Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’École française de Rome, en collaboration avec l’Université de Franche-Comté / UMR Chrono-Environnement 6249, le CNRS (UMR ARTeHIS 6298) et la commune d’Omišalj (Croatie) ont organisé, du 15 au 21 juin 2015, un atelier doctoral sur le site archéologique de Mirine-Fulfinum (Omišalj) sur l’île de Krk en Croatie. Cet atelier avait pour objectif de rassembler doctorants et chercheurs intéressés par l’histoire, les sites et les littératures de l’Adriatique orientale, de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge. Cette approche résolument interdisciplinaire a permis de confronter et de croiser les sources et les méthodes de l’histoire, de l’archéologie, de la philologie, de l’anthropologie funéraire, de l’épigraphie, de la numismatique et de l’histoire de l’art monumental et pictural. Les conférences ont accordé une part importante à des recherches récentes sur l’espace adriatique, un espace « frontière » qui fut marqué depuis l’Antiquité tardive par la confrontation et/ou la collaboration des empires, des Églises, des langues et des historiographies. L’objectif de cette formation doctorale, en lien étroit avec des recherches archéologiques et historiques en cours, était de montrer la complémentarité des sources disponibles et la nécessité d’une approche globale et innovante de l’Adriatique orientale.

2Au terme d’un appel à candidatures international, le comité scientifique de l’atelier, composé de Sébastien Bully (CNRS UMR ARTeHIS 6298), Morana Čaušević-Bully (Université de Franche-Comté / UMR Chrono-Environnement 6249), Stefano Riccioni (Université Ca’Foscari de Venise) et Stéphane Gioanni (EFR), a sélectionné douze doctorants provenant de France, d’Italie, de Croatie, d’Albanie, de Pologne, de Tunisie et des États-Unis. D’autres étudiants des Universités de Rijeka et de Zadar, en Croatie, ont également suivi la formation. Six participants ont soumis au comité de lecture des MEFRM la version remaniée de leurs communications en vue de leur publication dans la revue. Les trois premiers articles, qui paraissent dans le premier fascicule de 2016, portent respectivement sur l’histoire de l’art médiéval en Dalmatie à partir de la documentation des frères prêcheurs (Haude Morvan), sur le dialogue entre les sources archéologiques et textuelles (Skarbimir Prokopek), et sur l’étude du monastère bénédictin Sainte-Marie des îles Tremiti qui joua un rôle important dans les relations entre les deux rives de l’Adriatique à partir du XIe siècle (Erica Morlacchetti). Trois autres articles paraîtront dans le prochain fascicule des MEFRM à l’automne prochain.

3Nous exprimons notre gratitude aux institutions partenaires, ainsi qu’à la Commune d’Omišalj pour leur soutien matériel et logistique dans l’organisation de cet atelier qui a donné lieu à un article dans Novi List, l’un des principaux quotidiens de Croatie, le 18 juin 2015. Nous remercions également les enseignants-chercheurs Nikola Jakšić, Jadranka Neralić, Mario Novak, Pascale Chevalier et Vivien Prigent pour leur constante disponibilité durant toute la formation, ainsi que les étudiants de doctorat et post-doctorat pour leur participation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3163 ; DOI : 10.4000/mefrm.3163

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org