Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

La place des communautés régulières dans l’espace urbain

Le cas de Grenoble (XIe-XVe siècle)
Noëlle Deflou-Leca

Résumés

Le cas de Grenoble illustre la situation originale d’une ville épiscopale depuis le bas-empire qui ne connut aucune fondation régulière, urbaine ou suburbaine, avant l’implantation canoniale de la fin du XIe siècle. L’installation de l’ordo regularis intra muros se fit en contexte réformateur sous l’impulsion de l’évêque Hugues de Châteauneuf qui veilla à maintenir un étroit contrôle sur ses fondations et une tutelle qui ne se démentit pas au cours des siècles suivants. Cette configuration se transforma radicalement au cours du XIIIe siècle lorsque les communautés canoniales régulières furent peu à peu priées de céder la place aux Mendiants. Avec les Mineurs et surtout les Prêcheurs qui s’implantent de part et d’autre de la ville, on observe de beaucoup plus près les mécanismes en œuvre dans la fondation de monastères urbains. D’âpres négociations, qui mettent en jeu tous les acteurs politiques de la cité et témoignent de la volonté des frères de se constituer une place dans la ville et sur l’échiquier des pouvoirs urbains, sont nécessaires pour obtenir installation, extensions ou intégration des nouveaux couvents dans les fortifications urbaines.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

  • 1 Picard 1989, p. 3-19, réimpr. dans Id. 1998, p. 293-309.

1Dans un article sur les premiers sanctuaires chrétiens de Bourgogne, paru il y a plus de vingt ans, Jean-Charles Picard soulignait déjà que la compréhension historique de la christianisation de la ville tenait avant tout d’une approche précise et exhaustive de la topographie urbaine, par les sources écrites, malheureusement trop souvent peu prolixes, et surtout par l’archéologie1. La remarque vaut pour les séculiers comme pour les réguliers et, s'il n’aurait sans doute pas renié les travaux qui sont ici conduits sur les relations entre espaces monastiques et espaces urbains, il aurait peut-être trouvé surprenant de s’arrêter dans cette perspective sur le cas de Grenoble. En effet, pour répondre à la problématique posée par cette rencontre, le choix de Grenoble peut, a priori, surprendre qui connaît un peu son dossier historique. Il s’agit, en effet, du cas un peu spécifique d’une cité, à première vue rétive à toute implantation monastique, mais qui vit pourtant les réguliers s’immiscer très progressivement dans l’espace urbain entre XIe et XVe siècle.

IVe-XIe siècle : une absence ?

  • 2 Sur Grenoble voir Favier 2010 ; Prudhomme 1888 et Chomel 1976.
  • 3 Sur cette question voir notamment les volumes de la Topographie chrétienne 1986-2007 ; Picard 1994, (...)
  • 4 Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998. Bonnet 1993.
  • 5 Montjoye 1990, p. 22.
  • 6 Ces deux sites ont fait l’objet d’études architecturales et archéologiques : Baucheron - Gabayet -  (...)

2L’historien de Grenoble n’a pas vraiment matière à s’attarder sur la cité antique et celle du haut Moyen Âge dont on ignore presque tout à cause de l’indigence des sources écrites, inexistantes, au moins pour le Moyen Âge, jusqu’à la fin du XIe siècle2. La ville antique est riche et bien romanisée, si l’on en juge par la qualité de son rempart, construit à la fin du IVe siècle, et des nombreuses inscriptions découvertes mais sa vocation première est avant tout militaire et défensive dans une région relativement proche du limes. La christianisation de cette cité, épiscopale depuis la fin du IVe siècle, ne correspond pas au schéma traditionnel bien connu autour du développement d’un groupe cathédral et d’une série de sanctuaires et de basiliques suburbaines fondés par les évêques pour y promouvoir notamment le culte des reliques puis, à mesure que se diffusaient l’idéal apostolique de vie commune et le cénobitisme, les établissements réguliers3. Ici, rien de tel, en tous cas pas dans l’espace périurbain. La cité chrétienne de Gratianopolis se structure autour d’un groupe épiscopal prestigieux dont l’organisation est comparable à ce que l’on rencontre à Aix ou à Genève4. Mais il faut attendre le VIe siècle pour voir bâtir des sanctuaires relativement éloignés de la ville sur les nécropoles de la rive droite : Saint-Laurent, Saint-Sixte, Saint-Ferréol, ou la villa Belledonne, le long de la voie romaine de Genève. En revanche, aucune basilique funéraire n’est fondée hors les murs, à proximité immédiate de l’enceinte comme l’usage est bien souvent attesté ailleurs, si bien que la carte de Grenoble au bas empire et au haut Moyen Âge se réduit, pour reprendre les termes d’Alain de Montjoye, à une limite très précise, le rempart antique, autour et au milieu d’un « vide consternant »5. Cette absence ne va pas sans poser question, surtout lorsqu’on connaît la qualité et le prestige du groupe épiscopal et du sanctuaire Saint-Laurent6. La première responsable est assurément l’indigence absolue des sources documentaires jusqu’aux cartulaires dits de saint Hugues (fin XIsiècle). Si cette carence a fait la part belle à l’archéologie, au moins pour le site cathédral et celui de Saint-Laurent, il faut en revanche déplorer les larges destructions des vestiges archéologiques, perpétrés lors des grands travaux d’urbanisme des XIXe et XXsiècles.

  • 7 Le lit du serpent-Isère pouvait varier de cinq kilomètres avant son endiguement au XXe siècle. Quan (...)

3Au-delà de ce réel effet de source, la situation de Grenoble doit composer avec de lourdes contraintes hydro-topographiques qui furent probablement des paramètres importants dans les stratégies d’implantation des sanctuaires, recherchant moins la proximité urbaine que des sites de promontoires afin d’échapper aux ravages des inondations, parfois torrentielles, liées aux cours divaguant de l’Isère et du Drac et à la confluence tumultueuse de ce que l’imagination populaire a nommé « le serpent et le dragon »7.

L’arrivée des chanoines réguliers (fin du XIe siècle)

  • 8 Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble 1869 : désormais Cartulaires de saint Hugues. Le car (...)
  • 9 Sur l’installation très tardive des réguliers dans le diocèse de Grenoble, je me permets de renvoye (...)

4Si la ville offre un terreau documentaire bien maigre pour les siècles du haut Moyen Âge, l’horizon s’éclaircit avec l’épiscopat d’Hugues de Châteauneuf (1080-1132). Prélat réformateur très actif, soucieux de restaurer le temporel et l’autorité de son église face aux empiétements des Guigonides, futurs comtes d’Albon, Hugues fait rassembler en plusieurs recueils cartulaires non seulement quelques actes conservés de ses prédécesseurs mais, surtout, veille à ce qu’y soient transcrites les chartes rédigées sous son long épiscopat. Cette documentation fait émerger la cité du marasme documentaire dans lequel elle était plongée8. Effet de sources ou non, le pontificat d’Hugues coïncide avec un essor sans précédent de la vie régulière dans ce diocèse qui était jusqu’alors un véritable désert cénobitique9. Promoteur de l’installation de dépendances régulières par des abbayes extérieures à son diocèse, Hugues est aussi à l’origine de plusieurs nouvelles fondations, dont on écartera la plus connue, la Grande Chartreuse, car elle s’inscrit à l’opposé de la problématique urbaine qui est ici la nôtre. Son expérience personnelle d’ancien chanoine du chapitre cathédral de Valence, n’est pas étrangère à une certaine préférence qu’Hugues accorda à la fondation de communautés canoniales régulières, qui, d’abord installées dans l’espace rural (Jeoire, Miséré), viennent, au moins pour l’une d’entre elles, essaimer en ville. C’est donc l’essor canonial qui donne aux réguliers l’opportunité de venir se risquer à l’espace urbain grenoblois.

  • 10 Cartulaires de saint Hugues, A, n° 4, p. 7. Il ne s’agit pas de la charte de fondation mais d’une n (...)
  • 11 Voir la localisation sur la figure 2. Cartulaires de saint Hugues, B, n° 41, p. 115. Sur Saint-Jean (...)
  • 12 C’est la date à laquelle un règlement conjoint des évêques de Grenoble, Saint-Jean-Maurienne, Genèv (...)
  • 13 Trois chanoines de Miséré résidant à la collégiale Saint-Pierre sont témoins en 1227 de la cession (...)
  • 14 David, 1938 ; Dreyfus - Goubet 1972.

5À la demande de plusieurs clercs, Hugues a en effet fondé, à quelques kilomètres en amont de la cité, en rive droite de l’Isère, au pied du versant oriental du massif de la Chartreuse, une collégiale régulière dédiée à saint Martin, traditionnellement appelée Saint-Martin de Miséré10. Cette fondation n’est pas précisément datée mais, par recoupement d’indices, on peut la situer peu avant 1100. De manière classique, l’évêque dote sa fondation d’un patrimoine foncier, de revenus et de droits sur une quinzaine d’églises. Il se réserve toutefois la juridiction et la protection de sa fondation, conserve de nombreuses redevances sur ses terres et opère un partage avec les chanoines qu’il installe sur place et dont il se considère comme le supérieur. C’est à la même époque, à la faveur d’un dénombrement de fief dans la cité épiscopale, que l’on voit apparaître deux nouvelles églises à Grenoble, l’une hors les murs, dans le faubourg sud-ouest, dédiée à saint Pierre, l’autre, sous le vocable Saint-Jean, située intra muros11. On ignore si ces sanctuaires sont des dépendances canoniales de Saint-Martin dès les années 1100, mais ils le deviennent assurément au cours du XIIe siècle, sans doute avant 118812. La documentation conservée donne à penser que la vie canoniale régulière se concentre à Saint-Pierre, donc hors les murs, en lisière de l’enceinte13. Les chanoines ne restent cependant pas en marge de l’espace urbain. Ils sont implantés en ville par l’intermédiaire d’un patrimoine foncier et le contrôle deux églises intra muros : Saint-Jean et son cimetière, auquel s’ajoute, dans premier quart du XIIIe siècle, l’église Saint-André, construite à proximité14.

  • 15 Les plans de Grenoble ont été réalisés à partir de Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998, p. 22. Le p (...)

Fig. 1 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 120015.

Fig. 1 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 120015.
  • 16 Dans l’espace méridional, les congrégations de Saint-Ruf et surtout, pour le Dauphiné, d’Oulx sont (...)
  • 17 Cartulaires de saint Hugues, A, n° 4, p. 7 ; B, n° 14, p. 91-92.

6Dans ce contexte réformateur, où l’essor de la vie canoniale régulière est important, notamment aux marges des cités16, il serait évidemment intéressant de cerner d’un peu plus près l’observance suivie par ces chanoines et notamment le degré de leur engagement dans l’ordo monasterii dans une volonté de conciliation entre ascétisme et installation dans le siècle. La présence dans l’entourage d’Hugues de Châteauneuf de chanoines réformés de Saint-Ruf qui suivent l’ordo novus le plus exigeant et le fait que les frères de Miséré sont désignés comme des canonici regulares17, pourraient être des indices de transmission de cette observance auprès de cette nouvelle fondation.

  • 18 ADI 15 G 459 et B 3254 fol. 135. Sur la place de Saint-André dans les stratégies de pouvoir du daup (...)
  • 19 Le chapitre cathédral cède en échange aux chanoines de Saint-Martin de l’église Saint-Jean de Greno (...)
  • 20 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire des Dominicains, 1870, n° 2 et 3, p. 23-26. Pilot (...)

7Quoi qu’il en soit, si l’on en juge par l’attrait qu’elles exercent et l'enjeu qu'elles constituent, ces collégiales Saint-Pierre et Saint-Jean sont des lieux de sociabilité religieuse essentiels dans l’espace de la cité. Sous l’impulsion des évêques, relayés par les dauphins, les chanoines réguliers de Miséré quittent progressivement l’espace urbain investi près d’un siècle et demi plus tôt. Convoitée pour son emplacement proche du palais delphinal, l’église Saint-André est acquise en 1227 par le dauphin André pour en faire une nécropole et une Sainte-Chapelle18. Sous la pression du chapitre cathédral, les chanoines de Saint-Martin doivent ensuite renoncer à leur église Saint-Jean en 127519. Le retrait canonial s’amplifie encore lorsqu’en 1289, l’évêque Guillaume proposa aux chanoines de Miséré un nouvel échange qui lui permit de récupérer le prieuré conventuel Saint-Pierre pour le céder l'année suivante aux Dominicains et consacrer ainsi l’essor des communautés mendiantes dans l’espace urbain grenoblois20.

  • 21 Pour être complet, il faut brièvement évoquer l’église Sainte-Madeleine ou aumônerie Saint-Hugues. (...)
  • 22 Bligny 1973 ; Chomel 1999 ; Favier 2007.
  • 23 Montpellier en est un bon exemple. Voir en dernier lieu Le Blévec 2009.

8Mieux documentée à partir du XIe siècle, la présence urbaine des communautés régulières est donc encore loin d’être très développée et se limite, jusqu’au XIIIe siècle, dans les faubourgs comme intra muros, à des collégiales régulières étroitement contrôlées par l’évêque21. Ce n’est sans doute pas un hasard. La rivalité entre l’autorité épiscopale et les comtes d’Albon est acerbe22. Elle éclaire la réticence des autorités urbaines à voir s’installer des communautés régulières, phénomène bien connu par ailleurs, celles-ci risquant de rompre l’équilibre toujours fragile entre ces autorités23. Au cours du XIIIe siècle, la situation se transforme. En lien avec cette forte concurrence des espaces centraux proches des pôles de pouvoir (ici l'évêque, le dauphin et les consuls), on voit s’opérer une sorte de transfert d’implantation des réguliers installés dans et alentour de la ville entre communautés canoniales et Mendiants. Cette arrivée des Mendiants marque une étape majeure dans l’insertion des réguliers dans la cité de Grenoble.

Installation et enracinement des couvents mendiants (XIIIe siècle)

  • 24 L’évêque Soffredus et le comte Guigues accordent à la ville, en 1226, libertés et privilèges en éch (...)
  • 25 La question des Mendiants a été amplement travaillée depuis la grande enquête initiée par Jacques L (...)

9Alors qu’au XIIIe siècle, les autorités urbaines se sont élargies à la constitution de pouvoirs consulaires, la question des relations entre réguliers et espace urbain se trouve bousculée par l’arrivée des ordres Mendiants24. Avec les Franciscains et surtout les Dominicains, nous arrivons sur un terreau documentaire beaucoup plus riche qui permet d’observer dans le détail les conditions et les formes de l’implantation de ces frères à Grenoble25.

  • 26 Le couvent des Cordeliers est cité pour la première fois dans le testament du dauphin André en 1237 (...)
  • 27 Un accord de coseigneurie sur ce quartier entre l’évêque et le comte est signé en 1140 (Cartulaires (...)
  • 28 Grenoble BM Cd 751 rés. et Cd 178. A. de Montjoye a souligné la qualité de ces plans de la ville en (...)
  • 29 Le même décalage chronologique est constaté plus au sud par F. Guyonnet (Guyonnet 2009, p. 285 et s (...)

10Les Franciscains sont les premiers à s’implanter. Ils s’installent, probablement dans les premières décennies du siècle, au nord de la cité26. Si la documentation reste muette sur cette fondation, on peut toutefois souligner que le site s’insère aux marges d’un quartier d’habitation et d’artisanat sur lequel comte et évêque exercent une coseigneurie27. Ce nouveau quartier hors les murs, moins exposé aux inondations et pour cette raison appelé « l’Île », connait une réelle expansion depuis plus d’un siècle à partir du port de la rive gauche, situé juste en amont du pont, et le long de l’axe de communication, essentiel pour la cité, entre la porte viennoise au nord de la cité et cet unique pont sur l’Isère, qui ouvre en rive droite d’un côté sur les routes de Lyon et Vienne et de l’autre vers Chambéry et le col du Montgenèvre. Alors que les sources documentaires font défaut pour cette période et que les données archéologiques ont été détruites dans les années 1980 lors de la construction du musée des Beaux-arts, deux plans de la ville, dressés vers 1536 et 1548, offrent une localisation très précise du couvent dans le parcellaire urbain28. Il faut attendre la fin du XIIIe siècle, soit un bon demi-siècle, pour que les Franciscains, qui avaient un quasi monopole de la vie régulière dans l’espace urbain et périurbain, voient s’installer une concurrence29.

Fig. 2 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1290.

Fig. 2 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1290.
  • 30 ADI 7H1-94 Fonds des Dominicains. Cartulaire des Dominicains de Grenoble, 1288-1674, manuscrit du X (...)
  • 31 Lévesque 1975, p. 1.
  • 32 Guyonnet 2009.
  • 33 ADI 7 H 13 (Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 1, p. 19-23).
  • 34 Ibid. possent dictam domum construhere et edifficare nulloque alio loco in supradicta civitate dict (...)

11Le dossier des fonds dominicains est bien documenté par un riche chartrier, en partie original30. La fondation de ce couvent de Grenoble apparaît minutieusement préparée. D’abord, et sans surprise, au sein de l’ordre. L’autorisation de cette nouvelle fondation est obtenue du chapitre par le provincial de la Province de France au début de l’année 128831. La présence ponctuelle de Dominicains étant bien attestée dans l’entourage des dauphins dès le début du siècle, on peut penser que ceux-ci ne sont pas étrangers à cette installation et que, par ailleurs, les frères ont, en amont, diligenté une enquête avant d’arrêter le choix de la ville et surtout du site pour y bâtir leur couvent32. L’acte de fondation, daté du 28 juillet de la même année expose clairement que l’initiative vient des Mendiants33. Quatre prêcheurs sont, en effet, venus solliciter l’évêque Guillaume III de Sassenage, dans son château de La Balme pour qu’il leur cède un terrain qu’il possédait hors les murs. L’acte de concession, juridiquement très détaillé, témoigne d’une négociation très serrée notamment avec le chapitre, avec lequel les frères doivent s’engager à entretenir des relations de concorde. Pour apaiser les craintes, ils promettent notamment, avec l’accord du prieur provincial et du maître de l’ordre, de ne rien obtenir à l’avenir sans l’autorisation de l’évêque et de son chapitre. Guillaume III souligne aussi avec insistance qu’il leur accorde le droit de bâtir un couvent sur le terrain précisément nommé dans l’acte « à l’exclusion de tout autre lieu de la ville »34. Le contrôle des espaces urbains est un enjeu fondamental pour l'évêque comme pour les autres pouvoirs urbains. Nous sommes ici bien loin d'une intégration facile et particulièrement ouverte. Cette concession, très encadrée, n’est pas non plus gratuite. En contrepartie du terrain libre de toutes charges et servitudes, les frères s’engagent d’une part à prier pour les évêques passés, présents et à venir et à verser la somme de quatre-vingts livres viennoises.

  • 35 Le règlement de 1265 fixe cette distance minimale à 300 cannes soit environ 500 m. : Pousthomis-Dal (...)
  • 36 Trois couvents sur dix-neuf de la Provincia Nova, soit seulement 15%, s’installent d’emblée intra m (...)
  • 37 Voir en dernier lieu Guyonnet, 2009, p. 290-293 (le couvent et son quartier).

12Le terrain, convoité et obtenu, se situe hors les murs, au sud de la cité dans un espace quasi vierge de toute concurrence régulière, diamétralement opposé au couvent des Franciscains (fig. 2). Invoquées ou non, les règles de distance minimale entre deux couvents mendiants, dictées par Clément IV, sont ici respectées35. La description précise des confins de la parcelle ainsi cédée permet de mettre en évidence que, là encore à la différence des Mineurs, les Dominicains s’installent dans un espace occupé par des champs mais très peu bâti. Plus proche de la redoutable confluence entre le serpent et le dragon et perturbé par des bras divagants du Drac, ce faubourg sud est beaucoup plus sensible aux fluctuations des deux rivières. La parcelle, adossée aux remparts, est située tout à côté de la porte sud, dite porte Traine ou romaine. Situation classique s’il en est, puisque l’on sait que les couvents mendiants sont très majoritairement installés extra muros, jamais bien loin des portes et des voies de communication36. La prédominance de ces installations dans les faubourgs n’est certainement pas le fruit du hasard. Plusieurs origines ont été évoquées : terrains plus accessibles et meilleur marché, population récente et déracinée, plus réceptive à une certaine prédication, volonté de s’insérer sans faire de vagues dans les structures ecclésiastiques locales en y ménageant les partages des droits et juridictions37. Ce dernier argument a très certainement pesé à Grenoble, si l’on en juge par les précautions retenues dans la concession épiscopale de 1288.

  • 38 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 2 et 3, p. 23-26.
  • 39 Ibid. Voir les études de Maignien 1866 ; Perier 1877, p. 10-24 ; Lévesque 1975.
  • 40 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 4, p. 26-27.
  • 41 ADI, 7 H 11 et 7 H 14 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 9, p. 31-32, n° 17, p. 42- (...)

13En juillet 1288, l’acte de fondation décrit précisément les confins du terrain cédé par l’évêque aux prêcheurs. Il est limité au nord par le mur d’enceinte de la ville entre la porte romaine et un pertuis ménagé dans la muraille à environ 150 mètres à l’Est. À partir du pertuis, la limite se poursuit vers le sud en longeant quatre tenures de particuliers, puis revient vers l’enceinte, par l’ouest puis le nord, le long de plusieurs champs. Les frères n’ont pas à se contenter de cette parcelle bien longtemps. Très rapidement, les liens tissés avec de généreux donateurs leur permettent d’agrandir l’espace initialement acquis. Pour mieux cerner les phases de cette expansion que l’on mesure entre 1288 et le milieu du XIVe siècle, on dispose non seulement de donations, mais aussi d’un plan du couvent dressé en 1683 à partir des anciens titres des prêcheurs et qui a la particularité de positionner précisément les agrandissements successifs et les limites, y compris celles qui ne furent jamais exécutées (fig. 3). L’emprise initiale du terrain cédé en 1288, correspond sur ce plan à la lettre T. En 1290, Guillaume III, avec l’assentiment de son chapitre, récupère la collégiale Saint-Pierre, dont il avait le patronage, avec son cimetière, sa maison attenante et ses dépendances qui se situaient entre la porte Traine et le nouveau couvent38. On ne peut douter que cet échange ait été préparé par les prêcheurs eux-mêmes qui avaient tout intérêt à récupérer cette église voisine pour en faire leur lieu de culte mais aussi pour évincer une communauté canoniale potentiellement rivale. En effet, pour accomplir cette transaction, l’évêque a dû procéder en amont à un échange avec les chanoines de Saint-Martin de Miséré qui, on l’a vu, possédaient cette collégiale régulière. Dans ce même acte, l’évêque autorise les frères à percer une petite porte dans l’enceinte pour faciliter l’accès à leur couvent et, a contrario, interdit à quiconque de pratiquer des ouvertures dans la partie de la muraille qui donne sur l’enclos des Dominicains39. L’extension vers l’ouest se poursuit rapidement. En 1291, l’évêque s’associe au dauphin Humbert Ier et à son épouse Anne pour céder le champ du Breuil au motif que les marchés aux bestiaux qui s’y tenaient incommodaient les frères. En contrepartie, le marché étant déplacé au-delà du Draquet, ceux-ci sont tenus de faire construire un pont sur la rivière pour faciliter les échanges entre le nouveau marché et la ville40. L’espace ainsi gagné est indiqué sur le plan de 1683 par les lettres V. Il faut attendre une quinzaine d’années pour voir ensuite l’emprise foncière des prêcheurs s’étendre à nouveau. Après une dernière concession épiscopale en 1316 -non localisée sur le plan-, le dauphin prend le relais en cédant tour à tour, en 1345 la grande parcelle qu’il possédait entre le Draquet et le couvent, bornée par les lettres X sur le plan puis, en 1348, le champ qui s’étendait jusqu’au chemin qui bordait l’Isère, signalé par les lettres Y41.

Fig. 3 - Plan du couvent des prêcheurs en 1683 (ADI 7 H 56).

Fig. 3 - Plan du couvent des prêcheurs en 1683 (ADI 7 H 56).
  • 42 Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 7 (1295), 9 (1316), 11 (1323), 14 (1335), 17 (1345), 18 (1348 (...)

14Ces différentes transactions laissent entrevoir que le clos des Prêcheurs comporte des espaces de nature assez diverse, église, édifices, bâtiments d’exploitation mais aussi des champs ou des jardins que les frères doivent mettre en culture. On les voit ainsi négocier à plusieurs reprises l’alimentation en eau du couvent et du fossé qui l’entoure, acquérir des jardins ou envoyer leur grain à moudre au moulin voisin42.

  • 43 Voir par exemple Bruzelius, 2007.

15On retrouve un certain pragmatisme dans l’expansion de l’emprise foncière des Prêcheurs avec une gestion séquentielle des bien-fonds qui permet au couvent de s’étendre progressivement43. On peut cependant douter que les frères aient laissé à la seule providence l’avenir de leurs possessions grenobloises. Ils préparent et négocient d’abord leur arrivée et surtout leur expansion. Les liens étroits noués avec l’évêque leur permettent de négocier leur installation initiale, puis, par voie d’échange, leur extension au bénéfice de l’église Saint-Pierre, unique lieu de culte attesté dans ces faubourgs méridionaux. Seule la donation épiscopale de 1316 n’apparaît pas explicitement motivée par d’autres contreparties que spirituelles.

  • 44 Humbert envoie ainsi une lettre dans laquelle il officialise la protection qu’il accorde aux prêche (...)
  • 45 Lévesque 1975, p. 7-8.
  • 46 Sur cette politique d’Humbert II voir Lemonde 2000 (chapitres 1 à 4) et Lemonde 2009.
  • 47 C’est notamment très net au XVe siècle, voir Paravy 1993, p. 533-541 et les remarques de V. Chomel (...)

16Les Dominicains doivent surtout leur enracinement à la protection et aux suffrages que leurs accordèrent les dauphins. Pris dès 1292 sous la protection d’Humbert Ier, ils reçoivent alors régulièrement d’importants dons en argent ou en revenus44. Humbert II (1333-1349) fut encore plus proche et plus prodigue. Tout acquis à la spiritualité dominicaine, probablement depuis son séjour chez son oncle le roi de Naples (Robert le Sage), il revient d’Italie avec le frère prêcheur Jean de Cors dont il fait son confesseur et son conseiller intime en même temps que le prieur du couvent de Grenoble45. Humbert utilise les Mendiants, ainsi d’ailleurs que le consulat, comme des éléments stratégiques contre la puissance épiscopale. Ses soutiens lui permettent de se positionner et même d’investir l’espace urbain46. C’est par exemple dans l’église des Dominicains qu’Humbert fit inhumer son fils unique André en 1335 et lui-même se retira chez les prêcheurs d’abord à Lyon, puis au couvent Saint-Jacques de Paris, qu’il prit pour dernière demeure. Après Humbert, si l’emprise foncière du couvent ne s’étend plus, l’essor des donations témoigne en revanche de la prise de la greffe dominicaine dans la sociabilité religieuse urbaine. La place des Mendiants dans l’entourage des grands, notamment chez les officiers de justice qui en font leurs confesseurs, l’importance des legs testamentaires et des demandes de sépultures sont autant d’indices qui viennent confirmer cet enracinement de la greffe régulière dans l’espace social et monumental urbain47.

  • 48 C’est le cas par exemple dans le Sud-Est à Aix, Valence, Nice, Avignon, Draguignan ou Carpentras (M (...)

17La situation des couvents mendiants installés hors les murs mais à proximité de l’enceinte et des deux principales portes de la ville, entraîne une relation spécifique des réguliers à cette limite que constitue le rempart. Comme dans de nombreuses villes, les Mendiants sont peu à peu englobés dans l’extension des murs de la cité48. À Grenoble, ce processus d’intégration des couvents intra muros se déroule de manière très différente pour les deux sites évoqués.

  • 49 Cartulaires de saint Hugues, C, n° 122, p. 243-245.
  • 50 Devaux - Ronjat 1912. Sur la reconstruction en 1374 de cette ligne de fortifications en pierres voi (...)

18Au nord, le sort des Franciscains est lié à celui du développement économique du faubourg de l’Île. L’essor de ce quartier à vocation artisanale et commerciale, désigné dès 1140 comme vicus, appelle une extension de l’enceinte urbaine pour en assurer la protection49. Peut-être dès le XIIIe siècle, mais assurément avant 1338, une palissade, peu à peu remplacée par un mur de pierre, vient englober le quartier aux marges duquel se trouvent les Franciscains (fig. 4). Deux portes permettent l’accès à ce nouvel espace urbain qui accroît la surface de la cité de près de moitié : la porte Très-Cloîtres au sud-est et la porte de l’île au nord50. La fortification est complétée entre 1381 et 1418 par la construction de la tour de l’Île et, dès le XIIIe siècle, l’entretien de cette enceinte est à la charge de la communauté des habitants. Plusieurs plans ou vues cavalières de la ville au XVIe siècle mettent en évidence cette intégration des Franciscains intra muros dans un tissu urbain assez lâche, adossé aux nouvelles fortifications, elles-mêmes doublées par un fossé rempli des eaux de l’Isère, et avec une réutilisation de certains bâtiments monastiques comme éléments défensifs.

Fig. 4 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1450.

Fig. 4 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1450.
  • 51 Convention avec Guigues de Vaulnaveys (10 avril 1323) : Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 11, p (...)
  • 52 Convention avec Pierre Fabre (18 juin 1335) : ibid., n° 14, p. 39-40.
  • 53 Ibid., n° 12 (cession d’un péage par Humbert II, 1334), p. 36-38 ; n° 22 (lettres patentes de Charl (...)
  • 54 Comptes consulaires de 1373 : ibid., p. 222.
  • 55 ADI 7H11 f° 41-43 et 7 H 15, p. 1-18 (Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 25, p. 55-60, conventio (...)
  • 56 Voir le texte de la convention en annexe.
  • 57 L’usage des fossés et des zones de passage le long des murailles pouvait, en revanche, être concédé (...)
  • 58 Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 31, p. 68-70 : transaction entre le couvent et les arbalétrie (...)

19Au sud, le couvent des Prêcheurs offre, à l’inverse, un cas bien documenté d’intégration négociée de l’enclos religieux périurbain dans l’espace de la ville fortifiée. On l’a vu, l’installation initiale des frères se fait au pied des remparts, à l’est de la porte Traine (fig. 2). Peu après les premières extensions, les Prêcheurs s’attachent à délimiter clairement leur enclos et à le protéger, le distinguant nettement des espaces environnants. Pour cela, ils concluent une série de conventions avec leurs voisins autorisant d’abord la construction d’une levée de terre large de sept pieds et haute de quatre, à charge pour les parties de l’entretenir, la réparer, voire la remplacer par un mur ou une clôture51. Cette levée s’accompagne bientôt d’un fossé dont la mise en eau est assurée par un meunier qui, contre l’assurance d’avoir à moudre les céréales des frères, s’engage à remplir leur fossé deux jours plein par semaine et une heure pour chacun des autres jours52. Après un système de levées de terre et de fossés jugé insuffisant, les frères, financièrement soutenus par Humbert II puis, après le Transport du Dauphiné à la France, par les souverains53, entreprennent la construction d’une muraille dont ils ne parviennent à réaliser que le versant sud le long du Draquet. Considérant que, malgré la construction par la ville d’une tour en avant poste du couvent, en rive droite du Draquet54, leur position les rend plus vulnérables, ils persévèrent et obtiennent d’être insérés dans l’enceinte de la cité par un accord conclu avec les consuls en 1447. Cette convention, qui n’a, in fine, pas été respectée, est très intéressante parce qu’elle envisage de manière extrêmement précise l’intégration de l’enclos dominicain aux fortifications urbaines55. Elle est solennellement signée dans la salle capitulaire des Prêcheurs en présence d’un nombre égal de représentants des parties, à savoir dix-sept consuls et dix-sept dominicains, dont le vicaire général de la province France56. Après avoir jugé « bon et utile » cette extension du rempart, le texte prévoit en onze points un raccordement des murailles de la cité à celles déjà construites par les frères au sud. Le tracé de cet agrandissement de l’enceinte est connu par le plan de 1683 (voir sur la figure 3 les lettres Z et les signes &). Ce tracé ampute le terrain des frères des parcelles occidentales de champs et de vergers limitées au sud par le Draquet et à l’ouest par l’Isère. Est-ce là le prix à payer pour obtenir l’aide financière des 5000 florins sur les 8000 du coût estimé, promise dans la convention par les consuls, soit près des deux tiers de la somme ? La nouvelle muraille, qui doit être d’une hauteur égale à celle des murs de la cité, doit aussi être pourvue d’un système de défense comportant des demi-tours munies de bretèches. De nouvelles ouvertures, « nécessaires à la défense de la cité en cas de péril » sont précisément envisagées. Alors que toutes les fenêtres qui donnent sur le couvent doivent être murées (bene ferrentur), l’aménagement d’une poterne est prévue sur le mur est, tandis qu’au sud, l’accès se fait toujours par la porte sur le Draquet, légèrement désaxée vers l’ouest par rapport à l’ancienne porte romaine. Les fossés de la ville doivent rejoindre ceux du couvent pour ne former qu’une seule ligne d’eau aux pieds des remparts, franchie par des ponts au niveau des portes. La portion des anciens fossés le long de l’enceinte urbaine rendue désormais caduque, doit être comblée pour ménager une large voie publique entre la poterne pertusière, la porte Traine et la porte sur le Draquet (fig. 3 lettre Q)57. C’est le long de cette voie que la confrérie des arbalétriers obtient des frères de pouvoir s’entraîner58. En échange de cette intégration à la ville, les consuls prennent le contrôle des clés et des portes d’accès.

  • 59 Devaux - Ronjat 1912, B2, p. 221, B 631, p. 288.
  • 60 Prudhomme 1888, p. 331-333.
  • 61 Rochas-Aiglun 1872, p. 29.

20À l’inverse de ce qui s’est passé dans le faubourg nord pour les Mineurs, cette intégration du couvent jacobin dans l’enceinte urbaine n’a donné naissance qu’à une petite excroissance très localisée de la ligne de défense (fig. 4). Même s’il n’a été que partiellement réalisé, ce rattachement à la ville soulève le paradoxe, souvent évoqué, de l’insertion d’un enclos de réguliers au cœur du monde urbain. Les couvents mendiants qui peuvent, en théorie, apparaître comme des enclaves protégées semblent, en pratique, assez perméables à la vie urbaine. En 1339, c’est dans la salle capitulaire du couvent franciscain que sont élus les nouveaux consuls de la cité, et le conseil delphinal se réunit aussi fréquemment dans leurs murs. À cette époque, les représentants urbains n’ayant pas de maison pour délibérer des affaires communales se réunissent d’ailleurs régulièrement dans le réfectoire des Mineurs et dédommagent les frères de cette occupation59. Deux siècles plus tard (1542), c’est encore chez eux que s’installe l’université, fraîchement restaurée, mais cette fois sans le consentement des Franciscains60. À la même époque, le gouverneur du Dauphiné utilise les bâtiments des Prêcheurs pour y entreposer des pièces d’artillerie et des munitions61.

  • 62 Montjoye 1990, p. 190-191 et Colardelle 2008, p. 375-376.
  • 63 Pilot de Thorey, Notes et documents sur le couvent des Jacobins.
  • 64 Sur ces travaux voir en dernier lieu Gal 2007, p. 146-151.

21Reste en dernier lieu à poser la question du rôle joué par ces communautés régulières dans l’expansion urbaine grenobloise. Sur les trois sites réguliers pérennes, deux n’ont pas été étrangers aux dynamismes morphologiques de l’espace urbain même si, dans l’état actuel des recherches, il serait quelque peu excessif de prétendre qu’ils ont été de véritables pôles d’attraction de l’habitat. En rive droite, l’arrivée des moines à Saint-Laurent au début du XIe siècle, semble bien correspondre à un certain essor du faubourg même si, faute de documents et de fouilles archéologiques étendues, les éléments précis manquent pour attester du développement concret de ce qui est pourtant appelé le « faubourg Saint-Laurent », étiré entre les contreforts abrupts de la Chartreuse et l’Isère62. Sans être unique, la situation de cette basilique funéraire devenue prieuré régulier est très particulière puisqu’elle est séparée de la ville antique par cette rivière au cours tumultueux et souvent ravageur qui n’a pas été domptée avant le XXe siècle et constitue au Moyen Âge une zone dangereuse, à défaut d’être infranchissable. Il est notamment difficile de faire la part des constructions attirées par le sanctuaire, de celles qui s’implantent en lien avec les zones portuaires et le long des voies de communication de cette rive droite, pièces majeures de la circulation régionale depuis l’Antiquité. En rive gauche, ce sont le pont et le port de l’Isère, véritables pôles économiques dès le XIIe siècle, qui ont attiré la population et favorisé la création d’un nouveau quartier choisi par les Franciscains pour y implanter une maison. Le faubourg de l’Île préexiste donc à l’arrivée des Franciscains. L’enracinement des Dominicains dans une zone périurbaine quasiment vierge d’habitations mit beaucoup plus de temps à générer un véritable faubourg habité. Si un acte notarié, signé en 1501 « dans la ville neuve ou le bourg du Breuil »63, le laisse entrevoir, il faut attendre le début du XVIIe siècle pour voir se développer les constructions autour du couvent des Dominicains dans le cadre des grands travaux orchestrés par Lesdiguières64.

22Sur cette question des liens entre espaces monastiques et espaces urbains, le cas de Grenoble offre bien des points communs avec les villes médiévales, notamment en ce qui concerne la situation des couvents mendiants. Mais il faut surtout insister, pour conclure, sur ses spécificités. Aucune communauté bénédictine ne s’est jamais installée intra muros ou aux confins des remparts, car telle que se présente la topographie grenobloise, Saint-Laurent ne peut être considéré comme un monastère suburbain. Les seuls réguliers bien présents en ville sont, à partir de l’extrême fin du XIe siècle, les chanoines réformés, progressivement remplacés, deux siècles plus tard, par les Mendiants. Ce sont bien ces couvents mendiants qui, avec la cathédrale et la collégiale delphinale Saint-André, forment les grands pôles religieux grenoblois. Cet urbanisme médiéval scandé par les lieux de pouvoir laïques et religieux est encore visible dans l’espace et la topographie urbaine actuelle. Même si la ville a, de nos jours, bien peu gardé mémoire de la présence des Prêcheurs – une simple plaque commémorative au détour d’une façade – et encore moins de celle des Franciscains, irrémédiablement détruits sous le musée des beaux-arts, l’œil averti réalise assez vite que la ville médiévale se réduit à l’espace des rues et des venelles enchevêtrées qui séparent la cathédrale de Saint-André, à deux pas de l’Isère, et la place du Breuil, aujourd’hui place Grenette, du parlement et de la tour de l’île.

23Ces couvents mendiants offrent cependant deux cas différents d’insertion dans l’espace urbain. Les Franciscains s’installent dans un quartier en plein essor grâce à l’expansion économique, fortifié assez tôt dès la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, alors que les Dominicains s’implantent dans un espace quasi vierge de constructions et négocient pied à pied, mais non sans mal, leur insertion dans l’espace urbain fortifié. Ce n’est sans doute pas par hasard que ces observances régulières, d’abord canoniales puis mendiantes, apparues tardivement à Grenoble à cause des contraintes très particulières du site, s’insèrent dans la ville. Elles ont des choix de régularité compatibles avec le monde et une clôture qui est moins un rempart d’isolement qu’une limite de reconnaissance, perméable à la vie du siècle.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998 = F. Baucheron, F. Gabayet, A. de Montjoye, Autour du groupe épiscopal de Grenoble : deux millénaires d’histoire, Lyon, 1998 (DARA, 16).

Beaujard 2002 = B. Beaujard (éd.), La naissance de la ville chrétienne. Mélanges en hommage à Nancy Gauthier, Tours, 2002.

Bligny 1973 = B. Bligny (éd.), Histoire du Dauphiné, Toulouse, 1973.

Bligny 1979 = B. Bligny (éd.), Le diocèse de Grenoble, Paris, 1979 (Histoire des diocèses de France, 12).

Bonnet 1993 = Ch. Bonnet, Les fouilles de l'ancien groupe épiscopal de Genève, Genève, 1993.

Bordier 1894 = A. Bordier, Les Cordeliers de Grenoble et le maréchal Bourcet, Grenoble, 1894.

Bruzelius 2007 = C. Bruzelius, The Dead Come to Town : Preaching, Burying and Building in the Mendicant Orders, dans A. Gajewski, Z. Opačić (éd.), The Year 1300 and the Creation of a New European Architecture, Turnhout, 2007, p. 203-224.

Cartulaires 1869 = Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble dits cartulaires de saint Hugues, éd. J. Marion, Paris, 1869 (Collections des documents inédits sur l'histoire de France).

Chancel 1991 = D. Chancel, Essai de restitution du tracé des anciens remparts gallo-romains et médiévaux. Recherches effectuées de décembre 1990 à mars 1991, rapport dactylographié, CAHMGI, Grenoble, 1991.

Chomel 1976 = V. Chomel (éd.), Histoire de Grenoble, Toulouse, 1976.

Chomel 1999 = V. Chomel (éd.), Dauphiné, France. De la principauté indépendante à la province (XIIe-XVIIIe siècle), Grenoble, 1999.

Colardelle 1983 = R. Colardelle, La nécropole paléochrétienne de Saint-Sixte et la topographie chrétienne de Grenoble, dans 108e Congrès des sociétés savantes, Grenoble, 1983, p. 131-142.

Colardelle 2008 = R. Colardelle, La ville et la mort. Saint-Laurent de Grenoble, 2000 ans de tradition funéraire, Turnhout, 2008.

David 1938 = P. David, L’église et la collégiale Saint-André de Grenoble, Grenoble, 1938.

Deflou-Leca 2010 = N. Deflou-Leca, La politique monastique des évêques de Grenoble : autour de saint Hugues, prélat réformateur (XIe-XIIe siècle), dans A. Playoust (éd.), Maisons monastiques médiévales Provence-Dauphiné, Colloque de Saint-André de Rosans 29-31 août 2008, Gap, 2010, p. 217-234.

Devaux - Ronjat 1912 = A. Devaux, J. Ronjat, Comptes consulaires de Grenoble (1338-1340), dans Revue des langues romanes, 55, 6e s. 5, 1912, p. 145-382.

Dreyfus - Goubet 1972 = P. Dreyfus, S. Goubet, La collégiale Saint-André de Grenoble, dans Congrès archéologique de France, 130, 1972, p. 264-275.

Favier 2007 = R. Favier (éd.), Une province face à sa mémoire. Nouvelle histoire du Dauphiné, Grenoble, 2007.

Favier 2010 = R. Favier (éd.), Grenoble histoire d'une ville, Grenoble, 2010.

Gal 2007 = S. Gal, Lesdiguières. Princes des Alpes et connétable de France, Grenoble, 2007.

Guyonnet 2009 = F. Guyonnet, Les ordres mendiants dans le sud-est de la France (XIIIe-déb. XVIe s.). Essai de synthèse sur la topographie et l’architecture des couvents (Comtat Venaissin, Provence, Languedoc oriental, dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 275-312.

Lagier 1915 = Abbé Lagier, Les Cordeliers à Grenoble et à Moirans, Grenoble, 1915.

Le Blévec 2009 = D. Le Blévec, Les ordres religieux et la ville : Montpellier (XIIe-XVe s.), dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 203-218.

Le Goff 1968 = J. Le Goff, Apostolat mendiant et fait urbain dans la France médiévale : l'implantation des ordres mendiants programme questionnaire pour une enquête, dans Annales ESC, 1, 1968, p. 335-352.

Le Goff 1970 = J. Le Goff, Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale : état de l'enquête, dans Annales ESC, 2, 1970, p. 924-946.

Le Goff 1973 = J. Le Goff, France du nord et France du midi dans l'implantation des ordres mendiants au XIIIe siècle, dans Les mendiants en pays d'Oc au XIIIe siècle, Toulouse, 1973 (Cahiers de Fanjeaux, 8), p. 133-140.

Lemonde 2000 = A. Lemonde, De la principauté delphinale à la principauté royale : structures et pouvoir en Dauphiné au XIVe siècle, thèse de doctorat, dir. P. Paravy, Grenoble, 2000.

Lemonde 2006 = A. Lemonde, Au cœur du pouvoir : les gens du prince et la collégiale Saint-André de Grenoble, dans P. Paravy, I. Taddei (éd.), Les lieux de sociabilité religieuse à la fin du Moyen Âge, Grenoble, 2006, p. 61-73.

Lemonde 2009 = A. Lemonde, Le premier testament d'Humbert II (1347), dans Entre France et Italie. Mélanges offerts à Pierrette Paravy, Grenoble, 2009, p. 33-40.

Le serpent et le dragon 1995 = Le serpent et le dragon. Grenoble et ses deux rivières, Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque municipale de Grenoble, 29 septembre-25 novembre 1995, Grenoble, 1995.

Lévesque 1975 = J.-D. Lévesque, L’ancien couvent des frères prêcheurs de Grenoble (1288-1789). Documents pour servir à l’histoire de l’ordre de Saint Dominique en France, Lyon, 1975 (ronéotypé).

Maignien 1866 = E. Maignien, Le couvent de Dominicains de Grenoble, dans Le Dauphiné, 136-138, 140-141, 1866.

Montagnes 1979 = B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979.

Montjoye 1985 = A. de Montjoye, Rapport sur les sondages préventifs effectués à Grenoble sur le parc Salvador-Allende en juillet 1985, document CAHMGI, 1985.

Montjoye 1990 = A. de Montjoye, Grenoble, Document d'évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Tours, 1990.

Montjoye 2003 = A. de Montjoye, Grenoble, dans B. Gauthiez, E. Zadora-Rio, H. Galinié (éd.), Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, 2. vol. , Tours, 2003, I, p. 187-193 et II, p. 139-149.

Nécrologe et cartulaire 1870 = Nécrologe et cartulaire des Dominicains de Grenoble publiés d’après les originaux avec plan et table alphabétique, éd. U. Chevalier, documents inédits sur le Dauphiné, 5e livraison, Romans, 1870.

Paravy 1993 = P. Paravy, De la chrétienté romaine à la réforme en Dauphiné : évêques, fidèles et déviants, v. 1340-v. 1530, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 183).

Perier 1877 = E. Perier, Le couvent des Jacobins de la place Grenette, dans Bulletin de l’académie delphinale, 3e s., 13, 1877, p. 10-24.

Picard 1994 = J.-Ch. Picard, L'espace religieux dans la ville médiévale (VIIIe-XIIIe siècles). Rapport introductif , dans Archéologie des villes dans le Nord-ouest de l'Europe (VIIe-XIIIe siècles), Actes du IVe congrès international d'archéologie médiévale, Douai, 1994, p. 115-124.

Picard 1989 = J.-Ch. Picard, Les premiers sanctuaires chrétiens des cités de Bourgogne, dans Rivista di storia e letteratura religiosa, 25, 1989, p. 3-19, réimpr. dans Id., Évêques, saints et cités en Italie et en Gaule, Études d’archéologie et d’histoire, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 242), p. 293-309.

Pilot de Thorey 1884 = E. Pilot de Thorey, Les prieurés de l’ancien diocèse de Grenoble compris dans les limites du Dauphiné, dans Bulletin de la Société statistique des sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère, 3e s., 12, 1884.

Pilot de Thorey, Notes et documents… Bordier 1894 = E. Pilot de Thorey, Notes et documents sur le couvent des cordeliers de Grenoble recueillis (BMG, R 7906 n° 297).

Pilot de Thorey, Notes et documents sur le couvent des Jacobins = E. Pilot de Thorey, Notes et documents sur le couvent des Jacobins de Grenoble, BMG, divers formats, R 7906 n° 301.

Pousthomis-Dalle 2009 = N. Pousthomis-Dalle, Les ordres mendiants dans le sud-ouest de la France : état de la recherche sur l'implantation, la topographie et les choix architecturaux des couvents, dans Moines et religieux dans la ville (XIIe-XVe siècle), Toulouse, 2009 (Cahiers de Fanjeaux, 44), p. 223-273.

Prudhomme 1888 = M.-A.-A. Prudhomme, Histoire de Grenoble, Grenoble, 1888.

Prudhomme 1898 = M.-A.-A. Prudhomme, Étude historique sur l’assistance publique à Grenoble avant la Révolution, Grenoble, 1898.

Ripart 2008 = L. Ripart, Du comitatus à l’episcopatus. Le partage du pagus de Sermorens entre les diocèses de Vienne et de Grenoble (1107), dans F. Mazel (éd.), L'espace du diocèse. Genèse d'un territoire dans l'Occident médiéval (Ve-XIIIe siècle), Rennes, 2008, p. 253-286.

Rochas-Aiglun 1872 = A. de Rochas-Aiglun, Notice historique sur les fortifications de Grenoble, dans Bulletin de l’Académie delphinale, 3e s., 8, 1872, p. 3-31.

Topographie chrétienne 1986-2007 = Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, éd. N. Gautier, B. Beaujard, F. Prévot, Paris, 15 vol. 1986-2007.

Vallier 1887 = G. Vallier, L’église Saint-Jean à Grenoble, Mélanges dauphinois, Grenoble, 1887.

Virieux 1986 = M. Virieux, Le parlement de Grenoble au XVIIe siècle : étude sociale, Thèse d’État de l'Université Paris IV, R. Mousnier dir., Paris, 1986.

Volti 2003 = P. Volti, Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge. Le Nord de la France et les anciens Pays-Bas méridionaux, Paris, 2003.

Haut de page

Annexe

Convention passée le 24 octobre 1447 entre les consuls de Grenoble et les frères Prêcheurs installés sous les murs de la ville par lequel le couvent et l'enclos des religieux sont intégrés à l'enceinte urbaine, à charge pour les frères de contribuer à la construction des murs, tours et guérites nécessaires à la nouvelles enceinte. L'accès à la porte Traine, au sud de la ville, et la circulation s'en trouvent réorganisés65.

A- Original perdu

B- AD Isère 7 H 15 Copie XVIIe (cahier papier 20 p., collationné par Berton, conseiller secrétaire du roi au bureau des finances du Dauphiné).

C- AD Isère 7 H 11 (94 fol.) ou 2 MI 578 (bandes 9-10, folios 41v°-42 non microfilmés) Registre cartulaire (XVIIe siècle), f° 41-43.

a- Édition partielle U. Chevalier, Nécrologe et cartulaire des Dominicains de Grenoble publiés d’après les originaux avec plan et table alphabétique, Documents inédits sur le Dauphiné, 5e livraison, Romans, 1870, n° 25, p. 55-60 (d'après C).

In nomine Domini, amen. Huius publici instrumenti serie cunctis tam presentibus quam futuris appareat euidenter et fiat liquide manifestum quod, cum ecclesia et conuentus Fratrum Praedicatorum ciuitatis Grationopolis sint disiuncti et separati a meniis et clausura dictae ciuitatis, ita quod tempore profuturo eminente periculo guerrarum, forte esset necesse ipsos ecclesiam et conuentum disrui nisi eius menia et clausura66 essent iuncti et infra dicta menia et clausuram inclusi, quod esset ualde damnosum et forte Deo displicibile. Adeo quod ciuitas praedicta, si eius culpa et negligentia disruerentur, forte pati posset, attento potissime quod in dictis ecclesia et conuentu cultus diuinus atque laudes laudabiliter coluntur et preces diuersimode pro dicta ciuitate Deo offeruntur atque impenduntur67. Dictusque conuentus uolens tali indemnitati possethenus obuiare iamdiu inceperit68 dictum conuentum fortificare, licentia super hoc a condominis dictae ciuitatis prius per eumdem conuentum obtenta, utpote quaedam magna fossalia, duas turres rotundas et unam dimidiam turrim et muros inter dictas turres necessarios iam fieri incoauit, et quae pro maiori parte facta sunt69 et illas complere dictim nititur70. Restat tamen dictam clausuram inceptam iungere cum meniis et clausura dictae ciuitatis ut dicti71 ecclesia et conuentus infra eamdem clausuram dictae ciuitatis comprehendantur, quod tamen minime dictus conuentus adimplere posset sine subsidio dictae ciuitatis, et quod animaduertens dicta ciuitas seu uniuersitas eiusdem. Et quod etiam si dicti ecclesia et conuentus modo infrascripto jungantur seu includantur infra fortifficationem dictae ciuitatis ipsa uniuersitas commodum reportabit, ut inferius declarabitur. Hinc propterea fuit et est quod anno Natiuitatis eiusdem Domini millesimo quatercentesimo quadragesimo septimo, indictione decima, cum ipso anno sumpta et die uicesima quarta, mensis octobris, coram nobis notariis publicis subsignatis, scilicet Raymondo Fabri, dalphinali secretario, Guillermo de Cruce, pro parte episcopali secretario, et Joanne Porretti, pro parte dicta uniuersitatis, ad hoc euocatis et positis et testibus subscriptis, ac in presentia honorabilium uirorum magistrorum Nicholai Erlandi72, thesaurarii dalphinatus et Joannis de Origniaco, auditoris computorum dalphinalium, commissariorum ad hoc per illustrissimum dominum nostrum dalphinum deputatorum et Petri de Bolliaco, etiam commissarii ad hoc per reuerendum in Christo patrem dominum episcopum Gratianopolitanum deputati quantun partem episcopalem tangit, assistentibus etiam ibidem honorabilibus uiris magistro Joanne de Marolio, dictorum computorum dalphinalium auditore, et magistro Thibaudo Girardi, magistro operum dalphinalium, et de praenominatorum consensu, consilio et uoluntate fuerit aduisatum, ordinatum et conclusum inter dictos fratres dicti conuentus subnominatos, propterea congregatos ad sonum campanae in eorum capitulo et capitulantes atque capitulum dicti eorum conuentus facientes et consules atque consiliarios et alios dictae ciuitatis73 etiam subnominatos, nomine uniuersitatis dictae ciuitatis ibidem propterea etiam congregatos, quod adjunctio dictae clausurae ut supra per dictum conuentum iam inceptae, quae injungentur74 meniis et clausurae dictae ciuitatis. Taliter quod dicti ecclesia et conuentus sint et comprehendantur infra clausuram dictae ciuitatis, fiat pro bono et utilitate dictorum uniuersitatis et conuentus modo et forma in capitulis subscriptis contentis :

Et primo, quod a turri rotunda jam incepta per dictum conuentum et alciata usque ad secundum planchiamentum et ultra et quae faciet quadrum dormitorii, dicti conuentus, fiat unus murus bonus et sufficiens usque ad turrim dictae ciuitatis propinquiorem portellae75 pertuseriae, a parte domus nobilis Jacobi Bomparis, altitudinis aliorum meniorum dictae ciuitatis, et qui murus faciet menia et clausuram dictae ciuitatis, et in quo muro circa medium fiet una dimidia turris latitudinis, alterius dimidiae turris jam per dictum conuentum incoatae et altitudinis necessariae, et a quolibet latere dictae dimidiae turris fiet una bertrachia ad quatuor foramina de Machicoleys et sub illa quae fiet a parte dictae ciuitatis fiet una posterla ad instar dictae posterlae Pertuyseriae.

2- Item et extra dictum murum sic fiendum iungentur fossalia eiusdem ciuitatis cum fossalibus dicti conuentus iam ibidem factis, et ibi ante dictam posterlam fiet super dictis fossalibus unus pons per dictam universitatem et manutenebitur76 per eandem ; dicti uero fratres et conuentus dicta eorum fossalia quantum durant iuxta ipsorum ecclesiam et conuentum manutenere perpetuo tenebuntur.

3- Item, quod fossalia dictae ciuitatis nunc existentis77 ab illa parte, videlicet a dicto muro fiendo usque ad portam Troyniam repleantur terra et platea quae ibi erit inter dicta menia dictae ciuitatis et uiam publicam qua protenditur78 a dicta posterla uersus dictam portam Troynam sit et remaneat propria dictae uniuersitati79 pro usu reipublicae dictae uniuersitatis.

4- Item quod muri et turres a latere dicti conuentus, seu retro dictum conuentum, iamper dictum conuentum incepti et qui facient menia dictae ciuitatis atque deffensionem dicti conuentus perficiantur et compleantur per dictum conuentum et quod omnes fenestrae dictorum murorum bene ferrentur et quod in edifficiis quae fient in et super dictis muris et turribus fiant portae necessariae per quas possit haberi accessus et ambitus super eisdem pro custodia et deffensione dictae ciuitatis, quarum portarum fiet per dictum conuentum apertura dictae ciuitati dum et quando eisdem ciuitati videbitur necessarium et opportunum tempore evidentis periculi et alias pro custodia et deffensione80 praedictis.

5- Item quod ab alia turri rotunda quae facit alium angulum dicti conuentus a parte Draueti facient et continuent dicti fratres eorum clausuram et fortifficationem usque ad unam turrim quadratam latitudinis sex teysiarum, quae faciet portale dictae clausurae dictae ciuitatis, quod ibidem prope Drauetum de nouo fiet per dictum conuentum et a dicto portali nouo sic fiendo usque ad turrim praepositurae ecclesiae Sancti-Andreae de bono et sufficienti muro et circa medium cursus dicti muri fiet una dimidia turris ad modum aliarum dimidiarum turrim supra mentionatarum et in duobus lateribus dictae dimidiae turris fient duae bertrachiae necessariae et sufficientes, dictum uero portale distabit a proxime dicta turri rotunda decem nouem teysiis.

6- Item quod quidquid remanebit inter dictum conuentum et dictas vias publicas protendentes a supra dictis duobus portali et posterla, ut supra de nouo fiendis ad portam Troynam sit et pertineat dicto conuentui pure et libere ad habendum, tenendum, claudendum et quidquid eidem conuentui et fratribus eiusdem uidebitur faciendum, citra tamen praeiudicium dictae uniuersitatis et rei publicae ; angulus tamen horti dicti conuentus a parte dictae uiae protendentis a dicta porta Troynia ad dictum portale Draueti ut supra fiendum sincopabitur et restringetur ut dicta uia recta fiat prout expediens uidebitur.

7- Item etiam paruus murus, qui est retro capellam anteriorem sancti Petri martiris, restringetur per dictos fratres a parte dictae capellae per spatium unius teysiae cum dimidia, et ultra secundum quod opus fuerit ut per ibidem uia publica quae ibi erit recta fiat. Et platea a parte dictae ciuitatis elargietur et residuum per dictos fratres claudatur continuando clausuram ipsam usque ad uiam tendentem a porta Troynia ad dictum portale Draueti, ut supra fiendum.

8- Item quod platea quae erit et remanebit inter dictam uiam publicam tendentem a dicta porta Troynia ad dictum portale Draueti, ut supra fiendum, et dictos muros pro dicta clausura, ut supra fiendos, a dicto portali Draueti usque ad dictam turrim praepositurae sancti Andreae inclusis fossalibus nunc ibidem existentibus, quae propterea implebuntur, terra dicta clausura facta sit et pertineat pleno iure ac perpetuo remaneat dictae universitati Grationopolis ad tenendum, possidendum, claudendum et quidquid de eadem dicta uniuersitati pro utilitate ipsius videbitur faciendum.

9- Item quod dicta universitas Grationopolis habeat et habere debeat perpetuo tempore, tamen eminentis periculi, visitationem et custodiam dictorum murorum ac turrium et bertrachiarum praedictarum pro dicta clausura, ut praemittitur factorum et fiendorum et tam e contra dictum conuentum quam alibi, et dictorum portalis et posterlae in dicta clausura ut dictum est fiendorum, ac portarum et clauium eorumdem sicut de aliis meniis, turribus, portalibus, bertrachiis, portis et clauibus dictae ciuitatis81 habuit et habet et habere consueuit, pure et libere, omni contradictione cessante.

10- Item quia dicta clausura erit magna et ualde sumptuosa atque dicto conuentui insupportabilis, ex ipsaque dicta universitas magna commoda reportabit ratione elargitionis et ampliationis dictae ciuitatis, qua de multo propterea elargietur et ampliabitur, etiam contemplatione dictorum fratrum et conuentus ex quibus dicta civitas est nimium decorata, diuino seruitio quod ibi assidue fit maxime pensato, fuit aduisatum et conclusum ut supra quod dictus conuentus onus huiusmodi totius operis in se suscipiat et suscipit, et quod dicta universitas in praedictis faciendum82 se iuuet et manum porrigat ad iutricem modo subdeclarato, videlicet quod dicti fratres et conuentus in dictis operibus fortifficationis et clausurae, modo praemisso fiendarum, et ultra ea quae iam inceperunt de dicta fortifficatione, scilicet duas turres rotundas et dymidiam turrim per eos iam inceptas et muros inter ipsas turres existentes, quos et quas suis sumptibus complebunt seu compleri facient, ultra summam subscriptam implicent et exponant bene et rationabiliter summam octo millium florenorum monetae currentis ; de quibus dicta universitas Grationopolitana soluet eisdem fratribus et conuentui, de et super tributis eiusdem ciuitatis pro fortifficatione eiusdem leuari consuetis, summam quinque millium florenorum monetae currentis, ad et per terminos super hoc statuendos. Beneplacito tamen condominorum dictae civitatis in omnibus semper saluo.

11- Item quod si praedicta aedifficia ultra dictum opus iam ut supra praedictum conuentum inceptum et ut supra per eum complendum ascenderent aliquid ultra dictam summam octo millium florenorum quod super hoc dicta universitas habeat considerationem et in hoc se iuuabit pro ut fuerit rationis. Dicti uero domini commissarii dictorum condominorum in quantum praemissa possunt praeiudicare dictis condominis, ratione dictarum platearum supra dictae communitati remanere ordinatarum, non consentierunt.

Nomina uero dictorum Fratrum Praedicatorum in dicto capitulo ad praemissa consistentium sunt venerabiles, religiosi atque reuerendi magistri in sacra theologia Jacobus Mercerii, vicarius generalis domini prouincialis Franciae dicti ordinis, Joannes Bergerandi, necnon fratres Joannes Dalphini83, Claudius Bornonis lector dicti conuentus, Joannes Odonis Stephanus Ripaudi84, Claudius Humberti, Joannes de Sancto Martino, Joannes Ridelli, Joannes Auene, Matheus Carterii, Petrus Symonardi, Stephanus Meti85, Nicolaus Campanodi, Jacobus de Nozeriis, Joannes Auondi et Antonius Monnerii ; consules uero consiliarii et alii ciues dictae ciuitatis qui in praedictis ut supra fuerunt, sunt hi : nobiles et prouidi uiri ac egregius dominus Guillermus Clementis, legum doctor, Antonius Bruni, conconsules dictae ciuitatis, Claudius Cocti, Joannes Fabri Petremandus Equini, Joannes Rogerii, Jacobus Rodulphi, Petrus Grallii86, Petrus de Montibus, Joannes Mayachii, Michael Cassardi, Joannes Pilati, Petrus de Asteriis87, Hugo Giraudi88, Michaletus Valerii, Joannes Marrelli et Eynardus Sounerii89, consiliarii et ciues dictae ciuitatis. Quae omnia uniuersa et singula supra et infra scripta et in hoc publico instrumento contenta prout superius et inferius scripta sunt et narrata, promiserunt dictae partes, scilicet dicti fratres praedicatores nomine dicti eorum conuentus per iuramenta sua propria per eos et eorum quemlibet praestita manus suas ad pectus ponendo more religiosarum personarum sub obligatione et hypotheca omnium et singulorum bonorum dicti conuentus mobilium et immobilium praesentium et futurorum quorum eumque quantum ipsos fratres et dictum eorum conuentum praemissa tangunt et tangere possunt. Et dicti consules nomine dictae uniuersitatis dictae ciuitatis etiam in quantum praemissa ipsam uniuersitatem tangunt et tangere possunt promiserunt et iurauerunt iuramenta sua ad sancta Dei euangelia per eos et eorum quemlibet praestita subque obligatione et hypoteca omnium et singulorum bonorum dictae uniuersitatis ciuitatis praefactae mobilium et immobilium praesentium et futurorum quorumcumque debitisque solemnibus stipulationibus hinc inde et uicissim inter dictas partes super hoc interuentis rata grata ualida atque firma perpetuo habere, tenere et inuiolabiliter obseruare, ac illa attendere et complere et nunquam contra ea uel ipsorum aliqua facere, dicere uel uenire in iudicio uel extra per se uel per alium facto uel uerbo tacite uel expresse nec alicui contra facere, dicere uel uenire uolenti modo aliquo consentire beneplacito tamen dictorum condominorum in omnibus et per omnia semper ut supra saluo. Renunciantes insuper dicti consules et reuerendi fratres praefati nominibus quibus supra scienter in praemissis et circa ea quantum partem suam tangunt ut supra et per pacta expressa iuramentis et stipulationibus praedictis uallata omni exceptioni doli, mali, uis, erroris, metus et infactum actioni, condictioni sine causa, ob causam uel ex iniusta causa et exceptioni omnium et singulorum praemissorum non bene et legitime factorum tamque dictorum quam scriptorum uel econtra omni que benefficio restitutionis in integrum quod datur maioribus et minoribus insuis contractibus laesis uel circum mentis, illi generali clausula descendente ex edicto praetoris si qua iusta causa mihi uidebitur, in integrum restituam omnique deceptioni et laesioni et demum omni iuri canonico et ciuili quo contra praemissa uel seu praemissorum aliqua facere, dicere uel uenire possent uel aliqua ipsarum partium uenire posset aut inaliquo aduersus eadem se fueri. Et specialiter iuri dicenti generalem renunciationem non ualere nisi praecesserit specialis. De quibus praemissis omnibus dicti domini commissarii nomine dictorum condominorum quantum ipsos condominos tangunt. Et dicti consules nomina dictae uiuersitatis dictae ciuitatis quantum ipsam etiam tangunt et tangere possunt, ac dicti fratres nomine dicti eius conuentus etiam quantum dictum conuentum praemissa tangunt et tangere possunt, petierunt sibi fieri quaelibet dictarum partium unum publicum instrumentum unius et eiusdem tenoris per nos dictos notarios subsignatos. Acta fuerunt praemissa Gratianopoli infra dictum capitulum dicti conuentus Fratrum Praedicatorum praesentibus nobilibus uiris Petro Chaberti de Castro Duplici, Andrea de Malo, Rigardo, clerico dicti domini thesaurarii, Guillermo Durandi et Amedeo Barnerii de Voyrone, Rigardo Cardinonis90 de Romanis nec non Claudio Sonnerii, Jacobo Berlionis et Joanne Gondrandi alias magnini de Grationopoli, testibus ad praemissa uocatis et rogatis, et nobis notariis publicis subsignatis : R. Fabri, G. de Cruce, Jo Porrecti91.

Haut de page

Notes

1 Picard 1989, p. 3-19, réimpr. dans Id. 1998, p. 293-309.

2 Sur Grenoble voir Favier 2010 ; Prudhomme 1888 et Chomel 1976.

3 Sur cette question voir notamment les volumes de la Topographie chrétienne 1986-2007 ; Picard 1994, p. 115-124 et Beaujard 2002.

4 Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998. Bonnet 1993.

5 Montjoye 1990, p. 22.

6 Ces deux sites ont fait l’objet d’études architecturales et archéologiques : Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998 ; Colardelle 2008 ; Colardelle 1983.

7 Le lit du serpent-Isère pouvait varier de cinq kilomètres avant son endiguement au XXe siècle. Quant au dragon-Drac, c’est un torrent qui descend des massifs montagneux du sud-est et se gonfle des eaux apportées par les redoux et la fonte des neiges. Le serpent et le dragon 1995.

8 Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble 1869 : désormais Cartulaires de saint Hugues. Le cartulaire A fut commandité vers 1109-1110 par Hugues pour justifier des revendications de l’évêché de Grenoble sur le pagus de Sermorens dans le conflit acharné qui l’opposa à l’archevêque de Vienne Gui (Ripart 2008).

9 Sur l’installation très tardive des réguliers dans le diocèse de Grenoble, je me permets de renvoyer à N. Deflou-Leca 2010.

10 Cartulaires de saint Hugues, A, n° 4, p. 7. Il ne s’agit pas de la charte de fondation mais d’une notice récapitulative, compilant plusieurs actes en lien avec la fondation.

11 Voir la localisation sur la figure 2. Cartulaires de saint Hugues, B, n° 41, p. 115. Sur Saint-Jean voir Vallier 1887.

12 C’est la date à laquelle un règlement conjoint des évêques de Grenoble, Saint-Jean-Maurienne, Genève et l’archevêque de Vienne met fin au contentieux qui existait entre les moines de Saint-André de Vienne et les chanoines de Miséré pour la possession de Saint-Pierre en faveur des chanoines (Pilot de Thorey 1884). On ne peut exclure que Saint-Pierre fut, dans un premier temps, sous la dépendance de Vienne et accueillit des moines. L’église apparaît en effet dans les possessions de Saint-André de Vienne dans un privilège d’Alexandre III (5 mars 1174). Mais c’est le seul acte qui en porte trace.

13 Trois chanoines de Miséré résidant à la collégiale Saint-Pierre sont témoins en 1227 de la cession de l’église Saint-André faite par leur prieur au dauphin (Archives Départementales de l’Isère [désormais ADI], 15G fonds de Saint-André).

14 David, 1938 ; Dreyfus - Goubet 1972.

15 Les plans de Grenoble ont été réalisés à partir de Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998, p. 22. Le parcellaire de fond est moderne.

16 Dans l’espace méridional, les congrégations de Saint-Ruf et surtout, pour le Dauphiné, d’Oulx sont particulièrement bien implantées.

17 Cartulaires de saint Hugues, A, n° 4, p. 7 ; B, n° 14, p. 91-92.

18 ADI 15 G 459 et B 3254 fol. 135. Sur la place de Saint-André dans les stratégies de pouvoir du dauphin voir Lemonde 2006.

19 Le chapitre cathédral cède en échange aux chanoines de Saint-Martin de l’église Saint-Jean de Grenoble, celle de Saint-Vincent de Mercuze en Grésivaudan (Pilot de Thorey 1884, p. 162-166).

20 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire des Dominicains, 1870, n° 2 et 3, p. 23-26. Pilot de Thorey 1884, p. 75-83.

21 Pour être complet, il faut brièvement évoquer l’église Sainte-Madeleine ou aumônerie Saint-Hugues. Il s’agit là encore d’une fondation d’Hugues de Châteauneuf, qui créa, hors les murs, dans un espace resserré entre l’enceinte et l’Isère, un hôpital et sa chapelle. La localisation n’est pas anodine. Nous sommes non loin du débouché du pont mais en revanche dans un faubourg éloigné des axes de circulation dictés ici par les portes de la ville. Par la volonté de l’évêque Falque en 1257, cette fondation, dont on ignore tout du fonctionnement, passe sous la dépendance directe du chapitre cathédral qui y fonde un établissement dirigé par un prieur et deux chanoines chargés de célébrer les offices en vivant selon la règle de saint Augustin et de gérer le temporel de La Madeleine, tâche jusqu’alors confiée à un prêtre. Sous l’étroite dépendance du chapitre cathédral, les chanoines de La Madeleine jouissent des mêmes distinctions que leurs confrères, comme le port de l’aumusse garnie de fourrure grise et on peut douter que la vie régulière y fut effectivement menée. Sur La Madeleine voir Pilot de Thorey 1884, p. 127-133 ; Prudhomme 1898 ; ADI, 26 H 201-208, 5 G 361)

22 Bligny 1973 ; Chomel 1999 ; Favier 2007.

23 Montpellier en est un bon exemple. Voir en dernier lieu Le Blévec 2009.

24 L’évêque Soffredus et le comte Guigues accordent à la ville, en 1226, libertés et privilèges en échange de son hommage.

25 La question des Mendiants a été amplement travaillée depuis la grande enquête initiée par Jacques Le Goff en 1968 : Le Goff 1968 ; Le Goff 1970 ; Le Goff 1973.

26 Le couvent des Cordeliers est cité pour la première fois dans le testament du dauphin André en 1237. Sur les Franciscains de Grenoble les fonds sont inexistants avant la seconde moitié du XIVe siècle (ADI 6 H 1-49). Voir Pilot de Thorey, Notes et documents… Bordier 1894. Lagier 1915.

27 Un accord de coseigneurie sur ce quartier entre l’évêque et le comte est signé en 1140 (Cartulaires de saint Hugues, C, n° 122). Montjoye 1990, p. 31-34.

28 Grenoble BM Cd 751 rés. et Cd 178. A. de Montjoye a souligné la qualité de ces plans de la ville en montrant notamment la parfaite coïncidence entre les parcelles qui y sont représentées et le cadastre napoléonien de 1810 (Montjoye 2003). Les données archéologiques sur le site se réduisent à quelques sondages préventifs qui avaient mis au jour un bon état de conservation des vestiges du couvent, et notamment de l’église, construite en bel appareil de briques, ce qui n’a pourtant pas empêché leur destruction sans fouilles préalables (Montjoye, 1985).

29 Le même décalage chronologique est constaté plus au sud par F. Guyonnet (Guyonnet 2009, p. 285 et suivantes).

30 ADI 7H1-94 Fonds des Dominicains. Cartulaire des Dominicains de Grenoble, 1288-1674, manuscrit du XVIIe s., (Stein n° 1618), ADI 7H11 (94 fol.) partiellement édité par U. Chevalier dans Nécrologe et cartulaire..., 1870.

31 Lévesque 1975, p. 1.

32 Guyonnet 2009.

33 ADI 7 H 13 (Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 1, p. 19-23).

34 Ibid. possent dictam domum construhere et edifficare nulloque alio loco in supradicta civitate dictam domum construhere comode possent.

35 Le règlement de 1265 fixe cette distance minimale à 300 cannes soit environ 500 m. : Pousthomis-Dalle, 2009.

36 Trois couvents sur dix-neuf de la Provincia Nova, soit seulement 15%, s’installent d’emblée intra muros (Montagnes, 1979, p. 27-50) même si les études ont relativisé cette systémisation en montrant notamment que les transferts de site n’étaient pas rares (Pousthomis-Dalle, 2009, p. 234-237).

37 Voir en dernier lieu Guyonnet, 2009, p. 290-293 (le couvent et son quartier).

38 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 2 et 3, p. 23-26.

39 Ibid. Voir les études de Maignien 1866 ; Perier 1877, p. 10-24 ; Lévesque 1975.

40 ADI, 7 H 13 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 4, p. 26-27.

41 ADI, 7 H 11 et 7 H 14 édition dans Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 9, p. 31-32, n° 17, p. 42-45, n° 18, p. 45-47.

42 Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 7 (1295), 9 (1316), 11 (1323), 14 (1335), 17 (1345), 18 (1348).

43 Voir par exemple Bruzelius, 2007.

44 Humbert envoie ainsi une lettre dans laquelle il officialise la protection qu’il accorde aux prêcheurs auprès de l’évêque et des autorités urbaines (Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 6, p. 28-29). En 1301, la dauphine Anne leur fait don de 1000 livres viennoises ; en 1319 Beatrix de Hongrie veuve du dauphin Jean teste en leur faveur 3000 livres viennoises à prendre sur ses bijoux ; en 1334/1342 Humbert II cède à plusieurs reprises une somme de 1000 florins d’or à prendre sur le péage de la ville ; Humbert leur cède en 1337 toutes les pêcheries du mandement de Bellecombe pour 3000 ans (ibid., n° 8, p. 30-31 ; n° 10, p. 33-34 ; n° 12, 13, 16, p. 36-39, 41-42 ; n° 15, p. 40-41).

45 Lévesque 1975, p. 7-8.

46 Sur cette politique d’Humbert II voir Lemonde 2000 (chapitres 1 à 4) et Lemonde 2009.

47 C’est notamment très net au XVe siècle, voir Paravy 1993, p. 533-541 et les remarques de V. Chomel dans Bligny 1979, p. 79.

48 C’est le cas par exemple dans le Sud-Est à Aix, Valence, Nice, Avignon, Draguignan ou Carpentras (Montagnes 1979, p. 37-46).

49 Cartulaires de saint Hugues, C, n° 122, p. 243-245.

50 Devaux - Ronjat 1912. Sur la reconstruction en 1374 de cette ligne de fortifications en pierres voir Baucheron - Gabayet - Montjoye 1998, p. 230-231.

51 Convention avec Guigues de Vaulnaveys (10 avril 1323) : Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 11, p. 35-36.

52 Convention avec Pierre Fabre (18 juin 1335) : ibid., n° 14, p. 39-40.

53 Ibid., n° 12 (cession d’un péage par Humbert II, 1334), p. 36-38 ; n° 22 (lettres patentes de Charles V pour la clôture du couvent et la réparation de l’église, 1377), p. 51-53 ; n° 23 (lettres patentes de Charles VI sur le même objet, 1384), p. 53-54 ; n° 24 (patentes du dauphin Louis sur la clôture du couvent, 1444), p. 54-55. Ces sommes ne furent jamais intégralement perçues dans un contexte de guerre (Prudhomme 1888, p. 257).

54 Comptes consulaires de 1373 : ibid., p. 222.

55 ADI 7H11 f° 41-43 et 7 H 15, p. 1-18 (Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 25, p. 55-60, convention entre le couvent et les consuls de la cité au sujet de l’achèvement des fortifications (24 octobre 1447). Sur la question des fortifications de Grenoble voir Rochas-Aiglun 1872, p. 3-31 et surtout Chancel 1991.

56 Voir le texte de la convention en annexe.

57 L’usage des fossés et des zones de passage le long des murailles pouvait, en revanche, être concédé aux réguliers par les autorités locales, voir notamment, pour le Nord et les Pays-Bas, Volti 2003.

58 Nécrologe et cartulaire...., 1870, n° 31, p. 68-70 : transaction entre le couvent et les arbalétriers (16 juin 1490).

59 Devaux - Ronjat 1912, B2, p. 221, B 631, p. 288.

60 Prudhomme 1888, p. 331-333.

61 Rochas-Aiglun 1872, p. 29.

62 Montjoye 1990, p. 190-191 et Colardelle 2008, p. 375-376.

63 Pilot de Thorey, Notes et documents sur le couvent des Jacobins.

64 Sur ces travaux voir en dernier lieu Gal 2007, p. 146-151.

65 Le texte de l'accord est connu par deux confirmations consécutives conservées en copie : celle du roi Louis XI, dauphin du Viennois en date du 6 novembre 1447 (ADI 7H11) et celle de l'évêque de Grenoble Aimon de Chissé en date du 10 novembre 1447 (ADI 7H15). Sans être totalement identiques, les deux textes sont très proches. Ulysse Chevalier ayant partiellement édité la confirmation de Louis XI, nous éditons en complément celle d'Aimon de Chissé et portons en notes les leçons de la confirmation de Louis XI. Les copies sont toutes deux du XVIIe siècle, probablement contemporaines, car ledit Berton participe aussi à la confection du cartulaire. En l'absence du nom complet du personnage, il est difficile d'affiner la fourchette de datation (ce nom n'est pas attesté dans la prosopographie établie par Virieux, 1986).

66 nisi dictis moeniis et clausurae C

67 infunduntur C

68 incepit C

69 futurae sunt C

70 illas complere. C

71 dicta ms

72 Rolandi C

73 alios cives nostrae civitatis C

74 conventum inceptae quae jungitur C

75 posterlae C

76 manutenebuntur per eandem C

77 existentia C

78 quae protendetur C

79 uniuersitati ms.

80 [dictae ciuitatis ... et alias pro custodia et deffensione] omis dans B probablement à cause d'un saut du même au même.

81 portis et clavibus habuit C

82 faciendis C

83 Dalphinii C

84 Ripandi C

85 Oyeti C

86 Graillii C

87 Petrus Asterus C

88 Girandi C

89 Sonnerii C

90 Rigaudo Tardinonis C

91 Porreti C

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 120015.
Titre Fig. 2 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1290.
Titre Fig. 3 - Plan du couvent des prêcheurs en 1683 (ADI 7 H 56).
Titre Fig. 4 - Les établissements réguliers de Grenoble vers 1450.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noëlle Deflou-Leca, « La place des communautés régulières dans l’espace urbain », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/319 ; DOI : 10.4000/mefrm.319

Haut de page

Auteur

Noëlle Deflou-Leca

Université Pierre Mendes France Grenoble II - Noelle.Deflou-Leca[at]upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org