Navigation – Plan du site
L’essor de la rhétorique humaniste : réseaux, modèles et vecteurs / La nascita della retorica umanistica : reti, modelli e vettori / The Rise of Humanist Rhetoric : Networks, Models and Vectors

Les discours de Gasparino Barzizza et la diffusion du style cicéronien dans la première moitié du XVe siècle. Premiers aperçus

Clémence Revest

Résumés

Cet article présente les premiers résultats d’une enquête sur la diffusion et l’influence de l’œuvre oratoire de Gasparino Barzizza (1360-1431), considéré comme un père fondateur du cicéronianisme. En s’appuyant sur l’étude de plusieurs miscellanées rhétoriques typiques de la production humaniste dans la première moitié du XVe siècle, l’analyse se concentre sur deux aspects liés : d’une part, la circulation rapide et massive des discours du maître, au moment où se constitue un catalogue de modèles communs ; d’autre part, l’imitation à laquelle ces orationes donnèrent immédiatement lieu – une imitation manifeste dans le cas des préambules, qui font l’objet de réemplois variés dès les années 1420. Le processus de standardisation stylistique ainsi mis au jour, qui atteste le succès immédiat de la pratique oratoire « à la manière de Cicéron » de Barzizza, fait notamment ressortir le rôle tenu par les réseaux académiques et aristocratiques d’Italie septentrionale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sabbadini 1885, p. 13. J’adresse mes sincères remerciements à l’École française de Rome pour m’avo (...)
  • 2 Guarino Veronese, Epistolario, éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n°214, p. 345 : Quem enim potius q (...)
  • 3 Bartolomeo Facio, De viris illustribus, éd. Mehus 2004 : Gasparinus Bergomensis unus ex iis vel in (...)

1Il y a cent trente ans, dans le premier chapitre d’un opuscule fondateur, le philologue Remigio Sabbadini partait du constat que le bergamasque Gasparino Barzizza (1360-1431) avait été, plus encore que Leonardo Bruni, « le véritable apôtre du cicéronianisme »1. Cette formule devenue fameuse faisait écho aux éloges des contemporains de l’humaniste, qui furent nombreux à célébrer le rôle pionnier de Barzizza dans la redécouverte du style rhétorique de Cicéron. Guarino Veronese affirma notamment en 1422 que, sous l’impulsion de celui qu’il désignait comme le « prince et chef » des studia humanitatis, « Cicéron est aimé, est lu et se répand avec la plus grande gloire dans les universités d’Italie »2 ; et quelques décennies plus tard, au milieu du Quattrocento, Bartolomeo Facio en faisait « l’un des premiers qui ranimèrent l’éloquence longtemps endormie », évoquant ses cours à Padoue puis à Milan, tandis que Biondo Flavio rappelait que « comme les esprits de nos étudiants italiens s’exerçaient sur les Institutions de Quintilien et les Lettres à Atticus, Gasparino de Bergame, le très célèbre grammairien et rhéteur, en forma plusieurs à Venise avec un enseignement d’une qualité exceptionnelle et en incita beaucoup à l’imiter dans ces études »3. Ainsi le puissant storytelling du mouvement humaniste avait-il très tôt assigné à Barzizza une place de précurseur et souligné trois aspects liés de sa biographie intellectuelle : sa profession de pédagogue, sa passion pour l’œuvre de Cicéron et sa popularité immédiate auprès d’un public estudiantin en Vénétie et en Lombardie.

  • 4 Voir en premier l’inventaire établi par Daniela Mazzuconi (Mazzuconi 1977). L’édition principale d (...)
  • 5 Mis à part les discours sur lesquels nous revenons plus loin, on peut consulter les éditions suiva (...)
  • 6 Sabbadini 1886b ; Gualdo Rosa 1997.
  • 7 Pour un profil biographique voir Magni 1937, Martelloti 1965 et Mercer 1979, à compléter par Girge (...)
  • 8 Gering-Crantz-Friburger 1470. Sur l’édition de l’Orthographia préfacée par Fichet voir Barbero 199 (...)
  • 9 Jullien 1983, en particulier p. 49 (ouvrage n°19 : Epistole Karoli Ferdinandi cum Epistolis Gaspar (...)

2Son œuvre abondante témoigne également avec force d’une volonté de promouvoir l’imitation du latin classique (cicéronien en particulier) et des multiples formes, théoriques comme pratiques, qu’elle a revêtu : de l’humaniste, on a conservé près de 300 lettres familières4, plusieurs traités grammaticaux et stylistiques (De compositione, De imitatione, De tribus partibus elocutionis epilogus ac summa preceptorum, Exornationes colorum et sententiarum, Orthographia, Tractatus de punctis), des outils lexicaux (Epilogus de magistratibus romanis, Vocabularium breve), des recueils de lettres fictives (Epistolae ad exercitationem accomodatae) et d’exordes (Exempla exordiorum), une courte biographie de Cicéron, des commentaires des lettres de Sénèque ainsi qu’une multitude de discours destinés à diverses occasions publiques (funérailles, cérémonies académiques, célébrations politiques etc.)5. On sait aussi qu’en parallèle de cette production, il fit l’acquisition des textes et des commentaires de l’Arpinate les plus récemment mis en circulation et qu’il s’appliqua à corriger, voire à compléter, certaines œuvres comme le dialogue De oratore6. Cette vaste activité avait une visée didactique directe, puisque Gasparino Barzizza enseigna effectivement la grammaire et la rhétorique (il tint notamment des lectiones sur les discours de Cicéron) dans diverses universités et écoles d’Italie du Nord des années 1390 à sa mort – à Pavie de 1403 à 1407, à Padoue et Venise de 1407 à 1421, puis de nouveau à Pavie et Milan de 1422 à 1430, avec un court passage par Bologne en 1426-1428 (non sans entretenir des liens avec le milieu curial romain)7. Il eut d’ailleurs pour élèves nombre de lettrés célèbres – Francesco Barbaro, Francesco Filelfo, Giovanni Caldiera, Giorgio da Trebisonda, Antonio Beccadelli pour ne citer qu’eux. Surtout, ses écrits s’imposèrent sur la longue durée dans le catalogue stylistique de référence de l’Europe humaniste, en tant que principes et modèles de composition. Ses lettres en particulier connurent un succès certain : les Epistolae ad exercitationem accomodatae furent, c’est un fait connu, le premier livre imprimé à Paris en 1470 (juste avant une édition de l’Orthographia préfacée par Guillaume Fichet)8, et l’on pourrait ajouter à titre d’exemple que des Epistolae Gasparini sont signalées au sein du seul manuel épistolaire recensé dans l’inventaire de la bibliothèque de l’université de médecine de Montpellier en 1506 (Barzizza y est aussi le seul humaniste italien du début du XVe siècle signalé parmi les auteurs)9.

  • 10 Tel est le constat de nouveau dressé par Lucia Gualdo Rosa dans Gualdo Rosa 1997, p. 9.
  • 11 Il s’agit des travaux déjà cités, Mazzuconi 1977 et Mercer 1979. On doit encore mentionner les élém (...)
  • 12 Gualdo Rosa 1997 et 1999 et Gualdo Rosa-Ingegno-Nunziata 1996. Les recherches de Maria Pia Tremola (...)
  • 13 Le seul recensement des discours composés par l’humaniste remonte à 1886 (Sabbadini 1886a, p. 825- (...)

3Il ne fait aucun doute que l’analyse de la diffusion, de la réception et de l’influence de l’œuvre de Gasparino Barzizza constitue un enjeu central pour l’étude de la rhétorique humaniste au XVe siècle, du moins pour la compréhension de ses voies d’expansion en tant que pratique stylistique10. Mais, dans ce domaine, la tâche demeure immense car malgré les affirmations de Sabbadini, et sans pour autant que son rôle pionnier lui soit dénié, le Bergamasque n’a jamais été une grande vedette de l’historiographie – eclipsé par d’autres grandes figures, florentines notamment, et mal aimé, très probablement du fait de l’absence d’une dimension philosophique ou éthique dans son approche des studia humanitatis. Parmi une bibliographie très dispersée, on doit en particulier savoir gré à Daniela Mazzuconi et à R. G. G. Mercer d’avoir posé, à la fin des années soixante-dix, d’importants jalons pour la connaissance de sa production épistolaire et de son enseignement11. Dans les années quatre-vingt-dix, les recherches codicologiques menées sous l’impulsion de Lucia Gualdo Rosa ont aussi jeté de précieux éclairages sur sa bibliothèque et sur la diffusion de ses écrits12. Le chantier reste toutefois à ciel ouvert : il est à cet égard symptomatique que seule une portion minoritaire de l’œuvre de Barzizza a fait l’objet jusqu’à présent d’une édition critique et que nombre de problèmes d’attribution restent à régler. Ce constat est particulièrement vrai en ce qui concerne les orationes de l’humaniste, conservées par dizaines, qui demeurent mal inventoriées, en grande partie inédites et rarement commentées13.

  • 14 Voir à titre de comparaison les conclusions de Giliola Barbero à propos de la diffusion de l’Ortho (...)

4Nous voudrions attirer ici l’attention sur ce corpus en tant qu’il fut un modèle matriciel pour le développement du style oratoire cicéronien au XVe siècle. L’ampleur de la tâche invite à la modestie et il s’agira avant tout d’apporter, dans le cadre d’une enquête en cours sur cet ensemble documentaire, des éléments d’appréciation quant aux premiers réseaux et vecteurs de diffusion de la pratique rhétorique « barzizzienne » du vivant du maître et dans les deux décennies qui suivirent sa mort. Nous soulignerons en ce sens deux phénomènes notables : d’une part, la circulation rapide, massive et touffue des discours de Gasparino Barzizza au sein de miscellanées humanistes de la période, qui pour beaucoup s’apparentent à des formulaires rhétoriques personnels ; d’autre part, l’imitation stylistique à laquelle ils donnèrent immédiatement lieu, particulièrement visible dans le cas des préambules et significative d’une stéréotypisation rhétorique globale. Ces deux phénomènes renvoient principalement aux réseaux universitaires et au milieu des élites sociopolitiques d’Italie du Nord dans la première moitié du Quattrocento, sans toutefois s’y limiter14.

Gasparino Barzizza, un rhéteur « best-seller » des miscellanées rhétoriques

  • 15 Kristeller 1997, p. 61.
  • 16 Cf. infra n.13. Nous nous permettons de renvoyer également aux éléments présentés dans Revest 2013 (...)
  • 17 Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; Revest 2013b, n°80.

5Quiconque entreprend de suivre la trace des écrits de Gasparino Barzizza se trouve immédiatement confronté à l’ampleur de leur fortune manuscrite, ne serait-ce qu’en constatant que l’index général de l’Iter italicum indique 456 entrées à son nom15. Ses discours n’y font pas exception et l’enquête s’avère d’autant plus labyrinthique que ces derniers n’ont manifestement jamais été rassemblés en une collection canonique à la manière des correspondances, bien que conservés en un nombre important (sans pouvoir en l’état de nos recherches établir un décompte précis et définitif, nous avancerons prudemment le chiffre d’environ soixante orationes). Il s’agit, nous l’avons évoqué plus haut, d’un ensemble essentiellement composé d’oraisons funèbres, d’éloges académiques et de panégyriques politiques, destinés à être prononcés par Gasparino mais aussi par d’autres individus (il fut logographe en quelque sorte) lors de cérémonies tenues à Padoue, Pavie ou Milan au cours des années 1400-143016. Si certains d’entre eux ont connu un succès particulier (48 exemplaires manuscrits pour l’oraison funèbre en hommage à Jacopo da Forlì par exemple17), leur diffusion est extrêmement variable et laisse place à des œuvres rares voire uniques.

  • 18 La contribution désormais essentielle de Sebastiano Gentile et Silvia Rizzo (Gentile-Rizzo 2004) a (...)
  • 19 Voir les analyses particulièrements stimulantes de Silvia Fiaschi dans Fiaschi 2012a, p. 214-215.

6Il apparaît en revanche clairement, lorsque l’on s’aventure au sein de cette broussaille codicologique, que les discours de Barzizza ont été copiés au sein de mélanges manuscrits typiques de l’essor du mouvement humaniste dans la première moitié du XVe siècle, la plupart du temps par petits groupes de cinq à dix orationes. On navigue ainsi continuellement à travers la grande nuée des « miscellanées », dont la critique récente a à la fois souligné l’importance pour l’histoire des pratiques savantes et rediscuté la complexe labilité formelle (comme le font aussi plusieurs contributions du présent dossier)18. Nous désignons ici en substance des recueils à usage personnel et dotés d’une logique interne, contenant essentiellement des textes antiques ou pseudo-antiques et des textes humanistes contemporains (souvent composés dans la trentaine d’années qui précède pour ceux qui font l’objet de notre propos) et qui résultent d’un travail de collecte, de sélection et de réemplois des œuvres possiblement réalisé en plusieurs temps et sous l’impulsion de copistes et possesseurs successifs19. Ajoutons que dans le cas qui nous occupe, il ne fait guère de doute qu’une majeure partie des mélanges concernés servaient principalement d’« exempliers stylistiques », rassemblant des lettres et discours de divers genres pour servir d’appui à la composition.

7Les variations infinies qui caractérisent les miscellanées et leur inévitable singularité se retrouvent bien au cours du recensement des discours du Bergamasque. Mais il est patent dans le même temps que, pris dans une vue d’ensemble, ces recueils forment comme une galaxie textuelle aux multiples interrelations, décrivant des courants de diffusion à travers lesquels le répertoire commun de l’humanisme a été constitué et au sein desquels un ordre savant autant que mémoriel s’est progressivement figé. Et c’est bien ce paradoxe entre irréductible particularisme et appartenance à une dynamique textuelle générale qui, au fond, explique la profonde difficulté à définir le mélange humaniste.

  • 20 Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 256 ; Zorzanello 1980-1985, vol. II, p. 7-12 ; Griggio 1991, p.  (...)
  • 21 Dont un groupe de 31 lettres de Leonardo Bruni (f. 25r-43r) conservées dans une rédaction primitiv (...)
  • 22 Aux f. 5r-9r et 14r-15v.
  • 23 Aux f. 9r-10v : Baptiste Nevis oratio in laudem medicine, Inc. Omnes qui ante me simili officio. P (...)
  • 24 Aux f. 44r-84v. Nous renvoyons au recensement présenté dans Revest 2013b (deux discours restent an (...)

8À l’origine de la tradition touffue des discours de Barzizza, on entrevoit notamment une circulation très dense dans la Vénétie des années 1410-1440, activée à la fois par des étudiants de l’université de Padoue et par des humanistes liés à l’élite politique (les deux canaux étant évidemment souvent connexes) ou, pour le dire plus simplement, par des élèves, collègues et amis de Barzizza. Le manuscrit de Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XI 102 (3940) est caractéristique de cette diffusion à court terme20. Il s’agit d’un ensemble homogène de 95 folios, copié dans une même cursive semigothique, qui contient 77 textes : cinq sont des œuvres pseudo-antiques très diffusées (comme le discours de Démosthène ad Alexandrum ou l’échange d’invectives entre Salluste et Cicéron) et le reste consiste en des lettres et discours d’humanistes remontant au premier quart du XVe siècle. Hormis les quelques écrits de deux auteurs toscans déjà « stars », Poggio Bracciolini et Leonardo Bruni21, tous émanent de lettrés originaires de Vénétie et/ou liés au studium de Padoue, dont Guarino Veronese, Pietro Donato, Pier Paolo Vergerio et Gasparino Barzizza – ce dernier étant présent à travers huit discours et quatre lettres22. On y relève surtout plusieurs oraisons académiques composées par des étudiants : un éloge de la médecine par le Vicentin Battista del Nevo (dont on sait qu’il obtient le doctorat en 1417)23, puis un groupe compact de vingt discours (où sont également insérées quatre lettres), du Milanais Giona Resta (un protégé de Barzizza qui obtient le doctorat en arts en 1418) et des Vénitiens Giovanni Caldiera, Agostino Michiel, Albano et Michele Morosini et Giovanni Alberto, tous datés entre 1423 et 142624. Ces œuvres rares voire uniques distinguent manifestement l’origine du mélange au sein du milieu estudiantin padouan, proche du patriciat vénitien, au milieu des années 1420 (c’est-à-dire juste après le départ du maître).

  • 25 Bertalot 1975b.
  • 26 Ibid., p. 211-213.
  • 27 Nous renvoyons principalement à Sottili 1968 et 1971, Girgensohn 2001, Forner 2007, Rosso 2011 et (...)

9On ne peut manquer de se référer également au manuscrit d’Udine (Biblioteca Arcivescovile, 70) décrit naguère par Ludwig Bertalot comme un « formulaire rhétorique padouan ». La première partie (fol. 1-58), qui contient douze discours de Gasparino Barzizza, a visiblement été constituée au sein du studium dans les années 1430, possiblement dans l’entourage de son neveu Cristoforo Barzizza25. Surtout, comme Bertalot l’a lui-même souligné, ce recueil comprend de nombreux textes en commun avec d’autres compilations oratoires padouanes qui renvoient pour certaines à un axe de diffusion germanique26. De riches travaux, à commencer par les recherches d’Agostino Sottili, ont contribué à mettre en valeur ce canal fécond lié aux étudiants allemands, sur lequel nous ne nous attardons pas ici – nous l’avons nous-même évoqué par ailleurs à propos du manuscrit Ottobonianus Lat. 3021 de la bibliothèque vaticane, copié par un certain Venceslas en 1435 et dans lequel treize discours de Gasparino Barzizza sont transcrits27.

  • 28 Nous renvoyons d’une manière générale à King 1989.
  • 29 L’ouvrage de référence demeure Sabbadini 1896.
  • 30 Pour un inventaire détaillé et la bibliographie afférente, Revest 2013a, p. 225-226 et 245-248.
  • 31 Mazzatinti 1892, p. 125-127 ; Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 496 ; Griggio 1991, p. 175 ; Guald (...)

10Le manuscrit de la Marciana présenté plus haut ouvre en outre une perspective connexe, nous l’avons dit, sur un ensemble de circulations textuelles liées aux réseaux de l’humanisme en Vénétie dans les premières décennies du Quattrocento – des réseaux ancrés dans le milieu patricien28 (celui des magistrats en Terre Ferme notamment) et alimentés par les écoles, dont celle de Guarino Veronese à Venise puis Vérone entre 1414 et 142929. Le recueil a ainsi été plusieurs fois associé à un autre manuscrit de la Marciana (Lat. XI 101 (3939))30, lui-même étroitement apparenté à un mélange conservé à Belluno (Biblioteca Lolliana Gregoriana, 49)31. Tous contiennent des lettres et discours principalement composés par des humanistes à Venise, Padoue, Vérone, Belluno et Vicence dans les années 1400-1425 (de même que quelques textes florentins à succès de la même période), dont plusieurs discours de Gasparino Barzizza.

  • 32 Voir la description et la bibliographie en ligne sur le site du Catalogue collectif de France http (...)
  • 33 Ainsi au f. 317v : Completum hoc opus per me iohannem Justum die XI aprilis 1448 hora diei VI ; f. (...)
  • 34 Eubel 1914, p. 138. Il est cité parmi les traducteurs du grec ayant dédicacé une œuvre au pape Nic (...)
  • 35 D’après Kristeller, vol. II, 1963-1992, p. 262 : Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XIII 62 (4418), (...)
  • 36 Sur Lauro Quirini et notamment son De Republica, cf. Segarizzi 1904 ; Krautter 1977 ; King 1989, v (...)
  • 37 Sur Caroto Vidali, originaire de Piran : Segarizzi 1903 ; Ziliotto 1913, p. 105.

11Ce terreau vénéto-padouan est toujours fertile au milieu du XVe siècle, comme en témoigne un mélange contenu dans un manuscrit de Troyes (Médiathèque de Troyes, 1431, fol. 253r-462v)32. Il rassemble plusieurs petits groupes de textes séparés par des feuillets blancs, communs aux manuscrits précédemment cités ou présentant les mêmes caractéristiques : des lettres et discours composés entre 1405 et 1435 par Guarino Veronese, Gasparino Barzizza, Francesco Barbaro, Pier Paolo Vergerio, Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Pietro Donato et le moins connu Battista del Nevo, déjà mentionné. Divers colophons indiquent clairement que ces groupes ont tous été copiés par un certain Johannes Justus, entre 1448 et 144933, c’est-à-dire par Giovanni Giusti, originaire de Crète, qui fut élu évêque de Coron en Grèce en 145734. On sait fort peu de choses à son propos, hormis ses liens avec le patriciat vénitien et avec le milieu savant « helléno-vénète » (Niccolò Sagundino lui a notamment adressé une lettre)35, des liens qui sont ici confirmés par des œuvres très récentes insérées au sein du même mélange, dont le traité De Republica de Lauro Quirini (un patricien qui, après des études à Padoue entre 1440 et 1448, s’est établi en Crète pour y représenter le cardinal Bessarion)36. Et parmi les textes rassemblés par Giovanni Giusti au fil de ses lectures et au gré de ses intérêts, on repère en particulier un groupe (fol. 420r-447v) qui semble cohérent tant dans la forme (les textes sont copiés les uns à la suite des autres sans interruption et l’ensemble est précédé et suivi de feuillets blancs) que dans le contenu : une lettre datée de Belluno en 1447 de Caroto Vidali (un ancien lecteur de l’université de Padoue originaire d’Istrie) à Bernardo Giustiniani37, une oraison nuptiale du même Vidali, une oraison funèbre de Leonardo Bruni pour Ottone Cavalcanti (1405), sept discours de Gasparino Barzizza, un discours de Pietro Donato au pape Jean XXIII (1413) et un éloge du podestat de Vérone par Guarino Veronese (1409). On discerne, à travers cet exemple, de quelle manière un petit recueil oratoire du début du siècle, dont Gasparino Barzizza était un contributeur majeur, a continué de circuler dans les réseaux de l’humanisme vénète du milieu du siècle, augmenté d’une production contemporaine, à l’usage d’un lettré périphérique mais bien informé.

  • 38 Rosso 2000, en particulier p. 669-679.

12Si nous avons jusqu’ici mis en valeur l’un des foyers originels de la fortune des discours barzizziens, il nous faut souligner, plus encore, l’expansion précoce de cette circulation bien au-delà de ses premiers berceaux. Une circulation universitaire à plus grande échelle se met immédiatement en place, comme nous l’avons d’ailleurs déjà évoqué à propos des étudiants allemands de Padoue. Un mélange contenu dans un autre manuscrit de Venise (Biblioteca Marciana, Lat. XI. 123 (4086)) et qui a été étudié en détail par Paolo Rosso, illustre ainsi une diffusion vers les studia d’Italie septentrionale : il a en effet très probablement été copié à partir d’un recueil constitué par le piémontais Mercurino Ranzo (un étudiant en droit bien inséré dans les réseaux humanistes lombards) à la fin des années 1430, lors de ses séjours à l’université de Pavie et de Chieri38. Il contient notamment (fol. 7r-13r) une série de huit discours de Gasparino Barzizza (dont sept sont des discours académiques padouans) qui forment comme un premier corpus déjà « fossilisé » de modèles, auxquels ont été ajoutés des exemples plus récents composés, entre autres, par Catone Sacco à l’université de Pavie ou par Mercurino Ranzo lui-même à l’université de Chieri dans les années 1430.

  • 39 On pourra en consulter un inventaire en ligne sur le site manuscripta.at : http://manuscripta.at/m (...)
  • 40 Knod 1899, n°3088; Eubel 1914, p. 111; Kühne 1991, p. 237. Un autre colophon de sa main est conser (...)
  • 41 On trouve ce formulaire (Inc. Exspectavi ut tua benigna societas) dans un recueil de lettres ponti (...)
  • 42 Par exemple au f. 52r-55r : Giovanni Calderini, Oratio edita pro domino Petro de Depensauro episco (...)
  • 43 Aux f. 175v-176v : Arenga sancta coram papam Io. 23 quando expulsus de Roma per regem Ladislaum po (...)
  • 44 Par exemple aux f. 70v-73r : Gaspare Bonizi, Oratio domini Gasparis de Perusio legum doctorum pro (...)
  • 45 Les huit discours se trouvent aux f. 185v-200r. On y lit notamment aux f. 185v-186r et 186r-187r l (...)
  • 46 Pour la description et l’analyse du manuscrit de Londres, British Library, Harley 2268, voir Rundl (...)

13L’université de Bologne ne fut pas en reste à cet égard, comme le montre un manuscrit aujourd’hui conservé à Brixen (Priestseminar, cod. E 20)39. Il contient un recueil remarquablement uniforme et soigné de 270 folios ayant manifestement appartenu à Johannes Rötel (ou Röttel), un étudiant en droit canonique de l’Alma mater (il y obtient le doctorat en 1422) originaire des environs de Salzburg qui, au terme d’une longue carrière curiale (il fut abréviateur apostolique de 1414 environ aux années 1440) et ecclésiastique, devint évêque de Brixen en 1444 jusqu’à sa mort en 145040. Si le formulaire curial qui se trouve à la fin du mélange renvoie à son parcours au sein de la chancellerie pontificale41, le groupe compact de 61 lettres et discours qui en constitue le cœur (fol. 40r-200v) est principalement caractérisé par ses attaches universitaires et bolonaises : on y décompte treize discours et trois lettres de Gasparino Barzizza, agrémentés de quelques autres discours padouans ou vénitiens et de pièces « vedettes » de l’humanisme du temps (la lettre de Poggio sur le supplice de Jérôme de Prague et l’Inquisitio de Loschi par exemple) auxquels s’ajoutent, surtout, plusieurs oraisons d’Antonio Bentivoglio, Giovanni Calderini, Marco Canetoli, Giovanni Campiano et Vasco Rodrigues relatives au studium de Bologne dans les années 1410-142042 (avec une référence intéressante à l’arrivée de Jean XXIII dans la cité en novembre 1413)43 ainsi que quelques discours académiques d’un collègue curialiste, Gaspare Bonizi44. L’ensemble est clos par huit orationes de Johannes Rötel lui-même, des unica qui ont trait à sa carrière académique et cléricale en 1422-142345. Le recueil indique ainsi clairement comment le « catalogue oratoire » vénète (où une fois encore les œuvres de Barzizza occupent une place prépondérante) a circulé au sein du milieu des juristes bolonais liés à la cour pontificale dès le début des années 1420 et y a été augmenté d’une production propre. On peut ajouter à l’appui de cette lecture le fait que le manuscrit de Brixen est apparenté, à travers plusieurs œuvres rares, à un autre mélange conservé à Londres (British Library, Harley 2268, qui comprend onze discours de Barzizza) à propos duquel David Rundle a relevé qu’il avait probablement été constitué par un étudiant bolonais de la fin des années 142046.

  • 47 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, Naz. II VIII 129. Voir les descriptions de Mazzatinti 190 (...)
  • 48 Hankins 1990, vol. I, p. 85-90.
  • 49 Notamment aux f. 87v-89r : Oratio Cincii de laudibus s. d. n. domini Martini pape V, Inc. Xenophon (...)
  • 50 Aux f. 104v-105v, Inc. Beatissime pater et sanctissime domine posteaquam hunc mihi dicendi (discou (...)

14Le passionnant manuscrit de Johannes Rötel révèle en outre un filon curial que l’on connaît également à travers un manuscrit de la Laurenziana, décrit par James Hankins comme le zibaldone de Rinuccio Aretino47 (un humaniste mineur qui séjourna à Florence et à Bologne au début des années 1420 avant de faire carrière à la cour pontificale dans le deuxième quart du XVe siècle)48. Le mélange comprend en particulier une unité codicologique très cohérente qui présente une succession de vingt-neuf textes (fol. 58v-124v) : quelques écrits antiques (notamment l’échange apocryphe d’invectives entre Salluste et Cicéron) et des lettres et discours composés dans les années 1410-1420 par des humanistes de Toscane, de Vénétie, de Lombardie et/ou liés à la curie, avec des œuvres rares ayant en commun de se rapporter au pontificat de Martin V49. Et au sein de cette unité se distingue de nouveau une succession de onze discours de Gasparino Barzizza (fol. 91r-111r), dont un unicum50.

  • 51 Voir Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 115 et VI, p. 169b ; Weiss 1949, p. 62 ; Petrucci 1977, p. (...)
  • 52 Les lettres et discours de Barzizza se trouvent aux f. 10r-14r, 24v-26r, 35r-38r, 127v-133v et 136 (...)
  • 53 Par exemple, aux f. 126v-127r : Oratio funeralis de morte domini Jacobi balduini edita per petrum (...)
  • 54 Dont les très diffusés discours des pseudos-Eschine, Démade et Démosthène aux f. 30v-32v. Sur ces (...)
  • 55 Aux f. 114v-120r : Ad illustrissimum principem et humanissimum Mantue marchionem dominum iohannem (...)
  • 56 Aux f. 58v-60r, Inc. Bene ac sapienter maiores nostri quorum in omni negotio, voir les indications (...)
  • 57 Aux f. 120r-126v : Sermo de vita et morte Religiosi viri Galeocti ruberti de malatestis principis (...)
  • 58 Au f. 153v, Inc. Clarus ad celos oculus levatus (dans la seconde main mentionnée). Il s’agit d’un (...)

15Ainsi, de proche en proche, l’enquête ouvre-t-elle de nouvelles perspectives et laisse à entrevoir une mosaïque codicologique qui, à la fois, épouse les parcours et les intérêts individuels et décrit un même mouvement de diffusion et de production textuelle, dont le Bergamasque a été immédiatement perçu comme un auteur de référence. Nous avons ici tiré des fils peut-être plus apparents que d’autres (la Vénétie, les universités, Bologne et la curie) mais ils sont loin de recouvrir l’ensemble de ce tissu d’échanges. Bien d’autres mélanges sont le produit de circuits afférents : ainsi un manuscrit de 156 folios, conservé à la bibliothèque Corsiniana de Rome (33 E 27 (Nic. Rossi 229)), nous transporte-t-il à la cour des Gonzaga à Mantoue à la fin des années 1430, où Vittorino da Feltre a installé sa célèbre école51. Y sont conservés 86 textes écrits dans une même cursive humanistique (une deuxième main apparaît toutefois aux fol. 145r-145v et 150v-153v), principalement des lettres et discours d’humanistes de l’Italie du Centre-Nord des années 1400-1430, dont onze discours et quatre lettres de Gasparino Barzizza52. Particularité digne d’intérêt, le compilateur a également inséré des œuvres préhumanistes des deux premiers tiers du XIVe siècle (Barbato da Sulmona, Checco di Meletto Rossi, Pétrarque, Geri d’Arezzo, Cambio da Poggibonsi) parfois très rares, ainsi que des dictamina des XIIIe-XIVe siècles53 avec quelques textes pseudo-antiques54. La pièce la plus distinctive du mélange est la plus tardive : une lettre de condoléances d’un certain Alvise della Torre connue par cette seule copie, adressée à Gianfrancesco Gonzaga à Mantoue en 1439 à l’occasion du décès de Bartolomeo degli Enselmini qui était, comme l’auteur le rappelle, le neveu et l’élève de Vittorino da Feltre55. La présence d’un epithalamium de Guarino Veronese pour le mariage de Carlo Gonzaga (fils de Gianfrancesco et élève lui aussi de la Ca’Zoiosa) et Lucia d’Este en 1437 va dans le même sens, tout en suggérant une origine plus largement romagnole et liée aux milieux princiers56. On peut ajouter dans le même ordre d’idées qu’on y trouve le Tractatus composé par Niccolò da Rimini peu après la mort de Galeotto Roberto Malatesta en 143257 et que l’ensemble est clos par un chant inconnu par ailleurs de Matteo Ronto (le moine olivétain traducteur de Dante) mort en 1442 à Ferrare58. Cette ample compilation évoque de la sorte le rôle moteur des cours de l’Italie padane dans la promotion de la culture humaniste (en particulier de son modèle pédagogique) dès le début du Quattrocento et met en lumière la place qu’elles ont occupé, logiquement, dans la première diffusion des œuvres oratoires de Barzizza.

  • 59 Voir en premier lieu Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 421 et VI, p. 381. Le groupe de discours co (...)
  • 60 Aux f. 46r-48r, Inc. Si quis vestrum est prestantissimi patres. Voir Bertalot 1990-2004, n°21898 ((...)
  • 61 Aux f. 65v-68r : Hodierna <sic> die ad pedes tuos ut supplices accedamus, discours adressé à un pa (...)
  • 62 Grâce au colophon (f. 70r) Iste liber est Guilermi desichamilicis.
  • 63 L’un des deux premiers consuls connus de Plaisance au milieu du XIIe siècle était notamment un Sec (...)
  • 64 Memorie 1878, p. 51.

16À travers ces quelques aperçus, nous espérons surtout avoir donné à voir la capillarité rapide, dense et informelle qui caractérise la fortune des discours de l’humaniste, au moment où le mouvement humaniste prend lui-même de l’ampleur. Une capillarité d’autant plus complexe que les mélanges conservent très souvent des petits « blocs » d’une dizaine de discours, qui témoignent de processus de regroupements concomitants. Les recueils prennent même parfois l’allure de quasi « anthologies barzizziennes » : c’est le cas d’un manuscrit de la bibliothèque vaticane (Ottobonianus Lat. 2293) dont la première unité (fol. 1r-70r) comprend une succession de vingt-huit pièces rhétoriques qui sont, hormis trois d’entre elles, toutes attribuées à Gasparino Barzizza – les Exempla exordiorum (fol. 1r-18v), le De compositione (fol. 23r-31v), le Tractatus de punctis (fol. 34v-36v), deux opuscules sur l’ornementation rhétorique (fol. 19r-23r et 31v-34v) et dix-neuf de ses discours (à partir du fol. 36v)59. Seules exceptions, le discours d’Antonio da Treviso à Pavie en 1422 pour la remise des insignes doctoraux à Guiniforte Barzizza (fils de Gasparino)60 et deux discours anonymes dont c’est la seule copie61. Le mélange nous renseigne assez précisément quant à son origine, puisqu’il porte la date 1441 (fol. 31v) et nous livre en toute fin le nom de son possesseur, un certain Guglielmo Siccamilica62. Ce patronyme renvoie à une lignée de la noblesse de Plaisance63, dont on sait qu’un autre membre, Giovanni Leonardo, enseignait le droit civil à l’université de Pavie en 144664. On peut donc penser que la compilation de Guglielmo Siccamilica s’inscrit dans un contexte de circulation lombard, peut-être plus spécifiquement lié au studium pavesan, avec cette particularité qu’il présente un effort de mise en série centrée sur l’œuvre rhétorique de Barzizza, à la manière d’un manuel de composition personnel.

  • 65 Voir Kristeller 1962-1992 vol. I, p. 336 et VI, p. 58 ainsi que la description générale du manuscr (...)

17On constate en outre que la collection ainsi constituée reproduit des séquences de discours communes à deux autres mélanges : d’abord, une série de cinq (voire sept) discours qui recoupe le début du bloc barzizzien contenu dans le zibaldone de Rinuccio Aretino déjà présenté ; ensuite, une série de neuf discours identique à celle d’un petit recueil contenu dans un manuscrit milanais (Biblioteca Ambrosiana, O57 sup., unité codicologique n°6, fol. 19r-26v) qui est composé de neuf discours du Bergamasque (le dernier discours est toutefois tronqué sur la fin, ce qui laisse à penser que la collection pouvait comprendre d’autres pièces)65. Ces correspondances peuvent être présentées de la manière suivante :

  • 66 Variante de Inc. Cum omnes qui tuam adeant sanctitatem. Sabbadini 1886a, p. 826, n°3 ; Bertalot 19 (...)
  • 67 Bertalot 1990-2004, n°23959 ; Mc Manamon 2011, p. 1020-1022 ; éd. Furietti 1723, p. 27-30.
  • 68 Sabbadini 1886a, p. 830, n°62 ; Bertalot 1975d, p. 223 ; Bertalot 1990-2004, n°21933.
  • 69 Bertalot 1990-2004, n°22988 ; Mc Manamon 2011, p. 984-985 ; éd. Furietti 1723, p. 33-36.
  • 70 Mazzuconi 1977, n°211 ; Bertalot 1990-2004, n°17834 ; éd. Furietti 1723, p. 36-39.
  • 71 Bertalot 1990-2004, n°24448 ; Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; éd. Furietti 1723, p. 23-26.
  • 72 Bertalot 1990-2004, n°21876 ; éd. Furietti 1723, p. 69-71.
  • 73 Bertalot 1990-2004, n° 3565 ; éd. Furietti 1723, p. 64-66.
  • 74 Bertalot 1990-2004, n°13603 ; éd. Furietti 1723, p. 50-52.
  • 75 Bertalot 1990-2004, n°21217 ; éd. Furietti 1723, p. 55-56.
  • 76 Bertalot 1990-2004, n°3225 ; éd. Furietti 1723, p. 72-73.
  • 77 Bertalot 1990-2004, n°20322 ; éd. Furietti 1723, p. 53-54.
  • 78 Bertalot 1990-2004, n°16876 (copie non mentionnée).
  • 79 Bertalot 1990-2004, n°8464 (copie non mentionnée).
  • 80 Bertalot 1990-2004, n°4135 (copie non mentionnée) ; Sabbadini 1886a, p. 826.
  • 81 Bertalot 1990-2004, n°13171.
  • 82 Bertalot 1990-2004, n°13169 (copie non mentionnée) ; éd. Furietti 1723, p. 40-44.
  • 83 Bertalot 1990-2004, n°24459.
  • 84 Bertalot 1990-2004, n°19347.
  • 85 Inc. Cum sepe mecum repeterem patres clarissimi, Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un (...)
  • 86 Inc. Beatissime pater et sanctissime domine posteaquam hunc mihi dicendi, Gasparino Barzizza ?, di (...)
  • 87 Inc. Maxime vellem patres eruditissimi ea in me esset vis, Gasparino Barzizza, discours d’inaugura (...)
  • 88 Inc. Quam vellem patres et doctores amplissimi ut iudicium, Gasparino Barzizza, discours d’investi (...)
La série de discours du Liber de Guglielmo siccamilica [O] : correspondances avec les séries de discours de Gasparino Barzizza du zibaldone de Rinuccio Aretino [F] et du mélange de l’Ambrosienne [M](nous indiquons l’ordre d’apparition au sein de l’unité concernée ; les titres ne sont pas mentionnés)
O6-fol. 36v-38r : Inc. Cum omnes qui tua sanctitate adeunt = Gasparino Barzizza, discours adressé par Lorenzo Bragadin au pape Alexandre V, 1409-141066 F10- fol. 91r-92r
O7-fol. 38r-40v : Inc. Vellem hoc die rex clarissime = Gasparino Barzizza, panégyrique de Ferdinand d’Aragon pour son accession au trône, 141267 F11- fol. 92v-94v
O8-fol. 40v-42r : Inc. Si recte a nostris maioribus illustris rex et princeps serenissime = Gasparino Barzizza, panégyrique adressé à Janus de Lusignan par un étudiant chypriote, Padoue, c. 1415-142168 F12- fol. 94v-96v
O9-fol. 42r-44r : Inc. Tandem rex serenissime quod a superis immortalibus = Gasparino Barzizza, panégyrique adressé à Janus de Lusignan, c. 141569 F13- fol. 96v-97v
O10-fol. 44r-45v : Inc. Quantum tue felicitati gratulor illustrissime dux ac princeps clarissime = Gasparino Barzizza, panégyrique de Filippo Maria Visconti, 141270 F14- fol. 98r-100r
O11-fol. 46r-48r : Inc. Si quis vestrum est prestantissimi patres = Antonio da Treviso, discours de remise des insignes doctoraux à Guiniforte Barzizza, Pavie, 1422
O12-fol. 48r-51r : Inc. Video hic neminem vestrum patres doctissimi = Gasparino Barzizza, oraison funèbre pour les funérailles de Jacopo da Forlì, Padoue, 141471 F20- fol. 106v-109r
O13-fol. 51r : Gasparino Barzizza, épitaphe pour Jacopo da Forlì, Padoue, c. 1414
O14-fol. 51r-53r : Inc. Si quis forte vestrum miratur viri illustres = Gasparino Barzizza, discours de remise des insignes doctoraux en droit civil à Luca Bondelmonte, Padoue, c. 1409-141072 F15- fol. 100v-102r
O15-fol. 53r-54r : Inc. Cum multa sepe mecum de rebus maximis et ad bene = Gasparino Barzizza, discours de pétition d’Andrea Visconti pour les insignes doctoraux en droit canonique, Padoue, 17 août 141073 F16- fol. 102r-103r
O16-fol. 54r-55v : Inc. Non mediocri voluptate afficior = Gasparino Barzizza, discours de pétition des insignes doctoraux en médecine, adressé à Jacopo da Forlì, Padoue, c. 1410-141474 M1- fol. 19r-20v
O17-fol. 55v-56v : Inc. Sentio magnifici patres et doctores amplissimi = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, pour le principium de Niccolò Savonarola, Padoue, 16-20 août 141375 M2- fol. 20v-22r
O18-fol. 56v-57v : Inc. Cum fere omnes qui ante me ex hoc loco = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur Hippocrate76 M3- fol. 22r-23r
O19-fol. 57v-59r : Inc. Sepe animadverti patres clarissimi cum locum istum = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur Aristote77 M4- fol. 23v-25r
O20-fol. 59r : Inc. Hec [pour Que] sunt preceptor gratissime que de predictis quaestionibus = Gasparino Barzizza, discours d’introduction pour une dispute en logique78 M5- fol. 25r-25v
O21-fol. 59r-59v : Inc. Hec sunt preceptor clarissime vosque patres ornatissimi = Gasparino Barzizza, discours d’introduction pour une dispute en philosophie79 M6- fol. 25v
O22-fol. 59v : Inc. Cum tua apud me auctoritas tantum valeat = Gasparino Barzizza, discours d’introduction pour une dispute en philosophie80 M7- fol. 25v-26r
O23-fol. 59v-60r : Inc. Nisi vetus mos et consuetudo maiorum = Gasparino Barzizza, discours d’introduction pour son fils Guiniforte à l'occasion d'une dispute en philosophie, Pavie81 M8- fol. 26r-26v
O24-fol. 60r-63r : Inc. Non possum non vereri patres clarissimi quid de me sitis judicaturi = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’Âme d’Aristote82. M9- fol. 26v(tronqué)
O25-fol. 63r-64r : Gratiarum actiones in eodem principio, Inc. Video patres lectissimi adesse hoc loco = Gasparino Barzizza, discours de remerciement pour un principium en philosophie83
O26-fol. 64r-65v : In conventu artium, Inc. Quoniam superioribus comitiis patres conscripti eam in me humanitatem vestram cognovi = Gasparino Barzizza, discours de pétition des insignes doctoraux en arts pour son fils Guiniforte, Pavie, 142284
O27-fol. 65v-68r : Hodierna [pour hodierno] die ad pedes tuos ut supplices accedamus = Anonyme, discours adressé à un pape
O28-fol. 68r-70r : Inc. Quoquia huc loci vos illustres viri vosque alii magnifici patres ac doctores egregii magna cum frequentia = Anonyme, discours non identifié
F17- fol. 103v-104v85
F18- fol. 104v-105v86
F19- fol. 106r-106v87
F21- fol. 109r-110r88
  • 89 Mazzuconi 1977, p. 184-185.

18La mise en parallèle entre ces trois blocs oratoires appuie ainsi l’idée que de petites séquences de discours de Barzizza circulaient de manière autonome, des séquences que les compilateurs pouvaient reprendre et réassembler le cas échéant, sans qu’une anthologie officielle ne se dégage. Ce caractère très touffu et informel – à l’origine aussi de multiples variantes textuelles, ce qui n’est pas sans poser de réels problèmes ecdotiques – est probablement en partie lié, au départ, à des temps différents de rédaction et de divulgation, par l’auteur lui-même, les membres de son entourage et/ou ses auditeurs. La correspondance du maître, qui fait ressortir notamment ses tentatives pour émender certaines versions de ses discours déjà en circulation, va d’ailleurs dans le sens de cette hypothèse89. Il ne s’agit pas de décourager toute entreprise ultérieure, mais de souligner que l’enquête sur les discours de Gasparino Barzizza et la diffusion du style oratoire cicéronien doit d’emblée faire face à cet enchevêtrement de traditions et lui donner sens ; c’est-à-dire, le considérer comme la trace d’un trafic textuel intense et en expansion qui entrouvre les coulisses, en quelque sorte, de l’entreprise d’édification d’un catalogue rhétorique relativement homogène, caractéristique de l’essor du mouvement humaniste.

La standardisation d’une gamme stylistique : l’exemple des réemplois de préambules

19Un ensemble de « prototypes oratoires » fut dès lors institué en point de repère et repris de multiples manières. C’est un processus d’autant plus important qu’en effet, si l’on resserre la focale, on constate aussi que les discours du Bergamasque ont régulièrement servi de « patrons » pour la rédaction d’autres discours plus récents, copiés dans ces mêmes mélanges et parfois composés par le compilateur lui-même. Un phénomène de reproduction stylistique, réalisé à partir de divers procédés d’imitation, apparaît ainsi nettement. Il mérite une attention particulière, car il est le ferment d’une uniformisation rapide des pratiques oratoires classicisantes, qui explique au moins en partie cette impression de « déjà vu » qui s’empare souvent de celui qui parcourt ces recueils – l’impression d’une répétitivité des tournures qui caractérise très concrètement le « style cicéronien » de cette époque. On a affaire à ce qui fait du cicéronianisme non seulement une pensée éthique et un idéal esthétique, mais aussi une manière « pastichée » d’écrire le latin, identifiable à un certain nombre de tics et de techniques emblématiques.

  • 90 Un récent ouvrage consacré aux préambules des actes des rois de France au XIVe siècle souligne bie (...)
  • 91 Voir Pigman 1982a, en particulier p. 350 : Ita bona imitatio debet esse et accipi ita ut stilus et (...)

20Nous examinerons plus précisément quelques cas de préambules : il s’agit d’un élément du discours à la fois très aisément repérable et qui se prête particulièrement à la reprise de formules toutes faites, liées à l’emploi quasi systématique du topos de l’excusatio propter infirmitatem90. Les exordes des orationes de Cicéron ont de fait couramment fourni des motifs que Barzizza a réutilisés : les écrits de l’Arpinate constituent la première inspiration de toute imitation, affirme-t-il lui-même dans un court traité91. Mais il est clair aussi que les captationes composées par l’humaniste ont à leur tour fourni à ses contemporains un arsenal de modèles directement réemployés.

  • 92 Le manuscrit de Pérouse, Bibl. Comunale, J 114, donne le titre suivant (f. 46v) : Gasparini Pergam (...)
  • 93 Pour les copies conservées voir Revest 2013b, n°57. Nous transcrivons d’après les manuscrits : Flo (...)

21Arrêtons-nous d’abord sur le préambule d’une prelectio sur le Traité de l’Âme d’Aristote, que Gasparino rédigea pour Lauro Bragadin, à l’occasion du principium de ce dernier, très certainement en lien avec son conventus le 10 novembre 1409 à Padoue92. Ce discours inédit, conservé en dix-neuf copies, commence de la manière suivante93 :

  • 94 atque maxime de ea parte que ad naturam atque generationem omnium rerum que in terra gignuntur att (...)
  • 95 de generatione [F] / de dig(es)tione ? [V].

Maxime vellem, patres eruditissimi, ea in me esset vis atque exercitatio dicendi ut quod apud vos hodierno die facere institui, id ipsum etsi non satis graviter et ornate, saltem mediocriter efficere possem. Quid enim est quod aut dignius hac ipsa re de qua paulo post dicturus sum, aut expectationibus vestris honestius, aut denique studiis meis gratius excogitare possem, quam in hoc pulcerrimo atque ornatissimo litteratissimorum hominum conventu ac frequentia de laudibus philosophie posse dicere, atque de ea parte que ad naturam atque ad vim universam animorum pertinet, ea que nobis vir summus Aristotiles reliquit subtiliter et copiose explicare94 ? Sed cum nec in me satis ingenii esse confidam, neque doctrinam atque exercitationem dicendi, nichil est cur impetrare a vobis veniam non debeam, si et huius laudes omnino preteriero et minus accurate de hac eius magna atque difficilima parte que de anima95 inscribitur vobis audientibus exposuero.

22Le maître s’inspire ici visiblement de l’exorde du plaidoyer de Cicéron pour Sylla :

  • 96 Cicéron, Pro Sulla, 1.

Maxime vellem, iudices, ut P. Sulla et antea dignitatis suae splendorem obtinere et post calamitatem acceptam modestiae fructum aliquem percipere potuisset. Sed quoniam ita tulit casus infestus ut in amplissimo honore cum communi ambitionis invidia tum singulari Autroni odio everteretur, et in his pristinae fortunae reliquiis miseris et adflictis tamen haberet quosdam quorum animos ne supplicio quidem suo satiare posset, quamquam ex huius incommodis magnam animo molestiam capio, tamen in ceteris malis facile patior oblatum mihi tempus esse in quo boni viri lenitatem meam misericordiamque, notam quondam omnibus, nunc quasi intermissam agnoscerent, improbi ac perditi cives domiti atque victi praecipitante re publica vehementem me fuisse atque fortem, conservata mitem ac misericordem faterentur.96

  • 97 Cicéron, Pro Marcello, 4. Sur la recommandation relative aux tournures universalistes dans le De c (...)
  • 98 Nous nous permettons de renvoyer à un essai de reconstitution synthétique de la pratique oratoire (...)

23Il en retient plus précisément la structure de départ : les premiers mots (Maxime vellem) qui introduisent une tournure de distanciation (le subjonctif imparfait qui laisse d’emblée supposer une impossibilité à venir) suivis d’une interpellation immédiate de l’auditoire sous la forme d’une incise au vocatif, puis l’opposition cadencée entre les deux phrases qui composent l’ensemble (le souhait de l’orateur face à son public opposé à la réalité de ses compétences) articulée autour du Sed. L’exorde de Barzizza reprend de surcroît quelques tournures rhétoriques récurrentes chez Cicéron, à commencer par la question oratoire associée à un comparatif (Quid enim est quod aut dignius…) qui apparaît par exemple dans le plaidoyer pour Marcellus (Quis enim est illo aut nobilitate aut probitate aut optimarum artium studio aut innocentia aut ullo laudis genere praestantior ?) et qui correspond à une tournure universaliste recommandée aussi par Barzizza dans son De compositione97. Son préambule développe plus généralement un topos (l’excusatio) et des effets rhétoriques, notamment la mise en scène du rhéteur et de son discours (ainsi hac ipsa re de qua paulo post dicturus sum...) et le balancement syntaxique (etsi non satis… saltem par exemple) qui sont emblématiques de l’éloquence « à la manière de Cicéron » pratiquée par les humanistes98.

24S’il est intéressant d’observer ainsi la manière dont Barzizza réagence les éléments cicéroniens, on doit aussi constater que plusieurs discours composés dans les années qui suivent et contenus dans les mélanges présentés plus haut réutilisent quant à eux directement le préambule du Bergamasque. Nous retenons deux cas manifestes (les passages analogues au préambule barzizzien sont en gras) :

Giovanni Campiano, Oratio pro eodem [Ludovico Cathelano] in eius privato examine, université de Bologne, début des années 1420[Brixen, Priest., E 20, fol. 50r-50v ] Maxime vellem ea in me vis esset atque exercitatio dicendi, patres doctissimi ac professores illustri, ut quod hodierna die facere institui intra hoc sacrum domicilium et parietes vestros qui vetusto more Achademie frequentibus ac novis disputationibus semper caleret, id ipsum etsi non satis graviter ornate, saltem mediocriter efficere possem. Quid enim opta[t]ius aut quid iocundius esse michi posset quam in hoc pulcerrimo ornatissimoque literatissimorum hominum conventu atque frequentia tam graviter et tam expolite ea de re quam paulo post acturus sum vobis audientibus dicere, ut hinc vestro gravissimo optissimoque iudicio commendatus atque laudatus abscederem ? Sed cum ego in me nec satis ingenii confidam esse, neque doctrinam atque exercitationi dicendi, nichil est cur non a vobis impetrare veniam debeam, si non satis vel magnitudini rei, vel honestatis expectationibus vestris facere possum.
Anonyme, Prelectio sur le Traité de l’âme d’Aristote, université de Padoue, années 1420 (milieu vénitien)[Venise, Bibl. Marc., Lat. XI 102 (3940), fol. 67v] Optarem maxime, reverendissime pater, magnifici presides, preclarissimi doctores vosque alii viri lectissimi, quod vel ingenio vel industria eam eloquentie vim atque dicendi facultatem consecutus essem, ut hodierna die pro immensis ac preclarissimis philosophie laudibus possem rebus dicendis parem orationem afferre. Nichil profecto esse video in cuius gloria ac dignitatem latius aut preclarius mea posset versari oratio, si et ipse rei vestroque gravissimo iudicio satisfacere posse sperarem. Sed cum hiis omnibus que ad bene, ornate graviterque dicendum accomodari solent omnino destitutus sim, libenter equidem hoc officium vellem a me pretermitti. Tanta est enim magnitudo ac excellentia rei de qua paulo post dicturus sum, ut ingenium non nisi exquisitum atque sublime et eloquentie vim ac dicendi copiam non mediocrem sibi postulet.
  • 99 Il s’agit de la formule intra hoc sacrum domicilium et parietes vestros qui vetusto more Achademie (...)

25Les deux auteurs décalquent la trame du préambule de Barzizza en apportant des variations minimes. Il s’agit pour l’essentiel soit de l’usage de synonymes (optarem pour vellem, iocundius pour gratius), soit de déplacement de termes (graviter dans le discours anonyme) ou de membres de phrases, soit d’insertions qui viennent amplifier le propos – et encore, dans le discours de Giovanni Campiano l’une de ces insertions renvoie-t-elle à un autre discours de Barzizza99. Si ces exemples sont particulièrement proches dans la forme et dans le temps de la production du maître, certains cas laissent à penser que ce « type barzizzien » continua d’être imité dans les décennies suivantes, du moins en contexte académique (les passages analogues au préambule barzizzien sont également en gras) :

  • 100 Un autre éloge de la théologie (vraisemblablement pour l’ouverture de l’année académique) d’Ambrog (...)
Ambrogio Massari, Oratio de laudibus sacre theologie Perusie habita, Pérouse, fin des années 1450 ?[éd. Caby 2014, p. 83]100 Magnopere vellem, egregii doctores vosque caeteri serenissimi scientiarum sectatores, ut quod hodierna ipsa die dicturus accessi aliqua mea virtute confirmare possem aut saltem quadam mediocri industria consequi valerem. Sed cum neque prudentiam ad agendum, neque aeloquentiam ad dicendum, neque ingenium ad excogitandum mihi adesse intelligam, contrariam huic officio curam accomodatam longe fore vereor, tum quia nihil tam magnificum afferre posse cogitabam tamque luculentum atque expolitum, quod non exile obscurum atque sordidum apud tantos homines putaretur ; tum quia plurimos hic esse cognoscebam, qui summo prediti ingenio et ornatius et copiosius hoc prestare potuissent.
Anonyme, Oratio in genere demonstrativo, Padoue, années 1460 ? (milieu germanique)[Cité du Vatican, BAV, Pal. Lat. 870, fol. 194r] Arbitrabar, archimandrita sacratissime, pie, multis honestis presulibus pontifex merito nuncupande, quoniam mira sanctitate ac tuis virtutibus innumeris gregi tuo adeo tibi regendo commisso ad aliam vitam eternam verendam unquam pontem facis, vosque insignes virtute presides, magistratus gloriosissimi ac ceteri tam sacerdotes incliti quam milites strenui ac doctores disertissimi auditoresque philosophie optimi, eos de rebus optimis atque sanctis debere, posse dicere, qui ingentem dicendi vim et in hec demonstrativo genere explicandi eximias laudes et immensa preconia studiorum omnium liberalium facultatum de quibus dicturus sum insinuandi copiam maximam adepti fuissent, non vero hoc ipsum honus (sic) mihi incumbere qui fere etatem meam omnem in legum et canonum studiis et in forensi disputandi genere non in ipsa dicendi arte vel exercitatione consumpsi.

26L’un d’eux, celui d’Ambrogio Massari, reste remarquablement proche du modèle (du moins dans la première partie) tandis que le second présente une version relativement éloignée, qui conserve l’esprit d’ensemble ainsi que quelques motifs majeurs – signe d’une pratique souple et foisonnante de réécriture dont on ne peut parfois que subodorer les filiations.

27On peut encore observer à la lumière d’autres exordes la façon dont Barzizza recompose des formules et des lieux communs tirés de l’œuvre de Cicéron pour fournir aux lettrés de son temps des canevas, en quelque sorte, prêts à l’emploi. Il s’agit de l’ouverture du discours de pétition des insignes doctoraux en droit canonique d’Andrea Visconti, maître général de l’ordre des Humiliés (Padoue, 17 octobre 1410) :

  • 101 Gasparino Barzizza, Oratio pro petente insignia in iure canonico habita Patavii, éd. Furietti 1723 (...)

Cum multa sepe mecum de rebus maximis [et] ad bene beateque vivendum pertinentibus cogitarem, reverendi patres, magnifici viri et doctores gravissimi, et quid ad summos honores clarissimamque majorum meorum dignitatem atque gloriam posset accedere, constitui in ea maxime elaborandum parte ubi minimum ius fortuna, maximam vero vim haberet virtus et sapientia.101

28L’humaniste fait commencer de manière comparable la pétition des insignes doctoraux en droit civil d’Annibale Birago (Padoue, 16 novembre 1412) :

  • 102 Gasparino Barzizza, Oratio pro Annibale [Daniele Furietti] Birago in petitione insignium utriusque (...)

Cum sepe ac multum de iis rebus cogitarem, patres clarissimi, que maximo studio celebrate olim a nostris majoribus fuerunt ; repeteremque animo ea, que vel a grecis hominibus, vel a nostris preclare fuissent sapienterque conscripta ; nullam ex omnibus artibus, aut disciplinis magis necessariam ad bene vivendum intellexi quam eam civilis scientie partem in qua omnis et publica ratio et privata utilitas hominum continetur.102

29Ces deux préambules reprennent, d’une part, un incipit mettant en scène le locuteur absorbé dans ses pensées, que Cicéron utilise d’une manière légèrement différente au moins deux fois ; d’autre part, une association topique entre gloire, sagesse, vertu et bonheur qui est courante chez l’Arpinate, notamment dans le De officiis. On peut ainsi évoquer parmi les sources d’inspiration probables les passages suivants (nous soulignons les passages réemployés par Barzizza) :

Cicéron, De oratore, I, 1 Cogitanti mihi saepe numero et memoria vetera repetenti perbeati fuisse, Quinte frater, illi videri solent, qui in optima re publica, cum et honoribus et rerum gestarum gloria florerent, eum vitae cursum tenere potuerunt, ut vel in negotio sine periculo vel in otio cum dignitate esse possent.
Cicéron, De inventione, I, 1 Saepe et multum hoc mecum cogitavi, bonine an mali plus attulerit hominibus et civitatibus copia dicendi ac summum eloquentiae studium.
Cicéron, De officiis, II, 5-6 Quid enim est, per deos, optabilius sapientia, quid praestantius, quid homini melius, quid homine dignius ? Hanc igitur qui expetunt, philosophi nominantur, nec quicquam aliud est philosophia, si interpretari velis, praeter studium sapientiae. Sapientia autem est, ut a veteribus philosophis definitum est, rerum divinarum et humanarum causarumque, quibus eae res continentur, scientia, cuius studium qui vituperat haud sane intellego quidnam sit quod laudandum putet. Nam sive oblectatio quaeritur animi requiesque curarum, quae conferri cum eorum studiis potest, qui semper aliquid anquirunt, quod spectet et valeat ad bene beateque vivendum ?
Cicéron, Pro rege Deiotaro, 27 Quae omnes docti atque sapientes summa, quidam etiam sola bona esse dixerunt, hisque non modo ad bene, sed etiam ad beate vivendum contentam esse virtutem.

30Or, après ce premier réagencement stylistique, l’un de ses préambules est à son tour directement imité dans les années qui suivent, à l’université de Padoue, par un certain Giovanni Alberto (peut-être l’un de ses anciens étudiants) :

  • 103 Voir l’acte relatif à son conventus dans Zonta-Brotto 1970, vol. 1, n°640.
Gasparino Barzizza, Oratio pro petente insignia in iure canonico habita Patavii, Padoue, 17 octobre 1410 [éd. Furietti 1723, p. 64-65] Cum multa sepe mecum de rebus maximis [et] ad bene beateque vivendum pertinentibus cogitarem, reverendi patres, magnifici viri et doctores gravissimi, et quid ad summos honores clarissimamque majorum meorum dignitatem atque gloriam posset accedere, constitui in ea maxime elaborandum parte ubi minimum jus fortuna maximam vero vim haberet virtus et sapientia.
Giovanni Alberto, Oratio domini magistri Johannis Alberto de Venetiis in suo principio artium, Padoue, 8-9 septembre 1425 ?103 [Venise, Bibl. Marc., Lat. XI. 102 (3940), fol. 65v] Cum multa sepe mecum optimis maximisque de rebus ad bene honesteque vivendum pertinentibus cogitarem, magnifici presides, famosissimi doctores, ceterique viri electissimi, nichil profecto existimabam quod ad summos honores clarissimasque nostrorum maiorum gloriam tam facile posse conducere quam nostre philosophie sanctissima documenta. Quare eos semper admirari solitum sum qui omne studium, omnem voluptatem hiis in rebus statuerunt ubi non virtus, sed fortuna vim potestatemque haberet, nam cum hominibus hoc proprium quisque intelligat quod rationis participes sumus ceterorumque animantium hac potissimum re nature superamus.

31Le même procédé de reprise littérale est attesté à la même époque à l’université de Chieri, où la captatio d’un éloge de la philosophie composé par l’humaniste sert visiblement de trame au discours d’investiture du recteur en 1431 :

  • 104 Rosso 2000, p. 672 et 678-679.
Gasparino Barzizza, Oratio de laudibus philosophie, Padoue, c. 1407-1421[éd. Furietti 1723, p. 40] Non possum non vereri, Patres clarissimi, quid de me hodie sitis iudicaturi ; si ego, qui neque etate, neque ingenio satis valeo, hoc mihi munus atque onus desumpsero, in quo viri omnium eloquentissimi, cum sepenumero versati essent, nunquam tamen, vel expectationi hominum, vel magnitudini rerum satis se facturos speraverunt. Cum enim ante ad philosophos…
Stefano Guigonardi, Sequentem orationem protulit is qui assumpsit rectoratum studii, Chieri, 1431[Venise, Bibl. Marc., Lat. XI. 123 (4086), fol. 17r]104 Non possum non vereri, principes clarissimi vosque fratres amantissimi, quod ego qui neque etate, neque consilio, neque rerum gerendarum scientia satis video, hodierno die vobis viris gravissimis regendis gubernandisque proficiar, in quo quidam munere cum viri expertissimi sepenumero versati essent, numquam tamen vel expectationi hominum, vel magnitudini rerum satis se facturus speraverunt. Cum enim ipse mecum animadverto….
  • 105 Cicéron, Pro Sex. Roscio Amerino, 1 (nous soulignons) : Credo ego vos, iudices, mirari, quid sit, (...)
  • 106 Gasparino Barzizza, Exempla exordiorum, éd. Cerdoni 1483, f. 3r (Exemplum benivolentie a nostra pe (...)
  • 107 Baldassare Rasini, Oratio de laudibus disciplinarum, éd. Hammer 1940, p 137 : Non possum non contre (...)

32Si le sous-texte cicéronien affleure aussi dans ce passage (notamment à travers l’emprunt d’une formule du discours Pro Roscio Amerino)105, il ne fait guère de doute que le recteur du studium de Chieri s’est avant tout servi du modèle de composition proposé par Barzizza. Ce dernier a d’ailleurs lui-même rédigé quelques variantes autour du même incipit, tant au sein des Exempla exordiorum (Non possum non commoveri animo, iudices, cum ea obici…) que des Epistolae ad exercitationem accomodatae (Non possum non commoveri cum ab hominibus…)106 ; un incipit que Baldassare Rasini réutilise à son tour dans un discours académique à Pavie au cours des années suivantes (Non possum non contremiscere, spectatissimi patres, cum impresentiarum maximis de rebus…)107.

33D’une manière générale, certains exordes semblent avoir connu une fortune notable, à l’instar de celui qui ouvre le discours de Gasparino Barzizza pour la remise des insignes doctoraux à Luca Bondelmonte, lui-même inspiré de l’Oratio in Caecilium de Cicéron. On connaît en effet plusieurs cas de réemplois de ce modèle pour les années 1420-1430, parmi lesquels nous retenons les exemples suivants (nous soulignons les emprunts cicéroniens et mettons en gras les analogies avec le texte de Barzizza) :

  • 108 Cf. Zonta-Brotto 1970, vol. 1, n°66, 67, 81 : Luca Bondelmonte est présent comme témoin des actes (...)
  • 109 Sur l’identification de l’auteur, voir Rosso 2005, p. 970-971. Nous n’avons pas vu la copie conten (...)
  • 110 Il s’agit de célébrer l’élévation à l’épiscopat de Lavant de Friedrich Deys (pour la date voir Eub (...)
Cicéron, Divinatio in Caecilium, 1 Si quis vestrum, iudices, aut eorum qui adsunt, forte miratur me, qui tot annos in causis iudiciisque publicis ita sim versatus ut defenderim multos, laeserim neminem, subito nunc mutata voluntate ad accusandum descendere, is, si mei consili causam rationemque cognoverit, una et id quod facio probabit, et in hac causa profecto neminem praeponendum mihi esse actorem putabit.
Gasparino Barzizza, Oratio in tradendis insignibus iuris civilis Lucae Bondelmonti Florentino habita Patavii, Padoue108[éd. Furietti 1723, p. 69] Si quis forte vestrum miratur, viri illustres et patres doctissimi, cur ego qui numquam hoc orationis genere usus fui, nunc primum nova quadam atque mihi insolita ratione dicendi ad orandum venerim ; illud non sine causa a me fieri intelliget, si pro cujus rei laude verba facturus sum cum hoc amplissimo conventu vestro cognoverit.
Antonio Carabello, Oratio Antonii pergamensis de laudibus eloquentie Ciceronis habita in principio rhetorice, Padoue ou Bologne ?, c. 1410-1430 [Brixen, Priest., E 20, fol. 73r ; Londres, British Library, Harley 2268, fol. 58v] 109 Nemo vestrum, patres clarissimi, miretur quod ego qui numquam in hoc dicendi genere versatus sum, nunc insolita quadam dicendi ratione ad orandum accesserim. Si enim suam quisque humanitatem tum etiam rationem que in hanc me causam compulit tactite cogitare voluerit, id quod facio vehementer probabit.
Anonyme, Iuris expositio, Padoue, c. 1400-1430 ? [Cité du Vatican, BAV, Ottob. Lat. 3021, fol. 7r] Multi forte mirantur viri insignes et patres clarissimi, qui me in hanc sedem atque ornatissimam ascendisse, pro ea de qua acturus sum re intuentur, cum is florentissimus locus disserendi non nisi doctissimis viris et summo ingenio ac dignitate preclitis iure concedi a sapientissimis hominibus institutum sit.
Pietro del Monte, Oratio in principio publicae disputationis quam fecit Paduae, c. 1432 [Cité du Vatican, BAV, Vat. Lat. 2694, fol. 33a-33b] Si quis vestrum forte admiretur, amplissimi patres, quid sit ego qui parum ingenio minus eloquentia valeo, totiens apud vos de maximis rebus verba faciam atque in hoc litterarum certamen descendam, non existimet me meis confisum viribus, quas certe tenues esse scio, ad huius disceptationis honus grave subeundum accessisse, sed…
Pietro del Monte, Oratio in funere Calisti Tertii Pontificis Maximi habita Rome apud Basilicam Principis Apostolorum, Rome, 1457[éd. Quaglioni 1985, p. 149] Si quis vestrum est, reverendissimi patres ac domini colendissimi, qui forsitan admiretur cur ego, qui hoc dicendi munus, quo dudum apud vos uti consueveram, longo jam tempore intermisi, illud hodierna die quodam quasi postliminio ad me delatum susceperim, non alia ratione a me id factum esse existimet, quam ut sacratissimi ordinis vestri auctoritati atque imperio, ut par equumque erat, obtemperarem.
Vasco Rodrigues, Oratio Valesii Hispani habita in principio studii romani, Rome, c. 1420-1440 ?[Brixen, Priest., E 20, fol. 132v-133r] Si quis forte vestrum adest virorum doctissimi qui me aliis studiis deditum novum nunc genus et inusitatum dicendi agressum miretur, si malignitate id animi aut ingenii pravitate non effecerit, priora michi studia repetenti, veniam pro errato tribuat, scite et probe dictum collaudet et mitius nonnullis assenciat neccesse erit nec ego proprio instituto huc accessi, nec michi ad laudem tribui…
Johannes Rötel, Oratio facta per eundem in provisione ecclesiae Laventinae, Rome ?, 1422110 [Brixen, Priest., E 20, fol. 187r-187v] Si quis vestrum forte miratur, reverendissime pater ceterique domini egregii ac viri insignes, cur ego qui numquam hoc orationis genere usus fui, nunc primum vestigiis antiquorum maiorum nostrorum qui in talibus thema proposuere illud quod prosecuti sunt non inherendo, sed nova quadam atque insolita dicendi ratione adorandum venerim, illud non sine cause a me fieri intelliget, si modernorum morem ritumque ac pro cuius rei laude in hoc venerabili loco vera facturus sum prius agnoverit.
  • 111 Andrea Giuliani, Pro Manuele Chrysolora funebris oratio, éd. Lenfant 1720, vol. II, p. 327 : Si qu (...)

34La mise en série des préambules permet ainsi de faire apparaître, par un coup de projecteur, une mécanique de reproduction stylistique qui tend très tôt à uniformiser la rhétorique « cicéronienne » promue par Barzizza. Un cadre général est fixé au sein duquel différentes oscillations sont admises, avec l’exemple intéressant d’un discours, celui d’Antonio Carabello, qui mêle visiblement tant la référence au maître que la première source cicéronienne. Il est en outre à noter que si ce mouvement mimétique paraît particulièrement vivace en contexte académique, notamment à Padoue, il se déploie rapidement au gré du parcours des étudiants qui adoptèrent cette vogue oratoire : tel est le cas de Johannes Rötel, qui réutilise ce modèle dans le cadre de sa carrière ecclésiastique. Ajoutons que d’autres discours, contemporains de ceux de Barzizza et issus du même milieu socio-culturel, s’inspirent du même incipit cicéronien, comme la très diffusée oraison funèbre du jeune vénitien – et élève de Gasparino – Andrea Giuliani pour Manuel Chrysoloras (1415) et l’oraison d’Antonio da Treviso à Pavie pour Cristoforo Barzizza (1422) déjà mentionnée : un environnement stylistique singulièrement cohérent semble dès lors se dégager111.

35Gasparino Barzizza apparaît donc comme un moteur essentiel à la constitution de cette palette d’écriture, et ce d’une manière très pratique, puisque lui-même a expérimenté à plusieurs reprises des variantes à partir d’un même type. Pour ne citer qu’un exemple, un même canevas antithétique (Nisi/Sed), qui oppose à l’autorité de l’auditoire l’humilité docile de l’orateur, fait ainsi l’objet d’arrangements voisins dans plusieurs de ses discours, dans l’un de ses exempla judiciaires et dans une lettre familière :

  • 112 D’après : Cité du Vatican, BAV, Ottob. Lat. 3021, f. 5r-5v ; Troyes, Médiathèque de Troyes, 1531, (...)
  • 113 La pétition est adressée au professeur en droit civil Ambrogio Bozzoli.
  • 114 Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°64.
Gasparino Barzizza, Oratio in laudem medicine, Padoue, c. 1407-1421112 Nisi vestra expectatio, magnifici patres et doctores egregii, maiorem apud me auctoritatem quam mea aut voluntas aut iudicium hodierno die habuisset, poteram mea pristina consuetudine ac solita modestia uti, et ea solum ratione attingere que ab his qui ante me ex hoc loco dixerunt copiosa atque accurata oratione sepenumero vobis audientibus magnifice laudata fuerunt. Sed cum videam vos huc frequentes convenisse ut antequam de re dicam aliquid de vi et magnitudine huius optime artis atque pulcerrime scientie de qua paulo post acturus sum a me audiatis, ita de ea dicam ut omnem eius laudem magis iudicetis sua dignitate quam dicendi facultate aut oratione quamvis ornatissima constare.
Gasparino Barzizza, Oratio pro accipiente insignia doctoratus[éd. Furietti 1723, p. 22] Nisi amplissima auctoritas vestra, clarissimi patres et doctores egregii, multis rationibus persuasisset omnia magis ex tempore quam ex re spectari oportere, illud vel in primis rebus maximis indignum existimassem, si cum aliquid hujusmodi aggrederer, id ipsum nullo genere laudis attingerem. Sed me ad sapientiam atque humanitatem refero. Nihil est quod hoc tempore de modestia nostra dicam. Nam ut quidam ex vobis mihi optimi testes sunt, quae me causa huc impulerit, ita etiam auctores fuerunt, ut me aliquanto citius quam putarem huic muneri ac officio traderem.
Gasparino Barzizza, pétition des insignes doctoraux en droit civil, Pavie, c. 1403-1407 ou 1422-1431 ?113[Paris, BnF, Lat. 5919B, fol. 86r-86v] Nisi vestra summa auctoritas, illustres ac magnifici patres et doctores egregii, multis argumentis rationibusque mihi persuasisset ut ad hos honores ad hanc doctoratus dignitatem accedere, quam semper illis pulcerrime patuit quos vestro prudentissimo iudicio dignos esse censuistis, profecto vererer, maxime inter hos cancellos atque in hoc ornatissimo loco coram gravissimis dominationibus vestris consistere, pertubarerque plurimum tot literatissimorum in iutriusque iuris facultate hominum, presertim cum priusquam ad honores deposcendos veniam, de ipsius iuris civilis laudibus aliquid a me sit dicendum. Sed cum apud me tantum illa vestra egregia voluntas valeat quantum virorum sapientissimorum par atque equum esse valere, non hesitam hodierno die me in utraque vestre summe humanitati ac sapientie subicere.
Gasparino Barzizza, Oratio habita in quodam principio artium, Padoue, c. 1407-1421 ?[Venise, Bibl. Marciana, Lat. XI, 101 (3939), fol. 44v-45r]114 Nisi vestra singularis et egregia sapientia, patres amplissimi, sepe alias et maxime hoc tempore adhortata me fuisset magna qu[e]dam cum ad omnem vitee mee rationem tum ad splendorem ac dignitatem huius pulcerrimi ordinis vestri cogitare, onus quidem hoc atque munus quod nuper nobis auctoribus michi desumpsi certe in aliud tempus distulissem. Sed cum vestra auctoritas semper apud me tantum valuerit quantum vel sapientissimorum hominum vel optimorum valere equum fuit, statuit in parte mea hec omnia velle et facere que a vobis probari intellexissem.
Gasparino Barzizza, De laudibus Philippi Marie ducis Mediolani oratio, Milan, c. 1412-1431 [Florence, Bibl. Medicea Laur., Plut. 48. 6, fol. 149r] Nisi vestra auctoritas, patres conscripti, magis apud me quam mea voluntas valuisset, non equidem munus hoc atque onus dicendi hodierna die mihi desumpsissem. Cum enim huc loci viri etate graves, excellenti ingenio, singulari doctrina prestanti, exercitatione dicendi ad orandum accedere consueverint, nihil minus vel etati mee, vel studiis, vel nature potius convenire arbitrabar […]. Sed posteaquam hoc mihi mandatum esse officium intellexi, vestre auctoritati parendum esse censui.
Gasparino Barzizza, Exemplum exordii quum habemus dubium genus cause[éd. Cerdoni 1483, fol. 1r] Nisi persuasum haberem, iudices, vos ea virtute et prudentia esse ut unamquamquam rem magis ex sua causa quam ex eventu iudicaretis, non auderem in hoc ipso defensionis officio versari, qui etsi a nobis pro vestra sapientia probari non dubitem, tamen quia ex altera parte non nullam videtur reprehensionem habere, vererer ne si mihi apud alios dicendum esset, aliquam calumniam orationi mee afferret. Sed vestra me singularis modestia recreat ac reficit iudices, quum attendo quid in ceteris iudiciis vestris semper senseritis.
Gasparino Barzizza, lettre à Andrea Giuliani[éd. Bertalot 1975a, p. 65-66] Nisi persuasum haberem, constantissime vir Andrea, plus apud te virtutem quam animi aegritudinem valere, tanto et tam recenti maerori tuo non praesumerem obviam ire. Sed cum saepe ceteris in rebus perspectus mihi sit animus tuus, non dubitavi et in hac re quid de te sentirem perscribere.

36En reprenant de la sorte une même ossature, comme en une écriture fonctionnant en circuit fermé, l’humaniste met en lumière la flexibilité d’une gamme déjà stéréotypée et directement opérationnelle ; et ses successeurs composent à leur tour de nouveaux dérivés du préambule, à l’image de Giovanni Caldiera et Gaspare Bonizi :

  • 115 Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°84.
  • 116 Nous n’avons pas vu l’exemplaire de Würzburg, Universitätsbibliothek, M. ch. f 20, f. 65v-66r.
Giovanni Caldiera, Oratio habita a Johanne Calderia pro comendatione universitatis artistarum et medicorum ad legatum de Ursinis, Padoue, c. 1423-1425[Venise, Bibl. Marc., Lat. XI 102 (3940), fol. 44r]115 Nisi horum hominum dignitas ac frequentia quod tibi astare vides, reverendissime in Christo pater et domine, magnopere michi persuasisset ut apud te, qui singulari virtute summaque cum laude dignitatem amplissimam consecutus es, orationem haberem ut gloriam tanti beneficii cum nostrorum laude ac virtute coniungerem, permaxime michi verendum arbitrabar his esse qui de patre, familie tuisque universum in orbem meritis pro nostra artistarum et medicorum universitate verba facturus sim. Sed cum ex publico privatoque officio gratissimum me omnibus semper prebuerim, statui hoc munus assumere, etsi intelligerem neminem umquam tante eloquentie fuisse aut tam divino et incredibili dicendi genere preditum qui multitudinem, magnitudinem beneficiorum que in dei ecclesia, in publicas privatasque hominum societates contulisti, nedum ornare sed enumerare vix posse.
Gaspare Bonizi da Perugia, Oratio eximia in principio cuiusdam operis habita, université de Florence ? années 1430 ?[Brixen, Priest., E 20, fol. 60r-60v ; Londres, British Library, Harley 2268, fol. 53r-53v]116 Nisi satis animo persuasum mihi esset, patres amplissimi, ea vos potissimum humanitate et clementia vigere, qui omnes me pro vestra gratia non modo patienter, sed benigne quidem audiretis, existimaremque nichil indignationi vestre afferre, sed magis attentioni morem gerere, si hoc novo et michi insolito legendi genere apud vos agerem, plurimum huius sane amplissimi ordinis vestri dignitas et splendor maximus iam me stupentem examinaret et totum prorsus attonitum efficeret.
  • 117 Voir l’étude approfondie de Cécile Caby autour des pratiques d’écriture et des réseaux de Girolamo (...)

37Ainsi discerne-t-on des techniques de duplication, qui peuvent être plus ou moins élaborées et dépendantes des références d’origine, mais qui convergent notablement dans le sens d’une standardisation stylistique. Ce processus revêt une importance particulière parce qu’il nous permet d’observer la manière dont se constitue une compétence oratoire moyenne, non pas accessible aux seuls grands auteurs mais possiblement maniée (avec une dextérité variable) par tout lettré désireux d’adopter les codes d’une culture en train d’établir sa domination. En d’autres termes, c’est ainsi que se définit une manière ordinaire d’« écrire comme un humaniste » (nous empruntons l’expression à Cécile Caby), perçue comme une stratégie de distinction sociale117.

  • 118 Sur Giovanni da Spilimbergo, qui est aussi l’auteur d’un intéressant proemium pour les nouveaux st (...)

38Dans cette perspective, la production oratoire de Giovanni da Spilimbergo est digne d’attention. Ce maître d’école frioulan, qui enseigna la grammaire et la rhétorique à Udine, Belluno et Cividale de 1398 environ à sa mort (entre 1454 et 1457), est entre autres l’auteur de sept discours (trois prelectiones, une supplique adressée à Eugène IV et trois panégyriques de magistrats) peu diffusés et composés, pour ceux que l’on peut dater, dans les années 1420-1440118. Manifestement influencé par le cicéronianisme barzizzien, Giovanni y fait montre de sa capacité à pratiquer ce style en combinant les modèles à disposition. Deux de ses orationes commencent notamment par un exorde analogue, qui est en fait le fruit d’une hybridation entre deux types employés par le Bergamasque : ils commencent par un incipit (Si quid unquam/Si quid ullo tempore) que Gasparino Barzizza a utilisé dans un de ses discours ainsi que dans les Epistolae ad exercitationem accomodatae et dans les Exempla exordiorum (on le trouve aussi dans une oratio de son collègue Francesco Zabarella) ; ils reprennent ensuite des éléments de l’excusatio développée dans le discours pour Lauro Bragadin, déjà mentionné. L’assemblage peut être présenté de la manière suivante :

  • 119 D’après Milan, Biblioteca Ambrosiana, D 93 sup., f. 163r ; Pérouse, Bibl. comunale, J 114, f. 34v  (...)
  • 120 D’après Brixen, Priest., E 20, f. 46r ; Milan, Biblioteca Ambrosiana, P4 sup., f. 33v ; ivi, D 93 (...)
  • 121 Infra, n. 92.
  • 122 Nous n’avons pas vu l’exemplaire d’Arezzo, Biblioteca Città di Arezzo, 226, f. 103v. Il s’agit d’u (...)
  • 123 Pour les autres copies conservées voir Mc Manamon 2011, p. 915.
Gasparino Barzizza, Oratio in principio disputationis119 Si quid est, patres doctissimi, quod apud vos ullo tempore maxime optaverim, id ipsum est ut in hac re de qua omnis nostra disputatio paulo post habenda est hodierno die vestra hinc sileam sententia vel mediocriter laudatus, vel irreprehensus.
Gasparino Barzizza, Epistolae ad exercitationem accomodatae [éd. Furietti 1723, p. 290] Si quid est quod ullo tempore apud te magno studio contederim, nunc ad te hoc, etiam atque etiam exigo, ut pro nostra amicitia legas attentissime ea, de quibus hodierno die ad te scribo.
Gasparino Barzizza, Exemplum exordii in genere honesto [éd. Cerdoni 1483, fol. 1v] Si quid unquam fuit, iudices, quod nostri maiores aliquo singulari et precipuo favore prosequendum esse duxerunt, illud in primis video semper eos statuisse : ut causis illorum perspectum esset.
Francesco Zabarella, In conventu iuris canonici domini Fantini Danduli de Venetiis, Padoue, 14 juillet 1407120 Si quid unquam, patres optimi, maxime desiderio expetivi, hoc unum illud est : quo nunc urgeor in explicandis laudibus illustris viri domini Fantini Dandulo sicuti voluntatis fervor adesset, ita autem non deesset temporis opportunitas.
Gasparino Barzizza, Oratio de laudibus philosophiae121 Maxime vellem, patres eruditissimi, ea in me esset vis atque exercitatio dicendi ut quod apud vos hodierno die facere institui, id ipsum etsi non satis graviter et ornate, saltem mediocriter efficere possim.
Giovanni da Spilimbergo, Oratio in laudem eloquentie de orationibus Ciceronis, Udine, c. 1441-1442 [éd. Casarsa 2005, p. 37]122 Si quid est quod ullo tempore apud vos, viri doctissimi, maxime optaverim, id ipsum est ut quod hodierno die apud vos facere instituissem illud, si non satis graviter et ornate saltem mediocriter efficere possem.
Giovanni da Spilimbergo, Oratio de laudibus Francisci Barbari locumtenentis nomine provinciae Foroiuliensis, Udine, 1449 [Munich, BSB, Clm. 8482, fol. 119v]123 Si quid unquam fuit, pretor clarissime, quod a deo maximo optimo maiori studio ipse optaverim, id est profecto in primis ut ea michi hodie apud te vis ingeni ac dicendi copia esset ut parem ego, vel saltem non longe inferiorem, divinis laudibus tuis prestare possem oratione [facerem?] : profecto intelligeres me eque et dulci patrie et divinis laudibus tuis satisfacere voluisse.
  • 124 Voir l’inventaire établi dans Casarsa 1996, p. 206-210.
  • 125 Sabbadini 1907, p. 65 ; Casarsa 1996, p. 206, n°1.
  • 126 Sabbadini 1907, p. 66-68 ; Sabbadini 1915-1919, vol. I, n°445, p. 626-627 ; vol. II, n°605-610, p. (...)
  • 127 Petrus de Monte doctissimo viro Iohanni Spilimbergensi, lettre citée par Sabbadini 1907, p. 68 : M (...)
  • 128 Sabbadini 1907, p. 69-71 ; Casarsa 1996, p. 209. La lettre de Poggio Bracciolini est éditée dans H (...)
  • 129 Giovanni da Spilimbergo, Oratio de laudibus Francisci Barbari locumtenentis nomine provinciae Foro (...)

39La pratique oratoire de Giovanni da Spilimbergo doit être comprise à la lumière de son inscription dans la mouvance des studia humanitatis, en une position relativement subalterne quoique très bien informée. On sait qu’il enseigna quelques années à Venise, entre 1413 et 1418, et sa correspondance (comprenant des lettres qui lui furent adressées) témoigne également de ses liens directs avec certaines figures du milieu humaniste (le milieu vénète en particulier) et de son admiration ardente pour les lettrés les plus fameux du mouvement124. Dans une lettre au patricien Paolo Molino qui remonte aux années 1418-1421, il s’enthousiasme ainsi d’apprendre que ce dernier étudie l’éloquence auprès de Gasparino Barzizza (« sans difficulté le prince des orateurs de notre temps ») puis affirme tenir cet avis d’« un homme extrêmement sage et presque un oracle divin », le défunt Francesco Zabarella125. En 1428, il se marie à une cousine de l’épouse de Guarino Veronese, une parentèle qui le comble d’aise et qui lui vaut d’entretenir un échange épistolaire avec le célèbre pédagogue126. On voit aussi Pietro del Monte lui écrire en 1432 depuis Padoue et lui adresser au passage l’une de ses oraisons funèbres127. On y devine, surtout, son souhait d’intégrer ce réseau d’initiés depuis le Frioul, de connaître les nouvelles œuvres en circulation et, plus encore, de cotôyer les humanistes de renom. Vers 1438, il échange par exemple quelques lettres avec Poggio Bracciolini à propos de la fameuse controverse de 1435 entre ce dernier et Guarino Veronese autour des mérites comparés de Scipion et César, avant d’écrire en 1440 à deux curialistes originaires du Frioul, auxquels il demande vivement d’être recommandé auprès du même Poggio128. Les trois discours qu’il compose pour célébrer des magistrats vénitiens (Marco Lippomano podestat de Belluno, Leonardo Giustiniani podestat d’Udine et Francesco Barbaro lieutenant du Frioul) rivalisent aussi d’obséquiosité et montrent que Giovanni est tout à fait bien informé de la « vie littéraire » humaniste. En 1449, dans un vibrant éloge des talents de Francesco Barbaro, il rappelle que le Vénitien est notamment l’auteur du traité De re uxoria et, affirmant que ce dernier atteint l’éloquence des grands Anciens, il appuie son propos par un remarquable exercice de name-dropping : « Ce que le très savant Vergerio de Capodistria [Pier Paolo Vergerio], ce que l’Arétin [Leonardo Bruni], ce que Poggio, ce qu’enfin Guarino, tels les plus brillantes lumières de l’éloquence de ce temps, en ont pensé est manifeste »129. Sans jamais avoir composé lui-même d’œuvre influente, le maître d’école possédait sans nul doute à la fois la compétence rhétorique, le capital social et les ressources culturelles d’un humaniste « de peloton », en même temps qu’une perception claire des hiérarchies au sein de l’ordre littéraire en train de s’établir.

  • 130 Voir récemment les analyses stimulantes de Brian Maxson concernant l’espace florentin, qui examine (...)
  • 131 Paolo Cortesi, De hominibus doctis, éd. Ferraù 2003 : Nec vero Gasparinum Veronensem (sic) praeter (...)

40À travers ce portrait dressé à grands traits, on perçoit la nette cohérence entre la pratique d’écriture que nous avons mise en évidence, la collecte de textes et l’appartenance à une constellation intellectuelle en formation. La rhétorique « à la manière de Cicéron » fut l’une des marques de distinction d’un habitus savant déjà normé au milieu du XVe siècle : elle définissait une aire de compétence commune aux humanistes de tout bord, tout en renvoyant implicitement à un petit groupe d’auteurs vedettes qui faisaient consensus. L’étude de la fortune des discours de Gasparino Barzizza constitue assurément – du moins avons-nous essayé de le mettre en lumière par ces quelques aperçus – une voie d’accès privilégiée pour la compréhension des processus (compilations, transmissions, réemplois) qui ont abouti à la constitution de cette gamme oratoire à la fois emblématique, souple et monotone, et à l’identification de certains de ses acteurs, de ses circuits et de ses pôles de rayonnement. Au fil des manuscrits et des textes égrenés, les noms de lettrés célèbres n’ont eu de cesse de côtoyer ceux de figures secondaires, dont on ne sait parfois presque rien – les Battista del Nevo, Giovanni Giusti, Johannes Rötel, Guglielmo Siccamilica, Stefano Guigonardi, Gaspare Bonizi, Antonio Carabello, Giovanni da Spilimbergo entre autres, qui furent en quelque sorte les petites mains de l’essor d’une rhétorique néo-cicéronienne. La diffusion du style promu par Barzizza fait ressortir les nuances variées de l’humanisme naissant, en même temps que son homogénéité socio-culturelle, et laisse deviner un mouvement déjà puissant, bien intégré dans le milieu des élites politiques et dans le système scolaire, au moins en Italie du Centre et du Nord, au milieu du XVe siècle130. Le répertoire des discours humanistes fut indiscutablement (nous ne voudrions pas donner une impression contraire) le fruit d’une création collective, mais elle fut alimentée pour l’essentiel par une poignée restreinte d’auteurs. Gasparino Barzizza en fut, à la fois par la quantité d’œuvres produites et par leur fortune, un protagoniste essentiel, contribuant (avec Guarino Veronese notamment) à standardiser un style qui connut un succès particulier dans l’Italie padane et dans les milieux universitaires. Parmi les nombreuses questions qui restent encore en suspens, celle de la postérité à plus long terme de son corpus oratoire n’est pas la moins épineuse, car il faut bien constater qu’en l’état des recherches disponibles, nulle édition incunable de ses discours n’a été inventoriée ; une absence étonnante qui laisse à penser, si l’on songe par ailleurs à l’hommage très tempéré que lui adresse Paolo Cortesi dans le dialogue De hominibus doctis en 1490-1491 (son style oratoire est qualifié de « sec et triste »), qu’au cours de l’essor du cicéronianisme le maître s’est trouvé lui-même comme passé de mode131.

Haut de page

Bibliographie

Arzano 1904 = A. Arzano, Marziano da Tortona, letterato e miniatore del Rinascimento, dans Bollettino della Società per gli studi di storia, d’economica e d’arte nel Tortonese, 4, 1904, p. 27-50.

Banti 1966 = O. Banti, Bentivoglio, Antonio, dans Dizionario biografico degli Italiani (=  DBI), t. 8, Rome, 1966, version en ligne, URL http://www.treccani.it/enciclopedia/antonio-bentivoglio_(Dizionario_Biografico)/

Barbero 1996 = G. Barbero, La prefazione di Guillaume Fichet all’editio princeps dell’Orthographia di Gasparino Barzizza, dans Aevum, 70/3, 1996, p. 507-26.

Barbero 1999 = G. Barbero, Appunti sui manoscritti dell’Orthographia, dans Gualdo Rosa 1999, p. 153-187.

Barbero 2008 = G. Barbero, L’Orthographia di Gasparino Barzizza, vol. 1, Catalogo dei manoscritti, Messine, 2008.

Barret-Grévin 2014 = S. Barret, B. Grévin, Regalis excellentia. Les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380), Paris, 2014.

Bertalot 1975a = L. Bertalot, Die älteste Briefsammlung des Gasparinus Barzizza, dans Studien zum italienischen und deutschen Humanismus, vol. II, éd. P. O. Kristeller, Rome, 1975, p. 31-102 (1ère éd. dans Beiträge zur Forschung. Studien aus dem Antiquariat Rosenthal, n. s. 2, 1929, p. 39-84).

Bertalot 1975b = L. Bertalot, Eine Sammlung Paduaner Reden des XV. Jahrhunderts, dans Studien zum italienischen und deutschen Humanismus, vol. II, éd. P. O. Kristeller, Rome, p. 209-235 (1ère éd. dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 24, 1932-1933, p. 188-206).

Bertalot 1990-2004 = L. Bertalot, Initia Humanistica Latina. Initienverzeichnis lateinischer Prosa und Poesie aus der Zeit des 14. bis 16. Jahrhunderts, vol. II/1 et II/2, Prosa, Tübingen, 1990-2004.

Berti 2001 = S. Berti, L’orazione pseudo-demostenica Ad Alexandrum dal XII al XV secolo : tra latino e volgare, dans Aevum, 75, 2001, p. 477-493.

Bettini 2008 = C. Bettini, Tre ‘Valascos’ nell’Italia del Quattrocento : Meser Valasco di Vespasiano da Bisticci e Petrus Vallascis di Cataldo Siculo e Vasco Fernandes de Lucena, dans Humanitas, 60, 2008, p. 205-226.

Biadego 1882 = G. Biadego, Due sonetti di Gian Nicola Salerno (1379-1426), dans Il propugnatore, 15/1, 1882, p. 212-217.

Biglia 1968 = [auteur non précisé], Biglia, Andrea (Andrea da Milano, Andrea de Biliis), dans DBI, t. 10, Rome, 1968, version en ligne, URL http://www.treccani.it/enciclopedia/andrea-biglia_(Dizionario_Biografico)/

Brambilla 2007 = S. Brambilla, Il codice Ambr. H 52 e l’Orthographia di Matteo Ronto, dans M. Ferrari et M. Navoni (éd.), Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana. Atti del convegno (Milano 6-7 ottobre 2005), Milan, 2007, p. 229-252.

Caby 2013 = C. Caby, Autoportrait d’un moine en humaniste. Réseaux sociaux, pratiques discursives et réforme religieuse dans l’Italie du XVe siècle, autour de l’itinéraire de Girolamo Aliotti, mémoire inédit pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Lumière Lyon 2, 2013.

Caby 2014 = C. Caby, Les discours de laudibus theologie de l’Augustin Ambrogio Massari pour le Studium de Pérouse, dans Annali di storia delle Università italiane, 18, 2014, p. 75-89.

Cappelli 2010 = G. Cappelli, Aristotele veneziano. Il « De republica » di Lauro Quirini e la tradizione politica classica, dans Parole Rubate. Rivista Internazionale di Studi sulla Citazione, 1 /1, 2010, p. 1-32.

Casarsa 1996 = L. Casarsa, Scuola e cultura umanistica nel Friuli occidentale del Quattrocento, dans Il Quattrocento nel Friuli occidentale, Pordenone, 1996, p. 193-210. 

Casarsa 1998 = L. Casarsa, Giovanni da Spilimbergo e l’elogio di Marco Dandolo, dans Metodi e ricerche : rivista di studi regionali, XVII/2, 1998, p. 51-62.

Casarsa 2005 = L. Casarsa, L’arte della parola nelle prolusioni di Giovanni da Spilimbergo, dans Metodi e ricerche : Rivista di studi regionali, XXIV/1, 2005, p. 33-44.

Cerdoni 1483 = Gasparino Barzizza, Exempla exordiorum, éd. M. Cerdoni, Padoue, 1483.

Colombo 1969 = C. Colombo, Gasparino Barzizza a Padova : nuovi ragguagli di lettere inedite, dans Quaderni per la storia dell’ Università di Padova, 2, 1969, p. 1-27.

Cortesi 2012 = M. Cortesi, Aggregare le parti : note, letture e documenti nella miscellanea umanistica, II. Letture scolastiche e letture private in alcuni zibaldoni, dans Filologia mediolatina, 19, 2012, p. 221-245.

Cremaschi 1956 = G. Cremaschi, Ignoto discorso politico di Gasparino Barzizza, dans Bergomum, 50/4, 1956, p. 1-10.

Delle Donne 2010 = F. Delle Donne, « Per scientiarum haustum et seminarium doctrinarum ». Storia dello Studium di Napoli in età sveva, Bari, 2010.

Eubel 1913 = C. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi et recentioris aevi…, vol. I, Münster, 1913 (1ère éd. 1898).

Eubel 1914 = C. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi et recentioris aevi…, vol. II, Münster, 1914 (1ère éd. 1901).

Ferraù 2003 = Paolo Cortesi, De hominibus doctis, éd. G. Ferraù, Palerme, 1979, rééd. en ligne, Rome, 2003, URL http://www.bibliotecaitaliana.it/indice/visualizza_testo_html/bibit001354

Fiaschi 2012a = S. Fiaschi, Aggregare le parti : note, letture e documenti nella miscellanea umanistica, I. Dall’antologia al dibattito filologico, dans Filologia mediolatina, 19, 2012, p. 193-220.

Fiaschi 2012b = S. Fiaschi, Grammatica e nobiltà : l’Orthographia di Gasparino Barzizza nella biblioteca di Pietrasanta, dans D. Mantovani (éd.), Almum studium Papiense, storia dell’Università di Pavia, vol. 1, Dalle origini all’età spagnola, t. 1, Origini e fondazione dello Studium generale, Milan, 2012, p. 571-572.

Foffano 1969 = T. Foffano, Tra Padova, Parma e Pavia : appunti su tre allievi di Gasparino Barzizza, dans Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 2, 1969, p. 29-41.

Foffano 2005 = T. Foffano, I libri di un agostino umanista : Andrea Biglia, dans Italia Medioevale e Umanistica, 46, 2005, p. 119-149.

Foffano 2007 = T. Foffano, I manoscritti del magister e storiografo Andrea Biglia, dans M. Ferrari et N. Navoni (éd.), Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana, Atti del Convegno (Milano, 6-7 ottobre 2005), Milan, 2007, p. 252-268.

Forner 2007 = F. Forner, Umanesimo e università in Italia : alcune considerazioni su due codici miscellanei, dans S. Negruzzo (éd.), Università, umanesimo, Europa : giornata di studio in ricordo di Agostino Sottili, Pavia 18 novembre 2005, Milan, 2007, p. 269-293.

Frova-Nigri 1998 = C. Frova et R. Nigri, Un’orazione universitaria di Paolo Veneto, dans Annali di Storia delle Università italiane, 2, 1998, p. 191-197.

Furietti 1723 = Gasparino Barzizza, Gasparini Barzizii Bergomatis et Guiniforti filii opera, vol. I, éd. G. A. Furietti, Rome, 1723.

Garin 1952 = E. Garin, Prosatori latini del Quattrocento, Milan, 1952.

Gentile-Rizzo 2004 = S. Gentile et S. Rizzo, Per una tipologia delle miscellanee umanistiche, dans E. Crisci et E. Pecere (éd.), Atti del Convegno internazionale « Il codice miscellaneo. Tipologie e funzioni » (Cassino 14-17 maggio 2003), dans Segno e testo, 2, 2004, p. 379-407.

Gering-Crantz-Friburger 1470 = Gasparino Barzizza, Epistolae, éd. U. Gering, M. Crantz et M. Friburger, Paris, 1470.

Girgensohn 1986 = D. Girgensohn, Gasparino Barzizza, cittadino padovano, onorato dalla Repubblica di Venezia (1417), dans Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 19, 1986, p. 1-15.

Girgensohn 2001 = D. Girgensohn, Studenti e tradizione delle opere di Francesco Zabarella nell’Europa centrale, dans F. Piovan et L. Sitran Rea (éd.), Studenti, università, città nella storia padovana : atti del Convegno, Padova 6-8 febbraio 1998, Trieste, 2001, p. 126-176.

Griggio 1991 = Francesco Barbaro, Epistolario, vol. I, La tradizione manocritta e a stampa, éd. C. Griggio, Florence, 1991.

Gualdo Rosa 1993 = L. Gualdo Rosa (éd.), Censimento dei codici dell’epistolario di Leonardo Bruni, vol. I, Manoscritti delle biblioteche non italiane, Rome, 1993.

Gualdo Rosa 1994 = L. Gualdo Rosa, Due nuove lettere del Bruni e il ritrovamento del 'materiale Bertalot', dans Rinascimento, 34, 1994, p. 115-141.

Gualdo Rosa 1997 = L. Gualdo Rosa, Padova, 1420 : un commento universitario di Gasparino Barzizza a quindici orazioni di Cicerone, dans G. Tournoy et D. Sacré (éd.), Ut granum sinapis : essays on Neo-Latin literature in honour of Jozef Ijsewijn, Louvain, 1997, p. 1-12.

Gualdo Rosa 1999 = L. Gualdo Rosa (éd.), Gasparino Barzizza e la rinascita degli studi classici : fra continuità e rinnovamento. Atti del Seminario di studi Napoli - Palazzo Sforza, 11 aprile 1997, Naples, 1999.

Gualdo Rosa 2004 = L. Gualdo Rosa (éd.), Censimento dei codici dell’epistolario di Leonardo Bruni, vol. II, Manoscritti delle biblioteche italiane e della biblioteca apostolica vaticana, Rome, 2004.

Gualdo Rosa-Ingegno-Nunziata 1996 = L. Gualdo Rosa, S. Ingegno, A. Nunziata (éd.), Molto più preziosi dell’oro. Codici di casa Barzizza alla Biblioteca Nazionale di Napoli, Naples, 1996.

Hammer 1940 = W. Hammer, Balthazar Rasinus and His Praise of Studies at the University of Pavia, dans Studies in Philology, 37/2, 1940, p. 133-148.

Hankins 1990 = J. Hankins, Plato in the Italian Renaissance, 2 vol., Leiden-Boston, 1990.

Hankins 2003 = J. Hankins, A Zibaldone of Rinuccio Aretino, dans Humanism and Platonism in the Italian Renaissance, vol. I, Rome, 2003 (Storia e Letteratura, Raccolta di studi e testi, 215), p. 99-121.

Harth 1984 = Poggio Bracciolini, Lettere, éd. H. Harth, 3 vol., Florence, 1984.

Hausmann 1976 = F. R. Hausmann, Carabello, Antonio, dans DBI, t. 19, Rome, 1976, version en ligne URL http://www.treccani.it/enciclopedia/antonio-carabello_(Dizionario_Biografico)/

Hill Cotton 1973 = J. Hill Cotton, Caldiera, Giovanni, dans DBI, t. 16, Rome, 1973, version en ligne URL http://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-caldiera_(Dizionario_Biografico)/

Jullien 1983 = M.-H. Jullien de Pommerol, La bibliothèque de l’université de médecine de Montpellier en 1506, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 1983, 141/ 2, p. 344-351.

King 1975 = M. L. King, Personal, Domestic and Republican Values in the Moral Philosophy of Giovanni Caldiera, dans Renaissance Quarterly, 28/4, 1975, p. 535-574.

King 1989 = M. L. King, Umanesimo e patriziato a Venezia nel Quattrocento, 2 vol., tr. it., Rome, 1989 [1986].

Knod 1899 = G. C. Knod, Deutsche Studenten in Bologna (1289-1562). Biographischer Index zu den Acta Nationis Germanicae Universitatis Bononienses, Berlin, 1899.

Krautter 1977 = K. Krautter et al., Lauro Quirini umanista, Florence, 1977.

Kristeller 1963-1992 = P. O. Kristeller, Iter Italicum. A Finding List of Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and Other Libraries, 6 vol., Londres-Leiden, 1963-1992.

Kristeller 1997 = P. O. Kristeller, Iter Italicum. A Finding List of Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and Other Libraries : A Cumulative Index to Volumes I-VI, Londres-Leiden, 1997.

Kühne 1991 = U. Kühne, Repertorium Germanicum, vol. 3, Alexander V, Johann XXIII, Konstanzer Konzil (1409-1417), Berlin, 1935.

Lenfant 1720 = J. Lenfant, Poggiana, ou la Vie, le caractère, les sentences, et les bons mots de Pogge Florentin, 2 vol., Amsterdam, 1720.

Magni 1937 = D. Magni, Gasparino Barzizza, una figura del primo umanesimo, dans Bergomum, 31/2, 1937, p. 104-118 ; 31/3, 1937, p. 143-170 ; 31/4, 1937, p. 205-222.

Martellotti 1970 = G. Martellotti, Barzizza, Gasperino, dans DBI, t. 7, Rome, 1970, version en ligne URL http://www.treccani.it/enciclopedia/gasperino-barzizza_(Dizionario_Biografico)/

Maxson 2014 = B. J. Maxson, The Humanist World of Renaissance Florence, Cambridge-New York, 2014.

Mazzetti 1847 = S. Mazzetti, Repertorio de’professori della Università di Bologna, Bologne, 1847.

Mazzatinti 1892 = G. Mazzatinti, Inventari dei manoscritti delle biblioteche d’Italia. II, Vicenza, Coma, Cagli Nicosia, Lodi, Belluno, Rimini, Fonte, Colombo, (Rieti) Periglia, Volterra, Gubbio, Forlì, 1892.

Mazzatinti 1901 = G. Mazzatinti, Inventari dei manoscritti delle biblioteche d’Italia. XI, Firenze (R. Biblioteca Centrale Nazionale), Forlì, 1901.

Mazzuconi 1977 = D. Mazzuconi, Per una sistemazione dell’epistolario di Gasparino Barzizza, dans Italia Medioevale e Umanistica, 20, 1977, p. 183-241.

Mazzuconi 1981 = D. Mazzuconi, Stefano Fieschi da Soncino : un allievo di Gasparino Barzizza, dans Italia Medioevale e Umanistica, 24, 1981, p. 257-285.

Mc Grath 1970 = G. Mc Grath, An Unknown Fourteenth-Century Commentary on Suetonius and Caesar, dans Classical Philology, 65/3, 1970, p. 182-185.

Mc Manamon 2011 = J. Mc Manamon, An Incipitarium of Funeral Orations and a Smattering of Other Panegyrical Literature from the Italian Renaissance (ca. 1350-1550), Loyola University Chicago, mis en ligne le 16 septembre 2011, URL www.luc.edu/media/lucedu/history/pdfs/Incipit_Catalogue.pdf

Mehus 2004 = Bartolomeo Facio, De viris illustribus, éd. L. Mehus, Florence, 1745, rééd. digitale Rome, 2004, URL http://ww2.bibliotecaitaliana.it/xtf/view?docId=bibit000390/bibit000390.xml

Mercer 1979 = R. G. G. Mercer, The Teaching of Gasparino Barzizza. With Special Reference to his Place in Paduan Humanism, Londres, 1979.

Miglio 2000 = M. Miglio, Niccolò V, dans Enciclopedia dei Papi, vol. II, Rome, 2000, version en ligne URL http://www.treccani.it/enciclopedia/niccolo-v_(Enciclopedia-dei-Papi)/

Müllner 1899 = K. Müllner, Reden und Briefen italienischer Humanisten, Vienne, 1899.

Nardi 1963 = B. Nardi, Mantuanitas Vergiliana, Mantoue, 1963.

Narducci 1893 = E. Narducci, Catalogus Codicum manuscriptorum praeter graecos et orientales in Bibliotheca Angelica, Rome, 1893.

Norbedo 2008 = R. Norbedo, Considerazioni intorno a Battista Alberti e Gasparino Barzizza a Padova (con un documento su Leonardo Salutati), dans M. Aguzzoli et al. (éd.), La Vita e il mondo di Leon Battista Alberti : atti dei convegni internazionali del Comitato Nazionale VI Centenario della nascita di Leon Battista Alberti, Genova, 19-21 febbraio 2004, vol. II, Florence, 2008, p. 345-376.

Panizza 1977 = L. A. Panizza, Gasparino Barzizza’s commentaries on Seneca’s letters, dans Traditio, 33, 1977, p. 297-358.

Pasquali 1975 = G. Pasquali, Canetoli, Marco, dans DBI, t. 18, Rome, 1975, version en ligne URL http://www.treccani.it/enciclopedia/marco-canetoli_(Dizionario_Biografico)/

Petrucci 1977 = A. Petrucci, Catalogo sommario dei manoscritti del fondo Rossi, Rome, 1977.

Pigman 1981 = G. W. Pigman, Barzizza’s Studies of Cicero, dans Rinascimento, s. 2, 21, 1981, p. 123-163.

Pigman 1982a = G. W. Pigman, Barzizza’s Treatise on Imitation, dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 44, 1982, p. 341–52.

Pigman 1982b = G. W. Pigman, Notes on Barzizza’s Correspondence, dans Italia Medioevale e Umanistica, 25, 1982, p. 391-399.

Quaglioni 1985 = D. Quaglioni, Coccodrilli umanistici. Due orazioni per la morte di Callisto III, dans Pluteus, 3, 1985, p. 131-173.

Revest 2013a = C. Revest, Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une étude de la rhétorique humaniste comme pratique sociale, dans MEFRM, 125/1, 2013, p. 219-257, URL http://mefrm.revues.org/1192

Revest 2013b = C. Revest, Rhétorique cérémonielle et culture humaniste à l’université de Padoue, Mémoire de l’École française de Rome présenté en 2013 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 2, Catalogue, URL http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1662/files/2013/12/Revest-M%C3%A9moire-EFR-vol.-2-en-ligne.pdf

Revest 2014 = C. Revest, Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante : la nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414, dans J.-P. Boudet, C. Barralis, F. Delivré et J.-Ph. Genet (éd.), Église et État, Église ou État ? Les clercs et la genèse de l’État, Paris, 2014, p. 123-138.

Revest 2015a = C. Revest, Le creuset de l’éloquence. Rites universitaires, rhétorique humaniste et refonte des savoirs (Padoue, premier tiers du XVe siècle), dans J. Chandelier et A. Robert (éd.), Frontières des savoirs en Italie l’époque des premières universités (XIIIe-XVe siècle), Rome, 2015, p. 103-153 (CEFR, 505).

Revest 2015b = C. Revest, Les « sympathisants » de l’humanisme : le cas des frères Giobbe, Lazarino et Giona Resta, dans F. Brizay et V. Sarrazin (éd.), Érudition et culture savante de l’Antiquité à l’époque moderne, Rennes, 2015, p. 203-215.

Rosso 2000 = P. Rosso, Umanesimo e giurisprudenza nei primi decenni di attività dell’Università di Torino : appunti su Mercurino Ranzo (1405 c.-1465), dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, 98, 2000, p. 653-689.

Rosso 2005 = P. Rosso, La commedia umanistica in ambito universitario : notizie sul soggiorno pavese di Antonio Barzizza, dans F. Forner, C. M. Monti et P. G. Schmidt (éd.), Margarita amicorum. Studi di cultura europea per Agostino Sottili, vol. II, Milan, 2005, p. 965-993.

Rosso 2011 = P. Rosso, Iter germanicum di una leggenda. Forme e ambiti di ricezione della Griselda petrarchesca in Germania, dans R. Comba et M. Piccat (éd.), Griselda : metamorfosi di un mito nella società europea. Atti del Convegno internazionale a 80 anni dalla nascita della Società, Cuneo, 2011, p. 117-144.

Rundle 1997 = D. Rundle, Of Republics and Tyrants : aspects of Quattrocento humanist writings and their reception in England, c. 1400 – c. 1460, 2 vol., unpubl. PhD thesis, University of Oxford, 1997, https://bonaelitterae.wordpress.com/david-rundles-research-projects/humanism-in-england/d-phil-thesis-of-david-rundle/.

Rusconi 1514 = Gasparino Barzizza, Vocabularium breve, éd. G. Rusconi, Venise, 1514.

Sabbadini 1885 = R. Sabbadini, Storia del ciceronianismo e di altre questioni letterarie nell’età della Rinascenza, Turin, 1885.

Sabbadini 1886a = R. Sabbadini, Lettere e orazioni edite e inedite di Gasparino Barzizza, dans Archivio storico lombardo, 3, 1886, p. 363-378, 563-583, 825-836.

Sabbadini 1886b = R. Sabbadini, Studi di Gasparino Barzizza su Quintiliano e Cicerone, Livourne, 1886.

Sabbadini 1896 = R. Sabbadini, La scuola e gli studi di Guarino Veronese, Catane, 1896.

Sabbadini 1907 = R. Sabbadini, Briciole umanistiche. LVIII. Giovanni da Spilimbergo, dans Giornale storico della letteratura italiana, 50, 1907, p. 61-71.

Sabbadini 1915-1919 = Guarino Veronese, Epistolario di Guarino Veronese, 3 vol., éd. R. Sabbadini, dans Miscellanea di Storia Veneta, s. 3, 8-11-14, 1915-1919.

Schnaubelt 1993 = J. C. Schnaubelt, Andrea Biglia (c. 1394-1435). His Life and Writings, dans Augustiniana, 43, 1993, p. 103-62.

Schnaubelt 1994 = J. C. Schnaubelt, Andrea Biglia (c. 1394-1435). The Preservation and Dispersion of the Biglia Manuscripts, dans Augustiniana, 44, 1994, p. 381-469.

Segarizzi 1903 = A. Segarizzi, Un maestro piranese del sec. XV, dans Archeografo triestino, s. 3, 1, 1903, p. 397-401.

Segarizzi 1904 = A. Segarizzi, Lauro Quirini, umanista veneziano del secolo XV, dans Memorie della Reale Accademia delle Scienze di Torino, s. 2, 54, 1904, p. 1-28.

Silvano 2012 = L. Silvano, Pseudo-Demostene Ad Alexandrum o la forza del falso, dans E. Bona, C. Lévy et G. Magnaldi (éd.), Vestigia Notitiai. Studi in memoria di Michelangelo Giusta, Alessandria, 2012, p. 485- 518.

Sonkowsky 1958 = R. P. Sonkowsky, An edition of Gasparino Barzizza’s De compositione, unpubl. Phil. Diss., University of North Carolina, 1958.

Sonkowsky 1964 = R. P. Sonkowsky, A Fifteenth-Century Rhetorical Opusculum, dans C. Henderson (éd.), Classical, Medieval and Renaissance Studies in Honour of B. L. Ullman, vol. II, Rome, 1964, p. 259-281.

Sottili 1968 = A. Sottili, Studenti tedeschi a Padova e le opere del Petrarca in Germania durante il Quattrocento, dans Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 1, 1968, p. 49-71.

Sottili 1971 = A. Sottili, Studenti tedeschi ed umanesimo italiano nell’università di Padova durante il Quattrocento, Pietro del Monte nella società accademica padovana (1430-1433), Padoue, 1971.

Tagliabue 1983 = M. Tagliabue, Contributo alla biografia di Matteo Ronto traduttore di Dante, dans Italia Medioevale e Umanistica, 26, 1983, p. 151-188.

Tremolada 1988a = M. P. Tremolada, Introduzione a un catalogo di manoscritti di Gasparino Barzizza conservati nelle biblioteche milanesi, dans Libri e documenti, 1988/1, p. 57-72.

Tremolada 1988b = M. P. Tremolada, I manoscritti di Gasparino Barzizza conservati nelle biblioteche milanesi, dans Libri e documenti, 1988/2, p. 1-36. 

Tremolada 1989 = M. P. Tremolada, « Oratio Gasparini Pergomensis in accessum novi pretoris ». L’ignota orazione di Gasparino Barzizza per l’insediamento di Francesco Barbaro nella carica di pretore di Bergamo (agosto 1430), dans Libri e documenti, 1989, p. 78-80.

Weiss 1949 = R. Weiss, Il primo secolo dell’Umanesimo. Studi e testi, Rome, 1949 (Storia e Letteratura, 27).

White 2005 = Biondo Flavio, Italy Illuminated, vol. I, Books I-IV, éd. et. trad. J. A. White, Cambridge-Londres, 2005.

Ziliotto 1913 = B. Ziliotto, La cultura letteraria di Trieste e dell’Istria, vol. I, Trieste, 1913.

Zonta-Brotto 1970 = Acta graduum academicorum gymnasii patavini ab anno 1406 ad annum 1450, 3 vol., éd. G. Zonta et G. Brotto, Padoue, 1970 (1ère éd. 1922).

Zorzanello 1980-1985 = P. Zorzanello, Catalogo dei codici latini della Biblioteca Nazionale Marciana di Venezia non compresi nel catalogo di G. Valentinelli, 3 vol., Trezzano sul Naviglio, 1980-1985.

Haut de page

Notes

1 Sabbadini 1885, p. 13. J’adresse mes sincères remerciements à l’École française de Rome pour m’avoir permis, à la faveur d’un post-doctorat avec le CNRS, d’entamer une enquête au long cours sur les discours de Gasparino Barzizza, dont quelques résultats sont présentés ici. Toute ma gratitude va également à Cécile Caby et à John Mc Manamon pour leurs relectures précieuses ainsi qu’à Franz Dolveck, Michaël Gasperoni, Camille Gerzaguet et Julien Reynaud pour leur aide salutaire.

2 Guarino Veronese, Epistolario, éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n°214, p. 345 : Quem enim potius quam te Cicero ipse deligeret, cuius ductu atque auspiciis amatur, legitur et per Italorum gymnasia summa cum gloria volitat ?

3 Bartolomeo Facio, De viris illustribus, éd. Mehus 2004 : Gasparinus Bergomensis unus ex iis vel in primis fuit, qui consopitam diu eloquentiam excitaverunt. Arte rhetorica perdiu tum Paduae, tum Mediolani adolescentes instituit, lingua tamen et sermone quam scriptis clarior ; Biondo Flavio, Italia Illustrata, éd. White 2005, Liv. IV, 28, p. 304 : Cumque his in Quintiliani Institutionibus et Ad Atticum epistulis nostrorum Italiae adulescentium ingenia desudarent, Gasparinus Bergomensis, grammaticus rhetorque celeberrimus, Venetiis meliori solito doctrina nonnullos erudivit, plurimos ad ea imitanda studia incitavit.

4 Voir en premier l’inventaire établi par Daniela Mazzuconi (Mazzuconi 1977). L’édition principale des lettres familières de Gasparino Barzizza reste Furietti 1723, à compléter par les mentions et éditions de Sabbadini 1886a, Colombo 1969, Bertalot 1975a et Pigman 1982b.

5 Mis à part les discours sur lesquels nous revenons plus loin, on peut consulter les éditions suivantes : Cerdoni 1483 (Exempla exordiorum) ; Lovere 1512 (Orthographia) ; Rusconi 1514 (Vocabularium breve) ; Furietti 1723 (De compositione [version partielle] et Epistolae ad exercitationem accomodatae) ; Sonkowsky 1964 (De tribus partibus elocutionis epilogus ac summa preceptorum) ; Panizza 1977 (prologues des commentaires des lettres de Sénèque et biographie de Sénèque) ; Pigman 1981 (Exornationes colorum et sententiarum ; Vita Marci Tulli Ciceronis) et 1982a (De imitatione). Nous n’avons pas pu consulter Sonkowsky 1958. Nous omettons par ailleurs de mentionner plusieurs petits traités ou manuels rhétoriques qui sont rares et/ou d’attribution douteuse.

6 Sabbadini 1886b ; Gualdo Rosa 1997.

7 Pour un profil biographique voir Magni 1937, Martelloti 1965 et Mercer 1979, à compléter par Girgensohn 1986, Rosso 2005, Norbedo 2008 et Revest 2014.

8 Gering-Crantz-Friburger 1470. Sur l’édition de l’Orthographia préfacée par Fichet voir Barbero 1996.

9 Jullien 1983, en particulier p. 49 (ouvrage n°19 : Epistole Karoli Ferdinandi cum Epistolis Gasparini et Speculo stultorum). Cette mention est d’autant plus intéressante que, comme le souligne l’auteur de l’article (p. 346), « cette bibliothèque n’est pas le fruit d'une lente accumulation perpétrée au fil des ans, mais d'un investissement global. Les titres retenus devraient nous éclairer sur les désirs des utilisateurs et les auteurs alors à la mode ».

10 Tel est le constat de nouveau dressé par Lucia Gualdo Rosa dans Gualdo Rosa 1997, p. 9.

11 Il s’agit des travaux déjà cités, Mazzuconi 1977 et Mercer 1979. On doit encore mentionner les éléments mis au jour par Sonkowsky 1964 ; Foffano 1969 ; Mc Grath 1970 ; Panizza 1977 ; Mazzuconi 1981 ; Pigman 1981 et 1982a.

12 Gualdo Rosa 1997 et 1999 et Gualdo Rosa-Ingegno-Nunziata 1996. Les recherches de Maria Pia Tremolada et Giliola Barbero sont en outre à signaler : Tremolada 1988a et 1988b ; Barbero 2008.

13 Le seul recensement des discours composés par l’humaniste remonte à 1886 (Sabbadini 1886a, p. 825-831) et mériterait d’être largement revu, car la liste établie par Remigio Sabbadini repose sur une enquête incomplète (nombre de recueils manuscrits n’ont pas été pris en compte) et par endroits erronée (certains discours ne sont manifestement pas de la plume de Barzizza). Les éditions disponibles sont les suivantes : Furietti 1723, p. 15-87 ; Müllner 1899, p. 56-59 (Gasparini Barzizii in principio quodam artium oratio, Eiusdem oratio in principio Rhetoricorum Tullii) ; Arzano 1904 (Funebris oratio in mortem cuiusdam doctoris edita) ; Garin 1952, p. 306-309 (Oratio in principio quodam artium) ; Cremaschi 1956 (De laudibus praetoris urbani in suo discessu); Tremolada 1989 (Oratio in accessum novi pretoris). Pour une présentation synthétique mais partielle de la production oratoire de Barzizza cf. Mercer 1979, p. 101-105.

14 Voir à titre de comparaison les conclusions de Giliola Barbero à propos de la diffusion de l’Orthographia, dans Barbero 1999 (voir également Fiaschi 2012b sur ce point).

15 Kristeller 1997, p. 61.

16 Cf. infra n.13. Nous nous permettons de renvoyer également aux éléments présentés dans Revest 2013b et 2015a.

17 Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; Revest 2013b, n°80.

18 La contribution désormais essentielle de Sebastiano Gentile et Silvia Rizzo (Gentile-Rizzo 2004) a été récemment rediscutée dans Fiaschi 2012a, Cortesi 2012 et Revest 2013b.

19 Voir les analyses particulièrements stimulantes de Silvia Fiaschi dans Fiaschi 2012a, p. 214-215.

20 Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 256 ; Zorzanello 1980-1985, vol. II, p. 7-12 ; Griggio 1991, p. 317-318 ; Gualdo Rosa 2004, p. 244-245.

21 Dont un groupe de 31 lettres de Leonardo Bruni (f. 25r-43r) conservées dans une rédaction primitive de sa correspondance.

22 Aux f. 5r-9r et 14r-15v.

23 Aux f. 9r-10v : Baptiste Nevis oratio in laudem medicine, Inc. Omnes qui ante me simili officio. Pour son conventus en médecine le 10 juillet 1417 : Zonta-Brotto 1970, vol. 1, n°422.

24 Aux f. 44r-84v. Nous renvoyons au recensement présenté dans Revest 2013b (deux discours restent anonymes). Pour Giovanni Caldiera, cf. Hill Cotton 1973 et King 1975. Sur Giona Resta, voir Revest 2015b.

25 Bertalot 1975b.

26 Ibid., p. 211-213.

27 Nous renvoyons principalement à Sottili 1968 et 1971, Girgensohn 2001, Forner 2007, Rosso 2011 et Cortesi 2012 (en particulier p. 224-232). Sur le manuscrit Ottobonianus, Lat. 3021 voir Revest 2013a, p. 226-227 et 248-250.

28 Nous renvoyons d’une manière générale à King 1989.

29 L’ouvrage de référence demeure Sabbadini 1896.

30 Pour un inventaire détaillé et la bibliographie afférente, Revest 2013a, p. 225-226 et 245-248.

31 Mazzatinti 1892, p. 125-127 ; Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 496 ; Griggio 1991, p. 175 ; Gualdo Rosa 2004, p. 10 (nous n’avons pas consulté nous-même ce manuscrit). Nous soulignons les liens entre ces mélanges dans Revest 2013a, p. 228, en particulier n. 43.

32 Voir la description et la bibliographie en ligne sur le site du Catalogue collectif de France http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/index_view_direct_anonymous.jsp?record=eadcgm:EADC:D02B10786 ainsi que Gualdo Rosa 1993, p. 78. Nous tenons à remercier ici vivement la médiathèque de Troyes pour son aide précieuse concernant l’accès à une reproduction du manuscrit.

33 Ainsi au f. 317v : Completum hoc opus per me iohannem Justum die XI aprilis 1448 hora diei VI ; f. 367v : persolutum hoc opus per me johannem justum die XXVIII aprilis 1448 die dominice hora xii diei ; f. 419v : Finis per Johannem Justum XV septembris 1449 hora noctis prope 4ta raptissime.

34 Eubel 1914, p. 138. Il est cité parmi les traducteurs du grec ayant dédicacé une œuvre au pape Nicolas V dans Miglio 2000. Il aurait aussi occupé en 1457-1458 une chaire de lecteur en logique à l’université de Bologne : Mazzetti 1847, p. 157, n°1599.

35 D’après Kristeller, vol. II, 1963-1992, p. 262 : Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XIII 62 (4418), f. 77.

36 Sur Lauro Quirini et notamment son De Republica, cf. Segarizzi 1904 ; Krautter 1977 ; King 1989, vol. II, p. 617-620 ; Cappelli 2010.

37 Sur Caroto Vidali, originaire de Piran : Segarizzi 1903 ; Ziliotto 1913, p. 105.

38 Rosso 2000, en particulier p. 669-679.

39 On pourra en consulter un inventaire en ligne sur le site manuscripta.at : http://manuscripta.at/m1/hs_detail.php?ID=35143. Il est également mentionné dans Kristeller 1963-1992, vol. I, p. 37.

40 Knod 1899, n°3088; Eubel 1914, p. 111; Kühne 1991, p. 237. Un autre colophon de sa main est conservé dans un manuscrit de Graz, Universitätsbibliothek, 59 (http://sosa2.uni-graz.at/sosa/katalog/katalogisate/59.html) : Scriptum anno d. 1409 die XVI. mensis ianuarii per Johannem Rotel de Salina tunc Bononie studentem.

41 On trouve ce formulaire (Inc. Exspectavi ut tua benigna societas) dans un recueil de lettres pontificales remontant au pontificat de Martin V : Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 75.2 Aug. 2°, f. 195r-206v (voir la description en ligne http://diglib.hab.de/?db=mss&list=ms&id=75-2-aug-2f&catalog=Heinemann&image=00435). Dans le manuscrit de Brixen, il est suivi de quelques pièces dont l’une porte l’indication (f. 223r) S. V. humiles Jo. Rotel decretorum doctor et N. Franchomo in Artibus magister Abbreviatores suprascripti.

42 Par exemple au f. 52r-55r : Giovanni Calderini, Oratio edita pro domino Petro de Depensauro episcopo Imolensi dignissimo in suo conventu generali ac recitata per egregium ac famosum doctorem d. Io[annem] An[dreae] de Caldaris Bononiae 1421, Inc. Optarem patres maxime clarissimi ac viri insignes (Bertalot 1990-2004, n°14939, copie non mentionnée) ; f. 102v-104v : Giovanni Campiano, Campiani domini Io. Siculi noctensis ad ornatum et spectatissimum Bononiae praesidem pro universitate scholarium iuristarum, Inc. Credo equidem praeses amplissime miraberis (Bertalot 1990-2004, n°2792, copie non mentionnée) ; f. 119v-122v : Vasco Rodrigues, Epistula edicta per dominum Valascum de Lisbonia priori ordinis Cartusie civitatis Bononiensis electo in episcopum a populo Bononiensi et acceptanti, Inc. Quanta de te sit exspectatio pater optime (lettre à Niccolò Albergati, 1417 ; Bertalot 1990-2004, n°17555, copie non mentionnée) ; f. 177r-178r : Antonio Bentivoglio, Exordium quod fecerat nobilis et egregius vir dominus antonius de bentivolentiis bononiensis quando repitivit, Inc. Deo viri insignes omnique laude prestantissimi (ce texte n’est pas mentionné dans l’inventaire en ligne) ; f. 178v-180v : Marco Canetoli, Arenga facta papae Alexandro V° quando venit Bononi per dominum Marcum de Canidulo legum doctorem [1410], Inc. Consuevere urbes et populi beatissime pater (Bertalot 1990-2004, n°2632, copie non mentionnée). On peut y ajouter un discours du véronais Gian Nicola Salerno pour son investiture comme podestat de Bologne en 1419, aux f. 117v-119v : Oratio habita per dominum Iohannem Nicolam Salernum de Veronia <sic> dum praetor Bononiae esset, Inc. Si quid est patres conscripti clarissimique cives quod Deos (Bertalot 1990-2004, n°21826, copie non mentionnée). Sur le sicilien Giovanni Campiano, voir notamment Gualdo Rosa 1994, p. 121-125 ; sur le portugais Vasco Rodrigues, qui embrassa par la suite une carrière curiale, Bettini 2008, p. 207-216 ; sur Antonio Bentivoglio, Banti 1966 ; sur Marco Canetoli, Pasquali 1975 ; sur Gian Nicola Salerno, Biadego 1882.

43 Aux f. 175v-176v : Arenga sancta coram papam Io. 23 quando expulsus de Roma per regem Ladislaum post aliquolem <sic> moram quam Florentiae fecerat Intravit Bononiae et fuit facta per dominum Raimundum gran rectorem universitatis Bononiensis, Inc. Hunc minime adimor beatissime pater. Il n’est pas inutile de noter que la carrière de Johannes Rötel à la curie semble avoir commencé à cette période.

44 Par exemple aux f. 70v-73r : Gaspare Bonizi, Oratio domini Gasparis de Perusio legum doctorum pro rectore universitatis magistratus assumente, Inc. Magnum hodierno die allatum pondus video (Bertalot 1990-2004, n°11493, copie non mentionnée). On ne connaît pour le moment que des bribes de la carrière de Gaspare Bonizi da Perugia, qui fut avocat consistorial de 1409 au moins jusqu’au milieu des années 1430 et qui enseigna à l’université de Florence : Vincke 1938, p. 159; Puncuh 1971, p. 134, 148, 215, 233, 237, 240 ; Schwarz 2013, p. 145. Voir également : Cité du Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Misc. Dipl., n°68 (concile de Constance, 13 octobre 1415), ainsi que plusieurs pièces contenues dans le manuscrit de Würzburg, Universitätsbibliothek, M.ch.f.20 (http://vb.uni-wuerzburg.de/ub/mchf20/ueber.html).

45 Les huit discours se trouvent aux f. 185v-200r. On y lit notamment aux f. 185v-186r et 186r-187r les discours relatifs à son conventus en droit canonique et aux f. 196v-200r un discours composé pour le transfert de Friedrich Deys de l’épiscopat de Lavant vers celui de Chiemsee en 1423 : Collocutio facta per Io. prepositum Soliensem decretorum doctorem in translatione episcopi Chiemensi et provisione electi Laventini, Inc. Ex quo reverendissime pater et domine reverendus pater et dominus Fridericus (cf. Eubel 1912, p. 184).

46 Pour la description et l’analyse du manuscrit de Londres, British Library, Harley 2268, voir Rundle 1997, p. 80-85 et p. 393-414 (description mise en ligne sur le site bonae litterae : http://bonaelitterae.files.wordpress.com/2009/07/dgrms12.pdf). David Rundle prend précisément ce manuscrit en exemple de ce qu’il appelle « le formulaire barzizzien ». Ce mélange comprend un nombre remarquable de pièces communes avec celui de Brixen, dont des textes rares voire connus par ces deux seuls témoins (nous abrégeons le manuscrit de Londres en L, celui de Brixen en B) : tel est le cas d’une lettre de Gasparino Barzizza à Grégoire XII, Inc. Cum ob varios studiorum meorum labores clementissime pater (B, f. 90v-92v ; L, f. 4v-5v) ; d’un discours de Vasco Rodrigues à Martin V, Inc. Pacem tibi beatissime pontifex et pedum tuorum osculum Sanctitatem (B, f. 139r-141v ; L, f. 38v-39v) ; d’un discours académique de Gaspare Bonizi, Inc. Magnum hodierno die allatum pondus video (B, f. 70v-73r ; L, f. 39v-41r ; une autre copie dans Würzburg, Universitätsbibliothek, M.ch.f.20, f. 65v-66r) ; de deux discours académiques de Giovanni Campiano pro Ludovico Cathelano : Inc. Institueram animo priusquam hunc (B, f. 49r-50r ; L, f. 46r), Inc. Maxime vellem ea in me vis esset (B, f. 50r-50v ; L, f. 46r).

47 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, Naz. II VIII 129. Voir les descriptions de Mazzatinti 1901, p. 247-248 ; Griggio 1991 p. 186-188 ; Gualdo Rosa 2004 p. 85-87 ; Hankins 2003, p. 98-121.

48 Hankins 1990, vol. I, p. 85-90.

49 Notamment aux f. 87v-89r : Oratio Cincii de laudibus s. d. n. domini Martini pape V, Inc. Xenophon beatissime pater cuius magnum in grecia nomen est (Agapito dei Rustici, discours de remerciements adressé à Martin V pour ses bienfaits envers son père Cencio et envers la ville de Rome) ; f. 110v-111r : Inc. Posteaquam te pater sanctissime in pontificatum apostolice sedis dei aspiratu electum audivimus (Anonyme, panégyrique de Martin V pour son élection au pontificat, copie unique, éd. Hankins 2003, p. 120-121; voir également Maxson 2014, p. 137-138).

50 Aux f. 104v-105v, Inc. Beatissime pater et sanctissime domine posteaquam hunc mihi dicendi (discours adressé au pape pour un docteur en droit, protégé de Paolo Guinigi, qui a été recruté parmi les avocats du consistoire). L’attribution à Gasparino Barzizza est cependant douteuse.

51 Voir Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 115 et VI, p. 169b ; Weiss 1949, p. 62 ; Petrucci 1977, p. 111-114 ; Griggio 1991, p. 254 ; Gualdo Rosa 2004, p. 192-193. A propos des lettres de Leonardo Bruni conservées dans le manuscrit, Lucia Gualdo Rosa souligne : « Si tratta comunque di un testimone importante, sfuggito sia al Luiso che al Bertalot, che contiene testi rari e in redazione molto antica ». Le manuscrit comporte également quelques dessins à l’encre, en marge.

52 Les lettres et discours de Barzizza se trouvent aux f. 10r-14r, 24v-26r, 35r-38r, 127v-133v et 136r-140r. L’un des discours est en fait copié deux fois (panégyrique adressé au roi Janus de Lusignan, Inc. Si recte a maioribus nostris illustris rex et princeps serenissime, f. 24v-26r et 132r-133v).

53 Par exemple, aux f. 126v-127r : Oratio funeralis de morte domini Jacobi balduini edita per petrum de vineis, Inc. Iuris civilis professoribus universis Petrus de Vineis salutem et attendere ultimum ante primum. Amaritudo amarissima et materia concreta. Il s’agit d’une lettre de condoléances de Pierre de la Vigne de 1235, adressée aux docteurs de l’université de Bologne pour la mort de Jacopo Baldovini : Delle Donne 2010, p. 135-137.

54 Dont les très diffusés discours des pseudos-Eschine, Démade et Démosthène aux f. 30v-32v. Sur ces « best-sellers » apocryphes, et en particulier sur le discours de Démosthène Ad Alexandrum, voir Berti 2001 et dernièrement Silvano 2012.

55 Aux f. 114v-120r : Ad illustrissimum principem et humanissimum Mantue marchionem dominum iohannem franciscum Gongiagiensem funebris epistola pro viro prestanti ac Juvene nobilissimo Bartholomeo enselmino Alovisii delaturre feliciter incipit, Inc. Acerbam nobis et permolestam meroris et lacrimarum diem attulit, Expl. Mantue, XVIII, kal. Februarias 1439. On lit aux folios 118r-118v : Quod autem tristius intollerabiliusque poterat avuncunlum suum, Victorinum Feltrensem, virum optimum atque sanctissimum litterarumque eruditissimum perstringere examinareque, quam eius nepotis peritus ac discipuli cernere interitum ? Sur Vittorino da Feltre et son neveu Bartolomeo Enselmini cf. Nardi 1963, p. 191-193.

56 Aux f. 58v-60r, Inc. Bene ac sapienter maiores nostri quorum in omni negotio, voir les indications du site Mirabile http://www.mirabileweb.it/title/epithalamium-in-carolum-gonzagam-et-luciam-estense-title/1524 (qui ne mentionne pas cette copie).

57 Aux f. 120r-126v : Sermo de vita et morte Religiosi viri Galeocti ruberti de malatestis principis arimini tertii ordinis sancti francisci, Inc. Cum gloriosus deus multifariam multisque modis. Voir Mc Manamon 2011 p. 269.

58 Au f. 153v, Inc. Clarus ad celos oculus levatus (dans la seconde main mentionnée). Il s’agit d’un chant alternant latin et langue vernaculaire, qui se termine par l’indication Ex versu zaphico latino et rithimo [sic] materno sonantem / hunc sonittum composuit frater marcus ronto. Sur Matteo Ronto, cf. Tagliabue 1983 et Brambilla 2007. Étant donné la position et le caractère unique du chant, nous n’excluons pas qu’il ait pu posséder lui-même le manuscrit à la fin de sa vie.

59 Voir en premier lieu Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 421 et VI, p. 381. Le groupe de discours comprend également une épitaphe métrique pour Jacopo da Forlì, qui accompagne l’oraison funèbre pour ce dernier : f. 51r, Epitaphium Jacobi de Forlivio editum per Gasparinum Barzizium, Inc. Forlivias iacet hic Jacobus (cf. Bertalot 1985, n°1837 qui recense une seule autre copie).

60 Aux f. 46r-48r, Inc. Si quis vestrum est prestantissimi patres. Voir Bertalot 1990-2004, n°21898 (Ant. Tarvisini oratio in promotione Guiniforti Barzizzii habita Papiae). Nous en connaissons deux autres copies : Milan, Biblioteca Ambrosiana, Sussidio H 52, f. 51v-53r ; Paris, BnF, Lat. 7867, f. 3r-6r (non recensée par Bertalot).

61 Aux f. 65v-68r : Hodierna <sic> die ad pedes tuos ut supplices accedamus, discours adressé à un pape pour présenter une supplique, au nom d’un ville, afin de changer d’évêque (Bertalot 1990-2004, n°8916, autre copie dans le manuscrit de Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, Lat. oct. 431, f. 74v-77v) ; f. 68r-70r : Inc. Quoquia huc loci vos illustres viri vosque alii magnifici patres ac doctores egregii, texte non identifié.

62 Grâce au colophon (f. 70r) Iste liber est Guilermi desichamilicis.

63 L’un des deux premiers consuls connus de Plaisance au milieu du XIIe siècle était notamment un Seccamilica : Racine 1991, p. 189.

64 Memorie 1878, p. 51.

65 Voir Kristeller 1962-1992 vol. I, p. 336 et VI, p. 58 ainsi que la description générale du manuscrit dans le catalogue en ligne de l’Ambrosienne : http://ambrosiana.comperio.it/opac/detail/view/ambro:catalog:81042. Manuscrit non pris en compte dans Tremolada 1988b.

66 Variante de Inc. Cum omnes qui tuam adeant sanctitatem. Sabbadini 1886a, p. 826, n°3 ; Bertalot 1990-2004, n°3712 ; éd. Furietti 1723, p. 15-17.

67 Bertalot 1990-2004, n°23959 ; Mc Manamon 2011, p. 1020-1022 ; éd. Furietti 1723, p. 27-30.

68 Sabbadini 1886a, p. 830, n°62 ; Bertalot 1975d, p. 223 ; Bertalot 1990-2004, n°21933.

69 Bertalot 1990-2004, n°22988 ; Mc Manamon 2011, p. 984-985 ; éd. Furietti 1723, p. 33-36.

70 Mazzuconi 1977, n°211 ; Bertalot 1990-2004, n°17834 ; éd. Furietti 1723, p. 36-39.

71 Bertalot 1990-2004, n°24448 ; Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; éd. Furietti 1723, p. 23-26.

72 Bertalot 1990-2004, n°21876 ; éd. Furietti 1723, p. 69-71.

73 Bertalot 1990-2004, n° 3565 ; éd. Furietti 1723, p. 64-66.

74 Bertalot 1990-2004, n°13603 ; éd. Furietti 1723, p. 50-52.

75 Bertalot 1990-2004, n°21217 ; éd. Furietti 1723, p. 55-56.

76 Bertalot 1990-2004, n°3225 ; éd. Furietti 1723, p. 72-73.

77 Bertalot 1990-2004, n°20322 ; éd. Furietti 1723, p. 53-54.

78 Bertalot 1990-2004, n°16876 (copie non mentionnée).

79 Bertalot 1990-2004, n°8464 (copie non mentionnée).

80 Bertalot 1990-2004, n°4135 (copie non mentionnée) ; Sabbadini 1886a, p. 826.

81 Bertalot 1990-2004, n°13171.

82 Bertalot 1990-2004, n°13169 (copie non mentionnée) ; éd. Furietti 1723, p. 40-44.

83 Bertalot 1990-2004, n°24459.

84 Bertalot 1990-2004, n°19347.

85 Inc. Cum sepe mecum repeterem patres clarissimi, Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, pour la première lecture de Battista da Viterbo, Padoue, c. 1410-1411 (cf. Bertalot 1990-2004, n°3951 ; éd. Müllner 1899, p. 56-58 ; éd. Garin 1952, p. 306-309).

86 Inc. Beatissime pater et sanctissime domine posteaquam hunc mihi dicendi, Gasparino Barzizza ?, discours adressé au pape pour un docteur en droit protégé de Paolo Guinigi, recruté parmi les avocats du consistoire (cf. Hankins 2003, p. 110).

87 Inc. Maxime vellem patres eruditissimi ea in me esset vis, Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, pour le principium en arts de Lauro Bragadin, Padoue, 9-10 novembre 1410 (cf. Bertalot 1990-2004, n°11726).

88 Inc. Quam vellem patres et doctores amplissimi ut iudicium, Gasparino Barzizza, discours d’investiture du recteur de l’université, Padoue, 1412-1413 (cf. Bertalot 1990-2004, n°17149 ; éd. Furietti 1723, p. 62-64).

89 Mazzuconi 1977, p. 184-185.

90 Un récent ouvrage consacré aux préambules des actes des rois de France au XIVe siècle souligne bien la valeur heuristique d’une étude sérielle de cette partie du discours pour l’histoire des pratiques rhétoriques : Barret-Grévin 2014.

91 Voir Pigman 1982a, en particulier p. 350 : Ita bona imitatio debet esse et accipi ita ut stilus et eloquentia videatur assimulari Ciceroni vel alio oratori, et tamen non esse debet eadem in verbis.

92 Le manuscrit de Pérouse, Bibl. Comunale, J 114, donne le titre suivant (f. 46v) : Gasparini Pergamensis pro domino Lauro Bragadino in principio artium oratio. Pour les actes de graduation de Lauro Bragadin, cf. Zonta-Brotto 1970, vol. I, n°57-58.

93 Pour les copies conservées voir Revest 2013b, n°57. Nous transcrivons d’après les manuscrits : Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, II VIII 129, f. 106r [F] ; Pérouse, Bibl. Comunale, J 114, f. 46v-47r ; Rome, Bibl. Corsiniana, 33 E 27 (Nic. Rossi 229), f. 35r ; Troyes, Médiathèque de Troyes, 1531, f. 437r-437v ; Venise, Bibl. Marc., Lat. XI 123 (4086), f. 8va [V] ; Venise, Bibl. Marc., Lat. XI 102 (3940), f. 5r. Pour des raisons de simplicité, nous ne mentionnons que les variantes majeures et respectons autant que possible l’orthographe employée (de même pour l’ensemble des citations qui suivront).

94 atque maxime de ea parte que ad naturam atque generationem omnium rerum que in terra gignuntur attinet [F] / ac maxime de ea parte que ad naturam omnium rerum que in terra gignuntur attinet [V].

95 de generatione [F] / de dig(es)tione ? [V].

96 Cicéron, Pro Sulla, 1.

97 Cicéron, Pro Marcello, 4. Sur la recommandation relative aux tournures universalistes dans le De compositione cf. Gasparino Barzizza, De compositione, éd. Furietti 1723, p. 4.

98 Nous nous permettons de renvoyer à un essai de reconstitution synthétique de la pratique oratoire humaniste au début du XVe siècle : Revest 2013a, p. 236.

99 Il s’agit de la formule intra hoc sacrum domicilium et parietes vestros qui vetusto more Achademie frequentibus ac novis disputationibus semper caleret, qui apparaît dans le préambule du discours Ad disputationem quandam (Inc. Quamquam in superiori disputatione patres clarissimi) de Gasparino Barzizza, Revest 2013b, n°70.

100 Un autre éloge de la théologie (vraisemblablement pour l’ouverture de l’année académique) d’Ambrogio Massari comporte un préambule très similaire, également édité dans Caby 2014.

101 Gasparino Barzizza, Oratio pro petente insignia in iure canonico habita Patavii, éd. Furietti 1723, p. 64-65. Pour la datation du conventus, cf. Zonta-Brotto 1970, vol. I, n°107.

102 Gasparino Barzizza, Oratio pro Annibale [Daniele Furietti] Birago in petitione insignium utriusque Juris, éd. Furietti 1723, p. 66-67. Pour la datation du conventus, cf. Zonta-Brotto 1970, vol. I, n°263.

103 Voir l’acte relatif à son conventus dans Zonta-Brotto 1970, vol. 1, n°640.

104 Rosso 2000, p. 672 et 678-679.

105 Cicéron, Pro Sex. Roscio Amerino, 1 (nous soulignons) : Credo ego vos, iudices, mirari, quid sit, quod, cum tot summi oratores hominesque nobilissimi sedeant, ego potissimum surrexerim, is, qui neque aetate neque ingenio neque auctoritate sim cum his, qui sedeant, comparandus.

106 Gasparino Barzizza, Exempla exordiorum, éd. Cerdoni 1483, f. 3r (Exemplum benivolentie a nostra persona : [c]um nostrum officium sine arrogantia laudabimus) ; Gasparino Barzizza, Epistolae ad exercitationem accomodatae, éd. Furietti 1723, p. 306.

107 Baldassare Rasini, Oratio de laudibus disciplinarum, éd. Hammer 1940, p 137 : Non possum non contremiscere, spectatissimi patres, cum impresentiarum maximis de rebus, homines que laudatissimum ac summum oratorem exigerent, vobis audientibus, quos omnis sapiencia tenet, ipse omnium ferme rerum imprudens sum oraturus.

108 Cf. Zonta-Brotto 1970, vol. 1, n°66, 67, 81 : Luca Bondelmonte est présent comme témoin des actes de graduation des années 1409-1410 (son grade n’est pas précisé).

109 Sur l’identification de l’auteur, voir Rosso 2005, p. 970-971. Nous n’avons pas vu la copie contenue dans le manuscrit de Melk, Stiftsbibliothek, 780, f. 161r-163r. Sur Antonio Carabello, voir Hausmann 1976.

110 Il s’agit de célébrer l’élévation à l’épiscopat de Lavant de Friedrich Deys (pour la date voir Eubel 1913, p. 298).

111 Andrea Giuliani, Pro Manuele Chrysolora funebris oratio, éd. Lenfant 1720, vol. II, p. 327 : Si quis vestrum est, viri doctissimi, qui forte admiretur quod ego qui neque eloquentia, neque ingenio is sim qui in Manuelis funere laudes nedum oratione mea ornare; sed pene verbis refferre possim […] ; Antonio da Treviso, Antonii Tarvisini oratio in promotione Guiniforti Barzizzii habita Papiae, d’après le manuscrit Cité du Vatican, BAV, Ottob. Lat. 2293, f. 46r : Si quis vestrum est, prestantissimi patres ac doctores egregii, qui aliquando forte dubitaverit quantum vel deus, vel ipsa rerum omnium parens natura in procreandis hominum animis possit, intueatur, obsecro, ingeniosissimum hunc nobilissimumque adolescentem inter hec subsellia constitutum.

112 D’après : Cité du Vatican, BAV, Ottob. Lat. 3021, f. 5r-5v ; Troyes, Médiathèque de Troyes, 1531, f. 433r-433v ; Venise, Bibl. Marc., Lat. XI 102 (3940), f. 7r-7v. Pour les autres copies conservées voir Revest 2013b, n°63.

113 La pétition est adressée au professeur en droit civil Ambrogio Bozzoli.

114 Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°64.

115 Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°84.

116 Nous n’avons pas vu l’exemplaire de Würzburg, Universitätsbibliothek, M. ch. f 20, f. 65v-66r.

117 Voir l’étude approfondie de Cécile Caby autour des pratiques d’écriture et des réseaux de Girolamo Aliotti, Caby 2013, en particulier le premier chapitre (« Ecrire comme un humaniste »).

118 Sur Giovanni da Spilimbergo, qui est aussi l’auteur d’un intéressant proemium pour les nouveaux statuts du Frioul, voir Sabbadini 1907 (à compléter par Sabbadini 1915-1919, vol. III, p. VIII-IX et 232-233), ainsi que Casarsa 1996, 1998 et 2005. Nous tenons également à exprimer toute notre gratitude envers M. Angelo Floramo, directeur de la Biblioteca Guarneriana.

119 D’après Milan, Biblioteca Ambrosiana, D 93 sup., f. 163r ; Pérouse, Bibl. comunale, J 114, f. 34v ; Venise, Bibl. Marc., Lat. XI. 123 (4086), f. 10r. Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°75.

120 D’après Brixen, Priest., E 20, f. 46r ; Milan, Biblioteca Ambrosiana, P4 sup., f. 33v ; ivi, D 93 sup., f. 163v. On remarquera que dans le manuscrit de Brixen le discours est faussement attribué à Gasparino Barzizza. Pour les autres copies conservées, voir Revest 2013b, n°161.

121 Infra, n. 92.

122 Nous n’avons pas vu l’exemplaire d’Arezzo, Biblioteca Città di Arezzo, 226, f. 103v. Il s’agit d’une prelectio sur le De Milone. Nous tenons à exprimer toute notre gratitude envers M. Angelo Floramo, directeur de la Biblioteca Guarneriana, pour son aide précieuse concernant l’accès au manuscrit 140.

123 Pour les autres copies conservées voir Mc Manamon 2011, p. 915.

124 Voir l’inventaire établi dans Casarsa 1996, p. 206-210.

125 Sabbadini 1907, p. 65 ; Casarsa 1996, p. 206, n°1.

126 Sabbadini 1907, p. 66-68 ; Sabbadini 1915-1919, vol. I, n°445, p. 626-627 ; vol. II, n°605-610, p. 143-149.

127 Petrus de Monte doctissimo viro Iohanni Spilimbergensi, lettre citée par Sabbadini 1907, p. 68 : Mitto iam orationem quandam quam superioribus kalendis iuniis habui pro funere illustris ac venatorii militi Pauli de Leone (San Daniele del Friuli, Bibl. Guarneriana, 141, f. 126).

128 Sabbadini 1907, p. 69-71 ; Casarsa 1996, p. 209. La lettre de Poggio Bracciolini est éditée dans Harth 1984, II, p. 311-313.

129 Giovanni da Spilimbergo, Oratio de laudibus Francisci Barbari locumtenentis nomine provinciae Foroiuliensis, d’après Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 8482, f. 120v : Quid doctissimus ille Vergerius Iustinopolitanus, quid Aretinus, quid Po[g]gius, quid denique Guarinus quasi huius etatis clarissima quedam eloquentie lumina senserint in promptu est. Il fait possiblement allusion aux lettres qui ont rapidement suivi la rédaction du De re uxoria en 1415 et qui ont très tôt assuré la réputation de jeune prodige de Barbaro.

130 Voir récemment les analyses stimulantes de Brian Maxson concernant l’espace florentin, qui examinent le développement de l’humanisme comme une culture de l’élite ancrée, à travers la pratique rhétorique, dans les rituels politiques (Maxson 2014).

131 Paolo Cortesi, De hominibus doctis, éd. Ferraù 2003 : Nec vero Gasparinum Veronensem (sic) praetereundum puto ; erat is diligentissimus ac prope perfectus grammaticus sed ipso orationis genere exilis et tristis : nimia enim cura attenuabat orationem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Revest, « Les discours de Gasparino Barzizza et la diffusion du style cicéronien dans la première moitié du XVe siècle. Premiers aperçus », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2996 ; DOI : 10.4000/mefrm.2996

Haut de page

Auteur

Clémence Revest

CNRS-Centre Roland Mousnier - clemencerevest@free.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org