Skip to navigation – Site map
Varia

Les registres 245 et 246 des archives de Giovanni Antonio Orsini del Balzo. Étude de cas : commerce et pêche à Tarente (1463-1466)

Lorenza Vantaggiato

Abstracts

The subject of this essay is the market economy of the city of Taranto in the second half of the fifteenth century, with specific attention to the trade and fishing industry. The research has has taken into consideration archival sources, especially from the Naples State Archives. In the first part the economic system of the city during the transition from the Principality of Taranto to the Crown of Aragon (1463) is described. The second part, based on the analysis of the Customs Registers (1465-1466) provides a more detailed account of some characteristics of the fishing activities e.g. social conditions of workers, fishing tackle, and customs duty on fish. In that period, Taranto was a trading city in which agriculture and trade, the two most important economic sectors in the region, were well integrated. The research shows the strategic importance of trade and the fishing industry for the city of Taranto regarding both the economic income and the number of workers.

Top of page

Full text

  • 1 Sur le patrimoine territorial du domaine de Giovanni Antonio Orsini del Balzo voir Pepe 1888, p. 1 (...)
  • 2 « Se è vero che i vantaggi maggiori si registrarono nelle città di più antico dominio quali Lecce (...)
  • 3 Les registres 245, 246 et 248 ms., (ASN, Diversi della Sommaria, II Numerazione) sont un bon exemp (...)
  • 4 Sur cet aspect, voir Dalena 2000b ; Pizzuto 2007.
  • 5 Pizzuto 2013.
  • 6 Vantaggiato 2103 ; Carducci 1993 ; Cassandro 1973.

1Les événements qui ont marqué Tarente au milieu du XVe siècle sont profondément liés à ceux de la principauté du même nom. Durant les années de gouvernement de Giovanni Antonio Orsini del Balzo (1420-1463)1, la ville ionienne, siège du pouvoir politique de la principauté à côté de Lecce, préférée comme lieu de résidence, émergea en tant que centre commercial très dynamique, capable de conjuguer les intérêts agraires et les intérêts marchands2. À l’intérieur de l’échiquier logistique de la principauté orsinienne, le port de Tarente exerça un rôle de premier plan dans le système des échanges régionaux et interrégionaux3 ; il enregistra, en effet, une augmentation du trafic marchand, et était également une base importante pour l’avitaillement, la fourniture et la grande disponibilité de main d’œuvre spécialisée4. À Tarante le prince Orsini percevait les impôts des maioris dohane et fundici5 : les principales rentrées dérivaient des produits de la gabella pontis, de la gestion des peschiere et de l'exercice de la pêche ; venaient ensuite les revenus de la bagliva, de la réglementation du pastoralisme et de la subcabella affidature seu. L'argent perçu sur le mouvement du port de Tarente contribuait dans une moindre part (ius platehaticum, fundici, exiturae, la cabella cambi et l'ancrage)6.

  • 7 Massaro 2007, p. 214.

Nonostante la gestione dell’Orsini implicasse alcuni elementi di centralizzazione politica e amministrativa e, soprattutto fiscale, le città portuali […] rimasero realtà largamente autonome7.

  • 8 Les données démographiques représentent un élément important dans l’analyse d’une réalité urbaine (...)
  • 9 « [...] il rapporto principe-comunità non può essere soggetto a univoche letture, poiché se pure c (...)
  • 10 Vassallo 2009 ; Corfiati 2009.
  • 11 Alaggio 2004.
  • 12 « [...] la forma fusse più comoda et experta alla ditta Universita de fare soi pagamenti de quelli (...)
  • 13 Pizzuto 2013.
  • 14 Alaggio 2004, Ead. 2014.

2Pour Tarente, centre urbain important d’un point de vue démographique8 et avec une vocation commerciale forte et naturelle, réussir à exercer un contrôle sur la gestion des ressources fiscales représentait une perspective non négligeable pour la relance du système de production local9. C’est pourquoi, suite à la mort du prince Giovanni Antonio del Balzo Orsini (1463)10, Tarente, après avoir supplié le souverain Ferdinand Ier (appelé Ferrante) de ne pas la donner en concession « ad altro segnore che fosse. Salvo ad quella piacesse che fosse legittimo figliolo de quella »11, consolida ses positions dans le rapport complexe universitas-Royaume : réglé par des demandes, des supplications, des concessions et des négociations, obtenant même, en 1465, l’approbation pour instituer une série d’impôts locaux pour constituer une source de revenus qui soit capable de satisfaire, de façon plus rapide, le montant des impôts directs dus à la predicta regia maesta12. Ceux-ci, en effet, comme cela se passait dans d’autres villes du Royaume à forte vocation commerciale, ont fait pression pour que l’università soumette à l’examen du souverain un programme de réforme du système contributif capable de prévoir le remplacement de l’impôt sur le revenu par un impôt de type indirect. En confrontant les produits dérivant de l'imposition indirecte avec ceux de l'imposition directe, on peut remarquer à quel point les premiers sont supérieurs. Tarente versait 300 onces, tandis que les profits liés aux charges indirectes s'élevaient à 390 onces environ13. En ce sens, la détermination et la conscience d'une oligarchie qui la détermination et la conscience d'une oligarchie qui gentilhomini, mercanti et meccanici et artisti populari fut décisive14. Sur le modèle des impôts relevant de la camera principalis repris dans l’Inventarium rerum et bonorum et rentrés par la suite dans le système douanier relevant de la curie royale, l’università imposa son système de droits

  • 15 Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014.

ad suo beneficio in loco dele collette quale pagavano altre volte per faculta dono e concurso universalmente lo volere et parere de tutti gentilhomini et populari reserva in se la detta Universita che quandocumque li paresse et volesse per suo adconzo et comodita in tutto o in parte togliere mancare o agiongere in detti datii et capituli reste et debia essere in arbitrio et volere di essa Universita che possa fare como meglio le parera et piacera li quali datii si habiano da exigere dele franchitie salvo lo datio dela mercantia el quale non se debia pagare al tempo de le franchitie15.

  • 16 « Item il detto regimento Consiglio et Universita confirma, accepta et ratifica il datio imposto s (...)
  • 17 « Item lo detto regimento Consiglio et Universita ordena constituesce et impone de novo il datio s (...)
  • 18 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio (...)
  • 19 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio (...)
  • 20 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone il datio sopra le (...)
  • 21 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio s (...)
  • 22 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio s (...)
  • 23 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena et vole constituescie et impone de novo il (...)
  • 24 « Item il detto regimento Consiglio et Universita confirma et approba il datio della bucceria quale (...)
  • 25 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituesce et impone de novo il datio s (...)
  • 26 Ibid., p. 95, c. 88r
  • 27 Voir la concession faite aux pêcheurs de vendre le poisson « como antiquamente soleano fare a llor (...)
  • 28 « Sì che questa è la intratta che in questo anno la maiestà delo re delo reame, a la monetha sua n (...)
  • 29 « Item il detto regimento Consiglio et Università ordena constituescie et impone de novo il datio (...)

3On institua donc une imposition fiscale avec différents types de perception ; quatorze datii, qui reproduisaient en quelque sorte ceux qui étaient inclus dans la Dohana civitatis Tarenti et qui frappaient donc le commerce, la production agricole, la production artisanale et la pêche. En raison de la lourde charge fiscale qui pesait déjà sur le mouvement des marchandises, on ne taxa que les marchandises introduites dans le district urbain, en introduisant il datio supra le mercantie, correspondant à 5 grains par once pour le citatino et à 10 grains par once pour le forastero16. En outre, on taxa les produits agricoles en entrée nella cita de Taranto, tels que formaggio et recotta17, ogli18, mosto19, fogliame et frutti20, vino21 ; de la même façon, on payait un grain « per ciascauno crapetto22 [...] e per ciascauna bestia ad barda de forastieri che entrara nella cita de Taranto »23. Dans les rubriques de la Douane, la bucceria revient fréquemment et concerne l’impôt calculé sur la quantité de viande importée dans la ville24 ; tandis que l’acquarolo, concernant la vente de l’eau, était assujettie à l’impôt d’un « tornese a salma »25. Par contre, « il datio sopra lo pane che si coce al forno nel quale datio el patrono del pane sia tenuto et debia pagare grano uno per ciascauno tumulo »26 semble être une nouvelle institution. Le système d’imposition ne prévoyait pas d’imposition spécifique sur le secteur manufacturier, même si le droit de douane sur l’introduction de chaux et de tuiles avait des répercussions indirectes sur le secteur artisanal. Dans la procédure d’approbation du système de datii de l’università, le souverain accorda une attention particulière à l’institution du droit sur le poisson, qui représentait un des actifs révélateurs des iura demaniali. Dans les chapitres du privilège de 1463, Ferdinand Ier avait décidé que les pêcheurs pouvaient librement vendre leur poisson, en payant à la curie royale le sixième de la pêche dans le Mare Grande et le quart pour le Mare Piccolo27. C’est pourquoi, dans de telles circonstances, l’università reçut l’autorisation d’imposer le payement d’un pistachio28 pour chaque rouleau de poisson pêché dans le Mare Piccolo et dans le Mare Grande, à l’exception de cocze et de riczi29. En même temps, afin d’éviter que la perception fiscale de l’università puisse compromettre le ius piscarie dû à la curie royale, on imposa des mesures restrictives :

  • 30 Ibid.

Placet regie maiestati ita tamen quasi per huius datii imposictione ius piscarie quod piscatoribus debetur regia dohana Tarenti minuatur in aliquo illud Universitas eidem dohane infine anni resarciat facta tamen collatione intoitus dictorum iurium trium annorum proxime precedentium30.

  • 31 Ibid., p. 95 c. 88v
  • 32 Ibid., p. 97 c. 91r.
  • 33 Ibid.

4Certaines catégories ont profité d’exemptions d’impôt particulières, de la même façon que, al tempo de le franchigie, on avait suspendu la perception du droit de douane sur la marchandise. Les gentilomini et populari, par exemple, ont été exonérés du versement du datio sur le pain et sur le bois qui entrassero per uso de lor casa31 ; de même, « la maiestà del signore re et soi figlioli,lo reverendissimo archivescovo de Taranto lo episcopo de Motula, lo capitano, assessore il sindico della detta cita de Taranto, castellani dele castelle della detta cita » et les ecclésiastiques seront « exempti et non debbiano pagare per loro uso [...] li sopradicti datii »32. Dans le règlement, on précise également les sanctions pour les fraudeurs ; il est décidé, en effet, que « debia pagare per ciascauna volta fraudara tari sette et meczo et la robba fraudata laqual pena debia applicarsi alla detta Universita »33.


  • 34 « Si tratta, in particolare, di due Registri appartenenti al fondo Diversi della Sommaria, II nume (...)

5Deux documents, qui proposent un cadre de l’activité douanière de Tarente de 1463 à 1466, témoignent de l’effervescence commerciale et, en particulier, du dynamisme de la pisciculture dans les phases de passages de la principauté orsinienne au domaine royal. Les registres de la Douane de Tarente (245 e 246)34, même s’ils nous sont parvenus mutilés et acéphales, sont, comme tous les documents de nature fiscale, des sources extrêmement intéressantes parce que, à travers le compte-rendu des droits de platea, fondaco, arboragii, medii ponderis, exiture, ancoragio, nova cabella, il est possible de reconstituer le réseau des échanges commerciaux, d’analyser la typologie des marchandises échangées, de quantifier le montant des droits perçus. Les voies de trafic, les échanges commerciaux sont aussi des indices de la mobilité des hommes ; c’est pour cette raison qu’il est également possible, à partir des informations fournies par ces sources, de déterminer la provenance des marchands étrangers et l’identité des marchands locaux, leur pénétration dans le commerce sur une large échelle ; on peut étudier l’influence de la pisciculture sur l’économie tarentine, avec la possibilité de suivre l’évolution du secteur avec ses propres rythmes ; de même, il est possible de connaître les professionnels du secteur du poisson.

  • 35 Pontieri 1972, ici p. 37.
  • 36 C’est surtout Robert, prince de Tarente qui, en raison du service prêté par Venise lors de son emp (...)
  • 37 « La nozione di straniero/forestiero copre una gamma di situazioni che, con graduazione discendent (...)
  • 38 ASN, Diversi della Sommaria, II Numerazione, Reg. 245, ms., c. 10r.
  • 39 Sur la présence et sur le rôle économique des Florentins dans le Royaume de Naples pendant la péri (...)
  • 40 Popović-Radenković 1959 ; Tadić 1960 ; B. Krekić 1961 ; Spremić 1999 ; Spremić 2006 ; Voje 1981 ; D (...)
  • 41 cf. ASN 108, cc. 1v, 4v-5v dans Carrisi 2007.
  • 42 ASN 246, c. 2v.
  • 43 Galasso 1992. « La questione dei rendimenti agricoli, del rapporto, cioè, tra quanto seminato e qu (...)
  • 44 Visceglia 1998.
  • 45 Gentile 1938.
  • 46 Massaro 2000 ; Ead. 2007.

6La longue histoire urbaine de la Pouille, comme l’observait Pontieri, a été à l’origine d’une vive compétition commerciale soutenue par la borghesia imprenditoriale locale capable d’affronter « onorevolmente nelle proprie piazze l’intraprendenza dei mercanti forestieri, veneziani, toscani, lombardi, ragusei, catalani importatori di prodotti industriali ed esportatori di derrate agricole »35. Tout comme dans d’autres villes de Pouille, le commerce tarentin a été profondément marqué, à partir de l’époque des Normands, par les relations avec Venise36, même si cela ne signifie pas une fermeture à la présence étrangère. Les données contenues dans les registres des Douanes de Tarente pour les années 1463-1466 confirment la tendance à la croissance de la classe marchande, favorisée, sans aucun doute, par les privilèges accordés par Ferdinand Ier aux marchands tarentins, ainsi que par la présence de nombreux professionnels du commerce, les exteri37 de la documentation, supportant des impôts sur les flux commerciaux, tels que le ius fundaci, pro ancoragio, de lu collo, et sur les marchandises vendues au poids ou à la mesure, et des gabelles (rasone de lo pisu, de lo stalazo, de lu carnagio, mezo pisu, pro platea, pro platea fori, nova cabella, pro iure exiture). En plus des compagnies prestigieuses de marchands vénitiens et florentins, représentées, par exemple, par Bernardo Peruzzi38, on voit apparaître de nombreux marchands extérieurs au Royaume de Naples. En effet, l’importance stratégique des ports de la Pouille avait fait de cette région un point relais fondamental pour les marchands de Venise, Florence39 et Raguse40 à la recherche de produits agricoles à offrir aux marchés occidentaux et orientaux. Le blé, l’huile et le vin sont les principaux produits provenant des campagnes de Tarente et proposés sur le marché accessible aux étrangers. Dans les registres on a, en effet, des traces d’achats de grandes quantités d’huile de la part de Vénitiens comme Arimagno Ciola, Girolamo Morosini, Daniele Contarini41, tandis que, parmi les acheteurs de céréales, on retrouve le Napolitain Luigi Coppola qui acheta l6l4 tomoli de blé et 789 d’orge à Lorenzo Giustiniani42. « La valorizzazione delle terre feudali attraverso le più ampie e le più avanzate forme di gestione agraria » et la forte demande de ces produits de la part du marché extero avaient donc contribué à augmenter la production de céréales et d’huile et le commerce43. A Tarente, la gestion directe de fermes de moyennes et de grandes dimensions, réglée par deux modèles de gestion, la location ou l'administration à travers une main d’œuvre rétribuées, garantissent au prince de Tarente une production de denrées considérable à destiner tout autant au ravitaillement pour l'approvisionnement interne qu'au circuit marchand44. Avant que le blé ne soit chargé sur les bateaux, le produit était contrôlé. Ensuite, une fois déchargé dans les entrepôts du port, il était pesé par les fonctionnaires compétents, qui exigeaient du propriétaire la taxe de tumolaggio et les datii de traite, esitura et de portolania45. La sous-région ionienne, au nord-ouest de Tarente était plus particulièrement consacrée à la production « spéculative » de blé, dont le commerce était presque monopole des Vénitiens et de la banque florentine, à la différence de la zone centre-sud de la Terre d’Otrante, contrainte durant certaines périodes à compléter les ressources locales de blé par des importations en provenance du nord de la Pouille46. Il ne faut cependant pas oublier à quel point la production agricole est fortement influencée par les facteurs atmosphériques fondamentaux pour la qualité et la quantité du produit et pour la stabilité du marché. Dans les chapitres du privilège d’avril 1469, l’università demande de prélever le cinquième du blé acquis par les acheteurs

  • 47 Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014, doc. 42, p. 115, c. 112.

primo perche la detta Universita non solamente adesso ma quasi de continuo pate necessita et mancamento de frumento il che spesse volte advene per li frumenti se cacciano per mare dal porto de Taranto supplica detta Universita acioche le tracte se possano piu liberamente fare per utile della maiesta del serenissimo re et la città possa havere la comodità sua, quella si degni providere che quelli estraheranno frumenti dal porto de Taranto siano tenuti lassare la quinta parte per uso da la città pro la necessità fosse in Taranto de frumenti como de simili cosa si adcostuma fare in la cita de Trani47.

  • 48 Alaggio 2004, doc. 78, pp. 186-187 ; cf. également le doc. 79 dans lequel le roi Ferdinand reçoit (...)
  • 49 Ibid.

7Avec la claire intention de protéger la production locale, les Tarentins demandèrent d’interdire l’importation de vin produit hors du district de la ville ou en quelque autre endroit du Royaume de Naples. Dans la requête présentée au souverain, il est spécifié que l’on puisse vendre, dans la ville, exclusivement du vin qui « nasce in lo terreno et vigne de Taranto »48, et que l’on prévoie de lourdes sanctions à l’égard de ceux qui commettraient des infractions à cette règle : « socto pena de perdere lo vino et de pagare onze dece a la universita predicta »49. Afin de mieux garantir ces mesures, les officiers reçurent l’autorisation d’apposer des scellés sur les tonneaux de vin présents dans les bateaux de sorte que

  • 50 Ibid.

li homini de esse navi possano bevere, ma habiano a bevere del vino de dicta cità, et similiter quilli che venessero per terra, et portassero fiaschi plini de vino, lo debiano bevere prima che intreno in cità ; overum boctarlo via socto la pena predicta50.

  • 51 ASN 246, c. 1r.

8Parmi les acheteurs d’assez grandes quantités de vin, on retrouve les corfiotes Nicola de Politi, Nicola Mollecto et Nicolao Cavacza et Giovanni Ziziri de Rhodes51.

  • 52 Voir supra note 36.
  • 53 Zambler – Carabellese 1991, doc. LIV, pp. 155-161. Cependant, c’est seulement en mai 1466 que Ferd (...)
  • 54 ASN 245, cc. 6-6v ; 7-7v ; 8r ; 9.v.
  • 55 ASN 246, c. 3r.
  • 56 Ibid., c. 8r.
  • 57 Grohmann 1969, p. 157 ; Petracca 2013 ; Ead. 2011.
  • 58 Carabellese 1901.

9Comme nous l’avons déjà mentionné ci-dessus, il ne faut pas s’étonner de l’importance de la colonie vénitienne au sein des marchands extraregnicoli, qui « infondaca » des marchandises dans le port ionien. Celle-ci bénéficiait, en effet, à partir de l’époque de Robert, prince de Tarente surtout52, d’une position privilégiée grâce à une série d’exemptions de droits de douane et de franchises confirmées en février 1463 par Ferdinand Ier53. La typologie des produits traités par Ambrogio Resini, Jacopo Basso, Pirro d’Angelo, Luigi di Donato est très variée : fer, bois, tissus de lin, laine, velours, setami et seta54 ; d’autres par contre, comme Antonio Russo, font commerce de produits laitiers (fromage) et de fruits secs (marrons). C’est du port de Tarente que partait la soie « grezza », réimportée en produit travaillé. Le velours, vendu en pièces, était de diverses qualités : nigro, carmosino et bleu. Diego di Specchio, capitaine de Tarente, verse 7 tarì pour l’entrepôt de quelques tapis turquoises et zambellotto nigro, c’est-à-dire du tissu noir à l’origine à long poil de laine de chameau55, transférés à Tarente par la caravelle de Iacobo Ionta. Pierro Blatli de Vérone, Catalano Milanese et Giovanni de Bergame font surtout commerce de soie ou tissus de Vérone ou de Vicence56. Outre la laine, on importait des peaux, de la vaisselle, des objets en cuivre et en fer. Comme le souligne Grohmann, on a peu d’informations sur les marchands lombards, même s’ils ont réussi à avoir une grande importance par rapport au volume général des activités commerciales57. La donation du duché de Bari à Maria Sforza, fille du duc de Milan, de la part de Ferdinand Ier, fut décisive en ce sens. Même si l’entrée sur le marché de la Pouille s’est faite plus tardivement par rapport aux autres marchés extérieurs au Royaume de Naples, les Lombards ont réussi à obtenir de la même façon des franchises commerciales, qui leur ont vite permis de faire concurrence aux Vénitiens58.

  • 59 Voir supra note 39.
  • 60 ASN 557/4, cc. 76-80.
  • 61 Spremić 1974. Sur le rapport des Ragusiens avec l’Hôtel de la Monnaie de Lecce, cf. Petracca 2010, (...)
  • 62 Popović-Radenković 1959 ; Hocquet 1978, p. 95, p. 110 ; Tadić 1960.
  • 63 Spremić 2006.
  • 64 ASN 245, cc.9v-10r.
  • 65 Cf. aussi Frascadore 2002, docc. 4-5, p. 67-83.
  • 66 Spremić 2006.

10Entre la Terre d’Otrante et les côtes dalmates, un réseau de relations commerciales denses, facilité par la proximité géographique relative des deux régions, s’était petit à petit consolidé, en particulier entre le XIVe et le XVIe siècle, en vertu de contrats commerciaux59. En outre, la présence de petits bateaux de Raguse en mer Adriatique et dans le golfe ionien avait petit à petit augmenté, en raison également de l’intensification des rapports avec la Sicile : en effet, durant le voyage depuis les côtes de Raguse jusqu’aux côtes siciliennes et vice versa, différentes escales dans les ports de Pouille étaient prévues, et en particulier dans le port de Tarente. D’importantes quantités de denrées et de biscuits sont parties des ports de Brindisi, Otrante, Gallipoli et Tarente60. Les marchands de Raguse faisaient surtout commerce de l’argent, utilisé dans les ateliers pour la fabrication des pièces de monnaie, et du fer, extrait en Bosnie et en Serbie61, tout en s’approvisionnant, à cause de leur terrain peu fertile, en denrées alimentaires comme blé, huile et sel62, viande salée, fruits et légumes secs. À défaut de blé, la fève de Pouille était très demandée63. Marino Ratta, par exemple, est tenu de payer 30 tari et 10 grains per la rasone de la piacza et de lu piso concernant l’exportation de fromage et de poivre, tandis que Basilio de Raguse verse le fondaco pour des peaux bulgares64. L’activité dans le sud de la péninsule de ces marchands s’explique principalement par l’importation de marchandises de Raguse comme du poisson salé, du bitume, du matériel naval, des couvertures, des peaux, des étoffes. La production des tissus, très développée à Dubrovnik, requérait une grande quantité de savon pour le lavage de la laine. Ce produit était importé en particulier de Bari et de Lecce65. L’interdiction, de la part de Ferdinand, d’importer des tissus étrangers pour protéger et favoriser le marché local, provoqua une diminution de la présence des Ragusiens66.

  • 67 Cf. Coco 1940 ; Monti 1939 ; cf. aussi P. Dalena 2000c. Sur les implantations des Albanais sur le (...)
  • 68 ASN245, c. 6v.
  • 69 Vetere 2001.
  • 70 ASN 245, c. 10.v.
  • 71 Ibid., c. 9r. Cf. aussi ASN 246, cc. 1v-r ; 2v.
  • 72 Ibid., c. 1r.

11L’immigration albanaise dans le Sud, et en particulier dans la Terre d’Otrante, s’est étalée sur plusieurs phases. Les premiers groupes sont arrivés vers la seconde moitié du XIIIe siècle et se sont établis principalement dans la ville de Brindisi, tandis qu’une seconde vague migratoire s’est vérifiée dans la seconde moitié du XIVe siècle, après la mort du célèbre mercenaire Giorgio Castriota-Scandeberg. Cette dernière arriva dans la Pouille au secours des Aragonais contre le prince de Tarente67. Les communautés albanaises, grecques et juives ont contribué à donner une impulsion considérable à l’activité commerciale et artisanale tarentine68. En effet, « quella realtà cosmopolita trovava nel commercio la maniera di mantenere o ristabilire a seconda dei casi i contatti con la terra d’origine »69. D’autres indications concernent, par contre, les opérations commerciales d’un certain nombre de marchands provenant de Corfou, de Rhodes et de Crète70. Leone Mollisino de Corfou, par exemple, verse les impôts sur la vente et le fondaco de uno navilio acheté pour 10 onces par Antonio Boniorno et Iacobo Alamagno71 ; tandis que d’autres Corfiotes, Nicola Mollecto et Nicola Cavacza, payent le ius fundaci pour des stocks de bois72.

  • 73 Sur la présence juive en Italie du Sud, voir la bibliographie étoffée mentionnée par F. Patroni Gr (...)
  • 74 Sur la présence juive à Tarente de l’Antiquité au Moyen-Age, voir le texte d’introduction de Colaf (...)
  • 75 ASN 245, c. 4v.
  • 76 Ibid., c. 7r.
  • 77 ASN245, c. 7r.
  • 78 De nombreuses références aux activités auxquelles se consacraient les Albanais sont reprises dans (...)
  • 79 Les università du Royaume ont adopté des positions différentes à l’égard de la communauté juive. E (...)
  • 80 Alaggio 2004, doc. 45, pp. 101-108. Concernant l’agression anit-juive à Tarente en 1411 cf. Vacca (...)
  • 81 Ibid., doc. 75, p. 173-178.
  • 82 Abulafia 1996.
  • 83 Vivacqua 1996.
  • 84 Massaro 2004 ; Del Treppo 1989.
  • 85 ASN 245.
  • 86 Ibid., c. 9v.
  • 87 ASN 245-246.
  • 88 ASN 245, c. 6v.

12La communauté juive de Lecce, Tarente et d’autres centres de la Calabre est très importante73. La ville de Tarente avait accueilli, depuis l’Antiquité, une colonie74. Salamone Cohem de Tarente verse la somme de 5 grains pour des coussins75, et vend du fer au Vénitien ser Pirro de Angelo76. Le 3 janvier 1464, on enregistre la somme de 3 tari et 9 grains, due mais non versée par Mordachay de Trinchi iudeo de Lecce, pour des peaux et d’autres marchandises77. Alors que la communauté gréco-albanaise avait trouvé du travail dans les campagnes et dans l’artisanat mineur78, la communauté juive quant à elle s’était introduite, outre l’activité de crédit, dans le secteur textile en particulier, réussissant à obtenir un rôle de premier plan, et dans l’artisanat spécialisé. Le rapport de cohabitation entre les università de Pouille et les colonies juives a été fortement influencé par les conjonctures économiques79. Le cas de Tarente en est un exemple. En 1463, l’università adopte une attitude protectionniste en faveur de la communauté juive dans le but d’en encourager l’insertion dans les flux commerciaux à grande échelle et d’en augmenter la présence dans le secteur artisanal. C’est pour cela que les Tarentins s’adressèrent au souverain, exigeant de « tractare li christiani novelli dela cità de Taranto como so stati tractati per lo paxato, et che sopra del loro non habiano inquisitore né altro commissario che li habia ad vexare e molestare per qualsivoglia rasone »80. Dix ans plus tard, la situation était complètement renversée. Très préoccupés par les conséquences négatives qu’avaient l’activité de crédit pratiquée par les Juifs sur l’économie de la ville, les Tarentins soumirent au souverain l’adoption de mesures restrictives. La dénonciation est claire : « che sono venuti in Taranto so facti richi per essere la città povera, ché ormai tucto l’argento de quella è venuto in lloro mano ». On demande donc que le prêt ne puisse être pratiqué avec un taux d’intérêt supérieur à 15 grains par once81. Comme l’observe David Abulafia, « la crescente difficoltà in cui si dibattono le comunità ebraiche del regno sono un sintomo della crisi dell’autorità regia e della sua incapacità di governo ; testimoniano infatti l’indebolimento di quella protezione regia sulla quale gli ebrei avevano comunque potuto contare negli ultimi anni del secolo XIV e nei primi del XV »82. Le 25 avril 1464, on retrouve parmi les entrées du fondaco enregistrées celles de Ruben, iudeo de Corigliano, centre de la Province de Cosenza83 qui, comme Lecce84, hébergeait une communauté juive de grande importance. Iosue iudeo di Catanzaro verse la somme de deux tari pour des marchandises et des articles non spécifiés85. Il y a également d’autres Calabrais, Durante de Russano, Domenico Siciliano de Russano, Iohanne Merrugerio et Misseri Guido de Cusencia ; ce dernier est tenu de payer « tarì XVIII grani V per la rasone de lu carnagio porchi doy macellati in la buczaria »86. Parmi les marchands du Royaume, on retrouve les nombreux Tarentins propriétaires de différents stocks de fer pour un total de 77 onces et 19 grains, de couteaux, clavibus et aczari, clous, peignes, aiguilles. Le fromage est également un produit très demandé : caso, caciocavalli siculi et casi grossi87. Parmi les marchands locaux, on retrouve fréquemment les noms de Iacobo de Herrico, Matteo de Missere Roberto, Leochi di Iannello, Leone Vaxallo et Perri de Calo. Il s’agit en général de figures locales, dans la plupart des cas des personnes qui jouissaient d’une certaine visibilité dans la ville et qui géraient, au nom des marchands étrangers, l’achat de la marchandise, le marchandage des prix, en versant les impôts dus. Parmi les différentes figures d’hommes d’affaire en activité, on retrouve certains membres de la famille Calo de Tarente et d’Ippolito d’Ostuni, actifs dans l’intermédiation commerciale88.

  • 89 Armiero 2001.
  • 90 von Falkenhausen 1993 ; Dalena 2007 ; Id., 2000a ; Id., 2000b ; Poso 2000.
  • 91 Abulafia 1996.
  • 92 Le thonaire était lancé exclusivement dans le golfe de Tarente, sur les côtes du Salento ; on n’a (...)
  • 93 Girolamo Marciano 1855, p. 197. Sur la figure de Gioralmo Marciano cf. Leone M. 2007.

13L’étude de la pêche représente un test décisif parce qu’elle « può svelare stratificazioni profonde nell’economia, nella cultura, nelle istituzioni delle diverse realtà sociali e politiche »89. A Tarente, la pêche maritime représente, avec le commerce, une source de revenus et d’emploi importante, au point qu’elle a favorisé, dès le XIIIe siècle, le développement d’une catégorie de métiers capables d’obtenir un poids important dans la vie sociale et politique90. La pêche au thon et aux poissons plus petits a été l’objet d’un commerce constant le long des côtes91. Le golfe de Tarente est considéré par les spécialistes en halieutique « centro di residenza » des thons en raison de ses eaux profondes et de sa position sur la route de la migration. Les historiens locaux racontent un fait intéressant : dans les mers de Pouille, à une époque très reculée, on pratiquait la pêche errante du thon, connue des populations iapyges, avec le système des gripi, un système de pêche qui consistait à planter sur le fonds de la mer des poteaux de bois auxquels on fixait les filets92. « Nei mesi di marzo, aprile, e maggio si pescano oltre i detti pesci per tutta quella parte del seno tarentino che bagna la provincia, i tonni con raddoppiato ordine di reti, e con l’ingegno, che chiamano tonnara. Sono i tonni che si pigliano in questi tempi di quattro specie : la prima è di quelli piccoli quando nascono, che si chiamano cardile, fatti più grandi, si dicono limose, e compiuto l’anno, tonni. Di questi ultimi se ne pigliano di meravigliosa grandezza, cioè di rotola cinquanta l’uno. La seconda specie sono i tonnoteri, che si chiamano ziri, de’ quali il più grosso è di rotoli dieci. La terza specie sono le palamite, di cui la maggiore è di rotoli tre. La quarta ed ultima specie sono i moduli, peggiore di tutti gli altri, il maggiore dei quali non eccede il peso di libbre quattro. Dal ventre grosso de’ tonni si fa il tarantello, così detto dalla città di Taranto, e dalla loro schiena più carnosa e magra la tonnina. Dai tonnoteri, o zirrali, si fa la zurra, simile al tarentello »93.

  • 94 Sidoti Olivo 1992.

14Le premier document où l’on décrit cette méthode de pêche remonte à 1491 : il s’agit d’un compte-rendu fiscal concernant les recettes de la bagliva de l’an 1490. Dans la liste des recouvrements, on trouve comme indication : « de li sturni se pigliano alla sturnara, in loco nominato de la Culumena, devono pigliare de lo VII doi »94. On fait référence, en particulier, à la portion de mer relevant de Nardò, près du port de la Culumena, où des pêcheurs tarentins, poussés vers le sud par le manque de thonaire dans leur mer, pratiquent la pêche au thon. Outre les tonnines, ils y pêchaient des sardelle, palamide, modoli, inzurri, alalonge e vope, et, pour cette pêche, ils payaient au baglivo la valeur d’un poisson tous les treize pêchés, tandis qu’ils versaient au gabelou 15 tari par mois pour le stationnement du bateau.

  • 95 Martin 1993.
  • 96 Coco 1915, doc. VII, p.192 ; doc. IX, p. 197-201.
  • 97 Cf. Alaggio 2004, doc. 45, p. 103.
  • 98 Greco 2003 ; Id.1992. Sur le contrôle de la production du sel dans le Sud au Moyen-Age cf. Bianchi (...)
  • 99 ASN 248, c. 2v.
  • 100 Volpe 1996 ; Hocquet 1978.
  • 101 Comme Jean-Marie Martin l’a souligné, à propos de la documentation concernant les XIe et XIIe sièc (...)

15À la richesse en poissons des deux mers (Mare Grande et Mare Piccolo) s’ajoute la présence, à proximité de la ville, de salines qui fournissaient la matière première pour la conservation du poisson. On extrayait des salines naturelles du territoire tarentin du sel d’excellente qualité, en particulier de la saline Grande, de la saline Piccola, des Terre Salse et des salines de Lato, situées à l’intérieur de la lame de la gravina de Castellaneta95. La saline de Torre Columenaet celle qui longe la rive de la deuxième anse du Mare Piccolo dans la localité de Aere Vetere faisaient partie des possessions du sanctuaire de San Pietro in Bevagna que dicitur de monachis96. Ces salines, même si ce sont des bassins naturels, étaient alimentées en eau salée grâce à un raccordement à la mer. D’autres salines, par contre, sont tout à fait artificielles, les salines situées à l’ouest de la ville, juste au-delà de la Porta Napoli, d’où le nom de capite pontis97 ; d’autres encore se trouvent le long de la côte ionienne, entre Leporano et Lizzano, dans des dépressions creusées dans le banc de roche98. Le sel récolté était conservé dans le château de Tarente, avant d’être vendu à la douane de la ville99. Malgré la bonne qualité du produit, les salines tarentines ne furent jamais exploitées de manière intensive. C’est Trani et Barletta, en effet, qui ont conservé jusqu’à l’époque moderne la primauté sur la production et l’exportation du sel, et ce également en raison de leur position le long de l’axe commercial adriatique100. En raison de la grande valeur commerciale du sel, produit indispensable dans l’alimentation, pour la conservation des denrées alimentaires, pour le tannage des peaux, les salines ont toujours été objet de dispute entre les communautés municipales, domaines, collectivités ecclésiastiques101.

  • 102 ASN 246, cc.8r-22v.
  • 103 « Si tratta, precisamente, di lotti di mare di varia estensione, indicati nei documenti con i term (...)
  • 104 Il consumo di pesce rappresentava in passato un fenomeno di notevole rilevanza nella cultura, nell (...)
  • 105 On ne connaît pas avec précision la date de la construction de l’arsenal de Tarente. La première m (...)
  • 106 Sur la marine à l’époque orsinienne cf. Pizzuto 2007.
  • 107 ASN 246, cc. 8r ; 10r ; 13v ; 17v-18r ; 28r.
  • 108 Sur la physionomie de classes de l’università tarentine dans la deuxième moitié du XVe siècle, cf. (...)
  • 109 Lentini 2010.

16L’analyse de la rubrique « introytus piscarie dohane civitatis Tarenti [de] piscatoribus piscantibus in mare magno et parvo », incluse dans le registre 246 pour la période comprise entre le 1er septembre 1465 et le 31 août 1466, permet d’entreprendre une recherche capable de restituer l’influence réelle de la pisciculture sur l’économie tarentine, avec la possibilité de suivre l’évolution du secteur avec ses propres rythmes102. Le total de la perception douanière s’élève, pour la même période, à 138 onces, avec une moyenne mensuelle de 11,5 onces. L’observation révèle que le mois de plus grande rendement pour la douane est le mois d’octobre, quand les pêcheurs tarentins versaient 31 onces. En décembre, la perception attestée est de 21 onces. La réduction des rendements pour les mois de janvier à avril est également évidente. À partir du mois de mai, on enregistre l’index de prélèvement le plus bas avec seulement 2 onces de profit. Les mois de juin et de juillet sont caractérisés par une légère reprise, qui se stabilise en août avec 13 onces. Aux entrées du droit sur le poisson enregistrées dans le periode 1465-1466, il faut ajouter la recette provenant des gabelles (subcabella pontis, subcabella flabicti, ostrearum et gamadiarum, subcabella gavilorum, subcabella trilearum, subcabella parietis de ante de die, subcabella parietis de ante de nocte) et de certaines piscarìa o piscara103, toujours mentionnées dans le registre 246. Le total qui dérive de arrendamento de ces gabelles est de 27 onces, 7 tari et 6,5 grains. Ceci, ajouté aux 138 onces versées pour le droit sur le poisson, donnait une recette fiscale globale de 165 onces, 7 tari et 16,5 grains. L’analyse des données ci-dessus et la formulation des estimations appropriées doit cependant tenir compte du fait que, comme pour toutes les activités de travail et de commerce, la pêche respectait également des périodes de pause lors de fêtes religieuses (Noël, Pâques)104. Il y avait aussi des périodes d’exemption du payement du droit de douane. La concentration de la plupart du mouvement marchand lors des foires faisait de ces rassemblements des rendez-vous de grand intérêt. C’est pourquoi, à Tarente, durant les foires qui se tenaient à l’occasion des festivités de Saint Antoine le Grand, Saint Catalde et de Notre-Dame-de-l’Assomption, respectivement en janvier, mai et août, les pêcheurs étaient exonérés du payement à la douane du droit sur le poisson. La présence d’un arsenal à Tarente, dès l’époque angevine105, liée aux activités portuaires de type militaire et marchand, en qualité de siège de garnison de la flotte du Prince de Tarente jusqu’au début des années soixante du XVe siècle, rendait nécessaires des personnes spécialisées dans la construction navale, et une marine composée de naucleari, comiti, rematores : des marins experts en navigation et stratégies maritimes106. Un contexte social local s’était ainsi dessiné, dans lequel, à côté des marins, pêcheurs et manœuvres, figuraient les comiti107, groupe très actif et très présent dans la ville. Inclus dans la classe des artisans, les comiti « teneno privilegio de comiatagio de loro exercito del mare », car ils étaient capables d’être au commandement de navires. Différentes catégories professionnelles, qui faisaient partie de la classe composite des populares, contribuaient également à la croissance du secteur108. C’est encore le registre 246 qui nous offre un instantané de cet univers des professionnels de la pêche. Malheureusement, même si le montant des versements est bien documenté, on ne dit rien du genre de poisson pour lequel le droit de douane est payé. La documentation atteste environ une cinquantaine de professionnels de la pêche, avec des groupes de pêcheurs et de manœuvres, indiqués comme socis piscatoribus. Parmi ceux-ci, seule une dizaine de familles émergent pour le nombre des opérations effectuées au cours des années 1465-1466, et pour le montant de la somme versée à la douane. La parcellisation en pêcheries du Mare Piccolo et du Mare Grande laissait un espace très réduit à ceux qui n’étaient pas propriétaires ou exploitants de pêcheries. Il ne restait à ce groupe de professionnels qu’une portion de mer très limitée et sévèrement réglementée. C’est pour cette raison que la contrebande représentait une activité en forte croissance. Les activités illégales dans le secteur de la pêche et leurs revenus ont toujours représenté un problème épineux pour les personnes responsables du contrôle, en ce sens que « i destinatari di prescrizioni su dove, come e quando pescare erano soggetti culturalmente avvezzi a considerare il mare come un bene totalmente disponibile, fonte inesauribile di sostentamento e di reddito »109.

  • 110 ASN 245, c. 12r.
  • 111 Ibid.

17Il y a de nombreuses mentions de sanctions de la douane de Tarente à l’égard des contrevenants, comme en témoigne la rubrique de l’« Intrata de contrabandi et de male piscarie in l’anno de la XII indictione »110. Lorenzo de Nardò et Nunzio Spina de Oria, par exemple, sont condamnés respectivement à payer une amende pour contrebande de poisson, tandis que Francesco di Raho da Tricarico verse deux tari et demi pour contrebande de sardines. La difficulté objective à rester dans les limites de la légalité est démontrée par le cas de Marino Marzoccolo, qui, comme il en résulte des 7 onces qu’il verse au cours d’une année à la douane, semble être un des professionnels les plus actifs dans le secteur ; en même temps, il est contraint à payer 5 tari pour avoir violé les normes des douaniers111.


  • 112 Feniello 2013.
  • 113 Alaggio 2004.

18Toute la série de considérations faite jusqu’ici en ayant recours à la lecture des registres 245 et 246, qui concernent l’époque de passage de la principauté de Tarente à la couronne aragonais, a mis en évidence le rôle commercial de Tarente. Les sources mettent plus particulièrement en évidence la façon dont Tarente renforce, sous la dynastie aragonaise « la sua struttura commerciale, con un ritmo economico che assume connotati e cadenze originali, nei quali si consolida la specializzazione urbana come centro di interscambio […] dove lo scambio diseguale non rappresenta un elemento di attrito per l’economia locale, ma anzi la leva da cui partire per consolidare il ruolo regionale della città, che, da politico, diventa economico »112. On enregistra une augmentation de la production, un renforcement des échanges à l’intérieur du Royaume des produits de l’agriculture et des produits de grande consommation (peaux tannées, chanvre, chaussures, tissus, vaisselles, confiseries). De plus, le mouvement des marchandises et des capitaux hors du Règne est attesté également par une requête dans laquelle les Tarentins demandent au souverain de ne pas concéder de délai aux débiteurs étrangers, vu qu’il y a « molti citadini dela detta cità che devono recepere multa quantità de dinari et robbe da loro debitori, tanto dela detta provintia de Terra d’Otranto, quanto da altri parti »113. Réalité qui organisait donc l’économie sur l’import-export via mer et via terre, sur les ventes en gros et au détail, à travers les marchands locaux et étrangers. La coopération entre entrepreneurs locaux et artisans étrangers qualifiés, tels que les Lombards, les Milanais, les Bolognais et les Ragusiens, a provoqué la croissance de l’artisanat local et l’augmentation de la production manufacturière.

  • 114 En outre, comme l’a souligné Maria Antonietta Visceglia, Tarente, en pleine crise du XVIIe siècle, (...)

19À côté du commerce, les données à notre disposition, même si elles sont incomplètes et fragmentaires, ont démontré un fait sans équivoque : l’importance de l’activité de la pêche à l’intérieur du tissu économique tarentin dans la seconde moitié du XVe siècle. Les rendements dérivant de cette activité pour la période 1465-1466 prouvent l’importance stratégique du secteur, tant pour la production économique que pour le nombre de personnes employées. Différentes catégories professionnelles étaient impliquées à titres divers dans la pêche : non seulement de simples marins ou pêcheurs, mais également des ouvriers, des manœuvres spécialisés et des artisans114.

20Sous l’impulsion de la dynastie aragonais, le cadre qui en ressort est d’un grand intérêt pour la vivacité des échanges, pour la mobilité des hommes, pour l’activité commerciale incessante, pour la présence d’un marché qui, à travers les nundine (foires), garantissait l’importation de matériaux – comme le fer ou l’argent, ou comme certains types d’étoffes et de tissus particuliers –, la vente des produits de la manufacture locale, et, en passant par les routes de mer, l’exportation de la production locale, basée principalement, voire exclusivement, sur les denrées alimentaires qui provenaient de la campagne, les victualia, qui consistaient en barils d’huile, de vin, en tomolate de blé, farine, légumes secs, en quantités de viandes, fromages, et en produits d’élevage.

  • 115 Andenna 1998, p. 198.
  • 116 Alaggio 2004, doc. 36, p. 91, c. 81v.
  • 117 Ibid., p. 90, c. 81r.
  • 118 Malgré les revendications d’autonomie et la pression citoyenne pour une plus grande participation (...)

21Un autre aspect pris en considération ici est la « maturità istituzionale » atteinte par Tarente au cours de ce long processus, souligné entre autres par Giancarlo Andenna, qui commence à la fin du XIIIe siècle et portera les villes du Sud de l’Italie « dall’essere terre, cioè semplici province del regno governate dal fisco regio o da signori feudali, a universitas, istituzioni amministrative e politiche gestite anche da cittadini »115. La nécessité, de la part de l’università, de soutenir et de développer les vocations économiques du territoire, tels que le commerce et la pêche, ressort clairement des requêtes exprimées dans les chapitres de dévouement adressés au souverain aragonais au lendemain de la mort du prince Giovanni Antonio Orsini del Balzo. C’est pourquoi, dans la phase de passage au domaine, les efforts de Tarante ont été tournés vers la consolidation, à travers une négociation politique active avec la Couronne, du rôle de premier plan, acquis à l’époque orsinienne, à l’intérieur du système d’échanges commerciaux. Les Tarentins demandèrent et obtinrent, donc, la confirmation des franchises pour les jours de foires, l’institution d’une nouvelle foire en janvier d’une durée de dix-sept jours, la réduction du datii du poisson. Une composition du corps social influencée précisément par les ressources naturelles principales disponibles de la ville, mais aussi par le degré de développement des activités marchandes, par le poids politique exercé par les marchands et par les artisans116, voilà ce qui émergera au lendemain de l'inclusion de Tarente dans le domaine royal, quand on élaborera le système normatif pour la constitution du gouvernement citoyen et la réglementation des pratiques administratives. En 1465, les maires de Tarente supplièrent le souverain de confirmer, ratifier et approuver les chapitres du novo regimento « con lunga et piena deliberatione provisto et istituito »117 par les citoyens eux-mêmes118.

Top of page

Bibliography

Abulafia 1996 = D. Abulafia, Il Mezzogiorno peninsulare dai bizantini all’esplusione (1541), in C. Vivanti (a cura di), Gli Ebrei in Italia. Storia d’Italia, I, Dall’Alto Medioevo all’età dei ghetti, Torino, 1996, p. 3-44.

Alaggio 2004 = R. Alaggio (a cura di), Le Pergamene dell’Università di Taranto (1312-1652), Galatina, 2004.

Alaggio 2014 = R. Alaggio, La città del Principe. Vita cittadina e prerogative feudali a Taranto in età agioino-aragonese, in G. Colesanti (a cura di), « Il re cominciò a conoscere che il Principe era un altro re ». Il Principato di Taranto e il contesto mediterraneo (secc. XII-XV), Roma, 2014, p. 251-286.

Andenna 1993 = G. Andenna, Fiscalità e sviluppo socio-economico nell’« Univesitas » di Lecce dall’età angioina all’inizio del dominio aragonese, in B. Vetere (dir.), Storia di Lecce. Dai Bizantini agli aragonesi, Roma-Bari, 1993, p. 197-250,

Antonucci 1935 = G. Antonucci, Medioevo Salentino. Per la storia degli ebrei a Taranto, in Rinascenza salentina, n. ser., 3, 1935, p. 103-107.

Antonucci 1936 = G. Antonucci, La regalia della pesca nel Mare piccolo di Taranto, Milano, 1936.

Armiero 2001 = M. Armiero, L’Italia di Padron ’Ntoni. Pescatori, legislatori e burocrati tra XIX e XX secolo, in P. Frascani (a cura di), A vela e a vapore. Economie, culture e istituzioni nell’Italia dell’Ottocento, Roma, 2001, p. 177-213.

ASN 108 = Archivio si Stato di Napoli, Sommaria-Pandette dei processi civili : Ordinamento Zeni, reg. 108, ms., fasc. 36.

ASN 245, 246, 247, 255/I = Archivio di Stato di Napoli, Diversi della Sommaria, II Numerazione, regg. 245, 246, 248 ms.

ASN 557/4 = Archivio di Stato di Napoli, Dipendenze della Camera della Sommaria, Reg. 557/4, ms.

Bianchini 1983 = L. Bianchini, Storia delle finanze del Regno di Napoli, Bologna, 1983 (éd. anast.).

Buonaguro – Donsì Gentile 1999 = C. Buonaguro, I. Donsì Gentile (a cura di), I fondi di interesse medievistico dell’Archivio di Stato di Napoli, Salerno 1999.

Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014 = Libro Rosso di Taranto. Codice Architiano (1330-1604), a cura di R. Cappa, F. Nocco F., M. Pepe, M., O. V. Sapio, Codice Diplomatico Pugliese XXXVIII) Bari, 2014.

Carabellese 1901 = F.Carabellese, La Puglia nel secolo XV da fonti inedite, Bari, 1901.

Carducci 1993 = G. Carducci, I confini del territorio di Taranto tra basso medioevo ed età moderna, Taranto, 1993.

Carducci 2006 = Carducci G., Il Principato di Taranto nella storiografia dell’ultimo trentennio, dans A. Cassiano, B. Vetere (a cura di), Dal Giglio all’Orso. I principi d’Angiò e Orsini del Balzo nel Salento, Galatina, 2006, p. 250-261.

Carrisi 2007 = E. Carrisi, Produzione e mercato ed Ostuni nel XV secolo, in Itinerari di ricerca storica, XX-XXI, 2006-2007, I, p. 123-140.

Cassandro 1973 = G. Cassandro G., Un inventario dei beni del principe di Taranto, in Studi di storia pugliese in onore di Giuseppe Chiarelli, Galatina, 1973, II, p. 6-57.

Cassandro 1974 = G. Cassandro, I porti pugliesi nel Medioevo, in Saggi di storia di diritto commerciale, Napoli, 1974, p. 609-639.

Cassandro 1995 = G. Cassandro, L’irradiazione economica fiorentina nell’Italia meridionale tra Medioevo e Rinascimento, in I. Zilli (a cura di), Fra spazio e tempo. Studi in onore di Luigi de Rosa, Napoli, 1995, p. 191-221.

Cengarle – Somaini 2009 = F. Cengarle, F. Somaini, Mappe informatiche e storia. Considerazioni metodologiche e prime ipotesi cartografiche sui domini orsiniani, in F. Somaini, B. Vetere (a cura di), I domini del principe di Taranto in età orsiniana (1399-1463), Galatina, 2009.

Cessi 1935 = R. Cessi, Venezia, la Puglia, l’Adriatico, dans Archivio Storico Pugliese, 8, 1935, p. 53-59.

Cessi 1953 = R. Cessi, La Repubblica di Venezia e il problema adriatico, Napoli, 1953

Coco 1940 = P.F.A. Coco, Gli albanesi in Terra d’Otranto, Bari, 1940.

Coco, 1915 = P.F.A. Coco, Il Santuario di San Pietro in Bevagna dipendente dal Monastero dei PP. Benedettini d’Aversa. Appunti storico-critici con documenti inediti, Taranto, 1915.

Colafeminna - Corsi - Dibenedetto 1981 = C. Colafeminna, P. Corsi, G. Dibenedetto (a cura di), La presenza ebraica in Puglia. Fonti documentarie e bibliografiche, Bari, 1981.

Colafemmina 1980 = C. Colafemmina, Insediamenti e condizioni degli ebrei nell’Italia meridionalee insulare, dans Gli ebrei nell’Alto medioevo. Atti della XXVII settimana di Studi sull’Alto Medioevo (Spoleto, 30 marzo-5 aprile 1978), Spoleto,1980, I, pp. 197-239.

Colafemmina 2005 = C. Colafemmina, Gli ebrei a Taranto. Fonti documentarie, Bari, 2005, pp. 7-24 

Colafemmnina 1990 = C. Colafemmina, I contributi fiscali ordinari in Terra d’Otranto nel registro del percettore provinciale Gerolamo de Gennaro (1512-1513), in Cenacolo, 2, 1990, p. 13-94.

Colesanti 2014 = G. Colesanti (a cura di), « Il re cominciò a conoscere che il principe era un altro re ». Il principato di Taranto e il contesto Mediterraneo (secc. XII-XV), Roma, 2014 (Fonti e Studi per gli Orsini di Taranto, 2).

Corfiati 2009 = C. Corfiati, Il principe e la Regina. Storie e letteratura nel Mezzogiorno aragonese, Firenze, 2009.

Cozzetto 1986 = Cozzetto F., Mezzogiorno e demografia nel XV secolo, Soveria Mannelli, 1986.

Croce 1953 = Croce B., I possedimenti del Principe di Taranto, in, Aneddoti di varia letteratura, a cura di B. Croce, I, Bari, 1953, p. 77-79.

D’Arienzo - Di Salvia 2010 = V. D’Arienzo, B. Di Salvia (a cura di), Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all’età contemporanea, Milano, 2010.

D’Atri 2005 = S. D'Atri, Ragusa (Dubrovnik) in età moderna : alcune considerazioni storiografiche, in Società e Storia, 109, 2005, p. 599-609.

Dalena 2000a = P. Dalena, Il porto di Taranto dai Normanni agli Angioini, in Id. (a cura di), Ambiti territoriali, sistemi viari e strutture del potere nel Mezzogiorno medievale, Bari, 2000, p. 107-123.

Dalena 2000b = P. Dalena, Il sistema portuale e la marineria in età angioina, in G. Andenna - H. Houben (a cura di), Mediterraneo, Mezzogiorno, Europa. Studi in onore di Cosimo Damiano Fonseca, Bari, 2000, p. 359-381.

Dalena 2000c = P. Dalena, Alle redici delle comunità albanesi del territorio di Taranto (secoli XV e XVI), in A. Martella, G. Carducci (a cura di), Le comunità italo-albanesi fra microstoria e arbëreshe : Il caso di San Marzano, Atti del Seminario di studi per la didattica (San Marzano, sabato 8 maggio 1999), San Marzano, 2000, p. 49-59.

Dalena 2007 = P. Dalena, Passi, porti e dogane marittime dagli Angioini agli Aragonesi. Le Lictere passus (1458-1469), Bari, 2007.

Del Treppo 1989 = M. Del Treppo, Stranieri nel Regno di Napoli. Le élites finanziarie e la strutturazione dello spazio economico e politico, in G. Rossetti (a cura di), Dentro la città. Stranieri e realtà urbane nell’Europa dei secoli XII-XVI, Napoli, 1989.

Epstein 1996 = S. Epstein, Potere e mercati in Sicilia. Secolo XIII-XIV, trad. it., Torino, 1996.

Feniello 2013 = A. Feniello, Aspetti dell'economia tarantina da due frammenti di registri della dogana (1463-1466), in L. Petracca e B. Vetere (a cura di), Un principato territoriale nel Regno di Napoli ? Gli Orsini del Balzo principi di Taranto (1399-1463) Atti del convegno di Studi (Lecce, 20-22 ottobre, 2009), Roma, 2013, p. 423-436.

Filangeri 1950 = I registri della cancelleria angioina, a cura di Riccardo Filangieri con la collaborazione degli Archivisti napoletani, I, 1265-1269, Napoli, 1950 (Testi e documenti di storia napoletana pubblicati dall’Accademia Pontaniana).

Foucard 1877 = C. Foucard, Fonti di Storia Napoletana nell’Archivio di Stato di Modena, in Archivio Storico delle Province Napoletane, II, fasc. IV, 1877, p. 725-757.

Frascadore 2002 = A. Frascadore, Gli Ebrei a Brindisi nel '400. Da documenti del codice diplomatico di Annibale De Leo,Galatina, 2002, docc. 4-5, p. 67-83.

Galasso 1992 = G. Galasso, Il regno di Napoli. Il mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), in G. Galasso (dir.), Storia d'Italia, vol. XV, t. I, Torino 1992, p. 391-392.

Gentile 1938 = P. Gentile, Lo Stato napoletano sotto Alfonso d’Aragona, in Archivio Storico per le Province Napoletane, II, n. s. XXIV, 1938, p. 1-56.

Greco 1992 = A. V. Greco, Le bonifiche nella storia del paesaggio del Tarantino Sud-orientale, in Umanesimo della Pietra Verde, 7, 1992, p. 109-140

Greco 2003 = A. V. Greco, Uomini e paludi nel Tarantino del Settecento, in G. Carducci (a cura di), Liber amicorum. Miscellanea di studi storici offerti a Rino Contessa, II, Manduria, 2003, pp. 571-573.

Grohmann 1969 = A. Grohmann, Le fiere del Regno di Napoli in età aragonese, Napoli, 1969.

Guerrieri 1900 = G. Guerrieri, Gli ebrei a Brindisi e a Lecce (1409-1497). Contributo alla storia dell'usura nell'Italia meridionale, Torino, 1900.

Guerrieri 1903 = G. Guerrieri, Le relazioni tra Venezia e Terra d’Otranto fino al 1530 : contributo alla storia delle cose dell’Adriatico, Trani, 1903.

Hocquet 1978 = J.- C. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, vol. I, Production et monopole, Villeneuve d'Ascq, 1978 (Publications de Université de Lille III).

Houben 1992 = H. Houben, Gli ebrei nell’Italia meridionale tra la metà dell’XI secolo e l’inizio del XIII secolo, in Itinerari di ricerca storica, 4, 1992, p. 9-28.

Iacovello 1992 = M. Iacovello, Venezia e Napoli nel Quattrocento. Rapporti tra gli altri Stati e altri saggi, Napoli, 1992.

Krekić 1961 = B. Krekić, La Puglia tra Dubrivnok (Ragusa) e il Levante in epoca angioina, in Archivio Storico Pugliese, 24, 1961, p. 170-198.

Lentini 2010 = R. Lentini, Tra frodi e legalità : pesca a strascico e pesca con la dinamite nei Compartimenti marittimi di Palermo e Trapani tra Ottocento e Novecento, in V. D’Arienzo, B. Di Salvia (a cura di) Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all’età contemporanea, Milano, 2010, p. 255-286.

Leone A. 1980 = A. Leone, Caratteri dell’economia mercantile pugliese (1467-1488), in Annali dell’Istituto Italiano per gli Studi Storici, 6, 1979/1980, p. 105-128.

Leone A. 1998 = A. Leone, Mezzogiorno e Mediterraneo. Credito e mercato internazionale nel secolo XV , Napoli, 1998.

Leone A. 2003 = A. Leone (a cura di), Il commercio a Napoli e nell’Italia meridionale nel XV secolo, Napoli, 2003.

Leone A. 1983 = A. Leone, Profili economici della Campania aragonese, Napoli, 1983.

Leone M. 2007 = Leone M., Marciano Girolamo, in Dizionario biografico degli italiani, 69, Roma, 2007, p. 727-728.

Luzzato 1904 = G. Luzzato, Studi sulle relazioni commerciali tra Venezia e la Puglia, in Nuovo Archivio Veneto, n. s., 4, 1904, VII, p. 174-195.

Mancarella 1975 = Mancarella G. B., Peschiere e pesche in due Trattati del mare del Libro Rosso di Taranto, in Bollettino dell’Atlante Linguistico Mediterraneo, 16-17, 1974-1975, p. 239-254.

Martin 1993 = J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993.

Massaro 1991 = C. Massaro, Ebrei e città nel Mezzogiorno tardomedievale, in Itinerari di ricerca storica, 5, 1991, p. 9-49.

Massaro 2000 = C. Massaro, Società e istituzioni nel Mezzogiorno Tardomedievale. Aspetti e problemi, Galatina, 2000.

Massaro 2004 = Massaro C., Potere politico e comunità locali nella Puglia tardo medievale, Galatina, 2004.

Massaro 2007 = C. Massaro, Otranto e il mare nel tardo Medioevo, in H. Houben (a cura di) Otranto nel Medioevo. Tra Bisanzio e l’Occidente, Galatina, 2007, p. 175-241.

Massaro 2013 = C. Massaro, Il principe e le comunità, in L. Petracca, B. Vetere (a cura di) Un principato territoriale nel Regno di Napoli ? Gli Orsini del Balzo principi di Taranto (1399-1463) Atti del convegno di Studi (Lecce, 20-22 ottobre, 2009), Roma, 2013 (Fonti e Studi per gli Orsini di Taranto, 1), p. 335-385.

Mazzoleni 1955 = J. Mazzoleni, Fonti per la storia dell’epoca aragonese esistenti nell’Archivio di Stato di Napoli, in Archivio Storico per la Province Napoletane, n. s. 33, 1952, p. 125-154 ; 35, 1955, p. 351-373.

Mazzoleni 1974 = J. Mazzoleni, Le fonti documentarie e bibliografiche dal secolo X al secolo XX conservate presso l’Archivio storico napoletano, Napoli, 1974, I, p. 59-92.

Montanari 1989 = Montanari M., Alimentazione e cultura nel Medioevo, Bari, 1989.

Monteleone 2013 = F. Monteleone, Una risorsa per i monasteri del Mezzogiorno : concessioni di peschiere nella Puglia bizantina e normanna, in Itinerari di ricerca storica, n. s. 1, 2013, p. 57-75.

Monti 1939 = G. M. Monti, La spedizione in Puglia di Giorgio Castriota- Scandeberg e i feudi pugliesi suoi, della vedova e del figlio, in Japigia, 10, 1939, p. 275-305.

Moscati 1953 = R. Moscati, Ricerche sugli atti superstiti della Cancelleria napoletana di Alfonso d’Aragona, in Rivista Storica Italiana, 65, 1953, p. 540-552.

Palmieri 1996 = S. Palmieri, L’Archivio di Stato di Napoli : distruzioni durante la seconda guerra mondiale e successiva ricostruzione, in Archivium, 42, 1996, p. 239-251.

Pepe 1888 = L. Pepe (a cura di), Il libro rosso della città di Ostuni. Codice diplomatico compilato nel MDCIX da Paolo Vincenti, Valle di Pompei, 1888.

Perrone 1836 = M. Perrone, Storia documentata della città di Castellaneta e sua descrizione, Noci, 1836, p. 139-140

Petracca 2010 = Quaterno de spese et pagamenti fatti in la cecca de Leze (1461-1462), a cura di L. Petracca, Roma, 2010 (Fonti e studi per gli Orsini di Taranto, 2).

Petracca 2011 = L. Petracca, L’espansione del circuito fieristico regionale nel Quattrocento. Fiere e mercati in Terra di Bari e Terra d’Otranto, in C. Massaro, L. Petracca, (a cura di), Territorio, culture e poteri nel Medioevo e oltre. Scritti in onore di Benedetto Vetere, II, Galatina, 2011, pp. 449-469.

Petracca 2013 = L. Petracca, Di porto in fiera nel Quattrocento. Un itinerario fieristico tra due mari da Barletta a Taranto, in Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 115, 2013, p. 345-374.

Petracca - Vetere 2013 = Un principato territoriale nel Regno di Napoli ? Gli Orisini del Balzo principi di Taranto (1399-1463) L. Petracca, B. Vetere (a cura di), Atti del convegno di Studi (Lecce, 20-22 ottobre, 2009), Roma, 2013 (Fonti e Studi per gli Orsini di Taranto, 1).

Pizzuto 2007 = S. Pizzuto, Le navi del Principe : marineria e feudalità nel Mezzogiorno tardomedievale, in Itinerari di ricerca storica, XX-XXI/2006-2007, I, p. 163-178.

Pizzuto 2013 = S. Pizzuto, La politica fiscale nel principato di Taranto alla metà del XV secolo, in Itinerari di ricerca storica, XXVII, 2013, 2 n.s., p. 25-63.

Pontieri 1972 = E. Pontieri, La Puglia nel quadro della monarchia degli Aragonesi di Napoli, in Atti del Congresso Internazionale di studi sull’età aragonese (Bari, 15-18 Dicembre 1968), Bari, 1972, p. 19-52.

Popović-Radenković 1959 = M. Popović-Radenković, Le relazioni commerciali fra Dubrovnik (Ragusa) e la Puglia nel periodo angioino (1266-1442), in Archivio Storico per le Province Napoletane, 38, 1959, p. 153-206.

Porsia – Scionto 1989 = F. Porsia, M. Scionti, La città nella storia d’Italia. Taranto, Roma-Bari, 1989.

Poso 2000 = C. D. Poso, Aspetti della vita economica di Taranto in età primoangioina (1266-1285), in G. Andenna, H. Houben (a cura di), Mediterraneo, Mezzogiorno, Europa. Studi in onore di Cosimo Damiano Fonseca, Bari, 2000, p. 851-878.

Putignani 1968 = A. Putignani, Le peschiere nei mari di Taranto, in Rivista della pesca. Diritto-Economia-Tecnica, 9/1, 1968, p. 260-271 ; 9/2, 1968, p. 81-91.

Putignani 1971 = A. Putignani, Peschiere Pesca e Dogana, in Atti del Millennio della ricostruzione di Taranto 967-1967, Taranto, 1971, p. 63-91.

Sakellariou 1999 = E. Sakellariou, Elementi si sviluppo regionale nel Regno di Napoli del Tardo Medioevo, in Archivio Storico del Sannio, 1/99, gennaio-giugno 1999, p. 5-28

Sakellariou 2000= E. Sakellariou, The cities of the Puglia in the fifteenth and sixteenth centuries. Their economy and society, in A. Cowan (a cura di), Mediterranean urban culture. 1400-1700, Exeter, 2000.

Senatore 1997 = F. Senatore (a cura di), Dispacci sforzeschi da Napoli (1444-2 luglio 1458), I, Salerno, 1997.

Sidoti Olivo S., Per il Libro dei Baroni ribelli. Informazioni da Nardò, in Bollettino Storico di Terra d’Otranto, 2, 1992, p. 137-174.

Somaini- Vetere 2009 = F. Somaini, B. Vetere (a cura di), I domini del principe di Taranto in età orsiniana (1399-1463), Galatina, 2009.

Spremić 1999 = M. Spremić, La flotta ragusea e il mediterraneo occidentale nel XV secolo, in P. Alberini (a cura di), Aspetti ed attualità del potere marittimo in Mediterraneo nei secoli XII-XVI, (Napoli, Castel dell’Ovo, 27-29 ottobre 1997), Roma, 1999, p. 219-226.

Spremić 2006 = M. Spremić, Ragusa-Dubrovnik. Una città mediterranea e balcanica : relazione con la Sicilia nei secoli XIV e XV, in B. Saitta (a cura di), Città e vita cittadina nei paesi dell’area mediterranea. Secoli XI-XV. Atti del Convegno Internazionale in onore di Salvatore Tramontana, (Adrano – Bronte – Catania – Palermo, 18-22 novembre 2003), Roma, 2006, p. 310-312.

Tadić 1960 = J. Tadić, La Puglia e le città dalmate nel secoli XII-XIII, in Archivio Storico Pugliese, 13, 1960, p. 187-191.

Tangheroni 1996 = M. Tangheroni, Commercio e navigazione nel medioevo, Roma-Bari, 1996.

Tognetti 2000 = S. Tognetti, Uno scambio diseguale. Aspetti dei rapporti commerciali tra Firenze e Napoli nella seconda metà del Quattrocento, in Archivio Storico Italiano, CLVIII, 2000, p. 461-490.

Vacca 1936 = N. Vacca, Per la storia degli Ebrei in Taranto. I. Un tumulto antisemita nel 1411. II. L'usura nel 1474, in Rinascenza salentina, n. ser., 4, 1936, p. 221-229.

Vantaggiato 2009 = L. Vantaggiato, I mercanti nel Principato, in F. Somaini, B. Vetere (a cura di), I domini del principe di Taranto in età orsiniana (1399-1463), Galatina, 2009, p. 199-212.

Vantaggiato 2013 = L. Vantaggiato, Commercio e pesca a Taranto al « tempo dello principe » e « in tempo de lu Re », in L. Petracca, B. Vetere (a cura di), Un principato territoriale nel Regno di Napoli ? Gli Orsini del Balzo principi di Taranto (1399-1463) Atti del convegno di Studi (Lecce, 20-22 ottobre, 2009), Roma, 2013 (Fonti e Studi per gli Orsini di Taranto, 2), p. 451-485.

Vantaggiato 2014 = L. Vantaggiato, Gli introiti dello ius piscandi nei mari di Taranto, in Bullettino dell’Istituto Storico per il Medio Evo, 116, 2014, p. 217-246.

Vassallo 2009 = M. R. Vassallo, « Postquam civitas licii devenit ad dominium incliti regis domini Ferdinandi ». Lecce e la contea nella transizione dagli Orsini del Balzo agli Aragona, in F. Somaini, B. Vetere (a cura di), I domini del principe di Taranto in età orsiniana (1399-1463), Galatina, 2009, p. 185-197.

Vetere 2011 = B. Vetere, Otranto, San Cataldo e Brindisi. Gallipoli e Taranto. Centri costieri e porti del Salento, in Mediterranean Chronicle, 1, 2011, p. 153-204

Vinci 2012 = S. Vinci, Note storiografiche sul Libro rosso di Taranto, dans Annali della Facoltà di Giurisprudenza di Taranto, 5, 2012, p. 709-724.

Visceglia 1998 = M. A. Visceglia, Territorio, feudo e potere locale.Terra d’Otranto tra Medioevo e prima Età Moderna, Napoli, 1998.

Vivacqua 1996 = S. Vivacqua, Calabria, in C. D. Fonseca, M. Luzzati, G. Tamaini, C. Colafemmina (a cura di), L’Ebraismo dell’Italia meridionale peninsulare dalle origini al 1541 : società, economia, cultura. Atti del IX Congresso internazionale dell’Associazione Italiana per lo studio del Giudaismo, (Potenza-Venosa, 20-24 settembre 1992), Galatina, 1996, p. 295-310.

Voje 1981 = I. Voje, L’attività delle società commerciali di Ragusa nell’Italia centrale e meridionale del Quattrocento, in Rivista Storica del Mezzogiorno, 15-16, 1980-1981, p. 97-115.

Volpe 1996 = G. Volpe, Contadini, pastori e mercanti nell’Apulia tardoantica, Bari, 1996.

von Falkenhausen 1993 = V. von Falkenhausen, Taranto, in G. Musca (a cura di), Itinerari e centri urbani nel Mezzogiorno normanno-svevo. Atti delle decime giornate normanno-sveve, (Bari, 21-24 ottobre 1991), Bari, 1993, p. 451-476.

Vultaggio 1990 = Fonti aragonesi, C. Vultaggio (a cura di), (Testi e documenti di storia napoletana pubblicati dall’Accademia Pontaniana, serie II- XIII), Napoli, 1990.

Yver 1903 = G. Yver, Le commerce et les merchands dans l’Italie meridionale au XIIe et au XIVe siècle, Parigi, 1903.

Zambler - Carabellese 1991 = A. Zambler, F. Carabellese, Le relazioni commerciali fra Puglia e la Repubblica di Venezia dal secolo X al XV, Trani, 1898, rist. anast. 1991.

Top of page

Notes

1 Sur le patrimoine territorial du domaine de Giovanni Antonio Orsini del Balzo voir Pepe 1888, p. 113-114 ; Croce 1953, p. 77-79. Il ressort d’un document daté d’environ 1443, le Liber focorum regni Neapolis, qu’Orsini possédait un territoire qui comprenait 155 universités en Terre d’Otrante, 18 en Terre de Bari, 2 en Capitanate, et 1 en Basilicate (Cozzetto 1986, p. 63, 117-118, 123, 130, 135-140) ; cf. aussi Perrone 1836, p. 139-140 ; Foucard 1877, p.746 ; Cengarle – Somaini 2009 ; p. 3-35. Pour un compte-rendu bibliographique récent des études sur la Principauté de Tarente, cf. Carducci 2006 ; Somaini- Vetere 2009 ; Petracca-Vetere 2013 ; Colesanti 2014.

2 « Se è vero che i vantaggi maggiori si registrarono nelle città di più antico dominio quali Lecce e Taranto [...] bisogna riconoscere che il governo dell’Orsini produsse in un contesto congiunturale favorevole positive dinamiche economiche in tutto il principato » (Massaro 2013, p. 375). Cf. aussi Sakellariou 1999 ; Ead., 2000, p. 97-114 ; Leone A. 2003 ; Visceglia 1998.

3 Les registres 245, 246 et 248 ms., (ASN, Diversi della Sommaria, II Numerazione) sont un bon exemple de ce système économique. Voir aussi Feniello 2013 ; Vetere 2011 ; Vantaggiato 2013 ; Ead. 2009. Pour les siècles précédents, voir Porsia- Scionti 1989 ; Cassandro 1974 ; von Falkenhausen 1993 ; Dalena 2007 ; Dalena 2000a ; Dalena 2000b ; Poso 2000.

4 Sur cet aspect, voir Dalena 2000b ; Pizzuto 2007.

5 Pizzuto 2013.

6 Vantaggiato 2103 ; Carducci 1993 ; Cassandro 1973.

7 Massaro 2007, p. 214.

8 Les données démographiques représentent un élément important dans l’analyse d’une réalité urbaine car c’est un indicateur important pour l’analyse de la dynamique d’une ville. A cause d’une indisponibilité de sources proprement démographiques pour la période médiévale, on a souvent recours, moyennant les précautions nécessaires, à des sources de nature fiscale. Liber focorum, que l’on peut dater vers 1443, ne mentionne pas les feux de Tarente, puisque la ville conservait un traitement fiscal privilégié (Cozzetto1986). Sa population devait sans doute être légèrement inférieure à celle de Lecce ; en 1459, en effet, elle versait 300 onces pour six collectes, tandis que Lecce en versait 324 (Pizzuto 2013). La première donnée sur le nombre des feux remonte à 1512, date à laquelle on en attribue 1418 à la ville (Colafemmina 1990).

9 « [...] il rapporto principe-comunità non può essere soggetto a univoche letture, poiché se pure ci fu da parte dell’Orsini lo sforzo di elaborare un modello di governo territoriale omogeneo sotto le sollecitazioni provenienti dalle sperimentazioni istituzionali in atto nei regni e negli stati regionali italiani ed europei, applicando alle comunità soggette uno schema amministrativo più o meno coerente, tuttavia la prassi del privilegio, le diverse consuetudini, le relazioni con le élites cittadine, la forza negoziale o la diversa capacità di difesa delle prerogative acquisite da parte delle comunità produssero risultati variamente differenziati » (Massaro2013).

10 Vassallo 2009 ; Corfiati 2009.

11 Alaggio 2004.

12 « [...] la forma fusse più comoda et experta alla ditta Universita de fare soi pagamenti de quelli e tenuta et deve fare alla predetta regia maesta si per faculta overo per datii tandem post votorum esamen fu per tutti concluso nemine discrepanti che si debbia fare detti pagamenti per datii et no per faculta como si fa in tutte cita da bene fora et dentro de quisto regno maximamente per levare omne materia descandalo et di errore li quali fra citatini se nutrivano con extremo periculo dela cita per chi piu et chi meno gravati de la faculta de ciscuno debitamente se rechidesse il perche de pari voto et universal consentimento reservando tamen in omnibus lo regio beneplacito et assenso sonno stati confirmati et de novo imposti inscipti datii nella forma sequente. Placet regie m(aiesta)ti de imposictione in suorum datiorum » (Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014). Sur le Codice Archita voir Vinci 2012.

13 Pizzuto 2013.

14 Alaggio 2004, Ead. 2014.

15 Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014.

16 « Item il detto regimento Consiglio et Universita confirma, accepta et ratifica il datio imposto supra le mercantie il quale datio e de grani cinque per onza al citadino et de grani deci per onza al forastero et similmente il datio de la porta che se paga grani tre per onza con tutti i soi capituli uso et costumati como perlo pasato estato facto. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 95, c. 88r).

17 « Item lo detto regimento Consiglio et Universita ordena constituesce et impone de novo il datio sopra il formaggio et recotta in questo modo che per ciascauno rotulo de formagio che entrarà nella detta cita de Taranto debbia pagare quello lo entrara tornese uno et per ciacauno rotulo de recocta salata pistachio uno. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96, c. 89v)

18 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio sopra li ogli in questo modo che per ciascauno stara de oglio entrara nella detta cita de Taranto et similmente deli ogli se faranno dentro la detta cita si debia pagare per chi lo entrara et patroni deli detti ogli grano uno. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96, c. 89v)

19 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio sopra li cofinaturi viaticari carreri et barche conduceranno li musti dentro la cita de Taranto in quisto modo che per ciascauno giorno andara ad cofìnare, lo cofinatore debia pagare grano uno et per ciascauna giornata il viaticaro del detto musto debia pagare al datiario grano uno et ciascuno carro quale conducera li musti debia pagare grani cinque per di et per ciascauna barca conducera musti per mare debia pagare singulo die grana cinque per detto datio. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96, c. 90r).

20 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone il datio sopra le fogliame et frutti in quisto modo che per ciascauno carlino se prendera della venditione del fogliame et de li frutti se debia pagare per lo patrono de quelli o per chi in suo nome li vendesse al datiaro pistachio uno. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96, c. 90r).

21 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio sopra lo vino in questo modo che per ciascauna salma de vino excepta tamen aqua pede de qua statuto sacramento patroni se trovara dentro li butti per li vinti de ottubro el patrono del vino debia pagare grani doi alli datiari in questi termini grano uno in la festa della nativita de Nostro Signore Iesu Chisto et grana uno stanti in la festa della Resurettione et simile pagamento se debbia ancora fare de li musti vendessero fora della cita ad quelli de Liporano de Pulsano deli Grottaglie et de altri lochi. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96-97, c. 90v).

22 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituescie et impone de novo il datio sopra li crapetti in quisto modo per ciascauno crapetto entrara nella cita de Taranto quello l’intrara debia pagare grano uno al datiaro. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 96, c. 90r).

23 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena et vole constituescie et impone de novo il datio nominato la bardella che per ciacauna bestia ad barda de forastieri entrara nella cita de Taranto el patrono debia pagare grana uno al datiaro. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 97, c. 91r).

24 « Item il detto regimento Consiglio et Universita confirma et approba il datio della bucceria quale estato per lo paxato et e al presenti in detta cita con tucti capituli ordinationi et consuetudine usate et che se usano in detto datio aggiongendoli che nisciuno citatino possa intrare carne in la detta cita che fosse comparata de fore non pagando primo il datio et chi ne facesse il contrario sia in pena de tari sette et meczo per ciascuna volta la quale pena debbia applicarsi alli datiari quali havessero il detto datio comparato da la detta università overo che se rescotesse ad credenza per essa. Placet regie m(aiesta)ti » (Ibid., p. 95, c. 87v).

25 « Item il detto regimento Consiglio et Universita ordena constituesce et impone de novo il datio sopra de lacqua il quale consiste che ciascauno acquarolo che vende lacqua per la cita sia tenuto et debbia pagare alla Universita per detto datio uno tornese per ciascauna salma de acqua che vende. Placet regie maiestati » (Ibid., p. 95, c. 88r).

26 Ibid., p. 95, c. 88r

27 Voir la concession faite aux pêcheurs de vendre le poisson « como antiquamente soleano fare a lloro arbìtrio et voluntate, et perché antiquitus de omne pesce quali si pigliava ad uno nostro mare, chyamato Mare Magio, li piscaturi soleano pagare alla Corte la sexta parte de che pigliava, mò da poco tempo in qua, lo predicto segnore prìncipe li aggravava de tal pagamento fandone pigliare la 4a parte, supplicano ad quella le piacza concedere graziosamente che de tucte tunnine et palamiti se pigliassero in lo dicto Mare Magio se debia de cetero pagare la sexta parte ala Corte come da tutti gli altri pesci se pigliano in lo detto mare se paga » (Alaggio 2014, doc. n. 45, p. 101-108, 106 ; cf. aussi Vultaggio 1990, doc. 47, p. 31-33).

28 « Sì che questa è la intratta che in questo anno la maiestà delo re delo reame, a la monetha sua napolitana, che è quista : prima lo pistachio, item lo tornise, item lo grano, item lo balyocho, item la ucella, item lo ragonese, item lo carlino, item lo tarino. Lo pistachio si è un dinaro picolo, si ne tri al tornise. Lo tornise si è como lo quatrino, e doy tornise valle uno grano, e uno grano valle uno marcheto viniciano, e tri tornise valle al balyocho, e loro el chiama bolognino el dicto balyocho, ma non è però como lo bolognino da Bologna » (Senatore 1997, I, doc.1, p. 17)

29 « Item il detto regimento Consiglio et Università ordena constituescie et impone de novo il datio sopra lo pescie, hoc modo che tutto il pesce se piglia in mari magno et in mari parvo ipsius civitatis cussi per li piscaturi de le piscare como per altri non si possa per detti piscaturi vendere in tutto o in parte che primo tutta la quantita del pescie preso sia ponderato praesenti li datiarii che haveranno da exigere il detto datio et quello pisato possano liberamente vendere et ad chi li piace et per quello preczo li parera cum hoc che per ciascauno rotulo de pescie haveranno pesato ut supra debiano respondere de uno pistachio, alli detti datiari per rasone del detto datio,il quale pistachio se debia pagare per lo comparatore del pesce intendendo de omne specie di pesce cussì grosso como minuto salvo che di tarenole non si debia pagare datio, ne ancora de nulla specie de cocze et de riczi » (Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014, doc. 36, p. 96 c. 89r).

30 Ibid.

31 Ibid., p. 95 c. 88v

32 Ibid., p. 97 c. 91r.

33 Ibid.

34 « Si tratta, in particolare, di due Registri appartenenti al fondo Diversi della Sommaria, II numerazione, conservati presso l’Archivio di Stato di Napoli. Con la morte del principe Giovanni Antonio Orsini del Balzo il suo archivio venne incamerato dalla corona e trasferito a Napoli nei locali della Camera della Sommaria. Di questo patrimonio storico-documentario conservato presso l’Archivio di Stato di Napoli riguardante il periodo orsiniano sono sopravvissuti diversi Registri, o parte di questi, riguardanti i gradi più alti dell’amministrazione, cioè tesorieri, erari e razionali. Relativamente alle vicende che hanno coinvolto l’Archivio di Stato di Napoli dal 1647, anno della rivolta di Masaniello, al secondo conflitto mondiale » (Moscati 1953 ; Palmieri 1996 ; Massaro 2004, p. 20-21). Sur les sources de la période aragonaise conservées à l'Archivio di Stato di Napoli cf. Mazzoleni 1974, pp. 59-92 ; Ead. 1955 ; Buonaguro – Donsì Gentile 1999.

35 Pontieri 1972, ici p. 37.

36 C’est surtout Robert, prince de Tarente qui, en raison du service prêté par Venise lors de son emprisonnement à Corfou. Sur la présence et le commerce des Vénitiens dans la Pouille, voir les études, encore valables aujourd’hui, de la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle. Comme cela fut démontré par les études de Carabellese et Yver, il y avait, à la base des relations entre Venise et la Pouille, le commerce du blé et de l’huile cf. Yver 1903 ; Zambler – Carabellese 1991 ; Guerrieri 1903. Parmi les travaux successifs voir Luzzato 1904 ; Cessi 1935 ; Cessi 1953 ; Iacovello 1992.

37 « La nozione di straniero/forestiero copre una gamma di situazioni che, con graduazione discendente di intensità, va dall’exterus nostri regni fino al forensis » (Del Treppo 1989, p. 181).

38 ASN, Diversi della Sommaria, II Numerazione, Reg. 245, ms., c. 10r.

39 Sur la présence et sur le rôle économique des Florentins dans le Royaume de Naples pendant la période aragonaise, voir Leone A. 1980 ; Cassandro 1995 ; Yver 1903 ; Del Treppo 1989 ; Leone A. 1998 ; Epstein 1996 ; Tognetti 2000.

40 Popović-Radenković 1959 ; Tadić 1960 ; B. Krekić 1961 ; Spremić 1999 ; Spremić 2006 ; Voje 1981 ; D’Atri 2005.

41 cf. ASN 108, cc. 1v, 4v-5v dans Carrisi 2007.

42 ASN 246, c. 2v.

43 Galasso 1992. « La questione dei rendimenti agricoli, del rapporto, cioè, tra quanto seminato e quanto raccolto, rappresenta una delle questioni più tormentate della storia agraria » (Tangheroni 1996, p. 257).

44 Visceglia 1998.

45 Gentile 1938.

46 Massaro 2000 ; Ead. 2007.

47 Cappa, Nocco, Pepe, Sapio 2014, doc. 42, p. 115, c. 112.

48 Alaggio 2004, doc. 78, pp. 186-187 ; cf. également le doc. 79 dans lequel le roi Ferdinand reçoit la demande.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 ASN 246, c. 1r.

52 Voir supra note 36.

53 Zambler – Carabellese 1991, doc. LIV, pp. 155-161. Cependant, c’est seulement en mai 1466 que Ferdinand Ier confirma aux Vénitiens, sur requête explicite d’approbation de la part du consul général de la République, l’exemption des droits sur les marchandises et de la nouvelle gabelle (Ibid., doc. LV, pp. 162-164).

54 ASN 245, cc. 6-6v ; 7-7v ; 8r ; 9.v.

55 ASN 246, c. 3r.

56 Ibid., c. 8r.

57 Grohmann 1969, p. 157 ; Petracca 2013 ; Ead. 2011.

58 Carabellese 1901.

59 Voir supra note 39.

60 ASN 557/4, cc. 76-80.

61 Spremić 1974. Sur le rapport des Ragusiens avec l’Hôtel de la Monnaie de Lecce, cf. Petracca 2010, p. CIII-CVIII.

62 Popović-Radenković 1959 ; Hocquet 1978, p. 95, p. 110 ; Tadić 1960.

63 Spremić 2006.

64 ASN 245, cc.9v-10r.

65 Cf. aussi Frascadore 2002, docc. 4-5, p. 67-83.

66 Spremić 2006.

67 Cf. Coco 1940 ; Monti 1939 ; cf. aussi P. Dalena 2000c. Sur les implantations des Albanais sur le territoire tarentin dans la deuxième moitié du XVIe siècle, cf. Visceglia1998.

68 ASN245, c. 6v.

69 Vetere 2001.

70 ASN 245, c. 10.v.

71 Ibid., c. 9r. Cf. aussi ASN 246, cc. 1v-r ; 2v.

72 Ibid., c. 1r.

73 Sur la présence juive en Italie du Sud, voir la bibliographie étoffée mentionnée par F. Patroni Griffi dans sa réédition du volume de Ferorelli, Gli ebrei nell’Italia meridionale... cit. En ce qui concerne les implantations juives dans la Pouille, cf. aussi Guerrieri 1900 ; Colafemmina 1980 ; Colafeminna - Corsi - Dibenedetto 1981 ; Massaro 1991 ; Houben1992 ; Frascadore 2002.

74 Sur la présence juive à Tarente de l’Antiquité au Moyen-Age, voir le texte d’introduction de Colafemmina 2005 ; Antonucci 1935.

75 ASN 245, c. 4v.

76 Ibid., c. 7r.

77 ASN245, c. 7r.

78 De nombreuses références aux activités auxquelles se consacraient les Albanais sont reprises dans le Registro 255/1 (ASN).

79 Les università du Royaume ont adopté des positions différentes à l’égard de la communauté juive. En ce qui concerne Brindisi, cf. Frascadore 2002.

80 Alaggio 2004, doc. 45, pp. 101-108. Concernant l’agression anit-juive à Tarente en 1411 cf. Vacca 1936.

81 Ibid., doc. 75, p. 173-178.

82 Abulafia 1996.

83 Vivacqua 1996.

84 Massaro 2004 ; Del Treppo 1989.

85 ASN 245.

86 Ibid., c. 9v.

87 ASN 245-246.

88 ASN 245, c. 6v.

89 Armiero 2001.

90 von Falkenhausen 1993 ; Dalena 2007 ; Id., 2000a ; Id., 2000b ; Poso 2000.

91 Abulafia 1996.

92 Le thonaire était lancé exclusivement dans le golfe de Tarente, sur les côtes du Salento ; on n’a aucune information concernant des thonaires le long des côtes adriatiques, sans doute à cause des eaux peu profondes.

93 Girolamo Marciano 1855, p. 197. Sur la figure de Gioralmo Marciano cf. Leone M. 2007.

94 Sidoti Olivo 1992.

95 Martin 1993.

96 Coco 1915, doc. VII, p.192 ; doc. IX, p. 197-201.

97 Cf. Alaggio 2004, doc. 45, p. 103.

98 Greco 2003 ; Id.1992. Sur le contrôle de la production du sel dans le Sud au Moyen-Age cf. Bianchini 1983 ; Gentile 1938.

99 ASN 248, c. 2v.

100 Volpe 1996 ; Hocquet 1978.

101 Comme Jean-Marie Martin l’a souligné, à propos de la documentation concernant les XIe et XIIe siècles, « ils montrent que les églises sont loin d’être les seuls propriétaires de saline », mais « il va de soi, toutefois, que les églises jouent […] un rôle important » (Martin, 1993, p. 414).

102 ASN 246, cc.8r-22v.

103 « Si tratta, precisamente, di lotti di mare di varia estensione, indicati nei documenti con i termini piscarìa o piscara, differenti l’uno dall’altro e delimitati da una palificazione confitta nell’acqua, sui quali dei maggiori enti religiosi della città o concessionari o fittavoli esercitavano il diritto esclusivo di pesca, versando alla curia principesca, regia poi, una quota variabile del pescato come imponevano i capitoli di tassazione della Dohana civitatis. […] » (Putignani, Le peschiere nei mari di Taranto 1968 ; Id. 1971 ; cf. aussi Antonucci 1936 ; Mancarella 1975 ; Monteleone 2013. « Nell’Inventario rerum et bonorum del principe di Taranto è riportata un’attenta e minuziosa descrizione delle peschiere del Mare piccolo, partendo dal ponte fino alla torre che lo sovrasta, e di quelle in funzione nel Mare grande. La contiguità tra una peschiera e l’altra e le scarse informazioni sulla collocazione dei pali per la rispettiva delimitazione non permettono di individuare con precisione il numero esatto delle peschiere nei due tratti di mare. La peschiera più importante era quella denominata Chioma, sita all’ingresso del Mare piccolo in corrispondenza della testa del ponte. Questa peschiera occupava una posizione privilegiata, in quanto riceveva per prima il flusso delle acque di entrata, la chioma, da cui il nome della struttura, e di quelle di uscita ; ciò facilitava al pesce la migrazione nei due sensi. I pescatori erano tenuti a versare la terza parte del pescato ; per il pescato con l’arpione veniva versata la quarta parte ». (Vantaggiato 2014).

104 Il consumo di pesce rappresentava in passato un fenomeno di notevole rilevanza nella cultura, nell'economia e nell'alimentazione delle popolazioni dell'Europa voir Montanari 1989 ; D’Arienzo - B. Di Salvia 2010.

105 On ne connaît pas avec précision la date de la construction de l’arsenal de Tarente. La première mention remonte au 28 juin 1269. « Barolo, Vieste, Ordona, Piscaria, Sorrento, Amalfi, Salerno, Palermo, Trapani, Licata, Nicotera, Gaeta, Gaeta, Napoli, Messina, Siracura, Taranto, Monopoli, Bari, Giovinazzo, Molfetta, Vigilis, Trani ». (Filangeri, 1950, p. 281, n. 387). L’arsenal de Tarente doit sans aucun doute avoir été construit à une époque plus ancienne s’il résulte dans cette liste de 1272 concernant les arsenaux à restaurer selon un ordre royal. Comme il ressort de ce document, la Pouille était la région avec le plus arsenaux et celui de Tarente était le plus important de la mer Ionienne (Dalena 2000a).

106 Sur la marine à l’époque orsinienne cf. Pizzuto 2007.

107 ASN 246, cc. 8r ; 10r ; 13v ; 17v-18r ; 28r.

108 Sur la physionomie de classes de l’università tarentine dans la deuxième moitié du XVe siècle, cf. Alaggio 2004.

109 Lentini 2010.

110 ASN 245, c. 12r.

111 Ibid.

112 Feniello 2013.

113 Alaggio 2004.

114 En outre, comme l’a souligné Maria Antonietta Visceglia, Tarente, en pleine crise du XVIIe siècle, a continué à être un port à blé (Visceglia 1998, p.156, note 34)

115 Andenna 1998, p. 198.

116 Alaggio 2004, doc. 36, p. 91, c. 81v.

117 Ibid., p. 90, c. 81r.

118 Malgré les revendications d’autonomie et la pression citoyenne pour une plus grande participation à la res pubblica, surtout en matière fiscale, durant la deuxième moitié du XVe siècle, le processus d’ « émancipation citoyenne » est encore fortement limité au placet de l’autorité souveraine. Il suffit de considérer les termes par lesquels l’universitas tarentine s’en remet «umilmente […] ali piedi di esse maiestà» pour voir confirmés certains privilèges et ratifiés les chapitres délibérés par le «novo regimento» institué « a servitio et honore sempre della regia maestà et beneficio di essa Universita » Le pouvoir royal, comme le rappelle Cassandro, « non sonnecchia, è anzi sempre vigile [...] interviene continuamente nella forma di governo cittadino, e cerca il più possibile di attenuare l’automonia e i poteri » (Cassandro 1934, p. 48).

Top of page

References

Electronic reference

Lorenza Vantaggiato, « Les registres 245 et 246 des archives de Giovanni Antonio Orsini del Balzo. Étude de cas : commerce et pêche à Tarente (1463-1466) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [Online], 128-2 | 2016, Online since 14 September 2016, connection on 26 April 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3276 ; DOI : 10.4000/mefrm.3276

Top of page

About the author

Lorenza Vantaggiato

Università del Salento - Dipartimento di Studi di Storia, Società e Studi sull’Uomo - lorenza.vantaggiato@gmail.com

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org