Skip to navigation – Site map
Atelier doctoral

La place des peuples des Balkans et du monde slave médiéval dans les écrits des géographes et des voyageurs de l’Occident Musulman (XIe-XVe siècles) : entre le réel et l’imaginaire

Lotfi Ben Miled

Abstracts

The Slavic world was not that unfamiliar to the Islamic Maghreb countries and Andalucía. A fuzzy picture of the area was available through the early journeys outside the Arab-Islamic space (Al Massoudi and Ibn Fadhlan, 10th century). Relationships between the Omayyad Andalucía and some Northern Europe states contributed in enhancing that picture (Ibn Al Warraq quoted by Al Bikri, 11th Century). Bulgarian and Hungarian nations started to come into the civil world (according to the classical Islamic geography standard) regardless of their primitive and wild character. It was quite natural that the dramatic changes that occurred in the Mediterranean world during the 11th century took part in drawing a better and more modern picture of the Slavic region among Arab travelers and geographers. Hence, Al Idrissi took advantage of the Norman knowledge to draw a nice map of the Balkans. Encouraged by Al Idrissi work and pushed by a good relationship with a Seleucid minister, a contemporary fellow, Abu Hamed Al Gharnati (died ca 1170) made an incursion up to Hungary then resided in the Lapshkard province that embraced Islam later on. Ibn Jubair limited himself to simply mention the presence of some Bulgarian pilgrims on a Genoa ship sailing from Al-Sham coast. Furthermore, Ibn Said (died 1280) knew quite well the Hungarian natives because he was living for a while at the Eastern Roman Christian border. Later on, expeditions to, as well as knowledge of the Slavic region became scarce. Travelling became limited to the Islamic World only. Islamic geographers’ works of that time are not that much relevant to know the subject of the study. The ottoman invasion soon after, encouraged Ibn Battuta first (1334), then Ibn Sabbah (1388) to make superficial journeys to the region and therefore, both of their works show a sketchy picture of the Slavic world, full of wonders and oddities as it happens often with unknown nations.

Top of page

Full text

  • 1 Bousquet 1965, p, 139, Lewicky 1965 p.461 et Miquel 1977, p. 65.

1Traiter de la problématique de la connaissance de l’Occident musulman médiéval du monde slave et des peuples de la plaine balkanique n’est pas nouveau. Les Orientalistes l’ont déjà fait depuis un demi-siècle1. Il s’agit en fait d’une littérature concernant l’image de l’autre. Nous nous intéressons ici tout particulièrement à la littérature géographique andalouse allant du XIe au début du XVe siècle, en passant par les œuvres du maghrébin Al-Idrissi (XIIe siècle) et finissant par les recueils des voyageurs partant des ports du sud de l’Andalousie et de l’Afrique du Nord pour la Méditerranée orientale et arrivant jusqu’aux frontières nord de l’Empire byzantin.

2Notre essai consiste à étudier l’utilité des sources géographiques et des relations de voyage issues du monde musulman pour l’étude de l’histoire des Balkans et du monde des Slaves dits du Sud.

3Nous sommes, donc, confrontés à de multiples sources qui nous donnent une image évolutive des peuples installés aux Balkans durant quatre siècles de l’histoire de la Chrétienté. Ces sources musulmanes, peuvent être classées en trois groupes : d’une part les connaisseurs « classiques » tenant une image héritée de l’Orient musulman au temps de la grandeur de l’Islam, de l’autre les transmetteurs d’une connaissance directe suite à leurs visites du territoire slave, et enfin la littérature des voyageurs qui n’ont jamais atteint la plaine balkanique (ce qui pourrait mettre en doute leur fiabilité).

4Nous proposons alors un plan en trois parties. La première portera sur le savoir musulman « classique » des environs du XIe siècle, la deuxième sera consacrée à la connaissance directe des Balkans au XIIe siècle. Quant à la troisième partie, elle étudiera l’émergence de scènes de « merveilles » dans les recueils et ouvrages des voyageurs des deux derniers siècles du Moyen Âge.

Al-Bakri (XIe siècle), transmetteur des récits du Xe siècle

  • 2 Al-Bakri 1991.
  • 3 Ibid., p. 336
  • 4 Idem, 1968 p. 154.

5Les éditeurs d’Al-Masâlikwal-Mamâlik2, œuvre pionnière de géographie en Occident musulman, estiment que le chapitre consacré aux Slaves est une reprise du récit apporté par Ibrâhîm Ibn Yacqûb Al-Isrâîlî, un ambassadeur juif (voyageur converti à l’islam au Xe siècle)(1). Nous pensons, tout comme nos prédécesseurs, que le géographe Al-Bakri a consacré quarante-cinq pages aux différents royaumes slaves : les Bulgares, les Polonais et Naccon (région de Grad ou Belgrad)3 . C’est une description qui doit en principe remonter aux années soixante du Xe siècle, mais qui se focalise sur un paysage parsemé de multiples forteresses4.

  • 5 Ibid., p. 160
  • 6 Ibid., p. 162
  • 7 Ibid., p. 164

6À cette époque, les Bohèmes vivaient un essor commercial très remarquable dont les marchands Russes, Slaves, Suisses et Turcs musulmans faisaient les échanges à Cracovie moyennant une monnaie byzantine (appelée en arabe : Mithqâl)5. De ce fait, des produits divers qui se vendaient caractérisaient une société agricole : blés, matériaux pour équiper les chevaux produits artisanaux et métaux précieux6. Mais c’était aussi un pays fortifié dont des villes comme Neubourg et Prague étaient déjà fondées au début du Moyen Âge7.

  • 8 Ibid., p. 176 et Espéronnier 1984, p. 323.
  • 9 Al-Bakri 1968, p. 183.

7Nous estimons qu’outre les données relatives aux Polonais et Prussiens, qui sont eux-mêmes considérés comme des peuples slaves du Nord, le récit d’Ibrahim Ibn Yacqûb Al-Turtûsi qui n’a jamais atteint la terre des Bulgares, est d’une importance capitale. En effet, son voyage en Europe orientale lui a permis de témoigner de l’âge d’or du royaume bulgare sous le règne du Tsar Peter(Pierre) (927-969) (Al-Turtûsi y était en 965). Dans ce récit, il donne des informations sur l’organisation du Palais et sur les différents statuts administratifs, d’autres sur la christianisation des peuples bulgares qui traduisaient même l’Évangile dans la langue slave. L’auteur-voyageur nous donne une date précise de cette conversion au Christianisme liée à la conquête de Constantinople par le roi bulgare Boris Michel (852-888)8. En outre, il nous offre une vue générale, mais plus au moins détaillée, des différentes ethnies slaves tout en distinguant entre les Slaves de la steppe et ceux de la montagne, entre une économie agraire et autre marchande. Il se base, en fait, sur les désignations et noms de ces ethnies. Il s’agit là de pays très humides et très froids auxquels les gens sont habitués, mais ils n’osent pas voyager en Lombardie9, par peur des épidémies. Ce récit nous fournit aussi plusieurs détails sur la vie et les coutumes de ces peuples. Qui :

  • Évitaient la viande des poulets par peur des épidémies
  • se sont habitués aux viandes bovines
  • portaient des vêtements larges
  • pratiquaient la polygamie
  • élevaient des oiseaux domestiques divers
  • Aimaient beaucoup manger du miel10

8Nous avons ainsi des précisions d’ordre ethnologique.

  • 11 Al-Masûdi 1989, 1, p. 53.
  • 12 Espéronnier 1984, p. 323 .

9Dans un autre paragraphe, Al-Bakri cite Al-Mascûdi11 (« Al-Mascûdi a dit »), ce qui nous fait comprendre qu’il se réfère à des sources multiples, autres qu’Al-Turtûsi. Ceci nous amène à nous demander s’il a cherché à varier ses sources d’informations ou bien à centrer sa vision sur les peuples de l’Europe orientale. Il donne plus de détails sur les tribus slaves : Serbes, Dulles, Moraves, Croates… D’ailleurs, il nous montre leurs différences de culte et de religion : certains adoptaient le Jacobinisme, d’autres le paganisme. Il étudie aussi leurs coutumes et rites (suicide par le feu, cérémonial de la mort)12. En outre, les informations qu’il donne portent également sur le climat très froid, sur l’absence de bains publics, sur les charrettes montées par des rois (sans identités) et sur la guerre entre les Slaves et les Etats européens de la Méditerranée : Byzantins, Lombards et Francs.

  • 13 Ibn Dehia, p. 138.
  • 14 Lévi-Provençal 1937 p. 1.

10Nous constatons, alors, que cette description est bien détaillée, mais les informations fournies sont héritées du IXe siècle via les pionniers connaisseurs de l’Europe orientale (Al-Ghazal : ambassadeur umayyade à Byzance13 et chez les Normands) puis à travers la lecture d’Al Mascûdi (Xe siècle), qui représente la première source orientale sur les peuples au nord de Byzance14 dans un contexte lié essentiellement aux conflits entre Byzance et les États musulmans (Abbassides d’Orient, Umayyades d’Andalousie).

D'Al-Idrissi à Ibn Saïd aux XII-XIIIe siècles : l’apogée de la connaissance géographique des peuples slaves

  • 15 Al-Idrissi 1970-1984, p. 883 et Amara - Nef 2000, p. 121.
  • 16 Al Idrissi 1999, p. 401.
  • 17 Ducène, 2012, p. 128.
  • 18 Al Idrissi 1984, p. 231.

11L’apport d’Al-Idrissi dans le domaine de la connaissance de l’Europe orientale fut très important, surtout qu’il était déjà installé dans la cour normande en 1138 où il commença la rédaction de sa grande encyclopédie géographique, après de courts voyages en Andalousie, au Maghreb, en Asie mineure et en Europe (Italie, France, Angleterre, Allemagne), qui est une œuvre pionnière en cartographe intitulée : Nozhat al-Mouchtâq Fi Ikhtirâq Al-Afâq15, c’est-à-dire : Divertissement de celui qui désire parcourir le monde ou livre de Roger), traduite aussi : Délassement après un voyage épuisant à travers les Provinces et considérée comme étant la première géographie de l’Occident16. Al-Idrissi avait non seulement utilisé des travaux savants, mais il a recueilli, avec l’aide de son protecteur royal un certain nombres d’informations orales ; il énumère surtout des nombreuses villes slaves et indique les voies commerciales de son temps, il les porte aussi sur sa carte en profitant pleinement, certes, des sources anciennes (Ptolémée) pour la délimitation générale des côtes. Mais ce sont les sources d’informations contemporaines de l’auteur qui sont utilisées, les ressources de la chancellerie, ont sans doute été mises à sa disposition, mais les informateurs oraux dont il puisait ses connaissances des itinéraires, nous indiquent qu’ils étaient des voyageurs, des pèlerins, des commerçants qui pouvaient passer par la Sicile. Nous savons que des contacts entre le pouvoir hongrois de Géza II et la Sicile eurent lieu entre 1149 et 115417, Al-idrissi note l’envoi par Roger II d’une mission composée d’un dessinateur et d’un secrétaire dans des pays européens comme la Hongrie pour récolter des informations. On arrive grâce à Al-Idrissi à découvrir une évolution urbaine importante, un réseau routier remarquable aux Balkans dans la première moitié du XIIe siècle, ainsi que des terres fertiles, ce qui constituait un témoignage de la domination vénitienne sur les espaces situés sur la côte orientale de l’Adriatique. D’autre part, Al-Idrissi a rédigé un autre guide géographique nommé « Ouns al-mouhajwarawdh al-faraj »18.

  • 19 Al-Gharnâti.
  • 20 Ibid., p. 70 et Gafourov – Tikhomirov 1965, p. 24.

12Quant à son contemporain Abu Hâmid Al-Gharnâti19, marchand originaire de Grenade au Sud de l’Andalousie (1170), ayant des relations avec un ministre seljukide (Abu Habîra) aux environs de 1118-1120, il était le premier voyageur qui ait laissé une trace écrite (un ouvrage) quoique les marchands andalous aient pu arriver jusqu’aux frontières chinoises. Il est à rappeler ici que la littérature de voyage était un genre andalou puis maghrébin par excellence. Cet auteur nous rapporte qu’il était à la capitale des Bulgares au bord de la Volga aux environs de 113520, et qu’il faisait le commerce entre ce pays et le sultanat de Khawarizm. Il nous donne aussi des informations précises sur le commerce au bord de la Mer noire entre les royaumes bulgares, les Khazars, les sultanats musulmans de l’Asie centrale et le monde turc. Cette présence pouvait être liée aux relations commerciales entre l’Irak seljukide et les tribus turques islamisées installées aux bords du Volga et de la Mer noire. Mais rien n’est clair à propos d’une alliance qui viserait à encercler l’État byzantin déjà attaqué par les troupes croisées. Nous n’avons pas non plus d’amples détails mais simplement des informations précises sur la nature des produits échangés. Mais dans quelles conditions ce commerce était-il fait, avec qui et pour quels intérêts et combien avait-il duré ?

13Al-Gharnâtivécut longtemps à Saxine, ville qui au XIe et au XIIIe siècles se trouvait au bord de la rivière Itil (la Volga). On peut ainsi se poser des questions sur l’histoire de l’islamisation des peuples slaves : y-avait-il eu des mouvements bien organisées ? Les voyageurs musulmans étaient-ils des missionnaires envoyés par le pouvoir abbasside ? Le califat Abbasside n’a jamais déclaré un tel projet. Pouvait-il s’agir d’un projet d’alliance de guerre et de commerce pour profiter de la route qui arrive jusqu’à la mer noire déjà contrôlée par Byzance ? Abu Hâmid Al-Gharnâti qui séjourna aussi en Bulgarie sur la Volga traversa une partie du territoire des Slaves orientaux.

  • 21 Al-Gharnâti, p. 70.

14Outre le fait de savoir si Al-Gharnâti était envoyé par le ministre abbasside pour présenter un tableau bien détaillé des réseaux commerciaux qui liaient l’Asie centrale aux pays situés aux bords de la Volga, nous constatons que ce voyageur est déjà arrivé à la Hongrie (dite par les musulmans à son époque « Bachghard » = et aujourd’hui « Madjar ») où il épousa deux femmes et où il était témoin d’une civilisation urbanisée. Il précisa ainsi :» Les Hongrois (Bachghards) sont de grands peuples. Il s’agit de soixante-dix-huit villes, chacune d’elles est pareil à Ispahan et Bagdad… »21. Dans ce contexte, il manifesta une attention particulière à l’égard de la ville de Prague, ville tchèque célèbre pour ses articles de Sellerie et ses bouchers, et où il rencontra des marchands russes, polonais, tzars (?), varègues, juifs et même musulmans, ces derniers arrivèrent jusqu’au cœur de l’Europe orientale. Il nous donne le nombre (soixante-dix-huit) des villes fortifiées, mais aussi des fiefs.

15Al-Gharnâti ne cessait de faire l’éloge de la race turque. Il considère Al-Kalama comme la limite extrême du monde musulman (une telle conception pourrait s’expliquer par l’objectif de l’écriture de son texte au profit du palais seljukide), ce qui ne l’empêchait pas de continuer à résider en Hongrie. C’est ce qui nous pousse à nous demander s’il avait envie de suivre les traces de l’islamisation des tribus turco-slaves ou d’élargir ses capitaux commerciaux.

  • 22 Ibn Said 1982, p. 101.
  • 23 Ibn Jubayr, p. 250.
  • 24 Zuhri
  • 25 IbnKhaldoun 1996 p98.
  • 26 Al-Himyari.

16Un autre voyageur, Zuhri Al-Andalusi, n’a rien pu ajouter à la connaissance géographique de ses contemporains22,alors qu’Ibn Jubayr rencontra des Bulgares en Crète dans les années 80 du XIIe siècle23, et enfin Ibn Saîd Al-Gharnâti Al-Maghribi (XIIIe siècle) a résumé le livre d’Al-Idrissien ajoutant sa propre connaissance de la christianisation de la Hongrie (événement qui peut être lié aux croisades et au mouvement messianique24). Ainsi, un siècle après la rédaction de « Tuhfat Al-Albâb », la Hongrie n’est plus musulmane, tout comme la Bulgarie partagée entre chrétiens convertis depuis la fin du Xe siècle. Ces sources témoignent d’un sentiment d’amertume envers la régression des frontières du monde musulman ou islamisé. C’est pourquoi on ne trouve pas d’ajouts dans les brefs paragraphes cités dans la Muquadimad’Ibn Khaldoun25 et dans le petit dictionnaire géographique d’Al-Himyari26 (Encyclopédistes de la deuxième moitié du XIVe siècle).

17Cette régression, a-t-elle eu un impact sur l’image des frontières islamo-chrétiennes du monde Slave ? Quel est la place de cette image dans les récits des voyageurs de l’Occident musulman aux XIVe et XVe siècles ?

Les voyageurs de l’Occident musulman aux XIVe et XVe siècles : le gout de « l’étrange » et une vague connaissance géographique

18Durant ces deux siècles (XIVe et XVe s.), les conditions générales en Méditerranée étaient en faveur des voyages maritimes étant donné l’orientation des activités commerciales occidentales vers le monde byzantin et l’Orient musulman. D’ailleurs, on assistait à la création de nouvelles voies commerciales, deux d’entre elles liaient le Sud de l’Andalousie à Alep et aux îles du monde égéen.

  • 27 Ben Miled 2011 .
  • 28 Ibn Battûta, p. 374.
  • 29 Ibn Battûta, p. 375 et Ducènes 2005, p. 215.

19De ce fait, les Musulmans d’Occident se trouvaient bien intégrés dans le cadre global de toutes ces mutations27. Il est à rappeler, ici, que le genre « Rihla » (voyage) ne consistait pas à visiter spécialement les pays des Chrétiens qui n’étaient jamais spécifiés dans ces écrits. Les Voyageurs se sont trouvés souvent de manière impromptue dans les îles de la mer Égée, comme le cas d’Al-Balawi (1337) par exemple ; par contre, son contemporain, Ibn Battuta (1334-1335) arriva jusqu’aux terres des Kiptchak au bord de la mer noire, affirmant sa volonté d’aller à la capitale des Bulgares afin d’atteindre la Pologne dite » terre de l’obscurité » (Ardh Al-dhulma)28, mais il a abandonné son projet sous-prétexte de difficultés de transport, raison logique qui nous révèle l’inaccessibilité des moyens de transport de l’époque (charrettes tirées par des chiens ce qui n’était à la portée que des grands marchands). Dans ce contexte, on trouve des détails et précisions sur le types de charrettes, quelques informations sur la chasse des animaux (écureuil, zibeline, phoque), leurs prix ainsi que leur commerce avec les rois de l’Orient29.

  • 30 Ibn al-Sabbâh, p. 223.

20Par contre, Ibn Battûta ne nous dit rien sur son éventuel passage par la capitale bulgare qui ne serait pas sa destination préférée. Bien qu’il soit passionné de rencontres des rois du monde, ce voyageur ne semblait pas y être intéressé cette fois-ci (Pourquoi excepter le royaume orthodoxe ?). Il est à souligner ici que le voyage autour du monde était « islamique » par excellence étant donné que, pour lui, l’Islam est la tendance privilégiée. Penser aux pays scandinaves et aux terres de Pologne pourrait faire suite à une demande du Sultan kiptchak qui l’a chargé de lui décrire la voie du commerce des fourrures. Lui a-t-on demandé d’y aller et revenir très vite ? Rien ne semblait attirer le voyageur maghrébin qui n’avait même pas fait une escale dans la ville, mais il trouvait du plaisir à s’installer à la Crimée auprès des Tartares islamisés depuis presque un demi-siècle. Ainsi, aux frontières des langues et des mentalités s’ajoutent celles de l’espace religieux. Les Musulmans d’Occident et ceux d’Orient n’ont fréquenté que les Bulgares de la Volga, désignés comme une ethnie turque voire même une société musulmane ou intégrée au monde de l’Islam depuis des siècles. C’est pour cela que Abdallah ibn Al-Sabbâh Al-andaloussi(l’Andalou)30, un « Mudajjan » andalou, n’a pas voulu atteindre Constantinople quoiqu’elle soit sous le pouvoir de Murad Ier, le fils d’Othman (1359-1389), période où la ville était sous la dépendance tributaire du sultan ottoman. À cette époque, la connaissance de l’autre allait de pair avec sa domination et on peut parler d’une réaction contre l’hégémonie chrétienne sur les nations « inconnues » (Al-Umam Al-Majhûla).

21Ibn Al-Sabbâh était élogieux à l’égard de la domination militaro-administrative des Turcs où les Gréco-byzantins payaient le tribut d’Al-jizya puisqu’ils étaient des « dhimmis ».

  • 31 Ibn khaldoun 2003, p. 370 et Chapoutot 2010, p. 51.
  • 32 Ben Miled (à paraitre).

22Ainsi, nous constatons que le monde visité n’était que celui sous la domination « musulmane ». Les distances et limites régressaient chaque fois que les Turcs s’approchaient de Constantinople. En plus, les itinéraires ne passaient que par des terres musulmanes comme le Nord de la Syrie et de l’Irak, les terres turques de l’Asie mineure, le Caucase, le pays des Khazars et celui des Bulgares de la Volga. Ces itinéraires se limitaient progressivement devant l’avancée tatare, puis celle des Ottomans. Une telle limitation des itinéraires pourrait signifier qu’on n’avait plus besoin de connaître ces peuples « inconnus »… Un tel voyage vers les frontières de l’Islam, signifie-t-il une mission religieuse pour convertir ces nations à l’Islam, ou un désir de connaître, découvrir « l’inconnu » ? C’est pour cela qu’Ibn khaldounne dépassait nullement Damas dans son voyage vers l’Orient. Pour lui, le Camp de Tamerlan (1401) était le centre du monde, et ce dernier roi musulman victorieux venait d’embarquer Bayazid, le sultan ottoman. Il n’avait pas besoin d’aller plus loin et il lui écrira même un « guide géographique sur le Maghreb Musulman »31. Il s’agissait d’une élite musulmane d’Occident, consciente du statut du monde musulman au XVe siècle et qui vivait le drame du « Maghreb » attaqué par les Chrétiens. La destination était donc claire, vers l’Orient musulman, l’Égypte, le Levant puis l’Asie mineure qui était dominée par les Ottomans. Nous sommes là devant de nouvelles mutations géoculturelles qui poussaient les « Maghrébins » à ne plus penser à visiter les « mondes d’ailleurs » sauf par coïncidence due à la piraterie et la captivité qui emportaient quelques-uns sur des terres dites « byzantines »32.

23Toutefois, après la chute de Constantinople (1453), ces voyages allaient se multiplier et se succéder malgré l’obstacle de la langue. La perte des terres musulmanes au profit des Chrétiens de l’Occident trouvait compensation dans un environnement où les terres chrétiennes étaient prises, conquises par les Musulmans. Il s’agissait alors d’une image qui se transformait, évoluait et régressait suite aux conditions que vivait la méditerranée dans les derniers siècles du Moyen-âge.


  • 33 Mansouri 2009, p. 29.

24Les sources écrites de l’Occident musulman médiéval ont contribué à comprendre l’histoire du monde slave au Moyen Âge. Ces écrits fournissent une image riche des peuples installés en Europe orientale (de la côte orientale de l’Adriatique à la Volga en passant par le Danube). Les rapports diplomatiques au temps de l’essor impérial des califes furent généreux en informations sur les Bulgares et les Hongrois au Xe siècle. Toutefois, cette littérature ne va pas profiter de l’évolution de la connaissance géographique. Le travail d’Al-Gharnâti (marchand andalou qui a réussi à nouer des relations diverses avec les rois musulmans et slaves) fut la seule exception. Les musulmans d’Occident, comme la majorité de leurs coreligionnaires, ont cessé de voyager au « Bilad Al-Kuffâr » (pays des infidèles) dans des conditions liées à la guerre entre chrétiens et musulmans. L’an 1100 va accélérer la perte du goût de l’aventure. Ce changement affectera le jugement que portait le musulman sur les Slaves. Ceux-ci ne seront plus considérés comme des hordes barbares. Les musulmans d’Occident ne se considèrent plus comme un peuple supérieur33. Ce sentiment sera renforcé lorsqu’ils vont connaître un avenir commun à l’époque de la domination turco-ottomane de la fin du Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les itinéraires que vont désormais suivre les rares voyageurs à la fin du Moyen Âge (début du XVe siècle) passeront toujours par l’Asie turco-mongole pour atteindre le monde des Tzars et des Bulgares. Les écrits géographiques deviennent de moins en moins nombreux. Ceci s’explique par le fait que les musulmans ne veulent plus connaître, voire reconnaître, un monde qui changeait en faveur de la chrétienté. Les voyageurs Ibn Battûta et Ibn al-Sabbâh Al-Andalusi (milieu et fin du XIVe siècle) se contentaient de visiter le monde de l’Orient slave qui connaissait à cette époque l’essor turco-mongol. Quant à Ibn Khaldoun, il ne dépassa jamais les frontières de Damas au temps du grand Tamerlan.

  • 34 Harboun 1986, p. 83-84.
  • 35 Tafur, 2002, p. 141.
  • 36 Ducellier 1968, p. 30.

25Faut-il tenir compte alors des voyageurs maghrébins non musulmans comme Benjamin de Tudela34 (juif du XIIe siècle) ou le chrétien Tafur35 (XVe siècle) venant de l’Adriatique ou de ces autres commerçants que mentionnent les archives des cités italiennes et dont on ne connaît pas les noms ; ces commerçants qui ont pris à leur charge les échanges commerciaux entre l’Adriatique et le Maghreb ?36

Top of page

Bibliography

Al-Bakri 1968 = Al-Bakri, Gughrafiat-Al-Andalus wa Europea, éd. A. Ali Hajji, Beyrouth, Dar-al-Irchad, 1968.

Al-Bakri 1991 = Al Bakri, Al-Masalik wa-l-Mamalik, t. 1, éd. A. Van Leuven et A Ferré, Beit-Al-Hikma, Tunis, 1991.

Al-Gharnâti = Abu Hâmid Al-Gharnâti, Tuhfat-al-Albâbwanukhbat-Al-Icjâb, éd. Ismail Al-Arabi, Rabat, dar-Al-Afâk-Al-jadîda, 1993.

Al-Himyari = Al-Himyari, Al-Rawdh-al-Miifar fi Khabari- Al-Aktar, éd. Ihsan Abbas, Beyrouth, 1984.

Al-Idrissi 1970-1984 = Al-Idrissi, Nuzhat al-mushtaq fî ikhirâq al-âfâq, éd. par A. Bombaci, Naples-Rome, 1970-1984.

Al-Idrissi 1984 = Al-Idrissi, Ouns al mouhaj wa rawdh al faraj, Francfort, 1984.

Al-Idrissi 1999 = Al-Idrissi, La première géographie de l’Occident, présentation par H. Bresc et A. Nef, Paris, 1999.

Al-Masûdi = Al-Masûdi (m 950 ?), MûrûjAdhahab (les prairiesd’Or), CharikaAlalamiyalil-kitab, Beirut, 1989.

Amara – Nef 2000 = A. Amara et A. Nef, Al-Idrissi et les Hamudides de Sicile. Nouvelles données bibliographiques sur l'auteur du « Livre de Roger », dans Arabica, 67, 2000, p. 121-127.

Ben Miled (à paraitre) = L. Ben Miled, Les Musulmans d’Occident en Méditerranée Orientale et dans le Monde byzantin XIIe-XVe siècles : visions, perceptions et représentations » (à paraître).

Ben Miled 2011 = L. Ben Miled, Ifriqiya wa-l-Mashriq-Al-Mutawassiti, (Ifriqiya et la Méditerranée orientale XIe-XVe siècle), préface de M. Hassan, Tunis, 2011.

Bousquet 1965 = G.-H. Bousquet, La çaqualiba chez Ibn Khaldoun" dans Revista Degli Studi orientali, 40, 1965, p. 139-141.

Chapoutot-Remadi 2010 = M. Chapoutot-Remadi, The khaldunian vision of the world » dans Mediterranean World, XX published by the Mediterranean Studies Group. HitotsubashiUniversity, Tokyo, 2010, p. 253-265.

Ducène 2005 =J.-C. Ducène, Le commerce des fourrures entre l’Europe orientale et le Moyen Orient à l’époque médiévale (IXe-XIIIe siècle) : pour une perspective historique, dans Acta orientalia Academia escientiarum Hungaricae, 58, 2, 2005, p. 215-228.

Ducène 2012 = J.-C. Ducène, Les sources et les acteurs de la connaissance de l’Europe chez les auteurs arabes médiévaux, dans R. Abdellatif, Y. Benhim, D. Köning, E. Ruchaud (dir.), Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale. Atelier des denschem Paris-Munich, 2012, p. 122-134.

Espéronnier 1984 = M. Espéronnier, L’évolution culturelle des Slaves du VIIe au XIIe siècle suivant les textes arabes médiévaux : croyances et rites », dans Cahiers de civilisation médiévale, vol. 27, n° 108, 198, p. 319-327.

Gafourov – Tikhomirov 1965 = B. Gafourov et M. Tikhomirov, Les Slaves et l’Orient, Paris, 1965.

Harboun 1986 = H. Harboun, Les Voyageurs Juifs du XIIe  siècle, Benjamin de Tudèle, Pétahia de Ratisbonne, Nathanel Hacohen, Aix-en-Provence, 1986

Ibn al-Sabbâh = Ibn al-Sabbâh, La Rihla Hijazia (Nisbat-Al-Akhbârwatadhkirat Al-Akhyâréd. Jomâa Chikha), dans Revue des études andalouses, num. spécial 45-46, décembre 2011.

Ibn Battûta = Ibn Battûta, Al-Rihla (Tuhfat-Al-Nudhdhâr Fi Gharâib Al-Amsâr). Éd. Ali Muntassar Al-Kattani, Beyrouth, 1905.

Ibn Dehia = Ibn Dehia, Al-Motrib Fi Achâar Al-Maghrib, Le Caire, 1954,

Ibn Jubayr = Ibn Jubayr, Al-Rihla, Le Caire, 2000.

Ibn Khaldoun 1996 = Ibn Khaldoun, Al Muquaddima, Beyrouth, 1996.

Ibn Khaldoun 2003 = Ibn Khaldoun, La Rihla, Le Caire, 2003.

Ibn Said (Al-Andalusi) = Ibn Said (Al-Andalusi), Kitab Al-Jughrafiya, ed. Ismail Al-Arabi. Beyrouth, 1982.

Lévi-Provençal 1937 = E. Lévi-Provençal, Une échange d’ambassade entre Cordoue et Byzance au 11ème siècle, dans Byzantion, XII, 1937 p p 1-34.

Lewicky 1965 = T. Lewicky, L’apport des sources arabes médiévales (IXe-Xe siècle) à la connaissance de l'Europe centrale et orientale, dans L'occidente e l'islam nell'altomedievo, Spolète, 1965, p 461-485.

Mansouri 2009 = M.T. Mansouri, Le Maghreb et la mer, dans Études médiévales II. De l’islam et de l’Occident latin, Manouba, 2009, p 28-45.

Miquel 1977 = A. Miquel (André) « l’Europe vue par les Arabes jusqu’à l’An mil », dans H. Loucel, A. Miquel (dir.), Lumières arabes sur l’Occident médiéval, actes du colloque « Civilisations arabe et européenne, deux cultures complémentaires », Montpellier, du 12 au 14 mai 1977, Paris, 1977, p. 65-81.

Zuhri = Zuhri, Kitab Al-Géografya, Le Caire, s.d.

Top of page

Notes

1 Bousquet 1965, p, 139, Lewicky 1965 p.461 et Miquel 1977, p. 65.

2 Al-Bakri 1991.

3 Ibid., p. 336

4 Idem, 1968 p. 154.

5 Ibid., p. 160

6 Ibid., p. 162

7 Ibid., p. 164

8 Ibid., p. 176 et Espéronnier 1984, p. 323.

9 Al-Bakri 1968, p. 183.

10 Ibid., p. 185.

11 Al-Masûdi 1989, 1, p. 53.

12 Espéronnier 1984, p. 323 .

13 Ibn Dehia, p. 138.

14 Lévi-Provençal 1937 p. 1.

15 Al-Idrissi 1970-1984, p. 883 et Amara - Nef 2000, p. 121.

16 Al Idrissi 1999, p. 401.

17 Ducène, 2012, p. 128.

18 Al Idrissi 1984, p. 231.

19 Al-Gharnâti.

20 Ibid., p. 70 et Gafourov – Tikhomirov 1965, p. 24.

21 Al-Gharnâti, p. 70.

22 Ibn Said 1982, p. 101.

23 Ibn Jubayr, p. 250.

24 Zuhri

25 IbnKhaldoun 1996 p98.

26 Al-Himyari.

27 Ben Miled 2011 .

28 Ibn Battûta, p. 374.

29 Ibn Battûta, p. 375 et Ducènes 2005, p. 215.

30 Ibn al-Sabbâh, p. 223.

31 Ibn khaldoun 2003, p. 370 et Chapoutot 2010, p. 51.

32 Ben Miled (à paraitre).

33 Mansouri 2009, p. 29.

34 Harboun 1986, p. 83-84.

35 Tafur, 2002, p. 141.

36 Ducellier 1968, p. 30.

Top of page

References

Electronic reference

Lotfi Ben Miled, « La place des peuples des Balkans et du monde slave médiéval dans les écrits des géographes et des voyageurs de l’Occident Musulman (XIe-XVe siècles) : entre le réel et l’imaginaire », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [Online], 128-2 | 2016, Online since 15 September 2016, connection on 22 May 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3364 ; DOI : 10.4000/mefrm.3364

Top of page

About the author

Lotfi Ben Miled

Université de Kairouan – Faculté des lettres et sciences humaines - lotfi.b.miled@gmail.com

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org