marcel-de-Chalon (in suburbio Cabilonensi positum…), donné à Cluny en 999 par l’évêqu (...)
  • 14 Ecclesia Saint-Michel-de-la-Guerche (Tours), confirmé en 1095 par le pape Urbain II pour Cluny : ib (...)
  • 15 Abbaye Saint-Martial-de-Limoges, donné à Cluny en 1062 par l’évêque Ithier et le vicomte Adémar de (...)
  • 16 Ibid., p. 359 (ecclesia La Peignerie, filiale de Montierneuf) ; ibid. p. 400 (abbaye Montierneuf [i (...)
  • 17 Abbaye Saint-Cybard-d’Angoulême, donné à Cluny avant 1090 par le comte Foulque. ibid., p. 456.
  • 18 (1) Prieuré La Daurade, donné à Moissac en 1073 par l’évêque Isarn et le comte Guillaume. (2) Eccle (...)
  • 19 Prieuré Saint-Pierre-de-Clunezet, donné à Cluny en 1138 par le pape Innocent II (cimiterium…) : Poe (...)
  • 20 Prieuré Saint-Eutrope, donné à Cluny en 1081 par le duc Guillaume d’Aquitaine avec le consentement (...)
  • 21 Prieuré Notre-Dame-du-Charnier (ou La-Porte-Saint-Léon) dans le faubourg de Sens, donné à Cluny ver (...)
  • 22 Ecclesia sancti Andree apostoli (sitam prope istam civitatem), donné à Cluny en 1029 par l’évêque F (...)
  • 23 Prieuré Saint-Orens (Auch), donné à Cluny vers 1068 par le comte Aimeric : ibid., p. 485.
  • 24 Prieuré Saint-James (Exeter) (quod extra muros civitatis Exon. devote constituti…), donné à Cluny e (...)
  • 25 Prieuré Saint-Alban, donné à Cluny vers 1103 par l’évêque Burchard de Bâle : ibid., p. 447 s. Cf. W (...)
  • 26 Prieuré Saint-Victor, donné à Cluny vers 999/1101 par l’évêque Hugues. Poeck 1998, p. 500 s.; plan (...)
  • 27 Prieuré San Marco di Lodi, donné à Cluny en 1068 par un habitant de Lodi : Poeck 1998, p. 375 s.
  • 28 Prieuré San Nicola di Verziano, donné à Cluny en 1087 par un clerc Oddo : ibid., p. 290.
  • 29 (1) Prieuré San Gabriele de Crémone, donné à Cluny en 1076 par une groupe de nobles de Crémone. (2) (...)
  • 30 Prieuré à Ferrare, première confirmation à Cluny par le pape Honorius II : ibid., p. 336.
  • 31 Prieuré San Maiolo de Pavie, donné à Cluny en 967 par un clerc : ibid., p. 418 s. et 475.
  • 32 Prieuré à Plaisance, première confirmation à Cluny par le pape Grégoire VII : ibid., p. 422.
  • 33 Ecclesia à Venise, première confirmation à La-Charité-sur-Loire en 1144 par le pape Lucius II : ibi (...)
  • 34 Prieuré San Saba (Rome), donné à Cluny en 1145 par le pape Lucius II : ibid., p. 494.
  • 35 Ecclesia Sancti Vincentii de Salamantica, donné à Cluny en 1143 par le roi Alphonse et l’évêque Bér (...)
  • 36 Ecclesia Sant’Agueda in Ciudad Rodrigo, donné à Cluny en 1157/1161 par le roi : ibid., p. 314.
  • 37 Ecclesia San Miguel de Zamora (quae est extra murum civitatis Zamorensis sita), donné à Marcigny en (...)
  • 38 Ecclesia in Colimbriensis civitatis suburbio edificata, donné en 1102/03 à La Charité par l’évêque (...)
  • 39 Ibid., p. 451.
  • 40 Prieuré à Northampton, donné à La-Charité en 1084 par le noble Simon : ibid., p. 412.
  • 41 Priorat à Nottingham, première confirmation à Cluny par le pape Honorius II : ibid., p. 412.
  • 42 Prieuré à Charlieu, donné à Cluny en 932 par l’évêque Jean de Mâcon : ibid., p. 307. Cf. Süßmann 19 (...)
  • 43 Prieuré Sainte-Saulve (Valenciennes), donné à Cluny en 1103 par le comte Baudouin : Poeck 1998, p.  (...)

2Il n’est donc pas étonnant de trouver des filiales clunisiennes au sein de pas moins de vingt villes épiscopales ou métropoles de la France actuelle (Paris4, Meaux5, Orléans6, Chartres7, Soissons8, Auxerre9, Mâcon10, Autun11, Nevers12, Chalon-sur-Saône13, Tours14, Limoges15, Poitiers16, Angoulême17, Toulouse18, Montpellier19, Saintes20, Sens21, Gap22, Auch23). La plupart d’entre elles s’y étaient établies lors de l’apogée de la réforme monastique entre 1050 et 1120, sur un emplacement extra muros nommé burgus ou suburbium. À ces villes s’ajoutent hors de France au moins quinze civitates, parmi lesquelles les « mégapoles » de Rome et Venise : Exeter24, Bâlel25, Genève26, Lodi27, Brescia28, Cremona29, Ferrara30, Pavia31, Plaisance32, Venise33, Rome34, Salamanque35, Ciudad Rodrigo36, Zamora37, Coimbra38. Ces listes ne tiennent pas compte des villes sans évêché, pour certaines de taille considérable, telles que Saint-Omer39, Northampton40, Nottingham41, Charlieu42 ou Valenciennes43.

  • 44 Libellus de diversis ordinibus et professionibus qui sunt in aecclesia, éd. Constable - Smith 1972, (...)
  • 45 Racinet 1996, p. 59-75, ici 59.
  • 46 Bouillot 1977, p. 173-204 ; Leguay 1994, p. 525-536.
  • 47 Süßmann 1996.

3Les contemporains ne manquèrent d’ailleurs pas de remarquer cette proximité objective entre les Clunisiens et les villes. L’auteur du Libellus de diversis ordinibus et professionibus qui sunt in aecclesia, rédigé dans la troisième décennie du XIIe siècle, fait état de sept formes de la vie religieuse. Il différencie entre autres « les moines vivant près des gens, comme les Clunisiens et les leurs » des « moines, qui se tiennent éloignés des gens, comme les Cisterciens »44. Les quelques recherches qui prennent en compte cet aspect de la vie monastique des Clunisiens suffisent à démonter que le fait de vivre près des centres urbains n’était pas sans conséquences sur la vie quotidienne dans les monastères. Philippe Racinet a donné en 1996 un bref aperçu de cette situation en avançant quelques remarques à propos de l’influence de Cluny sur l’urbanisation de la Bourgogne et de l’Île-de-France. Il estime néanmoins cette influence réduite, ce qui est à mes yeux discutable : « Le nombre d’établissements clunisiens installés dans un espace urbain, intra ou extra muros, reste faible »45. Tout comme l’étude de Ph. Racinet, les deux études de M. Bouillot et J.-P. Leguay font essentiellement référence à l’importance du rôle de quelques prieurés au cours de la constitution de petites villes et bourgs au centre de l’ordre clunisien46. Seule G. Süßmann a consacré sa thèse, parue en 1996, aux conflits communaux qui se déclenchèrent aux XIIe et XIIIe siècles et opposèrent quelques monastères clunisiens et les bourgs qui en dépendaient juridiquement47.

4Quel est dès lors l’objectif de cette contribution ? Contrairement aux recherches menées jusqu’à présent, je ne considère pas que l’influence de Cluny dans la dynamique d’urbanisation en France entre la fin du XIe et le XIVe siècle ait été un phénomène de faible portée voire éphémère. Ce qui manque à l’historien, aujourd’hui encore, est essentiellement une systématisation des formes et des types de la présence clunisienne dans les villes. Dans le détail, les cas les plus intéressants sont ceux des bourgs monastiques, situés à l’extérieur des enceintes de grandes villes, mais suscitant dans leurs alentours un processus accéléré d’urbanisation et devenant souvent eux-mêmes le centre d’un nouveau quartier. À partir des exemples de deux grandes villes épiscopales, à savoir Paris et Poitiers, et de leurs bourgs clunisiens, cette contribution souhaite donc montrer que, longtemps avant l’arrivée des ordres mendiants, la présence et l’activité des communautés monastiques en ville furent importantes et qu’elles exercèrent une influence complexe sur l’évolution des espaces urbains en France.

L'abbaye Montierneuf et ses possessions à Poitiers

5À Poitiers, en effet, pas moins de cinq monastères et églises appartenaient au réseau clunisien.

Fig. 1 - Saint-Cyprien de Poitiers (1699).

Fig. 1 - Saint-Cyprien de Poitiers (1699).

sources : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6902530b.

  • 48 Poeck 1998, p. 84-91.
  • 49 Cartulaire de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, éd. Rédet 1874, n° 17, p. 22 (daté 990/1004). Cf. (...)
  • 50 Cartulaire de Saint-Cyprien, éd. Rédet 1874, n° 19, p. 23.
  • 51 Ibid., n° 40, p. 34 s.
  • 52 Duguet 1964/65, p. 22-30.

6La plus ancienne, l’abbaye carolingienne Saint-Cyprien, qui se dressait extra muros, fut subordonnée à Cluny avant 1058. L’évêque Isembert de Poitiers confirma cette décision en 1076, suivi par différents papes jusqu’en 112548. Dès la fin du Xe siècle, un bourg sans fortification vit le jour autour de cette vieille abbaye. Le diplôme du seigneur de la ville, Guillaume III, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers, datant de 990/1004 désignait le burgus sancti Cypriani, très précisément délimité, comme un élément de l’immunité claustrale et le plaçait ainsi sous sa protection49. Ce document est jusqu’à présent le plus ancien à relater l’existence d’un bourg monastique à Poitiers. Les habitants furent nommés burgenses pour la première fois seulement quelques années plus tard, dans un document datant de 1016 : le comte délivra les habitants du bourg des mala consuetudines et leur accorda la franchise douanière sur le territoire de la commune et dans les environs de Poitiers50. Cette décision concernait probablement les petits marchands locaux et les artisans : en effet, le document fait mention d’ânes utilisés comme moyen de transport. Un registre des cens de l’abbaye, datant du début du XIIe siècle, confirme une population comptant entre 150 et 250 habitants, ceux qui résidaient dans le Bourg Saint-Cyprien étant essentiellement les petits artisans51. Entre les Xe et XIIe siècles, la propriété foncière de l’abbaye s’accrût également, en particulier dans l’ouest de la France52.

7Le fait que l’abbaye Saint-Cyprien ait reçu en don d’autres églises en ville et dans les faubourgs joua un rôle très important dans l’essor urbain de Poitiers.

Fig. 2 - Plan de Poitiers, XIIe-XVe s.

Fig. 2 - Plan de Poitiers, XIIe-XVe s.

sources : Robert Favreau, Histoire de Poitiers, Toulouse, 1985, p. 12.

  • 53 Pour l’église Sainte-Résurrection cf. Cartulaire de Saint-Cyprien, éd. Rédet 1874, n° 65, p. 59 (93 (...)
  • 54 Ibid., n° 9, p. 14. Cf. Claude 1960, p. 119 s.
  • 55 Voir infra n. 59.
  • 56 Claude 1960, p. 123.
  • 57 Ibid., p. 127.

8Ainsi, au cours du Xe siècle, les églises, Sainte-Résurrection située dans la cité, et Saint-Saturnin, à l’est de la cité, furent cédées à Saint-Cyprien53. Cette dernière est évoquée au XIe siècle comme église paroissiale dans un autre bourg de Poitiers dans lequel vivaient essentiellement des tanneurs qui, en raison de l’odeur désagréable engendrée par leur activité, ne pouvaient pas travailler à l’intérieur de l’enceinte54. Apparemment, la seigneurie monastique ne s’étendait pas jusqu’au bourg de Saint-Saturnin car le comte en fit don à la nouvelle fondation de Montierneuf, en 107755. Des documents attestent en outre que Saint-Symphorien et Saint-Christophe appartenaient aussi à Saint-Cyprien au XIe siècle. Plus tard, elles servirent également d’églises paroissiales56. Le nombre croissant de monastères et d’églises, en particulier paroissiales, ainsi que celui, tout aussi croissant, de bourgs monastiques dans les zones d’immunités des monastères situés extra muros laissent supposer que la population de Poitiers s’accrût rapidement entre le XIe et le XIIe siècle. Pour la grande abbaye Saint-Hilaire, au sud-ouest, un registre de 1082 fait état de pas moins de cinq bourgs dans les environs du monastère57.

9L’abbaye Montierneuf, érigée à la fin des années 1070 au nord de la cité, avait été intégrée à l’Ecclesia Cluniacensis alors qu’elle était encore en construction.

Fig. 3 - Le Quartier de Montierneuf à Poitiers. Détail du Tableau de Nautré (1619), Musée de la Ville de Poitiers.

Fig. 3 - Le Quartier de Montierneuf à Poitiers. Détail du Tableau de Nautré (1619), Musée de la Ville de Poitiers.

sources : Poitiers. Saint-Jean-de-Montierneuf, éd. Robert Favreau, Poitiers 1996, p. 51.

  • 58 Cf. Carpentier / Pon 2008, p. 21-55.
  • 59 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf de Poitiers 1076-1319, éd. Villard 1973, n (...)
  • 60 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 6, p. 13 s.
  • 61 Parisse (éd.) 1994.
  • 62 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 6, p. 13 s.

10Le duc d'Aquitaine Guillaume VIII avait décidé la construction de son monastère-tombeau en accord avec le pape Grégoire VII, l’évêque Isembert de Poitiers et l’abbé Hugues le Grand de Cluny58. Guillaume fit don au nouveau monastère du territoire prévu pour la fondation, au nord de la cité romaine fortifiée, ainsi que d’autres villages et seigneuries dans les environs proches, notamment le bourg de Saint-Saturnin, déjà cité, situé sur l’autre rive du Clain, et la villa Rochereuil au nord de Montierneuf59. De même, le duc et seigneur de Poitiers octroya l’immunité et certains privilèges aux habitants des bourgs du monastère. Le diplôme daté du 28 janvier 1077 souligne tout particulièrement le burgum novum quod ultra fluvium est situm, déjà existant, et le burgum quod circa monasterium, in terra et possessione ipsius monasterii construitur60. Comme nous avons déjà pu l’observer pour Saint-Cyprien, les bourgs des proches environs de la ville servaient au XIe siècle à adapter les structures économiques et sociales des monastères au milieu citadin. L’« Atlas de France de l'an mil », grâce auquel on peut comparer la naissance et la propagation des bourgs au cours du XIe siècle à l’échelle de chaque région, confirme le rôle précurseur que joua l’Aquitaine dans cette évolution61. Dans les nouveaux bourgs de l'abbaye Montierneuf, le duc d'Aquitaine et comte de Poitiers accorda aux habitants des privilèges leur garantissant des avantages face au tribunal, lors du service militaire, pour les charges féodales et en ce qui concernait les devoirs d'hospitalité (arbergariam aut hospicium)62.

  • 63 Ibid., n° 16, p. 27-29 (1082/1086).
  • 64 Ibid., p. 28: ...ut homines qui cursores vocantur, qui habitant in civitate, vendentes et ementes, (...)

11Quelques années plus tard, le prévôt de Poitiers mit en doute de certains de ces privilèges. Guillaume VIII fit alors consigner par écrit de nouvelles précisions quant à la situation juridique des burgenses de Montierneuf63. L’étendue géographique de la validité de ces privilèges fut confirmée : elle comprenait les trois bourgs déjà existant de Montierneuf à Saint-Sernin, sur l’autre rive du Clain et dans les environs directs de l’abbaye, ainsi que tout le territoire que Montierneuf pourrait gagner jusqu’aux murs de la ville de Poitiers. Toute autre coutume féodale ne pouvait être en usage dans ces domaines. En revanche, le duc interdisait aux burgenses de Montierneuf de déménager dans la cité ou dans un autre bourg. Ces diversités de situations juridiques laissent penser qu’on espérait ainsi éviter que les populations ne se mêlent entre elles. Le même document précise que les marchands de Poitiers devaient payer leurs charges au seigneur concerné, à savoir que les marchands du bourg de Montierneuf devaient s’acquitter des charges, selon le tarif en vigueur dans chaque lieu, au prévôt ou au seigneur de la cité, où ils commerçaient. À l’inverse, l’abbaye encaissait les charges de tous les marchands étrangers qui commerçaient sur son territoire64. Les privilèges du duc posèrent en tout cas les bases d’une croissance dynamique des bourgs de Montierneuf tant sur le plan démographique qu’économique. L’essor du Bourg de Montierneuf fut en outre favorisé par l’existence de gués situés dans ses environs et d’un pont traversant le Clain, qui reliaient Poitiers avec la route principale menant à Tours et Paris. Le territoire suburbain de Montierneuf semble s’être développée à partir d’un noyau situé sur le terrain des thermes antiques au sud de l’abbaye. Au beau milieu du quartier, au tissu urbain très dense, la paroisse Saint-Germain vit le jour le long de la route menant au monastère.

  • 65 Ibid., n° 10, p. 19 s. (1081, 10 juillet) et n° 14, p. 24 s. (1083, 8 juin).
  • 66 Ibid., n° 11, p. 21 s. (1082).
  • 67 Ibid., n° 18, p. 30-33 (1083/1086) et n° 19, p. 33s. (1086/1087).
  • 68 Ibid., n° 20, p. 34 s. (1087) et n° 24, p. 38-40 (1093).
  • 69 Cartulaire du prieuré Saint-Nicolas de Poitiers, éd. Rédet 1872, n° 19, p. 28 (1079/1086). Cf. Clau (...)
  • 70 Ibid., p. 139.

12À Poitiers, comme ailleurs, les bourgs représentaient certainement la principale forme d’organisation permettant une urbanisation croissante dans les environs d’églises et de monastères. Néanmoins, Montierneuf à Poitiers disposait également de réseaux religieux toujours plus importants, qui permirent à l’abbaye de consolider sa situation au sein de la ville et de la région. Avec l’abbaye Saint-Paul, un don de l’évêque Isembert de Poitiers en 1081, Montierneuf obtint de nouveaux droits féodaux dans la cité de Poitiers. Deux ans plus tard, l’évêque élargit ces droits aux églises dépendant de Saint-Paul : Saint-Germain à proximité de Montierneuf et Notre-Dame-du-Palais dans les fortifications de la ville65. Le fait que le duc Guillaume ait accordé en retour à l’évêque les droits de marché sur la place devant la cathédrale montre bien que la générosité de ce dernier était également le fruit d’une stratégie économique. L’abbaye Saint-Cyprien participa également au développement d’un réseau religieux pour le monastère clunisien de Montierneuf66. Ce fut néanmoins le don de l’église monastique Saint-Nicolas par le duc Guillaume III, en 1083-1085, qui représenta l’étape cruciale dans l’évolution de la situation de Montierneuf au sein de la vie citadine. Les années précédentes, on avait à plusieurs reprises tenté en vain de réformer la fondation de la mère du duc, Agnès, avantageusement située le long d’une route de commerce longeant les fortifications à l’ouest de la ville67. Contre l’avis des chanoines, le pape finit par confirmer la cession de l’église à Montierneuf qui entra ainsi en possession d’un des quartiers marchands les plus prospères de la ville épiscopale et comtale68. Le quartier des marchands au sud de la cité, nommé marché vieux, avait vécu un grand essor au cours de l’urbanisation de Poitiers. On y trouvait déjà au Xe siècle un petit marché. Au XIe siècle, on construisit un cimetière laïc autour de l’église Saint-Nicolas, le patron des marchands, un hospice pour les pauvres, ainsi que de nombreux nouveaux bâtiments, à l’emplacement de l’ancien marché69. Après la soumission de l’église Saint-Nicolas à Montierneuf, la nouvelle fondation clunisienne en vint donc à contrôler deux zones principales de la vie économique de Poitiers, les marchés vieux et neuf qui étaient reliés par une ancienne route de commerce à l'ouest de la cité romaine70.

  • 71 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 25, p. 40-42 (1096, (...)
  • 72 Ibid., n° 61, p. 92-95 (1119).
  • 73 Ibid., p. 93 : … usque ad mercatum novum, et in mercato novo unam ruam. Et concedo cuncta que usque (...)
  • 74 Ibid., n° 42-43, p. 65 s. (1101/1112).
  • 75 Ibid., n° 60, p. 90 s. (1119).
  • 76 Cf. l’index nominum dans Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973 (...)

13Les bourgs, églises, paroisses et cimetières faisant partie du réseau de Montierneuf étaient totalement soumis à la domination de l’abbé, qui était en outre libre de la juridiction épiscopale en vertu d’un privilège du pape Urbain II de 109371. La confirmation par le duc Guillaume IX des anciens privilèges mentionne également en premier lieu la pleine juridiction de l’abbé de Montierneuf sur omnes homines qui pertinent ad jus illius ecclesie ainsi que leur situation privilégiée sur le plan juridique, financier et militaire72. Le bourg, situé à proximité immédiate de Montierneuf, accueillait le nouveau marché (mercatus novus) desservi par une route marchande plus ancienne. Par ailleurs, fut confirmée la disposition selon laquelle l’abbaye avait le droit d’étendre son bourg jusqu’aux fortifications de la ville, si elle parvenait à acquérir le terrain concerné73. À cela s’ajoutèrent au XIIe siècle d’autres églises et bourgs des environs, ainsi que le droit de prélever la dîme. C’est le cas par exemple vers 1101-1112 pour l’église, la dîme et le bourg de Chiré74,en 1119 pour la chapelle Saint-Nicolas de Jard75 ou la propriété foncière et le bourg du petit village de Luc appartenant à Saint-Nicolas. Comme l’attestent les documents, ce n’était plus le bourg Montierneuf ou les autres propriétés monastiques de Poitiers qui sont au cœur de la « politique territoriale » de l’abbaye aux XIIIe et XIVe siècles, mais l’homogénéisation géographique des grandes seigneuries monastiques et des filiales à Migné, Chiré, Cissé, La-Foye-Montjault ou ailleurs76.

  • 77 Ibid., n° 137, p. 218 s. (1232/1233).
  • 78 Ibid., n° 143, p. 228 s. (1237). Pour les données cf. Oberste 2002, p. 1-37.
  • 79 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 170, p. 267 s. (1270 (...)
  • 80 Par ex. ibid., n° 225, p. 382 s. (1306) et n° 236, p. 408s. (1314).
  • 81 Ibid., n° 238, p. 412 s. (1317) ; n° 240, p. 416 s. (1318).

14Les documents soulignent aussi une densification des réseaux sociaux que l’abbaye entretenait avec les environs. En 1232, l’évêque de Poitiers exhorta les tanneurs de la rive du Clain, qui occupaient le territoire du monastère et travaillaient avec de l’eau lui appartenant, à remettre un cuir tanné à l’abbaye chaque année77. Un diplôme épiscopal de 1237 atteste qu’un noble de la région était un donné de l’abbaye Montierneuf78. L’exercice de la basse et haute justice par l’abbé sur les hommes de Montierneuf était très certainement aussi de règle pour les territoires situés dans Poitiers, comme le laisse supposer, entre autres, le diplôme du comte Alphonse de Poitiers qui, en 1270, accorde à l’abbaye, en compensation d’un tort subi, la souveraineté sur un terrain à proximité de l’église Saint-Lazare au nord de l’abbaye, à la condition toutefois que le comte préserve son droit d’exercer la haute justice sur les hommes de ce territoire79. La mention de maisons, de terrains et de jardins, accompagnés de certaines charges, que l’abbaye concéda confirme l’aménagement urbain du bourg de Montierneuf80. De nouvelles acquisitions de maisons et terrains dans le bourg de Montierneuf ou dans la villa de Rochereuil, avoisinant le bourg, opérées par des représentants du monastère ne sont attestées qu’après 131781.

  • 82 Claude 1960, p. 41.

15Dès le milieu du XIIe siècle, les bourgs monastiques, véritables piliers de l’urbanisation à Poitiers, furent entourés d’une nouvelle enceinte et les burgenses obtinrent leur premier statut communal82. À cette occasion, l’abbaye Montierneuf fut dédommagée par le comte car quelques maisons appartenant à l’abbaye avaient dû être détruites en vue de la construction de cette nouvelle structure. À cette époque, Cluny avait déjà perdu la souveraineté sur le vieux monastère de Saint-Cyprien et son petit bourg à l’est de la ville. Mais l’abbaye Montierneuf, avec son vaste domaine d’immunité, ses burgi et ses burgenses, ses églises, ses cimetières et ses paroisses, répartis dans toute la ville et ses environs, se révéla être un gage durable de la présence des Clunisiens à Poitiers.

Saint-Martin-des-Champs à Paris

  • 83 Cf. Racinet 1996, p. 61 s. et 73 s. (plans) ; la thèse de Heintz 1982 et Sohn 1998, p. 77-121. Pour (...)
  • 84 Cf. les plans dans Lavedan 1993, p. 8-10.
  • 85 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, éd. Depoin 1912-192 (...)
  • 86 Donation de l’évêque Guillaume Giffard de Winchester, dans: Recueil de chartes et documents de Sain (...)
  • 87 Ibid., n° 95: …Addo etiam quod liceat eis edificare burgum in terra nostra quam donavit eis Gilduin (...)
  • 88 Ibid.: Excepto quod in dominio meo retinui, quod si aliquis meus burgensis in burgo eorum emerit ve (...)

16La renommée du grand prieuré de Saint-Martin-des-Champs était considérable au sein de l’ordre de Cluny aux XIIe et XIIIe siècles83. Fondé en 1060, un an avant sa mort, par le Capétien Henri Ier sur les fondations d’une ancienne église, le monastère Saint-Martin fut cédé en 1079 cum omnibus appendiciis ad eundem locum pertinentibus à l’abbé Hugues le Grand de Cluny. Le monastère était situé au milieu de champs et de vignobles sur la voie romaine qui sortait vers le nord de Paris en direction de Senlis84. Mais ce sont des revenus issus de la ville, en particulier des droits de marché, et la domination seigneuriale exercée sur les burgenses qui assurèrent rapidement le financement de la nouvelle fondation. Ainsi dès 1067, première année de l’exercice autonome de sa souveraineté, le roi Philippe Ier transmit au monastère de Paris l’abbaye Saint-Samson située dans la ville épiscopale d’Orléans et lui accorda tous les revenus du marché annuel qui s’y tenait le 1er novembre, revenus jusqu’alors encaissés par le Trésor royal85. Au début du XIIe siècle s’y ajoutèrent d’autres propriétés foncières et les droits de marché à Londres86 ainsi qu’au Puiset (Île-de-France). Le diplôme d’Hugues II du Puiset vaut la peine d’être mentionné, car le seigneur y accorde expressément aux moines la fondation d’un nouveau bourg et se réfère aux coutumes en cours dans le bourg seigneurial pour expliquer le futur statut juridique des burgenses vivant au Puiset sous la souveraineté abbatiale87. Les raisons économiques d’Hugues sont clairement exposées puisqu’il se réserve les droits de douanes découlant du commerce sur place et des affaires conclues par les burgenses du monastère sur des marchés extérieurs88. Remarquons que ces documents, qui mentionnent très tôt des marchés, bourgs et burgenses soumis au monastère Saint-Martin, indiquent que les nobles qui refondèrent le monastère firent dès les premières décennies confiance au monastère et ne doutèrent pas de sa capacité à mettre en place des structures de lotissement et des activités marchandes. Les chanoines, puis après 1079 les moines de Saint-Martin, acquirent ainsi l’expérience nécessaire, ce qui leur permit de s’adapter avec succès à l’urbanisation qui transforma peu après les environs proches du monastère, aux portes de Paris.

Fig. 4 - Paris au XIIe siècle.

Fig. 4 - Paris au XIIe siècle.

sources : Andreas Sohn, Die Kapetinger und das Pariser Priorat Saint-Martin-des-Champs im 11. und 12. Jahrhundert, dans Francia, 25-1, 1998, p. 78.

Fig. 5 - Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).

Fig. 5 - Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).

sources : Pierre Pinon et Bertrand Le Boudec, Les Plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, 2004, p. 35.

Fig. 6 - Le Quartier de Saint-Martin-des-Champs. Détail du Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).

Fig. 6 - Le Quartier de Saint-Martin-des-Champs. Détail du Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).

sources : Pierre Pinon et Bertrand Le Boudec, Les Plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, 2004, p. 35.

  • 89 Ibid., n° 15 (1070, 5 mai) = Recueil des actes de Philippe Ier, éd. Prou 1908, n° 53 : Quapropter e (...)
  • 90 Ibid.: ...et, in victum eorum ad hospitalem locum, molendinum unum qui in dominio meo erat in Magno (...)
  • 91 Ibid.: Preterea deprecatus est ut via, que est ante monasterium Sancti Martini, pro honore eiusdem (...)
  • 92 Cf. Parisse 1994.
  • 93 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 90 (1096/1100)

17Au moment de la refondation, on pratiquait essentiellement l’agriculture sur le territoire. Mais un autre diplôme royal de Philippe Ier de mai 1070 montre que de premières structures avaient vu le jour autour du monastère, avant même sa transmission à Cluny. En effet, dans ce document, le roi confirma au chanoine Jean, vivant dans le monastère Saint-Martin, l’existence d’un hospice que ce dernier avait créé pour les pauvres et pèlerins89. En vue de pourvoir à son alimentation, l’hospice reçut des mains du souverain un moulin au Grand-Pont, reliant l’Ile-de-la-Cité avec la rive droite de la Seine. Les moines du monastère Saint-Martin soutinrent, pour leur part, l’action du chanoine Jean en transférant un four sur un terrain du monastère. L’utilisation en était soumise à des règles claires : à l’avenir, personne n’avait le droit d’endommager ce four ou d’en construire un autre à l’intérieur du terrain fortifié du monastère (in toto procinctu munitionis Sancti Martini), et ce même si la population venait à croître, ce qui était fort probable.90. Cette dernière remarque indique clairement que, dès 1070, une zone d'immunité entourait le monastère, délimitée par une muraille et à l’intérieur de laquelle on espérait et prévoyait que des laïcs viendraient s’installer. Le diplôme royal de 1070 règle de même le réseau des rues au sein du domaine du monastère : le chemin devant le monastère Saint-Martin devait être accessible à tous, alors que l’autre chemin, en contrebas du monastère devait être réaménagé en un espace agricole au profit de l’hospice. De plus, le chemin de la route de Senlis qui menait à Paris et qui bifurquait en direction du monastère devait être relié au premier chemin passant devant celui-ci91. Le domaine du monastère fut donc relié au réseau de routes menant à Paris. Si l’on considère la croissance probable de la population et le fait que ces requêtes ne purent être consignées dans un diplôme du souverain qu’à la demande du bénéficiaire lui-même, on comprend que ces mesures adoptées dans leurs moindres détails faisaient partie d’une stratégie déjà très concrète et il est probable qu’elles aient été inspirées par des expériences réussies d’évolution économique et sociale menées dans des bourgs affiliés à d’autres monastères92. Le bénéficiaire de ce diplôme devait être tout d’abord l’hospice du chanoine Jean mais, à sa mort, le monastère en devint propriétaire, comme l’atteste un document de 1100 environ, par lequel les droits portant sur un autel offert à l’hospice en 1066-1067 sont accordés au monastère93.

  • 94 Sohn 1998, p. 82 (plan), p. 81-86.
  • 95 Racinet 1996, p. 61.
  • 96 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 157 (1119, 27 (...)
  • 97 Cf. le privilège de confirmation du pape Innocent II. : Recueil de chartes et documents de Saint-Ma (...)
  • 98 La note non-datée, mais écrite à l’époque de la transmission de Saint-Martin à Cluny, décrit l’exer (...)

18À la suite de la transmission à Cluny, l’ensemble des propriétés foncières et des droits du monastère s’élargit brutalement au XIIe siècle. Les propriétés de Saint-Martin se répartissaient dans un espace d’ampleur considérable94. Selon une vaste confirmation de biens concédée par le pape Calixte II en 1119, Saint-Martin-des-Champs possédait déjà à cette époque une filiation de 70 monastères, églises et chapelles ainsi qu’une domination foncière qui en faisait « un des plus grands propriétaires fonciers de provenance ecclésiastique » autour de Paris95. La bulle du pape Calixte confirmant ces biens et rédigée à l’occasion de son séjour au monastère Saint-Denis, situé à quelques kilomètres de là, décrit concrètement les droits du monastère Saint-Martin dans la ville de Paris96. Elle contient une liste comprenant la dîme ecclésiastique de Saint-Martin dans la zone suburbaine au nord des portes de Paris (in suburbio Parisiacae urbis), l’église Saint-Jacques (de-la-Boucherie) à proximité du Grand Pont et sa paroisse en annexe97, une chapelle Saint-Nicolas avoisinant directement le monastère, intra muros un four dans le quartier des Juifs, deux moulins au Grand Pont ainsi que l’église Saint-Denis de Montmartre avec une chapelle dédiée aux saints martyrs dans les environs. La chapelle Saint-Nicolas était de fait l’église paroissiale du bourg de Saint-Martin, dont l’existence est attestée pour la première fois dans un document épiscopal de l’année 108098.

  • 99 Cf. Friedmann 1959, p. 73-78.
  • 100 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 698 (1211, avr (...)
  • 101 Ibid., n° 471 (1184, 4 septembre). Cf. Oberste 1998, p. 349-392.
  • 102 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 775 (1221, mar (...)
  • 103 Cf. pour Toulouse, Oberste 2009, p. 53-78.

19Dans les diplômes apostoliques et épiscopaux des décennies suivantes, on remarque un emploi inconséquent des termes ecclesia (cum parochia) et capella quand il s’agit des trois paroisses affiliées à Saint-Martin : la vieille église Saint-Laurent située au nord sur la route de Senlis, au cœur de son propre bourg ; Saint-Nicolas dans le bourg de Saint-Martin directement à proximité du prieuré ; et Saint-Jacques (de-la-Boucherie) près du centre de Paris, au croisement des vieilles routes menant à Sens et à Senlis et affiliée à Saint-Martin au tout début du XIIe siècle99 En 1211, une querelle est documentée entre les moines de Saint-Martin et le prêtre de Saint-Nicolas qui montre clairement la façon dont la proximité pouvait être source de tensions100. Certains moines se sentent en effet importunés par l’ouverture d’une porte reliant l’église paroissiale et le prieuré et qui constitue à l’époque un accès très fréquenté pour accéder à la paroisse. Un compromis est conclu qui stipule que la porte devra être fermée pour que les moines ne soient pas dérangés. Le prêtre de Saint-Nicolas devra néanmoins acquérir, avec l’aide du prieuré, le terrain avoisinant afin d’y installer un nouvel accès. La fondation d’un cimetière pour les laïcs de la nouvelle église paroissiale Saint-Nicolas en 1221 mit provisoirement fin à l’aménagement de l'organisation pastorale sur le territoire de Saint-Martin. Un privilège du pape Lucius III de 1184 avait jeté les bases de la construction de ce cimetière en réglant les droits de l’évêque et du monastère lors de l’acquisition de paroisses et en accordant à Saint-Martin le droit d’ensevelir les laïcs101. Le document épiscopal de 1221 soulignait que le cimetière des moines de Saint-Martin, utilisé jusqu’alors aussi à cet effet, était devenu trop petit pour la population croissante de la paroisse locale102. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le relever dans d’autres cas, lors de l’aménagement de bourgs monastiques, les structures paroissiales évoluaient souvent en harmonie avec les données juridiques et topographiques103.

  • 104 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 57.
  • 105 Ibid., n° 140 (1111) : Universis igitur sancte Dei Ecclesie cultoribus, tam posteris quam et presen (...)
  • 106 Cf. pour l’office des maires à Paris Tanon 1883, p. 95 s. et Étienne 1975, p. 87-99, ici 97.

20À la lecture de la copie d’une convention de vente inscrite en 1118 dans le Liber Testamentorum, réalisé pour documenter les droits des moines, on comprend bien comment les droits monastiques étaient appliqués au sein du bourg de Saint-Martin, en plein essor alors104. Le monastère Saint-Martin y vendit pour 40 sous une maison située sur le domaine du monastère (in dominio Sancti Martini) au clerc Bernier de Pontoise. À sa mort, cette maison, les revenus fonciers qui y étaient liés ainsi que tous les aménagements réalisés sur le bâtiment revinrent au monastère. En 1111, le roi Louis VI confirma à Saint-Martin en termes généraux ses droits dans les alentours directs du monastère105 : ...ipsam videlicet in primis Beati Martini de Campis ecclesiam, cum terris que circa eandem ecclesiam habentur, immo cum theloneis et fredis et justiciis earumdem terrarum. Le cens annuel comprenait les charges obligatoires que la population vivant sur le domaine du monastère devait acquitter à ce dernier. S’y ajoutaient la juridiction et les douanes. Le fait que Isembardus faber et Adam pelliciarius, deux artisans, soient nommés dans la liste des témoins de la convention de vente citée précédemment semble néanmoins indiquer que, entre le monastère et les burgenses, il n’existait pas seulement un devoir unilatéral d’acquittement de charges, mais qu’une communauté sociale était en train de voir le jour au sein de laquelle les habitants profitaient aussi de droits. La fonction du maire (major), attestée dans le bourg de Saint-Martin à partir de 1170 environ, montre finalement au mieux que l’organisation et la participation des habitants allait croissant106.

  • 107 Voir supra n. 62.
  • 108 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 130 (1110, 4 f (...)

21Comme souvent ailleurs, les privilèges que le souverain avait accordés à la population dépendant du bourg favorisaient l’attrait du lotissement monastique et participaient ainsi à son développement dynamique tant socialement qu’économiquement107 : En l’an 1110, le roi Louis VI donna satisfaction à la demande des moines de Saint-Martin-des-Champs et leur octroya, ainsi qu’à la population relevant du territoire du monastère Saint-Martin, le ius testificandi et bellandi,à savoir des privilèges juridiques du même type que ceux déjà obtenus par les serfs et les censuales du chapitre de la cathédrale et du monastère Sainte-Geneviève108. Ce règlement ne se limitait pas au bourg de Saint-Martin mais était également valable pour omnes indifferenter hujus prefate ecclesie servos. Toutefois le lotissement avantageusement situé près du monastère aux portes de Paris profitait davantage de ce privilège puisque ses habitants exerçaient plutôt des professions citadines comme l’attestent les listes de témoins, et qu’ils avaient donc plus d’occasions que les paysans serfs d’être mêlées à l’une des querelles mentionnées dans le diplôme (in omnibus causis, placitis et querelis contra universas ingenue potestatis personas).

  • 109 Voir supra n. 105.
  • 110 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 1104 (1253, fé (...)
  • 111 Depoin émet des doutes quant à l’authenticité des diplômes (ibid., n° 227 [1128]), qui ne sont pour (...)
  • 112 Tanon 1883, p. 6 s., 15 s., 268 s. et Tanon 1877.
  • 113 Dans une brève notice de 1170 les possessions de l’abbaye Saint-Maur-les-Fossés in maioria Sancti M (...)
  • 114 Ibid., n° 1103 (1252, 7 septembre).
  • 115 Ibid., n° 880 (1229, mai). Cf. les listes des témoins ibid., n° 1050 (1246) ; 1052 (1246) ; 1084 (1 (...)
  • 116 Ibid., n° 1050 (1246): ...et presentibus hiis servientibus : Clemente, serviente prioris ; Jaquelin (...)

22Le fait que le souverain ait confirmé ces privilèges à peine un an plus tard permet de comprendre à quel point le pouvoir juridique du prieur de Saint-Martin-des-Champs sur les terres et les hommes du territoire monastique avait été renforcé entre temps109. C’est d’ailleurs précisément ce privilège que le prieur Eberhard de Saint-Martin présenta comme preuve au conseil du roi Louis IX, en 1253, pour faire valoir ses droits de justice face à un serf du monastère de Noisy-sur-Marne que le prévôt royal de Paris gardait incarcéré110. Un autre privilège de Louis VI datant de 1128, notifié dans le Liber Testamentorum du XIIe siècle avait soustrait les homines vel hospites Sancti Martini au tribunal du prévôt royal pour les soumettre à la curia beati Martini (hormis en cas de graves infractions à la loi) et les avait libéré du service militaire111. Par conséquent, les prieurés de Saint-Martin jouissaient déjà à cette époque de la haute et basse justice sur les hommes de leur territoire. Dans une recherche très documentée sur la juridiction dans le vieux Paris, Tanon montre qu’un groupe de seigneurs monastiques et ecclésiastiques concentrèrent leur droits de seigneurie dans les zones d’essor urbain sur les rives gauche et droite de la Seine pour en faire de véritables ‘seigneuries de quartiers’ et ce sur la base de l’immunité. Le roi, en tant que seigneur de la ville, se réservait certains cas – comme dans tout le royaume – quant à la jurisprudence et il revendiquait aussi le droit de disposer des rues publiques. Il possédait des terrains sur l’Île-de-la-Cité et autour des Halles mais, jusqu’à la mise en place de la réforme administrative sous Louis XIV en 1674, ceux-ci perdirent toujours plus en importance par rapport aux grandes seigneuries monastiques112. En ce qui concerne l’exécution de la justice, la fonction déjà évoquée du maire (major) jouait un rôle central. C’est dans une note datant de 1170 environ qu’il est fait pour la première fois allusion à une majoria Sancti Martini. Quelques années plus tard, le prieur Robert de Saint-Martin confirma auprès du fils du feu maire de Champigny la prise de possession de la mairie locale113. Lors du procès d’un serf du monastère, accusé d’homicide involontaire en 1252, le maire de Saint-Martin présida le tribunal à côté du troisième prieur114. Le fait que les maires, en tant que représentants de la population locale, aient disposé d’autres prérogatives que celle de faire partie de la présidence du tribunal, devient évident à la lecture des listes de témoins du monastère les nommant. Evoquons en particulier la liste du diplôme par lequel Radulfus maior acquit pour eiusdem castri communia deux maisons sur le terrain de la filiale de Saint-Martin, située à Pontoise115. Néanmoins, dans une liste de témoins datant de 1246, le maior sancti Martini est inscrit dans la catégorie des servientes du monastère116.

  • 117 Ibid., n° 427 (vers 1170).
  • 118 (1) U. p. l. i. frater B[alduinus], humilis prior Sancti Martini de Campis Parisiensis, et eiusdem (...)

23Le nombre croissant des documents officiels concernant les habitants asservis du burgus Sancti Martini illustre clairement quelles étaient les possibilités de cette frange importante de la société urbaine. Vers 1170, le prieur Gauterius de Saint-Martin authentifia la vente d’une maison du bourg au maçon (cementarius) Gerardus117. Celui-ci avait jusqu’alors versé pour cette maison un cens annuel de quatre deniers. En échange du versement en une seule fois de 20 deniers et de la promesse du paiement annuel d’une somme de deux schillings (24 deniers), il acquit la maison et le droit d’en faire hériter ses successeurs (iure hereditario possidendam) ; il fut égaement dispensé d’autres charges (talliam vel exactionem) mais il devait en échange respecter strictement la juridiction du monastère. On trouve dans les listes de témoins, à la suite d’importants représentants de l’assemblée conventuelle et de quelques laïcs, également le nom d’un autre cementarius. Dans les métiers de la construction artisanale, les revenus devinrent apparemment plus confortables à la fin du XIIe siècle. En 1231 et en 1261, deux femmes vivant au bourg de Saint-Martin achetèrent leur affranchissement du monastère en donnant aux moines de Saint-Martin leurs biens immobiliers118. Les servientes ou hospites du monastère vivant au bourg de Saint-Martin étaient donc généralement privilégiés par rapport à la majeure partie de la population des campagnes, non seulement quant à la justice et au service militaire, mais aussi économiquement. Ils étaient en effet en mesure d’acquérir des biens, dont certains considérables, et d’entrer ainsi en affaire avec leur seigneur.

  • 119 Cf. Tanon 1883, p. 6 s. Voir la charte de fondation de l’abbaye Saint-Magloire de l’an 980 avec la (...)
  • 120 Par ex. dans Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 7 (...)
  • 121 Par ex. ibid., n° 227 (1128) dans le privilège de Louis VI : Beati Martini homines vel hospites.
  • 122 Par ex. ibid., n° 870 (1228): homines Sancti Martini de Campis de corpore ; voir aussi ibid., n° 10 (...)
  • 123 Par ex. ibid., n° 612 (1203/04).
  • 124 Par ex. dans le diplôme du roi Louis VI, ibid., n° 239 (1138) : ...sed et domus et furnus liberi om (...)
  • 125 Ibid., n° 877 (1229, mars) et 1271 (1278, mars).
  • 126 Ibid., n° 958 (1236, mars).
  • 127 Voir supra n. 88. Cf. plus généralement Süßmann 1996.
  • 128 Cf. les deux cas de cives Parisienses qui acquirent une maison dans la censive de Saint-Martin d’un (...)

24Les dénominations des habitants du territoire monastique, qui entretenaient à différents degrés des relations de dépendance vis-à-vis du monastère, ne permettent de saisir que très vaguement et sans aucune exhaustivité leurs diverses conditions juridiques. Une étude plus précise en histoire du droit serait ici nécessaire, dans laquelle on se baserait également sur les documents d’autres monastères et églises de Paris119. Les serfs du monastère, qui profitaient du dynamisme de l’évolution sociale et économique des lotissements près des villes, apparaissent sous la dénomination de servi ou servientes120, ou bien d’homines vel hospites121 ou encore d’homines de corpore sancti Martini122 ou sont qualifiés de nostra familia123. Dans le meilleur des cas, ceux-ci pouvaient acheter leur liberté, comme nous l’avons déjà illustré plus haut. Ceux qui n’appartenaient pas à la familia ou au corps monastique, au sens strict, mais qui s’étaient installés sur le territoire monastique et étaient contraints de payer le cens annuel et les droits de douanes et de reconnaître la juridiction monastique, apparaissent dans les documents à nouveau en tant qu’hospites124, parfois en tant que censuales125 ou mansionarii126. La dénomination burgensis, que l’on retrouve depuis le XIIe siècle dans des archives et dans beaucoup de cas semblables, n’est pas utilisée pour les habitants du territoire monastique résidant dans les environs immédiats du prieuré de Saint-Martin. C’est au contraire le cas pour la filiale du Puiset, en milieu rural, et pour son lotissement qualifié de burgus, tout comme pour beaucoup d’autres cas comme par exemple celui de l’abbaye Saint-Denis située à quelques kilomètres au nord de Saint-Martin, comme les documents l’attestent dès le début du XIIe siècle127. Les privilèges de juridiction pour les nobles et les ecclésiastiques n’abrogeaient en aucun cas les droits fonciers du seigneur monastique qui portaient sur la propriété foncière et l’immobilier. Ces groupes étaient tout soumis aux charges au même titre que les habitants libres de Paris (cives Parisienses), qui étaient toujours plus nombreux depuis le XIIIe siècle à venir s’installer dans le territoire parisien de Saint-Martin128.

  • 129 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 1154 (1258, no (...)
  • 130 Voir supra n. 128, pour un exemple datant de 1246.
  • 131 La première mention d’une censiva de Saint-Martin-des-Champs date de juin 1204 dans une affaire ave (...)
  • 132 Pour les censives de Paris cf. Tanon 1883, p. 2-5 et passim.
  • 133 Cf. Weiss 1993, p. 201-207.

25En accord avec l’utilisation assez rare du terme de burgensis, on ne retrouve que deux fois le terme topographique de burgus sancti Martini129. Il est parfois simplement question du vicus sancti Martini situé à Paris130. Après 1200, le terme collectif de censiva devient la règle pour désigner les seigneuries de Saint-Martin dans Paris ou dans ses environs immédiats131. Jusqu’à la réforme de 1674, parfois même au-delà, les censives monastiques ecclésiastiques voire, plus rarement, laïques restèrent l’unité administrative urbaine la plus importante à Paris132. On trouve aux Archives Nationales des plans détaillés, à la maison près, des censives datant du XVIe jusqu’au XVIIIe siècle. Elles étaient indispensables au règlement de revendications et de cas de litiges puisque les frontières passaient souvent au beau milieu des rues voire des maisons d’habitation133. Grâce à ce terme attesté dans la documentation archivistique, il est possible de comprendre l’ensemble de l’évolution des droits seigneuriaux et fonciers du monastère, dans et autour de Paris.

  • 134 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 102 (vers 1105 (...)
  • 135 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 837 (1225, avr (...)
  • 136 Étienne 1975, p. 99.
  • 137 Ibid.
  • 138 Pour une description précise Tanon 1883, p. 272. Voir la « déclaration du temporel » de Saint-Marti (...)

26Le territoire de Saint-Martin finit par dépasser largement les limites primitives du burgus grâce à des dons et des acquisitions. Le monastère de Saint-Martin s’efforça très tôt d’agrandir son burgus dans les environs immédiats du monastère. Vers 1105, un échange conclu avec un seigneur voisin du monastère le montre clairement : Warinus de Campis, dont les sources attestent qu’il était aussi un donateur, céda au monastère six arpents de vignobles situés à proximité et reçut en échange cinq arpents de terres à Montmagny, plus éloigné, ainsi que 40 sous134. Un certain nombre d’autres dons et d’acquisitions dans les environs du monastère laissent penser que les prieurs de Saint-Martin s’efforcèrent de regrouper systématiquement leurs possessions au sein du burgus de Saint-Martin en essor135. Le noyau du burgus du prieuré était situé au nord, en dehors des fortifications érigées sous Philippe II. Intra muros, la juridiction exercée entre la rue Saint-Martin et la rue du Temple, orientée vers le nord, était valable jusqu’à l’église Saint-Jacques. La partie orientale de la rue du Temple faisait partie de la censive des Templiers, la partie occidentale revenait aux moines de Saint-Martin-des-Champs mais les Templiers revendiquaient le droit de voirie sur l’ensemble de la rue136. Au XIIIe et au début du XIVe siècle, les burgi situés autour des monastères des Templiers et de Saint-Martin, à la périphérie nord, étaient en plein essor. Les monastères veillèrent à encourager l’urbanisation de leurs territoires en construisant de nouvelles rues, des places, des parcelles et des portes. De 1253 à 1350, les revenus fonciers des Templiers furent d’ailleurs multipliés par trois, passant de 450 livres de monnaie parisienne à plus de 1.500 livres137. Vers 1290, dans le burgus de Saint-Martin, entre la rue Saint-Martin et la rue du Temple, se développa un réseau dense et régulier de rues que l’on peut reconstituer en détail grâce aux plans du XVIe siècle138. D’après l’étude de Weiss, le noyau du lotissement en essor autour de Saint-Martin extra muros, en d’autres termes le véritable burgus sancti Martini, coïncide avec le domaine initial du monastère et les limites de la paroisse de Saint-Nicolas-des-Champs, que l’on peut reconstituer à l’aide de plans postérieurs.

  • 139 Weiss 1993, p. 203.
  • 140 Tanon 1883, p. xxviii émet des doutes quant à la quantité de 30.000 feux. Suzanne Olivier suggère d (...)
  • 141 Pour une analyse plus détaillée il faudrait consulter les censiers des XIIIe et XIVe siècles : Arch (...)

27La censive de Saint-Martin à Paris, toujours plus étendue grâce à de nouveaux dons et acquisitions, comprenait les domaines intra muros avoisinants qui s’étendaient jusqu’à l’église Saint-Jacques aux Halles, dans le secteur à l’ouest de la rue Saint-Martin jusqu’à la rue Saint-Denis ainsi que des propriétés isolées sur l’Île-de-la-Cité et sur la rive gauche de la Seine. Selon Weiss, cette censive ne concernait pas moins de 17 autres paroisses139. Le « Registre Bertrand » (Arch. nat. LL, 1355-1357), constitué vers 1340 pour le prieur Bertrand de Pibrac chiffrait à environ 30.000 le nombre des feux qui étaient soumis à la juridiction du prieur à Paris, dans les lotissements suburbains et dans les domaines environnants (in toto territorio nostro Sancti Martini, tam Parisius quam in suburbibus et vicis adherentibus ville Parisius). Ceci représenterait un nombre s’élevant à plus de 100.000 habitants140. On ne dispose encore d’aucun chiffre précis pour le burgus de Saint-Martin au nord de Paris aux XIIe et XIIIe siècles141.

  • 142 Sohn 1998, p. 92.
  • 143 Cf. Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 634 (1205) (...)

28Le monastère de Saint-Martin était également mieux représenté sur l’Île-de-la-Cité, le centre du pouvoir de Paris, depuis qu’il avait reçu, en 1133, l’ancien monastère des chanoines de Saint-Denis-de-la-Châtre, en échange des terrains de Saint-Martin à Montmartre142. Quelques années auparavant, le roi Louis VI avait assuré l’immunité au monastère à l’intérieur de ses propres murs. Entre le monastère et la rive septentrionale de la Seine, reliés par un pont de pierre depuis 1111, une petite censive du monastère avait vu le jour avant même 1133. En 1205 le prieur Guillaume II de Saint-Martin et le prieur Jean de Saint-Denis-de-la-Châtre accordèrent à un couple parisien un arpent de terrain au sein de la censive de Saint-Denis-de-la-Châtre, afin qu’ils y bâtissent l’église Saint-Honoré ainsi qu’un cimetière pour laïcs. En échange, les fondateurs firent don au prieuré de Saint-Martin d’une propriété foncière et immobilière de grande valeur située sur le domaine nommé Champeaux, au nord des Halles et utilisé à des fins marchandes, où le monastère Saint-Martin possédait déjà un four143. Grâce à la cession de deux prébendes au chapitre de la cathédrale de Paris dans la première moitié du XIIe siècle, le prieuré put également exercer une large influence sur la politique parisienne.

  • 144 Galabert 1901, p. 57-62. Pour le plan de Braun-Hogenberg, cf. Pinon / Boudec 2004, p. 34 s.
  • 145 Cf. Heintz 1982.

29Sur l’un des plus anciens plans de la ville – celui de Braun et Hogenberg (vers 1572) –, on reconnaît le monastère Saint-Martin-des-Champs avec sa propre enceinte, au beau milieu d’un grand quartier à l’infrastructure très dense composée de rues et de maisons, de marchés, d’hospices, d’une boucherie et de palais aristocratiques144. La rue Saint-Martin, parallèle à l’ancienne route romaine allant vers Saint-Denis, formait un des axes principaux de la ville médiévale : elle partait de la limite septentrionale de la ville, traversait le quartier très animé des marchands sur la rive droite de la Seine, parvenait par le Grand Pont à l’Île-de-la-Cité pour continuer dans la ville universitaire de la rive gauche. Les études sur la mémoire de Saint-Martin se sont jusqu’à présent concentrées sur les liens étroits existant entre le monastère et la maison royale, voire la grande noblesse145. Il est certain que ces relations furent essentielles pour l’évolution et la prospérité du monastère et de son bourg entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIVe siècle. Il me semble toutefois qu’une analyse plus approfondie des nécrologes et des inscriptions funéraires documenterait sans doute aussi l’importance d’éminents burgenses de Saint-Martin dans l’histoire du monastère qui influença de façon décisive et durable l’évolution topographique ainsi que les espaces sociaux et économiques du nord de Paris.

Conclusion

  • 146 Tanon 1883, p. 16 s.

30Les bourgs monastiques qui naquirent au cœur de l’immunité monastique, selon les termes de l’ancienne étude d’histoire du droit de Louis Tanon146, devinrent d’importants noyaux d’urbanisation à l’époque de l’essor démographique. Leur structure juridique et sociale, la prise en charge pastorale de la population, le développement de l’infrastructure et de la topographie étaient en rapport direct avec le monastère dont les dirigeants furent parallèlement élevés au rang de seigneurs de quartier. L'abbaye Montierneuf et le prieuré de Saint-Martin-des-Champs représentent ‑ tout comme d’autres exemples comme Saint-Etienne à Nevers, Saint-Martial à Limoges ou Saint-Sernin à Toulouse ‑ un modèle important de bourg monastique au sein d’une grande ville, largement autonome d’un point de vue juridique. En outre, ces exemples montrent clairement que de tels centres dépassaient amplement, sur le plan démographique et socio-économique, les cités plus anciennes, engoncées dans leurs étroites enceintes romaines et bridées par la concurrence entre les nombreuses anciennes institutions de pouvoir.

  • 147 Cf. Wollasch (éd.) 1982.

31Les Clunisiens eurent la chance d’être couverts de dons de la part des seigneurs fonciers, notamment la maison royale et l’épiscopat, au tout début de l’expansion urbaine au XIe siècle. La transmission de monastères et d’églises devant être réformés permit aux Clunisiens de pénétrer, entre autres, dans les 35 villes épiscopales déjà nommées, dont 20 se trouvaient en France. Les généreuses donations des souverains et des nobles locaux fournirent aux filiales de Cluny tantôt les moyens économiques et juridiques d’agrandir les agglomérations suburbaines déjà existantes aux alentours de leurs monastères (comme à Saint-Martial à Limoges) tantôt ceux de fonder de nouveaux bourgs à structure urbaine (comme à Saint-Martin-des-Champs). Comme l’a montré l’étude des exemples présentés plus haut, certains privilèges étaient particulièrement favorables à l’essor urbain. À côté des droits directs de seigneurie, la création de paroisses et de cimetières constitue une caractéristique commune aux structures topographiques et sociales qui se sont développées autour des noyaux monastiques d’agglomération. Or c’est précisément l’association des habitants des bourgs monastiques à la vie des moines qui représenta l’avantage spécifiques des agglomérations liées à des monastères par rapport aux agglomérations laïques. Les Clunisiens surent tirer profit de cette situation, comme l’attestent leur vaste réseau de paroisses dans les villes et les campagnes ainsi que leur rôle dans la transmission mémorielle, même si cette dernière n’a pas été encore suffisamment étudiée pour ce qui est de la participation des burgenses147.

  • 148 Cf. Michaud-Fréjaville 2002, col. 1460-1464 ; Debal 1983.
  • 149 Michaud-Fréjaville 2002, col. 1462.
  • 150 Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de Bautier par D (...)

32Il ne fut bien entendu pas donné à tous les bourgs clunisiens situés aux abords d’une civitas antique de vivre une telle réussite, comme le souligne l’exemple du prieuré Saint-Laurent près d’Orléans, dans le domaine royal. La petite civitas, encerclée de vieux murs datant de la fin de l’Antiquité, était entourée de monastères et d’agglomérations depuis le haut Moyen Âge148. Grâce à son importance pour les Carolingiens puis les Capétiens et en raison de sa situation stratégique au carrefour entre la Loire et diverses routes, Orléans vit sa population croître, ce qui influença considérablement l’évolution des bourgs. Deux bourgs en particulier se développèrent de façon très dynamique : d’une part, le bourg Dunois, où se concentrait une importante activité artisanale et marchande et qui était situé à l’est de la civitas, autour des deux vieux monastères de Saint-Aignan et Saint-Euvert ; d’autre part, le bourg de Saint-Paul à l’ouest, qui profitait d’un accès direct au vieux pont sur la Loire. Ces deux agglomérations furent fortifiées dès le XIIe siècle. À côté des routes menant hors de la ville se développèrent de nouveaux bourgs, comme, entre autres, celui qui entourait la vieille église Saint-Laurent-des-Orgerils à l’ouest de la ville qui devint au XIIe siècle le siège d’une paroisse149. Lorsque le roi Philippe Ier confia ce lieu aux Clunisiens de La-Charité-sur-Loire, avant 1107150, l’essor urbain allait bon train. Tout comme le roi Louis VI l’avait fait pour Saint-Martin-des-Champs ou le comte de Poitiers pour l'abbaye Montierneuf, Philippe encouragea l’évolution postérieure en renonçant aux services et aux charges qui lui étaient dus au profit des habitants du bourg de Saint-Laurent. Et pourtant ce bourg n’eut jamais une grande influence sur l’évolution topographique, socio-économique ou politique de la ville Orléans. Ni l’emplacement du bourg, ni le soutien des Clunisiens dans la ville royale n’y suffirent. Certains monastères plus anciens avaient une position topographique plus favorable et entretenaient de meilleurs réseaux politiques et sociaux. À l’inverse, cela permet de mettre en évidence que, dans les cas de réussite de l’urbanisation engendrée par les monastères clunisiens – comme à Montierneuf à Poitiers ou Saint-Martin-des-Champs à Paris – avaient été rassemblées trois conditions sine qua non au moins : en premier lieu, une bonne infrastructure et un rattachement aux routes transrégionales ; en second lieu, un soutien énergique de la part des seigneurs en place et, enfin, un élément spécifique d’attraction (culte des saints, offres funéraires etc.) en direction des donateurs et des laïcs.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sources éditées :

Cartulaire de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, éd. L. Rédet, Poitiers, 1874 (Archives Historiques du Poitou, III).

Cartulaire du prieuré Saint-Nicolas de Poitiers, éd. L. Rédet, dans Archives historiques du Poitou, 1, 1872, p. 1-51.

Cartulaire général de Paris, éd. R. de Lasteyrie, I, Paris, 1887.

Libellus de diversis ordinibus et professionibus qui sunt in aecclesia, éd. G. Constable, B. P. Smith, Oxford, 1972.

Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, éd. J. Depoin, I-V, Ligugé-Paris, 1912-1921 (Archives de la France monastique, 13, 16, 18, 20 et 21), reéd. par O. Guyotjeannin, S. Peyrard, C. Romet, R. Wenz en 2006 dans http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/Paris-S-Martin-des-Champs.

Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de R.-H. Bautier par J. Dufour, I, Paris, 1992.

Recueil des Actes de Philippe Ier, éd. M. Prou, Paris, 1908.

Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf de Poitiers 1076-1319, éd. F. Villard, Poitiers, 1973.

Bibliographie :

Bouillot 1977 = M. Bouillot, Contribution à l’étude des plans des villes clunisiennes, dans Mélanges d’histoire et d’archéologie offerts au professeur Kenneth John Conant par l’association Splendide Bourgogne, Mâcon, 1977, p. 173-204.

Carpentier - Pon 2008 = E. Carpentier, G. Pon, Le récit de la fondation de l’abbaye de Montierneuf de Poitiers par Guillaume VIII : la chronique clunisienne du moine Martin, dans Cahiers de civilisation médiévale, 51, 2008, p. 21-55.

Claude 1960 = D. Claude, Topographie und Verfassung der Städte Bourges und Poitiers bis in das 11. Jahrhundert, Lübeck-Hamburg, 1960 (Historische Studien, 380).

Debal 1983 = J. Debal (éd.), Histoire d’Orléans et de son terroir, I, Roanne, 1983.

Duguet 1964/65 = J. Duguet, Les possessions de l’abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers en Aunis et en Saintonge, de 928 à 1125 d’après le cartulaire, dans Actes du Congrès national des Sociétés savantes, 20, 1964/65, p. 22-30.

Étienne 1975 = G. Étienne, La Villeneuve du Temple à Paris aux XIIIe et XIVe siècles, dans Études sur l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, II, Paris, 1975, p. 87-99.

Fossier 1995 = R. Fossier, Du manse à la censive : Picardie, XIe-XIIIe siècle, dans J.-M. Duvosquel, E. Thoen (éd.), Peasants and Townsmen in Medieval Europe. Studia in honorem Adriaan Verhulst, Gand, 1995, p. 445-462.

Friedmann 1959 = A. Friedmann, Paris, ses rues, ses paroisses du Moyen Âge à la Révolution. Origine et évolution des circonscriptions paroissiales, Paris, 1959.

Galabert 1901 = F. Galabert, Le quartier de Saint-Martin-des-Champs à Paris, dans Positions des Thèses de l’École des Chartes, Paris, 1901, p. 57-62.

Head 1990 = T. Head, Hagiography and the Cult of Saints, the Diocese of Orléans 800-1200, Cambridge, 1990.

Heintz 1982 = C. Heintz, Anfänge und Entwicklung des Cluniazenser-Priorates St.-Martin-des-Champs in Paris (1079-1150), Münster, phil. Diss, 1982.

Henriet 1996 = P. Henriet, Les villes et la Ville (Rome) dans l’hagiographie clunisienne, dans Les moines dans la ville, Colloque du CAHMER et du CREDHIR, Université catholique de Lille (31 mars-1er avril 1995), Amiens, 1996 (Histoire médiévale et archéologie, 7), p. 47-57.

Judic 1996 = B. Judic, Grégoire le Grand, les moines et la ville, dans Les moines dans la ville, Colloque du CAHMER et du CREDHIR, Université catholique de Lille (31 mars-1er avril 1995), Amiens, 1996 (Histoire médiévale et archéologie, 7), p. 7-32.

Lavedan 1993 = P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme à Paris, Paris, 21993.

Leguay 1994 = J.-P. Leguay, Une présence monastique urbaine : le rôle des prieurés dans la formation et dans le paysage des petites villes du Moyen Âge (France et Grands Fiefs), dans Papauté, Monachisme et Théories politiques. Études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, 2 vol. , Lyon, 1994, p. 525-536.

Lombard-Jourdan 1974 = A. Lombard-Jourdan, Paris. Genèse de la ville. La rive droite de la Seine des origines à 1223, Paris, 1974.

Mehne 1977 = J. Mehne, Cluniacenserbischöfe, dans Frühmittelalterliche Studien, 11, 1977, p. 241-287.

Michaud-Fréjaville 2002 = F. Michaud-Fréjaville, Orléans, Stadt und Bistum, dans Lexikon des Mittelalters, VI, Stuttgart, 2002, col. 1460-1464 .

Milis 2002 = L. Milis, Monks, Canons, and the City : A barren relationship ?, dans Journal of Interdisciplinary History, 32, 2002, p. 667-688.

Oberste 1998 = J. Oberste, Bischöfe und Cluniazenser im Zeitalter von Krisen und Reformen (12./13. Jahrhundert), dans G. Constable, G. Melville, J. Oberste (éd.), Die Cluniazenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster, 1998 (Vita regularis, 7), p. 349-392.

Oberste 2002 = J. Oberste, Donaten zwischen Kloster und Welt. Das Donatenwesen der religiösen Ritterorden und die Entwicklung der städtischen Frömmigkeitspraxis im 13. Jahrhundert, dans Zeitschrift für historische Forschung 29, 2002, p. 1-37.

Oberste 2009 = J. Oberste, Présence et concurrence. Communautés monastiques et espaces urbains à Toulouse avant l’arrivé des Mendiants, dans N. Bériou, C. Caby (éd.), Moines et religieux dans la ville, Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 53-77.

Olivier 1926 = S. Olivier, Étude sur le registre Bertrand de Saint-Martin-des-Champs, dans Positions des thèses de l’École nationale des Chartes, Paris, 1926, p. 105-110.

Parisse 1994 = M. Parisse (éd.), Atlas de la France de l’An Mil, Paris, 1994.

Pinon - le Boudec 2004 = P. Pinon, B. le Boudec, Les plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, 2004.

Poeck 1998 = D. D. Poeck, Cluniacensis ecclesia. Der cluniacensische Klosterverband (10.-12. Jahrhundert), Munich, 1998.

Racinet 1996 = P. Racinet, Cluny et les centres urbains en France (milieu du XIe – milieu du XIIIe siècle), dans Les moines dans la ville, Colloque du CAHMER et du CREDHIR, Université catholique de Lille, Amiens, 1996 (Histoire médiévale et archéologie, 7), p. 59-75.

Sohn 1998 = A. Sohn, Die Kapetinger und das Pariser Priorat Saint-Martin-des-Champs im 11. und 12. Jahrhundert, dans Francia, 25-1, 1998, p. 77-121.

Süßmann 1996 = G. Süßmann, Konflikt und Konsens. Zu den Auseinandersetzungen zwischen cluniazensischen Klöstern und ihren rechtsabhängigen burgenses im Frankreich des 12. und 13. Jahrhunderts, Münster, 1996 (Vita regularis, 3), p. 177-206.

Tanon 1877 = L. Tanon, Registre criminel de la justice de Saint-Martin des Champs à Paris au XIVe siècle : publ. pour la première fois, d’après le manuscrit des Archives nationales, et précédé d’une Étude sur la juridiction des religieux de Saint-Martin, 1060-1674, Paris, 1877.

Tanon 1883 = L. Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris : suivi des registres inédits de Saint-Maur-des-Fossés, Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés, et du registre de Saint-Martin-des Champs, Paris, 1883.

Weiss 1993 = V. Weiss, Étude de topographie parisienne : la censive de Saint-Martin-des-Champs à Paris du XIIIe s. au début du XVe s., dans Positions des thèses de l’École nationale des Chartes, Paris, 1993, p. 201-207.

Wollasch 1982 = J. Wollasch (éd.), Synopse der cluniazensischen Nekrologien, 2 vol. , Munich, 1982 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 39).

Wollasch 1984 = J. Wollasch, St. Alban in Basel. Zur Klostergründung eines exkommunizierten Bischofs im Investiturstreit, dans L. Fenske (éd.), Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter. FS Josef Fleckenstein, Sigmaringen, 1984, p. 285-303.

Haut de page

Notes

1 Par exemple dans Regula Benedicti I, 7 ou IV, 20. Cf. Judic 1996, p. 7-32 et plus généralement Milis 2002, p. 667-688.

2 Henriet 1996, p. 47-57.

3 Cf. Wollasch 1984, p. 285-303 ; Mehne 1977, p. 241-287 et Oberste 1998, p. 349-392.

4 Prieuré Saint-Martin-des-Champs, 1079, donné à Cluny par le roi Philippe Ier. Cf. Poeck 1998, p. 479 ; plan de ville : Racinet 1996, p. 73 s. Cf. Galabert 1902, p. 57-62.

5 Prieuré Saint-Christophe (in suburbio), confirmé par le pape en 1144 pour La-Charité-sur-Loire. Cf. Poeck 1998, p. 453.

6 Prieuré Saint-Laurent des Orgerils (in suburbio), 1119, donné à Cluny par le roi Louis VI : ibid., p. 471 s. ; plan de ville : Racinet 1996, p. 68. Cf. Head 1990.

7 Prieuré Saint-Sauveur-de-Chartres (in suburbio), confirmé par le pape en 1107 pour La-Charité-sur-Loire : Poeck 1998, p. 495.

8 Prieuré Saint-Pierre-à-la-Chaux, confirmé par le pape Honorius II à Cluny : ibid., p. 489 ; Racinet 1996, p. 60 et 71 (plan de ville).

9 Abbaye Saint-Germain-d’Auxerre, 1096, à l’initiative du comte Étienne donné à Cluny par le pape Urbain II : Poeck 1998, p. 465 s.

10 Ecclesia Saint-Jean-de-Mâcon, 946, donné à Cluny par le roi Louis ; cella Saint-Martin-des-Vignes, avant 946 : ibid., p. 23, 470 et 479 s.

11 Ecclesia Saint-Racho-lès-Autun (in suburbio), avant 1107 donné à La-Charité-sur Loire : ibid., p. 492.

12 (1) Prieuré Saint-Étienne-de-Nevers, donné à Cluny en 1068 par l’évêque Mauguin et le comte Guillaume de Nevers. (2) Prieuré Saint-Sauveur-de-Nevers, donné à Cluny en 1045 par l’évêque Hugues de Nevers. (3) Ecclesia Saint-Victor-de-Nevers (in suburbio), avant 1107 donné à La-Charité-sur Loire. Poeck 1998, p. 458, 496, 501 ; Racinet 1996, p. 63-67, plan de ville: p. 75.

13 Prieuré Saint-Marcel-de-Chalon (in suburbio Cabilonensi positum…), donné à Cluny en 999 par l’évêque Hugues : Poeck 1998, p. 475 s.

14 Ecclesia Saint-Michel-de-la-Guerche (Tours), confirmé en 1095 par le pape Urbain II pour Cluny : ibid., p. 481.

15 Abbaye Saint-Martial-de-Limoges, donné à Cluny en 1062 par l’évêque Ithier et le vicomte Adémar de Limoges : ibid., p. 477.

16 Ibid., p. 359 (ecclesia La Peignerie, filiale de Montierneuf) ; ibid. p. 400 (abbaye Montierneuf [in suburbio eiusdem civitatis…], à l’initiative du comte Guillaume de Poitiers donné à Cluny par le pape Grégoire VII en 1076 ; ibid. 456 (abbaye Saint-Cyprien, première confirmation à Cluny par le pape Étienne IX en 1058); ibid., p. 483 (ecclesia Saint-Nicolas-de-Poitiers, filiale de Montierneuf); ibid., p. 488 (ecclesia Saint-Paul, filiale de Montierneuf); ibid., p. 497 (ecclesia Saint-Sernin, filiale de Montierneuf).

17 Abbaye Saint-Cybard-d’Angoulême, donné à Cluny avant 1090 par le comte Foulque. ibid., p. 456.

18 (1) Prieuré La Daurade, donné à Moissac en 1073 par l’évêque Isarn et le comte Guillaume. (2) Ecclesia Sainte-Colombe (que in Tolosa sita), confirmée en 1110 par l’évêque Amelius pour Saint-Pierre-des-Cuisines. (3) Prieuré Saint-Pierre-des-Cuisines, donné à Moissac avant 1072 par l’évêque Isarn et le comte Guillaume. Poeck 1998, p. 357 s., 454, 492. Cf. Oberste 2009, p. 53-77.

19 Prieuré Saint-Pierre-de-Clunezet, donné à Cluny en 1138 par le pape Innocent II (cimiterium…) : Poeck 1998, p. 402.

20 Prieuré Saint-Eutrope, donné à Cluny en 1081 par le duc Guillaume d’Aquitaine avec le consentement de l’évêque et le chapitre de la cathédrale de Saintes : ibid., p. 459 s.

21 Prieuré Notre-Dame-du-Charnier (ou La-Porte-Saint-Léon) dans le faubourg de Sens, donné à Cluny vers 1088 : Racinet 1996, p. 60.

22 Ecclesia sancti Andree apostoli (sitam prope istam civitatem), donné à Cluny en 1029 par l’évêque Faraldus : Poeck 1998, p. 343.

23 Prieuré Saint-Orens (Auch), donné à Cluny vers 1068 par le comte Aimeric : ibid., p. 485.

24 Prieuré Saint-James (Exeter) (quod extra muros civitatis Exon. devote constituti…), donné à Cluny en 1141 par le comte Baldwin of Devon : ibid., p. 334.

25 Prieuré Saint-Alban, donné à Cluny vers 1103 par l’évêque Burchard de Bâle : ibid., p. 447 s. Cf. Wollasch 1984.

26 Prieuré Saint-Victor, donné à Cluny vers 999/1101 par l’évêque Hugues. Poeck 1998, p. 500 s.; plan de ville : Racinet 1996, p. 69.

27 Prieuré San Marco di Lodi, donné à Cluny en 1068 par un habitant de Lodi : Poeck 1998, p. 375 s.

28 Prieuré San Nicola di Verziano, donné à Cluny en 1087 par un clerc Oddo : ibid., p. 290.

29 (1) Prieuré San Gabriele de Crémone, donné à Cluny en 1076 par une groupe de nobles de Crémone. (2) Ecclesia Santa Maria e tutti i Santi, donné à Cluny en 1133 par un noble habitant de Crémone. ibid., p. 322 s.

30 Prieuré à Ferrare, première confirmation à Cluny par le pape Honorius II : ibid., p. 336.

31 Prieuré San Maiolo de Pavie, donné à Cluny en 967 par un clerc : ibid., p. 418 s. et 475.

32 Prieuré à Plaisance, première confirmation à Cluny par le pape Grégoire VII : ibid., p. 422.

33 Ecclesia à Venise, première confirmation à La-Charité-sur-Loire en 1144 par le pape Lucius II : ibid., p. 528.

34 Prieuré San Saba (Rome), donné à Cluny en 1145 par le pape Lucius II : ibid., p. 494.

35 Ecclesia Sancti Vincentii de Salamantica, donné à Cluny en 1143 par le roi Alphonse et l’évêque Bérenger : ibid., p. 504.

36 Ecclesia Sant’Agueda in Ciudad Rodrigo, donné à Cluny en 1157/1161 par le roi : ibid., p. 314.

37 Ecclesia San Miguel de Zamora (quae est extra murum civitatis Zamorensis sita), donné à Marcigny en 1131 par le roi Alphonse : ibid., p. 481.

38 Ecclesia in Colimbriensis civitatis suburbio edificata, donné en 1102/03 à La Charité par l’évêque Maurice : ibid., p. 316.

39 Ibid., p. 451.

40 Prieuré à Northampton, donné à La-Charité en 1084 par le noble Simon : ibid., p. 412.

41 Priorat à Nottingham, première confirmation à Cluny par le pape Honorius II : ibid., p. 412.

42 Prieuré à Charlieu, donné à Cluny en 932 par l’évêque Jean de Mâcon : ibid., p. 307. Cf. Süßmann 1996, p. 177-206.

43 Prieuré Sainte-Saulve (Valenciennes), donné à Cluny en 1103 par le comte Baudouin : Poeck 1998, p. 495.

44 Libellus de diversis ordinibus et professionibus qui sunt in aecclesia, éd. Constable - Smith 1972, p. 72s.

45 Racinet 1996, p. 59-75, ici 59.

46 Bouillot 1977, p. 173-204 ; Leguay 1994, p. 525-536.

47 Süßmann 1996.

48 Poeck 1998, p. 84-91.

49 Cartulaire de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, éd. Rédet 1874, n° 17, p. 22 (daté 990/1004). Cf. la thèse de Claude 1960, p. 114 s.

50 Cartulaire de Saint-Cyprien, éd. Rédet 1874, n° 19, p. 23.

51 Ibid., n° 40, p. 34 s.

52 Duguet 1964/65, p. 22-30.

53 Pour l’église Sainte-Résurrection cf. Cartulaire de Saint-Cyprien, éd. Rédet 1874, n° 65, p. 59 (938, avril); pour Saint-Saturnin cf. ibid., n° 9, p. 14 (1097/1100).

54 Ibid., n° 9, p. 14. Cf. Claude 1960, p. 119 s.

55 Voir infra n. 59.

56 Claude 1960, p. 123.

57 Ibid., p. 127.

58 Cf. Carpentier / Pon 2008, p. 21-55.

59 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf de Poitiers 1076-1319, éd. Villard 1973, n° 5, p. 10 s. (Privilège de Guillaume VIII, duc d’Aquitaine, 1077, 28 janvier) : ...Statuo autem ipsum monasterium liberum et francum et fundum in quo sedet et trado ei villam ultra aquam sibi contiguam et stagnum sive piscariam cum molendinis et villam Agriciacum et burgum Sancti Saturnini cum tampnatoribus et villam Iamnuas... Concedo etiam, laudo et auctorizo quicquid mei milites vel homines, in honore vel de honore meo dederint praedicto loco sive monasterio... Cf. Poeck 1998, p. 121-123 (avec bibliographie).

60 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 6, p. 13 s.

61 Parisse (éd.) 1994.

62 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 6, p. 13 s.

63 Ibid., n° 16, p. 27-29 (1082/1086).

64 Ibid., p. 28: ...ut homines qui cursores vocantur, qui habitant in civitate, vendentes et ementes, si in burgo venerint et sua vendiderint, debitam consuetudinem monachis redderent; et ipsi idem civitatem ascendentes, ipsam eandem consuetudinem , sublata omni iniuria, persolverent. Similiter mercatores, illic domum vel hospicium certum non habentes, si transitum illinc habuerint et sua vendiderint, monachis debitam consuetudinem redderint.

65 Ibid., n° 10, p. 19 s. (1081, 10 juillet) et n° 14, p. 24 s. (1083, 8 juin).

66 Ibid., n° 11, p. 21 s. (1082).

67 Ibid., n° 18, p. 30-33 (1083/1086) et n° 19, p. 33s. (1086/1087).

68 Ibid., n° 20, p. 34 s. (1087) et n° 24, p. 38-40 (1093).

69 Cartulaire du prieuré Saint-Nicolas de Poitiers, éd. Rédet 1872, n° 19, p. 28 (1079/1086). Cf. Claude 1960, p. 128-130.

70 Ibid., p. 139.

71 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 25, p. 40-42 (1096, 7 avril).

72 Ibid., n° 61, p. 92-95 (1119).

73 Ibid., p. 93 : … usque ad mercatum novum, et in mercato novo unam ruam. Et concedo cuncta que usque ad muros civitatis adquirere poterit, nullam ibi consuetudinem retinens.

74 Ibid., n° 42-43, p. 65 s. (1101/1112).

75 Ibid., n° 60, p. 90 s. (1119).

76 Cf. l’index nominum dans Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, p. 453s. Cf. aussi ibid., n° 213, p. 334-344 (1294).

77 Ibid., n° 137, p. 218 s. (1232/1233).

78 Ibid., n° 143, p. 228 s. (1237). Pour les données cf. Oberste 2002, p. 1-37.

79 Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf, éd. Villard 1973, n° 170, p. 267 s. (1270).

80 Par ex. ibid., n° 225, p. 382 s. (1306) et n° 236, p. 408s. (1314).

81 Ibid., n° 238, p. 412 s. (1317) ; n° 240, p. 416 s. (1318).

82 Claude 1960, p. 41.

83 Cf. Racinet 1996, p. 61 s. et 73 s. (plans) ; la thèse de Heintz 1982 et Sohn 1998, p. 77-121. Pour la topographie cf. Lombard-Jourdan 1974.

84 Cf. les plans dans Lavedan 1993, p. 8-10.

85 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, monastère parisien, éd. Depoin 1912-1921, ici I, n° 12 (1067, 29 mai) : ... omnia que ipse sibi donaverat concesi, plurima etiam que in nostra potestate erant adauxi ; abbatiam videlicet Sancti Simphoriani et Sancti Sansonis, que est Aurelianis intra muros civitatis sita, et medietatem fori quod statuimus in loco ipsius monasterii Kalendis Novembris, tam de toloneis quam de iusticiis et fredis et omnibus reditionibus que, in toto tempore ipsius fori, ius nostri exigit fisci.

86 Donation de l’évêque Guillaume Giffard de Winchester, dans: Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 228 (1107/1108).

87 Ibid., n° 95: …Addo etiam quod liceat eis edificare burgum in terra nostra quam donavit eis Gilduinus filius Raimbaldi, et consuetudines eiusdem burgi ita absolute eis concedo, ut sicut habeo burgum meum, et burgenses meos quietos, ita habeant suos

88 Ibid.: Excepto quod in dominio meo retinui, quod si aliquis meus burgensis in burgo eorum emerit vel vendiderit, theloneum ab illo habebo ; et si burgensis eorum de burgensibus meis, vel in mercato, vel extra mercatum, emerit vel vendiderit, similiter theloneum ab illo habebo. A quocunque autem burgensis eorum in mercato, in die mercati, emerit vel vendiderit, similiter ab illo habebo.

89 Ibid., n° 15 (1070, 5 mai) = Recueil des actes de Philippe Ier, éd. Prou 1908, n° 53 : Quapropter ego Philippus, gratia Dei Francorum rex, notum fieri volo sancte matris Ecclesie fidelibus, tam presentibus quam et futuris, quod frater Iohannes inclusus Sancti Martini, vir bone memorie et de sustentatione pauperum sollicitus, mei presentiam obnixe deprecatus est ut pauperibus et peregrinantibus Sancti Martini, segregatim ab aliis fratribus in ecclesia psallentibus, elemosinam facerem.

90 Ibid.: ...et, in victum eorum ad hospitalem locum, molendinum unum qui in dominio meo erat in Magno Ponte donarem ; et ne furnum quem abbas Engelardus et ceteri fratres Sancti Martini, admonitione ipsius inclusi instinctuque fraterne caritatis, hospitali concesserunt, aliquis destruere presumat, vel in alios usus retorquere audeat, vel alterum preter eum in toto procinctu munitionis Sancti Martini, construat ; quod, si forte fieret, crescente habitantium multitudine, ad hospitale pertineret.

91 Ibid.: Preterea deprecatus est ut via, que est ante monasterium Sancti Martini, pro honore eiusdem ecclesie, publice teneatur, et illa altera, que sub monasterio est, ad usum pauperum in agriculturam immutetur ; que via ab eo loco se dividit a via que ducit ad Sanctum Martinum, ab urbe Parisio veniente, usque ad eum locum in quo convenientes se uniunt, extenditur.

92 Cf. Parisse 1994.

93 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 90 (1096/1100).

94 Sohn 1998, p. 82 (plan), p. 81-86.

95 Racinet 1996, p. 61.

96 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 157 (1119, 27 novembre): Videlicet in pago Parisiacensi, decimam eiusdem prefati monasterii Sancti Martini, in suburbio Parisiace urbis, ecclesiam Sti Iacobi cum parochia ; prope monasterium Sancti Martini, capellam Sancti Nicholai ; infra urbem, in vico qui dicitur Iudeorum, furnum quemdam, et ad Magnum Pontem, duo molendina ; ecclesiam Sancti Dionisii de Monte-martirum, cum capella que ad Sanctum Martirium appellatur... Cf. Sohn 1998, p. 82 s.

97 Cf. le privilège de confirmation du pape Innocent II. : Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 215 (1136).

98 La note non-datée, mais écrite à l’époque de la transmission de Saint-Martin à Cluny, décrit l’exercice des droits épiscopaux face au prêtre de Saint-Martin. Aucune allusion n’est faite au saint patron Nicolas : l’évêque revendique en premier lieu son droit de faire nommer les prêtres par l’archidiacre responsable ainsi que l’ensemble du droit d’ordination concernant le monastère Saint-Martin. De plus l’assemblée devait accueillir les membres du chapitre de la cathédrale lors de la messe de chaque fête vouée à Saint-Martin (Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 19). Cf. Friedmann 1959, p. 75-78. Le curé de Saint-Nicolas est mentionné en 1211 pour la première fois: Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 698.

99 Cf. Friedmann 1959, p. 73-78.

100 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 698 (1211, avril).

101 Ibid., n° 471 (1184, 4 septembre). Cf. Oberste 1998, p. 349-392.

102 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 775 (1221, mars) : W[illelmus], Dei gratia Parisiensis episcopus, o. p. l. i. in Domino salutem, Notum facimus universis quod, cum ecclesia Sancti Nicholai que est iuxta monasterium Sancti Martini de Campis Parisius, cimiterium non haberet ad sepelienda corpora defunctorum de parrochia eiusdem ecclesie, nisi in curia Beati Martini de Campis, tantumque excrevisset populus illius parrochie quod locus ille iam non sufficeret ad sepelienda omnia corpora in dicta parrochia morientium...

103 Cf. pour Toulouse, Oberste 2009, p. 53-78.

104 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 57.

105 Ibid., n° 140 (1111) : Universis igitur sancte Dei Ecclesie cultoribus, tam posteris quam et presentibus, notum fieri ac certum habere volumus, quia ista que subscripta sunt, que predecessores nostri, Francorum reges, de morte anime meditantes, Deo et Beato Martino de Campis caritative tribuentes tradiderunt, ipsam videlicet in primis Beati Martini de Campis ecclesiam, cum terris que circa eandem ecclesiam habentur, immo cum theloneis et fredis et iusticiis earumdem terrarum. Preterea, Parisius, unum molendinum. Terram Haubertivillaris, Noisiacum villam cum omnibus redditibus terre, tam silve quam vinearum et pratorum etc. Cf. Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de Bautier par Dufour 1992.

106 Cf. pour l’office des maires à Paris Tanon 1883, p. 95 s. et Étienne 1975, p. 87-99, ici 97.

107 Voir supra n. 62.

108 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 130 (1110, 4 février) = Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de Bautier par Dufour 1992, n° 37, p. 71-74. Cf. Tanon 1883, p. 17 s.

109 Voir supra n. 105.

110 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 1104 (1253, février).

111 Depoin émet des doutes quant à l’authenticité des diplômes (ibid., n° 227 [1128]), qui ne sont pourtant pas confirmés par Dufour dans la nouvelle édition des actes de Louis VI : Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de Bautier par Dufour 1992, t. 2, n° 262, p. 57-59 :.. concedimus quod nos, vel heredes nostri, nunquam Beati Martini homines vel hospites capiemus, nisi in presenti forefacto fuerint deprehensi, et si Nos, vel homines nostri, querelam adversus eos aliquam habuerimus, in curiam Beati Martini ibimus et iusticiam per manum prioris et monachorum inde suscipiemus.

112 Tanon 1883, p. 6 s., 15 s., 268 s. et Tanon 1877.

113 Dans une brève notice de 1170 les possessions de l’abbaye Saint-Maur-les-Fossés in maioria Sancti Martini sont confirmées (Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 408). Pour Champigny voir ibid., n° 567 (1176/1181).

114 Ibid., n° 1103 (1252, 7 septembre).

115 Ibid., n° 880 (1229, mai). Cf. les listes des témoins ibid., n° 1050 (1246) ; 1052 (1246) ; 1084 (1250).

116 Ibid., n° 1050 (1246): ...et presentibus hiis servientibus : Clemente, serviente prioris ; Jaquelino, majore Sti Martini ; Adam de Aula, magistro Nicolao carpentario.

117 Ibid., n° 427 (vers 1170).

118 (1) U. p. l. i. frater B[alduinus], humilis prior Sancti Martini de Campis Parisiensis, et eiusdem loci conventus, salutem in Domino. Notum facimus quod nos Haouysim relictam defuncti Guillelmi de Clamart, feminam nostram de corpore, manumittimus, et ei concedimus ut plena et perpetua gaudeat libertate, nichil nobis retinentes in ipsa de illo genere servitutis, quod manus mortua vulgariter appellatur, neque etiam de aliquo alio genere servitutis. Ipsa vero Haouysis, tanti beneficii sibi a nobis impensi liberaliter et libenter non immemor nec ingrata, nobis et ecclesie nostre Sancti Martini dedit in perpetuum et concessit, post decessum ipsius Haouisis, quandam granchiam quam habebat, sitam Parisius in vico cimiterii Sancti Nicholai in censiva nostra, et viginti duos sol. par. incrementi census quos eadem Haouisis habebat, assignatos in quadam domo sita Parisius in vico qui appellatur Frepellon, similiter in censiva nostra, que siquidem domus fuit Richeldis filie defuncti Harduini. — In cuius rei testimonium presentes litteras dicte Haouisi concessimus, ad petitionem ipsius, sigilli nostri roboratas... (Ibid., n° 900 ; 1231) ; (2) Officialis curie Parisiensis — Luciana dicta de Pestrino asseruit in iure, coram nobis, quod viri religiosi Prior et conventus Sancti Martini de Campis Parisius, divine pietatis intuitu necnon et pro servicio quod ipsis religiosis et ecclesie sue diucius exhibuerat feliciter et devote quondam defunctus Herbertus de Pestrino, homo de corpore dictorum religiosorum et ecclesie sue, pater ipsius Luciane, ipsam Lucianam, Marotam et Margarotam eiusdem Luciane filias, feminas de corpore predictorum conventus et ecclesie de communi assensu suo manumiserant et a jugo servitutis quo predictis religiosis tenebantur astrictè, ipsas absolverant et penitus relaxaverant, eisdem libertatem plenariam concedentes. Asseruit etiam ipsa Luciana quod habebat domum Parisius in vico Sancti Martini de Campis, quam concessit predictis religiosis in recompensationem manumissionis predicte... (Ibid., n° 1173 de 1261).

119 Cf. Tanon 1883, p. 6 s. Voir la charte de fondation de l’abbaye Saint-Magloire de l’an 980 avec la confirmation de l’immunité et de la juridiction sur les homines (de l’abbaye), tam ingenuos quam servos (ibid., p. 7 s.).

120 Par ex. dans Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 72 (1096) comme servi æcclesiæ dans la liste de témoins ; ibid., n° 456 (1178) comme serviens Beati Lazari dans la liste de témoins ; cf. aussi ibid., n° 1050 (1246).

121 Par ex. ibid., n° 227 (1128) dans le privilège de Louis VI : Beati Martini homines vel hospites.

122 Par ex. ibid., n° 870 (1228): homines Sancti Martini de Campis de corpore ; voir aussi ibid., n° 1050 (1246). Cf. le cas d’un homme de Saint-Martin-des-Champs en 1248 : ...recognovit Reginaldus Carpentarius de Sancta Gemma se esse hominem ecclesie Bti Martini de Campis et iuravit quod se tenebit et habebit tanquam hominem nostrum de suo corpore, ad usus et consuetudines ville Sancte Gemme, de qua fuit oriundus (ibid., n° 1072). Dans les deux cas de manumissions des années 1231 et 1261, le terme corpus est employé aussi dans ce sens : ibid., n° 900 et 1173.

123 Par ex. ibid., n° 612 (1203/04).

124 Par ex. dans le diplôme du roi Louis VI, ibid., n° 239 (1138) : ...sed et domus et furnus liberi omnino ab omni consuetudine et exactione, cum hospitibus ibi manentibus, perpetuo existant. Le contexte montre clairement que, dans ce cas, tous les habitants du territoire concerné sont appelés hospites. Cf. aussi ibid., n° 958 (1236) et 1103 (1252).

125 Ibid., n° 877 (1229, mars) et 1271 (1278, mars).

126 Ibid., n° 958 (1236, mars).

127 Voir supra n. 88. Cf. plus généralement Süßmann 1996.

128 Cf. les deux cas de cives Parisienses qui acquirent une maison dans la censive de Saint-Martin d’un clerc pour un cens de 100 respectivement 16 sous: Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 1017 (1241, avril) : Radulphus de Paciaco, civis Parisiensis, et Sedilia eius uxor et ibid., n° 1028 (1243, août) : Stephanus de Merroliis et Petronilla eius uxor. En juin 1246, un autre habitant (Nicholaus de Lingonis, civis Parisiensis) acquit une maison du prieuré dans le censive de Saint-Martin-des-Champs (quandam domum sitam Parisius, in vico Martini de Campis) pour un cens annuel de 45 sous (ibid., n° 1054).

129 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 1154 (1258, novembre) et 1272 (1278, mars).

130 Voir supra n. 128, pour un exemple datant de 1246.

131 La première mention d’une censiva de Saint-Martin-des-Champs date de juin 1204 dans une affaire avec les Templiers voisins. Mais elle se rapporte à la possession de Saint-Martin à Noisy. Quelques années plus tard le terme est également documenté pour les possessions de Saint-Martin à Paris : Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 862 (1227, septembre) : Domina Mulier de Alneto, salutem in Domino. Noverint universi, presentes pariter et futuri, quod ego dedi et concessi in puram et perpetuam elemosinam — ecclesie Sancti Martini de Campis quandam domum quam habebam Parisius, sitam prope portam Sancti Martini de Campis, in censiva eiusdem ecclesie, quam tempore viduitatis mee acquisivi... Pour le terme ‘censive’ cf. Fossier 1995, p. 445-462.

132 Pour les censives de Paris cf. Tanon 1883, p. 2-5 et passim.

133 Cf. Weiss 1993, p. 201-207.

134 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 102 (vers 1105) = Cartulaire général de Paris, éd. Lasteyrie 1887, I, p. 151, no 127 : Vt in pace consistant bona Ecclesiæ, notum facimus his qui agnoscunt se filios eius esse, quod Warinus de Campis concessit æcclesiæ Sancti Martini de Campis vi arpennos vinearum, æidem æcclesiæ propinquos, propter v arpenos jacentes apud Montem Magniacum, ab eadem æcclesia remotos, et propter xl solidos.

135 Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 837 (1225, avril) et 862 (1227, septembre).

136 Étienne 1975, p. 99.

137 Ibid.

138 Pour une description précise Tanon 1883, p. 272. Voir la « déclaration du temporel » de Saint-Martin-des-Champs de 1532 (Arch. Nat. P. 2890, registres de la Chambre des Comptes). Un plan de 1710 de la censive de Saint-Martin se trouve dans Arch. Nat. Seine, 2e cl. n° 78.

139 Weiss 1993, p. 203.

140 Tanon 1883, p. xxviii émet des doutes quant à la quantité de 30.000 feux. Suzanne Olivier suggère dans une étude de 1926 qu’il s’agirait de la propriété rurale de Saint-Martin dans les alentours de Paris, surtout dans les territoires de Rouvray, Annet-sur-Marne, Sevran, Noisy-le-Grand, Bonnelles et Champigny-sur-Marne (Olivier 1926, p. 105-110). Cf. aussi Weiss 1993, p. 201-207.

141 Pour une analyse plus détaillée il faudrait consulter les censiers des XIIIe et XIVe siècles : Arch. nat. LL 1378 pour les années 1263, 1274, 1293, 1300 ; Paris, BnF, Lat. 10978 pour l’année 1300 et Arch. Nat. LL 1380 pour l’an 1392. Cf. Weiss 1993, p. 207.

142 Sohn 1998, p. 92.

143 Cf. Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. Depoin 1912-1921, n° 634 (1205), 694 (1209/1210) et la confirmation épiscopale ibid., n° 695 (1210).

144 Galabert 1901, p. 57-62. Pour le plan de Braun-Hogenberg, cf. Pinon / Boudec 2004, p. 34 s.

145 Cf. Heintz 1982.

146 Tanon 1883, p. 16 s.

147 Cf. Wollasch (éd.) 1982.

148 Cf. Michaud-Fréjaville 2002, col. 1460-1464 ; Debal 1983.

149 Michaud-Fréjaville 2002, col. 1462.

150 Recueil des Actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), publié sous la direction de Bautier par Dufour 1992, n° 148, p. 306. Cf. Poeck 1998, p. 471 s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Saint-Cyprien de Poitiers (1699).
Crédits sources : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6902530b.
Titre Fig. 2 - Plan de Poitiers, XIIe-XVe s.
Crédits sources : Robert Favreau, Histoire de Poitiers, Toulouse, 1985, p. 12.
Titre Fig. 3 - Le Quartier de Montierneuf à Poitiers. Détail du Tableau de Nautré (1619), Musée de la Ville de Poitiers.
Crédits sources : Poitiers. Saint-Jean-de-Montierneuf, éd. Robert Favreau, Poitiers 1996, p. 51.
Titre Fig. 4 - Paris au XIIe siècle.
Crédits sources : Andreas Sohn, Die Kapetinger und das Pariser Priorat Saint-Martin-des-Champs im 11. und 12. Jahrhundert, dans Francia, 25-1, 1998, p. 78.
Titre Fig. 5 - Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).
Crédits sources : Pierre Pinon et Bertrand Le Boudec, Les Plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, 2004, p. 35.
Titre Fig. 6 - Le Quartier de Saint-Martin-des-Champs. Détail du Plan de Paris de Braun-Hogenberg (1572).
Crédits sources : Pierre Pinon et Bertrand Le Boudec, Les Plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, 2004, p. 35.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jörg Oberste, « Les Clunisiens et l’espace urbain en France », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/344 ; DOI : 10.4000/mefrm.344

Haut de page

Auteur

Jörg Oberste

Universität Regensburg, Philosophische Fakultät, Professur für Mittelalterliche Geschichte und Historische Hilfswissenschaften - Joerg.Oberste[at]web.de

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org