Navigation – Plan du site
Pise de la peste noire à la conquête florentine (1348-1406). Nouvelles orientations pour l’histoire d’une société en crise

Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle : sortir d’une vision décliniste

Sylvie Duval, Alma Poloni et Cédric Quertier

Texte intégral

  • 1 La saignée démographique se poursuit par la suite : G. Petralia rappelle qu’entre 1402 et 1429, la (...)
  • 2 Ainsi, É. Carpentier note, dans son étude sur Orvieto, que la peste n’a provoqué « aucun changemen (...)
  • 3 Sur le climat et la démographie, voir dernièrement Campbell 2016. L’ensemble de la question est ab (...)
  • 4 Voir Bourin et alii 2014, la synthèse historiographique de Franceschi – Molà 2005, la contextualis (...)
  • 5 Goldthwaite 2009 ; La Roncière 1982 ; Pinto 1981.
  • 6 Sur le changement de paradigme, voir Burnouf 2008a, Burnouf 2008b et Burnouf et Arribet-Deroin 200 (...)

1La Grande peste (1348) est sans conteste l’une des catastrophes les plus graves qu’aient dû subir les sociétés urbaines au Moyen Âge. Encore aujourd’hui, on en mesure mal les conséquences, notamment du fait des retours de peste qui, dans les décennies suivantes (1362-1363, 1373-1374, 1400), achèvent de briser les équilibres démographiques des sociétés européennes en décimant des générations entières1. Et pourtant, ces sociétés « résistent2 » et se transforment. Elles ploient sous le poids de la mortalité mais ne rompent pas. Il faut donc admettre un fait qui n’est sans doute pas assez répété : les sociétés médiévales sont solides et, si leurs structures culturelles, religieuses, économiques et politiques ont indéniablement subi des transformations profondes, elles ont malgré tout tenu face aux catastrophes3. L’historiographie économique actuelle tend d’ailleurs à adopter une vision plus « optimiste » du XIVe siècle, liant l’effondrement démographique à l’essor, dans différentes régions européennes, de productions particulières, aussi bien dans le secteur agricole que dans le secteur industriel, et à la formation de marchés régionaux et interrégionaux plus intégrés dans le cadre de la construction des États territoriaux4. Une amélioration des conditions de vie des survivants a en outre été mise en évidence5, et l’archéologie tend à montrer que la culture matérielle est de meilleure qualité à la fin du Moyen Âge6.

  • 7 Sur l’histoire de Pise au Moyen Âge, voir le livre collectif dont la publication (à laquelle M. Ro (...)
  • 8 Puisque les densités de ce dernier auraient été six fois plus élevées à Florence (120 habitants /k (...)
  • 9 Wickham 2015, p. 67-117 (trad. it : Wickham 2017) ; Mitterauer – Morrissey 2007/2015.
  • 10 Volpe 1911, notamment p. 180 et p. 308. Les causes du déclin sont exposées dans Volpe 1970, p. 177 (...)
  • 11 Silva 1912, p. 5.
  • 12 Rossi Sabatini 1938, p. 283.
  • 13 O. Banti reprend ce point de vue classique dès la première phrase de son ouvrage sur Iacopo d’Appi (...)

2Pise est sans doute l’un des observatoires privilégiés de la « crise du XIVe siècle »7. La grande mortalité s’abat en effet sur une ville qui connaît déjà les affres des bouleversements économiques et politiques : perte de ses positions commerciales en Méditerranée, intensification insuffisante des cultures et faible densité de population dans le contado8. Après avoir connu un âge d’or au XIIe siècle9, le désastre de la Meloria (1284), la perte de la Sardaigne (1324) et la conquête florentine (1406) furent longtemps présentés comme les marqueurs d’un inexorable déclin, notamment par G. Volpe10 et ses épigones. Ainsi P. Silva peut-il parler de « lente décadence économique et politique de Pise11 » et G. Rossi Sabatini sous-titrer son livre sur le premier XIVe siècle « Studi sulla crisi costituzionale del Comune », et y décrire la « décadence économique [de Pise] et les progrès de Florence12 ». Jusque dans les années 1970, une partie de l’historiographie persistait en ce sens, notamment O. Banti dans son ouvrage sur la seigneurie de Iacopo d’Appiano (1392-1399)13.

  • 14 Cristiani 1962.
  • 15 Pauler 1995.
  • 16 Melis 1987a ; Tangheroni 2002 [1973].
  • 17 Poloni 2014a et 2014b.
  • 18 Ciccaglioni 2010.
  • 19 Voir l’hypothèse formulée dans Quertier 2014, vol. 1, p. 201-203 en reprenant l’idée d’une tripart (...)
  • 20 Cipolla 1982, notamment p. 79-103 ; Goldthwaite – Mandich 1994.
  • 21 Pratesi 1904, p. 96.
  • 22 Ceccarelli Lemut – Garzella – Vaccari 2011 ; Vaccari 2007 ; Melis 1987b, p. 46 ; Melis 1984.
  • 23 Millet 2010 ; le concile a donné lieu à la rédaction d’un estimo : voir Fanucci – Lovitch – Luzzat (...)

3Pourtant, après la Meloria, l’histoire pisane continue, et certains historiens, comme E. Cristiani14, critiquent le paradigme décliniste. Il faudrait donc déterminer à quel niveau appréhender cette « crise ». Alors que ses ressources sont bien moindres, la commune pisane est capable, grâce au très fort ancrage du gibelinisme et à la résidence périodique des empereurs en ville15, de préserver durant une cinquantaine d’années son indépendance, notamment par un jeu d’équilibriste diplomatique consistant à jouer de la rivalité entre Milan et Florence. Dans le domaine économique, les travaux de F. Melis et de M. Tangheroni ont permis de démontrer que, des années 1340 aux années 1390, le commerce pisan se porte bien, pour les banquiers comme pour les marchands16. A. Poloni a montré le dynamisme du secteur textile pisan, spécialisé dans les étoffes de qualité moyenne17 , et G. Ciccaglioni a également prouvé que les familles de lanaioli pisans sont en ascension sociale et politique au moins jusqu’en 136918. Ne peut-on d’ailleurs expliquer les mesures protectionnistes prises par Florence contre Pise par une concurrence de ces lanaioli pisans à l’encontre de leurs homologues florentins19 ? La diffusion du denier pisan en Toscane et la « guerre des monnaies » menée par Florence entre 1366 et 1371 (dévaluation du florin) ne prouvent-elles pas l’importance ou du moins la résistance de l’économie pisane20 ? Si par ailleurs les Pisans perdent le monopole sur le transport des marchandises depuis leur port (dès 1369 face aux Florentins), cela n’empêche pas le complexe portuaire (Pise-Porto Pisano-Livourne) d’être considéré comme la bocca di Toscana par Goro Dati (1362-1435)21 et d’être considéré comme un des principaux ports de la méditerranée occidentale, qui voit passer plus de mille bateaux par an en provenance de tous horizons22. Pise est, en outre, un centre intellectuel important, grâce à son université fondée en 1343 et à son studium dominicain renommé. Enfin, la ville est encore suffisamment prestigieuse au début du XVe siècle pour accueillir, en 1409, le concile qui élit le « troisième » pape, Alexandre V23.

  • 24 Voir notamment, sur la vie politique, Poloni 2004 et Ciccaglioni 2013 ; sur l’économie : Quertier (...)
  • 25 Meek 1966 ; Mencacci 2005.

4Les périodes de déclin, de fait, n’apparaissent comme telles qu’a posteriori, et l’intégration de Pise au nouvel État florentin en 1406 ne saurait être considérée comme l’aboutissement inévitable des crises qu’elle a traversées durant le XIVe siècle. À la suite des travaux menés par F. Melis et M. Tangheroni, le renouveau actuel des recherches sur cette période24 conduit à réinterpréter la notion de « crise », pour souligner que les transformations indéniables qui affectent alors la société pisane sont aussi la preuve d’un dynamisme économique, culturel et politique qui perdure dans la ville jusqu’à la fin du XIVe siècle. De ce fait, la conquête florentine de 1406 ne doit pas être analysée comme le point d’arrivée d’un déclin inéluctable, mais bien comme le résultat de la complexification d’un contexte politique plus large, marqué par l’ascension des puissances régionales (Milan, Florence) entre lesquelles Pise n’a pas su trouver sa place, contrairement à d’autres villes de taille et d’importance comparables comme Lucques25.

  • 26 Luzzati 1984.

5La journée d’études qui s’est déroulée à l’Université de Pise le 10 avril 2015 avec le soutien de l’École française de Rome, de l’Université de Pise, du CIHAM (UMR 5648), du LAMOP (UMR 8589) et de l’Institut français d'Italie a permis de faire le point sur les nouvelles pistes historiographiques à explorer, notamment en termes documentaires : l’accent a été mis sur les sources de la pratique, en particulier des sources notariées26, et sur les sources exogènes. Suivant une progression chronologique et thématique, le présent dossier présente une mise en perspective de différentes thèmes et approches liés à la recomposition de la société pisane au cours du XIVe siècle. Il fait émerger plusieurs aspects qui apportent des éléments nouveaux au débat plus général sur la « crise du XIVe siècle », ou en confortent les avancées récentes.

6Tout d’abord, les hécatombes dues à la peste recomposent une société qui, à travers les testaments, apparaît touchée jusque dans ses structures familiales les plus intimes, puisque les liens familiaux restreints tendent à prédominer, tandis que les veuves et les orphelins bénéficient de protections renforcées. Le souci du salut de l’âme apparaît, en outre, de plus en plus individualisé (S. Duval). L’aspect religieux, et plus spécifiquement rituel, de la vie pisane constitue sans doute l’un des éléments les plus originaux de la période. Articulée autour de la cathédrale, qui focalise la fierté et l’orgueil des Pisans, la religiosité pisane démontre par son originalité et par son renouvellement constant, que ce soit dans la transformation et l’usage de l’espace cathédral sous l’empereur Charles IV (1355-1362, M. Ronzani), ou dans le renouvellement des cultes civiques des saints (Guillaume de Maleval et Nicolas de Tolentino) (C. Iannella), que la population de Pise continue de se réinventer jusque dans ses pratiques les plus symboliques.

7Indéniablement marquées par le choc démographique et la concurrence internationale, les structures de l’économie pisane conservent elles aussi un dynamisme certain. La prosopographie des marchands-banquiers et des vendeurs de draps de laine (ritagliatori), appuyée sur l’étude des sources notariées et des comptabilités marchandes, peut donner une idée des transformations qui s’opèrent alors. Suivant la fluidification, la fragmentation et la déconcentration du commerce et de la finance internationale durant la seconde moitié du XIVe siècle, de nouveaux acteurs peuvent tirer leur épingle du jeu, parmi lesquels les Pisans jouent un rôle non négligeable sur une place commerciale et bancaire dont l’importance s’est réduite, mais qui demeure incontournable à l’échelle régionale (A. Poloni).

8Les deux contributions suivantes recourent aux archives exogènes (comptabilités et correspondances de la compagnie Datini ; archives de la Mercanzia florentine et de la couronne d’Aragon) pour étudier la place de groupes économiques spécifiques. Les infrastructures portuaires de grande qualité expliquent l’intérêt des marchands étrangers pour la ville, qui accueille des nations marchandes. Les plus dynamiques sont celles des Florentins et des Catalans, qui présentent de nombreuses similarités (complémentarité économique et présence/départ aux mêmes périodes, organisation de la nation, choix des familles de consuls, localisation dans la ville), même si les Florentins étaient bien plus nombreux et disposaient de meilleurs avantages économiques (C. Quertier). La comparaison des relations entre les Florentins et les Pisans à Avignon et à Pise, grâce aux correspondances de l’Archivio Datini de Prato vers 1400, révèle un entre-soi bien plus marqué des Florentins à Pise, que ce soit dans leurs relations d’affaire ou dans leurs autres activités. La volonté de séparation reste donc grande, même si certains personnages périphériques du groupe florentin peuvent s’intégrer (J. Hayez).

9La journée d’étude comprenait également une session de présentation des travaux de doctorants : M. Conti a présenté sa thèse intitulée « Imposer la ville : étude de la fiscalité à Bologne de la fin du XIIIe siècle au début du XVe siècle » (dir. J.-L. Gaulin) et P. Lefeuvre la sienne portant sur « La notabilité rurale dans le contado florentin (Valdarno Supérieur et Chianti) aux XIIe et XIIIe siècles » (dir. L. Feller). Enfin, le public nombreux et les présidents de séances (Sandro Carocci, Laurent Feller, Armand Jamme et Giuseppe Petralia) ont alimenté les discussions fructueuses. Que tous soient ici chaleureusement remerciés pour leur contribution.

Haut de page

Bibliographie

Banti 1971 = O. Banti, Iacopo d’Appiano. Economia, società e politica del Comune di Pisa al suo tramonto (1392-1399), Pise, 1971.

Bourin et alii 2014 = M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras (dir.), Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300, Rome, 2014.

Bresc Bautier – Bresc 2014 = G. Bresc Bautier, H. Bresc, Une maison de mots. Inventaires de maisons, de boutiques, d'ateliers et de châteaux de Sicile (XIIIe-XVe siècles), Palerme, 2014.

Bruni – Orvietani Busch – Matthews 2018 = S. Bruni, S. Orvietani Busch, K. Matthews (dir.), A Companion to Medieval Pisa, Leyde, 2018.

Burnouf 2008a = J. Burnouf, Archéologie médiévale en France. Le second Moyen Âge (XIIe-XVIe siècle), Paris, 2008.

Burnouf 2008b = J. Burnouf et alii, Sociétés, milieux, ressources : un nouveau paradigme pour les médiévistes, dans Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle, XXXVIIIe Congrès de la SHMESP, Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, 31 mai – 3 juin 2007, Paris, 2008, p. 95-132.

Burnouf – Arribet-Deroin 2009 = J. Burnouf, D. Arribet-Deroin et alii, Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, 2009.

Campbell 2016= B. Campbell, The great transition: climate, disease and society in the late-medieval world: the 2013 Ellen McArthur lectures, Cambridge, 2016.

Carpentier 1962 = É. Carpentier, Une ville devant la peste. Orvieto et la Peste Noire de 1348, Paris, 1962.

Ceccarelli Lemut – Garzella – Vaccari 2011 = M. L. Ceccarelli Lemut, G. Garzella, O. Vaccari (dir.), I sistemi portuali della Toscana mediterranea. Infrastrutture, scambi, economie dall’Antichità a oggi, Pise, 2011.

Ciccaglioni 2010 = G. Ciccaglioni, Priores antianorum, primi tra gli Anziani. Criteri di preminenza, cicli economici e ricambio dei gruppi dirigenti popolari a Pisa nel XIV secolo, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 1-47.

Ciccaglioni 2013 = G. Ciccaglioni, Poteri e spazi politici a Pisa nella prima metà del Trecento, Pise, 2013.

Cipolla 1982 = C.M. Cipolla, Il fiorino e il quattrino : la politica monetaria a Firenze nel Trecento, Bologne, 1982.

Cristiani 1962 = E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel Comune di Pisa dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962.

Duval 2015 = S. Duval, Comme des anges sur terre. Les moniales dominicaines et les débuts de la réforme observante, 1385-1461, Rome, 2015.

Dyer 2010 = C. Dyer, The crisis of early fourteenth century. Some material evidence from Britain, dans D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller, J. Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, 2010, p. 491-506.

Epstein 2000 = S.R. Epstein, Freedom and growth. The rise of states and markets in Europe, 1300-1750, Londres, 2000.

Epstein 2006 = S.R. Epstein, I caratteri originali. L’economia, dans F. Salvestrini (dir.) L’Italia alla fine del Medioevo : i caratteri originali nel quadro Europeo, Florence, 2006, I, p. 381-431.

Epstein 2007 = S.R. Epstein, L’economia italiana nel quadro europeo, dans F. Franceschi, R.A. Goldthwaite, R.C. Mueller (dir.), Il Rinascimento italiano e l’Europa, t. 4, Commercio e cultura mercantile, Costabissara (Vicence), 2007, p. 3-47.

Fanucci – Lovitch – Luzzati 1986 = M. Fanucci, L. Lovitch, M. Luzzati (dir.), L’estimo di Pisa nell’anno del Concilio, 1409. L’introduzione, trascrizione e repertorio computerizzato, Pise, 1986.

Franceschi – Molà 2005 = F. Franceschi, L. Molà, L’economia del Rinascimento : dalle teorie della crisi alla « preistoria del consumismo », dans M. Fantoni (dir.), Il Rinascimento italiano e l’Europa, t. 1, Storia e storiografia, Costabissara (Vicence), 2005, p. 185-200.

Franceschi – Molà 2012 = F. Franceschi, L. Molà, Regional states and economic development, dans A. Gamberini et I. Lazzarini (dir.), The Italian renaissance state, Cambridge, 2012, p. 444-466.

Francovich 1981 = R. Francovich, Il contributo dell'archeologia medievale alla storia della cultura materiale e dell'insediamento nella Toscana basso medievale, dans Civiltà ed economia agricola in Toscana nei secc. XIII-XV, Pistoia, 1981, p. 295-323.

Gattiglia 2011 = G. Gattiglia, Pisa nel Medioevo : produzione, società, urbanistica : una lettura archeologica, Ghezzano, 2011.

Gattiglia 2013 = G. Gattiglia, MAPPA, Pisa medievale : archeologia, analisi spaziali e modelli predittivi, Rome, 2013.

Goldthwaite 2009 = R.A. Goldthwaite, The economy of renaissance Florence, Baltimore, 2009.

Goldthwaite – Mandich 1994 = R.A. Goldthwaite, G. Mandich, Studi sulla moneta fiorentina : secoli XIII-XVI, Florence, 1994.

Italia 1350-1450 = Italia 1350-1450 : tra crisi, trasformazione, sviluppo, Pistoia, 1993.

La Roncière 1982 = C.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), Rome, 1982.

Luzzati 1984 = M. Luzzati, I registri notarili pisani dal XIII al XV secolo, dans P. Brezzi et E. Lee (dir.), Gli atti privati nel tardo medioevo. Fonti per la storia sociale, Rome, 1984, p. 7-22.

Malanima 1983 = P. Malanima, La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli XIII-XV, dans Società e storia, 20, aprile-giugno 1983, p. 229-269.

Meek 1966 = C. Meek, The commune of Lucca, 1369-1400, and the rise of the Guinigi Signoria, Oxford, 1966.

Melis 1984 = F. Melis, Firenze e le sue comunicazioni con il mare nei secoli XIV-XV, dans F. Melis, I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, Florence, 1984, p. 121-141.

Melis 1987a = F. Melis, La Banca pisana e le origini della banca moderna, Florence, 1987.

Melis 1987b = F. Melis, La civiltà economica nelle sue esplicazioni dalla Versilia alla Maremma, dans F. Melis, Industria e commercio nella Toscana medievale, Florence, 1987, p. 29-64.

Mencacci 2005 = P. Mencacci, La mancata signoria di Francesco Guinigi : Lucca nella seconda metà del XIV secolo, Lucques, 2005.

Millet 2010 = H. Millet, Le concile de Pise. Qui travaillait à l’union de l’Église d’Occident en 1409 ?, Turnhout, 2010.

Mitterauer – Morrissey 2007/2015 = M. Mitterauer, Pisa : Seemacht und Kulturmetropole, Essen, 2007 ; trad. it : M. Mitterauer, J. Morrissey, Pisa nel medioevo : Potenza sul mare e motore di cultura, Rome, 2015.

Molinari 2010 = A. Molinari, Archeologie e mobilità sociale, dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel Medioevo, Rome, 2010, p. 117-144.

Pauler 1995 = R. Pauler, La Signoria dell'Imperatore : Pisa e l'Impero al tempo di Carlo IV (1354-1369), Pise, 1995.

Petralia 2010 = G. Petralia, 1406 : il dissolversi di una società tardocomunale come premessa alla costruzione di uno stato toscano, dans S. Tognetti (dir.), Firenze e Pisa dopo il 1406. La creazione di un nuovo spazio regionale, Florence, 2010, p. 109-135.

Pinto 1981 = G. Pinto, I livelli di vita dei salariati cittadini nel periodo successivo al Tumulto dei Ciompi (1380-1430), dans Il tumulto dei ciompi. Un momento di storia fiorentina ed europea, Florence, 1981, p. 161-198.

Poloni 2004 = A. Poloni, Trasformazioni della società e mutamenti delle forme politiche in un comune italiano : il Popolo a Pisa (1220-1330), Pise, 2004.

Poloni 2014a = A. Poloni, Nec compelli possit effici civis pisanus’ : sviluppo dell'industria laniera e immigrazione di maestranze forestiere a Pisa nel XIII e XIV secolo, dans B. Del Bo (dir.), Cittadinanza e mestieri. Radicamento urbano e integrazione, Rome, 2014, p. 235-262.

Poloni 2014b = A. Poloni, Qualche considerazione sull'industria laniera pisana nel Due e Trecento, dans M. Baldassarri, S. M. Collavini (dir.), Studi di Storia e di Archeologia in onore di Maria Luisa Ceccarelli Lemut, Pise, 2014, p. 189-200.

Pratesi 1904 = L. Pratesi (dir.), Goro Dati, L’Istoria di Firenze dal 1380 al 1405, Norcia, Tonti, 1904.

Quertier 2014 = C. Quertier, Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle, thèse de doctorat (dir. L. Feller et G. Pinto), Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne / Università degli Studi di Firenze, dactyl., 2014.

Rossi Sabatini 1938 = G. Rossi Sabatini, Pisa al tempo dei Donoratico (1316-1347). Studi sulla crisi costituzionale del Comune, Florence, 1938.

Silva 1912 = P. Silva, Il governo di Pietro Gambacorta in Pisa e le sue relazioni col resto della Toscana e coi Visconti. Contributo alla storia delle Signorie italiane, Pise, 1912.

Smail 2016 = D.L. Smail, Legal plunder: households and debt collection in late medieval Europe, Cambridge, 2016.

Tangheroni 2002 [1973] = M. Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pisa, 2002 [1973].

Vaccari 2007 = O. Vaccari, Da Porto Pisano a Livorno : i ‘tempi della modificazione’ del sistema portuale pisano, dans G. Garzella et E. Salvatori (dir.), « Un filo rosso ». Studi antichi e nuove ricerche sulle orme di Gabriella Rossetti in occasione dei suoi settanta anni, Pise, 2007, p. 127-143.

Volpe 1911 = G. Volpe, Pisa, Firenze, Impero al principio del 1300, dans Studi Storici del prof. Crivellucci, 11, 1911, p. 193- 249 et p. 293-337.

Volpe 1970 [1902] = G. Volpe, Studi sulle istituzioni comunali di Pisa. Città e contado, consoli e podestà. Secoli XII-XIII, Florence, 1970 [Pise, 1902].

Wickham 2015/2017 = C. Wickham, Sleepwalking into a new world: the emergence of Italian city communes in the twelfth century, Princeton, 2015, p. 67-117; trad. it. (de L. Provero), C. Wickham, Sonnambuli verso un nuovo mondo. L’affermazione dei comuni italiani nel XII secolo, Rome, 2017.

Haut de page

Notes

1 La saignée démographique se poursuit par la suite : G. Petralia rappelle qu’entre 1402 et 1429, la population baisse de 35-40 % et de 52 % entre 1402 et 1447 (Petralia 2010, p. 123-124).

2 Ainsi, É. Carpentier note, dans son étude sur Orvieto, que la peste n’a provoqué « aucun changement révolutionnaire, aucun bouleversement total », même si la « vie profonde des Orviétans a été atteinte » (Carpentier 1962, p. 192).

3 Sur le climat et la démographie, voir dernièrement Campbell 2016. L’ensemble de la question est abordé dans Italia 1350-1450 1993.

4 Voir Bourin et alii 2014, la synthèse historiographique de Franceschi – Molà 2005, la contextualisation européenne de l’économie italienne des XIVe-XVIe siècles dans Epstein 2007 et, sur les États régionaux, Franceschi – Molà 2012. Voir également Epstein 2000 et Epstein 2006.

5 Goldthwaite 2009 ; La Roncière 1982 ; Pinto 1981.

6 Sur le changement de paradigme, voir Burnouf 2008a, Burnouf 2008b et Burnouf et Arribet-Deroin 2009 ; pour une comparaison de la situation anglaise du XIVe selon les historiens et les archéologues, voir Dyer 2010 ; pour une synthèse sur l’augmentation de la consommation de céramique de table fine, en particulier en Italie, voir Molinari 2010, p. 136-143 ; sur Marseille et Lucques, voir Smail 2016 ; sur la Sicile, Bresc et alii 1984, p. 681 et Bresc-Bautier – Bresc 2014 ; sur la Toscane, voir Francovich 1981 ; sur l’archéologie médiévale de Pise, voir dernièrement Gattiglia 2011 et Gattiglia 2013.

7 Sur l’histoire de Pise au Moyen Âge, voir le livre collectif dont la publication (à laquelle M. Ronzani, G. Petralia et C. Quertier ont notamment participé) est annoncée pour 2018 : Bruni – Orvietani Busch – Matthews 2018.

8 Puisque les densités de ce dernier auraient été six fois plus élevées à Florence (120 habitants /km2) qu’à Pise (18 habitant/km2) au début du XIVe siècle : voir Malanima 1983.

9 Wickham 2015, p. 67-117 (trad. it : Wickham 2017) ; Mitterauer – Morrissey 2007/2015.

10 Volpe 1911, notamment p. 180 et p. 308. Les causes du déclin sont exposées dans Volpe 1970, p. 177-178 [1902, p. 268].

11 Silva 1912, p. 5.

12 Rossi Sabatini 1938, p. 283.

13 O. Banti reprend ce point de vue classique dès la première phrase de son ouvrage sur Iacopo d’Appiano : « Il periodo della signoria dei D’Appiano (21 ottobre 1392 – 18 febbraio 1399) rappresenta senza dubbio nella storia di Pisa il momento più critico, prima della perdità della libertà, e la fase conclusiva di un lungo, secolare, periodo di decadenza che, attraverso fasi alterne, aveva ridotto la già potente repubblica marinara ad un’ombra dell’antica grandezza » (Banti 1971, p. 7).

14 Cristiani 1962.

15 Pauler 1995.

16 Melis 1987a ; Tangheroni 2002 [1973].

17 Poloni 2014a et 2014b.

18 Ciccaglioni 2010.

19 Voir l’hypothèse formulée dans Quertier 2014, vol. 1, p. 201-203 en reprenant l’idée d’une tripartition de la demande interne de laine à Pise proposée dans Ciccaglioni 2010, p. 34-35.

20 Cipolla 1982, notamment p. 79-103 ; Goldthwaite – Mandich 1994.

21 Pratesi 1904, p. 96.

22 Ceccarelli Lemut – Garzella – Vaccari 2011 ; Vaccari 2007 ; Melis 1987b, p. 46 ; Melis 1984.

23 Millet 2010 ; le concile a donné lieu à la rédaction d’un estimo : voir Fanucci – Lovitch – Luzzati 1986.

24 Voir notamment, sur la vie politique, Poloni 2004 et Ciccaglioni 2013 ; sur l’économie : Quertier 2014 ; et sur les aspects religieux Duval 2015.

25 Meek 1966 ; Mencacci 2005.

26 Luzzati 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Duval, Alma Poloni et Cédric Quertier, « Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle : sortir d’une vision décliniste », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3424 ; DOI : 10.4000/mefrm.3424

Haut de page

Auteurs

Sylvie Duval

Fondation Thiers - CIHAM umr 5648, duvalsylvie@hotmail.com

Articles du même auteur

Alma Poloni

Università di Pisa, Dipartimento di Civiltà e Forme del sapere, alma.poloni@unipi.it

Articles du même auteur

Cédric Quertier

The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies – Villa i Tatti, Florence, cedric.quertier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org