Navigation – Plan du site
Atelier doctoral

La visibilité des objets entre archéologie et sources textuelles

Skarbimir Prokopek

Résumés

Cet article envisage les conditions d'apparition des objets dans les sources archéologiques et textuelles. Le problème de la visibilité des objets, c'est à dire de l'identification des situations dans lesquelles un objet est susceptible de laisser une trace exploitable, matérielle ou textuelle, apparaît comme central dès que l'objet est défini dans la lignée d'A. Appadurai, par sa trajectoire ou vie sociale, et non par sa matérialité. Si l'étude des traces archéologiques du commerce, abordée à travers l'exemple de l'emporium de Comacchio, passe par les infrastructures et les moyens de l'échange, c'est bien la transaction elle-même qui est à l'origine des témoignages textuels de la circulation des objets. Les non-libres, dont les traces sont nombreuses dans l'Italie du Nord des VIIIᵉ-XIᵉ siècles, grâce à leur double statut d'êtres humains et de choses, illustrent la production de la visibilité textuelle par accumulation d'une histoire de relations sociales, expliquant la quasi-invisibilité du commerce.

Haut de page

Texte intégral

1Les objets en circulation sont un sujet vaste : la première question, qui se pose spontanément, est celle de savoir de quels objets parle-t-on au juste. Leur diversité matérielle est en effet déconcertante, et le catalogue potentiellement inépuisable. Toutefois, ce qui guide une classification utile est moins la nature de l'objet que son mode de circulation : l'objet vendu, acheté, offert, hérité, donné en gage ou encore confisqué.

  • 1 Appadurai 1986 et en particulier l'article Kopytoff 1986

2Il faut donc non identifier une substance, mais retracer une véritable biographie sociale1 de l'objet. Cette approche permet d'affronter la question des conditions de l'apparition des objets – des objets-en-mouvement, par principe – dans les sources disponibles. Or, sans surprise, les conditions d'apparition sont différentes selon les types des sources envisagées. Cela est déjà vrai si l'on envisage la circulation des objets en Italie du Nord du haut Moyen Âge à travers des textes de nature différente, et l'écart se creuse lorsqu'on confronte les sources matérielles et textuelles.

  • 2 Gelichi 2006, entre autres publications. Pour les plus récentes, u (...)

3Nous pouvons confronter deux approches, toutes les deux issues des étapes différentes de notre parcours. La première était consacré à la circulation des marchandises dans la Plaine du Pô aux VIe-IXe siècles. L'intérêt pour le commerce était dicté par l'importance du phénomène des emporia de l'Adriatique du Nord qui semblent avoir structuré par leur activité commerciale non seulement le littoral adriatique, mais aussi tout l'espace padan – alors qu'on est au cœur des âges sombres. Or, les sources textuelles sont rares pour cette période, et c'est quasi exclusivement l'éclairage archéologique fourni par les fouilles récentes de Comacchio2 qui permet d'étudier ce commerce.

4Le passage à une perspective plus large et résolument biographique, consacrée aux objets en général et non plus seulement aux marchandises, s'était accompagnée d'un changement de matériau de départ, désormais textuel. Ce choix, motivé en bonne partie par les contraintes pratiques et temporelles de ce travail, a mené pourtant à une perspective très différente : les textes, à la différence des traces matérielles, ne donnaient presque jamais à voir le commerce. Expliquer cette absence d'abord, puis les conditions de visibilité des objets meubles et individualisés, s'est rapidement mué d'une question préalable en une problématique centrale. La confrontation de cette réflexion avec l'éclairage archéologique était une ambition inscrite dans le projet de notre Master 2, et qui n'a pas pu être jusque-là réalisée.

5Les non-libres – esclaves proprement dits, mancipia, mais aussi semi-libres (aldions) et dépendants libres (massarii), à la fois personnes et objets, sont grâce à leur statut paradoxal une illustration particulièrement éclairante de la problématique de la visibilité des objets que nous ne percevons pas aux mêmes moments de leurs trajectoires selon les sources que nous interrogeons.

La visibilité comme problème

6La question de la visibilité répond d'abord à la nécessité pratique de trouver les objets à étudier. Cette nécessité entraîne celle d'une définition précise, construite d'emblée dans une logique biographique. Dans quelles situations, c'est-à-dire à quels moments de sa trajectoire l'objet peut-il laisser une trace documentaire ou matérielle ?

7La comparaison des sources matérielles et textuelles mène non seulement à des aspects différents de la réalité de la circulation des objets, mais aussi à des définitions différentes de l'objet. Pourtant, la visibilité se pose comme problème dans les deux cas.

  • 3 Grierson 1959
  • 4 Ulriksen 1997

8Si à première vue le mobilier archéologique ne requiert pas un travail de définition, ce dernier devient indispensable lorsque l'on s'intéresse à la circulation des objets et ses formes. En effet, la présence d'un objet à un endroit donné ne renseigne pas nécessairement sur le mode de circulation, ou la manière dont l'objet en question s'est retrouvé là où il a été trouvé. Inversement, les processus qui nous intéressent ne laissent pas nécessairement des traces immédiatement identifiables. Cette observation était au fond de la critique ancienne et excessive avancée en son temps par P. Grierson3 à l'encontre de l'archéologie du temps: qu'il y ait des objets de provenance lointaine ne signifie pas qu'il y ait eu commerce, puisqu'un échange de dons a pu aboutir à la même présence. Récemment, une difficulté similaire est soulevée au départ de l'étude de Jens Ulriksen sur les sites d'échouage4 : la transaction commerciale, en elle-même, ne laisse pas de traces matérielles. Pour retracer le commerce, il faut donc trouver ses indicateurs archéologiques.

9L'approche archéologique du commerce passe donc avant tout par l'étude des infrastructures du commerce, telles que les aménagements portuaires de Comacchio, auxquels on pourrait ajouter l'étude des épaves de navires et les lieux du commerce.

  • 5 Sindbæk 2005
  • 6 Skre 2008

10Cette stratégie apparaît comme une démarche en quelque sorte périphérique, tout en étant la plus classique. Symétriquement, une autre approche du commerce peut s'appuyer sur le mobilier portant les traces d'une adaptation active à l'échange, notamment par la standardisation5 de leur production, ainsi que par la présence d'objets destinés non à être échangés, mais à faciliter les échanges, tels que les poids, mesures, ou monnaies et autres moyens de paiement6. L'image du commerce altomédiéval émerge ainsi des indications potentiellement tenues.

  • 7 Weber 2005, p. 29‑31
  • 8 Testart 2007, p. 131‑135

11Le problème de la visibilité a été déterminant pour l'approche des sources textuelles. Le peu d'intérêt des scripteurs des sources pour les objets appelait une explication de cas relativement exceptionnels où des objets, notamment les objets communs, sont remarqués et individualisés. La matérialité ou la richesse des objets n'est ici nullement déterminante, puisque des objets précieux sont souvent noyés dans les mentions génériques. Ce qui fait émerger l'objet est l'accumulation des relations sociales qu'il matérialise et véhicule : c'est donc la transaction, et non l'objet, qui laisse la trace documentaire. L'objet doit être analysé comme un fait, inséré dans une série d'interactions entre les acteurs qui l'échangent et dont il matérialise les rapports inscrits dans la durée7. Cette constatation explique la difficulté à apercevoir des marchandises qui apparaissent comme des objets purs – échangeables, interchangeables, aliénées dès leur mise en vente8 et par là même détachées de toutes les significations que l'objet aurait pu avoir accumulé et qui auraient pu justifier qu'on en fasse une mention. Inversement, ce qui donne une visibilité aux objets, ce sont les situations susceptibles de réactualiser et d'épaissir la sédimentation de significations sociales qu'il porte. Plus l'objet ainsi individualisé par sa trajectoire est éloigné du moment de la réification décrite par I. Kopytoff, plus il est éloigné d'un simple bien meuble, plus il a des chances d'apparaître.

12La question de la visibilité est donc non seulement une question pratique incontournable pour trouver les objets dans les sources – quelle que soit leur nature – mais aussi pour la compréhension de ceux que nous trouvons. La complémentarité des sources, en particulier entre les sources archéologiques et textuelles apparaît dans ce contexte comme un enjeu fondamental.

Le commerce et ses traces

13De tous les modes de circulation des objets meubles, deux ont reçu une attention particulière des chercheurs : d'abord le commerce, ensuite l'échange des dons.

  • 9 Moreland 2000

14Or, si l'on s'écarte de l'optique d'une très longue critique du modèle pirennien et d'un « romantisme commercial »9, c'est l'archéologie qui éclaire avant tout la réalité de la circulation des marchandises dans l'espace adriatique du haut Moyen Âge. L'emporium de Comacchio en est un exemple frappant.

  • 10 Balzaretti 1996, p. 219‑221
  • 11 Wickham 2005, p. 681‑692

15La classification même de Comacchio comme un emporium, au sens que ce terme prend dans la recherche actuelle, repose sur l'appréciation de la vitalité et de la portée de ce commerce. Dans un article de 1996, Ross Balzaretti rejetait cette identification, en se fondant sur l'insuffisance des données archéologiques alors connues10. Aussi bien l'organisation de l'espace que la présence d'un artisanat spécialisé – celui du verre – dont l'absence invoquait Balzaretti, ont été confirmés par les fouilles ultérieures. Une discussion plus complexe se poursuit cependant autour de la comparaison entre Comacchio, ainsi que d'autres sites comparables de la Méditerranée, et des emporia du Nord et implique une clarification de la définition du terme d'emporium. Les emporia du Nord étaient des villes (ou quasi-villes) nouvelles, dédiées à leur fonction commerciale et artisanale et constituaient un débouché et un point d'arrivée d'un hinterland à l'intérieur des terres, mais n'étaient pas des centres politiques11. Or, Commacchio, certainement place commerciale active, a vraisemblablement un passé remontant bien avant sa période de grandeur des VIIᵉ- VIIIᵉ siècles, et est tôt devenu un centre politique, doté d'un siège épiscopal et d'une autonomie politique dans le contexte de l'affaiblissement du contrôle byzantin sur la région. Les places commerciales de la Méditerranée, et en particulier de l'Adriatique, correspondraient à un modèle politique différent, et ne pourraient s'appuyer sur une demande aristocratique suffisante pour permettre leur décollage.

  • 12 Wickham 2005, p. 733‑735
  • 13 Une mise au point récente dans Wickham 2012 et (...)

16Une difficulté supplémentaire concerne la nature des marchandises qui transitaient par ces places. L'importance du sel, produit dans la lagune et transporté par les gens de Comacchio le long du Pô, marchandise d'une valeur importante qui en fait une de rares à être documentés par les textes, est interprétée par C. Wickham comme un signe de faiblesse plutôt que de la force de la place. Le sel, facile à produire, serait une marchandise « par défaut », intéressante dans un cadre strictement régional12. Malgré ces différences, il est cependant désormais admis que Comacchio est un emporium, et sans doute pas uniquement Comacchio, même si la qualification des autres places méditerranéennes, telles que Gaeta, Amalfi ou même Marseille, reste en débat13. En effet, si l'importance politique et administrative de Comacchio n'apparaît pas comme un trait dominant, la recherche sur les emporia du Nord tend à montrer que l'absence des élites et de leur consommation sur place n'est pas si absolue, ce qui affaiblit logiquement ce critère. Inversement, une meilleure connaissance de l'artisanat de luxe pratiqué à Comacchio rapproche cette place des nordiques. Une analogie peut être établie entre Comacchio et Venise, lorsqu'elle lui succède, et Dorestad et Quentovic, à la différence de Hamwic ou Ribe : il s'agit des places où les acheteurs sont en général absents, et où résident généralement les vendeurs. Cela semble encore plus marqué dans le cas de Venise dont l'économie reposait davantage sur le commerce de biens de prestige destinées au monde carolingien, mais est pleinement valable pour Comacchio s'inscrivant dans un système byzantin d'une circulation organisée et assez centralisée.

  • 14 Fasoli 1978

17Les textes portant sur Comacchio sont très rares : les sources écrites se limitent à peu près à un pacte avec le roi lombard Liutprand14, suivi des mentions dans un pacte entre l'empereur Lothaire et les Vénitiens en 840 et dans la paix d'Aix-la-Chapelle, qui témoignent du déclin de la place plutôt que de sa période de grandeur qui se situe, elle, entre le dépérissement du port de Ravenne et la montée de Venise qui finit par dominer à elle seule toute l'activité de l'arc nord-adriatique, auparavant distribuée entre plusieurs places, dont Comacchio est la mieux connue.

  • 15 Gelichi 2008b
  • 16 Calaon 2006 et Gelichi - Calaon 2007, puis les travaux d'A. Ru (...)
  • 17 Gelichi et al. 2012, p. 186‑187
  • 18 Gelichi et al. 2012, p. 188

18La montée et la grandeur de Comacchio15, dont l'existence remonte au Vᵉ siècle, apparaissent grâce à l'apport des informations fournies par des fouilles qui se sont succédé et qui continuent sur le site, en mobilisant des techniques d'investigation les plus avancées, notamment les analyses par système d'information géographique (SIG)16, démarche alors très novatrice. Ces recherches prouvent l'existence, en pleine période longtemps qualifiée d'« âge sombre », marqué par l'extinction du commerce méditerranéen à long cours, d'une activité très soutenue, suffisamment intense pour justifier la construction des aménagements portuaires importants. Ces aménagements consistaient en des plates-formes de bois, certaines atteignant des dimensions aussi imposantes que 80 mètres de long pour 30-40 mètres de large, couvrant une superficie estimée à 80 000 mètres carrés17. Les plates-formes s’étendaient à partir de deux îles séparées par un large canal et permettaient l'accostage des navires ainsi que la manutention et le stockage des marchandises. Le matériel céramique trouvé sous le bois des plates-formes effondrées, associé à des pierres provenant vraisemblablement du ballast emporté par les navires, a permis de distinguer une répartition spatiale des fonctions portuaires : le vaste espace se prêtait au débarquement et au stockage temporaire des marchandises, tandis que des bâtiments trouvés à l'arrière d'un front de mer aménagé, mis en évidence par les fouilles de 200918, ont vraisemblablement été des entrepôts. Toutes ces constructions représentent un investissement important non seulement par leur taille, mais aussi par la qualité technique des réalisations (certes toutes en bois) ainsi que dans l'ampleur des travaux d'entretien et de dragage nécessaires pour les maintenir en activité.

  • 19 Grandi 2015, p. 243‑246

19Aux aménagements en bois s'ajoutent les canaux. Le port de Comacchio est idéalement placé pour servir de pivot entre l'espace maritime adriatique et les voies navigables de la Plaine du Pô : aussi bien la mer ouverte que la lagune de Venise ou Ravenne peuvent être rejointes à partir de Comacchio par des routes d'un mile environ, et cela en restant dans des eaux protégées. Comacchio s'imposait alors comme le point de transbordement entre les navires maritimes – dont l'arrivée était facilitée par la présence des jetées s'étendant loin vers des parties plus profondes du port – et les bateaux de rivière dont un nombre significatif a été retrouvé au cours des différentes campagnes de fouille. Le canal artificiel de Motta della Girata apparaît comme un aménagement clé, reliant la lagune maritime à un bras de la delta du Po. D'une largeur variant entre 25 mètres à la surface et 15 mètres au fond et d'une profondeur de 2 mètres, ce canal a nécessité pour son creusement le déplacement d'approximativement cent mille mètres cubes de terre19.

  • 20 Wickham 2005
  • 21 Negrelli 2012, p. 401‑404

20Si l'ampleur des infrastructures destinées au commerce prouve l'intensité de la circulation marchande aux VIIᵉ-VIIIᵉ siècles, l'étude du mobilier archéologique permet d'affiner cette image, malgré une quantité de matériel relativement décevante. Or, le mobilier qui nous éclaire n'est que très partiellement constitué des objets qui ont été des marchandises20. C'est le cas de la céramique sigillée romaine (ARS, pour « African Red Slip ware ») tant qu'elle circule, puis de ses imitations locales circulant dans un rayon beaucoup plus restreint. La céramique globulaire, dont la présence se renforce au VIIIᵉ siècle, relève de la même logique : il s'agit encore des contenants de transport produits loin de l'endroit où ils ont été retrouvés. De la même façon que les types tardo-antiques tels que les LRA 13 ou des « Samos cistern type » qui accompagnent les céramiques globulaires dans les niveaux du VIIᵉ siècle, ce matériel s'inscrit dans une homogénéité byzantine et plus particulièrement égéenne21.

21Même parmi les productions céramiques locales, les contenants de transport sont majoritaires. La place importante occupée par des amphores à fond plat en « depurata » apparaît comme une adaptation aux conditions de la navigation lagunaire et fluviale, faisant largement appel à des embarcations à fond plat.

  • 22 Alberti 1997
  • 23 Santi et al. 2009
  • 24 Santi - Antonelli - Renzulli 2005
  • 25 Gelichi 2008a, p. 70
  • 26 Hodges 2012, p. 232

22La vaisselle en pierre ollaire est une exception, d'autant plus intéressante qu'elle circule dans le sens inverse du flux dominant de cet espace: cette vaisselle descend l'axe padan depuis les Alpes centrales22. Si la circulation de la pierre ollaire n'atteint pas l'ampleur du commerce équivalent pratiqué au sein du réseau des emporia du nord, il s'agit d'une marchandise très présente à Comacchio. La vaisselle en pierre ollaire – facile à travailler et résistante au feu – est connue depuis l'Antiquité et continue à être utilisée tout au long de la période médiévale. Cependant, elle est particulièrement intéressante durant le haut Moyen Âge ou elle devient un remplacement intéressant de la céramique sigillée et autres types de céramique fine, d'autant plus que les progrès techniques du IVᵉ siècle avaient permis grâce à l'emploi des tours lourds de réduire considérablement l'épaisseur des parois des récipients23. La production de la vaisselle a lieu près des sites d'extraction des talcoschistes dans les Alpes occidentales et centrales, ce qui permet d'éviter les difficultés de transport des blocs lourds sur des distances importantes. La circulation ultérieure est très marquée par les contraintes de transport : l'examen de la composition chimique des roches à permis d’identifier les gisements à l'origine des trouvailles de vaisselle en pierre ollaire, mettant ainsi en évidence deux réseaux bien distincts, séparés par la barrière de l'Apennin du Nord : tandis que les pierres ollaires du Val d'Aoste et du Ticino voyagent dans le réseau tyrrhénien – comme en attestent les trouvailles en Toscane – le bassin adriatique reçoit la pierre ollaire issue de Valchiavenna.24, qui, des carrières situées à Piuro et Chiavenna, est expédiée par la rivière Mera, puis traverse le lac de Côme avant de rejoindre l'Adda, puis le Pô. Si cette seule marchandise « de retour » ne suffit pas à reconstituer les relations padanes de Comacchio, elle reste un important indicateur indirect, dont le succès est très clairement lié à l'activité des voies navigables25 permettant à cette importation de concurrencer la cuisson locale des céramiques. Cependant, la pierre ollaire n'est pas destinée uniquement à la consommation à Comacchio – elle transite vers des sites de la côte adriatique liés à la consommation d'élite, tels que Santa Maria in Civita ou San Vincenzo.26 Même si le volume de cette circulation semble relativement réduit, révélant ainsi la faiblesse des centres de consommation des élites dans le bassin adriatique, le commerce de la vaisselle en pierre ollaire indique non seulement la vitalité des routes fluviales de l'Italie du Nord, mais aussi la présence d'une demande de biens de prestige dans un ensemble géographique large où Comacchio joue un rôle de pivot entre le couloir padan et ses ramifications (Adda puis le lac de Côme, en l'occurrence) et l'espace égéen, en passant par l'Adriatique du sud, révélé par le mobilier archéologique des sites des Abruzzes et des Marches.

23Mais l'essentiel du mobilier archéologique retrouvé provient des contenants de transport – des amphores, abondantes, comme dans le monde byzantin et musulman, au-delà du VIIᵉ siècle.

24La circulation marchande, perceptible à travers les infrastructures imposantes créées pour ses besoins, mais aussi à travers les vestiges de contenants qui ont accompagné une partie des marchandises et qui servent d'indice pour estimer les flux d'autres marchandises qui nous échappent – ainsi tous les biens périssables qui transitaient en vrac ou dans des sacs – et seulement dans des cas relativement rares par les marchandises elles-mêmes, apparaît néanmoins comme la force structurante de tout l'espace nord-adriatique et padan, jusqu'à la conquête franque et l'établissement de l'hégémonie vénitienne incontestée.

25Or, si l'image produite par l'archéologie est dominée par le commerce, les sources textuelles dont nous disposons à partir du VIIIᵉ siècle, éclairent des aspects radicalement différents de la circulation des objets.

Les non-libres : l'objet paradoxal

26Les non-libres – mancipia, aldiones, mais aussi des massarii juridiquement libres mais en situation de dépendance – constituent un cas particulièrement frappant de cette différence de perspective. Les non-libres sont considérés par les documents médiévaux comme des biens meubles et comme une force de travail, à la manière des animaux de ferme dont le traitement est souvent très proche dans les chartes consacrées à des transactions foncières. En même temps, les non-libres sont des personnes socialement existantes et agissantes : cette superposition n'échappe pas aux médiévaux eux-mêmes, et elle fait des non-libres un objet d'étude particulièrement intéressant.

  • 27 McCormick 2001
  • 28 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929 I, 36
  • 29 Porro-Lambertenghi 1873, 83
  • 30 Gasparri - La Rocca 2005 No 17
  • 31 Feller 2005
  • 32 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 70
  • 33 Bougard 2002

27La perspective commerciale ne requiert pas vraiment d'interrogation sur leur statut paradoxal d'objets-personnes : une longue tradition historiographique, ravivée récemment par M. McCormick qui s'intéresse en particulier aux trouvailles des entraves27 a étudié le flux commercial des esclaves qui traversait la Méditerranée. Or, ces esclaves-marchandises, si fondamentaux pour les arguments de Maurice Lombard contre H. Pirenne, et que nous avons pu entrevoir dans le pacte de Lothaire avec les Vénitiens, sont à peu près totalement invisibles lorsqu'on s'intéresse aux objets individualisés. Cette invisibilité, que les esclaves-marchandises partagent avec d'autres objets du commerce, n'a rien à voir avec l'importance du flux dont il n'est pas question de nier le poids – mais la situation de réification marchande condamne à l'anonymat et échappe, la plupart de temps, à notre vue en tant qu'étape du parcours social de l'esclave. Ainsi, les cas de vente ou achat d'un esclave sont très rares dans les documents de l'Italie du Nord : les seuls que nous avons pu repérer proviennent du dossier des Totoneschi. Il s'agit uniquement d'enfants, dans deux cas, et d'une femme : Satrelanus28, un enfant d'origine franque, vendu à douze sous, Mauro et Ansa, enfants de Theuderada, vendus à 30 sous en 80729, et une femme achetée par Toto II de Campione pour une livre30. Ces cas, déjà exceptionnels dans le dossier, non seulement s'écartent de la désindividualisation radicale décrite par I. Kopytoff – nous savons le nom de la mère de Mauro et Ansa, le nom du castrum Axxungi dont elle est originaire, ainsi que son appartenance juridique – mais place aussi nos esclaves achetés dans le registre des biens de luxe. Ils sont manifestement destinés au travail de domestiques dont la possession rehausse le statut social de leur maître capable de dépenser des sommes importantes pour les acquérir31. Ces documents peuvent être rapprochés du memoratorium de la Morgengabe de leur mère qu'Ursus produit à l'intention de ses neveux, à Lucques en 73932.Trois esclaves sont nommés dans ce document : Magnifredulus, Magnitrudula et Fermusiula. Ces esclaves sont certes évalués à 30 sous (ce qui reste cohérent avec les prix mentionnés dans le dossier des Totoneschi), mais il n'est pas réellement question d'une vente, rien ne garantit même que ces esclaves aient été acquis par ce moyen dans le passé. De plus, les prix sont déterminés par la législation de l’Édit de Liutprand qui limite la valeur de la meta, transfert qui compense à la mariée le passage du mund au mari, et qui tend à se confondre dans l'usage avec la morgengabe proprement dite33. Cependant, loin de réactualiser la réification, coupant les liens sociaux déjà tissés, l'adjonction de ces trois esclaves à la meta de la femme – qui constitue non seulement sa propriété, mais aussi une possession quasi inaliénable qui constitue une sorte de double matériel de la personne – est l'expression d'une trajectoire sociale accumulée dans un temps long. Le passage dans la meta féminine affirme on ne peut plus fortement l'identité sociale des esclaves.

  • 34 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 50

28Nous sommes donc bien loin du commerce. Mais si les pièces citées sont relativement exceptionnelles, l'étude de la masse des mentions des non-libres permet des conclusions plus générales. Saisis bien plus souvent au moment de leur affranchissement que de leur réduction en esclavage, les non-libres sont nombreux dans notre dossier. La majorité des mentions est faite de notations générales et collectives : les non-libres sont considérés comme une force de travail annexée à une terre et transférée avec elle. En cela, ils sont traités par les chartes d'une manière proche des animaux de ferme. Cette situation de visibilité anonyme est fréquente, mais des cas particuliers émergent souvent, en laissant voir des parcours individuels. Ainsi, des non-libres peuvent être nommés soit simplement pour identifier la terre dont il est question – c'est en général le cas des aldions chasés ou des massarii – soit pour les extraire de la masse des non-libres anonymes pour spécifier des dispositions particulières. Le testament du gastald de Sienne Warnefrid, de 73034, illustre tous ces cas de figure : toute une série des casae sont identifiées par le nom de l'homme – en général aldion ou massaro – qui l'occupe. Plus loin, lorsqu'il est question des troupeaux, des pâtres qui en ont la charge sont nommés, un Apicius et un actor noster Autfridus apparaissent comme des spécialistes. Mais, si ces mentions sont relativement instrumentales, des trajectoires sociales plus complexes peuvent apparaître. Ainsi, dans le même document, nous trouvons un Mindilo filius Godiosuli qui a, avec son fils Raculo, la charge d'un troupeau, tandis qu'un autre troupeau est confié à Ursulo, l'autre fils de Mindilo, avec sa femme et enfants. Ce sont donc quatre générations de cette famille non-libre qui apparaissent à travers un passage plutôt bref du testament.

  • 35 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 105

29Il arrive qu'une disposition particulière vienne extraire un esclave particulier d'une masse anonyme : la vente par le vir magnificus Perprand des biens au lieu Tocciano à l'évêque de Lucques Walprand35 s'accompagne du transfert des servi vel ancillae qui y sont installés, mais le maître se réserve un Teudifridulus avec sa femme et enfants, dont l'un (nomine Personula) est même nommé. Une telle différence de traitement marque un lien particulier entre le maître et son dépendant et surtout la présence d'une personnalité sociale – aussi peu avantageuse soit-elle – de l'esclave.

  • 36 Gloria 1877, 15
  • 37 Porro-Lambertenghi 1873, 246
  • 38 Balzaretti 1999, pour le personnage, même si cette donation ni (...)

30Les testaments des personnages importants laissent de nombreuses traces semblables : ainsi, les évêques Rorio, à Padoue36, ou Garibaldus, à Bergame37 donnent dans leurs testaments de longues listes nominatives des familiae d'esclaves, en précisant à plusieurs reprises des liens de parenté entre eux. Même s’ils restent en principe échangeables, ils sont donc bien plus des personnes – ce qui ne réduit nullement leur soumission – que des objets interchangeables. Le testament de Garibaldus en donne une illustration particulièrement frappante. Un groupe d'esclaves avait fait objet d'une donation faite par Antelme ou Anselme38 ; le testament de l'évêque les destine à Gottinia, femme d'Anselme, à condition qu'elle ne se remarie pas, les faisant ainsi revenir dans leur famille « d'origine ». L'esclave, comme objet donné, garde une trace de son parcours – ici, le lien entre les esclaves et leur maîtres précédents se perpétue au-delà d'un transfert vers un nouveau maître, alors que les dispositions prévoyant l'émancipation de ces esclaves après la mort de Gottinia et, pour un autre groupe, de la moniale Gariberga, fille d'Anselme, font durer le lien avec l'évêque.

31La trajectoire sociale de l'esclave, si elle commence par la réification, semble ainsi se dérouler entre l'anonymat d'une force productive et l'individualisation d'une personne. Cette visibilité surprenante – il est plus facile de voir des esclaves que des aldions – exclut cependant que l'on puisse voir ces esclaves-marchandises que les rares trouvailles d'entraves peuvent révéler.

32Trouver les objets est non seulement une étape préalable nécessaire, mais une question centrale autant pour la démarche archéologique que pour l'enquête dans les sources textuelles. Cependant, la comparaison entre l'étude de la place commerciale de Comacchio, toute entière formée par l'échange marchand et de l'analyse de l'apparition des non-libres, à la fois personnes et objets, montre le contraste des conditions de visibilité des deux phénomènes. La transaction, commerciale ou autre, ne laisse pas de traces en elle-même, mais le commerce requiert la présence des infrastructures et des moyens d'échange. Ce sont ces traces indirectes qui fondent la connaissance archéologique de la circulation des biens. Les débats autour de la place de Comacchio, d'autant plus animés que la connaissance du site ne cesse de progresser, illustrent la difficulté de l'analyse de ces vestiges. Si la circulation importante est indéniable, sa nature constitue le cœur du problème. Comacchio réunit une circulation régionale des marchandises produites localement – le sel, pour l'essentiel du volume, mais aussi des produits de luxe en verre – ainsi que celle des marchandises importées de la région égéenne. Il faut donc situer l'activité indéniablement soutenue de la place entre le commerce de gros cher à C. Wickham, dont participe le commerce du sel ou de la céramique sigillée à l'époque romaine, et le commerce des biens de luxe, potentiellement très lucratif mais par définition marginal pour un système économique. Ce commerce à été essentiel pour le décollage de Venise qui a su saisir le rôle de l'accès du monde carolingien à la Méditerranée orientale. Le cas de la pierre ollaire illustre cette difficulté : cette marchandise faisant ailleurs partie du commerce de gros y appartient-elle aussi pour les marchands de Comacchio – ou alors s'agit-il d'un bien limité aux faibles élites de l'Italie centrale ? Un autre point toujours discuté est lié au rapport entre ces places commerciales et leur environnement politique. C'est autour de cette question que l'essentiel du débat sur la qualification de Comacchio – et d'autres places méditerranéennes, moins bien connues - comme emporium, s'articule. Si les emporia nordiques, classiquement définis par leur nouveauté et l'absence d'autonomie politique, se situaient à la marge de la puissance politique carolingienne, Comacchio, appartenant à une partie de plus en plus délaissée du monde byzantin, s'inscrit dans un contexte politique et institutionnel plus élaboré. Le dynamisme de cette place qui constitue le point de contact entre Byzance et le royaume Lombard – comme Venise allait le devenir entre l'empire carolingien et le monde byzantin et arabe – tient aussi à ce contexte institutionnel complexe même si de plus en plus lointain. Mais si cette complexité institutionnelle conservée distingue la Méditerranée de l’Europe du Nord, les avancées de la recherche sur Comacchio montrent de plus en plus clairement la prégnance de l'échange marchand dans l'Adriatique et dans la mer Égée byzantine qui ont, malgré une réduction du volume et une régionalisation certaine des échanges, conservé beaucoup plus de liens et de cohérence que les régions à l'ouest et au nord de Rome.

33Inversement, c'est bien la transaction qui produit la trace textuelle, mais seulement en fonction de l'accumulation des relations sociales qui s'y réactualisent et renégocient – si bien que le commerce échappe à la perspective des textes. C'est un tout autre aspect des échanges qui apparaît à travers les chartes – non pas l'achat ou la vente d'une marchandise, mais la formation de la valeur de l'objet. Ce processus d'accumulation d'une histoire des relations sociales dont l'objet est le médium produit une véritable personnalité de l'objet. Le cas des non-libres, à la fois objets et personnes, se présente comme un cas-limite : après l'étape d'une réification marchande, à quelques exceptions près invisibles, et pas nécessairement complète, les chartes révèlent la construction d'une identité sociale des non libres qui, tout en étant soumis, sont considérés comme des personnes à part entière. Leur trajectoire, si elle est particulièrement frappante, reste exemplaire de la construction d'un sens social et du rôle des objets.

Haut de page

Bibliographie

Alberti 1997 = A. Alberti, Produzione e commercializzazione della pietra ollare in Italia settentrionale tra tardoantico e altomedioevo, dans I Congresso nazionale di archeologia medievale, 1997, p. 335‑339.

Appadurai 1986 = A. Appadurai, The social life of things : commodities in cultural perspective, Cambridge-New York, 1986.

Balzaretti 1996 = R. Balzaretti, Cities, Emporia and Monasteries : Local Economies in the Po Valley, c. AD 700-875, dans Towns in Transition, 1996, p. 213‑233.

Balzaretti 1999 = R. Balzaretti, The politics of property in ninth-century Milan. Familial motives and monastic strategies in the village of Inzago, dans Mélanges de l’École française de Rome, 111, 2, 1999, p. 747‑770.

Bougard 2002 = F. Bougard, Dot et douaire en Italie centro-septentrionale, VIIIe-XIe siècle: un parcours documentaire, dans F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, 2002, p. 57‑95.

Calaon 2006 = D. Calaon, Cittanova (VE): analisi GIS, dans IV Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, 2006, p. 216‑224.

Fasoli 1978 = G. Fasoli, Navigazione fluviali. Porti e navi sul Po, dans La Navigazione mediterranea nell’alto medioevo. Settimane di Studio di Spoleto, 25, 1978, p. 565‑607.

Feller 2005 = L. Feller, Sulla libertà personale nell’VII secolo: i dipendenti dei Totoni, dans Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), 2005, p. 179‑208.

Gasparri - La Rocca 2005 = S. Gasparri, C. La Rocca, Carte di famiglia : strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), Roma, 2005 (Altomedioevo, 5).

Gelichi 2006 = S. Gelichi, « ...Castrum igne combussit... »: Comacchio tra tarda antichità ed alto medioevo, dans Archeologia Medievale, 33, 2006, p. 19‑48.

Gelichi 2008a = S. Gelichi, The Eels of Venice: The Long Eighth Century of the Emporia of the North-East Region along the Adriatic Coast, dans S. Gasparri (éd.), 774 : ipotesi su una transizione. Atti del Seminario di Poggibonsi, 16-18 febraio 2006, 2008, p. 81‑117.

Gelichi 2008b = S. Gelichi, The rise of an early medieval emporium and the economy of Italy in the late Longobard Age, dans Annales - Series Historia et Sociologica: Annali di Studi istriani e mediterranei, 18, 2008, p. 319‑336.

Gelichi - Calaon 2007 = S. Gelichi, D. Calaon, Comacchio: la storia di un emporio sul delta del Po, dans Genti nel Delta da Spina a Comacchio. Territorio e culto dall’Antichità all’Altomedioevo, 2007, p. 82‑117.

Gelichi et al. 2012 = S. Gelichi, D. Calaon, E. Grandi, C. Negrelli, History of a forgotten town: Comacchio and its archaeology, dans S. Gelichi, R. Hodges (éd.), From one sea to another: trading places in the European and Mediterranean Early Middle Ages, Turnhout, 2012, p. 169‑205.

Gloria 1877 = A. Gloria, Codice diplomatico padovano : dal secolo sesto a tutto l’undecimo ; preceduto da una Dissertazione sulle condizioni della città e del territorio di Padova in que’ tempi e da un glossario latino-barbaro e volgare, Venezia, 1877 (Monumenti storici / publicati dalla deputazione veneta di storia patria. Serie prima, Documenti ; Monumenti storici, 2).

Grandi 2015 = E. Grandi, Un delta in movimento. Il caso di Comacchio tra tarda antichità e medioevo, dans Reti Medievali, 16, 2, 2015, p. 231‑261, URL : http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/471.

Grierson 1959 = P. Grierson, Commerce in the Dark Ages: A Critique of the Evidence, dans Transactions of the Royal Historical Society, Fifth Series, 9, 1959, p. 123‑140.

Hodges 2012 = R. Hodges, Adriatic Sea trade in an European perspective, dans S. Gelichi, R. Hodges (éd.), From one sea to another: trading places in the european and mediterranean Early Middle Ages, Turnhout, 2012, p. 207‑234.

Kopytoff 1986 = I. Kopytoff, The cultural biography of things: commoditization as process, dans A. Appadurai (éd.), The social life of things: commodities in cultural perspective, Cambridge-New York, 1986, p. 64‑91.

McCormick 2001 = M. McCormick, Origins of the European economy: communications and commerce, A.D. 300-900, Cambridge, 2001.

McCormick 2012 = M. McCormick, Comparing and connecting: Comacchio and the early medieval trading towns, dans S. Gelichi, R. Hodges (éd.), From one sea to another. Trading places in the European and Mediterranean early Middle ages, Turnhout, 2012, p. 477‑502.

Moreland 2000 = J. Moreland, Concepts of the early medieval economy, dans The Long Eighth Century. Production, Distribution and Demand, 2000, p. 1‑34.

Negrelli 2012 = C. Negrelli, Towards a definition of early medieval pottery: amphorae and other vessels in the northern Adriatic between the 7th and the 8th centuries, dans S. Gelichi, R. Hodges (éd.), From one sea to another: trading places in the european and mediterranean Early Middle Ages, Turnhout, 2012, p. 394‑415.

Porro-Lambertenghi 1873 = G. Porro-Lambertenghi, Codex diplomaticus Langobardiae, Augustae Taurinorum, 1873 (Historiae patriae monumenta edita jussu regis Caroli Alberti, 13).

Rucco 2015 = A.A. Rucco, Dalle « carte » alla terra. Il paesaggio comacchiese nell’alto medioevo, dans Reti Medievali Rivista, 16, 2, 2015, p. 197‑229.

Rucco - Mozzi - Ninello 2015 = A.A. Rucco, P. Mozzi, E. Ninello, Comacchio nell’alto Medioevo: il paesaggio tra topografia e geoarcheologia, Sesto Fiorentino, 2015.

Santi - Antonelli - Renzulli 2005 = P. Santi, F. Antonelli, A. Renzulli, Provenance of Medieval Pietra Ollare Artefacts Found in Archaeological Sites of Central–Eastern Italy: Insights into the Alpine Soapstone Trade, dans Archaeometry, 47, 2, 2005, p. 253‑264.

Santi et al. 2009 = P. Santi, A. Renzulli, F. Antonelli, A. Alberti, Classification and provenance of soapstones and garnet chlorite schist artifacts from Medieval sites of Tuscany (Central Italy): insights into the Tyrrhenian and Adriatic trade, dans Journal of Archaeological Science, 36, 2009, p. 2493‑2501.

Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929 = L. Schiaparelli, C. Brühl, H. Zielinski, Codice diplomatico longobardo, Roma, 1929 (Fonti per la storia d’Italia, 62-66).

Sindbæk 2005 = S.M. Sindbæk, Ruter og rutinisering. Vikingetidens fjernhandel i Nordeuropa, Copenhague, 2005.

Skre 2008 = D. Skre (éd.), Means of exchange: dealing with silver in the Viking Age, Aarhus, Norvège, 2008 (Kaupang Excavation Project publication series; Norske oldfunn, 23).

Testart 2007 = A. Testart, Echange marchand, échange non marchand, dans Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris, 2007, p. 127‑157.

Ulriksen 1997 = J. Ulriksen, Anløbspladser. Besejling og bebyggelse i Danmark mellem 200 og 1100 e.Kr., Roskilde, 1997.

Weber 2005 = F. Weber, De l’anthropologie économique à l’ethnographie des transactions, dans L. Feller, C. Wickham, Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, 2005 (CEFR, 350), p. 29‑48.

Wickham 2005 = C. Wickham, Framing the Early Middle Ages: Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford, 2005.

Wickham 2012 = C. Wickham, Comacchio and the central Mediterranean, dans S. Gelichi, R. Hodges (éd.), From one sea to another. Trading places in the European and Mediterranean Early Middle ages, Turnhout, 2012, p. 503‑510.

Haut de page

Notes

1 Appadurai 1986 et en particulier l'article Kopytoff 1986

2 Gelichi 2006, entre autres publications. Pour les plus récentes, une mise au point dans Gelichi et al. 2012 ainsi que Grandi 2015, et le récent livre de Rucco - Mozzi - Ninello 2015

3 Grierson 1959

4 Ulriksen 1997

5 Sindbæk 2005

6 Skre 2008

7 Weber 2005, p. 29‑31

8 Testart 2007, p. 131‑135

9 Moreland 2000

10 Balzaretti 1996, p. 219‑221

11 Wickham 2005, p. 681‑692

12 Wickham 2005, p. 733‑735

13 Une mise au point récente dans Wickham 2012 et McCormick 2012

14 Fasoli 1978

15 Gelichi 2008b

16 Calaon 2006 et Gelichi - Calaon 2007, puis les travaux d'A. Rucco, notamment Rucco 2015

17 Gelichi et al. 2012, p. 186‑187

18 Gelichi et al. 2012, p. 188

19 Grandi 2015, p. 243‑246

20 Wickham 2005

21 Negrelli 2012, p. 401‑404

22 Alberti 1997

23 Santi et al. 2009

24 Santi - Antonelli - Renzulli 2005

25 Gelichi 2008a, p. 70

26 Hodges 2012, p. 232

27 McCormick 2001

28 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929 I, 36

29 Porro-Lambertenghi 1873, 83

30 Gasparri - La Rocca 2005 No 17

31 Feller 2005

32 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 70

33 Bougard 2002

34 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 50

35 Schiaparelli - Brühl - Zielinski 1929, I, 105

36 Gloria 1877, 15

37 Porro-Lambertenghi 1873, 246

38 Balzaretti 1999, pour le personnage, même si cette donation ni le testament n'y sont pas commentés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Skarbimir Prokopek, « La visibilité des objets entre archéologie et sources textuelles », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3165 ; DOI : 10.4000/mefrm.3165

Haut de page

Auteur

Skarbimir Prokopek

Université Paris 1 – LAMOP - skarbimir.prokopek@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org