Skip to navigation – Site map

Abstracts

The history of Sicily explains easily why it has often been perceived as a « crossroad of Mediterranean cultures », especially during the XIth and XIIth centuries, and why the analyses which were made of the Mediterranean history have been extended to the island. For a long time, these analyses have used the category of « culture », meant as a totality, tantamount to civilization and with a strong religious dimension. With time, other conceptions of culture, more critical and vaguer, but no less essentialising, have made their way. The transcultural approach, which was promoted recently in the context of Sicilian studies, does not really put an end to these difficulties. This article is suggesting that it is the very notion of culture which should be abandoned and proposes two possible lines of investigation in order to do so, in relation with the history of Sicily. First, the promotion of the sociological category of « social world » in order to define the social totality which gives their meaning to the social dynamics the historian studies. Second, underlining the imperial nature of the XIth-XIIth century Sicilian State.

Top of page

Author's notes

Cette réflexion a été élaborée au cours de plusieurs interventions et séminaires où elle a bénéficié de discussions répétées : aux Universités Jean Jaurès de Toulouse, de Minneapolis, au sein de l’école doctorale de Catane organisée par l’École française de Rome en juillet 2016 ; mais aussi au cours d’une réflexion au long cours dans le cadre du projet Mediter co-dirigé par W. Kaiser et C. Moatti. Elle se veut une tentative de retour réflexif sur un sujet étudié depuis deux décennies, dans un contexte historiographique en plein renouvellement.

Full text

  • 1 Il faut voir là l’effet des financements de la recherche sur programmes qui tendent à favoriser de (...)

1La Méditerranée a la vie dure. Elle a résisté à une bibliographie conséquente qui en fait la critique, qu’elle soit saisie comme concept, notion ou comme espace, ce dernier dominant les réflexions. Quelle nécessité y a-t-il dès lors à ajouter une analyse supplémentaire ? Si ce retour critique se justifie, c’est que la Méditerranée continue d’être utilisée comme un banc d’essai pour nombre de nouvelles propositions théoriques, moins pour la période médiévale que pour d’autres phases chronologiques pour lesquelles les relations avec d’autres mondes sont pris en considération dans le cadre d’une histoire globale. Ce renouveau du moment méditerranéen s’observe surtout dans les historiographies états-uniennes et allemandes1, même si la France n’est pas en reste.

  • 2 Ce qui est dit ici vaut pour la Sicile, pour la Méditerranée, mais aussi pour des échelles plus gl (...)

2Précisons d’emblée qu’il ne sera pas question ici de dresser une synthèse des études récentes et renouvelées portant sur la Méditerranée, ce qui serait une tâche immense et de peu d’intérêt. Elle n’aurait probablement guère de sens, tant les champs académiques, en dépit de la globalisation proclamée et répétée de la production scientifique, demeurent en général « nationaux », pour des raisons à la fois historiographiques, de positionnement et de carrière. Le propos se concentrera donc sur quelques points et études qui paraissent à la fois symptomatiques et problématiques, en prenant la Sicile comme lieu d’observation, tant les développements récents la concernant semblent paradigmatiques, avant d’esquisser quelques pistes qui permettraient de renouveler les approches2.

La Sicile, reflet de l’impossible monde social3 méditerranéen ?

  • 3 Cette expression est définie ci-après.
  • 4 Il faudrait s’interroger sur l’impact de la formation en histoire-géographie sur les travaux des h (...)

3Pour la période médiévale, la Sicile est souvent perçue comme une sorte de Méditerranée à l’échelle réduite : différentes dominations – byzantine, islamique, normande – s’y seraient succédées entre le VIe et le XIe siècle, puis des cultures nées de ces dominations s’y seraient côtoyées ou mêlées pour le meilleur et pour le pire du XIe au XIIIe siècle au moins. De ce fait, la même question se pose au sujet de ces deux objets historiques : celui de la contextualisation, c’est-à-dire de l’échelle pertinente de l’analyse, au sens non pas géographique, mais sociologique du terme4. Comme le rappelle Bernard Lahire :

  • 5 Lahire 2012, p. 228.

Le contexte est ce qui va permettre au chercheur d'interpréter correctement ce qu'il observe, en l'obligeant à chercher, dans la réalité sociale étudiée, les ensembles pertinents dans lesquels s'inscrivent les actions des individus, plutôt que de croire comprendre immédiatement ces actions en les ramenant, sans le savoir, à son propre contexte (national, historique, scientifique, personnel, etc.)5.

4La contextualisation est donc une opération majeure nécessaire à la construction de l’objet étudié. Poser la question tout d’abord de savoir si la Méditerranée est un contexte pertinent, alors qu’il est trop souvent considéré comme allant de soi, aidera à préciser en quoi la Sicile en est le reflet historiographique à plus d’un titre.

La Méditerranée, un objet non identifié

  • 6 Nous y reviendrons dans un autre cadre, mais il nous semble que l’essentiel de ce qui pose problèm (...)
  • 7 Voir le dossier consacré au concept de « méditerranée » dans la revue Espace géographique, 24/3, 1 (...)
  • 8 Deprest 2002 et 2010 ; Borgolte - Jaspert 2016.
  • 9 Là aussi les lectures critiques ont été légion ; en particulier Harris (éd.) 2005.
  • 10 Les parties 4 et 5 de l’ouvrage, portant respectivement sur la religion et l’anthropologie méditer (...)

5La Méditerranée oscille entre une définition spatiale et une définition non spatiale, même si les apports de la réflexion sur la construction sociale de l’espace rendent cette dichotomie simplificatrice. Son appréhension comme un espace géographique – une tradition historiographique bien ancrée depuis le coup de force de Fernand Braudel6 – qui pourrait sembler aller de soi est immédiatement problématique, puisque son étymologie suggère qu’elle est une étendue d’eau entre des terres, une définition limitée rarement adoptée7. En outre, il a été démontré que l’unité de l’espace et du paysage méditerranéens, selon la conception braudélienne, est une construction récente, discutable, et dotée d’une forte dimension idéologique8. Faut-il donc, comme l’ont fait Peregrine Horden et Nicholas Purcell, décliner cette conception en attribuant à un tel espace des qualités géographiques propres, telles la connectivité et la fragmentation en micro-milieux écologiques9? Le risque est alors de développer une approche culturaliste radicale par ailleurs puisque l’espace seul échoue à expliquer ce qui relève de l’humain10.

6Il pourrait être argué que l’étude de la construction sociale de l’espace méditerranéen et des représentations qui lui sont liées permettent de pallier cette difficulté, mais, dans les faits, elles constituent souvent un domaine à part. Dès que l’objet de l’étude coïncide avec les activités qui se déroulent « en Méditerranée », un cadre arbitraire, définissant une aire méditerranéenne, prévaut. Il serait certainement utile néanmoins de se demander quel impact a le fait de ne pas envisager la Méditerranée au Moyen Âge comme une mer au milieu des terres, ainsi que c’est le cas dans la géographie islamique.

  • 11 Pour une critique de cette dimension, aux effets souvents incontrôlés, cf. Dakhlia 2012 et Dakhlia (...)
  • 12 Par exemple, Trivellato 2016, p. 19-43.

7Il est vrai que la question est souvent contournée par l’appréhension de la Méditerranée moins comme un espace réel que comme un espace métaphorique fait de réseaux et de contacts, soit une définition non spatiale11. Une telle conception expose à un second écueil. Le problème posé dès lors est celui de la nature des entités qui entrent en contact, comme celle des échanges qui se déroulent dans ce cadre. Les études méditerranéennes les plus récentes se concentrent en effet sur des types de connexion12, des individus ou des groupes-passeurs, définis de manière professionnelle, culturelle ou religieuse, même quand ces critères d’identification sont présentés, à juste titre, comme non déterminants. Ainsi le judaïsme des juifs de la diaspora n’est pas déterminant, mais ce sont quand même les juifs qui sont pris comme objet d’étude ; ainsi la culture (ou la religion) n’est pas déterminante, mais évoquer les contacts interculturels (ou inter-religieux) présuppose d’identifier, ou pire de sous-entendre implicitement, des groupes culturels (ou religieux). Tout se passe en outre comme si des groupes sociaux donnés développaient des comportements qui rendent pertinente l’échelle méditerranéenne aussi vaguement définie soit-elle : ainsi des marchands, des ambassadeurs et autres membres des différentes cours, ainsi des savants. Le raisonnement est alors circulaire, puisque la Méditerranée présupposée est constituée par des groupes sociaux sous une forme réticulaire.

  • 13 Ce qui fait l’intérêt des documents de la Geniza de ce point de vue, par exemple, est moins le fai (...)
  • 14 Bloch 2006, p. 876.
  • 15 Pour une critique de la notion de communauté, cf. Nef 2013a.

8L’apport de ces recherches est indéniable, varier les échelles ou bien mutiplier les interrogations sur un objet est sans aucun doute fécond, et de telles démarches sont même à la base de toute recherche historique. Demeure néanmoins indéfini le contexte pertinent, c’est-à-dire en dernière instance, de ces études : s’agit-il d’un « monde diplomatique », « un monde marchand », « un monde juif (ou grec, ou autre) », voire d’un « monde diplomatique ou marchand méditerranéen » ou bien même d’un « monde méditerranéen » ? Les dynamiques sociales ainsi étudiées sont documentées à un niveau surtout local ou à une échelle restreinte (une compagnie commerciale, même en supposant que son activité s’étende sur les cinq continents, dessine un contexte restreint13). En découle un va-et-vient constant, et fécond jusqu’à un certain point, entre local et global (et l’utilisation de la notion de « glocalisation »), entre micro et macro, pour tenter de comprendre les conditions de possibilité de ces échanges. Toutefois, dans ce ballet qui peut vite tourner au procédé, la question de savoir quelles sont les conditions de possibilité des institutions et de la désidérabilité même de ces échanges est évacuée. Les historiens, et pas seulement eux d’ailleurs, ont tôt fait dès lors d’osciller entre des généralités posées comme universelles – des lois implacables, celles de l’économie, écrasant les différences culturelles ou une anthropologie, corollaire de la considération précédente, constituée autour d’un intérêt naturel pour le profit individuel – et la singularité de la rencontre, entre individus, que leur rationalité et leur individualité autoriseraient à développer des stratégies propres. De ce point de vue, un minimum de réflexivité est nécessaire afin de mettre à distance ce que Marc Bloch décrivait pour le récuser comme « le privilège d’autointelligibilité14 » de notre propre monde social, privilège dont nous croyons jouir, tant sont souvent supposés chez les médiévaux des fonctionnements psychologiques, sociaux ou économiques qui sont la simple transposition d’« évidences » propres à nos mondes sociaux, voire leur renversement arbitraire (le monde moderne est individualiste/les mondes médiévaux sont communautaires, par exemple)15.

9Ce qui demeure présupposé et implicite c’est la totalité au sein de laquelle ces derniers évoluent ; culture et religion sont souvent convoquées, mais de manière quelque peu implicite et déconnectée. Manque la définition de la totalité sociale qui leur donne naissance et dans laquelle elles prennent sens. Pour la désigner, le sociologue choisit le plus souvent de parler de monde social. En effet, les historiens recourent à des catégories qui ne s'entendent que relationnellement, même s’ils n’en ont pas toujours conscience. Ainsi, l’évocation de la société, implique de lui associer, implicitement au moins, et sans prétendre à l'exhaustivité, les catégories de culture, économie, politique et… religion. Par contraste, par monde social, il s'agit de désigner une totalité, englobant donc l'ensemble des activités sociales, indépendamment de leur découpage catégoriel, c’est-à-dire de la division du travail social telle qu’elle est pensée dans le monde social considéré. Les historiens actuels sont souvent allergiques à l’idée même de totalité qui empêcherait, au choix, d’envisager les rapports de force, la liberté des individus, le changement social, la création, etc. Toutefois, il convient de rappeler que le monde social est le lieu de débats permanents sur cette division du monde social, sur la manière de se représenter le monde, sur la meilleure manière de se conduire et de gouverner. En bref, il est la totalité au sein de laquelle sont définies les conditions de possibilité qui déterminent ce qui peut advenir en termes d’échanges et de contacts avec d’autres mondes sociaux. En dernière instance, ce ne sont pas les règles ou normes que se donnent le groupe ou l’individu, mais bien celles reconnues dans un monde social et validées par des institutions (politiques et sociales) qui ont le dernier mot. Ceci encore une fois n’empêche pas leur évolution historique, qui advient à travers les débats visant à les transformer, mais ces derniers se déroulent toujours au sein d’une totalité sociale où elles ont un sens. Il ne s’agit pas plus d’évacuer la question de la commensurabilité des mondes sociaux, mais elle tient moins ici à une nature humaine qui resterait à définir qu’à des processus sociaux récurrents : division du monde social et représentation de cette dernière, qui évoluent dans le temps.

  • 16 Albera - Tozi 2005.

10Est-ce à dire que les historiens de la Méditerranée comprennent, ou doivent comprendre, cette dernière de ce fait moins comme un espace que comme un monde social ? C’est ce que certaines études semblent postuler de manière implicite... Toutefois, une telle position n’est jamais conceptualisée et soulève nombre de difficultés, puisqu’une totalité sociale suppose un certain nombre de régularités permettant de dégager d’une part des constantes qu’il convient ensuite d’expliquer et d’autre part un principe commun de division du monde social. Or, si des groupes sociaux comparables peuvent se retrouver dans des mondes sociaux distincts qui sont classiquement associés à l’espace méditerranéen, en particulier s’ils sont contemporains, nul ne contestera que représentations du monde, catégorisations du monde social, etc. diffèrent au sein de cet espace arbitraire défini comme la Méditerranée. Si les anthropologues ont déconstruit leur Méditerranée16, il paraît donc difficile aux sociologues de construire la leur et aux historiens de continuer à présupposer la leur.

  • 17 Abdellatif et al. 2012a et 2012b.
  • 18 Comme le souligne à juste titre Trivellato 2016, p. 19.
  • 19 Cette notion est, au moins en français, venue remplacer celle de civilisation, vivement critiquée, (...)
  • 20 Pour une critique de cette notion : Brubaker - Cooper 2010.

11La prise en compte les mondes sociaux est cruciale car ces processus de contacts et d’échanges s’accompagnent de phénomènes d’interprétation, d’appropriation, qui permettent de rendre compréhensibles, désirables, admirables, etc. dans un monde social donné des éléments, institutions, productions artistiques ou scientifiques advenues dans un autre monde social, tout comme ils en présupposent qui permettent à ces processus d’advenir. Il s’agit donc moins de chercher à identifier les acteurs de transferts culturels17 ou d’une intermédiation culturelle, souvent aussi vague que mal définie18, que de comprendre les dynamiques sociales à l’œuvre. L’approche culturelle au sens large fait exister au niveau de la Méditerranée (et au-delà, au niveau global) des processus sociaux inexistants à d’autres échelles ; entre des groupes ou des individus caractérisés avant tout par leur culture19 et par leur identité20, bien souvent définies de manière aussi vague que, somme toute, essentialisante. Il semble plus pertinent de se demander comment sont pensés au sein de chaque monde social le reste du monde connu et la désidérabilité comme la possibilité des contacts avec des mondes sociaux différents. Contrairement à ce qu’il en est souvent de la culture, il n’y a rien ici d’essentialisant, mais la détermination sociale, l’incorporation des représentations, si elles évoluent dans le temps et ouvrent un certain nombre de possibles à tout moment, ne permettent pas tout.

La Sicile, reflet de la Méditerranée : définir le contexte pertinent

  • 21 Nef - Prigent 2006.
  • 22 Ce qu’ont contribué à faire la thèse de doctorat et les nombreux travaux de Vivien Prigent sur la (...)
  • 23 Johns 2002, Mandalà 2012 et 2014, Nef 2011a et 2013b.
  • 24 Nef - Ardizzone (éd.) 2014 ; Cressier - Nef (éd.) 2015 et 2016.
  • 25 Nef 2012.

12D’une certaine manière, cette même confusion relative au contexte pertinent caractérise l’histoire de la Sicile entre le VIe et le XIIIe siècle. Celle-ci a souvent été conçue comme une longue succession de dominations, chacune évaluée plus ou moins positivement, tandis que le contexte ou l’échelle pertinents était considéré comme allant de soi et coïncidait avec le cadre insulaire. Une autre tendance a consisté à y voir une sorte de creuset métaphorique des cultures méditerranéennes. Un des enjeux des années récentes a donc été de replacer l’île au sein d’un contexte significatif21 : l’Empire byzantin22, le monde de l’Islam23, la Méditerranée centrale24, la construction polycentrique à laquelle ont donné naissance les Hauteville (ou plutôt l’État auquel ils sont associés)25.

13À chaque fois, il s’agissait de définir le monde social dont relevait la Sicile. Il convient de préciser ici qu’il ne s’agit pas de proposer de nouveau ce que l’histoire connectée ou l’histoire globale suggéraient, à juste titre, de défaire, c’est-à-dire une histoire nationale, ou pire proto-nationale, ni même une histoire des États. Si l’État est fondamental ici, c’est en effet entendu non pas seulement comme un ensemble d’institutions, mais comme le monopole légitime du principe de vision et de division du monde social. Ansi que l’écrit Pierre Bourdieu :

  • 26 Bourdieu 2012, p. 15.
  • 27 Ibid., p. 16.

L’État, tel qu’on l’entend d’ordinaire, est le fondement de l’intégration logique et de l’intégration morale du monde social. L’intégration logique, au sens de Durkheim, consiste dans le fait que les agents du monde social ont les mêmes perceptions logiques — l’accord immédiat s’établissant entre les gens qui ont les mêmes catégories de pensée, de perception, de construction de la réalité. L’intégration morale, c’est l’accord sur un certain nombre de valeurs. On a toujours insisté, dans la lecture que l’on fait de Durkheim, sur l’intégration morale en oubliant ce qui, me semble-t-il, en est le fondement, à savoir l’intégration logique26.
Si on prolonge cette définition, on peut dire que l’État est le principe d’organisation du consentement comme adhésion à l’ordre social, à des principes fondamentaux de l’ordre social, qu’il est le fondement non pas nécessairement d’un consensus mais de l’existence même des échanges conduisant à un dissensus27.

14Ici, comme ailleurs, il peut y avoir contestation de ce monopole, mais à moins d’imaginer l’existence d’un monde social alternatif qui ne se réfère en aucun cas à celui qui est en place et nie la possibilité d’un débat, le consensus minimal qu’il pose est toujours le cadre indiscuté de la discussion.

  • 28 Il est d’ailleurs possible d’envisager la première partie de cette histoire, avant le transfert de (...)

15Une des questions est alors celle du processus d’agrégation d’un nouvel espace social à un monde social préexistant (ainsi de la conquête byzantine ou aghlabide de la Sicile). La comparaison avec l’émergence d’un monde social nouveau, qui suppose un processus de création sociale, comme dans le cas de la Sicile du XIIe siècle28, revèle-t-elle un même processus ? Le fait qu’un monde social existe déjà, change-t-il quelque chose, et si oui, que change-t-il ? Tous les échanges ou les contacts entre mondes sociaux ne donnent pas naissance à un monde social nouveau, bien entendu.

La Sicile, du tout culturel au transculturel

  • 29 Hurlock-Oldfield (éd.) 2015 ; Jotischky-Stringer (éd.) 2013 ; Bauduin (éd.) 2015.

16La question de la définition d’un contexte pertinent s’est d’autant plus posée dans le cas de la Sicile que l’histoire méditerranéenne récente s’est développée en des termes culturels. Si la culture est la totalité la plus souvent retenue comme pertinente, il est compréhensible que dans un contexte comme celui de la Sicile, où différentes cultures se rencontrent synchroniquement selon une telle approche, cette catégorie ait soulevé des questions ardues. Nous verrons comment elles ont été abordées en revenant sur la production historiographique relative à la Sicile des XIe-XIIe siècles parce qu’elle est la plus abondante. Nous laissons de côté ici les nouvelles pistes ouvertes par le fait de considérer la Sicile depuis « les mondes normands médiévaux » depuis moins d’une décennie29.

Le tout culturel

  • 30 Nef 2010, avec la bibliographie.

17Les moments risorgimental et de l’unité nationale se sont accompagnés en Italie de débats sur ce qui faisait l’unité italienne et en particulier sa culture. Il est donc logique que l’écriture de l’histoire de la Sicile au XIXe siècle, étroitement liée à la définition de sa place au sein de l’Italie, ait débouché sur une réflexion portant sur la culture et l’identité siciliennes. Si ces deux mouvements peuvent paraître contradictoires, ils permettaient de justifier l’intégration de la Sicile à l’Italie pour des raisons tenant à son histoire propre. Cette convergence éclaire en particulier les enjeux de l’œuvre de Michele Amari, qui a été explorée au cours des années récentes30, mais aussi l’historiographie de la première moitié du XXe siècle relative à la Sicile des XIe-XIIe siècle et les permanences qui l’ont caractérisée jusque dans les années 1980.

  • 31 Bien résumé dans Takayama 1993.
  • 32 Développée par exemple par Bresc - Bresc-Bautier 1993.

18C’est ainsi qu’il faut comprendre tout le débat sur les origines de tel ou tel organe administratif attesté en Sicile, qualifié alternativement de byzantin, d’islamique ou de normand, voire d’anglo-normand31, un débat qui s’est prolongé bien au-delà du milieu du XXe siècle. Cette configuration historiographique explique aussi toute la thématique liée à la naissance de l’« identité sicilienne »32.

  • 33 I. Peri est exemplaire de ce courant : Peri 1953-1956.
  • 34 La Sicile « terre sans Croisés » pour reprendre le titre d’un livre célèbre : Giunta - Rizzitano 1 (...)
  • 35 Ainsi de Johns 1992 et Pesez 1998, spéc. p. 575.
  • 36 Il n’est pas question ici non plus de fournir une bibliographie des très nombreuses publications p (...)

19Dans les années 1950-1990, de nouvelles approches se sont fait jour. Elles se sont concentrées sur l’identification, la localisation et l’histoire des groupes culturels (« Grecs », « musulmans », « Latins », « Lombards » et nous n’entrerons pas ici dans les problèmes que soulève cette catégorisation) se côtoyant en Sicile33. La principale question qui se posait alors était de comprendre selon quelles modalités ces groupes avaient intéragi. Le débat a essentiellement consisté à opposer une interprétation des événements en termes de rencontre harmonieuse des cultures34 et une conception violente de la domination des Hauteville et des Latins imposée aux Arabo-musulmans, développée à partir des années 1980 surtout35. Jusque-là, et en dépit d’avancées d’ordre factuel, le cadre de l’interprétation n’était donc guère renouvelé, même si bien entendu des sources nouvelles étaient découvertes et les analyses, notamment de l’exceptionnelle production trilingue de la chancellerie et des productions architecturales et artistiques du XIe-XIIe siècle, étaient affinées36.

  • 37 Notons que les études touchant aux statuts et rapports de production ont laissé peu à peu la place (...)

20L’ensemble de ces questionnements successifs reposait en effet sur une conception classique des cultures comme totalités, entendues essentiellement ici comme renvoyant à des pratiques linguistiques, religieuses et artistiques, mais aussi à des modes de vie (alimentation, vêtement, etc.), s’interrogeant peu sur la catégorisation médiévale de ces groupes, de leurs productions (comment étaient perçues leurs productions artistiques et par qui ?), sur leurs contours (et leur pertinence), sur leurs liens réciproques. L’heure était au tout culturel37.

Intermédiation(s) ?

  • 38 Bresc - Nef 1998 ; Nef 2007 ; Mandalà 2009.
  • 39 De Simone 1999 et Re - Rognoni (éd.) 2009.

21Au cours des années 1990 et 2000, les études se sont concentrées sur des groupes et des acteurs, qui auraient ravi des spécialistes de l’histoire connectée ou de l’approche transculturelle, mais sans que cette grille d’analyse soit déployée. Ainsi le rôle des chrétiens arabophones et hellénophones comme passeurs entre les Latins et les Arabo-musulmans a-t-il été souligné38. Selon la même logique, un personnage comme Georges d’Antioche a concentré l’attention. Principal conseiller de Roger II entre les années 1120 et sa mort en 1151, originaire de l’Antioche byzantine, passé par l’administration fiscale ifrîqiyenne, avant de gagner la Sicile, Georges d’Antioche s’est vu attribuer par les sources et un rôle important (peut-être plus que dans la réalité ?) dans la reprise des modèles fatimides dans le cérémonial et l’administration des Hauteville39.

  • 40 Pour un premier aperçu, Nef 2011b.

22Ce dernier point doit être souligné car comme l’a bien démontré Jeremy Johns, la mise sur pied d’un dîwân (ou administration centrale) et la production d’une documentation en arabe est moins à replacer dans la continuité de pratiques antérieures à l’arrivée des Hauteville au pouvoir, qui ont certainement joué un rôle néanmoins, qu’à analyser comme une des manifestations d’une part du passage du comté à la royauté en 1130 et d’autre part de l’inspiration/compétition que Roger II développa au contact des dynasties régnant en Islam à la même époque. La logique est donc moins celle propre à un héritage que celle, active, d’une appropriation, imitation et réinterprétation de l’existant. Elle n’exclut d’ailleurs pas une création à proprement parler et il conviendrait de mieux mettre en lumière le processus d’invention et de décalage permanent qui caractérise la production sicilienne et celle des différentes dynasties arabo-musulmanes contemporaines, à tous points de vue40.

  • 41 Johns 2002.

23En outre, le même Jeremy Johns a nuancé la conception qu’il avait de la domination mise en place par les Hauteville. Dans son ouvrage de 2002, il avance en effet que les Hauteville mêlaient domination violente exercée sur les paysans arabo-musulmans et entreprise de communication visant à vendre en quelque sorte l’image d’une société multiple et harmonieuse au sein de la cour et à l’extérieur de la Sicile41.

  • 42 Von Falkenhausen 2002 ; Von Falkenhausen 2009.

24Dans le même temps, d’autres auteurs insistait sur le rôle des hellénophones et du grec dans la Sicile de l’époque Hauteville, mettant en lumière des Latins et Normands bien peu conformes à l’idée qui en a longtemps été diffusée, en oubliant de tenir compte de leur séjour de plusieurs générations dans le sud de l’Italie antérieur à la conquête de la Sicile42.

  • 43 Tronzo 1997 ; Di Liberto 1997 et 2013 ; Brodbeck 2010 et 2013.
  • 44 En particulier, Johns 2015.

25Enfin, des tentatives convergentes ont permis de sortir de l’approche des productions artistiques en termes de traditions culturelles. Jusque-là, chaque élément d’un monument ou d’un décor, considéré comme composite, était identifié à une « tradition artistique » et le syncrétisme résultant de leur coexistence était célébré. Un certain nombre de recherches récentes, menées depuis des disciplines distinctes, ont proposé de penser ces créations des XIe-XIIe siècles comme articulant un langage nouveau43, rendant vaine cette « enquête philologique » puisque chaque élément, quels que soient son contexte d’émergence et les canaux de sa transmission, acquérait un sens nouveau, tandis que des solutions originales étaient élaborées. La création d’un monde social nouveau donnait ainsi, logiquement, naissance, à un langage artistique lui aussi nouveau. Jeremy Johns a ainsi peu à peu renforcé cette position dans ses études consacrées au plafond de la chapelle palatine de Palerme44.

26Tous ces travaux reflètent une mise en cause de la culture entendue comme une totalité au profit d’une conception beaucoup plus floue. La culture peut désormais être celle d’un sous-groupe, d’un individu ; elle n’est plus une totalité stricto sensu. Néanmoins, elle continue de présupposer malgré tout des cultures de référence, que cumulent, croisent, mêlent les groupes et les individus. Ces deux traits rapprochent ces études de la démarche transculturelle bien qu’elles ne s’en revendiquent pas.

Le transculturel, une solution ?

  • 45 Ce qui n’est en rien problématique, tant que la dimension idéologique est assumée. En revanche, il (...)

27Les années 2000 ont vu exploser les productions relevant de l’histoire dite « transculturelle », qui partage un certain nombre des préventions auxquelles il vient d’être fait allusion par rapport à la notion de culture. Cette démarche, qui se positionne fortement d’un point de vue idéologique45, est justifiée par ses promoteurs en deux temps : une nécessité de déconstruire la notion classique de culture qui apparaît comme une évidence à l’aune de ce qu’est la culture aujourd’hui ; la prise de conscience que les insuffisances ainsi mises en lumière ne caractérisent pas seulement la culture actuelle mais toutes les cultures, y compris passées. Il s’agit ainsi de faire sa place à l’idée d’une différenciation sociale des pratiques culturelles ; de dissocier le lien souvent établi entre ethnicité et culture, des pratiques culturelles étant reprises hors du contexte considéré comme celui qui leur a donné naissance ; de brouiller la notion de limite entre les cultures et de remettre en cause celle d’interaction entre cultures, au profit de logiques d’hybridation. La transculturalité entend, enfin, dépasser les limites d’approches développées antérieurement avec le même objectif, telles l’interculturalité et les transferts culturels, mais accusés à juste titre de maintenir en l’état la conception de cultures définies et limitées. Elle a connu un fort développement, en lien avec l’histoire globale, et notamment dans le champ académique allemand.

28Il apparaît sans peine que pour les adeptes d’une telle approche, la Méditerranée et la Sicile offrent des terrains d’investigation fertiles, surtout à l’heure où, pour des raisons politiques évidentes, l’Allemagne investit de manière renouvelée dans la recherche relative aux pays méditerranéens et en particulier en Italie méridionale.

29Si les objectifs d’une telle démarche ne peuvent qu’être partagés, ses fondements scientifiques ne sont pas suffisamment solides pour dépasser réellement la notion de culture comme totalité, puisqu’elle continue de la présupposer. Par ailleurs, son efficacité politique devient dès lors discutable puisque la notion de culture entendue comme totalité, critiquée mais non remplacée, demeure prête à resservir, surtout dans un contexte difficile comme l’est le contexte actuel. Nous commencerons donc par souligner les limites auxquelles s’est heurtée récemment la démarche transculturelle appliquée à la Sicile et proposerons quelques pistes pour remplacer la notion de culture, en particulier par celle de monde social, qui permet de faire toute leur place aux dynamiques sociales et à l’évolution historique, contrairement à celle de culture.

  • 46 Burkhardt - Foerster (éd.) 2013.
  • 47 Houben 2013, p. 19.

30Précipité de la métaphore méditerranéenne, la Sicile a été récemment prise en examen dans un volume collectif46. Hubert Houben l’y envisage comme un « tiers espace » en partant d’une définition de l’île comme un « multiethnic and multicultural state », habitée par une « mixed population »47. Il s’agit là de conceptions déjà développées en effet au sujet de la Sicile comme nous l’avons vu plus haut, mais l’objectif est ici de penser cette situation d’une manière renouvelée en se demandant si

  • 48 Ibid., p. 20.

this multiethnic, multicultural kingdom can be considered a ‘third space’, in the sense of a space ‘between cultures’, where the different civilisations mixed in a process of ‘transculturation’, thus rising into a new, hybrid culture48.

  • 49 Ibid., p. 21.
  • 50 Bourdieu 1982, p. 35.

31Non seulement un tel texte présuppose des cultures (« orientale » et « occidentale » ! comme le précise le titre de l’article), mais un espace entre elles où peut naître… une nouvelle culture. Au-delà de ce paradoxe, qui n’est pas mince, cette « culture hybride » n’aurait duré que le temps du règne de Roger II et se serait limité à la cour49. En outre, sa mise en évidence consiste à travers chaque exemple à isoler les éléments qui renvoient à des cultures de référence (byzantine, islamique ou latine). Loin d’assister à une révolution conceptuelle, qui serait en effet bienvenue, nous sommes donc plutôt en présence de ce que Pierre Bourdieu a appelé un « renversement paradoxal »50, qui laisse intacte, voire renforce, la doxa qu’il prétend déconstruire.

  • 51 Burkhardt - Foerster 2013.
  • 52 Ibid., p. 1-2.

32Cette impression est confirmée par l’introduction au volume51. Ses deux auteurs s’intéressent aux facteurs qui expliquent pourquoi « les Normands » exercent leur autorité sur des « societies that integrated a vast number of different cultural traditions and heritages », une des raisons avancées est qu’il s’agissait de « sociétés de frontière » propices au syncrétisme culturel52. L’ambivalence est grande là aussi, puisque ce dernier va de pair avec une logique d’assignation et d’attribution des éléments ainsi mêlés. Du coup, les processus les plus étonnants sont décrits :

  • 53 Ibid., p. 3.

In all conquered territories a great adaptability in terms of language, culture as well as legal traditions can be detected among the Norman elites. This adaptability, the ability just to abandon one’s own traditions for the sake of integration, has been seen by many scholars as one of the most important common features of the different Norman conquests.
Maybe it was even the hybrid character of Norman society itself. It could furthermore be argued that the Normans were not necessarily protagonists of hybridization, but rather providing the framework for it53.

  • 54 Droit 2008 ; Gouguenheim 2008.

33Les Normands sont ainsi décrits comme particulièrement aptes au transculturel ! Une telle assertion ne peut manquer de laisser perplexe, d’autant que l’Occident a été défini récemment par cette caractéristique, cette adaptabilité, qui s’opposerait à la fermeture d’autres cultures, conquérantes, telle la « culture islamique »54. En outre, cette exceptionnalité des Normands ne résout pas tout, et les auteurs, effrayés par tant de fluidité et par leur propre audace, mettent en garde contre le transculturel et l’hybridité générale qui ne permettent plus de tracer de « clear dividing line between certain cultures » ; enfin, ils recommandent, pour tenir compte des dynamiques de changement et de stabilité, d’utiliser les notions d’« héritage » et « tradition ».

  • 55 Burkhardt - Foerster 2013, p. 6.

Tradition in this framework is understood as the implicit or explicit constructed memory of a social group which is activated to integrate the members and hold up a certain identity : customs, ideals, laws, language, and common experiences. It is formed and both sotantly and consciously shaped and reshaped. Heritage on the contrary is to some extent — besides other elements — accumulated, sedimentary tradition, not explicitely constructed, but not easily changeable either, with unconscious effects.
It could be said that heritage is the sedimentary result of ‘cultural flows’ and tradition is its intentional shaping and re-shaping. […] However, ‘tradition’ and ‘heritage’ as ‘anchors’ in ‘cultural flows’ may not be enough […] maybe definitions of cultural areas are necessary.
However, it should be added that ethnicity and identity can be both made and found… The terms ‘tradition’ and ‘heritage’, in this respect, can therefore also be applied to ethnicity and identity. One could identify made ethnicities as tradition, and found ethnicities as heritage55.

34Le mérite doit être reconnu à ce texte d’avoir cherché à penser jusqu’au bout les implications d’une démarche transculturelle et de souligner que l’historien ne peut penser sans se référer à une totalité. Les différents textes du volume déclinent d’ailleurs tous les idées d’héritage, de tradition culturelle (et même transculturelle, ce qui apparaît pour le moins contradictoire !) ou d’identité culturelle. Outre que la démarche aboutit ici au maintien de toutes les notions les plus liées à une approche culturaliste, l’apport de la sociologie, qui a précisément chercher analyser tous ces processus depuis Émile Durkheim, en pensant tant la détermination que la création sociales, est ici totalement ignoré ou nié.

  • 56 Ainsi des travaux et initiatives dus à Marco Di Branco et Kordula Wolf, spécialisés dans l’histoir (...)
  • 57 Ainsi des journées d’études consacrées aux « Urban dynamics and transcultural Communication in Med (...)

35Ce volume n’est pas le seul à avoir mis en œuvre cette problématique en relation avec l’histoire de la Sicile : tant la période pré-Hauteville56 que la période postérieure au XIIe siècle57 font désormais l’objet de recherches similaires. Si elles apportent indubitablement des éléments ponctuels nouveaux, ces dernières ne modifient pas les approches antérieures suffisamment en profondeur.

36Considérer la Méditerranée, et la Sicile en particulier, comme des lieux de dissolution et de d’émergence des cultures (ou de leur « intégration » et « désintégration » pour reprendre les termes plus volontiers employés par les transculturalistes) n’apparaît en effet pas comme la solution pour remédier au culturalisme qui règne dans les études qui leur sont consacrées. Toute démarche qui entend dépasser la notion de culture tout en la maintenant comme concept fondamental de son analyse est vouée à l’échec, même si elle peut parvenir à la nuancer, la critiquer ou la redéfinir.

Perspectives : mondes sociaux et logiques impériales

La Sicile des XIe-XII siècles, un monde social à explorer

  • 58 Nef 2014 ; Sijpesteijn 2013 et la bibliographie à laquelle elle renvoie.
  • 59 Il faudrait ici faire toute sa place à la pensée de Cornelius Castoriadis qui explicite les attend (...)

37Il faut donc poser les questions autrement et la sociologie la plus classique, pourrait bien être de quelque utilité pour ce faire. Nous avons été amenée à revoir notre manière d’aborder la Sicile des XIe-XIIe siècles en réfléchissant au processus d’émergence du monde de l’Islam. L’étude de cette dernière démontre sans doute possible que ni le faible nombre des conquérants ni la coexistence de groupes sociaux dont les pratiques linguistiques et religieuses différaient n’ont empêché des changements précoces et rapides d’advenir ni l’unité de ce qui était créé d’être pensée. Elle invalide en outre une analyse de ces processus en termes de continuité (éléments maintenus) et de rupture (éléments importés)58. L’unité tenait en effet aux principes de vision et de division du monde social qui se mettaient en place au prix d’une révolution symbolique déterminée en partie par une série de possibles, mais qui supposait aussi la création de nouveau59.

  • 60 Durkheim - Mauss 1903.

38Du coup, si le contexte de la Sicile des XIe-XIIe siècles est pertinent, c’est parce qu’il s’agit de retracer la naissance d’un monde social et de dégager ce qui le fait un, en dépit de sa diversité et de ses tensions internes, ou plutôt en même temps que divers et animé de débats, puisque c’est là la nature même d’un monde social. Comment s’institue un État, c’est-à-dire un espace social où se construit un monopole de mise en ordre du monde social, à travers la définition de ce qu’Émile Durkheim et Marcel Mauss appelaient des « formes de classification60 » et que les philosophes appelleraient les catégories de l’entendement ? En particulier, dans le cas de la Sicile qui nous intéresse ici, cette création sociale impliquait de penser la place des musulmans qui n’existaient pas en théorie dans le droit romain ni canon ; d’autant qu’elle a été la première à voir se mettre en place une autorité qui se définissait comme chrétienne et qui s’exerçait sur une population majoritairement musulmane, hors du monde byzantin. Il fallait donc créer du nouveau et ceci est passé entre autres, par une sorte de retournement de la dhimma, désormais appliqué aux musulmans et aux juifs. Il serait toutefois vain d’y lire une « continuité » puisqu’il s’agit du point de vue du droit musulman comme du droit romain ou canon d’une création et que le terme dhimma lui-même n’apparaît pas (par contraste avec celui de gesia, qui transcrit l’arabe jizya). Un tel processus implique, exactement comme la naissance du monde de l’Islam, une co-production du nouvel ordre social et une redéfinition des élites gouvernantes, qui intègrent à la fois une partie de celles en place au moment de la conquête et une partie des conquérants, donnant naissance ainsi à un groupe social profondément nouveau.

  • 61 Notamment dans le domaine administratif, dans celui de la taxation et dans celle des statuts jurid (...)
  • 62 Nef 2011b.
  • 63 Ainsi de Mathieu d’Aiello, originaire de Pouille, bon connaisseur de l’arabe et grand administrate (...)

39L’approche en termes exclusivement « culturels » ne permet pas réellement de comprendre ce qui se joue ni les dynamiques sociales qui passent par la création de nouveaux vocables et notions en arabe, en grec et en latin61, mais aussi par l’invention de pratiques de prélèvement et de redistribution du surplus de la production agricole originales62, et qui donnent naissance à des productions artistiques là aussi spécifiques. De même, est documenté le soutien apporté au programme politique élaboré autour des Hauteville par des individus aux pratiques culturelles les plus diverses, mais qui nécessairement maîtrisent l’arabe63. Ceci est possible parce que le projet des Hauteville n’est pas pensé en termes culturels, mais politiques, et très précisément en termes impériaux.

Logiques impériales

  • 64 Pour une première tentative, cf. Nef 2012.

40Une manière de sortir du tout culturel pourrait consister en effet à mettre en avant la dimension impériale de la construction des Hauteville64. Elle permet de prendre en compte l’existence d’un contexte pertinent plus large pour comprendre l’histoire de la Sicile, celui de l’autorité mise en place par les Hauteville dans le reste du Sud de l’Italie et en Ifrîqiya. Si le contexte sicilien a un sens en raison du monde social dont l’île a fait partie avant la conquête du milieu du XIe siècle, distinct de ce qu’il était dans une partie du Sud péninsulaire, un contexte qui s’élargit à l’Ifrîqiya lorsque des parties en sont contrôlées par la dynastie au XIIe siècle, le Sud de l’Italie, voire la Méditerranée centrale, dessinent un contexte pertinent aussi. Ils obligent, comme le monde de l’Islam à penser en des termes impériaux, bien différents du cadre national ou proto-national comme l’ont rappelé récemment à juste titre Jane Burbank et Frederick Cooper :

  • 65 Burbank - Cooper 2011, p. 23.

Les empires sont de vastes unités politiques, expansionnistes ou conservant le souvenir d’un pouvoir étendu dans l’espace, qui maintiennent la distinction et la hiérarchie à mesure qu’elles incorporent de nouvelles populations65.

41Ces deux auteurs ont par ailleurs défini ce qu’ils appellent une « politique de la différence » :

  • 66 Ibid., p. 28.

Cette expression sera prise ici dans une acception plus large et plus neutre que celle adoptée par les multiculturalistes qui aujourd’hui en appellent à la reconnaissance de communautés distinctes et de leurs valeurs supposées. […] Dans certains empires, la politique de la différence fut synonyme de reconnaissance, dans la multiplicité des populations et la diversité des coutumes, d’une réalité ordinaire de l’existence ; dans d’autres, elle servit à tracer des frontières strictes entre les indifférenciés de l’intérieur et les « barbares » de l’extérieur66.

42Or, en Sicile précisément, « la politique de la différence fut synonyme de reconnaissance, dans la multiplicité des populations et la diversité des coutumes, d’une réalité ordinaire de l’existence ». Cette considération n’équivaut pas à convoquer une quelconque tolérance, bien anachronique pour l’époque, mais elle invite plutôt à se demander comment le monde social né dans les régions gouvernées par les Hauteville a catégorisé et donné un sens nouveau à cette diversité.

Conclusions

43La Sicile des XIe-XIIe siècle est donc certainement un très bon terrain pour s'interroger sur les dynamiques sociales médiévales à partir du présent, mais un tel choix ne peut nous dispenser d’une démarche réflexive visant à historiciser ce qui peut nous sembler relever de l’évidence (les cultures, etc.) et non l’inverse. Elle permet de mettre en lumière à la fois la rapidité extrême des évolutions historiques et les processus de création qui caractérisent les mondes sociaux.

44Il est pour ce faire nécessaire d’inscrire les pratiques culturelles ou les références culturelles mobilisées par les différents groupes sociaux dans un monde social qui leur donne leur sens si on veut les analyser et les comprendre. Cette inscription exige de penser les catégories utilisées dans le monde social pris en examen et l’adéquation de nos mots actuels pour en rendre raison.

45Contrairement à la culture dont il faudrait définir les fondements, les grandes lignes, etc., la notion de monde social insiste non seulement sur la multiplicité des dimensions à prendre en compte, dont les pratiques culturelles, mais aussi sur la création permanente qui le caractérise. En outre, contrairement à celle de culture, elle ne peut être utilisée dans de multiples sens simultanément (culture d’un individu, d’un groupe, d’un milieu, culture comme totalité, etc.) et renvoie nécessairement à une totalité qui est sociale, c’est-à-dire objet de représentations et donc de débats, et historique. Son utilisation, il est vrai, implique de considérer enfin l’histoire comme une science sociale.

Top of page

Bibliography

Abdellatif et al. (éd.) 2012a = R. Abdellatif et al. (éd.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Munich, 2012

Abdellatif et al. (éd.) 2012b = R. Abdellatif et al. (éd.), Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Munich, 2012

Ackerman-Lieberman 2014 = Ph. I. Ackerman-Lieberman, The Business of Identity. Jews, Muslims, and Economic Life in Medieval Egypt, Stanford, 2014

Albera - Tozi 2005 = D. Albera, M. Tozi (éd.), La Méditerranée des anthropologues : fractures, filiations, contiguïtés, Aix-en-Provence, 2005

Bauduin (éd.) 2016 = P. Bauduin (éd.) 2016, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux. I. Des mots pour le dire [en ligne] http://mnm.hypotheses.org/2958 (consulté le 10 septembre 2016)

Bloch 2006 = M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, dans Id., L’histoire, la guerre, la Résistance, Paris, 2006

Borgolte - Jaspert (éd.) 2016 = M. Borgolte, N. Jaspert (éd.), Maritimes Mittelalter Meere als Kommunikationsräume, Ostfildern, 2016

Borgolte - Jaspert 2016 = M. Borgolte, N. Jaspert, Maritimes Mittelalter – Zur Einführung, dans Borgolte - Jaspert (éd.) 2016, p. 9-33

Bourdieu 1982 = P. Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, 1982

Bourdieu 2012 = P. Bourdieu, Sur l'État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, 2012

Braudel 1949 = F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1ére éd., 1949

Bresc - Nef 1998 = H. Bresc et A. Nef, Les mozarabes de Sicile (1100-1300), dans E. Cuozzo et J.-M. Martin (éd.), Cavalieri alla conquista del Sud - Studi sull'Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, Bari, 1998, p. 134-156

Bresc - Bresc-Bautier 1993 = H. Bresc, G. Bresc-Bautier (éd.), Palerme 1070-1492. Mosaïque de peuples, nation rebelle : la naissance violente de l’identité sicilienne, Paris, 1993

Brodbeck 2010 : S. Brodbeck, Les saints de la cathédrale de Monreale. Iconographie, hagiographie et pouvoir royal, Sicile fin du XIIe siècle, Rome, 2010

Brodbeck 2013 : S. Brodbeck, Monreale from Its Origin to the End of the Middle Ages, dans A. Nef (éd.), A Companion to Medieval Palermo. The History of a Mediterranean City from 600 to 1500, Leyde-Boston, 2013, p. 383-412

Brubaker - Cooper 2010 = R. Brubaker, F. Cooper, Identité, trad. frse et rééd. dans F. Cooper, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, 2010, p. 81-123

Burbank - Cooper 2011 : J. Burbank et F. Cooper, Empires: de la Chine ancienne à nos jours, Paris, 2011

Burkhardt - Foerster 2013 = S. Burkhardt, T. Foerster, Introduction, dans Burkhardt - Foerster (éd.) 2013, p. 1-38

Burkhardt - Foerster (éd.) 2013 = S. Burkhardt, T. Foerster (éd.), Norman tradition and Transcultural Heritage. Exchange of Cultures in the ‘Norman’ Peripheries of Medieval Europe, Farnham-Burlington, 2013

Carocci 2014 = S. Carocci, Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, poteri aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Rome, 2014

Castoriadis 2009 = C. Castoriadis, Histoire et création. Textes philosophiques inédits (1945-1967), Paris, 2009

Cressier - Nef (éd.) 2015 = P. Cressier, A. Nef (éd.), The Fatimids and the Central Mediterranean Xth-XIIth century, dans Journal of Islamic Archaeology, 2.2, 2015

Cressier - Nef (éd.) (éd.) 2016 = P. Cressier, A. Nef (éd.), Les Fatimides et la Méditerranée Centrale Xe-XIIe siècle, dans Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée, 139, 2016

Dakhlia 2012 = J. Dakhlia, L’impensable métis en Méditerranée ?, dans Abdellatif et al. (éd.) 2012, p. 45-57

Dakhlia - Kaiser 2013 = J. Dakhlia, W. Kaiser, Introduction. Une Méditerranée entre deux mondes ou des mondes continus, dans Dakhlia-Kaiser (éd.) 2013

Dakhlia - Kaiser 2013 = J. Dakhlia, W. Kaiser (éd.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II. Passages et contacts en Méditerranée, Paris, 2013

Deprest 2002 = F. Deprest, L’invention géographique de la Méditerranée: éléments de réflexion, dans L’espace géographique, 31, 2002/1, p. 73-92

Deprest 2010 = F. Deprest, Fernand Braudel et la géographie « algérienne »: aux sources coloniales de l’histoire immobile de la Méditerranée?, dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC, dossier n° 99, juillet-septembre 2010, p. 28-35

De Simone 1999 = A. De Simone, Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Islam africano, dans Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo (XIII giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 oct. 1997), Bari, 1999, p. 261-293

Di Branco - Wolf (éd.) 2014a = M. Di Branco, K. Wolf (éd.), « Guerra santa » e conquiste islamiche nel Mediterraneo (VII-XI secolo), Rome, 2014

Di Branco - Wolf 2014b = M. Di Branco, K. Wolf, Hindered passages. The Failed Muslim Conquest of Southern Italy, dans Journal of Transcultural Medieval Studies, 1-1, 2014, p. 51-73

Di Liberto 1998 = R. Di Liberto, Il pavimento a tarsie marmoree della chiesa normanna di San Cataldo in Palermo, dans Atti del IV Colloquio dell’Associazione Italiana per lo Studio e la Conservazione del Mosaico (Palerme, 9-13 décembre 1996), Ravenne, 1997, p. 343-364

Di Liberto 2009 = Il pavimento a tarsie marmoree e motivi figurati nella chiesa normanna di Santa Maria dell’Ammiraglio in Palermo, dans Re - Rognoni (éd.) 2009, p. 126-153

Di Liberto 2013 = R. Di Liberto, Norman Palermo : Architecture between the 11th and 12th century, dans A. Nef (éd.), A Companion to Medieval Palermo. The History of a Mediterranean City from 600 to 1500, Leyde-Boston, 2013, p. 139-194

Droit 2008 = R.-P. Droit, L’Occident expliqué à tout le monde, Paris, 2008

Dufal 2009 = B. Dufal, Faire et défaire les civilisations, dans Ph. Büttgen, et al. (éd.), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante, Paris, 2009, p. 317-358

Durkheim et Mauss 1903 = É. Durkheim, M. Mauss, De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives, dans Année sociologique, 6, 1901-1902, p. 1-72, rééd. in M. Mauss, Essais de sociologie, Paris, 1903

von Falkenhausen 2002 = V. von Falkenhausen, The Greek Presence in Norman Sicily : The Contribution of Archival Material, dans G.A. Loud, A. Metcalfe (éd.), The Society of Norman Italy, Leyde, 2002, p. 253-288

von Falkenhausen 2009 = V. von Falkenhausen, I funzionari greci nel regno normanno, dans Re - Rognoni (éd.) 2009, p. 185–202

Giunta - Rizzitano 1967 = F. Giunta, U. Rizzitano, Terra senza crociati, Palerme, 1967

Goldberg 2012 = J. Goldberg, Trade and Institutions in the Medieval Mediterranean. The Geniza Merchants and their Business World, Cambridge, 2012

Goldberg 2013 = J. Goldberg, Choosing and Enforcing Business Relationships in the Eleventh-Century Mediterranean: reassessing the ‘Maghribî traders’, dans Past & Present, 216, 2012, p. 3-40

Gouguenheim 2008 = S. Gouguenheim, Aristote au Mont Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, 2008

Greif 2006 = A. Greif, Institutions and the path to the modern economy : lessons from medieval trade, Cambridge, 2006

Harris (éd.) 2005 = W. V. Harris (éd.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, 2005

Horden - Purcell 2000 = P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea: a study of Mediterranean history, Oxford-Malden-Victoria, 2000

Houben 2013 = H. Houben, Between Occidental and Oriental Cultures : Norman Sicily as a ‘Third Space’, dans Burkhardt - Foerster 2013, p. 19-33

Hurlock-Oldfield (éd.) 2015 = K. Hurlock, P. Oldfield (éd.), Crusading and Pilgrimage in the Norman World, Woodbridge-Rochester, 2015

Jamil - Johns 2004 = N. Jamil et J. Johns, Signs of the Times: Arabic Signatures as a Measure of Acculturation in Norman Sicily, dans Muqarnas, 21, 2004, p. 180-192

Johns 1992 = J. Johns, Monreale Survey. L’insediamento umano nell’alto Belice dall’età paleolitica al 1250 d.C., dans Atti delle Giornate Internazionali di Studi sull’Area Elima (Gibellina, 1991), Pise-Gibellina, p. 407-420

Johns 2002 = J. Johns, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambridge, 2002

Johns 2015 = J. Johns, Muslim artists and Christian models in the painted ceilings of the Capella Palatina, dans Romanesque and the Mediterranean, 2015, p. 59-89

Jotischky-Stringer (éd.) 2013 = A. Jotischky, K. J. Stringer (éd.), Norman Expansion. Connections, continuities and contrasts, Farnham-Burlington, 2013

Lahire 2012 = B. Lahire, Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales, Paris, 2012

Mandalà 2009 = G. Mandalà, Una famiglia di marmorari arabo-cristiani nella Palermo normanno-sveva, dans G. Mandalà et M. Moscone, Tra latini, greci e arabici : ricerche su scrittura e cultura a Palermo tra XII e XIII secolo, dans Segno e testo, 7, 2009, p. 174-231

Mandalà 2012 = G. Mandalà, Una nueva fuente para la historia de la Sicilia islamica : un pasaje de al-Muqtabis de Ibn Ḥayyān sobre la revuelta de Aḥmad Ibn Qarhab (300-304-913-916), dans al-Qanṭara, 33/2, 2012, p. 343-74

Mandalà 2014 = G. Mandalà, Political Martyrdom and Religious Censorship in Islamic Society : a Case Study During the Age of Ibrāhīm II (261-289/875-902), dans al-Qantara, 35/1, 2014, p. 151-186

Nef 2007 = A. Nef, L’histoire des « mozarabes » de Sicile. Bilan provisoire et nouveaux matériaux, dans C. Aillet, M. Peñelas et Ph. Roisse (éd.), ¿ Existe una identidad mozárabe ? Historia, lengua y cultura de los cristianos de al-Andalus (siglos IX-XII), Madrid, 2008, p. 255-286

Nef 2010 = A. Nef, Michele Amari ou l'histoire inventée de la Sicile islamique : réflexions sur la Storia dei Musulmani di Sicilia, dans B. Grévin (éd.), Maghreb-Italie, des passeurs médiévaux à l'orientalisme moderne (XIIIe-milieu XIXe siècle), Rome, 2010, p. 285-306

Nef 2011a = A. Nef, Comment les Aghlabides ont décidé de conquérir la Sicile..., dans Annales islamologiques, 45, 2011, p. 191-212

Nef 2011b = A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011

Nef 2012 = A. Nef, Imaginaire impérial, empire et œcuménisme religieux : quelques réflexions depuis la Sicile des Hauteville, dans Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 24, 2012 [en ligne], mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 10 septembre 2016. URL : http://crm.revues.org/12922 

Nef 2013a = Les groupes religieux minoritaires et la question de leur structuration en communauté dans les sociétés médiévales chrétiennes et islamiques, dans Dakhlia - Kaiser (éd.) 2013, p. 413-440

Nef 2013b = A. Nef, Islamic Palermo and the dār al-islām : politics, society and the economy (from the mid-9th to the mid-11th century), dans A. Nef (éd.), A Companion to Medieval Palermo, Leyde, 2013, p. 39-59

Nef 2014 = A. Nef, Quelques réflexions sur les conquêtes islamiques, le processus d’islamisation et implications pour l’histoire de la Sicile, dans Nef - Ardizzone (éd.) 2014, p. 47-58

Nef - Ardizzone (éd.) 2014 = A. Nef, F. Ardizzone (éd.), Les dynamiques de l’islamisation en Méditerranée centrale et en Sicile : nouvelles propositions et découvertes récentes, Bari-Rome, 2014

Nef - Prigent 2006 = A. Nef, V. Prigent, Per una nuova storia dell’alto medioevo siciliano, dans Storica, anno XII, 2006, p. 9-64

Peregrine - Kinoshita (éd.) 2014 = H. Peregrine, Sh. Kinoshita (éd.), A Companion to Mediterranean History, Chichester, 2014

Peri 1953-1956 : I. Peri, Città e campagna in Sicilia. I. Dominazione normanna, Palerme, 1953-1956

Pesez 1998 : J.-M. Pesez, Sicile arabe et Sicile normande : châteaux arabes et arabo-normands, dans La Sicile des émirs aux barons. Châteaux et formes de pouvoir, dans MEFRM, 110-2, 1998, p. 561-575

Re - Rognoni (éd.) 2009 : Giorgio d’Antiochia. L’arte della politica in Sicilia nel XII secolo tra Bisanzio e l’Islam (Atti del Convegno Internazionale, Palermo, 19-20 aprile 2007), Bizantino-Sicula V, Palermo, 2009

Sewell 2005 = W. H. Sewell, The Concept(s) of Culture, dans Logics of History. Social Theory and Social Transformation, Chicago-Londres, 2005, p. 152-174

Sijpesteijn 2013 = P. Sijpesteijn, Shaping a Muslim State : the World of a mid-eighth-century Egyptian official, Oxford, 2013

Takayama 1993 = H. Takayama, The Administration of the Norman Kingdom of Sicily, Leyde, 1993

Trivellato 2016 = F. Trivellato, Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle, Paris, 2016 [Trad. de F. Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, 2009]

Tronzo 1997 = W. Tronzo, The Cultures of His Kingdom. Roger II and the Cappella Palatina in Palermo, Princeton, 1997.

Top of page

Notes

1 Il faut voir là l’effet des financements de la recherche sur programmes qui tendent à favoriser des échelles vastes et l’histoire globale et/ou connectée, mais aussi les enquêtes sur la Méditerranée et sur l’Islam pour des raisons liées à des enjeux politiques et idéologiques. Nous nous contentons de deux titres récents qui regroupent la bibliographie publiée en amont Peregrine - Kinoshita (éd.) 2014 ; Borgolte - Jaspert (éd.) 2016.

2 Ce qui est dit ici vaut pour la Sicile, pour la Méditerranée, mais aussi pour des échelles plus globales encore.

3 Cette expression est définie ci-après.

4 Il faudrait s’interroger sur l’impact de la formation en histoire-géographie sur les travaux des historiens, notamment français, et sur son rôle dans la substitution de l’espace au social comme catégorie à partir de laquelle une totalité peut être pensée, c’est-à-dire un objet historique est délimité.

5 Lahire 2012, p. 228.

6 Nous y reviendrons dans un autre cadre, mais il nous semble que l’essentiel de ce qui pose problème dans l’histoire de la Méditerranée était en germe dans la démarche de F. Braudel (Braudel 1949), même si elle ne s’inspire pas tout entière de ce dernier.

7 Voir le dossier consacré au concept de « méditerranée » dans la revue Espace géographique, 24/3, 1995, p. 193-225.

8 Deprest 2002 et 2010 ; Borgolte - Jaspert 2016.

9 Là aussi les lectures critiques ont été légion ; en particulier Harris (éd.) 2005.

10 Les parties 4 et 5 de l’ouvrage, portant respectivement sur la religion et l’anthropologie méditerranéennes, en sont de bons exemples.

11 Pour une critique de cette dimension, aux effets souvents incontrôlés, cf. Dakhlia 2012 et Dakhlia - Kaiser 2013.

12 Par exemple, Trivellato 2016, p. 19-43.

13 Ce qui fait l’intérêt des documents de la Geniza de ce point de vue, par exemple, est moins le fait de pouvoir suivre tel ou tel individu tout au long de sa carrière que la régularité statistique des phénomènes ainsi documentés. Sur la représentativité et l’interprétation de ces données, cf. le débat toujours ouvert et alimenté par Greif 2006, Goldberg 2012 et 2013, Ackerman-Liberman 2014. Ce qui suit explique que la plus convaincante nous paraisse être sans conteste Jessica Goldberg.

14 Bloch 2006, p. 876.

15 Pour une critique de la notion de communauté, cf. Nef 2013a.

16 Albera - Tozi 2005.

17 Abdellatif et al. 2012a et 2012b.

18 Comme le souligne à juste titre Trivellato 2016, p. 19.

19 Cette notion est, au moins en français, venue remplacer celle de civilisation, vivement critiquée, mais elle en conserve les principaux défauts ; pour une critique : Dufal 2009. Il faudrait en outre tenir compte des glissements de sens entre « culture » en français et en anglais et « kultur » en allemand (voir par exemple Sewell 2005), même si aucune de ces notions ne paraît satisfaisante.

20 Pour une critique de cette notion : Brubaker - Cooper 2010.

21 Nef - Prigent 2006.

22 Ce qu’ont contribué à faire la thèse de doctorat et les nombreux travaux de Vivien Prigent sur la Sicile dans l’Empire byzantin, ainsi que la série L’Héritage Byzantin en Italie publiée par l’École française de Rome depuis 2011 et dont le quatrième volume est attendu.

23 Johns 2002, Mandalà 2012 et 2014, Nef 2011a et 2013b.

24 Nef - Ardizzone (éd.) 2014 ; Cressier - Nef (éd.) 2015 et 2016.

25 Nef 2012.

26 Bourdieu 2012, p. 15.

27 Ibid., p. 16.

28 Il est d’ailleurs possible d’envisager la première partie de cette histoire, avant le transfert de la capitale de Messine à Palerme en 1115, comme une agrégation de la Sicile à une construction imaginée en Calabre ; le changement de capitale rompt avec ce premier moment.

29 Hurlock-Oldfield (éd.) 2015 ; Jotischky-Stringer (éd.) 2013 ; Bauduin (éd.) 2015.

30 Nef 2010, avec la bibliographie.

31 Bien résumé dans Takayama 1993.

32 Développée par exemple par Bresc - Bresc-Bautier 1993.

33 I. Peri est exemplaire de ce courant : Peri 1953-1956.

34 La Sicile « terre sans Croisés » pour reprendre le titre d’un livre célèbre : Giunta - Rizzitano 1967.

35 Ainsi de Johns 1992 et Pesez 1998, spéc. p. 575.

36 Il n’est pas question ici non plus de fournir une bibliographie des très nombreuses publications parues dans les années 1990-2000 : jusqu’en 2011, on verra Nef 2011b.

37 Notons que les études touchant aux statuts et rapports de production ont laissé peu à peu la place au culturel, une tendance que vient inverser l’ouvrage majeur de S. Carocci : Carocci 2014, où l’on trouvera l’état de l’art relatif à ce thème.

38 Bresc - Nef 1998 ; Nef 2007 ; Mandalà 2009.

39 De Simone 1999 et Re - Rognoni (éd.) 2009.

40 Pour un premier aperçu, Nef 2011b.

41 Johns 2002.

42 Von Falkenhausen 2002 ; Von Falkenhausen 2009.

43 Tronzo 1997 ; Di Liberto 1997 et 2013 ; Brodbeck 2010 et 2013.

44 En particulier, Johns 2015.

45 Ce qui n’est en rien problématique, tant que la dimension idéologique est assumée. En revanche, il nous semble que ses promoteurs n’atteignent pas leurs objectifs.

46 Burkhardt - Foerster (éd.) 2013.

47 Houben 2013, p. 19.

48 Ibid., p. 20.

49 Ibid., p. 21.

50 Bourdieu 1982, p. 35.

51 Burkhardt - Foerster 2013.

52 Ibid., p. 1-2.

53 Ibid., p. 3.

54 Droit 2008 ; Gouguenheim 2008.

55 Burkhardt - Foerster 2013, p. 6.

56 Ainsi des travaux et initiatives dus à Marco Di Branco et Kordula Wolf, spécialisés dans l’histoire du sud italien péninsulaire, mais qui incluent la Sicile dans leur horizon : Di Branco - Wolf 2014a et 2014b. Notons que l’introduction de ce volume insiste sur l’utilisation du terme « culture » comme une commodité heuristique. Ainsi du colloque organisé en avril 2016 au Deutsches Historisches Institut de Rome : « Southern Italy as Contact Area and Border Region during the Early Middle Ages. Religious-Cultural Heterogeneity and Competing Powers in Local, Transregional and Universal Dimensions ». Se maintient ici l’idée d’une perméabilité d’ensembles en contact, mais qui doivent commencer par être définis comme des totalités !

57 Ainsi des journées d’études consacrées aux « Urban dynamics and transcultural Communication in Medieval Sicily », organisées en novembre 2015 à Heidelberg : https://www.uni-heidelberg.de/md/zegk/histsem/mitglieder/ls_prof_jaspert/sicily_conference_flyer.pdf.

58 Nef 2014 ; Sijpesteijn 2013 et la bibliographie à laquelle elle renvoie.

59 Il faudrait ici faire toute sa place à la pensée de Cornelius Castoriadis qui explicite les attendus philosophiques de la notion de création. Cf. par exemple, Castoriadis 2009, p. 45 : « Le nouveau n'est pas n'importe quoi, il est nouveau dans et de cette histoire-là. Tout n'est pas possible assurément : pour autant que la réalité est ‘définie’, elle définit aussi, cela veut dire qu'elle est déterminée et déterminante ; le nouveau ne peut être vraiment nouveau que s'il a un sens quant à ce qui existe déjà, autrement il ne serait pas nouveau, il serait insaisissable, innommable, irréel. Mais le nouveau est nouveau en tant que, non seulement il fait apparaître un nouveau sens, mais qu'il donne un autre sens à ce qui était déjà là et dont on pouvait penser jusqu'alors le sens comme déterminé, défini, clos ».

60 Durkheim - Mauss 1903.

61 Notamment dans le domaine administratif, dans celui de la taxation et dans celle des statuts juridiques : Nef 2011b.

62 Nef 2011b.

63 Ainsi de Mathieu d’Aiello, originaire de Pouille, bon connaisseur de l’arabe et grand administrateur du royaume pendant des décennies. Il symbolise la mémoire du dîwân palermitain après les émeutes de 1161 qui entraînent la destruction des archives centrales. N. Jamil et J. Johns ont montré que l’arabisation linguistique, même limitée, était perçue comme un signe d’appartenance aux élites par des représentants des grandes familles latines : Jamil - Johns 2004.

64 Pour une première tentative, cf. Nef 2012.

65 Burbank - Cooper 2011, p. 23.

66 Ibid., p. 28.

Top of page

References

Electronic reference

Annliese Nef, « La Sicile de Charybde en Scylla ? Du tout culturel au transculturel », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [Online], 128-2 | 2016, Online since 13 September 2016, connection on 27 July 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3394 ; DOI : 10.4000/mefrm.3394

Top of page

About the author

Annliese Nef

Université Paris 1- Panthéon Sorbonne, UMR 8167 - annliesenef@yahoo.fr

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org