Navigation – Plan du site
Regards croisés

Écrire pour le pape du XIe au XIVe siècle. Formes et problèmes

Armand Jamme

Résumés

L’article invite à reconsidérer l’histoire de la production et de l’enregistrement des lettres apostoliques. Derrière la taxonomie proposée par les notaires et reprise par les historiens se cachent des concepts et des définitions extrêmement fluctuants. Les modifications de l’officialistique curiale ont souvent été considérées comme les révélateurs de changements dans la chaîne de production de l’écrit qui n’apparaissent pas toujours opérants lorsque l’on examine l’évolution de ces formes. Il faut enfin réviser le rôle de certaines institutions dans le développement de l’enregistrement à la cour des papes entre le XIIe et le XIVe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lux in arcana 2012.
  • 2 Voir Galland 1996 et 2000, ainsi que Maleczek 2000, à compléter par la mise au point 2015 d’O. Hag (...)

1L’ouverture progressive des archives privées du pape et de sa cour, qu’un motu proprio de Léon XIII venait réglementer le 1er mai 1884, a livré à l’attention des chercheurs un immense ensemble d’actes et de pièces administratives relatives au gouvernement de la chrétienté et à l'activité pastorale du siège apostolique depuis le VIIIe siècle. Le 400e anniversaire de la fondation de cet Archivum segretum apostolicum vaticanum par Paul V est venu le rappeler au grand public en 2012, tout en lui révélant que celui-ci renfermait aussi de véritables trésors1. On souhaite ici revenir plus particulièrement sur ce qui, pour un grand nombre de médiévistes, en constitue l’épine dorsale, cette importante série de volumes contenant les copies des lettres pontificales, conservés depuis la fin du XIIe siècle. À leur égard, l’École française de Rome, l’École des chartes, et plus généralement les historiens, ont fait preuve depuis un siècle et demi d’une gourmandise d’intensité variable. Certes2. Mais l’une des conséquences positives de la perte temporaire d’appétence n’est-elle pas précisément de susciter une reconsidération complète – et souvent salutaire ! – de la manière d’aborder un repas… qui de toute évidence, de quelque façon qu’on le prenne, restera toujours roboratif ?

2La correspondance pontificale est sans conteste, parmi toutes celles produites par les monarques qui ont gouverné telle ou telle partie de l’Europe, la mieux conservée. Elle est également la seule à offrir, pour le Moyen Âge tout au moins, une illustration allusive et diachronique d’une partie significative de cet espace. Ce fut d’ailleurs une des raisons premières de l’engouement qui, en France, en Allemagne, en Belgique et ailleurs, précéda et suivit l’ouverture des archives vaticanes : il allait être enfin possible d’appréhender en actes cette cura que le pontife prétendait exercer dans une chrétienté médiévale en pleine dilatation ; chaque peuple, chaque nation, chaque pays allait en somme y retrouver une part méconnue de sa propre mémoire.

3Comme ces sites archéologiques de tailles démesurées qui apportent à la suite de campagnes de fouilles ciblées des découvertes inattendues, le corpus des lettres pontificales ne pouvait livrer ses secrets que par à-coups. Il cache encore tant d’éléments inédits d’érudition et tant de possibilités d’analyse de phénomènes structurants, que les quelques puits aujourd’hui ouverts dans un champ textuel qui compte plusieurs centaines de milliards de mots – à ne considérer bien sûr que les registres du Moyen Âge – ne sont pas prêts de se tarir : à la recherche de nouvelles matières premières, l’historien de demain sera toujours convié ! Nous voici rassurés, il sera encore possible d’être chercheur dans trente ans…

4Chercher ? Mais quoi et comment ? Depuis plus d’une décennie, les travaux en sciences sociales et cognitives sur l’écrit et l’oral et leur utilisation dans le fait de gouverner, sur l’épistolographie et le réemploi des formules rhétoriques, sur les techniques de production documentaire, autant que la révolution numérique du traitement des données et de la graphologie, qui permettra peut-être un jour de désanonymiser les copistes des lettres et des registres comme on identifie la patte d’un artiste-peintre en somme – gage potentiel de débats passionnés comparables à ceux qu’ont suscité certains tableaux attribués, retirés, puis restitués à Van Gogh ! – ouvrent de nouvelles perspectives et invitent à resituer les missives pontificales en leur contexte d’opérabilité. Il peut en conséquence paraître comme une évidence d’appréhender à nouveaux frais la question de l’écriture, de l’enregistrement et des impacts de la correspondance envoyée par un homme, qui à l’âge de la théocratie prétendait au nom de Dieu protéger ses fidèles, édifier leurs âmes et contrôler leurs princes. Immense serait certes une telle tâche, qui nécessiterait de capitaliser les acquis pluriséculaires de plusieurs écoles historiques, impliquerait une collaboration étroite entre des chercheurs de formations différentes, supposerait enfin la définition d’un programme d’action qui pourrait difficilement s’étendre sur la longue durée… à une époque où le financement de toute recherche, même d’envergure, ne se fait que sur des temps et des objectifs circonscrits. Les handicaps peuvent paraître insurmontables. Ils ne constituent nullement une objection dirimante. On souhaite ici revenir sur un certain nombre d’idées reçues, avant de cerner quelques-unes des pistes de recherche possibles pour mieux comprendre l’évolution des techniques de production, l’efficience des missives, autant que les modes évolutifs de conception de l’enregistrement du courrier apostolique, ce qui constitue encore aujourd’hui, contre toute attente après plus d’un siècle de travaux, une des frontières de la connaissance.

Subsidiarités et dissonances : les archives et l’édition des lettres

  • 3 Même si les toutes premières éditions remontent au XVIe siècle à l’image du Bullae diversorum pont (...)
  • 4 Ce fut le cas d’un registre de lettres et actes de Jean XXII, aujourd’hui coté BnF lat. 4114. Emme (...)
  • 5 Ainsi en est-il de la narration de l’élection de Benoît XIII qui constitue le prologue du Liber of (...)

5Sur le plan purement diplomatique, l’ouverture des archives vaticanes aux chercheurs ne révolutionna guère les connaissances acquises sur la morphologie d’une bulle pontificale ou sur le stylus curie. La fondation des Archives, dotées d’un règlement qui en interdisait strictement l’accès, aurait pu signifier l’exclusion de la documentation pontificale d’un courant historique de plus en plus érudit aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mais en 1612, celle-ci – pour la période médiévale s’entend – se trouvait déjà en grande partie hors du contrôle de la direction des Archives ! Sans évoquer les innombrables lettres conservées parmi les papiers des destinataires, couvents, évêchés, villes, seigneurs et princes, et la multiplication – à partir du XVIIe siècle précisément – des éditions de bullaires, qui offraient un exposé diachronique des formes diplomatiques3, rappelons que l’histoire complexe et troublée de la papauté médiévale avait favorisé la dispersion et les détournements de pièces d’archive. Ne découvrait-on pas dès le milieu du XVIIe siècle à Rome même, au monastère Santa Croce di Gerusalemme, un exemplaire de cet important Liber Diurnus utilisé par la Chancellerie jusqu’au XIe siècle ? Quant aux innombrables livres produits par le siège apostolique en son âge avignonnais, une part non négligeable, passée dans les mains du cardinal-légat Pierre de Foix, fondateur en 1457 d’un collège à Toulouse, se retrouva dans la bibliothèque de Colbert par l’entremise du secrétaire de l’archevêque de Toulouse, devenu bibliothécaire du ministre de Louis XIV4. Les travaux sur les papes d’Avignon publiés par Étienne Baluze – puisqu’il s’agit de lui – montrent qu’il sut en outre les arcanes permettant d’accéder à une documentation qui demeurait officiellement in secreto au palais d’Avignon, mais dont il réalisa ou dont il obtint copie pour l’éditer parfois… de toute évidence sans citer ses sources5 !

  • 6 Voir par exemple May 1625 ; érudition classique et épistolographie pontificale mériteraient plus d (...)
  • 7 Thesaurus novus anecdotorum, II, col. 1-96 et 843-1072. Mais ce volume en particulier contient plu (...)

6La conjonction de ces deux phénomènes contraires, qu’étaient le développement de l’érudition historique et la fermeture des Archives vaticanes, eut une conséquence logique : les quelques livres qui se trouvaient hors du contrôle de l’administration vaticane devinrent ipso facto des éléments parfois plus précieux qu’ils n’étaient en réalité6. C’est ainsi qu’un registre de lettres d’Urbain IV et un registre de lettres de la neuvième année de pontificat d’Innocent VI se trouvèrent publiés in extenso par Édmond Martène et Ursin Durand dès 17177.

  • 8 Sur les accusations contre C. Cartari, voir Filippini 2010.
  • 9 Tout particulièrement pour les XIIIe-XIVe siècles dans les deux derniers tomes (La Porte du Theil (...)
  • 10 Rodenberg 1883-1894, réimpr. Munich, MGH,1982-2000.
  • 11 Diplomata quae inter cineres archivi vaticani sepulta jacent (Potthast I, p. V, cité par Poncet 20 (...)

7En outre, les responsables successifs des archives vaticanes, qui épousèrent parfois leur tâche avec un courage inégalable si l’on considère les quelque 124 épais volumes d’index de Giuseppe Garampi, transmirent informations et copies beaucoup plus souvent qu’on ne le croit. Sans évoquer ici quelques effets négatifs de la fermeture tels que les « violations de secrets d’archives » et les contrefaçons8, force est de relever qu’ils laissèrent filtrer nombre de textes authentiques qui ne mettaient nullement en péril la foi ou l’institution pontificale et qu’ils accordèrent la faculté de consulter un nombre déterminé de volumes à des individus bien recommandés. Des chercheurs purent ainsi aux XVIIIe et XIXe siècles copier et faire copier lettres et actes de diverses natures, avant d’en donner parfois publication, comme Gabriel de La Porte du Theil, en pleine révolution française9, ou Georg Heinrich Pertz, plus de soixante ans après son séjour romain10. Il y a donc quelques bémols à ajouter aux invectives du protestant August Potthast, qui n’ayant pas eu accès aux archives regrettait plein d’amertume en 1874, qu’une immense quantité d’actes utiles à la connaissance ait alors gi, inertes, dans ce qu’il considérait à demi-mots comme un cimetière11 !

  • 12 Voir Balan 1880, Preger 1880, 1882, 1883 ; Faucon 1882, 1884 ; Kaltenbrunner 1884 ; Fjr Pataky - P (...)
  • 13 On ne mentionnera ici que Erler 1888, Ottenthal 1888, Bresslau 1889 et 1912, Tangl 1894.
  • 14 Voir pour un pontife, et un ouvrage soumis depuis quelques décennies à un intérêt renouvelé, Thums (...)

8Si l’ouverture des archives ne fut pas tout à fait la révolution à laquelle on fait parfois référence, elle n’en offrit pas moins aux chercheurs la possibilité d’étudier un immense volume documentaire. On ne saurait expliquer la publication, quelques années à peine après cette ouverture, d’ouvrages qui sont encore aujourd’hui indispensables à toute recherche historique12, sans l’existence d’un questionnement pluriséculaire sur les actes délivrés par une puissance juridictionnelle anomale. On ne saurait expliquer non plus, sans l’ouverture de ces mêmes archives, le développement à la charnière des deux derniers siècles d’une thématique historique, qui de manière tout à fait significative se fondait encore pour beaucoup sur une documentation conservée hors du Vatican13. Il ne s’agit pas de minorer l’importance de la décision prise par Léon XIII, mais de souligner que du fait de l’extraordinaire éparpillement de la documentation pontificale pré-moderne, les historiens médiévistes ont dû et doivent encore aujourd’hui jouer sur le binôme centre / périphéries avant de prétendre étudier scientifiquement les manifestations écrites de ce pouvoir. Résumons : au « papiste », le Vatican ne suffit pas14 !

  • 15 Voir Poncet 2003, p. 18-52.
  • 16 Voir tout particulièrement Poncet 2003, p. 13-17. Il s’agissait évidemment de répondre à une histo (...)
  • 17 Après avoir consulté Guyotjeannin 2003 et Poncet 2003, il suffit de se connecter pour les publicat (...)

9On sait le rôle déterminant joué par quelques chercheurs dans la programmation d’une édition des lettres des XIIIe-XIVe siècles15, réglée dès l’ouverture officielle avec cette fébrilité qui caractérise généralement la découverte d’un trésor. De fait, on mesura sans doute assez mal les forces indispensables à la réalisation d’objectifs très ambitieux, quand bien même le pape à travers la Commission cardinalice pour l’étude des sciences historiques ait engagé simultanément l’Église à prendre sa part dans cette gigantesque entreprise16. À ce jour le programme d’édition des lettres établi à la fin du XIXe siècle livre un ensemble de publications de qualités inégales, très utiles, mais qui ne satisfont pas toujours les attentes des chercheurs. La division des tâches entre écoles historiques, la diversité des critères d’édition, les changements d’objectifs (hésitations entre régeste et édition, variabilité de la couverture géographique), autant que l’indubitable lenteur des réalisations, ont donné à ce qui était à l’origine un combat européen contre une des frontières de la connaissance, le caractère d’un patchwork, que l’inégal basculement des éditions papier sur des versions électroniques distinctes n’a fait que renforcer. On ne livrera pas ici un état des éditions de lettres pontificales réalisées à ce jour, renvoyant simplement aux sites qui en dressent déjà la liste17. Il paraît plus utile de revenir précisément sur les frontières de la connaissance, sur leurs verrous épistémologiques et sur les questionnements que de nouvelles enquêtes devraient avoir pour objectif d’approfondir.

Unicité et diversité morphologique : la diplomatique en questions

10Toute lettre est par nature un moyen de communiquer et d’ordonner en faisant fi des distances. Elle est aussi pour un monarque, a fortiori pour le souverain pontife, le moyen d’imposer une vision de l’ordre du monde et de ses hiérarchies. Or, le développement de ce que l’on considère généralement comme le vecteur d’expression pontificale – i.e. la bulle – paraît s’être étendu sur plusieurs siècles et fut, avant même la fin du Moyen Âge, remis en cause par l’apparition de nouveaux types épistolaires, qui de fait mettaient en crise l’apparente unicité d’expression écrite du souverain.

  • 18 Pour faire court Barbiche 1994, p. 239-240 et Frenz 1998, p. 48-49.

11Pour le médiéviste, une bulle est avant tout ce sceau de métal en plomb que la chancellerie pontificale adopta en imitant les empereurs byzantins – comme d’autres pouvoirs d’ailleurs – pour authentifier les documents délivrés au nom du chef de l’Église18. Mais ce terme fut aussi utilisé en curie, à partir du XIIIe siècle tout au moins, pour désigner de manière générique un acte pontifical ainsi scellé. À l’origine d’une telle appellation, il y a donc une possible réflexion autour d’un acte écrit unitaire, en mesure de devenir le vecteur emblématique de communication et d’ordre utilisé pour toute intervention papale.

  • 19 Voir notamment Kortüm 1996 et Jorendt 2004.
  • 20 Bischoff 1996.
  • 21 Les schismes contribuent à expliquer l’apparition avec Innocent II de souscriptions cardinalices, (...)

12Car avant de recourir de façon apparemment univoque à la lettre scellée par bulle, les pontifes semblent avoir beaucoup usé du privilège, scellé lui aussi par bulle19. On sait le rôle essentiel joué par le pape Léon IX (1049-1054), tout spécialement dans les deux premières années de son règne, dans l’évolution de cet acte. Ce fut lui qui imposa l’insertion de la rota et du bene valete, ayant manifestement pour objectif de singulariser le privilège pontifical par rapport à tous les actes de même nature émis par d’autres monarques20. À considérer l’ensemble des originaux conservés pour les XIe-XIIe siècles, ceux-ci n’apparaissent d’ailleurs pas, face aux lettres, en nombre subsidiaire. La fréquence du privilège se manifeste en outre à travers cette distinction que l’on opère alors entre privilèges solennels et privilèges simples, ces derniers ne se trouvant pas ornés et validés par la rota, le bene valete et les souscriptions cardinalices21.

  • 22 Quatre sous forme originale et quatre en copie dans ses registres, deux d’entre eux étant identiqu (...)
  • 23 Sur le rôle des solliciteurs dans la mise en forme des produits qu’ils requéraient moyennant finan (...)

13Or tout indique qu’au cours du siècle suivant le privilège devint une forme diplomatique récessive. Il se rencontre de plus en plus rarement, si bien qu’à la fin du siècle, il semble avoir presque disparu : pour le pontificat de Boniface VIII, on n’en connaissait avant la dernière guerre que six, alors que le décompte de ses lettres atteignait les 8 327 unités22. Effacement du privilège et développement de la lettre apparaissent comme des phénomènes qui ne peuvent être seulement liés par l’entrecroisement de leurs chronologies : évolution des exigences des impétrants23 ? Volonté politique de la papauté, désireuse de rendre plus cohérente, sous une forme unique, ses manifestations écrites ? Les formes et les raisons de cette mutation de l’écrit pontifical, marquée par l’abandon – dont il conviendrait de mesurer précisément les sens à l’âge de la théocratie ( !) – de ces signes si caractéristiques de l’acte pontifical qu’étaient le triple amen, la rota et le bene valete monogrammatique, ont besoin d’être précisées. Le siège apostolique a-t-il délibérément cherché à simplifier et unifier, sous une bulle de plomb devenue le marqueur emblématique de la spécificité de son autorité, les documents qu’il délivrait pour répondre à ses correspondants, aux solliciteurs et ex officio ? Il est aujourd’hui difficile de répondre par l’affirmative.

  • 24 Verger 1996, Keller 1999, Britnell 1997, Keller 1999, 2002, Morsel 2006.

14Au cours du XIIIe siècle, on assiste en effet à des mouvements contraires d’uniformisation et de spécification de la production écrite. Ils témoignent de l’inventivité des dirigeants, soucieux de répondre à une demande exponentielle de documents officiels, un phénomène général en Europe24, mais qui dans le cas du siège apostolique se trouva probablement accentué par l’adoption de cette ligne politique théocratique, qui suscitait par définition une logique de centralisation administrative – ce qui donna naissance à de multiples et plus ou moins éphémères catégories et sous-catégories, sur lesquelles nous sommes mal informés.

  • 25 Auxquelles T. Frenz a décidé de réserver le terme bulle (Frenz 1998, p. 26).
  • 26 Tangl 1894, p. 36.
  • 27 Herde 1970, I, p. 1 et seq. On a montré par la suite que ces distinctions ne coïncidaient pas parf (...)
  • 28 Lasala - Rabikauskas 2003, p. 203-205.
  • 29 Sans évoquer ici d’autres appellations utilisées par les historiens qui ne renvoient pas nécessair (...)

15On considère qu’à l’orée du XIVe siècle, le siège apostolique délivrait principalement deux types de lettres, des lettres dites curiales, qui auraient été produites à l’initiative du pape et/ou du sacré collège et dont l’expédition n’était pas soumise au règlement d’une taxe, et des lettres dites communes, résultant d’une supplique et donc payantes, même s’il était possible d’obtenir sur ce point dispense. Ce n’était pas là la seule distinction que l’on opérait dans le processus de confection des lettres papales. Les sources montrent que l’on différenciait avec Innocent IV des littere simplices de littere solemnes, caractérisées par une première ligne d’écriture comprenant titre et formule de perpétuité en lettres allongées25, que l’on distinguait des littere legende, devant être présentées au pape avant expédition, de littere simplices, lues en présence de ses auditeurs26, que l’on séparait les littere gratie des littere justicie, validées par bulle appendue sur fils de soie ou sur fils de chanvre27… et l’on pourrait ainsi continuer à égrener les dichotomies28. Toutes ces distinctions, qui s’ajoutaient l’une à l’autre, appelaient singularités graphiques et éléments de reconnaissance29, ne serait-ce que pour garantir in fine une correcte validation par deux bullateurs réputés illettrés ( !), qui n’intervenaient évidemment qu’au terme de la chaîne de confection. Elles suggèrent une structuration très fine de la production épistolaire. Or, si l’historien réussit parfois à décrypter toute la complexité de certaines procédures sur un pontificat donné, il n’est pas à ce jour en mesure d’expliciter leurs évolutions sur plusieurs siècles et surtout de cerner les temps et les raisons des mutations les plus significatives entre XIe et XVe siècle.

  • 30 Maleczek 2015B.
  • 31 Rabikauskas 1994, p. 51. Rarement ces cedulae interclusae ont été conservées : à signaler l’existe (...)
  • 32 Lettre du 7 mars 1265, éd. Potthast, n°19051 et Jordan, n°1425, qui précise : sub piscatoris sigil (...)
  • 33 Pour reprendre ici la formule de T. Frenz 1998, p. 33, qui rappelle qu’on s’attacha alors à un doc (...)
  • 34 La lettre secrète albornozienne se trouva transformée en lettre close par des successeurs qui ne s (...)
  • 35 Lasala – Rabikauskas 2003, p. 226, font d’ailleurs une confusion entre les deux !

16À ces distinctions intervenant au cours du processus de confection, il faut évidemment ajouter celles que tout destinataire d’une missive pontificale pouvait aisément constater à sa seule réception. On sait que la forme littéraire la plus courante était patente. Mais dès le XIIe siècle au moins, on usait de lettres closes, dont le mode de fermeture évolua considérablement jusqu’à ce qu’on en vienne à faire traverser toutes les strates constituées par les pliures successives par des fils de chanvre30, lettres closes qui permettaient de glisser à l’intérieur un nombre variable de cédules31. On usait assurément au XIIIe siècle de lettres secrètes, scellées par l’anneau du pêcheur, mais comme le confirme une courte mention portée sur une missive de Clément IV, ce vecteur de communication – sur lequel les travaux manquent absolument, à tel point que sa typicité diplomatique n’a pas encore été proposée – était bien plus ancien32. Enfin, dans la deuxième moitié du siècle suivant, un nouveau type de lettre, qui devint au Quattro et surtout au Cinquecento une des figures essentielles de la correspondance pontificale faisait son apparition. On a longtemps considéré que les humanistes au service du pape, et notamment Antonio Loschi, avaient été les « obstétriciens » du bref apostolique33. Mais le premier témoin finalement découvert est en fait daté de 1390. Les éléments qui nous sont parvenus jusqu’à Martin V sont pour l’essentiel des instruments de gouvernement, notamment de l’État pontifical, ce qui place cette forme épistolaire dans la perspective des expériences menées en Italie centrale par le cardinal Albornoz et ses successeurs34. La parenté diplomatique entre lettre secrète et bref apostolique paraît évidente35. Elle invite à détacher le bref apostolique de tout contact humaniste, à examiner sa maturation sur un temps beaucoup plus long, en somme à repenser le bref comme une évolution de la lettre privée, et ainsi à réfléchir sur les processus de mise en forme publique de ce qui était auparavant placé formellement sous le sceau du secret !

17Entre 1050 et 1400, l’historien est donc en présence d’une évolution de l’écrit pontifical qui paraît complexe, ou tout au moins qui en l’état actuel des travaux paraît beaucoup plus complexe que ne semble l’évolution de l’écrit pontifical entre 1400 et 1750. Diversité morphologique et diplomatique, démultiplication des procédures de production indiquent des changements de politique documentaire plus fréquents qu’on ne l’imagine, même si les modèles épistolaires conservent, pour la correspondance officielle tout au moins, des éléments flagrants de typicité et d’uniformité en termes graphiques, de support et bien sûr de validation. Sans une confrontation serrée entre sources périphériques et sources centrales, il paraît difficile de mieux définir cette évolution. Sans de nouvelles recherches socio-institutionnelles, il est tout aussi illusoire d’imaginer un jour résoudre ces mêmes problèmes.

Orgueils et préjugés officialistiques : pour une sociologie de l’écrit pontifical

18À regarder de près ce que l’on sait de l’évolution de certains offices d’écriture, et notamment de ceux qui dans l’organigramme de la curie étaient de rang supérieur, on est à nouveau confronté à la même absence de linéarité. Conjuguée à la prégnance de conceptions collégiales du travail d’écriture, qui donnent parfois l’impression d’une certaine dilution des responsabilités, elle contribue à complexifier l’analyse de la diversité des modes de confection de l’écrit pontifical. Évoquons ici quelques-unes de ces figures engagées dans la production de la correspondance apostolique, à commencer par celle que l’on place généralement à la tête des services d’écriture du pape.

  • 36 Bresslau – Voci 1998, p. 217-235 ; Lasala - Rabikauskas 2003, p. 208-209.

19À partir du XIe siècle, des cardinaux, diacres ou prêtres, portèrent le titre de bibliothécaire et chancelier de l’Église romaine, puis de chancelier au milieu du siècle suivant. Ils exerçaient apparemment leur office jusqu’à leur décès. Après un court moment de cumul des fonctions de camérier et de chancelier sous Célestin III, la charge demeura souvent vacante. Avec Honorius III, la responsabilité des écritures délivrées au nom du pape se trouva affectée à un vice-chancelier, notaire et/ou dataire, c’est-à-dire à un clerc, souvent docte et bien pourvu d’offices et de bénéfices, qui n’était pas un dignitaire de l’Église. Puis, progressivement, après plus de vingt ans pendant lesquels l’office de vice-chancelier offrit à son détenteur la possibilité d’accéder au sacré collège – de Boniface VIII à Jean XXII – le rang cardinalice devint à nouveau un préalable nécessaire à la direction de la Chancellerie, et ce pour plusieurs siècles36. Cette évolution singulière de la direction officielle des services d’écriture du siège apostolique – qui dénote d’un réel manque de lustre au XIIIe siècle, à un moment où précisément tout indique que le nombre des documents délivrés augmenta fortement ( !) – suggère, au-delà d’une remise en cause de la figure du cardinal, donc d’une partie de la tête de l’Église comme directeur de la Chancellerie, de profonds changements dans l’organisation de la production écrite entre XIIe et XIVe siècle.

  • 37 Si l’on suit Rabikauskas 1994.
  • 38 Bresslau – Voci 1998, p. 241-242, et Battelli 1998. Sur Pofi, voir Thumser 2015A, p. 19 et Thumser (...)
  • 39 Ainsi, Jacopo Stefaneschi dans son ordo du couronnement de Jean XXII (Dykmans1981, p. 171-175, 288 (...)

20Considérons les responsables de la préparation matérielle des documents pontificaux. Au XIe siècle, des scriniarii auraient assuré la mise au net des privilèges en usant de la curiale, tandis que des notarii du sacré palais seraient plus particulièrement intervenus dans la production des lettres, en usant d’une écriture dite minuscule37. Dès les premières décennies du XIIe siècle, le rôle des scriniaires diminuait dans la production des actes pontificaux, sans que pour autant ils en viennent à disparaître de l’officialistique curiale. Au siècle suivant, le terme servait à désigner des notaires publics investis par le siège apostolique, tel Riccardo da Pofi, également clerc de la Chambre apostolique38, et il apparaît encore au début de l’époque avignonnaise dans quelques ordines pontificaux, en relation avec des fonctions de représentation explicitement curiales39.

  • 40 Bresslau – Voci 1998, p. 243-244.
  • 41 Tangl 1894, p. 60-4, 67-8. Pour une approche prosopographique, Nüske 1972.
  • 42 Herde 1967, p. 115-161, 177, 191. L’étude d’un rouleau de minutes d’Honorius III, copiées avant co (...)
  • 43 Voir Sambin 1955, Heathcote 1965, et plus généralement la récente synthèse dirigée par B. Grévin e (...)
  • 44 Paravicini Bagliani 1979.

21Or, au moment où ces scriniarii commencent à décliner, apparaissent, sous Pascal II, les premiers scriptores, sans qu’il soit à ce jour possible d’affirmer que ces derniers avaient hérité de leurs fonctions40. Dès le début du XIIIe siècle, la hiérarchie apparaît en effet très nette entre scriptores et notarii, dont le nombre était théoriquement limité à sept, en comptant le vice-chancelier, qui n’exerçait pas sur ses collègues une autorité sans partage. Ces notaires, organisés en collège, auquel était affecté le service de domestiques dirigés par un sénéchal, étaient chacun à la tête d’une « chambre » comprenant des abbreviatores, qu’ils choisissaient pour préparer les minutes des lettres, et des scriptores, chargés de l’écriture des documents, les premiers étant sélectionnés parmi les seconds41. Le travail des notaires est assez bien connu pour les années 1250-1260. Ils recevaient les suppliques, les traitaient directement ou les présentaient au pape, préparaient ses réponses, ainsi que les lettres adressées par lui ex officio, veillaient enfin à la réalisation des expéditions42. Des personnages réputés, adeptes du certamen, bibliophiles avertis, auteurs d’ouvrages savants43, exercèrent cette charge. Leurs responsabilités, la confiance du pontife qu’elle requérait, leur fréquente parenté avec le pape ou des membres influents de la curie, leur conféraient un rang élevé et une aisance matérielle, dont témoigne entre autres le testament d’Isembardo di Pecorara44.

  • 45 Ce qui n’appartenait qu’au pape (Tangl 1894, p. 66).
  • 46 Vers 219-222 ; poème daté du pontificat d’Urbain IV par Grauert 1912 ; cité Fawtier 1939, p. XVI-X (...)
  • 47 Herde 1970.
  • 48 Regestum Clementis V, n°6264. Leur nombre théorique fut ramené à 90 (Tangl 1894, p. 116).

22Il n’en était pas de même des scriptores. Nommés par le pape ou par le vice-chancelier – qui pouvait les suspendre, mais non les destituer45 – ils auraient été une centaine vers 1260. Un poète de Würzburg les comparait alors aux abeilles des vallons de l’Etna, sans que l’on saisisse s’il entendait ainsi louer leur activité bourdonnante ou s’il fustigeait l’inutilité de leur agitation que provoquait leur surnombre46… Dans la croissance du nombre des scriptores, il faut évidemment voir un des effets de la démultiplication des institutions curiales au cours du XIIIe siècle, chacune en venant à jouer un rôle précis dans la production épistolaire du siège apostolique : l’Audience des contredites par exemple, outre son chef, comprenait un notaire et deux lecteurs appartenant au collège des scripteurs47. Mais il faut aussi y voir cette propension presque naturelle de la monarchie pontificale à rétribuer ses fidèles par des offices, quitte à compromettre la valeur de ceux-ci : en 1310, les scripteurs du pape étaient au nombre de 113 et, les revenus de leur charge ne leur permettant plus de vivre dignement, suppliaient le pontife de réduire la taille de leur collège48.

  • 49 Pour une liste des scripteurs apostoliques, pour Honorius III, voir Sayers 1984, p. 197-203, et po (...)

23Les recherches prosopographiques ont permis de mieux saisir les figures et les carrières de ces scripteurs à la Chancellerie, à la Pénitencerie, à l’Audience. L’étude de leur collège a fait ressortir les éléments de base d’une sociologie de l’écriture curiale qui a longtemps fait défaut49. Nombre de questions sur le fonctionnement de la production des lettres demeurent toutefois ouvertes. Prenons pour témoin le pontificat de Boniface VIII, pourtant bien parcouru par les chercheurs.

  • 50 Fawtier 1939, p. LII.
  • 51 Ce qui reste quand même au-dessus du nombre de jours ouvrés en curie (Mollat 1953).

24À suivre les achats de peaux et surtout de plomb pro bulla effectués pour la Chancellerie, la production annuelle de lettres pontificales, patentes et closes, apparaît parfois phénoménale, parfois singulièrement atone : en 1299, on aurait scellé quelque 60 000 lettres, alors qu’en 1302, seules 11 000 auraient pu recevoir une bulle50. De telles distorsions peuvent-elles s’expliquer par le simple fait qu’un relevé de dépenses ne livre aucune indication sur la gestion des stocks ? Admettons. Retenons pour production annuelle moyenne le chiffre de 35 500 lettres. Confectionnées par la centaine de scripteurs que comptait le siège apostolique, à raison de 300 jours de travail par an pour faire simple51, ceux-ci auraient eu à rédiger par jour ouvré une, voire deux lettres. Malheur évidemment à celui qui avait à intégrer dans son travail la copie de très longues pièces de procédure, mais en fin de compte, une lettre par jour, c’est assez peu !

  • 52 On sait que les mentions hors-teneur sur les lettres sont de plus en plus nombreuses entre XIIIe e (...)
  • 53 Barbiche 1970, p. 174.
  • 54 Tel l’acte du 12 décembre 1302, sur lequel est fondée l’étude de P. Acht 1955, qui comporte 12 men (...)

25De tels chiffres suggèrent l’inactivité épistolographique d’un grand nombre de scriptores pape, ce que viennent confirmer les mentions hors teneur portées sur les originaux : on y consignait entre autres le nom du scribe responsable de l’écriture de la lettre52. Or, pour Boniface VIII, il apparaît que sur un effectif total recensé de 90 scriptores, toutes sources confondues, seuls 41 à 49 furent annuellement actifs entre 1295 et 1303. De tels résultats, fondés sur un échantillon de 700 lettres, incitent à détacher le titre de la fonction, en d’autres termes à considérer que le pape attribuait aisément cet office à des clercs qui n’avaient pas à faire état de leurs compétences de manière intensive. Certes. Mais le collège des scripteurs apparaît aussi comme un corps de spécialistes de l’écrit apostolique, dans lequel le pouvoir puisait pour remplir toutes sortes de missions, hors et en curie53, et assumer surtout l’ensemble des offices techniques de production – abbreviatores, distributor, rescribendarius, auscultatores, lectores in Audientia, correctores et autres taxatores – ce qui permettait de toute évidence de résoudre « en interne », de façon pragmatique, les problèmes éventuellement posés par la confection de certaines bulles54.

  • 55 Voir toutefois Thumser 2015B, p. 212-213, qui distingue pour le dernier tiers du XIIIe siècle des (...)
  • 56 Voir Kamp 1975 et Reinke 2002.
  • 57 Qui répondait apparemment à des besoins de chancellerie (Thumser 2015B, p. 221) ; sur ce recueil v (...)
  • 58 Barbiche 1970, p. 172-173.

26Le collège n’a-t-il pas joué ainsi le rôle d’un organe de régulation, sur le plan de la forme, de l’ensemble de la production écrite pontificale, puisque ses membres traversaient toutes les institutions curiales, y apportant leur connaissance et leur savoir-faire en matière de production écrite, ce qui les mettait toutes en capacité de produire une lettre apostolique ? Comment interpréter l’existence de ces collections de lettres – que l’historien a parfois quelques difficultés à classer dans des catégories déterminées55 – dans les mains d’authentiques officiers de la Chambre apostolique, tels les « protocoles » du notaire de la Chambre, Basso de Civitate56, ou le recueil du Clerc de la Chambre, Riccardo da Pofi57 ? Comment expliquer que deux, si ce n’est quatre scripteurs de Boniface VIII, se retrouvèrent Clercs de la Chambre58 ?

  • 59 Barraclough 1934, Herde 2000.
  • 60 Fawtier 1939, p. LIX-LXX.
  • 61 Fawtier 1939, p. LII, considère que les impétrants, ou plutôt leurs procureurs, après obtention de (...)

27Les recherches ont souligné la présence en curie d’un nombre important de notaires publics59. Si l’écriture des lettres était concentrée sur quelques dizaines de scripteurs, n’eurent-ils pas tendance à sous-traiter une partie de leur travail ? R. Fawtier a relevé un certain laisser-aller dans la confection des lettres de Boniface VIII, qui comportent manifestement erreurs, ratures et ajouts60, résultant pour certaines de corrections exigées par les impétrants et obtenues probablement moyennant finances. Quels sens donner à des solutions à moindre effort ? Ne peut-on considérer que dans certains cas les impétrants, par l’intermédiaire de leur procureur en curie, aient pu, après obtention de leur requête, prendre en charge la préparation matérielle de quelques documents61 ? Enfin, dans quelles mesures l’absence d’une direction autoritaire de la Chancellerie et la prégnance des solidarités collectives expliquent-elles des solutions de ce type, autour desquelles les membres d’un même corps étaient à même de s’entendre ? Arrêtons la salve des questions aujourd’hui sans réponses qui appellent des recherches approfondies, qui au demeurant ne pourront se fonder sur l’examen des productions d’un pape censé servir de témoin.

  • 62 Tous les abréviateurs, contraints de prêter serment au vice-chancelier, reçurent désormais une par (...)
  • 63 Zutshi 1998, p. 671-673.
  • 64 Tangl 1894, p. 162.

28De Boniface VIII à Jean XXII, le siège apostolique semble avoir marqué une volonté de reprise en main de la Chancellerie. Le retour des cardinaux à la direction de l’institution semble en effet s’être accompagné d’un amoindrissement des compétences des notaires. Dès la fin du XIIIe siècle, des référendaires étaient chargés du traitement des pétitions62. En quelques décennies, les fonctions des notaires se trouvèrent limitées à la confection des lettres de justice présentées à l’Audience, de quelques lettres de grâce et des lettres de provision des prélats63. Sans que l’on soit à même de saisir aujourd’hui l’évolution de leur effectif, il semble aussi qu’il se soit développé, et ce avant les débuts du Schisme, pour que leur corps en vienne à compter quelque 40 membres en 142564. Néanmoins au XIVe siècle l’office demeurait prestigieux. Il lançait toujours une carrière bénéficiale et fut de ce fait souvent attribué à des parents du pontife et des cardinaux. En somme, tout indique que la distinction que l’on opérait au XVe siècle entre notaires en titre et notaires en exercice, était déjà effective au siècle précédent, mais à ce jour les recherches ne permettent nullement de s’en assurer.

  • 65 Il finira lui aussi par être constitué en collège de 24 membres sous Innocent VIII en 1487.
  • 66 À l’exception de celle de 1316 relative aux taxes perçues par les abréviateurs, scripteurs et resp (...)
  • 67 Voir Opitz 1940 et Jugie à paraître.
  • 68 P. Gasnault 1990, p. 214.

29De toute évidence, cet office paraît alors de plus en plus inadapté en regard de ce qui a été considéré comme l’un des principaux éléments novateurs introduit dans la production épistolaire par la papauté avignonnaise : le développement d’un secrétariat des lettres apostoliques65. Appréhendées principalement à partir des constitutions qu’il donna à la Chancellerie en 133166, les réformes de Jean XXII n’en font pas état, même si ses registres de lettres « secrètes » nous sont parvenus en grand nombre. Le titre de secrétaire n’est révélé par les sources que sous Benoît XII. Il se démultiplie semble-t-il rapidement, puisqu’on en dénombre deux sous Clément VI, trois peut-être sous Innocent VI67, le terme secrétariat apparaissant au cours de ce pontificat. Une trentaine d’individus ont porté le titre au XIVe siècle, mais à considérer les sources seuls 12 paraissent avoir effectivement travaillé à la confection des missives papales68 : retomberait-on rapidement dans des systèmes de gestion officialistique éprouvés ?

  • 69 Tels le camérier de Clément V, Bertrand de Bordes (Gasnault 1990, p. 213-214).
  • 70 Il est le seul dont la signature (Arn.) apparaisse en tant qu’auteur du Recipe-Vermerk et toujours (...)
  • 71 Le 10 janvier 1374 Matteo Minucci écrivait à ses concitoyens siennois que Niccolò était le secréta (...)

30On doit a priori considérer que les secrétaires du pape prirent en charge cette catégorie de lettres qui étaient à l’origine de leur titre et qui avait été auparavant produite par divers familiers du pape69… et notamment ses notaires ! Mais rien ne permet d’exclure que ces mêmes familiers aient continué ensuite d’agir ainsi. Les secrétaires des papes avignonnais sont également réputés avoir assumé la rédaction des lettres curiales. Puis, ils en seraient venus à recevoir le traitement de pans entiers de la correspondance, travaillant en collaboration avec le personnel de la Chancellerie, de la Chambre, de la Pénitencerie et de l’Audience, sans qu’il soit toujours possible d’identifier les discriminants de leurs attributions. À considérer les minutes de l’année 1358, il apparaît qu’Arnaud de Molières eut la responsabilité des littere que per Cameram transeunt70. Mais au cours du pontificat d’Urbain V (1362-1370), Niccolò dei Romani d’Osimo, entré au service de la curie au milieu du siècle, finit par traiter la plus grande part de la correspondance intéressant l’Italie centrale et septentrionale, qu’il s’agisse de lettres secrètes, curiales ou communes71, suggérant ainsi que les attributions d’un secrétaire pontifical dépendaient alors davantage de sa renommée et de la confiance du souverain, que d’une forte structuration du travail d’écriture, qui se mettra en place au cours du siècle suivant.

  • 72 Gueudet 2004.

31Cette évolution qui conduit du notaire au secrétaire semble schématiquement opposer deux figures incarnant deux logiques de rédaction : l’une soumettant celle-ci à une théorie du style (stylus curie), qui donne parfois le sentiment d’un certain immobilisme du discours, l’autre réputée adapter l’écriture à la spécificité des contextes et des objectifs pour lui conférer plus d’efficacité. On pourrait avoir le sentiment que la taxinomie de l’office ne fait que traduire une révolution de l’épistolographie. Sans inférer ici sur les résultats de nécessaires recherches sur l’impact réel de l’humanisme sur l’écriture épistolaire pontificale du XIVe siècle – Pétrarque, qui passe pour avoir refusé l’office de secrétaire qu’on lui avait offert, a été placé à l’origine d’une approche humaniste qui envisageait l’écriture en fonction d’une typologie des intentions : exhorter, recommander, dissuader, etc.72 – il paraît aujourd’hui difficile d’opposer sur le plan de la rédaction le notaire au secrétaire.

  • 73 B. Schwarz a relevé 6 cas (Schwarz 1972, p. 60).

32Soyons excessif : ne pourrait-il s’agir d’un simple habillage par un terme neuf de quelques-unes des attributions qui étaient au fond celles des notaires du XIIIe siècle ? De tout temps, un nombre limité de professionnels avait été nécessaire pour résoudre les problèmes posés par l’écriture de certaines catégories de lettres. À considérer les compétences personnelles des notaires du Duecento et des secrétaires du Trecento, ce qui les différencie avant tout, c’est la maîtrise du droit, indubitablement plus affirmée chez les premiers que chez les seconds. À l’époque avignonnaise, la titulature de ces deux figures de l’écriture pontificale fait encore écho d’une forte perméabilité : en d’autres termes, les secrétaires du pape, qui avaient été souvent ses notaires, usaient tout aussi souvent, tels Francesco di San Massimo et Niccolò de Romani, des deux titres simultanément73. Qu’en déduire ? Vrais-faux notaires du siège apostolique ces secrétaires pontificaux ? Les recherches à venir statueront.

  • 74 Qui par définition ne validaient que les lettres mises en forme publique ; à noter l’erreur de Las (...)
  • 75 Ses secrétaires, exactement comme des secrétaires contemporains, écrivaient aussi directement sur (...)

33On l’a sans doute saisi à la lecture de ces lignes, on ne peut appréhender aujourd’hui la question de la production des lettres apostoliques, à partir de ces préconceptions institutionnalisantes qui ont fait de la Chancellerie un organe quasi exclusif de régulation de la correspondance. Le développement des institutions curiales est complexe, bien connu dans ses grandes lignes, encore problématique pour ce qui concerne les limites des attributions de chacune. Et pour cause : si l’Audience et la Chancellerie assuraient la plus grande partie de la production, c’était malgré tout la Chambre qui fournissait les matériaux pour l’écriture et la validation ; c’était encore la Chambre qui recevait les profits ; et c’était toujours la Chambre qui du samedi au lundi matin conservait le sceau utilisé au cours de la semaine par les bullateurs74 ! La multiplication des titres, les modifications de compétences des officiers, la force des solidarités collectives au sein de certains corps – que révèle notamment l’equalis distributio revendiquée par les scriptores – autant que la nécessité pour le monarque de conserver un espace privé de correspondance dans une structure de production formatée pour répondre efficacement aux nécessités de ses fonctions publiques75, complexifient l’étude de la production matérielle des documents, qu’il convient d’envisager avec pragmatisme, en considérant que chaque monarque eut la possibilité de jouer et de déformer les structures et les fonctionnements – pour tout dire les systèmes – légués par son prédécesseur.

34À bas les institutions ? Non point. Il s’agit bien au contraire de concentrer l’analyse sur tout ce qui les lie et à cet effet, un réexamen serré de la mise en registre des missives pontificales s’avère tout aussi indispensable.

Le registre des lettres pontificales : de la mémorisation à l’administration ?

  • 76 Ut si questio postea super eodem mergat proferatur exemplum et quieti detur negotium, ajoute-t-il (...)

35Le siège apostolique est réputé avoir précocement enregistré les actes qu’il délivrait. On connaît la sentence d’Étienne de Tournai qui vers 1165-66, dans sa Somme au Décret de Gratien, rapporte : « la coutume de l’Église romaine veut que lorsqu’on envoie une lettre à quelqu’un pour une affaire importante, on en conserve un exemplaire. De toutes ces copies, on fait un livre que l’on appelle registre76 ». Ces quelques mots invalident toute possibilité de consignation automatique de l’ensemble des documents délivrés. Ils distinguent le temps de la transcription de celui de la confection d’un « livre qu’on appelle registre », qui apparait de ce fait comme une synthèse pondérée de la politique suivie par un pape et non comme un produit fondé sur des automatismes de nature administrative.

  • 77 Voir pour les travaux sur ce registre Lasala – Rabikaukas 2003, p. 218, Pásztor 1999, p. 64 et Cow (...)
  • 78 Il fallut attendre Hoffmann 1976, pour que soit démontré que plusieurs mains étaient intervenues d (...)
  • 79 On sait que fréquemment sur les originaux conservés figure au dos un « R » suivi d’un nombre censé (...)
  • 80 Fawtier 1939, p. CII, démontre que les lettres de Boniface VIII étaient enregistrées en Chanceller (...)
  • 81 On a trace pour le temps de Nicolas IV d’un scriptor tenens regestum (Boniface VIII, n°2335). Les (...)
  • 82 Voir Fawtier 1939, p. CI, pour quelques cas de lettres inexplicablement non enregistrées, étant en (...)

36Les historiens ont eu néanmoins tendance à mettre au débat la question de l’exhaustivité de cet enregistrement. Longtemps l’analyse du seul registre conservé pour le XIe siècle, celui de Grégoire VII, a pris pour postulat qu’avait existé un registre exhaustif, à partir duquel la sélection sur laquelle reposait l’ouvrage conservé aurait été opérée77. L’unité de l’écriture d’un bout à l’autre de ce livre – ou plutôt l’absence de ruptures paléographiques nettes – semblait témoigner qu’il était la copie d’un archétype dans lequel les lettres auraient été copiées soit régulièrement, soit de manière récapitulative78. L’autre question débattue par les historiens a été celle du temps de l’enregistrement, qui pour certains serait intervenu avant la rédaction définitive, à un moment où la lettre pouvait encore être modifiée – concrètement à partir de l’ultime brouillon appelé minute79 – et pour d’autres après cette étape, c’est-à-dire en usant de ce qu’on appelle l’expédition, en d’autres termes la lettre prête à être remise ou envoyée80. De tels questionnements, portant sur l’exhaustivité et sur la fiabilité des registres, dérivent de toute évidence d’une légitime interrogation sur la valeur de ces ouvrages en vue de leur utilisation historique. Ils se fondent toutefois sur l’existence – bien hypothétique – d’une sorte de « bureau » qui se serait consacré à cette tâche, alors que le personnel qui y semble affecté à la fin du XIIIe siècle encore paraît à tout le moins réduit81. Ils ne distinguent pas non plus deux opérations, qui certes à l’origine semblent confondues et que les sources éclairent de manière très inégale : celle de l’enregistrement, dans le sens de consignation plus ou moins automatique pour certains documents, et celle de la constitution d’un ou de plusieurs manuscrits sur parchemin, deux opérations qui n’obéissent pas à la même logique de sélection documentaire. De telles préconceptions pénalisent assurément l’analyse que l’historien peut faire de ce que l’on entendait autour de la personne pontificale par registre et par enregistrement, puisque l’on impose à ce terme des valeurs qu’il n’eut pas automatiquement. Pour quelles raisons produisait-on un registre de lettres pontificales ? Pourquoi l’ensemble des actes et lettres délivrés au nom du pape ne s’y retrouvent pas82 ? Par quels cheminements en vient-on à adopter une conception finalement assez contemporaine de l’enregistrement ? Voilà quelques-unes des questions majeures qui se posent à l’historien, confronté aux lacunes autant qu’à l’extrême diversité de la documentation conservée pour cette période.

  • 83 On rappelle qu’outre le registre de Grégoire VII déjà mentionné, on a conservé un fragment d’un re (...)
  • 84 On a trace de transcriptions effectuées sous Honorius III. En 1239 des investigations étaient fait (...)
  • 85 Sur les transferts de la curie, voir le classique Paravicini Bagliani 1988. Les registres de Bonif (...)
  • 86 Sur tout ceci Kaltenbrunner 1884, Denifle 1886, Battelli 1964, Lohrmann 1971.

37Les volumes de lettres pontificales, on le sait, ont été presque tous perdus pour les XIe-XIIe siècles83, et ce dès le siècle suivant. Ils disparaissent du référencement épistolaire pontifical après Grégoire IX : c’est alors fort probablement que la série se trouva détruite84. Ceux du XIIIe siècle, probablement malmenés par les incessants déplacements de la curie en Italie centrale, y furent longtemps abandonnés après le transfert Outremont en 130585. Transportés plus de trente ans après sur les bords du Rhône, ils se trouvèrent ensuite entraînés, en même temps que les registres confectionnés à Avignon, dans les vicissitudes du Schisme. L’ensemble, emporté par Benoît XIII à Peñiscola, ne rejoignit Rome – pour ce qu’il en restait ( !) – qu’en 1429-143086. Cette destinée singulière des livres qui disaient la politique de chaque pontife explicite une bonne part des interrogations et des doutes des historiens. S’il s’avère impossible de vérifier les dires d’un Étienne de Tournai, que les historiens critiquent souvent pour son imprécision, il est tout aussi complexe de saisir le fonctionnement de l’enregistrement au cours du siècle qui suit.

  • 87 Les très nombreux recueils et collections de lettres qui ont été conservés – à base éminemment pon (...)
  • 88 Comme l’avait saisi Denifle 1886.
  • 89 Pásztor 1999, p. 196, qui se réfère au Reg. Vat. 29, ainsi que Reg. Vat. 40, fol. 3v. Les dossiers (...)
  • 90 Battelli 1975 : « I transunti di Lione del 1245 » sont un ouvrage contenant 91 lettres copiées sur (...)

38Car, même si l’on y ajoute les quelques ouvrages aujourd’hui égarés à Paris et Pérouse, les registres conservés au Vatican ne constituent pas une série homogène. Copies réalisées au XIVe siècle de livres du siècle précédent aujourd’hui perdus, recueils épistolaires de notaires pontificaux, livres produits par la Chancellerie, livres produits par la Chambre apostolique, s’entrecroisent et brouillent la perception que l’historien peut avoir des pratiques d’enregistrement des lettres pontificales87. Pour tenter de les saisir, on a proposé de se tourner vers les inventaires réalisés en 1339 avant le déménagement des archives vers Avignon88. Mais lorsque l’on sollicite l’ensemble des sources conservées pour le XIIIe siècle apparaissent de nouveaux éléments, des registres de litteris beneficiorum et aliarum gratiarum, de litterarum secretarum secundi anni pontificatus Nicholai III etc., qui font état d’une grande diversité de la production89 quand il ne s’agit pas de ce que j’appellerais des « registres de voyage », qui contenaient copie de lettres considérées un temps comme les plus importantes90. Bref, les lacunes des archives autant que l’hétéroclisme des titres complexifient l’entendement et suscitent même la perplexité.

  • 91 Guyotjeannin 2003, p. 188, qui se réfère à Barbiche 1975-1982.
  • 92 Sur le sens du mot registre aux XIIe-XIIIe siècles, voir Blumenthal 1998, p. 136 note 6, et Pászto (...)

39Il est pourtant indispensable de cerner des pratiques que l’on sent souvent modifiées au cours de ce XIIIe siècle, ne serait-ce que pour saisir les racines de cette « révolution » que constitua le passage à un enregistrement systématique de certaines catégories de lettres sous Jean XXII. Les chiffres sont éclairants, même s’ils doivent être utilisés avec circonspection, puisque pour être pleinement valides, il faudrait les rapporter au nombre total de lettres produites – la probabilité d’un enregistrement des actes aujourd’hui conservés, si l’on suit, et il le faut ce me semble, Étienne de Tournai, étant d’autant plus forte. Pour la période 1198-1304, sur 2 162 originaux conservés aux Archives nationales, seuls 32 % se retrouvent dans les registres, alors que la proportion dépasse les 90 % pour la période 1305-137891. Au XIVe siècle, la correspondance ne fut peut-être pas intégralement enregistrée, mais il est indéniable que l’on assiste alors à une modification profonde de ce que l’on entendait en curie par registre et par enregistrement. Or sur ces modifications, autant que sur le saut technologique qui s’opère alors, les recherches sont rares, anciennes et multiplient les approximations92. Si entre XIIe et XIVe siècle on passe d’une conception pour le moins sélective à une conception qui se veut plus exhaustive, il n’y a pas lieu évidemment de lire les registres du XIIIe siècle à la lueur des observations que l’on peut faire sur des séries de volumes qui présentent une plus grande uniformité. Le médiéviste est-il pour autant condamné aux conjectures ? Ne peut-il distinguer une ou des logiques de production des « registres » ?

  • 93 Voir Blumenthal 1998 et surtout plus précis, Delivré 2008.
  • 94 Le lexique utilisé en ce siècle semble avoir préféré pour qualifier ces codex, au terme registre, (...)

40Les mentions d’enregistrement qui surgissent au détour de collections canoniques, du Liber censuum, des recueils de décrétales ou des cartulaires, tels les Libri de primatu Toletane ecclesie, apportent des informations solides sur les registres de la fin du XIe et du XIIe siècle93. Une analyse serrée démontre qu’au XIIe siècle les lettres étaient enregistrées plus fréquemment que les privilèges. De plus, dès lors que l’on croise ces mentions avec les références données par les registres du siècle suivant, apparaît assez nettement ce qu’on entendait par registre en curie. Il s’agissait alors d’un volume composé de plusieurs livres, regroupant chacun les actes d’une année de pontificat. Lorsque ce dernier s’inscrivait dans la durée, plusieurs « registres » étaient ouverts : on sait qu’ont existé au moins deux registres pour Urbain II, un pour Pascal II, trois pour Alexandre III94.

  • 95 Anecdote rapportée par F. Delivré 2008, p. 113 note 51.

41La renommée de l’enregistrement pratiqué par le siège apostolique était alors telle que nombre de clercs faisaient le voyage vers la curie pour tenter de découvrir et copier des actes mutilés ou perdus, entrés dans la légende de leur communauté. Parler de tropisme exercé par les registres pontificaux n’a donc rien d’excessif. Giraud de Barri (le Cambrien) nous informe précisément sur le déroulé de cette consultation. L’archidiacre gallois déposa en effet vers 1199-1200 une supplique pour découvrir dans le registre d’Eugène III une décision relative à l’évêché de St David’s qu’il convoitait depuis plusieurs années. Ayant obtenu une réponse positive, le volume concerné lui est apporté par un Clerc de la Chambre. Il le consulte librement sous sa surveillance, y découvre le document espéré, sollicite ensuite auprès du camérier l’autorisation d’en faire dresser copie, ce qui lui est aussitôt accordé95. Disponibilité de la documentation et facilité de la reproduction, le témoignage de l’archidiacre gallois évoque des conditions de travail qui paraissent à tout historien absolument idéales ! Furent-elles conditionnées par le fait qu’il était l’auteur de nombreux ouvrages et qu’il avait été un temps familier des Plantagenets ? C’est possible, mais à considérer la longue controverse primatiale entre les sièges de Braga et de Tolède, il semble que l’accès aux registres n’ait pas été une faveur exceptionnellement concédée.

  • 96 Voir Herde 1967, p. 86-124.
  • 97 Pour une synthèse sur les réformes qu’il donna à sa Chancellerie, voir Zutshi 2003.

42Ainsi peut s’expliquer l’attachement du siège apostolique à une consignation de ses actes qui en définitive servait son autorité. S’il disposait en effet d’une grande masse de données – le Big Data de l’époque en somme ( !) – conservées dans des volumes de grand prix, son « archive » devenait une référence et contribuait donc en retour à la centralisation politique et administrative de la chrétienté. De telles logiques appelaient de toute évidence un développement de l’enregistrement et de fait, parmi les nombreuses réformes qu’Innocent III imposa à sa Chancellerie, celui-ci figura on le sait en bonne place. Conserver copie ne permettait-il pas d’authentifier96 ? N’était-ce pas un moyen de lutter contre les faux ? On sait l’importance des mesures prises par ce pape pour limiter la contrefaçon. Sans doute a-t-on quelque peu exagéré l’ampleur de son action97 : le développement de l’enregistrement avec Innocent III n’a probablement pas marqué l’avènement d’une sphère administrative – toujours cette même tendance à sur-interpréter l’existence des premières sources sérielles ( !) – qui apparaît bien embryonnaire, ne serait-ce qu’à considérer les pratiques de la cour avignonnaise…

  • 98 Repérés, comme ceux qui suivent, depuis fort longtemps ; pour un exemple du 2 novembre 1264, voir (...)
  • 99 La plus connue est sans doute celle faite par Frédéric II à Strasbourg le 1er juillet 1215 (ASV, R (...)
  • 100 Naturellement dans les registres de Grégoire IX, n° 3027, 3029, 3039, 3041, 3043, etc.
  • 101 Ont été tôt repérées des lettres du roi de France, du comte de Toulouse (Grégoire IX, n° 4784-92), (...)
  • 102 Datée de Magliano le 9 mars 1273 et classée parmi les lettres curiales (ASV, Reg. Vat. 37, fol. 69 (...)

43Les registres, dits de lettres pontificales, conservent longtemps de surcroît leur polygénéricité originelle. Lettres et privilèges cohabitent avec des documents de natures diverses, déclarations et lettres de cardinaux certes98, mais aussi promesses impériales99, actes du sénat et du peuple romains100, lettres de divers souverains101, voire des documents de moins haute lignée, telle que la relation adressée à Grégoire X par l’un de ses chapelains envoyé remettre une citation à comparaître au comte Aldobrandino Aldobrandeschi102 ! Si la diversité des textes entrant dans le « registre » pose la question du sens et des méthodes mises en œuvre, il importe aussi de les considérer de manière évolutive tout spécialement pour le XIIIe siècle, au cours duquel la production paraît soumise à une série de reconsidérations dont témoigne l’état actuel des fonds.

  • 103 Peitz 1947.

44Les historiens usent généralement d’une dichotomie un peu schématique, en distinguant des registres confectionnés dans une perspective « dictaminique », de registres produits selon des logiques de chancellerie, et caractériser ainsi des processus et des méthodes de sélection épistolaire qui restent en fait à préciser. Car nombre de volumes déroutent l’historien : comment par exemple comprendre, sans un ordre et un investissement personnel d’Innocent III, soucieux de laisser à ses successeurs le dossier – d’ailleurs extrêmement complexe – de sa politique impériale, la confection de ce Registrum super negotio Romani Imperii qui regroupe les lettres et pièces relatives à ses négociations avec les empereurs et candidats à l’Empire103 ? Au cours du Duecento, alors que se poursuit une production sur des bases traditionnelles – même si elles connaissent leurs propres évolutions – vient s’ajouter la réalisation d’ouvrages particuliers commandés par le pape et ses collaborateurs… ce qui signifie évidemment que le siège apostolique commençait à mesurer toutes les imperfections de la production ordinaire.

  • 104 Et que l’on retrouve donc au dos des lettres originales comme preuve d’enregistrement.
  • 105 Voir Pásztor 1999, p. 65-99.

45Ne considérons d’abord que celle-ci. On sait que sous Grégoire IX apparurent dans ces registres des regroupements thématiques et que les premiers cahiers de lettres dites curiales datent d’Innocent IV. On a tôt repéré que ce fut aussi avec cet ancien notaire pontifical et vice-chancelier qu’apparut dans le registre une autre catégorie épistolaire, intéressant plus particulièrement les bénéfices. À partir de la dixième année de son pontificat (1252-1253), on trouve également en marge un numéro, qui sous Alexandre IV renvoie parfois à une lettre, parfois à un groupe de lettres, numéro qui est moins un code d’enregistrement que la singularisation de parties du registre, qui doivent ainsi être considérées comme autant de chapitres le constituant104. Dans le premier registre d’Alexandre IV aujourd’hui conservé, les actes sont couchés sur le parchemin selon un ordre à peu près chronologique, constitué par la juxtaposition de groupes mensuels (comprenant parfois des lettres datées de mois précédents)105. Une telle constatation engage à considérer que le travail de l’« enregistreur » était alors scindé en deux temps, celui du rassemblement du matériel et celui de la copie, deux temps que suggérait déjà un siècle plus tôt… Étienne de Tournai.

  • 106 L’affaire de provision canoniale évoquée par Bock 1954B a le mérite de dénombrer l’ensemble des pi (...)
  • 107 Tangl 1894, p. 69.
  • 108 Pásztor 1999, p. 69-87.
  • 109 Ainsi l’un des premiers registres de Jean XXII contient-il une lettre du cardinal Arnaud de Pelleg (...)
  • 110 Ou, dit en d’autres termes, « se situent résolument aux confins du livre de mémoire et du registre (...)

46Plus important et problématique apparaît la question des critères de sélection de la documentation106. S’il paraît assuré que les notaires intervenaient dans cette opération – dans les deux premiers tiers du siècle tout au moins, avant que l’on en vienne à rappeler que le registre demeurait sous contrôle unique du vice-chancelier107 –, s’il est certain que l’action mue par les procureurs en cour de Rome explique certains regroupements documentaires, on a aussi relevé, et considéré comme non fortuit, que les premières pièces portées dans le premier livre d’un pontificat évoquaient fréquemment le décès du pontife précédent ou l’accession au souverain apostolat de celui à qui était consacré l’ouvrage108 : les registres du XIIIe siècle – et certains de ceux du siècle suivant aussi109 – conservent une part des logiques qui présidaient à la confection des registres antérieurs : en eux confluent encore un souci de conservation documentaire à vocation administrative et des fonctionnalités mémorielles à tendance historiciste110.

  • 111 Comprenant lui aussi des regroupements thématiques comme le montre une note au fol. 125 : ab isto (...)
  • 112 Contenant 63 lettres, dont 28 se trouvent dans les autres registres conservés, publié dès 1717 par (...)

47Il est toujours téméraire de fonder l’apparition de nouvelles pratiques d’écriture sur l’état de conservation des sources, mais lorsque celui-ci coïncide avec un changement de direction des services d’écriture, l’hypothèse d’une révision des modes d’organisation documentaire s’en trouve relancée d’autant. La promotion de Michel de Toulouse à la tête de la Chancellerie vers 1262-1263 semble de fait marquée par un changement de logique de confection des registres. Au cours de la troisième année du pontificat d’Urbain IV (1263-1264), apparut en effet ce que l’on doit considérer comme une diramation de la production. Furent alors confectionnés le premier registre de lettres exclusivement curiales connu à ce jour111 – ce qui impliquait la production de registres de lettres bénéficiales –, un registre couvrant les trois années du pontificat, dit caméral puisqu’il comprenait des lettres intéressant les prérogatives de la Chambre, ainsi qu’un registre super negotio regni Siciliae112, contenant un grand nombre de lettres considérées comme secrètes et aujourd’hui perdues, ce qui révèle l’existence, sinon d’un registre, tout ou moins d’un dossier de minutes des secrètes. Ce dernier volume doit évidemment être situé dans la perspective de celui qu’avait commandé Innocent III, abondamment utilisé on s’en doute par Urbain IV et son successeur pour installer Charles d’Anjou en Sicile.

  • 113 Sur l’apparition de ces trois types de volumes sous Urbain IV, voir le classique Bock 1963, p. 45, (...)
  • 114 Les deux registres de chancellerie, portant le premier sur les années I et II et le second sur les (...)

48Ce qui apparaît comme la première forme de diramation des procédures d’enregistrement n’a pas fait long feu, comme tant de tentatives de réorganisation administrative113. Elle se retrouve active au cours du pontificat de Clément IV, pour lequel on a conservé un registre de lettres que beaucoup considèrent « secrètes », un registre caméral, ainsi que deux registres aujourd’hui rassemblés, que l’on qualifiera d’ordinaires dans la mesure où ils sont des productions de Chancellerie et comprennent lettres communes et lettres curiales114. On est donc là en présence d’une logique de production des registres profondément renouvelée, qui nécessairement eut des conséquences en amont sur les techniques de production et de consignation des lettres.

  • 115 L’une des copies les plus tardives a été utilisée par Martène et Durand pour leur édition de 1717. (...)
  • 116 Bock 1963, p. 50, et Pásztor 1999, p. 148.
  • 117 Ce qui est un peu audacieux il faut le reconnaître. Rien n’indique d’autre part que ce volume ait (...)
  • 118 ASV, Reg. Vat. 40. Tabula litterarum secretarum secundi anni pontificatus Nicholai pape III (ibid. (...)

49Le premier registre de lettres dites secrètes qui nous soit parvenu est donc relatif au pontificat de Clément IV, mais il n’est connu qu’à travers 18 copies réalisées pour la plupart au XIVe siècle115. Cela dit assez le succès littéraire soudain qu’a connu un ouvrage qui comprend des missives relatives à des questions ecclésiastiques et politiques, des lettres à caractère personnel et des lettres privées adressées à des parents du pape et à ses amis français. Un certain nombre de questions sur la confection du registre original demeurent insondables, à commencer par sa date de confection. Ces copies révèlent malgré tout que l’archétype comprenait des documents classés dans un ordre à peu près chronologique, qui se ressent de méthodes mises en œuvre par la Chancellerie, et on en a déduit que s’étaient investis dans sa confection un notaire du pape, voire le vice-chancelier Michel de Toulouse116. De fait, à comparer son contenu avec celui des registres « ordinaires », ce qui frappe d’emblée c’est l’extrême faiblesse des doublons, 4 sur 551, qui plaide en faveur d’une organisation centralisée des procédures d’enregistrement… à moins que l’on considère qu’une lettre « secrète » se distinguant d’une lettre mise en forme publique par son mode de validation et d’expédition, la distribution de l’enregistrement ait pu se faire presque automatiquement117. Le second registre de lettres dites secrètes qui nous est parvenu concerne Nicolas III. L’un des titres porté sur les tables qui l’introduisent, autant que son contenu, lèvent les doutes que pourraient avoir sur sa nature. Confectionné du vivant ou peu après le décès du pape, il demeure inachevé. L’ouvrage présente lui aussi des caractères qui l’apparentent aux registres de Chancellerie, mais il s’en distingue nettement par l’écriture, plus cursive, preuve que les logiques de production différaient118.

  • 119 C’est ce qu’a considéré Bock 1960, p. 43 et seq., mais les éléments qu’il avance pour témoigner de (...)

50L’apparition de registres de lettres dites secrètes souligne de toute évidence la fréquence avec laquelle le pape recourait à la lettre privée pour gouverner la chrétienté au cours de la deuxième moitié du XIIIe siècle. Rien n’indique toutefois que le livre de Clément IV, un hapax dans l’ensemble des volumes conservés, soit à considérer comme le premier essai, la première tentative de rassemblement de la correspondance personnelle du pape. L’ampleur de la révolution politique à laquelle le siège apostolique se consacre sous Urbain IV et Clément IV paraît motiver la construction de ce volume, certes. Mais la nécessité d’éclairer la mémoire officielle des actes du souverain contenue dans les registres de Chancellerie par une information plus personnelle explicitant ses choix, contextualisant ses décisions et complétant la connaissance de sa politique, a pu antérieurement donner lieu à des dossiers ou des volumes qui pour diverses raisons ne se trouvèrent pas amenés au même niveau de formalisation119. Il n’est pas certain de surcroît qu’après Clément IV on ait pour chaque pontife systématiquement confectionné un volume de ce type.

  • 120 Voir Waley 1957.
  • 121 Soit les volumes Reg. Vat. 27, 31 et 42 de l’ASV, le manuscrit latin 4047 de la Bnf (fol. 1-62) et (...)
  • 122 Pásztor 1999, p. 154.
  • 123 Pour une description précise Pásztor 1999, p. 155-199.
  • 124 Pour une description précise Pásztor 1999, p. 199-214. En marge, figure parfois le nom du porteur (...)
  • 125 Pour une présentation rapide voir Rudolph 2007, p. XVIII-XX.
  • 126 L’intérêt supérieur de tel ou tel pape pour les Terres de l’Église, que relèvent parfois les histo (...)

51L’autre question que pose l’enregistrement des productions épistolaires à cette époque concerne l’irruption de registres caméraux de lettres pontificales – à ne pas confondre avec les registres de lettres camérales, délivrées au nom du camérier, dont le premier fragment conservé date on le sait du pontificat de Boniface VIII120. Cinq registres de lettres pontificales produits par la Chambre apostolique ont été conservés pour les quatre dernières décennies du XIIIe siècle121. Ils apparaissent eux-aussi en un temps où les affaires traitées par la Chambre assument pour l’avenir du siège apostolique un relief particulier122. Le premier, afférent au pontificat d’Urbain IV, fait état d’une certaine confusion. L’enregistrement est effectué par diverses mains, de manière irrégulière, en multipliant les espaces blancs, sans respect de la chronologie. Il restitue des groupes de lettres produites et expédiées en même temps et dévoile une préparation de chaque fascicule par des scribes différents123 : bref, le registre caméral n’est encore qu’une boîte de conservation. Avec Clément IV, on assiste en revanche à une réutilisation par la Chambre des méthodes de la Chancellerie, c’est-à-dire une rédaction effectuée à partir de dossiers mensuels124. Tout indique que la confection du registre caméral est entrée dans les pratiques courantes de la Chambre ; et les sources le confirment. Certes, on n’a pas trace d’un registre caméral de Grégoire X et de Nicolas III, mais on a conservé celui de Martin IV, perdu celui d’Honorius IV, conservé ceux de Nicolas IV et de Boniface VIII en partie125. Leur confection repose parfois sur plusieurs mains, mais tous présentent des caractères semblables, contiennent des lettres intéressant les prérogatives du camérier et signent de ce fait la transformation de la papauté en puissance territoriale. Si les affaires du royaume de Sicile occupent une large place dans les volumes d’Urbain IV et de Clément IV, ce sont bien les Terres de l’Église qui en deviennent la matière essentielle par la suite126. Le registre caméral éclaire singulièrement de ce fait ce phénomène neuf qu’est la mue dans le dernier tiers du Duecento d’une autorité pontificale qui doit assumer toutes les implications de la territorialité.

  • 127 De même que l’on attribue à la nomination dans le royaume de Naples de Geoffroy de Beaumont comme (...)
  • 128 Ce qui nécessite aussi un changement du questionnement historique comme l’a relevé Hageneder 1972.

52Pour le XIIIe siècle, les sources n’éclairent donc parfaitement que ce qui apparaît comme le temps d’origine de cette diramation, les pontificats d’Urbain IV et Clément IV. En d’autres termes, nous ne disposons des trois catégories de registres que pour le pontificat de ce dernier. La faiblesse relative des doublons dans les trois types de volumes pose la question de la coordination d’opérations qui ne pouvaient relever de procédures mises en œuvre indépendamment par chacune des institutions curiales, la Chancellerie, la Chambre et le Palais. Elle interroge donc l’historien sur l’existence – bien avant l’heure si l’on peut dire ( !) – d’une sorte de « proto-secrétariat » en mesure de coordonner la production et l’enregistrement des lettres127. Les registres de Clément IV nécessitent certes des recherches comparatives approfondies. Ils mettent néanmoins l’historien en face d’un profond changement de nature des logiques de l’enregistrement et de la production livresque128, puisqu’ils démontrent en somme que le volume annuel de lettres et actes publics à fonction mémorielle et conservatoire se trouve dépassé par la démultiplication des implications politico-financières de la plénitude de puissance.

  • 129 Une dimension souvent niée par les historiens du XIVsiècle qui se fondent évidemment sur l’état (...)

53C’est ainsi que tout en maintenant et en développant les acquis des siècles antérieurs, on en vint à consigner, outre quelques lettres très personnelles parfois, les éléments d’une correspondance qui n’était pas censée quitter le cercle des initiés et des proches du souverain, des éléments qui ne devaient venir à la connaissance que des successeurs du pontife. De la même manière, toutes ces lettres qui concernaient les biens et droits autant que la gestion des finances du siège apostolique, la Chambre qui se chargeait de leur expédition prit l’habitude d’en conserver mémoire et d’en faire un livre. Ces évolutions disent assez quelles furent les fonctions du registre de lettres comme palliatif de ces phénomènes de discontinuité, si caractéristiques de la nature élective de l’autorité pontificale… et si singulièrement manifestes en curie dans la deuxième moitié du siècle ! Elles disent aussi, et ce bien que l’état actuel des sources, et notamment des sources comptables semble l’infirmer, toute l’ampleur des ambitions de l’Église en matière de gouvernement, au moment du remplacement des Staufen par les Anjou et plus largement dans le dernier tiers du XIIIe siècle129.

  • 130 Soit 9 registres pour Boniface VIII et 1 pour Benoît XI, qui apparaissent également dans les inven (...)
  • 131 De fait, on ne dispose aujourd’hui que des ouvrages de Chancellerie, plus quelques fragments de re (...)

54Le transfert de la curie Outremont à partir de 1305 pose ainsi à l’historien le problème de la transmission de ce modèle ternaire d’enregistrement – dans lequel il ne faudrait surtout pas voir une quelconque manifestation archivistique de la Trinité ( !) – à une papauté avignonnaise souvent présentée comme l’inégalable parangon des vertus administratives, une question d’autant plus prégnante que les archives du siège apostolique demeurèrent en Italie centrale jusqu’en 1339. Quels types de registres de lettres de Boniface VIII et de Benoît XI furent transmis à Clément V pour son couronnement ? Tout indique que ce furent les registres « ordinaires »130, ce qui peut contribuer à expliquer que les volumes conservés pour Clément V soient des productions de Chancellerie contenant uniquement les lettres curiales et communes131.

  • 132 Voir Fayen 1908, p. 3 et Giusti 1981, p. 23-31. Ce sont aujourd’hui pour le papier les Reg. Aven. (...)
  • 133 Soit les éléments aujourd’hui cotés à l’ASV : Reg. Aven. 55, fol. 367-480 ; Armadio XXXI, n°41 ; C (...)
  • 134 ASV, Reg. Vat. 109 à 117 ; sur le manuscrit de Cambrai voir Vallière – Jamme, à paraître.
  • 135 ASV, Int. et Exit. 177, fol. 79 et Int. et Exit. 190, fol. 82v ; voir Benoît XII, Introduction, p. (...)
  • 136 Également remarqués par Göller 1904, p. 9, et Bock 1937-38, p. 199, parmi de nombreux ouvrages con (...)

55L’abondante documentation conservée pour le long pontificat de son successeur, dès lors qu’elle est comparée à celle du XIIIe siècle, suffit à démontrer à la fois l’importance de certaines traditions, fondées sur des pratiques et des logiques d’organisation du travail d’écriture éprouvées, et l’ampleur des innovations effectuées au cours d’un règne considéré à raison comme refondateur. Qu’est-ce que le siège apostolique a aujourd’hui conservé de Jean XXII ? 46 registres papier contenant lettres curiales et communes, 46 registres parchemin contenant peu ou prou les mêmes lettres132, quelques livres et fragments de livres produits par la Chambre, contenant lettres, réserves, quittances et sauf-conduits pontificaux133, 9 registres parchemin contenant des lettres dites secrètes, auxquels il convient d’ajouter un ouvrage semblable conservé à Cambrai134. Qu’aurait-on perdu ? Les comptes de la Chambre révèlent l’existence de registres papier de lettres secrètes135 ; les inventaires des livres du Palais réalisés en 1366-1369 constatent la présence en ses murs de 34 « livres » papier de lettres patentes et closes terras Ecclesie Romane tangentium136. Bref, l’état actuel des archives et les mentions de registres redessinent grossièrement – à ceci près que le papier apparaît désormais comme un matériau essentiel dans le processus de confection des volumes – des logiques de production semblables à celles des années 1260, articulées autour de la Chancellerie, de la Chambre et du Palais. La réalité est en fait toute autre... et les modifications ne reposent pas que sur des questions d’échelle !


  • 137 Mentionnons outre les travaux entrepris sur le manuscrit de Cambrai et les registres de lettres se (...)
  • 138 Voir Zutshi 2015, p. 245-246.
  • 139 Giusti 1981, p. 23-31.

56L’examen serré actuellement conduit sur l’épistolographie de Jean XXII permet de réviser notablement nos connaissances sur l’organisation de l’enregistrement et de la confection des volumes137. Certains phénomènes sont connus depuis plus d’un siècle. On sait par exemple que le traitement des lettres communes et curiales prit à la Chancellerie une plus grande importance. La recherche de l’exhaustivité provoqua d’une part, une nouvelle diramation des communes qui se traduit par une augmentation soudaine du nombre de sous-catégories138, et d’autre part, le développement du nombre de volumes par an. De tri ou bisannuel au XIIe siècle, le registre de Chancellerie était devenu annuel à la fin du siècle suivant, mais sous Jean XXII, il ne suffit plus à couvrir une année de pontificat : il faut deux codex pour contenir les lettres de la dixième année, trois à partir de l’année suivante, quatre pour les années XII à XV139 !

  • 140 Résultats établis à partir de l’inventaire supra.

57Un tel choc, sur le plan quantitatif et qualitatif, ne peut qu’impressionner l’historien : les quelque 18 ans de pontificat de Boniface VIII et Clément V ont vu la production d’un peu plus de 3 500 feuillets de parchemin ; mais pour les 18 à 19 années de pontificat de Jean XXII, ce furent pas moins de 17 000 feuillets de parchemin qui se révélèrent nécessaires pour copier ses lettres communes et curiales140... Les historiens ont évidemment beau jeu à relever que les copies contiennent d’assez nombreuses erreurs ! Il n’empêche ; les années 1320 marquent indiscutablement l’entrée de la papauté dans une nouvelle dimension en matière de gouvernement, d’autant plus que le changement de logique auquel on assiste ne touche pas que la Chancellerie.

  • 141 Il propose après son titre – Una de tribus partibus regestri notarum extraordinariarum Camere anni (...)
  • 142 Les rubriques, rédigées sur le modèle de la première intitulée Note patentes Urbis annis XVI, se r (...)

58Les sources et les travaux manquent il est vrai, puisqu’on n’a conservé que trois registre et fragments de registres produits par la Chambre contenant des lettres de Jean XXII. Mais ceux-ci suffisent à démontrer, qu’après la promotion de Gasbert de Valle comme camérier, s’y développent des pratiques semblables. Dans les deux premiers éléments, relatifs à la dixième et la seizième année du pontificat, les lettres sont considérées comme des notae par le compilateur qui par ailleurs distingue les lettres patentes des lettres closes. Ces fragments de registres font écho aux méthodes développées par la Chancellerie : ils révèlent une scansion annuelle de l’enregistrement et une distribution des lettres dans des sous-catégories, qui sont soit définies par la pratique, comme le montre le fragment de l’an X141, soit créées une fois l’année écoulée à partir de l’ensemble épistolaire à copier, comme le montre le registre de l’an XVI142. Le dégagement graphique des titres de catégories dans ces registres papier, autant que le maintien d’espaces blancs entre ces catégories, font état d’une réflexion propre, d’institution, qui paraît à travers ces fragments soucieuse d’efficacité administrative – il est assez aisé de retrouver une lettre adressée à un trésorier de la Marche d’Ancône par exemple dans le volume de l’an XVI – plus que d’esthétisme.

  • 143 Composé à l’origine pour consigner les quittances accordées par le pape à diverses sociétés bancai (...)
  • 144 Voir Bock 1937-38, p. 233-234.

59La confection par la Chambre de plusieurs registres par an de lettres pontificales reposait soit sur des dossiers de copies patiemment constitués, soit sur un enregistrement préalable, dont on n’a pas trace, mais qui dans tous les cas n’était pas unique. Le livre ouvert sur ordre de Gasbert de Valle pour recevoir les quittances délivrées par Jean XXII, copiées par diverses mains, en atteste143. Toutes celles datées de l’an XVI se retrouvent dans le registre papier précédemment évoqué, mais dans un ordre différent, de sorte que le premier n’est pas la base du second144. Il faut évidemment considérer que le camérier fit probablement tenir des livres semblables, pour les provisions, les réserves de bénéfices, les sauf-conduits, etc., et qu’en conséquence l’institution avait adopté une politique d’enregistrements diversifiés. De tout ceci il ressort évidemment que la Chambre ne travaillait plus dans une perspective de production d’un registre caméral tel qu’il était envisagé au XIIIe siècle, c’est-à-dire contenant les documents considérés les plus importants, mais qu’en parfait mimétisme avec la Chancellerie, elle produisait plusieurs volumes par année de pontificat, contenant des lettres classées dans un nombre variable de catégories. Se pose dès lors la question de l’absence dans les collections aujourd’hui conservées de registres sur parchemin des lettres passées par la Chambre, comparables en définitive à ceux de la Chancellerie.

  • 145 Benoît XII, Introduction p. XXXI-XXXIII.
  • 146 Schäfer 1914, p. 152 ; Schäfer 1937, p. 202.
  • 147 De Benoît XII à Urbain V, voir Gasnault 1990, p. 220.
  • 148 Proposition faite à partir des sources du XVe siècle, voir Göller 1904, p. 31-32, reprise par Gasn (...)

60On considère généralement qu’avec Jean XXII fut ouverte une série de registres d’un type nouveau qui à son origine n’aurait pas eu de qualification, venue plus tard, sous Benoît XII : ils auraient alors été considérés comme des registres de lettres secrètes145. Même si les articles de comptes relatifs à leur copie n’évoquent en 1341 et en 1366 que des « lettres apostoliques de Jean XXII146 », ces volumes ont été placés à l’origine de cette série de registres contenant des lettres secrètes, curiales et des commissiones papales que per eius cameram transiverunt, comme le précisent leurs titres147. On a avancé l’idée, en adoptant à nouveau une méthode régressive, que cette « chambre » aurait été celle, particulière, du pape – une camera secreta148 – et que dans cette chambre privée auraient entre autres travaillé à la rédaction des familiers du pontife appelés à partir de Benoît XII secrétaires, ce qui aurait évidemment contribué à donner à leurs lettres et aux registres leur dénomination. Si le lien entre lettres dites secrètes et secrétaires a quelque évident fondement – mais pousse à antidater l’apparition en curie des secrétaires pontificaux ! – le reste de l’interprétation doit être dénoncé.

  • 149 Elles se trouvent explicitées sur le volume papier, voir Bock 1937-38, p. 218-222. Les quelques ab (...)
  • 150 ASV, Int. et Exit. 177, fol. 79 et Int. et Exit. 190, fol. 82v. Tout indique que les copistes ont (...)
  • 151 Schäfer 1914, p. 53.

61Ce que les historiens considèrent comme des registres de lettres secrètes de Jean XXII n’est en fait que la copie des registres annuels confectionnés par la Chambre apostolique. La tradition est patente dès que l’on compare les fragments des années X et XVI avec les registres parchemin correspondants : les lettres figurant dans les registres papier sont reproduites dans les registres parchemin dans l’ordre où elles se trouvent, moyennant quelques rares omissions dûment justifiées149. À suivre les comptes tenus par la Chambre, ce fut en 1339-1341 que Benoît XII ordonna en deux temps à son secrétaire de faire réaliser ces copies150, à un moment où s’opérait le rapatriement à Avignon des archives abandonnées à Assise – ce qui ne peut-être considéré comme pure coïncidence ! – mais qui ne saurait être pris comme seul déterminant, puisque Benoît XII avait trois ans plus tôt commencé à faire copier sur parchemin ses propres registres de lettres « qui avaient transité par la Chambre151 ».

  • 152 45 à 47 lignes pour le premier registre de Jean XXII (Reg. Vat. 109), 46 lignes invariablement pou (...)
  • 153 Quelques traces apparaissent toutefois dans le Reg. Vat. 113, et dans le Reg. Vat. 114, où le copi (...)
  • 154 Cette fonction apparaît dans le serment prêté par les secrétaires de Martin V (Tangl 1894, p. 47-4 (...)

62La parenté entre les registres de Benoît XII et ceux de Jean XXII se marque à travers une même présentation du texte sur deux colonnes – abandonnée sous Clément VI – qui n’était pas celle qu’avait retenue la Chambre lorsqu’elle avait fabriqué sur pleine page ses registres papier. Sur les registres parchemin de Jean XXII, la mise en page est toutefois beaucoup plus dense que sur ceux de Benoît XII152… mais surtout le classement défini par la Chambre a disparu153 ! Les raisons peuvent en être nombreuses : par économie, afin de concentrer une documentation volumineuse, puisqu’on a utilisé plus de 3 200 feuillets de parchemin pour confectionner ces registres ? Parce que les catégories créées par la Chambre furent considérées inutiles par le secrétaire et les scriptores venant de la Chancellerie, qui entendaient minorer la qualité d’une production camérale ? Par simple cohérence avec la production contemporaine des registres de Benoît XII ? Les travaux manquent. Ils impliquent une analyse approfondie des fonctions de secrétaire pontifical, qui manifestement devait superviser les procédures d’enregistrement des lettres par la Chambre et la confection sur parchemin des volumes de lettres qu’elle avait expédiées154.

  • 155 Sur la restitution de ces 34 livres dans la version parchemin on renvoie aux calculs de Bock 1937- (...)
  • 156 Soit dans les volumes cotés ASV, Reg. Vat. 110-117 et Cambrai ms 538. Cette dimension est occultée (...)
  • 157 On renvoie pour faire court à Jamme 2014B.

63Un dernier problème reste à résoudre : les registres sur papier élaborés par la Chambre se trouvent référencés dans l’inventaire de 1369 de telle manière qu’ils pourraient infirmer la présente démonstration. Ils y apparaissent en effet au nombre de 34155, mais contenant des lettres patentium et clausarum terras Ecclesie Romane tangentium. Le registre papier de l’an XVI, bien que lacunaire, confirme l’importance de l’Italie dans cette correspondance. Il n’est pas le seul élément à plaider en faveur d’une telle lecture de ces volumes. Lorsque l’on examine attentivement les neuf registres sur parchemin produits vers 1339-41, il s’avère que presque tous conservent pour près de la moitié des lettres relatives à la politique italienne156. Le tropisme épistolaire de Jean XXII – qui concorde avec tout ce que l’on sait de ses dépenses et de son action politique157 – apparaît si évident que l’auteur de l’inventaire a pu tout à fait croire à l’existence d’une série de volumes autonomes, distincte de celle des registres sur parchemin, dits alors de lettres secrètes.

  • 158 Voir Bock 1934.
  • 159 Le nombre des actes enregistrés pour Charles Ier aurait atteint les 100 000 et pour Charles II et (...)
  • 160 Soit 338 volumes pour le règne de Jacques II (1291-1327), qui conservent environ 300 000 actes. Su (...)
  • 161 Ce n’est pas ce à quoi on conclue si l’on se réfère à l’inventaire des lettres conservées aux Arch (...)
  • 162 Bock déduit d’observations faites sur les registres d’envoi de ces lettres (ASV, Collectoriae 350 (...)
  • 163 Mais on sait que son successeur affirma à plusieurs reprises que toutes ses lettres patentes et cl (...)

64Les phénomènes que l’on a tentés de décrire ici révèlent sous Jean XXII le développement d’une mise en registre de la correspondance officielle – la correspondance réellement secrète, c’est-à-dire chiffrée, a suivi d’autres voies158 – effectuée par les deux institutions majeures de la curie, Chancellerie et Chambre apostolique, qui produisirent en conséquence deux séries de volumes témoignant d’un « art du registre » qui présente de nombreux points de comparaison. Laissons ici de côté les cas de double enregistrement ; ils se rencontrent au sein même des deux institutions. Plus remarquable est la quantité d’ouvrages alors produits – 80 volumes sur papier – ce qui rapprochait la papauté des pratiques mises en œuvre par les deux grandes monarchies méditerranéennes, celle du royaume angevin de Sicile159, et celle du royaume d’Aragon, sous Jacques II tout au moins160. Cette simple comparaison marque à quel point les réformes que Jean XXII eut le courage d’entreprendre étaient indispensables. De toute évidence, sa politique repose à nouveaux frais pour l’historien la question de l’exhaustivité de l’enregistrement. Mais il semble que même si la Chancellerie le développa pour certaines catégories de lettres, elle n’ait pu, et probablement d’ailleurs ne tenta même pas, de l’atteindre pour toutes celles qu’elles produisaient161. Quant à la Chambre, elle n’incluait pas cet objectif dans son programme de travail au cours des cinq premières années tout au moins162, puisque les éléments manquent pour le reste du pontificat163. Ce furent en conséquence beaucoup plus de 65 000 lettres que font connaître les registres qui furent délivrées au nom du pape Jean XXII entre 1316 et 1334.

  • 164 Soit pour les volumes cotés Reg. Vat. 137 à 146, à partir du volume 141 : littere precum, littere (...)
  • 165 Soit pour les premiers, les actuels Reg. Vat. 219-234, pour les seconds, les Reg. Vat. 235-241, et (...)

65Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, une telle organisation de l’enregistrement ne traversa pas le siècle. Certes, le système mis en place sous Jean XXII se retrouve presque inaltéré sous Clément VI, avec d’une part des registres de lettres, pour la plupart communes, confectionnés par la Chancellerie, et d’autre part des registres de lettres « patentes et closes transitant par la Chambre », qui à partir de 1347 restituaient en marge les titres de chaque catégorie164. Préparé sur papier, chaque volume faisait ensuite l’objet d’une copie définitive sur parchemin. Mais avec Innocent VI, on en revint à une production articulée autour de trois séries d’ouvrages : des registres de lettres communes contenant toujours quelques curiales, fabriqués par la Chancellerie, des registres de lettres patentes et closes transitant par la Chambre, préparés par l’un des secrétaires pontificaux, et enfin des registres de lettres intéressant les activités de la Chambre et probablement confectionnés par ses soins165, un modèle de production encore actif au cours des pontificats de ses successeurs, un modèle qui interroge puisqu’il révèle, dans les procédures de confection de ces volumes le revival d’une distribution de la matière épistolaire issue du XIIIe siècle, et dans la préparation du registre de lettres sur parchemin une nouvelle redéfinition de la sélection documentaire qui nous éloigne un peu plus de l’enregistrement exhaustif.

  • 166 L’édition des lettres d’Innocent VI est en cours. Pour les quatre premières années, figurent exclu (...)
  • 167 Les registres de minutes d’Innocent VI sur lesquels travaille tout particulièrement P. Jugie et qu (...)
  • 168 Voir ASV, Reg. Vat. 274-281, ainsi que pour ces deux pontificats Bock 1963, p. 43-45.

66Pour Innocent VI, par exemple, certaines lettres intéressant la Chambre se trouvent copiées dans le registre préparé par les secrétaires du pape, mais pas toutes ; et les absences pour les quatre premières années du pontificat prouvent qu’il ne s’agit ni d’erreurs, ni d’un allègement exceptionnel du travail de copie166. La sélection répond-elle à des choix éditoriaux effectués par les secrétaires pontificaux ? Est-elle le révélateur d’une organisation spécifique de la production des lettres qui n’auraient pas toutes été préparées par les secrétaires du pape167 ? La première option a sans conteste plus d’attraits. Elle induit toutefois une nouvelle réforme de la procédure administrative, en d’autres termes des enregistrements éventuellement répétitifs. Les travaux manquent il est vrai sur ce double enregistrement, mais on voit mal pourquoi la Chambre, pour son propre fonctionnement, aurait enregistré ces lettres, si elle n’avait pas considéré que la sélection opérée par les secrétaires n’était beaucoup trop rigoureuse. On a conservé pour Grégoire XI des registres annuels sur papier de lettres intéressant la Chambre, qui soulignent que les missives entrant dans cette catégorie étaient loin d’être numériquement secondaires168.

  • 169 Pour les registres de Chancellerie d’Innocent VI, voir Bock 1941, p. 13-34 et Lenzenweger 1992, p. (...)
  • 170 Comme le précisent chacun de ces registres « de lettres apostoliques tant patentes que closes qui (...)
  • 171 L’absence d’une direction individuelle fait du registre le réceptacle des dossiers constitués par (...)
  • 172 Soit pour les curiales, les Reg. Vat. 264-267, élaborés pour les années II à V par quatre secrétai (...)

67En conséquence, se distinguent désormais deux phénomènes, celui de l’enregistrement proprement dit, réalisé sur une base ternaire, et celui de la confection des volumes sur parchemin, qui demeure effectué sur une base duale et repose, pour les lettres élaborées en Chancellerie comme pour les lettres transitant par la Chambre, sur une sélection opérée dans ce cas par les secrétaires du pape169. Sous Urbain V, les registres parchemin de ce type furent préparés sous la direction d’un même personnage, Niccolò de’ Romani d’Osimo, à la fois notaire et secrétaire pontifical170. En revanche avec Grégoire XI, quatre secrétaires du pape se trouvèrent sollicités, signant ainsi une collégialité de la responsabilité qui eut des répercussions sur les modes de rédaction et d’expédition du courrier, mais aussi sur la conception du registre officiel de lettres171. Après la première année du pontificat, on assiste en effet à une nouvelle diramation : le registre préparé par les secrétaires pontificaux se subdivise en un registre annuel de lettres curiales et un registre annuel de lettres secrètes, qui toutes deux « avaient transité par les secrétaires du pape »172, une expression qui signe dans le fonctionnement de la curie l’institutionnalisation d’un secrétariat des lettres apostoliques.

  • 173 ASV, Reg. Vat. 35, fol. LVII. Pour Bock 1963, p. 51 : c’est Jean XXII qui l’a écrit. Pour Pásztor (...)
  • 174 On note qu’une des copies de ce volume (ASV, Reg. Vat. 33) est écrite sur deux colonnes de 47 lign (...)

68Dans ces évolutions extrêmement rapides entre 1355 et 1375, quelle fut l’importance du modèle romain de confection des registres ? Quel regard les secrétaires du pape, fréquemment originaires de la péninsule entre Innocent VI et Grégoire XI, portèrent-ils sur les registres du XIIIe siècle, qui pour nombre d’entre eux furent précisément copiés à Avignon, tous sans doute sous leur responsabilité ? Quelle influence put avoir comme référent pour les secrétaires de Grégoire XI le premier registre de lettres exclusivement curiales aujourd’hui connu, celui d’Urbain IV ? Quel rôle joua le fameux registre de lettres de Clément IV, dont le nombre de copies réalisées au XIVe siècle est à lui seul un problème – certaines le furent nécessairement sur ordre et pour un curialiste de haut rang puisqu’une note marginale précise sur l’une d’elles : attende quod ista verba satisfaciunt ad propositum heretici Bavari et infidelium guelforum173 –, put-il jouer dans l’évolution de cette série de volumes d’origine camérale, apparue avec Jean XXII174 ? Les travaux manquent là encore, alors que tout indique que dans ces évolutions l’influence des modèles romains eut un rôle déterminant. Sans doute faudrait-il s’interdire d’interpréter comme un simple virage conservateur ce possible retour à des pratiques du passé, et à ses racines, de la part d’un siège apostolique de plus en plus taraudé – les pontificats d’Urbain V et de Grégoire XI le soulignent – par l’idée de l’inéluctabilité du retour sur le siège de Pierre. Mais de telles évolutions invitent néanmoins à réexaminer, autant que les implications techniques et juridiques de l’enregistrement, les rôles alternatifs et complémentaires que purent jouer les modèles venus de Rome.

Conclusion

69Résumons. La question de la forme ou pour tout dire de la diplomatique de l’écrit pontifical, que l’on aurait pu considérer comme une affaire réglée par d’illustres devanciers, donne encore matière à réflexion. Derrière la taxonomie proposée par les notaires et secrétaires pontificaux, et nécessairement reprise par les historiens (lettres curiales, lettres secrètes, etc.), se cachent des concepts et des définitions extrêmement fluctuantes, qui nuisent à l’entendement de ces critères de distinction, et en conséquence à la compréhension de ce que l’on appelle encore registre au XIVe siècle, bien que celui-ci n’ait plus rien à voir avec ce qu’il était deux siècles plus tôt. Les modifications de l’officialistique curiale, i.e. l’apparition et la disparition des titres, sont des phénomènes que les historiens ont souvent considérés comme les révélateurs de modifications dans la chaîne de production de l’écrit, alors même qu’ils apparaissent souvent inopérants dès lors que l’on pose un questionnement global sur l’évolution de ses formes. Ceci devrait conduire à rattacher certains de ces changements à des influences externes, auxquelles le pouvoir s’adapte pour moderniser aussi son organigramme. Il y a donc fort à gagner à développer des études comparatistes avec d’autres pouvoirs souverains, à renoncer à cette sorte d’isolationnisme qui caractérise les recherches pontificales, au prétexte que ce pouvoir est de fait anomal dans l’espace européen médiéval.

70Mais plus généralement, c’est le rôle de certaines institutions qui doit être remis en question. En tout état de cause, une analyse diachronique révèle des scansions en matière de production des originaux et de confection des registres qui ne correspondent pas nécessairement avec ce que l’on sait des grands mouvements de réforme de la Chancellerie pontificale, que l’on situe généralement sous Innocent III et Jean XXII. La Chancellerie donne le sentiment au XIIIe siècle d’une certaine déconcentration de son fonctionnement, exactement comme si la hiérarchie dans la production de l’écrit ne constituait plus une nécessité, comme si le travail épistolographique était désormais fondé sur les compétences de quelques hommes exceptionnels – en l’occurrence les notaires. Par ailleurs, on doit déplorer que cette Chancellerie soit un peu survalorisée par les travaux par rapport à une Chambre apostolique, qui à partir du XIIIe siècle entre résolument dans la chaîne de production et d’enregistrement des lettres pontificales, ce qui contribue à expliquer évidemment la présence de tant de scripteurs en son sein. La Chambre finit de fait par capter la correspondance la plus significative, ces lettres qui disent le gouvernement, qui disent la politique personnelle du pape, et dont elle doit assurer la conservation. En définitive, c’est elle qui en vient à détenir les clés de la mémoire d’un pontificat qui autrefois appartenait de plein droit à la Chancellerie !

  • 175 Meyer 2005, 2014.

71L’expérience pontificale livre ainsi des informations de premier ordre sur l’histoire de l’enregistrement, en un temps où se développe, selon des processus qui sont entièrement à étudier, une distinction entre sa valeur juridique et sa fonction de mémorisation des actes du souverain. L’enregistrement n’est donc pas un temps déterminé, précis, court dans une procédure administrative. Il est une logique, qui met du temps à se matérialiser et qui passe par des étapes plurielles. Il nécessite de la part de l’impétrant de la foi, foi qu’il accorde à l’autorité qui s’engage à intégrer dans de futurs registres sur parchemin l’acte qu’il désire voir immortel… et pour lequel il a versé une contribution d’un montant extrêmement variable. Tout ceci fait que l’enregistrement finit par être soumis à des processus de dissociations entre XIIe et XIIIe siècle, qui paraissent actés au cours des pontificats d’Urbain IV et de Clément IV, même s’ils ne sont pas définitifs. Au XIIIe et surtout au XIVe siècle, l’enregistrement n’a plus la même valeur à la Chancellerie, directement aux prises avec la foule des quémandeurs de grâces diverses, et censée de ce fait fonctionner selon des règles précises – que d’ailleurs elle finit par faire ou laisser connaître, par simple souci d’efficacité sans doute175 – et auprès d’autres institutions, comme la Chambre, qui conserve ce qui est susceptible de lui servir et lui semble important, ou auprès d’un Secrétariat des lettres apostoliques pour lequel l’enregistrement ne dépend que de la volonté du prince et de l’intelligence de ses plus proches collaborateurs. Puisqu’il témoigne là de la politique suivie par un homme, il ne saurait subir de règles ! C’est ainsi qu’au cours de ces deux siècles l’enregistrement en vient à distinguer le champ de la grâce du champ de l’action.

  • 176 Sur le modèle Herde – Jakobs 1999.
  • 177 On sait que R. von Heckel 1907-8, p. 487, considérait que la production des deux séries de registr (...)

72Les recherches sur les lettres pontificales devraient aussi avoir pour objectif de mieux penser les interférences avec les autres formes d’écrit, en Europe et peut-être ailleurs. Ou plus exactement à ne pas considérer dans un sens unilatéral le transfert de modèles d’écriture, souvent pensé allant de l’Église à la société176. Ceux qui ont accédé au souverain apostolat avaient auparavant connu pour la plupart une riche carrière. Ils avaient assumé des tâches diplomatiques et de gouvernement dans des régions parfois très éloignées de la curie et acquis une expérience en mesure de nourrir aussi les pratiques d’écriture du siège apostolique, soumises au gré des personnalités et des contextes à des phases alternatives de développements et de replis. Chaque reprise, chaque influence met en jeu des aspirations sociales, politiques et institutionnelles spécifiques et l’étude des réemplois de techniques et de formules, dans les deux sens, nécessite de ne pas négliger les dynamismes internes des « modèles » concernés177.

  • 178 Voir son « modeste chapelet de chefs d’œuvre » ( !), intitulé Cythère !... Dix minutes d’arrêt, Pa (...)

73Tout ceci ne fait que souligner la nécessité de relancer et de rendre cohérente, c’est-à-dire concertée, l’édition d’ensembles documentaires pontificaux qui bien que lacunaires n’en constituent pas moins une base de référence exceptionnelle, susceptible de répondre à des questionnements multiples posés par d’innombrables chercheurs, pas nécessairement spécialistes de l’histoire du pouvoir pontifical… d’autant plus que l’informatique offre l’opportunité d’amender à l’infini ce qu’André Gide, puis Léon Valbert entre autres, grand écrivailleur de courtes nouvelles populaires, appelaient sans humour une édition ut varietur178 !

Haut de page

Bibliographie

Abate 1955 = G. Abate, Lettere secretae d’Innocenzo IV e altri documenti in una raccolta inedita del secolo XIII, dans Miscellanea Francescana, 55, 1955, p. 317-373.

Accad. storico-giuridica 1887 = Accad. storico-giuridica, Documenti inediti tratti del Regestrum recognitionum et juramentorum fidelitatis civitatum sub Innocentio VI, Roma, 1887.

Acht 1955 = P. Acht 1955, Der Recipe-Vermerk auf den Urkunden Papst Bonifaz' VIII., dans Zeitschrift fur bayerische Landesgeschichte, 18, 1955, p. 243-255.

Anheim 2014 = É. Anheim, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle, Paris, 2014.

Balan 1880 = P. Balan, La ribellione di Perugia nel 1368 e la sua sottomissione nel 1370 narrata secondo i documenti degli Archivi della Santa Sede, Rome, 1880.

Barbiche 1970 = B. Barbiche, Les scriptores de la Chancellerie apostolique sous le pontificat de Boniface VIII, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 128, 1970, p. 115-187.

Barbiche 1975-82 = B. Barbiche, Les actes pontificaux originaux des Archives nationales de Paris, 3 vol. , Cité du Vatican 1975-1982.

Barbiche 1994 = B. Barbiche, Bulle, dans Dictionnaire historique de la papauté, P. Levillain dir., Paris, 1994.

Barraclough 1934= G. Barraclough, Public notaries and the papal Curia. A calendar and a study of a Formularium notariorum curie from the early years of the Fourteenth Century, Londres, 1934.

Battelli 1975 = G. Battelli, I transunti di Lione del 1245, rééd. Id., Scritti scelti. Codici, documenti, archivi, Rome, 1975, p. 171-201.

Battelli 1975 = G. Battelli, Membra disiecta di registri pontifici dei secoli XIII e XIV, dans Mélanges Eugène Tisserant, t. IV, Cité du Vatican, 1964, rééd. Id., Scritti scelti, Rome, 1975, p. 313-348.

Battelli 1998 = G. Battelli, I Notai pubblici di nomina papale nel Duecento. Proposta di una ricerca d’interesse europeo, dans Archivum Historiae pontificiae, 36, 1998, p. 59-106, et Id., Esame di indoneità dei notai pubblici apostolica auctoritate nel Duecento, dans Forschungen zur Reichs-, Papst- und Landesgeschichte, P. Herde zum 65. Geburtstag von Freunden, Schülern und Kollegen dargebracht, éd. E. Bünz, K. Borchardt, 2 vol. , Stuttgart, 1998, I, p. 255-264.

Baumgarten 1889 = P. M. Baumgarten, Der Annus quartus registri Urbanus IV, dans Römische Quartalschrift, 3, 1889, p. 42-58.

Benoît XII = Benoit XII (1334-1342), Lettres communes, éd. J.-M. Vidal, Paris 1902-1911, 3 vol. 

Berthe 2014 = P.-M. Berthe, Les procureurs français à la cour pontificale d’Avignon 1309-1376, Paris, 2014.

Bischoff 1996= F. Bischoff, Urkundenformate im Mittelalter. Grüsse, Format und Proportionen von Papsturkunden in Zeiten expandierender Schriftlichkeit (11. - 13. Jahrhundert), Marburg, 1996.

Blumenthal 1988= U.-R. Blumenthal, Papal registers in the Tweltfh Century, dans Proceedings of the International congress of medieval law, éd. P. Linehan, 1988, p. 135-151, réimp. dans Id., Papal reform and canon law in the 11th and 12th Centuries, Aldershot, 1998 n° XV.

Bock 1934= F. Bock, Die Geheimschrift in der Kanzlei Johanns XXII., dans Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 42, 1934, p. 279-304.

Bock 1937-8= F. Bock, Über Registrierung von Sekretbriefen (Studien zu den Sekretregistern Johanns XXII.), dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 27, 1937-38, p. 147-234.

Bock 1941= F. Bock, Einführung in das Registerwesen des Avignonesischen Papsttums, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 31, 1941.

Bock 1954A = F. Bock, Il Registrum super senatoria Urbis di papa Nicolò III, dans Bulletino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 66, 1954, p. 79-113.

Bock 1954B = F. Bock, Osservazioni sulle lettere « executorie » papali della seconda metà del secolo XIII, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 8, 1954, p. 185-206.

Bock 1960= F. Bock, Kodifizierung und Registrierung in der spätmittelalterlichen kurialen Verwaltung. Ein immediatforschungsbericht über die päpstlichen Register, dans Archivalische Zeitschrift 56, 1960, p. 11-75.

Bock 1963= F. Bock, Papstlichen Sekretregister and Kammerregister. Überblick und Ergänzung früherer Studien zum Registerwesen des Spämittelalters, dans Archivalische Zeitschrift 59, 1963, p. 30-58.

Bombi 2007 = B. Bombi, Il registro di Andrea Sapiti, procuratore alla curia avignonese, Rome, 2007.

Boniface VIII = Les registres de Boniface VIII, éd. G. Digard, M. Faucon, A. Thomas, R. Fawtier, Paris, 1884-1939, 4 vol. 

Boutier 2007 = J. Boutier, « Stephanus Baluzius Tutelensis ». Étienne Baluze (1630-1718), un savant tullois dans la France de Louis XIV, Tulle, 2007.

Bresslau – Voci 1998 = H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschand und Italien, trad. d’Anna Maria Voci-Roth : Manuale di diplomatica per la Germania e l'Italia, Rome, 1998.

Bresslau 1889, 1912 = H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre, Leipzig 1889 ; Handbuch der Urkundenlehre für Deutschand und Italien, 2 vol. , Leipzig 1912-1931.

Britnell 1997= R. Britnell (éd.), Pragmatic literacy, East and West, 1200-1300, Woodbridge, 1997.

Chiffoleau 2008 = J. Chiffoleau, Baluze, les papes et la France, dans J. Boutier (dir.), Étienne Baluze, 1630-1718. Érudition et pouvoir dans l’Europe classique, Limoges, 2008, p. 163-246.

Clément V = Regestum Clementis papae V ex Vaticanis archetypis nunc primum editum, cura et studio monachorum ordinis S. Benedicti, Rome, 1885-1897.

Cowdrey 2002= H. E. J. Cowdrey, The Register of Pope Gregory VII (1073-1085), Oxford, 2002.

Delisle 1897 = L. Delisle, Un groupe de littere notate du temps de Boniface VIII, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 48, 1897, p. 371-379.

Delivré 2008 = F. Delivré, Les registres pontificaux du XIIe siècle : l’apport des Libri de primatu Toletane ecclesie, dans MEFRM, 120-1, 2008, p. 105-138.

Delle Donne 2007 = F. Delle Donne, Un silloge epistolario della seconda metà del XIII secolo. I Dictamina provenienti dall’Italia meridionale del ms. Paris, Bn lat 8567, Florence, 2007.

Denifle 1886 = H. Denifle, Die päpstlichen Registerbände des 13. Jahrhunderts und das Inventar derselben vom J. 1339, dans Archiv für Litteratur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 2, 1886 p. 1-105.

Denifle 1888 = H. Denifle, Die Alteste taxerolle der apostolischen Pönitentiarie et Ein quaternus rationum des malers Matteo Gianotti von Viterbo in Avignon, ibid., 4, 1888, p. 201-238, 602-630.

Dykmans 1981 = M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance. II. De Rome en Avignon ou le cérémonial de Jacques Stefaneschi, Bruxelles-Rome, 1981.

Ehrle 1890 = F. Ehrle, Historia Bibliothecae Romanorum Pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis, Rome, 1890.

Erdmann 1938-39 = C. Erdmann, Zu den Sekretregistern Johanns XXII., dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 29, 1938-39, p. 233-248.

Erler 1888 = G. Erler, Dietrich von Nieheim, Der Liber Cancellariae Apostolicae vom Jahre 1380 und der stilus Palatii abbreviatus, Leipzig, 1888, reimpr. Aalen, 1971.

F. Bock, Osservazioni sulle le lettere executorie papali della seconda metà del secolo XIII, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 8, 1954, p. 185-204.

Fabre 1887 = P. Fabre, Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364, in Mélanges d’archéologie et d’histoire, 7, 1887, p. 129-195.

Faucon 1882, 1884 = M. Faucon, Les arts à la cour d’Avignon sous Clément V et Jean XXII (1307-1334), dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 2, 1882, p. 36-83, 4, 1884, p. 57-130.

Fawtier 1935 = R. Fawtier, Documents négligés sur l’activité de la Chancellerie apostolique à la fin du XIIIe siècle : le registre 46 A et les comptes de la Chambre sous Boniface VIII, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 52, 1935, p. 244-272.

Fawtier 1939 = R. Fawtier, Introduction, dans Les registres de Boniface VIII, éd. G. Digard, M. Faucon, A. Thomas, R. Fawtier, Paris, 1884-1939.

Fayen 1908 = A. Fayen, Lettres de Jean XXII (1316-1334). t. I : 1316-1324, Rome - Bruxelles - Paris, 1908 (Analecta Vaticano-Belgica 2).

Fichtenau 1963 = H. Fichtenau, Carta et Notitia en Bavière du VIIIe au Xe siècle, dans Le Moyen Âge, 69, 1963, p. 105-120.

Filippini 2010 = O. Filippini, Memoria della Chiesa, memoria dello Stato. Carlo Cartari (1614-1697) e l'archivio di Castel Sant'Angelo, Bologne, 2010.

Fink 1933 = K. A. Fink, Die ältesten breven und brevenregister, dans Quellen und Forschngen aus italienischen archiven und Bibliotheken, 25, 1933-34, p. 292-307.

Finke 1908 = H. Finke, Acta Aragonensia, 3 vol. , Berlin, 1908-1922.

Fjr Pataky – Pór 1885 = L. Fjr Pataky, A. Pór, Acta legationis cardinalis Gentilis 1307-1311, Budapest, 1885.

Fontana 1887 = B. Fontana, Documenti vaticani di un plebiscito in Ferrara sul principio del secolo XIV e dell’idea dell’indipendenza italiana nella mente dei romani pontefici, Ferrare, 1887.

Fossier 2013 = A. Fossier, Aux origines scripturaires de l’administration. Deux instruments de l’épistolarité pontificale au XIIIe siècle, dans Les correspondances en Italie. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire (Ve-XVe siècle), éd. P. Cammarosano, S. Gioanni, Trieste, 2013, p. 271-287.

Frenz 1998 = T. Frenz, Papsturkunden des Mittelalters un der Neuzeit, Stuttgart, 1986, trad. ital. V. Santoro, S. Pagano, I documenti pontifici nel Medio evo e nell’età moderna, Cité du Vatican, 1989, rééd. 1998.

Friedberg 1881 = Corpus Iuris Canonici, éd. E. Friedberg, vol. 2 (1881).

Galland 1996 = B. Galland, La publication des registres de lettres pontificales par l’École française de Rome, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 154, 1996, p. 625-634.

Galland 2000 = Id., Les publications des registres pontificaux par l’École française de Rome, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 86, 2000, p. 645-656.

Gasnault 1979 = P. Gasnault, Trois lettres secrètes sur papier de Clément VII (Robert de Genève) et une supplique originale signée par ce pape, dans Paleographica, Diplomatica et Archivistica. Studi in onore di Giulio Battelli, Rome, 1979, II, p. 337-351.

Gasnault 1990 = P. Gasnault, L'élaboration des lettres secrètes des papes d'Avignon : Chambre et Chancellerie, dans Aux origines de l'État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d'Avignon, Rome, 1990, p. 208-222.

Gayet 1889 = L. Gayet, Le Grand Schisme d’Occident d’après les documents contemporains déposés aux archives secrètes du Vatican. Les origines, Florence-Berlin-Paris, 1889.

Giusti 1981 = M. Giusti, Inventario dei Registri Vaticani, Cité du Vatican, 1981.

Göller 1904= E. Göller, Mitteilungen und untersuchungen über das päpstliche register- und kanzleiwesen im 14. Jahrhundert, besonders unter Johann XXII. und Benedikt XII., dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 6, 1904, p. 272-315.

Gouron 1986 = A. Gouron, Sur les sources civilistes et la datation des Sommes de Rufin et d'Étienne de Tournai, dans Bulletin of Medieval Canon Law, 16, 1986, p. 55-70.

Grauert 1912= H. Grauert, Magister Heinrich der poet in Würzburg und die romische Kurie, Munich, 1912

Grégoire IX = Les registres de Grégoire IX (1227-1241), éd. L. Auvray, Paris, 1890-1955, 4 vol. 

Grégoire X = Les Registres de Grégoire X (1272-1276) et de Jean XXI (1276-1277), Paris, 1892-1960, 1 vol. 

Grévin – Turcan-Verkerk 2015 = B. Grévin et A.-M. Turcan-Verkerk (dir.), Le dictamen dans tous ses états. Perspective de recherche sur la théorie et la pratique de l’ars dictaminis (XIe-XVe siècles), Turnhout, 2015.

Gueudet 2004 = G. Gueudet, L’art de la lettre humaniste, Paris, 2004.

Guyotjeannin 2003 = O. Guyotjeannin, Les rapports avec les instances supérieures, dans A. Vauchez, C. Caby (dans), L’histoire des moines, chanoines et religieux au Moyen Âge : guide de recherche et documents, Turnout 2003, p. 179-228.

Hageneder 1972= O. Hageneder, Die päpstlichen register des 13. und 14. Jahrhunderts, dans Annali della Scuola speciale per gli archivisti e bibliotecari, 12, 1972.

Heathcote 1965= S. J. Heathcote, The letter collections attributed to master Trasmundus, papal notary and monk of Clairvaux in the Late Twelth Century, dans Analecta Citerciensia, 21, 1965, p. 35-109, 167-238.

Heckel 1907-8= R. von Heckel, Das päpstliche und sicilische Registerwesen in vergleichender Darstellung, dans Archiv für Urkundenforschung, 1, 1907-8, p. 371-501.

Herde – Jakobs 1999= P. Herde et H. Jakobs, Papsturkunde und europäisches Urkundenwesen. Studien zu ihrer formalen und rechtlichen Kohärenz vom 11. bis 15. Jahrhundert, Cologne-Weimar-Vienne, 1999.

Herde 1967= P. Herde, Beiträge zum päpstlichen Kanzlei- und Urkundenwesen im 13. Jahrhundert, 2e éd., Kallmunz, 1967.

Herde 1970= P. Herde, Audientia litterarum contradictarum. Untersuchungen über die päpstlichen Justizbriefe und die päpstliche Delegationsgerichtsbarkeit vom 13. bis zum Beginn des 16. Jahrhunderts, 2 vol. , Rome, 1970 (BDHIR 31/32).

Herde 2000= P. Herde, Öffentliche notare an der päpstlichen Kurie im dreizehnten und beginnenden vierzehnten Jahrhundert, dans M. Thumser, A. Wenz-Haubfleisch, P. Wiegand (dir.), Studien zur Geschichte des Mittelalters J. Petersohn, Stuttgart, 2000, p. 239-259.

Herde 2013 = P. Herde, Aspetti retorici dell'epistolario di Riccardo da Pofi : documenti papali autentici o esercitazioni letterarie ?, dans F. Delle Donne, F. Santi (dir.), Dall’ars dictaminis al preumanesimo ? Per un profilo letterario del secolo XIII, Florence, 2013, p. 117-142.

Heupel 1966 = W. Heupel, Schriftuntersuchungen zur Registerführung in der Kanzlei Friedrichs II., in Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 46, 1966.

Hoffmann 1976 = H. Hoffmann, Zum register und zu den briefen papst Gregor VII., dans Deutsche Archiv für Ersforchung des Mittelalters, 32, 1976, p. 86-130.

Innocent VI = Innocent VI (1352-1362). Lettres secrètes et curiales, éd. P. Gasnault, M.-H. Laurent, N. Gotteri, Paris-Rome, 1959- .

Jamme 2014A = Le Souverain, l’Office et le Codex. Gouvernement de la cour et techniques documentaires dans les Libri officiariorum des papes d’Avignon (XIVe - XVe siècle), dir. A. Jamme, Rome, 2014 (Sources et Documents publiés par l'Ecole française de Rome, n° 3.

Jamme 2014B = Des usages de la démocratie. Deditio et contrôle politique des cités lombardes dans le « grand projet » de Jean XXII, dans H.J. Schmidt, M. Rohde, De Gruyter (dir.). Papst Johannes XXII. Konzepte und Verfahren seines Pontifikats, Berlin-New York, 2014 (Scrinium Friburgense 32), p. 279-341.

Jamme à paraître = A. Jamme, Les mentions hors teneur dans la correspondance des vicaires généraux du pape en Italie. Contrôle, personnalisation et sur-validation documentaire, dans Les mentions de chancellerie, entre technique administrative et savoir de gouvernement, dir. O. Canteaut, à paraître (Doc. et Mém. publiés par l'École des chartes).

Jamme à paraître = A. Jamme, Les couronnements lyonnais de Clément V et Jean XXII. Imperium pontifical et monarchie française, dans A. Charansonnet, X. Hélary (dir.), De l'Empire au royaume : autour du rattachement de la ville de Lyon à la France, à paraître.

Jean XXII = Jean XXII (1316-1334). Lettres secrètes et curiales relatives à la France, éd. A. Coulon, S. Clemencet, 4 vol. , 1900-1972.

Jorendt 2004 = J. Jorendt, Papsttum und Landeskirchen im Spiegel der päpstlichen Urkunden (896-1046), Hanovre, 2004.

Jugie à paraître = P. Jugie, Les mentions hors teneur dans les minutes de lettres secrètes et curiales du pape Innocent VI (1352-1362) : un chantier en cours, dans O. Canteaut (dir.), Les mentions de chancellerie, entre technique administrative et savoir de gouvernement, (Doc. et Mém. publiés par l'École des chartes).

Jullien de Pommerol – Monfrin 1991 = M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola, 2 vol. , Rome, 1991.

Kaltenbrunner 1884 = F. Kaltenbrunner, Römische Studien I. Die päpstlichen Register des XIII Jahrhunderts, dans Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 5, 1884, p. 213-294.

Kamp 1975 = N. Kamp, Una fonte poco nota sul conclave del 1268-1271 : i protocolli del notaio Basso della Camera Apostolica, dans Atti del Convegno di Studio del VII Centenario del conclave (1268-1271), 1975, p. 63-68.

Kay 2004 = R. Kay, Brouillons de lettres pontificales dans le Rotulus de negotio Albigensi (1221-1225), dans Bibliothèque de l’École des chartes, 162, 2004, p. 509-532.

Keller 1999= Schriftlichkeit und Lebenpraxis im Mittelalter. Erfassen, Bewahren, Veränden, H. Keller, C. Meier, T. Scharff éd., Munich, 1999.

Keller 2002 = H. Keller, Oralité et écriture, dans J.-C. Schmitt, O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002, p. 127-142.

Kiesewetter 1998 = A. Kiesewetter, La cancelleria angioina, dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998, p. 361-415.

Kortüm 1996 = H.K. Kortüm, Zur päpstlichen Urkundensprache im frühen Mittelalter. Die päpstlichen Privilegien (896-1046), Sigmaringen, 1996.

La Porte du Theil 1791 = G. de La Porte du Theil, L. G. Oudart Feudrix de Brequigny (éd.), Diplomata, chartae, epistolae et alia documenta, ad res francicas spectantia, 3 vol. , Paris, 1791.

Lasala – Rabikauskas 2003 = F. de Lasala et P. Rabikauskas, Il documento medievale e moderno. Panorama storico della diplomatica generale e pontificia, Rome, 2003.

Lenzenweger 1992 = Acta Pataviensia Austriaca. 2 : Innocenz VI., ed. J. Lenzenweger, Passau, 1992.

Levi 1889 = G. Levi, Documenti ad illustrazioni del registro del cardinale Ugolino d’Ostia, legato apostolico in Toscana e Lombardia, dans Archivio della Società romana di storia patria, 12, 1889, p. 241-326.

Levillain – Ticchi 2006 = P. Levillain, J.-M. Ticchi, Le pontificat de Léon XIII : Renaissances du Saint Siège ? , Rome, 2006 (CEFR, 368).

Linehan 1992= P. Linehan, Proctors representing Spanish interests at the Papal court (1216-1303) et Spanish litigants and their agents at the 13th Century papal curia, in Past and present in medieval Spain, Variorum, Aldershot, 1992, art. VII et VIII.

Lohrmann 1971= D. Lohrmann, Zwei miszellen zur Geschichte der päpstlichen register im Mittelalter, dans Archivum historiae pontificiae, 9, 1971, p. 401-410.

Lucca 1951 = G. de Lucca, Un formulario della cancelleria francescani e altri formulari tra il XIII e XIV secolo, dans Archivio italiano per la storia della pietà, 1, 1951, p. 221-393.

Lux in arcana 2012 = Lux in arcana. L’Archivio Segreto Vaticano si rivela, Rome, 2012.

Maleczek 2000 = W. Maleczek, L’édition autrichienne des registres d’Innocent III, dans MEFRM, 112-1, 2000, p. 259-272.

Maleczek 2015A= W. Maleczek, Eigenhändige Unterschriften aud Urkunden vom 8. bis 13. Jahrhundert, dans A. Schwarcz (dir.), Urkunden, Schriften, Lebensordnungen: neue Beiträge zur Mediävistik. Vorträge des IOG aus Anlass des 100. Geburtstags von HFichtenau, Vienne, 2015, p. 161-192.

Maleczek 2015B = W. Maleczek, Litterae clausae der Päpste vom. 12. bis zum frühn 14. Jahrhundert, dans T. Broser, A. Fischer, M. Thumser (dir.), Kuriale Briefkultur im spätern Mittelalter. Gestaltung, Überlieferung, Rezeption, Cologne-Weimar-Vienne, 2015, p. 55-128.

May 1625= P. du May, Innocent III pont. Max epistolae ex doc ms collegii Fuxensis, Paris, 1625.

Mercati 1931 = A. Mercati, Frammento di un registro di Niccolò IV, dans Bulletino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 46, 1931, p. 109-128.

Meyer 2005 = A. Meyer, Emil von Ottenthal revisited : unterwegs zu einer erweiterten Neuedition der spätmittelalterlichen Regulae cancellariae apostolicae, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte : Kanonistische Abteilung, 91, 2005, p. 218-236.

Meyer 2014= A. Meyer, Kirchenherrschaft im Angesicht des Todes. Johannes XXII., Benedikt XII. und die Regulae apostolicae, dans H.J. Schmidt, M. Rohde, De Gruyter (dir.), Papst Johannes XXII. Konzepte und Verfahren seines Pontifikats, Berlin-New York, 2014 (Scrinium Friburgense 32), p. 177-198.

Mollat 1916 = G. Mollat (éd.), Vitae Paparum Avenionensium (1305-1394), 4 vol. , Paris, 1916-1922.

Mollat 1953 = G. Mollat, Les vacances à la cour pontificale au XIVe siècle, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, 61, 1953, p. 215-18.

Mollat 1956 = G. Mollat, Les relations politiques de Grégoire XI avec les Siennois et les Florentins, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 6, 1956, p. 335-376.

Morroni 2003 = C. Morroni, Nicolaus de Auximo. Un osimano alla corte avignonese, Osimo, 2003.

Morsel 2006 = J. Morsel, Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge. Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale, dans N. Coquery, FvMenant, F. Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, 2006, réed. 2010, édition en ligne, p. 4-32.

Nüske 1974-75 = G.F. Nüske, Untersuchungen über das Personal der päpstlichen Kanzlei (1254-1304), dans Archiv für Diplomatik, 20, 1974, p. 39-240 et 21, 1975, p. 249-431.

Opitz 1940 = G. Opitz, Die Sekretäre Franciscus de Sancto Maximo und Johannes de Sancto Martino. Bemerkungen zur Frühzeit des päpstlichen Sekretariats, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 30, 1940, p. 189-206.

Palmieri 1889 = G. Palmieri, Introiti ed Esiti di papa Niccolò III (1279-1280), Rome, 1889.

Paravicini Bagliani 1979 = A. Paravicini Bagliani, Il testamento del notaio papale Isembardo di Pecorara († 1279). Note di prosopografia curiale duecentesca, dans Palaegrophica diplomatica et archivistica. Studi in onore di GBattelli, 2 vol. , Rome, 1979, II, p. 219-251.

Paravicini Bagliani 1988 = A. Paravicini Bagliani, La mobilità della curia romana nel secolo XIII. Riflessi locali, dans Società e istituzioni dell’Italia comunale. L’esempio di Perugia, 2 vol. , Pérouse, 1988, p. 155-278.

Pásztor 1959 = E. Pásztor, Au sujet d’une source des Vitae paparum Avenionensium de Baluze provenant des Archives Vaticanes, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 54, 1959, p. 507-512.

Pásztor 1999 = E. Pásztor, Contributo alla storia dei registri pontifici del secolo XIII, dans Bullettino dell'Archivio paleografico italiano, terza serie, 1, 1962 ; Id., Per la storia dei registri pontifici nel Duecento, dans Archivum Historiae Pontificiae, 6, 1968 ; Id., I registri camerali di lettere pontificie nel secolo XIII, ibid., 11, 1973 ; Lettere di Urbano V super negotio regni Siciliae, dans Aus Kirche und Reich. Festschrift FKempf, Sigmaringen 1983, dans Id., Onus Apostolicae Sedis. Curia romana e cardinalato nei secoli XI-XV, Rome, 1999, p. 63-100, 111-152, 153-244.

Peitz 1947 = Regestum d. Innocentii pape super negotio Romani Imperii, éd. W. Peitz, Rome, 1947.

Péquignot 2009 = S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009.

Pfaff 1983 = V. Pfaff, Nachträge zu den Papstprivilegien 1181 1187 mit Kardinalsunterschriften, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, 100, 1983, p. 341-345.

Poncet 2003 = O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux Archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (CEFR, 318).

Potthast 1874 = A. Potthast, Regesta pontificum romanorum inde ab anno post Christum natum MXCVIII ad annum MCCCIV, 2 vol. , Berlin, 1874-1875.

Preger 1880, 1882, 1883 = W. Preger, Beiträge und Erörterungen zur Geschichte des Deutschen Reichs in den Jahren 1330-1334, dans Abhandlungen der Königl. Bayerischen Akademie der Wissenschaften. Hist. Classe, 15, 1880, p. 1-82; Id., Über die Anfänge des kirchenpolitischen Kampfes unter Ludwig dem Baier. Mit Auszügen aus Urkunden des vatikanischen Archivs von 1315-1324, ibid., 16, 1882, p. 113-284; Id., Die Verträge Ludwigs des Baiern mit Friedrich dem Schönen in den Jahren 1325 und 1326. Mit J. HReinkens' Auszügen aus Urkunden des vatikan. Archivs von 1325-1334, ibid., 17, 1883, p. 105-338.

Rabikauskas 1994= P. Rabikauskas, Diplomatica pontificia. Praelectionum lineamenta, 1994.

Reinke 2002= S. Reinke, Probleme einer edition des protokollbuches des kammernotars Bassus de Civitate (1266-1276), dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 82, 2002, p. 677-701.

Riezler 1891= S. Riezler, Vatikanische Akten zur deutschen Geschichte in der Zeit Kaiser Ludwigs des Bayern (1314-1347), Innsbruck, 1891.

Rodenberg 1883-94= C. Rodenberg, Epistolae saeculi XIII e regestis pontificum romanorum, selectae a G. HPertz, 3 vol. , 1883-1894, réimpr. Munich,1982-2000 (MGH).

Rudolph 2007= G. Rudolph, Das Kammerregister Papst Martins IV. (Reg. Vat. 42), Cité du Vatican, 2007 (Littera antiqua 14).

Sambin 1955 = P. Sambin, Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260). Lettere inedite di Giordano da Terracina e di Giovanni da Capua, Rome, 1955.

Sambin 1961 = P. Sambin, Lettere inedite di Innocenzo IV, Rome, 1961.

Sayers 1971= J. Sayers, Proctors representing British interests at the papal court, dans Proceedings of the III international Congress of medieval canon law, Cité du Vatican, 1971, p. 143-164.

Sayers 1984= J. Sayers, Papal government in England during the pontificate of Honorius III (1216-1227), Cambridge, 1984, p. 197-203.

Schäfer 1914= K.H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI und Innocenz VI (1335-1362), Paderborn, 1914.

Schäfer 1937= K.H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolischen Kammer unter den Päpsten Urban V. und Gregor XI. (1362-1378), Paderborn, 1937.

Schaller 1962= H.M. Schaller, Eine Kuriale Briefsammlung des 13. Jahrhunderts mit unbekannten Briefen Friedrichs II., dans Deutsche Archiv für ersforchung des Mittelalters 18, 1962, p. 171-213.

Schulte 1891= J.F. von Schulte, Die Summa des Stephanus Tornacensis über das Decretum Gratiani, Giessen, 1891.

Schwarz 1972 = B. Schwarz, Die organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer entstehung bis zur mitte des 15. Jahrhunderts, Tübingen, 1972 (BDHIR, 37).

Schwarz 1974= B. Schwarz, Der corrrector litterarum apostolicarum. Entwicklung des korrectorenamtes in der päpstlicher Kanzlei von InnocenzIII bis Martin V., dans Quellen und Forschungen des italienischen Archiven und Bibliotheken, 54, 1974, p. 122-191.

Seltzer 1970= W. Seltzer, Beiträge zur geschichte der Kurienprokuratoren im 13. Jahrhundert, dans Archivum historiae pontificiae, 8, 1970, p. 113-138.

Tangl 1894= M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, 1894, réimpr. Aalen 1959.

Thumser 1995= M. Thumser, Zur Überlieferungsgeschichte der Birefe Papst Clemens’ IV. (1265-1268), dans Deutches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 51, 1995, p. 115-168.

Thumser 2015A= M. Thumser, Kuriale Briefkultur. Konturen eines vernachlässigten Forschungsgebietes, dans T. Broser, A. Fischer, M. Thumser (dir.), Kuriale Briefkultur im spätern Mittelalter. Gestaltung, Überlieferung, Rezeption, Cologne-Weimar-Vienne, 2015, p. 9-34.

Thumser 2015B = M. Thumser, Les Grandes collections de lettres de la curie pontificale au XIIIe siècle. Naissance, structure, édition, dans B. Grévin, A.-M. Turcan-Verkerk (dir.), Le dictamen dans tous ses états. Perspectives de recherche sur la théorie et la pratique de l’ars dictaminis (XIe-XVe siècles), Turnhout, 2015.

Urbain IV = Les Registres d'Urbain IV (1261-1264), éd. J. Guiraud, Paris 1892-1958, 4 vol. 

Vallière – Jamme à paraître = L. Vallière, A. Jamme, Un registre original de lettres de Jean XXII à Cambrai à la fin du XIVe siècle : vol ou déclassification d’archive ?

Viaene 2005= V. Viaene (dir.), The Papacy and the New World Order. La papauté et le nouvel ordre mondial (1878-1903). Vatican Diplomacy, Catholic Opinion and International Politics at the Time of Leo XIII. Diplomatie vaticane, opinion catholique et politique internationale au temps de Léon XIII, Louvain 2005.

Waley 1957= D. Waley, A Register of Boniface VIII's chamberlain, Theodoric of Orvieto, dans Journal of Ecclesiastical History, 8, 1957, p. 141-152.

Zanke 2013= S. Zanke, Johannes XXII. Avignon und Europa. Das politische Papsttum im Spiegel der kurialen Register (1316-1334), Leiden, 2013.

Zutshi 1984= P.N.R. Zutshi, Proctors acting for English petitioners in the Chancery of the Avignon popes, dans Journal of ecclesiastical history, 35, 1984, p. 15-29.

Zutshi 1990= P. Zutshi, Original papal letters in England (1305-1415), Cité du Vatican, 1990.

Zutshi 1998= P.N.R. Zutshi, The Office of notary in the papal Chancery in the Mid-Fourteenth Century, dans Forschungen zur Reichs-, Papst- und Landesgeschichte, P. Herde zum 65. Geburtstag von Freunden, Schülern und Kollegen dargebracht, éd. E. Bünz, K. Borchardt, 2 vol. , Stuttgart, 1998, II, p. 665-683.

Zutshi 2000= P.N.R. Zutshi, The registers of common letters of Pope Urban V (1362-1370) and Pope Gregory XI (1370-1378), dans Journal of Ecclesiastical History, t. 51, 2000, p. 500.

Zutshi 2002= P.N.R. Zutshi, The personal role of the pope in the production of papal documents in the Thirteenth and Fourteenth Centuries, dans W. Pohl, P. Herold (dir.), Vom Nutzen des Schreibens. Soziales Gedächtnis, Herrschaft und Besitz, Vienne, 2002, p. 225-236.

Zutshi 2003= P.N.R. Zutshi, Innocent III and the reform of the papal chancery, dans Innocenzo III. Urbs et Orbis, 2 vol. , Rome, 2003, I, p. 84-101.

Zutshi 2015= P.N.R. Zutshi, Changes in the registration of papal letters under the Avignon popes (1305-1378), dans M. Thumser, T. Broser, A. Fischer (dir.), Kuriale Briefkultur. Gestaltung - Überlieferung – Rezeption, Cologne, 2015 (Forschungen zur Kaiser- und Papstgeschichte des Mittelalters. Beihefte zu J.FBöhmer, Regesta Imperii), p. 237-261.

Haut de page

Notes

1 Lux in arcana 2012.

2 Voir Galland 1996 et 2000, ainsi que Maleczek 2000, à compléter par la mise au point 2015 d’O. Hageneder https://www.geschichtsforschung.ac.at/de/forschung/forschungsprojekte-des-ioeg/die-edition-der-register-papst-innocenz-iii/geschichte.

3 Même si les toutes premières éditions remontent au XVIe siècle à l’image du Bullae diversorum pontificum incipientes a Joanne XXII etc. publié en 1542, et même si l’on connaît des bullaires médiévaux chez les Dominicains notamment (Guyotjeannin 2003, p. 198), ce fut surtout au XVIIe siècle que le genre prit son essor. Les travaux manquent toutefois comme le montre entre autres la base Telma (http://www.cn-telma.fr/cartulR).

4 Ce fut le cas d’un registre de lettres et actes de Jean XXII, aujourd’hui coté BnF lat. 4114. Emmené par Benoît XIII dans ses bagages à Peñiscola, il figure parmi les livres saisis par le cardinal Pierre de Foix en 1429, qui ne le replace pas avec les éléments comparables conservés à Avignon au palais, mais le conserve dans sa propre bibliothèque, léguée par testament au collège qu’il fonde à Toulouse. C’est là que Baluze acheta pour Colbert ce livre qui porte sur le premier folio « Cod. Colb. 829 » (Jullien de Pommerol – Monfrin I , p. 42-44, 941 ; II, p. 347, 536, 716) ; sur le personnage Boutier 2007 et Chiffoleau 2008. Pensons aussi au fragment d’un registre de lettres d’Alexandre IV parvenu dans la collection de livres du cardinal Mazarin et aujourd’hui conservé à la BnF (lat. 4038, fol. 1-13).

5 Ainsi en est-il de la narration de l’élection de Benoît XIII qui constitue le prologue du Liber officiariorum de ce pape, que le savant éditeur des Vitae paparum Avenionensium, Guillaume Mollat, affirma n’avoir pu retrouver (Mollat 1916, p. 539-540 ; Jamme 2014A, p. 119) ! Sur la même question, Pásztor 1959, p. 507-512.

6 Voir par exemple May 1625 ; érudition classique et épistolographie pontificale mériteraient plus d’attention.

7 Thesaurus novus anecdotorum, II, col. 1-96 et 843-1072. Mais ce volume en particulier contient plusieurs éditions de textes fondamentaux pour l’histoire de la papauté des XIIIe-XIVe siècles (registre de Clément IV dont il sera question plus loin, procès de Jean XXII contre Louis de Bavière, actes relatifs au Grand Schisme).

8 Sur les accusations contre C. Cartari, voir Filippini 2010.

9 Tout particulièrement pour les XIIIe-XIVe siècles dans les deux derniers tomes (La Porte du Theil 1791).

10 Rodenberg 1883-1894, réimpr. Munich, MGH,1982-2000.

11 Diplomata quae inter cineres archivi vaticani sepulta jacent (Potthast I, p. V, cité par Poncet 2003, p. 7).

12 Voir Balan 1880, Preger 1880, 1882, 1883 ; Faucon 1882, 1884 ; Kaltenbrunner 1884 ; Fjr Pataky - Pór 1885 ; Werunsky 1885 ; Denifle 1886, 1888 ; Fontana 1887 ; Accad. storico-giuridica 1887 ; Fabre 1887 ; Levi 1889 ; Palmieri 1889 ; Baumgarten 1889 ; Gayet 1889 ; Riezler 1891 ; etc.

13 On ne mentionnera ici que Erler 1888, Ottenthal 1888, Bresslau 1889 et 1912, Tangl 1894.

14 Voir pour un pontife, et un ouvrage soumis depuis quelques décennies à un intérêt renouvelé, Thumser 1995, qui a compté quelque 18 copies du même registre, conservées à Budapest, Florence, Grenoble, Madrid, Milan, Paris, Rome et Troyes et infra note 115.

15 Voir Poncet 2003, p. 18-52.

16 Voir tout particulièrement Poncet 2003, p. 13-17. Il s’agissait évidemment de répondre à une historiographie qui lui était alors très hostile ; sur ce pontificat Viaene 2005 et Levillain-Ticchi 2006.

17 Après avoir consulté Guyotjeannin 2003 et Poncet 2003, il suffit de se connecter pour les publications des lettres d’Innocent III par l’Institut autrichien à https://www.geschichtsforschung.ac.at/forschung/forschungsprojekte-des-ioeg/die-edition-der-register-papst-innocenz-iii/stand-der-Editionarbeit ; un volume, celui consacré à l’an XIII, est téléchargeable (https://fedora.e-book.fwf.ac.at/fedora/get/o:834/bdef:Asset/view). Les autres lettres des XIIIe et XIVe siècles, pour la plupart publiées par l’École française de Rome, sont interrogeables moyennant paiement, sur le site Brepolis (http://apps.brepolis.net/litpa) et pour un volume dont le contenu ne se trouve pas sur cette base à http://www.torrossa.com/resources/an/2250906?ref=http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/innocent_vi_1352-1362_._lettres_secrètes_et_curiales_publièe_d'après_les_registres_des_archives_vaticanes_46968a2a-8c2e-11e0-9a66-000c291eeace.html. La consultation online des publications de l’Institut historique allemand est programmée (http://www.romana-repertoria.net/993.html?&L=24%22%20and%20not%208%3D13--%20a). Celle des 14 volumes du Calendar of papal registers relating to Great Britain and Ireland, ne peut se faire que page après page (http://www.british-history.ac.uk/search/series/cal-papal-registers--brit-ie), de même que celle des Monumenta vaticana res bohemicas illustrantia, celle des volumes intéressant la Hongrie, le Portugal, etc.

18 Pour faire court Barbiche 1994, p. 239-240 et Frenz 1998, p. 48-49.

19 Voir notamment Kortüm 1996 et Jorendt 2004.

20 Bischoff 1996.

21 Les schismes contribuent à expliquer l’apparition avec Innocent II de souscriptions cardinalices, qui vont précisément à l’encontre d’une tendance à la personnalisation de l’écrit pontifical ; voir Pfaff 1983 et Maleczek 2015A. Plus largement sur les deux types de privilèges, Frenz 1998, p. 20-23, et Lasala – Rabikauskas 2003, p. 190-196.

22 Quatre sous forme originale et quatre en copie dans ses registres, deux d’entre eux étant identiques (Fawtier 1939, p. L et C). Sur quelques privilèges produits au XIVe siècle voir Zutshi 2015, p. 242.

23 Sur le rôle des solliciteurs dans la mise en forme des produits qu’ils requéraient moyennant finance, on renvoie pour une période antérieure au désormais classique Fichtenau 1963.

24 Verger 1996, Keller 1999, Britnell 1997, Keller 1999, 2002, Morsel 2006.

25 Auxquelles T. Frenz a décidé de réserver le terme bulle (Frenz 1998, p. 26).

26 Tangl 1894, p. 36.

27 Herde 1970, I, p. 1 et seq. On a montré par la suite que ces distinctions ne coïncidaient pas parfaitement Zutshi 1990, p. LVIII-LIX.

28 Lasala - Rabikauskas 2003, p. 203-205.

29 Sans évoquer ici d’autres appellations utilisées par les historiens qui ne renvoient pas nécessairement à des types de procédure de confection : littere notate, littere executorie, etc. (Delisle 1897, Bock 1954).

30 Maleczek 2015B.

31 Rabikauskas 1994, p. 51. Rarement ces cedulae interclusae ont été conservées : à signaler l’existence de deux d’entre elles (d’Urbain V) à l’Archivo de la Corona de Aragon, Cancilleria, Bulas, Legajo XL, n°192 et 193.

32 Lettre du 7 mars 1265, éd. Potthast, n°19051 et Jordan, n°1425, qui précise : sub piscatoris sigillo quo romanorum pontifices in suis secretis utuntur. L’utilisation de l’expression « lettre secrète » pour le XIIIe siècle par les historiens n’est pas toujours fondée sur un examen diplomatique serré des missives concernées (G. Abate 1955 ; Bock 1954, p. 187) ; Bock considère par exemple un fascicule inséré dans un registre de Grégoire IX comme ayant appartenu à un registre de lettres secrètes, même si celles-ci présentent des stades d’achèvement différents. Mais les critères qu’il retient – matière politique de ces lettres, passage devant le pape, et parfois absence de date (Bock 1960, p. 43) – n’emportent pas la conviction. Sur les lettres « secrètes » conservées dans le volume de Padoue, voir Sambin 1961, et sur le recueil de Riccardo da Pofi, voir Herde 2013. T. Frenz 1998 (p. 35) retient comme archétype les missives de Clément VII (1378-1394) découvertes par Gasnault 1979, alors que ce type de lettre est couramment utilisé par les papes et par les princes au siècle précédent, et même avant, si l’on considère les writs d’Henri II Plantagenet (1154-1189).

33 Pour reprendre ici la formule de T. Frenz 1998, p. 33, qui rappelle qu’on s’attacha alors à un document de 1423 ; voir également Lasala – Rabikauskas, p. 226 et surtout Fink 1933.

34 La lettre secrète albornozienne se trouva transformée en lettre close par des successeurs qui ne semblent pas avoir partagé son goût pour le « secret » (Jamme à paraître).

35 Lasala – Rabikauskas 2003, p. 226, font d’ailleurs une confusion entre les deux !

36 Bresslau – Voci 1998, p. 217-235 ; Lasala - Rabikauskas 2003, p. 208-209.

37 Si l’on suit Rabikauskas 1994.

38 Bresslau – Voci 1998, p. 241-242, et Battelli 1998. Sur Pofi, voir Thumser 2015A, p. 19 et Thumser 2015B, p. 220-221.

39 Ainsi, Jacopo Stefaneschi dans son ordo du couronnement de Jean XXII (Dykmans1981, p. 171-175, 288-290) ; sur ce texte et l’événement, Jamme à paraître.

40 Bresslau – Voci 1998, p. 243-244.

41 Tangl 1894, p. 60-4, 67-8. Pour une approche prosopographique, Nüske 1972.

42 Herde 1967, p. 115-161, 177, 191. L’étude d’un rouleau de minutes d’Honorius III, copiées avant correction, a récemment livré des éléments concrets sur la préparation des lettres dans la première moitié du XIIIe siècle (Kay 2004).

43 Voir Sambin 1955, Heathcote 1965, et plus généralement la récente synthèse dirigée par B. Grévin et A.-M. Turcan-Verkerk.

44 Paravicini Bagliani 1979.

45 Ce qui n’appartenait qu’au pape (Tangl 1894, p. 66).

46 Vers 219-222 ; poème daté du pontificat d’Urbain IV par Grauert 1912 ; cité Fawtier 1939, p. XVI-XVII.

47 Herde 1970.

48 Regestum Clementis V, n°6264. Leur nombre théorique fut ramené à 90 (Tangl 1894, p. 116).

49 Pour une liste des scripteurs apostoliques, pour Honorius III, voir Sayers 1984, p. 197-203, et pour les pontificats d’Innocent IV à Benoît XI, Nüske 1974-75. Sur le fonctionnement de leur corps, Schwarz 1972.

50 Fawtier 1939, p. LII.

51 Ce qui reste quand même au-dessus du nombre de jours ouvrés en curie (Mollat 1953).

52 On sait que les mentions hors-teneur sur les lettres sont de plus en plus nombreuses entre XIIIe et XVe siècles. T. Frenz en a dénombré trente, toutes procédures confondues (Frenz 1998, p. 86-9, 91).

53 Barbiche 1970, p. 174.

54 Tel l’acte du 12 décembre 1302, sur lequel est fondée l’étude de P. Acht 1955, qui comporte 12 mentions contenant l'ordre donné à 19 scribes de reproduire l'acte en 47 exemplaires. Sur le développement de l’office de correcteur des lettres, voir Schwarz 1974, avec liste de correcteurs d’Innocent III à Martin V, p. 125-145.

55 Voir toutefois Thumser 2015B, p. 212-213, qui distingue pour le dernier tiers du XIIIe siècle des formulaires établis pour la Chancellerie, la Pénitencerie, l’Audience, etc., des collections de lettres qui cultivent une perspective rhétoricienne avérée.

56 Voir Kamp 1975 et Reinke 2002.

57 Qui répondait apparemment à des besoins de chancellerie (Thumser 2015B, p. 221) ; sur ce recueil voir les interprétations problématiques de P. Herde 2013.

58 Barbiche 1970, p. 172-173.

59 Barraclough 1934, Herde 2000.

60 Fawtier 1939, p. LIX-LXX.

61 Fawtier 1939, p. LII, considère que les impétrants, ou plutôt leurs procureurs, après obtention de la requête, pour certaines catégories de lettres émanant de l’Audience, ont pu faire préparer la grosse, qu’ils présentaient ensuite pour vérification et validation. Herde 1967, p. 190, considère que cette hypothèse ne peut être retenue. Les recherches sur les procureurs en curie au XIIIe siècle sont devenues pléthoriques (Herde 1967, p. 125-148, Seltzer 1970, Sayers 1971, Linehan 1992, Bombi 2007) sans que leur rôle exact dans la préparation des documents ait toujours été dévoilé, tel qu’il l’est pour le siècle qui suit (Berthe 2014, p. 100-113).

62 Tous les abréviateurs, contraints de prêter serment au vice-chancelier, reçurent désormais une partie de leurs tâches du « bureau » des suppliques. L’intervention directe des notaires sur les bulles originales paraît de fait rarissime sur les bulles de Boniface VIII.

63 Zutshi 1998, p. 671-673.

64 Tangl 1894, p. 162.

65 Il finira lui aussi par être constitué en collège de 24 membres sous Innocent VIII en 1487.

66 À l’exception de celle de 1316 relative aux taxes perçues par les abréviateurs, scripteurs et responsables des registres (éd. Friedberg 1881, II, col. 1218), ses constitutions datent toutes de novembre 1331 (éd. Tangl 1894, p. 83 et seq.). Ces réformes ne doivent pas être interprétées comme l’indice d’un renforcement des prérogatives de la Chancellerie qui aurait concentré la confection de la correspondance papale, puisque parallèlement le pape réduisait le collège des scripteurs à 70 membres.

67 Voir Opitz 1940 et Jugie à paraître.

68 P. Gasnault 1990, p. 214.

69 Tels le camérier de Clément V, Bertrand de Bordes (Gasnault 1990, p. 213-214).

70 Il est le seul dont la signature (Arn.) apparaisse en tant qu’auteur du Recipe-Vermerk et toujours associée à la catégorie de Camera (Jugie à paraître).

71 Le 10 janvier 1374 Matteo Minucci écrivait à ses concitoyens siennois que Niccolò était le secrétaire « magno intrinseco » du pape et que par lui passait tout ce qui concernait l’Italie (Mollat 1956, p. 342 note 3). Sur le personnage, Morroni 2003.

72 Gueudet 2004.

73 B. Schwarz a relevé 6 cas (Schwarz 1972, p. 60).

74 Qui par définition ne validaient que les lettres mises en forme publique ; à noter l’erreur de Lasala – Rabikauskas 2003, p. 212, qui voudraient que les bullateurs aient aussi scellé les lettres secrètes ! Contestable également la théorie qui voudrait qu’avant 1331 toutes les lettres, à l’exception de quelques « secrètes », aient été expédiées par la Chancellerie et que les expéditions per Cameram n’aient débuté qu’au XIVe siècle (ibid., p. 238) !

75 Ses secrétaires, exactement comme des secrétaires contemporains, écrivaient aussi directement sur son instruction à ses correspondants (Clément VI, n°3226, 4494), même si le pape continuait de prendre une part active à la rédaction de son courrier (Zutshi 2002, et plus largement Anheim 2014).

76 Ut si questio postea super eodem mergat proferatur exemplum et quieti detur negotium, ajoute-t-il (Schulte 1891, p. 104, cité par Bresslau, Delivré, Zanke 2013, p. 1). Voir sur la datation de la Somme d’Étienne de Tournai, Gouron 1986.

77 Voir pour les travaux sur ce registre Lasala – Rabikaukas 2003, p. 218, Pásztor 1999, p. 64 et Cowdrey, 2002.

78 Il fallut attendre Hoffmann 1976, pour que soit démontré que plusieurs mains étaient intervenues dans la confection du volume, qui apparaît toutefois comme le fruit d’un travail contemporain du pontife.

79 On sait que fréquemment sur les originaux conservés figure au dos un « R » suivi d’un nombre censé permettre de retrouver la lettre dans le registre. Mais on a tôt repéré qu’il arrive que ce numéro s’avère faux, qu’il ne renvoie pas dans le registre à la bonne lettre. Si l’on écarte une erreur de scribe, on a donc l’hypothèse émise par Herde 1967, p. 176, que la copie était réalisée à partir de la minute de la lettre.

80 Fawtier 1939, p. CII, démontre que les lettres de Boniface VIII étaient enregistrées en Chancellerie après avoir été bullées.

81 On a trace pour le temps de Nicolas IV d’un scriptor tenens regestum (Boniface VIII, n°2335). Les réglements antérieurs précisaient que le vice-chancelier devait conserver le registre près de lui, notariis exclusis (Tangl 1894, p. 69).

82 Voir Fawtier 1939, p. CI, pour quelques cas de lettres inexplicablement non enregistrées, étant entendu que les lettres de grâce et de justice l’étaient à l’initiative du bénéficiaire ou de l’impétrant.

83 On rappelle qu’outre le registre de Grégoire VII déjà mentionné, on a conservé un fragment d’un registre d’Alexandre III et la copie XIIIe siècle d’une partie de celui d’Anaclet II.

84 On a trace de transcriptions effectuées sous Honorius III. En 1239 des investigations étaient faites dans les registres d’Urbain II à Alexandre III (Grégoire IX, n°5025-5040).

85 Sur les transferts de la curie, voir le classique Paravicini Bagliani 1988. Les registres de Boniface VIII et Benoit XI furent toutefois transmis à Clément V à Lyon pour son couronnement (voir infra).

86 Sur tout ceci Kaltenbrunner 1884, Denifle 1886, Battelli 1964, Lohrmann 1971.

87 Les très nombreux recueils et collections de lettres qui ont été conservés – à base éminemment pontificale (certains contiennent des lettres inconnues par ailleurs), mais comprenant des documents annexes – ont pour beaucoup une origine non élucidée ou sont sujets à des interprétations contradictoires ; voir par exemple Lucca 1951, Schaller 1962, Delle Donne 2007, Thumser 2015 et dernièrement Grévin – Turcan 2015.

88 Comme l’avait saisi Denifle 1886.

89 Pásztor 1999, p. 196, qui se réfère au Reg. Vat. 29, ainsi que Reg. Vat. 40, fol. 3v. Les dossiers de lettres abondent : voir Bock 1954, Mercati 1931.

90 Battelli 1975 : « I transunti di Lione del 1245 » sont un ouvrage contenant 91 lettres copiées sur l’ordre d’Innocent IV avant qu’il ne quitte l’Italie.

91 Guyotjeannin 2003, p. 188, qui se réfère à Barbiche 1975-1982.

92 Sur le sens du mot registre aux XIIe-XIIIe siècles, voir Blumenthal 1998, p. 136 note 6, et Pásztor 1999, p. 64 note 4, 99, mais aussi l’article ancien de Bock 1960.

93 Voir Blumenthal 1998 et surtout plus précis, Delivré 2008.

94 Le lexique utilisé en ce siècle semble avoir préféré pour qualifier ces codex, au terme registre, ceux de volume et de livre : voir Delivré 2008, p. 115.

95 Anecdote rapportée par F. Delivré 2008, p. 113 note 51.

96 Voir Herde 1967, p. 86-124.

97 Pour une synthèse sur les réformes qu’il donna à sa Chancellerie, voir Zutshi 2003.

98 Repérés, comme ceux qui suivent, depuis fort longtemps ; pour un exemple du 2 novembre 1264, voir Urbain IV, n°2869.

99 La plus connue est sans doute celle faite par Frédéric II à Strasbourg le 1er juillet 1215 (ASV, Reg. Vat. 9, fol 35, éditée pour la première fois par Rinaldi, Annales ecclesiastici).

100 Naturellement dans les registres de Grégoire IX, n° 3027, 3029, 3039, 3041, 3043, etc.

101 Ont été tôt repérées des lettres du roi de France, du comte de Toulouse (Grégoire IX, n° 4784-92), une lettre de Charles d’Anjou dans un des registres de Clément IV, pour l’hommage prêté par le roi à Jean XXI (Giusti 1981, p. 13, 15), etc.

102 Datée de Magliano le 9 mars 1273 et classée parmi les lettres curiales (ASV, Reg. Vat. 37, fol. 69 ; Grégoire X n°217).

103 Peitz 1947.

104 Et que l’on retrouve donc au dos des lettres originales comme preuve d’enregistrement.

105 Voir Pásztor 1999, p. 65-99.

106 L’affaire de provision canoniale évoquée par Bock 1954B a le mérite de dénombrer l’ensemble des pièces produites dans une procédure d’attribution de bénéfice, qui ne sont pas conservées dans la deuxième moitié du XIIIe siècle : pas moins d’une dizaine.

107 Tangl 1894, p. 69.

108 Pásztor 1999, p. 69-87.

109 Ainsi l’un des premiers registres de Jean XXII contient-il une lettre du cardinal Arnaud de Pellegrue adressée au roi de France et relative à l’élection et au couronnement du pape (Jean XXII, n°1), exactement comme un registre d’Innocent VI conserve les instructions données à l’un de ses nonces envoyés en Angleterre à l’été 1353 (Innocent VI, n°433).

110 Ou, dit en d’autres termes, « se situent résolument aux confins du livre de mémoire et du registre » (Delivré 2008, p. 126).

111 Comprenant lui aussi des regroupements thématiques comme le montre une note au fol. 125 : ab isto loco usque in fine libri, habetur de negotio Terre Sancte et de eodem habetur regesto tertii anni a capitulo LXVIIII usque ad capitulum LXXVIII (Pásztor 1999, p. 151).

112 Contenant 63 lettres, dont 28 se trouvent dans les autres registres conservés, publié dès 1717 par Martène et Durand (voir Pásztor 1999, p. 229-244). À ce livre aujourd’hui perdu faisait suite le Reg. Vat. 46A, copie d’un registre de petit format commencé sous Nicolas IV et relatif au negotium Sicilie, constituant ainsi une série de dossiers à vocation documentaire qui couvrait une bonne partie du siècle (voir Fawtier 1935).

113 Sur l’apparition de ces trois types de volumes sous Urbain IV, voir le classique Bock 1963, p. 45, qui pointe un « nouvel art du registre », et Pásztor 1999, p. 151-2, 161-199, 229-244.

114 Les deux registres de chancellerie, portant le premier sur les années I et II et le second sur les années III et IV, ont été regroupés pour former aujourd’hui un volume.

115 L’une des copies les plus tardives a été utilisée par Martène et Durand pour leur édition de 1717. Sur cet ouvrage les interrogations sont multiples et la bibliographie abondante, on renvoie aux articles de M. Thumser et à son édition, qui se veut être la version la plus proche du manuscrit originel comptant 556 pièces, 551 lettres de Clément IV et 5 documents annexes, établie à partir des 9 manuscrits les plus anciens (http://userpage.fu-berlin.de/sekrethu/clemens).

116 Bock 1963, p. 50, et Pásztor 1999, p. 148.

117 Ce qui est un peu audacieux il faut le reconnaître. Rien n’indique d’autre part que ce volume ait été constitué uniquement à partir de lettres secrètes. Certaines ont les caractères diplomatiques de lettres patentes.

118 ASV, Reg. Vat. 40. Tabula litterarum secretarum secundi anni pontificatus Nicholai pape III (ibid., fol. 3v). On note de plus la présence au fol. 56 d’instructions secrètes remises au nonce que le pape envoie au roi de Castille et la fréquence relative d’un même conseil donné à ses émissaires : agir secrètement. La troisième année s’achève par un numéro de chapitre (le 72) et le début d’une lettre.

119 C’est ce qu’a considéré Bock 1960, p. 43 et seq., mais les éléments qu’il avance pour témoigner de l’existence d’un registre de lettres secrètes sous Grégoire IX n’emportent pas nécessairement la conviction. E. Pásztor 1999, p 96, pose le problème autrement en relevant que pour Alexandre IV, la quasi absence du contexte politique et de lettres relatives à l’affrontement avec Manfred dans les volumes conservés appelle des formes parallèles de consignation. On doit aussi considérer que le grand ennemi du pape Frédéric II faisait apparemment tenir deux séries de registres l’une pour les actes privés, l’autre pour les mandats de curia (Heupel 1966, p. 4).

120 Voir Waley 1957.

121 Soit les volumes Reg. Vat. 27, 31 et 42 de l’ASV, le manuscrit latin 4047 de la Bnf (fol. 1-62) et un fragment du manuscrit Ottoboni 2546 de la bibliothèque vaticane (les fol. 172-199), un registre inachevé, arrêté en 1299 (Fawtier 1939, p. XCII-XCIII). L’un de ces volumes n’a pas été publié par l’École française de Rome et son contenu ne se trouve donc pas sur la base gérée par Brepols, le Reg. Vat. 42 : voir Rudolph 2007.

122 Pásztor 1999, p. 154.

123 Pour une description précise Pásztor 1999, p. 155-199.

124 Pour une description précise Pásztor 1999, p. 199-214. En marge, figure parfois le nom du porteur d’un groupe de lettres, fréquemment le facteur de la compagnie des Bernardini de Lucques.

125 Pour une présentation rapide voir Rudolph 2007, p. XVIII-XX.

126 L’intérêt supérieur de tel ou tel pape pour les Terres de l’Église, que relèvent parfois les historiens, ne s’explique souvent que par l’état actuel de conservation de cette série de registres !

127 De même que l’on attribue à la nomination dans le royaume de Naples de Geoffroy de Beaumont comme chancelier, un changement profond des modes d’organisation de la correspondance royale (Kiesewetter 1998, p. 366 et seq.).

128 Ce qui nécessite aussi un changement du questionnement historique comme l’a relevé Hageneder 1972.

129 Une dimension souvent niée par les historiens du XIVsiècle qui se fondent évidemment sur l’état des sources. On sait que ce modèle eut un impact immédiat sur les réformes entreprises dans le royaume de Naples à partir de 1269, où apparaissent aussi des registres caméraux et probablement, si l’on suit l’ordonnance de 1272, des registres de lettres secrètes (Kiesewetter 1998, p. 365-67).

130 Soit 9 registres pour Boniface VIII et 1 pour Benoît XI, qui apparaissent également dans les inventaires de 1314 et de 1366 (Ehrle 1890, p. 11, 260). Ce sont aujourd’hui 4 volumes (qui regroupent les 9 livres de Boniface) et 1 volume pour Benoît (Giusti 1981, p. 19-20). À noter la remarque de Fawtier qui voyait à travers l’arrêt du registre caméral en 1299 et l’enregistrement de certaines lettres concernant la Chambre dans les communes (Fawtier 1939, p. XCII-XCIII) une volonté du pape de réunifier la production des registres, c’est-à-dire de concentrer l’enregistrement sur la Chancellerie, ce qui peut évidemment servir à expliquer ce qui suit.

131 De fait, on ne dispose aujourd’hui que des ouvrages de Chancellerie, plus quelques fragments de registres papier qui servaient à la confection de ces derniers (Battelli 1975, p. 328-331), avec la possibilité d’une production non en deux, mais en trois étapes (Zutshi 2015, p. 238-9). Rien ne nous dit qu’un ou des volumes de lettres dites secrètes ait été confectionné, puisque Clément V comme ses prédécesseurs usa évidemment de ce vecteur (Clément V, n°6272). On peut toutefois imaginer, à la lueur des pratiques de son dernier camérier, Arnaud d’Aux (voir infra), que les lettres transitant par la Chambre ait été conservées en copie, mais pas dans la perspective de produire un jour un ou des volumes sur parchemin.

132 Voir Fayen 1908, p. 3 et Giusti 1981, p. 23-31. Ce sont aujourd’hui pour le papier les Reg. Aven. 2-47 et pour le parchemin les Reg. Vat. 63-108.

133 Soit les éléments aujourd’hui cotés à l’ASV : Reg. Aven. 55, fol. 367-480 ; Armadio XXXI, n°41 ; Collectoriae 373. Sur les deux premiers voir Göller 1904, p. 15-17.

134 ASV, Reg. Vat. 109 à 117 ; sur le manuscrit de Cambrai voir Vallière – Jamme, à paraître.

135 ASV, Int. et Exit. 177, fol. 79 et Int. et Exit. 190, fol. 82v ; voir Benoît XII, Introduction, p. XXXI-XXXIII.

136 Également remarqués par Göller 1904, p. 9, et Bock 1937-38, p. 199, parmi de nombreux ouvrages contenant des lettres apostoliques : l’art. 44 évoque deux cahiers de parchemin contenant des registres de certaines lettres apostoliques, l’art. 45 neuf cahiers de parchemin contenant la copie de diverses lettres apostoliques, etc. voir Ehrle 1890, p. 436.

137 Mentionnons outre les travaux entrepris sur le manuscrit de Cambrai et les registres de lettres secrètes, le programme LOJ22 portant sur les lettres originales de ce pape.

138 Voir Zutshi 2015, p. 245-246.

139 Giusti 1981, p. 23-31.

140 Résultats établis à partir de l’inventaire supra.

141 Il propose après son titre – Una de tribus partibus regestri notarum extraordinariarum Camere anni X domini nostri – en guise d’introduction la liste de ses Rubrice notarum hujus voluminis tam patentium quam clausarum et comprend ensuite les Note extraordinarie, les Note patentes super graciis beneficialibus, reservationibus, indultis et diversis aliis et partium diversarum, les Note patentes in diversis partibus et regnis super reservatione fructuum beneficiorum, les Note provisionum, les Note patentes de securo conductu, les Note clause sine datis et les Note quitationum (ASV, Reg. Aven. 55, fol. 367-480).

142 Les rubriques, rédigées sur le modèle de la première intitulée Note patentes Urbis annis XVI, se réfèrent ensuite successivement à la légation de Toscane, la légation de Lombardie, la Romagne, le Patrimoine, le Duché de Spolète, la Marche d’Ancône, la Campagne et Maritime ; suivent ensuite la série des quittances et des dérogations qui intéressent autant des princes laïcs, des ecclésiastiques que des compagnies bancaires, les sauf-conduits et enfin les « parties d’outremer ». La couvrure, une bulle non expédiée de Jean XXII datée du 1er juillet de l'an XVII, ne laisse guère de doute sur la date d’achèvement du registre (ASV, Armadio XXXI, n°41).

143 Composé à l’origine pour consigner les quittances accordées par le pape à diverses sociétés bancaires, Bardi (ASV, Collectoriae 373, fol. 1), Peruzzi (fol. 22), et à divers individus et institutions (q. de diversis, fol. 88 et seq.), mais aussi les quittances délivrées par le camérier pour les communs services (fol. 112 et seq.) et les fruits des bénéfices vacants (fol. 158 et seq.), l’ouvrage fut rapidement dépassé par le nombre de textes à consigner et chaque section finit par accueillir des quittances de diverses natures. Les espaces demeurés libres furent utilisés pour enregistrer les quittances des années XV à XVIII, formant ainsi, en définitive, un volume couvrant l’ensemble du pontificat. Les quittances pontificales s’étendent sur les fol. 1-111, 148-157, 169-190.

144 Voir Bock 1937-38, p. 233-234.

145 Benoît XII, Introduction p. XXXI-XXXIII.

146 Schäfer 1914, p. 152 ; Schäfer 1937, p. 202.

147 De Benoît XII à Urbain V, voir Gasnault 1990, p. 220.

148 Proposition faite à partir des sources du XVe siècle, voir Göller 1904, p. 31-32, reprise par Gasnault 1990, p. 221 et par Frenz 1998, p. 55. Elle n’est pas retenue par Bock 1963 qui précise d’emblée que le contenu de ces registres n’a rien de secret.

149 Elles se trouvent explicitées sur le volume papier, voir Bock 1937-38, p. 218-222. Les quelques absences relevées par Bock dans le registre papier de lettres de l’an XVI qui figurent dans le registre parchemin s’expliquent aisément dès lors qu’on se livre à une analyse codicologique du registre papier qui s’avère lacunaire : les réclames en fin et début de cahier ne correspondent pas toujours. 

150 ASV, Int. et Exit. 177, fol. 79 et Int. et Exit. 190, fol. 82v. Tout indique que les copistes ont travaillé, pour les quatre premières années de Jean XXII, sur un matériau qui n’était ni rigoureusement classé, ni même parfaitement copié : le premier registre parchemin conservé (Reg. Vat. 109) contient en effet de nombreuses lettres non datées et repose sur une sélection opérée dans l’ensemble disponible, ce qui fait penser aux méthodes mises en œuvre au siècle précédent pour établir le registre caméral. Ce premier registre portant sur les années I à IV parut sans doute imparfait. Dans un deuxième temps, on a en effet repris le matériau disponible pour établir un registre, sinon exhaustif du moins complet, fondé sur une structure mise en relief pour l’année VI par Zanke 2013, p. 83-84, structure qui reproduit sans doute le classement opéré par la Chambre, comme le suggèrent les fragments conservés pour les années X et XVI. À noter qu’au cours de cette VIe année, l’enregistrement des lettres curiales diminue fortement dans les registres produits par la Chancellerie : en l’an V, il concerne encore 73 feuillets ; à partir de l’année suivante ce sont 27, puis 17, 13, 7, etc. (Giusti 1981, p. 24-26). Tout ceci rend caduque l’affirmation de Bock 1963, p. 13, qui datait les registres papier du pontificat de Benoît XII, à l’inverse d’Erdmann 1937-8, p. 234-7, qui les considérait comme des productions du temps de Jean XXII. Sur tout ceci, voir Vallière – Jamme à paraître.

151 Schäfer 1914, p. 53.

152 45 à 47 lignes pour le premier registre de Jean XXII (Reg. Vat. 109), 46 lignes invariablement pour tous les autres, alors que les pages des registres de Benoît XII ne contiennent que de 34 à 37 lignes, d’après les relevés de L. Vallière.

153 Quelques traces apparaissent toutefois dans le Reg. Vat. 113, et dans le Reg. Vat. 114, où le copiste rapporte un Note Francie, un Note Vasconie, mais ces scories ne permettent nullement de percevoir les rubriques créées sur le registre originel. Je remercie L. Vallière pour cette précision.

154 Cette fonction apparaît dans le serment prêté par les secrétaires de Martin V (Tangl 1894, p. 47-48).

155 Sur la restitution de ces 34 livres dans la version parchemin on renvoie aux calculs de Bock 1937-38, p. 199-200, commentés dans Vallière – Jamme à paraître.

156 Soit dans les volumes cotés ASV, Reg. Vat. 110-117 et Cambrai ms 538. Cette dimension est occultée par l’état actuel des éditions disponibles.

157 On renvoie pour faire court à Jamme 2014B.

158 Voir Bock 1934.

159 Le nombre des actes enregistrés pour Charles Ier aurait atteint les 100 000 et pour Charles II et Robert d’Anjou 250 000 (Kiesewetter 1998, p. 363).

160 Soit 338 volumes pour le règne de Jacques II (1291-1327), qui conservent environ 300 000 actes. Sur cette documentation, Finke 1908, p. XCV, et Péquignot 2009.

161 Ce n’est pas ce à quoi on conclue si l’on se réfère à l’inventaire des lettres conservées aux Archives nationales (Barbiche 1975-82) ; voir les bonnes remarques de Zutshi 2015, p. 249.

162 Bock déduit d’observations faites sur les registres d’envoi de ces lettres (ASV, Collectoriae 350 et 351), sur des pièces de procédures relatives à la Marche d’Ancône et sur le registre de lettres proprement dit, que seules les lettres les plus importantes, dans un même dossier d’expédition, étaient enregistrées (Bock 1963, p. 41).

163 Mais on sait que son successeur affirma à plusieurs reprises que toutes ses lettres patentes et closes transitant par la Chambre étaient enregistrées (Zutshi 2015, p. 255-6).

164 Soit pour les volumes cotés Reg. Vat. 137 à 146, à partir du volume 141 : littere precum, littere responsionum, littere curie tam super debitis quam super aliis, littere gratiam, etc. Le registre comprend à la fin 12 lettres sans date. Mais de l’an VI à l’an XI la rubrication n’est pas uniforme.

165 Soit pour les premiers, les actuels Reg. Vat. 219-234, pour les seconds, les Reg. Vat. 235-241, et pour les derniers, les Reg. Vat. 242-243 (Giusti 1981, p. 57-63).

166 L’édition des lettres d’Innocent VI est en cours. Pour les quatre premières années, figurent exclusivement dans le registre caméral, pour l’année I, les lettres n° 9, 22, 23, 82, 116, 167, 201, 333, 338, 345, 346, 462, 496, 504, 505, 548, 599, 616, 691 ; pour l’année II, les lettres n° 709, 720, 745, 793, 794, 861, 916, 931, 979, 1256 ; pour l’année III, les lettres 1426, 1427, 1438, 1443, 1515, 1516, 1614, 1653, 1660, 1710, 1769, 1793, 1816, 1826, 1837, 1840, 1848, 1869, 1870 ; pour l’année IV, les lettres n° 1889-1894, 1908, 1909, 1917, 1969, 2177, 2211, 2266, 2286.

167 Les registres de minutes d’Innocent VI sur lesquels travaille tout particulièrement P. Jugie et que l’on attribue généralement aux secrétaires pontificaux (ASV, Reg. Vat. 244A à 244N) plaident en effet en faveur de la première proposition.

168 Voir ASV, Reg. Vat. 274-281, ainsi que pour ces deux pontificats Bock 1963, p. 43-45.

169 Pour les registres de Chancellerie d’Innocent VI, voir Bock 1941, p. 13-34 et Lenzenweger 1992, p. 29-87.

170 Comme le précisent chacun de ces registres « de lettres apostoliques tant patentes que closes qui transitèrent par la Chambre », soit les Reg. Vat. 245 à 250.

171 L’absence d’une direction individuelle fait du registre le réceptacle des dossiers constitués par chacun des secrétaires du pape.

172 Soit pour les curiales, les Reg. Vat. 264-267, élaborés pour les années II à V par quatre secrétaires, et pour les secrètes, les Reg. Vat. 268-271, élaborés pour les années II à V par cinq, puis quatre secrétaires. Les volumes des années VI à VIII ont disparu. Les registres caméraux, appelés désormais « registres des bulles de la Chambre », demeurent eux sur papier et couvrent les années I à VIII (Reg. Vat. 274-281) ; leur contenu se retrouve pour moitié dans le registre des curiales.

173 ASV, Reg. Vat. 35, fol. LVII. Pour Bock 1963, p. 51 : c’est Jean XXII qui l’a écrit. Pour Pásztor 1999, p. 128, c’est plus tardif, ce qui est mon point de vue. Cette mention semble dater de Benoît XII, à tout le moins elle est postérieure à la ligue de 1333 qui regroupe guelfes et gibelins contre le pape allié au roi de Bohême.

174 On note qu’une des copies de ce volume (ASV, Reg. Vat. 33) est écrite sur deux colonnes de 47 lignes environ, que les lettres sont numérotées par une main contemporaine, bref une trame de présentation des lettres que l’on retrouve sur le premier registre parchemin des lettres dites secrètes de Jean XXII (ASV, Reg. Vat. 109).

175 Meyer 2005, 2014.

176 Sur le modèle Herde – Jakobs 1999.

177 On sait que R. von Heckel 1907-8, p. 487, considérait que la production des deux séries de registres, papier et parchemin sous Jean XXII était la marque d’une influence sicilienne, puisque Jacques Duese avait été chancelier du roi de Naples. Las, il n’a pas su que Clément V aussi avait utilisé le papier !

178 Voir son « modeste chapelet de chefs d’œuvre » ( !), intitulé Cythère !... Dix minutes d’arrêt, Paris, 1904.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armand Jamme, « Écrire pour le pape du XIe au XIVe siècle. Formes et problèmes », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/3121 ; DOI : 10.4000/mefrm.3121

Haut de page

Auteur

Armand Jamme

CNRS - armand.jamme@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org