Skip to navigation – Site map
Varia

Entre crises territoriales et nécessités de négociation : jalons pour une analyse du commissarius seu orator (Florence, XIVe-XVIe siècles)

Luciano Piffanelli

Abstracts

This paper aims to offer some first reflections on the Florentine commissioner-orator (commissarius seu orator), a hybrid figure, whose profile interlaced the strategies of foreign politics with the needs of protection of the domain under the Republic’s jurisdiction. At this moment, scholars have not focused yet on this subject, so we would draw here the profile of this amphibious officer and, related to his functions of representation, information and negotiation, we would show some of its diplomatic elements, as well as his active role in conflict management. Among the answers to the causae urgentissimae which regularly stimulated the diplomatic engineering of the Republic, the solution found, extra-ordinarily, in the commissarii seu oratores allowed the management of dangers at boundaries and the urge of negotiating with captains and condottieri at Florence’s service, as well as those who were enemies of the Republic. By some fluid ways, these « amphoteric » officers were part of Florentine domination’s grammar ; they had to work between the constant Florentine territorial crisis of the 15th century and the diplomatic needs of the Italian States.

Top of page

Author's notes

Cette recherche a pu bénéficier de l’aide précieuse fournie par le « Centre for the Study of the Renaissance » de l’Université de Warwick, dirigé par Ingrid De Smet ; en outre, il me tient à coeur de remercier Daniel Baloup, Concetta Bianca, Alison Brown et Isabella Lazzarini d’avoir voulu discuter avec moi des idées contenues dans cet écrit.

Full text

« Qui fait le conseiller n’est plus ambassadeur / il excède la charge, et lui-même y renonce »
(Pierre Corneille, Nicomède, III, 3)

  • 1 Et ainsi le Tasse : « L’ambassadeur … relève de son prince …, donc plus celui-ci ressemble au (...)

1C’est en ces termes que Nicomède, personnage éponyme de la pièce de Corneille, reproche à l’ambassadeur romain Flaminius de déborder de ses fonctions, celui-ci ayant revêtu un rôle qui ne lui appartenait pas. Effectivement, dans les intentions réfléchies du protagoniste de la tragédie, le légat devait se limiter à représenter et exprimer les intérêts de la ville qui l’avait accrédité et envoyé, en évitant de suggérer des conduites qui auraient pu influencer le cours de la politique étrangère (en l’occurrence gérée abusivement par la reine Arsinoé). Une charge donc, celle d’ambassadeur, aux tâches bien définies et non extensibles, auxquelles ne devait pas s’ajouter un rôle plus intrusif au sein des opérations de négociation1.

  • 2 Cf. Ambaxiator brevilogus, p. 5-6 et, plus récemment, Gilli 2014, p. 331-340. Cf. aussi Mattingly (...)
  • 3 Voir Marzi 1910 ; Fubini, 1996 (sur notre thème, p. 67-68) ; Connell 1988, surtout p. 602-603 ; La (...)

2Rien de plus éloigné du contexte politico-diplomatique du XVe siècle, où le pluralisme et la plasticité des figures de la diplomatie et de leurs objectifs étaient – pourrait-on dire – la quidditas des différents agents de la négociation2. Précisément en vertu d’une telle variété professionnelle, le but de cet article est de proposer quelques premières réflexions au sujet du commissaire-orateur (commissarius seu orator) florentin, figure aussi bien hybride que raréfiée, dans le profil de laquelle les stratégies de gestion de la politique étrangère se mêlaient aux besoins de défense du territoire soumis à la juridiction de la République de la fleur-de-lys. Jusqu’à présent, quelque étrange que cela puisse paraître, l’historiographie ne s’est pas encore attardée sur cet envoyé : au-delà des nombreux passages – tout à fait acritiques, malheureusement – disséminés dans l’œuvre de Demetrio Marzi sur la chancellerie florentine, les seuls spécialistes qui ont remarqué de façon explicite une proximité des deux charges entre elles (non fusionnées dans le même fonctionnaire mais, à tout le moins, rapprochées dans la législation florentine) ont été Riccardo Fubini et William Connell, dont les travaux sur ce sujet étaient néanmoins axés sur d’autres problématiques qui ne leur permettaient pas d’approfondir la question. Une mention particulière doit être faite de Heinrich Lang, qui dans sa thèse de doctorat avait remarqué l’usage de certains commissaires, chargés à l’occasion d’un rôle diplomatique, pour contrôler les condottieri ; cependant, dans sa recherche non plus, la figure du commissaire-orateur n’a pas été analysée dans sa spécificité, l’auteur s’étant consacré à une autre problématique (d’ailleurs par lui finement approfondie). Enfin, dans son travail sur les réseaux sociaux des humanistes florentins, Brian Maxson ne manque pas de citer les deux rôles conjointement, bien qu’il ne signale pas la convergence occasionnelle de la charge de commissaire et de la légation dans le même envoyé3.

  • 4 Effectivement, ce sont trois des fonctions éminentes remplies par tout agent diplomatique. Cf. Bél (...)

3Pour commencer à combler ce vide historiographique, nous voudrions esquisser ici le profil de cet envoyé amphibie et, eu égard à ses fonctions de représentation, information et négociation4, montrer quelques éléments de sa nature diplomatique, et son rôle actif dans la gestion des conflits.

Le commissaire-orateur dans l’espace diplomatique du Quattrocento italien

  • 5 Au point que, dans les Statuta florentins de 1325, la réglementation des ambassades “personnelles” (...)
  • 6 Behrens 1936 ; Biow 2002 ; Autrand 1998, p. 311-318.
  • 7 Angelini 1965, p. 2. Sur l’usage de l’instrument diplomatique dans l’Italie communale, cf. Gilli 2 (...)

4Pour atteindre notre but, la division de la matière en deux sections – sans aucun doute physiologiquement liées l’une à l’autre – nous a semblé le choix le plus cohérent. Dans la deuxième partie, nous enquêterons de plus près sur la figure du commissaire-orateur et sur les éléments qui caractérisent son rôle ; ici en ouverture, bien loin de proposer au lecteur un pur effort doxographique, s’agissant effectivement d’un agent de la négociation, nous avons voulu replacer la question au cœur du panorama protéiforme de la diplomatie italienne au Quattrocento. En effet, sous un regard historique traditionnel, le XVe siècle fait la jointure entre des pratiques encore fondamentalement occasionnelles5 et le développement d’une action diplomatique aux bornes méthodologiques parfois plus claires. Malgré l’inévitable clivage entre la spéculation théorétique de l’époque et la liste des cas réels6, il demeure sans possibilité d’équivoque que l’usage occasionnel et non juridiquement formalisé d’opérateurs diplomatiques pendant le haut Moyen Âge et le Moyen Âge central n’est en aucune manière l’indice d’un isolement politico-territorial, que certains ont pourtant voulu voir comme le « trait caractéristique entre les États dans l’Antiquité et pour grande part du Moyen Âge même »7

  • 8 Dupré Theseider 1945, p. 89. Opinion partagée, encore après plusieurs années, par d’autres spécial (...)
  • 9 Fubini 1982, p. 38. Encore au XVIe siècle, p. ex., la résidentialité est un thème qui ne semble to (...)

5Pour comprendre l’origine de la prolifération d’ambassades et d’ambassadeurs qui animait la compétition politique et déterminait (ou suivait) des affinités électives précises, le dénominateur commun des recherches passées a été la quête laborieuse de la naissance, à la Renaissance, de la diplomatie moderne : celle-ci devrait se retrouver en Italie, « patrie de l’art diplomatique moderne »8, et serait identifiable dans les ständigen Gesandtschaften, les légations résidentielles. De cette façon, on parvint à tracer le cadre général d’une diplomatie dont la modernité était faite surtout d’ambassadeurs résidents et d’ontologies juridiques qui, en réalité, s’avéraient plus claires et proches de ceux qui les étudiaient (voici la « speculazione del poi »9) plutôt que de ceux qui les avaient vécues. 

  • 10 Cf. Fubini 2008 ; Bertelli 2001 ; De l’ambassadeur ; Lazzarini 2015b.
  • 11 En ce sens-là, le cas florentin est très clair : il suffit que nous dirigions notre regard vers Ar (...)
  • 12 Mais il faut toujours tenir compte des observations de Lazzarini 2001 ; Gilli 2004 ; Savy 2005 ; M (...)
  • 13 Cf. tout d’abord Lazzarini 2001 ; Gli officiali.
  • 14 Ceci est un aspect bien visible pour de très nombreuses missions de la première moitié du XVe sièc (...)
  • 15 Cf. Marzi 1910, p. 356-372 ; Fabii 2003, p. 4 et notes ; Arrighi-Klein 1994, surtout p. 150-152. S (...)
  • 16 Cf. p. ex. Fasano Guarini 1991, p. 102-104.
  • 17 ASF, Signori, LC, 20, c. 4r. Sur le sens de « reggimento », un terme qui devient si prégnant quand (...)
  • 18 Sauf dans le cas des Seigneurs, par rapport auxquels il y avait un véritable veto. Cf. Vedovato 19 (...)
  • 19 Sur cette question, cf. Zorzi 2002 ; Mannori 1997 ; Becker 1968, p. 201-250 ; Vannini 2012 ; l’inc (...)

6Il est donc indubitable que les études actuelles sur la diplomatie italienne médiévale et renaissante ont produit des résultats encourageants aussi bien que des relectures et des approfondissements importants, en s’affirmant comme un champ fertile de recherche10. L’enquête historique ainsi renouvelée a, en outre, tiré profit de la moisson de documents abrités dans les archives et produits par celles des magistratures qui, à titres divers et souvent simultanément, avaient parmi leurs propres tâches la gestion et la conduite de « le cose di fuori », à savoir la politique étrangère. Le dédoublement (voire la multiplication11) institutionnel des prérogatives diplomatiques – en d’autres termes, la gestion de la politique étrangère par plusieurs magistratures d’un même gouvernement – n’est pas étonnant. Si l’on garde, mais seulement pour faire simple, une vision bipartie12, dans les États princiers c’était fondamentalement le chef d’état qui sélectionnait les hommes et dirigeait les envois13, alors que dans les républiques une telle charge était assumée par plusieurs organes. Ces derniers nous semblent agir fréquemment en superposition les uns par rapport aux autres, en révélant – comme cela fut le cas à Florence – des actions politico-diplomatiques entrelacées14 : aussi bien que les Seigneurs, effectivement, les Dix de la Balie étaient pourvus d’une chancellerie (dont la correspondance débute en 1384, quoique de façon quelque peu fluctuante), c’est-à-dire d’un centre névralgique pour la coordination des choix diplomatiques ; ensuite, dès les années quatre-vingt du XVe siècle, à l’organe laurentien des Huit de la Pratique fut attribuée la gestion régulière de la politique étrangère15. Les occurrences de commissarii seu oratores que l’on rencontre durant le XVe siècle naissent précisément au sein d’un tel polymorphisme politico-institutionnel : ils étaient en effet créés (creati sunt, c’est-à-dire nommés directement par les magistrats et non pas élus par tirage au sort, comme au contraire c’était prévu pour la plupart des charges) ou par les Dix de la Balie ou par les Seigneurs ou par les Huit de la Pratica. Une implication pareille dans la machine gouvernementale avait certes d’évidents retentissements sur l’adhésion politique de ces commissaires, mais l’on pourrait plutôt dire que leur nomination était de plus en plus soumise en amont à la fidélité au « reggimento »16. Dès la moitié du siècle, le rapport entre ces officiers et la faction médicéenne ne se réduisait pas à cette fidélité, mais était très souvent caractérisé par une nette appartenance à l’entourage laurentien. La liste des occurrences à ce sujet est par trop longue ; pour démontrer notre considération, on peut présenter un cas jamais cité – à notre connaissance, au moins –, qui nous amène au 26 avril 1478, juste après l’assassinat de Julien de Médicis et le sort heureux de son frère Laurent, quand la Seigneurie écrivit à Antonio Ridolfi et Jacopo Guicciardini, commissaires-orateurs en Lunigiane, que « l’état est complètement dans nos mains, au point qu’on n’a pas trouvé de citoyens, hormis les conjurés susdits, qui soient avec ceux derniers » (« Lo stato è tucto nelle nostre mani et tucto questo, che non s’è trovato solo uno cittadino, excepto e’ congiurati sopradecti, della loro opinione »). À notre avis, par ce « dans nos mains », les Seigneurs incluaient virtuellement ces commissaires-orateurs parmi les extroversions actives du corps du « reggimento », aux dynamiques duquel, donc, ils participaient largement17. Et dès lors que l’on constate que les commissaires et les commissaires-orateurs (auxquels on peut joindre les ambassadeurs, avec l’entrée en vigueur des Huit de la Pratica) étaient issus très souvent de la magistrature même qui les envoyait18, cette condition de dépendance nous apparaît tout à fait vérifiée ; l’attribution de cette fonction ne faisait donc que renforcer le choix et l’image politiques de ces officiers, envoyés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du domaine, pour agir sur une frontière perméable et exposée à des dangers conséquents. Il faut en effet remarquer que les interventions de ces magistratures se consacraient tant à la création et au maintien des relations interétatiques qu’à la sauvegarde de la géographie territoriale conquise (qu’il s’agît d’un comtat démesuré ou d’un État territorial ou, encore, d’un territoire à gouverner plutôt que d’un domaine à administrer…19). Dans l’Italie du XVe siècle, où l’État était un agglomérat géopolitique fondé sur le compromis politico-territorial, il sera donc convenable d’entendre la politique étrangère globalement, c’est-à-dire comme l’ensemble des relations ad intra et ad extra par rapport à l’étendue sur laquelle le gouvernement exerçait sa propre juridiction.

  • 20 À Sienne, p.ex., au début du Quattrocento il fut statué que le Conseil du Peuple aurait dû octroye (...)
  • 21 Senatore 1998.
  • 22 À l’ambassadeur génois qui devait traiter de l’entrée de sa propre République dans les accords lod (...)
  • 23 Florence, Archivio privato Borromeo di Isola Bella, Acquisizioni diverse, « F », lettre pour l’ind (...)
  • 24 Cf. p. ex. ASF, Dieci di Balìa, Deliberazioni, condotte, stanziamenti (dorénavant Dieci, DCS), 20, (...)
  • 25 Pour quelques exemples, ASF, Dieci, LC, 4, c. 34v (10 juillet 1478), au commissarius vel orator : (...)
  • 26 Sur la délégation de pouvoir, cf. Peltzer 2012.

7Que ces deux flux de relations ne fussent pas égaux nous apparaît clairement au travers des mesures législatives qui les concernaient20, et qui tendaient à discipliner aussi l’essor de la documentation publique que l’on produisait. Presque partout dans la Péninsule, effectivement, l’affermissement d’une charpente diplomatique se traduisit par « uno mundo de carta » (expression désormais très bien connue21), une luxuriance d’écritures hautement indicative de la nouvelle dimension acquise par le réseau des relations entre les puissances européennes. L’envoyé, qui partait déjà avec un dossier contenant instructions, lettres de créance, sauf-conduits et d’autres documents utiles pour le déroulement de sa mission22, non seulement communiquait constamment avec ses émissaires mais était aussi engagé sans cesse dans une collecte d’informations à envoyer régulièrement, sinon frénétiquement au gouvernement qui l’avait accrédité. Parmi les « buone consuetudini » (les bonnes habitudes) rentrait en effet celle d’« écrire souvent, au moins tous les trois ou quatre jours, même si rien d’important ne se passait » (« scrivere spesso, et quando bene non accaggia cosa che importi, scrivere almeno de’ 3 o 4 dì una volta », les Dix de la Balie demandent à Francesco Vettori, le 12 novembre 151323). Et la mission du commissaire-orateur, une sorte de Janus bifront politique et politisé, ne s’exemptait assurément pas d’une telle charge informative : avoir été nommé en des moments de menace aiguë créait, au contraire, une forte pression sur ce mandaté qui, s’il croyait d’un côté jouir d’une totale liberté d’action (les mandata – et les délibérations qui les précédaient – affirment toujours que l’officier est censé agir cum auctoritate plena24), de l’autre restait en réalité constamment contrôlé et pressé par la magistrature de laquelle il relevait25. Leur espace gestionnaire était évident ; en plus, il ne faisait pas seulement référence circa res bellum spectantes (et donc aux compétences militaires, annonaires, de sélection du personnel, défense et fortification) mais aussi à la médiation et au règlement des différends (« Userai somma diligentia in fare che questi due Signori s’intendino bene insieme »). Néanmoins, l’attribution d’une telle auctoritas n’était pas vraiment la concession, par la magistrature, d’une autonomie sans freins mais plutôt une confirmation de la pleine représentation de la magistrature elle-même dans la personne du mandaté26 ; ce dernier, en vertu de cette attribution, exerçait un merum et mixtum imperium assez flou. Plutôt qu’un alter ego, le commissaire était une sorte d’hypostase de l’entité gouvernementale, qui unissait l’incarnation de l’autorité juridique et juridictionnelle de la magistrature qui l’accréditait à un exercice effectif – à distance – du pouvoir.

  • 27 Lazzarini 2010, p. 54. Sur cette explosion d’écritures, en sus de l’incontournable Cammarosano 199 (...)
  • 28 Cf. Lazzarini 2009 ; 2011a ; Maxson 2011 ; Rituale, cerimoniale ; Frigo-Mortari 1997 ; Visceglia 1 (...)
  • 29 Par rapport à cette luxuriance documentaire, nous voudrions porter l’attention sur l’importance au (...)
  • 30 Sur la correspondance entre les officiers du territoire et le Magnifique, cf. Salvadori 1992 ; 199 (...)
  • 31 Pour un exemple différent, assurément connecté à la double fonction de commissaire et orateur attr (...)
  • 32 Cf. ASF, Mediceo avanti il Principato (dorénavant MAP), XXXIV/503 ; XXXVI/294, 1051, 1200.

8Pour en revenir aux obligations épistolaires auxquelles ils étaient contraints, une telle « obsession informative croissante »27 dévoile que ces échanges relationnels, fondés sur le langage verbal aussi bien que sur des cérémoniaux et des processus communicatifs oraux28, reposaient désormais sur un substrat de documentation écrite, composé pour l’essentiel de litterae. Tressées les unes aux autres, ces missives construisaient une toile épistolaire drue29, dont les tisseurs principaux étaient précisément ces agents de la négociation, et qui était en même temps véhicule et porteur d’ordres, d’instructions, d’appels et de supplications. Par exemple, étant donné qu’ils entraient en rapport avec le tissu social des communautés auprès desquelles ils étaient envoyés, les commissaires et les commissaires-orateurs constituaient un point de triage des informations et des ressources, au centre d’un flux épistolaire dense de plaintes, réclamations et demandes de services entre les membres de la communauté et Florence30. Évidemment, en ce qui concerne les réclamations, à la différence des capitaines, vicaires et podestats, les commissarii demandaient le plus souvent des envois de renforts ou de ravitaillements31 ; cependant, il ne manquait pas de demandes considérables, comme celle d’une intervention de Laurent de Médicis afin de favoriser l’élection, aux puissants Huit de la Pratica, d’un ami cher de l’expéditeur ; ou encore celles de favoriser le recrutement de certains hommes qui, selon l’officier, pourraient se révéler fidèles et utiles à la cause médicéenne32.

  • 33 À propos d’une « ricucitura » (réunion) on lit en effet dans Frigo 2011. Et, d’ailleurs, la connai (...)
  • 34 On renvoie brièvement à Schmutz 1972 ; Frigo 1999a ; Ménager 2001 ; Barbiche 2005 ; Gardi 2015.
  • 35 Au-delà de l’étude bien connue de Hintze 1980 (qui, en tout cas, relègue cet officier à un rôle mi (...)

9Au travers de l’étude de ces écritures surabondantes, qui narrent, qui cachent, qui exaltent événements et protagonistes, l’histoire des pratiques diplomatiques a « renoué », dans les vingts dernières années, avec l’histoire politique33, sous l’effet d’une ferveur historiographique qui, tout en s’intéressant à d’autres figures de la diplomatie34, ne nous semble pas s’être dirigée sur les commissarii seu oratores (et, il faut bien le dire, même les travaux qui se sont intéressés au seul commissaire restent vraiment rares35). En puisant à la fois dans la bibliographie disponible et dans la documentation d’archives recueillie, nous essayerons donc de proposer quelques observations sur leur compte, sans perdre de vue que ces commisaires-orateurs absorbèrent plusieurs des caractéristiques des deux rôles de départ, sans pour cela renoncer à la singularité de leur nomination métissée et extra-ordinaire.

« Considerati e’ tempi in che ci truoviamo ». Dangers aux frontières et recherche de solutions.

  • 36 Cf. au moins Brucker 1977 ; Kent 1978 ; Fubini 1996 ; Lettere ; Zorzi-Connell 2000 ; Zorzi 2008, p (...)
  • 37 Le rapport étroit entre ces deux instruments de l’action politique apparaît constant à toute époqu (...)
  • 38 Cf. Varanini 1996, p. 118 ; Del Tredici 2012, p. 161 ; Dedola 1994. Quelques exemples florentins i (...)
  • 39 À notre connaissance, seul Francesco Sforza semble en avoir fait usage, et encore de façon très ra (...)
  • 40 Pour quelques réflexions comparatives à propos de la façon de contrôler le territoire, voir Chitto (...)
  • 41 Cf. Brucker 1962, p. 124-131 ; 1977, p. 94 ; Kent 1978 (l’ouvrage entier témoigne d’une polarisati (...)
  • 42 Sur ces officiers « du territoire » et d’autres, outre Salvadori 1999 et Chittolini 1978, cf. au m (...)
  • 43 Cf. p.ex. Connell 1988, p. 612 ; Dauphant 2012, p. 303-336. Tous ces fonctionnaires – mais surtout (...)
  • 44 Cf. Lettere, III, p. 406 ; Piffanelli 2014, p. 95-96.
  • 45 Cf. ASF, Dieci, DCS, 20, cc. 56v, 60v, 64r, 67r. Les incitations produisirent l’effet voulu, vu qu (...)

10L’élément qui habite et dessine l’expérience entière des commissaires-orateurs est de nature belliqueuse ou, en tout cas, conflictuelle : l’envoi de ces mandatés se liait, en effet, aux menaces portées aux bornes du domaine florentin par la brisure d’un moment diplomatique précédemment constitué. Ils étaient donc la traduction immédiate des difficultés régulières affrontées par Florence afin de protéger une géographie territoriale enfin conquise mais perpétuellement menacée36. Effectivement, guerre et diplomatie donnaient le rythme aux différentes phases de construction d’un agglomérat politico-territorial, tout en en déterminant ses développements. Le jeu de poussée-butée entre les deux37 – jeu dont ces commissaires-orateurs étaient visiblement l’expression la plus éclatante – était constellé de charnières décisionnelles ; parmi elles, le choix d’envoyer un commissaire, en lui attribuant des capacités diplomatiques (et la dignité afférente), se configurait comme l’une des solutions possibles lorsque la nécessité de coordonner les efforts diplomatiques du gouvernement et de contrôler les forces militaires sur un espace frontalier se présentait. Un tel expédient fut – pour autant que l’on sache – une stratégie toute florentine : si le rôle de commissaire révèle un peu partout sa ductilité et son importance en s’agrégeant à des charges déjà présentes (et parfois même en les supplantant)38, par le biais d’une confrontation avec d’autres réalités péninsulaires on peut remarquer que, à quelques très rares exceptions près, la fonction de commissaire-orateur, prise dans son intégralité, était une solution non déployée ailleurs39. La combinaison entre la charge de commissaire et les facultés diplomatiques se révélerait donc comme un compromis professionnel mis en place et exploité seulement par la République du Marzocco. Par conséquent, ces envoyés rentraient dans la grammaire de la domination florentine, en devenant le trait d’union entre besoins intra-étatiques et nécessités inter-étatiques40 ; de surcroît, le caractère extra-ordinaire de leur nomination les dispensait de l’évaluation externe d’un syndicus, en les positionnant ainsi en dehors du cadre statutaire. Ils participaient donc des exceptions à la règle qui, en raison d’une oligarchisation du débat politique florentin, à partir de la mi-Trecento se firent de plus en plus présentes41. Les commissaires-orateurs étaient effectivement dépourvus d’un contrôle à la fin de leur mandat, à la différence d’autres figures d’officiers territoriaux telles que les podestats, les vicaires ou encore les recteurs42 (ces derniers agissant quand même, à notre avis, en tant que médiateurs dans les espaces du domaine où ils étaient envoyés, étant donné qu’ils devaient à tout coup négocier ou renégocier l’autorité de la « Dominante » au sein de la dialectique politico-territoriale) ; les rapports entre eux et les communautés sujettes pouvaient donc dépasser fréquemment le cadre purement juridique/juridictionnel, en évoluant vers les formes d’un véritable réseau social in loco43. Nous avançons ici une considération accessoire, mais qui montre une fois de plus certaines différences entre les autres officiers et la participation à la gestion des conflits assurée par les commissaires et les commissaires-orateurs : si les recteurs et les autres étaient censés contrôler le territoire à eux confié et sa population (ils devaient donc remettre chaque décision aux magistratures florentines), les commissaires et les commissaires-orateurs étaient requis de commander. Ils pouvaient, par conséquent, prendre des décisions et agir sur le moment, parfois sans consulter, voire sans considérer l’opinion qui venait de Florence. Emblématique en ce sens demeure le choix, opéré en 1479 par Bongianni Gianfigliazzi, de donner un sauf-conduit à un « famiglio » de Roberto Sanseverino (un fidèle qui était à son service), bien que Laurent de Médicis lui eût ordonné expréssement le contraire (« Hebbe salvacondocto da messer Bongianni contra mia vogla », dit Laurent dans une lettre à Girolamo Morelli) ; néanmoins, la décision de Gianfigliazzi ne paraissait pas, à Médicis, « cosa grave ». En effet, compte tenu des circonstances, l’envoyé avait sciemment choisi de désobéir aux injonctions de Médicis, en laissant partir pour Florence quelqu’un qui aurait pu fournir une aide indirecte pour la résolution du conflit issu de la conjuration des Pazzi44. Cet exemple montre bien que les actes de ces envoyés étaient évaluables et évalués sur la base des « buoni effetti » atteints grâce à leur action et de l’intensité du flux épistolaire avec les organes accréditants (c’est-à-dire par l’assiduité de leur écriture et par les contenus de leurs missives). Effectivement, les magistratures ne manquaient pas de talonner les envoyés quelque peu oublieux, sinon laxistes, qui non seulement ne donnaient pas de nouvelles mais, de surcroît, ne réalisaient pas non plus les tâches de la mission qui leur avait été confiée. Cela est bien visible, pour ne prendre qu’un exemple, dans les sollicitations et les rappels que les Dix de la Balie envoyèrent à Bernardo Rucellai, élu commissaire-orateur à Taddeo Manfredi le 6 juillet 1452, et dont la lenteur fut tellement exaspérante pour les magistrats florentins qu’ils passèrent peu après aux lamentations explicites à cause d’une « lenteur pareille » (« tanta tardivitate »), face à laquelle ils se disaient continûment ébahis45

  • 46 Cf. p.ex. Wijffels 1992 ; D. Frigo 1999b. Par rapport à Florence, Gênes et Venise, cf. Fubini 1996 (...)
  • 47 Pour le premier élément, des références un peu partout dans l’historiographie la plus récente. Cf. (...)
  • 48 Pour la question de Modigliana, cf. ASF, Signori, LC, 16, cc. 7r, (7 mars 1466, commission à Mario (...)

11Ces personnages étaient ainsi l’expression de deux des caractéristiques éminentes des pratiques diplomatiques renaissantes : d’un côté, la forte empreinte expérimentale, aussi dictée par un usage nouveau et pénétrant de l’instrument diplomatique ; de l’autre, l’évolution – quoiqu’avec un statut ontologique qui restait encore juridiquement mal défini46 – le prestige de la charge oratoire47, qui devint une telle marque de respect qu’elle était exigée par les interlocuteurs politiques qui accueillaient les missions florentines. Ce fut le cas de l’envoi d’un commissaire-orateur à Modigliana, dans la Romagne florentine, auquel fut donnée une instruction en tant qu’orateur, puisque la Seigneurie souhaitait résoudre le différend « par ce biais de l’ambassadeur » (« per questo mezo dello ambasciadore »). Cependant, les ordres successifs lui furent transmis en qualité de commissaire seu orateur. Comme l’a montré Michael Mallett, (mais des indications à ce propos étaient déjà présents dans l’Ambaxiator brevilogus de Bernard de Rosier), l’envoyé était souvent invité, par ses destinataires, à leur montrer, outre ses lettres de créance, les instructions qu’il avait reçues. La Seigneurie florentine escomptait évidemment une attitude favorable de la part des magistratures de Modigliana (attitude qu’elle obtint), et il ne nous est pas difficile de supposer que ces dernières sentirent qu’elles étaient traitées avec une considération particulière. En effet, elles voyaient s’adresser un « vrai » agent diplomatique et non pas un simple commissaire, dont les fonctions (pour la plupart militaires et d’organisation) n’exprimaient pas la dignitas que l’orateur incarnait. Ou, encore, ce fut la situation à laquelle fut exposé Donato Acciaiuoli, envoyé comme orateur pour mettre fin à un litige inter Fovianenses et Licinianenses, deux populations qui ne voulaient pas s’accorder tant que, au lieu du commissaire Giovanni Lorino (envoyé là-bas précédemment ad componendas lites), ils ne recevraient pas la visite d’un orateur (l’envoi précédent d’Antonio Ridolfi ayant échoué)48.

  • 49 Une claire référence à Bullard 1994, surtout p. 65-108. Cf. aussi les conseils des Prieurs, méfian (...)
  • 50 Statuta 1415, Tome II, Livre V, rubrique CCXIX (p. 705-707) : Electio alicuius ambaxiatoris solumm (...)
  • 51 Sur les Huit de Garde, cf. Antonelli 1954 ; Zorzi 1987. En ce qui concerne les Dix de la Balie, cf (...)
  • 52 Pour Sienne, cf. Prunai 1958 ; Ascheri 1985. Sur Gênes, Heers 1961, ad indicem ; Olgiati 1991, p.  (...)
  • 53 Behrens 1936, p. 616 ; Fubini 1990 ; 2009. Pour Rucellai, cf. ASF, MAP, LXII/377 (19 novembre 1486 (...)

12Le corollaire de ces deux facteurs fut le climat d’anxiété et d’angoisse (« anxiety »), de suspicion diffuse, répandue et peu cachée que précisément l’activité des agents diplomatiques (activité de plume aussi) contribuait à alimenter49, et qui requérait un déploiement de forces juridiques ad hoc. À Florence, effectivement, la mosaïque de magistratures de l’exécutif était toujours surveillée par les Priores artium et par le Vexilliferum iustitiæ lesquels, en dernier ressort, étaient statutairement soumis au filtre « opportun » des conseils50 ; un processus, celui-ci, qui requérait donc des temps dilatés, trop longs pour pouvoir satisfaire les exigences de promptitude de l’action que la situation d’urgence exigeait. On comprendra aisément alors les raisons pour lesquelles on eut recours fréquemment à des magistratures extraordinaires pour la sélection et l’envoi du personnel diplomatique51 : une comparaison avec d’autres réalités péninsulaires nous suggère que la gestion des transactions et des urgences diplomatiques était un peu partout un problème, fondamentalement, de centralisation et raffermissement des facultés opérationnelles et décisionnelles52. En d’autres termes, c’était une question d’évocation d’autorité par une section extrêmement circonscrite au sein du corpus des institutions : ces organes représentaient une concentration d’autorité assignée arbitrairement (mais, bien sûr, pas illégalement) et, pour cela, ils étaient le reflet du moment politique délicat ; ce faisant, l’appel à magistrats doués de pouvoirs de plus large envergure suspendait le cheminement procédural habituel, dans l’intention d’atteindre un accommodement rapide (et, entre-temps, de restreindre le débat politique, en le confiant dans les mains avides de la classe dirigeante). Déjà Betty Behrens, dans les années 1930, s’était exprimée sur la question de la necessitas en tant que moteur des initiatives politico-diplomatiques, suivie en cela par les réflexions de Riccardo Fubini, selon lequel les gouvernements, poussés par la nécessité (necessitate coacti), élaboraient et/ou réélaboraient des méthodologies de négociation visant à la résolution des moments critiques ; et d’ailleurs, une telle perception était présente parmi les Florentins même, si déjà à Bernardo Rucellai il apparaissait « que la nécessité enseigne les choses mieux que la raison » (« che la necessità insegni le cose meglio della ragione »)53. L’état d’incertitude était, par conséquent, l’humus des commissaires-orateurs, lesquels, élus pour opérer dans un contexte de danger continu et d’équilibres fragiles, devenaient les hommes de la crise : ils agissaient à l’intérieur d’une situation critique et, en même temps, sur la situation critique elle-même, en cherchant à la résoudre, comme demandé dans les instructions reçues. Ces ordres, conformément au rôle de légat qui leur avait été attribué, prenaient des formes et formulations typiques des notae et informationes destinées aux ambassadeurs.

Un regard sur la documentation

  • 54 Lorsque l’on passe en revue la documentation abritée dans le fond MAP, nous pouvons clairement rem (...)
  • 55 Zorzi 1999, p. 195 ; Fubini 1991. Un tel glissement eut, de toute évidence, des répercussions sur (...)
  • 56 Kent 1994 ; Connell 1988, p. 606-607. Sur la « double diplomacy » de Médicis, outre les travaux dé (...)
  • 57 Sur Spinetta, voir Meli 2007, p. 673-674, 682 sqq ; Ead. 2008, p. 96-98. Pour les commissaires-ora (...)

13C’est précisément en partant de l’analyse documentaire et de la densité quantitative et qualitative de la correspondance en question qu’il nous est possible de proposer quelques observations sur la figure du commissaire-orateur. Ces observations, bien sûr, ne sont pas toujours spécifiques à ce cas, vu qu’elles sont parfois vérifiables dans les exemples aussi d’ambassadeurs et de commissaires ; cependant, c’est exactement cette proximité qui rend les commissaire-orateurs des véritables agents de la négociation, en première ligne dans la gestion et la résolution des conflits, et souvent protagonistes actifs de certains enjeux diplomatiques. On peut en effet constater la présence d’une double voie de communication entretenue par ces commissaires-orateurs, avec les magistratures desquelles ils relevaient et avec Laurent de Médicis54. Les charges officielles dans le territoire extérieur à la cité (les « uffici estrinseci ») avaient désormais une fonction éminemment politique55, et sous le prétexte qu’il était « bene aiutare gli uomini da bene » (« bien d’aider les hommes de bien »), la charge était souvent utilisée par les Médicis de Cafaggiuolo comme échange-marchandise56, une récompense pour un amicus tamquam frater honorandus qui s’était montré fidèle (et qui était ainsi englobé dans la machine diplomatique médiceo-laurentienne). Un exemple de cette liaison intime nous est offert au moment de la mort de Spinetta Malaspina, marquis de Fosdinovo (en Lunigiane), en 1478. La question était très importante pour la République, étant donné que, à partir de 1468 (quand le marquis avait commencé à montrer des signes avant-coureurs de sa mort), les autorités florentines avaient déployé tous leurs moyens afin que Spinetta désignât Florence comme héritière de ses biens. Les opérations se prolongèrent une vingtaine d’années et, à chaque fois, les commissaires-orateurs élus pour les missions relatives à cette affaire (à savoir Bartolomeo Pucci, Sforza Bettini, Giovanni della Valle, Antonio Ridolfi, Jacopo Guicciardini) gravitaient dans la mouvance laurentienne57.

  • 58 Cf. ASF, MAP, XLVIII/308 ; ASF, Otto di Pratica, LC, 4, c. 1r ; Dieci, DCS, 24, cc. 15r-16r ; Piff (...)
  • 59 Un exemple pour chaque groupe : ASF, MAP, XXXVIII/427 : « Mandati in questa lettera un lettera del (...)

14S’ils agissaient au nom de la République qui les envoyait officiellement, néanmoins ils s’aligneaient aux intérêts du Magnifique – qui interférait de plus en plus dans les questions territoriales –, et affirmaient être toujours portés à la satisfaction de ses plaisirs (« a’ tuoi piaceri portati sempre »). Avec lui, ils gardaient un dialogue constant au travers d’un canal épistolaire karstique, qui coulait de façon parallèle et complémentaire au canal officiel, et le fait même que Laurent avalisât cet échange épistolaire témoigne du rôle stratégique incontournable de ces agents, une présence non contingente au sein des opérations militaires et diplomatiques. En outre, un flux informatif de cette sorte excluait parfois délibérément les organes du gouvernement, et établissait un lien direct avec Médicis, auquel on s’adressait pour envoyer des renseignements de première main ou pour lui soumettre les décisions politiques éventuelles. Jacopo Guicciardini, qui avait été élu orateur et commissaire le 1er janvier précédent pour se rendre à la diète de Crémone, et envoyé ensuite à Ferrare, avec le même titre, en mars 1484, s’exprima comme ça dans une lettre destinée à Laurent : « Cela je ne l’écris pas aux Huit parce que le Cardinal me l’a dit comme un très grand secret […] et tu en parleras avec qui tu préféreras. » (« Questo non scrivo all’ufficio perché il Cardinale me l’à decto per cosa molto segreta […] et tu lo conferrai con chi te parrà»)58. Mais il nous suffit de feuilleter les missives du MAP ou les correspondances des Dix ou des Huit pour relever que des exemples semblables, relatifs aux commissaires, ambassadeurs et commissaires-orateurs sont presque omniprésents59.

  • 60 La toute première est dans ASF, Signori, LC, 1, c. 138r, commission confiée à Antonio Mangioni, en (...)
  • 61 ASF, Dieci, DCS, 13, c. 22v (14 septembre 1423), c. 30r (9 novembre 1423) ; 14, c. 2r (25 mai 1424 (...)
  • 62 Nous espérons publier bientôt les résultats de notre recherche au sujet de ce conflit ; à présent, (...)
  • 63 P. ex. Rinaldo degli Albizzi et Francesco Tornabuoni, envoyés à Césène le 1er septembre 1423, dure (...)
  • 64 Cf. p.ex. Brucker 1977, p. 448, 452. Cependant, Brucker ne souligne pas la présence de ces envoyés (...)
  • 65 Cf. ASF : Dieci, DCS, 20, cc. 56v (1452) ; Signori, LC, 16, cc. 5v, 17r, 177rv, 195v (1465-1468) ; (...)
  • 66 Pour les commissaires, p. ex., Connell parle d’un processus de « commissariation », un phénomène q (...)

15L’analyse des fonds d’archives relatifs à ces envoyés dévoile que les nominations de commissaires-orateurs entre la seconde moitié du Trecento et la première du Quattrocento sont bien rares : pour cette fourchette chronologique, nous avons pu compter une dizaine d’occurrences (dont les instructions sont, du reste, parfois perdues)60. Après une longue absence, nous retrouvons les commissaires-orateurs pendant les années vingt du XVe siècle, envoyés à Piombino, à Sarzana, en Lunigiane, donc sur la frontière Ouest du territoire florentin61. Encore dans cette période, les nominations de commissaires et d’orateurs restent prépondérantes ; néanmoins, les créations de commissaires-orateurs en ce moment s’avèrent intéressantes pour deux raisons principales : tout d’abord, elles se lient au moment, très difficile pour la République, de la première guerre contre Philippe Marie Visconti (1423-1426)62, pendant laquelle l’apport de certains commissaires-orateurs fut déterminant63 (le recours à ces envois dans une zone moins ciblée par les armées du duc de Milan répondait à une situation de précarité et d’incertitude pour Florence64) ; secondement, elles montrent bien les besoins de la nouvelle forme étatique atteinte par Florence, qui doit désormais défendre une géographie – territoriale et politique – évoluée par rapport à la configuration de la période à cheval entre les XIVe et XVsiècles, plus fragmentée et divisée. Dès la seconde moitié du Quattrocento, avec le raffermissement de la classe dirigeante dans les formes d’un véritable « reggimento » (en l’occurrence sous la conduite médicéenne), les nominations de commissaires-orateurs se font beaucoup plus fréquentes et, à partir des années soixante-dix, elles sont prorogées presque toujours usque ad revocationem (jusqu’à leur révocation, exactement comme pour les ambassadeurs) ou, en tout cas, au-delà des limites chronologiques posées au moment de la remise de la « commissione »65. Toutes ces données (absence d’un contrôle à la fin de leur mission, prolongation et répétition des périodes de leurs envois, liens d’intérêt avec la faction dominante) dénoncent une dérogation constante aux normes statutaires, et convergent en direction d’une métabolisation juridique de l’extra-ordinaire, une transformation des paradigmes constitutionnels florentins qui, dans la deuxième moitié du XVe siècle, atteignit son apogée66.

  • 67 Cf. p. ex. Kent 1978 ; 1987 ; Molho 1979 ; Brown 1992 ; Connell 1996 ; Martines 2004, p. 51. En gé (...)
  • 68 Cf. respectivement ASF, MAP, L/4 ; Fabroni 1784, p. 130 ; Storie fiorentine, p. 99 ; Lettere, VI, (...)
  • 69 Cf. Marks 1960 ; Mallett 1989 ; Brucker 1994 ; Tanzini 2010 ; Mele 2013. Il est intéressant de rem (...)

16De ces éléments (qui mettent en évidence, une fois de plus, l’attention scrupuleuse et prudente, de la part des Médicis, à ne pas enfreindre la légalité67) on peut alors inférer que, si d’un côté la création et l’essor de ces commissaires-orateurs se liaient aux exigences dictées par l’ampleur des territorires conquis, de l’autre leur utilisation de plus en plus fréquente et leur bassin de recrutement suivaient de près le raffermissement de l’autorité politique du Magnifique. Devenu la cible des dards pontificaux (« la boce è ita che questa guerra è fatta a me proprio », écrivit-il à Bernardo Rucellai sur la guerre consécutive à la conjuration des Pazzi ; et d’ailleurs, Sixte IV avait déclaré explicitement que son action offensive n’était dirigée que contre illum ingratum, excommunicatum et hereticum filium iniquitatis Laurentium de Medicis), Laurent de Médicis avait affermi sa position grâce à l’imprudente action papale, qui avait fondamentalement assimilé le destin du Magnifique à celui de Florence. Son autorité (« altorità »), qui « était devenue très grande par les nouveaux événements de ’78 » (« era di poi diventata grandissima pella novità del ’78 »), s’accrut « en raison de son retour depuis Naples » (« per la ritornata da Napoli »), quand lui-même aima se définir « un citoyen avec quelque autorité » (« cittadino con qualche autorità »). Depuis longtemps, nul n’ignorait sa précellence – « c’est dans sa maison que les épices sont vendues » (« le spetie si vendono in casa sua »), expliquait l’ambassadeur milanais Sacramoro Sacramori à son collègue Tranchedini –, et si l’on considère que, pendant les années quatre-vingt, la Seigneurie expliquait avec franchise aux Vénitiens que tout ce que Venise ferait pour Laurent, cela serait comme si la Sérénissime l’avait fait pour Florence même (quicquid ergo amoris et benevolentie officii et huic societati et Laurentio Medici praestiteritis, praestitum esse reipublice nostre extimabimus et habebimus gratias), il n’est guère difficile de comprendre que la gestion de la politique florentine – et donc la nomination des fonctionnaires relatifs – fut pour l’essentiel un fait médicéen68. Par conséquent, il faudrait lire la position autant florentine qu’internationale du Magnifique comme la résultante d’un système de forces qui se fondait non seulement sur des stratégies politico-économiques et des alliances diplomatiques, mais aussi sur un effort de protection et contrôle des frontières (territoriales, et donc juridictionnelles) de la République69.

  • 70 Cf. Statuta 1415, livre II, p. 706 ; ASF, Carte di corredo, 40, c. 103r ; Fubini 2006, p. 45 ; Con (...)
  • 71 « Ciaschune electioni che s’avessino a fare […] di oratori et commissarii […] che si solevano fare (...)
  • 72 Brown 1994, p. 84 (un mécontentement qui était déjà trouvable dans Rubinstein 1971a, passim). 
  • 73 Cela signifie aussi que, comme pour d’autres fonctionnaires de la République, les changements d’or (...)
  • 74 L’on sait bien que, d’après Guichardin, il n’y avait aucun mariage sans son approbation (« non si (...)

17Néanmoins, bien que ces nominations accompagnassent l’ascension laurentienne, les mesures législatives prises au sujet de l’élection de ces envoyés semblent ne pas laisser de doutes sur la conjonction – préexistante à l’hégémonie de Laurent des Médicis, et tout à fait impérissable – entre l’attribution du rôle et l’implication dans le débat public. Pour montrer et démontrer la dimension diachronique de notre réflexion, nous attirons l’attention, ne serait-ce que brièvement, sur trois moments juridiques qui, évidemment, correspondirent à autant de moments politiques70. Le premier d’entre eux est celui des Statuta de 1415 qui, dans la section sur l’élection des ambassadeurs, libéraient la nomination des commissaire-ambassadeurs de l’iter procédural accoutumé, en permettant ainsi l’élection d’un personnel philo-albizzesque. Le deuxième moment renvoie à la création des Huit de la Pratica, un nouvel organe entièrement laurentien qui s’arrogea dès le début la faculté d’élire ambassadeurs et commissaires (en dépouillant, de cette façon, le Conseil du Cent, qui lui-même avait été pourtant une création médicéenne). Enfin, le dernier de ces moments correspond à l’expulsion des Médicis en décembre 1494, quand fut statué que « toute élection que l’on aurait dû faire […] d’orateurs et commissaires […], qu’auparavant on avait l’habitude de faire faire au Conseil du Cent ou aux Soixante-Dix […] » serait faite « maintenant par le biais des Seigneurs et des Collèges […] et par le moyen du scrutin »71. Cette dernière manœuvre nous confirme non seulement la relation entre ces envoyés et l’orientation politique de la ville, mais dénonce aussi, de façon éclatante, toute l’opposition au système médicéen ; pour cela, à notre avis, les dispositions au sujet des commissaires et des ambassadeurs promulguées après l’expulsion de Pierre l’infortuné reculent dans le temps cette « varied collection of laws » qui, entre décembre 1494 et le commencement de 1495, montrèrent à quel point la présence médicéenne avait été bien loin d’être universellement appréciée72. L’appartenance au reggimento était donc un élément crucial pour ces officiers, qui à partir de la seconde moitié du XVe siècle furent phagocytés par l’hégémonie de Laurent de Médicis, auquel ils s’adressaient avec une écriture de plus en plus empreinte de déférence73. Ils vivaient, ce faisant, dans et d’un système relationnel évidemment dissymétrique, où c’était Médicis lui-même qui gérait l’élasticité démographique et qualitative d’un réseau social constamment surveillé74.

  • 75 Cf. Vedovato 1946 ; Connell 1989, p. 411-436.
  • 76 À titre d’exemple, on peut remarquer cette distinction dans Statuta 1415, Tome II, Livre V, rubriq (...)
  • 77 Cf. ASF, Carte di corredo, 13, c. 1r, décret du 2 décembre 1421 : […] ambaxiata […] est destinanda (...)
  • 78 ASF, Dieci, Missive, 8, cc. 14r, 90v-93r. La mission eut le résultat souhaité : ASF, Dieci, DCS, 2 (...)

18Encore sur le plan de la documentation, une analyse rapide des matériaux d’archives contribue à souligner l’exceptionnalité du commissaire-orateur, une figure qui n’était pas officiellement prévue par la législation, et donc une solution extra-ordinaire, trouvée en dehors du paysage normatif. Dans les nombreux décrets (« provvisioni ») visant à en régler le traitement juridique75, commissaires et ambassadeurs sont toujours assimilés entre eux et mis en relation par une conjonction de coordination, habituellement seu (parfois vel, moins fréquemment et). La valeur alternative, mais pas exclusive (aut), d’une telle conjonction nous dit que cette règle concerne et les uns et les autres, mais non pas les deux charges conjointes : ambaxiator seu/vel commissarius signifie, donc, que la norme est valable pour la nomination des ambassadeurs et pour celle des commissaires76. La figure du commissaire-orateur n’était certainement pas prévue dans les textes normatifs, en vertu aussi de la division qui confiait aux premiers des fonctions à l’intérieur de la juridiction florentine et aux seconds des missions au-delà de ses frontières77. Le cas de Girolamo Albizzi nous fourni un exemple clair à cet égard : élu commissaire pour la Valdinievole en mars 1479, Albizzi reçoit une nouvelle instruction, en tant que commissaire-orateur, pour coordonner le contingent militaire florentin et négocier une « condotta » avec Antonello de Forli, Costanzo Sforza et Roberto Malatesta, c’est-à dire sortir des bornes florentines pour se rendre à Pesaro, Faenza et Rimini78

  • 79 Du Cange 1883, t. 7, col. 461a (seu) ; t. 8, col. 262c (vel).
  • 80 Cf. p.ex. ASF, Otto, LC, 3, c. 84v, 1er août 1484, à Pierfilippo Pandolfini, orateur et commissair (...)
  • 81 Quelques exemples : ASF, Dieci, DCS, 20, c. 80v (licenciement) ; 21, c. 76v ; 22, cc. 80v-81r (env (...)
  • 82 Cf. p.ex. ASF, SDO, LC, 60, cc. 1r-57v (seulement des commissaires) ou, encore, ASF, Dieci, Missiv (...)
  • 83 Nous ne voulons assurément pas parler ici de « carrière », mais on peut noter que les commissarii (...)

19Mais si l’on passe de ces textes aux commissiones, à savoir les instructions remises aux envoyés, nous pouvons facilement remarquer que ces conjonctions mêmes sont utilisées en fonction associative79 : la magistrature – pour faire simple –, en raison du moment de crise territoriale et de nécessité diplomatique, crée un fonctionnaire hybride, le commissarius seu/vel orator (bien plus rarement le contraire80) afin d’opérer dans les zones en péril, des aires osmotiques où il ne fallait pas seulement coordonner les forces et employer les ressources à disposition (une tâche typique du commissaire) mais aussi négocier le recrutement d’un condottiere, licencier un capitaine ou entretenir des relations avec l’ennemi pour conclure une trêve81. Les deux rôles – qui étaient accolés mais jamais employés en tant qu’équivalents82 – sont donc gérés par un seul envoyé qui, très souvent, les avait déjà expérimentés séparément83. Où la norme distinguait, la pratique réunissait. 

20Tous ces éléments mettent en évidence de façon encore plus explicite que la figure du commissaire-orateur, tout à fait insérable dans la liste des agents de la médiation diplomatique, jaillissait du climat d’expérimentation animant le XVe siècle : ce fut précisément cette ambiance qui détermina une pluralité de stratégies d’interaction interétatique, donc le foisonnement de pratiques de négociation, et l’action politique en général.

Conclusions

  • 84 Cf. Ambaxiator brevilogus, p. 4 ; Branca 1969, p. 159 ; Figliuolo, 1999 ; Folin 2001, p. 150-156.  (...)
  • 85 Cf. Connell 1988, p. 616-617 ; Fubini 2006, p. 53 n. 39. Nous soulignons d’ailleurs qu’un acte dat (...)
  • 86 Cf. ASF, Dieci, DCS, 28, c. 268r et ASF Otto, Missive, 8, cc. 6v, 9v-10r ; 14, cc. 75v-76v (1487) (...)
  • 87 Sur l’importance diplomatique des « petits États », voir les réflexions de Frigo 2000 ; Fubini 200 (...)

21Si les envoyés accrédités par les gouvernements pour les missions diplomatiques peuvent tous être regroupés dans la catégorie des « agents diplomatiques » – dans le sens où ils opèrent téléologiquement pour une structure relationnelle harmonieuse (ou, plus vraisemblablement, calculée et fonctionnelle) entre les États intéressés –, les stratégies diplomatiques étaient cependant conduites par de nombreuses figures de la négociation, assimilables entre elles seulement si, au préalable, nous prenons en compte leurs caractéristiques propres84. Bien qu’ils soient prédominants tant dans la législation que dans la réalité factuelle, les rôles de nuncius, d’orator, de procurator, d’ambaxiator n’épuisent pas, à Florence, l’éventail des options possibles. Il suffit que nous prêtions attention aux vicaires et aux podestats, des véritables agents du compromis territorial : même s’ils ne revêtaient pas à l’origine des rôles diplomatiques, ils agissaient toutefois largement comme médiateurs et négociateurs de l’autorité florentine avec les communautés sujettes auprès desquelles ils avaient été envoyés. Au sein de l’État florentin, l’analyse que nous avons conduite nous permet d’inscrire, parmi les opérateurs de la diplomatie, le commissaire-orateur, une figure ductile qui pouvait absorber des tâches et des compétences différentes et variables. L’expérience professionnelle de ces « hommes de la crise » se liait de façon incontournable à la territorialité de leur charge : les commissaires-orateurs travaillaient sur un espace frontalier en danger, et l’importance croissante de leur action relative à la gestion des conflits détermina un tropisme en ce qui concernait leur élection. La distribution statistique des occurrences de commissaires-orateurs entre les XIVe et XVIe siècles trouve donc ses raisons d’être dans le processus, plus ample, de la construction de l’État territorial florentin et de ses relations interétatiques consécutives : la raréfaction durant le Trecento et la présence progressivement plus solide pendant le Quattrocento se rapportent, effectivement, à l’essor géographique et à la nouvelle dimension politique de la République ; en outre, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, cette présence croissante dénonce, comme pour les ambassadeurs, la relation intime qui existait entre ces envoyés et les intérêts du « reggimento » (une véritable condition endémique, puisque reconnaissable autant pendant la période « albizzesque » que médicéenne et post-médicéenne). Par conséquent, l’intensification de leurs nominations entre les années 1460 et 1490 s’explique par l’affirmation autant progressive que contestée de Laurent de Médicis, véritable épicentre de la vie politique florentine – et très souvent péninsulaire –, qui utilisa de façon intensive ces figures de la négociation pour gérer le dialogue avec les ennemis. Commissaires et ambassadeurs subirent par la suite les effets d’une première institutionnalisation des deux officia85, bien que la combinaison des deux rôles ne s’éteignît pas totalement86. Chancelleries, lettres de créances, envoyés, « cavallari », cours, clés de chiffrement, missives et « responsive » : les éléments de la négociation diplomatique se répètent mais se re-calibrent, dans un polymorphisme iso-structurel général, pour chaque puissance de la péninsule, grand ou petit État qu’il soit87. La présence de techniques de la négociation spécifiques, propres à chaque organisation politique, et d’opérateurs diplomatiques doués d’un profil professionnel malléable, montrent une fois de plus que la diplomatie italienne au XVe siècle n’était pas une institution monolithique mais plutôt un bassin de pratiques inscrites dans un pluralisme gestionnaire. L’existence des commissaires-orateurs brise donc la taxinomie habituelle : parmi les réponses aux causae urgentissimae qui stimulaient constamment l’ingénierie diplomatique de la République de la fleur-de-lys, la solution – toute florentine – trouvée de façon extra-ordinaire dans le commissarius seu orator permettait de gérer les dangers aux limites du territoire et les nécessités de négociation avec les capitaines et condottieri au service de Florence, aussi bien qu’avec ceux qui étaient, à l’occasion, ennemis de la République. Par conséquent, avec des modalités assez fluides, cette figure « amphotère » de la négociation – au sujet de laquelle nous avons voulu poser ici des jalons, mais d’autres recherches seraient souhaitables – trouva à s’employer dans un contexte conditionné par les incessantes crises territoriales florentines du XVe siècle et par les besoins diplomatiques de ce réseau polynucléaire qui était sous-jacent au système des États italiens.

22« Non altro per ora ».

Top of page

Bibliography

Ady 1955 = Ady C.M., Lorenzo dei Medici and Renaissance Italy, Londres, 1955.

Ambaxiator brevilogus = B. de Rosier, Ambaxiator Brevilogus, dans V.E. Hrabar (éd.), De legatis et legationibus tractatus varii, Dorpat, 1906, p. 3-28.

Andretta - Visceglia 2015 = E. Andretta, M.A. Visceglia, Medici di corte, diplomazia e reti dell’informazione politica nella prima età moderna : alcune riflessioni, dans E. Andretta et alii (dir.), Tramiti. Figure e strumenti della mediazione culturale nella prima età moderna, Rome, 2015, p. 15-38.

Angelini 1965 = S. Angelini, La diplomazia comunale a Perugia nei secoli XIII-XIV, Florence, 1965.

Antonelli 1954 = G. Antonelli, La magistratura degli Otto di Guardia a Firenze, dans Archivio storico italiano, 112, 1954, p. 3-39.

Ari 2004 = B. Ari, Early Ottoman diplomacy : Ad hoc period, dans A. Nuri Yurdusev (éd.), Ottoman diplomacy. Conventional or unconventional ?, Londres, 2004, p. 36-65. 

Arrighi - Klein 1994 = V. Arrighi, F. Klein, Aspetti della Cancelleria fiorentina tra Quattrocento e Cinquecento, dans C. Lamioni (éd.), Istituzioni e società in Toscana nell’età moderna, I, Florence, 1994, p. 148-164.

Ascheri 1985 = M. Ascheri, Siena nel Rinascimento : istituzioni e sistema politico, Sienne, 1985.

Ascheri 1987 = M. Ascheri, Siena nel Rinascimento. Dal governo di popolo al governo nobiliare, dans I ceti, p. 420-423.

Autrand 1998 = F. Autrand F., Les artisans de la paix face à l'État. La diplomatie pontificale et le conflit franco-anglais au XIVe siècle, dans Ph. de Contamine (éd.), Guerre et concurrence entre les États européens du XIVe siècle, Paris, 1998, p. 305-338.

Aznar et alii 2014 = D. Aznar, G. Hanotin, N.F. May, Introduction, dans Eid. (dir.), Á la place du roi. Vice-rois, gouverneurs et ambassadeurs dans les monarchies française et espagnole (XVIe-XVIIIe siècles), Madrid, 2014, p. 1-13.

Barbiche 2005 = B. Barbiche, Les ‘diplomates’ pontificaux du Moyen Âge tardif à la première modernité : office et charge pastorale, dans A. Jamme, O. Poncet (dir.), Offices et papauté (XIVe-XVII e siècles). Charges, hommes, destins, Rome, 2005, p. 357-370.

Barcia 2003 = F. Barcia, La figura dell’ambasciatore nei trattati di Charles Paschal e Jean Hotman de Villiers, dans Trimestre. Storia politica società, 36, 2003, p. 25-42.

Bartoli Langeli 1985 = A. Bartoli Langeli, La documentazione degli Stati italiani nei secoli XIII-XV : forme, organizzazione, personale, dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, 1985, p. 35-55.

Becker 1968 = M. Becker, Florence in transition, II. Studies in the rise of territorial state, Batimore, 1968.

Becker 2014 = A. Becker, La girafe et la clepsydre. Offrir des cadeaux diplomatiques dans l’Antiquité tardive, dans Monde(s). Histoire, Espaces, Relations, 5, 2014, p. 1-16.

Behrens 1933 = B. Behrens, The office of the english resident ambassador : its evolution as illustrated by the career of Sir Thomas Spinelly, 1509-22, dans Transactions of the Royal Historical Society, 16, 1933, p. 161-95. 

Behrens 1934 = B. Behrens, Origins of the office of English resident ambassador in Rome, dans English Historical Review, 49, 1934, p. 640-658.

Behrens 1936 = B. Behrens, Treaties on the Ambassadors Written in the Fifteenth and Sixteenth Centuries, dans English Historical Review, 51, 1936, p. 616-627.

Bély 1998 = L. Bély, Représentation, négociation et information dans l’étude des relations internationales à l’époque moderne, dans S. Bernstein, P. Milza (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, 1998, p. 213-229. 

Bély 1999 = L. Bély, La société des princes, XVIe-XVIIIe siécle, Paris, 1999.

Bentley 1995 = J.H. Bentley, Politica e cultura nella Napoli rinascimentale, Napoli 1995.

Bertelli 2001 = S. Bertelli, Diplomazia italiana quattrocentesca, dans Archivio storico italiano, 159, 2001, p. 797-827.

Biow 2002 = D. Biow, Exemplary work : Two Venetian Humanists writing on the resident ambassador, dans Id., Doctors, ambassadors, secretaries. Humanism and professions in renaissance Italy, Chicago, 2002, p. 101-127.

Blum 2014 = A. Blum, La Diplomatie de la France en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin, Paris, 2014.

Boucheron 2011 = P. Boucheron, Espace public et lieux publics : approches en histoire urbaine, dans P. Boucheron, N. Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris 2011, p. 99-117.

Branca 1969 = E. Barbaro, De coelibatu ; De officio legati, V. Branca (éd.), Florence, 1969.

Brown 1992a = A. Brown, Lorenzo, the Monte and the Seventeen Reformers, dans Ead., The Medici in Florence. The exercise and language of power, Florence, 1992, p. 151-211.

Brown 1992b = A. Brown, The guelf party in Fifteenth-century Florence, dans Ead., The Medici in Florence. The exercise and language of power, Florence, 1992, p. 103-150.

Brown 1994 = A. Brown, Lorenzo and public opinion in Florence. The problem of opposition, dans Lorenzo il Magnifico, p. 61-85. 

Brucker 1962 = G. Brucker, Florentine politics and society, 1343-1378, Princeton, 1962.

Brucker 1977 = G. Brucker, The civic world of early renaissance Florence, Princeton, 1977.

Brucker 1994 = G. Brucker, The economic foundations of Laurentian Florence, dans Lorenzo il Magnifico, p. 3-15. 

Bullard 1994 = M.M. Bullard, The language of diplomacy in the renaissance, dans Lorenzo de’ Medici : Image and Anxiety, p. 81-108.

Bullard 1996 = M.M. Bullard, Lorenzo and patterns of diplomatic discourse in the late fifteenth century, dans M. Mallett, N. Mann (dir.), Lorenzo the Magnificent : culture and politics, Londres, 1996, p. 263-274.

Butters 1988 = H. Butters, Politics and diplomacy in late Quattrocento Italy : the case of the Baron’s war (1485-1486), dans P. Denley, C. Elam (dir.), Florence and Italy : Renaissance studies in honour of Nicolai Rubinstein, Londres, 1988, p. 13-31.

Butters 1994 = H. Butters, Lorenzo and Naples, dans Lorenzo il Magnifico, p. 143-151.

Caillères 1716 = F. de Caillères, De la manière de négocier avec les souverains, de l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyés, et des qualités nécessaires pour réussir dans ces emplois, Paris, 1716.

Cammarosano 1991 = P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991.

Castelnuovo 2006 = G. Castelnuovo, Uffici e ufficiali nell’Italia del basso Medioevo, dans F. Salvestrini (éd.), L’Italia alla fine del medioevo : i caratteri originali nel quadro europeo, I, Florence, 2006, p. 295-332.

Castelnuovo 2012 = G. Castelnuovo, Offices and officials, dans The Italian renaissance state, p. 368-384.

Cengarle 2012 = F. Cengarle, Lordships, fiefs and small states, dans The Italian renaissance state, p. 284-303.

I ceti = I ceti dirigenti nella Toscana del Quattrocento, Florence, 1987.

Chambers - Dean 1997 = D. Chambers, T. Dean, Clean Hands and Rough Justice. An investigating Magistrate in Renaissance Italy, Michigan, 1997.

Chittolini 1978 = G. Chittolini, La formazione dello Stato regionale e le sue istituzioni del contado : ricerche sull’ordinamento territoriale del dominio fiorentino agli inizi del secolo XV, dans Egemonia fiorentina ed autonomie locali nella Toscana nord-occidentale del primo Rinascimento : vita, arte, cultura, Pistoia, 1978, p. 17-70.

Chittolini 1989 = G. Chittolini, L’onore dell’ufficiale, dans Florence and Milan. Comparisons and Relations, I, Florence, 1989, p. 101-133.

Chittolini 2015 = G. Chittolini, Dominant cities. Florence, Genoa, Venice, Milan, and their territories in the Fifteenth Century, dans R. Black, J.E. Law (dir.), The Medici. Citizens and masters, Cambridge (MA), 2015, p. 13-26.

City-States = A. Molho, K. Raaflaub, J. Emlen (dir.), City-States in classical antiquity and medieval Italy, Stuttgart, 1991.

Cohen - Westbrook 2002 = R. Cohen, R. Westbrook (éd.), Amarna diplomacy : the beginning of international relations, Baltimore, 2002.

Colson 2009 = A. Colson, La négociation diplomatique au risque de la transparence : rôles et figures du secret envers des tiers, dans Négociations, 11/1, 2009, p. 31-41.

Confini e frontiere nell'età moderna = A. Pastore (éd.), Confini e frontiere nell'età moderna. Un confronto fra discipline, Milan, 2007.

Connell 1988 = W.J. Connell, Il commissario e lo stato territoriale fiorentino, dans Ricerche storiche, 18/3, 1988, p. 591–617.

Connell 1989 = W.J. Connell, Republican territorial government : Florence and Pistoia, Fifteenth and early Sixteenth Centuries, thèse de doctorat, Berkeley, 1989.

Connell 1994 = W.J. Connell, Changing patterns of Medicean patronate. The Florentine dominion during the Fifteenth Century, dans Lorenzo il Magnifico, p. 87-107.

Connell 1996 = W.J. Connell, Appunti sui rapport dei primi Medici con le comunità del dominio fiorentino, dans La Toscana al tempo di Lorenzo il Magnifico. Politica Economia Cultura Arte, III, p. 907-916.

Conti 1984 = E. Conti, L’imposta diretta a Firenze nel Quattrocento (1427-1494), Rome, 1984.

Cortigiano = B. Castiglione, Il libro del Cortegiano, A. Quondam (éd.), Milano, 2003.

Costa 1969 = P. Costa, Iurisdictio. Semantica del potere politico nella pubblicistica medievale (1100-1433), Milan, 1969.

Covini 2005 = M.N. Covini, Guerra e relazioni diplomatiche in Italia (secoli XIV-XV) : la diplomazia dei condottieri, dans Guerra y diplomacia, p. 163-198.

Covini 2008 = M.N. Covini, Scrivere al principe. Il carteggio interno sforzesco e la storia documentaria delle istituzioni, dans Reti medievali Rivista, 9/1, 2008, p. 1-32.

Commissioni = C. Guasti (éd.), Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il comune di Firenze dal MCCCXCIX al MCCCCXXXIII, 3 voll., Florence, 1867-1873.

Crescenzi 1981 = V. Crescenzi, Il sindacato degli ufficiali nei comuni medievali italiani, dans A. Giuliani, N. Picardi (éd.), Leducazione giuridica, vol. 4, t. I, Pérouse, 1981, p. 593-639.

Daumet 1898 = G. Daumet, Étude sur l’alliance de la France et de la Castille au XIVe et au XVe siècles, Paris, 1898.

Dauphant 2012 = L. Dauphant, Le Royaume des quatre rivières. L'espace politique français (1380-1515), Seyssel, 2012.

De Angelis 1992 = L. De Angelis, Lorenzo a Napoli. Progetti di pace e conflitti politici dopo la congiura dei Pazzi, dans Archivio storico italiano, 150, 1992, p. 385-421.

De Angelis 2002 = L. De Angelis, Ufficiali e uffici territoriali della repubblica fiorentina tra la fine del secolo XIV e la prima metà del XV, dans Lo stato territoriale, p. 73-92.

De l’ambassadeur = S. Andretta, S. Péquignot, J.-C. Waquet (dir.), De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l'ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, 2015.

De prudentia = G.G. Pontano, De prudentia, Florence, 1508.

De Tourtier 1957 = Ch. De Tourtier, Un ambassadeur de Louis de Gonzague, seigneur de Mantoue : Bertolino Capilupi, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 69, 1957, p. 321-344.

de Vivo 2007 = F. de Vivo, Information and Communication in Venice : Rethinking Early Modern Politics, Oxford, 2007.

Dedola 1994 = M. Dedola, Governare sul territorio. Podestà, capitani e commissari a Pistoia prima e dopo l'assoggettamento a Firenze (XIV-XVI secolo), dans Istituzioni e società in Toscana nell’età moderna, Rome, 1994, p. 215-230.

Del Tredici 2012 = F. Del Tredici, Lombardy under the Visconty and the Sforza, dans The Italian renaissance state, p. 156-176.

Diericx 1815 = C.-L. Diericx, Mémoires sur la ville de Gand, Gand, 1815.

Dover 2005 = P.M. Dover, Royal diplomacy in Renaissance Italy : Ferrante d’Aragona (1458–1494) and his ambassadors, dans Mediterranean Studies, 14, 2005, p. 57-94.

Dover 2006 = P.M. Dover, The resident ambassador and the transformation of intelligence gathering in renaissance Italy, dans E. O’Halpin, R. Armstrong, J. Ohlmeyer (dir.), Intelligence, statecraft and international power, Dublin, 2006, p. 17-34.

Dover 2007 = P.M. Dover, Deciphering the diplomatic archives of fifteenth-century Italy, dans Archival Sciences, 7/4, 2007, p. 297-316.

Du Cange 1883 = Ch. Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, 10 vol., Niort, 1883-1887.

Dupré Theseider 1945 = E. Dupré Theseider, Niccolò Machiavelli diplomatico. I. L'arte della diplomazia nel Quattrocento, Côme, 1945.

Fabii 2003 = I. Fabii, Sulla trasmissione del carteggio diplomatico della repubblica fiorentina. Le antiche segnature, dans Medioevo e Rinascimento, 17, 2003, p. 135-177.

Fabroni 1784 = A. Fabroni, Adnotationes et monumenta ad Laurentii Medicis Magnifici vitam

pertinentia, vol. 2, Pise, 1784.

Fasano Guarini 1991 = E. Fasano Guarini, Gli statuti delle città soggette a Firenze tra ’400 e ’500 : riforme locali ed interventi centrali, dans G. Chittolini, D. Willoweit (dir.), Statuti, città, territori in Italia e Germania tra Medioevo ed età moderna, Bologne, 1991, p. 69-120.

Fedele 2014 = D. Fedele, Naissance de la diplomatie moderne. L'ambassadeur au croisement du droit, de l'éthique et de la politique, thèse de doctorat, Université de Naples ‘Federico II’ - ENS Lyon, 2014.

Ferente 2008 = S. Ferente, Reti documentarie e reti di amicizia : i carteggi diplomatici nello studio delle alleanze politiche, dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 110/2, 2008, p. 103-116.

Figliuolo 1999 = B. Figliuolo, Il diplomatico e il trattatista : Ermolao Barbaro ambasciatore della Serenissima, Napoli, 1999.

Figliuolo 2008 = B. Figliuolo, La corrispondenza degli ambasciatori fiorentini dell'ultimo ventennio del Quattrocento, ovvero della fonte perfetta, dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 110/2, 2008, p. 33-48.

Fletcher 2015 = C. Fletcher, Diplomacy in renaissance Rome. The rise of the resident ambassador, Cambridge, 2015.

Folin 2001 = M. Folin, Rinascimento estense. Politica, cultura, istituzioni di un antico stato italiano, Roma-Bari, 2001.

Fournel - Zancarini 2009 = J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, La grammaire de la République : langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Genève, 2009.

Frigo 1999a = D. Frigo, Ambasciatori e nunzi. Figure della diplomazia in età moderna, dans Cheiron, 30, 1999.

Frigo 1999b = D. Frigo, Politica, esperienza e politesse. La formazione dell’ambasciatore in età moderna, dans E. Becchi (éd.), Formare alle professioni. Diplomatici e politici, Milan, 1999, p. 25-55.

Frigo 2000 = D. Frigo, Small state and diplomacy : Mantua and Modena, dans Ead. (éd.), Politics and diplomacy in early modern Italy. The structures of diplomatic practice. 1450-1800, Cambridge, 2000, p. 147-175.

Frigo 2011 = D., Frigo, Politica e diplomazia. I percorsi della storiografia, dans Sulla diplomazia, p. 35-60.

Frigo-Mortari 1997 = D. Frigo, A. Mortari, Nobiltà, diplomazia e cerimoniale alla corte di Mantova, dans C. Mozzarelli, R. Oresiu, L. Ventura (dir.), La Corte di Mantova nell’età di Andrea Mantegna (1450-1550), Rome, 1997, p. 125-143.

Fubini 1982 = R. Fubini, La figura politica dell’ambasciatore negli sviluppi dei regimi oligarchici quattrocenteschi. Abbozzo di una ricerca (a guisa di lettera aperta), dans Annali della Facoltà di Scienze Politiche dell’Università di Perugia, 16, 1979-1980 [mais 1982], p. 33-59.

Fubini 1990 = R. Fubini, La rivendicazione di Firenze della sovranità statale e il contributo delle Historiae di Leonardo Bruni, dans Leonardo Bruni cancelliere della Repubblica di Firenze, Florence, 1990, p. 29-62.

Fubini 1991 = R. Fubini, From social to political representation in renaissance Florence, dans City-States, p. 223-239.

Fubini 1994 = R. Fubini, Italia quattrocentescaPolitica e diplomazia nell’età di Lorenzo de’ Medici, Milan, 1994.

Fubini 1996 = R. Fubini, Diplomazia e governo in Firenze all’avvento dei reggimenti oligarchici, Id., Quattrocento fiorentino. Politica, diplomazia, cultura, Pise, 1996, p. 11-98.

Fubini 1998 = R. Fubini, La résidentialité de l’ambassadeur dans le mythe et dans la réalité : une enquête sur les origines, dans L. Bély (éd.), L’invention de la diplomatie, Paris, 1998 p. 27-35.

Fubini 2003 = R. Fubini, « Potenze grosse » e piccolo Stato nell’Italia del Rinascimento. Consapevolezza della distinzione e dinamica dei poteri, dans L. Barletta, F. Cardini, G. Galasso (dir.), Il piccolo stato. Politica, storia, diplomazia, San Marino, 2003, p. 91-126.

Fubini 2006 = R. Fubini, L’istituzione diplomatica e la figura dell’ambasciatore nel XV secolo, dans F. Salvestrini (éd.), L’Italia alla fine del Medioevo : i caratteri originali nel quadro europeo, I, Florence, 2006, p. 333-354.

Fubini 2008 = R. Fubini, L’edizione delle « Lettere » di Lorenzo de’ Medici nel quadro della ripresa d’interesse per la storia politico-diplomatica del Quattrocento, dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 110/2, 2008, p. 97-101. 

Fubini 2009 = R. Fubini, Politica e pensiero politico nell’Italia del Rinascimento. Dallo Stato territoriale al Machiavelli, Florence, 2009.

Fubini 2015 = R. Fubini, Lorenzo the Magnificent’s regime. Aims, image, and costitutional framework, dans R. Black, J.E. Law (dir.), The Medici. Citizens and masters, Cambridge (MA), 2015, p. 61-84.

Garcìa Riaza 2015 = E. Garcìa Riaza, Le protocole diplomatique entre particularisme romain et universalisme : quelques réflexions sur l’Occident républicain, dans B. Grass, G. Stouder (dir.), La diplomatie romaine sous la République : réflexions sur une pratique, Besançon, 2015, p. 15-41.

Gardi 2015 = A. Gardi, Parole di negoziatori ? La trattatistica sul legato pontificio in età moderna, dans De l’ambassadeur, p. 199-226.

Gattoni 1997 = M. Gattoni, Pandolfo Petrucci e la politica estera della Repubblica di Siena (1487-1512), Sienne, 1997.

Gautier Dalché 2012 = P. Gautier Dalché, L’espace géographique au Moyen Âge, Florence, 2013.

Gentile 2015 = M. Gentile, Tuscans and Lombards. The political culture of officialdom, dans R. Black, J.E. Law (dir.), The Medici. Citizens and masters, Cambridge (MA), 2015, p. 101-112.

Gilli 2004 = P. Gilli, Le discours politique florentin à la Renaissance : autour de l’« humanisme civique », dans J. Bouttier, S. Landi, O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, 2004, p. 323-344.

Gilli 2005 =  P. Gilli, De l’importance d’être hors norme : la pratique diplomatique de Giannozzo Manetti d’après son biographe Naldo Naldi, dans R. M. Dessi, (éd.), Prêcher la paix et discipliner la société (Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècles), Turnhout, 2005, p. 413-430.

Gilli 2009 = P. Gilli, La fonction d’ambassadeur dans les traités juridiques italiens du XVe siècle : l'impossible représentation, dans MEFRM, 121-1, 2009, p. 173-187. 

Gilli 2014 = P. Gilli, Bernard de Rosier et le début de la réflexion théorique sur les missions d’ambassade, dans Id., Droit, humanisme et culture politique dans l’Italie de la Renaissance, Montpellier, 2014, p. 331-340.

Gilli 2015 = P. Gilli, Ambassades et ambassadeurs dans la législation statutaire italienne (XIIIe-XIVsiècle), dans De l’ambassadeur, p. 57-86.

Grubb 1991 = J. Grubb, Diplomacy in the Italian City-States, dans City-States, p. 603-618.

Guerra y diplomacia = A. Fernández de Córdova Miralles (éd.), Guerra y diplomacia en la Europa occidental, 1280-1480, Pamplona, 2005.

Guerre et diplomatie romaine = E. Caire, S. Pittia (dir.), Guerre et diplomatie romaine IV-III siècles av. J.-C., Aix-en-Provence, 2006.

Guidi 1981 = G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, I, Florence, 1981.

Guyotjeannin 2015 = O. Guyotjeannin, Le traité comme produit de chancellerie autour du cas français (milieu XIIIe-fin XVe siècle), dans Id. (éd.), Diplomatique et diplomatie. Les traités (Moyen Âge-début du XIXsiècle), Paris, 2015, p. 17-29.

Hale 1961 = J.R. Hale, International relations in the West : diplomacy and war, dans The new Cambridge modern history, I, Cambridge, 1961, p. 259-291.

Hankins 2010 = J. Hankins, Exclusivist republicanism and the non-monarchical republic, dans Political Theory, 38/4, 2010, p. 452-482.

Heers 1961 = J. Heers, Gênes au XVsiècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961.

Herlihy 1991 = D. Herlihy, The rulers of Florence, 1282-1530, dans City-States, p. 197-221.

Hintze 1980 = O. Hintze, Il Commissario e la sua importanza nella storia generale dell’amministrazione : uno studio comparato, Id., Stato e società, Bologne, 1980, p. 1-26.

Il Messaggiero = T. Tasso, Il Messaggiero, dans Id., Dialoghi, E. Mazzali (éd.), Turin, 1976.

Ilardi 1968 = V. Ilardi, I documenti diplomatici del secolo XV negli archivi e biblioteche dell’Europa occidentale (1450-1494), dans Rassegna degli Archivi di Stato, 28, 1968, p. 349-404.

Infelise 2007 = M. Infelise, From merchants’ letters to handwritten political avvisi : notes on the origins of public information, dans Correspondence and cultural exchange in Europe (1400-1700), IV, Cambridge, 2007, p. 33-52.

Isaacs 1996 = A.K. Isaacs, Sui rapporti interstatali in Italia dal medioevo all'età moderna, dans G. Chittolini, A. Molho, P. Schiera (dir), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna), Bologne, 1996, p. 113-132. 

Isenmann 2011 = M. Isenmann, From rule of law to emergency rule in renaissance Florence, dans The politics of law in medieval and renaissance Italy, Toronto, 2011, p. 55-76.

The Italian Renaissance State = A. Gamberini, I. Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, 2012.

James 1988 = M. James, English politics and the concept of honour (1485-1642), dans Id. (éd.), Society, politics and culture : studies in early modern England, Cambridge, 1988, p. 308-415.

Kent 1978 = D. Kent, The rise of the Medici. Faction in Florence, 1426-1434, Oxford, 1978.

Kent 1987 = D. Kent, Dinamica del potere e patronato nella Firenze dei Medici, I ceti, p. 63-78.

Kent 2009 = D. Kent, Friendship, love, and trust in renaissance Florence, Cambridge (MA), 2009.

Kent 1994 = F.W. Kent, Lorenzo…amico degli uomini dabene. Lorenzo de’ Medici and oligarchy, dans Lorenzo il Magnifico, p. 43-60.

Klapisch-Zuber 1976 = Ch. Klapisch-Zuber, Parenti, amici, vicini.Il territorio urbano di una famiglia mercantile nel XV secolo, dans Quaderni storici, 33, 1976, p. 953-982.

Klein 2008 = F. Klein, Costruzione dello stato e costruzione d’archivio : ordinamenti delle scritture della repubblica fiorentina a metà Quattrocento, dans I. Lazzarini (éd.), Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (XIV-XV secolo), numéro monographique de Reti Medievali, 9/1, 2008, pp 1-31. 

Lang 2009 = H. Lang, Cosimo de’ Medici, die Gesandten und die Condottieri : Diplomatie und Kriege der Republik Florenz im 15. Jahrhundert, Padeborn, 2009.

Larkins 2010 = J. Larkins, Machiavelli, Territoriality and Lo Stato, dans Id., From hierarchy to anarchy. territory and politics before Westphalia, New York, 2010, p. 123-144.

Lazard 2007 = M. Lazard, Les ambassadeurs en résidence, une innovation de la Renaissance, dans F. Argod-Dutard, A.-M Cocula (dir.), La diplomatie au temps de Brantôme, Bordeaux 2007, p. 27-37.

Lazzarini 1993 = I. Lazzarini, Tra continuità e innovazione : trasformazioni e persistenze istituzionali a Mantova nel Quattrocento, dans Società e Storia, 62, 1993, p. 699-764.

Lazzarini 1999 = I. Lazzarini, L’informazione politico-diplomatica nell’età della pace di Lodi : raccolta, selezione, trasmissione, dans Nuova Rivista Storica, 83, 1999, p. 247-280. 

Lazzarini 2001a = I. Lazzarini, I domini estensi e gli stati signorili padani : tipologie a confronto, dans Girolamo Savonarola da Ferrara all’Europa, Florence, 2001, p. 19-49.

Lazzarini 2001b = I. Lazzarini, La nomination des officiers dans les États italiens du bas Moyen Âge : pour une histoire documentaire des institutions, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 389-412.

Lazzarini 2004 = I. Lazzarini, Materiali per una didattica delle scritture pubbliche di cancelleria nell’Italia del Quattrocento, dans Scrineum Rivista, 2, 2004, p. 1-77.

Lazzarini 2006 = I. Lazzarini, Châtelains, capitaines, vicaires. Organisation territoriale et vocation militaire à Mantoue (XIVe-XVe siècles), dans G. Castelnuovo, O. Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes » : les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006, p. 93-112.

Lazzarini 2007 = I. Lazzarini, La communication écrite et son rôle dans la société politique de l’Europe méridionale au Moyen Âge, dans J.-Ph. Genet (éd.), Rome et l’État moderne européen, Rome, 2007, p. 265-285.

Lazzarini 2009 = I. Lazzarini, Il gesto diplomatico fra comunicazione politica, grammatica delle emozioni, linguaggio delle scritture (Italia, XV secolo), dans M. Salvatori, M. Baggio (dir.), Gesto-Immagine tra antico e moderno. Riflessioni sulla comunicazione non-verbale, Rome, 2009, p. 75-93. 

Lazzarini 2010a = I. Lazzarini, Amicizia e potere. Reti politiche e sociali nell’Italia medievale, Milan, 2010.

Lazzarini 2010b = I. Lazzarini, Un dialogo fra principi. Rapporti parentali, modelli educativi e missive familiari nei carteggi quattrocenteschi (Mantova, XV secolo), dans M. Ferrari (éd.), Costumi educativi nelle corti europee (XIV-XVIII secolo), Pavie, 2010, p. 53-76.

Lazzarini 2011a = I. Lazzarini, Argument and emotion in Italian diplomacy in the early Fifteenth Century : the case of Rinaldo degli Albizzi (Florence, 1399-1430), dans A. Gamberini, J.-P. Genet, A. Zorzi (dir.), The languages of political society, Rome, 2011, p. 339-364.

Lazzarini 2011b = I. Lazzarini, News from Mantua. Diplomatic networks and political conflict in the age of the italian wars (1493-1499), dans M. Chisholm, H. Noflatscher, B. Schnerb (dir.), Maximilian I. 1459-1519. Wahrnehmung – Übersetzungen – Gender, Innsbruck, 2011, p. 109-129.

Lazzarini 2011c = I. Lazzarini, Scritture dello spazio e linguaggi del territorio nell’Italia tre-quattrocentesca. Prime riflessioni sulle fonti pubbliche tardomedievali, dans Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio evo, 113, 2011, p. 137-208.

Lazzarini 2012 = I. Lazzarini, Renaissance Diplomacy, dans The Italian renaissance state, p. 425-443.

Lazzarini 2014 = I. Lazzarini, I circuiti mercantili della diplomazia italiana nel Quattrocento, dans Il governo dell’economia, Rome, 2014, p. 155-177. 

Lazzarini 2015a = I. Lazzarini, Introduzione, à M.N. Covini et alii, Pratiche e norme di comportamento nella diplomazia italiana : i carteggi di Napoli, Firenze, Milano, Mantova e Ferrara tra fine XIV e fine XV secolo, dans De l’ambassadeur, p. 113-152.

Lazzarini 2015b = I. Lazzarini, Communication and conflict. Italian diplomacy in the early Renaissance, 1350-1520, Oxford, 2015.

Lazzarini 2016a = I. Lazzarini, Registres princiers dans l’Italie septentrionale aux XVIe et XVe siècles : une première enquête (Milan, Ferrare, Mantoue), dans O. Guyotjeannin (éd.), L’art du registre en France, XIIIe-XVIe siècle, II, Registres princiers du Moyen Âge, Paris, 2016 (sous presse).

Lazzarini 2016b = I. Lazzarini, Corrispondenze diplomatiche nei principati italiani del Quattrocento. Produzione, conservazione, definizione, dans, K. Occhi, A. Giorgi (dir.), Carteggi fra basso Medioevo ed età moderna. Pratiche di redazione, trasmissione e conservazione, Bologne, 2016 (sous presse).

Léonard 1693 = F. Léonard, A.-N. Amelot de La Houssaie, Recueil des traitez de paix, de trêve, de neutralité, de suspension d'armes, de confédération, d'alliance, de commerce, de garantie, et d'autres actes publics : comme contracts de mariage, testaments, manifestes, declarations de guerre, &c. faits entre les empereurs, rois, républiques, princes, & autres puissances de l'Europe, & des autres parties du monde, depuis la naissance de Jesus-Christ jusqu'à présent : servant à établir les droits des princes, et de fondement a l'histoire, Paris, 1693.

Lettere = L. de’ Medici, Lettere, vol. I-XII, XV-XVI (I-II, R. Fubini ; III-IV, N. Rubinstein ; V-VII, M. Mallett ; VIII-IX, H. Butters ; X-XI, M.M. Bullard ; XII, M. Pellegrini ; XV-XVI, L. Böninger), Florence, 1977- .

Leverotti 1999 = F. Leverotti, Gli officiali nel ducato sforzesco, dans Gli officiali, p. 17-77.

Litchfield 1986 = R.B. Litchfield, Emergence of a bureaucracy : The Florentine patricians, 1530-1790, Princeton, 1986.

Liverani 1994 = M. Liverani, Guerra e diplomazia nell’antico Oriente :1600-110 a.C., Rome-Bari, 1994.

Lorenzo de’ Medici : Image and Anxiety = M.M. Bullard, Lorenzo de’ Medici : Image and anxiety, politics and diplomacy, Florence, 1994.

Lorenzo il Magnifico = G.C. Garfagnini (éd.), Lorenzo il Magnifico e il suo mondo, Florence, 1994.

Luiso 1898 = F.P. Luiso, Riforma della cancelleria fiorentina nel 1437, dans Archivio storico italiano, 21, 1898, p. 132-142.

Mallett 1983 = M. Mallett, Signori e mercenari. La guerra nell’Italia del Rinascimento, Bologne, 1983. 

Mallett 1989 = M. Mallett, La prima restituzione delle terre fiorentine tolte durante la guerra dei Pazzi, marzo-aprile 1481, dans Lettere, V, Florence, 1989, p. 327-337.

Mallett 1992 = M. Mallett, Diplomacy and war in late Fifteenth Century, dans Lorenzo de’ Medici, p. 233-256.

Mallett 1994 = M. Mallett, Ambassadors and their audiences in Renaissance Italy, dans Renaissance Studies, 8/3, 1994, p. 229–243.

Mallett-Hale 1984 = M. Mallett, J.R. Hale, The military organization of a renaissance state : Venice, c.1400 to 1617, Cambridge, 1984.

Mannori 1997 = L. Mannori, Lo stato di Firenze e i suoi storici, dans Società e storia, 76, 1997, p. 401-414.

Margaroli 1992 = P. Margaroli, Diplomazia e stati rinascimentali. Le ambascerie sforzesche fino alla conclusione della Lega italica, Florence, 1992.

Marks 1960 = L.F. Marks, The financial oligarchy in Florence under Lorenzo, dans E.F. Jacob (éd.), Italian Renaissance Studies : a tribute to the late Cecilia M. Ady, Londres, 1960, p. 123-147.

Martines 2004 = L. Martines, April blood : Florence and the plot against the Medici, Londres, 2004.

Marzi 1910 = D. Marzi, La cancelleria della repubblica fiorentina, Rocca San Casciano, 1910.

Mattingly 1955 = G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, Londres, 1955.

Maxson 2011 = B. Maxson, The many shades of praise. Politics and panegyrics in fifteenth-century Florentine diplomacy, dans G. Strack, J. Knödler (dir.), Rhetorik in Mittelalter und Renaissance : Konzepte – Praxis – Diversität, Münich, 2011, p. 393-412.

Maxson 2013 = B. Maxson, The humanist world of renaissance Florence, Cambridge, 2013.

McLean 2007 = P.D. McLean, The Art of the Network : Strategic Interaction and Patronage in Renaissance Florence, Durham-Londres, 2007.

Mele 2013 = V. Mele, Dietro la politica delle potenze : la ventennale collaborazione tra Ippolita Sforza e Lorenzo de’ Medici, dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 115, 2013, p. 375-423.

Meli 2007 = P. Meli, Un episodio dell’espansione fiorentina in Lunigiana : la lenta acquisizione del marchesato di Verrucola, dans Archivio storico italiano, 165/4, 2007, p. 666-697.

Meli 2008 = P. Meli, Gabriele Malaspina, marchese di Fosdinovo. Condotte, politica e diplomazia nella Lunigiana del Rinascimento, Florence, 2008.

Memoriale = N. Machiavelli, Memoriale a Raffaele Girolami, dans Id., Istorie fiorentine e alter opera storico-politiche, A. Montevecchi (éd.), Turin, 2013, p. 223-229. 

Ménager 2001 = D. Ménager, L’ange et l’ambassadeur. Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, 2001.

Milner 2015 = S.J. Milner, The Medici Question. A Rhetorical « Special Case » ?, dans R. Black, J.E. Law (dir.), The Medici. Citizens and masters, Cambridge (MA), 2015, p. 281-294.

Mineo 2009 = E.I. Mineo, La repubblica come categoria storica, dans Storica, 15, 2009, p. 125-167.

Molho 1979 = A. Molho, Cosimo de’ Medici : pater patriae or padrino ?, dans Stanford Italian Review, 1, 1979, p. 5-23.

Gli officiali = F. Leverotti (éd.), Gli officiali negli stati italiani del Quattrocento, dans Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, s. IV, Quaderni I, 1999.

Olgiati 1991 = G. Olgiati, Diplomatici ed ambasciatori della Repubblica nel Quattrocento, dans Storia dei Genovesi, XI, Gênes, 1991, p. 353-373.

Pampaloni 1953 = G. Pampaloni, Gli organi della repubblica fiorentina per i rapporti con l’estero, dans Rivista di studi politici internazionali, 20/2, 1953, p. 261-296.

Paŭn 2015 = R.G. Paŭn R.G., « Ambassadeurs », « émissaires » et autres. Vocabulaire et pratiques de la diplomatie au carrefour des langues (principautés de Valachie et de Moldavie, XVe -XVIe siècles), dans N. Drocourt (éd.), L’ambassadeur entre mondes éloignés. Ambassadeurs, envoyés officiels et représentations diplomatiques entre Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien (XIe-XVIe siècle), Rennes, 2015, p. 45-78.

Peltzer 2012 = J. Peltzer, La dignité de l’office au bas Moyen Âge, dans A. Bérenger, F. Lachaud (dir.), Hiérarchie des pouvoirs, délégation de pouvoir et responsabilité des administrateurs dans l'Antiquité et au Moyen Âge, Metz, 2012, p. 271-289.

Péquignot 2015 = S. Péquignot, Figures et normes de comportement des ambassadeurs : un essai d’approche comparative (ca. 1250-ca. 1440), dans De l’ambassadeur, p. 87-112.

Pibiri 2011 = E. Pibiri, Le personnel diplomatique d'Amédée VIII de Savoie entre France et Bourgogne au temps de la guerre de Cent Ans (1410-1440), dans La cour du prince : cour de France, cours d'Europe, XIIe-XVe siècle, Paris, 2011, p. 81-94.

Piffanelli 2014 = L. Piffanelli, Il libro rosso seghreto di Bongianni Gianfigliazzi. Famiglia, affari e politica a Firenze nel Quattrocento, Rome, 2014.

Piffanelli 2016 = L. Piffanelli, Production épistolaire et gestion de conflits. Quelques réflexions sur des correspondances des commissaires florentins (XIVe-XVe sècles), dans T. Deswarte, B. Dumézil (dir.), Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval, Madrid, 2016 (à paraître).

Pinto 1996 = G. Pinto, Il vicariato fiorentino della Valdinievole e il rafforzamento dell'identità territoriale (secc. XIV-XV), dans L'identità geografico-storica della Valdinievole, Buggiano, 1996, p. 85-92.

Plebani 2002 = E. Plebani, I Tornabuoni. Una famiglia alla fine del Medioevo, Milan, 2002.

Poumarède 1999 = G. Poumarède, Consuls, réseaux consulaires et diplomatie à l'époque moderne, dans Sulla diplomazia, p. 193-218.

Prunai 1958 = G. Prunai, S. de’ Colli, La Balìa dagli inizi del XIII secolo fino alla invasione francese (1789), dans Bullettino senese di storia patria, 65, 1958, p. 33-96.

Queller 1960 = D.E. Queller, Thirteenth-century diplomatic envoys : nuncii and procuratores, dans Speculum, 35/2, 1960, p. 196-213.

Queller 1966 = D.E. Queller, Early Venetian Legislation on Ambassadors, Genève, 1966.

Ramirez Vaquero 2005 = E. Ramirez Vaquero, Estrategias diplomáticas del rey de Navarra en el tránsito del siglo XV, dans Guerra y diplomacia, p. 373-422.

Raveggi 2000 = S. Raveggi, I rettori fiorentini, dans J.-C. Maire Vigueur (éd.), I podestà dell’Italia comunale, I, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), Rome, 2000, 595-643.

Raviola Blythe 2011 = A. Raviola Blythe, Frontières régionales, nationales et historiographiques : bilan d’un programme de recherche italien et perspectives de recherche, dans Cahiers de la Méditerranée, 83, 2011, p. 257-272.

Raulich 1888 = I. Raulich, La prima guerra fra i Veneziani e Filippo Maria Visconti, dans Rivista Storica Italiana, 5, 1888, p. 441-468, 661-696.

Raymond – Moxham 2016 = J. Raymond, N. Moxham (éd.), News networks in early modern

Europe, Leiden-Boston, 2016.

Righi 1840 = B. Righi, Annali della città di Faenza, II, Faenza, 1840, p. 215-216.

Rituale, cerimoniale = E. Acanfora, S. Bertelli, G. Crifò (dir.), Rituale, cerimoniale, etichetta, Milan, 1985.

Rubinstein 1971a = N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), Florence, 1971 (éd. or. Oxford 1966).

Rubinstein 1971b = N. Rubinstein, Notes on the Word Stato in Florence before Machiavelli”, dans J.G. Rowe, W. H. Stockdale (dir.), Florilegium Historiale : essays presented to Wallace K. Ferguson, Toronto, 1971, p. 313-326.

Rubinstein 1981 = N. Rubinstein, Stato and regime in Fifteenth century Florence, dans Per Federico Chabod, I, Pérouse, 1981, p. 137-146.

Rubinstein 1992 : N. Rubinstein, Lorenzo de’ Medici : the formation of his statecraft, dans G.C. Gardagnini (éd.), Lorenzo de’ Medici, Florence, 1992, p. 41-66.

Lorenzo de’ Medici = G.C. Garfagnini (éd.), Lorenzo de’ MediciStudi, Florence, 1992.

Sabbatini 1999 = R. Sabbatini, La diplomazia come strumento di autoconservazione : considerazioni sulla politica estera della Repubblica di Lucca, dans Sulla diplomazia, p. 101-123. 

Salvadori 1992 = P. Salvadori, Rapporti personali, rapporti di potere nella corrispondenza di Lorenzo de’ Medici, dans G. Garfagnini (éd.), Lorenzo il Magnifico e il suo tempo, Florence, 1992, p. 125-146.

Salvadori 1999 = P. Salvadori, Gli ufficiali estrinseci fiorentini e Lorenzo de’ Medici, dans Gli officiali, p. 213-224.

Salvadori 2000 = P. Salvadori, Dominio e patronato nella Toscana di Lorenzo de’ Medici, Rome, 2000.

Savy 2005 = P. Savy, Gli Stati italiani del XV secolo : una proposta sulle tipologie, dans Archivio storico italiano, 163/4, 2005, p. 735-759.

Scharf 2000 = G.P.G. Scharf, La signoria malatestiana a Bergamo, dans G. Bonfiglio Dosio, A. Falcioni (éd.), La signoria di Pandolfo III Malatesti a Brescia, Bergamo e Lecco, Rimini, 2000, p. 435-496.

Schmutz 1972 = R. Schmutz, Medieval papal representatives : legatus, nuncius, and judges, dans Studia Gratiana, 15, 1972, p. 443-463.

Scott Baker 2013 = N. Scott Baker, The fruit of liberty. Political culture in the Florentine Renaissance, 1480-1550, Cambridge (MA), 2013, p. 49-97. 

Senatore 1998 = F. Senatore, « Uno mundo de carta ». Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, 1998.

Senatore 2000 = F. Senatore, I diplomatici e gli ambasciatori, dans S. Gensini (éd.), Viaggiare nel Medioevo, Pise, 2000, p. 267-298.

Skinner 2002 = Q. Skinner, From the state of princes to the person of the state, dans Renaissance virtues, vo. 2 of Visions of politics, Cambridge, 2002, p. 368-413.

Signoria, Dieci di Balia, Otto di Pratica = M. del Piazzo (éd.), Signoria, Dieci di Balia, Otto di Pratica. Legazioni e commissarie, missive e responsive. Inventario sommario, Rome, 1960.

Soldi Rondinini 1965 = G. Soldi Rondinini, Ambasciatori e ambascerie al tempo di Filippo Maria Visconti (1412-1426), dans Nuova rivista storica, 49, 1965, p. 313-344.

Statuta 1415 = Statuta populi et communis Florentiae publica auctoritate collecta castigata et praeposita anno salutis MCCCCXV, 3 vol. , Friburgi [mais Florence], Apud Kluch, 1778-1783.

Storie fiorentine = F. Guicciardini, Storie fiorentine, dans Id., Opere, E. Lugnani Scarano (éd.), Turin, 2010.

Sulla diplomazia = R. Sabbatini, P. Volpini (dir.), Sulla diplomazia in età moderna. Politica, economia, religione, Milan, 2011.

Taddei 2013 = I. Taddei, « Fedeli servidori et divotissimi figliuoli fiorentini dei Reali di Francia » : parenté et libertas dans le langage diplomatique (fin XIVe-début XVe siècle), dans A. Lemonde, I. Taddei (dir.), Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XIVIe siècle), Rome, 2013, p. 357-374.

Tanzini 2004 = L. Tanzini, Statuti e legislazione a Firenze dal 1355 al 1415. Lo statuto cittadino del 1409, Florence, 2004.

Tanzini 2010 = L. Tanzini, Il Magnifico e il Turco. Elementi politici, economici e culturali nelle relazioni tra Firenze e Impero Ottomano al tempo di Lorenzo de' Medici, dans Rime. Rivista dell’istituto di storia dell’Europa mediterranea, 4, 2010, p. 271-289. 

Torre 2008 = A. Torre, Un « tournant spatial » en histoire ? Paysages, regards, ressources pour une historiographie de l’espace, dans Annales, 5, 2008, p. 1127-1144.

Vallerani 2012 = M. Vallerani, Paradigmi dell’eccezione nel tardo Medioevo, dans Storia del pensiero politico, 2, 2012, p. 185-212.

Vannini 2012 = L. Vannini, Il dominio territoriale di Firenze in Guicciardini e Machiavelli. Alcune considerazioni, dans Annali di storia di Firenze, 7, 2012, p. 73-96.

Varanini 1996 = G.M. Varanini, Governi principeschi e modello cittadino di organizzazione del territorio nell’Italia del Quattrocento, dans S. Gensini (éd.), Principi e città alla fine del Medioevo, Pise, 1996 p. 95-128.

Varanini 2012 = G.M. Varanini, Public written records, dans The Italian renaissance state, p. 385-405.

Vedovato 1946 = G. Vedovato, Note sul diritto diplomatico della repubblica fiorentina, Florence, 1946.

Violante 1991 = C. Violante, Per una storia degli ambiti. La spazialità nella storia, dans Studium, 37, 1991, p. 861-879.

Visceglia 1997 = M.A. Visceglia, Il cerimoniale come linguaggio politico. Su alcuni conflitti di precedenza alla corte di Roma tra Cinquecento e Seicento, dans M.V. Visceglia, C. Brice, Cérémonial et rituel à Rome (XVIe-XIXe siècle), Rome, 1997, p. 117-176.

Visceglia 2010 = M.A. Visceglia, Guerra, diplomacia y etiqueta en la corte de los papas (siglos XVI y XVII), Madrid, 2010.

Volpini 2014 = P. Volpini, Pratiche diplomatiche e reti di relazioni. Ambasciatori « minori » alla Corte di Spagna (secoli XVI-XVII), dans Dimensioni e Problemi della Ricerca Storica, 27/1, 2014, p. 7-24.

von Reumont 1857 = A. von Reumont, Della diplomazia italiana dal secolo XIII al XVI, Florence, 1857.

von Thiessen 2010 = H. von Thiessen, Diplomatie vom type ancien : Überlegungen zu einem Idealtypus des frühneuzeitlichen Gesandtschaftswesens, dans H. von Thiessen, C. Windler (dir.), Akteure der Außenbeziehungen : Netzwerke und Interkulturalität im historischen Wandel, Cologne, 2010, p. 471-503.

Waetzoldt 1984 = H. Waetzoldt, Diplomaten’, Boten, Kaufleute und verwandtes in Ebla, dans L. Cagni (éd.), Il bilinguismo a Ebla, naples, 1984, p. 405-437.

Waquet 2010 = J.-C. Waquet, Introduction, à S. Andretta (éd.), Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, Rome, 2010, p. 1-26.

Wijffels 1992 = A. Wijffels, Le statut juridique des ambassadeurs d’après la doctrine du XVIe siècle, dans Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe–XVIe s.), 32, 1992, p. 127-142.

Wilcox 1969 = D.J. Wilcox, The development of Florentine humanist historiography in the Fifteenth Century, Londres, 1969.

Zorzi 1987 = A. Zorzi, Aspetti e problemi dell’amministrazione della giustizia penale nella Repubblica fiorentina, dans Archivio storico italiano, 145, 1987, p. 391-453, 527-578.

Zorzi 1989 = A. Zorzi, Giusdicenti e operatori di giustizia nello stato territoriale fiorentino, dans Ricerche storiche, 19, 1989, p. 517-552.

Zorzi 1999 = A. Zorzi, Gli ufficiali territoriali dello Stato fiorentino (secc. XIV-XV), dans Gli officiali, p. 191-212.

Zorzi 2000 = A. Zorzi, I rettori di Firenze. Reclutamento, flussi, scambi (1193-1313), dans J.-C. Maire Vigueur (éd.), I podestà dell’Italia comunale, I, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), Rome, 2000, p. 453-594.

Zorzi 2002 = A. Zorzi, La formazione e il governo del dominio territoriale fiorentino : pratiche, uffici, costituzione materiale, dans A. Zorzi, W.J. Connell (dir.), Lo Stato territoriale fiorentino (secoli XIV-XV). Ricerche, linguaggi, confronti, Pise, 2002, p. 189-221.

Zorzi 2008 = A. Zorzi, La trasformazione di un quadro politico : ricerche su politica e giustizia a Firenze dal comune allo Stato territoriale, Florence, 2008.

Top of page

Notes

1 Et ainsi le Tasse : « L’ambassadeur … relève de son prince …, donc plus celui-ci ressemble au prince parfait, plus l’ambassadeur a envie d’orienter son prince vers l’honnêteté. Cela me semble, dis-je, office d’un conseiller plutôt que d’un ambassadeur. Ce n’est pas inconvenant, dit-il, que l’ambassadeur, écrivant à son prince, donne des conseils ; mais celui qui donne des conseils, c’est un conseiller. ». Cf. Il Messaggiero, p. 72. La distinction entre le rôle de l’ambassadeur et celui du conseiller se fit de plus en plus importante à partir du XVIe siècle (cf. cette thématique dans le Cortigiano, livre IV, chapitre 5, de Baldesar Castiglione), notamment dans l’aire hispanico-aragonaise, où les conseillers acquirent une place significative à la cour royale. Cf.  Bentley 1995.  Les traités de Giovanni Pontano De prudentia et De fortuna, p.ex., se nourrissent de réflexions sur l’éthique aristotélicienne aussi bien que de l’expérience de l’auteur en tant qu’éducateur et conseiller du Duc de Calabre, puis Roi de Naples.

2 Cf. Ambaxiator brevilogus, p. 5-6 et, plus récemment, Gilli 2014, p. 331-340. Cf. aussi Mattingly 1955 ; Queller 1960 ; Frigo 1999a ; Gilli 2009, surtout p. 177 sqq ; Pibiri 2011, p. 93-94. Un pluralisme de telle sorte n’était pas exclusivement italien : cf. Ramirez Vaquero 2005 ; Poumarède 1999 ; Ari 2004, p. 46-56 ; Paŭn 2015. Pour les représentants pontificaux, cf. infra, note 34.

3 Voir Marzi 1910 ; Fubini, 1996 (sur notre thème, p. 67-68) ; Connell 1988, surtout p. 602-603 ; Lang 2009 ; Maxson 2013 (je remercie vivement Brian Maxson d’avoir bien voulu partager avec moi la documentation non directement présentée dans son volume).

4 Effectivement, ce sont trois des fonctions éminentes remplies par tout agent diplomatique. Cf. Bély 1998 ; Waquet 2010, surtout p. 2-4. 

5 Au point que, dans les Statuta florentins de 1325, la réglementation des ambassades “personnelles” précédait celle pro facto et utilitate Communis. On suivra avec profit les lignes évolutives de cette condition jusqu’à la limite opposée (à savoir l’interdiction, pour les ambassadeurs, de partir en mission pour le compte de particuliers) dans Fubini 1996, p. 26-46 ; Tanzini 2004, p. 150-154. Cf. aussi Angelini 1965, p. 30 ; Grubb 1991 ; Fubini 1982, p. 40-41 ; 2006.

6 Behrens 1936 ; Biow 2002 ; Autrand 1998, p. 311-318.

7 Angelini 1965, p. 2. Sur l’usage de l’instrument diplomatique dans l’Italie communale, cf. Gilli 2015.

8 Dupré Theseider 1945, p. 89. Opinion partagée, encore après plusieurs années, par d’autres spécialistes (Lazard 2007, Colson 2009).

9 Fubini 1982, p. 38. Encore au XVIe siècle, p. ex., la résidentialité est un thème qui ne semble toucher que de façon très exceptionnelle les auteurs de traités et ceux qui s’intéressaient à la pratique diplomatique (pour la France, une institutionnalisation et une standardisation de la diplomatie n’aurait eu lieu – semble-t-il – qu’à la moitié du XVIIe siècle). Cf. Wijffels 1992, p. 139 ; Bély 1999, p. 339 ; Barcia 2003 ; Blum 2014. Face aux tendances d’une certaine orientation historiographique, aujourd’hui Isabella Lazzarini, une des chercheuses les plus actives et prolifiques sur la diplomatie à la Renaissance, a suggéré à maintes reprises d’abandonner ce cliché historiographique, que déjà Paolo Margaroli avait qualifié de « faux problème ». Cf. Lazzarini 2012 ; 2014, p. 162-163 ; 2015, p. 113-116 ; Margaroli 1992, p. 270. Sur cette question, toutefois, quelques chercheurs sont toujours penchés (nous pensons à l’étude très récente de Fletcher 2015). Sur les tendances précédentes, voir Mattingly 1937 ; Behrens 1933 ; 1934 ; De Tourtier 1957. Pour des études plus récentes, cf. Fubini 1998 ; Dover 2006 ; Fedele 2014 (je sais gré à l’auteur de m’avoir permis la consultation de son tapuscrit).

10 Cf. Fubini 2008 ; Bertelli 2001 ; De l’ambassadeur ; Lazzarini 2015b.

11 En ce sens-là, le cas florentin est très clair : il suffit que nous dirigions notre regard vers Archives d’État de Florence (dorénavant ASF), Signori, Dieci di balìa, Otto di Pratica (dorénavant SDO), qui recueillit la documentation produite par et reçue du triptyque de magistratures qui gérait les relations avec les autres puissances européennes. Cf. Signoria, Dieci di Balia, Otto di Pratica ; Fabii 2003 ; Pampaloni 1953.

12 Mais il faut toujours tenir compte des observations de Lazzarini 2001 ; Gilli 2004 ; Savy 2005 ; Mineo 2009 ; Fournel-Zancarini 2009, p. 7-40 ; Hankins 2010.

13 Cf. tout d’abord Lazzarini 2001 ; Gli officiali.

14 Ceci est un aspect bien visible pour de très nombreuses missions de la première moitié du XVe siècle : bien que ce fussent souvent les Dix de la Balie qui élisaient les orateurs, les commissaires et les commissaires-orateurs, les instructions données à ces envoyés, et même les missives qui leur étaient expédiées, ont été enregistrées dans les registres des Seigneurs. Cf. ASF, Signori : Minutari, 6 ; Missive I Cancelleria, 30, 31 ; Legazioni e commissarie (dorénavant LC), 4, 5, 7, 8. De toute façon, d’habitude il n’y avait pas de véritable rivalité entre ces magistratures, mais plutôt une coopération significative : à Palla Strozzi, ambassadeur au duc de Savoie, les Seigneurs écrivirent qu’il avait à suivre les ordres que les Dix de la Balie lui avaient donnés : « Karissimo nostro, i Dieci della balia vi scrivono quello avete a fare intorno alla vostra stanza o partita. Et pertanto vogliamo che quanto per loro v’è scripto mettiate a executione » ; la nota et informatione, soit les instructions, à Tommaso Soderini avait été « délibérée par les Dix de la balie », mais est abritée dans un des registres de la Seigneurie. Cf. respectivement ASF, Signori, LC, 5, c. 9r (17 janvier 1428) ; 8, c. 46r (11 août 1431).

15 Cf. Marzi 1910, p. 356-372 ; Fabii 2003, p. 4 et notes ; Arrighi-Klein 1994, surtout p. 150-152. Sur les réalités lucquoise, vénitienne et génoise, cf. respectivement Sabbatini 2011, surtout p. 108-112 ; von Reumont 1857, p. 138-139 ; Olgiati 1991. Se signale comme exception Sienne, sur laquelle cf. Ilardi 1968, p. 395-396 ; Gattoni 1997.

16 Cf. p. ex. Fasano Guarini 1991, p. 102-104.

17 ASF, Signori, LC, 20, c. 4r. Sur le sens de « reggimento », un terme qui devient si prégnant quand il s’agit de Florence au Moyen Âge, la bibliographie est nourrie ; pour cela, nous nous permettons de renvoyer à la synthèse opérée dans Piffanelli 2014, p. 16-17. Sur la polysémie de « stato », voir au moins Rubinstein 1971b ; 1981 ; Skinner 2002 ; Larkins 2010.

18 Sauf dans le cas des Seigneurs, par rapport auxquels il y avait un véritable veto. Cf. Vedovato 1946, p. 47.

19 Sur cette question, cf. Zorzi 2002 ; Mannori 1997 ; Becker 1968, p. 201-250 ; Vannini 2012 ; l’incontournable Chittolini 1978.

20 À Sienne, p.ex., au début du Quattrocento il fut statué que le Conseil du Peuple aurait dû octroyer, pour les missions en dehors du territoire siennois, plus de deux ambassadeurs et un nombre plus important de chevaux. Cf. Archives d’État de Sienne, Statuti del comune di Siena, 41, c. 208v. Sur la Seconde Chancellerie de Florence, créée pour gérer les rapports avec les communautés sujettes à l’État florentin (en laissant à la Première les relations avec les autres puissances), cf. Marzi 1910, p. 196-197, 311-312, 353-372 ; Luiso 1898 ; Klein 2008. À la fin du XVe siècle, les Gonzagues de Mantoue, se pourvurent d’une section spécifique de la chancellerie consacrée à la correspondance extra dominio, les « Riservati ». Cf. Ilardi 1968, p. 388-391. Pour Milan, cf. Covini 2005, p. 17 de l’édition digitale, où la chercheuse signale aussi une exception significative pour les années 1471-1475. Sur l’ensemble de ces écritures et sur les modalités de leur conservation, voir Lazzarini 2016a ; 2016b (je remercie Isabella Lazzarini de m’avoir permis la lecture de ces écrits pas encore publiés).

21 Senatore 1998.

22 À l’ambassadeur génois qui devait traiter de l’entrée de sa propre République dans les accords lodesans de 1454, p.ex., sont remises les « littera credentialis, ziffra, copia littere domini ducis Mediolani, copia lighe ultime, copia pacis cum rege, protestatio lombardorum ». Cf. Olgiati 1991, p. 360. Un dossier de cette sorte tendait bien évidemment à s’épaissir pendant le déroulement de la mission. Cf. Senatore 2000.

23 Florence, Archivio privato Borromeo di Isola Bella, Acquisizioni diverse, « F », lettre pour l’indication de laquelle je sais gré à William Connell. Sur la transmission de l’information, cf. aussi Lazzarini 1999 ; Lazzarini 2014 ; ; Bullard 1994, p. 89 ; de Vivo 2007, p. 70-85 ; Infelise 2007 ; Andretta-Visceglia 2015 ; Raymond – Noxham 2016.

24 Cf. p. ex. ASF, Dieci di Balìa, Deliberazioni, condotte, stanziamenti (dorénavant Dieci, DCS), 20, c. 131r ; 21, cc. 4r, 86r.

25 Pour quelques exemples, ASF, Dieci, LC, 4, c. 34v (10 juillet 1478), au commissarius vel orator : « che commandiamo la diligentia vostra dello scrivere spesso et degli advisi dati » ; ASF, Dieci, Missive, 8, cc. 90v, 105v, (5-10 avril 1479), à Girolamo Albizzi, envoyé en qualité de commissaire et orateur à Roberto Malatesta, Astorre Manfredi et Costanzo Sforza : « Ingegnati intendere come prima puoi », « Aspectiamo ogni hora aviso da te » ; ASF, Signori, LC, 17, c. 2r, (27 septembre 1469) la Seigneurie rappelle au taciturne Bernardo Corbinelli, envoyé en tant que commissarius seu legatus auprès du comte d’Urbino, qui combattait pour Florence, d’écrire vite, étant donné que « le cose importanti della Repubblica voglono amore, diligentia et sollecitudine » ; ASF, Signori, LC, 20, c. 2v (9 avril 1478), à Iacopo Guicciardini et Antonio Ridolfi, legati et commissarii en Lunigiana : « scriverrete dì per dì quello che arete facto ».

26 Sur la délégation de pouvoir, cf. Peltzer 2012.

27 Lazzarini 2010, p. 54. Sur cette explosion d’écritures, en sus de l’incontournable Cammarosano 1991, cf. Bartoli Langeli 1985 ; Senatore 1998 ; Lazzarini 2004 ; 2007 ; Dover 2005, surtout p. 66-67 ; 2007 ; Covini 2008, surtout p. 1-8 de l’édition digitale ; Varanini 2012, surtout p. 390 sqq.

28 Cf. Lazzarini 2009 ; 2011a ; Maxson 2011 ; Rituale, cerimoniale ; Frigo-Mortari 1997 ; Visceglia 1997. De toute façon, la présence d’un langage non-verbal au sein des échanges diplomatiques n’est assurément pas un élément exclusif du Moyen Âge. Cf. p.ex. Cohen-Westbrook 2002 ; Becker 2014 ; Garcìa Riaza 2015, p. 24-37.

29 Par rapport à cette luxuriance documentaire, nous voudrions porter l’attention sur l’importance aussi des formes et des structures des lettres de ces agents de la négociation, une architecture épistolaire qui renvoyait assurément aux buts et au contexte de la mission. Un exemple très significatif demeure, à notre avis, dans la conclusion de ces missives : souvent, en effet, ces lettres se terminent par une formule telle que « Non altro per ora » (« Rien d’autre pour le moment ») ou une formule similaire, une expression qui laissait le canal épistolaire entrouvert et, surtout, impliquait vraisemblablement une suite de la communication, une lettre future avec de meilleures nouvelles. Cet appât/espoir d’une continuation heureuse alléchait les magistratures urbaines, et contribuait à nourrir le volume documentaire. Pour ces considérations et d’autres, cf. Piffanelli 2016.

30 Sur la correspondance entre les officiers du territoire et le Magnifique, cf. Salvadori 1992 ; 1999 ; 2000. Voir aussi Connell 1994.

31 Pour un exemple différent, assurément connecté à la double fonction de commissaire et orateur attribuée, cf. ASF, Signori, LC, 16, c. 197r, 16 mars 1469 : Recco Caponio, envoyé en légation « dans les zones de la Romagne », prie les Seigneurs pour la libération de certains prisonniers dans les Stinche, la prison florentine.

32 Cf. ASF, Mediceo avanti il Principato (dorénavant MAP), XXXIV/503 ; XXXVI/294, 1051, 1200.

33 À propos d’une « ricucitura » (réunion) on lit en effet dans Frigo 2011. Et, d’ailleurs, la connaissance de l’histoire politique d’un État (« cognizione delle cose di stato e dell’istorie ») apparaissait au Tasse comme l’une des compétences avec lesquelles l’ambassadeur devait avoir le plus de familiarité possible. Cf. Il Messaggiero, p. 73.

34 On renvoie brièvement à Schmutz 1972 ; Frigo 1999a ; Ménager 2001 ; Barbiche 2005 ; Gardi 2015.

35 Au-delà de l’étude bien connue de Hintze 1980 (qui, en tout cas, relègue cet officier à un rôle militaire-administratif), cf. Mallett 1983 et Mallett-Hale 1984, ad indicem, intéressés surtout au binôme vénitien commissaire-provéditeur ; le susmentionné – ainsi que véritable hapax sur la question – Connell 1988 ; quelques allusions sporadiques dans Castelnuovo 2006, p. 321-322 (reprises dans Castelnuovo 2012, p. 380) ; Leverotti 1999, p. 34-36 ; Varanini 1996, p. 117-118 . Les caractéristiques de la charge de commissaire se révèlent dignes d’intérêt aussi à Bergame – où Pandolfo Malatesta, Seigneur de la ville et capitaine militaire, introduisit lafigure des commissaires pour contrôler le factionnalisme citadin – et dans les domaines des marquis puis ducs d’Este – où, tant avant l’érection de Ferrare en duché qu’après 1471, les commissaires n’étaient créés que pour des raisons de politique intérieure. Cf. Scharf 2000 ; Folin 2001, p. 178-183,

36 Cf. au moins Brucker 1977 ; Kent 1978 ; Fubini 1996 ; Lettere ; Zorzi-Connell 2000 ; Zorzi 2008, p. 257-279.

37 Le rapport étroit entre ces deux instruments de l’action politique apparaît constant à toute époque et dans toute configuration géopolitique, comme le montrent, parmi d’autres, les travaux de Liverani 1994 ; Guerre et diplomatie romaine ; Guerra y diplomacia ; Hale 1961 ; Mallett 1992 ; Isaacs 1996 ; Lang 2009 ; Visceglia 2010. Et si pour un État, d’après François de Caillères, une diplomatie prudente était plus importante et moins dispendieuse qu’une guerre, il est indéniable que ce fut par les échanges diplomatiques que l’on organisait et l’on gérait le déroulement et l’aboutissement des conflits. Cf. Caillères 1716, p. 17.

38 Cf. Varanini 1996, p. 118 ; Del Tredici 2012, p. 161 ; Dedola 1994. Quelques exemples florentins inédits dans ASF, Signori, LC, 17, c.125r ; Dieci, DCS, 20, cc. 49r, 91v, 109r, 128r ; 21, cc. 4r, 147r. Nous signalons au passage que même l’important travail de William Connell s’ouvre exactement avec un cas de « podestat et commissaire ». Cf. Connell 1988, p. 591. Les aspects qualitatifs de ces offices « du territoire » semblent être liés aussi aux dimensions et à la forme politique du gouvernement : p. ex. dans la réalité mantouane, où l’étendue géographique de l’État gonzaguesque avait pris les formes d’un marquisat qui n’allait pas au-delà de la ville de Mantoue et d’un comtat assez circonscrit, la fonction commissariale montre toute sa puissance en contrôlant des régions plus larges que celles gérées auparavant par les vicaires et les podestats qui, de toute façon, n’avaient quasiment que des tâches fiscales. Cf. Lazzarini 2006.

39 À notre connaissance, seul Francesco Sforza semble en avoir fait usage, et encore de façon très rare : cf. Archives d’État de Rome, Manoscritti, 359, Terni, Memorie diverse (1387-1615), Libro 21, c. 88v (25 avril 1435, Luca de Todi est envoyé pro parte excelsi domini comitis Francisci Sfortiae […] tamquam commissarius et orator) ; Archives d’État de Milan (dorénavant ASM), Potenze estere, Napoli, 203, c. 150r (juin 1460, Giovanni Bianchi envoyé par Sforza dans le royaume de Naples, pour supporter le roi Ferdinand contre Jean II d’Anjou). En dehors des bornes péninsulaires, la charge de commissaire était presque toujours ajoutée aux autres sans une vraie spécificité, dans une « envolée numérique [et une] rédaction très standardisée des pièces annexes » qui n’exprimaient que les pouvoirs de procuration confiés aux ambassadeurs. Cf. Guyotjeannin 2015, p. 20 et, pour quelques exemples, Léonard 1693, p. 663 ; Diericx 1815, p. 601 (pt. IV, ch. VIII) ; Daumet 1898, p. 253. S’avèrent intéressants l’emploi et les caractéristiques des commissaires florentins recrutés dans l’État sforzesque, sur lesquels cf. Gentile 2015. En ce qui concerne la réalité pontificale, alors que le binôme nuntius et orator était utilisé pour des mission politiques et diplomatiques, le rajout de la fonction commissariale à celle de nuntius impliquait – semble-t-il – une mission d’ordre ecclésiastique. Cf. Barbiche 2005, p. 363-364.

40 Pour quelques réflexions comparatives à propos de la façon de contrôler le territoire, voir Chittolini 2015.

41 Cf. Brucker 1962, p. 124-131 ; 1977, p. 94 ; Kent 1978 (l’ouvrage entier témoigne d’une polarisation sociale au sein de la ville) ; Fubini 1991 ; 1994, p. 21-24. Pour quelques considérations sur la procédure du syndacatus, cf. Crescenzi 1981 ; Isenmann 2011.

42 Sur ces officiers « du territoire » et d’autres, outre Salvadori 1999 et Chittolini 1978, cf. au moins De Angelis 2002 ; Pinto 1996 ; Zorzi 2000 ; Raveggi 2000.

43 Cf. p.ex. Connell 1988, p. 612 ; Dauphant 2012, p. 303-336. Tous ces fonctionnaires – mais surtout les commissaires et les commissaires-orateurs, en raison de la voie directe qui souvent les liait à Laurent de Médicis – construisaient et ensuite profitaient de ce que Walter Reinhard a appelé « Außenverflechtungen », que l’on peut traduire par « les liens extérieurs ». Cf. von Thiessen 2010, p. 475 (nous renvoyons à la bibliographie y comprise).

44 Cf. Lettere, III, p. 406 ; Piffanelli 2014, p. 95-96.

45 Cf. ASF, Dieci, DCS, 20, cc. 56v, 60v, 64r, 67r. Les incitations produisirent l’effet voulu, vu que Manfredi – dont les liens avec Florence furent décidément intimes et durables, même dans des moments pour lui très difficiles – servit les Florentins à l’occasion de la guerre contre Alphonse Ier de Naples. Cf. Righi 1840, p. 215-216 ; Plebani 2002, p. 162-164. Sur les « buoni effetti », ainsi que sur d’autres expressions caractéristiques et récurrentes dans les écritures diplomatiques, cf. Bullard 1996 (qui prend beaucoup de Bullard 1994) ; Taddei 2013 ; Lazzarini 2015b, p. 239-262.

46 Cf. p.ex. Wijffels 1992 ; D. Frigo 1999b. Par rapport à Florence, Gênes et Venise, cf. Fubini 1996, p. 28-32 ; Olgiati 1991, p. 353 ; Queller 1966, p. 8.

47 Pour le premier élément, des références un peu partout dans l’historiographie la plus récente. Cf. au moins Senatore 1998 ; Lazzarini 2012 ; Volpini 2014 ; Péquignot 2015. Sur le prestige, outre l’assertion bien connue de Machiavel, selon laquelle les ambassades, dans une cité, sont parmi les choses qui attribuent de l’honneur à un citoyen (« le imbasciate sono in una città di quelle cose che fanno onore a un cittadino »), cf. Fubini 1982, p. 42-46 ; Castelnuovo 2012, p. 379-381 ; Gilli 2005, qui parle d’un « ennoblissement » des figures principales de la diplomatie (p. 421) ; Chittolini 1989. Cf. aussi James 1988. Pour la citation du Secrétaire florentin, cf. Memoriale, p. 225, où nous voudrions souligner, quoique de façon fugace, l’absence de « utile » à côté de « onore » (un binôme qui, par contre, était l’une des expressions les plus fréquentes dans le langage politique italien), un indice subtil de la considération que Machiavel avait des missions diplomatiques.

48 Pour la question de Modigliana, cf. ASF, Signori, LC, 16, cc. 7r, (7 mars 1466, commission à Mariotto Lippi), 8v, 18r. Sur les événements d’Acciaioli, cf. ASF, Signori, LC, 17, cc. 161v, 152r, 118r. Pour les autres considérations, cf. Mallett 1994 ; Wilcox 1969, p. 93 ; Aznar et alii 2014. Par rapport à la dignitas de l’ambassadeur, cf. Ambaxiator brevilogus, p. 6 : Coaptare tamen convenit auctoritati mittentium statum mittendorum et dignitatem, ad eius cui mittitur excellentiam habendo respectum, et iuxta agendorum qualitatem negociorum et fines ac facultatem agendi ambaxiatoribus conferendam. Sur l’auctoritas, un exemple milanais dans Chittolini 1989, p. 104.

49 Une claire référence à Bullard 1994, surtout p. 65-108. Cf. aussi les conseils des Prieurs, méfiants, à leurs propres ambassadeurs, auxquels ils intimaient souvent de se rapprocher (« ristrignersi ») de certains collègues et pas d’autres (dans la plupart des cas, les ambassadeurs milanais étaient les préférés, ceux auxquels on pouvait « parlare largo », c’est-à-dire parler sans crainte ; sur l’autre berge, il y avait les Vénitiens, avec lesquels il fallait bien être toujours circonspects). Un cas, parmi les nombreux trouvables, dans ASF, Signori, LC, 19, c. 131r, la Seigneurie à Pierfilippo Pandolfini et Bongianni Gianfigliazzi, envoyés à Naples le 14 août 1477 : « […] ristringnetevi con quegli di Milano communicando con loro in tutto la nostra commissione […]. Essendovi mossa di là qualche nuova cosa, conferirete o non conferirete co’ Vinitiani secondo la qualità della cosa o secondo il parere degli imbasciadori milanesi » (« rapprochez-vous de ceux de Milan et communiquez-leur entièrement nos instructions […]. Si quelque chose bouge là-bas, vous conférerez ou pas avec les Vénitiens, selon la qualité de la chose ou selon l’opinion des ambassadeurs milanais »).

50 Statuta 1415, Tome II, Livre V, rubrique CCXIX (p. 705-707) : Electio alicuius ambaxiatoris solummodo fieri possit et debeat per dominos priores artium et vexilliferum iustitiae et gonfalonerios societatum populi et duodecim bonos viros dicti communis [...] et non aliter. On rappelle qu’à Florence les huit Prieurs et le Gonfalonier de Justice composaient la Seigneurie.

51 Sur les Huit de Garde, cf. Antonelli 1954 ; Zorzi 1987. En ce qui concerne les Dix de la Balie, cf. Pampaloni, 1953, p. 286-289 ; Rubinstein 1971, ad indicem ; Guidi 1981, p. 211 ; Fubini 1996, p. 69 sqq.

52 Pour Sienne, cf. Prunai 1958 ; Ascheri 1985. Sur Gênes, Heers 1961, ad indicem ; Olgiati 1991, p. 354.

53 Behrens 1936, p. 616 ; Fubini 1990 ; 2009. Pour Rucellai, cf. ASF, MAP, LXII/377 (19 novembre 1486).

54 Lorsque l’on passe en revue la documentation abritée dans le fond MAP, nous pouvons clairement remarquer que ni Côme de Médicis ni son fils Pierre n’entretinrent avec ces envoyés l’échange assidu d’informations et de réclamations qui, en revanche, caractérisa le rapport entre ces derniers et Laurent (pour lequel Patrizia Salvadori a relevé un volume de plus de 1600 lettres). Cf. ASF, Archivio Mediceo avanti il Principato : Inventario, 4 vol., Rome 1951-1963, ad indicem ; Salvadori 1999, p. 214.

55 Zorzi 1999, p. 195 ; Fubini 1991. Un tel glissement eut, de toute évidence, des répercussions sur la préparation des envoyés qui, en effet, n’avaient pas une formation juridique (ou, en général, professionnelle) adéquate. Cf. De Angelis 2002, p. 75-76 ; Zorzi 2002, p. 211-214 ; 1989, p. 543 ; Mallett 1983, p. 134-135 ; Frigo 1999b, p. 41-45.

56 Kent 1994 ; Connell 1988, p. 606-607. Sur la « double diplomacy » de Médicis, outre les travaux déjà nommés de Riccardo Fubini et Melissa Bullard, nous nous tenons à Rubinstein 1992, p. 60. En faveur de cette facilité d’attribution des charges, jouaient assurément et le manque d’une demande de formation spécifique pour le rôle et la susdite ductilité de la fonction de commissaire.

57 Sur Spinetta, voir Meli 2007, p. 673-674, 682 sqq ; Ead. 2008, p. 96-98. Pour les commissaires-orateurs, cf. ASF, Signori, LC, 19, cc. 140r (Pucci, un homme notamment lié à Médicis, qui allait remplacer Strozzo Strozzi, celui-ci proche des Malaspina mais guère apprécié, ni par le marquis ni par Laurent), 140v (Bettini, un véritable agent personnel du Magnifique), 141r (Della Valle, recruté à nouveau) ; 20, cc. 2r-3v (Antonio Ridolfi et Jacopo Guicciardini, nommés – c’est important de le remarquer ici – par une commission fortement philo-médicéenne).

58 Cf. ASF, MAP, XLVIII/308 ; ASF, Otto di Pratica, LC, 4, c. 1r ; Dieci, DCS, 24, cc. 15r-16r ; Piffanelli 2014, p. 101-103.

59 Un exemple pour chaque groupe : ASF, MAP, XXXVIII/427 : « Mandati in questa lettera un lettera del duca d’Urbino, et una pure sua all’uficio degli Otto. Intendirai quello conforta facciate… » (« Je t’envoie dans cette lettre une lettre du duc d’Urbino, et une autre, toujours de sa part, aux Huit. Tu pourras comprendre ce qu’il aimerait bien que vous fassiez… ») ; ASF, Dieci, Missive, 7, c. 18r : « Per quanto privatamente scrivi a Lorenzo de’ Medici, intendiamo… » (« Selon ce que tu écris en privé à Laurent, nous savons que… ») ; ASF, Otto, LC, 1, c. 4v : « Lorenzo ne ha fatto vedere una littera tua che tu li scrivi, de dì VII, per la quale habbiamo inteso… » (« Laurent nous a montré une lettre que tu lui as écrite, du jour VII, par laquelle nous avons compris que… »).

60 La toute première est dans ASF, Signori, LC, 1, c. 138r, commission confiée à Antonio Mangioni, envoyé auprès du comte Antonio da Montegranelli « et dans les zones limitrophes » (« in quelle parti »), à savoir dans la zone de Bagno di Romagna (3 avril 1389).

61 ASF, Dieci, DCS, 13, c. 22v (14 septembre 1423), c. 30r (9 novembre 1423) ; 14, c. 2r (25 mai 1424), 3r (9 juin 1424).

62 Nous espérons publier bientôt les résultats de notre recherche au sujet de ce conflit ; à présent, la seule contribution focalisée sur cette guerre demeure Raulich 1888.

63 P. ex. Rinaldo degli Albizzi et Francesco Tornabuoni, envoyés à Césène le 1er septembre 1423, durent gérer les rapports diplomatico-militaires avec Pandolfo et Carlo Malatesta et, en même temps, la coordination globale des ressources sur le territoire frontalier. Cf. Commissioni, I, p. 461sqq ; ASF, Signori, Minutari, 6, cc. 6r, 8r.

64 Cf. p.ex. Brucker 1977, p. 448, 452. Cependant, Brucker ne souligne pas la présence de ces envoyés dans les espaces occidentaux de la domination florentine. Rinaldo degli Albizzi nous informe que la protection des bornes nord-occidentales était une volonté de la population, qui avait entendu dire que Visconti préparait une attaque contre Pise. Cf. Commissioni, I, p. 501-502. 

65 Cf. ASF : Dieci, DCS, 20, cc. 56v (1452) ; Signori, LC, 16, cc. 5v, 17r, 177rv, 195v (1465-1468) ; ivi, 17, cc. 2r, 20r (1469-1470) ; ivi, 20, c. 2r (1478) ; Dieci, DCS, 21, c. 76v e Missive, 8, cc. 90v-93r (1479) ; SDO, LC, 4, c. 11r (1482) ; Dieci, LC, 5, cc. 256r, 299rv (1483) ; Otto, LC, 3, 84rv (1484) ; ivi, 4, c. 1r (1484) ; Dieci, DCS, 28 (1487) ; Signori e Collegi, Condotte e stanziamenti, 16, cc. 63r (1490), 64r (1491) ; Signori, LC, 21, c. 113rv (1493) (tous les fonds sont évidemment dans ASF).

66 Pour les commissaires, p. ex., Connell parle d’un processus de « commissariation », un phénomène que nous pouvons interpréter comme une régularisation de l’exception. Cf. Connell 1988, p. 617. Le lecteur pourra tirer profit aussi de Zorzi 1989 ; Isenmann 2011 (p. 68 sqq) ; Vallerani 2012, (p. 199 sqq).

67 Cf. p. ex. Kent 1978 ; 1987 ; Molho 1979 ; Brown 1992 ; Connell 1996 ; Martines 2004, p. 51. En général, voir Rubinstein 1971a (mais aussi les critiques portées par Fubini 2015).

68 Cf. respectivement ASF, MAP, L/4 ; Fabroni 1784, p. 130 ; Storie fiorentine, p. 99 ; Lettere, VI, p. 100 ; ASM, Potenze estere, Firenze, 281 ; ASF, Signori, Missive, I Cancelleria, 47, cc. 94v-95r. Ce pouvoir décisionnel était déjà perceptible dès la décennie précédente, étant donné que Sacramori, dans la même lettre citée, avouait que « maintenant <scil. après les réformes de 1471> tout le monde s’adresse à lui pour faire parti des élus » (« hora zaschuno concorre ad ello ad raccomandarsi per essere de li ellecti »). Cf. ASM, ibid., 5 julliet 1471. Pour certaines des interprétations que cette précellence a reçues, cf. Milner 2015, surtout p. 288-294.

69 Cf. Marks 1960 ; Mallett 1989 ; Brucker 1994 ; Tanzini 2010 ; Mele 2013. Il est intéressant de remarquer que, dès le printemps 1480 (c’est-à-dire juste après son retour victorieux de Naples), à cause de la création du Conseil des Soixante-Dix (Ordine de’ 70), la série des « Consulte e Pratiche » – qui, jusqu’à ce moment-là, recueillait les débats et les discussions sur les propositions des lois – s’arrête (elle ne reprendra qu’en 1496). Sur le plan économique, les effets de ce renouvellement institutionnel retentirent sur l’heure : en mai, la magistrature ainsi créée approuva la « decima scalata » (la « dîme proportionnelle »), une disposition/imposition fiscale qui, sans l’ombre d’un doute, devait beaucoup à l’entourage de Médicis ; de surcroît, l’introduction de dix-sept officiers préposés aux recettes de la République (les Diciassette Riformatori), pourvut la machine laurentienne d’un organe multitâche (il y avait effectivement très peu de questions qui n’étaient pas de leur ressort). Cf. Rubinstein 1971a, p. 242-276 ; Conti 1984, p. 281-296 ; Brown 1992a. Sur la politique de Médicis tendue à la construction de son hégémonie, cf. au moins Ady 1955, p. 55-88 ; Fu bini 1994 ; De Angelis 1992 ; Butters 1988 ; 1994 ; Scott Baker 2013, p. 49-97.

70 Cf. Statuta 1415, livre II, p. 706 ; ASF, Carte di corredo, 40, c. 103r ; Fubini 2006, p. 45 ; Connell 1989, p. 421-422.

71 « Ciaschune electioni che s’avessino a fare […] di oratori et commissarii […] che si solevano fare pel Consiglio de’ Cento o pe’ Septanta […] si debbino fare pe’ Signori et Collegi, et per detti dua Consigli di Popolo et Comune […] et per modo di squittino ». La mesure adoptée était donc considérable, ne serait-ce qu’en ce qui concernait le changement entre la « création » d’auparavant (creati sunt) et l’« élection » de maintenant (« squittino »).

72 Brown 1994, p. 84 (un mécontentement qui était déjà trouvable dans Rubinstein 1971a, passim). 

73 Cela signifie aussi que, comme pour d’autres fonctionnaires de la République, les changements d’orientation dans les hiérarchies gouvernementales avaient des échos sur la présence ou l’absence des commissaires-orateurs. Par conséquence, il faudrait peut-être estomper la singularité de certains commissaires envoyés par d’autres – et véritables ! – seigneuries (telle que le Marquisat de Mantoue), comme Beltramino Cusatri. Dans leur étude remarquable sur cette figure-clé de la politique des Gonzague, David Chambers et Trevor Dean ont voulu souligner l’exceptionnalité de Cusatri, quand il était commissaire. Selon les auteurs, Cusatri, à la différence de ses collègues florentins (qui étaient « quickly recalled following local lobbying »), « became a permanent presence ». En réalité, eu égard aux différences constitutionnelles entre Florence et Mantoue (où, en plus, le pouvoir vivait d’une nette continuité, due à la presence ininterrompue des Gonzague dès le XIVe siècle), cela nous apparaît tout à fait normal, et largement compréhensible. Cf. Chambers-Dean 1997, p. 180-232 ; Lazzarini 1993. Pour une analyse des lettres échangées avec Médicis, cf. Maclean 2007, p. 124, 129 (Figures 4 et 5).

74 L’on sait bien que, d’après Guichardin, il n’y avait aucun mariage sans son approbation (« non si faceva parentado alcuno »). Cf. Storie fiorentine, p. 105. Le cas de Bongianni Gianfigliazzi – lui aussi commissaire et orateur officiellement pour le compte de la République florentine, même s’il n’hésitait pas à se définir envoyé direct du Magnifique (« puisque je me trouve ici en tant que ton ambassadeur », lui écrit-il depuis Ferrare) –, nous paraît paradigmatique d’un rapport avec les Médicis (et notamment avec Pierre et surtout Laurent) construit de façon graduelle et devenu, au fil du temps, un des repères de l’enracinement du pouvoir laurentien. On renvoie brièvement à Klapisch-Zuber 1976 ; McLean 2007, p. 150-169 ; Ferente 2008 ; Kent 2009 ; Lazzarini 2010 ; Piffanelli 2014, p. 104-114. 

75 Cf. Vedovato 1946 ; Connell 1989, p. 411-436.

76 À titre d’exemple, on peut remarquer cette distinction dans Statuta 1415, Tome II, Livre V, rubrique CXXVII (p. 619) : […] vel alicuius eorum mandatari, et mandatariis, aut ambassiatoribus vel commissariis quibuscumque […].

77 Cf. ASF, Carte di corredo, 13, c. 1r, décret du 2 décembre 1421 : […] ambaxiata […] est destinanda extra territorium et iurisdictionem Comunis Florentie, seu principaliter extra ipsum territorium exercenda ; et encore ivi, c. 20r, décret du 24 avril 1498 : « […] à chaque fois que nous devrons envoyer un ambassadeur – un ou plusieurs – au-delà de la juridiction florentine, ou un commissaire au champ de bataille <et donc à l’intérieur du domaine florentin> […] ». Cf. aussi Connell 1988, p. 602 ; Costa 1969. La nature politico-spatiale (mais aussi culturelle), congénitale au concept de « frontière », est un élément assurément complexe. Aussi important soit-il, cet élément implique un discours que nous ne pouvons pas développer ici (rien que la question d’une distinction entre « espace » et « lieu » mériterait une contribution à part). La bibliographie sur la question est dense ; par conséquent, nous nous tenons à Violante 1991 ; Confini e frontiere nell'età moderna ; Torre 2008 ; Boucheron 2011 ; Lazzarini 2011c ; Raviola Blythe 2011 ; Gautier Dalché 2012 ; Dauphant 2012 (surtout chapitre 6 et p. 379-381).

78 ASF, Dieci, Missive, 8, cc. 14r, 90v-93r. La mission eut le résultat souhaité : ASF, Dieci, DCS, 21, cc. 80v-81r.

79 Du Cange 1883, t. 7, col. 461a (seu) ; t. 8, col. 262c (vel).

80 Cf. p.ex. ASF, Otto, LC, 3, c. 84v, 1er août 1484, à Pierfilippo Pandolfini, orateur et commissaire à Milan (la charge de commissaire était, dans ce cas-là, due au fait qu’on lui demandait d’être non seulement ambassadeur auprès des Ducs Sforza mais aussi collecteur et coordinateur des informations qui provenaient des commissaires faisant partie de « cette bande de Lunigiana ») ; ASF, Signori e Collegi, Condotte e stanziamenti, 16, c. 64r, 27 septembre 1491, Antonio Malegonnelle à Lucques.

81 Quelques exemples : ASF, Dieci, DCS, 20, c. 80v (licenciement) ; 21, c. 76v ; 22, cc. 80v-81r (envoi pour plusieurs « condotte » et aboutissement des tâches de la mission) ; Mallett 1983, p. 95 (licenciement) ; ASF, Carte strozziane, II s., 97, num. 2 (trêve) ; Lettere, IV, p. 222-223 (entremise avec des condottieri).

82 Cf. p.ex. ASF, SDO, LC, 60, cc. 1r-57v (seulement des commissaires) ou, encore, ASF, Dieci, Missive, 8, cc. 14r, 90v-93r (commissaires et commissaires-orateurs). Mais nous rappelons aussi la position de Fubini 1996, p. 68.

83 Nous ne voulons assurément pas parler ici de « carrière », mais on peut noter que les commissarii seu oratores sur lesquels notre analyse s’est appuyée partagent un certain parcours professionnel, dans lequel le moment où ils reçoivent la charge binaire nous semble se situer après l’exercice d’au moins un des deux rôles pris singulièrement. Encore une fois, donc, la valeur de l’expérience se montre comme le soubassement des pratiques de recrutement dans la Florence du XVe siècle. Cf. aussi Herlihy 1991.

84 Cf. Ambaxiator brevilogus, p. 4 ; Branca 1969, p. 159 ; Figliuolo, 1999 ; Folin 2001, p. 150-156. Un excursus rapide de ces figures dans Soldi Rondini 1965, p. 337-338. Très intéressante s’avère l’attestation de ces formes multiples de la charge négociale déjà à partir de la moitié du IIIe millénaire a.C., en l’occurrence à Ebla. Cf. Waetzoldt 1984.

85 Cf. Connell 1988, p. 616-617 ; Fubini 2006, p. 53 n. 39. Nous soulignons d’ailleurs qu’un acte datant 11 avril 1503 statua la création d’une bourse d’élection (« borsa ») spécifique pour « tout ambassadeur ou commissaire général au champ de bataille ou partout ailleurs » (« alcuno ambasciadore o alcuno commissario generale in campo o in alchuno altro luogho »). Ceci est une donnée qui, à notre avis, va pleinement dans la direction de certaines orientations législatives visant à rendre les ambassadeurs et les commissaires les équivalents d’un officium. Cf. Fubini 2006, p. 45, mais aussi Fedele 2014, p. 61-140 ; pour l’acte en question, voir Vedovato 1946, p. 71-72. Une telle évolution professionnelle, qui se lie, à notre sens, à un changement politico-idéologique, selon Robert Litchfield relève de la nouvelle relation, au XVIe siècle, entre les parties sociales et le centre du gouvernement. Cf. Litchfield 1986, p. 336 sqq. Le processus par lequel ces magistrats de la République devinrent des fonctionnaires de l’État ducal – « État » tant sous sa forme politique que sous celle géographique – est donc attribuable, à notre sens, à la convergence de l’autorité publique vers un pôle gouvernemental unique.

86 Cf. ASF, Dieci, DCS, 28, c. 268r et ASF Otto, Missive, 8, cc. 6v, 9v-10r ; 14, cc. 75v-76v (1487) ; ASF, Signori e collegi, Condotte e stanziamenti, 16, c. 63r (1490) ; ASF, Signori e Collegi, Condotte, deliberazioni, stanziamenti, 16, c. 64r (1491) ; ASF, Signori, Legazioni e commissarie, 21, cc. 112rv (1493) ; ASF, Tratte, 1082 (1503-1512) ; pour une partie de la législation qui concerne les deux bureaux à l’orée de la Principauté, cf. Vedovato 1946, p. 74-79 (23 juillet 1529).

87 Sur l’importance diplomatique des « petits États », voir les réflexions de Frigo 2000 ; Fubini 2003 ; Lazzarini 2011b ; Cengarle 2012, p. 300-303.

Top of page

References

Electronic reference

Luciano Piffanelli, « Entre crises territoriales et nécessités de négociation : jalons pour une analyse du commissarius seu orator (Florence, XIVe-XVIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [Online], 128-2 | 2016, Online since 08 September 2016, connection on 18 November 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3241 ; DOI : 10.4000/mefrm.3241

Top of page

About the author

Luciano Piffanelli

‘Sapienza’ - Università di Roma - Université de Toulouse 2 - ‘Jean Jaurès’ - luciano.piffanelli@uniroma1.it

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org